Vous êtes sur la page 1sur 178

Institut National des Sciences Appliquées de Toulouse Ecole Nationale d’Ingénieurs de Tunis

N° d’ordre : 873

THESE

en vue de l’obtention du

DOCTORAT

de L’INSAT et de L’ENIT

Spécialité : Génie Mécanique

par

Jamel CHAKHARI

Ingénieur et technologue en génie mécanique

Le 10 Juillet 2007

MODELISATION D’UNE FIXATION PAR ELEMENTS FILETES D’UNE STRUCTURE A FORTE EXCENTRATION DE CHARGEMENT ET SOUMISE A DES SOLLICITATIONS EN FATIGUE

Jury :

M.

Ali ZGHAL

Professeur à l’ESST de Tunis

M.

Marc SARTOR

Professeur à l’INSA de Toulouse

M.

Jean GUILLOT

Professeur à l’INSA de Toulouse

M.

Tahar FAKHFAKH

Maître de conférences (HDR) à l’ENI de Sfax

M.

Jean-Marc LINARES

Maître de conférences (HDR) à l’IUT d’Aix en Provence

M.

Alain DAIDIE

Maître de conférences à l’INSA de Toulouse

Laboratoire de Génie Mécanique de Toulouse, 135 avenue de Rangueil 31077 Toulouse Cedex 04 France.

Laboratoire de mécanique des solides, de structures et de développement technologique, ESST de Tunis Tunisie.

Nom : CHAKHARI

Prénom : Jamel

MODELISATION D’UNE FIXATION PAR ELEMENTS FILETES D’UNE STRUCTURE A FORTE EXCENTRATION DE CHARGEMENT ET SOUMISE A DES SOLLICITATIONS EN FATIGUE

Thèse de doctorat en Génie Mécanique

Laboratoire de Génie Mécanique de Toulouse, INSA Toulouse, France. Laboratoire de mécanique des solides, de structures et de développement technologique, ESST de Tunis Tunisie.

RESUME :

Dans cette thèse, un outil numérique de dimensionnement d’une fixation par éléments filetés d’une structure à forte excentration de chargement est présenté. Il s’agit du développement d’un modèle numérique pour un assemblage type d’une pièce prismatique fixée sur son support par deux vis ou deux boulons. Les axes des vis et celui de la force appliquée à l’assemblage sont parallèles et situés dans le même plan.

Le modèle proposé est construit à partir d’éléments finis unidimensionnels représentant les pièces et d’éléments ressorts modélisant le contact élastique entre les deux pièces assemblées. La particularité du modèle est la prise en compte de l’évolution de la zone de contact en fonction du chargement extérieur. La déformation locale due au contact de la pièce assemblée avec le coin de son support est formulée. Un algorithme qui réactualise la matrice de rigidité de contact est développé. La résolution numérique est associée à un programme écrit en Langage C, donnant les contraintes dans les vis d’assemblage en statique et en dynamique.

Des simulations éléments finis tridimensionnels et une étude expérimentale ont été réalisées. Le comportement et les résultats du modèle développé sont validés. La méthode de plan d’expériences est appliquée pour l’analyse des effets des paramètres de l’assemblage sur le comportement en fatigue des vis de fixation. Le modèle est ensuite étendu et appliqué à d’autres configurations d’assemblages multi boulonnés.

Mots clés : Assemblages boulonnés, Dimensionnement, Modélisation de structures, Eléments Finis, Non linéarité de contact, Fatigue.

Name: CHAKHARI

Surname: Jamel

MODELING OF A THREADED ELEMENTS JOINT OF A STRUCTURE SUBJECTED TO HIGH ECCENTRIC FATIGUE LOADING.

PhD thesis of Mechanical Engineering

Toulouse Mechanical Engineering Laboratory, INSA Toulouse, France. Solid Mechanics, Structures and Technological Developments Laboratory, ESST Tunis, Tunisia.

ABSTRACT:

This PhD thesis presents a numerical tool for dimensioning threaded elements joint of a structure subjected to high eccentric fatigue loading. The model is relative to a basic joint prismatic part fixed on its supporting structure by two fasteners (screws or bolts) whose axes are parallel and coplanar with external loading.

This model is established from unidirectional finite elements to represent the subassemblies and the screws. The elastic contact between subassemblies is modelled by linear springs. The main advantage of the model is considering the evolution of the contact zone with external loading. Moreover, Local deformation due to the contact between the lower part angle and the upper connected subassembly is formulated. An algorithm which updates the contact stiffness matrix and sets out forces and displacements at each node of the structure is developed and coded under C. The main contribution of this program is the evaluation of the stresses in both static and fatigue.

3D Finite Elements calculations and experimental tests were conducted to validate the behavior of the model and results. A statistical software method is applied to set out joint parameters effects on fasteners fatigue. The numerical dimensioning model is finally extended to others configurations of multi bolted joints.

Keywords: Bolted joints, Dimensioning, Structures modelling, Finite elements, Contact non- linearity, Fatigue.

Remerciements

Ce travail a été réalisé au sein du Laboratoire de Génie Mécanique de Toulouse et du Laboratoire de Mécanique des Solides, de Structures et de Développement Technologique de Tunis, sous la direction des professeurs Marc Sartor et Ali Zghal. Ce même travail a été suivi de près par le professeur émérite Jean Guillot et le maître de conférences Alain Daidié à l’INSA de Toulouse.

J’exprime profondément mes remerciements à M. Jean Guillot pour m’avoir proposé le sujet de recherche qui a donné ce travail. M. Guillot m’a motivé dans les moments difficiles.

Je tiens à remercier M. Alain Daidié qui a suivi de près l’avancement de ce travail. Il m’a aidé dans la vérification des différents résultats. M. Daidié m’a aidé et m’a dirigé au cours de la préparation de mes communications et de mes articles. Grâce à lui j’ai pu trouver tous les moyens nécessaires pour effectuer mes essais expérimentaux dans de bonnes conditions, malgré les déplacements entre les deux laboratoires. Il m’a également soutenu pour trouver un hébergement pendant les périodes de mon séjour à l’INSA de Toulouse.

J’adresse ma reconnaissance à M. Jean Marc LINARES et également à M. Taher FAKHFAKH, maîtres de conférence à l’IUT d’Aix en Provence et à l’ENI de Sfax, qui m’ont fait l’honneur d’être rapporteurs de mon travail et ont accepté de consacrer du temps pour la lecture et le jugement de ce document.

J’adresse toute ma gratitude à M. Marc Sartor pour son accueil chaleureux et pour son aide pendant le déroulement des procédures d’inscription à l’INSA. Je le remercie pour m’avoir encouragé et permis d’avancer progressivement pour atteindre les objectifs du sujet de recherche.

Je remercie également M. Ali Zghal pour m’avoir accueilli dans son laboratoire et pour m’avoir dirigé pendant les différentes étapes de recherche. M. Zghal m’a conseillé d’aborder le problème sur les différents aspects analytique, numérique et expérimental.

Je remercie vivement la secrétaire du laboratoire LGMT, Mme Annie Cazeaux, pour son aide administratif pendant mes inscriptions. Merci à M. Alain Bezombes, le technicien du laboratoire LGMT, pour son aide pendant la préparation et le déroulement des essais expérimentaux.

Le travail dans les deux laboratoires de recherche m’a amené à connaître un grand nombre de personnes avec beaucoup de plaisir. Les relations entre nous ont été très agréables. J’exprime un Merci spécial à Zouhair Chaib mon ami tunisien au Laboratoire LGMT. Il m’a aidé à plusieurs occasions et pendant nos discussions sur certains points concernant les assemblages filetés. Merci à Dimitri Leray, Feras Alkatan, Hazem Aziz, Emmanuel Rodriguez, Adrien Barrot, Christine Barrot, Youssef Fares, Abbassi Fathi, Chaouachi Fredj, à tous les techniciens et enseignants des deux laboratoires.

Par rapport à ce travail de thèse, merci à mes parents comme aux membres de ma famille. Je remercie infiniment mon frère Zouhaier et sa femme Nathalie pour m’avoir aidé pendant mon séjour en France.

Merci aux lecteurs de cette thèse.

