Vous êtes sur la page 1sur 44

SUITES ET APPLICATIONS SES ELEMENTS DE MATHEMATIQUES FINANCIERES Joël GADEN

joel.gaden@univ-lyon2.fr

Part I

Suites arithmétiques et intérèts simples

1 Définition.

Une suite (a n ) nN de nombres réels est dite ”arithmétique” si chaque terme est la moyenne arithmétique du terme précédent et du terme suivant (sauf le premier évidemment ).

soit:

1

a n = 2 (a n1 + a n+1 ) pour n = 0

2 Sens de variation d’une suite.

Il existe un nombre réel r appelé raison de la suite (a n ) nN tel que, pour tout n entier

naturel: a n+1 =a n + r.

* si r < 0 alors la suite est décroissante

* si r = 0 alors la suite est constante

* si r > 0 alors la suite est croissante

3 Propriétés.

a) lien entre les termes et le premier.

*

*

b)

si a 1 est le premier terme, alors pour tout n entier naturel non nul :

si a 0 est le premier terme, alors pour tout n entier naturel :

somme S des termes d’une progression arithmétique:

a n =a 1 + (n 1) r

a n =a 0 +nr

S = (nbre de termes) × (1 er )+ (nbre de termes 1) × (nbre de termes)

2

× (raison)

ou encore

soit:

S = (nbre de termes) × 1 er + dernier

2

1 er cas: S n = a 1 +a 2 +

+ a n =

n×a 1 + (n 1) × n

2

×r

1

=

n× a 1 +a n 2
n× a 1 +a n
2

n×a 0 + (n 1) × n

2

×r

2 eme` cas: S n =a 0 +a 1 + +a

c) somme des entiers naturels successifs de 0 à n .

n1 =

n n

k=0

k=

k=1

k = 0 + 1 + 2 + 3 +

+ (n 1) + n = n × (n + 1)

2

soit

n n

k=0

k=

k=1

k= (plus grand entier) × ( entier suivant)

2

4 Exemples

=

n× a 0 +a n−1 2
n× a 0 +a n−1
2

Soit a 1 le 1er terme et r la raison. Calculer r dans chacun des cas suivants.

a) a 1 =1,a n = 31, S n = 176

b) a 1 = 1 et 4 est égal au rapport entre le 8ème terme et le 3ème terme

c) a 1 = 1 et 3 est égal à la différence des carrés du 10ème et du 7ème termes

réponses:

a) 176 = a 1 +a 2 +

+ a n = n×a 1 +

(n 1) × n ×r = n× a 1 +a n

2

2

soit 176 = n × 1 + (n 1) × n ×r = n× 1 + 31 = 16n

alors n = 11 et r = 3

b) a 8 =a 1 + 7r = 1+7r et a 3 =1+2r

alors 4 = 1+7r

2

2

1+2r

4+8r = 1+7r

puis r = -3

d’où 1;-2;-5;-8;

c) 3 = (1 + 9r) 2 (1 + 6r) 2

soit 3 = 1 + 18r + 81r 2

45r 2 +6r3=0

=6 2 4 × 45 × (3) = 36 + 12 × 45 = 576

1 12r 36r 2

r 1 = b = 6 576

2a

90

1

3

et r 2 = b+

2a

= 1

5

2

=

soit les suites

1;2/3;1/3;0;-1/3 et 1;6/5;7/5;8/5

Part II

Application économique des suites arithmétiques: les intérêts simples.

Posons:

S 0 = montant placé à la date initiale = capital initial

i = taux d’intérêt pour une période quelconque

n = nombre de périodes pour le placement envisagé

Chaque période, les intérêts rapportés sont identiques à ceux I 1 de la première période:

I 1 =S 0 ×i

Cette somme n’est pas ajoutée au capital et ne rapporte donc pas d’intérêt.

Le montant total I des intérêts après n périodes est alors égal à n fois ceux de la première période:

I=n×I 1 = n×i×S 0

5 Exemples

5.1 Une somme de 10000 euros

a été placée au taux annuel de 5 % du 1er janvier 1998 au 1er janvier 2001. Calculer

à cette date le montant total des intérêts et la somme totale créditée sur le compte.

Réponse ( tracer l’axe temps - argent pour faire le point des hypothèses )

Il y a trois périodes donc n = 3.

Le taux est de 5% soit i = 5%=0,05

Le capital placé à l’instant initial est S 0 = 10000Euros

Le montant total des intérêts est I = S 0 × i × n = 10000 × 100 × 3 = 1500Euros

5

5.2 Une personne désire placer

une somme pendant 7 ans au taux annuel de 7,5% afin de toucher au minimum 9000 euros d’intérêts. Quel est le montant minimal de cette somme à placer ?

