Vous êtes sur la page 1sur 17

Notre stage en entreprise :

La Centrale laitière

Notre stage en entreprise : La Centrale laitière Page 17

Sommaire :

1-Remerciements

2-Introduction

3- Présentation de l'entreprise

4-Compte rendu du stage

5-Conclusion

1-Remerciements :

Au terme de ce travail nous tenons à remercier vivement M. RACHID SOUSSI responsable celle manager production UHT pour nous avoir accueilli afin d’effectuer notre premier stage en entreprise et qui a aussi suivi constamment notre travail au sein de l’atelier avec disponibilité et compréhension.

On remercie également tous les chefs d’équipe et tout le personnel de l’entreprise qui ont contribué de prés ou de loin à l’élaboration de ce rapport pendant notre stage et qui nous ont donné toutes les facilités nécessaires pour conclure notre travail.

Merci notamment à tous ceux que nous avons omis de citer.

2-Introduction :

Au cours de l'année de 3 ème , nous élèves de 3ème B, devions passer un stage en entreprise afin d'établir un premier contact avec la vie active et professionnelle. Mais aussi pour connaitre le fonctionnement et l'organisation d'une entreprise. Pour cela ma camarade et moi, avions choisit de passer ces quatre jour-là, accompagnés, encadrés et supervisés par l'équipe professionnelle de la société Centrale laitière. Notre choix s'est tourné vers l'Enterprise Centrale laitière car mis a part le fait que plusieurs élèves des années précédentes, satisfait par cette expérience, nous l'ont fortement conseillés, en effet c'est une entreprise de renommée mondiale et certifié iso 2000, c'est donc son sérieux, son organisation irréprochable et sa renommée au sein de notre continent, l'Afrique, qui nous a poussé a vouloir découvrir son fonctionnement et les facteurs clés qui lui ont valu ce succès.

Dès qu'on eut reçu les feuilles de stage destiné à l'entreprise, ma Meryem et moi avions de suite pensé à le passer à la centrale laitière. Le mardi 22 novembre, après être sorti du cours de Français à 11 heures, nous sommes partis en compagnie de nos parents à la Centrale. Nous avions demandé à être dans le même secteur afin de pouvoir rédiger le dossier ensemble. Quelques jours après, la secrétaire nous a informés que l'équipe de cette société serait ravie de nous recevoir parmi eux.

Au cours de notre stage, nous avions plusieurs objectifs afin d'assouvir notre soif d'apprendre sur la vie professionnelle. Pour nous la découverte managériale de l'entreprise est notre premier but car c'est grâce a celle-ci que l'on sait comment l'entreprise est gérée, c'est la gestion (organigramme). Nous voulions aussi connaitre le processus de production du produit principale, le lait et ses caractéristiques. Mais aussi sur le plan commercial, l'approvisionnement, et la distribution. Et enfin le processus de qualité.

3-Présentation de l'entreprise:

La Centrale laitière est une société de forme juridique anonyme, et filiale de l’ONA depuis 1981. Créée en 1940, elle démarre son activité à l’usine de Casablanca, la production du lait en 1944, et celle des produits dérivés en 1957 et se développe à travers les années pour être introduite vers de nouvelles productions à travers ses deux filiales Pingouin (première productrice de crèmes glacées au Maroc) et Fromageries des Dokkala (opératrice sur le marché du fromage fondu).Elle bénéficie d’une position de leader sur le marché marocain des produits laitiers et dispose d’une large gamme de produits et de quatre sites de productions implantées à Salé, Casablanca, El Jadida et Meknès. Chaque site est spécialisé dans la production d’une catégorie de produits :

Salé : Yaourt et Raïbi.

Fkih Ben Saleh (Casablanca) : Lait pasteurisé et lait en poudre.

Meknès : Lait pasteurisé, fromage et dessert.

El Jadida : Lait pasteurisé, lait en poudre, beurre, Assiri, Raïbi, Lben et le lait UHT.

Nous avions été dans celle d’El Jadida, situé à Km2, route de Marrakech.

On y trouve différents services dont :

-Le service Fabrication : Traitement et conditionnement du lait.

- Le service Qualité : Assurer la conformité du produit.

- Le service Maintenance : Instrumentation et automation des machines.

- Le service Ressources Humaines : Recrutement, gestion des employés et de leurs salaires.

- Le service Projet : Gestion des projet entrepris pour l’entreprise.

