Vous êtes sur la page 1sur 1

Mercredi 3 juillet 2013

Mercredi 3 juillet 2013 T out le monde connaît la mauvaise nouvelle – la participation auxSamara s’est consacrée à examiner les causes de la diminution de la participation politique et à repérer ce qui doit changer pour renverser la vapeur. Parlons Démocratie consiste en une série de discussions qui offre aux personnes qui ne s’engageraient peut -être pas dans des conversations politiques une occasion de parler de démocratie – ce qui fonctionne pour elles, ce qui ne fonctionne pas, et ce qui les empêche de s’engager. Au cours de la dernière année, grâce à la Fondation Trillium de l'Ontario (FTO), nous avons tenu des séances de Parlons Démocratie partout en Ontario ainsi que dans l’ensemble du Canada, en nous concentrant sur les jeunes et les nouveaux arrivants. Nous partagerons toutes nos constatations cet automne, mais pour l’instant, voici un élément d’information qui pourrait vous intéresser : lorsqu’il s’agit d’inverser le déclin de l’engagement politique au Canada, les organismes communautaires pourraient constituer le meilleur remède. Avec son énergie positive, Uzma Irfan se démarque dans une salle. Immigrante du Pakistan, elle vit à Mississauga depuis 14 ans. Lorsque nous lui demandons comment elle participe à sa communauté, elle énumère une série de postes bénévoles qui pourrait faire l’objet d’un article de blogue entier. Samara a rencontré Uzma pour la première fois à une séance de Parlons Démocratie tenue en partenariat avec le groupe de femmes Malton Moms . Bien qu’aujourd’hui, elle soit une leader inspirante dans son quartier et ailleurs, elle nous a révélé qu’elle n’aurait jamais eu suffisamment d’assurance pour s’engager dans le processus démocratique si elle n’avait pas reçu l’encouragement de son groupe communautaire. Il y a juste un an, je n’avais aucune expérience et j’hésitais donc à parler aux leaders politiques. Il s’agissait d’un manque de confiance ainsi que du fait que dans notre pays d’origine, nous devons faire attention aux protocoles politiques ... Maintenant, en ayant acquis de la confiance, des connaissances et de l’expérience, je peux parler facilement aux politiciens Récemment, j’ai soumis une pétition ... communautaire et rencontré notre député provincial… C’est le Malton Women Council qui m’a aidée à regagner mon estime de moi et m’a donné suffisamment d’assurance pour agir comme voix communautaire. Uzma n’est pas la seule à nous avoir révélé que le soutien et l’encouragement de son groupe communautaire l’ont menée à poser des gestes. Cette révélation émergeait dans tous les groupes. Selon le Baromètre de confiance Edelman 2013 , les organismes sans but lucratif représentent le secteur auquel les Canadiens font le plus confiance. Soixante-treize pour cent des répondants ont déclaré qu’ils avaient un certain niveau de confiance dans les organismes sans but lucratif, tandis que seulement 61 % ont déclaré avoir confiance dans les médias, et seulement 58 % faisaient confiance aux entreprises et au gouvernement. Cela signifie-t- il que les organismes sans but lucratif peuvent agir en tant que porte d’accès à l’engagement démocratique? Samara croit que oui. Uzma donne un conseil aux autres groupes communautaires souhaitant que leurs sympathisants deviennent des citoyens démocratiques actifs : « Ayez confiance dans les capacités de vos membres, encouragez-les, donnez- leur des possibilités d’exploiter leur potentiel et démontrez- leur votre assurance qu’ils peuvent représenter le groupe à de hauts niveaux. C’est exactement comme cela que mon groupe a agi avec moi. » Nous publierons un rapport complet des constatations de nos séances de Parlons Démocratie, mais pour l’instant, il est utile de savoir que si vous êtes un groupe communautaire souhaitant que vos membres agissent dans le système politique et réalisent les changements que vous visez, votre groupe communautaire en est la clé. Apprenez-en davantage sur les enseignements que nos séances nous ont procurés de Parlons Démocratie en consultant notre série d’articles intitulée Democracy Talks Dispatches :  Democracy Talks Dispatches: Does Canada Have a “political culture”?Democracy Talks Dispatches: University students skip the partyDemocracy Talks Dispatches: This is what democracy looks likeDemocracy Talks Dispatches: Needed A PhD. in MP relations?Democracy Talks Dispatches: A political welcome packageDemocracy Talks Dispatches: Making the personal political through civics Vous voulez en apprendre davantage sur la participation politique? Le 8 juillet prochain, Samara publiera un rapport sur l’état de l’engagement politique au - delà de la boîte de scrutin au Canada. Comme complément à ce rapport, nous créerons un espace en ligne qui célébrera nos « citoyens politiques ». Nous souhaitons que cet espace montre un côté plus humain de la politique et qu’il procure des modèles de rôle aux personnes qui songent à s’engager en politique. Nous vous invitons à vous joindre à nous pour mettre en lumière les héros méconnus de la démocratie canadienne, qu’il s’agisse de bénévoles de campagnes, de membres de partis locaux, d’organisateurs communautaires ou encore de membres d’associations locales de circonscription qui agissent dans le système politique afin d’améliorer leur communauté. Vous pouvez vous procurer un formulaire de nomination en cliquant ici . Veuillez envoyer tous les formulaires de nomination dûment remplis à leora.smith@samaracanada.com . Lisez d’autres blogues auxquels a participé Samara. " id="pdf-obj-0-4" src="pdf-obj-0-4.jpg">
Mercredi 3 juillet 2013 T out le monde connaît la mauvaise nouvelle – la participation auxSamara s’est consacrée à examiner les causes de la diminution de la participation politique et à repérer ce qui doit changer pour renverser la vapeur. Parlons Démocratie consiste en une série de discussions qui offre aux personnes qui ne s’engageraient peut -être pas dans des conversations politiques une occasion de parler de démocratie – ce qui fonctionne pour elles, ce qui ne fonctionne pas, et ce qui les empêche de s’engager. Au cours de la dernière année, grâce à la Fondation Trillium de l'Ontario (FTO), nous avons tenu des séances de Parlons Démocratie partout en Ontario ainsi que dans l’ensemble du Canada, en nous concentrant sur les jeunes et les nouveaux arrivants. Nous partagerons toutes nos constatations cet automne, mais pour l’instant, voici un élément d’information qui pourrait vous intéresser : lorsqu’il s’agit d’inverser le déclin de l’engagement politique au Canada, les organismes communautaires pourraient constituer le meilleur remède. Avec son énergie positive, Uzma Irfan se démarque dans une salle. Immigrante du Pakistan, elle vit à Mississauga depuis 14 ans. Lorsque nous lui demandons comment elle participe à sa communauté, elle énumère une série de postes bénévoles qui pourrait faire l’objet d’un article de blogue entier. Samara a rencontré Uzma pour la première fois à une séance de Parlons Démocratie tenue en partenariat avec le groupe de femmes Malton Moms . Bien qu’aujourd’hui, elle soit une leader inspirante dans son quartier et ailleurs, elle nous a révélé qu’elle n’aurait jamais eu suffisamment d’assurance pour s’engager dans le processus démocratique si elle n’avait pas reçu l’encouragement de son groupe communautaire. Il y a juste un an, je n’avais aucune expérience et j’hésitais donc à parler aux leaders politiques. Il s’agissait d’un manque de confiance ainsi que du fait que dans notre pays d’origine, nous devons faire attention aux protocoles politiques ... Maintenant, en ayant acquis de la confiance, des connaissances et de l’expérience, je peux parler facilement aux politiciens Récemment, j’ai soumis une pétition ... communautaire et rencontré notre député provincial… C’est le Malton Women Council qui m’a aidée à regagner mon estime de moi et m’a donné suffisamment d’assurance pour agir comme voix communautaire. Uzma n’est pas la seule à nous avoir révélé que le soutien et l’encouragement de son groupe communautaire l’ont menée à poser des gestes. Cette révélation émergeait dans tous les groupes. Selon le Baromètre de confiance Edelman 2013 , les organismes sans but lucratif représentent le secteur auquel les Canadiens font le plus confiance. Soixante-treize pour cent des répondants ont déclaré qu’ils avaient un certain niveau de confiance dans les organismes sans but lucratif, tandis que seulement 61 % ont déclaré avoir confiance dans les médias, et seulement 58 % faisaient confiance aux entreprises et au gouvernement. Cela signifie-t- il que les organismes sans but lucratif peuvent agir en tant que porte d’accès à l’engagement démocratique? Samara croit que oui. Uzma donne un conseil aux autres groupes communautaires souhaitant que leurs sympathisants deviennent des citoyens démocratiques actifs : « Ayez confiance dans les capacités de vos membres, encouragez-les, donnez- leur des possibilités d’exploiter leur potentiel et démontrez- leur votre assurance qu’ils peuvent représenter le groupe à de hauts niveaux. C’est exactement comme cela que mon groupe a agi avec moi. » Nous publierons un rapport complet des constatations de nos séances de Parlons Démocratie, mais pour l’instant, il est utile de savoir que si vous êtes un groupe communautaire souhaitant que vos membres agissent dans le système politique et réalisent les changements que vous visez, votre groupe communautaire en est la clé. Apprenez-en davantage sur les enseignements que nos séances nous ont procurés de Parlons Démocratie en consultant notre série d’articles intitulée Democracy Talks Dispatches :  Democracy Talks Dispatches: Does Canada Have a “political culture”?Democracy Talks Dispatches: University students skip the partyDemocracy Talks Dispatches: This is what democracy looks likeDemocracy Talks Dispatches: Needed A PhD. in MP relations?Democracy Talks Dispatches: A political welcome packageDemocracy Talks Dispatches: Making the personal political through civics Vous voulez en apprendre davantage sur la participation politique? Le 8 juillet prochain, Samara publiera un rapport sur l’état de l’engagement politique au - delà de la boîte de scrutin au Canada. Comme complément à ce rapport, nous créerons un espace en ligne qui célébrera nos « citoyens politiques ». Nous souhaitons que cet espace montre un côté plus humain de la politique et qu’il procure des modèles de rôle aux personnes qui songent à s’engager en politique. Nous vous invitons à vous joindre à nous pour mettre en lumière les héros méconnus de la démocratie canadienne, qu’il s’agisse de bénévoles de campagnes, de membres de partis locaux, d’organisateurs communautaires ou encore de membres d’associations locales de circonscription qui agissent dans le système politique afin d’améliorer leur communauté. Vous pouvez vous procurer un formulaire de nomination en cliquant ici . Veuillez envoyer tous les formulaires de nomination dûment remplis à leora.smith@samaracanada.com . Lisez d’autres blogues auxquels a participé Samara. " id="pdf-obj-0-6" src="pdf-obj-0-6.jpg">
