Vous êtes sur la page 1sur 20
DANS UN MESSAGE ADRESSÉ À LA FAMILLE D’HENRI ALLEG, LU LORS DE LA CÉRÉMONIE D’HOMMAGE

DANS UN MESSAGE ADRESSÉ À LA FAMILLE D’HENRI ALLEG, LU LORS DE LA CÉRÉMONIE D’HOMMAGE PAR JEAN SALEM

Le Président Bouteflika salue le « poignant et courageux témoignage » d’Henri Alleg contre la torture

P. 3

témoignage » d’Henri Alleg contre la torture P. 3 21 Ramadhan 1434 - Mardi 30 Juillet

21 Ramadhan 1434 - Mardi 30 Juillet 2013 - N°14885 - Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287

- Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287 L A R E V O L U

L A

R E V O L U T I O N

PA R

L E

P E U P L E

E T

P O U R

L E

P E U P L E

L U T I O N PA R L E P E U P L E

RÉPRESSION DES FRAUDES DURANT LE PREMIER SEMESTRE

M. Benbada : « 94.000 infractions àlaréglementation»

Pas moins de 94.000 infractions à la réglementation ont été enregistrées depuis le début de
Pas moins de 94.000
infractions à la
réglementation ont été
enregistrées depuis le
début de l’année 2013
par les brigades de
contrôle du ministère
du Commerce.
Des brigades qui
ont effectué plus de
500.000 interventions
lors de ce premier
semestre,
selon le ministre du
Commerce,
M. Mustapha Benbada,
qui a qualifié ce chiffre
de «très important» en
raison du travail qui se
fait sur le terrain.
P. 5
◗ Création de 87 nouvelles inspections en 2013
◗ Décision d’importer un million de tonnes de ciment
◗ Les conclusions sur la réforme du secteur portuaire
remises au gouvernement
Ph. A. Louiza

NOUVELLE VILLE DE HASSI MESSAOUD

Ph. Billal
Ph. Billal

« La Ville Oasis » fonctionnelle à l’horizon 2020

P. 4

GHOUL À ANNABA

Une aérogare au diapason de la tendance mondiale

P. 4

LA MESURE PREND EFFET À PARTIR DU 1 er AOÛT

Ph. Wafa
Ph. Wafa

Des lunettes de vue gratuites pour les enfants scolarisés démunis

DISTRIBUTION DE L’EAU

Necib : « Il n’y aura pas de problème durant les prochaines années »

P.

P.

4

5

pas de problème durant les prochaines années » P. P. 4 5 Quotidien national d’information —
2 EL MOUDJAHID
2
EL MOUDJAHID
Mé téo CHAUD ET ENSOLEILLÉ
Mé téo
CHAUD ET ENSOLEILLÉ

Au Nord, prédominance d'un temps relative- ment chaud et ensoleillé, notamment vers l'inté- rieur ouest. Les vents seront modérés 20/30 km/h près des côtes et variables faibles vers l'intérieur. La mer sera peu agitée.

Sur les régions Sud, le temps sera générale- ment ensoleillé avec localement formations nua- geuses vers le Sud-Ouest. Les vents seront d'est 30/50 km/h avec chasse de sable vers le Sahara central et la Saoura et va- riables 20/30 km/h vers le Hoggar/Tassili.

Températures (maximales-minimales) pré- vues aujourd’hui :

Alger (31°-18°), Annaba (28°-20°), Béchar (41°-27°), Biskra (42°-28°), Constantine (33°- 16°), Djanet (37°-24°), Djelfa (39°-21°), Ghar- daïa (40°-28°), Oran (31°-22°), Sétif (34°-15°), Tamanrasset (36°-25°), Tlemcen (34°-19°).

(34°-15°), Tamanrasset (36°-25°), Tlemcen (34°-19°). CE SOIR À 22 H AU TNA Hommage à Sid-Ahmed Benaïssa

CE SOIR À 22 H AU TNA

Hommage

à Sid-Ahmed

Benaïssa

L’Association ar- tistique et culturelle Troisième millénaire organise ce soir à 22 h au Théâtre national Mahieddine-Bachtarz, un hommage en l’honneur de l’artiste Sid-Ahmed Benaïssa.

AUJOURD’HUI A 12H AU SIEGE DE L’UGTA

Rencontre avec les cadres syndicaux de la santé

La Fédération des travailleurs de la santé organise aujourd’hui une rencontre élargie des cadres syndicaux de la santé qui portera sur les problèmes socio-profes- sionnels du secteur.

sur les problèmes socio-profes- sionnels du secteur. VENDREDI 2 AOUT, A 21 H 30 A L’HOTEL
VENDREDI 2 AOUT, A 21 H 30 A L’HOTEL SHERATON Cérémonie de circoncision d’enfants démunis
VENDREDI 2
AOUT, A 21 H 30
A L’HOTEL
SHERATON
Cérémonie de
circoncision
d’enfants
démunis
A l’occasion du mois
sacré Ramadhan et dans
le cadre des œuvres de
charité, l’association
«SOS 3 e âge en détresse
Ihcene», organise une cérémonie à l’occasion de la circoncision d’en-
fants démunis, vendredi 2 août à partir de 21 h 30 à l’hôtel Sheraton.
Nedjma partenaire officiel du match amical CS Constantine-Espanyol de Barcelona Dans le cadre de ses
Nedjma partenaire
officiel du match amical
CS Constantine-Espanyol
de Barcelona
Dans le cadre de ses actions de soutien aux évènements sportifs,
Nedjma est le partenaire officiel du match de gala entre le Club
sportif de Constantine (CSC) et le Club sportif royal espagnol de
Barcelone, RCD Espanyol de Barcelona.
Cette rencontre amicale prévue ce soir à 22 h 30 au stade Chahid
Mohamed-Hamlaoui de Constantine sera retransmise en direct sur
la chaîne 4 de la Télévision Algérienne (TV Tamazight).
Pour rappel, Nedjma est le sponsor officiel du Club Sportif
de Constantine (CSC) depuis novembre 2011.
CE MATIN A 9 H AU MINISTERE DE L’ENVIRONNEMENT Les problématiques majeures liées à la
CE MATIN A 9 H AU MINISTERE
DE L’ENVIRONNEMENT
Les problématiques majeures
liées à la ville
Le ministère de
l’Aménagement
du
territoire, de l’Envi-
ronnement et de la
Ville, organise
matin à 9 h,
ce
une
journée d’étude sur
les problématiques
majeures liées à la
aux
élus locaux (APW et
APC) de 6 wilayas
du centre : Alger,
ville consacrée
Blida, Tipasa,
Médéa, Boumerdès et Tizi-Ouzou.
JEUDI 1 ER AOUT A 10 H
AU MINISTERE DES FINANCES
Journée de formation au profit
de journalistes
Le ministère
des Finances organise, jeudi 1 er août,
une journée de formation pour les journalistes de la
rubrique économie de la presse nationale, à partir de
10 h, au siège du ministère des Finances à Ben Ak-
noun.

Activités des partis

CE SOIR A 22 H AU SIEGE DU FAN

« Le discours politique islamique »

Le Front Algérie nouvelle (FAN) or- ganise, ce soir à 22 h, au siège national du parti rue Krim Belkacem (ex-Te- lemly), une conférence politique sous le thème : « le discours politique isla- mique».

parti rue Krim Belkacem (ex-Te- lemly), une conférence politique sous le thème : « le discours
AUJOURD’HUI A 12 H A L’HOTEL HILTON Conférence de presse du DG d’ATM Mobilis Le
AUJOURD’HUI A 12 H
A L’HOTEL HILTON
Conférence de presse
du DG d’ATM Mobilis
Le président-directeur général
d’ATM Mobilis, M. Saad Damma,
animera une conférence de presse
qui portera sur plusieurs thèmes
d’actualité pour l’opérateur national
de téléphonie mobile Mobilis, aujourd’hui à 12 h à
l’hôtel Hilton
Agenda culturel • EPIC OPLA (Caroubier) : soirée chaâbi animée par l’artiste Boubakeur Hattali. JEUDI,
Agenda culturel
• EPIC OPLA (Caroubier) :
soirée chaâbi animée par l’artiste
Boubakeur Hattali.
JEUDI, AU MUSÉE
D’ART MODERNE ET
CONTEMPORAIN
Soirée de variétés animée par
l’artiste Toufik Aoun.
1 er juillet à 23 h :
• Commune de Dely Ibrahim
(Bois des Cars) soirée chaâbi ani-
• Commune de Oued Koriche
mée par l’artiste Djamel Laadjal.
(centre culturel) soirée chaâbi
Soirée hawzi
• Commune de Sidi M’hamed
animée par l’artiste Hocine Driss.
(salle Sierra Maestra) soirée ka-
avec Hamidou
• Commune de Hussein Dey
byle animée par l’artiste Thanina.
Le Musée public national d’art
moderne et contemporain, orga-
nise un riche programme de soi-
rées musicales durant le mois de
Ramadhan :
(centre culturel Aissa-Messaoudi)
soirée de variétés animée par l’ar-
tiste Latifa Benakouche.
• Commune Ouled Fayet
(salle de l’APC)
JUSQU’AU 5 AOÛT
À LA SALLE IBN
KHALDOUN
ET À NADI EL-ANKA
« Layali Ramadhan »
L’Établissement Arts et Cul-
JUSQU’AU 5 AOÛT
DANS LES
COMMUNES D’ALGER
• Commune d’El Biar (salle El
ture de la wilaya d’Alger a tracé,
comme chaque année, un pro-
gramme spécial et riche au profit
du public spécifique intitulé :
Abiaria) : Soirée gnawi animée
par le groupe Harmonica
Demain à 23 h :
«Layali Ramadhan», et ce,
jusqu’au 5 août.
• Ce soir à 23 h à la salle Ibn
Soirées chaâbi et
variétés
• Commune de Sidi Moussa
(maison de vieillesse) : Soirée
chaâbi animée par l’artiste El
Badi El Bahri.
• Etablissement hospitalier
Khaldoun : soirée chaâbi animée
par l’artiste Hamidou.
L’Etablissement arts et culture
de la wilaya d’Alger organise des
soirées chaâbi et de variétés à tra-
vers les communes de la wilaya
d’Alger et ce jusqu’au 5 août.
Ce soir à 23 h :
• Demain à 23 h à la salle Ibn
Khaldoun : soirée musicale ani-
Tixeraine : Soirée de variétés ani-
mée par l’artiste Celina.
mée par l’artiste Omar Bashir
(Turquie).
• Vendredi 2 août à 23 h à la
• Commune Ain Benian (port
de la Madrague) : Soirée chaâbi
•Jeudi 1 er août à 22h : soirée
hawzi avec Hamidou.
• Commune Magharia (centre
cultuel) : Soirée chaâbi animée
par l’artiste Hassan Lebdjaoui.
animée par l’artiste Mohamed
Rabah.
salle Ibn Khaldoun : soirée ka-
byle animée par l’artiste Hassiba
Amrouche.

N

ation

3

EL MOUDJAHID

N ation 3 EL MOUDJAHID DANS UN MESSAGE ADRESSÉ À LA FAMILLE D’HENRI ALLEG, LU LORS
N ation 3 EL MOUDJAHID DANS UN MESSAGE ADRESSÉ À LA FAMILLE D’HENRI ALLEG, LU LORS
N ation 3 EL MOUDJAHID DANS UN MESSAGE ADRESSÉ À LA FAMILLE D’HENRI ALLEG, LU LORS

DANS UN MESSAGE ADRESSÉ À LA FAMILLE D’HENRI ALLEG, LU LORS DE LA CÉRÉMONIE D’HOMMAGE, PAR JEAN SALEM

Le Président Bouteflika salue le «poignant et courageux témoignage» d’Henri Alleg contre la torture

et courageux témoignage» d’Henri Alleg contre la torture L e Président de la Répu- blique, Abdelaziz

L e Président de la Répu- blique, Abdelaziz Boute- flika, a rendu hommage

hier au militant anticolonialiste,

Henri Alleg, qui, a-t-il dit, «fut aux côtés de toutes les causes justes dans le monde», saluant son «poignant et courageux té- moignage contre la torture» et le parcours «exceptionnel» de l’homme. Dans un message adressé à la famille du défunt lu par Jean Salem, fils de Henri Alleg, lors d’une cérémonie-hommage, ayant réuni lundi, à la coupole du cimetière parisien Père Lachaise, les membres de la famille, une

foule d’amis et compagnons de lutte de l’auteur de La Question, le président Bouteflika qui a af- firmé avoir appris «avec une très grandes tristesse, le décès de notre vaillant compagnon de lutte», a rappelé que Henri Alleg «fut aux côtés de toutes les causes justes dans le monde». «Son combat inlassable contre le colonialisme et le ra- cisme, contre toutes les formes d’oppression et d’injustice, sa dénonciation de la torture ont marqué les mémoires et font par- tie de l’histoire», a-t-il ajouté. «Henri Alleg, laissera le souve- nir d’un homme de conviction,

épris des idéaux de paix, de jus- tice sociale, de progrès, de li- berté et d’émancipation des peuples», a poursuivi le prési- dent de la République. «A cet égard, son poignant et courageux témoignage contre la torture dans La Question est à compter parmi les textes majeurs qui, par leur retentissement uni- versel et la prise de conscience qu’ils ont suscitée à travers le monde, ont indéniablement contribué à servir la noble cause des droits de l’Homme en géné- ral», a tenu à relever le chef de l’Etat. «En ce sens, son parcours exceptionnel restera, à n’en pas

douter, une source d’inspiration pour ceux qui partagent ces va- leurs fondamentales et ont à cœur de veiller à leur défense», a-t-il dit dans son message. «En ces moment douloureux, je tiens à exprimer ma profonde gratitude et toute ma reconnais- sance au valeureux militant qui s’est pleinement investi dans le combat de l’Algérie contre le joug colonial», a conclu le chef de l’Etat qui a présenté à la fa- mille d’Henri Alleg, ses «sin- cères condoléances», les assurant de sa «chaleureuse sym- pathie».

Hommage à Paris à l’auteur de La Question

La famille, une foule d’amis et camarades de com- bat, se sont inclinés, hier, à la coupole du cimetière parisien Père-Lachaise à la mémoire du défunt Henri Alleg, rendant un hommage chargé d’émotion à celui qui fut de tous les combats anticolonialistes, celui dont le livre-choc La Question a levé le voile sur la pratique de la torture par l’armée française en Algérie durant la guerre de Libération nationale. Connu sous le nom d’Henri Alleg, qu’il avait pris lors de son pas- sage dans la clandestinité, après l’interdiction par les autorités coloniales du journal Alger Républicain dont il était le directeur, Harry Salem est mort le 17 juillet à Paris trois jours avant son quatre-vingt dou-

zième anniversaire. Dans son livre La Question qui reste un document majeur sur la pratique de la torture autorisée en haut lieu en Algérie, durant la guerre, il avait témoigné sur les sévices qu’il avait subis, en 1957, entre les mains des parachutistes de l’armée française. «Nous tenons à remercier mon frère Jean et moi-même, toutes les personnes qui, d’Algérie et de France et de bien d’autres pays, nous ont envoyés des messages de soutien pour nous dire l’estime et l’admiration qu’ils avaient pour notre père», a indi- qué André Salem, fils du défunt devant la foule nom- breuse venue exprimer son soutien à la famille du disparu.

breuse venue exprimer son soutien à la famille du disparu. FÊTE DU TRÔNE Le Président Bouteflika

FÊTE DU TRÔNE

Le Président Bouteflika félicite le souverain marocain

Le Président de la République, Ab- delaziz Bouteflika, a adressé un mes- sage au souverain marocain, le Roi Mohammed VI, à l’occasion de la cé- lébration du 14 e anniversaire de son accession au trône du Royaume du Maroc. «Je me réjouis, alors que le peuple marocain frère célèbre le 14 e anniversaire de votre intronisation, d’adresser à Votre Majesté, au nom du peuple et du gouvernement algériens et en mon nom personnel, mes chaleu- reuses félicitations et mes vœux les meilleurs, priant Dieu Tout-Puissant de vous accorder ainsi qu’à toute l’ho- norable famille royale santé et prospé- rité et de guider le peuple marocain vers davantage de progrès», écrit le Président de la République dans son message. «Les réalisations grandioses accomplies par le Maroc à la faveur des importantes réformes que vous avez initiées dès le début de votre règne, reflètent la sagesse de votre po- litique», lit-on encore dans le message. Le Président de la République a réaf- firmé sa «ferme détermination à dyna- miser les relations algéro-marocaines et à les hisser aux plus hauts niveaux dans l’intérêt de nos deux peuples frères». Le Chef de l’Etat a enfin prié Dieu Tout-Puissant d’accorder au sou- verain marocain «santé et prospérité» et de guider ses pas «aux mieux des intérêts du peuple marocain frère».

FÊTE NATIONALE DE LA RÉPUBLIQUE DE VANUATU

Le Président Bouteflika félicite le président Iola Johnson Abbil

Le Président de la République, Ab- delaziz Bouteflika, a adressé un mes- sage de félicitations au président de la République de Vanuatu, Iola Johnson Abbil, à l’occasion de la célébration de la fête nationale de son pays, dans lequel il lui a réitéré son attachement à la promotion des liens d’amitié et de solidarité unissant les deux pays. «A l’occasion de la célébration de la fête nationale de votre pays, il m’est agréa- ble de vous adresser, au nom du peu- ple et du gouvernement algériens et en mon nom personnel, mes chaleureuses félicitations accompagnées de mes meilleurs vœux de santé et de bonheur pour vous-même, de progrès et de prospérité accrus pour votre peuple ami», a écrit le Président Bouteflika dans son message. «Je voudrais saisir cette opportunité pour vous réitérer mon attachement à la promotion des liens d’amitié et de solidarité unissant nos deux pays», a-t-il ajouté.

PLAN D’ACTION DU GOUVERNEMENT

Le développement local en point de mire

D epuis son investiture à la tête de l’exécutif, le Premier ministre, Abdel- malek Sellal est résolument engagé

en faveur d’un développement local axé sur la prise en charge des préoccupations et des problèmes des citoyens. Les nombreux déplacements qui l’ont mené

à travers le territoire national, dans le cadre

de la mise œuvre du programme du président de la République, constituent une opportunité idoine pour le Premier ministre de se mettre

à l’écoute de la population, de la société civile

pour dépister et sérier les problèmes et les dif-

ficultés qui se posent en vue de leur apporter des solutions. Les citoyens du pays profond, ceux qui vivent et travaillent notamment dans les zones les plus reculées et les régions en-

clavées, ont eu à constater et se féliciter de la disponibilité des pouvoirs publics à prendre à bras le corps, l’ensemble de leurs préoccupa- tions. Le logement, l’emploi, les infrastruc- tures de base, la santé, l’éducation, l’alimentation en eau potable, l’électricité ru- rale et domestique, le gaz et commodités de la vie quotidienne indispensables à l’amélio- ration du cadre de vie des populations, repré- sentent autant de motifs d’intérêt qui accaparent l’attention du premier ministre au cours de chacune de ses visites de travail et d’inspection. M. Abdelmalek Sellal privilégie constamment le discours de proximité et la concertation avec les représentants de la so- ciété civile. C’est une occasion de tendre l’oreille à nombre d’intervenants qui, souvent

avec passion et force arguments à l’appui, mettent un point d’honneur à vouloir bouscu- ler une administration tatillonne et outrageu- sement procédurière, à exposer sans retenue et en toute franchise les difficultés auxquels ils sont confrontés en permanence. M. Sellal ne manque jamais de rassurer les citoyens quant à la détermination et à la disponibilité de l’État à tout mettre en œuvre pour rompre avec les mauvais reflexes, de veiller à ce que la réalisation des projets qui sont lancés ou en cours de réalisation puissent s’exécuter dans les délais impartis et dans les règles de l’art. Dans nombre de cas, l’observateur aura pu re- marquer la fermeté du Premier ministre, sa ra- pidité à prendre des décisions pour en finir avec les dysfonctionnements qu’il constate

sur le terrain. Les doléances, les propositions qui sont émises par la population axées sur beaucoup de préoccupations comme l’amé- lioration du réseau routier, l’emploi, les loi- sirs, l’amélioration du cadre de vie, les blocages rencontrés au niveau du foncier, vé- ritable bête noire des investisseurs, la lenteur dans l’exécution des décisions de justice, sont prises en considération par le Premier minis- tre, qui en homme averti tient à rassurer les populations locales pour ce qui concerne le règlement des problèmes, tout en réaffirmant l’engagement de l’Etat pour le développe- ment local. Cet engagement est réitéré à cha- cune de ses visites à commencer par celles effectuées dans les wilayas du Sud. M. B.

N

4

ation

EL MOUDJAHID

nouVeLLe ViLLe de hassi messaoud

«La Ville Oasis» fonctionnelle à l’horizon 2020

De nos envoyés spéciaux Wassila Benhamed et Billel

L e ministre de l’energie et des mines, Youcef Yousfi et amara Benyounès, ministre

de l’aménagement du territoire, de l’environnement et de la Ville ont procédé hier au lancement officiel des travaux de la nouvelle ville de hassi messaoud. dans son discours, m. Yousfi a déclaré que «les études d’aménagement et d’urbanisme de la

nouvelle ville ont été achevées et que le plan d’aménagement a été validé le

27 juin 2013, par la commission in-

terministérielle du territoire, de l’en- vironnement et de la ville », et d’ajouter : « La nouvelle ville dimen- sionnée qui permettra d’accueillir 80.000 habitants, s’inscrit dans un contexte particulier, celui de la délo- calisation de la ville actuelle qui se situe en zones de risques du fait de sa situation à l’intérieur du périmètre d’exploitation des hydrocarbures.» Le ministre a rappelé que « c’est en conséquence directe de la loi n° 04-

20 du 25 décembre 2004 relative à la

prévention des risques majeurs et à la gestion des catastrophes, que la créa- tion de la ville nouvelle de hassi messaoud a été prononcée par un dé- cret présidentiel, n° 06-321 du 18 septembre 2006.» selon m. Yousfi, l’approbation du plan d’aménagement par la commis- sion interministérielle marque l’achè- vement d’une importante étape du processus de réalisation de la ville nouvelle mais permet aussi d’engager à compter du moment du lancement des travaux, la réalisation des travaux des quartiers et secteurs prioritaires pouvant recevoir 45.000 habitants à l’horizon 2017 et 65.000 habitants à l’horizon 2020. « Compte tenu de

Ph. Billel
Ph. Billel

l’importance et l’urgence de l’opéra- tion de délocalisation de la ville ac- tuelle et l’avantage économique et social attendu du projet, le gouverne- ment a pris la décision de confier la réalisation des travaux de viabilisa- tion du site à un groupement d’entre- prise nationales publiques composé notamment, des entreprises du groupe Cosider, enGCB et Kahrif », a-t-il expliqué. il a indiqué que « la ville nouvelle sera un champ d’appli- cations exemplaires des solutions les plus avancées dans le domaine des énergies renouvelables et durables telles que le solaire en particulier.»

selon lui, le règlement urbain de la ville nouvelle intègre les perfor- mances énergétiques dans les cahiers des charges qui seront élaborés pour la réalisation des ouvrages de bâti- ments interdisant ainsi les construc- tions énergivores. Ceci sera possible à travers la réalisation d’une centrale solaire qui assurera en grande partie l’alimentation en énergie électrique de la ville et la réalisation d’une ferme éolienne, la promotion d’un habitat à haute performance énergétique. ega- lement la production d’eau chaude sa- nitaire à partir d’énergie renouvelable solaire, l’utilisation de l’énergie so-

laire pour la climatisation, l’applica- tion des performances énergétiques dans l’éclairage public et l’application des mesures de maîtrise de l’énergie pour le secteur de l’agriculture par l’installation de pompes d’irrigation fonctionnant à l’énergie solaire. La future ville est localisée dans la zone de oued el-maraâ, à équidistance d’environ 80 kilomètres entre l’actuel hassi-messaoud et les villes de toug- gourt et de ouargla, s’articule sur un périmètre d’urbanisation de 2.044 ha,

un périmètre d’extension future de l’urbanisme de 1.161 ha, une zone verte existante de 313 ha et une zone d’activités logistiques (ZaL) de 965 ha. Le directeur général de l’entre- prise publique de la ville nouvelle de hassi-messaoud (eVnh), m. mou- rad Zeriati. d’après son étude d’aménage- ment, la ville nouvelle de hassi-mes- saoud sera structurée en quatre grands quartiers d’environ 20.000 habitants chacun, avec des structures d’accom- pagnement administratives, commer- ciales et socioculturelles, gravitant autour d’un noyau central (centre- ville) regroupant la grande mosquée, la grande esplanade, des activités d’affaires, un grand parc avec struc- tures de loisirs, de commerces et de tourisme, ainsi que les principales ins- titutions publiques. elle est protégée, en plus des parcs et espaces verts de proximité, d’une imposante bande verte devant la protéger des vents chauds du sud et des tempêtes de sable cycliques. La ville nouvelle est prolongée sur son flanc sud, d’une zone d’activité logistique (ZaL), ins- tallée, par souci de fonctionnalité, à proximité de la rn 3 et du tracé de la voie ferrée touggourt-hassi mes- saoud, dont les travaux de réalisation ont été lancés en novembre dernier. La zone résidentielle y occupera 35 % de la superficie globale avec une den- sité de 40 à 45 logements à l’hectare, la zone commerciale 5 %, la zone d’équipements 10 %, le réseau routier 30 % et les espaces verts et parcs 20 %, selon les études qui ont été confiées à un groupement solidaire al- géro-sud-coréen. W. B.

