Vous êtes sur la page 1sur 24

DK NEWS

QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION

MÉTÉO

26°

ALGER

37°

TAMANRASSET

p. 2

Mardi 18 Juin 2013 - 9 Chaâbane 1434 - N° 302 - Première année - Prix : Algérie : 10 DA. France : 1€

www.dknews-dz.com

news

Les

ALGÉRIE - UE

news Les ALGÉRIE - UE 40 E PROMOTION D'OFFICIERS INGÉNIEURS DE L'ÉCOLE MILITAIRE POLYTECHNIQUE DE

40 E PROMOTION D'OFFICIERS INGÉNIEURS DE L'ÉCOLE MILITAIRE POLYTECHNIQUE DE BORDJ-EL-BAHRI

L’ANP, L’ARMÉE DES BÂTISSEURS

INGÉNIEURS DE L'ÉCOLE MILITAIRE POLYTECHNIQUE DE BORDJ-EL-BAHRI L’ANP, L’ARMÉE DES BÂTISSEURS

Le Premier ministre reçoit le président de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe

 

Page 4

Page 5

MISE EN ŒUVRE DU PROGRAMME DU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE

SELLAL ACCÉLÈRE LA CADENCE
SELLAL ACCÉLÈRE
LA CADENCE
PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE SELLAL ACCÉLÈRE LA CADENCE A l’approche de l’année 2014, échéance fixée pour

A l’approche de l’année 2014, échéance fixée pour la finalisation de la majorité des projets inscrits au titre du programme du président de la République pour le quinquennat 2010-2014, le Premier ministre Abdelmalek Sellal ne cesse de multiplier ses sorties sur le terrain en vue d’accélérer la cadence de réalisation de ces projets et répondre ainsi aux véritables préoccupa-

tions des citoyens. Cela dénote la volonté et la détermi- nation du gouvernement à aller de l’avant pour concré- tiser les engagements pris par le président Abdelaziz Bouteflika. C’est dans ce sens que le chef de l’Exécutif a effectué le week-end passé une visite de travail dans la wilaya d’El-Bayadh au cours de laquelle il a inspecté plusieurs projets d’ordre socio-économique et procédé

au lancement de nouveaux chantiers en vue de répon- dre aux besoins et aux exigences de cette wilaya en matière d’infrastructures de base. M. Sellal a fait admettre, à cette occasion, que le gouvernement réflé- chit à une politique « beaucoup plus horizontale » pour élargir les avantages à l’investissement dans les Hauts- Plateaux et les rendre ainsi plus attractifs».

Page 3

LE DIRECTEUR DU COMMERCE DE LA WILAYA D’ALGER,M. BOURAS MIMOUNE, INVITÉ HIER, DU FORUM DE
LE DIRECTEUR DU COMMERCE DE LA WILAYA D’ALGER,M.
BOURAS MIMOUNE, INVITÉ HIER, DU FORUM DE DK NEWS:
Sécuritédestélécommunications
UN CONTRÔLE
REVOILÀ
CONTINU DES PRIX
BIG BROTHER ?
Page 14
Pages 6-7
SCIENCE et VIE
KHEMIS MILIANA
AÏN
NAÂDJA
Une dispute
MIGRAINE
CHEB AKIL
inhumé hier
Cérémonie
en l’honneur
du MO Béjaïa
FOOTBALL
entre
2 cousins
tourne
Des
conseils
Hier, l’hirondelle de la chanson
algérienne, Cheb Akil, a été
inhumé au cimetière de Sidi
Abdelkader, dans sa v ile natale
a Khemis Miliana dans la wilaya
d’Aïn Defla. Page 11
au drame
A LA CLÉ DEUX CADEAUX :
pour
réduire
15 MILLIONS DE DINARS ET
UN BUS FLAMBANT NEUF
16 ANS DE RÉCLUSION
CRIMINELLE
GRAND STANDING
Page 21
Page 9
les
crises
Pages 12-13
CULTURE
HIGH-TECH

CLINCLIN

CLIN CLIN 2 DK NEWS Mardi 18 Juin 2013 D’ EIL Régions Nord MÉTÉO 26° à

2 DK NEWS

Mardi 18 Juin 2013

D’

EIL

CLIN CLIN 2 DK NEWS Mardi 18 Juin 2013 D’ EIL Régions Nord MÉTÉO 26° à

Régions Nord

MÉTÉO

26° à Alger

Le forum consacré à l’approvisionnement du médicament est reporté à la semaine prochaine

Temps localement brumeux près des côtes en début de

DEMAIN À 10H AU CENTRE DE PRESSE DE DK NEWS

Conférence du P r Bradaï Mohamed sur la drépanocytose (une maladie grave,

héréditaire, touchant les globules rouges du sang)

v e , héréditaire, touchant les globules rouges du sang) Dans le cadre de la célébration

Dans le cadre de la célébration de la Journée mondiale de la drépanocytose, pathologie qui affecte près de 50 millions de personnes dans le monde, faisant d’elle la maladie génétique la plus répandue au monde, le professeur Bradaï Mohamed du CHU de Blida, animera demain mercredi 19 juin à 10h au centre de presse de DK News (3 rue du Djurdjura, face au lycée El-Mokrani Ben Aknoun) une conférence- débat sur « La drépanocytose

GHARDAÏA Mise en service de la nouvelle centrale électrique à turbine à gaz d’El-Menea La
GHARDAÏA
Mise
en service
de la nouvelle
centrale électrique
à turbine à gaz
d’El-Menea
La nouvelle centrale électrique
à turbine à
km
au
sud
gaz d’El-Menea (275
de Ghardaïa) vient
d’être mise en service après avoir
amorcé une période d’essai, pour
produire 40
mégawatts d’électri-
cité, a-t-on appris hier auprès des
services
de
la wilaya.
D’un inves-
tissement de plus de 2 milliards di-
nars,
cette
installation
d’une
capacité de
40 mégawatts, a
été
réalisée pour renforcer les capaci-
tés de production d’énergie élec-
trique, ce
répondre aux
qui permettra de
besoins croissants
du tissu urbain et de la création de
la
nouvelle
ville
d’El Menea

une maladie grave, héréditaire, touchant les globules rouges du sang».

matinée, puis généralement chaud et ensoleillé en cours de journée avec localement formation de cellules orageuses isolées sur les Hauts-Plateaux ouest et centre. Les vents seront de secteur Nord-Est (20/30 km/h) près des côtes et vers l'intérieur. La mer sera belle à peu agitée.

37° à Tamanrasset

Régions Sud :

Temps partiellement voilé de l'extrême sud vers le Hoggar/Tassili et partout ailleurs ciel dégagé. Les
Temps partiellement voilé de l'extrême sud vers le
Hoggar/Tassili et partout ailleurs ciel dégagé. Les vents seront de
secteur Est à Sud-Est (30/40 km/h) avec soulèvements de sable locaux.
Alger
max
26°
min
15°
Oran
max
24°
min
17°
Annaba
max
36°
min
16°
APN
Béjaïa
max
28°
min
16°
Tamanrasset
max
37°
min
242°
Les Robes
noires
au
Parlement
Le Bureau de l'Assemblée popu-
laire nationale (APN) a décidé hier
de
consacrer
les séances du
23 et
24 juin à l'examen du projet de loi
portant organisation de la profession
d'avocat. L'adoption
du projet de
loi aura lieu lors d'une séance plé-
nière prévue le 2 juillet
prochain,
précise un
communiqué de
l'As-
semblée rendu public à l'issue d'une
réunion de son bureau sous la pré-
sidence
de
M. Larbi
Ould Khelifa.
Le bureau de l'APN avait décidé lors
d'une réunion tenue le 12 juin de la
reprise des
travaux mercredi pro-
chain
lors
d'une
séance plénière
qui
sera consacrée à
la validation
de la qualité de membre d'un nou-
veau député et au vote du projet de
loi portant organisation et dévelop-
pement des activités physiques et
sportives. Il a également décidé
de consacrer la séance de jeudi
LE DG D’ALGÉRIE
prochain
aux questions
orales.

No comment

DG D’ALGÉRIE prochain aux questions orales. No comment POSTE INVITÉ HIER DU FORUM DE LIBERTÉ «Il
POSTE INVITÉ HIER DU FORUM DE LIBERTÉ «Il n’y aura pas de problème de liquidités
POSTE
INVITÉ HIER DU FORUM DE LIBERTÉ
«Il n’y aura pas de problème
de liquidités durant le mois
de Ramadhan et l’Aïd»
Le directeur
général d’Algérie
Poste (AP), Mohamed
Laïd Mahloul, a assuré
dimanche à Alger qu'«il n’y
aura pas de problème de
liquidités durant le mois de
Ramadhan et les jours de l’Aïd».
«Nous avons pris toutes les
dispositions pour faire face à la
demande accrue en billets de
banque enregistrée chaque
année durant ce mois sacré», a-t-
il tenu à rassurer, lors d’une
conférence de presse au forum du
quotidien Liberté.
Il a appelé, à cette occasion, les
abonnés d’Algérie Poste à faire
davantage usage de leur carte
CCP électronique, afin, a-t-il dit,
de contribuer à diminuer la
pression au niveau des bureaux
de poste, notamment en période
de fête.
M. Mahloul a indiqué, en
outre, qu’Algérie Poste s’attèle à
ouvrir des points de proximité
postale au niveau des pôles
universitaires, hôpitaux,
casernes, douanes et pompiers,
ainsi qu’à lancer des bureaux
itinérants (fourgons aménagés),
qui sillonnent les régions
enclavées.
Il a ajouté qu’Algérie Poste
s’engage à «améliorer» les
conditions d’accueil à travers
l’adaptation de la plage horaire
d’ouverture des établissements
postaux en fonction des
évènements nationaux et
religieux (fêtes nationales,
Ramadhan et jours de l’Aïd).
Algérie Poste est en train de
déployer de nouveaux systèmes
de gestion de la file d’attente, de
procéder à la formation
d’agents de guichets dans le
domaine de l’accueil et du
traitement des réclamations, à
la mise en place d’hôtesses
d’accueil au niveau des grands
bureaux de poste et de guichets
prioritaires destinés aux
handicapés, invalides et femmes
enceintes, au niveau des bureaux
de poste à fort trafic.
enceintes, au niveau des bureaux de poste à fort trafic. ainsi que des secteurs écono- 4.225
ainsi que des secteurs écono- 4.225 mines miques en développement datant de l'époque coloniale détruites
ainsi que des secteurs écono-
4.225 mines
miques en développement
datant de l'époque
coloniale détruites en
mai 2013 par l’ ANP
notamment
l’investis-
sement
dans
l’agri-
culture
et
industriel,
pré-
cisent
les
4.225 mines datant de l'époque coloniale ont
été découvertes et détruites le long des frontières
même
ser-
vices.
est et ouest du pays en mai dernier dans le cadre des
opérations de déminage menées par les unités de
l'Armée nationale populaire (ANP), a-t-on appris hier
de source officielle. Ainsi, 349 mines antipersonnel et 510
mines anti-groupe ont été découvertes et détruites dans la
2 e région militaire, alors que 3.264 mines antipersonnel, 69
mines anti-groupe et 33 mines éclairantes ont été localisées et
détruites au niveau de la V e Région militaire. Cela porte le total
général des mines découvertes et détruites, à la date du 31 mai
2013, à 684.508 mines, soit 578.920 mines antipersonnel,
101.371 mines anti-groupes et 4.217 mines éclairantes, a précisé
la même source.
Les barrages remplis
à 84 %
Le ministre des Ressources en
eau, M. Hocine Necib, a indiqué hier
à Bouira que le taux de remplissage
des barrages au niveau national a
atteint 84 %, le qualifiant de «record
jamais atteint» depuis des années.
«Le taux de remplissage des 65 bar-
rages que compte le pays est passé
de 70 à 84 % et nous sommes vraiment satisfaits de ce pic
jamais atteint auparavant»«, a déclaré le ministre à la presse
en marge de sa visite à Bouira. Ce niveau de remplissage
«peut nous assurer largement une bonne alimentation en
eau potable pour au moins deux années», a assuré le
ministre alors qu’il inspectait le projet de réalisation d’un
réservoir d’eau à Sour El-Ghozlane, d’une capacité de
12000 m 3 . L’Algérie compte disposer de 84 barrages à la
fin de 2014 devant atteindre une capacité globale de mo-
bilisation de 8,9 milliards de m 3 d’eau, contre près de 6,8
milliards de m 3 actuellement, a-t-il ajouté.

ï

Mardi 18 Juin 2013

ACTUALITÉ

DK NEWS

3

Aujourd’hui

au

palais des nation

MISE

DU

EN

ŒUVRE

DE

DU

LA

PROGRAMME

RÉPUBLIQUE

Le développement socio-économique de l'Algérie post 2015 en débat au CNES

L'identification des grandes lignes du déve-

l'Algérie

l'objectif assigné

au Forum économique et social du cinquante-

au

loppement

socio-économique

l'horizon 2015

est

pour

delà de

naire de

l'indépendance,

prévu

à partir d’au-

jourd’hui

au Palais des nations (Club des pins)

à Alger.

Organisé

à

l'initiative

du

Conseil

national

économique

l'évènement a

plate-forme

consensuelle» pour un mode de développement

durable pour l'Algérie post-2015, a déclaré à la

du

Seghir Babès.

seront

axées les interventions des participants sont la recherche de moyens de satisfaire aux besoins

ceux

de

en matière

d'imprimer un rythme plus soutenu à la crois- sance économique, a indiqué le même respon- sable. Les participants au forum sont invités à expliciter leurs propositions dans ces deux do- maines lors des ateliers qui plancheront sur le rôle de l'entreprise dans la croissance et sur le capital humain. Le CNES ne compte pas parvenir aux résultats escomptés sans procéder au préa-

presse

pour objectif «de construire une

et social

(CNES),

le président

Conseil, Mohamed-

sur lesquels

d'emploi et

Les

points importants

la population

lable à l'élaboration d'un bilan sans complaisance sur les efforts de développement des 50 dernières années. A travers ce bilan, l'institution du CNES espère mettre le doigt sur tous les phénomènes

bloquant

de déve-

loppement visés. La bureaucratie et la corruption seront ainsi

abordées lors de cette rencontre afin de trouver

la

réalisation

des objectifs

PRÉSIDENT

Sellal accélère la cadence

Walid. B

A l’approche de l’année 2014,

échéance fixée pour la finalisa-

tion de la majorité des projets inscrits au titre du programme

du président de la République pour le quinquennat 2010-2014, le Premier ministre Abdelmalek Sellal ne cesse de multiplier ses sorties sur le terrain en vue d’ac- célérer la cadence de réalisation de ces projets et répondre ainsi aux véritables préoccupations des citoyens.

Cela dénote la volonté et la détermi- nation du gouvernement à aller de l’avant pour concrétiser les engagements pris par le président Abdelaziz Bouteflika. C’est dans ce sens que le chef de l’Exé- cutif a effectué le week-end passé une visite de travail dans la wilaya d’El-

Bayadh au cours de laquelle il a inspecté plusieurs projets d’ordre socio-éco- nomque et procédé au lancement de nouveaux chantiers en vue de répondre aux besoins et aux exigences de cette wilaya en matière d’infrastructures de base. M. Sellal a fait admettre, à cette occasion, que le gouvernement réfléchit

à une politique « beaucoup plus hori-

réfléchit à une politique « beaucoup plus hori- que ceux qui pensent que tout s’évapo- rera,

que ceux qui pensent que tout s’évapo- rera, qu’ils aillent faire de la vapeur ailleurs». Il soulignera, cependant, que le fait d’avoir la manne pétrolière était une chance, mais, dira-t-il, « si nous ne travaillons pas, si nous ne produisons rien, cette chance se transformera en malheur». Le Premier ministre a reconnu l’exis- tence d’erreurs de gestion qu’il convient de corriger par l’amélioration de la gou- vernance à tous les niveaux. Concernant le programme de développement de la

wilaya d’El-Bayadh, Sellal a annoncé qu’une enveloppe de plus de 29 milliards de dinars a été mobilisée en sa faveur, ainsi que l’octroi de programmes sup- plémentaires en matière de développe- ment de l’habitat social et rural, l’élec- trification rurale et les activités agricoles. Il faut dire que les différentes visites de travail et d’insection effectuées par le Premier ministre dans plusieurs wilayas du pays et ses différentes rencontres avec la société civile, lui ont permis de répertorier les véritables problèmes aux- quels font face ces régions et identifier les priorités pour l’urgence d’une réelle prise en charge de leurs problèmes. C’est ainsi que des mesures en faveur de l’emploi des jeunes visant notamment à booster l’investissement et la création d’emplois ont été prises par le gouver- nement. Et pour accélérer la cadence de ce processus, le Premier ministre a

ordonné de lever toutes les contraintes freinant l’essor de la micro-entreprise dans les wilayas du Sud, tout en insistant

que la priorité doit être accordée à la main-d’œuvre locale en matière d’em- ploi. Lors de ses multiples visites de travail, Sellal avait tenu à rassurer les population, notamment les jeunes, quant à la dé- termination de l'Etat à prendre en charge sérieusement leurs préoccuaptions. «Nous veillons à fournir tous les efforts pour être à la hauteur de la confiance de la jeunesse algérienne envers l’Etat», avait souligné le Premier ministre à l’adresse des jeunes du Sud, tout en leur réaffirmant la solidarité du président de la République, ainsi que du gouver- nement, avec tous les Algériens, quelles que soient leurs origines ou leurs ré- gions. Il avait précisé que l’objectif de l’Algérie était de maintenir la paix et de la répandre dans toute la société algé- rienne. L’unité de l’Algérie se bâtie à travers l’ensemble du territoire national et le gouvernement « ne prend aucune déci- sion sans le principe de la concertation entre toutes les parties susceptibles d'ap- porter un avis ou une suggestion », avait encore affirmé le Premier ministre. En réponse aux préoccupations soulevées par les citoyens, le Premier ministre a tenu, chaque fois, à insister sur la stricte application, sur le terrain, des orienta- tions et des directives du président de la République, plus particulièrement en ce qui concerne le développement local et la gestion du dossier de l’emploi dans les régions des Hauts-Plateaux et du sud du pays.

les meilleurs moyens de «les dénicher», les termes de M. Babès.

selon

zontale » pour élargir les avantages à l’investissement dans les Hauts-Plateaux

Rénover en profondeur les systèmes de gouvernance

et les rendre ainsi plus attractifs». «Il est impossible que la Fonction publique crée plus d’emplois. Il s’agit

Ce

n'est qu'une fois que

ce travail

de «dé-

maintenant d’encourager le secteur éco-

busquer les

multiples

distorsions

et dysfonc-

nomique qu’il soit public ou privé, à

tionnements» effectué que le

cap pourra

être

créer des postes d’emploi», a martelé le

mis sur la création des conditions d'un «nouveau

Premier ministre qui a instruit toutes

modèle

de croissance

économique»

et

«la ré-

les entreprises publiques pour qu’elles

novation

en profondeur des systèmes

de gou-

vernance». Au niveau du gouvernement, le Pre- mier ministre, M. Abdelmalek Sellal, a signifié

son intérêt à l'initiative du CNES en participant samedi à l'ouverture des travaux de son bureau consacrés à la préparation du forum.

procèdent à la recherche de partenaires privés ou étrangers afin qu’elles puissent

procéder à la réouverture des unités qui ont été fermées pour une raison ou une autre. Face à la société civile de cette wilaya enclavée, le Premier ministre

mis l'accent sur

la

nécessité

n’a pas manqué de répondre aux voix

M. Sellal avait de recouvrement

de «la

base industrielle de

qui se sont élevées pour dire qu’à l’ho-

l'Algérie» pour parvenir à créer davantage d'em-

rizon 2025, les ressources en hydrocar-

plois et à accélérer le rythme de

la croissance

bures « vont diminuer de manière sen-

économique.

Ces orientations précédant le dé-

sible».

but

de

la réflexion engagée par

le

CNES sur

Il a rétorqué, à ce propos, que «nous

l'avenir du pays sont émises dans un contexte régional caractérisé par des menaces aux fron-

tières du pays, conjuguées à un recul de ses re-

venus pétroliers

de

la Banque d'Algérie.

à plomber les

réserves de change, ce qui a fait dire, la semaine dernière, au gouverneur de la Banque d'Algérie, M. Mohamed Laksaci que l'économie est face à

un

de 2009. La

baisse des prix du brut sur la marché interna- tional a sensiblement réduit les recettes d'hy-

drocarbures de l'Algérie de plus de 3 milliards

trimestre 2013, ce

qui rappelle la nécessité de trouver des moyens

de diversifier l'économie pour réduire cette dé- pendance des hydrocarbures, estime le CNES. Le deuxième facteur ayant influé négativement

du taux

d'inflation établi en moyenne annuelle frôlant

aux

les 10%

alentours de 5% en 2013. Partant de ces constats,

le

jours offre un espace de concertation pour per-

que cette

rencontre de trois

et une

baisse «substantielle»

selon le bilan de

la balance

Ces éléments

choc

des paiements,

ont contribué

à celui

externe similaire

de dollars rien que pour le 1

er

sur l'économie de

l'Algérie est

celui

en 2012

avec l'espoir de le

CNES

annonce

réduire

mettre à

pour un nouvel élan qui soit à la hauteur de ses

ambitions légitimes»

son souffle

la nation

«de reprendre

dont

la

matérialisation

passe par l'élaboration d'un mode de dévelop-

pement

durable

pour l'Algérie

post- 2015.

