Vous êtes sur la page 1sur 64

25»°

Anade.

Octoubre-Noubémbre de 1921.

LAS

H EST ES

D'ORTHEZ

per las Nouces d'Aiyent

de l'ESCOLE GASTOU

FEBUS

11-12 de Septéme 1921.

Que

s'ey toutu Ihebat aquet die dou 11 de Septéme oun Orthez

debè arcoèlhe l'Escole Gastou Febus !

Dou

dissatte

enla, pous

tris

dou

sé, que

s'y arribaben hère de

counfrays. Toustém prendius lous de Lanes : Lacouture, Duboscq, Pierre, Tastet. Prendiu tabé Mous de Lacoste proufessou à l'Escole dous Bèts Arts de Bourdèu e lous amies d'Armagnac : A. Cambos, Ber- nès-Lasserre, I. Girard, que lous tris dou diménye aberén dechats per Tarbe, Lourde ou Pau. E coume sounabe l'anyelus puyan dens u cèu cla, coum s'y bedè

per la Moutéte ou la Place

estranyès, munits de balises,

ana cap-lhebats e courre en cèrques d'alodye : « D'oun sourtéchen

Orthesias; e que coumençaben de créde

d'Armes

aquets? » ça hasèn

lous

que l'amassade dous felibres qu'amiaré hère de mounde.

146

LOU

<*s$m

DIMENYE

—»•

Qu'èm au maytiau dou diménye. Sou pic de las dèts e miéye, débat

qui s'abiam ta la

u sourelh

qui cauhe, qu'ey

en

loung courtèdye

gare, dabanteyats per cheys autos flourides.

Qu'y soun puyades las damisèles d'aunou de la Rèyne : Daune

Bareilles e M èles Casteignau, Cosnard, Juliette e Madeleine

Marguerite Lafore, Beline Camelat, Yvonne Prat, Marie Vignes, de Miela. Sus l'auto prumèfe qu'ey la banère de Gastou Febus, en mas dou lauréat de poésie Ismaël Girard. Quine abans-hèste e quoan de mounde dens la cour de la gare en atendén lou tri !

Nou-s hè pas espéra dehèt. Qu'en debaren la rèyne Daune Coustet, qui a sus las espalles lou chale pingourlat e lou mouchoèr « pausat sou cap en parpalhòu ». Dab ère, lou douctou Fallen capouliè dou Felibridye, biengut esprès de Proubénce enla, e encoère u arramat de counfrays : A. Lacaze, D ou Meliande, A. Baudorre, P. Abadie, C. Pomès, Laborde-Barbanègre, Marrimpouey e la soue daune en aussalése, M è,M M.-Hélène e Alice Arnautou, e quoan d'auts qui des- broumbi! Mes nou decharèy pas passa sensé moumenta-u à Mous de Casassus qui s'ey bestit en aussalés, bèste rouye, yelet blanc, cinte rouye, pantalou de belours e berret marrou. E la musique de youga ue aubade. Que-s hicam en cami darrè de las autos qui ban au pas. Cadu que s'a estacat l'ensinne à la poulacre. « Aci, coum disè Caddetou, que-s eau tiéne drets e cinglants ! » Qu'èm de nouces, que ! Coum arribam à la Place d'Armes, qu'audim bouts de yoenesse. Que soun lous escouliès de l'Escole prumère, gabidats per Mous de Lafonta, qui canten sur l'ayre d'Aqueres mountines :

Palay,

Salut, daunes, mèstes Qui bienet t'Orthez

Bibe gaye Escole De Gastou Febus, Qui cante la glori Dou nouste debis, En hen la memori Dou nouste païs.

B'ey dounc ue pause beroye e bebau, à d'ère souléte, la camade d'Orthez !

M7

L/arcoelhance à la JVIaysou coumune.

Qu'arrecoutim à la sale de l'oustau coumunau oun an parade ue taule dab beyres e bounisses. Lou palhetou de Mouncade qu'estigle e Mous de Casteignau, mayre d'Orthez, qui a au ras d'et lou Ministre de l'Enstrucciou publique Léon Bérard, lou Capouliè dou Feli- bridye, la Rèyne dous Yocs, lou Capdau de l'Escole Gastou Febus e lou sou Counselh municipau, que-ns parle coume aço :

DAUNES

E

MÈSTES,

Debis de Moussu-ou Mâyre.

La bile d'Orthez que-b salude e que-b dits : Aciu qu'èts à case !

Que y-a très

ou

quoate mes, lou boste Capdau, mous de Lalanne, que

m'escribè ta-m ha sabé que l'amassade de l'Escole Gastou Febus que-s

hesoure

besite à la maysou coumune : s'en y-a, que deram ue tringlade, se nou

n'y a pas que s'en passeram !

Coume at bedets qu'en y demoure encoère quauque drin, mes, praubes terrés de Mouncade, que y-a hère mau. Que-m rapèlen l'istoère de dus amies qui ne s'èren pas bists despuch ue trenténe d'ans. L'u qu'ère tout cap blanc, l'aute cap pelât. Lou cap pelât que hé au cap blanc : « Qu'a nebat, hòu per boste ! > E l'aute d'ourespoune : « Per boste qu'a hèyt pis, qu'a tourrat ! > E doun, lous noustes terrés que soun coum lou cap pelât. Qu'a hèyt mey que tourra sus ets e lou filoxera que s'ey carcat dous rende au plus près autan curts coum la nouste purmère may despuch lou pecat. Qu'an toutu mey d'ue hoélhe de bit e qu'en y damoure quauques pès. Ta dise la bertat que seré estât de dou ha que y abousse maye mau. En efèyt, lous omis qui bat aunoura oey que putsaben hens lou bi de Mouncade la sabou deus lous prouseys. Lous us qu'où bebèn à petits herups, d'autes, coum Nos- tradamus, qu'où bebèn au couch ou à la bole. (Que boulets ! qu'où calé abé esprit cade semane ta escribe au mèste d'ahas dou Timocrate). Aco dit, tringlam au nouste bi, tringlam ta qu'aqueth palhetou de Mouncade, coum l'apère lou Yantet, qu'arrebiscolie e qu'arrebadie coume a hèyt enquio d'are lou calam de quauque prouseyayre d'Orthez.

hèstes, de las hèstes

au nouste

parsa

e

qu'ayustabe : Au

maytiau que-b heram ue

E, ta feni, tringlam touts ta

que s y parli

de

las

de

oey.

Que

hèsquin

autan parla

d'ères coum

s'y a parlât dou pount

d'Orthez. A la boste

santat !

Aco qu'ey gourgueyat per Mous de Casteignau dab u accens de Salies qui ey u bertadè charmatòri e dab u ayre de pause-l'y dous qui hè dise à u amie me : « Si n'an hères atau, dens l'arribère dou Gabe ? »

reaies, oey lou die oun tout

ya m'entenéts !

cadu s'enle e bòu estournuda mey capsus que

Qu'où

tourni :

«

Que

dében

èste

148

us

,i sm^

-s-

Oey, oun s'y mesprèse ad ayse ço qui deberé ha la nouste aunou. Qu'en y déu soubra toutu. Au mens u qu'en y a, e aquiu qu'ey, tè ! » Mes tan qui-s prouseyam à l'estuyòu, trucs de mas baléntes que s'y hèn e lou capdau nouste, Mous de Lalanne, qui s'ère credut malaut e qui, au miey de toute aquere coumpagnie, lhèbe la cléque coum u hasa dous yoens, que respoun au mayre d'Orthez :

Moussu LOU

MAYRE,

Debis dou Capdau.

Si Gastou Febus, lou nouste payrî, n'ère pas debarat ta debath terre

qu'a drin méy de 500 ans, qu'auri acertenat qu'arribaben de Mouncade tout drét las aumenances tringlantes qui biénen d'arcoelhé-s la Rèyne e

lous felibres. N'abè pas parie, lou Segnou de Biarn, enta ha coussire au mounde qui l'agradaben.

gran musicayre, gran chibalè, a la loue haunou que

hesè retreni lou cor, canta las soues beroỳes cantes e pinneta la soue

cabale aurèste. Pouète escriquat, qu'ous disè de beroys coumpliméns. La mâ ubèrte, coum û rèy yenerous qu'ous auheribe riches preséns. Coum éth, oèy, qu'abéts segnoureyat, Moussu lou Mayre. Arrèy n'a manquât a la boste arcoelhénce : ni lou reboum dou cor, ni la cante de la boste beroye yoenésse, ni lou salut de plâbiengude en pur biarnés d'Orthez dab û grâ de sau de Salies ; ni lou presén bertadèremén reyau dou dia- dème d'aur qui-m hè tan de gay d'accepta au noum de l'Escole.

A bous, au Counsélh municipau, au Coumitat de la hèste, tan balén

e tan amaneyan que bouleri dise gran, gran mercés ; més lous moûts que-

m manquen pramou que lou cô que-m tougne e hougne d'ùe recounechénce

grane. D'aquére tradissiou pouetique e flouride counserbade desempuch cinq sègles p'ous mayous d'Orthez, que debè sourti quauqu'arré de beroy e de gran.

E doun qu'en éy sourtide l'Escole Gastou Febus, larè de pats e de luts

oun lous homis de boune boulountat dechan a la porte las gnargues de

la poulitique e las amarous de la batalhe e biénen en rays, coumunia

amasses sus l'auta de la patrie. Sèpt que l'an foundade. E p'ou cap de daban qu'y èren lou Mayou d'Orthez Adrien de Planté, dab Pierre-Daniel Lafore, ourthezién de

nautat, lou sou amie. Qu'y a 25 ans d'aquero ;

que

luséch a l'array dou sou, fière, lésque, escricade, preste arroun las flous

qui a semiat capbath e capsus, a balha-s aboundouse récolte. Assiu qu'èm oèy ta hesteya las soues nouces d'aryén. E ta-d aquére hèyte de nautat que-b miam la Rèyne dous felibres dab ûe doudzéne e mièye de boutous d'arrose qui paréchen deban bous apelhades de la pélhe nassiounau ; e arroun û ahoalh de felibres biencuts d'Armagnac, Biarn, Bigorre e Lanes, de méy loégn enla encoére, de Paris e de Proubénse.

Gran cassedou,

e

la maynade qu'éy badude gouyate ;

149

N'en mentaurèy pas que dus, més aquéths que soun d'ous qui paréchen sus l'escoubat : lou Ministre de l'Estrucciou publique, û dous méy grans hilhots dou peys oun lou sourelh se couque ; lou Capouliè dou felibrige, successou de Mistral, û dous méy grans hilhots dou peys oun lou sourelh

se lhèbe. Quine haunou ta nous, Messius ! Més que s'at meritaben plà l'Escole balénte, la yen d'Orthez tan patrioutique e lous cinq escribâs d'elèy doun souy hurous de saluda la memori : Ugène Larroque, lou Caddet de Hour- cadut, lou pay de la prose biarnése ; Daniel Lafore ou Nostradamus doun lous escriuts ne soun qu'û escla- querat d'arride biarnés ; Félix Seignor escribâ e pouète ; Pierre-Daniel Lafore ou Yan dou Bousquét, l'ù dous mayes pouètes dou parsâ, encoère que n'ayi yaméy techut û pa de bèrs ;

E per fis, Adrien de Planté, ouratou e escribâ de choès, lou beroy

Biarnés, dous atouts, au praube coum au riche, doun l'arrisoulét embes-

cabe tan de mounde ; lou purmè presidén de l'Escole qui de la soue mâ puchante e l'abè balhad ûe abiade doun sentim encoère lou balans. Arroun aquéths grans mours, encoère qui sie délicat de debisa dous bius, que-b demandi la permissiou de balha ù soubiéne respectuous au Presidén numéro dus, l'ourthézien Luis de Batcave, qui a hèyt au cam dou Biarn ûe tralhade qui demourera coum û moudèle de balentie e de

sapiénce. Més n'éy pas soulemén enta deglera coumpliméns qui èm bienuts t'assiu. Lou nouste prèts-hèyt qu'éy méy haut e méy gran. Que bieném dise au puble :

La patrie d'Henricou qu'éy la méy beroye flou de France : ayme-lé ! Lous tous ayôus qu'estoun goalhars, baléns e fis : goarde las loues coustumes, ne dèchis pas embastardi la race.

debise-lé, tout en

aprenén la de France.

E si quauque aban-hèyt e boulé û die pourta la mâ sus aquéres causes

sacrades, coum Soulheban a l'Anglés de 1814, cridé-u au plèy dou cap :

La toue

loéngue qu'éy

douce, beroye,

pouetique

:

« Abanse doun, coucar, e touqué-y si gauses ! >

E puchqué, Moussu lou Mayre, e bouléts qu'en balhim ûe tringlade,

que bébi a la bile d'Orthez, a la soue prousperitat, a la soue glori.

Qu'aplaudim. Que trincam. Coume abém cantat lou prumè bercet de la hèste, que sourtim

de la maysou coumune. Mantu capsus de Mouncade, doun la tour daunéyesus Orthez, ou decap au bielh pount qui-s miralhe sou gabe droumilhous qui-s drabe dens las arroques. D'auts qu'entren à la glèyse de St-Pè d'Or- thez oun l'abat Laborde déu predica en biarnés sus lou nouste payri, lou biscoumte Gastou Febus e oun cantaran cantics biarnés :

Feaus e courtés, d'Al. Cartero, Glorie à la Bierye sacrade, de Bin-

de l'abat F. Sarran. D'auts que

cens de Bataille, Pan dou cèu,

debaren ta Départ. Départ qu'ey la parròpi de Mous de Planté e dens la soue glèyse, à la mediche ore, à las ounze e miéye, l'abat Daugé que déu ha u predic à la memori dou nouste prumè Capdau.

iyo

Lou courounamén de la Rèyne.

Las crampes de la Maysou coumune, quoan -n'y abera de hère bères, que serén estades drin sarrades ta la ceremounie dou cou- rounamén de la Reyne. Tabé qu'an dressât dehore, sus la pourtalade de la Mairie, u em- pount floucat de drapèus. Que y èm sou truc de las dues ores. U couplet de « Aqueres mountines » cantat per Simin Palay qu'ey tournât de préne per la hourrère, e puch l'abat Daugé, repourtayre dous yocs de pouesie que s'abance e que dits :

« DAUNES E MÈSTES,

« Lous prêts que-s balheran douma aux yocs flouraus. Més,

aqueste an, que bam ha ue cause qui ne s'ey pas jamé hèyte. Coum

à

la glèyse, en las hèstes annaus, que bam ha las prumères brespes

e

balha lou prumè prêts de pouesie. Causos santos de l'oustau que

s'en porte lou prumè prêts. U yoén, qui s'a séntit brouni au cap e au co tout so de l'amne gascoune, qu'at a dit en ue cante qui cou-

rounam la prumère. Lou prêts

qu'ey ue couroune auheride per la

bile d'Orthez e l'Escole que la da à Ismaël Girard.

« Are, l'Ismaël que se-n hèssi so qui boulhi. //

E lou pouète esleyut, lou cantadou yoén qui sab bouta-s en cèrques de nabèts ritmes, de ha, lou cap drin bachat, daban la reyne :

Sous tupès coumengés, au pats dou men cèu,

mes dous que l'aubo bloundo e mes dous que la mèu, qu'èy hèyt lou raybe gran, lou gran raybe encantayre d'ana coèlhe à brassais pous cantons dou terrayre uo sens pariouno garbo enhadado d'arams que jamès nou 'sbanen e, dou cd dous arrams, espandiscon coumo aleno, la sabo horto de la raço nosto, que l'abengue s'emporto.

L'esbarianto garbo,

Y'auré l'amno dous anjous de pats e d'amour, que perduro au bèt houns dous oustaus espandido, dambe las membranços e la glorio escantido de las majos ciutats ; l'ahoegament e lous regrets dous jours passais coumo lou sourelh dou se sou pas de las portos, esbanits au tahuc de las anados mortos, E las flous dous nostes printems ! Lou cant dous pastourets que siaudament s'enauro diens lous rays de luts cando, diens lous rays ardents dous bets jours clarejants coum Vespi-blanc à l'auro d'Abriu. E lous prats e lous blats oun trémolo la bito proumetadouro, lous blats daurats e trebatents ;

e tabé, siaudo, apadsado,

oun lou sourelh se cluquo darrè las hautous

e qu'arrajo l'amou pou cd dous aymadous,

mes b'ero que lou jou r !

l'ouro

I5 1

•e

e

la rabio dous gabes e l'aygo qa'escumo,

e

la cando douçou dou bielh larè qu'ahumo,

e la canto dou boue

au maytin cla, que l'arros bougno,

e lou cant dou clouquè

Touto l'amno de

la

Gascougno !

Reyno, aquero garbo, las hados l'an heyto per bous e d'aqueros flous aymados oey, Orthe\ en hèslo, au Passât que hè rampèu, diens aquesto joyo bous aufrich lou simbèu.

Segnourejats, Reyno, sus touto nosto ttrro, Segnourejats dessus la ciutat qu'assoulan, Reyno de jè, Reyno d'oey, Reyno de douman, Segnourejats capbat la Gascougno nauèro !

La couroune qu'ey u tribalh dous fis. Sou miey que y-a, plantade, l'estéle de sèpt arrays e de cade coustat que s'y estaquen dus arrams de perbénque (la perbénque à flou blue qu'ey l'esloù felibrénque). Per débat qu'an mercade la debise de Gastou Febus : Febus aban ! Que la tiren de l'estut e Ismaël Girard que l'a pausade sou cap de la Reyne. La Daune, aus crits de « Bibe la Reyne»! qui retrené- chen d'u cap à l'aut de la Place d'armes, que couménce lou sou merces.

Mercés de la Reyne.

PoUÈTE

AYMADOU,

La beroye cante qui bienéts de-m dise !

La bero}'e cause qui bienéts de ha ! B'èts doun bous lou dinne arrehilh dous gentius qui hiquaben l'espade

loue au serbici

baléns : Diu, Patrie e brabe daune ! Que-m semble de béde encoère lous coumbatiès sus

ûe place, balhan e

recebén pics e pelats ; touts que caden l'û arroun l'aute coum lous cabelhs madus au talh de la haus segadoure. U soulét que damoure de cap ensus

e aquéth que recéu la yolhe dou coumbat ; detire que causéch la soue daune, e youlh à terre que l'auheréch lou prêts de la soue bictori. A-d aquére toute l'amassade que hè las haunous reyales. Lous coumbatiès de oèy que soun poètes, baléns de l'idée, de las beroyes imadyes, de las granes causes ; e se-s baten qu'ey tan soulemén

dab ûe flou à la mâ. D'û coumbat coum aquéth qu'ès sourtit bencedou, poète amistous.

Haunou a tu ! Dou biélh téms dous chibalès qu'as goardat lou yèstou qui-m couroune :

de

d'aquére ternitat qui a hèyt pernebate

lou cò de tan

que t'en hèy coumpliméns. De la toue mâ qu'accèpti lou diadème d'aur. En remercimén, coélh sus la mâ, û poutou, en mérque de la mie recou- nechénse e de la mie amistat ; (Aci, Ismaël que hique youlh a terre e que pause lous pots sus la mà de la Rèyne.)

qui-n a hèyt la

gauyou à l'Escole.

Aquére yolhe tan beroye

que bién de la bile

d'Orthez

I 5 2

,3

Ofg ^

.g.

A Moussu lou Mayre que prègui de recébe lous mèys grans mercés.