GhouL à annaBa

Une aérogare au diapason de la tendance mondiale

La mesure prend effet à partir du 1 er août

Des lunettes de vue gratuites pour les enfants scolarisés démunis

de l’avis même du ministre des travaux publics, ce sont des projets d’importance qui conforteront annaba dans sa vraie dimension de grande mé- tropole économique et touristique, qui

plus est jouit d’une position stratégique évidente, auxquels amar Ghoul a rendu visite hier. Les projets aéropor- tuaires, portuaires et autres routiers et autoroutiers ainsi que les ouvrages d’art dont un de très grande envergure changeront sans nul doute « l’itiné- raire » du développement local et à l’évidence permettront de venir à bout de tous les goulots d’étranglement dont pâtit sérieusement la coquette. et le mi- nistre n’a pas omis de mettre en relief

à chaque halte l’impératif qu’il y a

d’aboutir « à une complémentarité entre les projets, de même qu’entre les réa- lisations et l’environnement, tout en n’occultant pas les aspects esthétique des investissements. » aussi amar Ghoul a-t-il insisté sur le fait que son départe- ment encourage les moyens de réalisation locaux qu’il exhorte à intégrer dans leur action les technologies modernes pour prétendre pouvoir maîtriser la qua-

lité, mais aussi les délais de réalisation. parmi les projets d’impact évident, il

y a sans conteste la nouvelle aérogare qui sera mise en service la fin du 1 er tri-

mestre 2014. L’infrastructure aéroportuaire dont les gros œuvres sont achevés, et où les travaux d’assainissement sont en voie de l’être, permettra de porter les capacités de l’aéroport à hauteur de 700.000 passagers dans un premier temps pour atteindre ensuite le million de passager. a son aboutissement le projet de la nouvelle aérogare mettra le transport aérien au diapason de la tendance mondiale et permettra ainsi d’augmenter sensiblement les capacités actuelles qui restent très en deçà des besoins. il y a également le projet de renforcement de la jetée et du port de pêche de Chétaibi qui a atteint 30% de réalisation, celui identique du port de annaba en cours de lancement ainsi que le projet de dragage du port de annaba qui ont consti-

tués les autres points forts de la visite du ministre des travaux publics. annaba

a aussi bénéficié au titre du quinquennal un projet et non de moindre impor-

tance, celui de la construction d’un gigantesque ouvrage d’art à l’entrée sud de la ville au niveau du fameux pont Y redouté pour être le théâtre d’accidents mortels mais aussi qui ne répond plus aux besoins en matière de fluidité de la circulation. Le projet qui est à 88% de sa réalisation viendra à point réorganiser l’accès sud de la ville. et pour boucler la boucle annaba verra son entrée à partir du carrefour de sidi Brahim aménagée. Le projet a été lancé, hier, par le ministre avant de rendre visite au projet de route reliant ras el hamra à oued Bagrat, dans la daïra de séraïdi et ce sur 8 km et de prendre connaissance ensuite de l’étude de liaison autoroutière annaba – Guelma sur 30 km ainsi que du projet d’aménagement de l’entrée ouest de la ville, notamment dans son tronçon pont Blanc-Beni m’haffeur.

S. Lamari

dans son tronçon pont Blanc-Beni m’haffeur. S. Lamari ● Un projet d’accord pour faire bénéficier cette

Un projet d’accord pour faire bénéficier cette frange de soins dentaires gratuits à compter d’octobre prochain.

« Les enfants d’âge scolaire et préscolaire qui souffrent de pro- blèmes d’acuité visuelle, dont les parents perçoivent un salaire men- suel inférieur à 40.000 dinars, béné- ficieront de lunettes gratuites, à partir du 1 er août. » Cette déclaration émane du ministre de travail, de l’emploi et de la sécurité sociale, lors d’une visite dans la wilaya de Blida, au cours de laquelle il a visité plusieurs projets. pour une meilleure prise en charge, « une convention a été si- gnée avec les spécialistes », précise le ministre. ainsi, le seuil des reve- nus sociaux, qui était de 20.000 da, est revu à la hausse. Ce n’est pas tout, puisque le département du tra- vail, explique m. Louh, prépare un projet d’accord pour faire bénéficier cette frange de soins dentaires gra- tuits à compter d’octobre prochain. se félicitant des résultats obtenus jusque-là, le ministre dira qu’avec ces deux mesures, « on aura achevé la couverture sociale des enfants scolarisés ». a cet effet, il relève que son département « procèdera à une seconde évaluation des résultats ob- tenus par la généralisation de la carte Chifa ». d’autre part, il a fait part de l’importance capitale que re- présentent les ressources humaines, affirmant qu’un séminaire, qui verra la participation d’éminents experts nationaux et étrangers, leur sera consacré fin octobre. répondant aux

Ph. Wafa
Ph. Wafa

sollicitations des jeunes investis- seurs dans le cadre de l’ansej ou de la Cnac, qui souffrent du problème du foncier ou du manque de locaux commerciaux, m. Louh relève que des « pôles industriels seront construits afin d’accueillir les micro-entreprises. » Le projet qui est au stade embryonnaire sera sou- mis à débat avec des spécialistes avant d’être soumis au gouverne- ment pour adoption. au cours de sa visite, m. Louh s’est montré satisfait des résultats enregistrés à plusieurs niveaux par la wilaya de Blida. Les chiffres sont édifiants : 9.000 étu- diants sortent chaque année de l’uni- versité de la wilaya. en termes d’emploi, 19.000 emplois sont créés durant le premier semestre 2013. m. Louh constate que la demande d’emploi des diplômés « est en

recul». et d’ajouter : « C’est un bon indicateur pour cette frange qui ne reste pas uniquement dans le sala- riat». s’agissant des travailleurs, le ministre souligne qu’en moins d’un mois, du 1 er au 27 juillet, 46,89% des travailleurs algériens « ont eu recours à la télé-déclaration». Ce projet lancé par la Caisse nationale des congés payés et du chômage in- tempéries des secteurs du bâtiment, travaux publics et hydraulique ap- porte d’une façon substantielle, de la souplesse aux employeurs. par ailleurs il convient de préciser que Blida sera la wilaya pilote pour la mise en place d’une solution de ges- tion électronique des documents au niveau de la Cnr. L’extension à tra- vers le territoire national, se fera à raison de 10 agences par an. Fouad Irnatene

N

ation

5

EL MOUDJAHID

réPreSSion deS frAudeS durAnt le PreMier SeMeStre

M. Benbada : « 94.000 infractions à la réglementation »

Pas moins de 94.000 infractions à la réglementation ont été enregistrées depuis le début de l’année 2013 par les brigades de contrôle du ministère du Commerce. Des brigades qui ont effectué plus de 500.000 interventions lors de ce premier semestre, selon le ministre du Commerce, M. Mustapha Benbada, qui a qualifié ce chiffre de «très important» en raison du travail qui se fait sur le terrain.

«C e chiffre indique qu’il y a une grande propagation des infractions à la loi»,

souligne le ministre, en précisant que ces infractions ont fait l’objet de pour- suites judiciaires, surtout celles dont les dossiers ont été traités juridiquement avec l’application de la loi, que ce soit l’appropriation ou la fermeture des ma- gasins qui avaient des problèmes d’hy- giène. la poursuite des activités pour ces magasins est un «danger» pour le citoyen, annonce la ministre, qui, au passage, lance un appel au consomma- teur en l’exhortant de s’impliquer dans cette opération parce qu’il est l’élément clé de cette stratégie. «il faut que le ci- toyen fasse preuve d’un comportement civilisé dans la consommation des pro- duits afin de préserver sa santé et celle de sa famille. il faut toujours vérifier la date de fabrication et de péremption des produits. c’est très important. ce comportement impose au commerçant de respecter toutes les règles», déclare M. Benbada, lors d’une conférence de presse tenue hier au siège du ministère du commerce relative au bilan du contrôle et de la répression des fraudes durant le premier semestre de 2013. les infractions aux règles relatives à la conformité des produits mis à la consommation, à la loyauté et à la transparence des pratiques commer- ciales ont connu une augmentation de 11,8% par rapport à la même période de 2012, selon les services de contrôle. les opérations de contrôles effectuées par ces derniers ont atteint 532.667 in- terventions, avec un taux plus élevé de 17%, qui ont permis de mettre au jour un chiffre d’affaires illicite global de

Ph : Hammadi
Ph : Hammadi

de voir la fiscalité de cette sphère commerciale parce qu’il faut traiter le problème en entier. «il y a les producteurs qui généralement ne posent pas de problèmes de factura- tion, le phénomène de la non- facturation n’est pas très élevé, mais il se situe au niveau de la sphère de la distribution de gros. lors de notre discussion avec les opérateurs, ils ont posé le problème de la fisca- lité. nous sommes en train de travailler sur ce sujet. il y a un groupe de travail qui est constitué, et nous allons trans- mettre ces propositions au mi- nistère des finances. ce qui nous intéresse, ainsi que le mi-

nistère des finances, c’est que ces gens-là regagnent la sphère formelle, c’est-à-dire payer leurs impôts», af- firme le ministre, en ajoutant qu’il faut leur donner une chance et même aug- menter l’assiette fiscale (le nombre de contribuables), même s’il faut dimi- nuer le taux d’imposition. «Avec ces deux points, on tombera sur nos calculs et on est gagnant.»

La quête d’un statut spécial M. Benbada souligne, par ailleurs, qu’«aujourd’hui, il y a une monocul- ture au niveau du registre du commerce organisée autour de cinq grandes acti- vités, et la distribution se situe au ni- veau du groupe de commerces de gros. ces gens-là trouvent que ce n’est pas normal. le commerce de gros est un

commerce sédentaire, alors que la dis- tribution peut ne pas l’être. Quelque part, c’est logique. il y a eu un déve- loppement extraordinaire des activités économiques d’une manière générale, il faut suivre ce développement et nous sommes en train de travailler sur cet axe-là», précise-t-il. concernant les distributeurs de l’agroalimentaire qui demandent d’avoir leur propre circuit de distribution, le ministre a confirmé que cela est «permis», mais ils sont considérés comme des grossistes. «nous sommes en train de travailler là aussi, pour leur permettre d’avoir un statut de distributeur et non pas de commerçants grossistes. c’est notre

objectif.» Kafia Ait Allouache

27,76 milliards de dA, soit plus 46%. ces interventions de contrôle se sont soldées par la saisie de marchan- dises pour diverses infractions pour une valeur de 945,85 millions de dA, soit un taux de 298,2% et la fermeture de 5.333 locaux commerciaux, plus de 16%. les services de contrôle avaient également refusé l’admission sur le ter- ritoire national de 59.197 tonnes, soit 66,4% de produits importés reconnus non conformes d’une valeur globale de 4,87 milliards de dA, soit 6,3%. «cette quantité bloquée aux frontières (59.197 tonnes) représente près de 4.000 conteneurs», a fait re- marquer M. Benbada.

Le problème de la non-facturation Par ailleurs, et pour ce qui est du problème du commerce en gros, le mi- nistre a précisé qu’il serait intéressant

Création de 87 nouvelles inspections en 2013

le ministre du commerce a déclaré qu’un projet interministériel a été proposé pour la création de 87 nouvelles ins- pections en 2013, afin d’élever le nombre à 250 inspections pour faire un travail de proximité. «Actuellement, l’agent de contrôle travaille dans le cadre du ministère du commerce qui se trouve au sein des wilayas. donc, nous procédons à l’ou- verture de nouvelles inspections au niveau des daïras pour faire un travail de proximité qui permet le rapprochement de cette structure des commerçants et des citoyens surtout», a souligné le ministre, en ajoutant que 95 inspections régionales ont été créées en 2012. «nous avons les infrastructures, les travailleurs, mais ce qui nous intéresse, c’est l’application of- ficielle pour désigner le directeur d’inspection et le doter des moyens nécessaires», a-t-il affirmé. K. A. A.

Décision d’importer un million de tonnes de ciment

en marge de cette conférence et concernant l’affaire du trafic de ciment, le ministre du commerce, M. Benbada, a dé- claré que le gouvernement a pris la décision d’importer des quantités importantes de ciment. «Actuellement, il y a des contrats de 900.000 tonnes. on a donné des facilités aux particuliers pour importer le ciment, mais le plus important, c’est la réglementation des prix au niveau de la production et au niveau de la commercialisation», indique le ministre, en pré- cisant que l’offre ne correspond pas à la demande et qu’il y a trois millions de tonnes de déficit, mais les prix dans la pra- tique indiquent d’une manière claire qu’il y a «de la fraude». «il y a un travail établi par notre ministère que nous avons envoyé au Premier ministre. il comporte la révision du décret exécutif de 2007 afin de réglementer les marges de bénéfice à l’importation, la production et la distribution. tout cela indique que nous pouvons réduire la fraude. nous incitons aussi les producteurs privés et publics à établir un réseau de distribution qu’il leur soit approprié.» K. A. A.

réforMe du Secteur PortuAire

Les conclusions remises au gouvernement

L e groupe de travail chargé d’évaluer les procédures adminis- tratives et douanières de passage portuaire pour présenter des propositions visant à réduire les coûts à l’importation a remis

son rapport final au gouvernement, a indiqué, hier à Alger, le mi- nistre du commerce, Mustapha Benbada. «le groupe de travail chargé de la question de réduction du temps de passage portuaire a remis ses conclusions au gouvernement», a-t-il déclaré au cours d’une conférence de presse consacrée à la présentation du bilan 2012 de son secteur. un groupe de travail regroupant les représen- tants d’opérateurs économiques, des responsables du secteur por- tuaire et d’institutions intervenant dans le domaine a été installé en février dernier pour identifier les contraintes liées au passage por-

tuaire et de proposer un programme d’actions en vue de réformer ce secteur. le forum des chefs d’entreprise (fce) avait lancé, en février, un appel aux pouvoirs publics pour une relance «résolue» et «urgente» pour des réformes du secteur portuaire, qui a un impact direct sur le développement de l’économie nationale. Pour M. Ab- delkader Boumessilla, consultant et ex-Pdg de l’entreprise por- tuaire de Béjaïa (ePB), l’Algérie accuse «un retard immense» dans le secteur portuaire, qui «est négligé» dans le gros effort entrepris par l’état ces dix dernières années. ce retard, avait-il indiqué, a été accentué par les progrès accomplis au niveau des ports de com- merce mondiaux au cours de ces vingt dernières années. Plus de 65% du commerce extérieur de l’Algérie dépend des places por-

tuaires étrangères, a encore fait savoir cet expert qui a déploré l’inexistence en Algérie de plateformes logistiques. les surcoûts di- rects des dysfonctionnements que les ports nationaux occasionnent sont, selon ces experts, «extrêmement lourds» et avoisinent les trois milliards de dollars annuellement, soit le coût de réalisation d’un port de taille mondiale. l’incidence sur les délais de transit des mar- chandises est encore plus révélatrice du retard pris dans le manage- ment du système portuaire algérien, ont encore souligné des experts selon lesquels les délais moyens de transit ou de déchargement dans les grands ports se comptent en heures, alors que le délai moyen pour les ports algériens se situe aujourd’hui, selon eux, entre 5 et 25 jours.

diStriBution de l’eAu

Necib : « Il n’y aura pas de problème durant les prochaines années »

De notre envoyé spécial à Naâma

«L’ opération de la distri- bution de l’eau potable se déroule dans des

conditions acceptables durant la sai- son estivale, notamment en ce mois de ramadhan», a indiqué le ministre des ressources en eau, Hocine necib. S’exprimant lors de conférence de presse organisée en marge de sa visité de travail et d’inspection dans la wi- laya de naâma, il a tenu à souligner qu’«il y a une perturbation dans cer- taines zones et régions où la ressource est rare ou au niveau des réseaux qui n’ont pas été réhabilités». la situation, a-t-il dit, «a connu une nette amélioration par rapport à l’année dernière». et de poursuivre :

«Au niveau des wilayas où nous avons des sociétés par actions, nous évoluerons carrément vers les stan- dards internationaux, notamment la généralisation du H24. c’est-à-dire la distribution 24h/24h.» Pour appuyer ses dires, il a cité, à titre d’exemple, la wilaya de constan- tine. Mettant l’accent sur le mégaprojet de transfert des eaux de chott el- gharbi vers la wilaya de naâma, le sud de la wilaya de tlemcen et le sud- ouest de Bel-Abbès, qui sera opéra- tionnel dans sa totalité avant la fin de 2015, il indique que «celui-ci est un projet structurant qui fait partie du schéma national d’hydraulique, et c’est un projet important». Soulignant le fait qu’il y a eu un petit glissement dans les délais, le ministre a souligné

petit glissement dans les délais, le ministre a souligné qu’il a émis une mise en garde

qu’il a émis une mise en garde à l’en- droit des entreprises concernées par ce projet. Selon lui, «ces entreprises doivent établir un planning qui s’inscrit dans une optique de rattrapage, tout en veil- lant à une des clauses du cahier des charges, celle de s’approvisionner en canalisations auprès d’entreprises na- tionales et de ne recourir à l’importa- tion qu’en cas d’absence sur le marché national de produits répondant aux normes techniques requises». en ce qui concerne les problèmes posés au niveau de ce projet, le minis- tre a fait savoir qu’«il y a certains pro- blèmes techniques et le manque de certains produits». il dit, dans ce sens, que «nous sommes là pour encourager les entreprises qui veulent progresser,

et veulent faire dans la qualité». «ceux, a-t-il précisé, qui traînent, qu’ils soient du public ou du privé, ne bénéficieront pas des aides de l’état.»

Transférer du l’eau potable du Sud vers les Hauts Plateaux À une question relative à l’arrêt de la production des bouteilles d’eau mi- nérale de marque «Youkous» fabri- quée à Hammamet, wilaya de tébessa, il a répondu que «l’arrêt de la production ne relève pas des préro- gatives de son département», mais, a- t-il fait savoir, «c’est le ministère du commerce qui a ces prérogatives en ce qui concerne la protection des consommateurs et la lute contre la contrefaçon». Selon lui, le ministère des ressources en eau traite avec l’in-

vestisseur juste durant l’étape de dépôt de dossier pour l’obtention de l’autorisation. À une autre question relative aux inquiétudes des citoyens sur l’excès de pompage au niveau des nappes phréatiques et qui peut engendrer un manque d’eau dans les années à venir, le ministre a rassuré les citoyens qu’il n’y aura pas des perturbations en ce qui concerne la distribution de l’eau dans les prochaines années. Parce que, a-t-il dit, «l’eau de ces régions, ce n’est pas de l’eau fossile, mais une eau présente dans une réserve natu- relle». tout en expliquant que «ces eaux se renouvellent chaque année, et la ca- pacité de transfert de ces réserves est estimée à 40 millions m 3 par an». le ministre n’a pas manqué d’indiquer que «l’avenir de notre pays repose sur les Hauts Plateaux, notamment dans le domaine de l’agriculture». cette ré- gion, a-t-il dit, «souffre du manque d’eau, mais nous avons mis en place un schéma pour le transfert de l’eau du Sud vers les Hauts Plateaux, dont le premier sera celui d’el-goléa vers djelfa, et de djelfa vers Boussaâda, et ensuite tiaret». le ministre a relevé que durant le nouveau plan quinquen- nal, il proposera que l’opération de dessalement de l’eau, qui a été desti- née uniquement pour les villes cô- tières, soit également étendue aux villes des Hauts Plateaux. Makhlouf Ait Ziane

Algérie - Argentine

Discussions sur le développement du partenariat pharmaceutique

le développement du partenariat dans le domaine des produits pharma- ceutiques et de la médecine nucléaire a été, hier à Alger, au centre d’entretiens entre le ministre de la Santé, de la Popu- lation et de la reforme hospitalière, Ab- delaziz Ziari, et l’ambassadeur de la république d’Argentine, Santiago Mar- tinez gondra, a indiqué un communiqué du ministère. les deux parties ont éga- lement abordé la formation spécialisée médicale et paramédicale de courte durée, lors d’une audience accordée par M. Ziari à M. Martinez gondra. les dis- cussions ont été l’occasion de passer en revue l’état des relations bilatérales en matière de santé, a ajouté la même source. les deux parties ont ainsi mis l’accent sur la nécessité de mettre en œuvre le cadre de coopération existant pour impulser des actions communes dans les domaines d’intérêt mutuel. il a également été convenu de mettre l’ac- cent sur l’échange d’expertise en ma- tière de réglementation pharmaceutique et de recherche en pharmacie, l’implica- tion des laboratoires argentins dans la stratégie de renforcement des capacités nationales de production pharmaceu- tique, la coopération en matière de pro- grammes de protection maternelle et infantile, ainsi que dans le domaine des soins de haut niveau.

Mardi 30 Juillet 2013

N

6

ation

EL MOUDJAHID

rAPt Et AssAssiNAt d’ENfANts

Le système « Alerte enlèvement » plus que jamais nécessaire

Hier, c’étaient Chaïma, Haroun, Youcef, Yacine. Aujourd’hui, c’est la petite Nadia. Et à chaque fois qu’un enfant est atrocement assassiné, on souhaite un « plus jamais çà ». Mais entre souhait et faits, le fossé est grand et la réalité est là. Le phénomène de crime crapuleux contre des enfants ressurgit en dépit de la forte mobilisation lancée par le mouvement associatif et les mesures que s’apprêtent à entreprendre les pouvoirs publics, notamment en matière du durcissement des sanctions. D’ailleurs, la justice a lourdement frappé la semaine dernière lorsque les deux auteurs du rapt et d’assassinat de deux enfants Haroun et Brahim (Constantine) ont été condamnés à mort.

« short-list » des mesures que compte prendre l’exécutif. il re- pose essentiellement sur la célérité de la réponse des services de sécu- rité aux kidnappings et la coordi- nation entre les différentes parties, le but étant de dissuader et de dé- courager les auteurs des kidnap- pings à aller loin dans leur sale besogne en commettant l’irrépara- ble. En un mot, déclarer une véri- table chasse à l’homme en diffusant l’info du rapt dans la radio et la télévision, les mosquées, le net et en utilisant tous les moyens possibles (affichage, ap- pels à témoin, portrait-robot…), le tout en un temps record. L’autre projet que compte fina- liser le gouvernement dans les plus brefs délais n’est autre que la mise en place d’un fichier national des délinquants sexuels et autres pédo- philes, dans lequel sont répertoriés les individus à haut risque. Un outil précieux pour les services de sécu- rité en vue de la traque de ce type de criminels qui ciblent les enfants lorsqu’on sait qu’en 10 ans, une di- zaine d’enlèvements d’enfants ont été suivis d’abus sexuels.

L e drame de mostaganem où une fillette de 2 ans a été as- sassinée à l’arme blanche

devrait accélérer encore plus le processus de la mise en place des nouveaux mécanismes appelés normalement à atténuer ce fléau qui frappe la société algérienne et, surtout, à adapter l’arsenal juri- dique à la réalité du terrain. car de l’avis des observateurs, les textes existants aujourd’hui restent insuf- fisants et peinent à répondre aux besoins spécifiques d’une telle si- tuation, notamment en matière d’écoute, et d’accompagnement ju- ridique et psychologique et de pro- tection sociale des enfants. La première des mesures prises par les pouvoirs publics était de ré- fléchir sur une loi relative à la pro- tection de l’enfance. L’avant-projet de cette loi est désormais au stade de finalisation et le texte auquel ont appelé ju- ristes et associations a pour objectif de renforcer la protection juridique des enfants contre les dangers mo- raux dans la société. outre ce texte, le système « Alerte enlève- ment » est lui également dans la

« Alerte enlève- ment » est lui également dans la dans cette banque de données criminelles,

dans cette banque de données criminelles, toutes les informations sur l’identité des auteurs de délits et crimes sexuels avérés et condamnés par la justice seront disponibles. ce qui ne serait, à coup sûr, pas de trop pour les enquêteurs. de leur côté, des associations de pro- tection de l’enfance, à l’instar du réseau « NAdA », plaident pour l’accélération de l’installation d’un délégué de l’enfant qui portera la voix de cette frange de la popula- tion auprès des pouvoirs publics et dont la mission est de recenser les violations commises à l’encontre des enfants dans la société et de les dénoncer auprès des autorités concernées.

et de les dénoncer auprès des autorités concernées. Les juristes plaident pour des peines maximales Pour

Les juristes plaident pour des peines maximales

Pour les juristes, la loi doit être appliquée sévèrement sur les au- teurs de ce crime et les sanctions sont appelées à être exemplaires. Le président de la commission na- tionale de promotion et de protec- tion des droits de l’homme (cNPPdh), avait affirmé par le passé que les dispositions du code pénal relatives au rapt sont insuffi- santes et doivent être révisées dans la mesure où elles ne visent pas, selon lui, expressément l’enlève- ment et la séquestration des mi- neurs. m e farouk Ksentini considère que l’excuse atténuante n’a pas sa

Ksentini considère que l’excuse atténuante n’a pas sa place dans ce type de crimes et doit

place dans ce type de crimes et doit être supprimée du fait qu’elle cor- rectionnalise la peine que doivent encourir les auteurs si la séquestra- tion cesse moins de 10 jours ac- complis. idem pour la présidente du centre d’information sur les droits de l’enfant et de la femme (ciddEf) qui n’a de cesse d’ap- peler à porter la sanction à son maximum. m e Nadia Aït-Zaï soutient en effet qu’il n’est pas impossible de modifier les lois et souhaite à ce sujet que les peines maximales se- ront prises contre les auteurs des rapts d’enfants, insistant sur le refus d’accorder toute grâce ou re- mise de peine pour bonne conduite. S. A. M.

