Vous êtes sur la page 1sur 125

TITRE 2

Analyse financière

La production dimages et la création de valeur

§ Chapitre 4

Lanalyse du bilan:

Le respect de l’ orthodoxie financi è re orthodoxie financière

§ Chapitre 5

Lanalyse du résultat:

L’ analyse de la rentabilit é et du risque analyse de la rentabilité et du risque

§ Chapitre 6

Lanalyse des flux :

la compré hension du fonctionnement éhension du fonctionnement

1

Quels sont les objectifs du diagnostic financier?

Le diagnostic doit permettre de répondre à des interrogations essentielles quant à

- la croissance: il s'agit de mesurer le développement de l'entreprise en se comparant aux concurrents (évolution de la part de marché), au secteur et par rapport à un benchmark (entreprise comparable d'un autre secteur);

- la rentabilité: il s'agit de comprendre l'importance, la nature et l'origine de la création de valeur;

- l'équilibre : il s'agit d'observer la structure des ressources durables, de mesurer le poids de l'endettement, d'étudier l'autofinancement afin de s'assurer de la solidité de l'assise financière;

- lindépendance: il s'agit de détecter les sources de faiblesse et les possibilités de dysfonctionnement de l'entreprise. La nature du risque est appréhendée (structurel ou conjoncturel), son fondement à observer (économique, sectoriel, géographique ou propre à l'entreprise).

Equilibre? Orthodoxie fonctionnelle et patrimoniale Satisfaction des partenaires

Projet maîtrisé
Projet maîtrisé

Développement?

Croissance vraie

Flexibilité

Pérennité ? Création de valeur Rentabilité

Indépendance ? Maîtrise des risques? Vulnérabilité

Figure 4.01 : La maîtrise du projet

2

Quelle est la méthodologie danalyse ?

Lanalyse rentabilité-risque

Architecture du diagnostic et de la prévision

Conduite du diagnostic

Objectif : Analyse rentabilité-risque

Equilibre : orthodoxie fonctionnelle et patrimoniale Pérennité : création de valeur et satisfaction des apporteurs de ressources Développement : Flexibilité du portefeuille économique Indépendance : maîtrise des risques

Documents

Bilan Compte de résultat TSIG Tableaux de flux Annexes

Retraitements

Approche économique et financière

Spécifiques

- Rentabilité

- Risque de faillite

- Risque dexploitation

- Risque économique

- Risque financier

- Risque de cours

- Déséquilibre

Diagnostics

Globaux

- Score

- Notation

- Evaluation

- Risque stratégique

Situation actuelle Situation voulue

Gap financier Décision : Financement Investissement Répartition Prévisions : Plans

Figure 4.02 : Larchitecture danalyse

3

La finalité de la comptabilité, comme nous lavons souligné, est la production de documents de synthèse. La comptabilité générale va percevoir l'entreprise comme un centre de calcul économique. L'activité de la firme provoque des mouvements de flux en provenance des opérations réalisées par elle-même avec des agents économiques externes. La méthode comptable aujourd'hui se propose d'identifier ces flux continus, de les mémoriser et d'en faire une synthèse périodique. Ces états sont le bilan, le compte de résultat, les annexes. Ils peuvent être complétés par le tableau de financement de l'exercice. L'ensemble des documents va donner une photographie du fonctionnement des différents cycles, mesurer le résultat, détailler le contenu des opérations de l'exercice.

La déclaration des résultats de l'entreprise est accompagnée d'une liasse de 15 tableaux. Les 8 premiers ont un caractère comptable alors que les 7 suivants ont un caractère fiscal.

Les documents de caractère comptable sont

1-

n° 2050

:

Bilan-actif

:

2-

n° 2051

:

Bilan-passif

3-

n° 2052

:

Compte de résultat de l'exercice

4-

n° 2053

:

Compte de résultat (suite)

5-

n° 2054

:

Immobilisations

5 bis- n° 2054 bis

Tableau des écarts de réévaluation

6-

n° 2055

:

Amortissements

7-

n° 2056

:

Provisions inscrites au bilan

8-

n° 2057

État des échéances des créances et des dettes à la clôture de l'exercice

:

Les documents de caractère fiscal

9-

n° 2058 A

:

Détermination du résultat fiscal

10- n° 2058 B

:

Déficits, indemnités pour congés à

11- n° 2058 C

payer et provisions non déductibles Tableau d'affectation du résultat et

:

renseignements divers 12 à 15 n° 2059 A à D:Détermination et affectation des plus- values et moins-values

Tableau 4.01 - La liasse fiscale

4

Chapitre 4-

Lanalyse financière du bilan (balance sheet)

Le bilan comptable va servir de base à l'élaboration des bilans d'analyse. Pour y arriver certains retraitements sont nécessaires.

A une date donnée, il convient de faire le point sur les opérations réalisées et d'établir un état des lieux de la situation de l'entreprise.

Le bilan est donc une photographie des stocks de ressources et d'emplois après généralement une année de fonctionnement de l'entreprise.

Chaque bilan construit à partir du bilan comptable a une utilité particulière.

1. Le bilan patrimonial comptable est un bilan daudit utile aux apporteurs de ressources autres que les actionnaires. Fortement inspiré par lanalyse de lentreprise faite par le banquier, il permet aux (fournisseurs, créanciers financiers, personnels, état), d’être rassuré sur la possibilité d’être rémunéré et de récupérer les ressources allouées ou de revendiquer des droits (Prêt, fourniture de biens et service, force de travail, charges salariale) . Il sintéresse à la solvabilité et au risque de faillite à court terme.

2. Le bilan patrimonial financier est un bilan danalyse utile à lactionnaire. Construit Structuré à cet effet, il permet dexpliquer la rentabilité qui revient au créancier résiduel et de mesure le risque financier.

3. Le bilan fonctionnel est un bilan conçu pour le dirigeant. Il décompose lentreprise en stock de flux issu du fonctionnement de cycle homogènes utile à la gestion dopérations. Utile pour expliquer les conséquences des décisions fondamentales, il se focalise sur le risque dexploitation et la trésorerie,

5

STOCKS DEMPLOIS ACTIF

MOYENS MIS EN ŒUVRE

Biens plus ou moins transformables

STOCKS DE

RESSOURCES

PASSIF

MOYENS DE

FINANCEMENT

Capitaux propres et endettement

Lecture horizontale (Principe daffectation)

HAUT DE BILAN

Eléments stables et acycliques

BAS DE BILAN

Eléments instables et cycliques (activité opérationnelle)

Lecture verticale (Principe de flexibilité)

Utilisation des

Origine des

Ressources

Ressources

Figure 4.1- Lectures du bilan

Le bilan compare les moyens de financements mobilisés (ressources-passif) aux utilisations auxquels ils ont été affectés (emplois-actif).

