Vous êtes sur la page 1sur 24

DK NEWS

QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION

MÉTÉO

23°

ALGER

36°

TAMANRASSET

p. 2

Jeudi 27 Juin 2013 - 18 Chaâbane 1434 - N° 310 - Première année - Prix : Algérie : 10 DA. France : 1€

www.dknews-dz.com

news

Les

news Les BACCALAURÉAT: Les résultats sur Internet et par e-mail avant le 7 juillet L'Office national
news Les BACCALAURÉAT: Les résultats sur Internet et par e-mail avant le 7 juillet L'Office national

BACCALAURÉAT:

Les résultats sur Internet et par e-mail avant le 7 juillet

L'Office national des examens et concours (Onec) a indiqué hier que l'annonce des résultats des

L'Office national des examens et concours (Onec) a indiqué hier que l'annonce des résultats des épreuves du baccalauréat sur Internet et par e-mail aura lieu avant le 7 juillet 2013, alors que l'opération de transcription des notes sur les relevés et leur vérification est en cours. La correction des épreuves du baccalauréat session 2013 "se passe normalement et la deuxième correction sera bientôt achevée", a précisé l'Office dans un communi- qué. "Les dossiers très limités des cas de tricherie vont être soumis devant la commission des délibérations au cas par cas, conformément aux lois en vigueur", a ajouté la même source.

RÉUNION GOUVERNEMENT-WALIS :

SELLAL CIBLE

LABUREAUCRATIE ET LACORRUPTION

Les préparatifs pour le prochain mois de Ramadhan et la saison estivale 2013 ont constitué
Les préparatifs pour le prochain mois de
Ramadhan et la saison estivale 2013 ont
constitué le menu principal de la réunion
hier à Alger du Premier ministre Abdelmalek
Sellal avec les walis, les appelant à opérer une
rupture avec l'ancien mode de gouvernance
des collectivités locales. Devant les membres
de son gouvernement, des chefs des exécutifs
de wilayas et des responsables d'entreprises
publiques, M. Sellal a été très ''direct'' dans
ses interventions en appelant les responsa-
bles locaux à pratiquement opérer une rup-
ture radicale avec l'ancienne gouvernance
des collectivités locales. Premières cibles du
Premier ministre: la corruption et la bureau-
cratie. «Si vous voulez qu'on règle le pro-
blème de la corruption, il faut régler les pro-
blèmes du citoyen. La première chose à faire
est de lutter efficacement contre la bureau-
cratie», a-t-il estimé.
Page 3
177.750 logements
seront distribués avant septembre
Les cyber-attaques sur téléphones portables explosent En un an, elles ont bondi de plus de
Les cyber-attaques
sur téléphones portables
explosent
En un an, elles ont bondi de plus de
600%, selon le cabinet
Juniper, basé
dans la Silicon
Valley
Page 11
SCIENCE et VIE
JUSTICE
FAÇONS FAÇONS
SPORTS
5
Les troupes
coloniales
JEUX MÉDITERRANÉENS
DE MERSIN (TURQUIE)
de
dompter
AGRESSION
SEXUELLE
SUR UN MINEUR
l'hormone
à l’assaut de la
mosquée Ketchaoua
du
stress
1832
6 MÉDAILLES D’OR
HIER POUR L’ALGÉRIE
5 EN BOXE
ET 1 EN ATHLÉTISME
3 personnes
arrêtées
par la PJ de
Khemis Miliana
Page 10
Page 21
Pages 12-13
Page 14
HIGH-TEECH
HISTOIRE

CLINCLIN

CLIN CLIN 2 DK NEWS Jeudi 27 Juin 2013 D’ EIL Régions Nord : MÉTÉO 23°

2 DK NEWS

Jeudi 27 Juin 2013

D’

EIL

CLIN CLIN 2 DK NEWS Jeudi 27 Juin 2013 D’ EIL Régions Nord : MÉTÉO 23°

Régions Nord :

MÉTÉO

23° à Alger :

Temps généralement ensoleillé la journée avec

Séance plénière ce matin au Conseil de la nation consacrée aux question orales

matin au Conseil de la nation consacrée aux question orales Le Conseil de la nation tiendra

Le Conseil de la nation tiendra ce matin une séance plénière consacrée aux questions orales destinées aux membres du gouvernement, in- diquait hier un communiqué du Conseil. Les questions concernent, selon le commu- niqué, trois départements ministériels. Il s'agit des ministères de l'Intérieur et des collectivités locales, de l'Education nationale et des Travaux publics.

Un Conseil du gouvernement mercredi prochain consacré aux rentrées scolaire et universitaire

Un Conseil du gouvernement consacré aux rentrées scolaire, universitaire et de la formation professionnelle, se tiendra mer- credi prochain, a annoncé hier à Alger le Premier ministre, Abdel- malek Sellal. Le Conseil du gou-

vernement se penchera sur les pré- paratifs des différentes rentrées afin qu’elles se déroulent dans de «bonnes conditions», a ajouté M. Sellal lors d'une rencontre avec les walis.

Canada

Une trentaine de touristes et de chasseurs dérivent dans l'Arctique

Une trentaine de touristes et de chasseurs étaient à la dérive mardi dans l'Arctique, sur des plaques de

glace qui

se

sont

détachées

de

la

banquise,

a rapporté

la

télévision

canadienne publique CBC. Des hé-

licoptères et

canadienne ont été dépêchés dans cette zone, située à une quarantaine

de kilomètres au nord d'Arctic Bay,

l'armée

un avion de

un hameau

inuit

qui

se

trouve

à

l'extrême nord de l'Ile

de Baffin,

a

indiqué à CBC Niore Iqalukjuak,

responsable de l'équipe locale de recherche et de sauvetage en mer. Selon ce dernier, personne n'a été blessé pour l'instant.

Collecte du sang du 30 juin au 6 juillet

L'Agence nationale du sang (ANS) organisera du 30 juin au 6 juillet 2013 une collecte de sang au siège de la Société al- gérienne des foires et expor-

siège de la Société al- gérienne des foires et expor- localement des formations de foyers orageux

localement des formations de foyers orageux en cours d'après- midi/soirée vers les régions de l'intérieur. Les vents seront en général modérés (30/50 km/h) de secteur Est à Nord-Est notamment sur le littoral Ouest et Centre. La mer sera agitée localement forte vers le littoral Ouest.

36° à Tamanrasset :

Régions Sud :

Temps chaud et partiellement voilé avec localement des formations orageuses isolées sur les massifs du
Temps chaud et partiellement voilé avec localement des
formations orageuses isolées sur les massifs du Hoggar/Tassili.
Les vents seront variables (30/50 km/h) avec soulèvements de sable
locaux.
Alger
max
23°
min
18°
Oran
max
25°
min
16°
Annaba
max
26°
min
16°
Béjaïa
max
27°
min
16°
Tamanrasset
max
36°
min
26°
FESTIVAL NATIONAL
DU THÉÂTRE
COMIQUE
40 troupes
d'amateurs
en
lice à
Relizane
Une quarantaine
de troupes
d'amateurs sont en lice
au festival
national du
théâtre comique,
or-
ganisé
à Relizane par
la direction
de la Jeunesse et des sports.
Trois prix sont réservés aux trois
troupes classées premières lors de
cette manifestation qui se tient de-
puis samedi et
sera clôturée
au-
jourd’hui, selon les organisateurs.
Les œuvres théâtrales présen-
tées par ces troupes venues des
Algérie - États-Unis
différentes wilayas,
battu notamment de
ont
dé-
faits
de
société
et de
pro-
blèmes
rencontrés
par les jeunes.
7 places des 21
du programme
«Leaders de
demain» octroyées
à des Algériens
«Leaders de demain» octroyées à des Algériens Sept places sur les 21 que compte le programme

Sept places sur les 21 que compte le programme «Leaders de demain» destiné aux lycéens «compétents et motivés» de la région du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord ont été octroyées à des Algériens, a indiqué hier l'ambassadeur des Etats-unis à Alger, Henry S. Ensher.

«La sélection des lauréats algériens démontre leurs fortes capacités, mais aussi la qualité du système éducatif en Algérie»

a déclaré M. Ensher lors d'un point de presse organisé au

siège de l'ambassade. Les lauréats sont Amine Bekki (Tiaret), Mohamed Salih Grazza (Oum El-Bouaghi), Mansour Keffache

(Tizi Ouzou), Chouaïb Hamek (Alger), Chada El Islam Ben- mahcene (Ouargla), Rachad Zeghlache (Sétif ) et Zoubida Taj (Alger). Le programme offre des bourses d'études universitaires de quatre ans et des stages dans des établissements d'ensei- gnement supérieur au Moyen-Orient, en l'occurrence au Caire et à Beyrouth. «Leaders de demain» est un programme qui s'inscrit dans le cadre de l'Initiative de partenariat au Moyen-Orient (MEPI) pour lequel le gouvernement américain

à déboursé 1,5 million de dollars, a précisé Ensher.

No comment

1,5 million de dollars, a précisé Ensher. No comment ANS Journée mondiale de lutte contre la

ANS

Journée mondiale de lutte contre la drogue et la toxicomanie Une action commune est nécessaire pour endiguer le phénomène

A l’occasion de la Journée mondiale de la lutte contre la drogue et la toxico- manie qui coïncide avec le 26 juin de chaque année, la direction générale de

la Sûreté nationale a consacré hier son Forum à la sensibilisation des dangers de la drogue et la toxicomanie. Présidé par le directeur de la cellule de commu- nication et des relations publiques à la DGSN le commissaire divisionnaire Djilali Boudalia, la rencontre s’est déroulée en présence du représentant du service central de lutte contre le trafic illicite des stupéfiants M. Azzedine Merazka, de présidents d’asso- ciations et de représentants des médias. Les participants à la rencontre d’hier ont uni leurs voix et se sont déclarés résolus à une stratégie globale de lutte contre la drogue et la toxicomanie qui doit être base sur l’action commune entre les services de la Sûreté natio- nale, le mouvement associatif et la société civile. Nous y revienderons.

tations (Safex), a indiqué hier l'ANS dans un communiqué. La collecte est initiée dans le cadre de la participation du secteur de la santé à la célé- bration du cinquantenaire de l'indépendance en collabo- ration avec les différentes structures du sang, précise- t-on de même source. A cet effet, l'agence appelle toute personne en bonne santé, âgée entre 18 et 65 ans, à donner de son sang à l'occasion de cet évè- nement. «Ce geste bénévole, gratuit et anonyme permettra d'une part de venir au secours des malades en besoin de sang et symbolisera d'autre part les valeurs de solidarité et de fraternité transmises par nos aînés, lors de ce cinquantenaire de l'indépendance», souligne l'ANS dans son communiqué.

souligne l'ANS dans son communiqué. MOHAMED SAÏD : « Le journaliste est un partenaire et non

MOHAMED SAÏD :

« Le journaliste est un partenaire et non un adversaire»

Le ministre de la Communication, M. Mohamed Saïd, a affirmé hier à Alger que la relation entre la presse et la wilaya ne doit pas être «conjoncturelle» mais «permanente», appelant à l'organisation de rencontres périodiques pour mettre les informations à la disposition du journaliste. Dans son intervention lors de la réunion entre le Premier ministre et les walis, M. Mohamed Saïd a indiqué que les institutions de l'Etat, dont les wilayas, devaient s'ouvrir aux

médias et mettre fin à «certains usages et mentalités» selon lesquels, a-t-il dit, le journaliste est considéré comme «un adversaire» et «non un partenaire». Il a affirmé, à ce propos, qu'«il n'y avait aucune discrimination entre la presse publique et privée». D'autre part, le ministre de la Com- munication a appelé les walis à aider les journalistes à ré- soudre leurs problèmes sociaux afin de leur permettre d'ac- complir leur mission avec «plus d'enthousiasme et d'énergie».

Jeudi 27 Juin 2013

ACTUALITÉ

DK NEWS

3

Réunion gouvernement-walis :

SELLAL EN RASSEMBLEUR

Boualem Branki

C'est un discours ''pacificateur'', ''mobilisateur'' et ''rassembleur'' qu'a développé hier au Palais des Nations le Premier ministre, M, Abdelmalek Sellal. Devant les walis et les membres de son gouvernement, il a pratique- ment donné le ''top'' des grands pré- paratifs du mois de Ramadhan, de la saison estivale 2013 et des grandes tâches gouvernementales pour que les Algériens passent un été agréable. A travers ses recommandations tant aux chefs des exécutifs des wilayas côtières que des membres de son ca- binet, sur la base des orientations de président Abdelaziz Bouteflika, le Premier ministre n'a laissé aucune place à la demi-mesure ou au ''bri- colage'', notamment pour regagner la confiance des citoyens dans la ca- pacité des pouvoirs publics à leur as- surer quiétude et prospérité. Le gouvernement a "tout mis en œuvre" pour regagner "une bonne fois pour toute" la confiance du citoyen afin de "réduire la culture de la haine" héritée des années 1990, a-t-il no- tamment relevé. A l'adresse des cadres de l'Etat, il a rappelé que ''nous devons regagner la confiance entre les Algériens. Pour cela, nous avons donné toutes les pré- rogatives aux responsables locaux (walis et maires) pour relancer la dy- namique de la croissance du pays afin de réduire la culture de la haine", héritée des années 1990. Et, bien sûr, M. Sellal, en fin politicien affirme que l'objectif "fondamental" de l'Al- gérien est de vivre "décemment et d'être en sécurité". Dés lors, il s'agit de faire en sorte, a-t-il souligné que les élus locaux prennent leurs responsabilités dans

que les élus locaux prennent leurs responsabilités dans la prise en charge des besoins des ci-

la prise en charge des besoins des ci- toyens. Allant plus loin pour rassurer les citoyens quant à la politique de bonne gouvernance prônée par les pouvoirs publics et la lutte contre la corruption et la bureaucratie, il a fait remarquer que ''si vous voulez qu'on règle le problème de la corruption il faut ré- gler les problèmes du citoyen. La première chose à faire est de lutter efficacement contre la bureaucratie", a-t-il dit. Pour lui, il s'agit de résoudre ce phénomène (corruption) en ur- gence, car "tous les dossiers d'inves- tissements sont gangrenés par la bu- reaucratie". ''Il faut alléger les procédures de constitution des dossiers d'investis- sement car il y a des lourdeurs à ce niveau, a-t-il relevé, appelant tous les responsables au niveau des wilayas à aider le gouvernement a combattre la bureaucratie''. Transparent, il a même encouragé les membres de son gouvernement à communiquer sur les actions et les

mesures prises en faveur du déve- loppement du pays, allant jusqu'à af- firmer que le gouvernement "n'a stric- tement rien à cacher". "Il faut communiquer sur ce que nous faisons, ce que nous avons à faire et ce qui a été fait ainsi que sur les problèmes et les difficultés ren- contrées, en utilisant pour cela les médias à bon escient", a-t-il préconisé. Devant les walis et les membres de son gouvernement, M. Sellal a sur- tout tenu a confirmer les orientations et les recommandations du Président Bouteflika pour que les Algériens pas- sent le mois de Ramadhan dans les meilleures conditions sociales, signa- lant au passage que la sécurité et la paix sociale dans le pays est un bien que partagent dorénavant les Algé- riens, allant jusqu'à instruire les walis des Hauts-Plateaux pour que les dé- tenteurs de fusils de chasse recouvrent leur bien. N'est-ce pas là un gage pal- pable des fruits de la réconciliation nationale prônée par le Président Bouteflika?

Les 4 vérités du Premier ministre

qu’il s’agit d’un conseil de gouvernement partiel qui se tient au plus près des populations. Réunir les P/APC et les chefs de daïras, c’est organiser une synthèse entre la légalité juridique et la légitimité populaire. Cela rappelle les recommandations qui sont faites aux lendemains de la tenue des élections locales, quand les pouvoirs publics demandaient souvent, aux populations locales de s’impliquer totalement dans le développement local, d’autant qu’il est connu que parmi les préoccupations fondamentales des populations, ainsi même qu’au niveau le plus haut de l’Etat demeure le dé- veloppement local. Les pouvoirs publics demandaient aux élus locaux d’observer la transparence la plus extrême pour amener les populations à s’impliquer davantage dans les concertations avec les élus locaux, afin que ne soit pas enracinée l’idée qu’il n’y a pas assez de transpa- rence. Il ne faudrait pas que subsiste un doute selon lequel les élus ne correspondraient pas aux choix au- thentiques faits par les électeurs. Démocratie participative ? Pourquoi pas le « diagnostic participatif » ? Il est vrai qu’à chaque visite locale, le président demande que lui soit présentée une cartographie du développement du pays et tient à s’en rendre compte par lui-même en écoutant les déclarations des walis qui sont invités à dresser sans complaisance un état des lieux dans leurs wilaya, et les implications de tout ce qui est mis en œuvre dans le cadre du programme national de soutien de la croissance et des programmes supplémentaires de dé- veloppement octroyés aux wilayas. Le Premier ministre reprend le même cheminement. Pour le processus du développement local, les walis, chacun pour sa wilaya, ont souvent été invités à préciser les niveaux de consommation des crédits d’une façon globale et sectorielle, à parler des niveaux d’encadrement ou plutôt des taux d’encadrement de collectivités locales, à dessiner la carte du développement local.

Le wali est le représentant local du gouvernement. Il est doté à la fois d’attributions économiques et de souve- raineté nationale. Il est plus qu’un administrateur ou commis de l’Etat car il représente l’Etat. Réunion gouvernement-walis : le Premier ministre a été wali lui également . En conséquence, tout ce qu’il exige des walis, il l’a exigé de lui même. Tout ce qu’il a transmis comme recommandations (ou instructions) est faisable. S’il leur demande de lutter contre la bureaucratie, il sait que les walis ont bien compris ce qu’ils vont faire et savent comment le faire. Cela est valable pour toutes les instructions qu’il leur dicte. Le Premier ministre annonce également que bientôt seront réunis les chefs de daïra et les présidents d’APC, soit ceux qui détiennent une légalité et ceux qui détiennent une légitimité populaire. N’est ce pas que lorsque les électeurs s’étaient rendus aux urnes, à l’occasion des élections locales, le choix pour leur participation traduisait l’intérêt à opter loca- lement pour la désignation de leurs représentants de façon à ce que leurs préoccupations soient prises en compte selon leurs préférences et dans l’ordre des priorités qu’elles formulent ? Un développement local au plus près des populations devrait correspondre à une représentation locale au plus près des populations. Cela devrait correspondre également à des inspections et des réunions de travail au niveau ministériel au plus près des populations. Ces temps-ci, plusieurs membres du gouvernement s’étaient déplorés avec le Premier ministre dans plusieurs régions du pays dont celles du Sud. Des décisions ont été prises, dont des allocations supplémentaires pour financer le dévelop- pement. Parfois, les ministres accompagnant le Premier ministre sont assez nombreux au point où il apparaît

Saïd Abjaoui

A RETENIR

A RETENIR

177.750 logements seront distribués avant septembre prochain

Quelque 177.750 logements seront distribués avant le mois de septembre prochain, a annoncé

le Premier ministre. «Quelque 177.750 logements

terminés ou achevés à 90% ne demandent qu’à être distribués. Il faut qu’on en termine avant septembre» prochain, a insisté M. Sellal lors de

son intervention lors de cette réunion. Le gou- vernement dispose «d’un important programme

de relance du logement locatif», dira M. Sellal,

en appelant à «accélérer la procédure de lancement

et de distribution». Le Premier ministre a souligné que dans cer-

taines wilayas, le stock de logements a atteint

7.000 ou 9.000 unités, tout en recommandant de

procéder à la pré-affectation de ceux achevés à 90%. S’exprimant sur le cas d’Alger, M. Sellal a indiqué que 22.000 logements seront achevés en septembre ou en octobre et seront affectés à des familles occupant des chalets, précisant qu'une opération similaire de relogement aura lieu à Boumerdès. «La distribution se fera dans la trans- parence et vous verrez qu’on n’aura pas besoin» de faire intervenir les forces de sécurité à ces oc- casions, a dit le Premier ministre.

Sellal incite les commerçants à rester ouverts au delà de 21 h

Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a incité les commerçants à rester ouverts au delà de 21 heures, insistant sur l'importance d'assurer le bien-être du citoyen algérien par la création d'une convivialité sociale et commerciale. M. Sellal a jugé «inadmissible» la fermeture des magasins et autres commerces dès 21 heures, qualifiant cette situation «d'atteinte aux libertés» du citoyen. Pour lui, «créer de l'animation nocturne en respectant les moeurs de la société algérienne permettra aux citoyens de se divertir et par consé- quent, de se libérer de toute frustration». Dans le même sillage, le Premier ministre a évoqué la gestion et l'aménagement des plages, ces lieux qui, a-t-il dit, «manquent d'assainisse- ment, d'animation et d'infrastructures commer- ciales».

Préparatifs du mois de Ramadhan et de la saison estivale

L’état de la mise en oeuvre des préparatifs du mois de Ramadhan et de la saison estivale a été rendu public hier à l’occasion de la tenue d’une rencontre entre le Premier ministre et les walis. Pour le mois de Ramadhan, une enveloppe globale d’un montant de 5.731.332.000 DA a été dégagée au titre des actions de solidarité pour permettre d’assurer 699.510 couffins et 1.174.478 repas pour 1.772.000 familles nécessiteuses, selon un docu- ment du ministère de l’Intérieur et des Collectivités locale, dont une copie a été obtenue par l’APS. Concernant l’hygiène du milieu et l’enlèvement des ordures ménagères et des déchets solides,

18.583 engins, dont 62% appartiennent aux com-

munes, ont été mobilisés. Les collectivités locales

ont entrepris 23.976 opérations de nettoyage, dont

2.206 opérations de volontariat. Ces opérations

ont permis le traitement de 19.586 points dont

8.769 décharges sauvages, 1.927 cimetières, 846 oueds et cours d’eau et 8.044 autres points noirs.

