Vous êtes sur la page 1sur 5

Concertation sur la révision

du Plan d’Occupation des Sols


MAGNY-LES-HAMEAUX
Vers un Plan Local d’Urbanisme
Saint-Quentin-en-Yvelines

➜ L’avenir de votre commune


dépend de vous 1
Soucieuse de répondre tant aux besoins de sa population
qu’aux nouvelles législations (loi SRU et charte du PNR), la
municipalité à demandé au SAN, responsable de la procédure,
de lancer la révision de son plan d’occupation des sols (POS),
bientôt remplacé par le Plan Local d’Urbanisme (PLU). Plus
qu’un changement de nom, cette modification constitue une
véritable mutation. D’une part, elle implique la population
à travers une concertation qui répond à un réel souci
démocratique, d’autre part, il est nécessaire de concevoir
un projet territorial à long
terme qui prend en compte
le développement durable en
conciliant le développement
urbain, la préservation des
espaces affectés aux activités
de loisirs, agricoles et la
protection des espaces naturels.
Participez au devenir
de votre ville. ■

Pour en savoir plus, adressez-vous au Service Urbanisme


➜ Déjà trois siècles
L
e développement urbain aidant, la
commune soutient l’essor des activités
commerciales, qui se concentrent
d’histoire dans sa partie sud-est, et ce, malgré
l’éloignement des gares SNCF - RATP et des
routes à grande circulation. Cet isolement
De Malliacum à Magny Lessard, l’appellation associé à la géographie particulière
actuelle de la Commune de Magny-les-Hameaux de la ville, ont notamment contribué à
l’enclavement de la commune et pour partie,
est apparue vers 1788. Appartenant historique- au ralentissement du développement

➜ Un développement par étapes


économique sur le plateau.
ment à la région de l’Hurepoix et administrati-
vement à celle d’Ile de France, Magny-les-
Hameaux est passée d’un village solitaire situé
à 30 km de Paris, entouré de bois et vallons
à une situation exceptionnelle de commune de
liaison entre la ville nouvelle de SQY et le PNR
• Les hameaux, essentiellement centres
de la Haute Vallée de Chevreuse. des activités agricoles, sont devenus, pour
La richesse du patrimoine architectural
partie, des zones d’habitation et d’activi-
et culturel de la commune est appréciable
tés bénéficiant d’un environnement à travers le Musée national des Granges
exceptionnel dont le maintien constitue de Port-Royal, l’église Saint-Germain, la
un des enjeux majeurs du PLU. Le déve- Chapelle Lacoste et la qualité architecturale
loppement des activités agricoles aux du bâti dans les hameaux.
fins économiques et de traitement du
paysage, reste une priorité.
• L’urbanisation du sud-est de la com-
mune a démarré avec l’implantation des
jardins ouvriers à Cressely et ses abords
qui deviennent progressivement un
2
bourg résidentiel. Ce quartier se densifie
et s’étend grâce à de nouveaux lotis-
sements: les contours des futurs quartiers
Entre les XVIIe et XXe siècles, aux alentours du de la Croix aux Buis et de l’Hôtel de Ville
Par ailleurs, la ville dispose de nombreux
équipements: des équipements administra-
village et son église, ont été implantés les se dessinent. tifs, avec l’Hôtel de Ville, le Centre Social
Albert Schweitzer…, des équipements cultu-
hameaux de Romainville, Buloyer, Brouessy, • Vers 1945, on assiste à l’ouverture de
rels et sportifs avec notamment l’Estaminet
sites de recherche agricole (INRA à
Villeneuve et Gomberville. Brouessy) et météorologique.
et deux gymnases… et des équipements
scolaires: crèche, groupes scolaires…
L’activité agricole était • Au début des années 70, le village
l’élément central de la vie solitaire change de visage : réalisation
du lotissement « les Cottages » et du
communale.
Quartier du Buisson. La commune ac-
Sur plus de 27 km de limites territoriales, Magny cueille 1 216 logements supplémentaires
et plus de 4 000 nouveaux habitants.
jouxte les communes de Trappes, Montigny,
• 1994, signature d’un contrat de ville: le
Voisins, Guyancourt, Villiers-le-Bâcle, Quartier du Buisson, classé zone urbaine
St-Lambert, St-Rémy, Milon et Châteaufort. sensible, fait partie désormais des sites
prioritaires de la politique de la ville.
Traversée par les affluents de l’Yvette que sont Sa restructuration réussie en fait un ➜ Magny-les-Hameaux : une double identité
quartier à part entière, relié à Cressely à
le Rhodon et la Mérantaise, la commune se Une des caractéristiques de la commune Gomberville (1980), du Mérantais (1986), Point d’intersection géographique entre
la jonction de la rue J. Le Marchand et est sa situation particulière en Ville des Jeunes Bois (2000) et la réalisation ces deux entités, la commune compte
caractérise aussi par son relief : un plateau de la Place du 19 mars 1962. La consoli- Nouvelle de Saint-Quentin-en-Yvelines de quartiers, d’équipements scolaires, transformer cette particularité en atouts
central limité par les vallées du Rhodon au sud dation des acquis de cette opération est (depuis 1970) et dans le périmètre du culturels, sportifs et de loisirs. pour conforter son identité.
l’objectif visé à travers la convention Parc Naturel Régional de la Haute vallée L’attachement de la commune de Magny
et celle de la Mérantaise au nord. territoriale 2002-2006. des Chevreuse (PNR) depuis 1985. La à son environnement lui fait adhérer
A la même période est élaborée la pre- commune a su allier ces deux identités naturellement au PNR. La commune
mière version du projet «cœur de ville» et tirer profit de cette double apparte- s’inscrit ainsi dans les normes de protec-
dont le dimensionnement est revu à la nance: le dispositif intercommunal tion de l’environnement : dépollution
baisse pour donner le projet « Centre (SAN) s’est avéré être un excellent levier des rivières, aménagement d’espaces
Bourg», en cours de réalisation. Ce nou- pour le développement économique naturels, préservations et mise en valeur
veau projet vise une mixité sociale et la à travers la mise en place des parcs des exploitations agricoles et des bois,
diversification des activités. ■ d’activités du Bois des Roches (1978), de limitation de l’urbanisation.
➜ Un projet de territoire mis en œuvre
par la révision du Plan d’Occupation des Sols
Pourquoi une révision générale du territoire de Magny et les grandes
du POS valant PLU ? orientations de la commune.
Deux raisons expliquent cette démarche. ➜ Un projet d’aménagement et de
Tout d’abord, la municipalité souhaite développement durable (PADD) qui a
s’appuyer sur son passé pour réaliser un pour fonction de présenter le projet
réel projet de territoire réfléchi, cohé- de la commune pour les années à venir.
rent et correspondant aux attentes de la
➜ Un règlement qui s’impose à tous.
population et la nécessité absolue de
prendre en compte le développement ➜ Des documents graphiques définis-
durable. sant un plan de zonage et délimitant
des espaces spécifiques: espaces boisés
Ensuite, la loi SRU du 13 décembre 2000,
classés, emplacements réservés, secteurs
indique dans ses dispositions la néces-
à risque (zones innondables, marnières,
sité de prendre en compte un certain
anciennes carrières...).
nombre de critères: renouvellement ur-
bain, diversité de l’offre de logements, ➜ Des annexes (ordures ménagères, liste
mixité des fonctions urbaines, dévelop- des voies bruyantes...).
pement durable et recherche de cohé-
rence territoriale. LEXIQUE
PADD Projet d’aménagement et de