- Le service Approvisionnement : Assure la disponibilité des matières premières et emballages.

La Centrale laitière emploi 834 personnes (Titulaires, intérimaires et sous- traitance) dont 4% de femmes et 96% d’hommes.

Organigramme de l’usine

(Titulaires, intérimaires et sous- traitance) dont 4% de femmes et 96% d’hommes. Organigramme de l’usine Page

4 -Compte rendu du stage :

1 er jour :

Le lundi 16 janvier, à 8h30 du matin, Madame Rabiaa la secrétaire nous a accueilli dans son bureau, afin de nous donner notre badge de stagiaire, mais aussi pour signer un papier qui confirme notre présence. Elle nous a ensuite conduit vers le bureau de l’assistante administrative des ressources humaines, Madame Hamor qui nous a fait remplir plusieurs papiers administratives dont l’accord de stage et un engagement qui nous informe des règles de l’entreprise. Elle nous a aussi fournis une blouse et une charlotte afin de respecter les règles d’hygiène.

À 9h30 nous avons été conduit vers l’unité de santé où Monsieur Sifdine, l’infirmier de la société nous a examiné.

À 10h00 notre encadrant Monsieur Souissi, celle manager UHT, nous a accueilli dans son secteur, la production de L’UHT, pour nous le faire découvrir. Dans ce secteur-ci on produit le lait UHT entier à emballage bleu, contenant 30% de matières grasse par litre, le lait UHT demi-écrémé (orange, 15%/L) et le lait écrémé(rouge 0%/L)

(orange, 15%/L) et le lait écrémé(rouge 0%/L) Mais aussi trois autres produits Moufid Jibi qui est

Mais aussi trois autres produits Moufid Jibi qui est une boisson chocolatée, Blédina qui est un lait de croissance destinée aux nourrissons et enfin Nutrilait qui est un lait riche en vitamines pour la fondation Centrale laitière et pour les orphelinats ; il est distribué gratuitement dans les écoles situé

dans les régions défavorisées.

dans les régions défavorisées. Premièrement, UHT est l’abréviation de Ultra Haute Température, on suppose donc que

Premièrement, UHT est l’abréviation de Ultra Haute Température, on suppose donc que lors de la production, celui-ci subi plusieurs chocs thermiques. Avant d’entrer dans la salle de production, il faut impérativement être vêtu de sa blouse et de sa charlotte mais aussi se laver les mains et la semelle de ses chaussures afin de respecter les normes d’hygiène.

Il y a quatre étapes lors de la production de l’UHT, premièrement on assiste au processus c'est-à-dire le traitement du lait. Dans le processus, on distingue plusieurs étapes : après l’étape de la réception, le lait qui est à une température située entre 2 et 6 degrés, est préchauffée à 72 degrés, c’est la pasteurisation. Ensuite on passe à l’étape de l’homogénéisation qui a pour but d’éviter la remontée de la matière grasse en dispersant les globules gras grâce à la pression (180 bar). Après on effectue un deuxième préchauffage à 90 degrés, puis on passe à l’étape de la stérilisation à 140 degrés pendant 3 secondes, afin d’éliminer tous les microorganismes et toutes les bactéries. Le lait est ensuite refroidi puis stocker dans des tanks stériles afin qu’aucun microorganismes ne puissent s’y développer.

La deuxième étape est le conditionnement qui consiste à mettre le produit, c'est-à-dire le lait dans des briques en carton. On distingue sept machines qui s’occupent chacune séparément d’un produit précis. Trois pour le lait UHT 1L , deux pour le lait UHT ½ L , une autre pour Blédina et enfin une pour Moufid Jibi et Nutilait.

La troisième étape est le sur-conditionnement qui consiste à faire des

packs de lait de six briques, enveloppé de film plastifié qui est imprimé du logo de l’entreprise. Il y a donc une machine composé d’une chaine à deux qui répartit les briques en trois puis à la fin se rencontrent pour formés un pack de six.

La quatrième étape étant la palettisation consiste à mettre les packs de lait l’un sur l’autre afin d’obtenir des palettes de 300 packs, soit 900 briques.

Ils sont ensuite entreposés dans un hangar que l’on appelle la Quarantaine. Les produits fini y sont stockés, afin de pouvoir les analyser dans le laboratoire avant de les débloqués, c'est-à-dire les commercialisés, certains sept jours comme le lait UHT et d’autres quatorze jours comme Blédina, Moufid Jiby et Nutrilait car ils sont destinés aux enfants, ils doivent donc être mieux contrôlé.

