Vous êtes sur la page 1sur 56
C o n f é r e n c e d e s C o
C o n f é r e n c e
d e s
C o n s e i l l e r s
c o m m u n a u x
d e
l a
R i v i e r a
C a s e
p o s
t a
l
e
1
1
8
1
8 1
4
L a
T o u r -
d e - P
e i
l
z
w w w . c o n s e i l
- r
i
v
i e r a
. c h
RIVIERA :UNE VILLE
Limites de la régionalisation
et
perspectives d'une fusion
Limites de la régionalisation
et
perspectives d'une fusion
RAPPORT 2009

CCR

RIVIERA :UNE VILLE

TABLE DES MATIERES

1. INTRODUCTION

Démarche

p. 2

2. RIVIERA, DES PREMIERES ACTIVITES REGIONALES A AUJOURD’HUI

2.1. Éléments d’histoire

 

p. 5

2.2. Premières activités régionales

p. 6

2.3. Appellation Riviera

p. 7

2.4. Données démographiques

p. 7

2.4.1.

Troisième ville de Suisse romande

p. 8

2.5. Données économiques

 

p. 8

2.5.1.

Fiscalité et finances de communes

p. 9

2.6. Collaborations intercommunales

 

p. 12

2.6.1. Lourde charge des représentations régionales

p. 13

2.6.2. Possibilités de développement

p. 14

3. QUELLES PISTES CONSTITUTIONNELLES POUR DEMAIN ?

3.1. Instruments fédéraux de régionalisation

 

p. 16

3.1.1. Projet-modèle

p. 16

3.1.2. Projet d’agglomération

p. 17

3.2. Instruments cantonaux de régionalisation

 

p. 18

3.2.1. Fédération de communes

p. 18

3.2.2. Agglomération

p. 19

3.3. Fusion

p. 20

3.3.1.

Projet fiscal favorable aux fusions en préparation

p. 22

4. VISION DE LA RIVIERA DE DEMAIN

4.1. Situation actuelle

 

p. 23

4.2. Avantages de la fusion

p. 24

4.2.1. Obstacles à franchir

p. 25

4.2.2. Identité communale

p. 25

4.2.3. Quelques exemples de changements positifs pour les citoyens

p. 26

4.3. Le moment d’agir

 

p. 29

4.3.1. Une bonne communication, gage de réussite

p. 30

4.3.2. Nécessaire volonté politique

p. 30

5. ANNEXES

5.1. Altitude et superficie des communes

 

p. 31

5.2. Sièges dans les parlements communaux

p. 32

5.3. Les dix communes de la Riviera en chiffres

p. 33

5.4. Tâches régionalisées

p. 41

5.5. Représentations municipales / Commune de Vevey /2006-2011

p. 46

5.6. Développement des pistes constitutionnelles

p. 49

CCR

RIVIERA :UNE VILLE

1 INTRODUCTION

La Riviera s’est fortement développée ces dernières années, à l'instar de l’ensemble de l’arc lémanique. Cet espace aux contours géographiques bien délimités entre le Lac Léman et les Préalpes, Lavaux et la Vallée du Rhône, s’étend sur près de 100 km 2 et compte aujourd’hui 74'000 habitants (cf. annexe n° 5.1). Vue de l’extérieur, la Riviera apparaît déjà comme une agglomération. Or, elle est aujourd’hui divisée en une dizaine de communes, dont trois de plus de 10'000 habitants: Montreux, La Tour-de-Peilz et Vevey.

La plus grande partie des structures institutionnelles locales remontent au milieu du 19 e siècle, à l’époque de la naissance de la Confédération helvétique. Conséquence de cette longue hibernation institutionnelle : aujourd’hui, ce ne sont pas moins de 650 Conseillers communaux et 54 Municipaux qui ont pour mission de gérer les dix communes de l’espace Riviera. On peut légitimement s’interroger sur le bien-fondé d’un tel nombre d’élus, alors que les décisions importantes sur le plan régional sont prises actuellement par de petites délégations dans le cadre d’organismes intercommunaux (cf. annexe n° 5.2).

 

Sièges dans les parlements communaux

Canton

Ville (Commune)

2006

NE

La Chaux-de-Fonds

1.12

BE

Biel/Bienne

1.22

NE

Neuchâtel

1.27

VD

Riviera : une ville (100 Conseillers)

1,35

GE

Carouge (GE)

1.63

FR

Fribourg

2.39

VD

Montreux

4.31

VD

Vevey

5.9

VD

Riviera : 10 communes (650 Conseillers)

8.78

VD

La Tour-de-Peilz

9.06

Tableau n° 1 : Nombre de sièges pour 1'000 habitants (Source : www.scris.vd.ch adaptée)

On recense sur la Riviera une pléthore d’organes régionaux (plus de 70) aux statuts juridiques les plus divers qui sont vont de simples conventions à des associations de communes avec exécutif et Conseil de délégués. Leur gestion est souvent mal maîtrisée en raison de leur complexité et de la dilution des responsabilités. Cette situation provoque parfois des dérapages coûteux pour les contribuables de la région.

Mais l’évolution quantitative des coopérations intercommunales démontre aussi l’excellente ouverture des autorités à vouloir collaborer. Cependant, le développement d’un niveau intermédiaire de décision ne va pas sans poser des problèmes, le principal d’entre eux se manifestant par l’existence d’un grave déficit démocratique. Les projets d'importance régionale

CCR

RIVIERA :UNE VILLE

sont en effet souvent concoctés en petit comité, de manière technocratique et administrative. Les Conseils communaux, en travaillant de manière cloisonnée, ne participent pas concrètement au processus et sont confinés la plupart du temps à être de simples chambres d’enregistrement.

En 2005, une trentaine de Conseillers communaux de la Riviera issus de sensibilités politiques diverses ont créé la CCR, la Conférence des Conseillers communaux de la Riviera, ouverte aux membres et aux anciens membres des Conseils communaux ou des Municipalités. Le but de la CCR est d’offrir, sans a priori, une plateforme de réflexion et d’action sur la régionalisation. Entre autres, elle a lancé des suggestions pour éviter que les collaborations intercommunales ne se poursuivent dans de seuls petits cénacles, ignorant les élus de la base politique, avec le risque de créer des blocages et autant de frustrations. Ainsi a-t-elle étudié, par exemple, la création au niveau communal d’un service et d’une commission permanente pour les affaires régionales afin de les rendre politiquement plus visibles. Elle a aussi demandé que la Conférence des syndics de la Riviera et son bras administratif, le Service des Affaires Intercommunales (SAI), communiquent mieux et deviennent plus transparents afin de rendre les enjeux régionaux plus perceptibles aux citoyens.

La CCR a finalement décidé d’empoigner le problème de la régionalisation à la base, pour susciter un débat sur l'avenir de la Riviera qui ne se cantonne plus aux sphères dirigeantes, dans le but que les Conseillers communaux et les citoyens s’en emparent et participent de manière concrète à l’avenir de leur région. Ce faisant, la CCR ne fait que mettre en pratique les idées retenues par le Plan Directeur Régional (PDR) adopté en 2001 par toutes les communes du district de Vevey.

Sans idée préconçue, un groupe de travail de la CCR s’est mis à la tâche. Il s’est efforcé de réunir une série de documents permettant d’établir une « radiographie » de la Riviera et de mettre en évidence ses potentialités sur divers plans, notamment démographique, économique et fiscal. Il a également exploré et étudié les différentes solutions d’ordre institutionnel susceptibles améliorer la situation actuelle. La CCR ne s’est pas contentée de dénombrer les diverses possibilités institutionnelles existantes. Après les avoir analysées, elle a décidé de trancher en prenant clairement position en faveur d’une fusion des dix communes de la Riviera et manifeste ainsi sa volonté de lancer le processus de leur regroupement. Participant activement au lancement de ce débat, elle se promet maintenant de susciter de prochaines initiatives politiques.

Le rapport du groupe de travail de la CCR ne doit pas être lu comme celui de spécialistes et/ou de professionnels. C’est à la fois sa limite et sa force : rédigé par des Conseillers communaux, des élus de la base, directement confrontés aux problèmes de la régionalisation, il n’a donc aucunement pour but de concurrencer ou de s’opposer à d’autres études à venir sur le thème de la régionalisation. Sa principale ambition est d’apporter la contribution de miliciens au problème politique No 1 de la Riviera : l’avenir de la régionalisation et la défense de la solution - la plus opportune à ses yeux – consistant en une fusion de l'ensemble de ses 10 communes.

CCR

RIVIERA :UNE VILLE

2 DES PREMIERES ACTIVITES REGIONALES A NOS JOURS

2.1 Éléments d'Histoire

REGIONALES A NOS JOURS 2.1 Éléments d'Histoire Depuis des temps très reculés, l’homme a habité la

Depuis des temps très reculés, l’homme a habité la Riviera. On a trouvé à Villeneuve un habitat paléolithique, le premier découvert sur sol vaudois, d’une époque estimée à 8000 ans avant J.-C. A Vevey, des traces de l’activité humaine remontent jusqu’à environ 2000 ans avant J.-C. On y a trouvé aussi des vestiges gallo-helvètes de l’âge de la Tène, vers 400 ans avant J.-C.

A l’époque romaine, Vevey - Vibiscum en latin - se trouve à un important carrefour de la voie impériale menant de l’Italie à Avenches, la capitale de l’Helvétie romaine. Cette voie se scinde à Vevey en deux embranchements : le premier se dirige vers Oron, Moudon et Avenches, alors que le second suit le bord du lac jusqu’à Genève, en passant par Lausanne et la Colonie équestre de Nyon. Dès cette époque et pendant des siècles, Vevey devient un port très actif de la navigation sur le Léman jusqu’à la concurrence d’un réseau routier plus performant à la fin du 16 e siècle.

Au moyen-âge, la région devient stratégiquement importante pour contrôler le Pays de Vaud et le Valais. Plusieurs familles féodales vont détenir et se disputer les droits sur la région, comme les seigneurs de Blonay et d’Oron, les comtes du Genevois et de Savoie, sans oublier les évêques de Lausanne et de Sion qui détiennent alors un pouvoir temporel.

Dès le 13 e siècle, la Maison de Savoie va jouer un rôle prépondérant. Elle édifie une ville comme Villeneuve et des ouvrages de protection, crée et agrandit des châteaux, à Chillon ou à La Tour-de-Peilz, par exemple.

En 1536, les Bernois mettent fin à la domination du duc de Savoie en s’emparant du Pays de Vaud. Ils imposent la religion réformée. Leurs Excellences de Berne administrent le baillage de Vevey formé des deux anciennes châtellenies de Vevey et Chillon. Ce baillage comprend la partie du district moderne sis à l’est de la Veveyse, soit sans le cercle de Corsier, mais avec la commune de Villeneuve en plus. Déjà, ce baillage représente la plus grande partie de la Riviera actuelle.

Les idées de la Révolution française de 1789 font leur chemin et, le 24 janvier 1798, les habitants du baillage de Vevey, comme la plupart de autres habitants du canton, se libèrent du joug bernois. En avril 1803, la Riviera devient libre dans le cadre de la proclamation d’un nouveau canton suisse souverain, le Canton de Vaud.

Depuis le début du XIXe siècle, la région s’est développée à partir de deux pôles différents. Les activités commerciales, industrielles, artisanales, administratives et culturelles ont plutôt prospéré à Vevey et dans ses alentours, alors que Montreux, dès le XIX e siècle, s’est

CCR

RIVIERA :UNE VILLE

essentiellement consacrée au tourisme, avec succès, malgré la crise des années 1920-1930. Conséquence : Montreux est aujourd’hui la localité la plus importante de la Riviera en nombre d’habitants, alors que pendant des siècles c'est le chef-lieu qui l'a été.