S. A. M.

Des statistiques alarmantes

Au cours des deux dernières années les enlève- ments, séquestrations, assassinats, viols, violences physiques et morales sur les enfants sont devenus monnaie courante dans notre pays. Et même si 80% des enlèvements des enfants en Algérie connaissent une issue heureuse et les victimes sont libérées saines et sauves, ceci n’occulte pas le fait que le phénomène a pris des proportions alarmantes. En 2012, les services de la sûreté nationale ont enre- gistré 204 affaires de kidnapping d’enfants, alors qu’en 2011, les chiffres faisaient état de 221 enlève- ments. Lors de la dernière décennie (2003-2013), la

police a constaté 11 enlèvements d’enfants qui ont subi des viols avant d’être lâchement assassinés. Les enquêtes ont démontré, par ailleurs, que dans la quasi-majorité des cas, les auteurs des rapts ne sont

pas loin de l’entourage des enfants enlevés, alors que le mobile de cet acte a souvent été la vengeance. Pour cette année 2013, et sans compter le cas de la petite Nadia, on compte trois cas de kidnapping d’enfants pendant que les services de la gendarmerie nationale ont reçu 25 plaintes liées aux enlèvements de mi- neurs, dont sept d’entre elles concernent des tenta-

tives d’enlèvement.

rEPAs chAUds, coUffiNs dE rAmAdhAN, tAbLEs dEs orPhELiNs…

« Djazaïr El Kheïr » se distingue à Tinzaouatine

Les actions de solidarité et de bienfai- sance durant ce ramadhan ne semblent pas s’estomper devant la volonté et la générosité de ses initiateurs. c’est le cas de l’associa- tion « djazaïr El Kheïr » dont les membres se distinguent depuis le début du mois sacré par une énergie débordante. créée en juin 2012, « djazaïr El Kheïr » est en effet pré- sente dans 33 wilayas du pays et compte dis- tribuer d’ici la fin de ramadhan quelque 30.000 repas chauds pour uniquement les routiers, notamment dans le sud du pays, soit 1.000 repas par jour. Avec 1.500 bénévoles qui activent sur le terrain, assistés de 6.000 bénévoles saison- niers, l’association que préside Aïssa ben- lakhdar est parvenu jusqu’au dernier point de notre frontière, en l’occurrence tinzaoua- tine, situé à l’extrême sud de la wilaya de ta- manrasset, et a ouvert sur place des restaurants du cœur pour offrir 300 repas aux familles nécessiteuses ainsi que pour les ré- fugiés maliens et les ressortissants africains qui exercent dans cette région. Pour Alger, « djazaïr El Kheïr » gère six restos et distribue quotidiennement 600 repas tandis qu’à bechar, le bureau local as- sure la distribution de 200 repas au bénéfice des usagers de la route qui se trouvent dans l’impossibilité de rompre le jeûne parmi les siens, notamment les routiers qui effectuent de longs trajets. idem à mascara, bordj bou Arréridj, djelfa et autres oran et batna. outre les restaurants du cœur, le couffin de ramadhan fait partie également des bonnes actions entreprises par « djazaïr El Kheïr » qui se fixe comme objectif de venir en aide aux couches démunies de la société ainsi qu’aux personnes vulnérables en s’appuyant, pour ce faire, sur les valeurs qui ont fait jadis la force du peuple algérien, à savoir la soli-

darité et la générosité. Parmi les opérations inscrites sur l’agenda de l’association, on ci- tera, aussi le clin d’œil fait en direction des orphelins à travers « la table des orphelins» qui vise à mettre un peu de baume dans le cœur de 40.000 enfants en les conviant au f’tour avant de leur offrir des cadeaux et au- tres présents. ou encore l’initiative qui a ciblé des dé- tenus des établissements pénitentiaires, comme ce fut le cas à oran, où un f’tour a été organisé à l’intérieur même de la prison. des étudiants qui résident à la cité universi- taire de bab Ezzouar (Alger), au nombre de

170, n’ont pas été oubliés et tirent profit de la générosité de « djazaïr El Kheïr ». Pour l’Aïd El fitr, l’association prévoit la distribution de 50.000 habits pour des en- fants issus des familles nécessiteuses. mais avant cela, des cérémonies de circoncision d’un grand nombre d’enfants ont eu lieu dans différentes régions du pays et devront se poursuivre d’ici la veillée de 27 e jour. L’autre action portant l’estampille de

« djazaïr El Kheïr » n’est autre que le prix

« bilal » du meilleur muezzin en hommage au 1 er muezzin de l’islam. Le coup d’envoi a été donné à tamanrasset et d’autres wilayas

prendront le relais tels Annaba, batna, djelfa, mascara, bejaia, bordj bou Arréridj, et oran. ce concours, qui prendra fin lors de la soirée marquant la veille du 27 e jour de ra- madhan, connaît un grand engouement si l’on se fie aux affirmations des responsables en charge de l’initiative. Enfin, d’autres concours, dont celui du meilleur récitant du coran ou de la meilleure famille qui récite le coran, sont prévus en ce mois sacré sans ou- blier les cérémonies de remise de prix aux meilleurs bacheliers.

S. A. M.

UrgENcEs dUrANt LE mois dU rAmAdhAN

Les troubles digestifs premiers motifs de consultations

21h30, service d’urgences de l’hôpital de béni-messous, un homme le visage marqué par des douleurs abdominales atroces fait son entrée dans le box des consultations des ur- gences. Le patient souffre d’une constipation qui dure depuis plusieurs jours. selon le mé- decin de garde, les troubles digestifs repré- sentent l’un des motifs de consultations médicales non négligeable durant le mois de ramadhan. durant le mois du ramadhan, dira l’urgentiste, on assiste à un grand change- ment des habitudes alimentaires à qui s’ajoute des changements horaires qui vont modifier la qualité et la quantité des repas, ce qui n’est pas toujours le bon choix. A ce sujet, l’urgentiste a fait savoir, que durant cette période, les jeûneurs privilégient des repas excessivement riches pour compen- ser l’absence d’apports alimentaires au cours de la journée et pallier à la sensation de faim. Ainsi, la consommation de protides, glucides et lipides augmente, au détriment des crudités

et d’eau qui sera, selon lui, remplacé par une consommation accrue d’excitants comme le café, le thé, les jus de fruits et autres boissons gazeuses. Pour le médecin de garde, cette alimenta- tion riche en graisses et en sucres rapides, et appauvrie en fibres, engendre divers désor- dres intestinaux (constipation, ballonnement, brûlures d’estomac…). Pour lutter contre ces désagréments liés au jeûne, le médecin re- commande une hygiène de vie en adoptant de meilleurs comportements alimentaires en termes de qualité, de fréquence et de réparti- tion dans le temps. Au niveau des urgences du chU de mus- tapha, plusieurs patients prenaient leur mal en patience tant les médecins sont « surboo- kés ». A l’instar de mohamed, un cinquante- naire qui souffre d’un ulcère gastrique datant de quelques mois et qui a tenu à observer le jeune malgré les interdictions du médecin traitant.

Après la rupture du jeûne, une sensation d’aigreur avec fatigue et vertiges l’a envahi,

suivie d’une douleur atroce au niveau de l’es- tomac a nécessité le transfert aux urgences. selon un interniste, les troubles dyspeptiques et le reflux gastro-œsophagien représentent la première cause de consultation au cours du mois de ramadan. Pour les spécialistes, l’apparition de symptômes dyspeptiques relève d’une mau- vaise alimentation au moment de la rupture du jeûne du fait de l’association fréquente et excessive d’aliments trop gras, trop sucrés, trop épicés, d’excitants (café, boissons ga-

ce qui a pour conséquence une ir-

zeuses

ritation digestive à l’origine de douleurs. Autres motifs de consultations au service d’urgences durant le mois du ramadhan, la déshydratation chez les personnes âgées et les enfants qui jeûnent pour la première fois, no- tamment en cette période caniculaire. Kamélia H.

),

N

ation

7

EL MOUDJAHID

ConCours de reCruteMent d’enseignants

160.000 candidats pour 12.346 nouveaux postes

Fixé pour le 12 août prochain, le concours du secteur de l’éducation nationale, concernant le recrutement de plus de 12.000 enseignants, au titre de la rentrée scolaire 2013-2014, rassemblera au final quelque 160.000 candidats.

U n nombre de dossiers de demandes record, surtout lorsque l’on sait, que près de 3.000 dossiers ont été rejetés

par la commission en charge d’examen et des candidatures, faute d’absence de carte mili- taire et de non compatibilité de diplômes dé- posés, selon les responsables du secteur. les critères de sélection se basent sur la conformité de la spécialité du diplôme avec les exigences du grade postulé, la formation complémentaire au diplôme exigé dans la même spécialité, les travaux et études réalisés par le candidat dans sa spécialité et la date d’obtention du diplôme sont notées sur 2 points chacun. les diplômés des écoles nationales de for- mation supérieure bénéficient de 2 points de bonification, par contre les majors de promo- tion gagnent un point de bonification. Par contre la notation sur le cursus d’étude ou de formation et l’entretien avec le jury de sélec- tion sont fixé à 3 points chacun. Pour ce qui est de l’expérience acquise par le candidat dans le même emploi ou dans un emploi équivalent, elle est calculée sur 6 points. le dépôt des dossiers de recrutement pour le concours a eu lieu durant la première quin-

zaine du mois en cours au niveau des 50 di- rections de l’éducation nationale implantées à travers le pays. on compte pour la rentrée de septembre prochaine, 12.346 nouveaux postes de travail dont 4.680 pour le cycle primaire, 3.113 pour le cycle moyen et 4.553 pour le cycle secon- daire et ce à raison de 200 à 300 postes par wilaya dans différents corps liés au secteur. les départs massifs à la retraite au niveau du secteur ouvrent ainsi des opportunités d’embauche à des milliers de nouveaux diplô- més pour la formation des générations mon- tantes. selon les responsables du secteur le concours se déroulera dans une transparence totale et absolue. C’est la deuxième fois dans le cadre des réformes que le ministère de l’education nationale organise un concours pour le recrutement d’enseignants juste avant la rentrée scolaire. Plus de 16.500 nouveaux postes ont été ouverts l’année précédente au profit de 5.697 Professeurs d’enseignement Primaire, 2.976 Professeurs d’enseignement Moyen et 7.848 Professeurs d’enseignement Moyen secon- daire qui ont bénéficié d’un cycle de forma- tion afin de compléter leur cursus et atteindre

sétiF

Installation du nouveau commandant du groupement de la gendarmerie nationale

un niveau équivalent à Bac+5. Pour l’année 2011-2012, le gouvernement a accordé un statut de permanent à 70% des en- seignants contractuels. en données chiffrées, on compte 31.931 titularisations approuvées par le ministère de l’education nationale dont 26.621 contractuels qui ont été intégrés en mars 2011. 2.655 enseignants contractuels titulaires de diplômes cités dans l’instruction ministé- rielle, mais qui ne répondent pas à la matière qu’ils exercent ont été également régularisés. il s’agit de tous les ingénieurs, les diplô- més en économie ou en langues qui y sont in- sérés de manière définitive, mais en respectant les normes et lois bien définies et applicables à tous les secteurs en matière de recrutement. Pour ce qui est des ingénieurs en électro- nique, mécanique, chimie, génie civil et génie des procédés, ils ont été recrutés en tant qu’enseignants de mathématiques ou de phy- sique dans le palier moyen. les licenciés en économie ont été orientés vers le cycle pri- maire alors que les licenciés en langues étran- gères ont été affectés chacun selon sa spécialité.

Sarah S.

L e

général Bahlouli amar, commandant régional de la gendar-

merie nationale, était hier à sétif où il a procédé à l’installation

officielle du nouveau commandant du groupement territorial

de la gendarmerie national de la wilaya de sétif, le colonel Chettab

nacir en remplacement au lieutenant colonel rouba abdelkader appelé

à d’autres fonctions au niveau du commandement. Cette cérémonie

s’est déroulée au niveau du groupement territorial de la gendarmerie national en présence du wali, M. abdelkader Zoukh, du président de l’aPW, des autorités civiles et militaires et des cadres du groupement territorial qui compte 64 brigades territoriales, 2 brigades de la sécurité routière et un escadron de la sécurité routière sur le territoire de cette wilaya où la couverture est de 100%. intervenant à cette occasion, le commandant régional qui n’a pas manqué de souligner que cette ins- tallation s’inscrivait dans le cadre du plan de mutation 2013 tendant à redynamiser l’activité des unités. il fera état des avancées enregistrées par la gendarmerie nationale ces dernières années aux différents plans humains et matériels à l’effet de mettre en place un maillage sécuritaire permettant de consolider ef- ficacement la lutte contre le crime sous toutes ses formes et partant.

il soulignera dans ce contexte tous les efforts consentis par le haut commandement de la gendarmerie nationale dans les domaines de la formation et des équipements pour réduire la fracture numérique et permettre à ce corps de sécurité de relever les défis qui lui permettent aujourd’hui d’être à la hauteur des exigences de la société et des mu- tations scientifiques et technologiques. autant de moyens technologiques qui trouvent large place au ni- veau des structures de la gendarmerie nationale qui a accordé une im- portance particulière au volet inhérent à une formation tendant à consolider la compétence de tout un chacun et être d’un impact positif sur la qualité de service. le commandant régional qui ne manquera pas de mettre en exergue les grandes orientations de l’exercice du mé- tier, reviendra sur l’œuvre de proximité et la nécessaire maîtrise du phénomène inhérent aux accidents de la route. auparavant, le colonel Chettab nacir, nouveau chef du groupement territorial de la wilaya de sétif, soulignera le poids de la responsabilité qui lui incombe et sa disponibilité à œuvrer sans relâche pour la réali- sation des missions futures.

F. Zoghbi

ConCours internationalalgérien de réCitation du Coran

Le coup d’envoi a été donné hier à Dar El Imam

Ph : T. Rouabah
Ph : T. Rouabah

la 10 e édition du concours international algérien de récita- tion psalmodie et interprétation du Coran s’est ouverte hier à l’institut dar el imam de Mohammadia (el Harrach), dans une ambiance de piété et de ferveur religieuse, sous la présidence de dr Bouabdallah ghlamallah, ministre des affaires reli- gieuses et du Wakf, et en présence de plusieurs membres du gouvernement, de personnalités nationales, de cadres du mi- nistère et des représentants du corps diplomatique étranger à alger. Placée sous le haut patronage du Président de la répu- blique, abdelaziz Bouteflika, cette grande compétition cultu- relle, qui se déroulera du 29 juillet au 04 août 2013 accueille cette année des candidats et candidates âgés de moins de 25 ans, provenant de 49 pays et communautés musulmanes dont l’algérie, ce qui constitue en fait un nouveau record de parti- cipation. Prenant la parole à cette occasion, dr Bouabdallah ghla- mallah, ministre des affaires religieuses et du Wakf, a mis l’ac- cent sur les hautes valeurs de l’islam, de la fraternité, de la foi islamique pour faire l’éloge de l’unité de la nation musulmane, et des diverses opportunités comme ce concours culturel et re- ligieux pour rassembler, consolider davantage les liens entre les musulmans dans le monde. il a ajouté que grâce à son at- tachement profond à la religion musulmane, et au saint Coran, le peuple algérien est parvenu à résister farouchement face à l’occupant colonial pendant 132 ans, avant d’arracher sa liberté et son indépendance. le ministre devait ensuite préciser que tout le mérite revient au Président abdelaziz Bouteflika d’avoir créé et encouragé ce concours international de récita- tion, psalmodie et interprétation du Coran, qui en est au- jourd’hui à sa dixième édition. il a ensuite rappelé que ce concours culturel se décline en deux formules : parallèlement à la tenue de cette compétition internationale, un concours na- tional de récitation et de psalmodie du Coran est ouvert sur les lieux à titre d’encouragement aux récitants (es), âgés de moins de 15 ans. la cérémonie de remise des prix aura lieu durant « leïlat el Qadr », correspondant à la nuit du 27 e jour de ra- madhan. enfin, précisons qu’un prix de 1.000.000 dinars (transférables) sera attribué au meilleur récitant du livre saint, 800.000 dinars iront au second et 750.000 da au troisième. tirant profit de l’aide et du soutien matériel et financier ac- cordé par l’etat à l’enseignement coranique, les récitants (es) algériens se distinguent de plus en plus aux concours interna- tionaux de mémorisation et de psalmodie du Coran, organisés chaque année dans les pays arabes et musulmans. dernier en date, l’ancien lauréat de l’émission tV « Forsane el Kor’ane » Yacine iamrane, a décroché il y a quelques mois le grand prix de récitation du Coran de l’émirat du Koweït. Mourad A.

ForuM ECHAÂB sur les aCCidents de la route

M. Messaitfa : « Revoir totalement la formation des conducteurs »

route a causé 2005 décès de janvier à

juin 2013, soit 14 décès de plus par rap- port à la même période de l’année der-

nière. tandis que le nombre de véhicules immatriculés en algérie a atteint les 7.308.612 unités en décembre 2012. « la situation engendrée par les accidents de la route est devenue catastrophique et le compor- tement humain, une cause première du terrorisme routier », tel est le constat amer établi par Yahia Belhadj Meziane, président de l’association des victimes de la route, lors du Forum du quotidien Echaâb, consacré à ce thème plus que jamais d’actualité.

L a

en présence du secrétaire d’etat auprès du Premier ministre chargée de la Prospective et des statistiques, M. Bachir Messaitfa, le conférencier

a tiré la sonnette d’alarme en affirmant qu’il était

« inadmissible » de voir le nombre de victimes de

la route augmenter continuellement « durant la 1 re semaine du mois de ramadhan, il a été enregis-

tré 98 morts et 1.135 blessés, il est, de ce fait, dans l’urgence de réagir et trouver des solutions idoines

à cette hécatombe» a-t-il martelé avant de dénon-

cer cet état de fait et le comportement incivil et

inacceptable de certains conducteurs. Poursuivant

sa présentation, le président de l’association a pro- posé d’unifier davantage les efforts des pouvoirs publics, des services de sécurité et de la société civile pour combattre la « criminalité routière» et

« réfléchir rapidement» à des solutions afin de

changer le comportement qui continue de causer des morts et des handicapés sur nos routes. outre le comportement humain, M. Belhadj Meziane a déploré, également le délabrement de nos routes. il a également attiré l’attention sur l’absence de la signalisation au niveau de certaines axes rou- tiers et qui, selon lui, provoque des catastrophes routières : « Je donne comme exemple le tronçon reliant Hassi Bahbah à djelfa. sur 50 km aucune

Ph : A. Hammadi
Ph : A. Hammadi

plaque de limitation de vitesse n’est installée. » Parmi les problèmes favorisant la hausse des ac- cidents de la route, selon le conférencier, l’on trouve également celui des trottoirs qui sont dé- viés de leur vocation initiale à savoir un espace de sécurité pour les piétons : « nous avons constaté aujourd’hui que le piéton n’emprunte pas les trottoirs et pour cause, certains commerçants squattent ces espaces pour étaler leurs marchan- dises ou bien ils sont transformés en aire de sta- tionnement », a-t-il ajouté. afin de permettre aux piétons de retrouver leur espace, l’expert a suggéré de réaliser de larges trottoirs, interdire aux commerçants d’ac-

caparer ces lieux publics et aux véhicules de sta- tionner. evoquant également l’une des causes principales ayant prolongé la liste macabre des victimes ces dernières années, M. Meziane poin- tera du doigt les excès de vitesse. en effet, selon lui, « l’excès de vitesse et certains conducteurs fous furieux de poids lourds et de bus qui ne res- pectent plus rien font que la courbe des accidents est devenue ascendante », a-t-il précisé. Pour frei- ner un tant soit peu cette hémorragie, notre inter- locuteur a proposé de limiter automatiquement la vitesse à bord des véhicules utilitaires et particu- liers comme cela se fait dans certains pays euro- péens et même par certaines entreprises exerçant

dans notre pays. « Pour que cessent le terrorisme routier. » l’autre proposition qu’a faite l’association est « la création d’un haut commissariat de la route ». une structure qui proposera des solutions et qui prendra en charge tous les problèmes qui décou- lent du phénomène des accidents. Cette même structure « devra être attachée directement aux services du Premier ministre. » la formation des conducteurs est aussi l’un des points abordés par le conférencier qui préci- sera qu’il est utile que celle-ci doit être revue tout en impliquant des formateurs plus expérimentés. il a déploré cependant la lenteur de l’application du permis à point. Pour sa part le professeur Mustapha Yakoubi, du CHu de Bab el oued, a rendu hommage aux différents corps constitués pour tout le travail ac- compli dans la lutte contre les accidents de la route avant de mettre en exergue les efforts de l’etat dans la prise en charge des handicapés. tou- tefois, il soulignera que tous ces efforts restent in- suffisants, vu l’importance des dégâts occasionnés par les accidents de la route. il a également appelé à ce que les P/aPC doivent être mis devant le fait accompli lorsque ces derniers ne réparent pas les routes accidentées. de son côté le secrétaire d’etat a indiqué qu’il était préférable de revoir la formation des conduc- teurs et l’intégrer parmi les spécialités de la for- mation professionnelle, de lutter contre la pièce de rechange contrefaite qui inonde le marché na- tional, mettre sur pied un répertoire national des accidents de la route et des causes de ces derniers, l’évolution rapide du parc national de l’automo- bile et aussi réfléchir à un système intelligent qui dote les véhicules afin d’éviter ces accidents meurtriers.

Mohamed Mendaci

Régions

8

EL MOUDJAHID

SÉTIF
SÉTIF

MOISSONS-BATTAGE

TIZI-OUZOU
TIZI-OUZOU

Un EPIC pour la gestion des déchets ménagers

La commune de Tizi-Ouzou sera dotée avant fin 2013 d’un établissement pu- blic à caractère industriel et commercial (EPIC) pour la gestion de la collecte des déchets ménagers dans le chef-lieu de wilaya, a indiqué dimanche dernier un responsable à l’APC. Selon le vice-président chargé de l’environnement, de l’hygiène et de la santé publique à l’APC, M. Idir Nekkache, l’arrêté de créa- tion de l’EPIC a été signé par le wali de Tizi-Ouzou le 16 avril dernier. “Les démarches sont actuellement au stade de la création administrative de cette en- tité qui sera fonctionnelle d’ici à la fin de l’année 2013”, a-t-il détaillé. Cet éta- blissement qui aura une autonomie financière garantira une meilleure “rétribution” des travailleurs, ce qui permettra de prendre en charge la de- mande d’augmentation des salaires, formulée par les travailleurs de la voirie communale et qui ne peut être satisfaite dans le cadre de la Fonction publique, a-t-il expliqué. M. Nekkache a assuré également qu’une réorganisation aura lieu pour une meilleure gestion de la collecte des déchets urbains, et pourra procéder à des recrutements pour renforcer les moyens humains impliqués dans le ramassage des ordures, a-t-il ajouté. Le même responsable a signalé que la commune de Tizi-Ouzou produit quotidiennement un volume global de 120 tonnes de déchets ménagers. “Une quantité qui n’est pas totalement collectée, faute de moyens humains et matériels”, a-t-il signalé.

AÏN DEFLA
AÏN DEFLA

7.266 postes de travail pour la réalisation de 5.160 logements

postes de travail pour la réalisation de 5.160 logements Ce sont au total 7.266 postes de

Ce sont au total 7.266 postes de travail qui sont créés dans le secteur de l’ha- bitat, avec le lancement prochain des chantiers pour la réalisation de 5.160 loge- ments dans la wilaya d’Aïn Defla. Les procédures règlementaires concernant le recrutement ont été achevées, avons-nous appris auprès du chargé de la cellule de communication de la wilaya ; et les deux entreprises chinoises en charge de la réalisation ont reçu l’autorisation pour finaliser les opérations de recrutement avec le dépôt de ces offres au niveau de l’agence locale de l’emploi. L’entreprise de construction chinoise CEDY, qui a remporté le projet en étude et réalisation de 4.760 logements pour le compte de l’OPGI, sera présente au ni- veau de ses chantiers avec 826 travailleurs chinois, entre ingénieurs, techniciens interprètes et cuisiniers. Le recrutement local concerne, lui, 6.457 personnes entre manœuvres, le plus gros lot, conducteurs d’engins, carreleurs, ferrailleurs, soudeurs, maçons, plâ- triers, bétonneurs. Le deuxième projet concerne la réalisation d’un ensemble de 400 logements de type social-locatif remporté par l’entreprise chinoise CATIC- ENG comptera 288 travailleurs chinois, contre 809 algériens dans les spécialités du bâtiment.