-La lecture horizontale renseigne sur la nature des ressources et l'utilisation qui en est faite. La partie supérieure regroupe les éléments structurels et la partie inférieure caractérise les éléments opérationnels (liés à l'activité).

-La lecture verticale décrypte les moyens mis en oeuvre et les sources de financement. Elle aboutit à l'égalité bilancielle. Par définition la somme des emplois est égale à la somme des ressources et de même le total de l'actif est égal au total du passif.

6

I LE BILAN COMPTABLE

(Documents Cerfa 2050 et 2051)

Le document D.G.I. 2050 N est relatif à la description des rubriques du bilan-actif et le document D.G.I. 2051 N correspond au bilan-passif

11- La description du bilan

1°- Le bilan-actif

A lactif du bilan apparaissent les emplois effectués desquels la firme va dégager des profits au cours des exercices à venir. Il y a respectivement

§ les actifs possédés (immobilisations stocks, valeurs mobilières de placement, disponibilités)

§ les créances quelle détient

Selon l'imprimé officiel, l'actif du bilan comprend trois groupes de rubriques:

1. l'actif immobilisé: Il concerne les immobilisations inscrites, exception faite des frais d'établissement et de recherche, qui subsistent dans l'entreprise même si elles sont totalement amorties. Elles figurent le cas échéant pour leur valeur réévaluée.

2. l'actif circulant: il concerne l'actif réalisable mobilisé pour les besoins de l'exploitation ainsi que l'actif disponible.

3. les comptes de régularisation: ils servent à répartir les charges et produits dans le temps de manière à les rattacher à l'exercice les concernant

L'actif immobilisé et l'actif circulant de l'exercice échu sont détaillés dans trois colonnes. La première colonne appelée "brut" donne la valeur d'origine de l'actif. La seconde précise les amortissements cumulés et les provisions réalisées sur ces mêmes actifs. La troisième notée "net" n'est que la différence entre la colonne 1 et la colonne 2.

7

   

Exercice

N

N-1

ACTIF

Brut

Amortissements et provisions

Net

Net

Capital souscrit non appelé ACTIF IMMOBILISE (a) Immobilisations incorporelles Frais d’établissement Frais de recherche et développement Concessions, brevets, licences, marques, procédés, logiciels, droits et valeurs similaires Fonds commercial (1) Autres Immobilisations incorporelles en cours Avances et acomptes Immobilisations corporelles Terrains Constructions Installations techniques, matériels outillages Autres Avances et acomptes Immobilisations financières (2) Participations Créances rattachées à des participations Titres immobilisés de lactivité de portefeuille Autres titres immobilisés Prêts Autres

       

Total I

       

(1) Dont droit au bail (2) Dont à moins dun an

       

ACTIF CIRCULANT Stocks et en cours Matières premières et autres approvisionnements Encours de production (biens et services) Produits intermédiaires et finis Marchandises Avances et acomptes versés sur commandes Créances dexploitation (3) Créances clients et comptes rattachés Autres Capital souscrit-appelé- non versé Valeurs mobilières de placement Actions propres Autres titres Instruments de trésorerie Disponibilités Charges constatées davance

       

Total II

       

Charges à répartir sur plusieurs exercices (III)

       

Primes de remboursement des emprunts (IV) Ecarts de conversion (V)

       

TOTAL GENERAL (I+II+III+IV)

       

(1) Dont à plus dun an

       

8

Guide de lecture du bilan:

AA

Capital souscrit non appelé

 

AB

Frais

d'établissement:

Dépenses

engagées à l'occasion

AD

d'opérations qui conditionnent l'existence ou le développement de l'entreprise. Cette rubrique mentionne le montant des frais de constitution, de premier établissement, d'augmentation de capital et d'opérations diverses (fusion, scissions, transformation. Frais de recherche et de développement: dépense se rapportant à

AH

des projets individualisés capables de créer des flux de liquidités Fonds commercial: Sont mentionnés, les éléments acquis du fonds

AN

de commerce regroupant la clientèle, l'achalandage, le droit au bail, le nom commercial, l'enseigne. Terrains: Ils comprennent les terrains nus (non amortissables) et

AP

aménagés (amortissables) Constructions: Y sont enregistrés les bâtiments, les installations, les agencements, les aménagements et les ouvrages d'infrastructure

AR-

Immobilisations corporelles

 

AT

AV-

Immobilisations en-cours- Avances et acomptes: qui sont relatives

AX

aux immobilisations non terminées en fin d'exercice qui sont du fait de

AZ

travaux réalisés par l'entreprise elle-même (évaluée au coût de revient) ou par des tiers (mesuré par les règlement effectués) Participations: Elles regroupent les titres, estimés à la valeur

BB

d'origine, acquis durablement dans des entreprises dans lesquelles il y a véritable participation à la vie économique. Créances rattachées à des participations: Y sont mentionnées, les

BD

créances nées à l'occasion de prêts octroyés à des firmes liées. Autres titres immobilisés: Ils comprennent des parts de capital et

BF

des placements stables autres que ceux inscrits en ligne AZ. Prêts: Il s'agit de prêts accordés au personnel de l'entreprise dans le

BH

cadre de la participation des employeurs à l'effort de construction, ou les créances sur salaires consenties pour des motifs d'ordre social. Autres immobilisations financières: Elles regroupent les dépôts et cautionnements versés, c'est à dire des sommes déposés chez des tiers comme garantie dont l'indisponibilité est effective jusqu'à la

réalisation de la condition suspensive (loyer d'avance, eau,

)

et, des

sommes versées comme caution pour soumissionner à un marché et en garantir l'exécution

AB-BH

ACTIF IMMOBILISÉ

BL-

Stocks : Ils sont inscrits pour le prix de revient hors taxes

 

BT

BL

Matières premières et approvisionnements: Objets et substances

BN-

soit destinés à entrer dans la composition des produits traités ou soit consommés rapidement en concourant à la fabrication et à l'exploitation En-cours de production de biens ou services: Biens et services en

BP

cours de production ou d'élaboration.

BR

Produits intermédiaires et finis: Y sont enregistrés les produits qui

9

ont atteint un stade d'achèvement dans un cycle, ceux totalement achevés et les produits résiduels de fabrication.

