Vous êtes sur la page 1sur 9

Difficultérespiratoire et forte chaleur

Le service des urgencesdébordé

P. 7

et forte chaleur Le service des urgencesdébordé P . 7 HORAIRESHORAIRES ORAN ET ENVIRONS IFTAR20:10|IMSAK04:22
HORAIRESHORAIRES ORAN ET ENVIRONS IFTAR20:10|IMSAK04:22
HORAIRESHORAIRES
ORAN
ET
ENVIRONS
IFTAR20:10|IMSAK04:22

Mercredi 31 Juillet 2013 - N°5891 - Prix: 10 DA - 13, Cité Djamel Oran - Tél: 041 45 31 30 - Fax: 041 45 34 62 - www.ouestribune-dz.com

Pdg de Mobilis

14,2milliards

de DA de bénéficenet le premier semestre

2013

HUIT SOLDATS TUÉS PAR DES TERRORISTES La Tunisie plonge dansledoute Lire page 3 Lire page
HUIT SOLDATS TUÉS PAR DES TERRORISTES
La Tunisie plonge
dansledoute
Lire page 3
Lire page 3

TOUT EN REVENDIQUANT LA LIBÉRATION DES DÉTENUS

Lespro-Morsi affichent plus de flexibilité

P. 3

P. 5

Transfertillégal de devises

90 000 euros saisis au port d’Oran

P. 7

Usine automobile «Renault Algérie»

port d’Oran P. 7 Usine automobile «Renault Algérie» Treize entreprises de sous-traitance d’Oran retenues P. 6

Treize entreprises de sous-traitance d’Oran retenues

P. 6

O.T : Lazreg
O.T : Lazreg

UNE BANDE DE MALFAITEURS DONT TROIS FRÈRES ARRÊTÉS

Ilsontsemé laterreur auDerb

P. 7

2

2 Evénement

Evénement

   

Mercredi 31 Juillet 2013

MOHAMED-AMINE HADJ SAÏD

HASSI-MESSAOUD

La situation au Sahel n’aura «aucune incidence» sur le tourisme saharien algérien

Le secrétaire d’Etat chargé du tourisme auprès du ministre du Tourisme et de l’Artisanat, Mohamed-Amine Hadj Saïd, a assuré mardi que la situation prévalant dans les pays du Sahel «n’aura aucune incidence sur le tourisme saharien algérien».

« C e qui se passe dans

les pays du Sahel

et en dehors des

frontières algériennes n’aura aucune incidence sur le tou- risme saharien algérien», a indiqué M. Hadj Saïd dans un entretien accordé à l’APS. Il a souligné que le tourisme saharien algérien est un produit que «person- ne ne peut concurrencer en raison de ses potentialités»,

précisant qu’une «grande importance» est accordée au produit touristique, notam- ment dans le Schéma direc- teur de l’aménagement du secteur (SDAT). M. Hadj Saïd a relevé que l’Algérie, en général, et le sud du pays, en particulier, recè- lent des sites touristiques «riches et extraordinaires», précisant qu’il ne fallait pas réduire les destinations tou-

ristiques sahariennes uni-

quement au Hoggar et au Tas- sili. Il a mis l’accent sur la nécessité d’encourager et de promouvoir le tourisme natio-

nal vers la destination du sud

du pays, affirmant que «par-

mi les erreurs commises

auparavant, figure l’importan-

ce accordée au tourisme

étranger au détriment du tou-

risme national». Pour le se- crétaire d’Etat, le tourisme

interne est un «élément de pérennisation» de l’activité touristique durant toute l’an- née. Evoquant les problèmes des agences touristiques du sud du pays, M. Hadj Saïd a indiqué que la problématique

des dettes se posait toujours, assurant que la tutelle s’était penchée sur ces problèmes en les mettant dans un «ca- dre adéquat» sur la voie de leur règlement.

La répartition actuelle des ZET n’aide pas l’Algérie à devenirunedestinationtouristique

L e secrétaire d’Etat auprès du minis tre du tourisme et de l’artisanat char-

gé du tourisme, Mohamed Amine Hadj Said, a estimé mardi que l’actuelle ré- partition des zones d’extension touristi- que (ZET) n’aidait pas l’Algérie à deve- nir une destination touristique, soulignant la nécessité de créer de nouvelles ZET à travers toutes les wilayas du pays. Dans un entretien à l’APS, M. Hadj Said a indiqué que l’implantation de ZET sur la bande littorale seulement limitait le tourisme en Algérie qui devient, de ce fait, saisonnier d’où la question de sa- voir «si nous ne devons compter que sur ces endroits pour relancer et faire la promotion du tourisme en Algérie», a-t- il dit. L’Algérie compte actuellement 205 ZET dont 160 situées le long de la côte,

22 sur les Hauts Plateaux et 23 dans le Grand Sud. Ces ZET sont implantées sur une superficie de 53.199,64 ha sa- chant que la partie exploitée ne dépas- se pas en réalité 8.841,27 ha car, en vertu des normes internationales, seuls 20% de la superficie globale d’une ZET doi- vent être exploités. Pour remédier à cette situation, il con- vient, selon le responsable, de créer de nouvelles ZET. La classification suivie jusque-là date de 1988 lorsque le tou- risme était basé dans le monde entier surle balnéaire. Les goûts ayant changé avec le temps, le touriste se découvre d’autres passions telles le tourisme vert, découverte de la nature, et le tourisme écologique. Partant de ce constat, «l’Al- gérie devra réfléchir à l’exploitation des

AMARA BENYOUNÈS

atouts touristiques dont disposent tou- tes les wilayas sans exception», et ce, a-t-il affirmé, dans le cadre de la straté- gie suivie par le secteur pour garantir un tourisme constant tout au long de l’an- née en «accordant l’intérêt nécessaire aux régions touristiques montagneuses, climatiques et écologiques», a-t-il noté. A signaler que 95% des ZET en Algé- rie se situent dans 17 wilayas au mo- ment ou 17 autres wilayas ne disposent d’aucune zone d’extension touristique. S’agissant du balnéaire, M. Hadj Said a estimé nécessaire d’encourager les investissements saisonniers à l’instar des camps de toile et des bungalows en utilisant des matériaux de construc- tion amis de la nature eu égard à la fragilité de ces zones

Un avant-projet de loi sur la politique de la ville en cours d’élaboration

U n avant-projet de loi sur la politique de la ville est

«en cours d’élaboration» pour éclaircir, notamment, les pré- rogatives des élus locaux et de l’administration en matière de gestion des villes, a indi- qué mardi à Alger, le ministre de l’Aménagement du territoi- re, de l’Environnement et de la Ville, Amara Benyounès. «Le projet de loi relatif à la politique de la ville est en cours d’élaboration afin d’éclaircir particulièrement les prérogatives des acteurs concernés par la gestion et la promotion de la ville, notam- ment les élus locaux et l’ad- ministration», a affirmé le mi- nistre lors d’une rencontre sur la ville regroupant les élus lo- caux de la région centre. M. Benyounès a ajouté que ce

projet de texte sera présenté au gouvernement au plus tard d’ici à la fin de l’année 2013. «Il est impossible de remé- dier à la gestion des villes al- gériennes sans associer et d’une manière extrêmement importante les élus locaux», a-t-il affirmé, soulignant que les prérogatives des élus doi- vent être définis d’une maniè- re «claire» dans le cadre de ce projet de loi. Pour cela, M. Benyounès a indiqué que les élus recevront dans les plus proches délais le contenu de ce nouveau tex- te afin de leur permettre d’émettre leur avis et formu- ler des propositions. «Vous gérez des villes et vous voyez quotidiennement des problè- mes importants qui survien- nent dans cette. Vous con-

naissez tous mieux que moi

l’état dans lequel se trouvent

les villes algériennes, il est

temps de remédier» à cette situation, a-t-il dit à l’adresse

des participants. Ce projet de

loi permettra également de porter une réflexion sur la ges-

tion plusieurs grandes villes,

à savoir Alger, Oran, Cons-

tantine et Annaba. Le ministre a rappelé, par la même occa- sion, que l’ancienne loi sur la politique de ville avait répon- du à une «urgence». Les vil-

les algériennes comptent ac-

tuellement près de 65% de la population totale, estimée à

près de 38 millions, alors que 15 millions de citadins sont at- tendus dans les 20 années à venir, faisant que 8 citoyens

sur 10 vivront dans le villes.

Selon le ministre «les villes

font face à de multiples pro- blèmes liés, entre autres, à la qualité du cadre de vie, ainsi que les inégalités sociales entre les quartiers et les terri- toires et une gestion urbaine de proximité peu efficiente». La rencontre sur la ville a regroupé les élus locaux de 6 wilayas du centre du pays (Alger, Blida, Tipasa, Médéa, Boumerdès et Tizi Ouzou), ainsi que des représentants d’associations. Les travaux de cette rencontre se sont arti- culés sur trois principaux thè- mes, à savoir «La question de la gouvernance: rôle des ac- teurs et la question de coordi- nation des programme ur- bains», «La gestion urbaine de proximité», et «Les instru- ments de gestion et de pro- motion de la ville».

