Vous êtes sur la page 1sur 28

Basse-Normandie

Centre
Bretagne

Pays de la Loire

St Pierre et Miquelon

PROTOCOLE DE SURVEILLANCE

DES BACTERIES MULTI-RESISTANTES

BMR 2007

R.A.I.S.I.N.
Réseau d’Alerte, d’Investigation et de Surveillance des Infections nosocomiales
C.CLIN Paris Nord, C.CLIN Est, C.CLIN Ouest,

C.CLIN Sud-Est, C.CLIN Sud-Ouest,

Institut de Veille Sanitaire

Base de données nationale


Responsable national : V. Jarlier

Coordonnateurs inter régionaux : H. Sénéchal C.CLIN-Ouest


M. Eveillard CHU Angers
Version définitive du 14/12/2006

___________________________________________________________________
CCLIN-Ouest. CHRU Hôtel Dieu 2, rue de l’Hôtel Dieu
CS26419 35 064 RENNES Cedex 2 Tel 02 99 87 35 30. Fax 02 99 87 35 32
__________________________________________________ C.CLIN-Ouest – BMR 2007

EVOLUTION DU PROTOCOLE

1. Ajout des ERV (enteroccocus faecium et faecalis) dans la surveillance nationale


Les 3 possibilités de surveillance sont (choix défini lors de l’inscription) :
- SARM
- SARM + BLSE + ERV
- Toutes les BMR inscrites dans le protocole

2. Modification des libellés des prélèvements 11, 12, 13 (site opératoire)

3. Modification des antibiogrammes


- Ajout d’un antibiogramme spécifique pour les entérocoques

4. Suppression de la fiche « autoévaluation du programme BMR »

________________________________ 2 __________________________________
__________________________________________________ C.CLIN-Ouest – BMR 2007

SOMMAIRE

Calendrier de la surveillance..................................................................................................................4
Contexte ....................................................................................................................................................5
I. Objectifs de la surveillance ....................................................................................................6
II. Les acteurs en présence...........................................................................................................7
A. Les microbiologistes..................................................................................................................7
B. Les hygiénistes...........................................................................................................................7
C. Les cliniciens ...............................................................................................................................7
D. Les cadres infirmiers................................................................................................................7
E. Les infirmiers et infirmières, les aides-soignants .............................................................7
F. Les pharmaciens .........................................................................................................................7
III. Inclusions, définitions...............................................................................................................8
A. La nature des prélèvements en fonction de la situation clinique....................................8
B. Les germes ................................................................................................................................ 11
C. Techniques de prélèvements ................................................................................................. 11
D. Techniques de laboratoire ..................................................................................................... 11
IV. Contrôle de la qualité ..............................................................................................................12
V. Les dénominateurs et facteurs d’ajustement ...................................................................13
A. Les « dénominateurs »............................................................................................................13
B. Les facteurs d’ajustement.....................................................................................................13
VI. La présentation des données .................................................................................................14
A. Résultats attendus ..................................................................................................................14
B. La base de données nationale................................................................................................15
C. Sécurité et confidentialité ...................................................................................................15
VII. Module optionnel ......................................................................................................................16
A. Evaluation des moyens mis en place dans l’isolement.......................................................16
VIII. ANNEXES..................................................................................................................................18
Annexe 1 Le guide de remplissage : questionnaire BMR...............................................................18
A. Le patient ..................................................................................................................................18
B. Prélèvements.............................................................................................................................19
C. Les antibiotiques......................................................................................................................19
Annexe 2 Le guide de remplissage : questionnaire données administratives......................... 20
Annexe 3 Le guide de remplissage : questionnaire moyens mis en œuvre dans l’isolement .21
Annexe 4 : Couples des disciplines / spécialités............................................................................ 23
Annexe 5 : Code des germes .............................................................................................................. 25
Annexe 6 : Liste des variables ........................................................................................................... 27

________________________________ 3 __________________________________
__________________________________________________ C.CLIN-Ouest – BMR 2007

Calendrier de la surveillance

Les établissements peuvent choisir la période de surveillance de leurs BMR qui leur

convienne :

- soit une surveillance en continu sur l’année

- soit une surveillance uniquement sur 3 mois correspondant à la période de la

surveillance nationale avril/mai/juin.

Participation minimale : 3 mois : 1er avril -30 juin

Surveillance nationale :

Quelque soit la période choisie, tous les établissements doivent impérativement faire

parvenir aux relais régionaux les fiches de la période avril/mai/juin au plus tard fin

septembre de l’année en cours pour la constitution de la base nationale. Ces fiches

doivent être accompagnées des renseignements administratifs pour cette même période.

Date limite d'envoi des fichiers aux relais régionaux: 30 septembre

Date limite d'envoi des fichiers des relais au C.CLIN : 10 octobre

Date limite d'envoi des données du C.CLIN au C.CLIN Paris Nord : 01 novembre

Tableau de bord national : fin décembre

Surveillance en continu :

Pour les établissements effectuant la surveillance en continu, l’ensemble des fiches doit

être transmis aux relais régionaux au plus tard fin février de l’année suivante.