Que balhi tabé û soubiéne arridén e amistous à Edouard Lacoste, lou gran artiste qui l'a dessinade. Aus très, à touts lous felibres que prou-

à la fi

Reyne qui prèyra la

méti de pourta-lé chéns macadure ni plaps enta poudé-lé balha,

de la mîe reyautat, autan néte coum la recébi, à la mie place

DAUNES,

MESSIUS

E

FELIBRES,

Lou Capdau, aquéste matî, à la fî dou sou predic, que disè au puble :

« Ne dèchis pas embastardi la race ! > Qu'éy sustout à la hémne qui rebién aquéth debé sacrât. La race que damourera toute natre coum l'an hèyte lous noustes pays si la hémne éy Biarnése de cô autan coum de noum. Ere soûle qu'a la goarde e lou soégn dou larè. Qu'éy ère qui apoupère, qui debise, qui ayme, qui prestéch lou cerbèth, qui amoulle l'amne dou maynatye ; ère soûle que pot e que déu sauba la race. Quin éy aysit e agradiu aquéth prèts-hèyt ! Balha aus maynatyes las simples coustumes dous payrans, decha-us, coum hesè lou nouste Henric, cabirôus e pè descaus, hiqua-us la pale e lou houssé a la mâ, nou pas ta tribalha, més ta ha-us deberti sus û tourné de casau, neuri-us de boune garbure dab lou talhuc de pèrne e û tros de mesture'toste ; bou bourrât de bi. Ha-us ayma l'oustau, lou cam, lou mayram, lou bilatye. Amucha-us l'histori de Biarn, dous grans hômis de nouste. Ha-us canta las cantes noustes, dansa las noustes danses, amu- cha-us lous noustes coundes, las leyéndes, las causes berdiuses berdauses. Escoulia-us coum de bous Francés, qu'at eau, mes ha-us debisa lou Biarnés toustém pa-à-pa dab lou francés, pramou, coum a dit Mistral : lou qui tién la loéngue que tién la clau. Aquero que prediquera pertout de la paraule e de l'etsémple la boste rèyne, e, se la race s'embastardéch, la fé, p'at yuri, ne sera pas la soue faute.

E coume aquet debis ensegnadou hique touts lous escoutayres en maye estrambord, Shnin Palay, chibaliè de la cause felibrénque, et qui s'ey abiat ta « l'obre sénte » despuch 1890 (e aco que hè mey de trente ans-a), et qui s'a goardat de la rougne lou calam de las soues ores dourègues, cap couy adare, mes barbe nègre, que clame sou deban de l'empount aquéste pa de quatourzis :

Lousyoéns, à Vatye urous oun tout e s'en arrit, Qu'an lou cô perbatent don hoec d'amourousie, E quoan tout sera glas, quoan scré tout arit, Qu'at sàben bayoula de caute poésie.

Ta nous, doun, bèt temps-a, s'ey passât louyoenè, Se eau ha coumplïmens la lengue que mequéyc Nou-m parlet de dansa quoan la came chanquéyë !

E, las ! nou pot tourna ço de qui

s'en anè

J 53

•3=

Tabé, Madame, escusat-mé. Que sèy d'abance (Puch-ya que m'an cargat de-b pourta lou salut Dous felibres) que dab u piu-piu de flahut

Que ba calé que-b countentét. Lou rey de France Nou poudè pas balha-n de mey que nou-n abè :

Boste serbant que haré miélhe

si sabè.

#

#

*

D'autes cops, quoan Orthe^, au miey de las grandous, Bedè Gastou Febus arraỳa sus Mountcade, La reyne dou Castèt, toute d'aunous floucade,

Qu'abè ta la lauda

lous mey grans troubadous

Oey, Reynete, ta-b saluda, maie escadence ! N'abét qu'u praube troubadou chic aletrat E qui troubara poc à dise, quoan serat, Toutu, d'aquéste endret la flou poulide e yence.

Bielhs que-ns e poudém ha ; qu'ey ton stem

agradiu

Tout ço qui 'u ta-s ha gay e créa lou Boun Diu

:

Lou sourelh, lou cèu cla, loufloc, l'ausàt quicante!

F, si choès y a, que-m semble pla que mey s'en bam Decap aus dies qui s'abraquen, que troubam, Coum lou sourelh mey bon, la hemne mey charmante !

Daban case d'Adrien de Planté.

Lous noustes amies que saben, e nou-s haram pas la leçou, que la ciutat d'Orthez, brès de la Renachénce nouste, qu'abou lou parât entre 1870 e 1910 de counda cinq ou cheys escribas de prumère ley. Touts, cadu dab lou sou ana, que-s poden apera mèstes. Abans Ugène de Larroque (1832-1899) qui despuch la guerre de 70 a escribudes las soues létres, la prose n'ère goayre coune- chude que pou « Sermou dou Curé de Bidèren » e per quauques coundilhots. Larroque (lou Caddet de Hourcadut coum sinnabe) que demoure lou creadou dou prousey. A d'aqueres letres poulitiques oun segoutibe la périsse medich à Mous de Planté, que hasè la countrecarre Félix Seignor (1828- 1883), gn'aute beroy esprit, badut à Lago. Mes las soues respounses n'abèn ne la sau ne l'alh de las dou Hourcadut e que soun de mau léye oey. Qu'ère sustout poète, poète castigat e sabourous.

154

■S

^KS^

U cousiotde Larroque,Daniel Lafore (i843-i9i4),que debienè dens

la mediche tempourade, lou mey poupulari dous Biarnés permou de las soues crouniquétes dou Démocrate qui sinnabe Nostradamus

e oun l'esprit arrident ère yetat à grans pugnats. Coumpagnou qui

nou s'en hasè (coum disen lous peluts) que l'agradabe de s'apita sou cap u berret blu gran coume u toupi : Lous omis qui quaran- téyen que l'an début béde souben per Pau, Biarris ou Salies.

E qu'abè gn'aut cousiot Pierre-Daniel Lafore. (U Ourtesia de

souque que cercara dilhèu, u die, quin s'ey hèyt que dens la paren- tèle Larroque, Lafore e Pouyanne e s'y sien troubats très omis

doun lou calàm ère tan beroy agusat. E y-abou u ayòu de léngue gnaquénte ou arridénte e qui n'a pas escribut? Aquiu que seré, toute troubade ue thèse de douctourat ta quauque estudiant de

Aquet aute cousi, Pierre-Daniel, qu'aymabe meylèu d'es-

tuya-s. Poète en prose, mes poète liric per aco, ue malaudie crude qu'où s'en pourtabe en 1912. Quinze ans abans, decap à 1896, quoan Bigourdas e Biarnés se pensaben de ha bade ue Escole felibrenque enta la Gascougne san-

cére e qui disèm au Lafore : « Lou président, d'oun lou tiraram ? — O, pou président, ça hasè, nou lou eau tusta loegn, que l'abém

à Orthez : qu'ey Mous de Planté. »

Atau, Mous de Planté counferenciayre, arqueoulogue, òmi d'is-

causit de quau-

ques gouyats bergougnous,

capbat de tout lou païs. U soubeni dous mayes qu'ère dounc début en prumères au nouste purmè Capdau e puch au prousadou Ugène de Larroque. Gracies à las dues familhes Larroque e Planté, qui hen de la nouste cause la loue cause, que s'y poudou ana en pelerinadye pious à las dues maysous. Atau, d'auts cops, lous Roumius e

que coussirabe balénts per centénes

tòrie, e quoan lou plasè ouratou e poète biarnés,

létres

)

s'apoudyaben taus Aliscams d'Arle, ta St Yacme de Galicie ou ta Nouste Dame de Beth-arram sou cant dou Gabe. U oumadye parié

que debè

abèn hèyt aunou à la Patrie.

oundra lous dus omis qui, per séngles camis despariès,

sou Pount-Nau, la

proucessiou nouste qu'ey à Départ.

Countents qu'èm. Mes toutu lou co que-s sarre chic à chic coum s'apressam de la maysou d'Adrien Planté. Tan de cops l'abém bist sou lindau ! Tandes de prouseys e d'amistats barreyades au sou salou cougnit de libes, de pourtrèyts, de soubenis ! Que-y aném e qu'et n'y sie mey ! Per ue tau escadénee e tournaré dou cèu enla ! Lou bederém paréche darrè la frinèste ta s'espia de la poumpouse

arribade? U ministre, lou capouliè dou

lous escouliès de Febus, lou pople d'Orthez, lou pople de Gascou-

Que soun

très

ores ou per

aquiu,

e, passan

Felibridye, lous amies e

■3

155

gne ! E ba dounc sourti, e, dab lou sou sourrise arcoelhedou, la soue care de beroy ômi, dise coume hasè dise au Nabarrot :

« Diu me dau

!

qui

m'apère?

E que cridats

:

Biahore ! »

Aylas ! la frinèste soue qu'ey barrade. Mes dessus la pourtalade ubèrte, coum

ta las hèstes annaus, que

paréch lou pourtrèyt dou mèste « arrisoy » pintrat hère semblan per Edouard Lacoste qui n'a hèyt présent à l'Escole Gastou Febus.

Depla que-s destaque sus u drap rouye.

Sus lou

lindau

que

soun Mous

de

St Jayme e

la soue moulhè,

Daune Manuela, hilhe caddète de Mous de Planté.

E coum

Mous

de

Lalanne

auherech

ue garbe

de flous d'estiu.

mantu que-s dits : Mèste e-b agrade que bengam oey saluda-b ? E seguéchen depla touts aquets gouyats, qui bolen coum bous, lou Biarn mey biarnés, la Gascougne mey gascoune, la Patrie mey counechude ? (Enta ayma que eau counéche.) Digats, e soun dinnes

dou boste etsemple broumbadou

e lous

fotografes embescats que couméneen de tira-s las loues boèytes à bayaules e, tec-tec, que prénen bistes tan que poden. Lou Ministre de l'Enstrucciou publique de bouta-s en-daban e de

?

Mes tan qui-m

prouséyi lou

mounde

qu'arrecoutéchen

parla :

Hommage

à

Adrien

Planté

Dans une

assemblée de felibres tenue à

Sceaux

il

y

a

une

quarantaine

d'années, un illustre écrivain français, dont un Orthézien de grand talent achève d'étudier la vie et la pensée, disait: « Malheur à l'homme qui n'a pas de souvenir ! » Les félibres sont tout justement des hommes qui ont compris la valeur et l'importance des souvenirs. C'est tout l'avantage dont ils se pi- quent ; mais c'est aussi la marque de leur vocation. Ils savent que la con- naissance du présent ne se peut raisonnablement déduire que de l'étude du passé ; que 1rs meilleurs prophètes sont à l'ordinaire ceux qui se souvien- nent mieux que les autres et qu'il n'est point de famille, comme il n'est point de peuple, qui ne reçoive des tombeaux autant que des bibliothèques ses

plus claires et ses plus sûres leçons. C'est ce culte du souvenir, régi par les

par une sentimentalité confuse, qui a assemblé aujourd'hui les félibres du

l'intelligence et non point

lois de

Béarn et de Gascogne devant la maison d'Adrien

norer de

celui qui fut, par un heureux accord du tempérament

conseil de leurs doctes entreprises, l'animateur de leurs jeux et de leurs

travaux. Ce serait affaiblir et dénaturer l'hommage que nous entendons lui rendre,

et mesquin —

que le iélibrige et l'histoire avaient contenu toute son ambition et qu'il avait

que de paraître supposer — par un artifice politique, puéril

de l'esprit, le sage

Planté. Ils y viennent ho-

et

la

mémoire de

leur fidélité

et de

leur

reconnaissance le nom

et

Les félibres ne font pas de po-

litique. Mais parce qu'ils se sont donné pour tâche de concilier et de réunir

rempli, dans la vie locale, toute sa destinée.

i 5 6

au foyer de la petite Patrie tous les partis, toutes les conditions et toutes les croyances, il ne leur en coûte pas plus d'avouer les divergences qui les séparent, que de nommer avec franchise et d'honorer avec sincérité des opi- nions qui ne seraient point les leurs. Les félibres par-dessus tout ont trop le respect et le goût de la vérité historique pour isoler arbitrairement de son milieu, de sa vie et de sa pensée même, l'homme qu'ils ont résolu de célébrer. Adrien Planté devait en partie à un des rares privilèges de naissance qui se fassent encore pardonner dans nos sociétés ombrageuses, les heureuses qualités que nous aimions en lui. Il appartenait à une de ces familles, telles que le Béarn et Orthez notamment en ont produit de notoires, où les dons de l'intelligence et la distinction d'esprit apparaissent comme une portion de l'héritage. Si des gloires frivoles ne venaient trop souvent usurper dans l'imagination et la faveur publiques le rang des austères et sérieuses renom- mées, le nom de Gaston Planté serait universellement illustre comme celui d'un savant, pour la géniale découverte qu'il fit en électricité. Son frère Francis, un des artistes qui auront le plus visiblement personnifié l'inspira- tion, s'est mieux gardé de l'oubli. Et comment n'aurait-il point remué les foules, ce magicien au grand cœur et à l'esprit ailé, qui, d'un instrument en lui-même morne et scolaire, le plus éloigné qui soit de la lyre d'Orphée et de la harpe de David, a su tirer des accents d'un lyrisme profond et humain,

aussi riches et aussi

les voix

Artiste autant qu'il le fallait pour jouir des belles choses, lettré, avec une compréhension vive, une élocution aisée et élégante, Adrien Planté, lui,

semblait promis, par tous ses goûts et par tous ses dons, aux luttes succès de la vie publique.

variés

que

de l'âme et de la nature

!

et aux

Il reste dans mon souvenir comme un des représentants accomplis de cette bourgeoisie instruite, raisonneuse et spirituelle, dont le tocsin de 1830 avait sonné l'heure et qui a prévalu, sous des régimes et des vocables divers, dans les conseils de la France, pendant une cinquantaine d'années. Le grand tort de cette génération aura été sans doute de ne pas entendre assez tôt l'aver- tissement du chef le plus généreux et le mieux doué de la génération rivale, lorsqu'il prédisait avec plus de sens politique que de poésie l'avènement des « nouvelles couches sociales ». Ce fut la fatalité de la carrière d'Adrien Planté qu'elle dût commencer par un grand choix et un choix décisif à prononcer entre deux directions contraires. Le plus illustre patron de la bourgeoisie libérale, l'homme le plus intelligent peut-être qui se soit mêlé depuis cent ans des affaires de la France, Adolphe Thiers, marseillais positif et prompt, n'avait jamais hésité, lui, devant les dilemmes de la destinée. Il venait d'opter pour la Bépublique, ce qui était, d'ailleurs, une façon d'opter pour lui- même. Et la Bépublique fut en grande partie fondée par des bourgeois qui inclinaient à la monarchie constitutionnelle et se trouvaient être tout juste- ment de mêmes tendances et de même tempérament politique qu'Adrien Planté. Il n'eut assurément tenu qu'à celui-ci de parcourir une carrière parlemen- taire aisée et brillante. Son éloquence enjouée et précise, la grâce et la viva- cité de son esprit l'eussent mis en bon rang dans le centre gauche de ce temps-là ; et la finesse béarnaise du représentant d'Orthez eût voisiné sans peine, sinon sans un agréable contraste, avec l'autorité un peu hautaine de

J 57

Dufaure, avec la philosophie facile et académique de Jules Simon. S'il nous a plu de nous attarder à ce tournant décisif de sa vie, ce n'était pas unique- ment pour reconnaître dans le souvenir que nous en gardons la mélancolie des destinées interrompues. Mais il est vrai de dire que certains hommes ne se connaissent et ne se jugent pas moins par ce qu'ils pouvaient être que par ce qu'ils ont été. Au surplus, ceux-là même qui pourraient regretter le parti que prit Adrien Planté voulaient faire honneur à sa mémoire des scru- pules infiniment honorables qui avaient inspiré son choix et réglé son

attitude. Par son renoncement à la vie publique, il tut rendu tout entier

et à Orthez. Il se rencontre, je le crains, en France, une assez fausse con-

ception des honneurs publics ; et notre goût farouche de l'égalité s'accom- pagne, par une contradiction singulière, d'un besoin superstitieux de la

hiérarchie et des distinctions. C'est ce qui empêche parfois que l'on sente pleinement et que l'on apprécie selon toute leur valeur le charme, l'utilité et

la noblesse d'une vie comme celle qu'Adrien Planté a menée ici pendant plus

de 30 ans. La cité natale, le Béarn, l'Escole, l'étude, le soin, la gloire de la

petite Patrie : c'est à quoi cet homme, qui aurait pu servir la grande avec honneur, dévoua son cœur et son intelligence. Nul n'a interrogé avec plus d'érudition diligente le passé de notre province. Nul n'en a mieux connu l'essentiel, c'est-à-dire les mœurs, les personnages et les légendes. Nul n'en

a évoqué avec un art aussi pénétrant et aussi simple les figures pittoresques

ou touchantes. A lire telle page dé Planté, on se demande, tellement il est l'homme du milieu et de la race, si c'est là le travail d'un historien expert à manier les archives ou le récit d'un ancêtre qui s^abandonne à ses souve-

nirs. La justice du peuple est souvent la plus juste et la

ses sentences. Vous arriva-t-il jamais de causer avec quelqu'un de ces Orthé- ziens au visage franc et au sourire malicieux qui, toute politique mise à part et à travers tous les changements politiques parfois, se firent honneur de

rester jusqu'au bout fidèles à Adrien Planté ? Si vous l'avez pressé de vous confier la raison profonde de cette prédilection, il aura fini par vous déclarer :

« Moussu Planté qu'éy û beroy hômi. » Sentence aussi intraduisible en fran-

çais que si notre Orthézien vous eût dit : « Que bouy qu'aquéste bî que-m sèrbi de pousou si-m hèt yaméy bouta euta tau .û, pramou qu'aquéth, bedéts, qu'éy û tumehus ! » Lous tumehus qu'an toustém hèyt empath e puchéu aus bous Biarnés. Aquéstes ne poden ha gazalhes que dab lous beroys hômis. Perqué aquero 1 Que-b at diseri en parla de case si èrem en trî de bebé-n û pintou à Sén-Gladie « oun las auques se bagnen per coumpagnie. » Més que ne gausi, you, ministre dous sapiéns a Paris, més escoulierot de Febus a Orthez, ha au rampèu dab felibres tan capulats coum n'y a assiu. Labéts, que

au Béarn

plus habile à formuler

bau acaba lou mey debis en bou francés, en francés de Saubaterre. L'Orthézien supposé, mais non pas irréel, qui traduisait par « beroy hômi » son opinion sur Planté savait à merveille ce qu'il voulait dire. Il entendait reconnaître et honorer par là l'ensemble de solides qualités auxquelles la bonne grâce et l'esprit du Maire d'Orthez donnaient toute leur saveur et tout leur prix. Et si « beroy hômi » ne se traduit pas aisément dans une autre langue, peut-être ne serait-il pas impossible de découvrir quelque parenté

i 5 8

■s

=*S£4£ï--

=8 -

des Français

d'il y a trois cents ans. Gomme le peuple,Messieurs les félibres ont voulu être justes en se montrant fidèles au souvenir de leur ancien Président. Ils se sont réunis devant cette demeure dont l'aspect seul évoque des coutumes et des temps qui leur sont chers. Ils ont tenu à proclamer, là, que si notre province, notre race et notre

langue demeurent en renom et en honneur dans la Patrie française, c'est à des écrivains et à des érudits comme Adrien Planté que nous en sommes redevables. Ils se félicitent d'avoir rencontré sur ce seuil où il les accueillit tant de fois, avec tant d'aimable bonté, des hôtes et des successeurs, tels que mes amis Léopold Bauby et M. de Saint-Jaymes, dignes de continuer le passé

intellectuelle

dont elle témoigne. Qu'ils nous permettent de les associer l'un et l'autre et leur famille à l'hommage d'affectueuse reconnaissance que nous apportons à la mémoire d'Adrien Planté. Us tiennent à bon droit pour un bonheur de garder le nom et les souvenirs dont le soin leur ont été commis. Ce n'est pas une destinée médiocre que d'avoir personnifié quelques-unes des qualités les plus aima- bles et quelques-uns des dons les plus précieux qui ont conféré au nom de Béarnais, dans l'histoire de France, son prestige et sa vertu de sympathie.

entre le « beroy hômi » des

Béarnais et

« l'honnête homme »

que contient cette maison béarnaise

et

les traditions

de vie

Patacs de ma, coum b'at pensais, que coupen soubén aquet debis. Aquére bouts de Berard que brounech, que clame e que l'ayumpe

à cops coume se l'ère ue debertissance. Mous de Planté que l'a début enténe e qu'en deu èste mey urous — se lou palle bounur d'aquéste terre e pod hourni nad gay aus qui s'aténden acera hore.

bouhet de glòri qui emplie las bêles de la

nau de Gastou Febus ! E qu'ey l'u dous mayes hilhs de la Terre biarnése qui n'ey l'en- cause, oey, en s'en biéne ha baie lous disparescuts qui an tribalhat au mounumén dous soubenis de la Patrie. Qu'a de que debisa, et, dous noustes anciens. Qu'ey, et tabé, hilh dou beroy parsa (biarnés entre lous biarnés) qui s'en ba d'Orthez à Salies e Saubaterre e Nabarrens. Paris raubadou qu'où s'abè panât, ça disèn quauques méchantes lengues. Tout sancé ? De segu nou. En tout tems qu'où se tourne oey e d'aquéste yournade de luts que s'en debisara quauque die.