BT Marchandises: Y figurent les biens acquis destinés à la revente en l'état

BV Avances et acomptes versés sur commandes:

BX Clients et comptes rattachés: Ils sont inscrits

BZ Autres créances: d

CB Capital souscrit appelé et non versé: Il représente les apports dus par les actionnaires au titre du capital appelé.

CD Valeurs mobilières de placement: Y figurent

CF Disponibilités :

BL-CF

ACTIF CIRCULANT

CH

CL Charges à répartir sur plusieurs exercices: Ils sont inscrits pour le prix de revient hors taxes

CM Prime de remboursement des obligations: Elle représente la différence entre la valeur d'émission et la valeur de remboursement des emprunts. Elle permet d'ajuster la rémunération de l'emprunt aux conditions du marché Elle est amortie sur la durée de vie de l'emprunt en principe au prorata des intérêts courus. C'est une non-valeur.

CN Écarts de conversion actifs: Il s'agit de pertes latentes de change

résultant de la dépréciation d'une créance ou de l'appréciation d'une dette, libellé en monnaie étrangère, constatée en comparant la valeur d'origine et le dernier cours connu en fin d'exercice.

Charges constatées d'avance:

CH-CN

COMPTES DE RÉGULARISATION

2°- Le bilan-passif (avant répartition)

Au passif, il y a les ressources mobilisées, cest à dire les dettes quelle possède. Parmi ces ressources, nous trouvons

§ les mises de fonds accumulées des propriétaires (capital)

§ le cumul du résultat non distribué

§ les dettes probables (provisions)

§ les dettes certaines (fournisseurs, personnel, dettes financières)

Selon le formulaire obligatoire, le

rubriques:

passif se décompose en cinq groupes

de

1. -les capitaux propres: ils représentent le patrimoine de l'entreprise.

2. -les autres fonds propres: ils regroupent les produits des émissions de titres participatifs et les avances conditionnées.

3. -les provisions pour risques et charges: elles sont destinées à couvrir des charges et risques bien cernés quant à leur objet liés à des événement identifiés ou en cours.

4. -les dettes: elles regroupent les dettes que l'entreprise a envers les principaux acteurs économiques (banque, personnel, administration fiscale ou sociale, fournisseurs d'exploitation ou d'investissement.

5. -les comptes de régularisations

Les renvois permettent de préciser le contenu de certaines rubriques.

10

 

Exercice

Exercice

PASSIF

N

N-1

CAPITAUX PROPRES Capital dont versé Primes d’émission, de fusion, dapport Ecart de réévaluation Ecart d’équivalence Réserves Réserve légale Réserve statutaire Réserve réglementée Autres Report à nouveau Résultat de lexercice (bénéfice ou perte) Subventions dinvestissement Provisions réglementées

   

Total I

   

PROVISIONS POUR RISQUES ET CHARGES Provisions pour risques Provisions pour charges

   

Total II

   

DETTES (1° Dettes financières Dettes obligataires convertibles Autres emprunts obligataires Emprunts et dettes auprès des établissements de crédit (2) Emprunts et dettes financières diverses (3) Avances et acomptes reçus sur commandes en cours Dettes dexploitation Dettes fournisseurs et comptes rattachés Dettes fiscales et sociales Autres Dettes diverses Dettes sur immobilisations et comptes rattachés Dettes fiscales (impôts sur les bénéfices) Autres Instruments de trésorerie Produits constatés davance (1)

   

Total III

   

Ecarts de conversion Passif (IV)

   

TOTAL GENERAL (I+II+III+IV)

   

(1) Dont à plus dun an Dont à moins dun an (2) Dont concours bancaires courants (3) Dont emprunts participatifs

   

11

Guide de lecture du passif

DA

Capital social ou individuel. Pour les sociétés, le capital représente la valeur nominale des actions ou des parts sociales. Pour les entreprises individuelles, le compte de l'exploitant tient lieu de capital. Il représente alors les apports et retraits effectués au cours de l'exercice par l'entrepreneur.

DB

Primes d'émission, de fusion et d'apport Pour le SA, les primes d'émission sont égales à la différence entre le prix d'émission et la valeur nominale. Les primes d'apport sont l'excédent de la valeur des apports sur la valeur nominale des parts sociales. Les primes de fusion, d'opérations assimilées et celles de conversion d'obligations en actions reposent sur le même schéma.

DC

Écarts de réévaluation

DD

Plus values résultant d'une réévaluation légale ou réglementée des immobilisations Réserve légale dont la constitution est obligatoires pour les sociétés

DE

jusqu'à ce qu'elle atteigne le dixième du capital social. Réserves statutaires et contractuelles

DF

Réserves réglementées

DG

Autres réserves. Il s'agit du bénéfice conservé.

DH

Report à nouveau. Il correspond aux bénéfices des exercices antérieurs non affectés et aux pertes non compensées par des prélèvements sur les bénéfices

DI

Résultat de l'exercice

DJ

Subventions d'investissement dont l'objet n'est pas échu.

DA-DJ

CAPITAUX PROPRES

DM

Produits des émissions des titres participatifs. Avances reçues en

contrepartie des titres pour leur valeur d'émission

DN

Avances conditionnées

DM-DN

Autres CAPITAUX PROPRES

DP

Provisions pour risques. Elles sont constituées pour couvrir un

risque identifié (litige, garanties données aux clients, pertes sur marchés à terme, amendes, pertes de change )

DQ

Provisions pour charges. Elles sont constituées pour couvrir une charge identifiée provoquée par des événements survenus ou en

cours (pensions, impôts, congés payés

)

DP-DQ

PROVISIONS

DS

Emprunts obligataires convertibles et autres emprunts

DT

obligataires. Valeur totale des emprunts, primes de remboursement inclus.

DU

Emprunts auprès des établissements de crédit. Capital dû auprès des établissements de crédit, CCP, banque et intérêt courus à payer

DV

Emprunts et dettes financières divers. Il s'agit des sommes laissées à disposition par les associés et des soldes créditeurs des comptes de participation, de personnel, de comptes courants d'associés.

DW

Avances et acomptes reçus sur commandes en cours. Acomptes

12

DX

reçus sur commandes à livrer, travaux à exécuter ou prestations à faire

à

Dettes

l'acquisition de biens et services

fournisseurs

et

comptes

rattachés.