A. M. A.

Unerécolteprévisionnelle de 3 millions de quintaux

39 degrés à l’ombre en ces derniers jours de juillet ! La canicule qui règne sur Sétif ne semble pas affecter la volonté farouche de tous ces fellahs qui investissent encore le terrain de cette campagne moissons-battage dans la wilaya de Sétif et «chach» recouvert par un chapeau de paille s’en vont relever chaque jour le défi d’une récolte qui s’annonce bonne et toute à la mesure de leurs aspirations.

bonne et toute à la mesure de leurs aspirations. S ur les hautes plaines d’une wilaya

S ur les hautes plaines d’une wilaya à vocation essentiel- lement agricole, céréalière

en particulier, cette campagne qui s’achève pour les uns et se pour- suit pour les autres met en exergue l’effort de ces nombreux fellahs qui ont travaillé dur pen- dant neuf mois, et qui œuvrent sans relâche en ce mois de Rama- dhan pour moissonner à temps ce grain tant attendu, portant les signes révélateurs d’une bonne récolte cette année. Dans ce contexte, le directeur des services agricoles, Ali Zerar- gua, arborant le sourire d’un homme heureux, ne cache pas sa joie d’abonder dans ce même sens et nous confier, au début de la récolte, que «la campagne sera bonne et se présente sous les meilleurs auspices. Les embla- vures se situent autour de 183. 880 hectares et nos prévisions de récolte toutes espèces céréalières confondues sont estimées à 3 mil- lions de quintaux», soulignant par la même occasion que la part du lion était une fois encore consa- crée au blé dur, sachant les me-

sures d’incitation et d’encourage- ment de l’État à l’endroit des cé- réaliculteurs. Aussi, les prévisions pour le blé dur sont de l’ordre de 1846

700

quintaux au moment où 494

600

quintaux sont prevus pour le

blé tendre et 846 600 quintaux pour l’orge, dans des prévisions de récoltes qui dépassent de 600 quintaux le production de l’année dernière. Autant d’objectifs qui n’ont pas été sans nécessiter toute une flotte de machines sur le terrain, avec le souci d’éviter au maxi- mum les pertes sur champs. Aussi, pas moins de 719 mois- sonneuses-batteuses, 54 moisson- neuses-lieuses, 1156 ramasseuses presses et 2173 remorques, et plus de 1000 camions sont constamment à l’œuvre, au mo- ment où de gros efforts sont éga- lement consentis par la CCLS au titre de la collecte. «Nous avons commencé à préparer cette opé-

ration depuis 3 mois déjà, et nous disposons d’une capacité totale de 1 300 000 quintaux, dont 920

000 propres à la CCLS, les autres

capacités relevant des CASSAP et moulins», souligne le directeur, M. Damèche Djamel, qui met particulièrement l’accent sur l’or- ganisation, l’acceuil et le bon ac- compagnement des fellahs, notamment au niveau de la col- lecte et du traitement rapide au plan financier. Dans cette dynamique qui est développée autant sur le terrain qu’au niveau de la collecte, alors que le mois de juillet touche à sa fin, nous revenons vers le direc- teur des services agricoles pour en savoir davantage sur la réali- sation des objectifs prévus, et c’est encore une fois visiblement un homme heureux qui nous dit :

«Nous sommes à quelque 75% de la campagne moissons-battages, et nous avons déjà dépassé les 2 millions de quintaux, avec, pour la première fois, une collecte qui dépassera le million de quintaux. Forts de tous ces éléments, je puis vous affirmer que nous allons vers les 3 millions de quintaux à la fin de la campagne.» F. Zoghbi

BBRRÈÈVVEESS DDEESS WWIILLAAYYAASS

q

BOUIRA

Les prix des légumes ont connu, en cette avant dernière décade du mois de Rama- dhan, une baisse remarquable au niveau des marchés de la ville de Bouira, alors que ceux des viandes demeurent inchangés, a-t-on constaté. Les prix ont subi un recul signifi- catif pour les légumes au niveau de la plupart des marchés de la ville, alors qu’ils ont connu une hausse importante durant les cinq premiers jours du mois. Pour les fruits, la tendance est également à la baisse. Par contre, les prix des viandes ne veulent pas fléchir et ne font qu’augmenter malgré la baisse de la demande en cette dernière quin- zaine de Ramadhan, a-t-on relevé au niveau des différents marchés de Bouira, d’Aïn Bes- sam, de M’Chedellah et de Bechloul.

q TIZI OUZOU

Plus de 500 enfants, issus de familles dé- munies, ont été programmés, dans la wilaya de Tizi Ouzou, pour leur circoncision au 27 e jour de Ramadhan, en célébration de la nuit du destin. ''Les listes des enfants bénéfi- ciaires de cette action de solidarité ont été établies, à travers une trentaine de com- munes, par les comités locaux du Croissant rouge algérien en concertation avec les co-

mités de quartiers et villages'', a indiqué le président du comite local du CRA.

l Un conducteur d'un véhicule de col-

lecte du lait cru a trouvé la mort, jeudi en début d'après-midi, suite au dérapage de son engin survenu à hauteur du village Taourirt Arbache, dans la commune d'Iflissen, à une quarantaine de km au nord de Tizi Ouzou, a-t-on appris de la Protection civile. L'acci- dent s'est produit sur le chemin de wilaya 262 reliant la commune d'Iflissene à celle d'Aghribs, au moment où la victime, un sexagénaire, revenait de la collecte du lait et se dirigeait vers un transformateur de la ré- gion pour lui livrer le lait collecté. La vic- time est décédée sur le coup, a-t-on précisé.

q BÉJAÏA

Les inscriptions des nouveaux bacheliers à l’université de Béjaïa ont débuté, samedi, dans de bonnes conditions marquées par une organisation, un accueil et une orientation, optimales, a-t-on indiqué auprès du rectorat. Quelque 6.600 bacheliers, dont 483 issus d’autres wilayas, ont été orientés, cette année, vers l’université de Béjaïa, qui va compter désormais un effectif de près de 48.000 étudiants, réparties à travers 18 fi- lières et 8 facultés.

q CONSTANTINE

6.400 mandats de 5.000 dinars chacun ont été émis et expédiés par voie postale, sa- medi, à autant familles appartenant aux franges sociales vulnérables de la commune d'El Khroub (Constantine), a indiqué, sa- medi, une responsable local. Ces mandats qui représentent un montant global de 32 millions de dinars viennent en complément de 1.100 couffins provenant de la direction de l'action sociale (DAS) et du Croissant- Rouge algérien (CRA), déjà remis aux fa- milles nécessiteuses de la commune, a-t-on indiqué.

q BLIDA

Deux dealers ont été arrêtés dérnièrement par les services de la sûreté de wilaya de Blida, a indiqué jeudi la cellule de presse de ce corps sécuritaire. Le premier suspect a été arrêté par les éléments de la sûreté de daïra de Mouzaia, alors qu’il était en possession de 730 g de kif traité dissimulé dans sa voi- ture, alors que le deuxieme individu a été ar- rêté par les éléments de la première sûreté de daïra au centre ville de Blida, en flagrant délit de vente de stupéfiants. Il était en pos- session de 169 g kif.

q

MÉDÉA

Huit personnes ont trouvé la mort et 146 autres ont été blessées sur le réseau routier de la wilaya de Médéa, durant la première quinzaine du mois de Ramadhan, selon la Protection civile qui a recensé 102 accidents de la circulation au cours de la période citée. 87% des accidents recensés se sont produits sur le réseau routier national, principalement la route nationale N°01 reliant les régions du nord du pays au sud, où il a été enregistré près de 48% du nombre global d'accidents survenus depuis le début du Ramadhan, a-t- on signalé.

q MOSTAGANEM

Une cérémonie de remise de 17 crédits "qard hassen" à des jeunes a été organisée jeudi à Mostaganem. Ces crédits sont attribués à des chômeurs de plusieurs communes de la wilaya pour leur permettre de financer des projets de cou- ture, de coiffure, de cybercafé, de boulange- rie, de climatisation, de bureau d'avocat, de taxi et autres, soit une valeur variant entre 110.000 et 300.000 DA.

Economie

9

EL MOUDJAHID

TRIPARTITE DE SEPTEMBRE

Les syndicats autonomes conviés

La prochaine tripartite qui se tiendra le mois de septembre sera élargie, pour la première fois, aux syndicats autonomes, en tant que partenaire social aux côtés de l’UGTA.

E n effet, la tripartite qui coïn- cide avec la rentrée sociale aura à débattre les moyens

permettant de «faciliter» et d’«améliorer» les procédures d’in- vestissement. «En septembre, se tiendra une tripartite, ou une tripartite élargie regroupant le gouvernement, les

représentants des travailleurs et les responsables des organisations pa- tronales, pour étudier les moyens susceptibles d’améliorer l’investis- sement», avait déclaré M. Sellal, lors d’une rencontre avec des re- présentants de la société civile de

la wilaya de Souk-Ahras.

D’autre dossiers seront au menu de ce rendez-vous. L’abrogation de l’article 87 bis

du Code du travail, la modification de la règle des 51/49% instaurée par la loi de finances 2009 et le re- tour du crédit à la consommation sont les grandes questions sur les- quelles sera interpellé le gouverne- ment. Concernant le crédit à la consommation, il sera orienté vers la production nationale. Ainsi, à travers le rétablissement du crédit

à la consommation, le gouverne-

ment va non seulement améliorer la consommation des ménages, mais également encourager la pro- duction nationale. Le dossier des investissements sera également à l’ordre du jour. Voulant encourager davantage l’in-

M. Sellal, lors d’une rencontre avec des représentants de la société civile de la wilaya
M. Sellal, lors d’une rencontre
avec des représentants de la société
civile de la wilaya de Souk-Ahras.

vestissement, l’exécutif s’engage à

améliorer le climat des affaires en s’attaquant à la bureaucratie. «Beaucoup de procédures seront incluses dans la loi de finances complémentaire 2013, qui sera adoptée prochainement pour faci- liter davantage les procédures aux investisseurs, surtout pour les in-

vestisseurs algériens», a précisé M. Sellal. Pour le patronat, il sera notamment question d’évaluation des différents accords conclus avec le gouvernement. C’est ce qu’a in- diqué, il y a quelques jours, le pré- sident du CNPA, M. Naït-Abdelaziz. Selon lui, «ce sera l’occasion, aux différents parte-

naires socioéconomiques, de faire le point sur l’application des diffé- rentes mesures décidées depuis 2011». La même source a ajouté que le gouvernement a pris en compte plus de 200 recommanda- tions émanant du patronat. La CNPA, dit-il, veut tout d’abord faire un état des lieux.

La Confédération compte inter- peller le Premier ministre sur la problématique de la bureaucratie, le soutien au prix des denrées ali- mentaires de première nécessité et le règlement des problèmes ban- caires des entreprises (rééchelon- nement des dettes). Salima Ettouahria

ISSAÂD REBRAB, À PROPOS DE LA RÉSORPTION DU CHÔMAGE

L’économie algérienne doit créer 1,5 million d’emplois

L' économie algé- rienne devrait créer 1,5 million d’em-

plois pour résorber le chô- mage, qui touche près de

10% de la population active,

a indiqué, hier à Alger, Is-

saâd Rebrab, patron du groupe agroalimentaire Ce- vital. M. Rebrab a estimé qu'il y aura 10 millions de nouvelles demandes d’em- ploi d’ici à 2020, soit dans 7 ans. ''L'emploi est l’un des trois défis de l’économie al-

gérienne, à côté de la ré- flexion sur l’après-pétrole et

la sécurité alimentaire'', a t-il

dit lors d’une rencontre sur le

thème des défis de l’écono- mie algérienne. M. Rebrab estime que l’Algérie dispose d'atouts pour relever le défi de l’emploi. Il donne l’exem- ple de la transformation loca- lement du propane, qui est actuellement traité à l'exté-

rieur à raison de "600 dollars

la tonne". Avec des transfor-

mations que ce produit pour- rait subir en Algérie, il y a la possibilité de créer 3.000 PME autour de cette filière, elle-même créatrice d’em- plois, a-t-il dit. Le président du groupe Cevital souligne que l’Algé- rie peut aussi tabler sur l’ex- portation d’autres produits fabriqués localement en met- tant à profit la marge de compétitivité offerte par le

tant à profit la marge de compétitivité offerte par le coût bas de la main-d’œuvre locale.

coût bas de la main-d’œuvre locale. "Ce sont autant de niches de création d’emplois qui peuvent aider l’Algérie à réduire le chômage", a en- core indiqué le président du groupe Cevital, ''à condition de créer des entités de taille

mondiale dans certains do- maines, comme l’électromé- nager'', où il est possible de faire la concurrence aux pro- duits importés. M. Rebrab souligne par ailleurs que l'Algérie peut même passer du stade d’importateur à celui d’exportateur, comme c’est le cas pour le sucre, avec la création d’emplois que cela génère, a-t-il dit. Il plaide aussi en faveur de l’octroi de projets à des

sociétés algériennes au lieu de faire appel à des étran- gers, tout en encadrant le personnel algérien et en "le payant correctement".

Le patron de Cevital es- time par ailleurs que la sécu- rité alimentaire est un autre défi auquel fait face le pays,

à cause de la volatilité des

volumes de production et des prix des produits agricoles sur le marché mondial. Il y a des pays africains où l’"on peut produire" des produits

alimentaires pour faire face à

la rareté de l’eau en Algérie,

a encore dit M. Rebrab, qui

ajoute que certains de ces pays sont favorables pour ac- cueillir des projets d'investis- sements algériens.

SALON INTERNATIONAL DU MARBRE À VÉRONE

Les professionnels algériens au rendez-vous

L e Salon international de l’industrie de transformation du marbre, de la pierre, ainsi que de leur design et technologie se déroulera du 25 au 28 septembre 2013 à Vérone (Italie). Un rendez-vous qui verra la participation des professionnels algériens du

secteur. Aussi, l’évènement qui constitue une opportunité pour faire valoir le savoir-faire national en la matière, ainsi que la qualité singulière du marbre algérien, d’ailleurs recon- nue à travers le monde, devra également permettre aux participants algériens de saisir l’op- portunité de se présenter et de s’affirmer dans un contexte de plus en plus spécialisé et compétitif. Le Salon donnera l’occasion aux professionnels et amateurs de ce matériau noble de s’enquérir des innovations introduites dans l’industrie du marbre, au niveau na- tional et international. Le marbre algérien, faut-il le souligner, jouit d’une notoriété recon- nue, un potentiel inestimable, de grandes perspectives sur les marchés extérieurs. Pourtant, les données font ressortir une faible tendance à l’export, une production qui ne couvre que 25% de la demande nationale, alors que les importations se chiffrent à 6 milliards de di- nars/an, soit 64 millions de dollars, dont 25% de granit, selon les statistiques du CNIS de 2010. L’ENAMARBRE, qui produit 12.500 m 3 de blocs de marbre marchands, 60.000 m² de dalles et 188.000 tonnes de dérivés de marbre, affiche les ambitions d’optimiser ses ca- pacités de production qui devraient atteindre 10.000 m 3 pour les blocs et 50.000 m² pour les dalles. Une série de mesures ont été prises dans ce sens et devraient contribuer à satis- faire les besoins locaux. L’entreprise envisage également de développer sa production à l’export, notamment pour le marbre de couleur. D. Akila

17 e SALON INTERNATIONAL DE LA

RÉCUPÉRATION D’ÉNERGIE EN ITALIE

Les PME algériennes appelées à y prendre part

L’ Agence nationale de développement de l’investissement (ANDI) a appelé les en- treprises algériennes à participer à la 17 e édition du Salon international de la ré- cupération d’énergie, du matériel et du développement durable, qui se tiendra du

6 au 9 novembre prochain à Rimini (Italie). Les entreprises algériennes qui veulent parti-

ciper sous forme de rencontres d’affaires ‘’B to B’’, à cet évènement, sont invitées par les organisateurs à entreprendre les démarches nécessaires pour une inscription avant le 5 sep- tembre prochain, indique l’agence sur son site web. Le Salon est considéré comme une des plus importantes plateformes méditerranéennes dans le domaine de la valorisation et du recyclage des déchets, ainsi que pour l’industrie du futur «Green Economy». Les ex- positions de cette édition porteront essentiellement sur les secteurs du recyclage et la va- lorisation des déchets, le traitement des eaux usées industrielles et domestiques, l’industrie

chimique et la biomasse, l’assainissement des sites, sols et sédiments contaminés, et le

traitement de la pollution de l’air. Les entreprises pouvant postuler à une participation au Salon doivent activer dans les secteurs de la chimie pharmaceutique, transformation des métaux, pétrole et gaz, traitement des eaux, de l’air et des déchets, ainsi que dans le recy- clage de matières plastiques, caoutchouc, papier, carton et bois.

Monde

1O

EL MOUDJAHID

1 er TOUR DE LA PRÉSIDENTIELLE MALIENNE

Soulagement après une élection calme et réussie

Le soulagement était de mise hier à Bamako et dans nombre de capitales au lendemain du premier tour de la présidentielle au Mali, qui s'est déroulé dans le calme et a fortement mobilisé les électeurs, signe de leur volonté de sortir d'un an et demi d'une crise qui a plongé leur pays dans le chaos.

P as un seul acte de violence, ni le moindre incident ne sont venus ternir le scrutin, en dépit de menace d'attentats d'un des

groupes terroristes qui ont occupé le nord du Mali avant d'en être chassés en janvier par une intervention armée internationale initiée par la France. De plus, observateurs nationaux et in- ternationaux ont rapidement noté dès dimanche matin une forte mobilisation des électeurs qui s'est confirmée tout au long de la journée. Le taux de participation des quelque 6,9 millions d'inscrits pourrait en conséquence être plus élevé que celui des présidentielles précédentes qui n'a jamais dépassé 40%. Même à Kidal, chef-lieu de région dans le nord-est du Mali et fief des Touareg et de leur rébellion, où, en rai- son de vives tensions entre Noirs et Touareg, le

vote était incertain il y a peu, aucun incident n'a été noté dimanche. La mobilisation des électeurs a en revanche été faible. "Je suis un homme heureux. Nous avons relevé le défi de voter à Kidal, une zone d'insécurité où presque tout le monde est armé, sans aucun incident, sans un seul coup de feu,

et cela, personne ne l'imaginait il y a quelques

semaines", s'est réjoui le gouverneur de la ré- gion, le colonel Adama Kamissoko, revenu mi-

juillet dans la ville organiser la préparation de

la présidentielle. Louis Michel, chef de la cen-

taine d'observateurs de l'Union européenne dé-

taine d'observateurs de l'Union européenne dé- ployés au Mali, a lui-même tenu à se rendre quelques

ployés au Mali, a lui-même tenu à se rendre quelques heures à Kidal le jour du vote. Il s'est réjoui du bon déroulement du scrutin non seu- lement à Kidal, mais également dans le reste du pays, notant "un engouement" des électeurs.

TUNISIE

Seuls des "dysfonctionnements" ont pu gêner des électeurs qui ne trouvaient pas leurs noms sur les listes des bureaux de vote où ils étaient inscrits, mais ont été réglés au fur et à mesure, selon le réseau d'appui au processus électoral

au Mali qui avait déployé 2.100 observateurs indépendants dans tout le pays. Les résultats provisoires et officiels doivent être publiés au plus tard le 2 août, mais dès di- manche soir, de premiers résultats collectés par des journalistes maliens dans des bureaux de vote à travers le pays donnaient une nette avance à l'un des favoris, Ibrahim Boubacar Keïta, surnommé IBK. Ces résultats non officiels indiquent que M. Keïta, 68 ans, ancien Premier ministre et ca- cique de la vie politique malienne, pourrait même créer la surprise et l'emporter au premier tour face à son principal adversaire, Soumaïla Cissé, ancien ministre des Finances et ex-diri- geant de l'Union économique et monétaire ouest-africaine. Dès que ces informations ont été diffusées par les radios locales, des milliers de partisans de M. Keïta sont allés manifester leur joie au quartier général de son parti, le Ras- semblement pour le Mali, et à son domicile de Bamako. Si aucun des candidats n'obtient la majorité absolue, un second tour entre les deux arrivés en tête dimanche aura lieu le 11 août. Quel qu'il soit, le nouveau président aura la lourde tâche de relever un pays sorti économiquement ex- sangue de 18 mois de conflit politique et mili- taire, et surtout de réconcilier des communautés plus divisées que jamais.

APRÈS UN GEL DE TROIS ANS

Vers une nouvelle crise politique ?

Les négociations de paix israélo- palestiniennes reprennent à Washington

L es députés qui se sont retirés de l'Assemblée nationale constituante (ANC) s'engagent

à poursuivre leur sit-in, "malgré les

tentatives visant à les contraindre à revenir sur leur décision", a rapporté lundi l'agence tunisienne TAP. "Il

n'est pas facile pour les élus du peu- ple, d'observer un sit-in pour dissou- dre l'Assemblée dans laquelle ils ont travaillé pendant presque deux ans",

a affirmé dimanche Samir Taieb,

coordinateur du sit-in, lors d'une conférence de presse. "Ponctué par des cas d'assassinat politique, ce mo- ment historique nous interpelle à se

rallier à la volonté des Tunisiens dans leurs revendications visant à faire chuter le gouvernement, à dissoudre

la Constituante et à mettre en place

un gouvernement de salut national",

a-t-il ajouté. Les déclarations faites par le président de l'ANC Mustapha Ben Jaafar sont "insignifiantes et n'ont rien apporté de nouveau, ce qui

a poussé les députés à se rallier à la

volonté du peuple", a regretté pour sa part le constituant Fadhel Moussa. Quant au député Iyadh Dahmani, il a affirmé que les constituants qui se sont retirés ne vont assister à aucune séance de l'ANC qui, a-t-il dit, risque d'être incapable de prendre certaines décisions faute de quorum. A Sidi Bouzid la police a tiré hier des gaz la- crymogènes destinés à disperser des manifestants réunis cette ville dans le

à disperser des manifestants réunis cette ville dans le centre-ouest de la Tunisie pour récla- mer

centre-ouest de la Tunisie pour récla- mer la chute du gouvernement dirigé par les islamistes, a constaté un cor- respondant de l'AFP. La police a fait

usage de gaz lacrymogènes lorsque

les manifestants, rassemblés devant le gouvernorat (préfecture) et scan- dant des slogans contre Ennahda, le parti islamiste au pouvoir, ont com- mencé à lui lancer des pierres, selon la même source. Opposants et habi- tants de cette ville natale de l'oppo- sant Mohamed Brahmi assassiné jeudi et qui a donné naissance au sou- lèvement de 2011 ont réclamé le dé- part du gouverneur (préfet), un proche d'Ennahda. Samedi, la ville a

entamé un mouvement de désobéis- sance encadré par le Front populaire (alliance de la gauche et nationa- listes) et la section régionale de la centrale syndicale UGTT. Un conseil des notables a été mis en place pour la gestion des affaires de leur cité jusqu'à la chute du pouvoir actuel, mot d'ordre partagé dans tous le pays. Des conseils similaires ont été créés dans trois localités dépendant du chef-lieu Sidi Bouzid: Regueb, Me- kessi et Menzel Bouzaine. Des mil- liers d'habitants avaient fait le déplacement à Tunis pour les funé- railles de Brahmi samedi à Tunis.

LES PARTISANS DE MORSI APPELLENT À UNE MARCHE "D'UN MILLION DE MANIFESTANTS"

Journée à haut risque en Egypte

L es partisans du président égyp- tien déchu Mohamed Morsi ont appelé hier à une marche

réunissant "un million de manifes-

tants" aujourd’hui pour réclamer son retour au pouvoir. "Nous appelons

à une marche mardi ( au-

jourd’hui) d'un million de personnes sous le slogan +les martyrs du coup d'Etat+", a annoncé une coalition de groupes pro-Morsi dans un commu- niqué. Le communiqué a appelé éga- lement les pro-Morsi à converger dès

hier soir, à travers toute l'Egypte, vers "les bâtiments administratifs des

pour condam-

forces de sécurité (

) (

)

administratifs des pour condam- forces de sécurité ( ) ( ) ner les actes criminels et

ner les actes criminels et l'usage de balles réelles par le ministre de l'In- térieur contre des manifestants paci- fiques" lors d'affrontements entre des partisans de M. Morsi et la police qui ont fait 72 morts samedi. Les deux

camps se rejettent la responsabilité de ces heurts, les plus meurtriers depuis la destitution le 3 juillet du président Morsi. Les manifestants ont accusé les forces de sécurité d'avoir tiré à balles réelles, mais le ministère de l'Intérieur a affirmé n'avoir fait usage que de gaz lacrymogènes. L'Egypte continue de vivre une grave crise po- litique, trois semaines après la desti- tution de Mohamed Morsi, le nouveau pouvoir ayant affirmé qu'il ferait preuve de "fermeté" face aux partisans du président déchu détermi- nés à poursuivre leurs rassemble- ments malgré ces mises en garde.

L es négociations de paix directes entre Israéliens et Palestiniens ont repris à Washington hier soir après un gel de trois ans, alors que la décision de libérer des prisonniers palestiniens provoque déjà une vive réaction

en Israël. "C'est un jour très spécial", a déclaré hier à Riga le président israélien Shimon Pérès. "Le Moyen-Orient se trouve dans une situation orageuse. Nous espérons que le Moyen-Orient va surmonter sa tempête et parviendra à la paix". Les Etats-Unis ont annoncé dimanche que les premières réunions entre Israéliens et Palestiniens auraient lieu "lundi soir 29 juillet et mardi 30 juillet" pour "reprendre formellement les négociations directes". "Ces négociations seront une occasion de développer un plan de travail qui déterminera comment les parties procèderont dans ces négociations au cours des prochains mois", a souligné le département d'Etat. Pariant sur une diplo- matie discrète, le secrétaire d'Etat américain John Kerry avait arraché la se- maine dernière, à l'issue de son sixième voyage dans la région, un accord pour une reprise des pourparlers de paix gelés depuis septembre 2010. Il a invité personnellement le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas et le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu à envoyer leurs négociateurs à Washington. Les dernières négociations de paix avaient tourné court en rai- son de la poursuite de la colonisation israélienne à Jérusalem-Est et en Cis- jordanie. Cette fois, les négociations seront dirigées côté israélien par la ministre de la Justice Tzipi Livni et côté palestinien par le négociateur en chef Saëb Erakat, tandis que des responsables américains seront présents. Mme Livni sera accompagnée par Yitzhak Molcho, l'émissaire personnel de M. Ne- tanyahu, selon les médias israéliens. Preuve de la fragilité de ces débuts de négociation, la décision du gouvernement israélien, annoncée dimanche, d'ap- prouver la libération de 104 prisonniers palestiniens arrêtés avant les accords d'Oslo en 1993 a été saluée par l'Autorité palestinienne mais provoque déjà des vives réactions en Israël.