Yousfi visite le projet de centrale Turbines à gaz 660 mégawatts

L e ministre de l’Energie et des mines, Youcef

Yousfi, a inspecté lundi soir

à Hassi-Messaoud (Ouar-

gla) le projet de centrale

Turbines à gaz 660 mé- gawatts, implanté à 13 km au nord-ouest de la ville. Le ministre a examiné le projet qui s’étend sur une superficie de 15 hectares

et qui est destiné à faire face

à la demande en énergie,

résultant de l’implantation dans la région de divers aménagements industriels et d’habitations, garantir la fiabilité et la continuité de la qualité de service et as- surer la sécurité de l’ali- mentation en énergie élec- trique de la région de Has- si-Messaoud. D’amples in- formations ont été fournies au ministre par les respon- sables de la société algé- rienne de production d’électricité chargée de la réalisation de ce projet composé essentiellement

d’un système d’alimenta- tion en gaz naturel et d’un système d’évacuation élec- trique et une centrale élec- trique dotée de turbines à gaz. M.Yousfi a insisté sur la nécessité de terminer le projet avant juin 2014, ap- pelant, à ce titre, à renfor- cer les équipes de travail afin de respecter les délais impartis. Le projet de cen- trale Turbines à gaz a né- cessité une enveloppe de

34.124.481.686 DA et a été conçu, sur un mode respec- tueux de l’environnement,

par des sociétés algérien- nes. Le ministre de l’Ener- gie et des mines a, en outre, procédé à la mise en servi- ce du transformateur élec- trique 200/400 volts appelé à assurer une large couver- ture en énergie électrique de la région et à faire face à

d’éventuels problèmes d’approvisionnement en électricité au niveau de Hassi-Messaoud. Il a, à ce propos, donné des instructions afin d’as- surer un service de qualité et d’éviter les coupures du courant électrique, notam- ment en période estivale. Le ministre de l’Energie et des mines a entamé sa visite de travail à Hassi- Messaoud, accompagné du ministre de l’Aménage- ment du territoire, de l’en- vironnement et de la ville et du secrétaire général du ministère de l’Intérieur,MM. Amara Benyounès et Ab- delkader Ouali, avait aupa- ravant donné le coup d’en- voi officiel des travaux de réalisation de la ville nou- velle de Hassi Messaoud. La nouvelle ville est si- tuée dans la zone de Oued-Maraâ, à équidis- tance de 80 km de l’ac- tuelle ville de Hassi- Messaoud et des villes de Ouargla et Touggourt.

4ème CONGRÈS DU RND

Réunion du bureau permanent de la commission nationale de préparation

L e bureau permanent de la commission

nationale chargée de préparer le 4e congrès du Rassemblement na- tional démocratique (RND) s’est réuni lundi pour examiner la mise en place des commissions de wilaya, indique un communiqué du parti. La rencontre présidée par le secrétaire général par intérim du parti, Ab- delkader Bensalah, «a permis de passer en re- vue le contenu d’un for-

mulaire destiné aux mili- tants sur les amende- ments à apporter au rè- glement du parti, un des documents principaux à soumettre au congrès». M. Bensalah a présidé par la suite une réunion de l’instance nationale technique consacrée au processus d’adhésion au parti, au règlement de cas de restitution de la quali- té de membre et la relan- ce des mécanismes d’oc- troi de la carte au nou- veaux adhérents.

Le premier quotidien de l’Oranie fondé le 17/10/1992 Quotidien national d’information édité par le groupe

Le premier quotidien de l’Oranie fondé le 17/10/1992 Quotidien national d’information édité par le groupe de presse Ouest-Tribune au capital de 20.000.000 Da

GÉRANT-FONDATEUR

Bensahnoun Abdelkader

DIRECTEUR DE LA PUBLICATION

Abdelmadjid Blidi

DIRECTION - RÉDACTION - ADMINISTRATION 13, Cité Djamel, Oran / Tél: 041 45 31 30 Fax: 041 45 34 62 - 041 46 28 17

Ouest-Tribune PUBLICITÉ Fax: (041) 45. 34. 62 Tél: (041) 46. 28. 17 (041) 45. 31. 30 Bureau d’accueil 13, Cité Djamel- Oran Bureau Centre : Ouest- Tribune Alger 10, chemin Gascogne - Alger / (021) 65 32 96

(021) 73. 76. 78 (021) 73. 71. 28 1, Avenue Pasteur, Alger ANEP Oran: Tél: (041) 39. 10. 34 Fax: (041) 39. 19. 04

Ouest: SIO - Centre: SIA DIFFUSION:

Ouest: Ouest-Tribune

Centre: Ouest-Tribune

E-MAIL

tribuneouest@yahoo. fr

SITE INTERNET www. ouestribune-dz. com

Les documents, manuscrits et photographies, envoyés, remis, ou déposés à la rédaction, ne peuvent, en aucun cas, être réclamés.

CONCEPTION

PAO:

ANEP Alger:

IMPRESSION:

Evénement

 

3

 
 

Mercredi 31 Juillet 2013

DIX SOLDATS TUÉS PAR DES TERRORISTES

La Tunisie plonge dans le doute

La Tunisie n’est pas loin du scénario égyptien au vu des affrontements qui secouent plusieurs villes du pays. La proposition de démission pure et simple de l’exécutif émanant du parti Ettakatol, membre de la troïka au pouvoir, a été rejetée par le Premier ministre Ali Layaredh. Un statu quo dangereux ?

Smaïl Daoudi

L a situation en Tunisie évolue dangereuse- ment et linitiative sem-

ble entre les mains des terro-

ristes. Ainsi, après avoir pro- voqué un «séisme» politique avec lassassinat de loppo- sant Mouhamed Brahmi, les hordes intégristes récidivent

en signant un attentat sans

précédent dans lhistoire mo-

derne de la Tunisie. En effet,

dix militaires ont été tués lundi

dernier peu avant la rupture

du jeûne. Les militaires qui

étaient en opération dans la région du Mont Châambi à Kasserine, au Nord-ouest de la Tunisie, ont été accrochés

par un groupe armé.

Techniquement, lattentat

ne peut pas influer sur le

hamed Moncef Marzouki, a brandi «larme» de lunion nationale pour «combattre les terroristes responsa- bles de cette attaque et qui représentent une menace pour le pays». Pour le président provisoi- re, il faut absolument éviter les tiraillements politiques qui, il faut bien le reconnaî- tre donne une piètre image de la scène politique tuni- sienne où tout le monde se tire dans les pattes au mo- ment où la situation évolue

dangereusement vers le pourrissement. M. Merzouki espère trouver un élan nationaliste dans son appel au deuil national de trois jours, pour honorer la mémoi- re des soldats assassinés. Le

deuil qui a débuté hier mardi

en berne en raison des tergi- versations de la classe politi- que qui fait éterniser la phase de transition avec tous les ris- ques dinstabilité quune pa- reille situation suppose. Le double échec, politique et sécuritaire participe à lac- centuation des tensions en- tre partisans et opposants au gouvernement. La Tunisie nest pas loin du scénario égyptien au vu des affronte- ments qui secouent plusieurs villes du pays. Ce lundi, quel- ques heures après lattentat de Châambi, Sidi Bouzid, ville du défunt Mohamed Brahmi, une manifestation hostile à En- nahda a dégénéré en bagar- res entre pro et anti-Ghanou- chi, président dEn-Nahdha. Dans la ville de Kasserine, pas loin du lieu de lattentat, le lo-

déploiement de larmée tuni-

30

juillet, sachèvera le jeudi

cal du parti islamiste a été sac-

sienne dans la région, mais

01

août 2013. Cest la deuxiè-

cagé dans la nuit de lundi à

il na pas moins provoqué un grand choc au sein de lopi- nion publique et la classe politique tunisienne. En réac- tion à cet attentat, le prési- dent de la République, Mo-

me fois en quelques jours et la troisième en six mois que les Tunisiens sont appelés à faire le deuil. Ce nest manifestement pas bon pour le moral largement

mardi par des manifestants après la mort de dix militaires dans la région. Dans les arcanes du pou- voir, la détérioration de la si- tuation politique et sécuritaire

a amené le gouvernement à

proposer lorganisation d’élec- tions législatives le 17 décem- bre. Cest là une proposition de sortie de crise. La propo- sition de démission pure et simple de lexécutif émanant du parti Ettakatol, membre de

la troïka au pouvoir, a été reje-

tée par le Premier ministre Ali Layaredh. «Ce gouvernement

continuera dassumer ses fonctions, nous ne nous ac- crochons pas au pouvoir mais nous avons un devoir et une responsabilité que nous as- sumerons jusquau bout» a-t-

il déclaré dans un discours

très combatif à la télévision nationale. Il nest pas dit que la feuille de route du gouvernement fas- se lunanimité, bien au contrai- re. Le puissant syndicat tuni- sien, lUGTT joint sa voix aux opposants et réclame le départ du gouvernement. Il préconise «la composition dun gouver- nement de compétence formé par une personnalité consen- suelle» selon son secrétaire général adjoint Sami Tahiri.