À 14h30 après avoir déjeuner chez nous, nous avions été supervisées par M. Sabor, le responsable de la Réception du lait. Cette étape-ci vient avant celle du traitement du lait. Lors de cette étape, la Centrale reçoit le lait non traité de la part des agriculteurs, coopératives ou fermes dans des camions- citernes qui sont pesés à l’entrée de la laiterie. Il est contrôlé par diverses analyses afin d’en vérifier la qualité et la température. La réception est composée de cinq étapes :

-Le dépotage qui est une opération qui a pour but de transvasé le lait de la citerne vers les bacs de stockage, elle se fait en branchant une conduite flexible à une pompe d’aspiration et de refoulement.

-Le lait refoulé par la pompe passe à travers un dégazeur, pour ce débarrassé des gaz qu’il contient.

-Lors de l’étape de la filtration, le lait dégazé est filtré afin d’éliminer les corps étrangers et les impuretés qu’il contient .

-Après sa filtration, le lait subit un refroidissement à 4°C( +/- 2°C), afin de limiter le développement des germes.

-Le lait refroidi a une température de 4°C, est stocké dans des bacs isothermes contenant des agitateurs qui assurent un mélange homogène et évitent le crémage c'est-à-dire la séparation naturelle de la crème à la surface du lait.

À 16h30, toujours accompagné de M. Sabor, nous avons découvert ce que l’on faisait avec l’excès de crème prélevé du lait. En effet à partir de cette crème on fabrique du beurre dans un endroit que l’on appelle la beurrerie. Au cours de la fabrication du beurre on distingue cinq grandes étapes, dont la pasteurisation qui permet d’éliminer les bactéries contenus dans la crème. Elle est ensuite stockée dans des cuves. La troisième étape est le barattage qui consiste à séparer le beurre au babeurre qui est un liquide qui apparait lorsque le beurre est battu, c’est un sous-produit de celui-ci. Ensuite on cristallise le beurre pour en faire une boule, c’est le malaxage. La dernière étape, le conditionnement se fait manuellement, le beurre pour finir est stocké.

Après 1h30 d’explication nous sommes rentrés chez nous à 18h.

2 ème jour:

La matinée du Mardi 17 janvier a été banalisée pour cause d’une visite du PDG de DANONE, l’associé de la Centrale laitière, qui détient près de 31 % du capital de l’entreprise.

L’après-midi à 14h30, nous avons été pris en charge par M. BenAzouz, le coordinateur celle poudrage, beurrerie et tour de séchage. Il nous a fait un récapitulatif de tout ce que l’on avait vu la veille, soit la fabrication du beurre et la réception du lait, mais nous a aussi fait découvrir le processus de fabrication du lait en poudre. Au printemps, c’est la période de la haute lactation. Le lait étant en excès, est alors transformé en poudre. Sachant qu’il contient 90% d’eau, le séchage de ce dernier se fait en deux étapes.

On le sèche une première fois ce qui enlève 48% d’eau. Puis le lait concentré obtenu est envoyé vers la tour de séchage où il est frappé par un air chaud de 185 °C pour faire disparaitre le reste de l’eau, il est ensuite refroidi par un air de 10°C déshydraté. On obtient donc du lait en poudre contenant 4% d’eau et à une température de 30°C.

3éme jour:

Le Troisième jour, à 8H30, nous avons été pris en charge par M.Benkhawda, le responsable process PLF (produit laitier frais ou fermenté). Il nous a fait visiter son secteur. Nous avons découvert le processus de fabrication des produits laitiers comme le lait pasteurisé, Raïbi Jamila, Lben ou encore Assiri. Le processus diffère selon le produit :

-Le lait pasteurisé est pasteurisé à une température de 90°C, puis est refroidis a 4°C(+/-2°C) afin d’éliminer certaines bactéries dangereuses. Il est ensuite emballé et stocké afin de pouvoir l’analyser et le commercialiser quatre heures plus tard, s’il est débloqué, puisqu’il ne peut être conservé que pendant trois jours.

