Vous êtes sur la page 1sur 27

Initiation aux Eléments Finis Applications aux Calculs Intensifs

Compléments sur les éléments finis sur le web :

cours d’A. Fortin (Québec) :Compléments sur les éléments finis sur le web : http ://www.giref.ulaval.ca/ afortin/elfin/elfind.pdf

http ://www.giref.ulaval.ca/ afortin/elfin/elfind.pdf

cours de V. Legat (Belgique) :: http ://www.giref.ulaval.ca/ afortin/elfin/elfind.pdf http ://www.giref.ulaval.ca/ afortin/elfin/elfind.pdf TD

http ://www.giref.ulaval.ca/ afortin/elfin/elfind.pdf

TD en scilab (PL) :: http ://www.giref.ulaval.ca/ afortin/elfin/elfind.pdf http ://math.unice.fr/ laure/EF/presentation.html Logiciel

http ://math.unice.fr/ laure/EF/presentation.html

Logiciel EF FreeFem++ : http ://www.freefem.org/ff++/ FreeFem++ : http ://www.freefem.org/ff++/

scilab (PL) : http ://math.unice.fr/ laure/EF/presentation.html Logiciel EF FreeFem++ : http ://www.freefem.org/ff++/

L’équation d’advection-diffusion

pour T un scalaire et v une vitesse :

T

t +

v . T

=

Terme de Transport

. (κ T )

+

Terme de Diffusion

s

Terme Source

Nombre de Péclet : Pe = VL

κ

Diffusion s Terme Source Nombre de Péclet : Pe = V L κ Pe equation Elliptique

Pe equation Elliptique ; Parabolique puis Hyperbolique Adaptation de la méthode de résolution au type de l’équation et à la physique.

; Parabolique puis Hyperbolique Adaptation de la méthode de résolution au type de l’équation et à

Exemples

Ecoulement de Poiseuille + température fluide T = 200 et κ = 1 ; Solution stationnaire

Exemples Ecoulement de Poiseuille + température fluide T = 200 et κ = 1 ; Solution

L’équation de Navier Stokes

Pour la vitesse v , ρ la densité et η la viscosité

ρ

v

t

+

v . v

Dérivée particulaire

=

L’incompréssibilité

. v = 0

−∇ p + η v + f

la pression p multiplicateur de Lagrange Le tenseur des contrainte σ :

σ = 2η ( u ) − p I
σ = 2η ( u ) − p I

avec le tenseur des vitesses de déformation :

( u ) = 1 2 u + u

: σ = 2η ( u ) − p I avec le tenseur des vitesses de

T

: σ = 2η ( u ) − p I avec le tenseur des vitesses de

La formulation forte ⇐⇒ la formulation faible (1)

Solution sur un domaine + conditions aux limites sur La forme faible (ou variationnelle) :

- multiplication par une fonction test scalaire (w ) ou vectorielle ( w ) ;

- intégration par parties ( n normale sortante).

(Réaction)-diffusion

T

t

d Ω = κ(T .w ) d Ω+ s

w d Ω+ κ(T . n )w d Γ

t d Ω = − Ω κ ( ∇ T . ∇ w ) d Ω+

La formulation forte ⇐⇒ la formulation faible (2)

(Navier)-Stokes

2 η ( u ) : ( w ) d p . w d

Ω 2 η ∇ ( u ) : ( w ) d Ω − Ω p
Ω 2 η ∇ ( u ) : ( w ) d Ω − Ω p

=

f . w d

+

(σ. n ). w d Γ

 

q . u

d

=

0

: = produit dyadique

+ ∂ Ω ( σ. n ) . w d Γ   Ω q ∇ .

Les conditions aux limites «naturelles»

CL Dirichlet sur Γ D :

T = T 0 ou u = u

0

Pour le problème faible =w D ) = 0

R κ(T . n ) w d Γ = 0 ou R (σ. n ). w d Γ = 0

CL de Neumann Γ N :

T . n = q 0 ou σ. n = f

0

Pour le problème faible =rajoute un second membre

R κ q 0 w d Γ ou R f 0 . w d Γ

faible = ⇒ rajoute un second membre R ∂ Ω κ q 0 w d Γ

Formulation faible ⇐⇒ Problème discret

On exprime les inconnues sur n fonctions d’interpolation N i :

T =

n

i = 1

T i N i

et la formulation faible doit être vérifiée pour les fonctions tests

˜

w = N i (Galerkin) ou w = N i (Petrov-Galerkin).

On obtient un système matriciel

A

T

1

T

.

.

.

T

2

n

= F

i (Petrov-Galerkin). On obtient un système matriciel    A   T 1 T

Un peu de math

T , u , w appartiennent à des espace fonctionnels où les intégrales ont un sens , u , w appartiennent à des espace fonctionnels où les intégrales ont un sens et où on peut intégrer par parties.

