Vous êtes sur la page 1sur 89
"Vive la France !" / par Raoul de Juglart, Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de
"Vive la France !" / par Raoul de Juglart, Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de

"Vive la France !" / par Raoul de Juglart,

Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France

Juglart, Raoul de. "Vive la France !" / par Raoul de Juglart, 1889. 1/ Les

Juglart, Raoul de. "Vive la France !" / par Raoul de Juglart,

1889.

de. "Vive la France !" / par Raoul de Juglart, 1889. 1/ Les contenus accessibles sur

1/ Les contenus accessibles sur le site Gallica sont pour la plupart des reproductions numériques d'oeuvres tombées dans le domaine public provenant des collections de la BnF.Leur réutilisation s'inscrit dans le cadre de la loi n°78-753 du 17 juillet 1978 :

*La réutilisation non commerciale de ces contenus est libre et gratuite dans le respect de la législation en vigueur et notamment du maintien de la mention de source. *La réutilisation commerciale de ces contenus est payante et fait l'objet d'une licence. Est entendue par réutilisation commerciale la revente de contenus sous forme de produits élaborés ou de fourniture de service.

2/ Les contenus de Gallica sont la propriété de la BnF au sens de l'article L.2112-1 du code général de la propriété des personnes publiques.

3/ Quelques contenus sont soumis à un régime de réutilisation particulier. Il s'agit :

*des reproductions de documents protégés par un droit d'auteur appartenant à un tiers. Ces documents ne peuvent être réutilisés, sauf dans le cadre de la copie privée, sans l'autorisation préalable du titulaire des droits.

*des reproductions de documents conservés dans les bibliothèques ou autres institutions partenaires. Ceux-ci sont signalés par la mention Source gallica.BnF.fr / Bibliothèque

municipale de

(ou autre partenaire). L'utilisateur est invité à s'informer auprès de ces bibliothèques de leurs conditions de réutilisation.

4/ Gallica constitue une base de données, dont la BnF est le producteur, protégée au sens des articles L341-1 et suivants du code de la propriété intellectuelle.

5/ Les présentes conditions d'utilisation des contenus de Gallica sont régies par la loi française. En cas de réutilisation prévue dans un autre pays, il appartient à chaque utilisateur de vérifier la conformité de son projet avec le droit de ce pays.

6/ L'utilisateur s'engage à respecter les présentes conditions d'utilisation ainsi que la législation en vigueur, notamment en matière de propriété intellectuelle. En cas de non respect de ces dispositions, il est notamment passible d'une amende prévue par la loi du 17 juillet 1978.

7/ Pour obtenir un document de Gallica en haute définition, contacter reutilisation@bnf.fr.

VIVELAFRANCE!

Raoul

Prix

:

PAR

de

AVOCAT

Juglart

60

centimes

« VIVELAFRANCE! »

" VIVELAFRANCE!

"

PAR

Raoul

de

AVOCAT

Juglart

Prix

:

(50

centimes.

LA

ROCHEFOUCAULD (Charente),

1er JUILLET 1889.

Mon

Général,

Voulez-vous

chure,

écrite

accepter,

par

l'un

la

de

tout-à-fait

dévoués

soldat

dédicace

vos plus soldat

de

cette

bro-

humbles

mais

de la première

heure

du

reste?

 

«

Vive

la

France

»

ne

un patronage

vous aimez

avez prouvé

plus

autorisé

passionnément

sur

les champs

saurait

que

votre

de

être

le vôtre.

placée

En

sous

effet

lui

ne

vous

où vous

le

Patrie;

batailles,

lui

avez pas

parlementaires

marchandé

de

ma

votre

sang

connaissance

comme

;

vous

certains

en avez

donné des preuves,

au Ministère

armée.

lors

de votre

en

en

de

la

Guerre,

Vous

en fournissez,

trop

court

réorganisant

ce

moment,

passage

notre

le plus

éclatant des témoignages,

que vous tentez et qui aboutiront

cher

après l'avoir

les efforts

par

la

France

aux

souillée

scélérats

et

qui essaient

dévalisée.

héroïques

pour

de

arra-

la

tuer,

Avec

bonne

l'hommage

volonté

et

la

de

ces quelques

lignes,

sincérité

des

convictions

où

la

sup-

pléent

le

l'assurance

mérite,

de

daignez

recevoir,

mon

Général,

mon

inaltérable

dévouement.

