Vous êtes sur la page 1sur 3
! Paris, le 5 juin 2013
!
Paris, le 5 juin 2013

!

Inégalités sociales de santé (ISS) :

des constats qui interpellent les généralistes

En France aujourd'hui, à 35 ans, un cadre vit en moyenne jusquʼ à 82 ans, un ouvrier jusquʼ à

76

ans. Toujours au même âge, un ouvrier a 2 fois plus de risque quʼ un cadre de mourir avant

65

ans. Non seulement son espérance de vie est plus courte, mais il vivra aussi plus dʼ années

dʼ incapacité 1 (17/41 restantes vs 13/47 pour les cadres). Cʼ est la preuve en chiffres de la

« double peine » pour les catégories sociales défavorisées.

Tel est le constat qui sera présenté demain par le Dr Dominique Lagabrielle, chargé de mission ISS à MG France, ainsi que par différents médecins, économistes et chercheurs, lors du colloque organisé par le syndicat des généralistes.

Intitulé « Les inégalités sociales de santé, un défi pour la médecine générale », ce colloque se tiendra le 6 juin 2013 à la Maison des Métallos - 94 rue Jean-Pierre Timbaud, à Paris - entre 9h et 13 h.

Les déterminants de ces inégalités sociales de santé (ISS) sont multiples. Ils combinent une accumulation de facteurs de risque médicaux connus (alcool, tabac, professions exposées) à des inégalités d'accès aux soins et de différences quant à l'usage faits des soins. Ces éléments sont parfois associés à des facteurs de vulnérabilité supplémentaire tels des événements traumatiques de la vie.

Les médecins généralistes sont confrontés dans leur pratique quotidienne à ces différentes questions ont à faire face à des inégalités sociales de santé sans vraiment les identifier comme telles, mais auxquelles ils doivent cependant apporter des réponses appropriées.

"L ʼ erreur, est de penser que les inégalités sociales de santé ne sont qu ʼ une problématique sociale pour laquelle le système de santé ne peut pas grand chose", explique le Dr Claude Leicher, président de MG France et généraliste dans la Drôme. "Nous pensons que le système de santé doit intervenir de façon active et prioritaire, pour aider ces populations à accéder aussi à la prévention, au dépistage, aux soins, même si les raisons sociales existent et perdurent et doivent être traitées".

!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

1 ! Impossibilité+physique+ ou+psychique+d'exercer+ son+activité+professionnelle.+L'arrêt+de+ travail+ résulte+d'une+ maladie+ professionnelle 1 + ou+d'un+ accident+du+travail . +

!
!

Face à cette question des ISS que la crise économique actuelle a amplifiée, MG France considère qu'au sein du système de santé, le médecin généraliste est un acteur clé, en articulation avec le secteur social, pour intervenir de façon très précoce sur ces différents facteurs de risques et pour rétablir une situation dʼ équité. "Il faut porter plus d ʼ attention sur les facteurs de risques, passer plus de temps avec le patient, mettre plus d ʼ énergie dans nos interventions, mieux s ʼ articuler avec le secteur social pour prendre en charge des situations difficiles, ajoute Claude Leicher… L ʼ objectif, in fine, est de baisser la morbi mortalité, et d ʼ éviter des décès prématurés (que l ʼ on estime aujourd ʼ hui à 110 000 par an dont 50% seraient évitables) ".

!

Pour MG France, le contrat qui peut être noué entre les médecins et la société commence par la sensibilisation aux inégalités sociales de santé. "C ʼ est la première raison pour laquelle nous organisons un colloque, précise son président. La deuxième raison, c ʼ est que nous voulons dire à nos interlocuteurs institutionnels et politiques - gouvernement, Assurance Maladie, représentants des usagers, et à toutes les personnes qui s ʼintéressent à ce sujet dans le secteur social - que nous voulons être des acteurs, parmi d ʼ autres, à condition que l ʼ on nous aide à mettre en place les conditions de ces interventions. Nous souhaitons donc que l ʼ on confie aux acteurs de soins primaires la responsabilité et les moyens pour mettre en place des politiques de santé publique populationnelles".

Les demandes de MG France

Pour participer à la lutte contre les ISS, MG France demande :

Un parcours de santé, organisé autour et à partir du médecin généraliste traitant, choisi par 98 % des français.

Un parcours de santé remboursé, avec garantie de tarifs et de délais de rendez vous, lorsque le patient est adressé par son médecin traitant.

La possibilité de dispense d‘avance des frais œ ou tiers payant - RO + RC (Régime obligatoire + Régime complémenta ire coordonné) pour les patients qui en ont besoin.

L‘articulation entre les secteurs médical et social au niveau territorial, en proximité avec les acteurs locaux.

La mise en place de politiques publiques permettant l‘équité : donner plus à ceux qui ont besoin davantage, pour réduire les inégalités sociales de santé.

!
!

Le colloque du 6 juin dressera un état des lieux épidémiologique et sanitaire des inégalités sociales de santé en France et montrera en quoi les soins primaires dispensés sont un des leviers pour les réduire. Cinq expériences de terrain, conduites par des médecins généralistes, en zone rurale ou urbaine, seront présentées. La matinée s ʼ achèvera par une table ronde à laquelle participeront Didier Tabuteau, directeur de la Chaire Santé de Sciences Po, le Dr Alexandre Feltz, élu municipal, et le Dr Claude Leicher, président de MG France. Le débat traitera des politiques publiques quʼ il convient de mettre en œuvre et détaillera les propositions de MG France.

Consulter les éléments sur le site de MG France Lire L'interview de Claude Leicher Consulter le programme du Colloque

!

Contacts presse : information & inscription journalistes au colloque :

: information & inscription journalistes au colloque : Alexandra DELEUZE Gabrielle ISSAVERDENS 0145 03 58 56

Alexandra DELEUZE

Gabrielle ISSAVERDENS

0145 03 58 56

01

45 03 89 96

06 60 36 06 69

06

72 20 50 02