2.2 Premières activités régionales

C’est essentiellement grâce à des initiatives privées, en particulier dans le domaine des transports, que naissent les prémices de services communs pour l’ensemble de la région.

En 1838, se crée un service de messageries Montreux-Vevey qui développera le premier service omnibus à chevaux. Puis, en 1861, la ligne ferroviaire du Simplon voit le jour. Ensuite, un réseau régional dense de trains et de funiculaires est tissé. Il est encore aujourd’hui en grande partie en fonction. Il dessert les hauts de la Riviera, jusqu’aux sommets des Pléiades et des Rochers-de-Naye. Le tramway Vevey-Chillon est inauguré en 1888. C’est la première fois en Europe que l’électricité est utilisée pour mouvoir ce type de véhicule. Il sera remplacé, comme à Lausanne et ailleurs, par des trolleybus.

En 1861 encore, une usine à gaz de houille est construite à Vevey. Son réseau s’étend bientôt de Rivaz jusqu’au Chablais, avant d’être développé au gaz naturel durant la seconde moitié du siècle passé grâce à l’apport d’un gazoduc, en partie immergé dans le lac.

Depuis 1886, le courant électrique est fourni par la Société électrique Vevey-Montreux, qui fait alors partie de la Société romande d’électricité. Aujourd’hui, à la suite d’une série de restructurations dans le secteur, c’est Romande Energie qui dessert la région.

En 1899, le Service des Eaux de Vevey-Montreux (SIEVM), propriété des communes de Corseaux, Corsier, Vevey, La Tour-de-Peilz, le Châtelard-Montreux, les Planches-Montreux et Veytaux, a été constitué pour reprendre et développer le réseau des Eaux des Avants, société privée constituée en 1868. En 1998, le SIEVM a fusionné avec le Service intercommunal d'épuration des eaux et du traitement des gadoues (SIEG), puis en 2002 avec le Service intercommunal des denrées alimentaires (SIVD) pour donner naissance à l'actuel Service intercommunal de gestion (SIGE).

Dès le milieu du 19 e siècle, on constate donc que des activités régionales naissent de la nécessité de regrouper les forces pour profiter du gaz, de l’électricité, de l’eau et de l'épuration et des transports publics. Les limites communales deviennent trop étroites pour produire et gérer de manière autonome de tels tâches et besoins.

De plus, l a construction de l’A9 et de l’A12, dès les années 70, fait de la Riviera un carrefour autoroutier d’importance européenne.

CCR

RIVIERA :UNE VILLE

2.3 Appellation Riviera

L’apparition du nom « Riviera » est relativement récente : il ne figure pas dans les livres

d’histoire. Cette appellation a d’abord été utilisée pour la station de Montreux lorsque celle-ci

a connu son expansion touristique. Son climat agréable, sur le bord du lac où poussent des

essences exotiques, fait penser à d’autres stations touristiques sur le littoral méditerranéen italien et français. C’est de là que provient, par analogie, l’appellation Riviera. L’usage étendu du mot Riviera est apparu en 1971, lorsque le quotidien 24-Heures s’est doté d’une première rédaction régionale. Il s’agit alors pour l’éditeur lausannois de ne pas froisser les susceptibilités des habitants de Vevey ou de Montreux. Ceux-ci bénéficiant jusqu’alors de journaux locaux bien typés, dont les titres reprenaient les noms des villes de Vevey et Montreux. C’est finalement le nom de Riviera qui a été choisi pour désigner les pages qui couvrent l’actualité de l’ensemble de la région.

En une trentaine d’années, le mot Riviera est tellement entré dans les mœurs qu’il a été adopté de fait. Le Plan Directeur Régional de 2001 lui-même reprend cette appellation pour désigner l’entité que représente la région. Ce mot n’a suscité aucune critique ni controverse quand le Grand Conseil a modifié le nombre des districts du canton de Vaud et que le nom de Riviera (et non plus celui du chef-lieu Vevey) a été choisi pour désigner le nouveau district lié administrativement au Pays d’Enhaut.

L’avantage d’un nom générique comme Riviera est qu’il ne met plus en avant une localité plutôt qu’une autre. Cela participe sans aucun doute au renforcement d’un esprit régional et

à l’effacement de l’esprit de clocher. La connotation positive de l’appellation Riviera est

également un atout à ne pas négliger. Il n’est d’ailleurs que de constater, dans cette évolution, combien de sociétés, institutions ou clubs de vocations ou d’horizons les plus divers ont adopté cette dénomination au cours des dernières années (Caisse d’Epargne Riviera, Hôpital Riviera, Office du Tourisme Riviera-Lavaux, etc.).

2.4 Données démographiques

L’ancien district de Vevey, qui a délimité la région jusqu’au début de ce siècle, se divisait en quatre cercles : Corsier, Vevey, La Tour-de-Peilz et Montreux, soit onze communes, ceci avant la fusion en 1962 de Montreux-Châtelard avec Montreux-Planches.

En 1803, Montreux compte 2’520 habitants et Vevey 3'786 ; en 2006, ces deux communes comptent respectivement 23’000 et 17’000 habitants.

En 1950, le district de Vevey compte 43’000 habitants et, en 1960, 49’000 habitants. En 2009, les habitants de la Riviera sont au nombre de 74'000. Cette forte croissance démographique est liée au développement de la région lémanique qui déborde de plus en plus de l’axe principal Lausanne-Genève.

CCR

RIVIERA :UNE VILLE

2.4.1 Troisième ville de Suisse Romande

La création d’une entité politico-administrative de quelque 74’000 habitants sur la

Riviera la situera au troisième rang romand, derrière Genève et Lausanne, et au

septième rang suisse, devant St-Gall.

Ville (commune))

Population résidente permanente 2007

Zürich

358'540

Genève

179'971

Basel

163'521

Bern

122'658

Lausanne

119'180

Winterthur

96'462

Riviera

74'000

St.Gallen

71'126

Luzern

58'381

Lugano

50'603

Biel/Bienne

49'353

Thun

41'642

Köniz

37'448

La Chaux-de-Fonds

36'779

Fribourg

33'836

Schaffhausen

33'693

Neuchâtel

32'664

Chur

32'513

Vernier

31'160

Uster

30'761

Tableau n° 2 : Population dans les villes de plus de 30'000 habitants (Source : www.badac.ch)

2.5 Données économiques

La Riviera est située à un carrefour européen. Elle dispose d’infrastructures modernes et

bénéficie d’un tissu économique varié. Des entreprises d’envergure mondiale y sont installées,

comme Nestlé, la plus grande multinationale alimentaire du monde qui emploie 265’000

collaborateurs dans 80 pays. A son siège de Vevey travaillent quelque 1’600 employés auxquels il

faut ajouter environ 300 employés sur le site de La Tour-de-Peilz. Le géant pharmaceutique Merck-

Serono, qui investit actuellement un demi-milliard de francs à Corsier-sur-Vevey, fait aussi la

renommée économique de la région. Ces grandes entreprises attirent de nombreux cadres,

scientifiques et personnel qualifié. Le tourisme de loisirs ou d’affaires est important. Les services

médicaux, les centres de soins, de repos et de remise en forme sont également bien développés,

de même que les écoles privées (écoles bilingues, écoles hôtelières, etc.).

CCR

RIVIERA :UNE VILLE

Secteurs

Établissements

Emplois

Secteur secondaire

514

3’689

Secteur tertiaire

2’619

24’129

Total

3’133

27’818

Tableau n° 3 : Etablissements et emplois, par secteur, sur la Riviera en 2005 (Source : www.scris.vd.ch, adaptée)

La Riviera offrait en 2005 quelque 28'000 emplois. Nombre d’habitants profitent aussi des

possibilités de travail qui existent sur l’arc lémanique ou dans le proche Chablais car leur

mobilité est favorisée par de bonnes infrastructures de transport.

2.5.1 Fiscalité et finances des communes

Il y a quelques années, les différences fiscales entre les communes de la Riviera

étaient encore importantes. En comparaison régionale, certaines pouvaient même être

considérées comme des paradis fiscaux sur le plan de l’imposition communale. En 2001,

on trouvait encore un écart de 22 points entre le taux d’imposition le plus bas (Corseaux)

et le plus haut (Montreux). Cet écart s’est depuis nettement réduit. Cela s’explique en

partie par la nouvelle politique fiscale du canton, lequel a mis en place notamment un

système de péréquation entre communes dans le but de niveler de trop grandes

disparités. C’est ainsi qu’en 2007 l’écart entre le taux le plus bas (Jongny) et le plus haut

(Vevey) n’est plus que de 13 points (cf. annexe n° 5.3).

Il faut également constater que la grande majorité des contribuables de la Riviera est

actuellement assujettie à un impôt communal dans une fourchette encore plus étroite.

Si cette évolution se poursuit - et aucun signe contraire ne se manifeste pour l’instant - il

est à prévoir un resserrement encore plus marqué ces prochaines années.

un resserrement encore plus marqué ces prochaines années. Tableau n° 4 : Taux d'imposition dans les

Tableau n° 4 : Taux d'imposition dans les communes de la Riviera (Source : www.scris.vd.ch, adaptée)

CCR

RIVIERA :UNE VILLE

En ce qui concerne d’autres éléments financiers, comme les impôts par habitant et la

dette par habitant, il est difficile de tirer des enseignements vraiment significatifs. On

peut toutefois relever, de manière générale, que le nombre d’habitants n’est souvent

pas un critère déterminant pour différencier les communes. Et si Vevey a des impôts par

tête d’habitant relativement bas et une dette relativement élevée, c’est dû à sa

vocation de ville assumant une bonne part des activités et des infrastructures sociales

de l’ensemble de la Riviera.

 

2001

2002

2003

2004

2005

2006

2007

 

Impôts par habitant

 

Blonay

3'578

3'483

3'589

2'999

3'524

3'089

3'341

Chardonne

3'179

3'470

3'311

2'554

3'068

3'112

3'219

Corseaux

4'090

4'026

4'113

4'226

3'651

3'827

4'495

Corsier-sur-Vevey

2'181

2'369

2'316

1'909

1'952

1'932

1'989

Jongny

3'092

3'012

3'041

2'508

2'950

2'935

3'171

Montreux

3'229

4'279

3'427

5'284

3'130

3'204

3'182

St-Légier-La Chiesaz

3'287

3'221

3'146

2'948

3'287

3'255

3'324

La Tour-de-Peilz

3'709

3'977

3'971

3'289

4'098

3'988

3'887

Vevey

3'863

4'163

3'944

3'356

3'548

3'878

3'619

Veytaux

3'495

3'401

4'103

3'494

3'480

3'354

3'667

Maximum

4'090

4'279

4'113

5'284

4'098

3'988

4'495

Minimum

2'181

2'369

2'316

1'909

1'952

1'932

1'989

Moyenne

3'370

3'540

3'496

3'257

3'269

3'257

3'389

 

Tableau n° 5 Impôt communal par habitant (Source : www.scris.vd.ch, adaptée)

 
 

2001

2002

2003

2004

2005

2006

2007

 

Dette par habitant

 

Blonay

3'324

3'054

5'464

6'501

6'741

5'986

6'550

Chardonne

2'134

3'040

2'865

2'818

2'803

2'548

2'171

Corseaux

1'722

2'091

2'843

2'923

2'215

2'197

1'696

Corsier-sur-Vevey

0

321

256

670

795

1'276

1'279

Jongny

2'100

1'969

1'655

1'686

1'273

1'212

1'195

Montreux

3'184

3'219

2'775

2'464

1'940

1'910

1'846

St-Légier-La Chiesaz

5'947

6'021

6'157

5'837

5'529

5'618

5'611

La Tour-de-Peilz

3'160

3'533

3'531

3'354

3'343

3'340

2'859

Vevey

9'315

8'982

8'735

8'258

8'053

6'697

6'305

Veytaux

424

1'344

1'702

1'058

620

605

908

Tableau n° 6 : Dette par habitant, en francs (Source : www.scris.vd.ch, adaptée)

CCR

RIVIERA :UNE VILLE

Sur le plan de la facture sociale par habitant, influencée par la péréquation intercommunale, il est intéressant de relever qu’une commune comme Corseaux payait en 2006 plus du double de la ville de Montreux et nettement plus que les villes de Vevey et de La Tour-de-Peilz.

