Vous êtes sur la page 1sur 2

Elsa FAVREAU

Université Paris 7
Licence 3 Géographie
Cours Géographie du tourisme
2006 - 2007

Note de lecture
Tourisme 1 Lieux communs
Equipe MIT
L’ouvrage Tourismes 1 Lieux communs, publié en 2002, constitue le premier tome
d’un travail réalisé en deux temps par l’équipe MIT (Mobilités, Itinéraires, Tourismes) dirigée
par Rémy Knafou, Professeur de géographie à l’université Paris VII. A l’heure de la mise en
réseau des lieux de la planète et du développement rapide des flux, notamment humains, entre
ces lieux, les questions de mobilités géographiques et de « l’habiter » du Monde constituent
une approche à la fois essentielle et novatrice pour la discipline. Le champ du tourisme,
logiquement inclus dans cette problématique, est au cœur des activités de recherche de
l’équipe MIT qui se démarque par là au sein de la géographie française.
L’écriture, collective, reste soudée, mettant en valeur ce qui apparaît comme le
leitmotiv des auteurs : apporter un regard original et objectif sur le tourisme et les touristes
face à une profusion d’idées reçues, parfois saisies comme l’occasion de véhiculer des
idéologies ne trouvant pourtant pas leur racine dans ce phénomène. Conduite comme un
plaidoyer sarcastique et vigoureux, une première partie au titre évocateur, « Pourquoi tant de
haine ? », dénonce subjectivité et jugements de valeur, particulièrement inadmissibles dans le
cadre de travaux scientifiques. Cet état des lieux critique constitue un tremplin pour une
approche socio-géographique du tourisme, proposée dans une deuxième partie. Les touristes,
ces « êtres déplacés », chercheraient avant tout leur bien-être et leur plaisir dans un souci de
se « recréer », et réaliseraient l’expérience de l’altérité par la rencontre avec un lieu ou des
personnes, chacun faisant à son rythme l’apprentissage de cette altérité. Le touriste ne serait
alors pas celui qui subit et obéit à des logiques que lui dicteraient produits touristiques, mode
ou masse, mais bien un être capable de penser par lui-même et de prendre ses propres
décisions, et en cela de participer à la création et à l’évolution des lieux touristiques. C’est sur
ce dernier point qu’insiste une troisième partie, également l’occasion de révéler la valeur que
représente le tourisme tant par son poids économique que par sa capacité à durer et à
participer à l’épanouissement d’un être, habitant d’un espace-temps donné.
La démonstration de cette troisième partie met en valeur le paradoxe que constitue la
stigmatisation d’une activité pourvue d’un tel potentiel et réalise par là le lien avec le début de
l’ouvrage. L’argumentaire est ainsi cohérent et confère une unité à ce premier travail collectif
proposé par l’équipe. Apporter un regard nouveau sur le tourisme ne pouvait qu’impliquer
une démarche originale, se distinguant des publications existantes. C’est à ce défi qu’ont
doublement répondu les auteurs en considérant le touriste comme l’acteur-clé du tourisme en
tant que système, et en s’appuyant sur un large corpus de textes variés (travaux scientifiques,
guides touristiques, romans) qui apportent une richesse à l’analyse et expliquent l’abondance
des ressources bibliographiques. Cette démarche peut justifier l’absence de cartes et de
croquis, susceptible de surprendre dans un ouvrage géographique. Des tableaux de résumé,
notamment concernant la typologie des lieux touristiques, et un glossaire en fin d’ouvrage
clarifient la pensée et le vocabulaire des auteurs. Enfin, les nombreuses références historiques
constituent un atout évident, servant souvent la réfutation des idées reçues. Cependant,
l’écriture, toujours vivante, prend parfois un ton provocateur, dénotant de l’exaspération des
auteurs devant les discours anti-touristiques, pouvant les pousser à utiliser des termes forts
qu’ils n’explicitent pas toujours (« ville honteuse »). De même, certains points et critiques
gagneraient à être développés ( ex : précisions sur les raisons pouvant pousser des ONG à
limiter le développement du tourisme dans des pays en voie de développement) pour étoffer
un peu plus le contenu d’un livre déjà riche et ouvrant de nombreuses pistes de réflexions.