TOUT EN REVENDIQUANT LA LIBÉRATION DES DÉTENUS

Les pro-Morsi affichent plus de flexibilité

L«Alliance nationale pour la légitimi- té» qui compte le courant islamiste

pro-Morsi, affichait une flexibilité dans ses positions à l’égard du règlement de la cri-

se politique en Egypte et une compré-

hension de lisolement de lancien prési- dent, revendiquant toutefois la libération

des détenus et la poursuite de laction politique. A lissue dune rencontre lundi soir avec la chef de la diplomatie euro- péenne Catherine Ashton, les représen- tants de lAlliance ont indiqué quils atten- daient un message dapaisement du pou- voir afin de préserver le caractère paci- fique de la manifestation et une garantie

de non recours à la violence, chose per-

çue comme étant une évolution dans la position des Frères musulmans et de leurs alliés quant à la reconnaissance de la nouvelle autorité de transition contre une «libération sécurisée» des respon- sables des Frères musulmans. Les autorités de la période de transi- tion ont accordé à la responsable de lUnion européenne (UE) une grande li- berté de manoeuvre pour convaincre les Frères musulmans de faire des conces-

sions contre des garanties politiques de lautorité. Il lui a dailleurs été permis de rencontrer le président déchu Mohamed Morsi avec qui elle sest entretenue pen- dant deux longues heures. Les détails de lentrevue ne seront connus que mardi à la faveur dune rencontre de Catherine Ashton avec le secrétaire général de la Ligue arabe Nabil al Arabi et dambassadeurs euro- péens au Caire. Ainsi, cette rencontre

se voulait une initiative de bonne in-

tention du pouvoir après la flexibilité manifestée par les représentants de lAlliance nationale pour le soutien de

la légitimité quant au règlement de la

crise et à l’«acceptation de toute initia- tive dapaisement du pouvoir pour pré- server le caractère pacifique de la manifestation et le non usage de la vio-

lence contre les manifestants», selon le vice-président du parti du centre Mo- hamed Mahsoub. Les représentants de lAlliance ont re- vendiqué en outre, la libération de «tous

les détenus sans les charger pour autant

de fausses accusations». Selon des sour- ces informées, la confrérie a déclaré comprendre la vision de la responsable européenne concernant lisolement de

lancien président Mohamed Morsi et la cessation des manifestations en insis- tant cependant sur les concessions de lautorité actuelle du pays. Dautre part, les Frères musulmans res- tent suspicieux quant aux garanties de lautorité actuelle comme affirmé par le dirigeant Ali al Bichr qui a exprimé à Ash- ton ses «craintes des poursuites judiciai- res contre les responsables des Frères musulmans et linterdiction de la confré- rie de toute activité politique». Ils ont même demandé à la responsa- ble de lUE de faire pression sur lautorité pour lamener à garantir la libération des responsables des Frères musulmans et la non poursuite du Morshed (guide) Gé- néral Mohamed Badii ainsi que la pour- suite de lexercice politique de la confré- rie sur la base de garanties européenne et américaine. Par ailleurs, des sources proches de la responsable aux affaires politiques de lUE ont annoncé que cette dernière avait présenté une proposition de sortie de crise aux Frères musulmans portant no- tamment sur «lacceptation de lisolement de lancien président Mohamed Morsi». La proposition comporte également «le non recours des pro-Morsi à de nouveaux sit-in», rappelant aux dirigeants islamis- tes que «le retour de Morsi au pouvoir est désormais chose impossible» et ce, contre la garantie de «leur retour à la vie politique et dune formule de règlement entre ces derniers lautorité au pouvoir en Egypte». A ce propos, le département dEtat amé-

ricain a affirmé soutenir les efforts de Catherine Ashton visant à apaiser les ten- sions et faire cesser les violences en Egypte, à contenir les différends politi- ques et à contribuer enfin à asseoir les fondements dun processus pacifique global. Lundi, ces points ont été au cen- tre dun entretien téléphonique entre le secrétaire dEtat américain John Kerry, le vice président par intérim Mohamed al

Baradei et Catherine Ashton, selon des

déclarations de la porte parole du dépar- tement dEtat américain. Elle a réitéré lap- pel du gouvernement américain à toutes les parties en Egypte à la retenue et à la réflexion, estimant que tous les acteurs en Egypte y compris les Frères musul- mans devraient jouer un rôle dans la pro- chaine étape du pays. Malgré loptimisme que revêt linitiative dAshton, linflexibilité de certaines par- ties politiques pourrait aggraver la situa- tion à nouveau. Des parties au pouvoir, des forces politiques et de la société ne dévient point et continuent de rejeter tou- te idée de réconciliation et de non pour- suite des Frères musulmans. Les forces alliées aux Frères musul- mans ont appelé, elles, à de nouvelles manifestations massives mardi et à des marches notamment en direction du mi- nistère de la Défense et des ambassa- des étrangères ainsi que la poursuite des sit-in pour réclamer le retour de Morsi. Lundi soir, des affrontements ont encore éclaté notamment à al Mansourah et al Ismailiya faisant de nombreux blessés. Enfin, des médias égyptiens ont adressé des critiques acerbes à certaines élites politiques et médiatiques qui ont établi un rapport entre le «mandat» populaire des forces armées et la police et les derniers évènements survenus dans le pays. Des rapports de presse ont fait état hier de lexistence de forces au sein du pouvoir, dirigées par Mohamed al Bara- dei, qui rejettent le recours excessif à la force et aux mesures dexception pour mettre fin aux manifestations des Frères musulmans après les derniers évène- ments en Egypte. Ces dernières soulignent limportan- ce de traiter les choses dans le cadre des droits de lhomme et conformément à la loi, estimant que les Frères musul- mans étaient une partie de la solution tout en appelant à la réconciliation et au dialogue. Les Européens et les Américains soutiennent cette tendan- ce et veillent à une coordination avec les parties concernées en vue de trou- ver un règlement à la grave crise poli- tique que traverse le pays. Synthèse: N.G

crise poli- tique que traverse le pays. Synthèse: N.G Par Abdelmadjid Blidi L’inquiétude Huit soldats tunisiens
crise poli- tique que traverse le pays. Synthèse: N.G Par Abdelmadjid Blidi L’inquiétude Huit soldats tunisiens

Par Abdelmadjid Blidi

L’inquiétude

Huit soldats tunisiens ont été tués par un groupe terroriste dans une embus-

cade près des frontières avec l’Algérie. C’est là une première en Tunisie de par le nombre des tués mais aussi de la manière atroce avec laquelle ces sol- dats ont été exécutés et égorgés. L’ar- mée tunisienne peu aguerrie à ce genre

de combats, n’arrive toujours pas à mettre hors d’état de nuire un groupe terroriste qu’elle traque dans la région depuis des mois déjà. Bien au contraire, ce sont les jeunes soldats tunisiens qui se font massacrer face à des djihadis- tes très affutés et rompus à ce genre d’affrontement. Autant dire que l’armée tunisienne mettra du temps et beaucoup de temps pour pouvoir maitriser cette nouvelle donne. Et d’ici là, le risque est grand de voir ce genre d’embuscade et d’attaques surprises se répéter et faire très mal aux jeunes soldats tunisiens. Il faut dire que notre pays a connu le même pro- cessus lorsqu’au début des années 90 des vétérans de la guerre de l’Afghanis- tan ont semé la terreur dans le pays et se sont attaqué à plusieurs casernes avec une horreur inouïe comme ce fut le cas à Telagh dans la wilaya de Sidi Bel Abbes où un vrai carnage à la hache

a eu lieu. Mais l’armée algérienne a su

s’adapter à la nouvelle donne et réussi

à inverser la situation en sa faveur jus-

qu’à l’élimination de ce dangereux fléau. Mais en Tunisie, l’armée n’est pas aussi outillée que l’armée algérienne et en plus de tout cela dans ce petit pays maghrébin la situation politique est très précaire. Les assassinats de leaders politiques ont fragilisé un gouvernement accusé de tous les maux: de l’incapaci- té à gérer les affaires du pays et jusqu’à soutenir le terrorisme. Une situation de manque, pour ne pas dire d’absence de confiance qui nourrit toutes les appré-

hensions, d’autant plus que le mouve- ment d’Ennahda ne veut pas céder face aux critiques de ses adversaires et s’en- tête à maintenir le cap, même si le Pre- mier ministre a jugé utile de mettre des dates face aux grands rendez-vous élec- toraux qui attendent le pays. Mais tout ceci n’est pas fait pour cal- mer ni rassurer une opposition mais aussi de grandes couches de la société qui ne veulent plus du pouvoir des isla- mistes et qui rêvent désormais ouver- tement aujourd’hui d’un scénario à l’égyptienne.