 

2001

2002

2003

2004

2005

2006

2007

 

Facture sociale par habitant

 

Blonay

462

566

623

607

645

938

1'175

Chardonne

562

716

772

1'020

1'036

1'021

1'188

Corseaux

1'074

1'361

1'471

1'649

1'673

1'784

1'650

Corsier-sur-Vevey

244

399

455

500

503

734

682

Jongny

293

524

566

581

608

909

1'382

Montreux

318

474

506

527

582

686

885

St-Légier-La Chiesaz

397

505

546

534

559

855

948

La Tour-de-Peilz

1'131

1'388

1'537

1'601

1'602

1'275

1'310

Vevey

754

883

993

1'048

1'101

1'251

1'285

Veytaux

449

767

929

1'018

1'079

968

856

Maximum

1'131

1'388

1'537

1'649

1'673

1'784

1'650

Minimum

244

399

455

500

503

686

682

Moyenne

568

758

840

909

939

1'042

1'136

Tableau n° 7 : Facture sociale par habitant (Source : www.scris.vd.ch, adaptée)

Les engagements financiers et les patrimoines en jeu dans chaque commune sont chaque fois bien particuliers. Mais ils représentent avant tout une situation issue de l’histoire. Ce type de disparités se règle, en principe, par le biais de conventions qui assurent la transition.

CCR

RIVIERA :UNE VILLE

2.6 Collaborations intercommunales

La Riviera est pionnière en matière de tâches gérées de manière régionale. Elle a développé cette voie durant toute la seconde moitié du siècle dernier. Ce sont aujourd'hui quelque septante associations, ententes conventionnelles, fondations ou autres collaborations qui lient les différentes communes de la Riviera dans des domaines aussi divers que la culture, le sport, la sécurité ou encore les infrastructures.

Un tableau annexé au présent rapport (cf. annexe n° 5.4) expose dans le détail la partie de ces collaborations intercommunales touchant l'ensemble des 10 communes de la Riviera, en voici un condensé.

Domaines

Désignation

Séances/an

 

Conférence des syndics

7

à 8

Conférence intermunicipale

2

à 3

Forum des Municipalités

selon besoin

Coordination générale

GT Energie/Transports publics

selon besoin

CSD/Députés

selon besoin

Service des affaires intercommunales

permanent

 

Sécurité Riviera

11

à 12

Commission régionalisation SDIS

3

à 5

Organe régional de protection civile Riviera (ORPC Riviera)

4

à 5

Sécurité et Prévention

Inspection des chantiers

selon besoin

Commission prévention Riviera

3

à 4

Association pour la prévention et la lutte contre la toxicomanie (ACT)

selon besoin

 

CIEHL

3

à 4

CORAT plénière

3

à 4

GT Equipements sportifs

selon besoin

GT Transports

selon besoin

Equipements et Transports

GT Energie/Transport

selon besoin

Bureau technique intercommunal du cercle de Corsier

 

Organisation hospitalière régionale

 

SEPHL (liquidée en 2007)

 
 

RAS (Région d'action sociale)

 

ASMADO

 

Social et Santé

ASCOR

 

Commission sanitaire de zone

 

Hôpital Riviera

 
 

SIGE – Service Intercommunal de Gestion

11

à 12

SA Compost Riviera Chablais

 

SATOM

 

CICG

 

Infrastructures,

Services

Groupement de défense contre la grêle

 

techniques

GedeRiviera

 

Transports Vevey-Montreux Riviera

 

SEVM

 

Romande Energie

 

CCR

RIVIERA :UNE VILLE

 

Fond culturel Riviera

5 à 8

Culture

Conservatoire Riviera

1 à 3

 

Fonds intercommunal de soutien aux sociétés sportives s'occupant de la formation des jeunes

1 à 2

Sport

Convention relative à l'utilisation des installations sportives

selon besoin

Fonds intercommunal de sauvetage

1

à 2

Fondations institutions culturelles

 
 

Promove

 

Montreux-Vevey Tourisme

 

Economie et Tourisme

Fondation pour l'équipement touristique de la Riviera

 

Fondation Ville de Montreux pour équipement touristique

 

Taxe de séjour

 

Tableau n° 8 : Tâches régionalisées sur la Riviera (Source: www.sai-riviera.ch, adaptée)

D'autres collaborations sectorielles existent également, mais ne concernent qu'une partie des communes et ne sont pas répertoriées ici. Au fil des ans, toutes ces collaborations sont devenues une règle et pénalisent aujourd'hui le système par leur nombre et l'engagement qu'elles demandent aux élus. La souplesse du principe est étouffée par son engorgement. Des doublons ne sont pas rares, puisqu'une commune peut avoir le même genre de collaboration avec plusieurs communes voisines, mais régies par des textes différents.

2.6.1 Lourde charge des représentations régionales Prenons l’exemple de la Municipalité de Vevey (cf. annexe n° 5.5). On dénombre 73 représentations à répartir entre 5 Municipaux, soit une moyenne d'une quinzaine par Municipal, la majorité d’entre elles étant assumée par le syndic. La charge d’une représentation est très souvent fort lourde et comprend de nombreuses séances de travail, parfois plusieurs fois par mois s’agissant des organismes importants.

La complexité des dossiers s'est accentuée, le volume de travail que chacun d'eux demande est plus important. Ainsi, chaque Municipal traite naturellement en priorité les dossiers relatifs à sa commune. Son engagement pour un dossier régional est donc proportionnel à l'intérêt que ce dernier représente pour sa propre commune. Conséquence: il est fréquent que des dossiers régionaux ne reçoivent pas toute l’attention qu’ils mériteraient.

A noter que les membres des exécutifs des petites communes sont sollicités comme leurs autres collègues qui sont des semi-professionnels, c'est dire qu’ils assument avec de plus en plus de peine leurs mandats régionaux, faute de temps et de disponibilités.

On retrouve le même problème au niveau des délégations des Conseils communaux au sein des organes régionaux. Les Conseillers communaux sont eux aussi de plus en plus sollicités pour des représentations régionales en constante augmentation. En outre, les Conseillers ont en général des difficultés à faire connaître à leurs pairs l’évolution des

CCR

RIVIERA :UNE VILLE

dossiers intercommunaux, car il n’existe aucune structure institutionnelle dans les Conseils pour suivre de manière efficace les affaires régionales. On ne trouve pas de commissions ou de services dédiés particulièrement à la régionalisation sur le plan communal. Les dossiers régionaux ne sont ainsi pas au bénéfice d’un cadre institutionnel et démocratique à la hauteur de leur importance.

2.6.2 Possibilités de développement Le document officiel qui sert actuellement de fil conducteur au développement des collaborations intercommunales est le Plan Directeur Régional (PDR) adopté en 2001, afin d’assurer le développement économique d’une entité régionale qui préserve qualité de l’environnement et qualité de vie.

Déjà dans le Plan Directeur Cantonal de 1987 apparaissent, entre autres souhaits de développement de la Riviera, la consolidation de son rayonnement supra-cantonal, la structuration et la densification raisonnable de son habitat dans les hauts de Montreux et Vevey, la promotion du tourisme, l’amélioration des réseaux, la régionalisation des pôles de développement – rares en raison de la forte urbanisation de cette région. Les mêmes concepts de base, clarifiés, sont repris dans les objectifs du le Plan Directeur cantonal de 2008.

La politique d’aménagement régional développée dans le PDR est découpée en deux volets : l’aménagement du territoire régional et la régionalisation.

a) Le concept directeur régional d’aménagement regroupe cinq thèmes :

Sites et paysages : la diversité de paysages – lac, littoral, ruban de verdure, coteau et monts, la dimension de « parc préalpin régional » y sont affirmés, avec la volonté d’exploiter ces atouts.

Riviera

découlent le peu de possibilités de développement économique et industriel et, par voie de conséquence, la nécessité de mener des interactions étroites entre régions voisines, y compris par-dessus les frontières cantonales, pour accroître l'attrait économique et touristique de la Riviera.

Développement

urbain

et

économie :

de

l'exiguïté

territoriale

de

la

Transports individuels : le réseau urbain linéaire et étendu demande le maintien d’une circulation individuelle maîtrisée – amélioration de l’accessibilité à l’A9, modération de trafic dans les quartiers saturés (quelques communes ont mis en place certaines mesures dans ce sens) et développement de plateformes de transfert modal - basculement du mode de transport individuel vers le transport collectif - incluant une politique concertée de stationnement, notamment pour accéder aux grandes gares de Montreux et Vevey.

Transports en commun, piétons et deux roues : en plus de la problématique du transfert modal, il s’agit de renforcer l’offre de transports publics (la liaison Vevey-Chailly-Blonay, concrétisée en 2008, s’y inscrit), mise en place d’une politique d’extension des itinéraires piétonniers, sécurisation dans le trafic pour les deux roues et incitation à leur usage.

CCR

RIVIERA :UNE VILLE

Infrastructures et équipements publics : vu la grande richesse d’équipements publics existante, le PDR s’oriente vers une optimisation des infrastructures notamment un hôpital unique, un centre polysportif régional avec un délégué sportif régional, une police régionale.

b) La régionalisation forme le second volet du PDR. L’attente qui ressort du travail de tous les intervenants (plateformes de travail, groupe de suivi, autorités et même citoyens,) est bien celle d’une régionalisation active. Le PDR fournit 5 axes de concrétisation :

La régionalisation par la rationalisation, essentiellement focalisée sur des objectifs de planification issus du souci d’économies d’échelle : hôpital unique de soins aigus, organisme régional de tourisme (en fonction depuis janvier 2001), espace « polysportif » combiné avec un service régional des sports, une Fête des Sports régionale, etc.

La régionalisation par la coordination, où coordonner ne signifie pas concentrer, mais plutôt mettre en réseau et regrouper (système informatique unifié, Police Riviera, coordination du soutien culturel couplée à l’action d’un délégué culturel régional, loisirs des aînés, etc.).

La régionalisation par la « supra-territorialité », basée sur le constat évident que la région de la Riviera ne s’arrête pas aux limites administratives de l’ancien district de Vevey. Sur les plans économique, touristique, de l’infrastructure hospitalière, etc., la région est à géométrie variable, en fonction de la taille critique optimale à atteindre.

La régionalisation par l’information, pour associer tous les professionnels des branches concernées, ainsi que le grand public, à la démarche. La demande d’une information large et continue émane de l’ensemble des acteurs régionaux, dans l’optique de mettre en commun les connaissances et d’engager des débats régionaux sur les problèmes posés. Cette forme de participation citoyenne s’inscrit dans une démarche de développement durable unanimement recherchée par l’ensemble des autorités de la Riviera, comme en témoigne la signature, par les autorités exécutives du district de Vevey, d’une Charte, partie intégrante du PDR, qui affirme que la coordination et la collaboration entre les différents acteurs impliqués dans le développement de la région doivent être garanties. Par acteurs, sont entendus ici les actuels et futurs autorités politiques (communales, éventuellement cantonales et fédérales), habitants, usagers et associations de la région (transports, protection de la nature, commerçants, développement économique, etc.).

médias

existants, est un volet complémentaire du précédent, dont l’objectif est de véhiculer et promouvoir l’image de la région à l’intérieur comme à l’extérieur de ses frontières. C’est une façon de démontrer sa cohérence et son homogénéité.