Mercredi 3 juillet 2013 T out le monde connaît la mauvaise nouvelle – la participation auxSamara s’est consacrée à examiner les causes de la diminution de la participation politique et à repérer ce qui doit changer pour renverser la vapeur. Parlons Démocratie consiste en une série de discussions qui offre aux personnes qui ne s’engageraient peut -être pas dans des conversations politiques une occasion de parler de démocratie – ce qui fonctionne pour elles, ce qui ne fonctionne pas, et ce qui les empêche de s’engager. Au cours de la dernière année, grâce à la Fondation Trillium de l'Ontario (FTO), nous avons tenu des séances de Parlons Démocratie partout en Ontario ainsi que dans l’ensemble du Canada, en nous concentrant sur les jeunes et les nouveaux arrivants. Nous partagerons toutes nos constatations cet automne, mais pour l’instant, voici un élément d’information qui pourrait vous intéresser : lorsqu’il s’agit d’inverser le déclin de l’engagement politique au Canada, les organismes communautaires pourraient constituer le meilleur remède. Avec son énergie positive, Uzma Irfan se démarque dans une salle. Immigrante du Pakistan, elle vit à Mississauga depuis 14 ans. Lorsque nous lui demandons comment elle participe à sa communauté, elle énumère une série de postes bénévoles qui pourrait faire l’objet d’un article de blogue entier. Samara a rencontré Uzma pour la première fois à une séance de Parlons Démocratie tenue en partenariat avec le groupe de femmes Malton Moms . Bien qu’aujourd’hui, elle soit une leader inspirante dans son quartier et ailleurs, elle nous a révélé qu’elle n’aurait jamais eu suffisamment d’assurance pour s’engager dans le processus démocratique si elle n’avait pas reçu l’encouragement de son groupe communautaire. Il y a juste un an, je n’avais aucune expérience et j’hésitais donc à parler aux leaders politiques. Il s’agissait d’un manque de confiance ainsi que du fait que dans notre pays d’origine, nous devons faire attention aux protocoles politiques ... Maintenant, en ayant acquis de la confiance, des connaissances et de l’expérience, je peux parler facilement aux politiciens Récemment, j’ai soumis une pétition ... communautaire et rencontré notre député provincial… C’est le Malton Women Council qui m’a aidée à regagner mon estime de moi et m’a donné suffisamment d’assurance pour agir comme voix communautaire. Uzma n’est pas la seule à nous avoir révélé que le soutien et l’encouragement de son groupe communautaire l’ont menée à poser des gestes. Cette révélation émergeait dans tous les groupes. Selon le Baromètre de confiance Edelman 2013 , les organismes sans but lucratif représentent le secteur auquel les Canadiens font le plus confiance. Soixante-treize pour cent des répondants ont déclaré qu’ils avaient un certain niveau de confiance dans les organismes sans but lucratif, tandis que seulement 61 % ont déclaré avoir confiance dans les médias, et seulement 58 % faisaient confiance aux entreprises et au gouvernement. Cela signifie-t- il que les organismes sans but lucratif peuvent agir en tant que porte d’accès à l’engagement démocratique? Samara croit que oui. Uzma donne un conseil aux autres groupes communautaires souhaitant que leurs sympathisants deviennent des citoyens démocratiques actifs : « Ayez confiance dans les capacités de vos membres, encouragez-les, donnez- leur des possibilités d’exploiter leur potentiel et démontrez- leur votre assurance qu’ils peuvent représenter le groupe à de hauts niveaux. C’est exactement comme cela que mon groupe a agi avec moi. » Nous publierons un rapport complet des constatations de nos séances de Parlons Démocratie, mais pour l’instant, il est utile de savoir que si vous êtes un groupe communautaire souhaitant que vos membres agissent dans le système politique et réalisent les changements que vous visez, votre groupe communautaire en est la clé. Apprenez-en davantage sur les enseignements que nos séances nous ont procurés de Parlons Démocratie en consultant notre série d’articles intitulée Democracy Talks Dispatches :  Democracy Talks Dispatches: Does Canada Have a “political culture”?Democracy Talks Dispatches: University students skip the partyDemocracy Talks Dispatches: This is what democracy looks likeDemocracy Talks Dispatches: Needed A PhD. in MP relations?Democracy Talks Dispatches: A political welcome packageDemocracy Talks Dispatches: Making the personal political through civics Vous voulez en apprendre davantage sur la participation politique? Le 8 juillet prochain, Samara publiera un rapport sur l’état de l’engagement politique au - delà de la boîte de scrutin au Canada. Comme complément à ce rapport, nous créerons un espace en ligne qui célébrera nos « citoyens politiques ». Nous souhaitons que cet espace montre un côté plus humain de la politique et qu’il procure des modèles de rôle aux personnes qui songent à s’engager en politique. Nous vous invitons à vous joindre à nous pour mettre en lumière les héros méconnus de la démocratie canadienne, qu’il s’agisse de bénévoles de campagnes, de membres de partis locaux, d’organisateurs communautaires ou encore de membres d’associations locales de circonscription qui agissent dans le système politique afin d’améliorer leur communauté. Vous pouvez vous procurer un formulaire de nomination en cliquant ici . Veuillez envoyer tous les formulaires de nomination dûment remplis à leora.smith@samaracanada.com . Lisez d’autres blogues auxquels a participé Samara. " id="pdf-obj-0-8" src="pdf-obj-0-8.jpg">
Mercredi 3 juillet 2013 T out le monde connaît la mauvaise nouvelle – la participation auxSamara s’est consacrée à examiner les causes de la diminution de la participation politique et à repérer ce qui doit changer pour renverser la vapeur. Parlons Démocratie consiste en une série de discussions qui offre aux personnes qui ne s’engageraient peut -être pas dans des conversations politiques une occasion de parler de démocratie – ce qui fonctionne pour elles, ce qui ne fonctionne pas, et ce qui les empêche de s’engager. Au cours de la dernière année, grâce à la Fondation Trillium de l'Ontario (FTO), nous avons tenu des séances de Parlons Démocratie partout en Ontario ainsi que dans l’ensemble du Canada, en nous concentrant sur les jeunes et les nouveaux arrivants. Nous partagerons toutes nos constatations cet automne, mais pour l’instant, voici un élément d’information qui pourrait vous intéresser : lorsqu’il s’agit d’inverser le déclin de l’engagement politique au Canada, les organismes communautaires pourraient constituer le meilleur remède. Avec son énergie positive, Uzma Irfan se démarque dans une salle. Immigrante du Pakistan, elle vit à Mississauga depuis 14 ans. Lorsque nous lui demandons comment elle participe à sa communauté, elle énumère une série de postes bénévoles qui pourrait faire l’objet d’un article de blogue entier. Samara a rencontré Uzma pour la première fois à une séance de Parlons Démocratie tenue en partenariat avec le groupe de femmes Malton Moms . Bien qu’aujourd’hui, elle soit une leader inspirante dans son quartier et ailleurs, elle nous a révélé qu’elle n’aurait jamais eu suffisamment d’assurance pour s’engager dans le processus démocratique si elle n’avait pas reçu l’encouragement de son groupe communautaire. Il y a juste un an, je n’avais aucune expérience et j’hésitais donc à parler aux leaders politiques. Il s’agissait d’un manque de confiance ainsi que du fait que dans notre pays d’origine, nous devons faire attention aux protocoles politiques ... Maintenant, en ayant acquis de la confiance, des connaissances et de l’expérience, je peux parler facilement aux politiciens Récemment, j’ai soumis une pétition ... communautaire et rencontré notre député provincial… C’est le Malton Women Council qui m’a aidée à regagner mon estime de moi et m’a donné suffisamment d’assurance pour agir comme voix communautaire. Uzma n’est pas la seule à nous avoir révélé que le soutien et l’encouragement de son groupe communautaire l’ont menée à poser des gestes. Cette révélation émergeait dans tous les groupes. Selon le Baromètre de confiance Edelman 2013 , les organismes sans but lucratif représentent le secteur auquel les Canadiens font le plus confiance. Soixante-treize pour cent des répondants ont déclaré qu’ils avaient un certain niveau de confiance dans les organismes sans but lucratif, tandis que seulement 61 % ont déclaré avoir confiance dans les médias, et seulement 58 % faisaient confiance aux entreprises et au gouvernement. Cela signifie-t- il que les organismes sans but lucratif peuvent agir en tant que porte d’accès à l’engagement démocratique? Samara croit que oui. Uzma donne un conseil aux autres groupes communautaires souhaitant que leurs sympathisants deviennent des citoyens démocratiques actifs : « Ayez confiance dans les capacités de vos membres, encouragez-les, donnez- leur des possibilités d’exploiter leur potentiel et démontrez- leur votre assurance qu’ils peuvent représenter le groupe à de hauts niveaux. C’est exactement comme cela que mon groupe a agi avec moi. » Nous publierons un rapport complet des constatations de nos séances de Parlons Démocratie, mais pour l’instant, il est utile de savoir que si vous êtes un groupe communautaire souhaitant que vos membres agissent dans le système politique et réalisent les changements que vous visez, votre groupe communautaire en est la clé. Apprenez-en davantage sur les enseignements que nos séances nous ont procurés de Parlons Démocratie en consultant notre série d’articles intitulée Democracy Talks Dispatches :  Democracy Talks Dispatches: Does Canada Have a “political culture”?Democracy Talks Dispatches: University students skip the partyDemocracy Talks Dispatches: This is what democracy looks likeDemocracy Talks Dispatches: Needed A PhD. in MP relations?Democracy Talks Dispatches: A political welcome packageDemocracy Talks Dispatches: Making the personal political through civics Vous voulez en apprendre davantage sur la participation politique? Le 8 juillet prochain, Samara publiera un rapport sur l’état de l’engagement politique au - delà de la boîte de scrutin au Canada. Comme complément à ce rapport, nous créerons un espace en ligne qui célébrera nos « citoyens politiques ». Nous souhaitons que cet espace montre un côté plus humain de la politique et qu’il procure des modèles de rôle aux personnes qui songent à s’engager en politique. Nous vous invitons à vous joindre à nous pour mettre en lumière les héros méconnus de la démocratie canadienne, qu’il s’agisse de bénévoles de campagnes, de membres de partis locaux, d’organisateurs communautaires ou encore de membres d’associations locales de circonscription qui agissent dans le système politique afin d’améliorer leur communauté. Vous pouvez vous procurer un formulaire de nomination en cliquant ici . Veuillez envoyer tous les formulaires de nomination dûment remplis à leora.smith@samaracanada.com . Lisez d’autres blogues auxquels a participé Samara. " id="pdf-obj-0-10" src="pdf-obj-0-10.jpg">
