Vous êtes sur la page 1sur 19

ELLE EST ÂGÉE DE 140 ANS

La doyenne de l’humanité est de Béjaïa

Au total, Na Fatma compte aujourd’hui 88 descendants dont 15 arrière-arrière-petits-enfants.

LLiirree eenn ppaaggee 2244 llaarrttiiccllee ddee BBoouuaalleemm CChhoouuaallii

e B B o o u u a a l l e e m m C
e B B o o u u a a l l e e m m C
e B B o o u u a a l l e e m m C
e B B o o u u a a l l e e m m C
e B B o o u u a a l l e e m m C

Le Quotidien

u a a l l e e m m C C h h o o u
u a a l l e e m m C C h h o o u
u a a l l e e m m C C h h o o u

Dimanche 28 Juillet 2013 n°3881 - Prix : Algérie 10 DA — http://www.lexpressiondz.com — ISSN 1112-3397 — Directeur Fondateur : AHMED FATTANI

EXCLUSIF
EXCLUSIF

INVESTISSEMENTS, VISAS, GUERRE AU MALI

Ce qu’a dit l’ambassadeur de France

LLiirree eenn ppaaggee 22 lleennttrreettiieenn rrééaalliisséé ppaarr SSaalliimm AAggggaarr

Dans cet entretien, Monsieur André Parant, l’ambassadeur de France en Algérie, a évoqué l’état des
Dans cet entretien,
Monsieur André Parant,
l’ambassadeur
de France en Algérie,
a évoqué l’état
des relations
algéro-françaises,
donnant au passage
son point de vue sur la
situation politique dans
la région au lendemain
des révolutions arabes.

TUNISIE

Marée humaine pour les funérailles de Mohamed Brahmi

Le cortège a parcouru l’avenue Habib Bourguiba, principale artère du centre de Tunis. Une marée de drapeaux tunisiens était visible, alors qu’un hélicoptère militaire survolait la capitale.

alors qu’un hélicoptère militaire survolait la capitale. L L i i r r e e e

LLiirree eenn ppaaggee 1177

DÉRAPAGES AU CAIRE ET À ALEXANDRIE

DES DIZAINES DE PARTISANS DE MORSI TUÉS

Ces nouvelles violences, dont le bilan définitif n’était pas fixé, ont fait potentiellement au moins 100 morts hier, soit la journée la plus meurtrière en Egypte depuis la destitution de M. Morsi le 3 juillet.

LLiirree eenn ppaaggee 1166

SOCIÉTÉ

Cette nation qui ne fait plus dans le détail

Un Etat qui obéit aux marchands est un Etat faible, peureux et incapable.

LLiirree eenn ppaaggee 44 llaarrttiiccllee ddee AAïïssssaa HHiirrèècchhee

IFTAR 19 Ramadhan 1434 20h01 IMSAK 20 Ramadhan 1434 03h59
IFTAR 19 Ramadhan 1434
20h01
IMSAK 20 Ramadhan 1434
03h59
L ’ A c t u a l i t é DIMANCHE 28 JUILLET 2013

LActualité

DIMANCHE 28 JUILLET 2013

INVESTISSEMENTS, VISAS, GUERRE AU MALI CCee qquu’’aa ddiitt ll’’aammbbaassssaaddeeuurr ddee FFrraannccee Nous
INVESTISSEMENTS, VISAS, GUERRE AU MALI
CCee qquu’’aa ddiitt ll’’aammbbaassssaaddeeuurr ddee FFrraannccee
Nous soutenons les aspirations à la
liberté qui ont animé ces mouvements de
transition, tout en nous montrant intrans-
igeants sur le respect de deux principes :
EENNTTRREETTIIEENN RRÉÉAALLIISSÉÉ PPAARR
■ SSAALLIIMM AAGGGGAARR
A lors que la France et l’Algérie prépa-
rent discrètement la première
réunion du Comité interministériel
de haut niveau, présidée par les Premiers
ministres, Abdelmalek Sellal et Jean-Marc
Ayrault, nous nous sommes rapprochés de
l’ambassadeur de France à Alger, S.E.M.
André Parant pour faire le point sur les
relations algéro-françaises. Les résultats
de la visite du président Hollande en
Algérie, le volume des échanges commer-
ciaux entre les deux pays, la question des
visas, mais aussi le point sur la situation
inquiétante dans le Monde arabe et la crise
au Mali, sont autant de questions sur les-
quelles l’ambassadeur de France a bien
voulu répondre.
les droits fondamentaux, notamment ceux
des femmes, et la possibilité d’alternance
qui va de pair avec le pluralisme. Les crises
doivent être résolues par le dialogue inclu-
sif, dans des conditions permettant la prise
en compte des aspirations qui se sont
exprimées. C’est la condition de la stabilité
régionale, c’est l’intérêt des peuples de la
région, c’est, bien entendu, aussi l’intérêt
de la France.
LLaa FFrraannccee ssoocciiaalliissttee ssoouuss MMiitttteerrrraanndd aa
ééttéé llee pprreemmiieerr ppaayyss àà aavvooiirr ddéénnoonnccéé ll’’aarrrrêêtt
dduu pprroocceessssuuss éélleeccttoorraall eenn AAllggéérriiee eenn 11999922
OOnn rreettrroouuvvee aauujjoouurrdd’’hhuuii llaa mmêêmmee ssiittuuaa--
ttiioonn,, àà qquueellqquueess ddeeggrrééss mmooiinnddrreess,, eenn
EEggyyppttee,, mmaaiiss llaa FFrraannccee ssoocciiaalliissttee ssoouuss
HHoollllaannddee nn’’aa ppaass ddéénnoonnccéé cceettttee ssiittuuaattiioonn
aavveecc llaa mmêêmmee vviigguueeuurr
QQuuee ss’’eesstt--iill ppaasssséé
EXCLUSIF
L’Expression :: LL’’éévvoolluuttiioonn ddeess rreellaa--
ttiioonnss bbiillaattéérraalleess aallggéérroo--ffrraannççaaiisseess aauu ccoouurrss
ddee ccee ddeemmii--ssiièèccllee ss’’eesstt ffaaiittee eenn ddeennttss ddee
sscciiee CCoommmmeenntt eexxpplliiqquueerr ccee ccaallmmee qquuii pprréé--
vvaauutt aaccttuueelllleemmeenntt ddaannss lleess rreellaattiioonnss eennttrree
PPaarriiss eett AAllggeerr ??
SSEE ll’’aammbbaassssaaddeeuurr: Entre la France et
l’Algérie, les liens humains sont peut-être
plus forts encore. Nous avons 132 ans
d’histoire partagée. Il y a en France plu-
sieurs millions d’Algériens et de Français
d’origine algérienne. La langue française
constitue un trésor com-
mun. C’est précisément la
M. André Parant
eennttrree--tteemmppss ppoouurr qquuee llaa FFrraannccee nnuuaannccee àà
ccee ppooiinntt ssaa ppoossiittiioonn ??
Je souhaite redire une fois de plus que
chaque pays a une histoire unique. Par
ailleurs, la France n’a jamais cessé de sou-
tenir la démocratie et de refuser la vio-
lence. Concernant l’Egypte, je vous renvoie
aux propos du ministre des Affaires étran-
gères, Laurent Fabius, qui le 9 juillet
devant l’Assemblée nationale, a appelé à
l’arrêt des violences et au rassemblement :
deux pays sont aujourd’hui satisfaisantes,
mais peuvent être approfondies. L’Algérie
est le premier partenaire commercial de la
France en Afrique. Les échanges bilaté-
raux représentent 10 milliards d’euros.
450 entreprises françaises sont implantées
sur le marché algérien, et contribuent à la
création d’emplois en
puissance de ces liens réci-
proques, souvent vécue de
manière passionnelle, qui a
pu, dans le passé, être
source de difficultés ou de
malentendus. Mais c’est
aussi elle qui, j’en suis
convaincu, a vocation à faire
de la relation franco-algé-
« Il est nécessaire que ce rassemblement
permette d’aller rapidement aux élections
afin que l’on retrouve un processus démo-
cratique. »
LL’’uunn ddeess ddoossssiieerrss jjuurriiddiiqquueess,, eenn
iinnssttaannccee eenn FFrraannccee,, ddeemmeeuurree ll’’aaffffaaiirree ddeess
mmooiinneess ddee TTiibbhhiirriinnee QQuueellllee eesstt vvoottrree ppooiinntt
ddee vvuuee ssuurr llee ddooccuummeennttaaiirree ddiiffffuusséé llee mmooiiss
ddee mmaaii ddeerrnniieerr ssuurr FFrraannccee 33 ??
LLee ssttoocckk
dd’’iinnvveessttiisssseemmeennttss
ffrraannççaaiiss eenn AAllggéérriiee
ss’’ééllèèvvee àà 11,,8855
mmiilllliiaarrdd dd’’eeuurrooss
Algérie à hauteur de 40 000
emplois directs et
100 000 emplois indirects.
Quant au stock d’investisse-
ments français en Algérie, il
s’élève à 1,85 milliard d’eu-
ros. Je tiens à rappeler
que la France est le pre-
très importants aient été recueillis auprès
de la communauté internationale, dont
280 millions d’euros de la France, pour
faire redémarrer le Mali. Le deuxième élé-
ment, c’est que le dialogue entre la France
et l’Algérie, qui a été constant tout au long
de la crise, est crucial. Les réunions qui
auront lieu à l’automne entre les responsa-
bles de nos diplomaties permettront de le
renforcer encore.
LL’’AAllggéérriiee aa ééttéé llee sseeuull ppaayyss dd’’AAffrriiqquuee dduu
NNoorrdd àà nn’’aavvooiirr ppaass ééttéé
En ce qui concerne l’affaire de
Tibhirine, elle relève d’une procédure judi-
ccoonnttaammiinnéé ppaarr llee pphhéénnoo--
mmèènnee ddeess rréévvoolluuttiioonnss aarraa--
LLee ttaauuxx
bbeess
CCoommmmeenntt aannaallyysseezz--
ddee ddéélliivvrraannccee
ddeess vviissaass
mier investisseur hors
hydrocarbures en Algérie.
CCoommmmeenntt ssee ffaaiitt––iill qquuee llaa FFrraannccee iinnvveess--
ttiissssee pplluuss aauu MMaarroocc eett eenn TTuunniissiiee,, aalloorrss qquuee
llee mmaarrcchhéé aallggéérriieenn eesstt pplluuss iimmppoorrttaanntt aavveecc
eennvviirroonn 4400 mmiilllliioonnss ddee ccoonnssoommmmaatteeuurrss eett
uunn PPIIBB ppaarr hhaabbiittaanntt ddee 44 111100 ddoollllaarrss,, ll’’uunn
ddeess pplluuss éélleevvééss ddaannss llaa rrééggiioonn ??
vvoouuss ccee ffaaiitt ??
La région a connu dans
l’année écoulée des boule-
versements profonds, au
cours desquels les peuples
aa aauuggmmeennttéé
rienne le moteur de la Méditerranée de
demain.
CCiinnqquuaannttee aannss aapprrèèss llaa ffiinn ddee llaa GGuueerrrree
dd’’AAllggéérriiee,, llaa tteennssiioonn ddeemmeeuurree vviivvee qquuaanntt àà
ddee 5500%%
ll’’hhéérriittaaggee hhiissttoorriiqquuee ccoommmmuunn
Cela étant, nous voulons faire davan-
tage encore. Nous avons ainsi installé le 28
mai, à l’occasion de la 3ème visite en
Algérie de la ministre du Commerce exté-
rieur, Nicole Bricq, le comité mixte écono-
mique franco-algérien (Comefa), nouvelle
instance de dialogue portant sur l’ensem-
ble des aspects de la relation économique
bilatérale, comme prévu par la déclaration
d’Alger. De même, le partenariat industriel
tunisien, égyptien, libyen,
syrien ont exprimé leurs aspirations au
changement. Malgré certaines similitudes,
des processus différents se produisent
dans chaque pays, dans des contextes insti-
tutionnels distincts.
CCoonnttrraaiirreemmeenntt aauuxx aatttteenntteess ddee nnoomm--
bbrreeuusseess ppaarrttiieess oocccciiddeennttaalleess,, llaa rréévvoolluuttiioonn
aarraabbee aa ccoonnssaaccrréé ll’’aarrrriivvééee ddeess iissllaammiisstteess aauu
ciaire en cours et je respecte
l’indépendance de la justice.
Il ne me revient donc pas de
me prononcer sur la ques-
tion.
LLaa qquueessttiioonn ddeess vviissaass
ddeemmeeuurree ttoouujjoouurrss dd’’aaccttuuaa--
lliittéé eett mmaallggrréé uunnee nneettttee
aamméélliioorraattiioonn dduu ttrraaiitteemmeenntt
ddeess ddoossssiieerrss,, llee ttaauuxx ddee
CCoommmmeenntt
eexxpplliiqquueezz--vvoouuss qquu’’eennttrree llaa FFrraannccee eett
ll’’AAlllleemmaaggnnee llaa ppaaggee aa ééttéé ttoouurrnnééee 1177 aannss
sseeuulleemmeenntt aapprrèèss llaa ffiinn ddee llaa SSeeccoonnddee
GGuueerrrree mmoonnddiiaallee,, mmaaiiss ppaass eennttrree llaa FFrraannccee
eett ll’’AAllggéérriiee ddeeppuuiiss 11996622 ??
Le parallèle avec la relation franco-alle-
mande est intéressant : plus de cinquante
ans après le Traité de l’Elysée qui a scellé
le rapprochement entre nos deux pays,
l’entente franco-allemande constitue le
moteur de l’Union européenne et la
meilleure garantie de sa pérennité. Pour
en arriver là, la France et l’Allemagne ont
choisi de mettre en commun ce qu’elles
avaient de plus précieux, en regardant
avec lucidité le passé, et en bâtissant un
avenir commun.
SSeepptt mmooiiss aapprrèèss llaa vviissiittee dduu pprrééssiiddeenntt
HHoollllaannddee,, eenn AAllggéérriiee,, ccoommmmeenntt ppeeuutt--oonn
qquuaalliiffiieerr aauujjoouurrdd’’hhuuii lleess rreellaattiioonnss aallggéérroo--
ffrraannççaaiisseess ??
La visite d’Etat du président de la
République en décembre dernier a permis
de franchir une nouvelle étape dans l’ap-
profondissement de nos relations mutuel-
les. La déclaration d’Alger pour l’amitié et
la coopération a ouvert une nouvelle ère
qui s’est traduite, ces derniers mois par de
nombreuses visites ministérielles, par un
flux continu de visites parlementaires et
par la signature de nombreux accords et
programmes d’actions. Nous aurons, pour
la première fois dans quelques mois, la pre-
mière réunion du Comité interministériel
de haut niveau, présidée par les Premiers
ministres de nos deux Etats. Nous sommes
donc, progressivement, en train de hisser
les relations franco-algériennes à la hau-
teur de leur potentiel.
DDee bboonnnneess rreellaattiioonnss eennttrree lleess ddeeuuxx ppaayyss
eennccoouurraaggeenntt--eelllleess llee cclliimmaatt ddeess aaffffaaiirreess eett
llaa ccooooppéérraattiioonn eennttrree lleess ddeeuuxx ppaayyss ??
Les relations économiques entre nos
rreeffuuss ddeess ddeemmaannddeess aallggéérriieennnneess eesstt llee pplluuss
éélleevvéé ddaannss llee MMaagghhrreebb aavveecc 1155%% eenn 22001122,,
aalloorrss qquu’’iill nn’’eesstt qquuee ddee 1122%% eenn TTuunniissiiee eett
qquuee llee MMaarroocc bbéénnééffiicciiee dduu ttaauuxx llee pplluuss bbaass
aavveecc 77%%
CCoommmmeenntt eexxpplliiqquueezz cceettttee ddiifffféé--
rreennccee ddee ttrraaiitteemmeenntt ??
ppoouuvvooiirr,, eenn EEggyyppttee,, eenn TTuunniissiiee,, aauu MMaarroocc
eett eenn LLiibbyyee
VVoouuss aatttteennddiieezz--vvoouuss àà uunnee
tteellllee éévvoolluuttiioonn ssuurr llee ppllaann ppoolliittiiqquuee ??
qui a été engagé entre nos deux pays à l’oc-
casion de la visite d’Etat du président de la
République permet d’encourager davan-
tage d’entreprises françai-
ses et algériennes à inves-
Il n’y a pas de chemin unique vers la
démocratie. Ce qui compte, c’est que
chaque pays puisse bénéficier de l’expé-
rience des autres et tirer les leçons de ce
qui se passe ailleurs.
LLeess rréévvoolluuttiioonnss aarraabbeess oonntt ccrréééé uunn ccllii--
mmaatt dd’’iinnssttaabbiilliittéé ppoolliittiiqquuee
tir ensemble. D’ores et
déjà, le forum de partena-
riat organisé à l’hôtel El
Aurassi, les 28 et 29 mai, a
constitué un franc succès et
ses résultats n’ont pas
attendu : à peine deux mois
après sa tenue, 25 sociétés
LLee ddiiaalloogguuee eennttrree
llaa FFrraannccee
eett ll’’AAllggéérriiee aa ééttéé
ccoonnssttaanntt ttoouutt
aauu lloonngg ddee llaa ccrriissee
ddaannss nnoommbbrree ddee ppaayyss
dd’’AAffrriiqquuee dduu NNoorrdd,, nnoottaamm--
mmeenntt eenn LLiibbyyee ooùù llee ccoonnssuull
ddee FFrraannccee aa éécchhaappppéé àà uunnee
tteennttaattiivvee dd’’eennllèèvveemmeenntt eett eenn
EEggyyppttee qquuii ccoonnnnaaîîtt uunnee nnoouu--
vveellllee mmuuttaattiioonn ppoolliittiiqquuee
dduu MMaallii
QQuueellllee eesstt vvoottrree aannaallyyssee ddee
présentes sont en cours de
négociation et 9 ont déjà conclu un parte-
nariat avec une entreprise algérienne.
QQuueellss eennsseeiiggnneemmeennttss ttiirree llaa FFrraannccee ddee
ssoonn iinntteerrvveennttiioonn aauu MMaallii ??
S’il fallait tirer de cette intervention un
enseignement, je mentionnerais deux élé-
ments. D’une part, nous n’avons d’autre
choix que la réactivité et la fermeté face au
terrorisme international.
Le peuple algérien le sait plus que tout
autre. Au mois de janvier, il s’en est fallu
de quelques heures pour que le Mali soit
dirigé par des groupes terroristes. Et c’est
l’intervention de la France qui a permis,
que sept mois plus tard, la sécurité soit
rétablie, que dans quelques jours se tienne
une élection présidentielle et que des fonds
cceettttee ssiittuuaattiioonn eenn rraappppoorrtt
aavveecc sseess rrééppeerrccuussssiioonnss ppoossssiibblleess ssuurr
ll’’EEuurrooppee ??
Ces transitions arabes prendront du
temps. Les situations ne sont pas les
mêmes selon les pays. On ne peut pas met-
tre sur le même plan ce qui est en train de
se passer en Égypte, ce qui se passe en
Syrie dans un autre contexte qui est abso-
lument tragique et ce qui se passe en
Tunisie où, malgré les difficultés qu’il ne
faut pas se cacher, nous pouvons regarder
l’avenir avec espoir.
LLaa FFrraannccee ss’’eesstt iimmpplliiqquuééee ddaannss ll’’aaiiddee
aappppoorrttééee àà llaa rréébbeelllliioonn ssyyrriieennnnee,, ppoouurrttaanntt
sseess iinnttéérrêêttss oonntt ééttéé ttoouucchhééss,, aauussssii bbiieenn eenn
TTuunniissiiee,, eenn LLiibbyyee qquu’’eenn EEggyyppttee !! CCoommmmeenntt
eexxpplliiqquueezz--vvoouuss ccee cchhooiixx ppoolliittiiqquuee ??
Comparons le nombre actuel de visas
délivrés aux Algériens avec la situation
que nous avons connue il y a quelques
années ! Nous sommes passés de 137 000
visas en 2010 à 210 000 en 2012, soit une
augmentation d’environ 50% en deux ans.
Le nombre de visas délivrés a crû encore
plus rapidement que la demande, qui a
augmenté de 40% sur la même période. En
outre, nous avons considérablement déve-
loppé la délivrance de visas de circulation,
puisque ceux-ci approchent aujourd’hui les
40 %. A Alger, ce taux a dépassé les 50%, ce
qui est un record. Cette problématique est
parfois envisagée dans un seul sens. C’est
à mon avis une erreur. La question des
visas de l’Algérie vers la France, mais aussi
de la France vers l’Algérie fait l’objet d’une
attention très forte des autorités de nos
deux pays, et nous dialoguons constam-
ment sur les moyens de faciliter les échan-
ges, dans les deux sens.
EEnnffiinn ppeeuutt--oonn ccoonnnnaaîîttrree vvoottrree rrééaaccttiioonn
ssuuiittee aauuxx rreeffuuss ddeess aauuttoorriittééss aallggéérriieennnneess
ddee nnee ppaass rroouuvvrriirr ll’’IInnssttiittuutt ffrraannççaaiiss ddee TTiizzii
OOuuzzoouu ??
Les autorités algériennes ont considéré
que les circonstances n’étaient pas réunies
pour une reprise des activités de cet insti-
tut. C’est une position que bien sûr je
respecte pleinement. Je tiens cependant à
souligner que de notre côté, nous restons
très désireux d’aller de l’avant dès que la
situation le permettra. Cet institut a une
histoire, il y a une forte attente sur place et
nous nous sommes beaucoup investis dans
ce projet.
SS
AA
a une histoire, il y a une forte attente sur place et nous nous sommes beaucoup

