Vous êtes sur la page 1sur 81

REVUE DE PRESSE DU 27 AVRIL AU 3 MAI 2009

LA VIE DU MODEM ............................................................................................................................................................................. 4


AGENDA ............................................................................................................................................................................................... 4
Elections européennes.................................................................................................................................................................... 4
Sixième Convention thématique – Metz le 9 Mai : "L'Europe protectrice des libertés".................................................................................. 4
Septième convention thématique – Paris le 13 Mai : «Quelle Europe pour quel monde ?» ............................................................................ 4
(affaires étrangères, défense, développement).................................................................................................................................................. 4
Huitième et dernière convention - Montpellier le 17 mai : « Le modèle européen »........................................................................................ 4
Compte-rendu 4ème convention thématique - Blog de Campagne Echos de la convention “Europe : l’urgence sociale”............................... 4
Compte-rendu de la convention de Londres - MoDem-LibDems, rencontre au sommet en Angleterre ! ....................................................... 7
François Bayrou........................................................................................................................................................................... 11
VIE INTERNE ...................................................................................................................................................................................... 11
Présentation de l’IDEM (Intranet Démocrate) par les Jeunes Démocrates..................................................................................................... 11
Interview de la semaine : Jean-François Kahn.......................................................................................................................... 11
REACTIONS ET INTERVENTIONS ....................................................................................................................................................... 12
François Bayrou........................................................................................................................................................................... 12
29 avril 009 - François Bayrou pour une Europe "qui ne se résigne pas à la loi du plus fort"........................................................................ 12
Corinne Lepage ............................................................................................................................................................................ 12
BlogNote - 27 avril 2009 - Corinne Lepage: pilotage à vue........................................................................................................................... 12
Site Cap21 - 23 avril 2009 - OGM : Corinne Lepage et CAP21 dénoncent la composition du Haut Conseil des Biotechnologies ............... 13
Nathalie Griesbeck ....................................................................................................................................................................... 14
27 avril 2009 - L'Union européenne « vole » au secours du secteur aérien.................................................................................................... 14

LE MODEM DANS LES MEDIAS..................................................................................................................................................... 15


SORTIE DU LIVRE « ABUS DE POUVOIR » DE FRANÇOIS BAYROU .................................................................................................... 15
AFP – 2 mai 2009 - Pamphlet anti-Sarkozy de Bayrou: l'UMP allume un contre-feu .................................................................................. 15
La Libre (Belgique) – 30 Avril 2009 - Un pamphlet au vitriol contre Sarkozy signé Bayrou sort ce jeudi ................................................... 16
RTL Info (Belgique) – 30 Avril 2009 - France: le centriste François Bayrou étrille Sarkozy dans un pamphlet........................................... 17
Info RSR (Suisse) – 30 Avril 2009 - Le coup de griffe de Bayrou à Sarkozy ................................................................................................ 17
Le Temps – 1er Mai 2009 - Le pamphlet de Bayrou surfe sur la vague de l’anti-sarkozysme ....................................................................... 18
Canada ........................................................................................................................................................................................................... 18
Le Figaro - 30 avril 2009 - Bayrou prend la plume contre Sarkozy ............................................................................................................... 18
Sud-Ouest - 30 avril 2009 - Bayrou lance son « J'accuse » ............................................................................................................................ 19
Le Journal du Dimanche – 3 Mai 2009 - Bayrou-Sarkozy: Le temps de la haine .......................................................................................... 21
Le Journal du Dimanche - 30 avril 2009 - Bayrou à livre ouvert ................................................................................................................... 22
RTL - 30 avril 2009 - La croisade de François Bayrou vue par Alain Duhamel ............................................................................................ 23
Le Nouvel Observateur - 30 avril 2009 - Livre de Bayrou : Sarkozy dit accepter les critiques...................................................................... 24
Libération - 27 avril 2009 - En attendant 2012, le coup d’éclat permanent.................................................................................................... 25
Libération - 30 avril 2009 - Livre de Bayrou: le «no comment» de Sarkozy ................................................................................................. 26
Le Point - 30 avril 2009 - LIVRE DE BAYROU - Le "no comment" de Nicolas Sarkozy............................................................................ 27
Le Point - 29 avril 2009 - LIVRE - François Bayrou : "Sarkozy a choisi le modèle américain de société bushiste" ..................................... 27
L’Express - 30 avril 2009 - Nicolas Sarkozy refuse la polémique avec François Bayrou .............................................................................. 28
Libération - 30 avril 2009 - Paillé «démasque» Bayrou en librairie............................................................................................................... 29
Les Echos - 29 avril 2009 - Bayrou se concentre sur l'antisarkozysme .......................................................................................................... 30
Le Monde - Verbatim 29 avril 2009 - "La plus impressionnante confiscation de pouvoirs".......................................................................... 31
Le Monde - 29 avril 2009 - François Bayrou se pose en procureur du sarkozysme ....................................................................................... 31
L’Express - 29 avril 2009 - Dans un livre-brûlot, Bayrou accuse Sarkozy d'abus de pouvoir........................................................................ 32
PRESSE ............................................................................................................................................................................................... 34
Le Figaro ...................................................................................................................................................................................... 34
30 avril 2009 - Paillé : «Bayrou ne peut être élu que grâce à la gauche» ....................................................................................................... 34
28 avril 2009 – Michel Mercier : «Le sénat votera le projet de loi Bachelot» (Talk à écouter en cliquant sur le lien) .................................. 34
28 avril 2009 - Quand Bayrou savoure ses bons sondages............................................................................................................................. 35
Associated Press............................................................................................................................................................................ 35
29 Avril 2009 - Martine Aubry demande à François Bayrou de "choisir" entre la gauche et la droite........................................................... 35
Le Monde ...................................................................................................................................................................................... 36
29 avril 2009 - Pour l'Elysée, le président du MoDem reste "l'homme à abattre" .......................................................................................... 36
Les Echos ...................................................................................................................................................................................... 37
28 avril 2009 - Une majorité de Français contre une alliance PS-Modem ..................................................................................................... 37

FJ - 1
France-Soir................................................................................................................................................................................... 37
2 mai 2009 - Présidentielle : la campagne est ouverte.................................................................................................................................... 37
Libération...................................................................................................................................................................................... 38
28 avril 2009 - Le PS incommodé par le cas Bayrou ..................................................................................................................................... 38
27 Avril 2009 - En attendant 2012, le coup d’éclat permanent ...................................................................................................................... 39
27 avril 2009 - Bayrou, l’homme qui parle à l’oreille de la gauche ............................................................................................................... 39
Investir .......................................................................................................................................................................................... 41
2 mai 2009 - Mesdames et Messieurs les politiques, parlez-nous d’Europe .................................................................................................. 41
Le Nouvel Observateur................................................................................................................................................................. 42
3 Mai 2009 - François Bayrou "ne peut pas être un grand politique", selon Xavier Bertrand ........................................................................ 42
1er Mai 2009 - Les socialistes défilent en ordre dispersé............................................................................................................................... 43
Le Point......................................................................................................................................................................................... 43
30 Avril 2009 - Le style Bayrou..................................................................................................................................................................... 43
29 avril 2009 - Bayrou est "dans la dénonciation en France" mais pas en Europe, estime Aubry................................................................. 44
Marianne ...................................................................................................................................................................................... 44
29 avril 2009 - Partage des tâches: Bayrou dénonce, Aubry propose…......................................................................................................... 44
Paris-Match .................................................................................................................................................................................. 45
27 avril 2009 - Jean-François Kahn, candidat MoDem dans l'Est .................................................................................................................. 45
Mediapart...................................................................................................................................................................................... 46
1er mai 2009 - Convergence subreptice entre PS et MoDem à l'Assemblée nationale................................................................................... 46
Arrêt sur images ........................................................................................................................................................................... 47
30 avril 2009 - 09h15 le neuf-quinze Bayrou, l'oubliette et les micros .......................................................................................................... 47
Le petit journal ............................................................................................................................................................................. 47
1er mai 2009 - Le Modem et les LibDems unis pour les Européennes .......................................................................................................... 47
Profession Politique...................................................................................................................................................................... 48
29 Avril 2009 - Européennes : le moment Bayrou ? ...................................................................................................................................... 48
Le Dauphiné ................................................................................................................................................................................. 48
30 avril 2009 - Modem : Bayrou défend le "modèle français" au Stade des Alpes ........................................................................................ 48
Le Bien Public .............................................................................................................................................................................. 49
26 avril 2009 - François Bayrou : un homme en campagne ........................................................................................................................... 49
Paris-Normandie .......................................................................................................................................................................... 51
29 avril 2009 - Corinne Lepage «Pour une Europe égalitaire»...................................................................................................................... 51
Toute l’Europe.............................................................................................................................................................................. 51
27 avril 2009 - Corinne Lepage : "On oublie trop souvent le volet social lorsqu'on parle de développement durable" ................................. 51
Le Progrès de Lyon....................................................................................................................................................................... 53
28 avril 2009 - Jean-Luc Bennahmias souhaite une Europe plus à l'écoute ................................................................................................... 53
Ouest France ................................................................................................................................................................................ 53
2 Mai 2009 - Bayrou, la bête orange de l'Élysée ............................................................................................................................................ 53
1er Mai 2009 - François Bayrou s'amuse d'Alain Juppé................................................................................................................................. 54
30 avril 2009 - Bayrou pense au second tour de... 2012................................................................................................................................. 54
Le Centrisme.com ......................................................................................................................................................................... 54
1er mai 2009 - Edito d'Alexandre Vatimbella: Le Centre est pluriel et son morcellement, une de ses forces principales ............................. 54
AUDIOVISUEL..................................................................................................................................................................................... 55
François Bayrou........................................................................................................................................................................... 55
France 2 – JT de 20 heures (interview) .......................................................................................................................................................... 55
France Info le 30 avril 2009 ........................................................................................................................................................................... 55
RTL le 29 avril 2009 ...................................................................................................................................................................................... 55
Convention de Londres le 27 avril 2009 ....................................................................................................................................................... 56
Printemps de Bourges .................................................................................................................................................................................... 56
Discours de clôture de Bayrou à la convention thématique de Grenoble ....................................................................................................... 56
Conférence de presse Hôpital......................................................................................................................................................................... 56
Discours de clôture à la convention thématique d’Hérouville........................................................................................................................ 56
France 3 Région Basse Normandie le 25 avril 2009 (Bayrou et Lepage)....................................................................................................... 56
Jean-Luc Bennahmias ................................................................................................................................................................. 56
Convention de Bennahmias............................................................................................................................................................................ 56
Nathalie Griesbeck ....................................................................................................................................................................... 56
Alsatic TV le 27 avril 2009 ........................................................................................................................................................................... 56
Paquet Télécom le 24 avril 2009.................................................................................................................................................................... 56
Corinne Lepage ............................................................................................................................................................................ 56
Interview sur le site Toutel’europe le 27 avril 2009....................................................................................................................................... 56

FJ - 2
Sylvie Goulard .............................................................................................................................................................................. 56
La voix est Libre - France 3 le 25 avril 2009 ................................................................................................................................................. 56
Jean-François Kahn..................................................................................................................................................................... 57
Europe 1 le 25 avril 2009 ............................................................................................................................................................................... 57

LE MODEM EN REGIONS ................................................................................................................................................................ 57


CENTRE .............................................................................................................................................................................................. 57
La Nouvelle République - 27 avril 2009 - Brève escale vierzonnaise pour François Bayrou ........................................................................ 57
Eco89 - 26 avril 2009 - Olivier Dassault chasse sur un air de lutte des classes.............................................................................................. 57
SUD ..................................................................................................................................................................................................... 59
Communiqué du MoDem Isère aux responsables Rhône-Alpes et sud-Est.................................................................................................... 59
Hérault Tribune – 2 mai 2009 - Une nuée orange sur le marché d’Agde ....................................................................................................... 59
Le Dauphiné Libéré - 29 avril 2009 - François Bayrou: "dans la crise actuelle, seule l'Europe peut nous aider" .......................................... 60
Midi Libre - 30 avril 2009 - Bayrou à Perpignan avant le 7 juin.................................................................................................................... 61
Midi Libre - 25 avril 2009 - François Bayrou viendra soutenir Jean Codognès............................................................................................. 61
Le Dauphiné - 25 avril 2009 - Bennahmias, hier à Gap, lance la campagne du Modem................................................................................ 62
SUD-OUEST ........................................................................................................................................................................................ 63
Sud-Ouest – 2 Mai 2009 – 1er Mai actif pour le MoDem ............................................................................................................................... 63
Sud-Ouest - 1er mai 2009 - Le Modem à domicile ........................................................................................................................................ 63
EITB - 30 avril 2009 - Pour le Modem "L'Europe est notre avenir" .............................................................................................................. 64
La dépêche - 30 avril 2009 - Tarbes. Modem 65 et élections européennes .................................................................................................... 65
Ouest-France - 27 avril 2009 - Pierrick Tranchevent président du MoDem en Mayenne .............................................................................. 65
Communiqué du MoDem47 - Vidéo du Café Démocrate avec Robert Rochefort ......................................................................................... 66
EST ..................................................................................................................................................................................................... 66
Macommune.info - 29 avril 2009 - Européennes : quatre Francs-Comtois sur la liste du Modem................................................................. 66
MoDem88 - 28 avril 2009 - Visite de Jean-François Kahn à Saint-Dié ......................................................................................................... 67
Dernières Nouvelles d’Alsace - 28 avril 2009 - Prisons : Le MoDem dénonce le projet d'Issenheim ........................................................... 67
20 minutes - 27 avril 2009 - Le MoDem appelle à de grands travaux............................................................................................................ 67
OUEST ................................................................................................................................................................................................ 68
Agence Bretagne Presse – 2 Mai 2009 – Communiqué Jeunes Démocrates - Nous avons reçu : Sylvie Goulard, naturelle, franche et
décapante........................................................................................................................................................................................................ 68
Paris Normandie – 2 mai 2009 – Corinne Lepage : Visite et débat politique................................................................................................. 69
Degroupnews - 28 avril 2009 - Les écoles d'Hérouville privées de Wi-Fi ..................................................................................................... 69
La Manche Libre - 27 avril 2009 - Hérouville coupe le Wifi ......................................................................................................................... 70
AFP - 27 avril 2009 - Le maire Modem de la 2e ville du Calvados va couper le Wifi dans les écoles .......................................................... 70
NORD.................................................................................................................................................................................................. 71
La Voix du Nord – 2 mai 2009 - Corinne Lepage rencontre des étudiants..................................................................................................... 71
La Voix du Nord – 2 mai 2009 - L'idée était bonne, mais le débat est resté trop abstrait à l'Atria ................................................................. 71
ILE-DE-FRANCE ................................................................................................................................................................................. 72
Blog Gagny en mouvement - 27 avril 2009 - Salle comble à Chelles (réunion publique).............................................................................. 72
Le Parisien - 28 avril 2009 - Le Conseil d’Etat invité à valider l’élection d’Aulnay...................................................................................... 72
Communiqué du MoDem Colombes (92) - Pétition...................................................................................................................................... 73

ACTUALITE......................................................................................................................................................................................... 74
EUROPEENNES ................................................................................................................................................................................... 74
Le Monde - 29 avril 2009 - Européennes : l'UMP veut s'appuyer sur le "bilan Sarkozy" .............................................................................. 74
Le Point - 28 avril 2009 - Le Nouveau Centre se met en ordre de bataille pour les européennes .................................................................. 75
AFP - 28 avril 2009 - Européennes: l'enjeu n'est pas de "faire la risette au MoDem", selon Cambadélis (PS).............................................. 76
La Provence - 27 avril 2009 - Les partis misent sur la toile ........................................................................................................................... 76
HADOPI .............................................................................................................................................................................................. 77
Le Monde – 28 Avril 2009 - Création et Internet : l'Elysée ne tolérera pas un nouveau revers...................................................................... 77
Numerama - 28 avril 2009 - Hadopi : François Bayrou critique une "obsession dangereuse et révélatrice".................................................. 78
STATISTIQUES ETHNIQUES ................................................................................................................................................................ 79
Continental News – 29 Avril 2009 - France : Des statistiques sur le "ressenti d'appartenance" ? .................................................................. 79
L’AFFAIRE DU SMS (EPILOGUE…) ................................................................................................................................................... 80
Stratégies – 29 Avril 2009 - Newsletter –Patrick Fiole écarté de la rédaction en chef du site du Nouvel Observateur.................................. 80
POUR SE DETENDRE…. ...................................................................................................................................................................... 80
Le Nouvel Observateur – 29 Avril 2009 - PS : Le MJS lance une cellule anti-Frédéric Lefebvre ................................................................. 80

FJ - 3
LA VIE DU MODEM

AGENDA

ELECTIONS EUROPEENNES

Pour connaître l’agenda des candidats à l’élection européenne http://europe.lesdemocrates.fr/agenda

SIXIEME CONVENTION THEMATIQUE – METZ LE 9 MAI : "L'EUROPE PROTECTRICE DES LIBERTES"

Samedi 9 Mai de 9h15 à 13h00 à la faculté de droit de l'université Paul Verlaine de Metz, Île du Saulcy,
Metz (57)
Inscription souhaitée : conventioneurope@lesdemocrates.fr ou par téléphone au 01 53 59 20 00.

SEPTIEME CONVENTION THEMATIQUE – PARIS LE 13 MAI : «QUELLE EUROPE POUR QUEL MONDE ?»
(AFFAIRES ETRANGERES, DEFENSE, DEVELOPPEMENT)

Présence de Marielle de Sarnez, Bernard Lehideux, Fadila Mehal


Mercredi 13 Mai de 14h30 à 18h00 au siège du Mouvement Démocrate
Amphithéâtre Jean Lecanuet 133 bis rue de l'Université, 75007 Paris
Nombre de places limité, inscription obligatoire : conventioneurope@lesdemocrates.fr
ou par téléphone au 01 53 59 20 00.

HUITIEME ET DERNIERE CONVENTION - MONTPELLIER LE 17 MAI : « LE MODELE EUROPEEN »

COMPTE-RENDU 4EME CONVENTION THEMATIQUE - BLOG DE CAMPAGNE ECHOS DE LA CONVENTION “EUROPE :


L’URGENCE SOCIALE”

Sur le média social “LesDémocrates”, un blogueur était à la 4ème convention thématique organisée par le
Mouvement Démocrate. Il nous fait ici un compte-rendu des débats et de ce qui l’a marqué.
La 4ème convention thématiques du MoDem dans le cadre de la campagne pour les élections des
parlementaires européens du 7 juin prochain portait ce samedi 24 avril sur “l’Europe sociale”, qualifiée par l’un
des orateurs comme la “deuxième jambe” d’une Union souvent perçue comme claudicante, tant celle-ci est plus
faible que la jambe “économique”.
Il ne s’agit pas ici de faire un compte-rendu exhaustif de cette manifestation, mais de mettre l’accent sur
quelques flamèches “orange” susceptibles de rallumer le feu que les fondateurs de l’Europe avaient allumés
concernant cette composante sociale. Comme l’a rappelé Marielle de Sarnez dans Petit dictionnaire pour aimer
l’Europe pour Robert Schumann le moteur de l’Europe c’est la création de solidarités de fait. C’était le cas de la
CECA (Communauté Européenne du Charbon et de l’Acier) dont l’objectif était certes la reconstruction
économique mais également de faciliter l’accès de tous au charbon si indispensable dans la vie quotidienne des
européens alors. Il a donc été beaucoup question de solidarité au cours de cet aprés midi de travaux et c’est
heureux!
Nous allons présenter d’abord les orientations et propositions politiques qui ont pu être faites puis faire écho
aux témoignages apportés par les participants aux tables rondes (du moins celles que les conditions m’ont
permis d’entendre-plus de 100 personnes en dehors de la salle, dont le rédacteur-).
Propositions politiques autour de la thématique de l’Europe sociale
FJ - 4
François Bayrou a organisé son intervention du discours de cloture autour de 4 idées :
Le social doit être au coeur de l’Europe. Pour cela l’Union doit être compréhensible et accessible aux citoyens :
Le MoDem propose d’une part que les citoyens soient avertis au moins 3 mois avant de toute décision lors de sa
préparation, et d’autre part, que toutes les décisions fassent l’objet d’une délibération publique des
gouvernements (en conseil des ministres) afin que ceux-ci n’accusent plus Bruxelles d’avoir pris des décisions
que la France par exemple a nécessairement votée.
Les différences de normes sociales et de niveaux de protection sociale entre les 27 Etats membres (notamment
entre les anciens et les nouveaux) doivent faire l’objet d’un Plan de convergence sociale au sein de l’Union sur
12 ans. L’harmonisation ou uniformisation des règles sociales sont impensable par le bas et impossible par le
haut (les nouveaux Etats membres en sont incapables et en plus cela n’a pas été assez souligné à notre avis cela
ferait évidemment le jeu des pays émergents d’Asie, d’Amérique latine ou du Maghreb). Il faut proposer et
reproduire en matière sociale ce qui a été mis en oeuvre en matière économique pour aboutir à la création de
l’euro (dont la crise a montré à quel point l’Europe et l’euro ont sauvés nos pays d’un désastre encore plus
important). Plus de 10 de période de convergence avait été nécessaires pour que les Etats membres puissent
progresser dans la compréhension de leurs choix économiques et monétaires en vue d’envisager des règles
uniques ou compatibles. Cela se fit dans le cadre du SME (Système Monétaire Européen) et du fameux serpent
monétaire. Le MoDem proposera de s’inspirer de ce modèle de convergence en matière sociale, et cela pour
atteindre des objectifs communs sur une période de 12 ans (2 ans pour réfléchir à la convergence et 10 ans pour
la mettre en oeuvre). Et celà en indiquant clairement que pour les démocrates le social est un plus pour
l’économie et non pas un boulet ou un frein. Cette proposition vise à répondre aux difficultés liées à ce que l’on
peut appeler le dumping social intra-communautaire.

Le MoDem proposera également de mettre en place un Plan de convergence à long terme pour une concurrence
équitable sur le plan social et environnemental envers les partenaires commerciaux de l’Union européenne (et
notamment sans doute les Etats-Unis, la Chine, l’Inde et le Brésil). Il s’agit ici de traiter les difficultés liées au
dumping social et environnemental extracommunautaire. Là également il s’agit d’une voie raisonnable et
réaliste entre d’une part le libre échangisme qui écrase les économies et les citoyens des pays vertueux en
matière sociale et environnementale et du protectionnisme dont l’histoire a toujours montrer les limites.
Imposer aux autres pays des règles que l’on s’est donner au sein de l’Europe n’est pas du protectionnisme, c’est
l’instauration d’une concurrence équitable entre biens et services quelque soit leur provenance (FB prenant
l’exemple des cerises sans pesticides). François Bayrou indique qu’ainsi le modèle social européen ne sera
exposé à des concurrences injustes.

Le modèle solidaire européen doit tenir compte de l’équilibre entre peuples riches et peuples pauvres, et
spécialement l’Afrique. Bien que la question n’aie pas directement trait avec l’Europe sociale François Bayrou
souhaite que dans un souci de rendre l’autonomie notamment à l’Afrique en matière de production agricole et
même industrielle ce continent puisse protéger ses agriculteurs et producteurs des exportations européennes.
Partisan d’une agriculture vivrière et paysanne sur la planète entière, et donc du manger local, nous reviendrons
dans un prochain billet sur ce sujet et sur le scandale absolu qui est la subvention des productions et
exportations agricoles par les pays riches (USA en tête) qui affament et conduisent à la ruine l’économie des
pays faibles.
Autre proposition formulée par Corinne Lepage concerne la mesure qui pourrait renverser ou rééquilibrer le
rapport de force entre le capital et le travail (et donc les salariés et les consommateurs) consistant pour en finir
avec les logiques de court terme, sacrifiant souvent le social et l’environnemental, de créer des droits
différenciés pour les actionnaires stables et les actionnaires “de passage”. Tout le monde voit bien en effet les
différences de pratiques et de traitement des salariés notamment entre les entreprises soumises aux objectifs de
rentabilité à court terme et les entreprises dites “familiales” ou ayant des actionnaires de référence stables, qui
FJ - 5
partagent avec les salariés, l’intérêt de la pérénité et du développement de l’entreprise. Ces droits différenciés
pourraient notamment consister en des droits de vote majorés et une fiscalité préférentielle.
Témoignages des participants aux tables rondes (non exhaustif)
Indépendament des conditions matérielles qui ne nous ont pas permis d’entendre et de noter toutes les
interventions nous ne rapporterons ici que des éléments de témoignages qui nous semblent être particulièrement
en phase avec le modèle humaniste pour le XXIème siècle proposé par le MoDem.
Action d’insertion pour des personnes éloignées de l’emploi financée partiellement par l’Union européenne.
Baya Mokhatari médiatrice sociale à l’association d’Hérouville Saint Clair (14) “La voix des femmes” a évoqué
une action de formation “Mieux être Bien être” qui a rencontré un succès et des résultats forts intéressants. Il
nous semble que cette action est particulièrement symbolique des actions insuffisamment conduites pour
réduire durablement le taux de chômage en deça des 9% ou 8% en France. Nous en avons déjà parlé et nous en
reparlerons dans le cadre de la promotion des “emplois oranges”. Nous pensons en effet qu’il faut renforcer les
structures et les emplois dans le secteur de l’accompagnement à l’accès ou au retour à l’emploi comme cela est
pratiqué au Danemark par exemple.

Difficultés administratives et financières pour l’octroi d’aides des fonds structurels (FSE) et programmes
communautaire de formation. Une intervenante d’une association d’insertion (dont je n’ai pu entendre le nom)
ayant mis en oeuvre avec des financements européens de nombreuses actions à insister sur le caractère
particulièrement décourageant pour les praticiens sur le terrain des charges administratives liées aux demandes
de financement et indiquer que certains organismes de formation préfèrent y renoncer. Marielle de Sarnez a
indiqué que l’administration française sur-ajoute à l’administration européenne ce qui est exact mais pour avoir
également vécu ces difficultés il est impératif, comme cela a été évoqué lors de la table ronde, que le Parlement
européen se saisissent de cette question de la simplication des financements européens. Le représentant de
l’Union régionale CFTC du Nord a indiqué qu’il serait également souhaitable que soit prévu des avances de
trésorerie pour les partenaires d’actions disposant de peu de moyens financiers.

Elargissement du dialogue social européen aux situations interessant les plus faibles. Plusieurs intervenants ont
évoqués ce moyen de relancer le dialogue social en Europe. Monsieur Legros spécialiste de la pauvreté a
particulièrement insister sur la nécessité pour l’Europe d’intervenir sur plusieurs axes pouvant avoir pour effet
de prévenir l’exclusion : renforcer les garanties collectives des salariés, agir en faveur du logement social, avoir
des actions énergiques en matière de santé publique : la lutte contre les inégalités de santé étant essentielle dans
la prévention des inégalités sociales.

L’entreprise socialement responsable comme moyen de faire progresser la convergence sociale entre Etats
membres. Un universitaire lillois est intervenu sur ce thème en prenant appui sur les décisions récentes de la
CJCE en matière de personnels détachés et de prestations de services pour illustrer les difficultés de la
construction d’un espace social européen. Tout en partageant l’avis de Marielle de Sarnez selon lequel les
décisions de la CJCE sont particulièrement plus subtiles que la façon dont elles sont généralement trop
hativement présentées, nous encourageons ici le MoDem a particulièrement approfondir sa réflexion sur ce
champ de la responsabilité sociale des entreprises qui a déjà fait d’ailleurs l’objet d’un livre vert de l’UE. La
Responsabilité Sociale et Environnementale des entreprises est effectivement un outil particulièrement efficace
pour encourager les entreprises à être vertueuse en supportant par exemple (à notre avis via un système de
bonus/malus) les conséquences elles mêmes de leurs incuries avérées en matière de non-respect des normes et
objectifs sociaux collectifs. Ce système du “pollueur-payeur” à l’avantage de ne pas permettre à un acteur de se
défausser sur la société ou collectivité pour réparer les dégâts dont il est à l’origine.

FJ - 6
De la nécessité du pragmatisme dans la construction de l’Europe sociale : Le représentant de l’Union régional
CFTC a pour sa part donner un témoignage riche et qui illustre parfaitement l’importance du pragmatisme (ou
réalisme dans la construction sociale de l’Europe) cad de la nécessité de tenir compte des faits. A titre
d’exemple il a fournit : nécessité de se préoccuper de la qualité des emplois, le monde de demain est le monde
des PME et le monde changera de visage s’il y a une Europe forte, travail nécessaire entre syndicats et
associations comme dans le collectif Alerte, pas de projets sociaux européens sans le soutien de la base (des
salariés) en prenant exemple sur un projet EQUAL sur les séniors se heurtant aux réticences envers
l’allongement de la vie au travail.

Une stratégie culturelle pour l’Europe. Non pas en marge de l’Europe sociale, mais au coeur de l’Europe, de ses
valeurs et de la construction européen Jean Lambert-Wild Directeur de la Comédie de Caen a brillament
dénoncé le scandale que représente l’absence de l’art et de la culture comme priorité européenne. Ne serait-ce
que pour le rôle social des arts et de la culture dans le cadre de l’éducation et la médiation artistique pour
l’insertion et pour d’autres raisons plus essentielles tenant aux valeurs et à la civilisation européenne il
conviendrait de mettre fin à ce scandale.
En s’appuyant sur les propos de Robert Rochefort qui indiquait qu’une étude récente montre que 68% des
français avaient le sentiment que l’on ne faisait pas assez pour les défavorisés, le MoDem, son modèle
humaniste pour le XXIème, avec ses propositions et son modèle solidaire dont François Bayrou indiquait qu’il
était valable pour l’Europe comme pour la France, est en phase avec son temps. Le temps de la révolution
civique orange !
http://europe.lesdemocrates.fr/echos-de-la-convention-%E2%80%9Ceurope-l%E2%80%99urgence-
sociale%E2%80%9D/

COMPTE-RENDU DE LA CONVENTION DE LONDRES - MODEM-LIBDEMS, RENCONTRE AU SOMMET EN ANGLETERRE


!

En direct de notre envoyé spécial, Arnaud Hoyois (Quindi), à Londres (photos très sympa sur le site du
MoDem UK) :
Elections Européennes : Rencontre au sommet MoDem - LibDems ou la Convergence Franco-Britannique
François Bayrou rencontrait Nick Clegg, président des Libéraux Démocrates (LibDems), hier à Londres lors
d'une réunion avec les français de l'étranger dans un Collège Britannique (Goodenaugh College - London
House) à l'initiative du MoDem UK et Irlande1, et son président Guilhem Nègre. Cette rencontre avec les
français de l'étranger complétait une visite à Londres où il aura aussi pu discuter avec les étudiants de la
London School of Economics and Political Science (LSE) et visiter, en compagnie de Nick Clegg, le quartier
écologique de Bed Zed à Hackbridge dans la banlieue sud de la ville2. Pendant les échanges avec la salle à
London House, François Bayrou et Nick Clegg auront signalé tout le respect qu'ils avaient l'un pour l'autre, et
démontré la convergence de vues entre les deux membres de l'Alliance des Démocrates et Libéraux pour
l'Europe (ADLE3), ainsi que leur divergences sur des éléments de politique nationale, qu'ils indiquent être une
composante fondamentale de l'UE, sa diversité. Etaient aussi présents plusieurs têtes de liste MoDem aux
élections européennes dont Marielle de Sarnez, Nathalie Griesbeck, Jean-Marie Beaupuy , et leurs homologues
britanniques des LibDems, dont la Baronne Sarah Ludford4, seule élue LibDem à Londres du parlement
sortant.
Lors de sa présentation en début de réunion, François Bayrou aura insisté sur les atouts considérables de son
homologue britannique, « jeune, charismatique et responsable, devant lui permettre de changer le profil de la
politique britannique ». Tout comme en France, le Royaume-Uni souffre d'une bipolarisation excessive de sa
politique nationale, (même si cela est moins marqué qu'en France au vu du dernier scrutin municipal5), ce que
François Bayrou résume, non sans humour, au « choix entre deux erreurs ». Il poursuit en précisant qu'il existe
FJ - 7
une convergence de vues importante entre les deux partis sur les points essentiels, notamment ceux concernant
les liens entre les hommes et leurs systèmes économiques et politiques, tout en notant que des divergences
existent aussi, pour l'essentiel liées à des visions politiques nationales (libertés, OTAN, adhésions à l'UE), « ce
qui est légitime ».
Nick Clegg poursuivra la partie présentation dans un français impeccable. Il se dit « grand fan de François
Bayrou », ce qui est « a given » (donnée factuelle). Même s'il y a toujours des nuances entre deux pays et deux
cultures politiques différentes, plusieurs grands thèmes les unissent : toute réforme économique liée à la crise
actuelle, doit aussi s'accompagner d'une réforme politique ; le manque de transparence du système économique
est lié au manque de transparence du système politique ; « les risques liés à un monde globalisé (économiques,
écologiques, diverses formes de criminalités sans frontières) doivent nous mener à trouver des solutions
ensemble, y compris au niveau supranational ». Dans ce dernier domaine il rappelle le principe « there is safety
in numbers » (plus on est nombreux, moins on court de risques), du choix simple entre ceux qui souhaitent une
réponse européenne aux défis du monde globalisé, et ceux qui ne comprennent pas cela, dont les conservateurs
britanniques.
Les deux têtes de listes pour Paris et Londres, Marielle de Sarnez et Sarah Ludford, poursuivront, l'une insistant
sur l'importance de ce type de réunion consacrée aux questions européennes à l'heure où les crises se succèdent,
de l'importance de la solidarité européenne avec les pays en développement, et la nécessaire promotion d'un
monde multipolaire où l'UE aurait toute sa place, l'autre sur le besoin de combattre le protectionnisme, qui aura
fait des ravages lors des crises précédentes, et du besoin de parler d'une même voix auprès des institutions
financières internationales.
La réunion se transforme alors en une série de questions-réponses avec les français de l'étranger et les
britanniques présents à London House :
L'adhésion de la Turquie : François Bayrou insiste tout d'abord sur la définition nécessaire de la nature de l'UE,
une vision continentale faite d'une structure devant servir à promouvoir nos intérêts et nos valeurs, ou la vision
plus britannique qui correspond uniquement à un marché commun et une zone de droit européenne. Par ailleurs,
la période probatoire actuelle, où la Turquie ne répond pas aux critères d'adhésion, demeure, et la question de sa
pleine adhésion reste donc encore ouverte. Il avoue sa préférence pour un partenariat entre l'UE et la Turquie,
mais reconnait que c'est une des nuances entre la vision européenne française et britannique. Il suggère de
continuer à y réfléchir, sans en faire un sujet de querelles, en respectant tous les acteurs du processus
d'adhésion. Il rappelle une anecdote où Jean-Claude Casanova, directeur de la revue Commentaires, rencontrait
l'ancien Secrétaire d'Etat américain, Henry Kissinger, qui lui fera ce commentaire au sujet de l'adhésion de la
Turquie à l'UE: « si j'étais européen, je serai contre, mais je suis américain, donc je suis pour ».
Nick Clegg préfèrera lui une réponse empreinte du « pragmatisme anglo-saxon ». La grande question pour l'UE
ne doit pas être sa définition, mais plutôt la démonstration de ses aspects bénéfiques concrets pour les citoyens
européens. Elle doit encore gagner « la bataille des cœurs » et démontrer qu'elle un facteur considérable de
prospérité et stabilité. Elle représente pourtant aujourd'hui « une des réponses les plus sophistiquées aux défis
de la mondialisation ».* Plus spécifiquement sur la Turquie, les LibDems ont l'ambition de faire entrer la
Turquie dans l'UE compte tenu des valeurs communes de tolérance, justice et stabilité, mais cela n'est pas
d'actualité. Il précise qu'il s'agit avant tout d'un refus de créer de nouvelles barrières culturelles en EUrope, et du
constat que la dernière vague d'adhésions aura permis d'étendre la culture de la démocratie, des droits de
l'homme et du pluralisme à l'est du continent, l'UE est ainsi un fantastique catalyseur de valeurs démocratiques.
L'Euro : les LibDems pensent toujours que l'adhésion du Royaume-Uni sera nécessaire après consultation
populaire par voie de référendum, même si le contexte politique britannique ne s'y prête pas compte tenu des
instabilités liées à la crise économique et financière. Les autres partis politiques britanniques considèrent que la
question a été tranchée, mais Nick Clegg pense que la question reviendra au devant de la scène.
La Crise Financière : François Bayrou précise que le MoDem et les LibDems sont les deux mouvements les
plus européens de leurs systèmes politiques nationaux respectifs. Les questions universelles liées à la crise
FJ - 8
économique et financière exigent des réponses communes. Deux assurances doivent être données aux électeurs
européens : d'une part la protection de leur identité par l'Union, réitérant la devise et la nature de l'UE, qui
mettent la diversité et le pluralisme au centre de notre action, d'autre part la transparence nécessaire, la
démocratisation inévitable d'une Union qui serait amenée à peser dans les affaires du monde. Dans le premier
cas, François Bayrou illustre son propos sur la diversité en précisant avec humour «Je suis très anglophile, je
trouve les anglais totalement fous, et c'est délicieux », « je suis un amoureux de Kipling, probablement un des
plus grands romanciers de ce siècle » (il profite du lieu pour citer le livre Stalky & Co.6 sur la vie de jeunes
garçons dans un collège britannique). Dans le deuxième cas, celui de la transparence, François Bayrou rappelle
deux des préconisations du MoDem pour la campagne européenne : toute décision par des institutions
européennes doit être précédée d'une période de trois mois pendant laquelle une information doit être mise à
disposition des citoyens européens, toutes les délibérations du Conseil Européen doivent être rendues publiques
afin d'éviter le double langage entre Bruxelles et les capitales nationales ( « c'est la faute à Bruxelles »).
Marielle de Sarnez complètera le propos sur la crise en soulignant le manque de réponse commune de l'UE, le
plan de relance européen n'étant qu'une addition de plans nationaux qui manquent d'ambition. Les
conséquences de ce manque d'ambition se font déjà ressentir avec des millions d'européens qui se retrouvent au
chômage, un manque de concertation sur les aides nécessaires pour les PME, aux secteurs les plus touchés
comme l'automobile, les grands travaux que pourrait lancer l'Union, ainsi que le principe d'une relance centrée
sur le développement durable, et les requêtes d'aides de certains pays de l'Union qui sont traitées par le FMI
plutôt que l'UE. Elle considère que le président de la Commission Européenne, José Manuel Durão Barroso,
n'est pas à la hauteur des enjeux actuels.
La Réforme Politique de l'Europe : François Bayrou précise qu'il n'est pas un fan des traités de 450 pages qui ne
sont ni lus ni compris par la majorité des citoyens, et qu'il n'est « pas ému » par le Traité de Lisbonne,
contrairement à de nombreux pro-européens convaincus qu'il s'agit d'un grand pas pour l'UE. Plus qu'une
réforme des textes, il prône une « réforme des têtes » qui devrait permettre de débattre des questions
essentielles et universelles à l'échelon européen (il donne l'exemple de la Guerre d'Irak qui aurait pu être
l'occasion d'un grand débat européen mettant en avant les convergences de vues transnationales), plutôt que de
détails techniques (la fabrication du vin Rosé, l'extension des paris en ligne, etc.).
Nick Clegg insiste pour sa part sur le rôle historique de l'Union, une des plus grandes réussites politiques de la
deuxième moitié du XXème siècle et de ce début de XXIème siècle. Cependant, les leçons des crises
économiques précédentes doivent être prises en compte : la xénophobie, le populisme, le protectionnisme,
l'insularité ont tous régulièrement suivi ces crises. Une des clés de cette élection au Royaume-Uni pour les pro-
européens, doit être la mise en avant des valeurs d'ouverture, d'optimisme et d'interdépendance pour contrer ces
tentations historiques.
Les Partis Politiques Européens, est-ce une bonne idée ? est-ce faisable: Pour François Bayrou, la constitution
de familles politiques à l'échelle continentale est forcément une bonne chose, mais cela doit passer par
l'émergence de plusieurs familles (et pas uniquement deux qui se partagent les postes et placent des
apparatchiks à la tête du parlement européen), plus fédératrices et plus nuancées. Pour Marielle de Sarnez, ces
familles politiques européennes créent une vie politique européenne. Elle propose que lors de futurs scrutins,
10% des députés européens soient élus dans une grande circonscription continentale unique, rendant ainsi plus
visibles les grands courants politiques transeuropéens.
Politique Agricole Commune (PAC): Plutôt qu'une plus grande concurrence et une organisation des quotas,
François Bayrou prône une plus grande organisation des marchés. Ce qui était impossible hier (lois de la nature
sur le ratio production / vente) l'est devenu aujourd'hui (diversification des consommations de produits
agricoles vers les secteurs industriels ou énergétiques sous forme de biomasse). Les subventions auront aussi
créé une culture de dépendance et des problèmes de développement avec les subventions aux exportations. Il
s'agit donc de passer vers une « organisation raisonnable des marchés » répondant aux possibilités nouvelles de
cette diversification et au x besoins de préservation du tissu agricole européen.
FJ - 9
Sur la part considérable du budget européen consacrée à la PAC, Marielle de Sarnez précisera que cela demeure
dérisoire au vu du montant global de ce budget, comparable au déficit budgétaire français. Cependant, elle
souhaite voir une augmentation de ce budget qui améliorerait la PAC en insistant sur le développement durable,
et en limitant les subventions aux exportations (de même que cela serait nécessaire aux Etats-Unis), mais aussi
qui consacrerait plus de fonds à la recherche européenne, au développement énergétique, etc .
Jean-Marie Beaupuy, spécialiste de ces questions au Parlement Européen et candidat MoDem dans la région
Massif Central - Centre7, précisera qu'au-delà des marchés et de l'environnement, le point central de cette
question ce sont les agriculteurs eux-mêmes. François Bayrou complètera le propos en spécifiant que lorsqu'une
agriculture disparaît, elle ne se recompose pas, c'est une donnée culturelle qu'il ne faut pas négliger.
Politique de Santé : Sur la plus grande convergence des systèmes de santé européens, François Bayrou signalera
que chaque pays a sa propre logique historique. Il peut ainsi être très dangereux de changer de logique sans
réflexion préalable sur les conséquences potentielles. Cela ne doit cependant pas empêcher de voir les
problèmes croissants du système de santé français, avec des listes d'attentes devenues considérables pour
consulter certains spécialistes.
Les Organisations Supranationales : Plutôt que le mot supranational, qui peut sous-entendre que cela se fait en
dehors des communautés établies de citoyens, et en évitant le mot fédéral qui a des connotations d'autorité
suprême dans certains cercles (l'inverse de l'origine du mot qui exprimait une communauté citoyenne), François
Bayrou reformulera le concept sous la forme de « démarche coopérative », en insistant sur la transparence
nécessaire de cette coopération pour les citoyens.
Les positions de l'ADLE sur la crise climatique et Copenhague : Marielle de Sarnez note que les positions de
l'ADLE et des Verts sont les plus en pointe sur les questions environnementales, notamment grâce aux
LibDems au sein de l'ADLE. Même si l'UE a donné son accord sur le principe des trois fois 20%, Marielle de
Sarnez considère que cela est insuffisant, surtout pour ce qui est de la réduction des Gaz à Effet de Serre qui
peuvent s'effectuer par échange de quotas.
L'aide au développement : Marielle de Sarnez précise que même si l'UE est le premier contributeur à l'aide au
développement cela est insuffisant au vu des objectifs du millénaire et de la pauvreté croissante dans certains
pays en développement. Elle insiste sur le nécessaire regard des effets de cette aide pour réduire la pauvreté, en
toute vraisemblance, cette aide ne va pas suffisamment dans les bonne poches. Ces politiques doivent aussi être
repensées en intégrant le pillage des ressources naturelles par les européens, les américains et les chinois, qui
empêchent un développement structuré de ces pays.
La Présidence de la Commission Européenne : selon François Bayrou et Marielle de Sarnez, José Manuel
Durão Barroso ne peut être le candidat unique à ce poste, cela doit faire l'objet d'un débat. Jean-Marie Beaupuy
précisera que Barroso est trop à la remorque des Etats, sans dynamique propre fixant des orientations
communautaires. François Bayrou propose deux candidats pour ce poste, deux hommes qui « pourraient faire
d'excellents présidents de la Commission », « un jeune ancien » qui aura eu le mérite de tenir le gouvernement
belge pendant huit ans, Guy Verhofstadt, et un « vieux sage », l'italien Mario Monti, commissaire européen
entre 1994 et 2004, président de l'Université Bocconi, et responsable du Think Tank Bruegel8.
L'impression de l'auteur : c'est la première fois que j'ai l'occasion de voir personnellement François Bayrou à
l'extérieur de l'hexagone. L'impression persistante que m'aura laissé cette soirée à Londres, aura été de voir un
homme heureux de vivre la diversité européenne, que ce soit avec les français de l'étranger, les britanniques
venus l'entendre, les étudiants d'une des écoles les plus prestigieuses du pays, les habitants des quartiers
périphériques de la ville. Aussi à l'aise avec les citoyens européens, qu'il l'est avec les citoyens français et ceux
des Pyrénées Atlantiques, aussi à l'aise parmi ses homologues européens, qu'il peut l'être avec les hommes et
femmes politiques français. L'homme a décidément le gravitas, le charisme, et la disponibilité des grands
Hommes d'Etat, à l'échelle française et européenne. De même, avoir l'occasion de voir les candidats MoDem
aux européennes dans leur environnement de travail naturel, celui de la discussion et du partage d'analyses entre
députés de nationalités différentes, sur des sujets de la plus haute importance, en maximisant la transparence,
FJ - 10
dans leurs échanges et leurs préconisations, m'a convaincu qu'une campagne européenne, traitant du fond et non
uniquement de la forme, est bien en cours grâce aux efforts considérables des candidats de l'ADLE. Les médias
traditionnels ne le reflètent pas, et c'est bien dommage. Dernière réflexion : les députés MoDem et LibDems
auront démontré tout au long de la soirée la convergence de vues franco-britannique, là où aucune autre famille
politique pouvant exercer des responsabilités gouvernementales dans ces deux pays (PS-New Labour / UMP -
Conservatives) n'aurait réussi à le faire. Comme promis à l'Hérétique, ceci est un compte-rendu non officiel de
la réunion de Londres (seul le prononcé fait foi). Arnaud Hoyois (devenu récemment résident au Royaume-Uni)
www.quindiblog.eu
* Si Claudio Pirrone (Skeptikos9) me lit, qu'il sache que malgré ses racines italiennes, il a une convergence de
vues totale avec les LibDems en termes de stratégie électorale (le pragmatisme commun entre son lieu de
résidence en Bretagne et la Grande-Bretagne ?)
1 http://www.mouvementdemocrate.org.uk/
2 http://www.lefigaro.fr/politique/2009/04/28/01002-2009042...
3 http://www.alde.eu/fr/
4 http://www.sarahludfordmep.org.uk/
5 http://www.quindiblog.eu/log/2008/05/quindi-la-triad.html
6 http://en.wikipedia.org/wiki/Stalky_%26_Co.
7 http://europe.lesdemocrates.fr/jean-marie-beaupuy/
8 http://www.bruegel.org/
9 http://skeptikos.dremm.net/