3
développement durable
PDU Plan de déplacements urbains
PLH Plan local d’habitat
PLU Plan local d’urbanisme
POS Plan d’occupation des sols
SCOT Schéma de cohérence territorial

MAGNY EN CHIFFRES
La municipalité s’appuie sur cette loi SUPERFICIE
pour lancer une réflexion globale sur le
1664 ha dont 20% urbanisés, 60%
territoire communal (environnement
de surface agricole et 19% de forêts
naturel, développement économique,
et 1% d’étangs et cours d’eau.
social et urbain, désenclavement).
ÉVOLUTION DÉMOGRAPHIQUE
Qu’est ce que le Plan Local ET PROFILS SOCIOPROFESSIONNELS
d’Urbanisme ?
De 413 habitants en 1896 à 9143
A la différence du POS qu’il remplace, le habitants en 2002.
PLU est un document d’urbanisme por-
teur d’une logique d’aménagement et LIGNES DE TRANSPORT EN COMMUN
d’affectation des sols. Il couvre l’intégra- 9 lignes de bus passent par Magny-
lité du territoire communal, il est le les-Hameaux.
document de référence de toutes les
LOGEMENTS
opérations d’aménagement à l’échelle
de la commune. Le PLU doit respecter les 3138 dont 1063 de logements locatifs
principes légaux fixés par le code de l’ur- aidés (soit 33%).
banisme et les orientations définies par
VIE ÉCONOMIQUE
les documents supra communaux (Char-
te PNR, SCOT, PLH, PDU). Le PLU intègre 180 artisans-commerçants-entreprises;
une réflexion en matière de logements, 30 professions libérales;
de transports, d’équipements, de com-
60 secteurs d’activités;
merces, de traitement de l’espace public
3 zones commerciales : Hôtel de Ville,
et de protection de l’environnement.
Le Buisson, Cressely;
Quel contenu pour le PLU ? 4 parcs d’activités : Magny-Mérantais,
Gomberville, Jeunes Bois et Bois des
➜ Un rapport de présentation compre-
Roches.
nant notamment un diagnostic complet
➜ Les objectifs du Plan Local d’Urbanisme
pour Magny-les-Hameaux
L a commune de Magny, à travers la révision du POS valant PLU,
vise les objectifs de développement suivants:
➜ le désenclavement de la commune par l’amélioration des dé-
placements, en favorisant les transports en commun et la fluidité
de la circulation vers le centre de l’agglomération de Saint-Quen-
tin-en-Yvelines, en réservant une attention toute particulière aux
cheminement dits “doux”;
➜ l’utilisation économe de l’espace;
➜ la préservation des espaces agricoles et naturels;

4 ➜ le maintien et le développement des activités économiques


et commerciales;
➜ la finalisation de la cohérence de la commune avec, notam-
ment, l’achèvement du centre bourg.