RAOUL DE JUGLART.

Avocat-Publiciste.

7

_

1885.

I

-

1889.

Il

y

a

générales

quatre sous

ans

le titre

à

: Le

la

veille

Bilan

des

élections

de la Troisième

République,

le

modeste

auteur

de

ces

quelques

lignes

après

ruine

quait

publiait

avoir

une brochure

fait

le

procès

populaire

du

régime

et déshonore

la

France,

depuis

dans

laquelle,

néfaste,

1876,

il

qui

indi-

la

restauration

monarchique

comme

l'unique

remède

efficace

contre

le

mal.

Dans

encore

tisme

à

le

nouvel

ceux

de

est au-dessus

opuscule

que

nos

concitoyens

des

préjuges

nous

destinons

dont

le

mesquins

patrio- et des

partis

pris

étroits,

de reviser

pas au gouvernement

le

nous

procès

ne

que

républicain;

nous

nous

proposons

intentions

certes

alors

bien

au

contraire,

dans l'appel à minima que nous portons aujourd'hui

devant le tribunal

nous

notre

souverain

être

que

du suffrage

universel

dans

ne pourrons

réquisitoire.

nous

plus

impitoyable

si

reconnaissons

toujours l'intensité

Mais,

du mal, cation

nous

avons

du remède.

absolument

Celui

dont

différé

les

vertus

sur l'appli- curatives

nous

semblaient

apparaît

plus,

espèce d'efficacité.

indiscutables,

en

1889,

que

en

1885,

dépourvu

ne

de

nous

toute

—8

Est-ce

à

dire

semblable

char

des

à

tant

d'autres, de notre

brû-

dieux

que,

le

retourné

escorter

les pans

triomphateur,

nous

veste,

lant

avons

pour

avec

nous

brusquement

du

les

à

la

l'empressement

encensions

fois

non.

néophytes

hier?

que

trois

Non; En nous

convertissant

de

très

loyalement

réflexions

inspiré

de

la

Répu-

parfois

mûres

blique,

amères

par

après

été

amour

nous

n'avons

et

guidé

que-

notre

très

sincère

France.

Pour

feront

en

convaincre,

l'honneur

de

nous

du. reste, il

lire,

ceux

nous

citer

précisément

une

des

premières

Bilan

de

la

Troisième

Nous

écrivions

en

République.

1885.

qui

suffira

pages

nous

de

du

«

De

l'avis

« ne sont-elles

de

les

tous, pas considérées

« cer

une influence

décisive

prochaines

comme

élections,

devant

exer-

et immédiate

en

ce qui

"

concerne

l'éventualité

d'une

restauration

mo-

« narchique

?

«

"

Mais

En

ce

même

n'est

pas

temps

encore

que

les

tout.

destinées

du

parti

« manarchique

« France,

" d'assembler

" ces

le

jour

le

électoraux.

se

joueront

les

il

peuple

où

plaira

français

destinées

de

au

Gouvernement

la

dans

ses

comi-

"

Le

résultat

du scrutin

ne nous

fixera

pas

seu-

" lement

« il

nous

sur l'avenir

apprendra

réservé

si

la

au parti France

monarchique.;

est condamnée

« finir

« dans

la

boue

et

le

sang

» par

" le démem-

"

brement,

la

banqueroute

et

la. guerre

civile.

à

»

9

«

Qu'elles

soient

favorables

aux

« qu'une

« à celle

réaction

contre

qui se produisit

la

République,

lors

de

la

libre

« nelle consultation

« à nouveau

populaire

et

Monseigneur

de 1871,

le

Comte

connaît

à

la

que

« qui

« dant

« l'appel

et

comprend

couronne,

saura

ses devoirs

bien

vite

lui

aura

adressé

le pays.

royalistes,

semblable

et

solen-

se

déclare

de

Paris,

de

répondre

préten-

à

«

Au

contraire

que,

par

notre

indifférence,

que,

« par

notre

apathie,

que,

par

« élections

« nous,

tournent

combien

encore

d'honnêtes

notre

une

gens,

« spontanément

«

son

programme

à

la

monarchie,

d'action,

alléchés

abstention,

ces

fois

sont

contre

venus

dans

pro-

qui

confiants

par

ses

« messes de régénération

« ront d'elle avec la même

« auront

été

les

témoins

sociale

et

qui

s'éloigne-

spontanéité

lorsqu'ils

de son

impuissance

!