Dettes

liées

DY Dettes fiscales et sociales. Retenues dont l'entreprise et redevable auprès de l'administration et des organismes sociaux.

DZ Dettes sur immobilisations et comptes rattachés

EA Autres dettes

DS-EA

DETTES

Produits constatés d'avance. Produits perçus avant fourniture ou prestation.

ED Écarts de conversion passif: Il s'agit de gains latents de change

résultant de lappréciation dune créance ou de la dépréciation dune dette, libellé en monnaie étrangère, constatée en comparant la valeur d'origine et le dernier cours connu en fin d'exercice.

EB

EF Réserves réglementées des plus values à long terme pour les entreprises soumises à l'impôt sur les sociétés.

EJ Réserve spéciale au titre de la déduction des dépenses d'acquisition d'oeuvres originales d'artistes

EB-EJ

COMPTES DE RÉGULARISATION

En définitive, le bilan comptable dresse un inventaire des stocks économiques sur une période de référence. C'est un document de base qui, après retraitements, sert à élaborer des bilans d'analyse financière. Des retraitements sont alors nécessaires pour améliorer la vision économique de l'image comptable. Les bilans sont retraités afin d'améliorer la perception du patrimoine ou d'affiner la perception du fonctionnement de l'entreprise. Il y a donc deux conceptions bilancielles: le bilan est d'obédience patrimoniale ou d'obédience fonctionnelle. Les retraitements effectués ne sont pas indifférents selon les bilans d'analyse.

Dans l'état actuel des développements, Le bilan patrimonial est conçu à partir du classement de l'actif selon le critère de liquidité et du passif selon le critère d'exigibilité, Le bilan fonctionnel est réalisé selon les critères de stabilité et d'appartenance à un cycle afin de faire apparaître l'égalité suivante:

Fonds de roulement fonctionnel (FRf)= Besoins en FR (BFR) + Trésorerie (T).

13

1.2- Les corrections apportées au bilan comptable

Le bilan comptable doit subir des redressements et des regroupements de comptes. Les principaux postes affectés sont respectivement le résultat de l'exercice, les effets escomptés non échus, les engagements de crédit bail et les provisions pour risques et charges.

-Il convient dans la mesure du possible d'éliminer les non valeurs (surtout si elles sont importantes). -Aucune réintégration ne revêt un caractère automatique. L'analyste peut toujours procéder aux corrections qu'il juge utile (erreurs d'imputation, non respect des

directives du

secteur d'appartenance

compte tenu de la connaissance qu'il a de l'entreprise, du

),

Les principales corrections financières vont affecter les postes de l'actif et du passif du bilan. Elles nécessitent dans certains cas l'utilisation de l'annexe.

1°/ Les corrections du bilan

Elles affectent principalement des postes du bilan, et des engagements hors bilan.

Les postes du BILAN

En observant l'actif du bilan, il nous faut étudier les principales rubriques où s'opèrent les redressements:

*le capital souscrit non appelé. N'ayant pas d'existence en termes d'utilisation, il est à compter pour zéro à l'actif et à soustraire du poste capital au passif pour l'équilibrage.

*les immobilisations incorporelles -il s'agit des postes figurant dans le bilan comptable diminués des frais d'établissement considérés comme des non valeurs.

*les immobilisations corporelles -il s'agit des postes figurant dans le bilan comptable augmentés de la valeur des biens, mobiliers et immobiliers financés par crédit bail (par approximation, il est possible de prendre le montant des engagements de crédit bail figurant dans l'annexe, sachant qu'ils incorporent une part de rémunération du financement qui majore légèrement la valeur de ces biens. Un retraitement plus fin peut être réalisé qui amènerait à distinguer la part de l'amortissement du capital de celle relative au coût de financement pour ces engagements).

*les immobilisations financières

14

-l'annexe nous renseigne sur la durée de ces immobilisations. Pour les immobilisations à moins d'un an, il convient de les exclure de ce poste et de les faire figurer dans le poste créances à moins d'un an dans le bilan patrimonial.

*les actifs d'exploitation -ils dépendent du cycle d'exploitation et se renouvellent en même temps que se déroule le cycle. Le poste créances d'exploitation regroupe les avances et acomptes versés aux fournisseurs sur commandes en cours, les créances d'exploitation comptables, la partie des charges constatées d'avance relative à l'exploitation(annexe) et les effets escomptés non échus (l'escompte est un moyen de financement à court terme pour les financiers). Il faut éliminer, en fonction des informations dont l'analyste dispose, les créances irrécouvrables et les stocks sans valeur.

La même démarche réalisée sur le passif du bilan, nous fait observer les postes suivants:

*les fonds propres corrigés -Au montant des FP comptables il faut enlever .la part des dividendes, incluse dans le résultat, qui seront versés au cours du prochain exercice, .les non valeurs (frais d'établissement, charges à répartir sur plusieurs exercices, les primes de remboursement des obligations), .les prêts participatifs qui ne doivent pas être considérés comme des capitaux propres mais plutôt comme des DLMT. -Au montant des FP comptables il faut ajouter .la part stables des provisions pour risques et charges (qui peut être considérée comme une réserve de fonds propres constituée en franchise d'impôts), .la partie des obligations convertibles dont la conversion est assurée sous moins de 5 ans.

*les dettes auprès des établissements de crédits et les emprunts obligataires -Il s'agit des dettes contractées auprès du système bancaire ou des marchés financiers Elles font l'objet d'une rémunération. -Il faut y inclure les prêts participatifs, les engagements de crédit bail (part du capital non remboursé). Ici plusieurs alternatives sont à envisager selon le modèle de bilan. Dans le bilan fonctionnel ne sont à conserver que les dettes financières ayant servi à financer des immobilisations stables (hors concours bancaires courants). Dans le bilan patrimonial, l'optique comptable dissocie les dettes financières selon l'échéance à moins d'un an (court terme) et à plus d'un an (moyen et long terme). L'optique économique regroupe toutes les dettes supportant un intérêt dans le poste dettes d'origine financière.

*les dettes d'exploitation -Elles dépendent du cycle d'exploitation et se renouvellent en même temps que se déroule le cycle. Ce poste regroupe les avances et acomptes reçus sur commandes

15

en cours, les dettes d'exploitation comptables (dettes fournisseurs, dettes fiscales et sociales) la partie des produits constatés d'avance relative à lexploitation (annexe).