La

régionalisation

par

la

communication,

à

travers

l’ensemble

des

Cette régionalisation, clairement et formellement exprimée par tous les acteurs politiques de la Riviera en 2001 dans le Plan Directeur Régional et ses annexes ne repose pas sur l’idée d’une fusion, mais cela y ressemble en beaucoup de points.

CCR

RIVIERA :UNE VILLE

3 QUELLES PISTES CONSTITUTIONNELLES POUR DEMAIN ?

Le présent chapitre traite des aspects institutionnels de la régionalisation: l’agglomération et la fusion de communes, acceptions aux plans fédéral et cantonal ainsi que la fusion de communes, acte ultime de la régionalisation (pour détails : cf. annexe n° 5.6).

de la régionalisation (pour détails : cf. annexe n° 5.6). 3.1 Instruments fédéraux de régionalisation La

3.1 Instruments fédéraux de régionalisation

n° 5.6). 3.1 Instruments fédéraux de régionalisation La Confédération ne traite que de la question des

La Confédération ne traite que de la question des « agglomérations ». Cette dernière est un ensemble urbain formé par une ou plusieurs villes et sa ou leur banlieue. La compétence de gestion et de l’aménagement du territoire relève des cantons 1 mais cela n’empêche pas la Confédération d’intervenir au niveau régional, en particulier s’agissant des agglomérations 2 .

Le 19 décembre 2001, le Conseil fédéral approuvait le rapport sur « La politique des agglomérations de la Confédération ». Cette dernière entendait mettre davantage l’accent sur les besoins des espaces urbains notamment en favorisant la coopération entre la Confédération, les cantons et les villes, ainsi que la coopération au sein même des agglomérations. Le rapport proposait des mesures pour tous les domaines politiques importants qui relèvent de la compétence de la Confédération et qui touchent aux agglomérations (par ex. les transports, l’organisation du territoire, le sport et la culture, la politique sociale et la politique d’intégration des étrangers).

Plus concrètement, la Confédération s’est engagée sur deux pistes : celle des « projets-modèle » d’agglomération et celle des « projets d’agglomération ». La Riviera a été impliquée dans ces deux projets dès lors qu’elle forme une authentique agglomération de fait au sens défini ci-dessus.

3.1.1 Projet-modèle Le « Projet-modèle Vevey-Montreux-Riviera » a été retenu par la Confédération en 2003 avec une trentaine d’autres. Le Service des affaires intercommunales (SAI) a été chargé de suivre ce dossier par la Conférence des Syndics du District(CSD). L’objectif consistait en réflexions à propos d’un renforcement et d’une simplification de la coopération intercommunale, notamment s’agissant de la faisabilité d’une agglomération ou d’une fédération de communes au sens de la législation vaudoise

1 Cf. art. 75 de la Constitution fédérale.

2 Cf. art. 50 al. 3 sur le principe ainsi que 48a al. 1 let. g et 86 al. 3 let. b bis de la Constitution fédérale sur les questions liées aux transports.

CCR

RIVIERA :UNE VILLE

(cf. § 3.2). Le financement fédéral a cessé d’être assuré à la fin du projet, en 2004.

En raison d’un manque de volonté ou d’un manque d’intérêt de la part de la CSD, ces réflexions n’ont débouché que sur l’organisation de séminaires ou déclarations d’intentions peu connues du public et des conseils communaux. Aucun rapport final n’a été déposé comme cela aurait dû se faire. Des moyens ont manqué au SAI pour donner une tournure plus concrète à ce « projet-modèle » dont la seule rémission pourrait se trouver dans l’engagement d’un crédit d’une centaine de milliers de francs de la Communauté intercommunale d’équipements du Haut-Léman (CIEHL) qui ont permis de mandater l’Institut des hautes études en administration publique (IDHEAP) pour une pré- étude sur la faisabilité d’une fusion des dix communes du district de la Riviera.

Mis à part ce rapport de l’IDHEAP, le « projet-modèle Vevey-Montreux-Riviera » est au point mort. La Confédération s’y est, semble-t-il, désintéressée et n’y participe plus 3 .

3.1.2 Projet d’agglomération Le projet d’agglomération revêt un caractère plus concret. Il est lié à des financements très importants de la part de la Confédération, s’agissant de réalisations touchant les transports et l’urbanisation. Toute agglomération présentant un projet détaillé répondant à des conditions strictes et des exigences élevées en matière de transport et urbanisation pouvait s’annoncer auprès de la Confédération pour avoir la possibilité de se voir allouer une partie du fonds fédéral d’infrastructure doté d’un capital de trois milliards et demi de francs. Ce fonds permet en effet de financer jusqu’à la moitié du coût des projets qui peuvent atteindre des montants considérables si l’on se réfère à la construction du nouveau métro « M2 » lausannois par exemple.

Hélas, le délai pour déposer de tels projets a expiré au 31 décembre 2007. Dans le Canton de Vaud, les agglomérations de Lausanne-Morges, d’Yverdon-les-Bains et la région nyonnaise y ont participé avec succès puisque les trois régions ont été sélectionnées. Ces trois agglomérations recevront donc d’importants subsides de la Confédération dès 2011 pour améliorer leurs infrastructures de transports et d’urbanisation. La Riviera, par manque de moyen et/ou de volonté politique, par manque de vision et d’engagement de ses dirigeants, n’a pas déposé de demande de projet d’agglomération et ce malgré le fait que, d’une part, les besoins sont extrêmement importants dans ce bassin de 74'000 habitants et, d’autre part, le SAI était associé à la démarche d’élaboration d’un projet en collaboration avec la Confédération.

Sous la houlette du SAI, la Riviera poursuit toutefois l’objectif de déposer une demande de projet d’agglomération à fin 2010 dans l’espoir de se voir embarquer dans un second et hypothétique train de mesures permettant de décrocher des financements en matière de transport et d’urbanisation. Nous en sommes au stade de la «pré-étude» 4 .

3 Pour plus d’informations :

http://www.are.admin.ch/themen/raumplanung/modellvorhaben/03849/index.html?lang=fr.

4 Pour plus d’informations: http://www.sai-riviera.ch/index_fichiers/Page1217.htm; voir aussi la revue AFFAIRES PUBLIC, édition d’avril 2009, p. 11 et suivantes.

CCR

RIVIERA :UNE VILLE

Autrement dit : rien ne se fera avant très longtemps, si tant est qu’un jour il se fasse quelque chose.

3.2 Instruments cantonaux de régionalisation

quelque chose. 3.2 Instruments cantonaux de régionalisation Au plan vaudois, la politique des agglomérations est sous

Au plan vaudois, la politique des agglomérations est sous la compétence du Département des infrastructures et plus particulièrement celle du Service de la mobilité. Si le dossier de l’agglomération Lausanne-Morges retient l’attention de l’Etat de Vaud, les autres projets ne semblent pas grandement l’émouvoir 5 . La question du

peu de moyens est sans doute aussi l’une des raisons du manque d’engagement cantonal, outre celle, plus diplomatique, de la volonté de ne pas marcher sur les plates-bandes communales.

Cela étant, la Constitution du 14 avril 2003 a eu l’intention de réveiller l’instinct de fondation des agglomérations vaudoises par la mise en place de deux instruments juridiques nouveaux: la fédération de communes et l’agglomération. Même si la montagne a accouché d’une souris, tant il est patent que ces deux nouvelles institutions relèvent d’un ratage quasi-complet – aucune fédération de commune ou agglomération n’a jamais vu le jour et aucun projet ne semble être en voie d’aboutir – il n’est pas inintéressant d’en parler ici.

3.2.1 Fédération de communes

La fédération de communes fait l’objet des art. 128a à 128f de la Loi vaudoise sur les Communes. Ces quelques dispositions sont complétées par celles, plus exhaustives, qui traitent des associations de communes. La fédération de communes peut donc être définie comme une sorte d’association de communes ayant la particularité d’avoir des communes « en principe » contiguës. Sa forme juridique est donc très proche (pour ne pas dire identique) de celle de l’association de communes qui existait avant l’avènement de la nouvelle constitution vaudoise et que la Riviera connaît pour ce qui est du service intercommunal de gestion (SIGE), Sécurité Riviera (police) ou encore la Région Action Sociale (RAS).

Une commune ne peut faire partie que d’une fédération, sa participation à d’autres formes de collaboration restant possible. Les communes membres doivent toutes déléguer à la fédération la ou les mêmes tâches à accomplir. La fédération n’a pas le droit de lever des impôts et de percevoir des taxes à titre de ressources propres. Son financement est assuré par des contributions des communes membres.

On le voit – cela saute aux yeux – la fédération de communes est le plus petit dénominateur commun de l’institutionnalisme régional. Dans les faits, elle n’apporte aucune amélioration à l’existant connu sous la forme d’associations de communes.

5 Pour plus d’informations: http://www.vd.ch/fr/organisation/services/mobilité.

CCR

RIVIERA :UNE VILLE

Corollaire de son inutilité : elle n’existe pas dans le Canton de Vaud car personne n’a vu l’intérêt d’en fonder une. Elle ne serait tout au plus qu’un « machin » à ajouter dans la région, avec les mêmes blocages, la même opacité et les mêmes défauts que les institutions régionales actuelles.

3.2.2 Agglomération La Constitution vaudoise de 2003 a également accouché d’un autre instrument juridique institutionnel : l’agglomération. La Loi vaudoise sur les Communes traite de cette entité à ses articles 128g à 128i. La seule et unique différence avec la fédération de communes décrite ci-dessus consiste en ce que l’agglomération est censée être composée de communes urbaines contiguës dont au moins l’une d’elles est une « ville- centre » et où toutes souhaitent accomplir ensemble des tâches de compétence communale, en particulier des tâches propres au milieu urbain. On le remarque d’emblée :

cette définition est si ouverte et si peu ambitieuse qu’elle ne peut déboucher sur un quelconque progrès au plan de la politique régionale. Pas plus que la fédération de communes, aucune agglomération instituée n’existe aujourd’hui dans le Canton de Vaud.

Comme la fédération et l’association de communes, l’agglomération a la personnalité juridique de droit public mais n’est pas habilitée à percevoir d’impôt. Son financement est donc dépendant des communes membres. Elle est dirigée par un comité qui exerce le pouvoir exécutif et par un conseil qui fait office d’organe délibérant (au même titre qu’un Conseil communal). Toutes ces institutions doivent légalement être dotées d’une commission de gestion.

Contrairement à ce qui est le cas pour les associations de communes, l'agglomération (mais également la fédération de communes) ne reconnaît pas le concept des « tâches optionnelles » qui permettent des adhésions différenciées des communes membres. Cette géométrie variable existe au sein du SIGE (pour la distribution d’eau) et de Sécurité Riviera (pour le stationnement) et occasionne plusieurs complications puisque seules quelques communes membres à l’exception des autres sont habilitées à prendre certaines décisions au sein de l’association. Tant la fédération de communes que l’agglomération ne tolèrent donc pas ce régime à deux vitesses, ce qui constitue, certes, un facteur positif d’intégration.

En conclusion, l’agglomération est une forme d’association de communes très légèrement plus intégrée, avec une ou plusieurs communes-centre. La fédération de communes est identique mis à part le fait que l’exigence d’une commune-centre n’est pas de mise. En bref, la Constitution vaudoise de 2003 n’a rien inventé: elle n’a fait que de proposer aux communes deux variantes quasiment identiques à l’association de communes. Ces institutions multiples présentent toutes les mêmes inconvénients: elles sont peu transparentes, peu démocratiques, techniques et s’ajoutent à la complexité institutionnelle existante sans ne rien résoudre. La multiplicité de ces organismes entraîne une dilution des responsabilités et s’ajoute aux agendas déjà surchargés des politiciens sans apporter aucune économie ou autre rationalisation.