« Et

« ces

« lions

« toute

combien

aussi

de

royalistes

sentiments

plus

haut,

leur

vie

de

patriotisme

litière

feront

pour

accepter

qui,

dont

mûs

nous

des

opinions

par

par-

de

n'importe

quelle

« solution

« croiront

« sécurité

éphémère

rencontrer

intérieure

Les

ce destinées

»

qui

se présentera,

et

quelques et extérieure

du

parti

garanties de leur

pour

pays

monarchique

ils

la

I

se

»

jouèrent

les

4

et

18 octobre

1885.

Les

nellement

furent

royalistes

avantageuses

battus,

quelque

qu'avaient

été

exception-

pour

eux

les

lutte

qu'ils

bre

conditions

et

affronté

l'avaient

au

1877,

dans

lesquelles

ils

avaient

engagé

la

21

la

été

bataille.

Ils

au

20 février

furent

1876,

août

1881.

N'était-il

battus

ainsi

au

pas

14 octo-

dès

lors

- 10

bien

évident

aussi

réfractaire

la

que à l'idée

majorité

de

la

de

la monarchie

nation

était

constitu-

tionnelle

de

de

monarchie

Monsieur

le comte

de Paris

la

absolue

de monsieur

le

qu'a

celle

comte

de.

Chambord.

Néanmoins

un

grand

nombre

de

conservateur»

de

coup

coup

ceux

moins

qui

appartenaient

par

attachement

à l'opposition, aux

principes

beau-

des.

régimes

déchus

qu'en

dégoût

triste

que leur

inspirait de ruines

cortège

raison

le

de

régime de hontes

et

l'inexprimable

actuel

avec

accumulées

son

un

grand

nombre

sence

de l'imposante

de

ces

conservateurs.,

minorité,

qui

allait

Palais-Bourbon,

résolurent

d'attendre,

en

siéger

l'arme

pré-

au

au

pied,

Ils

quatre

auquel

avant

ont

de battre

en retraite.

ainsi

attendu,

observé

pendant

années.

ils

ont

Et

voici

assisté !

le

spectacle

près

de

écoeurant

Dans

pouvoir,

honteux.

le

ils

Parlement,

ont

été

les

lors

de

témoins

la

vérification

du

de

compromis

Dans

la Haute-Garonne,

deux

conservateurs

sont

élus,,

sont

tages

au premier

tour

de scrutin; à

malpropres

cinq

républicains'

de

M.

c'est

presse

suite

proclamés

d'autant

au

la

ballotage,

Le

dans

tripo-

Cons-

un toile,

réac-

plus

main.

que

la

tans

général

a mis

la

lendemain,

toute

y

d indignation

tionnaire.,

fraudes,

qui

faciles

ne

se gêne

à constater

pas

dans

dénoncer

pour les listes

les

d'émar-

Le

gement

lifié

département

avec

la

préfet

de

dernière

la

Haute-Garonne

sévérité.

Les

sont

rapportées.

Pas

une

est

élections

qua-

du

protestation

— 11

¬

à

M.

la

tribune

Lambert

!

de

Plus

un

Sainte-Croix!

mot

dans

les

journaux

de

Voilà

notre

ce qui

élections

s'était

avaient

élus

pas

lièremment,

à leurs

deux

nous

vous

passé

dit

:

les,

collègues

faisons,

Si

cinq

«

vous

attaquez qui n'étaient

l'étaient

qui

invalider

avec

régu-

nous.

Alors,

gare

la

réélection!

Si,

contestez

tranquillement

pas

notre

jouir

Mêmes

tripotages

mandai,

du vôtre.

dans

le

au

nous

contraire,

vous

vous

ne

laisserons

Donnant

Tarn

donnant.

et Garonne,

»

au

bénéfice

conclu

Ils

d'un

certain

minorité

ses trois

la

avec

vu

ont

Lasserre

collègues

émettre,

de

;

même

droite.

à quelques

marché

heures

les

d'intervalle,

contradictoires,

président

votes

les; plus

aux

bizarres

radicaux

et

les plus élire

hier

alliée

pour

de la. Chambre, demain

Fallières,.

