Vous êtes sur la page 1sur 87

UNIVERSITÉ MICHEL DE MONTAIGNE-BORDEAUX 3 – UFR HUMANITÉS –

– DÉPARTEMENT DES LETTRES –
ANNÉE UNIVERSITAIRE 2012-2013

MASTER
Arts Lettres Langues (Domaine) Lettres et Ingénierie Culturelle (Mention)

SPÉCIALITÉ ÉTUDES LITTÉRAIRES Parcours Recherches en Études Littéraires (REEL)

– Guide de l’étudiant –

Directeur du Master Jean-René VALETTE jrvalette@u-bordeaux3.fr

Contact administratif Christophe MORAND Christophe.Morand@u-bordeaux3.fr

2

SOMMAIRE

PRESENTATION DE LA SPECIALITE ÉTUDES LITTERAIRES PRESENTATION DU PARCOURS RECHERCHES EN ÉTUDES LITTERAIRES DESCRIPTIFS DES UE DU PARCOURS RECHERCHE Première année (M1) Semestre 1 (S1) UE M1DRX1 — Littérature et sciences humaines 1 UE M1DRX2 — Textes et discours 1 UE M1DRU3 — Épistémologie et histoire de la discipline UE M1DRX4 — Littératures 1 (séminaires individuels) UE M1DRU7 — Mémoire 1 — Documentation Semestre 2 (S2) UE M2DRX1 — Littérature et sciences humaines 2 UE M2DRX2 — Textes et discours 2 UE M1DRX3 — Langues UE M1DRX4 — Littératures 2 (séminaires individuels) UE M1DRU6 — Mémoire 2 Seconde année (M2) Semestre 3 (S3) UE M3DRX1 — Littératures 3 (séminaires individuels) UE M1DRU7 — Mémoire 3 Semestre 4 (S4) UE M4DRX1 — Littératures 4 (séminaires d’équipe) UE M1DRU2 — Mémoire 4

4 7 13

13 16 19 21 33 34

35 38 41 44 52

54 63

65 71

3

ANNEXES Annexe 1 — Les équipes de recherche : CLARE et TELEM Annexe 2 — Directions de recherches Annexe 3 — Contacts avec les enseignants-chercheurs 72 77 81

Annexe 4 — Conseils pour la présentation matérielle des rapports de séminaire et du mémoire 84 Annexe 5 — Contact avec les responsables de la formation 87

4

MASTER Arts Lettres Langues (Domaine) Lettres et Ingénierie Culturelle (Mention) La spécialité ÉTUDES LITTÉRAIRES

Des objets communs
La mention Lettres et Ingénierie culturelle s’organise autour de trois types d’objets : – – Les textes, qu’ils soient ou non littéraires, parce qu’ils sont des supports d’expression et de communication, des « documents » de travail ou des « monuments » culturels ; Les langages, parce que c’est l’un de ceux-ci, le langage verbal, qui est mis en œuvre pour produire des discours, oraux ou écrits, et qu’il peut être interrogé au titre de moyen ou d’objet ; Les cultures, parce qu’elles sont constituées de ces savoirs d’arrière-plan que mobilisent les langages et que présupposent les textes.

Ces trois types d’objets sont au centre des problématiques couvertes, à divers titres, par chacune des deux spécialités qui composent la mention.

Un schéma d’organisation lisible
Le système des spécialités, complété éventuellement par des parcours ou des options, permet d’affiner l’offre proposée, en sériant des axes de recherche ou des visées professionnelles. 1. La spécialité Études littéraires, fondée à la fois sur le renforcement d’acquis culturels et de compétences d’expression, se propose d’initier à la recherche en études littéraires et d’assurer la formation des futurs professeurs de l’enseignement secondaire. Elle se ramifie en deux parcours (un parcours Concours et un parcours Recherche), ce dernier couvrant quatre options : Études latines, Études médiévales, Littérature comparée, Occitan. 2. La spécialité professionnelle Ingénierie de projets culturels, fondée elle aussi sur le renforcement d’acquis culturels et de compétences d’expression, prépare aux métiers de la culture.

Des cursus structurés
PARCOURS RECHERCHES EN ÉTUDES LITTERAIRES (REEL) Le parcours recherche (Recherches en études littéraires/REEL) offre un socle d’initiation aux techniques de la recherche dans les champs de la littérature française, des littératures francophones, de la littérature latine, de la littérature occitane (médiévale et moderne) et de la littérature comparée. Il est adossé à deux grandes équipes de recherche, CLARE (Cultures Littératures Arts

un stage d’observation de quelques jours dans un établissement scolaire. italiennes. les compétences visées sont celles qui sont requises dans le champ des études littéraires. il s’agit d’approfondir la formation générale disciplinaire reçue dans le cadre de la licence de lettres modernes ou de la licence de lettres classiques. littérature comparée et sciences du langage. esthétique et cognition. En même temps qu’ils préparent aux épreuves du concours. éducations et humanisme . Pour plus d’informations sur ces parcours. l’équipe CLARE (EA 4593) propose quatre projets transversaux : les écritures de l’histoire . dynamiques sociales et constructions identitaires. russes. et inversement. qui regroupe des chercheurs en littérature française. classiques et modernes : élaboration d’un projet scientifique. marges et marginalité . Pour les parcours concours. Rassemblant des chercheurs d’origines disciplinaires diverses (lettres françaises et latines. d’une année sur l’autre. .5 Représentations Esthétiques) et TELEM (TExtes. en deuxième année. notamment dans le cadre des nombreuses conventions passées entre l’université de Bordeaux 3 et des universités étrangères de tous les continents. qui sera préparé et analysé avec l’équipe pédagogique . le parcours Recherche reçoit des étudiants issus de pays européens et extra-européens. transformations de soi. discours. Dans ce cadre. arts plastiques. Cette ouverture internationale est la garantie d’un contact avec les courants les plus importants de la recherche dans le champ des études littéraires. de maîtriser les outils méthodologiques et d’acquérir un savoir-faire pédagogique adapté aux exigences du métier d’enseignant. on se reportera à l’annexe 1 figurant à la fin de ce guide. Depuis sa création en 2005. • Poursuites d’études En cours de cycle. Pour une présentation détaillée des deux équipes de recherche. littératures francophones. deux types de stage sont proposés : en première année. les trois parcours concours s’attachent. à travers les enseignements qui leur sont communs avec le parcours recherche. La formation bénéficie également de l’engagement des deux équipes de recherche dans une vaste gamme de programmes de recherche internationaux et de l’invitation de professeurs étrangers pour des périodes de durée variable. développe pour sa part seize programmes de recherche articulés autour de deux grands axes : littérature et politique. il est possible à un étudiant engagé dans le parcours recherche de se réorienter vers le parcours concours. aussi bien écrites qu’orales. à renforcer les acquis disciplinaires ainsi que les compétences en didactique et en connaissance du système éducatif nécessaires à l’obtention du CAPES. rédaction d’un mémoire. Littératures : Ecritures et Modèles). L’équipe pédagogique s’assure la collaboration de spécialistes de didactique et travaille en concertation avec des professeurs de collège et de lycée. L’initiation à leur futur métier comprend des cours de didactique générale et appliquée ainsi que des expériences de terrain. COMPETENCES VISEES En matière de recherche. langues et cultures anglaises. francophones). L’équipe TELEM (EA 4195). les parcours concours visent à donner aux étudiants une solide maîtrise de leur discipline de spécialité et à développer simultanément réflexion théorique et savoir-faire pédagogique. germaniques. PARCOURS CONCOURS Tout en assurant aux étudiants une initiation à la recherche. littérature occitane. exploitation des ressources documentaires. littérature latine. un stage « filé » sur six semaines en pratique accompagnée dans un collège ou dans un lycée. on se reportera à la chemise « Préparer les concours de l’enseignement à l’université Bordeaux 3 ».

enseignement à l’étranger. • Débouchés professionnels Le projet professionnel du parcours recherche peut être orienté soit vers l’enseignement. deux possibilités de poursuite d’études sont envisageables : • Une préparation à l’agrégation de lettres modernes ou à l’agrégation de lettres classiques (assurées à Bordeaux 3 pour les titulaires d’un master). tournés vers des tâches de conception et de rédaction : métiers de la culture (édition). soit vers les secteurs professionnels faisant appel à des compétences littéraires élevées.6 À la fin de la première année. • Une inscription en doctorat si les notes obtenues dans le volet recherche sont satisfaisantes. Dans le prolongement du parcours recherche et des parcours concours. . les demandes d’orientation vers la spécialité professionnelle Ingénierie de projets culturels et interculturels (IPCI) sont examinées par la commission pédagogique. carrières administratives. Les parcours concours préparent essentiellement au métier d’enseignant avec toutes les possibilités que celui-ci offre : enseignement en collège ou en lycée en France.

de la littérature comparée. Cette offre de formation. le Master représentant alors le palier propédeutique vers la thèse.7 MASTER Arts – Lettres – Langues (Domaine) Lettres et Ingénierie culturelle (Mention) Le parcours RECHERCHES EN ÉTUDES LITTÉRAIRES Objectifs pédagogiques et scientifiques Le parcours Recherche Études littéraires s’adresse à tous les étudiants de Lettres modernes ou de Lettres classiques désireux de s’initier à la recherche dans les domaines de la littérature française et de l’approche linguistique des textes. Conditions d’accès – Équivalences – Étudiants non assidus MASTER 1 Sont admis à s’inscrire. MASTER 2 Sont admis à s’inscrire les étudiants titulaires d’une Maîtrise de Lettres modernes. largement diversifiée. Autres cas (autres diplômes français ou diplômes étrangers) : dossier de validations d’acquis à constituer. des littératures francophones et de l’Occitan. titulaires d’une Licence de Lettres classiques ou de Lettres modernes (ancien régime ou LMD). C’est dire qu’elle vise deux types de publics : – les étudiants qui souhaitent valoriser leur cursus antérieur (Licence ou Licence + concours) par l’adjonction d’un volet Recherche. répond à un double objectif : – venir en complément des savoirs fondamentaux enseignés au niveau de la Licence (L) . Doivent retirer une fiche d’accueil et constituer un dossier de candidature les étudiants venant d’une autre université. les étudiants titulaires d’une Licence de Lettres classiques ou de Lettres modernes (ancien régime) de l’Université Michel de Montaigne-Bordeaux 3. de Lettres classiques (ancien régime) ou d’un Master 1 dans la spécialité Ingénierie de projets culturels ou . – ouvrir sur les études doctorales (D). de la littérature antique. – les étudiants qui souhaitent poursuivre au-delà du Master et s’engager dans la préparation d’une thèse de doctorat. le Master permettant d’acquérir une formation spécialisée à Bac + 5 sur des compétences de recherche en études littéraires et de rédaction scientifique .

Histoire de l’art. Sciences de l’Antiquité et du Moyen Âge) de l’Université Michel de MontaigneBordeaux 3. titulaires d’une Maîtrise de Lettres modernes. M2DRX2). M1DRU7 . Archéologie. le jury de Master peut refuser à un étudiant de redoubler son année de M2. .8 dans le parcours Lettres classiques (mention Histoire. Agrégation) : – Pour les certifiés : entrée en M1 o Dispense d’un quart des UE de M1 – les UE M1DRX2 et M2DRX2 o Ils sont tenus de valider les UE M1DRX1. Les étudiants dispensés d’assiduité. avec l’ambition affichée de renforcer les acquis de culture générale. Ces deux spécialités ont en commun les cours et les TD proposés en M1 (UE M1DRX1. • Équivalences entre la spécialité Recherche Études littéraires et la spécialité Professionnelle Ingénierie de projets culturels La mention associe étroitement les deux spécialités sur la base d’objets communs (textes. Il est également prévu des passerelles entre le Master Professionnel d’Ingénierie de projets culturels et le Master Professionnel des Métiers de la culture proposé dans le cadre de la mention Arts. Par décision du CEVU. DISPOSITIONS PARTICULIERES • Pour les titulaires de concours (CAPES. Doivent retirer une fiche d’accueil et constituer un dossier de candidature les étudiants venant d’une autre université. de Lettres classiques (ancien régime) ou d’un Master 1 dans une spécialité équivalente à celle d’Études littéraires ou au parcours Lettres classiques. M1DRX2 et M2DRX1. Les étudiants souhaitant changer d’orientation à la fin de M1 doivent en faire la demande auprès du responsable du Master qu’ils veulent intégrer : leur dossier sera examiné par la commission compétente. M1DRX4. • Articulation avec la préparation au CAPES Depuis la rentrée 2010. dès lors qu’ils sont régulièrement inscrits (inscription administrative. La spécialisation se décide donc sur une partie de M1 et sur la totalité de M2. mais aussi inscription pédagogique). discours). bien sûr. M2DRX3. en particulier les étudiants résidant à l’étranger. afin de convenir avec eux des modalités selon lesquelles ils seront évalués. spécialité Archéologie. Autres cas (autres diplômes français ou diplômes étrangers) : dossier de validations d’acquis à constituer. Les étudiants sont invités à consulter les informations concernant cette filière pour prendre connaissance des relations qu’elle entretient avec la filière Recherche. M2DRX1. M1DRU6 – Pour les agrégés : o Accès direct en M2 • Les étudiants non assidus Il n’existe pas d’enseignement à distance pour le Master. une préparation au CAPES a été intégrée au Master (processus dit de « mastérisation »). M1DRX4. doivent impérativement prendre contact dès le début de l’année universitaire avec les responsables des enseignements qu’ils ont choisis.

Études médiévales. entre les pratiques du commentaire et de l’analyse littéraires et une initiation aux méthodes de l’édition critique et des études de genèse. En plus de ces enseignements de tronc commun. Études occitanes. Littérature comparée). qui fonctionnent habituellement avec des conférenciers invités : les étudiants doivent obligatoirement choisir un séminaire d’équipe parmi ceux qui sont proposés. Quel que soit le parcours choisi. qui se répartissent entre les deux équipes de recherche. de poétique et d’histoire littéraire) et séminaires de recherche aux deux semestres (3 + 2 dans le parcours recherche. prend place un enseignement de langue vivante (anglais. . Chaque étudiant reste en principe entièrement libre du choix de ses séminaires. Pour l’y aider. un enseignement en épistémologie de la discipline dispense des éléments de connaissance sur l’histoire et la pratique de l’enseignement de la langue et de la littérature françaises . « Littérature comparée ». qui comportent des séminaires prescrits et impliquent dans la plupart des cas l’inscription dans des séminaires offerts par d’autres formations. commencent généralement au premier semestre. La nouveauté consiste dans les séminaires d’équipe. le latin et le grec) grâce à un accord passé avec les départements ou avec les sections concernés. Au semestre 2. elle se resserre sur les séminaires individuels et les séminaires des équipes de recherche.Au semestre 2. La seconde année est celle de la spécialisation. Pour les étudiants qui ont choisi l’une des quatre options (Études latines. « Langue et littérature médiévale ». quatre options sont proposées – Études latines. entre une initiation aux théories qui ont cours dans le champ des études littéraires et l’entraînement à différents types d’écriture . DEUXIEME ANNEE Dans le parcours recherche. le choix du séminaire prescrit lié à chaque option (sur les trois séminaires que doit suivre l’étudiant de seconde année) dépendra obligatoirement de la couleur de l’option (« Auteurs latins ». destiné à situer les enjeux épistémologiques. les étudiants étant tenus d’en choisir deux. D’autres langues sont accessibles (notamment l’allemand. le master n’est décerné qu’après la soutenance d’un travail personnel de recherche devant un jury. Ces séminaires.9 Organisation d’ensemble du cursus La formation. espagnol. PREMIERE ANNEE Des enseignements sont mutualisés entre les quatre parcours : programmes d’ouverture sur les sciences humaines (dont un. méthodologiques et pratiques de la discipline. mais il aura tout intérêt à construire un parcours cohérent autour de son projet de recherche. 2 + 2 dans les parcours concours) : Au semestre 1. CLARE et TELEM. le parcours recherche propose aux étudiants le choix : . sur les grandes questions d’esthétique. Le semestre 3 de la seconde année présente la même offre diversifiée en séminaires individuels qu’en première année. Études médiévales. en deux ans. « Occitan »). la formation ne comprend plus que des séminaires. Les séminaires se répartissent entre différents domaines disciplinaires (les intitulés des séminaires pouvant changer d’une année sur l’autre). La première année offre un enseignement généraliste. spécialement dédié aux parcours concours.Au semestre 1. occitan)1. mais ne sont validés qu’au second. 1 . destiné aux non-spécialistes qui pourront ainsi consolider le niveau CLES 2 acquis en licence. Dans le parcours recherche. Études occitanes. propose une initiation à la recherche. Littérature comparée –.

hors Département) o 1 séminaire de Langue et Littérature française du Moyen Âge ou 1 séminaire de littérature française de la Renaissance . un système d’options a été prévu. enfin à construire et développer une réflexion argumentée satisfaisant aux critères de la recherche en lettres. qui peuvent changer d’une année sur l’autre) : – Auteurs latins – Langue et littérature médiévales – Littérature de la Renaissance. que les meilleurs d’entre eux pourront poursuivre au niveau doctoral. fragment rédigé (S3). à exploiter et discuter les travaux existants. Voici la liste de ces séminaires « prescrits » : – Option Études latines : o Séminaire « Auteurs latins » o 1 séminaire du Centre Ausonius (séminaire extérieur. Les séminaires dits « individuels » (autres que les trois séminaires d’équipe) proposés par la formation se répartissent entre différents domaines disciplinaires (à ne pas confondre avec les intitulés des séminaires. Études occitanes et Littérature comparée. plan et bibliographie (S2). trois au premier semestre et deux au second. de trois ou quatre séminaires sur les cinq qu’il doit suivre au cours de l’année (le choix du dernier restant libre). mais il aura tout intérêt à opérer ses choix de manière à construire un parcours cohérent autour de son projet de recherche. 1 séminaire pour TELEM. 1 séminaire commun CLARE/TELEM) qui couvrent les deux semestres. CONSTRUCTION DU PARCOURS PAR L’ETUDIANT : LES SEMINAIRES C’est dans le choix des séminaires qu’il va suivre que l’étudiant peut donner une coloration particulière à son parcours de formation : – – En M1. mais ne sont validés qu’au second semestre. Une évaluation continue scande la progression semestre par semestre : sujet. Le mémoire consacre l’initiation des étudiants à la recherche. Ce travail exige de l’étudiant la capacité à élaborer une problématique autour d’un sujet et d’un corpus. Études médiévales. il doit suivre cinq séminaires. il doit choisir l’un des trois séminaires d’équipe (1 séminaire pour CLARE. corpus et problématique (S1).10 UN MEMOIRE POUR INITIER A LA RECHERCHE La production d’un mémoire de recherche sur un sujet en rapport avec la discipline principale est l’objectif principal de la formation. et deux autres séminaires parmi ceux qui sont proposés au premier semestre. Pour l’aider dans la construction de son parcours. En M2. selon les cas. de l’Âge classique et des Lumières – Littérature moderne et contemporaine – Littérature et linguistique – Littératures francophones – Littérature comparée – Occitan L’étudiant reste en principe entièrement libre du choix de ses séminaires. ce système prescrit à l’étudiant qui l’adopte le choix. rédaction finale et soutenance (S4). mais à crédibiliser ses choix d’orientation. Quatre options sont proposées : Études latines. En M1. Le cadre de ces options est purement contractuel : il vise non seulement à rendre plus lisible le parcours de l’étudiant.

11 o Les étudiants qui souhaitent valider l’option Études latines devront voir suivi. Option Littérature comparée : o 3 séminaires de Littérature comparée. Une partie des séminaires extérieurs conventionnés sont les suivants : – – Deux des séminaires (S1 et S2) du Centre Ausonius.fr). – – En M2 : – En M1 comme en M2. le séminaire « Langue et littérature médiévales » pour l’option Études médiévales ainsi que pour l’option Occitan.fr)
 ou.
accessibles
 aux
 étudiants
 de
 Lettres
 modernes
 en
 M1.
 Hébergés
 par
 le
 master
 de
 langues
 (anglais). Parmi ces séminaires extérieurs. peut constituer l’un de ces trois séminaires). o 2 séminaires de Langue et littérature médiévales. le séminaire « Auteurs latins » pour l’option Études latines.
 littérature
 française…)
 sur
 le
 sujet
 commun
 «
Lumières
 et
 liberté
 (s)
». le séminaire de littérature comparée pour l’option Littérature comparée.Revauger‐@u‐bordeaux3.
 qui
 ont
 lieu
 de
 lundi
 de
 15h30
 à
 17h30.
 italien.Ramond@u‐bordeaux.
 Tout
 autre
 renseignement
 auprès
 de
 la
 responsable
 du
 séminaire. – Option Études médiévales : o 3 séminaires de Langue et littérature médiévales (le séminaire d’occitan. Deux
des
séminaires
pluridisciplinaires
«
Europe
des
Lumières
»
(S1
et
S2). 2) plus d’un séminaire extérieur en M2. Option Occitan : o Le séminaire d’occitan (M1/S1). au M1/S2) le cours de Langue latine mutualisé avec le parcours Concours Lettres classiques.
 . selon la couleur de leur option. qui comporte une partie médiévale.
 Le
 programme
 détaillé
 et
 le
 calendrier
 sont
 transmis
 en
 début
 d’année
 au
 secrétariat
 des
 masters
 de
 l’UFR
 Humanités.
 pour
les
Lettres. l’étudiant ne doit pas prendre : 1) plus de deux séminaires extérieurs en M1 . o 1 séminaire d’Histoire médiévale (séminaire extérieur.
 Cécile
 Revauger
 (Cecile.
 anglais. hors Département) ou 1 séminaire d’Histoire de l’art au Moyen Âge (séminaire extérieur. Les étudiants suivront obligatoirement. doivent être distingués les séminaires conventionnés (ils ont fait l’objet d’une convention entre les deux formations concernées et sont ouverts d’office aux étudiants de la spécialité Études littéraires) et les séminaires libres : l’étudiant qui désire suivre l’un de ces séminaires libres doit impérativement se procurer une fiche navette auprès du secrétariat et obtenir à la fois l’avis du responsable de la spécialité du Master de l’inscription principale et celui du responsable de la spécialité du Master de l’inscription secondaire. dans tous les cas (dans un système à option ou hors option). hors Département) ou le séminaire « Auteurs latins ». si certaines options prescrivent de choisir à l’extérieur une partie des séminaires. Le troisième séminaire peut être remplacé par un séminaire de littérature pris dans l’offre de l’UFR Langues (en concertation avec le directeur du mémoire).
auprès
de
Catherine
Ramond
(Catherine.
 Les
 cours
 se
 font
 en
 français. SEMINAIRES EXTERIEURS Sont dits « extérieurs » les séminaires qui sont domiciliés en dehors du Département des Lettres. o Le cours de langue occitane (M1/S2). accessibles aux étudiants de Lettres modernes en M1.
 ces
 deux
 séminaires
 font
 appel
 à
 des
 intervenants
 de
 plusieurs
 disciplines
 (philosophie.

12 Font également partie des séminaires conventionnés les séminaires d’Histoire et d’Histoire de l’art ouverts aux étudiants qui ont choisi l’option Moyen Âge. . Les informations sur les autres séminaires hors Département sont accessibles sur les sites des formations qui les hébergent.

l’étudiant en choisira deux (un par semestre): un assuré par un collègue extérieur à notre Département des Lettres (1er semestre) et un assuré par un collègue littéraire (2nd semestre). Les étudiants dispensés d’assiduité devront se référer au programme et à la bibliographie fournis par Patrick Baudry (S1) et Philippe Baudorre (S2). l’histoire de l’art. Deux autres programmes (un par semestre) sont réservés aux étudiants du parcours concours : M1DRX1 : « Théorie littéraire » . Ces six programmes s’organisent autour d’un même objet. Sabine du CREST Nombre d’heures : 24 heures – coef. 2 .13 M1DRX1 (Semestre 1) LITTERATURE ET SCIENCES HUMAINES 1 RESPONSABLE de l’UE Philippe BAUDORRE Cette UE conduira les étudiants à confronter les problématiques et la méthodologie des études littéraires à celles d’autres sciences humaines : au cours de l’année 2012-2013. abordé à travers des approches disciplinaires et un corpus différents. Pierre BEYLOT. le quotidien. LISTE DES INTERVENANTS Patrick BAUDRY. M2DRX1 : « Esthétique littéraire ». la philosophie.  Un groupe à choisir parmi une offre de trois. Parmi les six programmes proposés (trois par semestre)2. 6 – crédits : 6 MODALITÉS D’ÉVALUATION Session 1 : Assidus : Contrôle continu Dispensés d’assiduité : Écrit Scolarité (volume horaire : 2h) Session 2 : Assidus : Écrit Scolarité (volume horaire : 2h) Dispensés d’assiduité : Écrit Scolarité (volume horaire : 2h) L’évaluation des étudiants assidus se fera sous forme de contrôle continu à l’intérieur de chaque groupe. L’évaluation se fera pour eux à la fin de chaque semestre sous forme d’un « écrit scolarité » et d’un essai sur un sujet lié au programme. les études cinématographiques.

le couple. Paris. Elle n'est pas non plus qu'une mode. la condition des femmes. En nous interrogeant alors sur le passage de la problématique de la vie quotidienne à la question de l'ordinaire. Sociologie. particulièrement de la parole de témoignage dans le reportage et le documentaire et du dialogue dans la fiction et du rapport qu’ils entretiennent avec le cadre spatial. Dehors est la ville. 1998 Michel de Certeau. L'invention du quotidien. Isaac Joseph. L’approche privilégiera le travail de mise en scène de l’ordinaire. . Aubier. Paris. Bibliographie liminaire : Patrick Baudry. On adoptera une approche transversale au champ télévisuel et au champ cinématographique au travers d’entrées thématiques (la banlieue. social. le travail. L'Ecole de Chicago. 1984 Georg Simmel. De Boeck. UGE. Le Seuil. 1980 Yves Grafmeyer. Quels en sont les enjeux? Pourquoi Georg Simmel est-il traduit en français à partir de cette période ? Une telle sociologie n'est pas une simple extension de la discipline. Les Femmes aussi). culturel. etc. 1984 Claude Javeau. Paris. la famille. La société au jour le jour . 1999  Pierre BEYLOT (Etudes cinématographiques)  Vies ordinaires dans le cinéma et la télévision des années soixante Cet enseignement sera consacré à la représentation du quotidien dans les années soixante dans les magazines de reportage (Cinq Colonnes à la une. L’Amour existe de Pialat) et les films de fiction notamment de la Nouvelle Vague. 1981 Edgar Morin. les documentaires (Chronique d’un été de Morin et Rouch. Sociologie.Ecrits sur la vie quotidienne.14  Patrick BAUDRY (Sociologie)  La sociologie de la vie quotidienne La sociologie de la vie quotidienne s'inscrit comme une rupture dans les années 1980. 2012 François Bon. une impression sociale. PUF. Belval.). les immigrés. Nous discuterons de la ville et de l'urbain. Charenton. En lisant Michel de Certeau. Elle critique les postulats d'une sociologie qui voudrait avoir maîtrise de son identité en faisant la liste de ses objets légitimes et en définissant les légitimités de leurs analyses. nous aborderons la question de la ville. villes et campagne. en se référant à l'école de Chicago qui fait place à des textes majeurs de Simmel. La ville. Paris. Bruxelles. Flohic. dans lequel ils s’inscrivent. Le fonds télévisuel très riche et diversifié pourra constituer le point d’ancrage principal à partir duquel des parallélismes avec les représentations filmiques pourront être tracés. On s’intéressera à ce que les films de fiction nous disent de la société plus qu’à leur appartenance à l’œuvre d’un auteur ou à une école esthétique telle que la Nouvelle Vague. Circé.

