Vous êtes sur la page 1sur 188

Assemblages des pieds de poteaux en acier

ASSEMBLAGES DES PIEDS DE POTEAUX EN ACIER

Assemblages des pieds de poteaux en acier

Table des matières

1 Introduction

11

1.1 Objet

11

1.2 Domaine d’application

11

1.3 Contenu et utilisation

13

1.4 Conception de la fondation, vérification du sol et résistance des

fixations dans la fondation

15

1.4.1 Fondation et sol

15

1.4.2 Résistance des fixations dans la fondation en béton

15

1.5

Symboles et définitions

16

2 Configurations d’assemblages de pieds de poteau traitées dans

ce guide

18

2.1 Classification des assemblages suivant leur rigidité

18

2.2 Configurations d’assemblages de pieds de poteaux traitées

20

2.2.1 Introduction

20

2.2.2 Configuration A1 : Pied de poteau « articulé » soumis à un effort axial de

compression et à un effort tranchant transmis par frottement ou par bêche

21

2.2.3

Configuration A2 : Pied de poteau « articulé » soumis à un effort axial de

soulèvement (traction) et à un effort tranchant transmis par bêche

21

2.2.4

Configuration A3 : Pied de poteau « articulé » soumis à un effort axial et un

effort tranchant transmis à la fondation par cisaillement des tiges d’ancrage

22

2.2.5 Configuration E : Pied de poteau « encastré », transmettant un moment de flexion

23

24

autour de l’axe principal, un effort axial et un effort tranchant

3 Résistances des aciers, bétons et tiges d’ancrage

3.1 Valeurs des coefficients partiels

24

3.2 Résistances des aciers des platines d’extrémité et des poteaux

24

3.3 Résistance à la pression localisée du béton / joint de scellement

25

3.4 Tiges d’ancrage

26

3.4.1 Aciers des tiges d’ancrage

26

3.4.2 Tiges d’ancrage tendues

26

3.4.2.1 Généralités

26

3.4.2.2 Résistances de calcul en traction de la section filetée d’une tige d’ancrage

27

3.4.2.3 Formes des tiges d’ancrage

29

3.4.2.4 Résistance d’ancrage en traction des tiges et limitations sur les aciers les constituant

30

3.4.3 Résistance de calcul des tiges d’ancrage à l’effort tranchant

4 Méthodologie de calcul des différentes configurations d’assemblages de pied de poteau

31

33

4.1

Inventaire des références utilisées

33

4.1.1 Références directement concernées de l’EN1993-1-8

33

4.1.2 Références directement concernées de l’EN 1992-1-1

34

Assemblages des pieds de poteaux en acier

4.2 Informations concernant toutes les configurations d’assemblages

traitées

34

4.2.1 Hypothèses de conception

34

4.2.2 Interaction entre efforts dans les vérifications

35

4.2.2.1 Vérifications de résistance de l’assemblage à une combinaison N-M

35

4.2.2.2 Vérifications de résistance de l’assemblage à l’effort tranchant

35

4.2.2.3 Vérifications de résistance des soudures

35

4.2.2.4 Vérifications de résistance des tiges d’ancrage

35

4.2.3 Classification de l’assemblage par rigidité

36

4.2.3.1 Généralités

36

4.2.3.2 Assemblages «articulés » : Configurations de type A

36

4.2.3.3 Assemblages « encastrés » : Configurations de type E

36

4.3 Résistances des assemblages

37

4.3.1 Information sur la méthodologie adoptée pour tous les assemblages « articulés » :

Configurations de type A

37

4.3.2

Information sur la méthodologie adoptée pour tous les assemblages

« encastrés » : Configurations de type E

37

4.4 Etape préliminaire : Etablissement des paramètres de calcul

38

4.5 Etapes principales de calcul spécifiques à la Configuration A1

38

4.5.1 Rappel de définition

38

4.5.2 Détermination de la résistance de l’assemblage en compression : méthodologie de

 

l’Annexe C

38

4.5.3

Détermination de la résistance par frottement à un effort tranchant en présence

d’un effort axial de compression

39

4.6

Etapes principales de calcul spécifiques à la Configuration A2

39

4.6.1 Rappel de définition

39

4.6.2 Information sur la méthodologie adoptée

39

4.6.3 Détermination de la résistance au soulèvement

39

4.6.4 Détermination de la résistance d’une bêche à l’effort tranchant

40

4.7

Etapes de calcul spécifiques à la Configuration A3

40

4.7.1 Rappel de définition

40

4.7.2 Information sur la méthodologie adoptée

40

4.7.3 Détermination de la résistance des tiges d’ancrage au cisaillement

40

4.8

Etapes principales de calcul spécifiques à la Configuration E

40

4.8.1 Rappel de définition

40

4.8.2 Vérification individuelle pour une combinaison donnée M-N selon l’Annexe E. 41

4.8.3 Vérifications multiples via la détermination d’un diagramme de résistance de

l’assemblage sous interaction M-N selon l’Annexe F

41

4.9

Estimation des dimensions de la platine d’extrémité, des tiges

d’ancrage et de la rigidité d’un assemblage

41

4.9.1 Estimation des dimensions d’une platine d’extrémité en pied d’un poteau donné

soumis à un effort axial de compression

41

4.9.2

Estimation des dimensions d’une platine d’extrémité pour un pied de poteau

encastré

41

4.9.2.1 Estimation des sollicitations maximales de compression et de traction exercées sur

la fondation par une semelle du poteau

41

4.9.2.2

Estimation des dimensions de la platine d’extrémité basée sur la sollicitation

maximale de compression dans une semellle de poteau

42

4.9.2.3 Estimation des dimensions des tiges d’ancrage

42

4.9.2.4 Epaisseur de la platine d’extrémité

43

Assemblages des pieds de poteaux en acier

4.9.2.5 Vérification de l’assemblage

43

4.9.3

Estimation de la rigidité d’un assemblage de pied de poteau

43

4.10

Sélection d’un assemblage à l’aide des tableaux d’assemblages

prédimensionnés

43

5 Exemples d’application à des assemblages typiques

44

5.1

Exemple 1 : Configuration A1

44

5.1.1

Assemblage articulé sous effort axial de compression et effort tranchant –

Données de l’exemple

44

5.1.2

Vérification du classement par rigidité de l’assemblage

44

5.1.2.1 Méthode conventionnelle : voir §2.1

44

5.1.2.2 Méthode générale : voir l’Annexe G (§G.5)

45

5.1.3 Etape préliminaire : Etablissement des paramètres de calcul : voir §4.4

45

5.1.3.1 Dimensions et caractéristiques du poteau IPE300

45

5.1.3.2 Dimensions et caractéristiques de la platine

45

5.1.3.3 Dimensions et caractéristiques des cordons de soudures entre la platine et le poteau

 

45

5.1.3.4 Coefficients partiels

45

5.1.4 Etape n°1 : Résistance de calcul en compression du béton et résistance de calcul à

la pression localisée du joint de scellement : méthodologies de l’Annexe C et de

l’Annexe A

46

5.1.5

Etape n°2 : Détermination de la valeur de la largeur d’appui additionnelle :

méthodologie de l’Annexe C

46

5.1.6

Etape n°3 : Identification du type de platine : « projection courte » ou

« projection étendue » et vérification du non recouvrement des aires des

 

tronçons : méthodologie de l’Annexe C

46

5.1.7

Etape n°4 : Détermination de la résistance de l’assemblage en compression :

méthodologie de l’Annexe C

47

5.1.8 Etape n°5 : Détermination de la résistance de calcul à l’effort tranchant par

frottement en présence d’un effort axial de compression : méthodologie de l’Annexe I 48

5.2

Exemple 2 : Configuration A2

48

5.2.1

Assemblage articulé sous effort axial de soulèvement et effort tranchant –

Données

48

5.2.2 Vérification du classement par rigidité de l’assemblage

48

5.2.3 Etape préliminaire : Etablissement des paramètres de calcul : voir §4.4

48

5.2.3.1 Dimensions et caractéristiques du poteau IPE300

48

5.2.3.2 Dimensions et caractéristiques de la platine

48

5.2.3.3 Dimensions et caractéristiques des cordons de soudures entre la platine et le poteau

 