Mercredi 3 juillet 2013 T out le monde connaît la mauvaise nouvelle – la participation auxSamara s’est consacrée à examiner les causes de la diminution de la participation politique et à repérer ce qui doit changer pour renverser la vapeur. Parlons Démocratie consiste en une série de discussions qui offre aux personnes qui ne s’engageraient peut -être pas dans des conversations politiques une occasion de parler de démocratie – ce qui fonctionne pour elles, ce qui ne fonctionne pas, et ce qui les empêche de s’engager. Au cours de la dernière année, grâce à la Fondation Trillium de l'Ontario (FTO), nous avons tenu des séances de Parlons Démocratie partout en Ontario ainsi que dans l’ensemble du Canada, en nous concentrant sur les jeunes et les nouveaux arrivants. Nous partagerons toutes nos constatations cet automne, mais pour l’instant, voici un élément d’information qui pourrait vous intéresser : lorsqu’il s’agit d’inverser le déclin de l’engagement politique au Canada, les organismes communautaires pourraient constituer le meilleur remède. Avec son énergie positive, Uzma Irfan se démarque dans une salle. Immigrante du Pakistan, elle vit à Mississauga depuis 14 ans. Lorsque nous lui demandons comment elle participe à sa communauté, elle énumère une série de postes bénévoles qui pourrait faire l’objet d’un article de blogue entier. Samara a rencontré Uzma pour la première fois à une séance de Parlons Démocratie tenue en partenariat avec le groupe de femmes Malton Moms . Bien qu’aujourd’hui, elle soit une leader inspirante dans son quartier et ailleurs, elle nous a révélé qu’elle n’aurait jamais eu suffisamment d’assurance pour s’engager dans le processus démocratique si elle n’avait pas reçu l’encouragement de son groupe communautaire. Il y a juste un an, je n’avais aucune expérience et j’hésitais donc à parler aux leaders politiques. Il s’agissait d’un manque de confiance ainsi que du fait que dans notre pays d’origine, nous devons faire attention aux protocoles politiques ... Maintenant, en ayant acquis de la confiance, des connaissances et de l’expérience, je peux parler facilement aux politiciens Récemment, j’ai soumis une pétition ... communautaire et rencontré notre député provincial… C’est le Malton Women Council qui m’a aidée à regagner mon estime de moi et m’a donné suffisamment d’assurance pour agir comme voix communautaire. Uzma n’est pas la seule à nous avoir révélé que le soutien et l’encouragement de son groupe communautaire l’ont menée à poser des gestes. Cette révélation émergeait dans tous les groupes. Selon le Baromètre de confiance Edelman 2013 , les organismes sans but lucratif représentent le secteur auquel les Canadiens font le plus confiance. Soixante-treize pour cent des répondants ont déclaré qu’ils avaient un certain niveau de confiance dans les organismes sans but lucratif, tandis que seulement 61 % ont déclaré avoir confiance dans les médias, et seulement 58 % faisaient confiance aux entreprises et au gouvernement. Cela signifie-t- il que les organismes sans but lucratif peuvent agir en tant que porte d’accès à l’engagement démocratique? Samara croit que oui. Uzma donne un conseil aux autres groupes communautaires souhaitant que leurs sympathisants deviennent des citoyens démocratiques actifs : « Ayez confiance dans les capacités de vos membres, encouragez-les, donnez- leur des possibilités d’exploiter leur potentiel et démontrez- leur votre assurance qu’ils peuvent représenter le groupe à de hauts niveaux. C’est exactement comme cela que mon groupe a agi avec moi. » Nous publierons un rapport complet des constatations de nos séances de Parlons Démocratie, mais pour l’instant, il est utile de savoir que si vous êtes un groupe communautaire souhaitant que vos membres agissent dans le système politique et réalisent les changements que vous visez, votre groupe communautaire en est la clé. Apprenez-en davantage sur les enseignements que nos séances nous ont procurés de Parlons Démocratie en consultant notre série d’articles intitulée Democracy Talks Dispatches :  Democracy Talks Dispatches: Does Canada Have a “political culture”?Democracy Talks Dispatches: University students skip the partyDemocracy Talks Dispatches: This is what democracy looks likeDemocracy Talks Dispatches: Needed A PhD. in MP relations?Democracy Talks Dispatches: A political welcome packageDemocracy Talks Dispatches: Making the personal political through civics Vous voulez en apprendre davantage sur la participation politique? Le 8 juillet prochain, Samara publiera un rapport sur l’état de l’engagement politique au - delà de la boîte de scrutin au Canada. Comme complément à ce rapport, nous créerons un espace en ligne qui célébrera nos « citoyens politiques ». Nous souhaitons que cet espace montre un côté plus humain de la politique et qu’il procure des modèles de rôle aux personnes qui songent à s’engager en politique. Nous vous invitons à vous joindre à nous pour mettre en lumière les héros méconnus de la démocratie canadienne, qu’il s’agisse de bénévoles de campagnes, de membres de partis locaux, d’organisateurs communautaires ou encore de membres d’associations locales de circonscription qui agissent dans le système politique afin d’améliorer leur communauté. Vous pouvez vous procurer un formulaire de nomination en cliquant ici . Veuillez envoyer tous les formulaires de nomination dûment remplis à leora.smith@samaracanada.com . Lisez d’autres blogues auxquels a participé Samara. " id="pdf-obj-0-12" src="pdf-obj-0-12.jpg">
Mercredi 3 juillet 2013 T out le monde connaît la mauvaise nouvelle – la participation auxSamara s’est consacrée à examiner les causes de la diminution de la participation politique et à repérer ce qui doit changer pour renverser la vapeur. Parlons Démocratie consiste en une série de discussions qui offre aux personnes qui ne s’engageraient peut -être pas dans des conversations politiques une occasion de parler de démocratie – ce qui fonctionne pour elles, ce qui ne fonctionne pas, et ce qui les empêche de s’engager. Au cours de la dernière année, grâce à la Fondation Trillium de l'Ontario (FTO), nous avons tenu des séances de Parlons Démocratie partout en Ontario ainsi que dans l’ensemble du Canada, en nous concentrant sur les jeunes et les nouveaux arrivants. Nous partagerons toutes nos constatations cet automne, mais pour l’instant, voici un élément d’information qui pourrait vous intéresser : lorsqu’il s’agit d’inverser le déclin de l’engagement politique au Canada, les organismes communautaires pourraient constituer le meilleur remède. Avec son énergie positive, Uzma Irfan se démarque dans une salle. Immigrante du Pakistan, elle vit à Mississauga depuis 14 ans. Lorsque nous lui demandons comment elle participe à sa communauté, elle énumère une série de postes bénévoles qui pourrait faire l’objet d’un article de blogue entier. Samara a rencontré Uzma pour la première fois à une séance de Parlons Démocratie tenue en partenariat avec le groupe de femmes Malton Moms . Bien qu’aujourd’hui, elle soit une leader inspirante dans son quartier et ailleurs, elle nous a révélé qu’elle n’aurait jamais eu suffisamment d’assurance pour s’engager dans le processus démocratique si elle n’avait pas reçu l’encouragement de son groupe communautaire. Il y a juste un an, je n’avais aucune expérience et j’hésitais donc à parler aux leaders politiques. Il s’agissait d’un manque de confiance ainsi que du fait que dans notre pays d’origine, nous devons faire attention aux protocoles politiques ... Maintenant, en ayant acquis de la confiance, des connaissances et de l’expérience, je peux parler facilement aux politiciens Récemment, j’ai soumis une pétition ... communautaire et rencontré notre député provincial… C’est le Malton Women Council qui m’a aidée à regagner mon estime de moi et m’a donné suffisamment d’assurance pour agir comme voix communautaire. Uzma n’est pas la seule à nous avoir révélé que le soutien et l’encouragement de son groupe communautaire l’ont menée à poser des gestes. Cette révélation émergeait dans tous les groupes. Selon le Baromètre de confiance Edelman 2013 , les organismes sans but lucratif représentent le secteur auquel les Canadiens font le plus confiance. Soixante-treize pour cent des répondants ont déclaré qu’ils avaient un certain niveau de confiance dans les organismes sans but lucratif, tandis que seulement 61 % ont déclaré avoir confiance dans les médias, et seulement 58 % faisaient confiance aux entreprises et au gouvernement. Cela signifie-t- il que les organismes sans but lucratif peuvent agir en tant que porte d’accès à l’engagement démocratique? Samara croit que oui. Uzma donne un conseil aux autres groupes communautaires souhaitant que leurs sympathisants deviennent des citoyens démocratiques actifs : « Ayez confiance dans les capacités de vos membres, encouragez-les, donnez- leur des possibilités d’exploiter leur potentiel et démontrez- leur votre assurance qu’ils peuvent représenter le groupe à de hauts niveaux. C’est exactement comme cela que mon groupe a agi avec moi. » Nous publierons un rapport complet des constatations de nos séances de Parlons Démocratie, mais pour l’instant, il est utile de savoir que si vous êtes un groupe communautaire souhaitant que vos membres agissent dans le système politique et réalisent les changements que vous visez, votre groupe communautaire en est la clé. Apprenez-en davantage sur les enseignements que nos séances nous ont procurés de Parlons Démocratie en consultant notre série d’articles intitulée Democracy Talks Dispatches :  Democracy Talks Dispatches: Does Canada Have a “political culture”?Democracy Talks Dispatches: University students skip the partyDemocracy Talks Dispatches: This is what democracy looks likeDemocracy Talks Dispatches: Needed A PhD. in MP relations?Democracy Talks Dispatches: A political welcome packageDemocracy Talks Dispatches: Making the personal political through civics Vous voulez en apprendre davantage sur la participation politique? Le 8 juillet prochain, Samara publiera un rapport sur l’état de l’engagement politique au - delà de la boîte de scrutin au Canada. Comme complément à ce rapport, nous créerons un espace en ligne qui célébrera nos « citoyens politiques ». Nous souhaitons que cet espace montre un côté plus humain de la politique et qu’il procure des modèles de rôle aux personnes qui songent à s’engager en politique. Nous vous invitons à vous joindre à nous pour mettre en lumière les héros méconnus de la démocratie canadienne, qu’il s’agisse de bénévoles de campagnes, de membres de partis locaux, d’organisateurs communautaires ou encore de membres d’associations locales de circonscription qui agissent dans le système politique afin d’améliorer leur communauté. Vous pouvez vous procurer un formulaire de nomination en cliquant ici . Veuillez envoyer tous les formulaires de nomination dûment remplis à leora.smith@samaracanada.com . Lisez d’autres blogues auxquels a participé Samara. " id="pdf-obj-0-14" src="pdf-obj-0-14.jpg">