Réponse

i = 7, 5% ; n = 7 ; I

alors

9000

3

I=S 0 × i × n 9000

S 0 9000 i×n

S 0

S 0 17142, 86 Euros

9000

7×7,5

5.3 Remarque

En fait, les placements à intérêts simples ne correspondent qu’à des placements à

Mais

court terme

quel en est le principe ?

Le

principe des intérêts composés est d’usage plus répandu

Part III

Suites géométriques et intérêts composés.

6 Définition.

Une suite de nombres réels (a n ) nN est dite géométrique si chaque terme est la moyenne géométrique du terme précédent et du terme suivant ( sauf le premier évidemment ).

On écrit alors:

Il existe alors un nombre réel q appelé raison tel que a n+1 =q×a n pour tout n de N

2

a n =a n1 ×a n+1 pour n = 0

7 Sens de variation d’une suite géométrique.

En conséquence de la définition, il existe un nombre réel q appelé raison de

la suite (a n ) nN tel que, pour tout n entier naturel:

* 1er cas:

premier terme = 0 ou q = o ou q = 1 alors la suite (a n ) nN est stationnaire.

* 2ème cas:

premier terme = 0 et q > o et q croissante ou décroissante.

* 3ème cas:

premier terme = 0 et q < o alors la suite (a n ) nN est alternée.

= 1 alors la suite (a n ) nN est strictement

a n+1 =q×a n

4

8

Propriétés.

8.1 Lien entre les termes et le premier.

* si a 1 est le premier terme, alors pour tout n entier naturel non nul :

* si a 0 est le premier terme, alors pour tout n entier naturel :

a n =a 1 ×q n1

a n =a 0 ×q n

8.2 Somme S n des n premiers termes.

1 er cas: si le premier terme est a 1 alors on a :

S n =a 1 +a 2 +

S n =a 1 +qa 1 +q 2 a 1 +

S n =a 1 [1+q+q 2 +

+ a n

+ q n1 a 1

+ q n1 ]

S n =a 1 × 1q 1q n

si q est différent de 1

mais on a

2 eme` cas: si le premier terme est a 0 alors on a :

S n =a 0 +a 1 +

S n =a 0 +q×a 0 +q 2 ×a 0 +

S n =a 0 [1+q+q 2 +

S n =n×a 1 si q = 1.

+ a n1

+ q n1 ]

+ q n1 ×a 0

S n =a 0 × 1q 1q n

si q est différent de 1

mais on a

S n =n×a 0 si q = 1.

9 Exemples

9.1 Soit le 1er terme a 1 = 3 et la raison q = 1

5

a) Trouver les 5 premiers termes de la progression géométrique et leur somme S 5 .

b) Retrouver la valeur de S 5 directement sans les 5 premiers termes.

Réponses:

a) a 2 =a 1 ×q=3 ;a 3 =3 ×q=+ 25 ;a 4 =

3

3

125 ;a 5 =

625 puis S 5 = 1563

3

625

5

5

b) S 5 =a 1 × 1q 1q n

=3× 1(1/5) 5

1(1/5)

= 1563

625

9.2 Calculer les 4 réels positifs

dont la somme vaut 360 sachant qu’ils forment une progression géométrique de dernier terme égal à 9 fois le second terme.

Réponse:

a; b; c; d sont donc tels que:

5

a + b + c + d = 360

b

c

d

= aq = aq 2 = aq 3 =9b

a + aq + aq 2 + aq 3 = 360

b

c

d

= aq = aq 2 = aq 3 =9b

  a(1 + q + q 2 +q 3 ) = 360


b = aq

c = aq 2

d = aq 3 =9b

alors aq 3 = 9b = 9aq entraine q 3 =9q

soit q 3 9q=0

q(q 2 9)=0

q = 0 ou q 2 =9

alors q = +3 ou -3

Comme les réels sont positifs, il faut rejeter la raison négativre qui donnerait des signes alternés ! ! !

La solution est q = 3 d’où 1 + q + q 2 +q 3 = 1q 4

donc a(1 + q + q 2 +q 3 ) = 360

entraine que 40a = 360 soit a = 9

On trouve 9; 27; 81; 243.

3) Soit le 1er terme a 0 = 4 et la raison q = 2 d’une suite géométrique. Calculer la

somme S = a 9 +a 10 +a 11 +

Réponse

1+q+q 2 +

= 13 4

13

1q

= 40

1

+ a 15

= 1(1/2) 7

11/2

+ q 6 = 1q 1q 7

1

1

2

7

1

2

= 2(1 1 7 )

2

=

a 9 =a 0 ×q 9 = 4( 2 ) 9 d ou`S=a 9 +a 10 +a 11 + + a 15 =a 9 1q 6

1

1

1

2

soit S = 4(

2 ) 9 1(1/2) 6

1

11/2

=

4 9 × 2(1 1 6 )= 2

2

2

2 9 (1 1 6 )

2

3

ou encore

6 )= 2 2 2 2 9 (1 − 1 6 ) 2 3 ou encore

S= 6 (1 1

1

2

2

6 )

S = 6 (1 − 1 1 2 2 6 )

10 Limite de S n si n tend vers l’infini

Soit ”a” le premier terme et ”q” la raison. Si la raison a une valeur absolue inférieure

à 1 alors S n tend vers 1er terme

raison lorsque n tend vers l’infini.

