Vous êtes sur la page 1sur 77

n°7

http://www.electronique-magazine.com
L’ELECTRONIQUE PAR LA PRATIQUE n°7

Hi-Tech :
Télécommande
pilotée par GSM

Nouveauté :
RX UHF 433 MHz
à c.i. MICREL
UE
!!! NIQ
N° 7 - DÉCEMBRE 1999

ZÉ CT :
RO RO
DE ÉLE IS

Sécurité :
IR D’ MO

Lecteur de carte
RT S E
PA UR QU

à sortie RS232C
À CO HA
E C

France 27 F – DOM 35 F
TR

EU 5,5 € – Canada 4,95 $C


VO
SOMMAIRE
Shop’ Actua ...................................................................................... 4 Un lecteur de cartes magnétiques avec sortie RS232C .. 44
Toute l’actualité de l’électronique… Le système que nous vous proposons dans cet
article est étudié pour fonctionner avec les lecteurs

Informatique pour électroniciens (6) ........................................ 8


de cartes magnétiques ISO781 grâce à un simple
bus à trois fils. Il est possible de connecter plu-
Il n’est plus à prouver que l’accès aux données sieurs dispositifs sur une seule entrée série
techniques de la plupart des composants est une RS232C. Un commutateur électronique et une ligne de contrôle per-
réalité et que les gains en temps et en argent en mettent d’autoriser la communication entre l’ordinateur et la carte en
sont largement augmentés. On peut tout savoir, cours d’acquisition des données, en bloquant les autres. La sortie four-
sur tout et rapidement ! Du côté des constructeurs, nit une liaison pour chaque lecture en ajoutant éventuellement une iden-
rien de plus commercial que de proposer un support technique acces- tification de l’unité concernée.
sible gratuitement, 24 h/24, pour promouvoir ses produits. Il en est de
même avec les fabricants de logiciels. Dans ce domaine, les fabricants
mettent bien souvent à la disposition des Internautes, des versions limi- Un système de sonorisation par le secteur 220 V .............. 66
tées (ou de démonstration) gratuites de leurs fameux logiciels. Certaines Un émetteur spécial, couplé à une source BF, modu-
sociétés proposent, quant à elles, des versions shareware (libres essais), lé en fréquence et transmettant dans la bande 150-
voire même des logiciels totalement gratuits. Les électroniciens que 160 kilohertz, sert à envoyer, sur le secteur
nous sommes peuvent largement profiter de cette tendance commer- 220 volts, une sonorisation que vous pourrez “récu-
ciale pour retirer de ce gigantesque supermarché informatique, des logi- pérer” dans n’importe quelle pièce de votre appar-
ciels bien utiles pour s’épanouir dans leurs passions. tement, maison ou entreprise, sur un récepteur FM spécialement conçu
pour se syntoniser sur cette gamme de fréquence uniquement.
Un scanner de réception audio/vidéo
pour satellites TV ...................................................................... 12 Microcontrôleurs PIC
Le scanner dont nous vous proposons ici la des- De la théorie aux applications - 6e partie ...................................... 76
cription est à la télévision par satellite ce que le Nous allons continuer la description des ressources
mesureur de champ est à la télévision hertzienne. internes des microcontrôleurs PIC, en nous inté-
Cet appareil permet la lecture de la fréquence des ressant aujourd’hui à une ressource à la fois par-
porteuses audio/vidéo mais il est également équi- ticulière et très utile : la mémoire EEPROM. C’est
pé d’un moniteur LCD couleur pour la réception des images. dans cette mémoire que vous allez pouvoir stoc-
ker des données qui seront protégées contre l’effacement, même lorsque
La détermination du brochage d’un transistor ...................... 24 le dispositif ne sera plus alimenté. Une utilisation type de cette zone de
mémoire pourrait être le stockage de paramètres de calibrage d’une
L’appareil, dont nous vous proposons la descrip-
machine-outil, paramètres qui devraient, évidemment, être disponibles
a tion dans ces lignes, utilise un microcontrôleur
A a

f g b
b f

ST62T15 programmé pour déterminer le brocha-


A
à chaque mise sous tension de ladite machine-outil. Vous pourrez éga-
g
e

dp2
d c

dp1
c

ge d’un transistor. Il sait définir quelle broche de


dp1 dp2
lement utiliser cette zone mémoire lorsque vous voudrez effectuer des
d e

n’importe quel transistor est l’émetteur, la base comptages dont les résultats devront être conservés, même lorsque la
BS A302RD