CCR

RIVIERA :UNE VILLE

Pour montrer les limites de ce type de regroupement, prenons l’exemple de Fribourg et des dix communes environnantes qui tentent depuis plusieurs années de faire vivre une agglomération qui s’est déjà formellement constituée. Mais sans grand succès ; des projets viennent même d’être recalés par la Confédération et n’ont pas reçu les subventions souhaitées. Les avantages de ce genre d’entité ne paraissent donc pas si évidents et suffisamment positifs. Un groupe de citoyens lassés du manque de résultat ont lancé avec succès une initiative pour régler le problème de manière plus efficace par une fusion des cinq communes du noyau dur du Grand Fribourg. C’est une expérience à méditer d’autant plus qu’il n’y a pas d’exemple en Suisse d’un projet récent d’agglomération qui ait vraiment réussi.

3.3 Fusion

La Constitution vaudoise du 14 avril 2003 n’a pas qu’institutionnalisé les fédérations de communes et les agglomérations. Elle a également prévu des jalons pour la fusion de communes. Mais hélas, ici aussi, les règles ont été bâclées: une majorité de fusions apparemment heureuses se sont soldées par de retentissants échecs en raison de l’inadéquation de la législation vaudoise applicable en la matière.

En effet, le fait d’avoir introduit la règle selon laquelle une fusion échoue dès le moment où une seule des communes partenaires la refuse a généré de nombreux échecs en votation populaire, parfois pour quelques unités de voix exprimées dans une seule des communes concernées. Par ailleurs, les incitations financières prévues par le Conseil d’Etat sont d’une modestie qui ne flatte pas l’Etat de Vaud. Dès lors qu’aucun mécanisme vraiment incitatif n’existe, il se trouve toujours une commune qui, calculs faisant, trouve un désintérêt financier à adhérer à une fusion de communes.

Concrètement, une fusion peut être demandée par voie de motion (émanant du Conseil communal ou d’une initiative populaire communale) qu’il s’agit de déposer dans toutes les communes concernées par le projet. Une fois acceptée par les organes délibérants et exécutifs, un groupe de travail est constitué afin de rédiger une « convention de fusion ». Cette convention constitue la pierre angulaire de la future fusion: elle prévoit notamment le nom de la future commune, ses armoiries, son autorité délibérante, le nombre de membres de la municipalité, les règlements et les tarifs puis elle fixe la date d’entrée en vigueur de la nouvelle entité. Une fois que le Grand Conseil a ratifié cette convention, elle est soumise aux urnes des communes concernées qui se prononcent toutes le même jour. Si la fusion est acceptée, la nouvelle commune fusionnée a droit à une indemnité financière servie par l’Etat de Vaud (cf. annexe 5.6.9).

Bien entendu, la nouvelle commune fusionnée est à l’image d’une commune vaudoise. Nul n’est donc besoin ici d’en décrire les particularités. La commune peut prélever l’impôt et financer ses besoins par son budget. Elle s’organise librement au moyen de ses règlements propres où elle peut naturellement tenir compte de zones, de villages ou d’autres particularités liées à son territoire.

CCR

RIVIERA :UNE VILLE

En Suisse, en 1850, on recensait 3’205 communes. Le nombre de communes a passé

aujourd’hui à 2'636, ce qui reste encore très élevé en comparaison internationale. Cela

s’explique en grande partie par le fait que la Confédération n’a pas été mêlée à des

conflits majeurs, internes ou externes, depuis le milieu du 19e siècle. Selon une règle

immuable, on constate qu’un pays qui a subi un bouleversement politique important en

vient à redéfinir sa loi fondamentale, à rédiger une nouvelle constitution adaptée à son

époque avec l’introduction de nouvelles idées et jalons marquant le passage à des

temps nouveaux. Comme cela n’a pas été le cas en Suisse depuis plus d’un siècle, le

découpage des communes n’a été que fort peu modifié. Il date encore, en grande

partie, de l’époque où les services administratifs d’une commune devaient être atteints

facilement à pied et gérés de manière communautaire telle une famille élargie.

Depuis la création de la Suisse moderne, le nombre de fusions de communes dans le

canton de Vaud a été minime, une douzaine en 150 ans sur un total de 388 communes

vaudoises, dont une sur la Riviera. Depuis la récente entrée en vigueur de la nouvelle

Constitution cantonale, on assiste à une accélération même si elle reste faible par

rapport à d’autres cantons en particulier alémaniques qui ont encouragé avec plus de

détermination le processus de fusion, notamment grâce à des incitations financières de

poids. Malgré ce handicap, on compte aujourd’hui dans le canton de Vaud près d’une

centaine de communes qui ont montré leur intérêt à fusionner.

Fusions des communes vaudoises

 

T02.01.01

Année

Séparation, fusion, dissolution de communes

Ensemble

   

des

 

Nom des communes concernées

Nouveau nom

communes

1852

Lavey et Morcles

Lavey-Morcles

388

1961

Bussy et Chardonney-sur-Morges

Bussy-Chardonney

387

1962

Montreux-Châtelard et Montreux-Planches

Montreux

386

1970

Romainmôtier et Envy

Romainmôtier-Envy

385

1999

Villars-Lussery et Lussery

Lussery-Villars

384

2002

Champmartin et Cudrefin

Cudrefin

383

2003

La Rogivue et Maracon

Maracon

382

2005

Arrissoules et Rovray

Rovray

381

2006

Donatyre et Avenches

Avenches

380

2006

Rossens, Sédeilles et Villarzel

Villarzel

378

2008

Donneloye, Gossens et Mézery-près-Donneloye

Donneloye

376

2009

Assens et Malapalud

Assens

375

Tableau n° 9 : Fusion des communes vaudoises (Source: www.scris.vd.ch)

janvier 1962 de la fusion

des communes de Montreux-Châtelard et Montreux-Planches. Les électeurs de Veytaux,

troisième commune prévue pour rejoindre l’entité à fusionner, ont refusé d’adhérer à la

nouvelle commune.

Relevons encore que la commune de Montreux est née

le 1er

La commune de Vevey s’est étendue en 1892, en entrant en possession des quartiers du

Plan, à la suite de la demande des habitants du bas de Corsier et, en 1931, son territoire

CCR

RIVIERA :UNE VILLE

s’est encore agrandi par l’adjonction des anciens moulins Roussy,

et du domaine de Toveyres, propriétés alors politiquement dépendantes de la commune

de Saint-Légier.

du stand de Gilamont

Quid des « fractions de communes » ? Une commune fusionnée pourrait, dans l’abstrait, se décomposer de nouveau en fractions de communes. Cette possibilité existe dans la législation vaudoise même si ce cas concret est propre à la vallée de Joux. Les fractions de communes ont bel et bien une certaines autonomie et sont même aptes à prélever un impôt additionnel à celui de la commune dont elles font partie pour financer certaines de leurs infrastructures ou activités propres. Cette solution qui paraît intéressante de prime abord ne doit pas tromper. Elle a le grand inconvénient de réduire – voire de faire disparaître – tous les gains d’une fusion de communes. Par ailleurs, la procédure de fondation des fractions de communes est très lourde et passe par le législatif cantonal qui n’accepterait certainement pas que soient créées de telles entités qui vont à l’encontre de la politique de rapprochement et de collaboration qui est poursuivie depuis plusieurs années.

3.3.1 Projet fiscal favorable aux fusions en préparation

L’administration vaudoise fait tout son possible pour favoriser les fusions de communes 6 . Aujourd’hui, un des obstacles majeurs aux fusions de communes, reste la mise en place du taux d’imposition de la nouvelle entité. Car il se trouve toujours une commune au moins qui se montre prétéritée et qui devient souvent le facteur d’échec d’une fusion. Or le Département de l’Intérieur, sous la plume de Philippe Leuba 7 , entend contribuer à desserrer les freins financiers susceptibles de paralyser les dossiers les plus ambitieux. Le prochain objectif de la plate-forme canton-communes doit ainsi être à la recherche d’un nouveau mécanisme péréquatif qui évite les effets pervers et soit bénéfique aux fusions. A cette fin, il convient de réfléchir à l’abandon de la prise en compte du taux d’impôt dans ce système. La péréquation serait alors calculée avec deux critères principaux : le nombre d’habitants de la commune et sa capacité contributive. Ce projet législatif devrait faciliter les fusions de communes ; il pourrait voir le jour en 2011 après décision du Grand Conseil.

6

7

Cf. Guide pour les fusions de communes, http://www.vd.ch/communes, sous l’onglet « Fusion de communes ».

Rubrique Invité de 24 heures du 14.02.2009

22

CCR

RIVIERA :UNE VILLE

4 VISION DE LA RIVIERA DE DEMAIN

CCR RIVIERA :UNE VILLE 4 VISION DE LA RIVIERA DE DEMAIN Ce rapport sur l’avenir de

Ce rapport sur l’avenir de la régionalisation sur la Riviera, bien qu’il n’ait pas la prétention d’offrir l’ensemble des données souhaitables et la réponse à toutes les questions, apparaît cependant suffisamment étayé et significatif au groupe de travail de la CCR pour qu’il fasse une série de constats et privilégie au final l’option d’une fusion de l'ensemble des communes.

4.1 Situation actuelle

Aujourd’hui, l’organisation des Conseils communaux de la Riviera fait que ses membres travaillent pour l’essentiel de manière cloisonnée, leurs travaux restant avant tout axés sur les affaires de leur commune. Il est paradoxal de relever que les Conseillers d’une commune connaissent parfois mieux leurs collègues d’une commune d’un pays étranger qui fait l’objet d’un jumelage, que leurs collègues des communes voisines.

Les dossiers intercommunaux parviennent aux Conseils le plus souvent par le truchement de décisions prises au sein d’organismes régionaux, aux statuts divers et à la lisibilité peu transparente. Ce phénomène général d’opacité a tendance à augmenter au même rythme que prolifèrent et s’enchevêtrent les organismes intercommunaux. Dans un tel contexte, il est difficile, voire impossible, de développer une vision d’ensemble pour la région.

Les discussions et votes sur un projet régional soumis aux Conseils sont souvent biaisés. Car des améliorations, des doutes ou des amendements souhaités par une commune risquent de faire capoter un projet qui doit récolter tel quel, sans aucune adjonction, l’aval des 9 autres Conseils communaux du district. Les Conseillers ont alors le sentiment de ne plus être en mesure d'exercer pleinement leur mandat politique. Dans de telles conditions, la démocratie est à l’évidence tronquée. Cela aboutit à des résultats mal contrôlés générant parfois des dérapages très coûteux pour la collectivité comme, par exemple, Compost Riviera, les Abattoirs de Clarens ou le télésiège des Pléiades.

Les organes intercommunaux, que ce soit au niveau exécutif ou législatif, représentent une surcharge de travail pour les élus. Le problème est de plus en plus difficile à cause du continuel accroissement des collaborations régionales. Il est même très aigu pour les petites communes dont le personnel politique réduit doit assumer de multiples tâches de représentation. Le recrutement des édiles et des Conseillers dans ces communes devient de plus en plus problématique.

Pour mieux collaborer et initier des projets communs, une Conférence des Syndics de la Riviera a été mise sur pied en 1975. Sans statuts, elle est devenue, de fait, un pouvoir régional

CCR

RIVIERA :UNE VILLE

informel qui n'est pas tenu de communiquer ses avis ou décisions et n’a donc, en principe, à répondre devant aucune instance. Ce type d’institution, née certes d’une bonne intention, démontre s’il le fallait que les institutions actuelles ne sont plus à même de gérer le développement de la régionalisation.