1

6

11

Exemple

Un randonneur épuisé est à 300 mètres du refuge

Il parcourt 100 mètres puis s’arrête pour se reposer.

Il repart mais ne peut parcourir que le tiers de la distance précédente avant de s’arrêter

à

nouveau.

Il

se déplace ainsi par étapes successives.

Sera-t-il capable d’atteindre le refuge ?

Devra-t-il passer la nuit à la belle étoile???

Réponse:

Il parcourt 100 mètres puis s’arrête pour se reposer”donc a 1 = 100.

Il repart mais ne peut parcourir que le tiers de la distance précédente avant de

s’arrêter à nouveau” alors a 2 =

Il se déplace ainsi par étapes successives” donc a n = 3 a n1 avec la raison q = 1

Pour n étapes , on aura la distance oarcourue S n =a 1 × 1q n

1 a 1 = 100

3

3

.

1

3 .

100 1(1/3) n

1(1/3)

1q =

Comme |q| = < 1 alors lim

3

Il ne pourra pas s’approcher à moins de 150 mètres du refuge

Heureusement que c’est une belle nuit d’été sans orage ! ! !

1

n+S n =

a

1

3

1q = 11/3 = 100 × 2

100

= 150 mètres.

Part IV

Application économique des suites géométiques: la capitalisation des intérêts.

12 Intérêts composés

12.1 Principe de la capitalisation des intérêts.

A la fin de chaque période convenue, on ajoute au capital le montant des intérêts

gagnés pour obtenir le nouveau capital de la période suivante: c’est la capitalisation

des intérêts.

12.2 Valeur acquise par un placement unique sur une seule période.

C = montant du capital placé au début de la période

7

1= durée du placement

i

= taux d’intérêts pour 1 euro et pour la période

C

1 = valeur acquise par le capital C après 1 capitalisation au taux i d’intérêt pour la

période

Alors la valeur acquise par le capital C sera :

C 1 = C + C × i = C × (1 + i)

Exemple: Que devient un capital de 5500 euros placé pendant 1 an au taux annuel de 4,25% avec capitalisation annuelle des intérêts ?

Réponse: C 1 = C × (1 + i) = 5500 × 1.0425 =

Remarquons que cette personne a gagné en intérêts la somme de 5500 × 0.0425 =

5733.75 euros

233. 75
233. 75

euros c’est à dire valeur f inale valeur initiale = 5733.75 5500

12.3 Formule fondamentale des intérêts composés:

C= montant du capital placé au début

n = durée du placement

i

= taux d’intérêts pour 1 euro et pour une période

C

n = valeur acquise par le capital C après n capitalisations successives d’intérêt au

taux i par période

I = intérêt total

La formule fondamentale des intérêts composés donne la valeur acquise C n par le capital C après n capitalisations successives d’intérêt au taux i par période:

C n = C × (1 + i) n

On en déduit l’intérêt total par différence entre la valeur acquise C n et le capital initial C:

I=C n C = C × [(1 + i) n 1]

12.4 Exercice: calcul de la valeur acquise

( reporter les hypothèses sur un axe temps-argent )

Un capital de 50000 euros est placé à intérêt composé, au taux annuel de 9%, avec capitalisation annuelle des intérêts. Calculer la valeur acquise au bout de 7 ans.

Réponse:

C = 50000 euros ; i = 0.09 ; n = 7

C n =C×(1+ i) n

= 50000 × (1.09) 7 =

91401.95 euros

8

12.5

Exercice: calcul de la valeur acquise

( reporter les hypothèses sur un axe temps-argent )

Un capital de 20000 euros est placé à intérêt composé au taux trimestriel de 2.5% avec capitalisation trimestrielle des intérêts. Calculer la valeur acquise au bout de 6 ans.

Réponse:

La capitalisation ET le taux se réfèrent au trimestre. Il faut donc compter la durée du placement en trimestres car il y a 24 capitalisations successives d’intérêts.