2

a une histoire, il y a une forte attente sur place et nous nous sommes beaucoup
L’ A ctualité DIMANCHE 28 JUILLET 2013 ■ ■ M M O O H H

L’Actualité

DIMANCHE 28 JUILLET 2013

MMOOHHAAMMEEDD TTOOUUAATTII

MM oohhaammmmeedd VVII aa--tt--iill vveenndduu

ssoonn ââmmee aauu ddiiaabbllee ?? LLee

ssoouuvveerraaiinn mmaarrooccaaiinn eesstt

vraisemblablement prêt à tout pour garder sous sa coupe le Sahara occidental. Fricoter avec un des tout-puissants groupes de pression pro-israélien qui soutient l’idéologie sioniste ne lui pose apparemment aucun problème de conscience. Le Maroc et Israël « semblent travailler de concert pour saper les activités de la Commission des droits de l’homme du Congrès américain chargée de faire respec- ter l’engagement des Etats-Unis à défendre les droits de l’homme des Sahraouis », peut-on lire sur le site d’information juif américain Mondoweiss. C’est au lobby pro- sioniste «American Israel Public Affairs Committee» (Aipac), basé à Washington qui soutient Israel et sa politique de colonisation des territoires palestiniens que le pou- voir marocain s’est adressé pour qu’il fasse basculer en sa faveur le Congrès américain en ce qui concerne la question sahraouie. Au mois d’avril 2013, Frank Wolf (républicain) et Jim McGovern (démocrate), coprésidents de la Commission des droits de l’homme de la Chambre améri- caine des représentants avaient alerté le secrétaire d’Etat, John Kerry, sur la violation des droits de l’homme des Sahraouis par le Maroc. Leur requête penchait en faveur d’un élargissement du mandat de la Mission des Nations unies pour l’organisation d’un référendum au Sahara occidental (Minurso) à la surveillance des droits de l’homme. Un projet qui a mis le Makhzen dans tous ses états au point d’y voir la main d’Alger dans cette initiative (lire L’Expression du 27/07/2013). Frank Wolf et Jim McGovern avaient appelé les Etats-Unis « à exhorter le Maroc à cesser immé- diatement le harcèlement, l’inti- midation, les arrestations arbi- traires et la détention des pro- indépendantistes sahraouis, et à appeler à la libération des prison- niers sahraouis emprisonnés pour avoir exercé pacifiquement leur

Mohammed VI s’allie avec le diable

droit à la liberté d’expression et d’association ». « Quelques jours après que Frank Wolf et Jim McGovern eurent envoyé leur let- tre à John Kerry, une délégation composée de hauts responsables des services de renseignement et de sécurité marocains se sont ren- dus à Washington pour rencont- rer des responsables du puissant lobby pro-israélien Aipac », indique Mike Coogan, l’auteur de ces révélations. Comble de l’iro- nie, c’est sous un gouvernement islamiste qu’est révélé ce rappro- chement entre Rabat et Tel-Aviv qui rend encore plus plausible les critiques des Frères musulmans dirigées contre le «Comité Al Qods» qui a pour objectif de pré- server la ville sainte contre les agressions israéliennes que Mohammed VI est censé présider.