49

5.2.3.4 Dimensions et caractéristiques de tiges d’ancrage

49

5.2.3.5 Coefficients partiels de sécurité

49

5.2.3.6 Cas de chargement

49

5.2.3.7 Choix des tiges d’ancrage

49

5.2.4 Résistance au soulèvement : méthodologie de l’Annexe B (§B.2)

5.2.4.1 Résistance en traction du tronçon en T tendu

50

50

5.2.4.1.1

Paramètres géométriques

50

5.2.4.1.2

Etape n°1 : Modélisation de l’assemblage

50

5.2.4.1.3

Etape n°2 : Effet de levier et modes de ruine des tronçons en T tendus

50

5.2.4.1.4

Etapes n°3 : Longueur du tronçon en T équivalent

52

5.2.4.1.5

Etape n°4 - Partie 1: Résistance en flexion de la platine d’extrémité du tronçon en T

équivalent

52

5.2.4.1.6

Etape n°4 - Partie2 : Résistance de l’assemblage en traction

53

5.2.5 Rigidité de l’assemblage : méthodologie de l’Annexe G (§G.3)

54

Assemblages des pieds de poteaux en acier

5.2.5.1 Raideur du composant « béton » comprimé

54

5.2.5.2 Raideur de la platine

55

5.2.5.3 Raideur des tiges d’ancrage du tronçon en T tendu

55

5.2.5.4 Raideur du tronçon en T tendu

55

5.2.5.5 Rigidité initiale de l’assemblage

55

5.2.5.6 Classement de l’assemblage par rigidité selon l’EN1993-1-8

58

5.2.6 Résistance de calcul à l’effort tranchant d’une bêche en I ou H en Configuration

A : voir l’Annexe K du guide

59

5.2.6.1 Choix de la bêche : méthodologie de l’Annexe K (§K.2.2 et §K.2.3)

59

5.2.6.2 Dimensions et caractéristiques de cordons de soudures entre la bêche et la platine

d’extrémité : méthodologie de l’Annexe L

60

5.2.6.3 Résistance de calcul du béton à la pression localisée sur les ailes de la bêche

60

5.2.6.4 Limite d’élasticité de l’acier de la bêche et coefficients partiels

60

5.2.6.5 Vérification des conditions à respecter concernant les dimensions de la bêche

61

5.2.6.6 Détermination de la résistance du béton sous pression localisée au droit des deux

semelles de la bêche : méthode de l’Annexe K (§K.2.4)

61

5.2.6.7 Détermination de la résistance de l’âme de la bêche à l’effort tranchant: méthode de

l’Annexe K (§K.2.5)

61

5.2.6.8

Détermination de la résistance des soudures bêche/platine au cisaillement :

méthodologie de l’Annexe L

61

5.2.6.9

Détermination de la résistance de la bêche à l’effort tranchant basée sur la

résistance de la semelle la plus sollicitée de la bêche

61

5.2.6.10

Détermination de la résistance de la bêche à l’effort tranchant basée sur la

résistance locale de l’âme du poteau : méthode de l’Annexe K (§K.2.7.1 et §K.2.7.2)

62

5.2.6.11

Résistance de calcul de la bêche au cisaillement

63

5.3 Exemple 3 : Configuration A3

64

5.3.1 Assemblage articulé en pied de potelet avec effort axial faible et effort tranchant

repris par tiges d’ancrage – Données

64

5.3.2

Etape préliminaire : Etablissement des paramètres de calcul : voir §4.4

64

5.3.2.1 Dimensions et caractéristiques de la platine

64

5.3.2.2 Dimensions et caractéristiques des tiges d’ancrage

64

5.3.2.3 Dimensions et caractéristiques des cordons de soudures entre la platine et le poteau

 

64

5.3.2.4 Résistance de calcul du béton à la pression localisée sur les ailes de la bêche

65

5.3.2.5 Coefficients partiels

65

5.3.2.6 Epaisseur du joint de scellement

65

5.3.3 Vérification du classement par rigidité de l’assemblage

65

5.3.4 Résistance de calcul des tiges d’ancrage au cisaillement selon l’Annexe J

65

5.4

Exemple 4 : Configuration E

66

5.4.1

Assemblage encastré transmettant un effort axial et un moment selon l’axe

majeur du poteau – Données

66

5.4.2

Etablissement des paramètres de calcul

67

5.4.2.1 Dimensions et caractéristiques du poteau IPE300

67

5.4.2.2 Dimensions et caractéristiques de la platine

67

5.4.2.3 Dimensions et caractéristiques des cordons de soudures entre la platine et le poteau

 

67

5.4.2.4 Dimensions et caractéristiques de tiges d’ancrage

67

5.4.2.5 Coefficients partiels

67

5.4.3 Méthode de calcul

67

5.4.4 Résistance du tronçon en T comprimé pour une semelle : méthodologie de

l’Annexe B (§B.3)

68

5.4.5 Résistance de l’assemblage en compression seule : méthodologie de l’Annexe C .

68

Assemblages des pieds de poteaux en acier

5.4.6 Résistance de calcul des rangées de boulons en traction : méthodologie de

l’Annexe B (§B.2)

69

5.4.6.1 Rangée extérieure de tiges d’ancrage

69

5.4.6.2 Rangée intérieure de tiges d’ancrage

71

5.4.6.3 Effet de levier et mécanismes de ruine pour les tronçons en T tendus des rangées

72

5.4.6.3.1 Résistance de calcul des tiges d’ancrage en traction

73

5.4.6.3.2 Résistance en flexion de la platine d’extrémité des tronçons en T tendus

74

5.4.6.3.3 Résistance en traction du tronçon en T de la rangée extérieure

74

5.4.6.3.4 Résistance en traction du tronçon en T de la rangée intérieure

75

5.4.7 Résistance de l’assemblage à la traction (soulèvement) : méthodologie de

l’Annexe B (§B.2)

76

5.4.8 Résistance de l’assemblage au moment : méthodologie de l’Annexe E

76

5.4.9 Combinaison moment-effort axial mobilisant au mieux l’assemblage :

méthodologie de l’Annexe E

77

5.4.10 Vérification de l’assemblage pour une combinaison M-N donnée : méthodologie

de l’Annexe E

78

5.4.11

Rigidité de l’assemblage : méthodologie de l’Annexe G

79

5.4.11.1 Raideur du composant « béton » comprimé

80

5.4.11.2 Raideur des tiges d’ancrage du tronçon en T tendu

80

5.4.11.3 Raideur de la platine pour la rangée extérieure

80

5.4.11.4 Rangée extérieure : Raideur du tronçon en T tendu

81

5.4.11.5 Raideur de la platine pour la rangée intérieure

81

5.4.11.6 Rangée intérieure : Raideur du tronçon en T tendu

81

5.4.11.7 Rigidité équivalente et bras de levier équivalent

81

5.4.11.8 Rigidité initiale de l’assemblage : voir Tableau G-1 de l’Annexe G

82

5.4.11.9 Classification selon l’EN 1993-1-8

85

5.5 Diagramme d’interaction M-N de résistance d’un assemblage :

méthodologie de l’Annexe F

87

5.5.1 Détermination du diagramme d’interaction

87

5.5.2 Vérification des cas de chargement

89

5.6

Utilisation des tableaux des assemblages prédimensionnés de

l’Annexe N et de l’Annexe O du guide

90

5.6.1

Introduction

90

5.6.1.1 Annexe N : Assemblages « articulés » – Configurations A

90

5.6.1.2 Annexe O : Assemblages « encastrés » – Configuration E

90

5.6.2 Choix d’un assemblage articulé, voir l’Annexe N

90

5.6.3 Choix d’un assemblage encastré, voir l’Annexe O

93

6

Références

97

Annexe A

Résistance de calcul du joint de scellement à la

pression localisée

99

A.1

scellement à la pression localisée

A.2

Influence des dimensions de la fondation sur la résistance du joint de

99

Résistance de calcul du joint de scellement à la pression localisée. 102

Annexe B

des tronçons en T

Résistance des composants de l’assemblage : méthode

104

B.1

Généralités

104

B.2

Tronçon en T tendu

105

Assemblages des pieds de poteaux en acier

B.2.1

Introduction au comportement d’un tronçon en T tendu

105

B.2.2

Etape n° 1 : Choisir la modélisation des parties tendues en tronçons en T

équivalents

106

B.2.3

Etape n°2 : Identifier les modes de ruine d’un tronçon en T en traction

108

B.2.3.1

Modes de ruine d’un tronçon en T en traction

108

B.2.3.2

L’impact de l’effet de levier dans les tiges d’ancrage sur les modes de ruine à

considérer

109

B.2.4

Etape n°3 : Evaluer les longueurs des tronçons en T tendus

110

B.2.4.1

Introduction

110

B.2.4.2

Longueurs de tronçon pour les rangées extérieures, intérieures et centrales

110

B.2.5

Etapes n°4 : Déterminer les résistances de calcul des rangées

113

B.3

Tronçon en T comprimé

115

B.3.1

Comportement et modélisation de la partie comprimée par des tronçons en T

équivalents

115

B.3.2

Détermination de la résistance à la pression localisée (voir §C.2.2)