Date limite d'envoi des fichiers aux relais : 28 février

Date limite d'envoi des fichiers des relais au C.CLIN : 10 mars

Résultats inter-régionnaux : fin septembre

________________________________ 4 __________________________________
__________________________________________________ C.CLIN-Ouest – BMR 2007

Contexte

Le contrôle des épidémies de bactéries multirésistantes aux antibiotiques (BMR) dans les

établissements de soins fait partie des priorités du programme de prévention des

infections nosocomiales définies par le Comité technique national des infections

nosocomiales liées aux soins (CTINILS). En conséquence, la surveillance des BMR

responsables de ces épidémies est une priorité du programme de surveillance des

infections nosocomiales. Cette surveillance est initiée par la détection de la bactérie

multirésistante au niveau du laboratoire de microbiologie.

Depuis 1999, les 5 C.CLIN ont mis en place des réseaux de surveillance des BMR dans leur

inter région. Un processus d’harmonisation de la surveillance (indicateurs, définitions..) a

été engagé dans l’objectif de disposer d’indicateurs nationaux de fréquence des BMR, du

moins celles pour lesquelles la transmission croisée joue un rôle essentiel dans les hôpitaux

(SARM et entérobactéries productrices de BLSE). Une première enquête nationale

coordonnée par le RAISIN a été menée en 2002.

Î Contexte national

Depuis 1992, le taux de prévalence dans l’espèce du Staphylococcus aureus résistant à la

méticilline (SARM) n’a pas diminué (30 à 40 %).

Dans l’enquête nationale de prévalence 2001, Staphylococcus aureus est le deuxième germe

isolé lors d’infections nosocomiales après Escherichia coli. Il représente 20 % des

microorganismes identifiés et 64 % de ces Staphylococcus aureus nosocomiaux sont

résistants à la méticilline.

La fréquence de résistance des autres germes identifiés lors d’infections nosocomiales

est aussi élevée :

o 10 % des entérocoques sont résistants à l’amoxicilline et 1,5 % à la vancomycine.

o 11 % des entérobactéries sont résistantes à la ceftazidime.

o 17 % des Pseudomonas aeruginosa sont résistants à la ceftazidime.

Î L’ONERBA (Observatoire national de l’Epidémiologie de la Résistance Bactérienne aux

Antibiotiques) a rédigé des recommandations méthodologiques pour la surveillance de la

résistance aux antibiotiques dans les laboratoires de microbiologie. (2000 –

http://www.onerba.org)

Î La SFM (Société Française de Microbiologie). Le comité de l’antibiogramme édite

chaque année les recommandations pour l’exécution des antibiogrammes www.sfm.asso.fr

________________________________ 5 __________________________________
__________________________________________________ C.CLIN-Ouest – BMR 2007

I. Objectifs de la surveillance

A. Objectifs spécifiques
1. Suivre l’incidence des BMR.

L’indicateur devra être fiable, pertinent, reproductible et homogène entre les hôpitaux,

départements, et régions. Le taux de prévalence dans l’espèce fait partie de l’objectif.

2. Connaître les précautions prises dans la prévention de la diffusion des BMR.

B. Objectifs généraux
1. Réduire l’incidence des infections nosocomiales, en évitant la transmission

croisée entre les patients. C’est l’objectif de toute lutte contre les infections

nosocomiales. Cependant, dans le cadre des BMR, la prévention de la transmission

croisée, entre patients, par l’intermédiaire des personnels et des matériels ou

surfaces, est particulièrement importante.

2. Faire baisser les taux de résistance des bactéries hospitalières aux

antibiotiques. La surveillance est l’un des moyens pour cet objectif final de la

lutte contre les BMR.

________________________________ 6 __________________________________
__________________________________________________ C.CLIN-Ouest – BMR 2007

II. Les acteurs en présence

A. Les microbiologistes

Ce sont les praticiens qui sont à l’origine de l’identification des cas : ils reçoivent les

prélèvements, identifient les souches, restituent les résultats. Une harmonisation des

pratiques et des contrôles de qualité sont nécessaires pour pouvoir comparer des

résultats.

B. Les hygiénistes

Ce sont les acteurs qui organisent la prise en charge des patients porteurs de BMR :

circulation de l’information, mise en place de mesures d’isolement et suivi épidémiologique.

C. Les cliniciens

Les médecins des services sont les professionnels responsables de l’indication des

prélèvements à des fins diagnostiques, de l’indication de mesures d’isolement et des

traitements médicamenteux. Ils informent le patient porteur de BMR.

D. Les cadres infirmiers

Leur rôle est d’organiser la mise en place les mesures d’isolement et d’hygiène préconisées

par le CLIN.

E. Les infirmiers et infirmières, les aides-soignants

Ils sont responsables de la mise en place des mesures d’isolement et d’hygiène.

F. Les pharmaciens

Ce sont les praticiens responsables de la délivrance des antibiotiques et des antiseptiques.

________________________________ 7 __________________________________
__________________________________________________ C.CLIN-Ouest – BMR 2007

III. Inclusions, définitions

A. La nature des prélèvements en fonction de la situation clinique

Seuls les prélèvements à visée diagnostique sont retenus, c’est-à-dire les prélèvements

dont le résultat espéré peut avoir des conséquences thérapeutiques pour le malade. Sont

retenus :

- les prélèvements de pus superficiel (plaies, escarres), ou de plaies diverses (peau, ORL),

- les ponctions et prélèvements de cavités internes révélant du pus profond : pleurales,

lombaires, articulaires,

- les pus superficiels et pus profonds ou tissus du site opératoire,

- les ECBU sur sonde urinaire ou sans sonde, ou sur cathéter urinaire,

- les hémocultures,

- les prélèvements pulmonaires tels que crachats, aspirations trachéales, brosses, lavages

broncho-alvéolaires,

- les cultures de cathéters centraux ou périphériques,

- les prélèvements vaginaux et les lochies,

- les prélèvements ophtalmologiques.