Le

passage

d'un modèle

basé sur

la

distribution

de la rente à un pacte de croissance réduisant

cette «excessive

drocarbures», est prôné par le CNES.

des hy-

dépendance

à l'égard

venons de faire notre première décou- verte de gaz de schiste à In Salah, alors

SELON M. CHÉRIF RAHMANI

Les négociations pour la reprise du complexe d'El Hadjar achevées cet été

Les négociations relatives

à

contrôle du complexe sidé- rurgique d'El Hadjar (An- naba) seront achevées «avant

la fin de l'été», a affirmé hier

à Alger le ministre de l'In-

dustrie, de la PME et de la promotion de l'investisse- ment, M. Chérif Rahmani.

A une question sur une

éventuelle reprise par l'Etat des actions de ce complexe, le ministre a indiqué à la presse, en marge de la pré- sentation du plan de déve- loppement de la filière des industries électronique et électroménager, qu'«on avance sur ce dossier et les négociations seront conclues avant la fin de l'été». «Je vous garantis que les hauts-fourneaux ne seront

du

la

reprise

par

l'Etat

les hauts-fourneaux ne seront du la reprise par l'Etat pas éteints. On va valoriser l'outil industriel

pas éteints. On va valoriser l'outil industriel et son posi- tionnement sera dans l'intérêt national», a-t-il assuré, en ré- férence aux informations pu- bliées ces derniers jours sur

une éventuelle reprise par l'Etat de la majorité du capital de ce complexe. Ce complexe, qui a produit quelque 600.000 tonnes d'acier en 2012, est détenu ac-

tuellement à hauteur de 70% par le numéro un mondial de la sidérurgie, le groupe in- dien ArcelorMittal et à 30% par le groupe public algérien Sider. Interrogé par ailleurs sur l'acquisition récente par le groupe (privé) Cevital de 67% du capital de Michelin- Algérie, le ministre a indiqué que l'essentiel est «la préser- vation de l'emploi». En vertu d'un accord signé par les deux parties, Cevital augmentera ses parts dans le capital de Michelin-Algérie pour les por- ter à 100% avec l'arrêt de son usine de pneumatiques de Bachdjarah (Alger) fin 2013 dont les 600 employés se ver- ront proposer de rejoindre les unités et filiales de Cevi- tal.

APS

4

DK NEWS

ACTUALITÉ

Mardi 18 Juin 2013

ALGÉRIE - UE

M. Sellal reçoit

le président de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe

Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a reçu hier à Alger, le président de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe, Jean Claude Mignon, en visite de travail et d'amitié en Algérie, a indiqué un communiqué des services du Premier ministre. L'entretien a porté essentiellement sur la coopération par- lementaire entre le Conseil de l'Europe et l'Algérie. Les deux parties ont abordé le rôle joué par les deux institutions parlementaires, instances d'échange et de dialogue, dans le renforcement des liens d'amitié entre les peu- ple, a précisé la même source. Au cours des discussions, il a été convenu de poursuivre et d'intensifier la concertation pour la consoli- dation du partenariat économique entre l'Union européenne (UE) et l'Algérie, a-t-on ajouté. La rencontre a été l'occasion pour un échange de vues sur des questions interna- tionales et régionales d'intérêt commun et les efforts déployés pour le règlement par le dialogue des situations de conflits, a-t-on en- core indiqué dans ce communiqué.

ALGÉRIE - TURQUIE

Coups d’accelerateur pour la coopération dans le domaine des travaux publics

Le ministre des Travaux publics, M. Amar Ghoul, a reçu hier l'ambassadeur de Turquie

à Alger, M. Ahdnan Kececi, avec qui il a abordé les moyens de renforcer la coopération et le partenariat dans le domaine des travaux pu- blics, a indiqué le ministère dans un com- muniqué. L'audience a été une occasion pour «évoquer l'état des relations bilatérales et aborder les opportunités et les perspectives

de développement des relations de coopération

et de partenariat entre les deux pays», précise

le communiqué. La rencontre qui s'inscrit dans un cadre visant à développer et à renforcer les relations de coopération algéro-turques,

a permis de procéder à l'évaluation de la coo-

pération bilatérale, notamment dans le do- maine des travaux publics, selon le commu- niqué. Lors de cette audience, les deux parties «ont affirmé leur volonté de mettre en œuvre et d'édifier un important partenariat durable entre les deux pays, et de donner une impulsion aux relations de coopération bilatérales», ajoute la même source.

ALGERIE - FRANCE Le ministre français de l'Education en visite à Alger

Le ministre de l'Education nationale fran- çais, Vincent Peillon, effectuera une visite de travail en Algérie aujourd’hui et demain, a annoncé hier un communiqué du ministère de l'Education nationale. Le développement de la coopération entre l'Algérie et la France en matière d'éducation fera l'objet d'entretiens entre le ministre de l'Education nationale, Abdellatif Baba Ahmed

et M. Peillon. Les réformes des systèmes édu-

catifs des deux pays seront également au menu des discussions entre les deux pays, a précisé la même source. Au cours de sa visite, M. Peillon aura également des entretiens avec le ministre de la Formation et de l'enseigne- ment professionnels, Mohamed Mebarki. Du-

rant son séjour de travail, le ministre français de l'Education effectuera une série de visites dans des établissements scolaires. A l'issue de cette visite les deux ministres procéderont

à la signature d'un programme d'actions

entre les deux pays en matière d'éducation, ajoute la même source.

DIPLOMATIE, PARTENARIAT, ÉCONOMIE :

L'Algérie sur tous les fronts

Les relations politiques et diplomatiques de l'Algérie se sont fortement consolidées ces derniers temps à la fa- veur de plu- sieurs visites de responsa- bles euro- péens, arabes, américains ou asiatiques.

bles euro- péens, arabes, américains ou asiatiques. Boualem Branki En fait, le dynamisme de la diplomatie

Boualem Branki

En fait, le dynamisme de la diplomatie algérienne a été une nouvelle fois re- déployé pour intéresser nombre de pays amis aux efforts du pays pour construire une base économique viable, et les in- former sur les réformes politiques en-

treprises pour consolider le processus vital de la réconciliation nationale, prô- née par le Président Bouteflika pour asseoir une véritable paix sociale en Al- gérie. Une condition par les temps actuels importante pour l'attraction des inves- tissements directs étrangers (IDE), mais

également pour élargir le cercle des pays qui soutiennent le processus de réformes engagées par le président Bou-

teflika. Ce regain de vitalité de la diplo-

matie algérienne est visible à travers la visite effectuée dimanche par la sous- secrétaire d'état américaine aux Affaires politiques, M me Wendy Sherman, qui a réaffirmé que l'Algérie et les Etats-Unis partagent une vision commune quant aux enjeux géopolitiques de l'heure, comme ils ont assuré de leur volonté de développer leur partenariat écono- mique. "Les Etats-Unis et l'Algérie travaillent de manière très étroite en matière de sécurité, de développement économique et social, de démocratie et de bonne gouvernance aussi bien au niveau bila- téral que sur le plan international", a- t-elle déclaré. Après avoir longuement discuté avec M, Medelci, elle a notam- ment relevé que ''nous avons abordé plusieurs questions liées aux bonnes et solides relations entre l'Algérie et les Etats-Unis, et discuté de ce que nous

pouvons faire ensemble au niveau ré- gional et international". Avec l'Europe, l'Algérie est également bien engagée dans des processus politique et écono- mique très concrets et profonds. En visite à Alger hier lundi, le prési- dent de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe, Jean Claude Mi- gnon, a rassuré sur la volonté de son institution d'aller "plus loin" dans son partenariat avec l'Algérie "qui joue un "rôle important" dans la région. "Nous avons souhaité et envisagé la possibilité d'aller plus loin dans notre partenariat", a-t-il dit, avant d'annoncer que ses dis- cussions avec les responsables algériens porteront, sur le "rôle important" que joue l'Algérie dans la région. Cette visite "s'inscrit dans le cadre de la politique de voisinage mise en place par le Conseil de l'Europe", a-t-il précisé. Il a également rappelé la création d'un nouveau statut, qui est celui de "partenaire pour la dé- mocratie" et les échanges de visites entre les deux parties, au sein de ce partena- riat. Au plan bilatéral par ailleurs, la visite ce mardi du ministre espagnol des Af- faires étrangères, José Manuel Garci- Margallo à Oran confirme l'excellence des relations entre les deux pays. La visite en Algérie du chef de la diplomatie espagnole, à l'invitation de M. Medelci, entre dans le cadre de la consolidation du dialogue politique et la concertation entre les deux pays et s'inscrit dans "le prolongement des recommandations de la déclaration commune adoptée à Alger le 10 janvier dernier à l'issue de la 5 e réunion de haut niveau qui avait mis l'accent sur le renforcement des contacts politiques entre les deux pays", selon le ministère des Affaires étran- gères. Pour autant, l'Algérie garde par

ailleurs solides ses relations avec les pays arabes et voisins, et cela s'est confirmé avec la visite à Alger de M. Rached Ghannouchi, chef du parti tu- nisien Ennahda, qui a rendu une visite au président de l'APN et discuté avec lui des perspectives de développement de la coopération parlementaire algéro- tunisienne. ''La nouvelle Tunisie s'em- ploie à consolider, intensifier et diver- sifier ses relations avec l'Algérie, afin que les deux pays puissent contribuer ensemble à l'édification du Maghreb arabe ", a-t-il annoncé. Sur le plan interne, les activités les plus remarquables de ces prochains jours sont sans conteste d’abord la tenue à partir de ce mardi du Forum écono- mique et social du Cinquantenaire de la libération nationale. Mis en oeuvre par le Conseil national économique et social (CNES), l'évènement a pour ob- jectif "de construire une plate-forme consensuelle" pour un mode de déve- loppement durable pour l'Algérie post 2015, selon le président du CNES Mo- hamed-Seghir Babès. Enfin, il y a lieu de relever également les importantes déclarations du ministre de l'Energie et des Mines M. Youcef Yousfi selon le- quel l'intérêt porté par les compagnies pétrolières internationales au secteur énergétique algérien est "toujours pré- sent". En dépit des terribles événements de Tiguentourine, ''l'intérêt des com- pagnies internationales pour l'Algérie est toujours présent, et nous croyons que cela va continuer compte tenu du potentiel de notre domaine minier et de la confiance entretenue au fil des années avec tous les partenaires", a dit M. Yousfi.

ALGÉRIE - ESPAGNE

Le ministre espagnol des AE à Alger

Le ministre espagnol des Affaires étrangères, José Manuel Garci-Margallo, effectuera une visite de travail en Algérie aujourd’hui et demain à l'invitation de son homologue algérien, Mourad Me- delci. La visite, qui entre dans le cadre de la consolidation du dialogue politique et la concertation entre l'Algérie et L'Es- pagne, s'inscrit dans «le prolongement

des recommandations de la déclaration commune adoptée à Alger le 10 janvier dernier à l'issue de la 5 e réunion de haut

niveau qui avait mis l'accent sur le ren- forcement des contacts politiques entre les deux pays», a indiqué hier le porte- parole du ministère des Affaires étran- gères, Amar Belani, dans une déclaration à l'APS. Elle permettra également aux chefs de la diplomatie des deux pays de «passer en revue l'état de la relation bi- latérale dans tous les volets: politique, économique, commercial et humain» et d'«échanger les vues sur les dernières évolutions que connaissent la région euro-maghrébine, le Sahel, le Moyen-

Orient, ainsi que sur d'autres questions internationales d'intérêt commun». Le ministre espagnol entamera sa visite par la ville d'Oran où il assistera à la cérémonie de clôture du forum éco- nomique décentralisé, organisé conjoin- tement par la wilaya d'Oran et la Cham- bre de commerce locale, côté algérien, et la Confédération espagnole des or- ganisations patronales et la «Casa Me- diterraneo», côté espagnol.

APS

Mardi 18 Juin 2013

ACTUALITÉ

DK NEWS

5

SORTIE DE LA 40 E PROMOTION D'OFFICIERS INGÉNIEURS DE L'ÉCOLE MILITAIRE POLYTECHNIQUE DE BORDJ-EL-BAHRI

L’ANP, l’armée des bâtisseurs

Une cérémonie de sortie de la 40 e promotion d'of- ficiers ingénieurs a été organisée hier à l'école militaire polytechnique de Bordj El Bahri (Alger), baptisée du nom du cha- hid de la révolution Re- mache Mohamed Tahar.

La cérémonie de sortie de la promotion

a été présidée par le ministre délégué au-

près du ministre de la Défense nationale, M. Abdemalek Guenaïzia, en présence de généraux-majors, généraux, d'officiers su-

périeurs de l'Armée nationale populaire

(ANP), du ministre de la Poste et des Tech- nologies de l'information, M. Moussa Ben- hamadi, ainsi que de la famille du cha- hid.

A l'ouverture de la cérémonie, M. Gue-

naïzia a passé en revue la promotion sor- tante avant la prestation du serment et la remise des grades, des médailles et des

diplômes aux élèves lauréats, suivie ensuite de la remise du fanion de l'école par la promotion sortante à la future promo- tion.

A cette occasion le commandant de

l'école le général Mohamed Nadjib Amara

a souligné que la promotion sortante com-

prend 188 ingénieurs répartis en quatre spécialités: Génie électrique, Génie mé-

en quatre spécialités: Génie électrique, Génie mé- canique, Informatique et Chimie. Le général Amara a

canique, Informatique et Chimie. Le général Amara a indiqué qu'avec la présente promotion, le nombre global des ingénieurs sortis de l'école depuis sa créa- tion aura atteint 3906 ingénieurs, souli-

gnant que la présente promotion «est le fruit d'un projet pédagogique global» qui

vise à former des officiers ingénieurs dans les domaines scientifique, militaire et hu- manitaire. Le commandant de l'école a

ajouté que le projet pédagogique en ques- tion repose sur une théorie technique multidisciplinaire qui tend à inculquer aux étudiants «une culture scientifique approfondie et des connaissances liées aux pratiques militaires, à l'esprit d'ou- verture sur la recherche scientifique, la créativité technologique et à la manière de réaliser des prototypes et l'utilisation des instruments de calcul scientifiques».

«A partir de la prochaine rentrée uni- versitaire, l'école adoptera un nouveau projet pédagogique pour la formation de l'ingénieur qui consiste en l'élargissement du champ des spécialités dont celles rela- tives aux systèmes opto-électroniques, la sécurité des réseaux informatiques et au- tres spécialités développées», a indiqué le commandant de l'école.Le général Amara a indiqué également que le nouveau projet pédagogique consistait également en l'in- troduction de cours pratiques sur les tech- nologies militaires et à augmenter le nom- bre des élèves ingénieurs pour répondre aux besoins croissants des différentes structures de l'ANP et aligner les pro- grammes de formation sur le système d'enseignement supérieur LMD. A cette occasion, M. Guenaïzia a visité une exposition scientifique organisée au sein de l'école où il a pris connaissance des promotions sorties par le passé et des projets accomplis par les élèves. Le ministre délégué auprès du ministre de la Défense nationale a visité ensuite les stands de l'exposition qui mettaient en re- lief les données techniques et pédagogiques des spécialités scientifiques enseignées dans l'école. L'Ecole militaire polytechnique est un établissement de formation supérieure dépendant du ministère de la Défense na- tionale et sous l'égide pédagogique du mi- nistère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique.

SAHEL : SOLIDARITÉ AVEC LE MALI

Poursuite à Alger des travaux de la conférence internationale

Les travaux de la Conférence interna- tionale de solidarité des sociétés civiles du Sahel avec le Mali se poursuivaient hier à Alger pour la deuxième journée consécu- tive. Cette conférence a vu la présence de 123 représentants d'organisations de la société civile des pays du Sahel, réunis pour tenter de dégager des solutions à la crise multi- dimensionnelle que vit le Mali.

A l'ouverture de la conférence, le prési-

dent du Réseau algérien des Amis du peuple

le prési- dent du Réseau algérien des Amis du peuple malien, Mohamed Mahrez Lamari, a déclaré

malien, Mohamed Mahrez Lamari, a déclaré que la reconstruction démo- cratique du Mali «se fait avec la parti- cipation de tous les enfants de ce pays», ajoutant que le peuple malien est «la seule source de souveraineté». Pour sa part, le président du Conseil régional de Kidal, Homeny B. Maiga avait estimé qu’«il ne peut y avoir de solution globale à la crise au Mali sans consulter les représentants de la société civile».

FACE À LA MENACE TERRORISTE

Les Etats du Sahel appelés à renforcer leurs systèmes d’alerte

Walid B.

La région du Sahel qui a été pendant longtemps le théâtre d’une longue série d’enlèvements dont ont fait l’objet des ressortissants occidentaux, occupe au- jourd’hui le centre des préoccupations

del’ONU et d’une bonne partie de pays oc- cidentaux.

Il est admis que le terrorisme constitue

une vaste entreprise de destruction qui vise, en premier lieu, la stabilité des pays concernés et les risques de son exportation vers d’autres territoires existent et posent un réel problème de collaboration régio- nale et internationale. Les opérations de prises d’otages me- nées par Al Qaïda au Maghreb islamique dans cette zone ont fourni à certaines puis- sances occidentales le prétexte idéal pour exiger plus qu’un droit de regard sur cette question cruciale, mais cette hyporhèse a

été catégoriquement rejetée par les pays du Champ, en l’occurrence l’Algérie, le Mali, le Niger et la Mauritanie. L’Algérie a

joué un rôle déterminant, non seulement dans la formulation de cette position de principe, mais aussi tout au long de sa mise en œuvre, à travers une politique de concertation et de coopération régionale qui tient compte de la souveraineté de chaque Etat membre. C’est dans cet esprit plus précisément que l'ONU vient d’inviter les pays du Sahel à renforcer leurs systèmes d'alerte, échan-

ger des informations et coordonner leur surveillance des frontières pour lutter contre le terrorisme et le crime organisé. En effet, dans un rapport élaboré par l'envoyé spécial pour le Sahel, Romano Prodi et transmis récemment au secrétaire général de l’ONU, il est clairement signifié que l’organisation onusienne veut aider les pays du Sahel à « établir des mécanismes coordonnés pour lutter contre le terrorisme et le crime organisé afin que la police, la garde-frontières, l’armée et les douanes travaillent ensemble, de manière cohérente et dans le respect des droits de l'homme ». Parmi les nombreuses idées avancées, figure une réunion régionale des services

de renseignement pour échanger des in- formations sur la menace d'al-Qaïda et de ses affiliés. L'ONU propose aussi une aide technique aux policiers et magistrats des pays concernés et invite ceux-ci à se concentrer davantage sur le financement des activités illégales. Un des points évo- qués est l'échange d'informations entre les aéroports en Amérique latine, Afrique de l'Ouest, Sahel, Maghreb et Europe pour contrer les trafics à la source, à destination et en transit. En 2012, souligne le rapport, dix-huit tonnes de cocaïne d'une valeur marchande de 1,25 milliard de dollars ont transité par l'Afrique de l'Ouest et une partie serait passée par le Sahel. Cette vaste stratégie intégrée des Nations unies pour le Sahel a l'ambition de s'attaquer à tous les aspects de la crise , à savoir l’amé- lioration de la gouvernance, la lutte contre les formes de criminalité et contre le ter- rorisme, ainsi qu’une aide humanitaire au profit de 11,4 millions de personnes menacées par la faim dont 5 millions d'en- fants de moins de 5 ans. Les problèmes au Mali ne doivent pas être envisagés de

manière isolée, explique le rapport qui précise que pour établir une paix et une sécurité durables, il faudrait une action collective pour traiter les racines de l'in- stabilité, qui s'étendent bien au-delà des frontières de ce pays. Il faut dire qu’en ce qui concerne l’Al- gérie, l’Armée nationale populaire (ANP), avait réaffirmé, à maintes reprises, sa po- sition ferme, du reste partagée par l’en- semble de ses partenaires, de rejeter toute éventualité d’une présence militaire étran- gère dans le cadre de la lutte antiterroriste engagée par les pays du Sahel. Cette position ferme de prendre en charge les problèmes sécuritaires et de réunir les conditions favorables aux efforts de développement dans la sous-région, loin de toute forme d’ingérence, quels que soient ses raisons et ses prétextes, a fini par convaincre la communauté inter- nationale. Aujourd’hui, plus que jamais, il appar- tient aux seuls pays du Champ de répondre aux exigences de la lutte contre le terro- risme dans une vision commune.