On s'interrogera également sur le rapport objet/objet d'art.15  Sabine du CREST (Histoire de l’art moderne)  Le quotidien dans l’art moderne Le cours sera orienté autour de la notion fiction/non fiction dans la représentation du quotidien. 2004. Éloge du quotidien. 1993 . de nombreuses peintures paraissant décrire le quotidien permettront de fonder une interrogation sur les capacités mimétiques de la peinture. . question fondamentale de l'histoire de l'art. de la peinture dite "de la réalité" et de la peinture de genre. De la "Corbeille de fruits" du Caravage aux intérieurs hollandais du XVIIe siècle ou au "Bocal d'olives" de Chardin. Essai sur la peinture hollandaise du XVIIe siècle. Points. Conseil bibliographique Tzvetan Todorov. Essais. Paris. notamment à partir de la peinture de nature morte.

à partir d’extraits d’essais et d’ouvrages significatifs (fournis par le professeur) de procéder à l’exposé « didactique » d’une problématique critique s’efforçant des restituer les principaux enjeux de l’étude des textes. Jean-Paul ENGÉLIBERT. Les étudiants dispensés d’assiduité doivent impérativement prendre contact dès le début de l’année universitaire avec les responsables des enseignements qu’ils ont choisis. Danièle SABBAH Nombre d’heures : 24 heures – coef.  Un groupe à choisir parmi une offre de trois. 5 – crédits : 5 MODALITÉS D’ÉVALUATION Session 1 : Assidus : Contrôle continu Dispensés d’assiduité : Oral Session 2 : Assidus : Oral Dispensés d’assiduité : Oral Le détail des modalités d’évaluation peut varier selon les groupes.16 UE 1MDRX2 (Semestre 1) TEXTES ET DISCOURS 1 RESPONSABLE DE L’UE Jean-Paul ENGÉLIBERT LISTE DES INTERVENANTS Jean-Michel DEVÉSA.  Jean-Michel DEVÉSA  Approches critiques L’enseignement est organisé en deux séries de six séances. afin de convenir avec eux des modalités selon lesquelles ils seront évalués. La première partie du semestre (six séances) permet. Il sera exposé par chaque enseignant en début de semestre. du structuralisme et de la French Theory : . à la lumière des apports successifs du Nouveau Roman.

La lecture de cet ouvrage est indispensable : un contrôle écrit. Il conviendra tout au long du semestre de lire. La seconde partie du semestre (six dernières séances) est consacrée à un approfondissement de la réflexion (à partir d’une critique « en acte ») se fondant sur un commentaire de l’essai de Philippe Forest. Si la question reste ouverte s’agissant des écrivains. Miroir de l’écriture et crises de la représentation. Les textes. Définition de son objet. a pour objectif. Leur clôture. avec pour ce dernier. 2007. Evaluation Contrôle continu. il convient de la poser. s’agissant d’étudiants qui ont choisi un cursus où il convient d’écrire sur les textes littéraires. ainsi que ses effets sur le plan social et individuel. la critique et la psychanalyse. . le réel et autres essais (2007). C’est pourquoi sont proposées deux approches convergentes. plus particulièrement destiné aux étudiants préparant un Master d’Etudes Littéraires. Ecriture du sujet « plein » ou écriture du sujet « parlant » ? 6. avant chaque séance. Texte au programme Philippe Forest. 2. Le Roman. ses mythes et croyances. afin de définir une posture critique tant vis-à-vis des textes que des « pratiques rédactionnelles » –. tout en les entraînant à la production de l’écrit spécifique qu’est l’écrit de recherche en littérature. en classe. Bibliographie Une bibliographie critique complémentaire sera fournie au tout début du TD. Méthode(s). Le Roman. l’incidence de l’apprentissage et de la pratique scolaires de l’écriture.17 1. Coll. Les exercices écrits. sera effectué en septième semaine. Ce cours. Editions Cécile Defaut. sous forme de « paper » seront effectués en classe (l’usage d’un ordinateur personnel est autorisé). . Nantes. le réel et autres essais. Leurs rapports à l’Histoire et au sujet. les textes recommandés et indiqués par le professeur (généralement un ou deux chapitres d’un texte critique et/ou théorique important).  Danièle SABBAH  Types d’écriture « Sait-on bien ce que c’est qu’écrire ? » demandait Mallarmé. « discussion » d’un point théorique examiné lors d’une séance précédente) seront valorisés et hautement appréciés dans la détermination de la note finale. exposé d’une problématique. etc). symbolique. au moment où ils s’engagent dans une rédaction à long terme. Des « présentations » seront sollicitées. Allaphbed 3. La critique littéraire. 3. Ecriture et écrivance. 5. L’écriture. Bricolage(s) et approche sensible des textes : le travail et la « pensée » des formes. ces « oraux » (commentaire d’une page critique. 4. ses représentations. L’assiduité au TD est requise.D’une part. il s’agira de réfléchir à l’écriture sur le plan théorique: son « invention ». de leur permettre de réfléchir à leur propre expérience de l’écrit – en la replaçant dans une perspective large (historique.

La raison graphique. Maisonneuve et Larose. Clarisse Herrenschmidt. Jack Goody. 3 Ce cours est ouvert aux étudiants aux étudiants du Master REEL dans la limite des places disponibles. Albin Michel. 2005. 1972. 2001. article.C. Paris. Bréaud. Paris. J. Le semestre commencera par une initiation à l’écriture critique. Paris. Georges Perec. permettra de s’exercer à la production d’écrits à valeur scientifique. Minuit. Paris. Encyclopedia Universalis. 1979. Et je nageai jusqu’à la page. 1996. qu’il s’agisse de supports à usage interne (note de lecture. 2001. festivals. Le dossier consistera précisément en une rédaction « critique » d’un ouvrage de critique littéraire. Article « Texte » (Théorie du texte). Les textes. Aux origines des sociétés humaines. fondé sur l’observation. L’art de la thèse. Le guide de la thèse. la raison. 2001. Ils rédigeront des notes critiques en dégageant les enjeux artistiques et l’intérêt culturel.  Jean-Paul ENGÉLIBERT  Atelier critique Destiné en priorité aux étudiants du master Ingénierie de projets culturels et interculturels (IPCI)3. Cantatrix sopranica L. spectacles. Fragnière. Seuil. note de synthèse) ou de documents faisant l’objet d’une évaluation ou d’une publication (compte rendu critique. 1986. concerts. il s’agira concrètement pour les étudiants de s’entraîner à l’écrit de recherche qui relève d’un code spécifique. 2) Guides ou manuels concernant la rédaction d’un mémoire M. mémoire). Seuil. Jean-PierreVernant. Paris. L’Ecriture. « La pharmacie de Platon » in La Dissémination. la domestication de la pensée sauvage. etc. Jacques Derrida. La Découverte. Le guide du mémoire. Paris. L’Orient ancien et nous. Comment réussir un mémoire ?. Paris. Armand Colin. La logique de l’écriture. Roland Barthes. Paris. Elizabeth Bing. ce cours a vocation à apprendre à observer et évaluer des manifestations culturelles diverses : expositions. J . . Paris. 1993.D’autre part. et autres écrits scientifiques.P. Guidés par l’enseignant. Armand Colin. Bibliographie 1) Ouvrages théoriques concernant l’écriture Jean-Michel Adam.18 . la pratique régulière et la réécriture. Librairie du XX° siècle. Un atelier d’écriture. les dieux. Paris. Rouveyran. 1991. Jack Goody. Dunod. les étudiants doivent se documenter sur l’offre culturelle de la CUB et assister à plusieurs manifestations dans le semestre. Jean Bottero. types et prototypes. Editions Des Femmes.

universitaire). abordé dans la multiplicité (l’ambigüité) des champs aux contours variables (langue ? grammaire ? lecture ? littérature ? oral ? écrit ? langue première ? langue étrangère ?) que prétendent définir chaque époque et chaque niveau de l’institution scolaire (enseignement primaire. sans négliger. . les référents théoriques et enfin. voire politique (au sens large du terme). Le domaine considéré est celui des Lettres. Programme : L’objectif général est de permettre à des étudiants de Lettres de disposer de moyens critiques pour opérer une analyse et une mise à distance des méthodes d’enseignement qui ont été les leurs. dans un processus de longue durée qui a pour effet la lente autonomisation par rapport au latin. méthodes et pratiques étant le produit d’ajustements successifs au cours d’une très longue histoire. La démarche consiste à associer : 1. les « valeurs » (les « Humanités »).19 UE M1DRU3 (Semestre 1) ÉPISTÉMOLOGIE ET HISTOIRE DE LA DISCIPLINE RESPONSABLE DE L’UE M1DRU3 Danielle SABBAH MODALITÉS D’ÉVALUATION Session 1 : Assidus : Écrit Scolarité (2h) Dispensés d’assiduité : Écrit Scolarité (2h) Session 2 : Assidus : Écrit Scolarité (2h) Dispensés d’assiduité : Écrit Scolarité (2h) Nature de l’épreuve : Commentaire et analyse de document(s) ou de citation portant sur les problématiques abordées. lequel dominait non seulement les études et les conceptions. dans un champ scientifique donné. Il s’agit de repérer les enjeux de débats et discours. 2. afin d’en peser et d’en élucider le poids historique. comptes-rendus d’expérience). épreuves de concours. une ouverture sur l’actualité de l’enseignement des Lettres (débats. en les mettant en perspective historique et conceptuelle. mesures politiques. les représentations.une étude historique de l'enseignement par laquelle on repère les moments décisifs (en relation avec l’Histoire ou les évolutions sociales).).un travail pratique d’examen d’ « objets » scolaires (exercices. qu’ils se destinent à enseigner ou qu’ils entament une recherche. . à . corpus. le niveau des ambitions. Ce retour réflexif sur leur propre expérience d’apprenant est nécessaire et cela. les objectifs. discours officiels ou particuliers etc. ainsi que de leurs propres pratiques et représentations en ce domaine. secondaire. quand cela s’avère pertinent. sur le plan social. types d’évaluation. mais plus largement.

Histoire générale de l’éducation et de l’enseignement en France. Paris. . « Comment enseigner le français ». article « Epistémologie ». Histoire de l’enseignement du français du XVII° au XX° siècle. Retz.. . Paris. PARIAS et alii. Encyclopedia universalis. Paris. Nouvelle Librairie française. . 2008.H.André CHERVEL.Gilles Gaston GRANGER. 1977. Payot.Revue Le Débat. quelle civilisation ?).L.20 court terme (la réussite scolaire). mai-août 2005. .. n° 135. 1982. le futur citoyen) et / ou à long terme (quelle culture. à moyen terme (le futur lecteur / rédacteur. Histoire de la grammaire scolaire. Bibliographie succincte (un complément sera donné en cours) . . quelle « valeur ».André CHERVEL.et il fallut apprendre à écrire à tous les petits français. n° 8.

fixé chaque année d’après le nombre total d’inscrits au sein de la formation (parcours Recherche et parcours Concours). la liste du séminaire est fermée et plus aucune pré-inscription n’y est donc possible.Littératures 1B (1 séminaire dans une offre de 8 ou extérieur) . Le détail des modalités d’évaluation peut varier selon les groupes. . L’étudiant doit ensuite faire enregistrer son inscription pédagogique par le secrétariat. Guy LATRY et Katy BERNARD. À cette fin.Littératures 1A (1 séminaire dans une offre de 9 ou extérieur) . Vérane PARTENSKY. Danièle JAMES-RAOUL. il est demandé aux étudiants de remplir une fiche de vœux (distribuée lors de la réunion de pré-rentrée ou disponible auprès du secrétariat). L’évaluation en tiendra compte.21 UE M1DRX4 (Semestre 1) LITTÉRATURES 1 (séminaires) RESPONSABLE UE M1DRX4 Danièle JAMES-RAOUL LISTE DES INTERVENANTS Armelle DESCHARD. Jérôme ROGER  Trois séminaires à choisir parmi une offre de 9 : . Il sera exposé par chaque enseignant en début de semestre. Jean-Michel GOUVARD. (15) – crédits : 15 CHOIX DES SÉMINAIRES ET MODALITÉS D’ÉVALUATION Session 1 : Assidus : Contrôle continu Dispensés d’assiduité : Oral Session 2 : Assidus : Oral Dispensés d’assiduité : Oral Dans le souci d’éviter la surcharge des séminaires. Gérard PEYLET. Jean-Paul ENGÉLIBERT. Une participation active et assidue aux séminaires est exigée. Jean-Michel DEVESA. Dès que le maximum est atteint. ceux-ci fonctionnent sur le principe du numerus clausus.Littératures 1C (1 séminaire dans une offre de 7 ou extérieur) Nombre d’heures : 72 heures – coef.

tout d’abord. en fonction de l’époque et du genre littéraire. la religion. le malaise. versifiée ou non. c’est-à-dire inhérentes au support de la création : outre le manuscrit en lui-même. essai sur une question abordée en cours. En une époque où l’on ne conçoit pas en ce monde de création ex nihilo autre que la Création divine. le lexique. d’ordre externe : elles agissent directement sur le sujet. la société. afin de convenir avec eux des modalités selon lesquelles ils seront évalués. choisies. les tabous. etc). Nous lirons dans cette perspective une série de textes littéraires d’époque et de genres très variés qui évoquent les lieux de Rome. Ce séminaire est ouvert aux étudiants qui aiment la culture antique sans qu’un niveau de langue soit requis. Lors de l’évaluation. le mal-être. artistique et non théologique. le mètre. aussi bien externes qu’internes. dire que la création est contrainte. On envisagera la création marquée au sceau des contraintes. L’orientation sera littéraire : nous réfléchirons sur les sentiments et les émotions suscitées par les lieux de la Ville. d’ordre interne. orientent ou libèrent justement l’imagination créatrice et dont témoigne. C’était bien pour eux le centre du monde et la plus belle ville connue. Et ils demeuraient persuadés que leur admiration était justifiée. Les textes seront toujours présentés en version bilingue. etc. ce qui reste au moderne de ce temps : l’œuvre créée. La lecture des textes antiques sera appuyée sur des compléments topographiques nécessaires à cette « visite » de la Ville antique (un prélude à la visite de Rome ?). qu’elle a ses contraintes sonne presque comme une évidence. En privilégiant les spécificités médiévales. mais ce type de travail n’est qu’une possibilité parmi d’autres (commentaire sur un choix de textes traduits. les préceptes théoriques guidant la manière d’écrire. le langage. interviennent par exemple. Les contraintes peuvent être. inventées. la forme. dans une création littéraire.22 Les étudiants dispensés d’assiduité doivent impérativement prendre contact dès le début de l’année universitaire avec les responsables des enseignements qu’ils ont choisis.) ou liées à l’intimité de la vie (la folie. etc. les obsessions. Une bibliographie sera donnée lors du premier cours. le genre. ensuite. dossier personnel.  SÉMINAIRE d’Armelle DESCHARD  Auteurs latins Voyage littéraire à Rome Les Latins aimaient Rome. si leur niveau ou leur goût les y invite. pour finir. imposées par les circonstances de l’existence (la politique. le sujet. les travaux personnels des étudiants pourront comporter des traductions personnelles de textes. une névrose. qui stimulent. c’est sous ce double aspect que le séminaire abordera le sujet. la genèse de l’œuvre demeure certes presque toujours mystérieuse et les créateurs . Elles peuvent être. aussi bien subies que librement adoptées.).  SÉMINAIRE de
Danièle
JAMES­RAOUL  Langue et littérature médiévales Contrainte et création La genèse de l’œuvre médiévale Quand il s’agit de création humaine et non divine.

Le corpus de travail sera fondamentalement textuel. une tonalité méditative et funèbre. du moins dans les grandes langues nationales. stylistique et poétique : entre théorie et pratique » ». avril-juin 1949. Revue des Sciences humaines. Genève. LGF. Pourtant. 41-129. Le séminaire s’adossera à une manifestation de l’Université de Bordeaux à laquelle les étudiant(e)s seront invité(e)s participer : un colloque international. Bien avant eux. Première Continuation de Perceval (La). « D’une poésie formelle en France au Moyen-Âge ». éd. « Publications romanes et françaises ». Un premier . en particulier. Chrétien de Troyes. l’épopée occitane prend. 1975. repris dans Forme et senefiance. et surtout Calendal. « Chapitre 1. L’exil d’Hortense [trois ouvrages]. dont la trame suit elle aussi le cours d’un fleuve. Bibliographie ŒUVRES CHRETIEN DE TROYES. et dont l’héroïne est une adolescente –. 2005. l’épopée connaît. Félix Lecoy. Paris. Droz. Paris. Danièle. Initiée par la Mireille de Mistral – épopée paradoxale. va de pair avec un traitement profondément original de la matière et de l’énonciation (la polyphonie y est de règle) et de la versification. La Belle Hortense. « « Rhétorique. à la même époque et au-delà. et plus encore celle de l’Enterrement à Sabres d’un autre Gascon. « CFMA ». Dans cette dernière œuvre.  SÉMINAIRE de Guy LATRY et de Katy BERNARD  Occitan médiéval et moderne L’épopée occitane : modernité d’un genre ancien Genre aussi ancien que la littérature elle-même. Jacques. Gallimard. éd. Paris. 2 t. 61-68 . 54. comme la Catalogne. La griffe d’un style. mais des incursions dans des domaines autres que littéraires ne sont pas exclues. et Epòs/Ethòs de Félix Castan. L’enlèvement d’Hortense. trad. Seuil. Paris. JAMES-RAOUL. fondée sur un fait-divers. 1978. William Roach. le choix du genre qui veut paraître anachronique. p. comme les régions de langue d’oc. Elle sera celle de Morte et vive du Gascon Michel Camelat. Paris. cela servira notre propos…] DELAY Florence et Jacques ROUBAUD. Le Conte du Graal (Perceval). qui se tiendra les 11-12-13 octobre 2012. p. 1-15. coll. Le Livre de Poche. Le socle rhétorique ». au XIIIe siècle. Colette-Anne Van CoolputStorm. [ou toute autre édition : le texte médiéval sera différent. l’épopée semble avoir jeté ses derniers feux au XIXe siècle. avec le Poème du Rhône du même Mistral. 1996. à la fois itinéraire intellectuel et épopée de l’idée occitane. Robert. Bernard Manciet. Estonie). mais aussi auprès des minorités linguistiques visant à l’autonomie politique. Champion. Deux parutions récentes témoignent de la vitalité du genre : Sorrom borrom de Sergi Javaloyès. Champion. pour une fois.23 anonymes : les questions de poiétique autant que de poétique seront ainsi au cœur des recherches de ce séminaire. une œuvre occitane d’une modernité encore perceptible aujourd’hui renouvelait le genre de l’épopée : la Chanson de la Croisade albigeoise traitait « à chaud » de l’expédition militaro-religieuse menée à l’appel du Pape contre l’hérésie cathare. ÉTUDES GUIETTE. une vigueur inattendue dans les nations émergentes (Finlande. p. mais. ou à la reconnaissance culturelle à l’intérieur de l’État-nation. 2007. ROUBAUD. 1993. « Lettres gothiques ». plus conforme aux canons héroïques du genre. Graal théâtre.

1989). Textes Chanson de la Croisade contre les Albigeois. 1. Mòrta e viva. Philippe. 2010. 1997. t. 1889. Le Catharisme : la religion et l’histoire des cathares. Toulouse. Prenant la plume où le premier l’avait laissée. Perrin. Albigeois et Cathares. Pau. Les comtes de Toulouse. Sergi Javaloyès. Privat. Raymond VI. 2002. « Que sais-je ? ». le vicomte de Trencavel et le comte de Foix trouvent là. quoique partisan de la croisade. Michel. Reclams. un second rédacteur faisait de la suite du récit l’épopée d’un peuple uni autour de ses souverains. Reclams. Cocagne. les Belles Lettres. L’Enterrament a Sabres (L’Enterrement à Sabres). Les Cathares et l’histoire. Félix Gras. bourreau et martyr. Bibliographie . Œuvres complètes. Gallimard. 1976-1979. Montauban. ROQUEBERT. les comtes de Toulouse. Pau. Chanson de la Croisade Albigeoise. Judith. Le traitement des faits par les deux auteurs et particulièrement par le continuateur anonyme nous permet de nous projeter dans un monde sur le point de disparaître. 2005. « Poési ». Simon de Montfort représentant de ce monde chevaleresque perdu trouve quant à lui un ennemi bien plus grand que les comtes de Toulouse et leurs vassaux. Bernard Manciet. PUF. Mas-Felipe Delavouët. Epòs/Ethòs. Fernand. Émile [Simone Weil]. Jean. par le personnage de Simon de Montfort. Mourte e bibe. 1983. dans Pouemo II. la chronique et l’épopée se teintent d’une atmosphère tragique ajoutant à l’originalité de la Chanson de la Croisade Albigeoise. 1996. . 2010 (1re éd. Paris. Anne. Paris. « L’agonie d’une civilisation vue à travers un poème épique ». 1859). Toulouse. « Lettres gothiques ». NIEL. Mirèio (Mireille. . ROQUEBERT. Bernard Manciet. L’Épopée. Lou Poüemo dóu Rose (Le Poème du Rhône) (1897). José Corti. Letras d’òc. Félix-Marcel Castan. Joseph Roux.24 rédacteur. MARTEL. Paris. 2002. Petit précis du catharisme. sous la plume de l’anonyme. Martin-Chabot.. Miquèu de Camelat. 1989. Armand Colin. la confirmation de leurs lettres de noblesse dans un monde qui ne s’attache plus aux règles de la chevalerie ni à ses valeurs. 1882. 1961. Aucune connaissance préalable de l’occitan n’est requise. Tolosa. Simon de Montfort. Frédéric Mistral. Paris. en tenait une chronique qui en dénonçait les excès. Calendau (Calendal.. L’Épopée cathare. assurant dans le paysage littéraire médiéval une place unique à cette œuvre dans laquelle la philosophe Simone Weil voyait « la plus belle expression d’une civilisation tout entière ». L’Épopée. Cahiers du Sud. Paris. Michel. éd. Sorrom borrom (Le Songe du Gave). 2009 [1re éd. Portet-sur-Garonne. 1970-1989. Toulouse. Privat. LABARTHE. La Chansou lemousina (La Chanson limousine). Ainsi. NOVIS. Toulouse. 4 vol. la Providence divine elle-même. . 1942. Privat. Le drame cathare devant ses historiens (18201999). et de connaître des hommes tels que les auteurs n’avaient que peu à faire pour les transformer en héros. Paris. PUF. Le Livre de Poche. 1920]. vol. et surtout le « jeune prince » Raymond VII. Les œuvres au programme seront étudiées en édition bilingue. 2010. Paris. 2 vol. Daniel. MADELÉNAT. Écrits de Marseille (1940-42). Lo Brèc (La Blanche Nef). IV. Loubatières. Aralia. 1971. 3 vol. Études BRENON. Gallimard. DUVERNOY. Henri Gougaud. 1986. 2008. Paris. Frédéric Mistral. E. 2006. 1864). Istòri dóu rei mort qu’anavo a la desciso (Histoire du roi mort qui descendait le fleuve). Frédéric Mistral.