Ne sont pas inclus

- les prélèvements à visée de dépistage ou à visée écologique, c'est-à-dire tout

prélèvements systématiques de recherche BMR sans signe clinique d’infection,

- les patients en ambulatoire ou hôpital de jour,

- les patients en EHPAD (Etablissement pour hébergement des personnes âgées

dépendantes)

- les doublons épidémiologiques (définition ci après).

________________________________ 8 __________________________________
__________________________________________________ C.CLIN-Ouest – BMR 2007

Définition des doublons épidémiologiques (ONERBA)


La définition la plus générale d’une souche non redondante, souvent appelée souche

“originale“ ou “initiale“, est une souche dont la combinaison espèce/antibiotype n’a pas

encore été répertoriée pour le sujet, et donc n’a pas encore été incluse dans la base de

données. Par contraste, la définition la plus générale d’un doublon est une souche

bactérienne dont la combinaison espèce/antibiotype est identique à celle d’une souche

déjà incluse (entant que souche originale ou initiale pour le même sujet).

Précision : Dans le cadre de la surveillance, cette définition s’applique à la période

d’enquête concernée sans notion de séjour.

Antibiotype (ONERBA)
Pour pouvoir décider de l’identité de deux souches d’une espèce donnée et isolées chez

le même sujet, l’antibiotype est de loin l’outil le plus simple. Deux souches isolées chez

le même sujet sont considérées comme différentes si leurs antibiotypes diffèrent par

au moins une différence majeure (S->R, R->S).

Le dédoublonnage doit être effectué par le microbiologiste.

Le dédoublonnage concerne aussi les SASM afin de pouvoir calculer le pourcentage de

résistance dans l’espèce. Ce dédoublonnage doit être fait de la même façon que pour

les SARM.

________________________________ 9 __________________________________
__________________________________________________ C.CLIN-Ouest – BMR 2007

Exemple de trois situations de déclarations BMR :

1. Surveillance continue sur l’année


Cas 1 01/01 01/04 30/06

Année 2007
identification de BMR identification même BMR

Fiche Fiche avec mention “déjà isolée“ avec année


et mois du 1er isolement connu

2. Surveillance uniquement pendant une période (01/04/2007 – 30/06/2007)


Cas 2 01/01 01/04 30/06

Année 2007
identification de BMR identification même BMR

Fiche Pas de fiche

Cas 3 01/01 01/04 30/06

Année 2007
identification de BMR identification même BMR

Fiche avec mention “déjà isolée“ avec


année et mois du 1er isolement connu

Cas 4 Année(s) antérieure(s) 01/01 Année 2007 (cas 1,2 et 3)

1er identification de BMR 2ème identification même BMR

Fiche avec mention “déjà isolée“ avec


année et mois du 1er isolement connu

- Pour la base de données nationale, toutes les fiches de la période seront transmises

(avec ou sans mention “déjà isolée“).

- Pour l’inter région toutes les fiches seront incluses (cas 2, 3 et 4). Pour le cas 1, une

seule fiche sera retenue pour la période 2007.

________________________________ 10 __________________________________
__________________________________________________ C.CLIN-Ouest – BMR 2007

B. Les germes

Les germes à suivre sont les suivants :

- Staphylococcus aureus résistant à la méticilline (SARM), et les GISA (Staphylococcus

aureus résistant aux glycopeptides).


- les entérobactéries résistant aux céphalosporines de 3ème génération (EC3G) selon deux

mécanismes : par production de β-lactamase à spectre élargi (BLSE) ou par hyper-

production de céphalosporinase. Par exemple : Klebsiella pneumoniae, Enterobacter claocae,

Enterobacter aerogenes, Serratia spp. Voir code annexe 5.


- les Pseudomonas aeruginosa résistants à la ceftazidime.

- les Acinetobacter baumanii, résistants à la ticarcilline ou imipénème.

- les entérocoques résistants à la vancomycine sauf Enterococcus gallinarum et

Enterococus casseliflavus .

Les méthodes de détection de résistance doivent être conformes aux recommandations de

la Société Française de Microbiologie.

C. Techniques de prélèvements

Le prélèvement dans les services sera fait selon les modalités habituelles.

D. Techniques de laboratoire

Les techniques de laboratoire devront permettre d’harmoniser les résultats. En particulier,

les cathéters seront pris en charge selon la méthode quantitative de Brun-Buisson, et les

prélèvements respiratoires respecteront les méthodes des lavages broncho-alvéolaires ou

des aspirations trachéales.

________________________________ 11 __________________________________
__________________________________________________ C.CLIN-Ouest – BMR 2007

IV.Contrôle de la qualité

Le contrôle qualité est en place depuis 2003 pour l’ensemble de l’inter-région ouest, il sera

poursuivi cette année.

Tout laboratoire participant à l’enquête BMR recevra des souches, qui auront été

sélectionnées pour leur profil de résistance.