Alors:

C 24 = C × (1 + i) n = 20000 × (1 + 0.025) 24 =

36174.51 euros

12.6 Exercice: calcul du taux

( reporter les hypothèses sur un axe temps-argent )

# capital initial = C = 30000 euros

# capitalisation annuelle des intérêts.

# durée du placement = n = 12 ans

# valeur acquise = C 12 = 50876.45 euros

question: calculer le taux d’intérêt annuel du placement.

réponse:

On utilise la formule fondamentale des intérêts composés C n = C(1 + I) n pour rechercher la valeur de i.

Il faut ”revenir” à i par opérations réciproques successives

D’où:

C n =C(1+I) n ⇔ C n =(1+i) n C 1 ⇔( C n n
C n =C(1+I) n ⇔ C n =(1+i) n
C
1
⇔( C n n =1+i
)
C
1
( C n n −1=i
)
C
1
d’où: i = ( 50876.45 12 −1
)
30000
soit
i = 4.5% par an

12.7 Exercice: calcul de la durée du placement

( reporter les hypothèses sur un axe temps-argent )

# capital initial = C = 40000 euros

# capitalisation semestrielle des intérêts.

# taux semestriel = i =4.75%

9

# valeur acquise = C n = 88039.69 euros

question: calculer la durée du placement.

réponse:

On utilise la formule fondamentale des intérêts composés C n = C(1 + i) n pour rechercher la valeur de n.

Il faut ”revenir” à n par opérations réciproques successives et passage au logarithme népérien

D’où:

C n = C(1 + i) n ⇔ C n = (1 + i) n
C n = C(1 + i) n
⇔ C n = (1 + i) n
C
⇔ ln C n = ln ((1 + i) n )
C
⇔ ln C n = n ln (1 + i)
C
ln(C n /C)
=n
ln(1+i)

d’où:

n= ln(88039.69 / 40000)

ln(1+0.0475)

= 17 semestres

12.8 Exercice: calcul du capital placé.

( reporter les hypothèses sur un axe temps-argent )

# durée du placement = n = 10 années

# capitalisation annuelle des intérêts.

# taux annuel = i =3.5%

# valeur acquise = C 10 = 98741.91 euros

question: calculer le capital du placé.

réponse:

On utilise la formule fondamentale des intérêts composés C n = C(1 + i) n pour rechercher la valeur de n en semestres.

Il faut ”revenir” à C par opérations réciproques successives.

D’où:

C n = C(1 + i) n

C

(1+i) n =C

n

C=C n (1 + i) n

d o`u :

C = 98741.91(1 + 0.035) 10

soit:

C = 70000 euros environ

10

12.9

Exercice

( reporter les hypothèses sur un axe temps-argent )

# capital placé = 2000 euros

# capitalisation annuelle des intérêts

# taux annuel = i = 0.11

# durée du placement = n = 7 ans et 3 mois

question: calculer la valeur acquise pour un nombre de périodes non entier

réponse: appliquons le principe de la continuité de la variable ”temps n”

Nous recherchons:

C 7+3/12 =C(1+i) n

C 7+3/12 = 20000 × 1.11 7+3/12

C 7+3/12 = 20000 × 1.11 7+1/4

C 7+3/12 = 20000 × 1.11 7,25

Remarque: la continuité du temps assure une meilleure précision que le calcul par interpolation linéaire

C 7+3/12 = 42620.80 euros

13 Taux équivalents

13.1 Définition

Par principe, on dit que deux taux i et j sont équivalents si:

* appliqués à un même capital C,

* après écoulement d’une même durée d,

ils conduisent à une même valeur acquise V d .

13.2 Exemple

( reporter les hypothèses sur un axe temps-argent )

Soit un capital placé au taux annuel i a = 7%. On désire calculer le taux semestriel équivalent i s .

Réponse: la durée commune la plus courte est l’année soit 2 semestres.

Ecrivons l’égalité des coefficients multiplicateurs:

1+i a =(1+i s ) 2

soit 1.07 = (1 + i s ) 2

1.07= 1 + i s

11

1.07 1 = i s

d’où:

i s 0.0344 ou encore 3.44%

13.3 Exemple

( reporter les hypothèses sur un axe temps-argent )

Soit un capital placé au taux annuel i a = 7%. On désire calculer le taux mensuel équivalent i s .

Réponse: la durée commune la plus courte est l’année soit 12 mois.

Ecrivons l’égalité des coefficients multiplicateurs:

1+i a =(1+i m ) 12

soit 1.07 = (1 + i a ) 12

(1.07) 1/12 =1+i m

(1.07) 1/12 1=i m

d’où:

i m 0.005654 ou encore 0.5654%

13.4 Exemple

( reporter les hypothèses sur un axe temps-argent )

Soit un capital placé au taux mensuel i m = 1.57%. On désire calculer le taux semestriel i s équivalent.