ou le collecteur. Il indique également s’il s’agit d’un transistor PNP ou machine-outil sera hors tension.
NPN. Si le transistor en test est défectueux, l’afficheur le signalera.
Cours d’électronique en partant de zéro (7) ........................ 80
Une télécommande pilotée par portable GSM ...................... 30 Au lieu d’alimenter vos circuits électroniques avec
des piles qui se déchargent très vite, nous vous
Le montage proposé dans cet article est né d’une
discussion sur le non respect des règles de sécu- suggérons de réaliser une alimentation fournissant
rité par certains locataires de jet-skis. Le système des tensions de 5, 6, 9, 12 et 15 volts continus.
permet de bloquer à distance une machine lorsque Dans cette leçon, nous vous expliquerons com-
le pilote effectue des manœuvres dangereuses. Il ment monter cette alimentation capable de fournir 5 tensions continues
utilise le réseau GSM en se servant d’un simple téléphone portable pour stabilisées ainsi que 2 tensions, alternatives. Elle vous servira pour ali-
émetteur, tandis que chaque récepteur est constitué par le nouveau menter de nombreux circuits électroniques parmi ceux que nous vous
module GSM Falcom A2, avec un abonnement prépayé. La commande présenterons dans la revue.
d’activation ou de désactivation du jet-ski n’entraîne aucune consom- Etant donné que nous vous avons déjà appris, dans la leçon numéro 5,
mation d’unité. Ce système peut trouver d’autres applications dans tous comment procéder pour obtenir des soudures parfaites, nous pouvons
les cas où l’on est confronté à la nécessité d’activer, à une distance vous assurer qu’une fois le montage de votre alimentation terminé, elle
importante, un dispositif électrique, électronique ou mécanique. fonctionnera tout de suite correctement. Dans le cas contraire, si vous
avez commis une erreur, nous vous aiderons à résoudre votre panne.
Si vous soudez de façon soignée tous les composants, vous vous aper-
Un récepteur de télécommande UHF cevrez que vous pouvez faire fonctionner n’importe quel appareil élec-
à circuit monolithique Micrel ........................................................ 36 tronique, même ceux qui, au départ, vous semblaient très complexes.
Voici un récepteur monocanal sur 433 MHz, muni Une fois notre alimentation réalisée, nous aborderons les électro-aimants.
d’un relais de sortie, utilisable avec les télécom-
mandes standards de type MM53200. L’étage de
réception est très innovant car il est constitué d’un Les Petites Annonces .................................................................. 92
simple circuit intégré de 14 broches. Extrêmement
précis et sensible, il représente une alternative aux modules hybrides L’index des annonceurs se trouve page .................................. 94
CMS les plus connus. Le récepteur fonctionne en mode monostable ou
bistable. CE NUMÉRO A ÉTÉ ROUTÉ À NOS ABONNÉS LE 22 NOVEMBRE 1999

Le bon d’abonnement se trouve page 58


NOUVEAUTÉS

Shop’ Actua
Dans cette rubrique, vous découvri-
rez, chaque mois, une sélection de
nouveautés. Toutes vos informations
sont les bienvenues.
Shop’ Actua
ELECTRONIQUE magazine
BP29
35890 LAILLÉ

LOGICIELS GRAND PUBLIC

SEGA

Un microcontrôleur 68HC11 virtuel


Il n’est pas contrôleur réel par le port série COM,
nécessaire de il communique avec le simulateur par fait un tabac
posséder un un port virtuel. On charge et débogue
simulateur pour son programme comme avec un micro-
évaluer le pro- contrôleur réel.
gramme d'un Les entrées et sorties du 68HC11 sont
68HC11, parce directement accessibles. On peut
qu'on peut tra- même ouvrir tout délicatement le capot
vailler directe- du 68HC11, ce qui est déconseillé pour
ment sur la un microcontrôleur réel ! On entre donc
carte cible avec un débogueur, ce qui dans la microchirurgie.
est le point fort du 68HC11. Mais un Pour profiter pleinement d'un micro-
établissement scolaire ne peut donner contrôleur, il faut le placer sur une carte
une carte à base du 68HC11 à chaque intégrée. L'illustration présentée ici
élève, et les IUT veulent que les étu- montre l'exemple d'un 68HC11F1
diants préparent des travaux pratiques monté sur une carte Controlboy F1 avec Lors des quatre premiers jours de sa
chez eux. CONTROLORD a donc créé un afficheur LCD et un clavier. On peut commercialisation en Europe, SEGA
un simulateur du 68HC11 qui est créer sa propre carte virtuelle et pla- a vendu 185 000 exemplaires de la
désormais intégré aux compilateurs cer le microcontrôleur virtuel là-dessus. "Dreamcast" atteignant un chiffre
Basic11 et CC11, comme dans leur Le microcontrôleur virtuel est exposé d’affaires de 80 millions d’euros. La
starter kit Controlboy. comme nouveauté au salon EDUCATEC. firme compte atteindre 700 000
Le microcontrôleur virtuel se comporte Une version de démonstration est éga- exemplaires (toujours pour la seule
comme un microcontrôleur réel. Si le lement disponible sur le site Internet : Europe) d’ici la fin de l’année.
débogueur communique avec un micro- http://www.controlord.fr. ◆ http://www.sega.com ◆

GRAND PUBLIC
"Power de Luxe", le d’entre eux… et un vocabulaire total
tout en s’amusant. Une de 40 000 mots dans les 4 langues
centaine d’activités (français, anglais, allemand et espa-
ludiques et éducatives gnol). Une palette graphique est mise
sont ainsi permises : à disposition de l’enfant, afin de sti-
29 dans le domaine muler son imagination et sa créativité.
Dès l’âge des langues, 31 pour L’écran graphique affiche 4 lignes de
36 caractères. Le "Power de Luxe" se
de 7 ans ! la19pratique du français,
pour les mathéma- pilote à la souris. Pour la commande
tiques et une dizaine de jeux quiz. au Père Noël, il faudra établir un chèque
Un ordinateur, comme papa ! Dès l’âge Parmi les fonctions du "Power de Luxe" de 599 F. Disponible dans toutes les
de 7 ans, un enfant peut apprendre les se trouve un traducteur de 8 000 mots, grandes sur faces et magasins de
langues, les mathématiques avec le avec la prononciation de plus de 500 jouets. http://www.lexibook.com ◆

ELECTRONIQUE 4 magazine - n° 7
NOUVEAUTÉS

GRAND PUBLIC GRAND PUBLIC


AKG Acoustics THOMSON
Connaissez-vous

sans fil lavables, pour un maximum de confort.


