Vous êtes sur la page 1sur 3

JACQUET Damien 05/05/2009

1°ESB

Fiche de lecture

Etape 1:

L'auteur de La discrimination négative: Citoyens ou indigènes? est Robert Castel. Il s'agit d'un
sociologue qui a écrit de nombreux films comme Les Métamorphoses de la question sociale ou
encore L'Insécurité sociale. Il a été professeur de philosophie avant de devenir professeur de
sociologie, en 1980 il obtient son doctorat d'Etat des Lettres et Sciences Humaines. Encore plus
impressionnant, de 1995 à 1999 il est président du Conseil scientifique de la Mission
interministérielle recherche-expérimentation et depuis 1999, il est tout simplement membre du
Conseil national des politiques de lutte contre la pauvreté et l'exclusion sociale. Il n'y a pas tout ces
diplômes, professions et récompenses pour ses recherches mais cela suffit pour confirmer l'idée
quand on lit le livre c'est-à-dire que l'auteur de ce livre n'est pas n'importe qui.

Le livre s'intitule La discrimination négative: Citoyens ou indigènes?

Les éditeurs sont Seuil, Paris et la République des idées, Paris. La collection de ce livre est la
République des idées et il contient 136 pages.

Il a été édité le 4 Octobre 2007.

Son ISBN est 978-2-02-096441-8.

Etape 2:

1.On peut tout d'abord donner comme mots clés Robert Castel, discrimination, négative,
citoyenneté, banlieues, émeutes, immigration, France, droits et devoirs, fonctions régaliennes,
éducation, intégration, ethnicisation, paupérisation …Pleins de mots clés peuvent qualifiés ce livre.

2.Il est pour les élèves qui étudient les SES en première puisqu'il se réfère au chapitre sur la culture
et pour les premières SES option spé-éco avec le chapitre sur L' intégration par la nation et plus
précisément les différents modèles d'intégration et les TD faits dessus car ce livre fait référence à
l'intégration des immigrés dans la société française et qu'il traite aussi plus précisément sur « les
jeunes de banlieue ».
Cependant, ce livre est surtout une source de connaissances en plus par rapport à ce que l'on a vue
avec la chapitre portant sur la culture puisque même si il traite sur l'intégration des immigrés dans la
société française et des fonctions régaliennes et de l'éducation, et sur les jeunes de banlieue, il traite
sur une partie de la population et sur un pays.
Ce livre est donc pour moi c'est un livre de cours qui reformule ce que nous avons déjà vu et permet
de confronter mes cours à une autre vision. Il est aussi, une enquête qui a pour intérêt d'illustrer les
cours et de montrer l'intérêt des démarches étudiées en analysant un cas particulier.

Etape 3:
1. La problématique principale est: la société française sera-t-elle capable - et si oui, à quelles
conditions – d'accueillir à parité cette composante ethnique qu'elle rejette encore largement?
C'est-à-dire que la société française n'accepte pas les immigrés aussi bien qu'elle voudrait le faire
penser.

-Il se propose d'y répondre en prenant appui sur une analyse de la situation des jeunes de banlieue
pour argumenter et plus précisément de la composante ethnique majoritaire de ces jeunes. Il se
propose d'y répondre aussi en analysant un fait précis: les émeutes de l'automne 2005.

-Il se propose de répondre à cette problématique en 5 chapitres: tout d'abord en explicitant la


création des banlieues, puis en démontrant que les immigrés ne sont pas pour autant rejetés de la
société française. Ensuite, il explique comment la société française gère l'arrivée de ces immigrés et
comment ils sont considérés par les fonctions régaliennes, la place de la religion et l'éducation. De
plus, il va montrer leur utilité dans la société et aussi comment ces immigrés se sentent-ils au sein
de la société française. Enfin, il va analyser le comportement des français par rapport à ces
immigrés.

2. Il n'y a pas vraiment de démarche théorique dans ce livre, il y a surtout des constats empiriques
et des exemples de compréhension.
Enfin, l'exemple de compréhension majeur est celui des émeutes des jeunes de banlieue en automne
2005.
Par contre, en ce qui concerne les constats empiriques, Robert Castel ne cesse de faire d'en faire
durant chaque chapitre. Par exemple dans le chapitre 3, il explique pourquoi les immigrés font des
émeutes, ils se sentent incompris par la société française.

3. Robert CASTEL, conclut que la discrimination dont se sentent victime les immigrés des
banlieues n'est pas d'une aussi grande ampleur qu'ils le disent, au contraire, la société et le
gouvernement français font tout pour que leur situation s'améliore, que les minorités culturelles ne
disparaissent pas. Enfin, l'auteur fait son ouverture par rapport aux avantages que fournissent les
banlieues comparés aux ghettos.

Etape 4:

1.Ce livre est dans l'ensemble à la portée de n'importe quel lycéen étudiant les SES car tout d'abord
le sujet principale de ce livre porte sur les émeutes de l'automne 2005 dans les banlieues. Il est donc
intéressant car tout d'abord il relate d'un fait récent (4 ans), ensuite il touche sur un sujet qui fait
débat depuis un certain temps: l'immigration et plus précisément les immigrés vivants dans les
banlieues. Enfin, il porte aussi sur les « jeunes de banlieue » et donc atteint forcément davantage les
jeunes lecteurs que d'autres thèmes portant par exemple sur l'économie française depuis 1789.
De plus, les différents thèmes présents dans le chapitre sont extrêmement bien détaillée et qui plus
est ce succède sans trop que le lecteur se pose des questions sur ce que lui raconte l'auteur.
Enfin, c'est un excellent livre en ce qui concerne les recherches produites sur le sujet principale du
livre et une très bonne manière d'illustrer son cours.

2. Je ne trouve que deux reproches à faire concernant ce livre:


-tout d'abord, la présence de quelques mots en latin difficiles à comprendre si on n'a pas à
disposition un dictionnaire latin/français ou si on a pas quelques années de latin derrière nous.
Cependant, c'est sans doute un oubli de l'auteur d'avoir émis la traduction.
-Le dernier reproche que l'on puisse faire sur ce livre est le manque d'illustration ou tableaux
statistiques pour imager les exemples (17 pages d'exemples illustrés sur presque 136 pages)
3. Je ne trouve rien à rajouter de plus que les 2 reproches faits à la question précédente. Si, mais
cela ne concerne en aucun cas l'auteur mais l'éditeur, il aurait été judicieux de mettre une biographie
un peu plus longue sur l'auteur vu ses exploits et non 3 lignes sur la quatrième de couverture.