116

B.3.3

Détermination de la largeur additionnelle (voir aussi §C.2.3)

116

B.3.4

Type de projection et dimensions du tronçon en T comprimé (voir §C.2.4)

117

B.3.5

Résistance de calcul d’un tronçon en T comprimé (voir §C.2.5)

118

B.3.6

Résistances des Tronçons en T comprimés d’un poteau en profil I ou H (voir

Annexe C)

118

B.3.6.1

Tronçons en T comprimés pour les ailes et l’âme

118

B.3.6.2

Résistance d’un tronçon d’aile de poteau

119

B.3.6.3

Résistance d’un tronçon d’âme de poteau

120

Annexe C

Résistance d'un assemblage de pied de poteau en

compression seule

122

C.1

Introduction

122

C.2

Etapes de calcul

122

C.2.1

Etape préliminaire : Etablissement des paramètres et des hypothèses de base . 122

C.2.2

Etape n°1 : Détermination de la résistance de calcul à la pression localisée du

joint

122

C.2.3

Etape n°2 : Détermination de la largeur additionnelle d'appui c

123

C.2.4

Etape n°3 : Identification du type de projection de la platine d’extrémité

123

C.2.5

Etape n°4 : Détermination de la résistance de calcul de l’assemblage à la

compression

125

Annexe D

pour un poteau soumis à un effort axial de compression

Estimation des dimensions de la platine d’extrémité

D.1

Étape n°1 : Choix des paramètres de résistance de calcul des

126

matériaux

126

D.2 Étape n°2 : Estimation préliminaire de l'aire de la plaque d'assise

126

D.3 Étape n°3 : Choix du type de platine d’extrémité

126

D.4 Étape n°4 : Détermination de la largeur additionnelle d'appui

126

D.5

Étape n°5 : Détermination des dimensions en plan minimales requises

pour la platine

128

D.6 Étape n°6 : Détermination de l'épaisseur minimale requise pour la platine d’extrémité

128

Assemblages des pieds de poteaux en acier

Annexe E « encastré »

Vérification d’un assemblage de pied de poteau

129

E.1

Introduction

129

E.2

Etapes de calcul

129

E.2.1

Etape n°1 : Détermination de la résistance à la traction des tronçons en T pour les

rangées des tiges d’ancrage

129

E.2.2

Etape n°2 : Détermination de la résistance d’un tronçon en T à la compression

129

E.2.3

Etape n°3 : Vérification d’un assemblage soumis à une combinaison M-N : calcul

du moment résistant

129

Annexe F

poteau sous interaction M-N

Diagramme de résistance d’un assemblage de pied de

133

F.1

Introduction

133

F.2

Moment résistant en fonction de l’effort normal appliqué : étapes de

calcul

133

F.2.1

Etape n°1 : Détermination de la résistance du tronçon en T à la traction : F T,Rd 133

F.2.2

Etape n°2 : Détermination de la résistance du tronçon en T à la compression :

F C,Rd

F.2.3

133

Etape n°3 : Détermination du diagramme d’interaction M-N pour les assemblages

 

symétriques

133

F.3

Méthode pour déterminer le diagramme d’interaction M-N

141

Annexe G

Rigidité des pieds de poteaux à la flexion

144

G.1 Introduction

144

G.2 Méthode des composants

145

G.3

Coefficients de rigidité des composants et des tronçons en T

147

G.3.1.1

Béton et platine d’extrémité en compression

147

G.3.1.2

Tiges d’ancrage

147

G.3.1.3

Platine d’extrémité en flexion

148

G.3.1.4

Regroupements des ressorts/composants pour les tronçons

149

G.4

Rigidité initiale S j,ini de l’assemblage en rotation

150

G.5

Limites de classification

152

G.5.1.1

Limite de classification assemblages « rigides/semi-rigides »

153

G.5.1.2

Limite de classification assemblages « articulés/semi-rigides »

153

G.6

Evaluation de la rigidité dès la phase de prédimensionnement

154

Annexe H

Ancrage des tiges d’ancrage en barre lisse dans le

béton

155

H.1

Introduction

155

H.2

Limitations sur l’utilisation des différents types et classes de tiges

d’ancrage

155

H.2.1

Tiges d’ancrage tenues par adhérence

155

H.2.1.1

H.2.1.2

Tiges d’ancrage en acier non revêtu

155

Tiges d’ancrage en acier revêtu

155

Assemblages des pieds de poteaux en acier

H.2.1.3

Tiges d’ancrage pliées

155

H.2.2

Tiges d’ancrage ancrées par un dispositif à l’extrémité noyée

155

H.3

Contrainte d’adhérence de calcul

156

H.4

Longueur d’ancrage de référence requise

156

H.5

Ancrage par coude ou par crochet

158

H.5.1

Longueur totale d’ancrage des tiges d’ancrage cintrées de classe 4.6

158

H.5.2

Profondeur d’ancrage minimale des tiges d’ancrage cintrées des classes 4.6 et

5.6

158

H.6

Ancrage par un dispositif à l’extrémité des tiges

159

H.6.1

Cas d’utilisation

159

H.6.2

Résistance en traction des tiges d’ancrage droites ancrées à l’extrémité par un

dispositif

159

Annexe I

frottement162

Annexe J

tiges d’ancrage

Résistance de l’assemblage au cisaillement par

Transmission de l’effort tranchant par cisaillement des

163

J.1

Reprise de l’effort de cisaillement par cisaillement/flexion des tiges

d’ancrage

163

J.2

Résistance des tiges d’ancrage en cisaillement

164

J.3

Résistance des tiges d’ancrage soumises à une combinaison de

traction et de cisaillement

164

Annexe K

Reprise de l’effort de cisaillement par une bêche

165

K.1

Généralités sur le bêches

165

K.2

Conception et vérification d’une bêche en profil I ou H pour

transmettre un effort de cisaillement V z selon l’axe faible du poteau

165

 

K.2.1

K.2.2

K.2.3

K.2.4

K.2.5

K.2.6

K.2.7

Généralités

165

Profondeur et hauteur d’une bêche en I ou H

166

Rigidité / élancement des semelles de la bêche

166

Résistance du béton

167

Résistance de l’âme de la bêche au cisaillement

167

Résistance des semelles de la bêche

167

Résistance de l’âme du poteau

168

K.2.7.1

Effort local de traction appliqué par l’aile de la cornière à l’âme du poteau

168

K.2.7.2

Vérification de la résistance locale en compression de l’âme du poteau

169

K.2.7.3

Vérification de la résistance locale en traction de l’âme du poteau

169

K.3

Conception et vérification d’une bêche en cornière

170

K.3.1

Généralités

170

K.3.2

Profondeur minimale d’une bêche en cornière

171

K.3.3

Rigidité / élancement de l’aile verticale de la cornière

171

K.3.4

Résistance du béton à la pression

171

K.3.5

Résistance de l’aile de la cornière

172

K.3.6

Résistance de l’âme du poteau

172

K.3.6.1

Efforts locaux appliqués par la bêche à l’âme du poteau

172

Assemblages des pieds de poteaux en acier

K.4

K.3.6.2

Vérification de la résistance locale en traction de l’âme du poteau

Conception et vérification d’une bêche en I transmettant un effort

173

tranchant résultant incliné par rapport à l’axe z-z du poteau

173

K.4.1

Introduction

173

K.4.2

Résistance de la bêche à un effort tranchant selon l’axe y-y

174

K.4.2.1

Modélisation

174

K.4.2.2

Résistance du béton à la pression localisée

175

K.4.2.3

Résistance de l’âme de la bêche en flexion

175

K.4.2.4

Résistance de la semelle de la bêche

175

K.4.2.5

Résistance de la platine

175

K.4.2.6

Résistance locale de l’âme du poteau

176

Annexe L

Dimensionnement forfaitaire des cordons d’angle des

soudures

177

Annexe M

Aides donnant le coefficient αααα pour le calcul des

résistances des tronçons en T en traction

178

Annexe N

poteaux articulés

Annexe O

poteaux encastrés

Tableaux d’assemblages prédimensionnés de pieds de

180

Tableaux d’assemblages prédimensionnés de pieds de

185

Assemblages des pieds de poteaux en acier

1

Introduction

1.1 Objet

Ce guide a pour objectif principal de fournir aux acteurs de la profession (constructeurs, bureaux d’études, organismes de contrôle, etc.) des outils pratiques pour la conception et le calcul des assemblages de pieds de poteaux des bâtiments courants en acier selon la version EN des Eurocodes. A cette fin, ce guide présente les méthodes de vérification nécessaires, des exemples d’application de ces méthodes et donne des tableaux de dimensionnement des deux types d’assemblages de pieds de poteaux les plus utilisés dans les bâtiments courants de la construction métallique : les assemblages de pieds de poteaux par platine d’extrémité « articulés » et « encastrés ».