Toutu, bitare, b'ey u

Dab an case de Hourcadut.

Qu'èrem bienguts pou Pount-Nau, que tournam d'apoudya-s pou

Pount-Bielh (lou pount qui-n diseré de pingourlades se sabè parla).

E que s'escadém sus la place de St-Pè daban la maysou de Larroque.

Lous dus nebouts de Hourcadut, Edouard e Eugène que s'atén- den. Coum adès, enço de Planté, lou pourtrèyt de l'ouncou qu'ey capsus de la pourtalade sus ue téle rouye, e au pè, gn'aute garbe

•s:

159

de flous qu'ey auheride aus qui soun cargats de mori de l'escriba mayourau.

Coum lou Hourcadut ey estât lou mèste de J-V. Lalanne, aquéste, abans que louMenistre couménce lou sou discours, que dits quoate moûts de l'autou de las Létres biarnéses.

lou Menistre de l'Enstrucciou publi-

que. Coum lou debis de Planté, lou debis ta Larroque qu'ey ue re- gaudissance tau nouste esprit e tau nouste co. Se y-a choès, Berard qui n'a pas atendut lous sous discours d'Orthez ta sabé plase au mounde lheyt de l'a Crampe ou à las hourrères, que y-a hicat drin mey de biarnés qu'adès. N'y èm pas per arré, mes que eau coum- biéne, qu'autalèu qui s'en largue ue tiradote, l'arride de toute l'a- massade que l'arcoelh e, ta l'aplaudi, las mas que partéchen sou- létes : Qu'ey en biarnés que lous biarnés bolen èste parlais :

mantiéne la me-

Mes bam béde ço que dits

Hommage

à

Eugène

Larroque

Tout homme de goût et tout homme de cœur, tout Gascon et tout Béarnais aura compris la signification du pèlerinage que les félibres de l'Ecole Gastou Febus accomplissent aujourd'hui, sur les deux rives du Gave, à Orthez. Us viennent de rendre hommage à la mémoire d'Adrien Planté. Les voici réunis pour commémorer le souvenir d'Eugène Larroque. Quelque observateur ma- licieux mais superficiel sera peut-être tenté d'objecter à ces pèlerins qu'ils ont choisi des sanctuaires assez disparates et que c'est surtout de contrastes que vit leur culte et que se nourrit leur ferveur. Il est bien vrai que les sen- tiers d'Eugène Larroque et ceux d'Adrien Planté ne se croisaient guère ; et il n'est pas impossible qu'eux-mêmes eussent éprouvé quelque surprise à voir se dérouler entre leurs demeures un pèlerinage qui, pour leur propre compte, je l'admets, ne les eût pas beaucoup tentés. Nous ne riions ni les contrastes, ni les oppositions, ni même les rivalités. Mais il suffit pour que nous les cé- lébrions aujourd'hui dans un même sentiment de fidélité et de reconnais- sance, que ces deux hommes, pareillement fidèles à la langue et à la terre maternelles qu'ils ont illustrées l'une et l'autre de leur vie et de leurs travaux, aient fait honneur tous deux à Orthez et au Béarn. Je ne vous proposerai, Messieurs, aucun commentaire sur l'union sacrée, vertu nécessaire et difficile parmi les vivants et que les félibres ont la pré- tention de faire régner avec plus de soin que partout ailleurs dans cette ré- gion des tombeaux où l'ombre de la mort ne suffit pas toujours à arrêter nos contestations. Lorsque les controverses et les disputes se sont éteintes avec ceux qui les animaient de leur passion et de leur verve, nous nous attachons à montrer en quoi chacun, tout en bataillant, a pu enrichir le patrimoine commun. Notre union sacrée se fonde sur cette vérité qu'entre hommes de quelque valeur aucun conflit ne peut être ni bas ni stérile et que les adver- saires les plus acharnés souvent travaillent, sans le savoir, à une œuvre commune plus haute et plus durable que la querelle qui les absorbe. La

leçon n'en est pas moins vie d'Adrien Planté.

claire dans la vie d'Eugène

Larroque que dans la

i6o

Si j'avais à caractériser par leurs traits essentiels

son œuvre

et son talent

je dirais qu'Eugène Larroque, écrivain politique et satirique béarnais réussit, en cultivant le genre le plus éphémère, à élever au génie de la petite Patrie un monument durable et harmonieux. Il avait entrepris de gagner à l'idée républicaine l'esprit des électeurs paysans de l'arrondissement d'Orthez. Et l'idée avait beau se parer, en ce temps-là, de tous les attraits de la nouveauté et de tous les prestiges de l'inconnu, le thème où allait s'exercer le zèle du Caddet de Hourcadut était traditionnel, connu, un peu limité. Il s'agissait pratiquement de démontrer que le candidat d'Eugène Larroque était le meilleur des candidats possibles, son concurrent un damnable candidat ; et il s'agissait, en célébrant et exaltant l'idée, de proposer aux électeurs paysans de l'arrondissement d'Orthez, des raisons pratiques et-valables d'y donner leur adhésion. Ces sortes d'apologies, Messieurs, ne se prêtent pas toujours au maniement des idées générales. Il est, je crois, assez rare que la polémi- que électorale ait enrichi la littérature d'aucun pays ; et la plus spirituelle vengeance que vous pourriez tirer, en cet ordre de controverses, d'un adver- saire heureux ce serait assez souvent de le condamner à se relire.

Eugène Larroque lui, surmonta, de la façon la plus spirituelle et la plus heureuse, toutes les difficultés du genre. Il aurait pu célébrer la République et vitupérer la réaction en solides colonnes d'honnête prose française. Il aima mieux adresser aux paysans des lettres écrites en un béarnais succulent et nerveux, simple, coloré et rustique. L'idée politique s'insinuait par là, dans l'esprit du lecteur, à la façon d'une image familière. Hourcadut l'amenait à son propos électoral sans le détourner de ses préoccupations, de ses pensées, de son milieu. La République, avec lui, semblait emprunter ses couleurs à l'horizon béarnais et tirer sa force des profondeurs du terroir, C'est l'incom- parable réussite de Hourcadut et le charme toujours vivant de son œuvre, qu'il ait animé et ennobli de telles polémiques en-les faisant servir en même temps qu'au progrès de ses idées à l'illustration de la langue, du sol et de la

race. Son parler béarnais ne doit rien aux livres ; c'est bien

une langue vivante

qu'il écrit. Sur le choix des expressions et des images on pourrait croire qu'il avait retenu la leçon des grands prosateurs français du xvi e siècle. Montaigne et Rabelais ne dédaignaient point de s'informer du vocabulaire en usage parmi les crocheteurs du marché au foin. Hourcadut estimait comme eux que

bon langage. Il a appris sa langue au

le peuple est un de nos maîtres en

marché, à la halle, dans la rue, dans le magasin de ses oncles les marchands drapiers. Il aurait pu dire à ses lecteurs paysans, à l'imitation d'un grand classique, qu'il ne faisait que leur rendre ce qu'ils lui avaient prêté. Des sentences imagées que l'on peut recueillir dans ses lettres, vous ne serez point surpris que certaines se soient particulièrement imposées à ma méditation. Celle-ci, par exemple: «Se lou députât n'éy pas bou, ha coum dou bî : cambia de brouquét ! » B'éy beroy e agradiu, aquéth arrepouè ! Que-b en prègui, amies electous, se yaméy entenèt mentabe que lou boste députât que sabouréye au boys ou à l'oumpre, cambiat-lou au mén aban ne pùdi pas ! Et anats-ne abrouqua ûe barrique dou nau oun plâ s'escàdi. Pramou, bedéts, quoand ûe barrique e put à l'agre, que la pouderéts agoelha, dempuch Mar- terou dinquo Garbe, dab bi de Mouncade dou prumè escantilh, binâgre que-s

•s

161

débireral Corruptio optim i pessima, s'aberé dit lou curé de Bidèren, aquéth caperâ besî de Saubaterre qui en cantabe de toutes en biarnés, raés qui arre- cabe de drét enta-u latî. Ta ha coum éth que m'en bau tourna ta-u francés en passan pèr la carrerote dou latî.

Messieurs, c'est un juste hommage que nous avons rendu à la mémoire de Hourcadut, en présence de nos amis Eugène et Edouard Larroque, dignes continuateurs de son nom et gardiens fervents de sa tradition. Il n'a pas seu- lement contribué à faire connaître et à faire vivre tout ce que nous autres félibres nous aimons et nous voulons servir. On peut dire sans aucune exa- gération qu'une histoire complète et bien comprise ne dédaignerait pas de recueillir le nom de tels hommes. Eugène Larroque, bourgeois d'Orthez, républicain béarnisant, raisonneur et quelque peu doctrinaire par hérédité, homme de verve et de malice par vocation, a représenté un moment de l'es- prit public français. Je dirais, si je l'osais, qu'il a représenté une classe, dont l'action a été grande dans les événements de ce dernier demi-siècle. Il a été aussi, et excellemment, de son pays et de sa ville. Nous nous plaisons à saluer en lui une de ces figures qui illustrent et qui éclairent toute cette région des souvenirs où nous ramène le souci que nous avons de nos devoirs présents.

Aquiu dessus Daune Edouard'Larroque e Mous de Larroque que s'embiten à passa lou lindau de la demoure de Hourcadut.

Que tringam e, au noum de touts, Mous de Lalanne que porte la

santat

soubiéne dou défunt glourious.

dous mèstes

de

l'oustau.

Que loungademens y bisque lou

L'Espousiciou de dessi.

Après tout aco la nouste coénte qu'ère gagnade, pénsi, dens

qui èren aquiu ta escouta, béde ou

l'idée

dous ourtesiéns e dous

deberti-s.

L'obre de l'Escole Gastou Febus que poudè èste tiengude per ue obre seriouse, per ue obre naciounau. Aquets felibres nou soun dounc pas bahurlès qui pésquen ue pousiciou ; nou soun- pas tapoc boussalous qui nou saben que brouniper u sé de hèste. Que soun omis qui bolen hica drin mey de gauyou dens la bite e renabi lous cerbèts de la race.

que

Nord, lous Anglés ou lous Américains.

Counechedous de las qualitats qui poden abé, que las hèn baie e que-s demouren amies enter ets ta que dou lou amistous ligàmi se crube mey pouderouse la Terre.

Que s'escoulien, e oun l'u nou pot atégne, l'aute que s'en y da. D'anade en anade que hournéchen quauque nabèt floc aus lous yocs. En prumères nou hasèn que literature, puch que s'adres- sèn aus maynats de las escoles e, coum lous trigue dous abé en plé, qu'an boulut saya-s augan à u councours de dessi tradiciounau de causes e d'utis de case. N'ey qu'ue abiade, mes quine abiade ! Autalèu que s'en ey parlât, hère de hourtalésses que s'an ayudats :

ha d'escarni lous francés dou

Lous

felibres

nou

s'an

pas

IÓ2

Mous de Lacoste, proufessou à l'Escole dous Bèts-Arts de Bourdèu, Mous de Labroquère, enspectou primari à Bayoune, Mous de Que- nioux, enspectou yenerau, Daune Coirault, enspectrice yenerau de las Escoles de nèns. E, per las fis, mey de dus cents dessis que soun en biste sus las parets dou salou de la Maysou coumune d'Orthez. Aquiu tè, amuchats per escole e per ourdi de balou. Que-b diguey, amie leyidou qui m'as seguit dinque aci, dens las mies patricoles, que ta esplica bitare la balou d'aquere richésse dou crayou ou de l'espincèu que-m souy troubat malestruc. Dilhèu

ue pèce de bèrs, u tros de prousey

Que calé qu'u òmi entenut que-m bouhésse à l'aurélhe. E gracisau Diu dous amies, abans £pie lou mounde dous escoutayres de Daune Coirault qui debè ha ue batalère, nou empliéssen la sale, qu'èy

poudut yunta lou pintre Lacoste.

« Mèste, que-b escouti, ça l'èy hèyt, parlais bous qui sabets ! »

Qu'èm deya u ligot d'aquet passey : Andrèu de Baudorre, Lafonta,

Baudéan e lou proufessou que-s dits :

« Aci qu'ey d'abord, au crayou, lou Caddèt de Hourcadut. Qu'ère

u sudyèc de mau gaha. Permou d'aco nou y-abou qu'u dessinatou.

Oerats-lou. Qu'ey pla présentât, crouchit sou caminau, lou ca au ras d'et, las biasses en penén sus l'esquie anan d'u pas descidat ta Orthez. L'artiste, Eugène Larroque, nou y-a pas lhèu hicat tout lou

sou sabé ha. Que pod ha miélhe e que-s balhara lèu l'escadence de coumplimenta-u per u cap-d'obre dous sous.

« Qu'ey, aço, u bou tribalh d'architecture, perseguech mous de Lacoste en amuchan dou dit l'obre de M. Camuset. Qu'ey pla causit e pla dessinât.

« Lou pourtau de la glèyse de St Exupère"per Mous de Lacoume qu'ey ue aquarelle agradable. »

E aquiu lou nouste

mèste de l'espincèu que s'escauhe, que-s regaudech de tout ço qui bed. Pensais que n'an près que ço de yénee, de tan n'y abè de bou,

que s'y

qui nou coussiraben nade

n'an qu'à oubra drin mey e que seran

e encoère ! Mes daban u dessi

Qu'èm

biste au councours

de

las Escoles.

la yurade n'a pas causit ad ayse. Touts lous

soun hèyts au mey ha e se s'en

menciou, nou s'abéyen

pas,

y

escad

councurréns

premiats ta Fan qui bié.

« U beroy sudyèc de dessi qu'ey toustém daban las bistes, e dits Mous de Lacoste en amuchan lous cartous presentats per Bayoune

e Lanemesa.

pas la tèste enta houruca-y dessis estounants e

esmiragglants. Que y-a de que deberti-s à la maysou mediche, à la

crampe dou maynadye : la taule, loulheyt, l'armàri.

« Dehore n'an qu'à préne la maysou, lou couloumè, lou puts e

« Nou-s truquen

■3

163

quoan sien mey adrets, saya de hica sus u papè lou pega. lou hou- nilh, la herrade, lou carelh.

« U bou dessinatou de « solides géométriques » que déu sabé

pausa sus papè tout ço qui-s parech daban lous sous oelhs.

« Lou dessi ! (E Mous de Lacoste que parle coume s'abè escouliès

ta l'audi e nou pas omis qui an passât l'adye d'apréne). Sabé des-

sina, que serbech dens quoan de mestiés, enço dou haure, de l'ar- roudè, dou pèyre-piquè, dou talhur e delà cousturère, de la brou- duse, etc.

qui-us bare autour, e

qui s'aberan

pousquen dounc ha obre de goust dens lou gagne-pa causit. »

lous dansayres de Baigts que s'y

hasèn dab las cames. Cinte rouye e pantelou blanc, que dansaben las danses dou païs.

« Que lous

E coume

escouliès, espian e coupian ço

dehore

escoutabem,

Mes* Daune Coirault qu'entrabe

lou Ministre,

tabé dens

lou mayre d'Orthez, lous dignitaris dou Felibridye,

lou salou, e dab ère

lous embitats e quoan de mounde de près e d'enla.

Leyits dounc, reyents e artistes, felibres dou hestau e bous auts qui l'entenouts, passa las leçous qui balhe :

nou poudouts èste

leyits tabé, tournats de

qui

Debis de Daune Coirault.

Je ne saurais gagner votre indulgence pour le crime de lèse-béarnais que je commets en m'exprimant en français devant tant de maîtres en Gay Sçavoir et succulent Parler, qu'en vous exposant les raisons majeures qui m'ont forcée à

prendre la parole aujourd'hui. La première, c'est qu'on ne peut résister aux pres-

La deuxième, c'est que l'exposition de dessin

ins-

pecteur général de l'Enseignement du dessin, de qui je suis l'interprète.

traditions, coutumes, folk-

souhaite faire revivre le goût des

choses du passé. 11 faut bien le dire: ce goût s'est un peu perdu. Entre 1860 et 1870, les jeunes filles, en se mariant, dédaignant les meubles anciens, n'acceptent que les meubles à la mode du jour : Fi du lit à quenouille, que l'on-trouve pour- tant encore dans certains intérieurs, parce qu'il était le lit de l'arrière grand'mère ! Plus d'armoires sculptées, un peu trapues, simples de forme, enjolivées de ferrures dont quelques-unes, parfois, stylisent les hôtes familiers de la basse-cour ou de la

lore ; l'art local ne saurait lui être étranger ;

santes sollicitations de votreCapdau

a

lieu

sous le patronage sinon officiel, du moins

officieux,

de M. Quénioux,

Votre Escole s'intéresse à toutes les choses du pays :

elle

maison : l'oie criarde, bec ouvert, ailes étendues, le si drôle de chien qui retourne

C'était bon pour des artisans peu pressés, qui avaient des

jours devant eux pourparfaire leur travail, et dont les moyens d'exécution étaient bien primitifs: ils pouvaient, respectant le thème général, donner libre cours à la folle du logis. Cependant, avec la complicité des ménagères que fatiguait l'entre- tien délicat de ces « fiches », les ouvriers ont abandonné les vieilles traditions; ils ont adopté les pièces en série que l'industrie leur livre à bon marché. » On ne « perd plus son temps à faire des panneaux de lit au couteau, quand on les a tout a faits dans le commerce à 18 francs, » me disait récemment, sans aucune nuance de regret, un jeune menuisier qui ne comprenait pas mes doléances.

son museau

164

Cette altération du goût a gagné toutes les manifestations de l'activité manuelle :

je n'ai choisi l'exemple du meuble que parce qu'il est peut-être le plus typique. Mais lequel, parmi les enfants de notre époque, sait ce que c'est qu'une quenouille? J'Imagine qu'un tel objet ne lui paraît plus qu'un attribut mystérieux de quelque vieille fée Carabosse. Ce ne sont point nos modernes troubadours qui trouveraient les détails de la chanson que je ne résiste pas au plaisir de vous rappeler. Vous savez? Marion qui se débat si bien contre les questions de son mari; il a cru la voir en fort galante compagnie. Elle proteste : c'était « ûe de las mies camerades »

— E m'en semblable pourta espade, Courblu, mourblu, Mariou !

— N'ère sa fdouséte escamusade ! Jésus, moun Diu, Moun tan bel amie !

Si la morale est douteuse, l'image est jolie.

De

Dunkerque à Hendaye, de Brest à Perpignan, vous trouverez à leur place, dans tous les ménages, ces assiettes à dessert en grossière-faïence dont les bords s'ornemen- tent de rubans, d'arabesques, de bandes courantes, d'entrelacs et de rinceaux se détachant en noir ou brun sur fond blanc ; au centre, les sujets les plus étranges :

— religieux : Jésus et la Samaritaine ; la Sainte Famille; — historiques : Jeanne

d'Arc ; ou burlesques mots d'esprit fort niais souvent. Et cependant je sauverai de la destruction ces témoins d'un goût périmé en souvenir de ma jeunesse et des excellentes choses qu'il m'a été donné de manger dedans.

plus

Où sont

passées ces vieilles

assiettes aux

dessins naïfs et

sans

prétention ?