Ph.Madjid Nait Kaci

6

DK NEWS

FORUM

Mardi 18 Juin 2013

LE DIRECTEUR DU COMMERCE DE LA WILAYA D’ALGER,

UN CONTRÔLE CONTINU DES PRIX

DE LA WILAYA D’ALGER, UN CONTRÔLE CONTINU DES PRIX Saïd Abjaoui Chaque année, à l’approche du

Saïd Abjaoui

Chaque année, à l’approche du mois de Ramadhan, ce sont les mêmes préoccupations pour les consomma-

teurs. Ils appré- hendent tous les augmentations irréversibles des

prix. Les opéra- teurs ont tou- jours eux également les mêmes préoccupations. Le mois de Ra- madhan devrait être celui des bonnes affaires. Malgré toute la bonne volonté des institutions chargées du contrôle des prix, les «affairistes» arrivent à passer en- tre les mailles du filet. Les consommateurs eux-mêmes n’ai- dent pas les institutions dans leurs missions. Quelles dispositions sont prises ou à prendre pour le mois de Ramadhan ? Hier, il était question de ces décisions au Fo- rum de DK News. L’invité du jour était M. Bouras Mimoune, direc- teur du commerce de la wilaya d’Alger lequel après un exposé sur les attributions de sa direction, la situation qui prévaut à la veille du mois de Ramadan pour ce qui concerne la commercialisa- tion, l’approvisionnement des marchés, et la protection des consommateurs, du point de vue de la qualité et de des prix, enga- gea un débat avec les représen-

tants de la presse nationale. Il s’agit de l’amélioration de

l’offre en augmentant à la fois la quantité des produits alimen- taires, fruits et légumes, viandes rouge et blanche par rapport à la demande et

même le nom- bre de marchés. Il s’agit donc d’augmenter le nombre de es-

paces commer- ciaux de détaillants plus particu- lièrement. Mais c’est une mission pé- renne. Cela appelle de notre part une adaptation : période estivale plus Ramadhan. Il est récensé plus de 500 es- paces commerciaux qui consti- tuent la forme de l’approvision- nement. Nous avons amélioré le nombre de mar- chés et nous avons mis en place plus de 64 marchés couverts de proximité, plus 17 marchés batimétal, plus quatre autres à deux étages, soit plus de 4000 places ouvertes. Mais, il y a un pe- tit glissement en matière de récep- tion. Dans 72 éta-

blissement d’abattage de volaille, tous les aspects (abattage, hy- giène) seront pris en charge. C’est une action intégrée pour externaliser en périphérie. Le marché est stable pour le mo- ment. Tout est prêt. Une mise à disposition des produits est opé- rée. Le pain est disponible. La filière lait pasteurisé connaît à peine une perturbation liée à des revendications internes aux établissements. Pas de problème d’approvisionnement. Côté viande rouge, la fourchette des prix est stable. La SGP Broda s’est engagée pour l’approvisionnement du marché. L’association d’impor- tation de viande blanche a promis

23 brigades de nuit

d’approvisionner le marché. Parallèlement à ces mesures d’offre , il y a une expérience de l’UGTA qui sera rééditée à savoir l’ouverture d’un espace à la place du 1 er Mai avec un engagement des opérateurs publics et privés à pratiquer des prix plus bas. Un journal de 1954 a parlé de

la question des prix à la veille du Ramadhan, ceci

pour dire qu’il a toujours existé de telles préoccupa- tions. La pression

des premiers jours du Ramadhan est immense sur les consommateurs qui y contribuent en disant qu’ils vont s’approvisionner pour constituer un stock. En matière d’activités, le changement est sou- dain. Un commer- çant de vêtement s’improvise ven- deur de zalabias. La loi l’interdit. Pour faire une ac- tivité saisonnière, il faut demander un registre du commerce. L’essence même de la régle- mentation est pour aider le consom- mateur. C’est le ti-

tulaire du faible pouvoir d’achat qui va subir la

course des opérateurs à faire des affaires. Le prix résulte d’une concurrence entre les opérateurs, encore il ne faudrait pas fausser les jeux de la concurrence. Le premier élément, c’est d’afficher les prix afin que le consommateur puisse avoir la possibilité d’ef- fectuer des choix. Sur 76000 interventions, 13% de ferme-

tures. 30% n’affichaient pas les prix et 70 % affi- chaient les

prix mais ne disposaient pas de registre du commerce. Nous effectuons notre devoir conformément à la réglementa- tion, et il appartient aux juges de prendre les décisions de fer- meture. Nous avons une double raison de contrôler la tempéra- ture, à savoir le Ramadhan et la période de chaleur. Nos agents contrôleurs disposent des moyens de contrôler sur place la tempé- rature. Les consommateurs achè- tent des fromages sur les trottoirs et pas dans les magasins qui dis- posent de frigérateurs. Les jour- nalistes qui veulent sortir avec les contrôleurs sont les bienvenus. La direction du commerce de la wilaya possède 901 agents mo- bilisés. Plus de 150000 guides des consommateurs sont distri- bués dans les écoles.

200 brigades sur le terrain avec trois agents par brigade

15 000 guides de consommateurs dans les écoles

par brigade 15 000 guides de consommateurs dans les écoles O. Larbi Au forum de DK

O. Larbi

Au forum de DK News sur les disposi- tions prises pour le mois de Ramadhan 2013, le directeur du commerce a déve- loppé un discours de praticien et non celui des bilans et des chiffres, préférant les méthodes de persuasion à la coercition. «Aussi, invitons-nous les commerçants, dont certains avouent que le mois de Ra- madhan est celui durant lequel ils réalisent les meilleurs gains, à respecter la concur- rence juste et loyale, à afficher leurs prix, respecter la chaine du froid lorsque l’ac- tivité le recommande, garantir l’hygiène et la qualité des produits proposés. » M. Mimoune s’étonne que le consom- mateur, par son comportement irration- nel, favorise la flambée des prix à quelques jours du début du mois sacré ! « Faire des provisions crée des ruptures de stocks et favorise le renchérissement des denrées périssables notamment les fruits et légumes. Le consommateur al- gérien doit veiller à une gestion raisonnée

La protection du consommateur,

de ses dépenses». M. Mimoune estime que la direction du commerce et des prix travaille « à la protection du consomma- teur dans le respect des lois et règlements. Ne doutez pas que les agents de contrôle font leur travail tout au long de l’année, verbalisent, présentent des dossiers à la justice ; des activités sont arrêtées, des contrevenants pénalisés en application des décisions de justice qui ont une durée, si bien que certains commercent rouvrent. Dès lors qu’ils ont purgé leur peine et qu’ils respectent à nouveau les règles ; aucun problème» Au moment de sa conférence, M. Mi- moune informe que 200 équipes de contrôleurs sont en action. Sachant qu’une équipe est composée de deux agents de contrôle, ce sont 400 agents qui font des contrôles. Cette sortie est motivée aussi par la

validation de la période de stage de futurs fonctionnaires qui prêteront serment de- vant des magistrats avant de détenir le droit de contrôle et de dresser procès- verbal. Il y aurait 941 contrôleurs sur le territoire de la wilaya d’Alger.

Marchés de gros et de détail

Les marchés de gros sont les « banques de nourriture » de la wilaya : tous les pro- duits doivent y être aux normes de qualité, d’hygiène et dans la fourchette de prix qui permettent aux consommateurs de s’approvisionner sans risquer de tomber malades. Les viandes (rouges, blanches) et les poissons sont contrôlées par les vétéri- naires et par les agents du contrôle du commerce et des prix qui veillent aux meilleures conditions d’exposition et de respect des normes de conservation pen-

dant les périodes de grosses chaleurs et

… de toujours possibles délestages de la

distribution de courant électrique condui- sant à une rupture de la chaîne du froid. S’agissant des marchés de détail, les

agents de contrôle ont été équipés de moyens techniques qui mesurent si les normes de mise en vente des viandes et volailles, du poisson sont respectées. Le directeur du commerce s’étonne, au passage, de l’achat, à des prix élevés

de produits qui ont voyagé « en cabas», dont la date de péremption est très proche

: « mon laitier m’en propose comme par

faveur ! » M. Mimoune se confie sur ses

habitudes de consommateur : « Quand je demande au marchand de chaussures

pourquoi il n’affiche pas ses prix, il me répond que cela ne l’arrange pas, car il y

a de la concurrence déloyale ! Mais si tous les commerçants respectaient l’obligation

Mardi 18 Juin 2013

FORUM

DK NEWS

7

M. BOURAS MIMOUNE, INVITÉ HIER, DU FORUM DE DK NEWS

DÉVELOPPEMENT DE L’INFRASTRUCTURE COMMERCIALE

Un effort considérable est consenti à Alger

Un effort considérable a été entrepris par les pouvoirs publics ces dernières années pour sou- tenir le développement de l’in- frastructure commerciale dans la wilaya d’Alger et assurer un bon approvisionnement du mar- ché, a affirmé hier le directeur du Commerce de la wilaya, M. Bouras Mimoune. «En plus des 65 marchés de fruits et légumes existants, 68 nouveaux marchés ont été réalisés depuis 2004 à Alger», a-t-il déclaré au forum du quotidien DK News pour illustrer cet important effort consenti pour améliorer l’offre publique en matière d’espaces commerciaux. Selon ce responsable, 20 nou- veaux marchés dont trois marchés de grande capacité, sont en cours de réalisation, ce qui permettra d’offrir plus de 4.000 places, une fois réceptionnées les nouvelles infrastructures. Les travaux de réalisation du marché de gros des produits agro-alimentaires,

implanté à El-Harrach sont presque finis, a-t-il indiqué, et a mis l’accent sur la nécessité de faire sortir les grandes surfaces commerciales du tissu urbain et d’aller vers la périphérie. Actuellement, la wilaya d’Alger compte plus de 500 espaces com- merciaux qui constituent la pre- mière plate forme d’approvision- nement de la population.

Disponibilité des produits agricoles frais

En matière d’abattage, un nou- veau complexe doté de chambres froides sera réalisé, a-t-il pour- suivi, soulignant l’importance de cette infrastructure, dont le projet est en phase d’études, dans la lutte contre la prolifération des espaces d’abattage anarchiques qui ne respectent aucune mesure d’hygiène. «72 espaces d’abattage sont recensés à Alger», a-t-il fait savoir, faisant remarquer que ces

à Alger», a-t-il fait savoir, faisant remarquer que ces Des consommateurs achètent des fromages sur les
à Alger», a-t-il fait savoir, faisant remarquer que ces Des consommateurs achètent des fromages sur les
à Alger», a-t-il fait savoir, faisant remarquer que ces Des consommateurs achètent des fromages sur les

Des consommateurs achètent des fromages sur les trottoirs plutôt que dans les magasins

lieux sont difficiles à contrôler. Sur la disponibilité des produits agricoles frais et agro-alimen- taires durant le prochain mois de Ramadhan, M. Bouras a af- firmé que toutes les dispositions ont été prises pour garantir à la population un accès réel à tous les produits. «De nombreuses rencontres ont été tenues au ni- veau central pour examiner la

question de l’approvisionnement du marché, notamment durant le mois de Ramadhan. Tous les opérateurs publics qui ont parti- cipé à ces réunions se sont enga- gés à bien approvisionner le mar- ché», a-t-il indiqué. Toutefois, il a estimé impératif de rompre avec certaines habitudes des consom- mateurs dont la demande en pro- duits agricoles frais et agro-ali-

mentaires augmente sensible- ment durant les premiers jours de Ramadhan ce qui provoque, a-t-il dit, «des hausses impor- tantes des prix». L’intensification des opérations de contrôle est un impératif pour lutter contre cer- taines pratiques, a souligné, par ailleurs ce responsable qui a rap- pelé la nécessité de multiplier le contrôle à la source, notamment pour les produits à risque. «Notre objectif est de réduire le risque sanitaire, lutter contre les pro- duits alimentaires importés en contrebande et l’hygiène au ni- veau des établissements de res- tauration», a-t-il ajouté. Plus de 200 brigades de contrôle seront déployées et mobilisées durant la saison estivale, a-t-il ajouté. Evoquant le bilan de contrôle de sa direction, M. Bouras a indiqué que ses services ont effectué 76.666 interventions ayant conduit à l’établissementde 9.962 procès-verbaux d'infraction et la

proposition de 352 fermetures durant la période allant de janvier à fin mai 2013. De nombreux pro- duits ont été également saisis du- rant cette période représentant de une valeur de 14 millions de

DA.

AAPS

200 brigades de contrôle dans la wilaya d’Alger

Connu pour être une personne qui exerce une activité commerciale et en fait sa profession habituelle, le commerçant est supposé mettre à la disposition des consommateurs des produits de qualité saine, marchande et loyale. Pour veiller au respect des bonnes pratiques commerciales, plus particulièrement durant la saison estivale et à l’approche du Ramadhan, la direction du commerce

de la wilaya d’Alger a déployé plus de 200 brigades de contrôle et de répression des fraudes qui activent pleinement sur l’ensemble du territoire de la wilaya, nous a indiqué hier M. Hadjal Mohamed, chef de service de contrôle. «Nous sommes un service de protection du consommateur, notre premier souci est de veiller à la sécurité et la santé des citoyens » a signalé l’intervenant. Cependant cette prérogative de contrôle est limitée sur le commerce formel. Le consommateur qui s’approvisionne aux marchés informels doit savoir qu’ils ne font l’objet d’aucun contrôle et par conséquent sa santé n’est nullement garantie. Souvent, la date de péremption des produits alimentaires qui transitent dans les marchés informels est dépassée ou proche de l’être. Cela est dû aux pratiques de certains grossiste qui au lieu de subir des pertes financières importantes préfèrent mettre en vente leurs produits (dont la date de péremption est proche) sur les étals des marchés informels à des prix bas mais au détriment de la santé du consommateur. A quelques jours du mois sacré, la direction du commerce de la wilaya d’Alger a renforcé sa présence sur le terrain en décalant les congés de tous ses éléments durant cette période. «Les agents de la répression des fraudes ont reçu à cet effet des instructions strictes de mettre tout en œuvre pour veiller aux bonnes pratiques commerciales durant cette période», a fait

savoir M. Hadjal.

RR.R.

L’AUTRE PRIORITÉ

merçants du centre-ville :

A

quelle heure fermez-vous votre com-

merce ? Pourquoi ? Que faudrait-il pour que vous restiez ouvert plus longtemps?». Les commerçants baissent le rideau aux environs de 18h 30 parce que la sécurité diminue et que les transports sont moins nombreux pour les consommateurs qui vivent dans d’autres quartiers, enfin, le manque d’activités culturelles et de loisirs au centre-ville est l’autre facteur qui leur fait fermer leurs magasins à cette heure- là.

d’affichage, les prix seraient un paramètre de choix…du consommateur. » Il existe à Alger, 500 espaces commer- ciaux de fruits et légumes, c’est dire que la wilaya d’Alger a amélioré l’offre. S’agis- sant de l’éradication du commerce in- formel, M Bouras Mimoune qu’il reste des poches qui « occupent 2500 jeunes. Nous allons créer des espaces commer- ciaux qui vont absorber ces jeunes et créer 1500 emplois supplémentaires. »

Qualité

plusieurs objectifs, il a surtout celui de protéger la population contre les risques sanitaires en période estivale. Les agents de contrôle seront régulièrement sollicités pour inspecter. Il est possible qu’une procédure d’ur- gence soit arrêtée par le wali de la wilaya d’Alger à l’effet de dissuader dès les pre- miers jours du Ramadhan ceux qui se- raient tentés de «profiter de la situation. Elle aurait l’avantage de rendre plus ra- pides l’exécution des procès-verbaux et des sanctions afin de freiner les tendances les plus contraires à la concurrence et à la protection du pouvoir d’achat du consommateur.»

Le marché de l’UGTA

merçants privés y vendront leurs produits à des prix qui défient toute concurrence. C’est une démarche citoyenne qui mérite d’être reconnue. »

Communication

M. Bouras Mimoune affirme que 15000 documents ont été distribués dans les écoles de la willaya d’Alger pour que le consommateur soit plus responsable :

Pourquoi les écoles ? «Tout le monde sait que ce sont souvent les enfants qui font les commission ! En éveillant leur sens critique, nous espérons participer à la naissance du réflexe de consommateur rationnel. » L’autre opération de communication qui a eu les échos des médias : l’allonge- ment des heures d’ouverture des com- merces du centre-ville. «Nous avons posé 3 questions aux com-

Il

y aurait une réflexion associant tous

les partenaires pour faire, vivre ce cen- tre-ville jusqu’à une heure avancée de la nuit sans que cela crée des nuisances aux riverains.

Outre l’externalisation des activités de commerce de gros du tissu urbain, le di- recteur de la wilaya d’Alger annonce la construction d’un abattoir ultra-moderne à Birtouta pour l’abattage de tous les ani- maux consommables. Il y a ces jours-ci la réception du marché de gros des Eucalyptus. Si le contrôle a

 

Spéculation

Sur ce point, m. Bouras est catégorique : « Il y a des spéculateurs. Mais nous avons aussi les armes pour les ramener à la raison puisque toutes les chambres froides sont répertoriées et faciles à contrôler. »

Comme l’an dernier, le marché de l’UGTA sera ouvert pendant le Ramadhan : « des entreprises publiques et des com-

8

DK NEWS

ÉCONOMIE

Mardi 18 Juin 2013

FORUM ÉCONOMIQUE ET SOCIAL DU CINQUANTENAIRE

5 grands axes

Selon un document du Conseil national économique et social, le programme de ce Forum comprend cinq grands axes de tra- vail, affirmant que cet évènement «se pro- pose de jeter un regard rétrospectif sur les efforts de la Nation en matière de dévelop- pement économique et social» depuis l'In- dépendance. Pour le Cnes, la rencontre sera une op- portunité pour «marquer une pause» afin de «dresser un bilan critique des efforts de dé- veloppement».

L'«élan vital en direction d'un mieux-être collectif fut titanesque», estime le Cnes, qui en veut comme preuve le fait que le Pnud ait classé l'Algérie dans le groupe des «pays à développement humain élevé». Pour autant, le Cnes estime qu'il faudra «convenir qu'il sera hautement salvateur de débusquer les multiples distorsions et dys- fonctionnements qui forment, aujourd'hui encore, la trame atavique la plus complexe et la plus pernicieuse». Après l'établissement du bilan, le Cnes souligne que le second axe de travail à abor- der lors des débats de ce forum sera orienté vers une «vision pour l'avenir». L'objectif pour le pays est notamment de réaliser les objectifs du programme du Pré- sident en matière de développement écono- mique et social, tracés depuis l'année 2000, indique encore le Cnes. Ces derniers visent à «impulser les initia- tives de l'ensemble des agents économiques, tout en réhabilitant progressivement les forces du marché dans la conduite de l'éco- nomie», ajoute-t-il. Le Cnes affirme également qu'il s'agit de mettre en œuvre un «mode de développe- ment durable devant réaliser «l'agenda Al- gérie post 2015» avec «l'impératif d'afficher explicitement une vision pour l'avenir». Le troisième axe de travail de ce Forum, intitulé «cap stratégique», doit mettre en pratique le potentiel économique, naturel et humain du pays. Cet objectif «présume que l'on passe du pacte exclusivement distributif, basé sur la seule rente, à un pacte de croissance inscrit sur une ligne de réduction de l'excessive dé- pendance à l'égard des hydrocarbures», note le Cnes. Quant au quatrième axe de travail, il pré- conise «une feuille de route consensuelle» pour inscrire les recommandations du Forum dans des plateformes d'action pour

assumer «les options stratégiques (

in-

contournables». L'articulation des approches sectorielle

et territoriale du développement socio-éco-

nomique est considérée par le Cnes comme un «objectif stratégique» pour appliquer les recommandations soumises au Président de la République à la suite de la saisine sur le développement local. Le dernier axe de travail du Forum du cinquantenaire que va organiser le Cnes préconise l'application des recommanda- tions qui seront dégagées, dont «les objectifs stratégiques visés» par cette rencontre. Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal,

a assisté samedi à l'ouverture des travaux du

bureau du Cnes, présidés par M. Mohamed- Seghir Babès. M. Sellal avait mis l'accent «sur la néces- sité de donner une nouvelle impulsion à la croissance économique en prenant appui sur la pleine réhabilitation de la valeur tra- vail».

APS

)

ALGÉRIE - JAPON

Evolution du programme algéro-japonais sur les technologies solaires

Le programme de coopéra- tion algéro-japonais consacré au développement des tech- nologies solaires évolue de manière satisfaisante, a dé- claré dimanche à Oran la coordinatrice de cette opéra- tion mettant en partenariat plusieurs universités et cen- tres de recherche des deux pays.

Ce programme scientifique intitulé «SSB» (Sahara Solar Breeder ou élevage de stations solaires au Sahara) a pour objectif l'étude de faisabilité d'un projet d'envergure de production électrique à partir du Sahara, a précisé à l'APS M me Yukiko Mbow. La responsable s'expri- mait en marge d'une rencontre sur «les défis de la recherche scientifique en Al- gérie», tenue à l'université des sciences

et de la technologie Mohamed-Boudiaf

d'Oran (Usto) qui figure parmi les trois

établissements algériens partenaires du «SSB». Les deux autres établisse- ments sont l'université Tahar-Moulay

de Saïda (Utms) et l'unité de recherche en énergies renouvelables en milieu saharien d'Adrar (Urer/MS), a indiqué

M me Mbow qui représente également la

partie japonaise composée d'un consortium de huit universités et insti-

tuts de recherche. Elle a expliqué que

et insti- tuts de recherche. Elle a expliqué que le projet consiste à vérifier la faisabilité

le projet consiste à vérifier la faisabilité d'un développement durable à l'aide du concept d'élevage de stations solaires en vue de la construction d'usines de cellules solaires à base de silicium et de stations d'énergie solaire. Elle a rappelé à ce titre que le pro- gramme «SSB» a été lancé en 2010 pour cinq années d'activités scientifiques

avec le soutien financier de deux agences japonaises pour la coopération internationale ( Jica) et le développe- ment scientifique et technologique ( JSTA), d'un montant de 5 millions de dollars. La contribution japonaise a permis en outre d'organiser chaque année des stages de perfectionnement

au Japon au profit d'une dizaine de jeunes chercheurs algériens, a fait sa- voir M me Mbow en annonçant la prépa- ration d'une nouvelle session pour

d'autres doctorants. De son côté, le vice-recteur de l'Usto chargé des rela- tions extérieures et de la coopération, M. Rachid Kessas a indiqué que l'im- portance du programme «SSB» fera l'objet d'une évaluation globale en mai 2014 à Oran, à l'occasion du 4 e forum Asie-Arabe sur les énergies renouvela- bles. Les étudiants pourront, quant à eux, ont pu s'imprégner des enjeux portés par ce programme lors d'une ex- position de travaux scientifiques au campus de l'USTO, a fait savoir M. Kes- sas. La rectrice de l'Usto, M me Aïcha Derdour a, pour sa part, insisté sur la nécessité pour les chercheurs de faire davantage d'efforts pour répondre aux attentes du secteur industriel et contri- buer ainsi avec efficience au dévelop- pement économique du pays.