4.2 Avantages de la fusion

La Riviera est une entité sociogéographique bien définie et équilibrée à l’intérieur de laquelle il existe déjà une longue expérience de collaboration entre les communes qui la constituent. Un regroupement sous la forme d’une seule commune ne correspondrait donc pas à un changement de cap brutal, mais plutôt à une mise à jour nécessaire de ses institutions qui correspond à la réalité de la vie quotidienne des habitants de la région. Contrairement à autrefois, ceux-ci restent aujourd’hui moins cantonnés dans leur commune. Ils sont beaucoup plus mobiles et s’identifient donc plus facilement à un territoire plus étendu comme celui de la Riviera. L'habitant de la Riviera se rend indifféremment à Vevey, à Montreux ou ailleurs dans la région, pour faire ses courses, prendre un train, aller au spectacle, faire du lèche-vitrine, flâner sur les quais, se balader, skier ou s’oxygéner. L’espace Riviera est devenu son cadre de vie naturel.

Dans la future commune Riviera, les prérogatives des acteurs politiques deviennent claires. La gestion des dossiers régionaux est grandement facilitée, car ils sont conçus et gérés au quotidien par une même entité. Il n’y a plus de niveau intermédiaire; les grands projets ne sont plus concoctés en petits cénacles. Ils sont abordés de manière démocratique et en meilleure transparence. Le Conseil communal, tout comme la Municipalité, retrouve enfin son vrai rôle. Les représentants de ces instances n’ont plus besoin de courir d’une association intercommunale à une autre en soupesant sans cesse les intérêts locaux et régionaux avant d’opter pour une décision. Les compromis frustrants, basés sur de plus petits dénominateurs communs pour satisfaire toutes les parties, deviennent enfin évitables.

Une rationalisation et une meilleure efficience de l'administration sont deux des principaux atouts d’une fusion. L’augmentation de la taille critique permettra d’engager des spécialistes pointus dans divers domaines, sans pour autant faire « gonfler » le budget communal. Les emplois de type administratif pourront être réduits au profit d’emplois de prestation en faveur de la population.

Les charges salariales du personnel se réduisent, à terme, de quelque 4%. On escompte aussi une baisse des charges de matériel (bureau, informatique, etc.) de quelque 7%. C’est ce que révèle la fusion des communes en cours au Val-de-Travers.

L’avantage d’une fusion sur la Riviera c’est qu’elle est de type mixte, car elle ne se fait ni par absorption, comme lorsqu’on est en présence d’un centre fort, par exemple à Zurich, Genève ou Lugano, ni par regroupement, lorsqu’il y a des communes de même type comme en Anniviers ou dans le Val-de-Travers.

Face au canton qui traite séparément avec chacune des 10 communes, une entité Riviera unie et forte aura un poids proportionnel à son importance réelle.

CCR

RIVIERA :UNE VILLE

4.2.1 Obstacles à franchir Les acteurs du système politique actuel sont nés et ont milité dans un système auquel ils sont attachés et dans lequel ils se sont beaucoup investis. La politique du bien commun doit néanmoins dépasser celle des intérêts strictement individuels. On peut comprendre que la forte diminution d'élus locaux puisse faire réagir une partie de la classe politique actuelle, mais, a contrario, dans une institution regroupée, l'efficacité d'un collège de 7 municipaux professionnels et d'un Conseil d'une centaine d'élus, représentant l'ensemble de l'espace Riviera, profitera au développement de ce coin de pays et à ses habitants.

Des projets de fusions partielles sont parfois évoqués et ont même fait l’objet de premières approches. Ainsi en est-il des communes du Cercle de Corsier (Corsier, Corseaux, Chardonne, Jongny) et de la Tour-de-Peilz avec celles de Blonay et Saint- Légier. Mais ces fusions morcelées ne feraient que réduire le nombre de partenaires des structures régionales, sans rien changer au système en bout de course. Certains édiles ont déjà manifesté leur préférence à une fusion à 10 plutôt que d’envisager, dans un premier temps, une union plus modeste. Car une fusion à 10 permet de mieux trouver les équilibres et de dépasser les susceptibilités de voisinage immédiat.

Sans aucun doute, des fusions partielles gèleraient le nécessaire processus d’adaptation institutionnelle de la Riviera jusqu’aux calendes grecques. Et l’opportunité et la chance de créer une grande ville suisse seraient sans doute perdues à jamais.

Le personnel administratif, rassemblé en une seule entité, pourrait craindre une restructuration des postes et une suppression d’effectifs. Cependant, les modalités négociées dans le cadre d’une fusion garantissent, à ses débuts, les droits acquis et assurent une transition suffisamment longue pour éviter des bouleversements brutaux.

La fermeture d’espaces de bureaux dans les actuelles administrations communales est dans l’ordre du probable. Mais il est possible de prévoir la décentralisation de certaines tâches et l’ouverture ponctuelle de guichets « uniques » dans les villages et les quartiers. D’aucuns pourraient être tenté de comparer la fermeture de bureaux administratifs avec celle d’offices postaux, objet de tant de critiques actuellement. Cette comparaison n’est pas défendable dans les faits, car la fréquence des visites à la Poste ou à l’administration communale reste très différente. On ne se rend qu’occasionnellement à la commune mais beaucoup plus régulièrement à la Poste. Demander de bénéficier de tous les services à sa porte peut être considéré aujourd’hui comme une exigence exagérée à l’époque de la mobilité accrue et d’internet. D’ailleurs, les habitants des grandes villes ne se plaignent pas de la centralisation administrative des services publics.

CCR

RIVIERA :UNE VILLE

4.2.2 Identité communale Les citoyens d’une commune sont, en général et à juste titre, attachés au nom de leur localité et à l’histoire qui lui est liée. Une fusion n’effacera pas les noms des villes et des villages de la nouvelle entité. L’exemple des anciens villages regroupés au sein de la commune de Montreux démontre qu’ils n’ont pas perdu pour autant leur identité. Les activités de proximité et la vie associative se poursuivent dans le même esprit. Les intérêts d’un lieu particulier peuvent d'ailleurs fort bien être défendus dans le cadre d’une société de développement ou d’un comité de quartier.

Une fusion de communes est avant tout un acte politico-administratif qui perturbe peu la relation entretenue par le citoyen avec son proche environnement.

De plus, l’appartenance communale a perdu, de nos jours, une bonne partie de son enracinement profond. Cela s’explique par le fait que la plupart des habitants de la Riviera sont devenus, de nos jours, très mobiles, mélangés, métissés; Ce sont souvent des pendulaires qui passent chaque jour une bonne partie de leur temps hors de la commune où ils habitent.

Dans un récent sondage 8 , on a interrogé les Suisses pour savoir si leur attachement profond va en priorité à la Suisse, à leur région linguistique, à leur canton ou à leur commune. En tête vient la Suisse avec 57%, le canton : 16%, la région linguistique : 11 % et, bon dernier, la commune : 8% seulement. A noter une forte évolution, ces dernières années, dans l’attachement communal puisqu’il a régressé de 15 % en 1998 à 8% en 2009.

Il est vrai qu’une fusion n’éradiquera jamais totalement l’appartenance locale, simplement, elle en instituera une nouvelle en faveur de la Riviera. Et cette nouvelle identité viendra s’ajouter aux plus locales comme, à un autre niveau, l’identité liée à un club s’efface quand l’équipe nationale de football joue.

Un des obstacles majeurs à tout projet de fusion reste, à l’évidence, la question financière. Chacun sait qu’il est facile d’interpréter cette thématique en faveur de l’opinion que l’on défend. Mais personne ne peut nier, aujourd’hui, que les coefficients fiscaux entre les communes se sont fortement rapprochés et qu’un renversement de tendance est plus qu’improbable. Des obstacles financiers subsistent sans doute, mais en se projetant vers l’avenir, ils ne devraient plus être un frein déterminant, ni permettre d’alimenter les traditionnels arguments démagogiques souvent utilisés dans ce type de processus politique. Le fait que le Département de l’Intérieur prépare un nouveau projet de péréquation intercommunale ne pourra que mettre de l’huile dans les rouages, dans ce domaine sujet à controverses.

8 Sondage M.I.S. Trend dans l’Hebdo N°18 du 30 avril 2009.

CCR

RIVIERA :UNE VILLE

4.2.3 Quelques exemples de changements positifs pour les citoyens En matière d'aménagement du territoire et de développement : Le tissu urbain existant se caractérise par une forte proportion d’habitat individuel, gourmand en surfaces à bâtir. Le potentiel de développement, bien que réel, nécessite une politique de structuration et de densification plus globale afin de modérer la dispersion de l’habitat, de sauvegarder le caractère bien structuré des quartiers, sans freiner leur développement. La CORAT Riviera participe déjà à ce processus. (La CORAT est un organisme de réflexion, de concertation et de coordination à caractère consultatif).

En matière de transport : La toute récente ligne n°7 des VMCV qui relie La Tour-de-Peilz à Blonay, en passant par le Gymnase de Burier et Chailly, est certes un pas dans le sens d’une densification du réseau de transport public, mais cela ne compense pas le retard pris par la Riviera pour rejoindre la communauté tarifaire «Mobilis» (projet piloté par l’Etat en partenariat avec les Municipalités concernées), ni l’absence de projets en matière de transfert modal: parkings permettant le basculement du transport individuel vers le transport public, notamment l’accès aux gares de Vevey et Montreux.

Le trafic est une affaire globale, difficile à maîtriser quand on circonscrit le problème dans les limites communales. Ainsi, à Vevey, le Conseil communal a-t-il empoigné le dossier du parking sur la Place du Marché et, par ricochet, de la circulation des voitures et des piétons en ville. Plusieurs solutions ont été esquissées. Mais le problème, au delà de la commune de Vevey, est resté dans les limbes (malgré le Plan Directeur Régional). On pourrait ainsi étudier, par exemple, la création d’un parking-relais à la sortie de l’autoroute, desservi par de fréquentes navettes des Chemins de fer électriques veveysans, dont profiteraient aussi les habitants des hauts de Riviera.

En matière scolaire : La gestion scolaire sera optimisée en cas de fusion. Au niveau primaire, peu de grands changements sont envisageables. Sur le plan secondaire, en revanche, les effectifs dans les classes pourront être gérés de manière beaucoup plus équilibrée. Cela facilitera en particulier le développement des infrastructures de prise en charge des élèves hors des cours, ce qui sera une aide appréciable pour les parents qui travaillent. Il n’est pas rare aujourd’hui que des établissements aient trop ou, au contraire, pas assez d’élèves. Il faut savoir que le maintien ou l’ouverture d’une classe n'est pas toujours lié à des questions pédagogiques, mais souvent à des critères économiques propres à la commune. Les bâtiments sont en effet à sa charge, indépendamment du fait qu’elle reçoive une aide du canton au prorata du nombre d’élèves. Des établissements d'une certaine taille critique permettront donc une gestion plus rationnelle des classes et, selon les pédagogues, de dynamiser aussi les équipes de professeurs. Les élèves profiteront de cette émulation dans l’enseignement.

En matière d'équipements et d'infrastructures : La Riviera dispose d’une exceptionnelle richesse d’infrastructures, tant par leur diversité que par leur accessibilité. En revanche, en l’absence d’une gestion régionale, leur multitude en empêche une bonne occupation et une utilisation rationnelle. Actuellement, c’est en principe à chaque

27

CCR

RIVIERA :UNE VILLE

commune de prendre en charge les infrastructures sportives. Il est vrai qu’il y a eu récemment une ébauche de collaboration pour améliorer sur la Riviera la gestion et la création de terrains de sport. Ce ne fut pas sans peine, après plusieurs années de négociations difficiles. Mais la Riviera n’a toujours pas de grandes infrastructures sportives que l’on trouve habituellement dans une zone urbaine de 74’000 habitants. Ainsi est-elle la seule de cette importance en Suisse à n’avoir pas encore de patinoire couverte. Elle ne bénéficie pas non plus d’une grande salle omnisports et multifonctionnelle pouvant accueillir un grand nombre de spectateurs ou de visiteurs.