Dans

un

ordre

d'idées tout

différent,

connaissez-vous quelque chose

de

injurieux pour l'art religieux que les St-Antoine de Padoue dont se déshonorent toutes nos églises de France ? Sourire de Reims, Vierge dorée d'Amiens, si vous aviez une âme, vous pleureriez sur ces pauvretés qui s'étalent, en bonne place dans les monuments religieux les plus célèbres comme dans les plus humbles ! Mais si je fais ici l'apologie du « bon vieux temps », qu'on ne m'accuse pas de désirer son impossible retour. 11 n'y a pas de force humaine qui puisse lui restituer une suzeraineté qu'il a perdue. Et puis, dites-moi, le « bon vieux temps > n'est-il pas le temps de notre jeunesse, et le temps présent ne sera-t-il pas le « bon vieux temps » des futures grand'mères, aujourd'hui bébés en jupes courtes et en cols marins? 11 fait assez bon vivre, vraiment, en ces années de victoire, pour tout homme ou toute femme qui, dans n'importe quel état social a une pensée élevée et un idéal le détachant parfois de lui-même ! Nos maisons deviennent plus gaies, plus d'hygiène y règne; plus de confort, un jour, y attachera mieux la jeunesse. Seulement, sachons goûter le charme des trésors d'art que nous ont légués les géné- rations successives d'artisans obscurs ; prisons, en particulier, un des éléments essentiels de cette beauté : l'exacte adaptation de l'objet à sa destination. Voilà toute une éducation à faire, que l'Escole Gastou-Febus a entreprise, et voici les résultats : D'abord, un entrain intéressant de la part des maîtres et des élèves pour rechercher tout objet relégué aujourd'hui dans quelque grenier : hielouses, coussèys, dabâs e barèus ; ou qui sert encore : platous, tarrisses e terras, pegas,

herrades e coupéts Permettez-moi de vous faire une déclaration de principes. Ne cherchez pas dans ces dessins l'expression d'un art parachevé, d'artistes déjà sûrs d'eux. Ne les jugez pas non plus en artistes: la plus grande partie nous vient des écoles primaires élé- mentaires, et primaires supérieures, c'est-à-dire d'enfants de 7 à 18 ans. Pensez alors au jeune âge de nos écoliers, au peu de temps dont ils disposent, à la pénurie des moyens d'expression, à la pauvreté des matériaux qu'ils mettent en œuvre. Pensez aussi combien la maman doit se faire tirer l'oreille pour donner à son enfant « lous quarante sbs ta croumpa coulous » qu'il lui demande car elle ne peut soup-

l6 5

■3

çonner l'utilité de ce qui n'est pas la lecture, l'écriture et les quatre opérations. A l'école primaire, le dessin n'est qu'un moyen, un des plus efficaces, de développer l'esprit d'observation dont nous manquons un peu, parce que, nous, Français, nous aimons trop l'introspection, la logique, parce que nous savons mieux raisonner que regarder. — On nous accuse parfois de vouloir faire de tous nos élèves des artistes : notre dessein, beaucoup moins audacieux, est plus vaste ; nous ne voulons — et nous ne pouvons — à l'école primaire, faire du dessin qu'un instrument de culture générale, par quoi nous rendons service à la masse. Mais il se-trouve que notre méthode, intelligemment mise en œuvre, dépiste et soutient mieux que toute autre les tempéraments d'artistes ; aux éducateurs et à la société, de donner à ces artistes, les moyens de s'exprimer. Je ne puis me tenir de vous faire partager le sentiment d'agréable surprise que j'ai éprouvé à constater la bonne volonté et l'empressement qu'ont manifestés maîtres et élèves : je devine la peine qu'ils ont prise, et j'en suis touchée. Ne vous étonnez point que j'aie pour ces dessins la tendresse, et peut-être l'indulgence d'une ma- man pour ses enfants, et souffrez que je vous les présente : ne craignez point, tou- tefois, que je vous fasse un discours pédagogique sur la technique du dessin ; je tâcherai de dépouiller la défroque professionnelle et de surveiller mes paroles. A tout seigneur, tout honneur : l'enfant est le roi de notre siècle : je commen- cerai par vous faire admirer ses productions à l'école maternelle. On a dit, — c'est un psychologue, — que l'enfant était le père de l'homme ; regardez ce charmant petit « toupî dou grèch » et voyez ce qu'il devient, interprété par des élèves plus âgés, de l'Ecole Normale de Pau ou du Collège d'Oloron. — II y a déjà de la perspective et delà couleur. Ah ! la chose délicieuse que de manier la couleur, quand on n'a pas six ans ! Sans doute, ces dessins ont été précédés de nombreux exercices d'observation, de perspective même. Il y a eu des disputes à propos de

crayons ; cela n'a pas été sans tirer la langue ;

frotter son

dessin, bien que ce soit formellement interdit, à cet âge où la gomme n'est pas tolérée ; sans dire, aux premiers gribouillages informes : 0 Mademoiselle, je ne sais pas faire ! » à quoi Mademoiselle répond : « Mais mon chéri, ce n'est pas mal ! » Dites-moi si, avec son panache de fumée noire (jamais les petits n'oublient la fumée) cette chandelle « d'arrousée » n'est pas réussie ! Appréciez le mouvement et la vie de ces scènes de jeux de pelote au pays basque Avec les enfants au-dessus de six ans, on commence à enseigner les principes sans lesquels il ne saurait y avoir de vrai dessinateur. Avec quelle conscience ce plat de Samadet, ce vase de cuivre, ont été dessinés ! L'heure que ces écoliers y ont consa- crée, soyez-en sûrs, a été une heure de joyeuse application. La progression dans la technique se continue avec l'âge ; l'observation se précise ; la perpective se raisonne. Certes, il y a des réserves à formuler, des conseils et des directions à donner ; mais ceci, c'est notre rôle, en dehors de cette réunion. Nous n'avons à retenir aujour- d'hui que les aspects particulièrement, intéressants et prometteurs de mieux que cette exposition nous révèle. Petits Basques, Béarnais et Gascons rivaliseront, j'en suis sûre, avec leurs camarades des autres provinces de France dont en 1916, sous les auspices du ministère de l'Instruction publique, les travaux ont été exposés à Milan. Ce fut une révélation pour les étrangers qui, sur la foi de nos ennemis, pen- saient que la jeunesse française était épuisée par la guerre, et qu'on ne trouverait plus d'artistes qu'à Munich. Enfin quelques amateurs d'art, quelques professeurs ont répondu au programme élaboré par l'Escole. Voici des documents, voici des aquaielles délicates ; voici « lou caddet de Hourcadut » lui-même. Vêtu de bure grossière, chaussé 0 d'esclops», coiffé du béret traditionnel et toujours à la mode, guidé par son chien, il chemine, par les vallons de Castétarbe, ou bien sur la côte de la Justice entre Orthez et Ste- Suzanne, ou peut-être vers Castétis et Balansun, juste au carrefour où le Patte-Usée,

sans lécher son doigt et

i66

écoutant les bruits de la plaine brûlante, reçut la perle de plomb qui l'envoya au Paradis des Bêtes. Et bien qu'il soit aveugle, la figure du vieux Béarnais s'éclaire de la lumière intérieure qui l'anime et qui fait de lui le père de la prose béarnaise. J'ai terminé : il ne me reste qu'à vous indiquer comment ont été classés ces dessins : l'Escole les a fait juger par un jury composé de professeurs de l'Ecole des Beaux-Arts de Bordeaux, sous la direction d'un de vos félibres les plus dévoués, de qui vous entendrez faire par ailleurs l'éloge, M. le professeur Edward Lacoste. Elle a sollicité le jugement de M. l'Inspecteur général de dessin à Paris. Des appréciations de ces diverses personnalités, est sorti le palmarès que j'aurai le plaisir de vous lire tout à l'heure. Cependant quelque long que soit ce palmarès, il m'a paru incom- plet; je me permets de réparer un gros oubli, il en est temps encore : décernons, si

vous le voulez bien une imaginaire palme

pour son initiative. O vous, qui savez si bien, en vers choisis, ou en proses aussi chantantes que des vers, vanter les beautés non surfaites de notre pays, ses cieux accueillants, ses gaves écumants, ses montagnes de neige et d'azur, ses paysages si bien composés qu'on les croirait dessinés par quelque génial décorateur surhumain, vous voulez qu'on enseigne à l'enfant non seulement l'harmonie des mots, mais celle qui pé- nètre en nous par les yeux quand nous avons appris à voir. Et surtout vous voulez qu'on sache que delà beauté peut résider dans les choses les plus humbles; vous voulez qu'on sache toute la valeur esthétique que prend à des yeux avertis un objet usuel, de forme exactement appropriée à son utilisation et auquel la lumière met un habillement de choix. Cela, des peintres hollandais l'ont si bien exprimé et c'est ce qui rend si émouvant et si touchant le moindre tableautin d'un Vermeer de Delft ; comment ne serions-nous pas sensibles à cette qualité, dans notre pays comblé des privilèges que lui confère le soleil?

sauvegardant la

simplicité. Soyez loués encore de vouloir un peu de gloire pour notre pays, parce que la gloiie de la plus grande France est faite aussi des gloires de ses provinces très aimées. Soyez loués enfin de tendre chaque année à réaliser le programme contenu dans votre devise : « Febus aban! »

à

l'Escole Gastou Febus elle-même,

Soyez donc loués

de chercher à

rendre

l'homme

meilleur,

en

La belhade à la JMoutéte.

Que hè la mey beroye noeyt qui-s pousqui demanda : u cèu chens nubles oun se passeye la mieytat d'u roumàtye de lue ; u ayroulet fresc mes pas trop; ue d'aqueres noeyts coum nou-n y a qu'en nouste pèys. Deya, sus las sept e mieye que-s pressen aus guichets de las

arènes.

coumpten que très mile persounes p'ou rnench que soun aquiu. Très mile, que hèn arruyt d'ourdenàri, mes tout are, quoan pàrlen lous felibres, quoan debîsen la Hilhe de Massicam e la Sourinete, que s'y 'ntenera boula u mousquit. Quin beroy mounde ! La Reyne e lou sou gaymant seguîssi que soun au reng de daban, s'ou redoundèu, puch Moussu-ou Ministre, lou Capouliè, lou Burèu de l'Escole. Qu'ey Gardères qui oubrech la Belhade dab lou sou Salut de Gaston Febus apuch qui l'TJniou Musicale a dat la Sérénade. Malaye-pou ! l'Artè dou Pourtau qu'ey arrauc à nou pas poudé crida « hèp ! >/ e nou-ba pas ha lou sou debis sus Yan dou Bous- quet ! Lou Président que l'escuse e que leyech, coum at sap ha, la

A

oeyt ores e

mieye, nou y a pas ue place boeyte : que

 

167

•s

'

-esiZtP

.

'

-— :— ».

Batère dou nouste praube amie. A las darrères paraules, lous oelhs que-s engourguen drin, puch lous claquetats de ma que brounéchen arroun. Mes lou debis de l'Artè nou sera pas perdut e aci qu'ey :

DAOUNES,

YAN

MESTES,

BÉROYE

DOU

YEN,

BOUSQUET

Ké souy counfus de I'aunou qui-e se m'escayd de calé debisa dou pvaoube defun amig Pey Daniel Lafore qui-é-s' sicnèbe « Yan dou Bousquet », sus les gazettes. Arroun les palaoures de chouès qui entenout gouey en francés escricad de Paris, plan que Moussu lou Menistre ayi dit en francés de Saubaterre, e urousemén en natre Biarnés de boste, ké-m senti yuste ésmudit — et à soubiené-m dous coundes esparsalhads p'ou defun Yan — per ségu lou mé poupulari sé nou lou yènsse escriba dé le terre mayboune é dé le race courtése, ké débri cara-m sustout arraouq coum souy.

Ké d'usatye quèn batalen sus quouque d'ung — que sii estât estedou, aboucad, metye, arrecardè ou qu'ayi heyt mesti d'englouriousi lou parla dou barssoou ou safran énluserniou dou sou de case, k'é d'usatye de dise oun badou oun se mouri. Ne bey pourtan pa à ço qué serbiré de disé-b d'oun-t-ère puch qué sabet touts qu'estou dou 0 pèis berd » nourissè de lés baques e dé lés oulhes e qu'at mucha. Touts aci qu'at abis I'omi dé qui-assayi de réberdi deban bous le lénquou sabre e sane hilhe dous pays antiqs abrassads à le terre may-dousse. oun, enter le moutagne ous cims dé nèou e lou bramet ayguassè de lé ma, hisse l'erbe berde e tégnere, lhèbe lou roumén ous cabelhs d'or, cabélhe lou milhoc guigne pelud, ruyten lous arplous oumpriòus, é oun le bit came-torte darrigue lé blounde eslame dou bin bourét qui estou tan agradiou é ta frésc à la ganurre assécrade dou brabe Nostra- damus, aouteyolhe d'Orthez.

Perqué b'agraderé dé soubiené-b que lou Yan k'estôu ségretari à lé méysoun coumune, arroun noutari à Saoubaterre oun créchen lous menistres, e mé tard yudye de pats à Lagor. Sé touts aquets estads l'ayudan enta nouri-s, k'éstoun mé qué mégns abraquious dou nous plasé é dé l'obre soue qui-é-s perséguira toutung taou coum é, outan coum lé « lenquou mayrane bénedite » s'entenera s'ous cantés dousgabens riouleyans. Malaye, estoussibadud estedou! Couan d'istouères plasèns, qui-é yamé ne saouram, é serén sourtids dou soun calam ! Couan de coundes pla- sèns, éscarniaous, arréquignads ou ésmabuds és-aouré balhad à l'ounou de lé nouste Aquitani doun lou noum fiancimandeyat p'ou Réclus lou pelud, lou Reclus dou berret, chic ou mig dé boste, qui-n sabè de cap, de lettre é de lénqous, ou balha lou noum dou soun béroy libi : « Le plus beau royaume sous le ciel. »

ço qué

bourrén, ké caou accountenta-s de ce qu'an. Plan ségu ké s'é trèyt én lettres de mourlou, en 1918, à Pau, ue trigue dé lés oubrétes qui-é lou nous emparaoulid amig esparboula à touts lous bèns. Mé couan d'aoûts débis é s'y debérén trouba ?

qui-é dromen qui-é sab oun.

Tabé, ta que lou beroy mounde n'estoussi pas en lou cas d'accoudilha-ous en baguenaou, be seré doun ta da-ou bèt e larye renoum qué-s' troubassi quouque d'ung, d'ab dinès à l'abounde, t'arrécapta l'obre sancére dou Yan e, ung copamour- lade, ta ésbarreya lé catbat lous parsas yumpadsjp'ou briou dous gabens é dé l'Adou ta que s'en perbaloussin lou Biam e le Gascougne e ta qué lous arréhilhs de le race

Mé ta

qué 'mayina-s ço

qué né

pod

pa

sta ?

quèn ne

poden

pas

abé

i68

boste é-s' soubiénoussin qué lous mourts d'oun bienoun — chèts yelou dé lé pelhe fine é dé l'ert distinguad dous pédoulhs avrébéstids qui-é-s dérroumban lé haoute é lou parla dé lés mays — ta qué-s' soubiénoussin que lous défuns doun biénoun, d'ab « lé lou chamarre e lou lou bérrét éspélad, déban lous lous boueous é lous lous bros carquads dé touye, qué poudoun courre las carrères l'agulhade lhèbade taou coum lou rèy pourtan lou bastoun réyaou » é qué saboun tabey débisa, per chouès, de ço qu'arrid, de ço qué yumpe, dé ço qué dole, éntertan qué lé terre arrasclade é humèbe en calous débat lé carésse sagrade dou sou. Mé sé d'aquét bèn né-s' tire plouye, ké-b prègui coum lou qui-é prègue lou boun Diou. d'abé lé coumplasénce d'arrécerqua bous-atis médich, catbat lés gazétes oun s'estuyen é lou libiot oun soun amourlades lés oubrétes dou Yan. Ké trouberat profit é plasé à liyi istoueres sanis e béroys oun perpiten les coustumes de l'amne biarnése.

Lou bòlou qu'ey beroy abiat. Adare, Bordes, de Birou, que hè retreni la place e lous entours dab la Cante dou Paysa, d'Andrèu Baudorre. « Quine fière bouts ! » s'auré dit lou défunt curé de Bideren. Nou n'an pas hères per Paris d'aquetmetau ! Pas u mout nou-s perd de ço qui dit; tabé que eau, à la fi que lou poète que biengue saluda dab lou cantayre, de tan qui truquen de mas. Lou prougram qu'ey beroy adoubât, « varié » coum dîsen en francés. Au darrè de la cansou, u debis. Simin Palay que parle gauyousemén dou sou gauyous counfray Nostradamus e que-b prouméti que s'en arrîden quoan débite La Louterie !

DANIEL

LAFORE

(Nostradamus)

N'ey pas toustem aysit, si dits Palay, de parla d'u défunt doun lous qui l'an counegut soun aquiu qui b'eseouten. Si bantat las soues qualitats, auta pla qu'en y abera d'estounats e qui-s diseran :

« Tè ! nou m'en èri pas yamey abisat. » Si ère questiou dous sous défauts— qu'en abém touts u ou aute ! — qu'en y aberé lhèu tabé ta-s pensa : « Oh ! nou sap pas touts lous qui abè ! » Lou nouste Moussu-ou Président n'a pas pensât à d'aco quoan m'a cargat de-b parla de Nostradamus, d'aquet brabe Lafore, l'an- cien mèste de barre dou Démocrate. Si at abè hèyt per esprès,

qu'où ne peleyari daban tout lou mounde !

Mes n'at harèy pas.

Lafore qu'ère u yournaliste e you tabé qu'en soy. Aquiu, de

segu, qu'ey la rasou dou choès qui se m'escad. Mes etqu'abè esprit

dinqu'au caput dou berret

bitare, que s'en seré tirât hère beroy, au loc que you

qu'aymari autan esta hore d'aci Toutu, nou bouleri pas passa per u triste counfray, sustout tau qui esté lou me amie, lou collègue lou mey brabe e lou mey char- mant qui housse.

Si l'abèn cargat de la coente qui èy

you,

169

D'esta de traque e de reliyou diferentes nou bon pas dise qu'om

nou s'en pousquie pas enténe. Que troubarén hère pec, bertat, si

u pa de boéus permou que l'u seré blanc e l'aute rouye nou boulèn

pas tira à masse

pla de tout lou mounde, nou s'y pot que tira d'acord e de dret.

Quoand om ey atelats au medich bros, tau bou-

Que sèy poc de cause de la yoenesse de Lafore. Que m'abè pla coundat, si-m semble, qu'aban lou serbici qu'ère estât tanur, ou pelagn si-b hè plasé, mes, quin l'ère arribade la rèume d'escribe,

n'át sèy pas. Que-m pénsi que l'ère biengude coum à you medich. La prudère de grata papè que l'abè pourtat à estudia s'ou tard ; à

force

hens lou redoundèu. Lous omis dou sou temps qui-u s'abèn anat coèlhe d'oun ère —

e quin abèn proubat qu'èren entelliyents en nou pensa pas d'ana

hourruca per Paris ! — aquéts omis, si dits, que den atau las probes qu'èren biarnés dous abisats.