L 2 (Ω) = q , q 2 d <

U = H 1 (Ω) = u

L 2 (Ω), u

L 2 (Ω) d

∈ H 1 (Ω), q

existence et unicité de la formulation faible quand l’opérateur elliptique ;, ∇ u ∈ L 2 (Ω) d ∈ H 1 (Ω) , q Pour les

Pour les éléments finis l’espace discret est construit à partir d’un maillage k K avec k K avec

1

H 0 (Ω) = q

= 0

sur

U h = u h ∈ C 0 (Ω) ; u h | K

P 1 (K )

et

U h ⊂ U

P 1 (K ) est l’espace des polynômes de degré inférieur ou égal à 1 sur l’élément K

U h ⊂ U où P 1 ( K ) est l’espace des polynômes de degré

Formulation faible ⇐⇒ Problème de minimization

Problème de minimum pour la formulation faible

avec

v T 2 a (v , v ) b (v )

1

L(T ) = min

v

T L(v ) = min

a (T , w ) = T .w d

et

b (v ) = s w d Ω + CL

(1)

Problème discret, A matrice définie positive ; b , T vecteurs

A T = b

min

v

1 2 v T Av − v T b
1
2 v T Av − v T b

Minimisation sous contrainte (1)

min L(v )

v ∈U

avec

G (v ) = 0

Multiplicateurs de Lagrange, λ

min max L L (v , λ) avec

v

λ

L L (v , λ) = L(v ) + λ G (v )

Pour Stokes

L L

v

= 0

et L ∂λ L = 0

L( v ) = η ( u ) : ( w ) d f . w d

u ) : ( w ) d Ω − Ω f . w d Ω et
u ) : ( w ) d Ω − Ω f . w d Ω et

et L’incompressibilité avec λ = p

λ G (v ) =

λ. v d

− Ω f . w d Ω et L’incompressibilité avec λ = − p λ G

Minimisation sous contrainte (1)

Pénalisation, r

min L p (v ) avec

v

L p

v Lagrangien augmenté

= 0

min max L a (v , λ) avec

v

λ

r

L p (v ) = L(v ) + 2 [G (v )] 2

;

lim

r →∞ u r = u

r

L a (v , λ) = L(v )+ 2 [G (v )] 2 +λ G (v )

pour l’imcompressibilité

[G (v )] 2 =

.v .v d

2 [ G ( v )] 2 + λ G ( v ) pour l’imcompressibilité [

Minimisation sous contrainte- Cas discret

A définie positive, kerB T = 0

Au = b

avec

Bu = c

Lagrangien augmenté : le calcul de l’extremum revient à

résoudre le système linéaire

A + rB T B B

B T

0

u = b + rB T c

λ

c

- Multiplicateurs de Lagrange augmente la taille du système à résoudre

- La pénalisation améliore les ptes de la matrice A car B T B est symètrique

- la condition kerB T = 0 ⇐⇒ condition inf-sup des éléments mixtes

A car B T B est symètrique - la condition ker B T = 0 ⇐⇒

Exemple de maillage : simplex dimension 2

Exemple de maillage : simplex dimension 2
Exemple de maillage : simplex dimension 2

L’élément P 1

Sur l’élément K : u K = 3

i = 1 u K N i

i

L’élément P 1 Sur l’élément K : u K = 3 i = 1 u K

L’assemblage

Formulation variationnelle sur K =matrice de raideur locale A | K et le vecteur b | K . Pour l’équation de Poisson :

A | K ij = K κN i .N j d ; b | K i = K s N i d

L’assemblage : construire la matrice globale à partir de ces matrices locales ; on rassemble toutes les contributions des éléments qui contiennent le même noeud Rqs :

- parrallélisable car le calcul est distribué sur les éléments.

- taille de A | K = 3x3 en P 1 ; 6x6 en P 2 .

- méthode de Gauss pour le calcul de l’intégrale (nbre de point avec degré du polynômes)

1 Ng 1−ξ g (ξ, η) d η d ξ = p i g (ξ
1
Ng
1−ξ
g (ξ, η) d η d ξ
=
p i g (ξ i , η i )
0
0
i = 1

+

L’élément mixte P /P 1

1

La condition inf-sup ou kerB T = 0 (B T injectif) avec B = q . u d : discrétisation plus riche pour u que pour p .

- P 1 / P 1 =pression en damier p i = ±1

- P 1 / P 0 : . u h = 0 dans chaque élément =plus d’éléments que de sommets (plus d’équations que d’inconnues).

+

- P / P 1 : on enrichie la vitesse par un terme de bulle.

1

de sommets (plus d’équations que d’inconnues). + - P / P 1 : on enrichie la
de sommets (plus d’équations que d’inconnues). + - P / P 1 : on enrichie la

Bulle (1)

u K = 3

i = 1 u

K i N i + u β N β avec la fonction bulle N β :

- N β est nulle sur la frontère de l’élément K

- N β (G K ) = 1 au barycentre de l’élément.