ALGÉRIE - CORÉE DU SUD

Visite d'une délégation d'experts coréens de la crevetticulture en Algérie

Une délégation d'experts coréens en crevetticulture (élevage de crevette) est at- tendue en Algérie pour dis- cuter notamment de la nouvelle campagne de pro- duction de crevettes en Algé- rie, a annoncé dimanche le bureau de l'Agence co- réenne de la coopération in- ternationale (Koica). La délégation est compo- sée de trois experts, le direc- teur de l'Institut national coréen de la recherche en aquaculture et du dévelop- pement (Nfrdi), Jang In- Kwon, ainsi que M me Kim Su Kyoung et M me Park Jeung

Sook, qui appartiennent au

même établissement. Cette visite s'inscrit dans le cadre du suivi à moyen terme de deux projets por- tant sur la ferme pilote de crevetticulture de la wilaya de Skikda et la ferme pilote

et centre de recherche de la

wilaya de Ouargla, indique un communiqué du bureau de la Koica à Alger. Lors de son séjour en Al-

gérie, la mission coréenne

discutera de la nouvelle campagne de production de crevette au niveau de la ferme d'El Marsa dans la wi- laya de Skikda et l'avance- ment des travaux de construction de la future ferme de crevetticulture de Hassi Ben Abdallah dans la

ferme de crevetticulture de Hassi Ben Abdallah dans la wilaya de Ouargla, actuelle- ment en construction.

wilaya de Ouargla, actuelle- ment en construction. La Koica a accordé six millions de dollars pour la

construction et l'équipe- ment de la ferme pilote de crevetticulture et du centre de recherche de Ouargla ainsi que 2,4 millions de dol- lars pour le projet de la ferme pilote de Skikda. Le projet de la ferme de crevetticulture de Hassi-Be- nabdallah (20 km de Ouar- gla), dont les travaux de réalisation ont été lancés en mai dernier, a une capacité de production de 10 à 20 tonnes/an. Cette ferme expé-

rimentale sera opération- nelle en 2014. Pour ces deux projets qui s'étalent sur cinq ans, la Koica est chargée de leur construction et équipe- ment ainsi que la formation de chercheurs algériens en Corée et l'envoi d'experts co- réens afin d'assister ces chercheurs, explique le communiqué. A travers cette coopéra- tion la Koica espère contri- buer à l'augmentation de la production des crevettes mais aussi «exporter l'excé- dent de cette production» en plus de la création de nou- veaux postes d'emploi dans

la filière notamment dans le sud. Par ailleurs, une dou- zaine de cadres algériens du ministère de la Pêche et des Ressources halieutiques ont suivi, du 23 mai au 8 juin en Corée du Sud, une formation sur le «renforcement des ca- pacités de transformation des produits de la pêche et de la distribution». Ce programme de forma- tion, qui s'inscrit dans le cadre d'accords signés entre l'agence et le ministère pour une période de 3 ans (2012- 2014), vise à améliorer les ca- pacités des ressources humaines dans la gestion du secteur de la pêche. La Koica a également or- ganisé du 26 mai au 15 juin une autre formation dans la «gestion de la régulation pharmaceutique» au profit de deux experts du minis- tère de la Santé, de la Popu- lation et de la réforme hospitalière. Depuis 1991, plus de 800 cadres algériens relevant de différents secteurs ont suivi des formations en Corée du Sud, dans le cadre de la coo- pération bilatérale assurée par la Koica, une agence chargée par le ministère co- réen des Affaires étrangères de la gestion et de l'exécu- tion des programmes d'aide publique au développement.

Mardi 18 Juin 2013

SOCIÉTÉ

DK NEWS

9

AÏN NAÂDJA

Une dispute entre deux cousins tourne au drame

A.Ferrag

Une dispute ente deux cou- sins, Amine, âgé de 39 ans père de trois enfants, et Rabah, âgé de 37 ans père de deux enfants, qui avaient jusque-là d’excellents rap- ports, coûtera malheureuse- ment la vie à l’un d’eux.

Les passants sont alarmés par les éclats de voix de deux hommes qui hur- lent à tue-tête. Soudain, avec une barre de fer, Rabah frappe Amine une pre- mière fois à la nuque, puis lui assène à la tête deux coups qui lui feront plier les genoux, il s’affaisse au sol, raide mort. Au terme de son audition par les élé- ments de la brigade de gendarmerie, Rabah est présenté au juge d’instruc- tion qui l’inculpe pour coups et bles- sures volontaires ayant entraîné la mort sans l’intention de la donner. Outre les blessures à la tête, le corps de la victime en présente d’autres au thorax et à l’épaule droite. En conclusion de son rapport, le médecin légiste certifie que le décès est dû à une hémorragie céré- brale, intervenue suite à un trauma- tisme crânien accasionné par un objet dur. Une année après le dramatique évè- nement, Rabah répond du meurtre per- pétré sur la personne de son cousin Amine devant un tribunal criminel, le mois de juin 2013. Tout au long de son interrogatoire par la présidente, il ne cessera de réitérer ses regrets, décla- rant que le défunt le menaçait aussi d’un couteau : « Je regrette beaucoup mon geste, je ne savais pas ce que je fai- sais, je ne voulais pas le tuer. » A la fin des débats, la présidente lit le rapport

tuer. » A la fin des débats, la présidente lit le rapport de l’enquête social concernant

de l’enquête social concernant Rabah. Celui-ci avait déjà écopé en 2008 d’une peine de 6 mois pour coups et blessures volontaires. Il s’avère qu’il était effectivement ivre au moment des faits, car l’analyse décèle la présence d’un taux de 2,30 g d’alcoolémie dans son sang. Quant au représentant du ministère public, mettant l’accent sur la gravité des faits, il se fait moins clément : « Mal- gré les années passées dans les rangs de la justice, dit-il, jamais je n’ai été autant bouleversé que par ce drame. Des en- fants pleurent un père qu’ils ne rever- ront plus jamais. Alors que son meurtrier, quelle que soit la durée de sa condamnation, finira par retourner chez les siens. Je prie l’honorable cour d’infliger la réclusion perpétuelle à l’accusé ici présent. » Succédant à l’avo- cat général, la défense s’attarde longue-

ment sur l’expertise médicale, qu’elle décortique mot à mot, tentant d’expli- quer aux juges et jurés qu’il était fort probable que la mort de la victime fut survenue suite à sa lourde chute au sol, la tête ayant heurté violement le bord du trottoir. La défense entre en scène avec une longue plaidoirie : « L’accusé a long- temps supporté les moqueries de son cousin qui ne ratait aucune occasion de l’humilier en public : je demande donc la requalification des faits en coups et blessure volontaires ayant entraîné la mort sans l’intention de la donner, mon client mérite de larges circonstances at- ténuantes ! » Après délibérations, la cour accorde les circonstances atténuantes à l’accusé qui écope d’une peine de 16 ans de ré- clusion criminelle.

CLIMAT

Brûler toutes les énergies fossiles mettrait en cause l'existence de notre société

La plupart des énergies fossiles doivent rester dans les sous-sols car les brûler provoquera des change- ments qui «mettront en cause l'existence de notre so- ciété», a indiqué hier une agence gouvernementale en Australie. Dans un nouveau rapport intitulé «La décennie cru- ciale», la Commission aus- tralienne sur le climat a indiqué que «brûler toutes les réserves d'énergie fossile mènerait à des changements climatiques sans précédent si sévères qu'ils mettraient en cause l'existence de notre

société telle qu'on la connaît aujourd'hui». «Brûler les énergies fos- siles telles que le charbon, est le principal facteur de changement climatique», précise le rapport. Selon cette étude, «la plu- part des énergies fossiles doivent être laissées dans les sous-sols et ne pas être consumées». La plupart des pays, dont l'Australie, consi- dèrent qu'une hausse des températures de plus de deux degrés serait trop pro- noncée. Mais pour assurer une stabilisation du climat, le monde doit «se décarboni-

ser», estime le rapport. «Afin d'atteindre notre objectif de stabilisation (de la hausse) des températures à deux degrés ou moins, nous devons tout simplement lais- ser quelque 80% des ré- serves d'énergie fossile dans le sol», a déclaré une co-au- teur de l'étude, Lesley Hughes, soulignant qu'«on ne peut pas se permettre de les brûler et avoir un climat stable et sûr». Selon un autre co-auteur de l'étude, Will Steffen, «il faut agir sans attendre car les risques de changement cli- matique annoncés de longue

date par les scientifiques sont déjà en train de se pro- duire. L'étude note une nouvelle vague de découvertes et d'ex- ploitation de nouvelles ré- serves en Australie et ailleurs. Les réserves austra- liennes de charbon repré- sentent à elles seules 51 milliards de tonnes d'émis- sions de dioxyde de carbone potentielles, soit un dou- zième du total considéré comme nécessaire pour faire grimper les températures de deux degrés, conclut le rap- port.

CHLEF

Le temps des plages

Plus de 1200 colons sont attendus sur le lit- toral de la wilaya de Chlef au cours de l'ac- tuelle saison estivale, a-t-on indiqué dimanche auprès de la direction de la jeu- nesse et des sports. Cet effectif sera réparti du- rant son séjour dans la wilaya sur les centres de vacances, au nombre de six, implantés dans les villes côtières de Ténès, Beni Houa, Oued el-Guassab et El-Marsa, a précisé la même source, ajoutant que les colons pro- viennent des wilayas de Ouargla, Blida et Mas- cara. Les colons, des élèves des établissements scolaires, âgés de six à 15 ans, seront pris en charge dans le cadre de la convention signée entre les ministères de la Jeunesse et des sports et de l'Education natio- nale, a observé la même source.

JIJEL

La solidarité au 1 er plan

Une enveloppe de près de 94 millions de dinars a été mobilisée à Jijel pour financer les actions de solidarité prévues durant le mois sacré de Ramadhan, a-t-on appris auprès des services de la wilaya. Ce montant puisé des budgets de la wilaya (38 millions DA) et des communes (55 millions DA), auquel s’ajou- tent 3 millions DA débloqués par le ministère de la Solidarité nationale, permettra de servir des repas chauds aux personnes démunies lors du f’tour et de venir en aide aux familles dans le besoin, a-t-on ajouté de même source.

BOUIRA

La prochaine rentrée universitaire à l’ordre du jour

La prochaine rentrée devrait être mar- quée, à l’université Akli Mohand Oulhadj de Bouira par la réception de 4000 places péda- gogiques et 2000 lits. En réalisation au nou- veau pôle universitaire, occupant une superficie d’environ 50 ha, ces projets ont fait l’objet de plusieurs inspections par le wali , M.Maâskri Nacer, qui, à chaque visite d'ins- pection, donne des instructions pour accélé- rer la cadence des travaux afin de livrer ces projets à terme échu. Une nouvelle biblio- thèque, dotée d’une grande salle de lecture, est également attendue pour sa livraison à la prochaine rentrée universitaire.

MOSTAGANEM

2 e noyade sur la plage de la Salamandre

Un jeune de 19 ans issu de la wilaya de Batna a trouvé la mort au service des urgences médicales à haï Tijditt du chef-lieu de wilaya de Mostaganem, après son admissison ven- dredi dans un état comateux suite à une noyade, a-t-on appris dimanche auprès de la Protection civile. Le noyé a été retrouvé coincé entre des rochers dans une plage interdite à la baignade à Salamandre dans la périphérie de Mostaganem, a-t-on indiqué de même source. Cette zone interdite à la baignade de Mostaganem enregistre le deuxième cas de noyade en l'espace d'une semaine.

SAISON ESTIVALE

20.000 enfants bénéficient de séjours dans des centres de vacances

Près de 20.000 enfants bénéficieront de séjours dans des centres de vacances pour la saison estivale 2013, a annoncé dimanche à Alger le ministre de la Jeunesse et des Sports, M. Mohamed Tehmi. Le ministre qui donnait le coup d'envoi du lance- ment de la campagne des Centres de vacances et de loi- sirs de jeunes au village africain de Sidi Fredj, a précisé que «près de 20.000 enfants venus de 26 wilayas et issus en grande majorité des wilayas du Sud et des Hauts-Pla- teaux bénéficieront de séjours dans ces centres». Le lancement de la campagne prévue jusqu'à la fin

août coïncide avec la célébration de la Journée de l'en- fant africain célébrée le 16 juin de chaque année. La Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) a pris en charge dans le cadre de la saison estivale 2013 plus de 300 enfants des membres de la communauté al- gérienne établie à l'étranger. Ces enfants seront répartis sur 14 centres relevant de l'Agence nationale des loisirs de jeunes ainsi que dans des établissements de l'Education nationale implantés dans 8 wilayas. Placé cette année sous le thème «Proté- gez mon enfance et mon environnement», le pro-

gramme pédagogique de cette année s'articulera au- tour de la commémoration du 50 e anniversaire de l'in- dépendance. Des psychologues sont impliqués dans l'encadre- ment en vue d'accompagner l'équipe pédagogique dans la prise en charge de ces jeunes. Les frais occasionnés par le transport des délégations venant des 5 wilayas du Grand Sud seront à la charge du ministère de la Jeu- nesse et des Sports.

APS

10

DK NEWS

SOCIÉTÉ

Mardi 18 Juin 2013

BOUIRA 1.500 gardes communaux honorés

Près de 1.500 éléments de la garde commu- nale, admis à la retraite, ont été honorés di- manche à Bouira lors d’une cérémonie présidée par le wali, M. Nacer Maâskri. «Le nombre exact des gardes communaux honorés est de 1.482 à travers la wilaya», a précisé M. Frarah Djelloul, président de la commission des œuvres sociales de la garde communale. 71 ex-membres de la garde communale, dont 51 ex-chefs de déta- chements, ont été honorés au niveau du siège de la wilaya par les autorités militaires et civiles, alors que les autres l’ont été au niveau des 12 daïras de la wilaya, selon la même source. Des cadeaux et des titres de reconnaissance, ainsi que des attestations d’honneur leur ont été dé- cernés par les responsables de la wilaya, en guise de gratitude à leurs sacrifices pour la sauvegarde de la nation, notamment dans leur lutte contre le terrorisme.

CHLEF

Une nouvelle trémie en cours de réalisation

Une nouvelle trémie est en cours de réalisa- tion à la sortie ouest de la ville de Chlef pour fa- ciliter le trafic routier au niveau de ce tronçon de la RN4, a annoncé, dimanche, le directeur des Travaux publics de la wilaya. D'un coût de 500 millions de DA, ce projet dont les travaux ont été lancés récemment sera livré avant la fin de cette année, a indiqué le même responsable, ajoutant que des déviations ont été aménagées afin de «permettre aux au- tomobilistes de circuler sans grandes difficultés durant la période de réalisation de ce projet et en même temps aux entreprises chargées de la réalisation du projet l'exécution des travaux de façon régulière». Cette infrastructure sera, une fois opérationnelle, d'un grand apport dans la facilitation et la fluidité du trafic routier au ni- veau du tronçon de la RN4 traversant le nord de la ville de Chlef sur près de 1,5 km.

TLEMCEN Coordonner entre chercheurs et décideurs pour mieux lutter contre la désertification

Des participants à la rencontre sur les projets de lutte contre la désertification dans la steppe en Algérie, ouverte dimanche à Tlemcen, ont insisté sur la coordination et la complémentarité entre chercheurs et décideurs pour mieux com- battre ce phénomène. M. Hadouche Driss de l'université de Tlemcen et représentant du comité scientifique de cette rencontre, à laquelle pren- nent part des enseignants universitaires du pays, a souligné qu'une «complémentarité est impé- rative pour l'exploitation des données scienti- fiques des laboratoires intéressés par la déser- tification et les changements climatiques et leur application sur le terrain». L'enseignant à la même université, M. Mo- hamed Bouazza a indiqué, pour sa part, que les «travaux de recherches restent inexploitables au moment où l'avancée du sable vers le Nord s'accentue, provoquant de grandes pertes aux régions steppiques», affirmant qu'une telle ren- contre a «pour mérite de tirer la sonnette d'alarme en vue d'élaborer une stratégie nationale de pro- tection, de préservation et de gestion maitrisée de la situation». Organisée par le département de sciences de la terre et des forêts de la faculté des sciences de la nature et vie de Tlemcen en collaboration avec le laboratoire de recherche en gestion de l'eau, du sol et des forêts et le parc national de Tlemcen, cette rencontre vise à dé- terminer des variantes stratégiques de prise en charge des régions steppiques pastorales me- nacées par la désertification. Les axes de cette rencontre de deux jours, coïncidant avec l'anni- versaire de la ratification de la Convention de lutte contre la désertification des Nations unies (17 juin 1992), abordent les indices locaux de dé- sertification, la gestion des régions steppiques et l'amélioration de leur rendement et les res- sources naturelles dans les régions steppiques.

AÏN TÉMOUCHENT

500 enfants du sud du pays passeront leurs vacances dans la wilaya

Plus de 500 enfants des wilayas du sud du pays seront accueillis dans la wilaya de Aïn Té- mouchent, où ils passe- ront leurs vacances d’été, a indiqué di- manche le directeur de l’action sociale (DAS).

Ces enfants viendront des wilayas de Béchar, Adrar, Nâama et El-Bayadh, a pré- cisé M. Tayeb Djemaï en marge d’une journée d’étude sur la prévention de la délinquance organisée à l’occasion de la célébration de la Journée africaine de l’enfance. Pour assurer toutes les conditions de séjour à ces enfants appelés à profiter notamment des plaisirs de la mer, les services concernés de la DAS ont mobilisé tous

la mer, les services concernés de la DAS ont mobilisé tous les moyens nécessaires à cette

les moyens nécessaires à cette fin, a-t-il ajouté. La célébration de la Jour- née de l’enfant africain est marquée par cette journée d’étude à laquelle ont parti-

cipé les représentants de la sureté de wilaya, de la Gen- darmerie nationale, de la Protection civile et de la santé, selon le DAS. Les interventions des dif-

férents orateurs ont porté, essentiellement, sur les ef- forts consentis par les pou- voirs publics pour la protection des enfants contre les fléaux sociaux. A cette occasion, M me Ha- chemi Halima, chef du bu- reau d’insertion sociale des enfants et en milieu ouvert de la DAS a indiqué que de- puis le début de l’année en cours 63 cas de délits d’en- fants ont été traités par le bu- reau. Ces cas concernent des coups et blessures volon- taires (20 cas), vol (13), af- faires de stupéfiants (3), entre autres, aux côtés de cinq cas d’enfants en danger moral. Ce bureau travaille en étroite collaboration avec les quatre tribunaux pour en- fants de la wilaya de Aïn Té- mouchent, a encore signalé M me Hachemi.

CONSTANTINE

Bientôt une antenne de wilaya de l’Agence de développement social

Une antenne de wilaya de l’Agence de développement social (ADS) sera ou- verte «avant fin 2013» dans la wilaya de Constantine, a-t-on appris, dimanche auprès du directeur régional de l’ADS à Annaba, M. Abdelhak Saïdi. Cette structure qui activera en concertation avec les institutions lo- cales, dont la direction de l’action so- ciale (DAS), devrait contribuer à l’amélioration des prestations de proxi- mité dévolues à l’ADS, a précisé ce res- ponsable. Cette antenne locale veillera en par- ticulier à «aplanir les difficultés qui en- travent la mise en úuvre des projets et

des dispositifs relevant de l’ADS» qui entend également, selon le même res- ponsable, «lancer des études de terrain pour localiser les poches de précarité en travaillant étroitement avec les élus locaux». La wilaya de Constantine compte actuellement quatre cellules de proximité et de solidarité (CPS). Des structures appelées à être renforcées dans la perspective de mieux accompa- gner les personnes socialement dému- nies, a jouté M. Saïdi. Plus de 4.500 consultations médico- psychologiques, ont été effectuées en zones urbaines et rurales par ces qua- tre CPS dans les communes de la wilaya

de Constantine, d’Ibn Badis, d’Ibn Ziad et d’El Khroub dans la wilaya de Constantine, depuis leur création en 2009, a encore rappelé le directeur ré- gional de l’ADS. Des orientations et des conseils ont été prodigués aux familles, en matière de prévention de certaines maladies. Plusieurs cas jugés sérieux, ont été transportés et pris en charge par les médecins spécialistes des hôpitaux, a- t-il souligné, rappelant que 18 CPS, sont actuellement gérées par l’ADS d’An- naba, réparties entre cinq wilayas de l’Est à savoir Guelma, Skikda, Annaba, El-Tarf et Constantine.

ENFANCE

Le projet de loi sur la protection de l'enfant sera prochainement présenté au Parlement

Le secrétaire d'Etat auprès du ministre de la Jeunesse et des Sports chargé de la jeunesse, Belkacem Mellah a indiqué dimanche à Alger que le projet de loi sur la protection des droits de l'enfant sera «prochainement présenté au Parle- ment». Approuvé récemment par le gouvernement, le projet de loi sur la protection de l'enfance sera «prochainement présenté au Parlement pour examen et adoption à l'effet de sa mise en œuvre avant la fin de l'année», a précisé M. Mellah dans une déclaration à la presse en marge du lancement des

festivités de la Journée de l'enfant africain à la circonscrip- tion administrative d'El-Harrach. Le texte de loi, a-t-il dit, vise à «assurer la protection et l'as- sistance juridique de l'enfant notamment dans les domaines de l'éducation, la formation, les loisirs et la santé». Il porte également sur la lutte contre le travail infantile et prévoit des sanctions contre les auteurs d'atteintes contre les enfants et ceux qui tentent de les exploiter dans la mendicité, a ajouté le secrétaire d'Etat.