« Yentou dab yentou e tripe dab moustarde ! » si auré dit Nos- tradamus. Pusqu'ère en Biarn qui calé bibe, b'ère lou miélhe de-s préne u boulanyè dou pèys ! Aqueste terre d'Orthez qu'ey estade trop de temps lou cô dou Biarn ta que toutes las bertuts doun ey caupide nou-y rebouresquien pas chens cès. Aquiu, be-hide, qu'ey lou secret de la nachence de tan d'omis d'eley en aqueste parsa. Tout que-s tién : lou passât, lou présent e l'abiéne e lou bouridé dou boun Diu que tribalhe toustem. Daniel Lafore que-s hé dabord counégue per letres qui mandabe de Bourdèu, oun ère moubilisat pendent la guerre de 70, e qui l'emprimaben.au Mercure d'Orthe^. Que-s parech qu'en y. disè de crues aus qui miaben la batsarre ; qu'aperabe lou camp de Candale, oun ère saryant mayor, lou camp à'Escandale. Tournât à case, qu'escribou de-hèt e quoan foundèn lou Démo- crate que decha lou restan e que prenou la barre. De Lafore politicàyre, be-b pensât pla que nou b'en debisarèy

soy atelat au bros ta nou pas sabé quin s'y

caneye. Mes, de Faute, dou crounicayre biarnés de las biarnesades, quoan estouren escriutes en francés, d'et qu'èy à dise u mout. En aquet prèts-hèyt — e lhèu hères que s'en ban estouna — qu'assegùri que Lafore qu'esté ço qui apèren despuch la guerre, u as : as de trèfle (ou de trufes), as de pique, as de cô tabé. En francés que diserén :

Lafore avait créé un genre. N'èy pas, malurousamén, lou lésé d'estudia bitare aquet genre,

sinou quoan de causes nabes e beroyes e troubarem en aqueres Letres d'u Orthe^ien au Mèste d'ahas dou Timocrate ! L'esprit dou

de

lima,

la plume qu'où s'ère agusade e, atau, qu'ère entrât

pas,

Trop-a

que

170

terradou qu'y riuleye e ricouqueye coum l'aygue dou gabe sus las arroques dou sou lheyt. Be s'en y hourneyabe dou gauyous débat lou gran berret de Nostradamus ! Quin èren beroy crouste-lhebades las tegnoles qui-n sourtiben ! E quoan maneyabe l'agulhade, quin hissabe ! Oh ! nougouteyabe yamey sang de la pounchade, mes, toutu, n'ère pas gratilhes d'a- mourousie. Qu'èy l'aubùri que ta mantu dous qui abèn recebut lou pechic qu'abè calut engoén ta ha passa l'escousou. Mes, Lafore qu'aymabe mey la flingue. Trufa-s dous us e dous auts en arride e en han arride, aco que l'anabe e que s'y entenè. Boulet que-b en diguey ue de las soues : que-m diserat apuch si nou-n y a pas ta touts :

(E aci Palay que dits la Louterie.) Daniel Lafore qu'a rimât, mes nou pas hère. Que recouneguè et medich que n'ère pas poète. Que hasè bers toutu, coum touts lous qui-n bolin ha, chens souci d'alissa lou tribalh e simplement ta da drin mey de balans à la frase. Mes, bers ou prose qu'ère toustem sarcit d'esprit biarnés. Lous qui-u leyiben quoan bibè nou ne demandaben pas mey. Nou seram pas mey eslincous que d'autes.

Lou Passât qu'ey passât, mes nou-n eau pas decha perde ço qui a balou, Deya, qu'at sabém, las mas piouses dous nebouts qu'an amassât lous escriuts d'aquet aute fî biarnés qui-s signabe Hour- cadut. A trabès la pièle d'escriuts de Nostradamus que y a de que coèlhe e que s'en bau la pene. Que bouy espéra que s'y troubara per Orthez u orthezien, bielh ou yoén, ta ha la plegue. L'Escole Gastou Febus que-s cargara de ço qui càli. Si, per maie escadence ne-s hasè pas, en 25 ou 50 ans d'aci u d'aquets pacients hourrucayres de bielhs papès, qui apèren « sa- pients », que seré capable de descoubri Daniel Lafore e que-ns e daré la hounte de nou l'abé pas recounegut. Nou hassiam pas aquet plasé au sapiént de 1970. Proubem-lou per abance que lous de 1920 que s'y couneguèn en omis e prou pla ta nou pas se decha ha la leçou.

Lou qui debè canta Lou Crabè de Mugroun qu'a hèyt faus-fu. De force qu'estiren à Mous de Daugé ta sou teàtre. Ah ! que calé 'nténe aquéres andades de patacs de ma quoan lou Crabè siulabe sas

crabes !

Gn'aute debis. Qu'ey de mas de mèste pusqu'ey Mous de Laborde qui parle de l'ancien grefiè d'Orthez, Seignor. Qu'ère u charmant coumpagnou, l'amie de.Nabarrot e que rimabe beroy. De dòu-ha qu'ey n'aye pas escriut mey que nou hasou.

E que l'y calou tourna.

*

DAUNES

E

FELIX

MESTES,

SEIGNOR

171

Que m'an demandât de-b ha u tros de batalère sus Félix Seignor, mes nou crediat pas qu'éy ue cause autan ayside coum semble. Nou l'èy pas yamey counegut ni thic ni brigue e que héri plâ à malayse ta-b dise si ère beroy ou lè, cap-pelat ou tougnut, arridén ou arré- bouhièc. Que m'an dit que, ta batala sus quauqu'u, que balè miélhe quauquecop de nou pas l'abé counegut : de segu, ta-n parla de tort e de trubès, que bau miélhe, e qu'ey so qui-m pouderé apari. — Toutu, si n'èy pas counegut l'omi, que counéchi u drinou so qui a escribut e que-b bau dise dus moûts deus rimatouères qui soun sourtits deu sou calam. Seignor qu'ère u pouète. Lous pouètes n'an pas toustem boune reputaciou au ras deu mounde estaubians e arrecattans. Que soun drin ausérès : que busouqueyen en escoutan canta lous ausèts e brouni lou bén capbat las hoelhes. N'an pas boune reputaciou per- mou que-us aparech quauquecop de nou pas s'en pela nat per Car- nabal. — Mes toutu que soun mounde brabes, « brabes coum la broyé e bous coum pâ bénédit », ta dise u bers de Simin Palay, e de segu Seignor qu'esté brabe e amistous. Lous pouètes n'an pas toustem mounéde, — coum disen per nouste, qu'en soun soubén magarnits coum lous crepauts de plu- mes, — mes que saben trouba moûts beroys, mey lusens que pecétes, mey tringlans que louis d'or, que saben ha bercets deus mey riches e la loue fourtune qu'ey dens las loues rimes e las loues cantes. Quoan plau à desligue-de-cèu, quoan torre à peyre héne, que sabeii pintra e ha lusi en u cor deu lou esprit u cèu blu e estiglat, u sourelh clareyan e escalourit. Quoan an set, que saben canta lou bî bourret, lou Yuransou, e quoan an hami, que saben tabé canta per cô lous miélhes boucis. Seignor qu'ère grefiè au Tribunal d'Orthez, grate-papè, coum disen, e aquets mestiès nou passaben pas, au mens quauquecop, per balha lou richè aus qui-us hasèn ana. Nou sèy pas si hé four- tune, mes que-m menshidi que nou, permou que u pouète, doublât d'u grate-papè, nou s'abéré pas soulamén que-ha de ha u hèp à Daune Fourtune si la bédé passa daban la porte deu sou oustau. Lou nouste pouète qu'ère badut à Lago, au miey d'aquére beroye carrère, pitade coum ue cléque de hasâ sus l'esquie d'u terré oun madure lou blandame, aquet arrasim cantat per lou rimayre, quoan disè que 1'« aymabe coum l'ausère ayme la brabe bit ». Qu'ère u amie de Nabarrot e qu'anè quauquecop ha bère coussi- rade à Passamâ, au ras deu bourg de Lucq, oun per tems Nabarrot

172

demourabe. Nabarrot, qu'at sabét, qu'éy lou gran cansoè d'Au- lourou e tabé deu Biarn. Que bolen dise que si rimabe e cantabe tan d'escatse, lou bî d'aquets coustalats de Lucq e de Mouhegn que-u desligaben beroy lou hiu de la loengue ; qu'at dits et-medich en ue cansou :

So qui desligue la paraule, Qu'ey lou darrè truc deu boussou ; Lou bî qu'apère la cansou, Sustout quoan éy de Yuransou.

Aquets gauyous coumpays, qui s'amassaben à Passamà, qu'èren de guèude. de campe e nou hasèn pas boutée daban lou pintou ni dilhèu daban lou pichè. Quoan Seignor, en u deus sous pouèmis, parle de Nabarrot e de l'arcoelhence qui hasè au sou oustau de Passamâ, que balhe à enténe que nou plouraben pas per aquiu capsus lous coumpagnous :

La soue Muse qu'ey gaymante. Que s'ey neuride à Yuransou, Suóus pots qu'a toustem ue cante E suou bacherè lou cuyou ; Chens pòu, coussirats-lou per case, Arribats-y e mourts de sét, Deu mey esblasit que l'arrase, Quoan entén soua lou flisquet.

Seignor qu'a beroy cantat la terre biarnése ; « lous coustalats glanius enter Baigts e Orthe^ ». Qu'a cantat lou parsâ de Sauba- terre :

« Coum u casait flandit, plane de Saubaterre,

De flous qu'es pingourlade

»

Qu'a aymat toutes las bestiotes, lous auyamiots qui piulen e qui courren per dehens lous plechs e capbat lous hiâs: « Vauriòu qui chiule suàus higuès », — « lou roussignol, apourat sus u brouyt, qui-s prouseye sus l'aubete, au gourgoulh d'ue escourre», — « lou piu-piu de la parre e lou gri-gri de Vescharre », — « la cigalhe michère, cantadoure à Sent-Yan, à Sent-Hausplourassère », — « las graulhétes qui dan bite au yunc coum lous grits an trén », — « l'abelhe iragade peus htims d'u pradoulh pingourlat ». Nou n'y a pas hères qui ayen troubat coum Félix Seignor moûts de nautat, chausits, yumpans, qui senten bou coum u floc de may, qui lusechen coum u arrayòu de sourelh, qui canten coum u re- balay d'ausèt, qui hèn retreni au houns deu nouste cô l'amou de so de case, qui hiquen suôus noustes pots u arrisoulet gauyous ou hèn puya à la nine deus oelhs ue larme douce. Que sabèn batala lous anciens d'Orthez, — e nou crey pas qu'a-

•g:

x 73

quet sabe-ha sie pergut! — e qu'en y a badut ue troupe en aqueste bile d'aquets balens qui sabèn yugne e maséda lous paraulis amis- tous coum baylines ou arrégagnat e sabrous coum u tros de re- galet. Félix Seignor qu'éy u d'aquets e la bile d'Orthez que pot esta fière d'aquet brabe e beroy poète, qui passé chens ha hère d'ar. roeyt, mes qui hè aunou à d'aqueste ciutat, coum lou floc hè aunou e balhe u ana arridén en u casau. Daunes e Mestes, que-b embiti à saluda dab you lou noum e la mémori de Félix Seignor !

Are qu'ey lou tour de l'aussalés Casassus, lou cantayre de la Balée. Que mande u saint à la Coumpanie e n'èy pas à-b dise si ey pla débitât : en mercés qu'aplaudéchen à tout coupa ; puch, dab lou sou yendre, mous de Bareilles, Casassus que dit la soue pèce Lou debé del'Aulhè. Touts dus que yoguen coum u pa d'ar- tistes qui soun.' L'Orfeon que barre aquere permère partide dab la bielhe cante de Mous de Mesplès. Quines bères bouts e quin mie pla lou sou mounde Mous D'Armagnac ! U « bis» que probe à touts quin an sabut plàse. L'escabot de dansàyres de Baigts qu'abè hèyt flòri sus la place. Aci que s'y tourne. Ah ! qu'an lou pè lèste aquets gouyats ! Yan Petit, lou Saut de l'Agasse, Peyroutou, aqueres danses dous bielhs biarnés que soun desbanades à d'arroun au miey dous aplaudissi- ments qui brounéchen coum lou pericle. Hilhots de la Ribère, be hèt beroy de goarda coum hèt aquet passe-temps agradiu ! Mous de Boyer, lou sapient mèste de musique de Lourde, qu'a tirât u petit cap d'obre d'aquet charmant nou-arré : Bos te louga beroye.Pastourèle. L'Orfeon que l'a rendut à la perfecciou. Qu'où deberén canta toutes las soucietats de Gascougne aquet cor ta pla escriut ! Adare qu'éy lou tour d'ûe pèce en dues hèytes de J. V. Lalanne, la Hilhe de Massicam, mièy pastourale, mièy coumedie, agradade de dues cantes d'Al. Cartero lou pouète Saliè, dab musique de Matiu de Castaingt. Aqueth titre que trigabe la yén desempuch usquoans dies, pra- mou que l'ille de Massicam qu'éy counegude drin pertout, pramou que la hade a la peluche d'aur qui s'y prouséye à l'oumpre dous cassous glanius qu'a renoum héns la countrade. Quine hèyte de nautat e s'y abè doun passât pèr Faute cop enta-d abé las aunous dou teatre en bile d'Orthez ? Lou curiousè qu'ère gran e hère, hère de riberés dou gabe que s'en hén la camade. Oh ! que s'y abè passât ûe istori touquante qui-s pot dise en dus moûts. Yaninéte, hilhe de Massicam e Soulheban que s'aymen e que-s soun proumetuts. Arrèy de méy coumode, se sémble, de çoèlhe lou

Ï74

bounhur à Farboulét oun flouréch l'amou, puchqué soun touts dus chéns pay ni raay. Malhurousemén qu'y sort empaths e puchéus de tout coustat e à tout pip-pap. Lou Yantou, lou payras, aganit e arrebouhièc, qu'y hique las soues trabes. U ouficiè anglés, — qu'èm en 1814, à la bèlhe de la batalhe d'Orthez — à mau grat dou sou péu de carrote, que pretén de pourta-s'én la poume dab l'ayude de Yantou e de l'aur qui semîe à yuntes. L'escoutedou que-s demande dab drin de tic-tac aucô: Qu'ey so qui ba doun arriba pèr fis ? Qu'arriba so qui arrés n'atendè : lou reyimén biarnés qui s'anabe bate ta Orthez, qu'entra au mouli de Massicam, clarous clarouneyan, tabars tabardeyan, debanteyats p'ou drapèu à très coulous. Endebinats qui-n ère lou colonel ? Lou Yaninou, ray de Yaninéte partit desempuch dèts ans ta l'armade chéns yaméy balha noubèles. B'abou biste hèyt d'escouba lous ausèths noeytius de las maies obres e de ha lou bounhur de dus maynadyes qui s'at abèn beroy gagnât ! Dab gran plasé qu'abém troubat en aquére coumedie las cous- tumes biélhes qui s'en ban tout die ; dab plasé qu'y entenoun Far- coélh qui hén aus batalhès lou brabe mounde de Berénx : lous de Mourèu, dous Arroutix, de la Liberté, Soulheban, Saubade, Mouncla e las noustes aurélhes qu'estoun beroyemén regaudides à la men- tabude dous biélhs oustaus d'alentour : Touya de Sales, Bernet de Baigts, Couloume, de Salies, Lahoun e Bareille de Bayloc. Tout aquero qu'éy beroy enta-us qui aymen lou Biarn, més si lous escoutedous e hén à l'obre tringlante gauyou, qu'éy yustici de dise que lous artistes qui la yougan qu'y aboun ûe hère grane part. Moyzès qu'a sustienut dab balentie mayoure lou rollou tan pesan de Soulheban.

hastiale

Seillant que s'en éy tirât coum û demoun déns la pèth de Yantou.

Bordes que s'a hèyt

E Dousseau qu'estou û hère beroy colonel. Que so qui diseram, nous, de las damisèles Marie

founde d'arride en barounét de Hastingues.

St-Jean e Th.

Cousteau qui hén Yaninéte e Sourinéte? B'estoun dounjberoyes de l'û cap à Faute de la pèce ! B'estou doun merbelhous lou tablèu de Yaninéte e de la hade : Fûe pregan à yenous, las mâs yuntes, lous oélhs au cèu ; Faute, toute de tule bestide, pausan-lé s'ou cap ûe branque deliri. E s'abèts poudut counda las larmes de tendrésse qui coulan au moumén qui la so e lou ray, en se recounechén, e-s

yetan au coth dab crits de yoye e d'amistat !

qu'a-

peran tan e tan que, boulouns ou nou, que calou que lous artistes que tournassen paréche ta recébe ûe d'aquéres « ovassions » qui

ne-s poden pas desbroumba en ûe bite d'ômi.

Lou ridèu cadut, lous escoutedous

que

truquan las

mâs,

U roussignoulet qu'y man-

felibres que soun aymats dou

Cèu. Madamisèle Casteignau que gourgueye e l'aurey medich que

perles qu'abét à la

gorye, Madamisèle, e quin las sabét ha riuleya tau plasé dous qui-b escouten !

toutu

proumetut de biéne e nou-s boulé pas manca la hèste

Mes, pusqtie nou bié pas, be eau pla que l'apèri !

La noeyt que s'ère hèyte mey

tèbe.

cabe, bessè, mes que l'aboum. Lous

s'atayse coum enta l'escouta miélhe

Dab

tout aco,

n'abèm

pas

bist

Quines

lou

Caddetou !

Qu'abè

se disè lou Curé de Cerou.

« De sa bouts la mey horte », Palay qu'apère Caddetou, qui-u res- poun d'acera-bec, p'ou soum dous trabateyts :

« Nou-pi bòlen pas decha 'ntra !

— E perqué, hòu ?

— Nou souy pas soul !

Aquet pericle qu'ère arribat dab la saume !

Que refusen la porte à la coumpanie !

Mercés à Moussu-ou

Président, Caddetou que hé la soue entrade, acabalat coum lou défunt Sancho-Pança.

Quine arcoelhance ! Yamey à la Moutéte nou s'y abè audit tant

d'esclaquerats d'arride. Or dounc,

que poudet créde que nou plourèm pas.

quoan estou puyat s'ou teàtre,

Praube Caddetou ! L'ore nabe — la pègue, coum l'an pla batiade

— que

l'abè

troumpat e qu'ère arribat de tard ta béde « la Hilhe

de Massicam ». Que boulé que

l'at tournessin

youga,

quoan s'en

caloure ha dus escuts, dus escuts dous bous, dous de

l'emperur, e

nou pas d'aquets

pipauts

d'escuts

de

papè

Mes

arrés

que

nou

poudou

ha-u

aquet

plasé.

Labets

que-s

la

coumedie

ta d'et

medich

Que-b dits qu'ère à creba d'arride !

 

abé hèyt esla

lous memerous de la boune manière.

La nouste cante naciounau qu'ère toute troubade ta claba ue tan bère Belhade. Qu'esté largade à plée bouts p'ou centenat de canta- doures e de cantadous de M. D'Armagnac, à qui lous musiciens de M. Contraires hasèn rampèu.

Acera, las esteles que perpereyaben e la lue que s'ère estangade ta 'scouta. Au segu, l'amne dous Plantés, dous Hourcaduts, dous

gauyouse, e

yamey yoye parière nou perpita sus la ciutat de Gastou Febus.

Seignors, dous Lafores, qu'aleteyabe sus la

Seillant, lou

me amie,

que-t pods banta de m'en

hourre

Felibres a Deibus amantur, coum disèn à Roume.

176

LOU

DILUS

Lou Counselh

Que s'ey amassât de d'ore, au maytiau dou dilus, tiens lou salou de la Maysou coumune. En prumères, dus counselhès nabèts que soun noumats : L'amie armagnaqués, Bernés-Lasserre, e l'aussalés trebatent e cantadou J. Casassus, en places de Mous de Batcave e Mous de Càssaët des- missiounàris, Sus la taule, Mous de Bernès-Lasserre que pause u recoelh d'arre- pourès gascous (mey de quoate mile). Emprima-us bitare, que seré carestious mes que y-a aquiu deguens materiaus qui oundraran de quoan en quoan las payes dous Reclams. Puch lou Capdau que ley quauques mandadis de counfrays qui n'an pas poudut coussira per Orthez. Que causech quauques noums permou que la pièle qu'ey grane de las létres, cartes ou telegrames. De Paris enla qu'ey lou salut dous « Amies de la Léngue d'O» qui embien « à l'egrègi ministre fiéu courtés dòu Biarn sis oume- nage recounèissènt, à si fraire de Gascougno si coumplimen li mai calourènt per soun agissènço felibrenco tant fruchièro. » E aco qu'ey sinnat dou président F. Devise e dou secretari,lou mayourau Y. Loubet. Dou miey de la France, de la « giboyeuse Sologne » lou prou- fessou A. Laborde-Milaà; d'Alsace, oun lou yoen pouète bigourda, Adrien Bibes s'escad bitare; de las costes de las Isles d'Or en Prou- bénee oun V. Rolland ey en passey, qu'abém bots amistous d'aquets counfrays.

