Vous êtes sur la page 1sur 85

REVUE DE PRESSE DU 13 AU 27 AVRIL 2009

LA VIE DU MODEM ............................................................................................................................................................................. 4


AGENDA ............................................................................................................................................................................................... 4
Sortie du livre de François Bayrou, « Abus de pouvoir », le 30 Avril 2009............................................................................. 4
Rappel : La prochaine Université de rentrée du Mouvement Démocrate à la Grande Motte (Hérault), vendredi 4, samedi
5 et dimanche 6 septembre 2009................................................................................................................................................... 4
Conventions Thématiques (compte-rendus presse locale classés dans « Le MoDem en régions »)........................................ 4
Prochaine Convention thématique européenne à Grenoble (Isère) le 29 avril.................................................................................................. 4
Conventions précédentes :................................................................................................................................................................................ 4
Débat « Les Français face à la crise », le 5 Mai à Nogent-sur-Marne (94) ............................................................................... 4
Corinne Lepage.............................................................................................................................................................................. 5
MoDem du Havre – Visite de Corinne Lepage ................................................................................................................................................ 5
La Voix du Nord - Corinne Lepage, tête de liste du Modem, sera à Boulogne-sur-Mer le 14 mai ................................................................. 5
TOUR DE FRANCE DE FRANÇOIS BAYROU .......................................................................................................................................... 5
Agen ................................................................................................................................................................................................ 5
Le Petit Bleu – 25 avril 2009 - Robert Rochefort et le Mouvement démocrate veulent convaincre de l'utilité de l'Europe............................. 5
Sud-Ouest – 27 Avril 2009 – Le MoDem en campagne................................................................................................................................... 6
Outre-mer ...................................................................................................................................................................................... 7
Clicanoo - 20 avril 2009 - François Bayrou soutient ses “candidats bien enracinés”....................................................................................... 7
Clicanoo - 18 avril 2009 - Le voyage de M. Bayrou ........................................................................................................................................ 7
Mayotte Hebdo – 20 Avril 2009 - François Bayrou à Mayotte pour les européennes...................................................................................... 8
Pamiers (Ariège) ............................................................................................................................................................................ 8
La Dépêche - 22 avril 2009 - Européennes. Bayrou défend les cultures régionales à Pamiers........................................................................ 8
Ariegenews - 21 avril 2009 - François Bayrou en campagne pour les Européennes à Pamiers....................................................................... 9
Bourg en Bresse - 14 avril 2009 (Vidéo)..................................................................................................................................... 10
REACTIONS ET INTERVENTIONS........................................................................................................................................................ 10
François Bayrou .......................................................................................................................................................................... 10
25 Avril 2009 - François Bayrou dénonce "des politiques colonialistes" vis-à-vis de pays africains............................................................. 10
24 Avril 2009 - François Bayrou n'est pas "satisfait" du projet de loi antipiratage sur internet ..................................................................... 10
23 avril 2009 - François Bayrou s'oppose à "la logique gestionnaire" de la loi Bachelot sur l'Hôpital .......................................................... 11
23 avril 2009 - Elections européennes : l'engagement de Rachida Dati "n'est pas très enthousiaste", selon François Bayrou ....................... 12
22 avril 2009 - Sécurité : Bayrou s'oppose à Nicolas Sarkozy qui "utilise la question sécuritaire à des fins électorales" .............................. 12
21 avril 2009 - Pour François Bayrou, "il faut prévenir à l'avance les citoyens des décisions prises à Bruxelles"......................................... 12
Marielle de Sarnez....................................................................................................................................................................... 13
22 avril 2009 - Hadopi : Marielle de Sarnez se réjouit du vote en commission qui réaffirme le respect des libertés fondamentales ............. 13
22 avril 2009 - Débat sur la crise financière : l'intervention de Marielle de Sarnez au Parlement européen .................................................. 14
Corinne Lepage............................................................................................................................................................................ 14
20 avril 2009 - Chronique de Corinne Lepage sur France Culture : "Refuser et imaginer" ........................................................................... 14
Députés européens ....................................................................................................................................................................... 16
Ouest France - 24 avril 2009 - Le Parlement européen veut une politique de transports urbains................................................................... 16
SITE WWW.EUROPEPOURTOUS.EU .................................................................................................................................................... 16
LE MODEM DANS LES MEDIAS..................................................................................................................................................... 16
PRESSE ............................................................................................................................................................................................... 16
France-Amérique......................................................................................................................................................................... 16
16 avril 2009 - AFE : Franck Barrat - Liste : Mouvement démocrate des Français de l’étranger, circonscription de San Francisco............. 16
Le Bien Public.............................................................................................................................................................................. 17
26 Avril 2009 - François Bayrou : un homme en campagne .......................................................................................................................... 17
Le Monde ..................................................................................................................................................................................... 19
25 Avril 2009 - Bourges : la ballade des politiques........................................................................................................................................ 19
25 Avril 2009 - M. Sarkozy va fortement s'impliquer dans la bataille des élections européennes ................................................................. 20
21 avril 2009 - Copé, Paillé, Bayrou, Villepin : la guerre des droites aura bien lieu en librairie.................................................................... 21
20 avril 2009 - Dans les bottes de Mitterrand ................................................................................................................................................ 22
Paru sur lecentrisme.com – 16 Avril 2009 - Jean-Luc Bennahmias: le MoDem doit défendre "une troisième voie politique digne du XXI°
siècle"............................................................................................................................................................................................................. 23
Les Echos...................................................................................................................................................................................... 24
21 Avril 2009 - Bayrou refuse la main tendue par Hollande.......................................................................................................................... 24
20 avril 2009 - Le Modem agite le PS............................................................................................................................................................ 24
Le Figaro ...................................................................................................................................................................................... 24
FJ - 1
24 Avril 2009 - Orelsan: Bayrou "comprend l'émotion" ................................................................................................................................ 24
21 avril 2009 - Bayrou prêt à «discuter» avec le PS mais sans «s'aligner» .................................................................................................... 25
17 avril 2009 - MoDem: l'initiative de Hollande "juste" ................................................................................................................................ 25
17 avril 2009 - Confidentiel - François Bayrou tient à conserver son gorille................................................................................................. 26
16 avril 2009 - Vingt ans après,les rénovateurs, par Eric Zemmour............................................................................................................... 26
22 Avril 2009 – LeblogTVNews - Quand le Figaro coupe un extrait d'un article d'Eric Zemmour... ....................................................... 28
16 avril 2009 - Bayrou en défenseur du «monde paysan abandonné»............................................................................................................ 28
Le Journal du Dimanche............................................................................................................................................................. 29
17 avril 2009 - Modem: L'UMP dénonce la "cacophonie" du PS .................................................................................................................. 29
19 avril 2009 - Kahn, l'anti-Sarko ................................................................................................................................................................. 29
Libération..................................................................................................................................................................................... 30
Paru sur lecentrisme.com – 26 Avril 2009 - 26 avril 2009 - François Bayrou compte instrumentaliser les élections européennes pour son
avenir de présidentiable.................................................................................................................................................................................. 30
23 avril 2009 - François Bayrou , la stratégie du deuxième choix.................................................................................................................. 32
20 avril 2009 - Bayrou au PS: discuter sans «s'aligner»................................................................................................................................. 33
16 avril 2009 - François Bayrou, ventre à terre .............................................................................................................................................. 33
Le Parisien ................................................................................................................................................................................... 34
26 Avril 2009 - Bayrou vante l’Europe sociale .............................................................................................................................................. 34
25 Avril 2009 - Afrique : Bayrou cible Sarkozy ............................................................................................................................................ 35
Metro ............................................................................................................................................................................................ 36
23 avril 2009 - Bayrou, les européennes en attendant 2012 ........................................................................................................................... 36
Coordination sud ......................................................................................................................................................................... 36
21 avril 2009 - Elections européennes : Coordination SUD renconte le MODEM ........................................................................................ 36
Tahitipresse.................................................................................................................................................................................. 37
23 avril 2009 - No oe te Nunaa partenaire du MoDem de F. Bayrou ............................................................................................................. 37
AFP ............................................................................................................................................................................................... 37
20 avril 2009 - Bayrou: les excuses de Royal au nom de la France "inappropriées"...................................................................................... 37
22 avril 2009 - Sécurité: Bayrou critique les nouvelles mesures de Nicolas Sarkozy .................................................................................... 38
Cafébabel...................................................................................................................................................................................... 39
18 avril 2009 - Interview avec Jean-François Kahn: « La première élection depuis la crise » ....................................................................... 39
Macommune.info ......................................................................................................................................................................... 40
23 avril 2009 - Contre l’UMP, le Modem fait feu de tout bois…................................................................................................................... 40
La Provence ................................................................................................................................................................................. 41
17 avril 2009 - Tchat Bennahmias : pour l'OM et l'Europe sociale, contre Hadopi........................................................................................ 41
Liberté Politique (Fondation de service politique) ................................................................................................................... 42
24 Avril 2009 - Travail du dimanche : la politique des dominos ................................................................................................................... 42
Chretienteinfo.com ...................................................................................................................................................................... 43
20 Avril 2009 - Les “salles polyvalentes” du MODEM................................................................................................................................. 43
L’Express ..................................................................................................................................................................................... 43
20 avril 2009 - Bayrou refuse la proposition d'Hollande................................................................................................................................ 43
15 avril 2009 - Bayrou, l'homme qui défie Sarkozy....................................................................................................................................... 44
17 avril 2009 - "Idéologiquement, Hollande et Bayrou ne sont pas éloignés" ............................................................................................... 48
Le Point ........................................................................................................................................................................................ 50
23 Avril 2009 - L'alternative de J.-F. K.......................................................................................................................................................... 50
20 avril 2009 - Bayrou voit la zone euro en "leader d'entraînement" de l'UE ................................................................................................ 50
Le Nouvel Observateur ............................................................................................................................................................... 51
20 Avril 2009 - La niaque de Corinne Lepage ............................................................................................................................................... 51
Marianne ...................................................................................................................................................................................... 53
18 avril 2009 - Bayrou, planche de salut du PS.............................................................................................................................................. 53
17 avril 2009 - Bayrou, allié ou ennemi du PS? ............................................................................................................................................. 54
17 avril 2009 - Bayrou, planche de salut du PS.............................................................................................................................................. 54
16 avril 2009 - Redécoupage électoral : Marleix boycotte le MoDem ........................................................................................................... 55
AUDIOVISUEL..................................................................................................................................................................................... 55
François Bayrou .......................................................................................................................................................................... 56
France 3 Midi-Pyrénées - 21 avril 2009 ......................................................................................................................................................... 56
Marielle de Sarnez....................................................................................................................................................................... 56
Marielle de Sarnez au Parlement européen .................................................................................................................................................... 56
LCI - 18 avril 2009........................................................................................................................................................................................ 56
France 2 - Les 4 Vérités - 21 avril 2009 - Marielle de Sarnez : "Il faut réformer le fonctionnement de l'ONU"............................................ 56
Jean-François Kahn .................................................................................................................................................................... 58
Le Talk du Figaro – 24 Avril 2009................................................................................................................................................................. 58
FJ - 2
LE MODEM EN REGIONS ................................................................................................................................................................ 59
OUTRE-MER ....................................................................................................................................................................................... 59
Clicanoo – 16 avril 2009 - Gino Ponimballom, tête de liste MoDem............................................................................................................. 59
NORD.................................................................................................................................................................................................. 59
La Voix du Nord – 25 Avril 2009 – Arras : Un débat avec les têtes de liste.................................................................................................. 59
La Voix du Nord - 19 avril 2009 - Accueil politiquement variable................................................................................................................ 60
La Voix du Nord - 11 avril 2009 - Pas d'élection en perspective, pourtant la campagne a déjà débuté.......................................................... 60
La Voix du Nord - 11 avril 2009- La même volonté de rompre avec une époque (extrait)............................................................................ 60
SUD ..................................................................................................................................................................................................... 61
Midi Libre – 25 Avril 2009 - François Bayrou viendra soutenir Jean Codognès ........................................................................................... 61
Midi Libre - 23 avril 2009 - Centre gauche : Codognès et Faura sont candidats............................................................................................ 62
Le Journal du Dimanche - 24 avril 2009 - Perpignan: Alduy invalidé ........................................................................................................... 62
Midi Libre - 24 avril 2009 - Pas de voeu de soutien pour les salariés de Dell................................................................................................ 63
Midi Libre - 19 avril 2009 - Quand Dimur a deux cartes ............................................................................................................................... 64
Midi-Libre - 16 avril 2009 - Emily Teyssèdre en campagne avec le MoDem................................................................................................ 64
Cagnessurmer.maville.com - 15 avril 2009 - A j + 2, la bataille des communiqués....................................................................................... 65
Cagnes sur mer.maville.com - 14 avril 2009 - A J + 1, le retour des bisbilles politiques............................................................................... 65
EST ..................................................................................................................................................................................................... 66
L’Union - 22 avril 2009 - Elections européennes Jean-François Kahn en campagne..................................................................................... 66
Les Dernières Nouvelles d’Alsace - 19 avril 2009 - La quadrature du centre ................................................................................................ 67
Le Dauphiné - 17 avril 2009 – Européennes MoDem : Christian Séard "en CDD jusqu'au 7 juin" ............................................................... 67
Le Progrès de Lyon - 12 avril 2009 - Régionales : Gérard Faivre se verrait bien tête de liste ....................................................................... 68
Dernières Nouvelles d’Alsace - 11 avril 2009 - La 5e section est en place ................................................................................................... 68
OUEST ................................................................................................................................................................................................ 68
MoDem du Havre – Agenda de la campagne européenne.............................................................................................................................. 68
Ouest-France – 24 Avril - Saint-Lô. Corinne Lepage, tête de liste Modem aux Européennes, en visite dans la Manche .............................. 69
Le Télégramme – 25 Avril 2009 - Bretagne réunifiée. Quimper vote pour.................................................................................................... 69
Agence Bretagne Presse - 18 avril 2009 - François Bayrou souligne le sentiment d'abandon des pêcheurs et agriculteurs. Les Jeunes
Démocrates du Finistère y étaient. ................................................................................................................................................................. 70
20 minutes - 23 avril 2009 - Le stationnement payant dans le centre émeut les élus MoDem ....................................................................... 71
LYON ET REGION ............................................................................................................................................................................... 71
Le Progrès de Lyon - 22 avril 2009 - Les élus MoDem se mobilisent doucement pour leurs candidats ........................................................ 71
SUD-OUEST ........................................................................................................................................................................................ 71
Le Dauphiné – 25 Avril 2009 – Européennes. Bennahmias, hier à Gap, lance la campagne du Modem ....................................................... 71
Sud-Ouest – 24 Avril 2009 – Olon Saint-Marie. L'IPHB surveillée de près : Le préfet a saisi la Chambre régionale des comptes pour viser
le budget de l'institution ................................................................................................................................................................................. 72
La Dépêche - 24 avril 2009 - Montauban. Européennes : «Militants mais pas révolutionnaires».................................................................. 73
Sud-Ouest - 22 avril 2009 - Le MoDem en ordre de marche dans la 11eme .................................................................................................... 73
La Dépêche - 22 avril 2009 - Européennes. Albi-Modem : un ticket Rochefort-Laperrouze ......................................................................... 73
AriegeNews – 21 Avril 2009 - Pamiers: Teychenné fait un «cadeau» au parachuté du MoDem................................................................... 74
Midi Libre - 21 avril 2009 - Les propositions du MoDem avec Robert Rochefort ........................................................................................ 74
Midi Libre - 20 avril 2009 - Le MoDem présente ses candidats .................................................................................................................... 75
19 avril 2009 - Le Modem se lance ................................................................................................................................................................ 76
La Clau - 20 avril 2009 - Saint-Cyprien : le Modem et le PS réunis sur la plage, contre l'UMP de Jacques Bouille ..................................... 76
Aqui - 17 avril 2009 - Le Modem présente sa liste Sud ouest pour les élections européennes....................................................................... 77
BordeauxcActu - 17 avril 2009 - La liste du Modem aux élections européennes dans le Sud-Ouest présentée hier...................................... 78
Sud-Ouest - 17 avril 2009 - Le Modem lance sa liste ................................................................................................................................... 79
Sud-Ouest - 17 avril 2009 - Mouvement Démocrate : une campagne de proximité....................................................................................... 80
Sud-Ouest - 15 avril 2009 - Résistance communale La médiation de Pierre Sadran...................................................................................... 80
Sud-Ouest - 13 avril 2009 - La politique vient au chevet des 354 emplois de Celanese ................................................................................ 81
Sud-Ouest - 11 avril 2009 - ORU : le préfet ne veut plus le moindre retard .................................................................................................. 81
ACTUALITES ...................................................................................................................................................................................... 82
ELECTIONS EUROPEENNES ................................................................................................................................................................ 82
Le Monde - 22 avril 2009 - L'activité des eurodéputés passée au crible avant les élections du 7 juin .......................................................... 82
HADOPI .............................................................................................................................................................................................. 83
Numerama - 23 avril 2009 - Sarkozy en rage contre le Nouveau Centre et Jean Dionis du Séjour................................................................ 83
SONDAGES.......................................................................................................................................................................................... 84
Le Point - 22 avril 2009 – Européennes : l'UMP devance le PS.................................................................................................................... 84
NICOLAS SARKOZY............................................................................................................................................................................ 84
Le Télégramme - 20 avril 2009 - Les trois ripostes de Sarkozy ..................................................................................................................... 84

FJ - 3
LA VIE DU MODEM

AGENDA

SORTIE DU LIVRE DE FRANÇOIS BAYROU, « ABUS DE POUVOIR », LE 30 AVRIL 2009

Disponible en pré-commande : http://www.plon.fr/ficheLivre.php?livre=9782259208765

RAPPEL : LA PROCHAINE UNIVERSITE DE RENTREE DU MOUVEMENT DEMOCRATE A LA GRANDE MOTTE


(HERAULT), VENDREDI 4, SAMEDI 5 ET DIMANCHE 6 SEPTEMBRE 2009

À noter dans vos agendas : la prochaine Université de rentrée du Mouvement Démocrate aura lieu vendredi 4,
samedi 5 et dimanche 6 septembre 2009 à la Grande Motte (Hérault).

http://www.mouvementdemocrate.fr/agenda/universite-rentree-2009-040909.html

CONVENTIONS THEMATIQUES (COMPTE-RENDUS PRESSE LOCALE CLASSES DANS « LE MODEM EN


REGIONS »)

PROCHAINE CONVENTION THEMATIQUE EUROPEENNE A GRENOBLE (ISERE) LE 29 AVRIL

À l'initiative de Marielle de Sarnez, vice-présidente du Mouvement Démocrate, en charge du projet européen,


Jean-Luc Bennahmias, Fabienne Faure, Gilles Artigues, Morad Bachir Cherif et les candidats pour les régions
Rhône-Alpes, Corse, Provence-Alpes-Côte d'Azur vous invitent à participer à la Convention européenne sur le
thème :

"Développement durable : pour une Europe pionnière"

en présence de François Bayrou qui clôturera cette convention.

Mercredi 29 avril de 12h00 à 16h00


Lieu : Stade des Alpes - Avenue de Valmy - 38100 Grenoble

Inscription souhaitée : conventioneurope@lesdemocrates.fr ou par téléphone au 01 53 59 20 00


Téléchargez le carton d'invitation :
http://www.mouvementdemocrate.fr/evenements/telechargement/Invitation_29_avril_-_1.pdf

CONVENTIONS PRECEDENTES :

Hérouville Saint-Clair (Calvados) – 25 Avril 2009


Bouin sur l'agriculture et la pêche - 15 avril 2009
Montpeyroux (Puy-de-Dôme) sur l'aménagement du territoire - 04 avril 2009
Paris sur la Crise - 29 mars 2009

DEBAT « LES FRANÇAIS FACE A LA CRISE », LE 5 MAI A NOGENT-SUR-MARNE (94)

Marielle de Sarnez, Bernard Lehideux, Fadila Mehal et les membres de la liste du Mouvement Démocrate
FJ - 4
vous invitent à participer au débat « Les Français face à la crise » avec la participation de Robert Rochefort
le Mardi 5 mai, à 20h00 , Salle Charles de Gaulle - Ecole primaire Val de Beauté
70 Grande rue Charles de Gaulle 94130 Nogent-sur-Marne
(RER A : Nogent-sur-Marne / RER E : Nogent-Le Perreux)
Inscrivez-vous par mail à : europeennes.iledefrance@gmail.com ou par téléphone au 01 53 59 20 00.
Téléchargez ici le carton d'invitation :
http://www.mouvementdemocrate.fr/newsletters/telechargement/Invitation-5mai.pdf

CORINNE LEPAGE

MODEM DU HAVRE – VISITE DE CORINNE LEPAGE

Mercredi 29 avril à 12 h 30 : A l'occasion de sa visite dans notre agglomération, Corinne LEPAGE serait trés
heureuse de rencontrer l'ensemble des militants de l'agglomération du Havre au restaurant l'Acrobat 77 rue louis
Brindeau au Havre. A l'issue de cette rencontre, la Vice-Présidente du MoDem tiendra une conférence de presse
dans le même lieu.
LA VOIX DU NORD - CORINNE LEPAGE, TETE DE LISTE DU MODEM, SERA A BOULOGNE-SUR-MER LE 14 MAI

Les élections européennes du 7 juin prochain se profilent. Le Mouvement démocrate prépare sa campagne.
Corinne Lepage sera la tête de liste du Mouvement démocrate (Modem) pour la région Nord-Ouest qui
regroupe le Nord-Pas-de-Calais, la Picardie et la Normandie. Localement, les démocrates s'organisent pour
soutenir sa campagne. Un « lieu ressources » est ouvert au 6, rue des Pipots à Boulogne le mercredi et le samedi
matin. « Les Boulonnais sont invités à y passer pour discuter et réagir aux propositions du Modem », explique
Grégory Suslamare. Un cahier d'expression est ouvert. « Il sera remis à Corinne Lepage lors de sa venue sur le
littoral.
» « Ce sera le 14 mai », annonce Frédéric Leturque, 4e sur la liste. Elle se rendra à Boulogne pour suivre les
problèmes de la pêche et à Calais pour celui des migrants.
> Contact par canton Boulogne Sud, Thierry Ansel Boulogne Nord-Ouest, Claude Omnes Boulogne Nord-
Est, Dimitri Quiquet Outreau, Hervé Chatelain Le Portel, Denis Chadebec Samer, Luc Vanroekeghem. • F. V.

http://www.lavoixdunord.fr/Locales/Boulogne_sur_Mer/actualite/Secteur_Boulogne_sur_Mer/2009/04/13/articl
e_corinne-lepage-tete-de-liste-du-modem-a.shtml

TOUR DE FRANCE DE FRANÇOIS BAYROU

AGEN

LE PETIT BLEU – 25 AVRIL 2009 - ROBERT ROCHEFORT ET LE MOUVEMENT DEMOCRATE VEULENT CONVAINCRE DE
L'UTILITE DE L'EUROPE

Politique Deux jours de visite pour la tête de liste du MoDem, qui veut parler de l'Europe autrement avant les
élections de juin prochain.
Le MoDem joue décidément la carte des personnalités médiatiques pour mener la bataille des élections
européennes. Avec Jean-François Kahn, tête de liste dans l'Est de la France, le Mouvement démocrate de
François Bayrou a choisi Robert Roche-fort, qui débute une carrière politique après avoir été, pendant plus de
vingt ans directeur du CREDOC, l'institut qui étudie les modes de consommation des Français. Robert
Rochefort est connu, aussi, pour apparaître régulièrement sur les fenestrons sur France 5 entre autres. Pas de
caméras jeudi et vendredi à Agen, pour l'étape agenaise du début de campagne du MoDem. Visite de terrain,
FJ - 5
avec un café démocrate jeudi à la brasserie des laitiers, puis hier une visite chez De Sangosse. Entouré d'une
équipe de campagne dans laquelle on retrouve la locale de l'étape, Nathalie Tourné, agriculture près de Mézin,
Robert Rochefort s'est attardé dans cette entreprise fleuron du département.
« En ces temps de crise et d'un système économique qui profite à quelques-uns et broie tant d'autres » expliquait
en amont Patrick Beauvillard, le président du MoDem 47 « nous avons souhaité découvrir cette entreprise qui a
su développer l'actionnariat salarié et la coresponsabilité entre salariés, actionnaires et dirigeants. »
La crise, Robert Rochefort l'étudié sous toutes les coutures depuis quelques mois. Elle est mondiale, et
l'analyste est convaincu que les solutions sont européennes.
SOLUTION EUROPÉENNE »
« Les plans de relance nationaux sont voués à l'échec. La solution passe par l'Europe. On peut imaginer injecter
de l'argent sur un territoire, et seulement pour ce territoire » commente la tête de liste MoDem.
« Le plan de relance français est une fumisterie. On retape les marches des cathédrales, on rafistole ici et là. Ce
n'est pas une relance de l'économie. L'Europe est obligatoire pour sortir de la crise, par l'emprunt. » Robert
Rochefort dit encore que l'Europe est indispensable. « On répète lors de nos visites que neuf lois sur dix qui
sont appliqués en France sont une adaptation des textes européens [...] Au parlement européen, on travaille vrai-
ment. » S'il est élu, il quitte ses fonctions au CREDOC. En attendant cette éventualité, le MoDem veut faire
aussi bien que lors du dernier scrutin et va battre la campagne dans ce but. Le 12 mai, Anne Lapeyrouse, député
européenne sera dans le département, à la Maison de l'Europe d'Agen, à Villeneuve sur Lot... Le 15 mai, c'est
Jean Lassalle le député MoDem des Pyrénées-Atlantiques qui s'invite à Sainte-Livrade. Pour convaincre de
l'utilité de l'Europe dans le Sud-ouest et en Lot-et-Garonne.
Article transmis par Patrick Beauvillard. Pas de lien.

SUD-OUEST – 27 AVRIL 2009 – LE MODEM EN CAMPAGNE

FJ - 6
OUTRE-MER

CLICANOO - 20 AVRIL 2009 - FRANÇOIS BAYROU SOUTIENT SES “CANDIDATS BIEN ENRACINES”

François Bayrou, a officiellement présenté sa liste pour l’Outre-mer et particulièrement les candidats de l’océan
Indien hier soir. Gino Ponim-Ballom y occupe la pole position, devant la Mahoraise Sophia Hafidou et Thierry
Robert.
Gros mangeur de piment et grand amoureux de La Réunion, François Bayrou s’est déclaré heureux d’être sous
nos cieux. “Cela fait des décennies que je m’intéresse à cette île et je suis d’autant plus heureux d’être là que je
viens, ce soir, présenté les têtes de liste pour les Européennes.” Une liste emmenée par Gino Ponim-Ballom, un
peu contre toute attente. “J’ai d’abord proposé le poste à Thierry Robert, mais celui-ci préfère donner la priorité
à ses concitoyens de Saint-Leu. Ce qui est fort estimable. Dans le même temps, Michel Lagourgue n’a pas
souhaité s’engager et d’un commun accord avec Thierry, ils m’ont proposé la candidature de Gino Ponin-
Ballom.” François Bayrou connaît ce dernier de longue date selon ses dires. “Son premier engagement était à
l’UDF. Il a été de ceux qui ont cru qu’ils trouveraient une réponse à leurs aspirations à l’UMP et se sont aperçus
qu’il n’en était rien. Ce que je leur avais dit dès le premier jour. Mais il ne sert à rien d’avoir raison trop tôt.”
Ponin-Ballom, se pose en candidat capable de défendre les attentes des électeurs et notamment l’égalité
territoriale et économique des régions ultrapériphériques face aux nouveaux états adhérents à l’Union
Européenne. Cela dit, Thierry Robert n’est pas loin, puisqu’il occupe la troisième ligne. “C’est une position
symbolique mais importante car elle témoigne de mon soutien total et entier à François Bayrou. Je n’oublie pas
que c’est grâce à lui et aux électeurs de Saint-Leu que j’ai pu émerger. Voilà pourquoi je me devais de pousser
cette liste.” Michel Lagourgue se déclare tout aussi loyal à François Bayrou et pleinement adhérent au combat
dans lequel se lance la tête de liste ultra-marine. “Je soutiens Gino. Il fait partie de ces gens séduits par les idées
du Modem mais dispersés dans des structures différentes. Son adhésion marque le début d’une ère nouvelle,” a
t-il déclaré avant d’attirer l’attention de l’assistance sur l’importance de ce scrutin à l’heure où les états de l’Est
nouvellement venus dans le concert européen sont l’objet de toutes les attentions de Bruxelles. Pour François
Bayrou, Ponin-Ballom est bien l’homme de la situation. “Il fait partie de ces élus indiscutablement enracinés à
la réalité locale. Tout comme Madame Hafidou pour Mayotte. Gino connaît bien les problèmes du territoire et
je suis fier de cette liste.” Reste maintenant à savoir ce qu’en diront les électeurs le 7 juin prochain. Surtout que
le mode de scrutin affiche une lisibilité pour le moins compliquée. Un peu comme le parcours du candidat
Ponin-Ballom...

http://www.clicanoo.com/index.php?page=article&id_article=207865

CLICANOO - 18 AVRIL 2009 - LE VOYAGE DE M. BAYROU

Régulièrement, François Bayrou vient prendre l’air dans l’océan Indien. Un crochet par Mayotte, depuis
toujours réservoir de voix, une escale voire une ou deux journées à la Réunion. Pas plus. Le programme est
immuable. Il nous le rejoue encore ce week-end. Une fidélité qui tranche avec ses homologues des autres
grandes formations politiques que l’on aperçoit plus rarement dans nos contrées. Selon les humeurs du moment,
les alliances du temps, ses hôtes varient. Il est bien fini le temps où il trinquait avec Jean-Paul Virapoullé, alors
patron de l’UDF Réunion. Où on l’apercevait à la messe avec ce bon Cyrille Hamilcaro. Depuis l’ami de
Surgine a été débarqué de la mairie de Saint-Louis et n’est pas en odeur de sainteté au MoDEM. Cette fois-ci, le
Béarnais concentrera ses rencontres dans le nord. Il y sera forcément question des élections européennes.
L’Europe, un thème depuis toujours porteur pour le courant centriste. Il en profitera pour faire plus ample
connaissance avec Gino Ponimballom. Quoique non encore encarté dans sa formation, c’est le champion local
qu’il a sorti de son chapeau pour porter les couleurs de sa liste au scrutin de juin. L’habit ne fait pas le moine
me direz-vous, mais le conseiller général de la Montagne ne passe pour un modèle de “rectilignité” politique.
FJ - 7
Un jour à droite, le lendemain à gauche. Un temps dans le camp de Victoria, dernier porte-étendard de l’UMP
canal historique. Depuis passé sans états d’âme à l’adversaire entre les deux tours des municipales. Il est
finalement la recrue idéale au moment où François Bayrou flirte avec les barons de la Chiraquie- Villepin en
tête -, où François Hollande lui fait des appels du pied et le somme de clarifier ses positions.

http://www.clicanoo.com/index.php?id_article=207735&page=article

MAYOTTE HEBDO – 20 AVRIL 2009 - FRANÇOIS BAYROU A MAYOTTE POUR LES EUROPEENNES

Samedi dernier, François Bayrou, président du Modem et député des Pyrénées Atlantiques, s'est rendu à
Mayotte pour quelques heures, accompagné de son équipe de campagne pour les élections européennes qui se
dérouleront le 7 juin prochain. 72 sièges français au Parlement européen sont à pourvoir, dont trois pour
l'Outremer, constituée en trois sections pour chaque océan. Gino Ponin-Ballom, 6ème adjoint au maire de
Saint-Denis et conseiller général de La Montagne, conduira la liste Modem en Outremer et dans l'océan Indien.
Sophia Hafidhou, cadre supérieure au dispensaire de Kahani et ancienne conseillère municipale de Bouéni, est
en deuxième position sur la liste de notre section. Suppléante du député Henri Jean-Baptiste de 1997 à 2002,
première déléguée locale des droits des femmes à Mayotte élue en 1988, vice-présidente du club Georges
Nahouda en 1991, Sophia Hafidhou est une des fidèles du sénateur honoraire Marcel Henry, également présent
samedi midi lors de la conférence de presse au restaurant Le Faré.
Dans le Pacte pour la départementalisation, le statut de Rup (Région ultra-périphérique européenne), qui
permettra à Mayotte d'accéder aux fonds structurels européens, peut être atteint en 2011 ou en 2014. Pour
l'instant, Mayotte ne bénéficie que des Fed (Fonds européens de développement). "Au Modem, nous voulons
une vraie Rup à Mayotte le plus tôt possible, en avril 2011", a déclaré Abdoulatifou Aly, notre député, "le
préalable est l'alignement du régime fiscal et douanier mahorais sur le régime national. Avec la manne
financière que l'UE octroie, nous pourrons "booster" la production locale et faire en sorte que la production
mahoraise ne soit plus seulement française mais européenne". Selon le député, qui affirme avoir consulté des
experts, Mayotte peut s'aligner en deux ans sur le régime métropolitain : "Sinon, nous allons perdre trois
années. Le statut de Rup, c'est 15 fois plus de crédits que ce que nous avons actuellement".
François Bayrou, qui en est à son huitième séjour à Mayotte, a rappelé que sa famille politique a toujours
soutenu le combat des Mahorais pour obtenir le statut de département, lui qui a été le conseiller politique de feu
le président du Sénat Alain Poher. "Ce que les îles de l'océan Indien peuvent apporter à l'UE, c'est la garantie
que notre projet de société est universel", a souligné l'ancien candidat aux élections présidentielles.
L'agriculture, l'aquaculture, les énergies renouvelables ou le tourisme sont des domaines qui pourront être
soutenus par les fonds de l'UE, outre la construction de grands équipements publics structurants. "Mayotte aura
la chance d'avoir notre expérience car nous avons fait des erreurs dans notre développement", a expliqué l'élu
réunionnais Gino Ponin-Ballom, "à la Réunion, nous avons dû retrouver notre culture. Vous devez préserver la
vôtre pour apporter cette richesse à la France et à l'Europe. Le programme européen du Modem parle avant tout
de l'humain, pas d'infrastructures. C'est à partir de l'humain qu'on pourra tous vivre en harmonie".

http://www.mayottehebdo.com/content/view/931/47/

PAMIERS (ARIEGE)

LA DEPECHE - 22 AVRIL 2009 - EUROPEENNES. BAYROU DEFEND LES CULTURES REGIONALES A PAMIERS

« Mefi ! los pesolhs son tornats ». « Attention les poux sont de retour ». Sur la porte d'entrée de la calandreta de
Pamiers (école bilingue franco-occitane) les panonceaux sont tous en langue d'Oc. Une porte d'entrée bien trop
petite pour laisser rentrer une horde inhabituelle de cameramen et quelques militants du MoDem facilement
identifiables à leurs écharpes orange, tous venus faire la haie d'honneur à leur leader François Bayrou en visite
hier dans la capitale de la Basse-Ariège. C'est dans le cadre de la campagne des européennes que le voisin
béarnais a fait le déplacement pour dire son attachement aux langues régionales en général et à la langue d'Oc
FJ - 8
en particulier au sein d'une « Europe que je ne conçois pas autrement qu'une Europe qui défende la diversité des
traditions, des cultures et des langues
[…] alors que la France a plutôt tendance à écraser la diversité ». Un François Bayrou venu présenter la tête de
liste du Mouvement démocrate aux européennes: le parisien Robert Rochefort directeur du CREDOC parachuté
sur cette circonscription du Sud-Ouest. Enfin, le leader du MoDem a souhaité qu'à l'avenir, les décisions prises
à Bruxelles soient rendues publiques trois mois avant d'être entérinées, afin que les citoyens aient la possibilité
de réagir.

http://www.ladepeche.fr/article/2009/04/22/595811-Europeennes-Bayrou-defend-les-cultures-regionales-a-
Pamiers.html

ARIEGENEWS - 21 AVRIL 2009 - FRANÇOIS BAYROU EN CAMPAGNE POUR LES EUROPEENNES A PAMIERS

Le président du MODEM (Mouvement Démocrate), député des Pyrénées-Atlantiques, ancien ministre et ancien
député européen, est passé à Pamiers ce mardi 21 avril pour présenter la liste de son parti pour le Sud-ouest,
conduite par Robert Rochefort à l’occasion des prochaines élections européennes.

A l’invitation «surprise» de la présidente du MODEM pour l’Ariège, Krysthel Collet, qui figure en 20ème
place sur la liste des européennes, le cortège, composé de près de la moitié des colistiers, a fait étape dans un
restaurant de la capitale de la Basse Ariège, avant de s’arrêter à l’école bilingue français-occitan Calendreta où
il a rencontré les enseignants.

En guise de préambule, le candidat à la dernière présidentielle qui au premier tour a rassemblé près de 6,8
millions de voix, a fait un rappel des 12 engagements de son parti pour les européennes en faisant le «forcing»
sur «la protection de la diversité, garantie de l’identité de chacun au sein de l’Europe, des modes de vie, des
langues et des cultures»

François Bayrou, rappelant au passage son attachement aux langues régionales, a souligné son action, alors
ministre de l’éducation nationale, pour conserver les établissements du primaire type Calendreta où l’occitan est
proposé en immersion comme c’est le cas à Pamiers.

«Mon but est de faire élire de bons députés européens, compétents et complètement engagés» a insisté le
président du MODEM.