Sellal en visite de travail jeudi dans la wilaya de Tiaret

L e Premier ministre, Abdelmalek Sellal, effectuera une visite de travail jeudi dans la wilaya de Tiaret,

indique mardi un communiqué du cabinet du Premier ministre. Lors de cette visite, qui sinscrit dans le cadre de la mise en œuvre du programme du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, il sera procédé à lexamen de l’état dexécution et davancement du pro- gramme de développement socio-économique de la wi- laya de Tiaret, précise le communiqué. M. Sellal, qui sera accompagné dune importante délégation ministé- rielle, présidera une réunion élargie aux représentants de la société civile, ajoute la même source.

Evénement
Evénement

Evénement

Evénement
Evénement
Evénement

Mercredi 31 Juillet 2013

5

Pdg DE MOBILIS

14,2 milliards de DA de bénéfice net le premier semestre 2013

L’opérateur public de téléphonie mobile «Mobilis» a réalisé un bénéfice net de 14,2 milliards de DA durant le premier semestre 2013, a annoncé mardi à Alger son président directeur général, Saad Damma. Il s’agit d’un excédent brut d’exploitation qui a augmenté de 59% par rapport à la même période de 2012, a précisé M. Damma lors d’une conférence de presse.

ALGÉRIE-ARGENTINE

Discussions sur le développement du partenariat pharmaceutique

L e développement du partenariat dans le do-

maines des produits phar- maceutiques et de la mé- decine nucléaire ont été, lundi à Alger, au centre dentretiens entre le minis- tre de la Santé, de la Po- pulation et de la Reforme hospitalière, Abdelaziz Ziari et lambassadeur de la République dArgentine Santiago Martinez Gondra, a indiqué un communiqué du ministère. Les deux parties ont également abordé la forma- tion spécialisée médicale et paramédicale de courte durée, lors dune audience accordée par M. Ziari à M. Martinez Gondra. Les dis- cussions ont été loccasion de passer en revue l’état des relations bilatérales en

ANNABA

matière de santé, a ajouté la même source. Les deux parties ont ainsi mis lac- cent sur la nécessité de mettre en oeuvre le cadre de coopération existant pour impulser des actions communes dans les domai- nes dintérêt mutuel. Il a également été con- venu de mettre laccent sur l’échange dexpertise en matière de réglementation pharmaceutique et de re- cherche en pharmacie, lim- plication des laboratoires argentins dans la stratégie de renforcement des capa- cités nationales de produc- tion pharmaceutique, la coopération en matière de programmes de protection maternelle et infantile ainsi que dans le domaine des soins de haut niveau.

Ghoul appelle à valoriser lesdimensions économique et esthétique des projets

L e ministre des Travaux publics, Amar Ghoul, a

insisté lundi à Annaba sur la nécessité de «valoriser les dimensions économi- que et esthétique» des pro- jets de travaux publics qui reflètent le dynamisme économique et touristique des régions où ils sont im- plantés. Les projets importants accordés à la wilaya dAnnaba permettront de requalifier le réseau rou- tier et daméliorer la flui- dité du trafic, en appor- tant une touche esthéti- que, tout en dynamisant la vie économique dans la région, a affirmé le mi- nistre, soulignant «lim- pératif accompagnement de ces actions par la mo- bilisation dun personnel qualifié pour un entretien efficient». Sur le site de la nou- velle aérogare dune ca- pacité de 700.000 voya- geurs/an, en voie de réa- lisation près de laéroport

Rabah-Bitat, le ministre a insisté sur le rattrapage du retard enregistré dans

la réalisation de la piste du nouvel aéroport dont les travaux ont été lancés en 2007. Au port de pê- che de Chetaïbi, M. Ghoul a suivi un exposé sur les projets de renfor- cement des quais de ce port ainsi que de celui dAnnaba. Il a également inspecté les travaux damé- nagement de lentrée Sud de la ville dAnnaba où un ouvrage de 1,4 km a été construit pour 9 milliards de dinars, et lancé le projet daménagement de len- trée Est de la ville. Le ministre a égale- ment inspecté le projet de la route de la corniche devant relier sur 8 km la zone de Ras El Hamra à la plage dOued Begrat, dans la commune de Se- raïdi. M. Ghoul a clôturé sa tournée en suivant, au siè- ge de la wilaya, un exposé sur les études daména- gement de lentrée Ouest du Chef-lieu de wilaya et de réalisation dune pé- nétrante de 30 km qui re- liera la ville dAnnaba à lautoroute Est-ouest.

lences, marquées par des attentats et des attaques armées. Dimanche soir, 43 personnes ont été blessées dans deux puissantes explosions dans le périmètre du palais de justi- ce de Benghazi, chef lieu de lEst li- byen. Vendredi, deux officiers de la police et de larmée ont été assassi- nés dans la soirée à Benghazi, dans des attaques séparées.

L e chiffre daffaires de Mobilis a augmenté, quant à lui, de 25% du-

rant les six premiers mois de 2013, comparativement à ce- lui de lannée précédente, a- t-il ajouté. Ces résultats vont permettre à lentreprise de poursuivre le processus de modernisation de ses infras- tructures, a-t-il dit, révélant un programme dinvestisse- ment pour cet opérateur de téléphonie mobile de 142 mil- liards de DA à lhorizon 2016. Lobjectif est de moderniser loutil de production acquis

TAYEB LOUH

par Mobilis depuis 2004, fai- re face à laugmentation du nombre dabonnés et prépa- rer lentreprise aux échéan- ces nouvelles telles que le haut débit mobile et le paie- ment par mobile, a-t-il expli- qué. Sur un autre plan, M. Damma a précisé que, durant la période allant de juin 2012 à juin 2013, quelque 873.000 nouveaux abonnés ont été enregistrés, ce qui porte le nombre dabonnés à 11,4 mil- lions. Sagissant de la télé- phonie mobile de troisième génération (3G), il a affirmé

que «Mobilis est prêt pour cette nouvelle technologie» et nattend que le cahier des charges pour son exploita- tion. «Nous sommes capa- bles dans une première pha- se de satisfaire des centai- nes de milliers de clients», a-t-il estimé, précisant toute- fois que «le service ne sera pas disponible, au début, pour tous les Algériens». Concernant lentrée de Mo- bilis à la Bourse dAlger, il a indiqué que la procédure «est en cours» et «en bonne voie» en attendant laccord du Con-

seil des participations de lEtat (CPE). M. Damma a annoncé, à cette occasion, le coup denvoi du «Prix Mobi- lis de la presse algérienne» consacré aux meilleures œuvres journalistiques pu- bliées ou diffusées dans les médias algériens durant la période allant du 1 janvier au 1 octobre 2013. Les œuvres journalistiques éligibles au concours doivent traiter pour la première édition du con- cours, la thématique de lap- port des médias dans le dé- veloppement local.

La modernisation de la sécurité sociale a franchi de grandes étapes

formes visant lamélioration des presta- tions sociales, M. Louh a fait état de dis- positions «spéciales» prises au profit denfants dassurés sociaux dont le re- venu mensuel est inférieur à 40.000 Da, notamment pour ce qui est de la prise en charge des frais de lunettes médicales denfants scolarisés, grâce à une con- vention passée avec des opticiens , et qui sera mise en application à partir du 1er août 2013. Lautre prestation citée par le minis- tre, et dont lapplication interviendra en octobre prochain, à trait à la prise en charge des soins dentaires des enfants de la même catégorie dassurés so- ciaux, qui seront pris en charge «gra- tuitement» par des dentistes conven- tionnés avec la Cnas. Evoquant lamé- lioration des prestations de la sécurité

Début de l’octroi des aides financières aux victimes du séisme de Hammam Melouane

L a modernisation du secteur de la sé- curité sociale a franchi de grandes

étapes en Algérie, grâce aux investis- sements consentis pour ce faire par lEtat, a affirmé lundi à Blida le ministre du Travail, de lemploi et de la sécurité sociale, Tayeb Louh. «Les fruits de cette modernisation sont perceptibles à travers lamélioration des prestations de la sécurité sociale», a fait remarquer le ministre, précisant que le programme de réforme de ce secteur «a permis daméliorer la qualité des pres- tations, notamment pour ce qui est de la prise en charge des assurés sociaux, dont les retraités et les malades chroni- ques qui bénéficient dune couverture sociale via la carte Chiffa». Dans le cadre de la poursuite de lap- plication de ce même programme de ré-

BLIDA

Les autorités locales de la commune de Hammam Me- louane, à lest de Blida, ont entamé les opérations doc- troi des aides financières des- tinées aux victimes du récent séisme, a-t-on appris mardi dun responsable local. Le président de lAssemblée po- pulaire communale (P/APC) de Hammam Melouane, M. Aniche Brahim, a indiqué que