TABLE DES MATIERES

Introduction Générale

5

Chapitre I : Etat de l’art sur les assemblages filetés à chargements excentrés

7

1.1 Application des éléments filetés

7

1.2 Résistance statique et dynamique d’un élément fileté

9

1.2.1 Tenue statique d’un élément fileté

9

1.2.2 Tenue dynamique d’un élément fileté

11

1.3 Modèles de calcul existants des assemblages filetés à chargement excentré

12

1.3.1 Assemblages à chargement faiblement excentré (Modèle VDI 2230 linéaire)

12

1.3.2 Assemblage à chargement fortement excentré (Modèle poutre non linéaire)

18

1.4 Conclusion et position du sujet de recherche

21

Chapitre II : Modélisation analytique d’un assemblage précontraint à un ou à deux

boulons et à chargement excentré

23

2.1

Modèle analytique à un boulon

23

2.1.1 Modèle analytique à un boulon et en tension

23

2.1.2 Modèle analytique à un boulon et en compression

25

2.2

Modèle analytique à deux boulons

26

2.2.1 Modèle analytique à deux boulons en tension

26

2.2.2 Modèle analytique à deux boulon en compression

27

2.3 Programme de calcul du modèle analytique

29

2.4 Conclusion

29

Chapitre III : Modélisation en éléments finis tridimensionnels d’un assemblage à deux

éléments filetés

31

3.1 Méthode des éléments finis

31

3.2 Modèle éléments finis 3D d’un assemblage à deux vis

32

3.3 Résultats des simulations EF 3D

37

3.4 Limites du modèle analytique

40

3.4.1 Etude de cas

40

3.4.2 Analyse du problème de référence à une vis (calcul EF 3D)

41

3.4.3 Comparaison calcul tridimensionnel (EF) / Modèle analytique à deux vis

43

3.5 Conclusion

45

Chapitre IV : Etude expérimentale

47

4.1 Assemblage étudié

47

4.2 Essais réalisés

48

4.2.1 Méthodes des plans d’expériences

48

4.2.2 Choix d’un plan d’expériences mixte

48

4.2.3 Assemblages réalisés

49

4.3 Précontraintes et forces appliquées aux assemblages

50

4.4 Dispositifs expérimentaux

52

1

Table des matières

 

4.4.1 Machine d’essais

52

4.4.2 Préparation des pièces pour un plan d’expériences mixte

52

4.4.3 Instrumentation des vis par des jauges de déformation

53

4.4.4 Dispositifs d’application des efforts sur les assemblages

54

4.5

Dépouillement des résultats expérimentaux

55

4.5.1 Résultats expérimentaux bruts

55

4.5.2 Calcul de contraintes à partir des lectures sur les jauges

56

4.5.3 Contraintes normales gauches et droites de chaque vis

56

4.5.4 Causes possibles de différence de contraintes entre vis symétriques

57

4.5.5 Passage d’un assemblage à 4 vis à un assemblage à 2 vis

58

5.6

Conclusion

61

Chapitre V : Modèle numérique simplifié d’un assemblage à deux boulons

63

5.1 Présentation du modèle

63

5.2 Problème du rapprochement des pièces au coin support

69

 

5.2.1 Position du problème du coin support

69

5.2.2 Plasticité locale et formation d’un coin arrondi du support

70

5.2.3 Formulation analytique du rapprochement Delta au coin sous chargement de compression

71

5.3 Résolution numérique

76

5.4 Structure du programme de calcul

76

5.5 Conclusion

 

77

Chapitre VI : Validation du modèle numérique simplifié

79

6.1 Validation des résultats du modèle

79

6.2 Etude des effets par plan d’expériences

84

 

6.2.1 Etapes du plan d’expériences réalisé

84

6.2.2 Dépouillement et interprétation des résultats

85

6.2.2.1 Utilisation du logiciel BPEW

85

6.2.2.2 Utilisation du logiciel JMP

86

6.2.3

Effets des paramètres de l’assemblage sur la fatigue des vis

86

6.2.3.1 Effet du module d’élasticité des pièces assemblées

86

6.2.3.2 Effets des paramètres définissant la géométrie des pièces

86

6.2.3.3 Effets du serrage des vis

87

6.2.3.4 Effets du rapprochement Delta au coin

87

6.2.4 Formulation du coefficient α à l’aide du logiciel BPEW

88

6.2.5 Application à des cas tests

89

6.3 Conclusion

 

90

Chapitre VII : Application du modèle numérique simplifié et conception d’une interface

graphique sur Visual Basic (VBA6)

91

7.1

Etude d’une structure profilée en « U »

91

7.1.1

Application du modèle numérique simplifié

91

7.1.1.1 Structure symétrique et position de la force variable (cas 1)

91

7.1.1.2 Structure non symétrique et position de la force centrée (cas 2)

93

2

Table des matières

7.1.1.3 Cas particulier d’une plaque avec la position de la force variable (cas 3)

94

7.1.1.4 Comment appliquer le modèle numérique simplifié

94

7.1.2 Simulation éléments finis 3D des assemblages profilés à quatre vis

95

7.1.3 Proposition d’un modèle spatial construit par des éléments finis 1D

98

7.2 Conception d’interface graphique pour le logiciel d’application du modèle numérique simplifié

100

7.2.1 Synoptique de l’interface graphique

100

7.2.2 Environnement et outils de développement

102

7.2.3 Elaboration d’une maquette d’interface

103

7.2.4 Aperçu du logiciel

104

7.2.5 Evolution futures de l’environnement de l’outil de calcul

108

7.3 Conclusion

108

Chapitre VIII : Extension d’étude : Modèle numérique simplifié général. Cas d’un assemblage à deux boulons, sollicité en plus par une force transversale

111

8.1 Modélisation

111

8.2 Condition de non glissement à l’interface de contact

112

8.3 Algorithme de résolution et programmation du modèle

115

8.4 Validation du modèle par des simulations EF 3D

117

8.4.1 Simulations EF 3D du comportement de l’assemblage

117

8.4.2 Distribution de la pression à l’interface de contact

118

8.4.3 Comparaison des résultats en contrainte alternée

120

8.5 Effet de l’effort transversal sur les contraintes alternées des vis

124

8.6 Intérêt des essais expérimentaux

126

8.7 Conclusion

126

Conclusion générale et perspectives

127

Références bibliographiques

129

Publications

135

Annexes

137

3

INTRODUCTION GENERALE

Les éléments filetés trouvent beaucoup d’applications dans différents domaines mécaniques, civils, aéronautiques et marins. Ils sont utilisés pour supporter des charges statiques ou des charges cycliques de fatigue. Les industriels recherchent de plus en plus à maîtriser le dimensionnement de ces éléments de fixation. Cet intérêt nécessite de développer des modèles de calcul plus performants que les règles de calcul conventionnelles sur les assemblages. D’autre part, l’exploitation de ces modèles dans le processus de conception exige des outils interactifs pour que le concepteur puisse simuler plusieurs scénarii et trouver la solution convenable.

Les assemblages par éléments filetés sont couramment utilisés dans les différents secteurs de l’industrie et ceci grâce à leur facilité de mise en oeuvre. La maîtrise de ce genre d’assemblage est bien exploitée par les industriels pour différentes raisons :

- Minimiser les volumes des produits finis : Produit en pièces détachées.

- Décomposer le produit pour assurer le transport et la livraison : avions, voitures, grues…

- Faciliter le changement des pièces pour des opérations de maintenance…

Malgré les nombreuses applications des éléments filetés, leur dimensionnement dans certaines configurations d’assemblage n’est pas maîtrisé par les industriels.

