Vous êtes sur la page 1sur 17
A SSOCIATION CANADIENNE POUR LES N ATIONS U NIES – G RAND M ONTRÉAL U

ASSOCIATION CANADIENNE POUR LES NATIONS UNIES GRAND MONTRÉAL UNITED NATIONS ASSOCIATION IN CANADA GREATER MONTRÉAL

EXÉCUTIF

Michèle Bertrand

Présidente

Gilles Gingras

Vice-président

Robert Letendre

Secrétaire

Michel Sirois

Trésorier

ADMINISTRATEURS

Michel Barcelo

François Carrier

Claude-Yves Charron

Louis Dussault

Michel Duval

Landry Signé

Sarah Stecko

Nicole Trudeau

Gilles Vincent

ACNUExpress Vol.4 No.6 - du 27 avril au 15 mai 2009 / From 27 April to 15 May 2009

Mot de l’éditeur / A message from the Editor

Les membres et autres personnes intéressées à soumettre des thèmes ou textes sur des sujets d’intérêt que nous pourrions inclure dans ce bulletin sont les bienvenus. Il vous suffit de m’écrire à acnu@uqam.ca, avec la mention « ACNUExpress COMMENTAIRES ».

Members and others who want to propose themes or contributions on subjects that we could include in the bulletin are welcome. You can send me your opinions at acnu@uqam.ca with the mention “ACNUExpress COMMENTAIRES”.

L’éditeur / The editor Michel Barcelo, OUQ, ICU

Dans ce numéro / In this issue:

NOUVELLES DE L’ACNU-GRAND MONTRÉAL /NEWS FROM UNAC-GREATER MONTRÉAL

(p.1)

NOUVELLES DE L’ONU / UNITED NATIONS NEWS (p.4) LIENS UTILES /USEFUL LINKS (p.9)

NOUVELLES DE L’ACNU-GRAND MONTRÉAL / NEWS FROM UNAC- GREATER MONTRÉAL

Sommaire

GRANDE CONFÉRENCE PUBLIQUE DE M. LAKHDAR BRAHIMI / MAJOR PUBLIC

LECTURE ON MAY 4, 2009 (p.1) NOUVELLE BANNIÈRE DE L’ACNU-GRAND MONTRÉAL /NEW BANNER FOR UNAC- GREATER MONTRÉAL (p.) ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ANNUELLE DE L’ACNU-GRAND MONTRÉAL / ANNUAL

GENERAL ASSEMBLY OF UNAC-GREATER MONTRÉAL 2 JUIN 2009 /

CONFÉRENCE PUBLIQUE DU PROFESSEUR SAMI AOUN / PUBLIC LECTURE 2 JUIN

2009/ 2 JUNE 2009 (p.3)

2 JUNE 2009 (p.2)

GRANDE CONFÉRENCE PUBLIQUE DE M. LAKHDAR BRAHIMI / MAJOR PUBLIC LECTURE ON MAY 4, 2009

(p.3) 2 JUNE 2009 (p.2)  GRANDE CONFÉRENCE PUBLIQUE DE M. LAKHDAR BRAHIMI / MAJOR PUBLIC

La Grande conférence organisée par l’ACNU-Grand Montréal et l’Observatoire sur les Missions de paix de la Chaire Raoul-Dandurand donnée par M. Lakhdar Brahimi, ancien Secrétaire général adjoint de l’ONU sous le titre « Double défi pour l’ONU: le maintien de la paix et la responsabilité de protéger » a été un grand succès. Plus de 350 personnes y ont assisté. La tenue de cette conférence a été facilitée grâce à l’appui financier du Fonds d’aide aux projets spéciaux du Forum sur la sécurité et la défense (FSD) du ministère de la Défense du Canada à l’ACNU-Grand Montréal. La conférence a été filmée par l’UQAM et sera présentée au Canal Savoir à l’automne 2009.

More than 350 people attended the public lecture organized by UNAC-Greater Montréal and l’Observatoire sur les Missions de paix de la Chaire Raoul-Dandurand on May 4, 2009, given by Mr M. Lakhdar Brahimi, former UN Assistant Secretay General and entitled “ A double challenge for the UN: peace keeping and the responsibility to protect ». The event was facilitated by the financial assistance given to UNAC-Greater Montréal by the Security and Defence Forum Special Project Fund of the Department of National Defence. The lecture was filmed by UQAM and will be shown on Canal Savoir in September 2009.

NOUVELLE BANNIÈRE DE L’ACNU-GRAND MONTRÉAL /NEW BANNER FOR UNAC-GREATER MONTRÉAL (p.)

L’ACNU-Grand Montréal a dévoilé sa nouvelle bannière lors de la grande conférence publique du 4 mai 2009 /UNAC-Greater Montréal unveiled its new banner at the major public lecture on May4, 2009

.

publique du 4 mai 2009 / UNAC-Greater Montréal unveiled its new banner at the major public

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ANNUELLE DE L’ACNU-GRAND MONTRÉAL

/ ANNUAL GENERAL ASSEMBLY OF UNAC-GREATER MONTRÉAL

Mardi 2 juin 2009 : inscription, 16h30 - AGA 17h00 / Tuesday, 2 June 2009: registration 4h30 p.m. - AGA 5:00 p.m. / UQAM, Pavillon Athanase-David, salle D-R200, 1440, rue Saint-Denis, Montréal, Métro Berri-UQAM

CONFÉRENCE PUBLIQUE DE M. SAMI AOUN LE 2 JUIN 2009 - 19h00 PUBLIC LECTURE BY Dr SAMI AOUN, 2 JUNE 2009 - 7:00 p.m.