Ainsi, sans préjuger des résultats du 7 juin prochain, il a présenté Robert Rochefort, tête de liste, dont il
souhaite voir l’expertise acquise comme directeur général du CREDOC (Centre de recherche pour l’étude et
l’observation des conditions de vie) «mise au profit de la communauté européenne pour la protection et la
défense du consommateur» Robert Rochefort, dont c’est le baptême du feu politique, se présentant pour la
première fois devant les électeurs, a comme numéro deux Anne Laperrouze, Tarnaise, maire de Puylaurens et
député européen. Cette dernière, quant à elle, actuellement vice-présidente de la commission de l’industrie, de
la recherche et de l’énergie, compte bien continuer à mettre ses compétences dans le domaine global de
l’environnement, de l’énergie et de la recherche au service de l’Europe. Après la visite en Ariège d’Anne
Laperrouze il y a quelques jours, du président du MODEM ce 21 avril, que reste-t-il à Krysthel Collet,
présidente ariégeoise, comme munitions pour conduire la campagne dans le département?
«Il me reste les quelques 130 adhérents au MODEM pour organiser la suite qui s’appuiera essentiellement sur
des rencontres du type «café démocrate» dans tout le département d’ici début juin» précise t-elle. Toujours est-
FJ - 9
il qu’il régnait à Pamiers en cette matinée d’avril une ambiance de précampagne certes pour les élections de
juin prochain, mais n’y avait-il pas les prémices de celle, au singulier, pour un peu plus tard?
http://www.ariegenews.com/news/news_8475_francois-bayrou-en-campagne-pour-les-europeennes-a-
pamiers.html

BOURG EN BRESSE - 14 AVRIL 2009 (VIDEO)


http://www.dailymotion.com/user/mouvementdemocrate/video/x909ks_francois-bayrou-14-avril-2009-
bourg_news

REACTIONS ET INTERVENTIONS

FRANÇOIS BAYROU

25 AVRIL 2009 - FRANÇOIS BAYROU DENONCE "DES POLITIQUES COLONIALISTES" VIS-A-VIS DE PAYS AFRICAINS

François Bayrou a dénoncé samedi 25 avril dans le Calvados "des politiques colonialistes" envers des pays
pauvres "qui consistent à aller leur piquer leur matières premières, en particulier l'uranium", faisant allusion à
un récent voyage de Nicolas Sarkozy au Niger. François Bayrou s'exprimait dans une Convention thématique à
Hérouville-Saint-Clair devant 400 personnes. (Lire la suite)
"Je suis pour que l'on protège les régions les plus fragiles du monde, pour qu'on les rende autonomes en matière
de production agricole et de production industrielle. Ce que nous avons fait après la guerre pour les pays
européens, je considère que c'est un devoir que nous le fassions pour eux et pas que nous continuions ce qu'il
faut bien appeler des politiques colonialistes, qui consistent à aller leur piquer leurs matières premières, en
particulier l'uranium, à les transformer chez nous en produits finis et à leur renvoyer chez eux, faisant que ces
pays sont absolument exploités et ruinés. J'ai vu des choses dans les déplacements récents du président de la
République à ce sujet qui doivent nous donner à penser. Ceci est impossible, surtout dans la période de crise
que nous sommes en train de vivre. On a fait une politique agricole commune dont le but était de réserver aux
producteurs européens au marché européen. On doit faire la même chose pour les producteurs africains. Voilà
des idées simples qui vont nous servir de marques de fabrique, d'identité, dans le grand débat européen."

http://www.mouvementdemocrate.fr/actualites/europe/bayrou-denonce-politiques-colonialistes-pays-africains-
250409.html

24 AVRIL 2009 - FRANÇOIS BAYROU N'EST PAS "SATISFAIT" DU PROJET DE LOI ANTIPIRATAGE SUR INTERNET

François Bayrou était vendredi 24 avril au Printemps de Bourges. Il s'est dit "sceptique" quant au projet de loi
antipiratage sur internet. Ce texte "sera dépassé assez vite et on aura une situation de droit qui ne correspondra
pas à l'état de la société. Je suis pour la protection des droits des producteurs et des auteurs mais je ne suis pas
satisfait de ce texte." Il s'est également exprimé au sujet de la polémique autour du rapeur Orelsan : "Je suis
toujours mal à l'aise quand les pouvoirs publics disent: +S'il est là, je ne paie pas+".
François Bayrou a déclaré "il est vrai que les paroles de cette chanson sont choquantes. Mais je ne l'ai pas
ressentie comme une apologie de la violence, plutôt comme une dérive passionnelle. Des dérives, dans la
littérature, il y en a beaucoup, par exemple chez Sade, Lautréamont ou Céline. Cela ne veut pas nécessairement
dire qu'il y ait une apologie des actes décrits".
http://www.mouvementdemocrate.fr/actualites/bayrou-pas-satisfait-projet-loi-antipiratage-internet-240409.html

FJ - 10
23 AVRIL 2009 - FRANÇOIS BAYROU S'OPPOSE A "LA LOGIQUE GESTIONNAIRE" DE LA LOI BACHELOT SUR
L'HOPITAL

Le projet de loi "Hôpital, Patients, Santé, Territoires" (HPST), est passé en catimini à l'Assemblée début avril et
sera examiné au Sénat le 11 mai. François Bayrou, entouré des professionnels de santé, a tenu une conférence
de presse jeudi 23 avril. Il a notamment dénoncé "la mise en place d'une logique gestionnaire à la place d'une
logique de service public et de vocation".
François Bayrou
"La contestation de la future loi sur l'hôpital mérite une grande attention parce qu'elle vient du peuple de
l'hôpital, pas seulement les grands professeurs mais toute la communauté hospitalière. Et nous pensons que
cette crise, avec un profond sentiment de révolte et d’incompréhension, est gravissime, pas seulement pour les
médecins et ceux qui les assistent, mais pour les patients eux-mêmes. Elle est symptomatique d'une crise de
confiance du pouvoir vis-à-vis des acteurs.
On assiste à la mise en place d'une logique gestionnaire à la place d'une logique de service public et de
vocation. Médecins écartés et les élus de terrain de même. Avec derrière, une logique d’hyper-centralisation
puisque le haut de la chaîne de commandement sera nommé en conseil des ministres, avec pour consigne
exclusive de faire de la rentabilité. Il est frappant de voir à quel point cette démarche est d'un autre temps.
L’enquête que nous avons réalisée auprès des acteurs de la santé, infirmiers, médecins, cadres hospitaliers,
pharmaciens, est de ce point de vue très éclairante : le sentiment de désarroi est partagé par tous, et la crainte
d’une santé à deux vitesses est manifeste. Je suis frappé de voir la sensation de mépris et de rejet que ressentent
les acteurs de la santé. "
Pr François Haab, chef de service, chirurgien, urologue
"L'hôpital subit une crise extrêmement profonde. C'est presque un KO car la future loi porte atteinte à ce qui est
pour nous fondamental, notre mission de service public. Raison pour laquelle ce mouvement regroupe
l'ensemble des acteurs et non pas comme certains on voulu le dire "quelques mondains" de Paris.
Ces atteintes sont d’autant plus injustifiées que notre hôpital public a le meilleur indice de satisfaction. Et ce qui
est grave c’est que l’on a joué sur la peur des citoyens pour faire passer la loi. On ne peut pas taxer notre secteur
de conservatisme. L’hôpital a su évoluer : il y a eu des lois récentes, mais à peine entrées en vigueur, on veut
déjà les changer ! Qui plus est avec une procédure d’urgence qui interdit le débat au parlement.
Cette loi repose sur une logique purement économique et non pas sanitaire. Selon le principe "l'hôpital est une
entreprise", on donne tous les pouvoirs à l'administration par le biais d'une gouvernance verticale marquée par
la rentabilité dans les futures évaluations.
On met en concurrence des systèmes de santé publique et privée. En fait, on prépare pour 2012 la régulation
tarifaire sur ce qui se fait dans le privé alors que les deux secteurs n’ont pas les mêmes missions. La mission de
l’hôpital c’est d’accueillir et de soigner tout le monde, d’offrir les meilleurs soins aux plus modestes, aux
personnes âgées. Le projet dans son volet hospitalier doit donc être retiré."
Arthur Haustant, ancien directeur de l’hôpital Tenon
"Je veux apporter mon témoignage. J'étais directeur de l'hôpital Tenon de 1990 à 2007. C'est un milieu très
complexe où les équilibres entre tous les acteurs sont subtils. Et il ne faut pas perdre de vue que les difficultés
dans le fonctionnement entrainent des difficultés pour les malades. Depuis 1958, on a établi un lien entre
administratif et le personnel soignant. Le texte actuel rompt cet équilibre. La nomination du médecin par le
directeur de l'hôpital va entrainer un lien de subordination, une logique antagoniste. Cela brouille le vécu
humaniste de l'hôpital."
Intervention de Bernard Granger du collectif "Sauver l'hôpital public !"
"Je suis issu d'un collectif transpartisan et il ne s’agit pas pour moi de faire de la politique ou de soutenir qui
que ce soit. C'est au nom de notre éthique médicale que nous nous révoltons. Mme Bachelot veut une loi avec
une logique anglo-saxonne. C'est la dictature du fric. En réalité, il faudrait que le directeur de l'hôpital soit un
médecin assisté d'un directeur-adjoint qui serait un administratif. Les victimes de cette loi seront les patients les
plus démunis. Nous voulons une réforme fondée sur la notion fondamentale de service public et sur l'éthique
médicale."

http://www.mouvementdemocrate.fr/actualites/bayrou-reaction-loi-hpst-bachelot-230409.html

FJ - 11
23 AVRIL 2009 - ELECTIONS EUROPEENNES : L'ENGAGEMENT DE RACHIDA DATI "N'EST PAS TRES ENTHOUSIASTE",
SELON FRANÇOIS BAYROU

Le président du Mouvement Démocrate, François Bayrou, a qualifié jeudi de "spectacle gênant" la prestation de
Rachida Dati, seconde sur la liste du parti majoritaire aux élections européennes en Ile-de-France, la veille
devant des jeunes, qui montre son "peu d'intérêt" pour l'Europe. À l'occasion d'une réunion mercredi soir à
l'Assemblée nationale, la ministre de la Justice a eu du mal à répondre aux jeunes présents dans la salle. "Ce
spectacle apparaissait comme gênant, étrange", a déclaré M. Bayrou en marge d'une conférence de presse au
siège du Mouvement Démocrate. "Il y avait quelque chose de troublant et de confondant dans le peu d'intérêt
qui a été montré pour les questions européennes et le caractère un peu désinvolte dans la manière dont les
réponses étaient faites", a-t-il ajouté. "J'y ai vu comme un symptôme de quelque chose d'un peu désespéré. J'ai
l'impression que Mme Dati n'est pas très heureuse du sort qui lui est fait. Je n'ai pas l'impression que son
engagement soit très enthousiaste", a estimé le président du Mouvement Démocrate.

http://www.mouvementdemocrate.fr/actualites/europe/bayrou-reaction-dati-europennes-230409.html

22 AVRIL 2009 - SECURITE : BAYROU S'OPPOSE A NICOLAS SARKOZY QUI "UTILISE LA QUESTION SECURITAIRE A
DES FINS ELECTORALES"

A propos des nouvelles mesures axées sur la sécurité annoncées mardi par Nicolas Sarkozy à Nice, François
Bayrou estime que : "une nouvelle fois, il utilise la question sécuritaire à des fins électorales, à moins de deux
mois des Européennes. Nous en sommes déjà à treize lois sur la sécurité depuis sept ans." François Bayrou était
en déplacement à Dijon mercredi 22 avril. Il accompagnait Jean-François Kahn, tête de liste pour la région
Grand Est aux élections européennes. Il ajoute : "Il faut d'abord appliquer les lois en vigueur, donner plus de
moyens pour les centres éducatifs fermés et les travaux d'intérêt général. Je constate aussi que les violences
contre les personnes sont en augmentation." Sur la campagne européenne, il déclare : "cette Europe ne me plaît
pas. Elle n'est pas assez active et ne s'est pas assez démocratisée. Notre famille appartient à celle de Robert
Schuman. L'Europe est pour nous une vocation. Le président de la Commission européen, José Manuel
Barroso, ne fait pas ce dont l'Europe a besoin. C'est un maoïste converti à l'ultralibéralisme, qui est
systématiquement soumis aux gouvernements. Il est aligné sur les Etats-Unis et le libéralisme." Questionné sur
ses contacts avec des chiraquiens et notamment Dominique de Villepin, François Bayrou a expliqué qu'il n'est
"pas dans une logique d'opposition épidermique. J'ai des contacts avec Dominique de Villepin, c'est vrai, et
j'échange souvent avec François Hollande, qui est un homme de valeur. J'ai gagné la liberté de parler avec qui
je veux. Il y a au Nouveau Centre des gens qui s'aperçoivent qu'ils sont totalement soumis à l'UMP et au chef de
l'Etat. Ils sont frustrés et vexés."

http://www.mouvementdemocrate.fr/actualites/bayrou-question-securitaire-declaration-sarkozy-220409.html

21 AVRIL 2009 - POUR FRANÇOIS BAYROU, "IL FAUT PREVENIR A L'AVANCE LES CITOYENS DES DECISIONS PRISES A
BRUXELLES"

Le président du Mouvement Démocrate, François Bayrou, a souhaité mardi, à Pamiers (Ariège), que les
mesures prises à Bruxelles soient préalablement rendues publiques trois mois avant leur adoption, afin que les
citoyens puissent éventuellement réagir.
"Nous souhaitons deux choses toutes simples : rendre public le calendrier des décisions européennes trois mois
à l'avance, que les citoyens aient le temps de se faire entendre ; et que chaque fois qu'une décision est prise,
qu'elle soit rendue publique", a déclaré François Bayrou lors d'une conférence de presse.
FJ - 12
Le député des Pyrénées-Atlantiques a critiqué "les gouvernements qui disent c'est la faute de Bruxelles alors
qu'ils ont donné leur accord". "Aucune décision européenne n'est prise sans que les gouvernements l'acceptent",
a-t-il souligné.
En visite dans une Calandreta (école bilingue franco-occitane) de Pamiers, François Bayrou a par ailleurs
estimé que la France avait "plutôt tendance à écraser les diversités".
"L'Europe est bien plus en avance que la France sur ce sujet. Je ne conçois pas l'Europe autrement qu'une
Europe qui défende la diversité des traditions, des cultures et des langues", a-t-il ajouté.
Pour les élections européennes, la liste du Mouvement Démocrate dans le grand Sud-Ouest (Midi-Pyrénées,
Languedoc-Roussillon, Aquitaine) est conduite par Robert Rochefort, le président du Centre de recherche pour
l'étude et l'observation des conditions de vie (Credoc). Celui-ci a déclaré : “Dans une école comme celle que
nous visitons aujourd’hui (ndlr : une calendreta), on voit bien comment les gamins sont dans un bain culturel
qui leur donne envie de vivre et de bouger. C’est ça que nous voulons : faire passer l’idée que l’Europe est au
service de la création.”

http://www.mouvementdemocrate.fr/actualites/europe/bayrou-europe-transparence-diversite-210409.html

MARIELLE DE SARNEZ

22 AVRIL 2009 - HADOPI : MARIELLE DE SARNEZ SE REJOUIT DU VOTE EN COMMISSION QUI REAFFIRME LE RESPECT
DES LIBERTES FONDAMENTALES

La commission de l'Industrie du Parlement européen a massivement voté hier soir à Strasbourg, un


amendement reprenant l'amendement n° 138 de 1ère lecture co-signé par Marielle de Sarnez (tête de liste Île-
de-France pour le Mouvement Démocrate) sur la révision de la législation européenne sur les
télécommunications. Cela rendrait non conforme au droit communautaire les dispositions envisagées par le
gouvernement français dans le cadre de la loi dite Hadopi sur le téléchargement illégal. Adopté par 40 voix
contre 4 (des députés UMP) et 2 abstentions, l'amendement stipule en effet qu' ''aucune restriction ne peut être
imposée aux droits et libertés fondamentaux des utilisateurs finaux sans décision préalable des autorités
judiciaires".
Marielle de Sarnez a déclaré: "il y a un droit à l’accessibilité d’Internet, et ce droit doit être préservé - seul un
juge doit être saisi de l'éventuelle privation de ce droit. Je considère par ailleurs qu’il faut qu’on réfléchisse à
une autre manière de financer la culture et les artistes. Evidemment, il faut trouver des sources de financement,
mais ceci ne s’oppose pas à cela. Internet est un secteur innovant et nous devons adapter nos législations tout en
veillant au respect des libertés fondamentales".
Anne Laperrouze (2ème tête de liste de la liste pour le Sud-Ouest du Mouvement Démocrate), vice-présidente
de la commission de l'Industrie, a ajouté : "L'accès à Internet est un outil crucial pour exercer nos droits et
libertés fondamentaux. Qui donc peut penser que la protection de ces droits et libertés est une tâche
administrative ! On s'offusque qu'en Chine le web soit contrôlé et, pourtant, en France, on ouvre la porte à de
telles dérives autoritaires ! Est-ce que le gouvernement français, lors du vote le 29 avril prochain sur l'Hadopi
va aller à l'encontre des décisions prises au niveau européen ?"
Le Mouvement Démocrate réaffirme son soutien aux auteurs et son appui à la lutte contre les atteintes à la
protection intellectuelle mais estime qu'il ne faut pas confier à un organe administratif une décision qui a des
conséquences fondamentales sur la vie des gens.

http://www.mouvementdemocrate.fr/actualites/europe/sarnez-hadopi-amendement-parlement-europeen-
220409.html

FJ - 13
22 AVRIL 2009 - DEBAT SUR LA CRISE FINANCIERE : L'INTERVENTION DE MARIELLE DE SARNEZ AU PARLEMENT
EUROPEEN

Marielle de Sarnez est intervenue ce mercredi 22 avril au Parlement européen sur le débat consacré à la crise
financière.
Extraits : "Nos amis rapporteurs ne sont pas en cause, mais je trouve que les propositions de la Commission
arrivent bien tard et ne sont pas à la hauteur de l'histoire. Pour prévenir toute nouvelle crise nous devons être
beaucoup plus ambitieux et plus volontaristes.
En matière de régulation, nous devons harmoniser nos législations. Et le signal le plus fort serait sans aucun
doute de se doter d'un régulateur européen, voilà qui parlerait !
En matière d'agence de notations nous devons créer des agences européennes dont l'indépendance serait
garantie. Et en finir avec ce scandale de voir des agences notées des entreprises par lesquelles elles sont payées.
Sur les hedges funds, nous devons les encadrer et imaginer une fiscalité qui pénalise toutes opérations
financières de court terme.
Sur les paradis fiscaux, il y a des mesures très simples à prendre : nous devons interdire d'activités en Europe
toutes banques effectuant des transactions avec eux ou refusant de coopérer. Voilà pour l'immédiat, mais nous
devons aller plus loin.
Je vous donne deux pistes :
Nous devons nous poser la question de l'élargissement de la zone euro et de l'intégration de nouveaux membres.
Ce geste politique serait probablement aussi fort que la réunification allemande en son temps. Il marquerait la
solidarité et renforcerait le poids de l'Union européenne.
Il nous faut avancer vers l'intégration économique budgétaire et monétaire vers l'harmonisation fiscale qui est la
seule voie vers la fin du dumping social.
Tout cela est nécessaire !
Ce que nous, citoyens, attendons d'abord et j'aimerais que la Commission européenne l'entende c'est que nous
agissions pour répondre à la crise.
Ils attendent toujours un plan de relance européen assorti d'un grand emprunt européen et surtout ils attendent
toujours que l'Europe soutienne les PME, lance des programmes d'investissements pour l'avenir et surtout
accompagne tous ceux qui sont frappés par la crise en Europe. Je pense aux chômeurs, je pense aux travailleurs
à temps partiels, je pense aux ménages qui traversent des difficultés immenses aujourd'hui.
Voilà selon moi qu'elle est l'urgence et voilà ce sur quoi nos dirigeants européens seront jugés demain."

http://www.mouvementdemocrate.fr/actualites/europe/sarnez-intervention-parlement-europeen-crise-financiere-
220409.html

CORINNE LEPAGE

20 AVRIL 2009 - CHRONIQUE DE CORINNE LEPAGE SUR FRANCE CULTURE : "REFUSER ET IMAGINER"

Pour cette dernière chronique pour cause de campagne électorale -mais ceux qui le souhaitent continueront à
trouver une chronique hebdomadaire même heure même jour sur mon blog- je voudrais poser une question
simple : ceux qui oeuvraient pour que la crise n'entraîne aucun changement majeur dans les orientations
antérieures et la répartition des richesses ne sont-ils pas en passe de gagner la partie ?
Rappelons que deux camps s’affrontent :
• le camp de ceux qui considèrent que la crise est systémique et qu’il convient de trouver des sorties de crise qui
répondent à la fois à la crise écologique croissante (une large partie des scientifiques consultés récemment
considèrent que l’objectif de limiter à 2° l’augmentation de la température à la fin du siècle est impossible à
atteindre), à la crise sociale et à la crise économique ;
• Le camp des bénéficiaires du système qui sont aussi les responsables de son explosion, qui n’ont cessé de
chercher à maintenir leur pouvoir en revenant le plus vite possible à l’équilibre antérieur à la crise.
Or, les seconds ne sont-ils pas en train de gagner la partie ?

FJ - 14
L’annonce par quatre grandes banques américaines d’un retour aux profits au cours du premier trimestre 2009
et la volonté de Goldman Sachs de rembourser au plus vite l’Etat américain pour recouvrer sa liberté en matière
de rémunération sont des signes avant-coureurs. La remontée des bourses témoigne d’une reprise de confiance
des milieux financiers alors que l’économie réelle continue à aller mal, voire très mal et que les annonces de
licenciements se multiplient.
Ainsi, les banques auraient-elles obtenu des contribuables qu’ils les sauvent sans qu’en contrepartie un effort
massif de financement de l’économie réelle ne soit accompli et sans que les règles du jeu ne soient changées ?
Il est d’autant plus permis de se poser la question que le sommet de Londres apparaît de plus en plus comme
une magistrale opération de communication qui ne touche rien au fond des choses : sans même revenir sur le
caractère plus que risible des listes publiées, le fait que la question des fiducies n’ait pas été abordée en
témoigne.
La fiducie est une disposition juridique qui permet à une personne (le disposant) de transférer de manière légale
à un tiers (le fiduciaire) un bien que ce dernier doit gérer et rendre au bout d'un temps convenu et dans des
conditions déterminées. La fiducie est donc un transfert temporaire de propriété. Son but est de permettre aux
groupes internationaux et aux grosses fortunes, à travers la création de sociétés "coquilles" implantées dans des
paradis fiscaux, de garantir la confidentialité de leurs opérations, de limiter leurs responsabilités ou d'échapper
aux fiscalités nationales ou aux droits de succession. De même, le caractère fictif de nombre d’opérations
réalisées dans les paradis fiscaux n’a pas été mis en question. Quant à la question des agences de notation et
rémunérations du monde de la finance, Londres en est restée aux vœux dont personne ne sait s’ils ne resteront
pas pieux.
En bref, rien de nouveau sous le soleil, ou bien peu.
De même, s’agissant de l’évolution soutenable, rien n’a été décidé, malgré les objurgations de Ban Ki-Moon,
soulignant que rien n’était plus urgent pour notre survie que cette question. Il suggérait en sus de la proposition
du PNUE de consacrer 1 pour cent du PNB de chaque Etat à l’économie verte -ce que seule la Corée du Sud
fait- de supprimer les 320 milliards de dollars de subventions annuels des Etats aux énergies fossiles, ce qui
réduirait les émissions de GES de 6 pour cent et augmenterait le PIB mondial de 0,1 pour cent.
Ainsi, non seulement rien n’a été fait sur les sujets majeurs, mais de surcroît la crise semble être utilisée pour
renforcer les dérives passées. Ainsi, le travail est toujours considéré comme un coût qu’il convient de réduire en
profitant de la crise pour procéder à des délocalisations supplémentaires, renforçant ainsi, du fait du chômage,
les effets délétères de la situation économique.
Ainsi, l’effondrement des cours des grandes entreprises est une occasion de rachat à bas prix par des fonds
spéculatifs du capital de ces mêmes entreprises, ouvrant ainsi encore davantage la porte à des opérations futures
de restructuration, de délocalisation et donc de chômage supplémentaire pour les pays européens, sans parler de
l’affaiblissement supplémentaire du rôle des Etats, désormais appelés à être des garants de dernier ressort des
banques sans aucun avantage corrélatif pour leur population.
Ainsi, la crise est l’occasion mise à profit par les Etats créanciers de la planète et des spéculateurs en mal
d’investissements pour acquérir à bas coût des terres immenses en Afrique, à Madagascar, voire en Amérique
du Sud, pour assurer la nourriture à venir dans ces Etats et mettre la main sur la production alimentaire, ce qui
prépare évidemment des drames de la faim dans les pays « conquis » et des risques géostratégiques
considérables.
Dès lors, l’équilibre entre les nations et à l’intérieur des Nations est-il en voie de bouleversements croissants
avec un risque de voir aggravées les causes de la crise actuelle.
Quelles réponses faire à cette situation ? Refuser et imaginer.
Ne pas considérer la bataille comme perdue et au contraire, relier, notamment au sein de la société civile et des
entreprises qui s’inscrivent dans la nouvelle économie, tous ceux qui luttent pour un changement de paradigme.
Développer encore et toujours l’esprit critique et la contre-information pour éviter le lavage de cerveaux et la
désinformation dans lesquels, nous baignons ; écoutez France Culture plutôt que de regarder les mêmes icônes
et les mêmes images à la télévision.
Revenir, pour paraphraser Einstein, à l’idée fondamentale selon laquelle, on ne peut résoudre les problèmes du
monde en utilisant les instruments qui les ont crées.

http://www.mouvementdemocrate.fr/medias/lepage-france-culture-chronique-200409.html

FJ - 15
DEPUTES EUROPEENS

OUEST FRANCE - 24 AVRIL 2009 - LE PARLEMENT EUROPEEN VEUT UNE POLITIQUE DE TRANSPORTS URBAINS

Le Parlement européen, réuni en session plénière à Strasbourg, a réitéré, jeudi 23 avril, sa demande d'un plan
d'action européen pour les transports urbains. "Celui-ci avait été promis par la Commission européenne pour la
fin 2008. Mais rien n'est venu" s'est alarmé l'eurodéputé français, spécialiste du sujet, Jean-Marie Beaupuy
(Modem). Si "ce n'est pas à Bruxelles de décider du transport à Clermont-Ferrand, les élus locaux ont
néanmoins besoin de connaître les conditions dans lesquelles ils peuvent mettre en place et financer les
transports locaux urbains".

http://www.ouest-france.fr/ofdernmin_-Le-Parlement-europeen-veut-une-politique-de-transports-urbains_-
908213--BKN_actu.Htm

SITE WWW.EUROPEPOURTOUS.EU

Le site www.europeppourtous.eu aborde l'Europe de façon simple et permettre aux internautes de mieux la
comprendre.

Chaque jour, une nouvelle question-réponse, et un premier Cahier de l'Europe à télécharger pour tester ses
connaissances :
http://www.archive-host.com/compteur.php?url=http://s3.archive-
host.com/membres/up/1714384744/LescahiersdelEuropen1.pdf

LE MODEM DANS LES MEDIAS

PRESSE

FRANCE-AMERIQUE

16 AVRIL 2009 - AFE : FRANCK BARRAT - LISTE : MOUVEMENT DEMOCRATE DES FRANÇAIS DE L’ETRANGER,
CIRCONSCRIPTION DE SAN FRANCISCO

Franck Barrat, 39 ans, directeur de recherche, est candidat pour le Mouvement démocrate des Français de
l’étranger.
Le numéro deux de sa liste est Philippe Piéri, 48 ans, responsable marketing.
Nombre d’inscrits sur la liste électorale consulaire : 23 934.

C’est la première fois qu’une liste Modem se présente aux États-Unis. Quel est son profil ?

Les 10 personnes de la liste sont des diplômés, mobiles, des professionnels dans la recherche, la biotechnologie,
la haute-technologie… Souvent parents d’enfants scolarisés, nous sommes tous concernés par le problème du
coût des frais de scolarité dans les écoles franco-américaines et cherchons des solutions pragmatiques.
FJ - 16
Sur la côte Est, le vice-président du Modem-USA a fait alliance avec l’ADFE. Vous ne pensez pas que
cela risque de vous labéliser à gauche ?

Lorsque nous avons monté la liste, nous avons essayé d’être représentatif et surtout pas idéologique. Sur la liste,
seulement trois personnes, y compris moi, ont la carte du Modem. Le Modem en Californie est très
indépendant. Sur la côte Ouest, nos prises de positions ne reflètent pas nécessairement la sensibilité du Modem
en Asie ou en France. Ce que nous souhaitons c’est rapporter en France une vision enrichie par notre parcours
ici. Étant donné que la plupart des décisions à l’AFE sont votées à 90%, il n’est pas question de nous présenter
en opposition aux autres mais plutôt en contraste.

http://www.france-amerique.com/articles/2009/04/16/afe-frank-barrat.html

LE BIEN PUBLIC

26 AVRIL 2009 - FRANÇOIS BAYROU : UN HOMME EN CAMPAGNE

François Bayrou est un homme de campagne. Pour les européennes, il était, cette semaine, avec Jean-François
Kahn, en Côte-d'Or.
Le troisième homme de la dernière élection présidentielle aspire à devenir le premier. Pas un jour sans qu'il
n'affiche sa différence. Il était cette semaine en Côte-d'Or. L'occasion pour ce candidat en campagne
permanente d'évoquer ses anciens amis passés au Nouveau centre, son livre, sa vision de l'Europe, son avenir.
Le Bien public. - Comment se passe cette campagne présidentielle ?
François Bayrou. - (Silence) Vous voulez dire quoi ?
LBP. - Vous êtes en campagne présidentielle en ce moment ?
FB. - Pas du tout. Je suis en tour de France pour les européennes. Alors, évidemment, toutes les élections sont
reliées les unes aux autres mais je ne confonds pas les échéances.
LBP. - François Hollande vous a demandé de clarifier certaines de vos positions…
FB. - Toutes les sensibilités républicaines du pays peuvent discuter ensemble. Nous ne sommes pas en guerre
civile. Mais, si l'idée de certains était de me voir m'aligner sur le PS, évidemment, ils feraient chou blanc. Ce
n'est pas mon intention. Je suis un défenseur du pluralisme. La force du MoDem, la force du courant démocrate
en France, c'est précisément d'être distinct de l'UMP, voire en confrontation avec l'UMP, sur la gestion actuelle,
et, dans le même temps, d'être sans concession à l'égard du PS dont je considère que les divisions, l'absence de
visions, sont assez frappantes aujourd'hui.
LBP. - Vous avez parlé de pluralisme. Le Nouveau centre a mené à l'Assemblée un combat s'appuyant sur cette
idée du pluralisme pour se faire reconnaître. Vous ne l'avez pas soutenu. Pourquoi ?
FB. - Le Nouveau Centre est allé chercher, pour son financement, un parti autonomiste polynésien. Je n'ai pas
la même vision de la transparence. Je n'ai rien d'autre à dire.

Otan : « Beaucoup de dégâts pour une seule décision »

LBP. - Vos anciens amis du Nouveau centre s'étonnent que vous ayez, aujourd'hui, un avis différent sur la
réintégration de la France dans le commandement de l'Otan de celui que vous aviez lorsque vous étiez à l'UDF.
Que répondez-vous ?
FB. - Quand le général de Gaulle est sorti de l'Otan, j'avais 15 ans et ma conscience politique était sans doute
très importante, mais j'étais loin du sujet. Les socialistes et les centristes étaient choqués (...) A cette époque, le
FJ - 17
mur de Berlin existait, Kennedy venait d'être assassiné… J'explique cela dans mon livre. Ce n'était pas le
monde de maintenant. Aujourd'hui, le retour dans le commandement intégré de l'Otan est une faute contre une
certaine idée d'indépendance de la France, contre une certaine idée du pluralisme du monde.
Je suis d'accord sur ce dossier avec Hubert Védrine (1) qui explique, dans un article publié récemment, que
l'Occident avait tort de se comporter comme une forteresse assiégée contre le reste du monde. Nous avons
besoin de voix différentes au sein de l'Otan. Se ranger dans le commandement intégré de l'Otan a, pour moi,
deux conséquences : l'Occident se referme et passe sous l'autorité américaine. Car « commandement intégré »,
cela veut dire commandement américain. Enfin, cela veut dire qu'il n'y aura pas de Défense européenne. C'est
beaucoup de dégâts pour une seule décision.
LBP. - Vous êtes donc en campagne pour les Européennes. Qu'est-ce qui différencie le MoDem des autres
formations politiques en général et du NC en particulier ? Quelle est, par exemple, votre position sur l'entrée de
la Turquie ?
FB. - J'ai souvent expliqué que l'entrée de la Turquie, cela voulait dire qu'il n'y aurait pas d'Europe politique.
Pour l'instant, le gouvernement a ouvert le dossier. Nous allons voir comment cela évolue. Pour ma part, si l'on
veut une Europe politique, elle doit partir du cœur de l'Union européenne, c'est-à-dire de la zone euro. Le moins
que l'on puisse dire, c'est que la Turquie n'est pas le cœur de l'Union européenne. La Turquie, c'est l'Otan.

« Le Nouveau centre n'existe pas »

Concernant la formation que vous évoquez - le Nouveau centre -, une chose nous différencie. Cette formation
n'existe pas parce qu'une formation qui n'est pas capable de présenter une liste aux élections n'existe pas. Même
pas une seule liste sur l'ensemble territoire national ! Ils ont choisi de se satelliser autour de l'UMP.
LBP. - Revenons-en à la question…
FB. - J'y reviens. Pour moi, l'Europe doit être active. Pour l'instant, elle ne l'est pas. C'est pour cela que j'ai
soutenu l'idée d'un emprunt européen de 300 milliards d'euros, qui serait un emprunt émis par les institutions
européennes pour donner un peu de marge de manœuvre et qui permettrait de participer - le besoin s'en fera
sentir - à un vrai soutien de l'activité économique vers l'investissement et les PME. Je crois que cela manque
vraiment. Si l'Europe doit être active, elle doit être démocratisée.
C'est pourquoi je soutiens deux idées. La première est que l'on ne puisse pas prendre de décision européenne
sans avoir annoncé, trois mois à l'avance, qu'elle est en préparation, afin que les gens puissent s'investir par
l'intermédiaire de leur député. Deuxième idée : que toutes les décisions européennes soient prises en public. De
manière à ce que l'on sache qui vote quoi. Quand le gouvernement dit « c'est la faute de Bruxelles », on
s'aperçoit, dans 99 cas sur 100, qu'il a voté à Bruxelles contre ce qu'il dénonce à Paris. Je veux que désormais
les choix soient clairement affichés.
LBP. - Dans quel groupe vos députés siégeront-ils ?
FB. - Dans notre groupe qui rassemble le Libdem britannique, le Parti démocrate italien, etc. Nous avons 100
députés au Parlement européen. Nous sommes le 3e groupe. En France, UMP et PS font semblant d'être l'un
contre l'autre. A Strasbourg et à Bruxelles, ils votent ensemble.
Un exemple ? J'ai proposé la candidature de Gueremeck (2), l'historien polonais, ministre des Affaires
étrangères de Walesa. UMP et PS ont voté ensemble contre la présidence de Gueremeck. C'était pourtant un
symbole fort pour le premier parlement réunifiant l'Est et l'Ouest. (…) Tout cela pour faire élire un apparatchik
socialiste qui serait suivi, à mi-mandat, par un apparatchik de droite allemand. Ceci ne correspond pas à la
transparence que je souhaite (…).
LBP. - Votre livre, « Abus de pouvoir », sort jeudi chez Plon. Tout est dans le titre ?
FB. - (…) Ce livre répond à une question. Beaucoup de Français sentent que quelque chose ne va pas. Ils voient
beaucoup de dérives du pouvoir actuel, mais il est très difficile pour eux de mettre le doigt sur ce qui les gêne.
C'est difficile de dire en quoi consistent ces dérives. Ces dérives résident dans l'exercice du pouvoir qui est
FJ - 18
totalement confisqué, dans une idéologie qui est le contraire de l'idéologie républicaine française, de la vision
républicaine française de la société.
Ces dérives résident également dans la mise en place, en France, de réseaux qui sont des réseaux médiatiques,
financiers, industriels, politiques qui font que le pays ne ressemble pas à ce qu'il devrait être.
LBP. - Si François Sauvadet vous annonçait qu'il souhaite revenir à vos côtés ?
FB. - (Silence) Comment dire ? J'ai le cœur indulgent mais je prendrais quelques précautions quand même.

Propos recueillis par Francis ZIEGELMEYER


Abus de pouvoir, de François Bayrou, chez Plon.
(1) Hubert Védrine a été ministre des Affaires étrangères de Lionel Jospin.
(2) Bronisaw Gueremeck fut député européen et l'un des artisans de la libération de la Pologne du joug
soviétique.

http://www.bienpublic.com/actu/infodujour/20090426.BPA0633.html

LE MONDE

25 AVRIL 2009 - BOURGES : LA BALLADE DES POLITIQUES

Certains y passent en coup de vent, d'autres en sont des habitués, d'autres enfin ont le devoir d'y apparaître,
ministre de la culture en tête. La ballade des politiques est au Printemps de Bourges un passage obligé.
L'organisation du festival de chanson et de rock, généralement prévenue à l'avance, met au point un parcours.
Un tour dans les allées alentours, où la foule se presse aux stands de nourriture, boisson, artisanat variés, bijoux
et vêtements. Un passage à l'un des concerts, parfois à deux ou trois, en coup de vent – le rap est généralement
évité, la techno trop tardive dans la nuit, c'est plutôt chanson, folk et rock pas trop énervé. Il y a des rencontres
sans protocole avec les officiels de la ville. Sauf inimitée particulière, on oublie alors les appartenances à telle
ou telle famille politique, à un courant au sein d'un même parti.

Le rituel peut s'accompagner d'une rencontre avec la presse. Toutes et tous saluent le festival, sa vitalité, son
ancrage dans le territoire, déclarent leur attachement à la musique, à la culture. Selon les dossiers du moment,
une réaction à un problème culturel ou de société est la bienvenue. La conférence, plutôt informelle, se termine
par un petit tour d'horizon des goûts musicaux. Les politiques aiment tous la chanson française. On n'en a pas
encore entendu admettre n'avoir aucun intérêt pour la musique – ce qui ne serait pas grave. Sans surprises, les
noms de Brel, Brassens, Ferré, Barbara, Trenet etc. sont prononcés. Pas un ou une qui sortent de sentiers
rebattus. Il faut s'appeler Jean-Paul Huchon, président (PS) du conseil général d'Ile-de-France pour témoigner
d'un amour de fan pour le groupe britannique The Waterboys ou pour évoquer la face B d'un 45-tours d'un
obscur groupe californien des années 1960. Pour l'édition 2009 du Printemps de Bourges, M. Huchon n'est pas
là.

Jack Lang, lui est là. Comme ministre de la culture il a suivi tous les Printemps. Il y vient chaque année, ou
presque, connaît tout le monde, les moindres recoins du site du festival, n'a pas besoin qu'on lui fasse un
parcours. M. Lang est arrivé en premier, vendredi 24 avril, en fin de mâtinée. Tranquillement, comme chez lui.
Il se déplace en comité restreint, salue Daniel Colling le président du festival, en complice des premières années
du festival. On le croisera, à plusieurs reprises, dans la journée, dans les allées.

Deuxième arrivée, celle de François Bayrou, président du Mouvement démocrate (MoDem). La délégation est
une plus nombreuse, filmée. M. Bayrou et M. Lang se saluent, échangent quelques mots, sont photographiés
FJ - 19
ensemble. Après le déjeuner, à 14h30, François Bayrou s'installe dans un coin un peu tranquille des locaux où
les services de presse ont leurs bureaux d'accueils. Comme quelques journalistes sont là, la discussion débute.
Le cas de la chanson Sale Pute et de la présence au Printemps de son auteur Orelsan sont évoqués : " Je le dit
avec prudence : je comprends l'émotion, les paroles de cette chanson sont choquantes. Mais il m'a semblé qu'il
y avait là plutôt la présentation d'une dérive passionnelle extrême qu'une apologie de la violence envers les
femmes. " La loi création et Internet : " Je suis pour la protection des droits des producteurs et des auteurs mais
je ne suis pas satisfait de ce texte. " Le slam et le rap l'intéressent parce que cela traite de la langue et qu'y sont
évoqués des constats ou des propositions sur la société. Sur ces goûts musicaux : " simples, Brel, Brassens,
Ferré, Barbara, Higelin, Mozart… Pas la peine de dire que l'on aime quelque chose si ce n'est pas vrai alors je
ne vous parlerais donc pas des derniers courants du rock ou des évolutions des musiques concrètes. "

Puis vint Christine Albanel, ministre de la culture, en fin d'après-midi. Grosse délégation. Parcours rapide,
visite de quelques concerts (Sliimy). Rencontre officielle avec la presse, toujours dans le coin tranquille.
Orelsan : " paroles insupportables, choquantes, violentes, surtout quand on les lit. Orelsan ne la chante plus en
concert, ce que je souhaitais, elle ne figure pas sur son disque. " Création et Internet : " L'Angleterre est à nos
côtés [pas les artistes lui fait-on remarquer], comme Taïwan ou la Corée du sud. Le processus parlementaire va
reprendre. Le débat s'est déplacé sur la reprise du débat plutôt que sur l'objet du débat. Je le regrette. " Ses
goûts : " Brel, Brassens, Barbara… "

Et puis il y a Serge Lepeltier, maire (UMP) de Bourges. Il suit les concerts, beaucoup, est très présent sur le site
du festival. Dans Paplar, le petit quotidien publié pour la 33e édition du Printemps, il est précisé que M.
Lepeltier porte des chaussures de sports de marque Converse. L'un des signes distinctifs actuels du rocker.
Sylvain Siclier

http://www.lemonde.fr/culture/article/2009/04/25/bourges-la-ballade-des-politiques_1185360_3246.html

25 AVRIL 2009 - M. SARKOZY VA FORTEMENT S'IMPLIQUER DANS LA BATAILLE DES ELECTIONS EUROPEENNES

Un dirigeant de l'UMP s'exclame, photo des têtes de liste aux élections européennes en main : "Ce n'est pas
avec ces têtes-là qu'on va gagner les élections !" Le parti majoritaire, qui peine à entrer en campagne et à
boucler ses listes, compte sur l'entrée en scène du chef de l'Etat pour mobiliser son électorat et atteindre
l'objectif des 25 % aux élections.
Nicolas Sarkozy va s'impliquer fortement dans la campagne électorale. D'abord sous sa casquette de chef de
l'Etat. Le 5 mai, il interviendra à Nîmes lors d'une "réunion républicaine", un format solennel comme à Saint-
Quentin, dans l'Aisne, où il avait défendu le 24 mars sa politique économique.
Le choix de Nîmes ne tient pas du hasard : le 9 mai 2006, alors président de l'UMP, il avait prononcé un
"discours pour la France", où il avait exalté la "fierté d'être Français" et s'était clairement positionné dans une
perspective présidentielle. Cette fois, le président de la République livrera un discours "non partisan" sur
l'Europe, selon la formule de ses conseillers.
M. Sarkozy entend revenir sur la présidence française de l'Union européenne, mettre en valeur son volontarisme
pour illustrer le slogan de l'UMP : "Quand l'Europe veut, elle peut." Le 10 mai, il sera en Allemagne aux côtés
de la chancelière Angela Merkel pour participer à une réunion commune CDU- UMP. Son entourage n'exclut
pas d'autres interventions, plus politiques, dans des meetings de l'UMP, notamment le 4 juin à Paris.
JEU DE CHAISES MUSICALES
Un président candidat ? "Le président de la République appartient à une majorité. Il est normal qu'au moment
d'une campagne il joue son rôle au service de cette majorité", estime Bruno Lemaire, secrétaire d'Etat aux
affaires européennes. "Aux dernières élections européennes, l'UMP a fait 16 % ; au premier tour de l'élection
FJ - 20
présidentielle, Nicolas Sarkozy a fait 31 %. On a besoin de lui", renchérit un dirigeant de l'UMP. François
Fillon ouvrira, quant à lui, la première grande rencontre de la campagne, mardi 28 avril à Rueil-Malmaison
Mais avant de battre les estrades, le chef de l'Etat doit trancher la question du départ de Michel Barnier du
ministère de l'agriculture. L'animateur national de la campagne de l'UMP avait indiqué qu'il souhaitait quitter le
gouvernement un mois avant le scrutin du 7 juin. "Je suis toujours dans cet état d'esprit. Je souhaite être
disponible totalement sur la campagne", indique le ministre, qui vient d'affronter une nouvelle crise de la pêche.
M. Barnier doit s'entretenir avec M. Sarkozy dans les prochains jours. Pour le remplacer, le nom du sénateur
centriste du Rhône, Michel Mercier semble tenir la corde. A six semaines du scrutin européen, l'Elysée priverait
ainsi François Bayrou d'un de ses derniers élus, ami de trente ans et trésorier du MoDem. M. Bayrou s'attend à
cette éventualité et la minimise. "Michel attend d'être ministre depuis si longtemps..." Reste un obstacle : à ce
ministère sensible, l'Elysée souhaite une personnalité immédiatement opérationnelle, capable de résoudre une
crise, comme celle des pêcheurs.
Rachida Dati, numéro deux sur la liste UMP en Ile-de-France, pourrait, en revanche, rester plus longtemps
place Vendôme. Il n'y a pas d'urgence : depuis le 24 janvier, la garde des sceaux s'est mise en roue libre. Les
questions de justice sont traitées par l'Elysée. Son remplacement risque d'entraîner un jeu de chaises musicales
plus complexe au sein du gouvernement.
Or, l'Elysée ne semble pas décidé à procéder avant les élections européennes à davantage qu'un simple
ajustement. Le vrai remaniement pourrait intervenir après. Malgré les affirmations de M. Fillon, qui juge que
son équipe n'est "pas usée", plusieurs ministres sont considérés à l'Elysée comme trop faibles. Et devant les
militants de l'UMP de Nice, M. Sarkozy a redit, mardi 21 avril, son intention de poursuivre l'ouverture.
Les candidats à gauche sont de moins en moins nombreux, mais parmi les possibles prises, on cite le nom de
l'ancien ministre de l'éducation nationale Claude Allègre qui avait appartenu à l'équipe Jospin. Le chef de l'Etat
entend aussi gratifier quelques sarkozystes. Le député Christian Estrosi, aussi maire de Nice, espère faire partie
des promus. L'entourage de M. Sarkozy reste prudent. "Il n'en parle pas pour le moment", assure Franck
Louvrier, responsable de la communication.
Sophie Landrin

http://www.lemonde.fr/europe/article/2009/04/25/m-sarkozy-va-fortement-s-impliquer-dans-la-bataille-des-
elections-europeennes_1185385_3214.html

21 AVRIL 2009 - COPE, PAILLE, BAYROU, VILLEPIN : LA GUERRE DES DROITES AURA BIEN LIEU EN LIBRAIRIE

C'est une récolte littéraire, au goût plus ou moins prononcé de vinaigre. Jean-François Copé, François Bayrou et
Dominique de Villepin s'apprêtent à livrer en librairie leur essai politique. Un grand ménage qui ne tient pas du
printemps : les trois auteurs partagent un même dessein, plus ou moins avoué, succéder à Nicolas Sarkozy.
Jean-François Copé, le benjamin, sera le premier en gondole, le 24 avril, avec Un député ça compte
énormément, édité chez Albin Michel. Le quadra, qui n'a jamais fait mystère de ses ambitions élyséennes pour
2017, livre le récit de deux années à la tête du groupe UMP à l'Assemblée nationale, en profite pour revenir sur
ses relations houleuses avec Nicolas Sarkozy, donner "ses propres convictions sur les institutions" et se
raconter un peu plus que dans ses trois ouvrages précédents.
Mais la charge la plus féroce se lira sous la plume de François Bayrou. Abus de pouvoir qui paraîtra le 30 avril,
chez Plon, prend la forme d'un virulent pamphlet contre le chef de l'Etat. Le président du MoDem, que la
modestie n'a jamais étouffé, annonce poser là "un acte fondateur" dans son duel avec Nicolas Sarkozy, à l'instar
de François Mitterrand et son Coup d'Etat permanent, publié en 1964 contre le Général de Gaulle. Sur son site
Internet, l'éditeur donne une idée du ton de l'ouvrage. François Bayrou dénonce "l'abandon du modèle
républicain, le culte de l'argent, le choix d'une société d'inégalités, l'arbitraire". A deux mois des élections
européennes qui sonneront comme un test pour le MoDem, le Béarnais souhaite se positionner comme le
véritable opposant au chef de l'Etat, la seule alternative notamment sur le thème des libertés publiques et de la
FJ - 21
conception de l'Etat. Le hasard fait bien les choses : au même moment, l'ancien camarade de route de François
Bayrou, Dominique Paillé, rallié à M. Sarkozy, publiera aux éditions Le Cherche Midi Les Habits neufs des
centristes. Arnaque ou imposture ? Le porte-parole adjoint de l'UMP et conseiller de Nicolas Sarkozy dessine
un portrait au vitriol du président du MoDem, dépeint comme un "conservateur obnubilé par son ambition
élyséenne", prêt à "sacrifier les valeurs du centrisme".
Le nouveau Dominique de Villepin sortira le 11 juin chez Plon sous le titre La Cité des hommes, une réflexion
sur la "crise" et la "faillite du monde". Avec son lyrisme habituel, l'ancien premier ministre estime qu'il est le
temps du choix : "Construire la cité des hommes ou être englouti par une nouvelle barbarie." Une manière de
paraphraser Engels, façon UMP. Le comparse de Marx avait en effet posé dans une phrase restée célèbre un
dilemme : "Ou bien passage au socialisme ou rechute dans la barbarie."
Les auteurs espèrent faire aussi bien qu'Alain Juppé. Son livre Je ne mangerai plus de cerises en hiver, publié le
13 mars, a dépassé 53 000 exemplaires. L'ouvrage l'a remis en selle. La parole du maire de Bordeaux est
désormais recherchée. OTAN, G20, rémunération des patrons, européennes, statistiques ethniques, politique de
Benoît XVI, Alain Juppé intervient sur tous les sujets. Une catharsis.

http://www.lemonde.fr/politique/article/2009/04/21/cope-paille-bayrou-villepin-la-guerre-des-droites-aura-
bien-lieu-en-librairie_1183376_823448.html

20 AVRIL 2009 - DANS LES BOTTES DE MITTERRAND


par Gérard Courtois

La petite entreprise de François Bayrou ne connaît pas la crise. Œil frisant, joue rose, torse bombé, son
fondateur observe, la mine gourmande, une scène politique dont il est devenu, envers et contre tout, l'un des
ténors. Il est vrai qu'il suscite, à nouveau, autant d'intérêt que d'irritation. Sorti d'outre-tombe, Dominique de
Villepin se reconnaît avec lui des "valeurs communes". Sorti de sa réserve, François Hollande vient de poser la
question qui fâche, rue de Solférino : "Il est un concurrent. Peut-il devenir un partenaire ?" Sous couvert de
clarification, c'est admettre qu'il a gagné ses galons d'antisarkozyste de choc.
Mieux, il agace, donc il inquiète. Hier complice, Daniel Cohn-Bendit moque, chez le président du MoDem, une
obsession présidentielle qui frise la révélation mariale. Hier bien décidé à l'ignorer, l'Elysée commence à
s'énerver, le traitant de "populiste" (Xavier Bertrand), de "Le Pen light" (Nicolas Sarkozy par la voix d'Alain
Minc), enfin de "menteur" (Claude Guéant).