Le cas de chargement fortement excentré entraînant de grandes déformations des pièces assemblées n’a pas été suffisamment étudié. Le modèle VDI n’est alors plus convenable. La formulation poutre fléchie d’Agatonovic, même améliorée, souffre de la non-prise en compte de la zone réelle de contact. En se référant à ces travaux et aux travaux réalisés au Laboratoire de Génie Mécanique de Toulouse (LGMT), nous avons développé dans cette thèse un outil de dimensionnement des assemblages de pièces prismatiques comportant deux éléments filetés disposés en « Tandem », soumis à un chargement excentré de tension et/ou de compression. Le travail comporte plusieurs étapes :

Le chapitre I est une étude bibliographique dans laquelle on a défini les éléments filetés et leurs critères de dimensionnement en statique et en fatigue. Dans une seconde section, les méthodes et modèles existants de calcul des assemblages filetés à chargements excentrés sont rappelés. Après une synthèse bibliographique, le problème de recherche est posé. Il s’agit de développer un modèle de calcul des assemblages filetés précontraints, sollicités par des charges fortement excentrées.

Dans le chapitre II, un modèle analytique des assemblages filetés à un ou à deux boulons et à chargements excentrés, sollicités en tension ou en compression, est présenté. C’est une extension du modèle poutre fléchie du LGMT. L’algorithme de résolution numérique est défini.

Au début du chapitre III, un modèle Eléments Finis tridimensionnels d’un assemblage à deux éléments filetés effectué sur le logiciel de calcul EF I_DEAS est présenté. Dans la suite de cette étude, les résultats du modèle analytique sont comparés aux résultats des simulations en Eléments Finis tridimensionnels. L’objectif est d’étudier au préalable le comportement général de ces assemblages, de valider le modèle analytique et de montrer ses limites d’exploitation. La comparaison des résultats montre que le modèle analytique représente correctement le comportement réel de l’assemblage en tension. Mais l’application directe de

5

Introduction générale

ce modèle n’est pas possible, car on ne dispose pas de la valeur de la souplesse au contact. Ceci s’explique par l’absence de formules exactes des raideurs de contact entre la pièce assemblée et son support. Le comportement du modèle analytique en compression est loin du comportement réel, car dans ce cas s’ajoute le problème du contact de la pièce assemblée avec le coin du support.

Le chapitre IV présente l’étude expérimentale qui a été réalisée pour analyser le comportement réel d’un assemblage symétrique à quatre boulons sollicité par un chargement excentré de tension ou de compression. Les essais ont permis de disposer de données fiables servant à valider et caler un modèle numérique simplifié dont la présentation est faite dans le chapitre V. Dans cette étude la méthode des plans d’expériences est appliquée afin de minimiser et choisir convenablement les cas expérimentaux.

Le modèle analytique s’est montré inexploitable, ce qui nous a poussé à élaborer une modélisation plus sophistiquée présentée au chapitre V. Cette nouvelle approche a été développée sur le principe d’un modèle numérique simplifié, dans lequel nous avons tenu compte du comportement du contact pièce-support en mettant une série de ressorts dont le nombre évolue selon l’état de chargement. L’assemblage est modélisé par une structure d’éléments poutres à deux nœuds. La déformation au niveau du coin support en compression est formulée. La résolution du modèle s’apparente à une méthode itérative qui tient compte de l’évolution du contact en fonction du chargement extérieur. L’algorithme de résolution est codé en langage C. Il donne les déplacements en tout nœud de la structure, ce qui permet de calculer les efforts nodaux et d’en déduire ensuite les contraintes dans les vis ou les boulons de fixation.

Le chapitre VI regroupe les différents résultats et présente plusieurs cas d’étude qui permettent de valider le comportement général du modèle numérique simplifié. La méthode des plans d’expériences déjà définie pour l’étude expérimentale est exploitée ici pour étudier les effets des différents paramètres de l’assemblage sur la tenue en fatigue des vis. Elle permet aussi de préciser les coefficients de calage du modèle programmé. Un coefficient REP est défini comme facteur de distribution de raideur permettant de trouver la raideur équivalente de la couche élastique. Un autre coefficient de calage α est introduit dans la formulation de déformation au coin de contact pour le modèle en compression. Les valeurs optimales des coefficients de calage ont été déterminées et les résultats du modèle numérique sont validés à l’intérieur et à l’extérieur du domaine des cas étudiés.

Dans le chapitre VII, l’application du modèle numérique développé est étendue au calcul des assemblages à quatre éléments filetés et à d’autres configurations de structures profilées dont le dimensionnement se ramène au modèle de base présenté. On traite en particulier la fixation des profilés en U. La seconde section de ce chapitre présente le développement de l’interface d’un logiciel qui calcule plusieurs configurations d’assemblages filetés en exploitant le programme de base du modèle développé. L’interface est réalisé dans l’environnement Visual Basic for Applications 6 (VBA6).

Le dernier chapitre présente une extension de l’étude. Il s’agit du développement d’un modèle pour le même type d’assemblage celui-ci étant sollicité en plus par un effort transversal. Nous avons dû améliorer les algorithmes de calcul en considérant les états d’adhérence, de frottement et de glissement à l’interface. Les résultats de ce nouveau modèle sont validés par des simulations en éléments finis tridimensionnels.

6

Chapitre I :

ETAT DE L’ART SUR LES ASSEMBLAGES FILETES

À CHARGEMENTS EXCENTRES

1.1 APPLICATION DES ELEMENTS FILETES

Un assemblage par éléments filetés est constitué par deux ou plusieurs structures à assembler moyennant un ou plusieurs des éléments de liaison suivants :

Vis : Tige filetée avec ou sans tête équipée d’un dispositif d’entraînement (rainure, forme hexagonale : creux ou tête…)

Ecrou : Pièce taraudée ayant un dispositif d’entraînement.

Goujon : Tige comportant un filetage à ses deux extrémités.

Boulon : Ensemble constitué d’une vis à tête et un écrou. Un boulon est destiné normalement à assurer un serrage entre la face d’appui de la tête et celle de l’écrou.

L’AFNOR a réuni dans un recueil Boulonnerie – Visserie, les principales normes relatives aux éléments d’assemblages filetés (vis, écrous, …). Parmi ces normes ayant une spécification technique, on cite : NF E27-005, E27-702 et NF E 27-009 [49]. Les caractéristiques mécaniques définies par ces normes sont :

- Diamètre nominal d ;

- Les dimensions du filet et sa section résistante A s ;

- Essais de caractérisation de l’élément fileté ;

- Les classes de qualité.

Le grand avantage des boulons, en particulier les boulons haute résistance HR, réside dans le fait qu’ils permettent un serrage élevé des pièces tout en restant dans le domaine élastique. Cet effort de serrage induit un effort de frottement qui s’oppose au mouvement relatif des surfaces de contact des pièces assemblées et ainsi permet de réaliser des assemblages par adhérence. Cette technique a conduit l’AFNOR à une normalisation globale des éléments filetés (vis, goujons, écrous). Pour la vis, la classe de qualité défini essentiellement la résistance minimale à la traction (R m ) et la limite minimale conventionnelle d'élasticité (R ρ0.2 ). Ces caractéristiques sont obtenues à partir d’essais statistiques effectués sur un lot de pièces prélevé au cours de la fabrication de ces éléments qui sont généralement forgés et pour lesquels le filetage est réalisé par roulage et traité thermiquement.

Les assemblages par éléments filetés sont couramment utilisés dans les différents secteurs et ceci grâce à leur facilité de manipulation. La maîtrise de ce genre d’assemblage est bien exploitée par les industriels pour différentes raisons dont on cite :

- Minimiser les volumes des produits finis : Produit en pièces détachées ; tel que les appareils électroménagers, machines de production ;

- Discrétiser le produit pour assurer le transport et la livraison : avion en tronçons, grues… ;

- Faciliter la maintenance des pièces défectueuses : changements des composants mécaniques.

7

Chapitre I

Etat de l’art sur les assemblages filetés à chargements excentrés

La flexion est une sollicitation qu’on cherche à éviter en jouant sur la géométrie pour la transformer en sollicitation de traction et de compression, mais ce n’est pas toujours possible. Nous citons quelques exemples de pièces soumises à ce type de sollicitation :

- Assemblage boulonné des Bogies de TGV, (Figure 1.1)

- Supports des moteurs de voitures, (Figure 1.2)

- Les charpentes métalliques sont souvent en flexion excentrée. Elles sont surdimensionnées en structure et en nombre de fixations, (Figure 1.3)

- Les stabilisateurs, les pales d’hélicoptères et autres pièces aéronautiques. Le poids est le facteur prépondérant d’où le recours aux éléments filetés précontraints.