Les assemblages des pieds de poteaux se distinguent des autres assemblages courants de la construction métallique par le fait qu’en plus des composants ou éléments de fixation habituels en acier – profils, plats, boulons, soudures– interviennent également le béton de la fondation et les éléments de liaison avec cette fondation (scellement et tiges d’ancrage). Par conséquent, l’application des règles de la norme EN 1993-1-8 [1, 2] au calcul de ces assemblages fait appel non seulement aux règles générales de la norme EN 1993-1-1 [3, 4] mais aussi à celles de la norme EN 1992-1-1 [5, 6]. Cependant, dans cette dernière norme, certaines lacunes sont à combler, notamment en ce qui concerne les règles de calcul pour l’ancrage des tiges fabriquées à partir de barres « lisses ».

1.2 Domaine d’application

Les assemblages visés par ce guide sont les assemblages courants de pieds de poteaux par platine soudée à l’extrémité du poteau et solidarisée à la fondation en béton par des tiges d’ancrage et un scellement/calage.

Ces assemblages sont typiquement ceux utilisés dans les bâtiments industriels ou commerciaux à un niveau (usines, hangars, bâtiments de stockage/logistique, etc.) dont la stabilité transversale est réalisée par portiques (Figure 1-1 et Figure 1-2). Des assemblages semblables sont également employés pour les poteaux de tous bâtiments courants à un ou à plusieurs niveaux, par exemple les bâtiments de bureaux, de logements, de parkings, écoles et hôpitaux (Figure 1-3).

Les deux types d’assemblages concernés sont :

effort

- les

assemblages

dits

« articulés »,

transmettant

une charge

axiale et

un

tranchant,

- les assemblages dits « encastrés », transmettant une charge axiale, un effort tranchant et un moment.

Les méthodologies de vérification présentées dans ce guide sont applicables aux assemblages en pieds de poteaux à section en I bisymétrique, laminés ou reconstitués soudés, avec platine d’extrémité non raidie. Les aciers des poteaux et platines sont ceux mentionnés dans l’EN 1993-1-1 [3, 4], les aciers des tiges d’ancrage sont ceux précisés par l’EN 1993-1-8 [1, 2] ou par l’EN 1993-1-1 et les classes de béton sont celles définies par l’EN 1992-1-1 [5, 6].

Pour les poteaux ayant un autre profil de section, par exemple pour les poteaux de section tubulaire, et pour les platines d’extrémité raidies, des adaptations des méthodes de vérification exposées sont possibles.

Assemblages des pieds de poteaux en acier

Assemblages de pieds de poteaux par platine d’extrémité Assemblages « articulés » : Configuration A1
Assemblages de pieds de poteaux par platine d’extrémité
Assemblages « articulés » : Configuration A1 (avec ou sans bêche) ou A2
a)
Assemblages courants de pieds de poteaux d’un portique typique
Assemblages de pieds de poteaux par platine d’extrémité avec bêche et avec
gousset recevant la barre de contreventement
Assemblages « articulés »: Configuration A1 avec bêche ou A2
b)
Assemblages soumis au soulèvement et à un effort tranchant
Assemblages de pieds de poteaux par platine d’extrémité
d’un portique de stabilité longitudinale d’un bâtiment
Assemblages « encastrés » avec ou sans bêche : Configuration E
c) Assemblages de pieds de poteaux d’un portique de stabilité longitudinale

Figure 1-1 : Assemblages en pieds de poteaux d’un bâtiment industriel

Assemblages des pieds de poteaux en acier

Assemblages de pieds des potelets par platine d’extrémité Assemblages « articulés » : Configuration A3
Assemblages de pieds des potelets par platine
d’extrémité
Assemblages « articulés » : Configuration A3

Figure 1-2 : Assemblages en pieds des potelets d’un mur pignon d’un bâtiment industriel

Assemblages Configuration A1 sans bêche Assemblages Configuration A1 ou A2 avec bêche Assemblages de pieds
Assemblages
Configuration
A1
sans bêche
Assemblages
Configuration A1
ou
A2 avec bêche
Assemblages de pieds de poteaux « articulés »

Ossature contreventée pour un bâtiment à étages

Figure 1-3 : Assemblages « articulés » en pieds de poteaux d’un bâtiment à plusieurs niveaux

1.3 Contenu et utilisation

Le Chapitre 2 définit les deux types d’assemblages traités dans ce guide – articulés et encastrés – et en précise des variantes qui conduisent à identifier les quatre configurations d’assemblages de pieds de poteaux qui seront considérées par la suite.

Le Chapitre 3 définit les résistances de calcul des aciers, bétons et tiges d’ancrage habituellement utilisés dans la pratique.

Pour les quatre configurations d’assemblages traitées, le Chapitre 4 présente les méthodologies de vérification de la résistance en fonction des combinaisons des efforts appliqués (compression ou traction dans le poteau, cisaillement selon un ou deux axes et, éventuellement, flexion autour de l’axe principal du poteau). Les méthodologies de vérification font intervenir les règles et outils/aides de calcul exposés aux Annexes A à N de ce guide et incluent la classification des assemblages par rigidité.

Le Chapitre 5 présente des exemples de calcul appliquant les méthodologies exposées au Chapitre 4 à des cas concrets d’assemblages typiques de pieds de poteaux, et ceci pour chaque configuration d’assemblage.

Assemblages des pieds de poteaux en acier

Prédimensionnement des assemblages

Une méthode de prédimensionnement des platines d’extrémité des pieds de poteaux est présentée dans l’Annexe D.

Des tableaux de capacité de résistance d’assemblages prédimensionnés de pieds de poteaux en profils laminés courants sont fournis en Annexe N et en Annexe O, ainsi que dans les fichiers adéquats présents sur le CD accompagnant ce guide, pour les types respectivement « articulés » et « encastrés ». Ces tableaux donnent des capacités de résistance dans le cadre des choix suivants :

- profils laminés (pris dans les gammes courantes) et platines d’extrémité de la même nuance d’acier : S235, S275 ou S355;

- bétons de classes C20/25, C25/30 et C30/37 ;

- tiges d’ancrage de différents diamètres soit de Classe 4.6, soit en acier S355 de résistance réduite (voir l’EN 1993-1-8 §3.6.1(3)).

Outils de calcul et d’aide complémentaires

En outre, le guide contient les annexes suivantes [7 à 12, 16, et 21 à 24] qui, soit présentent les règles de calcul spécifiques aux composants des assemblages, soit donnent le déroulement par étapes des applications de ces dernières règles aux deux types d’assemblages traités, soit constituent autant d’aides complémentaires au calcul :

o

Annexe A :

Résistance de calcul du joint de scellement à la pression localisée

 

o

Annexe B :

Résistance des composants de l’assemblage : méthode des tronçons en T

o

Annexe C :

Résistance d'un assemblage de pied de poteau en compression seule

o

Annexe D : Estimation des dimensions de la platine d’extrémité pour un poteau soumis à un effort axial de compression

o

Annexe E :

Vérification d’un assemblage de pied de poteau « encastré »

 

o

Annexe F :

Diagramme

de

résistance

d’un

assemblage

de

pied

de

poteau

sous

 

interaction M-N

 

o

Annexe G : Rigidité des pieds de poteaux à la flexion

 

o

Annexe H : Ancrage des tiges d’ancrage en barre lisse dans le béton

 

o

Annexe I :

Résistance de l’assemblage au cisaillement par frottement

o

Annexe J : Transmission de l’effort tranchant par cisaillement des tiges d’ancrage

 

o

Annexe K : Reprise de l’effort de cisaillement par une bêche

 

o

Annexe L :

Dimensionnement forfaitaire des cordons d’angle des soudures

 

o

Annexe M : Aides donnant le coefficient α pour le calcul des résistances des tronçons en T en traction

Assemblages des pieds de poteaux en acier

1.4 Conception de la fondation, vérification du sol et résistance des fixations dans la fondation

1.4.1 Fondation et sol

L’utilisateur est averti du fait que ce guide ne couvre pas les vérifications qu’il convient de réaliser en ce qui concerne la résistance du béton, la résistance globale de la fondation en béton, la détermination des armatures nécessaire dans la fondation en béton et la résistance du sol sous la fondation et/ou autour de la fondation.