LLee ddeeaall iissrraaéélloo--mmaarrooccaaiinn

Le souverain marocain a-t-il négocié le gel des activités du « comité El Qods » qui ne s’est pas réuni depuis l’année 2000 contre un soutien du lobby sioniste amé- ricain au projet marocain de colo-

A 8 MOIS DE LA PRÉSIDENTIELLE

MMOOHHAAMMEEDD BBOOUUFFAATTAAHH

LL aa ssccèènnee ppoolliittiiqquuee eesstt rréédduuiittee àà ddeess qquueerreelllleess ddaappppaarraattcchhiikkss LLaa vviiee ppoolliittiiqquuee eesstt eennffeerrmmééee ddaannss uunn ccaarrccaann aalloorrss qquuee llaa majorité silen-

cieuse est réduite à la passivité. On assiste à des manœuvres tous azimuts autour du contrôle de la direction des deux appareils (FLN-RND). Ainsi, on assiste à de multiples dissensions étalées au grand jour. Ce spectacle désolant qu’offre ce scénario affli- geant dure depuis longtemps. Désormais, les magouilles, la désunion et la philosophie de la més- entente se sont emparées des principaux partis poli- tiques. Le vide sidéral laissé par l’absence de débat sur les vrais enjeux est colmaté par des épisodes sinistres au QG du FLN et du RND. Peu à peu, le déclin des formations politiques a presque atteint son apogée au bout de presque une quinzaine d’années. Tout se déroule à l’arrière-boutique. Le jeu politique est tellement fermé que les candidats potentiels se recrutant parmi le personnel en réserve de la République, sont tétanisés par le monopole de l’ini- tiative et de l’information officielle. Si les Hamrouche, Benflis, Benbitour, Ouyahia sont cités

Si les Hamrouche, Benflis, Benbitour, Ouyahia sont cités 3 M M B B La presse marocaine

3

MM

BB

La presse marocaine s’était empressée de relayer les remarques cinglantes du numéro deux du Parti des Frères musul- mans en Egypte. Issam Al Aryan, cité par le quotidien cairote El Watan, s’était interrogé sur le

rôle du comité El Qods lors d’une réunion de la Commission des affaires étrangères. «Nous ne voulons pas travailler avec les

anciens outils

Le comité Al

Qods, présidé par Mohammed VI, un roi jeune et dynamique, n’a pas la moindre valeur ajoutée», avait déclaré le leader islamiste égyptien. Des propos qui ont fait mouche : «De telles déclarations constituent un déni irresponsable

du rôle du comité et de l’Agence Bayt Mal Al Qods Acharif, dont

l’action est supervisée personnel- lement par Sa Majesté le Roi

Mohammed VI

MAE marocain dans un commu- niqué. Ce nouveau rebondisse- ment explique que la mise en veilleuse du « comité El Qods » est due aux accointances entre le Maroc et Israël. Il dévoile un plan machiavélique. Mohammed VI espère faire coup double : en assé- nant un coup de poignard dans le dos des Palestiniens il espère faire échec au droit du peuple sahraoui à se prononcer librement quant à son destin.

s’indignait le

»,

MM

TT

LLEEDDIITTOORRIIAALL

QQuuaannddlleessiissllaammiisstteessffoonnttttoouuttffaauuxx!!

e e s s f f o o n n t t t t o o

N ouvel assassinat politique en Tunisie, en Egypte c’est l’armée qui incite la population à descendre dans la rue, à défaut de pou- voir accomplir sa mission – de maintien de l’ordre - dans les nor-

mes de la loi et du droit. En Tunisie comme en Egypte, les islamistes s’estimant en terrain conquis n’entendaient d’aucune façon partager leur pouvoir. C’est tellement vrai qu’ils comptaient imposer la chari’a dans un pays où le huitième de la population est de confession autre que l’Islam. Une constantee des islamistes, ils ne respectent pas leurs concitoyens non-musulmans et font fi de leurs croyances. En Tunisie, l’assassinat de Mohamed Brahmi, député du Front du peuple - le parti du premier martyr tunisien, Chokri Belaïd, tué en février dernier – a été attribué par le ministre tunisien de l’Intérieur aux salafistes. Certes ! Mais les choses en seraient-elles arrivées à ces extrémités si les Frères musulmans - qui dominent l’Assemblée constituante tunisienne (ANC) – ne s’étaient pas montrés aussi gourmands par leur prétention à confectionner une loi fondamentale à leur mesure, ne cédant sur un point – ou faisant mine de céder – que pour mieux imposer leur vue sur un autre article. Cela dure depuis près de deux ans et demi alors qu’il était prévu que la transition ne saurait excéder les douze mois avec une élection du chef de l’Etat au plus tard en octobre 2012. Il n’en est rien ! La Constitution, en juillet 2013, est toujours en attente de finalisation, dont le texte – qui faisait la part belle aux islamistes - ne répondait pas aux souhaits et aux espoirs des Tunisiens. De fait, selon la fille du défunt Mohamed Brahmi, ce dernier devait annoncer sa démission de l’ANC, ne voulant pas cautionner une Constitution qui à terme instau- rerait la dictature islamique en Tunisie. Les islamistes tunisiens au pou- voir ne semblent avoir tiré aucun enseignement des erreurs de leurs homologues algériens dans les années 1990 pour, au moins, rectifier le tir en étant moins sectaires. Or, ils s’arc-boutaient sur des exigences aux antipodes des demandes de la population. La minorité ne peut d’au-

cune manière imposer ses desiderata à la majorité. Les islamistes veu- lent prescrire à des sociétés multiculturelles et multiconfessionnelles des normes qui ne sont pas les leurs ou heurtent frontalement des règles de vie immuables. Les islamistes, qu’ils soient Algériens, Tunisiens, Egyptiens, Marocains ou Libyens, n’ont pas compris les pré- ceptes, qui sont ceux d’une société ouverte en contact avec d’autres cultures et cultes, d’autres formes de vie sociétale. Or, les islamistes s’accrochent encore à une forme de vie sociétale aujourd’hui dépassée et est en contradiction avec leur propre mode de vie. Les islamistes apprécient le confort qu’assurent les technologies modernes, mais veu- lent que leurs compatriotes vivent comme aux premiers âges. Cela est, outre incongru, impossible. Cela a aussi abouti à l’assassinat de ceux qui ne partageaient pas leur vision de la société. Nous avons connu cela lors des années rouges en Algérie. C’est le chemin que semble emprun- ter aujourd’hui la Tunisie. En Egypte, le scénario ne diffère que sur le plan de la forme, le fond étant le même, d’autant que les islamistes égyptiens avaient réussi à faire adopter par référendum la loi fonda- mentale du pays. Un acquis qu’ils n’ont pas su transformer en un lien fructueux entre les différentes composantes de la société égyptienne « en les associant à résoudre les problèmes du pays ». Forts de la légiti- mité électorale du président Morsi et d’une loi fondamentale qui leur agrée même si - privée de la norme chariâ – elle ne répondait pas tota- lement à leur vœu, les islamistes égyptiens avaient alors fait tout faux dilapidant en une année de pouvoir le peu de confiance que la société leurs a accordé. Ce qui devait arriver, arriva. Mais ce qui est inédit dans le cas de l’Egypte, c’est bien cette sollicitation de l’armée au peuple, l’appelant à descendre dans la rue. Du jamais-vu dans les annales poli- tiques. S’il y avait atteinte à la sécurité publique, les forces de sécurité sont suffisamment armées juridiquement pour faire leur devoir de main- tien de l’ordre. Dès lors, qu’il s’agit d’un contentieux politique, seuls des politiques peuvent lui trouver des solutions. Certainement pas la rue. D’autant plus que c’est là un blanc-seing que l’armée demande au peuple pour « lutter contre la violence et le terrorisme ». Cela peut se révéler à double tranchant et se retourner contre la « rue » si demain l’i- dée lui venait de contester (à son tour) l’action de l’armée. A-t-on ouvert

la boîte de Pandore en Egypte ?

K. M.

ouvert la boîte de Pandore en Egypte ? K . M . CONFLIT DU SAHARA OCCIDENTAL

CONFLIT DU SAHARA OCCIDENTAL

MMoohhaammmmeedd VVII ffrriiccoottee aavveecc IIssrraaëëll

CCEESSTT AAUU LLOOBBBBYY pro-sioniste « American Israel Public Affairs Committee » (Aipac), qui soutient la politique israélienne de colonisation des territoires palestiniens que le pouvoir marocain s’est adressé pour qu’il fasse basculer en sa faveur le Congrès américain.

qu’il fasse basculer en sa faveur le Congrès américain. nisation du Sahara occidental ? L’a-t-il mis

nisation du Sahara occidental ? L’a-t-il mis au service de la diplo- matie marocaine ? Deux questions qui coulent de source alors que cette thèse est loin d’être farfelue. En 2012, le président palestinien, Mahmoud Abbas, avait souhaité que ce « groupe » soit réactivé afin de tenir une réunion d’urgence pour faire barrage aux desseins israéliens de judaïsation de la ville sainte. Sans succès. Pourquoi les activités du « comité Al Qods » ont-elles été mises en veilleuse ? La réponse se trouve probable- ment dans cette collaboration qui se dessine entre ce groupe de pres- sion pro-sioniste, l’« American Israel Public Affairs Committee », et les services marocains. « Le lobby le plus efficace sur les questions de politique étran- gère des Etats-Unis » souligne Mike Coogan. Les Frères musulmans d’Egypte ne se sont pas embarras- sés avec cette question. Ils ont tout simplement remis en cause l’apport de cet instrument à la cause palestinienne et à la défense de l’identité de la ville sainte.

LLeess ppaarrttiiss rréédduuiittss aauuxx qquueerreelllleess ddaappppaarraattcchhiikkss

LLEE VVIIDDEE SSIIDDÉÉRRAALL laissé par l’absence de débat sur les vrais enjeux est colmaté par des épisodes sinistres au QG du FLN et du RND.

avec insistance comme candidats à l’investiture suprême, eux en revanche observent le silence radio. Quatre ex-chefs de gouvernement pourraient se retrouver aux starting-blocks de la compétition d’a- vril 2014. Il semble que ces derniers, en tant qu’en- fants du système savent bien à quoi s’en tenir. Quoi qu’il en soit, la scène politique n’est pas prolifique mais plutôt extrêmement vide. Elle a fait place aux proches collaborateurs et comités de soutien des pré- sidentiables qui se contentent d’affirmer que leur poulain se portera candidat, sans pouvoir convaincre. Ni Ouyahia, ni Benflis, ni Belkhadem ou Hamrouche n’ont émis le moindre commentaire sur la situation ou affiché clairement leur ambition présidentielle. Tous savent que le mandat présidentiel n’a pas encore expiré. On mesure bien l’influence du clan adverse et du coup l’opacité et l’absence de commu- nication dominent de bout en bout la scène politique. Les islamistes qui gesticulaient un temps ont fini par adopter cette règle prudentielle. Par ailleurs, le silence assourdissant des grands partis sur l’avenir immédiat du pays tranche avec la dynamique des micro-partis qui essayent tant bien que mal de main- tenir le rythme de leurs activités.

L ’ A c t u a l i t é DIMANCHE 28 JUILLET 2013

LActualité

DIMANCHE 28 JUILLET 2013

Ph. : R. Boudina

Ph. : R. Boudina ■ A A I I S S S S A A H

AAIISSSSAA HHIIRRÈÈCCHHEE

SS ii vvoouuss vvoouulleezz ccoonnnnaaîîttrree àà qquueell ppooiinntt uunnee nnaattiioonn ssiinnttéérreessssee àà ccee qquueellllee ffaaiitt,, ssii vvoouuss

souhaitez saisir à quel degré elle s’applique dans son travail et si vous voulez savoir le niveau de solidité de ses principes, ne regardez ni sa population, ni ses produits, ni même le nombre de ses universités, mais allez d’abord à son marché, puis jugez. C’est à ce voyage au souk par- ticulier des valeurs que nous invi- tons aujourd’hui le lecteur pour mieux comprendre notre nation et, surtout, pour mieux expliquer son état. Le quart ? C’est quoi le quart ? De notre temps, on achetait l’huile au quart de litre et, pour ceux qui ne pouvaient pas se le permettre, au 1/8 de litre. Lorsqu’on entrait chez l’épicier, la bouteille vide à la main, on annonçait, tout comptant, notre commande et le vendeur se mettait à nous servir, dans un geste naturel, sans commentaire, ni iro- nie, ni colère. Nous achetions le pain au kilogramme, au demi-kilo et, lorsque nécessaire, au quart de kilo. Tout était normal et personne ne trouvait rien à dire. Chez le boucher, nos commandes variaient de la livre aux 250 g et tout était aussi normal et naturel. Cela fait longtemps que le quart de litre d’huile n’existe plus. On vend par bouteille d’un litre et plus. Les temps ont changé et l’unité de mesure n’est plus la même. Cela fait longtemps aussi que le quart de kilo- gramme n’existe plus ni chez le bou- langer ni chez le boucher. Non pas que le poids n’existe plus, mais parce que les hommes ne daignent plus s’en servir comme si cela les désho- norait quelque part ou leur faisait honte. Vers la moitié des années 1980 (déjà !!), une vieille pauvre femme voulait prendre 250 g de viande, mais le boucher l’a renvoyée tout simplement. Sans honte ni gêne. Cela se passait au marché couvert de Batna. C’était au mois de Ramadhan pourtant et la femme, qui paraissait incapable d’en acheter plus, jurait qu’elle n’avait pas goûté à la viande depuis longtemps. Rien à faire, le boucher avait parlé ! Les choses évoluent, bien sûr et ceux qui refusaient de vendre au quart de kilo se sont mis dans la tête de ne plus vendre au demi-kilo. Pas tous encore, mais certains se sont vraiment mis cela en tête. Pas plus tard que ce mois de Ramadhan, à quelqu’un qui voulait prendre 500 g de beurre, le laitier de Djerma, à une vingtaine de kilomètres de Batna, lança d’abord un éclat de rire avant de décliner, du haut de son arro- gance, un vulgaire « je ne vends pas au demi-kilo ». La suite ne nous inté- resse pas ici, mais le fait est qu’il n’ait pas accepté de « descendre » au demi-kilo. Croyait-il que cela allait ralentir son accumulation de richesse ? Possible. De toute façon, ces marchands qui refusent de vendre au quart de kilogramme n’ont aucune raison d’agir de la sorte, car les balances actuelles n’ont aucune gêne, pour leur part, à peser bien au-dessous. Seules l’impunité et l’absence de contrôle ont pu aiguiser une telle arrogance et laisser apparaître, puis se généraliser, des comportements aussi blâmables que ceux dont nous venons de présenter un exemple. Mais les comportements anor- maux de certains commerçants dans notre société sont légion. Ils ne s’ar- rêtent pas au beurre, à la viande, à

Maintenant, on pèse les billets on ne les compte plus

l’huile et autres nourritures. Tel du sable déchaîné, ils ont tout envahi, y compris ce qui ne devait pas l’être comme la taxe, oui la taxe que nous payons à l’Etat est, de nos jours, sujet à « manipulation » mal- honnête par certains commerçants qui en prélèvent « leur part ». On veut pour exemple le timbre fiscal.