Réponse: la durée commune la plus courte est le semestre soit 6 mois

Ecrivons l’égalité des coefficients multiplicateurs:

(1+i m ) 6 =1+i s

soit (1.0157) 6 =1+i s

d’où:

(1.0157) 6 1=i s

i s 0.097976 ou encore 9.798%

13.5 Exemple

( reporter les hypothèses sur un axe temps-argent )

Soit un capital placé au taux semestriel i s = 2.5%. On désire calculer le taux annuel

i a équivalent.

Réponse: la durée commune la plus courte est l’année soit 2 semestres.

Ecrivons l’égalité des coefficients multiplicateurs:

(1+i s ) 2 =1+i a

12

soit (1.025) 2 =1+i a

(1.025) 2 1=i a

d’où:

i s 0.050625 ou encore 5.0625%

Part V

Actualisation - Valeur actuelle - Capitaux équivalents

14 Principe Fondamental de Mathématiques Financières.

Par principe, la comparaison des valeurs de deux capitaux n’a de sens que pour une même date.

Si les valeurs connues correspondent à des dates différentes alors leur comparaison n’a pas de sens.

Il faut, dans ce cas, recalculer leurs valeurs à une même date de comparaison, choisie logiquement dans le temps suivant le contexte.

15 Principe de l’actualisation.

Raisonnons en nous mettant ”provisoirement” à la place d’un banquier

Il prête à l’un de ses clients une somme V 0 à la date initiale.

Après avoir négocié, le client a accepté de rembourser au bout de n périodes une somme globale V n .

Le banquier récupère alors à la date n le montant V n égal à la somme empruntée V 0 augmentée du montant des intérêts produits par ce placement à la date 0.

Les n périodes représentent la durée entre la négociation et la date d’échéance du remboursement de la somme V n .

En fait, la somme V 0 a produit des intérêts composés d’où la relation:

V 0 (1+i) n =V n

La négociation fixe le montant V n à rembourser à l’échéance et le taux d’intérêt par période.

On peut alors exprimer la somme V 0 que l’on peut alors recevoir le client.

On dit que V 0 est la valeur actuelle du capital négocié V n remboursé à l’échéance fixée.

13

16

Valeur actuelle d’un capital

La valeur actuelle V 0 est la valeur calculée à la date 0 d’un capital dont la seule valeur

V n connue correspond à une date ultérieure n = nombre de périodes .

Si la valeur V 0 était placée à la date 0, à intérêt composé, au taux i par période, pour un nombre de périodes égal au nombre n

ALORS la valeur acquise à la date n serait égale à V n .

17 Formule fondamentale de l’actualisation

17.1 Posons :

V n = valeur finale et future à la date n du capital C placé à intérêts composés.

n = durée du placement = nombre de périodes

i = taux d’intérêt pour 1 euro et pour une période

V 0 = valeur actuelle à la date 0 du capital C

d’où la formule fondamentale de l’actualisation:

V 0 =

V

(1+i) n =V n (1 + i) n

n

17.2 Exemple

( reporter les hypothèses sur un axe temps-argent )

Après négociation, le client d’une banque règlera une dette de 100 000 euros, à échéance de 5 ans à partir du jour de la négociation, au taux annuel d’intérêt composé de 7%.

Si le client décidait de régler la dette le jour même de la négociation, quel serait le montant du remboursement?

Réponse:

Il faut actualiser à la date 0 la somme de 100 000 euros qui devrait être remboursée 5 années plus tard. De ce fait, V 0 est la valeur actuelle de V 5 = 100000 euros

soit: V 0 =V 5 (1 + i a ) 5

V 0 = 100000 × (1, 07) 5

d’où: V 0 = 71 298.62 euros

17.3 Remarque

La différence entre le capital V n ( appelé ”nominal de la créance” )

et la valeur actuelle V 0 ( est le nombre ”e” appelé ”escompte à intérêt composé”

d’où: e = 100000 71298.62 = 28701.38 euros

14

17.4

Remarque

La valeur ”actuelle” est obligatoirement une somme ”plus petite” que la valeur finale.

17.5 Remarque

La valeur ”acquise” est obligatoirement une somme ”plus grande” que la valeur initiale.

17.6 Exemple

( reporter les hypothèses sur un axe temps-argent )

Une entreprise veut acheter du matériel. Elle peut choisir entre deux options d’achat différentes pour acquérir ce matériel, au même taux d’intérêt composéannuel i a = 8% :

Option 1 : remboursement de 69000 euros dans 4 ans.

Option 2 : remboursement de 85000 euros dans 7 ans.

Quelle option représente la dette la plus faible ?

Réponse:

D’après le Principe Fondamental de Mathématiques Financières, la comparaison des valeurs de deux capitaux n’a de sens que pour une même date.

Quelle est la date à laquelle l’entreprise doit faire son choix ?

C’est le jour de la négociation soit la date ”0”.