T out le monde connaît la mauvaise nouvelle la participation aux

en Ontario, seulement 49,2 % des électeurs admissibles se sont présentés aux

élections est à la baisse partout au Canada. À la toute dernière élection provinciale

urnes. De plus en plus, ce sont les votes des jeunes qui se perdent, et leurs voix ne sont pas

représentées dans les salles où les décisions se prennent. Face à ces statistiques saisissantes, en septembre, Samara s’est consacrée à examiner les causes de la diminution de la

participation politique et à repérer ce qui doit changer pour renverser la vapeur. Parlons Démocratie consiste en une série de discussions qui offre aux personnes qui ne

s’engageraient peut-être pas dans des conversations politiques une occasion de parler de démocratie ce qui fonctionne pour elles, ce qui ne fonctionne pas, et ce qui les empêche de s’engager. Au cours de la dernière année, grâce à la Fondation Trillium de l'Ontario (FTO),

nous avons tenu des séances de Parlons Démocratie partout en Ontario ainsi que dans

l’ensemble du Canada, en nous concentrant sur les jeunes et les nouveaux arrivants. Nous partagerons toutes nos constatations cet automne, mais pour l’instant, voici un

élément d’information qui pourrait vous intéresser : lorsqu’il s’agit d’inverser le déclin de l’engagement politique au Canada, les organismes communautaires pourraient constituer le

meilleur remède.

Mercredi 3 juillet 2013 T out le monde connaît la mauvaise nouvelle – la participation auxSamara s’est consacrée à examiner les causes de la diminution de la participation politique et à repérer ce qui doit changer pour renverser la vapeur. Parlons Démocratie consiste en une série de discussions qui offre aux personnes qui ne s’engageraient peut -être pas dans des conversations politiques une occasion de parler de démocratie – ce qui fonctionne pour elles, ce qui ne fonctionne pas, et ce qui les empêche de s’engager. Au cours de la dernière année, grâce à la Fondation Trillium de l'Ontario (FTO), nous avons tenu des séances de Parlons Démocratie partout en Ontario ainsi que dans l’ensemble du Canada, en nous concentrant sur les jeunes et les nouveaux arrivants. Nous partagerons toutes nos constatations cet automne, mais pour l’instant, voici un élément d’information qui pourrait vous intéresser : lorsqu’il s’agit d’inverser le déclin de l’engagement politique au Canada, les organismes communautaires pourraient constituer le meilleur remède. Avec son énergie positive, Uzma Irfan se démarque dans une salle. Immigrante du Pakistan, elle vit à Mississauga depuis 14 ans. Lorsque nous lui demandons comment elle participe à sa communauté, elle énumère une série de postes bénévoles qui pourrait faire l’objet d’un article de blogue entier. Samara a rencontré Uzma pour la première fois à une séance de Parlons Démocratie tenue en partenariat avec le groupe de femmes Malton Moms . Bien qu’aujourd’hui, elle soit une leader inspirante dans son quartier et ailleurs, elle nous a révélé qu’elle n’aurait jamais eu suffisamment d’assurance pour s’engager dans le processus démocratique si elle n’avait pas reçu l’encouragement de son groupe communautaire. Il y a juste un an, je n’avais aucune expérience et j’hésitais donc à parler aux leaders politiques. Il s’agissait d’un manque de confiance ainsi que du fait que dans notre pays d’origine, nous devons faire attention aux protocoles politiques ... Maintenant, en ayant acquis de la confiance, des connaissances et de l’expérience, je peux parler facilement aux politiciens Récemment, j’ai soumis une pétition ... communautaire et rencontré notre député provincial… C’est le Malton Women Council qui m’a aidée à regagner mon estime de moi et m’a donné suffisamment d’assurance pour agir comme voix communautaire. Uzma n’est pas la seule à nous avoir révélé que le soutien et l’encouragement de son groupe communautaire l’ont menée à poser des gestes. Cette révélation émergeait dans tous les groupes. Selon le Baromètre de confiance Edelman 2013 , les organismes sans but lucratif représentent le secteur auquel les Canadiens font le plus confiance. Soixante-treize pour cent des répondants ont déclaré qu’ils avaient un certain niveau de confiance dans les organismes sans but lucratif, tandis que seulement 61 % ont déclaré avoir confiance dans les médias, et seulement 58 % faisaient confiance aux entreprises et au gouvernement. Cela signifie-t- il que les organismes sans but lucratif peuvent agir en tant que porte d’accès à l’engagement démocratique? Samara croit que oui. Uzma donne un conseil aux autres groupes communautaires souhaitant que leurs sympathisants deviennent des citoyens démocratiques actifs : « Ayez confiance dans les capacités de vos membres, encouragez-les, donnez- leur des possibilités d’exploiter leur potentiel et démontrez- leur votre assurance qu’ils peuvent représenter le groupe à de hauts niveaux. C’est exactement comme cela que mon groupe a agi avec moi. » Nous publierons un rapport complet des constatations de nos séances de Parlons Démocratie, mais pour l’instant, il est utile de savoir que si vous êtes un groupe communautaire souhaitant que vos membres agissent dans le système politique et réalisent les changements que vous visez, votre groupe communautaire en est la clé. Apprenez-en davantage sur les enseignements que nos séances nous ont procurés de Parlons Démocratie en consultant notre série d’articles intitulée Democracy Talks Dispatches :  Democracy Talks Dispatches: Does Canada Have a “political culture”?Democracy Talks Dispatches: University students skip the partyDemocracy Talks Dispatches: This is what democracy looks likeDemocracy Talks Dispatches: Needed A PhD. in MP relations?Democracy Talks Dispatches: A political welcome packageDemocracy Talks Dispatches: Making the personal political through civics Vous voulez en apprendre davantage sur la participation politique? Le 8 juillet prochain, Samara publiera un rapport sur l’état de l’engagement politique au - delà de la boîte de scrutin au Canada. Comme complément à ce rapport, nous créerons un espace en ligne qui célébrera nos « citoyens politiques ». Nous souhaitons que cet espace montre un côté plus humain de la politique et qu’il procure des modèles de rôle aux personnes qui songent à s’engager en politique. Nous vous invitons à vous joindre à nous pour mettre en lumière les héros méconnus de la démocratie canadienne, qu’il s’agisse de bénévoles de campagnes, de membres de partis locaux, d’organisateurs communautaires ou encore de membres d’associations locales de circonscription qui agissent dans le système politique afin d’améliorer leur communauté. Vous pouvez vous procurer un formulaire de nomination en cliquant ici . Veuillez envoyer tous les formulaires de nomination dûment remplis à leora.smith@samaracanada.com . Lisez d’autres blogues auxquels a participé Samara. " id="pdf-obj-0-47" src="pdf-obj-0-47.jpg">
Mercredi 3 juillet 2013 T out le monde connaît la mauvaise nouvelle – la participation auxSamara s’est consacrée à examiner les causes de la diminution de la participation politique et à repérer ce qui doit changer pour renverser la vapeur. Parlons Démocratie consiste en une série de discussions qui offre aux personnes qui ne s’engageraient peut -être pas dans des conversations politiques une occasion de parler de démocratie – ce qui fonctionne pour elles, ce qui ne fonctionne pas, et ce qui les empêche de s’engager. Au cours de la dernière année, grâce à la Fondation Trillium de l'Ontario (FTO), nous avons tenu des séances de Parlons Démocratie partout en Ontario ainsi que dans l’ensemble du Canada, en nous concentrant sur les jeunes et les nouveaux arrivants. Nous partagerons toutes nos constatations cet automne, mais pour l’instant, voici un élément d’information qui pourrait vous intéresser : lorsqu’il s’agit d’inverser le déclin de l’engagement politique au Canada, les organismes communautaires pourraient constituer le meilleur remède. Avec son énergie positive, Uzma Irfan se démarque dans une salle. Immigrante du Pakistan, elle vit à Mississauga depuis 14 ans. Lorsque nous lui demandons comment elle participe à sa communauté, elle énumère une série de postes bénévoles qui pourrait faire l’objet d’un article de blogue entier. Samara a rencontré Uzma pour la première fois à une séance de Parlons Démocratie tenue en partenariat avec le groupe de femmes Malton Moms . Bien qu’aujourd’hui, elle soit une leader inspirante dans son quartier et ailleurs, elle nous a révélé qu’elle n’aurait jamais eu suffisamment d’assurance pour s’engager dans le processus démocratique si elle n’avait pas reçu l’encouragement de son groupe communautaire. Il y a juste un an, je n’avais aucune expérience et j’hésitais donc à parler aux leaders politiques. Il s’agissait d’un manque de confiance ainsi que du fait que dans notre pays d’origine, nous devons faire attention aux protocoles politiques ... Maintenant, en ayant acquis de la confiance, des connaissances et de l’expérience, je peux parler facilement aux politiciens Récemment, j’ai soumis une pétition ... communautaire et rencontré notre député provincial… C’est le Malton Women Council qui m’a aidée à regagner mon estime de moi et m’a donné suffisamment d’assurance pour agir comme voix communautaire. Uzma n’est pas la seule à nous avoir révélé que le soutien et l’encouragement de son groupe communautaire l’ont menée à poser des gestes. Cette révélation émergeait dans tous les groupes. Selon le Baromètre de confiance Edelman 2013 , les organismes sans but lucratif représentent le secteur auquel les Canadiens font le plus confiance. Soixante-treize pour cent des répondants ont déclaré qu’ils avaient un certain niveau de confiance dans les organismes sans but lucratif, tandis que seulement 61 % ont déclaré avoir confiance dans les médias, et seulement 58 % faisaient confiance aux entreprises et au gouvernement. Cela signifie-t- il que les organismes sans but lucratif peuvent agir en tant que porte d’accès à l’engagement démocratique? Samara croit que oui. Uzma donne un conseil aux autres groupes communautaires souhaitant que leurs sympathisants deviennent des citoyens démocratiques actifs : « Ayez confiance dans les capacités de vos membres, encouragez-les, donnez- leur des possibilités d’exploiter leur potentiel et démontrez- leur votre assurance qu’ils peuvent représenter le groupe à de hauts niveaux. C’est exactement comme cela que mon groupe a agi avec moi. » Nous publierons un rapport complet des constatations de nos séances de Parlons Démocratie, mais pour l’instant, il est utile de savoir que si vous êtes un groupe communautaire souhaitant que vos membres agissent dans le système politique et réalisent les changements que vous visez, votre groupe communautaire en est la clé. Apprenez-en davantage sur les enseignements que nos séances nous ont procurés de Parlons Démocratie en consultant notre série d’articles intitulée Democracy Talks Dispatches :  Democracy Talks Dispatches: Does Canada Have a “political culture”?Democracy Talks Dispatches: University students skip the partyDemocracy Talks Dispatches: This is what democracy looks likeDemocracy Talks Dispatches: Needed A PhD. in MP relations?Democracy Talks Dispatches: A political welcome packageDemocracy Talks Dispatches: Making the personal political through civics Vous voulez en apprendre davantage sur la participation politique? Le 8 juillet prochain, Samara publiera un rapport sur l’état de l’engagement politique au - delà de la boîte de scrutin au Canada. Comme complément à ce rapport, nous créerons un espace en ligne qui célébrera nos « citoyens politiques ». Nous souhaitons que cet espace montre un côté plus humain de la politique et qu’il procure des modèles de rôle aux personnes qui songent à s’engager en politique. Nous vous invitons à vous joindre à nous pour mettre en lumière les héros méconnus de la démocratie canadienne, qu’il s’agisse de bénévoles de campagnes, de membres de partis locaux, d’organisateurs communautaires ou encore de membres d’associations locales de circonscription qui agissent dans le système politique afin d’améliorer leur communauté. Vous pouvez vous procurer un formulaire de nomination en cliquant ici . Veuillez envoyer tous les formulaires de nomination dûment remplis à leora.smith@samaracanada.com . Lisez d’autres blogues auxquels a participé Samara. " id="pdf-obj-0-49" src="pdf-obj-0-49.jpg">