- Les ressorts plats qui travaillent généralement sous des chargements fortement excentrés. Ils sont sollicités en fatigue.

- En agriculture et en génie civil : les pelleteuses, les bineuses …

- Les panneaux de publicité et les panneaux routiers.

… - Les panneaux de publicité et les panneaux routiers. Figure 1.1 : Assemblage boulonné des

Figure 1.1 : Assemblage boulonné des Bogies de TGV

Figure 1.1 : Assemblage boulonné des Bogies de TGV Figure 1.2 : Support moteur assemblé par

Figure 1.2 : Support moteur assemblé par 4 boulons et renforcé par des nervures.

Support moteur assemblé par 4 boulons et renforcé par des nervures. Figure 1.3 : Fixation des

Figure 1.3 : Fixation des charpentes métalliques

8

Chapitre I

Etat de l’art sur les assemblages filetés à chargements excentrés

1.2 RESISTANCE STATIQUE ET DYNAMIQUE D'UN ELEMENT FILETE

1.2.1 Tenue statique d’un élément fileté

Dans le cas le plus général, la vis est soumise à un effort de tension F B , à un moment de flexion M FB et à un moment de torsion CB dans le cas où la précontrainte est obtenue par application d’un couple de serrage. Pour les filetages normalisés le moment de torsion CB s’exprime par la relation usuelle :

C

B

=

Q [0.16 p

+

0.583f d ]

2

Avec :

Q : effort de précontrainte. p : pas du filetage. d 2 : diamètre à flanc de filet. f : coefficient de frottement vis / écrou.

(1-1)

Compte tenu de la forme de la vis, celle-ci est tout à fait assimilable à une poutre et le calcul serait classique s’il n’y avait pas les deux particularités suivantes :

- La vis obtenue par forgeage et roulage n’est pas un matériau homogène et isotrope.

- On constate que la plupart des ruptures se produisent au niveau du premier filet en prise, donc dans la zone d’introduction des charges (concentration de contrainte à fond de filet et répartition non uniforme des charges le long de l’écrou), (Figures1.4 et 1.5).

des charges le long de l’écrou), (Figures1.4 et 1.5). Figure 1.4 : Concentration de contrainte à

Figure 1.4 : Concentration de contrainte à fond de filet dans la vis [23].

9

Chapitre I

Etat de l’art sur les assemblages filetés à chargements excentrés

F B F B
F B
F B

1 er filet en prise

Figure 1.5 : Répartition non uniforme des charges le long de l’écrou [23].

En plus de ces inconvénients, s’ajoutent les perturbations dues à la fabrication en très grande série des éléments filetés, ce qui est difficile à quantifier. La solution fournie par la norme est qu’au niveau des essais de caractérisation, les essais de traction pour obtenir R m , R p0.2 et éventuellement σ D (limite de fatigue ou d’endurance) seront réalisés directement sur les vis équipées de leurs écrous.

A partir d’un lot représentatif de la fabrication, on obtiendra des valeurs représentatives

d’efforts maximaux admissibles à rupture et d’efforts à la limite conventionnelle d’élasticité, ou d’efforts alternés limites. Pour pouvoir passer aux contraintes (R m , R p0.2 , σ D ) pour une pièce filetée il était nécessaire de choisir une section équivalente ; c'est la section résistante (As). Elle est définie comme la section de la pièce cylindrique de même résistance que la pièce filetée. La norme E25-030 [15] définit cette section résistante de la manière suivante :

A s =

π ⎛ d

4

2

+

d

3

2

2

(1-2)

Où d2 est le diamètre à flanc de filet et d 3 le diamètre à fond de filet. Pour la vérification statique de la vis, considérée comme une pièce cylindrique de section (A s )

et de diamètre (d s ), on calcule les contraintes maximales de tension (traction + flexion),

Eq.(1-3), et de torsion, Eq.(1-4).

σ

τ

M

M

=

=

F

Bmax

32M

FBmax

A

s

π d

3

s

+

16 C

B

π d

3

s

(1-3)

(1-4)

Puis la contrainte équivalente de Von Mises :

σ éq.max

=

2 2 σ +3.τ M M
2
2
σ
+3.τ
M
M

(1-5)

Critère de résistance en statique de la vis : On suppose que la contrainte normale équivalente maximale que peut supporter la vis sans se déformer de façon permanente est telle que :

σ éq.max 0.9R e min

(1-6)

10

Chapitre I

Etat de l’art sur les assemblages filetés à chargements excentrés

Où R e min est la résistance élastique minimale de la classe de qualité de la vis. Cette condition correspond à la charge d’épreuve définie par la norme ISO 898-1 anciennement E27-009 [49]. On remarque un faible coefficient de sécurité dans la valeur limite choisie, ceci s’explique par le fait que la limite d’élasticité apparente caractérise l’effort qui entraîne le fluage partiel du premier filet en prise, ce qui ne met pas en cause la résistance globale de la vis.

1.2.2 Tenue dynamique d’un élément fileté

Le comportement en fatigue des boulons normalisés (vis obtenues par roulage plus un traitement thermique) est indépendant de la classe de qualité. Leur résistance en fatigue est légèrement influencée par le chargement statique généré par la contrainte principale statique (σ m = 0.5 à 0.8 R e avec R e correspondant à la limite élastique de la classe de qualité) (Martinez-Martinez [43], VDI 2230 [67], E25-030 [15], Fares et al. [17]).

Les essais de fatigue sur les assemblages boulonnés doivent être conforme à la norme NF E27-009 [49], Fares [16] et VDI 2230 [67] sachant que 85% des ruptures se font au premier filet engagé, (Figure 1.5). Ceci est dû à la grande concentration de contraintes qui est en relation avec la distribution des charges entre la vis et l’écrou.

La résistance en fatigue des vis est très faible comparée à leur résistance statique. Ceci s’explique par la concentration de contrainte au niveau des filets et donc à la plastification aux fonds des filets même pour des efforts appliqués faibles. Les normes VDI 2230 [67] et E25-030 [15] prennent en compte la concentration de contraintes au niveau des filets. Elles recommandent des valeurs de la limite de fatigue pour les boulons haute résistance exprimés par rapport à la section de la tige filetée A s à partir de courbes de Wöhler théoriques et en sollicitations axiales de fatigue.

La sollicitation de fatigue est la variation de la contrainte normale entre l’état précontraint et l’état de chargement au niveau de la section A s du filetage. Ces variations résultent d’une force de traction ou d’un moment fléchissant. Dans le cas le plus général, la contrainte alternée est la conséquence de la variation de l’effort de tension ΔF B et du moment de flexion ΔM FB dans le boulon, Eq (1-7).

σ =

a

ΔF + ΔM d

2A

B

FB

s

s

4I

s

I s =

πd

4

s

64

(1-7)

(1-8)

Pour le calcul de vérification, on peut se contenter des résultats d’essais publiés dans les références VDI-1983 [67], Sayettat et al [55], Lieurade [40] et Heywood [25].

La limite de fatigue des vis est pratiquement indépendante de la classe de qualité. Les essais les plus récents tendent à montrer que la limite de fatigue σ D décroît légèrement pour les classes (HR) les plus élevées (12.9). La contrainte alternée admissible σ D décroît lorsque le diamètre des vis augmente. Pour un nombre de cycles de 2.10 6 et pour les classes de qualité 8.8, 10.9 et 12.9 on adopte les valeurs données par le diagramme de Haigh (Figure 1.6).

11

Chapitre I

Etat de l’art sur les assemblages filetés à chargements excentrés

± σ a (MPa) 90 80 d = 4 à 8 mm 70 d =
± σ a (MPa)
90
80
d
= 4 à 8 mm
70
d
= 10 à 16 mm
60
d
= 18 à 30 mm
50
σ m /R p0.2 (%)
40
0 10
20
30
40
50
60
70
80
90
Figure 1.6 : Diagramme de Haigh définissant les contraintes σ a en fonction
de
σ
/ R
pour les vis de classes 8.8, 10.9 et 12.9 [25]
m
p0.2

1.3 MODELES DE CALCUL EXISTANTS DES ASSEMBLAGES FILETES À CHARGEMENT EXCENTRE

1.3.1 Assemblages à chargement faiblement excentré (Modèle VDI 2230 linéaire)

Actuellement, il existe un modèle très connu, proposé par les recommandations VDI 2230- 1983 [67] pour le calcul des assemblages vissés. Ce modèle implique le non-décollement à l’interface de contact des pièces assemblées.