Il faut donc comparer les options en calculant les deux valeurs actuelles

Option 1 :

remboursement de 69000 euros dans 4 ans V 01 =V 41 (1+i) 4 = 69000×1, 08 4 V 01 = 50717, 06 euros

Option 2 :

remboursement de 85000 euros dans 7 ans V 02 =V 72 (1+i) 7 = 85000×1, 08 7 V 02 = 49596, 68 euros

La deuxième option représente la dette la plus faible pour l’entreprise au jour de la négociation. A cette date , elle ”économise” même la somme de 1120.38 = 50717.06 49596.68

18 Capitaux équivalents.

18.1 Définition

# Par principe, on dit que deux capitaux C 1 et C 2 sont équivalents si:

* ils ont des valeurs actuelles égales ( à une même date )

15

* des valeurs nominales différentes

* des échéances différentes dans le temps

MAIS

un même taux d’intérêt composé pour l’escompte.

18.2 Exemple

( reporter les hypothèses sur un axe temps-argent )

Un capital de nominal V 1 = 68024.45 euros, à échéance de 4 ans, négocié au taux annuel de 8%, est équivalent au capital de nominal V 2 = 85691.22 euros, à échéance de 7 ans, négocié au même taux annuel de 8%,

En effet, choisissons la date ”0” pour la comparaison des valeurs actuelles. Les deux valeurs actuelles sont bien égales:

V

01 =V 1 (1 + i) n 1 = 68024.45 × 1.08 4 = 50000 euros

V

02 =V 2 (1 + i) n 2 = 85691.22 × 1.08 7 = 50000 euros

18.3 Remarque

L’équivalence, quand elle existe, se conserve dans le temps. De plus, si deux capitaux sont équivalents, ils ont alors à une même date, pour un même taux, la même valeur acquise et la même valeur actuelle

18.4 Exemple:calcul d’une valeur nominale

( reporter les hypothèses sur un axe temps-argent )

On désire substituer à un règlement de montant V 1 = 100000 euros, qui était prévu dans 4 ans, un autre règlement de montant V 2 , à échéance dans 6 ans.

Calculer V 2 compte tenu d’un taux annuel d’intérêts composés de 8%.

Réponse:

La substitution n’est légitime que si, les capitaux sont équivalents à la même date ( prenons ”0” car c’est l’instant du choix).

Or:

V

V

Il faut l’égalité:

V

100000 × 1.08 4 =V 2 × 1.08 6

01 = 100000 × 1.08 4 euros

02 =V 2 × 1.08 6 euros

01 =V 02

V 2 = 100000×1.08 4

1.08

6

16

V 2 = 100000 × 1.08 4+6

V 2 = 100000 × 1.08 2

V 2 = 116640 euros

18.5 Exemple:calcul d’une date d’échéance

( reporter les hypothèses sur un axe temps-argent )

On désire aujourd’hui remplacer un règlement de 20000 euros, qui aurait eu lieu dans 3 ans, par un règlement qui s’élèvera à 23000 euros.

A quelle date aura lieu le règlement de 23000 euros sachant que le taux d’intérêt

composé annuel est de 6% ?

Réponse:

Posons n = date d’échéance du règlement.

Quelle date de calcul doit-être choisie ?

est évident que nous voulons prendre la décision et agir aujourd’hui même faut donc choisir la date ”0” pour effectuer les calculs.

Il

Il

A cette date , les deux capitaux doivent avoir la même valeur actuelle car ils doivent

être équivalents

Actualisons:

20000 × 1.06 3 = 23000 × 1.06 n

Remarquez bien que les exposants sont négatifs car nous ”reculons ” dans le temps pour revenir à une date antérieure

Nous avons une équation dans laquelle n es la seule inconnue.

Alors, isolons le terme 1.06 n contenant l’inconnue n.

20000 × 1.06 3 = 23000 × 1.06 n

1.06 n = 20000 × 1.06 3

23000

ln (1.06 n ) = ln ( 20000 × 1.06 3 ) ( ce n est possible que parce que les nombres sont positifs

23000

⇔ −n ln 1.06 = ln ( 20 ×1.06 3 )

23

⇔ −n ln 1.06 = ln ( 20 )+ ln (1.06 3 )

23

⇔ −n ln 1.06 = ln 20ln 23 3 ln 1.06 ( or ln 1.06 = 0 car 1.06 = 1 )

n= ln 20 ln 23 3 ln 1.06

ln 1.06 n= ln 20 + ln 23 + 3 ln 1.06 ln 1.06

n 5.3985 ann´ees

17

)

soit n = 5 ans 4 mois 24 jours environ

Remarquez bien pour effectuer cette transformation d’unités temporelles que 1 année financière = 360 jours , que 1 mois = 30 jours, que 1 jour = 24 heures, que 1 heure = 60 minutes , que 1 minute = 60 secondes.