Avec son énergie positive, Uzma Irfan se démarque dans une salle. Immigrante du Pakistan, elle vit à Mississauga depuis 14 ans. Lorsque nous lui demandons comment elle participe à

sa communauté, elle énumère une série de postes bénévoles qui pourrait faire l’objet d’un article de blogue entier. Samara a rencontré Uzma pour la première fois à une séance de Parlons Démocratie tenue en partenariat avec le groupe de femmes Malton Moms. Bien qu’aujourd’hui, elle soit une leader inspirante dans son quartier et ailleurs, elle nous a révélé qu’elle n’aurait jamais eu suffisamment d’assurance pour s’engager dans le processus

démocratique si elle n’avait pas reçu l’encouragement de son groupe communautaire.

Mercredi 3 juillet 2013 T out le monde connaît la mauvaise nouvelle – la participation auxSamara s’est consacrée à examiner les causes de la diminution de la participation politique et à repérer ce qui doit changer pour renverser la vapeur. Parlons Démocratie consiste en une série de discussions qui offre aux personnes qui ne s’engageraient peut -être pas dans des conversations politiques une occasion de parler de démocratie – ce qui fonctionne pour elles, ce qui ne fonctionne pas, et ce qui les empêche de s’engager. Au cours de la dernière année, grâce à la Fondation Trillium de l'Ontario (FTO), nous avons tenu des séances de Parlons Démocratie partout en Ontario ainsi que dans l’ensemble du Canada, en nous concentrant sur les jeunes et les nouveaux arrivants. Nous partagerons toutes nos constatations cet automne, mais pour l’instant, voici un élément d’information qui pourrait vous intéresser : lorsqu’il s’agit d’inverser le déclin de l’engagement politique au Canada, les organismes communautaires pourraient constituer le meilleur remède. Avec son énergie positive, Uzma Irfan se démarque dans une salle. Immigrante du Pakistan, elle vit à Mississauga depuis 14 ans. Lorsque nous lui demandons comment elle participe à sa communauté, elle énumère une série de postes bénévoles qui pourrait faire l’objet d’un article de blogue entier. Samara a rencontré Uzma pour la première fois à une séance de Parlons Démocratie tenue en partenariat avec le groupe de femmes Malton Moms . Bien qu’aujourd’hui, elle soit une leader inspirante dans son quartier et ailleurs, elle nous a révélé qu’elle n’aurait jamais eu suffisamment d’assurance pour s’engager dans le processus démocratique si elle n’avait pas reçu l’encouragement de son groupe communautaire. Il y a juste un an, je n’avais aucune expérience et j’hésitais donc à parler aux leaders politiques. Il s’agissait d’un manque de confiance ainsi que du fait que dans notre pays d’origine, nous devons faire attention aux protocoles politiques ... Maintenant, en ayant acquis de la confiance, des connaissances et de l’expérience, je peux parler facilement aux politiciens Récemment, j’ai soumis une pétition ... communautaire et rencontré notre député provincial… C’est le Malton Women Council qui m’a aidée à regagner mon estime de moi et m’a donné suffisamment d’assurance pour agir comme voix communautaire. Uzma n’est pas la seule à nous avoir révélé que le soutien et l’encouragement de son groupe communautaire l’ont menée à poser des gestes. Cette révélation émergeait dans tous les groupes. Selon le Baromètre de confiance Edelman 2013 , les organismes sans but lucratif représentent le secteur auquel les Canadiens font le plus confiance. Soixante-treize pour cent des répondants ont déclaré qu’ils avaient un certain niveau de confiance dans les organismes sans but lucratif, tandis que seulement 61 % ont déclaré avoir confiance dans les médias, et seulement 58 % faisaient confiance aux entreprises et au gouvernement. Cela signifie-t- il que les organismes sans but lucratif peuvent agir en tant que porte d’accès à l’engagement démocratique? Samara croit que oui. Uzma donne un conseil aux autres groupes communautaires souhaitant que leurs sympathisants deviennent des citoyens démocratiques actifs : « Ayez confiance dans les capacités de vos membres, encouragez-les, donnez- leur des possibilités d’exploiter leur potentiel et démontrez- leur votre assurance qu’ils peuvent représenter le groupe à de hauts niveaux. C’est exactement comme cela que mon groupe a agi avec moi. » Nous publierons un rapport complet des constatations de nos séances de Parlons Démocratie, mais pour l’instant, il est utile de savoir que si vous êtes un groupe communautaire souhaitant que vos membres agissent dans le système politique et réalisent les changements que vous visez, votre groupe communautaire en est la clé. Apprenez-en davantage sur les enseignements que nos séances nous ont procurés de Parlons Démocratie en consultant notre série d’articles intitulée Democracy Talks Dispatches :  Democracy Talks Dispatches: Does Canada Have a “political culture”?Democracy Talks Dispatches: University students skip the partyDemocracy Talks Dispatches: This is what democracy looks likeDemocracy Talks Dispatches: Needed A PhD. in MP relations?Democracy Talks Dispatches: A political welcome packageDemocracy Talks Dispatches: Making the personal political through civics Vous voulez en apprendre davantage sur la participation politique? Le 8 juillet prochain, Samara publiera un rapport sur l’état de l’engagement politique au - delà de la boîte de scrutin au Canada. Comme complément à ce rapport, nous créerons un espace en ligne qui célébrera nos « citoyens politiques ». Nous souhaitons que cet espace montre un côté plus humain de la politique et qu’il procure des modèles de rôle aux personnes qui songent à s’engager en politique. Nous vous invitons à vous joindre à nous pour mettre en lumière les héros méconnus de la démocratie canadienne, qu’il s’agisse de bénévoles de campagnes, de membres de partis locaux, d’organisateurs communautaires ou encore de membres d’associations locales de circonscription qui agissent dans le système politique afin d’améliorer leur communauté. Vous pouvez vous procurer un formulaire de nomination en cliquant ici . Veuillez envoyer tous les formulaires de nomination dûment remplis à leora.smith@samaracanada.com . Lisez d’autres blogues auxquels a participé Samara. " id="pdf-obj-0-62" src="pdf-obj-0-62.jpg">
Mercredi 3 juillet 2013 T out le monde connaît la mauvaise nouvelle – la participation auxSamara s’est consacrée à examiner les causes de la diminution de la participation politique et à repérer ce qui doit changer pour renverser la vapeur. Parlons Démocratie consiste en une série de discussions qui offre aux personnes qui ne s’engageraient peut -être pas dans des conversations politiques une occasion de parler de démocratie – ce qui fonctionne pour elles, ce qui ne fonctionne pas, et ce qui les empêche de s’engager. Au cours de la dernière année, grâce à la Fondation Trillium de l'Ontario (FTO), nous avons tenu des séances de Parlons Démocratie partout en Ontario ainsi que dans l’ensemble du Canada, en nous concentrant sur les jeunes et les nouveaux arrivants. Nous partagerons toutes nos constatations cet automne, mais pour l’instant, voici un élément d’information qui pourrait vous intéresser : lorsqu’il s’agit d’inverser le déclin de l’engagement politique au Canada, les organismes communautaires pourraient constituer le meilleur remède. Avec son énergie positive, Uzma Irfan se démarque dans une salle. Immigrante du Pakistan, elle vit à Mississauga depuis 14 ans. Lorsque nous lui demandons comment elle participe à sa communauté, elle énumère une série de postes bénévoles qui pourrait faire l’objet d’un article de blogue entier. Samara a rencontré Uzma pour la première fois à une séance de Parlons Démocratie tenue en partenariat avec le groupe de femmes Malton Moms . Bien qu’aujourd’hui, elle soit une leader inspirante dans son quartier et ailleurs, elle nous a révélé qu’elle n’aurait jamais eu suffisamment d’assurance pour s’engager dans le processus démocratique si elle n’avait pas reçu l’encouragement de son groupe communautaire. Il y a juste un an, je n’avais aucune expérience et j’hésitais donc à parler aux leaders politiques. Il s’agissait d’un manque de confiance ainsi que du fait que dans notre pays d’origine, nous devons faire attention aux protocoles politiques ... Maintenant, en ayant acquis de la confiance, des connaissances et de l’expérience, je peux parler facilement aux politiciens Récemment, j’ai soumis une pétition ... communautaire et rencontré notre député provincial… C’est le Malton Women Council qui m’a aidée à regagner mon estime de moi et m’a donné suffisamment d’assurance pour agir comme voix communautaire. Uzma n’est pas la seule à nous avoir révélé que le soutien et l’encouragement de son groupe communautaire l’ont menée à poser des gestes. Cette révélation émergeait dans tous les groupes. Selon le Baromètre de confiance Edelman 2013 , les organismes sans but lucratif représentent le secteur auquel les Canadiens font le plus confiance. Soixante-treize pour cent des répondants ont déclaré qu’ils avaient un certain niveau de confiance dans les organismes sans but lucratif, tandis que seulement 61 % ont déclaré avoir confiance dans les médias, et seulement 58 % faisaient confiance aux entreprises et au gouvernement. Cela signifie-t- il que les organismes sans but lucratif peuvent agir en tant que porte d’accès à l’engagement démocratique? Samara croit que oui. Uzma donne un conseil aux autres groupes communautaires souhaitant que leurs sympathisants deviennent des citoyens démocratiques actifs : « Ayez confiance dans les capacités de vos membres, encouragez-les, donnez- leur des possibilités d’exploiter leur potentiel et démontrez- leur votre assurance qu’ils peuvent représenter le groupe à de hauts niveaux. C’est exactement comme cela que mon groupe a agi avec moi. » Nous publierons un rapport complet des constatations de nos séances de Parlons Démocratie, mais pour l’instant, il est utile de savoir que si vous êtes un groupe communautaire souhaitant que vos membres agissent dans le système politique et réalisent les changements que vous visez, votre groupe communautaire en est la clé. Apprenez-en davantage sur les enseignements que nos séances nous ont procurés de Parlons Démocratie en consultant notre série d’articles intitulée Democracy Talks Dispatches :  Democracy Talks Dispatches: Does Canada Have a “political culture”?Democracy Talks Dispatches: University students skip the partyDemocracy Talks Dispatches: This is what democracy looks likeDemocracy Talks Dispatches: Needed A PhD. in MP relations?Democracy Talks Dispatches: A political welcome packageDemocracy Talks Dispatches: Making the personal political through civics Vous voulez en apprendre davantage sur la participation politique? Le 8 juillet prochain, Samara publiera un rapport sur l’état de l’engagement politique au - delà de la boîte de scrutin au Canada. Comme complément à ce rapport, nous créerons un espace en ligne qui célébrera nos « citoyens politiques ». Nous souhaitons que cet espace montre un côté plus humain de la politique et qu’il procure des modèles de rôle aux personnes qui songent à s’engager en politique. Nous vous invitons à vous joindre à nous pour mettre en lumière les héros méconnus de la démocratie canadienne, qu’il s’agisse de bénévoles de campagnes, de membres de partis locaux, d’organisateurs communautaires ou encore de membres d’associations locales de circonscription qui agissent dans le système politique afin d’améliorer leur communauté. Vous pouvez vous procurer un formulaire de nomination en cliquant ici . Veuillez envoyer tous les formulaires de nomination dûment remplis à leora.smith@samaracanada.com . Lisez d’autres blogues auxquels a participé Samara. " id="pdf-obj-0-64" src="pdf-obj-0-64.jpg">