Bibliographie Œuvres au programme Gérard de Nerval. 1986 Paul Bénichou. 1990 Pascale Auraix-Jonchière commente Les Diaboliques de Barbey d’Aurevilly. Gilbert Durand. Les Diaboliques.25 THIESSE.du Rocher. PUF 1974 Albert Béguin. Le récit poétique. Une Histoire sans nom. Anne-Marie. ainsi que l’utilisation . Programme L’objet de ce séminaire est de s’initier aux méthodes de recherche sur l’imaginaire à travers l’étude de l’espace dans deux œuvres romantiques. Jules Barbey d’Aurevilly. Éd. cent ans après. Hatier. Europe Seuil. 1969 Gaston Bachelard. Garnier.de). Dictionnaire des mythes littéraires. Le cosmos et l’imaginaire. « Folio »  SÉMINAIRE de Jérôme ROGER  Littérature moderne et contemporaine . On étudiera comment les personnages sont représentés par rapport à cet espace. une rhétorique des genres. Aurélia.des images et du vocabulaire bibliques. Genève. édit. 1967 Dominique Combe. Mythes et Symboles » Dans les deux œuvres. Paris. des symboles et des mythes. 1999 Jacques Bony. Droz. Corti. sur leurs limites génériques. Armand Colin. Barbey d’Aurevilly. On analysera les images clés. La Création des identités nationales. Il faudra aussi se pencher sur la question d‘écriture de ces deux œuvres. « Folio » Lectures conseillées Pierre Albouy. 1978 Hélène Tuzet. L’école du désenchantement. 1988 Lectures complémentaires Gérard de Nerval. José Corti. XVIII -XX e e . Mythes et mythologies dans la littérature française. 1988 Léon Cellier. de l’abîme. 1990 Pierre Brunel (sous direction de). « Folio » Jules Barbey d’Aurevilly. 1978 Philippe Berthier (sous la dir. Corti. Barbey d’Aurevilly et l’imagination. 1992 Philippe Berthier. Les structures anthropologiques de l’imaginaire Jean-Yves Tadié. Gallimard. La poétique de l’espace.ou le détournement . José Corti. leur tonalité parfois proche du fantastique. Gallimard. Le récit nervalien. du  SÉMINAIRE de Gérard PEYLET  Littérature moderne et contemporaine (littérature du XIXe siècle) Etudes sur l’imaginaire romantique : « Personnages et Espace. Gérard de Nerval. 1999. PUF. Histoire de la reine du Matin dans Voyage en Orient. tome 2. 1989. on étudiera l’écriture et la mise en œuvre des personnages/ou du narrateur. Gérard de Nerval. Droz. Foliothèque. comme celles du feu. Récit et poésie.

2ème étage. comme le Port Royal de Sainte-Beuve. -Chaque étudiant (seul ou par groupe de deux selon l’effectif) produira un exposé d’une demi-heure à 40’ avec version écrite. -Pourquoi la « réception » d’une œuvre peut-elle être polémique ? Argument : rares sont les œuvres qui firent « l’unanimité ». états de la critique Présentation du séminaire « Un changement de lecteur. attention redoublée au texte. etc). PRATIQUES DE LECTURE. A plus forte raison. puisque la littérature est d’abord critique de nos manières de lire. .Argument : qu’est-ce qui différencie la lecture courante de la lecture en son for intérieur. des dadaïstes. Chaque exposé devra faire référence sur au moins l’un des textes figurant dans l’anthologie qui sera distribuée lors du premier cours. chaque fois. L’exposé pourra se donner pour tâche de contextualiser cette crise et d’en dégager les enjeux du point de vue de la critique littéraire. la force du texte. à chaque œuvre. notamment. Gustave Flaubert de Thibaudet. demande « mais au fond. . Antilles). « la promotion du ‘’lento’’ étant la condition pour qu’une lecture soit lucide ». des nouveaux romanciers — comme si. Ce fut le cas pour Mallarmé.La critique littéraire relève t-elle principalement du genre de l’essai ? Argument : la critique ne tombe pas du « ciel des idées » mais elle s’invente à travers ceux qui la font. on pourra examiner ce qui peut provoquer ce passage à la lecture lente ( le style. comme le genre privilégié de la critique. On se demandera en particulier quels savoirs sur la langue et sur la lecture mobilisent ou met en branle l’œuvre réputée illisible. ETATS DE LA CRITIQUE. Cette anthologie est à retirer impérativement avant la date du premier séminaire auprès du bureau d'accueil Bat I. le meilleur critique est un lecteur qui introduit un changement parfois décisif dans la lecture d’une œuvre : quelques exemples illustres nous le rappellent. . Evaluation du séminaire -L’assiduité est obligatoire. Cet exposé portera soit sur l’un des sujets au choix proposés ci-dessous. depuis le début du XXème siècle. — on peut penser aussi à la réception des symbolistes. soit sur les textes figurant dans l'anthologie de textes critiques. écrit Paul Valéry. A partir d’un exemple (ou de plusieurs). -L’exposé donnera lieu à une note d’oral et à une note d’écrit. Cahier d’un retour au pays natal. Le champ d’investigation inclut les littératures françaises et francophones (Afriques. Jean-Jacques Rousseau. étayée si possible sur des références critiques. préfaces). non sans référence à Montaigne. sans négliger des formes moins connues de la critique comme les biographies ou la correspondance. arrêt momentané. pour Céline. Lolita.26 Pratique de lectures. compte -rendus.Les obstacles rencontrés à la lecture d’une œuvre classique ou contemporaine. . c’est même souvent l’unanimité de la société contre elles qu’elles provoquèrent parfois (Madame Bovary. la transparence et l’obstacle de Starobinski. Sur Racine de Barthes. l’Essai apparait. mais aussi pour Maurice Scève.Des régimes de lecture : vitesse et lenteur. de nos habitudes de lecteur Associant implication et engagement dans l’acte critique. etc. La critique est ainsi constitutive de toute lecture qui. au sens où il s’agira d’interroger les enjeux de la critique littéraire moderne et contemporaine. L’Assommoir. comme la critique des écrivains. A côté des textes de circonstances (articles. Là encore l’analyse d’expériences personnelles est requise. des surréalistes. sinon un changement de rythme ? Nietzsche conseillait que l’on se fasse l’adepte de « la lente lecture ». qu’est-ce que lire ? ». et ce qu’il modifie : retour en arrière. Partir d’une expérience personnelle est non seulement possible mais souhaitable. qui servira de référence du séminaire. et les littératures en traduction. ce qui nous touche. l’œuvre s’employait à provoquer une crise dans l’ordre des valeurs. Propositions de sujets d’exposés à partir de la séance 4. ce séminaire invite les étudiants à penser une poétique de la lecture. est comparable à un changement dans le texte même ». Argument : un grief récurrent porté contre telle ou telle œuvre est son « illisibilité ». etc) . Sanctuaire. pour Proust. La critique dite « universitaire » aura toute sa place.

« Les réserves des poètes et des romanciers ». coll. de Proust sur « le style de Flaubert ». Critique et théorie littéraire (1800-2000). 2011. à la préface d’André Malraux à Sanctuaire de William Faulkner. Elle est aussi l’une des plus critiquées et des plus étudiées. Don Quichotte.Lectures plurielles d’une œuvre littéraire : Argument : Qu’un même roman. mais aussi et surtout sa propre relation à l’œuvre. pp. S’il est parfaitement légitime de se passionner pour la vie des écrivains (un genre en plein essor aujourd’hui). Certains critiques racontent. sinon privée de « style ». La dernière bande et Tous ceux qui tombent : pour un nouveau théâtre ? En attendant Godot est l’une des pièces les plus connues du vingtième siècle. etc. « La modernité des créateurs ». NORDMAN Jean-Thomas et JARRETY Michel « La relation critique ». 2006. celle de Sartre à Aden Arabie de Paul Nizan. un même recueil poétique supportent à travers le temps des interprétations différentes voire même contradictoires. à tel point que l’œuvre est souvent lue non pas pour elle-même. Décade de Cerisy. . Belin. Peut-on réduire ces différences de lecture aux seuls changements de contexte. La critique peut-elle se passer de la biographie des écrivains ? Argument : à cette question récurrente.. Jorge Luis Borges disait que la littérature c’est l’histoire de la lecture. sa poétique profonde ? Les exemples sont légion. affirment (ou refusent d’affirmer). .. si l’on croit que la critique est un texte informatif dont l’objet serait extérieur à celui qui écrit. NORDMAN J-T. et qui véhicule certaines attentes et certains postulats. en passant par La Princesse de Clèves.du processus de création ? Avec les biographies.27 -Présentation de l’introduction de Forme et signification. mais à travers le discours qui s’est construit autour d’elle. d’autres évoquent suggèrent ou évoquent. plusieurs réponses sont possibles. ou bien faut-il interroger les potentialités mêmes de l’oeuvre considérée.Pourquoi être sensible au style d’un critique ? Critique des écrivains/ critique universitaire. Armand Colin. 2011. et dans le contexte littéraire et artistique des années qui suivirent la deuxième . Plon. éd. les journaux intimes. a constitué un tournant de la « nouvelle critique ». Seconde partie. « 128 ». L’introduction constitue à elle seule un manifeste « des droits et des obligations du lecteur critique ». in Histoire de la France littéraire : Modernités XIXè-XXème siècle. l’écriture de la critique serait uniforme. La critique littéraire du XXème siècle. l’Ancien testament. une même pièce de théâtre. ROGER Jérôme. surtout s’ils sont écrivains travaillent avec l’œuvre de leur choix. Librairie Générale Française. On peut penser à l’article de Baudelaire sur les Misérables. est-il certain que la vie de l’écrivain soit exactement la même que celle de l’auteur . Première partie. Paris. mais tous. TADIE Jean-Yves. L’exposé pourra s’attacher à dégager ces droits et obligations. PUF. de Jean Rousset. 80 90 . Argument : la question peut sembler secondaire. Chapitre 2. les autobiographies et nous demander en quoi ces textes participent de l’interrogation critique. depuis l’Odyssée. il faut donc aussi compter sur les correspondances. 1967. La Critique littéraire. Or la question du style est inséparable de la façon dont le critique envisage son public (dans le cas des revues notamment). d’autres décrivent. Kafka. l’essentiel étant de savoir ce que l’on demande au juste à l’une et à l’autre. L’objet de ce séminaire sera de replacer En attendant Godot dans le parcours qui a été celui de Samuel Beckett. mais dans le monde entier. pose problème à la critique. etc. 2001. intégrale.  SÉMINAIRE de Jean-Michel GOUVARD  Littérature et linguistique Samuel Beckett. 2005 POULET Georges (sld. Si tel était le cas. 1ère édition 1962. En attendant Godot. Quelques ouvrages de présentation générale CABANES J-L.) Chemins actuels de la critique (Les). non seulement en France.. manière de faire porter sur les épaules du lecteur l’entière responsabilité de l’œuvre et de son avenir. Chapitre 4. Belfond. LARROUX Guy. moyennant une présentation méthodique de cette introduction.Un critique peut-elle oui ou non transformer notre lecture ? Argument : L’écrivain (et grand critique) argentin. La Critique littéraire au XIXème siècle. . José Corti.Argument : Forme et signification.

F. « humanité » ou « humanisme » a cessé d’être évident.  SÉMINAIRE de Jean-Paul ENGÉLIBERT  Littérature comparée L’Animal au-delà de la fable ? Envisagé depuis Descartes comme l’autre de l’homme. Bibliographie
 Corpus primaire Coetzee. Seuil. Jacques. Lyon. La Fosse aux ours. B. Paris. à commencer par Fin de partie et Ô les beaux jours. Paris. Mercier et Camier. « Le terrier » (1924) in Un Jeûneur et autres nouvelles. ce n’est plus parce qu’on sait ce qu’il en est. 2001. De l'homme et de l'animal (2002). tentent d’aborder l’animal. On s’interrogera sur le sens historique de cette évolution à la fois littéraire. 2008 Bailly. sinon toujours à représenter les animaux pour eux-mêmes. et la manière dont il a composé sa pièce. Paris. bois. abeilles (1980). l’essai. collection « 10/18 ». Giorgio. Kafka. Paris. 1999. Si l’humain demeure l’enjeu de ces textes. Le roman.M. Lortholary. J. incapable de penser et de sentir. La Fosse aux ours.). J. On lira également de James Knowlson. le récit. et Hommes.. Disgrâce (1999). ainsi que le Dossier de presse d’« En attendant Godot ». Lyon.28 guerre mondiale. What Animals Mean in the Fiction of Modernity. 2006 . mais parce que le sens des mots « humain ». pure machine vivante. « Points ». M. in Dans la colonie pénitentiaire et autres nouvelles. Gallimard. nous étudierons deux autres œuvres théâtrales du dramaturge. 1999. 2007 Birnbaum. éthique et politique. Le Livre des animaux (1990). qui préfigure l’orientation que prendra par la suite le théâtre de Beckett. GF-Flammarion. L'Animal que donc je suis. « L’animal a autre chose à faire et autre chose à être que de représenter l’homme ». Philip.. et le premier roman qu’il écrivit après-guerre. « folio » n° 5080. Seuil. Jean-Christophe. 2010 Derrida. grâce aux progrès de l’éthologie et aux évolutions d’une société de plus en plus soucieuse de lui. trad. l’animal change de statut au XXe siècle. Rolin. écrit Elisabeth de Fontenay dans Le Silence des bêtes (1998). Il est conseillé de lire d’autres pièces de Samuel Beckett. Routledge. Galilée. afin de mieux comprendre quelles étaient les intentions de l’auteur. Philosophie et critique Agamben. Eleutheria. du moins à inquiéter le genre bien connu de la fable. collection « Babel ». La dernière bande et Tous ceux qui tombent. C’est au contraire la différence qui le sépare de l’homme qui est questionnée : la spécificité humaine devient problématique. La dernière bande est une pièce beaucoup plus brève. Un Chien mort après lui (2009). et « Un compte rendu pour une académie » (1919). Gallimard. GFFlammarion. L'ouvert. En complément. Paris. qui n’est pas sans rapport avec Godot à bien des égards. Beckett. Qui sont les animaux ? Paris. 2006 Armstrong. Bayard. Le Versant animal. sans en faire le masque ou la caricature d’une humanité certaine d’ellemême. IMEC. trad. Lortholary. Abingdon. Rivages poche. Paris. deux pièces écrites dans les années 50. et Tous ceux qui tombent est une pièce radiophonique. Il peut être intéressant de lire également sa première œuvre théâtrale. « Points » et Elizabeth Costello (2003). La littérature enregistre ce changement en cherchant. Jean (dir. Actes Sud. B. Rigoni Stern. folio-essais.

1995 Lyn Hejinian. Poésie-Gallimard Ted Hughes. Elizabeth de. Paris. Traduire le parler des bêtes. Of Wolves and Men. Le Silence des bêtes. 2003 Rachid Boudjedra.U. Des Anges et des insectes. Kaputt (1943). Blaise Pascal. 1985 Barry Lopez. P. 2012 Engélibert. Gallimard. GF-Flammarion. The Game (1967). Clermont-Ferrand. 2006. Ecrire l’animal aujourd’hui. (dir. Campos. fr.) La Question animale. L. Entre littérature. Sun and Moon Classics. An Alchemical Cave Drama. Paris. Sur la piste des derniers grizzlies. 1995 Patrick Chamoiseau. G. Moby Dick (1851). Byatt. L'Animalité.S.. Canongate. « Interférences ». 51. 2009 Christian Doumet. Rennes. The Deer Pasture (1985) Wild to the Heart (1987) Winter (1991) The Ninemile Wolves (1995) The Lost Grizzlies (1995). Flammarion. Faber. POL. Adam Biro-Musées de Strasbourg. Londres. White Fang (1906). A. « Facing Animals/Face aux bêtes ». “folio”. Histoires d'un face à face. 2011. 1985. Wish. 2007 Wajcman. L’Ile et une nuits. L’Harmattan. Les Bêtes. Livre de poche Romans et récits de la Loire (recueil contenant les trois romans). « Babel ». Paris. A Biologically Engineered Love Story. in Lettre de Lord Chandos et autres textes. Gallimard. Traité de la mélancolie de cerf. fr. « Une Lettre » (1902). P. 2006 La Plume des bêtes. Rhésus. 2008 Hommeanimal. 1988 La Forêt perdue (1967).. Paris. Hugo von. vol. GF-Flammarion. trad. Coquio. Desert Solitaire. My Life. 1998 Sans offenser le genre humain. L'Herne. Esprit créateur (L’). From the Life and Songs of the Crow. Viking. Winter 2011. Lucile (éd. fr. Edinburgh. trad. Christian Bourgois. sciences et philosophie. Omnibus Peter Goldsworthy. Maurice Genevoix. 1989 . Paris. n° 4. trad. Croc-Blanc. Essai sur le statut de l'humain. Paris-Strasbourg. 1999 Rick Bass. fr. 1997 The Book of Yaak (1996) The New Wolves (1998) Brown Dog of the Yaak (2000) Colter (2000). Paris. Sydney. 1970 Cave Birds. 2001 Arno Bertina. Yann. Livre de poche La Dernière Harde (1938). 2003 Daniel Maximin.). Le Promeneur. Tania. fr. Mémoires de porc-épic. Livre de poche. Actes Sud. coll. Fontenay. 1992 Pierre Gascar. 2007 Héléna Marienské. trad. Raboliot (1925). 1978. A Season in the Wilderness (1967) Paul Auster. L'Herne. Seuil. Gallimard. Actes Sud. Life of Pi (2002). Albin Michel. Alain Mabanckou. New York : Simon & Schuster. Marie-Claire. Jean-Paul. Gallimard. Kaputt. L’Escargot entêté (1977). fr. 1978 Jack London. Angus & Robertson. Gallimard. 2008. fr. trad. Les animaux nous traitent mal. trad. New York. Martel. 2004 Lestel. 2008 et Pasquier. Tombouctou (1999). et Chapouthier.29 Desblache. 1991 Hofmannsthal. Seuil. Angels and Insects (1992). Le Dehors ou la Migration des truites (2001). trad. C. Los Angeles.U. « folio ». Seyssel : Champ vallon. Moby Dick. 1997 Les Neuf Consciences du Malfini. Hoëbeke. Autres textes littéraires Edward Abbey. Crow. 1995 Herman Melville. L’Esclave vieil homme et le molosse. 1953. 2006 Curzio Malaparte. Paris. Gérard et Mouraud. Dominique. Colter.

On envisagera la vision du langage qui sous-tend cette poétique en interrogeant ses notamment rapports avec la musique et l’horizon de silence avec lequel elle joue sans cesse (Hofmannsthal. génie visionnaire. les étudiants choisissant eux-mêmes les œuvres qu’ils désirent étudier de manière approfondie. Nos Animaux préférés. Denoël. 1998 Chroniques de l’oiseau à ressort. Grizzly Years (1990). Initié à la fin du XVIIIe siècle. Conçu comme un espace de dialogue et d’échange. trad. trad. du mysticisme rhénan aussi bien que des spectres gothiques. Denoël. apparaît comme la terre d’élection du poète chez Wackenroder. théorisé par le groupe romantique de Iéna et mis en œuvre. l’idéal du Poète constitue un motif fondateur de la modernité littéraire. « folio ». fr. patrie de l’irrationnel. malgré la part importante qu’il accorde à la littérature allemande et à sa réception française. fr. trad. Gallimard.. magicien à l’art évocatoire. 2001 Valère Novarina. Livre de Poche. aussi bien chez les auteurs de langue allemande qu’en France : l’Allemagne. R.G. 2001 Yves Navarre. Seuil. Je suis un chat. tour à tour génie élu d’un peuple et solitaire incompris. 1992 Jacques Réda. GF-Flammarion. 1978 J. Seuil. 2006. Le séminaire. Gallimard. 1987 Arto Paasilinna. trad. appelés à exposer leur point de vue et à orienter le déroulement de séances. Le Lièvre de Vatanen (1975). Le Serpent à plumes. Métailié. Il se fonde sur un corpus ouvert. Le Cantique de l’apocalypse joyeuse (1992). . dont on étudiera la genèse et le devenir entre Romantisme et symbolisme. De Goupil à Margot (1910). On verra d’une part comment l’émergence de cette figure est liée à l’édification d’une Allemagne imaginaire. trad. tout au long du XIXe siècle. Fata Morgana.  SÉMINAIRE de Vérane PARTENSKY  Littérature comparée L’invention du poète C’est dans le contexte d’un refus des Lumières françaises et de ses valeurs d’universalité et de rationalité que l’Allemagne romantique édifie le mythe du Poète. 2003 Natsume Sôseki. trad. New York : Henry Holt & Cie. POL. Enfin. 1995 Roger Vaillant. Steinbeck. La Truite (1957). fr. Un Paradis d’oiseaux. Gallimard. règles et modèles. à partir d’une réflexion sur les rapports entre poésie. fr. Les Elegies de Duino. ils pourront être complétés par d’autres lectures en fonction des intérêts de chacun. 1989. Materlinck). donne la préférence au nocturne et à l’irrationnel. Duineser Elegien (1912-1922). trad. Actes Sud. Sebald. 2008 Dough Peacock. Mallarmé. L’éléphant s’évapore. fr. inventeur d’un langage qui. nation et langage. n’exige ni compétences linguistiques (toujours bienvenues cependant). M. Une Vie de chat (1986). Travels with Charley in Search of America (1962).30 Haruki Murakami. Temps de chien. 2001 Antoine Volodine. Chronique animale. Le Vieux qui lisait des romans d’amour (1993). mais aussi chez Mme de Staël. Le Discours aux animaux. on abordera la question de la fonction politique du poète. Nerval ou Hugo. de Novalis à Hofmannsthal et Mallarmé. fr. Louis Pergaud. ni connaissances particulières sur l’Allemagne. 1988 Rilke. Seuil. Voyage avec Charley. récusant normes. face à la claire transparence du Logos classique. W. 1995 Luis Sepulveda. 1987 Patrice Nganang. terre poétique et brumeuse. Novalis ou Wagner. Gallimard. 1996. fr. il requiert en revanche une participation active des étudiants. fr. Les Anneaux de Saturne (1995). trad.. “folio”. Quelques textes constitueront cependant un socle privilégié pour le travail commun (voir lectures principales) .

1996. Hymnes à la nuit. 2011 (ou édition bilingue Paris. Axel Nancy. L. Points. Scènes de la vie d’un propre à rien Phébus Libretto. Klopstock et al.31 Lectures principales — Novalis. trad. trad. 2007 — A. 2011 — J. Paris. von Hoffmannsthal. Lenz. Sur le caractère national des langues. De l’Allemagne. Les Maîtres Chanteurs. — G.]. Armel Guerne. Corti. Scheffert.T. Paris. trad. traduction Marcel Camus. Gallimard. 1978 — Poèmes d’outre-Rhin [Goethe. traduction J-C Schneider et A. Garnier-Flammarion. 2011 — Wilhelm von Humboldt. traduction J. Poésie/Gallimard. Chant religieux. in Contes. de Nerval. Paris. Paludes. Wackenroder. Gallimard. — Madame de Staël. Heinrich d’Ofterdingen. Absalon. coll. présentation J-Y Masson. Œuvres en prose. De la littérature allemande. — Frédéric II. Grasset. Lettres à un jeune poète. Lévy. Epanchements d’un moine ami des arts. Divations. 1994. 1982. — A. Le Livre de poche V. 1975 — Rilke. 2000 — Novalis. Sucher) — G. GF. Livre de poche) qui contient d’autres œuvres intéressantes pour le séminaire. 1983. Lefebvre. Charles Leblanc et O. coll. Hermann. Kohn (Poésie Gallimard). Paris. Une bibliographie détaillée et une bibliographie critique seront données aux étudiants lors de la première séance. Points. Aubier Montaigne. Actes sud Opéra. Corti.fr) — E. Isabelle d’Egypte et autres récits (divers traducteurs). Le Promeneur. Les Disciples à Saïs. . Gide. Büchner. 1992 — S. Grasset. Villiers de l’Isle-Adam. 2 vol. P. traduction Bernard Grasset et Rainer Biemel. Anthologie présentée par Philippe Lacoue-Labarthe.A.-P. 2009 On pourra également consulter les deux volumes consacrés au Romantiques allemands dans la Pléiade. 1995 — R. Paris. Choix de lectures complémentaires — L’Absolu littéraire. mais on peut aussi se procurer diverses éditions épuisées ou consulter le texte de La Pléiade) — L. Hoffmann. Paris. Mallarmé. Igitur ou la folie d’Elbehnon in Igitur. Un coup de dés. von Eichendorff. Jean-Luc Nancy. Flammarion. Poésie Gallimard. 1957 (en ligne sur Gallica. Folio — Henrich Heine : Poèmes et légendes. Le Rhin. Lettre de Lord Chandos in Lettre de Lord Chandos et autres textes. 2003 — H. trad. Paris. Paris. de Nerval. Lorely. M. G. von Arnim. Seuil. E. Folio. Éd. Paris. 1968. DL 2008 (la seule actuellement disponible. Hugo. traduction M. 1996. Laval et R. lettres à un ami. Marchal. Seuil. Sctrick. 1992 On pourra préférer le texte des Œuvres en prose (trad. Folio Classique — Hoffmannsthal . « Le vase d’or ». textes présentés et annotés par B. Wagner. Bourin Editeur. Paris. Schiller. — A. Tieck.