Dans le cadre de l’assemblée générale annuelle de l’ACNU-Grand Montréal / Following the Annual General Assembly of UNAC-Greater:

/ Following the Annual General Assembly of UNAC-Greater: « Le rôle de l'ONU au Moyen Orient:

« Le rôle de l'ONU au Moyen Orient: réflexion sur la mission au Liban » / « UN Role in the Middle East: Some thoughts on the Mission in Lebanon ».

Professeur Sami Aoun / Dr. Sami Aoun

Mardi 2 juin mai 2009 : inscription 18h30 - conférence 19h00

Tuesday, June 2, 2009 : registration 6 :30 pm Lecture 7 :00 pm

Université de Québec à Montréal (UQAM), Pavillon Athanase-David, salle D-R200 Entrée au 1440, rue Saint-Denis, Montréal, Métro Berri-UQAM

Professeur émérite à l’Université de Sherbrooke et chercheur associé à la Chaire Raoul-Dandurand de l’Institut d’études internationales de Montréal à l’UQAM, M. Aoun constitue une référence en matière de vulgarisation des enjeux politiques au Moyen-Orient. Ses apparitions publiques, notamment à la radio et à la télévision, et les nombreuses publications qu’il compte à son actif, témoignent du regard éclairant que M. Aoun porte, avec humour et intelligence, sur un sujet complexe qu’il nous est plus que jamais essentiel de comprendre.

Professor emeritus at the University of Sherbrooke and associated researcher at the Raoul-Dandurand Chair of the International Studies Institute of Montréal at l'UQAM, M. Aoun is a known expert and communicator on political issues concerning the Middle East. His public appearances on radio and television and his numerous publications are a testimony to his keen understanding of this complex topic that it is increasingly essential to grasp. He will cast light on the situation in Lebanon and share his thoughts with the intelligence and wit which are his trademark.

La conférence sera en français. Le conférencier répondra aux questions en anglais et en français. The lecture will be given in French and M. Aoun will answer questions both English and French. La conférence sera filmée par le CCDMD et mise en ligne sur son site /The lecture will be filmed by CCDMD and kept on line on its Web site.

Entrée libre Réservation obligatoire avec mention « conférence 2 juin 2009 »

Free admission registration required with mention

« Registration Lecture June 2, 2009 »

acnu@uqam.ca; Tel : 514-987-3000, poste 7621; fax : 514-987-0249

NB : Les prix Paul Gagner de l’ACNU-Grand Montréal seront remis aux délégations québécoises les plus méritantes qui ont participé aux Simulations des Nations Unies à New York, en avril 2009 immédiatement avant la conférence./ The prizes Paul Gagner of UNAC-

Greater Montréal will be awarded to the most successful delegations from Québec to the UN Simulation in New York, April 2009 immediately before the lecture.

NOUVELLES DE L’ONU / UNITED NATIONS NEWS

Les nouvelles de l’ONU sont des extraits de communiqués de presse de l’ONU ou de certaines de ses agences. Les textes complets sont disponibles aux adresses Internet indiquées en fin d’article (habituellement en français et anglais) / The material presented is derived from Press Material of the UN or its various agencies.Tthe original Press Material is available at the Internet addresses at the end of the article (usually in French and in English).

Sommaire

PAR MISSIONS

DEPARTMENT OF PUBLIC INFORMATION (p.3) DROITS DE L’HOMME (p.4) ENFANTS SOLDATS (p.5) UNDP (p.6) UNESCO & MÉDIAS (p.7)

PAR RÉGIONS / PAYS

AFGHANISTAN (p.8) AFRIQUE (p.) CHYPRE (p.9) GAZA (p.10) HAÏTI (p.10) PAKISTAN (p.11) PALESTINE (p.12) SOMALIE (p.)

PAR MISSIONS

DEPARTMENT OF PUBLIC INFORMATION

UN now better equipped to publicize its work, says head of information committee

4 May 2009 The United Nations Department of Public Information (DPI) is now better able to spread the message about the important work carried out by the Organization, the chair of the body tasked with reviewing activities in this area said today. “DPI, as the public voice of the Organization, is tasked with communicating its messages in the clearest and most comprehensive manner,” noted Ambassador Antonio Lima of Cape Verde, as he opened the 31st session of the Committee on Information.

Mr. Lima said the three reports that have been submitted for the consideration of the 112- member Committee clearly outline the concrete measures implemented by DPI to expand its operation, sharpen its focus and build new partnerships in countries around the world. “Indeed, as the reports indicate, DPI now is better equipped, more focussed and technologically better prepared,” he told the meeting.

The head of DPI said the three reports tried to provide a clear picture of the Department’s progress in widening outreach and improving performance. In those efforts, several clear trends had emerged, underlining that complex issues required proactive and strategic approaches. “DPI’s adoption of a strategic approach has had a meaningful impact on what we do and how we do it,” Kiyo Akasaka, Under-Secretary General for Communications and Public Information, told delegates.

