Vous êtes sur la page 1sur 44
OQTF et détention Romain Berrendonner À jour au 3 juillet 2013

OQTF et détention

Romain Berrendonner

À jour au 3 juillet 2013

Plan

Contexte La décision La no3fica3on Les voies de recours L’exécu3on L’OQTF après la peine

•   La no3fica3on •   Les voies de recours •   L’exécu3on •   L’OQTF

L’OQTF dans le droit des étrangers

CONTEXTE

L’OQTF dans le droit des étrangers CONTEXTE

Rappels sur le séjour en France

Pour les citoyens européens (UE, EEE, CH)

Principe:

Liberté de circula3on (séjour < 3 mois) Liberté de séjour (séjour > 3 mois) à condi3on (L121-1) …

d’avoir un travail, ou d’avoir des ressources et de ne pas être une charge pour le système d’assurance sociale d’être étudiant

Excep3on: les citoyens roumains et bulgares

Mesures transitoires en vigueur jusqu’au 31 décembre 2013 Nécessité d’avoir …

une carte de séjour pour séjourner plus de 3 mois et une autorisa3on pour travailler

Mais élargissement des mé3ers ouverts « sans opposabilité de la situa3on de l’emploi » (arrêté du 1 er octobre 2012)

Rappels sur le séjour en France

Les citoyens de pays 3ers

Principe:

Nécessité d’obtenir un visa pour rentrer en France

visa de court séjour (Schengen) si séjour < 90 jours, ou visa de long séjour (na3onal)

Nécessité d’obtenir un 3tre de séjour pour séjourner en France plus de 3 mois

carte de séjour temporaire (1 an)/Carte de résidence carte de résident (10 ans)/Cer3ficat de résidence carte bleue européenne autorisa3on provisoire de séjour

Cas par3culiers:

Membres de la famille de citoyens de l’UE (L121-1) Ressor3ssant d’Etats liés à la France par des conven3ons interna3onales (Algérie, Tunisie principalement)

L’OQTF dans éloignement

L’OQTF n’est pas l’APRF …

Depuis 2011, l’APRF est maintenant résiduel Ne vise que les menace à l’OP des étrangers résidant depuis moins de trois mois en France (L533-1)

L’OQTF n’est pas l’expulsion …

L’expulsion est aussi une décision administra3ve mais … Elle vise les étrangers qui représentent une « menace grave pour l’ordre public » (L521-1) Les procédures sont très différentes (Comex, réexamen périodique) Exécu3on d’office

L’OQTF dans éloignement

L’OQTF n’est pas la remise à un Etat membre de l’UE …

La remise est une mesure de coopéra3on interna3onale

Renvoi vers pays lié par accord de réadmission (L531-1) Renvoi vers pays compétent pour examiner demande d’asile (L531-2, Règlement Dublin II)

Elle est pra3quement dépourvue de voies de recours Exécu3on d’office

L’OQTF n’est pas l’interdic3on du territoire (ITF) …

L’ITF est prononcée par l’autorité judiciaire (131-30 c. p.) L’ITF est une peine (complémentaire ou principale) Les voies de recours sont très différentes (appel, relèvement par la juridic3on de condamna3on) Exécu3on de plein droit en fin de peine (131-30 c. p.)

OQTF et droit européen

Base juridique: direc3ve 2008/115/CE du 16 décembre 2008 rela0ve aux normes et procédures communes applicables dans les États membres au retour des ressor0ssants de pays 0ers en séjour irrégulier … dite « direc3ve retour »

Principe: La direc3ve prévoit des mesures de coercivité croissantes:

Délai de départ volontaire de 7 à 30 jours Exécu3on forcée : réten3on , « aussi brève que possible » inférieure à 18 mois, avec réexamens Propor3onnalité durant tout le processus

L’OQTF est le disposi3f qui transpose en droit interne l’exécu3on des décision “de retourprévues par la direc3ve

OQTF et droit pénal

Auparavant détournement de la garde à vue pour l’éloignement:

Garde à vue pour séjour irrégulier Dans les 48 heures, APRF ou OQTF pris par le préfet Puis abandon des poursuites pénales et éloignement

Apport du droit européen : sépara3on entre OQTF et droit pénal

On ne peut sanc3onner pénalement un étranger du seul fait de sa situa3on irrégulière ou de sa soustrac3on à un ordre d’éloignement( CJUE, 28 avr. 2011, C-61/11, Hassen El Dridi cons . 52 et 58) Mais sanc3on pénale possible si soustrac3on à mesure d’éloignement ( cons . 60)

Longue bataille jurispruden3elle :

Arrêt El Dridi -> circ. du 12 mai 2011: “pas applicable à la France” Arrêt Achughbabian -> circ. du 30 décembre 2011: “n’empêche pas la garde à vueLe conseil cons3tu3onnel bone en touche pas de contrôle de conven3onnalité” (2011-217 QPC ) La Cour de cassa3on a finalement assuré la conformité du droit français au droit européen ( Cass . Civ. 1 ère , 5 juillet 2012, n°11-19.250) loi n° 2012-1560 du 31 décembre 2012 : créa3on de la retenue pour vérifica3on (art. L611-1 et s.)