L’ensemble dispose d’un circuit squelch,
Dans la série des casques AKG, voici coupant l’audio quand le signal est trop
les K305 et K405, plus particulièrement faible (éloignement excessif de l’émet-
destinés au grand public. Ces casques teur). Le récepteur se cale automati-
fonctionnent avec une liaison UHF quement sur la fréquence de l’émetteur,
433 MHz (donc sans fil), dont la portée ce qui simplifie à l’extrême l’utilisation
peut atteindre une centaine de mètres, de ce casque UHF. AKG est réputée pour
suivant l’environnement. Les écouteurs la qualité de ses casques audio et a su
ont un diamètre de 40 mm, garantissant s’adapter, de bonne heure, au marché Le marché des lecteurs MPEG3 est,
un signal audio de bonne qualité. L’émet- des casques à liaison UHF, leur adjoi- semble-t-il, considérable. Un véritable
teur, relié à la source audio (ampli Hi-fi, gnant CAF et silencieux tout en déve- engouement pour ces fichiers musi-
téléviseur, etc.) permet aussi le rechar- loppant un circuit au rapport signal sur caux, téléchargeables sur l’Internet,
gement de la batterie qui équipe le bruit très flatteur… est à l’origine de cette demande.
casque. Ce dernier dispose d’oreillettes http://www.akg-acoustics.com ◆ Ecouter de la musique avec un PC,
c’est bien, pouvoir promener ses mor-
ceaux favoris dans un "baladeur
INTERNET moderne", c’est mieux ! Avec les lec-
teurs MP3, plus de pièces en mou-
vement : vous pouvez marcher, cou-
rir, danser, sauter, la musique n’en
fera pas autant ! Lyra lit les fichiers
au format MP3 et RealAudio G2.
Equipé d’une carte "compact flash",
Vers une spectaculaire baisse des prix ! il est livré avec tous les accessoires
nécessaires au téléchargement et
transfert de fichiers. Parmi ces acces-
Club Internet fait bais- disponible depuis le soires figurent même le casque et les
ser de façon spectacu- 15 octobre. piles, afin de pouvoir écouter immé-
laire le coût de l’accès Par ailleurs, la formule diatement ses premières sélections
à l’Internet en France. "Sans Abonnement" musicales. La carte 64 Mo permet
Le "For fait Transpa- inclut la connexion à d’enregistrer jusqu’à 2 heures de
rence" permet de se Club Internet, les com- musique (ou de fichiers audio en géné-
brancher au net pour munications télépho- ral) en qualité numérique. Son LCD
97 F TTC par mois, 20 niques, l’assistance est rétro-éclairé, permettant de voir
heures de connexions étant comprises personnalisée 7 jours sur 7 et tous les la liste des artistes et des morceaux
dans cette offre. Ceci ramène l’heure services de Club Internet pour 0,22 F de musique. Le logiciel qui contrôle
de connexion à 4,85 F quel que soit le TTC/mn. Disponible depuis le début Lyra peut être mis à jour (option
moment de la journée. Ce for fait est octobre. http://www.club-internet.fr ◆ payante). http://www.thomson.fr ◆

INTERNET
portement de leur réalisation. Pour ce
NATIONAL SEMICONDUCTOR faire, le développeur choisit ses com-
Un outil de posants, les assemble en circuit, défi-
nit les conditions de test et procède à
la simulation. Bien entendu, on peut
faire varier les conditions de ces tests.
WebSim évolue en permanence, ce qui
constitue un gage de per formances
pour les techniciens utilisateurs du site.
Une sacrée avancée puisqu’ils n’au-
sur Internet ront plus besoin d’acheter un logiciel
WebSim est un outil de simulation "on de simulation : tout ce dont ils ont
line" qui permet aux concepteurs de besoin est un simple navigateur Inter-
circuits analogiques de tester le com- net ! http://www.national.com ◆

ELECTRONIQUE 5 magazine - n° 7
NOUVEAUTÉS

MESURE
VELLEMAN phique, le HPS5 est pourtant proposé au prix d’un multimètre
de bonne qualité. Destiné aux techniciens (qui doivent fré-
quemment intervenir sur le terrain, par exemple, et ne veu-
lent pas s’encombrer d’un appareil lourd et fragile), aux hob-
byistes, aux écoles (pour le prix d’un seul oscilloscope, vous
pouvez acquérir plusieurs HPS5), l’appareil convient aux
mesures de tensions, aux contrôles en audio, en vidéo, à la
“Personal Scope” visualisation de signaux numériques, aux vérifications des
installations embarquées à bord des véhicules. Bâti autour
Le "PersonalScope" HPS5 de VELLE- d’un processeur RISC cadencé à 20 MHz, sa sensibilité maxi-
MAN permet à tous ceux qui ne peuvent male atteint 5 mV par division. L’entrée s’effectue sur un
disposer d’un oscilloscope de labora- connecteur BNC, l’alimentation étant confiée à 5 piles de type
toire de s’offrir les avantages de cet appareil de mesure indis- LR6 (rechargeables en option). Son autonomie atteint 20
pensable. A ne pas confondre avec un simple multimètre gra- heures avec des piles alcalines. http://www.velleman.be ◆