Gallimard. Demain j’aurai ving ans. sous forme de « paper » seront effectués en classe (l’usage d’un ordinateur personnel est autorisé). Les exercices écrits. 2e éd. . New York: Oxford University Press. Black boy (1945).. 1957). Demain j’aurai vingt ans (2010) a suscité un grand intérêt de la part de la critique journalistique et des lecteurs.32  SÉMINAIRE de Jean-Michel DEVESA  Littératures francophones (Littérature africaine en français) Autour du récit d’enfance : Demain j’aurai vingt ans d’Alain Mabanckou La littérature africaine en français n’offre qu’un nombre limité de récits d’enfance : d’une manière plus générale. Le séminaire se propose d’examiner le livre d’Alain Mabanckou du point de vue du « modèle littéraire » : l’ouvrage Demain j’aurai vingt ans sera donc appréhendé en fonction de la « parenté » (Harald Bloom. malgré l’exaltation du « royaume d’enfance » par Léopold Sédar Senghor et l’extraordinaire accueil que la postérité a réservé à L’Enfant noir (1953) de Camara Laye en en faisant un « classique » étudié quasiment partout dans les Lycées et les universités de l’Afrique francophone. Des « présentations » seront sollicitées. l’écriture du moi et l’autobiographie sont assez peu pratiquées par les auteur(e)s africain(e)s ou d’origine africaine. Et ce. Consulter : Marcel Pagnol. le cycle autobiographique de Marcel Pagnol. Camara Laye. Plon. commentaire d’une page critique) seront valorisés et hautement appréciés dans la détermination de la note finale. Le Château de ma mère (Souvenirs d'enfance II. Le Temps des secrets (Souvenirs d'enfance III. L’assiduité au séminaire est requise. Programme Lire : Alain Mabanckou. Evaluation Contrôle continu. Folio n° 965. ces « oraux » (explication de texte. nouvelle édition. 1997) qu’il entretient ou non avec L’Enfant noir de Camara Laye. Richard Wright. mars 2006. Black Boy (1945) de Richard Wright et Souvenirs d’enfance. Bibliographie Une bibliographie critique complémentaire sera fournie au tout début du séminaire. Dans la dernière période. la publication par Alain Mabanckou d’un roman à caractère autobiographie. The Anxiety of Influence: A Theory of Poetry. L’Enfant noir (1953). Paris. 1973 . 1959). Folio. Souvenirs d’enfance. La Gloire de mon père (Souvenirs d'enfance I 1957). Préface d’Alain Mabanckou. 2010.

solliciter le concours et la signature d'un professeur des universités ou d’un maître de conférences habilité à diriger des recherches. 2 – crédits : 2 MODALITÉS D’ÉVALUATION Session 1 : Assidus : Choix du sujet .Problématique Dispensés d’assiduité : Choix du sujet . L’annexe 3 (« Contacts avec les enseignants-chercheurs ») est constituée d’un répertoire des adresses électroniques. Une évaluation continue scande la progression semestre par semestre : .S1 : Sujet. L’annexe 2 (« Directions de recherche ») indique le domaine de spécialité des enseignantschercheurs ainsi que leur statut. de commencer les premières lectures et de mettre en place un programme de travail.Problématique Session 2 : Assidus : Choix du sujet . .Problématique Dispensés d’assiduité : Choix du sujet .33 M1DRU7 (Semestre 1) MEMOIRE 1 RESPONSABLE de l’UE M1DRU7 Martine MATHIEU-JOB Nombre d’heures : ad lib. à chaque fois. obtenir une note de leur directeur de recherche. corpus et problématique . On notera que si tous les enseignants-chercheurs peuvent officiellement diriger un mémoire de master. à exploiter et discuter les travaux existants. les maîtres de conférences devront. Ce travail exige de l’étudiant la capacité à élaborer une problématique autour d’un sujet et d’un corpus.S3 : Fragment rédigé . Ils sont invités à prendre contact dès avant la rentrée avec un enseignant-chercheur afin de déterminer un sujet. pour la soutenance.S4 : Rédaction finale et soutenance Pour valider chacun des quatre semestres.Problématique La production d’un mémoire de recherche sur un sujet en rapport avec la discipline principale est l’objectif principal de la formation. les étudiants devront.S2 : Plan et bibliographie . enfin à construire et développer une réflexion argumentée satisfaisant aux critères de la recherche en lettres. – coef. Signalons enfin que l’annexe 4 contient des conseils pour la présentation matérielle des rapports de séminaire et du mémoire.

Solal. rappel des normes de présentation bibliographique Bibliographie FARAGASSO Tony . Diigo.34  Hélène MONTAGNAC-MARIE  Documentation (6h) Deux séances de 3h permettront aux étudiants du parcours REEL4 de poursuivre les objectifs suivants : – approfondir et affiner les usages des outils mis à la disposition de l'université : catalogues de bibliothèques et catalogues collectifs. 2011 GRIVEL Luc . 2011 PIOLAT Annie . Zotero et quelques autres – ADBS éditions. moteurs de recherche généralistes et spécialisés – présentation des outils de veille informationnelle et de gestion bibliographique . Web social.Recherche éveillée sur Internet : mode d'emploi : outils et méthodes pour explorer le Web : Web visible. accès au texte intégral d'articles de presse et scientifiques – améliorer l'utilisation des outils de recherche propres à internet : annuaires. doctorants et jeunes chercheurs . 2011 FOENIX-RIOU Béatrice . bases de données de références bibliographiques. ces deux séances sont également ouvertes aux étudiants du parcours Concours dans la limite des places disponibles. 4 .La recherche d'information en contexte : outils et usages applicatifs – Lavoisier. 2002. manuel à l'usage des étudiants. Obligatoires pour les étudiants du parcours REEL. Web invisible. Web temps réel.Lavoisier.La recherche documentaire.De la gestion de signets au social bookmarking : Delicious.

le quotidien. L’évaluation se fera pour eux à la fin de chaque semestre sous forme d’un « écrit scolarité » et d’un essai sur un sujet lié au programme. Gérard PEYLET Nombre d’heures : 24 heures – coef. Ces six programmes s’organisent autour d’un même objet. Deux autres programmes (un par semestre) sont réservés aux étudiants du parcours concours : M1DRX1 : « Théorie littéraire » . Parmi les six programmes proposés (trois par semestre)5. la philosophie. Jean-Paul ENGÉLIBERT. 5 – crédits : 5 MODALITÉS D’ÉVALUATION Session 1 : Assidus : Contrôle continu Dispensés d’assiduité : Écrit Scolarité (volume horaire : 2h) Session 2 : Assidus : Écrit Scolarité (volume horaire : 2h) Dispensés d’assiduité : Écrit Scolarité (volume horaire : 2h) L’évaluation des étudiants assidus se fera sous forme de contrôle continu à l’intérieur de chaque groupe. M2DRX1 : « Esthétique littéraire ». l’étudiant en choisira deux (un par semestre): un assuré par un collègue extérieur à notre Département des Lettres (1er semestre) et un assuré par un collègue littéraire (2nd semestre).35 M2DRX1 (Semestre 2) LITTÉRATURE ET SCIENCES HUMAINES 2 RESPONSABLE de l’UE M2DRX2 Philippe BAUDORRE Cette UE conduira les étudiants à confronter les problématiques et la méthodologie des études littéraires à celles d’autres sciences humaines : au cours de l’année 2012-2013. les études cinématographiques. abordé à travers des approches disciplinaires et un corpus différents. l’histoire de l’art. Les étudiants dispensés d’assiduité devront se référer au programme et à la bibliographie fournis par Patrick Baudry (S1) et Philippe Baudorre (S2). LISTE DES INTERVENANTS Philippe BAUDORRE. 5 .

Fayard. Fragments de la vie des gens. 1990. l’ « homme ordinaire » (Michel de Certeau). Seuil. 2012. La littérature convoquant le monde du travail s’ouvre à d’autres manières de voir. 2009. 1995. 2000. la place de l’ « auteur ». Sortie d’usine. Minuit. POL. Leslie Kaplan. la fidélité ou la trahison. du XIXème et du début du XXème mais mettra particulièrement l’accent sur le récit contemporain. . anthropologique. Programme obligatoire : Gustave Flaubert : Un cœur simple (1877) Annie Ernaux : La Place (1983). Il s’appuiera sur de nombreux exemples. Arlette Farge). Zones. De Flaubert à Annie Ernaux la littérature s’efforce aussi de retracer le parcours de celui qui ne laisse pas de trace. Dora Bruder. Emmanuel Carrère. des « récits de vie ordinaire ». en se consacrant à ses habitudes et ses routines si bien ancrées que nous ne les voyons plus. 2011. 2007. qui n’a parfois pas de visage. celui « qu’aucune rumeur flatteuse ou pas ne rend célèbre sinon l’accident d’un récit. Gallimard. comme François Bon. Gallimard. François Bon. Ivan Jablonka. L’Etabli. Viart a mis en évidence le « retour au réel » de la littérature française des années 80. 1978. A travers l’attention à ce que Pérec nommait l’ « infra-ordinaire ». qui souhaitaient prendre pour objet les « gens de peu ». François Maspero. Gallimard. 1982. Régis Jauffret. Lectures complémentaires à choisir parmi les œuvres de Georges Pérec. 1980. Vollmann (Poor People. Michel Foucault ouvrait la voie à des travaux d’historiens (Alain Corbin. Marguerite Duras. 
 
  Jean-Paul ENGÉLIBERT (Littérature comparée)  Les
travaux
et
les
jours D. Microfictions. 2007) par exemple ou sur un autre mode Franck Magloire (Ouvrière. de voix. Minuit. 2009. en 1977. D’autres vies que la mienne. Seuil. Aussi cet investissement correspondil à l’essor de nouveaux modes narratifs : le récit plutôt que le roman. ou de sociologues. de nom. Laurent Mauvigner. dont la vie a quelque chose de gris et d’ordinaire au regard de ce qu’on estime d’habitude digne d’être raconté » (Foucault). Rivages/Noir. d’autres structures narratives et surtout d’autres investissements du sujet dans ce qu’il raconte. Minuit.  Philippe BAUDORRE
(Littérature
française
contemporaine)

  Vies de l’homme ordinaire En publiant. historienne. Les Choses. l’écrivain entend témoigner d’un rapport au monde inaperçu et fondamental. Daewoo. Minuit. De nombreux auteurs. d’autres plans de connaissance. et les questions communes qu’elles soulèvent : l’usage de la « trace » (documents et archives). Patrick Modiano. Histoire des grands-parents que je n’ai pas eus. L’Excèsusine. 2008). 2002) ou Martine Sonnet (Atelier 62. Ce cours confrontera ces différentes approches. L’été 80. Robert Linhart. POL. qui passent par d’autres rythmes. Jean Rolin. Derniers retranchements. 1982. Ainsi William T. Hervé Le Corre. 1965. littéraire. Une femme (1988). Les Passagers du Roissy-Express. la restitution de la voix. 2004. La Vie des hommes infâmes. l’enquête plutôt que la fiction réaliste. 1997.36  Un groupe à choisir parmi une offre de trois. Des hommes. ont entrepris de raconter ainsi le travail. Gallimard.

des saisons.  Gérard PEYLET (Littérature française des XIXe et XXe siècles)  Le quotidien et le vernaculaire dans les « romans de la terre » Il s’agit d’étudier à travers quelques œuvres du XIXème siècle et d’aujourd’hui la relation entre la littérature et le terroir à travers l’évocation du quotidien. Pierre Bergounioux. ces œuvres qui s’ancrent dans le quotidien rural contiennent une méditation plus large sur l’être dans le monde et dans le temps. Miette (Folio). nourrit la description de la campagne. Le réel documenté. Les personnages de ces fictions semblent une émanation du territoire où ils vivent. Programme : Georges Sand. en France et dans le monde anglo-saxon. à travers des vies ordinaires. Les Maîtres sonneurs (Folio) . Pierre Michon. et essaiera de décrire et sérier ses procédés afin d’en cerner les enjeux esthétiques et politiques. Georges Sand dans ses romans champêtres présente une vision sensible de la classe paysanne. 
 
 . de la journée. Pierre Michon et Pierre Bergounioux sont dépositaires de l’héritage d’une province originelle où s’enracine leur œuvre. Les Vies minuscules (Folio). Une bibliographie sera donnée à la rentrée. appuyé sur la langue.37 Le cours portera sur le développement de cette littérature du quotidien des années 80 à aujourd’hui. Ecrivains de la même génération. Toutefois. Elle décrit des relations sociales simples à travers le rythme du temps.

fixé chaque année d’après le nombre total d’inscrits au sein de la formation (parcours Recherche et parcours Concours). 5 – crédits : 5 MODALITÉS D’ÉVALUATION Session 1 : Assidus : Contrôle continu Dispensés d’assiduité : Oral Session 2 : Assidus : Oral Dispensés d’assiduité : Oral Dans le souci d’éviter la surcharge des séminaires. ceux-ci fonctionnent sur le principe du numerus clausus. Gérard PEYLET. Dès que le maximum est atteint. la liste du séminaire est fermée et plus aucune pré-inscription n’y est donc possible. Les étudiants dispensés d’assiduité doivent impérativement prendre contact dès le début de l’année universitaire avec les responsables des enseignements qu’ils ont choisis. . Joëlle de SERMET Nombre d’heures : 24 heures – coef. Il sera exposé par chaque enseignant en début de semestre. afin de convenir avec eux des modalités selon lesquelles ils seront évalués. L’étudiant doit ensuite faire enregistrer son inscription pédagogique par le secrétariat.38 UE M2DRX2 (Semestre 2) TEXTES ET DISCOURS 2 RESPONSABLE de l’UE M2DRX2 Joëlle de SERMET LISTE DES INTERVENANTS Éric BENOIT. À cette fin. il est demandé aux étudiants de remplir une fiche de vœux (distribuée lors de la réunion de pré-rentrée ou disponible auprès du secrétariat). Le détail des modalités d’évaluation peut varier selon les groupes.

II. L’Épistolaire. mutations. 1998. publication du texte). La seconde partie – avec des exercices appliqués – portera sur un exemple de correspondance du XIXe siècle. Paris. établissement du texte.  Gérard PEYLET  Textologie . Geneviève. Hachette. La critique génétique ou critique de genèse s’attache ainsi aux étapes qui vont de l’idée première de l’œuvre à l’état du texte remis à l’imprimeur.39  Un groupe à choisir parmi une offre de trois. musique et littérature Destiné en priorité aux étudiants du master Ingénierie de projets culturels et interculturels (IPCI)6. rap. 6 Ce cours est ouvert aux étudiants du Master REEL dans la limite des places disponibles. ce groupe sera orienté par la pratique du commentaire et de l’explication des textes littéraires. depuis les premiers brouillons jusqu’à l’édition imprimée diffusée dans le commerce. mais aussi avec la culture de rue. A partir de l’analyse de phénomènes situés au croisement de la musique (rock. de garde-fous. en passant par le manuscrit et les différents états imprimés du texte. par l’entraînement à des micro-lectures précises où le fond et la forme seront simultanément pris en compte dans l’analyse. Paris. Edgar.  Éric BENOÎT  Lectures du texte À partir de textes de tous les siècles et de tous les genres. III. émergence. enfin proposé à la lecture et soumis à l’interprétation. t.  Joëlle de SERMET  Contre-culture. des années soixante à aujourd’hui : définition.Édition critique de correspondance Cet enseignement vise à réfléchir sur le texte dans sa matérialité. Il faudra prendre conscience du fait qu’un texte a une longue histoire. c’est cette fois la tâche de l’édition critique de repérer tous ces états et. Lettres à sa mère. on s’interrogera plus particulièrement sur ses formes actuelles et sur les relations qu’elles entretiennent avec les héritages culturels. de précautions indispensables qui s’avéreraient utiles à tout jeune chercheur tenté par l’édition d’une correspondance. Bibliographie HAROCHE-BOUZINAC. slam) et de la littérature (roman et poésie). mythologies. 2003. d’autres éditions . 1995. La première partie du cours exposera les règles générales (collecte des documents. I. de les fournir au lecteur. de quelque manière. Champion. diversité. 1995. Le cours vise à présenter un ensemble de conseils. la culture de masse ou encore l’interculturalité. . ce cours propose une approche de la contre-culture et de ses manifestations internationales. Mais le même texte connaît d’autres états. QUINET.

Révolte et utopies : la contre-culture américaine des années soixante. Larousse. Ellipses. . Dictionnaire de la contestation au XXème siècle.40 Indications bibliographiques HAROUEL. 2004. 2002. 2011. Paris. PUF. Jean-Louis. ROSZAK. Paris. Vers une contre-culture (1969). ROBERT. Paris. Collectif : Le Siècle rebelle. Paris. Culture et contre-cultures. Frédéric. 1980. Theodore. Stock.

4 – crédits : 4 MODALITÉS D’ÉVALUATION Session 1 : Assidus : Contrôle continu Dispensés d’assiduité : Oral Session 2 : Assidus : Oral Dispensés d’assiduité : Oral  Un groupe à choisir parmi une offre de trois langues. Objectifs Ce cours se propose d’aborder la langue occitane dans ses réalisations non littéraires et ses différents supports. Les étudiants intéressés par d’autres langues (allemand. Marie-Lise PAOLI (anglais) Nombre d’heures : 36 heures – coef. latin ou grec.41 UE M2DRX3 (Semestre 2) LANGUES RESPONSABLE de l’UE Katy BERNARD LISTE DES INTERVENANTS Katy BERNARD (occitan). Programme Usages non littéraires de l’occitan médiéval . des textes bilingues seront distribués. Carine HERZIG (espagnol).  Katy BERNARD  Occitan Niveau linguistique requis Aucune connaissance de l’occitan médiéval ou moderne n’est requise . notamment) sont invités à prendre contact avec le responsable de l’UE.

grandes problématiques historiographiques comme la légende noire de l’Espagne. CPM (reprint de l’éd. Conjugaison Les Verbes espagnols. t. 1994. ses caractéristiques. . Bruges. Paris. ROMIEU. le problème de la constitution de la monarchie hispanique. René. « Saber Lenga ». 2002. BEC. etc. à l’oral. « Bibliothèque Européenne ». 1987. Paris. etc. 1989. Paris. NELLI. Bibliographie . la sorcière. t . ses mouvements et ses évolutions. La Chanson de la Croisade Albigeoise. PUB. Pierre. René. des présentations de personnages. Christine. II. Vent Terral. Maurice. versions) et de grammaire. Une initiation à la paléographie sera proposée selon les documents utilisés. ainsi qu’à la civilisation et la société espagnoles du XVIIe siècle (structures sociales. Bordeaux. le bourgeois. 1960. Raphèle-les-Arles. Enèrgas. « Lettres Gothiques ». Bordeaux. de brèves monographies. Desclée de Brouwer. Anthologie de la prose occitane du Moyen Âge. . Grammaire GERBOIN. Grammaire d’usage de l’espagnol contemporain. . Les étudiants devront produire des fiches de lecture.. et LEROY. Objectifs Entraînement à la pratique de l’espagnol écrit et oral. Karl. traités de médecine .). Bibliographie BARTSCH. Pierre. Chrestomathie provençale. et BIANCHI. Les Troubadours : l’œuvre épique et l’œuvre poétique. BEC. livres de sciences divinatoires ou de magie. Maurice. Le Livre de Poche. PUB. ROMIEU.  Carine HERZIG  Espagnol Niveau linguistique requis Cet enseignement s’adresse à des étudiants ayant étudié l’espagnol en LV1 ou LV2 dans l’enseignement secondaire et ayant également suivi un enseignement dans cette langue depuis leur entrée à l’université. Larousse-Bordas. etc. André. « Saber Lenga ». ses grandes œuvres. 1977. ses grands auteurs. 2002. I. Aubanel. Chaque exposé sera suivi d’un débat et fera l’objet d’une évaluation. la moitié du séminaire sera consacrée à la littérature espagnole baroque ―en particulier au théâtre du Siècle d’Or (XVIe-XVIIe siècles)―. La Lenga del Trobar. Iniciacion a l’occitan ancian (19 textes du Moyen Âge commentés). Anthologie de la prose occitane du Moyen Âge. Paris. opuscules présentant des études de mœurs ou de caractère (le clerc.42 Étude de textes de caractère historique et scientifique : textes traitant du catharisme et des autres hérésies méridionales . Bescherelle-Hatier. Cet enseignement sera orienté d’autre part vers la pratique de la langue écrite sous la forme de divers exercices de traduction (thèmes.) . André. Programme Le groupe étant composé d’étudiants inscrits en Master recherche. Avignon. Dictionnaire Grand Larousse Espagnol-français / Français-espagnol. Lexique . de 1868). et LAVAUD. avec révision de vocabulaire chaque semaine. Hachette. et BIANCHI. 1998 (Dictionnaire bilingue). Pierre. la femme. le phénomène des favoris sous Philippe III et Philippe IV.

FREYSSELINARD. exposés. tant dans les études à orientation littéraire que linguistique. Akal. . Paris. Ophrys. 1997. une réelle disponibilité pour se confronter aux difficultés linguistiques des ouvrages écrits en anglais présents dans les bibliographies des sujets traités en Master semble néanmoins indispensable. répondant aux exigences propres à chaque discipline représentée. La vie quotidienne en Espagne au Siècle d’Or. Le Mot et l’Idée. spécialistes respectivement de critique littéraire et de linguistique appliquée. traduction. L’accent est mis à la fois sur l’acquisition de la langue critique et sur la familiarisation avec les concepts et les méthodes propres à la critique anglo-saxonne par la fréquentation des grands textes de la théorie littéraire ainsi que des articles et ouvrages critiques en langue anglaise. Cet apprentissage se double d’un entraînement à une approche bilingue des faits littéraires par l’étude comparative des deux langues de travail des étudiants (français / anglais) et une réflexion menée à partir de la découverte dans leur traduction anglaise de textes français fondateurs de la critique littéraire internationale. Éric. Cette formation passe par des exercices de nature variée : compréhension écrite et orale. Términos literarios. Aussi l’enseignement proposé tient-il compte de la spécificité de chaque parcours pour offrir une formation en langue différenciée. Espagnol 2. Madrid. Bibliographie Les indications bibliographiques seront fournies en début d’année après répartition des étudiants dans les deux groupes. l’enseignement étant assuré par deux intervenants distincts. Objectifs Il s’agit d’amener les étudiants entrant en Master à une compétence linguistique leur permettant d’utiliser l’anglais comme outil de travail (working knowledge). nous recommandons vivement la lecture de l’ouvrage de Marcelin Défourneaux. Victoria.  Marie-Lise PAOLI  Anglais Niveau linguistique requis Si parler de prérequis en compréhension écrite et orale de l’anglais serait déplacé pour des étudiants non spécialistes de cette discipline. vocabulaire thématique. rédaction de résumés et compte rendus. Éd. Par ailleurs. tant à l’écrit qu’à l’oral dans le parcours qu’ils ont choisi. Programme Le programme a été conçu pour les étudiants de la spécialité Études littéraires. Hachette.43 AYUSO DE VICENTE.

Une participation active et assidue aux séminaires est exigée. . fixé chaque année d’après le nombre total d’inscrits au sein de la formation (parcours Recherche et parcours Concours).Littératures 2B (1 séminaire dans une offre de 7 ou extérieur) Nombre d’heures : 48 heures – coef. Myriam TSIMBIDY. ceux-ci fonctionnent sur le principe du numerus clausus.Littératures 2A (1 séminaire dans une offre de 8 ou extérieur) . afin de convenir avec eux des modalités selon lesquelles ils seront évalués. Véronique FERRER. . Les étudiants dispensés d’assiduité doivent impérativement prendre contact dès le début de l’année universitaire avec les responsables des enseignements qu’ils ont choisis. L’étudiant doit ensuite faire enregistrer son inscription pédagogique par le secrétariat. Dès que le maximum est atteint. Il sera exposé par chaque enseignant en début de semestre. (8) – crédits : 8 MODALITÉS D’ÉVALUATION Session 1 : Assidus : Contrôle continu Dispensés d’assiduité : Oral Session 2 : Assidus : Oral Dispensés d’assiduité : Oral Dans le souci d’éviter la surcharge des séminaires. Martine MATHIEU-JOB. la liste du séminaire est fermée et plus aucune pré-inscription n’y est donc possible. il est demandé aux étudiants de remplir une fiche de vœux (distribuée lors de la réunion de pré-rentrée ou disponible auprès du secrétariat). L’évaluation en tiendra compte.44 UE M2DRX4 (Semestre 2) LITTÉRATURES 2 (séminaires) RESPONSABLE de l’UE M2DRX4 Eric BENOIT LISTE DES INTERVENANTS Eric BENOÎT. À cette fin. Béatrice LAVILLE. Eve de DAMPIERRE-NOIRAY. Danièle JAMES-RAOUL. Jean-René VALETTE  Au choix 2 séminaires (voir ci-dessus la présentation de la spécialité). Le détail des modalités d’évaluation peut varier selon les groupes.