L’administra3on en mouvement LA DÉCISION

L’administra3on en mouvement

LA DÉCISION

Cas de recours à l’OQTF

Ressor3ssant de pays 3ers (L511-1)

Entrée irrégulière Main3en sans 3tre Retrait d’un 3tre Refus de séjour

Ressor3ssants de l’EEE (L511-3-1)

Absence de ressources Abus de droit

Entrées-sor3es pour contourner les trois mois

« Menace grave pour un intérêt fondamental de la société française »

Les étrangers protégés

Les mineurs Les étrangers qui résident habituellement en France depuis l’âge de 13 ans Les étrangers résidant régulièrement depuis plus de 10 ans

sauf si étudiants pendant toute la période

Les étrangers résidant régulièrement en France depuis plus de 20 ans Les parents d’enfants français si …

ils contribuent à leur éduca3on depuis la naissance ou au moins deux ans

Les conjoints de français si …

mariés depuis plus de 3 ans, et communauté de vie, et conjoint toujours de na3onalité française

Les étrangers protégés

Les conjoints d’étrangers si …

résident régulièrement depuis 10 ans en France, et leur conjoint réside habituellement en France depuis l’âge de 13 ans, et mariés depuis 3 ans, et communauté de vie maintenue

Les 3tulaires d’une rente AT/MP (incapacité >= 20%) Les malades si …

« conséquences d'une excep3onnelle gravité », et « absence » d'un traitement approprié dans le pays de renvoi

Citoyens européens si …

résidence régulière en France depuis plus de 5 ans

Le contenu de la décision

L’OQTF est une décision administra3ve prise par le préfet (L511-1) qui prend la forme d’un arrêté

Elle doit être mo3vée en fait et en droit (L511-1, art. 2 direc3ve retour)

Elle fixe :

le pays de des3na3on (L513-2) éventuellement, un délai de départ volontaire éventuellement, une interdic3on de retour éventuellement, décide de la mise en réten3on

Le pays de destination

(L513-2)

Le pays dont l’étranger est ressor3ssant

Majorité des cas

Tout pays qui lui délivre un document de voyage

Tout pays dans lequel il est légalement admissible

Le délai de départ volontaire

Elle fixe, en principe, un délai de départ volontaire (DDV)

En principe, 30 jours Délai supérieur possible, « à 3tre excep3onnel » (L511-1 II) Délai inférieur possible en cas d’urgence, mais 7 jours au moins (ar3cle 7 § 4 direc3ve « retour »)

Le DDV est suspendu pendant l’incarcéra3on (circ. 25 mars 2013 § 6.2)

L’étranger peut être astreint à un contrôle pendant le DDV

Convoca3ons pour « rendre compte de ses diligences »

Mais le préfet peut ne pas donner de DDV si

Menace pour l’OP, ou Refus de séjour suite à requête « manifestement infondée ou frauduleuse », ou Risque de soustrac3on à la mesure, qui est « avéré si » (L511-1 II)

L’intéressé n’a jamais demandé de 3tre, ou S’est maintenu en France un mois au delà de la validité du TS, ou S’est soustrait à une autre mesure d’éloignement, ou S’il a contrefait un 3tre de séjour ou de voyage, ou S’il ne présente pas de « garan3es de représenta3on suffisantes »

A comparer avec l’ar3cle 7 § 4 de la direc3ve retour

demande de séjour régulier a été rejetée comme étant manifestement non fondée ou frauduleuse, ou danger pour l’ordre public, la sécurité publique ou la sécurité na3onale

risque de fuite, ou

L’interdiction de retour

Signalement au SIS

Quasi-impossibilité d’entrer légalement dans un Etat de la zone Schengen

Durée (L511-1 III)

2 ans au plus si

main3en en France au delà du DDV OQTF avec DDV

3 ans au plus si OQTF sans DDV Prolonga3on de 2 ans possible si main3en en France malgré interdic3on de retour