Guided by the decisions of Member States and the vision of Secretary-General Ban Ki-moon, DPI’s communications priorities for this year centre on the UN development agenda, including the set of anti-poverty targets with a 2015 deadline known as the Millennium Development Goals (MDGs), peace and security in a number of conflict zones, human rights, climate change disarmament and non-proliferation, and the financial crisis, Mr. Akasaka said.

The Department continues to pay close attention to providing timely, accurate, impartial, comprehensive, relevant and coherent information about the UN and its work, he added. “This is a challenging task, at a time when the media and general public demand quick and clear sound bites, but where our role is to inform the public about a complex array of issues from the balance between peace and justice, to the nature of different conflicts, to the rights and responsibilities of individuals and States.”

The Committee which is also charged with promoting a more effective global information and communications order to strengthen peace and understanding will during its current session review three of DPI’s sub-programmes: Strategic Communications, News Services and Outreach Services.

DROITS DE L’HOMME

Cinq nouveaux membres, dont les États-Unis, entrent au Conseil des droits de l'homme

12 mai 2009 Cinq nouveaux membres (Belgique, États-Unis, Hongrie, Kirghizstan et Norvège) ont fait mardi leur entrée au Conseil des droits de l'homme, à l'issue d'élections par l'Assemblée générale de l'ONU visant à remplacer les 18 membres du Conseil dont le mandat arrive à expiration le 18 juin 2009.

Les 18 membres siègeront au Conseil pour un mandat de trois ans prenant effet le 19 juin 2009. Les 13 États réélus devront attendre au moins un an après l'expiration de ce second mandat pour pouvoir se représenter. Candidat ce mardi, l'Azerbaïdjan a perdu les élections au profit de la Hongrie.

Le Conseil des droits de l'homme est un organe intergouvernemental du système des Nations Unies, composé de 47 États qui ont la responsabilité de renforcer la promotion et la protection des droits de l'homme autour du globe. Le Conseil a été créé par l'Assemblée générale de l'ONU, le 15 mars 2006, avec pour but principal d'aborder des situations de violations de droits de l'homme et d'émettre des recommandations à leur encontre.

Élus à la majorité simple sur 192 votants potentiels, les 47 membres sont choisis « pour le concours apporté à la cause de la promotion et de la défense des droits de l'ho mme et les engagements pris volontairement en la matière ». L'Assemblée générale pourra, en effet,

suspendre le droit de siéger d'un membre qui aurait commis des violations flagrantes et systématiques des droits de l'homme.

Pour les cinq sièges à pourvoir au sein du Groupe des États d'Afrique, le Cameroun (142 voix), Djibouti (141 voix), Maurice (162 voix), le Nigéria (148 voix) et le Sénégal (165 voix) ont été réélus. Candidat pour la première fois, le Kenya (133 voix) n'a pas été élu. Le nombre des bulletins valides était de 191.

Pour les cinq sièges à pourvoir au sein du Groupe des États d'Asie, le Bangladesh (171 voix), la Chine (167 voix), la Jordanie (178 voix) et l'Arabie saoudite (154 voix) ont été réélus. Le Kirghizstan fait son entrée au Conseil des droits de l'homme (174 voix); la Malaisie n'étant pas candidate à un autre mandat. Le nombre des bulletins valides était de 191.

Pour les deux sièges à pourvoir au sein du Groupe des États d'Europe orientale, la Fédération de Russie (146 voix) a été réélue. La Hongrie (131 voix) fait son entrée au Conseil des droits de l'homme pour prendre la place de l'Azerbaïdjan qui, avec 89 voix sur 191 bulletins valides, n'a pas été réélu.

Pour les trois sièges à pourvoir au sein du Groupe des États d'Amérique latine et des Caraïbes, Cuba (163 voix), le Mexique (175 voix) et l'Uruguay (173 voix) ont été réélus. Le nombre des bulletins valides était de 189.

Pour les trois sièges à pourvoir au sein du Groupe d'Europe occidentale et autres États, la Belgique (177 voix), la Norvège (179 voix) et les États-Unis (167 voix) ont été élus pour la première fois. L'Allemagne, le Canada et la Suisse n'étaient pas candidats à un autre mandat. Le nombre des bulletins valides était de 189.

Composition du Conseil des droits de l'homme à compter du 19 juin 2009 :

Afrique du Sud, Angola, Arabie saoudite, Argentine, Bahreïn, Bangladesh, Belgique, Bolivie, Bosnie-Herzégovine, Brésil, Burkina-Faso, Cameroun, Chili, Chine, Cuba, Djibouti, Égypte, États-Unis, Fédération de Russie, France, Gabon, Ghana, Hongrie, Inde, Indonésie, Italie, Japon, Jordanie, Kirghizistan, Madagascar, Maurice, Mexique, Nicaragua, Nigéria, Norvège, Pakistan, Pays-Bas, Philippines, Qatar, République de Corée, Royaume-Uni, Sénégal, Slovaquie, Slovénie, Ukraine, Uruguay et Zambie.