Mercredi 3 juillet 2013 T out le monde connaît la mauvaise nouvelle – la participation auxSamara s’est consacrée à examiner les causes de la diminution de la participation politique et à repérer ce qui doit changer pour renverser la vapeur. Parlons Démocratie consiste en une série de discussions qui offre aux personnes qui ne s’engageraient peut -être pas dans des conversations politiques une occasion de parler de démocratie – ce qui fonctionne pour elles, ce qui ne fonctionne pas, et ce qui les empêche de s’engager. Au cours de la dernière année, grâce à la Fondation Trillium de l'Ontario (FTO), nous avons tenu des séances de Parlons Démocratie partout en Ontario ainsi que dans l’ensemble du Canada, en nous concentrant sur les jeunes et les nouveaux arrivants. Nous partagerons toutes nos constatations cet automne, mais pour l’instant, voici un élément d’information qui pourrait vous intéresser : lorsqu’il s’agit d’inverser le déclin de l’engagement politique au Canada, les organismes communautaires pourraient constituer le meilleur remède. Avec son énergie positive, Uzma Irfan se démarque dans une salle. Immigrante du Pakistan, elle vit à Mississauga depuis 14 ans. Lorsque nous lui demandons comment elle participe à sa communauté, elle énumère une série de postes bénévoles qui pourrait faire l’objet d’un article de blogue entier. Samara a rencontré Uzma pour la première fois à une séance de Parlons Démocratie tenue en partenariat avec le groupe de femmes Malton Moms . Bien qu’aujourd’hui, elle soit une leader inspirante dans son quartier et ailleurs, elle nous a révélé qu’elle n’aurait jamais eu suffisamment d’assurance pour s’engager dans le processus démocratique si elle n’avait pas reçu l’encouragement de son groupe communautaire. Il y a juste un an, je n’avais aucune expérience et j’hésitais donc à parler aux leaders politiques. Il s’agissait d’un manque de confiance ainsi que du fait que dans notre pays d’origine, nous devons faire attention aux protocoles politiques ... Maintenant, en ayant acquis de la confiance, des connaissances et de l’expérience, je peux parler facilement aux politiciens Récemment, j’ai soumis une pétition ... communautaire et rencontré notre député provincial… C’est le Malton Women Council qui m’a aidée à regagner mon estime de moi et m’a donné suffisamment d’assurance pour agir comme voix communautaire. Uzma n’est pas la seule à nous avoir révélé que le soutien et l’encouragement de son groupe communautaire l’ont menée à poser des gestes. Cette révélation émergeait dans tous les groupes. Selon le Baromètre de confiance Edelman 2013 , les organismes sans but lucratif représentent le secteur auquel les Canadiens font le plus confiance. Soixante-treize pour cent des répondants ont déclaré qu’ils avaient un certain niveau de confiance dans les organismes sans but lucratif, tandis que seulement 61 % ont déclaré avoir confiance dans les médias, et seulement 58 % faisaient confiance aux entreprises et au gouvernement. Cela signifie-t- il que les organismes sans but lucratif peuvent agir en tant que porte d’accès à l’engagement démocratique? Samara croit que oui. Uzma donne un conseil aux autres groupes communautaires souhaitant que leurs sympathisants deviennent des citoyens démocratiques actifs : « Ayez confiance dans les capacités de vos membres, encouragez-les, donnez- leur des possibilités d’exploiter leur potentiel et démontrez- leur votre assurance qu’ils peuvent représenter le groupe à de hauts niveaux. C’est exactement comme cela que mon groupe a agi avec moi. » Nous publierons un rapport complet des constatations de nos séances de Parlons Démocratie, mais pour l’instant, il est utile de savoir que si vous êtes un groupe communautaire souhaitant que vos membres agissent dans le système politique et réalisent les changements que vous visez, votre groupe communautaire en est la clé. Apprenez-en davantage sur les enseignements que nos séances nous ont procurés de Parlons Démocratie en consultant notre série d’articles intitulée Democracy Talks Dispatches :  Democracy Talks Dispatches: Does Canada Have a “political culture”?Democracy Talks Dispatches: University students skip the partyDemocracy Talks Dispatches: This is what democracy looks likeDemocracy Talks Dispatches: Needed A PhD. in MP relations?Democracy Talks Dispatches: A political welcome packageDemocracy Talks Dispatches: Making the personal political through civics Vous voulez en apprendre davantage sur la participation politique? Le 8 juillet prochain, Samara publiera un rapport sur l’état de l’engagement politique au - delà de la boîte de scrutin au Canada. Comme complément à ce rapport, nous créerons un espace en ligne qui célébrera nos « citoyens politiques ». Nous souhaitons que cet espace montre un côté plus humain de la politique et qu’il procure des modèles de rôle aux personnes qui songent à s’engager en politique. Nous vous invitons à vous joindre à nous pour mettre en lumière les héros méconnus de la démocratie canadienne, qu’il s’agisse de bénévoles de campagnes, de membres de partis locaux, d’organisateurs communautaires ou encore de membres d’associations locales de circonscription qui agissent dans le système politique afin d’améliorer leur communauté. Vous pouvez vous procurer un formulaire de nomination en cliquant ici . Veuillez envoyer tous les formulaires de nomination dûment remplis à leora.smith@samaracanada.com . Lisez d’autres blogues auxquels a participé Samara. " id="pdf-obj-0-66" src="pdf-obj-0-66.jpg">
Mercredi 3 juillet 2013 T out le monde connaît la mauvaise nouvelle – la participation auxSamara s’est consacrée à examiner les causes de la diminution de la participation politique et à repérer ce qui doit changer pour renverser la vapeur. Parlons Démocratie consiste en une série de discussions qui offre aux personnes qui ne s’engageraient peut -être pas dans des conversations politiques une occasion de parler de démocratie – ce qui fonctionne pour elles, ce qui ne fonctionne pas, et ce qui les empêche de s’engager. Au cours de la dernière année, grâce à la Fondation Trillium de l'Ontario (FTO), nous avons tenu des séances de Parlons Démocratie partout en Ontario ainsi que dans l’ensemble du Canada, en nous concentrant sur les jeunes et les nouveaux arrivants. Nous partagerons toutes nos constatations cet automne, mais pour l’instant, voici un élément d’information qui pourrait vous intéresser : lorsqu’il s’agit d’inverser le déclin de l’engagement politique au Canada, les organismes communautaires pourraient constituer le meilleur remède. Avec son énergie positive, Uzma Irfan se démarque dans une salle. Immigrante du Pakistan, elle vit à Mississauga depuis 14 ans. Lorsque nous lui demandons comment elle participe à sa communauté, elle énumère une série de postes bénévoles qui pourrait faire l’objet d’un article de blogue entier. Samara a rencontré Uzma pour la première fois à une séance de Parlons Démocratie tenue en partenariat avec le groupe de femmes Malton Moms . Bien qu’aujourd’hui, elle soit une leader inspirante dans son quartier et ailleurs, elle nous a révélé qu’elle n’aurait jamais eu suffisamment d’assurance pour s’engager dans le processus démocratique si elle n’avait pas reçu l’encouragement de son groupe communautaire. Il y a juste un an, je n’avais aucune expérience et j’hésitais donc à parler aux leaders politiques. Il s’agissait d’un manque de confiance ainsi que du fait que dans notre pays d’origine, nous devons faire attention aux protocoles politiques ... Maintenant, en ayant acquis de la confiance, des connaissances et de l’expérience, je peux parler facilement aux politiciens Récemment, j’ai soumis une pétition ... communautaire et rencontré notre député provincial… C’est le Malton Women Council qui m’a aidée à regagner mon estime de moi et m’a donné suffisamment d’assurance pour agir comme voix communautaire. Uzma n’est pas la seule à nous avoir révélé que le soutien et l’encouragement de son groupe communautaire l’ont menée à poser des gestes. Cette révélation émergeait dans tous les groupes. Selon le Baromètre de confiance Edelman 2013 , les organismes sans but lucratif représentent le secteur auquel les Canadiens font le plus confiance. Soixante-treize pour cent des répondants ont déclaré qu’ils avaient un certain niveau de confiance dans les organismes sans but lucratif, tandis que seulement 61 % ont déclaré avoir confiance dans les médias, et seulement 58 % faisaient confiance aux entreprises et au gouvernement. Cela signifie-t- il que les organismes sans but lucratif peuvent agir en tant que porte d’accès à l’engagement démocratique? Samara croit que oui. Uzma donne un conseil aux autres groupes communautaires souhaitant que leurs sympathisants deviennent des citoyens démocratiques actifs : « Ayez confiance dans les capacités de vos membres, encouragez-les, donnez- leur des possibilités d’exploiter leur potentiel et démontrez- leur votre assurance qu’ils peuvent représenter le groupe à de hauts niveaux. C’est exactement comme cela que mon groupe a agi avec moi. » Nous publierons un rapport complet des constatations de nos séances de Parlons Démocratie, mais pour l’instant, il est utile de savoir que si vous êtes un groupe communautaire souhaitant que vos membres agissent dans le système politique et réalisent les changements que vous visez, votre groupe communautaire en est la clé. Apprenez-en davantage sur les enseignements que nos séances nous ont procurés de Parlons Démocratie en consultant notre série d’articles intitulée Democracy Talks Dispatches :  Democracy Talks Dispatches: Does Canada Have a “political culture”?Democracy Talks Dispatches: University students skip the partyDemocracy Talks Dispatches: This is what democracy looks likeDemocracy Talks Dispatches: Needed A PhD. in MP relations?Democracy Talks Dispatches: A political welcome packageDemocracy Talks Dispatches: Making the personal political through civics Vous voulez en apprendre davantage sur la participation politique? Le 8 juillet prochain, Samara publiera un rapport sur l’état de l’engagement politique au - delà de la boîte de scrutin au Canada. Comme complément à ce rapport, nous créerons un espace en ligne qui célébrera nos « citoyens politiques ». Nous souhaitons que cet espace montre un côté plus humain de la politique et qu’il procure des modèles de rôle aux personnes qui songent à s’engager en politique. Nous vous invitons à vous joindre à nous pour mettre en lumière les héros méconnus de la démocratie canadienne, qu’il s’agisse de bénévoles de campagnes, de membres de partis locaux, d’organisateurs communautaires ou encore de membres d’associations locales de circonscription qui agissent dans le système politique afin d’améliorer leur communauté. Vous pouvez vous procurer un formulaire de nomination en cliquant ici . Veuillez envoyer tous les formulaires de nomination dûment remplis à leora.smith@samaracanada.com . Lisez d’autres blogues auxquels a participé Samara. " id="pdf-obj-0-68" src="pdf-obj-0-68.jpg">