A propos des opérations spécifiques à la saison

estivale et au mois de Ramadhan, 359 plages ou-

vertes à la baignade, 119 centres de vacances et

784 marchés et lieux de vente ont été nettoyés.

Ces opérations ont permis l’enlèvement de 5.359 millions de tonnes de déchets.

4

DK NEWS

ACTUALITÉ

Jeudi 27 Juin 2013

SELON M. BENAÏSSA

Les viandes rouges cédées de 450 DA à 1300 DA pendant le mois de Ramadhan

Les viandes rouges seront proposées durant le mois de Ramadhan aux consommateurs dans une large fourchette de prix, allant de 450 DA à 700 DA, voire à 1300 DA, a indiqué hier à Alger le ministre de l’Agriculture Rachid Benaïssa, dans son intervention lors de la rencontre gouvernement-walis.

''La viande rouge congelée sera cédée de 450 à 700 DA'', et l’offre s’étale '' jusqu’au produit de 1300 DA'', a-t-il dit en insistant sur le fait que ''la fourchette des prix est très large même si on conti- nue à se focaliser sur le prix le plus élevé ''. Selon M. Benaïssa, il y aura aussi une action particulière dans les prochains jours avec l’importation de 1.400 taurillons prêts à l’abattage pour

JUSTICE

L'artiste chanteur Réda Sika devant la justice pour trafic de drogue

Le procès de l'artiste chanteur Réda Sika, accusé de trafic de drogue en 2011 dans le cadre d'un groupe criminel organisé, aura lieu aujourd’hui devant le tribunal cri- minel d'Alger présidé par le juge Omar Benkharchi, a-t-on appris hier de source judiciaire. Treize (13) autres mis en cause sont également poursuivis dans cette affaire. Ils doi- vent aussi répondre du chef d'incul- pation de constitution d'une asso- ciation de malfaiteurs, selon la même source. Steward à Air Algérie, Réda Sika avait profité de cette qua- lité --selon l'accusation--pour pou- voir acheminer lors de ses voyages à Bamako (Mali) et en Espagne diffé- rentes quantités de cocaïne pour le compte de l'accusé principal dans cette affaire, à savoir le dénommé F. Abdennour, un trafiquant de drogue notoire, a-t-on ajouté de même source. F. Abdennour, avait reconnu lors de l'instruction avoir recruté, en 2008, un groupe de stewards parmi lesquels figurait Réda Sika pour l'acheminement des quantités «plus ou moins importantes» de co- caïne depuis Bamako et l'Espagne. Réda Sika avait nié, le long de l'ins- truction judiciaire, les faits qui lui ont été reprochés, reconnaissant ce- pendant avoir consommé de temps à autre de la drogue sans pour autant la commercialiser ou la transporter. Les faits remontent à 2011 après que les services de sécurité d'Alger eu- rent été informés de «l'existence à Alger d'un réseau international spé- cialisé dans le trafic de cocaïne pro- venant de Bamako et d'Espagne» a- t-on encore appris auprès de cette source. Il s'est avéré, après les infor- mations reçues, que le réseau dirigé par l'accusé F. Abdennour, avait chargé un groupe de stewards tra- vaillant à Air Algérie d'acheminer cette drogue. Les services de sécurité sont par- venus le 2 octobre 2011 à arrêter l'un des stewards à l'aéroport Houari- Boumediene venant de Bamako «ayant en sa possession une quan- tité de cocaïne pure», avant d'inter- peller les autres accusés dont cer- tains acheminaient de la drogue à partir de Bamako ou d'Espagne pour la remettre à des personnes qui se chargeaient, ensuite, soit de la com- mercialiser dans la capitale soit la revendre au détail à des toxico- manes.

capitale soit la revendre au détail à des toxico- manes. sortir ''des perturbations que nous connaissons

sortir ''des perturbations que nous connaissons régulièrement''. Pour les viandes blanches, les stocks sont importants, et seront vendus à des prix de référence, mais il reste la question des prix qui sera déterminée par l’offre et la demande, a-t-il dit, appelant à veiller au maintien de ''l’équilibre'' exis- tant. Pour les autres produits alimen- taires, le ministre considère que ''les marchés sont bien approvisionnés de- puis plusieurs mois''. M. Benaïssa a indiqué par ailleurs qu'il y a d’importants stocks pour les principaux produits agricoles et qu’''il

n y a aucune raison objective pour avoir des appréhensions quant à l’approvi- sionnement en produits agricoles et ali- mentaires au mois du Ramadhan''. En ce qui concerne les prix, le même res- ponsable constate ''que pour certains produits, il y a même une chute impor- tante (des prix), ce qui nous a obligé d’intervenir à travers les systèmes de régulation'' dans le cas de la pomme de terre et du poulet. Pour ce qui est de la farine et la semoule, ''il y a une action particulière pour renforcer l’approvi- sionnement des wilayas du grand Sud'', a-t-il précisé.

La FAAA s'attend à une baisse de 40% de production du miel en 2013 à cause des conditions climatiques

La production nationale du miel devrait chuter de 40% cette année par rapport à la saison précédente en raison des conditions climatiques défavorables qui ont affecté la floraison dans plusieurs régions du pays, a indiqué hier à Alger le président de la Fédération algérienne des associations d'apiculteurs (FAAA), M. Mohammed Lakhal. «La saison qui n'est pas encore achevée s'annonce mauvaise et on s'attend à une baisse de 40% de la production nationale du miel», a indiqué M. Lakhal à la presse lors de l'ouverture de la 6 e édition du salon régional du miel qui se tient du 26 juin au 7 juillet rue Hassiba Ben Bouali à Alger. En 2011 la production de miel a atteint 5.200 tonnes contre 4.800 tonnes en 2010. Les conditions climatiques marquées par de fortes pluies au printemps ont pénalisé les apiculteurs qui ont récolté «très peu de miel d'oranger» dans la Mitidja, plus grand verger agrumicole du pays. Au nord, la production du miel d'oranger, récoltée entre avril et juin, a chuté de 80% cette année par rapport à 2012, selon M. Lakhal. Les professionnels misent sur l'eucalyptus dont la floraison s'étale de juin à août pour récolter des quantités appréciables, mais à cause du vent la moisson risque d'être compromise, selon Naïma Slimi représentante de l'association de l'élevage apicole de la wilaya de Tipasa. Même le jujubier, dont le miel est très demandé, n'a pas été généreux cette année parce que la floraison a pâti de la baisse de la température minimale et de la clémence de la maximale au Sud et dans les Hauts-Plateaux, explique cette jeune apicultrice qui évoque aussi la prolifération des vols de ruches durant les périodes de transhumance.

BÉJAÏA

UNIVERSITÉ : DE L’ANNÉE ÉCOULÉE À LA PROCHAINE RENTRÉE

Des chiffres et des …craintes

Arslan-B

« …Même si en matière de pédagogie les effectifs d’étudiants peuvent être gérés, le spectre du déficit en héber- gement devient une réalité. Il y a fort à craindre que la rentrée universitaire 2013-2014 sera très difficile à gérer ». C’est écrit noir sur blanc dans un document émanant de l’université A- Mira de Béjaïa, un tableau synoptique reflétant l’université dans ses aspects infrastructurels et pédagogiques, des- tiné à l’APW pour sa session de juin 2013 et informant également sur la préparation de la rentrée universitaire 2013-2014. A propos d’effectifs, on fait savoir que l’effectif total des inscrits en graduation pour l’année 2012-2013 était de 41258 étudiants auxquels il faut ajouter 1518 autres inscrits en post-graduation, le nombre d’offres de formation LMD à l’université de Béjaïa est de 166 en graduation et 20 en doctorat. 1398, c’est le nombre d’en- seignants qui constituent l’encadre- ment. « Selon des prévisions », l’uni- versité de Béjaïa s’apprêterait à recevoir

9000 nouveaux bacheliers (moyenne)

alors que les statistiques des services de l’ONOU indiquent un chiffre moyen de 52% de demandeurs d’hébergement. Il faudra, par conséquent, disposer de

4680 lits. Le nombre de diplômés sor-

tants est de 9000 répartis entre licence

(4000) et 5000 autres (master, système classique). Les licenciés reprennent

une inscription en master et le nombre prévisionnel de lits à libérer sera de 2600. Si bien que le déficit sera de

4680 moins 2600 = 2080. A cela, il faut

ajouter les autres étudiants occupant à titre provisoire. Le déficit à gérer, en tout état de cause, est de 3280 lits. Concernant les chantiers des nouvelles infrastructures des deux campus d’Amizour et El Kseur, il est signalé que les estimations sont de l’ordre de 45 à 50% (taux) de réalisation, ces retards font appréhen- der, confie-t-on, une « rentrée sou- cieuse car ce constat fait ressortir qu’aucune nouvelle infrastructure ne sera fonctionnelle pour la prochaine rentrée ».

A. B.

HABITAT Les souscriptions pour le logement promotionnel public prévues début juillet

Les souscriptions au programme de Logement promotionnel public (LPP) seront ouvertes à partir du 1 er juillet, a annoncé Amar Guellati, di- recteur général de l'Entreprise natio- nale de promotion immobilière (ENPI), chargée de la réalisation de cette nouvelle formule d'accès au lo- gement. Les dossiers de souscription pour l'acquisition d'un logement LPP seront reçus au niveau de l'ENPI et ses diffé- rentes structures implantées dans 24 wilayas, a précisé M. Guellati. Dans les wilayas où l'entreprise n'est pas représentée, les directions régionales de l'AADL (Agence nationale de l'amé- lioration et du développement du lo- gement) ou les directions de wilaya du logement se chargeront de la ré- ception des dossiers. Les demandeurs peuvent choisir entre plusieurs types de logements, soit F3 (80 m 2 ), F4 (100 m 2 ), F5 (120 m 2 ) collectif et semi-collectif ou lo- gement individuel. Selon le directeur de l'ENPI, les prix d'achat seront fixés prochaine- ment. A cet égard, M. Guellati a rappelé que le souscripteur bénéficiera d'une bonification de taux d'intérêt bancaire pour l'acquisition de son logement, outre le coût du terrain et les travaux des VRD (voiries et réseaux divers) qui seront prises en charge par l'Etat. Cependant, le souscripteur doit payer la totalité du prix de son loge- ment avant la remise des clés. Il peut toutefois demander un crédit bancaire auprès du Crédit populaire d'Algérie (CPA), qui financera ce programme au nom de l'ensemble des banques publiques. Dans ce cas, l'ENPI se char- gera de transférer la demande de cré- dit du souscripteur à la banque avant de lui communiquer sa décision dans un délai de 30 jours au maximum. Le directeur de l'ENPI a affiché sa «parfaite confiance» quant à la capa- cité de pouvoir satisfaire toutes les demandes de ce type de logements. Le programme LPP, destiné à la classe moyenne qui ne peut acquérir ni un logement social ni un logement loca- tion-vente «AADL», prévoit la réali- sation de 151.850 logements dont 45.000 à Alger. Plusieurs projets de réalisation ont déjà commencé, notamment à Ouled Fayet (1.200 logements), Sidi Abdellah (1.400 logements), Bouinan (280 lo- gements) et Ouled Yaïch (100 loge- ments) dans la wilaya de Blida, Tizi Ouzou (300 logements), ainsi que d'autres chantiers entamés à Tlemcen, Oran et Annaba. Les autres projets seront lancés au fur et à mesure en fonction des as- siettes foncières disponibles. Le LPP est destiné aux postulants dont le re- venu est compris entre 6 et 12 fois le Salaire national minimum garanti (SNMG), et qui n'ont pas bénéficié (ni l'intéressé, ni son conjoint) d'une aide financière de l'Etat en vue de la construction ou de l'acquisition d'un logement. Pour bénéficier du LPP, le postulant ne doit pas posséder en toute pro- priété, ni lui, ni son conjoint d'un lot de terrain à bâtir, ou d'un bien à usage d'habitation (à l'exception des logements de type F1).

Jeudi 27 Juin 2013

ACTUALITÉ

DK NEWS

5

EN COLLABORATION ENTRE

L’UNIVERSITÉ SAÂD

DAHLEB

ET LE

CHU

DE

LA WILAYA

Création annoncée d’un pôle

de recherche en

neurosciences à Blida

Amel B

Regroupant toutes les sciences nécessaires à l'étude de l'anato- mie et du fonctionnement du système nerveux, les neuros- ciences ouvrent de nouvelles pistes thérapeutiques et per- mettent des découvertes fasci- nantes sur la compréhension du fonctionnement du cerveau humain, des comportements, de l’intelligence et de la pensée.

La recherche en neurosciences avance à grands pas dans le monde et fait naître des espoirs immenses pour de nouveaux traitements, dans tous les domaines des maladies du système nerveux qui touchent et handicapent des millions de personnes chaque an- née, à travers le monde. Aujourd’hui, les enjeux des neu- rosciences sont majeurs en raison du grand nombre de personnes affectées, de l’impact social et du coût engendré par la prise en charge de ces patholo- gies. Ces questions qui suscitent de vifs débats sont au centre de l’intérêt des journées de recherches en neu- rosciences , initiées par l’université Saâd Dahleb et le CHU de Blida, le 28 et 29 juin prochain. Ces journées d’étude ont pour but de créer un pôle de recherche en neu- rosciences au niveau de Blida. La par- ticipation effective des facultés avec la collaboration du C.H.U de Blida ont permis de dégager 15 projets de re- cherche dédiés aux neurosciences avec

15 projets de re- cherche dédiés aux neurosciences avec un nombre de 71 chercheurs. L’idée est

un nombre de 71 chercheurs. L’idée est de comprendre les causes et les mécanismes des grandes pathologies du système nerveux, pour proposer des traitements nouveaux et spécifiques dans une perspective à court terme. « Grâce aux progrès de la recherche en neurosciences, le traitement des ma- ladies du système nerveux qui était surtout considéré comme symptoma- tique et palliatif deviendra plus efficace et pourra être préventif et curatif», in- diquent les chercheurs. «Le but est de relier les différents niveaux de compréhension du cerveau et de renforcer une recherche trans- actionnelle avec des échanges perma- nents entre des avancées conceptuelles fondamentales etdes défis cliniques », explique t- on. Selon le professeur Mohamed Arezki, doyen de la facultés de médecine, « l’ approche sera donc

pluridisciplinaire et s’effectuera par niveaux d’analyses conformément aux approches classiques adoptées dans la recherche actuelle : moléculaire, cellulaire, intégré, comportemental et cognitif ». En aidant à comprendre le fonctionnement du cerveau, les neu- rosciences donnent des clés pour com- prendre et anticiper les comporte- ments et aider au changement. Il faut dire que les neurosciences ont apporté une nouvelle crédibilité à la psychologie qui se dote désormais de moyens d’in- vestigation scientifiques et rigoureux (neuro psychiatrie et neuropsycholo- gie). Ainsi, « le décodage du fonction- nement cérébral et les résolutions et traitement des maladies neuro-psy- chiatriques qui constituent de loin le plus large panel de pathologies hu- maines sont les moteurs de la re- cherche en neurosciences».

ALGÉRIE - PALESTINE

M. Bensalah reçoit le ministre palestinien des Prisonniers

Le président du Conseil de la nation, M. Abdelkader Bensalah, a reçu hier à Alger le ministre palestinien des Prisonniers, M. Aissa Qaraqaë qui effectue une visite en Algérie. Le ministre palestinien des Prisonniers a présenté lors de cette rencontre un exposé exhaustif sur «les développe- ments politiques de la cause palestinienne», a indiqué un communiqué du Conseil de la nation. Il a insisté dans ce cadre sur la question «des prisonniers palestiniens, hommes et femmes de tous ages qui souffrent dans les geôles israéliennes», précisant que «plus de 5.000 détenus croupissent dans les prisons de l'occupation dont certains incarcérés depuis plus de 30 ans sans aucun respect des droits politiques et humanitaires les plus élé- mentaires des détenus». M. Qaraqaë a indiqué à ce propos que la «question des détenus est devenue une des questions fondamentales de la cause politique palestinienne d'où la nécessité d'impliquer les instances et les organisations internationales pour la protection des droits palestiniens», a précisé le communiqué. Il a exprimé par ailleurs la «gratitude» du peuple pales- tinien pour les positions fermes et le soutien indéfectible

tinien pour les positions fermes et le soutien indéfectible du gouvernement et du peuple algériens à

du gouvernement et du peuple algériens à la cause pales- tinienne. Pour sa part, le président du Conseil de la nation a souligné que «l'Algérie restera fidèle à ses positions de principe indéniables au coté du peuple palestinien jusqu'au recouvrement de ses droits légitimes».

La Sûreté nationale algérienne classée au 5 ème rang des polices du monde par Interpol

La Sûreté nationale algérienne est classée au 5ème rang des polices du monde par Interpol, a affirmé mercredi à Jijel l’inspecteur régional de ce corps sécuritaire pour l'est du pays, M. Mohamed Belaifa. Intervenant lors d’une conférence de presse organisée à l’occasion de la clôture des 48èmes journées d’information sur la Direction générale de la Sûreté nationale, ce responsable a estimé que ce classement est «tout à fait mérité» car, a-t-il dit, il illustre «l’efficacité de la police algérienne sur le terrain et les efforts qu’elle déploie pour se développer et se moderniser». La police scientifique algérienne est classée, quant à

elle, à la seconde place à l’échelle africaine, après l’Afrique du Sud, a souligné, pour sa part, le chef de la sûreté de la wilaya de Jijel, M. Zinedine-Farid Bencheikh, au cours de cette conférence de presse. Pour la 3ème année consécutive, c’est la police algérienne qui représente le continent africain au sein d’Interpol, a ajouté M. Bencheikh. Les deux responsables ont également mis en exergue «la grande efficacité des jeunes éléments de la Sûreté na- tionale» et leur «solide formation dans les différents do- maines de lutte contre la criminalité».

ALGÉRIE - NORVÈGE

M. Sellal reçoit le ministre norvégien du Pétrole et de l'Energie

Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a reçu mardi à Alger le ministre du Pétrole et de l'Energie du Royaume de Norvège, Ola Borten Moe, qui effectue une visite de travail en Algérie, indique un communiqué des services du Pre- mier ministre. La rencontre a permis d'évaluer les relations bilatérales entre les deux pays dans le domaine énergétique et les opportunités de les élargir, selon la même source, qui précise que les deux parties ont exprimé leur "ferme volonté" de promouvoir et de conforter le partenariat en matière de recherche et d'exploitation des hy- drocarbures. L'audience s'est déroulée en présence du ministre de l'Energie et des Mines, Youcef Yousfi.

ALGÉRIE - GRANDE-BRETAGNE

M. Sahli s'entretient avec le ministre britannique de l'Immigration

Le secrétaire d'Etat chargé de la communauté nationale à l'étranger, Belkacem Sahli, s'est en- tretenu hier à Alger avec le ministre britannique de l'Immigration, Mark Harper, en visite de

travail en Algérie. L'entretien a été suivi de dis- cussions élargies aux membres des deux délé- gations sur les «relations humaines et consu- laires» qu'entretiennent les deux pays. Les ex- perts des deux pays procéderont, par la même occasion, à une évaluation du mécanisme in- formel sur les relations humaines et consulaires, mis en place en novembre 2012 lors de la visite

de travail de M. Sahli à Londres. Il sera également

question des voies et moyens à même de faciliter

la délivrance de visas aux ressortissants des

deux pays.

ALGÉRIE - PORTUGAL

43 entreprises portugaises à Alger pour des partenariats futurs

Quelque 43 entreprises portugaises ont par-

ticipé à une rencontre d'affaires organisée mer- credi à Alger pour la promotion de partenariats avec les entreprises algériennes et prospecter

le marché algérien. Organisée par la banque

portugaise Banco Espirito Santo (BES) en col- laboration avec la Banque extérieure d'Algérie (BEA), cette rencontre d'affaires vise à mettre les entreprises des deux pays en contact afin d'étudier les possibilités de partenariats et de coopération commerciale. Les entreprises portugaises participantes opèrent essentiellement dans le secteur des

matériaux de constructions et l'agroalimentaire.

A l'exception de six entreprises, la plupart

d'entre elles viennent conclure des affaires en Algérie pour la première fois. «Les opérateurs présents à Alger ont été sélectionnés par la BES d'une manière très pertinente parmi nos clients. Ils sont les meilleurs dans leurs domaines au Portugal», a déclaré à la presse Elisa David, la vice-présidente et la responsable du marché

algérien au sein de cette banque. Selon elle,

«ces entreprises portugaises veulent contribuer

à la croissance de l'économie algérienne et pas

à commercialiser leurs produits et partir», sou- lignant que ce rendez vous constitue un «pre- mier pas en faveur d'un partenariat solide et diversifié».

6

DK NEWS

COOPÉRATION

Jeudi 27 Juin 2013

ÉTATS-UNIS-SAHEL-MALI

LE COORDINATEUR-ADJOINT DU BUREAU DE LUTTE CONTRE LE TERRORISME AU DÉPARTEMENT D'ETAT AMÉRICAIN, JUSTIN SIBERRELL :

La présidentielle au Mali, un «début de règlement» de la crise dans ce pays

Le coordinateur-adjoint du bureau de lutte contre le terrorisme au département d'Etat américain, Jus- tin Siberrell, a estimé hier à Alger que l'élection pré- sidentielle prévue fin juillet au Mali concerne toute la population malienne et pourra être un «début de règlement» de la crise que vit ce pays.

