Vous êtes sur la page 1sur 4
34 AOUT 1901. LE NUMERO : 5 CENTIMES DEUXIEME ANNEE. N° 71. Avocat qui a changé de cause et qui se trouve être le prisonnier île ses nouveaux clients; sophiste finalement «kipe de sa propre virtuosité, — ou simplement,ambitieux faible et possédé, capable de crimes par obéissance à d'impérieuses suggestions : MacbethRousseau, dirais-je si je ne craignais de grossir Echo de Pwi$, le personnage. (JULIÏSLEMAÎTRIÎ, 18 juin 1001.) MACBETHrROUSSEAU, ô mes JPaxlez, (Emile), tliane THANE soeurs de en DE PONTGHARTRAIN. Dites — Parlez, Dreyfus! JMLontélima.r'? : remplacer puissantes à l'Élysèe ai-je sorcières JLoubet Macbeth, acte iv se. n.) (D'après SHAKESPEARE, A BAS LES TYRANS Mais la Franc-Maçonnerie n'est; pas t tellectuelle par laquelle se distinguent les Le Pouvoir occulte seulement une association philosophique, j français. francs-maçons ainsi qu'elle s'intitule, elle est aussi et dans Mais alors, nous nous heurtons surtout une société de propagande (Suite) et cette hypothèse à une difficulté, car l'inmême une société politique. En France cohérence ne saurait engendrer la force. >. Y a-t-il unité dans la direction de l'acsurtout, elle nous apparaît comme spécia< est toute-puisla Franc-Maçonnerie Or, 1ion maçonnique? Voilà une question à lement entraînée en vue de l'action. D'où . sante en France. Elle y exerce la dictanaît pour nous la nécessité d'examiner laquelle il semble, au premier abord, diffisi ture. Je n'ai pas à. le prouver ici puisque cile de répondre par l'affirmative. Essayons les actes maçonniques viennent: à l'appui je l'ai, avec tant d'autres, prouvé ailleurs. de la serrer d'un peu près, et des constatations pourtant que nous venons de Quelle est donc la 'clef de ce mystère? faire. On sait qu'il est loin d'en être ainsi. commençons par écarter certaines appa11 faut bien qu'il y en ait une. 11faut une rences qui ne sont que des trompe-l'oeil. Tout d'abord la. Franc-Maçonnerie en à ces faits inconciliables explication La Franc-Maçonnerie déclare dans le française qui proclamait « le autrefois apparence : les incohérences de la Francpremier article de ses statuts qu'elle est grand Architecte de l'Univers » comme et la toute puissance maçonMaçonnerie « une association philosophique ». toutes les autres maçonneries du globe, a nique. Prenons cette déclaration pour vraie et rompu avec ce Grand Architecte depuis vois une si j'admets ces Or, j'en que partons de là. un certain nombre d'années. incohérences ne sont pas si incohérentes Nous avons maintenant à nous demanElle avait affirmé sous les régimes poliet si je les considère au concela, que der quel est le principe de la philosophie tiques antérieurs que le Grand Architecte traire comme des feintes opérées savammaçonnique. existait et qu'elle ne travaillait qu'à sa ment par une volonté directrice occulte Chose curieuse! cette Société, soi-disant gloire. Mais, dès qu'elle s'est sentie maîl'ait évoluer à son gré les différents qui n'inscrit aucun principe philosophique, tresse, elle a du jour au lendemain, renié si j'admets d'armée maçonniques; corps dans ses statuts. Aucune philosophique le Grand Architecte. Elle a même été plus en même temps que la volonté directrice croyance en une force créatrice. Aucune loin: Elle s'est déclarée son ennemie; à occulte dont n'a qu'un but : la je parle espérance en l'immortalité del'ame. Aucune tel point qu'en dépit- des professions de destruction du catholicisme ; si je la. vois déclaration non plus de matérialisme. foi libérales qui sont contenues dans l°s ce but à travers toutes les poursuivant Rien dans un sens ni dans l'autre. Se préstatuts du Grand Orient de France, ce tous les tous les régimes, conditions, tendre association philosophique dans de serait une bien mauvaise note pour un en vue du triomphe de obstacles,-non pas telles conditions, c'est ériger le vide en sollicitant l'initiation à cette profane de la justice et de la. vérité, la raison, théorie. fédération maçonnique que de déclarer on nous le répète sans cesse, mais comme Mais attende/-. Voici apparaître une qu'il n'est pas absolument convaincu que cela, est indispensable à la réalique parce contradiction. La Franc-Maçonnerie qui, !e grand Architecte ait cessé d'exister. sation deses ambitions et au triomphe de tout en se donnant comme association D'autre part, cette