*les dettes hors exploitation -Elles regroupent les dettes diverses (dettes sur immobilisations, dettes fiscales IS, autres dettes), les dividendes à verser, la partie variable des provisions pour risques et charges, et les écarts de conversion passif. *Ces dettes "exploitation" et "hors exploitation" font partie, avec les dettes financières à moins d'un an, des dettes à court terme dans le bilan patrimonial.

*Les concours bancaires de trésorerie Ce poste comprend les concours bancaires courants et le montant des effets escomptés non échus dans le bilan fonctionnel. Il faut y ajouter les dettes financières à moins d'un an de même que les engagements de crédit bail pour la partie du capital non remboursé venant à échéance dans le bilan patrimonial pour obtenir les dettes financières à court terme.

L'usage des annexes permet effectivement de faciliter certains retraitements.

Les comptes de régularisation du bilan

-Les comptes de régularisation comprennent quatre rubriques:

a/ les produits et charges constatées d'avance

*les "produits constatés d'avance"(passif) qui proviennent de produits que l'entreprise a perçu et comptabilisé avant toute prestation ou fourniture de biens motivant leur écriture. La firme devra s'acquitter d'une dette en nature dans un avenir

proche afin de justifier le montant du produit. Il faut les ventiler entre le bloc dette à court terme ou à long et moyen terme selon l'échéance dans le bilan patrimonial et, les classer selon leur nature cyclique ou acyclique dans les dettes du bilan fonctionnel. Il n'y a pas de contrepartie à l'actif car ces produits sont déjà ventilés.

.

*les "charges constatées d'avance"(actif) qui proviennent d'avance que l'entreprise a versé et comptabilisé avant toute prestation ou fourniture de biens de la part d'un agent extérieur motivant l'écriture. La firme détient une créance en nature du montant de l'avance. Il faut la ventiler selon le degré de liquidité de l'actif concerné (entre le bloc actif immobilisé net et le bloc actif circulant) dans le bilan patrimonial et, les classer selon leur nature cyclique ou acyclique dans l'actif du bilan fonctionnel. Il n'y a pas de contrepartie au passif car ces charges sont déjà ventilées.

b/ les charges à répartir sur plusieurs exercices qui comprennent les frais d'acquisitions d'immobilisation, les frais d'émission d'emprunts. Elles ont généralement un caractère de non-valeur et sont donc à compter pour zéro et à soustraire des capitaux propres pour compensation.

16

c/Les primes de remboursement des obligations sont à compter pour zéro. Il convient de diminuer du même montant la valeur de remboursement des obligations du passif. Pour la comptabilité la société émettrice de l'emprunt enregistre au passif la valeur de remboursement (VR) et à l'actif la prime de remboursement. Les fonds à disposition correspondent à la valeur d’émission (VO). Pour retrouver ce montant au passif, il faut annuler à l'actif la prime et la soustraire au passif.

 

ACTIF

PASSIF

Démarche

PRO= non valeur

 

Correction

PRO= 0

Emprunt = VR -PRO

L'obligation pour l'entreprise: c'est une ressource assimilée à un emprunt à long terme. Les titres sont émis par l'entreprise sur le marché primaire et négocié sur le marché secondaire.

Caractéristiques:

-Valeur nominale (VN) : base du calcul d'intérêt. -Prix d’émission (PE) : Prix payé par le souscripteur -Valeur de remboursement (PR): par l'émetteur

* Si VN=PE et/ou VN=PR, l'émission et/ou le remboursement se font au pair (il n'y a pas de prime) * Si PE<VN, on constate une prime d'émission (émission sous le pair-prime en dedans); * Si PR>VN, on constate une prime de remboursement dite au sens strict (remboursement au dessus du pair-prime en dehors)

La prime de remboursement au sens large (PRO) que l'on retrouve au bilan est égale à PE-PR. C'est une non valeur

Encadré 4.1- L'obligation

d/ Les provisions pour risque et charges, si elles ont un caractère réel seront à considérer comme des dettes. Dans le cas contraire, si elles ont un caractère de réserves et qu'elles sont de plus stables, elles représentent des quasi fonds propres.

e/Les écarts de conversion (EC) proviennent de la conversion de toutes les dettes et créances en monnaie de référence. Cette conversion est réalisée selon le dernier cours de change connu à la date de clôture de l'exercice.

Ces écarts sont "actifs" ou "passifs":

-s'ils sont "actifs"(ECA), il y a une dépréciation des créances ou une augmentation des dettes du fait d'une perte latente de change. -s'ils sont "passifs"(ECP), il y a appréciation des créances ou diminution de dettes du fait de gains de change.

17

Ces postes sont transitoires. Ils feront l'objet d'une régularisation ultérieure lors de l'encaissement effectif de la créance et lors du règlement effectif de la dette. La comparaison entre la valeur d'origine et le prix constaté va permettre de mesurer l'effet sur le résultat des opérations de changes. Les écarts de conversion sont donc des comptes provisoires en attentes de régularisation. Les pertes ou gains latents compensés par une couverture de change sont inscrits dans ces postes.

Le retraitement suivant est préconisé:

-ECA : par prudence, il faut supposer la perte de change latente provisionnée comme réalisée. -ECP : par prudence, il faut supposer le gain de change latent comme non réalisé et donc éliminer la valorisation des créances ou l'amputation des dettes pour retrouver les valeurs initiales.

EC

Constat

Provenance

Retraitement

par

comptable

prudence

ECA

Perte de change latente (ECA) Provision pour perte de change

Détérioration des créances Valorisation des dettes

Suppression de l'ECA Suppression de la provision

Principe de

   

-Perte réalisée -Gain non réalisé

prudence

ECP

Gain de change latente (ECP

Valorisation des créances Détérioration des dettes

Suppression de l'ECP Suppression de l'effet créances et de l'effet dettes afin de retrouver la valeur originelle

Accroissement des créances ou diminution des dettes du bilan

Fiche pratique 4.1: Retraitement des écarts de conversion

Les autres corrections du bilan

a/ les obligations cautionnées figurent dans la rubrique "dettes fiscales et sociales". Elles correspondent à un crédit à court terme accordé par l'administration fiscale (échéance de 2 à 4 mois) pour le paiement de la TVA et des droits de douane. Il est possible de les assimiler à un crédit de trésorerie. Il faut donc les soustraire des dettes sociales et fiscales et les réintégrer dans la trésorerie passive (bilan fonctionnel) et dans les dettes financières à court terme (bilan patrimonial).

b/ les autres non-valeurs Les frais d'établissement et le capital souscrit non appelé sont des non valeurs à compter pour zéro et à soustraire des capitaux propres.

c/ les provisions pour risques et charges sont à retraiter par nature (caractère de réserve ou de dettes) et selon le cycle ou le terme.