Il est vrai que la pose est avantageuse : pour le bon peuple, David aura toujours raison contre Goliath et le
rebelle contre le pouvoir. Succès d'estime ? Peut-être. Mais qui a un précédent, dont François Bayrou n'ignore, à
l'évidence, aucun détail : celui de François Mitterrand. En 1964, celui-ci avait lancé son Coup d'Etat permanent,
virulent pamphlet antigaulliste. Bayrou s'apprête à faire de même, cette semaine, avec son Abus de pouvoir,
brûlot contre un président qui "conduit la France vers un modèle dont elle ne veut pas". En 1965, à la faveur
des impuissances et des divisions de la gauche - déjà -, Mitterrand s'était imposé, seul contre tous, comme le
candidat capable de faire vaciller "le Général" à l'élection présidentielle. Bayrou a manqué réussir la même
prouesse en 2007, mais il rêve de pouvoir dire, demain : "L'opposition, c'est moi !", face à "L'Etat c'est moi"
sarkozyen. Plus réjouissant encore, et le député des Pyrénées-Atlantiques l'avait rappelé, en 2007 : après l'échec
de la gauche en 1969, Mitterrand avait réussi une spectaculaire OPA sur le Parti socialiste à Epinay, au nom de
la rupture avec le capitalisme. Pourquoi Bayrou, lui aussi venu de la droite et passé par le centre, ne
fantasmerait-il pas scénario aussi rocambolesque ? Il en a déjà les accents, quand il envisage d'"imposer son
projet humaniste en dépit du capitalisme, et s'il le faut contre lui" ou fustige "la frivolité de l'argent étalé",
comme en écho à "l'argent qui corrompt" de Mitterrand.

Le mimétisme ne s'arrête pas là. L'un conversait avec les arbres, l'autre parle avec les chevaux. Le premier fut
un "prince de l'ambiguïté", le second n'est pas en reste. Comme son devancier, il pose au paysan, joue de ses
racines provinciales - Béarn à la boutonnière -, se pique de littérature, distribue les aphorismes avec la

FJ - 22
componction d'un oracle, affiche le même goût du romanesque et fait de la présidentielle "le combat de sa vie".
Bref, Bayrou a enfilé les bottes de Mitterrand. Reste à prouver qu'il ne s'est pas trompé de pointure.

http://www.lemonde.fr/opinions/article/2009/04/20/dans-les-bottes-de-mitterrand-par-gerard-
courtois_1182886_3232.html

PARU SUR LECENTRISME.COM – 16 AVRIL 2009 - JEAN-LUC BENNAHMIAS: LE MODEM DOIT DEFENDRE "UNE
TROISIEME VOIE POLITIQUE DIGNE DU XXI° SIECLE"

Interrogé par les internautes sur le site lemonde.fr, Jean-Luc Bennahmias, candidat du Mouvement démocrate
pour les européennes a précisé sa vision d’un parti qu’il a rejoint en quittant les Verts. Extraits
On a l'impression que François Bayrou est seul, pourquoi ne met-il pas plus en avant les autres responsables du
MoDem ?
Que les différents médias invitent les autres personnalités du MoDem, et on ne parlera plus de François Bayrou
comme d'un homme seul.
Ces prochaines élections européennes seraient-elles selon vous, un baromètre d'opinion quant à la popularité du
modem en France?
Ce n'est pas le sujet. Mais chaque élection indique la position des différents partis dans l'échiquier politique. Il
est évident que plus le score du Mouvement démocrate sera important, plus les échéances futures lui seront
favorables.
En vous opposant continuellement à Nicolas Sarkozy ou à la reconduction de M. Barroso, ne craignez vous pas
une coupure avec votre socle électoral, de centre droit?
Notre socle électoral, depuis la présidentielle de François Bayrou, est bien plus large que celui du centre droit.
Il s'agit pour le Mouvement démocrate de défendre la possibilité, en France et en Europe, d'une troisième voie
politique digne du XXIe siècle. Construire un mouvement qui réponde à l'humanisme, au social, à
l'environnement et au développement durable.
D'autre part, je suis persuadé qu'il existe chez les gens qui se considèrent comme centre droit un agacement
certain par la politique menée par le président Sarkozy.
Que peut faire le Modem face au Nouveau Centre dans le cadre des ces élections européennes alors que tous
deux ont un amour pour l'Europe similaire?
Le Mouvement démocrate présente des listes partout. Le Nouveau Centre est inféodé à l'UMP et ne présente
pas de liste.
A l'avenir, souhaitez-vous que le MoDem établisse des alliances avec d'autres partis, comme le nouveau centre,
le parti radical ou les Verts pour faire entendre ses idées et ses valeurs?
A l'avenir, le Mouvement démocrate a pour vocation d'être le mouvement central de la vie politique française. Il
est bien évident que dans ce cadre, des alliances seront envisageables. Nous verrons alors avec quelles
formations démocratiques nous discuterons. Nous ne sommes et ne serons ni des vassaux de l'UMP, ni du PS.
En 2007, Bayrou défendait un espace politique non bipolaire. Cependant depuis l'élection de Nicolas Sarkozy,
Bayrou montre dans ses discours qu'il y a en France une réelle rupture entre la droite sarkosyste et ses valeurs
(argent, capitalisme) d'une part, et l'humanisme défendu par les autres d'autre part. Que pensez-vous de l'espace
politique français? N'est-il pas, aujourd'hui plus que jamais, bipolaire? En Europe aussi?
Ce n'est pas la vision que j'en ai. Voir ma dernière réponse.
Comment peut-on être dans un groupe dit "libéral" au parlement européen tout en critiquant toutes mesures
libérales prises par le parlement francais?
Regardez bien sur Internet les votes effectués par les différents groupes présents au Parlement européen. Vous
serez surpris de voir à quel point les votes dits "libéraux" sont transversaux à l'ensemble des groupes. Le groupe
auquel nous appartenons est constitué de deux formations : la nôtre, le Parti démocrate européen, et le Parti
FJ - 23
libéral européen. Il n'est pas rare - et c'est la loi du genre - que nous votions différemment. Comprenne qui
pourra.
© 2009 Le Monde

http://www.lecentrisme.com/2009/04/actualites-france-jean-luc-bennahmias.html

LES ECHOS

21 AVRIL 2009 - BAYROU REFUSE LA MAIN TENDUE PAR HOLLANDE

« Discuter » avec le Parti socialiste, oui ; « s'aligner » sur lui, non. François Bayrou a une nouvelle fois opposé
une fin de non-recevoir à François Hollande, qui avait appelé la semaine dernière à réfléchir aux «
convergences » entre le Modem et le PS avant la présidentielle de 2012. « Si l'on attendait de nous une
démarche de type programme commun, on se tromperait. Je n'ai aucune envie d'entrer dans cette voie à laquelle
je ne crois pas », a expliqué le leader centriste en présentant la liste de son parti pour les européennes en Ile-de-
France. Le président du Mouvement démocrate, dont l'objectif est de devancer le PS au premier tour de la
présidentielle, a mis sur le même plan les discussions qu'il pouvait avoir avec les responsables socialistes que
celles qu'il va avoir avec l'ex-Premier ministre UMP, Dominique de Villepin. « Je crois que le Parti socialiste
est un puissant parti d'élus locaux [...] Je ne le dénigre pas mais je ne m'alignerai en aucun cas sur lui », a-t-il
insisté.

http://www.lesechos.fr/info/france/4856071-bayrou-refuse-la-main-tendue-par-hollande.htm

20 AVRIL 2009 - LE MODEM AGITE LE PS

L'initiative de François Hollande n'en finit pas de réveiller, à l'intérieur du PS, le vieux débat sur les alliances au
centre. Dans une interview au « Point », l'ex-numéro un socialiste a appelé jeudi dernier le Modem à clarifier
ses « convergences et divergences » avec le PS. Un appel perçu par certains comme une invitation à une
alliance avec le Modem, qui a été froidement accueillie par l'aile gauche du PS. Ce week-end, deux autres voix
se sont fait entendre. Le député PS Pierre Moscovici a jugé cette initiative « juste sur le fond », mais « pas
gratuite » car visant à « installer » François Hollande « dans la course présidentielle ». Cette position « tranche
avec certaines hypocrisies », reconnaît le député, mais « on peut aussi s'interroger sur le choix du moment, alors
que notre campagne européenne peine à démarrer ». De son côté, le député Manuel Valls a suggéré d'organiser
après les européennes des « états généraux de la gauche ouverts aux centristes et aux républicains » pour
préparer les élections régionales. « Il ne sera possible d'avoir une majorité d'idées et des convergences sur le
fond qu'à partir du moment où le Modem et François Bayrou auront engagé le dialogue et clarifié leurs
positions face à l'UMP », écrit-il, en écho à François Hollande.

http://www.lesechos.fr/info/france/4855713-le-modem-agite-le-ps.htm

LE FIGARO

24 AVRIL 2009 - ORELSAN: BAYROU "COMPREND L'EMOTION"

Le président du MoDem, François Bayrou, en visite au Printemps de Bourges a déclaré "comprendre l'émotion"
suscitée par la chanson "Sale pute" du rappeur Orelsan, sans toutefois l'avoir ressentie comme une apologie de
FJ - 24
la violence envers les femmes.
"Il est vrai que les paroles de cette chanson sont choquantes. Mais je ne l'ai pas ressentie comme une apologie
de la violence, plutôt comme une dérive passionnelle", a-t-il indiqué à la presse.

"Des dérives, dans la littérature, il y en a beaucoup, par exemple chez Sade, Lautréamont ou Céline. Cela ne
veut pas nécessairement dire qu'il y ait une apologie des actes décrits", a-t-il ajouté.

"Je suis toujours mal à l'aise quand les pouvoirs publics disent: +S'il est là, je ne paie pas+", a-t-il ajouté dans
une allusion au refus du président PS de la région Centre de subventionner le concert d'Orelsan. AFP

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2009/04/24/01011-20090424FILWWW00560-orelsan-bayrou-comprend-l-
emotion.php

21 AVRIL 2009 - BAYROU PRET A «DISCUTER» AVEC LE PS MAIS SANS «S'ALIGNER»

Le président du MoDem a réuni ses troupes dans un haut lieu de la gauche française lundi à Paris pour définir
sa stratégie vis-à-vis des socialistes. Un jour, François Bayrou dit : «Généralement, les gens débutent
révolutionnaires et finissent ministres. Moi, c'est l'inverse, j'ai débuté ministre, je finis révolutionnaire.»
Comme pour joindre l'acte à la parole, lundi, le président du MoDem a «foulé les pas de Jean Jaurès» en la salle
de la Bellevilloise, dans le XXe arrondissement de Paris, qui fut un haut lieu de la gauche française au début du
XXe siècle. L'occasion pour l'ancien candidat à la présidentielle, qui accompagnait Marielle de Sarnez pour la
présentation de sa liste aux élections européennes en Ile-de-France, de clarifier ses rapports avec le PS. En
réponse à François Hollande, qui lui a proposé la semaine dernière de réfléchir aux «convergences» entre leurs
deux partis avant 2012, il a répondu être disposé à «discuter» avec le PS, mais qu'il ne souhaitait en aucun cas
«s'aligner» sur lui. Pour Bayrou, s'il est «normal» que les partis «discutent ensemble», il a rejeté «une démarche
type programme commun». Traduction : le MoDem attendra les résultats du premier tour avant d'envisager un
rapprochement avec d'autres forces.
«Ententes locales»
En revanche, pour les régionales de 2010, il n'exclut pas «des ententes locales» comme ce fut le cas aux
municipales. «À enjeux locaux, ententes locales», dit-il. Interrogé sur les excuses de Ségolène Royal au nom de
la France, au Sénégal, puis à l'Espagne, Bayrou les a jugés «inappropriées». «Quand on présente des excuses,
notamment au nom de la France, c'est qu'on est coupable. Or, la France n'est coupable de rien du tout dans les
propos de Nicolas Sarkozy», a-t-il lancé, après avoir expliqué que « la propension d'un certain nombre de
politiques à se livrer à la repentance» n'était «pas la (sienne)».

http://www.lefigaro.fr/politique/2009/04/21/01002-20090421ARTFIG00285-bayrou-pret-a-discuter-avec-le-ps-
mais-sans-s-aligner-.php

17 AVRIL 2009 - MODEM: L'INITIATIVE DE HOLLANDE "JUSTE"

Le député PS Pierre Moscovici juge que l'initiative de François Hollande exhortant François Bayrou à "une
clarification des convergences et des divergences" est "juste sur le fond". Sur son blog, le député du Doubs juge
que cette position "tranche avec certaines hypocrisies, de la part de ceux qui jurent, la main sur le coeur, qu'ils
ne pactiseront jamais avec le centre, alors qu'ils se sont alliés avec lui dans leur commune ou s'interrogent sur le
deuxième tour des élections régionales". "Elle ne propose pas un changement d'alliances: le PS est un parti de
gauche, qui pratique le rassemblement à gauche, mais tient compte de l'évolution de François Bayrou, qui
s'oppose avec virulence à Nicolas Sarkozy, et a voté à nos côtés la censure du gouvernement", écrit M.
Moscovici. Mais "pas naïf", l'ancien secrétaire d'Etat ajoute que "cette initiative de François Hollande n'est pas
gratuite" et "poursuit le but de l'installer dans la course présidentielle". L'ancien premier secrétaire du PS n'est
FJ - 25
"pas moins légitime qu'un autre pour ça", juge M. Moscovici, mais "on peut aussi s'interroger sur le choix du
moment, alors que notre campagne européenne peine à démarrer".

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2009/04/17/01011-20090417FILWWW00474-modem-l-initiative-de-
hollande-juste.php

17 AVRIL 2009 - CONFIDENTIEL - FRANÇOIS BAYROU TIENT A CONSERVER SON GORILLE

François Bayrou ne souhaite pas que lui soit retiré son garde du corps. Alors que Nicolas Sarkozy souhaite faire
des économies et retirer leur protection rapprochée à un certain nombre de personnalités politiques ou civiles, le
président du MoDem et ancien candidat à la présidentielle rappelle qu'il a été, ainsi que sa famille, entre autres
menaces, «désigné comme cible de l'ETA militaire» à la fin des années 1990.

Son entourage précise que ce service rendu par l'État «n'est vraiment pas un luxe».

http://www.lefigaro.fr/politique/2009/04/17/01002-20090417ARTFIG00274-francois-bayrou-tient-a-conserver-
son-garde-du-corps-.php

16 AVRIL 2009 - VINGT ANS APRES,LES RENOVATEURS, PAR ERIC ZEMMOUR

Au printemps 1989, douze jeunes députés ambitieux et prometteurs, six RPR et six UDF, défient les grands
anciens pour tenter d'imposer le renouvellement de la droite.
On n'est pas sérieux quand on a 40 ans. Vingt ans après, ils en rient encore. Ils ont joué et perdu, mais ils se
sont bien amusés. Chacun a ses repères : son interview dans Libération pour Charles Millon ; le coup de fil de
Pierre Méhaignerie à Michel Noir : «Je t'envoie François», pour Bayrou ; son discours à la tribune des journées
parlementaires du RPR à Nice pour Michel Noir…
Les souvenirs sont flous, les images tremblantes, les dates imprécises. Printemps 1989. Après les municipales et
avant les européennes. Ils étaient douze députés, six RPR - Philippe Séguin, Michel Noir, Alain Carignon,
Étienne Pinte, Michel Barnier et François Fillon -, et six UDF - Charles Millon, Dominique Baudis, François
Bayrou, François d'Aubert, Philippe de Villiers et Bernard Bosson. Cela suffit bien. Ils ne travaillaient pas pour
l'histoire mais pour l'immédiat. Ils se souviennent surtout de ces hordes de journalistes qui les entouraient
comme des vedettes de cinéma. De ces courses-poursuites, de ces rendez-vous secrets, de ces «20 heures»
regardés ensemble. La politique à la lady Diana. La presse les suivait, les poursuivait, les confessait, les
exaltait, les glorifiait. Elle les appelait les «rénovateurs». Ou les «douze salopards». On était au cinéma.
L'épisode des rénovateurs, ce fut d'abord ce narcissisme médiatique débridé.
Et quoi d'autre ? L'analyse politique est simple. Après la présidentielle de 1988, la droite se retourne contre ses
chefs, qui l'ont menée par deux fois à la défaite : Jacques Chirac, Valéry Giscard d'Estaing, Raymond Barre.
Leurs divisions, leurs haines recuites, leurs coups tordus. À l'époque, on dit «la machine à perdre.» Pour
l'arrêter, clament les rénovateurs, un seul remède, le parti unique de la droite, avec courants, comme au PS.

Vide idéologique
L'analyse idéologique est encore plus facile : il n'y en a pas. Le vide idéologique des rénovateurs est leur
marque de fabrique. Le signe d'une époque. Un commencement. Cette vacuité intersidérale explique sans doute
l'engouement des médias, qui se convertissaient au même moment à la modernité libérale avec enthousiasme,
en appelant cela «la fin des idéologies». Bientôt, on dira «la mondialisation». Cette même année, le mur de
Berlin tombe. L'année d'après, le consensus de Washington est conclu. Avec Michel Rocard à Matignon,
François Mitterrand a rendu les armes au libéralisme d'inspiration thatchero-reaganienne ; soumission qu'il
essaye d'habiller comme il peut des oripeaux de l'Europe et de l'antiracisme. À droite, Chirac, battu une
deuxième fois, achève, sous l'autorité balladurienne, la conversion du vieux mouvement gaulliste aux idées
défendues par l'ennemi juré giscardien : Europe, marché, décentralisation. L'électorat populaire, issu du PCF et

FJ - 26
du RPR, écœuré, a migré au FN. Tout le paysage politique «gouvernemental» est au centre. Tout le monde
pense la même chose, c'est-à-dire, comme le dira plus tard Bayrou, que «personne ne pense plus rien».
L'analyse géographique est peut-être la plus utile : Noir de Lyon, Carignon de Grenoble, Villiers de Vendée,
Baudis de Toulouse, etc., maires fringants, bien élus et réélus, héritiers notabilisés de provinces qui ont
longtemps ferraillé contre Paris, s'enivrent de leurs «fiefs» et se lancent à l'assaut des partis politiques. Le
jacobinisme, voilà l'ennemi. Leur «base» arrière finance leurs «folies» parisiennes. Jusqu'à quel point. À
l'époque, pas de financement public des partis ; les fruits de la décentralisation n'ont pas encore donné leurs
pépins judiciaires. «Si j'avais su comment tout cela était financé», songe un instant Bayrou.
La clé générationnelle est la plus simple à tourner. Ils étaient jeunes, c'est ce que les télévisions vendaient. Et
Chirac et Giscard étaient vieux. Vingt ans après, la plupart des ténors rénovateurs sont retirés des voitures.
Noir, Carignon, Millon sont sortis de la politique : affaires judiciaires pour les deux premiers, tumultes
politiques pour le troisième. Séguin est en réserve de la République à la Cour des comptes. Baudis revient en
politique, après une longue absence, par la petite porte des européennes.
Cette génération, née juste après-guerre, a échoué, prise en sandwich entre les vieux, Chirac, Giscard, et le
jeune Sarkozy. Aujourd'hui encore, Noir est convaincu que ses ennuis judiciaires ont leur source chez les
conseillers juridiques de Chirac. À l'UDF, Giscard fut moins cruel et plus efficace : il acheta ses jeunes rivaux ;
Bayrou devint secrétaire général de l'UDF et Millon président du groupe à l'Assemblée nationale.
Au-delà de ses défauts propres, cette génération a surtout eu la malchance de tomber sur un Mitterrand
souverain, qui ne leur a laissé le pouvoir que par bribes. 1981, 1988, deux présidentielles perdues. «D'Artagnan
n'avait jamais manqué à son destin, mais son destin avait manqué à d'Artagnan», écrit Alexandre Dumas au
début de son sublime Vingt Ans après.
Seuls Barnier, Bayrou et Fillon restent encore dans la lumière. Fillon à qui Séguin dictait ses interventions du
bord de la piscine de la Mamounia, à Marrakech, où il prenait quelques jours de vacances. «On le surnommait
le “Mamamouchi de la Mamounia”», en rit encore Carignon, qui se souvient surtout de ces désaccords
stratégiques avec le jeune Nicolas Sarkozy, qui ne fut pas de cette aventure : «C'est ridicule, lui disait le futur
président. Les jeunes, ça perd toujours. Il faut se mettre avec les vieux. Vous prenez le risque de mettre en place
un jeune pour vingt ans, alors qu'on peut remplacer les vieux.» Désarçonné, Carignon s'en tirait par un : «Oui,
mais au moins, je me fais plaisir.» Implacable, Sarkozy répliquait : «On n'est pas en politique pour se faire
plaisir.»
Séguin, lui, l'avait bien compris. À l'époque, Noir caracolait dans les sondages. La tête de liste «rénovatrice»
pour les européennes ne pouvait pas lui échapper. Le maire de Lyon voyait déjà plus loin. À ses compères
goguenards, il exposait, graphiques à l'appui, l'état de ses chances pour la prochaine présidentielle. Un jour,
excédé, Séguin grommela : «Est-ce que tu peux répéter ce que tu as dit, car je ne suis pas sûr que tu aies
compris toi-même.»
Ce fut la guerre. Noir demeure encore persuadé que «Séguin a trahi. Il appelait Chirac tous les jours». Séguin
réplique qu'il «ne parlai(t) pas à Chirac, mais qu'il fallait arrêter ces conneries. On ne savait pas où on allait. En
plus, on arrivait sur le terrain du clivage absolu : l'Europe». Trois ans plus tard, Séguin et Villiers feront en effet
campagne pour le non à Maastricht ; les autres pour le oui. La politique avait pris sa revanche sur le médiatique.

Invention d'un nouveau style


Après un «20 heures» mémorable, «les yeux dans les yeux», après qu'il eut demandé à Giscard de se retirer,
Baudis téléphonait à Bayrou : «Pour faire atterrir un avion, il faut se mettre en face de la piste.» Bayrou
comprend. Le lendemain, il leur dit : «On ne fait pas la Révolution sans prendre de Bastille. En démocratie, les
Bastille se prennent dans les urnes.»
Fin de partie. Giscard sera tête de liste UDF-RPR pour les européennes de juin 1989. Simone Veil aussi,
épaulée par les trois rénovateurs centristes, les trois B : Bayrou, Baudis, Bosson.
Les rénovateurs seront finalement entendus : en 2002, sera fondé le parti unique de la droite, l'UMP. Pourtant,
en 1995, la double candidature Chirac-Balladur n'avait pas empêché la droite de gagner la présidentielle.
Les rénovateurs avaient échoué parce qu'ils n'avaient pas pris les outils politiques classiques : partis et urnes.
Mais ils avaient inventé un nouveau style, exploité le couple médias- sondages pour les prendre d'assaut. Ils
avaient échoué, pusillanimité et maladresse mêlées, mais d'autres sauraient s'en souvenir : Sarkozy pour
conquérir l'UMP sans l'aval du président Chirac ; Ségolène Royal, pour s'imposer comme candidate à la
présidentielle du PS, malgré l'hostilité méprisante de tous les hiérarques de la Rue de Solferino.
Mais ceci est une autre histoire.
FJ - 27
http://www.lefigaro.fr/politique/2009/04/16/01002-20090416ARTFIG00364-vingt-ans-apres-les-renovateurs-
.php

22 AVRIL 2009 – LEBLOGTVNEWS - QUAND LE FIGARO COUPE UN EXTRAIT D'UN ARTICLE D'ERIC ZEMMOUR...

Anastasie au Figaro, écrit la rédaction du Canard enchaîné (page Mare aux canards), selon qui Eric Zemmour,
journaliste politique du Figaro, a piqué sa crise le 16 avril en ouvrant son journal.

Son article racontant "l'aventure ratée" de députés RPR et UDF en 1989, qui s'étaient mis en tête de lancer un
parti unique de la droite, a été cisaillé...

Zemmour aurait découvert que les lignes suivantes n'étaient plus présentes :

"Seuls Barnier, Bayrou et Fillon restent encore dans la lumière. Barnier parce que c'est l'infidélité même,
s'amuse Carignon. Bayrou parce que c'était le plus cynique d'entre nous, note Millon sans acrimonie. Fillon
parce que c'était un second, disent tous les autres."

Le Canard ajoute que, renseignements pris, c'est le patron de la rédaction, Etienne Mougeotte, qui a caviardé ce
passage, histoire entre autres de "ne pas froisser Fillon".

Pour Le Post, Zemmour confirme : "Ce qui est écrit dans le journal est vrai. Le Figaro a bien enlevé un passage
de mon article".(http://www.lepost.fr/article/2009/04/22/1505788_zemmour-le-figaro-a-bien-coupe-un-
passage-de-mon-article.html)

SOURCE LE CANARD ENCHAINE.

http://www.leblogtvnews.com/article-30550670.html

16 AVRIL 2009 - BAYROU EN DEFENSEUR DU «MONDE PAYSAN ABANDONNE»

François Bayrou participait mercredi à la troisième convention européenne du parti centriste.


«Volaille ou cabillaud ?» L'actualité rattrape François Bayrou, installé mercredi matin dans un TGV lancé vers
Nantes. En plein blocage des ports de la côte d'Opale, le président du MoDem choisit le poisson. L'hôtesse
apprend que c'est, pour lui, une façon de «soutenir la filière» des pêcheurs. Bayrou juge «très légitime leur
exigence d'être associés aux décisions les concernant». En route vers la troisième convention thématique
européenne de son parti, opportunément organisée dans les Pays de la Loire sur le thème de l'agriculture et de la
pêche, le «paysan des Pyrénées», favorable à «l'organisation des marchés» et aux «quotas laitiers», voudrait que
«la réflexion politique porte sur les agriculteurs et non plus sur l'agriculture». Encouragé par de bonnes
estimations de vote à quelques semaines des européennes, le président du MoDem est venu «écouter et
conforter un monde paysan abandonné, en crise profonde, et pas seulement financière».
Sur place, à Bouin (Vendée), Philippe Morillon, eurodéputé sortant et président de la commission de la pêche à
Bruxelles, estime que les pêcheurs «doivent réaliser que la période de la chasse et de la cueillette est terminée
dans les océans, et acquérir des réflexes d'éleveurs». Plantée en pleine campagne marécageuse, la salle des fêtes
est comble. «En béotien», Bayrou interroge le général en retraite : «Ne faut-il pas trois kilos de poisson broyé
pour faire un kilo de poisson élevé ?» Le débat est lancé avec l'assemblée sur l'avenir de l'aquaculture et du
FJ - 28
poisson sauvage, alimenté par l'expérience du maire de l'île d'Yeu, Bruno Noury, ou l'expertise de l'eurodéputé
verte Marie-Hélène Aubert, invitée, dixit Marielle de Sarnez, vice-présidente du MoDem, «pour sa très, très
bonne connaissance» des dossiers traités hier.
«Candidats en fin de règne»
Tête de liste du MoDem dans la région Ouest, Sylvie Goulard écoute un marin-pêcheur venu conter à
l'assemblée, «en homme franc et direct», les «malheurs» de sa profession. Réponses des experts, houle dans la
salle. Sujet sensible. L'Europe, avec ses «dysfonctionnements», est soumise à la question. En aparté, Sylvie
Goulard soutient que, «contrairement à l'idée dominante», les Français sont «très concernés par les prochaines
échéances». «Ils ne manquent que d'explications claires», regrette l'énarque, auteur de L'Europe pour les nuls
(First), pour qui «le ministère de l'Intérieur faillit à son devoir d'éducation civique en matière européenne».
Son Petit Dictionnaire pour aimer l'Europe (Grasset) en main, Marielle de Sarnez s'emporte contre «l'UMP qui
tarde à boucler ses listes et choisit des candidats en fin de règne politique, trahissant ainsi sa volonté d'écraser
les élections». Les socialistes ne sont pas en reste, qui «minimisent aussi cet enjeu européen pour éviter les
dissensions internes». François Bayrou, qui a signé mercredi le bon à tirer de son prochain livre Abus de
pouvoir (Plon), livre «de combat» qu'il promet «riche et vivant», a dénoncé, en final, les subterfuges du
gouvernement «qui fait porter à l'Europe la responsabilité des promesses non tenues en matière agricole».

http://www.lefigaro.fr/politique/2009/04/16/01002-20090416ARTFIG00309-bayrou-en-defenseur-du-monde-
paysan-abandonne-.php

LE JOURNAL DU DIMANCHE

17 AVRIL 2009 - MODEM: L'UMP DENONCE LA "CACOPHONIE" DU PS

Les différents points de vue au sein du Parti socialiste sur "la stratégie à adopter avec François Bayrou montre
les contradictions terribles dans lesquelles sont prisonniers les socialistes qui sont divises depuis toujours sur
l'Europe" et démontrent la "cacophonie" régnant au PS sur cette question, avance vendredi le porte-parole de
l'UMP Frédéric Lefebvre dans un communiqué. "Qui se ressemble s'assemble. L'alliance des sans projet est
bien en route!", s'amuse le député des Hauts-de-Seine en faisant référence aux déclarations de François
Hollande appelant François Bayrou, dans une interview à L'Express, à tirer les "conclusions" des
"convergences" existant entre le PS et le Modem.

http://www.lejdd.fr/cmc/scanner/politique/200916/modem-l-ump-denonce-la-cacophonie-du-
ps_202840.html?popup

19 AVRIL 2009 - KAHN, L'ANTI-SARKO


Par Marie QUENET, à Pont-à-Mousson
On ne peut pas être plus différent de Sarkozy. Autoportrait de Jean-François Kahn, candidat aux européennes:
"Je suis en tout point opposé à ce président : j'aime le vin et le fromage qui pue, Chirac m'est sympathique, je
suis radicalement étranger au bling-bling, je ne me regarde pas à la télévision. Et je déteste la gauche caviar."
La chanson française, tout de même?

L'amateur d'opéras et d'opérettes balaie: "Sarkozy aime Mireille Mathieu, moi Léo Ferré." Reste peut-être le
Tour de France, mais ça ne suffit pas... Et le chef de file du Modem dans la circonscription de l'Est sonne la
charge: "On va faire un petit jeu, lance-t-il aux 250 personnes venues l'écouter jeudi dernier à Pont-à-
Mousson. Je vous donne 30 secondes pour citer une très grande réforme de Sarkozy." Kahn, au fil des
réunions, brocarde le "mépris qu'a Sarkozy pour son propre camp" et il rappelle que le Président posait en
FJ - 29
photo avec Bush, et nomme lui-même les patrons de l'audiovisuel public: "Qu'on m'explique la différence avec
Poutine!"
Poutine? Ça peut vexer. JFK raconte avec gourmandise une colère rapportée de son adversaire. "Un jour, avant
la présidentielle, Nicolas Sarkozy a dit à deux de mes journalistes: "Vous voulez savoir ce qu'est un journal de
fascistes et d'enculés? C'est Marianne et Jean-François Kahn!" Je lui ai renvoyé une lettre en lui demandant
comment il savait pour "enculé" !"
Sarkozy dépeint en "populiste bonapartiste"
Dans le combat, JFK est constant. Dès 2004, il s'interrogeait dans Marianne: "Sarkozy est-il fou ?" A l'été 2005,
son journal invitait des psys à analyser le ministre de l'Intérieur. "Il a été le premier à mettre au jour les failles
psychologiques, la fringale de pouvoir personnel, les amis patrons du CAC 40", estime Maurice Szafran,
directeur de Marianne. A la veille de la présidentielle, l'hedomadaire devenait un organe de combat. Un numéro
spécial, "Le Vrai Sarkozy", écrit par le patron, dépeignait le candidat en "populiste bonapartiste". "Même dans
la rédaction, on m'a reproché de trop insister sur la psychologie de Sarkozy." Vendu à plus de 400.000
exemplaires, l'hebdo s'installe en organe central des antisarkozystes. En février 2008, c'est encore Kahn qui
lance un "appel à la vigilance républicaine" signé par Bayrou, Villepin et Royal: un front de libération contre
un président surnommé le "petit César"?
François Bayrou: "Nous marchons du même pas"
Mis à part ça, Kahn ne fait pas campagne contre Sarkozy, "qui n'est pas responsable de la crise". JFK aime
aussi la politique pour elle-même. Il prône le "licenciement" de Barroso, un grand emprunt patriotique, une taxe
sur les flux financiers variables. Il attaque la gauche comme la droite au nom du "centrisme révolutionnaire",
l'idéologie "kahnienne" depuis trente ans, à nouveau expliquée dans un livre, L'Alternative, qui paraît mercredi
(Fayard). Son programme? "Une société qui ne mettra au centre ni l'Etat ni le profit mais l'homme."
On croirait du Bayrou? "Le discours de Bayrou pour lancer la campagne européenne, c'était 100% kahnien !",
sourit-on à Marianne. "Nous marchons du même pas. Il n'y en a pas un qui soit le gourou ou le nègre de
l'autre", corrige Bayrou, qui publie, le 30 avril, Abus de pouvoir (Plon), contre Sarkozy.
Kahn n'a pas sa carte du Modem. Mais il a franchi le pas qui sépare le commentaire engagé de l'action. En
1967, il refusait une proposition de Mitterrand de se présenter à Bron aux législatives. Aux européennes de
1984, juste avant de créer L'Evénement du Jeudi, il soutenait la liste écolo-centriste ERE. "Dans la famille, on
se demandait quand il se déciderait, se réjouit son frère Axel. Aujourd'hui, il s'éclate." Avec Kahn, même la
visite d'une entreprise de comté est un acte militant: "Défendre le fromage au lait cru, c'est fondamental.
Imposer la pasteurisation, cela ressemble à la pensée unique!", s'insurge le septuagénaire, une Heineken à la
main. Parfois, la fatigue affleure. Mais au micro, il serre les poings, postillonne, se passionne. Il n'a toujours pas
le permis de conduiremais il a acheté un portable.

http://www.lejdd.fr/cmc/politique/200916/kahn-l-anti-sarko_203025.html

LIBERATION

PARU SUR LECENTRISME.COM – 26 AVRIL 2009 - 26 AVRIL 2009 - FRANÇOIS BAYROU COMPTE INSTRUMENTALISER
LES ELECTIONS EUROPEENNES POUR SON AVENIR DE PRESIDENTIABLE

Sous le titre «François Bayrou, la stratégie du deuxième choix», Alain Duhamel a publié une tribune dans
Libération dans laquelle il estime que l’élection européenne est la plus importante pour François Bayrou et son
parti car elles conditionneront sa capacité à être crédible… en 2012 ! Voici cette tribune.
«Avec les élections européennes, François Bayrou aborde une phase décisive de sa stratégie présidentielle. Il y
a un an, les élections municipales avaient, c’était inévitable, douché ses ambitions. Lui-même avait été battu sur
FJ - 30
le fil à Pau. Si ses partisans avaient obtenu des scores très honorables là où ils concourraient sous leurs
couleurs, la faiblesse de son implantation locale avait éclaté au grand jour. L’année prochaine, aux élections
régionales, les mêmes causes risquent de produire les mêmes effets.
Le Modem sera contraint à des alliances à géométrie variable qui ne clarifieront pas son image. Pour le
Béarnais, il est donc essentiel de réussir un bon score le 7 juin. Le mode de scrutin proportionnel à un tour lui
évite toute entrave. L’objet théorique des élections - le projet européen - se situe au cœur même de sa démarche
et dans le droit fil de l’héritage de sa famille politique d’origine.
Par ailleurs, si comme c’est à redouter les élections européennes ignorent largement Bruxelles et Strasbourg
pour porter sur la crise et sur Nicolas Sarkozy, François Bayrou ne risque pas d’être embarrassé, lui qui
canonne le président de la République plus violemment que quiconque et qui n’a pas de mots assez durs pour
vouer aux gémonies les apprentis sorciers qui ont provoqué la crise. Les élections européennes constituent donc
pour le président du Modem la meilleure, et peut-être la seule occasion de marquer l’opinion, d’affermir son
image et d’afficher ses ambitions avant la campagne présidentielle. Il est donc impératif pour François Bayrou
d’atteindre la troisième place, de devancer nettement les Verts, le Front national, les souverainistes et l’extrême
gauche, bref de démontrer qu’il demeure pleinement dans la course avec un score au moins égal à celui de
l’UDF en 2004, c’est-à-dire 12%.
Pour cela, il ne va pas mesurer ses efforts. Il publie la semaine prochaine, sous le titre Abus de pouvoir, un
violent pamphlet contre Nicolas Sarkozy qui a l’ambition de jouer le même rôle que le fameux coup d’Etat
permanent consacré par François Mitterrand au général de Gaulle en 1964 et qui avait à l’époque grandement
servi les objectifs présidentiels de l’homme de Latché. La chronologie est habile, puisque la date de parution
garantit à François Bayrou d’être l’homme politique le plus invité de France aux émissions de radio et de
télévision durant le mois de mai.
La brutalité du ton et la virulence du fond lui vaudront un large écho et entreront définitivement son image
d’homme d’opposition absolue, de procureur inégalable du sarkozysme. Les plus européens regretteront sans
doute l’instrumentalisation présidentielle des élections au Parlement de Strasbourg. François Bayrou a
cependant sa logique pour lui : seule l’élection présidentielle lui importe, seule l’élection présidentielle lui
entrouvre une porte étroite vers le pouvoir. Le 7 juin a donc pour vocation exclusive de lui servir de marchepied
présidentiel.
En fait, le président du Modem reprend très exactement la méthode utilisée par François Mitterrand
(décidément son maître) contre Valéry Giscard d’Estaing de 1974 à 1981: il s’agit d’accabler
systématiquement, quotidiennement, férocement le président de la République sur tous les plans à la fois, sans
rien lui concéder. Politique internationale ou politique intérieure, politique économique ou politique sociale,
tout doit être cible. Le chef de l’Etat doit être présenté inlassablement comme un monarque abusif défigurant le
modèle français, rompant avec la tradition nationale, menaçant la démocratie, incapable par-dessus le marché
de faire face à la crise: l’arsenal même du réquisitoire mitterrandien de jadis. Pour abattre l’ennemi juré, toutes
les alliances sont bonnes, tous les rapprochements sont possibles. Il s’agit de répéter l’offensive du tous contre
un. François Bayrou est donc prêt à discuter avec Dominique de Villepin qu’il vitupérait naguère, puisque les
ennemis de son ennemi deviennent ses amis. Il envisage volontiers de débattre également avec les socialistes,
sans rien leur concéder sur le fond, mais afin d’apparaître aux yeux des électeurs de gauche comme le deuxième
choix naturel.
C’est en effet son secret le plus évident: François Bayrou ne doute pas un instant de pouvoir battre Nicolas
Sarkozy au second tour s’il parvient à devancer le candidat socialiste au premier. C’est son pari. Il a trois atouts
pour cela: son talent politique qui est grand, la violence de la crise qui rend tout possible et l’incapacité des
socialistes à élaborer une réplique face à son OPA. Il espère en prime que Ségolène Royal finira par se
présenter face à Martine Aubry et que les voix socialistes se diviseront ainsi au premier tour. L’homme de
France qui croit le plus en son destin compte sur la femme de France qui croit le plus en son destin.»
Alain Duhamel
FJ - 31
© 2009 Libération

http://www.lecentrisme.com/2009/04/actualites-france-francois-bayrou_26.html

23 AVRIL 2009 - FRANÇOIS BAYROU , LA STRATEGIE DU DEUXIEME CHOIX

Avec les élections européennes, François Bayrou aborde une phase décisive de sa stratégie présidentielle. Il y a
un an, les élections municipales avaient, c’était inévitable, douché ses ambitions. Lui-même avait été battu sur
le fil à Pau. Si ses partisans avaient obtenu des scores très honorables là où ils concourraient sous leurs
couleurs, la faiblesse de son implantation locale avait éclaté au grand jour. L’année prochaine, aux élections
régionales, les mêmes causes risquent de produire les mêmes effets.
Le Modem sera contraint à des alliances à géométrie variable qui ne clarifieront pas son image. Pour le
Béarnais, il est donc essentiel de réussir un bon score le 7 juin. Le mode de scrutin proportionnel à un tour lui
évite toute entrave. L’objet théorique des élections - le projet européen - se situe au cœur même de sa démarche
et dans le droit fil de l’héritage de sa famille politique d’origine.
Par ailleurs, si comme c’est à redouter les élections européennes ignorent largement Bruxelles et Strasbourg
pour porter sur la crise et sur Nicolas Sarkozy, François Bayrou ne risque pas d’être embarrassé, lui qui
canonne le président de la République plus violemment que quiconque et qui n’a pas de mots assez durs pour
vouer aux gémonies les apprentis sorciers qui ont provoqué la crise. Les élections européennes constituent donc
pour le président du Modem la meilleure, et peut-être la seule occasion de marquer l’opinion, d’affermir son
image et d’afficher ses ambitions avant la campagne présidentielle. Il est donc impératif pour François Bayrou
d’atteindre la troisième place, de devancer nettement les Verts, le Front national, les souverainistes et l’extrême
gauche, bref de démontrer qu’il demeure pleinement dans la course avec un score au moins égal à celui de
l’UDF en 2004, c’est-à-dire 12 %.
Pour cela, il ne va pas mesurer ses efforts. Il publie la semaine prochaine, sous le titre Abus de pouvoir, un
violent pamphlet contre Nicolas Sarkozy qui a l’ambition de jouer le même rôle que le fameux Coup d’Etat
permanent consacré par François Mitterrand au général de Gaulle en 1964 et qui avait à l’époque grandement
servi les objectifs présidentiels de l’homme de Latche. La chronologie est habile, puisque la date de parution
garantit à François Bayrou d’être l’homme politique le plus invité de France aux émissions de radio et de
télévision durant le mois de mai. La brutalité du ton et la virulence du fond lui vaudront un large écho et
entreront définitivement son image d’homme d’opposition absolue, de procureur inégalable du sarkozysme. Les
plus européens regretteront sans doute l’instrumentalisation présidentielle des élections au Parlement de
Strasbourg. François Bayrou a cependant sa logique pour lui : seule l’élection présidentielle lui importe, seule
l’élection présidentielle lui entrouvre une porte étroite vers le pouvoir. Le 7 juin a donc pour vocation exclusive
de lui servir de marchepied présidentiel.
En fait, le président du Modem reprend très exactement la méthode utilisée par François Mitterrand
(décidément son maître) contre Valéry Giscard d’Estaing de 1974 à 1981 : il s’agit d’accabler
systématiquement, quotidiennement, férocement le président de la République sur tous les plans à la fois, sans
rien lui concéder. Politique internationale ou politique intérieure, politique économique ou politique sociale,
tout doit être cible. Le chef de l’Etat doit être présenté inlassablement comme un monarque abusif défigurant le
modèle français, rompant avec la tradition nationale, menaçant la démocratie, incapable par-dessus le marché
de faire face à la crise : l’arsenal même du réquisitoire mitterrandien de jadis. Pour abattre l’ennemi juré, toutes
les alliances sont bonnes, tous les rapprochements sont possibles. Il s’agit de répéter l’offensive du tous contre
un. François Bayrou est donc prêt à discuter avec Dominique de Villepin qu’il vitupérait naguère, puisque les
ennemis de son ennemi deviennent ses amis. Il envisage volontiers de débattre également avec les socialistes,
sans rien leur concéder sur le fond, mais afin d’apparaître aux yeux des électeurs de gauche comme le deuxième
choix naturel. C’est en effet son secret le plus évident : François Bayrou ne doute pas un instant de pouvoir
battre Nicolas Sarkozy au second tour s’il parvient à devancer le candidat socialiste au premier. C’est son pari.
Il a trois atouts pour cela : son talent politique qui est grand, la violence de la crise qui rend tout possible et
l’incapacité des socialistes à élaborer une réplique face à son OPA. Il espère en prime que Ségolène Royal
finira par se présenter face à Martine Aubry et que les voix socialistes se diviseront ainsi au premier tour.