http://heresie.hautetfort.com/archive/2009/04/28/modem-libdems-rencontre-au-sommet-en-angleterre.html

FRANÇOIS BAYROU

Ce lundi 4 mai, retrouvez la grande interview de François Bayrou tournée sur le site Lesdemocrates.fr

Il sera l’invité dans "le grand journal" sur Canal + lundi 4 mai, à partir de 19h05

VIE INTERNE

PRESENTATION DE L’IDEM (INTRANET DEMOCRATE) PAR LES JEUNES DEMOCRATES

Ivan Gabrièle, délégué national chargé de la communication internet chez les Jeunes Démocrates, présente la
première version de l'IDem, l'Intranet Démocrate.
Pour faire partie de l'équipe de communication, n'hésitez pas à me contacter à ivan.gabriele@gmail.com

http://www.dailymotion.com/group/jeunes-democrates/video/x8yj73_idem-video-de-presentation-de-lintr_news

INTERVIEW DE LA SEMAINE : JEAN-FRANÇOIS KAHN


http://www.dailymotion.com/video/x92vqn_lechec-de-la-politique-securitaire_news

FJ - 11
REACTIONS ET INTERVENTIONS

FRANÇOIS BAYROU

29 AVRIL 009 - FRANÇOIS BAYROU POUR UNE EUROPE "QUI NE SE RESIGNE PAS A LA LOI DU PLUS FORT"

François Bayrou, a déclaré mercredi 29 avril à Grenoble : "ce modèle pour moi c'est ce que j'appelle le modèle
humaniste, c'est-à-dire une Europe qui porte un projet de société, qui ne se résigne pas à la loi du plus fort, à la
loi du plus riche, à la loi du plus puissant". Il était en déplacement en Isère pour participer à une convention
thématique dans le cadre de la campagne pour les élections européennes. Il espère une "forte participation" au
suffrage du 7 juin et appelle les citoyens à "donner leur sentiment sur la manière dont on les gouverne".
Il estime que "la France est du côté d'une certaine résistance aux pouvoirs des puissants, aux pouvoirs des plus
riches, aux pouvoirs des plus dominateurs et l'Europe doit l'être aussi. Je suis un défenseur du modèle
humaniste français et européen."
Sur les accusations de Martine Aubry déclarant que le Mouvement Démocrate soutenait le programme des
libéraux au niveau européen, François Bayrou a expliqué : "il est temps qu'elle quitte la désinformation pour
l'objectivité. Elle attaque les libéraux, elle a le droit de le faire, moi je n'appartiens pas aux libéraux. J'appartiens
au Parti Démocrate Européen que nous avons fondé et dont je suis président avec le président du Parti
Démocrate italien qui est le grand parti de centre gauche en Italie."

http://www.mouvementdemocrate.fr/evenements/conventions-europeennes-2009/convention-thematique-
europe-developpement-durable-grenoble-290409/bayrou-europe-resigne-pas-loi-plus-fort-290409.html

CORINNE LEPAGE

BLOGNOTE - 27 AVRIL 2009 - CORINNE LEPAGE: PILOTAGE A VUE

Pour cette dernière chronique pour cause de campagne électorale mais ceux qui le souhaitent pourront retrouver
une chronique tous les lundis matin à la même heure sur mon blog, je voulais vous proposer de réfléchir sur les
directions à prendre.
Voici deux ans que nous avons vu monter en puissance la crise et annoncé ses effets dramatiques, redouté des
risques de régression démocratique et assisté à leur réalisation, souligné la montée des inégalités et de la
désespérance et mesuré leurs conséquence notamment en terme de violence, espéré dans de vrais changement
pour s’attaquer enfin à la crise climatique et regretté l’enlisement du Grenelle. Personne ne donne l’impression
de savoir vers où nous allons parce qu’en réalité les inconnues sont nombreuses, les informations partielles ou
volontairement faussées et que notre pacte sur les valeurs est l’objet de coups de butoir.
Les inconnues sont nombreuses qu’elles soient financières , économiques ou climatiques et les informations
données contribuent au caractère anxiogène dans la mesure où la confiance a disparu à tous les niveaux et où la
manipulation de l’information dans le but de protéger des intérêts économiques (le climat), essayer de redonner
un peu de confiance aux milieux financiers et à la consommation est en concurrence avec la désinformation (
utiliser la crise pour procéder à des restructurations qu’elle ne justifie pas ou prétendre à la disparition des
paradis fiscaux) et de vraies informations .
Cette confusion repose largement aussi sur l’utilisation sans retenue de la méthode Coué qui consiste à évoquer
quotidiennement les signes de reprise pour tenter de cacher les ravages croissants de la crise financière, mais
surtout du capitalisme financier sur l’emploi et la situation de nos entreprises. Car il est plus facile à une
holding administrée on ne sait où par on ne sait qui de décider de rayer d’un coup de trait un site et les salariés

FJ - 12
qui y travaillent que d’investir dans sa reconversion vers des produits ou des métiers d’avenir, quand seule
compte la rentabilité immédiate et non la pérennité de l’entreprise.
Dès lors nous ignorons où nous en sommes avant même de nous interroger sur les intentions réelles de nos
gouvernants. Le gouvernement est-il aujourd’hui capable d’autre chose que du pilotage à vue pour ne pas
s’éloigner du credo de départ : inscrire la France dans la rupture avec son modèle pour lui faire prendre enfin un
tournant néoconservateur. Plus grave encore, peut –on imaginer à l’instar de Naomie Klein et de sa stratégie du
chaos, que sur certains points, la volonté soit de laisser filer vers la catastrophe pour obliger à accepter des
mesures radicales. Ainsi, en matière de sécurité sociale, où l’Etat utilise par exemple les taxes sur le tabac au
lieur de les reverser à la sécurité sociale ou encore les exonérations décidées par le gouvernement et non
compensées. Plus la situation est financièrement dramatique plus il est facile de faire passer des franchises, le
déremboursement et la fermeture des hôpitaux.
Dans une chronique de juin 2008, j’affirmai que le néo libéralisme était à contre temps. Il l’est plus que jamais
alors même que nombre d’économistes, y compris américains s’interrogent de plus en plus sur les avantages du
modèle social français, qui fait une large part à l’égalité. Or, le Président de la République ne vient-il pas
d’affirmer que « l’égalitarisme, c’est le contraire de la responsabilité. L’égalitarisme et l’assistanat sont
dégradants pour la personne humaine. Ils empêchent ceux qui veulent réussir de réussir ». Dès lors, la crise
nous renvoie en réalité aux fondamentaux de notre société et ce d’autant plus que les Français souhaitent
aujourd’hui plus d’égalité et que la liberté ne constitue pas le moyen de s’attaquer à l’égalité.
Un ouvrage qui vient de sortir, la France à travers ses valeurs, qui est la quatrième enquête de ce genre, met en
lumière pour la première fois, la primauté de l’égalité sur la liberté et la montée en puissance de la demande de
l’Etat. Or, les valeurs partagées sont le préalable à la recherche du sens. Définir le sens, c’est déterminer ce qui
doit être avant tout recherché ou sauvegardé, c’est-à-dire engager le débat politique sur les fondamentaux. C’est
précisément là que la question des conditions de notre survie, de l’avenir de notre industrie et plus généralement
de notre activité économique, de l’équilibre dans la répartition des richesses doivent se poser.
Mais précisément, le débat politique et médiatique parait de plus en plus en décalage avec la réalité vécue, avec
la nature des problèmes posés, avec la réalité des décisions prises. Cette perte supplémentaire de prise sur sa
propre vie et son propre avenir, cette absence de visibilité collective et individuelle est une composante majeure
de la désespérance qui se transforme en colère et en attrait pour l’extrêmisme. Discuter des valeurs et des
priorités en refusant de s’arrêter aux clapotis des vagues dans lesquels la ritournelle médiatique nous confine est
la condition et le moyen de retrouver notre part de liberté et notre capacité à refuser une fatalité qui n’en n’est
pas une. Ce qui dépend des hommes peut être défait par d’autres que ceux qui l’ont fait. Il ne s’agit jamais que
de définir des règles du jeu et de les appliquer. Le temps est venu d’en finir du cercle vicieux dans lequel
certains ont intérêt à enfermer les autres.
Einstein n’a-t-il pas écrit : nous aurons le destin que nous avons mérité

Tribune France-Culture du lundi 27 avril


http://corinnelepage.hautetfort.com/archive/2009/04/27/corinne-lepage-pilotage-a-vue.html

SITE CAP21 - 23 AVRIL 2009 - OGM : CORINNE LEPAGE ET CAP21 DENONCENT LA COMPOSITION DU HAUT
CONSEIL DES BIOTECHNOLOGIES

Corinne LEPAGE, vice-présidente du Mouvement Démocrate et présidente de CAP21 juge scandaleuse la


composition du tout nouveau Haut Conseil des Biotechnologies.
En effet les représentants du comité économique, social et éthique n’auront aucun pouvoir tandis que le comité
scientifique où se prendront les décisions est totalement noyauté par les pro-OGM, à l’exception notoire du
professeur le Maho. Corinne LEPAGE regrette que ce comité reprenne les membres pro-OGM de la précédente
Commission du Génie Biomoléculaire comme Mr Messéan dont on connaît les positions affirmées en faveur
FJ - 13
des OGM et ne compte aucun spécialiste de biologie moléculaire ou de génétique ayant émis des travaux
contradictoires sur les impacts sur l’environnement et la santé. Le Crii-gen , dont l'expertise indépendante est
reconnue, dont des membres ont été experts pour l'Union européenne dans le cadre du litige devant l'OMC n'est
même pas représenté. De même n'ont pas été repris les membres du comité de préfiguration critiques vis à vis
des OGM.
C''est une véritable parodie qui conforte s'il en était besoin, l'impossibilité en France de disposer d'expertise
indépendante au niveau des pouvoirs publics. A l'heure où des scientifiques américains mettent en garde contre
l'absence d'études indépendantes sur l'impact sanitaire des OGM , CAP21 regrette que les engagements du
Grenelle sur l'expertise soient délibérément violés. Après le risque environnemental, désormais clairement
identifié et incontestable pour les OGM pesticides proposés en cultures comme le Mon 810, le jour viendra où
des études mettront clairement en lumière le risque sanitaire des OGM. Dès lors, les comptes devront être
rendus et les responsabilités établies.
Corinne LEPAGE, présidente de CAP21

http://www.cap21.net/dynamic/compress.php?cp=1516

NATHALIE GRIESBECK

27 AVRIL 2009 - L'UNION EUROPEENNE « VOLE » AU SECOURS DU SECTEUR AERIEN

Nathalie Griesbeck, Députée européenne Grand Est et membre de la Commission des Transports au Parlement
européen, accueille favorablement l'accord trouvé mercredi 21 avril entre le Conseil de l'Union et le Parlement
européen visant à atténuer les effets de la crise dans le secteur du transport aérien. Alors que le secteur du
transport aérien connaît actuellement une baisse drastique de la demande, tant pour le trafic de passagers que
pour le fret, il a semblé urgent et nécessaire aux décideurs européens d'adopter un moratoire de 6 mois sur les
règles de répartition des créneaux aériens entre les différentes compagnies aériennes.
"Ces dispositions, que j'ai soutenues en tant que membre de la Commission des Transports, vont permettre
d'éviter aux compagnies aériennes de faire voler des avions presque vides et de licencier leurs personnels,
explique Nathalie Griesbeck. Elles vont donc dans le bon sens, à la fois pour l'emploi et pour l'environnement".
La Députée européenne poursuit : "Ces mesures démontrent à nouveau que l'Union européenne travaille à
contrer les effets de la crise. Celle-ci serait en effet beaucoup plus dramatique dans nos sociétés européennes
sans l'union de nos forces entre Etats-membres et la gestion des turbulences économiques à cet échelon plus
pertinent qu'est l'Union européenne".

http://www.mouvementdemocrate.fr/actualites/europe/griesbeck-transport-aerien-union-europeenne-
270409.html

FJ - 14
LE MODEM DANS LES MEDIAS

SORTIE DU LIVRE « ABUS DE POUVOIR » DE FRANÇOIS BAYROU

AFP – 2 MAI 2009 - PAMPHLET ANTI-SARKOZY DE BAYROU: L'UMP ALLUME UN CONTRE-FEU

PARIS (AFP) — L'UMP s'efforce de contrer le retentissant pamphlet au vitriol de François Bayrou contre
Nicolas Sarkozy, intitulé "Abus de pouvoir", qui marque une nouvelle étape dans la marche élyséenne du
président du MoDem.
Nicolas Sarkozy, en déplacement en Haute-Savoie, a réagi laconiquement à la publication de ce livre émaillé de
formules féroces: "On est en démocratie, chacun dit ce qu'il croit devoir dire et les Français choisiront". "Si on
ne veut pas de critiques, il ne faut pas être président de la République", a-t-il conclu.
Le parti présidentiel n'a pas officiellement réagi.
Mais dans ce bras de fer - le député béarnais n'hésite pas comparer le chef de l'Etat à un "enfant barbare" et à
parler d'un "viol imposé à la France républicaine" - la sortie le même jour d'un livre signé Dominique Paillé,
porte-parole adjoint de l'UMP, a tout d'un missile anti-missile.
Dans "Les habits neufs des faux centristes", cet ancien proche de M. Bayrou, qui était encore conseiller à
l'Elysée il y a peu, relate son parcours politique dont une bonne partie s'est faite, jusqu'à la séparation en 2002,
au côté de François Bayrou.
Aujourd'hui, il ne mâche pas ses mots contre lui. Ainsi consacre-t-il tout un chapitre à cet "imprécateur et faux
centriste" qui "mène désormais une aventure personnelle" pour servir un "objectif obsessionnel: la présidence
de la République".
M. Bayrou est "un monomaniaque du pouvoir présidentiel" qui publie un "mauvais remake du +Coup d'Etat
permanent+ de Mitterrand", selon M. Paillé. "Il veut prendre date, au moment le plus opportun, où le Parti
socialiste est en profond désarroi, sans leader naturel ni programme", a-t-il expliqué à l'AFP.
M. Bayrou a riposté sur France Info, jeudi, au lancement du livre de son ancien compagnon de route à l'UDF,
dont l'éditeur a avancé la sortie.
"Cette personne, payée par l'Elysée, c'est-à-dire par le contribuable français, pour écrire un livre contre un
responsable politique, est un responsable de l'UMP. C'est exactement comme si M. Besson (Eric Besson, ex-
PS) voulait donner des leçons de socialisme au PS", s'est indigné le président du MoDem.
Pour le politologue Frédéric Dabi, "Abus de pouvoir" est effectivement un "élément tactique de cette stratégie
mitterrandienne" qui consiste, pour M. Bayrou à se poser en candidat incontournable depuis la présidentielle de
2002, et en "opposant numéro un" de Nicolas Sarkozy, comme François Mitterrand face à de Gaulle.
"Il cherche ainsi à incarner une troisième voie entre l'UMP au pouvoir et un PS encore en voie de
reconstruction", selon M. Dabi.
Pour l'analyste de l'IFOP, la riposte du porte-parole de l'UMP est "sans doute un contre-feu limité car il pâtit,
selon toute vraisemblance, d'un déficit de notoriété" par rapport à M. Bayrou.
"Même s'il est connu et respecté dans le microcosme", Dominique Paillé n'a jamais exercé de mandat exécutif
et "n'est jamais testé dans les baromètres de popularité" politique, note M. Dabi.
Copyright © 2009 AFP.

http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5jFZNHMq7BS4UA2GlitEjQS6_t75w

FJ - 15
LA LIBRE (BELGIQUE) – 30 AVRIL 2009 - UN PAMPHLET AU VITRIOL CONTRE SARKOZY SIGNE BAYROU SORT CE
JEUDI

PARIS (AFP)

François Bayrou se pose en premier opposant de Nicolas Sarkozy et publie le 30 avril "Abus de pouvoir",
pamphlet au vitriol, en forme de réquisitoire contre le président, à la veille du deuxième anniversaire de son
élection à l'Elysée, le 6 mai 2007.
Le secrétaire d'Etat à l'Emploi Laurent Wauquiez a estimé jeudi sur BFM TV que le président du MoDem
François Bayrou commettait un "abus de délire" avec son ouvrage critique envers le chef de l'Etat.
"François Bayrou est rentré dans l'obsession de la critique systématique. Son bouquin s'appelle +Abus de
pouvoir+, moi je trouve que c'est l'abus de délire", a déclaré le secrétaire d'Etat.
"Le président de la République actuel a un plan. Il nous conduit là où la France a toujours refusé d'aller" et "il le
fait sans mandat", affirme l'ex candidat à la présidentielle.
"Il y a dans tout cela un régime que l'on tente d'imposer à la France", écrit M. Bayrou. Ni "monarchie", ni
"dictature", l'agrégé de lettres classiques invente un néologisme pour "dire ce qu'est ce régime improbable":
l'"égocratie", d'un président que M. Bayrou compare à un "enfant barbare".
L'"égocratie" d'un président qui gouverne à la première personne et "aime se mettre en scène comme un
surhomme", selon M. Bayrou.
Un régime où "tremblent, les préfets, policiers de haut rang, fonctionnaires d'autorité", écrit-il.
Un régime qui s'appuie selon lui sur une "idéologie de l'argent, présenté comme valeur", une "idéologie
souterraine de la distraction du citoyen à coup de peopolisation", sur "des réseaux d'intérêt puissants", et "des
médias sous influence".
"Cette politique qui s'attaque à tous les domaines de la vie nationale, éducation, recherche, justice, que l'on nous
vend sous le nom générique et obsessionnel de +réforme+, écrit-il, ce n'est pas une modernisation".
François Bayrou, qui se définit comme un "républicain et démocrate français", y voit plutôt un "renoncement"
pour lequel "Nicolas Sarkozy n'a pas de mandat". "Le peuple français n'a jamais opté, affirme-t-il, pour les
choix qui depuis dix huit mois ouvertement ou subrepticement sont faits en son nom".
Il fustige aussi la politique étrangère d'un président qui selon lui fait "allégeance aux puissants", comme
Vladimir Poutine pendant la crise en Géorgie. "La France a donné son accord plein et entier à l'annexion, elle a
consacré le fort et abandonné le faible", écrit-il.
Enfin, songeant sans doute à la prochaine présidentielle en 2012, le président du MoDem évoque en latin sa
relation avec Nicolas Sarkozy. Il préfère voir en lui un "ennemi à qui on fait la guerre" (hostis), plutôt qu'un
"ennemi personnel" (inimicus).
("Abus de pouvoir"- Plon, 262 pages, 18,90 EUR)
http://www.lalibre.be/toutelinfo/afp/234838/un-pamphlet-au-vitriol-contre-sarkozy-signe-bayrou-sort-ce-
jeudi.html

Idem sur :

Le Soir : http://www.lesoir.be/actualite/france/bayrou-descend-sarkozy-2009-04-30-703913.shtml
L’Echo :
http://www.lecho.be/actualite/international/Francois_Bayrou_etrille_Sarkozy_dans_un_pamphlet.8177359-
590.art

FJ - 16
Actu24 :
http://www.actu24.be/article/monde/france_le_centriste_fran%C3%A7ois_bayrou_etrille_sarkozy_dans_un_pa
mphlet/285904.aspx
RTBF : http://www.rtbf.be/info/france-le-centriste-francois-bayrou-etrille-sarkozy-dans-un-pamphlet-104024

RTL INFO (BELGIQUE) – 30 AVRIL 2009 - FRANCE: LE CENTRISTE FRANÇOIS BAYROU ETRILLE SARKOZY DANS UN
PAMPHLET

Le centriste français François Bayrou a publié jeudi "Abus de pouvoir", un pamphlet au vitriol contre le
président Nicolas Sarkozy comparé à un "enfant barbare", et qui se veut une nouvelle étape dans sa stratégie de
conquête du pouvoir en 2012.
Le centriste français François Bayrou a publié jeudi "Abus de pouvoir", un pamphlet au vitriol contre le
président Nicolas Sarkozy comparé à un "enfant barbare", et qui se veut une nouvelle étape dans sa stratégie de
conquête du pouvoir en 2012.
Celui qui se pose en premier opposant de M. Sarkozy fustige l'"égocratie" d'un président qui gouverne à la
première personne et "aime se mettre en scène comme un surhomme". "Le président de la République actuel a
un plan. Il nous conduit là où la France a toujours refusé d'aller" et "il le fait sans mandat", affirme le président
du Mouvement démocrate (MoDem) et ex-candidat à la présidentielle de 2007. M. Bayrou estime que ce
régime s'appuie sur une "idéologie de l'argent, présenté comme valeur", une "idéologie souterraine de la
distraction du citoyen à coup de peopolisation", sur "des réseaux d'intérêts puissants", et des "médias sous
influence". Si les critiques du dirigeant centriste ne sont pas nouvelles, la parution de ce livre est très largement
commentée en France au moment où un sondage révèle que si la présidentielle se tenait aujourd'hui, M. Bayrou
pourrait se retrouver au second tour face à M. Sarkozy. Le centriste, qui avait créé la sensation lors de la
présidentielle de 2007, est en effet crédité de 19% d'intentions de vote (contre 18,5% en 2007) alors que la
socialiste Ségolène Royal n'obtiendrait que 20,5% (contre 26% en 2007). Le MoDem est crédité de 12 à 14%
des voix pour les élections européennes du 7 juin. (VVA)

http://www.rtlinfo.be/rtl/news/article/238512/--
France:+le+centriste+Fran%C3%A7ois+Bayrou+%C3%A9trille+Sarkozy+dans+un+pamphlet

INFO RSR (SUISSE) – 30 AVRIL 2009 - LE COUP DE GRIFFE DE BAYROU A SARKOZY

Le centriste français François Bayrou a publié ce jeudi "Abus de pouvoir" aux éditions Plon. Deux ans après
l'élection de Nicolas Sarkozy et à quelques semaines des élections européennes, le président du MoDem dresse
un violent réquisitoire contre le chef de l'Etat.
Dans son livre, François Bayrou accuse Nicolas Sarkozy de détruire le modèle républicain français pour bâtir
un modèle fondé sur l'inégalité et d'avoir confisqué tous les pouvoirs pour y placer ses amis. La France serait
désormais aux mains d'un "clan, celui de l'argent", dénonce le candidat centriste. Battu au premier tour de la
présidentielle en 2007, mais convaincu de pouvoir battre Nicolas Sarkozy en 2012, François Bayrou est devenu
"l'homme à abattre" pour l'Elysée. Avec ce pamphlet, il veut imposer sa stature d'opposant numéro 1 à Nicolas
Sarkozy.
La réponse de Sarkozy
"Je n'ai pas à commenter ça, on est en démocratie, chacun dit ce qu'il croit devoir dire et les Français
choisiront", a réagi le président français, en marge d'un déplacement en Haute-Savoie. "Bien sûr, je préférerais
parfois que cette critique soit plus constructive, qu'au fond il y ait des alternatives, des propositions", a-t-il

FJ - 17
ajouté.

RSR/AFP

L'interview de François Bayrou par notre correspondante à Paris, Malika Nedir - 30 avril, Forum [05:25 min.] :
http://www.rsr.ch/aide-rsr/nous-ecouter

http://info.rsr.ch/fr/points-
forts/Le_coup_de_griffe_de_Bayrou_a_Sarkozy.html?siteSect=2011&sid=10642870&cKey=1241115675000

Idem sur :
Le Matin : http://www.lematin.ch/flash-info/monde/sarkozy-refuse-commenter-pamphlet-bayrou-accepte-
critiques

LE TEMPS – 1ER MAI 2009 - LE PAMPHLET DE BAYROU SURFE SUR LA VAGUE DE L’ANTI-SARKOZYSME
Sylvain Besson
L’opposant centriste accuse le président de vouloir transformer son pays en «egocratie». «Les Français
choisiront», répond Nicolas Sarkozy. Rendez-vous est pris pour 2012
Deux ans après l’élection présidentielle, l’anti-sarkozysme est de rigueur en France. Il s’exprime dans les
défilés, les dîners, les bureaux… Manquait encore la plume capable de formaliser cette humeur par écrit. C’est
chose faite avec Abus de pouvoir de François Bayrou, qui constitue peut-être le plus éloquent réquisitoire
dressé contre la politique présidentielle depuis mai 2007 (suite payante).
http://www.letemps.ch/Page/Uuid/8c653ed0-35c6-11de-8e96-08bee2564481

CANADA

Cyberpresse : http://www.cyberpresse.ca/international/europe/200904/30/01-851848-le-centriste-bayrou-etrille-
sarkozy-dans-un-pamphlet.php

LE FIGARO - 30 AVRIL 2009 - BAYROU PREND LA PLUME CONTRE SARKOZY

Dans son livre qui sort en librairie jeudi, le président du MoDem dénonce l'atteinte profonde faite au projet
national et républicain de la France».

François Bayrou en est convaincu, une fausse «image d'intellectuel» lui collerait à la peau. «Je me sens pourtant
plus l'âme d'un ingénieur, je sais ce qu'est un moteur Diesel ou un appareil photo», confiait-il, il y a deux jours,
en sortant d'une visite d'un village «100 % écologique» de la banlieue londonienne.
Aujourd'hui, l'actualité du président du MoDem ne porte pas sur «Bayrou l'ingénieur», mais bien sur «Bayrou
l'écrivain». Voire le pamphlétaire. Depuis jeudi matin, son livre Abus de pouvoir - «pouvoir au singulier»,
tient-il à préciser -, est dans toutes les librairies. Sans doute le plus «offensif» des douze livres qu'il a déjà
écrits, assure un proche. Devant l'affluence des appels au service de presse de son éditeur, Plon, 20 000
exemplaires supplémentaires ont même été imprimés cette semaine, en plus des 50 000 initialement prévus.
François Bayrou, lui, assure, que son livre n'est «pas un pamphlet», mais «la confrontation de deux visions de
pensée». La sienne, bien évidemment, et celle de Nicolas Sarkozy. Celle de deux modèles de société. De deux
systèmes.

FJ - 18
«Cinq années de combat»
L'un, celui qu'il défend, prônant l'«humanisme», c'est-à-dire «sciences et conscience, démocratie et solidarité»,
l'autre, dit-il, prônant l'«argent, la communication, les affaires» et «un exercice du pouvoir, souvent
arbitraire». Au fil des pages, Bayrou revient sur certaines de ses marottes, comme «l'affaire Tapie». À chaque
fois, il y voit un lien avec l'Élysée. «Ce livre, promet-il toutefois, n'est pas une confrontation avec un homme
(Nicolas Sarkozy), je n'ai aucune querelle personnelle avec lui, mais avec un système.» Ce qui ne l'empêche pas
de le désigner comme un «enfant barbare».
L'un de ses proches disait, il y a quelques jours, que cet ouvrage marquerait «le retour de la plume qui devient
épée». Pour autant, assure lui-même au Figaro François Bayrou, ce livre n'est pas Le Coup d'État permanent de
François Mitterrand. «Le Coup d'État permanent était un livre institutionnel. Abus de pouvoir ne cible pas
uniquement les institutions, mais l'atteinte profonde qui est faite au projet national et républicain de la France»,
dit-il.
La thèse de Bayrou est que Sarkozy «ébranle, fragilise et abat le modèle à part que la France porte dans le
monde depuis des décennies, voire des siècles». Bref, pour lui, ne pas résister «serait un manquement à notre
histoire». Dans sa ligne de mire, les réformes des hôpitaux, de la recherche et plus généralement des services
publics.
Prévue de longue date, la sortie d'Abus de pouvoir coïncide avec le deuxième anniversaire de Nicolas Sarkozy à
l'Élysée. Pas vraiment un hasard. «Je pense qu'une partie des Français commencent à ouvrir les yeux», dit-il.
Pour autant, confie François Bayrou, «je ne me sens pas en campagne». «Simplement, je savais depuis le
premier jour que ces cinq années seraient cinq années de combat pour arriver à dévoiler ce qui se passe.» Sans
doute est-ce cela Abus de pouvoir : un livre de combat. Même si, parfois, sa plume se veut plus tendre, comme
avec Jacques Chirac.
"Abus de pouvoir", morceaux choisis
Sur la droite : "J'en suis sûr, il y a une autre droite que cette droite de domination et de rapports de forces. En
tout cas, j'ai connu une autre droite. J'ai connu une droite qui ne parlait pas d'argent devant les enfants. J'ai
connu une droite qui s'honorait quand il y avait dans la famille un officier ou un prêtre, bien sûr désargentés
(…). J'ai connu des libéraux qui réprouvaient le mélange des genres entre le pouvoir politique et le pouvoir
économique."
Sur Nicolas Sarkozy : "Il est un trait de caractère chez l'actuel président de la République qui touche non pas
aux idées, même pas aux valeurs, mais à l'idée même qu'on se fait d'un peuple. L'idée, je ne vois pas d'autre mot
que puérile, qu'il suffit d'arriver pour tout changer, et qu'on peut tout changer. Si j'avais un livre à écrire sur cet
homme, je l'intitulerais L'Enfant barbare."
Sur le discours de Dakar : "Un président français (!) s'adresse aux cadres en devenir d'un pays d'Afrique comme
s'il était le porte-parole autorisé du progrès s'adressant à des primitifs (…). Et je me suis dit que, béat devant les
puissants, il manquait à Nicolas Sarkozy quelque chose d'une compréhension élémentaire quand il s'adresse à
ceux qui ne le sont pas. "
Sur Jacques Chirac : "Il a été à sa manière, sans le dire ou plus souvent sans l'exprimer clairement, un défenseur
du modèle républicain français que Nicolas Sarkozy ne supporte pas (…). Il y avait chez Chirac (…) quelque
chose d'un Oriental revenu de tout qui regarde de loin l'évolution des choses."

http://www.lefigaro.fr/politique/2009/04/30/01002-20090430ARTFIG00016-bayrou-prend-la-plume-contre-
sarkozy-.php

SUD-OUEST - 30 AVRIL 2009 - BAYROU LANCE SON « J'ACCUSE »


« Sud Ouest ».
Votre livre a un titre fort. Est-ce en référence à celui de François Mitterrand, « Le Coup d'État permanent » ?
FJ - 19
François Bayrou. François Mitterrand, il y a plus de quarante ans, évoquait uniquement une question
institutionnelle. Pour moi, aujourd'hui, la question est beaucoup plus large. En fait, il y a trois abus de pouvoir.
Tout d'abord, sans plus s'embarrasser d'aucun principe - ne serait-ce que la loi -, le pouvoir actuel prend le
contrôle de tout, depuis l'effacement du gouvernement jusqu'à l'humiliation du Parlement, en passant par la
justice. Le deuxième, c'est qu'il a décidé d'imposer à la France une idéologie contraire à ce qui a fait notre
histoire...
Ce que vous appelez l'abandon du modèle républicain...
La Constitution définit très bien ce modèle en affirmant que la République est laïque, démocratique et sociale.
Jamais il n'y a eu aussi peu de démocratie, jamais la laïcité n'a été autant attaquée sur ses principes et jamais le
contrat social n'a été à ce point mis en cause. Et c'est ce moment que le pouvoir a choisi pour favoriser les
inégalités. C'est un ébranlement de ce que nous avons de plus précieux, à l'école, à l'hôpital, dans la justice,
dans les médias ou dans l'art...
Mais la société française semble résister, si l'on en juge par les manifestations...
Les Français, qui se raidissent, ont l'impression qu'il n'y a aucune issue. Ce livre est fait pour leur montrer qu'ils
ne sont pas tout seuls. Pour donner un coup de projecteur sur ce qui est en train de se passer réellement en
France et qui ne durera pas.
Vous évoquez également des « réseaux » qui se mettent en place...
C'est le troisième abus de pouvoir. Ces réseaux sont financiers, industriels, médiatiques et politiques. Dans tous
les pays démocratiques du monde, il y a des lois pour empêcher cela - contre les trusts, les ententes, les
concentrations. Je propose qu'on ne l'accepte pas.
Nicolas Sarkozy ne cesse pourtant de dire qu'il veut mettre un terme aux excès en termes d'argent, de bonus, de
rémunérations excessives...
Soyons vaccinés contre les mots et regardons les actes. Dans le système actuel, les apparences de la réussite, les
signes de la réussite sont glorifiés. Souvenez-vous de ce que Séguéla a dit sur la Rolex ! Ce sont des valeurs
profondes qui sont en jeu et pas seulement des valeurs politiques. Ni la gauche, ni le centre, ni une grande partie
de la droite ne peuvent l'accepter. On essaie de nous l'imposer à un moment où ce système s'effondre partout
dans le monde.
Ce livre a-t-il sa place pendant la campagne européenne ?
Chaque fois qu'il y a une consultation au suffrage universel, les électeurs s'en saisissent pour s'exprimer sur leur
pays et la manière dont on le gouverne. Nous arrivons à deux ans de mandat présidentiel et les Français ont la
réalité sous les yeux. Tous les milieux concernés sont en situation de prise de conscience et d'indignation, ils
manifestent et ils ont l'impression que personne ne les entend. J'ai voulu leur dire de relever la tête ; le projet
que la France a construit et donné au monde est un projet qui vaut la peine qu'on ne baisse pas la tête.
Le sondage publié lundi dans « Libération » vous situe comme l'un des meilleurs opposants...
Si j'ai bien lu le sondage, deux personnes de gauche sur trois me soutiennent, neuf sur dix au centre et un tiers à
droite. Ce n'est pas si mal.
Martine Aubry, en s'adressant aux militants du PS à Toulouse, a rappelé que vous étiez à droite...
Elle voudrait en persuader les militants ! Ceux-ci savent bien que dans le combat nécessaire pour défendre
l'essentiel de ce qui est démocratique et social en France, je suis en première ligne. Ce qui est important, c'est ce
combat, et je le mène.
Le sondage publié par « Sud Ouest Dimanche » montre que si le premier tour de 2007 était rejoué aujourd'hui,
vous ne seriez plus qu'à un point de Ségolène Royal ?
Lorsque la question de l'alternance se posera, les Français se demanderont : « Qui peut l'emporter ? » à mon
avis, ce sera celui ou celle qui aura été le plus ferme, le plus construit et le plus fédérateur. Toute ma démarche
est une démarche de rassemblement. Aujourd'hui, ce qui est en jeu, ce sont les principes.
Cela justifie votre stratégie de fermeté...