Les résultats seront collectés et analysés par un correspondant biologiste régional dans le

respect des règles de confidentialité :

• Dr Nathalie Van Der Mee Centre

• Pr Roland Leclercq Basse-Normandie

• Dr Jacques Vaucel Bretagne

• Dr Jocelyne Caillon Pays de Loire

Les dépenses sont à la charge du C.CLIN-Ouest.

Pour toutes informations complémentaires, contacter Mme Sénéchal au C.CLIN-Ouest.

________________________________ 12 __________________________________
__________________________________________________ C.CLIN-Ouest – BMR 2007

V.Les dénominateurs et facteurs d’ajustement

A. Les « dénominateurs »

Pour établir des taux d’attaque et des taux (ou des densités) d’incidence des BMR

(définitions des « 100 recommandations » paru en 1999), devront être connus pour la

période d’étude :

Î le nombre d’admissions directes dans l’unité d’étude (hôpital, clinique, service,

unité) : le taux d’attaque calculé sera donc un taux de BMR, à visée diagnostique,

pour 100 entrées. (à voir avec le bureau des entrées).

Î le nombre de journées dans l’unité d’étude (hôpital, clinique, service, unité) : le

taux (ou la densité d’incidence) calculé sera un taux de BMR, à visée diagnostique,

pour 1000 journées d’hospitalisation. (à voir avec le bureau des entrées).

B. Les facteurs d’ajustement

Une comparaison n’a de sens qu’à facteurs « égaux », comme par exemple l’âge, le sexe, la

pathologie, les facteurs de risque d’infection, la taille de l’établissement… La prise en

compte des entrées et des journées est déjà en soi un facteur d’ajustement (la durée de

séjour pour la densité d’incidence).

L’étude devra tenir compte des facteurs suivants : âge, sexe, taille, type de l’établissement

et type de séjour qui sont facilement obtenus. Les autres critères de recueil plus difficiles

à recueillir (immuno-dépression et terrain, scores de gravité clinique) ne sont pas retenus

dans ce programme.

________________________________ 13 __________________________________
__________________________________________________ C.CLIN-Ouest – BMR 2007

VI.La présentation des données

A. Résultats attendus

Un programme EPI-INFO est disponible pour la saisie des données et le contrôle des

données manquantes et doublons.

Un rapport automatisé présente les résultats de l’unité d’étude pour une période donnée

et/ou pour une unité particulière.

1. Transmission au relais régional

- Principe général : les données transiteront par les relais qui pourront fournir les

résultats régionaux. Les données seront ensuite regroupées au niveau inter-régional au

C.CLIN-Ouest. Les résultats inter-régionaux seront ensuite comparés aux données des

autres C.CLIN et au niveau national.

Les questionnaires papiers peuvent être :

- soit saisis sur place sur EPI-INFO à l’aide d’un programme spécifique téléchargeable

sur Internet ou transmis sur une disquette à la demande des établissements. Ce

programme contrôle les informations et sort un rapport personnalisé.

Les données doivent être envoyées au réseau régional, (disquette ou transmises par mail).

- soit saisis sur place sur EPI-DATA : Demander les fichiers EPI-DATA au C.CLIN-

Ouest ou au réseau régional.

- soit saisis sur ACCESS avec exportation des données

- soit saisis sur un logiciel au choix, les données doivent alors être transmises au

réseau régional sur disquette ou par mail de préférence DBASE (Excel et format texte

sont possibles), en respectant le format du fichier. (en annexe 7).

________________________________ 14 __________________________________
__________________________________________________ C.CLIN-Ouest – BMR 2007

B. La base de données nationale

Les données établissements alimentent la base de données nationale.

Le C.CLIN-Ouest fournit un tableau récapitulatif des données agrégées, ce tableau se

trouve dans les rapports nationaux (données générales).

D’autre part, le C.CLIN-Ouest fournit un fichier Excel® établissements contenant pour

chaque établissement : le numéro d’établissement, les codes statut et type de

l’établissement, les nombre de lits (CS,SSR-SLD,psychiatrie, total), les nombres de

journées d’hospitalisation (par type de séjour), le nombre de SARM (par type de séjour) ,

le nombre de EBLSE (par type de séjour) ; le nombre de ERV (par type de séjour)

Cette base de données permettra de juger de la distribution des densités d’incidence de

SARM, EBLSE et ERV par interrégion et par types d’établissements.

C. Sécurité et confidentialité

Les données disponibles dans les relais régionaux revêtent un caractère de document

public et sont soumises aux règles de transmissions publiques. Dans la mesure où ce sont

des données nominatives (le sexe, la date de naissance sont des données reconnues comme

nominatives) qui ne pourront être transmises, une déclaration à la « Commission

Informatique et Libertés » (CNIL) a été effectuée sous le numéro 698693 du 4 avril

2000.

________________________________ 15 __________________________________
__________________________________________________ C.CLIN-Ouest – BMR 2007

VII.Module optionnel

A. Evaluation des moyens mis en place dans l’isolement

Contexte
Depuis la mise en place de la surveillance BMR en 1999, le C.CLIN-Ouest propose un

questionnaire optionnel sur l’évaluation des moyens mis en place dans l’isolement.

La réalisation de ce questionnaire s’est appuyée sur le document de référence édité par le

C.CLIN-Ouest « Réduire le risque de transmission des BMR ».