180 décisions doctroi de ces

aides ont été attribués lundi au niveau des localités de Megtaâ Lezreg, Tahamoult, Djebsia et Hammam Meloua- ne Centre, ajoutant que lopé- ration sera achevée jeudi pro- chain. Un total de 600 familles de Hammam Melouane vont bé- néficier de ce soutien de lEtat, a précisé M. Aniche, rappe- lant que dautres localités dé-

pendant de la daïra de Boui-

sociale, M. Louh a fait cas dune opéra- tion d’évaluation, au niveau du ministè- re, des résultats de lutilisation de la carte chiffa, ainsi que de la refonte du système de financement du secteur par voie des recouvrements, en plus de la formation des ressources humaines, qui fera lobjet de lorganisation, en octo- bre prochain à Alger, dun «grand sémi- naire» auquel prendront part des ex- perts internationaux en la matière. Par ailleurs, le ministre sest félicité de la cadence imprimée aux dispositifs publics demploi des jeunes, quant à leur accompagnement pour la création de micro- entreprises, par voie dun pro- gramme mis en place avec le concours du Bureau international du travail, pour la formation de formateurs appelés à encadrer les jeunes porteurs de projets.

nan, à limage de Amroussa, Tabainet, Melaha et Chebli sont également concernées par cette opération. La liste des bénéficiaires a été arrêtée à la suite des opé- rations d’évaluation et dex- pertise effectuées par la Pro- tection civile et les services de contrôle technique des constructions (CTC) qui ont entamé cette mission juste après la survenue du séisme. Les aides financières desti- nées à la restauration des maisons touchées sont esti- mées à 300.000 DA, a indiqué le P/APC, estimant que la plu- part des domiciles touchés da- tent de l’époque coloniale et nont bénéficié daucune opé- ration de réhabilitation par le passé. Dautre part, M. Aniche a fait état de la nécessité de ré- habilitation «totale» de l’éco-

le primaire Mohamed-Cherifi, à Megtaâ Lezreg et les 200 élèves devraient être orien- tés, selon lui, au CEM de la même localité en attendant lachèvement des travaux. Pour pallier à larrêt dacti- vité du centre postal, qui a subi des dégâts suite au séisme, un bureau de poste a été ouvert au niveau de lantenne communale dans lobjectif de répondre aux besoins des ci-

toyens, a ajouté le même res- ponsable, rappelant égale- ment que l’école primaire Arch-Ali de Hammam Me- louane et l’école coranique nécessitent également des tra- vaux de réhabilitation. Concer- nant les opérations de solidarité durant le mois de ramadan, M. Aniche a indiqué que 1.500 couffins ont été, jusque-là, distribués au profit des né- cessiteux de la commune.

Une voiture piégée découverte près d’un hôtel de luxe à Tripoli

res de sécurité de lhôtel Radisson Blu, a affirmé le porte-parole du mi- nistère, Rami Kaal, cité par lagence libyenne Lana. Douze engins explosifs artisanaux liés par un fil électrique et dix bidons dessence, de 7 litres chacun ont été trouvés à lintérieur du véhicule, se- lon le porte-parole. La Libye fait face ces derniers jours à un regain de vio-

U ne voiture piégée a été décou- verte par les services de sécurité

libyens près dun hôtel de luxe de la capi- tale où logent souvent des diplomates et

hommes daffaires étrangers, a indiqué mardi le ministère de lIntérieur. Dans la soirée de lundi, les servi- ces de sécurité ont repéré un véhicu- le suspect sans plaques dimmatri- culation, stationné près des barriè-

6

6 OranOran

OranOran

   

Mercredi 31 Juillet 2013

Dimanche 19 Juin 2011

PROJET DE LUSINE AUTOMOBILE «RENAULT ALGÉRIE»

Treizeentreprises desous-traitanced’Oranretenues

T reize (13) entreprises

publiques et privées

de sous-traitance

dOran ont été retenues der- nièrement dans le cadre du projet de lusine automobile «Renault Algérie» qui sera implanté dans la daïra de Oued Tlélat, a indiqué le di- recteur de lindustrie et de la petite et moyenne entre- prises et de la promotion de linvestissement de la wi- laya, Abderrahim Khaldoun. Ces entreprises spéciali- sées dans plusieurs cré- neaux dont le caoutchouc,

les batteries, le plastique font partie de plus de 26 en- treprises au niveau national retenues par le comité char- gé didentifier les entrepri- ses de sous-traitance de ce projet, a souligné à lAPS M. Khaldoun. Cette opération intervient dans le cadre des objectifs de concrétisation du projet de lusine «Renault Al- gérie» qui seront concentrés sur lintégration nationale de ce genre de projets. Le Pre- mier ministre, Abdelmalek Sellal, avait insisté, en ins- pectant en avril dernier le

projet de réalisation de lusi- ne Renault lors de sa visite dans la wilaya dOran, sur la nécessité dintégrer des entreprises nationales en sous-traitance dans le cadre de ce projet. Par ailleurs, linstallation du projet de lusi- ne enregistre un avancement selon le calendrier et le plan fixé avec la mise en place de la base de vie, selon le di- recteur de la PME. Le projet de réalisation de lusine, qui concrétisera laccord signé en décembre dernier à Alger à loccasion de la visite du

président français François Hollande, s’étend sur une su- perficie de 151 hectares. Une production de 25.000 véhicu- les par an est prévue dans une première phase avant dat- teindre 75.000 voitures/an. Lusine bénéficiera dune meilleure plateforme techno- logique de la société Renault, ce qui permettra la produc- tion dune voiture avec les mêmes critères en vigueur en France. La première voi- ture «Renault Algérie» sorti- ra à Oued Tlélet en novem- bre 2014.

Yasmina Khadra exprime, à Oran, un fort enthousiasme pour le cinéma

quil a consacré deux sénarios, lun pour le réalisateur algérien Rachid Bouchareb, quil compte accompa- gner dans sa percée cinématographi- que, déplorant le fait que le film «Ce que le jour doit à la nuit» na pas eu l’écho escompté en Algérie. Il a dé- claré, dans ce sens, «le cinéma chez nous est a la traîne. Au lieu de plai- der pour louverture de salles de ci- néma, certains sattaquent à linitia- tive». Abordant son expérience édi- toroiale, lorateur a fustigé certains réseaux qui sopposent à l’émergen- ce de talents algériens, qui narrivent pas à interesser le monde. «Le talent il faut le défendre» a-t-il affirmé fai- sant allusion à des lobbyisme ou ce quil a appelé «parisianisme». A titre

Le groupe “”Caméléon’’ fait sensation à Oran

Le groupe algérois “”Caméléon’’, a fait sensation lors de la soirée de dimanche organisée au Centre des conventions d’Oran, au titre de la manifestation “”Tamoranwi’’, lancée depuis le début du Ramadan.

L e talentueux romancier algérien Mohamed Mouleshoul, mondiale-

ment connu sous lappellation «Yas- mina Khadra» a exprimé, lundi soir à Oran, un fort enthousiasme pour le cinéma, décalarant «jaime toujours écrire pour le cinéma». Invité à une séance-débat «Autour dune oeuvre» dans le cadre de la 5ème édition des rencontres de lInstitut de dévelop- pement des ressources humaines (IDRH), lauteur de la prestigieuse oeuvre «Lattentat» a estimé «intérés- sant de se tourner plainement vers le 7ème art et marquer une petite trè- ve avec le roman.Histoire dexceller dans la créativité et de se lancer dans un nouveau crénau artistique». Au passage, Yasmina Khadra a révêlé

illustratif, il a indiqué quil a financé trois romans d’écrivains algériens, sans pour autant reussir à les hisser plus haut. «Le monde éditorial na rien laissé aux débutants» a-t-il conclu. Commentant les traductions de ses ouevres, Yasmina Khadra estime que « cest généralement bon, comme lat- teste le succès quelles ont rempor- tées». Faisant part de ses projets, il a annoncé la parution de son nouvel ouvrage «Les anges meurent de nos blessures» au mois daoût prochain. Un autre roman paraîtra lannée pro- chaine, a-t-il ajouté. Les rencontres de listitut IDRH se poursuivent en soirées ramadenesques avec divers activitées danimation artistiques, scientifiques et culturelles.