FJ - 20
Ce n'est même pas une stratégie. Ma position est ferme. Je sais clairement ce que je crois et ce qui est mis en
cause. Tout ce que je défends depuis des années se trouve aujourd'hui vérifié.
(1) Éditions Plon. 264 pages, 19,80 ?.
http://www.sudouest.com/accueil/actualite/france/article/575917/mil/4471468.html

LE JOURNAL DU DIMANCHE – 3 MAI 2009 - BAYROU-SARKOZY: LE TEMPS DE LA HAINE


Par Claude ASKOLOVITCH

Avec Abus de pouvoir (Plon), François Bayrou met définitivement à nu la haine qu'il voue à Nicolas Sarkozy.
Ou comment de rivaux politiques, les deux hommes, aux profils et aux trajectoires opposées, sont devenus de
véritables ennemis. Peu disert sur la question, le chef de l'Etat préfère, pour l'heure, envoyer ses hommes au
front. Et réserver le choc frontal pour 2012?.
C'était un chouette moment qui consolait de la réalité, François Bayrou montrait son portable et plastronnait:
"Sarkozy a voulu me joindre, il va poireauter!" Il se ravissait de faire attendre son ennemi, ce 23 avril 2007: le
lendemain du premier tour d'une élection qu'il ne gagnerait pas. Si on situe le début de la haine, c'est à cet
instant. Quand Bayrou, troisième du premier tour, n'a pas voulu admettre que Sarkozy allait l'emporter, qu'il
aimait si peu, à qui il se jugeait supérieur. Quand il est entré dans une impatience de cinq ans, tendu vers 2012,
le moment où il ferait payer l'usurpateur!

Aujourd'hui, tout est écrit. Par Bayrou. Un pamphlet est en librairie, Abus de pouvoir (Plon), où l'on comprend
que la France est présidée par un "enfant barbare" fasciné par l'argent, qui détournerait la République en
"égocratie". Tout y passe, jusqu'à des moqueries d'agrégé sur des fautes de français du chef de l'Etat! Un
condensé, dans une langue au scalpel, de tout ce que distille le chef du Modem depuis deux ans. "Tu suintes la
haine quand tu parles de Nicolas", lui a dit le ministre du Travail Brice Hortefeux, en marge d'une remise de
Légion d'honneur. Bayrou a nié. Son combat n'est que politique, un affrontement de "valeurs"...

Léotard: "La même animalité"

Mais la haine continue la politique. Entre Bayrou et Sarkozy, il fallait que tout explose, puisque le second a
conquis ce dont rêve le premier. "Ça fait des années que François se préparait, il ne croyait pas en Sarkozy, et il
n'a pas supporté de perdre", analyse le député Maurice Leroy, ex-bayrouiste devenu ministrable de Sarkozy.
Perdre, et en oublier toutes les règles, franchir la ligne sacrée qui sépare la droite et la gauche, pour récupérer
son Graal? Ou bien retrouver sa vérité de jeune croyant idéaliste qui, jadis, fréquentait les pacifistes chrétiens
du Larzac?

Ce serait trop simple, s'il n'y avait que du calcul. Dans cette histoire, il n'y a jamais eu d'amitié; trop de
dissemblances entre le politique des villes Sarkozy et le fils de paysan Bayrou; entre François le littéraire ayant
vaincu son bégaiement pour caresser les mots qui tuent, et Nicolas l'avocat communicant pénétré d'action; entre
Bayrou le social-conservateur et le libéral-moderniste Sarkozy. Seule les rapprochait l'envie de devenir, un jour,
le chef de la droite et le président du pays. "Ils partagent une animalité physique", dit François Léotard, qui les
a bien connus.

Aujourd'hui retiré des futilités politiques, Léotard fréquente encore Bayrou, par affinités littéraires et nostalgie
d'une revanche ultime de feue l'UDF sur l'ex-RPR, même par d'étranges moyens: "L'exception française et le
mythe du Président rédempteur sont des impasses, mais François les a intégrés." Léotard croit sincère "le refus
de François d'une société du factice", mais ne s'illusionne pas sur l'appétit de l'ami: "J'ai le souvenir d'un
meeting où il me poussait littéralement de l'épaule, pour être devant le micro, tant il avait envie de mots!"
FJ - 21
Envie de mots, et de pouvoir. Jusqu'à l'insincérité? Chez les ex-bayrouistes, on s'amuse des philippiques
antilibérales du chef du MoDem. On se souvient d'une complicité entre Sarkozy et Bayrou, contre Chirac,
Raffarin et Villepin; on rappelle que les députés bayrouistes avaient voté le budget présenté en 2004 par le
ministre des Finances Sarkozy. Et "François" voulait supprimer l'impôt sur la fortune! "Il veut passer par la
gauche devant le PS, mais il est moins progressiste que moi", ironise Maurice Leroy. "Quand il a voulu devenir
membre du conseil d'administration de France Galop, un lieu sacré de l'argent et de la mondialisation, François
m'a fait marrer", renchérit Hervé Morin; mais le ministre de la Défense, longtemps ami de Bayrou, se veut
juste: "François a ses contradictions, mais il n'aime vraiment pas l'argent, et il a toujours détesté Sarkozy; quand
il négociait avec lui, ça le mettait dans des états de rage! Son intérêt politique rejoint une détestation tripale."

"Le monde que je veux transmettre n'est pas le sien"

Chaque jour qui passe rapproche Bayrou de son personnage. Sa haine est paisible, tant elle le structure. "Peu à
peu, m'est venue la certitude que le monde que je voulais transmettre n'était pas le sien", dit-il au JDD. Il
bombarde le château, glorieusement seul, peaufinant ses phrases, pensant organiser le rejet par le pays de
l'homme détesté.

Sarkozy, lui masque sa colère. Le Président, pour un guerrier, a parfois des étonnements! En 2007, il n'a pas
compris que Bayrou l'ignore, puis transgresse l'ordre établi de la droite et de la gauche. Il a trouvé Bayrou
inconséquent, puis détestable. Il a haï méthodiquement, entrepris d'éliminer le rebelle en l'isolant. Mais l'autre a
tenu, et le Président ne moque plus le "conseiller municipal de Pau". Sarkozy affiche désormais une souveraine
tolérance face à la critique. Mais la hargne des ses soldats - tel le porte-parole de l'UMP Dominique Paillé,
auteur d'un contre-pamphlet - trahit une inquiétude.

"Si Bayrou passait devant un PS déliquescent, il pourrait être une vraie menace en agrégeant les oppositions",
murmure un sage du régime. Vendredi, un sondage OpinionWay publié par Le Figaro mettait Bayrou à 20%
d'intentions de votes pour une présidentielle, un seul petit point derrière Ségolène Royal! Le Président, lui,
maintient que les socialistes resteront incontournables, et que l'équation de Bayrou est impossible. Il affirme
aux siens n'avoir jamais cherché à contacter Bayrou, en 2007. Si l'autre n'existe pas, sa haine sera inoffensive?

http://www.lejdd.fr/cmc/politique/200918/bayrou-sarkozy-le-temps-de-la-haine_206360.html

LE JOURNAL DU DIMANCHE - 30 AVRIL 2009 - BAYROU A LIVRE OUVERT

François Bayrou monte d'un cran dans sa critique du sarkozysme. Le président du Modem a fait paraître chez
Plon un ouvrage à charge contre la politique et la personnalité du président de la République, intitulé Abus de
pouvoir. Un livre qui suscite l'émoi dans l'entourage du chef de l'Etat, qualifié "d'enfant barbare" par le
troisième homme de la présidentielle de 2007.

"Si on ne veut pas de critiques, il ne faut pas être président de la République." Devant les micros, Nicolas
Sarkozy préfère philosopher. Un peu plus de deux mois après Femme debout (Denoël) de Ségolène Royal, le
chef de l'Etat doit essuyer les critiques formulées par François Bayrou dans son nouvel ouvrage. Abus de
pouvoir, c'est son titre, constitue effectivement une très violente charge, non seulement contre la politique, mais
également contre la personne même du locataire de l'Elysée. "Un enfant barbare", dixit le président du Modem
qu'il rend coupable, ni plus ni moins, de "viol" imposé à "la France républicaine". Dans son pamphlet - et à
longueur de médias ce jeudi - le leader centriste prend en outre le soin de développer le concept d'"égocratie",
FJ - 22
néologisme par lequel il accuse Nicolas Sarkozy de "se mettre en scène comme un surhomme". Un régime
fondé, entre autres, sur "idéologie de l'argent", sur "des réseaux d'intérêt puissants" et qui place les médias
"sous influence".

Bien évidemment, le monde politique n'a pas manqué de s'emparer des écrits du député béarnais, à rapprocher
du Coup d'Etat permanent dans lequel François Mitterrand pourfendait en son temps le pouvoir gaulliste. A
commencer par le principal intéressé, qui, on l'a dit, a préféré esquiver la lourde charge. "On est en démocratie,
chacun dit ce qu'il croit devoir dire et les Français choisiront", a glissé le chef de l'Etat, en visite sur le plateau
des Glières (Haute-Savoie) afin d'honorer la mémoire des Résistants. "Je préfère l'excès des critiques à un
système où il n'y aurait pas de critiques possibles. Il ne faut pas se plaindre de ça", a-t-il ajouté, sans jamais
prononcer le nom de son féroce rival. Tout juste s'est-il fendu d'une petite pique à l'encontre de l'ancien ministre
de l'Education nationale: "Bien sûr, je préfèrerais parfois que cette critique soit plus constructive, qu'au fond il y
ait des alternatives, des propositions."

"Abus de délire"

Un peu plus tôt, invité de RMC ce jeudi matin, Laurent Wauquiez avait joué de la formule pour repousser
l'assaillant. "François Bayrou est rentré dans l'obsession de la critique systématique. Son bouquin s'appelle
Abus de pouvoir, moi je trouve que c'est l'abus de délire", a déclaré le secrétaire d'Etat à l'Emploi. Dans un
entretien accordé au Parisien, Dominique Paillé - qui soigne la contre-attaque avec la publication prochaine
d'un livre intitulé Les Habits neufs des faux centristes - avait lui qualifié le centriste "d'imprécateur, de
dénonciateur permanent (afin de) capter l'électorat socialiste". Mal reçu, le conseiller élyséen a été rembarré à la
mi-journée par un président du Modem décidément très en verve: Dominique Paillé est une "personne payée
par l'Elysée, c'est-à-dire par le contribuable français, pour écrire un livre contre un responsable politique", a-t-il
jugé sur France Info.
A l'appui de sa démonstration sans concession, François Bayrou peut en outre compter, à en croire les
sondages, sur un climat politique favorable. Le prochain scrutin européen peut en effet permettre au Modem,
deux ans après l'élection présidentielle, de renouer avec un score à deux chiffres (le mouvement est crédité de
plus de 12% des voix). Au-delà, le leader centriste ne fait que peu de mystère de sa participation à l'échéance
présidentielle de 2012. De quoi relancer le débat sur les alliances pour le Modem. "Le jour où la question de
l'alternance se posera, il faudra des rassemblements", a convenu François Bayrou, toujours sur les ondes de
France Info. Mais, alors que Dominique de Villepin ou François Hollande lui ont déjà fait des appels du pied
(lire: Bayrou, coeur de cible), lui affirme qu'il n'a "pas envie de s'aligner". "S'il s'agit d'entrer dans une
démarche de type programme commun de gouvernement avec des appareils autour de la table, je ne le ferai
pas", a-t-il annoncé, soucieux, malgré un certain isolement, de conserver le plus longtemps possible sa liberté
de parole. Et d'écriture.

http://www.lejdd.fr/cmc/politique/200918/bayrou-a-livre-ouvert_205982.html

RTL - 30 AVRIL 2009 - LA CROISADE DE FRANÇOIS BAYROU VUE PAR ALAIN DUHAMEL

Depuis deux ans, il y a eu des dizaines de livres sur Nicolas Sarkozy, des bons, des mauvais, des de gauche, des
de droite, des réussis, des ratés... Celui de François Bayrou, c'est certainement le plus brillant et le plus violent,
le plus cruel et le mieux écrit. C'est un pamphlet. Il ne cherche donc à être ni juste, ni vrai, mais dur et fort. Et
de ce point de vue, il est réussi. Sa thèse est en fait, assez simple. C'est que Nicolas Sarkozy concentre tous les
pouvoirs, qu'il s'appuie sur tous les réseaux existants, qu'il veut construire une société fondée sur l'inégalité, et
fondée sur l'argent, et qu'il est en train de mettre à bas tous les piliers qui constituent la République et la
FJ - 23
démocratie française. Et il s'appuie, en ce qui concerne la perte de l'indépendance, sur le retour de l'OTAN ; en
ce qui concerne la laïcité, sur le discours de Latran ; en ce qui concerne l'argent, sur Bernard Tapie ; en ce qui
concerne la dimension économique, sur le bouclier fiscal, etc.. Par dessus le marché, il y a une identification
psychologique assez curieuse, mais véritablement très perceptible, avec le général de Gaulle, pendant sa
traversée du désert. C'est-à-dire que ce démocrate chrétien qu'est François Bayrou, s'identifie en fait au général,
seul contre tous, mais incarnant une relève, un espoir, une rupture. Alors bien entendu, il y a des faiblesses.
Dans la partie économique, par exemple, il présente Nicolas Sarkozy comme la quintessence absolue du
capitalisme financier mondialisé, au moment où il y a en tout cas, une tentative de régulation et de moralisation.
Et puis il démontre que tous les médias sont dans les mains de Nicolas Sarkozy et donc, contre tous ses
adversaires, au moment où Le Point fait sur lui sa couverture, son édito, 9 pages, d'ailleurs très bien faites, où le
Nouvel Observateur en fait 4, où Le Monde en fait une avec un appel à la Une, et où tous les médias
audiovisuels avec une efficacité variable, se ruent littéralement sur lui pour le recevoir.

A travers ce livre, c'est déjà une stratégie présidentielle?

Dans l'univers politique de François Bayrou, il y a une seule dimension. C'est la dimension présidentielle. Il est
littéralement hanté, habité par l'élection présidentielle. Il sait très bien que de toute façon, il n'a aucun moyen de
progresser à travers des élections locales. Il n'a plus d'élus locaux. Ni à travers des élections législatives, elles
viennent après l'élection présidentielle. Donc, il a en fait une seule voie, l'élection présidentielle. Et pour ça, il a
une stratégie, une méthode, qui est limpide. Il s'agit au premier tour, de devancer le ou la candidate socialiste, et
au second tour, de rassembler tout le monde. Donc, son objectif il est simple, c'est de taper sur Nicolas Sarkozy
plus fort que n'importe qui, pour plaire à la gauche, et de ne présenter aucun programme d'aucune sorte, pour
pouvoir rassembler largement au second tour, c'est-à-dire en fait, d'être plus anticapitaliste que Martine Aubry,
et d'être plus gaullien que Dominique de Villepin.

On est à un mois des Européennes, que dit François Bayrou sur le sujet?

Rien. Alors ça c'est le paradoxe, puisqu'après tout, c'est le démocrate chrétien qui descend directement de la
famille la plus constamment européenne de France, et il n'en dit pas un mot. En fait, il fait l'impasse sur deux
sujets : la crise économique, qui n'existe pas dans son livre, pratiquement, d'une part, et d'autre part, l'élection
européenne.En fait, quand on voit la façon dont il célèbre le général de Gaulle, dont il attaque le régime, et dont
il snobe l'Europe, il ressemble un petit peu à une réincarnation de Michel Debré, celui du Courrier de la colère.

http://www.rtl.fr/fiche/4697980/La-croisade-de-Francois-Bayrou-vue-par-Alain-Duhamel.html

LE NOUVEL OBSERVATEUR - 30 AVRIL 2009 - LIVRE DE BAYROU : SARKOZY DIT ACCEPTER LES CRITIQUES

Le chef de l'Etat n'a pas officiellement commenté le pamphlet du président du MoDem mais a assuré préférer
"l'excès de critiques à un système où il n'y en aurait pas".
Nicolas Sarkozy a refusé de commenter les critiques qui lui adresse le président du MoDem François Bayrou
dans son pamphlet intitulé "Abus de pouvoir" sorti jeudi 30 avril, assurant préférer "l'excès de critiques à un
système où il n'y en aurait pas". "Je n'ai pas à commenter ça, on est en démocratie, chacun dit ce qu'il croit
devoir dire et les Français choisiront", a répondu Nicolas Sarkozy à la presse, en marge d'un déplacement au
plateau des Glières, où il a effectué son pèlerinage annuel dans son haut-lieu de la Résistance.
"Il ne faut pas se plaindre de ça"

FJ - 24
"C'est le bon côté de la démocratie. Il faut toujours accepter la critique. Il faut la recevoir comme quelque chose
d'utile. Bien sûr, je préfèrerais parfois que cette critique soit plus constructive, qu'au fond il y ait des
alternatives, des propositions", a expliqué Nicolas Sarkozy "Je préfère l'excès des critiques à un système où il
n'y aurait pas de critiques possible. Il ne faut pas se plaindre de ça. Quand on est chef de l'Etat d'une grande
nation, d'une grande démocratie, il faut accepter ces critiques et il y en a certainement qui peuvent aider à
progresser et à faire mieux encore", a poursuivi Nicolas Sarkozy. "Si on ne veut pas de critiques, il ne faut pas
être président de la République", a conclu le chef de l'Etat.

L'"égocratie"

"Le président de la République actuel a un plan. Il nous conduit là où la France a toujours refusé d'aller" et "il le
fait sans mandat", affirme François Bayrou dans "Abus de pouvoir" (éd. Plon). "Il y a dans tout cela un régime
que l'on tente d'imposer à la France", écrit François Bayrou. Ni "monarchie", ni "dictature", l'agrégé de lettres
classiques invente un néologisme pour "dire ce qu'est ce régime improbable": l'"égocratie", d'un président que
François Bayrou compare à un "enfant barbare". L'"égocratie" d'un président qui gouverne à la première
personne et "aime se mettre en scène comme un surhomme", selon François Bayrou.
Idéologie de l'argent

Un régime où "tremblent, les préfets, policiers de haut rang, fonctionnaires d'autorité", écrit-il. Un régime qui
s'appuie selon lui sur une "idéologie de l'argent, présenté comme valeur", une "idéologie souterraine de la
distraction du citoyen à coup de peopolisation", sur "des réseaux d'intérêt puissants", et "des médias sous
influence". "Cette politique qui s'attaque à tous les domaines de la vie nationale, éducation, recherche, justice,
que l'on nous vend sous le nom générique et obsessionnel de "réforme", écrit-il, ce n'est pas une
modernisation".
Absence de mandat

François Bayrou, qui se définit comme un "républicain et démocrate français", y voit plutôt un "renoncement"
pour lequel "Nicolas Sarkozy n'a pas de mandat". "Le peuple français n'a jamais opté, affirme-t-il, pour les
choix qui depuis dix huit mois ouvertement ou subrepticement sont faits en son nom".
Allégeance aux puissants

Il fustige aussi la politique étrangère d'un président qui selon lui fait "allégeance aux puissants", comme
Vladimir Poutine pendant la crise en Géorgie. "La France a donné son accord plein et entier à l'annexion, elle a
consacré le fort et abandonné le faible", écrit-il. Enfin, songeant sans doute à la prochaine présidentielle en
2012, le président du MoDem évoque en latin sa relation avec Nicolas Sarkozy. Il préfère voir en lui un
"ennemi à qui on fait la guerre" (hostis), plutôt qu'un "ennemi personnel" (inimicus). (Nouvelobs.com)

http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/politique/20090430.OBS5193/bayrou_denonce_legocratie_du_presid
ent_sarkozy.html

LIBERATION - 27 AVRIL 2009 - EN ATTENDANT 2012, LE COUP D’ECLAT PERMANENT

Le député des Pyrénées-Atlantiques dénonce les «abus de pouvoir» du Président dans un livre à paraître jeudi.
François Bayrou le revendique haut et fort. Son livre Abus de pouvoir, qui paraît jeudi chez Plon, se veut un
«ouvrage de combat». Sa cible, Nicolas Sarkozy et le modèle qu’il tente d’imposer à la France, celui d’une
«société des inégalités croissantes» , «totalement contraire aux principes républicains». Un ouvrage présent en

FJ - 25
librairie à un peu plus d’un mois des européennes - où le président du Modem espère bien fortement
concurrencer un PS, selon lui, encore en convalescence - et à trois ans de la présidentielle de 2012.
Le 7 juin, «une des questions qui sera posée aux électeurs, c’est : "que voulez-vous dire au pouvoir en place ?"»
pronostique François Bayrou. Le leader centriste jette ainsi les bases doctrinales de son opposition au chef de
l’Etat et de ses amis. Comme l’avait fait avant lui François Mitterrand face à de Gaulle dans le Coup d’Etat
permanent, en 1964. François Bayrou se défend d’un tel parallèle. Même si, sans l’avouer, il s’en trouve flatté.
Le Béarnais ambitionne avant tout de dévoiler le plan mis en œuvre par le président de la République et de se
livrer à une critique de fond.
«Mainmise».Pour lui, Nicolas Sarkozy abuse de sa position pour mettre en place un réseau qui additionne les
pouvoirs politique, économique et médiatique dans «une logique de mainmise». Le futur candidat à la
présidentielle ne pense pas que le locataire de l’Elysée «fait n’importe quoi», mais que son action obéit à une
logique, «à une idéologie, à quelque chose de long terme que les citoyens n’arrivent pas à identifier». Alors
François Bayrou dénonce «les abus multiples, les atteintes gravissimes à la démocratie et la place que tient
l’argent dans ce régime. Il faut mettre un terme aux dérives que l’on constate tous les jours. C’est un véritable
renversement de toutes les valeurs de la France. Ce qui manque justement à la conscience publique, c’est
d’identifier les mécanismes à l’œuvre aujourd’hui.» Son livre tend justement à en donner les clefs.
Le député des Pyrénées-Atlantiques fait part de ses indignations. Dernier exemple en date, selon lui, «la
possibilité envisagée par l’Elysée d’étendre l’immunité présidentielle à François Pérol», l’ancien secrétaire
général adjoint du Château nommé à la tête des Caisses d’épargne et des Banques populaires. «Vous voyez bien
que tous les principes sont mis à mal», confiait François Bayrou, il y a deux semaines, à quelques interlocuteurs
dans le TGV en direction de Bourg-en-Bresse pour un déplacement de terrain comme il en fait plusieurs fois
par semaine.
Programme. Au travers de ces pages, il écrit quelques chapitres bien sentis sur l’affaire Tapie ou sur
l’omniprésent Alain Minc, cible privilégiée du président du Modem. Et pour prévenir les critiques habituelles
qui lui reprochent d’être dans l’opposition sans faire de propositions, il a consacré le dernier volet de son opus à
une ébauche de programme. Malgré la sévérité de son diagnostic, le troisième homme de l’élection
présidentielle de 2007, peine à s’imposer comme le premier opposant à Nicolas Sarkozy. «La vraie opposition
est constituée de ceux qui peuvent accéder au second tour», affirme-t-il. Et dénoncer les abus de pouvoir, juste
un premier pas pour être sûr d’y parvenir.
http://www.liberation.fr/politiques/0101564153-en-attendant-2012-le-coup-d-eclat-permanent

LIBERATION - 30 AVRIL 2009 - LIVRE DE BAYROU: LE «NO COMMENT» DE SARKOZY

Le Nouveau centre et le secrétaire d'Etat Laurent Wauquiez ont dénoncé l'«obsession de la critique» du leader
du Modem qui publie ce jeudi «Abus de pouvoir», un pamphlet contre le président de la République. Nicolas
Sarkozy a refusé jeudi de commenter les critiques que lui adresse François Bayrou dans son pamphlet intitulé
Abus de pouvoir, assurant préférer «l’excès de critiques à un système où il n’y en aurait pas». Dans cet ouvrage
au vitriol sorti ce jeudi en librairie, François Bayrou se pose en premier opposant à Nicolas Sarkozy en
dénonçant violemment sa politique à la veille du deuxième anniversaire de son élection à l’Elysée, le 6 mai
2007. «Je n’ai pas à commenter ça, on est en démocratie, chacun dit ce qu’il croit devoir dire et les Français
choisiront», a répondu Sarkozy, tentant de se hisser au-dessus de la mêlée. «Si on ne veut pas de critiques, il ne
faut pas être président de la République», a-t-il ajouté.
«Abus de délire»
La majorité s’est chargée, de son côté, de riposter au pamphlet du centriste. Parmi les plus zélés, ses ex-
camarades du Nouveau centre. «Ce qui nous avait été annoncé comme devant être un nouveau "Coup d’Etat
permanent", ne se réduit même pas à un coup d’éclat ! N’est pas François Mitterrand qui veut», attaque
FJ - 26
Maurice Leroy, porte-parole du parti qui s’est rallié à Sarkozy au lendemain de la présidentielle, évoquant une
«imposture politique». Le secrétaire d’Etat à l’Emploi, Laurent Wauquiez, a, lui, voulu détourner le titre de
l’ouvrage. «Son bouquin s’appelle "Abus de pouvoir", moi je trouve que c’est l’abus de délire», a rétorqué
Wauquiez sur BFM TV. Dénonçant une «une obsession de la critique systématique» de la part du leader du
Modem, il est allé jusqu’à préférer quelqu’un «comme Martine Aubry, qui est capable de dire "j’ai envie d’un
1er mai utile", d’essayer de poser les choses sur la table» à François Bayrou qui «veut se poser en nouveau
premier opposant».

http://www.liberation.fr/politiques/0101564921-livre-de-bayrou-le-no-comment-de-sarkozy

LE POINT - 30 AVRIL 2009 - LIVRE DE BAYROU - LE "NO COMMENT" DE NICOLAS SARKOZY

Nicolas Sarkozy a refusé jeudi de commenter les critiques que lui adresse le président du MoDem François
Bayrou dans son pamphlet intitulé Abus de pouvoir. "Je n'ai pas à commenter ça, on est en démocratie, chacun
dit ce qu'il croit devoir dire et les Français choisiront", a répondu M. Sarkozy à la presse, en marge d'un
déplacement au plateau des Glières, où il a effectué son pèlerinage annuel dans ce haut lieu de la Résistance.
"C'est le bon côté de la démocratie. Il faut toujours accepter la critique. Il faut la recevoir comme quelque chose
d'utile. Bien sûr, je préfèrerais parfois que cette critique soit plus constructive, qu'au fond il y ait des
alternatives, des propositions", a-t-il ajouté. "Je préfère l'excès de critiques à un système où il n'y aurait pas de
critique possible. Il ne faut pas se plaindre de ça. Quand on est chef de l'État d'une grande nation, d'une grande
démocratie, il faut accepter ces critiques et il y en a certainement qui peuvent aider à progresser et à faire mieux
encore", a poursuivi Nicolas Sarkozy. "Si on ne veut pas de critiques, il ne faut pas être président de la
République", a conclu le chef de l'État. Dans un ouvrage sorti jeudi en librairie, dont Le Point publie cette
semaine les bonnes feuilles, François Bayrou se pose en premier opposant de Nicolas Sarkozy en dénonçant
violemment sa politique à la veille du deuxième anniversaire de son élection à l'Élysée, le 6 mai 2007.

http://www.lepoint.fr/actualites-politique/2009-04-30/livre-de-bayrou-le-no-comment-de-nicolas-
sarkozy/917/0/339301

LE POINT - 29 AVRIL 2009 - LIVRE - FRANÇOIS BAYROU : "SARKOZY A CHOISI LE MODELE AMERICAIN DE SOCIETE
BUSHISTE"

Dans son livre Abus de pouvoir , à paraître jeudi aux éditions Plon et dont Le Point à paraître jeudi propose en
exclusivité des extraits, François Bayrou déclare être entré "en résistance". Parce qu'il y a "une entreprise dans
la société française de mise en réseau d'un certain nombre de grandes puissances qui marient l'industrie, la
finance, les médias, la politique et qui s'impose sur la société française, et qui mérite qu'on leur résiste", a
expliqué le président du Modem mercredi matin sur RTL
"Nous vivons depuis que Nicolas Sarkozy est au pouvoir, il y a deux ans maintenant, une période très troublée
où des millions de Français trouvent qu'il y a des dérives, qu'il y a des choses qui ne sont pas acceptables. Ils
sont mal à l'aise, quelques-uns d'entre eux sont indignés, mais ils n'arrivent pas à identifier clairement le projet
qui à ce point les trouble", affirme-t-il. "Ce que j'ai voulu par ce livre, c'est montrer à chacun d'entre eux -
souvent désespérés parce qu'ils ont l'impression qu'ils protestent mais que nul ne les entend - qu'ils n'étaient pas
seuls et qu'il y a en effet, selon moi, dans les actes qui paraissent parfois désordonnés du pouvoir actuel, une
logique qu'il faut refuser parce qu'elle remet en cause les principes qui sont ceux de notre histoire", assure-t-il.
L'idéologie des inégalités croissantes

FJ - 27
"Pendant la campagne présidentielle, les discours de Nicolas Sarkozy étaient républicains, presque socialistes, il
a convoqué Jaurès, Blum et presque Karl Marx pour exalter les attentes de justice mais, en réalité, la politique
qu'il a suivie ensuite est une politique, qui au lieu d'aller vers l'égalité, est allée vers l'inégalité", dénonce
François Bayrou. "Dans le discours de Saint-Quentin, il y a quelques jours à peine, Nicolas Sarkozy a prononcé
une phrase qui est pour moi extraordinairement choquante. Une société égalitaire c'est le contraire d'une société
de liberté et de responsabilité, avance-t-il. Eh bien cette phrase qui attaque directement le coeur du projet
français à savoir la longue marche vers l'égalité au sein de la société française, est une attaque contre ce que
nous avons de plus précieux", estime-t-il.
Pour l'ancien candidat à la présidentielle, l'actuel chef de l'État a préféré le modèle de société "bushiste" (du
nom de l'ancien président américain, ndlr) au modèle français. Goût de l'argent, goût de la puissance... : "Les
choix de valeurs qui sont ceux de Nicolas Sarkozy ne collent pas avec ce que la fonction devrait exiger", juge
François Bayrou. "Un président de la République française c'est quelqu'un qui voit la réussite ailleurs que dans
l'argent", souligne-t-il.

http://www.lepoint.fr/actualites-politique/2009-04-29/livre-francois-bayrou-sarkozy-a-choisi-le-modele-
americain-de-societe/917/0/338873

L’EXPRESS - 30 AVRIL 2009 - NICOLAS SARKOZY REFUSE LA POLEMIQUE AVEC FRANÇOIS BAYROU

MORETTE (Haute-Savoie) - Nicolas Sarkozy s'est refusé jeudi à toute polémique sur le pamphlet que lui a
consacré François Bayrou, qui accuse le chef de l'Etat d'abus de pouvoir et de dérives inégalitaires.
Dans cet ouvrage publié chez Plon, le leader centriste se pose en chef d'une "résistance nécessaire" à un
président coupable du "viol" de la "France républicaine", du creusement "accepté et même recherché" des
inégalités, soumis à "l'idéologie de l'argent" et adepte des "réseaux".
En visite sur le plateau des Glières, haut lieu de la Résistance en Haute-Savoie, Nicolas Sarkozy n'a pas voulu
répondre à ces accusations.
"Je n'ai pas à commenter ça, on est en démocratie, chacun dit ce qu'il croit devoir dire et les Français
choisiront", a-t-il dit à la presse à la sortie de la nécropole de Morette, où sont inhumés une centaine de
maquisards des Glières.
"Je préfère l'excès des critiques à un système où il n'y aurait pas de critiques possibles. Il ne faut pas se plaindre
de ça", a-t-il ajouté sans jamais citer le nom de François Bayrou.
"Bien sûr, je préfèrerais parfois que cette critique soit plus constructive, qu'au fond il y ait des alternatives, des
propositions", a-t-il poursuivi. "Si on ne veut pas de critiques, il ne faut pas être président de la République".
Le Nouveau Centre, parti créé par d'anciens disciples de François Bayrou, a dénoncé pour sa part dans l'ouvrage
une "imposture politique".
"François Bayrou aura bien du mal à faire croire que la France est une dictature. A force d'être excessif, son
'Abus de pouvoir' devient insignifiant", déclare Maurice Leroy, porte-parole du NC, dans un communiqué.
"FAUX CENTRISTES"
La sortie du livre de François Bayrou coïncide avec celle d'un essai en forme de contre-attaque signé
Dominique Paillé, conseiller de l'Elysée, intitulé "Les Habits neufs des faux centristes".
"Bayrou avance masqué pour plumer la volaille socialiste sans dire qui il est vraiment : un conservateur", dit
Dominique Paillé dans Le Parisien. "Il campe dans le rôle imprécateur, de dénonciateur permanent pour capter
ainsi l'électorat socialiste.
Ce à quoi François Bayrou a répondu sur France Info qu'il n'avait que faire des attaques d'une "personne payée
par l'Elysée, c'est-à-dire par le contribuable français, pour écrire un livre contre un responsable politique".
Bien placé dans les sondages d'opinion, François Bayrou ne cache pas son désir de revenir dans la course à
l'Elysée en 2012, où il pourrait se retrouver en face du président sortant.
FJ - 28
Interrogé sur France Info sur un éventuel rapprochement avec d'autres opposants, comme l'ancien secrétaire du
PS François Hollande ou l'ancien Premier ministre Dominique de Villepin, il s'est dit ouvert au dialogue mais
contre tout alignement.
"Le jour où la question de l'alternance se posera il faudra des rassemblements", a-t-il dit. "Je n'ai aucun
problème à parler ni avec François Hollande ni avec Dominique de Villepin, avec toutes les sensibilités qui
veulent réfléchir à l'avenir républicain du pays, mais je n'ai pas envie de m'aligner".
"S'il s'agit d'entrer dans une démarche de type programme commun de gouvernement avec des appareils autour
de la table, je ne le ferai pas", a-t-il ajouté.
Selon un sondage Viavoice paru lundi dans Libération, 41% des personnes interrogées souhaitent une alliance
PS-MoDem pour gouverner le pays - une proportion qui monte à deux tiers chez des sympathisants socialistes.

http://www.lexpress.fr/actualites/2/nicolas-sarkozy-refuse-la-polemique-avec-francois-bayrou_757654.html