En matière de santé : La démarche qui va prochainement conduire, après de longues études et négociations, à la construction du futur hôpital unique Riviera-Chablais est un exemple très positif de régionalisation par la supra-territorialité où la collaboration intercantonale Vaud-Valais a permis de trouver une solution satisfaisante pour le plus grand nombre. Dans les domaines liés à la santé (soins à domicile, prévention, etc.) la régionalisation est une réalité depuis plus de 10 ans. Sous la forme d’une association de communes, y compris hors district, la Régionalisation de l’Action Sociale (RAS) regroupe 14 communes au total.

En matière de sécurité : Police Riviera est le dernier grand organisme intercommunal qui a vu le jour. Cette nouvelle entité est, globalement, une plus-value opérationnelle. Mais elle cache des défauts au niveau institutionnel inhérents à ce type de structure. Le comité de direction est composé de 10 Municipaux de police, face à un seul commandant. Derrière cette situation déséquilibrée, on devine la multitude d’intérêts, souvent divergents, émanant d’un tel aréopage tiraillé entre intérêts local et régional. Malgré la bonne volonté de chacun, cela ne facilite pas la gestion d’un tel organisme.

Exemple de complexité : les Offices de stationnement de Montreux, Vevey et La Tour-de- Peilz gardent, dans le cadre de l’Association Sécurité Riviera, des prérogatives importantes, en particulier au niveau des rentrées financières qui continuent de revenir aux communes précitées. Mais les employés de ces offices sont pourtant intégrés et dirigés par l’administration de ce nouvel organe intercommunal payée par toutes les communes de la Riviera. Pour clarifier le « qui encaisse quoi et qui paie quoi » il est envisagé de passer des conventions entre l’Association Sécurité Riviera et les trois communes en question.

En matière de culture : Le secteur culturel, particulièrement important dans notre région, pourrait se voir renforcé. Il est actuellement en partie financé par un fond intercommunal. Bien que ce mécanisme soit pionnier en Suisse Romande, il nécessite pour toute modification l’aval des 10 communes partenaires. Ce fond pourrait être aménagé en fonction d’une politique culturelle globale. En tant que 7 ème ville de notre pays, la qualité et la diversité culturelle que nous connaissons déjà sur la Riviera, doublée d’une vision politique claire et d'une meilleure gestion des infrastructures, favorisera un développement important du secteur culturel, générateur de retombées économiques et en terme d’image non négligeables.

CCR

RIVIERA :UNE VILLE

4.3 Le moment d’agir

Aujourd’hui, on assiste un peu partout en Suisse à une remise en question et à une mise à jour des institutions nées au milieu du 19e siècle, car elles ne correspondent plus au cadre de vie réel des citoyens. Des collaborations entre cantons ont dépassé maintenant le stade des intentions déclaratoires pour devenir effectives. Récemment, les cantons de Vaud et de Genève ont décidé de s’unir pour soutenir la réalisation de projets communs tels la troisième voie CFF entre Lausanne et Genève. On évoque aussi aujourd'hui la création d'un canton de l'arc jurassien qui regrouperait les cantons du Jura et Neuchâtel ainsi que le Jura bernois.

Le mouvement tendant au regroupement de communes a déjà une bonne longueur d’avance en Suisse et s’est bien développé ces dernières années. Depuis l’an 2000, on compte quelque 300 communes de moins sur les 3’205 que comptait notre pays en 1850.

Le projet d’une fusion des dix commues de la Riviera ne tombe donc pas du ciel, mais s’inscrit dans un vaste mouvement de renouvellement des institutions helvétiques qui n’ont pas été modifiées de manière significative depuis un siècle et demi, contrairement à la plupart des pays européens qui ont réactualisé les leurs après les deux guerres mondiales. Ce projet n'est pas révolutionnaire, il est simplement mûr et tombe à pic. Il amènera une clarification, un regroupement et une simplification à la fois des structures actuellement intercommunales et de celles gérées par chacune des communes. La gestion sera maîtrisée au niveau de l’exécutif, tandis qu’au niveau du législatif le contrôle démocratique gagnera en clarté. Enfin, le poids politique de la commune Riviera correspondra à la réalité socio-économique d’une entité unie.

Les Municipalités des dix communes de la Riviera ont déjà une longue expérience de collaboration régionale vécue dans le cadre de quelque 70 collaborations inter- communales. Beaucoup de membres des exécutifs s’accordent à dire qu’on est arrivé aujourd'hui au bout d’un processus et qu’il s’agit maintenant de le dépasser, pour éviter de finir dans une impasse institutionnelle. Conscientes du problème, les Municipalités de la Riviera ont, non sans courage et détermination, commandité une pré-étude sur un projet de fusion des communes auprès de l’IDHEAP, (Institut des Hautes Etudes en Administration Publique) qui devrait être présenté prochainement.

Après réflexion et la réalisation du présent rapport, la Conférence des Conseillers communaux de la Riviera est aujourd’hui convaincue que la meilleure voie à suivre pour l’avenir de la Riviera passe par une fusion des dix communes. Elle tient à souligner que ce choix a été pris de manière totalement indépendante. C’est ainsi qu’elle n’a voulu faire appel à aucun expert extérieur et encore moins commander une étude auprès d’un bureau ou d’un institut pour la guider dans le choix d'une option. Le résultat de cette démarche est donc un travail de miliciens, d’élus de la base régulièrement confrontés aux institutions actuelles et qui ont décidé de franchir le pas et d’assumer leur responsabilité politique. C’est ce qui confère à ce rapport le poids de l’expérience, un poids qu’elle estime non négligeable.

CCR

RIVIERA :UNE VILLE

4.3.1 Une bonne communication, gage de réussite

La Conférence des Conseillers communaux de la Riviera est persuadée qu’une grande transparence est le gage de la réussite d’une fusion. Des silences ou des zones d’ombre sont immédiatement exploités par les adversaires d’un tel projet. Dans un processus comme celui-ci des manœuvres sont à redouter. Il faut les dénoncer, car elles risquent de focaliser l’attention des médias et des citoyens sur des aspects formels et secondaires et mettre ainsi en danger la finalité du projet.

Une information complète devra donc être donnée à la population et à ses élus. Toutes les questions que se posent légitimement les citoyens doivent trouver des réponses. Celles- ci doivent être complètes et relever aussi bien leurs avantages que leurs inconvénients. Comme dans tous les dossiers à enjeux importants, c’est après une pesée d’intérêt que les décisions finales pourront être prises en toute connaissance de cause.

4.3.2 Nécessaire volonté politique

La Conférence des Conseillers de la Riviera constate avec une très grande satisfaction que les autorités locales de la Riviera ont initié le processus technique d'une fusion. Il s'agit maintenant de traduire ce bon état d'esprit en volonté politique, avec l'aval des Conseils communaux et l'appui encore plus déterminant des citoyens.

Une fusion des dix communes de la Riviera n'apparaît pas comme une utopie, reproche qui est parfois fait à d'autres projets institutionnels. C'est avant tout l'aboutissement d'un long processus de rapprochement qui a commencé il y a un siècle et demi. Le mariage semble donc pour le moins justifié, après un si long flirt. La CCR participera aux efforts en vue de la création d'une seule cité sur la Riviera. La naissance d'une des grandes villes de Suisse, selon elle, offrira de nombreux avantages à ses habitants qui continueront d'habiter l'un des plus beaux coins du pays.

CCR ©/ Vevey, le 18 mai 2009

www.conseil-riviera.ch

30

CCR

RIVIERA :UNE VILLE

5 ANNEXES

5.1 Altitude et superficie des communes

 

Altitude en m

Superficie effective totale en ha

District et communes

(1)

(2)

Canton de Vaud

 

282'247

District de la Riviera–Pays-d'Enhaut (13 communes)

 

28'288

Blonay

622

1'603

Chardonne

586

1'030

Château-d'Oex

970

11'376

Corseaux

441

106

Corsier-sur-Vevey

421

674

Jongny

526

216

Montreux

400

3'340

Rossinière

920

2'334

Rougemont

1'007

4'856

Saint-Légier - La Chiésaz

567

1'512

La Tour-de-Peilz

382

329

Vevey

383

239

Veytaux

442

673

(1) L'altitude indiquée est habituellement celle du centre de l'agglomération principale ou de l'église servant de point de repère trigonométrique

(2) Non compris les lacs de Neuchâtel, de Morat, Léman et de Joux

CCR

RIVIERA :UNE VILLE

5.2 Sièges dans les parlements communaux par 1'000 habitants

Abr.

Ville (Commune)

 

Nbre

   

Abr.

Ville (Commune)

Nbre

 

ZH

Zürich

0.36

FR

Fribourg

2.39

GE

Les dix communes de la Riviera en chiffres

Genève

0.45

ZH

Schlieren

2.68

ZH

Winterthur

0.63

BL

Pratteln

2.69

GR

 

Chur

2001

 

2002

0.65

   

BE

2003

 

Burgdorf

2004

2005

2006

2.69

 

BE

 

Bern

0.65

 

AG

Wettingen

2.69

 

BS

 

Basel

0.80

BE

Population au 31.12

Ostermundigen

2.70

LU

 

Blonay

Luzern

4'821

 

4'944

0.83

   

TI

5'042

 

Locarno

5'209

5'272

5'392

2.72

 

VD

 

Chardonne

Lausanne

2'633

 

2'612

0.85

   

BE

2'639

 

2'685

Münsingen

2'765

2'747

2.72

 

SG

 

Corseaux

St.Gallen

2'061

 

0.90

2'072

   

BE

2'100

 

Langenthal

2'091

2'092

2.77

2'078

 

BE

 

Thun

Corsier-sur-

   

0.97

   

ZH

 

Opfikon

 

2.77

 

BE

Vevey

Köniz

3'174

 

3'138

1.07

BL

3'122

 

3'081

Binningen

3'119

3'125

2.81

NE

 

Jongny

La Chaux-de-Fonds

1'294

 

1.12

1'286

 

AG

1'329

 

Wohlen (AG)

1'305

1'336

2.84

1'403

LU

                   
 

Kriens

   

1.18

   

BE

 

Spiez

 

2.92

 

ZH

 

Montreux

Uster

22'100

 

22'514

1.19

TI

22'897

 

22'831

Bellinzona

23'010

23'170

2.94

TI

 

St-Légier-La

Lugano

4'010

 

1.21

4'086

   

SO

4'231

 

Olten

4'325

4'343

2.99

4'443

 

GE

 

Chiesaz

Vernier

   

1.21

AG

 

Baden

 

3.00

BE

 

La Tour-de-

Biel/Bienne

10'293

 

1.22

10'435

   

BL

10'479

 

Liestal

10'435

10'470

3.05

10'478

 

NE

Peilz

Neuchâtel

   

1.27

FR

 

Bulle

 

3.07

GE

Lancy

1.29

 

BE

Muri bei Bern

3.18

 

VD

Riviera: Une ville (100 sièges)

1.35

AG

Aarau

3.23

LU

Emmen

1.48

GR

St. Moritz

3.32

SH

Schaffhausen

 

1.49

BE

Worb

3.57

GE

Meyrin

1.58

BE

Lyss

3.64

GR

Davos

1.58

VS

Monthey

3.79

ZG

Zug

1.61

AG

Zofingen

3.85

ZH

Dietikon

1.61

VS

Sierre

3.92

GE

Carouge (GE)

 

1.63

VS

Martigny

3.96

GE

Onex

1.69

NE

Le Locle

4.04

SG

Gossau (SG)

1.75

VD

Yverdon-les-Bains

4.05

ZH

Dübendorf

1.75

VD

Montreux

4.31

ZH

Bülach

1.79

VD

Renens (VD)

4.35

TG

Frauenfeld

1.80

BE

Nidau

4.51

ZH

Wädenswil

1.80

JU

Delémont

4.51

LU

Littau

1.84

AG

Lenzburg

5.19

ZH

Kloten

1.87

AG

Reinach (AG)

5.22

BS

Riehen

1.95

BE

Moutier

5.48

SH

Neuhausen am Rheinfall

 

2.02

VD

Nyon

5.68

AR

Herisau

2.04

TI

Chiasso

5.82

GE

Thônex

2.06

VD

Vevey

5.90

GE

Versoix

2.06

VD

Pully

6.04

VS

Sion

2.10

VD

Morges

7.08

BL

Allschwil

2.17

NE

Peseux

7.14

BE

Steffisburg

2.24

VD

Ecublens (VD)

7.32

TG

Kreuzlingen

2.24

VD

Prilly

7.85

ZH

Adliswil

2.28

FR

Murten

8.56

TG

Arbon

2.30

VD

Riviera: 10 communes (650)

8.78

SG

Wil (SG)

2.32

VD

Payerne

8.92

ZH

Illnau-Effretikon

 

2.36

VD

La Tour-de-Peilz

9.06

LU

Horw

2.39

BE

La Neuveville

10.16

 

N

96

 

Somme

287.72

Moyenne

3

Médiane

2.39

E-type

2.08

Min.