Objectif
Evaluer la mise en place de l’isolement géographique et technique des patients porteurs de

BMR. Cette partie permet de faire un « lien » entre l’aspect microbiologique et l’aspect

clinique permettant d’impliquer microbiologistes et hygiénistes sur la maîtrise de la

diffusion des BMR.

Organisation
Il s’agit d’une étude prospective concomitante à la surveillance effectuée par l’équipe

opérationnelle d’hygiène hospitalière. Il complète la fiche de surveillance initiée par les

microbiologistes.

Analyse des résultats


L’analyse fait partie intégrante des résultats rendus dans le cadre de la surveillance.

________________________________ 16 __________________________________
__________________________________________________ C.CLIN-Ouest – BMR 2007

Renseignement sur l’unité d’étude pendant l’enquête

(unité fonctionnelle, ou service, ou établissement ayant participé à


l’enquête dans un temps donné)

Code de l’établissement

- Période d’étude

- début ………………

- fin …………………..

- Nombre de Staphyloccocus aureus dédoublonnés isolés sur la période

d’étude ………………….

- Nombre d’admissions directes (hospitalisation complète) excluant les

mutations internes pendant la période correspondante (*):

12- en court séjour ….........................

13- dont en réanimation ….........................


14- en réadaptation(SSR)….............................

15- en long séjour (SLD)…...............................

16- en psychiatrie ..............................

- Nombre de journées pendant la période correspondante :

17- en court séjour ….........................

18- dont en réanimation ......................


19- en réadaptation (SSR)…........................

20- en long séjour (SLD)….............................

21- en psychiatrie….............................

* : Exclure l’hôpital de jour, l’ambulatoire et les mutations internes

________________________________ 17 __________________________________
______________________________________________________________ C. CLIN-Ouest. BMR 2007

VIII.ANNEXES

Annexe 1 Le guide de remplissage : questionnaire BMR

A. Le patient

Discipline/Spécialité du service
Le couple discipline/spécialité est obligatoire, il correspond aux codes présents en annexe
4. Le couplage de ces 2 variables, permet d’éviter des erreurs de saisie. La discipline est
exploitée au niveau des résultats globaux (relation avec le type de séjour).

Unité
L’unité est une notion purement interne au service de l’établissement. (exemple : Med A)

Discipline/Spécialité du service prescripteur


Permet d’indiquer le service qui a prescrit, lorsque celui-ci est différent du service où le
patient porteur de BMR est hospitalisé. Il s’agit en général des urgences où deux cas
peuvent se présenter.
- la BMR isolée concerne le malade hospitalisé aux urgences (« lits-porte » par exemple)
sans hospitalisation dans un autre service.
- la BMR isolée concerne un malade prélevé aux urgences avec ensuite une hospitalisation
dans un autre service. (La spécialité du service prescripteur est le service des
urgences et la spécialité du service est le service où le patient est en cours
d’hospitalisation),

Date entrée établissement


Date d’entrée dans l’établissement (étiquette d’entrée) pour le séjour en court,

Date d’admission dans le service


Date d’admission dans l’unité d ‘étude.

Provenance du malade
Provenance à l’entrée dans le service : établissement de santé, domicile, autre service.

Hospitalisation antérieure
Coder 1 (oui), si il y a eu un séjour antérieur différent de celui en cours.

Malade atteint de mucoviscidose


Indique si le patient est atteint de cette pathologie. Cela permettra d’extraire ce type de
patient et d’étudier séparément les caractéristiques des Pseudomonas aeruginosa et SARM
pour ces patients.

_____________________________ 18 ____________________________________
______________________________________________________________ C. CLIN-Ouest. BMR 2007

B. Prélèvements

BMR retrouvée :
Codage de la BMR identifiée dans le prélèvement. Les codes sont en annexe 5.

Même BMR déjà isolée :


Voir description des doublons page 6. Si même BMR, indiquez le mois et l’année de la 1ère
identification connue, ceci permettra d’étudier la durée de portage des BMR.

Date du premier prélèvement positif dans la période de l’étude :


La date du premier prélèvement effectué pour la BMR isolée dans l’établissement, pour la
période d ‘étude. Tous les prélèvements dont la date est en dehors de la période sont
exclus de l’analyse.

Le lieu de prélèvement :
Un seul lieu de prélèvement doit être renseigné.
Si la BMR est isolée simultanément dans plusieurs types de prélèvements, n’en prendre
qu’un en compte, en choisissant par ordre de priorité décroissante :
LCR, hémoculture, site opératoire pus profond (os, articulation, autre), pus profond,
prélèvement respiratoire protégé, plèvre, dispositif intravasculaire, site opératoire pus
superficiel, urine, prélèvement respiratoire non protégé, pus superficiel, autre.

Origine de la souche :
4 types d’origine ont été définis :
1. Souche importée d’un autre service de l’établissement : la souche est isolée
dans le service mentionné sur la fiche alors qu’elle est déjà présente dans un
service précédent (séjour continu dans l’établissement sans interruption).
2. Souche importée d’ailleurs : la souche a été isolée soit dans un autre
établissement, soit le malade était déjà porteur à l’entrée.
3. Souche acquise dans le service : la souche a été isolée au moins 48 heures
après l’admission et le malade n’en était pas porteur auparavant.
4. Indéterminé : la souche a été isolée dans le service sans connaissance de son
origine dans le service, l’établissement ou origine communautaire.