INFORMATIQUE INFORMATIQUE
INTEL sur votre PC ?
La TVHD (Télévision à Haute
Intel vient d’an- Définition) se cherche toujours,
noncer la sor- en attendant que les fabricants
tie de toute parviennent à commercialiser
une gamme de des produits accessibles à tous
nouveaux pro- (par leur prix). Le PC pourrait bien leur damer le pion ! En
cesseurs (15 effet, un PC "haut de gamme" (tout au moins selon les
en tout). Avec normes d’aujourd’hui), c’est-à-dire une machine PIII tour-
la technologie 0,18 micron, Intel met sur le marché le pre- nant à 500 MHz, disposant d’une mémoire d’environ
mier Pentium III destiné aux portables. Par ailleurs, le fabri- 100 Mo, d’une carte graphique compatible TVHD, d’un logi-
cant annonce la sortie de processeurs tournant à 733 MHz, ciel capable de décoder du MPEG-2 HD… c’est tout ce qu’il
destinés aux machines de bureau. La technologie 0,18 micron faudrait pour recevoir de belles images. C’est peut-être pour
permet, entre autres, une réduction de la consommation demain car des fabricants se sont lancés dans l’aventure
d’énergie. Avec eux, grâce également à l’installation d’écrans comme Ravisent et Conexant, deux firmes US qui présen-
15” et la présence de DVD, les tent leur savoir-faire au COMDEX en cette fin d’année… ◆
portables vont offrir un intérêt
supplémentaire aux yeux des
utilisateurs qui ne seront pas
trop regardants sur le prix,
COMPOSANTS
misant avant tout sur la mobi-
lité et les performances.
TEXAS INSTRUMENTS
http://www.intel.com ◆

KITS
VELLEMAN
Grâce aux nombreuses applications des techniques DSP
(traitement numérique du signal) dont Texas Instruments
est passé maître, voici un intéressant circuit destiné à amé-
liorer considérablement les per formances des casques,
haut-parleurs et autres sources sonores (par exemple les
enceintes de PC). TI introduit une interactivité entre le haut-
parleur et le circuit sonore, offrant à l’utilisateur un résul-
tat plus réaliste, un son plus clair.
électronique Quatre circuits différents ont été
Amusez-vous ! Ce kit n’est pas bien compliqué à monter… développés dans ce but :
vous pourrez même le confier à vos enfants. N’est-ce pas TUSB3200 (qui travaille en col-
une décoration originale à l’approche de Noël ? A mettre sur laboration avec un bus USB),
votre porte, dans la voiture (ou le camion pour nos amis rou- TAS3001 (avec processeur digi-
tiers) grâce à la possibilité de l’alimenter sous 12 V (ali- tal 32 bits), TLC320AD81 (pro-
mentation normale par pile de 9 V). Ce sapin électronique cesseur audio avec convertisseur
est formé de 134 LED avec clignotement aléatoire des bou- numérique analogique intégré) et
gies. L’interrupteur "Marche-Arrêt" évite de devoir débran- TLC 320AD77 (codage décodage
cher la pile ou la source d’alimentation. haute résolution audio).
http://www.velleman.be ◆ http://www.ti.com ◆

ELECTRONIQUE 6 magazine - n° 7
I N F O R M AT I Q U E

Informatique pour
Informatique
électr
lectroniciens
oniciens
7ème partie
par tie :
Les gratuits
pour électr
lectroniciens
oniciens
Ce mois-ci nous allons, une fois de plus, montrer la puissance d’Internet. Il n’est plus à
prouver que l’accès aux données techniques de la plupart des composants est une réalité
et que les gains en temps et en argent en sont largement augmentés. On peut tout savoir,
sur tout et rapidement! Du côté des constructeurs, rien de plus commercial que de proposer
un support technique accessible gratuitement, 24 h/24, pour promouvoir ses produits. Il
en est de même avec les fabricants de logiciels. Dans ce domaine, les fabricants mettent
bien souvent à la disposition des Internautes, des versions limitées (ou de démonstration)
gratuites de leurs fameux logiciels. Parallèlement, ils proposent une vente “on line” par
carte bancaire de la version complète. Certaines sociétés proposent, quant à elles, des
versions shareware (libres essais), voire même des logiciels totalement gratuits.
Les électroniciens que nous sommes peuvent largement profiter de cette tendance
commerciale pour retirer de ce gigantesque supermarché informatique, des logiciels bien
utiles pour s’épanouir dans leurs passions.
Cette 7ème partie d’Informatique pour Electroniciens vous propose donc un tour d’horizon
de ces logiciels gratuits.