Les règles de calcul pour les diverses vérifications de la résistance de la fondation en béton sont celles de l’EN 1992-1-1 [5], norme référencée par l’EN 1993-1-8 aux paragraphes suivants: 6.2.2 (5), 6.2.2 (9), 6.2.5 (7), 6.2.6.12 (3), 6.2.6.12 (5), 6.2.8.1 (5), et 6.2.9 (1).

Il convient de faire les vérifications de la résistance du sol selon l’EN 1997 [18].

1.4.2 Résistance des fixations dans la fondation en béton

Il n’y a pas actuellement dans l’EN 1992-1-1 [5] de règles de calcul spécifiques pour la vérification de la résistance d’ancrage en traction ou en cisaillement de fixations en acier telles les tiges d’ancrage couramment utilisées pour les pieds de poteaux traités par ce guide.

En ce qui concerne les tiges d’ancrage tendues fabriquées à partir de barres rondes lisses et conçues pour transmettre l’effort de traction au béton uniquement par l’adhérence, référence est faite dans ce guide aux règles de calcul pour les armatures lisses données dans l’ENV 1922-1-1 [15], voir le §3.4.2 et l’Annexe H de ce guide.

En ce qui concerne la vérification de la résistance d’ancrage en traction des tiges, voir l’Annexe H, référence est faite dans ce guide aux règles de calcul proposées aux parties pertinentes du projet d’amendement de la norme EN 1992-1-1 [16].

Lorsqu’une bêche est utilisée ou lorsque les tiges d’ancrage sont conçues pour transmettre l’effort tranchant au pied du poteau, et en complément des vérifications présentées dans ce guide – voir le §3.4.3, l’Annexe J et l’Annexe K de ce guide –, il est conseillé de justifier le béton résistant aux efforts transmis par la bêche ou le groupe de tiges d’ancrage selon les règles de calcul proposées par la référence [16].

Assemblages des pieds de poteaux en acier

1.5 Symboles et définitions

Tableau 1-1 : Symboles et définitions

Symbole

Définition

 

Symbole

 

Définition

 

α

Coefficient intervenant dans la longueur de tronçons en T équivalents pour une rangée de tiges d’ancrage intérieure en traction

c

Largeur d’appui additionnelle (au delà du périmètre de la section du poteau)

d

Diamètre nominal d’une tige d’ancrage

α bf

Rapport de la largeur ou longueur de l'aire de répartition (de l’effort transmis au pied de poteau) à l'intérieur de la fondation à la largeur ou longueur de la platine d’extrémité

d f

Profondeur de la fondation

 

e, e x

Pince entre le centre d’un trou

de tige

d’ancrage et

le

bord

de

la

platine

d’extrémité

α cb

Coefficient intervenant dans la formule pour la résistance de calcul au cisaillement d’une tige d’ancrage

e b , e h Distances minimales des bords de la platine d’extrémité rectangulaire aux bords de la fondation rectangulaire

β

j

Coefficient

propre

au

matériau

de

e m

Epaisseur du joint de scellement (mortier de calage ou coulis)

scellement

 

γ c

Coefficient partiel relatif à la résistance à la compression du béton selon l’EN 1992-1-1

e N

Excentricité effective M Ed / N Ed

 

f yc

Limite d'élasticité de l’acier du poteau

γ M0

Coefficient partiel relatif à la résistance à la traction de l’acier de la platine d’extrémité

f yp

Limite d'élasticité de l’acier de la platine d’extrémité

γ M2

Coefficient partiel relatif à la résistance de la section nette d’une tige d’ancrage, à la traction, au cisailement ou à la pression diamètrale

f bd

Contrainte ultime de calcul d'adhérence armature-béton selon l'EN 1992-1-1

f cd

Résistance de calcul à la compression du béton de la fondation selon l'EN 1992-1-1

a fc

Dimension

de

la

gorge

des

cordons de

soudure

semelle

de

poteau

sur

platine

f jd

Résistance de calcul à la pression localisée du scellement/béton de la fondation

d’extrémité

 

a wc

Dimension de

la

gorge

des

cordons de

f yn

Limite d'élasticité de l'acier constituant la bêche de cisaillement

soudure

âme

de

poteau

sur

platine

d’extrémité

 

a fn

Dimension de la gorge des cordons de soudure semelle de bêche sur platine d’extrémité

f un

Résistance à la traction de l'acier constituant la bêche

f yb , f ub

Limite d'élasticité et résistance à la traction de l’acier de la tige d'ancrage

a wn

Dimension de

la

gorge

des

cordons de

 

soudure

âme

de

bêche

sur

platine

h af

Longueur de l'aile de la cornière (bêche) encastrée dans la fondation

d’extrémité

 

b a

Hauteur en plan de l'aile de la cornière formant bêche (longueur de l'aile de la cornière soudée à la platine d’extrémité)

h

f

Hauteur en

plan

de fondation

 

(correspondant à la hauteur de la platine d’extrémité du poteau)

b eff,

Largeur

efficace

d’un

tronçon

en

T

h

c

Hauteur de la section du poteau

 

équivalent comprimé

 

h

n

Hauteur en plan de la bêche en profilé en I

b eff,c,wc

Largeur efficace en compression de l’âme du poteau

h

p

Longueur de la platine d’extrémité

 

b p

Largeur de la platine d’extrémité

 

l eff

Longueur efficace d’un tronçon en T équivalent tendu ou comprimé

b f

Largeur en plan de la fondation (correspondant à la largeur de la platine d’extrémité du poteau)

m, m x Distance transversale entre un trou de tige d’ancrage dans la platine d’extrémité et la position de la rotule plastique à coté de l’élément tendu (âme ou semelle du poteau) d’un tronçon en T équivalent tendu

Distance transversale entre un trou de tige

n

b fc

Largeur de la section du poteau (largeur de la semelle du poteau en I)

b eff

Largeur efficace de la semelle de tronçon en T

b n

Largeur en plan de la bêche

 

d’ancrage dans la platine d’extrémité et la position de l’effort de levier sur un tronçon en T équivalent tendu

Assemblages des pieds de poteaux en acier

Tableau 1-1 : Symboles et définitions (suite)

Paramètre

Définition

Paramètre

Définition

p,

p 1 , p 2

Distance entre rangées ou files des tiges d’ancrage

L b

Longueur d’une tige d’ancrage soumise à allongement

 

t fc

Epaisseur de la semelle du poteau

L b *

Longueur maximale d’une tige d’ancrage soumise à allongement avec l’apparition de l’effet de levier

t wc

Epaisseur de l'âme du poteau

t an

Epaisseur de l'aile d'une bêche en cornière

L eff,n

Profondeur efficace d'une bêche de

 

cisaillement

 

t fn

Epaisseur de la semelle d'une bêche de cisaillement en profil I

L n

Profondeur totale d'une bêche de

 

cisaillement

 

t p

Epaisseur de la platine d’extrémité

M Ed

Moment de calcul appliqué au pied de

t

fn

Epaisseur de l’âme de la bêche en profil I

poteau

A

C0

Aire rectangulaire chargée immédiatement sous la platine du pied de poteau, de dimensions b 1 et d 1

M Rd , M j,Rd

Résistance de calcul d’un assemblage de pied de poteau à un moment en combinaison avec un effort axial N Rd

A

C1

Aire rectangulaire maximale du béton résistante à un effort axial de compression après diffusion dans la profondeur de la fondation, de dimensions b 2 et d 2

N Ed

Effort axial de calcul appliqué au pied de poteau

 

N Rd , N j,Rd

Résistance de calcul d’un assemblage de pied de poteau à un effort axial en combinaison avec un moment M Rd

 

C fd

Coefficient de frottement acier-béton

F

C,wc,Rd

Résistance de calcul en compression d’un tronçon en T comprimé « âme »

Résistance de calcul d’un tronçon en T comprimé « semelle »

N T,Rd

Résistance de calcul d’un assemblage de pied de poteau en traction seule (effort de soulèvement)

F

C,fc,Rd

N C,Rd

Résistance de calcul d’un assemblage de pied de poteau en compression axiale seule

F C,Rd

Résistance de calcul du côté en compression de l’assemblage

F f,Rd

Résistance de calcul à un effort tranchant par frottement entre la platine d’extrémité et le joint de scellement.