Part VI

Annuités - Suite d’annuités constantes

19 Définitions et vocabulaire

On appelle ”annuités” une suite de versements effectués à intervalles de temps con- stants ( l’intervalle est appelé ”période”)

Il faut alors préciser:

# la date du 1er versement

# la période entre 2 versements successifs

# le nombre n de versements

# le montant de chaque versement appelé ”annuité”

20 Valeur acquise d’une suite d’annuités constantes.

Supposons que les versements sont effectués en fin de période.

Considérons n versements égaux chacun à A euros, effectués en fin de période, qui portent des intérêts composés au taux i par période séparant deux versements suc- cessifs.

Le premier versement A est effectué à la date 1 et le dernier à la date n

On peut construire le tableau suivant:

Rang de l an te´ Date du vers t Duree´ de capi ion V aleurs acquises par les an tes´

1 1

n 1

periodes´

A(1 + i) n1

2 2

n 2

periodes´

A(1 + i) n2

3 3

n 3

periodes´

A(1 + i) n3

∗ ∗

∗ ∗

∗ ∗

n 1

 

n 1

1

periode´

A(1 + i) 1

n

n

0

periode´

A(1 + i) 0 T OT AL = V n = valeur acquise

On obtient la valeur acquise totale V n par la somme de toutes les valeurs acquises par les annuités successives:

18

V n =A(1+i) n1 +A(1+i) n2 +A(1+i) n3 + + A(1 + i) 1 +A(1+i) 0

V n =A(1+i) n1 +A(1+i) n2 +A(1+i) n3 + + A(1 + i) 1 +A

V n = A[(1 + i) n1 +(1 + i) n2 +(1 + i) n3 + + (1 + i) 1 +1]

Or le contenu des crochets correspond à la somme des n termes d’une suite géométrique de raison égale à ”1+i” et de premier terme égal à ”1”.

alors:

V n =A×1× (1 + i) n 1 (1 + i) 1

V n =A× (1 + i) n 1

1+i1

V n =A× (1 + i) n 1

i

La valeur acquise V n d’une suite de n versements constants de valeur

A au taux i d’intérêts composés suit donc la formule fondamentale:

V n =A× (1 + i) n 1

i

20.1 Remarque

La dernière annuité est versée comme les précédentes en fin de période. Cependant les calculs de la valeur acquise sont effectués à la même date que le versement de cette dernière annuité. Celle-ci ne porte donc pas d’intérêts.

20.2 Exemple: calcul de la valeur acquise

Soit une suite de 16 annuités constantes , de 10000 euros chacune, versées en fin de période, pour un taux de capitalisation égal à 8,5%. Calculons la valeur acquise par cette suite d’annuités à la date du dernier versement.

Réponse:

V 16 = 10000× 1, 085 16 1

0, 085 Remarquons que V 16 est la valeur acquise c’est à dire le ”capital constitué”: il comprend le ”capital versé” et le sintérêts composés.

Le capital versé est égal à 16×10000 = 160000 euros.

Les ”intérêts composés” produits par la capitalisation sont égaux à la différence entre le capital constitué et le capital versé soit 156320, 12 euros = 316320, 12 160000.

=

316320, 12 euros

19

20.3

Exemple: calcul de l’annuité constante

Un épargnant désire se constituer un capital de 300000 euros pour le 30 janvier 2017 en effectuant des versements constants annuels. Le premier versement est fixé au 30 janvier 2007 et le dernier au 30 janvier 2017. Le taux de capitalisation est de 10%. Calculer le montant de l’annuité.

Réponse:

Il y a 11 versements et 10 périodes du 30/01/07 au 30/01/17

alors:

n = 11 et i = 0, 10 et V 30/01/17 = 300000 euros

or:

V n =A× (1 + i) n 1

i

(1 + i) n 1 =A

i

V n ×

d’où:

A = 300000×

0, 10

1, 10 11 1

soit:

A = 16188, 94 euros

20.4 Exemple:calcul du taux

Les 18 annuités constantes de 6000 euros chacune admettent une valeur acquise de 240000 euros. Calculer le taux de caoitalisation.

Réponse:

On a: n = 18 ; V n = 240000 euros ; A = 6000 euros

On obtient alors une équation dans laquelle ”i” est la seule inconnue.