LIBERATION - 30 AVRIL 2009 - PAILLE «DEMASQUE» BAYROU EN LIBRAIRIE

Le porte-parole adjoint de l'UMP publie un livre visant à «démasquer» le leader du Modem dont il a été
proche... le jour même de la parution d'«Abus de pouvoir», signé François Bayrou.
Mon premier promet de truster les rayons politiques des librairies. Mon second sert essentiellement à débiner
mon premier. François Bayrou publie aujourd’hui son réquisitoire contre le président de la République, intitulé
Abus de pouvoir (1). «Concernant sa personne, ce serait plutôt imbu de pouvoir», lâche, pas peu fier de son bon
mot, Dominique Paillé, auteur d’un livre au titre évocateur, Les habits neufs des faux centristes: arnaque ou
imposture? (2)... qui sort aussi aujourd’hui en librairie.
Drôle de hasard? «Ah ça oui, drôle de hasard de calendrier!» réplique du tact au tac l’actuel porte-parole adjoint
de l’UMP. De là à y voir un ouvrage téléguidé par l’Elysée pour contrer le président du Modem... Bien sûr,
Paillé s’en défend et parle d’un «ouvrage totalement spontané» et dit «livrer son analyse de l’évolution du
centrisme à travers [son] parcours politique».
Mais à travers le portait peu flatteur qu’il brosse du Béarnais («mystique, «dilettante», «monomaniaque de la
présidentielle», «isolé»), Paillé entend bien démontrer «qui est vraiment Bayrou».
Pour «démonter les stratégies» de ce dernier, Paillé s’estime bien placé, qui l’a longtemps cotoyé. Celui qui fut
son directeur de campagne aux européennes de 1999, partagait alors les vues de Bayrou: «Prendre la tête de
l’UDF et la transformer en union de la droite et du centre.» Mais Bayrou a, selon Paillé, «trouvé sur sa route un
leader plus actif»: Nicolas Sarkozy. Fin 2001, Paillé prend ses distances puis, dans la foulée de la présidentielle,
change de camp pour rejoindre la nouvelle UMP.
«Le prototype du coucou»
Paillé accuse le leader du Modem d’avoir alors modifié ses plans, constatant qu’il «ne parviendrait pas à
prendre le leadership». Et d’avoir «trahi le centre: sous la Ve République, le centre a toujours été l’allié de la
majorité actuelle.»
Bayrou, lorgnant sur sa gauche, voudrait désormais «plumer la volaille socialiste», attaque Paillé. L’auteur
d’Abus de pouvoir, que l’on compare déjà à l’ouvrage antigaulliste de François Mitterrand, Le coup d’Etat
permanent, chercherait d’ailleurs à amadouer l’électorat de gauche, en «marchant dans les pas» de l’ex-
président (PS) de la République, poursuit le conseiller de l’Elysée. «C’est le prototype du coucou qui veut se
mettre dans le nid des autres.»
Et ce sans élaborer d’alternative: «Ce garçon n’a rien à proposer. J’ai dirigé deux de ses campagnes et j’ai
toujours souffert de l’absence de projet!», tacle Paillé, cantonant Bayrou à une posture d’«imprécateur». «Il
tente de gagner ses galons d’opposant à Sarkozy, en véhiculant des mensonges». Et de réduire à un simple effet

FJ - 29
de loupe médiatique le poids du centriste: «Il est chouchouté par les médias. Pour eux, on existe lorsqu’on
flingue». Presque un aveu de la part de celui qui confesse avoir «longtemps pratiqué ce genre de sport»...
«Recruté pour contre-attaquer» Bayrou
Dans l’entourage de Bayrou, on assure d’ailleurs que «personne n’est dupe» du petit jeu de Dominique Paillé.
«Un type qui n’a jamais été fiable et se retrouve à la botte de l’Elysée. Il a été recruté pour cette mission:
contre-attaquer Bayrou», décode Gilles Artigues, proche du président du Modem qui prédit: le livre de mon
premier «sera un succès», celui de mon second «va faire flop».
(1) Abus de pouvoir, François Bayrou, Plon, 262 pages.
(2) Les habits neufs des faux centristes: Arnaque ou imposture?, Dominique Paillé, Le Cherche-midi, 180
pages.

http://www.liberation.fr/politiques/0101564914-paille-demasque-bayrou-en-librairie

LES ECHOS - 29 AVRIL 2009 - BAYROU SE CONCENTRE SUR L'ANTISARKOZYSME

Le leader centriste publie demain un nouveau livre. Une charge contre le chef de l'Etat, accusé de vouloir mener
la France « là où elle a toujours refusé d'aller ».
Il y a Ségolène Royal, qui se plaît à présenter les « excuses » de la France ; Olivier Besancenot, qui joue
ouvertement la rue contre l'exécutif ; Dominique de Villepin, qui poursuit sa stratégie de harcèlement
médiatique. Et il y a François Bayrou. Fort de son score à la dernière présidentielle (18,57 % des voix) et d'une
popularité personnelle toujours forte, le président du Modem fait feu de tout bois pour se poser comme le
premier opposant à Nicolas Sarkozy et tenter de rassembler sur son nom, in fine, les voix de tous ceux qui
rêvent d'un changement. Le leader centriste était vendredi dans le Cher, samedi dans le Calvados, lundi et hier à
Londres. Aujourd'hui, à Grenoble, il tient la cinquième convention européenne de son parti, consacrée au
développement durable. Surtout, il publie demain un nouveau livre, « Abus de pouvoir » (1).
A cinq semaines des européennes, et bien que le centriste se veuille l'héritier des pères fondateurs de l'UE,
l'ouvrage ne parle quasiment pas d'Europe, mais presque exclusivement de la France. Les yeux rivés sur la
présidentielle de 2012, conscient que l'élection des eurodéputés sert souvent de défouloir contre le pouvoir en
place, François Bayrou n'a pas de mots assez durs pour blâmer Nicolas Sarkozy et son « égocratie », son
modèle de société sécuritaire et inégalitaire, son « idéologie argent », sa « mainmise » sur tous les centres de
décision.
La plume comme arme
Le Béarnais accuse le chef de l'Etat de poursuivre « un plan » précis : conduire le pays, sans le lui dire, « là où
il a toujours refusé d'aller ». Et l'auteur d'égrener « l'abandon du modèle républicain », le « renoncement à ce
qui faisait la force et l'originalité de la France dans le monde » ou le « culte de l'argent », qualifié de « veau d'or
autour duquel [Sarkozy et ses proches] ronronnent ». « L'argent est maître partout, soit. Mais il ne doit pas être
maître en France », insiste-il.
Pour François Bayrou, la plume est une arme. Durant la campagne de 2007, l'agrégé de lettres s'en était servi
abondamment. Cette fois, le Béarnais rêve, même s'il se garde de l'avouer, de rééditer la performance du «
Coup d'Etat permanent ». Un essai dans lequel François Mitterrand fustigeait, en 1964, la pratique du pouvoir
par le général de Gaulle, l'accusant de tout « confisquer » à son profit et de se comporter en arbitre. « Abus de
pouvoir », lui aussi publié chez Plon, est dans la même veine. « L'arbitraire règne en maître. Jamais démocratie
ne porta plus mal son nom », assène le député des Pyrénées-Atlantiques.
Dans la majorité, les attaques incessantes de François Bayrou irritent et, parfois, inquiètent. C'est ce qui
explique la contre-offensive de Dominique Paillé, le porte-parole adjoint de l'UMP. Dans « Les Habits neufs
des faux centristes » (2), cet ancien UDF reproche au leader du Modem d'avoir « dévoyé le centrisme » et «
trahi les centristes ». La charge est, elle aussi, au vitriol, le troisième homme de la présidentielle étant dépeint
FJ - 30
en « monomaniaque » et son parti en « cimetière politique ». Le livre sort en librairie demain. Le même jour
que celui de François Bayrou.

http://www.lesechos.fr/info/france/4859169-bayrou-se-concentre-sur-l-antisarkozysme.htm

LE MONDE - VERBATIM 29 AVRIL 2009 - "LA PLUS IMPRESSIONNANTE CONFISCATION DE POUVOIRS"

Nous croyions que le modèle français, républicain, démocratique, laïque, social, français était si profondément
ancré (...) que nul (...) ne pourrait le mettre en cause. (...) Nous nous trompions. Nous n'avions pas vu que, cette
fois, on allait aligner les grands moyens. Un candidat habile, actif, entreprenant. Des milieux d'influence
déterminés. Des intérêts de parti. Plus encore, des intérêts de classe. (...)
Il y a dans tout cela un régime que l'on tente d'imposer à la France (...). D'abord, la plus impressionnante
confiscation de tous les pouvoirs qui ait été tentée depuis des décennies en cette Ve République (...). Ensuite
(...), une idéologie qui n'avait jamais osé s'exprimer en France à visage découvert, un modèle de société fondé
sur (...) le creusement des inégalités accepté et même recherché. Il faut mesurer quel viol est ainsi imposé à la
France républicaine (...). Enfin, des réseaux d'intérêt puissants (...) bientôt dépassés par leur créature, au point
de s'effrayer en secret de la toile qui vient peu à peu s'imposer à tous les centres de décision, notamment
économiques et financiers. Ainsi, le pouvoir abuse de tous les pouvoirs. (...)
Il est une idéologie de l'argent présenté comme valeur. Une idéologie de la généralisation de la loi du profit. De
l'extension aux services publics des normes du marché, de la concurrence. Il est une idéologie souterraine de la
distraction du citoyen à coups de "pipolisation" (...). Il est une idéologie de la prééminence du capital... Cette
politique qui s'attaque à tous les domaines de la vie nationale, éducation, recherche, justice, que l'on nous vend
sous le nom générique et obsessionnel de "réforme" ce n'est pas une modernisation, c'est une abrogation. (...)
Pour cette abrogation, pour ce renoncement, Nicolas Sarkozy n'a pas de mandat."

http://www.lemonde.fr/politique/article/2009/04/29/la-plus-impressionnante-confiscation-de-
pouvoirs_1186917_823448.html

LE MONDE - 29 AVRIL 2009 - FRANÇOIS BAYROU SE POSE EN PROCUREUR DU SARKOZYSME

Abus de pouvoir. Le titre du livre de François Bayrou qui sort en librairie jeudi 30 avril (Plon, 262 p., 18,90
euros) n'a rien d'un cadeau d'anniversaire. C'est un acte de résistance. Une déclaration de guerre à celui qui
occupe depuis deux ans la fonction présidentielle. A 57 ans, l'ancien centriste, converti à l'"humanisme radical",
"plante le pilotis de la résistance nécessaire". Il se positionne comme le premier opposant à Nicolas Sarkozy.
Les Français voteront le 7 juin pour les élections européennes, mais lui est déjà entré dans le prochain combat.
Le vrai, la présidentielle de 2012. Le quinquennat a raccourci le temps. Surtout ne pas en perdre ! Déjà, de
nouveaux résistants pointent le nez : Dominique de Villepin, Jean-François Copé, peut-être même Alain Juppé
qui, un jour, semble postuler pour un poste de ministre mais, le lendemain, revendique sa liberté de pensée. A
gauche, n'en jetez plus, la cour est pleine. Alors François Bayrou fonce. A trois ans de l'échéance, il préempte la
place de premier opposant. Non sans panache, car il faut un certain courage pour s'en prendre au système.
Implacable, il instruit le procès du régime, comme naguère François Mitterrand avait instruit, dans son Coup
d'Etat permanent, celui du général de Gaulle. Plume alerte, pétrie de citations latines et de références parfois
bibliques, Abus de pouvoir ne se veut pas seulement une leçon d'écriture et d'érudition à l'intention d'un
président qui, trop souvent, écorne les belles lettres.
C'est aussi et surtout un réquisitoire, avec ce qu'il faut de systématisme et de mauvaise foi pour en faire une
arme de combat. Alors que Nicolas Sarkozy réussit encore à étourdir ses adversaires par sa mobilité physique et
idéologique - un coup à droite et tout de suite après une ode à l'ouverture ; la défense acharnée du bouclier
FJ - 31
fiscal et en même temps la promesse de "refonder le capitalisme", François Bayrou fige le sarkozysme dans "sa
scène primale" : celle du Fouquet's, ce grand restaurant parisien où, à peine élu, M. Sarkozy remercie ceux qui
l'ont accompagné dans sa prise du pouvoir.
"Ce soir, ils s'installent. Dans la République, enfin chez eux. Ce que leur avaient obstinément refusé les
précédents présidents, enfin on le leur livrait... Ils étaient les maîtres de l'argent, ils deviennent les maîtres du
pays... le CAC 40, le show-biz, les groupes de médias... l'industrie, la banque, le luxe, les multimilliardaires, la
première fortune de France, la première fortune de Belgique, la première fortune du Québec, les acteurs
vedettes, des patrons de journaux, les propriétaires de télés. Tous intimes du nouveau pouvoir", écrit le
président du MoDem.
Tout le procès du sarkozysme est là : dans cette collusion entre le président de la République et cette partie de
l'élite française qui veut faire de l'argent, admire le modèle anglo-saxon et souhaite en finir avec l'exception
française. Un nom pour symboliser l'entreprise ? Alain Minc, essayiste et conseiller occulte du chef de l'Etat,
que François Bayrou étrille. A partir de là, tout se tient : "les connivences", "les réseaux", "l'information
confisquée", "les préfets aux ordres" et le peuple cocufié. Car, "si les Français ont choisi ce candidat, ils n'ont
pas choisi ce modèle". Il y a "abus de position dominante", clame François Bayrou.
Evidemment, le procès serait plus convaincant, si l'on était encore sous l'ère Bush, si la crise financière,
économique, sociale n'était pas passée par là, si l'argent était toujours aussi flamboyant, si la régulation n'était
pas en train de s'imposer comme le nec plus ultra de la pensée élyséenne. Il serait plus convaincant si François
Bayrou avait pris la peine de s'interroger sur le lien particulier que Nicolas Sarkozy continue, malgré tout,
d'entretenir avec le peuple, s'il avait concédé dans son réquisitoire un peu de vérité sur les faiblesses du modèle
français. Mais le pamphlet n'a jamais été une arme nuancée. Celui-là permet au président du MoDem de ratisser
large : chez les nostalgiques de l'exception française, les orphelins du chiraquisme, les déçus du sarkozysme, et
les opposants au sarkozysme.
Quand on finit la lecture de l'ouvrage, on se demande pourquoi il ne s'est pas trouvé une seule plume au PS
pour oser pareil réquisitoire. La gauche débordée par sa droite : c'est le pari de François Bayrou comme cela
avait été celui de François Mitterrand qui, venu des rangs de la droite, avait réussi son OPA sur la vieille SFIO.
"C'est cristallisé. En 2012, il y aura trois candidats éligibles : Nicolas Sarkozy, le candidat PS et moi", répète le
président du MoDem à ses proches. A ses yeux, pas d'autres concurrents à craindre sur le flanc droit - "relisez le
livre de la jungle, le loup vivant empêche toute relève". Quant à la gauche "le PS a perdu sa sève. Il n'offre plus
rien à croire". Alors François Bayrou fonce. Sans élus derrière lui, mais avec l'intime conviction que la Ve
République sait offrir aux ambitions bien construites le tremplin dont elles rêvent. Françoise Fressoz

http://www.lemonde.fr/politique/article/2009/04/29/francois-bayrou-se-pose-en-procureur-du-
sarkozysme_1186915_823448.html

L’EXPRESS - 29 AVRIL 2009 - DANS UN LIVRE-BRULOT, BAYROU ACCUSE SARKOZY D'ABUS DE POUVOIR

PARIS - A cinq semaines d'un scrutin européen important pour son avenir, François Bayrou publie un livre en
forme de déclaration de guerre à Nicolas Sarkozy, accusé d'avoir "confisqué tous les pouvoirs" en France. Dans
"Abus de pouvoir", à paraître jeudi, le président du Mouvement Démocrate (MoDem) se pose en chef d'une
"résistance nécessaire" à un président coupable du "viol" de la "France républicaine", du creusement "accepté et
même recherché" des inégalités, soumis à "l'idéologie de l'argent" et adepte de la "pipolisation". A trois ans
d'une échéance présidentielle pour laquelle il ne cache pas ses ambitions, le député béarnais âgé de 57 ans
attaque le président de la République à la manière d'un François Mitterrand faisant le procès du général de
Gaulle dans "Le Coup d'Etat permanent", paru en 1964.

FJ - 32
Porté par des sondages favorables, le leader centriste assène coup sur coup à un chef de l'Etat qui, en deux ans à
l'Elysée, a selon lui procédé à "la plus impressionnante confiscation de tous les pouvoirs qui ait été tentée
depuis des décennies en cette Ve République".
Reprenant des accents de sa campagne de 2007, François Bayrou reproche à ce dernier de remettre en cause un
modèle de société "qui ne sacrifie pas la justice à l'égalité".
"Le sens de ce livre, c'est qu'il y a un projet républicain français qui mérite aujourd'hui d'être repris et défendu",
a-t-il expliqué mercredi sur RTL.
En réponse à la soif de justice du pays, Nicolas Sarkozy "est allé vers l'inégalité", a-t-il accusé. "Ce choix de
l'inégalité, il ne l'avait pas annoncé, il avait fait entendre la musique exactement contraire".
Dans un style recherché, truffé de citations latines - François Bayrou est agrégé de lettres classiques -, le
président du MoDem évoque dans son livre la personnalité de Nicolas Sarkozy, qu'il a côtoyé au sein de divers
gouvernements sous l'ère Jacques Chirac.
"VOIR LA RÉUSSITE AILLEURS QUE DANS L'ARGENT"
"Il n'y a pas de mise en cause de la personne, mais mise en cause de l'attitude", a précisé sur RTL François
Bayrou, pour qui "les choix de valeurs qui sont ceux de Nicolas Sarkozy ne collent pas avec ceux que la
fonction devrait exiger".
"Le président de la République, c'est quelqu'un qui voit la réussite ailleurs que dans l'argent", a-t-il estimé.
Un sondage Ifop paru dimanche dans Sud-Ouest crédite François Bayrou de 19% des intentions de vote si
l'élection présidentielle avait lieu maintenant, un score équivalent à celui obtenu au premier tour en 2007
(18,6%) et proche de celui de la socialiste Ségolène Royal, créditée de 20,5% des voix.
Dans la même enquête, Nicolas Sarkozy obtient 28% des voix, contre 31% il y a deux ans.
La possibilité pour François Bayrou de se retrouver au second tour face au président sortant est donc réelle et
c'est dans cette perspective que le leader centriste semble avoir écrit son livre en forme de brûlot.
Sa popularité explique aussi pourquoi il reste une cible favorite de l'Elysée et de l'UMP - qui lui consacre
nombre de communiqués rageurs - et pose la question d'une alliance avec un Parti socialiste affaibli par les
divisions.
Selon un sondage Viavoice paru lundi dans Libération, 41% des personnes interrogées souhaitent une alliance
PS-MoDem pour gouverner le pays - une proportion qui monte à deux tiers chez des sympathisants socialistes.
François Bayrou a rejeté ce mois-ci la main tendue par l'ancien secrétaire du PS François Hollande lui
proposant de réfléchir à des "convergences".
Sur la route qui mène à 2012, les élections européennes du 7 juin feront figure de test pour le député béarnais,
dont la plupart des adeptes ont préféré rejoindre le Nouveau Centre créé avant les législatives de 2007.
Certains de ses anciens amis, comme Hervé Morin, sont entrés au gouvernement. L'un de ses disciples, le
sénateur Michel Mercier, est pressenti pour remplacer Michel Barnier au ministère de l'Agriculture.

http://www.lexpress.fr/actualites/2/dans-un-livre-brulot-bayrou-accuse-sarkozy-d-abus-de-
pouvoir_757475.html

en grande partie repris de la dépêche Reuters


http://fr.news.yahoo.com/4/20090429/tts-france-bayrou-livre-ca02f96.html

FJ - 33
PRESSE

LE FIGARO

30 AVRIL 2009 - PAILLE : «BAYROU NE PEUT ETRE ELU QUE GRACE A LA GAUCHE»

Le porte-parole adjoint de l'UMP publie Les Habits neufs des faux centristes.
LE FIGARO - Pourquoi cette charge contre François Bayrou ?
Dominique PAILLÉ. - Mon livre ne se résume pas à cela ! Je l'ai commencé après les municipales de 2008, qui
ont consommé la rupture définitive avec François Bayrou. Cette campagne a consacré son revirement de
stratégie. S'inspirant de François Mitterrand, il veut désormais essayer de se faire élire par des voix de gauche,
en plumant le PS, alors qu'il est un conservateur de droite. Je voulais expliquer que, pour moi, le centre ne peut
se situer qu'au sein d'une coalition majoritaire autour de Nicolas Sarkozy.
Votre sous-titre, Arnaque ou imposture ?, annonce la couleur…
François Bayrou est un conservateur sur le plan des mœurs et de la société mais plus libéral ou, en tout cas,
moins interventionniste que Nicolas Sarkozy dans le domaine économique. Mais comme il ne peut pas être le
premier à droite, il tente d'être le premier à gauche. Là est l'imposture. L'arnaque, c'est qu'il n'a pas de projet de
société. Il propose du vent aux électeurs. C'est un marché de dupes. Si, par hypothèse qui ne peut qu'être
d'école, il était élu, ce serait grâce à une majorité de gauche. Il serait donc contraint de faire une politique de
gauche et ne pourrait pas suivre cette « troisième voie » qu'il invoque. Les institutions de la Ve ne le permettent
pas.
Avant de dénoncer François Bayrou, vous l'avez soutenu. Qui a changé ?
Je suis resté avec lui jusqu'à fin 2001, parce qu'à l'époque il rêvait de transformer l'UDF en grand parti de la
droite et du centre. En créant l'UMP et en le faisant adhérer au PPE, nous avons concrétisé ce projet. Mais
Bayrou n'étant pas l'instigateur de ce mouvement qu'il avait toujours appelé de ses vœux, il a préféré s'en
détacher.
Vous êtes revenu de votre giscardisme, de votre bayrouisme et de votre chiraquisme. Allez-vous rester
sarkozyste ?
Je suis revenu de mon giscardisme parce que Valéry Giscard d'Estaing a arrêté de réformer la société en cours
de mandat, de mon chiraquisme parce que Jacques Chirac a arrêté les réformes en tout début de mandat et de
mon bayrouisme parce que François Bayrou n'a pas de projet de réforme. Nicolas Sarkozy, lui, en a un, auquel
j'ai d'ailleurs modestement contribué, et il le met en œuvre tous les jours. Je n'ai donc aucune raison de revenir
de mon sarkozysme.

http://www.lefigaro.fr/politique/2009/04/30/01002-20090430ARTFIG00321-paille-bayrou-ne-peut-etre-elu-
que-grace-a-la-gauche-.php

28 AVRIL 2009 – MICHEL MERCIER : «LE SENAT VOTERA LE PROJET DE LOI BACHELOT» (TALK A ECOUTER EN
CLIQUANT SUR LE LIEN)

Michel Mercier, sénateur du Rhône et président du groupe Union centriste au Sénat, précise que son assemblée
restera attentive à accroître la participation des médecins à la gestion et à l'organisation de l'hôpital.

http://www.lefigaro.fr/le-talk/2009/04/28/01021-20090428ARTFIG00528-mercier-le-senat-votera-le-projet-de-
loi-bachelot-.php

FJ - 34
28 AVRIL 2009 - QUAND BAYROU SAVOURE SES BONS SONDAGES

À la veille de la sortie de son livre «Abus de pouvoir», le président du MoDem est allé à la rencontre des
Français de Londres.
Depuis Londres, François Bayrou parle aux Français. Relisant ses notes dans un fauteuil club, devant un feu de
bois du restaurant de l'Hyatt Hotel, ex-Churchill Hotel, situé Portman Square, le président du MoDem savourait
lundi avec une gourmandise non feinte son jus de tomate. Depuis quelques jours, l'ancien candidat aux
présidentielles de 2002 et 2007 est de bonne humeur. Et ne le cache pas : «Vous avez vu les sondages ?»,
demande-t-il.Lundi, dans L'Humanité, l'Ifop créditait ses listes aux européennes de 14 %. Ce week-end, dans
Sud-Ouest, il était donné au coude-à-coude avec Ségolène Royal au premier tour d'une présidentielle (19 %
pour lui, 20,5 % pour elle). Surtout, d'après Libération, lundi, 41 % des Français seraient favorables à ce que le
MoDem et le PS dirigent ensemble. Score qui monte à 56 % auprès des sympathisants de gauche. Autre motif
de satisfaction pour le leader centriste, 35 % des sympathisants de droite ont une opinion positive de lui.
«Depuis plusieurs mois, je sens beaucoup de signes de confiance monter. C'est la preuve que les Français ont
compris quelle est la nature du combat que je mène. C'est vrai qu'ils sont aujourd'hui plus nombreux à gauche et
au centre. Mais 35 % à droite, ça veut dire qu'il y a un socle solide. C'est pour moi un encouragement. Surtout
au moment où les attaques les plus basses et les plus caricaturales, où l'on me compare à un Le Pen light ou un
Besancenot, se multiplient», confie-t-il. Ces attaques seraient, selon lui, la preuve qu'il «agace». «Un point et
demi d'écart avec Ségolène Royal, c'est pas mal», note-t-il. Lors du lancement de la campagne des européennes
du PS, vendredi à Toulouse, Martin Schultz, président du groupe socialiste au Parlement de Strasbourg, s'en
était pris aux eurodéputés MoDem : «À la maison, ils parlent comme Karl Marx en exil, mais au Parlement
européen ils se comportent en sauvages néolibéraux», avait-il lancé. Là encore, Bayrou répond qu'on veut le
diaboliser. Et réplique à Schultz : «À Strasbourg, nos votes sont moins libéraux que ceux des socialistes du
groupe PSE, qui sont en cogestion avec les élus UMP du PPE, pour dealer les postes», assure-t-il.
«Projet humaniste»
Voilà pour les sondages. Lundi après-midi, devant près de 200 étudiants réunis à la London School of
Economics - l'équivalent de l'IEP parisien -, François Bayrou a préféré décrire son «projet humaniste». «Selon
moi, la seule alternative au capitalisme financier, qui est aujourd'hui rejeté avec force par ses victimes, c'est
l'humanisme.» Dans la soirée, devant plus de 200 membres de la communauté française de Londres, il a ajouté
que «l'économie doit être le moteur et la démocratie le volant». Il devait ensuite rencontrer dans un pub
quelques-uns des 150 militants du MoDem résidant outre-Manche. Mardi matin, en compagnie de Nick Clegg,
le leader du «Lib-Dem», la troisième force politique du royaume avec qui le MoDem est allié au Parlement de
Strasbourg, François Bayrou doit visiter le quartier écologiste de Bed Zed à Hackbridge, dans la banlieue Sud
de Londres.
http://www.lefigaro.fr/politique/2009/04/28/01002-20090428ARTFIG00013-quand-bayrou-savoure-ses-bons-
sondages-.php

ASSOCIATED PRESS

29 AVRIL 2009 - MARTINE AUBRY DEMANDE A FRANÇOIS BAYROU DE "CHOISIR" ENTRE LA GAUCHE ET LA DROITE

Le président du MoDem François Bayrou doit d'abord "choisir" entre la droite et la gauche s'il veut "pouvoir
discuter" avec le Parti socialiste, a estimé mercredi la Première secrétaire du PS Martine Aubry.
"Vous n'aviez pas choisi entre Nicolas Sarkozy et Ségolène Royal, avez-vous aujourd'hui choisi quel modèle
vous voulez?", a-t-elle lancé sur France Inter. "Lorsqu'il aura choisi, après que nous ayons réuni la gauche -pour
moi, c'est l'essentiel- nous verrons si nous pouvons discuter".

FJ - 35
"François Bayrou est un homme qui est passé à la dénonciation en France de manière très forte" mais "sa voix a
rarement manqué lorsqu'il a fallu casser et libérer les services publics", a regretté Martine Aubry. "Aujourd'hui
même, il a signé le traité de Stockholm qui est le programme des libéraux dont il fait partie pour les prochaines
élections européennes".
"Il n'en parle pas mais il faut le faire savoir. La première demande, c'est rentrer la concurrence dans les services
publics et casser l'Education nationale, l'hôpital public: voilà ce que défend avec ses amis M. Bayrou en
Europe", a-t-elle insisté.
Or "en France, il a un discours beaucoup plus ouvert et donc la question que je lui pose simplement: vous
dénoncez, que proposez- vous? Et avec qui proposez-vous?". AP

http://fr.news.yahoo.com/3/20090429/tpl-modem-bayrou-ps-aubry-cfb2994.html

LE MONDE

29 AVRIL 2009 - POUR L'ELYSEE, LE PRESIDENT DU MODEM RESTE "L'HOMME A ABATTRE"

François Bayrou et Nicolas Sarkozy partagent une analyse en commun : en 2012, l'ex-troisième homme de
l'élection présidentielle de 2007 serait le seul capable de battre au second tour l'actuel détenteur du pouvoir. Du
coup, leurs objectifs se rejoignent, même s'ils sont diamétralement opposés : pour l'un, il s'agit de parvenir à se
hisser, cette fois, dans le duo de tête du premier tour ; pour l'autre, de l'en empêcher.
"Il faut tuer Bayrou." Depuis deux ans, la consigne n'a pas varié. Et la cellule élyséenne chargée de "flinguer" le
président du Mouvement démocrate (MoDem) n'a pas désarmé. Pourtant, deux ans après, non seulement il est
toujours là mais sa présence sur la scène politique n'a pas diminué. Le dernier sondage Ifop publié dans Sud-
Ouest Dimanche du 26 avril a mis en émoi les grenadiers de l'Elysée.
A la question portant sur les intentions de vote au premier tour d'une élection présidentielle opposant les mêmes
candidats qu'en 2007, M. Bayrou recueille 19 % (+ 0,5 point par rapport au score qu'il avait obtenu), ce qui le
place à portée du scrutin de Ségolène Royal (20,5 %) qui, elle, perd 5 points. M. Sarkozy arrive en tête avec 28
%, enregistrant une perte de 3 points (sondage réalisé les 23 et 24 avril auprès d'un échantillon de 958
personnes).
Nul doute que la sortie du livre brûlot de M. Bayrou va déclencher une contre-offensive en règle. Mais force est
de constater que, pour l'heure, les tentatives pour le réduire au silence se sont avérées inopérantes. Ce n'est
pourtant pas faute de s'y être méthodiquement employé.
D'abord, en le dépouillant de ses élus. Bien avant le premier tour de l'élection de 2007, les émissaires de M.
Sarkozy avaient "ferré" les proies les plus vulnérables parmi la vingtaine de députés qui avaient accompagné
l'ancien président de l'UDF au cours de la précédente législature. Entre les deux tours, ils basculaient en bloc
dans le camp du futur vainqueur. En contrepartie, les ralliés se voyaient accorder la protection de l'UMP pour
conserver leur siège aux législatives. C'est ainsi que le Nouveau Centre a pu constituer un groupe d'une
vingtaine d'élus à l'Assemblée nationale et que pas moins de quatre ministres (Hervé Morin) et secrétaires d'Etat
(Valérie Létard, André Santini, Christian Blanc) issus de ses rangs ont été nommés.
PROCHAINE "CIBLE"
La promotion du Nouveau Centre avait à la fois pour objet de démontrer que, désormais, M. Bayrou était "seul"
et de parasiter ses interventions en lui disputant l'apanage du centre. Deux ans après, le Nouveau Centre,
inféodé à son puissant parrain, reste une coquille, sans autonomie ni perspectives, en quête de strapontins sur
les listes de la majorité présidentielle aux élections européennes et d'une reconnaissance qui ne vient pas.
Prochaine "cible" annoncée : Michel Mercier. Le sénateur et président du conseil général du Rhône semble prêt
à se laisser tenter par une fin de carrière ministérielle. Pour l'heure, il est vrai, il était plus utile, dans le
dispositif sarkozyste, à la tête du groupe centriste du Sénat, où la majorité est fragile. M. Bayrou n'ignore pas,
FJ - 36
cependant, que, le moment venu, celui à qui le lie une longue amitié et qui a longtemps détenu les cordons de la
bourse dans la formation centriste ira se poser dans les mailles du filet. Cela ne constituera ni une surprise ni
une épreuve, tout ayant été réglé entre les deux hommes pour que les choses se passent sans accrocs.
En dépit de tous ces efforts pour marginaliser M. Bayrou, celui-ci continue de bénéficier d'une forte cote de
popularité, sa voix porte et le mouvement créé dans l'élan de l'élection présidentielle s'est enraciné. Créé en
décembre 2007, le MoDem a réussi à franchir les premières épreuves électorales et à faire émerger une nouvelle
génération militante qui n'a plus grand-chose à voir avec l'ancien parti de notables qu'était l'UDF. Les élections
européennes doivent permettre de propulser son leader vers l'objectif 2012. Pour M. Sarkozy, M. Bayrou reste
"l'homme à abattre".
Patrick Roger

http://www.lemonde.fr/politique/article/2009/04/29/pour-l-elysee-le-president-du-modem-reste-l-homme-a-
abattre_1186916_823448.html

LES ECHOS

28 AVRIL 2009 - UNE MAJORITE DE FRANÇAIS CONTRE UNE ALLIANCE PS-MODEM

La perspective d'une alliance entre le Parti socialiste et le Modem n'en finit plus de diviser. Une majorité de
Français (52 %) est opposée à l'idée que le PS et la formation de François Bayrou « dirigent la France ensemble
», selon un sondage Viavoice pour « Libération » publié hier. Mais les sympathisants des deux partis
plébiscitent cette idée. Les sondés se déclarant proches du PS sont pour à 65 % et ceux du parti centriste à 64
%. La question d'une alliance entre le PS et le Modem a été au coeur de la bataille du second tour de l'élection
présidentielle, en 2007, et du congrès du PS, à Reims, cet automne. Dans ce même sondage, Nicolas Sarkozy
enregistre un repli de trois points de sa popularité à 40 % d'opinions positives, contre 43 % un mois plus tôt.
Celle de François Fillon recule d'un point, à 47 %. Selon Viavoice, le chef de l'Etat subit un « revers significatif
» et « relativement inattendu » alors qu'il « était parvenu à stabiliser » ses soutiens dans l'opinion et qu'il a
réinvesti le champ sécuritaire lors d'un déplacement la semaine dernière à Nice.
http://www.lesechos.fr/info/france/4858725-une-majorite-de-francais-contre-une-alliance-ps-modem.htm

FRANCE-SOIR

2 MAI 2009 - PRESIDENTIELLE : LA CAMPAGNE EST OUVERTE


Paul Wermus
A croire que la prochaine campagne présidentielle a déjà commencé, nombre de candidats virtuels, potentiels,
ne pensent qu’à l’échéance 2012.
Pour François Hollande, « il manque un leader naturel au PS ». Et quand on lui pose la question « L’Elysée, ça
vous tente ? » l’ex-premier secrétaire bégaie : « Cela viendra, on verra selon les circonstances » ; pas de doute,
ça le tente. Face à lui, Ségolène Royal qui trépigne d’impatience, Martine Aubry en réserve, DSK faussement
désintéressé. François Bayrou, lui, est depuis longtemps dans les starting-blocks ; la présidentielle, il en fait une
fixette, une névrose, une idée fixe, il en rêve la nuit, c’est son destin. Il paraît même qu’il serait socialo-
compatible. Bref, le président du Modem veut en découdre.
A droite, Alain Juppé, François Fillon jurent leurs grands dieux que ça n’est pas leur préoccupation du moment.
Plus franc du collier, Dominique de Villepin ne dit pas non si les circonstances le lui permettent. Marine Le Pen
aura d’ici là poussé son père Jean-Marie vers la porte de sortie. Olivier Besancenot sera de la fête, bien qu’il

FJ - 37
clame haut et fort que le NPA n’a pas vocation à gouverner. Quant à Jean-François Copé, voilà trois ans qu’il
répète à longueur d’interviews qu’il se prépare pour 2017.
En attendant, Nicolas Sarkozy a un boulevard devant lui.

http://www.francesoir.fr/politique/2009/05/02/presidentielle-la-campagne-est-ouverte.html

LIBERATION

28 AVRIL 2009 - LE PS INCOMMODE PAR LE CAS BAYROU

Alliance. Les ténors socialistes réagissent aux résultats du sondage paru hier dans «Libé».
Les socialistes n’en ont décidément pas fini avec François Bayrou. Alors que selon notre sondage (1) Viavoice
(Libération d’hier), jusqu’à 65 % des sympathisants (et 56 % des électeurs de gauche) affirment souhaiter que
PS et Modem gouvernent ensemble, la question du rapport aux centristes taraude encore le parti.
Certains avancent toujours que le PS pourrait y perdre son âme : «Le pays, comme la gauche, est dans un tel
état de délabrement idéologique que même une alliance avec le diable peut apparaître comme la solution»,
estime Razzye Hammadi, représentant de l’aile gauche du parti. Dans le sillage de Ségolène Royal, et de ses
multiples appels du pied d’entre-deux tours (présidentielle, législatives, municipales) au leader du Modem, on
voit dans ce résultat une confirmation : «Il n’y a pas d’autre solution que la coalition arc-en-ciel, assure Patrick
Mennucci. La gauche seule est minoritaire en France, entre 36 % et 38 %. Et les sympathisants, qui
désespéraient de ceux qui nous ont expliqué pour des raisons d’appareil qu’il ne fallait pas d’accord, le savent
bien : il n’y a pas d’autre solution pour en finir avec Sarkozy.»
Théorie. Beaucoup, dans l’actuelle direction, opposent à cette théorie une interrogation. Non sur les capacités
d’opposition de Bayrou, mais sur son exacte position. Guillaume Bachelay, secrétaire national du PS : «Ce qui
manque dans le sondage de Libé, c’est la question : "Pour mener quelle politique ?" Le fait que Bayrou soit un
renégat déclaré à droite n’en fait pas mécaniquement un homme de gauche.» Et d’invoquer l’histoire récente :
«Il cultive l’antisarkozysme comme fonds decommerce, mais il a contribué à faire élire Sarkozy en n’appelant
pas à voter pour la candidate du PS en 2007 ! En dehors de sa candidature en 2012, quel est le projet de Bayrou

«Hypothèse». Le contenu précis des propositions bayrouistes, donc : voilà le principal argument brandi pour
contrer l’hypothèse d’un rapprochement. François Hollande, qui proposait au Modem une «clarification des
convergences et des divergences», s’est vu rappeler à l’ordre par la direction : son appel est jugé «inopportun à
tous égards» par le porte-parole, Benoît Hamon, et nombre de dirigeants. «Bayrou ne fait pas recette à gauche,
c’est l’hypothèse de son alliance avec les socialistes qui fait recette», nuance Jean-Christophe Cambadélis,
directeur de la campagne du PS pour les européennes. Une façon de replacer les socialistes, plutôt que le
Modem, au centre du jeu. «Les sympathisants socialistes envisagent que le Modem rejoigne la gauche et non le
contraire, poursuit Cambadélis. Le PS doit être l’aimant qui attire la limaille.»
Au-delà de la dispute politique, reste un constat arithmétique, brandi par les partisans d’un rapprochement :
«Les électeurs de gauche sont assez pragmatiques et conscients du fait qu’il va falloir une majorité pour battre
Sarkozy, résume Delphine Batho, porte-parole de Ségolène Royal. Et je ne vois pas de stratégie alternative à
celle d’un rassemblement large de la gauche incluant le Modem. Notre stratégie d’alliance est une des questions
sur lesquelles il va falloir rapidement bouger pour 2012.»
(1) Réalisé du 23 au 25 avril auprès de 1 020 personnes.
http://www.liberation.fr/politiques/0101564366-le-ps-incommode-par-le-cas-bayrou