Il y a juste un an, je n’avais aucune expérience et j’hésitais donc à parler aux leaders politiques. Il s’agissait d’un manque de confiance ainsi que du fait que dans notre pays d’origine, nous devons faire attention aux protocoles politiques ... Maintenant, en ayant acquis de la confiance, des connaissances et de l’expérience,

je peux parler facilement aux politiciens

Récemment, j’ai soumis une pétition

... communautaire et rencontré notre député provincial… C’est le Malton Women Council qui m’a aidée à regagner mon estime de moi et m’a donné suffisamment d’assurance pour agir comme voix communautaire.

Uzma n’est pas la seule à nous avoir révélé que le soutien et l’encouragement de son groupe communautaire l’ont menée à poser des gestes. Cette révélation émergeait dans tous les groupes.

Selon le Baromètre de confiance Edelman 2013, les organismes sans but lucratif représentent le secteur auquel les Canadiens font le plus confiance. Soixante-treize pour

cent des répondants ont déclaré qu’ils avaient un certain niveau de confiance dans les

Mercredi 3 juillet 2013 T out le monde connaît la mauvaise nouvelle – la participation auxSamara s’est consacrée à examiner les causes de la diminution de la participation politique et à repérer ce qui doit changer pour renverser la vapeur. Parlons Démocratie consiste en une série de discussions qui offre aux personnes qui ne s’engageraient peut -être pas dans des conversations politiques une occasion de parler de démocratie – ce qui fonctionne pour elles, ce qui ne fonctionne pas, et ce qui les empêche de s’engager. Au cours de la dernière année, grâce à la Fondation Trillium de l'Ontario (FTO), nous avons tenu des séances de Parlons Démocratie partout en Ontario ainsi que dans l’ensemble du Canada, en nous concentrant sur les jeunes et les nouveaux arrivants. Nous partagerons toutes nos constatations cet automne, mais pour l’instant, voici un élément d’information qui pourrait vous intéresser : lorsqu’il s’agit d’inverser le déclin de l’engagement politique au Canada, les organismes communautaires pourraient constituer le meilleur remède. Avec son énergie positive, Uzma Irfan se démarque dans une salle. Immigrante du Pakistan, elle vit à Mississauga depuis 14 ans. Lorsque nous lui demandons comment elle participe à sa communauté, elle énumère une série de postes bénévoles qui pourrait faire l’objet d’un article de blogue entier. Samara a rencontré Uzma pour la première fois à une séance de Parlons Démocratie tenue en partenariat avec le groupe de femmes Malton Moms . Bien qu’aujourd’hui, elle soit une leader inspirante dans son quartier et ailleurs, elle nous a révélé qu’elle n’aurait jamais eu suffisamment d’assurance pour s’engager dans le processus démocratique si elle n’avait pas reçu l’encouragement de son groupe communautaire. Il y a juste un an, je n’avais aucune expérience et j’hésitais donc à parler aux leaders politiques. Il s’agissait d’un manque de confiance ainsi que du fait que dans notre pays d’origine, nous devons faire attention aux protocoles politiques ... Maintenant, en ayant acquis de la confiance, des connaissances et de l’expérience, je peux parler facilement aux politiciens Récemment, j’ai soumis une pétition ... communautaire et rencontré notre député provincial… C’est le Malton Women Council qui m’a aidée à regagner mon estime de moi et m’a donné suffisamment d’assurance pour agir comme voix communautaire. Uzma n’est pas la seule à nous avoir révélé que le soutien et l’encouragement de son groupe communautaire l’ont menée à poser des gestes. Cette révélation émergeait dans tous les groupes. Selon le Baromètre de confiance Edelman 2013 , les organismes sans but lucratif représentent le secteur auquel les Canadiens font le plus confiance. Soixante-treize pour cent des répondants ont déclaré qu’ils avaient un certain niveau de confiance dans les organismes sans but lucratif, tandis que seulement 61 % ont déclaré avoir confiance dans les médias, et seulement 58 % faisaient confiance aux entreprises et au gouvernement. Cela signifie-t- il que les organismes sans but lucratif peuvent agir en tant que porte d’accès à l’engagement démocratique? Samara croit que oui. Uzma donne un conseil aux autres groupes communautaires souhaitant que leurs sympathisants deviennent des citoyens démocratiques actifs : « Ayez confiance dans les capacités de vos membres, encouragez-les, donnez- leur des possibilités d’exploiter leur potentiel et démontrez- leur votre assurance qu’ils peuvent représenter le groupe à de hauts niveaux. C’est exactement comme cela que mon groupe a agi avec moi. » Nous publierons un rapport complet des constatations de nos séances de Parlons Démocratie, mais pour l’instant, il est utile de savoir que si vous êtes un groupe communautaire souhaitant que vos membres agissent dans le système politique et réalisent les changements que vous visez, votre groupe communautaire en est la clé. Apprenez-en davantage sur les enseignements que nos séances nous ont procurés de Parlons Démocratie en consultant notre série d’articles intitulée Democracy Talks Dispatches :  Democracy Talks Dispatches: Does Canada Have a “political culture”?Democracy Talks Dispatches: University students skip the partyDemocracy Talks Dispatches: This is what democracy looks likeDemocracy Talks Dispatches: Needed A PhD. in MP relations?Democracy Talks Dispatches: A political welcome packageDemocracy Talks Dispatches: Making the personal political through civics Vous voulez en apprendre davantage sur la participation politique? Le 8 juillet prochain, Samara publiera un rapport sur l’état de l’engagement politique au - delà de la boîte de scrutin au Canada. Comme complément à ce rapport, nous créerons un espace en ligne qui célébrera nos « citoyens politiques ». Nous souhaitons que cet espace montre un côté plus humain de la politique et qu’il procure des modèles de rôle aux personnes qui songent à s’engager en politique. Nous vous invitons à vous joindre à nous pour mettre en lumière les héros méconnus de la démocratie canadienne, qu’il s’agisse de bénévoles de campagnes, de membres de partis locaux, d’organisateurs communautaires ou encore de membres d’associations locales de circonscription qui agissent dans le système politique afin d’améliorer leur communauté. Vous pouvez vous procurer un formulaire de nomination en cliquant ici . Veuillez envoyer tous les formulaires de nomination dûment remplis à leora.smith@samaracanada.com . Lisez d’autres blogues auxquels a participé Samara. " id="pdf-obj-0-87" src="pdf-obj-0-87.jpg">