«Nous savons qu'il y a des défis au Mali et qu'il est très im- portant d'y faire face, à commen- cer par un processus électoral qui pourra aider la population, toute la population», a expliqué M. Siberrell dans un entretien accordé à l'APS. Il a souligné que la population malienne est «une» et que le Mali «ne peut être divisé en région Nord et région Sud», ajoutant que «toute la population doit être concernée» par la prochaine pré- sidentielle. Pour cet expert dans la lutte antiter- roriste, «un

gouvernement malien légiti- mement élu par le peuple pourra faire face à la situa- tion et régler toutes les ques- tions qui se po- sent à ce pays, notamment celle du Nord». Invité à donner

son avis sur la position «contradictoire» de certains pays qui préconisent la lutte antiter- roriste, en général, mais soutien- nent, par contre, des activistes terroristes dans certains pays, M. Siberrell a indiqué que son pays considère un acte terroriste, toute «utilisation délibérée de la violence contre des civils ou des innocents». Il a ajouté que les Etats-Unis «pensent aussi que dans tout pays où se déclenchent des

contestations, le gouvernement doit essayer de régler les pro- blèmes internes par lui-même». «Nous appuyons l'idée d'aider les gouvernements à construire des moyens pour faire face aux doléances du peuple de façon dé- mocratique», a-t-il dit au même sujet. Quant à la question de paie- ment de rançons aux terroristes, le coordinateur-adjoint au bu-

reau de lutte contre le terrorisme au département d'Etat américain

rappelé le lien «étroit» établi entre les nacro- trafiquants et

les groupes ter- roristes qui «travaillent en- semble dans la région du Sahel». «Ces dernières an- nées, environ 120 millions de dollars de ran- çons ont été versés, dont une partie à Al- Qaïda au Ma- ghreb et une

a

Le coordinateur-adjoint au bureau de lutte contre le terrorisme au département d'Etat américain a rappelé le lien «étroit» établi entre les nacro-trafiquants et les groupes terroristes qui «travaillent ensemble dans la région du Sahel»

autre au Yémen», a-t-il dit, souli- gnant que le groupe central au Pakistan affilié dans les diffé- rentes régions du monde essaye d'avoir leur propre financement par le kidnapping. A cet effet, il préconise la si- gnature d'accords entre les pays

et un travail de sensibilisation en

direction des compagnies et pri- vés pour ne pas payer de rançons aux terroristes lors de prise d'otages, notant que la législa-

lors de prise d'otages, notant que la législa- tion américaine interdit le paie- ment de rançons

tion américaine interdit le paie- ment de rançons «pour n'im- porte quel individu». Les dirigeants du G8 ont convenu, lors de leur dernière réunion, d'éradiquer le paie- ment de rançons aux groupes terroristes en s'inspirant de la résolution 1904 du Conseil de sé- curité de l'ONU. Les entreprises privées ont été invitées à suivre leur exemple. La résolution 1904 du conseil de sécurité a apporté des amélio- rations au fonctionnement du comité des sanctions créé par la résolution 1267 du 15 octobre 1999. Cette dernière concerne les sanctions contre les entités et in- dividus d'Al Qaeda et aux taliban (embargo sur les armes, inter- dictions de voyages, gels d'avoirs Leader défenseur de ce prin- cipe, l'Algérie a réagi à cette déci-

sion en appelant les pays et les entreprises du monde à suivre cette démarche pour tarir l’une des principales sources de finan- cement des organisations terro-

ristes permettant à ces dernières de recruter et de renforcer leurs capacités opérationnelles. Par ailleurs, M. Siberrell a évoqué la coopération algéro- américaine dans la lutte antiter- roriste, affirmant que l'Algérie était «un parte- naire très impor-

des

Etats-Unis, avant de rappeler la vi- site de plusieurs délégations de «hauts responsa- bles» américains en Algérie. Il a soutenu que l'Algérie était un pays «leader» dans la région, par son histoire avec le terrorisme

tant»

des échanges avec l'Algérie à tra- vers le maintien de l'ordre, des formations et des discussions qui font partie des relations de

sécurité bilatérale existant entre les deux pays, et eu égard aux défis auxquels fait face la région actuellement, nos relations

doivent rester très étroites», a-t-il conclu. Le coordina- teur-adjoint au bureau de lutte contre le terrorisme au département d'Etat améri- cain est en Al- gérie pour représenter les Etats-Unis

d'Amérique à la réunion du Groupe de travail régional sur le renforcement des capacités de lutte contre le terrorisme au Sahel qui s'est tenu lundi et mardi à Oran (ouest d'Algérie).

Les dirigeants du G8 ont convenu, lors de leur dernière réunion, d'éradiquer le paiement de rançons aux groupes terroristes en s'inspirant de la résolution 1904 du Conseil de sécurité de l'ONU. Les entreprises privées ont été invitées à suivre leur exemple.

«qu'il a pu com- battre et mettre en place les moyens d'y faire face sur son territoire, mais aussi dans les pays du Sahel actuelle- ment». «Concrètement, nous avons

ALGÉRIE-ÉTATS-UNIS

Les États-Unis n'interfèrent pas dans les affaires politiques internes de l'Algérie

Les Etats-unis n'interfèrent pas dans les affaires politiques internes de l'Algérie a indiqué hier à Alger l'ambassadeur des Etats-unis, Henry S, Ensher. «Nous n'avons aucune posi- tion, aucune préférence pour un parti et les Etats-unis n'ont aucun rôle à jouer» dans les affaires po- litiques internes de l'Algérie, a dé- claré M. Ensher, lors d'un point de presse organisé au siège de son ambassade consacré au pro- gramme éducatif «Leaders de de- main». L'ambassadeur américain en Algérie a expliqué la position de son pays, suite aux informa- tions selon lesquelles il aurait reçu des représentants de partis politiques algériens pour s'en- quérir de la situation du pays. «Nous avons des contacts avec les

différents responsables du gouverne- ment algérien, des membres de la société civile dont les partis politiques ainsi que des représentants du secteur de l'éduca-

tion et de l'enseignement supérieur pour avoir une meilleure compréhension de l'Algérie», a-t-il précisé. Il a tenu à noter que « Washington doit avoir des faits pour pouvoir adopter une politique vis-à-vis de l'Algérie et n'importe quel ambassadeur là où il se trouve essaye de comprendre le pays dans lequel il vit». M. Ensher a fait observer, dans ce sens, que «l'Algérie fait la même chose à travers son formi- dable ambassadeur aux Etats- unis qui rencontre de nombreux Américains pour mieux com- prendre ce qui se passe là-bas». «Leaders de demain» est un pro- gramme qui s'inscrit dans le cadre de l'Initiative de partena- riat au Moyen-Orient (MEPI). APS

de partena- riat au Moyen-Orient (MEPI). APS ALGÉRIE-LIBAN M. Bensalah reçoit l'ambassadeur du

ALGÉRIE-LIBAN M. Bensalah reçoit l'ambassadeur du Liban à Alger

Le président du Conseil de la nation, M. Abdelkader Bensalah, a reçu hier à Alger l'ambassadeur du Liban à Alger, M. Ghassan Ahmed al Moualim, indique un communiqué du Conseil. «La rencontre a permis de passer en revue les moyens d'élargir et de renfor- cer la coopération dans les domaines économique et culturel et d'échanger les vues sur la situation dans la région», sou- ligne le communiqué. «Les deux parties ont également abordé la coopération parlementaire entre les deux pays et affirmé leur vo- lonté commune de poursuivre la concer- tation et la coordination, tout en oeuvrant au renforcement des bases de coopération dans divers domaines et sa promotion au mieux des intérêts des deux peuples frères», ajoute la même source.

Jeudi 27 Juin 2013

COOPÉRATION

DK NEWS

7

ALGÉRIE-PALESTINE

Nécessité de réhabiliter

les prisonniers palestiniens

libérés pour leur permettre de vivre avec dignité

Le ministre palestinien des prisonniers, Aïssa Qaraqaë, a souligné, mardi à Alger, la nécessité de réhabiliter les prisonniers palestiniens libérés pour leur permettre de vivre dignement, après de longues années de souffrances dans les geôles israéliennes.

années de souffrances dans les geôles israéliennes. A l'issue de ses entretiens avec le ministre des

A l'issue de ses entretiens avec le ministre des Moudjahi- dine, Mohamed Chérif Abbas, au siège du ministère, M. Qara- qaë a indiqué que la rencontre a été une occasion pour exami- ner «une question humanitaire importante et préoccupante pour le peuple palestinien, à sa- voir celle des prisonniers qui croupissent dans les prisons is- raéliennes».

Il a ajouté que les entretiens ont porté sur des questions re- latives à «l'importance de réha- biliter les prisonniers libérés des prisons israéliennes et de soutenir le peuple palestinien et l'Autorité palestinienne pour trouver les moyens de procéder à cette réhabilitation, afin de permettre à ces prisonniers li- bérés de vivre dignement». Le ministre palestinien a

souligné que cette visite s'ins- crivait dans le cadre des contacts permanents entre l'Etat palestinien et l'Algérie qui «soutient la cause palesti- nienne». Pour sa part, M. Moha- med Chérif Abbas a réaffirmé le soutien constant de l'Algérie au peuple palestinien. Les prisonniers palestiniens souffrent dans les prisons israé- liennes d'injustice et de pra-

tiques inhumaines comme la torture, la détention adminis- trative, l'isolement et la non prise en charge médicale. Selon les rapports du minis- tère des prisonniers palesti- niens, plus de 4 900 prisonniers palestiniens croupissent dans les prisons de l'occupation, dont plus de 1 000 sont malades. La vie de certains d'entre eux est en danger, en raison des grèves de

la faim en protestation contre les pratiques inhumaines qu'ils subissent. D'autres sont condamnés à la perpétuité, se- lon les mêmes sources. M. Qaraqaë a entamé mardi une visite en Algérie qui «s'ins- crit dans le prolongement des précédentes rencontres qui ont eu lieu en Algérie sur la ques- tion des prisonniers palesti- niens».

ALGÉRIE - NORVÈGE

La coopération energétique à l’ordre du jour

- NORVÈGE La coopération energétique à l’ordre du jour Le ministre de l'Energie et des Mines

Le ministre de l'Energie et des Mines M. Youcef Yousfi, s'est entretenu mardi à Alger avec le mi- nistre norvégien du Pétrole et de l'Energie, M. Ola Borrten Moe sur le renfor- cement de la coopération bilatérale dans le secteur des hydrocarbures, in- dique un communiqué du ministère. Les entretiens qui se sont élargis par la suite aux membres des deux délé- gations ont porté sur l'exa- men de l'état des relations de coopération et de par- tenariat, qualifiées «d'ex- cellentes» dans les do- maines des hydrocarbures et les perspectives de leur

renforcement, précise la même source. Les deux ministres ont discuté des perspectives de coopération dans les do- maines des hydrocarbures et de la formation dans l'in- dustrie pétrolière et ga- zière et les possibilités de les renforcer dans la re- cherche, l'exploration et la production. A l'issue des entretiens M. Yousfi s'est félicité des relations «excellentes» en- tre les deux pays, ajoute le communiqué. Pour sa part, le ministre norvégien a souligné que les discussions entre les deux parties ont porté sur «le renforcement de la coo-

pération» entre l'Algérie et la Norvège dans le secteur des hydrocarbures ainsi que la prospection des op- portunités offertes aux so- ciétés des deux pays dans ce domaine. Il a réitéré, à cette occa- sion, «sa reconnaissance et ses remerciements» aux autorités algériennes pour leur disponibilité et leur collaboration et a réaffirmé l'engagement de la partie norvégienne à renforcer sa présence en Algérie, selon la même source. Le ministre norvégien a entamé lundi une visite of- ficielle de trois jours en Al- gérie, à l'invitation de M. Yousfi.

ALGÉRIE - BAHREÏN

Installation du groupe parlementaire d'amitié

Le groupe parlementaire d'amitié «Algérie-Bahreïn» a été installé, mardi à Alger, dans le cadre de la consolida- tion de la coopeéation bilatérale. La cé- rémonie d'installation s'est déroulée en présence du vice-président de l'Assem- blée populaire nationale (APN), M. Mo- hamed Djemaï. La présidence du groupe d'amitié a été confiée au député Omar Abidat du Rassemblement natio- nal démocratique (RND). Intervenant à cette occasion, M. Dje- maï a indiqué que ce groupe d'amitié «est un acquis qui vient conforter les excellentes relations unissant les deux pays en vue de les promouvoir à la hau- teur d'un partenariat stratégique effec- tif». Ce groupe qui compte des députés de différentes appartenances politiques

représentant le peuple algérien «se veut un mécanisme efficace et un es- pace de dialogue et de coordination des positions outre le développement des échanges dans le domaine parlemen- taire». De son côté, le chargé d'Affaires à l'ambassade de Bahreïn à Alger, M. Badr Abderrahim El Azmi a fait part de «la satisfaction de son pays du niveau de ses relations avec l'Algérie dans tous les domaines». Il a rappelé, dans ce contexte, la si- gnature, en avril dernier, d'un mémo- randum d'entente pour la concertation politique entre les ministères des Af- faires étrangères des deux pays à la fa- veur de la visite officielle du Cheikh Khaled Ben Ahmed Ben Mohamed Al- Khalifa en Algérie.

ALGÉRIE - TURQUIE

Le président du Cnes au forum politique mondial

Le président du Conseil national économique et social (Cnes), Mohamed-Seghir Babes, participera au Forum politique mondial, prévu du 26 au 28 juin 2013 à Istanbul, indique mardi un communiqué du Cnes. Ce Sommet, qui accueille un grand nombre de personnalités politiques et d'invités internationaux, aura pour vocation de proposer des réponses aux défis globaux actuels et ce, dans le cadre de sessions thématiques, autour des problèmes politiques, éco- nomiques et sociaux du moment, précise la même source, ajoutant que cette rencontre est orientée vers «un ordre international nouveau et juste».

APS

8

DK NEWS

ECONOMIE

Jeudi 27 Juin 2013

CHANGES

Petite hausse de l'euro face au dollar sur les marchés européens

L'euro montait légèrement mardi face au dollar dans un marché toujours préoccupé par l'avenir de la politique monétaire de la Réserve fédérale américaine (FED). La devise européenne valait 1,3131 dollar en milieu de matinée contre 1,3122 dollar lundi soir. Elle reculait en revanche face au yen à 127,60 yens contre 128,21 yens lundi soir. Le dollar baissait également face à la monnaie ja- ponaise à 97,16 yens contre 97,70 yens lundi soir, après être monté lundi en séance à 98,70 yens, son plus haut niveau en deux semaine. «Le dollar s'est légèrement replié après les commentaires de responsables de la FED (lundi) soulignant que la politique monétaire reste accommodante», a expliqué un analyste chez Bank of Tokyo-Mitsubishi UFJ. Ces responsables ont tenté d'atténuer les craintes des investisseurs, assurant que la FED allait continuer sur la voie d'une politique monétaire accommodante et rappelant que tout res- serrement serait lié à la poursuite de l'amélioration de l'économie américaine. Le billet vert s'était apprécié ces derniers jours à la suite de l'annonce, mercredi dernier, d'un possible calendrier de retrait des mesures de soutien de la FED à l'économie américaine. Les énormes injections de liquidité, à hauteur de 85 milliards de dollars par mois, ayant tendance à diluer la valeur du billet vert, la perspective de leur ra- lentissement dès la fin de cette année avait revigoré le dollar et provoqué de violents mouvements sur les marchés financiers mondiaux. Selon les analystes, la tendance du dollar devrait se clarifier dans la journée avec la publication de plusieurs indicateurs américains comme la confiance des consommateurs en juin ou les ventes de logements neufs en mai. De son côté, l'euro a réussi à se maintenir face au dollar après une amélioration de l'indice IFO qui évalue le moral des entrepreneurs en Allemagne, la première économie de la zone euro, indiquaient les analystes de IG Markets. La livre britannique, quant à elle, reculait légèrement face à l'euro à 85,10 pence pour un euro, et face au billet vert, à 1,5434 dollar pour une livre. La devise hel- vétique baissait face à l'euro à 1,2243 franc suisse pour un euro, et restait stable face au billet vert à 0,9327 franc pour un dollar.

Détente des taux d'emprunt en zone euro et aux Etats-Unis

Les taux d'emprunt en zone euro et aux Etats-Unis se détendaient mardi matin sur le marché obligataire, après avoir été portés récemment par des craintes d'un resserrement monétaire américain. Mardi matin, le taux à 10 ans de l'Espagne reculait à 4,980% (contre 5,116% lundi à la clôture) sur le marché secondaire, où s'échange la dette déjà émise. Lundi, le taux espagnol était repassé au-dessus des 5% pour la première fois de- puis début avril. De même, le taux de l'Italie baissait à 4,724% (contre 4,832%). Parmi les pays les plus solides, l'Allemagne voyait son taux se détendre à 1,765% (contre 1,811%). Le taux de la France baissait à 2,361% (contre 2,453%). Le mouvement était identique aux Etats-Unis où le taux à 10 ans reculait à 2,486% contre 2,537% la veille, un plus haut depuis août 2011. Le marché obligataire reprenait son souffle après plusieurs séances mar- quées par une forte hausse des taux d'emprunt améri- cains et européens. Les investisseurs ont vendu en masse ces dettes, craignant de ne plus bénéficier dans un avenir proche des injections de liquidités de la banque centrale américaine qui a en effet prévenu la semaine dernière qu'elle pourrait ralentir ses achats d'actifs d'ici la fin de l'année, compte tenu de l'amélio- ration progressive de l'économie aux Etats-Unis. De- puis, certains membres de la FED «ont rappelé que la politique monétaire restera accommodante», à travers le maintien de taux bas, des déclarations qui ont pu en partie apaiser le marché, notaient des économistes. «Le but est de calmer les marchés et, surtout, d'éviter une remontée trop rapide des taux longs», expliquaient cer- tains d'entre eux. Ils estiment toutefois que la correc- tion du marché obligataire n'est «pas terminée» et que «la fin prochaine du +QE+ (quantitative easing c'est-à- dire les rachats d'actifs, ndlr) implique un +éclatement de la bulle+ sur l'obligataire», avec une nette remontée des taux. La politique monétaire ultra-accommodante de la FED avait permis aux investisseurs de prendre plus de risques depuis des mois ce qui a dopé en parti- culier le marché obligataire, y compris les dettes les moins solides, les places boursières et les actifs des pays émergents, explique-t-on encore.

RÉGLEMENTATION

Les banques et établissements financiers soumis à un nouveau règlement de la Banque d'Algérie

Les règles géné-

Aux termes de ce nou-

pour les opérations qu’ils les établissements ban-

pour les opérations qu’ils

les établissements ban-

de départ de 2500 DA. Il est

rales en matière de

à

noter que la commission

conditions de

de change et de règlement prélevée par les banques

banque applicables

est aujourd’hui plafonnée

aux opérations des

à

0,25% avec un montant

banques et établis- sements financiers sont fixées par un nouveau règlement promulgué par la Banque d’Algérie au Journal officiel n° 29.

veau texte signé par le Gou-

effectuent, à savoir les prix des différents services aux-

caires et financiers sont te-

minimum de 2500 DA. Par ailleurs, le règlement précise que les banques sont tenues désormais d’adresser à la direction générale de l’inspection gé- nérale de la BA une situation trimestrielle des revenus ti- rés sur les opérations de commerce extérieur à l’im- port et de transferts de re- venus. Pour ce qui est du cours

verneur de la banque d’Al- gérie, M. Mohamed Laksaci, en avril dernier, les opéra- tions de banque sont défi- nies comme étant l’ensem- ble des actions effectuées par les banques et établis- sements financiers dans

leurs relations avec la clien- tèle, telles que stipulées par

quels ils donnent accès et sur les engagements réci- proques de la banque et du client", des conditions qui doivent être précisées dans la convention d’ouverture de compte ou sur des do- cuments transmis à cet ef- fet.

nus de délivrer gratuite- ment les services bancaires

relatifs à l’ouverture et clô- ture de comptes en dinars, la délivrance de chéquier, livret d’épargne, verse- ments et retraits d’espèces auprès de l’agence domici- liataire, établissement et envoi d’un relevé de compte

de change applicable aux clients, au titre des paie- ments et transferts afférents aux transactions interna- tionales courantes ainsi que tous autres paiements au- torisés, il correspond au cours effectif d’exécution de l’opération de change de couverture sur le marché

la

l’ordonnance de 2003.

Pour toutes les opéra-

Les "conditions de banque" signifient, au sens

du texte, la rémunération, les tarifs et les commissions appliqués lors de ces opé- rations. Il est précisé aussi que "dans leurs missions

tions de crédit en compte, les banques doivent obliga- toirement créditer le compte du client dans les délais correspondant à la date de valeur réglemen- taire, fixée par instruction

trimestriel au client, émis- sion de virement de compte

compte, entre particuliers, au sein de la même banque.

à

Nouvelles mesures pour le commerce extérieur

interbancaire des changes, souligne la BA.

Cependant, "à l’excep- tion des services bancaires gratuits et les commissions prélevées sur les opérations de commerce extérieur, les taux et les niveaux des au-

ces établissements peuvent proposer à leur clientèle de nouveaux produits d’épargne et de crédit". Toutefois, la BA précise que "par souci d’une meil- leure évaluation des risques

de la BA. Tout retard dans l’exé- cution d’une opération de banque, au-delà de la date de valeur réglementaire, donnera lieu à une rému- nération versée au client,

La Banque d'Algérie fixe également le plafonnement des tarifs des commissions prélevées par les banques, au titre des opérations de commerce extérieur à l’im- port et de transferts de re-

tres commissions sont fixés librement par les banques et les établissements finan- ciers qui doivent respecter scrupuleusement les condi- tions applicables aux opé- rations qu’ils ont détermi-

y

afférents et en vue d’as-

par la banque ou l’établis-

venus (Crédit et remise do-

nées". Les modalités d’ap-

surer l’harmonisation entre les instruments, la mise sur

sement financier concerné, précise encore le texte.

cumentaire). Ainsi, les six types de fac-

plication de ces nouvelles dispositions, y compris

le

marché de tout nouveau

Les taux d’intérêt crédi-

celles relatives au taux d’in-

produit doit faire l’objet d’une autorisation préala- ble délivrée par ses ser- vices". La BA impose à ces éta- blissements "de porter à la connaissance de leur clien- tèle et du public, par tous moyens, les conditions de

teurs et débiteurs sont li- brement fixés par ces éta- blissements, alors que les taux d’intérêt effectifs glo- baux sur les crédits distri- bués par les banques et éta- blissements financiers ne doivent, en aucun cas, dé- passer le taux d’intérêt ex-

turations prélevées par les banques à savoir la domi-

ciliation, l’ouverture, l’en- gagement (avec ou sans provisions), la commission de change ou de règlement, de modification et d’accep- tation, démarrent désor- mais à 3000 DA et sont pla- fonnées en valeur relative

térêt excessif, sont fixées par instruction de la BA. Les dispositions contraires au présent rè- glement sont abrogées, no- tamment celui de mai 2009 fixant les règles générales en matière de conditions de banque applicables aux

banque qu’ils pratiquent

cessif de la BA. En outre,

à

0,65 % avec un montant

opérations de banque.