1999. dans Pierre Grimal (dir. elles demeurent cependant fort rares. des Celtes à la Renaissance. 2. Perrin. Paris. mal connue. « Bouquins ». Christiane Klapisch-Zuber. des femmes. L’Occident. qui plus est. paradoxale ou fantasmatique que de manière neutre. n° 20. située ou maintenue à distance. coll.). « La femme du Moyen Âge en France dans la vie littéraire et spirituelle ». Robert Laffont.  SÉMINAIRE de Jean-René VALETTE  Langue et littérature médiévales Le merveilleux dans la littérature française du Moyen Âge Discours critiques et lectures croisées Le merveilleux occupe une place importante dans la littérature française des XIIe et XIIIe siècles. 1974. idéalement polies sur le vélin. « Tempus ». Histoire des femmes en Occident. Paris. Paris. tout particulièrement dans le domaine narratif (lais. Il n’est donc guère étonnant que la femme. . La femme au Moyen Âge. Dans le cadre de ce séminaire de recherche.). Paris. L’image de la femme dans la littérature ». dir. ou parée de toutes les qualités. Deux volets principaux seront développés. très souvent de clercs. nous nous intéresserons aussi bien aux personnages et aux thèmes merveilleux qu’aux discours critiques qu’ils ont pu susciter. VERDON Jean.45  SÉMINAIRE de Danièle JAMES-RAOUL  Langue et littérature médiévales Penser et représenter la femme au Moyen Âge Si des voix féminines se font entendre en littérature. 1977. 79-134. Voix de femmes au Moyen Âge. Nouvelle Librairie de France. entachée des pires défauts et responsable des maux de l’homme. Le Moyen Âge. soit pensée et représentée dans la littérature plus souvent de manière décalée. LEJEUNE Rita. à la marge : la littérature et. En s’appuyant sur un large corpus textuel. p. Histoire mondiale de la femme. 201217. romans en vers et cycles romanesques en prose). l’image qu’elle offre de la femme. Cahiers de civilisation médiévale. Choix bibliographique BOHLER Danielle (dir. partant. 2006. le séminaire s’attachera en particulier à voir quel objet littéraire nous est livré (à comparer à la réalité historique que nous pouvons approcher) et à étudier comment le Moyen Âge pense la différenciation sexuelle et met en scène l’opposition masculin/féminin. Jean-Paul Gisserot. DUBY Georges et Michelle PERROT (dir. justement soustraits à la société des femmes. entre blâme et éloge. relèvent encore presque exclusivement de la parole et du regard des hommes. à la croisée de la littérature et des sciences humaines. p.). 2. LEFEVRE Yves. 2002. « La femme dans les littératures française et occitane du XIe siècle au XIIIe siècle. tout au long du Moyen Âge. coll.

le merveilleux épique. il convient de lire les Lais de Marie de France ainsi que les Lais anonymes (GF-Flammarion). ses formes. p. Paris. le Graal. mars 2005. 455-476. Dictionnaire raisonné de l’Occident médiéval. l’étude se concentrera sur un certain nombre de thèmes. signalé ci-après. POIRION. l'Autrefois. cit. FERLAMPIN-ACHER. prodiges et merveilles au Moyen Age. l’Ailleurs et l’Autrefois Dans un deuxième temps. Outre les romans de Chrétien de Troyes. — Problématiques du merveilleux : éléments d’historiographie critique En tant qu’expression privilégiée d’un imaginaire très diversifié dans ses origines. Paris. « Merveilleux ». 1999. sous la dir.Les formes et les registres : la merveille bretonne.Les acteurs : les fées et les magiciennes. Jean-René. Anita. Gallimard. il est possible de distinguer trois « moments » principaux : 1) Les sollicitations mythiques (le paradigme trifonctionnel. HARF-LANCNER Laurence. — Petit atlas du merveilleux : l’Autre. les saints et les anges. GUERREAU-JALABERT. connus de la plupart des étudiants. de Jacques Le Goff et Jean-Claude Schmitt. Paris. LE GOFF Jacques.Les supports (objets magiques) et des espaces du merveilleux (les îles. Paris. le récit de miracle. p. p. 2) Les travaux centrés sur la production du texte médiéval (les mots du merveilleux. Hachette Littératures. de motifs et de formes. L’Autre. 2003. 127-151. 1982 (Que sais-je ?). l’Orient. etc. le merveilleux a sollicité la quasi-totalité de l’arsenal méthodologique actuellement en usage dans les sciences humaines Une première partie du séminaire s’intéressera aux approches dont le merveilleux médiéval a été l’objet. 17-39. DUBOST Francis et VALETTE.46 1. « Quarto ». Publications de la Sorbonne. 1999. l'Ailleurs. le merveilleux encyclopédique.). juin 1994). Paris. Champion. Paris. l’écriture fantastique. etc. la mythanalyse et les images archétypales. 2. 2003. Trente ans de recherches en langues et en littératures médiévales. 61-110. Perspectives Médiévales. etc. les nains et les enchanteurs. Merveilles et topique merveilleuse dans les romans médiévaux. 1991. 133-150. le récit de rêve. permet d’accéder à un grand nombre de textes merveilleux. Entre les années 1950 et le début du XXIe siècle. Article repris dans L’Imaginaire médiéval. p. Fayard. l’élaboration d’un fantastique médiéval. L’ouvrage de F. > Études DUBOST Francis. le diable et ses suppôts. textes réunis par Jean-René Valette. numéro jubilaire. les ermites. « Merveilleux médiéval : synthèse des recherches les plus récentes ». la pensée mythique et la critique des traces). XXVe Congrès de la Société des Historiens Médiévistes de l’Enseignement Supérieur (Orléans. p. op. Miracles. Daniel. • Éléments de bibliographie > Textes Le corpus des textes littéraires dépendra des aspects ou des thèmes que nous choisirons d’étudier en commun. « Le merveilleux dans l'Occident médiéval ». . et dans Un Autre Moyen Age. Aspects fantastiques de la littérature narrative médiévale (XIIe-XIIIe siècles). 1985. 3) Le dialogue Histoire/Littérature et l’approche socio-historique du merveilleux. 1995. la construction d’une poétique du merveilleux). 2 vol. Dubost. selon les choix opérés lors de la première séance du séminaire : . Paris. . . « Fées et chevalerie : observations sur le sens social d’un thème dit merveilleux ». Le Merveilleux dans la littérature française du Moyen Age. le bestiaire. PUF. L’Etrange et le Merveilleux dans l’Islam médiéval.. Le Monde des fées dans l’Occident médiéval. Christine. LE GOFF Jacques. Champion. ses visées. Gallimard. Paris. ses motifs. les monstres.

Gallimard. Robert Etienne. parfois au bord du suicide. Nous nous proposons d’explorer les spécificités de l’expression du désespoir amoureux. Amours de Diane. Les Lais de Marie de France. La Poétique du merveilleux dans le Lancelot en prose. Paris. François d’Amboise. Les textes seront communiqués au cours du semestre sous forme de photocopies. VALETTE. Du conte merveilleux à la nouvelle psychologique. Le Printemps. Constantes amours. Œuvres poétiques III (1578). Au lieu d’ouvrir une échappée vers un salut spirituel. 1978. Genève.Jacques de CONSTANS. 1573. in Œuvres poétiques. Œuvres complètes. La mode de la desperade s’épanouit en France entre les années 1570 et 1590 avec des auteurs aussi divers que Philippe Desportes. de l’Âge classique et des Lumières Le désespoir amoureux et ses expressions poétiques à la fin du XVIe siècle Sous les influences conjuguées de la disperata italienne et de la tragédie sénéquienne. déambulent dans un décor hostile et sinistre. Paris. « Discours d’un amoureux désespéré ». le traditionnel sonnet. des poètes de la fin du siècle. . Premières Œuvres de Desportes. le poème se replie sur la lamentation de l’amant au détriment de l’éloge de la femme aimée. . éd. Michel Simonin. Roland Guillot. ou l’apparition de nouvelles. éd. Dépouillée de ses attributs philosophiques et de ses ambitions herméneutiques. La bibliographie ci-dessous est strictement indicative. Jean-René. . « Le discours du pitoyable amant ». Eugénie Droz. comme la complainte. A.  SÉMINAIRE de Véronique FERRER  Littérature de la Renaissance. « Stances ». comme les stances ou le discours tragique. Droz.Philippe DESPORTES.47 SIENAERT. Paris. 1998.Isaac HABERT. 1582. elle met désormais en scène le désespoir de l’amant. auquel la poésie pétrarquiste accordait une place de choix.Agrippa d’AUBIGNE. . Champion. Edgar. Paris. comme dans l’idylle 23 du pseudoThéocrite. L’histoire d’amour s’inscrit dans une fantasmagorie macabre et parfois sanglante .Clovis HESTEAU DE NUYSEMENT. 1994-1996. les modèles qui l’inspirent comme les formes qui la portent. la poésie de la fin du XVIe siècle revisite l’héritage littéraire laissé par Pétrarque et ses premiers imitateurs. les personnages. « Bibliothèque de la Pléiade ». le thème antique se transforme en paradigme de la rage amoureuse. Champion. Paris. Corpus d’étude . « Complaintes ». sinon détrôner. qui lui sert de modèle. éd. Genève. Hesteau de Nuysement. . Jean Céard. souvent nocturne et sauvage.Pierre de RONSARD. coll. en proie à un tourment qui confine à la folie. qui viennent concurrencer. Au contact de l’imaginaire doloriste. presque névrotique. L’Angelier. éd. Genève. . 1962. Le renouvellement de l’inspiration amoureuse voit le retour de formes délaissées. Eugénie Droz. Droz 1973. Daniel Ménager. Droz. 1993-1994. Issac Habert ou Agrippa d’Aubigné. « Discours tragique ». Flaminio de Birague. « Acherontide à Thelie ».

527 p. 2003 (1986).  SÉMINAIRE de Myriam TSIMBIDY  Littérature de la Renaissance. sur les jeux de fragmentation du texte. Mythes de l’Eros baroque. ainsi que les moyens d’attestation convoqués. une collection. La poétique des mémoires. Paris. Orientations bibliographiques Carrard (Philippe). « Sciences Humaines ». Paris. de l’Âge classique et des Lumières Formes de l’écriture de l’Histoire Le séminaire explorera la variété des genres du récit historique afin d’apprécier les procédés scripturaux engagés et leurs intentionnalités.48 Bibliographie critique .Gisèle MATHIEU-CASTELLANI. J. Situations : qui écrit et pour qui. Les Thèmes amoureux dans la poésie française (1570-1600). acteur ou (et) historien. 219 p. Payot. L’écriture de l’Histoire. 256 p. le rôle des contraintes génériques. sérieux. 1975. La dimension épistémologique sera examinée à travers une sélection d’écrits théoriques sur le récit d’Histoire qui privilégiera les textes du XVIIe siècle sans écarter les études contemporaines. Bussy-Rabutin (Roger de). Les questions suivantes éclaireront les spécificités des textes étudiés : . Histoire amoureuse des Gaules.. Paris. L’on travaillera sur un corpus très ouvert qui sera présenté lors des premières séances. Souvenirs de Madame de Caylus. les pamphlets. Champion. sur l’usage de la référence (noms. ou bien encore de construire un portrait de soi ? . . carte). le narrateur est-il témoin. L’on étudiera notamment l’intentionnalité de l’énonciateur. allégorie. Mercure de France. H. le journal. 1993. Modalités de réception : nous prendrons en compte la variété des formes de publication. de BussyRabutin et de Mlle de Montpensier poseront les premiers jalons de cette enquête. et R. Certeau (Michel de).Gisèle MATHIEU-CASTELLANI. PUF. (1650-1685). Paris. 447 p. anecdote…) . 1975. . Lectures conseillées Mme de Caylus. « le Temps retrouvé ». ou dans un genre littéraire. 1996. les Mémoires. 314 p. Des extraits des Mémoires du cardinal de Retz. Paris. le rendre sensible ? L’on réfléchira sur les stratégies énonciatives. sa position par rapport à l’événement. et des procédés fictionnels (hypotypose. quel rapport établit-il avec les éventuels narrataires et avec les lecteurs ? . FolioGallimard. Le discours historique en France de Braudel à Chartier. Poétique de la Nouvelle Histoire. document. de rétablir la vérité ou sa vérité de rendre compte d’événement en vue d’une démonstration apologétique ou agonique. L’on mettra en lumière la diversité des modalités de l’écriture de l’Histoire en étudiant différents genres comme la correspondance. 1998. Duchêne éd. Gallimard. les manipulations éditoriales et le phénomène d’insertion dans un ensemble archivistique. portraits. Procédés : comment restituer le passé. 1981. Lesne (Emmanuèle). et en s’interrogeant sur les registres déployés (satirique. Klincksieck. tragique). « Folio Histoire ». Enjeux : s’agit-il de transmettre une expérience. date. de pousser ses lecteurs à réagir. et que les étudiants pourront être amenés à enrichir.

Jean-Michel. textes critiques XIVème-XXème siècles. 545 p. les poètes. le centre de recherche « Modernités ».Penser la poésie (ou : ce qu’en disent les poèmes.49 Mme de Motteville. Paris. 2003. plutôt que de nous restreindre à un programme particulier. Gleize. Chronique de la Fronde. un événement exceptionnel pour cette année 2012-2013 : En avant-première de ce séminaire. Mémoires. anthologie de textes introduits et présentés par J. et qui aura lieu le mercredi 12 et le jeudi 13 septembre 2012 à partir de 9h à la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine (MSHA) qui se trouve sur le Campus de Bordeaux3.La Poésie. Gallimard.La création poétique (ou : l’inspiration. Habiter la terre en poète.HEIDEGGER. Le Livre de Poche. . Bibliographie Outre les nombreux volumes publiés dans la collection « Poésie »-Gallimard. Approches de Hölderlin. mais surtout expérience d’écriture. par exemple : . 1995. Une bibliographie plus complète sera donnée à la première séance du séminaire.-M. Folio-Gallimard. Paris. . un Colloque International intitulé « Soi disant : poésie et empêchements ». Larousse. Martin. Du Lyrisme. . 1962. 1976.MAULPOIX. on pourra consulter. éventuellement. éd. nous circulerons dans l’ensemble des œuvres poétiques (surtout françaises. expérience du langage. . philosophiques. . les philosophes). Mercure de France. Jean-Claude.PINSON. Paris. Champ Vallon. Paris. 1995. . dans le cadre du programme « Paradoxes poétiques ». ainsi que dans les textes de réflexion sur la poésie (textes critiques. faire l’objet d’un rapport ou d’un mini-mémoire pour l’évaluation du séminaire). Paris. dirigé par Eric Benoit. .HEIDEGGER.HEIDEGGER. . Gallimard. Martin. 2000. . Gallimard. « …d’où elle vient ni ou elle va… »).Le sujet lyrique (ou : Qui parle ?). mais pas exclusivement). A noter. Martin. . Acheminements vers la parole (1959). Hugo.L’expérience vécue (ou : crises de vie). ou eux-mêmes poétiques).  SÉMINAIRE d’Éric BENOIT  Littérature moderne et contemporaine L’expérience poétique Les travaux de ce séminaire réfléchiront sur l’expérience de la poésie : expérience de vie. Paris. . les critiques.Le rythme (ou : la langue en travail). Parmi les pistes de réflexion que nous explorerons : . .Le silence en poésie (ou : d’une parole précaire)… La démarche de ce séminaire impliquera que. Structure de la poésie moderne (1956). Chemins qui ne mènent nulle part (1949). Les étudiants de Master 1 qui souhaitent suivre le séminaire « L’expérience poétique » sont naturellement invités à assister à ce Colloque qui enrichira leur réflexion (et qui pourra aussi. et surtout des XIXème et XXème siècles. Corti. Cardinal de Retz. 1995. organise. 1962. essai sur la poésie contemporaine.Représentation et expression (ou : référence et différence). Paris. « le Temps retrouvé ».FRIEDRICH. . Paris.

Gallimard. Kincksieck. l’exemple de la Commune Ce séminaire se propose d’étudier les liens entre histoire et fiction autour d’un événement particulièrement traumatique. La Commune de Paris au jour le jour. autrement dit. 2002 . comment elle pense l’histoire. ils constituent une base de lecture et de travail à partir de laquelle les lectures personnelles des étudiants pourront rayonner. revenir à l’expression d’un exil existentiel). Bas les Cœurs Bibliographie indicative . Butor.Michel de CERTEAU. Philippe Régnier Ecrire la Commune. L’Ecriture de l’Histoire. Vallès. Il conviendra d’envisager aussi bien sa portée cognitive que sa puissance subversive. une littérature de l’exil et d’analyser les figures qui s’y rencontrent (voyageur. les contenir ou les dépasser. Le Passé recomposé. d’examiner la dynamique profonde qui relie ces motifs à la forme littéraire – prose narrative. le séminaire propose une réflexion sur différentes formes que peut prendre l’écriture du déracinement. Bibliographie H. 1994 . Corpus Emile Zola. Le Génie du lieu (1958). langage poétique – qui tente de les exprimer. il convient cependant d’interroger sa mise en fiction à travers quelques romans du dix-neuvième siècle. à travers des exemples littéraires précis. 2006 . orientant ainsi leur choix d’un sujet d’exposé ou de mini-mémoire. récit. Nous tenterons de mesurer comment la fiction tente de s’emparer des impensés de l’histoire ou de ce qui relève de l’indicible. comment elle rend intelligible l’événement historique.Roger BELLET. Le corpus du séminaire sera précisé lors de la première séance. et un feuillet de textes sera distribué aux étudiants. Grasset. La Découverte. histoire. Les cahiers rouges. 2010  SÉMINAIRE d’Eve de DAMPIERRE-NOIRAY  Littérature comparée Écrire le déracinement A partir d’un corpus de textes narratifs et poétiques. etc. Darien. et la manière dont elle collabore ou résiste à une mythographie de la France. Michaux. L’Insurgé.50  SÉMINAIRE de Béatrice LAVILLE  Littérature moderne et contemporaine Fiction.Paule LEJEUNE. Un barbare en Asie (1933. Si le roman a tenté le plus souvent de taire cette période. Le Roman historique. Saba. en mettant en rapport plusieurs dimensions de ce déracinement (des motifs poétiques attachés à l’imaginaire partir. réed.Claudie BERNARD. Les textes indiqués dans la bibliographie sont indicatifs et ne feront pas tous l’objet d’une étude exhaustive . L’Harmattan. mais aussi ce que la fiction construit dans la représentation nationale. Vallès Jules. Hachette 1996 . Ultimes (1935-43) et Méditerranée (1947) M. Du Lérot.Gérard GENGEMBRE. . sa part critique par rapport au discours idéologique ambiant ou à celui des historiens. autour de Zola. La Débâcle. Il s’agira à la fois de contextualiser. celui de la Commune. 1967) U.Paul LIDSKY Les écrivains contre la Commune. 1975 . émigré. Darien notamment. coll.) mais aussi.

Kacimi. Dany. Grasset. Saison de la migration vers le nord (Mawsim al-hijra ilâ al-shimâl. Rakotoson. Darwich. Colette. 2011. Éditions Amsterdam. 2009. Michèle. 1957. Bordeaux. Paris. Chroniques d’un retour à Madagascar. Giroux 1960) G. Stuart. Ungaretti. trad. Plein été. PUB. trad. L’Orient après l’amour (2006)  SÉMINAIRE de Martine MATHIEU-JOB  Littératures francophones Écriture et mémoire dans le roman francophone contemporain Lorsqu’on a quitté jeune son pays natal et qu’on a l’occasion d’y retourner après de nombreuses années d’éloignement. Premières références critiques Hall. édition établie par Maxime Cervulle. coll.). Corpus d’étude Fellous. Vie d’un homme. C’est peut-être paradoxalement par une certaine pratique de la langue française « étrangère » que peut pourtant se réapproprier un passé qui semblait avoir été irrémédiablement enfoui. Bordeaux. 1969) M. R. Paris. . (Vita d’un uomo. Sabbah. A. Juillet au pays. Eidôlon n°90. Laferrière. trad. Gallimard. L’Exil et la différence. 2007. trad. trad. Elytis. 1989) M. Tutte le poesie. 2007. Laâbi. Durrell. de Christophe Jaquet. Identités et cultures. 1969) T.51 L. Meddeb et F. A. Noun. 1986. Plus rares sont les roses (Wardun aqall. Justine [Le Quatuor d’Alexandrie I] (The Alexandria Quartet. Saleh. Danièle (dir. 2007. L’Énigme du retour. Politiques des Cultural Studies. Paris. l’expérience prouve qu’aucun retour à la situation initiale n’est plus possible : ni les retrouvailles avec le sol originel ni le recouvrement de la langue d’enfance ne réinstaurent totalement un lien qui a été distendu.

à exploiter et discuter les travaux existants. à chaque fois.Bibliographie Dispensés d’assiduité : Plan .S4 : Rédaction finale et soutenance Pour valider chacun des quatre semestres. enfin à construire et développer une réflexion argumentée satisfaisant aux critères de la recherche en lettres.52 M1DRU6 (Semestre 2) MEMOIRE 2 RESPONSABLE de l’UE M1DRU6 Martine MATHIEU-JOB Nombre d’heures : ad lib. 8 – crédits : 8 MODALITÉS D’ÉVALUATION Session 1 : Assidus : Plan . Ce travail exige de l’étudiant la capacité à élaborer une problématique autour d’un sujet et d’un corpus. obtenir une note de leur directeur de recherche.Bibliographie Dispensés d’assiduité : Plan . Une évaluation continue scande la progression semestre par semestre : .S2 : Plan et bibliographie . Voir aussi la page consacrée à l’UE M1DRU7 Mémoire 1.S1 : Sujet.Bibliographie Session 2 : Assidus : Plan .S3 : Fragment rédigé . . – coef.Bibliographie La production d’un mémoire de recherche sur un sujet en rapport avec la discipline principale est l’objectif principal de la formation. les étudiants devront. corpus et problématique .

Jean-Michel GOUVARD. Pierre LAFORGUE. Dès que le maximum est atteint. il est demandé aux étudiants de remplir une fiche de vœux (distribuée lors de la réunion de pré-rentrée ou disponible auprès du secrétariat). Didier COSTE. fixé chaque année d’après le nombre total d’inscrits au sein de la formation (parcours Recherche et parcours Concours).Littératures 3B (1 séminaire dans une offre de 8 ou extérieur) Nombre d’heures : 48 heures – coef. Véronique FERRER. ceux-ci fonctionnent sur le principe du numerus clausus. Martine MATHIEU-JOB. Géraldine PUCCINI-DELBEY. À cette fin. L’étudiant doit ensuite faire enregistrer son inscription pédagogique par le secrétariat.53 UE M3DRX1 (Semestre 3) LITTÉRATURES 3 (séminaires) RESPONSABLE UE M2DRX4 Véronique FERRER LISTE DES INTERVENANTS Philippe BAUDORRE.Littératures 3A (1 séminaire dans une offre de 9 ou extérieur) . Les étudiants dispensés d’assiduité doivent impérativement prendre contact dès le début de l’année universitaire avec les responsables des enseignements qu’ils ont choisis. afin de convenir avec eux des modalités selon lesquelles ils seront évalués. JeanRené VALETTE  Au choix 2 séminaires (voir ci-dessus la présentation de la spécialité). Une participation active et assidue aux séminaires est exigée. (20) – crédits : 20 MODALITÉS D’ÉVALUATION Session 1 : Assidus : Contrôle continu (exposé ou rapport) Dispensés d’assiduité : Oral Session 2 : Assidus : Oral Dispensés d’assiduité : Oral Dans le souci d’éviter la surcharge des séminaires. L’évaluation en tiendra compte. la liste du séminaire est fermée et plus aucune pré-inscription n’y est donc possible. Aurélia GAILLARD. . .

2004. Sexuality in Greek and Roman Literature and Society : A Sourcebook. J. T. mythes. PUR.. Paris. K. Wilgaux (dir. textes philosophiques) en mettant en avant le rôle de la littérature dans le questionnement sur l’identité générique.).54  SÉMINAIRE de Géraldine PUCCINI-DELBEY  Auteurs latins Questions de Genre et enjeux de pouvoir dans la littérature latine L’objectif de ce séminaire est d’explorer. Comment l’opposition masculin/féminin a-t-elle été mise en scène ? Où se situe la frontière entre les sexes ? Comment intervient le rôle de la violence physique dans la formation de l’identité générique et dans la différenciation sexuelle ? Si la société romaine a laissé peu de place aux femmes dans la sphère publique. Plon. L. lié au questionnement sur le corps et la sexualité. la construction de l’identité générique à Rome à partir de l’analyse de textes appartenant à des genres littéraires divers (historiographie.-T. Moreau. B. F. « Une anthropologie symbolique du corps ». Nous étudierons en particulier la manière dont ils ont pensé les rapports et les enjeux de pouvoir entre les individus. Sexuality and Gender in the Classical Sources. ed. Schmitt Pantel. tome I : L'antiquité. Porter. La vie sexuelle à Rome. 25 et 26 octobre 2012. Gourevitch et M. Ryan (eds. La femme dans la Rome antique. Sexe et morale dans l’Ancienne Rome. La pensée de la différence. Grenoble. J. 1999. 1997. Id. épopée. sous la direction de P.). Tallandier. New York. Le séminaire s’adossera à une manifestation à laquelle les étudiants seront conviés à assister : un colloque interdisciplinaire international sur « Le corps et les cinq sens de l’Antiquité à nos jours ». Penser et représenter le corps dans l’Antiquité. Johnson. Ann Arbor. Puccini-Delbey. 2006. Laqueur.-N. D. poésie élégiaque. 9-24. 2002. Histoire des femmes en Occident. Les Belles Lettres. 2005. J. . M. 1992. Raepsaet-Charlier. 2007. Nous analyserons d’abord comment les Romains ont pensé la masculinité sociale et l’ont représentée pour envisager ensuite le corps féminin. La fabrique du sexe : essai sur le corps et le genre en Occident. à la croisée de l’anthropologie et de la littérature. p. Duby et M. salle 2 de la MSHA. M. Hachette Littératures. Orientations bibliographiques Constructions of the Classical Body. 2003. fiction romanesque. Blackwell. Suivre ce séminaire n’exige aucun niveau de langue. 73/2. Comment les femmes romaines ont-elle lutté pour davantage d’autonomie ? Telles sont les questions sur lesquelles le séminaire tentera d’apporter un éclairage en se fondant sur un large corpus textuel. Perrot. J. Eros romain. sous la direction de G. Une bibliographie plus complète sera distribuée en début d’année. McClure (ed. On the discursive limits of « sex ». G. le pouvoir n’est pas. Bodies that matter. Héritier. Robert. Ph. 2002. Les textes seront toujours présentés en version bilingue. F.). 2001. I. 1993. Gallimard. Corps romains. l’apanage du masculin. Journal des Africanistes. Paris. Sexuality in Greek and Roman Culture. Butler. qui se déroulera les 24. 1991. 1. 1996. Paris. T. loin s’en faut. Masculin-Féminin. Prost et J. Odile Jacob. Skinner. Millon.