ENFANTS SOLDATS

Enfants et conflits armés : Le Conseil de sécurité compte élargir les critères de la 'liste de la honte'

30 avril 2009 Le Conseil de sécurité, lors d'un débat mercredi marqué par le témoignage douloureux d'une ex-enfant soldat, a reconnu l'importance d'inscrire les parties à un conflit qui commettent des meurtres et des mutilations ou « des actes de viol et autres formes de violence sexuelle » sur la double liste figurant en annexe des rapports du Secrétaire général sur les enfants et les conflits armés, ajoutant qu'il prendrait des mesures « dans les trois mois ».

« La violence sexuelle est un crime terrible et ses auteurs doivent être punis », a lancé l'ex- enfant soldat, Grace Akallo, dont l'intervention a été saluée, de façon exceptionnelle, par les applaudissements du Conseil de sécurité. « Cela doit cesser », a-t-elle ajouté.

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a demandé au Conseil de sécurité de s'inspirer des paroles de Grace Akallo. « Vous devrez tenir compte de son courage et de sa capacité de résilience », a-t-il dit, l'exhortant à intensifier son action en vue de mettre fin à l'impunité des auteurs de crimes sexuels. M. Ban a recommandé au Conseil d'élargir les critères pour les annexes de son rapport, afin que celles-ci puissent inclure « les parties qui commettent des viols et d'autres violences sexuelles contre des enfants dans les conflits armés ».

Dans une déclaration présidentielle, lue à l'issue du débat au nom de tous ses membres, le Conseil de sécurité a condamné à nouveau, « avec la même énergie, la poursuite du recrutement et de l'emploi d'enfants dans des conflits armés », ainsi que les autres violations graves commises contre des enfants en période de conflit armé.

Le Conseil « exige de toutes les parties concernées qu'elles mettent fin immédiatement à ce genre de pratiques et prennent des mesures spéciales pour protéger les enfants ». Il « demande une nouvelle fois » aux parties figurant sur les listes jointes en annexe au rapport du Secrétaire général « d'élaborer et d'exécuter des plans d'action concrets, assortis d'échéances pour mettre un terme au recrutement et à l'utilisation d'enfants ».

Le Conseil s'est dit en particulier préoccupé par « le grand nombre de viols et autres formes de violence sexuelle commis avec une extrême brutalité contre des enfants, filles comme garçons, dans le cadre de conflits armés. »

Il déclare reconnaître « l'importance d'insérer dans les annexes des rapports du Secrétaire général sur les enfants et les conflits armés les parties aux conflits armés qui commettent des meurtres et mutilations d'enfants interdits par le droit international applicable ou des actes de viol et autres formes de violence sexuelle à l'égard d'enfants qui sont interdits par le droit international applicable, dans des situations de conflit armé, et il indique qu'il entend continuer d'examiner cette question pour prendre des mesures dans les trois mois à compter de la présente date ».

UNDP

General Assembly confirms Helen Clark as new UN development chief

31 March 2009 The General Assembly today confirmed the appointment of former Prime Minister Helen Clark of New Zealand as the new head of the United Nations Development Programme (UNDP).

UNDP is the largest of the independently funded UN agencies and, under its special General Assembly mandate, leads the world body’s work on eradicating extreme poverty and promoting good governance in the developing world.

Miss Clark’s nomination for UNDP Administrator was forwarded by Secretary-General Ban Ki-moon to the Assembly after an extensive selection process, which included the establishment of a senior appointments panel chaired by the Deputy Secretary-General and consisting of senior UN officials as well as two outside experts in financial and developmental economics.

She replaces Kemal Dervis of Turkey, who had been in the post since 2005 and stepped down on 1 March for family and personal reasons.

Miss Clark had been a member of the New Zealand Parliament since 1981, and was Prime Minister from 1999 to 2008, while concurrently holding a number of other portfolios including Minister of Arts, Culture and Heritage.

UNESCO & MÉDIAS

Conférence UNESCO : Rôle important des médias dans le dialogue entre les cultures

4 mai 2009 A l'issue d'une conférence internationale de deux jours organisée à Doha (Qatar) et intitulée « Le potentiel des médias : dialogue, compréhension mutuelle et réconciliation », quelque 250 professionnels des médias du monde entier ont adopté une déclaration soulignant l'importance du rôle joué par les médias dans la communication entre les cultures.

La Déclaration de Doha sur le potentiel des médias : dialogue, compréhension mutuelle et réconciliation constitue l'un des principaux résultats de la conférence sur la liberté de la presse organisée à Doha par l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) et le Centre de Doha pour la liberté d'information à l'occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse 2009.

La Déclaration insiste sur le fait que l'indépendance et le pluralisme des médias sont essentiels pour garantir la transparence, la responsabilité et la participation, trois éléments fondamentaux d'une bonne gouvernance et d'un développement fondé sur les droits de l'homme. Elle souligne également l'importance des libertés d'opinion et d'expression dans les sociétés libres et démocratiques et dans l'amélioration de la compréhension et du dialogue entre les cultures.

La Déclaration de Doha exhorte les médias et les associations de professionnels à s'engager pour améliorer la qualification professionnelle des journalistes et à respecter les normes éthiques et professionnelles les plus élevées dans l'exercice de leur fonction.