I ls étaient quelque 2.300 fans dOran, Mostaganem, Tlem- cen, Sidi Bel-Abbès, à faire le déplacement pour suivre le concert de ce groupe com- posée de 5 membres dont les frères Agrane Hocine et Has- san, “”unis comme les doigts dune main’’, qui ont déjà fait des “”incursions’’ à Oran, remportant, comme à laccou- tumée, un succès certain. Avant lapparition du groupe, lesplanade du CCO sest transformée en une gigantes- que discothèque sous lim- pulsion dun Dj qui a créé une ambiance explosive pous- sant même les plus hésitants parmi le public à danser et à vibrer au rythme des compo- sitions musicales les plus en vogue dans le monde. “”Cest une ambiance ma- hboula !!!’’, a lancé le DJ en direction du public. Puis le groupe “”Caméléon’’ a fait son apparition pour entamer son tour de chant avec dabord “”une intro’’ bien do- sée avant de gratifier ses fans de ses tubes les plus connus comme “”Bir sghir’’ avec son fameux “”Lila’’, “”Lillah’’, “”Nedbet’’, un hom-

mage à Chab Hasni, assas- siné dans son quartier natal de Gambetta, “”Rechamy “” ou encore ladaptation “”ver- sion Caméléon’’ de la qacida du chaabi “”Sali Houmou- mek’’ et une reprise de ladaptation de la légendaire chanson de Brel “”Ne me quit- te pas’’ signée par le défunt Kamel Messaoudi. Le groupe a choisi le nom de “”Caméléon’’ en référen- ce à ce petit reptile qui chan- ge constamment de couleurs pour sadapter à son environ- nement. Dans la pochette de son premier album, il est pré- cisé, dans “”lartist bio’’ que le groupe est “”une fusion dinfluences, le tout envelop- pé dans des rythmes et des couleurs de musique algé- rienne qui a pour objectif dim- poser son propre style’’. “”Une musique qui saffran- chit de tout type dappartenan- ce de style, de forme, de gen- re, de famille musicale, de rè- gles à respecter. Elle sinvente ses propres critères de composition, de réalisation. Nombreuses in- fluences sans pour autant que celles-ci senferment

dans des codes spécifiques de genres. “”La notion de +Caméléon+ dans une cer- taine liberté et indépendance musicale’’, lit-on sur la même pochette. Rencontré dans la loge, après la fin du concert, le lea- der du groupe, lauteur com- positeur Agrane Hassan, a expliqué, dans un entretien à lAPS que le style de “”Ca- méléon’’ réside dans “”ce mélange de styles et din- fluences musicales diverses que nous faisons dans cha- cune de nos chansons tout en gardant l’âme de la musi- que algérienne’’. “”Nous re- fusons de nous confiner dans un style particulier ou dimi- ter une tendance ou un grou- pe donné. Notre style est basé sur limprovisation et sur le fee- ling. On écrit un texte, puis on cherche la musique qui va avec. Il y a dans notre travail un côté réfléchi et spontané en même temps’’, a expliqué le jeune chanteur. Il estime quil faut “”tirer profit de la di- versité des genres musicaux du pays». “”La force de notre pays, cest sa diversité et sa

richesse musicale. Il existe un énorme gisement musical à exploiter. Il y a aussi des sources dinspiration extraor- dinaires dont doivent puiser les jeunes artistes’’, a-t-il ajouté. Il est à noter que de- puis le début du mois de ra- madan, tous les concerts sont retransmis en direct sur la place Liberté de Tamanras- set. Une prouesse technique dAlgérie Telecom, lun des partenaires de la manifesta- tion. “”Lobjectif étant de faire partager ces soirées avec les jeunes de la capitale de lAhaggar en dépit des mil- liers de kilomètres qui la sé- pare dOran», expliquent les organisateurs. Des couples, des jeunes, des moins jeunes et des familles entières se déplacent chaque soirée pour suivre lalléchant pro- gramme concocté pour égayer les nuits du ramadan. La garantie de la sécurité et la présence dés éléments de la sûreté et de la protection civile ont grandement contri- bué à encourager le public à venir découvrir le magnifique site du CCO, un balcon sur la Méditerranée.

CONTRIBUTION

Face au nouvel ordre énergétique mondial, la sécurité énergétique de l’Algérie est posée

Qu’en sera t-il des avis d’appel d’offres de partenariat lancé récemment reposant sur une politique volontariste de l’Etat, sans débats et dialogue avec les partenaires économiques , minimisant les règles du marché ?

Dr Abderrahmane MEBTOUL*

faut ajouter de 12 milliards

de dollars de services ( lAlgérie nexportant pres- que rien soit au total 67 milliards de dollars de sortie de devises en 2013 ) auquel il faudra ajouter le transfert des capitaux des compagnies instal-

 

Suite et fin

Or, selon le rapport 2013 de lOCDE, les IDE

ont en Algérie ont chuté de 70% en 2012 en référence

à

lannée 2009, date de

lées en Algérie. LAlgérie ne risque t- elle pas, en continuant dans cette voie suicidai- re de dépenser sans compter d’éponger le fonds de régulation des recettes au bout de trois années et de puiser dans ses réserves de change, en cas dun cours tournant autour de 90 dollars à prix cons- tants. La situation serait in- tenable en cas dun cours inférieur à entre 80/85 dollars avec diné- vitables remous sociaux et politiques comme la montré lexpérience des impacts de la chute des cours des hydrocarbu- res en 1986 avec des ondes de chocs entre

1989/2000?

linstauration de cette rè- gle dans la loi de finances. La nouvelle loi des hy- drocarbures de 2013 mo- difiant celle de 2006, où lassiette fiscale repose sur la profitabilité pouvant inclure des charges addi- tionnelles comme la sécu- rité et la possibilité dex- ploiter le gaz de schiste permettra t- elle de dyna- miser le secteur des hy- drocarbures ? Or selon le Financial Ti- mes davril 2013, cette loi reste toujours non attrac- tive notamment pour les gisements marginaux et la pétrochimie. Dans la pratique des af- faires, il ny a pas de sen- timents (business, busi- ness comme aiment à le répéter les américains) , une firme étant mue par la seule logique du profit , certes tenant compte des contraintes tant politiques que socio- économiques. Si elle devait aller ailleurs, cest que taux de profit est plus avantageux, et il ap- partiendra alors aux auto- rités d’être pragmatique et dadapter le cadre juridi- que. En résumé, lAlgérie peut-elle continuer à fonc- tionner sur la base dun cours du baril de 110 dol- lars (55 budgets de fonc- tionnement et 45 budget d’équipement) comme le montre récemment lex- plosion des importations de biens durant le premier

semestre 2013 allant vers 55 milliards ? Mais la balance com- merciale est un document

 

(1)- Conférence du pro-

fesseur Abderrahmane MEBTOUL à lInstitut du Développement des Res- sources Humaines IDRH -Oran- Canastel 25 juillet 2013- Professeur Abder- rahmane Mebtoul , Expert international Docteur dEtat en gestion (1974) - Directeur dEtudes Minis- tère Energie/Sonatrach

 

1974/1979-1990/1995-

2000/2006- ancien magis- trat- premier conseiller à la Cour des comptes

(1980/1983) président du Conseil algérien des pri- vatisations -rang Ministre Délégué- (1996/1999) Di- recteur dEtudes au cabi- net de la sûreté nationale- DGSN - (1997/1998)- Ex- pert au Conseil Economi- que et Social 1996/2008-

signification limitée, de- vant nous référer à la ba-

à

Expert à la présidence de la république 2007/

lance des piments docu- ment beaucoup plus fiable car à ce montant dimpor- tation de biens auquel il

2008

 

* Expert International en management stratégique

OranOran 7 Mercredi 31 Juillet 2013
OranOran
7
Mercredi 31 Juillet 2013

SID EL-HOUARI

Une bande de malfaiteurs dont trois frères arrêtés à Derb

Ph.Lazreg
Ph.Lazreg

Hiba.B

L es éléments de la po lice judiciaire de la 7ème sûreté urbaine

de Sidi El-Houari ont réus- si à mettre la main sur une dangereuse bande de mal- faiteurs. Composée de cinq

individus âgés dentre 25 et 35 ans, dont trois frères, ils terrorisaient les habi- tants de Sidi El-Houari, ainsi que les passants. Agissant sur informa- tions, les éléments de la police dOran ont mené di- manche une opération sur-

prise juste avant la rupture du jeûne. Selon le commis- saire de la 7ème sûreté, plus de 70 éléments ont pris part à cet «assaut» qui a duré 2 heures (17h30 jus- qu’à 19h30) à un moment très propice pour ce genre dintervention. Ces mal-

frats agressaient les ci- toyens à laide de chiens bergers et darmes blan- ches (épées, couteaux de boucherie, sabre de samou- raï) ainsi que de fusils har- pon et des assiettes de pa- rabole quils utilisaient comme boucliers. Lors dun point de presse organisé au siège de la Sûreté dOran hier, les responsables ont déclaré que ces malfaiteurs étaient tous des repris de justice, dont certains font lobjet dun mandat de re- cherche depuis quelques temps. Signalons que len- quête a été menée après la dernière agression dont a été victime un citoyen qui a perdu son bras. Il est im- portant de signaler que les opérations de police entrent dans le cadre de la lutte contre la criminalité de tou- tes formes pour assurer la protection des citoyens et leurs biens.

DIFFICULTÉ RESPIRATOIRE ET FORTE CHALEUR

Le service des urgences débordé

F.Abdelkrim

A vec la hausse du mercure enre gistrée à Oran ces derniers

jours, le service des urgences pneu- mologies de lhôpital dOran a enre- gistré une grande affluence de per- sonnes avec des malaises respira- toires. Sur place, on nous apprend quau courant des dernières 24 heu- res le service a admis plus de 35 personnes. Ce chiffre est multiplié par deux voire par trois les jours de grande chaleur. Sur place on nous explique que ce sont surtout les personnes âgées et ceux présentant des aller- gies respiratoires ou un asthme qui ont été admises en urgence. Concer- nant leur prise en charge, on saura que les traitements sont disponibles.