0.36

Max.

10.16

Copyright et sources: www.badac.ch

CCR

RIVIERA :UNE VILLE

5.3 Les dix communes de la Riviera en chiffres

CCR RIVIERA :UNE VILLE 5.3 Les dix communes de la Riviera en chiffres 33

CCR

RIVIERA :UNE VILLE

CCR RIVIERA :UNE VILLE 34

CCR

RIVIERA :UNE VILLE

CCR RIVIERA :UNE VILLE 35

CCR

RIVIERA :UNE VILLE

CCR RIVIERA :UNE VILLE 36

CCR

RIVIERA :UNE VILLE

CCR RIVIERA :UNE VILLE 37

CCR

RIVIERA :UNE VILLE

CCR RIVIERA :UNE VILLE 38

CCR

RIVIERA :UNE VILLE

CCR RIVIERA :UNE VILLE 39

CCR

RIVIERA :UNE VILLE

CCR RIVIERA :UNE VILLE 40

CCR

RIVIERA :UNE VILLE

5.4 Tâches régionalisées

CCR RIVIERA :UNE VILLE 5.4 Tâches régionalisées 41

CCR

RIVIERA :UNE VILLE

CCR RIVIERA :UNE VILLE 42

CCR

RIVIERA :UNE VILLE

CCR RIVIERA :UNE VILLE 43

43

CCR

RIVIERA :UNE VILLE

CCR RIVIERA :UNE VILLE 44

CCR

RIVIERA :UNE VILLE

CCR RIVIERA :UNE VILLE 45

CCR

RIVIERA :UNE VILLE

5.5 Représentations municipales / Commune de Vevey / 2006-2011

CCR RIVIERA :UNE VILLE 5.5 Représentations municipales / Commune de Vevey / 2006-2011 46

46

CCR

RIVIERA :UNE VILLE

CCR RIVIERA :UNE VILLE 47

CCR

RIVIERA :UNE VILLE

CCR RIVIERA :UNE VILLE Source: www.vevey.ch 48

Source: www.vevey.ch

CCR

RIVIERA :UNE VILLE

5.6 Développement des pistes constitutionnelles

5.6.1 Agglomération institutionnalisée par la législation vaudoise

L’agglomération est traitée au titre VI, chapitre II de la Constitution vaudoise du 14 avril 2003 dont l’art. 155 al. 2 prévoit que: « Les communes peuvent déléguer une ou plusieurs de leurs tâches à des fédérations, à des agglomérations ou à d'autres types d'organisations intercommunales; elles veillent à choisir la forme la plus appropriée. ». L’art. 157 institue l’agglomération en ces termes: « L'agglomération est une collectivité de droit public composée de communes urbaines contiguës et qui comprend une ville centre. Elle a la personnalité juridique. La loi définit l'organisation, le financement et le contrôle démocratique de l'agglomération par analogie avec les règles applicables aux fédérations. » 9 . L’agglomération est réglée dans la Loi sur les communes (LC) aux art. 128g à 128i. Par rapport aux autres formes de collaborations intercommunales, l’agglomération permet aux communes membres d’accomplir ensemble des tâches de compétence communale, en particulier des tâches propres au milieu urbain.

L’agglomération doit être composée de communes urbaines contiguës qui ont au moins une ville-centre et sont étroitement liées entre elles, notamment des points de vue urbanistique, économique et socio-culturel (art. 128g LC).

Le fonctionnement de l’agglomération est principalement réglé par les dispositions concernant les fédérations de communes (art. 128a à 128f LC) qui s’appliquent par analogie (art. 128i LC), ainsi que celles des associations de communes (art. 128b LC). Subsidiairement, les dispositions concernant les communes et les autorités communales

sont applicables par analogie (art. 114 LC). Une commune ne peut faire partie que d’une seule agglomération, mais sa participation à d’autres formes de collaborations

intercommunales (association de communes, entente,

communes 10 ) reste possible (art. 128c al. 2 LC). Les communes membres d'une fédération

doivent toutes lui déléguer la ou les mêmes tâches à accomplir (art. 128c al. 3 LC).

même fédération de

5.6.2 Fonctionnement d’une agglomération

L’agglomération a la personnalité morale de droit public (art. 113 al. 3 LC). Elle est dotée des organes suivants (art. 128h LC) :

!

le Conseil d'agglomération (autorité délibérante);

!

le Comité d'agglomération (autorité exécutive);

!

la Commission de gestion.

9

Art. 156 - Fédérations. La fédération de communes est une collectivité de droit public composée de communes qui sont en principe contiguës. Elle a la personnalité juridique. La fédération est dotée d'une autorité délibérante et d'une autorité exécutive. L'autorité délibérante est élue par les législatifs des communes membres, l'autorité exécutive par l'autorité délibérante. La fédération gère seule les tâches que les communes membres lui délèguent. Ces tâches sont financées par des contributions communales. Une commune ne peut faire partie que d'une fédération, sa participation à d'autres formes de collaboration restant possible.

10

BCG N° 78 I du 19 avril 2005, après-midi, p. 9041 ss, 9118 ad art. 128c.

CCR

RIVIERA :UNE VILLE

Le Conseil d’agglomération est composé de délégués des communes membres. Ils sont élus par leur Conseil communal respectif dont ils doivent être membres. Ils peuvent cependant aussi être Conseillers municipaux (art. 128d al. 2 LC).

Le Comité d’agglomération est composé de trois membres au moins, élus par le Conseil d’agglomération. Les membres du Comité d’agglomération doivent être des Conseillers municipaux des communes membres (art. 128d al. 3).

Enfin, les membres de la Commission de gestion doivent être membres du Conseil d’agglomération (art. 128d al. 4 LC).

Deux différences sont à relever par rapport à l’association de communes. Premièrement, les délégués au Conseil d’agglomération doivent être des élus communaux. Cette exigence n’existe pas pour l’association de communes qui peut avoir comme délégué une personne non-élue, pour autant qu’elle ait son domicile dans la commune qu’elle représente. Deuxièmement, contrairement à l’association de communes, l’agglomération n’a pas de tâches optionnelles. Toutes les communes membres doivent ainsi s’unir autour de tâches semblables; il n’y a pas de géométrie variable, comme c’est le cas dans l’association de communes.

L’agglomération est instituée par des statuts, élaborés d'entente entre les municipalités, puis soumis au vote du Conseil communal de chaque commune et enfin approuvés par le Conseil d’Etat (art. 113 LC). Ces statuts déterminent (art. 115 LC):

! les communes membres de l'agglomération;

! le nom de l'agglomération, le but ou les buts poursuivis;

! le lieu où l'agglomération a son siège;

! la tâche ou les tâches assumées par l'ensemble des communes membres;

! la représentation des communes au Conseil d'agglomération et l'autorité de nomination des délégués et cas échéant de leurs suppléants (Conseil communal et/ou municipalité);

! les règles relatives à la convocation des délégués;

! la composition du Comité d'agglomération et la qualité de ses membres;

! les compétences respectives du Conseil et du Comité d'agglomération;

! la proportion dans laquelle les communes membres participent à la constitution du capital de dotation et au bénéfice ou déficit éventuel de l'agglomération;

! les ressources de l'agglomération;

! le mode de répartition des charges financières entre les communes membres;

! la possibilité pour l'agglomération d'emprunter, le plafond des emprunts d'investissements devant toutefois être précisé;

! la possibilité pour l'agglomération d'offrir des prestations à d'autres formes de collaborations intercommunales;

CCR

RIVIERA :UNE VILLE

! les conditions à observer pour l'admission de nouvelles communes et pour le retrait d'une commune, y compris les droits et obligations de la commune sortante;

! les règles concernant la dissolution de l'agglomération, le sort des biens et celui de ses dettes.

Les statuts peuvent être modifiés par décision du Conseil d’agglomération. Cependant, la modification des buts ou des tâches de l'agglomération, la modification des règles de représentation des communes au sein de ses organes, l'augmentation du capital de dotation, la modification du mode de répartition des charges et l'élévation du plafond des emprunts d'investissements nécessitent l'approbation du Conseil communal de chacune des communes membres, à moins que les statuts ne prévoient une majorité simple ou qualifiée. Toute modification des statuts doit être soumise à l'approbation du Conseil d'Etat qui en vérifie la légalité (art. 126 LC).

Le mandat de délégué au Conseil d’agglomération est de la même durée que celui des Conseillers communaux. Leur désignation a lieu au début de chaque législature communale, sauf dispositions contraires des statuts. Les délégués peuvent être révoqués par l'autorité qui les a nommés (art. 118 LC).

Les décisions du Conseil d’agglomération sont susceptibles de référendum dans les cas et aux conditions prévues par les articles 112 et suivants de la Loi sur l'exercice des droits politiques (art. 120a LC) 11 . A noter que le droit d’initiative populaire « communal » n’est pas applicable à l’agglomération 12 .

Les décisions que l’agglomération prend, par l'organe de ses Conseils, sont exécutoires sans l'approbation des communes membres (art. 123 LC).

5.6.3 Financement d’une agglomération

Les ressources de l’agglomération sont fournies par des contributions des communes membres. Comme telle, l’agglomération n’a pas le droit de lever des impôts et de percevoir des taxes à titre de ressources propres (art. 128e al. 1 LC). Toutefois, elle peut être chargée de l'encaissement de taxes pour le compte de ses membres sur les usagers ou bénéficiaires du service qu'elle exploite. L’exposé des motifs du Conseil d’Etat précise qu’en cette matière, l’agglomération a une marge de manœuvre plus étroite que l’association de communes dans la mesure où elle doit reverser le montant des taxes encaissées aux communes membres 13 . Autrement dit, une agglomération ne peut bénéficier d’une source de financement directe au moyen de taxes (comme le SIGE qui prélève une taxe sur l’eau qu’il conserve pour son propre fonctionnement ou ses investissements). Ce non-sens provient d’une interprétation restrictive de l’art. 156 al. 3 de la Constitution vaudoise. L’agglomération peut cependant être chargée d'édicter les règlements et tarifs des taxes (art. 128e al. 2 LC).

11 BCG N° 78 I du 19 avril 2005, après-midi, p. 9041 ss, 9121.

12 BCG N° 73 I du 15 mars 2005, après-midi, p. 8431 ss, 8439.

13 BCG N° 78 I du 19 avril 2005, après-midi, p. 9041 ss, 9119.