N sec,Ed

Effort axial secondaire dans la fondation de la bêche de cisaillement

Q

Effort de l’effet de levier sur les boulons dans un tronçon en T tendu

F t,Rd

Résistance de calcul en traction de la section nette d’une tige d’ancrage

Résistance de calcul d’ancrage en traction d’une tige d’ancrage

F

t,anc, Rd

V Ed , V y,Ed , V z,Ed

Effort tranchant de calcul appliqué en pied de poteau, composante de cet

effort selon l’axe y-y ou selon l’axe z-

z

F

t,ext,Rd

Résistance de calcul d’un tronçon en T équivalent tendu pour une rangée extérieure des tiges d’ancrage

Résistance de calcul d’un tronçon en T équivalent tendu pour une rangée intérieure ou centrale des tiges d’ancrage

V Rd

Résistance de calcul à un effort tranchant appliqué en pied de poteau

F

t,int,Rd

V n,Rd

Résistance de calcul d’une bêche à un effort tranchant appliqué en pied de

poteau

F T,Rd

Résistance de calcul en traction du côté tendu de l’assemblage

F v,Rd

Résistance de calcul à l’effort tranchant du joint de scellement

F vb,Rd

Résistance de calcul au cisaillement d’une tige d’ancrage

Assemblages des pieds de poteaux en acier

2 Configurations d’assemblages de pieds de poteau traitées dans ce guide

2.1 Classification des assemblages suivant leur rigidité

L’EN 1993-1-8 [1] donne des règles permettant de déterminer la rigidité des assemblages poutre-poutre, poutre-poteau et pieds de poteaux. Afin de simplifier la modélisation des assemblages dans le cadre de l’analyse globale de la structure, ces règles définissent également une classification qui permet de déterminer s’il est acceptable – c'est-à-dire sans nuire à l’adéquation des prédictions de l’analyse globale ni pour le comportement ni pour la résistance de la structure et/ou de chacun de ses éléments– qu’un assemblage soit modélisé comme « articulé » ou « rigide ». Lorsqu’un assemblage n’entre pas dans une de ces deux modélisations extrêmes, il y a lieu, en principe, de modéliser dans l’analyse globale son caractère « semi-rigide », voire son comportement moment-rotation M-φ complet. Ainsi, pour les assemblages poutre-poutre et poutre-poteau, des critères sont donnés pour permettre le classement d’un assemblage comme « rigide », «semi-rigide » ou « articulé ». Par contre, pour les assemblages de pieds de poteaux, on constate que seuls des critères pour distinguer les assemblages « rigides » des assemblages « semi-rigides » sont donnés, c’est à dire qu’on n’y trouve aucun critère pour identifier un assemblage de pied de poteau qu’on puisse classer « articulé ».

Cependant, en construction métallique, il est une pratique courante et de longue date de considérer que des assemblages de pieds de poteaux tels que ceux présentés à la Figure 2-1 et satisfaisants des critères plus ou moins restreignants peuvent être traités comme des « articulations » et que des assemblages de pieds de poteaux dits « encastrés » de la Figure 2-2 peuvent être traités comme des assemblages « rigides ».

être traités comme des assemblages « rigides ». Poteaux en profil en I Platine d’extrémité Joint

Poteaux en profil en I

des assemblages « rigides ». Poteaux en profil en I Platine d’extrémité Joint de scellement/mortier

Platine d’extrémité Joint de scellement/mortier

Fondation en béton

Tiges d’ancrage

Bêche

Fondation en béton Tiges d’ancrage Bêche a) b) Figure 2-1 : Assemblages de pieds de poteaux

a)

b)
b)

Figure 2-1 : Assemblages de pieds de poteaux dits « articulés »

Assemblages des pieds de poteaux en acier

Axe x-x
Axe x-x

Poteaux en profil en I

Axe x-x
Axe x-x

Platine d’extrémité Joint de scellement/mortier Fondation en béton

Tiges d’ancrage

Bêche

Fondation en béton Tiges d’ancrage Bêche Axe y-y a) Axe z-z Axe z-z Axe y-y b)
Axe y-y
Axe y-y
a)
a)
Axe z-z Axe z-z Axe y-y b)
Axe z-z
Axe z-z
Axe y-y
b)

Figure 2-2 : Assemblages de pieds de poteaux dits « encastrés »

En l’absence d’une classification spécifique dans l’EN 1993-1-8 [1] pour identifier les pieds de poteaux « articulés », l’Annexe Nationale française à l’EN 1993-1-8 a repris la définition, conventionnelle et empirique, donnée dans la référence [12] (« Pieds de Poteaux Articulés ») publiée par le CTICM, et référencée dans la suite de ce guide comme méthode conventionnelle.

Ainsi, pour qu’un assemblage de pied d’un poteau laminé, par platine d’extrémité fixée avec deux tiges d’ancrage sur (ou très proches de) l’axe principal du poteau, puisse être considéré « articulé » (voir Figure 2-1), on doit s’assurer que :

- soit la hauteur h p de la platine d’extrémité est inférieure ou égale à 300 mm,

- soit, pour les assemblages dont la platine d’extrémité à une hauteur h p comprise entre 300 mm et 600 mm :

θ × h p

3 mm

et

N Ed, ser ×θ × h c 1,5×10 6 N.mm,

h c

θ est la rotation à l’état limite de service en pied du poteau considéré comme « articulé »,

(voir Figure

N Ed,ser est l’effort axial de compression associé à la rotation θ

est la hauteur du profil du poteau,

2-3). Rotation en pied θ
2-3).
Rotation en pied θ

Figure 2-3 : Rotation en pied de poteau à l’état limite de service

Assemblages des pieds de poteaux en acier

Les règles de calcul de l’EN 1993-1-8 [1] pour la rigidité des assemblages et pour leur classification par rigidité sont présentées en détails dans l’Annexe G de ce guide et sont mises en application dans les exemples de calcul traités au Chapitre 5.

L’utilisateur doit retenir que :

- les pieds de poteaux dits « articulés » dans ce guide (voir la Figure 2-1), qu’ils soient ou non classés « articulés » selon la méthode conventionnelle, ne sont pas sans rigidité flexionnelle,

- les pieds de poteaux dits « encastrés » dans ce guide (voir la Figure 2-2) ne sont pas forcément classés « rigides » selon les critères de classification de l’EN 1993-1-8 [1].

2.2 Configurations d’assemblages de pieds de poteaux traitées

2.2.1 Introduction

Les deux types d’assemblages de pieds de poteaux concernés par ce guide sont :

- les pieds de poteaux « articulés » qu’on dit être de la Configuration A,

- les pieds de poteaux « encastrés » qu’on dit être de la Configuration E.

Afin de mieux cerner à la fois les spécificités des dispositions constructives à mettre en œuvre en fonction des efforts appliqués, les façons dont ces efforts sont transmis à la fondation et les vérifications des résistances associées, les pieds de poteaux « articulés » de Configuration A sont séparés en trois sous-configurations, à savoir :

- Configuration A1 : Pied de poteau soumis à un effort axial de compression et à un effort tranchant transmis par frottement ou par une bêche

- Configuration A2 : Pied de poteau soumis à un effort axial de soulèvement et à un effort tranchant transmis par une bêche

- Configuration A3 : Pied de poteau soumis à un effort axial et à un effort tranchant transmis par cisaillement des tiges d’ancrage.

On peut comprendre que pour certains cas de chargement un assemblage de pied de poteau « articulé » est de la Configuration A1 et que pour d’autres cas de chargement ce même assemblage est de la Configuration A2 ou, lorsque certaines conditions restrictives de mise en oeuvre et de sollicitations sont remplies, de la Configuration A3.

Pour assurer la résistance à l’effort tranchant transmis par le pied de poteau à son appui, l’EN 1993-1-8 §6.2.8.1 (5) prévoit l’utilisation de l’une des quatre méthodes suivantes :

- résistance par frottement au niveau de la liaison entre la platine d’extrémité et son appui,

- résistance au cisaillement des tiges d’ancrage,

- résistance au cisaillement de la partie environnante de la fondation,

et, « lorsque les méthodes ci-dessous sont inadéquates » :

- résistance des éléments spéciaux comme des bêches.

La troisième méthode citée ci-dessus, qui correspond au cas d’un pied du poteau noyé dans une réservation faite dans la fondation à l’emplacement du poteau, n’est pas traitée dans ce guide.