FJ - 32
L’homme de France qui croit le plus en son destin compte sur la femme de France qui croit le plus en son
destin.

http://www.liberation.fr/politiques/0101563559-francois-bayrou-la-strategie-du-deuxieme-choix

20 AVRIL 2009 - BAYROU AU PS: DISCUTER SANS «S'ALIGNER»

Le leader du Modem, qui présentait lundi la liste du parti centriste en Ile-de-France pour les européennes, «ne
dénigre pas» le PS mais exclut un rapprochement «de type programme commun».
«Et maintenant, vous allez me poser une question sur Martine Aubry?», plaisante François Bayrou. Après
l’intervention controversée, ce week-end, de Ségolène Royal dans l’affaire des petites phrases de Nicolas
Sarkozy et l’appel que lui a lancé, la semaine dernière, François Hollande, le patron du Modem a tenté ce lundi
de reprendre la main sur la scène politique. Entouré de Marielle de Sarnez, candidate en Ile-de-France aux
européennes, qui présentait ses colistiers, Bayrou a brossé les grandes lignes de la campagne du Modem en vue
du scrutin du juin: pro-européenne et anti-sarkozyste.
Sur la polémique à rebondissements concernant les commentaires de Sarkozy sur Zapatero, pour lesquels Royal
s’est excusée, Bayrou n’a évidemment pris parti ni pour l’un ni pour l’autre des ex-finalistes à la présidentielle.
Bien au contraire. Il a beau juger les «propos de table» du Président «déplacés», la «propension à se livrer
quotidiennement à la repentance», au nom de la France, lui semble «inappropriée»: «La France n’est coupable
en rien du tout des propos» tenus par son Président. Zéro partout donc, selon le leader centriste.
«On n’est pas en guerre civile en France»
Sur l’appel de François Hollande, Bayrou maintient aussi cette ligne. La main tendue de l’ex-premier secrétaire
du PS qui lui proposait une «clarification des convergences et des divergences» entre leurs partis n’a pas
amadoué le président du Modem. S’il «discute» avec les responsables socialistes qu’il rencontre - car, assure-t-
il, «on n’est pas en guerre civile en France» -, celui-ci refuse d’«entrer dans une voie de type programme
commun». Et campe sur sa position: «Je ne dénigre pas le PS, un puissant parti d’élus locaux, mais je ne
m’alignerai en aucun cas.»
Rappelant son «opposition forte avec la manière dont la France est gouvernée», il s’est projeté clairement vers
2012: «le jour venu, se posera au Français, la question de l’alternance, du stop ou encore» à Sarkozy. Bayrou
entend alors porter la «réponse démocrate» en «compétition normale» avec celle socialiste. «D’ici là, il est
normal que les courants politiques se respectent et se parlent.»
D’ici là justement, Bayrou compte mettre ses troupes en ordre de marche pour les européennes. L’occasion,
pour lui, d’endosser de nouveau le costume d’opposant frontal à Nicolas Sarkozy. L’enjeu de l’élection tient en
deux points, pose-t-il. Celui purement européen: le Modem va notamment militer pour que les pays de la zone
euro jouent le rôle d’une «avant-garde active et ouverte» qui, sans exclure les autres Etats-membres, formerait
une sorte d'«Europe du premier cercle». Et un second, à l’échelle nationale: «Une élection est un message
adressé au pouvoir. Les Français vont manifester leurs interrogations, leurs réserves, voire leurs réticences sur
la manière dont ont les gouverne, prédit Bayrou. Ils sentent que quelque chose ne va pas mais il est difficile
pour eux de dire quelle est la nature des dérives.» Une charge en forme de teasing: Bayrou doit publier fin
avril, son livre, intitulé Abus de pouvoir.

http://www.liberation.fr/politiques/0101563027-bayrou-au-ps-discuter-sans-s-aligner

16 AVRIL 2009 - FRANÇOIS BAYROU, VENTRE A TERRE

Le centriste était en campagne pour les Européennes à Bourg-en-Bresse.


«Tu le fais chez toi le compost ? Et tu le gardes combien de temps avant de l’épandre ? Tu le bennes deux fois
?» Entre terriens, le tutoiement s’impose d’emblée. Face à Henry Cormoresche, agriculteur, François Bayrou, le
président du Modem, lui-même fils de paysan, se trouve en pays de connaissance. Le leader centriste, en
déplacement hier dans l’Ain pour soutenir Jean-Luc Bennahmias, tête de liste aux européennes dans la
circonscription Sud-Est, et sa numéro 2, Fabienne Faure, s’attarde au moulin Marion, une minoterie spécialisée
FJ - 33
dans les farines bio, non loin de Bourg-en-Bresse. Une PME de 25 personnes, mais qui réalise un chiffre
d’affaires de 7,5 millions d’euros par an. «C’est pour cela que j’ai voulu vous rencontrer. Vous représentez un
secteur qui résiste mieux que d’autres à la crise, explique François Bayrou au cours d’un déjeuner avec
l’ensemble du personnel. Et vous montrez qu’il existe une voie économiquement viable dans le secteur du bio.
Enfin, une entreprise comme la vôtre prouve que l’association capital-travail est possible.»
L’entreprise a été choisie d’autant moins au hasard que sa responsable, Maria Pelletier, a été la suppléante du
candidat Modem aux législatives de 2007. Comme lors de tous ses déplacements en région, le député des
Pyrénées-Atlantiques rode sa campagne européenne, mais peaufine surtout sa future campagne présidentielle.
Pour lui, le scrutin du 7 juin donnera l’occasion aux électeurs de répondre à deux questions : «Que voulez-vous
dire au pouvoir?» et «Que voulez-vous faire de l’Europe ?» Le troisième homme de la présidentielle de 2007
cherche, comme il le dit, «à trouver la note juste, comme un diapason que l’on fait sonner, vous savez»… Et
pour parler à ses concitoyens, il a décidé de livrer un ouvrage de combat, intitulé Abus de pouvoir, dont il
corrige les dernières épreuves dans le train. «Ce qui me frappe, c’est que le pouvoir tente de mettre en place
quelque chose d’idéologique et de long terme, que les citoyens n’arrivent pas à identifier. Quand on dit que
Sarkozy fait n’importe quoi, ce n’est pas vrai. Il y a un plan derrière tout cela.» Et il tente d’en dévoiler les
arcanes dans son livre.
Face à un gouvernement qui, selon lui, «malmène les uns après les autres tous les principes, il faudra dépasser
les clivages partisans». Pour cela, il devrait rencontrer prochainement Dominique de Villepin.

http://www.liberation.fr/politiques/0101562081-francois-bayrou-ventre-a-terre

LE PARISIEN

26 AVRIL 2009 - BAYROU VANTE L’EUROPE SOCIALE

Son livre, « Abus de pouvoir » , sort jeudi en librairie. Porté par des sondages flatteurs, le président du MoDem,
en campagne pour les européennes, cible Sarkozy.
IL S’IMPOSE trois déplacements hebdomadaires en province, sera lundi à Londres puis en Guadeloupe et en
Martinique. Dopé par un sondage Ifop (pour « Sud-Ouest Dimanche ») le gratifiant de 19 % d’intentions de
vote si le premier tour de la présidentielle avait lieu dimanche, François Bayrou était hier à Hérouville-Saint-
Clair, dans la banlieue de Caen (Calvados) pour vanter… l’Europe sociale.

« Aucune autre force politique que la nôtre ne peut accéder au second tour de la présidentielle en 2012. Aucune
autre ne peut porter la voix des citoyens dans une Europe où conservateurs et socialistes s’entendent pour
maintenir José Manuel Barroso au pouvoir quand il y a besoin de leaders plus ouverts et plus sociaux, explique-
t-il. Le social doit revenir au coeur du projet européen. »

« Sarkozy ou l’égocratie »

Il n’a pas apprécié les propos du socialiste allemand Martin Schulz, vendredi à Toulouse, qui lui reprochait « à
la maison de parler comme Karl Marx quand au Parlement européen ses amis sont de sauvages néolibéraux ». «
Les socialistes n’aiment pas qu’on leur rappelle qu’ils se partagent les places et les décisions avec la droite
europénne », rétorque le patron du MoDem, qui plaide par ailleurs pour une convergence des systèmes de
protection sociale européens.
Le programme de Bayrou, c’est aussi la parution, chez Plon, jeudi du livre auquel il s’est attelé depuis le début
de l’année : « Abus de pouvoir ». Un tirage (50 000 exemplaires) en forme de Scud sur l’Elysée. Il se défend
d’avoir signé un brûlot antisarkozyste ou de vouloir rejouer le « Coup d’Etat permanent », le pamphlet
antigaulliste de François Mitterrand. « C’est un livre de fond pour donner à saisir ce modèle de société
inégalitaire de Nicolas Sarkozy dont la France ne veut pas. » Un « viol », ajoute-t-il, du modèle républicain. «
Jamais il n’y avait eu une telle mise en réseau autour d’un seul homme des pouvoirs économiques, industriels,
FJ - 34
financiers et médiatiques. »
L’agrégé de lettres classiques a longtemps cherché un mot pour résumer sa critique. Il en a inventé un : «
l’egocratie ». Entre anecdotes et portraits ciselés (dont un de Jacques Chirac), Bayrou accuse Sarkozy de
transformer la France en « village Potemkine » comme ceux, factices, construits par le maréchal russe pour
montrer à la tsarine Catherine un pays faussement prospère.

http://www.leparisien.fr/politique/bayrou-vante-l-europe-sociale-26-04-2009-492414.php

25 AVRIL 2009 - AFRIQUE : BAYROU CIBLE SARKOZY

François Bayrou a dénoncé samedi dans le Calvados «des politiques colonialistes» envers des pays pauvres, qui
consistent à leur «piquer leur matières premières, en particulier l'uranium», faisant allusion à un récent voyage
de Nicolas Sarkozy au Niger.

Le président du MoDem s'exprimait lors d'une réunion de campagne pour les élections européennes à
Hérouville-Saint-Clair devant quelque 300 personnes.

«Je suis pour que l'on protège les régions les plus fragiles du monde, pour qu'on les rende autonomes en matière
de production agricole et de production industrielle», a affirmé François Bayrou.
Sarkozy dans le viseur

«Ce que nous avons fait après la guerre pour les pays européens, je considère que c'est un devoir que nous le
fassions pour eux et pas que nous continuions ce qu'il faut bien appeler des politiques colonialistes, qui
consistent à aller leur piquer leurs matières premières, en particulier l'uranium, à les transformer chez nous en
produits finis et à leur renvoyer chez eux», faisant que ces pays sont «absolument exploités et ruinés», a-t-il
ajouté.

«J'ai vu des choses dans les déplacements récents du président de la République à ce sujet qui doivent nous
donner à penser», a poursuivi le député des Pyrénées-atlantiques.

Le président Nicolas Sarkozy a signé fin mars à Niamey un partenariat stratégique pour l'exploitation de
l'uranium nigérien par le groupe français Areva.

«Ceci est impossible, surtout dans la période de crise que nous sommes en train de vivre (...) On a fait une
politique agricole commune dont le but était de réserver aux producteurs européens au marché européen. On
doit faire la même chose pour les producteurs africains», a-t-il estimé.

«Voilà des idées simples qui vont nous servir de marques de fabrique, d'identité, dans le grand débat européen»,
a-t-il lancé à l'assistance.

http://www.leparisien.fr/politique/afrique-bayrou-cible-sarkozy-25-04-2009-492261.php

FJ - 35
METRO

23 AVRIL 2009 - BAYROU, LES EUROPEENNES EN ATTENDANT 2012

Le député centriste était hier en campagne dans le Grand Est. Metro l’a suivi
Installé à l’avant d’une locomotive, dans un centre de maintenance SNCF, François Bayrou rayonne. “Il adore
les trains, il est comme un gamin”, sourit son assistante, avant de jeter un regard inquiet sur sa montre. Une
heure de retard sur le planning. La visite de Chalindrey, petit village de Haute-Marne touché de plein fouet par
les restructurations ferroviaires, s’est éternisée. Une cinquantaine de sympathisants locaux et d’habitants,
appareils photos et caméscopes au poing, s’y sont joints par surprise. Le “fan club” bouscule l’agenda chargé :
François Bayrou est ensuite attendu à Dijon, avant une rencontre avec des viticulteurs de Côte-d’Or puis le
retour, en train bien sûr, pour Paris.
Coup d’éclat médiatique
C’est une journée comme une autre pour le député des Pyrénées-Atlantiques. “Depuis plusieurs mois, je laboure
la France, explique-t-il. Le terrain, ça donne de la vérité à ce que l’on dit.” Et le rythme s’accélère depuis
quelques semaines. A l’approche des européennes, le leader du Modem multiplie les visites de soutien à ses
têtes de liste. Hier dans le Grand Est, il était au côté de Jean-François Kahn. Toute la journée les deux hommes,
dont les “démarches se rejoignent”, selon les mots de l’ancien directeur de Marianne, vont “faire de la
pédagogie, expliquer la crise”, et décliner leur vision d’une Europe “porteuse d’un projet de société”. Au niveau
national, les européennes donneront “l’occasion aux citoyens d’envoyer un message au pouvoir”, dit Bayrou.
Elles ont aussi un enjeu majeur pour le jeune Modem, laminé aux élections municipales et législatives.
Mais si le troisième homme de la présidentielle revient en force ces dernières semaines, c’est aussi pour
préparer son coup d’éclat médiatique : son “livre de combat”, Abus de pouvoir, qui paraîtra jeudi prochain.
Dans le viseur, le chef de l’Etat. “Beaucoup de gens disent que Sarkozy fait n’importe quoi, moi je dis qu’il a
un plan”, assure Bayrou. L’agrégé de lettres veut “dévoiler la réalité du régime qui est en train de se mettre en
place, les dérives graves que les citoyens sentent mais n’arrivent pas à identifier”.
“Beaucoup de gens disent que Sarkozy fait n’importe quoi, moi je dis qu’il a un plan. Il faut dévoiler la réalité
du régime qui est en train de se mettre en place, les dérives graves que les citoyens sentent mais n’arrivent pas à
identifier.”François Bayrou
“Une étape pour 2012”
Ce livre, il s’en servira comme d’une arme dans son face-à-face avec Nicolas Sarkozy. En ligne de mire, bien
sûr, la prochaine présidentielle. “Chaque jour est une étape pour 2012”, glisse Bayrou. Depuis que le centriste a
lancé son offensive “sur le fond” contre Nicolas Sarkozy, la droite multiplie les contre-attaques, l’accusant
notamment de “courir après Besancenot”. “Ça montre que nous sommes devenus la cible, ils ont très bien
compris qui peut les battre en 2012”, répond Bayrou. Xavier Bertrand le traite de “populiste” ? “C’est toujours
l’accusation que l’on donne à ceux qui sont populaires, et je suis du côté du peuple.” Dans l’après-midi, le
député a l’occasion de vérifier son aura dans l’opinion. Alors qu’il sort d’un restaurant de Dijon, une femme
l’interpelle : “Une photo, monsieur Bayrou !” C’est une coiffeuse, sortie à toute vitesse de sa boutique, qui
laisse un client hébété et ébouriffé.

http://www.metrofrance.com/infos/bayrou-les-europeennes-en-attendant-2012/midw!BIuAttmW4y316/

COORDINATION SUD

21 AVRIL 2009 - ELECTIONS EUROPEENNES : COORDINATION SUD RENCONTE LE MODEM

Dans le cadre de sa mobilisation autour des élections européennes, Coordination SUD s’est rendue au siège du
Mouvement Démocrate, vendredi 17 avril. La délégation de Coordination SUD [1] s’est réunie avec Bernard
Lehideux, tête de liste MODEM pour l’Ile-de-France et député européen sortant, membre de l’assemblée
parlementaire paritaire ACP-UE ainsi que suppléant de la commission développement du Parlement européen.
Florent Saint Martin, assistant parlementaire de M. Lehideux ; Archippe Yepmou, fondateur de l’ONG Internet
sans Frontières ; Axel de la Maisonneuve, membre du MODEM Belgique ainsi que Philippe Colleu, directeur
FJ - 36
d’entreprise et membre du MODEM , étaient également aux côtés de Bernard Lehideux. Cet échange de deux
heures a porté sur différents thèmes de solidarité internationale traités dans le manifeste de Coordination SUD,
notamment l’aide publique au développement, l’égalité homme- femme, l’agriculture, l’aide humanitaire et la
justice climatique. Le thème des migrations a également été abordé par un membre du collectif "Des Ponts pas
des murs". Le MODEM a accepté de répondre à un questionnaire rédigé par Coordination SUD, portant sur
diverses thématiques de solidarité internationale. Ce questionnaire est adressé aux principaux partis politiques.
Les réponses, une fois analysées et comparées, permettront de connaître avec davantage de précision la position
et les propositions des partis politiques français sur le thème de la coopération au développement.

[1] Étaient présents : Anne Chetaille du GRET, au nom du groupe climat et développement de Coordination
SUD ; Yann Costeseque d’Handicap International, au nom de la commission humanitaire ; Robert Toubon et
Aurélie Gal- Régniez d’Equilibres et Populations, respectivement au nom de la commission aide publique au
développement et de la commission genre ; Damien Lagandré du GRET, au nom de la commission agriculture
et alimentation ; Mélodie Beaujeu d’ENDA, au nom du collectif "Des ponts pas des murs" ; Florent Sebban et
Gipsy Beley du Secrétariat de Coordination SUD.

http://www.coordinationsud.org/spip.php?article13850

TAHITIPRESSE

23 AVRIL 2009 - NO OE TE NUNAA PARTENAIRE DU MODEM DE F. BAYROU

(Tahitipresse) - Lors de son assemblée générale du mardi 21 avril, les adhérents du parti présidé par Nicole
Bouteau ont accepté d'officialiser un partenariat avec le Mouvement Démocrate (MoDem) de François Bayrou
qui repose sur une ligne politique et des valeurs communes à celle de No oe te Nunaa, indique ce parti dans un
un communiqué.
"No oe te nunaa tenait son Assemblée Générale, mardi 21 avril. Les adhérents ont massivement soutenu la
proposition de leur présidente, Nicole Bouteau, d'officialiser le partenariat entre No oe te Nunaa et le
Mouvement Démocrate de François Bayrou. Nicole Bouteau aura ainsi le privilège de représenter le MoDem,
troisième force politique nationale, en Polynésie.

"Ce partenariat confirme le soutien mutuel que s'apportent les deux formations depuis 2005. No oe te Nunaa a
soutenu François Bayrou aux élections présidentielles de 2007 , Le MoDem a apporté son soutien à Nicole
Bouteau lors des élections législatives qui ont suivi. Depuis, le lien ne s'est pas interrompu.

"Ce partenariat repose d'abord sur une ligne politique et des valeurs communes : faire émerger un nouveau
mode de gouvernance basé sur la solidarité, l'équité sociale, l'exemplarité des politiques, la responsabilité
individuelle et collective, le respect et la valorisation de la diversité culturelle et ethnique. No oe te nunaa et le
MoDem militent pour une société qui place l'Être humain au coeur de ses préoccupations et qui permet
d'assurer un développement économique solide, équitable et soucieux de préserver l'avenir".

http://www.tahitipresse.pf/index.cfm?snav=see&presse=27334

AFP

20 AVRIL 2009 - BAYROU: LES EXCUSES DE ROYAL AU NOM DE LA FRANCE "INAPPROPRIEES"

PARIS (AFP) — Le président du MoDem François Bayrou a qualifié lundi d'"inappropriées" les excuses
présentées deux fois par Ségolène Royal "au nom de la France" pour des propos prononcés ou attribués à
Nicolas Sarkozy, estimant que le pays n'est en rien "coupable" des "dérives" du chef de l'Etat. "La propension
FJ - 37
d'un certain nombre de responsables politiques à se livrer quotidiennement à la repentance n'est pas la mienne",
a déclaré M. Bayrou lors d'une conférence de presse de présentation de la liste MoDem pour les élections
européennes en Ile-de-France. Estimant que "quand on présente des excuses, notamment au nom de la France,
c'est qu'on est coupable", M. Bayrou a souligné que "la France n'est coupable de rien du tout dans les dérives de
Nicolas Sarkozy" Il évoquait un discours de M. Sarkozy à Dakar et des propos qui lui ont été attribués sur le
président du gouvernement espagnol José Luis Zapatero. "Ce n'est pas la France qui est en jeu. Ce sont les
propos privés du président de la République et les propos publics dans un discours dont le moins que l'on puisse
dire est qu'il est controversé. Mais il me paraît totalement inapproprié de faire des excuses au nom de la France:
c'est à la France qu'il faudrait faire des excuses", a dit M. Bayrou. Sur ces deux sujets, l'ex-candidate socialiste à
la présidentielle a demandé "les excuses" de la France, lors d'un discours à Dakar, puis dans un courrier envoyé
durant la fin de semaine à M. Zapatero.
http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5io1qBb4n4LQ9zMXI0gHVOOyJBTyA
Aussi sur :
http://www.lejdd.fr/cmc/scanner/politique/200917/excuses-bayrou-denonce-royal-et-
sarkozy_203331.html?popup
http://www.francesoir.fr/politique/2009/04/20/bayrou-sarkozy-royal.html

22 AVRIL 2009 - SECURITE: BAYROU CRITIQUE LES NOUVELLES MESURES DE NICOLAS SARKOZY

DIJON (AFP) — Le président du MoDem, François Bayrou, a qualifié mercredi "d'inutiles" les nouvelles
mesures annoncées mardi par Nicolas Sarkozy lors de la visite du président de la République à Nice axée sur le
thème de la sécurité.
"Une nouvelle fois, il utilise la question sécuritaire à des fins électorales, à moins de deux mois des
Européennes. Nous en sommes déjà à treize lois sur la sécurité depuis sept ans", a déclaré à l'AFP M. Bayrou
lors d'un déplacement à Dijon où il accompagnait Jean-François Kahn, tête de liste (Grand Est) aux élections
européennes.
"Il faut d'abord appliquer les lois en vigueur, donner plus de moyens pour les centres éducatifs fermés et les
travaux d'intérêt général. Je constate aussi que les violences contre les personnes sont en augmentation", a
ajouté le président du MoDem.
Interrogé sur les élections européennes, le député des Pyrénées-Atlantiques a considéré que son parti était le
seul à être réellement entré en campagne.
"Cette Europe ne me plaît pas. Elle n'est pas assez active et ne s'est pas assez démocratisée. Notre famille
appartient à celle de Robert Schuman. L'Europe est pour nous une vocation", a-t-il lancé.
François Bayrou a à cette occasion critiqué l'action du Portugais José Manuel Barroso, président de la
Commission européenne depuis novembre 2004.
"Il ne fait pas ce dont l'Europe a besoin. C'est un maoïste converti à l'ultralibéralisme, qui est systématiquement
soumis aux gouvernements. Il est aligné sur les Etats-Unis et le libéralisme", a poursuivi François Bayrou.
Le président du MoDem, questionné sur ses contacts avec des chiraquiens et notamment Dominique de
Villepin, à qui l'on prête des ambitions élyséennes, a refusé de se poser en opposant systématique de Nicolas
Sarkozy.
"Je ne suis pas dans une logique d'opposition épidermique. J'ai des contacts avec Dominique de Villepin, c'est
vrai, et j'échange souvent avec François Hollande, qui est un homme de valeur. J'ai gagné la liberté de parler
avec qui je veux", s'est félicité M. Bayrou.
Le leader centriste a également confié que des anciens députés de l'UDF, ralliés à Nicolas Sarkozy entre les
deux tours de l'élection présidentielle en 2007, lui avaient avoué "s'être trompés".
"Il y a au Nouveau Centre, a-t-il affirmé, des gens qui s'aperçoivent qu'ils sont totalement soumis à l'UMP et au
chef de l'Etat. Ils sont frustrés et vexés".

http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5jzuX4s30IU4DDxEs8VXR5GOKJJNQ

FJ - 38
CAFEBABEL

18 AVRIL 2009 - INTERVIEW AVEC JEAN-FRANÇOIS KAHN: « LA PREMIERE ELECTION DEPUIS LA CRISE »

A 70 ans, l’ancien journaliste a fini par se lancer en politique. Pas n’importe comment : il a annoncé qu’il
prendrait la tête de liste du Modem dans le Grand Est sans en avertir François Bayrou, sans avoir la carte du
parti et sans savoir qu’il y avait une députée sortante, Nathalie Griesbeck. Les petites tensions internes
évaporées, Jean-François Kahn est parti en campagne, et sillonne l’est de la France tous les jours.
Le fondateur de « L’Evènement du Jeudi » et de « Marianne », n’a pas perdu de sa verve en se portant candidat.
Il ne loupe pas une occasion de taper sur Barroso, l’indépendance des médias, le PS ou l’UMP. Car la troisième
voie centriste, il y croit fermement. C’est celle qui doit « remettre l’homme au centre de la société », un concept
intéressant quoiqu’un peu vague. A quelques jours du débat organisé par Babel Strasbourg, il explique ses
positions. Sans mâcher ses mots.
Quels sont les grands axes de la campagne du Modem pour les élections européennes ?
Je ne peux pas vous les résumer comme ça, cela prendrait deux heures ! J’ai un programme qui comportera
trente-cinq propositions pour la réforme du système financier international, quarante sur le chômage, une
quarantaine pour relancer l’activité économique, et autant pour essayer de rétablir un peu de démocratie en
France. Je vais les rendre publiques au cours d’une grande réunion publique à Pont-à-Mousson, le soir du 16
avril. Il y a de très nombreuses mesures, très concrètes.
Le taux de participation aux élections européennes est faible, notamment en France. Qu’est-ce qui
pourrait redynamiser l’intérêt des électeurs pour cette échéance ?
Les gens ne sont pas dans l’élection européenne et on fait tout pour qu’ils n’y soient pas. On explique aux gens
qu’on ne parle que de constitution et de problèmes techniques au Parlement européen. Du coup ils ne
comprennent rien, ça ne les intéresse pas, et donc ils ne se mobilisent pas. Or c’est faux : le Parlement Européen
traite de tout : du conflit israélo-palestinien, du rapport entre la Russie et la Géorgie, de la refondation du
système financier international, de la démocratie et des libertés. Si on explique ça aux gens, ils verront que le
Parlement n’est pas que pour les experts. D’autre part, il faut comprendre, et c’est très important, que c’est une
élection au suffrage proportionnel. Autrement dit, c’est quasiment la seule élection démocratique en France.
Les autres sont des élections où la minorité est exclue : au Parlement français, 45% des citoyens ne sont pas
représentés. Le Sénat est élu selon le mode de scrutin le plus anti-démocratique du monde. Au Parlement
européen tout le monde est représenté en fonction de sa représentativité. Ca veut dire que c’est une élection où
l’on ne vote pour faire barrage à tel parti, mais où l’on vote pour un projet. De plus, c’est la première élection
qui intervient après la grande crise. Notre projet, c’est de changer la société. Il faut construire une société qui ne
met plus au centre l’Etat, car elle a fait faillite il y a vingt ans. Une société qui ne met plus au centre l’argent et
le profit comme celle qui est en train de faire faillite. Il faut une société qui remet l’homme au centre. Les gens
doivent dire s’ils veulent du rafistolage et des rustines, c’est-à-dire ne rien changer, comme l’UMP ou le PS le
propose, ou s’ils veulent un vrai changement, que nous proposons.
Et concrètement, qu’est-ce que vous entendez quand vous parlez de « remettre l’homme au centre de la
société » ?
On fera des propositions, beaucoup plus d’ailleurs que toutes les autres listes réunies. Elles viseront à cesser de
prendre en considération uniquement des calculs de rentabilité à court terme et purement financière. Il faut
prendre en compte la rentabilité globale, c’est-à-dire, qu’est-ce que les décisions politiques apporte à l’être
humain et à la dimension humaine des problèmes.
Vous vous dîtes favorable à une « Europe fédérale des Nations ». Or les mots « fédéral » et « nation »
ensemble peuvent paraître un peu surprenant…
Non. Si on regarde aux Etats-Unis ou en Inde, ce sont des régimes fédéraux composés d’états. Pour moi,
l’Europe doit être une entité confédérale, mais composée par des nations. Je tiens beaucoup à la dimension
nationale, elle est le résultat d’une histoire, d’un climat, d’une culture, d’une action collective, et cela doit être
préservé dans un système confédéral.
Pourquoi voulez-vous « virer » José Manuel Barroso ?
Cet homme est l’incarnation du système qui est en train de faire faillite. Il incarne l’ultralibéralisme dérégulé.
Quand il était Premier Ministre du Portugal, il a ruiné son pays, les électeurs l’ont chassé comme un malpropre.

FJ - 39
Il s’est aligné sur George W. Bush d’un point à l’autre, il a été à l’avant-garde pour défendre la guerre d’Irak,
n’a cessé de diviser l’Europe sur ordre américain. C’est évident qu’il faut le virer ! Or, l’UMP ne veut pas le
virer. Donc voter UMP c’est voter Barroso. Les socialistes portugais, espagnols et anglais ont déjà dit qu’ils
voteraient pour lui, ce qui prouve qu’il y a une espèce de complicité entre les deux camps (ndlr : socialistes et
conservateurs).
Vous auriez quelqu’un à proposer à sa place ?
Ce n’est pas à nous de proposer. On est très ouvert, on accepte toutes les propositions valables, et qui
permettent de tourner le dos à ce modèle, incarné par Barroso, et dont on découvre à quel point il est effarant.
Comment jugez-vous l’action de l’Union Européenne face à la crise ?
Au G20, on n’a pas vu de propositions européennes. Il y avait un front franco-allemand, ce qui est une bonne
chose. Mais il manquait un plan européen global de réforme du système financier international. Il y a eu des
propositions européennes sur la relance, mais hélas pas de proposition pour une réforme du système financier.
Une de nos actions au Parlement sera de faire en sorte qu’une telle proposition soit faite au niveau européen.
Le Modem n’est pas très audible dans le quotidien politique français. Cette campagne est-elle un moyen
de se refaire une santé pour le parti ?
On n’a pas du mal à entendre le Modem, c’est surtout que les médias ne sont pas libres ni indépendants, et
subissent des pressions du pouvoir. Les médias refusent de relayer le message du Modem et disent après qu’on
ne l’entend pas, c’est quand même incroyable ! On dirait la Russie de Poutine… Pourtant, nos réunions dans le
Grand Est attirent beaucoup plus de monde que celles du PS et de l’UMP. La parole du Modem est peu relayée,
mais les gens viennent l’entendre. Récemment, on nous a refusé des salles à Charleville-Mézières et à Sedan.
Donc nous sommes allés dans une ville voisine de 5000 habitants. La presse locale, en situation de monopole, a
refusé d’annoncer notre réunion, puis de venir à notre point presse. Au final, on a fait salle comble. Donc
heureusement, les gens, d’eux-mêmes, font équilibre à cet espèce de verrouillage des médias.
Quel score souhaiteriez-vous obtenir le 7 juin ?
Nous espérons arriver devant les listes PS et UMP.
Et, franchement, vous pensez que c’est jouable ?
Les gens qui rêvaient de la République en 1787 l’ont bien eu, alors pourquoi pas !

http://strasbourg.cafebabel.com/fr/post/2009/04/18/Interview-avec-Jean-Fran%C3%A7ois-Kahn:-%C2%AB-
La-premi%C3%A8re-%C3%A9lection-depuis-la-crise-%C2%BB

MACOMMUNE.INFO

23 AVRIL 2009 - CONTRE L’UMP, LE MODEM FAIT FEU DE TOUT BOIS…

« Loi européenne sur le bois: une belle victoire pour l'environnement, mais une attitude incompréhensible des
députés UMP », estime le Modem dans un communiqué signé Christophe Grudler, conseiller général
bayroutiste du Territoire de Belfort
« Le Parlement européen a adopté mercredi à Strasbourg une ambitieuse loi européenne pour empêcher les
importations illégales de bois en Europe. C'est une belle avancée sur un sujet sensible: lutter contre la
déforestation notamment dans les pays du Tiers-Monde, à l'heure où il faut se mobiliser pour l'environnement et
contre le réchauffement climatique. Je suis très heureux de ce vote, qui instaure notamment une traçabilité des
produits bois, des forêts de production aux consommateurs européens. Seul le bois d'origine légale doit être
commercialisé dans l'Union européenne, c'est ma conviction profonde », estime Christophe Grudler.

« Je suis en revanche très surpris de l'attitude incompréhensible des députés européens UMP, qui ont été les
seuls députés français à refuser de voter ce texte, allant ainsi à l'encontre des engagements passés de Jean-Louis
Borloo. Ils craignent, comme les services du Premier ministre, des mesures trop contraignantes pour les
entreprises françaises qui importent du bois...

FJ - 40
Au contraire, c'est toute la filière bois qui souffre aujourd'hui de ce commerce illégal, notamment en Franche-
Comté. Voter pour cette loi, c'est dire oui à un marché du bois responsable et respectueux de l'environnement.
Tous les acteurs régionaux en profiteront.

Lorsque ces mêmes députés européens UMP viendront faire campagne dans la région le mois prochain, je ne
doute pas qu'ils expliqueront aux professionnels de la filière régionale du bois le sens à donner à leur vote... »,
conclut le conseiller général Modem.

http://www.macommune.info/actualite/contre-l-ump-le-modem-fait-feu-de-tout-bois--7827.html

LA PROVENCE

17 AVRIL 2009 - TCHAT BENNAHMIAS : POUR L'OM ET L'EUROPE SOCIALE, CONTRE HADOPI

La tête de liste du MoDem aux européennes était ce vendredi l'invité de LaProvence.com. A vous de
commenter ses réponses !
Tête de liste MoDem aux élections européennes du 7 juin, Jean-Luc Bennahmias a répondu ce vendredi aux
questions des internautes, ce matin sur LaProvence.com.
Pas de refus de l'obstacle pour l'ancien secrétaire national des Verts qui a rejoint François Bayrou en 2007 : il a
volontiers choisi les questions polémiques. Candidat dans la circonscription sud-est qui comprend les régions
Paca, Corse et Rhône-Alpes, Jean-Luc Bennahmias estime que sa liste peut obtenir deux ou trois députés
européens. Avec une inquiétude toutefois : l'abstention annoncée, qui montre pour lui qu'"un vrai gouffre s'est
creusé dans l'opinion entre l'Union européenne et nos concitoyens". Voici quelques extraits de ce tchat : à vous
de réagir !
- La loi Hadopi, pour ou contre ?
Jean-Luc Bennahmias : C'est moi qui ai donné la position du Modem sur la loi Hadopi à la demande de
François Bayrou et du bureau exécutif du mouvement démocrate, nous sommes résolument contre, allez voir si
vous le voulez, cette déclaration filmée sur le site du Modem.
- Vous êtes plutôt OM ou plutôt PSG ? Rolling Stones ou Beatles ?
J.-L.B. : Évidemment que la défaite de l'OM m'a plus chagriné, d'autant plus qu'il y avait hier soir énormément
de place pour aller en demi-finale. Au moins 30 tirs au but, il aurait juste fallu les cadrer, plus facile à dire qu'à
faire. Bonne chance à l'OM pour le championnat de France !
- L'Europe sociale, c'est pour aujourd'hui ou pour demain ?
J.-L.B. : Excellente question. Je m'appuie sur ce sujet sur les travaux de la confédération européenne syndicale
qui malheureusement n'a pas encore assez de poids pour permettre des avancées, des harmonisations par le haut
des politiques sociales. Je vous rappelle que les politiques sociales dépendent de chaque état nation. Il
n'empêche que je me bats pour que les "bonnes pratiques", la défense des services publics, ne soient pas mis à
mal par des directives libérales. Vous pouvez à ce sujet vérifier l'ensemble des votes que j'ai fait sur le site du
Parlement européen.
http://www.laprovence.com/articles/2009/04/17/791454-Region-Jean-Luc-Bennahmias-pour-l-OM-et-l-Europe-
sociale-contre-Hadopi.php

Retrouvez l’intégralité du Tchat en cliquant sur le lien :


http://www.laprovence.com/articles/2009/04/10/784477-Tchats-Tchat-Europeennes-posez-vos-questions-a-
Jean-Luc-Bennahmias.php

FJ - 41
LIBERTE POLITIQUE (FONDATION DE SERVICE POLITIQUE)

24 AVRIL 2009 - TRAVAIL DU DIMANCHE : LA POLITIQUE DES DOMINOS


Hélène Bodenez

Les promoteurs du dimanche utilisent tous les moyens pour arriver à leurs fins ; il faut dire que la résistance en
face manque encore de force, à commencer par celle, timide mais pas nulle, des chrétiens sensibles aux
arguments du libéralisme philosophique (chacun consomme quand il veut). Pourquoi les tenants de
l’asservissement du dimanche reculeraient-ils ?
Aux dernières nouvelles, si des dérogations préfectorales continuent d’être annulées comme celles accordées
par le préfet du Val d’Oise [1] à la Librairie Le Grand Cercle (95), ou celles concernant des enseignes de
bricolage Castorama et Leroy-Merlin, on a bien des raisons de s’inquiéter du maintien des dérogations
concernant des enseignes d’ameublement et d’électroménager.

Si cela devient possible, c’est en vertu d’une dérogation relative à l’ameublement (« dérogation permanente de
plein droit, valable sur la France entière, sans aucune contrepartie pour les salariés ») votée par amendement
sans discussion au Sénat, de nuit, par Mme Isabelle Debré, le 18 décembre dernier.

Vincent Lecourt, avocat spécialisé en droit du travail, explique la « politique des dominos » voulue par cet
amendement félon dit « confokea » :
« Il suffit qu’une des enseignes de l'ameublement ouvre le dimanche pour qu’une enseigne de cet autre secteur
puisse demander une dérogation pour pouvoir en faire autant, et cela sur la France entière au moment même où
les ouvertures dominicales sont à l'étude et déjà en phase d'expérimentation chez Ikea. »
À ceux qui croiraient encore que la proposition Maillié est enterrée, nous rapportons la dernière conviction du
maire de Meaux qui ne laisse planer aucun doute. À l'occasion de la sortie de son livre, Un député, ça compte
énormément (Albin Michel), Jean-François Copé répondait aux internautes de l'Express : le président du groupe
UMP a persisté dans son soutien à la proposition de loi voulue par l’Élysée. Sûr contre toutes les analyses en
cours que l'ouverture des magasins situés dans les grandes agglomérations un dimanche par mois aura un réel
impact sur la consommation des ménages, il affirme un credo mince qui ne convainc pas : « Je le crois. Et pour
tout dire, ce qui me gêne le plus est d'interdire à des gens qui veulent travailler plus de le faire. Nous avons
trouvé une bonne solution dans ce domaine. Nous allons, j'espère, pouvoir la mettre en œuvre rapidement. »

Front européen

Actuellement, la Déclaration écrite demandant de protéger le dimanche en Europe et pour laquelle trois sites,
Repos dominical.com, Travail-dimanche.com [2] et Liberté politique.com mobilisent leurs lecteurs, est soumise
aux eurodéputés réunis en séance à Bruxelles.

Au 23 avril, la déclaration ne recueillait que 239 signatures : il en manque encore 155. Le 7 mai, date butoir,
approche.

N’ont pas signé les députés français suivants : Philippe Morillon, Philippe de Villiers, Nicole Fontaine, Jean-
Marie Cavada, Marielle de Sarnez. Comme quoi, le Modem de François Bayrou auquel appartiennent plusieurs
d’entre eux, peut bien se positionner contre le travail du dimanche en France, quand il s'agit de signer, ses
troupes ne sont pas au rendez-vous ! Ce ne serait donc qu'arguments anti-Sarkozy et non arguments de
conviction ? ou plus pervers, serait-ce négociation en lien avec la prochaine ouverture annoncée par le président
de la République ?
FJ - 42
La liste des eurodéputés que donne le site de Travail-dimanche.com révèle ainsi, que sur les 72 députés
français, 44 noms de députés français manquent encore à l’appel, sur un total de députés européens de 785.

À noter enfin que parmi la délégation UMP (PPE), seuls Jean-Pierre Audy et Ari Vatanen (Finlandais inscrit sur
la liste UMP) ont signé pour l'instant...

http://www.libertepolitique.com/liberte-economique-et-solidarite/5285-travail-du-dimanche-la-politique-des-
dominos

CHRETIENTEINFO.COM

20 AVRIL 2009 - LES “SALLES POLYVALENTES” DU MODEM

Le dictionnaire des synonymes de la langue française va bientôt pouvoir être enrichi d'une nouvelle entrée. En
effet, après Jean-Christophe Lagarde, député maire de Drancy, c'est au tour du maire Modem d'Epinay-sur-
Seine, Hervé Chevreau, de construire ce qu'il appelle une « salle polyvalente » mais qui n'est rien d'autre qu'une
mosquée. Voilà une astucieuse façon de contourner la loi de 1905.
On attend la protestation vigoureuse des chantres de la laïcité.
François Caussart
Aussi sur : http://www.lesalonbeige.com/

http://www.chretiente.info/200904205813/les-salles-polyvalentes-du-modem/

L’EXPRESS

20 AVRIL 2009 - BAYROU REFUSE LA PROPOSITION D'HOLLANDE

Le président du MoDem a répondu négativement à la proposition de clarifier les convergences avec le parti
socialiste, faite par François Hollande dans une interview accordée à L'Express.
François Bayrou a opposé une fin de non-recevoir à François Hollande, qui lui a proposé la semaine dernière de
réfléchir aux "convergences" entre MoDem et Parti socialiste avant la présidentielle de 2012.
Pour le dirigeant centriste, s'il est "normal et naturel que les partis politiques "discutent ensemble", un
programme ou une candidature communs ne sont pas envisageables, au nom du pluralisme.
"Je pense que les grands courants républicains du pays ont en effet des valeurs communes et peuvent donc
parfaitement réfléchir à la manière dont l'avenir se prépare. Pour autant, une démarche du type 'programme
commun', on se tromperait", a déclaré François Bayrou lors d'une conférence de presse à Paris consacrée aux
élections européennes.
"Je n'ai aucune envie d'entrer dans cette voie à laquelle je ne crois pas", a-t-il insisté. "Les électeurs doivent
avoir le choix, ainsi le pluralisme sera restauré."
"Réponse démocrate"
Au terme du quinquennat de Nicolas Sarkozy, en 2012, il y aura entre la réponse socialiste et la réponse
démocrate "une compétition normale devant les électeurs, c'est ça le premier tour" d'une présidentielle, a-t-il
estimé.
"D'ici-là, il est normal et naturel que, dans une démocratie (...) les gens, les courants politiques (...) se
respectent" et discutent ensemble, a-t-il ajouté, confirmant son intention de rencontrer l'ancien Premier ministre
Dominique de Villepin "dans les prochains jours".