Vinas,

Qu'en embie tabé la rèyne dou Felibridye, Daune Marie

hilhe caddète dou mayourau Vinas : « M'aurio fach gauch, ça dits, de counouisse lous amies de moun paire, lous qu'an tant pla cantat la Gascougno, mes es aussi lou tems de las vendemios e pas mai per anar en Arles ambe lous prouvensals que per venir à Ourtès ambe lous escoulans de Gastoun Febus, pode pas quitar moun vilajot. » Qu'abém lou soubeni dou proufessou de l'Unibersitat de Tou- louse D ou Soula, dou président de l'Escole deres Pirenées, Mous de Bardies, dou mayourau Bernât de Sarrieu, e encoère dou counser- badou dou Castèt de Maubesi l'abat Paillé, de P. Duffour lou

poète de Maubourguet, etc. Dus omis d'eley que manqueran à las hèstes, dus omis qui tagnèn à Mous de Planté. Lou cousi dou défunt capdau, lou gran pianiste Francis Planté, que lou sou adye estaque acera capbat las Lanes, e lou sou nebout qui l'ère coume u hilh, P. Bauby, que la malaudie clabère au lheyt.

177

Tabé, abans de lheba-s e de claba l'amassade, lou Capdau qu'ous

dou Counsélh de l'Escole

mande u adichat respectuous au noum Gastou Febus.

Lous Yocs

flouraus.

La tour de Mouncade qu*ey tout ço qui soubre dou castèt hort e de la demoure dous biscoumtes de Biarn. Aquiu que-s soun ayergats, aquiu qu'an arrecoutit reys, segnous, chibaliès e bères daunes, troubadous tabé ; aquiu qu'a segnoureyat lou maye dous noustes coumtes : Gastou Febus. Qu'ère u fièr caddèt.

« Avant que je vinsse en cette cour, si dise Froissart, j'avais été en moult coui's de rois, de ducs, de princes, de comtes e de liaultes dames, mais je ne

fus oncques en mille qui me plut ni en vis aucuns qui fussent sur le fait d'armes réjouis plus que celui où le comte de Foix était. On voyait en la salle,

en

sa chambre ou la cour, chevaliers et écuyers d'honneur aller ou marcher,

et

les oyait-on parler d'armes et d'amour ; tout honneur était là-dedans

trouvé, toute nouvelle de quelque pays et de quelque royaume que ce fut ici dedans on y apprenait, car de tout pays pour la vaillance du seigneur elles y venaient. »

La brounitère d'aquets tems que s'ey achoalade. Qui puye mey sou tucòu? Nou s'y enténen mey lous illets dous aymadous, lous ourdis dou mèste, lous layrets de la cagnoutalhe, lou clam dous cors. Oey toutu que y-a drin de brousside. Cinq sègles despuch que lou coumte Gastou Febus e hasè audi lous couplets d '« Aqueres mountines » bitare, la cante soue qu'ey dite e qu'ey escoutade, berret lhebat e drets, à l'oumpre de la tourrasse, pous hilhs pious

de

la nouste Terre. Coume auts cops, que y-a perquiu mounde causit qui ba e tourne :

U

ministre de la Republique, u embiat dou païs de Mistrau, chi-

baliès ou troubadous au serbîci de la Patrie gascoune, daunes

* croubides de yolhes e afeytades de raubes ou chales à las coulous dou cerc.

Aquet beroy mounde que-s soun asseduts. Au dessus dous lous

cachaus soulides, que

d'ets,

qu'ey plantade la banère de Febus. Lou qui n'a pas bist aco ! Lou qui n'a pas bistes, sus ue taule, las yoyes qu'augan, gràcis à la boentat de Léon Berard, l'Escole Gastou Febus e pot auheri aus bencedous ! Permou que, coum dens lous yocs de chibaliès e y-abè lute, oey tabé que s'y batalhéye, mes pou calam ou per l'espincèu e nou mey per l'espade. Oey lou die, die de pats amistouse, lous trouba- dous que canten ou disen : J. Casassus que-s hè aplaudi dab « Aussau

caps,

sus

la paret

de

la

tour qui a encoère

soun las armes dous coumtes, lous escuts de

Biarn;

au

ras

178

■a

ggffr

si-

mas amourétes », J.-B. Lalanne dab u coundilhot dous sous, M èle Arnautou dab gn'aut coundilhot dit dab quine aysie ! Lous qui l'an entenude qu'at saben.

mandat

pouesies ou prouseys. Quauques-us qu'arribaben prumès, d'autes que s'estaben au miey de la coste e d'autes ne poudoun garrapeta. Lou repourtayre dou councours de pouesie qu'ey l'abat Cesari Daugé, u òmi à la tringlante paraule. Dab lous sous pruniès moûts oun que-s pod abisa que l'Escole Gastou Febus n'ey pas ue counfrayrie oun se manden palhats de flous, encensades e benedic- cious. Cade tribalh qu'ey esperucat e qu'ey passât au sedas. La de- bise dous Febusias n'ey pas : Bante-m e que-t banterèy. Permou dou bé de l'obre, arcoèlhe que-s eau la bertat quoan seré dure à èste entenude. Mes dechem parla Mous de Daugé:

Que y abou

lute.

Ue

cinquanténe

d'autous

qu'abèn

Report dou Councours de Pouesie.

Moussu-ou

MINISTRE,

MOUSSU-OU

CAPOULIÈ,

DAUNES,

DAUNÉTES

E

MESTES,

Au pè de queste tour de Mouncade, oun lou Gastou Febus, lou prumè de touts, cantabe : Aqueres mountines qui ta hautes soun. eau que-b disi quin lou councours de pouesie s'at a birat aqueste an à la nouste Escole Gastou-Febus. Chéns torse brigue, e pramou la bertat n'a pas sounque ue face, que-b diserèy nes'atbire pas trop plan. L'anade pouétique de 1921 n'éy pas roumentouse coum éy estade, gràcis à Diu, la dou labouredou gascoun. En pouesie, lou councours que s'éy hère sentit dou sequè. Sounque ounze garbotes, e, éii cauque garbe, mey de palhe que de gran. En prumère arrègue, lou prougrame que boutèbe asso-ci: Adrien Planté qu'ar- coèlh lous souns amies dén la ciutat de Gastou Febus. Dus, tan per tan, qu'an sayat de tourna ha bibe lou nouste prumè presidén tan amistous e ta béroy parlayre. Mes Orthez e l'Escole n'an pas abut sounque un Planté coum lou qui abém cou- néchut, qui hè toustem do e réyte. Lous dus qu'an capsat e arrimât bers de boune bouléntat, niés de pítit alét, au dise de touts. Segu lou nouste gran mourt Adrien Planté qu'aberé prestit d'aute mode e abut, sur la pale qui tire la hournade de la bouque dou hour, pan dab mey de boune crouste e mesout. Pramou dou boun trabalh de manobre, en aténde à Faut cop mey de pouesie, l'Escole que balhe à Léon Arrix, d'Aureilhan, un Vase de Sèvres, prêts dou Ministre lou nouste Léon Bérard, emper las soues obres de pouesie e de prose ; au nouste councours, Léon Arrix qu'a oubrat à pè e à chibau,'coum disèben lous anciens. A Eyt de Pau, qui arribe à l'endarrè prou eslouch e dab ue cante de la lénque qui alounque lou tros, mens de bouta-yjarré de trop nau, l'Escole que balhe ue gra- badure, estrée dou ministre, e qu'où place hore councours. Passam ans tros libres oun lou pouète n'éy pas à l'estrét coum aus tros de cou- mande. Lou jury qu'a trucat à l'eslajet e béntat nau garbotes. Saunéjat au cournè, per ue reyénte de bint ans, lou jury ne-n a pas oayre tirât sounque bésses, iragues e garbalhos. Qu'où balhe ue menciou én préga la qui a hèyt aco de léje papès qui ensegnen à ha bers : lhèu labéts que pouyra garbeja palhe gragnouse. Qu'en disi juste austan de La Béude e las cloches: aquestes que s'apèren toustém campanes ent'au qui parle lou gascoun bertadè. Pramou lou bers que s'escayt prou

I 7 9

•3

decoan en coan à la mesure e à la rime, l'Escole que balhe mèste Poublan de Sente Suzanne.

médalhe de brounze a

Yan dou Gouf de Capbretoun qu'a hèyt ue coumplénte titulade Chagrin d'amie. Lou chagrin qu'éy ue triste cause. Tabé ent'au tira de pênes, l'Escole que boute Yan dou Gouf hore councours.

un aubrè de Iénque, més un aubrè qui jéte trop

de mesclagne de seménee én ue terre pas prou treytiade. Que caleré passa las idées

au crièt, se dit un dou jury. A l'abat Tauzin, curé de Baigts qui a membrat lous défuns, l'Escole qu'eu balhe ue grabadure auhéride p'ou ministre.

pas tout die un Planté ente hica sus pè la nouste

Escole, n'abém pas tout die un Ministre coum lou nouste Léon Bérard, qui enta

l'Escole Gastou Febus s'a plegnat las mans de Vases de Sèvres e de grabadures de l'Escole des Beaux-Arts coum cauque d'un e-s plégne las potches d'esquilhots e d'auràs ent'ous da aus amies e camarades de l'escole dou rêvent.

« Ne méchan ne plan

boun, à miéje coste », s'escriut l'Arlè dou Pourtau.

Au dise de touts, Souuejadis d'autouno qu'éy d'un pouète. Que j'a aquiu ue troupe de bers e d'imadjes hère beroys, coum grans d'or qui chisclen de la garbe madure. Se la bâche dou téms n'embrumabe pas la pèce, se j'abè mey de sou cla-

L'Escole que da à Paul

Sabathè, de Tournecoupe,

hèyt de bers e

réjan, Saunejadis d'autouno que seré de prumè escantilh.

un Vase de Sèvres, prêts dou ministre, emper so qu'a

Dab la pèce Aus Défuus qu'abém

Cau que disi

que

se

n'abém

Arroun aco, qu'abém

un Sounét de Léon Arrix :

"Bisiou.

prose.

Le nom du Père qu'és un beroy counde. N'a pas sounque ue troupe de malurs ent'ou nouste councours. Qu'éy bielh coum Hérode pujà que date ta plan dou téms

dou prumè Emperur, e, per tan qui ou boulhin ha mey bielh, ne passe pas l'anade 1792 qui la Coumbenciou boutée sus pè VEstât Cibil à la maysoun coumune. Lou

Doctou Meliandee jou que l'abém léjit, causques dies a, én un journalot de medé- cine. Que galope las carrères de pr'assi despuch un téms desmémouriat, se dit

l'Artè. Qu'a mêmes courrut lous T^eclams de l'Escole nouste én dessus dou sinnét

aco que cope bras e cames én

aquet counde, plan escribut, mes qui ne paréch pas esta ue trobe gascoune pramou, s ère trobe gascoune, que s'apereré : Lounoum dou Pay, e nou pas: Le nom du Père.

Lous noustes bielhs que disében touts : Au noum dou Pay e dou Hilh e dou Sent Esprit, e quen sèy mant'uns qu'at disen encoère.

Toutun, pramou lou bers, escarrabilhat coum un péch, qu'en ba beroy à la mode biarnése, l'Escole que balhe au doctou Lhept, de Lesca, la medalhe de brounze.

Qu'en èm à YAussalése, qui a heyt hort pleyteja lou jury : un jury que pleyteje toust'ém én un councours ou ne seré pas un jury. Lou bers qu'éy boun, aysit, plan birat. Mes, au dise de touts, que s'y trobe moûts qui sàben trop au francés. Per péu

e se per la Iénque ère estade mey d'Aussau que nou pas de Paris, VAussale'se que

s'abéré pourtat lou prumé prêts.

qu'a mandat à l'Escole, coum és estât dit en punte d'obre.

Saludam Causas santos de l'oustau, qui s'a amassât lou mey de puns e qui ey d'un pouète terradou de Gascougne. Lou larè, la terre engrechade de las susous e de las brases toustem aymades dous paygrans, la familhe, tout so qui hè l'amne gascoune qu'éy meylèu mercat que dit, coum lou sou éy meylèu mercat que nou

pas esplandit s'ous pots roujous de l'aubéte dou matin. Mes lou sou que bèque

darrè l'esguit de l'aube, e, se lou bers, qui trop soubén e-s desgansole de la trousse

de Sèvres emper tout so

de A. Lacaze, dén lou numéro de Julh 1905. Tout

Léon Arrix qu'a

un Vase

i8o

•u i

atS^

■».

classique, tourtéje, se cauque array pouétic joénéje coum l'auseroun tan per tan plumit qui s'assaje las aies, toutu lou sou que proumet de préme e d'arraja banlèu dab un bèt tenelhet au cèu blu, e l'auseroun que proumet d'abé aies qui pourteran bère cante d'un cap à l'aut de la Gascougne.

L'Escole que balhe lou prumè prêts, Couroune auhéride per la bile d'Orthez — couroune qui luséch s'ou cap de la reyne — e lou Libre de Case de Simin Palay à lsmaël Girard, emper la soue trobe : Causos santos de l'oustau.

Aquiu la garbère pouétique de Gastou Febus aqueste an. S'am abut sequè, tou- tun n'èm pas praubes en pléng. Mes à touts lous escouliès qui bolen saja-s au councours — e ne seran pas jamé trops, — que diséram : Siats gascouns e sounque gascouns. Esperrécats chens do tout so de francés qui bouleré besti la boste pen- sade. Débat lou calam, lou Gascoun e lou Francés qus-s sémblen coum lou coucut e l'agasse. Séde e capit ne-s téchen pas amasse : Cau tout l'un ou tout Faut.

C.

DAUGÉ.

Aco bertat n'ey pas ue aygue perfumade e coumplimentayre ! Qu'abém toutu trucat de mas quoan lous bencedous : Arrix,

l'abat Tauzin, D ou Lhept e lsmaël Girard s'an anat

cerca las loues yolb.es. Mous de Carribe que ba ha, de seguide, lou sou report de prou-

sey. Aquet tapoc n'ey pas mèc e, s'y ba tout doucines, se boute drin de bùrri à la soue frase ta qu'arrés nou-s sentésque la pun-

chade, nou manque lauréats. Espiats, tè :

pas de dise ço qui cau e tout ço qui cau aus

Eyt, Poublan,

Report dou Councours de Prousey.

RÈKNE ,

DAUNES

E

MÈSTES,

Nou crey pas qu'at ayen de coustume, mey so qui cla me parech oey, qu'ey que chens brigue s'en arride lous mèstes en pè de l'Escole nouste que b'en yoguen are en quoan hèie, ue de las loues. Que bat pensa d'aquéste ?

Que-s cau, coume at sabet, u repourtur ta-b dise so qu'a pensât e descidat la Yurade de las pèces dou councours. Qu'an hèyt ets ? O, tiet, sounque asso.

Auloc de s'en ana coum n'abèn lou debé à la porte d'u d'aquets mèstes de la paraule aus debis encantadous, aboundous e sabourous, coum tan n'abém per l'Escole qu'ey lou boste serbidou qui an biengut coussira.

Qy'èy pòu que latroubet amare puchqu'au loc d'ue agradibe musique qui auret début enténe, nou bat abé que la triste sounsayne qui you be poutch balha.

Moun Diu, lou choès aquet qu'auré lhèu poudut passa ta Baliros, Lourdios, Balèch ou Lespourcy, mey ta Orthez ! Ta Orthez, parsa dous beroys dises, ta Orthez brès de la nouste obre oun bedem lheba-s u ahoalh de baléns descidats à segui, alounga e eslaryi si-s pot lous sendès oun passèn lous Plantés, Larroques, Estaniols, Seignors, Lafores e quoan, quoan d'autes ?

Credét-m'en, mèstes, qu'abet aquéste cop traucat drin trop ta delà las termières.

•8

Toutu, ta dise la bertat, toute

la bertat e sounque

la

181

bertat, coum se yure per

las Assises,

que-m

cau coumbiéne

qu'au ras

dou

mau

qu'an

hicat

u drinot de

remèdi.

Coum

me

counéchen

e

coum saben

que nou-m

cau

pas gran pause

ta

dise u

sarrot de peguesses que,

m'an recoumandat d'esta brac

e nou

m'an dat que cinq

minutes ta-b léye moun report.

D'aco, d'aco soul que-m débet hère de recounechénce.

Mey ya ! Lou Capdau que s'a espiat la mountre Prou !

e

lèu si-m pénsi, que-m diseré :

Que bau, en cas, tout biste si nou-m coupen lou siulot e si-m hèt l'aunou de-m escouta encoère u moumendot, ha-b dounc moun report de councours.

Que-m cau toutu, abans de-b da lous yudyamens, disé-b que si nou s'atendèm

pas à trouba encoère aquet gran abounde de councurrens qui counegoum abans la

maudite batsarre doun abém encoère tan de mau à sourti, la Yurade nou credè

pas tapoc

s'entén, qu'ue magrère qui pouderé payera-s

dab la dou counfray dou Pansard.

Que hèn doun lous escouliès de Febus, que pénsen ets de decha-s arrougna lous calams ?

de

n'abé, coum

quantitat

Chens escuse que soun autapla soun pas encoère essayats.

lous qui

s'en

saben

serbi

que lous qui

nou s'y

Si

lous

purmès dében

toustém

saya-s

de

miélhe

ha,

lous

auts

nou-s

poden

desbroumba qu'arrés n'aprengou à nada chens se hica hens l'aygue.

Que boulém espéra e que-b pregam de b'y hica à de bounes ta que lou repourtur de l'an qui bié n'aye que brassats de laudous à balha. Atau sie.

Bam dounc, adare, las sentences de la Yurade. Coundes qu'en abem sèpt.

En

purmère

Caddèl e Margalide.

régue dab

i è prêts,

grabadure,

la

yurade

qu'a

hicat

la

pèce

de

Daune Fremat que-s balhe aquiu

u beroy e fidèu pourtrèt d'u marcat à Lem.béye. Aco qu'ey pla e so qui nou goaste

arré, qu'ey que de l'u cap à Faut, chens yamey se loéngue e grafie.

que soégne

Chens y abé si-m

pénsi yamey tiengut

taulè,

desoubliga, l'autou

pot ha, que-s balhera abans de

goèyre tribalhs d'ue mey haute abiade.

Qu'arribe dusau, Ninéte e Maehète de Mous L. Espagnolle. Si aquet counde de Nadau ey prou beroy embiat dab boune loéngue, que pèque

L'autou que-s debera surbelha e estaubia-s aquet aramat de » birgu-

létes, accents aguts » quijhique à tours e bourscoum si-n plabè per lou. U counfray

qui tabé

dous Re-

per la grafie.

Que countam

que

Daune

Fremat qui adayse

at

lou yudyabe qu'où

recoumande de léye

las

règles

au cubertis

clams. Que s'a gagnât tabé ue grabadure.

Coum tresau

L'autou aquet qu'a lou gran défaut d'esta yoen.

qu'abém : En bacban decap Tau de Mous de Malaureille.

D'aquet mau que sera segu goarit abans qu'à you nou-m tourne e n'a brigue besougn d'aténde aquet moumen ta-s hourga tribalhs de purmè escantilh. La probe

que la seda dab la soue passeyade escribude en boune loéngue, dab bèt abounde de pouesie e de musique.

Mous de Malaureille qu'ey sus lou cami. N'a qu'à segui-u ta merca-s beroye

i8a

•«

1

e&ltjE--

= 8 .

place au miey dous sous counfrays. La Yurade que l'a dat ue medalhe d'aryent.