Abroga3on possible (voir plus loin)

Focus

LA NOTIFICATION

Focus LA NOTIFICATION

La notiNication

Selon la direc3ve retour (art. 12) :

Informa3on écrite ou orale sur demande:

principaux éléments Voies de recours possibles Traduc3on dans une langue dont il est raisonnable de penser qu’elle est comprise

Excep3on possible si entrée illégale Documents d’informa3on dans au moins 5 langues

Selon le droit français:

OQTF sans DDV: L’étranger

« est informé qu’il peut

demander » que … (L512-2)

OQTF avec DDV: L’étranger

« peut demander » que …

(R512-1-1)

« les principaux éléments » de la décision lui soient communiqués dans une langue dont il est raisonnable de penser qu’il la comprend

Voies et délais de recours dans tous les cas (R421-5 CJA)

C’est souvent la PAF qui

no3fie

La notiNication

Enjeu : le droit à un recours effec3f ! En principe:

Nécessité de fournir une copie de la décision anaquée (art. R412-1 CJA) « sauf impossibilité jus3fiée »

Mais si mise en réten3on, pas de problème car l’administra3on doit produire la décision (art. R776-18 CJA)

Obstacle pra3que

Ex: CAA Nancy 25 octobre 2012 (N° 12NC00336-12NC00337 ) Les OQTF « simples » sont en posi3on défavorable

Contester l’OQTF

Contester l’OQTF LES VOIES DE RECOURS

LES VOIES DE RECOURS

Vue générale

Inu3lité du recours administra3f gracieux ou hiérarchique

Mange le délai de recours ! (art. R776-5 CJA)

Recours suspensif devant le TA Appel non-suspensif devant la CAA Recours en cassa3on devant le CE Demande d’abroga3on de l’interdic3on de retour

devant la CAA •   Recours en cassa3on devant le CE •   Demande d’abroga3on de

L’aide juridictionnelle

Condi3ons

Pas de condi3on de résidence (art. 3 loi 91-647)

Dépôt de la demande

Directement auprès du bureau d’AJ près le TGI Soit dans la requête en annula3on (L512-1), le TA faisant suivre au BAJ

Effet

Suspend le délai de recours ou la procédure

le TA ne statue pas avant la décision d’AJ

Si passage en procédure accélérée: commission d’office (art. R776-22 CJA) Mais pas d’effet suspensif sur l’exécu3on de l’OQTF

Déposer le recours si risque d’éloignement

Recevabilité : les délais

Recevabilité : les délais •   OQTF sans DDV: 48 HEURES à par3r de la no3fica3on

OQTF sans DDV: 48 HEURES à par3r de la no3fica3on

Délai calculé d’heure à heure: Pas de suspension les weekend et jours fériés ! Délai de forclusion Exemples:

OQTF no3fiée le mardi à 9h35. Recours admis jusqu’au jeudi à 9h34 OQTF no3fiée le vendredi à 17h12. Recours admis jusqu’au dimanche

17h11

OQTF avec DDV: 30 jours à par3r de la no3fica3on

Mais bascule si mise en réten3on

En cas de mise en réten3on: 48 HEURES à par3r de la no3fica3on

Recevabilité : la compétence

Ra0onae materiae

OQTF avec DDV: le Tribunal Administra3f (L512-1 I)

Statue sous 3 mois Mais si mise en réten3on : procédure accélérée

OQTF sans DDV : le Président du TA

Statue sous 3 mois Quasiment toujours mise en réten3on

Procédure accélérée si mise en réten3on : le Président du TA

Statue sous 72 heures à par3r de la no3fica3on de la réten3on

Ra0onae loci

le TA dans le siège duquel a l’autorité qui a pris la décision Si mise en réten3on: Président du TA du lieu de réten3on (art. R776-16 CJA)

Forme du recours

Le recours doit être

écrit signé en français

Copie de la décision anaquée ?

  en français •   Copie de la décision anaquée ? •   OQTF avec DDV/sans

OQTF avec DDV/sans DDV : oui (art. R412-1 CJA) Procédure accélérée:

L’administra3on produit la décision (art. R776-18 CJA) Possibilité de demander copie du dossier (art. L512-1 III)

Nombre de copies ?

OQTF avec DDV/sans DDV : 4 (art. R411-3 CJA) Procédure accélérée: 1 (art. R776-18)

Pas besoin des 35 € de 3mbre fiscaux (art. 1635 bis Q CGI) Anen3on aux annonces de mémoires complémentaires

Doit être produit sous 15 jours, sinon désistement !!