FJ - 43
"Et chaque fois que je rencontre un responsable socialiste, je parle avec lui, je considère que l'on n'est pas en
guerre civile en France", a-t-il ajouté.
Toutefois, au vu des résultats de l'élection présidentielle de 2007, où François Bayrou avait dépassé les 18% des
suffrages au premier tour, "nous estimons (...) que la réponse démocrate est plus fédératrice que la réponse
socialiste", a ajouté l'ancien candidat à l'Elysée.

http://www.lexpress.fr/actualite/politique/bayrou-refuse-la-proposition-d-hollande_755149.html

15 AVRIL 2009 - BAYROU, L'HOMME QUI DEFIE SARKOZY

Diaporama réalisé par l’Express : Bayrou, des rénovateurs à l’anti-sarkozysme


http://www.lexpress.fr/diaporama/diapo-photo/actualite/politique/bayrou-des-renovateurs-a-l-anti-
sarkozysme_754430.html

Discret ces derniers mois, l'ex-candidat centriste à l'Elysée repasse à l'offensive, avec un mot d'ordre: feu sur le
président! Il publie un ouvrage, Abus de pouvoir, et rêve d'incarner une alternative au chef de l'Etat. Mais la
droite riposte et la gauche se méfie de lui, même si l'ex-premier secrétaire du PS, François Hollande, lui tend la
main. A trois ans de l'élection présidentielle, les grandes manoeuvres commencent.
Il y a des livres que l'on met longtemps à ouvrir. François Bayrou n'a lu qu'une dizaine de mois après sa sortie
L'Aube le soir ou la nuit (Flammarion), le récit de la campagne élyséenne victorieuse de Nicolas Sarkozy, signé
Yasmina Reza. Un mot de félicitations et un coup de fil de remerciements plus tard, celui qui ne croyait pas
possible l'élection de l'ancien maire de Neuilly à la présidence de la République et l'auteur d'Art partagent la
table d'un restaurant parisien.
Evidemment, ce soir-là de l'été 2008, ils parlent beaucoup de la personnalité du chef de l'Etat. L'élu
complimente l'écrivain pour ce qu'elle a perçu avant bien d'autres: son côté enfantin. Il lui confie aussi: "En
2012, les candidats seront en bonne partie les mêmes. Lui et moi, bien sûr. Cela se jouera entre nous. Pour
l'instant, je ne vois personne d'autre."
Il y a des livres que l'on rêve d'écrire pour l'Histoire. Le 30 avril sortira Abus de pouvoir (Plon), charge anti-
Sarkozy sonnée par François Bayrou. Ce sera, espère-t-il, un acte fondateur dans son face-à-face avec le
président, comme le fut Le Coup d'Etat permanent pour François Mitterrand, en 1964, dans son combat contre
le général de Gaulle. "C'est le même esprit, mais je ne m'arrête pas au sujet institutionnel, compare-t-il. Car, à
l'époque, il n'y avait pas un tel sentiment de réseaux, de connivences. Il n'y avait pas cette tentative d'instaurer
un modèle de société qui n'était pas le nôtre." A coup sûr, une autre nuance distingue son ouvrage de celui de
Mitterrand: " J'ai découvert son livre un peu avant 1981. Dans mon souvenir, le début est bien, le reste est
chiant."
François Bayrou, l'homme qui défie Nicolas Sarkozy. A sept semaines des élections européennes, où toute
contre-performance lui est interdite, à trois ans d'une présidentielle qui sera sa dernière chance d'endosser un
habit que le destin lui aurait promis, le patron du MoDem lance sa grande offensive. Ce ne sont plus seulement
les décisions quotidiennes d'un président (le retour de la France dans l'Otan, la réforme de l'audiovisuel public,
la nomination de François Pérol à la tête des Banques populaires-Caisses d'Epargne...) qu'il faut dénoncer. Ce
n'est plus seulement le style trop clinquant et trop cinglant d'un homme qu'il faut critiquer, et avec lequel, au
fond, il ne s'est jamais entendu. C'est la République, cet idéal "fait pour protéger les plus faibles", qu'il faut
sauver. "La mère des batailles", promet Philippe Lapousterle, l'ancien journaliste devenu conseiller du centriste.
La France serait désormais aux mains d'"un clan, celui de l'argent"
Dans cet affrontement ultraviolent, chaque mot de l'agrégé de lettres siffle comme une balle. Selon lui, la
France est désormais aux mains d'"un clan, celui de l'argent, de l'entente sous la table". L'actuel locataire de
l'Elysée en est le "parrain". Leur but : "Instaurer une société des inégalités croissantes." "Le système Sarkozy
est un système qui sert les puissants, dénonce-t-il. Contrairement à ce que beaucoup pensent, cette prise de
contrôle est concertée, voulue. Il y a un plan, une idéologie, une stratégie. Ma thèse, c'est qu'ils n'ont pas le droit
de faire tout cela : ils ont annoncé le contraire."
Si François Bayrou pense être si bien armé pour faire apparaître, aux yeux des Français, les ressorts du pouvoir
exercé par Nicolas Sarkozy, c'est qu'il estime avoir vu sa naissance et son essence de près. C'était en 1993, au

FJ - 44
sein du gouvernement Balladur - où les deux hommes sont pour la première fois ministres -et lors de la
présidentielle de 1995- où les deux hommes soutiennent "l'ami de trente ans" de Jacques Chirac.
Ce n'est que des années plus tard que le Béarnais comprendra qu'il avait déjà tout sous les yeux: les acteurs, les
rapprochements, les intérêts. Les 285 millions versés par l'Etat à Bernard Tapie à partir de l'été dernier n'en
seront pour lui qu'une preuve supplémentaire. "Tapie aurait été le missile, armé par Nicolas Sarkozy et Brice
Hortefeux, contre Jacques Delors, si celui-ci avait été candidat en 1995 à l'Elysée", racontait François Bayrou à
l'automne. Assurant: "Tapie tient Sarkozy."
Parce qu'ils ont grandi à droite ensemble, que, dans leur génération, ils sont les seuls à avoir survécu aux coups
fourrés des chiraquiens, qu'aux européennes de 1999 ils s'affrontaient déjà, l'ex-ministre de l'Education estime
bien connaître Nicolas Sarkozy. "Il ne voit pas les autres et ne les comprend pas, assène-t-il. Sa clef, c'est qu'il
veut montrer qu'il est plus fort que les autres. Il veut que l'on sache qu'il est le puissant."
Pour le centriste, deux hommes auraient inspiré le chef de l'Etat: Charles Pasqua et Jacques Chirac. Du premier,
qui fut, comme lui, ministre de l'Intérieur, il aurait imité la brutalité et repris l'idée que la France se gagne à
droite. Du second, il aurait copié la volonté de séduire les gens de l'autre camp. C'est face à Jacques Chirac,
aussi, qu'il aurait eu, d'après François Bayrou, son "coup de génie" : "Apparaître comme son contraire." Alors, à
son tour, il revendique d'être le "contraire de Sarkozy".
Sarkozy: "Ce que Le Pen pense, Bayrou le dit "
La dernière fois qu'ils se sont vus à l'Elysée, à l'automne, le président ne lui a rien proposé. "Il sait que je ne suis
pas achetable", s'enorgueillit le député des Pyrénées-Atlantiques. Mais, si le chef de l'Etat l'a reçu, c'est surtout
parce que son complice Brice Hortefeux lui avait susurré qu'il l'avait croisé quelques jours plus tôt et l'avait
trouvé abattu, résigné. Nicolas Sarkozy voulait simplement jauger l'éventuelle faiblesse, même passagère, d'un
homme qu'il méprise chaque jour davantage.
"Il dit que je ne partage pas les valeurs de la France. Ce que Le Pen pense, Bayrou le dit. Si Le Pen avait dit la
même chose, il aurait été critiqué par tout le monde. Personne n'a critiqué Bayrou", s'offusquait récemment
Nicolas Sarkozy devant des visiteurs. En novembre, lors de la visite d'une PME près de Blois, il lançait à
Jacqueline Gourault, sénatrice de Loir-et-Cher et fidèle parmi les fidèles de son ennemi: "Tu vois, Jacqueline,
ici, je suis chez moi. Tu n'es pas chez Bayrou. Les usines, c'est mon truc. Pas le sien."
Ces dernières semaines, l'entourage du chef de l'Etat a encore durci le ton contre le responsable du MoDem. Le
secrétaire général de l'Elysée, Claude Guéant, l'a accusé de "mentir". Celui de l'UMP, Xavier Bertrand, l'a traité
de "populiste". Des argumentaires pour le contrer sont en préparation. Longtemps, Nicolas Sarkozy a estimé
que la meilleure réponse à François Bayrou était le silence. Cette fois, il n'en sera pas ainsi.
Dans cette réplique qui vient, le troisième homme de 2007 voit un encouragement : "Cela veut dire que les
enquêtes de M. Buisson [NDLR : le spécialiste de l'opinion proche du chef de l'Etat] montrent qu'il n'y a qu'un
vrai môle de résistance." Dans sa tête, le scénario est limpide: "La prochaine fois, la question du premier tour
sera celle du second : qui peut battre Nicolas Sarkozy ?" Pour le Béarnais, la réponse ne souffrira pas
d'hésitation. Qui d'autre que lui pourrait réunir le centre, les déçus de Sarkozy, les électeurs de gauche ? "Je suis
le seul. Je suis le dernier rempart. Si j'arrête, c'est fini", dit-il.
Au PS, il n'a pas vu d'évolution avec l'arrivée de Martine Aubry : le socialisme est une doctrine du xxe siècle ;
ce parti n'a et n'aura pas de champion crédible. Il ne croit toujours pas à la possibilité de Ségolène Royal d'être
élue présidente de la République. "Elle est folle", assène-t-il. Son coup de Dakar ne l'a pas fait changer d'avis :
"Nicolas Sarkozy n'y avait pas exprimé les sentiments de la France ; il avait exprimé les sentiments de Nicolas
Sarkozy. Ségolène Royal n'a pas fait des excuses au nom de la France ; elle a fait des excuses au nom de
Ségolène Royal."
Aujourd'hui, ce rassemblement TSS (Tout sauf Sarkozy) ne reste qu'une construction de papier. C'est avec des
ex-chiraquiens que les échanges s'ébauchent actuellement. François Bayrou et Dominique de Villepin vont se
voir prochainement, même si le premier croit toujours que le second est "plutôt la fin de quelque chose que le
début".
Le centriste a déjeuné avec Frédéric Salat-Baroux, ancien secrétaire général de Jacques Chirac à l'Elysée. Il
continue à avoir des contacts avec Claude Chirac. Il a dîné à plusieurs reprises avec elle, chez Vincent Lindon.
En janvier, il a aussi vu "affectueusement" son père, qu'il n'a pourtant pas épargné. La discussion a été difficile,
à cause de la surdité de l'ancien président. "Je parlerai un jour s'il le faut", lui a assuré Chirac. Bayrou ne l'a pas
vraiment cru. Un autre chiraquien n'est pas indifférent. "C'est le véritable opposant, confie François Baroin,
député maire de Troyes, qui ne l'a jamais rencontré en tête à tête. Il a un discours intéressant. J'ai une curiosité
pour lui."
FJ - 45
A gauche, la séduction n'opère pas encore vraiment. "Il se la raconte. Il est un peu perché", juge Benoît Hamon,
le porte-parole du PS. Le repas que Bayrou a eu à la fin de janvier avec Jean-Michel Baylet, président du Parti
radical de gauche, pour évoquer l'alliance aux européennes souhaitée par ce dernier, s'est conclu par des
insultes. Le président du MoDem lui a reproché d'avoir déjà un accord avec le PS pour les régionales. "Vous
verrez comment vous serez traité par La Dépêche du Midi quand vous passerez à Toulouse", lui a promis en
retour le dirigeant du PRG, également propriétaire du quotidien régional.
DSK : "Si tu gagnes, je serai ton Premier ministre "
Ceux avec qui le candidat était en contact pendant la présidentielle de 2007 sont passés à l'ennemi. Il y a un an,
il confiait ses désillusions post-campagne: "Claude Allègre m'appelait tout le temps pour me dire: 'Tu as raison,
tu as mon soutien.' Bernard Kouchner et Jean-Marie Bockel me voyaient. Dominique Strauss-Kahn me faisait
passer des messages par l'intermédiaire de Jean-Claude Juncker [NDLR : Premier ministre luxembourgeois] :
'Si tu gagnes, je serai ton Premier ministre.' Un des avantages d'avoir perdu, c'est d'avoir compris que tous ces
gens-là faisaient partie du même panier de crabes. Moi, j'étais naïf, je les aurais pris si j'avais gagné!"
Deux ans plus tard, s'il demeure populaire dans l'électorat de gauche, s'il séduit un scientifique engagé comme
Axel Kahn, aucun élu n'a franchi le pas. "Pas un ne viendra avant l'entre-deux-tours", tranche Bayrou.
"Ce n'est plus qu'un candidat de gauche", assure Philippe de Villiers
En attendant, c'est d'abord un homme que l'on continue de quitter. Trésorier du MoDem, président du groupe
centriste au Sénat, Michel Mercier est présenté régulièrement comme futur ministre de Nicolas Sarkozy. Ce très
vieil ami du député de Pau lui a promis de l'appeler en premier s'il acceptait une proposition élyséenne.
Les membres du gouvernement Villepin qui l'avaient soutenu pendant la présidentielle ont pris leurs distances.
"Je n'ai pas encore rendu ma carte du MoDem, mais je réfléchis, annonce Azouz Begag. Je suis en contact
fréquent avec Dominique de Villepin. C'est pour lui que j'ai envie de voter." "François Bayrou veut doubler le
candidat socialiste, il a désormais basculé à gauche. Il ne peut être élu que par des électeurs de gauche et cela
me gêne", avance François Goulard, député maire (UMP) de Vannes.
Malgré sa solitude, les faiblesses de son parti, les multiples incertitudes de son pari, François Bayrou a au
moins réussi à imposer à l'Elysée, à l'UMP et au PS la même question: et s'il était le plus dangereux des
adversaires de Nicolas Sarkozy ? "Ni aujourd'hui ni demain. En 2012, le PS aura repris des couleurs, en toute
logique", a choisi de répondre Claude Guéant face à cette hypothèse, estimant que Martine Aubry allait
restructurer idéologiquement le parti.
"En 2007, on a dit qu'il était un homme de droite pour le faire baisser dans les sondages et cela a marché. En
2012, cela ne sera plus vrai. Pendant cinq ans, il aura largement fait les preuves de son antisarkozysme",
prévient François Hollande, qui va jusqu'à lui tendre la main. "Ce n'est plus qu'un candidat de gauche, qui devra
donc partager les voix de gauche. Il ne sera pas si haut que cela. Vous le verrez aux européennes", pronostique
Phillipe de Villiers.
A la fin du mois de mars, François Bayrou est allé au théâtre de la Porte-Saint-Martin, à Paris, assister à Feu
sacré, un spectacle de Macha Méril consacré à George Sand. En 1870, cette femme en avance sur son temps
avait écrit une nouvelle baptisée Malgré tout, du nom d'un mont en Ardennes, appelé de la sorte car un homme
y avait construit sa ferme, bravant tous les obstacles qui se dressaient devant lui. Il y a des livres qui vous font
rêver longtemps.

http://www.lexpress.fr/actualite/politique/bayrou-l-homme-qui-defie-sarkozy_754108.html

Petits arrangements avec la Vérité


Dans une interview accordée à Marianne, le 14 mars dernier, François Bayrou reprenait des propos de Nicolas
Sarkozy : "Mon projet est de réconcilier la France avec l'argent, parce que l'argent, c'est la réussite." Or cette
citation... n'existe pas. Interrogé par L'Express, le président du MoDem croit se rappeler que le chef de l'Etat
aurait prononcé ces mots lors de la remise de la grand-croix de la Légion d'honneur au banquier Antoine
Bernheim, à l'Elysée, le 23 octobre 2007.
Qu'a dit Nicolas Sarkozy ce jour-là ? Selon Le Figaro, ce dernier a déclaré vouloir, à travers cette décoration,
"aider la France à régler ses comptes vis-à-vis de l'argent et son problème vis-à-vis de la réussite". D'après
Didier Hassoux et Renaud Dély, auteurs de Sarkozy et l'argent roi (1), il a lancé : "Son action aide notre pays à
régler ses comptes vis-à-vis de l'argent pour régler enfin son problème vis-à-vis de la réussite." Deux versions,
pas celle de François Bayrou...
FJ - 46
Le 18 février, sur RTL, l'ex-troisième homme de la présidentielle s'arrange également avec la réalité au sujet du
bouclier fiscal. Il assure que celui-ci coûte "15 milliards tous les ans". "Qu'il arrête de mentir", répliquera
Claude Guéant sur Europe 1, le 5 avril, rétorquant que le bouclier fiscal a coûté en 2008 450 millions d'euros.
François Bayrou reconnaît aujourd'hui un "lapsus".
Enfin, sur France 2, le 11 décembre 2008, dans A vous de juger, où il débat avec Jean-François Copé de la
réforme de l'audiovisuel public, le président du MoDem se trompe à nouveau : il attribue la création de la Haute
Autorité, l'ancêtre du CSA, à Valéry Giscard d'Estaing, alors que François Mitterrand en est le père. Conclusion
de Jean-Pierre Raffarin: "Bayrou est un homme d'égratignures, mais ce n'est pas un sniper."

http://www.lexpress.fr/actualite/politique/les-petits-arrangements-de-bayrou-avec-la-verite_754351.html

Bayrou et la douloureuse division de l'UDF


Avec ses anciens compagnons de route de 2007, partis rejoindre Nicolas Sarkozy au lendemain du premier tour
de la présidentielle, François Bayrou n'a aujourd'hui pratiquement plus aucun lien. Il revient notamment sur ce
douloureux divorce.
François Bayrou a perdu son siège de campagne présidentielle. En 2002 et en 2007, il avait occupé une petite
maison, jouxtant l'UDF, rue de l'Université, dans le VIIe arrondissement de Paris. Celle-ci ne lui appartient
plus. La transformation du vieux parti giscardien aux multiples composantes en MoDem, à l'automne 2007, fut
aussi une histoire de gros sous. Au terme de négociations longues et compliquées, l'ex-QG du candidat
appartient désormais à l'Association des amis de Jean Lecanuet, proche du Nouveau Centre, présidé par Hervé
Morin, ministre de la Défense.
Avec ses anciens compagnons de route de 2007, partis rejoindre Nicolas Sarkozy au lendemain du premier tour,
François Bayrou n'a aujourd'hui pratiquement plus aucun lien. Il y a un an, à propos de ce divorce, il confiait à
L'Express : "Je n'ai pas dormi de tout l'été. Je refaisais le film dans ma tête. J'ai compris que je ne pouvais pas
faire autrement, qu'il fallait tout liquider. Si j'avais laissé les miens aller au gouvernement, j'aurais eu huit
ministres. Je me serais tu un moment et puis, un jour, j'aurai critiqué et là, les huit ministres, qui auraient pris
l'habitude de se réunir tous les mercredis, auraient fait un communiqué sur le thème : "On ne peut pas critiquer
comme ça !" Dès que j'aurais parlé, je n'aurais eu droit qu'à cela."
Dorénavant à la tête d'un parti quasiment sans élus - il n'a à ses côtés sur les bancs de l'Assemblée que deux
camarades - le député des Pyrénées-Atlantiques ne désespère pas de retrouver un jour certains anciens amis.
"Au bout des chemins, il y aura des rassemblements", estime-t-il. Il ne croit pas si bien dire. Ces jours derniers,
un petit vent de nostalgie affleurait chez quelques députés du Nouveau Centre, parti trop soumis, à leur goût, à
la majorité présidentielle.

http://www.lexpress.fr/actualite/politique/bayrou-et-la-douloureuse-division-de-l-udf_754215.html

Bayrou n'écrira finalement pas tout ce qu'il pense de Veil


François Bayrou avait écrit quelques pages bien senties consacrées à Simone Veil. Elles devaient figurer dans
Abus de pouvoir. Elles n'y seront pas. Le leader du Modem n'a en revanche pas loupé Alain Minc et Bernard
Tapie.
Finalement, il les a retirées. François Bayrou avait écrit quelques pages consacrées à Simone Veil, où il avait, à
l'en croire, bien réussi à exprimer ce qu'il avait sur le coeur. Elles devaient figurer dans Abus de pouvoir. Elles
n'y seront pas. Le président du MoDem n'a pas voulu "distraire", dit-il, l'attention du lecteur avec "une querelle
qui n'est pas agréable". Il n'a pas osé non plus répondre à une femme qui ne le ménage pas, mais qui reste
intouchable.
"Un jour, je dirai à Simone Veil: 'Vous avez mis votre crédibilité, votre combat pour l'avortement, la mémoire
de la déportation, tout cela, pour faire élire ce type !'" promettait-il il y a un an. Présidente du comité de soutien
de Nicolas Sarkozy, l'ex-ministre de la Santé n'avait pas épargné le candidat du MoDem pendant la
présidentielle de 2007. "Bayrou, c'est pire que tout", avait-elle déclaré. Ou encore: "Il n'a pas la carrure d'un
président." Depuis les européennes de 1989, où celui-ci fut le directeur de la campagne de celle-là, les deux
centristes ont des relations exécrables: Simone Veil le soupçonne d'être à l'origine de son échec.
FJ - 47
En revanche, le député des Pyrénées-Atlantiques a laissé quelques pages, qu'il promet bien senties, sur Bernard
Tapie et Alain Minc. L'essayiste et financier, très proche du chef de l'Etat, l'a récemment qualifié de "Le Pen
light". Jusqu'au début des années 2000, les deux hommes étaient pourtant proches, petit-déjeunant parfois le
dimanche matin au Roussillon, un établissement du VIIe arrondissement de Paris.

http://www.lexpress.fr/actualite/politique/bayrou-n-ecrira-finalement-pas-tout-ce-qu-il-pense-de-
veil_754199.html

17 AVRIL 2009 - "IDEOLOGIQUEMENT, HOLLANDE ET BAYROU NE SONT PAS ELOIGNES"

Pour contrer Nicolas Sarkozy en 2012, François Bayrou et les socialistes devront sans doute faire alliance. Mais
au profit de qui? L'avis de Ludovic Vigogne, de L'Express, qui a répondu à vos questions ce vendredi
jeanoel: Et si l'on vous posait cette question: Monsieur Bayrou a-t-il la stature suffisante pour devenir un chef
d'Etat? Que répondriez-vous?
Ludovic VIGOGNE: Pourquoi ne l'aurait-il pas? Parce qu'il n'a été que ministre de l'Education et encore il y a
plus de douze ans? Aux Etats-Unis, Obama n'a été que sénateur avant de devenir président. Autre remarque:
n'est-ce pas plutôt la fonction qui fait l'homme? Enfin, si Bayrou était président un jour, il le serait à coup sûr
dans un registre plus classique que Sarkozy, davantage à la Chirac ou à la Mitterrand.

djobs: Pensez-vous que Bayrou est en mesure de battre le ou la candidate socialiste?


Ludovic VIGOGNE: Trop tôt pour répondre. Ce qui est sûr, c'est que le PS est loin d'être sorti de ses ennuis.
Les haines sont toujours là, les hésitations idéologiques aussi. Martine Aubry n'a pour l'instant pas inversé la
tendance. Je pense même que les européennes seront très mauvaises pour le PS. En face, Bayrou lui cogne
chaque jour un peu plus sur Sarkozy et tente de se fabriquer un personnage pour lequel l'électorat de gauche
pourrait voter sans aucun mal (voyez par exemple son discours sur l'éducation).
Enfin, combien le PS aura -t-il de candidats en 2012? Un? Deux? Si Royal n'était pas désignée candidate dans
une primaire, n'irait-elle pas en dehors du parti? Si elle était désignée candidate dans une primaire, certains élus
PS ne rallieraient-ils pas Bayrou? Ce qui est sûr, c'est que cela ne se passera pas comme en 2007. Donc oui,
Bayrou a une -petite sur le papier aujourd'hui- chance de battre le candidat socialiste.

PASCOR: La victoire de Bayrou sur Sarkozy ne se traduirait-elle pas par une grande instabilité politique au
sommet de l'Etat? Sur quelle majorité peut-il s'appuyer ? Ne serait-il pas l'otage (le pantin) des socialistes (dans
l'hypothèse d'une victoire de ces derniers aux législatives de 2012)?
Ludovic VIGOGNE: Ca c'est sûr que les lendemains d'une élection de Bayrou à l'Elysée ne seraient pas
simples. Il lui faudrait un accord avec les partis de gauche pour les législatives, un mois plus tard, qui lui assure
malgré tout une majorité stable, où il ne serait pas, vous avez raison l'otage d'un groupe socialiste. La situation
serait en tout cas assez inédite sous la Ve République. Autre certitude: beaucoup de partis exploseraient.

Monkiki de yahoo: Bayrou, en isolement forcé depuis qu'il fait cavalier seul, pourra-t-il trouver des personnes
capables de mener avec lui la politique qu'il veut mettre en place en cas d'élection au poste suprême?
Ludovic VIGOGNE: C'est déjà le problème auquel il était confronté durant la présidentielle de 2007. Il
répétait qu'il avait en tête le nom de son premier ministre; ce qui était faux. Il n'en savait rien. En 2012, peut-
être que des personnes de poids le rallieront cette fois pendant sa campagne (des socialistes si le candidat
désigné ne fait pas l'unanimité; Villepin...) Enfin, vous savez les hommes sont ce qu'ils sont: certains, qui ne
l'auront pas soutenus, n'auront pas de scrupule à devenir malgré tout ministres s'il était vainqueur.

LiJi: Imaginons Bayrou gagner les élections en 2012. Avec qui au juste va-t-il composer son gouvernement,
l'UMP tendance Villepin ou le PS tendance Hollande? Est-ce possible cette cohabitation?
Ludovic VIGOGNE: Spontanément, moi je dirais Hollande. Même si on est encore loin d'un accord Bayrou-
Hollande, on sent bien que les deux hommes ne sont idéologiquement pas loin. Ils se reconnaissent par exemple
une vraie filiation avec Jacques Delors. Ils se parlent de temps en temps. Ils ont un discours similaire sur la
dette. Dans la tête de Bayrou, je suis sûr que l'idée de prendre Hollande à Matignon en 2012, s'il gagnait, passe
parfois.
FJ - 48
Villepin, c'est plus délicat. Ils ont peu d'affinités jusqu'à présent. Bayrou disait souvent dans le passé que c'était
l'homme des coups bas de Chirac, vous savez l'homme du "cabinet noir". Et puis politiquement, il ne pèse pas
grand-chose. Hollande a été premier secrétaire du PS. Il y a toujours du poids.

toutankh: Bonjour, voici un homme à l'électorat potentiel des plus conséquents, mais privé de parti, aucun
groupe à l'assemblée. Que peut-il faire de ses voix avant 2012?
Ludovic VIGOGNE: Tenter de les garder et de les faire grossir. Les européennes seront un premier test. D'ici
2012, il n'y aura pas, sauf surprise, beaucoup d'élus Modem supplémentaires: le Modem ne gagnera pas de
région en 2010; pas de sénateurs en 2011. Avoir un groupe à l'Assemblée semble pour Bayrou très difficile. Il
ne lui reste que ses 6 millions de voix de 2007, son magot à surtout ne pas perdre.

lolito: Pensez-vous que Nicolas sarkozy ait quelque chose à craindre du Gamelin de la politique française?
Ludovic VIGOGNE: Visiblement, certains à l'Elysée ou à l'UMP ne le sous-estiment pas. L'avenir le dira.

DOUDOU: croyez-vous que le MoDem soit encore à classer à droite? J'ai voté en son temps pour l'UDF mais
son chef ( M. BAYROU) ferait mieux de s'arrêter de tirer à boulets rouges sur l'ambulance comme la gauche
qui est en grande partie responsable de nos problèmes?
Ludovic VIGOGNE: Non, il ne faut plus classer le Modem à droite. Il devient de plus en plus un parti de
centre gauche. Les régionales de mars 2010 le montreront un peu plus: il y aura plus d'accords avec le PS pour
le deuxième tour qu'avec l'UMP.

vodnara: Ne serait-il pas possible de trouver une union, non pas avec la gauche agonisante, mais avec des gens
de centre-droit de bonne volonté afin de servir les intérêts des Français plutôt que de satisfaire son égo?
Pourquoi pas une sorte de Triumvirat moderne?
Ludovic VIGOGNE: A qui pensez vous parmi les gens de centre-droit de bonne volonté? Je ne vois pas de qui
il peut s'agir. Depuis Giscard, le centre droit a été ratatiné par les chiraquiens, puis par Sarkozy. Il n'y a pas de
voie électorale possible pour Bayrou de ce côté. Il veut battre Sarko par le centre-gauche, pas par le centre-
droit.

Neo: Pensez-vous que les prochaines élections peuvent servir de tremplin à F. Bayrou et au Modem?
Ludovic VIGOGNE: Tremplin le mot est fort. Mais les européennes peuvent mettre Bayrou sur une belle
dynamique. Il faut pour cela qu'il fasse un bon score. En 2004, il a fait un peu moins de 12. S'il fait 14, 15 et
plus, s'il n'est pas loin de son score présidentiel (18,5), s'il est à touche-touche avec le PS surtout, je peux vous
dire que là cela fera du bruit. En revanche, une contreperformance et sa grande offensive contre Sarkozy aura
fait pschittt!

Rangueil: Que pensez vous des attaques incessantes d'Alain Minc et Claude Guéant entre autres, qui traitent
Bayrou de raciste ?
Ludovic VIGOGNE: Claude Guéant ne dit pas cela. Alain Minc lui l'accuse d'être un "Le Pen light". Est-ce
son rôle? C'est à vous de le dire.

PhilDCQ : Son anti-sarkozysme ne devient-il pas excessif ?


Ludovic VIGOGNE: Il est peut-être un peu systématique. Même s'il a approuvé par exemple le plan de
sauvetage des banques française contrairement aux socialistes. Enfin, les urnes le diront!

Rangueil: Pensez vous que les appels du pied récents de Hollande et De Villepin augure d'un rapprochement
des forces républicaines et modérées pour l'avenir ?
Ludovic VIGOGNE: Un peu tôt pour répondre. Il faudra attendre quelques semaines avant la présidentielle.
Ce qui est sûr, c'est qu'on voit mal Villepin soutenir Sarko en 2012 s'il n'est pas lui-même candidat! Avec
Hollande je l'ai dit, on sent bien qu'il y a de plus en plus de convergence de vues.

moune08: Quel est le vrai sens de la démarche de François Hollande: dégommer Bayrou définitivement ou le
rallier à la cause du PS solidement, en l'invitant au "dialogue"? Etait-ce à lui de le faire? Et représente-t-il le PS
en agissant ainsi?
FJ - 49
Ludovic VIGOGNE: Oui, il a le droit de le faire. Non, il ne représente pas le PS. Oui, en 2012, il y aura très
probablement au second tour un axe PS-Modem pour battre Sarkozy. La question est de savoir quel sera le
candidat qui en profitera: Bayrou ou un socialiste. Hollande livre là sa conviction sur une alliance électorale à
venir. Il ne sous-estime pas la force électorale personnelle de Bayrou et les divisions du PS.

http://www.lexpress.fr/actualite/politique/ideologiquement-hollande-et-bayrou-ne-sont-pas-
eloignes_754740.html

LE POINT

23 AVRIL 2009 - L'ALTERNATIVE DE J.-F. K.


Franz-Olivier Giesbert

Le kahnisme est-il une idéologie ? Il y a plus d'un quart de siècle que Jean-François Kahn plaide pour une autre
voie, avec ce mélange d'alacrité et de liberté d'esprit qui est sa marque de fabrique. Avec le temps, il est même
devenu une sorte de monument national. Il aura, un jour, sa statue. Celle du polémiste qui ne se la pète pas.
Dans « L'alternative » (1), son dernier opus en date, qui sort ces jours-ci en librairie, Kahn définit un nouveau
modèle de société. Si son entrée en politique sous le drapeau du MoDem lui a donné un sacré coup de jeune, il
célèbre toujours, avec la même fraîcheur, son traditionnel « centrisme révolutionnaire », contre les « stalinismes
» de gauche et de droite.
Certes, il a tort de régler leurs comptes hâtivement, en moins de temps qu'il n'en faut pour l'écrire, à des
intellectuels libéraux comme Revel, Aron ou Minc. Certes, il a pareillement tort de tirer gloire d'avoir eu raison
sur la crise, comme s'il était le seul : depuis longtemps, une bonne partie de la presse sonnait aussi l'alarme
contre la cupidité et la goinfrerie d'un système financier sans foi ni loi, il suffit pour s'en convaincre de relire les
numéros du « Point » de ces dernières années.
Il reste que « J.-F. K. » dessine, dans « L'alternative », un projet de société auquel nous ne pouvons qu'adhérer
puisqu'il est recomposé « non plus autour de l'Etat ou l'argent, mais de l'homme dans toutes ses dimensions
réconciliées ». C'est bien joli, direz-vous, mais ça mérite d'être approfondi.
En attendant, si Jean-François Kahn, un utopiste doué et débridé qui se prend pour Jean-François Kahn, a raison
de s'attaquer aux démesures de la gauche et de la droite, puisse le centre ne pas prendre à son tour la grosse
tête...
1. Fayard.

http://www.lepoint.fr/actualites-chroniques/2009-04-23/l-alternative-de-j-f-k/989/0/337256

20 AVRIL 2009 - BAYROU VOIT LA ZONE EURO EN "LEADER D'ENTRAINEMENT" DE L'UE

PARIS (Reuters) - L'Union européenne doit avancer à des rythmes différents, sous la houlette de la zone euro
qui serait son "leader d'entraînement", a dit lundi François Bayrou.
Parmi les "changements" que le MoDem veut imprimer à l'UE à la faveur des élections du 7 juin, le dirigeant
centriste, qui est crédité de 12% des voix dans un récent sondage, réclame une "Europe du premier cercle" bâtie
sur les pays de la zone euro.
"Nous sommes pour qu'il y ait une Europe du premier cercle, une Europe active qui réunit les pays de la zone
euro (...) Nous avons seize pays qui ont une monnaie en partage. Ils ont une responsabilité particulière de leader
d'entraînement", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse à Paris.
"Cette Europe doit bien évidemment être ouverte, cela ne doit pas être une Europe de l'exclusion", a-t-il ajouté.

FJ - 50
Si cette "Europe du premier cercle" avait existé lors du sommet du G20, début avril, François Bayrou veut
croire que la lutte contre les paradis fiscaux en serait sortie renforcée et non affaiblie, comme il estime qu'elle
l'a été.
A Londres, "on a écrit la liste des paradis fiscaux avec une gomme", a-t-il déploré, effaçant "l'un après l'autre
les paradis à l'intérieur même des pays qui se présentaient comme vertueux".
Face à ce "grand immobilisme, si la zone euro existait elle serait un leader d'exigence dans cette lutte contre les
paradis fiscaux. Elle doit devenir une avant-garde", a souligné François Bayrou, qui veut également accélérer la
politique d'harmonisation fiscale au sein de cette zone euro.
Il a dénoncé une certaine forme de "démission" des Etats qui font ou laissent faire de la "braderie fiscale" et
"vont piquer des entreprises dans les autres pays".
PS ET UMP RAILLÉS
Marielle de Sarnez, tête de liste du MoDem en Ile-de-France et "animatrice" de la campagne nationale pour les
européennes, a également plaidé pour un "nouveau modèle européen économique social et durable".
"Le levier de réponse n'est pas national, il faut un plan de relance et un grand emprunt européen", a-t-elle
déclaré.
"Les pères fondateurs disaient toujours qu'il fallait faire l'Europe des petits pas. Je crois exactement l'inverse, il
faut faire l'Europe des grands pas", a-t-elle souligné.
A six semaines d'un scrutin européen crucial pour sa formation, François Bayrou a noté un changement notable
chez les électeurs français.
En pleine crise financière et économique, "une révolution a eu lieu dans l'esprit des Français qui placent
l'Europe au rayon des espoirs alors qu'hier elle était rangée au rayon des contraintes", a-t-il estimé.
Le président du MoDem, qui a organisé au moins trois événements nationaux pour lancer sa campagne
européenne, a renvoyé dos-à-dos le Parti socialiste, où les listes composées par Martine Aubry ont fait grincer
des dents, et l'UMP, qui peine à présenter des listes électorales complètes. "Nous avons composé nos listes au
terme d'une démarche démocratique avec consultation des adhérents et nous faisons campagne sur le sujet
européen", a ironisé François Bayrou. Il y aura un "message national" adressé au gouvernement lors de ce
scrutin, a-t-il convenu, mais le MoDem n'appelle pas au "vote sanction" comme les socialistes français.
Laure Bretton, édité par Yves Clarisse

http://www.lepoint.fr/actualites/2009-04-20/bayrou-voit-la-zone-euro-en-leader-d-entrainement-de-l-
ue/1037/0/336429

LE NOUVEL OBSERVATEUR

20 AVRIL 2009 - LA NIAQUE DE CORINNE LEPAGE

Disons le : l’essai de Corinne Lepage « Vivre autrement » (1) est de très loin le plus convaincant de la marée
verte éditoriale actuelle. L’ancienne Ministre de l’environnement ( 1995 à 1997) ne ratiocine pas sur la
vulgate écolo comme beaucoup d’autres. Elle polémique peu avec l’agora politicienne qu’elle n’a jamais
abandonnée et dont elle dénonce au détour d’une page l’ « insignifiance » et la soumission à l’ « ordre
médiatique ». Ce qui l’intéresse, c’est de réamorcer la pompe de la passion politique. Et c'est fait sans effets de
manche. Avec un dossier trés fourni sous le bras. Comment ? D’abord en nous décomplexant de la
mondialisation qui nous nanifie, nous les occidentaux. A sa manière, Lepage est dans le « Yes, we can ». A ses
yeux, le tsunami de déprime qui tue nos emplois est le corollaire de notre éreintement démocratique. Un citoyen
consommateur qu’elle décrit « passif », « anémié », « instrumentalisé par la peur », à genoux devant l’autel de
la « technoscience » déifiée et supposée tout résoudre, baladé par les lobbys qui ont phagocyté les lieux de
pouvoir. Exemples qui laissent effectivement rêveur : la nomination par Georges Bush d’un responsable
d’Exxon, le groupe pétrolier, au titre de Conseiller pour le réchauffement, ou à la FDA (Federal Drug
Administration) de Marguerite Miller, ex de Monsanto, et de Michael Taylor, ex avocat de Monsanto puis N° 2
de Monsanto… Résumé : « L’économie souffre d’anémie et la société d’anémie ».

FJ - 51
"Economie de guerre" pour la survie.

Face à cette double implosion, Lepage suggère la " Renaissance". De se réveiller avec la niaque d'en découdre.
D’arrêter le cauchemar après avoir bien regardé nos fantômes au fond des yeux. Et de passer à une « économie
de guerre ». Là dessus, elle a raison : ce n’est pas parce que nous avons pris connaissance de la finitude de notre
planète que nous sommes finis. Que nous devons nous abandonner à la mollesse, fut-elle baba, et aux
paillettes. Aux anxiolytiques et aux jeux du cirque. La pensée doit s’extraire de son enfermement. Comme on
ne va pas ici tout passer en revue de ce livre fort expansif, on retiendra quatre idées clefs.

1. Entre les tenants de la « croissance" à tous prix et ceux de la « décroissance »....

Lepage sort de l’étau par une troisième voie : l’ « évolution soutenable ». Pirouette ? Pas sûr que ça marche.
Pas sûr qu’il ne soit pas trop tard. Mais en tout cas l’idée de repenser le capital en agglomérant les
composantes financières, environnementales ( le capital naturel de nos ressources) , sociales, et culturelles,
permet de produire les yeux ouverts. Sans externaliser les coûts et les pertes souvent irrémédiables. L’idée ,
c’est l’économie « symbiotique ou circulaire » qui mise sur la parcimonie et sur le reyclage. Pour mesurer le
chemin à faire, il faut savoir qu’aujourd’hui, lorsque nous prélevons sur la ressource naturelle pour produire,
"6% va au produit et 94% devient déchet"… L’utopie de l’ « eco économie » n’est plus tout à fait une chimère.
Depuis que les investisseurs s’intéressent aux énergies renouvelables, c’est-à-dire à peine quelques décennies,
les avancées sont impressionnantes. La tour solaire prés de Séville produit 20 MW d’électricité, rappelle
Lepage, et les prochaines devraient atteindre 300 MW. Le couplage d’un capteur photovoltaïque, d’un système
de stockage d’hydrogène et d’une pile à combustible à la cave permettrait de rendre chaque immeuble à peu
prés autosuffisant en énergie….

2 . Internet énergétique et social

D’immeubles à immeubles, de local à local, la « mutualisation énergétique » est l’avenir, martèle Lepage. Aux
Etats unis, note –t-elle, des mises au pot commun de la ressource électrique produite par les particuliers se
développent indépendamment des grands systèmes de production. De la même manière, les réseaux sociaux
qui échangent et bonifient les logiciels libres les compétences agricoles, technologiques, les inventions –
voir le site américain étonnant "instructables.com" , sont constitutifs de cette intelligence collective
horizontale. A court terme, c’est la micro finance qui serait concernée. Une manière de s’extraire de la
machinerie hiérarchique et des entreprises mastodontes. Une revitalisation sociale et démocratique qui permet
de s’affranchir de la passivité et de la myopie consumériste en vigueur.

3. Le Bio-mimétisme

De la conception à la production, répliquer les systèmes naturels est une des voies d’avenir retenue par
Lepage. Exemple : la peinture ( Lotusan) dont les composants reproduisent les particularités de la fleur de
Lotus . Et derrière, il y a le continent de l’industrie « néobiologique » ou « chimie verte » qui utilise comme
matière première des organismes ou des parties d’organismes. Peu ou pas toxique. Peu ou pas de déchets….

4. Une nouvelle société de contrat

L’incertitude environnementale, c’est celle qui pèse sur les générations futures . Or dans une société libérale du
tout contrat, la génération à venir est absente. Elle ne peut rien signer et a généralement bon dos. C’est sur elle
FJ - 52
qu’on garantit les dettes et sur elles qu’on renvoie les rendez-vous douloureux . Comment représenter ses
intérêts ? Lepage en appelle à des institutions, nationale, régionale ( L’Otan recyclée) et mondiale ( L’Onu)
dont le seul but serait d’apprécier au regard des générations futures , les choix faits au jour le jour.
Voilà, c’était juste pour une mise en bouche. Reste à savoir si Corinne Lepage, très convaincante à l'écrit ,
parviendra à persuader à l'oral le patron de son propre parti. François Bayrou dont l'appétence verte s’arrête
jusque-là aux prairies béarnaises fréquentées par ses chevaux. Il est vrai que Lepage, Ministre de
l’environnement, avait dû lutter pied à pied contre un certain Premier Ministre Alain Juppé. Aujourd’hui le
même Juppé, Maire de Bordeaux trés durable, s’est converti et ne « mangera plus de cerises en hiver ».
Patience….
Il est tout aussi vrai qu'on attend toujours la même métamorphose, ou du moins une curiosité approchante,
chez Martine Aubry, Benoït Hamon ou un autre poids lourd de la rue de Solférino. Patience....