SAISON ESTIVALE

Le DGSN appelle les éléments de la Sûreté nationale à intensifier les efforts de sensibilisation envers les jeunes

Le directeur général de la Sûreté nationale (DGSN), le général-major Abdelghani Hamel a appelé dimanche à Alger les éléments de la Sûreté natio- nale à intensifier leurs initiatives de sensibilisation en faveur des jeunes. Lors du lancement de la saison esti- vale au Village africain de Sidi-Fredj (Alger), M. Hamel a appelé les élé- ments de la Sûreté à se mettre à l'écoute des préoccupations des jeunes et à les prendre en charge avec les dif- férents acteurs et associations concer-

nés. Il a souligné à cette occasion la né- cessité de saisir toutes les opportunités dont les rassemblements de jeunes du- rant la saison estivale pour «concen- trer le travail sur la sensibilisation». Qualifiant de «saut qualitatif» l'or- ganisation des deux caravanes de sen- sibilisation, M. Hamel a préconisé la généralisation d'une telle initiative tout au long de la saison estivale. Il a par ailleurs souligné que la sen- sibilisation des différentes catégories de la société notamment les jeunes aux

fléaux sociaux était désormais au cen- tre de l'action et des programmes des unités de police territoriales. M. Hamel a en outre insisté sur la prévention pour une meilleure prise en charge de cette catégorie. Pour la précédente saison estivale, la DGSN a déployé plus de 100.000 agents dont 50.000 dans les villes cô- tières, dans le cadre du Plan Azur 2012. Le Plan Azur 2013 sera lancé prochai- nement par la DGSN.

APS

11

DK NEWS

CULTURE

Mardi 18 Juin 2013

SPECTACLE

L'Orchestre arabe de Barcelone donne un récital à Alger

L'Orchestre arabe de Barcelone (OAB) a donné un récital dimanche, à Alger, à la salle Ibn Zeydoun, dans une ambiance festive, créée par un mélange prolifique des genres et un brassage de cultures enrichissant qui a établi des passerelles de dialogue entre les deux rives de la Méditerranée. Chantant la terre, l'amour, la paix et la to- lérance dans une quinzaine de titres dont le plus grand nombre est tiré de «Libertad» (Li- berté), dernier album de l'OAB, les huit concer- tistes ont usé de modes latins et de gammes espagnoles embarquant l'assistance dans une visite guidée au cœur de l'Orient, du Maghreb et de l'Andalousie. Suscitant la réflexion et la méditation, «Ayoub», une introduction musicale d'une grande densité, a permis au public d'apprécier d'entrée, la qualité de composition et le niveau technique des musiciens qui se sont créé des espaces d'expression dans la mélancolie de leurs tourments. Dans «Nidae Filastine» (L'ap- pel de la Palestine), «La lil'hozn» (Non à la tristesse), «Ahlem El Machriq» (Rêves d'Orient) et «El Qods», des «préoccupations fondées» face à l'éternel problème palestinien ont été soulevées dans un élan lyrique prononcé. «Notre mission est de transmettre un message d'amour, de paix et de tolérance dans le monde» a expliqué à l'APS, Mohamed Souli- mane, violoniste, chef d'orchestre et fondateur de l'OAB, avant d'ajouter : «Nous entretenons une prière universelle qui n'a aucune couleur et encore moins une religion». «Enti En'nour» (C'est toi la lueur), «Allahou Allah», «Taedjebni el coursa lebyout Allah» (Me plaît, le voyage vers les maisons de Dieu), autres pièces du répertoire, évoquant l'errance, le destin et l'attachement au Divin ont été présentées au public dans des rythmes em- ballés et des formes mystiques caractérisant le genre soufi. Tissant des liens étroits entre les musiques traditionnelles du Maghreb et de la Méditerranée d'une part et les influences de la world music, du jazz et des rythmes sud-américains, d'autre part, le programme de l'OAB a été conçu dans la lignée intellectuelle et la quintessence des célébrités telles que Chick Corea, Al di Meola et Joe Zawinul, ou encore «Yellowjackets» et «Steps Ahead». Les variations contenues dans le pro- gramme ont promené le public, chaleureux, dans les méandres des «Mouwachahat», les vibrations des 6/8 maghrébins pour le mysti- cisme soufi, les déhanchements de la salsa et les dissonances et irrégularités des rythmes composés caractérisant la musique jazz. L'influence du quart de note sur les sono- rités du Qanun ou du violon et la voix mélo- dieuse de Mohammed Bout ont préservé l'es- prit autochtone des compositions, rappelant à l'assistance l'authenticité du contenu qui s'est adjugé des formes esthétiques modernes. Gardant le meilleur pour la fin, l'ambiance Gnaoui est intervenue pour conclure en apo- théose et finir de poster la lettre de l'OAB, destinée à un public conquis, qui aura accueilli ses messagers dans le respect et la convivialité. Né d'une synergie entre un groupe de musi- ciens qui se sont attelés à reproduire et pro- mouvoir les répertoires traditionnels et mo- dernes de la Méditerranée, l'OAB constitue un point de ralliement de plusieurs cultures et une passerelle incontournable d'expression entre les deux rives. Les albums «Baraka», «Maktub» et «Libertad», troisième opus de la formation, sorti récemment, marquent les quelques années d'existence du groupe qui promet de poursuivre son projet dans une créativité utile, au service de la noblesse des valeurs humaines universelles. Les animations musicales qui s'étendent jusqu'au 22 juin pro- chain dans le cadre du Feliv, reprendront au- jourd’huui avec la programmation très at- tendue du compositeur, chanteur et oùdiste tunisien Youcef Dhafer.

APS

KHEMIS

MILIANA

CHEB AKIL NOUS A QUITTÉS

«La famille algérienne artistique endeuillée»

Hier, l’hirondelle de la chanson algérienne, Cheb Akil, a été inhumé au cimetière de Sidi
Hier, l’hirondelle de la
chanson algérienne,
Cheb Akil, a été
inhumé au cimetière
de Sidi Abdelkader,
dans sa v ile natale a
Khemis Miliana dans
la wilaya d’Aïn Defla.
Un grand monde a
assisté aux funérailles
de Cheb Akil, qui a
émargé ses adieux à sa
famille, ses amis, et ses
fans. La prière sur le
défunt a eu lieu au
cimetière de Sidi
Abdelkader en
présence, outre sa
famille, des autorités
civiles et militaires et
les artistes, les fans.

Salim.Ben

Cheb Akil a quitté ce monde à l’âge de la fleur, dans la nuit de jeudi à ven- dredi, au sud de Tanger (Maroc), dans un accident de voiture. Cheb Akil était accompagné de son épouse, enceinte, qui a été admise à l’hôpital de Tanger où les médecins ont diagnostiqué des fractures au niveau des côtes, et d’un musicien «Fethi» qui est sain et sauf. Akil avait 39 ans. Il devait se produire, vendredi soir, au Palais des Etoiles à Tanger. Cheb Akil, était ce jeune premier et belle gueule et belle voix du raï. Il était ce gentleman-charmeur, tous l’appellent «Monsieur-propre du raï ». Parmi les présents au cimetière il y avait MM. Bouazgui, le wali de Tizi Ouzou, Bentorki, directeur de l’Onci, Cheb Has- san, Cheb Mahfoud, Cheb Toufik, l’ani- mateur Taïb de l’émission Djak El Mar- soul, Kader Japonais, Khimada Abdel- kader du ballet d’Alger et beaucoup d’autres artistes algériens, et bien les autorités locales de la wilaya. La dépouille d’Akil était arrivée vers 16h30 au domicile mortuaire. Ses proches et amis continuaient à affluer pour consoler les membres de sa famille

et présenter leurs condoléances et ont eu le droit de jeter un dernier regard sur celui qui égayait leur soirée. Tout le monde parlait de ses qualités positives, sa générosité, sa bonté et son charisme. C’était un type très modeste, très respectueux, il aimait parler à tout le monde et partager ses idées avec tout le monde, il était très sociable. Ses voisins et voisines nous ont dit : «Le malheureux était très agréable et doux et aussi un bienfaiteur. Il descendait souvent de son véhicule pour saluer tout le monde». L’auteur des hits «Avis de recherche» et « Aâchk El Mamnou’», qui est né au mois du juin 1974, nous a quittés au même mois à l’âge de 39 ans. Cheb Akil n’était pas le «Rude boy» (voyou) du raï. Au contraire c’était un homme très clean et très respectueux. C’est en 1995 qu’il sera révélé par un succès d’estime et fou avec le titre «Tahasdou oula T'ghi- rou» (envieux ou jaloux), vendu à plus d'un million d'exemplaires. Et puis, Cheb Akil installera défini- tivement sa place dans la musique raï comme valeur sûre avec des hits comme Malade mentale, Avis de recherche, Hia l’Aâmor, Allô, Ma Bgha Yetzewejha, Di- rou Kima Ana, Rihtek Nta, Koul Chi Fiha et surtout, le tube Aâchk El Mam- nou’ (L’amour interdit) sorti en 2012. Akil dont les tubes sont repris par des

générations différentes laisse son em- preinte à l'échelle internationale et un grand vide dans sa ville natale Khemis Miliana. Sous le choc et le poids de l’émotion, les internautes algériens se sont mobi- lisés sur la Toile depuis ce vendredi matin pour rendre un hommage appuyé à Cheb Akil. Au début de la nouvelle, les internautes ont largement fait part de leur doute, priant pour que cette triste nouvelle ne soit pas vraie. Mais le jeune prodige de la chanson algérienne est mort à l’hôpital de Tanger au Maroc, et l’information a été confirmée par sa famille. Ses frères Djamel et Lakhdar et Sid Ali très troublés par la mort de Akil qui leur a laissé un grand vide, ainsi que son oncle Ahmed et son père Mohamed très touchés eux aussi par cette disparition. Akil était un grand avec des idées magiques et phénomé- nales pour eux. «A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons». Au cimetière, nous avons transmis nos condoléance a sa famille et son père surtout qui nous a dit « Je voulais tant que mon fils Abdel- kader m’enterre mais le destin a voulu que c’est moi qui l’enterre.» « Akil tu resteras toujours vivant dans nos cœurs et nos âmes que Dieu t’accueille en Son Vaste Paradis».

SEMAINE CULTURELLE DE TAMANRASSET À BORDJ BOU ARRERIDJ :

Les Bibans au rythme du folklore targui

Le coup d’envoi de la se- maine culturelle de la wilaya de Tamanrasset à Bordj Bou Arréridj a été donné di- manche soir au Complexe culturel Aïcha Hadda, en pré- sence de nombreux artistes et hommes de culture ainsi que des responsables locaux. Une grande exposition pho-

régions d’Ahaggar a été pré- sentée au public, outre les photographies de la faune et de la flore de cette région de l’extrême sud du pays. Le public bordjien a éga- lement découvert, à cette oc- casion, la richesse et la di- versité des habits targuis ainsi que divers autres produits

main comme les bijoux et les sacs en cuir. Sous une kheïma targuie, aménagée spécialement dans la cour, des femmes targuies se donnaient à cœur joie à jouer de l´imzad et du tindi. Le programme culturel prévoit également l’organi- sation de soirées artistiques

vedettes de la chanson tar- guie, ainsi que de récitals poétiques aux rythmes des instruments de l’imzad, du tindi et de tazemaret. Les hôtes de Bordj Bou Ar- réridj animeront à visiter les sites touristiques et archéo- logiques de la région des Bi- bans.

tos de paysages sublimes des

d´ornement travaillés à la

animées par des troupes et

Mouad B.

12 DK NEWS

SAN

Mardi 18 J

MIGRAINE

Des conseils pour réduire les crises

Votre mal de tête s'accompagne de nausées, de vomissements et/ou d'intolérance au bruit et à la lumière ? On vous donne quelques conseils pour réduire les crises.

De nombreux facteurs peuvent déclen- cher les migraines : pour certain ce sera un aliment particulier, pour d'autre un changement de pression atmosphé- rique… Afin de cerner les conditions de survenue des crises, il est conseillé de tenir un «agenda de la migraine» : noter les aliments consommés dans les der- nières 24 heures, les symptômes (troubles visuels, crises survenant toujours au mo- ment des règles…), sa situation psycholo- gique (stress…), les conditions extérieures (lumière vive, bruits…). En identifiant les

produits ou situations qui déclenchent ces maux de tête, il est possible de réduire ou d'éliminer les crises.

- Mangez équilibré, sans sauter de

repas : la faim est un facteur déclencheur

de crise.

- Faites attention aux aliments que vous

consommez : le chocolat, les noix, les fro- mages fermentés, les yaourts, la caféine

ou le manque de caféine et les aliments glacés sont souvent en cause, mais cela peut être n'importe quelle denrée.

- Pas d'abus d'alcool, en particulier de vin blanc.

- Fuyez les atmosphères enfumées.

- Ne vous attardez pas dans les lieux

enfumées. - Ne vous attardez pas dans les lieux bruyants, très lumineux ou dégageant des odeurs

bruyants, très lumineux ou dégageant des

odeurs fortes (fritures, parfum, désodori- sant…).

- Un bâillement ? Hop au lit ! Respectez

votre rythme de sommeil : évitez les ho-

raires décalés (couchers tardifs, grasses matinées).

- Pour vous détendre – le stress étant

souvent un déclencheur de crise – faites

du sport : la natation est un bon outil pré- ventif car elle gomme les crispations mus- culaires. Pensez aussi à la relaxation :

massages, sophrologie, réflexologie, yoga… Vous apprendrez à lâcher prise et à évacuer le trop-plein de stress.

- Certaines pilules peuvent être mal

supportées et déclencher des crises mi- graineuses. Dans ce cas, parlez-en à votre médecin qui vous en prescrira une autre. Bon à savoir Chez les femmes, les jours qui précè- dent les règles sont souvent mis en cause :

on parle alors de migraine cataméniale. Consultez votre médecin qui vous pres- crira peut-être des œstrogènes sous la forme d'un gel (Œstrogel,) ou de patchs (Estraderm, ) à appliquer sur la peau 2 jours avant la date des règles et durant 7 jours après elles.

COMMENT LA PRÉVENIR ET LA TRAITER ?

La migraine est une forme de mal de tête plus intense et plus doulou- reuse, voire handicapante. Souvent familiale, elle se manifeste par des crises de quelques heures à quelques jours. Huit millions de Français y sont confrontés. Heureusement, il existe maintenant des médicaments très ef- ficaces pour diminuer la douleur et la fréquence des crises

Quels sont les symptômes de la migraine ?

- Douleur intense et pulsatile d’un

côté de la tête ou au-dessus d’un œil

- Intolérance à la lumière, au bruit

et aux mouvements obligeant à s’iso- ler dans une pièce calme et sombre

- Nausées ou vomissements

- Troubles de la vision (vision trou- ble, petites taches noires)

- Impression de froid ou de cha-

leur La migraine peut parfois être pré- cédée d’une aura, c’est-à-dire de troubles de la vision (stries lumi- neuses, scintillements, perte de vision

temporaire) et de sensations étranges (engourdissements, picotements, dif- ficultés à parler). Ce phénomène dure moins d’une heure mais l’aura n’est pas systématiquement suivie de mi- graine. Après une migraine, fatigue et dif- ficultés de concentration sont souvent au rendez-vous.

Comment diagnostique- t-on la migraine ?

C’est l’interrogatoire avec le pa- tient qui permet de déterminer s’il s’agit bien d’une migraine, et qui plus est, avec ou sans aura. Les maux de tête récurrents suffisamment forts pour gêner la vie quotidienne ont de grandes chances d’être des mi- graines, surtout s’ils s’accompagnent d’une aura.

Quelles sont les

personnes à risque ?

- Les femmes : elles sont trois fois

plus touchées que les hommes. La

faute aux fluctuations hormonales, en

particulier la chute des hormones

sexuelles à la fin du cycle ( juste avant

les règles) qui peut déclencher des

crises.

- Les personnes dont les parents

sont migraineux

Comment prévenir la migraine ?

- En repérant les situations dans

lesquelles se déclenchent vos crises.

Notez-les dans un agenda par exem- ple.

- En évitant les aliments associés

aux crises (chocolat, fromage, alcool,

caféine)

- En mangeant régulièrement :

sauter un repas peut provoquer une chute du taux de sucre dans le sang et déclencher une crise

- En vous réveillant et vous cou-

chant à des heures régulières : trop

dormir peut autant provoquer une migraine qu’un manque de sommeil.

- En vous relaxant si vos crises sont

déclenchées par le stress D’autres facteurs entrent aussi en ligne de compte : les changements de temps, les grands bruits, les éclai- rages trop forts, la télévision, le ci- néma ou les vidéos, le shopping, les odeurs fortes et les voyages.

Quels sont les traitements

de la migraine ?

Vous pouvez atténuer la douleur en prenant des analgésiques ou des anti- inflammatoires dès le début de la crise. Ils seront d’autant plus effi- caces. Attention : les antidouleurs

peuvent perdre en efficacité et favori-

ser les migraines si vous en prenez souvent (au-delà de 6 prises par mois pendant 3 mois consécutifs). Si les antidouleurs ne suffisent pas, votre médecin peut vous pres-

crire des triptans, médicaments spé-

cifiques de la migraine. Il peut être nécessaire d’en essayer plusieurs avant de trouver le bon.

Si vous avez plus de quatre mi-

graines par mois, un traitement pré- ventif (dérivés de l’ergot de seigle,

bêtabloquants,…) peut vous être

conseillé.

par mois, un traitement pré- ventif (dérivés de l’ergot de seigle, bêtabloquants,…) peut vous être conseillé.

TÉ

uin 2013

DK NEWS 13

Migraine :

liée à des

déformations du cerveau ?

1 3 Migraine : liée à des déformations du cerveau ? Les personnes migrai- neuses auraient

Les personnes migrai- neuses auraient plus de risques de montrer des anomalies cérébrales à la naissance ou d’en dévelop- per plus tard. Plus de 300 millions de personnes souffrent de mi- graine dans le monde. Elles peuvent être plus ou moins douloureuses et s’accompagner d’une sen- sibilité à la lumière, aux sons ou encore de nausées. Si les symptômes va- rient, les patients migrai- neux auraient en commun de posséder des particula- rités cérébrales. Une étude précédente a révélé une atrophie des régions du cortex (appelées les ré- gions corticales) cérébral. Cette atrophie serait due à la stimulation chronique de cette zone en cas de crise de migraine. Une nouvelle étude ap- porte un autre élément à la compréhension de la mi- graine au niveau cérébral. Les patients présenteraient une réduction de la surface et de l’épaisseur corticale dans les régions du cer- veau liées au traitement de la douleur. Des chercheurs italiens ont fait ce constat en soumettant 63 patients migraineux et 18 per- sonnes non migraineuses à un IRM. Chez les personnes souffrant de migraine, «la surface corticale augmente à la fin du développement fœtal et l’épaisseur corti- cale se modifie tout au long de la vie, comme consé- quence de la maladie, a ob- servé le D r Massimo Filippi, directeur de l'Unité de recherche en neuroi- magerie de l'Université Os- pedale San Raffaele, cité par Foxnews. Dès lors, nous supposons que les patients migraineux au- raient comme une signa- ture corticale qui les rendrait plus sensibles à la douleur et aux symptômes de la migraine", poursuit le chercheur. Problème, cette "prédisposition" cérébrale pourrait devenir un cercle vicieux, en apportant par la suite d’autres anomalies cérébrales et une réduc- tion de l’épaisseur corti- cale.

La bonne hygiène de vie pour éviter les maux de tête

Des nuits trop courtes, des longues journées de boulot, une alimentation négligée… Le mal de tête est souvent lié au mode de vie. Il révèle aussi un trop-plein de stress qu'il faut éliminer.

aussi un trop-plein de stress qu'il faut éliminer. Vos douleurs peuvent venir de contractures musculaires,

Vos douleurs peuvent venir de contractures musculaires, liées à une tension psychique excessive. Respirez si vous ne voulez pas conti- nuer à vivre avec un marteau-pi- queur dans la tête.

La bonne alimentation

mées. Passer une soirée dans un tourbillon de fumée, c'est un mal de tête assuré au réveil.

Le bon repos

- Un oreiller tout doux, rien de tel pour passer une bonne nuit. Dans l'idéal, le crâne et le cou doivent se

quand vous êtes au bureau : le sur- menage, mais aussi les mauvaises positions devant l'ordinateur provo- quent des contractions musculaires qui ne demandent qu'à dégénérer en intense mal de tête.

Sport et relaxation

-

Ne sautez pas de repas : la faim

trouver dans la même position que

-

Pour vous détendre – le stress

peut être responsable d'un mal de

lorsque nous sommes debout. Cet

étant souvent un déclencheur de

tête.

alignement favorise la décontrac-

crise – faites du sport : la natation

-

Mollo sur certains aliments : le

tion musculaire et assure une

est un bon outil préventif car elle

chocolat, les noix, les fromages fer- mentés, les yaourts, la caféine ou le manque de caféine et les aliments glacés peuvent être des déclen-

bonne irrigation sanguine. Le choix de l'oreiller dépend de votre posi- tion pendant le sommeil : ferme si vous êtes couché sur le côté, plus

gomme les crispations musculaires. Vous pouvez aussi tout simplement opter pour une petite promenade régulière.

cheurs.

souple si vous êtes allongé sur le

-

La relaxation vous permettra

- Pas d'abus d'alcool, en particu-

lier de vin blanc ou de champagne.