Moyens invocables

Moyens de légalité externe

Incompétence de l’auteur de l’acte Défaut de mo3va3on

Moyens de légalité interne contre l’obliga3on de quiner le territoire

L’étranger ne répond pas aux condi3ons de L511-1 ou est protégé Aneinte dispropor3onnée à sa vie privée et/ou familiale (art. 8 CEDH)

L’étranger a-t-il un(e) conjoint(e) ou des enfants en France ? Où a-t-il toutes ses anaches ?

Aneinte à l’intérêt supérieur d’un enfant (art. 3-1 de la conven3on interna3onale des droits de l’enfant)

Conséquence pour les enfants de la mesure ?

Conséquences d’une excep3onnelle gravité

L’étranger est-il gravement malade par exemple ?

Moyens invocables

… contre la décision fixant le pays de des3na3on

Droit à la vie (art. 2 CEDH)

L’étranger risque-t-il la peine de mort s’il retourne dans son pays ?

Interdic3on de la torture (art. 3 CEDH)

L’étranger risque-t-il d’être torturé dans son pays ?

Difficulté pour les demandeurs d’asile déboutés

… contre la décision refusant un DDV

Est-ce qu’on est dans les condi3ons prévues par la direc3ve et l’ar3cle L511-1 ?

… contre la décision d’interdic3on de retour

Droit à la vie privée et familiale

Les voies de recours ultérieures

L’appel

CAA territorialement compétente Non suspensif Délai: 1 mois (art. R776-9 CJA) Ministère d’avocat obligatoire

Le recours en cassa3on

Conseil d’Etat Non suspensif Délai: 2 mois (art. R821-1 CJA) Ministère d’avocat aux conseils obligatoire

L’abrogation de l’interdiction de retour

Peut être demandée « à tout moment » mais recevable uniquement si:

L’étranger réside hors de France S’il purge une peine de prison S’il est assigné à résidence

Abrogée de plein droit si jus3fie sous deux mois avoir exécuté l’OQTF dans le DDV

Modalités de preuve admises:

Tampon sur le passeport Présenta3on personnelle au consulat de France ou à l’OFPRA

Excep3on si « circonstances par3culières tenant à la situa3on et/ou comportement de l’intéressé »

Le refus d’abroga3on peut être contesté par la voie du recours en excès de pouvoir (TA)

L’éloignement EXÉCUTION DE L’OQTF

L’éloignement

EXÉCUTION DE L’OQTF

L’exécution

L’éloignement ne peut avoir lieu …

avant un délai (L512-3) …

Expira3on du DDV, ou 48 heures suivant la no3fica3on en cas d’OQTF sans DDV, ou Jugement du TA ou du Président du TA

ni après un certain temps : caduque au bout d’un an (L551-1)

La réten0on peut être décidée

OQTF sans DDV: immédiatement OQTF avec DDV: après le DDV

U3lité

Permet d’obtenir un sauf-conduit auprès du consulat Permet d’organiser le voyage En principe, soit ça va vite, soit ça ne marche pas du tout Volonté récente de promouvoir l’assigna3on à résidence (familles)

La mise en rétention

Intervient typiquement (L551-2)

Après garde à vue Après retenue pour vérifica3on Après déten3on

Fait l’objet d’une décision administra3ve dis3ncte

Qui est no3fiée dans une langue que l’étranger comprend (L551-2) Informa3on « dans les meilleurs délais » du droit à

interprète, avocat médecin

Mais droit à géométrie variable

le JLD doit tenir compte « des circonstances par3culières » (eg. si afflux de retenus) Les nullités ne sont encourues que si « portent aneinte aux droits de l’étranger » (L552-13)

Durée ini3ale : 5 jours

Correspond à 48 + 72 heures pour avoir la décision du TA

Contrôle de la rétention

Première audience devant le JLD

Audience contradictoire Statue sous 24 h Possibilité d’avoir un avocat commis d’office/AJ (L552-11) Décisions possibles:

Prolonga3on réten3on pour 20 jours Mise en liberté … mais 6h de retenue pour que le parquet puisse éventuellement faire appel (L552-6) « à 3tre excep3onnel » placement sous surveillance électronique

(L552-4-1)

« à 3tre excep3onnel » assigna3on à résidence (L552-4)

Contrôle de la rétention

Deuxième audience devant le JLD (L552-7)

Quand ?