JAPON

Toshiba veut doubler ses ventes annuelles dans l'énergie nucléaire d'ici 2017-18

Le patron du conglomérat indus- triel japonais Toshiba a déclaré à la presse vouloir quasiment doubler d'ici 2017-18 les ventes annuelles d'équipements d'énergie nucléaire du groupe, à 1.000 milliards de yens (7,8 milliards d'euros), espérant no- tamment des commandes venant d'Europe. L'exercice passé (avril 2012 à mars 2013), les recettes de Toshiba dans ce domaine se sont établies à 520 mil- liards de yens (4 milliards d'euros), celles de la filiale américaine Wes- tinghouse comprises. Le PDG, Hisao Tanaka, qui vient de prendre ses fonctions, a déclaré mardi viser des pays comme la Fin- lande, la République tchèque, la Grande-Bretagne et la Bulgarie, en tablant sur le soutien du gouverne- ment japonais. Le Premier ministre de droite, Shinzo Abe, a fait de la promotion

ministre de droite, Shinzo Abe, a fait de la promotion des technologies nucléaires japo- naises à

des technologies nucléaires japo- naises à l'étranger l'un des thèmes majeurs de ses tournées diploma-

tiques. Il a récemment tenu un som- met avec les dirigeants de Pologne, République tchèque, Hongrie et Slovaquie, pour leur vanter entre autres le savoir-faire nippon en la matière. La firme Westinghouse est d'ail- leurs bien placée pour remporter un contrat en République tchèque. Le soutien de l'Etat nippon a déjà été décisif dans l'obtention de négocia- tions exclusives en Turquie pour le consortium franco-japonais Areva/Mitsubishi Heavy Industries (MHI). Des ventes à l'étranger permet- traient de compenser le coup de frein mis à ce secteur au Japon où presque tous les réacteurs sont arrê-

tés et les projets gelés à cause de l'ac- cident atomique de Fukushima provoqué par le tsunami du 11 mars

2011.

APS

Jeudi 27 Juin 2013

SOCIÉTÉ

DK NEWS

9

OUM EL-BOUAGHI

Plusieurs cités de Aïn Fakroun souffrent du manque d’eau potable

Plusieurs cités de la ville de Aïn Fakroun (Oum El-Bouaghi) sont confrontées à un sérieux déficit en ali- mentation en eau po- table, ont affirmé mardi des citoyens de cette agglomération de 60 000 âmes.

Le déficit particulièrement ressenti dans les quartiers El-Feth, El-Amel,

"Route de Constantine", Aïn El-Fouara

et

El-Moudjahidine est estimé à 7.000

m

3 par jour pour une ville dont les be-

soins quotidiens réels sont de l’ordre de 12.000 m 3 , a admis le directeur des res-

sources en eau M. Nadjib Bekhouche. Ce responsable a affirmé que ses ser- vices, ceux de la commune et de la wi- laya, "œuvrent conjointement à trouver des solutions" à cette situation pénali- sante, surtout en période de chaleur. Pour M. Bekhouche, la cause principale de cette situation est l’obstruction, "faute d’entretien", des canalisations du réseau "nouvellement réalisé" par des dépôts de calcaire dont le taux est par-

par des dépôts de calcaire dont le taux est par- ticulièrement élevé dans l’eau apportée à

ticulièrement élevé dans l’eau apportée à la ville à partir du forage de la com- mune de Henchir Toumgheni. De son côté, le wali a indiqué qu’un "pro- gramme d’urgence" portant sur le fon- çage de quatre nouveaux forages pour la ville a été lancé "depuis quelques mois par la direction concernée" paral- lèlement à la rénovation et l’entretien régulier du réseau. La wilaya a égale- ment programmé "en urgence" la réali- sation d’un forage de 500 mètres de

profondeur confié à l’Agence nationale des ressources hydrauliques (ANRH). A long terme, la solution de ce problème réside dans "l’important projet en cours d’exécution pour le transfert des eaux

du barrage géant de Beni Haroun (Mila) vers le barrage local d’Ouerkiss qui as- surera à son tour l’approvisionnement de Aïn Fakroun mais aussi des villes de Aïn Beida, Oum El Bouaghi, Aïn Kercha

et Aïn M’lila", a encore indiqué le direc-

teur du secteur.

HASSI MESSAOUD

Des titres de concession remis à une vingtaine de fellahs

Dix-huit (18) investisseurs agricoles de la commune de Hassi Messaoud (Ouargla) ont reçu mardi des titres de mise en valeur agricole par la concession. Lors d’une cérémonie présidée par les autorités de la wi- laya d'Ouargla, des autorisations de réalisation de forages agricoles ont également été remises à onze (11) fellahs de cette collectivité. Cette opération porte sur l’exploitation d’une superficie de 27.000 hectares, structurés en trois périmètres agricoles situés notamment à travers les régions de Gassi Touil, Ben- hirane et Feydjet El Baguel, a fait savoir le directeur des ser- vices agricoles (DSA) de la wilaya, Zoubir Ahmed. Cette superficie qui sera gérée par ces investisseurs, à rai- son de 50 ha à 250 ha chacun, sera versée notamment dans la

céréaliculture, l’arboriculture fruitière, dont l’oléiculture et

la ph£niciculture notamment, a indiqué ce responsable. Une superficie de 65.000 hectares, déjà identifiée, fait l'ob-

jet d’étude en prévision de sa distribution. Une autre surface de 141.000 ha fera également l'objet d’étude dans le cadre de la mise en valeur agricole par concession, a ajouté la même source. Dans l’optique de booster les activités agricoles dans la ré- gion de Hassi Messaoud, une convention a été signée par la commune de Hassi Messaoud et l’entreprise Sonelgaz por- tant raccordement de ces périmètres agricoles en énergie électrique. Profitant d'une tournée dans la daïra de Hassi Messaoud, le wali de Ouargla, Ali Bouguerra, a inspecté le périmètre agricole Hassi-Rédha d’une surface de 20 ha plantés de quelque 1.200 palmiers et 400 oliviers, exploités par 10 fel- lahs. Les agriculteurs entendent diversifier leurs activités agri- coles et d’élevage par la réalisation de trois poulaillers visant à renforcer l’unique établi dans la région.

TOURISME

Près de 6.000 emplois seront générés par les nouveaux projets touristiques dans la wilaya d'Alger

Les 34 projets touristiques en cours de réalisation au niveau de la wilaya d'Alger sont susceptibles de générer près de 6.000 nouveaux emplois dans le secteur, a indiqué mardi à Alger le di-

recteur du tourisme et de l'artisanat de

la wilaya d'Alger, Salah Bouakmoum.

Dans une déclaration en marge d'une rencontre à l'occasion de la jour- née nationale du tourisme sur le thème "L'enfant d'aujourd'hui, touriste de de- main", M. Bouakmoum a précisé que ces projets hôteliers sont susceptibles de pourvoir le secteur de 5.857 nou- veaux lits, rappelant que la wilaya d'Al- ger compte actuellement 160 hôtels d'une capacité globale de 18.372 lits. 93 sur 160 hôtels n'ont pas été classés

à ce jour, le nombre d'hôtels restant est

classé entre 2 et 5 étoiles, a-t-il ajouté. Par ailleurs, il a estimé que la Journée nationale du tourisme est "une occasion

que la Journée nationale du tourisme est "une occasion pour réaffirmer la nécessité de pro- mouvoir

pour réaffirmer la nécessité de pro- mouvoir le tourisme intérieur, notam- ment balnéaire à travers l'amélioration des prestations et des conditions d'ac-

cueil pour attirer les touristes notam- ment durant la saison estivale". La rencontre a été marquée par une conférence animée par un membre des Scouts musulmans algériens (SMA) Khaled Makhbar au cours de laquelle il

a mis en exergue l'importance d'ancrer

la culture touristique chez l'enfant et de

l'impliquer dans la promotion du pro-

duit touristique algérien lors des voyages organisées par les SMA à l'inté- rieur et à l'extérieur du pays". Dans ce cadre, il a rappelé l'organisa- tion par le mouvement des SMA durant

la période 2012-2013 de voyages explora-

toires à travers les différentes régions du pays au profit de 4.700 enfants.

APS

ORAN

Diabète: dépistage massif des élèves du primaire en septembre

dépistage massif des élèves du primaire en septembre Tous les élèves du cycle primaire de la

Tous les élèves du cycle primaire de la wi- laya d’Oran subiront un dépistage du dia- bète au mois de septembre prochain, coïncidant avec la rentrée scolaire 2013-2014, a annoncé le chargé du programme de santé scolaire. Lors d’une journée d’étude sur le diabète chez l’enfant et la formation en santé sco- laire, organisée mardi après-midi à l’éta- blissement hospitalo-universitaire (EHS) de pédiatrie d'El Menzeh (ex-Canastel), le D r Youcef Boukhari a révélé que 1.062 sur les 391.533 élèves des cycles primaire, moyen et secondaire que compte la wilaya d’Oran du- rant l’année scolaire 2012-2013, soit un taux

de 2 %, présentent un diabète de type 1. Il estime nécessaire ce dépistage pour une meilleure prise en charge de cette pa- thologie, qui prend de l'ampleur de façon in- quiétante au même titre que d’autres maladies telles que l’asthme (2,40 %), les af- fections de l'acuité visuelle (3 %), la carie dentaire (5,3 %), rappelant le rôle de l’hy- giène scolaire dans la prévention de l’aci- dose inaugural du diabète de type 1. Le diabète de type 1, celui des enfants, est un diabète qui ne se traite qu’avec l’insuline (insulino-indépendants). Le D r Niar Sakina, maître de conférences au CHU Oran, qui a présenté une étude sur la situation du dia- bète dans l’ouest du pays a indiqué que le nombre de cas d'atteinte de ce diabète a qua- druplé voire sextuplé ces dernières années en fonction des tranches d’âge, notamment celle comprise de zéro à 4 ans, imputant cette recrudescence aux facteurs géné- tiques, environnementaux et nutritionnels. Les statistiques sanitaires de la wilaya font état de 497 enfants diabétiques dans la wilaya d’Oran en 2012 contre 102 en 2011, ait- elle indiqué, expliquant l’incidence du dia- bète de type 1 par rapport au nombre de cas observés est de 27.000 enfants de moins de 15 ans dont 40 % ont moins de 5 ans. Le P r Mahmoud Touhami, qui a évoqué les objec- tifs de cette journée de formation au profit des médecins (80) et paramédicaux (200) de santé scolaire, notamment des wilayas d’Oran, Mascara, Mostaganem, Saïda, Aïn- Témouchent, Tlemcen et Tiaret, a indiqué que le diabète chez les enfants en progres- sion dans le monde et en Algérie pose un réel problème de santé publique compte tenu des problèmes de sa prise en charge à la fois lourde et coûteuse. L’objectif est de former les médecins et paramédicaux rattachées au niveau des uni- tés de dépistage scolaire (UDS), a souligné ce chef de service pédiatrie au CHU Oran. Selon le chargé du programme de la santé scolaire, la wilaya d’Oran dispose de 47 uni- tés de dépistage scolaire (UDS) fixes et de 26

autres unités mobiles, totalisant 75 méde-

cins généralistes, 111 chirurgiens-dentistes,

103 paramédicaux et plus de 30 psycho- logues. Il est à noter que dans le cadre de la prévention et le traitement des hypoglycé- mies en milieu scolaire, l’équipe de santé scolaire de la direction de la santé et de la population de la wilaya a organisé une for-

mation en santé scolaire au profit des méde-

cins et paramédicaux de santé scolaire qui ont été dotés de glucomètres.

10

DK NEWS

SOCIÉTÉ

Jeudi 27 Juin 2013

AGRESSION SEXUELLE SUR UN MINEUR

3 personnes arrêtées

Salim Ben

Dans le cadre des efforts visant à lut- ter contre la criminalité sous toutes ses formes, en particulier celles qui tou- chent les mineurs, les éléments de la police judiciaire de la daïra de Khemis Miliana dans la wilaya de Aïn Defla ont réussi à mettre la main sur trois per- sonnes pour une agression sexuelle contre sur un mineur âgé de 7 ans. Cette arrestation a été signalée suite a une plainte déposée par la maman de l’enfant qui est âgé de 7 ans, écolier à l’école primaire d’Ouadani-Aïssa à Khemis Miliana. Les faits remontent au début de cette semaine, lorsque l’enfant a été agressé par ces trois personnes et pris de force et sous la menace vers une maison de l’un des agresseurs au quar- tier Essalam, pour agir ensuite violen- ter le mineur. La mère de l’enfant a déposé un cer- tificat médical prouvant la violence et l’attentat à la pudeur qui ont été signa- lés. Aussitôt une enquête a été ouverte par la police, qui a conduit à l’arresta- tion de ces trois (3) personnes, impli-

à l’arresta- tion de ces trois (3) personnes, impli- quées dans cette affaire. Il s’agit deux

quées dans cette affaire. Il s’agit deux personnes âgées de 27 ans et 25 ans repris de justice alors que la troisième personne un collégien au CEM en 4 e année moyenne, âgé de 18 ans. Les trois inculpés ont été présen-

tés devant le procureur près la cour de Khemis Miliana, qui à son tour a ren- voyé le dossier au juge des mineurs, qui a ordonné leur mise sous mandat de dépôt.

BORDJ BOU-ARRÉRIDJ :

Vol de 11 batteries d'alimentation des stations-relais de téléphone

Pas moins de 11 de batteries destinées à alimenter les stations-relais de la téléphonie mobile appartenant à Mo- bilis et Djezzy ont été volées avant-hier dans la commune d’El Euch, à 30 kilomètres du chef-lieu de la wilaya de Bordj Bou-Arréridj.

Ces stations-relais, objet de vol, n'étaient pas gardées, alors qu'elles se trouvaient dans une zone éloignée. Une enquête a été ouverte pour identifier les voleurs et la destination des objets volés.

Mouad B.

BRÉSIL Fusillade dans une favela de Rio de Janeiro: 9 morts et 9 blessées

Au moins neuf personnes ont été tuées par balles mardi et neuf autres blessées au cours d'une fusillade entre la police et des trafiquants de drogue dans une favela de Rio de Janeiro (nord), a-t-on annoncé de source officielle. Le sergent Ednelson Jeronimo dos Santos Silva, officier adjoint du bataillon des opérations spé- ciales (BOPE), âgé de 42 ans, figure parmi les victimes. Les échanges de tirs ont eu lieu dans l'ensemble Da Mare, dans la favela (bidonville) de Nova Holanda, au nord de Rio, qui avait été occupée pendant des mois, dans le cadre d'une opération de "maintien de la paix" menée par le gouvernement brésilien dans les bidonvilles souvent minés par la violence. Cette campagne a été lancée en préparation de la Coupe du monde 2014 et des Jeux olym- piques 2016, qui doivent tous deux se dérou- ler à Rio.

ESPAGNE

La population de l'Espagne dimi- nue pour la première fois depuis

1971

La population espagnole a diminué pour la première fois depuis

1971, a indiqué mardi l'Institut national des statistiques (INE). Les chif- fres officiels montrent que la population espagnole a diminué de 0,2% (162.390 personnes) de janvier 2012 à janvier 2013 pour un total de 46,7 millions de citoyens. Toutefois, la population a augmenté dans les ré- gions d'Andalousie, Baléares et Canaries, Ceuta et Melilla. Selon l'INE,

476.748 personnes ont décidé de quitter l'Espagne contre 314.358 per-

sonnes qui sont arrivées dans le pays. Il y a eu 452.273 naissances et

403.785 décès durant la même période. En outre, 59.724 citoyens espa-

gnols ont quitté l'Espagne entre janvier 2012 et janvier 2013 tandis que

417.023 étrangers ont quitté le pays, enregistrant une baisse annuelle

de 2,3%. Toutefois, 32.380 Espagnols sont retournés en Espagne. Pa- rallèlement, le nombre de citoyens de plus de 64 ans a augmenté de 134.356. Selon des experts, les données reflètent l'impact de la crise économique qui a poussé les jeunes à aller chercher du travail dans d'autres pays à cause d'un taux de chômage très élevé en Espagne.

TERRORISME

Report à Blida du procès de 11 terroristes

Le tribunal criminel près la cour de Blida a prononcé, mardi, le report de son jugement dans une affaire impliquant 11 terroristes, à une date fixée vers la fin de la présente ses- sion criminelle, pour motif d'absence de l'avocat de l'un des accusés. Ces 11 terroristes dont 5 sont en fuite, ont été poursuivis pour «adhésion à groupe terroriste armé», «finan- cement d’un groupe terroriste armé» et» non dénonciation». Selon l’acte de renvoi du tribunal, l’affaire remonte à 2007, quant l’accusé principal (L.A), actuellement en fuite, a décidé de for- mer ce groupe terroriste dans la région de Kheraissia , dans la banlieue d’Alger. Il a, à cet effet, «enrôlé de nombreux enfants de la ré- gion, en les convainquant du bien fondé de sa pensée extrémiste, préconisant le djihad en Afghanistan et en Tchétchénie «. Plus tard, (L. A.) s’affubla du sobriquet «Abou Doudjana», avant de «décréter la nécessité du djihad au pays, en s’associant notamment à d’autres groupes armés de la wilaya de Bouira», selon l'acte d'envoi du tribunal.

PROTECTION CIVILE 33 morts par noyade depuis le premier juin

33 personnes sont décédées par noyade de-

puis le 1 er juin dans des plages, notamment celles interdites à la baignade mais aussi dans des réserves d'eau, a indiqué mardi un com- muniqué de la Protection civile. Parmi les vic- times de la noyade, 11 personnes ont péri dans des plages, dont 9 au niveau des plages inter- dites à la baignade, a précisé la même source. Concernant les personnes noyées dans les ré- serves d'eau, les unités de secours ont enre- gistré le décès de 22 personnes dont 10 cas dans des marres d'eau et des retenues colli- naires, 5 dans des barrages, 5 dans des pis- cines bassins d'eau, 1 personne dans un oued et une autre dans un lac, a révélé le com- muniqué. 4 479 autres personnes ont été se- courues et sauvées de noyade dans des plages surveillées par les agents de la Protec- tion civile.

ACCIDENTS DE LA ROUTE

52 personnes décédées en 7 jours

52 personnes sont décédées et 1 760 autres

ont été blessées dans 1 506 accidents de la cir- culation enregistrés à travers plusieurs wi- layas du pays durant la période allant du 16 au 22 juin, a indiqué un communiqué de la Pro- tection civile. Le bilan le plus lourd a été en- registré dans la wilaya d'Alger avec cinq personnes décédées et 198 autres blessés pris en charge par les secours de la Protection ci- vile dans 184 accidents, a précisé la même source. Concernant le secours à personnes, 8 169 interventions ont été effectuées avec la prise en charge de 1 247 blessés par les équipes médicalisées de la Protection civile, en plus de 6 750 évacuations sanitaires et le transport de 54 cadavres.