même Franc-Maçonson fanatisme. n'affirme pourtant aucun philosophique nerie qui déclare si bien respecter toutes la dénonciation d'un bien .le sais que en réalité un principe, semble professer les opinions religieuses et qui se réclame est de nature à état; de choses pareil assez déisme nettement formulé. En effet, de la liberté absolue de conscience, mancertains à la Franc-Maçonnerie attirer dans la plupart des pays où elle existe, que absolument de respect pour un cerNos crétins socialistes de la concours. « à la gloire elle déclare qu'elle travaille tain état de conscience, qui est l'état de Chambre îi'ont-ils pas naguère répondu du Grand Architecte de l'Univers ». conscience catholique. Elle lait plus. Elle du député discours anti-maçonnique au A ia gloire du Grand Architecte de a déclaré une guerre acharnée à cet état en lui disant que si de Prache, Paris, l'Univers! Telle est la formule qu'elle de conscience et elle s'applique par tous certain que la Francil était vraiment, inscrit au frontispice de ses temples, en les moyens possibles à humilier, à calomla. ruine du cathopoursuivît Maçonnerie tête de sa constitution et de ses règlements, à déshonorer, à détruire le catholinier, allaient tous demander l'iniils •sur la licisme, première page de toutes ses publicisme. imbéciles et les cerveaux ? Les tiation cations, et jusque sur son papier à lettres. Nous voici, en conséquence, fort emiront certaineles de tous partis plats C'est celle qu'elle prononce dans toutes barrassés. la ment maçonnique congrégation grossir les cérémonies où elle paraît, comme aussi se dise Bien que la Franc-Maçonnerie démontré que cette congréest leur s'il à l'ouverture et à la fermeture des traelle n'affirme aucune phiphilosophique, gation n'est autre chose qu'une Eglise vaux de toutes ses loges. dans ses actes constitutifs. losophie anti-catholique. Nous devrions pouvoir inférer de cela, Bien qu'elle n'affirme aucune philosofaire preuve d'une vériserait Mais ce la est semble-t-il, que Franc-Maçonnerie dans ses actes constitutifs, elle arbore phie table poltronnerie que de redouter une une société composée de déistes conune enseigne où il est dit sur sa éventualité. boutique pareille vaincus une raison on qui, pour pour travaille à la gloire d'un certain qu'elle A côté des imbéciles et des cerveaux une autre, n'ont pas Aroulu définir leur — il Grand Archictecte de l'Univers. a en il dont effet, y je parle, plats croyance dans les statuts fondamentaux Bien qu'elle inscrive sur cette enseigne, en existe même dans les rangs maçonnide leur ordre, mais qui n'en affirment et tant qu'elle y a intérêt, qu'elle travaille fois éclairés desFrançaisquijUne moins leur déisme dans ques,— les occasions pas elle à la gloire du Grand Architecte, sur la situation, n'admettront jamais que les plus solennelles comme dans les cirGrand ce de renier Architecte, la vie de la nation soit jetée comme enjeu s'empresse constances les plus insignifiantes. dès qu'elle se sent libre de toute condans la lutte religieuse par les despotes D'un autre côté, à défaut dé théorie trainte. 11 y a aussi des citoyens des arrière-loges. nous formulée philosophique, voyons bien qu'elle proclame la liberté s qui ont la conscience assez haute pour Enfin, dans les statuts maçonniques l'obligation elle mène une i surmonter leurs préventions, ces prévenà « la tolérance », au « respect de toutes . absolue de conscience, et justifiées, les opinions religieuses » ; nous y voyons . guerre fanatique contre l'état de conscience ; tions leur parussent-elles des droits les de sacrifier refuser « catholique: la liberté absolue pour de consproclamée de là moitié de c'est-à-dire donc ï catholiques, serait-elle La Franc-Maçonnerie cience ». De telle sorte que si la Francfanatisme de et au l'intérêt ? ? à la société incohérente une tout nation, senible le simplement Maçonnerie pratiquer déisme, - quelques milliers de sectaires d'ailleurs elle se donne comme admettant néan- . On serait fondé à le croire et on se trouà notre race. fortifié dans cette verait d'ailleurs , étrangers moins toutes les convictions opinion, 3 religieuses si on ne considérait que là pauvreté inOn ne peut que gagner à regarder les ou àhti-religiëùses. Â situations en face. Si redoutable que soit celle qui nous occupe ici, l'heure est venue de ne plus reculer devant elle. Mais la vérité est-elle là où je crois la voir? Y a-t-il vraiment, unité dans la direction de l'action maçonnique générale si contraires malgré tant d'apparences habilement combinées? Nous avons sou11 de ces apparences. levé quelques-unes aller au coeur même de faut maintenant la question. (A suivre.) P. COPIN-ALIJANCBLLI. BAS LES TYRANS maçon de « la plus internationale des Ma- le Très Illustre F.'