Guillaume Malaurie
(1) Grasset. 9€

http://planete.blogs.nouvelobs.com/archive/2009/04/20/la-niaque-de-corinne-lepage.html

MARIANNE

18 AVRIL 2009 - BAYROU, PLANCHE DE SALUT DU PS


Par Luc Mandret.

François Hollande a choisi le sujet Bayrou pour revenir sur la scène médiatique. Ce n'est pas un hasard.
C'est reparti pour un tour : alliances entre Parti Socialiste et le Mouvement Démocrate, énième tome. Cette
problématique des alliance entre le PS et le MoDem revient régulièrement sur le devant de la scène médiatique.
Les médias en sont friands. Les socialistes en abusent : Ségolène Royal, Vincent Peillon, Bertrand Delanoë,
Martine Aubry, tous les cadors socialistes auront surfé sur ce sujet pour exister médiatiquement, pour (re)faire
parler d'eux durant un creux de vague.
Rebelote donc. Avec le retour flamboyant de François Hollande. L'Express publie un entretien avec l'ancien
premier secrétaire du Parti Socialiste. Bien évidemment, vous pouvez ne pas lire l'interview dans son
intégralité, le principal étant déjà connu. Pour faire parler de lui, François Hollande remet sur la table la
question des alliances entre le PS et le MoDem, avec cette phrase à propos de François Bayrou : « qu'il abatte
ses cartes et affiche ses idées, et nous aussi. Si les divergences l'emportent sur les convergences, chacun
comprendra le refus de l'alliance. Si c'est l'inverse, alors il faudra en tirer les conclusions ».
Heureusement que le Mouvement Démocrate existe : sans François Bayrou les socialistes seraient
probablement obligés de réfléchir à une critique constructive de la politique de Nicolas Sarkozy, contraints de
se mettre tous d'accord pour avoir un projet cohérent et audible. Le MoDem permet aux éléphants du PS
d'exister, ils savent que le sujet fera débat, ils savent que les socialistes continueront de s'entredéchirer sur cette
question d'alliances MoDem-PS. Hollande oublié des médias, le voilà de retour sur la scène politique.
Comme l'écrit si bien Marc Vasseur, « François Hollande en serait déjà donc à prévoir un accord de deuxième
tour ». Car c'est bien de cela dont il s'agit, what else ? C'est François Hollande lui-même qui le dit dans cet
entretien toujours en parlant de Bayrou : « il n'a aujourd'hui ni les forces pour prétendre être présent au second
tour de la présidentielle, ni le projet politique lui permettant de fédérer autour de lui ». Présidentielle mon
amour, ils ne pensent tous qu'à ça.

http://www.marianne2.fr/Bayrou,-planche-de-salut-du-PS_a178090.html

FJ - 53
17 AVRIL 2009 - BAYROU, ALLIE OU ENNEMI DU PS?
Par Sylvain Lapoix

Après les avances de Hollande à Bayrou, Harlem Désir pondère les ardeurs de l'ancien Premier secrétaire : s'ils
ont beaucoup en commun, c'est le Modem qui doit faire le premier pas... Serait-ce le premier tango entre le PS
et le centre ?
Le PS ne sait plus où donner de l'alliance. Après la main tendue par François Hollande à François Bayrou,
Harlem Désir a tenté ce matin sur RTL de calmer la chamade qui agite le cœur du parti : «sur un certain
nombre de point, il a marqué des convergences avec la gauche, expliquait la tête de liste Île-de-France du PS
aux européennes. Si François Bayrou estime que le plus grave danger pour le pays, c'est la politique menée par
Nicolas Sarkozy et bien il peut appeler à soutenir les positions de la gauche.»
Mais les familles sont encore brouillées : entre centre et gauche se rejoue le drame des Montaigu et des
Capulets, Roméo et Juliette sont séparés par un balcon !

Si proche et si loin en même temps

Harlem Désir le soulignait lui-même : «comme nous, il dénonce les atteintes aux libertés publiques» ou bien la
politique économique et sociale de Sarkozy. «Il a voté la mention de censure, rappelle le socialiste avant de
pondérer le cœur lourd. Pendant la campagne présidentielle, sa seule priorité, c'était la baisse de la dette.» Le
PS, lui, défend la relance par le pouvoir d'achat. Leur amour en est-il rendu impossible ?
L'hypothèse est de moins en moins certaine : hier, la ligne du parti consistait à maintenir François Bayrou à
droite, à rappeler son appartenance à des gouvernements RPR et son fond démocrate-chrétien-libéral. Mais de
même que Ségolène Royal est devenue trop populaire pour être totalement écartée par les socialistes, qui ont
récupéré son escapade à Dakar, François Bayrou trône aujourd'hui dans le top 5 des meilleurs opposants à
Sarkozy. Et, même à trois ans de la présidentielle, il serait risqué d'insulter l'avenir.

Si Hollande tend peut-être la main à Bayrou pour mettre en difficulté Martine Aubry, Harlem Désir lance des
œillades pour avoir cet opposant avec lui plutôt que contre. «Il faut aujourd'hui que François Bayrou fasse un
choix», répétait-il. Décrédibilisé par ses luttes internes, le Parti socialiste ne peut guère proposer lui-même la
valse au Modem sans avoir l'air aux abois. Mais il n'en trépigne pas moins sur sa chaise, pendant ce quart
d'heure américain des européennes, de voir le centriste lui proposer une danse, histoire de ne pas avoir juste l'air
de garder le sac à sa copine Ségolène Royal...

http://www.marianne2.fr/Bayrou,-allie-ou-ennemi-du-PS_a178086.html

17 AVRIL 2009 - BAYROU, PLANCHE DE SALUT DU PS


Par Luc Mandret.

François Hollande a choisi le sujet Bayrou pour revenir sur la scène médiatique. Ce n'est pas un hasard.

C'est reparti pour un tour : alliances entre Parti Socialiste et le Mouvement Démocrate, énième tome. Cette
problématique des alliance entre le PS et le MoDem revient régulièrement sur le devant de la scène médiatique.
Les médias en sont friands. Les socialistes en abusent : Ségolène Royal, Vincent Peillon, Bertrand Delanoë,
Martine Aubry, tous les cadors socialistes auront surfé sur ce sujet pour exister médiatiquement, pour (re)faire
parler d'eux durant un creux de vague.
Rebelote donc. Avec le retour flamboyant de François Hollande. L'Express publie un entretien avec l'ancien
premier secrétaire du Parti Socialiste. Bien évidemment, vous pouvez ne pas lire l'interview dans son
FJ - 54
intégralité, le principal étant déjà connu. Pour faire parler de lui, François Hollande remet sur la table la
question des alliances entre le PS et le MoDem, avec cette phrase à propos de François Bayrou : « qu'il abatte
ses cartes et affiche ses idées, et nous aussi. Si les divergences l'emportent sur les convergences, chacun
comprendra le refus de l'alliance. Si c'est l'inverse, alors il faudra en tirer les conclusions ».
Heureusement que le Mouvement Démocrate existe : sans François Bayrou les socialistes seraient
probablement obligés de réfléchir à une critique constructive de la politique de Nicolas Sarkozy, contraints de
se mettre tous d'accord pour avoir un projet cohérent et audible. Le MoDem permet aux éléphants du PS
d'exister, ils savent que le sujet fera débat, ils savent que les socialistes continueront de s'entredéchirer sur cette
question d'alliances MoDem-PS. Hollande oublié des médias, le voilà de retour sur la scène politique.
Comme l'écrit si bien Marc Vasseur, « François Hollande en serait déjà donc à prévoir un accord de deuxième
tour ». Car c'est bien de cela dont il s'agit, what else ? C'est François Hollande lui-même qui le dit dans cet
entretien toujours en parlant de Bayrou : « il n'a aujourd'hui ni les forces pour prétendre être présent au second
tour de la présidentielle, ni le projet politique lui permettant de fédérer autour de lui ». Présidentielle mon
amour, ils ne pensent tous qu'à ça.

http://www.marianne2.fr/Bayrou,-planche-de-salut-du-PS_a178090.html

16 AVRIL 2009 - REDECOUPAGE ELECTORAL : MARLEIX BOYCOTTE LE MODEM

Selon Eric Azière, chargé des élections au Mouvement démocrate, le redécoupage électoral d'Alain Marleix
relève du «petit arrangement entre amis». Le MoDem n'aurait même pas été consulté par le ministère de
l'Intérieur sur les critères de la nouvelle carte.
Marianne2.fr : Que pensez-vous de la façon dont Alain Marleix a opéré le redécoupage électoral ?
Eric Azière : Tout a été fait pour brouiller les cartes ! On est passé d'une consultation sporadique de quelques
responsables départementaux des partis par les préfets à un entretien unique entre François Bayrou et Alain
Marleix. De nombreux présidents des sections Modem départementales nous appellent pour nous signaler que
les préfets ne leur ont rien dit de la nouvelle carte. J'ai appris dans Le Monde que le Parti socialiste a été saisi
d'un dossier sur les critères du redécoupage. Nous sommes le troisième parti de France et nous n'avons rien reçu
de tel !
L'opposition a vivement critiqué les choix d'Alain Marleix qui, sur les 33 circonscriptions concernées,
supprimerait plus de sièges de gauche que de sièges de droite. Quel serait selon vous le bon équilibre ?
Eric Azière :Nous ne sommes pas dans une logique d'étiquetage : les circonscriptions électorales
n'appartiennent à personne ! Le débat n'existe pour l'instant qu'entre l'UMP, le gouvernement et le Parti
socialiste : cela donne une belle idée du respect du pluralisme dans ce pays. Le but de ce redécoupage est le
rééquilibrage démographique général de la carte. Une fois établi, il faut se pencher sur les détails, département
par département, canton par canton... et là, les partis politiques doivent être impliqués. Or, en multipliant les
contacts bilatéraux, on rentre dans les petits arrangements entre amis qui amènent deux partis à accaparer 95%
des sièges alors qu'ils ne représentent que 50% des suffrages exprimés. Le Modem n'a aucun intérêt à défendre
des «parts de marché» politique : nous sommes dans une logique de conquête. Pour nous une bonne réforme
commencerait par l'injection d'une dose de proportionnelle qui permettrait aux autres partis d'exister. La
réforme de la carte électorale est nécessaire pour mieux représenter les Français. Mais, faite comme elle l'est,
elle amène seulement à notabiliser un peu plus la vie politique française au lieu de la rapprocher des citoyens.
Eric Azière est conseiller régional en Île-de-France et responsable des élections au Mouvement démocrate.

http://www.marianne2.fr/Redecoupage-electoral-Marleix-boycotte-le-MoDem_a178076.html

AUDIOVISUEL

FJ - 55
FRANÇOIS BAYROU

FRANCE 3 MIDI-PYRENEES - 21 AVRIL 2009


http://europe.lesdemocrates.fr/francois-bayrou-je-ne-concois-pas-leurope-que-comme-une-europe-qui-protege-
la-diversite/

MARIELLE DE SARNEZ

MARIELLE DE SARNEZ AU PARLEMENT EUROPEEN


http://www.youtube.com/watch?v=9lb5Xzhjt3U&eurl=http%3A%2F%2Fwww.mouvementdemocrate.fr%2Fac
tualites%2Feurope%2Fsarnez-intervention-parlement-europeen-crise-financiere-
220409.html&feature=player_embedded

LCI - 18 AVRIL 2009


http://www.dailymotion.com/video/x918lj_de-sarnez-politiquement-show-hadopi_news

FRANCE 2 - LES 4 VERITES - 21 AVRIL 2009 - MARIELLE DE SARNEZ : "IL FAUT REFORMER LE FONCTIONNEMENT DE
L'ONU"

Marielle de Sarnez, tête de liste pour les élections européennes en Ile-de-France, a estimé mardi 21 avril dans
les 4 vérités sur France 2 qu'il "faut réformer le fonctionnement de l'ONU", après les propos anti-israéliens du
président iranien Mahmoud Ahmadinejad à la conférence "Durban II" à Genève. Sur France lnfo lundi-soir, elle
a porté une "condamnation absolue" au discours du président iranien tenu à Genève. Elle observe également
que "si on réfléchit, au fond je trouve que la façon dont a été préparée cette réunion me laisse absolument
interrogative."
Roland Sicard : Bonjour à tous, bonjour Marielle de Sarnez.
Marielle de Sarnez : Bonjour.
RS : Avant de parler des élection européennes et de ce livre, ce "Petit dictionnaire pour aimer l'Europe"
que vous venez d'éditer, je voudrais revenir sur ce qui c'est passer hier à Genève. Le président iranien a
qualifié l'Etat d'Israël de "raciste", au cours d'une conférence internationale. Du coup, la délégation
française a quitter la salle comme les délégations européennes. Au fond, la France n'aurait pas du faire
comme les USA, c'est-à-dire ne pas y aller du tout ?
MS : Ecoutez moi je trouve que tout cela n'est pas très sérieux. Au fond, je suis pour une grande institution
internationale et mondiale, mais il faut réformer le fonctionnement de l'ONU. Je veux dire qu'on ne peut pas
découvrir les choses ! C'était évident que le président iranien, étant invité, il tiendrait ces propos... Là, ce n'était
une surprise pour personne.
RS : Et les Etats-Unis n'y sont pas allés... Est-ce que la France a eu raison d'y aller ?
MS : Ecoutez, inviter le président iranien dans une conférence contre le racisme -quand on sait exactement ce
qu'il va dire- c'est une faute et donc, j'aurais préféré que la France et l'Europe pèsent d'une seul voix avant
l'organisation de la convention, cela afin de modifier son ordre du jour et le contenu des politiques et surtout,
son communiqué de presse et ses communiqués finaux... Voilà, je trouve que tout cela n'est pas bien organisé.
RS : Alors, sur l'Europe, les élections ont lieu dans un mois et demi et personne n'en parle...
MS : Oui, le 7 juin.
RS : Et cela a l'air de n'intéresser personne...
MS : Moi j'en parle et nous faisons campagne. Alors, il faut poser la question au gouvernement... Visiblement,
il a envie de zapper ces élections européennes...
RS : Pour quelle raison il aurait envie de zapper ça ?

FJ - 56
MS : Je ne sais pas, probablement parce que les élections intermédiaires ne sont pas forcément favorables au
gouvernement en place. Mais je trouve que c'est une faute, parce que probablement, on a jamais eu autant
besoin d'Europe qu'en ce moment. La crise est là, on n'en est pas du tout sortie, on voit bien que les réponses
nationales, les plans de relance que chacun a fait dans son coin en Europe, ne fonctionnent pas. Ce ne sont pas
des leviers pour recréer de la croissance. Les prévisions sont terribles en matière de croissance pour l'année à
venir, terrible en matière de chômage... Je pense qu'on a besoin plus que jamais d'un grand plan de relances
européen.
RS : Mais justement, est-ce que les Français ne s'intéressent pas à cette élection, parce que dans la
gestion de la crise, l'Europe a été totalement absente. Vous le disiez, il y a eu des plans nationaux, pas de
plan européen et on n'a pas vu l'Europe...
MS : J'attends toujours le plan européen que je demande. Nous demandons un grand emprunt européen, un plan
qui soit à la mesure de la crise et qui soit la seule réponse pertinente qu'on puissent apportée à la crise.
RS : Et pourquoi il n'y a rien eu ? À qui la responsabilité ?
MS : Il y a co-responsabilité du Président de la commission...
RS : José-Manuel Barroso ?
MS : ... Qui n'a pas fait son travail en mettant sur la table un certain nombre de propositions ; et puis la co-
responsabilité des chefs d'Etats et de gouvernements qui ont préféré chacun agir dans leur coin avec des plans
de relance un peu exagéré, c'est-à-dire que quand on dit en France qu'on consacre 26 milliards d'euros à la
relance, ce n'est pas vrai : on a simplement additionner des mesures qui était déjà programmées.
RS : Cela veut dire que le plan de relance français est très insuffisant ?
MS : Oui, très insuffisant.
RS : Et qu'il ne permettra pas de sortir de la crise ?
MS : Non, bien sûr que non. On aura besoin d'un deuxième plan et ce deuxième plan, je demande qu'il soit
sérieux et donc coordonné, européen !
RS : Mais avec quels moyens l'Europe peut-elle faire cela ?
MS : Elle peut faire un grand emprunt ; par exemple, on peut demain décider de faire des grands travaux. Vous
savez, c'était une idée de Jaques Delors, je suis sûr que s'il avait était président de la Commission...
RS : Je vous coupe, mais dans votre livre, vous en parlez beaucoup, vous avez l'air de beaucoup
l'admirer... Il a été le meilleur président ?
MS : Mais écoutez, c'est un grand Européen, il a été un formidable président de la Commission et dans les
temps difficiles, on a besoin d'un homme comme celui-là, qui soit porteur d'initiatives au fond.
RS : Et là, visiblement avec José-Manuel Barroso, ce n'est pas cela...
MS : Non, il ne joue pas dans la même division, mais au fond cela n'est pas que de la faute de Barroso. Tout
cela convient très bien aux chefs d'Etats et de gouvernements, cela convient aussi très bien à Nicolas Sarkozy...
On a un président de la Commission qui, au fond, fait le secrétariat du conseil, c'est-à-dire des chefs d'Etats et
de gouvernements, qui n'ose prendre aucune initiative de peur de gêner. Ce n'est pas comme ça que cela doit
marcher !
RS : Il faudra changer de président de la Commission, après les élections ?
MS : Oui.
RS : Qui est votre candidat ?
MS : Je pense que l'Europe doit être gouvernée au centre et pas à droite comme le fait Barroso et surtout, celui
ou celle qui doit avoir en charge cette responsabilité là. Le président de la Commission doit être libre,
indépendant et autonome par rapport aux gouvernements...
RS : Ce qui n'est pas le cas aujourd'hui ?
MS : ... Et inspiré par une seul chose, l'intérêt général commun européen.
RS : Est-ce que pour ces élections européennes, le MoDem et François Bayrou vont aussi appeler à un
vote sanction contre la politique de Nicolas Sarkozy ?
MS : Je crois que quand les Français prendront leur bulletin de vote, il y aura un message pour le gouvernement
: "Entendez-nous ! Ecoutez-nous ! Enfin, entendez les difficultés dans lesquelles, nous somme ! Nous
demandons plus de justice, plus d'équité, mais aussi à l'égard de l'Europe, il faut que l'Union européenne
change, se transforme ! Pour le moment, on a fait l'Europe du marché, de la libre circulation des hommes, des
biens et des services, des capitaux... Mais ce qu'il faut faire demain, c'est aller plus loin dans l'intégration
économique, mettre enfin en place cette harmonisation fiscale dont on parle depuis des années et puis aller plus

FJ - 57
loin sur le plan social... On a besoin d'un plan de convergence sociale, on a besoin d'une Europe qui exerce une
solidarité et davantage de cohésion et d'entraide entre les Européens.
RS : Sur le plan français, Nicolas Sarkozy fait un grand discours sur la sécurité... Il y aura une loi qui va
être faite sur cette question de la sécurité, sur le problème des bandes. Est-ce qu'une loi de plus en
matière de sécurité vous paraît nécessaire ?
MS : D'abord, je trouve que le droit a la sécurité est un droit absolument fondamentale pour nos concitoyens ;
après je ne sais pas... Il en est à des dizaines de loi, Nicolas Sarkozy... Au fond, il est en charge de ces questions
de sécurité depuis huit ans, parce qu'il a été ministre de l'Intérieur dès 2002, président de la République depuis
deux ans... Des lois sur les bandes, il y en a déjà cinq ou six... Qu'on les appliquent et puis peut-être qu'on
renforce les moyens de la police. Je pense que la police est très présente dans les centres-villes, beaucoup moins
dans les endroits plus difficiles en France. Et puis il faut aussi une justice forte. Voilà, il faut une police qui ait
les moyens et une justice qui puisse agir et qui soit indépendante.
RS : L'opposant n°1 à Nicolas Sarkozy ? Martine Aubry, Ségolène Royal ou François Bayrou ?
MS : J'ai l'impression visiblement que pour Nicolas Sarkozy, François Bayrou est une sorte d'obsession... Mais
plus sérieusement, je pense au moment venu... Nous préparons l'alternance. François Bayrou sort un livre pour
en parler longuement ; je pense que plus que jamais, en temps de crise, on doit restaurer le modèle républicain,
qu'il soit un modèle social-démocratique et laïc. On le voit, avec toute la difficulté de la conférence de Durban,
sur toutes ces grandes questions. Au fond, le modèle républicain français est d'actualité.
RS : Est-ce qu'il faudra une alliance entre le PS et le MoDem comme le propose François Hollande ?
MS : Le moment venu, il y aura une compétition et, au fond, il y aura deux modèles qui seront proposés : le
modèle socialiste -qui est un modèle d'alternance on va dire traditionnel- et puis un modèle d'alternance
démocrate qui sera un modèle fédérateur, rassembleur...
RS : Pas d'alliance avant les élections ? Plus "rassembleur", c'est-à-dire qu'il pourra rassembler vers la
gauche que vers un certain nombre de gaullistes et de républicains de droite ?
MS : Aujourd'hui, il n'y a pas d'alliance ; après il faut se parler, on n'est pas en guerre civile. Vous savez, c'est
bien que François Bayrou parle avec les gaullistes, avec les hommes de gauche. François Hollande est de cela,
c'est un homme évidement estimable...
RS : Juste un mot sur les déclarations de Ségolène Royal...
MS : Ecoutez, d'abord les déclarations de Nicolas Sarkozy sont évidement pour le moins des déclarations
déplacées, qui ne sont pas de saison... En même temps, la repentance quotidienne n'est pas de mon goût.
RS : Merci Marielle de Sarnez.

http://www.mouvementdemocrate.fr/medias/sarnez-4verites-france2-europe-iran-210409.html

Vidéo : http://info.francetelevisions.fr/video-info/player_html/index-fr.php?id-video=&chaine=&id-
categorie=EMISSIONS_LES_4_VERITES&ids=#navVdoPlayer

JEAN-FRANÇOIS KAHN

LE TALK DU FIGARO – 24 AVRIL 2009

http://www.lefigaro.fr/le-talk/2009/04/24/01021-20090424ARTFIG00568-l-ue-doit-cesser-d-humilier-la-
turquie-.php

FJ - 58
LE MODEM EN REGIONS

OUTRE-MER

CLICANOO – 16 AVRIL 2009 - GINO PONIMBALLOM, TETE DE LISTE MODEM

Exclu de l’UMP après les municipales de mars 2008 pour avoir fait équipe avec le socialiste Gilbert Annette à
la mairie de Saint-Denis, Gino Ponimballom conduira la liste MoDem aux élections européennes de juin
prochain. Une candidature que confirmera François Bayrou, le président national du MoDem, ce samedi, lors
de sa visite à La Réunion. En fait, François Bayrou transitera par La Réunion avant de se rendre à Mayotte. Il
sera de retour dans notre île, le lendemain, dimanche, pour des rencontres avec les responsables du MoDem
local, avant de repartir pour Paris le soir même. Les discussions sont sur le point d’être bouclées entre Gino
Ponimballom et François Bayrou. “C’est en bonne voie”, nous a confié, hier, le conseiller général de La
Montagne, qui compose la majorité “rouge-rose-orange” menée par l’UMP Nassimah Dindar au Département.
Gino Ponimballom est aussi 5e adjoint du maire PS de Saint-Denis et membre du groupe politique local
“Entente Réunion-MoDem”, avec entre autres Thierry Robert, maire-conseiller général de Saint-Leu et Michel
Dennemont, maire-conseiller des Avirons. Gino PonimBallom qui, actuellement, n’est pas encarté
politiquement, annonce qu’il devrait très prochainement prendre sa carte du MoDem. En discussion depuis
quelque temps déjà avec les responsables locaux dont le président Michel Lagourgue, le conseiller général a eu
plusieurs fois François Bayrou au téléphone. Il devrait même l’accompagner, samedi, à Mayotte. Gino
Ponimballom a déjà informé le maire de Saint-Denis Gilbert Annette, ainsi que la deuxième adjointe Ericka
Bareight et la présidente du conseil général Nassimah Dindar. “Le premier à qui j’en ai parlé, c’est Gilbert
Annette”, précise le 5e adjoint, décidé à endosser le maillot orange pour conduire la liste MoDem aux
Européennes. Après Marie-Luce Penchard (UMP), Ericka Bareight (PS), Gino Ponimballom est la troisième
tête de liste connue, pour l’instant, à La Réunion. Paul Vergès lui, comme à l’accoutumée, fera durer le
suspense jusqu’au dernier moment pour que l’annonce soit “historique”

http://www.clicanoo.com/index.php?page=article&id_article=207606

NORD

LA VOIX DU NORD – 25 AVRIL 2009 – ARRAS : UN DEBAT AVEC LES TETES DE LISTE

Jeudi 30, à l'Atria, un débat aura lieu à un peu plus d'un mois des élections européennes du 7 juin. Six têtes de
liste sont invitées par le Mouvement européen France.
Le Mouvement européen France est non partisan et sa vocation est de développer dans le peuple français la
prise de conscience de l'Europe. À Arras, le MEF est présidé par François Vié qui a convié, jeudi à l'Atria, six
têtes de liste de la zone Nord-Ouest à venir parler de l'échéance du 7 juin. Dominique Riquet (UMP), Corine
Lepage (MoDem), Gilles Pargneaux (PS), Hélène Flautre (les Verts), Jacky Hénin (Front de gauche) et Frédéric
Nihous (CPNT), tous de partis reconnus par le Parlement européen, ont assuré les organisateurs de leur
présence. Cette réunion commencera à 18 h, dans l'auditorium de l'Atria et devrait durer deux heures. L'entrée
sera gratuite. •
> Réunion publique, le 30 avril à l'Atria à partir de 18 h ; n'hésitez pas à nous envoyer des questions
(arras@lavoixdunord.fr) que nous poserons aux candidats.
http://www.lavoixdunord.fr/Locales/Arras/actualite/Secteur_Arras/2009/04/25/article_un-debat-avec-les-tetes-
de-liste.shtml

FJ - 59
LA VOIX DU NORD - 19 AVRIL 2009 - ACCUEIL POLITIQUEMENT VARIABLE

« Je me sens plus accueilli que par le passé », a ironisé le sénateur centriste et vice-président national du
MODEM Jean-Marie Vanlerenberghe, en visite à Calais jeudi, en faisant allusion au changement de
municipalité. Le sénateur-maire d'Arras est venu à la rencontre des maires du Calaisis, ses électeurs potentiels,
pour leur « rendre compte de mon mandat », a-t-il expliqué en précisant que s'il n'est pas dans la majorité, il
n'est pas non plus « un opposant systématique ». Il a aussi évoqué l'actualité du moment : le blocage du port, la
crise de la pêche et l'immigration. M. H.
http://www.lavoixdunord.fr/Locales/Calais/actualite/Secteur_Calais/2009/04/19/article_dessous-sans-
dentelles.shtml

LA VOIX DU NORD - 11 AVRIL 2009 - PAS D'ELECTION EN PERSPECTIVE, POURTANT LA CAMPAGNE A DEJA DEBUTE

La mise en examen de Gérard Dalongeville rebat les cartes de la politique locale. Elle remet en selle des partis
d'opposition qui ne jurent que par de nouvelles élections. Mais tous n'en tirent pas un bénéfice identique.
« Cette situation nous ouvre un boulevard. » Marine Le Pen a tout de suite vu le profit qu'elle pouvait tirer des
déboires de Gérard Dalongeville. Mardi, dès sa garde à vue connue, elle est rentrée dare-dare d'un déplacement
dans l'Orne pour tenir une conférence de presse. Depuis, elle ne quitte plus le terrain médiatique, assénant ses
formules choc pour prendre la population à témoin, amener la majorité municipale à une démission expresse
afin de provoquer un nouveau scrutin.
Le FN joue sur du velours dans l'attente de cet éventuel « troisième tour ». Il reprend la campagne 2008 là où il
l'avait laissée avec les mêmes acteurs, le même discours, la même organisation, la même audience auprès des
médias.
Les autres opposants à Gérard Dalongeville disposent d'une même légitimité et désirent retourner aux urnes.
Mais, s'ils intéressent la presse, le MODEM et l'Alliance républicaine sont plus modestes et ils ne peuvent partir
seuls au combat. Comme eux, David Noël (PCF) appelle à un rassemblement des forces démocratiques, « du
PC au MODEM éventuellement en passant par l'Alliance républicaine ». Mais lui préfère éviter toute
précipitation qui serait, dans le contexte actuel de colère et de révolte de la population, favorable au FN.

Réorganisationdu PS
D'autres organisations de gauche se réveillent comme les Verts qui sortent de leur longue hibernation sans
oublier le socialiste Alain Alpern, qui piaffe d'impatience de monter au combat au sein d'une équipe d'union.
Signalons qu'à droite, l'UMP n'a pas encore donné signe de vie.
Reste le Parti socialiste. Lui qui a quasiment toujours tenu la ville depuis 1953 se trouve dans une situation
handicapante depuis la dissolution de la section locale. Il peut compter sur la force militante du MJS qui hier
encore tractait au marché mais doit compter ses troupes et se réorganiser. Une tâche à laquelle veut participer
Marie-Noëlle Lienemann.
MODEM, PC, AR, PS... tous devront composer ensemble dans l'optique d'une élection. Mais pour l'heure tout
ce petit monde semble prendre ses marques en jaugeant le voisin. Quant ils ne sont pas à recoller les morceaux
dans leur propre famille. •

http://www.lavoixdunord.fr/Locales/Lens/actualite/Autour_de_Lens/Henin_et_Alentours/2009/04/11/article_pa
s-d-election-en-perspective-pourtant-l.shtml

LA VOIX DU NORD - 11 AVRIL 2009- LA MEME VOLONTE DE ROMPRE AVEC UNE EPOQUE (EXTRAIT)

Christine Coget (MODEM) : « Les faits reprochés à Gérard Dalongeville dépassent ce qu'on pouvait
imaginer. Le MODEM entend s'engager clairement vis à vis des Héninois. Le MODEM affiche sa
détermination sans faille de lutter contre le Front national mais aussi de répondre à une population qui en a

FJ - 60
assez de subir. C'est un contrat moral pour lequel j'en appelle à implication de tous les démocrates et de tous les
républicains intègres, loyaux et préoccupés de l'intérêt général. »

http://www.lavoixdunord.fr/Locales/Lens/actualite/Autour_de_Lens/Henin_et_Alentours/2009/04/11/article_la-
meme-volonte-de-rompre-avec-une-epoqu.shtml

SUD

MIDI LIBRE – 25 AVRIL 2009 - FRANÇOIS BAYROU VIENDRA SOUTENIR JEAN CODOGNES

H ier matin, Jean Codognès (centre gauche) a inauguré sa permanence. Durant sa campagne, il l'assure, "nous
ne critiquerons personne car les Perpignanais sont assez grands pour juger par eux-mêmes des compétences des
candidats". Sa colistière Katia Mingo (Les Verts), tout sourire, ajoute : "Nous mènerons campagne avec plaisir
car quand on se fait plaisir, on réussit." Et pour clore le chapitre des intentions, Clotilde Ripoull (Modem)
affirme : "Le bonheur, c'est de repartir en campagne pour Perpignan, pour faire changer la ville." Quid du
programme et de la liste du candidat ? Pour le premier, "il est en cours de finalisation". Pour la seconde, "le
préfet décide du calendrier, nous la dévoilerons quand il s'agira de la déposer." On l'a compris, le candidat
garde la main sur sa communication.
Hier, c'est la question du positionnement politique qui était au programme. Jean Codognès rappelle : "J'ai été
député socialiste de 1997 à 2002 et je suis conseiller général socialiste. Mais, ne plus être membre du Parti
socialiste catalan - il a été exclu en entrant en dissidence l'an dernier (ndlr) - est un grand bonheur. Je n'ai
jamais adhéré au PS pour faire plaisir à qui que ce soit, mais parce que j'ai des convictions de gauche." Katia
Mingo : "Les Verts sont un parti de gauche." Clotilde Ripoull : "Le Modem est au centre, c'est-à-dire ni à
gauche, ni à droite, mais bien à la fois à gauche et à droite." A 30 000 exemplaires
Tout cela posé, peut-être est-il temps de savoir ce qui motive leur candidature. Surtout ensemble. "Nous
voulons réconcilier les Perpignanais, en oubliant un passé récent peu glorieux", affiche Codognès sous son
slogan "La confiance retrouvée". "Nous souhaitons un renouvellement de la classe politique et une action
fondée sur le dynamisme de nos convictions, non sur des idéologies. Notre union est là pour sortir Perpignan
d'un clientélisme et éviter qu'elle tombe dans un autre" , plaide Mingo. "Le paysage politique local est en
décomposition, les citoyens ne retrouvent pas les valeurs d'honnêteté, de compétence et de responsabilités. Seul
Jean Codognès représente ces valeurs" , affiche Ripoull qui souligne qu'en un an de travail commun entre le
Modem, Les Verts et sa tête de liste, "on a appris à se connaître et à se respecter." Bien, bien. Et la campagne,
elle commence par quoi ? Par une annonce d'abord. "François Bayrou viendra nous soutenir. C'est officiel." Par
une distribution ensuite. Car un premier document de propagande expliquant le pourquoi de leur union sera
ventilé à 30 000 exemplaires. Ah tiens, justement, l'Union... Et celle avec Amiel-Donat l'an dernier ? Nous
rejoueront-ils la même pièce de la fusion au second tour ? Codognès anticipe sur les coups à venir et balaie.
"L'an dernier, la fusion était un bien car elle a mis Alduy en panique. Mais elle a été riche d'enseignements alors
c'est clair, pour nous, plus question de fusionner." Il y a quelques jo urs, Christian Bourquin nous déclarait :
"Voter Amiel-Donat, c'est voter Bourquin." Codognès, lui, tente : "Voter Codognès au premier tour, c'est voter
Codognès au second tour." A condition de l'atteindre peut-on se permettre d'ajouter. Mais de cela, il ne doute
pas. G. C.

http://www.midilibre.com/articles/2009/04/25/20090425-PERPIGNAN-Francois-Bayrou-viendra-soutenir-
Jean-Codognes.php5

FJ - 61
MIDI LIBRE - 23 AVRIL 2009 - CENTRE GAUCHE : CODOGNES ET FAURA SONT CANDIDATS

C'est désormais officiel, l'ancien député socialiste et actuel conseiller général du Haut-Vernet, Jean Codognès,
conduira une liste Divers gauche, Modem, Verts, en compagnie, notamment de la vice-présidente du Modem,
Clotilde Ripoull, et de la porte-parole régionale des Verts, Katia Mingo. C'est notamment avec elles deux,
élues, comme lui sur la liste menée par Jacqueline Amiel-Donat au second tour de mars 2008, qu'il a créé en
juin un groupe à part baptisé : Union pour Perpignan. C'est ainsi que pourrait s'intituler sa liste. "Notre liste sera
bouclée ce soir si l'élection est annulée. Bien sûr elle sera composée d'anciens socialistes, exclus l'an dernier,
mais aussi de membres du Modem, des Verts et de colistiers issus de la société civile." Le leader centre gauche
est prêt. Sa propagande de campagne ne demande plus qu'à être imprimée, son programme est quasiment arrêté
et sa permanence est choisie. Il a, en effet, loué un pas de porte sur le quai Vauban. Pour accompagner Jean
Codognès dans l'aventure municipale, quelques noms sont déjà connus. Outre les deux colistières déjà
évoquées, on peut citer : Romain Grau, Agnès Langevine, Faustin Fagéda, Philippe Saintlos, Paul Lencou,
Yves Garcia, Michel Cavallier... Toujours au centre, mais ne boxant pas tout à fait dans la même catégorie, la
candidature du catalano-centriste Raymond Faura est officielle depuis le 8 avril sous la bannière Politicat.
Ancien candidat aux cantonales, il assure qu'il ira jusqu'au bout de sa démarche. "On continue à monter la liste.
On est à peu près une trentaine pour l'instant. Il n'y aura pas de célébrité ou d'énarques, mais nous présenterons
un programme original." Raymond Faura a déjà demandé les papiers officiels en préfecture et son programme
est prêt à être imprimé à 10 000 exemplaires.

http://www.midilibre.com/articles/2009/04/23/20090423-PERPIGNAN-Centre-gauche-Codognes-et-Faura-
sont-candidats.php5

LE JOURNAL DU DIMANCHE - 24 AVRIL 2009 - PERPIGNAN: ALDUY INVALIDE

Le Conseil d'Etat a confirmé jeudi l'invalidation de l'élection de Jean-Paul Alduy à la mairie de Perpignan en
raison de la tristement célèbre "fraude à la chaussette". La juridiction administrative a estimé que compte tenu
du faible écart entre le sénateur UMP et son adversaire, la PS-Modem Jacqueline Amiel-Donat, le résultat de
l'élection municipale avait pu être altéré.
Jean-Paul Alduy doit avoir le moral dans les chaussettes. Depuis jeudi, le sénateur UMP des Pyrénées-
Orientales n'est officiellement plus maire de Perpignan. Le Conseil d'Etat a en effet confirmé la décision du 7
octobre du tribunal administratif de Montpellier d'invalider l'élection municipale de mars 2008 pour fraude
électorale. A l'époque, l'affaire avait défrayé la chronique. Un chef de bureau électoral, frère d'un colistier de
Jean-Paul Alduy, avait été pris la main dans le sac, avec des enveloppes et des bulletins au nom de son favori
caché dans ses poches et ses chaussettes. Georges Garcia, le fautif, et deux autres personnes avaient été mises
en examen dans le cadre de cette bien peu glorieuse affaire. Ils risquent un an de prison.

Compte tenu du faible écart -547 voix sur 41 983 suffrages exprimés, 825 pour le bureau concerné- entre le
candidat UMP et son adversaire Jacqueline Amiel-Donat, soutenue par le PS et le Modem, et de l'existence de
cette désormais célèbre « fraude à la chaussette », la plus haute juridiction administrative a estimé qu'il n'était
pas certain "qu'en l'absence de fraude, la liste élue l'aurait emporté". En outre, "les résultats des opérations de
vote dans (le bureau concerné) ne pouvaient être considérés comme sincères eu égard à la gravité de la
manoeuvre frauduleuse et aux fonctions des personnes concernées, qui avaient pour charge d'organiser les
opérations de dépouillement". Le conseil d'Etat n'a donc pas appliqué une jurisprudence française très contestée
qui stipule que même en cas de fraude avérée, l'élection peut être validée s'il est démontré qu'elle n'a pas eu
d'effet sur son issue.

FJ - 62
"Injuste d'être condamné"<

"Le conseil d'Etat n'a mis en cause aucun élu. Ni moi-même, ni aucun membre de mon équipe n'avons fraudé,
ni de près, ni de loin. Le Conseil d'Etat exprime un doute sur l'ampleur de la fraude et nous condamne au
bénéfice du doute", a déclaré le sénateur-maire. "Je trouve particulièrement injuste d'être condamné au bénéfice
du doute", a-t-il déclaré, avant de préciser qu'i se donnait "jusqu'à mercredi, jeudi prochain" pour dire s'il se
représentait.

Voilà donc Perpignan privé d'édile en attendant la tenue d'élections partielles. En attendant, le préfet des
Pyrénées-Orientales aura la charge de nommer la commission des sages, composée de 7 haut-fonctionnaires
chargés de gérer les affaires courantes de la ville en attendant le prochain scrutin. Une situation que la
municipalité a déjà connue en 1992. En conflit ouvert avec son premier adjoint, le maire de l'époque avait
préféré voir son conseil municipal dissout par le président de la République et attendre la tenue de nouvelles
élections pour lesquelles il ne se présenta pas. Ce maire s'appelait Paul Alduy, et lors du scrutin de 1993, c'est
son fils, Jean-Paul Alduy, qui l'avait emporté.

http://www.lejdd.fr/cmc/politique/200917/perpignan-alduy-invalide_204072.html

MIDI LIBRE - 24 AVRIL 2009 - PAS DE VOEU DE SOUTIEN POUR LES SALARIES DE DELL

Le prochain conseil municipal aura lieu lundi 4 mai. Et, dans cette optique, le groupe d'opposition des
Verts/LCR/Cual voulait déposer un voeu sur les licenciements programmés chez Dell (entre 80 et 150 postes
seraient menacés sur le site de Montpellier). Or, en bureau municipal, mercredi, les présidents de groupe de la
majorité (PS, PC, MoDem) ont rejeté cette proposition (lire La puce à l'oreille d'hier). Depuis, Jean-Louis
Roumégas, le chef de file des Verts, ne décolère pas. « Ces présidents de groupe sont déconnectés de la réalité
sociale de notre pays. Me dire aujourd'hui : "Les voeux, ça sert à rien" est un argument de circonstance alors
qu'on en a adopté, ces derniers mois, toute une série qui étaient creux et souvent à l'initiative du PCF. Dell a
reçu des sommes très conséquentes des collectivités locales, lors de son installation à Montpellier. Environ 5
M€. J'attends désormais que le conseil municipal apporte un soutien à l'emploi chez Dell et que nous
récupérions les subventions versées. » Michel Passet, le président du groupe PCF, ne fait pas la même analyse.
« Ces voeux, c'est une hypocrisie politique. Je crois que cette forme de débat ne convient plus à la réalité en
terme d'éthique et d'efficacité. Le voeu déposé par Jean-Louis Roumégas était soutenu par Jacques Domergue
(c'est son inscription à l'ordre du jour du 4 mai qui avait le soutien du leader UMP, ndlr). Or, si le député veut
défendre l'emploi, il n'a qu'à rejoindre la proposition de loi de Marie-George Buffet visant à interdire les
licenciements dès lors qu'une entreprise verse des dividendes. Le PCF est évidemment avec les salariés de Dell.
Mais nous préférons un débat public sur l'emploi, où nous évoquerions le cas de Dell plutôt qu'un soutien de
façon hypocrite. » Serge Fleurence, qui préside le groupe PS, a changé d'avis sur les voeux et ne s'en cache pas.
« C'est vrai qu'on en a empilé pendant longtemps. Mais je ne me fais aucune illusion du poids d'un voeu sur les
décisions d'une grande société américaine. Ancien syndicaliste, je suis adepte de l'efficacité. Je préfère exprimer
notre solidarité auprès des salariés de Dell en manifestant avec eux s'ils doivent défendre leurs emplois. » Marc
Dufour, pour le MoDem, enfonce le clou. « Les voeux, c'est une tribune politique où chacun y va de son
propos, quitte à paraphraser son prédécesseur. Madame le maire a choisi de les mettre en fin de conseil et c'est
une excellente chose car ça oblige certains à rester jusqu'au bout. Un voeu sur Dell, c'était de la démagogie.
Bien sûr que nous sommes tous en situation de soutien de salariés qui risquent de perdre leur emploi. Et le
travail de l'ensemble des collectivités est de trouver des solutions pour les accompagner. » Autrement dit, les
voeux ont presque vécu !

http://www.midilibre.com/articles/2009/04/24/20090424-MONTPELLIER-Pas-de-voeu-de-soutien-pour-les-
salaries-de-Dell.php5
FJ - 63
MIDI LIBRE - 19 AVRIL 2009 - QUAND DIMUR A DEUX CARTES

On savait qu'au MoDem, à Béziers, ils étaient un peu compliqués. Mais ça l'est encore un peu plus quand le
conseiller municipal Yves Dimur s'en mêle... Explications : après la scission de l'UDF, Dimur fait partie, en
octobre 2007, des fondateurs nationaux du Nouveau centre. Mais curieusement, en août 2008, il signe un
bulletin d'adhésion au MoDem, règle 20 € de cotisation. A l'époque, interrogé par Midi Libre, il jure ses grands
dieux que s'il est sur les listings du MoDem, c'est que le nouveau parti en question se sert du vieux fichier de
l'UDF et que, bien évidemment, il n'a pas adhéré au MoDem. Ce n'est que ces derniers jours qu'une bonne âme
mal intentionnée du MoDem remet à Midi Libre copie de son bulletin d'adhésion. « Ce qui est important, c'est
d'avoir des idées centristes », argumente mollement Dimur dans un premier temps, avant de convenir que s'il a
rempli ce bulletin, c'est « peut-être pour voir si le Mouvement démocrate acceptait toutes les adhésions ».
Ouais, bof, on veut bien. On concèdera à Yves Dimur que la période post-UDF était suffisamment floue pour
que ses "petits" s'y perdent un peu. Ces anciens camarades de formation sont moins tendres : « Il a fait ça pour
foutre la pagaille au MoDem, comme d'autres ex-UDF, pour venir voter contre Marc Dufour », estime le
coordinateur ouest-héraultais du MoDem, Alain Helley. Mais Dimur dément catégoriquement avoir joué un
rôle dans l'élection, ni avoir voté. « Il a dû s'apercevoir qu'il avait fait une connerie », lâche Helley.

http://www.midilibre.com/articles/2009/04/19/20090419-BEZIERS-Quand-Dimur-a-deux-cartes.php5

MIDI-LIBRE - 16 AVRIL 2009 - EMILY TEYSSEDRE EN CAMPAGNE AVEC LE MODEM

Les élections européennes ont lieu le 7 juin prochain Le MoDem Aveyron va avoir les moyens d'écumer le
territoire en vue de la campagne européenne, dont les élections se dérouleront le 7 juin. En effet, sur les vingt
élus de la liste "Sud Ouest" emmenée par Robert Rochefort, deux sont Aveyronnais. Il s'agit de Maïté et Laur
(8e) et Émily Teyssèdre (18e). Mais visiblement, chacun fera campagne de son côté. En tout cas, Emily
Teyssèdre s'est présentée toute seule à la presse locale. L'occasion d'en savoir un peu plus sur cette enseignante
en histoire et géographie de 39 ans au collège Fabre, mère de deux enfants, fraîchement élue aux dernières
élections municipales au Monastère et siégeant également à la communauté d'agglomération du Grand Rodez.