SOLIDARITÉ

A leur arrivée on les met presque im- médiatement sous oxygène en atten- dant que la crise passe puis on leur prescrit un traitement et un suivi mé- dical. Certains patients nous explique-t- on sont gardés sous surveillance mé- dicale. Il sagit surtout de malades présentant dautres pathologies tel un diabète, une insuffisance cardiaque ou autres maladies chroniques. Des conseils afin d’éviter des effets fâ- cheux pour ces malades, Il est utile que ces derniers évitent de sortir durant cette hausse de température et diminue toute activité pénible. Dun autre côté et concernant le jeûne du diabétique, une étude a été menée au niveau national par les la- boratoires MSD. Cette même étude a révélé que 79% des musulmans dia-

bétiques de type 2 jeûnent pendant le Ramadan malgré les risques de santé. Près de 4 sur 5 personnes dia- bétiques de type 2 entament leur jeû- ne du Ramadan sans recommanda- tions médicales. Il faut savoir quune diminution de la consommation alimentaire asso- ciée à certains médicaments du dia- bète, sont des facteurs de risque bien connus pour lhypoglycémie qui peut mener à des problèmes médicaux sérieux incluant la perte de cons- cience, des convulsions ou des atta- ques qui exigent un traitement dur- gence. Cest pour cette raison quil est impératif que toute personne pré- sentant une maladie chronique, doit prendre conseil chez son médecin avant dentamer le jeûne, afin de lui éviter toute complication.

Distribution de vêtements de l’Aïd

A l’instar des autres mois de l’année, les mouvements associatifs s’impliquent durant ce mois sacré pour multiplier les œuvres de charité par la distribution de repas chauds aux SDF, aux voyageurs ainsi qu’aux nécessiteux.

B.Samira

I ls effectuent aussi des opé rations de circoncisions du-

rant la dernière dizaine du mois de Ramadhan et durant la veillée de Leilet El Qadr. Ils octroient des packs ali- mentaires aux familles né- cessiteuses. A lapproche de lAïd, ils procurent des vêtements aux enfants désavantagés. A cet effet, lassociation à ca-

ractère caritatif El rifk wa El Ihssane de Bethioua a éta- bli une liste de plus de 100 enfants issus de familles dé- favorisées pour bénéficier des vêtements de lAïd. Ces tenues seront distribuées à la veillée de Leilet El Qadr par les bénévoles de ladite association. Cette opération est concrétisée grâce aux bienfaiteurs qui ont pour but de permettre aux enfants nécessiteux de passer la

fête de lAïd dans des con- ditions agréables. Par ailleurs, lassociation des amis de lenvironnement dOran a organisé dernière- ment une campagne de don du sang au niveau de Hai Ibn Sina. Le but de cette initiati- ve est de collecter le plus de sang possible pour la sur- vie des personnes qui en ont grand besoin. Les poches de sang collectées par ladite association, seront dirigées

vers le centre des enfants cancéreux de Misserghin. Notons que cette opération de don du sang se déroule sous la houlette de la direc- tion de la Santé et de la po- pulation dOran qui procure le matériel nécessaire (le clinico bus, les médecins, les poches, les serin- gues), pour que laction de don du sang se déroule dans des conditions sanitaires ré- glementaires.

LES HORAIRES DE PRIERE El Fajr 04:21 El Dohr 13:05 ElAsr 16:57 El Maghreb 20:09
LES HORAIRES
DE PRIERE
El Fajr
04:21
El Dohr 13:05
ElAsr 16:57
El Maghreb 20:09
El Ichaâ 21:45

UMC

Plusieurs cas de coups de soleil enregistrés

A Oran, les urgences sont souvent submergées par des patients souffrant de problèmes respira-

toires et autres pathologies mais, ce qui est étrange cest que des admissions pour des coups de soleil ont été enregistrées. On a beau savoir que cest douloureux et dange- reux pour la peau, il ny a rien à faire; daprès les

sondages, neuf personnes sur dix ny font pas atten- tionvoire sen moquent. Et chaque fois, il faut trai- ter en urgence ces brûlures sous peine de souffran- ces souvent insoutenables, avec des complications pour l’épiderme. Le plus simple reste lapplication deau très froide. Attention, toutefois, au degré de la brûlure. Plus dune dizaine de cas sont admis quotidienne- ment ces jours-ci aux Urgences depuis larrivée de cette canicule qui fait mal. Limprudence de certai- nes personnes qui sexposent sans précaution aux rayons de soleil ajoute à cette situation. La chaleur ambiante et un soleil au zénith font que les peaux sensibles sont vite rougies et même brûlées si on ny prend garde. «Il faut se couvrir et éviter de sexposer au soleil. Se mouiller le visage et les membres et, surtout, marcher et rester à lombre, sont les con- seils à donner aux citoyens» déclarera un médecin

Ilef.B

urgentiste au CHUO.

BOUFATIS

L’auteur du crime des 100 logements arrêté

L es éléments de la brigade de gendarmerie nationale de Boufatis ont présenté hier devant M. le Procureur

de la République près le tribunal de Oued-Tlelat, un jeu- ne de 21 ans, pour homicide volontaire avec prémédita-

tion, dont a été victime un jeune homme de 30 ans. Il a été placé sous mandat de dépôt. Rappelons que les faits remontent à vendredi passé 26 juillet à 18 heures suite à un différend survenu à la cité des 100 logements, com- mune de Boufatis, le mis en cause a assené un coup de couteau à la victime, lui occasionnant des blessures au cou. La victime a été évacuée vers les UMC où elle rendit

l’âme un peu plus tard.

ENTRAVE À LA LÉGISLATION DES CHANGES ET TRANSFERT ILLÉGAL DE DEVISES

90 000 euros saisis au port d’Oran

L affaire est mise en instruction, selon des sources sûres, dans le cadre de la lutte contre le transfert

illégal de devises et entrave à la législation des chan- ges, on apprend quavant-hier, deux émigrés, deux frè- res ont été interpellés au niveau du port dOran. Ces derniers suite à leur fouille par les éléments de la doua- ne, ont saisi dans leur bagage plus de 90 000 euros, soit l’équivalent de plus d1 milliard 500 millions. Interrogés sur ce fait, ces derniers expliqueront quils ont importé toutes ces devises, pour lancer un projet en Algérie apprendra-t-on de source sûre. Suite à leur interroga- toire par les éléments de la douane au niveau du port dOran, le dossier de cette affaire a été transféré devant le magistrat instructeur du tribunal, où apprendra-t-on une instruction sera ouverte. F.Abdelkrim

Hiba.B

8

8 Région Oran

RégionOran

   

Mercredi 31 Juillet 2013

CONSTANTINE

Souika et Rahbet Essouf

tous les parfums

du mois de Ramadan

Les quartiers mythiques de la vieille ville de Constantine, Souika et Rahbet Essouf, situés en plein cœur de la ville du Vieux Rocher, retrouvent leur «magie» à l’occasion de chaque mois de Ramadan, en dépit des profondes lézardes du temps.

L attrait que suscitent ces lieux chargés dhistoire chez les

Constantinois, notamment en pareilles occasions, procè- de dune sorte de nostalgie transmise dune génération

à lautre, comme sil ne fal-

lait surtout pas oublier que cest au sein de cette vieille ville quest née et a grandi la citadinité et les «bonnes manières» pour accueillir le mois béni de Ramadan. Malgré l’énorme expan- sion que connait aujourdhui cette ville, avec le pullule- ment de nouveaux points de commerce modernes et autres quartiers chics, la Souika et Rahbet Essouf se plaisent à se réveiller, du- rant le mois sacré, pour re- trouver leur aura dantan. «Cest lun des mystères du Ramadan», soulignent des «accros» de ces quartiers qui recourent à ces lieux my- thiques pour «adoucir» les épreuves imposées par ce mois de jeûne sur les plans physique, moral, mais aussi pécuniaire. Une virée rama- danesque dans les entrailles

BOUIRA

de ces vieux quartiers aux

venelles étroites répond à une «tradition sacrée» pour

la majorité des Constanti-

nois qui ne se lassent jamais de «fouiller les coins et les

recoins de ces endroits»,

donnant à chaque fois lim- pression quils les décou-

vrent pour la première fois.