Hypothèses :

La Figure1.7 représente un assemblage boulonné sollicité par une charge extérieure F E excentrée de m. et dont l’axe (SS’) de la vis est excentré de n par rapport à l'axe principal d'inertie (OO’) des pièces considérées. On peut avoir un ou plusieurs boulons en ligne. Cette modélisation impose de respecter certaines conditions géométriques :

2u D

m

Avec :

u

a

+ l

P mini

D

a

+

l

P mini

2

(1-9)

(1-10)

D a est le diamètre de tête de la vis l P mini est la plus faible épaisseur des pièces assemblées. b est la largeur des pièces (suivant Z). δ est l'entraxe entre deux boulons successifs.

On peut prendre :

b= D

b=δ

a

+ l

pour

P mini

pour δ D + l

a

δ > D + l

a

P mini

P mini

(1-11)

(1-12)

En fait, dans le cas de plusieurs boulons alignés, on se ramène au modèle à un boulon en supposant que la charge se répartît également sur chaque élément.

12

Chapitre I

Etat de l’art sur les assemblages filetés à chargements excentrés

Y S O m F E n X O' S' F E 2u X Z
Y
S
O
m
F
E
n
X
O'
S'
F
E
2u
X
Z
L
P
b
L P mini

Figure 1.7 : Assemblage a chargement faiblement excentré.

Ces conditions dimensionnelles définissent un solide prismatique, les hypothèses suivantes sont considérées réalisables :

- Toutes les sections transversales de ce solide prismatique restent planes et la distribution des contraintes dans chaque section est linéaire.

- La rigidité en flexion de la vis est négligeable devant celle du solide.

- Sous l'action des forces appliquées au solide, la pression de contact (contrainte normale de contact) dans l'interface n'est nulle en aucun point de la surface ce qui veut dire qu'il n'y a pas de décollement.

Détermination du supplément d'effort

Si les hypothèses précédentes sont respectées, nous pouvons calculer les souplesses définies comme le quotient des déplacements Δl pris sur l'axe de la vis par la force de compression résultante F sur les pièces. En admettant un non-décollement des pièces, l'équation de la compatibilité des déplacements sur l'axe de la vis nous donne l'égalité entre l'allongement supplémentaire du boulon sous ΔF B et la détente des pièces sous ΔF E :

ΔF

S

Bb

**

*

F Sp−ΔF Sp

E

B

D’où le supplément de force sur le boulon :

Δ

F

B

=

**

Sp

Sb

+

*

Sp

Δ F

E

13

(1-13)

(1-14)

Chapitre I

Etat de l’art sur les assemblages filetés à chargements excentrés

Sp, Sp * et Sp ** sont les souplesses équivalentes suivant les différents cas de charge, représentés sur la Figure 1.8.

m n n F F E F E E ΔP’’/ 2 ΔP’/ 2 ΔP/2 F
m
n
n
F
F
E
F
E
E
ΔP’’/ 2
ΔP’/ 2
ΔP/2
F
F
E
ΔP/2
E
ΔP’/ 2
F
E
ΔP’’/ 2
Position finale
Position intermédiaire

Figure 1.8 : Influence de l’emplacement de la force par rapport à l’axe de la pièce sur la déformation élastique.

Pour une disposition de vis concentrique et une charge concentrique (n = m = 0) :

Sp =

lp

E

×

Ap

(1-15)

Pour une disposition de vis excentrée de n et une introduction de charge extérieure excentrée de m tel que m = n :

*

S p =

lp

×

Ap

×

Ap

E

×

Ap

Ip

Ip

(1 +

)

=

Sp(1

+

)

(1-16)

Pour une disposition de vis excentrée de n et une charge extérieure excentrée de m :

**

S p =

lp

n

×

m

×

Ap

n

×

m

×

Ap

E

×

Ap

Ip

Ip

(1 +

)

=

Sp(1

+

Ap = 2u.b

Avec :

Ap la section équivalente

)

(1-17)

(1-18)

Ip

le moment quadratique de Ap

E

le module de Young des pièces

m

distance de F E à Gz, G est le barycentre de surface (vue de dessus).

n distance de OO' à SS' affectée du signe positif si F E et F B sont du même côté de l'axe Gz sinon du signe négatif.

De la même manière que pour les assemblages chargés axialement, nous introduisons un coefficient γ pour tenir compte de la zone d’introduction du chargement sur les pièces [65], [23]. Le supplément d'effort vaut alors :

Δ

F

B

ΔF

B

= γ

= λ

**

Sp

Sb

+

*

Sp

ex

⋅ ΔF

E

Δ F

E

14

(1-19)

(1-20)

Chapitre I

Etat de l’art sur les assemblages filetés à chargements excentrés

λ ex

λ

ex

= γ

**

Sp

Sb

+

*

S p

(1-21)

est appelé le facteur de charge. Il peut être exprimé en fonction des raideurs K B et K P :

λ

ex

nmAp K ⋅ (1 + ) B I p n²Ap + K (1 + )
nmAp
K
(1
+
)
B
I
p
n²Ap
+
K
(1
+
)
K P
B
I
p

(1-22)

Détermination du supplément de moment

Nous appliquons l’effort sur la pièce supérieure de l’assemblage. Nous considérons l’ensemble comme un solide en flexion et nous admettons que la tête du boulon suit la déformée de la pièce, ce qui signifie que les rotations angulaires de la pièce et du boulon sont égales. Considérons deux états de chargement sous F Emaxi et F Emini . Le boulon va alors tourner d’un angle θ 1 pour un effort extérieur égal à F Emaxi et d’un angle θ 2 pour un effort extérieur égal à F Emini (Figure 1.9).

extérieur égal à F E m i n i (Figure 1.9). Figure 1.9 : Détermination du

Figure 1.9 : Détermination du supplément de moment.

On considère que la tête du boulon suit la déformée de la pièce, nous obtenons :

θ

1

=

θ=

2

m

F

E max

n

F

B1

M

FB1

mF

Emin

K

FP

nF

−⋅

B2

M

FB2

K

FP

=

=

M

K

M

K

FB1

FB

FB2

FB

(1-23)

(1-24)

Et donc en introduisant le facteur de charge λ ex et en faisant la différence nous avons :

m(F

Emax

F

Emin

)(1

n

λ

M

K

FP

m

ex

)

FB

K

FB

+ 1

(1-25)

K FB et K FP sont respectivement les raideurs en flexion de la vis et de la pièce. Par hypothèse K FB est petit devant K FP alors 1 est négligeable devant K FP /K FB d’où :

15

Chapitre I

Etat de l’art sur les assemblages filetés à chargements excentrés

ΔM

FB

=

K FB

K FP

m

(1

n

λ

ex

)m

⋅Δ

F

E

(1-26)

Détermination de la force minimale de serrage nécessaire

La distribution de pression à l’interface ne pouvant être supposée linéaire que pour des pièces de très faible section, il est difficile, dans le cas de pièces réelles, de s’assurer qu’une force de serrage F Pminiex évite l’ouverture de l’interface dans le cas d’un chargement excentré.

Dans l’hypothèse de répartition linéaire des contraintes de contact σ(x), on écrit que, pour une force extérieure donnée F E , au point d’abscisse x = u, on considère σ(u) 0 (Figure 1.10). En ce point la contrainte normale vaut :

(x)

σ=

F

B

+

M

FB

A'p

I

Gz

x

F

B

M

= - (Q - (1 -

FB

= (m - λ

λ

ex

)F )

E

ex

.n).F

E

 

(1-27)

(1-28)

- Q.n

(1-29)

A’ P : section réelle à l’interface. I Gz : moment quadratique de la section A’ P .

Y m O S n F E F B X u F B F E
Y
m
O
S
n
F
E
F
B
X
u
F
B
F
E
O’
S’

Figure 1.10 : Précontrainte minimale.