. Dalsace, délégué du çonneries »)' qui, au mênie Congrès dé 188!); Giv. Orient d'Italie (pays monarchique , que vu se charger, en un pathos aussi maçonnile Très Illustre Frère.-. Edunrdô de Puga, que qu'indigeste, d'affirmer Vuhité des vues délégué du Giv. Orient national d'Espagne de la Franc-Maçonnerie Universelle : '.pays monarchique , que le Très Illustre Frère E. Slephanos, délégué du G.-. O.-. d'A« Je suis donc heureux, moi, maçon écossais, thènes (pays monarchique), que le Très qui me déclare aujourd'hui nettement maçon de Illustre Frère .losé Francisco Vegas, délégué France {Vive approbation et appliudissemenls du G.-. O.-. de Portugal (pays-"monarchique), de saluer ici avec nous et d'applaudir prolongés), les représentants de !a glorieuse et libre Amé- que le Très Illustre Frère Kuhe, .de l'O.-. de rique, de l'Angleterre, dont une colonie est ici Melbourne (colonie de la monarchique Anreprésentée, qui fut jadis considérée par l'his- gleterre) ; — comment se fait-il, dis-je, que loire, el qui le sera encore, comme l'alliée de la ces Très Illustres Frères aient applaudi au Fronce pour la conquête de la liberté (1), de la vo>u de République Universelle du F.-. Desvaillante et généreuse Espagne; qui a su oublier mons, sans être en opposition avec les dele mal que notre nation, sous les auspices d'un voirs de de dignes sujets soumis loyalisme scélérat historique, de Napoléon 1er,avait com- aux de leurs patries Constitutions royales mis envers elle et envers l'humanité et qui, CONTRADICTIONS MAÇONNIQUES aujourd'hui, sait comprendre que la nation respectives? : dans ce Enfermons-les dilemme être ne trois peut française, après générations, Frères.-, sont, des Illustres Ou Très ces lui tend et des actes d'un criminel responsable Un son de cloche ] la main par delà des Pyrénées. (Applaudisse- conspirateurs souhaitant le bouleversement * « Vive la Répidilù/ue universelle! ments.) Je salue avec bonheur la Belgique, et en allant jusqu'à publier dans sation. "'.."'._. un journal réactionnaire des phrases mépri11n'y avait pas.d'objection possible contre un (Suite) santes et des accusations mensongères contre la ! raisonneinent si simple et en 'face d'une' attitude Société à laquelle j'avais juré fidélité. L'orateur : si-nette.-Aussi une plainte fut-elle, sans plus.de terminait son réquisitoire, en me vouant au' retard, déposée:'contre ..moi. Le Vénérable en J'avais un moyen certain d'obliger la Franc' la les enfants de Veuve. de tous donna lecture. Elle m'accusait d'avoir, manqué, Maçonnerie à la riposte, c'était d'accentuer tel- mépris Je fus frappé des expressions particulièrement' à mes engagements maçonniques pendant la lement mon offensive-que les frères ne pussent s'y dérober sans paraître reculer. Je résolus de injurieuses dont avait usé l'orateur qui venait période électorale. de parler. Je réfléchis que peut-être avait-on C'était tout ce que je voulais, et je sortis imsuivre cette tactique. Dès que la campagne électorale fut terminée résolu de m'amener à des violences de langage médiatement du temple ainsi qu'il est prescrit à Je une les à des ou accusé maçonniques. candidat soutenais et qui justifieraient tout règlements la victoire'du provocations par que je par contre moi. Ma n'avais plus qu'à attendre l'instruction de mon mise en accusation de demande de l'adversaire la retentissante francdéfaite par bien ce était accusation en mise au que je pour- procès. d'écrire vénérable de la me hâtai maçon, je comsur mon la voulais basée mais suivais P. COPIN-ALBANCELLI. dont le l'Avant-Garde je ; maçonnique (A suivre.) loge j'étais premier surveillant, pour lui demander de mencement de campagne anti-maçonnique et : JA.GQUIN,, L'Imprimeur-Gérant > à la un sur et non discipline à l'ordre du jour de manquement vouloir bien me porter pas de l'Echiquier, Paris. rue 46, la tenue d'octobre comme devant faire une. intérieure. Je voyais à cela un grand avantage