18

d/ les subventions d'investissement donnent lieu à une reprise inscrite au compte de résultat. Cette reprise calculée chaque année donne lieu à une imposition. Il faut donc réintégrer dans les dettes cette imposition latente.

Exemple:

Soit une subvention d'investissement obtenue de 200 000€ servant à financer totalement une immobilisation amortissable linéairement sur 5 ans (40 000 par an). En fin d'exercice, une reprise de la subvention, quote-part de subvention virée au résultat, sera réalisée au compte de résultat. Cette reprise entraîne un supplément d'impôt de 40 000€ * 33,3%= 13 333,3€ L'impôt latent à considérer est alors de 200 000€*33 1/3%=66 666€. La partie réintégrable à moins d'un an est reprise dans les dettes fiscales (Dettes à court terme).

2° /Les redressements hors bilan

a/ Les effets escomptés non échus et autres cessions de créances professionnelles (Dailly) sont des engagements hors bilan. L'entreprise reste garante de leur règlement. Pour se procurer de la trésorerie, les entreprises peuvent escompter auprès de la banque des effets tirés sur leurs clients avant qu'ils n'arrivent à échéance. Cette avance provoque des frais comptabilisés en charges externes au résultat. Pour la comptabilité au bilan, le poste client diminue et la trésorerie augmente. Ces EENE figurent pour leur montant nominal au hors bilan. L'entreprise reste garante de leur bon paiement. Ils font logiquement partie des concours bancaires courants comme soldes créditeurs de banques. Ils sont à réintégrer pour leur montant dans les créances clients à l'actif et dans les concours bancaires courants sous l'intitulé "crédits d'escompte" au passif. Pour les identifier, il est souvent souhaitable d'obtenir la confirmation de leur montant auprès de la banque à qui les créances ont été cédées.

 

Actif/Emplois

 

Passif/Ressources

Retraitement-

bilan

Ajouter

les

EENE

aux

Ajouter aux dettes à court terme les EENE

patrimonial

créances clients

Retraitement

-

bilan

Ajouter

les

EENE

aux

Ajouter à la trésorerie négative les EENE

fonctionnel

créances clients

Fiche pratique 4.2: Retraitement de l'escompte

19

L'escompte a pour objet de financer des décalages de trésorerie. C'est une opération de crédit par laquelle une banque cessionnaire verse le montant de l'effet de commerce au tireur, avant l'échéance, contre remise du titre en propriété, sous déduction d'agios proportionnels au temps qui reste à courir jusqu'à l'échéance.

3 Banque (cessionnaire) 4 5 Entreprise (tireur) Client (tiré) 6 2 1
3
Banque (cessionnaire)
4
5
Entreprise (tireur)
Client (tiré)
6
2
1

Légende :

1 Effet émis par le tireur envoyé à lacceptation

2 Effet accepté et renvoyé au tireur par le tiré

3 Effet escompté auprès du banquier

4 Versement

5 Agios

6 Paiement à l’échéance

Figure 4.2- Fonctionnement de l'escompte

Il y a mobilisation des créances représentées par des traites, des billets à ordre relevé (BOR), des supports informatiques ou magnétiques, du crédit de mobilisation de créances commerciale (CMCC). Le montant des créances escomptées, diminué des intérêts et commissions, est immédiatement porté au crédit du compte courant. La commission d'endos est intégrée au taux d'intérêt. A coté s'ajoutent des frais de manipulation qui peuvent être importants. Le taux facial de l'escompte est en principe plus faible que le taux du découvert. Cependant, la totalité du montant de la remise est portée au crédit du compte de l'entreprise même si les besoins de l'entreprise sont inférieurs. Les intérêts sont perçus d'avance ce qui accroît le taux apparent. Le taux généralement pris en compte est le taux de base bancaire (parfois le EURIBOR, T4M), si bien que le taux d'escompte s'exprime par

Taux d'escompte=TBB + commission d'endos

La banque autorise un plafond sous lequel elle peut remettre les bordereaux à l'escompte. La durée est généralement d'un an reconductible.

L'escompte faisant apparaître certaines limites, le législateur a créé les cessions de créances loi DAILLY ou escompte DAILLY (1981) pour

§ -accélérer la procédure de mobilisation des créances,

§ -mobiliser un ensemble de créances,

§ -simplifier sur un bordereau toutes les créances mobilisées,

§ garantir la bonne du paiement,

§ -élargir le champ des bénéficiaires de l'escompte (de l'entreprise à l'État, aux

associations

)

L'escompte DAILLY se différencie principalement de l'escompte classique sur la forme. Il y a mobilisation à partir des créances regroupées sur un bordereau Il est

20

représentatifs des créances payables par traites, LCR, BOR, par chèque ou

La banque peut-être

garantie du paiement par le biais de lettres de notification et d'acceptation envoyée

au débiteur cédé.

virement. Le support peut être très simple (listing, disquette,

).

3
3
Entreprise (c é dant)
Entreprise (c é dant)
Entreprise (c é dant)

Entreprise (cédant)

2 Banque (cessionnaire) 4 1 Client (débiteur)
2
Banque (cessionnaire)
4
1
Client (débiteur)

Légende :

1 Lettre de notification envoyée

2 Lettre dacceptation envoyée

3 Factures mobilisées par un bordereau

4 Paiement à l’échéance

Figure 4.3- Fonctionnement de l'escompte DAILLY

b/Le crédit bail est également, comme nous l'avons souligné, un engagement hors bilan car seule figurent dans le bilan les biens dont l'entreprise est propriétaire. Or ces biens participent à l'activité de l'entreprise et l'entreprise constate des loyers dans les charges externes décomposables en dotations aux amortissements et en frais financiers. La somme des loyers restant à courir pour les biens utilisés en crédit bail doit être vérifiée. L'auditeur peut retrouver aisément l'information, puisque les contrats font l'objet d'une publicité légale.