FJ - 38
27 AVRIL 2009 - EN ATTENDANT 2012, LE COUP D’ECLAT PERMANENT

Le député des Pyrénées-Atlantiques dénonce les «abus de pouvoir» du Président dans un livre à paraître jeudi.
CHRISTOPHE FORCARI
François Bayrou le revendique haut et fort. Son livre Abus de pouvoir, qui paraît jeudi chez Plon, se veut un
«ouvrage de combat». Sa cible, Nicolas Sarkozy et le modèle qu’il tente d’imposer à la France, celui d’une
«société des inégalités croissantes» , «totalement contraire aux principes républicains». Un ouvrage présent en
librairie à un peu plus d’un mois des européennes - où le président du Modem espère bien fortement
concurrencer un PS, selon lui, encore en convalescence - et à trois ans de la présidentielle de 2012.
Le 7 juin, «une des questions qui sera posée aux électeurs, c’est : "que voulez-vous dire au pouvoir en place ?"»
pronostique François Bayrou. Le leader centriste jette ainsi les bases doctrinales de son opposition au chef de
l’Etat et de ses amis. Comme l’avait fait avant lui François Mitterrand face à de Gaulle dans le Coup d’Etat
permanent, en 1964. François Bayrou se défend d’un tel parallèle. Même si, sans l’avouer, il s’en trouve flatté.
Le Béarnais ambitionne avant tout de dévoiler le plan mis en œuvre par le président de la République et de se
livrer à une critique de fond.
«Mainmise».Pour lui, Nicolas Sarkozy abuse de sa position pour mettre en place un réseau qui additionne les
pouvoirs politique, économique et médiatique dans «une logique de mainmise». Le futur candidat à la
présidentielle ne pense pas que le locataire de l’Elysée «fait n’importe quoi», mais que son action obéit à une
logique, «à une idéologie, à quelque chose de long terme que les citoyens n’arrivent pas à identifier». Alors
François Bayrou dénonce «les abus multiples, les atteintes gravissimes à la démocratie et la place que tient
l’argent dans ce régime. Il faut mettre un terme aux dérives que l’on constate tous les jours. C’est un véritable
renversement de toutes les valeurs de la France. Ce qui manque justement à la conscience publique, c’est
d’identifier les mécanismes à l’œuvre aujourd’hui.» Son livre tend justement à en donner les clefs.
Le député des Pyrénées-Atlantiques fait part de ses indignations. Dernier exemple en date, selon lui, «la
possibilité envisagée par l’Elysée d’étendre l’immunité présidentielle à François Pérol», l’ancien secrétaire
général adjoint du Château nommé à la tête des Caisses d’épargne et des Banques populaires. «Vous voyez bien
que tous les principes sont mis à mal», confiait François Bayrou, il y a deux semaines, à quelques interlocuteurs
dans le TGV en direction de Bourg-en-Bresse pour un déplacement de terrain comme il en fait plusieurs fois
par semaine.
Programme. Au travers de ces pages, il écrit quelques chapitres bien sentis sur l’affaire Tapie ou sur
l’omniprésent Alain Minc, cible privilégiée du président du Modem. Et pour prévenir les critiques habituelles
qui lui reprochent d’être dans l’opposition sans faire de propositions, il a consacré le dernier volet de son opus à
une ébauche de programme. Malgré la sévérité de son diagnostic, le troisième homme de l’élection
présidentielle de 2007, peine à s’imposer comme le premier opposant à Nicolas Sarkozy. «La vraie opposition
est constituée de ceux qui peuvent accéder au second tour», affirme-t-il. Et dénoncer les abus de pouvoir, juste
un premier pas pour être sûr d’y parvenir.

http://www.liberation.fr/politiques/0101564153-en-attendant-2012-le-coup-d-eclat-permanent

27 AVRIL 2009 - BAYROU, L’HOMME QUI PARLE A L’OREILLE DE LA GAUCHE

Deux sympathisants socialistes sur trois souhaitent une alliance avec le Modem.
Drôle de cas que celui de François Bayrou. Selon notre sondage Viavoice (1), le leader centriste apparaît bel et
bien comme une des principales figures de l’antisarkozysme. Mais dans ce rôle d’opposant numéro 1 qu’il
revendique dans son livre «Abus de pouvoir» (Plon) qui sort jeudi, il est devancé par Ségolène Royal et Olivier
Besancenot. De plus, 41 % des Français souhaite une alliance PS-Modem pour gouverner le pays.
Une troisième place d’opposant pour une pole position
FJ - 39
Avec 21 % des Français à le considérer comme une des personnalités politiques qui s’opposent le mieux à
Nicolas Sarkozy, le président du Modem devance certes Martine Aubry. Mais se retrouve derrière Ségolène
Royal (29 %), sa concurrente à la dernière élection présidentielle, et derrière Olivier Besancenot (26 %). Pour
18 % des sympathisants de gauche, le Béarnais incarne mieux cette figure du meilleur d’opposant que
Dominique Strauss-Kahn (15 %) ou que Bertrand Delanoë (11 %). A six semaines des européennes,
généralement défavorables à la majorité en place, les électeurs, tentés d’envoyer un signe fort de défiance au
gouvernement, se retournent donc naturellement vers le PS. Ou ils optent pour des voies plus radicales comme
celle d’Olivier Besancenot. D’autant que l’entourage du chef de l’Etat ménage assez ostensiblement le leader
du Nouveau Parti anticapitaliste. Une manière de diviser la gauche. Mais cette stratégie pourrait servir les
intérêts de François Bayrou. En 2007 déjà, une majorité de Français le jugeait comme le plus à même de
l’emporter devant le candidat de l’UMP. A force de jouer l’affaiblissement des socialistes, Sarkozy prend le
risque de faciliter l’accession au second tour de la présidentielle d’un adversaire capable de l’emporter face à
lui, en attirant sur son nom une partie des bulletins de gauche.
Les électeurs de gauche tentés par une union
La possible présence du candidat du Modem au second tour de la présidentielle de 2012 entraîne forcément la
question des alliances. Et là, les socialistes risquent d’être plongés dans un abîme de perplexité. A 41 % (contre
52 %), les personnes interrogées se déclarent favorables à une alliance de gouvernement entre le Modem et le
PS. Un taux qui s’élève même à 56 % chez les électeurs de gauche et à 65 % chez les sympathisants socialistes,
à 64 % pour les proches du Modem. La stratégie des alliances s’était déjà imposée en 2007, au lendemain du
premier tour, quand Ségolène Royal avait voulu se rapprocher de François Bayrou. Elle continue à diviser les
socialistes. Récemment encore, François Hollande proposait au centriste «une clarification des convergences et
des divergences» et, le cas échéant, d’«en tirer les conclusions». Une option prématurée pour le patron du
Modem. Bayrou a donc réussi une partie de son pari initié lors de son refus d’appeler à voter Sarkozy au second
tour de la présidentielle et lors de la création du Modem, en décembre 2007. Il a réussi à faire oublier ses habits
d’ancien homme de centre droit, de président de l’ex-UDF et ses passages successifs dans des gouvernements
de droite. Le leader centriste est désormais socialo-compatible.
Grincements de dents à droite
Conséquence de ce glissement à gauche, les sympathisants de droite cultivent désormais à son égard un fort
sentiment de mauvaises opinions à plus de 61 %. Plus de la moitié des personnes interrogées (57 %) avoue
avoir une bonne opinion de lui. Une proportion qui grimpe même jusqu’à 71 % chez les sympathisants
socialistes.
Trois ans pour se construire une stature de présidentiable
Si Bayrou est jugé honnête (67 %), compétent (61 %) et dynamique (59 %), un Français sur deux seulement (51
%) le considère comme ayant la stature d’un homme d’Etat et 44 % sont d’un avis inverse. Seulement 44 % le
trouvent «rassembleur», sans doute le revers de son rôle d’opposant à Sarkozy. Une faiblesse qui risque de lui
compliquer la tâche en 2012.
(1) Sondage réalisé du 23 au 25 avril 2009 auprès de 1 020 personnes.
http://www.liberation.fr/politiques/0101564151-bayrou-l-homme-qui-parle-a-l-oreille-de-la-gauche
Aussi sur
Le Nouvel Observateur :
http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/politique/20090427.OBS4797/deux_tiers_des_sympathisants_ps_pou
r_une_alliance_avec_.html
L’Expres : http://www.lexpress.fr/actualites/2/sympathisants-ps-et-modem-disposes-a-une-alliance-pour-
viavoice_756620.html
Le Télégramme : http://www.letelegramme.com/ig/generales/france-monde/france/ps-modem-les-
sympathisants-favorables-a-une-alliance-28-04-2009-354641.php

FJ - 40
INVESTIR

2 MAI 2009 - MESDAMES ET MESSIEURS LES POLITIQUES, PARLEZ-NOUS D’EUROPE

Le 7 juin, c’est-à-dire dans à peine plus d’un mois, nous allons voter. A écouter les médias audiovisuels, ce
n’est pas une surprise, tant les querelles s’étalent et se développent, sur des questions d’idées quelquefois, sur
des sujets d’actualité souvent, sur des questions de personne le plus souvent. A ce jeu, on remarquera que les
« partis de gouvernement », et en particulier le PS, ne s’affranchissent pas de questions de pouvoir personnel.
Si le rendez-vous politique de juin semble dans l’ère du temps, il y a un élément qui surprend. Le scrutin ne va
pas trancher sur la politique du gouvernement, sur la communication tous azimuts du président de la
République, sur les nuances qui existent entre la gauche, les Verts, l’ultragauche ou le centre. Il s’agira de
désigner les députés européens.

L’affaire n’est pas sans enjeu. Il est utile de rappeler que le Parlement européen est la garantie de démocratie
dans des institutions que tout un chacun ne peut que trouver très bureaucratiques. A côté de la fameuse
Commission qui semble intervenir dans notre mode de vie sans grand sens de la nuance ou de la mesure, il a un
impact concret.

Son premier rôle est de contrôler la Commission européenne, dont il aura d’ailleurs intérêt à freiner dans
l’avenir l’application sans limite de dogmes libéraux de concurrence sans barrières dont la crise financière a
donné une idée des risques qui en sont la conséquence. On notera que les pouvoirs étendus du Parlement vis-à-
vis des commissaires et de leur président vont dans le sens d’une meilleure gouvernance européenne, en panne
après le rejet du projet de constitution.

Le deuxième rôle du Parlement est - c’est une évidence - de voter les lois. La législation européenne l’emporte
sur les législations nationales, qui doivent s’adapter le cas échéant. Même si les domaines échappant à la
subsidiarité sont limités, c’est notre vie quotidienne qui est en cause.
Pour finir avec les enjeux de cette élection, le renforcement de l’influence européenne dans les dossiers
géopolitiques est un impératif qui ne peut être atteint par des batailles de prééminence entre chefs d’Etat ou de
gouvernement des grands pays. Et la crise a mis en évidence ce besoin d’une voix européenne face à un accord
Etats-Unis - Chine qui pourrait se faire sur notre dos.

Ce plaidoyer pour une prise en compte des enjeux européens par l’opinion publique se heurte à l’actualité du
moment : la crise qui frappe et va encore frapper plus durement dans les douze mois qui viennent. Il revient aux
hommes politiques, aux partis ou mouvements qui vont présenter les listes aux européennes de présenter des
choix qui puissent finalement mobiliser.

On est comme interdit devant le déroulement des choses. Il est vrai que le scrutin transrégional retenu pour
désigner nos représentants à l’échelle de l’Union est particulièrement démobilisant. Mais il n’excuse pas les
déchirements politiciens pour les places, observés au sein des « grands » partis, UMP et Parti socialiste en tête.
De la même façon, le sujet de l’Europe semble évité par l’ensemble des hommes politiques, à l’exception peut-
être des extrêmes, qui peuvent entonner leur rengaine hostile et convenue.

Il n’est jusqu’au Modem, a priori un des plus chauds partisans de l’institution européenne, qui semble avoir
d’autres priorités. François Bayrou a choisi cette période de campagne électorale pour publier un brûlot anti-
Sarkozy outrageusement intitulé Abus de pouvoir.

FJ - 41
La pertinence de ce remake du Coup d’Etat permanent de M. Mitterrand en 1964 est douteuse et elle montre,
au-delà de M. Bayrou et du Modem, une classe politique figée sur les questions de personnes, considérant le
pouvoir comme une affaire de personnes.
Allons, mesdames et messieurs les hommes politiques, il vous reste un mois pour vous reprendre et - enfin -
parler d’Europe !

http://www.investir.fr/cours-actions-cotation/FR/ISI/cours-valeur-107436-mnemo/infos-
conseils/107436/Mesdames_et_Messieurs_les_politiques__parlez_nous_d_Europe.html

LE NOUVEL OBSERVATEUR

3 MAI 2009 - FRANÇOIS BAYROU "NE PEUT PAS ETRE UN GRAND POLITIQUE", SELON XAVIER BERTRAND

AP - François Bayrou n'a pas l'étoffe d'un "grand politique" car il a écrit un livre "rempli de haine" contre
Nicolas Sarkozy, a estimé le secrétaire général de l'UMP Xavier Bertrand, invité de "Dimanche soir politique"
sur France-Inter et i>télé.
Le président du MoDem a publié cette semaine "Abus de pouvoir", un pamphlet contre "l'égocratie" sarkozyste.
"C'est un ouvrage vide de propositions mais rempli de haine", a commenté dimanche Xavier Bertrand. Il a dit
ne pas avoir lu ce livre mais avoir pris connaissance des extraits parus dans la presse.
"Quand un responsable politique est à ce niveau de haine, ça ne peut pas être un grand responsable politique", a
asséné le chef du parti majoritaire. "Quand votre regard est rempli de haine, comme c'est le cas de François
Bayrou vis-à-vis du président de la République, on ne peut pas avoir la sérénité, on ne peut pas être un grand
politique".
Interrogé sur la réforme des universités et le mouvement de contestation qui perturbe les facultés depuis le mois
de février, Xavier Bertrand a affirmé que le projet gouvernemental apportait "des garanties" aux enseignants et
aux étudiants inquiets.
"Je me demande quel est vraiment l'intérêt de ceux qui sont dans ces combats d'arrière-garde et qui sont -
maintenant, j'en ai le sentiment- des agitateurs", a-t-il lancé, dénonçant les "violences inqualifiables" parfois
observées. Il a souhaité "que ceux qui sont dans ces logiques d'obstruction cessent leurs pratiques
immédiatement".
Xavier Bertrand a également défendu le projet de loi sur l'hôpital de Roselyne Bachelot qui apporte un "bon
équilibre" entre soins médicaux et gestion financière. "Cette réforme, pour moi, elle est nécessaire. Elle est très
clairement indispensable".
Il a réaffirmé son soutien au bouclier fiscal. "Ce n'est pas une question de préférence mais d'efficacité", a-t-il
dit, en affirmant que cette mesure ne coûtait que 640 millions d'euros à l'Etat. "Il n'est pas question d'augmenter
les impôts", a-t-il martelé.
A quelques semaines des européennes, le secrétaire général de l'UMP a estimé que les listes "antisionistes" de
Dieudonné n'avaient pas leur place dans ces élections.
"Les listes dont le seul moteur est la haine n'ont rien à faire dans le débat démocratique", a-t-il tancé,
s'interrogeant sur les motivations de l'humoriste. "Est-ce qu'il cherche à faire sa promotion pour lui en tant que
pseudo-artiste ou est-ce qu'il propage de la haine? La haine est là (...) elle n'a pas sa place parce que c'est un
véritable poison pour notre démocratie".
Xavier Bertrand a rappelé que les lois françaises sanctionnent le racisme et l'antisémitisme. "Personne ne se
réfugiera derrière la démocratie pour pouvoir propager de telles idées", a-t-il averti. Un peu plus tôt, le
secrétaire général de l'Elysée Claude Guéant avait annoncé que les pouvoirs publics étudiaient la possibilité
d'interdire ces listes.

FJ - 42
Interrogé sur l'objectif de l'UMP pour ce scrutin, Xavier Bertrand a répondu que le but était d'"avoir le
maximum de députés européens le 7 juin".

http://tempsreel.nouvelobs.com/depeches/politique/20090503.FAP9981/francois_bayrou_ne_peut_pas_etre_un
_grand_politique_sel.html

1ER MAI 2009 - LES SOCIALISTES DEFILENT EN ORDRE DISPERSE

Extrait :
(…) Plus discrètement, le MoDem de François Bayrou, dont la concurrence inquiète de plus en plus le PS, était
lui aussi présent en "soutien à la mobilisation citoyenne", sous la forme d'un stand installé au coin de la rue de
l'Ecole de Médecine.
"On était déjà présents le 19 mars", a expliqué Olivier Anthore, un militant du Val-de-Marne, ancien
syndicaliste CFTC. La vice-présidente du MoDem Corinne Lepage est venue saluer la trentaine de militants en
orange, la couleur du parti. AP

http://tempsreel.nouvelobs.com/depeches/economie/20090501.FAP9716/les_socialistes_defilent_en_ordre_disp
erse.html

LE POINT

30 AVRIL 2009 - LE STYLE BAYROU


Franz-Olivier Giesbert

C'est sans doute l'une des choses les moins partagées dans notre monde aculturé, mais François Bayrou a du
style. Il le prouve encore dans son nouveau livre. Avec éclat.
Si Sarkozy était de Gaulle, on pourrait dire que Bayrou a écrit un Mitterrand. Dans la veine du « Coup d'Etat
permanent », un pamphlet superbe où le futur quatrième président de la Ve République comparait le Général à
un dictateur de la pire espèce. Il avait tout faux mais c'était un très bon livre, à la prose soignée. « Mon meilleur
», disait-il.
François Bayrou a le même panache. Il est aussi très en colère. C'est ce qui fait la force d'« Abus de pouvoir »
(1). On peut déjà considérer ce livre comme le bréviaire de l'antisarkozysme que beaucoup attendaient. Il y a là
du fond, de la passion, de la verve et un sens souvent désopilant de la formule qui tue. Sans oublier un art
certain de la virgule bien placée.
Dans « Abus de pouvoir », François Bayrou se définit comme « quelqu'un qui s'est trouvé en Pascal, en
Montesquieu, en Hugo, en Péguy. Et qui s'est pour cette raison ressenti, toujours, en même temps, français et
européen ». Il ne le cite pas, mais il y a aussi du Bernanos dans cet homme-là, à cause de la langue, entre
gouaille et sophistication, et du ton, volontiers « ronflon », pour parler marseillais.
Le livre refermé, on comprend enfin le projet de Bayrou. Dans son moteur, il a mis du Chevènement, du
Giscard, du Barre, du Lecanuet et du Mitterrand, beaucoup de Mitterrand, qui, en tenant le manche de son large
râteau, aimait dire : « On ne sort de l'ambiguïté qu'à son détriment. »
D'où l'importance du style qui emballe tout et qui, comme disait Buffon, est « l'homme même »
1. Plon.

http://www.lepoint.fr/actualites-chroniques/2009-04-30/le-style-bayrou/989/0/339349

FJ - 43
29 AVRIL 2009 - BAYROU EST "DANS LA DENONCIATION EN FRANCE" MAIS PAS EN EUROPE, ESTIME AUBRY

La première secrétaire du PS Martine Aubry a critiqué mercredi l'attitude du leader du MoDem François
Bayrou, soulignant qu'il est dans "la dénonciation" en France alors qu'en Europe "sa voix a rarement manqué
lorsqu'il a fallu casser et libérer les services publics".
"François Bayrou est un homme qui est passé à la dénonciation en France de manière très forte" de la politique
menée par Nicolas Sarkozy mais en Europe "sa voix a rarement manqué lorsqu'il a fallu casser et libérer les
services publics", a affirmé Mme Aubry sur France-Inter.
"Le programme des libéraux (européens) dont il fait partie pour les prochaines élections" consiste à faire
"rentrer la concurrence dans le service public, casser l'éducation nationale, casser l'hôpital public", a-t-elle dit.
"Voilà ce que défend avec ses amis M. Bayrou en Europe" tandis qu'"évidemment en France il a un discours
beaucoup plus ouvert", a-t-elle ajouté.
"Donc, moi, la question que je lui pose simplement : vous dénoncez, que proposez-vous et avec qui proposez-
vous? Vous n'aviez pas choisi entre Nicolas Sarkozy et Ségolène Royal (au 2e tour de la présidentielle de 2007,
ndlr) avez-vous aujourd'hui choisi quel modèle vous voulez?", a demandé la maire de Lille.
"Lorsqu'il aura choisi, après que nous ayons réuni la gauche - car pour moi c'est l'essentiel -, eh bien nous
pourrons discuter", a-t-elle dit.

http://www.lepoint.fr/actualites-politique/2009-04-29/bayrou-est-dans-la-denonciation-en-france-mais-pas-en-
europe/917/0/338867

Aussi sur :
Le Matin (Suisse) : http://www.lematin.ch/flash-info/monde/bayrou-denonciation-france-europe-estime-aubry

MARIANNE

29 AVRIL 2009 - PARTAGE DES TACHES: BAYROU DENONCE, AUBRY PROPOSE…

Ce matin sur les antennes de RTL et France Inter, le PS et le MoDem ont donné l'impression de se répartir les
rôles d'opposants. A Aubry les propositions et à Bayrou la dénonciation. Encore que pour la patronne du PS, le
dénonciation chez Bayrou n'est qu'une posture...
Un pas de deux par ondes radiophoniques interposées, c’est rarissime. Et c’est pourtant à ce petit jeu que
Martine Aubry et François Bayrou se sont livrés ce matin. Face à Jean-Michel Aphatie, le patron du MoDem a
ouvert le bal. Et pour l’occasion, le leader centriste avait enfilé non pas sa tenue de soirée mais celle d’opposant
au chef de l’Etat attendant presque le grand soir : « Les discours de Nicolas Sarkozy (pendant la campagne
présidentielle, ndlr), c'étaient des discours républicains, presque socialistes. Il a convoqué Jaurès et Blum, et
presque Karl Marx, pour exalter les attentes qui sont des attentes de justice du pays. Et en réalité, la politique
qu'il a suivie ensuite, est une politique qui au lieu d'aller vers l'égalité est allée vers l'inégalité. (…) Ce choix de
l'inégalité, il ne l'avait pas annoncé. Il avait fait entendre la musique exactement contraire… »
La musique jouée par François Bayrou ce matin est, elle, en dissonance totale avec celle du chef de l’Etat: «
Lorsque Nicolas Sarkozy exalte la réussite financière, la réussite matérielle des très grands banquiers, par
exemple, selon moi, il n'est pas dans le rôle d'un Président de la République. Un Président de la République
français, c'est quelqu'un qui voit la réussite ailleurs que dans l'argent. Et c'est très important parce qu'il y a des
millions de Français (…) qui n'auront jamais accès à ce monde des grandes fortunes. Et le Président de la
République devrait être leur défenseur. Il devrait être de leur côté en face de la puissance matérielle. » Et
d’enchaîner en expliquant que « oui » il est entré en « résistance » : « Il y a une entreprise dans la société

FJ - 44
française de mise en réseaux d'un certain nombre de grandes puissances qui marie l'industrie, la finance, les
médias, la politique et qui s'impose sur la société française et qui, me semble-t-il, mérite qu'en effet, on leur
résiste. »
« En France, Bayrou c’est Karl Marx en exil ! »
La défense des « petites gens » et du principe républicain d’égalité, la dénonciation du « pouvoir de l’argent »:
François Bayrou aurait-il tout piqué aux socialistes ? Quelques minutes plus tard, sur France Inter, Martine
Aubry répondait à cette question en pointant du doigt les propres contradictions de François Bayrou : « Nous
sommes un parti de gouvernement, nous ne sommes pas seulement dans la dénonciation comme le fait le NPA,
comme le fait notre ami Bayrou. Nous sommes dans la proposition d’un autre modèle que nous voulons
défendre en plus avec 27 pays. (…) François Bayrou est un homme qui est passé à la dénonciation en France de
manière très forte. Je ne reprendrai pas les propos de Martin Schulz, le président du groupe socialiste européen,
membre du SPD allemand, qui a dit “François Bayrou, on le connaît : en France, c’est Karl Marx en exil et
quand il est en Europe, il vote avec les libéraux” ! »
Et la patronne socialiste d’argumenter sur ce thème en reprenant les mêmes mots que ceux qu’elle a prononcés,
vendredi, à Toulouse, lors du meeting de lancement de la campagne du PS : « Sa voix a rarement manqué
lorsqu’il a fallu casser et libéraliser les services publics. Et aujourd’hui même, il a signé le traité de Stockholm
qui est le programme des libéraux dont il fait partie pour les prochaines élections européennes. Ah mais il n’en
parle pas. Mais il faut le faire savoir. La première demande, c’est faire rentrer la concurrence dans les services
publics, casser l’éducation nationale, casser l’hôpital public. Voilà ce que défend avec ses amis Monsieur
Bayrou en Europe. Alors, évidemment en France, il a un discours beaucoup plus ouvert. Donc, moi, la question
que je lui pose simplement : “Vous dénoncez mais que proposez-vous et avec qui proposez-vous ? Vous
n’aviez pas choisi entre Nicolas Sarkozy et Ségolène Royal, avez-vous aujourd’hui choisi ? Quel modèle vous
voulez ? Et lorsqu’il aura choisi, après que nous ayons réuni la gauche — car pour moi c’est l’essentiel — eh
bien nous verrons si nous pouvons discuter. »
Un « Yalta » de l'opposition ?
Apparemment, avec Martine Aubry, le PS a décidé de laisser l’opposition pure et dure à Nicolas Sarkozy à ses
proches rivales que sont le NPA et le MoDem. Offrir le visage d’un parti qui propose est tout à fait louable.
D’autant que le vide abyssal des idées des leaders socialistes est régulièrement stigmatisé par leurs adversaires.
Mais la dénonciation chère à Bayrou et Besancenot a une force : elle permet d’occuper le terrain médiatique. En
l’abandonnant aux autres et en optant pour la proposition, le Parti socialiste prend un risque : apparaître plus
sérieux mais aussi plus fade qu’il ne l’est déjà aujourd’hui.

http://www.marianne2.fr/Partage-des-taches-Bayrou-denonce,-Aubry-propose_a178751.html

PARIS-MATCH

27 AVRIL 2009 - JEAN-FRANÇOIS KAHN, CANDIDAT MODEM DANS L'EST

Paris Match poursuit son tour d’horizon des 8 eurocirconscriptions (Sud-Est, Ile-de-France, Nord-Ouest, Ouest,
Est, Massif central-Centre, Sud-Ouest, outre-mer). Portrait des têtes de liste et décryptage des campagnes
électorales.
Mariana Grépinet avec Pauline Delassus - Paris Match
L’ancien patron de presse n’a toujours pas le permis de conduire. Ni sa carte du MoDem. Le parti, l’appareil, le
militantisme, tout cela le gêne un peu. Après avoir tourné la page du journalisme, Jean-François Kahn
souhaitait continuer à défendre ses idées. C’est dans un train pour Nancy qu’il s’est imaginé tête de liste aux
élections européennes. Dans le Grand Est, « là où j’ai mes attaches ». Sous les couleurs du MoDem, « un parti
neuf, débarrassé de ces notables poussiéreux qui ne croient plus en rien ».
FJ - 45
MoDem et...indépendant
Un parti qui partage son projet d’une autre société : « Après l’Etat et l’argent, c’est à l’homme d’être replacé au
centre de tout. » L’ancien directeur de « Marianne », qui informe la presse de sa candidature avant d’avertir
François Bayrou, ignore alors qu’il y a deux sortants, dont Nathalie Griesbeck, « qui a fait un boulot formidable
». Qu’importe. Le patron du MoDem souhaite mener une campagne nationale et doit recruter des personnalités.
Kahn prend la tête de la liste, mais promet à Nathalie Griesbeck que s’il n’y a qu’un élu, il lui cédera sa place
au Parlement. En campagne deux mois avant ses adversaires, il enchaîne les conférences « pour expliquer la
crise ». « Une démarche civique » en somme. Kahn s’enthousiasme pour une usine de fromage au lait cru car «
contrairement à Sarkozy, j’aime le fromage qui pue ». Prend conscience, aux côtés des grévistes d’Arcelor-
Mittal qui bloquent le site de Florange, du « désespoir social et du fort attachement à l’entreprise ». Et mène sa
barque en toute indépendance...
Il a lancé ses propres trente-neuf « mesures concrètes pour vaincre la crise », parmi lesquelles la suppression du
RSA, alors que Bayrou soutient cette initiative. Il se trouve des points communs avec Cohn-Bendit, Villepin et
même Royal. Il prétend qu’il a « du mal, en politique, avec l’idée de devoir tuer ses concurrents pour l’emporter
». Il juge d’ailleurs la liste PS « pas mauvaise avec Trautmann en tête, Aurélie Filippetti, très sympathique en
troisième place,et entre les deux un économiste vietnamien intelligent ».
Catherine Trautmann, elle, évoque la place du MoDem au Parlement européen, « intégré au groupe libéral avec
lequel il n’est pas toujours d’accord ». Elle plaide pour un renversement du rapport de force et insiste : « Le
PSE est la seule alternative. » Elle mise sur trois élus, un de moins qu’en 2004 car le nombre de sièges à
pourvoir dans cette région est passé de dix à neuf.
L’UMP Joseph Daul mène une autre campagne : celle pour sa propre réélection à la tête du PPE (Parti
populaire européen). Il était à Tallinn, doit passer à Varsovie et surtout siéger au Parlement dont il ne peut
guère s’absenter. Cet ancien agriculteur de 62 ans, député européen depuis 1999, avait pourtant décidé de ne
pas se représenter. « J’avais envie de retourner à la ferme, d’aider mon fils. Mais le président Sarkozy m’a dit :
“Pas question, on a besoin de gens qui connaissent bien les dossiers.” Le plus dur, ça a été de convaincre ma
femme. » On chuchote que Sarkozy aurait aussi évoqué la présidence du Parlement... Et il reste à régler la
question de la troisième place, à la limite de l’éligibilité : « Les trois ministres, Joyandet, Barnier et Chatel, -
soutiennent chacun un candidat. »
« Ils vous mentent, ils vous ruinent, réagissez ! » Le slogan du FN n’a pas changé. La méthode si. « Pour
relever le défi de cet absurde découpage de régions », Bruno Gollnisch a tout misé sur son camping-car, bien
décidé à « tout faire pour arracher avec les dents un deuxième siège d’eurodéputé ».

http://www.parismatch.com/Actu-Match/Politique/Actu/Jean-Francois-Kahn-candidat-MoDem-dans-l-Est-
92218/

MEDIAPART

1ER MAI 2009 - CONVERGENCE SUBREPTICE ENTRE PS ET MODEM A L'ASSEMBLEE NATIONALE


Par Mathilde Mathieu

Pour la première fois de la législature, le MoDem a soutenu, jeudi 30 avril, à l'Assemblée nationale, une
proposition de loi socialiste. Alors que François Hollande, l'ancien premier secrétaire du PS, a récemment tendu
la main à François Bayrou, le cabinet de ce dernier relativise cette scène inédite: «Surtout n'extrapolez pas!»
(suite payante)

http://www.mediapart.fr/journal/france/010509/convergence-subreptice-entre-ps-et-modem-l-assemblee-
nationale
FJ - 46
ARRET SUR IMAGES

30 AVRIL 2009 - 09H15 LE NEUF-QUINZE BAYROU, L'OUBLIETTE ET LES MICROS

Le gîte et le couvert, qu'offrent en permanence à François Bayrou depuis deux ans les grands médias
audiovisuels, est un étonnant phénomène d'hospitalité. Qu'il publie un livre, et toute la médiasphère est au
rendez-vous. On se réveille avec le "brûlot" de Bayrou à RTL (tiens, il n'a pas été mis en ligne sur le site, un
oubli certainement), on se couche avec le "réquisitoire", la "charge lourde et systématique" (Pujadas) de Bayrou
sur France 2 (TF1 l'ayant tout de même désinvité dans des conditions obscures :
http://www.marianne2.fr/Laurence-Ferrari-trois-promos-en-un-seul-JT_a178759.html). Il parvient même à
rivaliser avec la grippe porcine, qui a pourtant réduit en bouillie toute autre actualité. Pourquoi ? Politiquement,
il ne pèse plus rien. Les snipers de l'Elysée, paniqués par les sondages qui le donnent comme le seul adversaire
susceptible de battre Sarkozy en 2012, l'ont méthodiquement dépouillé de tous ses élus, de tous ses amis. Il
siège seul à l'Assemblée. Il est nu. Hormis une candidature à la présidentielle de 2012, son programme est des
plus flous. Dans son désert, ne poussent que les micros. Heureusement, il y en a beaucoup. Alors, pourquoi
Apathie, Pujadas et les autres bravent-ils les foudres du Château, en traitant le Béarnais comme un Roi en exil ?
(la nécessité de remplir la colonne opposition dans les comptages envoyés chaque mois au CSA n'expliquant
pas tout). Deux hypothèses. Soit (hypothèse cynique) ils regardent les sondages, et ménagent l'avenir. Soit
(hypothèse naïve) certaines voix sont assez fortes, et sonnent assez juste, pour toujours se faire entendre, même
du fond de l'oubliette.

http://www.arretsurimages.net/vite.php?id=4244

LE PETIT JOURNAL

1ER MAI 2009 - LE MODEM ET LES LIBDEMS UNIS POUR LES EUROPEENNES

François Bayrou rencontrait lundi soir les Français de Londres au Goodenough College. En compagnie du
leader LibDem, Nick Clegg, le président du Modem a exprimé la vision d’une Europe centriste
François Bayrou, président du Modem et Marielle de Sarnez, vice-présidente du parti, se sont exprimés lundi 27
avril devant une centaine de Français de Londres. Le responsable du mouvement démocrate a commencé par
"remercier les 23% de Français de Grande-Bretagne" qui ont voté pour lui aux dernières élections
présidentielles. Nick Clegg, le leader du parti des Démocrates libéraux (LibDems), et François Bayrou ont
défendu une Europe de la transparence. "Pour lancer une réforme économique il faut en parallèle une réforme
politique et le manque de transparence dans le secteur des finances est lié au manque de transparence en
politique", a affirmé le leader britannique. Son homologue français réclame aussi plus de clarté au sein des
rouages de la politique européenne. "Je souhaite que les citoyens soient informés des décisions de l’Union trois
mois avant leur adoption afin d’en débattre", a-t-il ajouté.
Les deux leaders ont défendu leur vision d’une Europe plus forte et transparente (photo LC)
Le pragmatisme britannique et la rhétorique française François Bayrou a aussi rappelé sa définition de
l’Europe: celle de Robert Shuman et Jean Monet, les pères de l’Europe. "On a toujours considéré que l’Europe
devait être plus qu’une union de marchés, elle doit être une force pour défendre nos intérêts et nos valeurs",
explique-t-il. Nick Clegg avoue considérer l’Union européenne de manière beaucoup plus "pragmatique". "Pour
nous les Anglo-saxons, le problème n’est pas de définir l’Europe mais de montrer quels bénéfices elle peut
donner aux familles et aux citoyens, a affirmé le Britannique. Il faut montrer que sans l’Europe on aurait moins
de prospérité et de justice sociale". Les deux leaders ont appelé les Français à se rendre aux urnes françaises le
FJ - 47
4 juin ou anglaises le 7 juin pour les élections européennes.
Laurène Casseville (www.lepetitjournal.com - Londres) mercredi 29 avril 2009

http://www.lepetitjournal.com/content/view/40057/2363/

PROFESSION POLITIQUE

29 AVRIL 2009 - EUROPEENNES : LE MOMENT BAYROU ?

François Bayrou en fait la première marche de sa conquête présidentielle. Sa formation, le MoDem, a donc mis
les bouchées doubles pour ces élections européennes, afin d’affirmer son existence sur l’échiquier politique et
son identité.
Enfin ! Après une litanie d’élections aux modes de scrutin assassins pour le parti de François Bayrou, voici les
européennes. Un test national sur la thématique de prédilection du leader centriste, et un test intermédiaire pour
le mandat de Nicolas Sarkozy, avec lequel Bayrou a entamé son long face-à-face : ces élections sont un rendez-
vous décisif pour le Béarnais, après son humiliante défaite aux municipales, l’an dernier à Pau. (suite payante)

http://www.professionpolitique.info/article/29-04-09/europeennes-le-moment-bayrou

LE DAUPHINE

30 AVRIL 2009 - MODEM : BAYROU DEFEND LE "MODELE FRANÇAIS" AU STADE DES ALPES

Les abords du stade des Alpes, hier midi, ne portaient pas les tons bleu et blanc, que l'on voit habituellement les
soirs de match. Non, hier midi, les pancartes, les parapluies, les cravates, les foulards étaient tous "orange
MoDem". Une couleur de mise pour l'organisation d'une convention du parti démocrate à Grenoble portant sur
le thème du "Développement durable et l'Europe", tout comme pour la venue du président François Bayrou et
de la tête de liste aux Européennes dans le Grand sud-est, Jean-Luc Bennahmias.
Après avoir échangé avec des militants écologistes - qui ont souhaité que « ses paroles sur l'environnement
soient tenues » et ont voulu dénoncer le soutien du MoDem grenoblois au projet de rocade Nord -, M. Bayrou
s'est prêté aux jeux des questions avec la presse.
D'abord il a tenu à expliquer pourquoi qu'il avait choisi l'Isère pour installer sa convention sur le développement
durable : « Dans l'image que j'ai de Grenoble, il y a cette couleur d'une ville durable, qui a toujours pris soin de
son environnement », a-t-il lancé en citant notamment Hubert Dubedout.
Sur l'Europe et les échéances électorales de juin prochain, il a salué l'engagement pour l'écologie de ses têtes de
liste, Corinne Lepage dans le Nord-ouest et Jean-Luc Bennahmias dans le Sud-est. Sans manquer de l'opposer
«au bla-bla actuel de certains élus » issus d'autres partis. « Nos candidats ont, eux, des engagements qui ne
datent pas d'hier, mais qu'ils tiennent dans leur vie depuis au moins vingt ans ».
Contre "le projet inégalitaire" de Sarkozy
Puis il a tenu à défendre le modèle français, « un modèle unique » et « sûrement le meilleur face à la
globalisation ». Un modèle qui, selon lui, s'oppose rigoureusement à celui « qu'on est en train de nous imposer,
et qui est inégalitaire et fait d'ententes souterraines ». Après ces déclarations, le débat s'est tout naturellement
déplacé sur l'ouvrage que François Bayrou publie aujourd'hui, "Abus de pouvoir" aux éditions Plon. Un
ouvrage dont il a décrit ainsi la teneur : « Non ce n'est pas un pamphlet contre Sarkozy, mais plutôt une remise
en cause profonde d'un projet qui est le même que celui de Bush et de Berlusconi». Et surtout un projet « libéral
», « le projet de la mondialisation» que le MoDem entend dénoncer en citant « le malaise ressenti actuellement
par des millions de Français » et en « défendant les valeurs françaises, dont nous devons être fiers ».
FJ - 48
Quant à la prochaine présidentielle, le président du MoDem a redit ce qu'il dit depuis quelques jours déjà, en
évoquant d'abord les Européennes : « À chaque jour sa peine ».