Nous obtenons la précontrainte minimale à installer pour : σ(u) = 0 et elle vaut donc :

(1-30)

u(m

n)

Q miniex

=

I

G z

+ n.u

F

E

+

(1

λ

ex

)

F

E

A'p

La force minimale de serrage est alors :

16

Chapitre I

Etat de l’art sur les assemblages filetés à chargements excentrés

F

Pminiex

=

u(m

n)

I

Gz

A'p

+ n.u

F

E

(1-31)

Force extérieure maximale

Inversement, pour une précharge donnée Q, nous pouvons déterminer l’intensité maximale de la force extérieure à ne pas dépasser pour rester dans la zone de non-décollement :

 

Q

 

u(m

n)

(1

− λ

)

 

I

G z

+ n.u

 

+

 

ex

A'p

 
 

πD

t

2

 

4

 

π⋅ D

 

4

π⋅ D

2

Ip

t

+

2

t

 

64

n

4

F EC

=

A'p=2ub-

I

GZ

=

(1-32)

(1-33)

(1-34)

A’ P est la section réelle, et I GZ est le moment de la section à l'interface (en tenant compte du trou de passage et de son excentration).

Contrainte alternée et contrainte maximale

On continue le calcul de la même façon que pour le chargement axial mais en faisant intervenir le moment fléchissant dans le calcul des contraintes. Ce qui donne les contraintes suivantes :

Selon le modèle LGMT :

⋅Δ F Δ ⋅ d λ ex E M FB s σ = + a
⋅Δ F
Δ
d
λ ex
E
M FB
s
σ =
+
a 2A
4I
s
s
2
2
Q
+ λ
F
M
d
3 ⎛ ⎜ 16
C
maxi
ex
Emaxi
FBmaxi
s
M
σ
=
+
+
emax
3
A
2I
π
d
s
s
s

Selon le modèle VDI 2230 :

λ ⋅ Δ F Δ M ⋅ d ex E FB 3 σ = +
λ
⋅ Δ F
Δ
M
d
ex
E
FB
3
σ
=
+
a
2A
4I
d3
3
2
2
F
+ λ
F
3 ⎛ ⎜ 16
M
M
ex
Emaxi
G
σ
=
+
emax
3
A
π
d
d3
3

(1-35)

(1-36)

(1-37)

(1-38)

Le LGMT introduit aussi la contrainte due au moment de flexion dans le calcul de la contrainte équivalente maximale.

Limites d’application du modèle VDI 2230 linéaire

L’application du modèle VDI 2230 [67] linéaire est limitée aux assemblages soumis à des chargements faiblement excentrés par rapport à la vis ou le boulon à dimensionner. Cette conclusion a été validée par Massol dans sa thèse [45], (Figures 1.11 et 1.12). La vis de fixation de la bride est sollicitée par des suppléments de forces et de moments importants et

17

Chapitre I

Etat de l’art sur les assemblages filetés à chargements excentrés

qui varient non linéairement pour des charges extérieures plus importantes. Cette conclusion s’appuie sur les résultats des simulations éléments finis tridimensionnels et les résultats expérimentaux. Par contre, le modèle VDI donne une variation linéaire des suppléments d’efforts en fonction du chargement extérieur et s’il surestime les suppléments d’efforts et de moments pour les charges faibles, il les sous estime dangereusement à partir d’un certain niveau de chargement. Ceci s’explique par le fait que la flexion de la pièce n’est pas négligeable et qu’il existe un décollement à l’interface de contact. Dans cette configuration, les hypothèses du modèle ne sont pas toutes vérifiées.

Fe L"
Fe
L"

Figure 1.11 : Exemple de bride prismatique à un boulon M24 [45]

Δ Fb (kN) 140 Q1 = 100 kN EXP 120 Q2 = 200 kN EXP
Δ Fb (kN)
140
Q1 = 100 kN EXP
120
Q2 = 200 kN EXP
Q3 = 286 kN EXP
100
Q1 = 100 kN E.F
Q2 = 200 kN E.F
F e
3
80
Q3 = 286 kN E.F
VDI lineaire
60
40
F e
2
F e
1
20
0
20
40
60
80
100
120
140

Fe (kN)

a- Suppléments de force

Δ MFb (kN.mm) 140 120 Q1 = 100 kN EXP Q2 = 200 kN EXP
Δ MFb (kN.mm)
140
120
Q1
= 100 kN EXP
Q2
= 200 kN EXP
100
Q3
= 286 kN EXP
Q1
= 100 kN E.F
F e
2
Q2
= 200 kN E.F
80
Q3
= 286 kN E.F
F e
VDI lineaire
3
60
40
F e
1
20
0
20
40
60
80
100
120
140

Fe (kN)

b- Suppléments de moment

Figure 1.12 : Suppléments de force et de moment de flexion appliqués au boulon de la bride prismatique [45]

1.3.2 Assemblages à chargement fortement excentré (Modèle poutre non linéaire)

Dans le cas des pièces « minces » soumises à des efforts fortement excentrés, donc à une flexion prépondérante, l’hypothèse de non-décollement à l’interface de contact des pièces assemblées n’est plus vérifiée. L’élément fondamental constituant la base de plusieurs modèles de calcul des assemblages filetés a été le modèle poutre. Agatonovic [1] a proposé un modèle qui, tout en restant simple, tient compte des deux paramètres principaux que sont la

18

Chapitre I

Etat de l’art sur les assemblages filetés à chargements excentrés

rigidité en flexion des pièces assemblées et la grandeur de la précontrainte de serrage. Sur la base de ces travaux, des modèles de calcul soumis à des charges axiales fortement excentrées ont été développés au sein du Laboratoire de Génie Mécanique de Toulouse (LGMT). Guillot [23] a amélioré le modèle proposé par Agatonovic en introduisant un paramètre supplémentaire qui lie entre elles les raideurs locales et dont la valeur dépend de l’importance de la précharge initiale. Bakhiet [6] a proposé une nouvelle formulation analytique qui prend en compte la dimension de la zone d’appui. Bulatovic [10] a développé un modèle analytique qui décrit le processus de déformation d’un assemblage a un boulon, fortement excentré. Ces modèles ont été développés pour des fixations à un seul boulon et pour un chargement de direction parallèle à l’axe de la vis. Ils consistent à utiliser des ressorts pour modéliser la raideur en compression de la poutre et la raideur en traction du boulon. Ils peuvent être appliqués pour dimensionner un assemblage symétrique en T, (Figure 1.13) assemblage également modélisé par Broughton [9].

1.13) assemblage également modélisé par Broughton [9] . Figure 1.13 : Assemblage symétrique en T de

Figure 1.13 : Assemblage symétrique en T de pièces en Aluminium.

Dans plusieurs travaux de recherche, les brides en T ont été modélisées par éléments finis non linéaires (Bursi et Jaspart [11], Sherbourne et Bahaari [57], Kishi et al. [33], Komuro et al. [34]). Dans ces travaux le comportement en déplacement de la structure de la bride est montré. Bursi et Japart [12] ont trouvé une bonne corrélation entre les résultats des simulations numériques et ceux issus des essais expérimentaux. Girao et al. [21], dans leur modèle numérique, ont remplacé l’action du boulon sur la poutre par un ressort linéaire axial. Ces modèles représentent bien le comportement de la structure de la bride en déplacement, mais ils n’étudient pas la fatigue des vis de fixation sous sollicitations dynamiques qui nécessite des évaluations très précises des variations de contraintes.

Au cours du développement des différents modèles pour des assemblages à chargement axial ou excentré, les auteurs ont rencontré souvent le problème de calcul des rigidités pour les éléments filetés ou bien pour les pièces assemblées. Dans ce cas, ils appliquent des modèles existants ou bien ils développent leurs propres modèles, comme dans [4], [62], [70]. On trouve dans la littérature [53], [29], [71], [20], les modèles les plus courants qui peuvent être utilisés pour la détermination des raideurs axiales ou de flexion des éléments filetés et des pièces assemblées.