Principe:

Un bien acquis en crédit-bail est assimilé à une immobilisation acquise par emprunt car il participe à la création de valeur

Les retraitements sont les suivants

21

-à la souscription du contrat

 

Actif

Passif

Retraitement

Immobilisation acquise en crédit bail

Endettement

de

nature

financière

Sommes retenue

Montant du contrat

Montant du contrat

 

-par la suite, sur la durée de vie du contrat,

 

Actif/Emplois

 

Passif/Ressources

Retraitement-

bilan

Immobilisation

acquise

Endettement financier à répartir entre dettes à long et moyen terme et dettes à court terme

patrimonial

en

crédit

bail

-

amortissement cumulé

(montant net)

 

Retraitement

-

bilan

Montant du contrat brut

 

Amortissement

cumulé

fonctionnel

 

en

ressources

internes

propres

et emprunt en

dettes

financières

stables

Fiche pratique 4.3: Retraitement du crédit bail

Exemple: (en euros)

Soit le contrat de crédit bail suivant, établit en fin de l'année t, -Valeur d'origine des actifs (VO) : 100 000

-Durée de vie du contrat (n) -Durée d'utilisation des équipements -Valeur de rachat à terme (VR) -Redevance totale à payer(R)

: 5 ans : 5 ans : 10 000 : 130 000

Corrigé indicatif

1- Décomposition du loyer annuel (L):

- Calcul du loyer annuel: L= (R-VR)/n = 24 000

- Calcul de l'amortissement (A) annuel (linéaire) :( VO-VR)/n=18 000

- Evaluation des charges dintérêt (CI): CI= L-A= 600F

2- Correction à apporter au bilan fonctionnel en t, t+1 et t+2

Bilan

Stocks d'emplois

Stocks de ressources

t

Immobilisations brutes: 90 000

Dettes financières

90 000

t+1

Immobilisations brutes: 90 000

Amortissement cumulé: 18 000

Dettes financières:

72 000

t+2

Immobilisations brutes: 90 000

Amortissement cumulé: 36 000

Dettes financières:

54 000

22

3- Correction à apporter au bilan patrimonial en t+2 par exemple,

Bilan

Actif

Passif

t+2

Immobilisations nettes : 54 000

DLMT:

36 000

DCT:

18 000

c/Les retraites Le montant des engagements que les entreprises consentent en matière de pensions, de compléments de retraite ou d'indemnités de fin de carrière aux salariés est décrit dans l'annexe. La possibilité est donnée de les provisionner directement au bilan, mais ce n'est pas une obligation. Cette tolérance du plan comptable est critiquable puisque une charge certaine est généralement obligatoirement provisionnée.

d/ Les engagements de garanties -Aval et cautionnement figurent en hors bilan pour le montant à hauteur duquel l'entreprise s'est engagée. Ils doivent être autorisé par le conseil d'administration. La consultation des procès verbaux du C.A. permet d'en identifier l'existence et les caractéristiques. -Nantissement, hypothèques ou privilèges de préteurs de deniers figurent normalement dans l'annexe. L'information doit être vérifiée auprès du greffe du tribunal de commerce ou du bureau des hypothèques.

23

II-L'ANALYSE FINANCIERE DU BILAN

Nous procéderons respectivement à lanalyse du bilan patrimonial puis du bilan fonctionnel.

21-le Bilan patrimonial

Un tel bilan vise à mesurer la valeur réelle du patrimoine accumulé par les propriétaires de l'entreprise. Cette approche intéresse également les créanciers financiers, puisque la situation nette est le gage ultime des créances qu'ils détiennent sur l'entreprise.

Il est structuré selon les critères d'exigibilité du passif et de liquidité de l'actif. Il est établi après répartition du résultat. Il est classiquement représenté selon le modèle suivant:

BILAN PATRIMONIAL

ACTIF

PASSIF

   

-

Frais d’établissement

Capital, réserves,

écarts de réévaluation

E

Immobilisations nettes

X

Provisions pour pertes

I

Valeurs dexploitation

et charges

G

I

Valeurs réalisables

Dettes à long et moyen

B

terme

I

Disponible

L

Dettes à court terme

I

T

Résultat de lexercice

E

+

Figure 4.4 Bilan patrimonial comptable

Les définitions de l'exigibilité d'une dette et de la liquidité d'un actif permettent de comprendre l'utilisation d'un tel document pour l'analyste:

24

1°/ Définitions

- L'exigibilité est la durée à attendre jusqu'à l'échéance d'une dette. Le passif du bilan est donc classé par exigibilité croissante. Ainsi le capital est quasiment inexigible. L'échéance, c'est à dire le remboursement de l'apport des propriétaires-actionnaires se fera simultanément avec l'arrêt d'exploitation et la perte de sa personnalité morale de l'entreprise. Les dettes vis à vis des fournisseurs sont parmi les plus exigibles.

- La liquidité correspond à la vitesse de transformation d'un actif en monnaie.

L'actif du bilan est classé par liquidité croissante. Les valeurs mobilières de placement sont très liquide, c'est à dire quasiment immédiatement transformable en argent frais. Les immobilisations mises au service de l'effort de production

sont peu liquides généralement. Il faut trouver un acheteur,

(usine, machines

démanteler les installations, négocier un prix satisfaisant.

)

2°/ Utilisations

- La mesure du patrimoine des propriétaires

Le bilan patrimonial sert à mesurer les capitaux propres à destination des propriétaires de l'entreprise. Il s'agit du patrimoine accumulé par l'entreprise. Ce patrimoine est la créance ultime, c'est à dire que c'est la dernière garantie de solvabilité à laquelle peuvent recourir les créanciers de l'entreprise.

- La notion de situation nette (SN):

Le bilan constitue un stock, c'est à dire l'accumulation des avoirs, des créances et des dettes jusqu'à la date de clôture des comptes. Si l'entreprise a dégagé un bénéfice au cours de l'exercice qui vient de s'achever, les ressources augmenteront du montant du résultat net qui va grossir les capitaux propres. Dans le cas contraire, une perte amputera les ressources du montant constaté au niveau des mêmes capitaux propres. Il en résulte une mesure de la situation nette pour l'exercice t :

SN t = Capitaux propres t + Bénéfices t - Pertes t

- La notion de solvabilité est la mesure de la capacité de l'entreprise à faire face à ses engagements, soit ses dettes arrivant à échéance,.et ceci grâce à sa surface financière Toute entreprise est ainsi obligée d'assurer un ajustement permanent entre les encaissements et les décaissements consécutifs à son fonctionnement. Tous les aspects de l'activité sont ici concernés.

- L'actif net correspond à cet ultime garantie quest la solvabilité. C'est la différence entre l'actif et l'ensemble des dettes

- L'actif net comptable est assimilé aux fonds propres du bilan

25

ACTIF NET COMPTABLE = Capitaux propres

L'actif net doit faire l'objet de redressement pour appréhender la surface financière réelle de l'entreprise. Il s'agit d'éliminer les non-valeurs de l'actif et de déterminer les véritables engagements des passifs.