ENVIRONNEMENT

L'ONU tire la sonnette d'alarme sur l'ampleur des catastrophes naturelles à venir

La représentante spéciale du secrétaire général de l'ONU pour la réduction des risques de catastrophes, Margareta Wahlstrom, a affirmé mardi que l'année 2013 devait marquer un tournant dans la façon dont les pays perçoivent et réagis- sent aux événements météorologiques ex- trêmes, et aux inondations en particulier, qui touchent plusieurs pays à travers le monde. ''Plusieurs pays d'Europe, le Ca- nada, l'Inde et le Népal ont enregistré de lourdes pertes ces deux derniers mois en raison des très fortes précipitations qui ont conduit à des inondations extrêmes touchant des millions de personnes'', a

observé la représentante spéciale. Elle a prévenu que ''les grandes pertes en vies humaines en Inde nous rappellent l'im- portance vitale que nous nous préparions à des scénarios futurs qui seront sans rap- port avec ce nous avons pu connaître de par le passé''. A titre d'exemple, dans la province canadienne de l'Alberta, plus de 100.000 personnes ont dû abandonner leurs maisons en juin en cours en raison des inondations provoquées par les pluies torrentielles qui se sont abattues dans la région. Selon la représentante du chef de l'ONU, l'augmentation des pertes écono- miques mondiales dues aux catastrophes

au cours des cinq dernières années ''mon- tre clairement que notre exposition à des événements climatiques extrêmes s'est aggravée''. ''Notre réponse à cette ten- dance doit passer par une meilleure utili- sation des sols et des infrastructures plus résilientes, et ce, dans un contexte de croissance démographique et d'urbanisa- tion rapide'', a-t-elle mis en garde. Le Bu- reau des Nations unies pour la réduction des risques de catastrophes a indiqué, pour sa part, que près de 250 millions de personnes ont été touchées chaque année par des inondations au cours de la der- nière décennie, ajoutant que les inonda-

tions représentent le risque de catas- trophe le plus élevé pour les centres ur- bains. Les principaux facteurs explicatifs sont à rechercher notamment dans une planification urbaine déficiente, l'aug- mentation du pavage, ainsi que d'autres surfaces imperméables et des infrastruc- tures de drainage et d'assainissement mal entretenues, selon ce Bureau. A ce sujet, M me Wahlstrom a préconisé que les sys- tèmes de gestion des crues soient conçus de manière telle que même dans les cas où ils ne peuvent faire face à une inonda- tion, le résultat ne soit pas catastrophique. APS

Jeudi 27 Juin 2013

HIGH-TECH

DK NEWS

11

Les cyber-attaques sur téléphones portables explosent

EN UN AN, ELLES ONT BONDI DE PLUS DE 600%, SELON LE CABINET JUNIPER, BASÉ DANS LA SILICON VALLEY

Les utilisateurs de smartphones ne sont pas à l'abri des pirates informatiques, qui ont multiplié
Les utilisateurs de smartphones ne
sont pas à l'abri des pirates informatiques,
qui ont multiplié les attaques sur le front
des portables cette année, usant comme
arme de la simple escroquerie commer-
ciale jusqu'à l'espionnage industriel, in-
dique une étude. De mars 2012 à mars
2013, le nombre de programmes malveil-
lants introduits subrepticement dans ces
téléphones munis d'internet a bondi de
614%, a calculé le cabinet Juniper, basé
dans la Silicon Valley, en Californie (ouest).
times par exemple. Généralement, les
usagers se rendent à peine compte de
l'attaque, qui se reflète par quelques cen-
times en plus sur leur facture.
Les cyber-criminels
«peuvent ne laisser
aucune trace»
Android particulièrement
touché
Les cyber-criminels «peuvent
ne laisser aucune trace» , explique
Toubba, en encaissant l'argent en
quelques jours puis fermant les nu-
méros utilisés pour la combine. Sou-
vent, celle-ci se présente sous forme de
SMS ou d'e-mails proposant l'actualisation
d'un programme ou d'une application.
L'étude révèle que la plupart des attaques
sont menées de Russie ou de Chine.
L'essor d'attaques
plus sophistiquées

Le système d'exploitation de Google, Android, est particulièrement touché par ces attaques informatiques : il est concerné par 92% des attaques. Ceci s'expliquant par la domination mondiale d'Android sur le secteur, où il occupe environ trois quarts des parts de marché. Mais, estime Karim Toubba, de Juniper, c'est aussi un signe qu'«Android n'a pas un système de filtres sécuritaires aussi rigoureux», même s'il note que «tous les systèmes d'exploi- tation ont leurs vulnérabilités». Le premier type d'attaques consiste en des messages commerciaux envoyés pour proposer un faux service, moyennant un modique paiement, de 10 ou 50 cen-

Juniper observe aussi l'essor d'attaques plus sophistiquées, relevant du piratage de données d'entreprises ou gouverne- mentales. «Ils (les pirates) peuvent utiliser l'appareil comme un engin de reconnais- sance avant d'aller plus loin dans le réseau d'une entreprise», explique M. Toubba, notant que de nombreux salariés ont accès à leur serveur professionnel via

leur téléphone. Juniper affirme avoir ob- servé «plusieurs attaques (de smart- phones) pouvant être utilisées pour voler des informations sensibles d'entreprises ou pour lancer une intrusion plus large». Une tendance criminelle qui devrait aug- menter de façon «exponentielle dans les années à venir», met en garde le rapport.

USA

Les autorités appellent les moteurs de recherche à isoler la publicité

appellent les moteurs de recherche à isoler la publicité Une agence fédérale américaine a ap- pelé

Une agence fédérale américaine a ap-

pelé mardi les moteurs de recherche sur

internet à s'assurer de bien présenter de manière différente les résultats de re-

cherches des internautes d'une part, et

les liens renvoyant vers des publicités

d'autre part. La Commission fédérale du commerce (FTC) a ainsi écrit à plusieurs groupes internet pour qu'ils modifient leurs pratiques mises en œuvre depuis

dix ans. «Les liens de recherche payés

montrent moins distinctement que ce

sont des publicités, et la FTC exhorte l'in-

dustrie à s'assurer que cette distinction

soit bien claire», a-t-elle indiqué dans

un communiqué. «Les consommateurs

souhaitent en général que les résultats

de leur recherche s'affichent et soient

rangés par ordre de pertinence, et non

pas

en fonction de la somme versée par

une

partie tierce», écrit la FTC dans une

lettre envoyée à AOL, Google, Yahoo!,

Bing et d'autres moteurs de recherche

plus petits. Elle suggère entre autres l'uti-

lisation de techniques visuelles efficaces «pour éviter de tromper le consomma- teur», prévenant qu'un échec en ce sens pourrait constituer une pratique falla- cieuse. Selon des études de marché, les publicitaires américains dépenseraient quelque 19,49 milliards de dollars en liens répondant à des recherches d'in- ternautes cette année, une hausse de 12,4% par rapport à l'année dernière. En 2012, Google a engrangé à lui seul 12,79 milliards de dollars grâce à ces liens pu- blicitaires, soit près des trois quarts du marché.

GUYANE

Les quatre premiers satellites O3b lancés par une fusée Soyouz

Les quatre premiers satellites de la constellation O3b, qui doit offrir un accès internet très haut débit et bon marché à trois milliards d'habitants de quelque 180 pays numériquement défavorisés, ont été lancés mardi par une fusée Soyouz tirée depuis la Guyane française, a annoncé la société Arianespace. «La patience est toujours récompensée, les quatre premiers satellites de la constel- lation viennent d'être largués par notre lanceur Soyouz», a déclaré le Pdg d'Aria- nespace, à l'issue d'une mission de 2 heures 23 minutes. «Ça a été les heures les plus longues de ma vie», a lancé le directeur général d'O3b Networks, Steve Collar, in-

diquant que le contact avait pu être établi avec ses quatre satellites. «Je me sens fier car le lancement de ce soir est le 5 e lance- ment de Soyouz en Guyane, une véritable

et qu'O3b est la 33 e société de

télécommunications par satellites à choisir Arianespace pour ses opérations».

Initialement prévu lundi, le lancement avait été reporté de 24 heures en raison de vents forts qui soufflaient au-dessus du Centre spatial guyanais. Les quatre sa- tellites ont été emportés par le lanceur russe Soyouz mardi à 19h27 GMT (16h27 heure de Guyane française, 21h27 heure de Paris). Le premier couple de satellites s'est séparé de la fusée russe deux heures

légende (

)

séparé de la fusée russe deux heures légende ( ) après le décollage, les deux autres

après le décollage, les deux autres 22 mi- nutes plus tard. O3b, c'est l'abréviation de «Other 3 billion» : les «trois autres mil- liards» d'individus, habitants des pays du Sud «sous-connectés» qui, faute de moyens ou d'infrastructures, n'ont pas facilement accès à l'internet comme dans les pays riches. L'idée a germé en 2007 dans l'esprit de l'Américain Greg Wyler, fondateur de l'opé- rateur de satellites O3b Networks. Pionnier des réseaux de téléphonie mobile 3G en Afrique, il se trouvait alors au Rwanda et se heurtait à la médiocrité du réseau de télécommunications local.

12 DK NEWS

5
5

SAN

Jeudi 27 J

façons de dompter l'hormone du stress

Apprendre à maîtriser votre taux de cortisol, l'hormone du stress, peut vous aider à mincir, à booster vos défenses immunitaires et à lutter contre la fatigue.

g

v

c

r

Faites-vous offrir un iPod

La musique adoucit les mœurs, on le sait. Mais elle a surtout un effet apaisant face au stress. Des médecins japonais ont constaté que les patients obligés de subir des soins invasifs, tels qu'une coloscopie par exemple, avaient un taux de cortisol moins élevé lorsqu'ils écoutaient de la musique que lorsqu'ils étaient dans une pièce calme. Même si vous n'avez pas prévu d'aller à l'hôpital, écouter de la mu- sique peut vous aider à affronter un stress, tel qu'un dîner ou un rendez-vous impor- tant.

Dormez 8 heures par nuit

Dormir 6 heures par nuit au lieu des 8 heures recommandées par les médecins, augmente votre taux de cortisol dans le sang de 50%. Ces 8 heures de sommeil sont en effet le minimum nécessaire pour que votre organisme évacue le stress de la journée. Donc si vos nuits sont écourtées, n'hésitez pas à faire une petite sieste à la mi-journée pour dompter votre taux de cortisol.

Buvez du thé

Prenez deux groupes «test» auxquels vous assignez la même tâche particulière- ment stressante. Le premier groupe sera composé de buveurs de thé réguliers. Le second groupe de buveurs de thé occa- sionnels. Une heure après avoir accompli leur tâche stressante, le premier groupe affichait une baisse de 47% de son taux de cortisol. Alors que dans le second groupe, la baisse n'était que de 27%. L'auteur de

cette étude, médecin à Londres, pense que les polyphénols et les flavonoïdes du thé ont des effets apaisants sur l'hormone du stress.

Mâchez du chewing- gum

La prochaine fois que vous vous senti- rez stressée, mettez un chewing-gum dans votre bouche. Une étude de l'univer- sité du Northumbria (Grande-Bretagne) a montré que sous l'effet d'un stress mo- déré, les mâcheurs de chewing-gum avaient un taux de cortisol 12% plus faible que les non-mâcheurs. Il semblerait en effet que le chewing-gum accélère la pres- sion sanguine et irrigue certaines zones du cerveau qui jouent sur l'hormone du stress.

Croquez du chocolat noir

Des chercheurs ont montré que man- ger une barre de chocolat noir tous les jours faisait baisser le taux de cortisol au bout de deux semaines de consommation. Les (heureux) participants à cette étude mangeaient la moitié de leur barre de chocolat en milieu de matinée et l'autre moitié au milieu de l'après-midi. Au bout de deux semaines de ce «régime», non seulement leur taux d'hormone du stress avait baissé, mais leur tension artérielle était également réduite et leurs défenses immunitaires présentaient une meilleure réponse aux attaques bactériennes.

Pourquoi le dompter ?

Sécrétée par la glande surrénale à par- tir du cholestérol, le cortisol est une hor-

à par- tir du cholestérol, le cortisol est une hor- mone qui stimule l'augmentation du glu-

mone qui stimule l'augmentation du glu- cose dans le sang, qui gère le stress et ré- gule les grandes fonctions de votre organisme. Bref, c'est le cortisol qui vous permet de puiser dans vos réserves d'énergie ou de booster vos défenses im-

munitaires. Mais si votre taux de cortisol s'envole, c'est tout votre organisme qui perd pied : vous perdez le sommeil, vous vous ruez sur des aliments très sucrés (donc vous grossissez), et vous déréglez vos défenses immunitaires.

Stress : il aggrave les réactions allergiques

Selon les allergologues réunis en congrès à Paris, le stress pour- rait déclencher ou aggraver les phénomènes allergiques. L’OMS considère l’allergie comme étant la quatrième mala- die dans le monde après le cancer, les pathologies cardiovasculaires et le sida et le nombre de per- sonnes allergique a doublé ces 20 dernières années. Si les allergies sont des pathologies ayant une origine génétique, on sait aussi que la modification de notre envi- ronnement est également un fac- teur déclenchant de la maladie. Mais lors du dernier Congrès francophone d’allergologie, qui se tient actuellement à Paris, les al- lergologues ont mis en avant un nouveau facteur aggravant : le stress. «Le stress est un levier de la pa- thologie qui passe souvent ina- perçu mais qui a des conséquences sur le déclenche-

ina- perçu mais qui a des conséquences sur le déclenche- ment de l’allergie et l’aggravation des

ment de l’allergie et l’aggravation des symptômes» explique le D r Nhan Pham-Thi, pneumopédia- tre à l’hôpital Necker, à Paris. Selon les allergologues, plus le stress intervient tôt dans l’en- fance, plus son rôle va devenir dé- terminant dans le déclenchement

des symptômes allergiques et dans la durée des allergies, qu’elles soient respiratoires, der- matologiques ou alimentaires. Et ce lien entre stress et allergie peut démarrer dès la grossesse : «Une future maman exposée au stress a plus de risque de donner nais- sance à un bébé allergique. In utero, son futur bébé va déjà dé- clencher des phénomènes qui vont provoquer une allergie plus tard en agissant sur son système immunitaire», explique le D r Pham-Thi. A contrario, il est possible de lutter contre les allergies en ré- duisant le stress. Selon une étude japonaise, des activités relaxantes pendant 30 minutes comme écouter de la musique classique, rire ou s'embrasser ont réussi à modifier le comportement des cellules immunitaires de patients allergiques et réduire les réac- tions allergiques.

Les textos et Internet favorisent le stress

Si vous voulez passer une bonne nuit et ne pas être stressé au réveil, préférez ouvrir un bon bouquin plu- tôt que d’envoyer des textos ou surfer sur l’ordinateur avant d’aller vous coucher. Surfer sur le web ou envoyer

des textos au cours des deux heures précédant le coucher serait source de stress. C’est la conclusion d’une étude américaine dévoilée à la conférence an- nuelle de l'organisme Association for Psychological Science par le chercheur en psychologie Israel Arevalo de l'Université du Texas-Pan American, Ceux qui s'adonnent à ce type d’activités avant de se mettre au lit affichent un taux de stress plus élevé que ceux qui s'en abstiennent. Mais, rassurez-vous, vous n’aurez pas à balancer vos compa- gnons technologiques par la fenêtre car cela n'est pas vrai pour toutes les activités sur écran : l'envoi d'e-mails ou l'utilisation de la télévision ne provoquerait pas le même phénomène. La lecture et l'exercice physique ne favoriseraient pas non plus le stress. Par ailleurs, une autre étude espagnole publiée il y a quelques jours dans la revue Photochemistry & Photobiology a montré que l'exposition nocturne aux rayons à LED des ta- blettes, ordinateurs, télévisions et Smartphones pouvait pertur- ber les rythmes naturels et augmenter risques d'insomnie et problèmes de santé.

et Smartphones pouvait pertur- ber les rythmes naturels et augmenter risques d'insomnie et problèmes de santé.

g

e

e

s

à

é

e

s

a

v

s

f

l

b

é

t

v

v

g

l

v

s

l

r

l

v

a

t

v

s

é

v

c

a

r

s

r

i

c

g

c

l

g

o

r

TÉ

uin 2013

DK NEWS 13

Stresser le matin rend moins créatif

Traîner au lit ne serait pas un gage de paresse mais de créati- vité, souligne le Time. Imagination ? C’est ce que cherche à comprendre Anny Murphy Paul dans un article du Time. Contrairement aux idées reçues, prendre son temps le matin a des bienfaits psycholo-

giques, souligne-t-elle : déjà on est moins stressé, et notre esprit est moins bridé et occupé par des sollicitations quotidiennes (être

à l’heure, se laver les dents,

écouter les infos…). Résultat, on

en profite pour laisser ses pen-

sées vagabonder. Si vous voulez avoir des idées de génie et origi- nales, ne vous laissez pas dicter par la sonnerie torturante de votre réveil et savourez la tor- peur cotonneuse qui vous em- pêche de sortir du lit. Parmi les autres astuces pour s’éviter toute pression inutile et favoriser son potentiel créatif, ’auteure suggère une douche bien chaude à la sortie du lit. Rien de tel pour se détendre et éviter de penser aux tâches po- entiellement déplaisantes qui vous attendent (réunion de tra- vail, point avec un collègue har- gneux…). Vous êtes en retard ? Surtout pas d’inquiétude. Si vous vous pressez et vous vous mettez à ga- oper entre votre domicile et votre bureau, vous risquez d’augmenter votre taux de corti- sol, cette hormone du stress,

dont on connaît les dangers sur

a santé. Autre bonne raison de

ralentir, un excès de cortisol est néfaste sur la myéline, cette membrane grasse qui recouvre es neurones du système ner- veux.

Le café, un bon geste matinal

Autre habitude du matin à abandonner, l’écoute des actuali- és. La série de mauvaises nou- velles a plus tendance à vous saper le moral qu’à vous mettre

de bonne humeur. Préférez

écouter des choses positives qui vous donneront de l’énergie pour la journée.

Les bons réflexes pour dé- marrer la journée du bon pied. Les lève-tôt peuvent toutefois continuer à boire leur café le matin. La caféine rend plus alerte mais «élève le taux de do- pamine dans le cerveau, ce neu- rotransmetteur qui influe sur les sentiments de motivation et de récompense quand une bonne dée nous vient», explique l’arti- cle du Time.

Le café, ennemi ou ami ? Ce n’est pas la première fois que l’on vante les mérites de la grasse matinée, une étude de chercheurs écossais et alle- mands a récemment révélé ’existence d’un gène «de la grasse matinée» qui expliquerait pourquoi certaines personnes ont besoin de plus de sommeil que d’autres. Une autre bonne raison de lézarder au lit.

Comment préserver notre peau

Épiderme au bord de la crise de nerfs ? Quand la peau (et parfois aussi les cheveux) accusent le coup, il est temps de réagir ! Les conseils des spécialistes pour traiter ces petits bobos liés au stress qui peuvent nous gâcher la vie.

Le visage, le reflet de nos émotions

Les premiers signes du stress sont bien connus : le cœur s’accélère, la peau pâlit, les

glandes sudoripares s’activent. Ce que l’on sait moins, c’est que, à la longue, l’équilibre cutané

peut être lui aussi perturbé. La fonction barrière

peut alors s’altérer, entraînant irritations, dé- mangeaisons, rougeurs, boutons… Car le stress génère des cascades de réactions biologiques qui se répercutent sur tout l’organisme, y compris sur l’épiderme. Cette réaction en chaîne est assez logique quand on sait que la peau et le système nerveux ont la même origine embryonnaire. «Il apparaît assez probable que le système nerveux traduise stress, émotions et pensées en langage biochi- mique avec les lettres que sont les neuromédia- teurs. Ceux-ci sont susceptibles d’agir sur la peau, de sorte qu’ils peuvent induire des mala- dies ou les guérir», explique le D r Danièle Pomey-Rey, dermatologue et psychanalyste à l’hôpital Saint-Louis (Paris). Ces messagers chi- miques qui circulent entre la peau et le système nerveux peuvent aussi exercer une influence sur la fabrication du collagène ou du sébum, sur la pigmentation… Enfin, le stress est sans doute impliqué dans l’apparition de «certaines derma- toses comme le psoriasis (plaques rouges avec squames), l’eczéma, l’acné ou l’herpès», précise

le D r Pascale Neulat, dermatologue.

Quand nos émotions se lisent sur notre peau, mieux vaut tenir compte de ce qu’elle nous dit.

«Ce qui signifie prendre en charge son stress

avec des méthodes relaxantes comme la sophro- logie ou le yoga. Avoir une activité physique ré- gulière, diminuer le tabac et le café, voire arrêter complètement si on peut. Un sommeil de qualité est important aussi», recommande la dermato- logue. Parallèlement, on calme le jeu avec des soins adaptés et beaucoup de douceur…

Comment soigner une poussée de boutons

Selon le D r Neulat, «plus de 40% des femmes

de plus de 25 ans ont des problèmes d’acné plus

ou moins importants». Parfois, le souci est d’ori- gine hormonale. Il faut éliminer aussi des fac- teurs favorisants : maquillage de mauvaise qualité, certains médicaments et traitements hormonaux. Mais le plus souvent, il s’agit d’un problème de stress. La bonne parade «En plus d’un traitement local, on prescrit des antibiotiques par voie orale (cyclines). Il faut souvent revoir le rituel quotidien pour suppri- mer les erreurs : éviter les gommages, les masques, les nettoyages, qui décapent la peau et

la laissent desséchée», précise la dermatologue.

Appliquer une crème hydratante, matin et soir et éliminer les produits comédogènes (blush, terre de soleil…) sont de bons réflexes. Mieux vaut aussi utiliser des cosmétiques anti boutons

des lignes pour adultes et non pour ados, moins adaptées. Ou, mieux encore, si la peau est sensi- bilisée, des soins aux vertus apaisantes, car elle

a sans doute besoin d’être «cocoonée». -SSpécial acné légère Zinc antisébum et exfo- liants non irritants sont associés à un extrait vé- gétal séborégulateur.

- EEau sans rinçage Riche en eau thermale et

en agents matifiants, elle élimine impuretés et traces de maquillage.

- BBaume réparateur Un soin pour apaiser les

peaux acnéiques qui tiraillent et restaurer la bar- rière cutanée.

qui tiraillent et restaurer la bar- rière cutanée. Si la peau est en surchauffe Rougeurs, sensation

Si la peau est en surchauffe

Rougeurs, sensation d’échauffement, joues en feu… Ce sont les signes les plus évidents du stress. Si le phénomène n’est pas constant, pas de panique : il s’agit sans doute d’un déséquili- bre passager de la barrière cutanée qui protège

l’épiderme.

Ce qui entraîne une déshydratation avec in- flammation et vasodilatation des capillaires res- ponsables des rougeurs. La bonne parade Éviter tout ce qui peut agresser la peau : gom- mage, peeling, savon, lotion alcoolisée… Et tro- quer sa crème hydratante contre un soin apaisant à l’eau thermale, ne pas hésiter à faire des vaporisations régulièrement. «Si les rou- geurs persistent, il faut un traitement au long cours, car il s’agit d’une rosacée, qui touche plu- tôt les personnes à peau claire», explique le D r Serre. Liée à une fragilité anormale des capil- laires, elle peut s’accompagner de picotements et de petits boutons. Mieux vaut prendre rendez- vous chez le dermato. Fluide anti-rougeurs Avec un extrait de vigne rouge et de la cire de rose pour corriger les rou- geurs et hydrater. Gel frais apaisant Sans parabens ni conserva- teurs, il contient de l’ambophénol, un extrait de plante apaisante. Démaquillant doux Un fluide qui élimine im- puretés et maquillage des peaux les plus sensi- bles.