M.

ses

radical

suffrages

à

Clemenceau,

gauche

tantôt

pour

culbuter

de

ces

contre

se

en

un

Floquet,

apportant,

l'opportuniste

tantôt

renverser

ses

l'op-

masse

Méline

portuniste,

compacte,

contre

avec

tère

le

coalisant

minis-

l'extrême

opportuniste,

du

ont

centre

vu,

mêlant

un

bulletins

à

ministère

ceux

Ils

radical.

pour à côté

gamineries

tout

dignes

d'écoliers

qui

au plus

politiques

crédit

d'un

pays,

et

espiègles, à relever

non

aspirent

la

pas

d'hommes

fortune

et

le

ils

ont

vu

les

députés.,

élus

avec

le

participer

programme

à

la

tère

Rouvier,

:

Economie

et

les

maintien

commissaires

dans

formation

au

choisir'

comme

finances,

du

minis-

du bud-

get

les

Ferry,

les-, hommes

les

finances

les

qui

Raynal

ont

le

publiques.

et

plus

consorts,

cyniquement

c'est-à-dire

dilapidé

12 —

Dans

le Parlement

encore,

ils

ont

vu

des séna-

teurs

Haute-Assemblée

royalistes

porter

M.

criminels

celui-là

instigateurs

même

qui,

en

à

la

vice-présidence

Challemel-Lacour,

de

l'expédition se désolait

1870,

du

à

 

de

la

l'un

des

Tonkin,

la

pen-

sée ne

pas

pouvoir

leurs

petits-enfants.

Dans

le

pays

manifestations

élections

constaté

du

partielles

ces

que

faire

ils

ont

suffrage

et

ils

fusiller

leurs

enfants

et

anxieusement

suivi

les

universel

à travers

les

ont

douloureusement

comités

et ces publicistes

enthou-

siastes,

foi,

prise,

prétendant

que un nouveau

le

verdict

la

lutte,

comme

avec

la superbe

assurance

de 1885

était

une

nouvelle

de

la

sur-

malentendu,

ou

dans

l'Aveyron,

bien

désertaient

comme

dans

l'Orne

ou

bien

présentaient

des

candidats

qui suc-

combaient

Nord,

l'Eure,

qui

voulait

d'une

façon

dans

le

déplorable,

comme

dans

le Pas

les

de Calais,

dans

Ce

ne

comme

comme

dans

comme

Basses-Pyrénées.

que

la

monarchie

nation

en

prouvait

pas

péremptoirement

de

la

davantage

1886,

en

1887

et

en

1888

qu'elle

n'en

avait

voulu

en

1885,

en

1881,

en

Dans

le

pays, de l'évidente

ment

ils

1877

ont

et

en

été les

ce impuissance

1876.

témoins

non

seule-

» des monarchis-

tes

dans

le

présent

mais

encors

les juges

de

leur

plus évidente impuissance

tacle

dans

l'avenir, les déchirent.

qui

au

des

effet,

divisions

où

profondes

chez

qui

la direction,

est

En

eux,

spec-

im-

prime

l'action?

Faut-il

la

terre

?

chercher

à Sheen-House

en

Angle-

13

Sans

comte

doute,

de

Paris

de

temps

adresse

à

en

temps,

ses amis,

Monsieur

des

lettres,

le

fort

beaucoup

des

dans

de

pour

très

nobles

être

lues

A-t-on

de

belles,

empreintes

longues

Et

c'est

sentiments,

et comprises trouvé

droite

trop

tout!

masses.

jamais

la

les

suivre

le tracé

au

épîtres

pour

royales

aboutir

ligne

à.

prince

que.

but?

En

le

1886,

se

contre

l'opposition

sont

systémati-

instruc-

prononce

En

toutes

différentes

1887,

ses

tions. Tergiverser,

tibilités et chinoiseries

sont

sub-

poli-

bon

amis

le

temporiser,

louvoyer

aux

son

familières

cercles

robuste

les

dans

France,

tiques.

sens,

Jacques

Bonhomme,

J a c q u e s B o n h o m m e ,

n'y

comprend

goutte.

Faut-il

les plus Ceux-ci

la

chercher,

autorisés

du

affirment

marquis

quent

Dans

temps

noir,

le

que

de

Breteuil,

à Nantes,

comité

tels

du

27 janvier, tels

simple,

blanc,

chez

en

Prince?