http://www.ledauphine.com/index.jspz?=&article=126620&xtor=RSS

LE BIEN PUBLIC

26 AVRIL 2009 - FRANÇOIS BAYROU : UN HOMME EN CAMPAGNE

François Bayrou est un homme de campagne. Pour les européennes, il était, cette semaine, avec Jean-François
Kahn, en Côte-d'Or.
Le troisième homme de la dernière élection présidentielle aspire à devenir le premier. Pas un jour sans qu'il
n'affiche sa différence. Il était cette semaine en Côte-d'Or. L'occasion pour ce candidat en campagne
permanente d'évoquer ses anciens amis passés au Nouveau centre, son livre, sa vision de l'Europe, son avenir.
Le Bien public. - Comment se passe cette campagne présidentielle ?
François Bayrou. - (Silence) Vous voulez dire quoi ?
LBP. - Vous êtes en campagne présidentielle en ce moment ?
FB. - Pas du tout. Je suis en tour de France pour les européennes. Alors, évidemment, toutes les élections sont
reliées les unes aux autres mais je ne confonds pas les échéances.
LBP. - François Hollande vous a demandé de clarifier certaines de vos positions…
FB. - Toutes les sensibilités républicaines du pays peuvent discuter ensemble. Nous ne sommes pas en guerre
civile. Mais, si l'idée de certains était de me voir m'aligner sur le PS, évidemment, ils feraient chou blanc. Ce
n'est pas mon intention. Je suis un défenseur du pluralisme. La force du MoDem, la force du courant démocrate
en France, c'est précisément d'être distinct de l'UMP, voire en confrontation avec l'UMP, sur la gestion actuelle,
et, dans le même temps, d'être sans concession à l'égard du PS dont je considère que les divisions, l'absence de
visions, sont assez frappantes aujourd'hui.
LBP. - Vous avez parlé de pluralisme. Le Nouveau centre a mené à l'Assemblée un combat s'appuyant sur cette
idée du pluralisme pour se faire reconnaître. Vous ne l'avez pas soutenu.
Pourquoi ?
FB. - Le Nouveau Centre est allé chercher, pour son financement, un parti autonomiste polynésien. Je n'ai pas
la même vision de la transparence. Je n'ai rien d'autre à dire.
Otan : « Beaucoup de dégâts pour une seule décision »
LBP. - Vos anciens amis du Nouveau centre s'étonnent que vous ayez, aujourd'hui, un avis différent sur la
réintégration de la France dans le commandement de l'Otan de celui que vous aviez lorsque vous étiez à l'UDF.
Que répondez-vous ?
FB. - Quand le général de Gaulle est sorti de l'Otan, j'avais 15 ans et ma conscience politique était sans doute
très importante, mais j'étais loin du sujet. Les socialistes et les centristes étaient choqués (...) A cette époque, le
mur de Berlin existait, Kennedy venait d'être assassiné… J'explique cela dans mon livre. Ce n'était pas le
monde de maintenant. Aujourd'hui, le retour dans le commandement intégré de l'Otan est une faute contre une
certaine idée d'indépendance de la France, contre une certaine idée du pluralisme du monde. Je suis d'accord sur
ce dossier avec Hubert Védrine (1) qui explique, dans un article publié récemment, que l'Occident avait tort de
se comporter comme une forteresse assiégée contre le reste du monde. Nous avons besoin de voix différentes au
sein de l'Otan. Se ranger dans le commandement intégré de l'Otan a, pour moi, deux conséquences : l'Occident
se referme et passe sous l'autorité américaine. Car « commandement intégré », cela veut dire commandement
américain. Enfin, cela veut dire qu'il n'y aura pas de Défense européenne. C'est beaucoup de dégâts pour une
seule décision.
FJ - 49
LBP. - Vous êtes donc en campagne pour les Européennes. Qu'est-ce qui différencie le MoDem des autres
formations politiques en général et du NC en particulier ? Quelle est, par exemple, votre position sur l'entrée de
la Turquie ?
FB. - J'ai souvent expliqué que l'entrée de la Turquie, cela voulait dire qu'il n'y aurait pas d'Europe politique.
Pour l'instant, le gouvernement a ouvert le dossier. Nous allons voir comment cela évolue. Pour ma part, si l'on
veut une Europe politique, elle doit partir du cœur de l'Union européenne, c'est-à-dire de la zone euro. Le moins
que l'on puisse dire, c'est que la Turquie n'est pas le cœur de l'Union européenne. La Turquie, c'est l'Otan.
« Le Nouveau centre n'existe pas »
Concernant la formation que vous évoquez - le Nouveau centre -, une chose nous différencie. Cette formation
n'existe pas parce qu'une formation qui n'est pas capable de présenter une liste aux élections n'existe pas. Même
pas une seule liste sur l'ensemble territoire national ! Ils ont choisi de se satelliser autour de l'UMP.
LBP. - Revenons-en à la question…
FB. - J'y reviens. Pour moi, l'Europe doit être active. Pour l'instant, elle ne l'est pas. C'est pour cela que j'ai
soutenu l'idée d'un emprunt européen de 300 milliards d'euros, qui serait un emprunt émis par les institutions
européennes pour donner un peu de marge de manœuvre et qui permettrait de participer - le besoin s'en fera
sentir - à un vrai soutien de l'activité économique vers l'investissement et les PME. Je crois que cela manque
vraiment. Si l'Europe doit être active, elle doit être démocratisée. C'est pourquoi je soutiens deux idées. La
première est que l'on ne puisse pas prendre de décision européenne sans avoir annoncé, trois mois à l'avance,
qu'elle est en préparation, afin que les gens puissent s'investir par l'intermédiaire de leur député. Deuxième idée
: que toutes les décisions européennes soient prises en public. De manière à ce que l'on sache qui vote quoi.
Quand le gouvernement dit « c'est la faute de Bruxelles », on s'aperçoit, dans 99 cas sur 100, qu'il a voté à
Bruxelles contre ce qu'il dénonce à Paris. Je veux que désormais les choix soient clairement affichés.
LBP. - Dans quel groupe vos députés siégeront-ils ?
FB. - Dans notre groupe qui rassemble le Libdem britannique, le Parti démocrate italien, etc. Nous avons 100
députés au Parlement européen. Nous sommes le 3e groupe. En France, UMP et PS font semblant d'être l'un
contre l'autre. A Strasbourg et à Bruxelles, ils votent ensemble. Un exemple ? J'ai proposé la candidature de
Geremeck (2), l'historien polonais, ministre des Affaires étrangères de Walesa. UMP et PS ont voté ensemble
contre la présidence de Geremeck. C'était pourtant un symbole fort pour le premier parlement réunifiant l'Est et
l'Ouest. (…) Tout cela pour faire élire un apparatchik socialiste qui serait suivi, à mi-mandat, par un
apparatchik de droite allemand. Ceci ne correspond pas à la transparence que je souhaite (…).
LBP. - Votre livre, « Abus de pouvoir », sort jeudi chez Plon. Tout est dans le titre ?
FB. - (…) Ce livre répond à une question. Beaucoup de Français sentent que quelque chose ne va pas. Ils voient
beaucoup de dérives du pouvoir actuel, mais il est très difficile pour eux de mettre le doigt sur ce qui les gêne.
C'est difficile de dire en quoi consistent ces dérives. Ces dérives résident dans l'exercice du pouvoir qui est
totalement confisqué, dans une idéologie qui est le contraire de l'idéologie républicaine française, de la vision
républicaine française de la société. Ces dérives résident également dans la mise en place, en France, de réseaux
qui sont des réseaux médiatiques, financiers, industriels, politiques qui font que le pays ne ressemble pas à ce
qu'il devrait être.
LBP. - Si François Sauvadet vous annonçait qu'il souhaite revenir à vos côtés ?
FB. - (Silence) Comment dire ? J'ai le cœur indulgent mais je prendrais quelques précautions quand même.
Propos recueillis par Francis ZIEGELMEYER
Abus de pouvoir, de François Bayrou, chez Plon.
(1) Hubert Védrine a été ministre des Affaires étrangères de Lionel Jospin.
(2) Bronisaw Geremeck fut député européen et l'un des artisans de la libération de la Pologne du joug
soviétique.
http://www.bienpublic.com/actu/infodujour/20090426.BPA0633.html

FJ - 50
PARIS-NORMANDIE

29 AVRIL 2009 - CORINNE LEPAGE «POUR UNE EUROPE EGALITAIRE»

Corinne Lepage, tête de liste pour le Modem dans le nord-ouest, est au Havre aujourd'hui.

Depuis 1993, Corinne Lepage est une habituée des élections de toutes sortes. Fervente écologiste, celle qui
fonda le Modem aux côtés de François Bayrou sera aujourd'hui au Havre, dans le cadre des européennes. Elle y
défendra la liste qu'elle conduit, au nom de sa formation, dans le nord-ouest : d'abord sur le marché de
Gonneville-la-Mallet, puis devant l'association Emergence. Avant une rencontre avec les militants du Modem.

Que venez-vous livrer comme message aux Havrais ?


Corinne Lepage : « Je viens leur donner un message d'espoir et les convaincre que l'Europe peut les protéger
face à la crise. Je viens aussi leur dire que le bassin havrais mérite un développement industriel. Je pense à une
production plus écologique ou encore à une reconversion de pôles. Aux Etats-Unis, par exemple, une usine
automobile produit désormais des turbines d'éoliennes. Il faut une industrie du XXIe siècle. »

Le Havre n'est-elle pas non plus la grande oubliée du réseau transeuropéen, qui est censé créer trente grands
axes de transports sur le continent ?
« Aujourd'hui, quand on regarde les distances temps, on s'aperçoit que Le Havre est à deux heures de Paris,
comme Lyon ! Il faut réhabiliter Le Havre. D'autant plus que la ville est une porte idéale vers l'Angleterre. »

Quelle est votre vision de l'Europe ?


« Elle doit se baser sur la liberté et l'égalité. Actuellement, la liberté a trop pris l'ascendant et créé des
déséquilibres par trop de dérégulation. Et il faut réhabiliter le pouvoir d'achat. Le crédit l'a trop relayé. Ce
système explose. »

Quelles seront vos premières revendications ?


« Je réclamerai la possibilité de lever un emprunt européen, ciblé sur l'économie verte. Nous réclamerons une
action plus coordonnée des Etats. Et nous militerons pour une harmonisation fiscale, ainsi qu'une augmentation
de la contribution des Etats à l'Union. »

Quel score espérez-vous ?


« Si nous restons aux 14 % que nous promettent les sondages, ce sera très bien. Mais pas de plans sur la
comète. »

http://www.paris-normandie.fr/index.php/cms/13/article/148234/_Pour_une_Europe_egalitaire_

TOUTE L’EUROPE

27 AVRIL 2009 - CORINNE LEPAGE : "ON OUBLIE TROP SOUVENT LE VOLET SOCIAL LORSQU'ON PARLE DE
DEVELOPPEMENT DURABLE"

Fondatrice et présidente du parti Citoyenneté Action Participation pour le XXIe siècle (CAP 21) , co-fondatrice
et vice-présidente du Mouvement démocrate de François Bayrou, Corinne Lepage se présente sous cette
étiquette aux élections européennes qui auront lieu le 7 juin prochain, dans la circonscription Nord-Ouest. Pour

FJ - 51
Touteleurope.fr, elle revient sur les raisons de sa candidature, les axes de sa campagne, sa position sur la
Turquie ou encore sur l'avenir institutionnel de l'Union européenne.
"Remettre le social au coeur du projet européen"
Internet au coeur de la campagne
"Internaute convaincue" selon ses propres mots, Corinne Lepage a développé pour sa campagne un site Internet
spécifique, mais utilise également Netvibes, Flickr ou encore Twitter. Ancienne ministre de l'Environnement,
Corinne Lepage a choisi de briguer un mandat européen parce qu'elle pense "que c'est au niveau européen que
l'essentiel de notre avenir se joue aujourd'hui".
Elle explique qu'elle n'a en effet pas souhaité se présenter aux élections législatives nationales de 2008 car "le
Parlement français, dès lors que l'on est dans l'opposition, est réduit à bien peu de choses", et que "européenne
convaincue", elle a eu envie de se "présenter devant [ses] concitoyens pour les représenter au Parlement
européen".
Ayant rejoint les listes du MoDem, dirigé par François Bayrou, Corinne Lepage mène donc une campagne "qui
est celle du MoDem avec une petite touche particulière". Elle reprend ainsi les grands axes du parti démocrate
français sur "la défense des libertés publiques, les propositions économiques d'harmonisation fiscale, de grand
emprunt européen, de renforcement, des politiques européennes" majeures.
La tête de liste dans le Nord-Ouest y "ajoute une vraie évolution soutenable au niveau européen avec deux
volets : le volet environnemental mais aussi le volet social".
Corinne Lepage considère en effet que "on peut avoir des politiques environnementales géniale si on met les
gens à la porte comme on le voit aujourd'hui vous comprendrez bien que cela n'a rien à voir avec le
développement durable !". Elle défend donc "un rapprochement des politiques sociales en Europe, avec une
harmonisation par le haut, et pas par le bas".
"Je suis totalement opposée à la poursuite de l'élargissement à la Turquie"
Sur la question de la poursuite de l'élargissement de l'Union européenne, notamment à la Turquie, la position
de Corinne Lepage est claire : "J'y suis totalement opposée ! Et je ne vais pas changer d'avis sur ce point là".
Elle précise en effet "je ne suis pas pour intégrer la Turquie dans l'Europe pour la simple et bonne raison que la
Turquie, même si on la présente toujours comme un Etat laïc, est en réalité un Etat qui a de plus en plus mal à
sa laïcité".
Or, "dans la mesure où intégrer la Turquie signifierait, sur tous les sujets de la vie quotidienne dont s'occupe
l'Europe, donner à un pays extrêmement important sur le plan démographique un poids essentiel en Europe, je
pense que ce serait contre-productif".
Corinne Lepage précise en revanche qu'elle est favorable à "une politique de rapprochement avec la Turquie,
pour développer les échanges économiques, culturels, pour faire en sorte que cette gestion de la laïcité, que
nous avons en France et qu'un certain nombre de pays européens commencent à regarder avec de plus en plus
d'intérêt, puisse renforcer les tenants de la laïcité en Turquie".
"Il faut travailler en Europe par cercles concentriques"
Sur la question de l'avenir institutionnel de l'Union européenne, Corinne Lepage note que "il y a des pays
[européens] qui sur des sujets veulent avancer plus vite que les autres. L'Europe progresse par des dynamiques.
Il faut que ceux qui veulent s'inscrire dans une dynamique, monétaire, environnementale, sociale, puissent le
faire".
Corinne Lepage considère ainsi que, si les Européens arrivent à sortir de l'impasse du traité de Lisbonne, il
faudra "trouver des pays qui jouent le rôle de moteur et que les institutions européennes leur permettent de le
faire".
Elle cite ainsi l'exemple du modèle social nordique, précisant que "nous Français avons tout à gagner à
travailler avec les pays du Nord [de l'Europe] pour une Europe sociale plus vigoureuse".

FJ - 52
http://www.touteleurope.fr/fr/organisation/institutions/parlement-europeen-et-deputes/actualite/actualite-vue-
detaillee/afficher/fiche/3872/t/44258/from/2829/breve/corinne-lepage-on-oublie-trop-souvent-le-volet-social-
lorsquon-parle-de-developpement-durable.html

LE PROGRES DE LYON

28 AVRIL 2009 - JEAN-LUC BENNAHMIAS SOUHAITE UNE EUROPE PLUS A L'ECOUTE

Dans la Loire, le MoDem est entré en campagne. Hier, Gilles Artigues, le patron départemental du parti
centriste, a reçu Jean-Luc Bennahmias qui mène la liste du MoDem dans la circonscription Sud-Est, et
Fabienne Faure qui figure en deuxième position. Bien que la campagne démarre mollement, certains sondages
laissent entrevoir des scores à deux chiffres pour les listes de François Bayrou. Ce qui motive les troupes et
Gilles Artigues, placé à la troisième place. La route de l'ancien député de la Loire pour rejoindre le parlement
européen, à Strasbourg n'est pas la plus aisée. Mais sait-on jamais ! En politique tout est possible, surtout avec
un scrutin à la proportionnelle intégrale. Avec son ami, David Vachez, deuxième Ligérien sur cette liste, Gilles
Artigues fait campagne en rappelant que les pères fondateurs de l'Europe étaient issus de la famille centriste. «
L'Europe c'est la base de notre engagement. L'Europe ce n'est pas seulement un marché, mais c'est un projet de
société », insiste Gilles Artigues.
En venant à Saint-Étienne, Jean-Luc Bennahmias a visité la fin du chantier de la Cité du design pour laquelle
l'Europe a octroyé 6 millions d'euros. « Nous avons ici un exemple concret pour montrer que l'Europe est
présente en participant à la restructuration de nos territoires », fait remarquer Jean-Luc Bennahmias. Mais pour
le député européen sortant, le problème de la distance entre les institutions européennes et les citoyens provient
de la Commission : « Elle ne fait pas beaucoup d'efforts pour se rapprocher des peuples. Il n'y a qu'à voir les
mesures prises pour la fabrication du vin rosé ».
Une Commission qui « a beaucoup trop d'influence » depuis l'élargissement de l'Union européenne à 27 pays,
estime la tête de liste MoDem. « On ne fait pas l'Europe contre l'avis des Européens. Il faudrait plus de
transparence dans la prise de décisions de la Commission », ajoute Jean-Luc Bennahmias qui rappelle la
nécessité de la construction européenne pour « une France forte ».

http://www.leprogres.fr/fr/region/la-loire/loire/article/997258,182/Jean-Luc-Bennahmias-souhaite-une-Europe-
plus-a-l-ecoute.html

OUEST FRANCE

2 MAI 2009 - BAYROU, LA BETE ORANGE DE L'ÉLYSEE

Orange, comme la couleur du MoDem. Son leader publieune réflexion assassine contre Nicolas Sarkozy.
Tiens, il est à l'heure. En avance même, pour cet échange matinal avec quelques journalistes, au Café de l'Alma.
François Bayrou arrivé avant les autres, un signe prémonitoire ?
« Il n'y en a que trois qui peuvent prétendre figurer au second tour, dit-il devant une salade de fruits frais.
Nicolas Sarkozy, le (ou la) candidat(e) du PS et moi. La question du second tour sera celle du premier tour : qui
pourra battre Sarkozy ? » En campagne pour les européennes, il prend de l'avance, en réalité, pour 2012. C'est
pour cela qu'il est, pour l'Élysée, le rival à abattre.
Un sondage publié, dimanche, par Sud-Ouest le mettait à égalité avec Ségolène Royal. Le lendemain, une
enquête de Libération révélait que deux Français sur trois le pensent capable de fédérer les oppositions à
Nicolas Sarkozy. « S'il arrive au second tour, s'inquiète un conseiller de l'Élysée, on ne peut pas exclure qu'il
gagne. »
FJ - 53
Sparadrap politique !
C'est pour cela qu'à la sortie d'un essai décapant et talentueux contre « l'égocratie » sarkozyste (1) répond la
publication d'un contre-feu sous la signature de l'ex-UDF Dominique Paillé (2). « François Bayrou, explique
l'onctueux porte-parole de l'UMP, n'a eu de cesse d'instrumentaliser le centre pour atteindre son objectif
obsessionnel, la présidence de la République. »
Sans doute, mais le fait est là : un paysan pyrénéen lettré occupe ¯ seul, très seul, d'ailleurs, si l'on parle de son
entourage ¯ le centre de la scène. Véritable sparadrap politique, plus on essaie de s'en défaire, plus il colle.
Infernal. L'intéressé croit à son rendez-vous avec l'histoire. Il se défend de toute antipathie personnelle,
privilégie le fond et cite, parmi d'autres, cette phrase clé de Nicolas Sarkozy, prononcée le 24 mars, à Saint-
Quentin : « Une société égalitaire, c'est le contraire d'une société de liberté et de responsabilité. » Rédhibitoire,
pour Bayrou. « Au contraire, dit-il, c'est la liberté qui doit conduire à l'égalité, l'égalité à la fraternité. »
Mais que propose François Bayrou ? « Il faut d'abord définir le but, dit-il, avant de tracer le chemin, c'est-à-dire
les réformes, pour y parvenir. »
Michel URVOY.

http://www.ouest-france.fr/actu/actuDet_-Bayrou-la-bete-orange-de-l-elysee-_3635-918277_actu.Htm

1ER MAI 2009 - FRANÇOIS BAYROU S'AMUSE D'ALAIN JUPPE

Ainsi donc, Alain Juppé, qui cache pourtant mal ses impatiences, renonce à être ministre. Pour de nobles
raisons ? Le président du MoDem a une explication : « Il a renoncé à être ministre à partir du moment où on le
lui a refusé. » C’est vrai qu’avec Juppé, Seguin et Allègre au gouvernement, hypothèses qui nourrissent la
rumeur, on plaint le pauvre François Fillon. Mais Bayrou se dit que Juppé n’est peut-être pas perdu pour tout le
monde : « Quelque chose me dit qu’il aura envie de me rencontrer »…

http://www.ouest-france.fr/actu/politique_confidentiel_-Francois-Bayrou-s-amuse-d-Alain-Juppe_41770-
917394_actu.Htm

30 AVRIL 2009 - BAYROU PENSE AU SECOND TOUR DE... 2012


Confidence de François Bayrou, auteur d'une réflexion impitoyable
contre la politique de Nicolas Sarkozy ("Abus de pouvoir", chez Plon): "La prochaine fois, la question du
premier tour sera celle du second tour: qui pourra battre Sarkozy?" Le patron du MoDem, qui prépare les
européennes en pensant très fort à 2012, se remet à espérer, depuis qu'un sondage pour Sud-Ouest le place à
égalité avec Ségolène Royal et qu'une enquête de Libération révèle que deux Français sur trois le jugent capable
de fédérer les électorats d'opposition.

http://www.ouest-france.fr/actu/politique_confidentiel_-Bayrou-pense-au-second-tour-de...-2012_41770-
916799_actu.Htm

LE CENTRISME.COM

1ER MAI 2009 - EDITO D'ALEXANDRE VATIMBELLA: LE CENTRE EST PLURIEL ET SON MORCELLEMENT, UNE DE SES
FORCES PRINCIPALES

Alors que François Bayrou en créant le Mouvement démocrate a décidé de se rapprocher du Parti socialiste
dans une stratégie mitterrandienne et que ses anciens amis de l’UDF ont créé le Nouveau Centre et se sont
rapprochés de l’UMP avec qui ils sont au gouvernement, le Centre orphelin a néanmoins de nombreux
FJ - 54
prétendants. Du Parti radical de Jean-Louis Borloo au Nouveau Centre d’Hervé Morin en passant par les
Radicaux de gauche de Jean-Michel Baylet, la Gauche moderne de Jean-Marie Bockel et même le Mouvement
démocrate de François Bayrou (qui tente d’occuper tout l’espace entre le Centre et la Gauche), nombreux sont
ceux qui voudraient occuper la place dont certains estiment qu’elle n’existe pas tout en la qualifiant de
stratégique électoralement parlant ! Comprenne qui pourra…
Même l’UMP se verrait bien annexer le Centre, ce qu’il n’a pas réussi à faire avec l’arrivée des anciens UDF
dans le RPR de Chirac en 2002, ni même en 2007 avec l’élection de Nicolas Sarkozy. Sans oublier le Parti
socialiste, ce qui lui permettrait d’écraser enfin la mouche du coche Bayrou qui l’empêche de se concentrer sur
son rôle de premier opposant à Nicolas Sarkozy que le Président du Mouvement démocrate n’a pas hésité une
seule seconde à squatter.
Cette liste en dit long sur le morcellement du Centre en France alors que l’UDF avait paru à sa création en 1978
puis dans les années 2000 être le réceptacle naturel et légitime de la mouvance centriste. Mais ce morcellement
n’est pas forcément une faiblesse comme le croient les adversaires du Centre et de nombreux analystes
politiques. Au contraire.
D’une part, il est la preuve que le Centre est vivant, qu’il attire et qu’il existe. D’autant que le Centre n’a jamais
été et ne sera jamais monolithique. C’est même contraire à sa philosophie politique faite de pragmatisme et de
consensus. Il «suffit» de partager les valeurs du Centrisme (Respect, Solidarité, Tolérance, Liberté) et son
principe de gouvernance équilibrée pour faire partie de la grande famille centriste.
D’autre part, ce morcellement se révèle un atout et une force. Car, de ce fait, le Centre est incontournable pour
gouverner. Qu’il soit Centre, Centre-droit ou Centre-gauche, il est d’ailleurs associé au pouvoir depuis les
débuts de la III° République jusqu’à aujourd’hui sans interruption (en excluant évidemment la période de
Vichy). Et tous les pouvoirs de droite et de gauche ont été obligés d’écouter les modérés avec qui ils
gouvernaient.
Bien sûr, le plus souvent le Centre n’est pas majoritaire dans les gouvernements où il est associé ce qui
l’empêche de mettre en place une vraie politique du Centre, se contentant d’infléchir une politique au centre.
C’est pourquoi, le but du Centre demeure de devenir majoritaire ou, à tout le moins, la principale force
politique dans un cas de figure où d’autres formations se rallieraient à son programme.
Reste que l’influence du Centre a permis plus souvent que le contraire d’éviter que des idéologies extrémistes
manquant de raison et de sagesse n’entraînent le pays vers des rivages qu’il aurait pu regretter. Et ça, la France
mais aussi la totalité des démocraties dans le monde le doivent au Centre.

Alexandre Vatimbella

http://www.lecentrisme.com/2009/05/edito-dalexandre-vatimbella-le-centre.html

AUDIOVISUEL

FRANÇOIS BAYROU

FRANCE 2 – JT DE 20 HEURES (INTERVIEW)


http://jt.france2.fr/20h/ (à la 18’45’’)
FRANCE INFO LE 30 AVRIL 2009
http://www.dailymotion.com/video/x954n0_francois-bayrou-franceinfo-30-04-20_news

RTL LE 29 AVRIL 2009


http://www.dailymotion.com/video/x94spv_francois-bayrou-invite-de-rtl-29040_news

FJ - 55
CONVENTION DE LONDRES LE 27 AVRIL 2009
http://www.dailymotion.com/video/x94d9e_francois-bayrourencontre-la-communa_news
http://www.dailymotion.com/user/mouvementdemocrate/video/x94gr3_francois-bayrou-rencontre-avec-
les_news partie 1
http://www.dailymotion.com/video/x94gr3_francois-bayrou-rencontre-avec-les_news partie 2

PRINTEMPS DE BOURGES
http://www.dailymotion.com/video/x92yu7_bayrou-je-suis-contre-la-censure-do_news

DISCOURS DE CLOTURE DE BAYROU A LA CONVENTION THEMATIQUE DE GRENOBLE


http://www.dailymotion.com/video/x953jf_francois-bayrou-convention-thematiq_news
http://www.dailymotion.com/video/x953kk_francois-bayrou-convention-thematiq_news

CONFERENCE DE PRESSE HOPITAL


http://www.dailymotion.com/video/x94fzr_francois-bayrou-conference-de-press_news

DISCOURS DE CLOTURE A LA CONVENTION THEMATIQUE D’HEROUVILLE


http://www.dailymotion.com/video/x93sfw_francois-bayrou-convention-thematiq_news

FRANCE 3 REGION BASSE NORMANDIE LE 25 AVRIL 2009 (BAYROU ET LEPAGE)


A partir de la 5eme minute
http://jt.france3.fr/regions/popup.php?id=c14a_1920&video_number=2

JEAN-LUC BENNAHMIAS

CONVENTION DE BENNAHMIAS
http://www.dailymotion.com/video/x94zln_jeanluc-bennahmias-convention-thema_news

NATHALIE GRIESBECK

ALSATIC TV LE 27 AVRIL 2009


http://www.nathalie-
griesbeck.net/index.php?mact=News,cntnt01,detail,0&cntnt01articleid=1148&cntnt01returnid=15

PAQUET TELECOM LE 24 AVRIL 2009


http://www.dailymotion.com/video/x94lma_nathalie-griesbeck-paquet-telecom_news

CORINNE LEPAGE

INTERVIEW SUR LE SITE TOUTEL’EUROPE LE 27 AVRIL 2009


http://www.dailymotion.com/video/x93zxm_corinne-lepage-remettre-le-social-a_news

SYLVIE GOULARD

LA VOIX EST LIBRE - FRANCE 3 LE 25 AVRIL 2009


http://a988.v101995.c10199.e.vm.akamaistream.net/7/988/10199/3f97c7e6/ftvigrp.download.akamai.com/1019
9/horsgv/regions/lpc/HD_1130_poitiers_LVEL_250409.wmv

FJ - 56
JEAN-FRANÇOIS KAHN

EUROPE 1 LE 25 AVRIL 2009


http://www.dailymotion.com/video/x937ix_itw-de-jeanfrancois-kahn-250409_news?from=rss

LE MODEM EN REGIONS

CENTRE

LA NOUVELLE REPUBLIQUE - 27 AVRIL 2009 - BREVE ESCALE VIERZONNAISE POUR FRANÇOIS BAYROU

(impossible de copier/coller, site protégé)


http://www.lanouvellerepublique.fr/dossiers/journal/index.php?dep=18&num=1205116

ECO89 - 26 AVRIL 2009 - OLIVIER DASSAULT CHASSE SUR UN AIR DE LUTTE DES CLASSES

Le milliardaire fait son apparition dans une controverse opposant une commune de Sologne à de riches
propriétaires.
Salbris, chef-lieu de canton du Loir-et-Cher. La superficie de Paris pour seulement 6000 habitants, des dizaines
de milliers d'hectares de forêts, du gibier en abondance. Un titre informel de « capitale de la chasse », qui attire
depuis près de deux siècles les grandes fortunes de Paris et d'ailleurs. Jadis venues bâtir des châteaux, elles
repassent de temps à autres donner le coup de fusil en prospère compagnie.
Olivier Dassault, « dirigeant de sociétés », député UMP de l'Oise, fils de Serge et petit-fils de Marcel, est
l'heureux propriétaire d'un domaine dans la commune solognote depuis une petite dizaine d'années.
En se portant acquéreur d'une seconde propriété de chasse, début 2009, le milliardaire à barbichette a rejoint la
cohorte des empêcheurs de développer en rond, selon le maire -à barbichette lui aussi- de Salbris, Jean-Pierre
Albertini (Modem). Salbris fut une des capitales de l'industrie de l'armement, lorsque Thomson et Giat
Industries employaient quelque 2000 habitants de la région, avec Matra Automobile. Aujourd'hui, ces usines
ont fermé, et Albertini, qui est aussi président de la communauté de communes, cherche à redynamiser le coin.

Un projet de type « Center Parcs » qui créerait des emplois

Cette propriété de 140 hectares boisés et giboyeux, le Bas-Boulay, Jean-Pierre Albertini la guignait pour un
projet de parc touristique de 700 « cottages ». Un parc de type « Center Parcs » permettant, selon lui, de créer
60 à 80 emplois directs et 200 induits, et de rapporter à sa ville une partie du million d'euros de taxes envolé à
la fermeture des usines. Quarante millions d'euros d'investissement privé pour un positionnement dans le
marché de l'« or gris » (les activités des retraités). La commune de Salbris a donc préempté le Bas-Boulay.
A ce stade de l'article, le lecteur est prié de se munir d'un code des collectivités territoriales, d'un code de
l'environnement, ainsi que d'une sélection d'ouvrages traitant du concept de « lutte des classes » (Guizot, Marx
et suiveurs).

Jeudi 23 avril, l'avocat d'Olivier Dassault, Me Frédéric-Pierre Vos, plaidait contre la commune de Salbris au
tribunal administratif d'Orléans, afin de faire annuler la préemption. (La préfecture a d'ailleurs soulevé une
irrégularité dans cette préemption, qui serait du ressort de la communauté de communes.) Un autre avocat
FJ - 57
parisien, Me Patrick Tosoni, attaquait aussi la ville au nom de l'ancien propriétaire du Bas-Boulay. Ce dernier
était d'accord pour vendre la propriété à la commune, avant qu'elle ne soit saisie sur ordre d'un créancier, le
Crédit Agricole, puis vendue à Dassault.

Le maire : « Dès qu'on lance un projet, il est contesté en justice »

Contester la préemption fait partie de la stratégie de l'ex-propriétaire pour contester la saisie, explique en
substance son avocat. Celui de la commune de Salbris, Me Camille Mialot, constate avec étonnement que les
arguments avancés par les deux adversaires de la ville, Olivier Dassault et l'ancien propriétaire, sont similaires.
A l'audience, les échanges furent « relativement vifs », selon les plaideurs. Jugement attendu sous quinzaine.
Cette vivacité au prétoire reflète la teneur des rapports entre la municipalité de Salbris et différents propriétaires
de chasses. Jean-Pierre Albertini, le maire :

« Dès qu'on essaye de lancer un projet, on est contesté en justice. »

Ces dernières années, une plateforme logistique, une usine de traitement des bois pollués, l'aire d'accueil des
gens du voyage, deux versions du Plan d'occupation des sols et le Plan local d'urbanisme ont été attaqués par
différentes personnes (dont une bonne partie sont défendues par Me Vos), avec parfois des résultats étonnants.

« La caste des propriétaires du XVIe arrondissement à Salbris »

Pour la ville, c'est évident : l'avocat parisien exploite un lucratif filon en convaincant les propriétaires
d'attaquer. Dans un mémoire « confidentiel » adressé à la presse nationale (la locale feuilletonne déjà de longue
date sur le sujet), on peut ainsi lire que Me Vos « est très impliqué dans le milieu du XVIe arrondissement de
Paris », et qu'il « motive des envies de contentieux » dans « la caste des propriétaires du XVIe à Salbris ».
Me Vos réfute totalement cette interprétation. Il estime avoir, au fil du temps, développé « une bonne
connaissance des dossiers ». « Ces clients sont venus me chercher. Ce qui énerve le maire, c'est que je les
gagne, mes dossiers. » Dans le mémoire fourni par la mairie, on constate que c'est inexact, et que plusieurs
actions ont été perdues.

Pour l'avocat, le problème est ailleurs :


« Ce projet viendrait dévaster une zone Natura 2000, concernée par la Directive Oiseaux. Ils veulent creuser un
étang de quinze hectares ! »
L'argument écologique est lancé. Un paravent, selon la mairie, qui ajoute que l'étang « fera moins de six
hectares », et que le Bas-Boulay est justement « en tête de bassin », ce qui en ferait « le seul lieu propre à ne pas
gêner les passages de grand gibier, l'habitat des batraciens et la flore ».
« Abattre trois hectares de chênes pour deux emplois de femmes de ménage »
Me Vos considère qu'il est désastreux de s'attaquer aux forêts salbrisiennes : « Salbris vit de la chasse. C'est
comme si Anne d'Ornano, maire de Deauville, s'attaquait aux casinos. Et a-t-on le droit d'abattre trois hectares
de chênes pour créer deux emplois de femmes de ménage ? »
Riveraine de Rue89 et membre de la partie « gauche et ouverture » de l'oppostion municipale, Aurélie
Gillmann-Rignault (Modem) estime que « ce n'est pas parce qu'ils ne votent pas et ne paient pas d'impôts à
Salbris qu'on ne doit pas tenir compte de l'avis de ces gens. En ne choisissant par le dialogue, Jean-Pierre
Albertini a tendance à se mettre les gens à dos. »
Un des journaux locaux, Le Berry Républicain, a résumé l'affaire en une formule :
« Entre chasses façon 4X4 ou courses au supermarché façon Twingo, il va falloir choisir. »
http://eco.rue89.com/2009/04/26/olivier-dassault-chasse-sur-un-air-de-lutte-des-classes-0
FJ - 58
SUD

COMMUNIQUE DU MODEM ISERE AUX RESPONSABLES RHONE-ALPES ET SUD-EST

Chers amis,

La convention européenne du MODEM à Grenoble avec François BAYROU sur le thème du développement
durable a été un grand succès.
Avec près de 300 personnes un mercredi à midi, la mobilisation a été au rendez-vous.
Les débats ont été de qualité et les retours de presse positifs.
Je voudrais adresser un grand remerciement à tous ceux qui ont oeuvré au succès de cette manifestation et tout
particulièrement Jérôme BOULLE qui a assuré l'essentiel de la mise en oeuvre pratique de la journée. Merci
aussi à Paul BOURIAT qui a assuré le lien avec la fédération nationale et une partie de l'organisation.
Merci aussi à ceux qui ont tracté le WE précédent et tous les militants présents le jour même pour leur aide.

La campagne européenne continue par 2 grandes réunions publiques en Isère.

* Réunion publique (sud Rhône - Nord Isère) avec Jean-Luc BENHAMIAS et les candidats à Vienne
Date: Lundi 11 Mai 2009 à 20h30
Lieu : salle des fêtes de Vienne
Thème : meeting de campagne
Contact: Michèle CEDRIN m.cedrin@wanadoo.fr 06 08 34 62 92

* MEETING de campagne avec Jean-Luc BENHAMIAS et les candidats à Grenoble


Date: Mardi 19 Mai 2009 à 19h00
Thème : meeting régional de campagne
Lieu : Grenoble
RESERVEZ DES MAINTENANT CETTE DATE.
Des précisions vous seront apportées ultérieurement.

Bien amicalement

Philippe de LONGEVIALLE
Adjoint au Maire de Grenoble
Président Modem Isère
www.modem38.org

HERAULT TRIBUNE – 2 MAI 2009 - UNE NUEE ORANGE SUR LE MARCHE D’AGDE

Les élections européennes sont l'actualité des démocrates Européens et plus particulièrement pour les partisans
du MODEM de François Bayrou qui espèrent tant au niveau national que local qu'à l'issue du scrutin, ils
deviendront la troisième force politique de propositions.

"Ce sera une campagne nationale, dont François Bayrou sera la locomotive, pour proposer, en votant MoDem,
de changer la politique en France et en Europe.
FJ - 59
Les militants du canton d'Agde, toujours plus nombreux depuis le lendemain de l'élection municipale agathoise,
ont présenté leurs arguments à la population au travers d'un présence nombreuse sur le marché d'Agde Jeudi
dernier.

Une dizaine d'entre eux se sont réunis pour porter cet espoir en développant les thèmes de campagne du parti de
François Bayrou.

Cette couleur orange portée par Robert ROCHEFORT , Anne LAPEROUZE et Marc DUFOUR dans notre
région du Grand Sud Ouest est relayée avec force par les représentants du territoire agathois : Florence
DENESTEBE , Philippe FONTAINE , Olivier GOUDOU, Maurice et Françoise BERARD, Alain GENEVOIS,
Jean Michel DAVID, Didier DENESTEBE ont été rejoints par la force " ORANGE " Montpelliéraine avec
Roméo LUCIBELLO , Benjamin FERLAY-FIZE et Brigitte CLEMENT pour convaincre les agathois.

Le développement et l'audience montante du MODEM agathois ne fait plus de doute.

Le nombre croissant de militants et de sympathisants locaux est là pour en témoigner. Ensemble en Europe , en
France et sur le canton d' Agde nous proposerons des alternatives à toutes les prochaines échéances.

Ces rencontres avec les électeurs se poursuivent Dimanche sur le marché de Bessan et sur tous les marchés du
canton jusqu'au 7 juin 2009.