Les traducteurs
Vous voilà en possession de votre documentation fraî- frer les principales caractéristiques, le fond des expli-
chement imprimée. Trente-six pages de caractéristiques cations reste souvent obscur et par fois se prête à des
et de schémas blocs for t intéressants. Mais une fois contresens. Pas de problème, Internet est là !
de plus, ce roman technique est codé en anglais ! Même
si vos vieux souvenirs d’école vous permettent de déchif- Voyons où trouver des traducteurs Anglais/Français.
Titre Taille Adresse de téléchargement Type de logiciel Remarques
BABYLON 7,5 Mo http://www.babylon.com/ Complet Dictionnaire très complet et convivial.
Dispose d’un OCR intégré et permet de
traduire les expressions.
Word 13,5 Mo http://www.tranexp.com/ Démo Permet de scanner et de traduire un
Translator for document. Supporte la traduction d’e-mail et
Windows de page web.
Transcend 8 Mo http://www.translc.com Démo pour 30 jours Permet de traduire du texte, mais aussi
/Download/trialpage.htm des e-mail et des pages web.
HTML 783 Ko http://members.aol.com Complet Traducteur de page web.
Translator /htmltran/
Freelang 249 Ko http://www.freelang.com/freelan Freeware Enfin un dictionnaire français !
g/dictionnaire/index.html Merci à M. Beaumont.
Systran / http://www.systransoft.com/ On line Pour du mot à mot et un traducteur de page
web. Utilisable “on line”.
Tableau 1 : Traducteurs Anglais/Français téléchargeables.

ELECTRONIQUE 8 magazine - n° 7
I N F O R M AT I Q U E

Calcul de filtres analogiques, HF et numériques


En électronique, le filtrage est un Que ce soit en analogique, en HF
domaine for t utilisé dans tout type ou bien en numérique, Internet
d’application. Il s’avère donc inté- met à la disposition, des logiciels
ressant de disposer d’outils d’aide à de calculs bien souvent com-
la conception de filtres électroniques. plets.
Titre Taille Adresse de téléchargement Type de logiciel Remarques
CALCUL FILTRE
ANALOGIQUES
Filter Solution 2,2 Mo http://www.kahlereng.com Version complète Donne la fonction de transfert, tous les
/filter/ pour 10 jours graphes et le schéma.
AADE filter 2,2 Mo http://www.aade.com Version complète Calcul de filtre analogique. L’utilisation est
design and /download.htm limitée à 10 très conviviale.
analysis utilisations
PLL Loop Filter 4,3 Mo http://www.apnpc.com.au/swlib Version complète Pour le calcul des filtres de PLL.
Design /Applications/Math_Engineering
/000SBW.html
Active Filter 195 Ko http://www.sherlab.com/english Version complète Pour filtres actifs.
Design /filter.htm
Coltrane
Filter wiz pro 832 Ko http://www.schematica.com Demo - Ne donne Permet le calcul des filtres actifs à AOP.
/Fil_Xfer/Transfer.htm pas les valeurs des Très complet. Propose une multitude de
résistances schémas.
Box plot 140 Ko http://www.cedata.nl/ded Shareware Pour le calcul des dimensions et des filtres
/free_electronics_software.htm pour enceintes acoustiques.
Faisyn21 421 Ko http://members.aol.com/faisyn Shareware Calcul de filtre analogique.
/faisyn.htm
Tunnig kit 43,3 Ko http://members.aol.com/maxfro Version complète Petit programme pour le calcul des filtres HF.
/index.html
CALCUL POUR
FILTRE
NUMERIQUE /
DSP.
Scope FIR 477 Ko http://www.iowegian.com/ Version complète Permet le calcul des coefficients de filtre FIR.
CMSA Filter / http://dolphin.wmin.ac.uk On line Calcul des coefficients pour filtre numérique.
Designer /filter_design.html
Programmers / http://www.programmersheaven / Une multitude de codes en assembleur pour la
.com/zone5/cat195/index.htm programmation des CI DSP.
CALCUL DIVERS
/ FFT
Schematica 253 Ko http://www.schematica.com Version complète Petit programme qui effectue tous les calculs
Software 555 /Fil_Xfer/Transfer.htm pour le NE555.
Designer
Switchmin 1,6 Mo http://incolor.inetnebr.com Version complète Réduit puis convertit une expression logique
/double/softlib/switchmin.html en schéma à base de portes.
Scope DSP 398 Ko http://www.iowegian.com/ Version complète Permet de convertir un signal temporel en
signal fréquenciel (et vice-versa).
DADISP 1,6 Mo http://www.dadisp.com démo Plutôt orienté mathématique, ce logiciel
/cgi-bin/dmdl.pl propose des analyses de Fourrier.
Tableau 2 : Logiciels pour le calcul de filtre électronique.