Elle appelle les Etats à créer les conditions permettant aux journalistes et aux autres professionnels des médias de travailler librement et en toute sécurité, sans faire l'objet de tentatives d'intimidation. Ce processus peut notamment passer par l'établissement de cadres juridiques garantissant les libertés d'expression, de pensée, de conscience et de religion. La Déclaration demande également aux Etats de garantir que des enquêtes rigoureuses et indépendantes soient menées et que des poursuites soient engagées en cas de harcèlement et de violence perpétrés contre les journalistes et les blogueurs, et de mettre fin à l'impunité.

L'UNESCO est invitée à utiliser la Déclaration comme référence dans le cadre de ses activités relatives à la liberté d'expression.

Les célébrations de la Journée mondiale de la liberté de la presse (3 mai) et la cérémonie de remise du Prix mondial de la liberté de la presse UNESCO 2009 ont eu lieu à Doha pour marquer le 12e anniversaire de la création du Prix.

Le Prix de la liberté de la presse 2009, décerné à titre posthume à Lasantha Wickrematunge, qui a été assassiné le 8 janvier dernier, a été remis à sa nièce, Natalie Samarasinghe, lors de la cérémonie. « En reconnaissant l'action de Lasantha, nous envoyons un message aux auteurs de son assassinat : Tuer le messager n'est pas la solution,” a déclaré Natalie Samarasinghe. Le Prix est financé par la Fondation Guillermo Cano, la Fondation Nicholas B.Ottaway et JP/Politiken Newspaper LTD.

Le directeur général de l'UNESCO, Koïchiro Matsuura, a présenté le Prix en expliquant qu'il « avait pour mission d'attirer l'attention du public sur l'importance de la liberté de la presse et sur les dangers encourus par les professionnels des médias dans de nombreuses régions du monde ». En remettant en cause les comportements et les stéréotypes, « les médias peuvent combattre les préjugés et l'ignorance qui sont sources de méfiance. Ils peuvent promouvoir la reconnaissance de la différence qui voit dans la diversité un moyen d'apprendre et de comprendre », a-t-il ajouté.

PAYS ET RÉGIONS

AFGHANISTAN

Afghanistan : Inondations, glissements de terrains et tremblements de terre

30 avril 2009 Des tremblements de terre, glissements de terrains et inondations dans plusieurs régions de l'Afghanistan ces dix derniers jours ont endommagé des milliers de maisons, tué des centaines de tête de bétail et privé des milliers de personnes de leur maison, a indiqué jeudi le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA).

« Au moins 15 personnes ont perdu la vie et plus d'une dizaine ont été blessées par les inondations », indique jeudi l'OCHA.

Le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR), le Programme alimentaire mondial (PAM), l'Organisation internationale pour les migrations et la Croix- Rouge locale distribuent des fournitures de secours, notamment des tentes, de la nourriture et des kits familiaux.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a aussi livré du matériel médical à la clinique de Faizabad.

Les agences humanitaires sont préoccupées par les pénuries de biens humanitaires à travers le pays et par le risque que davantage de pluies et la fonte des neiges n'exacerbent la situation.

AFRIQUE

Le Conseil de sécurité envoie une mission dans quatre pays africains

14 mai 2009 Les membres du Conseil de sécurité ont décidé d'envoyer une mission dans

quatre pays d'Afrique (Éthiopie, Rwanda, République démocratique du Congo et Libéria) du

14 au 21 mai 2009, selon une lettre publiée jeudi.

« Les Ambassadeurs John Sawers (Royaume-Uni) et Ruhakana Rugunda (Ouganda) conduiront les volets Éthiopie (Addis-Abeba) et Rwanda (Kigali) de la mission, l'Ambassadeur Jean-Maurice Ripert (France) conduira le volet République démocratique du Congo (Goma et Kinshasa) et l'Ambassadrice Susan Rice (États-Unis) conduira le volet Libéria (Monrovia) », selon cette lettre du Conseil de sécurité au Secrétaire général.

Premièrement, la mission à Addis Abeba visera à continuer de nouer un partenariat efficace et d'améliorer la coopération entre l'Union africaine et l'Organisation des Nations Unies en favorisant un échange de vues sur des questions intéressant à la fois le Conseil de sécurité et le Conseil de paix et de sécurité.

Il s'agit notamment du Soudan, avec les entraves au processus politique et au fonctionnement

de l'Opération hybride UA-ONU au Darfour (MINUAD), la situation humanitaire au Darfour, la mise en œuvre de l'Accord de paix global et les difficultés rencontrées, et les relations entre

le

Soudan et le Tchad.

Il

s'agit ensuite de la situation en Somalie, notamment de l'évolution de la situation politique et

militaire et des conditions de sécurité dans ce pays Somalie et le fonctionnement de Mission de l'Union africaine (AMISOM), y compris le dispositif d'appui logistique de l'ONU et la lutte

contre la piraterie.

Cette mission abordera aussi la question de la région des Grands Lacs, en particulier la République démocratique du Congo (RDC) avec les progrès accomplis et les difficultés rencontrées dans la stabilisation de l'est de la RDC et la résurgence des changements anticonstitutionnels de gouvernement.

Deuxièmement, la Mission dans la région des Grands Lacs vise à rappeler l'engagement du Conseil de sécurité envers la souveraineté, l'intégrité territoriale et l'indépendance politique de tous les États de la région.