Rejoignez nous et Contactez les représentants du Modem Agathois :


Par mail : florence.denestebe@laposte.net
Par téléphone : 06 16 10 73 03
Ou par courrier : MODEM Agathois : 98 Route de Rochelongue 34300 AGDE

http://herault-tribune.com/index.php?p=p01&Ar_Id=5205&action=view

LE DAUPHINE LIBERE - 29 AVRIL 2009 - FRANÇOIS BAYROU: "DANS LA CRISE ACTUELLE, SEULE L'EUROPE PEUT
NOUS AIDER"

A l'occasion de la Convention thématique de Grenoble le 29 avril, François Bayrou a accordé une interview au
Dauphiné Libéré. Il y déclare notamment "Dans la crise actuelle, seule l'Europe peut nous aider".
Dauphiné Libéré (DL) : Qu’attendez-vous d’une campagne électorale qui de toute évidence ne passionne pas
les Français ? Avez-vous un objectif chiffré de députés ?
Je fais justement un tour de France des huit grandes régions pour animer, faire naître une campagne européenne
dont je n’ai pas le sentiment que les deux partis principaux aient envie. Parce que moins on vote, plus les
réflexes classiques vers les formations dominantes pèsent lourd dans les résultats. L’UMP et le PS ont donc
intérêt à ce qu’il y ait une forte abstention. Mais ce sont des calculs qui ne marchent jamais. Moi je vois deux
enjeux dans cette élection. Le premier est national. Chaque fois qu’il y a une consultation les électeurs s’en
saisissent pour exprimer leur sentiment sur l’état du pays. Je suis d’accord avec cet enjeu.
Le second, tout aussi important, vient de ce que l’on doit choisir de bons députés qui défendent une certaine
vision de l’avenir de l’Europe. Ceux du Modem, qui siègent dans l’Alliance des démocrates, sont les seuls
libres à l’égard des deux partis les plus lourds qui officiellement s’opposent mais en réalité co-dirigent le

FJ - 60
Parlement en se partageant tous les postes. Il faut les obliger à sortir de cette connivence. Je n’ai pas d’objectif
chiffré. Nous voulons juste changer le rapport de forces.
DL : Pourriez-vous nous donner des exemples concrets de propositions qui pourraient changer cette manière de
fonctionner que vous dénoncez ?
Dans la crise actuelle, seule l’Europe peut nous aider. C’est pourquoi elle ne peut pas rester une affaire
d’experts. Nous proposons deux idées pour qu’elle se rapproche des citoyens.
Un, qu’aucune décision ne puisse être prise sans que les citoyens aient été avertis trois mois à l’avance par voie
de presse. Deux, que toutes les décisions de l’Europe qui impliquent les gouvernements nationaux soient
transparentes, qu’elles soient par exemple filmées et diffusées sur Internet de manière à ce que l’on sache qui
les a entérinées et qu’ils ne puissent plus accuser l’Europe à leur place.
DL : Vous publiez demain un ouvrage qui dénonce la politique menée par Nicolas Sarkozy… Vous poursuivez
ainsi votre rôle de premier opposant ?
Je n’ai aucune querelle avec Nicolas Sarkozy. Mon objectif est que la France retrouve la fierté de son modèle.
Qu’on en revienne à la séparation des pouvoirs et à une démocratie authentique. A une situation qui ne mélange
plus les affaires et la politique.
Que la France ne vive plus sous le règne de l’argent roi. Je sais que la présidentielle est l’échéance majeure. A
chaque jour sa peine et son combat…

http://www.ledauphine.com/index.jspz?chaine=17&article=125892&xtor=RSS-17

MIDI LIBRE - 30 AVRIL 2009 - BAYROU A PERPIGNAN AVANT LE 7 JUIN

A ce jour, conformément à nos statuts, le Modem national a décidé de soutenir la candidature de Monsieur
Codognès. En tant que présidente départementale du Mouvement Démocrate des Pyrénées-Orientales, j'ai pris
acte de cette décision." Le communiqué de Chantal Gombert est laconique. Elle n'ajoutera rien. Si : "Je
m'occupe des Européennes et des régionales." Les municipales ne sont-elles plus son affaire ? En attendant, si
la date n'est pas arrêtée, l'équipe de campagne du candidat centre gauche, Jean Codognès, l'annonce : "François
Bayrou viendra le soutenir à Perpignan avant les élections européennes", justement. Avant le 7 juin, le président
du Modem fera donc d'une pierre deux coups. Et puisque la mode est au sondage, le Modem, pour la liste qu'il
soutient, devrait en commander un. "Nous sommes persuadés que la liste menée par Jean Codognès va gagner,
mais pour éviter l'intox des autres sondages, nous ferons le nôtre" , lance Clotilde Ripoull, vice-présidente
départementale du Modem et numéro 2 de la liste Union pour Perpignan.

http://www.midilibre.com/articles/2009/04/30/20090430-PERPIGNAN-Bayrou-a-Perpignan-avant-le-7-
juin.php5

MIDI LIBRE - 25 AVRIL 2009 - FRANÇOIS BAYROU VIENDRA SOUTENIR JEAN CODOGNES

H ier matin, Jean Codognès (centre gauche) a inauguré sa permanence. Durant sa campagne, il l'assure, "nous
ne critiquerons personne car les Perpignanais sont assez grands pour juger par eux-mêmes des compétences des
candidats". Sa colistière Katia Mingo (Les Verts), tout sourire, ajoute : "Nous mènerons campagne avec plaisir
car quand on se fait plaisir, on réussit." Et pour clore le chapitre des intentions, Clotilde Ripoull (Modem)
affirme : "Le bonheur, c'est de repartir en campagne pour Perpignan, pour faire changer la ville." Quid du
programme et de la liste du candidat ? Pour le premier, "il est en cours de finalisation". Pour la seconde, "le
préfet décide du calendrier, nous la dévoilerons quand il s'agira de la déposer." On l'a compris, le candidat
garde la main sur sa communication.

FJ - 61
Hier, c'est la question du positionnement politique qui était au programme. Jean Codognès rappelle : "J'ai été
député socialiste de 1997 à 2002 et je suis conseiller général socialiste. Mais, ne plus être membre du Parti
socialiste catalan - il a été exclu en entrant en dissidence l'an dernier (ndlr) - est un grand bonheur. Je n'ai
jamais adhéré au PS pour faire plaisir à qui que ce soit, mais parce que j'ai des convictions de gauche." Katia
Mingo : "Les Verts sont un parti de gauche." Clotilde Ripoull : "Le Modem est au centre, c'est-à-dire ni à
gauche, ni à droite, mais bien à la fois à gauche et à droite." A 30 000 exemplaires Tout cela posé, peut-être est-
il temps de savoir ce qui motive leur candidature. Surtout ensemble. "Nous voulons réconcilier les
Perpignanais, en oubliant un passé récent peu glorieux", affiche Codognès sous son slogan "La confiance
retrouvée". "Nous souhaitons un renouvellement de la classe politique et une action fondée sur le dynamisme
de nos convictions, non sur des idéologies. Notre union est là pour sortir Perpignan d'un clientélisme et éviter
qu'elle tombe dans un autre" , plaide Mingo. "Le paysage politique local est en décomposition, les citoyens ne
retrouvent pas les valeurs d'honnêteté, de compétence et de responsabilités. Seul Jean Codognès représente ces
valeurs" , affiche Ripoull qui souligne qu'en un an de travail commun entre le Modem, Les Verts et sa tête de
liste, "on a appris à se connaître et à se respecter." Bien, bien. Et la campagne, elle commence par quoi ? Par
une annonce d'abord. "François Bayrou viendra nous soutenir. C'est officiel." Par une distribution ensuite. Car
un premier document de propagande expliquant le pourquoi de leur union sera ventilé à 30 000 exemplaires. Ah
tiens, justement, l'Union... Et celle avec Amiel-Donat l'an dernier ? Nous rejoueront-ils la même pièce de la
fusion au second tour ? Codognès anticipe sur les coups à venir et balaie. "L'an dernier, la fusion était un bien
car elle a mis Alduy en panique. Mais elle a été riche d'enseignements alors c'est clair, pour nous, plus question
de fusionner." Il y a quelques jo urs, Christian Bourquin nous déclarait : "Voter Amiel-Donat, c'est voter
Bourquin." Codognès, lui, tente : "Voter Codognès au premier tour, c'est voter Codognès au second tour." A
condition de l'atteindre peut-on se permettre d'ajouter. Mais de cela, il ne doute pas. G. C.

http://www.midilibre.com/articles/2009/04/25/20090425-PERPIGNAN-Francois-Bayrou-viendra-soutenir-
Jean-Codognes.php5

LE DAUPHINE - 25 AVRIL 2009 - BENNAHMIAS, HIER A GAP, LANCE LA CAMPAGNE DU MODEM

On n'est pas dupes du fait que le message de l'Europe arrive correctement aux oreilles des citoyens français, » a
commencé Jean-Luc Bennahmias, avec aplomb. L'eurodéputé vice-président du Modem est venu pour faire
campagne à l'approche des prochaines élections européennes qui auront lieu le 7 juin prochain. La région Sud-
Est qui inclue Rhônes-Alpes, Provence-Alpes-Côte d'Azur et Corse doit élire 13 eurodéputés. L'homme du soir
est tête de liste pour le Modem.

« On vit sur une poudrière »

Entré dans le vif du sujet, l'ancien Vert a parlé des récents événements. « Avec la crise financière, bancaire et la
complexité des discours, cela peut expliquer le côté "révolte" et l'énervement de certains salariés. Quand on
parle de crise de 4 000 milliards d'euros. Il y a plein d'endroits où l'on voit des professions se poser des
questions. C'est le cas de la santé par exemple. On vit sur une poudrière. »

Aménager le territoire pour prendre en compte les spécificités et les services publics

Quel est donc le programme du Modem au niveau européen pour donner des solutions à ces problèmes ?

« Notre volonté c'est de construire et de penser un aménagement du territoire avec tous les services publics
touchés. Que ce soit La Poste, l'éducation, les entreprises qui veulent s'insérer sur le territoire. » Quant à la
FJ - 62
spécificité des Hautes-Alpes, l'élu continental en connaît un rayon. « Ce territoire a des besoins gigantesques,
tout comme il a des capacités très importantes. Les Hautes-Alpes ont besoin d'amélioration notamment avec le
chemin de fer, en faisant un objet de transport collectif de qualité. Cette Ligne Marseille-Briançon, ou
Briançon-Grenoble a besoin d'exister de manière cadencée. » L'exécutif : « L'Union Européenne peut très bien
participer à ces processus mais le Gouvernement ne défend pas assez les choses. Pour les schémas de transport
européens, la LGV n'existe pas ! »

Diversification de l'offre touristique et énergies renouvelables

Pour Christian Séard, la question du développement du territoire haut-alpin passe par une « diversification de
l'offre touristique. L'Europe peut répondre à cela comme cela a été le cas grâce au fond Feder pour les Bains de
Monêtier. Plus il y a d'activités pérennes, plus il y a de liaisons fortes. » Pour Jean-Luc Bennahmias, « ici il y a
un énorme potentiel de création d'entreprises dans le secteur des énergies renouvelables. Il y a des milliers
d'emplois en jeu. » L'élu a aussi donné son avis sur les stratégies pour avancer. « Moi je dis avançons avec ceux
qui veulent avancer. On se met d'accord à 12, 15, 16 pays et qui aime nous suive. Parce qu'à 27 ce n'est pas
possible. » Les électeurs lui suivront ou pas le 7 juin. En attendant, Christian Séard et Mickaël Sylvestre
commencent la première de leurs douze réunions dans les Hautes-Alpes, le 5 mai à Aiguilles.

http://www.ledauphine.com/index.jspz?chaine=24&article=124102&xtor=RSS-24

SUD-OUEST

SUD-OUEST – 2 MAI 2009 – 1ER MAI ACTIF POUR LE MODEM

SUD-OUEST - 1ER MAI 2009 - LE MODEM A DOMICILE

Robert Rochefort, tête de la liste Sud-Ouest du Mouvement des démocrates s’en est pris tout spécialement à
Dominique Baudis, tête de liste de l’UMP, lors d’une conférence de presse tenue à Pau. Ce en présence de
plusieurs de ses colistiers dont la députée européenne sortante, Anne Laperrouze (Tarn).
Ironisant sur le come-back du très médiatique ancien maire de Toulouse, et la mise à l’écart d’Alain
Lamassoure, M. Rochefort s’est interrogé quant à la compatibilité de la présidence de l’Institut du monde arabe,
que M. Baudis souhaiterait vouloir conserver, et les fonctions de député européen. Pour sa part M. Rochefort a
démissionné de ses fonctions de directeur du CREDOC (Centre de recherche pour l’étude et l’observation des
conditions de vie) avant de s’engager dans le mouvement de François Bayrou.

FJ - 63
« Nous sommes tous européens » : Robert Rochefort insiste sur la légitimité européenne du Modem et
l’unanimité de ses candidats sur la question. En revanche il s’interroge sur le sens, dans ce scrutin, de la
présence de « listes extrémistes », telle celle conduite par Jean-Luc Mélenchon, aux yeux desquelles « il n’y a
rien à sauver » de l’Europe.
Si le Modem et l’UMP font alliance au Conseil général des Pyrénées-Atlantiques, le Biarrot Michel Veunac, en
neuvième position sur la liste « Sud-Ouest », considère «qu’on peut fonctionner localement sur un projet », à
l’exemple de ce qui se passe au sein de la municipalité biarrote, mais « qu’il faut distinguer les enjeux
nationaux et locaux ». Au reste, ajoute Robert Rochefort : « Nous sommes une force d’avenir qui veut mettre
fin à une lecture idéologique du siècle passé ».
Mouvement de « militants d’une Europe qui doit faire ses preuves », le Modem, déplore les « plans de relance
de faible ampleur » engagés en ordre dispersé par les Etats, en réponse à la crise. Il réclame un grand emprunt à
hauteur de 3% du PIB (produit intérieur brut) européen.
Le Modem ambitionne de retrouver les deux sièges que l’UDF avait obtenus dans le Sud-Ouest aux dernières
européennes.

http://www.sudouest.com/bearn/actualite/article/576481/mil.html

EITB - 30 AVRIL 2009 - POUR LE MODEM "L'EUROPE EST NOTRE AVENIR"

Tous les leaders locaux du Mouvement démocrate étaient présents mercredi à Bayonne pour accueillir Robert
Rochefort, le candidat de la liste Modem dans le Sud-Ouest. Ce fut l'occasion de présenter la campagne
éléctorale au Pays Basque nord.
L'ensemble des leaders locaux du Mouvement démocrate (Modem) étaient bien présents hier à Bayonne, dans
le Petit Bayonne plus précisément, pour accueillir leur candidat, Robert Rochefort, qui se présente pour le
Modem dans le Sud-Ouest.
Les élus, le député Jean Lassalle, les conseillers généraux Juliette Séguéla et Jean-Jacques Lasserre également
président du Conseil des élus du Pays Basque, la député régionale et maire de Mont-de-Marsan Geneviève
Darrieussecq, entre autres sympathisants, militants et journalistes étaient réunis pour rencontrer la tête de liste.
Robert Rochefort, tête de liste dans le Sud-Ouest
C'est le premier adjoint au maire de la ville hôte de la réunion qui a ouvert la présentation. Jean-René
Etchegaray a rappelé l'entrevue tenue l'après-midi à Biarritz avec Didier Borotra et la visite de la halle Iraty à la
Technopole Izarbel à Bidart. Il s'agissait donc bien d'une visite express en Pays Basque.
Entré en campagne depuis le début du mois de février, Robert Rochefort, directeur du CREDOC depuis 1987, a
tenu a rappelé l'attachement "européiste" de son mouvement politique, depuis "plus de deux générations".
Pourtant en période de crise, "proclamer un hymne à l'Europe ne peut pas suffire. Du fait de la crise, une crise
économique et sociale majeure, la campagne des européennes a du mal à démarrer. Il faut pourtant expliquer
que l'Europe doit nous y aider, mais pas n'importe quelle Europe".
Fort du travail interne fourni en convention, notamment des propositions en matière économiques, sociales, en
termes de politiques de l'énergie ou sur le modèle européen, entre autres, le candidat du Modem a promu une
"Europe différente" qui n'apparaisse plus comme une structure technocratique. C'est d'ailleurs l'un des points
défendus par Robert Rochefort : faire des institutions européennes un espace "vraiment démocratique", en
s'appuyant sur la proportionnelle qui permet à tous de s'exprimer sans "penser à la sanction d'un second tou". Le
Modem propose ainsi de demander à connaître le calendrier des débats à l'avance et de faire connaître à tous les
citoyens les votes exprimés par leur représentants afin de ne plus dire que "c'est l'Europe qui décide aux
dépends des citoyens !".

FJ - 64
Une Europe pour répondre à la crise
Entre précisions et recommandations aux militants, Robert Rochefort a présenté le programme. Le Modem
défendra plus de transparence pour plus de démocratie, d'une part. De l'ambition en matière économique d'autre
part, notamment pour soutenir un grand plan de relance européen porté par un emprunt contracté par la Banque
centrale européenne.
Une Europe plus sociale ensuite, qui régule le dumping social des nouveaux pays entrants, en alignant les
systèmes sociaux vers le haut, comme l'établit la règle européenne.
S'excusant, non sans malice, de na pas être basque mais d'avoir des origines béarnaises, il a rappelé sa vision de
l'identité dans l'Europe du XXIe siècle. Une Europe qui reconnaît les spécificités culturelles aussi, celles du
Pays Basque, des identités régionales en France et ailleurs en Europe, une identité qui se construit au grès de la
mobilité des citoyens. Nous défendons "une Europe des territoires, des nations et des régions", a-t-il expliqué
aux militants présents, soulignant l'absurdité de ne pas pouvoir porter de symbole basque sur les plaques
minéralogiques et rappelant le travail du président du Modem François Bayrou pour promouvoir l'enseignement
des langues régionales.

http://www.eitb.com/infos/politique/detail/138611/pour-le-modem-leurope-est-notre-avenir/

LA DEPECHE - 30 AVRIL 2009 - TARBES. MODEM 65 ET ELECTIONS EUROPEENNES

Pierre Lagonelle, président du Modem 65, a présenté, hier, à la presse, la campagne du parti dans le cadre des
élections européennes de 2009.
C'est le dimanche 7 juin prochain que les Français devront voter pour élire leurs 72 députés européens,
conformément au traité de Nice. Ces élections, faites au suffrage universel direct, se dérouleront du 4 au 7 juin,
dans les 27 états membres de l'UE. Le nouveau Parlement européen, qui se réunira en juillet, comptera au total
736 députés issus de tous les pays de l'UE.
« Il est important que les Français participent massivement à cette élection car le Parlement européen vote 70 %
des lois qui les concernent », a affirmé Pierre Lagonelle.
Dans les Hautes-Pyrénées, c'est Brahim El Batbouti, éducateur de 42 ans et président de l'association Tarbes
Ensemble, qui figure sur la liste Modem de la région pour cette élection.
Robert Rochefort, la tête de liste du parti dans le Sud-Ouest, sera présent à Tarbes, le jeudi 7 mai. À 16 heures,
il se rendra à l'usine de Tarmac.
À 18 heures, il rencontrera le public lors d'une conférence-débat sur l'UE, intitulée « Café européen », à l'hôtel
Rex, cours Gambetta.

http://www.ladepeche.fr/article/2009/04/30/599954-Modem-65-et-elections-europeennes.html

OUEST-FRANCE - 27 AVRIL 2009 - PIERRICK TRANCHEVENT PRESIDENT DU MODEM EN MAYENNE

Le maire de Jublains, Pierrick Tranchevent, qui fut candidat aux dernières élections législatives, est le nouveau
président du Mouvement démocrate (MoDem) en Mayenne. Il succède à Bruno Bertier, candidat malheureux à
la mairie de Laval, élu provisoirement en mai 2008 après le départ fracassant des sénateurs Jean Arthuis et
François Zocchetto partis fonder le mouvement Rassembler les centristes.

http://www.ouest-france.fr/ofdernmin_-Pierrick-Tranchevent-president-du-MoDem-en-Mayenne_-913147--
BKN_actu.Htm

FJ - 65
COMMUNIQUE DU MODEM47 - VIDEO DU CAFE DEMOCRATE AVEC ROBERT ROCHEFORT

Nous avons le plaisir de vous permettre de revivre le Café Démocrate de Robert Rochefort, du 23 avril à Agen,
auquel nous vous avions invité : A la "une" sur notre site www.modem47.com, vous trouverez la vidéo
intégrale de cet événement.

Robert Rochefort nous y parle des 3 crises que nous rencontrons :


- la crise conjoncturelle, brutale, violente, et qui est loin d’être terminée
- la crise du pouvoir d’achat, de l’éclatement des classes moyennes et de l’accroissement des inégalités (et
notamment dans le monde agricole)
- la crise philosophique sur le type de société que nous souhaitons

Il pose les réponses qui doivent être apportées à chacune de ces crises :
- à la première, une relance par l’investissement et par la consommation, au niveau de 3% du PIB et au niveau
européen,
- à la seconde, la réponse de la justice sociale, réaliste et fondée notamment sur l’harmonisation des régimes
fiscaux européens,
- à la troisième, la réponse d’une économie faite pour les hommes et les femmes dans la société, et non le
contraire.

Il développe enfin des pistes de réflexion pour une société humaniste, forte d’une croissance qualitative.

Patrick Beauvillard
Mouvement Démocrate de Lot-et-Garonne

EST

MACOMMUNE.INFO - 29 AVRIL 2009 - EUROPEENNES : QUATRE FRANCS-COMTOIS SUR LA LISTE DU MODEM

Le Modem a présenté son équipe européenne conduite par le journaliste Jean-François Kahn. Estimant que « le
Modem est le parti de l’Europe », le responsable de la campagne de Jean-François Kahn, le Franc-Comtois
Gérard Faivre, fonde l’espoir d’avoir trois élus dans les 18 départements du Grand Est contre deux lors du
dernier scrutin.« Nous sommes partis plus tôt que les autres, nous n’avons pas vraiment de concurrents sur le
terrain, tandis que le PS et l’UMP n’ont qu’une seule obsession, les régionales de 2010 », sont autant
d’éléments qui, selon M. Faivre, plaident également en faveur du parti de François Bayrou. A l’exception de la
Saône-et-Loire, tous les départements sont représentés sur la liste qui « l’Homme au cœur de son projet ».

Le Modem annonce deux rendez-vous : l’un à Pontarlier le 6 mai avec les trois têtes de liste et l’autre à
Besançon le 3 juin avec François Bayrou.

La liste du Modem : Jean-François Kahn, Nathalie Griesbeck (sortante), Yann Wehrling, Odile Uhlrich-Mallet,
François Deseille, Marie-Jacques Chalumeau (Doubs), Pascal Landreat, Nathalie Mercier, Jacques Douadi,
Danièle Meyer, Raphaël Vuitton, Agnès Chambaret (Jura), Christophe Grudler (Territoire de Belfort), Céline
Gromek, Jean-Marie Cousin, Isabelle Fairy, Gilles Lorimier (Haute-Saône), Isabelle Bonnicel.
http://www.macommune.info/actualite/europeennes-quatre-francs-comtois-sur-la-liste-du-modem-8003.html
FJ - 66
MODEM88 - 28 AVRIL 2009 - VISITE DE JEAN-FRANÇOIS KAHN A SAINT-DIE

Pour sa seconde étape vosgienne après sa visite à Epinal en février dernier, Jean-François Kahn a choisi Saint-
Dié, où il a été accueilli par le vice-président responsable de la seconde circonscription, Daniel Fierobe, ainsi
que par toute l'équipe du MoDem déodatien (Serge Vincent, Pascal Thomas, Damien Grandjean, Dominique
Arnaud, Joseph Specklin ...).
Tête de liste du MoDem aux européennes dans l'Est, M. Kahn était accompagné de sa colistière Nathalie
Mercier, présidente du MoDem vosgien. Devant un public de plus d'une centaine de personnes, Jean-François
Kahn a expliqué quelles étaient les pistes à suivre pour sortir l'Europe de l'ornière du capitalisme sauvage dont
l'argent-roi est le centre (système d'ailleurs fort peu libéral, car favorisant les trust aux détriments de la véritable
liberté d'entreprendre) ... sans pour autant retomber dans un système socialiste dépassé dont l'Etat serait le
centre : l'Europe a besoin d'une alternative humaniste, d'un système de pensée nouveau qui place l'être humain
au centre des préoccupations et des actions politiques et économiques. Interrogé par l'auditoire sur la question
de la croissance - qu'il faut concilier avec le développement durable - Jean-François Kahn a indiqué que la
croissance restait souhaitable, mais que la mesure de cette dernière ne devait plus se limiter à une approche
purement quantitative : elle doit intégrer les progrès réels apportés par le développement économique à
l'amélioration des conditions de vie des populations ainsi que la pérennité des activités dans notre
environnement (développement responsable). Pour sortir de la crise, Jean-François Kahn a évoqué plusieurs
pistes, comme la taxation des mouvements boursiers spéculatifs (à distinguer des investissements réels dans les
entreprises d'avenir et créatrices d'emploi, qu'il faut encourager par une participation de l'Etat), la création d'une
monnaie internationale inspirée de la devise européenne (l'euro ayant eu un rôle protecteur et régulateur
important lors de la crise), ou encore le lancement d'un grand emprunt européen inspiré du succès des grands
emprunts "patriotiques" de l'Histoire. Il a aussi souligné son opposition à la reconduction de José Manuel
Barroso, thuriféraire du néolibéralisme et du bushisme, à la tête de la commission européenne. Jean-François
Kahn a enfin rappelé son attachement aux "Etats-Unis d'Europe" (évoqués il y a 160 ans par Victor Hugo dans
un discours visionnaire), à une Europe fédérale qui permettrait le développement d'une identité européenne
commune tout en conservant - et en renforçant - les identités propres aux Etats-nations qui la forment.

http://modem88.hautetfort.com/archive/2009/04/28/visite-de-jean-francois-kahn-a-saint-die.html

DERNIERES NOUVELLES D’ALSACE - 28 AVRIL 2009 - PRISONS : LE MODEM DENONCE LE PROJET D'ISSENHEIM

Dans un communiqué de presse, le MoDem du Haut-Rhin demande au chef de l'État de « s'occuper réellement
des problèmes de l'insécurité, suite à ses déclarations à Nice du 21 avril ». En question le projet de prison
départementale à Issenheim. «(...) La justice et l'institution pénitentiaire souffrent d'un manque criant de
moyens, un mal chronique qui ronge notre pays et qui le prive de toute efficacité pour obtenir de vrais résultats,
dit le communiqué. (...) Il est grand temps de dénoncer le scandale ...

http://www.dna.fr/articles/200904/28/prisons-le-modem-denonce-le-projet-issenheim,colmar,000014142.php

20 MINUTES - 27 AVRIL 2009 - LE MODEM APPELLE A DE GRANDS TRAVAUX

Du rail pour faire redémarrer l'économie. Les jeunes démocrates ont tenu samedi, à Strasbourg, leur université
européenne de printemps. Des candidats de la liste MoDem Grand Est pour les élections du 7 juin y ont
participé, dont Yann Wehrling. L'ancien porte-parole et secrétaire national des Verts occupe la troisième place.
Il estime que l'Europe doit promouvoir les eurodistricts, comme celui de Strasbourg-Kehl. « Il permet de se

FJ - 67
faire soigner et rembourser de part et d'autre du Rhin. Il faut aller plus loin encore. » Le candidat au Parlement
européen défend aussi l'harmonisation fiscale dans les transports. « Nous souffrons du problème des poids
lourds avec une taxe d'un côté du Rhin [la LKW Maut] et pas de l'autre » , ce qui provoque un important report
de trafic côté alsacien. Plus globalement, Yann Wehrling défend l'idée d'« un plan de relance européen mettant
l'accent sur les PME qui sont non-délocalisables et créatrices d'emplois ». Une politique dont un des
fondements pourrait être « des grands travaux ayant pour objectifs de relier les vingt-sept capitales européennes
par TGV et de promouvoir le transport de marchandises sur rail en créant plusieurs axes, dont un Rhin-Rhône ».
La campagne du MoDem dans le Grand Est s'achèvera par un meeting le 4 juin à Strasbourg. W

http://www.20minutes.fr/article/322397/Strasbourg-Le-MoDem-appelle-a-de-grands-travaux.php

OUEST

AGENCE BRETAGNE PRESSE – 2 MAI 2009 – COMMUNIQUE JEUNES DEMOCRATES - NOUS AVONS REÇU : SYLVIE
GOULARD, NATURELLE, FRANCHE ET DECAPANTE

Communique de presse

Source : Jeunes Démocrates/Mouvement Démocrates


Porte parole: David Guillerm
QUIMPER/KEMPER — Sylvie Goulard était, avec Bruno Joncour, en campagne Mercredi 29 Avril 2009 à
Quimper. Le duo de la liste du Mouvement Démocrate pour l'Ouest (Bretagne, Pays de la Loire, Poitou-
Charentes) pour les européennes du 7 juin était avec Nadine Kersaudy, la candidate du MoDem dans le
Finistère. (Présidente des Maires Ruraux du Finistère).
Lors de cette journée, les 3 candidats ont rencontré et cela de manière prolifique des acteurs du monde breton
dans les domaines de la réunification, de la culture et de l'économie.
Ensuite, une rencontre conviviale avec les militants du MoDem a été l'occasion d'enthousiasmer tous les
membres de la salle. Sylvie Goulard a ainsi pu répondre aux nombreuses questions des participants sur son
expérience européenne et ses opinions.
La candidate du MoDem pour l'Ouest en a profité pour dénoncer l'arnaque des Souverainistes tel que De
Villiers « qui critique les décisions européennes pour faire campagne mais qui une fois élu ne siège jamais au
parlement européen où les décisions se prennent » ou encore des eurosceptiques qui ne réalisent pas que l'Union
Européenne c'est une structure formidable, un prototype jamais vu ailleurs qui se construit tout les jours et qui a
empêché depuis plus de 60 ans de nouvelles guerres en Europe.
Bien sûr, la candidate le concède, l'Europe a des défauts et il faut les corriger mais celle-ci ne cautionne pas le
fait que des partis comme l'UMP ou le PS ne renvoient pas aux parlements des élus qui ont fait du bon travail
pour mettre à leur place des personnalités recasés pour les uns et des apparatchiks pour les autres.
De plus, Sylvie Goulard n'a pas hésité à répondre aux membres du PS qui disent que le Parti Démocrate
Européen (PDE-EDP) vote les motions du Parti Conservateur : « Au Parlement Européen, la démocratie existe
réellement et ça ne marche pas comme à l'Assemblée Nationale, les majorités se font au cas par cas, suivant les
propositions et les motions. Il arrive très régulièrement que le Parti Socialiste Européen, dont fait parti le Parti
Socialiste Français, vote pour les motions du Parti Conservateur.»
Là ou la situation est plus dérangeante, c'est lorsque l'on voit que le Parti Socialiste Européen soutiendra le
même candidat que le Parti Conservateur à la présidence de la Commission Européenne, c'est-à-dire José
Manuel Barroso qui a plutôt brillé par son invisibilité à la présidence face aux Présidents nationaux européens.

FJ - 68
Enfin, sur les attaques répétées des socialistes français sur le mot libéral de l'ADLE (Alliance des Démocrates
et Liberaux Européens dont fait parti le MoDem) Sylvie Goulard a dit « quelles sont les trois devises françaises
? Liberté, Egalité, Fraternité. Or, être libéral c'est être pour la liberté, ce n'est pas la même chose que les
ultralibéraux ou les ultra-capitalistes à l'origine de la crise financière. »
Retrouvez Bientôt un extrait vidéo de cette rencontre.

http://www.agencebretagnepresse.com/fetch.php?id=14979&title=Sylvie%20Goulard,%20naturelle,%20franch
e%20et%20d%C3%A9capante

PARIS NORMANDIE – 2 MAI 2009 – CORINNE LEPAGE : VISITE ET DEBAT POLITIQUE

VAL-DE-REUIL.Dans le cadre de sa campagne, Corinne Lepage est venue visiter l'Hôtel d'entreprises.
Dans le cadre de sa campagne pour les élections européennes qui auront lieu le 7 juin prochain, Corinne Lepage
a passé la journée de mercredi en Haute-Normandie. La vice-présidente du Mouvement démocrate (MoDem) a
d'ailleurs fait une étape dans l'après-midi à Val-de-Reuil pour visiter l'Hôtel d'entreprises, en présence de
Franck Martin, président de la communauté d'agglomération Seine-Eure et maire PRG de Louviers. Une
rencontre « intéressante » pour les deux personnages politiques.

En présence de Danielle Jeanne, conseillère régionale de Haute- Normandie et présidente du Mouvement


démocrate de l'Eure, et d'Anne Terlez, conseillère nationale du MoDem, le président de la Case et Corinne
Lepage ont discuté librement de différents sujets. Lutte contre la corruption, laïcité, environnement... « Nous
avons du travail à faire ensemble et il n'y a aucune raison pour que ça ne marche pas », a déclaré cette dernière.

Une aide aux PME


Après le débat politique, la visite. Tout ce petit monde a suivi François Boutin, directeur général de l'Hôtel
d'entreprises, pour découvrir un atelier et un bureau. Ouvert depuis janvier 2008, l'Hôtel a pour mission
d'accompagner les créateurs d'entreprises. Nettoyage industriel, service à la personne, vente de matériel de
laboratoire, etc., il accueille aujourd'hui seize entreprises, soit 126 emplois. « C'est très intéressant de voir un
établissement qui aide les PME à voir le jour, a remarqué Corinne Lepage. Il abrite par exemple une entreprise
de nettoyage qui, en trois ans, est passée de deux à soixante-dix personnes. »
Avant de prendre la direction d'Evreux, la candidate aux élections européennes a tenu à saluer une discussion
chaleureuse et ouverte avec Franck Martin. « Nous avons pu nous affranchir des clivages habituels, a-t-elle
souligné. C'était un excellent moment de débat. »
Une rencontre que le maire de Louviers a trouvé, lui aussi, intéressante. « J'ai discuté avec une personnalité
ouverte d'esprit qui a une capacité à évoluer. Nous sommes d'accord sur plusieurs points mais je n'ai pas eu de
réponse à la question fondamentale d'un rapprochement politique. Je continue à penser qu'il n'y a pas de moyen
de construire de passerelle entre la gauche et la droite », a conclu Franck Martin.
G.C

http://www.paris-normandie.fr/index.php/cms/13/article/149589/Visite_et_debat_politique

DEGROUPNEWS - 28 AVRIL 2009 - LES ECOLES D'HEROUVILLE PRIVEES DE WI-FI

Au nom du principe de précaution, Rodolphe Thomas, maire d'Hérouville-Saint-Clair, bourgade proche de


Caen, va supprimer les connexions Wi-Fi des écoles de la ville. Un comble pour un élu Modem ?

FJ - 69
Les antennes-relais de la téléphonie mobile ne sont pas les seules à s'attirer les foudres des riverains et des
associations de défense des consommateurs. La phobie qui s'est emparée de la France concerne toutes les ondes
électromagnétiques.
L'ouverture du Grenelle des ondes semble avoir inspiré la municipalité d'Hérouville dans le Calvados. Les
écoles de la commune étaient jusqu'à présent raccordées à la connexion Internet de la mairie en Wi-Fi.
En vertu du principe de précaution, le signal Wi-Fi va être coupé et remplacé par une connexion filaire dans les
établissements scolaires de la ville. De plus, le Criirem (Centre de recherche et d'information indépendantes sur
les rayonnements électromagnétiques) a été chargé, moyennant 5 000 euros, de réaliser une dizaine de mesures
de champs magnétiques dans la commune.
Ce centre, qui se présente comme le seul institut indépendant à effectuer de telles mesures, aurait déjà été
approché par une vingtaine de communes. Avec l'hystérie qui secoue le pays, l'association a de beaux jours
devant elle.
Quoi qu'il en soit, la municipalité d'Hérouville espère ainsi pouvoir modifier l'emplacement des antennes
lorsque le signal sera jugé trop important et n'exclut pas d'intenter des actions en justice. Enfin, dès septembre,
une campagne d'information devrait être organisée à destination des habitants d'Hérouville, mais également des
opérateurs de télécommunications et des bailleurs, sur les précautions à prendre pour se protéger des ondes.
On peut s'étonner de l'activisme de cette commune de 24 000 habitants en matière de protection contre les
ondes électromagnétiques et du budget qu'elle semble prête à consacrer à ce sujet avant même que le Grenelle
des ondes ne rende ses conclusions. De là à imaginer que la mairie Modem surfe sur la vague ...

http://www.degroupnews.com/actualite/n3574-antenne-wi_fi-herouville-reseau-sante.html

LA MANCHE LIBRE - 27 AVRIL 2009 - HEROUVILLE COUPE LE WIFI

Rodolphe Thomas, maire Modem d'Hérouville, vient d'annoncer qu'il allait couper le Wifi dans toutes les
écoles de sa commune, à la suite du "Grenelle des Ondes". Il a déclaré : "Nous appliquons le principe de
précaution. Notre rôle est de protéger la santé des gens". Une douzaine d'écoles est concernée par cette mesure.
Désormais, elle se connecteront à Internet via le réseau classique et non plus par les ondes. En outre, la mairie
entend financer une étude sur l'impact de ces ondes sur la population.

http://www.lamanchelibre.fr/Herouville-coupe-le-Wifi,1.media?f=1878

AFP - 27 AVRIL 2009 - LE MAIRE MODEM DE LA 2E VILLE DU CALVADOS VA COUPER LE WIFI DANS LES ECOLES

HEROUVILLE-SAINT-CLAIR (AFP) — La municipalité Modem d'Hérouville-Saint-Clair, va couper le Wifi


(internet sans fil) dans les écoles d'ici à la fin de l'année, a-t-elle annoncé lundi, quatre jours après le lancement
du "Grenelle des ondes" à Paris.
"Nous appliquons le principe de précaution. Notre rôle est de protéger la santé des gens", a déclaré le maire
Rodolphe Thomas lors d'une conférence de presse.
Dans cette ville nouvelle de 24.000 habitants située dans l'agglomération de Caen, le Wifi permettait aux écoles
de se relier sans fil à Internet, via la mairie. La douzaine de sites concernés aura désormais un accès individuel à
Internet.
La municipalité va en outre financer une dizaine de mesures de champs magnétiques dans la commune pour un
montant total de 4 à 5.000 euros, a ajouté Laurent Mata, (Modem) premier maire adjoint en charge du
développement durable.
L'objectif étant de changer ou déplacer certaines antennes si le champ est trop fort. "Nous irons en justice" si les
opérateurs refusent de le faire, a affirmé M. Mata.
FJ - 70
Hérouville Saint-Clair lancera en septembre une campagne sur les précautions à prendre pour se protéger des
ondes, à destination de la population, des opérateurs télécoms et des bailleurs "qui perçoivent de 1.500 à 2.500
euros par mois pour la location du toit où est placé l'antenne relais", selon M. Mata.
L'ensemble de ces décisions coûtera 15.000 euros à la ville, selon lui.
Le Criirem (Centre de recherche et d'information indépendantes sur les rayonnements électromagnétiques), qui
se présente comme la seule association indépendante à faire des mesures de champs magnétiques, a indiqué
qu'une vingtaine de mairies en France lui avait demandé de faire telles mesures.

http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5imGflevzfJ8kEFq6aPn6E26p8rZw

NORD

LA VOIX DU NORD – 2 MAI 2009 - CORINNE LEPAGE RENCONTRE DES ETUDIANTS

Avant le débat à l'Atria, Corinne Lepage, la candidate MoDem, a rencontré et discuté avec des étudiants de
l'université d'Artois.
« Nous nous sommes battus à Arras pour obtenir une université délocalisée. En vingt ans, nous sommes arrivés
à 10 000 étudiant s et nos diplômes sont reconnus », explique Jean-Marie Vanlerenberghe pour résumer la jeune
histoire de la fac d'Artois à sa camarade du MoDem. « Le monde de l'université m'intéresse », affirme
l'ancienne ministre et grande avocate qui donne toujours des cours à Sciences Po Paris. Corinne Lepage a eu
droit à un rapide briefing, avec des nuits arrageoises peu animées (« il manque une vie universitaire à Arras »)
et un déficit de logements certain. « Il y a une différence entre un campus à l'américaine et une ville
universitaire, constate un étudiant. On aimerait se trouver plus près du site de l'université. » Ce ne sera sans
doute pas le cas, dans un premier temps, avec la création de chambres universitaires, boulevard du Général-de-
Gaulle, dans d'anciens bâtiments de l'armée.
Bien sûr, l'inévitable question du blocage a été évoquée. « Il y a déjà eu une baisse de 17 % dans les
inscriptions à la rentrée 2008 , constate Frédéric Leturque. Avec les blocages, elles vont encore certainement
baisser. Il faut être vigilant concernant l'avenir de l'université d'Artois. » Corinne Lepage a sorti sa carte
européenne. « Il faut une réforme de l'université. Elle doit s'inscrire dans l'international avec le développement
des échanges Erasmus. L'Europe se construit avec les jeunes. »

http://www.lavoixdunord.fr/Locales/Arras/actualite/Secteur_Arras/2009/05/02/article_corinne-lepage-
rencontre-des-etudiants.shtml

LA VOIX DU NORD – 2 MAI 2009 - L'IDEE ETAIT BONNE, MAIS LE DEBAT EST RESTE TROP ABSTRAIT A L'ATRIA
PAR JULIEN LECHEVESTRIER

Le Mouvement européen avait pris l'initiative de réunir les principales têtes de liste régionales aux européennes.
Une bonne idée mais les débats sont restés trop abstraits. Les références entre l'Europe et le Nord - Pas-de-
Calais ont pu se compter sur les doigts d'une seule main. Petit zapping de la soirée de jeudi à l'Atria.
Il y a les pros (Pargneaux, Lepage, Flautre, Riquet), le mitigé (Hénin) et les antis (Le Pen, Nihous et Pauwels).
Tous dressent par contre un portrait désabusé du Français par rapport à l'Europe. « Désamour, déception,
déficit démocratique ... » > La plus optimiste.- Hélène Flautre (les Verts) : « Je ne suis pas sûre qu'il va y avoir
une forte abstention, le 7 juin. » En 2004, plus d'un Français sur deux ne s'était pas déplacé pour glisser son
bulletin de vote.