De même. Champion..Un ensemble narratif. au format de poche. le jeu et la jeunesse. Fanni Bogdanow. 1989. 19. trad. Paris. éd. Paris. Charles. CAMPROUX. 2006. Emmanuelle Baumgartner et Françoise Ferrand. Poèmes d’amour des XIIe et XIIIe siècles. Anthologie de la poésie lyrique française des XIIe et XIIIe siècles. La Pochothèque (Le Livre de Poche) les rassemble en un seul volume. La notion de joie implique donc une réflexion sur l’amour. Nitze. Minuit. formé par les poèmes d’oc et d’oïl composés par les troubadours et trouvères. Paradigme. Paris. la joie que l’on peut rencontrer dans les romans du Graal est étroitement associée à la quête spirituelle. Les romans de CHRETIEN DE TROYES sont disponibles. Enfin. Essai sur la dilatation. puisqu’elle confine le plus souvent à l’indicible. 1983. CHRETIEN. Orléans. qui associera les romans de Chrétien de Troyes et les Hauts Livres du Graal. « Joie ». désespoir lié à l’absence de la Dame et frénésie de l’écriture. « Les “jeunes” dans la société aristocratique dans la France du nord-ouest au XIIe siècle ». Dictionnaire de spiritualité ascétique et mystique. 1974. . Jean Dufournet éd. Montpellier.  SÉMINAIRE de Véronique FERRER  Littérature de la Renaissance. 1927. à cet état affectif qui mêle inextricablement exaltation amoureuse. puisque la joie courtoise. sur les liens entre l’amour de la Dame et l’amour de Dieu (sur les rapports entre la joie et la Joie). ROBERT DE BORON. Œuvres Anthologie des troubadours. la Joie de la Cour. joi e joven ». Le séminaire explorera deux vastes ensembles d’œuvres : . éd. Beauchesne. t. Paris. demeure bien mystérieuse. 2007. présente dans Erec et Enide de Chrétien de Troyes. Le Livre de Poche. UGE. William A. La Joie spacieuse. François. Paul Fabre. Georges. coll. 1996. Féodalité. dans de nombreuses éditions bilingues (Garnier-Flammarion. Études BUSSINI. 1965. Jean-Louis. le cor. 1964. la joie sociale. éd. Repris dans Georges Duby. Gallimard. Champion Classiques). la joie (le joi) reste difficile à appréhender. La Quête du Saint-Graal.Un corpus lyrique. Le roman de l’Estoire dou Graal. se trouve liée à un instrument musical. ainsi qu’à la merveille. VIII. de l’Âge classique et des Lumières : . puisque les troubadours chantent « amor.55  SÉMINAIRE de Jean-René VALETTE  Langue et littérature médiévales La joie dans la littérature des XIIe et XIIIe siècle Véritable concept carrefour au sein de la littérature médiévale d’oc et d’oïl. sur la littérature comme mode d’appréhension de la société. Annales ESC. mais aussi sur le langage. roman en prose du XIIIe siècle. Il n’est que de penser au joi troubadouresque. DUBY. Joy d’amor (Jeu et joie d’amour). 2010. Lettres gothiques. « Poésie/Gallimard ». « 10/18 ». Causse et Castelnau. Gallimard. Anne Berrie. éd. « Quarto ». Paris. « Lettres gothiques ». Paris. Paris.

Corpus d’étude . Jean de Sponde ou la cohérence intérieure. Sabine. La conversation intérieure. V. Méditations sur les Psaumes [1586-1591].AUBIGNE (Agrippa d’). L’Ecriture de la méditation chez Jean de Sponde. qui inspirera aussi bien les poètes laïcs que les hommes d’Eglise. les textes seront distribués en cours sous forme de photocopies. éd. in Petites Œuvres meslees. .). Ce phénomène s’accompagne d’une individualisation du comportement religieux des fidèles et d’une affirmation de leur identité de sujet dans un monde de plus en plus sécularisé. Claude (dir. Longtemps réservée aux philosophes ou aux moines. Christian. Paris-Genève. ChampionSlatkine. Nous vous invitons cependant à consulter les œuvres en bibliothèque. P. Ferrer. . 1988. la méditation émeut les fibres lyriques du langage affectif de David. 1996. Terence. n° 7. qui avait déjà été amorcée par l’Imitatio Christi au XVe siècle. éd. .RIEU. la méditation s’est répandue dans les milieux cultivés grâce au livre imprimé. Au-delà de ses fonctions confessionnelles et spirituelles. éd. Richter. Méditations sur les Psaumes [1588]. 1998. M. qui subsume en quelque sorte la pluralité des modes d’expression.BLUM. la publication des premières méditations constitue un événement littéraire. 1964. tantôt la forme d’une prière à l’adresse de Dieu. Paris. Ne disposant pas d’éditions modernes à des prix raisonnables.-L.BELIN. . Champion.CAVE. où se jouxtent et se mêlent les sources d’inspiration. Champion. University Press. Chrétiennes méditations [1581]. . Lardon. l’exercice méditatif devient une consolation spirituelle autant qu’un guide existentiel. BlumCuny. Paris. Champion.LARDON. la méditation est le lieu d’une expérimentation formelle. 2002. qui invente une prose lyrique sur la base d’une langue simple et émotionnelle.56 Formules de la foi La méditation en prose au XVIe siècle Ce séminaire se propose d’explorer les spécificités poétiques et spirituelles d’un genre émergent au XVIe siècle : la méditation en prose sur les Psaumes. Paris. destiné à fixer les cadres d’une dévotion étroitement liée à des principes théologiques réaffirmés. Droz. Prenant tantôt l’aspect d’un monologue introspectif. Tout en proposant une interprétation doctrinale des versets du psaume. Saulnier. .SPONDE (Jean de). minée par les guerres de religion. S. Genève.BEZE (Théodore de). . où s’imbriquent les discours. 1969. Champion. 2004. favorisant l’intériorisation de la foi. La Méditation en prose à la Renaissance. Champion. Cambridge. nous nous proposons de dégager les particularités stylistiques de l’écriture méditative. 1990. Cahiers V. Au sein d’une chrétienté éclatée. Bibliographie critique . éd. Devotionnal poetry in France.DUPLESSIS-MORNAY (Philippe).  SÉMINAIRE d’Aurélia GAILLARD . Paris. A l’heure des durcissements confessionnels. 2004. Josiane. Paris. Cette effervescence générique se subordonne néanmoins à une exigence poétique : l’imitation exclusive du style psalmique. Méditations sur les Psaumes [1630]. il prend aussi le sens d’un geste militant. Tout en interrogeant les enjeux spirituels et confessionnels de ce nouveau genre littéraire.

Le conte de fées du classicisme aux Lumières. Gallimard. Paris. Arles.Roger de Piles. De fait. ensuite les mettre en perspective avec la naissance de l’esthétique. le fabuleux est tiré du côté de l’effet merveilleux. ENSBA.Jean-Paul Sermain. il s’agit de comprendre l’enjeu esthétique de cette redéfinition du champ du fabuleux : conjointement à la naissance d’une philosophie « esthétique » dès les années 1737 (Baumgartner). . Du Bos. Paris. Desjonquères. Lemirre. Fables et Contes (nombreuses éd.J-B. . c’est-à-dire comme le roman qui se propose de penser le XIXe siècle dans son historicité. le mythe) mais qu’il s’agit de repenser en synchronie et surtout en diachronie : pour le dire vite. . 1993. contes ou fables.Aurélia Gaillard. contes : l’esthétique de la fable et du fabuleux (16601724). c’est à dire d’un émerveillement. c’est à dire : d’une part. le conte. L’idée du Peintre parfait. 1989. la critique du fabuleux à la fin du XVIIe siècle engage une nouvelle poétique du merveilleux qui entend se débarrasser du « fabuleux » (de la croyance dans le merveilleux) ou encore de ce que Fontenelle nomme le « faux merveilleux » (il y aurait un merveilleux vrai qui se substitue à l’ancien merveilleux faux). TEL.  SÉMINAIRE de Pierre LAFORGUE  Littérature moderne et contemporaine Hugo. de l’Âge classique et des Lumières Fables. . à partir de lui. dans la fiction (1815-1833). Philippe Picquier. 2005. Le corpus d’étude s’appuiera alors sur les œuvres elles-mêmes. Paris. Champion. mais aussi sur des tableaux et sur des textes théoriques sur la peinture. définitions. contes de la fin de l’âge classique aux Lumières Pour une théorie de l’effet merveilleux L’objet de ce séminaire est double : d’abord définir des termes et des corpus souvent mixtes. sociogénétique et sociocritique Les Misérables seront lus comme le roman du XIXe siècle. anthologie présentée par E. Paris. tout le XIXe siècle romantique est appréhendé. 2000. d’autre part. Les Misérables Approches génétique. d’une esthétique du spectaculaire et de la surprise. délimiter des objets de recherche souvent proches (la fable. dans tous ses aspects. .Idem. Réflexions critiques sur la poésie et la peinture.57  Littérature de la Renaissance. Paris. Gallimard.Jean de La Fontaine. Indications bibliographiques (une bibliographie sera fournie dans le cours) -Le Cabinet des fées. . mythes. Une partie du séminaire s’appuiera donc sur des textes théoriques (préfaces. le roman embrasse tout le XIXe siècle romantique. Le cours de peinture par principes. « Le Promeneur ». arts poétiques) portant sur la fable (grande et petite fable) et le conte. 1993. mythes. L'édition de travail est celle d'Yves Gohin. Fables.) . chez Gallimard. dans la collection "Folio". 1996. traités. le beau étant désormais conçu dans une relation esthétique et non plus comme beauté propre de l’objet. dans le discours (1815-1848) et dans l’écriture (18451862) .

au rythme d’une partie par semaine… Lecture complémentaire : La Fin de Satan. à les relire pendant le premier semestre de la nouvelle année universitaire. pourquoi pas. Gallimard. Chroniques algériennes. Marguerite Duras.tge-adonis. indication bibliographique) mais aussi bien des genres et bien des collections ou éditeurs. Ils sont datés. Edition numérique des journaux d’Alexandre Dumas sur http://jad. poétique. quels qu’en soient le format et le support. et condamnés par essence à le rester. Articles et chroniques. Le jardin des supplices. bouleversent aujourd’hui ces pratiques éditoriales. Quels que soient les moyens utilisés. Jean Cocteau. de mini-mémoire. collection Texto. L’Imaginaire. qui pour sa part constitue un grand laboratoire poétique.  SÉMINAIRE de Philippe BAUDORRE  Littérature moderne et contemporaine La « seconde vie » Édition et presse. Petits poèmes en prose. Cette forte tradition éditoriale a largement contribué à l’histoire de la littérature des deux derniers siècles. du moins une chance de survie. les journaux sont.: que veut-on faire et pour qui ? C’est à la lumière des réponses apportées que doit être ensuite envisagée la question du « comment ? ». au double sens du terme. celle qui garantit. inventeur et expérimentateur de formes nouvelles. Actuelles. par Adeline Wrona. à l’engloutissement. socio-économique. choisis et présentés par Patrick Berthier. elles restent soumises à la question centrale du projet éditorial qui leur donne sens. Bien des auteurs sont concernés (cf. Garnier-Flammarion. Folio . Poésie/Gallimard et Baudelaire journaliste (Garnier/Flammarion) Octave Mirbeau. sinon l’éternité. liés à leur temps. Minuit. « Poésie ». Les pratiques innovantes.fr/. Mais si les livres échappent au temps. BNF/Gallica. deux questions sous-tendent tout projet d’édition – tout particulièrement quand ce projet consiste à exhumer un document ancien . Témoin parmi les hommes. Bibliographie de quelques ouvrages pouvant se prêter à exposés ou dossier Théophile Gautier. comme leurs devancières. Joseph Kessel. de l’imprimé au numérique A partir du début du XIXème siècle. pour ceux qui ne pourront le faire en cours. Kessel et Saint-Exupéry. Zola journaliste. Folio et Gautier journaliste. L’été 80. Pourtant certains fragments de ces périodiques. pour trouver refuge dans des livres. et plus particulièrement la constitution de corpus numérisés. Tour du monde en quatre-vingts jours. peuvent échapper au naufrage. Voyage en Espagne. Gallimard. puis. peut-être la vraie vie à laquelle aspire tout écrit. Les exemples développés seront essentiellement empruntés aux œuvres de Mauriac. historique. tout en s’inscrivant dans le prolongement de savoir-faire très anciens car.58 Les étudiants sont invités à lire Les Misérables pendant les vacances d’été. Les premières séances seront consacrées à une présentation de la problématique. Tallandier et Romans / Reportages (Quarto). Garnier-Flammarion. Les étudiants pourront ensuite présenter leurs réflexions sous forme d’exposé et. Ils connaissent alors une « seconde vie ». La 628-E8. eux. Cette tradition mérite une étude complète. puisqu’une grande part de celle-ci trouve son origine dans les pages des périodiques. . Albert Camus. les écrivains participent très largement au développement de la presse. Folio et Pléiade. Baudelaire. des outils de recherche et de quelques éléments de méthodologie.

et dont la nature romanesque est en soi problématique. lesquelles furent extrêmement fécondes pour lui. Premier amour.Brian T. et le titre fait partie d’une trilogie. notamment les Mémoires intérieurs (Œuvres autobiographiques. Roland Dorgelès (La Route mandarine). fraudes. justement. nombreux exemples développés en cours.  SÉMINAIRE de Jean-Michel GOUVARD  Littérature et linguistique Samuel Beckett. Compagnie est l’un des derniers textes publiés par Beckett. nous chercherons à montrer quelles sont les convergences et les divergences qui existent entre ces deux œuvres. etc. Molloy et Compagnie. La jumelle noire. Hormis les deux œuvres inscrites au programme. Le programme porte sur deux textes qui correspondent à deux périodes distinctes dans le parcours créateur de l’auteur. comme si ces phénomènes recélaient. Saint-Exupéry. Beckett. afin de dégager aussi bien les constantes de la démarche littéraire de l’auteur. 1977 . dissimulations et mystifications littéraires (et artistiques).Bruno Clément. une vérité cachée. 1969 . L'Œuvre sans qualités: rhétorique de Samuel Beckett. à la fois par sa rupture radicale avec les normes du genre. Folio et Pléiade. il est recommandé de lire d’autres romans de Samuel Beckett. Terre des hommes. Antoine Blondin. de Molloy à Compagnie : un parcours littéraire Ce séminaire est consacré à l’œuvre romanesque de Samuel Beckett. mais aussi des textes comme Le Dépeupleur. depuis une vingtaine d'années. La chambre éclairée. Albert Londres. Mal vu mal dit. Seuil. Il fait figure. Pléiade). et par l’importance donnée au discours autobiographique. Molloy est l’un des romans qu’écrivit Beckett dans les années d’après-guerre. ou Catastrophe.59 François Mauriac. Autres lectures conseillées : . Lettres modernes Minard. je propose que nous nous interrogions sur cette rencontre entre simulation et dissimulation qui pourrait être vue elle-même soit comme le .James Knowlson. Actes Sud. Fitch : Dimensions. composée par ailleurs de Malone Meurt et de L’Innommable. L’Envers du music-hall. collection « Babel ». que la nature de son évolution au fil des années.Ludovic Janvier : Beckett par lui-même. en regard de l’histoire littéraire. impostures. 1994  SÉMINAIRE de Didier COSTE  Littérature comparée Faux et fiction Constatant la concomitance. Dans le cadre du séminaire. structures et textualité dans la trilogie romanesque de Beckett. 1999 . Seuil. Colette. d’œuvre singulière et avant-gardiste. Et Simenon. du développement de nouvelles théories de la fictionnalité (par delà le simplisme de Searle) et d'un fort regain d'intérêt pour les faux. en particulier ceux de la trilogie (Malone Meurt et L’Innommable).

be/pdf/034lindon. Minuit. sous deux aspects différents. 1979 Enrique Vila Matas. les lectures recommandées avant ou dès le début du semestre. ou leurs éditeurs. URL : http://www. pseudo-mystifications.Le faux thématisé (les textes parlent de faux. théorique ou historique). 2000. La validation aura lieu sur la base. 1968). sont soulignées. Ce roman est extrêmement long. racontent des histoires de faussaires et d'imposteurs) Exemples (parmi lesquels nous choisirons DEUX lectures communes): Gide. Essais critiques. 1955 (N. L'Homme qui ment. une datation. 2003 Benjamin Markovits. Les Faux monnayeurs. . Les Reconnaissances. voir mon article dans Acta Fabula: Didier Coste. un genre. Dans ce qui suit. mais je serais heureux que quelqu'un le choisisse comme objet central de son enquête) John Fowles. 1966 (Film) Alain Robbe-Grillet.fabula. Ma vie d'imposteur. jusqu'à 6 séances seront réservées pour les exposés). 2007 2 . une bibliographie détaillée sera fournie pour chacun d'entre eux) — James McPherson/ Ossian (1760) et Thomas Chatterton/ Thomas Rowley (1765-70) — Adoré Floupette (1885) et Ern Malley (1944).Le faux pratiqué (le ou les scripteurs. "Les éclipses d’Adoré Malley". soit d'un dossier. avec une attribution. nous nous centrerons sur les deux séries de pratiques suivantes. Le Mage. essai ou minimémoire rédigé (sujet et modalités à convenir préalablement avec l'enseignant). Le mode de travail du séminaire consiste à combiner un minimum de lectures et d'orientations partagées entre tous avec l'initiative et l'intérêt personnel de chacun (en termes d'exposés ou à dominante critique. Réflexions. d'hétéronymie et d'anonymie ou d'opéronymie. 1984 Peter Carey. auteurs supposés. fausses démystifications (nous choisirons DEUX de ces cas ou groupes de cas pour une approche commune en séminaire.60 symptôme d'un impensé. mais surtout sur la première.romans du XVIIIe siècle censément traduits d'une autre langue européenne .LE CORPUS Le corpus littéraire abordé sera centré sur le faux. soit comme un point d'entrée vers un nouveau réalisme au plan de la création et vers une nouvelle scientificité au plan de la critique et de l'histoire culturelle.vlrom. ou censées être connues de la majorité des étudiants. par Peter Carey. voir www. Ceci n'implique pas qu'elles doivent nécessairement faire l'objet de séances du séminaire. suivi de débat (suivant la demande. 1967 Italo Calvino. 1968. mystifications. présentent et/ou interprètent le texte comme ce qu'il n'est pas. Minuit. erronés ou contrefactuels) Rappelant seulement pour mémoire et pour comparaison les questions de plagiat et celles de pseudonymie simple.pdf — les mémoires de Ned Kelly (The History of the Kelly Gang). Imposture. soit d'un exposé de 20-25 minutes. Imposture. présentateurs et critiques.B.org/revue/document7006. Si par une nuit d'hiver un voyageur. apocryphes. mais non mutuellement exclusifs: 1 . I. A) Œuvres supposées. 1925 William Gaddis. B) Pseudo-traductions et traductions falsifiantes (nous choisirons UNE étude de cas parmi les propositions suivantes) . des référents mensongers. Acta Fabula.php — "L'Orientaliste": Essad Bey / Kurban Said / Lev Nussimbaum et Cie — Louis Palomb (Correspondances.

(Belgique).K. Textes réunis et présentés par Nathalie Preiss. José Corti.Théories de la fictionnalité (bibliographie sélective) Thomas Pavel.fabula. K. 1991. 1981. Salamanca. ed. Narrative as Communication (U. « Propositions ».): the living handbook of narratology.org/507) Jacques Finné: Des mystifications littéraires. or The Question of Fictionality".org/colloques/effet/interventions/16.php?Narrativit%26eacute%3B_et_fictionnalit%26eacute%3B http://www. Jean-François Jeandillou. CNRS Éditions.. http://www. Seuil. Galilée. Press. English. Univers de la fiction. 1989). 2006.) : E.): Fiction et cultures. Ruthven. Livre de Poche LGF. Éditions Usher. Birgit & Nünning. Peter et al.org Didier Coste: "A Manmade Universe.61 ."traductions" des Mille et Une Nuits . Mellen Press. 97-133.. Ansgar: "Metanarration and Metafiction". L’Improviste.Histoire et théorie de la falsification.unihamburg. Revue Trans.. of Minnesota Press. La Théorie littéraire des mondes possibles. Umberto Eco. « Poétique ». Faking Literature. Richard Walsh. Jean-Marie Schaeffer: Pourquoi la fiction?. "Poétiques Comparatistes". Seuil.org/atelier. Fictitious authors and imaginary novels in French. Paris.l. Supercheries littéraires : la vie et l’oeuvre d’auteurs supposés. Seuil. Joaquín Alvarez Barrientos. Paris : Seuil. Éditions de Minuit. Imposturas literarias españolas. 2010. Gérard Genette: Fiction et diction.php ?title=Metanarration and Metafiction &oldid=1733
 B .Y. 1957. p. de la mystification et de la mythification (bibliographie indicative) Roland Barthes. 1989. s. dir. . Cambridge U. Hamburg: Hamburg University Press. 1994.fabula. 2009.sub.de/lhn/index. 2010. In: Hühn. 2001. La guerre du faux (1973-1983). 1987. coll. Simulacres et simulation. (eds. Le Faux (http://trans. 2007 Françoise Lavocat et Anne Duprat (dir. 1988. Mélire ? Lecture et Mystification. Jean-François Jeandillou. The Rhetoric of Fictionality. and American fiction from the 18th to the start of the 21st century Lewiston (N. Esthétique de la mystification : Tactique et stratégie littéraires. Mythologies. SFLGC 2010 Françoise Lavocat. Kennedy. George A. nº 7. A . coll. Ohio State UP. 2011. 1999. (voir aussi le dossier "mondes possibles' de l'Atelier de Théorie de fabula.James Morier le Persan II – THEORIE LITTERAIRE Les bases théoriques et historiques de notre étude se répartissent en deux catégories (non étanches). Jean Baudrillard.revues. [2012]
hup. 2004.php Neumann.

Le Fennec. Corpus d’étude CHRAÏBI. Pessac. « Sémaphores ». PINHAS-DELPUECH. Saint-Pourcain-sur-Sioule. 2010. Gauvin. L’écrivain francophone à la croisée des langues. Ananda. Casablanca. Premières références critiques Aschcroft Bill. Paris. 1997. 1999 (1ère éd. « Continents noirs ». Entretiens. 2012. Gallimard. Fouad. Laroui. Pagli. Théorie et pratique des littératures post-coloniales. 2001. Suites byzantines.62  SÉMINAIRE de Martine MATHIEU-JOB  Littératures francophones L’écrivain francophone entre les langues La motivation qui sous-tend le plus souvent la désignation d’« écrivains francophones » est que les auteurs ainsi définis écrivent exclusivement ou majoritairement en français alors même qu’ils possèdent un autre langue maternelle ou vivent en contexte plurilingue. Griffiths Gareth. Bleu autour. DEVI. Le Seuil. Rosie. PUB. L’Empire vous répond. « Zellige ». Driss. . Lise. Karthala. De l’usage satirique du Marocain Driss Chraïbi dans certaines de ses œuvres à l’usage poétique de la Mauricienne Ananda Devi ou de la romancière d’origine turque Rosie Pinhas Delpuech les situations d’énonciation et les options esthétiques s’avèrent plus diverses et plus libératrices qu’on ne le pense généralement. Tiffin Helen. 1981). Le Drame linguistique marocain. « Points ». Une enquête au pays. 2011. Paris. Paris. L’objectif de ce séminaire est d’analyser la valeur accordée par de tels écrivains à cette langue d’écriture. Le corpus délimité en donne un échantillon représentatif. traduction de Jean-Yves Serra et Martine Mathieu-Job.

Voir aussi la page consacrée à l’UE M1DRU7 Mémoire 1. Nombre d’heures : ad lib.S4 : Rédaction finale et soutenance Pour valider chacun des quatre semestres.S3 : Fragment rédigé .63 M3DRU2 (Semestre 3) MEMOIRE 3 RESPONSABLE UE M3DRU2 Martine MATHIEU-JOB La production d’un mémoire de recherche sur un sujet en rapport avec la discipline principale est l’objectif principal de la formation. à chaque fois.S2 : Plan et bibliographie . enfin à construire et développer une réflexion argumentée satisfaisant aux critères de la recherche en lettres. – coef. à exploiter et discuter les travaux existants. 10 – crédits : 10 MODALITÉS D’ÉVALUATION Session 1 : Assidus : Fragment rédigé Dispensés d’assiduité : Fragment rédigé Session 2 : Assidus : Fragment rédigé Dispensés d’assiduité : Fragment rédigé Une évaluation continue scande la progression semestre par semestre : .S1 : Sujet. . Ce travail exige de l’étudiant la capacité à élaborer une problématique autour d’un sujet et d’un corpus. les étudiants devront. obtenir une note de leur directeur de recherche. corpus et problématique .