GISA:
Pour les établissements ne recherchant pas spécifiquement les GISA parmi les SARM,
coder 3 (non recherché).
Si la recherche a été effectuée, coder 1 (oui) si le SARM est un GISA, 2 (non) dans le cas
contraire. Indiquer la méthode de détection de la diminution de la sensibilité aux
glycopeptides.

Entérocoques :
Bien précisé l’espèce identifié ainsi que les CMI aux glycopeptides (cf communiqué de
CASFM page 37)

C. Les antibiotiques
Antibiotiques prescrits pour l’infection à BMR diagnostiquée.

_____________________________ 19 ____________________________________
______________________________________________________________ C. CLIN-Ouest. BMR 2007

Annexe 2 Le guide de remplissage : questionnaire données

administratives

Renseignement sur l’unité d’étude pendant l’enquête


Les renseignements ne concernent que la période de surveillance et le ou les services
impliqués.
- Période d’étude :
Date de début et de fin de la période d’étude (surveillance nationale 01/04/2007 au
30/06/2007)

- Nombre de Staphyloccocus aureus dédoublonnés sur la période d’étude :


Indiquez le nombre de SA identifié sur la période en les dédoublonnant (cf définition de
l’ONERBA)

- Nombre d’admissions directes


Les séjours itératifs dans l’unité d’étude, avec une sortie de l’établissement, génèrent une
admission. Tout transfert d’unité sans sortie d’établissement ne doit pas générer
d’admission.

_____________________________ 20 ____________________________________
______________________________________________________________ C. CLIN-Ouest. BMR 2007

Annexe 3 Le guide de remplissage : questionnaire moyens mis en

œuvre dans l’isolement

Les précautions prises

Isolement septique mis en place


Coder 1(oui) si isolement septique est mis en place, 2 dans la cas contraire quelque soit la
prescription médicale.

Prescription médicale de l’indication d’isolement :


Coder 1 (oui) si prescription médicale orale ou écrite (ou protocole interne) avec mention
dans le dossier patient.
Coder 2 (non) si pas de prescription médicale.
Coder 3 (patient sorti ou décédé), dans ce cas, ne pas remplir la suite du questionnaire car
il s’agit d’un audit d’observation qui ne peut donc se faire à posteriori.
Coder 9 si prescription médicale inconnue.

Type d’isolement :
Indication du type d’isolement même s’il n’y a pas eu de prescription médicale.
Une seule réponse possible technique ou géographique.
Coder 1 (technique) si le patient est en chambre double avec individualisation du matériel
de soins.
Coder 2 (géographique) si le patient est en chambre seule avec individualisation du matériel
de soins.
Coder 9 si inconnu.
Si isolement technique seul coder la raison :
1 Indication médicale particulière (ex : personne en long séjour)
2 Manque de chambre individuelle
3 non, alors qu’il existait une possibilité de chambre individuelle
9 cause inconnue

Notification spécifique de la BMR sur le résultat de microbiologie


Coder 1 (oui) si notification particulière
Coder 2(non) si pas de notification
Coder 9 si inconnue.

Signalisation à la porte ou dans la chambre


Coder 1 (oui) si présence d’une affiche d’isolement ou d’un logo à minima
Coder 2 (non) si aucune signalisation à la porte
Coder 9 si inconnu

Signalisation pendant les transferts intra-


Coder 1 (oui)
Coder 2 (non)
Code 8 (sans objet) si aucun transfert n’a eu lieu depuis la prescription d’isolement
Coder 9 si inconnu

_____________________________ 21 ____________________________________
______________________________________________________________ C. CLIN-Ouest. BMR 2007

Signalisation pendant les transferts extra-


Coder 1 (oui) si signalement sur le bon de demande d’examen, ou présence d’une fiche de
liaison ou information par l’intermédiaire du serveur de transfert ou appel téléphonique.
Coder 2 (non) si aucun signalement
Coder 8 (sans objet) si aucun transfert n’a eu lieu depuis la prescription d’isolement
Coder 9 si inconnu

Matériel disponible dans la chambre

Unité mobile d’isolement, chariot spécifique


Coder 1 (oui) lorsqu’il y a individualisation du matériel de soins dans ou à l’extérieur de la
chambre quelque soit le support.
Coder 2 (non) dans le cas contraire, Coder 9 si inconnu

Blouse ou casaque
Coder 1 (oui), 2(non) ou 9 si inconnu.

Masque à ne remplir que lors de précautions gouttelettes


Coder 1 (oui), Coder 2 (non), Coder 9 si inconnu

Gants jetables (quelque soit le type d’isolement)


Coder 1 (oui), Coder 2 (non)

Poste de lavage de mains équipé dans la chambre


Coder 1 (oui), Coder 2 (non)
Coder 8 (sans objet) si la chambre dispose seulement d’un produit hydro alcoolique
Coder 9 si inconnu

Solution hydro-alcoolique dans la chambre ou la poche du soignant


Coder 1 (oui), Coder 2 (non), Coder 9 si inconnu

_____________________________ 22 ____________________________________
______________________________________________________________ C. CLIN-Ouest. BMR 2007

Annexe 4 : Couples des disciplines / spécialités

Pédiatrie Codage Codage


discipline spécialité
Néonatologie NEO
Hospitalisation de jour, pédiatrie JOU
Surveillance continue pédiatrique, SUR
PED
soins intensifs pédiatriques
Pédiatrie et spécialités pédiatriques PED
Pédiatrie, autre AUT
Pédiatrie – Les soins intensifs en pédiatrie sont classés surveillance continue pédiatrique