FJ - 71
> Le moins populaire.- Le pauvre Dominique Riquet (UMP) a récolté les sifflets du public. Dur dur de porter
l'étiquette du pouvoir en place, jeudi soir, à l'Atria. « Au moins je fais réagir quand je prends la parole. » > Les
plus vertes.- Hélène Flautre pour les Verts et Corinne Lepage, ancienne ministre de l'Écologie désormais sous
étiquette MoDem.
Les deux femmes politiques s'accordent, « sur un plan de conversion écologique de l'économie avec une
vocation sociale importante.
» Cette économie verte pourrait créer 10 millions d'emplois selon Hélène Flautre.
> La plus hargneuse.- Dans son style désormais bien connu et rodé, Marine Le Pen a mouché chacun des
candidats.
> Le plus transparent.- Frédéric Nihous demande « une Europe plus transparente » mais, jeudi soir, c'est le
représentant de Libertas qui a été le plus transparent des huit candidats. Annonçant même les Européennes, «
dans cinq mois ».
C'est dans un peu plus d'un mois, le 7 juin.
> Les plus francs.- Jacky Hénin (Front de gauche) et Jan Pauwels (NPA) n'ont pas mâché leurs mots. « Ces
questions ne sont vraiment pas terribles. » Les thèmes choisis par le Mouvement européen n'étaient, en effet,
pas des plus transcendants : l'Europe sociale, économique, la mondialisation... De l'abstrait et pas de concret. Et
très peu de références ou d'exemples de l'influence de l'Union dans notre région.
> Le plus drôle.- Aucun des candidats, mais le courageux modérateur, Jean-Pierre Arrignon, qui a fait sourire
par deux fois le public de l'Atria. Une première fois en citant le parti d'Olivier Besancenot représenté par Jan
Pauwels. « Le NPA, le nouveau parti antidémocratique ! » Et en saluant le départ de Jacky Hénin, qui ne
voulait pas faire d'excès de vitesse sur l'A 26, pour une réunion à Calais. « Sauvez les points de votre parti...
pardon, votre permis ! » •

Le débat est diffusé dimanche à 12 h et mardi à 20 h sur radio PFM (99.9).

http://www.lavoixdunord.fr/Locales/Arras/actualite/Secteur_Arras/2009/05/02/article_l-idee-etait-bonne-mais-
le-debat-est-res.shtml

ILE-DE-FRANCE

BLOG GAGNY EN MOUVEMENT - 27 AVRIL 2009 - SALLE COMBLE A CHELLES (REUNION PUBLIQUE)

http://www.gagnyenmouvement.com/article-30759009.html

LE PARISIEN - 28 AVRIL 2009 - LE CONSEIL D’ETAT INVITE A VALIDER L’ELECTION D’AULNAY

Contrairement au tribunal administratif, le rapporteur public a estimé hier qu’il ne faut pas annuler l’élection de
Gérard Ségura. Décision dans quinze jours.
Annulation, validation ? Le suspense dure depuis des mois autour de l’élection du maire socialiste d’Aulnay-
sous-Bois, Gérard Ségura… Et il est dit qu’il durera encore un peu. Hier, un petit rebondissement a pourtant eu
lieu au Conseil d’Etat. Le rapporteur public a proposé d’annuler le jugement rendu en octobre dernier par le
tribunal administratif de Cergy-Pontoise (Val-d’Oise).
Celui-ci avait décidé d’annuler les élections municipales de mars 2008, invoquant plusieurs irrégularités. «
Nous sommes d’avis que vous devez censurer ce jugement, aucun des deux motifs avancés ne justifiant
l’annulation », déclarait hier le rapporteur public devant les conseillers d’Etat. Des griefs avancés par l’ancien
maire UMP Gérard Gaudron (qui avait perdu au second tour de 204 voix) et par le candidat du MoDem
FJ - 72
Abderrezzak Bezzaouya, le tribunal administratif avait retenu deux points. D’abord le placardage à proximité
de neuf bureaux de vote d’affiches anonymes évoquant un « nouveau scandale de détournement de fonds à
Aulnay ». Quelques semaines auparavant, la presse révélait que Gérard Gaudron avait perçu indûment des
allocations chômage après avoir été élu député.

« Des éléments très mineurs »

« Il nous a semblé que ce tract n’introduisait pas d’élément nouveau dans la campagne », a estimé hier le
rapporteur public, rappelant que le candidat UMP avait « largement » eu le temps de répondre aux accusations
liées à cette affaire des Assedic. Quant aux pressions et incidents signalés par le MoDem, qui se seraient
produits le jour du scrutin dans le nord de la ville, le rapporteur a jugé qu’il s’agissait là d’« éléments très
mineurs », « pas de nature à avoir altéré la sincérité du scrutin ». Hier soir, dans un communiqué, le maire
socialiste Gérard Ségura disait attendre la décision finale « avec confiance ». A la sortie de l’audience, son
premier adjoint Abdel Benjana laissait percer sa satisfaction, tout en assurant rester « prudent » : « Sur le
terrain, les gens ne comprennent pas que leur vote puisse être remis en cause. Depuis dix-huit mois, on doit
expliquer que la justice doit suivre son cours… » De son côté, le député UMP Gérard Gaudron planchait déjà
avec son avocat sur une note en délibéré, qu’il devait remettre aux membres du Conseil d’Etat : « Nous allons
leur rappeler la jurisprudence », confiait l’ancien maire qui affirme, lui aussi, rester confiant. « Les conclusions
du rapporteur public n’engagent pas la juridiction, et il n’est pas rare qu’elles ne soient pas suivies », rappelait
son avocat, Bernard de Froment. Les électeurs aulnaysiens devraient en tout cas être rapidement fixés. Le
Conseil d’Etat doit rendre sa décision d’ici à une quinzaine de jours. Et celle-ci sera définitive.

Vers une confirmation du scrutin au Blanc-Mesnil. Hier, le rapporteur public s’est également prononcé en
faveur d’une confirmation du résultat des municipales au Blanc-Mesnil. L’ancien maire (PC) Daniel Feurtet
avait été réélu, cédant son fauteuil à son successeur Didier Mignot. L’UMP Thierry Meignen, arrivé en
deuxième position avec seulement 45 voix d’écart, avait contesté ce scrutin, tout comme le DVG Alain Ramos.
Tous deux avaient été déboutés de leurs requêtes par le tribunal administratif de Cergy en octobre dernier et
avaient fait appel devant le Conseil d’Etat.

http://www.leparisien.fr/seine-saint-denis-93/le-conseil-d-etat-invite-a-valider-l-election-d-aulnay-28-04-2009-
494639.php

COMMUNIQUE DU MODEM COLOMBES (92) - PETITION

Bonjour à toutes et à tous : L'équipe mythique de Rugby Racing-Métro devrait quitter son Stade Yves du
Manoir de Colombes.
Son Président souhaite qu'un lieu digne de son équipe les accueille.Malheureusement, ni le Conseil général des
Hauts de Seine , ni la mairie de Colombes n'ont trouvé de compromis pour permettre à cette belle équipe d'y
rester .
C'est pourquoi nous lançons cette pétition que nous vous invitons à signer mais aussi à faire connaitre autours
de vous : http://www.lapetition.be/en-ligne/pour-le-maintien-du-racing-mtro-92-colombes-4267.html

Je compte sur vous toutes et tous.


Cordialement.
Michel Môme
Président de la section Modem de Colombes

FJ - 73
ACTUALITE

EUROPEENNES

LE MONDE - 29 AVRIL 2009 - EUROPEENNES : L'UMP VEUT S'APPUYER SUR LE "BILAN SARKOZY"

Tous unis derrière Nicolas Sarkozy ! L'UMP et la majorité présidentielle ont décidé de placer la campagne
européenne sous le signe de la défense du bilan du président de la République.
Pour son premier grand meeting, mardi 28 avril, à Rueil-Malmaison, dans les Hauts-de-Seine, quatorze
membres du gouvernement avaient fait le déplacement. "Nous ne devons pas avoir de complexe à parler de
politique nationale", a prévenu en préambule Xavier Bertrand le secrétaire général de l'UMP, devant 1 500
militants réunis dans un gymnase.
"Vous êtes nombreux car vous voulez manifester votre soutien au président dans cette campagne, a ajouté M.
Bertrand. Certains sont gênés pour parler de l'Europe et veulent placer la campagne sur le terrain national,
comme les socialistes qui n'ont pas d'idée. Je dis : chiche ! Ça nous arrange. Nous allons expliquer qu'en deux
ans, les promesses ont été tenues". Michel Barnier, le coordinateur national de la campagne et tête de liste en Ile
de France, a surenchér i: "On va pas s'excuser d'être derrière le président."
Relayer "sans états d'âme" les réformes entreprises en France depuis deux ans, vanter la présidence française de
l'Union, et le bilan de Nicolas Sarkozy dans la crise, voilà les trois antiennes de la campagne de l'UMP.
Le parti majoritaire sait que l'opposition appellera à un vote sanction. "J'ai parcouru la récente intervention de
Martine Aubry prononcée lors du lancement de sa campagne européenne, la moitié de son discours est
consacrée au président de la République et au gouvernement", a tempêté François Fillon avant d'inviter les
électeurs à "ignorer ce flot de critiques qui masque le vide sidéral des propositions alternatives".
Le premier ministre qui n'aime rien tant que cogner sur ses adversaires a fustigé un PS "divisé sur l'Europe",
une Ségolène Royal et ses pardons "qui ont du faire sourire José Luis Zapatero", et un François Bayrou –
copieusement sifflé – "pour qui l'Europe est devenue la dernière de ses préoccupations".
Sans le citer, le parti n'entend pas davantage laisser place à Philippe de Villiers, ni sur la question de la Turquie,
ni sur celle des directives européennes trop tatillonnes, deux sujets de préoccupations des électeurs de l'UMP.
Il n'y aura pas d'adhésion de la Turquie à l'UE mais un partenariat, a promis François Fillon avant de critiquer le
"poids des multiples comités techniques qui à Bruxelles sont chargés d'adapter les lois européennes votées par
les Etats et le Parlement européen", et qui, selon lui, échappent à tout contrôle politique. "C'est comme cela
qu'on arrive à des décisions absurdes comme celle sur le coupage du rosé. Cette situation ne peut plus durer",
s'est-il emporté. De l'Europe, François Fillon, citant Voltaire, préfère défendre "l'identité", "l'âme", "une culture,
un héritage ou une civilisation".
LE PARTI DANS L'INCAPACITÉ DE PUBLIER SES LISTES
Le parti majoritaire sait que la clé de son succès passe par une très forte mobilisation de ses troupes dans un
scrutin favorable à l'abstention. Alors, ses dirigeants répètent à l'envie que jamais les militants, cadres et
parlementaires n'ont été aussi mobilisés, même si certaines réunions n'ont pas fait salle comble.
Le parti est bien décidé à "positiver" et à afficher l'unité de la majorité. Qu'importe si l'UMP, à près d'un mois
du scrutin, est toujours dans l'incapacité de publier ses listes d'union avec le Nouveau Centre présidé par Hervé
Morin et la Gauche moderne de Jean-Marie Bockel. Pour dépasser ces difficultés, l'UMP tente de faire croire
qu'il s'agit d'une stratégie délibérée, pour éviter la rancœur des candidats qui ne seront pas retenus sur les listes.
L'organisation de ce premier meeting s'est montrée encore balbutiante. En préambule au discours de Michel
Barnier et de François Fillon, la salle s'est prêtée à un faux jeu de questions-réponses, préparé avec soin en
amont.

FJ - 74
Pour la direction, il faut effacer au plus vite l'impression désastreuse qu'a laissée Rachida Dati, la numéro deux
en Ile-de-France devant les jeunes UMP, à l'Assemblée nationale, où la candidate avait bredouillé une réponse
incompréhensible sur une question pourtant simple. Christine Boutin a lu au mot près ses fiches, sur la
protection sociale, tandis que Rachida Dati récitait sans faute un argumentaire sur les jeunes et l'Europe.
Fort mécontente des retombées médiatiques de sa prestation à l'Assemblée nationale, la ministre de la justice
s'en est pris sans vergogne après le meeting aux journalistes, à leur manque "de déontologie", et de
"responsabilité", devant un Xavier Bertrand inquiet et un Michel Barnier un rien agacé.
Sophie Landrin

http://www.lemonde.fr/elections-europeennes/article/2009/04/29/europeennes-l-ump-veut-s-appuyer-sur-le-
bilan-sarkozy_1186755_1168667.html

LE POINT - 28 AVRIL 2009 - LE NOUVEAU CENTRE SE MET EN ORDRE DE BATAILLE POUR LES EUROPEENNES

Le Nouveau Centre (NC) a désigné mercredi ses chefs de file pour les élections européennes prévues en juin
prochain. En Île-de-France, c'est l'eurodéputé sortant Jean-Marie Cavada, ex-MoDem et candidat aux élections
municipales de 2008 sous l'étiquette UMP dans le 12e arrondissement de Paris, qui représentera le parti de
centre-droite, avec un binôme dont le choix n'a toutefois pas encore été arrêté. Les porte-drapeaux du NC dans
chacune des 8 circonscriptions électorales européennes sont désormais chargés de constituer des listes. "La
communication de ces listes est fixée au 3 février prochain", précise Philippe Vigier, secrétaire général adjoint
du Nouveau Centre interrogé par lepoint.fr.
Parallèlement, la formation centriste membre de l'actuelle majorité est en pourparlers avec l'UMP pour la
constitution d'une liste commune. "Le Nouveau Centre a toujours souhaité être présent aux européennes
puisque notre engagement pour l'Europe, c'est un peu notre code génétique et en même temps, quand la
situation est difficile, c'est une bonne chose que la majorité soit unie", estime Philippe Vigier, explicitant la
démarche menée. Selon le ministre de la Défense Hervé Morin, président du Nouveau Centre, qui s'est exprimé
lors d'un point presse, le NC souhaite obtenir "trois places éligibles" sur des listes de la majorité présidentielle.
Renouveler le centre
En Île-de-France où l'UMP a choisi pour mener sa liste les ministres Michel Barnier (Agriculture) et Rachida
Dati (Justice), le Nouveau Centre espère obtenir la troisième place pour l'ex-bayrouiste Jean-Marie Cavada. Ce
dernier n'est pas adhérent du Nouveau Centre, mais siège dans le même groupe, Nouveau Centre et
Indépendants, au conseil de Paris. Dans le Nord-Ouest où l'UMP a pris comme tête de liste le maire de
Valenciennes Dominique Riquet, le Nouveau Centre souhaite une place éligible pour son unique eurodéputée
sortante, Brigitte Fouré, ex-maire d'Amiens.
"Nous avons vocation à être présents dans des régions (...) où il y a un électorat centriste qui, pour l'instant,
cherche une expression politique", l'Ouest "par exemple", a indiqué Hervé Morin. Dans cette circonscription, le
NC a désigné notamment le député de Loire-Atlantique Michel Hunault. Et, ce serait "un beau message de
renouvellement" que le président des Jeunes Centristes, Damien Abad, désigné dans le Sud-Ouest, soit élu, a dit
Hervé Morin. "Maintenant que Bayrou s'est ouvertement allié à Martine Aubry (NDLR : en votant la motion de
censure), une part de l'ancien électorat de l'UDF désorienté va revenir vers nous", espère, quant à lui, Philippe
Vigier.
Tous les Chefs de file du NC pour les européennes de juin :
Île-de-France
Jean-Marie Cavada
Ouest
Michel Hunault, Brigitte Angibaud
Massif central - Centre
FJ - 75
Florent Montillot, Manon Fouquet
Sud-Est
Mireille Benedetti, Dominique Puthod
Nord-Ouest
Brigitte Foure, François Decoster
Est
Marc Sebeyran, Marc Frot
Sud-Ouest
Damien Abad, Patrice Drevet
Outre-Mer
Pascal Vittori, Philip Schyle, Cyrille Hamilcaro, Patrick Gob

http://www.lepoint.fr/actualites-politique/2009-04-28/le-nouveau-centre-se-met-en-ordre-de-bataille-pour-les-
europeenne/917/0/311364

AFP - 28 AVRIL 2009 - EUROPEENNES: L'ENJEU N'EST PAS DE "FAIRE LA RISETTE AU MODEM", SELON CAMBADELIS
(PS)

PARIS (AFP) — Jean-Christophe Cambadélis, directeur de la campagne du PS pour les élections européennes,
a averti mardi que "l'enjeu" du scrutin de juin n'était pas "de faire faire la risette au MoDem" mais de bâtir "une
majorité de gauche au Parlement européen".
"François Bayrou est très à gauche quand il s'agit de la situation politique française mais au niveau de l'Europe
il vote avec les libéraux", a affirmé M. Cambadélis sur i-Télé, en réaction à un sondage Viavoice publié lundi
dans Libération, selon lequel 65% des sympathisants socialistes souhaitent une alliance avec le MoDem.
"Aujourd'hui, l'enjeu c'est une majorité de gauche au Parlement européen c'est pas de faire la risette au
MoDem", a-t-il dit estimant que "si les socialistes sont en dynamique, s'ils sont une alternative politique, les uns
et les autres seront obligés de se déterminer par rapport à l'offre socialiste".
Le député de Paris a par ailleurs reproché à l'UMP d'empêcher le débat en ne s'engageant pas dans la campagne.
Les socialistes ont "des propositions extrêmement concrètes mais ça n'intéresse pas parce que l'UMP n'est pas là
et tant que l'UMP n'est pas dans le débat, il n'y a pas de débat", a-t-il déclaré.
Selon lui, "l'UMP n'est pas en campagne" parce que ses responsables "ne veulent pas qu'on parle du bilan",
"parce qu'ils ne veulent pas d'éléments de sanction". Quant à Nicolas Sarkozy, sa stratégie "est de rester le plus
longtemps possible dans sa position de président de la République, de ne pas descendre dans l'arène".
M. Cambadélis a d'autre part estimé que le porte-parole du NPA Olivier Besancenot n'était "pas une gêne pour
le Parti socialiste" le jugeant "un peu en perte de vitesse". "On a remarqué son sectarisme dans la dernière
période et on ne peut pas dire qu'il prenne pied dans les mouvements sociaux tels qu'ils existent aujourd'hui", a-
t-il dit.

http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5iqQl13dK755LcSP_yB4llU5g69rA

LA PROVENCE - 27 AVRIL 2009 - LES PARTIS MISENT SUR LA TOILE

La campagne pour les élections européennes est marquée par une forte utilisation d'internet.
Le Parlement européen a son propre site consacré aux élections de juin prochain.
Faire de la politique autrement. En innovant. Lancée lors de la présidentielle française, l'utilisation d'internet
pour réussir une campagne électorale a définitivement acquis ses lettres de noblesse avec la victoire de Barack

FJ - 76
Obama aux États-Unis. Prenant modèle sur ce succès, les partis politiques français essaient de reproduire la
méthode américaine pour les élections européennes.
En première ligne, le MoDem avec le lancement, en même temps que celui de sa campagne pour le parlement
de Strasbourg, du site democrates.fr qui englobe tous les outils du Net : communication institutionnelle, blog,
réseau social et véritable interactivité avec les internautes. "On construit quelque chose sur le long terme, au-
delà de la séquence électorale, témoigne Nicolas Voisin, créateur du site du parti de François Bayrou avec sa
société 22mars. "Mais les européennes, les Français s'y intéressent très peu même si le Net peut toucher les plus
jeunes", avoue-t-il. Leur tête de liste dans le Sud-Est, Jean-Luc Bennahmias, utilise depuis longtemps cet outil.
"Il écrit lui-même sur son site", témoigne son directeur de campagne, Christophe Madrolle.
Du côté de l'UMP, on est sur la toile depuis une dizaine de jours. Il faut dire que ses listes ne sont toujours pas
établies. "Les technologies permettent d'être beaucoup plus réactif, explique Vincent Ducruet, en charge du
projet. Les équipes des têtes de listes gèrent leurs pages et alimentent le site notamment en annonçant leurs
meetings." Un système "utile" si l'on en croit le directeur de campagne de Françoise Grossetête, tête d'affiche
du parti de la majorité présidentielle, Thibault de Lary.
Au PS, Valerio Motta, chargé de la stratégie internet pour le scrutin, avoue "que les réseaux sociaux, avec 8
millions d'inscrits sur Facebook, permettent d'avoir des audiences significatives. Notre site est à l'image d'un
quartier général de campagne où l'élu, le militant, le sympathisant ou le curieux trouvent les outils qu'ils
cherchent." De quoi remplacer une campagne classique ? "Pas du tout, il s'agit de deux formes de campagne
complémentaires." Ainsi Vincent Peillon, tête de liste PS pour le Sud-Est, qui a commencé sa campagne sur le
terrain il y a un mois, a utilisé Facebook pour publier ses réactions par exemple sur l'affaire du rosé coupé.
Pour d'autres mouvements, c'est leur existence même qui est en jeu. "Sans internet, Debout la République,
n'existerait pas", avoue Nicolas Dupont-Aignan. L'ex-député UMP n'avait que peu de moyens quand il a créé
son mouvement. "Le Net est un outil fantastique. Plus de 8 000 de nos 10 000 militants ont adhéré à travers la
toile." Et pour les Européennes ? "C'est un formidable moyen de mobiliser les troupes et d'organiser les
réunions surtout vu la taille des circonscriptions." À moindre coût par rapport aux outils classiques, le Net, mais
surtout les réseaux sociaux comme Facebook ou les sites de micro blogging comme Twitter, où les candidats
décrivent dans de courts messages en temps réel "ce qu'ils sont en train de faire." Suffisant pour inciter les
électeurs à se déplacer aux urnes le 7juin ?

http://www.laprovence.com/articles/2009/04/27/800751-France-Lespartismisent-sur-la-toile.php

HADOPI

LE MONDE – 28 AVRIL 2009 - CREATION ET INTERNET : L'ELYSEE NE TOLERERA PAS UN NOUVEAU REVERS
L'obstination finira-t-elle par payer ? Rejeté le 9 avril en dernière lecture par 21 voix contre 15, le projet de loi
Création et Internet a été réinscrit à l'ordre du jour de l'Assemblée nationale à partir du mercredi 29 avril. Le
texte prévoit notamment de sanctionner le téléchargement illégal par une suspension, de deux mois à un an, de
l'accès à Internet, après deux mises en garde. Une haute autorité indépendante (Hadopi) sera chargée de sa mise
en oeuvre.
Ce nouveau round devra, cette fois, se conclure impérativement par un vote positif. Nicolas Sarkozy a reçu à
l'Elysée, mercredi 22, avec son épouse, Carla Bruni-Sarkozy, une soixantaine d'artistes, de producteurs et de
distributeurs de renom. Il leur a réaffirmé sa détermination à voir ce texte adopté. Il en fait un point d'honneur.
Du coup, les responsables de la majorité sont sur la brèche. Remisés les doutes, les critiques, les interrogations :
la question n'est plus de se prononcer sur le contenu du texte - quoi qu'il en coûte - mais d'empêcher un désaveu
du chef de l'Etat. Ceux qui, à l'UMP, ne peuvent se résigner à approuver le projet de loi, sont invités à se faire
discrets. Les autres devront être "extrêmement présents" - et disciplinés - pour éviter toute surprise.
"TEXTE HYPER-PIÉGEUX"
FJ - 77
Sur la sellette depuis le revers du 9 avril, Roger Karoutchi, le secrétaire d'Etat chargé des relations avec le
Parlement, et Jean-François Copé, le président du groupe UMP de l'Assemblée, rivalisent de métaphores
guerrières pour "laver l'affront", selon le premier, "relever le gant", pour le second. M. Copé a dit "assumer" sa
responsabilité : pas question de jouer profil bas dans les périodes difficiles.
A l'Elysée, le soupçon continue cependant de peser sur le patron des députés UMP - absent de l'Hémicycle au
moment du vote du 9 avril - de ne pas "jouer franc jeu". Ses proches rejettent l'accusation. "Il ne pouvait pas se
mouiller davantage sur un texte hyper-piégeux dont même certaines personnes de son entourage disaient qu'il
était "ringard"", confie un membre de son cabinet.
En effet, en dépit de l'appel à la "mobilisation générale", le scepticisme quant à l'opportunité de ce texte
continue de gagner du terrain. Nombreux sont ceux qui doutent de son efficacité, voire de sa faisabilité. En tout
cas, de son utilité. Dans un entretien aux Echos du 24 avril, l'ancien premier ministre Alain Juppé se prononçait
pour un système "plus compréhensible et plus facile à gérer qu'une coupure de l'accès à l'Internet". De quoi
conforter les opposants à la philosophie de ce texte, dont ils craignent qu'il ne soit "déjà obsolète". "On va droit
vers un fiasco mais on nous oblige à y aller", déplore un député pourtant catalogué "sarkozyste bon teint".
Si le projet de loi est adopté, la France sera le premier pays occidental à se doter d'une telle législation. Opposé
à la "riposte graduée", le Parlement européen devrait se prononcer, mercredi 6 mai, en deuxième lecture, en
faveur d'un amendement qui prend le contre-pied des positions françaises : "Aucune restriction ne peut être
imposée aux droits et libertés fondamentaux des utilisateurs finaux sans décision préalable des autorités
judiciaires", précise celui-ci. Introduit, à l'initiative des socialistes français, dans une vaste législation sur les
télécoms au nom de la défense des libertés fondamentales, il est soutenu à ce stade par l'ensemble des groupes
politiques, à gauche comme à droite. Seuls les eurodéputés UMP restent fidèles à la position du gouvernement
français.
Le vote du Parlement européen, s'il confirme la position exprimée en première lecture, ouvrira la voie, après les
élections européennes, à une "procédure de conciliation" avec les Etats membres afin de tenter de débloquer le
"paquet télécoms". En cas de divergence persistante entre le texte français et le cadre européen, la Commission
européenne serait, à terme, habilitée à lancer une procédure d'infraction contre la France.
Philippe Ricard (à Bruxelles) et Patrick Roger

http://www.lemonde.fr/technologies/article/2009/04/28/creation-et-internet-l-elysee-ne-tolerera-pas-un-
nouveau-revers_1186429_651865.html

NUMERAMA - 28 AVRIL 2009 - HADOPI : FRANÇOIS BAYROU CRITIQUE UNE "OBSESSION DANGEREUSE ET
REVELATRICE"

De passage au Printemps de Bourges - qui fait un carton malgré la prétendue crise de l'industrie musicale, le
président du MoDem François Bayrou a fustigé le retour du texte en seconde lecture, qui témoigne selon lui
d'une "obsession dangereuse et révélatrice" de la part de Nicolas Sarkozy.
Longtemps nous nous sommes interrogés sur le silence accablant de François Bayrou au sujet de la loi Création
et Internet. Lui qui, par calcul politique ou par sincérité, s'était opposé dans l'hémicycle à la loi DADVSI et
avait ainsi gagné la confiance de nombreux internautes à quelques mois des élections présidentielles, ne s'est
pas présenté une seule fois à l'Assemblée pour s'opposer à la loi Création et Internet, à quelques semaines des
élections européennes que l'on dit pourtant déterminantes pour son avenir politique. Il avait, pourtant, matière à
distribuer ses piques, ici contre le contournement de l'ordre judiciaire ou la privatisation de la justice, là contre
le déni de démocratie et l'abandon de la présomption d'innocence. Alors que ça semblait être pour lui un terrain
politique et médiatique facile à conquérir, il a dilapidé par son absence une partie non négligeable de la
confiance qu'il avait su acquérir.

FJ - 78
"C'est parce qu'il n'a plus de groupe parlementaire qu'il ne s'exprime pas", nous expliquait récemment un proche
du président du Mouvement Démocrate. La plupart des députés UDF l'ayant quitté pour rejoindre l'UMP ou
former le Nouveau Centre, François Bayrou s'est en effet retrouvé sans groupe parlementaire pour la 13ème
législature. Or le règlement de l'Assemblée Nationale limite à peau de chagrin les cas où les députés non
inscrits dans un groupe peuvent s'exprimer oralement. Le fait est que depuis le renouvellement des députés,
François Bayrou ne s'est exprimé que douze fois en séance.
Son silence parlementaire ne justifiait toutefois pas son silence médiatique. Le fait de ne pouvoir s'exprimer à
l'Assemblée n'empêche pas de publier une tribune dans un journal, de glisser quelques mots à la radio ou lors
d'une interview télévisée, ou de signer un communiqué musclé au nom du MoDem. "Il réserve ses cartouches
pour la sortie de son livre", nous alors assuré notre interlocuteur, évoquant le brûlot Abus de Pouvoir, qui doit
paraître cette semaine. L'ancien candidat à la présidentielle veut se servir de l'Hadopi comme d'un exemple de
plus des dérives du pouvoir. C'est ce qu'il vient d'ailleurs d'expliquer à L'Express, au détour d'une interview au
Printemps de Bourges.
"L'obession de faire passer le texte à tout prix, dont je vois bien à quoi il correspond, me paraît de ce point de
vu là dangereuse et révélatrice. C'est révélateur d'une chose en particulier, c'est qu'il n'y a pas de liberté du
Parlement par rapport à l'exécutif", a ainsi estimé François Bayrou. "Il n'y a plus de séparation des pouvoirs
entre le législatif et l'exécutif", regrette-t-il, ayant constaté que les députés UMP s'étaient absentés de
l'hémicycle en première lecture pour manifester un désaccord sur le fond, ce que n'a pas voulu admettre Nicolas
Sarkozy.

http://www.numerama.com/magazine/12770-Hadopi-Francois-Bayrou-critique-une-obsession-dangereuse-et-
revelatrice.html

STATISTIQUES ETHNIQUES

CONTINENTAL NEWS – 29 AVRIL 2009 - FRANCE : DES STATISTIQUES SUR LE "RESSENTI D'APPARTENANCE" ?
par La Rédaction

Le débat sur les statistiques ethniques est relancé. Selon un sondage CSA réalisé pour le Conseil représentatif
des associations noires (CRAN), 65 % des Français sont favorables à l'établissement en France de statistiques
sur la base du « ressenti d'appartenance ».
65 % de Français se disent favorables aux statistiques sur le "ressenti d'appartenance". Ce pourcentage est de 74
% pour l'échantillon représentatif des minorités "visibles" en France.
Les deux tiers des sympathisants du Parti Socialiste (PS), 70 % de ceux du Mouvement Démocrate (Modem) et
60 % de ceux de l'Union pour un mouvement populaire (UMP) y sont favorables.
Yazid Sabeg, commissaire à la diversité et à l'égalité des chances, partisan de telles statistiques ethniques, va
remettre le 7 à Nicolas Sarkozy son rapport très attendu sur la promotion des minorités.
Toutefois, de nombreuses voix s'élevent depuis quelques jours contre les dangers d'un tel instrument. Louis
Schweitzer, ancien président du groupe automobile Renault et président de la Haute autorité française de lutte
contre les discriminations et pour l'égalité (Halde), est personnellement opposé à cet instrument.

Avec une augmentation de 50 % des cas de discrimination présentés à la HALDE en 2007, il est temps de
prendre à bras le corps ce problème qui mine la vie quotidienne de millions de Français et leur confiance dans
le pacte républicain.

Selon un sondage réalisé pour la HALDE en décembre 2007, 95% des Français estiment qu'il est important de
lutter contre les discriminations, 63% pensent qu'ils pourraient un jour être victimes de discrimination. De plus,
FJ - 79
25 % des salariés du privé disent avoir déjà été victimes d'au moins une discrimination dans le monde du travail
et 38% des victimes choisissent le silence.

L'emploi est le premier domaine concerné avec plus de la moitié des réclamations (50,1%) auprès de la Halde,
l'origine étant le critère le plus souvent invoqué (27,16%) suivi de près par la santé et le handicap (21,68%).

Les députés SRC refusent le fatalisme et ont décidé d'agir. Ils proposent de s'attaquer aux discriminations liées
à l'origine, réelle ou supposée, par une politique volontariste et ambitieuse sous la forme d'une campagne
massive de promotion de la lutte contre les discriminations, de formation, de communication, d'information
mais aussi de répression, lorsque cela est nécessaire.

Dans ce but, ils ont organisé, sous la responsabilité de George PAU-LANGEVIN et de Christophe
CARESCHE, une large consultation de tous les acteurs : plus d'une vingtaine d'auditions d'institutionnels,
d'associations, de syndicats, de chercheurs, de directeurs de ressources humaines, ont été réalisées.

http://www.continentalnews.fr/actualite/editorial,145/france-des-statistiques-sur-le-ressenti-d-
appartenance,7586.html

L’AFFAIRE DU SMS (EPILOGUE…)

STRATEGIES – 29 AVRIL 2009 - NEWSLETTER –PATRICK FIOLE ECARTE DE LA REDACTION EN CHEF DU SITE DU
NOUVEL OBSERVATEUR

MAGAZINES. Christophe Gueugneau, rédacteur en chef adjoint du site Internet du Nouvel Observateur, vient,
selon Presse News, d'être promu rédacteur en chef. Il succède à Patrick Fiole. Ce dernier occupait la place de
rédacteur en chef du site au moment de l'affaire du SMS de Nicolas Sarkozy à Cécilia Sarkozy, qui avait
défrayé la chronique en février 2008. Patrick Fiole officiera désormais sur les hors-séries du Nouvel
Observateur.
http://www.strategies.fr/newsletter/gon889290409?xtor=EPR-62

POUR SE DETENDRE….

LE NOUVEL OBSERVATEUR – 29 AVRIL 2009 - PS : LE MJS LANCE UNE CELLULE ANTI-FREDERIC LEFEBVRE

Quatre à cinq personnes seront chargées au sein du Mouvement des Jeunes Socialistes (MJS) de contrer les
déclarations du porte-parole de l'UMP.
Une cellule de quatre à cinq personnes va être créée "sous une dizaine de jours" au sein du Mouvement des
Jeunes Socialistes (MJS) afin de contrer les déclarations du porte-parole de l'UMP, Frédéric Lefebvre, a
annoncé mardi 28 avril son président Antoine Détourné.
L'objectif est de "ne plus laisser toute parole de Frédéric Lefebvre sans réponse" par un "travail de ripostes et
d'informations" via notamment "des communiqués et des petites vidéos", a déclaré Antoine Détourné à l'AFP,
confirmant une information du Parisien-Aujourd'hui en France.
Le porte-parole du PS Benoît Hamon "a été informé de cette initiative" et "il la salue", a-t-il ajouté, précisant
que le MJS était l'initiateur de ce projet qui sera "lancé sous une dizaine de jours" avec "quatre à cinq
personnes".

"Dangereux et caricatural"

FJ - 80
Selon Antoine Détourné, Frédéric Lefebvre "a changé de dimension". "Epiphénomène il y a quelques mois (...)
c'est maintenant quelqu'un d'installé dans le paysage politique avec des prises de positions dangereuses,
caricaturales et qui finissent par laisser des traces dans l'opinion", a-t-il estimé.
Il s'agit aussi de "démontrer et ne pas lâcher M. Lefebvre sur ses liens avec certains lobbies et comment cela se
ressent dans l'activité parlementaire" du député des Hauts-de-Seine, a ajouté le jeune socialiste.
"On ne peut pas laisser passer ce qu'il dit et ce qu'il fait", a-t-il soutenu.
De son côté, Frédéric Lefebvre a affirmé à l'AFP : "C'est triste qu'ils n'aient rien d'autre à faire". "Là où les
jeunes UMP, eux, travaillent sur les universités et l'autonomie, les socialistes sont dans une logique de
destruction. C'est triste pour la politique", a-t-il ajouté.

(NouvelObs.com avec AFP)


http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/politique/20090429.OBS5091/le_mjs_lance_une_cellule_antifrederi
c_lefebvre.html

FJ - 81