- N β vérifie la propriété d’orthogonalité

K N i .N β d Ω = 0

ˆ

β polynomiale sur K :

N i P 1 (K )

β = 27 (1 ξ η) ξ η

mais augmente le coût de l’intégration numérique.

i ∈ P 1 ( K ) β = 27 ( 1 − ξ − η

Bulle (2)

Si N β linéaire sur les sous-triangles de K −→ même ordre d’intégration,

sous-triangles de K −→ même ordre d’intégration, avec β =  dans K 1 dans K

avec

β =

dans K 1 dans K 2

K 3

3ξ

  3(1 η ξ) dans

3η

ordre d’intégration, avec β =  dans K 1 dans K 2 K 3 3 ξ

La condensation

La matrice de raideur locale sur K


On élimine U β

A

0

B T

0

A β

B

T

β

B

B β

0

   

U

U β

P

=

F

F β

0


A

B T

T

B

β

B

A

β

1

B β

U

P

=

T

B

β

F

A

β

1

F β

=pas d’augmentation du système linéaire global =Formulation stabilisé pour P 1 / P 1

=Augmenter la stabilisation α B

T A

β

− 1 β B β
− 1
β B β

Dicrétisation temporelle

Problème discret spatial

M U t

Les schémas à deux pas de temps : θ ?schémas [Raviart-Thomas 1998]

+KU = S M U n + 1 U n

t

θ

S n + 1 KU n + 1 +(1θ) [S n K

=

- Euler explicite (θ = 0)

- Euler implicite (θ = 1)

- Crank-Nicholson (θ = 1/ 2)

− θ ) [ S n − K = - Euler explicite ( θ = 0)

Stabilisation - la méthode RFB (Residual Free Bubbles)

Equation de transport :

∂α

+

u .α = 0

t α(x , 0) = α 0

α(x , t ) = g

dans

sur

Γ

Formulation faible discrétisée avec un schéma implicite en temps :

h

α h α

t

, α + u h .α h , α = 0

α ∗ ∈ A 0

h

: − h α h − α ∆ t , α ∗ + u h .

Stabilisation - la méthode RFB (2)

La solution α

RFB

h

α

RFB

h

= α h + α b avec α b =

c K ϕ K

K

α h définie sur les nœuds du maillage ϕ K fonction bulle définie sur chaque élément

On a la propriété suivante sur chaque élément K :

( u .∇α, ϕ K ) K = −(α, u .∇ϕ K ) K +
( u .∇α, ϕ K ) K = −(α, u .∇ϕ K ) K + ∂ K ( u . n ) α ϕ K d Γ = −(α, u .∇ϕ K ) K
= 0

Stabilisation - la méthode RFB (3)

h

α h α

t

+ u h .α h , α

=

α

b

t

+ u h .α b , α

b

Si l’on prend α b = ϕ K sur K :

=

c K = 1

β

α h α

t

h

K

α

b

t

+ u h .α b , α

− − α h − α h + u h .∇α h , α b
− α h − α
h
+ u h .∇α h , α
b ∗
t
+ u h .∇α h , ϕ ∗
K K

Stabilisation - la méthode RFB (4)

Formulation stabilisée [Brezzi et al.-1998]

avec

h

α h α

t

+ u h .α h , α˜

= 0

α˜ | K = α | K + C 1 (h K , | u | K , t ) α

|

K

t

+ C 1 (h K , | u | K , t ) u h .α

|

K

=C 1 , C 2 fonction de h K et de || u | K || (vitesse moyenne) =méthode SUPG (Streamline Upwind Petrov Galerkin) [Brooks et al.-1992]

|| u | K || (vitesse moyenne) = ⇒ méthode SUPG (Streamline Upwind Petrov Galerkin) [Brooks

Exemple

Exemple Elie Hachem, κ = 10 6 , v en entrée = 1 ; T = 200 o C

Exemple Exemple Elie Hachem, κ = 10 − 6 , v en entrée = 1 ;
Exemple Exemple Elie Hachem, κ = 10 − 6 , v en entrée = 1 ;

A Compléter

exemple dans les autres présentations.A Compléter extension des méthode de stabilisation aux équation de réaction-diffusion, Navier-Stokes (haut Reynolds),

extension des méthode de stabilisation aux équation de réaction-diffusion, Navier-Stokes (haut Reynolds), méthode LESA Compléter exemple dans les autres présentations. méthode Galerkin discontinue ( ∼ Volume fini ) [Cockburn

méthode Galerkin discontinue (∼ Volume fini ) [Cockburn et al.-2001] Volume fini ) [Cockburn et al.-2001]

résolution de grand système linéaire :Navier-Stokes (haut Reynolds), méthode LES méthode Galerkin discontinue ( ∼ Volume fini ) [Cockburn et al.-2001]

LES méthode Galerkin discontinue ( ∼ Volume fini ) [Cockburn et al.-2001] résolution de grand système