J.

4772

UHC 154

SESSION 2001

COMPOSITION

DE MATHÉMATIQUES

Sujet commun : ENS Ulm - Lettres et Sciences Humaines - Cachan

DURÉE : 4 heures

L’énoncé comporte 4 pages

L Usage de la calculatrice est autorisé

Tournez la page S.V.P.

lorsqiie:ti~. n}’ puis calculer E(N:). . (b) Verifier que (1. le nombre de boîtes n’ayant pas reçu de jeton./n + c lorsque n tend vers l’infini. En déduire que (c) Soit c > 0. calculer son inverse.. . y0) E E... y) E p 1x2 ./n)l de ce résultat? lorsque n tend vers l’infini.y.= r. .3y2 = 1.) de N.3y2 = 1) et E = $(x. y) E R2 1x2 . (b) Montrer que f(e) = e. et on définit la suite ((~. puis déterminer A” pour tout n E N. et A la matrice de f dans la base canonique de R2. (a) L’application f’ est-elle inversible? Si oui.. que l’on explicitera. par récurrence en posant.Jn) (b) Calculer la limite de V(NJn) P( IN. 1. * . En déduire la (on pourra exprimer N. Soit N. 3.). (a) Montrer que les éléments de cette suite appartiennent à E. On définit e = {(z. Calculer E(Nn) dans (0. On prend (x0.Jn))2.)). 2. 2. Montrer que f est un endomorphisme diagonalisable de R2.. * .Lend vers l’infini. 1) et vaut 1 si et seulement si l’événement Ai est réalisé).-2- Exercice 1 On jette au hasard r jetons dans n boîtes (n 2 3) de la façon suivante : chaque jeton a la même probabilité de tomber dans chacune des boîtes et on suppose que les jetons sont lances indépendamment les uns des autres. Soit Ai l’événement “la ième boîte n’a pas reçu de jeton”. y) H (2s + 3y.y~) = f ((xn-md)).Jn -E(N. Calculer P(Ai).n)l~e < (NJn 1 E) + 0 lorsque n tend vers l’infini.. une infinité de solutions. Calculer P(Ai fi Aj) pour tout (i. variante V(N.. On suppose qu’il existe c E IR tel que r..E(N. j) E { 1. On considére ici un nombre variable n de boîtes et l’on fait dépendre T de n (on notera alors 7. n} où 1~~ prend ses valeurs 4. .. Montrer que 8&N. 1.O) E E et en déduire..~~ pour tout n E W (~. Quelle est la signification Exercice II Soit f l’application de lR2 dans lR2 définie par (5.3y2 = 1) . z + 2y). dans F?.n-E(~. . en fonction des variables 1~~ pour i E (1. (a) Calculer la limite de E(N. de l’équation z2 . 3.

Montrer que la suite (?iTn). i.. on a I%l 2 M. on définit la longueur de u. l’ensemble des d-uplets u = (u(l). on définit (u. = 0. pour tout n E W. 2. notée ~~u~~ = &i)? d i=l De plus. si pour tout n E RT. = -1 n xk* nc k=l On suppose que la suite (X~)~L~ satisfait la propriété suivante : Xn+l?l& 5 0. on a w1 + (k .P. Vn E W. lim.. . Montrer le ik!ultat dans le cas où la suite (cz$$~&~ est identiquement nulle. cation à l’existence de partitions bien r&parties sur l’ensemble des entiers.*** Ml. telles que la suite (u~). avec une appli- NOTATIONS Dans le problème.rl est bornée par M. Pour tout vecteur u E Rd. par ) u(d)) de réels. où d est un entier strictement positif. on notera Rd. PREMIÈRE PARTIE w.e. dans ce préliminaire. une suite réelle (u. v) par (21.~~ est dite bornée par A4 E l&.. (2) Tournez la page S. ... 1. deux suites de réels positifs.V..Q~. Montrer que pour tout entier k 2 0.. En déduire alors le résultat annoncé. TJ) = c u(i)?&). 1.-3- Problème Dans ce problkme. on &udie un résultat de théorie des jeux du à Blackwell. Soit (X~)~~I une suite de réels bornée par un réel M E lF&. qu’alors la suite (zu~).l)2”- 3. 3c.~~tend vers z&o lorsque n tend vers +~XI. On note. PRÉLIMINAIRE Soient (TU~)~?~ et (u~).~~est bornée par un réel M E l& et pour tout entier n 2 1 2 n ‘UIn+lL 7 -WI+ (n Tl)2 * ( n-k ) On veut montrer. pour tous vecteurs u et 21de Rd.. i=l d Enfin..)..