A Souika comme à Rahbet

Essouf, les senteurs déga- gées nont rien dartificiel. Elles sont propres à ces quartiers «qui refusent de vendre leur âme et qui tâ- chent de préserver la moin- dre trace de leur fabuleuse histoire et de leur riche pas- sé», dit-on. Ces coins-repères de la ville chère à limam Benba- dis sont protégés par leur «bonne étoile» qui les a aidés, jadis, du temps des vaches maigres, à résister à la misère, et qui les aide encore aujourdhui à se «protéger» de ce quon nom- me le progrès, au luxe en- vahissant et à la richesse ostentatoire, estiment avec beaucoup de fierté et dad- miration les inconditionnels

de ces quartiers. «Même si je nai rien à y faire, je trou- verai toujours une raison

pour y aller», avoue sponta- nément Insaf, une jeune en- seignante à luniversité qui affirme avoir attrapé ce «vi- rus» depuis son enfance lorsquelle accompagnait sa maman pour faire des cour-

ses ou rendre visite à des parents. Si pour les plus nostalgiques, une randonnée dans ces vieux quartiers constitue «un besoin vital», notamment lors de ce mois sacré de Ramadan où les souvenirs du bon vieux temps remontent à la surfa- ce, elle demeure cependant «recommandée» pour les pères et les mères de fa- milles à la recherche de bon- nes affaires et des prix inté- ressants. Sur ces lieux où se mêlent le légal et linfor- mel, la spiritualité et la réa- lité avec toutes ses vérités, les Constantinois ne ris- quent jamais de rentrer «bre- douille» car ici lon trouve de tout, et en quantités «in- dustrielles. De la viande bo- vine et ovine au l´ben (petit

lait) en passant par la «khat- fa», la fameuse pâte desti- née à la farce du bourek, en passant par la galette faite maison, tout est à portée de main. La spiritualité nest pas absente, non plus. Les nos- talgiques peuvent y dégus- ter gratuitement les senteurs de lantiquité en traversant les ruelles de ces quartiers dont chaque pavé a une his- toire à raconter ou un mythe à perpétuer. Les milliers de Constantinois qui transitent quotidiennement par ces lieux, «même sils le font de manière mécanique, se res- sourcent sans même sen rendre compte», lâche Zhor, une constantinoise de 70 ans. La vieille femme quali- fie de «thérapeutique» (doua) lair empli deffluves de toutes sortes émanant de ces vieux quartiers situés à proximité du mausolée de Sidi Rached, le saint patron de la ville, enterré quelques mètres plus bas, sous le pont éponyme. A quoi ressemble- rait le Ramadan, à Constan- tine, sans la Souika et sans Rahbet Essouf

Réception en mars prochain du projet des transferts d’eau vers les communes est de la wilaya

L e projet des grands transferts deau potable vers les communes de la

partie est de Bouira, à partir du barrage de Tilesdit (Bechloul), sera réception- né en mars prochain, a assuré mardi le wali M. Nacer Maâskri lors dune visite dinspection du projet. Dans la perspective de le livrer dans les délais fixés, M. Maâskri a insisté sur limpératif daccélérer les travaux des différents chantiers qui portent no- tamment sur la réalisation de 17 nou- veaux réservoirs de 2000 à 5000 m3, destinés à lalimentation de plus de 200.000 habitants des communes dEl- Adjiba, Ahnif, Mchedallah, Chorfa, Ath

Mansour, ainsi quune partie de la com- mune de Bechloul (est de Bouira). Ac- tuellement, «les travaux connaissent un rythme satisfaisant qui nous laissent prévoir dalimenter progressivement ces communes ainsi que les régions périphériques à partir du mois de mars 2014», a souligné le wali qui inspectait les deux réservoirs principaux de 5000 m3 en cours de réalisation sur les hau- teurs de la Crête rouge près du barrage de Tilesdit. M. Maâskri sest enquis également de l’état davancement des travaux de réalisation de la seconde station de pompage qui connaissent un taux «ap-

LA SANTÉ À SOUK AHRAS

préciable» selon les estimations de la Direction de lhydraulique, qui dit pré- voir la livrer avec les deux réservoirs dici le mois de novembre prochain. A la réception de cet important projet, de 5 milliards de dinars, les pénuries en eau potable ne se reproduiront plus jamais, a assuré un responsable de la société nationale Amenhyd en charge du projet. Les délais de réalisation de ce projet qui a débuté en août 2012 ne dépasseront pas les 22 mois, selon la fiche technique. La seconde partie du projet concernera six communes de la daira de Mansoura dans la wilaya voi- sine de Bordj Bou Arreridj.

Un encadrement en-deçà du potentiel infrastructurel

L e secteur de la santé dans la wilaya de Souk

Ahras dispose dinfrastruc-

tures suffisantes mais souf- fre dun «sous encadrement en matière de médecins et de paramédicaux, indique-t- on, mardi, auprès de la wi- laya. La problématique liée

à ce déficit en personnels est

dautant plus préoccupante que des infrastructures «im- portantes» sont sur le point d’être réceptionnées, si el-

les ne le sont pas déjà à limage du complexe hospi- talier Mère et Enfant de 180 lits, inspecté par le Premier ministre lors de sa dernière visite dans la wilaya de Souk Ahras, a-t-on ajouté. Ce complexe, doté dune autorisation de programme

de plus de 900 millions de dinars, entièrement équipé, permettra de dispenser des soins en gynécologie-obsté- trique et en pédiatrie et de

prendre en charge les par- turientes, a-t-on rappelé. Trois polycliniques, trois centres de santé, et un pa- villon des urgences viennent également dentrer en fonc- tion dans des communes si- tuées dans la partie orienta- le de la wilaya de Souk Ahras, ce qui confère une acuité supplémentaire au manque de médecins, no- tamment spécialistes, selon la même source. Tous ces

projets prévus dans le cadre de la carte sanitaire nationa- le devront être confortés par la disponibilité des person- nels qualifiées nécessaires à leur fonctionnement, a-t-on également indiqué, signa- lant à ce propos que la wi- laya de Souk Ahras compte un «déficit important» en médecins spécialistes, dès lors que sur un effectif de 2.679 médecins, 58 seule- ment sont spécialisés.

ELLES ONT AGRESSÉ 16 CITOYENS À BORDJ EL-KIFAN

Neuf personnes dont huit repris de justice arrêtées à Alger

L es gendarmes de la brigade de la Verte Rive ont présenté devant M. le Procureur de la République

près le tribunal dEl-Harrach, neuf personnes dont huit repris de justice, pour association de malfaiteurs, dé- tention et commercialisation de stupéfiants, agression suivie de vol dont ont été victimes seize citoyens. Elles ont été placées sous mandat de dépôt. Dans le cadre des enquêtes ouvertes pour agressions suivies de vol commis par des malfaiteurs à hauteur de la cité Stam- bouli, commune de Bordj-El-Kiffan, les investigations entreprises par les gendarmes de ladite brigade, ont conduit à linterpellation des mis en cause en posses- sion de 13 grammes de kif traité.

MSILA

Les gendarmes ont récupéré deux camions volés et interpellé les mis en cause

T rois individus non identifiés, ont fait une incur sion au parc municipal de la commune de Me-

djedel, où ils ont ligoté le gardien pour ensuite semparer de deux camions de marque Sonacome avant de prendre la fuite. Aussitôt alertés, les gen- darmes de la brigade de Sidi-Ameur ont entamé des recherches qui ont abouti à la récupération des camions volés, et linterpellation de lun des mis en cause en loccurrence, un jeune âgé de 31 ans sur le CW. 06 reliant Sidi Ameur à Benzouh commune de Sidi-Ameur, alors que ses acolytes ont réussi à senfuir. A 21 heures, le deuxième complice fut interpellé au centre-ville de Medjedel par les gendarmes de la brigade locale qui ont ouvert une enquête.

AUTOROUTE BLIDA-ALGER

Deux voleurs dont un marchand ambulant arrêtés

T rois citoyens à bord dun véhicule de marque Chevrolet Optra, ont marqué une halte en bor-

dure de lautoroute Est-ouest pour faire des achats chez un marchand ambulant près de Boufarik dans la wilaya de Blida. Au même moment, deux indivi- dus non identifiés, ayant profité dun moment dinat- tention, se sont emparés dune mallette déposée dans ledit véhicule renfermant un micro-ordina- teur portable, un permis de conduire, un passe- port, une carte didentité et la somme de 140.000 DA, ainsi que divers documents. Alertés, les gen- darmes des brigades de Boufarik et Tassala-El- Merdja se sont déplacés sur les lieux où ils ont interpellé le marchand ambulant et son acolyte à Tassala-El-Merdja.Un troisième complice, identifié, demeure activement recherché par les gendarmes de la brigade de Boufarik qui ont ouvert une enquête. Hiba.B

RELIZANE

Lancement des travaux de réalisation de 500 logements promotionnels aidés

L es travaux de réalisation de 500 logements promo tionnels aidés (LPA) viennent d’être lancés dans la

wilaya de Relizane, a-t-on indiqué auprès de lOffice de promotion et de gestion immobilière (OPGI). Quelque 200 unités de ce quota seront réalisés au chef-lieu de wilaya et le reste est reparti sur les communes de Oued Rhiou, El Matmar et Yellel. Ces logements sajoutent à un programme de 4.400 logements du même type entamé en début dannée 2013 à travers les 38 communes que compte la wilaya, a-t-on précisé de même source. La concrétisa- tion des programmes de logements dans cette collectivi- té locale est confiée à 900 entreprises privées et étrangè- res, selon la même source. Pour rappel, dans le cadre du programme quinquennal 2010-2014, la wilaya de Reliza- ne a bénéficié d</