➜ Qu’est ce qu’une procédure de concertation ?

L
a loi du 13 décembre 2000, relative à la • un affichage en Mairie de Magny-les- d’une urne et d’un registre destinés à
solidarité et au renouvellement urbain Hameaux et au SAN de Saint-Quentin-en- recueillir les avis et suggestions du public;
soumet toute révision du POS valant Yvelines pendant toute sa durée avec une
• une publication d’articles dans la presse
PLU à une obligation de concertation asso- mention dans le bulletin municipal de la
municipale, l’édition et la distribution d’une
ciant les habitants, les associations locales délibération du Comité Syndical du SAN
plaquette d’information sur la révision du
et toutes les personnes intéressées par le portant prescription de la révision du PLU et
POS valant PLU;
devenir de la commune, pendant toute la fixant les modalités de ladite concertation;
durée d’élaboration du projet de révision. • l’organisation de réunions publiques.
• l’organisation d’une exposition évolutive
La concertation vise à associer la population et la mise à disposition du public d’un En outre la délibération susvisée fera l’objet
à l’élaboration d’un projet de territoire, à la dossier, à l’hôtel de ville de Magny-les- d’une mention dans au moins un journal
différence de l’enquête publique qui porte Hameaux, aux heures et jours d’ouverture régional ou local diffusé dans le départe-
sur un projet déjà arrêté. La concertation habituels, dont les contenus seront alimen- ment et d’un avis public placardé dans
se déroule dès la prescription de la révision tés au fur et à mesure et en fonction de l’ensemble des panneaux municipaux
du PLU jusqu’à l’arrêt du projet selon les l’avancement du diagnostic communal et d’affichage et au SAN. ■
modalités suivantes: des études. Ce dispositif sera accompagné

➜ Les étapes de la procédure


2003 2004 2005 2006

Octobre 2003
Délibérations au Conseil Municipal
et au SAN pour révision du POS

Concertation avec la population, les associations (18 mois)

Élaboration: études préliminaires, conception du contenu (18 mois)

Consultation des services de l’État et autres


personnes publiques associées (3 mois)
Enquête publique
(entre 4 et 7 mois)
Délais
d’opposabilité
(2 mois)
Courant 2006
Approbation du PLU
par le Conseil Municipal et le SAN
➜ Révision simplifiée du POS sur le domaine
de la Solitude du Mérantais

P
arallèlement à la procédure de révi- Afin de faire aboutir ce dossier dans les Les modalités de la concertation
sion globale du POS valant PLU, meilleurs délais, le SAN a souhaité mettre Le Comité Syndical du Syndicat d’Agglo-
est mise en œuvre une procédure en place une révision simplifiée, procé- mération Nouvelle a donc fixé, par
de révision simplifiée aux modalités de dure plus rapide qu’une révision globale. délibération, les modalités de cette
concertation adaptées sur le domaine La réalisation de ce projet nécessitant une concertation comme suit:
de la Solitude du Mérantais. révision du POS, une concertation asso- • affichage au siège du SAN et en mairie
Pourquoi une révision simplifiée ? ciant les habitants, les associations locales de Magny-les-Hameaux pendant toute
et les autres personnes concernées doit la durée de la concertation et mention
Le SAN s’est engagé dans l’implantation
être également mise en œuvre. dans le bulletin municipal de la présente
d’un équipement collectif à vocation so-
ciale et sanitaire dans le site du Domaine Dans le cadre de la révision simplifiée, délibération;
de la Solitude du Mérantais, propriété procédure spécifique à ce type de projet • mise à disposition du public d’un dos-
foncière bâtie acquise par le SAN en présentant un caractère d’intérêt géné- sier, en mairie de Magny-les-Hameaux,
décembre 2000. ral, cette concertation doit se dérouler aux heures et jours d’ouverture habituels,
jusqu’à ce que la révision soit approuvée dont le contenu sera alimenté au fur et à
par le comité syndical du SAN. mesure et en fonction de l’avancement
Un projet à vocation sociale du des études, des avis et suggestions du
Cet équipement devrait, notamment, public. Ce dispositif sera accompagné
intégrer une structure d’accueil de jour d’une urne et d’un registre destinés à
pour les personnes atteintes de la recueillir les avis et suggestions du public.
maladie d’Alzheimer. En outre la délibération susvisée fera
Il sera aménagé, pour l’essentiel, en l’objet d’une mention dans au moins un
réutilisant les bâtiments existants dont journal régional ou local diffusé dans le
disposait la congrégation religieuse qui département et d’un avis au public
occupait initialement les lieux. placardé dans l’ensemble des panneaux
d’affichage municipaux et au SAN. ■