LIBYE

43 blessés dans deux explosions près du tribunal de Benghazi

Q uarante-

-

trois (43)

près du tribunal de Benghazi Q uarante- - trois (43) p e r sonnes ont été

p

e

r

sonnes ont été blessées au cours des deux puissantes ex- plosions di- manche soir dans le périmè- tre du palais de justice de Ben- ghazi, chef-lieu de l'Est libyen, a indiqué hier le ministre libyen de la Santé dans un nouveau bilan. "Les deux explosions hier soir dans le périmètre du palais de justice de Benghazi ont fait 43 blessés", a annoncé le ministre Noor eddine Dughman, cité par des médias locaux. Un précédent bilan faisait état de 13 blessés. Les deux explosions ont eu lieu au moment de la rupture de jeûne du Ra- madhan, près du palais de justice et d'un bureau du procureur général, avait expliqué le porte-parole des services de sécurité à Benghazi, Mohamed Hijazi. Selon ce dernier, les détonations "sont dues à l'explosion de deux valises d'ex- plosifs". Le palais de justice, qui a été la cible de l'attaque de dimanche, est situé sur la place centrale de Benghazi, sur le front de mer.

13 BLIDA Le miel pour se débarrasser de la nicotine De nombreux fumeurs à Blida

13

BLIDA

Le miel pour se débarrasser de la nicotine

De nombreux fumeurs à Blida trouvent en ce mois sacré de ramadhan une opportunité inouïe pour rompre définitivement avec leur dépendance à la nicotine en recourant au miel et autres produits de la ruche.

U n afflux massif est constaté ces jours-ci au niveau de l’établissement "Miel

Bladi", situé au centre des affaires El Wouroud à Bab D’zair, qui a lancé une expérience de lutte anti- tabagisme depuis plusieurs se- maines, en mettant à la disposition des concernés toutes les explica- tions et conseils nécessaires. "Puisque nous passons toute la journée sans avoir à fumer, nous voulons arrêter définitivement ce poison. Nous sommes prêts à appli- quer toutes les consignes avec ri- gueur et discipline", a indiqué à l’APS un groupe de fumeurs, ren- contrés sur les lieux. "Notre travail est basé sur des fondements scientifiques ayant prouvé l’efficacité du miel naturel durant la période de sevrage et de pré-sevrage", affirme, à cet effet, Missoum Hadjadj, propriétaire de l’établissement, lui-même membre d’une famille d’apiculteurs sur les hauteurs de Bouarfa. L’établisse- ment "Miel Bladi", dont le credo et de faire la promotion du miel algé- rien, a déjà lancé une opération en mai dernier, consistant à offrir des cures (miel de montagne, gelée royale, pollen, propolis et cire d’abeille) gracieusement aux ac- crocs de la nicotine, ajoute M. Had- jadj. "L’expérience a été très porteuse, puisque plus d’une soixantaine de personnes ont réussi à cesser définitivement de fumer, alors que plusieurs autres ont réduit sensiblement le nombre de ciga- rettes consommées par jour", af- firme-t-il. Une documentation scientifique sur les bienfaits du miel naturel et de produits de la ruche sur la santé en général et, en parti- culier, la lutte anti-tabac est offerte aux visiteurs de l’établissement. La réussite des premières expériences et l’effet du bouche-à-oreille sont à l’origine de cet afflux des fumeurs. "Nous sommes prêts à tous les sa-

PATRIMOINE

fumeurs. "Nous sommes prêts à tous les sa- PATRIMOINE crifices et à toutes les privations pour

crifices et à toutes les privations pour en finir avec le tabac. Nous n’avons gagné ni notre santé, ni notre argent, encore moins la pro- preté de notre environnement im- médiat, notamment à la maison où nos femmes et nos enfants ne ces- sent de s’en plaindre", avouent des pères de familles venus d’Alger et de Tipasa.

La première semaine de Ramadhan, comme échéance Une grande partie des nombreux "curistes" affirment s’être assignée la fin de la première semaine de ce mois sacré de ramadhan comme un dernier délai pour entamer une nou- velle vie sans tabac. Conscients de la difficulté de leur tâche, ces der-

niers avouent éviter de sortir de leurs domiciles avant le moment des prières de tarawih afin d’éviter de s’asseoir dans des cafés et, de ce fait, être tentés de "griller" des ci- garettes. "La solution est simple :

on ne sort que pour aller à la mos- quée et dès la fin de la prière on rentre. Il est vrai que le régime est dur, mais notre volonté doit triom- pher cette fois-ci", lance Saïd, la cinquantaine, qui mène l’expé- rience avec trois de ses amis et voi- sins. Conformément à des recherches scientifiques spéciali- sées, le miel a un effet sur la réduc- tion de la nervosité et de l’irritabilité. La gelée royale a un effet euphorique, mettant le fumeur à l’abri du besoin de la nicotine,

alors que la cire d’abeille, à mâcher par les concernés, sert à réduire le stress dû au manque de la nicotine, explique M. Hadjadj. Ces argu- ments semblent convaincre un grand nombre de fumeurs, conscients des effets néfastes du tabac sur leur santé, décidés de pas- ser une grande partie de ce mois sacré et le reste de leur vie sans lien avec la nicotine.

Le sommeil comme appui Cesser brusquement de fumer après de longues années d’accoutu- mance n’est pas chose aisée, recon- naissent les concernés, ajoutant avoir choisi spécialement le mois de ramadan pour "tenter leur chance". Ayant pris leur congé an-

nuel, ces accrocs de tabac confient que le long sommeil représente également un élément important qui les aide à "oublier la malédic- tion du tabac". "Nous essayons de nous éloigner de tous les facteurs de pression ou de désagrément qui nous ont toujours poussés à allumer des cigarettes. Durant la journée, on dort, alors que la nuit on ne sort que pour les prières de tarawih. Notre objectif mérite bien plus que tous ces sacri- fices", insistent les mêmes per- sonnes. Le tabac constitue la cause directe de 15.000 décès annuelle- ment en Algérie, selon les statis- tiques de l’OMS. (Ahmed Haniche de l’Aps)

Petit marin deviendra grand

de cigarette, le regard absent, les voilà embarqués vers l'horizon lointain. La nostalgie les gagne à chaque cla- quement de vague. On leur reconnaît cette manière de communiquer avec la mer. Quand advient le temps des souvenirs, les langues se délient au rythme d'une muse qui cache mal sa tristesse. C'est tantôt un ami disparu en mer, ou un cher proche ravi aux siens. Leur âme d'artiste les rend sensibles face à ces images venues titiller leur mémoire. N'est pas «Khe- loui» qui veut ! Ils ont trimé sur les docks pour arra- cher aux embarcations le prix d'une errance. Les mains calleuses marquées par de vieilles cicatrices, ils arri- vent à marteler sur le revers d'une tôle ou encore grat- ter sur une guitare. Dans cette improvisation lyrique, naquirent les plus belles mélodies. Ces « marginaux » sont arrivés à se hisser au sein de la société avec leur code d'honneur. Hier encore, ils furent les premiers à refuser de charger des bateaux de guerre français en expédition vers l'Egypte. Ils sont incontournables dans l'écriture de l'histoire. Dans chaque port d'Algérie se niche une histoire, une idylle marquant l'épopée de ces bonnes gens. Ils sont même portés par le septième art. Avec un Brando sur les quais, le cinéma avait déjà levé le voile sur ces dockers. Sur le port d'Amsterdam, il y a des marins qui chantent… La liberté, de voyager en calle d'un navire, ça tenait de l'ardeur à prendre le risque et défier l’immensité des océans pour revenir ensuite raconter cette aven- ture au coin du feu.

M. B.

Par Mohamed Bentaleb

cette aven- ture au coin du feu. M. B. Par Mohamed Bentaleb L a nature les

L a nature les a dotés d’un grand goût pour l’aventure, ceux qu’on appelait hier encore les dockers ne le sont plus. Les temps on changé

avec cette grande passion pour la mer. Après avoir trimé sur les quais ils viennent enfin de décrocher leur fascicule pour la haute mer. Embarquant sur des felouques, histoire de se faire coopter par un armateur, leur destin vient de basculer pour prendre le large sur de long courrier à travers mers et océans. Un rêve d’enfant que caresse encore les mioches en soufflant sur leur petit bateau à voile le temps de baignade en eau douce. Le teint basané, le regard rêveur fixé vers l'horizon, ils ont tout pour camper le rôle « chasseur de baleine, en chaque cœur somnole cette féerique image de Moby Dick et du ca- pitaine Ackab. Ce lien universelle réside encore dans les esprits de centaines de marins en herbes prêts à prendre le large. C'est sur les quais que le destin les prépare pour la grande aventure. Dans les calles de bateaux, ils prêtent leurs bras pour décharger les soutes bondées de mar- chandises. Après une année de dur labeur et de loyaux services, ils troquent leur bleu de travail contre une tenue de sortie. Les voilà réunis dans le plus pur style machiste, autour d'un concert de guitare sèche au bord de la mer. Un repos comme il n'y a pas beaucoup chez ces gens de mer. Ils viennent témoigner des dures an- nées passées, parler d'une vie de bohème au clair de lune. Ils ont tout pour débiter un scénario sur leur jeu- nesse. Poussant un soupir accompagné d'une bouffée

14 MASCARA La vie du bon côté Après l’entame de la dernière semaine du mois
14 MASCARA La vie du bon côté Après l’entame de la dernière semaine du mois
14 MASCARA La vie du bon côté Après l’entame de la dernière semaine du mois
14 MASCARA La vie du bon côté Après l’entame de la dernière semaine du mois

14

MASCARA

La vie du bon côté

Après l’entame de la dernière semaine du mois béni de Ramadhan, on se prépare d’ores et déjà à une autre activité dont seules les ménagères connaissent le mode d’emploi pour faire face à cela, mais la tendance de cette année a complètement changé, en ce sens que les mères de familles ne se donnent plus la peine à subir la «corvée» de préparer les gâteaux traditionnels et autres dits «tendance» à la maison, mais elles passent commande chez les pâtissiers parfois plusieurs jours à l’avance moyennent des tarifs jugés exorbitants par les clientes, du moins pour certains genres de gâteaux. Cela nous incite à se poser la question cruciale qui taraude l’esprit : pourquoi les traditions d’antan ont complètement disparu et pourquoi avons-nous adopté un mode de consommation qui n’est pas le nôtre ? La réponse nous a été donnée par el hadja Messaouda, une quinquagénaire qui nous narrait, dans un lexique d’autrefois, les us et coutumes, le bon vieux temps où l’on prenait la vie du bon côté, dit-elle, plusieurs jours avant la fête de l’Aïd Essghir, les ménages et les femmes prenaient un malin plaisir à préparer les gâteaux traditionnels des ancêtres comme le kaâk, el ghribia, el m’ssemen, et la liste s’arrêtait là. Mais, aujourd’hui, les temps ont changé, ajoute-t-elle, d’autres variétés de gâteaux ont pris le dessus et les femmes ne se donnent plus la peine de préparer elles-mêmes ces mets sucrés de pâtisserie à domicile comme cela se faisait autrefois. Aujourd’hui, elles se contentent de commander tous ces gâteaux chez les pâtissiers de plusieurs localités de la cité de l’Émir. Cependant, les plus réputés se trouvent au chef-lieu de la wilaya. La matinée comme la soirée, ces pâtissiers en question se font de la publicité gratuite par le biais du bouche à oreille, et ça marche à tel point qu’il est très difficile de satisfaire toutes les commandes, nous dit Abdou, un jeune pâtissier installé tout récemment dans un quartier huppé de la ville, un professionnel dont on dit beaucoup de bien dans la fabrication de gâteaux qui viennent directement de la capitale dont il est originaire. Ses cherek, el araïch, samssa, dziriette, bahlaoua, des gâteaux qui se vendent comme des petits pains et les prix affichés dépassent tout entendement, allant d’une fourchette variant entre 1.500 et 2.000 DA le kg, mais vite acceptés par les ménages. Les dames se libèrent ainsi pour se consacrer à d’autres occupations comme faire du shopping dans les rues commerçantes. Dehiba nous explique que les prix sont hors de portée et que des femmes s’endettent jusqu’au cou pour acheter des djellaba dites de Fès à 17.000 et 18.000 DA, voire plus selon le modèle, la couleur et la qualité du tissu. La nouvelle tendance concerne aussi l’achat de bijoux, le plus souvent par facilité chez les joailliers qui se frottent les mains pour se remplir plein les poches durant cette période de fête. L’autre face de la médaille a trait aussi à ces femmes qui se rabattent sur la friperie compte tenu de leur modeste revenu qui ne leur permet guère de prétendre à l’achat de vêtements neufs. Zoulikha, une veuve élevant trois enfants, nous déclare, le cœur serré, qu’elle n’a pas le choix, même si des bienfaiteurs redonnent le sourire à ses enfants comme cela été le cas l’année dernière.

A. G.

À TRAVERS NOS RÉGIONS

ANNABA
ANNABA

FTOUR AVEC DES PERSONNES ÂGÉES

La générosité partagée

A nnaba n’est pas seulement jalouse de

ses attributs de ville coquette. La cité

jalouse de ses attributs de ville coquette. La cité soir un couple de vieux, qui vivent

soir un couple de vieux, qui vivent dans les centres, à partager le repas d’ el-iftar à la mai- son avec les enfants et toute la famille. Sont associées à cette initiative, toutes les âmes charitables». Benmarouf, qui n’omet pas la portée et l’impact de pareille initiative sur le

milieu social, souhaite que l’initiative se ré- pande à travers le territoire, d’autant plus qu’elle vient en complémentarité des actions de solidarité et d’entraide déjà bien ancrées dans nos traditions. S. Lamari

de Sidi Brahim se veut être gardienne

des valeurs d’hospitalité, d’entraide et de so- lidarité, mais aussi d’altruisme. Et si toutes ses valeurs lui collent à la peau, à longueur d’année, c’est durant le mois béni de Rama- dhan que l’on apprécie mieux l’effet de leur manifestation grandeur nature. Les initiatives de bienfaisance se multiplient aux côtés des actions de solidarité institutionnelle. Ils sont plusieurs groupes de jeunes, structurés ou non dans des associations, qui consolident la place de la solidarité dans le substratum culturel local. Quelques instants avant le f ’tour , ces jeunes bénévoles partent, chaque jour que Dieu fait, à la rencontre des SDF, en sillon- nant les artères de la ville et en investissant tous les quartiers. C’est là une image réconfortante à plus d’un titre qui montre que la société n’oublie pas les plus démunis et qui dément que ses re- pères sont livrés à la déperdition. Entre autres initiative, celle que le comédien Abdelhak Benmarouf, à qui se sont joints des imams et des médecins, a nommée «Papa, ramène-moi mes grands-parents», est très significative à cet égard. L’idée consiste à «inviter chaque

DJELFA Soirées au rythme du café « El Ferara »
DJELFA
Soirées au rythme
du café « El Ferara »

S iroter un café «El Ferara» fait dans la pure tradition constitue le must des soirées de Ra- madhan, pour une grande majorité de la po-

pulation de Djelfa, pour qui une veillée n’est pas envisageable sans une dégustation lente de ce breuvage préparé selon une recette du terroir. Une recette «magique», mais ô combien simple pour celui qui connaît la composition de ce café fort prisé par les Djelfaouis, qui le commandent à profusion dans les cafés de la place. Il ne s’agit en fait que d’un peu de café bien moulu, de sucre et d’eau, servis dans une petite tasse en terre cuite, que les Djelfaouis se plaisent à siroter le plus lentement possible pour faire durer le plaisir. L’un des fils de feu Lhadj Ahmed Alaoua, pro- priétaire du café «El Kar’a», du centre-ville, consi- déré comme l’endroit le plus indiqué pour goûter un authentique café «El Ferara» (qui veut littéra- lement dire bouillir et déborder), a livré la recette magique de ce breuvage, qui se prépare, selon lui, en «mélangeant deux cuillères à café moulu avec la même quantité de sucre et de l’eau, qu’il faut laisser bouillir à feu doux dans un récipient en zinc dénommé localement El Djidjoua».

Une fois bouilli, le breuvage est servi dans une petite tasse en terre cuite, que le client se fera un plaisir de siroter le plus lentement possible, afin de laisser le temps au marc de descendre au fond de la tasse. S’agissant de l’origine de la dénomination de ce café, constituant la particularité de la majorité des cafés de Djelfa, l’interlocuteur s’est contenté de dire que cette appellation d’El Ferara est très ancienne et remonte à des temps forts reculés. Quoiqu’il en soit, ce breuvage demeure la boisson préférée des Djelfaouis, que les familles ne se las- sent pas de préparer matin et soir, tout en veillant à le servir dans des plateaux en cuivre selon un ri- tuel bien établi, notamment pour l’offrir à leurs in- vités, en signe d’expression d’une haute considération à leur égard. La tradition du café «El Ferara» est particuliè- rement ancrée chez les familles rurales de Djelfa qui la désignent sous le nom de «Lemkhelta» (mé- lange), très apprécié par la gent féminine locale qui en boit à profusion et l’offre à toutes les occasions. APS

TIGHENNIF

Générosité mise en veille

N ous avons rencontré, après le f’tour , une équipe de bénévoles

du Croissant-Rouge algérien en train de faire du porte-à- porte dans les magasins des rues marchandes de la ville de Tighennif pour la collecte de dons et effets vestimen- taires au profit des démunis de la région à quelques jours de l’Aïd-el-Fitr, grande a été notre surprise en apprenant de la bouche de ces bénévoles que durant toute la soirée, ils n’ont récolté que quatre paires de chaussettes ! Un bien maigre butin dans cette région qui est considérée, à juste titre, comme étant une plaque tournante du commerce , di- riez-vous, mais la générosité apparemment fait cruelle- ment défaut. Toutefois, quelques jours avant le Ra- madhan, les bijoutiers de la ville de Mascara ont récolté une somme conséquente qu’ils ont mise à la disposi- tion au CRA pour être dis- tribuée aux démunis en toute équité, à Tighennif. La déception se lisait aisé- ment sur les visages de ces agents bénévoles du CRA en retournant bredouilles et les mains vides, car ils voulaient faire plaisir aux uns par le biais des dons des autres ; et c’est pourquoi nous disons que la culture du partage doit être une forme de solida- rité agissante chez nos com- merçants, notamment en ce béni de Ramadhan, période de piété et de concorde par excellence. A. GHOMCHI

15 ENTRÉE KEFTA DE POULET Ingrédients : - 3 blancs de poulet - 1 pomme

15

ENTRÉE KEFTA DE POULET Ingrédients : - 3 blancs de poulet - 1 pomme de
ENTRÉE
KEFTA
DE POULET
Ingrédients :
- 3 blancs de poulet
- 1 pomme de terre
- 1 oignon haché
- 3 cuillères à soupe de persil
haché
- 1 gousse d’ail
- 2 cuillères à soupe d'huile d'olive
- Le jus d'1 citron
- Sel, poivre, cumin, piment doux
et fort

Préparation

- Couper les blancs de poulet en

morceaux.

- Mettre dans un mixeur les morceaux de

poulet, l’ail, le persil, le jus de citron et mixer le tout.

- Dans un saladier, mettre le mélange de

poulet, l’oignon haché, l'huile d'olive, assaisonner de sel, poivre, cumin, piment doux et fort. Travailler le mélange à la main jusqu'à l'obtention d'une pâte.

- Former avec ce mélange des boulettes.

- Éplucher la pomme de terre et la couper

en gros cubes et faire frire dans un bain

d'huile chaude.

- Sur des pics à brochettes, intercaler les boulettes de poulet avec les cubes de pommes de terre.

- Faire chauffer l'huile d'olive dans une

poêle et faire frire les brochettes de poulet

de tous les côtés, égoutter-les sur papier absorbant.

DESSERT GATEAUMOELLEUX
DESSERT
GATEAUMOELLEUX
300 ml comme mesure - 1 mesure de lait en poudre - 1 mesure de
300 ml comme mesure
- 1 mesure de lait en poudre
- 1 mesure de farine
- 1/2 mesure de sucre en poudre

- 1/2 mesure d'huile

- 1/2 mesure d'eau ou de la crème

liquide

- 3 œufs

- 1 sachet de levure chimique

- 1 cuillère à soupe de vanille liquide

Préparation :

Faire dorer le lait en poudre dans une poêle sans matière grasse Dans un bol, mélangez les œufs, le sucre et la vanille liquide. ajoutez ensuite l'huile et l'eau (la crème pour moi) et mélanger.

ajoutez le lait torréfié que vous mixez au préalable

Mélanger la levure avec la farine et incorporer à la

préparation précédente.

Versez la pâte dans un moule huilé. Saupoudrez

d'amandes effilées. Enfournez à 150 /180.

Vérifiez la cuisson à l'aide d'un couteau sa lame

doit ressortir sèche

Vous pouvez décorer avec des amandes effilées.

BOUQUALA

Zra3te qodam babek zeri3ate el qossber hadi 3la bentkoum idha kanete tssir bent el hsseb w’nsseb ila fiha techkor w klami

3liha dima ki la3ssel

J’ai semé près de votre porte les grains de

coriandre, c’est pour votre fille qu’on espère

la demander, je ne dis que de bonnes choses

d’elle et mes paroles pour elle sont

mielleuses et belles.

et mes paroles pour elle sont mielleuses et belles. PILONS DE POULET AUX FRITES Préparation :

PILONS DE POULET AUX FRITES

sont mielleuses et belles. PILONS DE POULET AUX FRITES Préparation : Ingrédients : 2 oignons hachés

Préparation :

Ingrédients :

2 oignons hachés

3 gousses d'ail pillées pilons désossés

1/2 bouquet de persil haché

1 c à c de paprika

1/2 c à c de gingembre 1/2 c à c de cumin huile sel eau 300 ml pommes de terre en quartier huile sel

quartiers de pommes de terre, sel et huile d'olive, bien mélanger puis les disposer sur une plaque du four et faire cuire à 180° les tourner en cours de cuisson jusqu'à dorure. Disposer vos frites au fond d'un grand plat verser la sauce et disposer les pilons dessus

Dans un faitout, mettre les oignons, l'huile, l'ail, le sel et les pilons faire revenir quelques minutes. ajouter les épices, un peu de persil et l'eau (environ 300 ml ) couvrir et faire cuire. pour les frites au four : Les préparer juste avant de servir Dans un grand plat, mettre les

1 6 EL MOUDJAHID 17 EL MOUDJAHID intercéderas en faveur de ton goum”. — “Eh

16 EL MOUDJAHID

17

EL MOUDJAHID

1 6 EL MOUDJAHID 17 EL MOUDJAHID intercéderas en faveur de ton goum”. — “Eh bien
1 6 EL MOUDJAHID 17 EL MOUDJAHID intercéderas en faveur de ton goum”. — “Eh bien
intercéderas en faveur de ton goum”. — “Eh bien ! lui demanda le Prophète lorsqu’il
intercéderas en faveur de ton goum”. — “Eh
bien ! lui demanda le Prophète lorsqu’il le
vit devant lui ; reconnais-tu maintenant, Ô
Abou Sofiane, qu’il n’y a de Dieu qu’Allah
!”. — “Par mon père et ma mère, combien tu
es patient, généreux et conciliant ! Oui, je le
reconnais ; s’il était avec Allah des dieux au-
tres que Lui, ils m’auraient apporté quelque
secours”. — “Et reconnais-tu que je suis le
Prophète d’Allah ?” — “Par mon père et ma
mère, quant à cela, il subsiste encore quelque
doute en mon esprit, je verrai plus tard”. —
“Malheur à toi ! Ô Abou Sofiane, m’écriai-

je, indigné par cette réponse. Hâte-toi de té- moigner l’entière vérité, sinon je te retire ma protection et ta tête tombera !”. Alors, il se dirigea vers les trois cent soixante idoles rangées autour du Temple, et, commençant par la plus grande, celle de Hobal, il lui perça les yeux de son bâton re- courbé, en disant:“La vérité est venue, l’er- reur est périssable !” Et l’idole tomba sur le visage, se brisant en mille fragments. Suc- cessivement, il passa devant les autres idoles, qui subirent le même sort. Une seule restait debout, celle des Kho- zâas, qui était faite de bronze et d’émail, et se dressait superbement sur la terrasse du Temple. Le Prophète dit à Ali : “Agenouille- toi”. Puis, étant monté sur ses épaules : “Lève- toi !”. Mais Ali ne put se redresser, malgré toute sa vigueur; il se sentait accablé par un poids surnaturel, celui de la Prophétie. Ce que voyant, le Prophète descendit, s’age- nouilla à son tour, et dit à Ali : “Monte sur mon dos pour détruire cette idole !” Plein de confusion, Ali refusait, mais, sur l’insistance de Mohammed, il obéit. Ali a dit : “Je posai mes pieds sur les épaules du Prophète, qui se redressa, et je me sentis soulevé par une force inconnue, qui m’eût permis d’atteindre le ciel si je l’eusse tenté. “L’idole était scellée par des tiges de fer; mais à ces mots du Prophète : “La vérité est venue, l’erreur a disparu”, elle s’ébranla sans le moindre effort de ma part, et, précipitée sur le sol, elle s’anéantit en poussière”. La foule, remise de sa frayeur, était sortie peu à peu des maisons, et, muette de stupeur, elle assistait à la destruction de ses dieux impuis-

Lorsque tout vestige d’idolâtrie eut

disparu, le Prophète se tourna vers la Kâaba en proclamant : “Il n’y a de dieu qu’Allah ! Il n’a pas d’associés ! Il a accompli Sa pro-

sants

messe en secourant Son serviteur et en dis- persant ses ennemis ! Puis, s’adressant aux Mekkois : “O assem- blée des Qoraïches, comment pensez-vous que je vous traiterai ?”— “Avec générosité, ô frère généreux, fils d’un homme généreux !” lui répondirent-ils, pleins d’anxiété.— “Allez, leur dit-il, vous êtes libérés !” (Ils étaient esclaves et cap- tifs, d’après les lois de la guerre). Le Prophète n’excepta de cette magnanime amnistie que onze hommes et

six femmes, dont la conduite avait été impar- donnable, et il ordonna de les mettre à mort, en quelque lieu qu’on les rencontrât. Cette sentence fut exécutée sur-le- champ pour plusieurs d’entre eux, parmi lesquels Haouarits, qui avait odieusement brutalisé Fathima, fille du Prophète et femme d’Ali, lorsqu’elle émigra de Mekka. Pour affirmer sa nouvelle autorité, Mo- hammed résolut de nommer immédiatement les deux plus importants fonctionnaires de Mekka : l’Intendant de là Kâaba et celui de Zemzem. Il fit réclamer à Otsmane ben Talha les clefs du Temple; mais celui-ci, après avoir rageusement fermé les portes, emporta les clés dans sa maison. Le Prophète les lui fit arracher par la force et songea à les confier

à son oncle Abbas, qu’il venait de confirmer

dans ses fonctions de Siqquaï ou Intendant de Zemzem. Mais une Révélation l’arrêta dans son intention, lui ordonna de rendre la charge d’Intendant du Temple à son ancien possesseur. Il chargea donc Ali de rapporter les clefs

à Otsmane, et de lui dire : “O fils de Talha,

reprends les clefs avec la charge d’Intendant de la Kâaba.” Et ce dernier, ému par cette générosité dont il était si peu digne, s’empressa de l’as- surer de sa sincère reconnaissance et de son absolue fidélité. A ce moment, un groupe touchant s’approcha : c’était celui d’Abou Quahafa, vieillard aveugle et courbé sous le poids de ses quatre-vingt-sept années, s’ap- puyant sur l’épaule de son fils Abou Bakr.