Quand le cuir chevelu démange

La peau du cuir chevelu est le siège d’émotion

et des changements d’humeur. «Ça bouillonne dans ma tête, disent certains patients pour par- ler de démangeaisons, d’irritations du cuir che- velu», raconte le D r Neulat. La peau du crâne, très sensible, réagit au quart de tour. Elle peut aussi produire des petites croûtes. Quant aux cheveux, ils sont tout mous, sans tonus, difficiles à coif- fer…

La bonne parade On évite les shampooings agressifs et on se lave les cheveux trois à sept fois par semaine,

avec quatre précautions : un seul lavage à chaque

fois ; de l’eau tiède ; pas trop de shampooing (même si ça ne mousse pas) ; et sans frotter. Côté

colorations, il faut expliquer au coiffeur que le

cuir chevelu a besoin de douceur. «S’il existe une chute de cheveux associée, on peut aussi pres- crire un complément alimentaire à base d’algi-

nates pour renforcer la fibre (Silettum)», ajoute la dermatologue. -LLavant calmant Intégré dans une base la- vante douce, le polidocanol soulage les cuirs chevelus sensibles. -ÉÉlixir de massage Extraits d’astéracées et huiles essentielles pour adoucir. -MMasque douceur Enrichi en D-Panthénol et en bétaïne, il traite les démangeaisons et fait bril- ler les cheveux.

Si la peau fait des plaques

En cas de dermite séborrhéique : «Cette affec- tion fréquente due à un champignon (levure) apparaît sur les ailes du nez, les joues et au-des- sus des sourcils, voire sur le cuir chevelu. Elle se manifeste par des plaques rouges, squameuses, qui démangent», précise le D r Serre. La bonne parade Elle nécessite une prise en charge locale : un antifongique pour limiter la prolifération des le- vures (Malassezia, impliquée aussi dans les pel- licules) et un traitement anti-inflammatoire. Pendant les crises, une crème à base de corti- coïdes est nécessaire. Elle est associée à des gestes quotidiens de nettoyage doux et d’hydra- tation, le but étant de limiter les poussées. En cas de dermite péri-orale Ce sont des plaques rouges couvertes de petits boutons, qui pèlent légèrement. Elles sont si- tuées sur le pourtour de la bouche : sillons naso- géniens, sous le nez. La bonne parade Un peu compliquée à soigner, cette affection très liée au stress chez les adultes doit être prise en charge par le dermato. Le traitement associe des antibiotiques et une crème à base de corti- sone. En cas de dartres :

«Ce sont des zones sèches, rouges, irritables, qui “cuisent” un peu. Les dartres peuvent pro- voquer des démangeaisons, ajoute le D r Neulat. Elles apparaissent n’importe où : sur les joues et autour de la bouche, mais aussi au niveau des- bras, sur une peau sèche, mal hydratée». La bonne parade Il faut «relipider» la peau, c’est-à-dire la cré- mer au moins deux fois par jour, surtout sur le visage, y compris le soir avant de se coucher. Uti- liser des soins riches et réparateurs, à base d’acides gras et de glycérine. Mieux vaut éviter les lavants agressifs et, si l’eau est «dure», limiter les temps de lavage et réhydrater tout de suite.

14

DK NEWS

HISTOIRE

Jeudi 27 Juin 2013

Les troupes françaises

à l’assaut de la mosquée Ketchaoua

troupes françaises à l’assaut de la mosquée Ketchaoua 1832 Dès qu'ils ont foulé le sol algérien,

1832

Dès qu'ils ont foulé le sol algérien, les colonisateurs français avaient tout de suite pensé qu'ils pouvaient se lancer dans une opération de christianisation du pays. Pourtant, de Bourmont, le commandant des troupes d'invasion avait promis que la «liberté des habitants de toutes les classe, leur religion, leurs propriétés, leur industrie ne recevront aucune atteinte. Le général en chef en prend l'engagement sur l'honneur».

en chef en prend l'engagement sur l'honneur». Aucune de ces dispositions ne sera respectée. Au lendemain

Aucune de ces dispositions ne sera respectée. Au lendemain

thédrales, tel le cas de la mosquée Ketchaoua dont la construction

l'assaut d'une place forte. Ils invi- tèrent d'abord les muphtis d'Alger

tions. A ce moment, une escouade de sapeurs du génie est lâchée pour

entières, les incendies de forêts et de douars et des victoires contre…

Amar Belkhodja

même de sa possession, Alger est livrée au pillage. Aucune morale, aucun engagement n'arrête les abus d'une horde modelée par un système qui confond banditisme

remontait à 1794. Sa transforma- tion, en 1832, en cathédrale déna- turera l'architecture originelle. C'est en décembre 1832 que les au- torités françaises de la place d'Alger

à leur remettre les clés de la mos- quée en leur notifiant que «la croix et l'étendard de France seront fixés au minaret et salués par les batte- ries de terre et de mer. Il est hors

attaquer la porte à coups de hache. La prise de la mosquée se pour- suivra dans la mêlée et les bous- culades. Les fidèles sont refoulés à la baïonnette à l'intérieur de la

des populations civiles. Nous n'in- ventons rien pour accuser les of- ficiers supérieurs de l'armée fran- çaise. Ce sont eux-mêmes qui rapportaient fidèlement dans leurs

et

civilisation. On pille, on vole sous

avaient résolu de confisquer la

de question de céder à la menace

mosquée. Plusieurs d'entre eux

comptes rendus les ignobles for-

le

couvert d'un Paris qui ne tiendra

mosquée Ketchaoua au profit du

du général en chef. Le 17 décembre

gisent à terre, blessés, tandis que

faits qu’ils commettaient avec sa-

guère compte du rapport accablant élaboré par une commission dé- pêchée sur les lieux sur plaintes répétées de notables algérois parmi lesquels le lettré Hamdan Khodja. Comme plus tard, en mai 1945, ce même Paris ne voudra plus enten- dre parler du rapport de la com- mission Tubert qui fit l'amer constat de l'hécatombe de Sétif, Guelma et Kherrata. L'armée française, dès 1830, ne se gênera pas pour profaner les lieux du culte musulman et trans- former certains d'entre eux en écu- ries et magasins pour la troupe. Les plus beaux édifices furent car- rément convertis en églises et ca-

culte chrétien. Une mesure qui avait provoqué à l'époque un vif mécontentement au sein de la po- pulation algéroise qui n'était pas prête à se résigner à un tel affront que l'occupant portait à sa religion. Elles se préparaient à tenter une opposition aux forces répressives. L'armée fut avertie que «dix mille Arabes ont juré de mourir sous la coupole de Ketchaoua, plutôt que de consentir à sa prise par les chré- tiens.» Les Français ne tinrent nulle- ment compte du mécontentement de la population algéroise et se préparèrent à aller en expédition sur Ketchaoua comme on allait à

1832, des milliers d'habitants quit- tent La Casbah et s'enferment à l'intérieur de Ketchaoua. En ville, l'atmosphère est tendue. Des in- cidents éclatent entre des groupes d'habitants et la troupe française. La répression est brutale. A l'inté- rieur de la mosquée, les fidèles passent la nuit à prier. Le lendemain, l'armée française est décidée à déloger des croyants désarmés, quitte à employer la force. Une compagnie du 4° de ligne et une demi-batterie se dé- ploient et tentent de faire expulser les 4 000 musulmans enfermés à l'intérieur de Ketchaoua qui refu- sent d'obtempérer aux somma-

d'autres ont la chance d'échapper aux massacreurs par une issue sa- lutaire. Une compagnie d'infanterie plante son pavillon à l'intérieur de la mosquée pour y passer à la nuit. Voilà un pitoyable «fait d'armes» qui a consisté à lancer des troupes armées contre des fidèles sans armes pour la conquête, non pas d'une place forte, mais d'une mai- son de Dieu, un lieu de prière et de dévotion. De 1832 avec la prise de Ketchaoua, jusqu'en 1962, nous serons 152 habitués aux «gloires» de l'armée française qui gagna ses galons par les razzias, les massacres collectifs, les viols de femmes sans défense, les enfumades de tribus

disme et dont ils ont tiré gloire et honneur. Aujourd'hui, la postérité officielle, qui se nourrit dans un néo-colonialisme, à l'audace de nous enseigner la notion de droits de l'homme en continuant de ver- ser des larmes de crocodile sur les crimes contre l'humanité made in Allemagne hitlérienne. La sé- grégation raciale fonctionne pour les vivants. Pourquoi ne fonction- nerait-elle pas pour les morts ? Sans pudeur, on continue de nous gaver de paternalisme de l’autre côté de la Méditerranée. (Colonia- lisme, les crimes impunis, Ed Alpha – Alger-2006).

Baba Ali, quartier martyr

Le 30 avril 1949, la ville de Mascara est li- vrée à tous les abus du corps de la légion étrangère, peuplé d’anciens SS ayant servi dans l’armée nazie et récupérés par l’armée française. Un corps qui, sous prétexte de célébrer le Camerone (combat de guerre livré par les légionnaires aux Mexicains le 30 avril 1863), se déchaîne sur la population

algérienne qui est déjà aux prises avec le colonialisme français depuis plus d’un siècle.

A Baba Ali, quartier algérien de Mascara, la

population est agressée sauvagement par la

horde des légionnaires. L’administration coloniale laisse faire, c’est l’impunité. Il n’y

a pas de quoi s’étonner puisque le commis-

saire de police de Mascara, un certain Tort,

se trouvait à Sétif lors des massacres de mai

1945. Triste nom d’un triste sire. Les habi- tants, livrés aux abus de la soldatesque, se défendent tant bien que mal. Ils ne peuvent

grand-chose contre les légionnaires qui, enivrés à l’excès, sont en furie. Pour la po- pulation algérienne, la journée du 30 avril 1949 se termine par un bilan très lourd : un mort et une centaine de blessés dont une trentaine dans un état grave. Le carnage commence tôt le matin. Dès 8 heures, les légionnaires sont sur le pied de guerre. Ils

se lancent dans toutes sortes de provocations.

Constitués en véritables patrouilles, ils se dirigent vers les quartiers algériens où ils s’adonnent à une série d’agressions, de pillage et de mise à sac. Les habitants de Baba Ali sont attaqués à coup de couteau. Les cafés et les bains maures sont saccagés. Des vols sont commis par la horde de lé- gionnaires excités. Des domiciles sont violés.

MASCARA, 30 AVRIL 1949

Les

tristes

exploits des

légionnaires

La fête du Camerone , célébrée par les légionnaires, donne lieu chaque année à des méfaits inqualifiables. Ils se commettent à ciel ouvert, sous l’œil complice et malveillant d’une administration colonialiste dont les représentants

manifestent haine et mépris

à l’égard des populations algériennes.

Les femmes et les enfants sont terrorisés.

Leurs affaires et mobiliers sont jetés dehors. Les objets de valeur sont dérobés. Un vieil homme et son fils sont dénudés et exposés dans la rue. Un autre habitant, Djillali Be- lahrèche surnommé « Diamant », reçoit deux balles dans le ventre ; il perd beaucoup de sang et n’est sauvé que par de salutaires transfusions de sang. Les méfaits revêtent plus de gravité pendant la nuit. Rien n’est épargné. Le mausolée de Sidi Abdelkader subit les mêmes assauts que les cafés maures. Des fidèles sont agressés pendant la prière.

A la place Gambetta, un enfant est sauvage-

ment brutalisé. Les légionnaires s’en servent

comme d’un ballon de football. Dans le café

« l’Escale », des Algériens sont agressés à

coup de couteau. Les violences vont durer jusqu’à deux heures du matin.

C’est la deuxième fois que la ville de Mas- cara connaît de tels méfaits. En 1946, la Légion étrangère s’était déjà tristement dis- tinguée par des agressions contre la popu- lation algérienne. L’administration coloniale n’intervient que rarement au cours de ces tueries qu’elle qualifie toujours de « bagarres de rue » entre civils et militaires. Baba Ali a vécu une nuit de terreur. Des actes ignobles furent commis par un ramassis de merce- naires que l’ordre colonial utilise pour ré- primer les populations algériennes. C’est ce même « ordre » de la honte et de l’exploi- tation qui tolère de tels abus en accordant à

la Légion étrangère un quartier libre d’une

journée, tous les ans, celle du 30 avril au cours de laquelle tout est permis. Les lé- gionnaires se permettent alors d’agresser, de piller et de tuer. A Baba Ali, les légionnaires pénètrent dans le domicile de hadj Boutaleb. Ici, une

jeune femme est surprise en train d’allaiter son bébé. Son sein est transpercé par un coup de baïonnette. Abdelkader Kelti est un pauvre hère qui vit de la charité à Baba Ali. Les légionnaires lui fracassent le crâne. Agé d’une soixantaine d’années, il décédera sept jours plus tard. C’était un ancien taleb qui souffrait d’une déficience mentale et que tout le monde appelait «bachagha» on ne sait trop pourquoi. Le jour de son enterrement, un mouve- ment de masse s’est aussitôt organisé. C’était le 8 mai 1949. Le sous-préfet de l’époque

avait autorisé la levée du corps à condition que le cortège ne traverse pas la ville et qu’il se dirige directement de l’hôpital au cime-

tière. Des militants PPA-MTLD prirent en charge l’organisation des obsèques. Ceux qui portaient le cercueil avaient reçu des instructions : au niveau d’une intersection, ils devaient bifurquer vers le centre-ville. Des milliers de personnes étaient venues aux obsèques du martyr de Mascara. Il fallait donc que cet enterrement soit en même temps une protestation contre le régime co- lonial qui tolère des tueries dont celle vécue durant la nuit du 30 avril au 1er mai 1949. Le service d’ordre chargé de canaliser le cortège funèbre fut pris de vitesse et n’était plus en mesure de refouler la grande masse. Le cortège passa devant la sous-préfecture et en face de la caserne des légionnaires. Il

traversera les principales artères de la ville avant d’atteindre le cimetière. L’enterrement de Abdelkader Kelti a pris l’aspect d’une vé- ritable manifestation politique anticoloniale. (Colonialisme, les crimes impunis – Ed. Alpha – Alger. 2006). A. B. (*) Journaliste-auteur

Jeudi 27 Juin 2013

AFRIQUE

DK NEWS

15

MALI

Feu vert pour le déploiement de la Minusma à partir du 1 er juillet

Le Conseil de sécurité de l'ONU a donné mardi son accord tacite pour que la Mission des Nations unies au Mali (Minusma) se déploie à partir du 1 er juillet, a annoncé à la presse l'ambassadeur britan- nique Mark Lyall Grant.

«Il y a eu un accord una- nime des membres du Conseil pour que nous passions à la phase sui- vante du redressement du Mali avec le déploiement de la Minusma à partir du 1er juillet», a déclaré le diplomate, qui préside le Conseil en juin. Les Casques bleus de la Minusma - 12 600 à effec- tifs pleins - prendront le relais de la force panafri- caine (Misma). Leur tâche sera de stabiliser les prin- cipales villes du Nord et d'encourager la transition politique à Bamako, notamment par le biais d'élections prévues fin juillet. La Minusma a été créée par le Conseil fin

fin juillet. La Minusma a été créée par le Conseil fin avril pour une période ini-

avril pour une période ini- tiale d'un an. Les 15 membres du Conseil, a ajouté Mark Lyall Grant, ont cependant «reconnu la fragilité de la situation au niveau de la sécurité, les difficultés humanitaires» et logistiques, et le «défi important» que représen- tera la tenue d'élections

fin juillet. «Rien ne s'op- pose aujourd'hui au déploiement de la Minusma qui prendra le relais des forces françaises

et africaines au 1er juillet», s'est félicité de son côté, l'ambassadeur français Gérard Araud. «Les condi- tions de sécurité sont

satisfaisantes (

et sur-

)

tout le processus politique connait une évolution très positive» avec le récent accord de Ouagadougou entre Bamako et les rebelles touareg occupant Kidal (nord-est). «Les élections seront techniquement difficiles à mettre en œuvre, a-t-il reconnu, mais il faut tout faire pour qu'elles aient lieu le 28 juillet car nous avons besoin d'élections crédibles dès que possi- ble». Le retrait des forces françaises du Mali connait actuellement «un palier», a expliqué M. Araud, avec quelque 3 000 hommes toujours sur place. Mais ce retrait «se poursuivra à partir de la fin de l'été» avec pour objectif la pré- sence d'un millier de soldats fin 2013. L'ONU négocie actuel- lement avec Paris un «arrangement technique» pour fixer les modalités selon lesquelles les soldats français pourront prêter main forte aux Casques bleus en cas de besoin.

Création d'un organe contre la piraterie maritime dans le golfe de Guinée

Les chefs d'Etat d'Afrique Centrale et de l'Ouest ont annoncé mardi avoir mis sur pied un organe ré- gional chargé de lutter contre la piraterie maritime dans le golfe de Guinée, au dernier jour de leur Som- met à Yaoundé. Dans une déclaration commune, les douze présidents présents ont annoncé la création d'un «centre interrégional de coordination» destiné à mettre en œuvre une stratégie de lutte contre l'in- sécurité maritime. Les chefs d'Etat ont également af- firmé qu'un accord multilatéral contraignant, «au-dessus des lois nationales», serait signé entre les différents pays dans un déai de trois ans. Ils ont éga- lement approuvé l'idée de la définition d'un méca- nisme de financement de la lutte contre la piraterie.

«Cela coûte cher certes, mais pour sécuriser cet es- pace maritime, il n'y a pas de prix. Nous allons mettre les moyens qu'il faut et en particulier mutualiser les

avec l'appui de la communauté interna-

tionale», a assuré le président tchadien Idriss Déby. Douze chefs d'Etat étaient présents dont le Came- rounais Paul Biya, le Nigérian Goodluck Jonathan, le Gabonais Ali Bongo ou encore l'Ivoirien Alassane Ouattara. Les dirigeants ont notamment plaidé pour le déploiement d'une force navale internationale dans la région, ainsi que pour la mise en place de la «force d'intervention rapide» dont la création avait été décidée par l'Union africaine fin mai. Selon le bu- reau maritime international (BMI), le nombre d'actes de piraterie maritime recensés au large des côtes ouest-africaines en 2012 a dépassé pour la pre- mière fois celui des attaques dans le golfe d'Aden et dans l'Océan Indien : 966 marins ont été attaqués dans le golfe de Guinée contre 851 marins au large des côtes somaliennes.

moyens (

)

ONU

La situation au Mali et au Sahel exige des efforts concertés

Le représentant spécial du secrétaire général de l'ONU pour le Mali, M. Albert Gerard Koenders, a affirmé mardi devant le Conseil de sécurité que la situation au Mali avait de «larges répercussions régionales et interna- tionales», soutenant qu'un traitement efficace des défis de la région du Sahel exige du temps et des efforts concertés. M. Koenders intervenait devant l'organe de dé- cision de l'ONU qui a consacré un large débat sur la situa- tion au Mali, à l'issue duquel il a autorisé le déploiement, dès le 1er juillet prochain, de la Mission multidimension- nelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (Minusma), créée en avril dernier par la résolution 2100 (2013). «La situation au Mali a de larges répercussions régio- nales et internationales», a souligné M. Koenders pour qui les attaques récentes au Niger sont un «rappel brutal» de l’ampleur des problèmes auxquels la région du Sahel est confrontée. «Pour traiter efficacement les défis de la région du Sahel, il faut du temps et des efforts concertés», a-t-il avancé, ajoutant qu'un soutien à long terme sera néces- saire. Au Mali, a-t-il poursuivi, les causes profondes des crises devraient être réglées telles que «la mauvaise gou- vernance, la corruption, les clivages au sein et entre les régions et les groupes, un sentiment d’exclusion poli- tique par une nouvelle génération, la pauvreté et l’ab- sence de réforme du secteur de la sécurité». Par ailleurs, a poursuivi M. Koenders qui est égale- ment le chef de la Minusma, l'accord signé récemment entre le gouvernement de transition du Mali et des groupes armés dans les régions du nord, notamment le Mouvement national pour la libération de l’Azawad (Mnla) et le Haut Conseil pour l’unité de l’Azawad, est une «première étape importante vers la pleine restaura- tion de l’ordre constitutionnel et de l’intégrité territo- riale».

constitutionnel et de l’intégrité territo- riale». cisé, un autre mouvement armé touareg, le Haut Conseil

cisé, un autre mouvement armé touareg, le Haut Conseil pour l’unité de l’Azawad, a été créé, précisant que ce der- nier est une coalition du Mouvement islamique de l’Aza- wad et d’éléments du Mnla. Le chef de la Minusma a indiqué que le Mnla avait maintenu le contrôle de la ville de Kidal et de ses environs et avait renforcé sa présence dans certaines localités, avant de préciser qu'entre temps, l’armée malienne a renforcé sa présence à Gao et a lancé une attaque contre le Mnla, qui lui a permis de re- prendre la ville d’Anefis. «Les risques d’actions asymétriques et de violents af- frontements demeurant importants», a souligné le re- présentant spécial, en notant que la protection des populations civiles et la sécurité du personnel des Na- tions Unies étaient l’une de ses préoccupations princi- pales alors que se posent les premiers jalons de la MINUSMA à Bamako et dans les régions du nord du pays.