Assemblages des pieds de poteaux en acier

2.2.2 Configuration A1 : Pied de poteau « articulé » soumis à un effort axial de compression et à un effort tranchant transmis par frottement ou par bêche

On utilise par exemple cette configuration d’assemblage aux pieds de poteaux de charpente repérés sur la Figure 1-1a et la Figure 1-3. Les dispositions constructives correspondantes sont montrées sur la Figure 2-4.

La Figure 2-4 montre des assemblages de Configuration A1 soumis à un effort normal de compression N et à un effort tranchant V z suivant l’axe z-z de la section du poteau. La Figure 2-4a montre la disposition lorsque la résistance au frottement entre la platine et le joint de scellement permet de transmettre l’effort tranchant à la fondation. Lorsque l’effort tranchant à transmettre excède la résistance au frottement, la mise en œuvre d’une bêche est normalement requise, voir la Figure 2-4b. La mise en oeuvre d’une bêche est traitée en détails pour la Configuration A2.

Effort axial N Effort V z Axe x-x
Effort axial N
Effort
V z
Axe x-x

tranchant

Effort axial N Effort tranchant V z Axe x-x
Effort axial N
Effort
tranchant
V z
Axe x-x
tranchant Effort axial N Effort tranchant V z Axe x-x Bêche V z Axe y-y b)
tranchant Effort axial N Effort tranchant V z Axe x-x Bêche V z Axe y-y b)

Bêche

V z Axe y-y
V z
Axe y-y

b)

Poteau en profil laminé

Platine d’extrémité d’épaisseur t p

Joint de scellement d’épaisseur e m 50 mm

d f e h h p e b b p Axe z-z b f V
d f
e h
h p
e b
b p
Axe z-z
b f
V z
Axe y-y
h f

Fondation en béton

Tiges d’ancrage

a)

Axe z-z

Figure 2-4 : Pieds de poteaux de Configurations A1: sollicitations et dispositions constructives

2.2.3 Configuration A2 : Pied de poteau « articulé » soumis à un effort axial de soulèvement (traction) et à un effort tranchant transmis par bêche

On adopte par exemple cette configuration d’assemblage aux pieds de poteaux de charpente repérés sur la Figure 1-1b. Les dispositions constructives correspondantes sont montrées sur la Figure 2-1b et la Figure 2-5.

La Configuration A2 est semblable à la Configuration A1 avec bêche (Figure 2-4a), mais au lieu d’être soumis à la combinaison d’un effort normal de compression et d’un effort tranchant, l’assemblage est soumis à la combinaison d’un effort normal de soulèvement (traction) et d’un effort tranchant. L’effort de soulèvement concomitant au cisaillement impose la mise en œuvre d’une bêche pour reprendre l’effort tranchant. Cette situation est

Assemblages des pieds de poteaux en acier

courante pour les assemblages de pieds de poteaux extérieurs des bâtiments industriels, en particulier lorsque une barre de contreventement y est attachée, voir la Figure 1-1b.

La Figure 2-5 montre les sollicitations en pied de poteau pour la Configuration A2 : un effort normal de soulèvement (traction) N et un effort tranchant avec une composante V z suivant l’axe z-z et une composante V y suivant l’axe y-y de la section du poteau.

Effort de soulèvement N Poteau en profil laminé Platine d’extrémité d’épaisseur t p Effort tranchant
Effort de soulèvement N
Poteau en profil laminé
Platine d’extrémité
d’épaisseur t p
Effort tranchant V z
Joint de Scellement
d’épaisseur e m ≤ 50 mm
Fondation en béton
Bêche en I
Tiges d’ancrage
d f
Axe x-x
e h
h p
Effort tranchant V y
e b
Axe
z-z
b p
b f
V z
Axe y-y
h f

Figure 2-5 : Pied de poteau de Configuration A2 : sollicitations et dispositions constructives

2.2.4 Configuration A3 : Pied de poteau « articulé » soumis à un effort axial et un effort tranchant transmis à la fondation par cisaillement des tiges d’ancrage

Alors que l’EN 1993-1-8 §6.2.2(7) permet la mobilisation des tiges d’ancrage pour la transmission de l’effort tranchant, il n’est cependant conseillé de faire travailler des tiges d’ancrage en cisaillement que lorsque l’assemblage de pied de poteau se trouve dans une des situations suivantes :

1. Cas d’un pied de poteau de la Configuration A (sans bêche) pour lequel certains cas de chargement peuvent produire un soulèvement N associé à un effort tranchant V, toutefois à condition que ces derniers efforts soient modestes par rapport aux valeurs des efforts de même type correspondant au cas de chargement donnant l’effort maximal de compression. On recommande que la valeur maximale de l’effort tranchant à transmettre par les tiges en cisaillement ne dépasse pas 5% de l’effort maximal de compression dans l’assemblage. 2. Pieds des potelets soutenant les façades des murs-pignons, pour lesquels il est admis, en présence d’un effort axial de compression dans le potelet, d’ajouter à la résistance des tiges en cisaillement la résistance éventuelle due au frottement.

Les dispositions constructives de la Configuration A3, voir Figure 2-6, sont semblables à celles de la Configuration A1 avec une bêche (Figure 2-4b).

Assemblages des pieds de poteaux en acier

Poteau en profil laminé Effort normal N Platine d’extrémité d’épaisseur t p Effort tranchant V
Poteau en profil laminé
Effort normal N
Platine d’extrémité
d’épaisseur t p
Effort tranchant V z
Joint de Scellement
d’épaisseur e m ≤ 50 mm
Fondation en béton
d f
Tiges d’ancrage résistant à l’effort
tranchant
Axe x-x
e h
h p
e b
Axe
z-z
b p
b f
V z
Axe y-y
h f

Figure 2-6 : Pied de poteau de Configuration A3 : sollicitations et dispositions constructives

2.2.5 Configuration E : Pied de poteau « encastré », transmettant un moment de flexion autour de l’axe principal, un effort axial et un effort tranchant

Cette configuration d’assemblage, dont les dispositions constructives courantes sont indiquées à la Figure 2-2 et à la Figure 2-7, est notamment utilisée en pieds de poteaux de portiques pour lesquels les déplacements horizontaux admissibles sont faibles (par exemple portiques supportant les poutres de roulement d’un pont roulant). Il peut également être retenu en pieds de poteaux des portiques de stabilité, voir la Figure 1-1c.

Cette configuration d’assemblage transmet à la fondation une combinaison d’effort axial, de moment de flexion et d’effort tranchant (généralement par bêche).

Effort axial N Poteau en profil laminé Axe x-x
Effort axial N
Poteau en profil laminé
Axe x-x

Moment M y Effort tranchant V z

Platine d’extrémité

Scellement

Fondation en béton

Bêche en I

Tiges d’ancrage

Axe z-z

Effort tranchant V y Effort tranchant V z Axe y-y
Effort tranchant V y
Effort tranchant V z
Axe y-y

Figure 2-7 : Pied de Poteau de Configuration E : sollicitations et dispositions constructives

Assemblages des pieds de poteaux en acier

3 Résistances des aciers, bétons et tiges d’ancrage

3.1 Valeurs des coefficients partiels

Les valeurs des coefficients partiels γ M pour les résistances des aciers, des tiges d’ancrage et des bétons sont prises respectivement selon l’Annexe Nationale française de l’EN 1993-1-1 [4], l’Annexe Nationale française de l’EN 1993-1-8 [2] et l’Annexe Nationale française de l’EN 1992-1-1 [6]. Ces valeurs sont les suivantes :

Acier des platines d’extrémités et des poteaux:

Tiges d’ancrage :

Béton :

γ M0 = 1,0 γ M2 = 1,25 γ c = 1,5

3.2 Résistances des aciers des platines d’extrémité et des poteaux

Pour le calcul de la résistance des platines d’extrémité et des poteaux, les valeurs de la limite

des différentes nuances d’acier sont prises

selon l’EN 1993-1-1 [3] et son Annexe Nationale [4]. Le Tableau 3-1 donne ces valeurs pour les aciers qui ont été considérés pour les assemblages prédimensionnés de ce guide.

d’élasticité

f

y

et de la résistance à la traction

f

u

Tableau 3-1 : Limite d’élasticité f y et résistance à la traction f u de l’acier

   

Epaisseur nominale de l’élément

 

Nuance

   

d’acier

t

40 mm

40 mm <

t

80 mm

Limite d’élasticité f y (N/mm 2 )

Résistance à la traction f u (N/mm 2 )

Limite d’élasticité f y (N/mm 2 )

Résistance à la traction f u (N/mm 2 )

S235

235

360

215

 

360

S235 W

235

360

215

 

340

S275

275

430

255

 

410

S275 N/NL

275

390

255

 

370

S275 M/ML

275

370

255

 

360

S355

355

490

335

 

470

S355 N/NL

355

490

335

 

470

S355 M/ML

355

470

335

 

450

S355 W

355

490

335

 

490

Assemblages des pieds de poteaux en acier

3.3 Résistance à la pression localisée du béton / joint de scellement

Il est de pratique courante d'utiliser du béton de résistance moyenne pour les fondations et, dans tous les cas, un mortier de qualité pour le scellement/calage.