- Fuyez les atmosphères enfu-

dos, et très moelleux si vous dormez sur le ventre.

- Oui aux pauses régulières

aussi d'évacuer votre trop-plein de tension : massages, réflexologie, so-

phrologie, yoga, shiatsu, qi gong,

taï-chi… Vous apprendrez à contrô- ler vos émotions, organiser votre temps et savoir profiter du présent. Dès que vous serez plus détendu, vos céphalées diminueront.

Bon à savoir

Un mal de tête récurrent peut

être le premier symptôme de cer- taines maladies importantes : hy- pertension artérielle, glaucome, maladie de Horton, anévrysme cé- rébral, hypertension intracrâ- nienne, méningite. Un examen médical est donc in-

dispensable si les douleurs ne cè- dent pas rapidement avec des antalgiques banals.

Avoir des coliques bébé, c’est avoir des migraines plus grand

Les coliques des bébés pourraient être un pré- curseur de migraines à l’âge adulte, ont décou- vert des chercheurs américains. Les nourrissons dont les mères sont sujettes aux migraines ont 2,5 fois plus de risques de souf- frir de coliques que les autres. Telle est la conclu- sion d’une étude de chercheurs de l’université de Californie. «Notre étude suggère que les coliques des bébés peuvent être un signe que l'enfant est prédisposé à souffrir de migraines plus tard dans la vie», explique le neurologue D r Amy Gelfand lors de la présentation de l’étude au congrès an- nuel des neurologues américains. Migraine et colique héréditaires La colique, un signe avant-coureur de la mi- graine ? Pour en avoir le cœur net, les chercheurs ont comparé le risque de coliques du nourrisson chez les bébés de 154 mamans. Ils ont observé les bébés à l’âge de deux mois lors d’une visite pédia- trique dans une clinique de San Francisco. Il s’est avéré que près de 29 % des bébés dont les mères étaient migraineuses souffraient de coliques. En revanche, les nourrissons dont les mamans n’avaient pas souffert de migraine étaient seule-

ment 11 % à avoir des coliques. Ce lien entre la mère et son bébé s’est aussi vérifié entre le bébé et le père : ainsi, les enfants dont les pères avaient souffert de migraines étaient également plus ex- posés aux coliques. Mais la prédisposition sem- blait moins évidente qu’entre la mère et l’enfant. Autre relation mise au jour par les scienti- fiques : les mamans qui ont souffert de coliques quand elles étaient bébé ont plus de risque que les autres d'avoir un enfant ayant à son tour des coliques. Ces résultats devraient permettre de mieux cerner les jeunes populations à risque en partant des antécédents familiaux de migraines et de co- liques du nourrisson. «Cette étude nous aide à mieux comprendre les différentes manifestations de la migraine au cours d’une vie», a souligné le Dr Amy Gelfand. Alors que seuls 20 % des migrai- neux en France prennent l’initiative de consulter un médecin, on peut envisager que cette étude débouche à terme sur de nouvelles pistes pour améliorer le quotidien des migraineux.

on peut envisager que cette étude débouche à terme sur de nouvelles pistes pour améliorer le

14

DK NEWS

HIGH-TECH

Mardi 18 Juin 2013

SÉCURITÉ DES TÉLÉCOMMUNICATIONS

Revoilà Big Brother ?

Par ses révélations reprises cette semaine par la presse américaine sur le système américain ‘‘PRISM’’, d’interception massive des données sur les réseaux de télécommunications, Eric Holder, un ancien technicien de la CIA de 29 ans, n’a fait, en fait, que donner des détails terrifiants sur une stratégie du gouvernement américain, en œuvre depuis les événements du 11 septembre 2001.

Samy YACINE

Branle bas de combat dans les états- majors politiques et du renseignement, et gêne à peine dissimulable des géants du net, suite aux révélations du jeune amé- ricain Eric Holder sur les détails du pro- gramme de surveillance téléphonique déployé par l’Agence américain de sécu- rité nationale (NSA), intitulé «Prism», qui ont servi à deux enquêtes diffusées simul- tanément dans les journaux The Guar- dian et The Washington Post. Basé sur une interception massive de l’ensemble des communications, avec évidemment la collaboration des opérateurs de télécom- munications, ce dispositif divulgué par le jeune agent de la CIA, dans un document

de quatre pages, est conçu pour, selon le site www.lefigaro.fr, «déceler toute acti- vité latente ou imminente à vocation ter- roriste contre les intérêts américains, sur le territoire national ou à l'étranger». Lui serait adjoint, selon la même source, qua- tre autres programmes destinés à inter- cepter les données en circulation sur les câbles en fibre optique dédiés à l’internet

à haut débit. En plus des acteurs de la té-

léphonie, les révélations de l’agent améri- cain évoquent aussi une collaboration «avec parcimonie» des géants de l’internet

notamment «Google, Microsoft, Yahoo!, Facebook, Apple, AOL et Paltalk». Les motivations de l’auteur des révéla- tions se fondent sur sa vision philoso- phique du rôle des nouvelles technologies

et vise a-t-il expliqué aux journalistes, à dire publiquement non aux atteintes à la vie privée. A la question de savoir pour- quoi maintenant, Eric Holder explique avoir attendu parce que convaincu, comme d’ailleurs pas mal d’analystes et observateurs, que ces pratiques d’écoute massives de citoyens américains allaient

à tout le moins être atténuées avec la

venue du président Obama. Il n’en est fi- nalement rien. La réaction des autorités politiques, législatives et sécuritaires américaines n’a pas tardé. La Maison- Blanche d’abord, en minimisant l’affaire pour se dégager de toute accusation de violation de la loi, le tout en invoquant la régularité du programme «autorisé par le Congrès. «Il n'y aurait donc pas d'abus d'autorité de la part de l'exécutif fédéral» estime le site du quotidien français Le Fi- garo. Si l’on comprend bien les explica- tions officielles du gouvernement américain, le programme «Prism» a pour ancrage juridique la fameuse loi Fisa, (pour Foreign intelligence surveillance

la fameuse loi Fisa, (pour Foreign intelligence surveillance Act) ou loi pour la surveillance et le

Act) ou loi pour la surveillance et le ren- seignement à l'étranger. Initiée depuis 1978, cette loi fait l’objet régulièrement de reconduction problématique, avec de nouvelles extensions de son champ d’ap- plication permettant, selon le site Cnet, repris par Le Figaro «la surveillance de communications passées par les étran- gers» même si, a tenu à préciser le prési- dent Obama, «cela ne s'applique pas aux citoyens américains». De son côté, le pa- tron de la NSA a été contraint de monter publiquement au créneau, devant le Sénat américain où il a tenté d’apporter des dé- mentis aux informations divulguées. Sur la possibilité d’une surveillance massive de tout le monde, le général Keith Alexan-

der rétorque ne pas connaître cette possi- bilité. Outre le cadre légal rappelé du programme, l’officier américain a plaidé l’utilité du programme car, explique-t-il selon le journal Le Figaro «Il s'agit de di- zaines d'actes terroristes que ce pro-

) ici et

gramme a contribué à empêcher (

à l'étranger». Fortement impliquées, selon l’auteur des révélations, les sociétés de l’internet auraient ouvert leurs ser- veurs informatiques à la National security agency (NSA),pour faciliter, selon Le Fi-

garo, «la surveillance d'e-mails, de conversations instantanées et de données stockées par des millions d'internautes dans le monde.» Les analystes auront ainsi noté leur prompte mais apparem-

ment synchronisée réaction qui a permis

à chaque société de rejeter de son côté ces accusations. C’est, notamment, le site Buzzfeed qui

a relevé la similarité des arguments utili-

sés par les géants du net. «Aucun d'entre eux ne connaissait ce programme de ren- seignements, dont le nom de code est «Prism», note le journaliste qui ajoute que «tous nient avoir mis en place sur leurs serveurs une «porte dérobée», un accès privilégié permettant aux rensei- gnements américains de piocher des in- formations selon leur bon vouloir.» Dans un élan de loyauté, et un grand sens de la légalité, tous jurent n’avoir jamais fait quoi que ce soit susceptible de transgres- ser les lois américaines. Quels que soient les arguments, le débat est relancé et la polémique large- ment engagée.

Le site web, de Radio Canada parle ainsi de «mouvement de protestations contre Prism, le programme de surveil- lance de données du gouvernement amé- ricain, commence à s'organiser. En plus des requêtes de transparence envoyées par Google, Microsoft et Facebook à Wash- ington, plus de 80 fondations et ONG ont lancé mardi la plateforme stopwatching.us, où individus, entre- prises privées et membres du Congrès sont invités à partager leur mécontente- ment.» «Les révélations sur le mécanisme

de surveillance du National security

agency (NSA), si elles sont vraies, repré- sentent un abus effarant de nos droits les plus primaires» a relevé sur sa page d’ac-

cueil le site www.radiocanada.ca qui ajoute que «Plus de 27 000 signatures ont été recueillies en moins de 24 h.» De son côté, l’association de défense des libertés civiques aux Etats-Unis, Ame- rican civil liberties union (Aclu), s’est em- pressée de porter l’affaire devant un tribunal de New York. Elle fonde son ac- tion sur le motif que «Prism viole la Constitution en s'en prenant à la liberté d'expression, garantie par le premier amendement, et à la protection de l'inti- mité défendue par le quatrième amende- ment.» Sur le vieux continent, les voix se sont également immédiatement élevées pour demander des éclaircissements sur cette affaire, ses impacts éventuels et aussi sur les risques à venir que courent les don- nées personnelles notamment celles stockées dans les systèmes en cloud. Tonio Borg, le commissaire européen à la Santé et à la protection des consom- mateurs s’est bien lâché, selon Le Figaro :

«Des programmes tels que Prism, ainsi que les lois autorisant ce type de pro- gramme, mettent en danger le droit fon- damental à la protection et à la confidentialité des données des citoyens européens».

la confidentialité des données des citoyens européens». Juste un phantasme ? gager Parmi les arguments de
la confidentialité des données des citoyens européens». Juste un phantasme ? gager Parmi les arguments de

Juste un phantasme ?

gager Parmi les arguments de défense utilisés par les autorités améri- caines pour se dé-
gager
Parmi les arguments
de défense utilisés par
les autorités améri-
caines pour se dé-
des
travail, bien sûr, peu
de personnes en
dehors des pou-
voirs exécutif,
législatif et ju-
diciaire peu-
vent connaître
les détails de ce
que nous fai-
sons.»
Pour finir, il
tente de rassurer :

accusations d’at- teinte à la vie pri- vée, le patron de l’Agence national américaine de sécu- rité NSA, a évoqué «le caractère secret de son agence», pour dire qu’il «pou- vait susciter des fantasmes sur une éventuelle dérive de ses services». Dans des propos rapportés

par Le Figaro, il précise qu’au regard de «la nature de notre

«Nous fonctionnons tous les jours selon des règles strictes, et nous rendons des comptes dans le cadre d'un des régimes de supervision les plus rigoureux du gouverne- ment».

Les Allemands voient rouge

En Europe, la plus grande grogne s’entendra cer- tainement d’Allemagne, l’un des pays les plus ciblés par le système d’écoute Prism, selon ce qu’en a ré- vélé le jeune agent de la CIA. Plusieurs ministres sont, en effet, montés au cré- neau pour demander à ce que Barack Obama donne des éclaircissements sur cette affaire à l’occasion de sa prochaine visite en Allemagne prévue dans quelques jours. Les Allemands sont particulière- ment sensibles à cette histoire car, comme l’écrit Le Figaro «le rôle de la police secrète de l'ex-RDA com- muniste, la Stasi, et de son réseau d'informateurs, est encore présent dans les esprits». Au point où même la ministre allemande de la Justice, Sabine Leutheusser-Schnarrenberger, est montée aux pre- mières lignes, sur le site du journal le Spiegel On- line, pour dire toute son inquiétude.

Mardi 18 Juin 2013

MONDE

DK NEWS

15

SAHARA

OCCIDENTAL

Appel à l'ONU pour l'élargissement

du mandat de la Minurso

à la protection des droits humains

Les participants à la 3 e conférence internationale de soutien à la résistance de la femme sahraouie à El Ayoun occupée, ont appelé dimanche le Secrétaire général de l'ONU, Ban ki-moon et le Conseil de sécurité de l'organisation onusienne, à oeuvrer à l'élargissement des prérogatives de la Minursoà la protection des droits humains dans les territoires occupés du Sahara occidental.

humains dans les territoires occupés du Sahara occidental. Les participants à la conférence ont également salué

Les participants à la conférence ont également salué le projet de résolution des Etats-Unis qui avait soutenu une initiative pour élargir le mandat de l'ONU à la protection des droits hu- mains, mais qui a été retiré à la de- mande des pays membres du Conseil de sécurité, selon une déclaration sanc- tionnant les travaux de cette confé- rence, a indiqué l'agence de presse sahraouie, SPS. L'engagement et le courage de la femme sahraouie à mener une résis- tance pacifique a été, en outre, salué lors de cette rencontre, en dépit de «la répression barbare érigée en système

par les autorités marocaines contre toutes les voix appelant au droit du peu- ple sahraoui à l'autodétermination et à l'indépendance». Les participants ont appelé, à cette occasion, à la libération «immédiate» et inconditionnelle» des prisonniers politiques sahraouis qui «croupissent» encore dans les prisons marocaines, notamment le groupe de prisonniers de Gdeim Izik, ainsi qu'à faire la lumière sur le sort des per- sonnes portées disparues depuis l'occu- pation marocaine du Sahara occidental en 1975. Ils ont, par ailleurs, appelé à exercer des pressions sur le Maroc pour le respect des libertés d'opinion, d'ex-

pression, d'organisation, de réunion et de manifestation pacifique. La confé- rence s'est tenue «sous un état de siège sans précédent des différents services de l'armée marocaine qui ont quadrillé tous les quartiers de la ville d'El-Ayoune occupée», précise SPS. Inscrit depuis 1964 sur la liste des territoires non au- tonomes, et donc éligible à l’application de la résolution 1514 de l'assemblée gé- nérale de l'ONU portant déclaration sur l'octroi de l'indépendance aux pays et peuples coloniaux, le Sahara occidental est la dernière colonie en Afrique, oc- cupé depuis 1975 par le Maroc avec le soutien de la France.

Les autorités sahraouies destinataires d'une caravane d'aides humanitaires de l'Algérie

Les autorités sahraouies

M.

Abderrahmane Berriche,

nagé à cette occasion. Le mi-

qui «n'a pas de prix». De son

ont été destinataires di-

cette caravane est d'une

nistre d'Etat sahraoui, chargé

côté, le représentant de la

manche d'une caravane d'aides humanitaires symbo- lique offerte par la wilaya de Biskra en coordination avec la Commission nationale consultative pour la promo- tion et la protection des droits

charge globale de 100 tonnes, composée d'une cargaison d'eau minérale et une autre de dattes. Une troisième cargaison est constituée de médica- ments et de jouets, a indiqué

de l'Orientation politique, Be- chir Mustapha, s'est félicité de l'acheminement de cette caravane qui témoigne, a-t- il dit, du soutien de l'Algérie à la cause juste du peuple sahraoui notamment à l'ap-

Cncppdh, Mohamed Bendje- didi, a indiqué que cette ca- ravane coïncidait avec la jour- née de l'enfant africain que l'Algérie a préférée célébrer dans les camps de réfugiés sahraouis dans la dernière

de l'homme (Cncppdh).

M.

Berriche qui a ajouté qu'un

proche du mois de Rama-

colonie d'Afrique, occupée

Selon le président de l'as- semblée populaire de wilaya,

manège, don d'un homme d'affaires de Biskra, sera amé-

dhan. M. Mustapha a qualifié ces aides de message politique

par le Maroc depuis 1975.

Un sit-in pacifique des Sahraouis à El-Ayoun occupé «sauvagement réprimé» par le Maroc

Un sit-in pacifique organisé di- manche par la résistance pacifique sah- raouie El-Ayoun occupée, a été «sauvagement réprimé» par les forces d'occupation marocaines, rapporte di- manche l'agence de presse sahraouie (SPS). La manifestation organisée en marge de la conférence internationale de soutien à la résistance pacifique de la

femme sahraouie avait pour but d'ex- primer «le rejet de l'occupation maro- caine du Sahara occidental, réclamer le droit du peuple sahraoui à l'autodéter- mination et la libération immédiate et inconditionnelle des prisonniers poli- tiques sahraouis» détenus dans les pri- sons marocaines, y compris le groupe de Gdeim Izik, précise SPS. «Les forces marocaines ont sauvagement dispersé

la manifestation, faisant plusieurs vic- times», précise la même source. L'Agence sahraouie rappelle en outre, que la ville d'El-Ayoun est sou- mise à «un état de siège militaire et sé- curitaire» imposé par «les forces et différents services militaires maro- cains» afin d'empêcher d'éventuelles manifestations réclamant le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination.

G8

Poutine assure que la Russie «ne viole pas les règles» en livrant des armes à la Syrie

viole pas les règles» en livrant des armes à la Syrie Le président russe, Vladimir Pou-

Le président russe, Vladimir Pou- tine, a affirmé dimanche, à Londres, que son pays «ne violait pas les règles» internationales en livrant des armes au gouvernement syrien, à la veille d'un Sommet du G8 en Ulster (Ir- lande) sur fond de profondes diver- gences entre Moscou et ses partenaires occidentaux, notamment sur l'assistance militaire à l'opposition armée syrienne. «Nous ne violons au- cune règle ou norme et nous appelons tous nos partenaires à agir de la même façon», a déclaré M. Poutine lors d'une conférence de presse commune avec le Premier ministre britannique David Cameron à Londres, à la veille du Sommet du G8 en Irlande du Nord. M. Poutine a en outre dénoncé la dé- cision de certains pays occidentaux de vouloir approvisionner les groupes armés en Syrie en armes. L'Union européenne (UE) a levé en mai dernier l'embargo sur les armes à destination des rebelles syriens, mais aucune décision n'a été prise à ce jour sur la livraison effective d'armes, tan- dis que Washington a annoncé jeudi une «aide militaire» aux insurgés, sans en préciser la nature. «Je pense que tout le monde sera d'accord sur la fait ça ne vaut pas la peine de soutenir des personnes qui non seulement tuent leurs ennemis mais mangent aussi leurs organes en public et devant les caméras», a dé- claré M. Poutine en référence à une vidéo diffusée en mai et montrant un rebelle syrien éviscérant un soldat. «Voulez-vous appuyer ces gens-là avec des armes ? Mais dans ce cas-là, cela n'a pratiquement rien à voir avec les valeurs humanitaires prônées de- puis des siècles en Europe. En tout cas, la Russie ne peut pas l'imaginer», a-t-il ajouté. Le Sommet du G8 - une réunion des chefs d’Etat et de gouver- nement des huit puissances mon- diales- se déroulera lundi et mardi dans le Loch Erne, dans le comté de Fermanagh (Irlande du Nord). Outre la Russie et le Royaume-Uni, le Ca- nada, la France, l'Allemagne, l'Italie, le Japon et les Etats-Unis seront re- présentés.