La Minusma, 3 e plus grande opération de main- tien de la paix de l’ONU

Pour sa part, le secrétaire général adjoint de l'ONU aux opérations de maintien de la paix, M. Hervé Ladsous, a présenté les détails du déploiement de la Minusma dont il a dit qu'elle deviendra, à terme, «la troisième plus grande opération de maintien de la paix de l’ONU en terme de taille». Il a ajouté qu’il y aurait, toutefois, une «période de grâce» de quatre mois pour permettre aux unités militaires et de police de renforcer les contingents et d’intégrer les capacités demandées par les Nations unies, y compris en matière de formation et d’équipe- ment. La Minusma, a-t-il expliqué, opérera dans le cadre de

«règles d’engagement robustes» et jouera, par ailleurs, un «rôle-clé» dans la stabilisation de Mali et dans la pro- tection des citoyens menacés par l’insécurité au nord du pays. En outre, l’engagement politique avec les acteurs maliens afin de promouvoir le dialogue et la réconcilia- tion entre les communautés demeurera «la clé de voûte de notre engagement», selon lui. Le chef du Département des opérations de maintien de la paix a également précisé qu’en préparation de cette transition, la Mission interna- tionale de soutien au Mali sous conduite africaine (Misma) avait continué d’assumer graduellement des responsabilités opérationnelles dans plusieurs zones du nord du Mali, et ce, à la suite du début de la réduction de l’opération militaire «Serval» lancée en janvier dernier pour libérer le nord malien. Revenant sur la Minusma, M. Ladsous a indiqué qu'au 1 er juillet, elle devrait attein- dre une première capacité opérationnelle initiale et, d’ici à la fin juillet, une centaine d’officiers d’état-major de- vraient être présents sur le terrain, estimant que cette Mission pourrait atteindre sa pleine capacité opération- nelle avant le 31 décembre 2013. Il a également avancé que la formation jouera un rôle- clé dans la gestion de la transition de la Misma vers la Mi- nusma, en précisant que des équipes mobiles étaient actuellement déployées sur le terrain pour assurer la for- mation du personnel de la Misma. Les Etats membres de l'ONU doivent mettre à la dis- position de la Minusma les équipements et moyens qu’ils ont promis pour lui permettre de s’acquitter rapidement de son mandat, a rappelé M. Ladsous, en insistant en par- ticulier sur les hélicoptères, l’échange d’informations et la constitution de forces spéciales. Concernant le volet politique, il a mis en garde contre une éventuelle «mauvaise gestion» du processus électo- ral, qui serait de nature à aggraver l’instabilité au Mali, en faisant remarquer que les élections électorales sont prévues dans quatre semaines. Il a affirmé que, durant ce processus, la Minusma assurerait un soutien sécuri- taire, technique et logistique, dans la limite de ses capa- cités puisqu’elle sera encore dans la première phase de son déploiement. M. Ladsous a aussi précisé que la Mis- sion était déployée dans un contexte géopolitique et de menaces asymétriques qui n’avait jamais été expéri- menté auparavant. Le secrétaire général adjoint a aussi attiré l’attention sur la nécessité de faire face à certains défis qui persistent dans la gestion de la transition, afin d’éviter un «vide sécuritaire», rappelant que l’opération était déployée sur un «terrain extrêmement rude» qui se trouve dans une zone géographique «immense».

APS

La situation au Mali améliorée mais reste fragile

Tout en observant que la situation au Mali s’est amé- liorée et que la plupart des grandes agglomérations au nord du pays ont été reprises, il a prévenu, toutefois, qu'elle reste «complexe et fragile», en faisant état, notam- ment, d’accrochages entre le Mouvement national pour la libération de l’Azawad (Mnla) et différents groupes armés dans le nord. Plusieurs raisons seraient à l’origine de ces accro- chages, a-t-il expliqué, en citant, entre autres, le contrôle de certains axes routiers qui seraient utilisés pour le tra- fic de drogues et autres marchandises ainsi que des actes de vengeance pour des exactions commises contre les populations pendant l’occupation. Par ailleurs, a-t-il pré-

16

DK NEWS

MONDE

Jeudi 27 Juin 2013

USA

Obama et Karzaï soutiennent la création d'un bureau des talibans au Qatar

La Maison-Blanche a déclaré mardi que le président afghan Hamid Karzaï, jusque- là opposé à l'ouverture d'une représenta- tion politique officielle des talibans au Qatar, était parvenu à s'entendre avec Ba- rack Obama en faveur d'une telle dé- marche. Lors d'un appel téléphonique, les deux dirigeants ont affirmé «leur soutien à un bureau à Doha en vue de mener des négo- ciations entre le Haut conseil pour la paix (HCP) et des représentants officiels des ta- libans», écrit la Maison-Blanche dans un communiqué. Les deux présidents ont, par ailleurs, discuté de la tenue des élections en 2014, et «réaffirmé que des élections libres, justes et crédibles seraient essentielles pour le futur du pays», indique le communiqué. L'envoyé spécial américain pour l'Af- ghanistan et le Pakistan, James Dobbins, s'était entretenu lundi à Kaboul avec Hamid Karzaï sur les négociations de paix avec les taliban.

L'armée de Terre américaine supprimera 12 de ses brigades de combat

de Terre américaine supprimera 12 de ses brigades de combat L'armée de Terre américaine va suppri-

L'armée de Terre américaine va suppri- mer 12 Brigades de combat (BCT) dans le cadre de sa réduction de format liée aux coupes budgétaires qui frappent le Penta- gone, a annoncé mardi le chef d'état-major de l'US Army, le général Ray Odierno. Evoquant cette réorganisation comme la plus importante depuis la Seconde Guerre mondiale, le général Odierno a dé- taillé devant la presse comment l'US Army va passer de 570 000 à 490 000 hommes - un chiffre annoncé il y a plusieurs mois qui la ramènera au niveau de l'avant 11- Septembre. Les 12 brigades de combat, chacune d'environ 3 500 hommes, seront suppri- mées au cours des quatre prochaines an- nées. Dix d'entre elles sont basées aux Etats-Unis, les deux autres en Allemagne. Le Pentagone avait déjà rendu publique la suppression de ces deux dernières. Dans le cadre de cette réorganisation, les brigades d'infanterie et de cavalerie se verront renforcées d'un bataillon, ajoutant ainsi 600 à 800 hommes à chaque brigade. La diminution de 80 000 hommes dans les années à venir s'effectuera principale- ment par des départs volontaires, même si quelques officiers seront poussés vers la retraite, a affirmé le général Odierno. Les coupes seront réparties sur l'ensemble du territoire américain.

APS

ETATS-UNIS - QATAR

Obama félicite le nouvel Emir,

les analystes s'interrogent sur la nouvelle politique étrangère qatarie

sur la nouvelle politique étrangère qatarie Le président américain Barack Obama a félicité mardi

Le président américain Barack Obama a félicité mardi Cheikh Tamim ben Hamad Al Thani, désigné nouvel Emir du Qatar après abdication de son père, une succession qui soulève des questions sur la nouvelle vision de la politique étrangère de cet émirat marquée, jusque-là, par un interventionnisme qui irrita plusieurs pays de la région.

Dans son message de félicitations publié par la Maison-Blanche, le prési- dent américain considère que le Qatar est un «partenaire important» des Etats-Unis, et souhaite «renforcer la coopération'' avec ce pays du Golfe, «approfondir les liens» entre les deux parties et poursuivre leur «étroite col- laboration» sur les questions d'intérêt mutuel. L'annonce de la succession a suscité plusieurs commentaires de la presse américaine et des analystes qui esti- ment que cette abdication du cheikh Hamad ben Khalifa al Thani et la mise à l'écart attendue de son ministre des Affaires étrangères, Hamad bein Jassim al-Thani, ont surpris autant ses sujets que le monde. Dans son commentaire, le New York Times (NYT) rappelle que Cheikh Hamad ben Khalifa al-Thani, le père du nouvel Emir, a utilisé les richesses pé- trolières et gazières de son petit pays pour «modifier le cours des événe- ments au Moyen-Orient, soutenir les rebelles en Syrie et en Libye» notam- ment. Pour le quotidien new-yorkais, même si c'est un allié de Washington, Cheikh Hamad ben Khalifa al Thani «a provoqué la colère de l'Occident en fi- nançant les rebelles islamistes radi- caux dans les différentes arènes» notamment en Syrie. Cette décision d'abdication, pour- suit-il, intervient alors que «le chéquier

du Qatar» se fait sentir dans tout le Moyen-Orient, ce qui soulève des ques- tions quant à savoir si le fils poursui- vrait la «politique interventionniste de grande envergure» du Qatar conduite par son père. Alors qu'un expert de la Brookings Institution, Gregory Gause, assimile le financement de la politique interven- tionniste du Qatar à «un coup de poing plus fort que le poids véritable» de ce pays, le NYT évoque les «inquiétudes» des bénéficiaires de ces financements quant à savoir si l'émirat continuera à s'impliquer de manière «aussi agres- sive et expansive» comme il l'avait fait au cours de ces dernières années. Affirmant que les ambitions du Qatar «ne correspondent pas toujours à ses capacités» avec, notamment, un déficit chronique de diplomates, le quotidien new-yorkais considère qu'avec «autant de fers mis dans plu- sieurs feux» dans le sillage de sa poli- tique interventionniste, «le remplacement de l'Emir est un mys- tère». Pour sa part, le magazine Time, qui explique les raisons de cette abdication, avance que le Cheikh Tamim sera mis sous les feux des projecteurs à un «mo- ment charnière» pour le Qatar. En effet, note cet influent magazine américain, le Qatar «a joué gros» dans une tentative d'établir une «proémi- nence régionale», en menant la charge pour un changement de régime en

Libye, en soutenant les groupes re- belles en Syrie et en accueillant à Doha le bureau des talibans afghans. Mais la tentative du Qatar à supplan- ter les puissances régionales comme l'Arabie Saoudite, l'Egypte et la Turquie à travers «le cash et une politique étran- gère pugnace» s'est quelque peu re- tournée contre lui, constate-t-il. Alors que des pays comme la Libye et la Tunisie se montrent de plus en plus «méfiants» de ce qu'ils considèrent comme un soutien qatari aux groupes islamistes, les autres pays du Golfe per- çoivent le Qatar comme un «arriviste perturbateur et dangereusement proche des Frères musulmans», af- firme Time. De surcroît, ce qui semblait être un «succès rapide» des soulèvements arabes s'est transformé en un «bour- bier sanglant», soutient-il. L'auteur de cette analyse du Time avance même que si le président syrien Bachar El Assad se maintiendrait à son poste, la position du Qatar dans la ré- gion, en dépit des milliards de dollars dépensés dans les armes et l'aide aux rebelles, serait «irrémédiablement dé- tériorée». A cette fin, explique-t-il, l'émer- gence «soudaine» du Cheikh Tamim comme nouvel Emir pourrait être ce dont le Qatar a besoin pour «se débar- rasser de la mauvaise image» que ce pays s'est collée durant ces dernières années.

MONGOLIE

Ouverture des bureaux de vote pour l'élection présidentielle

Les bureaux de vote ont ouvert tôt mercredi matin en Mongolie pour l'élection présidentielle disputée entre trois candidats, rapporte la presse locale. Les derniers sondages donnaient l'avantage au président sortant Tsakhia Elbegdorj qui, s'il était réélu pour un nouveau mandat de quatre ans, devrait poursuivre sa politique libérale d'ouverture aux capitaux étrangers, à l'origine d'un taux de croissance faramineux de 17,5% en 2011 et de 12,3% l'an dernier. Les trois candidats en lice assurent vouloir œuvrer à une meilleure redistribution de ce soudain afflux de richesse, à l'origine de fortunes colossales dans un pays où le salaire moyen avoisine les 200 dollars. Le candidat qui remportera plus de 50% des voix mercredi sera élu d'office, échappant à un deuxième tour le 10 juillet. Ouvert à 07h00 (23h00 GMT), le scrutin doit être clos à 22h00 (14h00 GMT). Les résultats pourraient être annoncés au cours de la nuit de mer- credi à jeudi.

APS

Jeudi 27 Juin 2013

MONDE

DK NEWS

17

SYRIE:

Une rencontre entre le secrétaire d'Etat John Kerry et le ministre russe des Affaires étrangères russe, Sergueï Lavrov, consacrée à la Syrie, se tiendra la semaine prochaine, annonce un communiqué de l'ONU publié à Genève.

Rencontre

Kerry-Lavrov

la

semaine

prochaine

à Genève. Rencontre Kerry-Lavrov la semaine prochaine «Le ministre Lavrov et le secrétaire d'Etat Kerry se

«Le ministre Lavrov et le secrétaire d'Etat Kerry se rencontreront la semaine prochaine», indique le communiqué publié à l'issue d'une réunion tripartite de préparation d'une conférence inter- nationale sur la Syrie, rassemblant hauts diplomates russes et américaines, ainsi que l'émissaire spécial de l'ONU, Lakhdar Brahimi. «Les discussions ont été constructives et centrées sur les moyens d'assurer que la conférence de Genève peut se tenir avec les meilleures chances de succès», ajoute le communiqué, en pré- cisant que «d'autres consultations entre les Nations unies, la Fédération de Russie et les Etats-Unis auront lieu (après la rencontre entre MM. Lavrov et Kerry, ndlr) sur la date de la conférence et pour compléter la liste des participants».

La réunion tripartite ONU, Etats- Unis, Russie fait suite à une première rencontre similaire qui s'était tenue le 5 juin, rassemblant des vice-ministres russes et américain des Affaires étran- gères. La Russie était représentée mardi par MM. Mikhaïl Bogdanov et Guennadi Gatilov, et les Etats-Unis par M me Wendy Sherman, sous-secrétaire d'Etat aux af- faires politiques. Ils se sont rencontrés pendant près de cinq heures au siège européen des Nations unies à Genève sous la présidence de M. Brahimi. La conférence dite de Genève 2, voulue par Washington et Moscou pour tenter d'ouvrir des négociations entre régime et opposition en Syrie après plus de deux ans de conflit qui a fait au moins 93 000 morts selon l'ONU, était initia-

lement espérée pour juin puis juillet. «Franchement je doute que la confé- rence ait lieu en juillet», avait prévenu M. Brahimi avant de commencer la réu- nion. Une source diplomatique russe avait annoncé que les chefs de la diplomatie russe et américaine Sergueï Lavrov et John Kerry s'entretiendront la semaine prochaine à Brunei, dans le cadre du forum régional de l'Asean (Association des nations de l'Asie du Sud-Est). «La rencontre entre MM. Lavrov et Kerry est prévue en marge des réunions des ministres du forum régional de l'Asean (Association des nations de l'Asie du Sud-Est) la semaine prochaine à Bru- nei», a précisé le service de presse du ministère russe de Affaires étrangères, cité par l'agence Ria Novosti.

L'ONU rejette toute solution militaire au conflit

Le sous-secrétaire général de l'ONU aux affaires poli- tiques, M. Oscar Fernandez- Taranco, a affirmé mardi de- vant le Conseil de sécurité

ses pays voisins, en particulier conflit», a insisté M. Fernan-

ses pays voisins, en particulier

conflit», a insisté M. Fernan-

la conférence internationale sur la crise en Syrie puisse se tenir en juillet prochain. Le diplomate algérien a rappelé que le gouvernement

qu'il n'y avait pas de solution militaire au conflit en Syrie, ajoutant qu'un appui militaire direct aux parties en conflit ne fait qu’anticiper une es- calade de la violence. «Une solution au conflit en Syrie et dans d'autres par- ties du Moyen-Orient est pos- sible si des engagements cou- rageux et mutuels sont pris aux niveaux national, régional

la Jordanie et le Liban, ab- sorbaient les conséquences humanitaires de cette crise,

dez-Taranco. Rappelant «l’occasion di-

syrien a, d'ores et déjà, an- noncé qu'il sera présent, alors que les groupes d'opposition ne sont, pour l'instant, pas prêts à participer à une confé- rence en juillet. Concernant le conflit is- raélo-palestinien, M. Fernan- dez-Taranco a réitéré que la reprise des pourparlers entre les deux parties était la seule manière de parvenir à la so-

et

international pour les ré-

alors qu'aucune solution ne

plomatique» qu’offre l’accord intervenu, en mai dernier à

lution de deux Etats vivant

gler, et ce, non pas par la

se profile à l’horizon.

Moscou, entre le secrétaire

côte à côte dans la paix et la

guerre ou la violence, mais par des moyens pacifiques»,

Il a, par ailleurs, averti que les déclarations faisant état

d’Etat américain, John Kerry, et le ministre russe des Af-

sécurité. La reprise de ces né- gociations, a-t-il estimé, exige

a

déclaré M. Fernandez-Ta-

d’un appui militaire direct

que les parties établissent un

ranco devant les membres du Conseil de sécurité lors de la séance d’information men- suelle sur la situation dans cette région. Le Moyen-Orient, a-t-il

aux parties en conflit ne fai- saient qu’anticiper l'escalade de la violence. Selon lui, il y a près de 1,7 million de réfugiés syriens, en notant que les institutions

faires étrangères, Sergei La- vrov, pour amener les parties

syriennes à trouver une so- lution politique à la crise, il a aussi salué la décision prise récemment lors du Sommet du G8 pour amener les parties

cadre précis, avec un calen- drier crédible et prennent des mesures visant à instaurer la confiance. Cela passe «par un enga- gement politique des deux

poursuivi, «vit des jours dan- gereux et tragiques, et le fléau de la guerre détruit, une fois de plus, des vies humaines et les espoirs».

humanitaires estimaient, par ailleurs, que 6,8 millions de personnes avaient besoin d’une assistance à l’intérieur du pays. «Comme l’a réitéré

la table des négociations. A ce propos, il est à rappe- ler que le Représentant spé- cial conjoint des Nations unies et de la Ligue arabe

à

dirigeants, le Premier minis- tre israélien, M. Benyamine Netanyahou, et le Président de l’Autorité palestinienne, M. Mahmoud Abbas», selon

A ce propos, il a regretté

à

plusieurs reprises le Secré-

pour le conflit en Syrie, Lakh-

lui, ajoutant que les possibi-

que la tragédie humaine se

taire général de l'ONU, il n’y

dar Brahimi, a fait part, mardi

lités sont limitées et doivent

poursuivait en Syrie et que

a

pas de solution militaire au

à

Genève, de son doute que

être préservées.

MADURO:

Le Venezuela prêt à étudier une éventuelle demande d'asile de Snowden

Le président vénézuélien Nicolas Maduro a affirmé mardi qu'il était prêt à étudier, comme le fait l'Equa- teur, la possibilité d'accorder l'asile politique à Edward Snowden, l'ancien consultant de la NSA recherché par les

Etats-Unis pour espionnage, si ce der- nier en faisait la demande. «Nous n'avons pas reçu de de- mande officielle, mais si c'était le cas, nous l'étudierions», a déclaré M. Ma- duro à Port-au-Prince à la sortie d'une conférence de presse avec son homo- logue haïtien Michel Martelly, re- transmise sur la chaîne de télévision publique vénézuélienne VTV. «Snowden devrait recevoir une aide humanitaire mondiale pour l'infor-

Que se pas-

serait-il si le monde apprenait que le Venezuela se livrait à de l'espion- nage ? Le Conseil de sécurité de l'ONU se réunirait sans doute», a ajouté le chef d'Etat. L'Américain, âgé de 29 ans, qui en- court 30 ans de réclusion dans son pays pour ses spectaculaires révéla- tions sur l'espionnage par la NSA de communications téléphoniques et In- ternet aux Etats-Unis et à l'étranger, se trouve toujours en zone de transit à l'aéroport de Moscou, a annoncé mardi le président russe, Vladimir Poutine.

mation qu'il a révélée. (

)

CHILI

Le président chilien appelle les étudiants à mettre fin à l'occupation d'établissements scolaires

Le président chilien Sebastian Pi- nera a appelé mardi les étudiants ayant procédé à l'occupation d'établis- sements scolaires, qui serviront de bureaux de vote pour les élections pri- maires du 30 juin prochain, à mettre fin à ce mouvement de protestation, a annoncé la présidence chilienne. Quelque 30 établissements sco- laires qui serviront de bureaux de vote pour ces élections ont été occupés par

un petit groupe d'élèves et d'étudiants,

a indiqué le président Pinera au palais

La Moneda, rappelant que le «gouver- nement a cherché et poursuivra la re- cherche des voies du dialogue et des accords pour résoudre cette ques-

tion». «Si ces chemins de dialogue et d'accords n'aboutissent pas et ne don- nent pas de résultats, à cause de l'in- transigeance d'une petite minorité d'élèves, le gouvernement va accom- plir son devoir à travers l'application de la loi, la défense de l'état de droit et la protection du droit de vote de 13 millions de citoyens chiliens», lors de ces élections dans un climat de paix et de tranquillité, a-t-il ajouté. Dans ce sens, le président Pinera a réitéré son appel à ces étudiants «à mettre fin à leur mouvement de pro- testation et à respecter la démocratie

et le droit des citoyens de pouvoir par-

ticiper aux élections primaires du di- manche prochain».