“Pourquoi n’a-tu pas laissé ce noble vieillard dans sa demeure, où j’eusse été lui rendre vi- site ? “dit le Prophète à Abou bakr.— “Il était

juste qu’il vînt à toi, et non que toi tu allasses à lui”, répondit ce dernier. Plein d’attentions, Mohammed fit asseoir

le vénérable aveugle à ses côtés, lui passant

affectueusement la main sur sa poitrine, et il

accueillit avec joie sa conversion, que celui-

ci était venu lui annoncer.

Le lendemain, tous les habitants de Mekka se dirigèrent vers la colline de Safa, où le Prophète les avait convoqués pour re- cevoir leur soumission. Déjà rassurés par la générosité des pre- mières paroles et des premiers actes de leur vainqueur, ils ne paraissaient guère affectés

par les sentiments de tristesse, de honte et de découragement habituels aux vaincus. Leur vainqueur n’était-il pas un des leurs ? Sa gloire n’allait-elle pas devenir leur gloire, son triomphe, leur triomphe, et son empire, leur empire ? En réalité, malgré leur hostilité à son égard la plupart d’entre eux avaient cruelle- ment souffert d’être séparés de leur génial compatriote, de celui que, dans sa jeunesse,

ils avaient surnommé “El Amine”, “l’homme

sûr”. Avec attendrissement, ils se remémo- raient le charme mystérieux de sa personne

et l’attrait irrésistible de sa parole. Et, en se-

cret, depuis longtemps, ils brûlaient du désir d’entrer dans le mouvement d’enthousiasme religieux que Mohammed avait soulevé à travers l’Arabie tout entière, et de se convertir.

FETH MEKKA

En l’an VIII de l’Hégire, deux ans avant sa mort, l’Envoyé de Dieu et ses troupes faisaient sans coup férir la conquête de La Mecque, la Cité sainte qui le vit naître, grandir et recevoir la Révélation et que les notables idolâtres avaient contraint huit années plus tôt à l’exil. Oubliant et pardonnant à ses anciens persécuteurs, le Prophète de la Rahma fut magnanime et grand seigneur avec les vaincus.

L es Mekkois idolâtres ne devaient pas tarder à violer la trêve de dix années conclue à El Hodeibia. Une nuit, ils

surprirent et massacrèrent une vingtaine de musulmans appartenant à la tribu des Khoa- zâas, campés au puits d’El Ouatsir. Devant une pareille trahison, le Prophète n’eut plus de scrupule à les attaquer, et prit ses diposi- tions pour organiser une expédition. Les Mekkois, se doutant bien que leur crime ne resterait pas impuni, députèrent Abou So- fiane à El Madina, afin d’offrir des satisfac- tions et de demander la continuation de la trêve. A son arrivée. Abou Sofiane descendit chez sa fille Oum Habiba, qui, nous le sa- vons, était une des épouses de Mohammed :

mais lorsqu’il voulut prendre place sur un tapis étendu à terre, Oum Habiba, le devan- çant précipitamment, replia ce tapis et le mit de côté. “Ô ma fille, lui dit Abou Sofiane d’un ton offensé, trouves-tu ton père indigne de ce tapis, ou bien ce tapis indigne de ton père ?”. “Ce tapis est celui du Prophète ré- pondit-elle : or, toi, adorateur d’idoles, tu es en état d’impureté, et tu le souillerais de ton impiété”. “Assurément, Ô ma fille, il est sur- venu un malheur qui t’a troublé l’esprit, de- puis que tu nous a quittés !”. Ayant compris, après cet accueil, qu’il n’avait rien à espérer de ce côté, il se rendit auprès du Prophète, mais il ne put en obtenir aucune réponse. Il fit alors une tentative dés- espérée auprès d’Abou Bakr, puis auprès d’Omar et d’Ali, les suppliant d’intercéder en faveur de ses compatriotes, mais sans plus de succès. Et, plein d’appréhension, il re- monta sur son chameau, pour reprendre le chemin de Mekka. La démarche d’Abou Sofiane ne lui per- mettant plus de dissimuler ses projets, le Pro- phète ne songea qu’à hâter ses préparatifs afin de surprendre les Mekkois avant qu’ils pussent mettre leur ville en état de défense. Le dixième jour du mois de Ramadhan, après avoir laissé à El Madina, comme lieutenant. Abou Roham Koltsoum El Ghifari, le Pro- phète partit, suivi d’une armée déjà considé- rable, qui se grossit en route des nombreuses tribus accourues sur le parcours, et qui attei- gnit bientôt le chiffre de dix mille hommes. Le jeûne de Ramadhan était scrupuleuse- ment observé par tous les fidèles : mais, lorsqu’ils arrivèrent au puits d’El Kédid, au milieu du jour, le Prophète jugea que leur constance avait été soumise à une épreuve suffisante. Craignant que la privation de boisson, jointe à l’extrême fatigue, n’eût de dangereux effets sur leur santé, il se fit ap- porter un vase rempli d’eau, et, dominant la foule sur le dos de sa haute chamelle, il but une gorgée aux yeux de tous, afin de leur en- seigner, par son exemple, qu’ils pouvaient rompre le jeûne en voyage dès qu’ils senti- raient leurs forces épuisées ; et ainsi qu’il est prescrit dans le Coran : “Celui qui est malade ou qui voyage restituera au jeûne, dans la suite, un nombre égal de jours” (Coran, II

180).

A partir de cette étape, le Prophète activa tellement la marche de son armée qu’il campa à Moor ed Dhzohrane, presque aux portes de la ville, avant que les Quoraïches eussent pu se renseigner sur l’importance des troupes musulmanes et sur la direction

l’importance des troupes musulmanes et sur la direction qu’elles avaient suivie. Abbas, oncle de Mohammed, retenu

qu’elles avaient suivie. Abbas, oncle de Mohammed, retenu jusqu’alors à Mekka par ses affaires et sa fonction de Siquaï, avait rejoint les croyants à Djohfa, avec toute sa famille. La sincérité de sa conversion n’avait pu lui faire oublier son affection pour ses concitoyens, et il était fort inquiet sur leur sort, dans le cas où leur attitude eût obligé Mohammed à s’emparer de la ville par un assaut meurtrier. Abbas a dit : “Lorsque le campement fut installé, je montai sur la mule blanche du Prophète, et je me rendis à El Arak, sur la route de l’Arafa, dans l’espoir d’y rencontrer, soit un porteur de bois, soit un briquetier, soit un pèlerin, pour le charger de prévenir les Quoraïches en les exhortant à venir implorer la clémence d’Allah. “J’avançais avec précaution dans les té- nèbres lorsque, près de moi, dissimulés à mes yeux par des blocs de rochers, passèrent deux personnages qui s’entretenaient à voix basse. Etonné de voir les milliers d’étoiles d’or que les feux des fidèles faisaient scin- tiller sur les collines au-dessous des étoiles argentées du firmament, l’un d’eux disait :

“Jamais je ne vis autant de lumières que cette

nuit, sur ces montagnes !” - "Ce sont proba- blement les feux des Khozâas, décidés à faire la guerre pour venger leurs morts”. - “Les Khozâas ne sont pas si nombreux ; non, cer- tainement, ce ne peut être leurs feux !” répli- qua la première voix, que je reconnus pour celle d’Abou Sofiane. - “Ô père de Hendhala !” lui criai-je. - “C’est toi ? O père d’Al Fa- dhel, que me veux-tu ?” répondit-il, ayant aussi reconnu ma voix. - “Ô Abou Sofiane, le Prophète approche à la tête d’une armée si nombreuse que toute résistance est impossi- ble, et que, demain, les Quoraïches seront écrasés”. - “Que faire ? Quel conseil me donnes-tu ?” - “Si tu es pris dans le combat, ta tête sera tranchée, n’en doute pas ; mais monte derrière moi sur cette mule, je te conduirai devant Mohammed, et je l’implo- rerai en ta faveur”. Abou Sofiane, comprenant que c’était là pour lui l’unique espoir de salut, se résigna ; il sauta en croupe derrière moi, et nous de- vançâmes son compagnon, Bodaïl, qui avait décidé de nous suivre. Chaque fois que la lueur d’un des nom- breux foyers du camp illuminait notre groupe, sur un fond des ténèbres, les senti-

nelles nous arrêtaient et questionnaient :

“Qui est celui-là?”. Mais apprenant que j’étais Abbas, oncle du Prophète, et recon- naissant la mule, ils nous laissèrent passer Tout alla bien jusqu’au moment où nous arrivâmes devant les feux du campement d’Omar. Ce dernier, s’avançant vers nous, demanda également : “Qui est celui-là?”.

Mais, à cet instant, la lueur du brasier ayant frappé le visage de mon compagnon qui se tenait serré contre moi, il le reconnut, et, dans une explosion de joie, il s’écria : “Ah ! c’est toi Abou Sofiane, Ô ennemi d’Allah ! Louanges au Tout-Puissant qui te livre entre nos mains, sans traité ni sauf-conduit!”. Et il courut vers la tente du Prophète. Je mis la mule au galop, et je le devançai ; je sautai à bas de ma monture, et je pénétrai dans la tente de Mohammed ; mais presque au même instant, y arrivait Omar qui lui cria :

“O Prophète, c’est Abou Sofiane, l’ennemi d’Allah, que le Tout-Puissant a fait tomber entre nos mains, sans traité ni sauf-conduit ! Charge-moi de lui trancher la tête !”. J’intervins ; “O Prophète ! Je l’ai pris sous ma protection ; personne ne l’approchera, cette nuit, si ce n’est moi”. Et Omar, mani- festant une haine encore plus exaltée, je lui dis ; “Doucement, Ô Omar ! Si Abou Sofiane était un des Bni Ben Kaâb, tes parents, tu n’agirais pas ainsi ; mais il est un des Bniadi abd Menaf, parents du Prophète, ne l’oublie pas !”. Omar répliqua : “Doucement Ô Abbas ! Ta conversion, sache-le, me causa plus de plaisir que ne m’en eût causé celle de mon père, El Khettab, mort dans l’idolâtrie ; et cela pour l’unique raison que le Prophète te- nait plus à ta conversion qu’à celle de mon père”. L’Envoyé de Dieu mit fin à notre dis- cussion par ces mots ; “Emmène Abou So- fiane, Ô Abbas, et demain, à la première heure, tu reviendras avec lui”. J’obéis ; Abou Sofiane passa la nuit en pleine sécurité, dans mon campement ; mais, voyant tous les musulmans se lever d’un même mouvement, à la première lueur de l’aube, il fut saisi d’inquiétude ; “O père d’El Fadhel, me dit-il, que veulent-ils ? En ont-ils à ma vie ?” — “Rassure-toi, lui répondis-je, ils ne veulent que la prière”. Et, au spectacle de ces dix mille hommes, mystérieusement éclairés par les reflets roses de l’aurore, suivant religieusement chacun des gestes du Prophète, s’inclinant lorsqu’il s’inclinait, et se prosternant lorsqu’il se pros- ternait, il ne put retenir cette exclamation :

“Par Allah ! Je n’ai jamais vu de rois obéis comme cet homme ; ni Cosroës, ni César, ni aucun des plus puissants monarques de l’uni- vers !”. — “Viens, lui dis-je, lorsque la prière fut achevée ; j’intercéderai en ta faveur, et toi tu

Hadiths

Le Messager d’Allah (que la paix et le salut d'Allah soient sur lui) a dit : « Celui qui tue une personne qui a conclu un pacte avec les musulmans (Mou’âhad) ne sentira pas l’odeur du paradis, alors que son odeur est sentie d’une distance équivalente à quarante années. » Rapporté par Boukhâry

——0o0——

Le Messager d’Allah (que la paix et le salut d'Allah soient sur lui) a dit : « Nul n’aura vraiment la foi s’il n’est pas digne de confiance, et nul n’aura vraiment la religion s’il ne respecte pas les pactes. »

Rapporté par Bayhaqy et authentifié par Boukhâry

——0o0——

Le Messager d’Allah (que la paix et le salut d'Allah soient sur lui) a dit : « Les signes révéla- teurs de l’hypocrite sont au nombre de trois : il ment lorsqu’il parle, ne respecte pas sa promesse lorsqu’il la donne et trahit lorsqu’on lui fait confiance. Ceci, même s’il accomplit la prière, verse l’aumône et prétend être musulman. » Rapporté par Mouslim

C

18

ulture

ESPACE PLASTI

Une cérémonie de diwan animée

Un spectacle de musique et danse traditionnelles dans la pure tradition du diwan algérien a été animé, dimanche soir, à l’espace Plasti, à Alger, par la troupe «Hna Mselmine» de la localité de Ain Sefra (wilaya de Nâama).

Mselmine» de la localité de Ain Sefra (wilaya de Nâama). O rganisée par le quo- tidien

O rganisée par le quo- tidien Algérie News dans le cadre de ces «Mille et une

news», le spectacle, qui inaugure le cycle «Les nuits du diwan», a attiré un public de connaisseurs et des musiciens du même genre. Assis en tailleurs sur la petite scène de l’es- pace «Plasti», les huit membres de la troupe menée par le Mkeddem Mohamed Rahmani au chant, ont offert au public l’occasion d’écouter des Bordjs (morceaux) ancrés dans la culture orale des principales tribus gnawa, dans l’ordre et avec les chorégraphies adéquates. Ainsi le Mkeddem tou- jours coiffé du turban de son père et formateur, a choisit des bordjs comme «Ryma», «Bawa», «Mig-

soirées

zawa» et «Sayour» affilié à des tribus de la région du Sahel comme les Haoussa ou les Bambara source de ce legs rituel. Grand passionné de diwan et issu d’une famille de praticiens de Ain Sefra, le Mkeddem Mohamed Rah- mani a tenu à «exposer son rituel avec le maximum d’authenticité possible, en animant un "diwan" dans les règles» afin de le trans- mettre aux musiciens et troupes présentes à cette soirée. La troupe «Ouled Bambara» ainsi que l’eth- nomusicologue américaine Tamara Turner qui avaient rencontré «Hna Msel- mine» lors du festival na- tional de musique diwan à Béchar, en juin dernier, sont revenus voir cette troupe dans un cadre plus propice à l’échange et au

débat. Dans ce sens le Mkeddem prenait toujours le temps d’expliquer le ri- tuel point par point. Lors des bordjs «Mig- zawa» les danseurs de la troupe ont abandonné leurs costumes de scène pour des costumes de chasseurs africains, et ont exécuté une chorégraphie rappelant des danses de chasse guidés par la voix exceptionnelle du «Koyo bango» (chanteur). En dernière partie du spec- tacle, le chef de troupe a invité les musiciens et le public à s’imprégner de l’esprit du diwan de Ain Sefra et à y participer, tous assis à même le sol en formant un cercle avec les membres de la troupe. Autre grande spécifi- cité de cette troupe, qui avait reçu le prix du jury

au festival de Béchar, tous les membres de la grande famille Rahmani sont des universitaires passionnés par la recherche, la trans- cription et la traduction des textes dans le domaine du diwan. Grâce à ses tra- vaux de recherche, Moha- med Rahmani a annoncé la tenue, à la fin du mois de septembre, d’un «grand rassemblement des gna- was» à Ain Sefra où seront réunies les spécificités cul- turelles «des sept princi- pales tribus gnawas d’Algérie et d’ailleurs». A cette occasion, plu- sieurs bordjs transcrits, vé- rifiés et traduits devraient être «édité et distribués lors du rassemblement» selon Mohamed Rahmani, qui prévoit aussi une «soi- rée réservée aux anciens Mkeddemine».

TIZI-OUZOU

Massa Bouchafa fait vibrer ses fans

L a diva de la chanson kabyle, Massa Bou- chafa a fait vibrer ses

nombreux fans présents à son

spectacle, alliant admirable- ment chant et danse, qu’elle

a animé, samedi soir, à la

Salle des spectacles de la maison de la culture de Tizi- Ouzou, à la faveur d’un pro- gramme spécial Ramadan. En renouant avec son public, l’enfant prodige de Ain El Hammam s’est dépensée à fond pour lui procurer des moments de joie, en créant une ambiance électrique comme elle seule sait le faire, mêlant en parfaite symbiose interpretation expression cor- porelle. La femme au bracelet artisanal (axalxal) fit son apparition sur scène vers 23 heures, habillée

d’une robe kabyle blanche, brodée de motifs berbères et la taille ceinte d’une fouta aux couleurs chatoyantes, signe d’une invite à la danse, cet art où elle excelle parfaitement encore à 49 ans, pour créer l’am- biance de fête, en réussissant à créer une parfaite complicité avec les spectateurs, composée majoritairement de jeunes, qui n’ont pas tardé

à entrer en danse, charmés qu’ils étaient par le sourire légendaire de

l’artiste et surtout , par ses mouvements de hanche exécutés avec fi- nesse sur le rythme saccadé de la derbouka. Comme à la fête, elle en- tama son spectacle par la chanson Thighrathine (youyous), un air de son répertoire très prisé pour son rythme dans l’animation des réjouis- sances familiales. Soucieuse de la communion avec le public, elle de- mandait l’avis de l’auditoire à chaque fois avant d’entonner une

nouvelle chanson : «cela vous a plu ?» lançait- elle en tendant le micro

à la salle. La réponse se fait par une reprise en chœur des refrains, et par un envahissement de la scène de danse, sous l’œil complice de l’artiste, qui redoublait de la voix pour porter l’ambiance à son pa- roxysme, tout en agitant frénétiquement le micro, et en exécutant des pas de danse saccadés. Passant allégrement d’un registre à un autre,

la chanteuse enclencha avec son tube fétiche Lzayer, un véritable

hymne à la patrie, à travers lequel elle exprime son attachement indé-

lébile à sa culture et son authenticité, quête perpétuelle chez l’artiste, qui s’est exprimée dans Asselah N’tmurth (ô saints protecteurs du pays) sur les amertumes de l’exil. Inas A Tsnedmadh (tu le regretteras tôt ou tard), une complainte pourfendant le mensonge et l’hypocrisie dans les sentiments, s’adressant aux jeunes filles naïves qui se laissent facilement séduire par des hâbleurs, pour les prévenir des consé- quences d’une confiance mal placée finissant toujours par une sépa- ration et son lot de remords. Ur Dachligh (les commérages), Ath Zman (les temps bénis) Anafrah (que la fête commence), Tiftiline (faites la lumière), sont, entre autres, d’autres airs puisées de son répertoire in- terprétés avec brio par Massa Bouchafa qui a, cependant, mis le paquet sur les chansons sentimentales pour contenter le public constitué ma- joritairement de jeunes qui, acquis à la cause, ne se sont pas fait prier pour danser jusqu’à épuisement, tant l’appel de la «sirène» de la scène était tout simplement irrésistible. Comme à l’accoutumée, ce spectacle fut filmé de bout en bout à l’aide d’une caméra vidéo par M’hand Bouchafa, mari de la chanteuse, qui lui a composé de nombreux textes

et musiques. En lever de rideau de ce spectacle, l'assistance a eu droit

à un cocktail de chansons de Sami Djazairi, interprétées par l’artiste

Rachid Hamouche.

Djazairi, interprétées par l’artiste Rachid Hamouche. Le groupe «Caméléon» fait sensation à Oran L e

Le groupe «Caméléon» fait sensation à Oran

L e groupe algérois Caméléon a fait sen- sation lors de la soirée de dimanche organisée au Centre des conventions

d’Oran, au titre de la manifestation «Tamo- ranwi», lancée depuis le début du ramadan. Ils étaient quelque 2.300 fans d’Oran, Mosta- ganem, Tlemcen, Sidi Bel-Abbès, à faire le déplacement pour suivre le concert de ce groupe composée de 5 membres dont les frères Agrane Hocine et Hassan, «unis comme les doigts d’une main», qui ont déjà fait des «incursions» à Oran, remportant, comme à l’accoutumée, un succès certain. Avant l’apparition du groupe, l’esplanade du CCO s’est transformée en une gigantesque discothèque sous l’impulsion d'un Dj qui a créé une ambiance explosive poussant même

les plus hésitants parmi le public à danser et

à vibrer au rythme des compositions musi-

cales les plus en vogue dans le monde. «C’est une ambiance mahboula !!!», a lancé le DJ en direction du public. Puis le groupe Caméléon

a fait son apparition pour entamer son tour de

chant avec d’abord «une intro» bien dosée avant de gratifier ses fans de ses tubes les plus connus comme Bir sghir avec son fameux Lila, Lillah, Nedbet, un hommage à Cheb Hasni, assassiné dans son quartier natal de Gambetta, 'Rechamy ou encore l’adaptation «version Caméléon» de la qacida du chaabi Sali Houmoumek et une reprise de l’adapta- tion de la légendaire chanson de Brel Ne me

de l’adapta- tion de la légendaire chanson de Brel Ne me quitte pas signée par le

quitte pas signée par le défunt Kamel Mes-

saoudi. Le groupe a choisi le nom de Camé- léon en référence à ce petit reptile qui change constamment de couleurs pour s’adapter à son environnement. Dans la pochette de son pre- mier album, il est précisé, dans «l’artist bio» que le groupe est «une fusion d’influences, le tout enveloppé dans des rythmes et des cou- leurs de musique algérienne qui a pour objec- tif d’imposer son propre style». «Une musique qui s’affranchit de tout type d’appar- tenance de style, de forme, de genre, de fa- mille musicale, de règles à respecter. Elle

s’invente ses propres critères de composition, de réalisation. Nombreuses influences sans pour autant que celles-ci s’enferment dans des codes spécifiques de genres. «La notion de ''Caméléon'' dans une certaine liberté et indé- pendance musicale», lit-on sur la même po- chette. Rencontré dans la loge, après la fin du concert, le leader du groupe, l’auteur compo- siteur Agrane Hassan, a expliqué, dans un en- tretien à l’APS que le style de Caméléon réside dans «ce mélange de styles et d’in- fluences musicales diverses que nous faisons dans chacune de nos chansons tout en gardant l’âme de la musique algérienne». «Nous re-

fusons de nous confiner dans un style parti- culier ou d’imiter une tendance ou un groupe donné. Notre style est basé sur l’improvisa- tion et sur le feeling. On écrit un texte, puis on cherche la musique qui va avec. Il y a dans notre travail un côté réfléchi et spontané en même temps», a expliqué le jeune chanteur. Il estime qu’il faut ''tirer profit de la diversité des genres musicaux du pays». «La force de notre pays, c’est sa diversité et sa richesse musicale. Il existe un énorme gisement musi- cal à exploiter. Il y a aussi des sources d’ins- piration extraordinaires dont doivent puiser les jeunes artistes», a-t-il ajouté. Il est à noter que depuis le début du mois de ramadhan, tous les concerts sont retransmis en direct sur la place Liberté de Tamanrasset. Une prouesse technique d’Algérie Telecom, l’un des partenaires de la manifestation. «L’objec- tif étant de faire partager ces soirées avec les jeunes de la capitale de l’Ahaggar en dépit des milliers de kilomètres qui la sépare d’Oran», expliquent les organisateurs. Des couples, des jeunes, des moins jeunes et des familles entières se déplacent chaque soirée pour suivre l’alléchant programme concocté pour égayer les nuits du ramadan. La garantie de la sécurité et la présence dés éléments de la sûreté et de la Protection civile ont grande- ment contribué à encourager le public à venir découvrir le magnifique site du CCO, un bal- con sur la Méditerranée.

19 Par Cherif Djalil Caméra cachée, ou caméra lâchée ? Depuis un certain temps on

19

19 Par Cherif Djalil Caméra cachée, ou caméra lâchée ? Depuis un certain temps on assiste
19 Par Cherif Djalil Caméra cachée, ou caméra lâchée ? Depuis un certain temps on assiste

Par Cherif Djalil

Caméra cachée, ou caméra lâchée ?