Pour les cas courants de constructions, la résistance de calcul à la pression localisée (c'est-à- dire, à la résistance à la compression au niveau du scellement sous la platine d’extrémité) peut

être prise égale à la résistance de calcul du béton en compression, c'est-à-dire

la résistance de calcul du béton à la pression devant une bêche résistant à un effort tranchant en pied de poteau, la même résistance de calcul est prise.

Plus généralement, la résistance de calcul à la pression localisée du joint de scellement est donnée comme étant :

f = f . Pour

jd

cd

f

jd

= β α

j

bf

f

cd

où :

β

j

α

bf

est un coefficient propre au matériau de scellement, dont la valeur précisée par l’EN 1993-1-8 § 6. 2.5(7) est égale à 2/3,

c1 c0
c1
c0

= A / A est un coefficient qui prend en compte l'accroissement de la

résistance à la compression du béton en raison de la diffusion de la force concentrée à l'intérieur de la fondation sur l'aire A c1 à partir d’une aire au pied du poteau égale à A c0 (voir l’Annexe A de ce guide). Dans la pratique, la valeur de 1,5 est habituellement retenue pour α bf , ce qui est cohérent avec les dimensions usuelles des fondations des bâtiments courants,

f

cd

=

f

ck

γ

c

est la résistance de calcul à la compression du béton de fondation.

Avec

des fondations de pieds de poteaux, on obtient :

β

j

= 2/ 3 et lorsque l’on adopte α bf = 1,5 correspondant aux cas courants de dimensions

f

jd

= β α

j

bf

f

cd

= (2 / 3)(1,5) f

cd

=

f

cd

d’où la proposition faite ci-avant de prendre sécurité.

Pour les assemblages prédimensionnés de l’Annexe N et de l’Annexe O de ce guide, seules sont considérées les classes de béton C20/25, C25/30 et C30/37, classes couramment utilisées pour les fondations et les matériaux de scellement (mortier, coulis) typiques.

qui devrait normalement placer en

f

jd

= f

cd

Sur cette dernière base, le Tableau 3-2 donne des résistances de calcul à la pression localisée pour ces seules classes de béton.

Assemblages des pieds de poteaux en acier

Tableau 3-2 : Résistance de calcul f jd à la pression localisée et module de Young E c pour bétons et scellements typiques et cas courants de dimensions des fondations

Classe de béton

f ck / f ck,cube (N/mm 2 )

20/25

25/30

30/37

Résistance de calcul en compression f cd (en N/mm 2 )

13,3

16,7

20

Résistance de calcul à la pression localisée f jd (en N/mm 2 ) : cas courant *

13,3

16,7

20

Module de Young E c (en N/mm 2 )

30000

31000

33000

* Pour d’autres bétons et/ou pour d’autres valeurs que α bf = 1,5, voir l’Annexe A Tableau A-1.

3.4 Tiges d’ancrage

3.4.1 Aciers des tiges d’ancrage

Il est précisé au §3.3 (1) de l’EN 1993-1-8 [1] que les tiges d’ancrage peuvent être constituées des matériaux suivants :

nuances d’aciers utilsées pour la boulonnerie de construction

nuances d’aciers des diverses parties de la norme EN 10025 [20] conformes aux dispositions imposées pour les éléments de charpentes en acier

nuances d’aciers utilisées pour les barres d’armature conformes à l’EN 10080 [17].

Cependant, certaines restrictions supplémentaires sont imposées par l’EN 1993-1-8 [1] sur les caractéristiques des aciers utilisés pour les tiges d’ancrage qui doivent travailler soit par l’adhérence avec le béton soit en cisaillement, voir les paragraphes 3.4.2 et 3.4.3 de ce guide.

Ce guide ne considère pas les tiges fabriquées dans des nuances d’acier utilisées pour les barres d’armature.

3.4.2 Tiges d’ancrage tendues

3.4.2.1

Généralités

En l’absence de règles spécifiques dans l’EN 1992-1-1 [5] pour la vérification de l’ancrage en traction des tiges, notamment celles en barres rondes lisses travaillant par l’adhérence, référence est faite dans ce guide aux règles de l’ENV 1922-1-1 [15] et aux parties pertinentes du projet d’amendement de cette dernière norme [16].

Nous rappelons ci-dessous la règle de l’EN1993-1-8 §6.2.6.12 (3) pour une tige d’ancrage tendue (pour « boulon d’ancrage », il faut lire « tige d’ancrage ») :

« Il convient de prendre la résistance de calcul des boulons d’ancrage égale à la plus petite des valeurs de la résistance de calcul à la traction du boulon d’ancrage, voir §3.6, et de la résistance de calcul de l’adhérence entre le béton et le boulon d’ancrage selon l’EN 1992-1-1. »

Lorsqu’on utilise une tige d’ancrage avec un dispositif à l’extrémité, voir la Figure 3-1, la résistance réelle d’ancrage en traction ne dépend que peu de l’adhérence. Pour ce dernier cas, lors de l’application de la règle de calcul citée ci-dessous, il faut entendre par « résistance de calcul de l’adhérence » plutôt la résistance de calcul d’ancrage en traction (voir l’Annexe H de ce guide).

Assemblages des pieds de poteaux en acier

Pour les assemblages prédimensionnés de ce guide, voir l’Annexe N et l’Annexe O, on a pris comme hypothèse dans les calculs que les tiges sont ancrées de manière telle que la résistance de calcul d’ancrage dans le béton est égale ou supérieure à la résistance de calcul à la traction de la tige (c'est-à-dire la résistance de calcul à la traction de sa section filetée).

3.4.2.2 Résistances de calcul en traction de la section filetée d’une tige d’ancrage

Les propriétés mécaniques des tiges d’ancrage sont souvent assimilées à celles de différentes classes de boulonnerie. Les valeurs de la résistance à la traction des vis sont prises selon le Tableau 3.1 de l’EN 1993-1-8 [1]. Cependant, l’utilisation d’autres types de produits ayant une résistance à la traction (f ub pour une vis) différentes est admise par l’EN 1993-1-8 §3.3.1 (voir aussi §3.4.1 de ce guide).

Le Tableau 3-3 rappelle les résistances à la traction correspondant aux différentes classes de boulonnerie ainsi que les résistances de calcul à la traction en tenant en compte d’un coefficient partiel sur la résistance γ M2 = 1,25 selon l’Annexe Nationale française de l’EN 1993-1-8 [2].

Tableau 3-3 : Caractéristiques de résistance des différentes classes de boulonnerie utilisables comme tiges d’ancrage

Classe de boulon/tige d’ancrage

4.6

4.8

5.6

5.8

6.8

8.8

10.9

Limite d’élasticité f yb (N/mm 2 )

240

320

300

400

480

640

900

Résistance à la traction f ub (N/mm 2 )

400

400

500

500

600

800

1000

Résistance de calcul à la traction f ub /γγγγ M2 (N/mm 2 )

320

320

400

400

480

640

800

Le Tableau 3-4 donne les valeurs de résistance de calcul en traction F t,Rd des sections filetées de tiges d’ancrage des classes ou des aciers couramment utilisés. Pour les assemblages prédimensionnés de l’Annexe N et de l’Annexe O, seules sont considérées les tiges de la classe 4.6 et les tiges de résistance de calcul réduite en acier S355 (voir l’EN 1993-1-8 §3.6.1 (3)). Pour ces assemblages prédimensionnés, le diamètre maximal de tige utilisé est φ39 mm.

Pour les tiges en acier S355, on adopte une limite d’élasticité f yb et une résistance en traction f ub selon les valeurs du Tableau 3-1, et ceci pour une épaisseur égale au diamètre de la tige d’ancrage.

Assemblages des pieds de poteaux en acier

Tableau 3-4 : Résistance de calcul en traction F t,Rd des sections filetées (filetages type ISO à pas gros) des tiges d’ancrage de classes 4.6 et 5.6 et en acier S355

   

Résistance de calcul en traction F t,Rd en kN

1

Diamètre

Aire section filetée A s

     

Acier S355

mm

mm²

Classe 4.6