LLEEttaatt ffaaccee àà llaappppééttiitt ddee sseess ccoommmmeerrççaannttss

Autrefois vendu par les organis- mes de l’Etat, comme la Poste et les services du Trésor, ou par des reven- deurs agréés, le timbre fiscal était cédé à son prix affiché. Autrement dit un timbre fiscal de 30 DA se ven- dait obligatoirement à 30 DA et nul n’avait à l’esprit d’augmenter ce prix car il y avait une certaine peur de l’Etat. Or, comme l’Etat ne peut plus affronter l’appétit de ses commer- çants, aujourd’hui, quiconque peut vendre les timbres fiscaux sauf, peut-être, l’Etat car aux services du Trésor on trouve, de temps en temps, mais pas toujours, des timbres alors que dehors, surtout chez les tenants de « tables » sur les trottoirs, les timbres ne manquent jamais et chez ces gens là, un timbre à 30 DA, cela coûte 45 DA, ce qui donne une taxe sur la taxe de 50%, faites vos calculs ! Celui qui arrive à écouler 100 timbres par jour (et ce n’est pas beaucoup) réalise une plus- value de 1 500 DA soit 42 000 DA par mois, c’est-à-dire le salaire d’un enseignant sans se fatiguer. Il suffit de trouver un endroit, près du tribu- nal par exemple, et le tour est joué ! Des questions, beaucoup de ques- tions méritent d’être posées, surtout au ministère du Commerce. Est-il normal que des timbres fiscaux soient vendus sur les trottoirs ? Est- ce là « hibat eddaoula » ? Et est-ce normal qu’ils soient cédés avec une marge ? Est-ce normal que nous devions payer un prix largement au- dessus de celui affiché sur un timbre fiscal ? Si cela ne donne pas la nau- sée, en tout cas, cela donne le tour- nis ! Le dinar ? C’est quoi encore ça ? La même observation concerne la monnaie. A notre connaissance, il n’a jamais été officiellement procédé au retrait des pièces de 1 DA, de 0.5 DA, 0.20 DA, pour ne citer que celles-là. Or, sur le marché, c’est-à- dire dans la réalité, toutes ces pièces n’existent plus. Et, en leur absence, on arrondit. Si vous achetez un médicament à 19,80 DA, vous payez

20

43

37

un médicament à 19,80 DA, vous payez 20 43 37 4 ces pour ne pas être,

4

ces pour ne pas être, un jour, obligé de demander aux marchands de ren- dre la monnaie exacte. Ensuite, et ceci découle de l’ob- servation précédente, l’impunité est totale dans un pays où il y a triche sur les prix car on affiche un prix et on vend à un autre. En effet, si au lieu de 23 DA le kilo vous payez 25 DA cela signifie que vous avez

payé un prix autre que celui affiché, d’où on peut dire qu’il y a tromperie

sur le prix. Ne pas punir cette escro- querie est un délit dont s’est rendu coupable… l’Etat, en gardant le silence et en se retranchant derrière une absence incompréhensible du marché ! On peut aussi comprendre que nous avons une nation qui préfère le gros au détail. Plus simple à dire et à faire, le gros, qui va avec le général, le vague, le vulgaire, le mauvais… domine dans notre pays où personne ne s’inquiète pour le précis qui, de son côté, rime avec le clair, le pur, le parfait, le détail, le bien fait … Après cela, on vient s’étonner que nous ne sachions pas faire les bonnes choses. Lorsqu’on passe sa vie à ne pas rendre la monnaie exacte aux gens, il est impossible qu’un jour on prenne conscience de la nécessité d’assurer la qualité des produits. Lorsqu’on passe cinquante ans à arrondir, on finit forcément adepte de l’à-peu-près et on est ennemi du précis, de l’exact, du beau, du droit, de l’honnête, du cor- rect, du parfait… de tout ce que doit être notre vie. A l’université, on balance les connaissances n’importe comment, dans le commerce, on détermine les prix n’importe com- ment, dans la production, on fabrique n’importe comment, on construit n’importe comment, on cultive n’importe comment etc…

LLhhaabbiittuuddee eesstt uunnee sseeccoonnddee nnaattuurree

Une nation qui ne sait pas rendre la monnaie exacte est une nation qui ne pourra jamais se développer car elle n’a pas le sens de la précision, du droit et de la justice. La dictature est dans tous nos marchés et le diktat des marchands est à jamais établi. Aucun ministre du Commerce ou des Finances n’a jamais été capable d’imposer à ce que les marchands acceptent et rendent la petite mon- naie. Il n’est point nécessaire de rêver aux lendemains si on ne sait pas rendre la monnaie car ne pas rendre la monnaie, c’est voler l’au- tre sous le soleil de l’Algérie indé-

pendante. A notre gauche et à notre droite, beaucoup de bonnes choses sont restées valables car, justement, existe la petite monnaie et chacun a son dû. L’habitude est une seconde nature dit-on et, à force de nous habituer à l’inexactitude, nous som- mes devenus une nation qui ne respecte pas les rendez-vous. On vient une demi-heure, une heure, voire quelques jours en retard, et nous trouvons cela nor- mal. En restant dans le paradigme de la « non-petite monnaie », tout est en effet normal. Nos trains, nos avions, nos bus ne partent jamais à l’heure et n’arrivent jamais à l’heure non plus et nous trouvons cela nor- mal. Les fonctionnaires ne viennent jamais à l’heure dans un ministère, une mairie ou ailleurs et nous trou- vons cela tout à fait normal. Ne pas rendre la monnaie exacte au client entraîne un mépris du vis- à-vis. Nos concitoyens peinent chaque jour que Dieu fait de la bureaucratie et du comportement des bureaucra- tes qui ne viennent jamais à l’heure, partent toujours avant l’heure et, entre les deux, ne règlent que rare- ment les affaires des gens, comme ce sous-directeur de l’enseignement secondaire au ministère de l’Education nationale qui, pour déli- vrer une autorisation d’inscription à un élève qui rentrait de l’étranger en juin, demanda à ce qu’on revienne en… septembre !!! Une simple fiche à remplir qui ne néces- site pas plus de dix minutes et pour laquelle il demande près de quatre mois. Ne pas rendre la monnaie exacte et ne plus vendre aux grammes crée une mentalité de grossiste qui pousse les gens à opter pour l’à-peu près, le gros, le n’importe-quoi, comme ces ponts à l’entrée desquels nos voitures sursautent et à la sortie desquels elles sont violemment secouées, comme ces routes qui sont toujours mal faites, mal refaites, trouées, détériorées et pour lesquel- les on a inventé des plaques «chaus- sée dégradée» qui jonchent notre autoroute entre Bouira et Lakhdaria, comme ces hôpitaux qui repoussent les malades, comme nos souks qui puent souvent, nos trot- toirs généralement dénivelés, comme ces billets complètement usés, aux morceaux mille fois recollés … Qui perd sa petite monnaie perd son chemin, égare son sens du détail et oublie son art. Telle semble être la morale de ce que nous avons vécu jusque-là car, et c’est tout à fait logique, lorsqu’on ne sait plus regar- der les petites choses, on perd de vue les grandes aussi. Notre société ne fait plus dans le détail. Elle forme des milliers d’étudiants sans trop

savoir à quoi cela va servir. Et, entre des illusions mal entretenues et des rêves mal dessinés, elle patauge, elle patine, elle n’avance pas. Elle n’a plus le sens de la perfection, elle ne sait plus rien faire sinon peser les billets de banques et importer les mauvaises habitudes comme den- rées, obligatoire pour le peuple… par conteneurs. Même ses voleurs ne se contentent plus de menus larcins et optent carrément pour les milliards de dinars, de dollars, d’eu- ros…! Lorsqu’une société ne fait pas dans le détail, elle demeure incapa- ble d’avoir des produits compétitifs, des produits de qualité, que ce soit dans la production, l’agriculture, l’enseignement, le tourisme, le com- merce, ou partout ailleurs. Et c’est ce qui nous arrive ! Dommage, car on aurait pu être tout à fait autre si le pays était géré, au moins, par des

gens qui l’aiment.

AA

HH

géré, au moins, par des gens qui l’aiment. A A H H SOCIÉTÉ C C e

SOCIÉTÉ

CCeettttee nnaattiioonn qquuii nnee ffaaiitt pplluuss ddaannss llee ddééttaaiill

UUNN EETTAATT qui obéit aux marchands est un Etat faible, peureux et incapable.

aux marchands est un Etat faible, peureux et incapable. DA, si vous devez payer 12.25 DA

DA, si vous devez payer 12.25 DA

vous déboursez en réalité 15 DA et ainsi de suite. La raison, c’est que les petites pièces, parce que les commer- çants ne veulent plus s’en servir, ont fini par disparaître. Du coup, vous

êtes toujours perdant ! Mais, comme on n’arrête pas le

progrès, même le 1 DA a fini par disparaître, lui aussi. Lorsque c’est

DA ? Il faut comprendre que vous

allez payer 45 DA, lorsque le prix est

DA, sachez que c’est 40 DA aussi

que vous paierez et ainsi de suite… si vous parlez du dinar, on vous regarde ahuri comme si vous sortez d’une autre époque. Mais qu’est-ce qui se passe donc ? Pourquoi ne tenons-nous point à notre monnaie ? De nos jours, les riches poussent exactement comme ces paraboles qui envahissent nos villes. Et lors- qu’on est riche, on n’a pas le temps pour tout. Alors il ne faut surtout pas croire que ces gens-là ont le temps, voire la patience ou la capa- cité physique de compter leur for- tune. Non, ils ne comptent pas, ils pèsent ! Chez les riches, on est passé du compte, au compteur de billets, mais maintenant, on pèse les billets on ne les compte plus. Pour tel poids, c’est un million de DA et ainsi on va plus vite que lorsqu’on passait des heures devant le compte-billets si … démodé et si lourd !!! On n’est plus au billet près et même pas au million près, on arrondit et on passe. L’argent se compte en gros, jamais en détail, il faut le croire ! En fin de compte, le client ne regarde plus le reste. Il sait que dans le reste que vient de lui remettre le marchand, il n’a jamais les pièces inférieures à la fameuse 5DA qui ne résistera plus longtemps si rien ne change. Une nation qui ne regarde pas ses restes est une nation qui ne sait pas évaluer les choses. En Europe, par exemple, où que vous alliez, vous avez votre reste pas au centime près, mais au centime exact. Chez nous, quand on a affaire à un honnête marchand, on l’a à 5 DA près ! Ceci dénote plusieurs aspects qu’il faut passer en revue. Tout d’abord, l’Etat ne sait pas imposer la monnaie qu’il a frappée. Il a suffi que les marchands rejettent des pièces pour que celles-ci dispa- raissent même chez l’Etat. Un Etat qui obéit aux marchands est un Etat faible, peureux, incapable, car il assiste à un vol à chaque transaction sans pouvoir lever le petit doigt. Au contraire, il a fini par retirer ses piè-

D e Q u o i j ’ m e M ê l e DIMANCHE

De Quoi jme Mêle

D e Q u o i j ’ m e M ê l e DIMANCHE 28

DIMANCHE 28 JUILLET 2013

Un salafiste marocain au service du Makhzen

Un salafiste marocain au service du Makhzen LE TRISTEMENT célèbre salafiste marocain, cheikh Mohamed Fizazi, qui

LE TRISTEMENT célèbre salafiste marocain, cheikh Mohamed Fizazi, qui voue une haine viscérale à l’Algérie, récidive. Il est allé jusqu’à faire part de la disponibilité de son pays à nourrir les Algériens. « Nous n’appelons pas à la réouverture des frontières pour avoir du pain ou du carburant. Dieu merci, le pain nous le distribuons à gauche et à droite et nous sommes prêts à en donner aux Algériens », a déclaré le cheikh, dans une vidéo diffusée, ce vendredi, par le journal électronique Hespress. Ce salafiste, connu dans les milieux terroristes, gracié par le roi Mohammed VI en 2012, a estimé que « les Marocains vivent mieux que les Algériens bien qu’ils nagent dans des mers de pétrole et du gaz ». Il y a du vrai dans les déclarations de ce salafiste en mal de repères, sachant que ce sont les dizaines de tonnes de kif, déversées chaque année sur l’Algérie qui permettent à son pays de subsister.