Mercredi 3 juillet 2013 T out le monde connaît la mauvaise nouvelle – la participation auxSamara s’est consacrée à examiner les causes de la diminution de la participation politique et à repérer ce qui doit changer pour renverser la vapeur. Parlons Démocratie consiste en une série de discussions qui offre aux personnes qui ne s’engageraient peut -être pas dans des conversations politiques une occasion de parler de démocratie – ce qui fonctionne pour elles, ce qui ne fonctionne pas, et ce qui les empêche de s’engager. Au cours de la dernière année, grâce à la Fondation Trillium de l'Ontario (FTO), nous avons tenu des séances de Parlons Démocratie partout en Ontario ainsi que dans l’ensemble du Canada, en nous concentrant sur les jeunes et les nouveaux arrivants. Nous partagerons toutes nos constatations cet automne, mais pour l’instant, voici un élément d’information qui pourrait vous intéresser : lorsqu’il s’agit d’inverser le déclin de l’engagement politique au Canada, les organismes communautaires pourraient constituer le meilleur remède. Avec son énergie positive, Uzma Irfan se démarque dans une salle. Immigrante du Pakistan, elle vit à Mississauga depuis 14 ans. Lorsque nous lui demandons comment elle participe à sa communauté, elle énumère une série de postes bénévoles qui pourrait faire l’objet d’un article de blogue entier. Samara a rencontré Uzma pour la première fois à une séance de Parlons Démocratie tenue en partenariat avec le groupe de femmes Malton Moms . Bien qu’aujourd’hui, elle soit une leader inspirante dans son quartier et ailleurs, elle nous a révélé qu’elle n’aurait jamais eu suffisamment d’assurance pour s’engager dans le processus démocratique si elle n’avait pas reçu l’encouragement de son groupe communautaire. Il y a juste un an, je n’avais aucune expérience et j’hésitais donc à parler aux leaders politiques. Il s’agissait d’un manque de confiance ainsi que du fait que dans notre pays d’origine, nous devons faire attention aux protocoles politiques ... Maintenant, en ayant acquis de la confiance, des connaissances et de l’expérience, je peux parler facilement aux politiciens Récemment, j’ai soumis une pétition ... communautaire et rencontré notre député provincial… C’est le Malton Women Council qui m’a aidée à regagner mon estime de moi et m’a donné suffisamment d’assurance pour agir comme voix communautaire. Uzma n’est pas la seule à nous avoir révélé que le soutien et l’encouragement de son groupe communautaire l’ont menée à poser des gestes. Cette révélation émergeait dans tous les groupes. Selon le Baromètre de confiance Edelman 2013 , les organismes sans but lucratif représentent le secteur auquel les Canadiens font le plus confiance. Soixante-treize pour cent des répondants ont déclaré qu’ils avaient un certain niveau de confiance dans les organismes sans but lucratif, tandis que seulement 61 % ont déclaré avoir confiance dans les médias, et seulement 58 % faisaient confiance aux entreprises et au gouvernement. Cela signifie-t- il que les organismes sans but lucratif peuvent agir en tant que porte d’accès à l’engagement démocratique? Samara croit que oui. Uzma donne un conseil aux autres groupes communautaires souhaitant que leurs sympathisants deviennent des citoyens démocratiques actifs : « Ayez confiance dans les capacités de vos membres, encouragez-les, donnez- leur des possibilités d’exploiter leur potentiel et démontrez- leur votre assurance qu’ils peuvent représenter le groupe à de hauts niveaux. C’est exactement comme cela que mon groupe a agi avec moi. » Nous publierons un rapport complet des constatations de nos séances de Parlons Démocratie, mais pour l’instant, il est utile de savoir que si vous êtes un groupe communautaire souhaitant que vos membres agissent dans le système politique et réalisent les changements que vous visez, votre groupe communautaire en est la clé. Apprenez-en davantage sur les enseignements que nos séances nous ont procurés de Parlons Démocratie en consultant notre série d’articles intitulée Democracy Talks Dispatches :  Democracy Talks Dispatches: Does Canada Have a “political culture”?Democracy Talks Dispatches: University students skip the partyDemocracy Talks Dispatches: This is what democracy looks likeDemocracy Talks Dispatches: Needed A PhD. in MP relations?Democracy Talks Dispatches: A political welcome packageDemocracy Talks Dispatches: Making the personal political through civics Vous voulez en apprendre davantage sur la participation politique? Le 8 juillet prochain, Samara publiera un rapport sur l’état de l’engagement politique au - delà de la boîte de scrutin au Canada. Comme complément à ce rapport, nous créerons un espace en ligne qui célébrera nos « citoyens politiques ». Nous souhaitons que cet espace montre un côté plus humain de la politique et qu’il procure des modèles de rôle aux personnes qui songent à s’engager en politique. Nous vous invitons à vous joindre à nous pour mettre en lumière les héros méconnus de la démocratie canadienne, qu’il s’agisse de bénévoles de campagnes, de membres de partis locaux, d’organisateurs communautaires ou encore de membres d’associations locales de circonscription qui agissent dans le système politique afin d’améliorer leur communauté. Vous pouvez vous procurer un formulaire de nomination en cliquant ici . Veuillez envoyer tous les formulaires de nomination dûment remplis à leora.smith@samaracanada.com . Lisez d’autres blogues auxquels a participé Samara. " id="pdf-obj-0-89" src="pdf-obj-0-89.jpg">

organismes sans but lucratif, tandis que seulement 61 % ont déclaré avoir confiance dans les

médias, et seulement 58 % faisaient confiance aux entreprises et au gouvernement. Cela

signifie-t-il que les organismes sans but lucratif peuvent agir en tant que porte d’accès à l’engagement démocratique? Samara croit que oui.

Uzma donne un conseil aux autres groupes communautaires souhaitant que leurs sympathisants deviennent des citoyens démocratiques actifs : « Ayez confiance dans les

capacités de vos membres, encouragez-les, donnez-leur des possibilités d’exploiter leur potentiel et démontrez-leur votre assurance qu’ils peuvent représenter le groupe à de hauts niveaux. C’est exactement comme cela que mon groupe a agi avec moi. »

Nous publierons un rapport complet des constatations de nos séances de Parlons

Démocratie, mais pour l’instant, il est utile de savoir que si vous êtes un groupe

communautaire souhaitant que vos membres agissent dans le système politique et réalisent les changements que vous visez, votre groupe communautaire en est la clé.

Apprenez-en davantage sur les enseignements que nos séances nous ont procurés de Parlons Démocratie en consultant notre série d’articles intitulée Democracy Talks Dispatches :

Vous voulez en apprendre davantage sur la participation politique? Le 8 juillet prochain, Samara publiera un rapport sur l’état de l’engagement politique au-

delà de la boîte de scrutin au Canada. Comme complément à ce rapport, nous créerons un espace en ligne qui célébrera nos « citoyens politiques ». Nous souhaitons que cet espace

montre un côté plus humain de la politique et qu’il procure des modèles de rôle aux personnes qui songent à s’engager en politique.

Nous vous invitons à vous joindre à nous pour mettre en lumière les héros méconnus de la

démocratie canadienne, qu’il s’agisse de bénévoles de campagnes, de membres de partis locaux, d’organisateurs communautaires ou encore de membres d’associations locales de circonscription qui agissent dans le système politique afin d’améliorer leur communauté. Vous pouvez vous procurer un formulaire de nomination en cliquant ici. Veuillez envoyer tous les formulaires de nomination dûment remplis à leora.smith@samaracanada.com.

Lisez d’autres blogues auxquels a participé Samara.