E coum quart que bié : La carroie de Yautoulet. Qu'entrain aci hens lou meyancè. Mous Y. B. de Lalanhe qu'a drin aloungat lou

sou debis. Dab soegn que pod ha miélhe. La soue loéngue e la soue grafie que soun

bounes. Soégn dounc e tribalh, dab aco que puyara mey capsus que la medalhe de

brounse. Que clabam dab : Yan Tec, la baqne dous cinq beièts e Calam de Capbis, très

trop de parsas

pèces mentabudes counderilhots qui an courrut despuch loungtems

e soun estades dites en trop d'esperouquères ta ha boane care en u councours. Lous autous qui at poden ha qu'en y deberan hica drin mey dou lou enta faute

cop.

Lou de

qui s'a mandat : Lou i ey Artus

que s'ey hicat « hore councours » en nou

leyén pas lous abis qui disen que nou cau pas sinna lascoupies. Qu'où menciounam

toutu permou que lou sou tribalh qu'a quauques qualitats. Passcm are à dues pèces mentabudes : Noubèles. Au soum, au bèc, ta parla

coume à Orthez, qu'ey apitade la pèce : Uo oumbro ser un coustoun. Si l'autou, Mous de Sabathè ey aquiu, qu'ey de près qui saludi u mèste, se nou

y ey, qu'ey de loegn qui-u mandi lou salut O bé, mous de Sabathè que s'a dat,

escribude en boune e beroye loéngue, chens bourrugues franchimandes, ue hèyte

de guerre pintrade de ma

La Yurade.qu'ey gauyouse de-u da lou prêts dou Ministre, u Base de Sèvres dab

embit à nou pas se lécha seca l'escritoli.

counde

berouyou : tAnyoulins en biadye. Aci encoère la loéngue qu'ey boune

u ou aut qui cèrquen péus aus oeus, qu'an troubat que n'èfe pas prou castigat à

e l'aha beroy coundat. Coum n'y a toustém

de mèste.

la daunéte,

En

segoun

qu'arribe

Marie-Hélène-Arnautou,

dab

lou sou

troussots. Mes Madamisèle Arnautou qu'a gahat la boune bie, qu'ey abiade ta ha

hère hère pla e que sabem qu'at bou ha.

Bam adare las Le'tres dou Caddèt de Hourcadut.

n'abém que très, mey toutes très que

Nou

soun

causides chens lhèu toutu se

poudé payera à tout de bou dab las qui escribè lou mèste qui an boulut ha rebibe.

Asso nou bôu pas dise que nou y àrribaran pas, e lhèu hère lèu, lous autous

aquets, dab drinot de tribalh. La purmère laudou de la Yurade

de Gardères qui s'a gagnât la

medalhe d'aryen. La Iétre soue qu'ey pensade e escribude dab l'esprit biarnés qui cau. Toutu, en cas que trop que s'eslèsse, e sounque ta d'aco, qu'en y a qui an

troubat lou debis drin loung, dab ensa ou enla quauques plaps : Qu'ey souy déter-

Aco n'ey pas lhèu

dou bertadè « Caddèt de Hourcadut ». Mey que yamey nou-s desbroumbe ! Lous dus auts qu'ous hicam ex-eequo. Que soun Daune Fremat e Mous de Moulia. Coum critique, la letre de Daune Fremat qu'ey beroye, agradibe e hèyte à la

minai, Tad escribe, à d'et lou pounpouu, Que b'en delecterels

que

ba ta

Mous

biarnése. De dou ha que l'autou que sic estât drin pressât per d'autes coéntes quoan

l'escribè. Que la s'a hèyte drin braque, en courrén.

deya abut coumpliméns de la yurade, que-s ba perméte de

nou pas mey y pensa.

bou, dens la Iétre de Mous de Moulia, la loéngue

Daune Fremat qui

Tout

qu'ey

bou

a

tabé,

hère

coum la grafie.

•Si

183

Lous mey enquiets toutu qu'an dit que lou tablèu coumplit de la hèste n'ère pas

s'ère pas

hèyt, d'auts qu'an respounut

encoère hèyt e qui n'an yamey bist.

que n'ère pas

aysit de counda so qui nou

So qui parech pla cla, qu'ey que Mous de Moulia que pren hère bou rengdens la

balham

familhe de Febus e que debanteyara d'are enla.

lou diplôme de medalhe d'aryent dab lou libe de Case dou Simin Palay.

Qu'ey dab gauyou

qui-u

Que bam claba dab : Tradicious e arrepourès. Lou classamén n'ey pas loung,

que l'autou, Mous

n'abám qu'ue coupie. N'ey pas toutu lhèu pe~mou d'aco soulet de Casassus, ba esta hicat purmè.

ta gran hardèu d'arre-

pourès e tradicious que-s hè soubiéne e que probe lou mout bertadè de l'Ebanyèli :

Cercat, que troubarat.

Lou sou

tribalh

qu'ey de merque.

En

se mandan aquet

a hèyt. Entau ne remercia, la yurade que l'auherech ue

medalhe de bermélh enta toutes las sous obres, dab, si-u déu ha autan de gay ad ère coum sabém que-u ne hara ad-et, l'autourisaciou de ha dus poutins à la purmère beroye drolle (qu'en soun toutes à Orthez) qui trobe per aquiu. Acabat qu'èy !

Mous de Casassus qu'at

Escusats-me que bouli esta brac, n'at èy pas sabut ha.

Jules de

QU'A-RIBE.

Hé ! Mous de Carribe, dab lous beroys tours e tournioles qui

balhats au prousey boste, qui auré la brigue ?

Que puyen sus l'empount e que saludam au passadye : J. Gardère, J.-B. Lalanne, Daune Fremat, Edouard Moulia, M è,e Arnautou.

lou sou. Report sus

lou councours de Teatre e qui hicam toutu tout sancé :

force de b'en boulé chic ou

E aci qu'ey Mous d'Abadie qui abraque drin

Pèce au Councours tau Teatre de la Nature en Cautères.

REPORT

Au numéro

d'octoubre

de

1920

dous Reclams, lou

nouste

Capdau

qu'a-

nounciabe lous Yocs Flouraus de 1921 atau coume asso

:

« Lous escribas que poden agusa la punte dou lou calam. Sabets que bam

« abé las mas plées de yolhes, de courounes, de beroyes causes augan? E ta

« coumença que biéni anouncia ue beroye noubèle. U gran amie de l'Escole,

« lou douctou Meillou que bôu ha arrebrouni lou parla gascou au Tiatre de

« la Nature en Cautères e que-s demande de hiqua au Councours ue pèce en

« lengue mayrane qui-s pousqui youga sus aquet tiatre. E, ta premia la pèce, « au mens que s'at balhi, que proumet u bilhet de 500 liures. Lou présent

« qu'ey de nautat ; mes balha-u enta ha praba l'obre nouste, qu'ey cause de

« suber-nautat.

« d'obre.

Aus

autous

a-d

arremercia

l'omi yenerous en han u.cap-

»

Las!

caps-d'obre nou

s'en

calameye

pas

sus coumande ! Lou diu de la

Poésie, qui-us

baye,

qu'en

ey

hère

abare :

Nou-n

beyém

à pirouca

mant u que de

sègle en

sègle.

Ne

siam dounc

pas estounats si n'auém pas

aqueste tour

l'obre

de

choès

demandade

peu

nouste

brabe Capdau. Lous

quoate balents escribas, qui an hèyt à la garrapete dou prêts Meillou, nou l'an

pas encoère tirade dou lou calam. Arré de prêts Meillou qu'ey reserbat.

hèyt, que s'y auran à tourna; lou

184

Toutu, las quoate obres mandades nou soun pas sensé balou. La Yurade qu'a sabut tiène coumpde dou meriti de cadue e n'a pas boulut que lous autous que s'en tournessen las mas boeytes. Aus dus permés, qu'an balhat sengles medalhes d'aryent, e aus dus darrès ue menciou à cadu. Adare, que demandam aus noustes quoate balents escribas la permissiou dou-s dise ço que la yurade pense dou lou tribalh. Amies counfrays, nou

siat pas estoumagats si b'esperucam bètdrin. La nouste coenten'ey pas de-b larga paraules desagradibes enta-b countrista. Pla segu que seré mes plasent de-b entene sounque laudous e aumenances arridentes! Mes lou councours Meillou qu'ey de grane payère e que-ns y cau abisa, si boulém pourta au Teatre de la Nature en Cauterés ue obre digne de l'Escole Gastou Febus. Que bam dounc escarbuta las quoate pèces en coumença per las dues

darrères qui

menciou.

miades de la medalhe d'aryent.

En seguide, las dues autes, pre-

n'an

méritât qu'ue

I. — Lou SACMFICI, d'Arrix d'Aurelha. (Permère

menciou )

Lou plan d'aquere pèce n'ey pas lhèu de pla councebut. Lou Bernatou que passe per mourt; lou sué ray Simoun que l'a cluquat lous oelhs su-u camp batalhè A case, lou pay, la may e la Yanine, la soue amistoye, que-u plouren. La guerre qu'ey finide. Simoun que tourne ; e, detire, qu'es ba marida,

dab

aco? A you que m'estoumague drin.

Dab la Yanine, la proumetude dou ray Bernatou ! Ey pla naturau

Bernatou, escapat per miracle, que tourne tabé. En entra au bilatye, qu'a- prén la terrible noubèle. Mes nou-s hera pas counéche; nou destroublera pas la heste e que s'en anera louy dou pays, per toustém. Perqué? on nou

a dise, u yeste à hè e lou triste de case que-s

cambie en gauyou !

Ço que hè lou Bernatou qu'es pot plaapera u Sacrifiai ; mes u sacrifici qui nou hera pas goayre pataqueya lou cô. Ey coumandat per lou debé e la rasou? Que sèy pla que Moussu Jean Richepin qu'a, bèts dies-a, dat au teàtre ue

-sap

!

E

toutu,

n'a qu'u

moût

pèce oun la

mediche cause

se

passe

e

que l'aplaudéchen ;

mes, tè

que

boulét que-b

diguey

La lencou qu'ey dab quauque chic de pourgue franchimande, e la pèce qu'ey escriute en bers à rimes triscades. Qu'éy toustem bist las obres dra- matiques escriutes en bers à rimes seguides.

IL AMOUFIOUSIE, de Casassus de Bilhères. (Dusau menciou.) Lou mau d'amou! U sudyee bielh coume lous camis; quoantes e l'an segoutit despuch que s'y hè bercets au mounde ! Loustau e Anne, la gouye dou Begarie, bou paysa, que s'aymen. U sé, autour de meye-noeyt, que-s troben en u coumbiengut enço dou Meste Begarie. Loustau, dehore, su-u cami e Anne, deguens, à la parquie, que hèn ue loungue debisete d'amou à la clarou de las esteles. Auan de s'en tourna, lou galant que bouleré balha lou sué penné poutou à la' galante qui nou

bo pas. Loustau que-s fâche e, per despieyt, que bo parti ta las Amériques! Que hè lous sués adius au païs c à Famistoye. L'ahè que-s pouderé dilhèu arrenya e acaba aquiu. Pusque s'aymen, n'an

l'autou qu'a boulut hè quoate

pas qu'à marida-s ; arrésnou : s n'empache. Mes

Actes; e, enta perloungueya la sue hèyte, toute simplote, que-n y a ahirat

i8 5

■t

^S&IP-

s-

ue aute : U panatori. Lou Begarie qu'acuse Loustau de l'aué panât u capou,

crestat despitch très mes (si-ns e dit l'autoui). D'aute part, lou Begarie que papilhoune dab la gouye ; que-u proumet de la hè ayretère si-u bo balha

lou sué et». De segu, n'a pas demandât lou sué abis à la daune !

Au Ioc de parti ta las Amériques, Loustau e Louiset (u coumpay), que

coumbenguen de masca-s en gendarmes. Que heran creye au Begarie que soun cargats de la part dou Parquet d'Aulourou de hè recerques dou capou

panât. Loustau que poudera coussira la gouye en ço dou Begarie enta-u dise

— ço que la galante sap deya — qu'a lou sué cô chens partatye e que bo, au ras d'ère ayma-lé, bede-lé, etc.

Tout aco que manque drin d'ourdounance. La hèyte que-s passe, u cop

aci, gna'ute aquiu ; adare en ço de Begarie, toutare au casau, puch à la par-

quie, à la gare, que sèy you ! e touts aquets cambieinents que-s hèn à la madeche estanque chens la mendre preparaciou. Quin s'y cau recounéche?

 

Coum

cadu

s'at pense, l'obre que s'acabe peu maridatye de Loustau

e

d'Anne.

L'autou que maneye

lou calam dab hére d'aysie. De segu que sab plouma

u

bers; qu'en y a de beroys dens

la

soue

obre. La soue lencou, (la

lencou

d'Aussau

pourgade d'aqueres flous trop estiglantes, trop poumpouses.

tan

prouse)

que

gagneré toutu à

'sta castigade

à

cops e sustout

Ta l'aut cop

Mous de Casassus

ta qui Amourousie n'ey

qu'u essay, que-s

hera lous persounadyes mey bertadès, mey paysas.

411 . —

LA

MARIOT E, de Tauzin de Baigts. (Permè.re Medalhe d'aryent).

Aci qu'auém u tros de payère : cinq actes. Disém mey lèu cinq tablèus, oun

bam bede, si-ns e dit l'autou, ço qui-s passe au bilatye au die de ouey : U

bal de hèste annau. — U aha de coumune. — Ue esperouquère e u calhauari.

— D aha de courrecciounau.

que-s poden dessepara e

youga à despart. En toute pèces !

e d'arrem a toutes las soubra-

lhes qui nou-s tagnen d'arré dab lou sudyee, la hèyte que-s rebié à u aharot

tout simple : U maridatye manquât dab dab gn'aute (La Génie).

e coumplit

cinq

Ue nouce.

Aquets cinq tablèus,

Mes si-n se dam

si-ns e dit encoère l'autou,

bertat, que y auré aquiu la mestiou ta basti

la pene d'eschartiga l'obre

ue gouyate (La Mariote)

N'abém pas lou lésé ne la place enta esperuca punt per punt lou tribalh

— hère counciencious, qu'at cau dise — dou nouste counfray. Qu'où diram

toutu que lou sué persounatye principau n'ey goayre bertadè. Ey pla segu qu'aye bist au bilàtye aquet Yan « Hort coume quoate chibaus ; sapient

coume lou Dicciounaii de Larousse; qui sab la fisique, la chimique, Yistorie

naturele, Vistorie de France; qui a ue orlografe de noutari e ue redacciou de roumanciè ; qui parle coume u aboucat en francés e en biarnés, e cante

coume u rouchignouf » Nou pousseram pas mes louy lous noustes critics

sus aquet punt. Digam simplement que l'obre dou counfray Tauzin, qui a hort de qualitats, que pouderé este mey bertadère.

U mout toutu

Lou Caddetou nou serbech de gran cause. L'autou que l'y a hournit enta s

Gabard ; « Las Hèytes de

su-us persounatyes de segounde arrègue.

sué

prousey

tirât

de

l'album de

Caddetou. »

entene lou

i86

•s

-^S&lp

—îi-

La sue loungue discute dab l'Engé-

niur, qui n'a nat ligami

pouliticayres qu'en ue pèce de teatre.

La Frosie, dab lou sué charabia franchiman e lou gouyatot qui, au purm è

acte,

matye ta Fana de la pèce.

La meytat de l'obre qu'ey escriute en francés (16 payes sus 37). N'auem pas à yudya aquere partide.Ço qui ey escribut en biarnés que ba. La lencou

qu'ey boune e echenyes de taques franchimandes ; pourmou d'aco, que-u sera

cop. De obre

hère perdounat à l'autou

ue amassade de

Lou reyent que y ey tabé de soubres.

dab lou sudyec, qu'estaré melhe en

tabé sauta

bôu aprene à dansa l'escotiche, que poden

chens gran dou-

Mes

lou debis qu'ey

loung quauque

tau teatre que deu esta mes roundement amiade : dise ço que cau, arré de mes.

IV.

Lou

YUDYÈMENT

DE

Y&NTILHOUN.

Marcel Callède. (2 au Méd. d'aryen).

U istoerot prou pla afeytat, mes lèu ço qui en francés apèren dialogué ».

Lou bielh Yantilhoun, partit ta Faute mounde, qu'aten dauan la porte lou

sué tour de passa ; atretan que hè ue debisete dab Sent Pierre, Sent Bizens (u pais), que beng batala drin dab lou pourtiè. Yantilhoun qu'où da noubèles

de case, de la maysou dou Pouy oun lou Sent ey badut. Lou brabe Bizens que pren plasé à

Un conte

:

«

« Enténe

u thic parla de la Gascougno aymade

»

Lou Yantilhoun n'ey pas pla segu d'entra tout dret au Gèu; proutecciou au Sent. Aqueste qu'où proumet de prega per et.

Segnou. Au gran

libi

mantu cassourat à la pepignère de Pountouns, chens demanda permissiou au garde ; Puch

mercats : qu'a segat à l'escurade,

que demande

Lou

Yantilhoun

qu'ey aperat

dus

dauan

lou

de

Tribunal

dou

de la Bertat n'a que

pecatots

« Qu'ère

« Entau

pintoun,

»

dous mes horts

dou cantoun

« Quoan

s'y

boutaue. »

»

sué aboucat, qu'à lèu hèyt

lou sué

lhoun au Cèu.

L'istori qu'ey rimade en lanusquet. U counfray de la yurade qu'ey trobe hère de moûts franchimans. Aco,qu'ey bertat; mes que cau tengue coumpde

que la lengue lanusquete que-n a arrecattat u gran hardèu, pourtats peus

brabe Yanti-

Chic de cause

pleytey.

tout

E

aco. L'anyou

lou Boun Diu

goardia, lou

que hè

entra

tout

dret lou

estranyès qui bengoun republa lou païs; e aquets moûts que hèn partide dou dialecte d'aquet parsa. L'autou, d'aute part, qu'ey u hilhot darrigat de

la terre mayrane e que s'a poudut desbroumba drin à Paris lou parla de case.

Hore d'aco, la pèce qu'ey de boune tiengude e que y a plasé à la leye.

Acabade qu'ey la mie repourtade. Nou claberèy pas toutu sensé manda, de la part de la yurade, porte-bouts de l'Escole, u mercés calourent aus

quoate escribas de Febus,.floucalhats en d'autes escadences, qui an sayat

d'apita l'obre en lengue mayrane qui-s deu youga au Teatre de la Nature en

•3

187

3.

Cautères 1 . Se s'y soun drin manquais aqueste tour, que-us hèm u nabèt

embit enta l'an qui bié, à d'ets e à touts lous auts escribas qui boulhin saya

de desquiiha lou prêts Meillou.

gran amie, lou Douctou

auherit peu nouste

brabe

e

P

ABADIE.

Aquet tè qu'ous te segoutech la plume aus hardits qui-s soun sayats à d'aquet mestiè de demoun, ue pèce de teatre ! E, se sera cridat? Cridat ou nou, que s'at bire coum pousqui ! Encoère gn'aut escriut. Lou dou councours de Musique, doun l'autou uou bôu que-s digue lou noum sou report qui nou poudou èste leyit : La maytiade dous yocs que-s troubè hère courte.

Report dou Councours de Musique.

La plupart des compositions soumises à l'appréciation du jury démontrent chez leurs auteurs une méconaissance regrettable des notions de l'harmonie et même des

principes du solfège. Il ne s'agit pas seulement d'inventer une mélodie, il faut encore savoir l'écrire musicalement et la souligner par une harmonie correcte. Or

ces connaissances ne s'acquièrent pas du jour au lendemain : elles exigent une pré-

paration un peu longue mais sans laquelle nul ne peut prétendre à écrire de la musique.

Nous ne saurions trop encourager les jeunes musiciens béarnais à acquérir, Une

éducation musicale qui leur réservera pour l'avenir de grandes satisfactions. Nous leur recommandons d'écrire leurs essais musicaux avec cet esprit béarnais que

l'école a la charge de sauvegarder au milieu de toutes les tendances modernistes ennemies de la saine et vieille tradition.