Biopharm cède 49% de son capital

LE LABORATOIRE pharmaceutique privé Biopharm a ouvert son capital à un consortium regroupant trois financiers internationaux, rapporte le magazine Jeune Afrique. Les trois nouveaux actionnaires de Biopharm sont : DPI (Development Partners International), Mediterrània Capital et l’agence de développement allemande DEG, a précisé Jeune Afrique. Biopharm a fait appel aux fonds de ce consortium pour « renforcer » sa production en générique, notamment et développer l’exportation en direction de l’Afrique et de l’Europe, a ajouté la même source. Créé en 1992, Biopharm a réalisé en 2012 un chiffre d’affaires de 200 millions d’euros. Le premier laboratoire pharmaceutique privé algérien compte aujourd’hui environ 1 200 collaborateurs.

Enquête sur l’investissement des diasporas maghrébines

L’AGENCE pour la coopération internationale et le développement local en Méditerranée (Acim) a lancé une enquête pour connaître les motivations et les freins à l’investissement productif des diasporas maghrébines dans leurs pays d’origine. L’enquête intitulée « diasporas et entrepreneuriat au Maghreb », est anonyme et se déroule du 12 juillet au 31 octobre 2013 et les résultats seront disponibles en janvier 2014, indique Acim sur son site Web. Le questionnaire concernant cette enquêté, lancée sous le slogan « Comment entreprendre au Bled ? » porte

essentiellement sur le domaine d’activité des projets, le volume financier, les modalités de financement, la durée de réalisation et les

motivations pour créer

Remaniement ministériel à la rentrée

ANNONCÉ à plusieurs reprises, un remaniement ministériel aura finalement lieu à la prochaine rentrée sociale, apprend-on de source bien informée. Plusieurs ministères seraient concernés par le « lifting » à l’image de ceux de l’Intérieur, de

l’Education, de l’Enseignement supérieur, de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication… A noter que ce remaniement interviendra à huit mois de l’élection présidentielle qui nécessite un gouvernement de technocrates.

Plus de 70 jihadistes allemands en Syrie PLUS DE 70 islamistes allemands sont partis en

Plus de 70 jihadistes allemands en Syrie

PLUS DE 70 islamistes allemands sont partis en Syrie participer aux combats, un nombre en augmentation, selon le journal régional Westdeutsche Allgemeine Zeitung sur son site Internet.

« Selon les plus récentes données du

gouvernement fournies au Parlement, les services de sécurité ont maintenant des indications sur le fait que plus de 70

islamistes d’Allemagne sont partis en direction de la Syrie pour participer aux combats ou soutenir la résistance au régime de Bachar al-Assad d’une autre manière », écrit le journal, citant une réponse du gouvernement à une question parlementaire. Au niveau européen, ce nombre monterait à

« plusieurs centaines de personnes »,

sans plus de précisions. Fin juin, il n’était encore question que de 60 islamistes d’Allemagne, partis en Syrie.

l’entreprise

enquête en ligne, la première du genre, a pour objectif d’ajuster le dispositif au plus près des besoins des porteurs de projets et de sensibiliser les acteurs institutionnels qui accompagnent les TPE/PME au Maghreb en leur présentant les résultats lors d’ateliers.

etc. Cette

Naftal entretient mal ses équipements

AU GRAND bonheur des automobilistes, Naftal a acquis, il y a moins d’une année, des équipements modernes pour les besoins de ses stations- service à travers le pays. Sauf que, après quelques mois, les appareils en question sont rongés par la poussière et la saleté. D’autant plus que ces appareils, dotés d’un système électronique, sont très sensibles. Pour constater de visu la situation, il suffit de faire un tour à la station-service des Bananiers à Alger. Question :

les stations Naftal disposent- elles d’agents chargés de l’hygiène ?

disposent- elles d’agents chargés de l’hygiène ? O O N N r r e e m

OONN

rr ee mm ee tt

ÇÇAA

SSEELLIIMM MMSSIILLII

I l y avait bien là un véritable écueil

dans le choix des prénoms des dif-

férents protagonistes qu’il devait

promener au gré des différentes situa- tions qu’il allait mettre en scène. Et puis, ce n’était vraiment pas le moment idéal pour mener une réflexion profonde sur un sujet aussi délicat. Il avait beaucoup de mal à s’en sortir. Il y avait d’abord le jeûne qui lui coupait toute inspiration. Il ne pouvait qu’admirer les gens qui conti- nuaient à travailler comme si de rien n’était, alors que lui, la faim commen- çait à le tenailler au saut du lit. Il avait toujours pensé que le travail intellec- tuel était plus aisé en temps d’absti- nence. Il se trompait lourdement. La journée, il avait la flemme de s’asseoir devant sa table de travail, cherchant toujours, mais en vain, une occupation qui allait le distraire de sa faim. Il était plus heureux quand il sortait sous le soleil brûlant pour effectuer

RÉSURRECTION

«« LLeess hhéérriittaaggeess,, cceesstt ccoommmmee lleess cchhrroommoossoommeess,, ççaa ssee cchhooiissiitt ppaass

»» Jean Forest

une course au marché. Il pouvait réflé- chir plus sereinement en voyant les gens se bousculer dans les couloirs encombrés… Il revenait à la maison exténué, le gosier desséché, incapable de prétendre au moindre effort. Alors, il s’allongeait et essayait de réfléchir, remettant à plus tard, c’est-à-dire à la rupture du jeûne, la tâche qu’il s’était assignée. Mais une fois, la chorba brû- lante avalée, l’effet inverse se produi- sait : le ventre gonflé avait un effet paralysant sur son cerveau. Il se retro- uvait dans une sorte de brume épaisse qui l’empêchait de faire le moindre mouvement, la moindre réflexion. Alors, il se réfugiait dans une activité qui ne demandait aucune concentra- tion… Et puis, il lui apparaissait que les patronymes, les prénoms étaient plus indicateurs de la région d’origine de l’auteur. Il ne se sentait pas en mesure d’affubler le premier personnage du nom de Rédha, prénom par ailleurs qui lui était très sympathique, mais qu’il n’avait connu que quand il était devenu adulte. Dans son enfance, dans son quartier, à l’école et même

au lycée, il n’avait jamais rencontré un gosse du nom de Rédha. Il y avait bien un Messaoud, des Mohamed, en veux- tu, en voilà, des garçons qu’on appe- lait Hamid dans la cour de récré, mais qui répondait à celui de Abdelhamid quand le maître faisait l’appel. Toute cette chimie, toute cette dialectique du sacré et du profane, il avait mis du temps pour la comprendre. Petit, intri- gué par le nombre de personnes qui portaient le même prénom que lui dans sa grande famille, il avait demandé à sa mère la cause du choix de son prénom. Sa mère se fit prolixe dans ses explications : « D’abord, nous sortions d’une époque de pénurie et de marché noir, le blé et les autres denrées devinrent disponibles et moins chers. Ensuite, puisque tu étais le premier garçon, ton père qui avait une grande affection pour son grand- père maternel lui a rendu hommage en te donnant son prénom. Prénom qui est d’ailleurs le même que celui de l’oncle à ton père, oncle qui mourut des suites d’un mystérieux bouton au genou. Cela lui attira les foudres de ses cousins qui voulaient remplacer

eux-mêmes, leur cher père. » Ainsi, il comprit plus tard en consultant les archives de l’état-civil, que les pré- noms étaient hérités. Le grand-père ou le cousin disparus réapparaissaient une ou deux générations plus tard. Mais à l’origine ce devait être les gens instruits des choses qui jouaient un rôle dans le choix des prénoms : ils s’inspiraient des prénoms du Prophète (Qsssl) et de ses compagnons et de tous les héros qui ont permis à l’Islam d’étendre son étendard sur une partie du monde. Ou alors, quand quelqu’un naissait pendant le mois du jeûne, on l’appelait Ramdhane, un mois avant Châabane ou Achour s’il naissait à la période de cette fête qui était bruyante et haute en couleur, dans sa région du moins… Et dans la survivance des anciens prénoms à signification berbère, il retrouvait l’esprit de résistance de ses ancêtres qui ont su préserver une par- tie de leur inaliénable identité. Les Améziane, Amokrane, Idir et Akli allaient être bientôt rejoints par les nombreux prénoms longtemps ignorés et même interdits. S. M.