Alors:

V n =A× (1 + i) 18 1

i

= (1 + i) 18 1

V n

A

i

240000 = (1 + i) 18 1

6000

i

(1 + i) 18 1

i

= 40

Il faut procéder par interpolation linéaire car l’équation du 17ième degré (!) ne peut être résolue directement. Elle n’est pas d’une forme admettant une méthode connue de résolution ( comme l’équation à une inconnue du 1er degré ou du second degré )

Cherchons un encadrement convenable du rapport V 18 = 40

A

# pour i = 8% on trouve (1 + i) 18 1 = 37, 45024

i

20

# pour i = 9% on trouve (1 + i) 18 1 = 41, 30134

Ecrivons sous forme de tableau:

i

37, 45024 40 41, 30134

alors écrivons la proportionnalité:

8

i

9

i−8 40 − 37, 45024 9−8 = 41, 30134 − 37, 45024 40 − 37,
i−8
40 − 37, 45024
9−8 =
41, 30134 − 37, 45024
40 − 37, 45024
⇔i=8+(9−8)
41, 30134 − 37, 45024
⇔i=8+
2, 54976
3, 85110 ⇔
i = 8, 662%

20.5 Exemple:calcul du nombre (entier )d’annuités

On désire constituer un capital de 200000 euros à la date de paiement de la dernière annuité à l’aide d’annuités de 15000 euros chacune, capitalisées à 7,5%. Trouver le nombre d’annuités entier et réajustez, si nécessaire, la dernière annuité.

Réponse:

L’inconnue est ”n”. Il faut donc l’isoler dans l’équation. Il est nécessaire de linéariser car ”n” est en exposant V n =A× (1 + i) n 1

i

iV n

A

iV n

A

=(1+i) n 1

+1=(1+i) n

ln ( iV n +1) = n ln (1 + i)

A

n=

ln( iV n + 1)

A

ln(1 + i)

L’application numérique donne n 9, 58436 annuites´

soit 9 annuités MAIS en majorant le dernière afin de respecter le capital visé.

soit 183447, 73

Le capital constitué par 9 annuités est égal à 15000 × (1, 075) 9 1

euros

Il manque donc la somme de 200000 183447, 73 = 16552, 27 euros

Il faut alors 8 annuités de 15000 euros chacune et la 9ième annuité égale à 15000 + 16552, 27

soit une 9ième annuité de 31552,27 euros.

Remarque: cette méthode peut donner une dernière annuité très lourde

0, 075

21

21

Valeur actuelle d’une suite d’annuités constantes.

On effectue une suite de n versements constants , en fin de période , à partir de la date 0.

La valeur actuelle de la suite d’annuités est le total V 0 ( exprimé une période avant le versement de la première annuité ) des valeurs actuelles respectives de chaque annuité, exprimées à la date 0 , pour un taux d’actualisation ”i” ( attaché à la même période que la suite d’annuités ) .

Alors:

V 0 =A(1+i) 1 +A(1+i) 2 +A(1+i) 3 + + A(1 + i) (n1) +A(1+i) n

V 0 = A[(1 + i) 1 +(1 + i) 2 +(1 + i) 3 + + (1 + i) n ]

Or le contenu des crochets correspond à la somme des n termes d’une suite géométrique de raison égale à ”1+i” et de premier terme égal à ”(1 + i) n ”.

En effet, par commodité dans les calculs, il est préférable d’avoir une raison positive ”1+i” en prenant le terme (1 + i) n comme ”premier”. Le rapport du deuxième divisé par le premier est égal à la raison

soit:

raison = (1+i) (n1) (1+i) n

alors:

V 0 =A×(1+i) n × (1 (1 + + i) i) n 1 1

= (1+i)

n+1

(1+i) n =(1+i) n+1+n =(1+i) 1 =(1+i)

V 0 =A× (1+i) n × (1 + i) n (1+i) n ×1

1+i1

V 0 =A× (1 + i) 0 (1+i) n

i

V 0 =A× 1(1+i) n

i

La valeur actuelle V 0 d’une suite de n versements constants de valeur

A au taux i d’intérêts composés suit la formule fondamentale:

V 0 =A× 1 (1 + i) n

i

d’où la relation entre la valeur actuelle V 0 à l’origine et la valeur acquise V n :

V 0 =V n ×(1+i) n ⇐⇒V n =V 0 ×(1+i) n

22

21.1

Exemple:calcul de la valeur actuelle

Soit 15 annuités constantes de 15000 euros chacune pour un taux d’actualisation de 8%. Calculez la valeur actuelle totale.

Réponse:

V 0 =A× 1 (1 + i) n

10000× 1 (1, 08) 15

0, 08

i

=

donc

V 0 = 85594, 79 euros

21.2 Exemple:calcul de l’annuité constante

Soit 20 annuités constantes, un taux d’actualisation de 8,5% et une valeur actuelle totale de 200000 euros.

Calculer le montant de l’annuité constante.

Réponse:

L’inconnue est ”A” qu’il faut donc isoler dans l’équation.

Alors:

V 0 =A× 1 (1 + i) n

i

iV 0 =A×[1−<