Mais cela dit, il faut bien avouer que le Sujet ne permettait pas aux concurrents

de donner toute leur mesure; une chanson authentique et ancienne a un air qui convient mieux et malgré tout, il sera impossible de le modifier dans l'esprit popu-

laire. Mettre une mélodie sur des paroles, qui datent, pour le moins, de plus de

deux siècles, constitue une entreprise délicate car il faut conserver à la vieille poésie tout son caractère pastoral et toute sa simplicité paysanne.

Or la musique a évolué depuis cette époque. Tout le monde ne sent plus la

beauté et l'expression des vieilles chansons traditionnelles. Par suite tous les concurrents n'ont pas traité leur morceau de la même façon. J'estime que ceux qui

ont composé leur air dans le caractère traditionniste sont seuls restés dans les con-

ditions voulues, les autres n'ont pas compris que leur musique, fabriquée par eux suivant un certain goût jurait avec la transparence champêtre de la poésie.

i ro

SÉRIE.

AVEC

ACCOMPAGNEMENT

Il

digne.

n'a

pu

DEUXIÈME

être décerné

PRIX :

Médaille

de premier

prix,

aucun

concurrent n'en ayant

été jugé

d'argent

à la composition portant

la devise Tambouri :

M. Johanne de Garay, d'Oloron.

(1) Que cau, si nou l'an deya bist, que lous autous que sàpien que lou Teàtre de Cautères, esîablit en plèe mountagne, nou pot goàyre recébe « décors > de téle pintrade coum la scène d'ue sale d'espectàcle. Las coumedies ou trayedies escriutes ta d'aquet teàtre, que deberan esta, labets, pèces de dehore, de plé-àyre, doun lou décor se pousque ayerga sus place dab poc de.causes. Quin caleré, sinou, youga ue scène qui-s passaré deguéns ue crampe de maysou ?

i88

Cette œuvre dénote un musicien d'une culture très au-dessus du niveau général du concours. Mais l'accompagnement très intéressant à d'autres titres manque de la simplicité que demandait une ligne mélodique sans prétention.

L'auteur a fait preuve d'ingéniosité en donnant la ritournelle à la flûte et au tam-

bourin.

Dommage que

sa mélodie

n'ait

pas

un

contour

plus fermement tradi-

tionniste

Médailles de bronze aux compositions portant les devises :

Musica me juvat, etc. : M . St-Jean-de-Luz.

Musica me juvat est une œuvre de fort bonne mélodie, bien dans le caractère

populaire béarnais. L'accent en est typique. L'auteur a utilisé quelque vieux chant

ou adroitement pastiché la mélodie de certains chants utilisés par d'Espourrins. II

a fait usage de deux rythmes donnent de la variété.

le premier binaire, le second ternaire qui

qu'es aco : M . Daniel Campet, de

TROISIÈME PRIX

EX-ŒQUO :

P. Jacob,

de

Pau ;

So

différents,

L'accompagnement en est simple mais très correct.

So qu'es aco : La mélodie est bonne aussi et bien dans la note. La pièce aurait eu

un sort meilleur si une harmonie incorrecte mélodie.

QUATRIÈME PRIX : Diplôme de médaille de bronze à la composition portant la

devise: Lous airs bielhs, etc. : M . Mathieu Castaing, instituteur honoraire à Pau.

Belle variante en mineur de la mélodie traditionnelle. La vcilà bien la vraie chan-

son populaire. C'est de toutes la mélodie la plus typique ! Malheureusement la technique de son accompagnement est fort au-dessous de son instinct.

cette

ne venait

fâcheusement troubler

2<!

SÉRIE.

SAN S

ACCOMPAGNEMENT.

qu'un troisième prix. U revient à la com-

position qui a pour devise : Flourete d'iAbriu : M. Brumont, de Viella.

En terminant, il est fait observer que lé jury n'a pu retenir la composition portant

la devise : Ars longa Viia Brevis, parce que l'auteur s'est fait connaître dans la

lettre d'envoi : elle aurait obtenu le troisième prix.

Dans cette série, il n'a pu être décerné

L.

B.

E aci qu'ey lou Capdau, Mous de Lalanne, qui ba ha lou Report dous Prêts Especiaus, dous prêts dats au mounde qui n'an pas

councourit e an toutu cougnat à l'arrode dies-a. sien recounechuts e laudats.

Qu'ey yuste que

Report sus lous Prêts especiaus.

DAUNES

E

MÉSTES,

La Yurade esmiragglade dou tribalh de l'ahoalh d'artistes qui s'an assé hèyt passa

ùe tau

agradibe

belhade,

que

m'a

carcat

de

balha-us quauques

recoumpénses.

Qu'at hèy dab lou maye plasé, que

m'en poudéts créde.

A

daunéte Casteignau, p'ou sou

tribalh de musique ;

Aus méstes Darmagnac, de l'Orphéon, Contraires, chef d'Orchestre ;

A l'artiste Seillant, p'ou sou rollou de Caddetou ;

Au cantedou Bordes de Birou, pèr las soues beroyes cantes ;

A Mous de Barelhes, qui a hèyt l'aulhè héns

Que balham séngles grabadures auherides p'ou Ministre de l'Estrucciou publique.

la pèce d'Aussau.

•î

189

Ne soun pas autan granes l'ûe coum l'aute, mes lous qui las recében que saben que

petites coum las

la payère

granes.

Massicam que

balham : aus homis

A l'abat Casaubieilh, qui ous a escouliats, dab lous noustes coumpliméns, quau-

ques libiots ;

n'y hè

pas

arrèy : autan

de balou

artistique qu'an

de

las

A la troupe qui

a

yougat dab tan de briu

e

talén la Hilhe de

séngles libis, a las maynades séngles grabadures ;

A la sur Yane, qui ta nous éy estade tan brabe, qui s'a balhat la mâ pertout oun

ûe imadye,

presén de l'Escole recounechénte.

Que-s bam sépara bellèu, artistes de choès, aymadous de la patrie, més ne per- deram pas yaméy lou soubiéne de l'ayude qui s'abéts balhat. Qu'èts estais l'amne de la hèste, qu'èts bous auts qui l'abéts hèyte gauyouse, tringlante, flouride. Mercés a bous !

calé, e qu'at a calut

méy

d'ù

cop,

que

la

pregam d'agrada

ère tabé,

N'en èy pas fenit dab lous artistes e ne m'en plagni pas.

Aquéste qu'éy balén coum l'espade, amaneyan coum û caben d'abélhes : Mous

pintre badut en Armagnac,

Bèths-Arts de Bourdèu. A-d éth que ba augan lou prêts d'acciou.

Lou sou noum qu'éy plâ counegut d'ous qui hèn besite au Castèth de Maubezî. Touts lous tablèus, touts lous panèus decourats au pinsèu que soun la soue obre. Si bouléts û escantilh dou sou talén, bèyats lou pourtrèt de Moussu Planté : qu'éy éth qui l'a hèyt e qui s'en a hèyt presén.

obre yuste

insabude dou gran noumbre, oun l'artiste a balhat chéns counta_ la soue sapiénce,

lou sou téms, toute la soue amne : qu'éy nouste.

proufessou a l'Escole dous

Edouard de Lacoste, artiste

Aquero qu'éy so qui luséch au sourélh dou

cèu,

més

qu'y a gn'aute

lou councours de dessî de

las causes de

N'abèn pas gran renoum, a l'abiade e chéns éth que serén mours aban d'abé biscut, Més ne boulé pas que mourissen e labéts que hesè ûe bertadère croutsade enso dous sous escouliès biélhs ou yoéns ; augan qu'a abut la pensade d'estené-s

aus maynadyes de las escoles. You soulét dilhèu que sèy tout lou tribalh qui aquero

lou

counsélh

Lou prêts d'acciou ne poudè pas esta mélhe plassat. La Yurade qu'où balhe doun

tout cop qui ou demanden

couste e

la

boune gauyou

qui toustém

amuche

ou serbici.

lou prêts dou Ministre, û

Vase de Sèvres.

Gn'aute prêts d'acciou que courounara ue obre maye. Madamisèle H. Moret, prou- fessou à l'Escole superioure de Lanemesa en Bigorre n'ey pas d'aquéres qui-b res- pounerén se la pregaben de ha councouri las soues escoulières : « E quin boulet ! Nou sabem pas, n'abém pas nat libe ou toutes las mies maynades nou parlen que francés. » Gracisà la soue balentie, per u die de Garbe, qu'arribaben tau secretari de la yurade escoularie, Andrèu Baudorre, \2 ỳ coupies de l'Escole de Lanemesa. Des-

puch que lou Felibridye ey entrât

ridyat

de Sèvres.

Qu'ey dab gran yoye qui dam à M èle Moret lou prêts dou Ministre, û Vase

nou s'ère cour-

à

l'Escole yamey tribalh

parié

J.-V.

LALANNE.

Mes lous qui èren aquiu, qu'an bist lhèu assedut au ras dou Ministre et de la Rèyne dous Yocs u òmi de bère traque e de barbe blangouse, qui porte à la poulacre l'estéle d'or de sèpt arrays. Que bié de la Proubénce. Qu'a biadyat dus dies ta poudé frayreya dab nous e disé-s que lous disciples de F. Mistrau que béden dab gay quin nous auts tabé s'y hèm ta mantiéne la léngue mayrane. Audits quin parle lou D ou Fallen :

100

MOUNSEN

LOU

MENISTRE,

Moussu

LOU

MAIRE,

R È 1NO PRECLARO,

MIDAMO,

MESSIES,

BÈU POPLE

DE BlARN,

Debis dou Capoullè.

Es em' uno emoucioun prefoundo que, clina souto lou pes di souveni e pourtant

sus lou pitre l'estello di sèt rai de noste Mèstre inmourtau, vène vous adurre lou

salut freirenau de tout lou Felibrige. Uno fes deja, en 1901, li felibre de Prouvènço e de Lengadô, pèr bèn-astruga

vosto « Escole Gastou Febus » que fasié si proumié pas, venguèron, emé noste

glourious Mistral à sa tèsto, venguèron célébra la Santo-Estello en vilo de Pau e

vous pourta la bono capelado e li vot amistous de touti li prouvinço dou Miejour. Vène au-jour-d'uei, iéu que me sènte bèn pichot souto la remembranço d'aquel

evenimen grandas, vène à moun tour, à l'óucasioun de vòsti noço d'argènt, vous saluda en aquesto bello vilo d'Ourtès au noum dou Felibrige tout entié e vous se-

moundrc plus particulieramen encaro, coumo nous a di voste egrègi capdau, lis

óumage dóu Miejour ounte lou soulèu se lèvo au Miejour ounte lou soulèu se

coucho, l'amistanço de ma Prouvènço souleiouso à vosto Gascougno resplendènto,

à voste Biarn verdejant e cantadis.

A l'epoco de la grando vesito, — i'a vint an d'acò, mi bèu felibre, — vous escu-

savias d'èstre vengu bèn tard à la farandoulo felibrenco e fasias la proumesso de

marcha fermamen dins la draio duberto, à la seguido dis àutris escolo, vòstis einado ; mai leissas-me vous dire que, vous counfourmant fidelamen à vosto fièro

deviso : Febus, abans ! sèmpre en avans ! avès, despièi, bougramen fa de camin e

que forço dis àutris escolo se soun leissado desavança, s'estènt assetado sus lou bord de la routo, de biais qu'es vous-autre au-jour-d'uei que ié dounas lou bon

eisèmple. Oh ! coume

li

tems soun

chanja,

fau bèn vèire ;

nosto bello

lengo d'O, nosto

lengo encaro alor tant mespresado, que s'èro retirado encò di marin e di pastre e que li felibre tout-bèu-just, l'aguènt vestido coume uno damisello, venien de la remetre

à l'ounour dóu inounde, nosto rebello lengo èro foro-bandido dis escolo e lis enfant

que la parlavon èron puni pèr si mèstre. Ojour de triounfle! Li mèstre d'escolo soun noumbrous mai-que-mai su-jour- d'uei dins vosto noblo soucieta e vòsti jo flourau de lengo d'O soun présida pèr lou

Menistre de l'Estrucioun publico ! Ah ! Mounsen lou Menistre, gràci vous n'en

faire

entèndre soun enfin enausido e lou gouvèr enfin nous fai pau à pau nôsti dre, nous

lou fau recounèisse. Jitan rèn qu'un regard sus li darriéris annado e vesèn emé satisfacioun nôsti counquisto rapido : li licèu de Marsiho d'abord, pièi d'Ais, de Touloun, d'Avi-

gnoun duerbon de cours facultatiéu de lengo prouvençalo e lis enfant ié courron coume l'avé à la sau ; la faculta di letro d'Ais e Marsiho se vèi atribui uno cadièro

nouvello destinado à la lengo prouvençalo mouderno ; lis escolo nourmalo de vosto Gascougno veson créa de cours d'istóri loucalo e regiounalo; pèr un decrèt dóu 15

de Mars passa, es istituï lou diplomo d'estùdi superiour de lengo prouvençalo e

siegon rendudo

Li revendicacioun que

li primadié

de

Font-Segugno

manquèron

jamai de

191

deja,

pèr ié baia,

à

la fin

de

juliet, un

escoulan

d'Ais davèro

aquéu diplomo que ié coumtara

emé très autre, lou titre de licencia di letro.

Eh ! bèn, gramaci, Mounsen lou Menistre, gramaci de cor au noum de tóuti li verai patrioto miejournau, mai permetès-me de vous dire que demandan mai qu'acô.

Vous suplican, coume lou Counsistôri felibren vous n'en a deja présenta lou vot unanime, vous suplican d'entroudurre l'estùdi de la lengo nostro dins lis escolo

nourmalo que, quouro li jóuinis ensignaire auran vist, pèr la coumparitudo, tóuti li ressourso e tóuti li bèuta de la lengo d'O, fiho coume l'autro lengo franceso de

la mémo maire latino, l'amessioun de nosto parladuro dins lis escolo primàri se fara d'esperelo.

lengo imajouso au

rèng di lengo d'oupcioun au bacheleirat, pèr douna '110 counsecracioun óufìcialo à l'estùdi que se fai aro dins li licèu.

E, Mounsen lou Menistre, aurés fa 'no obro pio, car sabès qu'en ensignant à l'en- fant la lengo de sis àvi, en i'ensignant l'istòri dou terraire que l'a vist naisse, en ié

dounant lou sentimen ela fierta de sa raço glouriouso, sabès que l'estacas plus pre- foundamen à soun vilage, à sa prouvinço ; sabès que fasès d'éu un patrioto couns-

ciènt e avisa, e counsequentamen un francésbon e fier, d'abord qu'es tóuti li prou-

vinço atravalido e vivènto que pèr soun unioun, coume un bouquet de flour superbo acampado un pau de tout caire, formon nosto meravihouso Franço, nosto géné- reuse e grando patrio uno e indivisiblo.

Vous suplican aussi d'ametre

nosto

bello literaturo

e

nosto

D R J.

FALLEN.

Aquet discours, dit en proubençau, qu'ey seguit d'u cap à Faut. Se lou D ou Fallen a lhèu pênes à coumpréne drin la nouste parladure d'ibères oun bèrbe, noum e atributss'en ban souben d'arrebouch, dab ue mesclagne d'oun u brouch nou tiraré luts mantu cop, nous auts ya seguim à d'ayse la parladure de « Mirèio. »

E, dab aco, n'èm pas à la fi. Léon Berard pots.

n'a pas dessarrats lous

Qu'esplique quin, ministre en passeyade, e bòu suban la cous- tume, estaca drin d'arriban à las poulacres. Toùtu que y-a u empath. L'aute mesade qu'a hèyt dise per circulàri qu'arrés n'a lou dret de demanda lou floc briulet se n'a pas trente cinq ans. Malaye ! D ne Coustet, de Doazou, Rèyne dous Yocs flouraus, nou-s a pas. Quin doungues s'en eau tira? Bertat, que lou qui a hèyt la paperole que la pod estuya? E puch, tè, se lou ministre de l'Ens- trucciou publique hè ue pèque tan petite, b'en hè de mayes lou gran ministre dous ahas estranyès qui décore dab abounde : reys e reynes e reyots de toute traque ! Daune Coustet qu'éy doun flou- cade de la mâ dou Ministre. Simin Palay, mayourau dou Felibridye, Andrèu Baudorre mèste

tabé las

en gay sabé, Pascau d'Abadie, Larrieu-Baron que recében palmes.

» Enfingues, si dits encoère ient qui a pla recoumandat que

lou Ministre, que y-a perquiu u ba-

nou pensèssen à d'et. Arribans e

aunous que sien entaus auts, et nou bòu sounque la manobre. E bé qu'at abera mau escadut oey ! Que eau que-s béye arribantat coum lous coumpagnous ! » Boulouns ou nou Mous l'abat de Laborde, sos- capdau de l'Escole Gastou Febus, qu'ey oubligat de prené-s l'arri- ban briulét — drin de soutane d'abésque, si dits lou Ministre. Puch, suban lou beroy rendut dou « Démocrate », tout cadu que s'en debare dous terrés de Mouncade decap à la garbure qui bouribe au gran toupi de la bère aubèrye de Lauga batiade « La Belle Hô- tesse » pous Anglés.

La Tauleyade.

'< Mes, e credets qu'aquet mounde e-s bouten à taule entau plasé

de minya? Nani ! nou s'y entenè nade sérénade de siétes e de culhéres. Nou ! aquet mounde qu'an cacaliques au co e à la ganurre, que bolen toustém ha plasé en debisan e en cantan. D'abord la Coupo Santo à mode de Benedicite (qui ey cantade per Mous de Boudon d'Alès) e à pênes lou saumou arrecattat, que se-t lhèbe coum u hasagnet aquet beroy òmi aussalés, lou Casassus de Bilhères e qu'y ba de très ou quoate couplets. — La lèbe, la lèbe ! se criden très ou quoate gourmans, permou

tout que s'estangabe, serbidoures e serbidous ta escouta lou poète de la bèste rouye.

crabes de l'abat Daugé,

puch lous peluts dou curé Tauzin e las peludes dou capera Coste-

male

Puch qu'ey lou tour dou Capdau Mous de Lalanne de ha-s u

counde :

E credets

qu'arriba

la

lèbe? Nani!

las

»

qu'en y abou de tout ourdi

Debls dou Capdau.

Moussu

LOU

MINISTRE,

( f^t\fuÀ )

La coustume atau qu'at bouleré, qu'auri a disé-b û beroy dis- cours. Més qu'en èy bèth drin de bergougne, lou pinsà ne debise pas au rouchinou. De discours doun, que p'en bats payra : pèr û cop bahide, s'a Diu plats, n'en bats pas mouri. Més en place que-b bau dise û counde : qu'éy beroy coum lous de Ma Mère L'Oye, coum de May l'Auquéte.

U cop doun qu'y abè

Ou melèu lou 23 d'Aoust 1903, qu'y abè gran felibrèy en bile d'Aryelès. Dab lou mèy amie Daniel Lafore que puya e que s'es- tanqua au rebat dou marme de Despourrin, û bèth gouyat plâ plantât e beroy pentiat qui binteyabe encoère, qu'espiabe, qu'es- coutabe, que-s debertibe bistablemén toutû coum l'escarbalh sus la branque d'aberou pèr ûe noèyt dou més de may.

•Si

r 93

O, ne hesè pas hère d'empath e au banquét que s'ana sède acera houns.

- Més quoand lou brabe Planté abou tringlat aus yoéns, l'û ou

l'aute y'ou debè respoune. Que calé esta hardit ta-d aquero : qu'y abou û moumén de choalines.

Pèr fîs, lou mèy incounegut que-s lheba e tan beroy que debisa

las mousques ères mediches

que s'estanquan dous yoéns. Atau que disè :

« Chez vous nous n'entendrons que les couplets réconfortants de la

chanson rajeunie. Nos pères furent libres, vaillants et forte et c'est nous qui recueillerons la gloire de leurs gestes, le mérite et l'honneur de leurs vertus. A votre école, nous apprendrons nos raisons d'être fiers et d'es- pérer. Nous venons proposer à votre expérience la collaboration de notre enthousiasme. »

Qu'ère proumetedoure aquére paraule ; que la tienou e qu'où

tournèy

semia la

taranlade

que toute barbe d'homi que-s