En RDC, la Mission a pour but entre autres d'obtenir des mises à jour sur les opérations Kimia

II et Rubia II planifiées et exécutées conjointement par l'armée congolaise (FARDC) et la

Mission de l'Organisation des Nations Unies en République démocratique du Congo (MONUC) contre les Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR), l'Armée de

résistance du seigneur et d'autres groupes armés.

Enfin, le troisième volet, la Mission au Libéria doit réaffirmer l'appui continu du Conseil de sécurité au gouvernement et au peuple libériens au moment où ils reconstruisent leur pays, renforcent les bases d'une paix durable, de la démocratie constitutionnelle et du développement économique et assument la place qui leur revient au sein de la communauté des nations.

CHYPRE

Chypre : Le médiateur de l'ONU 'prudemment optimiste' sur les pourparlers

30 avril 2009 Le conseiller spécial du Secrétaire général sur Chypre, Alexander Downer, s'est déclaré jeudi « prudemment optimiste » à propos des pourparlers menés sous les auspices de l'ONU sur la réunification de l'île.

« Il ne s'agit pas d'une question facile à régler, autrement cela aurait été réglé depuis longtemps », a dit M. Downer à la presse après avoir fait un exposé sur la question devant le Conseil de sécurité.

Il a noté que les dirigeants chypriotes turc et grec Mehmet Ali Talat et Demetris Christofias s'étaient rencontrés 26 fois depuis le démarrage des négociations officielles en septembre dernier.

Ces pourparlers se sont concentrés jusqu'à maintenant sur la question de l'harmonisation des lois fédérales et constituantes, sur les questions de propriété et d'adhésion à l'Union européenne.

« Il est juste de dire, comme je l'ai dit tout au long du processus, que je suis prudemment

optimiste, mais je ne sous-estime pas les difficultés et les défis à affronter », a souligné M.

Downer.

En mai 2008, les deux dirigeants chypriotes se sont engagés à travailler en vue d'établir un gouvernement fédéral constitué d'un Etat chypriote turc et d'un Etat chypriote grec, ayant un statut égal.

« Il est important que toutes les parties à Chypre, nord et sud, soutiennent ces négociations, car l'alternative est un avenir sombre”, a dit M. Downer.

De son côté, le Conseil de sécurité, dans une déclaration de sa Présidence, a salué jeudi les progrès réalisés et a appelé les dirigeants chypriotes à accélérer leurs pourparlers.

GAZA

Gaza : La vie de tous les jours devient impossible - John Holmes

1 mai 2009 « A Gaza, l'humanité arrive derrière la politique. Un misérable flux de fournitures est ce que le monde a de mieux à offrir à des civils pris au piège d'une impasse politique », a déploré vendredi le Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires et Coordonnateur des secours d'urgence de l'ONU, John Holmes.

« La reconstruction et l'assistance aux plus vulnérables doit passer du secondaire à la priorité », a-t-il plaidé dans une tribune publiée sur le site internet EuropeanVoice.com.

La protection, la nourriture, l'eau, les services de santé et les abris sont des besoins humains fondamentaux, pas des objets de marchandage, a-t-il insisté.

Selon John Holmes, près de 75% des 1,5 million d'habitants de Gaza ont besoin d'une assistance. « Mais même les importations les plus essentielles sont sujettes à des limitations drastiques de la part des autorités israéliennes ».

« Israël paraît considérer la ruine de centaines de milliers de vies et de moyens de subsistance comme le prix collectif à payer pour les civils de Gaza pour les actes de quelques uns d'entre eux », a-t-il dit.

« Si Israël a la responsabilité première de cette terrible crise de la dignité humaine, le Hamas

est aussi fautif pour les attaques inutiles et indiscriminées qu'il a perpétré et autorisé depuis si

longtemps », a fait observer le Secrétaire général adjoint.

Selon lui, un bon point de départ serait la réouverture des postes frontières à tous les biens humanitaires essentiels et aux biens nécessaires à la reconstruction, tandis que l'aide humanitaire doit être reconnue comme impartiale et neutre par Israël et par le mouvement palestinien Hamas.

Par ailleurs, le Coordonnateur spécial pour le processus de paix au Moyen-Orient des Nations Unies, Robert Serry, a visité Gaza vendredi pour évaluer la situation 100 jours après la fin du conflit entre Israël et le Hamas.

Il a déploré l'absence de progrès et la persistance des démolitions. Il a insisté sur le caractère crucial de la réconciliation palestinienne, l'ouverture des points de passage, la sécurité des frontières et l'échange de prisonniers.

HAÏTI

Haïti : Le Groupe consultatif de l'ECOSOC impressionné par le chemin parcouru

8 mai 2009 Le Groupe consultatif spécial du Conseil économique et social des Nations Unies (ECOSOC), qui a effectué cette semaine une visite officielle en Haïti, s'est déclaré impressionné par le chemin parcouru par ce pays depuis sa dernière visite, a indiqué vendredi la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (MINUSTAH).

La visite avait pour objectif d'étudier les moyens les plus appropriés d'apporter un appui aux efforts de développement économique et social du gouvernement haïtien, notamment après la conférence tenue à Washington le 14 avril dernier.

« C'est la troisième fois que le Groupe vient en Haïti. Je me souviens très bien de la dernière mission, que j'ai eu l'honneur de présider il y a deux ans. Je dois dire que nous sommes impressionnés par le chemin parcouru depuis », a déclaré le président du Groupe, le représentant permanent du Canada auprès des Nations Unies, John McNee, lors d'une conférence de presse jeudi.