à Marseille, ceux-ci

que

avec

tandis

répli-

Calla.

même

la

bouche

de

M.

de

la

Seine?

En

lors

l'abstention

de

pas

par

central

de ses

tenaient

ne

l'élection

pure

de

l'abs

membres,

pour

et

autres

démordaient

tention

du

reste

motivée.

!

Question

bien

palpitante

d'intérêt,

Dans

les comités

de province?

Dans

la

Charente

Inférieure

« sus

au

la

consigne

boulangisme

d'ordre,

nir

le

passé

Général.

par

M.

!

de

» ;

de

M.

de

dans

la

Raineville

Montbrun

Somme,

le

est

mot

est

de soute-

:

Dans

la

Gaulois

ou

bon

combat,

presse?

qui

de

la

Gazette

donne

la

de France?

de ces feuilles

militantes,

note

Qui

juste

combat

marchant

du

le

à

_

14

l'ennemi

l'avant-garde,

de

harcelant

sans

cesse

ou

ces

doucereux

aux

on

et

faisant

y

écrit

recon-

sous-

doit

journaux et mamours

les

le

patelins

risettes

Dans

bien

naître

opportunistes?

En

y jure

châteaux?

«

roy

»,

général,

de

on

ainsi

me point on

d'autre

pas

son

à

que lui la

quoi

mais

souverain

écu

n''y

qui

crirait

hâter de raisonner

vit-on

un

pour

le

propagande,

bon

avènement.

avec

du

A

suffrage

? Est-il

possible

Aussi

universel?

y aussi, le moins

l'écart

scrutin,

que

et de l'ouvrier

dispose-t-il

chambre

!

et

de

paysan le châtelain

valet

de

rien.

du

de voix Nous

jour

son

n'exagérons

Pour

le

misérable

besoin

nous

ne

d'expliquer

sommes

une

volte

face dont, après tout,

que devant notre conscience,

responsable

pas

années

à

ne dénigrons à

laquelle

nous

nous

de

plaisir

avons

notre

l'opposition

sacrifié

monarchique,

douze

les

meilleures

jeunesse.

Nous

notre

avons

faute

si,

exposé

depuis

la

brutale

1876,

elle

réalité.

ne

se

Est-ce

résume

qu'en

stérilité,

En

défaites

qu'en face d'un

et quel foule

devoir

de braves

démonstrations

devoir

de

une

électorales,

preuves

qu'en

d'impuissance?

quel

tel

spectacle

s'imposait

du

à

passé

s'impose

encore

aujourd'hui

l'expérience

gens auxquels

n'a

s'étaient

le salut

ces dynastiques, Devaient-ils

électorale?

à

affectionner

la

guère

appris

habitués

République,

qui

à l'idée

que la monarchie

qui,

avant

suprême

ce serait

de la France,

mais

toutes préféren-

de la patrie?

ont le souci de l'intérêt

une

tenter

expérience

15

Le

résultat

législatives,

sur

l'inanité

Devaient-ils,

invariable

des élections

partielles,

soit

sort

départementales

de cette

dernière

se cantonnant

les fixait

tentative.

fièrement

d'avance

dans

des

convictions,

traditions

demeurer

vaincus

?

puisées

de

toujours

famille,

et

le

plus

souvent

très

quand

respectables

même

au

du

fond

de

du

reste,

côté

des

Assurément

il

n'est

lité

d'envie.

aux

principes.

Le

Mais

d'abord,

rien

d'aussi

caractère

noble

que

de

Caton

la

fidé-

est digne

on nous

permettra

bien

d'ob-

server

que

que le principe

atteinte

s'est

monarchi-

jour

à

la

respectueusement

éprouvé le comte

une

droit

chose,

a

fameuse

le

ou

doc-

droit

la

fût-

Monsieur

trine

divin

même

Et

il,

de Paris

N'en

rallié

au

plébiscitaire.

et

déplaise ce n'est

dicton,

tout

le

à fait

contraire.

populaire

pas

c'est

même

un

absolument

principe,

existe-t-il

si

exigences

séculaire

du

puis,

soit

qui

supérieur

aux

patrio-

tisme

?

Il

ne

semble

pas,

élevé

père

que

pour

Est-ce

celui

sur

son

que

enfant.'

Brutus

par

exemple,

y

lequel

repose

en avoir

de plus du

l'affection

hésite

à

immoler

son

f