Les assemblages à plusieurs boulons n’ont fait l’objet que de quelques travaux. Kowalske [35] a étudié une poutre reposant sur la moitié inférieure, l’assise a été remplacée dans le modèle de calcul par un nombre limité d’appuis élastiques. On trouve un développement conséquent de ces modèles dans les travaux d’Oden et Pires [50]. Ceux-ci ont développé un modèle de calcul, avec lequel on peut déterminer des assemblages de type poutre à un ou plusieurs boulons. On peut introduire les charges de fonctionnement sous forme de forces parallèles aux axes des boulons, des moments et des charges distribuées. La flèche de la poutre est déterminée, par une résolution analytique ou par la méthode des différences finies

19

Chapitre I

Etat de l’art sur les assemblages filetés à chargements excentrés

de l’équation différentielle d’ordre quatre, donnée par la relation Eq. (1-39), avec des conditions aux limites convenables.

E

I

pp

4

w

4 +

x

kw

i

=

p

(1-39)

Numériquement l’équation précédente est remplacée par la formulation approchée (1-40).

Avec :

E

p

1 i N

I

p

w

i

+

1

2w

i

+

w

i

1

Δ

2

x p

+

k w

i

i

=

p

i

(1-40)

w : est la flèche de la poutre en un point d’abscisse x

k i : est la raideur du i ème appui élastique.

p : la densité de charge linéique appliquée à la poutre.

I p : le moment quadratique de la poutre.

E p : le module de Young du matériau constituant la poutre.

w i : la flèche au i ème nœud du maillage considéré.

Δ x p : le pas du maillage considéré.

p i : la densité de charge nodale.

N : le nombre total de nœuds sur la poutre.

La matrice de rigidité globale de la poutre et de l’appui élastique s’obtient en additionnant

les N équations algébriques. Cela donne un système d’équations linéaires à N inconnues (les

flèches w i ,1 i N ). La résolution du système d’équations se fait par un processus itératif.

A chaque itération, on calcule la pénétration des flèches des nœuds dans la fondation

élastique. Le test de pénétration se fait par vérification du signe de chaque flèche.

Al-Jabri [14] a modélisé un assemblage poutre-poteau à trois boulons sollicité par un moment extérieur et sous une température élevée. Le LGMT a mis au point un modèle analytique, appelé « poutre fléchie » ou « modèle non-linéaire », et l'a validé pour les brides rectangulaires et circulaires. Marty [44] a modélisé les brides cylindriques comme des plaques

en flexion reposant sur leur moitié inférieure considérée en compression et discrétisée. Il a

développé un programme de calcul par éléments finis, construit à partir des éléments de type

plaque axisymétrique à deux nœuds, pour étudier le supplément d’effort et de moment dans le boulon. Benkhira [7] a contribué à la modélisation numérique des brides prismatiques boulonnées en tenant compte du frottement à l’interface. Parmi les modèles numériques des assemblages boulonnés, développés au LGMT et qui prennent en compte les conditions de contact on trouve le modèle de Lakiss [37].

Malheureusement, les modèles existants restent limités, car ils ne modélisent que des assemblages de forme géométrique simple et bien définie. Ils ne permettent pas de définir les différentes zones de contact (adhérence, décollement). Les modèles qui intègrent une couche élastique au niveau du contact entre pièces, ne montrent pas comment déterminer les raideurs

de ces éléments élastiques et comment elles évoluent en fonction du chargement.

20

Chapitre I

Etat de l’art sur les assemblages filetés à chargements excentrés

1.4 Conclusion et position du sujet de recherche

Le modèle VDI 2230 linéaire prend en compte la flexion de la liaison en considérant que le solide intéressé par la déformation de flexion a un axe neutre parallèle à l'axe du boulon. On peut dire que cela est conforme à la représentation des assemblages de pièces dont l'épaisseur est grande par rapport à leurs autres dimensions.

Pour de nombreux assemblages courants, l'épaisseur des pièces reste faible par rapport à leur longueur et par rapport à la valeur de l'excentration des charges. Le modèle en poutre fléchie semble alors plus naturel. On cherche alors à étendre l’application de ce dernier modèle aux fixations à deux boulons et on s’intéresse au développement d’un outil de dimensionnement des assemblages de pièces prismatiques par deux éléments filetés disposés en « Tandem », comme le représente la Figure 1.14. Cet assemblage est soumis à un

chargement fortement excentré de tension et/ou de compression.

±± FF EE ±± MM EE
±± FF EE
±± MM EE

Figure 1.14 : Fixation par deux boulons en « Tandem », sollicitée par une charge fortement excentrée de tension et/ou de compression parallèle aux axes des vis.

L'application du modèle poutre fléchie, pose de nombreux problèmes :

- Absence de formules analytiques qui donnent les valeurs des raideurs au niveau des zones de contact ;

- Evolution du contact entre la pièce et le bâti ;

- Effet du coin si l’assemblage est sollicité en compression ;

- Stabilité de l'assemblage ;

- Cas d’un assemblage à un boulon ;

- Cas d’un assemblage à deux boulons.

Le modèle non linéaire ou poutre fléchie a été développé pour le cas d’un assemblage à un boulon [23]. Il est développé et étendu au cas d’un assemblage à deux boulons travaillant en tension et en compression, dans le cas le plus général où la zone d’appui est décalée par rapport à la zone d’application de la charge. C’est cette disposition qui justifie l’utilisation d’un assemblage à deux boulons.

21

Chapitre II :

MODELISATION ANALYTIQUE

D’UN ASSEMBLAGE PRECONTRAINT A UN OU A DEUX BOULONS

ET À CHARGEMENT EXCENTRE

Il s'agit de déterminer une loi analytique modélisant le comportement d’une poutre sollicitée en flexion. Dans un premier temps, nous présentons brièvement le problème d’une fixation à un seul boulon. Par la suite, nous étendons le modèle de la fixation à deux boulons.

Dans le cas d’efforts fortement excentrés le modèle linéaire proposé par la recommandation VDI 2230 n’est plus applicable. D’autre part, cette modélisation est basée sur le principe d’un non-décollement à l’interface de contact des pièces assemblées. Dans le cas des poutres soumises à de la flexion prépondérante, cette dernière hypothèse n’est plus réaliste.

De nombreux travaux expérimentaux ont montré de façon évidente que la force de précontrainte et la rigidité de flexion de la pièce sont les deux paramètres les plus importants. Le modèle qui est proposé par Agatonovic [1] prend en compte ces deux grandeurs et notre modélisation s’appuie sur ces travaux.

2.1 MODELE ANALYTIQUE A UN BOULON

2.1.1 Modèle analytique à un boulon et en tension

Le modèle adopté par Agatonovic [1] et complété par les travaux du LGMT [23] et [6], consiste à utiliser des ressorts pour modéliser la raideur locale en compression de la poutre et la raideur en traction du boulon.

Le principe consiste à calculer la valeur de l’excentration s de la résultante des forces de contact F P1 en utilisant le modèle de poutre défini sur la figure 2.1 et modélisé par une poutre en flexion et des ressorts de raideurs K B1 pour le boulon et K P pour la pièce.

F E θ B1 Δ B Δ OB M FB1 K P Δ P Δ
F
E
θ B1
Δ B
Δ OB
M
FB1
K P
Δ P
Δ OP
f
D
hp
F B1
Q
F B1
K B1
Socle
rigide
F P1
M FB1
s
m
(a)
(b)
(c)

Figure 2.1 : Modèle poutre fléchie en tension (F E positif)

23

Chapitre II

Modèle analytique

Les hypothèses principales consistent à admettre que l’influence du trou de passage du boulon sur la rigidité en flexion des pièces est négligeable ; que la rigidité en flexion ainsi que la raideur de compression des pièces assemblées restent constantes mais aussi que les efforts qui sont situés dans le plan de symétrie de la poutre sont introduits dans le plan supérieur de la pièce.

En écrivant les conditions de compatibilité des déplacements, entre l’état précontraint (Figure 2.1-b) et l’état chargé (Figure 2.1-c), on trouve les équations (2-1) et (2-2). En introduisant ensuite les équations d’équilibre de la pièce fléchie, on obtient les relations permettant le calcul du paramètre s, de la réaction F P1 et de l’effort de tension F B1 , équations (2-3), (2-4) et (2-5).