Interrogé sur les progrès constatés, il a estimé que le meilleur exemple était dans le domaine de la construction de l'Etat de droit. « La sécurité s'est beaucoup améliorée et on constate que le processus de réforme et de professionnalisation de la police nationale a aussi fait de grands pas », a dit M. McNee.

« Des sondages ont montré que les gens ont beaucoup de respect pour la police et cela, c'est quelque chose qui est très impressionnant », a-t-il ajouté.

Il a estimé que les défis étaient énormes pour Haïti et que le progrès tout comme le développement de ce pays était une opération à long terme. « Nous sommes parmi ceux qui sont optimistes pour l'avenir, tout en reconnaissant que les problèmes et les défis sont énormes et que les progrès restent fragiles », a-t-il dit.

Le Groupe consultatif est composé du Bénin, du Brésil, du Canada, du Chili, de l'Espagne, du Pérou, de Trinité et Tobago et d'Haïti.

PAKISTAN

Déplacement massif de civils dans le nord-ouest du Pakistan - HCR

8 mai 2009 Le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) observe actuellement un déplacement massif de civils au nord-ouest du Pakistan, alors que les confrontations entre les forces gouvernementales et les militants s'étendent et que les personnes profitent des levées partielles des couvre-feux pour se déplacer vers des zones plus sûres.

« Le gouvernement provincial estime qu'entre 150 000 et 200 000 personnes sont déjà arrivées dans des zones plus sûres de la Province frontière du Nord-Ouest ces derniers jours. Par ailleurs 300 000 autres personnes sont déjà en mouvement ou vont l'être très bientôt », a affirmé vendredi le porte-parole du HCR Ron Redmond.

Ceux qui fuient cette dernière escalade des hostilités dans les régions de Lower Dir, de Buner et de Swat ont rejoint quelque 555 000 Pakistanais précédemment déplacés qui avaient fui leurs maisons dans les zones tribales et la Province frontière du Nord-Ouest depuis août 2008 et qui avaient déjà été enregistrées par le HCR et les autorités de la Province frontière du Nord-Ouest.

La vaste majorité des précédents arrivants soit plus de 462 000 personnes louent des logements ou sont hébergés dans des familles d'accueil. Un autre groupe de 93 000 personnes sont accueillies dans 11 camps assistés par le HCR, d'autres agences humanitaires des Nations Unies, des ONG et des organisations de la famille Croix-Rouge et Croissant-Rouge.

Les nouveaux arrivants vont eux aussi mettre à rude épreuve les ressources. A ce jour, plus de

83 000 personnes des régions de Buner, de Dir et de Swat ont été enregistrées depuis le nouvel

afflux, y compris quelque 5 000 d'entre elles se trouvant des trois nouveaux camps et plus de

78 000 personnes qui se trouvent en dehors des camps, louant des maisons ou vivant au sein de

familles d'accueil.

Cependant, l'enregistrement dans les nouveaux camps se poursuit et les chiffres augmenteront rapidement. Selon d'autres sources d'information, des personnes de la région de Buner arrivent

dans des camps existants dans la région de Lower Dir. A Islamabad, Rawalpindi, Lahore et dans d'autres centres urbains du Punjab, le HCR a enregistré un autre groupe de 40 000 déplacés, principalement originaires de Bajaur, de Mohmand et de Swat ces deux dernières semaines.

Dans le cadre de la réponse conjointe des Nations Unies pour aider les personnes déplacées originaires des régions de Lower Dir, de Buner et de Swat la semaine dernière, le HCR a aidé à établir trois nouveaux camps, incluant Jalala et Sheikh Shehzad à Mardan et à Yar Hussain dans le district de Swabi.

Le HCR aide le Croissant-Rouge pakistanais à créer un quatrième camp dans ce district de Swabi. Les planificateurs de site du HCR étudient actuellement dans la région, pour des camps supplémentaires, des terrains potentiels déjà identifiés par le gouvernement. Parallèlement, plus au sud dans la Province frontière du Nord-Ouest, des projets sont en cours pour étendre le camp existant de Jalozai, qui accueille actuellement quelque 48 000 personnes déplacées ayant fui les zones tribales depuis août 2008.

Le HCR répond actuellement à la situation d'urgence en distribuant des biens de secours (tentes, bâches en plastique, seaux, jerrycans et batteries de cuisine) pour 100 000 personnes, tout en procédant à l'achat de matériel humanitaire supplémentaire pour 200 000 autres personnes.

PALESTINE

L'espace réservé aux Palestiniens se rétrécit à Bethléem - OCHA

7 mai 2009 Les pratiques israéliennes à Bethléem et dans ses environs ont réduit de façon radicale l'espace disponible pour les populations palestiniennes, compromettant leur développement économique et social, selon un rapport du Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) publié jeudi.

Le rapport cite notamment la construction de la barrière de séparation entre Israël et la Cisjordanie, les colonies et les barrages.

Il constate notamment que 13% seulement des terres de Bethléem sont disponibles pour les Palestiniens et qu'une grande partie est fragmentée. Israël garde le contrôle de la sécurité et la juridiction sur la construction et la planification de 66% du gouvernorat de Bethléem.