Réanimation Codage Codage


Hors soins intensifs discipline spécialité
Réanimation néonatale NEO
Réanimation pédiatrique PED
Réanimation médicale adultes MED
Réanimation polyvalente REA POL
Réanimation chirurgicale pour adulte CHI
Réanimation spécialisée SPE
Réanimation autre AUT

Gynéco-Obs Codage Codage


discipline spécialité
Gynécologie-obstétrique, OBS
Obstétrique
Gynécologie chirurgicale OBS CHI
Gynécologie, suivi de grossesse GYN
Autres, Gynécologie et obstétrique AUT

Chirurgie Codage Codage


discipline spécialité
Chir. Thoracique et thoracique- THO
cardio-vasculaire
Chir. Cardiaque CAR
Chir. Vasculaire VAS
Chir. Cardio-vasculaire CVA
Neurochirurgie NEU
Chir. Digestive DIG
Chir. Générale GEN
Chir. Infantile PED
Orthopédie traumatologie ORT
Chir. Plastique et reconstructive CHI PLA
ORL ORL
Ophtalmologie OPH
Stomatologie, chir. maxillo-faciale STO
Urologie URO
Chir. Carcinologique CAN
Surveillance continue chirurgicale, SUR
soins intensifs chirurgicaux
Chirurgie ambulatoire AMB
Chir. transplantation TRA
Autres chirurgies AUT
Chirurgie Les soins intensifs chirurgicaux sont codés en en surveillance continue chirurgicale

_____________________________ 23 ____________________________________
______________________________________________________________ C. CLIN-Ouest. BMR 2007

Médecine Codage Codage


discipline spécialité
Médecine générale, polyvalente GEN
Médecine interne INT
Surveillance continue médicale, soins SUR
intensifs médicaux polyvalents
Pneumologie PNE
Cardio-vasculaire, cardiologie, CAR
Unité de soins intensifs de cardiologie USI
Néphrologie NEP
Hépato-gastro-entérologie HGE
Dermatologie, vénérologie DER
Endocrinologie, diabétologie, nutrition, MED NUT
métabolisme
Rhumatologie RHU
Neurologie NEU
Médecine carcinologique, Oncologie CAN
Radiothérapie, curiethérapie, médecine RAD
nucléaire
Hématologie HEM
Médecine gériatrique GER
Maladies infectieuses, médecine tropicale INF
Autres médecines AUT
Médecine : Les soins intensifs spécialisés médicaux sont classés avec les spécialités, sauf en cardiologie – Les
soins intensifs polyvalents sont en surveillance continue médicale

SSR Codage Codage


discipline spécialité
Rééducation et réadaptation REE
fonctionnelle SSR
Soins de suite et de réadaptation, AUT
autres

SLD SLD SLD

Psychiatrie PSY PSY

Urgence URG URG

Autre
Dialyse (hors néphrologie, réa), y DIA
compris ambulatoire AUT
Hospitalisation à domicile HAD
Autre non MCO AUT

_____________________________ 24 ____________________________________
______________________________________________________________________ C.CLIN-Ouest. BMR 2007

Annexe 5 : Code des germes

Codage pour les micro-organismes (liste par classe)


Liste nationale RAISIN

Microorganisme Code

Cocci Gram + Staphylococcus aureus STA AUR


Enterococcus faecalis ENC FAE
Enterococcus faecium ENC FAC
Entérobactéries * Citrobacter freundii CIT FRE
Enterobacter cloacae ENT CLO
Enterobacter aerogenes ENT AER
Escherichia coli ESC COL
Klebsiella pneumoniae KLE PNE
Klebsiella oxytoca KLE OXY
Morganella MOG SPP
Proteus mirabilis PRT MIR
Providencia PRV SPP
Serratia SER SPP
Citrobacter koseri (ex. diversus) CIT KOS
Citrobacter autres CIT AUT
Enterobacter autres ENT AUT
Hafnia HAF SPP
Klebsiella autres KLE AUT
Proteus autres PRT AUT
Autres entérobactéries ETB AUT
Bacilles Gram - Acinetobacter baumannii ACI BAU
non entérobactéries Pseudomonas aeruginosa PSE AER

_________________________________ 25 _________________________________
______________________________________________________________________ C.CLIN-Ouest. BMR 2007

Codage pour les micro-organismes : liste par ordre alphabétique

Liste nationale RAISIN

Microorganisme Code

Acinetobacter baumannii ACI BAU


Autres entérobactéries ETB AUT
Autres Pseudomonas et apparentés PSE AUT
Citrobacter autres CIT AUT
Citrobacter freundii CIT FRE
Citrobacter koseri (ex. diversus) CIT KOS
Enterobacter aerogenes ENT AER
Enterobacter autres ENT AUT
Enterobacter cloacae ENT CLO
Enterococcus faecalis ENC FAE
Enterococcus faecium ENC FAC
Escherichia coli ESC COL
Hafnia HAF SPP
Klebsiella autres KLE AUT
Klebsiella oxytoca KLE OXY
Klebsiella pneumoniae KLE PNE
Morganella MOG SPP
Proteus autres PRT AUT
Proteus mirabilis PRT MIR
Providencia PRV SPP
Pseudomonas aeruginosa PSE AER
Serratia SER SPP
Staphylococcus aureus STA AUR