5

L ’ A c t u a l i t é DIMANCHE 28 JUILLET 2013

LActualité

DIMANCHE 28 JUILLET 2013

ENLÈVEMENT ET ASSASSINAT DE LA PETITE FILLE NADIA GUELMA QQuuii pprroottééggeerraa nnooss eennffaannttss ??
ENLÈVEMENT ET ASSASSINAT DE LA PETITE FILLE NADIA
GUELMA
QQuuii pprroottééggeerraa nnooss eennffaannttss ??
SSeeccoouussssee tteelllluurriiqquuee ddee
mmaaggnniittuuddee 33,,22
OOSSOONNSS--NNOOUUSS protéger nos enfants de ces crimes crapuleux ?
Une secousse tellurique de
magnitude 3,2 sur l’échelle
ouverte de Richter a eu lieu
hier (13h55) dans la wilaya
de Guelma, a indiqué le
Centre de recherche en
astronomie et astrophysique
et géophysique (Craag).
L’épicentre de la secousse a
été localisé à 6 km au sud-
ouest de Guelma, précise le
Craag dans un communiqué.
LL ee pphhéénnoommèènnee dduu kkiiddnnaappppiinngg
ddeess eennffaannttss eett lleeuurr aassssaassssiinnaatt
eesstt ddee rreettoouurr IIll ss’’aaggggrraavvee ddee
plus en plus. Yasser, Chaïma,
Soundous, Brahim, Haroun,
Nadia
Il semble que la liste est
VVEENNTTSS VVIIOOLLEENNTTSS
ÀÀ TTIISSSSEEMMSSIILLTT
18 habitations
endommagées
Des vents violents ont
endommagé 18 habitations
rurales vendredi soir dans la
commune de Larbaâ
(W.Tissemsilt), ont annoncé,
hier les services de la
Protection civile. Ces vents
forts accompagnés de
chutes de pluie ont causé
des dégâts aux toitures de
18 foyers aux villages de
Sfiat (7 foyers), Chahmia (6)
et Toufah(5). Aucune perte
humaine n’a été déplorée à
cause des intempéries,
selon les mêmes services.
Une commission technique
a été mise sur pied par les
services de la commune de
Larbaâ pour prendre les
mesures nécessaires.
BLIDA
PPlluuss ddee 116600 ccoommmmeerrççaannttss
ddééssiiggnnééss ppoouurr ttrraavvaaiilllleerr
dduurraanntt ll’’AAïïdd
ouverte. L’enlèvement d’enfants
n’est plus un acte isolé comme
l’estimaient certains. C’est un véri-
table danger qui guette tous nos
enfants.
En effet, avant même la cicatri-
sation de la plaie qu’a causée le
crime odieux qui avait coûté, en
mars dernier, la vie de deux anges,
Brahim et Haroun, âgés de 9 et 10
ans à la nouvelle ville de Ali
Mendjeli de Constantine. Or,
quelques jours seulement après le
procès des trois complices impliqués
dans l’enlèvement et l’assassinat,
voilà un autre drame perpétré en
plein Ramadhan. Cette fois-ci le
crime est odieux. La victime n’est
qu’une fillette, Belmokhtar Nadia,
âgée de deux ans, enlevée jeudi der-
nier soir, devant le domicile paren-
tal à Tijdit à Mostaganem.
L’hypothèse de l’enlèvement n’a
pas duré longtemps puisque le len-
demain, sa dépouille sera retrouvée
devant la porte de sa maison.
Des membres de sa famille ont
affirmé que la victime a été violem-
ment assassinée. « Elle a reçu des
coups avec un objet tranchant au
niveau de l’épaule et du visage. »
Les services de la police ont ouvert
une enquête pour déterminer les
circonstances et les auteurs de cet
affreux crime. La nouvelle a laissé
la population de Mostaganem sous
le choc, s’interrogeant comment
peut-on commettre un tel crime
contre un ange de deux ans ? En
fait, toute la société algérienne est
secouée par le drame d’enlèvement
L’enlèvement d’enfants n’est plus un acte isolé
et d’assassinat d’enfant, qui a pro-
voqué l’indignations dans le pays.
D’aucuns réclament l’application de
la peine de mort à l’encontre de
tous ceux qui ont osé assassiner des
enfants.
Un sérieux débat a été ouvert.
Des organisations de la protection
des enfants et celles de défense des
droits de l’homme, le réseau Nada
et la Fondation nationale pour la
promotion de la santé et le dévelop-
pement de la recherche (Forem),
entre autres, avaient dénoncé forte-
ment ces crimes crapuleux. La
Commission nationale consultative
pour la protection et la promotion
des droits de l’homme avait critiqué
l’intervention tardive des services
de police. Elles ont appelé à la mise
en place d’un dispositif sécuritaire
pour protéger tous les enfants.
Le réseau Nada, dans son initia-
tive, avait réactivé son numéro vert
30 33. Ses organisations récla-
maient des lois sur la récidive des
criminels, notamment à l’égard des
enfants. Toutefois, rien n’a eu lieu
tant que nos autorités observent un
grand silence. Ni loi répressive ni
dispositifs ont été mis en place.
Pourquoi ce mutisme quant à ce
crime impardonnable ? La seule
réponse est que nos autorités ne se
sentent pas visées. Leurs enfants
sont protégés. Ce sont les simples
citoyens qui vivent la douleur et la
tristesse de la perte de leurs
enfants. Il est temps d’agir rigou-
reusement. Tout le monde doit s’y
mettre puisque personne n’est pro-
tégé. Au lieu de suspecter des actes
isolés, des comportements de per-
sonne relevant des grandes patholo-
gies psychiatriques, des drogués ou
même d’un réseau de malfaiteurs,
agissons plus sérieusement et sur-
tout concrètement. La moindre des
choses c’est d’être plus sévères avec
les criminels.
Cent soixante six (166)
commerçants de la wilaya de
Blida ont été désignés pour
assurer la continuité de
l’approvisionnement en
produits alimentaires, pain et
eau minérale notamment,
durant l’Aïd El Fitr et la
première semaine de Choual,
a-t-on appris du responsable
de la direction locale du
commerce. Il s’agit de 92
boulangeries, 51 commerces
de produits alimentaires, cinq
restaurants, deux minoteries,
quatre laiteries et 10
distributeurs
de lait, a détaillé ce
responsable.
WW AA
ACCIDENTS DE LA ROUTE
11 663355 mmoorrttss eenn ssiixx mmooiiss !!
CC’’EESSTT LLEE BBIILLAANN qui a été dressé par la Gendarmerie nationale.
AA uu ttiittrree dduu pprreemmiieerr sseemmeessttrree 22001133,, pprrèèss ddee
11 663355 ppeerrssoonnnneess oonntt ppeerrdduu llaa vviiee,, ssaannss
ccoommpptteerr lleess vviiccttiimmeess eennrreeggiissttrrééeess dduurraanntt
RRÉÉAALLIISSAATTIIOONN DDEE
66 CCEENNTTRRAALLEESS
ÉÉLLEECCTTRRIIQQUUEESS
Les Chinois présentent
les meilleures offres
(Sonelgaz)
Les entreprises chinoises
ont présenté les meilleures
offres pour remporter au
moins trois des six centrales
électriques qui seront
réalisées à moyen terme par
le groupe Sonelgaz, a-t-on
appris samedi auprès du
groupe. Lors de la séance
d’ouverture des offres
techniques et financières de
l’appel d’offres relatif à la
réalisation de ces futures
centrales, tenue jeudi à
Alger, le groupement
d’entreprises chinoises
Cntic-Jepdi-Ztpc a présenté
la meilleure offre pour les
centrales de Khenchela et de
Jijel.
le mois sacré. De véritables scènes de choc au
quotidien dans nos routes. Des véhicules explo-
sés, des corps disloqués, pis encore, des familles
entières déchirées et la vie qui se brise à cause
d’un geste non responsable.
Quelque 12 880 accidents de la route ont été
enregistrés durant les six premiers mois de l’an-
née en cours, causant le décès de 1 635 person-
nes et 22 332 autres personnes blessées, selon le
bilan trimestriel du commandement de la
Gendarmerie nationale. «1 630 personnes ont
trouvé la mort et 22 332 autres ont été blessées
dans 1 880 accidents de la route durant le pre-
mier semestre 2013 », indique le bilan de la
Gendarmerie nationale, en précisant que ces sta-
tistiques révèlent une baisse du nombre de tués
avec près de 30 personnes alors que celui des
blessés a augmenté de 970 personnes et celui des
accidents de 472, par rapport à la même période
de 2012.
Contacté par nos soins, le directeur de la com-
munication de la Gendarmerie nationale, le lieu-
tenant-colonel Abdelhamid Keroud, souligne que
les gens conduisent sous l’effet de la fatigue et du
jeûne en faisant de longs trajets, et cela pro-
voque d’énormes dégâts. « Près de 1 635 person-
nes décédées durant les six premiers mois de
l’année en cours, sans compter les victimes du
mois sacré qui dépasse les 110 personnes », a
ajouté le lieutenant-colonel en précisant que les
causes de principales des accidents de la route
sont à 80% d’ordre humain, 7% les piétons, 6%
l’état du véhicule, et enfin 5% l’état de la route.
Pour le mois sacré, les vrais dangers se
situent entre 18h et 20h « Les causes des acci-
dents sont multiples, elle passent du comporte-
ment du conducteur au mauvais état des véhicu-
les, sans oublier le problème d’infrastructure, le
non-respect du Code de la route, la vitesse est lar-
gement reconnue comme étant le danger le plus
important en matière de sécurité routière », a sou-
ligné encore le lieutenant colonel. Le plus lourd
bilan de ces massacres a été enregistré à l’est du
pays. La wilaya de M’sila vient en tête pour ce
qui est du nombre de décès avec 65 morts, suivie
de Djelfa avec 63 morts, de Tlemcen 62 morts, de
Sétif 58 morts puis Batna et Constantine avec
respectivement 56 morts.
Selon le même bilan, le facteur humain est
toujours en cause, il reste le principal facteur de
ces accidents fatals. Pour ce trimestre, 10 500
accidents ont été enregistrés à cause de la bêtise
de l’homme, alors que les piétons étaient à l’ori-
gine de 918 accidents.
Par ailleurs, l’état des véhicules est à l’origine
de 772 accidents, outre les autres facteurs ayant
trait à l’état des routes et à l’environnement.
Bien que les chiffres officiels pour l’année 2013
ne soient pas encore connus, ce décompte semble
être plus lourd que celui des années précéden-
tes. Désormais, les accidents de la route sont
devenus une amère réalité pour les Algériens.
II
TT
TÉLÉPHÉRIQUE RELIANT OUED KORICHE À BOUZARÉAH
CCee sseerraa eenn jjaannvviieerr 22001144
LL ee ttéélléépphhéérriiqquuee rreelliiaanntt OOuueedd
KKoorriicchhee àà BBoouuzzaarrééaahh sseerraa
mmiiss eenn sseerrvviiccee eenn jjaannvviieerr
2014, a annoncé, samedi dernier, à
Alger, le ministre des Transports,
Amar Tou.
Le ministre qui effectuait une
visite d’inspection aux chantiers de
réalisation de ce projet dont le coût
s’élève à 2,5 milliards DA a indiqué
qu’en décembre prochain, tous les
travaux d’ingénierie et de montage
seraient finis pour laisser place aux
essais en prévision de la mise en
service du téléphérique prévue en
janvier 2014. Cette ligne de téléphé-
rique qui comprendra trois stations
partira de Oued Koriche et ralliera
au bout de 2,9 km la commune de
Bouzaréah en douze minutes seule-
ment, a précisé le ministre. Elle
comprendra 58 cabines d’une capa-
cité de 15 passagers chacune.
S’exprimant sur les problèmes liés à
l’expropriation qui ont entravé la
réalisation de ce projet lancé en
2009, notamment aux environs de
Bouzaréah, M. Tou a affirmé que
« tous les obstacles ont été aplanis
et le montant des indemnisations
des expropriés a atteint 30 millions
de DA ». La commune de Bab El
Oued sera dotée d’une seconde
ligne de téléphérique devant la
relier à Zghara, a précisé le ministre
ajoutant que les offres des souscrip-
teurs à l’appel d’offres concernant
ce projet étaient en cours d’examen.
Outre ces deux projets, des offres
relatives à la réalisation de téléphé-
riques à Béni Saf (Aïn Témouchent)
et Constantine sont actuellement
en cours d’étude dans la perspective
de consolider le réseau national des
téléphériques fort de 10 lignes de
téléphériques installées à Alger,
Constantine, Tlemcen, Skikda,
Blida et Annaba.
Ph. : R. Boudina
10 lignes de téléphériques installées à Alger, Constantine, Tlemcen, Skikda, Blida et Annaba. Ph. : R.

6

10 lignes de téléphériques installées à Alger, Constantine, Tlemcen, Skikda, Blida et Annaba. Ph. : R.
L ’ A c t u a l i t é DIMANCHE 28 JUILLET 2013