D'autre part, les liens historiques, religieux, économiques et culturels entre Bethléem et Jérusalem-Est ont été affaiblis par les mesures israéliennes.

Ainsi, la route prise par la barrière à Bethléem fait une incursion de près de 10 km à l'intérieur de la Cisjordanie. Si elle était menée à bien, la barrière un mur en béton entouré de tranchées en certains endroits isolerait certaines des terres les plus fertiles du gouvernorat, ainsi que

21.000 agriculteurs du centre urbain.

A présent, selon le rapport, le gouvernorat compte quelque 175.000 Palestiniens. Depuis 1967,

86.000 Israéliens s'y sont installés, habitant dans 19 colonies et 16 postes avancés.

« Des mesures peuvent être prises pour empêcher une détérioration supplémentaire », affirme le document.

« De nombreuses mesures administratives prises par les autorités israéliennes sont réversibles et la barrière n'est pas encore achevée. Des mesures telles que l'interruption de la construction de la barrière en Cisjordanie, l'ouverture des zones militaires réservées et les réserves naturelles

pour un développement palestinien durable [

amélioreraient la situation humanitaire et économique à Bethléem ».

]

restaureraient une partie de l'espace perdu et

Le rapport de l'OCHA préconise aussi le respect des appels internationaux à geler l'activité de colonisation.

s

SOMALIE

L'ONU déconseille le déploiement d'une Mission en Somalie à l'heure actuelle

13 mai 2009 Au vu de la récente tentative de coup d'Etat en Somalie, le déploiement au stade actuel d'une opération de maintien de la paix dans ce pays serait voué à l'échec, ont estimé mercredi trois hauts responsables de l'ONU devant le Conseil de sécurité.

Le déploiement d'une opération de maintien de la paix serait « à haut risque » et « voué à l'échec », ont affirmé les Secrétaires généraux adjoints des Nations Unies aux affaires politiques, B. Lynn Pascoe, aux opérations de maintien de la paix, Alain Le Roy et à l'appui aux missions, Susanna Malcorra, selon un communiqué.

Le 16 janvier dernier, le Conseil de sécurité avait adopté la résolution 1863 (2009) aux termes de laquelle il entendait « établir une opération de maintien de la paix des Nations Unies en Somalie pour prendre la suite de la Mission de paix de l'Union africaine en Somalie (AMISOM) sous réserve d'une nouvelle décision, d'ici au 1er juin 2009 ».

Mais Alain Le Roy a rappelé mercredi que le déploiement d'une opération de maintien de la paix suppose la satisfaction de certaines conditions préalables, dont l'existence d'un cessez-le- feu crédible, le consentement des principaux acteurs somaliens sur le terrain, ainsi que des engagements de la part des États Membres de fournir des Casques bleus et autres moyens militaires adaptés.

En l'absence de ces conditions, une opération de maintien de la paix serait une « option à haut risque vouée à l'échec », a ajouté M. Le Roy.

Par ailleurs, certains des principaux acteurs somaliens, ainsi que les dignitaires religieux et chefs de clans, sont très divisés sur la question d'une opération de maintien de la paix, a rappelé le Secrétaire général adjoint, pour qui le déploiement à ce stade d'une telle opération pourrait saper les efforts actuels de réconciliation politique.

En outre, sur 60 États Membres contactés par le Secrétariat, seuls quatre se sont pour l'instant dits prêts à fournir des troupes ou du matériel pour une opération en Somalie, a expliqué M. Le Roy.

Les trois chefs de département ont insisté sur la fragilité de la situation actuelle, marquée, le 9 mai, par une tentative de coup d'État perpétrée par l'opposition armée.

Assistant mercredi à la séance du Conseil de sécurité, le ministre des Affaires étrangères du gouvernement fédéral de transition de la Somalie, Mohamed Abdullahi Omaar, a affirmé que son gouvernement était prêt à un cessez-le-feu sans autre condition que de pouvoir entrer en contact direct avec Cheikh Hassan Dahir Aweys, chef de l'opposition armée.

Malheureusement, a-t-il ajouté, depuis l'élection le 30 janvier du président Sharif Cheikh Ahmed, nous n'avons pas reçu la moindre réponse de sa part.

Liens utiles /Useful links :

Dates importantes à venir / Next important dates Célébrations et manifestations des Nations Unies /

Années 2010 - Année internationale de la biodiversité

2011

-

Journée mondiale de la biodiversité (22 mai)

Retrait de la liste d'envoi / If you do not wish to receive this bulletin Ce bulletin est envoyé à tous nos membres et d’autres personnes intéressées. Si vous ne

désirez pas le recevoir, prière d'envoyer un courriel avec le mot "retrait" à l'adresse suivante:

acnu@uqam.ca / This bulletin is sent to all members and other interested parties. If you do not wish to receive it, please send an email with the word “cancel” to the following address: acnu@uqam.ca

Adresse physique

Adresse postale

UQÀM, Pavillon Judith-Jasmin bureau J-4350, 405, rue Sainte-Catherine Est, Montréal (QC) H2L 2C4

UQÀM, Pavillon Judith-Jasmin, bureau J-4350, C.P. 8888, succursale Centre-ville Montréal (QC) H3C 3P8

Tél: (514) 987-3000, poste 7621

Fax :(514) 987-0249