« Je suis Cap 21 à l'origine » sourit-elle, et appartient donc à la branche de Corinne Lepage dans ce mouvement
démocrate cher à François Bayrou. Et après avoir souligné « l'honneur » de faire partie de cette liste, elle est
entrée dans le vif du sujet en s'inquiétant d'abord du « taux d'abstention prévu par les sondages. » Elle poursuit
: « C'est le moment pour les citoyens de s'exprimer et soutenir des Européens convaincus. Ce que nous sommes.
C'est la volonté de MoDem de présenter des élus qui croient en l'Europe. Nous n'oublions pas l'idéal européen
et voulons la solidarité entre les peuples. Que serait la France aujourd'hui, dans cette crise, si elle était seule ? »
Emily Teyssèdre est aussi une "centriste" convaincue. « Je crois qu'il faut être en phase avec la société dans
laquelle nous vivons. Nous avons des avis sur les sujets et voulons les faire entendre » détaille-t-elle. L'occasion
sera peut-être donnée aux citoyens aveyronnais d'en débattre avec elle au cours de cette campagne pour les
élections européennes, bien que le MoDem ait légitimement choisi d'axer ses efforts sur les villes de Toulouse,
Bordeaux et Montpellier pour ce qui concerne la liste "Sud Ouest".

http://www.midilibre.com/articles/2009/04/16/20090416-RODEZ-Emily-Teyssedre-en-campagne-avec-le-
MoDem.php5

FJ - 64
CAGNESSURMER.MAVILLE.COM - 15 AVRIL 2009 - A J + 2, LA BATAILLE DES COMMUNIQUES

« Je n'ai pas de commentaires à faire. Tout a été dit. Nous n'entrerons pas dans la polémique : on a besoin de
sérénité pour travailler ».
Le premier adjoint de Christian Iacono, Régis Lebigre, a bien sorti le drapeau blanc mais la guerre des
communiqués politiques continue à Vence (lire nos précédentes éditions).
Hier matin
Coup de fil de Loïc Dombreval. L'opposant MoDem s'insurge : « Alors que l'heure est à l'apaisement,
M.Lebigre me prend pour cible et m'attaque personnellement en utilisant des mots blessants (...) J'ai été élu
président départemental de mon mouvement et je n'ai donc pas de leçon à recevoir d'un adjoint de Christian
Iacono. Il doit se souvenir que lors d'élections municipales, on vote d'abord pour son maire, pas pour son
troisième de liste (...) Je n'accepte pas d'être considéré comme celui par qui le trouble arrive ».
13 h 23
Mail de son colisitier (MEI) Patrice Miran. Qui en remet une couche. Il dénonce le « processus de victimisation
qui a entraîné les Vençoises et les Vençois à porter (Christian Iacono) à nouveau à la tête de la mairie en mars
de rnier. C'est encore sur ce type de réflexe que Christian Iacono veut s'appuyer aujourd'hui pour laver son
honneur. Ce processus est malsain (...) La population de Vence ne doit être prise en otage (...) ».
17 h03
Mail de Philippe Perret. Le conseiller municipal d'opposition (« Vence avenir ») s'en mêle : « On peut regretter
qu'il y ait eu confusion entre la situation personnelle d'un homme (Christian Iacono, ndlr) et son statut public. Il
n'est plus tolérable que Vence et les Vençois subissent les retombées de cette affaire. M. Iacono doit en tirer les
conclusions (...) Vence mérite une gestion municipale responsable et légitime (...) ».
17 h 30
Réaction par mail d'Anne Sattonnet, conseillère générale du canton de Vence et présidente du comité de soutien
de Christian Iacono.
« J'appelle Loïc Dombreval et ses colistiers à un peu de retenue et à ne pas céder à la tentation d'exploiter de
façon sensationnelle un drame humain et familial. Ses gesticulations de ces derniers jours ne font qu'augmenter
la polémique (...) et ne vont en aucun cas dans le sens de l'intérêt de la ville qu'il prétend défendre. L'équipe
municipale en place a, de par la loi, toute légitimité pour assurer la gestion communale (...) »
18 heures
Catherine Alinat en ligne. La conseillère municipale socialiste reproche à Loïc Dombreval « d'avancer ses
pions dans cette affaire ». « Nous sommes dans une situation exceptionnelle. Sur le très court terme, la loi (qui
permet à Régis Lebigre d'assurer l'intérim, ndlr) est mise en place et ça fonctionne. Mais sur le plus long terme,
il faudra se poser des questions. On ne peut pas continuer à faire comme si rien ne s'était passé. Ce n'est quand
même pas anodin (...) Si un de nos ministres était dans cette situation, je ne suis pas sûre que l'opinion
accepterait qu'il reste au gouvernement. Il faut regarder les choses en face même si c'est douloureux ».
Début de soirée
Mail de Lionnel Luca. Le député et vice-président (UMP) du conseil général stigmatise « de médiocres calculs
politiciens » dans « un drame familial effroyable qui mérite la compassion et le silence » : « La précipitation de
certains à vouloir à tout prix en tirer un profit politique est particulièrement indécente et leurs propos
écoeurants (...) »

http://www.cagnes.maville.com/actu/actudet_--A-j-+-2-la-bataille-des-communiques-_loc-897295_actu.Htm

CAGNES SUR MER.MAVILLE.COM - 14 AVRIL 2009 - A J + 1, LE RETOUR DES BISBILLES POLITIQUES

Ca n'a pas tardé : quelques heures à peine après la condamnation du maire à 9 ans de prison, la politique a repris
ses droits à Vence.
C'est Loïc Dombreval, opposant MoDem, qui a ouvert le bal. Pas au char d'assaut. Mais par une petite pique
sous couvert de « l'intérêt de la population ». « Cette affaire ternit profondément la respectabilité et l'image de
(Vence). Ni le maire, ni son équipe ne sont plus en situation de gérer sereinement la ville », a-t-il déclaré avant-
hier alors que le Premier adjoint de Iacono venait d'annoncer à la presse qu'il assurerait l'intérim. « Le maire,
FJ - 65
c'est toujours Christian Iacono », avait martelé Régis Lebigre, ajoutant que le premier magistrat ne comptait
pas démissionner, allait faire appel et déposer une demande de remise en liberté.
Dombreval : « Je ne tire pas sur l'ambulance »
Une annonce qui n'a pas provoqué de levée de boucliers à gauche : « Les institutions peuvent continuer à
fonctionner. Il est encore trop tôt pour prendre des positions. Nous sommes sous le choc », notait la socialiste
Catherine Alinat... Mais qui a fait grincer Dombreval : « C'est une affaire grave, c'est pas 1 000 e qui ont été
détournés. J'ai toujours respecté la présomption d'innocence, je ne tire pas sur l'ambulance mais je trouve ça
choquant. Aujourd'hui, tout le monde n'est pas derrière Christian Iacono : il y a toute une frange de la
population qui est outrée par tout ça et personne n'imagine qu'il retrouve son fauteuil après toute cette histoire
». Et de tacler au passage le Premier adjoint et « la façon légère dont il a géré la situation » : « aujourd'hui sa
légitimité démocratique est contestée ». Se défendant d'être dans « une manoeuvre politicienne », l'opposant
affirme : « On est dans une situation exceptionnelle et il faut une réponse exceptionnelle. Je propose une
magistrature collégiale de la ville, une équipe restreinte avec tous les représentants de la population :
l'opposition et Régis Lebigre ».
Lebigre : « Il y a un pilote dans l'avion »
L'argumentaire a fait bondir le Premier adjoint : « On ne cherche pas la polémique, on est calme mais je trouve
un peu déplacée l'attitude de M. Dombreval qui dévoile là un visage que nous ne lui connaissions pas... Je suis
désolé qu'il puisse y avoir des opportunistes comme ça face à un grand malheur. M. Dombreval a une telle soif
de prendre les choses en main qu'il en oublie la correction la plus élémentaire. C'est moche. Nous, nous
n'aurions jamais fait ça, même à notre pire ennemi...».
« Il y a un pilote dans l'avion », s'est-il encore défendu. « Et beaucoup de copilotes : toute une équipe
compétente, rôdée. La population a choisi de voter pour Christian Iacono en toute connaissance de cause.
Aujourd'hui la continuité est assurée. Je suis conseiller municipal depuis 1989, je suis adjoint aux Finances : je
n'ai pas de leçon à recevoir de M. Dombreval qui n'a qu'une année d'expérience politique ». Et de donner un
dernier conseil à l'adversaire : « Je comprends que M. Dombreval n'ait pas digéré sa défaite aux municipales
mais il ne doit pas oublier que l'impatience et l'excitation sont mauvaises conseillères. Dans cinq ans, il y aura
un vote...»

http://www.cagnes.maville.com/actu/actudet_--A-J-+-1-le-retour-des-bisbilles-politiques-_loc-
896012_actu.Htm

EST

L’UNION - 22 AVRIL 2009 - ELECTIONS EUROPEENNES JEAN-FRANÇOIS KAHN EN CAMPAGNE

« Proposer une alternative pour éviter la barbarie. » « Retrouver une société où ce n'est plus l'argent mais
l'homme qui est au centre. » « Ne pas rafistoler le système mais le changer après une révolution humaniste et
constructive. » Voilà l'idéal à retenir de la liste MoDem Grand-Est menée par Jean-François Kahn, Nathalie
Griesbeck et Yann Wehrling pour les élections européennes du 7 juin. Ces candidats au parlement européen
avaient donné rendez-vous aux Vitryats et aux habitants de l'arrondissement lundi soir à la salle du Manège
pour présenter leur programme. Alors concrètement, qu'en est-il ?
Nathalie Griesbeck, députée européenne, a expliqué être favorable à une meilleure utilisation des aides
européennes en décentralisant leur gestion afin que les projets locaux en bénéficient plus. « Ce qui n'est pas le
cas aujourd'hui parce que Bercy décide avant tout. » Elle souhaite aussi doubler les budgets de la recherche. La
tête de liste, Jean-François Khan, s'est dit, de son côté, favorable à mettre en place la concurrence libre et non
faussée. Mais aussi à développer la pluralité des médias pour rester dans une Europe libre. L'occasion toute
trouvée pour lui de glisser qu'il reste victime d'une cabale médiatique tout comme son parti, notamment parce
que le journal régional, en l'occurrence l'union, n'a pas annoncé sa venue. Tout en défendant les journalistes,
dont il a tant besoin pour sa campagne, il s'est aussi étonné du silence du journal après sa venue dans le
département. Ce qu'il a omis de signaler c'est que la direction du journal l'a plusieurs fois sollicité pour une
interview, voici un mois et demi. Mais, Jean-François Khan n'a jamais répondu à la rédaction. C'est sa liberté,
certes, mais cela aurait pu probablement lui servir pour détailler sa venue dans le département.A.-S. C.
FJ - 66
Retrouvez le programme du MoDem pour les élections européennes sur www.europe-modem-
est.eu/medias.html

http://www.lunion.presse.fr/index.php/cms/13/article/285718/Elections_europeennes___Jean_Francois_Khan_e
n_campagne

LES DERNIERES NOUVELLES D’ALSACE - 19 AVRIL 2009 - LA QUADRATURE DU CENTRE

Vendredi soir, la tête de liste Grand Est du mouvement démocrate (Modem) pour l'élection européenne, Jean-
François Kahn, était à Saverne au château des Rohan pour débattre avec le public, soit près de 120 personnes.
Jean-François Kahn, journaliste de métier et notamment fondateur de l'hebdomadaire « Marianne » était la
vedette de la soirée politique de vendredi. Invité par le Modem du Bas-Rhin et Thierry Carbiener, il était
accompagné de Yann Wehrling, ancien responsable des Verts, Nathalie Griesbeck, députée européenne sortante
et Anne Meunier, présidente du Modem 67. L'ancien maire de Saverne, Thierry Carbiener, était ravi d'accueillir
cet invité de marque pour « une soirée exceptionnelle » même s'il précise ...

http://www.dna.fr/articles/200904/19/la-quadrature-du-centre,saverne,000009595.php

LE DAUPHINE - 17 AVRIL 2009 – EUROPEENNES MODEM : CHRISTIAN SEARD "EN CDD JUSQU'AU 7 JUIN"

Après sa candidature aux sénatoriales, Christian Séard pensait poursuivre une retraite loin de la politique. Raté.
Il est, comme il le dit lui-même, « en CDD jusqu'au 7 juin », date de l'élection des députés européens. Christian
Séard figure sur la liste du MoDem pour la région Sud-Est et représente donc les HautesAlpes.
Pourquoi ? "C'est l'histoire de trois hommes"
« Jean-Luc Bennahmias (tête de liste du MoDem pour la région) et Michel Sylvestre (président du MoDem 05)
voulaient que je sois sur cette liste. Ils ont pensé que je pouvais mettre en valeur les idées de François Bayrou.
Représenter un territoire de montagne et de ruralité ne se refuse pas, » répond le candidat aux élections
européennes. Il y voit quatre enjeux nationaux : « Que les Haut-Alpins élisent les bons députés qui ne
considèrent pas cette élection comme un lot de consolation, adresser un message fort au gouvernement en lui
faisant connaître nos inquiétudes, parler du projet pour l'Europe porté par les 12 propositions du MoDem et
développer l'émergence d'une nouvelle société humaniste ».
Sur la liste du MoDem mais pas adhérent...
« Je n'adhère pas au MoDem même si j'ai versé de l'argent pour soutenir la candidature de François Bayrou à
l'élection présidentielle. Le MoDem est le parti qui représente le mieux mes idées. Cette élection n'est qu'une
étape où je me mets au service d'un parti, d'une personne, d'une idée. Après la campagne, je reprendrai ma vie
de retraité. Je veux rester indépendant des partis. »
Internet et le terrain
Pour mener la campagne, « on a un blog et on a prévu de rencontrer un maximum de Haut-Alpins en se
déplaçant dans la majorité des cantons. »
Quelle vision de l'Europe ? Encore un peu de patience...
Christian Séard se fait plus énigmatique lorsqu'on lui demande quelle est sa vision de l'Europe. « J'en ai une
mais j'attends la visite de Jean-Luc Bennahmias le 24 avril à 19h30 au Royal à Gap pour la dévoiler, » réplique-
t-il.
Pas de frustration, moins de pression
Pas trop frustrant de faire campagne en sachant qu'on ne sera pas élu soi-même député européen ? « C'est la
première fois que ça m'arrive. Je ne suis pas frustré, au contraire, j'ai moins cette pression du résultat. Mais je
vais faire tout mon possible pour que l'on soit élus. »

FJ - 67
http://www.ledauphine.com/index.jspz?=&article=120701&xtor=RSS

LE PROGRES DE LYON - 12 AVRIL 2009 - REGIONALES : GERARD FAIVRE SE VERRAIT BIEN TETE DE LISTE

Le délégué régional du Modem, patron de la fédération centriste dans le Doubs, a « bien l'intention de repartir
aux régionales. Certes, il me faut l'investiture mais ceux qui ont mouillé la chemise, doivent avoir leur place »,
explique celui qui est aussi directeur de campagne de Jean-François Kahn, la tête de liste Modem aux
Européennes pour la région Est.

http://www.leprogres.fr/fr/region/le-jura/jura/article/487788,181/Regionales-Gerard-Faivre-se-verrait-bien-tete-
de-liste.html

DERNIERES NOUVELLES D’ALSACE - 11 AVRIL 2009 - LA 5E SECTION EST EN PLACE

Malgré le départ des « historiques »Bernard Stoessel et Bernard Klein, le Mouvement démocrate a pu se
constituer au sein de la 5e section, qui épouse les contours du pays de la Région mulhousienne, derrière Xavier
Paillocher. La section mulhousienne du Modem revendique une centaine d'adhérents et sa présence au sein de
la majorité municipale UMP-Gauche Moderne de Mulhouse avec la conseillère Emmaneulle Suarez, par
ailleurs déléguée au bureau départemental et déléguée dans les cantons ouest et sud. ... (reste de l’article payant)

http://www.dna.fr/articles/200904/11/la-5e-section-est-en-place,mulhouse,000006216.php

OUEST

MODEM DU HAVRE – AGENDA DE LA CAMPAGNE EUROPEENNE

- Mercredi 29 avril à 12 h 30 : A l'occasion de sa visite dans notre agglomération, Corinne LEPAGE serait trés
heureuse de rencontrer l'ensemble des militants de l'agglomération du Havre au restaurant l'acrobat 77 rue louis
Brindeau au Havre. A l'issue de cette rencontre, la Vice-Présidente du MoDem tiendra une conférence de presse
dans le même lieu.
- Samedi 9 mai à 14 h : Balade en vélo dans les rues du Havre. Départ à 14h au parking de la plage devant le
skate park, habillés en T'shirt et écharpe orange.
- Mardi 12 mai à 18 h 30 : Conférence - Débat : "Quelles frontières pour l'Europe" animé par Olivier
VEDRINE, membre du TEAM Europe (réseau des conférenciers de la Commission Européenne), spécialiste de
géopolitique et fin connaisseur du monde turcophone. Cette conférence - débat se tiendra à la Brasserie "Relais
d'Alsace" au 39 place de l'hôtel de ville Le Havre (merci de prendre une consommation au bar avant de
s'installer dans la salle du 1er étage).
- Mardi 26 mai à 18 h 30 : Café-citoyen animé par Nicolas HUGUENIN, Michel AUDIGIER, Marc
MIGRAINE et Florent SAINT MARTIN, sur le thème : " Les raisons du vote MoDem à l'élection européenne
du 7 juin 2009 ". Ce café-citoyen se tiendra à la Brasserie "Relais d'Alsace" au 39 place de l'hôtel de ville Le
Havre (merci de prendre une consommation au bar avant de s'installer dans la salle du 1er étage).
- Distribution de tracts tous les samedis matins et/ou après-midi dans un quartier du Havre.
Les horaires de ces distributions vous seront communiqués ultérieurement par mails.
Bien Amicalement,

FJ - 68
Marc Migraine

Retrouvez l'actualité du MoDem 76 sur son site internet : http://www.modem76.eu/index.php

OUEST-FRANCE – 24 AVRIL - SAINT-LO. CORINNE LEPAGE, TETE DE LISTE MODEM AUX EUROPEENNES, EN VISITE
DANS LA MANCHE

Corinne Lepage, candidate Modem aux Européennes pour la région Nord-Ouest, s'est rendue à Cavigny, où elle
a découvert la future usine de méthanisation, qui à terme, permettra de réduire de moitié l'enfouissement des
déchets ménagers des communes du syndicat du Point Fort.
Entre une rencontre avec les salariés de Faurecia à Flers (équipementier automobile) et une sortie sur le marché
de Vire, Corinne Lepage a fait un crochet par la Manche. Tête de liste Modem aux élections européennes pour
la région Nord-Ouest, ancienne ministre de l’environnement et ancienne élus de Cabourg, l’avocate a visité une
exploitation agricole dans le Sud-Manche, et a découvert la future usine de méthanisation de Cavigny. Guidée
par Denis Grappe, directeur du syndicat mixte du Pont-Fort et de son président Bernard Brignot, la candidate
Modem a défendu sa thèse d'une relance économique autour d'une économie verte et d'une meilleure répartition
des revenus.
"Les Français doivent envoyer au Parlement européen des députés qui veulent faire bouger les choses",
préconise-t-elle.

http://www.ouest-france.fr/ofdernmin_-Corinne-Lepage-tete-de-liste-Modem-aux-Europeennes-en-visite-dans-
la-Manche_-909677--BKN_actu.Htm

LE TELEGRAMME – 25 AVRIL 2009 - BRETAGNE REUNIFIEE. QUIMPER VOTE POUR

Deux voeux sur la Bretagne à cinq départements, proposés incidemment, hier soir, par Isabelle le Bal, du
MoDem, et Loïc Philippon, de la majorité, ont nourri l'essentiel des débats du conseil municipal de Quimper.
Qui les a votés in fine.
Le voeu d'Isabelle Le Bal allait droit au but, appelant à ce que Quimper se positionne, «comme 4.200 élus
bretons à ce jour», pour l'association de la Loire-Atlantique aux quatre départements bretons. Le second,
présenté par Loïc Philippon, appuyait davantage sur la démarche à mettre en oeuvre «le plus tôt possible» pour
qu'un référendum puisse être organisé sur ce sujet.

«La Bretagne se retrouve»

Ceci posé, Bernard Poignant a ouvert les débats en indiquant qu'il voterait ces deux voeux, «mais j'attends de
voir ce qu'on fera du reste des Pays de la Loire. Ce qui se fait ne peut se réaliser dans l'ignorance des autres».
Ajoutant aussitôt: «Si cela venait un jour, il faudra nous dire où est le siège du conseil régional». Parmi les
multiples prises de position qui se sont ensuite succédé, citons la plus passionnée, par la voix de Georges
Cadiou (UDB): «Nantes et la Loire-Atlantique ont été séparées de la Bretagne en 1941, à la suite d'un décret
inique du maréchal Pétain. Une Bretagne réunifiée de 4,5millions d'habitants serait un plus, avec une ouverture
plus large sur la mer», a-t-il notamment déclaré. Pierre Donnars a annoncé qu'il voterait lui aussi les deux
voeux pour que «la Bretagne se retrouve dans son unité historique, culturelle». Daniel LeBigot s'y est aussi
associé.

«Cette disposition sera néfaste»

FJ - 69
Martine Petit s'est, quant à elle, positionnée contre le voeu d'Isabelle le Bal «car je pense que ça ne servira pas
l'intérêt général des Mayennais, des Sarthois, des Vendéens qui vont rester sans la Loire-Atlantique. Cette
disposition sera néfaste. Et si l'on détricote les régions, il faudra remettre à zéro tous les réseaux de partenariat».
Elle s'est abstenue sur le voeu de Loïc Philippon, remarquant que le rapport Balladur, qui a provoqué la
résurgence de ce débat, «est particulièrement silencieux sur la démocratie participative». M.Fontaine a fait part
de son «hésitation. Même si nos voeux sont satisfaisants au plan émotionnel et culturel, ils sont compliqués au
plan administratif. La réunification, oui, mais comment?».

«Je n'ai pas peur du suffrage universel»

Piero Rainero a voté les deux voeux «sans passion». Denise Cariou et Armelle Uruguen n'ont pas souhaité
prendre part au vote, arguant «qu'aujourd'hui, quand on veut coopérer, on le peut. Alors, pourquoi réunifier?».
Au contraire de Marc Andro, qui n'a pas caché un certain enthousiasme: «Le fait que nous ne soyons pas
unanimes ne me chagrine pas. À ceux qui s'abstiennent ou qui votent contre, je dis que je n'ai pas peur du
suffrage universel. Il a le droit d'être sollicité sur cette question». Jean-Pierre Bigorgne le rejoignait sans états
d'âme. «Quant à pourquoi le faire? Il reste beaucoup de travail pour les régions, bien moins fortes que leurs
homologues, comme les "Länder" allemands». Au final, seuls Philippe Calvez et Ludovic Jolivet ont voté
contre le voeu de Loïc Philippon, qui a également recueilli six abstentions. Le voeu d'Isabelle Le Bal a, quant à
lui, essuyé deux votes contre (Martine Petit et Philippe Calvez) et onze abstentions.
Thierry Charpentier

http://www.letelegramme.com/local/finistere-sud/quimper/ville/bretagne-reunifiee-deux-voeux-adoptes-25-04-
2009-351585.php

AGENCE BRETAGNE PRESSE - 18 AVRIL 2009 - FRANÇOIS BAYROU SOULIGNE LE SENTIMENT D'ABANDON DES
PECHEURS ET AGRICULTEURS. LES JEUNES DEMOCRATES DU FINISTERE Y ETAIENT.

La 3e Convention du Mouvement Démocrate s'est tenue à Bouin (Vendée) dans la Circonscription Européenne
de l'Ouest, mercredi 15 Avril.
Les Jeunes Démocrates du Finistère étaient présent lors de cette convention où il était question de pêche et
d'agriculture. Les intervenants, tous de qualités, représentaient le monde de la pêche, de l'agriculture, de la
recherche mais également de l'Europe avec les eurodéputés Marielle de Sarnez (Vice-présidente du MoDem),
Philippe Morillon (Eurodéputé MoDem de l'Ouest) et Marie-Hélène Aubert (Eurodéputé Verte venue à la
convention du MoDem).
La venue de Marie-Hélène Aubert peut très certainement être vue comme un croche-pied aux listes Europe-
Ecologie. En effet, le Mouvement Démocrate porte déjà les valeurs que les listes Europe-Ecologie défendent
mais le MoDem va bien au-delà.
Lors de cette convention, il fut dit par tous les professionnels de ces milieux pêches comme agricultures que
leurs modes de fonctionnement devaient être plus durables. Plus durables pour l'environnement mais également
pour les hommes et leur vie. Il fut dit que chaque homme devrait pouvoir réaliser son métier de manière décente
en faisant vivre sa famille dignement.
Nous avons également mis les points la où l'Europe devait être critiquée, ainsi, les quotas de pêches ne devrait
pas être annuel mais plutôt basés sur 3 à 5 ans afin que chacun puisse s'organiser et planifier son métier. Dans le
domaine de l'agriculture, les désastres causés par la spéculation financière furent mis en avant et critiqué.
Il ressort de cette Convention de grandes motivations pour tous car les candidats tels que Sylvie Goulard et
Bruno Joncour ont affirmé leur désir de dialogue permanent mais également car nous voyons qu'il existe des
solutions concrètes aux problèmes posées par les milieux agricoles et pêcheurs.

FJ - 70
Ainsi, François Bayrou dans son discours final a plaidé pour la défense du tissu agricole et la co-expertise des
milieux pêcheurs (scientifiques et professionnels) tout cela dans un contexte de régionalisation forte afin de
répondre au plus près du citoyen. En somme, le MoDem dit « Vive l'Europe des Régions ».

http://www.agencebretagnepresse.com/fetch.php?id=14811&title=Fran%C3%A7ois%20Bayrou%20souligne%
20le%20sentiment%20d%27abandon%20des%20p%C3%AAcheurs%20et%20agriculteurs.%20Les%20Jeunes
%20D%C3%A9mocrates%20du%20Finist%C3%A8re%20y%20%C3%A9taient.

20 MINUTES - 23 AVRIL 2009 - LE STATIONNEMENT PAYANT DANS LE CENTRE EMEUT LES ELUS MODEM

L'extension du stationnement payant en centre-ville de Nantes ne passe plus vraiment au MoDem. Ses deux
élus, qui avaient pourtant voté le projet en conseil municipal il y a un an, estiment aujourd'hui qu'elle constitue
une « double peine » avec l'augmentation des prix de la Semitan. Pour amortir le choc, Benoît Blineau et
Isabelle Loirat vont rendre publiques aujourd'hui plusieurs de leurs propositions. Ils réclament notamment que
les Nantais habitant juste à l'extérieur de la zone payante, dont les places sont squattées par les automobilistes
qui ne veulent pas payer, bénéficient du tarif résident. Les élus demandent également une « franchise » pour les
entreprises, qui leur permettrait de garer plusieurs véhicules devant leurs locaux. W

http://www.20minutes.fr/article/321757/Nantes-Le-stationnement-payant-dans-le-centre-emeut-les-elus-
MoDem.php

LYON ET REGION

LE PROGRES DE LYON - 22 AVRIL 2009 - LES ELUS MODEM SE MOBILISENT DOUCEMENT POUR LEURS CANDIDATS

Alors qu'elle revendique plus d'une centaine d'élus locaux, la fédération MoDem du Rhône peine à en
rassembler la moitié dans son comité de soutien à la liste démocrate aux Européennes, conduite par Jean-Luc
Bennahmias. Hier, on ne dénombrait que 45 signatures. Mais pour le président de la fédération, Cyril Isaac-
Sybille, par ailleurs 5e de la liste, ce comité de soutien des élus s'enrichit chaque jour et « c'est une bonne chose
car on constate que la mayonnaise prend et que tout le monde se retrouve petit à petit derrière nos candidats ».
De fait, la bonne opération est surtout lyonnaise : pratiquement tous les MoDem - tendances centre gauche,
UMP ou extrême centre- se retrouvent sur une même ligne, une première depuis un an : de Thomas Rudigoz,
Anne-Sophie Condemine ou Catherine Panassier à Eric Lafond, en passant par Christophe Geourjon, Fouziya
Bouzerda, et Marc Augoyard. Une première et un beau coup pour le président Isaac-Sybille. Reste- pour
l'heure- un grand absent : le sénateur et trésorier national du mouvement, Michel Mercier.

http://www.leprogres.fr/fr/region/le-rhone/rhone/article/825431,184/Les-elus-MoDem-se-mobilisent-
doucement-pour-leurs-candidats.html

SUD-OUEST

LE DAUPHINE – 25 AVRIL 2009 – EUROPEENNES. BENNAHMIAS, HIER A GAP, LANCE LA CAMPAGNE DU MODEM
par La Rédaction du DL
« On n'est pas dupes du fait que le message de l'Europe arrive correctement aux oreilles des citoyens français, »
a commencé Jean-Luc Bennahmias, avec aplomb. L'eurodéputé vice-président du Modem est venu pour faire
campagne à l'approche des prochaines élections européennes qui auront lieu le 7 juin prochain. La région Sud-
Est qui inclue Rhônes-Alpes, Provence-Alpes-Côte d'Azur et Corse doit élire 13 eurodéputés. L'homme du soir
est tête de liste pour le Modem.
FJ - 71
« On vit sur une poudrière »
Entré dans le vif du sujet, l'ancien Vert a parlé des récents événements. « Avec la crise financière, bancaire et la
complexité des discours, cela peut expliquer le côté "révolte" et l'énervement de certains salariés. Quand on
parle de crise de 4 000 milliards d'euros. Il y a plein d'endroits où l'on voit des professions se poser des
questions. C'est le cas de la santé par exemple. On vit sur une poudrière. »

Aménager le territoire pour prendre en compte les spécificités et les services publics
Quel est donc le programme du Modem au niveau européen pour donner des solutions à ces problèmes ?
« Notre volonté c'est de construire et de penser un aménagement du territoire avec tous les services publics
touchés. Que ce soit La Poste, l'éducation, les entreprises qui veulent s'insérer sur le territoire. »
Quant à la spécificité des Hautes-Alpes, l'élu continental en connaît un rayon. « Ce territoire a des besoins
gigantesques, tout comme il a des capacités très importantes. Les Hautes-Alpes ont besoin d'amélioration
notamment avec le chemin de fer, en faisant un objet de transport collectif de qualité. Cette Ligne Marseille-
Briançon, ou Briançon-Grenoble a besoin d'exister de manière cadencée. »
L'exécutif : « L'Union Européenne peut très bien participer à ces processus mais le Gouvernement ne défend
pas assez les choses. Pour les schémas de transport européens, la LGV n'existe pas ! »

Diversification de l'offre touristique et énergies renouvelables


Pour Christian Séard, la question du développement du territoire haut-alpin passe par une « diversification de
l'offre touristique. L'Europe peut répondre à cela comme cela a été le cas grâce au fond Feder pour les Bains de
Monêtier. Plus il y a d'activités pérennes, plus il y a de liaisons fortes. » Pour Jean-Luc Bennahmias, « ici il y a
un énorme potentiel de création d'entreprises dans le secteur des énergies renouvelables. Il y a des milliers
d'emplois en jeu. » L'élu a aussi donné son avis sur les stratégies pour avancer. « Moi je dis avançons avec ceux
qui veulent avancer. On se met d'accord à 12, 15, 16 pays et qui aime nous suive. Parce qu'à 27 ce n'est pas
possible. » Les électeurs lui suivront ou pas le 7 juin. En attendant, Christian Séard et Mickaël Sylvestre
commencent la première de leurs douze réunions dans les Hautes-Alpes, le 5 mai à Aiguilles.

http://ledauphine.com/index.jspz?article=124102

SUD-OUEST – 24 AVRIL 2009 – OLON SAINT-MARIE. L'IPHB SURVEILLEE DE PRES : LE PREFET A SAISI LA
CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES POUR VISER LE BUDGET DE L'INSTITUTION

Quelle ne fut pas la surprise des responsables de l'Institution patrimoniale du haut Béarn, à commencer par le
député Jean Lassalle, son président ! Invités lundi dernier en préfecture pour évoquer le financement de
l'institution, ils ont surtout été informés qu'ils n'étaient plus maîtres de leur budget. Le préfet Philippe Rey a en
effet saisi la Chambre régionale des comptes afin qu'elle examine les dépenses et les recettes et puisse envisager
objectivement l'année à venir.
« Des délais non respectés »
Le budget primitif devait être adopté avant le 31 mars 2009. D'après la préfecture, « les délais réglementaires
n'ont pas été respectés ; l'IPHB n'a pas transmis son budget aux services de la préfecture. C'est pourquoi le
préfet a saisi la Chambre régionale des comptes en date du 21 avril, sur proposition du sous-préfet d'Oloron ».
La Chambre régionale des comptes a un mois pour rendre son avis.
L'IPHB tablait sur un budget 2009 de 650 000 euros, qui comprend le fonctionnement de l'institution, mais
aussi le financement des actions. Pour l'instant, seul le Conseil général s'est engagé à la soutenir, mais l'État et
la Région (qui a versé 147 000 euros en 2008) font attendre leur réponse.

FJ - 72
Les opérations de muletage et d'héliportage ne devraient pas être menacées pour autant car elles entrent dans le
plan de sauvegarde de l'économie de montagne, financées par l'État, même si ce plan aura besoin d'être adapté à
l'économie pastorale béarnaise.

http://www.sudouest.com/bearn/actualite/article/570290/mil/4446006.html

LA DEPECHE - 24 AVRIL 2009 - MONTAUBAN. EUROPEENNES : «MILITANTS MAIS PAS REVOLUTIONNAIRES»

Voilà deux semaines que le Modem a démarré sa campagne pour les élections au Parlement Européen. Escale
hier à Montauban, où Robert Rochefort, tête de liste pour le grand Sud-Ouest et accessoirement directeur du
Credoc, a rendu visite, en compagnie de Thierry Faget, le président du Modem 82, aux salariés de Graphideco
(entreprise basée à Albasud et spécialisée dans la conception et la réalisation de modèles réduits à d'avions à
des fins de communication) et de PMV Industries à Bressol (spécialisée dans la réalisation de sièges d'avion).
Si Jean Rochefort n'est pas contre une Europe protectrice comme le préconisent le PS et l'UMP, il a insisté hier
sur l'importance d'une Europe qui aide à entreprendre. C'est dans cette veine qu'il défend l'idée d'un grand
emprunt au niveau de l'Europe, pour lutter contre la crise. « La seule réponse à la crise est une réponse
européenne » a martelé le candidat. Le Modem ne cautionne cependant pas l'Europe telle qu'elle se présente
aujourd'hui : «conditions inégales de concurrence, volet social négligé au motif que cela semblait devoir rester
une compétence nationale, manque d'harmonisation fiscale… etc. Autant de réformes à mener avec conviction,
mais sans révolutionnarisme » assure Robert Rochefort.

http://www.ladepeche.fr/article/2009/04/24/596754-Militants-mais-pas-revolutionnaires.html

SUD-OUEST - 22 AVRIL 2009 - LE MODEM EN ORDRE DE MARCHE DANS LA 11eme

Fort de onze membres statutaires, le comité de circonscription de la 11e, qui couvre les cantons de la Haute
Gironde et ceux de Coutras et de Guîtres en Libournais, est sorti en ordre de marche de la dernière assemblée
générale du MoDem, qui a renouvelé son bureau. « Rester vigilant », tel est le mot d'ordre du MoDem local,
rappelé par les amis de François Bayrou en Haute Gironde et en Nord Libournais, qui se disent « résolument
rassemblés » derrière leur chef de file national, et les leaders locaux, dont Xavier Loriaud, conseiller général de
Blaye, et Daniel Picotin, ancien maire de Saint-Ciers-sur-Gironde. Mené par Jean-François Robicquet, ce
comité s'est doté de représentants locaux, animateurs de secteurs : Cédric Albert dit Lerosier (Saint-André-de-
Cubzac), Valérie Ducout (Saint-Ciers-sur-Gironde), Patrice Arnaud, Philippe Bernier (Bourg-sur-Gironde),
Bernadette Broquaire, Dominique Cueille, Diane Maury (Saint-Savin), Michel Nagnan (Blaye), Gérard
Portelas, et Claude Sarraute (Coutras et Guîtres).
« Revitalisation nécessaire »
« Dans cette terre profondément radicale où la donne politique change », cette nouvelle équipe entend « mener
avec chacun un dialogue constructif. Avec un but : participer à la revitalisation nécessaire de la circonscription.
À droite pour les uns, à gauche pour les autres, la 11e est pour nous résolument au centre. »

http://www.sudouest.com/gironde/actualite/blayais/article/567982/mil/4436156.html

LA DEPECHE - 22 AVRIL 2009 - EUROPEENNES. ALBI-MODEM : UN TICKET ROCHEFORT-LAPERROUZE

Ses analyses sociologiques sont fréquemment relayées dans les médias. À peine débarqué à Albi, Robert
Rochefort, directeur général du Centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie (Credoc),
l'admet néanmoins volontiers : « Ici, ce n'est pas moi qu'on connaît ! » Nouvelle recrue du Modem, ce Bordelais
FJ - 73
est tête de liste du parti bayrouiste pour le Grand Sud-Ouest. Il vient pour la première fois débattre lors d'un «
café démocrate » au Central Park. Mais, de Laurence Pujol, adjointe du maire d'Albi à Laurent Gros, maire de
Lautrec, tous les participants entourent Anne Laperrouze, maire de Lautrec et députée européenne sortante.
Deuxième sur la liste, la Tarnaise de l'étape a de bonnes chances de retrouver son siège le 7 juin, si le Modem
réédite son bon score de 2004, autour de 13 % dans le Tarn. « C'est une chance d'avoir une élue tarnaise au
Parlement européen, d'autant que le département est souvent cité en exemple », dit-elle, s'appuyant aussi bien
sur « les essais de Trifyl avec l'hydrogène ou de production de méthane à partir des déchets de l'abattoir de
Puylaurens ».Pour Anne Laperrouze, fidèle au Modem, « qui se situe clairement dans l'opposition au plan
national, car les valeurs de Sarkozy ne sont pas les nôtres », voter Modem, « c'est une alternative à l'alternance
». C'est aussi le credo du patron du Credoc. Il s'évertue à « faire partager aux électeurs les convictions du
Modem, qui a l'Europe chevillée au corps » et ses « propositions fondatrices », sur la politique agricole
commune (Pac) ou contre la crise, comme « un emprunt de 3 % du PIB en faveur de la relance ».

http://www.ladepeche.fr/article/2009/04/22/595629-Modem-un-ticket-Rochefort-Laperrouze.html

ARIEGENEWS – 21 AVRIL 2009 - PAMIERS: TEYCHENNE FAIT UN «CADEAU» AU PARACHUTE DU MODEM

Communiqué:

A l’occasion de la visite électorale à Pamiers de François Bayrou et de Robert Rochefort, tête de liste du
MoDem dans le Grand Sud-Ouest, Michel Teychenné, député européen et membre de la liste socialiste, a remis
en cadeau de bienvenue à Robert Rochefort le Guide du routard Midi Pyrénées après lui avoir souhaité une
bienvenue républicaine.

Robert Rochefort a en effet été choisi comme tête de liste du MoDem en remplacement de Jean-Marie Cavada,
autre Parisien parachuté il y a cinq ans par le MoDem dans le Grand Sud-Ouest et qui, après son élection, avait
quitté le MoDem et sa circonscription pour aller se faire battre aux municipales à Paris sur les listes de l’UMP.

Michel Teychenné a offert le Guide du routard à Monsieur Rochefort pour lui faire découvrir les charmes de
Midi-Pyrénées et lui permettre de se repérer dans notre circonscription sans se perdre.

La liste socialiste aux élections européennes du 7 juin, menée par Kader Arif de Toulouse, est composée
d’hommes et de femmes enracinés dans leur territoire.

Ils sont fiers d’avoir l’accent de «chez nous», vivent au quotidien les problèmes et les difficultés des
populations du Grand Sud-Ouest, et sauront représenter celles-ci au Parlement européen.