LActualité

DIMANCHE 28 JUILLET 2013

MAÎTRISE DU MARCHÉ DES FRUITS ET LÉGUMES LLee ssyyssttèèmmee ddee rréégguullaattiioonn aa ppoorrttéé sseess
MAÎTRISE DU MARCHÉ DES FRUITS ET LÉGUMES
LLee ssyyssttèèmmee ddee rréégguullaattiioonn aa ppoorrttéé sseess ffrruuiittss
LLAA SSTTRRAATTÉÉGGIIEE adoptée par le ministère de l’Agriculture depuis 2008 a payé.
LL eess pprriixx ddeess pprroodduuiittss aaggrriiccoo--
lleess ffrraaiiss eett aalliimmeennttaaiirreess aauu
nniivveeaauu ddee llaa ccaappiittaallee ssee
sont légèrement radoucis à l’en-
tame de la seconde quinzaine du
mois de Ramadhan, avec une
offre abondante, selon ce qu’affi-
chent certains marchés de gros
dans la capitale.
Il est constaté que par rapport
à
la première semaine du mois de
Ramadhan, les prix sont revenus
la normale.
Une situation enregistrée
après cette percée provoquée sur-
tout par « l’intervention des com-
merçants occasionnels qui
créaient une fausse situation de
pénurie en stockant des produits
de large consommation quelques
jours avant le début du
Ramadhan dans le but de les
revendre à des prix supérieurs »,
selon les explication d’un manda-
taire de fruits et légumes à l’APS.
Cette pratique, selon la même
source, a été à l’origine de la
hausse des prix de certains pro-
duits, notamment la pomme de
terre, la tomate et la courgette,
à
Les prix sont revenus à la normale
qui connaissent une forte
demande durant ce mois de
jeûne, a précisé ce mandataire
installé au marché de gros des
fruits et légumes des Eucalyptus,
revenir progressivement à 24 DA,
et parfois moins.
Pour la tomate, dont le prix en
gros ne dépasse pas les 10 DA, la
l’est d’Alger.
Les deux principaux marchés
de gros de la capitale, les
Eucalyptus et Boufarik, confir-
ment cette tendance.
Pour le cas de la pomme de
terre : après avoir franchi les 35
DA le kilogramme durant la pre-
mière semaine du mois de
Ramadhan, elle a vu son prix
à
courgette (10 à 15 DA) ou encore
les oignons (28 à 32 DA) et le poi-
vron (34 à 36 DA).
Quant aux principaux fruits
de saison, leurs prix demeurent,
eux aussi, à la portée des moyen-
nes et petites bourses. Ainsi, le
kilogramme de pêche oscille entre
40 et 75 DA, selon la qualité,
alors que celui de la pastèque est
cédé à moins de 24 DA. Le citron,
ingrédient incontournable de la
table algérienne surtout en ce
mois de Ramadhan, est cédé à
120 DA/kg pour celui importé,
alors que celui local est proposé à
40 DA/kg. « Il est vrai que le mar-
ché était, au début, en proie à la
nervosité des prix. Mais une fois
les stocks constitués par les spé-
culateurs épuisés, la situation est
revenue à la normale », explique
un des commerçants du marché
de gros de Boufarik. Selon bon
nombre d’observateurs, cet équi-
libre observé sur les marchés
pour la première fois depuis de
longues années est, en outre, le
fruit de la continuité de la mise
en oeuvre du système de régula-
tion des produits agricoles de
large consommation (Syrpalac),
mis en place pour la première fois
en 2008, mais qui gagne de matu-
rité, d’année en année.
L’APS cite un cas dans la loca-
lité de Ouled Moussa à la sortie
Est de Rouiba. Un établissement
privé confirme ce constat.
Impliquée dans toute la chaîne
de fonctionnement du Syrpalac
(production, stockage, distribu-
tion de pomme de terre), une
entreprise familiale a su profiter
des avantages offerts dans le
cadre de ce système lancé, il y a
cinq ans, pour tenter de réguler le
marché de la pomme de terre.
Avec une importante capacité
de stockage de plus de 9 000 ton-
nes à une température très basse,
cet établissement représente un
véritable réservoir de stockage
pour ce produit en vue d’apporter
l’équilibre nécessaire au marché
en période d’arrière-saison, mais
aussi fournir aux grossistes de la
région Est de la capitale, dont
une grande partie opère au mar-
ché des Eucalyptus, les quantités
nécessaires pour répondre à la
demande pour ce tubercule.
La viande de poulet, autre pro-
duit de large consommation, a
également vu son prix baisser à la
faveur de la mise en place du
Syrpalac, mais aussi suite aux
mesures prises par les pouvoirs
publics depuis début 2013 et por-
tant, en particulier, sur l’allège-
ment de la charge fiscale (TVA)
sur les intrants des aliments de
volaille.
Le Groupe avicole du centre
(GAC) qui pilote l’opération pour
cette région couvrant une dou-
zaine de wilayas, a pu stocker jus-
qu’à 4 000 tonnes de poulets, pro-
posés à 230 DA le kg.
Doté d’un réseau de distribu-
tion composé de 15 points de
vente, 15 chapiteaux et plus de
150 vendeurs franchisés, le GAC
a pu écouler plus de 1 000 tonnes
de poulets depuis le début du
mois sacré.
II
TT
MESURES CONTRE LE TRAFIC DE CARBURANT
LLeess ggéérraannttss ddee ssttaattiioonnss--sseerrvviiccee rrééttiicceennttss
LL eess mmeessuurreess pprriisseess ppaarr ll’’EEttaatt ppoouurr
lluutttteerr ccoonnttrree llee ttrraaffiicc eett ll’’eexxppoorrttaa--
ttiioonn iillllééggaallee ddee ccaarrbbuurraanntt ssuusscciitteenntt,,
à
El Tarf, une région où ce phénomène a
pris des proportions alarmantes, l’appro-
bation et le soulagement des usagers, mais
de la réticence chez les gérants et les pro-
priétaires de stations-service.
Longtemps dénoncée par les automobi-
listes de cette région frontalière, cette
forme de contrebande qui est allée en s’ag-
gravant, a atteint, depuis le début de l’été
des seuils importants qui ont fini par
exaspérer les usagers. Interrogé à ce sujet,
Abdelatif, un sexagénaire originaire de la
ville d’El Kala, soutient que les mesures
préconisées par le gouvernement pour
mettre fin à cette hémorragie sont «saluta-
ires», d’autant que la crise provoquée par
la contrebande «ne faisait que resserrer
l’étau sur les automobilistes tout en por-
tant préjudice à l’économie du pays».
Chaque jour que Dieu fait, ajoute cet
ancien cadre de la wilaya, «des trafiquants
de tous bords font la navette pour faire le
plein dans les stations-service situées dans
les localités frontalières comme Bougous
où le flux des contrebandiers est impres-
sionnant». De nombreux autochtones rési-
dant non loin de la frontière algéro-tuni-
sienne proposent «le renforcement de la
lutte contre les ‘’cambistes’’ qui s’adon-
nent, depuis de nombreuses années, à leur
activité illicite en toute tranquillité».
Rappelant les répercussions négatives
du change au marché parallèle (100 dinars
tunisiens contre 7 000 dinars algériens),
nombreux sont ceux qui affirment que les
trafiquants étrangers de carburant «profi-
tent de cette aubaine pour faire le plein
d’essence et s’approvisionner en denrées
alimentaires (sucre, lait, semoule) subven-
tionnées par l’Etat, avant de rentrer dans
leur pays en laissant derrière eux la pénu-
rie de carburant». Cette situation contrai-
gnante en ces jours de jeûne, s’est accen-
tuée depuis le 1er juillet dernier avec l’ap-
plication d’un arrêté de wilaya aux termes
duquel les gérants de stations-service sont
tenus de tenir un registre où doit être
consignée la marque et l’immatriculation
du véhicule et la fréquence de ses passages
afin de mettre un terme au trafic de car-
burant. Devant la réticence de cinq sta-
tions-service d’El Tarf (la wilaya en
compte 29 dont 4 étatiques) et la suspen-
sion de la livraison des commandes formu-
lées par ces «récalcitrants», un mouvement
partiel de solidarité a été enclenché la
semaine dernière, accentuant du coup la
pénurie qui battait déjà son plein.
Selon M. Mohamed Ali Dène, proprié-
taire d’une station-service et président de
la Chambre de commerce et d’industrie,
«le trafic de carburant est bel et bien un
problème touchant à l’économie nationale
et interpelle tout un chacun pour y mettre
un terme, mais il n’en demeure pas moins
que cette situation ne doit en aucun cas
pénaliser les stations-service». Samedi der-
nier, on pouvait constater que les gérants
de stations-service d’El Tarf ont finale-
ment accepté de tenir ce registre, comme
l’a confirmé à l’APS le président de l’asso-
ciation des stations-service Unipress,
Malek Ouzrout. Contacté à nouveau, M.
Dène, président de la Chambre de com-
merce, souligne qu’il a été décidé «à titre
provisoire» de tenir ce registre pour, dit-il,
«mettre un terme aux désagréments cau-
sés jusque-là, et en attendant les résultats
de la rencontre de concertation prévue à
Alger dans les prochains jours pour décider
de la suite à donner à cette affaire ».
DIFFUSÉE SUR LA CHAINE CORANIQUE
Mobilis Partenaire de l’Emission MAFATIH
M obilis sponsorise durant
le mois de Ramadhan,
pour la première fois, l’é-
mission « MAFATIH » diffusée sur
la Chaîne 05 de la Télévision
Algérienne.
Une émission de jeu qui a pour
but la promotion de l’éducation et
de la culture religieuse.
Les cinq premiers gagnants de
« MAFATIH », se sont vus inviter
au troisième prime de « Tadj El
Coran », programme parrainé
également par Mobilis depuis sa
première édition. Cette soirée
coranique a été l’occasion pour
Mobilis d’honorer ces invités de
marque, en offrant des cadeaux
pour les cinq lauréats, remis par le
Président Directeur Général
Monsieur Saad DAMMA, qui a
réaffirmé l’engagement de Mobilis
pour l’accompagnement de la
chaîne coranique et de ces pro-
grammes. Pour rappel, Mobilis
reste le partenaire exclusif de
« Tadj el Coran », le seul
concours télévisé pour la récita-
tion du Coran, pour lequel les fina-
les se tiennent durant le mois de
Ramadhan. Un programme qui
offre aux jeunes talents algériens
l’opportunité de se faire découvrir
et présenter leurs talents et com-
pétences.
Pour plus d’information, ren-
dez-vous sur le site de Mobilis
www.mobilis.dz ou sur notre page
Facebook.
Pour plus d’information, ren- dez-vous sur le site de Mobilis www.mobilis.dz ou sur notre page Facebook.

7

Pour plus d’information, ren- dez-vous sur le site de Mobilis www.mobilis.dz ou sur notre page Facebook.
L ’ A c t u a l i t é DIMANCHE 28 JUILLET 2013

LActualité

DIMANCHE 28 JUILLET 2013

TRAFIC DE DROGUE À ANNABA LA CANICULE LES A REMISES AU GOÛT DU JOUR 2200
TRAFIC DE DROGUE
À ANNABA
LA CANICULE LES A REMISES AU GOÛT DU JOUR
2200 kkiillooggrraammmmeess
ddee kkiiff ssaaiissiiss
RRuusshh ssuurr lleess bbooiissssoonnss eett lleess ggllaacceess
PPEEUU IIMMPPOORRTTEE la marque, tout passe.
TT rrooiiss rreevveennddeeuurrss ddééttaaiillllaannttss
oonntt ééttéé aapppprrééhheennddééss jjeeuuddii
ddeerrnniieerr,, ppeennddaanntt qquu’’iillss
s’apprêtaient à acheter plus de
20 kilogrammes de kif traité, app-
rend-on de source sécuritaire. Le
coup de filet a été opéré par les
éléments du centre régional de
lutte anti-drogue d’El Hadjar, non
loin de la zone industrielle de
Pont Bouchet, a ajouté la même
source. C’est en agissant dans le
cadre de leurs prérogatives, ali-
mentés par le flair de véritable
limiers, que les éléments anti-stu-
péfiants ont suspecté, lors d’un
round de routine, un véhicule de
marque Logan, l’interceptant
avec à son bord, trois individus
qui se sont avérés être des trafi-
quants de drogue. Présentée sous
forme de plaquette de 250 gram-
mes chacune, la résine de canna-
bis saisie était destinée à la com-
mercialisation, notamment en
cette période de Ramadhan, où la
consommation de ce produit mor-
tel atteint son apogée.
Agés entre 24, 26 et 32 ans, les
mis en cause domiciliés à Chaiba
et Sidi Amar, dans la commune de
Sid Amar, ont été reconduits au
siège du centre régional de lutte
anti-drogue où ils ont été soumis
à l’interrogatoire d’usage, à l’effet
de remonter au réseau principal
de ce trafic, qui ne cesse de pren-
dre des dimensions démesurées.
Les trafiquants devront faire l’ob-
jet de présentation, aujourd’hui,
par devant le magistrat instruc-
teur, près du tribunal de la cir-
conscription de compétence,
El Hadjar en l’occurrence.
SS ttaarrss iinnccoonntteessttééeess dduu
RRaammaaddhhaann,, lleess bbooiissssoonnss eett lleess
ggllaacceess oonntt ppeerrdduu dduu tteerrrraaiinn
La moyenne nationale en boissons pour chaque individu est de 57.4 litres par an !
WW
BB
cette année, en raison des tempé-
ratures clémentes des premiers
jours du mois sacré. Mais voilà que
la canicule de ce week-end est
venue leur rendre leur place.
Les eaux minérales étaient bien
sûr prises d’assaut. Peu importe la
marque, tout passe. Tout comme les
limonades et les jus. Mais la boisson
la plus prisée demeure Hamoud
Boualem. Ce que nous confirment
des épiciers de la capitale qui en
font le plein pour le mois sacré.
« C’est la boisson qui marche le
mieux pendant le Ramadhan. Je
double mes commandes de Hamoud
Boualem durant cette période par
rapport au reste de l’année »,
atteste Djamel, épicier à Kouba. Il
faut dire que malgré la diversité des
marques de soda et de jus dont on
recense plus de 300, cette limonade
continue de tenir le haut du pavé.
Il faut dire que les Algériens
sont, en temps normal, avides
consommateurs de boissons, la
moyenne nationale pour chaque
individu est de 57.4 litres par an !
Une croissance constante
puisqu’elle ne consommait que
33.6 litres en 2004 et 40.6 litres
en 2005. Ce qui fait que le domaine
des boissons ne connaît pas la crise.
Et les investisseurs n’hésitent
pas à «conquérir » ce marché pro-
metteur, dont la croissance atteint
les 14% par an, et qui contribue à
hauteur de 7% dans la production
agroalimentaire du pays. Il se
« sucre » grâce à la croissance du
marché mais surtout du sucre sub-
ventionné et de l’eau à moindre
coût ! Oui, le pays ne subventionne
pas seulement le sucre de ses
citoyens, mais aussi celui contenu
dans leurs jus et limonades… Les
Algériens aiment également se par-
tager des glaces pendant la
«s’ahra». Cette gourmandise a
aussi retrouvé sa place durant ce
week-end caniculaire. Vous avez dû
en prendre ou au moins rencontrer
des personnes cornets à la main.
Les industriels spécialisées depuis
des décennies dans les crèmes gla-
cées ont considérablement amélioré
la qualité de leurs produits.
Toutefois, cette diversité a fait que
le marché de la glace industrielle
soit devenu saturé. Les profession-
nels du secteur s’accordent à le
considérer comme saturé depuis
2004. Ajouter à cela la hausse des
prix des matières premières, du lait
en poudre et du sucre sur les mar-
chés mondiaux et, d’autre part,
leurs retombées sur les marchés
locaux, font que le chiffre d’affaires
de ces industriels ne connaisse pas
d’évolution. Cette situation a fait
naître un nouveau marché, celui
des glaces artisanales. Ils pullulent
à chaque coin de rue. Leur prix
quelque peu élevé n’effraye pas les
clients qui tombent sous le charme
de ces glaces artisanales aux goûts
divers. Ferrero rocher, chocolat
noir, noisette, sorbet de yaourt avec
un coulis de fraise, banane,…com-
ment peut-on y résister ? La gour-
mandise est un vilain défaut, mais
avec cette chaleur et le mois de
jeûne peut-on faire autrement ?
WW
AA
SS
mandise est un vilain défaut, mais avec cette chaleur et le mois de jeûne peut-on faire

8

mandise est un vilain défaut, mais avec cette chaleur et le mois de jeûne peut-on faire
L ’ A c t u a l i t é DIMANCHE 28 JUILLET 2013

LActualité

DIMANCHE 28 JUILLET 2013

IL EST RADE LA LISTE DES LOGEMENTS

VViivvrree àà hhuuiitt ddaannss uunnee ppiièèccee !!