ELECTRONIQUE 9 magazine - n° 7
I N F O R M AT I Q U E

Les logiciels de CAO


Ça y est, après lecture de vos docu- La deuxième étape (qui est faculta-
mentations et le calcul de vos filtres, tive) est la simulation de votre sys-
vous êtes enfin prêts à concevoir votre tème. Pour finir, il ne vous reste plus
circuit imprimé pour valider votre pro- qu’à “router” (dessiner) votre circuit
totype. Pour cela, la première étape et à imprimer le typon final.
consiste à dessiner le schéma struc- Le tableau 3 propose quelques logi-
turel. Ces utilitaires sont généralement ciels de saisie de schéma, de simu-
intégrés dans le logiciel permettant de lation, de routage ainsi que de visua-
dessiner le circuit imprimé (routeur). lisation de fichiers Gerber.
Titre Taille Adresse de téléchargement Type de logiciel Remarques
Eagle 4,2 Mo http://www.cadsoft.de Version limitée mais Saisie de schéma et routeur, à recommander.
utilisable. Très complet, sont utilisation est relativement
simple.
Protel 99 60 Mo http://www.protel.com Complet pour 30 Il vaut mieux commander le CD ! Toutefois un
jours des meilleurs logiciel de conception de circuit
imprimé.
SMASH 11 Mo http://www.dolphin.fr/ Kit d’évaluation Un simulateur superpuissant…
Winschema 98 601 Ko http://www.kagi.com démo, pas 2 logiciels : schéma et routeur.
et Wincircuit 550 Ko /alain.michel/francais.htm d’impression
98 possible
Viewlogic 2 Mo http://www.ee.ualberta.ca Démo Attention, il faut télécharger les 2 fichiers.
/~charro/cookbook/softw/ibm/
CircuitMaker 4,5 Mo http://www.microcode.com Version démo pour Saisie de schéma, simulateur et routeur.
PRO et /DEMOS.HTM 45 jours
TraxMaker 3
PRO
Simetrix 4 Mo http://www.newburytech.co.uk Version complète Saisie de schéma et simulateur.
/Pages/download.html
MMIC 9 Mo http://www.optotek.com Démo Schéma et simulation. Le meilleur pour la HF
/software.htm et les micro-ondes.
Wiring diagram 50 Ko http://www.Geocities.Com Complète Petit logiciel pour la saisie de schéma.
2000 /SiliconValley/Park/5228
Pspice 3 Mo http://www.engr.unl.edu/ee shareware Le simulateur le plus connu au monde.
/eeshop/cad.html
WinLAP 249 Ko http://www.schematica.com complet Petit simulateur.
download /Fil_Xfer/Transfer.htm
APLAC 4,1 Mo http://www.aplac.com/ Démo Simulateur de circuits non linéaires.
Utilitaire
Gerber
CAMCAD 3 Mo http://www.rsi-inc.com Démo Pour visualisr vos fichiers Gerber.
/cgi-bin/demo/getinfo.pl
GC-prevue 3 Mo http://www.graphicode.com/ complet Pour visualisr vos fichiers Gerber.
GerbTool 32 bit 5,4 Mo http://www.ivex.com/ Démo Pour visualisr vos fichiers Gerber.

Tableau 3 : Tout pour la saisie de schéma, la simulation, le routage et les utilitaires Gerber.

Assembleur et système de développement pour microcontrôleurs


Voilà, vous y êtes, vous avez sor ti chimique. Il ne vous reste plus qu’à Une fois de plus, cette tâche pourra
votre circuit imprimé du bain de per- programmer votre microcontrôleur dont être réalisée par un logiciel téléchargé
chlorure de fer et vous venez de finir le suppor t reste, pour le moment, sur le web. En voici quelques
de souder votre dernier condensateur désespérément vide. exemples classés par famille.
Titre Taille Adresse de téléchargement Type de logiciel Remarques
Pic MPLAB 10 Mo http://www.microchip.com/10/ Complet Le système de développement de Microchip.
Tools/PICmicro/DevEnv/MPLABi
/Software/V41212/index.htm
Scenix 100 Ko http://www.scenix.com/tools Complet Assembleur et désassembleur
SASM 43 Ko /index.html pour microcontrôleur Scenix.
SX12_dis
Motorola / http://www.mcu.motsps.com Complet Vous trouverez à cette adresse une multitude
/download/index.html de systèmes de développement pour micros
Motorola.
STXX / http://eu.st.com/stonline Complet Vous trouverez à cette adresse tous les outils
/microcontrollers/index.htm pour la programmation des micros de la
famille STXX.
Xasm220 161 Ko http://ftp.iis.com.br/pub Complet Assembleur pour : 6800 - 6801 / 6802 - 6502 -
/simtelnet/msdos/crossasm/ 6805 - 68HC08 - 6809 - 68HC11 - 68HC16 -
8051 / 8052 - 803x / 873x / 875x - 8085 -
8080 - Z80 - 8086 - 8096.

Tableau 4 : Assembleur / système de développement.

ELECTRONIQUE 10 magazine - n° 7
I N F O R M AT I Q U E

Gestion des ports de communication pour PC


Bien que votre prototype semble nateur ; ou bien écrire un petit pro- réalisable par des logiciels référen-
fonctionner correctement, vous gramme (et ce n’est pas bien compli- cés à titre d’exemple dans le
n’avez toujours pas testé le trans- qué), à l’aide d’un langage de pro- tableau 5.
fer t des données, recueillies par grammation simple, qui permet une
votre capteur, vers l’ordi- discussion personnalisée
nateur. Pour ce faire, deux et automatique avec votre
solutions s’offrent à vous : car te.
utiliser un programme de
type “Terminal” pouvant La première solution, qui
visualiser à l’écran les don- reste la plus facile à mettre
nées reçues sur les liai- en œuvre, mais qui se
sons séries de votre ordi- révèle la plus limitée est
Titre Taille Adresse de téléchargement Type de logiciel Remarques
PC Anywhere 16,5 Mo http://shop.symantec.com Complet 30 jours Très performant.
/trialware/subsites/fr/index.html
Hyperterminal 860 Ko http://www.hilgraeve.com/htpe complet Pour ceux qui ne l’auraient pas !
/downloadsites.html
Look RS232 1 Mo http://www.fcoder.com complet Simple mais efficace.
PRO /shareware.htm
Freecomm 871 Ko http://hotfiles.zdnet.com complet Fonctionne sous DOS.
/cgibin/texis/swlib/hotfiles
/info.html?fcode=0000JV

Tableau 5 : Logiciel de communication RS232.