Depuis un certain temps on assiste à des comportements télévisuels qui nous paraissent si peu moraux ou pour le moins discutables. Certaines chaines de télévision, parmi celles qui viennent d’émerger dans l’espace audiovisuel local, s’adonnent à des jeux sans imagi- nation tout à fait humiliants pour ceux et celles qui les subissent. Nous parlons évidemment de ces fameuses « caméras cachées » que l’on nous sert si généreu- sement depuis le début du mois de rama- dhan et qui consiste soit disant à « piéger » une célébrité en la provoquant sur un plateau de télévision. On a vu très souvent des artistes dans des positions très dévalorisantes et à la fin l’animateur se contente alors de leur montrer la ca- méra cachée comme si ce dernier geste peut leur redonner la dignité qu’ils ve- naient de perdre. Le manque d’imagination et d’investissement est à son niveau le plus bas. Car quoi de plus basique que d’invi- ter un artiste et de lui poser des ques- tions inconvenantes pour ensuite enregistrer ses réponses maladroites car le jeu est en quelque sorte faussé à l’avance, l’un se moquant et l’autre ten- tant le plus sérieusement et naïvement du monde de répondre à des questions saugrenues et provocatrices frisant par- fois l’indécence. Il s’agit ni plus ni moins d’un certain « voyeurisme » qui n’a rien de plaisant car la victime se sent quelque part atteinte dans sa dignité. Surprendre nos artistes dans des si- tuations inconvenantes n’a rien de mar- rant ou d’insolite mais participe de cette terrible logique de l’autoflagélation qui consiste à dévaloriser notre élite en la montrant sous son plus mauvais jour. Ca n’a rien de créatif puisqu’on assiste du début jusqu’à la fin au même scénario, dans un même décor, avec le même tor- tionnaire et à chaque fois une victime qu’on s’amuse avec une rare cruauté à minoriser et à lui dire à la fin que ces scènes de défoulement ne sont qu’un simple jeu ! Il y a manifestement un manque flagrant de finesse et d’élabora- tion dans ces images qui n’incitent pas à la réflexion et que filme une caméra ré- solument sans éthique. On aimerait bien rire mais pas constamment de nos ar- tistes. Le meilleur de l’humour est celui qui même sans être forcément drôle et sans forcément nous éduquer évite quand même de nous mépriser et de por- ter atteinte à notre dignité.

CJ.

séleCtioN TV

CaNal algérie atlas tv 17h 30 19h00 El Païs Festival du rire Retransmission des soirées du
CaNal algérie
atlas tv
17h 30
19h00
El Païs
Festival du rire
Retransmission des soirées du festival du rire d’Alger qui a eu lieu ré-
cemment. Du rire avec Smain, Ramzy et tant d’autres humoristes
Emission de divertissement présentée par le tonitruant
kamel Dynamique. Des artistes, des chanteurs particulière-
ment sont invités à une partie de domino et s’y prètent vo-
lontiers au jeu des questions-réponses, le tout agrémenté de
chansons en direct !
le tout agrémenté de chansons en direct ! la terrestre 20H25 Dhikra wa dihka Courte série

la terrestre

20H25

Dhikra wa dihka

Courte série présentée par le comédien Arslane. Une série hommage aux grands humoristes algériens. Arslane se contente de faire une courte présentation avant de laisser le soin aux archives de vanter les mérites des humoristes cités. Nous avons eu déjà droit aux séries consacrées à Hadj Abderrahmane, à Omar Gendouz et à tant d’autres artistes. A voir !

à Omar Gendouz et à tant d’autres artistes. A voir ! Fatima Hlilou, l’atout expérience Fatima
à Omar Gendouz et à tant d’autres artistes. A voir ! Fatima Hlilou, l’atout expérience Fatima

Fatima Hlilou, l’atout expérience

Fatima Hlilou est tout simplement remarquable dans la série « Djarti » que diffuse la Télé-

vision algérienne. Elle est la star de cette série humoristique, elle en est quelque part la lo- comotive, celle qui sert de moteur à l’épisode du jour. Grâce à son atout expérience, elle réussit à hisser les autres comédiennes, ses partenaires dans « Djarti » aux exigences de la comédie, elles qui manquent de métier mais qui avouons-le, ne déméritent pas. Mais, il est vrai que lorsque Fatima Hlilou occupe l’écran et mène la scène, le téléspectateur sens qu’il

a affaire à une comédienne de talent qui a un long parcours. Et puis elle a cette voix puissante

et éraillée et cet accent singulier qui nous vient de l’est du pays. Elle a fait l’essentiel de sa carrière au théâtre avant de s’illuster dans des séries et des téléfilms. Qui se rappelle de

« Aassab wa awtar » de la station régionale de Constantine ? Elle faisait partie de la fameuse

bande de comédiens qui nous ont fait rire des années durant. Fatima Hlilou a commencé à «fouler» les planches en 1975. Elle est née à Ras El-Oued, près de Bordj Bou Arreridj. Elle fut la première femme à rejoindre la troupe de l’ex-Théâtre régional Annaba-Constantine (TRAC) en 1975 pour interpréter son tout premier rôle (une jeune femme rurale) dans une pièce écrite par Mohamed Benguettaf et intitulée Hasna et Hassan. Elle a eu ensuite l’op- portunité de jouer dans de nombreuses pièces dont quelques-unes sont demeurées des clas- siques du Théâtre algérien, telles Rih Essamsar, ou Hadha idjib hadha. Du théâtre, elle passe

à la télévision et au cinéma où elle interpréta plusieurs films, feuilletons et téléfilms comme Gourbi-Palace de Bachir Derrais, Louisa, Nas Mlah, ou Mouf’taraq Ettouroq, obtenant au passage le prix de L’Ecran d’or, pour son rôle dans le feuilleton Alla oua aâ’ila. A.T

au passage le prix de L’Ecran d’or, pour son rôle dans le feuilleton Alla oua aâ’ila.

Détente

20

EL MOUDJAHID

Page animée par Mourad Bouchemla Mots CROISÉS Nº 3475 1 2 3 4 5 6
Page animée par Mourad Bouchemla
Mots CROISÉS
Nº 3475
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
I
II
III
IV
V
VI
VII
VIII
IX
X

Définitions

HORIZONTALEMENT

I-Elle est toujour à l’écoute-Sujet de débat. II-Mer anglaise-Amicale. III-Le

top-En trop. IV- Religieux-Politique anglais. V- Secours du naufragé-Vieux bison-

En eau. VI-Qui chicane. VII-En lettre-Unité de liminance-En salle. VIII- Nymphes

des eaux. IX-Fit des rapports-Alcool d’Espagne X-Avec beaucoup de peine.

VERTICALEMENT

1-Agresseur. 2-Équiper un logis-Conjonction. 3-Pieds grecs-

Affirmatif.4-Personnel-Pré-colombiens. 5-Corrigé-Associée.6-Pour

affranchir .7-Interjection-Vieux loup-Entrée impériale. 8-Greffa un

œil-Bramer. 9-Rayure-Paradis. 10-Voyelle double-Genre musical-

Direction.

SOLUTION DES MOTS CROISÉS

 
 

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

1

A
A

M

I

E

   

E

S
S

E

2

S

E

A

 

L

T H I A
T
H
I
A
 

N

T

E

3

S

U

M

M

U

M

 
T
T

R

 

4

A

B

B

E

 

B

L

A

I

R

5

I

L

E

 

U

R

E

 

E

A

6

L

E

S

I

N

E

U

R

 

I

7

L

R

 

N

I

T

 

A

E

 

8

A

 

O

C

E

A

N
N

I

D

E

9

N

O

U
U

A

 

X

E
E

R

E

S

10

T

R

I

S

T

E

M

E

N

T

SOLUTION DES MOTS FLÉCHÉS

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 1 A C C O
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
1
A
C
C
O
R
D
E
R
O
2
I
O
B
A
G
N
A
R
D
3
D
U
C
I
S
O
L
A
I
4
A
R
U
M
N
U
A
G
E
5
S
U
B
I
S
E
L
6
E
X
T
E
R
N
A
T
7
V
U
T
O
P
U
N
E
N
8
I
S
I
P
I
D
E
I
C
I
A
O
C
O
R
O
N
9
E
T
I
N
C
E
L
A
N
T
10
Mots FLÉCHÉS Nº 3475 METTRE EN HARMONIE ————————— SORTE D’ ENCOLURE AMOUR DE ZEUS
Mots FLÉCHÉS
Nº 3475
METTRE
EN HARMONIE
—————————
SORTE
D’ ENCOLURE
AMOUR DE ZEUS
———————————
PRISONNIER
———————————
UN DÉ
FLEUVE DE SIBÉRIE
———————————
RAPACE
——————————
ÉCARTAI
GENREMUSICAL
——————————
FLEUR BLANCHE
———————————
TRAÎNE EN CIEL
SERVICE DE SURETÉ
—————————————
TRAITES PAR LA FORCE
—————————————
ARRÊT
MONTRA SA COLÈRE
——————————
OTER DES NOEUDS
——————————
AJOUTERA UN
PEU DE COULEUR
SUFIXE
POUR UN CHANT
—————————
INFORMESURLASANTÉ
ASSISTAS
C’ESTSÛR
——————————
———————————
RÉGIMESCOLAIRE
MAUVAIS
———————————
PENCHANT
ASSOCIE
MELANGE DE DROGUES
—————————————
LU
—————————————
SINGE
REHAUSSE LE GÔUT
———————————
SIGNALD’ÉVEIL
———————————
FRAUDULEUX
INFORMATIONPREMIÈRE
———————————————
IMMANGEABLE
——————————————
INDÉFINI
CITÉ DE MINEURS
———————————
AU REVOIR À ROME
———————————
SCINTILLANT
Nº 3475
Mot CACHÉ
Grille
3.
Marihuana
33.Différent
15 . Collecte
B
E
R
U
T
A
T
C
I
D
R
E
S
I
A
I
N
E
D
A
6.
Déhancher
34.Scaphoïde
20 . Roulement
M
E
U
G
O
G
A
M
E
D
T
E
L
O
I
R
B
A
C
D
11.Evidemment
35.Téléroman
A
I
22
. Ethylisme
N
L
E
H
P
R
O
L
L
D
N
A
L
T
E
H
S
E
12 . Pentathlon
36.Localiser
R
R
E
I
L
A
C
E
H
C
T
N
A
D
R
O
P
E
D
H
23
. Exclusion
13.Grisailler
37.Atlantide
I
E
P
G
C
O
C
O
L
L
E
C
T
E
N
R
T
O
E
A
24
. Chien-loup
H
V
E
R
O
R
O
U
L
E
M
E
N
T
R
E
I
R
14.Coéquation
38 . Présager
X
N
25
. Traîtrise
U
I
N
I
E
E
T
H
Y
L
I
S
M
E
I
C
S
D
P
C
16.
Recréation
39.Jaunisse
A
D
T
S
Q
E
X
C
L
U
S
I
O
N
D
R
S
O
E
H
17.Tisserands
40. Ripailler
27
. Lobulaire
N
E
A
A
U
C
H
I
E
N
L
O
U
P
I
E
E
N
R
E
18 . Ordonnance
41. Flamboyer
29 . Promoteur
A
M
T
I
A
T
R
A
I
T
R
I
S
E
C
A
R
N
T
R
19.Expertiser
42 . Babillard
30 . Noyautage
S
M
H
L
T
L
O
B
U
L
A
I
R
E
U
T
A
A
I
A
21.Ridicule
43.
Volauvent
E
E
L
L
I
P
R
O
M
O
T
E
U
R
L
I
N
N
S
S
1.Dictature
26.Sensation
7. Orphelin
N
N
O
E
O
N
O
Y
A
U
T
A
G
E
E
O
D
C
E
S
2.Déniaiser
S
T
N
28.Assertion
8. Shetland
R
N
N
G
R
A
I
N
I
E
R
E
N
S
E
R
E
4.Démagogue
A
I
N
E
P
R
O
U
V
E
D
I
F
F
E
R
E
N
T
R
31. Grainier
9. Chevalier
T
S
C
A
P
H
O
I
D
E
T
E
L
E
R
O
M
A
N
T
32 . Inéprouvé
10. Débordant
5. Cabriolet
I
L
O
C
A
L
I
S
E
R
A
T
L
A
N
T
I
D
E
I
FLATULENCE
O
P
R
E
S
A
G
E
R
M
E
J
A
U
N
I
S
S
E
O
N
R
I
P
A
I
L
L
E
R
F
L
A
M
B
O
Y
E
R
N
SOLUTIONPRÉCÉDENTE:HETEROMORPHE
N
B
A
B
I
L
L
A
R
D
V
O
L
A
U
V
E
N
T
T

Vie pratique

30

EL MOUDJAHID

Vie religieuse Horaires des prières de la journée du mardi 21 Ramadhan 1434 correspondant au
Vie religieuse
Horaires des prières de la journée du mardi 21 Ramadhan 1434
correspondant au 30 juillet 2013 :
- Dohr
12h54
- Asr
16h43
- Maghreb
19h59
- Ichaa……
……
21h31
mercredi 22 Ramadhan 1434
correspondant au 31juillet 2013 :
- Fedjr 04h12
- Chourouq
05h53
Entreprise Publique et Economique de Fabrication de Matériels Ferroviaires Entreprise en Liquidation Filiale de Ferrovial

Entreprise Publique et Economique de Fabrication de Matériels Ferroviaires Entreprise en Liquidation Filiale de Ferrovial Spa au capital social de 100.000,00 DA

Filiale de Ferrovial Spa au capital social de 100.000,00 DA Avis de clôture de liquidation Il

Avis de clôture de liquidation

Il est porté à la connaissance de l’ensemble des tiers et organismes publics que la clôture définitive de la liquidation de l’EPE EURL EFMF filiale de FRROVIAL est prononcée suite à l’AGEX du

18/07/2013.

POUR AVIS

LE LIQUIDATEUR

M. LASKRI

El Moudjahid/Pub du 30/07/2013

ENTREPRISE PUBLIQUE ECONOMIQUE DE REALISATION D'INFRASTRUCTURES FERROVIAIRES SPA au capital de 3 000.000.000 DA LEADER

ENTREPRISE PUBLIQUE ECONOMIQUE DE REALISATION D'INFRASTRUCTURES FERROVIAIRES SPA au capital de 3 000.000.000 DA LEADER DES TRAVAUX FERROVIAIRES EPE. INFRAFER 15, rue Colonel Amirouche B.P 208 - Rouiba Alger

INFRAFER 15, rue Colonel Amirouche B.P 208 - Rouiba Alger Rectification de l’avis d’appel d’offres national

Rectification de l’avis d’appel d’offres national ouvert

N°04/SDA/DTC/2013

L'Entreprise INFRAFER lance un avis d'appel d'offres national N°04/SDA/DTC/2013 pour la Fourniture et Transport de 530.000 Tonnes de Ballast 22,4/63mm pour le projet Tissemsilt/Boughezoul. Les Fournisseurs spécialisés dans le domaine peuvent retirer le cahier des charges à l'adresse suivante :

EPE INFRAFER Bureau des marchés 15, rue Colonel Amirouche BP 208 - Rouiba - Alger Contre présentation d'un justificatif de virement de la somme de cinq mille dinars (5.000,00 DA) au compte INFRAFER BNA Hamiz N°00 100 647.0300.300. 016/13. Les offres, accompagnées des documents exigés par le cahier des charges, doivent être déposées sous double enveloppe cachetée à l'adresse ci-dessus. L'enveloppe extérieure doit être anonyme et ne doit comporter que la mention suivante :

EPE INFRAFER Bureau des marchés 15, rue Colonel Amirouche BP208 - Rouiba - Alger “SOUMISSION A NE PAS OUVRIR” "A.O.N.O. N°04/DTC/2013 POUR LA FOURNITURE ET TRANSPORT DE 530.000 DE BALLAST 22,4/63 MM POUR LE COMPTE DU PROJET TISSEMSILT/BOUGHEZOUL

La date limite de dépôt des offres est fixée à Quinze (15) jours à compter de la première parution.

El Moudjahid/Pub

ANEP 303262 du 30/07/2013

GROUPE INDUSTRIEL DES CIMENTS D’ALGERIE SOCIETE DES CIMENTS DE SOUR EL GHOZLANE “S.C.S.E.G.” S.P.A. au
GROUPE INDUSTRIEL DES CIMENTS D’ALGERIE SOCIETE DES CIMENTS DE SOUR EL GHOZLANE “S.C.S.E.G.” S.P.A. au

GROUPE INDUSTRIEL DES CIMENTS D’ALGERIE SOCIETE DES CIMENTS DE SOUR EL GHOZLANE “S.C.S.E.G.”

S.P.A. au capital social de : 1.900.000.000 DA N°Identification Fiscale : 099 810 389 015 121 -N° Article d'Imposition : 10 38 52 58 011 N° Registre du Commerce : 10//00 - 0282105B98 Tél/Fax : (231) 26-98-14-11

Avis d'infructuosité de l'avis d'appel d'offres national ouvert N°007/DAP/2013 «lot n°01 et lot n°03»

BANQUE NATIONALE D’ALGERIE DRE ROUIBA “190” Avis provisoire d’attribution de marché Appel d’offres national

BANQUE NATIONALE D’ALGERIE DRE ROUIBA “190”

Avis provisoire d’attribution de marché Appel d’offres national restreint N°4/13

La DRE ROUIBA “190” informe l’ensemble des soumissionnaires ayant participé à l’appel d’offres

national restreint n°04/13 relatifs aux :

- 1 Lot : Fournitures de Bureau

- 2 Lot : Consommable Informatique

Auprès étude et examen des offres, les lots ont étaient attribués provisoirement comme suit :

Lot

Soumissionnaire

Monatnt en

Délai

La note

retenu

DT/HT

de réalisation

d’évaluation

F/Bureau

NEGOCE

801948.00

10

jours

99/100

C/Informatique

TM Stationery

2 606 111.12

25

jours

64/100

Tout soumissionnaire désirant obtenir le résultat de son offre technique et financière peut le solliciter auprès de la DRE ROUIBA dans un délai de trois (03) jours à compter de la première parution du présent avis dans la presse nationale. Tout soumissionnaire contestant de choix peut introduire un recours à M. le Président de la Com- mission Régionale des Marchés de la DRE ROUIBA “190”, dans les dix (10) jours qui suivent la date de parution du présent avis.

La Banque Nationale d’Algérie Le Directeur du Réseau d’Exploitation Rouiba “190” Rue Hassiba Ben Bouali - Rouiba.

El Moudjahid/Pub du 30/07/2013

S.O.S. QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION Edité par l’EPE-SPA La jeune Djoudi Ilhem, hospitali- sée au niveau
S.O.S.
QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION
Edité par l’EPE-SPA
La jeune Djoudi Ilhem, hospitali-
sée au niveau du CHU de Béni-Mes-
sous (service hématologie), en attente
d’être opérée, a besoin en urgence de
sang de groupe “AB+ CC DEEN”.
Dieu récompense les bienfaiteurs.
La commission d'ouverture des plis de la Société des Ciments de Sour El Ghozlane, à l'issue
de ses travaux, concernant l'avis d'appel d'offres national ouvert n°007/DAP/2013 «lot n°01 et
lot n°03», relatif à la
EL MOUDJAHID
- Lot n°01 : FOURNITURE DE MATERIEL ET CONSOMMABLE INFORMATlQUE
au capital social de 50.000.000 DA
20, rue de la Liberté, Alger
Téléphone : 021.73.70.81
- Lot n°03 : EXTRACTION DE CALCAIRE A L'AIDE DE LA LOCATION DE TROIS BRISE-ROCHE
paru dans le BOMOP du 09 juin 2013, et la presse suivante :
- ENNAHAR des 29 et 30 mai 2013
Présidente-Directrice générale
de la publication
- L'EXPRESSION des 28 et 29 mai 2013
Naâma Abbas
Rédacteurs en chef
- EL MOUDJAHID des 28 et 29 mai 2013,
informe l'ensemble des soumissionnaires que cet appel d'offres, pour le «lot n°01 et lot n°03»
est infructueux.
Kamal Oulmane — Achour Cheurfi
El Moudjahid/Pub du 30/07/2013
El Moudjahid/Pub
ANEP 303204 du 30/07/2013
DIRECTION GENERALE
Téléphone : 021.73.79.93
Fax : 021.73.89.80
DIRECTION DE LA REDACTION
Téléphone : 021.73.99.31
Fax : 021.73.90.43
Internet : http://www.elmoudjahid.com
E-mail : elmoudjahid@elmoudjahid.com
Société de Gardiennage
BUREAUX REGIONAUX
CONSTANTINE
100, rue Larbi Ben M’hidi
Tél. : (031) 64.23.03
ORAN
Maison de la Presse
3, place du 1 er Novembre : Tél. : (041) 29.34.94
ANNABA
2, rue Condorcet : Tél. : (038) 86.64.24
BORDJ BOU-ARRERIDJ
Ex-siège de la wilaya
Rue Mebarkia Smaïl, B.B.A. 34000
Tél/Fax : (035) 68.69.63
SIDI BEL-ABBES
Maison de la presse Amir Benaïssa
Immeuble Le Garden, S.B.A.
Tél/Fax : (048) 54.42.42
BEJAIA :
RECRUTE
SGP «PRODA»
Un (01) Directeur Général Gé-
rant
AVIS D'INFRUCTUOSITÉ
La Commission des Marchés de l'Entreprise Nationale d'Agréage et de
CONDITIONS EXIGÉES :
BP 68 - Béjaia 06000
TIZI OUZOU :
- Universitaire.
Contrôle Technique (ENACT/Spa) sise aux Quatre-Chemins de Kouba, Gué
Cité Mohamed Boudiaf (ex-2.000 logts)
Bâtiment 3,
1 er
étage, Nouvelle ville
Tél. - Fax : (026) 21.73.00
TLEMCEN :12, place Kairouan
Tél.-Fax : (043) 27.66.66
MASCARA : Maison de la Presse
Rue Senouci Habib
Tél.-Fax : (045) 81.56.03
CENTRE AIN-DEFLA :
- Bonne capacité managériale et de
communication.
de Constantine, Alger, déclare l'infructuosité de l'avis d'appel d'offres national
- Bonne aptitude physique et mo-
ouvert n°04/DG/2013, portant sur «la Formation qualifiante aux normes
rale.
Cité Attafi Belgacem (Face à la Poste)
Tél/Fax: 027.60.69.22
PUBLICITE
Pour toute publicité, s’adresser
à l’Agence Nationale de Communication d’Edition et
de Publicité “ANEP”
ALGER : 1, avenue Pasteur
Tél. : (021) 73.76.78 - 73.71.28 - 73.30.43
Fax : (021) 73.95.59 - Télex : 56.150
Télex : 81.742
ORAN : 3, rue Mohamed Khemisti
Tél. : (041) 39.10.34
Fax : (041) 39.19.04 - Télex : 22.320
ANNABA :
-
Expérience exigée dans le
American Petroleum Institute (API)», paru dans le quotidien national El
domaine de gestion des entreprises.
-
Résident à Alger et ses périphé-
Moudjahid du 18.06.2013 et du 08.07.2013, au motif d'insuffisance de
ries.
soumissionnaires (offre unique).
-
Horaires de travail extensibles.
- Dégagé de toutes obligations vis-
à-vis du service national.
El Moudjahid/Pub
ANEP 303271 du 30/07/2013
7, cours de la Révolution
Tél. : (038) 84.86.38 : Fax : (04) 84.86.38
Régie publicitaire
EL MOUDJAHID
20, rue de la Liberté, Alger : Tél./Fax : 021 73.56.70
ABONNEMENTS
Pour les souscriptions d’abonnements, achats de
journaux ou commandes de photos, s’adresser au service
commercial : 20, rue de la Liberté, Alger.
COMPTES BANCAIRES
Agence CPA “Che” Guevara - Alger
Compte dinars n° 102.7038601 - 17
- Disponible de suite.
- Agé de 45 et plus.
AVANTAGE :
TUBPROFIL s.p.a. Direction Générale
BP 78 - 5, route de la Gare, Réghaïa, Alger
Tél. : +213 (0) 21 85 72 80 - Fax: +213 (0)21 85 01 13
N° identifiant Fiscal : 000016001566088
Avis de prorogation de délai
Agence BNA Liberté
- Dinars : 605.300.004.413/14
- Devises : 605.310.010078/57
Cptes BDL - Agence Port Saïd
- Dinars : 005.00 107.400.247 86 20.28
- Devises : 005.00 107.457.247 86 20.28
Il est porté à la connaissance des soumissionnaires ayant retiré le(s) cahier(s) des
charges relatif(s) aux avis d'appels d'offres nationaux et internationaux restreints parus
dans les quotidiens nationaux : EL MOUDJAHID et HORIZONS les 06 et 07 juillet 2013,
dont les délais de dépôt des offres, initialement fixés selon les détails ci-dessous, sont
prorogés comme suit :
Edité par l’EPE-SPA
EL MOUDJAHID
Siège social : 20, rue de la Liberté, Alger
IMPRESSION
Edition du Centre :
Rémunération salariale
intéressante.
Envoyez votre lettre de motivation
et en joignant un CV détaillé + photo
d'identité récente+copies des diplômes
et certificats de travail à l'adresse
suivante :
Appel d'offres n°08 / DG / 2013
Date initiale
Prorogation
Société d’Impression d’Alger (SIA)
Edition de l’Est :
SARL SGS-SOGISS
17, rue ABDELKADER-RAKOUBA
Hussein Dey - Alger
La date limite de dépôt ou de trans-
mission des dossiers de candidatures
est fixée pour le 13-08-2013.
Fourniture de quatre (04) lots de métaux spéciaux d'outillages
06
août 2013
19
septembre 2013
Société d’Impression de l’Est, Constantine
Edition de l’Ouest :
Appel d'offres n°09 /DG / 2013
Date initiale
Prorogation
Société d’Impression de l’Ouest, Oran
Edition du Sud :
Unité d’Impression de Ouargla (SIA)
DIFFUSION
Centre : EL MOUDJAHID
Tél. : 021 73.94.82
Est : SARL “SODIPRESSE” :
07
août 2013
12
septembre 2013
Tél-fax : 031 92.73.58
Ouest : SARL “SDPO”
Tél-fax : 041 46.84.87 : Sud : SARL “TDS”
Tél-fax : 029 75.02.02
France : IPS (International Presse Service)
Tél. 01-46-07-63-90
Lot n°01 : Une scie à ruban semi-automatique
Lot n°02 : Une tronçonneuse à disque semi-automatique
Lot n°03 : Un banc de poinçonnage CNC pour tubes et profilés
Lot n°04 : Une poinçonneuse CNC de tôle
Lot n°05 : Une perceuse radiale
Lot n°06 : Une presse hydraulique à col de cygne de 200 T.
Une presse mécanique de 63 T.
Une presse mécanique de 100 T.
La société se réserve le droit de ne
pas donner suite aux candidatures
jugées non intéressantes.
Aussi, les entreprises intéressées peuvent retirer le(s) cahier(s) des charges à
l'adresse ci-après :
Les manuscrits, photographies ou tout autre document et
illustration adressés ou remis à la Rédaction ne sont pas
rendus et ne peuvent faire l’objet d’une réclamation
TUBPROFIL s.p.a. Direction Générale
BP 78 - 5, route de la Gare, Réghaïa, Alger
El Moudjahid/Pub du 30/07/2013
El Moudjahid/Pub
ANEP 303266 du 30/07/2013
Mardi 30 Juillet 2013

Sports

31

EL MOUDJAHID

HANDBALL

AGex de la FAHB : adoption des nouveaux statuts et du système de compétition 2013-2014

Les membres de l'assemblée générale (AG) de la Fédération algérienne de handball (FAHB) ont adopté les nouveaux statuts de l'instance fédérale et le nouveau système de compétition pour la saison sportive 2013-2014, samedi à Alger, lors de leur session extraordinaire.