 

HUMEURS RAMADHANESQUES

 
 

««VVeennttrree aaffffaamméé nnaa ppaass ddoorreeiillllee»»

PPEENNDDAANNTT LLEE MMOOIISS de Ramadhan, dès les premiers jours, on assiste à un changement total dans le comportement des gens.

 
     

pour couvrir leurs

cheveux ; alors que ces mêmes femmes

   
 

AABBDDEELLKKRRIIMM AAMMAARRNNII

 

AA uussssii bbiieenn ddaannss llaa rruuee,, lleess

aaddmmiinniissttrraattiioonnss qquuee ddaannss lleess

ffooyyeerrss llee ccoonnssttaatt eesstt llee

 

GG uueeddoouunn AAhhmmeedd,, 5544 aannss,,

ffiillss ddee cchhaahhiidd,, ppèèrree ddee ssiixx

eennffaannttss eett nnééaannmmooiinnss

n n t t s s e e t t n n é é a a

sont habituées tout le reste de l’année à s’habiller en demi- manches ou en décol- leté et se maquillent. Ces mêmes femmes adoptent une trans- formation radicale pendant le mois de Ramadhan. Mais que dire des hommes, amateurs de la « live bouteille » qui s’en abstiennent tout d’un coup et se mettent à la prière mais repren- nent leur beuverie juste la veille de l’Aïd. Certaines personnes qui ne mettent jamais les pieds dans la mos- quée au cours de l’an- née, s’y rendent régu- lièrement durant le mois sacré, mais s’en abstiennent juste à la fin du mois sacré pour revenir à leur rythme de vie habituel. C’est dire que, si pour les uns, les recommanda- tions de l’Islam sont occasionnelles et ne trouvent application

même. L’impatience et la nervosité sont à fleur de peau. Que d’injures crachées par des automobilistes énervés lors d’un bouchon de la cir- culation ! Aussi que de bagarres remarquées ! Quelle impolitesse et agressivité, et quelle violence com-

retraité du ministère de la Santé, vit les affres d’une bourde de l’ad- ministration dans son logis com- posé d’une seule pièce. La genèse de son histoire qu’il

a

exposée à la rédaction de notre

mise à cause du jeûne ! En effet, les relations entre les individus devien- nent très tendues et les sensibilités exaspérées et souvent exagérées, mais surtout mal placées pour la simple raison que c’est « le jeûne ». Alors qu’en principe nos valeurs sont censées évoluer vers le positif en ce mois saint. Ce changement se voit également dans les caractères de certains individus qui se trans- forment subitement avec l’arrivée

du mois de Ramadhan. Ils s’entou-

quotidien, où il s’est présenté, nous apprend qu’il a été bénéfi- ciaire l’année dernière (2012) d’un logement social après …un quart de siècle (25 ans) d’une lon- gue et indicible attente à une réponse favorable à son dossier. Une joie éphémère, comme une lueur de bonheur pas plus. En effet, à peine deux semaines plus tard, ce bonheur et cette joie

«

fondent » comme neige au soleil. Guedoun Ahmed reçoit un courrier qui l’informe de la déci- sion de la daïra de Boufarik lui signifiant que le logement social octroyé lui a été retiré et que son nom a été rayé de la liste des béné-

ficiaires. La raison officielle invoquée est que son épouse disposerait d’un héritage de …66 m 2 !

rent de rites rigoureux en adoptant des règles de conduite autres que celles suivies le reste de l’année ; telle que l’interdiction de regarder une femme, de la saluer en lui ser- rant la main, ou encore de discuter avec elle, fut -elle une collègue ou une proche ; alors qu’ils le font naturellement en dehors du mois sacré. D’autres perdent leurs habi- tudes gaies et plaisantes et s’ab-

Guedoum réfute bec et ongles cette « fausse information », dit-il, et entreprend les démarches nécessaires pour apporter un

démenti formel à cette bourde administrative. Il obtient un

stiennent de blaguer ou de plaisan- ter, comme si la rigolade et la plai- santerie étaient interdites pendant le Ramadhan. Bien au contraire, la bonne humeur est recommandée

l’effet de la faim et de la soif endu- rées par le jeûneur. Ce changement

mes, surtout celles qui travaillent, qu’on voit se transformer en prê-

que le temps du mois de jeûne, pour les aut- res le mois de Ramadhan est syno- nyme de mauvaise humeur.

par la religion et pourrait atténuer

brusque dans le comportement concerne également certaines fem-

tresses portant des vêtements lar- ges , longs et même des foulards

 

WW

BB

«

négatif » auprès des services des

 

domaines sur lequel est men- tionné « R.A.S ». Il présente ce justificatif

 

ANNABA

 

«

officiel » à la daïra de Boufarik

 

DDeess mmééttiieerrss rreennttaabblleess ffooiissoonnnneenntt

LLEESS PPRROODDUUIITTSS QQUUII ne trouvent pas acheteur durant toute l’année, deviennent soudainement une « vedette ».

 

qui le déboute en lui signifiant de nouveau que son nom est définiti- vement rayé de la liste des bénéfi- ciaires du logement social. Après maintes démarches, dont deux correspondances à la présidence de la République, laquelle instance s’est saisie du dossier. Une instruction a été envoyée au wali de Blida qui à son tour a instruit la daïra de Boufarik de se pencher sur ce douloureux dos- sier, dans une correspondance datant du 14 avril 2013. Jusqu’à ce jour, se lamente Guedoum, aucune réponse concrète ne lui est parvenue. La wilaya, tout comme la daïra, sont restées muettes. Faut-il attendre encore un autre quart de siècle ?

AA

AA

CC ee ssoonntt ddeess ddiizzaaiinneess ddee llooccaauuxx eett ddee ppllaacceess qquuii ssee ttrraannssffoorrmmeenntt àà AAnnnnaabbaa,, dduurraanntt llee mmooiiss ddee Ramadhan, en véritable souk de

pâtisserie traditionnelle et autres victuailles, éta- lées par les « professionnels du gain rapide », spécialisés dans l’exploitation des jeûneurs et leurs envies. Les produits qui ne trouvent pas acheteur durant toute l’année, deviennent sou- dainement une « vedette », La zlabia, entre aut- res, est une petite gâterie sucrée grignotée après la rupture du f’tour. Hichem est l’un de ces fabri- cants saisonniers de zlabia à Annaba, et il est fier d’affirmer que sa recette, est son secret de famille, conservé depuis plusieurs générations. « J’ai hérité de mon père le métier et la recette, un métier qui se transmet dans la famille depuis plus de 60 ans », nous dira Hichem. « Aucune pâtisserie n’a réussi à détrôner la zlabia du

Ramadhan, mais regrette que beaucoup de « nocives » se soient mêlés à sa fabrication dans l’unique but de gagner des sous », devait-il expli- quer. Ajoutant que certains « zlabjia » n’hésitent pas à prendre leur congé durant le mois sacré pour se consacrer à cette spéculation saisonnière. Autres métiers foisonnants durant le mois de Ramadhan, la vente de diouls, appelés aussi khatfa, destinés à enrober le bourek. Un métier qu’exerce Aïcha, chaque Ramadhan depuis 10 ans. La propreté et le tra- vail signé par cette dame, lui vaut chaque mois une clientèle bien appropriée. Le commerce de la galette est aussi un métier qui rapporte. El kesra, pétrie avec un peu d’huile et montée à la levure, a également ses amateurs qui l’achè- tent à des femmes au foyer qui, l’espace d’un mois se transforment en boulangères à domicile.

Les clientes de Aïcha apprécient beaucoup sa galette et sont abonnées pour tout le mois du Ramadhan. Ce qui lui assure l’écoulement de toute la production de galettes, tant de kharsis que de matloue. De nombreux marchands ambu- lants se spécialisent durant ce mois « favorable » à l’augmentation et la diversification, en ven- deurs de fruits de saisons et/ou de fruits tropi- caux d’importation. Certains de ces vendeurs n’embrassent cette profession que durant le mois de Ramadhan pour boucler une fin de mois exceptionnellement difficile. Ainsi, les métiers rentables foisonnent chaque fois et la concur- rence devient rude durant le mois sacré entre les commerçants réguliers et les « saisonniers » opportunistes, voire même parasites, car il n’est pas du tout certain qu’ils exercent avec un regis-

 

tre du commerce en bonne et due forme.

WW

BB

 

EXAMENS DE FIN D’ANNÉE

 
 

AAïïnn EEll TTuurrcckk hhoonnoorree sseess llaauurrééaattss

 
 

LLEE LLYYCCÉÉEE MMOOUULLOOUUDD KKAACCEEMM a raflé le titre de meilleur établissement au regard du nombre considérable d’élèves qui ont obtenu de bonnes moyennes à l’examen du baccalauréat.

 

WWAAHHIIBB AAIITT OOUUAAKKLLII

notre daïra et toutes les localités la compo-

baccalauréat, ont toutes dépassé le seuil de

Turck, ont eu droit à un spectacle artistique

aussi grandiose que varié qui a été animé par plusieurs chanteurs locaux dont entre autres l’interprète du chant haouzi Cheikh Halim et le raïman, le jeune Fethi. Plusieurs dizaines de familles venues de divers horizons, n’ont pas hésité, elles aussi, à prendre place, ques- tion de s’évader un tant soit peu de la routine

vacancière tout en s’associant à la joie des élè-

EE nn ddééppiitt ddee llaa ppeettiittee pplluuiiee qquuii sseesstt aabbaatt-- ttuuee ssuurr llaa vviillllee ccôôttiièèrree ddee AAïïnn EEll TTuurrcckk ddaannss llaa nnuuiitt ddee jjeeuuddii àà vveennddrreeddii ddeerr--

niers, les responsables de cette ville n’ont ni annulé ni encore moins écourté ou reporté la fête qu’ils ont organisée à l’effet d’encourager

d’honorer les élèves qui ont brillé dans leur

cursus en obtenant les meilleures notes lors des résultats de fin d’année. Les candidats ayant réussi aux examens des trois paliers, en l’occurrence, le baccalauréat, le BEM et la 5e, étaient concernés par la fête qui a été animée

dans la somptueuse place du 20-Août. «Si

nous nous sommes réunis ce soir dans cette

et

sant», a affirmé le chef de daïra, Oufroukh Hocine, tout en rendant un vibrant hommage au corps de l’éducation de la daïra qu’il gère. En tout, ce sont 12 meilleurs élèves des trois paliers, fondamental, moyen et secondaire, qui ont été honorés en leur attribuant de très beaux cadeaux offerts par la daïra de Aïn El Turck en guise de remerciements pour leurs efforts qui ont abouti à l’obtention de très bonnes moyennes lors des examens de fin d’année et ce, au niveau aussi bien de la wilaya d’Oran qu’au niveau de leur daïra natale. Chacun des 12 lauréats a été attribu- taire d’un micro-ordinateur et plusieurs aut- res offrandes. Ces derniers sont issus des éta- blissements situés dans le chef-lieu de la

daïra, de Mers El Kebir, Bousfer, et d’El

15/20. La meilleure note (17,64/20) a été raflée par la désormais universitaire, Ali Mhidi Yousra du lycée Mouloud Kacem. Elle est suivie de Labdi Lamia (16,69/20) et Goudjil Mohamed Azzedine (15,70/20) du même établissement. Le même lycée (Mouloud Kacem) s’est taillé le titre du meilleur établissement scolaire ayant eu un nombre important d’élèves qui se sont illus- trés en obtenant de bonnes moyennes lors de l’examen du baccalauréat. Ce n’est pas tout. La gent féminine a démontré sa suprématie dans de tels concours. En effet, des 12 candi-

dats qui ont été honorés, on y trouve 10 filles dans les meilleures positions avec les meilleu- res notes. Dans le sillage de la même rencon- tre, les habitants des cinq communes, tous

ves ayant passé avec brio les examens de la saison 2012-2013. Malgré les petites trombes, la foule présente n’a tout de même pas déserté la célèbre place du 20-Août jusqu’à la fin du spectacle dont la clôture a été signée vers une heure tardive de la nuit qui a pré- cédé la journée de vendredi. Ainsi, les élèves des quatre localités côtières ont apporté des preuves à l’opposé des voix critiquant les résultats scolaires des localités de la corniche

réunis

dans

la

place

du