La deuxième solution apparaît beau- RAZ ou configuration de votre car te, des données sur disque dur. Elle
coup plus personnalisée : menus mais aussi représentation graphique pourra être mise en œuvre par l’un
adaptés à l’application, envoi d’ordres, des résultats, statistiques et stockages des programmes du tableau 6.

Titre Taille Adresse de téléchargement Type de logiciel Remarques


QBASIC 300 Ko http://members.aol.com Complet Langage de programmation QBASIC.
/qscott12/qbasicd.html
Free PASCAL 2 Mo http://www.arava.co.il/~uri/fp Complet Langage de programmation PASCAL.
/download.html

Tableau 6 : Logiciel pour la programmation des PC.

Saisie de plan et sérigraphie pour la mise en boîte


Maintenant que votre prototype fonc- biller de votre plus belle boîte (évitez aussi les utiliser pour créer vos séri-
tionne à mer veille, votre caractère celles pour les chaussures, elles ne graphies pour les dif férents mar-
per fectionniste n’admet pas que sont pas assez rigides !). Les logi- quages frontaux (l’utilisation de
vous laissiez cette carte, coiffée de ciels suivants vous aideront à des- feuilles autocollantes A4 passées
tous ses fils multicolores, aussi peu siner des plans mécaniques pour le à l’imprimante semble être un com-
présentable. Vous décidez de l’ha- perçage et l’usinage. Vous pourrez promis intéressant).

Titre Taille Adresse de téléchargement Type de logiciel Remarques


SmartDraw 1,8 Mo http://www.smartdraw.com Freeware - Primé par tous les bancs d’essais.
/freecopy.htm Entièrement A utiliser sans modération !
fonctionnel pour 30
jours
Mayura draw 340 Ko http://www.mayura.com/ Démo
TS CAD/Draw 8 Mo http://download.cnet.com complet
/downloads
/0-10074-101-874175.html
Tableau 7 : Tout pour la saisie de plan et pour la sérigraphie.

Il ne va pas sans dire que la liste Une recherche par le nom du pro- étapes de réalisation d’un petit proto-
d’adresses fournie dans cet article est gramme devrait vous permettre de la type.
loin d’être exhaustive. Vous pourrez retrouver.
toujours la compléter en utilisant des Pour illustrer ce cheminement, nous
moteurs de recherche (voir article pré- utiliserons des logiciels “gratuits” vus
cédent). De plus, Internet étant en per- Le mois prochain dans cet ar ticle, en expliquant leurs
pétuel mouvement et évolution, cer- fonctionnements par le détail.
taines adresses peuvent se révéler être Nous commencerons une série d’ar-
“vides” ou modifiées de leur contenu. ticles visant à expliquer les différentes u M. A.

ELECTRONIQUE 11 magazine - n° 7
SATELLITES

Un scanner de
réception audio/vidé
audio/vidéo
pour satellites TV
Le scanner dont nous vous proposons ici la description est
à la télévision par satellite ce que le mesureur de champ est
à la télévision hertzienne.
Cet appareil permet la lecture de la fréquence des porteuses
audio/vidéo mais il est également équipé d’un moniteur LCD
couleur pour la réception des images.

n installateur d’antenne, la position d’un


qu’il soit professionnel quelconque satel-
ou particulier, devant lite et verrait immé-
positionner une diatement, tout en
parabole sur un restant sur le toit ou
satellite TV, peut évidem- sur son échelle si la
ment y parvenir en s’aidant parabole est orientée de
seulement d’une boussole façon parfaite.
et d’un inclinomètre à
défaut de disposer d’un Le projet que nous vous
mesureur de champ adé- présentons ici cherche à
quat. Dans ces conditions, Figure 1 : Sur la face avant du scanner, nous trouvons un afficheur répondre à cette attente. Il
LCD sur lequel nous pouvons lire la fréquence audio ou vidéo et
il ne saura pas à coup sûr dispose d’un afficheur LCD
un moniteur LCD couleur qui permet de voir les images reçues.
si la parabole est bien qui ser t pour lire la fré-
orientée vers le bon satel- quence de la por teuse
lite ni si elle est centrée de façon parfaite. vidéo, celle de la porteuse audio et l’état de charge de la
batterie. Par ailleurs, un moniteur LCD couleur sert à visua-
Pour s’en assurer, il devra descendre du toit ou de son liser les images transmises par les émetteurs captés.
échelle, aller voir sur le téléviseur quels émetteurs il reçoit
et, s’il s’aperçoit qu’il a dirigé la parabole vers un satellite
adjacent, il devra monter de nouveau sur le toit ou sur son Rôles des commandes
échelle et déplacer légèrement la parabole. Il devra répéter
ce petit manège plusieurs fois, jusqu’à l’obtention d’un Sur le panneau frontal de cet instrument nous ne trouvons
résultat acceptable. Sauf coup de chance extraordinaire, le que quatre boutons poussoirs et trois inverseurs, ce qui
résultat en question ne sera jamais parfait. rend son utilisation très simple.