APS

16

DK NEWS

MONDE

Mardi 18 Juin 2013

SAHEL

-

MALI

MALI

La solution à la crise au Mali doit émaner des pays de la région

La solution à la crise au Mali doit émaner des pays de la région, a souli- gné dimanche à Alger, le président du Haut Conseil islamique du Mali, Cheikh Mahmoud Dicko. «Toute solution forgée en dehors des pays de la région est vouée à l'échec tôt ou tard», a déclaré M. Dicko lors de la conférence internationale de solidarité des sociétés civiles du Sahel avec le Mali organisée par le Réseau al- gérien des amis du peuple malien. Devant des représentants d'organi- sations de la société civile des pays du Sahel, Cheikh Dicko a rappelé que les «erreurs» commises par la Commu- nauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) dans la gestion de cette crise avaient «compliqué» la re- cherche d'une solution au Mali. La situation au Mali s'est compli- quée du fait des conséquences du conflit libyen, qui a entraîné une pro- lifération des armes dans la région du Sahel, ce qui a profité aux groupes ter- roristes. Pour lui, la société civile doit s'im- pliquer dans la recherche d'une issue à cette crise. «Il est important que la société civile dans nos différents pays retrouve sa place qui est la sienne», a- t-il dit. «Il est capital que les différente or- ganisations rassemblées ici s'appro- prient toutes les questions qui sont au coeur du devenir de nos pays respec- tifs afin qu'elles soient amenée de for- ger les solutions appropriées à nos problèmes, car nul ne peut mieux connaître nos problèmes que nous- mêmes», a-t-il ajouté. Interrogé en marge de la conférence sur l'apport de l'Algérie dans les efforts pour résoudre la crise, M. Dicko a affirmé qu'«elle a un rôle capital à jouer», rappelant les liens de proximité entre les deux pays voisins. «Le Mali peut s'inspirer de l'expé- rience algérienne en matière de ges- tion des conflits. Nous pensons bénéficier de cette expérience que nous allons traduire sur le terrain», a- t-il conclu. Intervenant également lors de la conférence, le président de la Croix Rouge nigérienne, M. Ali Bandiare a affirmé que «les conséquences de la crise malienne ont aggravé la situation dans la région du Sahel», une zone, a- t-il rappelé, est déjà affectée par la fa- mine et les catastrophes naturelles, telle la sécheresse. M. Bandiare appelé à «la mutualisa- tion des efforts et à la solidarité» pour faire face à cette situation, en insistant en particulier sur le domaine sécuri- taire. «Le Mali a besoin de solidarité pour combattre le fléau transnational du terrorisme», a-t-il dit. De son côté, le secrétaire général de la coalition de travail et société civile du Nigeria (Lasco) Aremu Abiola Abiodun, a réaffirmé son soutien aux efforts engagés par le Mali dans la ré- solution de la crise qu'il traverse, en soulignant que le problème malien est avant tout «un problème africain». APS

malien est avant tout «un problème africain». APS Les sociétés civiles de la région appelées à

Les sociétés civiles de la région appelées à assumer leur responsabilité

Les sociétés civiles des pays du Sahel doivent assumer leur responsabilité et jouer pleinement leur rôle de facteur de changement afin d'instaurer la paix et la sérénité dans la région, ont souli- gné dimanche à Alger des participants à la conférence internationale de soli- darité avec le peuple malien. Les sociétés civiles des pays du Sahel ont été appelées à prendre conscience de leur rôle dans la résolution de la crise du Mali et même dans toute la ré- gion et à élaborer des stratégies pour prendre en charge l'ensemble des questions qui structurent l'avenir de leurs pays respectifs. A ce propos, l'ambassadeur du Mali en Algérie, Cheikh Oumar Diarrah a re- levé que «les société civiles des pays de la région du Sahel doivent devenir des forces de proposition, s'imposer et sen- sibiliser les différents gouvernements de prendre en charge les problèmes auxquels font face les peuples». «Les sociétés civiles de nos différents pays doivent se mobiliser pour être un ai- guillon vis-à-vis de nos Etats», a-t-il dit. Concernant la crise du Mali, l'am- bassadeur a estimé qu'un dialogue «so- lide» entre toutes les communautés maliennes permettrait de la surpasser, plaidant pour la construction d'un «nouvel» Etat qui «soit en mesure de prendre en charge toutes les défail- lances constatées dans différents do-

maines dont la justice, la santé, l'édu- cation, outre la corruption». «Il faut absolument que le nouvel Etat malien soit capable de répondre aux exigences fondamentales d'un Etat, résoudre les problèmes du pays, lutter contre les injustice, la corruption et faire en sorte que les services publics essentiels puissent fonctionner correc- tement», a-t-il insisté. M. Diarrah a aussi souligné l'impor- tance de refonder un nouveau contrat social entre les Maliens car, a-t-il expli- qué, «la corruption et l'injustice ont sé- paré les Maliens et créé un fossé entre la classe dirigeante et le peuple ma- lien». Il a, par ailleurs, recommandé une nouvelle dynamique dans la sous-ré- gion afin de parvenir à prendre en charge les préoccupations de ses popu- lations sans recourir à des interven- tions étrangères. Pour sa part, le directeur du Centre des études straté- giques d'Alger, M'hand Berkouk, a tenté d'apporter des éclairages sur un éventuel processus de réconciliation nationale au Mali, précisant que «chaque modèle de réconciliation d'un pays est particulier». A cet égard, il a in- diqué que «chaque conflit est particu- lier et requiert une lecture adaptée», ajoutant que «chaque approche de ré- conciliation nationale doit être particu- lière pour qu'elle puisse être efficace»

et qu'« il était impossible de calquer un modèle de réconciliation nationale d'un pays sur celui d'un autre». Selon lui, la principale condition pour réussir une démarche de réconci- liation nationale au Mali c'est l'engage- ment de tous les citoyens maliens, quel que soit leur origine ou ethnie, pour construire une identité malienne qui préservera la République et son inté- grité territoriale et, par conséquent, faire face à toute menace susceptible d'affecter son unité nationale, a-t-il ex- pliqué. La conférence internationale de so- lidarité de la société civile des pays du Sahel avec le Mali, se tient du 16 au 17 à Alger. Quelque 300 invités dont 123 re- présentants d'organisations de la so- ciété civile des pays du Sahel ainsi que des personnalités africaines y prennent part. Organisée par le Réseau algérien des amis du peuple malien, la conférence aborde des aspects spécifiques générés par la crise que vit le Mali: sauvegarde de l'unité du peuple malien et défense de l'intégrité territoriale du Mali, pro- blème de la restauration des institu- tions constitutives de l'Etat malien, réconciliation nationale et cohésion so- ciale, assistance humanitaire aux réfu- giés, reconstruction et co-développement dans les régions si- nistrées.

Succès des campagnes de sensibilisation menées par la Ligue des imams et savants des pays du Sahel

Le secrétaire général de Ligue des imams et savants des pays du Sahel, Youcef Mechria s'est félicité di- manche à Alger des résultats des campagnes de «sensibi- lisation» lancées par cette institution dans le cadre de la lutte contre l'extrémisme religieux et grâce auxquelles des «dizaines d'hommes ar- més» dans les Etats du Sahel sont retournés sur le «droit chemin». «La plupart des repentis sont des jeunes», a précisé, Youcef Mechria dans une dé- claration à la presse en marge de la conférence internatio- nale de solidarité des sociétés

civiles des pays du Sahel avec le peuple malien. La Ligue des imams et sa- vants des pays du Sahel a en- trepris des contacts et orga- nisé des émissions d'échange animées par des savants et imams au sein des prisons et grandes agglomérations dans les pays du Sahel, selon le SG de la Ligue. A cet effet, les mosquées et les tribunes médiatiques telles la chaîne radiopho- nique algérienne du Coran ont été «mobilisées», a ajouté le même responsable pour qui la Ligue poursuivra cette mission pour prévenir les idées extrémistes prônant la

violence au nom de l'Islam. La conférence internatio- nale de solidarité avec le peu- ple malien tenue à Alger, a- t-il dit, examinera les solu- tions à la crise malienne vi- sant à endiguer la violence dans ce pays frère. L'adhésion du Haut conseil islamique malien à la Ligue des imams et savants des pays du Sahel compte parmi les premiers résultats de cette rencontre interna- tionale, a souligné M. Mech- ria. Cette démarche vise à di- versifier les canaux du dia- logue et les approches de ré- conciliation entre les maliens

précisant que le président du Haut conseil islamique ma- lien, Cheikh Mohamed Dicko «jouit d'une grande estime dans la société malienne». M. Sar Moussa, membre du bureau exécutif de la Ligue des imams et savants des pays du Sahel et représentant de la Mauritanie a, pour sa part, affirmé que cette conférence internationale «dénote» l'in- térêt porté par les peuples des Etats du Sahel à la crise malienne. Il a appelé les sociétés ci- viles des pays du Sahel à ac- compagner le Mali pour «sor- tir de sa crise sans s'ingérer dans ses affaires internes».

Mardi 18 Juin 2013

MONDE

DK NEWS

17

DÉSERTIFICATION :

Les politiques publiques doivent s’orienter vers la gestion des risques de sècheresse

Les politiques publiques doivent s’orienter davantage vers la gestion des risques de sècheresse pour atténuer le phénomène de la désertification, a estimé le secrétaire général de la Convention des Nations unies sur la lutte contre la désertification (Unccd), M. Luc Gnacadja.

lutte contre la désertification (Unccd), M. Luc Gnacadja. «La plupart des pays et des acteurs continuent

«La plupart des pays et des acteurs continuent de réagir seulement après l’avènement des sécheresses et de leurs impacts sur les populations et les écosys- tèmes», a relevé M. Gnacadja dans un en- tretien à l’APS. La majorité des sècheresses enregis- trées dans le monde au cours de ces dix dernières années a été observée en Afrique, avec des conséquences drama- tiques sous forme de crises alimentaires voire humanitaires, en particulier dans la bande sahélienne et la Corne de l'Afrique. A cet effet, «les politiques publiques et la coopération internationale doivent davantage s’orienter vers la gestion des risques de sécheresse et la résilience des populations et de leurs systèmes de pro- duction», a recommandé cet expert onu- sien, à l’occasion de la journée mondiale de lutte contre la désertification, célé- brée cette année sous le thème : «la sè- cheresse et pénurie d’eau: ne laissons pas la sècheresse tarir notre avenir». «La sècheresse est un phénomène cli- matique qui s’illustre par un déficit plu- viométrique important et durable. Elle entraîne non seulement des pénuries d'eau mais accélère aussi le processus de désertification», a souligné M. Gnacadja, ce qui explique d'ailleurs le choix de ce thème par les Nations unies. La désertification et les sécheresses «ont des conséquences très négatives, voire néfastes sur les populations et les écosystèmes. Des études ont montré les liens entre ces phénomènes et les migra- tions internes et internationales, les conflits locaux et interétatiques. Elles sont des handicaps énormes à l'effecti-

vité des politiques de sécurité alimen- taire, de sécurité énergétique et d'appro- visionnement en eau», a indiqué M. Gnacadja. «Les pays africains, certes mettent en œuvre des politiques et programmes qui intègrent les questions de lutte contre la désertification, mais le niveau de traite- ment de ces questions demeure encore en deçà de l'incidence que ces phéno- mènes ont sur les populations et les éco- nomies nationales», a-t-il regretté. Le coût de la dégradation des terres en Afrique a été évalué à environ 6 à 9% du PIB agricole du continent lors de la conférence organisée en avril dernier à Bonn par le secrétariat de la Convention sur l’évaluation des coûts de l’inaction et des bénéfices de la gestion durable des terres, a-t-il rappelé. Il a été aussi établi que les investissements consentis pour éviter la dégradation des terres et atté- nuer les effets des sécheresses sont des investissements à haut rendement. Cependant, les programmes régio- naux et sous régionaux mis en place par les différents pays telle que la Grande muraille verte, signifient que ces phéno- mènes «sont en train d'être appréhendés dans leur ampleur réelle», a estimé M. Gnacadja. Il a évoqué, dans ce sens, l'ex- périence algérienne qui peut servir aux pays touchés par la désertification. Parmi les enseignements à tirer de cette expérience, il a cité, entre autres, la volonté politique solide et soutenue dans la durée et l'approche holistique en ma- tière de lutte contre la désertification, notamment dans le cadre du développe- ment des territoires et l'adoption d'un système de suivi-évaluation des actions

de lutte contre ces phénomènes. Les sè- cheresses, de par leurs fréquences et leur intensité sévère, constituent l’un des effets les plus tangibles du réchauf- fement climatique. «Si avant les années 1980 il avait été globalement relevé une périodicité de l’ordre de 10 ans, dans le contexte actuel, on observe une fréquence de l’ordre de trois à quatre ans», souligne cet expert, ancien ministre de l’environnement du Bénin. Créée en 1994 grâce à la mobilisa- tion des pays en développement, notam- ment africains, l'Unccd travaille avec les gouvernements pour mettre en place des cadres de politiques publiques pre- nant en compte la nécessité de lutter contre la désertification, la dégradation des terres et les sècheresses ainsi que des plates-formes de gestion des connais- sances et des organes de conseil scienti- fique. Cette convention a pour objectif aussi d'identifier les besoins en renfor- cement des capacités, faciliter et soute- nir les programmes relatifs à la lutte contre ces phénomènes, et les partena- riats visant la mobilisation des res- sources financières et technologiques à la hauteur de ces défis. Il s'agit aussi d'in- former, de sensibiliser et d'éduquer les groupes d'intérêts à différents niveaux sur les questions de désertification, de dégradation des terres et sècheresses. Sur le long terme, cette convention onusienne aspire à «créer les conditions pour l’avènement d'un monde où les processus de dégradation des terres au- ront été neutralisés, où le bilan de la ré- habilitation des terres, comparé à celui de la dégradation des terres, sera large- ment positif», selon M. Gnacadja.

TURQUIE

600 manifestants

interpellés dimanche par la police

Près de 600 personnes ont été interpellées dimanche par la police turque à Istanbul et Ankara dans les manifesta- tions antigouvernementales qui secouent la Turquie de- puis plus de deux semaines, ont annoncé lundi les bar- reaux de ces deux villes. «Environ 460 manifestants ont été interpellés par la po- lice à Istanbul hier (di- manche)», a indiqué un res- ponsable du barreau d'Istanbul. Après leur inter- rogatoire, ces personnes se- ront remises en liberté ou dé- férées devant un procureur, a-t-il souligné.

ou dé- férées devant un procureur, a-t-il souligné. A Ankara, «entre 100 et 130 personnes ont

A Ankara, «entre 100 et 130 personnes ont été interpel- lées» dimanche, a précisé une responsable du barreau de la capitale. La police peut pro- céder à quatre jours de garde à vue, selon la loi turque.

La journée de dimanche a été marquée par des accro- chages entre la police et des milliers de manifestants dans ces deux métropoles turques, après l'évacuation par la force samedi soir du parc Gezi, le

bastion des protestataires. Au départ de la contestation le 31 mai en Turquie, la police était intervenue pour disperser violemment des militants écologistes qui protestaient contre la destruction annon- cée du parc Gezi et de ses 600 platanes. La colère provoquée par cette opération a suscité la plus vaste fronde contre le gouvernement de Recep Tayyip Erdogan depuis son arrivée au pouvoir en 2002. Dans les grandes villes du pays, des dizaines de milliers de manifestants ont exigé la démission de ce dernier.

SOMMET DU G8

Le président Obama en Irlande du Nord

Le président américain Barack Obama est arrivé lundi en Irlande du Nord, où il doit participer au sommet du G8 et rencontrer son homologue russe Vladimir Poutine pour discuter notamment du conflit syrien. L'avion Air Force One s'est posé à l'aéroport Belfast International. Ba- rack Obama en est sorti avec sa femme Michelle et leurs deux filles, avant de se rendre en hélicoptère à l'aéroport Belfast City, près du centre-ville. Le président américain doit s'ex- primer ensuite dans la capitale nord- irlandaise dans le cadre d'une conférence devant quelque 2 000 per- sonnes à propos du processus de paix dans cette province britannique, a-t- on indiqué. Il devait être accueilli par le Pre- mier ministre nord-irlandais Peter Robinson et le vice-Premier ministre Martin McGuinness, a-t-on ajouté. M. Obama doit ensuite se rendre à Lough Erne, complexe hôtelier de luxe où se tient le sommet du G8 lundi et mardi.

JOURNÉE DE L'ENFANT AFRICAIN

Appel à la conjugaison des efforts en faveur de la protection des droits de l'enfant

Les participants à une rencontre organisée dimanche à Alger par le mi- nistère de la Solidarité nationale et de la famille, ont appelé à la conjugaison des efforts des Etats africains en faveur de la protection des droits de l'enfant dans le continent. «L'Algérie œuvre en faveur de la protection de l'enfant aux niveaux national et africain», a in- diqué le secrétaire général du minis- tère, M. Belkacem Aït Saâdi, lors de cette rencontre à laquelle ont pris part des ambassadeurs de pays africains accrédités en Algérie. Il a souligné dans ce sens que la protection de l'en- fant était une «priorité» pour l'Algérie d'autant plus que les enfants sont l'ave- nir du pays insistant sur la nécessité d'assurer un environnement adéquat à l'éducation. De son côté, l'ambassadeur du Mo- zambique à Alger, M. Hipolito Pereira Zozimo a estimé que cette rencontre constituait une occasion pour «lancer un appel aux gouvernements africains pour qu'ils unifient leurs efforts en faveur de l'enfant et de la stabilité dans le continent». «L'Afrique doit assurer l'éducation d'une génération apte à gérer les affaires du continent», a-t-il soutenu. La célébration de la journée de l'enfant africain a été marquée par des activités culturelles et des repré- sentations théâtrales portant sur les thèmes ayant trait à la protection des droits de l'enfant en Afrique et dans le monde. «Eliminer les pratiques so- ciales et culturelles néfastes affectant les enfants: notre responsabilité col- lective» est le thème retenu par la com- mission d'experts relevant de l'Union africaine (UA) pour célébrer la journée de l'enfant africain. AAPS

18

DK NEWS

TÉLÉ

Mardi 18 Juin 2013

Programme du Mardi 18 Juin 2013

Programme du Mardi 18 Juin 2013

Programme du Mardi 18 Juin 2013
É L É Mardi 18 Juin 2013 Programme du Mardi 18 Juin 2013 08h00 : bonjour

08h00 : bonjour d'algérie '' direct'' 10h00 : azhar oua hikayet (10) 10h30 : bouhairet e'chabout (25) 11h00 : questions d'actu ''rediff'' 12h00 : journal en français+météo 12h25 : oua yabqa el hob (68) 13h40 : rahalat bahria (03) 14h35 : el ghoufrane (29) 15h25 : rih tour 16h45 : sebaq el madjarate (52 et fin) 17h10 : sahla mahla n°30 18h00 : journal en amazigh 18h20 : dar da meziane II (13) 18h45 : 50 ans, 50 femmes 19h00 : journal en français+météo 19h30 : vestiges et patrimoine 20h00 : journal en arabe 20h45 : parlons-en 22h00 : gala artistique 23h00 : expression livre ''ameziane fer- hani'' 00h00 : journal en arabe

fer- hani'' 00h00 : journal en arabe 05h45 MagazineTFou 07h25Météo 07h30 MagazineTéléshopping

05h45 MagazineTFou

07h25Météo

07h30 MagazineTéléshopping

08h15Météo

08h25 DivertissementSecret Story 09h20 SérieAu nom de la vérité 09h50 SériePetits secrets entre voisins 10h20 SériePetits secrets entre voisins

10h55 MagazinePetits plats en équilibre 11h00 JeuLes douze coups de midi 11h50 MagazineL'affiche du jour

12h00Journal

12h40 MagazinePetits plats en équilibre

12h50Météo

12h55 SérieLes feux de l'amour 13h55 TelefilmHantée par le passé

15h30

pour une lune de miel 16h20 JeuBienvenue chez nous 17h15 DivertissementSecret Story 18h05 JeuMoney Drop

18h55Météo

19h00Journal

19h35 MagazineMon assiette santé

19h37Météo

19h40 SérieNos chers voisins 19h50 SérieLes experts : ManhattanInédit 20h35 SérieLes experts : Manhattan 21h30 SérieLes experts : Manhattan 22h15 SérieLes experts : Manhattan

DivertissementQuatre

mariages

SérieLes experts : Manhattan DivertissementQuatre mariages 06h10 MagazineTélématin (suite) 07h00Journal 07h10

06h10 MagazineTélématin (suite)

07h00Journal

07h10 MagazineTélématin (suite) 08h03 MagazineDans quelle éta-gère 08h05 SérieDes jours et des vies 08h30 SérieAmour, gloire et beauté 08h55 MagazineC'est au programme 09h55Météo outremer 10h00 JeuMotus 10h30 JeuLes Z'amours 11h00 Tout le monde veut prendre sa place 11h55Météo 2

12h00Journal

12h49 MagazineCap Méditerranée 12h50Météo 2 12h52 MagazineConsomag 12h56 MagazineExpression directe 13h00 MagazineToute une histoire 14h40 MagazineComment ça va bien ! 15h50 MagazineCôté Match 15h55 MagazineDernier recours 16h20 MagazineLe jour où tout a basculé 16h45 DivertissementCD'aujourd'hui 16h50 DivertissementOn n'demande qu'à en rire 17h45 JeuMot de passe 18h24Météo 2 18h25 JeuN'oubliez pas les paroles

19h00Journal

19h40 MagazineHistoire d'un rêve 19h41 MagazineMon parcours gagnant 19h43Météo 2 19h45 ThéâtreQuadrilleDirect

21h35 MagazineSolitaire du Figaro 21h39 MagazineImage du jour 21h40 DocumentaireMéditerranéennes

MagazineImage du jour 21h40 DocumentaireMéditerranéennes 06h40 Dessin animéLes nouvelles aven- tures de Peter Pan

06h40 Dessin animéLes nouvelles aven- tures de Peter Pan 07h05 Dessin animéLes nouvelles aven- tures de Peter Pan 07h30 SérieAngelo la débrouille 07h40 JeunesseC'est bon ! 07h45 DocumentaireDes histoires et des vies (1ère partie) 08h45 DocumentaireDes histoires et des vies (2e partie) 09h35Edition de l'outre-mer 09h45 MagazineConsomag 09h50 MagazineMidi en France

10h55Météo

11h0012/13 : Journal régional 11h2512/13 : Journal national 11h55 MagazineMétéo à la carte 12h40 DocumentaireCap Méditerranée 12h50 MagazineSi près de chez vous 13h45 JeuKeno 13h55 Questions au gouvernement 15h10 JeuDes chiffres et des lettres 15h50 JeuHarry 16h20 MagazineUn livre, un jour 16h30 JeuSlam 17h10 JeuQuestions pour un champion 18h00 19/20 : Journal

18h58Météo

19h00 MagazineTout le sport 19h10 MagazineEt si on changeait le monde 19h15 SériePlus belle la vie 19h40 MagazineAu plus près du Tour 19h45 TelefilmLouis la Brocante

21h20Météo

21h23 MagazineParlons passion 21h25Grand Soir 3 22h25 TelefilmMaigret

passion 21h25Grand Soir 3 22h25 TelefilmMaigret 05h55 MagazineLa matinale 07h25 FilmLove, et autres drogues

05h55 MagazineLa matinale 07h25 FilmLove, et autres drogues 09h15 FilmRhapsodie pour un pot-au-feu 09h20 Zapping de la semaine 09h35 FilmLa vie d'une autre 11h10 DivertissementLes Guignols de l'info 11h20 La nouvelle édition 1ère partie 11h45 La nouvelle édition 13h00 SérieHomeland 14h40 SérieWorkingirls 15h15 DivertissementSophie et Sophie 15h20 MagazineRencontres de cinéma 15h40 FilmLa dame en noir 17h15 SérieLes Simpson 17h45Le JT 18h05 MagazineLe grand journal 19h05 DivertissementLe petit journal 19h30 MagazineLe grand journal, la suite 19h55 FilmBel AmiInédit 21h35 FilmMarley

journal, la suite 19h55 FilmBel AmiInédit 21h35 FilmMarley 06h50 Série Martine 07h05 Série Martine 07h20 Série