Vérifier que pour tous vecteurs u. Montrer que pour tout n E W.Pr(u)11 5 Ilull. DEUXIÈME PARTIE Soient d E W et lY’la partie de wd définie par r = { (z(l). 21et. d}. pour tout Pour tout u E Rd.).. Montrer que 2I%l2+ (n : 1)2 Ixn+J? lim Tfn= 0. W{l.u). Donner un contre-exemple à la limite (3) lorsqu’on ne suppose plus que la suite (z.z(d))ElR’Iz(i)~O. Soit (x. Montrer que Wn+l L @ll . défini par \ On suppose que la suite ( IIxnll) nll est bornée et que pour tout entier n 1 1 . pour tout entier n 1 1.= a si a < 0 et a.. Donner un autre contre-exemple lorsque la suite (z~)~Z~ reste bornée mais que l’on ne suppose plus la propriété (2) vérifiée. nc k=l Rd.W%J.VII.= 0 sinon. la propriétk (2) restant vérifiée. Montrer que l’on a Ilu .4 = (v. + Aw)= (u. On note. w). Soit u E Rd.v) + A(u.Pr(u)11 5 Ilu .Xn+l . 5. on note pour tout n E w. w &. (4 IIU + VII2 = 11412 + 11412 + 2(w). (b) (u.&~ est bornée.** . l”n+d25 (5) 3. 4.. (b) Montrer que Pr(u) est l’unique élément ~&TElY’tel que 1lu . * . ?ï& l’élément de ?i&=1 n xk.-42.’ . (a) Montrer que pour tout v E I’.d}}. wn = 11% - 2 n Wn + cn : 1>2 Il%+1 . où.a@J) 5 0 Pr(zn>l12- (4 Enfin.2. komment peut-on interpréter Pr(u) gkométriquement ? 3. 2. pour tout a E $ a.pr(zn>l12( n+l 1 . on a 11~.VI 1 pour tout v E l?.>l une suite de wecteurs de Rd. on note Pr(u).urll < 1 lu .H et tout réel X on a (4 bh4 = 11412 et (u.. le vecteur x de Rd défini par x(i) = u(i)i E {l. 1. n++OO (3) 4.

...d}. . { pour i E (1. . . .. 3. E { 1. 1 sic. ” * .. Montrer que liw. d}.. T&(i) = 0 et qu’il existe i.&l de telle sorte que pour tout n E IV. 6. . on a 4. montrer que pour tout n E W et pour tout i E (1. . avec Pr défini comme dans la deuxième partie.J Soient d E W et (çJ nzl une suite à valeurs dans { 1. d}. par Fn. C+l ‘.+. que pour tout n E W. . -p..n} nAil =P(i>. Prouver alors. IV) désigne le cardinal de V. pour 1 5 k 2 n. x. . -’ Pr (%a>) 5 0. . .l{l.(l) 3-s . En déduire qu’il existe une famille (Ai)r<i<d _ _ .. d} tel que F&(in) 5 0. on a limn++oo Tri(i) = 0. TROISIÈME PARTIE . YI. + p(d) = 1. comme dans un(i) = les parties précédentes. . Montrer que l’on peut choisir la suite (c. on ait (zn 1 qGl). la moyenne arithmétique des 21. . e+ z.= 0. On définit pour tout n E IV. = v. Soit p E Rd.. En utilisant les résultats de la partie précédente.=i 0 sinon. et l’on désigne. dont toutes les coordonnées sont positives. où pour tout ensemble fini V. . et tel que P(l) + ’ . telle que pour tout i E (1... .:i I< . . . on a ~~=. que pour tout i E { 1. d).$e parties deux à deux disjointes de N. zu.-5- 5.(d) = 0. On suppose ici. Montrer que pour tout n E W . . z. 1.. 2. . .4 kl. . On définit pour tout n E IV. .