APS

18

DK NEWS

TÉLÉ

Jeudi 27 Juin 2013

Programme du Jeudi 27 Juin 2013

Programme du Jeudi 27 Juin 2013

Programme du Jeudi 27 Juin 2013
É L É Jeudi 27 Juin 2013 Programme du Jeudi 27 Juin 2013 08h00 : bonjour

08h00 : bonjour d'algérie '' direct'' 09h30 : dar da meziane II (21) rediff 10h00 : azhar oua hikayet (16) 10h30 : bouhairet e'chabout (32) 11h00 : culture club ''rediff'' 12h00 : journal en français+météo 12h30 : oua yabqa el hob (75) 13h40 : rahalat bahria (07) 14h35 : nour ayni (06) 15h20 : tarikh oua hadhara (16) 15h45 : ATHLETISME ''direct'' 18h00 : journal en amazigh 18h20 : dar da meziane II (22) 18h45 : martyrs de la guillotine 19h00 : journal en français+météo 19h30 : NERA, ombre et lumière 20h00 : journal en arabe 20h45 : le monde en 52' 22h00 : secrets des plantes 22h50 : festival de la musique andalouse 00h00 : journal en arabe 12h30 : oua yabqa el hob (75) 13h40 : rahalat bahria (07) 14h35 : nour ayni

05h30 MagazineTFou

07h25Météo

07h30 MagazineTéléshopping

08h15Météo

08h25 DivertissementSecret Story 09h20 SérieAu nom de la vérité

09h50 SériePetits secrets entre voisins 10h20 SériePetits secrets entre voisins 10h55 MagazinePetits plats en équilibre 11h00 JeuLes douze coups de midi 11h55 MagazineL'affiche du jour

12h00Journal

12h40 MagazinePetits plats en équilibre

12h50Météo

12h55 SérieLes feux de l'amour 13h55 TelefilmSous le soleil de Miami

DivertissementQuatre

15h30

pour une lune de miel 16h20 JeuBienvenue chez nous 17h15 DivertissementSecret Story 18h05 JeuMoney Drop

18h55Météo

19h00Journal

19h35 Magazine1001 questions santé

19h37Météo

19h40 SérieNos chers voisins 19h50 SérieFalcoInédit 20h45 SérieFalco 21h45 SérieNew York Unité Spéciale 22h30 SérieNew York Unité Spéciale

mariages

Spéciale 22h30 SérieNew York Unité Spéciale mariages 05h10 MagazineTélématin (suite) 06h00Journal 06h10

05h10 MagazineTélématin (suite)

06h00Journal

06h10 MagazineTélématin (suite) 07h05 MagazineDans quelle éta-gère 07h10 SérieDes jours et des vies 07h35 SérieAmour, gloire et beauté 07h55 MagazineC'est au programme 08h50Météo outremer 08h55 JeuMotus 09h30 JeuLes Z'amours 11h00 JeuTout le monde veut prendre sa place 11h55Météo 2

12h00Journal

12h50Météo 2 12h52 MagazineConsomag 12h55 MagazineToute une histoire 14h35 MagazineComment ça va bien ! 15h49 MagazineCôté Match 15h50 MagazineDernier recours 16h15 MagazineLe jour où tout a basculé 16h45 DivertissementCD'aujourd'hui 16h50 DivertissementOn n'demande qu'à en rire 17h40 JeuMot de passe 18h24Météo 2 18h25 JeuN'oubliez pas les paroles

19h00Journal

19h39 MagazineMon parcours gagnant 19h40Météo 2 19h45 MagazineEnvoyé spécial 21h15 MagazineComplément d'enquête 22h45 DocumentaireLa légende du Tour de France

22h45 DocumentaireLa légende du Tour de France 06h40 Dessin animéLes nouvelles aven- tures de Peter Pan

06h40 Dessin animéLes nouvelles aven- tures de Peter Pan 07h05 Dessin animéLes nouvelles aven- tures de Peter Pan 07h30 SérieAngelo la débrouille 07h40 JeunesseC'est bon ! 07h45 DocumentaireDes histoires et des vies (1ère partie) 08h45 DocumentaireDes histoires et des vies (2e partie) 09h35Edition de l'outre-mer 09h45 MagazineConsomag 09h50 MagazineMidi en France

10h55Météo

11h0012/13 : Journal 11h55 MagazineMétéo à la carte 12h50 MagazineSi près de chez vous 13h45 JeuKeno 13h55 MagazineQuestions cribles au Sénat 14h55 MagazineSénat info 15h10 JeuDes chiffres et des lettres 15h50 JeuHarry 16h20 MagazineUn livre, un jour 16h30 JeuSlam 17h10 JeuQuestions pour un champion 18h0019/20 : Journal régional 18h1819/20 : Edition locale 18h3019/20 : Journal national

18h58Météo

19h00 MagazineTout le sport 19h10 MagazineEt si on changeait le monde 19h15 SériePlus belle la vie 19h40 MagazineAu plus près du Tour 19h45 FilmCa$h

21h30Météo

21h35Grand Soir 3 22h35 MagazineLes sorties de la semaine 22h40 DSK, l'homme qui voulait tout

de la semaine 22h40 DSK, l'homme qui voulait tout 05h55 MagazineLa matinale 07h25 FilmIl était une

05h55 MagazineLa matinale 07h25 FilmIl était une fois, une fois 09h00 MagazineL'effet papillon 09h30 DivertissementSophie et Sophie 09h35 La semaine de Gaspard Proust 09h40 SérieUne minute avant 09h45 SérieVikings 10h25 SérieVikings 11h10 DivertissementLes Guignols de l'info 11h20 La nouvelle édition 1ère partie 11h45 MagazineLa nouvelle édition 13h00 SportWimbledon 2013 17h45Le JT 18h05 MagazineLe grand journal 19h05 DivertissementLe petit journal 19h30 MagazineLe grand journal, la suite 19h55 SérieHomelandInédit 20h45 SérieHomeland 21h40 SérieWorkingirls 22h15 Série30 Rock

SérieHomeland 21h40 SérieWorkingirls 22h15 Série30 Rock 06h50 SérieMartine 07h05 SérieMartine 07h20 SérieLes

06h50 SérieMartine 07h05 SérieMartine 07h20 SérieLes p'tits diables

07h40Météo

07h45 MagazineM6 boutique

08h55Météo

09h00 JeuLes reines du shopping 10h00 SérieDesperate Housewives 10h50 SérieDesperate Housewives

11h40Météo

11h45Le 12.45 12h05 SérieScènes de ménages

12h40Météo

12h45 TelefilmLa double vie de Samantha 14h35 SérieDrop Dead Diva 15h25 JeuFier de ma maison 16h35 JeuUn dîner presque parfait 17h45 Magazine100 % mag

18h40Météo

18h45Le 19.45 19h05 SérieEn famille 19h50 SérieBody of ProofInédit 20h40 SérieBody of Proof 21h30 SérieBody of Proof 22h20 SérieBody of Proof

La sélection

19h50 Falco Résumé Falco est sous pression. Sa fille, Pauline, 22 ans, qu'il n'a pas
19h50
Falco
Résumé
Falco est sous pression. Sa fille, Pauline,
22 ans, qu'il n'a pas revue depuis son réveil,
rentre d'Inde. Entre excitation et appréhen-
sion, Falco s'interroge sur la place qu’il peut
tenir dans la vie de cette jeune femme, qui ne le connaît pas. Parallèlement,
ce retour exacerbe les tensions avec Philippe Chéron, compagnon de Carole
et beau-père de Pauline. En de surcroît, les enquêteurs sont face à une étrange
affaire : le meurtre violent d'une psychiatre qui menait une enquête sur le pré-
tendu suicide d'une de ses patientes
19h45 Envoyé spécial Résumé Au sommaire : Razzia sur la Corse Depuis dix ans, la
19h45
Envoyé spécial
Résumé
Au sommaire :
Razzia sur la Corse
Depuis dix ans, la folie spéculative
s'est emparée de la Corse. Jusqu'à pré-
sent, l'île était pourtant restée sauvage et
préservée. Sur ses 1400 kilomètres de
côtes, seulement 15% sont urbanisés. Le
reste est l'objet d'intenses convoitises.
Rendre un terrain constructible en bord
de mer, c'est le transformer en or. Quinze villas de luxe vendues chacune un
million d'euros ont été bâties les pieds dans l'eau. Les acheteurs sont des
grands patrons, des vedettes de cinéma qui cherchent à faire construire dans
des sites encore vierges, grâce à des appuis au plus haut niveau de l'Etat. Hé-
lène Constanty a interpellé des élus qui accordent des permis de construire
dans des sites protégés.
2e sujet à déterminer
19h45

19h45

Ca$h

Ca$h

Résumé Solal est un escroc à la petite semaine qui s'en sort plutôt bien. En effet, il parvient toujours à évi- ter les foudres de ses victimes. Mais lorsqu'un ma-

fieux découvre qu'il a été roulé dans la farine, Solal apprend à ses dépens qu'ils ne faut pas s'en prendre à plus gros que soi. Peu de temps après, Cash découvre que Solal a été abattu. Accablé de voir son frère finir ainsi, il décide de le venger. Rapidement, il élabore une arnaque de haut vol, dont la victime n'est autre que le commanditaire de l'assassinat. Mais Cash comprend très vite qu'il a mis la main dans un funeste engrenage. Trahisons et manipulations se multiplient

19h55 Homeland Résumé Après avoir été victimes d'une embuscade, Car- rie et son équipe tentent
19h55
Homeland
Résumé
Après avoir été victimes d'une embuscade, Car-
rie et son équipe tentent de reprendre le contrôle
des opérations. Saul rend visite à Aileen, une jeune
islamiste américaine gardée à l'isolement, dans l'espoir qu'elle lui livrera des
informations au sujet de l'attaque. Brody et sa famille assistent à un gala de
bienfaisance dans un ranch de Virginie. Durant la soirée, Dana avoue devant
sa mère et celle de Finn être responsable de la mort d'une femme quelques se-
maines auparavant. Le vice-président Walden ne veut pas ébruiter l'affaire,
mais Jessica et Dana ne sont pas du même avis. Cette dernière s'apprête même
à se rendre à la police
19h50 Body of Proof Résumé Megan est témoin à charge lors d'un pro- cès pour
19h50
Body of Proof
Résumé
Megan est témoin à charge lors d'un pro-
cès pour meurtre. Tommy, lui, doute de la
culpabilité de l'accusé, ce qui énerve
Megan. Ils se retrouvent le soir pour en
discuter. Après quelques verres, Megan quitte les lieux, puis revient pour
apercevoir Tommy en pleine conversation avec une jeune femme blonde.
Le lendemain matin, Tommy est retrouvé hagard, couvert de sang, auprès
du cadavre de l'inconnue. Il n'a aucun souvenir mais tout l'accuse, au point
de faire peu à peu douter Megan de son innocence

Jeudi 27 Juin 2013

DÉTENTE

DK NEWS

19

Mots fléchés n°309

Jeudi 27 Juin 2013 DÉTENTE DK NEWS 19 Mots fléchés n°309 Proverbes On ne doit pas

Proverbes

On ne doit pas laisser son travail à la dernière minute.

Proverbe algérien

Travaille, et tu deviendras fort ; assieds-toi, et tu sentiras mauvais.

Proverbe berbère

Toutes choses sont difficiles avant que d'être faciles.

Proverbe arabe

La nuit, tous les chats sont gris Proverbe français

C’est arrivé un 27 Juin

2012 : résolution no 2052 du Conseil de sé-

curité des Nations unies ayant pour sujet

: La situation au Moyen-Orient.

2012 : résolution no 2053 du Conseil de sé-

curité des Nations unies ayant pour sujet

: La situation concernant la République

démocratique du Congo.

2012 : DKNEWS, édite son premier nu-

méro et lance un nouveau quotidien na-

tional d’information pour enrichir le

paysage médiatique algérien.

Célébration :

- Allemagne : Siebenschläfertag (de),

Journée des Sept Dormants, commémore

les Sept Dormants d'Éphèse.

- Argentine : Día del Biólogo, Journée du biologiste.

- Brésil : Journée du métis (pt), promeut la diversité raciale depuis 2006.

- Canada : Journée canadienne du multi- culturalisme.

- Djibouti : Fête nationale, commémore

l'Indépendance vis-à-vis de la France en

1977.

- États-Unis : National HIV Testing Day, Journée nationale du test HIV.

Samouraï-sudoku n°309

Les problèmes de sudoku samouraï se composent de cinq grilles de sudoku entrelacées. Les règles standards du sudoku s'appliquent à chacune de ces cinq grilles. Placez les chiffres de 1 à 9 dans les cases vides de chaque grille. Chaque ligne, chaque colonne, et chaque région 3 x 3 doit contenir une fois les chiffres de 1 à 9.

Chaque sudoku samouraï a une solution unique et peut être résolu par la logique pure.

solution unique et peut être résolu par la logique pure. Mots croisés n°309 Horizontal ement: 1.

Mots croisés n°309

peut être résolu par la logique pure. Mots croisés n°309 Horizontal ement: 1. Qui produit une

Horizontal ement:

1. Qui produit une double réfraction

2. Forment le sommet d'un organe - Évêque de

Noyon

3. Droit de retour - Antimoine

4. Tranchant - Personnage représenté dans

l'attitude de la prière

5. Gallium - Étain - Rejetât

6. Écart de la commune de Martigues - Table à

débiter de la viande

7. Gherardesca (prénom) - Tombe du ciel

8. Liera la variation d'un salaire à la variation

d'une autre valeur prise comme référence - Titre d'honneur chez les anglais

9. Issue - Baie des côtes de Honshu - Cuisiniers

à bord d'un navire

10. Ancêtre des Atrides - Vase à col étroit et

courbé

11. Endroit peu profond d'une rivière - Rusées

12. Fleuve d'Allemagne - Écrivain italien

Vertical ement :

1. Manière de parler embrouillée

2. Racine d'un arbrisseau du Brésil -

Arbrisseau gymnosperme

3. Bord - Freinés, tempérés

4. Etourdi

5. Maison en Polynésie - Impôt institué

à plusieurs reprises en France (1710-

1749)

6. Petits ruisseaux - Laxatifs - Actinium

7. Roi des Lapithes - Endroit

8. Métal précieux - École nationale

d'administration - Lac des Pyrénées

9. Embarrassante - Vérin

10. Article espagnol - Perdons notre

temps à des riens

11.

12. Région autonome de l'ouest de la

Chine - Anneaux de cordage

Mélancoliques

20 DK NEWS

SPORTS

Jeudi 27 Juin 2013

JM2013 / LE POINT DE LA 6 ÈME JOURNÉE

Les boxeurs algériens sauvent les meubles

La 6 e journée des compétitions des Jeux méditerranéens 2013 de Mer- sin (Turquie) disputée mardi a été marquée par la qualification à la fi- nale de deux autres boxeurs algé- riens, Ilyas Abbadi et Abdelhafid Benchabla, et la nette victoire de la sélection nationale de volley-ball face à son homologue de Macé- doine (3-0).

Les deux pugilistes Abbadi (69 kg)

et Abdelhafid Benchabla (-81 kg) ont

battu respectivement l’Italien Alfonso

di Russo et le Turc Avni Yildirim, re-

joignant ainsi en finale leurs trois co- équipiers Mohamed Flissi (49 kg),

Réda Benbaaziz (56 kg) et Chadi Ab- delkader (64 kg) qui s’étaient quali- fiés lundi aux finales du tournoi de boxe. Une performance de taille pour

la sélection nationale de boxe qui

sauve la face à la participation algé- rienne au rendez-vous méditerra- néen de Mersin. Autre bon résultat de cette 6ème journée de compétition est à mettre à l’actif de l’équipe algérienne de vol- ley-ball qui s’est imposée avec brio 3- 0 (25-19, 25-23, 25-21). Avec deux victoires (face à l’Italie 3-2 et la Macé- doine 3-0) et une défaite (face à la Tu- nisie), le Six algérien rate de peu les demi-finales, en se classant 3 e du

Groupe B derrière l’Italie et la Tuni- sie. Les joueurs de Mourad Sennoun joueront le match de classement pour

de Mourad Sennoun joueront le match de classement pour la 5 e place jeudi face à

la 5 e place jeudi face à l’Egypte. Dans les autres disciplines, les résultats des sportifs algériens n’étaient guère re- luisants. Les handballeurs se sont in- clinés par 13 buts d’écart face à leurs

homologues serbes 34-21 (15-12). Ils

joueront mercredi face l’équipe de Turquie. Avec une victoire et deux dé- faites, les coéquipiers de Chahbour se classent 5 es du groupe A. Pour la première épreuve en cy- clisme, les Algériens Adel Barbari (34:28.53) et Hichem Chaâbane (36 :

11.51) ont terminé la course indivi- duelle contre la montre, respective- ment, aux 7 e et 16 e places, alors que la médaille d’or est revenue au Français Yoann Paillot. Ce dernier a parcouru les 27 kilomètres en 32:45.07, devant l’Espagnol Luis Guillermo (32:58.28) et Turc Rasim Reis (33:41.38). Le lut- teur algérien Rabah Si Ramdane en-

gagé en lutte libre, dans la catégorie des 66 kg, n’a pas été gâté par le tirage au sort. Il a affronté un Turc, Mustafa Kaya, fortement soutenu par son pu- blic, et face auquel il s’est incliné logi- quement. Repêché, l’Algérien a été battu par le Macédonien Dejan Mi- trov. Les épreuves de voile se poursui- vent toujours, puisque la compétition ne prendra fin que le 27 juin. Dans la spécialité Laser Messieurs, l’Algérie est représentée par Mohamed Bouas- ria Benouali et Idris Bouhadda, et chez les filles, ce sont les jeunes Imène Chérif Sahraoui et Lamia Fé- riel Hammiche (16 ans) qui se mesu- rent aux chevronnés véliplanchistes de la rive nord méditerranéenne. «Notre objectif dans cette compéti- tion méditerranéenne de haut niveau est de réaliser la meilleure prestation possible, en côtoyant les chevronnés véliplanchistes des pays de la rive nord méditerranéenne. Nous ambi- tionnons surtout de reconquérir notre place de leader sur le plan arabe et africain», avait indiqué à l’APS le di- recteur technique Farid Beghiar avant le début de la compétition. En sports de boules, les compétitions ont dé- buté ce mardi. L’athlète algérien Sid Ahmed Boufateh s’est qualifié pour les quarts de finale du tir de précision. Dans ce concours auquel ont pris part onze boulistes, représentant 11 pays, Boufateh a réalisé une note de 27.23, la 7 e parmi les huit qualifiés. En quart de finale, l’Algérien sera face à sept autres concurrents : Roche Cé- dric (France), Butdrac Srdan (Serbie), Imed Seboui (Tunisie), Léo Brnic (Croatie), Mana Simone (Italie), Janzic Davor (Slovénie) et Petkovic Miroslav (Monténégro). En revanche, la lan- ceuse Lamia Aïssioui n’a pu franchir l’écueil des 1/8 de finale, face aux en- gagées des onze autres pays. Le sport boules algérien misera également sur le concours du tir progressif, avec l’entrée en lice de Abdelkrim Makh- loufi.

HALTÉROPHILIE

Médaille de bronze pour l'Algérien Bidani

L'haltérophile Walid Bidani a remporté la médaille de bronze de sa ca- tégorie (105kg), mercredi à Mersin, pour le compte des 17es Jeux méditer- ranéens de Mersin (20-30 juin), portant le total en médailles de l'Algérie à cinq bronze. Bidani, encore junior, s'est offert la 3è marche du podium à l'ar- raché, en soulevant la barre des 171kg au 2è essai. Il a raté d'un kilogramme la médaille d'argent et de deux l'or. Le podium de la catégorie des 105kg a été complété par le Grec David Kavelasvili (173kg) et le Syrien Ahed Jugheli (172kg). Dans le concours de l'épaulé jeté auquel l'Algérien n'a pas pris part en raison d'une blessure, est revenu au Grec Kavelasvili (215kg), suivi du Sy- rien Jugheli (212kg), alors que l'Egyptien Mohamed Gaber a remporté la mé- daille de bronze du concours avec une barre de 203kg. «On ne s'attendait pas à cette performance de Bidani qui est encore junior pour les deux an- nées à venir. Dans un plateau très relevé, le sociétaire du Groupement Spor- tif Petrolier (GSP) a raté vraiment de peu tout d'abord l'argent et puis l'or. Bidani est un talent prometteur et mérite d'être félicité», a déclaré l'entraî- neur national Abdelmouneim Yahiaoui. La participation algérienne en hal- térophilie présente à Mersin avec trois athlètes, s'achève ainsi avec une consécration de Bidani qui n'était pas dans les prévisions, une 4è pour l'au- tre junior Hosseyin Fardjellah (77kg) et la 6è position de Abdelkader Ain Ouazène (56kg).

VOLLEY-BALL (3 E JOURNÉE)

L’Algérie gagne face à la Macédoine mais rate la demi-finale

gagne face à la Macédoine mais rate la demi-finale La sélection nationale algérienne de volley-ball

La sélection nationale algérienne de volley-ball (messieurs) a battu mardi soir à la salle «Toroslar» son homo- logue de la Macédoine 3 sets à 0, mais rate la qualification à la demi-finale après la victoire de l’Italie face à la Tu- nisie (3-0), pour le compte de la troi- sième journée (G-B) du tournoi de volleyball des 17ès jeux méditerranéens de Mersin en Turquie (20-30 juin). Le Six national conduit par l’entraîneur Mourad Sennoun, a fait l’essentiel face

à la Macédoine, mais la victoire des Ita-

liens face à la Tunisie (3-0), a fait bar- rage à la qualification des verts aux demi-finales, prévues mercredi à la salle Toroslar. Elles mettront aux prises la Tunisie face à la France et la Turquie affrontera l’Italie, alors que la sélection algérienne jouera pour la 5 e place face à

la l’Egypte. «Nous avons perdu notre premier match face à la Tunisie, cham- pion d'Afrique en titre, une équipe qui

prouve au fil des temps sa suprématie africaine. Nous avons rectifié le tir face

à l’Italie, qui participe avec une équipe

composée de jeunes joueurs, mais cela ne diminue en rien du mérite de notre sélection», a déclaré à l’APS, Mourad Sennoun. «La rencontre face à l’Italie fut quelque peu serrée et difficile, en perdant le premier et le troisième set. Nous avons bien débuté grâce à une bonne qualité de service et à un contre performant. Notre adversaire a été sur- pris. La fraîcheur physique de notre équipe a fait la différence au tie-break 15/10», A-t-il précisé.

Tableau des médailles

 

Or

Arg

Br

Total

1-Italie

43

35

38

116

2-Turquie

24

22

20

66

5-Egypte

16

13

14

43

4-Espagne

15

18

20

53

3-France

15

15

26

56

6-Grèce

7

9

17

33

7-Serbie

7

8

5

20

8-Slovenie

7

7

5

19

9-Tunisie

5

15

16

32

10-Croatie

3

3

5

11

12-Albanie

3

1

4

8

11-Maroc

2

1

5

8

13-Monténégro

1

0

1

2

14-Bosnie