Par email, Permanence circonscription Michel Teychenné, Député Européen

http://www.ariegenews.com/news/news_8479_pamiers-teychenne-fait-un-cadeau-au-parachute-du-modem.html

MIDI LIBRE - 21 AVRIL 2009 - LES PROPOSITIONS DU MODEM AVEC ROBERT ROCHEFORT

Poursuivant son tour de la grande région Sud-Ouest (3 régions administratives et 18 départements), Robert
Rochefort, candidat du MoDem (mouvement démocrate) de François Bayrou pour les prochaines élections
européennes, était la semaine dernière à Nîmes. Quelques heures auparavant, il avait participé à Laudun-
FJ - 74
L'ardoise à un mini colloque sur les énergies en Europe. Aux côtés de trois autres candidat(e) s, Anne
Laperrouze (n° 2), députée européenne sortante, Philippe Menard (n° 5) et Philippe Berta (n° 7) qui préside aux
destinées de la fédération MoDem du Gard, Robert Rochefort, 53 ans, directeur général du Credoc (Centre de
recherches, d'études et conditions de vie à Paris) a animé, à la brasserie La Grande bourse, une réunion débat
sur le thème "L'Europe face à la crise sociale et économique".
Plusieurs dizai nes de militant(e) s ont partagé cette soirée, où celui qui a la lourde tâche de succéder comme
tête de liste européenne à Jean-Marie Cavada (la grande région Sud-Ouest avait alors envoyé deux députés
MoDem au Parlement européen), a décliné les principales propositions du mouvement démocrate, parti
européen s'il en est. Formulées par un MoDem qui revendique « cohérence et cohésion entre le programme et
les militants », elles tiennent en quatre grandes têtes de chapitre : l'adoption d'un plan de relance européen de
300 milliards d'euros ; l'avènement d'une harmonisation sociale ; la création d'un Fonds monétaire européen
qui serait, en quelque sorte, le pendant de l'Europe financière sur laquelle le président de la Banque centrale
européenne Jean-Claude Trichet a la main ; et, enfin, l'instauration d'une authentique Europe démocratique.
Celle qui éviterait, par exemple, que la directive autorisant le mélange de vins blancs et rouges pour faire du
vin rosé, arrive par surprise sur la table des délibérations. Sans que nul élu ne soit au courant... et encore
moins le citoyen.

http://www.midilibre.com/articles/2009/04/21/20090421-BAGNOLS-Les-propositions-du-MoDem-avec-
Robert-Rochefort.php5

MIDI LIBRE - 20 AVRIL 2009 - LE MODEM PRESENTE SES CANDIDATS

Robert Rochefort, tête de liste MoDem (Mouvement démocrate) pour les prochaines élections européennes était
à Florac, mardi dernier, en présence des représentants locaux de ce parti politique. Il venait soutenir la
Lozérienne de l'étape et présenter le programme qu'il défend pour ces prochaines élections.
Marie-Christine Guittard, la présidente du MoDem en Lozère, colistière de Robert Rochefort donc sur la liste
du Grand sud, a présenté les ambitions du MoDem pour ce scrutin. « C'est un scrutin qui n'est pas mobilisateur
comme les autres. C'est pour cette raison que nous travaillons d'ores et déjà pour rapprocher les citoyens de
l'Europe. Nous sommes en période de crise et cette institution nous protège » , assurait la présidente du MoDem
Lozère. Et de continuer : « Il y a beaucoup à faire avec le parlement européen. Nous devons travailler sur plus
d'humanité et de solidarité et nous avons des propositions pour cela. Pour y arriver nous devons entreprendre un
véritable travail pédagogique car les gens ne sont pas sensibles aux enjeux de l'Europe. » La liste MoDem
Grand sud entend faire autant que lors du dernier scrutin. C'est-à-dire obtenir un minimum de deux députés. Un
troisième sera le bienvenu et reste un score tout à fait envisageable. « Nous y croyons, insiste Marie-Christine
Guittard qui est dixième sur la liste. Je ne suis pas éligible, mais ce qui compte avant tout c'est de rencontrer du
monde pour les convaincre de l'utilité de l'Europe. Et une fois élus, les députés se sont engagés à garder le
contact avec le terrain car malheureusement peu de monde connaît son député européen. Il faut que cela
change. De notre côté, nous allons faire le lien entre la base et les élus. Nous allons mettre en place un
véritable réseau de contact pour travailler ».

http://www.midilibre.com/articles/2009/04/20/20090420-MENDE-Le-MoDem-presente-ses-candidats.php5

FJ - 75
19 AVRIL 2009 - LE MODEM SE LANCE

ÉLECTIONS EUROPÉENNES. Le parti de François Bayrou espère atteindre 15 % des voix et devenir le pivot
du parlement européen
Bien connu des habitués de l'émission « C dans l'air », sur France 5, dont il est régulièrement l'invité, Robert
Rochefort était hier en Dordogne avec sa colistière Anne Laperrouze, députée européenne sortante, pour vanter
les mérites de la liste Modem aux élections européennes du 7 juin prochain. Un scrutin qui ne suscite pas
vraiment les passions pour l'instant mais où les amis de François Bayrou estiment avoir une vraie carte à jouer.
Au programme de cette journée marathon passée en Dordogne, une visite de l'entreprise Pradier, spécialiste de
l'éclairage à Boulazac, un passage sur le marché de Périgueux et une rencontre avec des commerçants du
centre-ville. Après une étape au théâtre pour un échange avec la presse et le public, les représentants de la liste
Modem ont pris la direction de Lanouaille où ils ont notamment visité une exploitation agricole.
Marc Mattera, conseiller général et président du Modem en Dordogne, et Jean-Pierre Cubertafon, maire de
Lanouaille, faisaient partie des élus présents pour soutenir les candidats du Modem dans le grand Sud-Ouest qui
regroupe dix-huit départements. Robert Rochefort et Anne Laperrouze étaient également accompagnés hier du
seul membre périgourdin de leur liste, Serge Bruno. Cadre chez Fromarsac et colistier de Xavier Darcos aux
dernières municipales à Périgueux, celui-ci n'arrive qu'en onzième position sur la liste et n'est donc pas (a
priori) éligible.
« De fortes attentes »
Pour Robert Rochefort, « ces élections européennes ne sont pas forcément faciles car l'Europe reste souvent
perçue, dans les régions de terroir, comme une contrainte et un frein. En même temps, beaucoup de sondages
montrent qu'il y a de très fortes attentes vis-à-vis de l'Europe, en particulier en temps de crise comme celle que
nous traversons. Nous voulons donc une Europe proche des gens, donc, qui se mette au service des régions ».
Pour Anne Laperrouze, élue sortante et maire de Puylaurens (Tarn), « c'est vrai que les députés européens ne
sont pas des élus de proximité comme peuvent l'être un maire, un conseiller général ou un député. Cela ne les
empêche pas de travailler au contact direct du terrain. Cela a été mon cas, par exemple, en tant que rapporteur
pour mon groupe sur le dossier des pesticides, ou sur des sujets comme l'organisation des filières viticoles ou la
question des piles et des batteries ».
À l'occasion de ces élections européennes, le Modem vise en tout cas un score de 15 % dans la région, contre
11,5 % en 2004. « Nous voudrions que le groupe centriste au Parlement européen fasse la balance et que l'on
soit obligé de passer par lui », résume Robert Rochefort. « D'autant, estime-t-il, que le Modem est aussi, en
France, la seule alternative à l'alternance ».

http://www.sudouest.com/dordogne/actualite/article/565103/mil/4425964.html

LA CLAU - 20 AVRIL 2009 - SAINT-CYPRIEN : LE MODEM ET LE PS REUNIS SUR LA PLAGE, CONTRE L'UMP DE
JACQUES BOUILLE

Depuis l’incarcération, le 3 avril à Perpignan, du secrétaire général des services de la Mairie Francis Montor,
mis en examen pour complicité de détournement de biens publics, Saint-Cyprien attend les poursuites
judiciaires sur 11 personnes dans le cadre d’affaires de malversations immobilières et d’achats d'objets d'art,
centrées autour de la figure du maire UMP Jacques Bouille. Ce dimanche, la plage Maillol de la ville côtière a
accueilli un rassemblement convoqué par le Mouvement Démocrate et le Parti Socialiste, via leur représentants
dans la ville, Eric Gaulier, non-élu, et Marie-Pierre Sadourny-Gomez, conseillère municipale. Cette rencontre,
voulue par le Modem comme un « rassemblement citoyen et apolitique » et présentée par le PS sous la forme «
Saint-Cyprien a rendez-vous avec Saint-Cyprien », a rassemblé 80 personnes favorables à la démission d’un
conseil municipal généralement considéré, chez les opposants à la gestion UMP, comme « déshonoré et
illégitime ». Depuis le début de l’année, le Modem tente une percée dans la commune, en évitant soigneusement
la stratégie du “tous pourris" qui rappellerait le Front National. M. Gaulier souhaite ainsi informer la
population, dit-il, « d’une réalité que je suis sans doute l’un des premiers à avoir discernée, il y a 20 ans ».
FJ - 76
http://www.la-clau.net/info/2229/saint-cyprien-le-modem-et-le-ps-reunis-sur-la-plage-contre-lump-de-jacques-
bouille-2229

AQUI - 17 AVRIL 2009 - LE MODEM PRESENTE SA LISTE SUD OUEST POUR LES ELECTIONS EUROPEENNES

Robert Rochefort était jeudi 16 avril en fin d'après midi à Bordeaux pour présenter, au nom du parti du Modem,
la liste qu'il dirige en vue des élections européennes. Sur cette liste de vingt candidats, chacun des 18
départements, qui constituent la circonscription électorale du Sud ouest, y sont représentés. Cette rencontre
avec la presse a également était l'occasion pour le chef de file de la liste de tracer les grandes lignes du
déroulement de la campagne du Modem et les principaux axes qui y seront défendus.
Si Robert Rochefort n'est pas lui-même un professionnel de la politique, son poste de Directeur du Centre de
Recherche pour l'Etude et l'Observation des Conditions de Vie, en fait un expert sur le mode de vie des Français
et les questions de consommation. Sur les vingt candidats que compte la liste Modem, une petite dizaine de ses
colistiers l'accompagnaient. Parmi eux, la numéro quatre de la liste, Geneviève Darrieussecq, Maire de Mont-
de-Marsan (Landes) et conseillère régionale d'Aquiatine, et Philippe Meynard, Maire de Barsac (Gironde) et
Président de la Communauté de Communes du canton de Podensac, placé en 5ième position sur la liste.
Pour "une Europe des régions et des citoyens"
Robert Rochefort, le martèle: « nous sommes le mouvement le plus européen de la classe politique française ».
Contrairement à l'UMP et au PS, qu'il compare à de véritables « auberges espagnoles », « nous sommes tous, au
sein du Modem, des européens convaincus ».
Coté programme et arguments, le premier candidat de la liste Modem propose, et insiste, sur la nécessité d'avoir
une Europe proche des réalités du terrain, proche des régions. « L'Europe de l'unification est une impasse. Ce
qu'il faut c'est articuler la complémentarité des territoires dans la diversité. Si l'on refuse les régions, l'Europe ne
se construira jamais. »
Le second axe important de la campagne du Modem est de mettre l'accent sur une « Europe des citoyens » qui
laisse plus de place aux débats démocratiques avant la prise de décision. Robert Rochefort propose par exemple
« la mise en place d'un calendrier européen connu au moins trois moins à l'avance, pour que tous puissent
s'exprimer sur une question donnée ». Un troisième axe de campagne défendra la mise en place d'une Europe
sociale. Si celle-ci ne se réalise pas, « c'est une Europe de la concurrence sociale qui se mettra en œuvre, et qui
aura pour conséquence de tirer les Etats vers un alignement par le bas » prévient le candidat Modem.
Contre une Europe "trop libérale"
Au-delà de ces différents axes de campagne, Robert Rochefort a bien conscience que l'élection aura d'abord lieu
sur le thème de la conjoncture économique et sociale, en bref, sur le thème de la crise. En attendant le temps des
propositions plus précises sur les conditions de la gouvernance économique, il insiste sur la position «
clairement anti Barroso » du Modem, celle du président de la Commission étant jugée beaucoup trop libérale.
Visites et grands meetings
En cohérence avec l'idée d'une Europe proche des réalités et des territoires, la journée d'hier, a mené Robert
Rochefort et ses colistiers à « battre campagne » de Mont-de Marsan à Bordeaux en passant par Arcachon et
Biscarosse, pour parler, entre autre, ostréiculture et développement durable. Cette journée est à l'image de la
première partie de la campagne ; rythmée par la visite de l'ensemble des 18 départements de la grande
circonscription Sud Ouest. Viendront ensuite le temps des meetings et des grandes réunions pour des
présentations plus détaillées sur les propositions du parti. Le dernier de ces meetings, qui portera sur l'ensemble
du projet européen du Modem, aura lieu à Montpellier en présence de François Bayrou.

http://www.aqui.fr/politiques/le-modem-presente-sa-liste-sud-ouest-pour-les-elections-europeennes,1927.html

FJ - 77
BORDEAUXCACTU - 17 AVRIL 2009 - LA LISTE DU MODEM AUX ELECTIONS EUROPEENNES DANS LE SUD-OUEST
PRESENTEE HIER

Robert Rochefort a présenté hier sa liste pour les élections européennes pour le Sud-Ouest. Un liste diversifiée,
avec des personnes d’horizons et de lieux divers, de tout le territoire. Robert Rochefort va donc faire campagne
sur la philosophie profonde de l’Europe, car pour lui, elle " part de " l’Europe des territoires, respecte leurs
originalités, leurs traditions " et en même temps, il souhaite une Europe " bien différente, avec plus de réalité
sur le terrain ". Les principaux thèmes de campagne seront économiques ou sociaux bien entendu, comme
l’ostréiculture sur le bassin d’Arcachon, profession qu’il venait d rencontrer le matin. " Nous ne sortirons pas de
la crise sans compter sur l’Europe ", a t-il déclaré, en montrant l’exemple du plan de relance pour l’automobile,
qui s’apparente à " du sparadrap de la part du gouvernement ! C’est baisser les recettes de l’Etat pour
augmenter artificiellement et temporairement la consommation ". Et enfonce le clou avec : " la vraie solution
serait de créer une voiture vraiment écologique ".
" Des alliances nouvelles à trouver ". Et en terme de décisions politiques, Robert Rochefort propose plus de
temps à la réflexion et au débat : " C’est aussi l’Europe des citoyens, et il faut un calendrier des travaux
européens pour que 3 mois à l’avance pour que les partis puissent s’exprimer comme il faut ". Se situant " entre
UMP de Sarkozy et la gauche, sans être anti-Sarkozy " précise t-il, il répond à François Hollande qui appelait ce
matin même le Modem à rejoindre le PS pour battre l’UMP qu’il ne s’agira jamais de rejoindre le PS pour juste
le rejoindre, mais pour ce qui est dit et choisi. Et parie que " si la côte de popularité de François Bayrou
continue à monter comme cela, ils seront très nombreux à dire de les rejoindre <...> sans exclure du jeu des
nouvelles alliances possibles. " Et insiste : " C’est l’Europe des diversités importantes, qu’il faut respecter.
Certains font un peu auberge espagnole et éprouvent des difficultés, et nous avons à concevoir pour tous la
Communauté européenne. L’alignement par le bas ne fonctionnera pas, mais par le haut, et par des procédés
bien démocratiques, car tout n’est pas toujours démocratique en France... ". Robert Rochefort compte bien aussi
mettre son grain de sel dans la soupe européenne, spécialiste des comportements de la consommation qu’il est :
" Le coeur de notre programme sociétal, c’est de réfléchir à quelle société l’on veut, et plus personne ne croit à
la société des excès et des surprimes, ni à la surconsommation, ni aux formules déplacées comme << il vaut
mieux 0,5 % de hausse que rien du tout >> et aux idées que l’on ne peut atteindre. Mais à un société de bonheur
<...> Il faut inventer une société nouvelle <...> C’est l’humanisme selon le Modem ". L’objectif avoué est plutôt
ambitieux : les 2 sièges des sortants, voire un 3ème.
Campagne de terrain rythmée. Considérant que la campagne a déjà commencé avec cette annonce de liste
constituée, le candidat directeur CREDOC(1) annonce une campagne classique, de terrain et de rencontres,
mais aussi avec des temps forts répartis en 7 grandes conventions thématiques, pour finir sur " Le grand projet
européen ", peut-être à Toulouse, mais rien n’est encore décidé.
La liste complète : 1 - Robert Rochefort - département 33 Directeur d’un centre de recherche, spécialiste des
modes de vie des Français, 53 ans
2- Anne Laperrouze - 81 Députée européenne, maire de Puylaurens, 52 ans
3– Marc Dufour - 34 Dirigeant d’une structure de consultant, adjoint au maire de Montpellier, président
départemental du MoDem Hérault, 54 ans
4- Geneviève Darrieussecq - 40 Maire de Mont de Marsan, médecin Conseillère Régionale d’Aquitaine, 53 ans
5- Philippe Meynard - 33 gérant associé d’un groupe immobilier, Maire de Barsac, Président de la Communauté
de Communes du canton de Podensac, 38 ans
6- Malika Aradj - 31 Conseillère municipale de Toulouse, 49 ans
7- Philippe Berta - 30 Professeur des universités, président départemental du MoDem Gard, 49 ans
8- Maïté Laur - 12 Dirigeante de socété et Vice Présidente MoDem Aveyron. Conseillère municipale Rodez, 51
ans
9- Michel Veunac - 64 Psychosociologue, adjoint au maire de Biarritz, délégué départemental du MoDem
Pyrénées-Atlantiques, 62 ans

FJ - 78
10- Marie-Christine Guittard - 48 Médecin conseil auprès de l’inspecteur d’académie de Lozère. Présidente
départementale du MoDem Lozère
11- Serge Bruno - 24 Directeur d’enseignes, 38 ans
12- Hedvige d’Orfeuil - 32 Professeur documentaliste, déléguée départementale du MoDem Gers, 42 ans
13- Thierry Reverbel - 66 Technicien forestier, 46 ans
14- Nathalie Tourné - 47 Agricultrice, Présidente du conseil de développement du Pays d’Albret, 43 ans
15- Thierry Faget - 82 Vétérinaire, président départemental du MoDem Tarn-et-Garonne, 41 ans
16- Agnès Sindou-Faurie - 46 Avocate, 34 ans
17- Brahim El Batbouti - 65 Educateur, président de l’association « Tarbes Ensemble », 42 ans
18- Emily Tesseydre-Jullian - 12 Conseillère municipale au Monastère, vice-présidente du MoDem Aveyron,
39 ans
19- Philippe Feral - 11 Attaché principal d’administration du Ministère de l’Intérieur, 42 ans
20- Christèle Collet - 09 Agent immobilier, administrateur de biens, présidente du MoDem Ariège, 43 ans

http://www.bordeauxactu.com/spip.php?article5236

SUD-OUEST - 17 AVRIL 2009 - LE MODEM LANCE SA LISTE

Après un passage dans les Landes, une halte à Arcachon et une visite à Biscarrosse, Robert Rochefort était hier
soir à Bordeaux pour présenter la liste des 20 candidats Modem qu'il conduit aux élections européennes.
Chacun des 18 départements qui composent la région Sud-Ouest pour ce scrutin y dispose d'un représentant.
L'Aquitaine en compte donc cinq plus Robert Rochefort (lire ci-contre), le directeur du Credoc qui possède des
racines en Béarn et en Gironde.

Avec Jean-François Kahn

Jusqu'à la mi-mai, les candidats vont arpenter la grande région dans tous les sens « pour écouter les gens ». Les
meetings suivront, dont un en Gironde avec Jean-François Kahn. La convention thématique, qui sera la dernière
des sept organisées en France pendant toute la campagne, aura quant à elle lieu à Montpellier, avec François
Bayrou. Elle sera consacrée au projet européen. « Nous sommes le mouvement le plus européen en France.
Mais nous voulons une Europe bien différente de celle qui existe aujourd'hui », répète régulièrement Robert
Rochefort. « La différence avec l'UMP et le PS, c'est que nous sommes tous européens au sein du Modem. Eux,
ils ont du mal à adopter des positions communes et même à constituer leurs listes. » L'Europe pour laquelle le
Modem se bat aujourd'hui se veut plus juste, plus démocratique et plus appuyée sur les régions. « Nous avons
cru que l'Europe serait un projet unificateur. C'est finalement l'Europe des diversités qui est importante »,
confesse-t-il.

Alternative à l'alternance

Aussi européen convaincu qu'il soit, Robert Rochefort estime pourtant que l'élection ne se jouera pas sur le
sujet mais sur le thème de la crise. « Nous sommes l'alternative réaliste à l'alternance », résume-t-il dans une
formule. « La droite et la gauche classiques ne proposent pas de solutions. On le voit bien une fois de plus avec
la crise. Nous, nous avançons des solutions. » Des solutions forcément européennes et « réalistes » et qui
prouvent que le mouvement ne peut raisonnablement pas être accusé d'être « uniquement anti-sarkozy ».

http://www.sudouest.com/accueil/actualite/france/article/563497/mil/4418870.html

FJ - 79
SUD-OUEST - 17 AVRIL 2009 - MOUVEMENT DEMOCRATE : UNE CAMPAGNE DE PROXIMITE

Avant même que soit présentée, dans la soirée, la liste officielle des candidats Modem aux Européennes, Robert
Rochefort, chef de file de la région Sud-Ouest était, hier, sur le bassin d'Arcachon, accompagné des élus locaux
que sont Marie- Paule Rousset et Fabrice Petit, adjoints au maire de La Teste, Michel Londeix, adjoint de
Marcheprime, mais aussi de Johan Taris, secrétaire départemental et de Philippe Meynard, maire de Barsac et
présent sur la liste.
C'est par une visite à des ostréiculteurs du Cap-Ferret qu'avait débuté cette visite. L'occasion pour Robert
Rochefort, directeur du Centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie (Credoc) de
rencontrer des professionnels, lesquels lui ont parlé, bien sûr, du fameux test « européen » de la souris.
Différence de traitement
Le candidat aux Européennes a tenu à dénoncer « la différence de traitement des zones de production en
France, aussi bien qu'en Europe. Certains ont une ceinture de plomb, d'autres non. Il faut une règle unique. »
Pour lui, les « technocrates européens ne se rendent pas compte des effets, sur le terrain, des décisions qui sont
prises. »
Cette campagne aux Européennes, le chef de file du Modem la veut « au plus proche des gens. Une campagne
de proximité. » Tout comme il souhaite une autre Europe, « plus proche des gens. »
De remarquer aussi, au plan politique, « la diversité des positions pour l'Europe au sein de l'UMP et du PS. Il y
a diversité de positions. Chez nous au Modem, nous n'avons par d'état d'âme. Nous sommes européens. »

http://www.sudouest.com/gironde/actualite/bassin-darcachon/article/563628/mil/4417071.html

SUD-OUEST - 15 AVRIL 2009 - RESISTANCE COMMUNALE LA MEDIATION DE PIERRE SADRAN

Edouard Balladur aurait été intéressé par le débat organisé à la Communauté urbaine vendredi sur sa
proposition - ce n'est pas encore un projet de loi - de créer, notamment à Bordeaux, une métropole aux pouvoirs
plus affirmés, y compris financiers, sur les communes qui composent l'agglomération.
Il aurait assisté à un match entre une dream team métropolitaine (Pierre Hurmic, Alain Juppé, Véronique Fayet,
Vincent Feltesse), et une solide équipe de défenseurs de la commune, composée des maires (notamment Alain
Cazabonne, Jean Touzeau) assistés des élus communistes. Notons que le débat n'a que peu intéressé les élus de
droite peu présents et qu'ils divisent la ou les gauches assez nettement.
Vincent Feltesse a bien fait de dire d'entrée qu'il n'attendait pas de position commune de l'assemblée. Elle était
impossible. Car passée l'excellente intervention de Pierre Sadran sur le mode de désignation des conseillers
communautaires (lire par ailleurs), chacun est peu ou prou resté sur des positions connues, voire acquises.
Proximité
Il y a d'abord ceux qui estiment, comme Alain Cazabonne (MoDem, Talence), que ce débat n'a pas d'utilité, que
les citoyens ont d'autres chats à fouetter et que le maire est l'éternel rempart de la proximité contre toutes les
technocraties. Alain Anziani (PS, Mérignac) parle de bricolage gouvernemental, invite l'état à être plus efficace,
mais il demeure flou sur le renforcement de l'intercommunalité qu'il appelle pourtant de ses voeux.
Les conseillers généraux défendent le canton, mais ne sont pas systématiquement opposés, quand ils sont
maires PS de Pessac ou d'Eysines (Jean-Jacques Benoît, Christine Bost), à l'élection directe des conseillers
communautaires, le jour du scrutin municipal. Les communistes défendent la commune comme la cellule de
base de la démocratie « en danger », selon Claude Mellier (PC, Bordeaux). Ludovic Freygefond (PS, Le
Taillan) s'interroge sur la force des métropoles, « privées de leur ressource : la taxe professionnelle ».
Véronique Fayet (MoDem, Bordeaux) appelle d'urgence le législateur à bouger. Gérard Chausset (Verts,
Mérignac) veut une métropole élargie à Cestas, Sainte-Eulalie et Martignas. Pierre Hurmic (Verts, Bordeaux)
provoque : « Les maires empêchent la CUB d'exister ».
Alain Juppé (UMP, Bordeaux) veut un pouvoir d'agglomération plus fort, élu directement sur des enjeux
métropolitains. Vincent Feltesse (PS, Blanquefort) est sur la même ligne. Le président de la CUB n'est toutefois
pas favorable à la transformation des communes en mairies d'arrondissement. Mais il pose la vraie question de
démocratie : « Peut-on continuer à investir 1 milliard d'euros par an sans visibilité directe de la population ? »

FJ - 80
Pierre Sadran, professeur à l'Institut d'études politiques de Bordeaux, a été invité à intervenir en ouverture des
débats. L'universitaire a rapporté les conclusions du groupe de travail du Conseil de développement durable de
la CUB sur le mode de désignation des conseillers communautaires. Celui-ci se prononce très clairement pour
une élection directe spécifiquement dédiée à l'espace communautaire. « Car le fléchage proposé par le rapport
Balladur entretient la confusion », estime Pierre Sadran. Deux propositions sont avancées. Tout d'abord une
élection mixte, sur une circonscription d'agglomération d'une part, et par le canal actuel des conseils
municipaux d'autre part. L'alternative est plus radicale. Un exécutif métropolitain de 15 membres serait élu, à la
proportionnelle directement sur des enjeux d'agglomération. Le scrutin installerait un pouvoir présidentiel
d'agglomération fort. Le conseil de CUB, organe délibératif, voterait le budget. Il pourrait démettre l'exécutif
après deux délibérations rejetées. Les organisateurs de l'actuelle cogestion rient encore de cette idée. Pierre
Sadran s'y attendait.

http://www.sudouest.com/gironde/actualite/bordeaux/article/561285/mil/4409909.html

SUD-OUEST - 13 AVRIL 2009 - LA POLITIQUE VIENT AU CHEVET DES 354 EMPLOIS DE CELANESE

Les responsables politiques et têtes de liste aux élections européennes dans la région sont les bienvenus aux
portes de Celanese, à Pardies. Les actionnaires américains du groupe chimique ont décrété la fermeture rapide
(d'ici l'automne) du site béarnais pour des raisons économiques.
Depuis, la lutte s'organise, localement, afin de préserver les 354 emplois concernés, et le soutien des politiques,
c'est un levier qui compte. « Pour nous, il n'y a rien de pire que l'oubli. Quand un homme politique vient, il y a
des retombées médiatiques », explique le syndicaliste CGT Pascal Diozaide.
Députés en grève de la faim
Le moyen de mettre la pression sur les pouvoirs publics - davantage que sur les actionnaires - pour maintenir
l'opinion publique en éveil et limiter la casse. La période s'y prête.
Pardies fournit aux candidats et leaders politiques une tribune opportune pour dénoncer les dérives du
capitalisme, faire le procès de l'Europe... En quelques jours ont été reçus Jean-Luc Mélenchon (Le Parti de
gauche), Marie-George Buffet (PCF), Kader Arif (PS) et le Modem François Bayrou. José Bové (Europe
Écologie) est annoncé pour jeudi.
En revanche, le député européen Jean-Claude Martinez (extrême droite) a été invité par la CGT - majoritaire à
80 % dans l'entreprise - à passer son chemin, tout comme le parti de droite Debout la République...
L'action politique pour sauver l'emploi des Celanese va plus loin aujourd'hui. Les deux députés PS béarnais
Lignières-Cassou et Habib participeront ce soir à la grève de la faim tournante de vingt-quatre heures entamée
fin mars au local CGT. Retombées médiatiques assurées.

http://www.sudouest.com/accueil/actualite/france/article/559151/mil/4402963.html

SUD-OUEST - 11 AVRIL 2009 - ORU : LE PREFET NE VEUT PLUS LE MOINDRE RETARD

C'est Samuel Cazenave, conseiller municipal du Modem, qui a mis les pieds dans le plat lors du dernier Conseil
municipal d'Angoulême fin mars. Il en a même rajouté une couche sur le blog de son association La Charente
au coeur. L'élu craint que le retard pris par la nouvelle municipalité socialiste dans la réalisation du programme
de l'opération de renouvellement urbain (ORU) sur Basseau Grande-Garenne, soit dix mois selon la préfecture,
ne remette en cause les engagements financiers de l'Anru (Agence nationale de renouvellement urbain),
notamment sur le projet du pôle petite enfance.
La convention a été signée le lundi 7 janvier 2008 et les projets de l'ORU secteur ouest, une cinquantaine au
total, devaient être lancés dans la foulée. Sauf que la ville d'Angoulême, qui a changé de majorité en mars 2008,
a repris le dossier en main. Samuel Cazenave parle de « tergiversations sans fin sur le pôle petite enfance pour
finalement en revenir à un projet qui sera quasi trait pour trait le même que celui de l'ancienne équipe ».
L'intéressé précise que ce retard pourrait « coûter très cher aux Angoumoisins des quartiers de Basseau et de la
Grande-Garenne ». L'engagement entre l'Anru et la Ville prévoit des clauses pour la réalisation des opérations
et le respect d'un calendrier. Pour l'élu Modem, « nous risquons un dégagement d'office du programme ». Les
FJ - 81
manquements constatés dans le calendrier peuvent en effet aller de la réduction du taux ou du plafond de
subventions attribués par l'Anru à la ville jusqu'à la suspension, voire la résiliation de la convention.
Intervention du préfet
C'est au délégué territorial de l'Agence de renouvellement urbain, donc au préfet, d'analyser les causes et les
conséquences de ces manquements et d'établir un rapport. C'est ce que fait le préfet de la Charente François
Burdeyron qui défend à Paris le maintien du programme Basseau Grande-Garenne.
« Pour l'heure il y a des négociations. Le préfet est intervenu auprès du directeur général de l'Anru pour lui
expliquer ce qui se passe et le pourquoi du retard. C'est-à-dire les difficultés rencontrées par les opérateurs
HLM pour acquérir le foncier et les nouvelles réflexions engagées sur les dossiers du pôle petite enfance et de
l'école d'arts plastiques des Accacias. Les financements prévus au départ devraient être maintenus », assure
Yves Séguy, le secrétaire général de la préfecture. « Mais le préfet a clairement exprimé le souhait qu'il n'y ait
plus de retard. Il ne faudrait pas que ce décalage de calendrier grandisse encore... »
Auquel cas l'Anru pourrait remettre en cause la convention. Le maire d'Angoulême, Philippe Lavaud, rappelle
cependant que celle-ci n'a été signée qu'en janvier 2008 et que lorsqu'il est arrivé aux affaires il a eu des petites
surprises. « Il manquait 500 000 euros pour financer le pôle petite enfance. Il a fallu trouver l'argent. Rien
n'était calé pour le fonctionnement de cette structure. On a beaucoup travaillé pour mettre tous les dossiers sur
les rails. Le préfet nous a dit qu'il n'y avait aucun souci. On avance maintenant à un rythme normal. On va
même essayer d'accélérer les choses sur certains équipements comme la salle de sports. Tout dépendra des
maîtres d'oeuvre... »

http://www.sudouest.com/charente/actualite/angouleme/article/558003/mil/4395911.html

ACTUALITES

ELECTIONS EUROPEENNES

LE MONDE - 22 AVRIL 2009 - L'ACTIVITE DES EURODEPUTES PASSEE AU CRIBLE AVANT LES ELECTIONS DU 7 JUIN

Quel est le point commun entre Marine Le Pen, Harlem Désir et Daniel Cohn-Bendit ? Têtes de liste du Front
national dans le Nord, des socialistes et des Verts en Ile-de-France, tous trois siègent déjà au Parlement
européen. Comme eux, ils sont une bonne trentaine d'élus sortants à figurer en position éligible sur les 72 sièges
à pourvoir par la France lors des élections européennes du 7 juin. Parmi ces eurodéputés, certains sont peu
connus. D'autres, comme les socialistes Benoît Hamon ou Vincent Peillon, Marielle de Sarnez, pour le MoDem,
ou Philippe de Villiers, du Mouvement pour la France, sont au contraire très en vue. Ces élus mettent souvent
en avant leur expérience pour animer une campagne, elle-même lente à démarrer. Mais leur bilan est des plus
contrasté, à en croire une analyse rendue publique mercredi 22 avril par un homme du sérail, Flavien Deltort,
ancien assistant parlementaire d'un élu du Parti radical italien, Marco Cappato. Cette formation proeuropéenne
siège au côté du MoDem au sein du groupe des libéraux. Elle réclame davantage de transparence afin d'évaluer
les élus européens. Depuis des mois, M. Deltort a consulté les registres de présence, et les procès-verbaux de
séances pour établir une compilation riche en enseignements. Trois grands types de critères sont analysés : la
présence en séance plénière, la présence dans les commissions spécialisées et l'engagement de chaque élu - par
le biais des rapports parlementaires, des questions écrites et orales, des déclarations écrites, des avis ou des
résolutions. "Il ne s'agit pas de faire dans l'antiparlementarisme mais de pointer certaines tendances de fond",
indique M. Deltort. En dépit de certaines limites, que ne manquent pas de souligner les intéressés, l'étude
indique que de fortes disparités existent dans le degré d'assiduité et d'activité des eurodéputés français. Autre
observation, les têtes de liste retenues en France ne sont pas nécessairement les mieux notées.

FJ - 82
A PEINE DOUZE FRANÇAIS
Les élus français affichent des performances très honorables en terme de fréquentation de l'hémicycle
strasbourgeois. Les trois quarts des eurodéputés sortants peuvent se prévaloir d'un taux de présence d'au moins
80 % lors des réunions plénières. Plusieurs d'entre eux se font même un devoir de ne rater aucune session
mensuelle dans la capitale alsacienne. La performance est nettement moins flatteuse en ce qui concerne
l'engagement dans les commissions, un des lieux où se fait pourtant l'essentiel du travail parlementaire, en
amont des votes en plénière. Parmi les 300 députés les plus présents à ce niveau, sur un total de 920 personnes
ayant occupé un siège pour une durée plus ou moins longue entre juin 2004 et décembre 2008, l'on compte à
peine 12 ressortissants français. Des élus socialistes, UMP, Verts, ou libéraux figurent parmi les plus assidus.
Aucun eurosceptique français ne pointe dans les 300 premières places du classement. En comparaison, on y
trouve 45 Allemands et 24 Espagnols. Le constat est aussi des plus mitigés en matière d'activités. Dans ce
domaine, les premiers français, comme la chef de file des Verts dans le Nord-Ouest, Hélène Flautre, ou la
socialiste Pervenche Berès (numéro deux en Ile-de-France) pointent au-delà de la soixantième place. Mme Berès
voisine avec le président français du groupe conservateur (PPE), Joseph Daul (UMP), lui-même tête de liste
dans l'Est. Une trentaine de députés français sortants, dont quelques-uns sont encore en lice le 7 juin, n'ont pas
écrit un seul rapport entre juin 2004 et décembre 2008. "Le problème, c'est qu'il est très compliqué de
distinguer le quantitatif du qualitatif, observe Marielle de Sarnez (MoDem). Ce n'est pas forcément les dix plus
présents qui sont les dix meilleurs parlementaires européens. Mais ce n'est pas obligatoirement les dix derniers
non plus." La méthode de M. Deltort a en effet ses limites. Elle ne prend pas en compte l'importance des
rapports rédigés. Elle ignore aussi le rôle, plus discret mais incontournable, des députés coordonnateurs au sein
des groupes politiques, ou des contre-rapporteurs sur les projets législatifs en cours d'examen. Elle fait l'impasse
sur les fonctions de président de commission ou de groupe. "Dans un groupe parlementaire, certains assument
des responsabilités, d'autres non, indique Harlem Désir, tête de liste PS en Ile-de-France. La présence en
commission, c'est très important, mais les présidents de groupe et les vice-présidents n'ont pas le temps de
travailler en commission. A l'inverse, le député coordonnateur sur tel ou tel sujet sera très présent en
commission mais écrira peu de rapports."

http://www.lemonde.fr/elections-europeennes/article/2009/04/22/le-palmares-de-l-assiduite-des-eurodeputes-
francais_1183863_1168667.html

HADOPI

NUMERAMA - 23 AVRIL 2009 - SARKOZY EN RAGE CONTRE LE NOUVEAU CENTRE ET JEAN DIONIS DU SEJOUR

Jean Dionis du Séjour a souhaité démentir nos informations. Le député est "formel et définitif, il n'y a jamais eu
cette phrase ou une phrase proche" de la part de Nicolas Sarkozy. Fidèle à la position qu'il a tenu lors de la
première lecture, M. Dionis du Séjour votera pour le projet de loi Création et Internet si la coupure est
remplacée par une amende, s'abstiendra si la double peine (coupure + amende) est supprimée, et votera contre si
la double peine est maintenue. La position du groupe Nouveau Centre risque en revanche de s'infléchir vers
plus de votes favorables ou d'abstentions.
"Tu fermes ta gueule ou tu es mort politiquement". C'est, selon des échos rapportés à Numerama, ce qu'auraient
entendu récemment les oreilles du député Jean Dionis du Séjour, violemment secoué par le chef de l'Etat lors
d'une rencontre informelle avec le groupe Nouveau Centre. Très opposé au projet de loi Création et Internet,
Dionis du Séjour avait affiché la position officielle de son groupe (l'abstention) jusqu'au dernier jour du vote
final, où il a finalement craqué et décidé de voter contre le texte, après l'avoir vilipendé pendant plus de 40
heures de débats. Le député n'aurait pas cédé aux menaces du Président de la République, mais il pourrait
mettre de l'eau dans son vin pour sauvegarder le groupe Nouveau Centre, qui en faisant sécession d'avec
François Bayrou souhaitait rester dans la majorité parlementaire.
Vexé par le coup politique réussi par les députés de l'opposition, et ostensiblement énervé par les multiples
obstacles qui se posent à l'Hadopi, Nicolas Sarkozy a prié les députés de la majorité d'être en rangs ressérés
pour voter comme un seul homme le texte lorsqu'il sera présenté en seconde lecture, à partir du mercredi 29
FJ - 83
avril. Toute tête qui dépasse sera rasée. Avec ici un ministère qui s'éloigne, là une promesse d'une investiture ou
d'un service rendu.
Rarement Nicolas Sarkozy, pourtant habitué aux coups de sang, n'était apparu aussi furieux face aux
parlementaires. Ce qui laisse une question : pourquoi ?
Pourquoi contre vents et marées le Président de la République tient-il tant à ce texte ?
La réponse tient dans la suite du programme législatif, et en particulier la future loi de programmation de
sécurité intérieure (LSI), sans cesse repoussée, qui prévoit une obligation de surveillance et de filtrage des
contenus consultés par les internautes. Derrière la lutte contre le piratage, qui n'est qu'une façade, Nicolas
Sarkozy souhaite faire entrer le cheval de Troie qu'est l'Hadopi et son obligation d'installer des "logiciels de
sécurisation" sur tous les postes des foyers français. Une fois les filtres imposés sur tous les PC, ll suffira
d'étendre au moment de la LSI les types de contenus ou les sites bloqués.

http://www.numerama.com/magazine/12727-Sarkozy-en-rage-contre-le-Nouveau-Centre-et-Jean-Dionis-du-
Sejour.html

SONDAGES

LE POINT - 22 AVRIL 2009 – EUROPEENNES : L'UMP DEVANCE LE PS

À moins de deux mois du scrutin, la majorité fait la course en tête. La liste UMP-Nouveau Centre est créditée
de 27 % des intentions de vote aux élections européennes du 7 juin contre 25 % pour la liste PS, selon un
sondage* CSA paru mercredi dans Le Parisien/Aujourd'hui en France . La liste du MoDem arrive en troisième
position avec 12 %, devançant celle d'Europe Écologie (José Bové, Daniel Cohn-Bendit), 10%, celle du Front
national (8 %) et celle du Nouveau Parti anticapitaliste d'Olivier Besancenot (7 %).
La liste du Mouvement pour la France de Philippe de Villiers est créditée de 5 %, celle du Front de gauche
(Marie-George Buffet, Jean-Luc Mélenchon) de 3 %, celle de Lutte ouvrière de 2 % et celle de Debout la
République de Nicolas Dupont-Aignan de 1 %.
L'abstention et le nombre de bulletins blancs et nuls s'élèveraient à 49 %, soit presque un électeur sur deux,
selon le CSA.
*Sondage réalisé par téléphone les 15 et 16 avril 2009 auprès d'un échantillon national représentatif de 904
personnes âgées de 18 ans et plus constitué d'après la méthode des quotas.

http://www.lepoint.fr/actualites-politique/2009-04-22/europeennes-sondages-l-ump-devance-le-
ps/917/0/336838

NICOLAS SARKOZY

LE TELEGRAMME - 20 AVRIL 2009 - LES TROIS RIPOSTES DE SARKOZY

Lorsqu'il est la cible d'attaques, Nicolas Sarkozy sort ses «antimissiles». Il suscite de nouveaux débats, reprend
le thème de l'insécurité. Et sa troisième arme, c'est la posture gaullienne.
59% des Français - selon le baromètre du Journal du Dimanche - se disent mécontents du président de la
République? Son émule et adversaire acharnée, Ségolène Royal, non contente d'avoir écrit au Premier ministre
espagnol Zapatero pour s'excuser de propos que le président français n'aurait même pas tenus, enjoint à Nicolas
Sarkozy, par un communiqué dominical, un «devoir de maîtrise de soi»? Dominique de Villepin, qui agite un
«risque de révolution», lui reproche de son côté de «ne pas répondre à l'exigence sociale»? François Bayrou
repart en croisade contre un président qui veut tous les pouvoirs? Comme chaque fois qu'il est la cible des
attaques, Sarkozy sort ses trois antimissiles.
FJ - 84
Loi anti-cagoules
Le premier, c'est le mouvement perpétuel: susciter sans cesse de nouveaux débats. Parler par exemple, en pleine
grève, des droits des beaux-parents, voire de l'homoparentalité. Le second, c'est le thème de la sécurité, souvent
associé à celui de l'immigration. Le Conseil constitutionnel a retoqué l'an dernier la rétroactivité des peines?
Les décrets d'application de la dernière loi - datée de janvier - n'ont pas encore été publiés? Qu'importe. En
visite demain à Nice chez Christian Estrosi, maire et président du Conseil général des Alpes-Maritimes, qui
aura pris soin, s'il veut redevenir ministre (de l'Agriculture?) de maintenir à bonne distance les manifestants,
Nicolas Sarkozy devrait réaffirmer sa détermination à ne «pas tolérer» des violences comme les séquestrations
de patrons et les coupures sauvages d'électricité et évoquer les projets de législation anti-bandes (de casseurs) et
anti-cagoules. Les anciens électeurs FN, qu'on dit aujourd'hui déçus, ne manqueront pas d'approuver, tout
comme une «majorité silencieuse».
Hymne à la Résistance
La troisième arme présidentielle est celle de la posture gaullienne. Au printemps 2008, afin d'éteindre les
critiques sur son style «bling-bling» et de faire oublier la défaite des municipales, Sarkozy ne se contentait pas
de renoncer à sa Rolex et à ses Ray Ban pour se montrer en bleu sombre, le visage grave. Dans la cour des
Invalides, il rendait hommage au dernier Poilu, Lazare Ponticelli, et à travers lui «à ces femmes et ces hommes
qui nous ont appris la grandeur du patriotisme». Cet après-midi, à la cérémonie des obsèques de Maurice
Druon, «grand résistant, grand écrivain», ancien ministre de la Culture et ex-Secrétaire perpétuel de l'Académie
française, le Président prononcera un discours vibrant d'émotion, tandis que retentira le «Chant des partisans».
Après cela, comme elles paraîtront triviales les critiques sur de supposés propos de table! Christine Clerc

http://www.letelegramme.com/ig/generales/france-monde/commentaires/les-trois-ripostes-de-sarkozy-20-04-
2009-342478.php

FJ - 85