-Raïbi Jamila lui est composé de trois éléments, du lait fermenté, du sirop et d’un arome importé. Le lait est pasteurisé à 94°C, refroidis à 40°C puis stocké dans un tank de maturation après avoir ajouté le ferment, qui permet de transformé le lactose en acide lactique, pendant 5 heures. Ensuite, il est refroidi à 10°C, le produit obtenu est appelé la masse blanche. Le sirop déjà préparer à l’étape de la réception subit un traitement de 94°C, un refroidissement de 20°C, puis il est stocké dans un TS (Tank sirop). Pour finir ils sont tous réunis dans un mixeur qui mélange 80% de masse blanche, 19,96% de sirop et 0,04% d’arome. Ensuite c’est l’étape du conditionnement.

-Le Lben nature est traité à 94°C, après la réception. Il est ensuite refroidit à 30°C puis on y rajoute le même ferment que l’on rajoute au lait du Raïbi Jamila.

-Assiri est traité de la même manière que Raibi Jamila sauf que les pourcentages et les ingrédients sont différents, en effet Assiri contient 2% de fruits à la place de l’arome, 49% de masse blanche et 49% de sirop.

À 14h30, après avoir pris nos badges, nous sommes partis au service

magasin matières premières. Les employés travaillant dans ce service se chargent de plusieurs activités. En effet en premier lieu, ils expriment le besoin qui se fait sur un système (système Movex), ensuite c’est le traitement des commandes, c'est-à-dire le directeur valide ou non cette commande. Puis c’est le traitement des réceptions, le stockage et enfin l’approvisionnement des ateliers. Ce service est très important pour le bon fonctionnement de l’entreprise car c’est grâce à lui que les ateliers de production ou autres ont à disposition les matériaux dont ils ont besoin. Cependant ce service là a besoin de l’aide de plusieurs autres secteurs pour son bon fonctionnement, le service supply chain, techniques projets, sécurité, hygiène, Ressources Humaines, contrôle qualité.

La Centrale laitière se fait livrer par des fournisseurs locaux mais aussi par des fournisseurs étrangers.

Ensuite à 16h00, nous sommes partis vers le service magasin pièces de rechanges qui assure la disponibilité de toutes pièces en cas de panne.

À 17h00, nous avons eu l’immense plaisir et honneur de recevoir la visite

de nos chers professeurs de Mathématiques, M. Ihabanne, de SVT Mme Khamliche et d’arabe M. Fikri. Ils nous ont posés quelques questions sur le

bon déroulement de notre stage et sur ce que l’on avait appris.

4 ème jour:

Le quatrième jour fut très riche en découverte, en effet ce jour-là nous avons eu la chance de faire connaissance avec plusieurs ingénieurs de l’entreprise. Nous avons aussi pu visiter le laboratoire en compagnie de l’ingénieur de qualité.

À notre arrivée à 8h30, après l’accord de notre encadrant, nous sommes

partis à la recherche de l’ingénieur de maintenance afin de faire une interview avec lui. Nous sommes donc partis chez l’assistante du service des Ressources Humaines et nous lui avons demandez si l’ingénieur de maintenance, M. Slassi été joignable, effectivement il été disponible, et à 10h00 nous sommes partis vers son bureau. Il nous a accueilli avec gentillesse et amabilité, et nous a accordé une heure de son temps. M. Slassi est ingénieur de maintenance depuis huit mois à la Centrale laitière. Son métier consiste à veiller au fonctionnement optimal des installations conformément aux exigences de l’exploitation et aux exigences qualité et Sécurité alimentaires, hygiène et sécurité au travail. Son objectif est d’assuré la disponibilité des machines avec un coût maitrisé. Afin de parvenir à ce poste il lui a fallu faire 6 ans d’étude à l’étranger, en France. Il détient le diplôme d’ingénieur universitaire en procédé industriel et un master en management de projet. Après l’obtention d’un Baccalauréat science expérimental, il a été dans l’IUT de chartres pendant 2 ans où il a obtenue DUT en maintenance industriel. Il a ensuite fait un cycle d’ingénieur universitaire en procédé industrielle à l’université de la Rochelle pendant 3 ans. Puis a suivit un master management de projet pendant un an. Sa première expérience dans le monde du travail fut dans la société Pepsi où il a passé un an en tant que responsable logistique. Il effectue environ 50 heures de travail par semaine et a une journée et demie de repos hebdomadaire. Il a droit à 24 jours de vacances par an qu’il évite de prendre en saison de haute lactation. Le salaire dépend de l’ancienneté et de l’expérience. En tant que débutant son salaire varie de 10 000 à 13 000 dhs. Les aspects intéressants de ce métier sont que la monotonie ne prend jamais le dessus puisqu’on apprend chaque jour plus mais aussi le fait de pouvoir gérer une équipe. L’enseignement du collège est chaque jour mis à disposition surtout les matières scientifiques telles que la physique puisque l’on utilise les notions de viscosité, ou encore de la masse volumique. On l’utilise aussi pour tous ce qui est mécanique, thermodynamique. Mais aussi les Mathématiques pour les statistiques et diagnostiques.