Gérard PEYLET. afin de convenir avec eux des modalités selon lesquelles ils seront évalués. L’évaluation en tiendra compte.64 UE M4DRX1 (Semestre 4) LITTÉRATURES 4 RESPONSABLES UE M4DRX1 Éric BENOIT et Gérard PEYLET LISTE DES INTERVENANTS Éric BENOIT. qui sont validés au titre du semestre 4. . On rappellera que les activités des séminaires d’équipe. Myriam TSIMBIDY Nombre d’heures : 24 heures – coef. Les étudiants dispensés d’assiduité doivent impérativement prendre contact dès le début de l’année universitaire avec les responsables des enseignements qu’ils ont choisis. Une participation active et assidue au séminaire est exigée. Catherine RAMOND. 10 – crédits : 10 MODALITÉS D’ÉVALUATION Session 1 : Assidus : Contrôle continu Dispensés d’assiduité : Oral Session 2 : Assidus : Oral Dispensés d’assiduité : Oral  Au choix un séminaire d’équipe parmi une offre de trois. commencent le plus souvent dès le début de l’année (se reporter aux calendriers disponibles).

pendant que l'autre semble y reculer. s’y déploie en des sens multiples: rupture d'espoir ou moment festif? crainte d’un mauvais passage pour le défunt? ou pour soi-même lorsque sera venu le moment ultime? Toute relation avec les morts . Au travers de ce long. entre ceux qui restent et ceux qui disparaissent s’instaurent des liens. et parfois tragique. dans le champ de la musique et des arts visuels. de la vie à la mort Pour la mort. qui ferait des morts un capital symbolique essentiel. les espaces dévolus au funéraire. espère-t-on. Ou souvent nostalgiquement rêvé. surtout. Reste que le passage doit devenir un bon passage. toute société élabore les rituels d’un commerce symbolique que doivent entretenir les vivants avec les morts. Arts. cette énigme essentielle. Au coeur de cette délicate interrogation d'un "passage". est ancrée la relation de filiation. auxquels l’imaginaire avec ses singularités et ses codes infuse une dynamique singulière. la continuité d’une transmission.65  SÉMINAIRE DE L’ÉQUIPE CLARE Cultures. foisonnante. l'avenir. le présent. tout comme l'occulter et en brouiller les frontières: opérations monumentales et langagières. bien défini encore par sa temporalité individuelle et éphémère.par les rituels collectifs et les rituels secrets et intimes . Du défunt au vivant qui le pleure. d'autre part la certitude de richesses toujours maintenues. Afin de leur assurer. de part et d'autre des espaces respectifs. Qu’il s’agisse du surgissement d’un au-delà envisagé pour ceux qui ne sont plus. avec ses frontières ou ses ouvertures. comme point crucial d'une relation qui s'instaure entre mort et vif. ressentie comme un passage irréversible dans l’existence des hommes. Le champ social dans la longue durée a élaboré les pratiques de la sépulture. sur la circulation des affects. l'espace du cimetière. assurant à ceux qui jouissent de la vie d'une part le pacte de paix avec le mort. recréé. l'accent est placé sur le "lien" rompu. Dans le domaine de l'écrit et de l'oral. Dans un . qui révèlent la spécificité des cultures et des époques. Littératures. Proclamer la séparation. le passage. fantasmé. Représentations. Bref la mort n’est jamais une rupture. énigmatique s’il en est : les rituels sociaux. sans l'anxiété qui pourrait submerger le "vivant". dans le passé. est toujours la parole d'un narrateur en deuil. les célébrations et leurs scansions au fil des époques. acteur de la fantasmatique d'un dialogue rompu ou reconstruit. Sans turbulences pour le "mort" qui pourrait revenir (tel le Mort reconnaissant dans la longue durée de diverses cultures. la diversité des représentations met en scène. voire en question. les rituels d’art et d’écriture aménagent tous une relation essentielle avec les morts. ou du moins veut-on se le dire. le mort n’a jamais disparu.est sous-tendue par le désir de négocier l’assurance que le passage sera heureux et bon. voire d’un contact que le désir réactive ardemment. publiquement ou secrètement. dans les pratiques sociales ou l'acte individuel de la création. qu’il s’agisse d’un dialogue mené par le psychisme inquiet avec ceux qui sont devenus muets par le franchissement d’une étape. afin de se garantir. L’imaginaire. monothéistes et autres). ce que l’anthropologue désigne comme un « bon passage » dans cet autre monde lointain. des discours sur la transmission affirmée des valeurs. Esthétique Centre Lapril (Laboratoire Pluridisciplinaire de Recherches sur l’Imaginaire)  Littérature française moderne et contemporaine  Responsable du séminaire : Gérard PEYLET Le « bon passage » : de la mort à la vie. en dyschronie apparente. ainsi que l'activité hautement symbolique des commémorations. silence qui fait que l'un s'avance dans l'âge et dans le temps. bien ou mal accompli. qui inclut bien évidemment les célébrations codifiées d’une mémoire funéraire. La littérature de l'intime.

le dû . L'homme devant la mort. 1994) Abraham B.. la communication spatialisée.15 septembre 1979 Rainer M. Pascal Quignard. du Moyen Age à nos jours. Paris. La voix endeuillée: essai sur la tragédie grecque. 7-14 et la bibliographie). . Gallimard (Bibliothèque des histoires) 1981. Paris. Le Temps raconté. 2011) Roland Barthes Journal de deuil: 26 octobre 1977 .l'offrande et la dette . Yves Bonnefoy. JANKELEVITCH Vladimir. les dialogues avec les morts Quelques œuvres. et Essais sur l'histoire de la mort en Occident. Tout sur ma mère.les chroniques du temps passé: l'écriture des morts.66 dialogue de soi à soi. Les vivants et les morts dans la société médiévale. Parler avec elle F. Etudes rurales n° 105-106. les portes symboliques . les espaces et les mots: cimetières et jardins de mémoire. La naissance du Purgatoire. janvier-juin 1987 (articles publiés sous la dir. 2005) Aharon Appelfeld Le garçon qui voulait dormir (2009. Bibliographie ARIES Philippe. la transmission. Ainsi le bon ou le mauvais passage interroge-t-il une virtualité incertaine.la voix de la commémoration: les valeurs. Gallimard (Bibliothèque des histoires). LE GOFF Jacques. PUF. trad. CHIFFOLEAU Jacques. 1985. Antigone. La Comptabilité de l'au-delà: les hommes. p. Le Mort reconnaissant.. de Daniel Fabre. LORAUX Nicole. Paris. Littérature et anthropologie. Flammarion (Champs) 1977.. Ecole française de Rome. Hervé Guibert. Temps et récit III. Wajdi Mouawad. Rilke. Le retour des morts. HERTZ Robert « Contribution à une étude sur la représentation collective de la mort » dans Sociologie religieuse et folklore. n° 111-112.161-177. Gallimard 1999 et Les mères en deuil. Guzman Nostalgie de la lumière C. Quelques pistes possibles : .. Paris. 1990. Eastwood Au-delà . dans L'Homme. 1994.. des mythes: Orphée et Eurydice. Seuil. La Mort. somme toute. voir son introduction p. monuments et épitaphes . Seuil. Yehoshua Le Responsable des ressources humaines. Seuil. puisque l’être qui pense et imagine le passage s’inscrit avec inquiétude dans le fil de sa propre durée.des figures. parmi bien d'autres : Antonio Tabucchi Les trois derniers jours de Fernando Pessoa (trad. Ozon Sous la plage A. Fedorchenko Le dernier voyage de Tanya P. « Béances de la terre et du temps : la dette et le pacte dans le motif du Mort reconnaissant au Moyen Age ». de Nicole Belmont. BOHLER Danielle. n° 46. Paris. l970. Vincent Landel. 1980 (la solidarité avec les morts). mais essentielle dans l’univers psychique et ses formes les plus expressives. 1985. la mort et la religion dans la région d'Avignon à la fin du Moyen Age (vers 1320-vers 1480). l975. Paris. 1999 (articles publiés sous la dir. Almodovar Volver.les lieux et discours de l'osmose . les morts magnifiées . Seuil.le silence et sa conjuration .l'écriture autobiographique. trad. Paris. Quelques productions cinématographiques : P. voir son éditorial p. .les champs des morts. Cahiers de littérature orale.l'espace des marges. 9-29 et la bibliographie).. SCHMITT Jean-Claude Les revenants. RICOEUR Paul. Passion en trois actes (2004. Paris.

pour mieux étaler la réflexion. Arts. ou que l’énonciation réalise l’inverse de ce que déclare l’énoncé. . ou l'impossible écriture du Liber Naturae. écrit l’impossibilité d’écrire. Rimbaud. dirigé par Eric Benoit. Bataille.67  SÉMINAIRE DE L’ÉQUIPE TELEM Centre « Modernités » Esthétique) (Cultures. A noter : En avant-première de ce séminaire. le centre de recherche « Modernités ».16 novembre : Dominique Rabaté : Peut-on hériter d'une aporie? Perspectives sur la littérature française actuelle.22 février : Bertrand Guest : Le Journal de Thoreau. . un Colloque International intitulé « Soi disant : poésie et empêchements ». Flaubert. Artaud. paradoxes et autocontradictions : la littérature et l’impossible Problématique : Le mot de Barthes selon lequel « la modernité commence avec la recherche d’une littérature impossible » se vérifie abondamment depuis plus de deux siècles : Rousseau.  Littérature française moderne et contemporaine  Responsable du séminaire : Éric BENOIT Apories. Mallarmé. .25 janvier : Laurent Nunez (Directeur du Magazine littéraire) : Laforgue contre l’auteur. . lorsque l’inspiration naît de la perte d’inspiration. et qui aura lieu le mercredi 12 et le jeudi 13 septembre 2012 à partir de 9H à la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine (MSHA) qui se trouve sur le Campus de Bordeaux3. Les étudiants de Master 2 qui souhaitent suivre le séminaire « Apories. faire l’objet d’un rapport ou d’un mini-mémoire pour l’évaluation du séminaire). Borges. lorsque la parole advient en disant son extinction. ce Séminaire est un Séminaire d’Equipe du deuxième semestre de l’année.1er février : Alexandre Salas : Le « péché d'écriture » dans l’œuvre de Claude LouisCombet : une dynamique paradoxale. . .12 octobre : Eric Benoit : Introduction 1 : Les interdits du dire. Baudelaire. Beckett.7 décembre : Sandra Laugier : Sur Wittgenstein.19 octobre : Eric Benoit : Introduction 2 : Face à l'effacement. CALENDRIER du Séminaire 2012-2013 Les séances du Séminaire ont lieu le vendredi de 13h30 à 15h30 en salle I 103 .8 février : Delphine Gachet : Venise : une aporie littéraire ? .15 février : Fabienne Rihard-Diamond : Melville et le roman impossible. Les séances commencent cependant dès octobre. Pour les étudiants de Master 2. paradoxes » sont naturellement invités à assister à ce Colloque qui enrichira leur réflexion (et qui pourra aussi. Représentations. .23 novembre : Michel Deguy : De la contrariété. Littératures. dans le cadre du programme « Paradoxes poétiques ». . Kafka. . éventuellement. Blanchot. organise. Jabès… Ce séminaire explorera la situation d’œuvres fondées sur le paradoxe ou l’aporie : lorsque le texte dit l’impossibilité de dire.

Jacques : Apories (Mourir. . 1957. Gallimard. Blanchot. Jacques : L’Ecriture et la différence.22 mars : Jean-Pierre Lefebvre : La traduction impossible (Paul Celan). – Le Démon de la théorie (littérature et sens commun). Gallimard. Indications bibliographiques (ce ne sont ici que des suggestions de lecture. Jabès : Le Livre des Questions. Bataille : L’Expérience intérieure. P. Amiel : Journal [1839-1881]. Droz. Philippe : L’Ecriture et l’expérience des limites. Heidegger. Benoit. Mallarmé ou la traversée des paradoxes.U. 1996.O. Jean : Les Fleurs de Tarbes. 1993. Corti. Maurice : Faux pas. 1953. . Seuil. Gallimard.l'inquiétante route » gracquienne: une impossible voie(x). 1943. 1993. Derrida. Martin : Chemins qui ne mènent nulle part [1950] Gallimard. – L’Entretien infini. Gallimard. Gallimard. s’attendre aux limites de la vérité). – Néant sonore. Seuil. Seuil. Le Livre des Questions d’Edmond Jabès. Blanchot : Thomas l’obscur. Le Nom sur le bout de la langue. – Acheminements vers la parole [1959] Gallimard. Gallimard. Gallimard. Flaubert : Correspondance [1830-1880]. ou la terreur dans les lettres. 1993 Quignard. Critique (par ordre globalement chronologique) Wittgenstein. Gallimard. 1959. Minuit. Minuit. 1968. 1955. Paulhan. 2005. Hachette. Kafka : Journal [1910-1924]. 1976. et des pistes de travail) : Œuvres (par ordre chronologique) : Rousseau : Confessions [1770] – Dialogues (Rousseau juge de Jean-Jacques) [1777] – Rêveries du promeneur solitaire [1778]. Gallimard. Galilée. Duras : Ecrire. . Ellipses. 2007. – La Part du feu. 2000. Ludwig : Tractacus logico-philosophicus [1921] Gallimard. 1969. Gallimard. – L’Espace littéraire. Marx. Sollers. Seuil.L.68 . 1998 Derrida. – Les Poésies de Mallarmé. Gide : Les Faux-monnayeurs. Gallimard. Jacques : La Parole muette. Laurent : Les écrivains contre l’écriture. Beckett : L’Innommable. 1949. Eric : Mallarmé et le Mystère du Livre. 1943. 1967. 1963. 1998. 1998. 2006. 1925. – Le Livre à venir. Antoine : Les Cinq Paradoxes de la modernité. 1962. – Ecrire le cri. Champion. Compagnon.29 mars : Eric Dazzan : Poésie et silence : une aporie capable. Nunez. Mallarmé : Poésies [1862-1898] – Divagations – Notes en vue du Livre.15 mars : Christelle Defaye : « L'étrange . P. 1941. 1950 – Le Dernier Homme. ou de relecture. de Bordeaux. William : L’Adieu à la littérature. Rancière. 1990. 1998.

qui sont bien difficiles à distinguer des « originaux ». Œuvres. Il convient pour cela d’envisager un ensemble de textes qui se trouvent classés dans cette catégorie en l’absence de manuscrit autographe et de témoignage – il suffit de penser par exemple aux Mémoires du cardinal de Retz. 1966. et de voir un « roman vrai » dans tel épisode de Saint-Simon. « Le temps retrouvé ». 1984. Participant des Mémoires et du roman. Gallimard. suivi de Mémoires de l’abbé de Choisy déguisé en femme [1727 et 1735]. Mercure de France. et ont prétendu livrer à un public avide de vérité des manuscrits authentiques découverts par hasard et édités par leurs soins. une voix féminine. mais à la différence des Mémoires authentiques. brossent des portraits si suggestifs. Mémoires pour servir à l’histoire de Louis XIV. mais aussi aux lignes de partage éventuelles. cardinal de). entre le roman. l’auteur n’est ni un acteur ni un témoin. sous leur double face de Mémoires historiques sur le règne de Louis XIV et de Mémoires privés d’un abbé qui a vécu – réellement– habillé en femme).. ainsi que pour les pseudo-Mémoires de Courtilz de Sandras) –RETZ (Jean-François Paul de Gondi. De tels récits. Paris. devrait permettre de réfléchir aux points de jonction. La confrontation de Mémoires véritables (ceux de l’abbé de Choisy. et semblent parfois donner à ce point dans l’affabulation. notamment pour les Mémoires de Bussy-Rabutin et de Mlle de Montpensier. nous réfléchirons aux méthodes de fictionnalisation utilisées dans ces récits en montrant qu’elles participent d’un brouillage entre les Mémoires authentiques et les Mémoires fictifs. témoignent d’une mutation esthétique. Après avoir mis en lumière les procédés de reconstitution de l’Histoire à partir notamment des Mémoires de BussyRabutin et de Mlle de Montpensier. que la tentation est grande de lire ces pages comme des sortes de fictions. Bibliothèque de la Pléiade. romans-Mémoires Les mémorialistes déploient un tel art du récit ou de l’anecdote. de l’Âge classique et des Lumières  Responsables du séminaire : Catherine RAMOND et Myriam TSIMBIDY Histoire et fiction à l’âge classique Mémoires. Nous nous intéresserons aux problèmes que pose l’établissement de ce corpus. parce qu’ils se trouvent au cœur d’une redistribution générique. Marie-Thérèse Hipp et Michel Pernot éd. Il imite certains procédés mémoriels (pacte. pseudo-Mémoires. les pseudo-Mémoires comme les Mémoires de Monsieur d’Artagnan de Courtilz de Sandras racontent les aventures d’un personnage historique. dont l’authenticité n’a été reconnue qu’après la découverte du manuscrit. les romanciers du XVIIIe siècle ont pris pour modèle les Mémoires historiques afin de rendre plus crédible un genre méprisé et accusé d’invraisemblance. . –Abbé de CHOISY. La limite entre histoire et fiction est également troublée par l’émergence d’imitations factices de ces Mémoires véritables. Corpus d’étude (des extraits seront distribués lors du séminaire. à cette époque. Inversement. situation conversationnelle. et du roman de Marivaux. première personne. La Vie de Marianne. jeux de confidence …) afin de créer l’illusion de vérité tout en s’appuyant sur une documentation historique. l’autobiographie et les Mémoires. des Mémoires de la marquise de Fresne (1702) de Courtilz de Sandras.69  SÉMINAIRE COMMUN DE L’ÉQUIPE CLARE ET DE L’ÉQUIPE TELEM  Littérature de la Renaissance. Paris. comme le propose Patrick Dandrey. entre histoire et fiction. Il se fait biographe et romancier. ainsi qu’à la manière dont ces auteurs font entendre.

Paris. 1994. La répartition des séances. Paris. F. Paris. enquête sur le roman et les mémoires (1660-1700). Le Roman à la première personne du classicisme aux Lumières [Colin. « Classiques Garnier ». Usage du monde. Volume horaire et répartition dans l’année : 12×2 heures=24 heures. H. Paris. Deloffre. 1996. –HIPP (Marie-Thérèse). 28 février. Cuche. Les Silences de l’Histoire. 183-215. 2001. Corti. 2002. Presses de l’Université Laval. –Le Genre des Mémoires. 1988. –DEMORIS (René). ainsi que la venue de conférenciers invités. Klincksieck. . p. –GEVREY (Françoise). « Les Mémoires au carrefour des genres en prose ». Essai de définition. L’Illusion et ses procédés de La Princesse de Clèves aux Illustres françaises. Enquête sur les mémorialistes d’Ancien Régime.70 –MARIVAUX. –CHARBONNEAU (Frédéric). éd. La Poétique des mémoires (1650-1685). Paris. 1994. S2 : dix séances . –LESNE (Emmanuèle).24. 21. La Vie de Marianne [1731-1742]. 7. 1976. 21. –FUMAROLI (Marc). Éditions du Seuil. 13 décembre. Droz. seront précisées à la rentrée. 4 avril. éd. 14. 31 janvier. Éléments de bibliographie critique –BRIOT (Frédéric). Ce séminaire se déroulera le jeudi de 13h30 à 15h30 sur les deux semestres : S1 : deux séances . Paris. Genève. La Diplomatie de l’esprit. Mythes et réalités. Paris. Bertaud et F-X. M. 1975]. 1995.29 novembre. 1990 (disponible également dans de nombreuses éditions de poche). Klincksieck. Champion. 28 mars. Hermann. 14. Usage de soi.

– coef. . 20 – crédits : 20 MODALITÉS D’ÉVALUATION Session 1 : Assidus : Soutenance du mémoire Dispensés d’assiduité : Soutenance du mémoire Session 2 : Assidus : Soutenance du mémoire Dispensés d’assiduité : Soutenance du mémoire Mémoire d’une centaine de pages présenté lors d’un oral de soutenance devant un jury d’au moins deux personnes.71 M4DRU2 (Semestre 4) MEMOIRE 4 RESPONSABLE UE M4DRU2 Martine MATHIEU-JOB Nombre d’heures : ad lib. comprenant au moins un professeur ou enseignant-chercheur habilité à diriger des recherches. ou assimilés.

72 ANNEXE 1 Les équipes de recherche CLARE et TELEM Le parcours recherche (Recherches en études littéraires/REEL) offre un socle d’initiation aux techniques de la recherche dans les champs de la littérature française. CLARE a délibérément fait le choix. CLARE (Cultures Littératures Arts Représentations Esthétiques) et TELEM (TExtes. 3°) Axe 3 : Recherches dans le domaine de l’histoire et des cultures le CEREC. Atelier de Recherches Transdisciplinaires Esthétique et Sociétés (arts plastiques. russes. Danièle James-Raoul. italiennes. de l’histoire et des cultures. le Centre Montaigne. société) . Centre de Recherches sur le Classicisme Européen (XVIIe-XVIIIe) qui rassemble plusieurs disciplines (littérature. Il est adossé à deux grandes équipes de recherche. cinéma. Directrice . le CELFA. arabo-musulmanes). Littératures : Ecritures et Modèles). Avec une direction collégiale (Nicole Pelletier. Recherches sur le Féminin et la création littéraire. 1°) Axe 1 : Recherches dans le domaine de l’imaginaire le Lapril. dont la spécificité est d’être fondamentalement transdisciplinaire. de la littérature latine. CLARE CLARE (Cultures Littératures Arts Représentations Esthétiques). francophones. arts plastiques. dans son projet quinquennal. arts. etc. langues et cultures anglaises. 2°) Axe 2 : Recherches dans le domaine des arts ARTES. des littératures francophones. cette équipe a pour vocation de pratiquer à un égal niveau d’exigence la recherche spécialisée et les échanges entre les disciplines. l’ERCIF. bien adaptée à sa taille et à sa diversité interne. théâtre. musique. dont la période d’investigation va du Moyen Age pré-renaissant (XIVe e et XV siècle) à la fin du XVIe siècle . de ne pas faire disparaître les centres de recherche qui regroupaient des talents et des individualités ayant aussi marqué l’histoire et la richesse de la recherche universitaire bordelaise. est une importante équipe de recherche de l’Université Michel de Montaigne Bordeaux 3. Héritière de l’équipe d’accueil LAPRIL fondée il y a neuf ans. de la littérature occitane (médiévale et moderne) et de la littérature comparée. des arts. Équipe d’Accueil 4593. Directrice adjointe). Centre d’Études Linguistiques et Littéraires Francophones et Africaines . Elle a fédéré ces centres en trois axes de recherches. regroupés dans trois axes fédérateurs centrés sur les domaines de l’imaginaire. Laboratoire Pluridisciplinaire de Recherches sur l’imaginaire appliqué à la Littérature .). . germaniques. avec près de 90 membres – dont plus de la moitié d’enseignants-chercheurs – et 72 doctorants en septembre 2011 d’origines disciplinaires diverses (lettres françaises et latines.

d’entreprendre des recherches communes. allemandes. d’en discuter. canadiennes. Marges et marginalités. des psychanalystes. au niveau de l’équipe comme au niveau des spécialités. en pendant avec Écritures de l'histoire. la nécessité à chaque moment de l'histoire de définir où se place le savoir savant comme projet humaniste. Les composantes de l’équipe CLARE sont ainsi toutes susceptibles de participer à cette écriture de l’histoire. de transmission viennent questionner la problématique de la représentation à la fois au plan artistique mais plus largement dans une approche anthropologique du fictionnel. communication. leur permet de présenter leur travail de recherche. hongroises. à l'autre et à son inquiétante étrangeté. des doctorants et des postdoctorants dans la perspective des trois grandes approches littéraires. avec plusieurs équipes françaises ou étrangères (autrichiennes. quatre programmes transversaux diversifiés impliquant tous les axes sont développés selon des modalités diverses : – — Les Écritures de l'Histoire – — Éducations et Humanisme – — Marges et Marginalité – — Transformations de soi. les doctorants sont associés aux débats et décisions. dynamiques sociales et constructions identitaires est à l’origine un projet conçu avec l’équipe du MICA (EA 4426. Représentés au Conseil d’équipe. plasticiens. des artistes (écrivains. mais aussi et tout autant comme espace symbolique et imaginaire ramené à soi. compris comme territoire au sens géographique du terme. portant singulièrement sur l'un des champs disciplinaires représentés. dont on trouvera le détail sur le site de l’équipe (http://clare. puisque des chercheurs en sociologie. dynamiques sociales et constructions identitaires Les trois premiers projets réunissent des enseignants-chercheurs.73 le CIRAMEC. sinon dans la vérité oblique de la fiction. Dans le Groupe des doctorants qui leur est dédié. dramaturges). ceux des années passées ont été associés et pris en . ils trouvent une structure qui leur fournit conseils et informations. anthropologie. travaillera sur la difficulté à objectiver l'espace. Transformations de soi.fr/). Ils sont proposés et conçus comme les lieux de rassemblement d'une pensée où toutes les composantes viennent porter leur regard. ses modalités d'analyse. toujours reconstruits dans la forme du récit ou des autres représentations artistiques. d’ores et déjà. Les lettres et les arts ont été très largement impliqués dans l’accompagnement des événements qui construisent l’histoire. sont partie prenante dans ce projet et qu’y participent également des médecins. de transcription. Éducations et humanisme interroge la transposition que présuppose toute volonté didactique. au niveau local. comme une sorte de laboratoire de pensée en acte. esthétiques. Ainsi de l'histoire dont les écritures au pluriel témoignent de la difficulté à objectiver le réel et le temps. insaisissables. Ils veulent être le témoignage d'une pluridisciplinarité féconde où le réel. Les projets transversaux constituent pour eux un cadre de recherches et de réflexion méthodologique privilégié. animé par deux enseignants-chercheurs. Des partenariats étroits existent. Bordeaux 3) dans le cadre de la MSHA (Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine) et construit en partenariat avec d’autres équipes. Un imaginaire du devenir incarné dans la réalité de la transmission. historiques et culturelles qui sous-tendent le tissu général de l’équipe CLARE. national et international. Outre les actions et programmes propres aux centres. Centre d’Information et de Recherche sur l’Allemagne Moderne et Contemporaine.ubordeaux3. La dimension pluridisciplinaire y est essentielle. roumaines et polonaises notamment). Les étudiants de Master sont les bienvenus dans ce groupe et. notamment.


 L’essentiel
des
questions
de
la
vie
de
l’équipe
est
discuté
lors
d’assemblées
générales.u‐bordeaux3.
Un
des
2
séminaires
d’équipe
est
organisé
par
le
centre
 .
 du
 CECAES
 qui
 se
 consacre
 aux
 cultures
 et
 littératures
 occitanes
.74 charge financièrement par l’EA CLARE.
du
 CEREO
(Centre
d’études
et
de
recherches
d’Extrême‐Orient). TELEM TELEM est une des Équipes d’Accueil (EA 4195) de doctorants de l’université Michel de Montaigne – Bordeaux 3 et l’une des deux équipes auxquelles est adossé le Master REEL.
 Ainsi
 des
 centres
 «
Modernités
».
 