_________________________________ 26 _________________________________
_________________________________________________________________________ C.CLIN-Ouest. BMR 2007

Annexe 6 : Liste des variables


Nom de la donnée Type Taille Contenu

CCLIN Numérique 1 Code du C.CLIN-Ouest (=2)


CODETAB Numérique 3 Code de votre établissement (code C.CLIN-Ouest)
DISCSPE Caractère 6 Couple discipline/spécialité
UNITE Caractère 4
SPRES Carctère 6 Couple discipline / spécialité ayant prescrit le prélèvement
FICHE Numérique 5 Numéro de la fiche patient
DNAISS Date 10 Date de naissance jj/mm/aaaa
SEXE Numérique 1 Code sexe du patient
DATENT Date 10 Date d’entrée dans l’établissement
DADMISS Date 10 Date d’admission jj/mm/aaaa
AGE Numérique 3 Calcul automatique de l’âge
PROVEN Caractère 1 Provenance du patient
AUTREPROV Caractère 10 Libellé pour identifier en clair l’autre provenance
HOSPANT Caractère 1 Hospitalisation antérieure
MUCO Caractère 1 Atteint de mucoviscidose (oui, non)
GERME Caractère 6 Code du germe isolé
MEMEBMR Caractère 1 Même BMR déjà isolée
MOISBMR Numérique 2 Mois de l’isolement de la précédente BMR
ANBMR Numérique 4 Année de l’isolement de la précédente BMR
DATEPREV Date 10 Date de prélèvement jj/mm/aaaa
DELAI Numérique 3 Délai calculé entre : date d’admission et prélèvement
LIEUPREV Caractère 2 Lieu de prélèvement
LIEUAUT Caractère 10 Libellé pour identifier en clair autre lieu de prélèvement
ORIGINE Caractère 1 Origine de la BMR
SOXA Caractère 1 Oxacilline (SARM)
SKANA Caractère 1 Kanamycine (SARM)
STOBRA Caractère 1 Tobramycine (SARM)
SGENTA Caractère 1 Gentamicine (SARM)
SERYTHRO Caractère 1 Erythromycine (SARM)
SLINCO Caractère 1 Lincomycine (SARM)
SPRIST Caractère 1 Pristinamycine (SARM)
SFOSFO Caractère 1 Fosfomycine (SARM)
SFUCID Caractère 1 Ac.Fusidique (SARM)
SFLUORO Caractère 1 Fluoroquinolone (SARM)
SRIFAM Caractère 1 Rifampicine (SARM)
STEICO Caractère 1 Teicoplamine (SARM)
SVANCO Caractère 1 Vancomycine (SARM)
GISA Caractère 1
SCREENING Caractère 1
CMI Caractère 1
BLSE Caractère 1
BCLAV Caractère 1 Amoxi/Ac. Clav (Entérobactérie)
BCEFOXI Caractère 1 Céfoxitine (Entérobactérie)
BCEFOTX Caractère 1 Céfotaxime (Entérobactérie)
BIMI Caractère 1 Imipénème (Entérobactérie)
BTOBRA Caractère 1 Tobramycine (Entérobactérie)
BGENTA Caractère 1 Gentamicine (Entérobactérie)
BAMIKA Caractère 1 Amikacine (Entérobactérie)
BNALIX Caractère 1 A.nalidixique, pipém. (Entérobactérie)
BCIPRO Caractère 1 Ciprofloxacine (Entérobactérie)
BFLUORO Caractère 1 Fluoroquinolone(Entérobactérie)
BCOTRIM Caractère 1 Cotrimoxazole (Entérobactérie)
PTICAR Caractère 1 Ticarcilline (Pyo et ACIBAU)
PCEFTA Caractère 1 Ceftazidime (Pyo et ACIBAU)
PIMI Caractère 1 Imipénème (Pyo et ACIBAU)

_________________________________ 27 _________________________________
_________________________________________________________________________ C.CLIN-Ouest. BMR 2007

PTOBRA Caractère 1 Tobramycine (Pyo et ACIBAU)


PAMIKA Caractère 1 Amikacine (Pyo et ACIBAU)
PCIPRO Caractère 1 Ciprofloxacine (Pyo et ACIBAU)
EAMPI Caractère 1 Ampicilline (Entérocoques)
EKANA Caractère 1 Kanamycine haut niveau (Entérocoques)
ETOBRA Caractère 1 Tobramycine (Entérocoques)
EGENTA Caractère 1 Gentamicine haut niveau (Entérocoques)
ERYTHRO Caractère 1 Erythromycine (Entérocoques)
ETEICO Caractère 1 Teicoplanine (Entérocoques)
EVANCO Caractère 1 Vancomycine (Entérocoques)
ATB Caractère 1
ISOSEPT Caractère 1
INDISOL Caractère 1
TYPEISOL Caractère 1
ISOLE Caractère 1
NOTIFBON Caractère 1
SIGNAPORTE Caractère 1
SIGINTRA Caractère 1
SIGEXTRA Caractère 1
UNIMOBIL Caractère 1
BLOUSE Caractère 1
MASQUE Caractère 1
GANT Caractère 1
LAVABO Caractère 1
SHA Caractère 1

_________________________________ 28 _________________________________