ACTIF NET CORRIGE = Fonds propres

=

Actif total - Dettes totales

a/-L'actif net

CAPITAL

(Apports)

Primes (Émission, fusion.) Ecarts de réévaluation Réserves Report à nouveau (créditeur +, débiteur -)

SITUATION NETTE

CAPITAUX PROPRES

Subventions

dinvestissements

Provisions

réglementées

FONDS PROPRES

Quasi fonds propres (OC, OBSA, CCA Prêts participatif) Autres fonds propres (Titres participatifs, Avances conditionnées) Certificats dinvestissement Provisions pour risques et Charges à caractère de Réserves

Encadré 4.2: l'actif net

b/-Le fonds de roulement patrimonial (FRP) Sa nature est liée aux éléments du bas du bilan:

Lexigibilité d'une dette à court terme est certaine. La liquidité d'un actif est plus aléatoire. De fait certains stocks ne peuvent être écoulés en l'état. Il est préférable par exemple de conserver les valeurs mobilières en périodes de krach et d'attendre la reprise

Le fonds de roulement patrimonial naît d'une mise en correspondance entre l'exigible à court terme et les actifs les plus liquides. Sa définition est ainsi représentée:

FRP

=

Actif circulant

-

Dettes à court terme

L'interprétation par sa définition du FRP repose sur la règle d'orthodoxie suivante :

Il faut couvrir le caractère aléatoire de l'actif circulant par un matelas de sécurité appelé fonds de roulement (FRP).

Ce matelas apparaît comme un moyen de couverture, c'est à dire une garantie contre le risque de non remboursement d'une dette à court terme (qui arrive à

26

échéance dans moins d'un an). Ce risque est encore appelé risque d'illiquidité. C'est à ce titre qu'il intéresse le banquier et les autres créanciers. Ces tiers se trouvent rassurés sur le risque de non paiement de leurs créances dès lors que le montant des actifs les plus liquides (circulants) est supérieur à celui des dettes à court terme. Un tel constat apparaît sur le schéma suivant:

ACTIF

PASSIF

Valeurs Immobilisées nettes

Capitaux permanents

FRP

Actif Circulant

Dettes à court terme

Figure 4.5: Fonds de roulement patrimonial

avec

*Actif circulant = Valeurs dexploitations (stocks) + valeurs réalisables (créances clients) + valeurs disponibles *Dettes à court terme = Dettes arrivant à échéance dans moins d'un an *Capitaux permanents =Capitaux propres + dettes à long et moyen terme

Un tel schéma montre que, du fait de l'égalité actif-passif, il est également possible de calculer le FRP en faisant la différence entre les capitaux permanents et les valeurs immobilisées nettes.

FRP=Capitaux permanents - Valeurs immobilisées nettes

Ces deux possibilités de calculs aboutissent à l'élaboration d'une autre règle d'orthodoxie: il doit exister à tout moment un équilibre entre la durée d'une opération à financer et la durée des moyens de financement mis en oeuvre. Ainsi, les valeurs immobilisées nettes, a priori illiquides, doivent être financées par des capitaux permanents, exigibles normalement à long terme. Le bilan patrimonial fait donc apparaître un critère de destination qui est assimilable à une approche fonctionnelle. Les ressources à long terme donc stables doivent servir à financer les actifs illiquides donc stables.

Les deux méthodes de calcul ont leur propre intérêt:

-la relation par le haut du bilan. Elle permet d'étudier l'origine du FRP. Pour agir sur le montant du FRP, il convient de modifier les postes pris en considération dans le calcul. Ainsi la variation des immobilisations nettes, la modification des

27

capitaux propres ou encore l'évolution des dettes à long et moyen terme auront un effet sur le niveau du FRP; -la relation par le bas du bilan. Elle rend compte de l'utilisation du FRP. Toute modification des postes constitutifs des actifs et passifs circulants modifient le degré de liquidité mais n'affectent en rien le montant du FRP.

c/-Les ratios du bilan patrimonial

§ Les ratios de rotation

Solvabilité

Actif net (1) total bilan

>0,33

Liquidité

Actif circulant Dettes à CT

>2

générale

Liquidité

Actif

>1

réduite

circulant-

stocks /Dettes à CT

Liquidité

Disponibilités Dettes à CT

>0

immédiate

(1) Actif net comptable ou capitaux propres

§ Les ratios de solvabilité

Ratios

Composants

normes

Couverture des dettes à court terme

EBE/ Dettes à CT

>0,3

Indépendance financière

Capitaux propres/Dettes LMT

>1

Endettement global

Dettes globales/ Passif

<0,8

Du point de vue de l'exigibilité, la dette à LMT venant à échéance dans moins d'un an est considérée comme une dette à court terme.

§ Les ratios de liquidité

-Le ratio de liquidité générale (RLG) doit permettre de vérifier que les fonds obtenus à court terme sont employés à CT. Il permet de vérifier s'il existe un FR positif. Ce sera le cas lorsque RLG>1.

-Le ratio de liquidité réduite part de l'idée qu'une entreprise ne peut jamais liquider entièrement ses stocks (stock outil, stocks difficilement vendables en l'état sur le

marché

-Les ratios de couverture donnent une vision dynamique de la liquidité.

)

28

CAS : KERAVEL

Faites une analyse sommaire des bilans patrimoniaux de KERAVEL ?

 

BILAN N

   

BILAN N+1

 

Actif

Passif

Actif

Passif

Immobilisations nettes

Capitaux permanents

Immobilisations nettes

Capitaux permanents

 

4000

 

6500

 

4000

 

6500

Stocks

3000

Dettes dexploitation

Stocks

4000

Dettes dexploitation

Clients …………….2000

 

1800

Clients …………….2200

 

1500

Disponibilités

1000

Autres dettes

1700

Disponibilités

500

Autres dettes

1700

     

Crédit de trésorerie

 

1O00

Corrigé indicatif

Le fonds de roulement patrimonial est positif et stable (2500) Lexplication du FRP est localisée dans le bas de bilan :

1. Lentreprise semble avoir peu vendu (augmentation des stocks)

2. Le poste clients montre un léger rallongement des délais de règlement.

3. Le poste fournisseurs diminue ce qui peut montrer un ralentissement des achats (-300)

4. Lactif net dexploitation croissant, il est comblé par un crédit de trésorerie