Au bout de 20 jours si « urgence absolue » (expulsion) et « menace d’une par3culière gravité contre l’OP », ou Au bout de 20 jours si possibilité d’exécuter « à bref délai » (ex. pas d’avion avant, ou temps pour communiquer documents) Perte ou destruc3on des documents de voyage Obstruc3on volontaire à éloignement

Procédure iden3que à la première saisine

Mais impossibilité de soulever des irrégularité antérieures à la première audience !

(L552-8)

Nouvelle prolonga3on de 20 jours au plus possible

Sauf terrorisme : un mois renouvelable, dans une limite de 6 mois

Recours contre les décisions du JLD

Appel dans les 24h devant le premier président de la CA

Statue sous 48h Appel ouvert à l’intéressé, au parquet, au préfet Le parquet peut demander que l’appel soit suspensif …

Pourvoi en cassa3on

Conditions de la rétention

Locaux non péniten3aires

CRA

140 places max … mais couplage de CRA ( eg Le Mesnil Amelot) Téléphone libre Possibilité de recevoir des visites … Pas de limite aux entre3ens avec l’avocat (R553-7)

Locaux de réten3on administra3ve

Créés « à la volée » pour boucher les trous (R553-5)

Aménagements et sanc3ons

L’OQTF APRÈS LA PEINE

Aménagements et sanc3ons L’OQTF APRÈS LA PEINE

Les aménagements ouverts

L’OQTF « ne fait pas obstacle » à (art. 7 de la circ. du 25 mars

2013):

Permissions de sor3r Placement sous surveillance électronique Semi-liberté Surveillance électronique de fin de peine

Jus3fica3on de la régularité de la situa3on par l’ordonnance du JAP/TAP

En pra3que, les JAP exigent une régularisa3on de la situa3on pour aménager

Les aménagement adaptés

Libéra3on condi3onnelle-expulsion (art. 729-2 CPP §1)

L’exécu3on de l’OQTF est une condi3on d’obten3on de la LC Le consentement de l’intéressé n’est pas requis … mais il est souhaitable !

Par contre la modalité de suspension prévue par le §2 n’est pas ouverte en cas d’OQTF

Problème de sépara3on des pouvoirs Restreinte à l’ITF

Silence à propos de la LC « normale »

Mais OQTF -> pas d’autorisa3on de travail … donc difficile !

Les aménagements interdits

Quid des autres aménagements ?

Le frac3onnement La suspension de peine La suspension de peine pour raison médicale

Difficulté: impliquent un temps long hors contrôle

On pourrait aussi imaginer que l’ordonnance du JAP serve de fondement, mais cela reste hypothé3que

Les peines découlant de l’OQTF

Main3en irrégulier en France après placement en réten3on: 1 an d’emprisonnement/3750 € d’amende (L624-1 § 1)

Soustrac3on (L624-1 §2) ou non-coopéra3on(§3) à une mesure d’éloignement : 3 ans d’emprisonnement

Non-respect de l’interdic3on de retour (§2) : 3 ans d’emprisonnement

Les ILE ont été rendues conformes à la direc3ve par la loi 2012-1560 du 31 décembre 2012 qui a créé la retenue des étrangers pour vérifica3on

RÉFÉRENCES

RÉFÉRENCES

Bibliographie

direc3ve 2008/115/CE du 16 décembre 2008 rela0ve aux normes et procédures communes applicables dans les États membres au retour des ressor0ssants de pays 0ers en séjour irrégulier

CJUE, 28 avr. 2011, C-61/11, Hassen El Dridi

CJUE, 6 déc . 2011, C-329/11 , Alexandre Achughbabian c/ Préfet du Val de Marne

Cons. Const . décision 2011-217 QPC du 3 février 2012

Cass . Crim ., 5 juin 2012, avis n° 9002

Cass . Civ. 1 ère , 5 juillet 2012, n°11-19.250

Patrick Henriot « Dépénalisa0on du séjour irrégulier des étrangers: l’opiniâtre résistance des autorités françaises (de l’arrêt El Dridi à la loi du 31 décembre 2012) » La Revue des Droits de l’Homme n°3, juin 2013

Circulaire du 25 mars 2013 rela3ve rela3ve aux procédures de première délivrance et de renouvellement de 3tres de séjours aux personnes étrangères privées de liberté (NOR:

INTV1306710C)

Guide de l’entrée et du séjour des étrangers, GISTI ISBN 978-2-7071-6990-7

© Romain Berrendonner, 2013 Contenu mus à disposi3on selon les termes de la Licence Crea3ve

© Romain Berrendonner, 2013 Contenu mus à disposi3on selon les termes de la Licence Crea3ve Commons Anribu3on - Partage dans les Mêmes Condi3ons 3.0 France