ΔΔ=

0

ΔΔ=

0

0P

P

+

+

Δ

0B

= Q.S

b

Δ

B

= F

B1

.S

b

+ Q.S

P

+ F

P1

.S

= Q.(S

P

- f

D

m .s

3

+

(

Q

S

b

) s

=

0

   

m

6 .E

p

. I

p

. S

éq

F

E

S

éq

 

F

B1

=

F

E

F +F

E

P1

-F

B1

1

+

=0

m

s

 

b

+ S

P

)

(2-1)

(2-2)

(2-3)

(2-4)

(2-5)

De plus, on admet que le boulon suit parfaitement la déformation de la pièce. De cette condition d’égalité de rotation angulaire entre la tête de la vis et la pièce (θ B1 = θ P ), on obtient la relation donnant le moment de flexion dans le boulon :

M

FB1

=

m .s. E

b

2. h

2. h . E

. E

. I

b

. I

p

p

p

F

E

(2-6)

Avec :

Souplesse du boulon : S b =1/K B1

Souplesse de la pièce : S p =1/K P

Souplesse équivalente : S éq = S b + S p

Module de Young du boulon : E b

Module de Young de la pièce : E p

Pour une géométrie connue, un chargement F E et une précontrainte donnés, il est possible de déterminer les inconnues du problème (s, F P1 , F B1 , M FB1 ) en résolvant le système d’équations (2-3), (2-4), (2-5) et (2-6). Pour obtenir des résultats cohérents il faut évaluer avec précision les raideurs locales (ou les souplesses locales) des pièces sollicitées de l’assemblage. Il est possible de calculer ces raideurs à partir d’un calcul par éléments finis. Cependant, cette procédure reste trop lourde à mettre en œuvre dans le cadre d’études préliminaires. Plusieurs travaux proposent des méthodes de calcul des raideurs des zones en compression des pièces assemblées (Annexe V). Ces méthodes sont insuffisantes et ne donnent pas de formulations précises pour les raideurs équivalentes aux contacts. Pour le calcul de la raideur de la vis, on utilise le modèle LGMT [23].

24

Chapitre II

Modèle analytique

2.1.2 Modèle analytique à un boulon en compression

M FB F B1 F B1 F P1 M FB F P2 s v w
M FB
F B1
F B1
F P1
M FB
F P2
s
v w

F E

F B1 F E F F P1 P2 P B s P 1 1 2
F
B1
F
E
F
F
P1
P2
P
B
s
P
1
1
2
v
w
u

Figure 2.2 : Modèle poutre fléchie en compression (F E négatif)

Le problème est similaire à l’étude pour F E positif. Les inconnues du problème sont les mêmes que précédemment (s le décollement de la poutre par rapport au boulon, F B1 l’effort de tension dans le boulon, F P1 l’effort de contact du support sur la poutre) auxquelles on ajoute F P2 l’effort de réaction de la pièce à l'extrémité « coin » du support (Figure 2.2).

Il faut trouver quatre équations fonctions de quatre inconnues : s, F B1 , F P1 et F P2 . Pour satisfaire ce problème, on applique le même raisonnement que dans le cas de la tension. Entre l’état précontraint et l’état chargé on établit les conditions de compatibilité des déplacements entre P 1 et B 1 par la relation (2-7). Les conditions d’équilibre (2-8) et (2-9), sont définies par l’application du principe fondamentale de la statique. Enfin la dernière équation est obtenue en écrivant la condition de compatibilité de déplacement entre P 1 et P 2 soit la relation (2-10).

Δ

0

= Q.S

eq

= F

B1

.S

b1

+ F

P1

.S

P1

-F

P1

s

3

6.E .I

P

P

F

P1

+ F

P2

- F

B1

- F

E

= 0

v.F

B1

F

P1

.S

- (v + s).F

P1

P1

- F

P2

.S

P2

=

- w.F

E

= 0

A

B

6

2

.(s + v)

3

+

(s + v)

2

+ C(s + v) + D

(2-7)

(2-8)

(2-9)

(2-10)

Où A, B, C et D sont exprimés en fonction des variables : s, F P1 et F P2 .

A =

C =

F

E

F

P2

E

P

.I

P

F

P1

.s

2

A.s

2

2.E

P

.I

P

2

B.s

B =

D =

(

F

P2

F

E

)(

. s

+

v

)

w.F

E

E

P

.I

P

F

P1

.s

3

A.s

3

B

6.E

P

.I

P

6

2

.s

2

C.s

Remarques sur l’évolution de s

Dans la réalité et pour une étude en tension, la variation de s n’est pas infinie. On peut être confronté à deux cas qui limitent la position de F P1 . Le premier cas, consiste à limiter le socle d’une distance u, du côté de s (Figure 2.2). Pour une configuration de s = u, on modifie considérablement la zone de contact entre la pièce et le socle jusqu'à la restreindre à l’arête du

25

Chapitre II

Modèle analytique

socle. En général, cette configuration est néfaste à la bonne tenue de la pièce (pression de contact locale très élevée). L’autre cas correspond à un montage avec deux vis de fixation espacées de la valeur u. Dans cette condition, le paramètre s peut continuer à évoluer. Cependant, les conditions limites ne sont plus les mêmes car il faut prendre en considération le comportement associé à la deuxième vis. Ce nouveau problème est une suite du premier modèle présenté. On montrera, par la suite dans quel cas l’ajout d’une deuxième vis améliore les performances de la fixation.

2.2 MODELE ANALYTIQUE A DEUX BOULONS

On s’intéresse au modèle paramétré comportant deux vis fixant une poutre de section rectangulaire (2a x h P ), sur un support considéré rigide. À l’extrémité de la poutre, on exerce un effort F E alternatif (même intensité dans les deux directions).

w v h P u t F E a
w
v
h P
u
t
F E
a

Etude en tension de la poutre

F E
F E

Etude en compression de la poutre

Figure 2.3 : Modèle paramétré - poutre fléchie sollicitée par un effort alterné

Les modèles qui seront appliqués seront basés sur l’approche des Figures 2.4 et 2.5. Dans cette étude, on considère que la tête des vis suit l’évolution angulaire de la poutre.

2.2.1 Modèle analytique à deux boulons en tension

On adopte pour le deuxième boulon les mêmes caractéristiques géométriques et la même précontrainte Q.

F B2 F B1 F P1 P 1 B 2 B 1 P 2 s
F B2
F B1
F P1
P 1
B 2
B 1
P 2
s
u
v
w
s’
m

F E

Figure 2.4 : Modèle analytique poutre fléchie sollicitée par un effort alterné F E >0.

26

Chapitre II

Modèle analytique

Lorsque l'on applique progressivement F E , on observe que le décollement s augmente petit à petit. Tant que s est plus petit que l'entraxe des deux vis, la seconde vis ne travaille pas. Son état de contrainte est toujours celui de la précontrainte seule. Mais lorsque s atteint cette valeur d'entraxe ou la dépasse, alors il faut la prendre en compte. Celle-ci contribue à l'état d’équilibre final.

Notation : m = v + w

Les inconnues du problème sont :

s le décollement de la poutre par rapport au boulon 2

F b1 l'effort de traction dans le boulon 1

F b2 l'effort de traction dans le boulon 2

F p1 l'effort de réaction du support sur la poutre

Il faut trouver quatre équations en fonction de ces inconnues.

Compatibilité de déplacement entre P 1 et B 1 :

Δ

0

= Q.S

eq

=

F

P1

.S

P1

+F

B2

Equations d’équilibre :

F P1

- F

B1

- F

B2

u.F

B2

+ m.F

E

+ F

E

= 0

- (u+s).F

P1

.S

b

= 0

- F

P1

s

3

6.E .I

P

P

Compatibilité de déplacement entre B 1 et B 2 :

Avec :

(F

B1

- F

B2

).S

b

=

A

.u

3

B

+

6

2

.u

2

+ C.u

(2-11)

(2-12)

(2-13)

(2-14)

A =

F

B1

-F

E

B =

(F -F

E

B1

)u+m.F

E

C =

F