 Séminaires

 1‐
séminaires
d’équipe
dans
le
cadre
du
Master
 En
 écho
 aux
 recherches
 menées
 dans
 les
 différents
 programmes
 sont
 organisés
 des
 séminaires
qui
s’ajoutent
de
façon
spécifique
à
la
liste
des
séminaires
proposés
aux
étudiants
 en
deuxième
année
du
Master
REEL. TELEM est un acronyme qui se développe en quatre mots clés synthétisant les grands pôles de recherche qui ont présidé aux regroupements de chercheurs et de programmes au sein de cette équipe : Textes. dans le cadre de projets d’études propédeutiques à leur futur épanouissement professionnel ou préparatoires à un futur doctorat.
 cette
 EA
 fédère
 d’anciens
 centres
 de
 recherches
 qui
 ont
 pu
 garder
 pour
 partie
 une
 certaine
 autonomie.
 L’équipe
 est
 dirigée
 depuis
 janvier
 2011
 par
 Martine
 Mathieu‐Job
 et
 dispose
 d’un
 conseil
 regroupant
13
membres
de
l’EA
et
2
membres
extérieurs
qui
prépare
certains
dossiers.
 «
Montaigne
»
 qui
 sont
 spécialisés
 dans
 des
 recherches
 sur
 la
 littérature
 française
 définies
 par
 découpage
 séculaire
et
 méthodologique
 .
 détaillées
 et
 liées
 à
 l’actualité
 scientifique
 de
 l’EA
 sont
 disponibles
sur
le
site
:
http://telem.
 «
Mauriac
».
telle
qu’elle
se
définit
 dans
le
cadre
d’un
contrat
quinquennal
agréé
par
le
Ministère
de
l’Enseignement
supérieur.fr
 Cette
présentation
en
donne
un
condensé.
 
 Historique TELEM
 a
 été
 fondée
 en
 2005
 et
 a
 pu
 entrer
 en
 fonctionnement
 en
 2007.
 
 Toutes
 les
 informations
 utiles. Littératures : Écriture
et
Modèles.
 Pour
 l’essentiel
 cependant.
 Depuis
 cette
 date.
 les
 chercheurs
 de
 l’EA
 s’attachent
 à
 des
 programmes
 qui
 sont
 transversaux
et
conformes
à
la
politique
de
recherche
spécifique
à

l’EA.
 
 Structure
 TELEM
 regroupe
 ainsi
 une
 soixante
 de
 chercheurs
 confirmés
 (professeurs
 et
 maîtres
 de
 conférence)
et
une

soixantaine
de
doctorants.
 d’une
 partie
du
CELFA
(Centre
d’études
littéraires
et
linguistiques
francophones
et
africaines)
.

pratiques et enjeux contemporains 4e pôle de l’axe A : Espaces interculturels • • • A8-La Méditerranée. qui se déploient autour de quatre pôles 1er pôle de l’axe A : Usages socio-politiques et littéraires de la langue • • • A1-Morales de la langue A2-Le sentiment de la langue.
 Un
séminaire
de
l’EA
plus
ouvert
sur
les
attentes
et
participations
des
doctorants
est
à
l’étude
 et
devrait
prendre
place
au
niveau
de
l’Ecole
doctorale
Montaigne
–
Humanités. littérature chinoise) B . les connexions sont nombreuses. ainsi que sur ses enjeux épistémiques et éthiques.Discours.

 2‐
Séminaires
de
recherche
dans
le
cadre
de
l’Ecole
doctorale
 D’autres
séminaires
sont
dissociés
du
Master
et
fonctionnent
davantage
comme
laboratoires
 expérimentant
 des
 pistes
 et
 programmes
 particuliers. objet de pensée. esthétique et cognition Ce second axe de programmation est centré sur des questions sémiotiques et esthétiques. qui se nouent autour de quatre pôles : 1er pôle de l’axe B : Approches sémiotiques et linguistiques . espace poétique A9-Traductions et politiques de la mémoire A10. et plus particulièrement sur les aspects cognitifs et affectifs que présentent la production et la réception d’artefacts relevant aussi bien de systèmes non linguistiques et linguistiques que de l’expression littéraire. Il couvre 10 programmes. dont seront pris en compte les aspects historiques et imaginaires.75 «
Modernités
».
Le
second
est
à
l’heure
actuelle
partagé
avec
l’EA
CLARE
:
il
sera
dédié
cette
 année
2012‐2013
à
la
littérature
française
de
l’époque
classique.
 Leurs
 modalités
 de
 fonctionnement
 peuvent
être
consultées
sur
le
site
de
l’EA.Traductions de textes chinois .Littérature et politique Cet axe de programmation regroupe un ensemble de problématiques visant à ouvrir l’étude de l’objet littéraire sur ses contextes sociaux et politiques.
 
 Programmes
de
recherches
2011­
2015
 Ces
programmes
s’articulent
autour
de
deux
grands
axes
 A . imaginaire populaire. la langue des sentiments A3-Traduire le politique 2e pôle de l’axe A : Investissements épistémiques et socio-politiques • • • • A4-Littérature et système de pensée : confronter les discours A5-Utopie et catastrophe A6-Littérature et journalisme A7-La critique littéraire : situation. Entre les huit programmes qu’il déroule. pratiques et enjeux contemporains 3e pôle de l’axe A : Pratiques génériques • • A6-Littérature et journalisme A7-La critique littéraire : situation. réalisations d’anthologies (littérature de Taïwan .

76 • • B1-Sémiotique des cultures B2-Discours de la spatialité/spatialisation 2e pôle de l’axe B : Écrire et lire avec les affects • B3-Émotions de la littérature 3e pôle de l’axe B : Enjeux épistémiques de la littérature • • B4-Apories. paradoxes et autocontradictions : la littérature et l’impossible B5-Récit et vérité à l’époque classique 4e pôle de l’axe B : Transmissions • • B6-Littératures de jeunesse en Europe B8-Didactique de la littérature .

Langue et littérature françaises *BAUDORRE. conte. Florence : Littérature du XVIIIe siècle : histoire des idées. solliciter le concours d’un professeur ou d’un MCF habilité. BOULERIE. genres et modèles scientifiques de la Renaissance. DUVAL. pour la soutenance. Il devra alors. Bernanos.77 ANNEXE 2 DIRECTIONS DE RECHERCHES Seuls sont en principe habilités à diriger un travail de recherche les enseignants-chercheurs qui ont rang de professeur ou les MCF qui sont titulaires d’une HDR : leur nom est précédé d’un astérisque (*). *DEVÉSA. *GAILLARD. *FERRER. . musique et les autres arts. 1. articulation entre discours savant et discours littéraire. Véronique : Littérature du XVIe siècle . Aurélia : Le fabuleux – La littérature et les arts – L’histoire des idées – Le grand âge classique (1660-1760) – Le tournant 1700 et l’âge rococo (1720-1740). Jean-Michel : Surréalisme et des avant-gardes – Littérature négro-africaine – Représentation de la sexualité et du genre (« Gender ») dans la littérature et les arts contemporains. *BENOIT. BLOCH. *CHANCÉ. Éric : Littérature des XIXe et XXe siècles : Poésie. *GOUVARD. Jean-Michel : Métrique – Morphologie du français. DEFRANCE. Un enseignant-chercheur non habilité peut toutefois être choisi à titre de directeur. Sophie : Études proustiennes – Sémiotique et stylistique – Théorie et analyse du comique littéraire.L'Europe des réformes et les lettres. écriture et histoire des savoirs. XVII e et XVIII e siècles : genres narratifs (roman. Mallarmé.Bible et littérature . Béatrice : Français contemporain (du Nouveau Roman aux parutions les plus récentes) – Théories de la lecture et de la réception – Question des rapports entre littérature. textes. GIACOMOTTO. Philippe : Littérature et histoire du XXe siècle.Poésie amoureuse et spirituelle . Jabès – Critique littéraire. Grammaire et stylistique du français pré-classique. Anne : Littérature des nouvelle). histoire de la langue XVe-XVIe siècles. Violaine : Poésie philosophique de la Renaissance française.Identités religieuses et pratiques littéraires . Dominique : Littérature des Antilles françaises et de la Caraïbe.

. *MANTION. *LAFORGUE. Denis : Littérature du XVIIe siècle : histoire littéraire. Florence : Littérature médiévale – Onomastique littéraire – Moyen Âge dans l’imaginaire moderne.Césaire.Littérature du XVIIIe siècle .Hugo. théâtre. les écritures de soi (autographie). *LAVILLE. stylistique et formes littéraires au XVIIe siècle. . Claudel.Génétique et sociogénétique. PLET. . et plus particulièrement : la poésie .78 HUGOTTE. questions de style.Esthétique et philosophie du langage à l'âge des Lumières . Lia : Sémiotique générale et sémiotiques spécifiques (verbales et non verbales. Catherine : Littérature française du XVIIIe siècle. sémiotique de la poésie (XIXe et XXe siècles) – Rapports entre musique et langage du XVIIIe siècle à nos jours – Stylistique – Énonciation – Rythme – Pragmatique.Breton et le surréalisme. *LOUICHON. littérature et éducation. Genet. Pierre : Littérature française XIXe-XXe siècle. Gilles : Histoire de la langue. MAGNIONT. musicales visuelles ou autres). relations texte-image. KURTS. Béatrice : Littérature réaliste et naturaliste – Génétique textuelle – Sociocritique. la critique (et la théorie) littéraires . LABÈRE. Jérôme : Littérature du XXe siècle. Joëlle de : Œuvre poétique de Michel Leiris – Poésie et autobiographie – Définition et théorie du lyrisme – Énonciation poétique contemporaine. histoire et poétique des genres. SABBAH. Valéry : Poésie des XIXe et XXe siècles – Littérature contemporaine. *JAMES-RAOUL. Nelly : Littérature médiévale. récit médiéval (XIVe-XVe siècles). plus spécifiquement. Michelet. Danièle : Littérature arthurienne – Silence et parole – Poétique et rhétorique médiévales. . *RAMOND.Littérature et arts (Salons. PAVY Élise : Diderot . littérature et société. *LOPEZ. les formes de l'essai . Gérard : Littérature romantique et fin de siècle (George Sand et Huysmans). SERMET. Martine : Littératures coloniales et postcoloniales de l’océan Indien et du Maghreb – Écritures exotiques – Récits de voyage. pouvoir et littérature. Brigitte (IUFM d’Aquitaine) : Théorie de la lecture littéraire – Littérature de jeunesse – Adaptation des œuvres classiques et patrimoniales – Didactique de la littérature à l’école primaire – Roman du premier XIXe s. Baudelaire. Danièle : Littérature contemporaine – Poésie – Écriture du traumatisme – Critique génétique des manuscrits contemporains. sémiotique). *MATHIEU-JOB. Sociocritique du romantisme (17801870) . poésie du XVIIe siècle. roman. Sand. histoire des styles et des genres. *PEYLET. Jean-Rémi : Littérature du XVIIIe siècle – La littérature artistique des Lumières – Esthétique du paysage et du jardin-paysager à la fin des Lumières – La peinture du néo-classicisme. *ROGER. Balzac.

domaines français. Jean-Paul : Le roman d’aventure aux XIXe et XXe siècles – Robinsonnades et utopies du XVIIIe au XXe siècle – Littératures coloniale et postcoloniale – Mythe de l’homme artificiel – Représentations de l’animal dans la littérature narrative – Œuvre de J. Isabelle : Littérature et monde contemporain : connexions (discours scientifiques. anglaise et allemande de la Renaissance – Questions de traduction – Rapport texte-image – La figure du fou. australien et latino-américain modernes et contemporains) – Traductologie littéraire et axiologie – Histoire et théories de la représentation – Esthétiques réalistes mondiales (fiction. Occitan BERNARD.Pamphlets. allemand. Anne-Laure : Littératures française. nouvelles) et nonlittéraires (textes religieux (hérésie cathare). M. arts plastiques) au XXe siècle – Poétique de la poésie. METZGER. britannique et américain – Le quotidien dans la littérature moderne et contemporaine – Usages littéraires de « l’insignifiant » – Rituel et poésie – Peinture et poésie au e XX siècle – Littérature et histoire. Littérature de jeunesse : représentations du temps et de l’Histoire. analphabétisme. *VALETTE. russe. théories de la notation. cinéma. 3. italien. occitan moderne. critique des traductions . symbolisme – Arts plastiques et littérature – Image – Littérature et sacré. *TSIMBIDY. Coetzee. Fabienne : Poésie et fiction en prose des XIXe et XXe siècles. Littérature comparée *COSTE. violence de l’Histoire) – Critique et bilinguisme . Agathe : Rapports entre musique et poésie au Moyen Âge (XIe-XVe siècles : des troubadours aux Grands Rhétoriqueurs. italien. Jean-René : Littérature des XIIe et XIIIe siècle —Romans européens du Graal — Merveilleux et fantastique –– Histoire des idées (les écoles de pensée du XIIe siècle) — Littérature spirituelle et discours mystique — Bible et littérature au Moyen Âge. Textes littéraires (troubadours. *LATRY. Katy : Occitan médiéval. Vérane : Littérature d’Europe du Nord – XIXe siècle : romantisme.79 SULTAN. arabe. divinatoires et magiques) . écritures de l’affect) et exclusions (exil. DAMPIERRE. *ENGÉLIBERT. du bouffon. poétiques formelles des poésies de langues européennes. œuvre de Vladimir Nabokov – Domaines linguistiques : anglais. . 2. traités musicaux. en particulier chez Guillaume de Machaut et dans l’ars subtilior) – Genres et formes de la lyrique. arts de rhétorique. décadence. Ève de : Domaines linguistiques : anglais. GARRIDO. PARTENSKY. RIHARD-DIAMOND. *POULIN. Didier : Théorie littéraire et mondialisation culturelle (spécialement domaines indien. romans. Myriam : Littérature du XVIIe siècle : Mémoires – Correspondances . espagnol. Guy : Littérature occitane moderne – Littérature populaire en occitan gascon. Jean-Pierre : Domaine italien.

Géraldine : Littérature et civilisation latine. philosophie de l'époque impériale. de l'amour. représentations du corps. Études latines DESCHARD.80 4. *PUCCINI-DELBEY. place et rôles de la femme dans la littérature latine. en particulier écriture de la fiction narrative en prose latine . Armelle : Langue et littérature latine : en particulier. . de la sexualité et du genre. domaine de la littérature latine étudiée sous l'angle de la sémantique.

Véronique : veronique-ferrer@orange.fr DUVAL. Valéry : vhugotte@club-internet.fr BERNARD.fr DESCHARD.fr BOULERIE. Jean-Michel : jeanmichel.fr ENGÉLIBERT.Dominique@u-bordeaux3. Jean-Pierre : Pas d’adresse électronique GIACOMOTTO. Aurélia : aurelia.bloch@orange.fr .fr BAUDRY.Baudry@u-bordeaux3. Anne : anne.fr BENOIT.gaillard@gmail.fr CHANCÉ. Jean-Paul : jeanpaul. Carine : carineherzig@hotmail. Dominique : Chance. Éric : ebenoit@u-bordeaux3.fr COSTE.fr GOUVARD. Béatrice : beatrice.coste@gmail.fr BEYLOT.81 ANNEXE 3 CONTACTS AVEC LES ENSEIGNANTS-CHERCHEURS BAUDORRE.com HUGOTTE. Patrick : Patrick.gouvard@free. Ève de : eveosiris@gmail. Sabine du : dejanire@club-internet. Didier : didier. Jean-Michel : jmdevesa@free.defrance@free. Armelle : Armelle. Philippe : philippe.Giacomotto@u-bordeaux3.com DEFRANCE.fr GAILLARD. Violaine : Violaine.fr FERRER. Sophie : sdvl@wanadoo.com GARRIDO.Deschard@u-bordeaux3.beylot@u-bordeaux3.fr HERZIG.engelibert@yahoo.fr DAMPIERRE. Katy : Katy.com CREST. Pierre : pierre.fr DEVÉSA.fr BLOCH.Boulerie@wanadoo.baudorre@u-bordeaux3.Bernard@u-bordeaux3. Florence : Florence.

82

JAMES-RAOUL, Danièle : daniele.james-raoul@wanadoo.fr KURTS, Lia : lia.kurts@free.fr LABÈRE, Nelly : labere@free.fr LAFORGUE, Pierre : pajlaforgue@gmail.com LATRY, Guy : Guy.Latry@u-bordeaux3.fr LAVILLE, Béatrice : beatrice.laville@numericable.fr LE BLANC, Guillaume : Guillaume.Le-Blanc@u-bordeaux3.fr LOPEZ, Denis : denis.lopez@u-bordeaux3.fr LOUICHON, Brigitte : brigitte.louichon@aquitaine.iufm.fr MAGNIONT, Gilles : gmagniont@9online.fr MAKINSON, Mélina : melinalevy@free.fr MANTION, Jean-Rémi : jrmantion@sfr.fr MATHIEU-JOB, Martine : martine.m.job@wanadoo.fr METZGER, Anne-Laure : metzger-rambach@club-internet.fr MONDON, Christine : christine.mondon@wanadoo.fr MONTAGNAC-MARIE, Hélène : helene.montagnac@u-bordeaux3.fr PAOLI, Marie-Lise : Marie-Lise.Paoli@u-bordeaux3.fr PARTENSKY, Vérane : verane.partensky@club-internet.fr PAVY, Élise : elise.pavy@u-bordeaux3.fr PEYLET, Gérard : gpeylet@u-bordeaux3.fr PLET, Florence : Florence.Plet@u-bordeaux3.fr POULIN, Isabelle : Isabelle.Poulin@u-bordeaux3.fr PUCCINI-DELBEY, Géraldine : geraldine.delbey@orange.fr RAMOND, Catherine : catherine.ramond@wanadoo.fr RIHARD-DIAMOND, Fabienne : fabienne.diamond@wanadoo.fr ROGER, Jérôme : jerome.roger12@wanadoo.fr SABBAH, Danièle : sabbahdan@numericable.fr SERMET, Joëlle de : joelledesermet@wanadoo.fr

83

SULTAN, Agathe : agathesultan@wanadoo.fr TSIMBIDY, Myriam : myriam.tsimbidy@gmail.com VALETTE, Jean-René : jrvalette@u-bordeaux3.fr

84

ANNEXE 4

CONSEILS POUR LA PRÉSENTATION MATÉRIELLE DES RAPPORTS DE SÉMINAIRE7 ET DU MÉMOIRE

FORMAT – COUVERTURE 21 X 29 cm. N’utilisez que le recto. L’ensemble doit être broché avec une couverture en carton léger (ou éventuellement relié). La couverture portera les prénom et nom de l’auteur ainsi que le titre du rapport ou du mémoire. Après la page de garde, la page de titre porte l’indication de l’Université d’origine, le titre, la mention : rapport ou mémoire présenté en vue du séminaire (n° d’UE, intitulé du séminaire) ou du Master d’Études littéraires par PRÉNOM et NOM. Puis l’indication du Responsable de séminaire ou du Directeur de recherche, et au bas l’année universitaire. MARGES – PAGINATION La marge gauche doit être de 4 cm. Réservez 2 cm en haut et en bas de page, ainsi que sur la marge droite. Le chiffre de la page, en haut (au milieu, ou dans le coin à droite). POLICE – CORPS – INTERLIGNES – ALINÉAS Pour le corps du texte et les notes, utilisez une seule police (on peut utiliser une police différente pour la couverture). Évitez l’utilisation de polices fantaisistes. Adoptez une police « neutre », par exemple Times NewRoman. Corps 12 pour le corps du texte et les citations en retrait. Corps 10 pour les notes. Adoptez l’interligne de 1,5 pour le texte, l’interligne simple (1) pour les notes et les citations longues (plus de 3 lignes) qu’il sera bon de marquer également par l’instauration et le respect d’une marge plus large (2 cm de plus). Tout alinéa doit commencer en retrait d’environ 1,5 cm par rapport à la marge. Le nombre de caractères par page doit être de 1600 à 2000 au maximum. GUILLEMETS – PARENTHÈSES Serrez vers l’intérieur. À la fin des citations intégrées au corps du texte, le point vient après les guillemets. À la fin des citations autonomes, le point vient avant les guillemets. Pas d’espacement de part et d’autre d’un trait d’union.

7

Le rapport de séminaire constitue l’un des modes d’évaluation possibles des séminaires de recherche.

85

Les crochets ne sont pas des parenthèses : les utiliser chaque fois que le scripteur intervient dans une citation de texte ou dans une description bibliographique, soit pour introduire un ou des mots ajoutés ou pour signaler, en les isolant, de légères modifications du texte exigées par la continuité syntaxique avec le contexte, soit pour indiquer par des points de suspension l’emplacement de mots retranchés : [...] DIVISIONS Des parties divisées en chapitres, et éventuellement en sous-chapitres. Toutes ces divisions sont marquées par des titres et des sous-titres. Pour un mémoire la division en parties ne s’impose pas. Introduction et conclusion, naturellement. Une table des matières analytique, c’est-à-dire détaillée, est nécessaire. Elle peut se borner à reprendre titres et sous-titres à condition que ces derniers soient nombreux et significatifs. Avant la table des matières placer la bibliographie, et éventuellement les appendices et les index. NOTES – APPELS DE NOTES Infrapaginales, avec numérotation continue de 1 à x, par chapitres. Pour les citations, l’appel de note vient toujours avant le guillemet fermant, et avant le point final dans les citations autonomes. BIBLIOGRAPHIE – RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES Elle est méthodique, c’est-à-dire répartie en sections : manuscrits et documents d’archives (le cas échéant) ; description du corpus (textes auxquels s’applique la recherche systématique) en indiquant, outre la première édition, votre édition de référence ; ouvrages et articles relatifs à l’auteur étudié ; ouvrages généraux (une subdivision par thèmes ou disciplines est souvent utile). Il existe un code international pour la description bibliographique précise des ouvrages : nom de l’auteur en capitales suivi du prénom entre parenthèses POINT TIRET. Titre de l’ouvrage souligné ou en italique POINT TIRET. N° de l’édition, s’il ne s’agit pas de la première POINT TIRET. Lieu de l’édition DEUX POINTS éditeur VIRGULE date de publication POINT TIRET. Nombre de pages, POINT TIRET. Éventuellement nom de la collection entre parenthèses POINT FINAL. Ex. MANDROU (Robert). – De la culture populaire au 17e siècle. – 2e éd. – Paris : Stock, 1975 – 263 p. (« Le monde ouvert »). En fait, ce système un peu lourd peut être simplifié : nom et prénom VIRGULE, titre VIRGULE, lieu de l’édition VIRGULE, l’éditeur suivi éventuellement de la collection entre parenthèses VIRGULE, date précédée si nécessaire du n° de l’édition POINT. Ex. MANDROU (Robert), De la culture populaire au 17e siècle, Paris, Stock (« Le monde ouvert »), 2e éd. 1975. Pour les articles, titre entre guillemets, le nom de la revue souligné ou en italique ; préciser de quelle livraison il s’agit (n° et date) ; indiquer les limites de l’article (pages extrêmes). Ex. SMADJA (Robert), – « Corps et métaphore dans l’œuvre de Balzac ». – Bérénice, n° 7, 1983, p. 15-24.

dans les notes. n° 7. souligné ou en italique. 1983. mais on ajoute la référence à la page ou aux pages concernées par la note. se trouve décrit dans la bibliographie . « Corps et métaphore dans l’œuvre de Balzac ». est précédé de : in. Lorsqu’il s’agit d’une étude appartenant non à une revue mais à un recueil collectif le titre du recueil. 15-24. communément admis. La table de ces sigles et abréviations devra figurer avant l’introduction. n’est pas recommandée. à respecter (par exemple : RHLF. Il se peut toutefois que sur certains points secondaires. Bérénice. vous pouvez leur faire parvenir un erratum. Pour les références bibliographiques données dans les notes du texte. cit. L’abréviation op. imprécise. tel enseignant ait des vues légèrement différentes ou des exigences plus précises qu’il indiquera lui-même à ses étudiants. Ces recommandations résument une pratique communément admise. Pour les grandes revues. comme il l’est en général. avec ou sans indication de la page selon qu’on renvoie à une autre page ou à la même. Même les exemplaires achevés peuvent supporter d’ultimes corrections faites proprement à l’encre . et purgez-les avec soin des fautes avant la reproduction.86 Ou plus simplement : SMADJA (Robert). signalés par de simples initiales. RSH…). ABRÉVIATIONS Quand il est renvoyé plusieurs fois de suite au même ouvrage. il existe des sigles. Les titres des ouvrages fréquemment cités peuvent être abrégés. et même après la remise des exemplaires aux membres du jury. CORRECTIONS Relisez très attentivement votre saisie ou votre tirage. on peut user de l’abréviation ibid. (opus citatum : ouvrage cité). . voire. on se contente d’une description sommaire (auteur et titre) si l’ouvrage.

Latry@u-bordeaux3.Delbey@u-bordeaux3.fr Option Études médiévales : Jean-Rene.Valette@u-bordeaux3.fr Option Littérature comparée : ipoulin@u-bordeaux3.Valette@u-bordeaux3.fr Option Études latines : Geraldine.fr Concours Lettres classiques : Geraldine.Delbey@u-bordeaux3.fr .Ferrer@u-bordeaux3.fr Option Études occitanes : Guy.87 ANNEXE 5 CONTACT DES RESPONSABLES UFR Humanités Université Michel de Montaigne Bordeaux 3 Domaine universitaire 33607 Pessac cedex Responsables pédagogiques Recherches en études littéraires : Jean-Rene.fr Concours Lettres modernes : Veronique.fr Contact administratif Christophe.Morand@u-bordeaux3.