06h50 Série Martine 07h05 Série Martine 07h20 Série Les p'tits diables

07h40Météo

07h45 MagazineM6 boutique

08h55Météo

09h00 Jeu Les reines du shopping 10h00 SérieDesperate Housewives

11h40Météo

11h45Le 12.45 12h05 SérieScènes de ménages

12h35Météo

12h40 TelefilmConséquences 14h35 SérieDrop Dead Diva 15h25 JeuLes reines du shopping 16h35 JeuUn dîner presque parfait 17h45 Magazine100 % mag

18h40Météo

18h45Le 19.45 19h05 SérieEn famille 19h50 Un air de starDirect 22h15 Un air de star, ça continue

La sélection

19h50 Les experts : Manhattan Résumé Les experts enquêtent sur la mort d'un jeune homme
19h50
Les experts : Manhattan
Résumé
Les experts enquêtent sur la mort d'un
jeune homme masqué qui aurait fait une
chute mortelle en tombant d'un gratte-ciel
réputé pour être hanté. En examinant les vê-
tements du défunt, l'équipe constate qu'il
s'agissait d'un pickpocket qui s'en prenait ré-
gulièrement aux touristes pour les dépouil-
ler. Le corps de la victime réserve lui aussi
quelques surprises : sa bouche contient une
coupure de journal, tandis que sa nuque
porte la trace de produits chimiques. En recoupant leurs indices, les policiers
établissent le profil de l'assassin et soupçonnent une femme, qui apparaît sur
la vidéo de surveillance du bâtiment. Pendant ce temps, Jo, qui est en congé,
croise un individu lié à son passé
19h45 Quadrille Résumé Philippe de Morannes, rédacteur en chef d'un quotidien important, décide enfin de
19h45
Quadrille
Résumé
Philippe de Morannes, rédacteur en chef d'un
quotidien important, décide enfin de demander
en mariage après six années de vie commune sa
compagne, une comédienne célèbre, Paulette
Nanteuil. Mais cette dernière se laisse séduire par Carl Hérickson, un acteur
vedette américain renommé à Hollywood. En apprenant cette liaison, l'homme
de presse souhaite se venger en entamant, à son tour, une liaison nouvelle. Il
jette son dévolu sur Claudine, une consoeur et également meilleure amie de
Paulette. Cette jeune femme reste sur ses gardes et se méfie de son collègue
Philippe. Un chassé-croisé amoureux démarre entre les quatre derniers
19h45 Louis la Brocante Résumé Tintin, le neveu de Maryvonne, vient passer quelques jours de
19h45 Louis la Brocante Résumé Tintin, le neveu de Maryvonne, vient passer quelques jours de

19h45

Louis la Brocante

Résumé Tintin, le neveu de Maryvonne, vient passer quelques jours de vacances chez sa tante. Le jeune homme ne tarde pas à s'éprendre de la ravissante Julie, engagée dans le soutien aux sans-abri. Celle- ci entraîne Tintin dans une manifestation devant

un immeuble inoccupé, dont l'association réclame la réquisition. Mais le jeune homme, qui n'entend pas

un immeuble inoccupé, dont l'association réclame la réquisition. Mais le jeune homme, qui n'entend pas en rester là, pénètre dans le bâtiment en compagnie de Thomas, l'un de ses amis. Cette expédition, aussi audacieuse que maladroite, vaut à Tintin de se retrouver impliqué dans une sombre affaire. Louis est contraint d'intervenir au plus vite pour mener l'enquête et sortir Tintin de la situation embarrassante dans laquelle il se trouve

19h55 Bel Ami Résumé Dans le Paris de la Belle Epoque, Georges Duroy, un ancien
19h55
Bel Ami
Résumé
Dans le Paris de la Belle Epoque, Georges Duroy,
un ancien maréchal des logis des hussards, pauvre,
dénué de talents mais farouchement ambitieux, à peu près sans scrupules et
terriblement séduisant, retrouve un vieil ami, Charles Forestier. Autour d'un
verre, dans un bar bondé, Charles, innocemment, l'invite à venir chez lui et à
rencontrer sa femme. Duroy ne se le fait pas dire deux fois. Madeleine Forestier
aide le beau maréchal des logis à gravir les premiers échelons de son irrésis-
tible ascension sociale. Vite surnommé «Bel-Ami», Duroy collectionne les suc-
cès féminins et d'utiles amitiés masculines
19h50 Un air de star Résumé Grâce à leurs prestations lors de la précé- dente
19h50
Un air de star
Résumé
Grâce à leurs prestations lors de la précé-
dente émission, Emmanuel-Philibert de Sa-
voie, Valérie Bègue et Florent Mothe ont
rejoint Amaury Vassili pour la finale, au
cours de laquelle ils rivalisent afin de remporter un maximum d'argent
pour les associations qu'ils défendent. Bien qu'éliminés, Jérôme Anthony,
Delphine Chanéac, Natasha St-Pier et Nicoletta sont tout de même pré-
sents, pour le plaisir. Grimés en Ray Charles, Serge Gainsbourg, France
Gall, Shakira, Vanessa Paradis, Shirley Bassey, Rod Stewart et Christina
Aguilera, les vedettes se produisent une dernière fois. En bonus, Karine
Le Marchand se déguise, elle, en Mylène Farmer.

Mardi 18 Juin 2013

DÉTENTE

DK NEWS

19

Mots fléchés n°301

T E N T E D K N E W S 19 Mots fléchés n°301 Proverbes

Proverbes

Plutôt rompre que se plier.

Proverbe algérien

Il ne s'élèvera jamais de poutre à partir d'un buisson

Proverbe berbère

Une petite maison en ruine vaut mieux qu'un palais en commun.

Proverbe arabe

La véritable amitié se voit dans le malheur Proverbe français

C’est arrivé un 18 Juin

1946 : proclamation de la République

italienne.

1953 : proclamation de la République

égyptienne.

1979

: signature des accords SALT II.

1996

: Benyamin Netanyahou devient

Premier ministre israélien.

2007 : début des négociations entre le

Maroc et le Front Polisario.

2010 : démission du Premier ministre

finlandais Matti Vanhanen.

Célébrations :

- Pas de journée internationale

répertoriée pour cette date.

- Tentative d'établir une Journée des

fiertés autistes (Autistic Pride Day (en)) depuis 2005.

- Brésil : Dia da Imigração Japonesa,

Journée de l'immigration japonaise.

- Cambodge : Anniversaire de la Reine- Mère Norodom Monineath Sihanouk.

- Égypte : Fête de la République.

- France : Appel du 18 juin, commémore l'appel à la Résistance lancé par le Général de Gaulle à la radio depuis Londres en 1940.

Samouraï-sudoku n°301

Les problèmes de sudoku samouraï se composent de cinq grilles de sudoku entrelacées. Les règles standards du sudoku s'appliquent à chacune de ces cinq grilles. Placez les chiffres de 1 à 9 dans les cases vides de chaque grille. Chaque ligne, chaque colonne, et chaque région 3 x 3 doit contenir une fois les chiffres de 1 à 9.

Chaque sudoku samouraï a une solution unique et peut être résolu par la logique pure.

solution unique et peut être résolu par la logique pure. Mots croisés n°301 Horizontalement: 1.Personne qui

Mots croisés n°301

peut être résolu par la logique pure. Mots croisés n°301 Horizontalement: 1.Personne qui écrit beaucoup et

Horizontalement:

1.Personne qui écrit beaucoup et mal 2.Cap. de l’égypte - De l’Éolie 3.Aspirer - Semblable 4.Ceintures de soie portées au Japon - Aspirais par le nez du tabac 5.Homme d’État bourguignon - Matière carbonée noire et épaisse - Symbole de tonne d'équivalent charbon 6. Mesure de l'âge - Se dit d'un cheval dont la robe est brun roussâtre (pl.) - Drame j aponais 7.Arrêt - Situation 8.Inflammations des vaisseaux 9.Ennuyeux - Spacieux 10.Transfonnée en génisse par Zeus - Homme politique angolais -isolé 11. Ramenèrent qqch, qqn vers soi - Compagnie 12.Rivière des Alpes autrichiennes - Té- tine

Vertilcalement:

1.Puce

2.Papier utilisé pour obtenir des copies d'un document - Carrefour 3.S'amusait - Petit poème - Radon 4.Plante - Décorations militaires 5.Lombric - Tuer

6.Écopes

7.Sélerium - Thymus du veau - Organisa- tion des Nations unies 8.Genre dramatique médiéval - Sep- tième lettre de l'alphabet grec - Techné- tium 9.Étendues de terre entourée d'eau - Élé- ments d'un ensemble 10.Port et station balnéaire d'Israël - Ap- parence 11. Réunissent - Brille 12.Violoniste et compositeur roumain - Bousculade

20

DK NEWS

SPORTS

Mardi 18 Juin 2013

JEUX MÉDITERRANÉENS DE MERSIN

«De réelles chances de remporter des médailles»

MERSIN «De réelles chances de remporter des médailles» Les boxeurs algériens ont de «réelles chances» de

Les boxeurs algériens ont de «réelles chances» de remporter des mé- dailles, lors des Jeux méditerranéens prévus du 20 au 30 juin à Mersin en Turquie, a estimé le directeur tech- nique national, Mourad Meziane.

«Nous avons opté, globalement, pour des boxeurs ayant une expérience avé- rée dans ce genre de compétitions, vu leur palmarès réalisé à travers les diffé- rentes compétitions africaines et mon- diales, à l'instar de Benchebla, Chadi ou Ouadahi», a déclaré à l'APS Mourad Me- ziane. La sélection algérienne de boxe qui sera présente avec dix pugilistes aux jeux de Mersin, a participé, en guise de préparation, à deux tournois interna- tionaux, le premier à Chypre (15 au 20 mai), et le second à Cuba du 23 mai au 11 juin. «Nos boxeurs ont bénéficié d'une préparation plus que satisfaisante, en

prenant part à deux stages à l'étranger, ce qui est important pour entamer ce genre de compétitions. Le stage en commun effectué à Cuba nous a permis d'évaluer le niveau de nos athlètes qui ont arraché trois médailles de bronze», a-t-il ajouté. S'agissant des chances de la sélection algérienne de boxe lors des JM-2013, le DTN a tenu à préciser qu'»au vu de la préparation suffisante ainsi que l'expé- rience des boxeurs, je peux dire que nos chances de médailles sont réelles.» «Nous allons faire de notre mieux pour confirmer les traditions algé- riennes dans cette joute méditerra- néenne, et nous tenterons de mettre à contribution la détermination de nos boxeurs pour décrocher le maximum de médailles», a-t- il assuré, tout en re- connaissant que les adversaires «possè- dent un niveau remarquable et relevé, notamment, les boxeurs turcs, français,

tunisiens et marocains». Cent-soixante-huit (168) athlètes de 16 disciplines représenteront l'Algérie aux Jeux méditerranéens 2013 de Mer- sin en Turquie, prévus du 20 au 30 juin. Les 16 disciplines retenues sont :

athlétisme, sports boules, boxe, cy- clisme, gymnastique, haltérophilie, handball, basket-ball, volley-ball, judo, karaté, natation, voile, aviron, lutte, tir et tir à l'arc.

Liste des boxeurs engagés:

-Flissi Mohamed (49kg), Hammachi Fahem (52Kg), Benbaaziz Reda (56kg), Ouadahi Mohamed Amine (60Kg), Chadi Abdelkader (64Kg), Abbadi Ilyas (69 kg), Rahou Abdelmalek (75Kg), Benchebla Abdelhafid (81Kg), Boulou- dinat Chouaib (91kg), Begherni Hamza (+91 Kg).

KARATÉ DO

«Viser le podium sans faire de pression sur nos athlètes»

Les karatékas algériens tenteront, sans se faire trop de pression, de remporter le «maximum de médailles» lors des Jeux méditerra- néens-2013, prévus du 20 au 30 juin dans la ville turque de Mersin, a indiqué le direc- teur technique national (DTN), Tarek Maïza. «L'instance fédérale a fixé comme objectif à sa sélection de remporter le maximum de médailles sans exercer de pression sur les athlètes, d'autant plus que le niveau de la compétition sera élevé en présence des meilleurs karatékas du monde», a dé- claré Tarek Maïza à l'APS. En prévision de ce ren- dez-vous, les dix athlètes qui seront présents à Mersin (5

messieurs et 5 dames) ont ef- fectué un stage qui a débuté le 3 juin à la Coupole du complexe olympique Moha- med Boudiaf (Alger), en pré- sence des autres karatékas de l'équipe nationale, non- retenus pour les Jeux médi- terranéens. Pour le DTN Maïza, des athlètes dames ont des chances concrètes de mon- ter sur le podium en Tur- quie, à l'image de Benazoug Yasmine (-55 kg) qui ne cesse de s'améliorer et de se distin- guer à l'échelle internatio- nale. La jeune espoir algérienne reste sur une mé- daille d'or au championnat méditerranéen de karaté ( jeunes catégories) qui s'est déroulé fin mai à Nicosie, ce

qui encouragera Benazoug à rééditer sa belle prestation à Mersin, elle qui s'est déjà frottée à l'élite mondiale en terre chypriote. En Turquie, Benazoug tentera d'égaler au moins le résultat du karaté algérien à Pescara (Italie) lors des Jeux

méditerranéens-2009,

lorsqu'Ilhem El Djou avait arraché le bronze dans la ca- tégorie des -55 kg. Pour obte- nir de bons résultats, Tarek Maïza a appelé les athlètes de la sélection à «gérer le stress et éviter de perdre leur sang froid», espérant qu'ils soient en forme le jour «J». Les ka- ratékas de l'équipe nationale ont été encouragés par le président de la fédération, Kheïder Aït Brahim, qui les a

réunis et incités à redoubler d'efforts pour représenter di- gnement les couleurs natio- nales.

Les athlètes concernés par les Jeux méditerranéens 2013 :

Messieurs : Abdelkrim Bouamria (-60 kg), Moha- med Boudis (-67 kg), Walid Bouaboub (-75 kg), Mouaâd Achache (-84 kg), Missipsa Hamadini (+84 kg) Entraîneur : Redouane Idiri Dames : Lilia Chikhi (-50 kg), Yasmine Benazoug (-55 kg), Nesrine Kerrar (-61 kg), Za- hira Abdelkader (-68 kg), Célia Houassine (+68 kg) Entraîneur : Yacine Gouri.

BOUMERDÈS

Coup d’envoi du festival national de voile au port de Dellys

Le festival national de voile a débuté dimanche au port de Dellys, à l’est de Boumerdès, avec la participation de 175 concurrents (filles et garçons) âgés de 8 à 16 ans. Outre les athlètes de Boumerdes, les participants à ce premier évène- ment sportif du genre au port de Dellys, représentent les wi- layas de Tizi-Ouzou, Béjaïa, Oran, Skikda, Aïn Témouchent, Tipasa, Alger et Mostaganem. Un climat propice et des vents modérés ont marqué le début de cette compétition de 3 jours, dont les éliminatoires préliminaires ont été lancés à partir du port de Dellys vers de nombreux points du littoral

de cette commune côtière, en présence d’une foule nom- breuse de fans de la voile et de responsables de la Fédéra- tion algérienne de voile (FAV). Les concurrents ont été repartis en 4 catégories d’âge, qui sont l’Optimist (8 à 14 ans), Laser, Open Bic et planche à voile Bic- 293 (14-16 ans). Inscrit au titre des préparatifs des prochaines compétitions continentales et de la célébration du cinquantenaire de I’ indépendance nationale, ce festival est organisé par la Ligue de wilaya de voile en collaboration avec la FAV et la direction de la Jeunesse et des sports de Boumerdes, indique-t-on.

BASKET-BALL

Le Cinq algérien à Mersin pour se frotter au haut niveau

La sélection algérienne de basket- ball (messieurs) prendra part aux Jeux méditerranéens prévus du 20 au 30 juin à Mersin en Turquie avec l'objec-

tif d'acquérir une «certaine expé- rience» en se «frottant au haut niveau»

a indiqué l'entraîneur national Faid

Bilel. «La participation à un tournoi aussi relevé donnera l'occasion aux joueurs de la sélection de côtoyer le haut ni- veau et acquérir une certaine expé- rience en prévision du principal objectif cette saison : l'Afro-basket en

Côte d'Ivoire», a déclaré Faid à l'APS avant le départ du Cinq algérien pour un stage précompétitif de dix jours à Istanbul (Turquie) où elle a disputé trois rencontres amicales notamment face à la Tunisie, championne d'Afrique en titre. La sélection algérienne a rallié di- rectement la ville d'Adana en Turquie,

pour prendre part au tournoi de bas- ket-ball des 17 es Jeux méditerranéens qui débutent le 18 juin. Le cinq algé- rien évoluera dans le Groupe A aux côtés de la Turquie (pays organisa- teur), de la Macédoine et de l'Egypte. «Le stage précompétitif nous a permis de travailler la cohésion du groupe tactiquement à quelques jours des Jeux méditerranéens», a déclaré l'en- traîneur national Faïd Bilel. «Le plus important est de voir la réaction des joueurs, vu leur jeune âge, face à des équipes de haut niveau comme la Turquie et la Macédoine», a ajouté le coach national précisant que

la «majorité des joueurs de la sélec-

tion nationale n'ont jamais pris part à une compétition de cette envergure

en seniors». Concernant l'effectif, Faid

a retenu une liste de 14 joueurs, avec

le retour en sélection du meneur

Halim Kaouane (CSM Constantine) et l'arrivée en sélection du pivot Mehdi Cheriet (Boulazac, Pro A France).

Liste des joueurs algériens :

Touati Seddik, Saïdi Nabil, Gaham Hocine, Benzegala Mounir, Hamdini Abdallah, Abdeslam Dekiche (GS Pé- troliers), Oukid Tarek, Kaouane Halim, Zerouali Mohamed (CSM Constantine), Mohamed Harrat (FUS de Rabat), Mehdi Cheriet (Boulazac Pro A, France) Ali Ben Abdelhak (Ca- nada) Omar Belich (NAHD), Younès Hadadi (Pro B France).

nada) Omar Belich (NAHD), Younès Hadadi (Pro B France). Solution Samurai-soduku N°300 ECRIVASSIERE CAIRE EOLIEN
nada) Omar Belich (NAHD), Younès Hadadi (Pro B France). Solution Samurai-soduku N°300 ECRIVASSIERE CAIRE EOLIEN

Solution Samurai-soduku N°300

Hadadi (Pro B France). Solution Samurai-soduku N°300 ECRIVASSIERE CAIRE EOLIEN TRAIRE TELLE OBIS PRISAIS
ECRIVASSIERE CAIRE EOLIEN TRAIRE TELLE OBIS PRISAIS POT SUIE TEC AN BAIS I NO RELAIS
ECRIVASSIERE
CAIRE EOLIEN
TRAIRE TELLE
OBIS
PRISAIS
POT SUIE TEC
AN BAIS
I NO
RELAIS ETAT
A
ANGEITES M
SCIANT AMPLE
IO NETO SEUL
TIRERENT CIE
ENNS SUCETTE
N°300CroisésMotsSolution N°150CroisésMotsSolution
FRAGMENTAIRE O RAIDISSEUR ULCERE AOUTE DI TENIR AI ROUET DIPOLE ONC TAONS EN ISCHEMIE CRU
FRAGMENTAIRE
O
RAIDISSEUR
ULCERE AOUTE
DI
TENIR AI
ROUET DIPOLE
ONC TAONS EN
ISCHEMIE
CRU
E
LISON CR M
MIEN LECHERE
EX
DOL IEPER
NEGOCIATRICE
TROU RUE RUS
MotsSolution MotsSolution
N°300Fléchés N°150Fléchés

Mardi 18Juin 2013

SPORTS

DK NEWS

21

TRANSFERTS / MC ALGER

Kaoua confirme pour Belaïd et attend Aoudia et Delhoum

Kaoua confirme pour Belaïd et attend Aoudia et Delhoum Le manager général du MC Alger a

Le manager général du MC Alger

a affirmé lundi que son équipe de-

vrait enregistrer l'arrivée du défen- seur central du club français de Sedan, l'Algérien Habib Belaïd, mardi pour devenir la troisième re-

crue de la formation de Ligue 1 al- gérienne de football lors de l'actuelle intersaison en attendant de conclure également avec les deux joueurs de l'ES Sétif, Mourad Delhoum et Amine Aoudia «Belaïd est attendu mardi à Alger pour finaliser son transfert au MCA. Je ne perds pas espoir également pour engager le milieu de terrain

Delhoum et l'avant-centre Aoudia, surtout qu'ils sont libres de tout en- gagement envers leur club l'ESS», a déclaré Kaoua à l'APS. Le MCA, finaliste malheureux de

la coupe d'Algérie et cinquième au

classement final du championnat

et cinquième au classement final du championnat de 2012-2013, a jusque-là engagé deux éléments en vue

de 2012-2013, a jusque-là engagé

deux éléments en vue du prochain

exercice: le gardien de but Michaël Fabre (ex-Clairmont Foot, France)

et le milieu de terrain, Sabri Gharbi

(ex-ASO Chlef ). L'évolution de l'opération de re- crutement ne semble pas satisfaire les supporters, selon la presse spé- cialisée, évoquant «une certaine pression» qui commence à être exercée sur l'ancien entraîneur des gardiens de la sélection algérienne par l'entourage du club. «Il n’y a pas le feu à la maison, comme tentent de le faire croire

certains. L'opération de recrute- ment suit son cours normal, et il n’y

a pas lieu de s'inquiéter là-dessus»,

a assuré Kaoua. «Que les supporters