C ette AG extraordinaire, quali- fiée de "cruciale" par les ob- servateurs pour l'avenir de la

petite balle algérienne, s'est déroulée globalement dans de bonnes condi- tions au siège du Comité olympique algérien (COA), sous l'œil vigilant du 1 re vice-président de la Fédération in- ternationale de handball (IHF) l'Espa- gnol Miguel Rocas Mas, venu superviser les débats. Ce dernier, qui

a salué le travail "formidable" de la

cellule transitoire de la FAHB, a "juré que jamais l'IHF n'avait essayé de perturber" la sérénité de la fédération

algérienne. "Nous avons seulement voulu que la fédération algérienne fonctionne le plus normalement du monde, comme c'est le cas pour les 189 autres fédérations affiliées à

l'IHF", a-t-il assuré. Le quorum a été atteint avec la présence de 84 mem- bres sur les 114 que compte l'AG de

la FAHB. Étaient absents, le président

du bureau fédéral 2009-2012, Djaâfer Aït Mouloud, ainsi que Mohamed Aziz Derouaz, dont l'élection à la tête de l'instance fédérale, le 14 mars der- nier, a été invalidée par le ministère de la Jeunesse et des Sports (MJS). Les nouveaux statuts ont été adoptés

à la majorité par 50 membres contre

22 rejets et 0 abstention, alors que cer-

50 membres contre 22 rejets et 0 abstention, alors que cer- tains membres avaient déjà quitté

tains membres avaient déjà quitté la réunion avant le début de l'opération de vote, "exaspérés" par la lenteur des débats. "Je suis très content que les débats se soient déroulés dans de bonnes conditions. Ceux qui disaient que l'AG de la FAHB était agitée ont

déchanté, cette dernière ayant montré qu'elle avait le sens de responsabilité et tous ses membres ont voulu une sortie de crise rapide", s'est félicité le président de la cellule transitoire char- gée de la conduite des affaires de la FAHB, Rabah Bouarifi. "Aujourd'hui, nous avons adopté les nouveaux sta-

tuts pour leur mise en conformité avec ceux de l'IHF. Il y aura peut-être des

amendements dans un futur proche, mais le plus important pour nous était d'éloigner le spectre de l'IHF", a-t-il ajouté. L'IHF avait remis en cause les élections du 14 mars dernier ayant porté Mohamed Aziz Derouaz à la tête de la FAHB, après avoir constaté des "irrégularités", accordant un délai de 3 mois à la Fédération algérienne pour organiser une nouvelle assem- blée générale élective avec, au préa- lable, une révision de ses statuts. Pour éviter des sanctions qui guettaient la FAHB et les différentes sélections na- tionales, le ministère de la Jeunesse et des Sports (MJS) s'est empressé, le 29 mai dernier, d'invalider l'assemblée

élective de mars. Le président du COA, Mustapha Berraf, qui a assisté à une partie de l'AGEx, est intervenu pour apporter les "engagements" du ministre de la Jeunesse et des Sports, Mohammed Tahmi, selon lesquels il n'"y aura pas d'interférences de qui- conque lors de l'AG élective du 17 août prochain". Outre les nouveaux statuts de la FAHB, les membres de l'AG ont adopté aussi, le nouveau système de compétition pour la saison 2013-2014 qui débutera le 14 septembre pour les hommes et le 21 du même mois pour les dames. Chez les messieurs, le collège technique national de la FAHB, ins- tallé la semaine dernière, était sorti avec un système de compétition com- posé de 4 groupes de 7, soit 28 équipes. Mais, samedi, les membres de l'AG ont dû inclure l'IRB Rouisset, après tirage au sort, dans le groupe A qui sera ainsi composé de 8 équipes (soit 29 clubs au total). Le représen- tant d’Ouargla avait été repêché par l'ancien bureau fédéral sans passer par l'AG, ce qu'ont voulu faire les mem- bres de l'assemblée samedi pour "cal- mer les esprits et lancer la compétition dans les meilleures conditions", a-t-on expliqué.

AGE DE LA FAHB

Lesmembres des commissions de candidature et de recours connus

Les membres des com- missions de candidatures et de recours en vue de l'élection du bureau fédéral de la Fédération algérienne de handball (FAHB), le 17 août prochain, ont été élus samedi à Alger, lors de l'as- semblée générale (AG) ex- traordinaire de l'instance fédérale. La commission de can- didatures sera composée de cinq membres, à savoir Lifa Abdenour, Zitouni Mohamed, Sayah Djeb- bour, Chemah Aïssa et Baâmeur Youcef. Quant à la commission de recours, elle regroupe Hassaoui Idriss, Recioui Houcine et Benmoussa Amine. Les présidents des deux com- missions n'ont pas encore été désignés. La date de dépôt des candidatures sera connue ultérieurement, selon le président de la cellule tran- sitoire chargée de la conduite des affaires de la FAHB, Rabah Bouarifi.

MIGUEL ROCAS MAS (1 er VICE-PRÉSIDENT ET SUPERVISEUR DE L’IHF) :

"Unrapportpositifsanctionnera ma mission à Alger"

Le 1er vice-président de la Fédé- ration internationale de handball (IHF), Miguel Rocas Mas, venu su- perviser l'assemblée générale extra- ordinaire (AGEx) de la Fédération algérienne (FAHB), a indiqué qu'un "rapport positif" sera transmis à sa hiérarchie. "Je suis très content par le déroulement de l'assemblée. Je vais faire un rapport simple disant tout ce qui s'est passé durant l'assem- blée générale extraordinaire qui a duré près de 4 heures", a déclaré Mi- guel Rocas Mas à la presse, à l'issue de l'AGEx qui s'est déroulée au siège du Comité olympique algérien (COA). Interrogé si ce rapport était positif, le responsable espagnol de l'IHF a répondu : "Oui oui, bien sûr." Le N.2 de l'IHF, qui a tenu à sa- luer le travail "formidable" effectué par la cellule transitoire de la FAHB, a affirmé que la petite balle algé- rienne "pouvait être contente" après l'avancée accomplie samedi à l'issue de l'AGEx qui lui a permis de "re- couvrer son indépendance, néces- saire pour obtenir de bons résultats". Remontant au mois de mars dernier, lorsque l'IHF avait assuré que l'AG élective qui a porté Mohamed Aziz Derouaz à la tête de la FAHB s'était déroulée dans de bonnes conditions, Miguel Rocas Mas a expliqué qu'"on

conditions, Miguel Rocas Mas a expliqué qu'"on ne connaissait pas toute l'affaire" et qu'il y

ne connaissait pas toute l'affaire" et qu'il y avait des "irrégularités" lors du scrutin. "J'ai été étonné en voyant les statuts de la fédération algé- rienne. Nous les avons présentés à notre commission juridique, laquelle

a répondu qu'on ne pouvait pas avan-

cer avec de tels statuts", a-t-il dit. Auparavant et lors de son interven- tion pendant l'AGEx, M. Rocas Mas

a "juré que jamais l'IHF n'avait es-

sayé de perturber" la sérénité de la fédération algérienne. "Nous avons seulement voulu que la fédération al- gérienne fonctionne le plus norma- lement du monde, comme c'est le cas pour les 189 autres fédérations affi- liées à l'IHF", a-t-il assuré.

CHAMPIONNATS DU MONDE D’ATHLÉTISME 2013

11 athlètes algériens arrachent les minima de participation

L'Algérie participera avec onze (11) athlètes aux championnats du monde d’athlétisme qui auront lieu du 10 au 18 août prochain à Moscou (Russie), a-t-on appris auprès de la cellule de communication de la Fédération algérienne d'athlétisme (FAA). "Ces onze athlètes ont été retenus à la faveur des minima "A" ou "B" réalisés cette année (2013)", explique la même source. Sur les onze qualifiés, trois seulement ont obtenus les minima "B". Il s'agit de Baya Rahouli (triple saut), Imad Touil (1500m) et Mohamed Amine Benferar (800 m). À côté de Baya Rahouli, deux au- tres filles, Amina Bettiche (3000 m steeple) et Om- rani Yasmina (heptathlon), seront à Moscou pour tenter d’améliorer leurs performances. "C’est d’ail- leurs l’objectif des autres athlètes qualifiés à la suite du forfait du champion olympique du 1500 m Taou- fik Makhloufi pour des raisons de santé", ajoute la FAA. Les autres athlètes qualifiés sont : Hadj Lazib Othman (110 m haies), Mohamed Amine Benferar (800 m), Rahmani Miloud (400 m haies), Touil Imad (1500 m), Bouchicha Hichem, Touil Abdelmadjed, Abdelhamid Zerrifi (3000 m steeple), Amina Bet- tiche (3000 m steeple) et le marathonien, Tayeb Fi- lali. Les athlètes retenus, à l’exception de Zerrifi qui

ralliera directement la capitale russe à partir de Paris, s'envoleront d'Alger, le 6 août pour Moscou. Il est à souligner qu’un groupe composé de Makhloufi, Rabah Aboud, les frères Touil, Abderahmane Anou

et Bouchicha sont à Font Romeu depuis le 13 juillet en cours, alors que Rahouli se prépare à Ayamonté en Espagne depuis le 12 juillet. L’autre groupe qui compte Miloud Rahmani, Hadj Laazib et Larbi Bour- raada (suspendu et qui se prépare pour 2014) sé- journe à Leverkusen (Allemagne) depuis le 20 juillet. Par ailleurs et en marge de ces championnats, plusieurs autres activités sont prévues, à savoir le 49 e congrès de la Fédération internationale d’athlétisme

congrès de la Fédération internationale d’athlétisme (IAAF), le 1 e r forum mondial de l’athlétisme,

(IAAF), le 1 er forum mondial de l’athlétisme, l’as- semblée générale de la confédération africaine d’athlétisme (CAAA) et l’assemblée générale de l’Union méditerranéenne d’athlétisme (UMA). Les athlètes algériens concernés par les Mondiaux de Moscou : dames : Amina Bettiche (3000 m steeple), Yasmina Omrani (heptathlon), Baya Rahouli (triple saut), hommes : Tayeb Filali (marathon), Imad Touil (1500 m), Hichem Bouchicha, Abdelmadjed Touil, Abdelhamid Zerrifi (3000 m steeple), Othman Hadj Lazib (110 m haies), Mohamed Amine Benferar (800 m), Miloud Rahmani (400 m haies).

CHAMPIONNAT DU MONDE 2013 (SENIORS-DAMES)

L'Algérie débutera face au Brésil le 7 décembre

La sélection algérienne des seniors- dames de handball entamera le champion- nat du monde 2013, prévu en Serbie, du 6 au 22 décembre prochain, face au Brésil, selon le programme de la compétition pu- blié par la Fédération internationale de handball (IHF). L'Algérie évoluera dans le groupe B, domicilié à Nis, aux côtés de la Serbie (pays hôte), le Japon, le Danemark, la Chine et le Brésil. Le sept algérien af- frontera, lors de seconde journée, prévue le

8 décembre, le pays organisateur, la Serbie, avant de bénéficier d'une journée de repos. Les matches du tour préliminaire repren- dront le 10 décembre prochain par une confrontation contre le Danemark pour le compte de la troisième journée, suivi d'un quatrième match face à la Chine (11 décem- bre). Les six équipes du groupes B observe- ront une journée de repos le 12 décembre, avant d'aborder la cinquième et dernière

journée du premier tour avec au programme de l'équipe algérienne, une rencontre contre le Japon (13 décembre).Vingt-quatre équipes scindées en quatre groupes de six prendront part au championnat du monde 2013 dames, qui se déroulera dans quatre villes serbe, Belgrade, Nis, Zrenjanin et Novi Sad. Le match d'ouverture, programmé le 6 décembre 2013, mettra aux prises la Serbie contre le Japon. Le tour préliminaire s'éta-

lera du 6 au 13 décembre. Les huitièmes de finale se dérouleront les 15 et 16 décembre à Belgrade et à Novi Sad, les mêmes jours pour la Coupe du Président (matches de classement de la 17 e à la 24 e place) auront lieu à Nis. Les quarts de finales se joueront le 18 décembre à Novi Sad et Belgrade, tan- dis que les demi-finales, le match pour la troisième place et la finale sont prévus à l'Aréna Combank à Belgrade.

Pétrole Monnaie Le Brent L'euro à 107,80 à 1,327 dollars dollar
Pétrole
Monnaie
Le Brent
L'euro
à 107,80
à 1,327
dollars
dollar
D E R N I E R E S

D

E

R

N

I

E

R

E

S

D E R N I E R E S

InCEnDIE HIEr SOIr À LA TOur DE COnTrôLE DE L’AérOPOrT InTErnATIOnAL HOuArI-BOuMEDIEnE

Le trafic a repris

Un incendie s’est déclaré, hier vers 18h29, au niveau de la tour de contrôle de l’aéroport international Houari- Boumediene. Une fumée s’échappant de l’édifice était visible de loin, selon des témoins. L’aérogare a été évacuée.

À l’origine de ce sinistre, un court- circuit dans l’un des climati- seurs de la tour de contrôle

avant que le feu n’atteigne un second cli- matiseur. Immédiatement après l’alerte, les élements de la Protection civile étaient sur place pour combattre ce début d’in- cendie et le circonscrire avant qu’il ne prenne de l’ampleur. D’ailleurs, selon le lieutenant- colonel Achour, de la cellule de communication de la Protection civile, «les éléments de l’unité interne qui a in- tervenu étaient sur place dans les minutes qui ont suivi le début de l’incendie». Cette unité est composée, entre autres, d’une di- zaine d’ambulances et de moyens impor- tants d’extinction, de secours et

Ph. Horizons
Ph. Horizons

d’évacuation. On ne dénombre aucune victime. Le ministre des Transports, M. Amar Tou, s’est rendu immédiatement sur les lieux pour rassurer les voyageurs et s’enquérir de la situation. Il était accom- pagné par MM. Allache, directeur de l’EGSA, et Youcef Safir, DG de l’établis- sement de navigation aérienne. Ainsi, le ministre a affirmé que l’essentiel des équi-

pements «n’ont pas été en- dommagés par les flammes». La direction de l’aéroport, quant à elle, a pris les mesures nécessaires envers les voya- geurs. Ainsi, quatre vols, seu- lement, ont été annulés. Il s’agit de trois vols d’Aigle Azur vers Paris, Marseille et Lyon, et d’un autre d’Air Al- gérie vers Djeddah. Ces vols ont été reprogrammés pour au- jourd’hui. Concernant la prise en charge des voyageurs, M. Amar Tou a précisé que ces derniers ont été tous logés à l’Hôtel de l’aéroport. Par ailleurs, le ministre a fait part de l’extension de l’aéroport pour at- teindre, en 2018, une capacité de 18 mil- lions de passagers par an. En plus de la construction de cinq nouvelles tours de contrôle à Alger, Oran, Ghardaïa, Taman- rasset et Ouargla. Fouad Irnatène

LA GESTIOn DE LA VILLE, THèME D'unE jOurnéE D'éTuDE À ALGEr

Pallier les déséquilibres existants

L es problèmes majeurs liés à la gestion de la ville seront au menu

d'une journée d'étude organisée, aujourd’hui à Alger, par le ministère de l'Aménagement du territoire, de l'Environnement et de la Ville. Consacrée aux élus lo- caux de 6 wilayas du centre du pays (Alger, Blida, Tipasa, Médéa, Boumerdès et Tizi Ouzou), ainsi qu'aux associa- tions œuvrant dans les problé- matiques liées à la ville, la rencontre débattra des problé- matiques en relation avec la gestion et la promotion de la ville, souligne le communiqué. Elle se déroulera sous forme de plénière autour de trois princi- pales thématiques, à savoir "la question de la gouvernance :

rôle des acteurs et la question de coordination des pro-

: rôle des acteurs et la question de coordination des pro- gramme urbains", "la gestion urbaine

gramme urbains", "la gestion urbaine de proximité", et "les instruments de gestion et de promotion de la ville", précise le document. Les rencontres en question visent à "produire col- lectivement un référentiel par- tagé de la politique de la ville et à mettre à la disposition des acteurs publics une vision glo- bale et intégrée de la politique

de la ville, en mesure de pallier aux déséquilibres existants, d'assurer une croissance har- monieuse des villes et de pla- nifier et d'accompagner le développement durable de nos villes", explique le ministère. Ces rencontres vont réunir un panel de professionnels de la ville, d'experts architectes, ur- banistes et chercheurs univer- sitaires, élus, mouvements associatifs et médias ainsi que les départements ministériels. Cela constituera une occasion pour l'ensemble de ces acteurs pour faire des propositions, mais également de contribuer à définir une vision globale sur la politique de la ville et de sa mise en oeuvre, relève le mi- nistère. Ayant connu une crois- sance urbaine exceptionnelle, les villes algériennes concen- trent actuellement "près de 65

4 e COnGrèS Du rnD

%" de la population totale esti- mée à près de 38 millions, alors que "15 millions" de cita- dins sont attendus dans les 20 années à venir et "8 citoyens sur 10" vivront en ville, rap- pelle la même source. Le mi- nistère relève que les villes faisaient face à de multiples problèmes liés entre autres à la qualité du cadre de vie, ainsi que les inégalités sociales entre les quartiers et les territoires et une gestion urbaine de proxi- mité peu efficiente. La rencon- tre s'inscrit dans le cadre de rencontres initiées par le mi- nistère, dans le sillage de ren- contres de consultations avec les acteurs concernés par les problématiques en relation avec la gestion et la promotion de la ville, précise-t-on de même source.

Réunion du bureau permanent de la commission nationale de préparation

L e bureau permanent de la commis- sion nationale chargée de préparer le 4 e congrès du rassemblement

national démocratique (rnD) s'est réuni hier pour examiner la mise en place des commissions de wilaya, indique un com- muniqué du parti. La rencontre présidée

SYrIE

L'armée reprend le contrôle de Homs

L'armée régulière syrienne a repris hier le contrôle total du quartier de Khaldiyé, secteur rebelle clé de la ville centrale de Homs, au moment où les combats continuent à faire rage à travers plusieurs régions de la Syrie. "Les forces armées ont rétabli la sécurité et la stabilité dans tout le quartier de Khal- diyé", un des plus importants de la troi- sième ville du pays, a précisé la télévision d'Etat syrienne. Déjà di- manche, la télévision avait annoncé que l'armée contrôlait "80%" de ce secteur.

par le secrétaire général par intérim du parti, Abdelkader Bensalah, "a permis de passer en revue le contenu d'un formulaire destiné aux militants sur les amendements à apporter au règlement du parti, un des documents principaux à soumettre au congrès".

M. Bensalah a présidé par la suite une réunion de l'instance nationale technique consacrée au processus d'adhésion au parti, au règlement de cas de restitution de la qualité de membre et la relance des mé- canismes d'octroi de la carte aux nou- veaux adhérents

AIn TéMOuCHEnT

650 litres d’essence destinés à la contrebande récupérés

650 litres d’essence des- tinés à la contrebande ont été saisis, en fin de semaine écoulée à Ain Témouchent, par les éléments de la qua- trième sûreté urbaine, a-t-on appris, hier auprès de la sû- reté de wilaya. Transportée à bord d’un véhicule léger, la marchandise de contrebande a été interceptée près d’une station-service du chef-lieu de wilaya, a précisé le chargé de la cellule de communica- tion. Le véhicule et le carbu- rant ont été remis aux

Douanes, alors que le conducteur a fait l’objet d’une procédure judiciaire et sera présenté devant la jus- tice pour contrebande de car- burant en utilisant une voiture, a-t-on ajouté. Pour sa part, le propriétaire de la station-service a fait l’objet d’un procès-verbal pour in- fraction à l’arrêté de la wi- laya portant plafonnement des quantités de carburants à servir aux véhicules. Dans ce même contexte, le chargé de la cellule de communication

de la sûreté de wilaya a si- gnalé l’installation d’une commission composée des différents services de sécurité et des administrations concernées pour lutter contre ce phénomène. Les services des Douanes d’Ain Témou- chent ont opéré, durant la troisième semaine de ce mois de juillet, la saisie de 15 voi- tures et de deux tracteurs uti- lisés dans la contrebande de carburant. La capacité de ces moyens roulants est de 2.200 litres.

TOMBOLA Du quOTIDIEn EL MOUDJAHID

Le tirage au sort a fait cinq heureux gagnants

Ph : Louiza.M
Ph : Louiza.M

C’est en présence d’un huissier de justice, M. ra- chid Attallah, que le tirage au sort de la Tombola du quotidien El Moudjahid, a fait 5 heureux gagnants, 3 hommes et 2 femmes. Lancée depuis le mois de juin dernier, cette tombola qui s’est étalée jusqu’au 5 juillet,

a vu son tirage au sort, hier à 12 h, au siège du quoti-

dien. La cérémonie s’est déroulée en présence de M me naâma Abbas, P-DG du quotidien, des responsables chargés de l’élaboration de ce concours de même que de nombreux travailleurs de l’entreprise. Avant de procéder au tirage au sort, M. naâma Abbas a tenu à remercier les nombreux participants qui ont pris part à ce jeu. une participation « qui prouve la fidélité des lecteurs au doyen des quotidiens », a-t-elle précisé. A travers cette brève allocution, M me Abbas a rappelé que « cette initiative entre dans le cadre de la célébration du cinquantenaire du secteur ‘‘Mémoire et réalisations’’». Plus de 1.300 enveloppes ont été reçues, affluant de tout le territoire national. Le tirage au sort a fait 5 heu- reux gagnants, dont 3 hommes et 2 femmes. Après ap- probation de M e Attallah, huissier de justice et d’un accord commun avec l’ensemble des membres assis- tant au tirage, il fut décidé de choisir le plus jeune em- ployé au quotidien, M. Lotfi Hamdani afin de procéder au tirage du premier gagnant, il s’agit de M. Ferhat Sli- mani de Khemis-Meliana, bénéficiaire d’une «Ta- blette». Suivi du deuxième gagnant M. Slimane Boudjerda de Bab-Ezzouar qui a remporté un «Smart- phone», le troisième cadeau, à savoir une «TV LED, 3 D» a été remis à M me Leila Cherabi d’Alger-Centre, suivie du quatrième tirage qui a fait de M me ratiba Gouasmia de Dergana l’heureuse gagnante d’un «Lap- top». Le cinquième présent, a été attribué à M. Hakim Benlamara d’Alger-Centre qui partira avec un appareil photo numérique. Il y a lieu de noter que toutes les en- veloppes tirées au sort ont fait l’objet de contrôle par l’huissier de justice afin d’assurer le bon déroulement des opérations. Celui-ci a appelé les heureux gagnants sur place. La remise des prix se fera lors d’une récep- tion organisée, dans les prochains jours, en honneur des heureux gagnants qui seront recontactés par la di- rection juridique du quotidien. Sihem Oubraham

TLEMCEn

Saisie de 12 quintaux de kif provenant du Maroc

Près de 12 quintaux de kif traité provenant du Maroc ont été saisis, dimanche soir, par les garde-fron-

tières de la commune de Bab El-Assa (Tlemcen), a-t- on appris auprès de ce corps relevant de la gendarmerie nationale. Le conducteur du véhicule avec à son bord 11,83 quintaux de résine de cannabis a franchi le territoire national en provenance du Maroc. refusant d’obtem- pérer aux gardes-frontières qui étaient en patrouille, il

a contraint ces derniers à ouvrir le feu en direction du

véhicule immatriculé au Maroc, a-t-on précisé. Le conducteur a pris la fuite à pied abandonnant le véhi- cule sur les lieux tout près du tracé frontalier, a souli- gné la même source, selon laquelle la fouille du véhicule a abouti à la saisie de 1.183 kg de kif traité.

ANEP N° 533545 du 30/07/2013
ANEP N° 533545 du 30/07/2013