À 11h00, nous avions pu faire une interview avec l’ingénieur de projet, M.Dami. Son métier consiste à organiser tous projets concernant l’entreprise. L’activité de projet concerne quatre secteurs celui de l’énergie, du process, du conditionnement et enfin celui concernant les génies civile. Un projet est défini en quatre phases majeures, la phase d’étude, de consultation et appel d’offres, le suivi des travaux et enfin l’exécution.

À 14h30, nous sommes arrivés et nous avons attendu pendant une trentaine de minutes l’arrivée de l’ingénieur de qualité avec lequel nous avions rendez-vous à 15h00. Elle nous a parlé brièvement de son métier qui consiste à garantir la conformité des produits fabriqués aux normes qualité retenues par l’entreprise, à définir, mettre en œuvre, et veiller à l’application des différentes procédures et méthodologies qualité. Pour atteindre le poste d’ingénieur d’état en industrie agro-alimentaire il lui a fallu faire un Bac+6. En effet elle a étudié à l’institut agronomique et vétérinaire Hassan II à Rabat, elle a ensuite suivit un master spécialisé en management de l’innovation.

Elle nous a ensuite confié au responsable laboratoire qui nous a expliqué les différentes analyses que subi le lait de l’étape de la réception au produit fini. Nous avons pu assister à l’analyse d’un produit fini, le lait pasteurisé ½L.

Premièrement c’est le test organoleptique qui consiste à examiner la conformité de l’emballage ( la date, logo …), après c’est au tour de l’aspect du lait (couleur, la viscosité, la netteté …), ensuite on passe au goût, le responsable laboratoire goute donc le lait. Puis on calcule son pH grâce au pH-mètre. Le pH conforme du lait se situe entre 6,60 et 6,70, nous avons effectivement trouvé une valeur de 6,62.

Ensuite on passe au test de l’acidité, c'est-à-dire le taux de concentration de l’acide lactique.

Ensuite on passe au test de l’acidité, c'est-à-dire le taux de concentration de l’acide lactique. On prélève un peu de lait grâce à une pipette que l’on verse dans un bécher, ou l’on rajoute de la phénolphtaléine qui est un composé qui change de couleur selon la valeur du pH, pour permettre une réaction avec la soude que l’on rajoute en dernier. On observe une coloration, en effet si le taux d’acide lactique est conforme le lait prend une couleur rose.

On observe une coloration, en effet si le taux d’acide lactique est conforme le lait prend
On observe une coloration, en effet si le taux d’acide lactique est conforme le lait prend
On observe une coloration, en effet si le taux d’acide lactique est conforme le lait prend
On observe une coloration, en effet si le taux d’acide lactique est conforme le lait prend

Enfin on analyse le taux de Matière grasse, de protéique puis d’extrait secs dégraissés grâce à une machine: le micro scan.

Ils nous ont aussi expliqué l’étape de la fermentation en l’occurrence celle de Assiri, cependant le ferment qu’ils utilisent contient des bactéries, les lactobacilles qui permettent la conversion du lactose en acide lactique, ce dernier donne au produit un aspect pâteux et un goût particulier. La visite du laboratoire fut notre dernière découverte lors de ce stage.

5- Conclusion:

J'ai eu l'opportunité de passer mon stage dans une entreprise de renommé mondiale la Centrale laitière. En effet, ces quatre jours m'on permit non seulement de rencontrer de nouveaux métiers mais aussi de découvrir le processus de la fabrication du lait, du beurre et des produits laitiers frais.

Durant mon stage, on m'a accueilli avec gentillesse, courtoisie et amabilité. J'ai constaté que les relations entre le personnel sont aussi importantes que la maitrise de leurs métiers et j'ai remarqué comment l'hygiène et la sécurité étaient entretenues.

J'ai apprécié ce stage, et je dois dire que les personnes qui ce sont occupés de moi étaient très sympathiques et ont eu la gentillesse de me consacrer leur temps à m'expliquer leur métier.

Je tiens a remercier notre établissement et tous les enseignants pour nous avoir permis de vivre cette expérience.