Si cet installateur disposait d’un mesureur de champs éco- En fait, un inverseur sert pour la mise en service (S1), un
nomique pour satellite TV, il pourrait rechercher rapidement second pour le scanner (S2), un autre pour lire la fréquence

ELECTRONIQUE 12 magazine - n° 7
SATELLITES

matiquement toute la bande 11 -


12 GHz et vous verrez, sur le moniteur
ENTRÉE
LCD, les images transmises par les
émetteurs que vous capterez. MASSE
1 = ALIMENTATION LNB

Vous noterez immédiatement que, à la


différence des mesureurs de champ 4 = + 12 V

pour la TV hertzienne, sur cet appareil


il n’existe aucun instrument indiquant TUNER 7 = SORTIE PRÉDIVISEUR
SHARP
la valeur en dBµV (décibels/microvolts) 9 = TENSION ACCORD
10 = + 5 V
du signal reçu. La raison de cette 11 = TENSION C.A.G.
absence s’explique facilement.
14 = SORTIE VIDÉO + AUDIO
15 = TENSION C.A.F.
Dans le cas de la TV hertzienne, il est MASSE
indispensable de disposer d’un galva-
nomètre pouvant indiquer l’amplitude
en dBµV du signal reçu. En ef fet, Figure 2 : Les connexions des
chaque émetteur, outre transmettre 10 broches qui sortent du tuner
Sharp. Les deux broches marquées
avec une puissance dont la valeur lui “masse” sont directement reliées
est propre, peut se trouver à une dis- au blindage du tuner.
tance variable, à 50 comme à 200 km,
du point de réception. Le résultat de la
mesure de ce signal est donc indis-
pensable pour définir le type d’antenne
directive à utiliser, son orientation
exacte et le niveau de l’éventuelle
amplification à lui appliquer.

Dans le cas de la TV par satellite, ces


problèmes n’existent pas. Le satellite,
situé dans l’espace sur une position
fixe, envoie vers la terre un signal ne Figure 3 : Les signaux audio et vidéo
devant pas être amplifié. Sur la para- présents sur les prises de sortie,
bole est fixé un LNB (Low Noise Bloc, peuvent êtres appliqués sur un
tête faible bruit) qui permet déjà une téléviseur couleur équipé d’une prise
péritélévision.
amplification maximale et à la conver-
sion de ce signal sur une fréquence
comprise entre 1 et 1,7 GHz environ.
Pour augmenter l’amplitude du signal,
il faut augmenter le diamètre de la para- 17
bole. Mais, dans nos régions, les para-
boles de 60 à 80 cm sont largement 4
suffisantes pour assurer une réception
des porteuses vidéo et audio (S3), deux parfaite.
poussoirs pour l’accord (P1-P2), un 6 20
poussoir pour commuter la polarisation En cas de signal faible, plutôt que de ENTRÉE ENTRÉE
horizontale et verticale (P3), et un pous- vouloir augmenter le diamètre de la AUDIO VIDÉO

soir pour envoyer aux LNB bibande une parabole, il suffit souvent de chercher
fréquence de 22 kHz pour passer de à l’orienter avec une bonne précision Figure 4 : Le signal audio est
la bande des 11 GHz à celle des vers le satellite que l’on désire rece- appliqué sur la broche 6 et le signal
vidéo sur la broche 20 de la prise
12 GHz (P4). voir. péritélévision mâle. Aux broches 4
et 17, est reliée la tresse de
En déplaçant le levier de l’inverseur S2 Pour déterminer si la parabole est par- blindage des deux câbles audio et
en position OFF vous pourrez utiliser faitement orientée vers le satellite, un vidéo.
l’appareil comme un simple récepteur moniteur est pratiquement indispen-
TV et, pour vous syntoniser sur la fré- sable, sauf quant à réaliser des brico-
quence que vous désirez recevoir, vous lages abracadabrants et souvent dan- moment où les images apparaîtront
devrez seulement appuyer sur les pous- gereux lorsqu’ils sont utilisés sur une exemptes de bruit. Il peut arriver éga-
soirs P1 et P2. La fréquence d’accord échelle ! Si vous vous trouvez décalé, lement de devoir bouger très légère-
est visualisée directement sur l’affi- même de quelques millimètres seule- ment le LNB vers la gauche ou vers la
cheur LCD. ment, par rapport au point requis, vous droite.
verrez des images pleines de bruit (voir
En déplaçant le levier de l’inverseur S2 figure 26). Dans ce cas, le moniteur du
en position ON, l’appareil commute sur scanner vous sera de la plus grande Le tuner Sharp
le mode scanner. utilité. En sur veillant l’image, vous
devrez déplacer légèrement la parabole Dans ce projet nous avons utilisé un
En appuyant simultanément les pous- vers la gauche ou vers la droite et/ou tuner (syntoniseur) Sharp pour satel-
soirs P1 et P2, vous explorerez auto- vers le haut ou vers le bas, jusqu’au lite TV.

ELECTRONIQUE 13 magazine - n° 7
SATELLITES

Figure 5 : La dimension utile de l’écran du moniteur LCD est


de 80 x 65 millimètres. La définition d’un moniteur LCD ne
peut pas être comparée à celle d’un téléviseur couleur.
Néanmoins, cette solution est plus que suffisante pour
effectuer les réglages d’une parabole dans des conditions
optimales.

Figure 6 : Photo l’arrière du moniteur LCD. C’est du


petit connecteur situé sur la droite que sortent les
fils permettant l’alimentation et la sortie des signaux
audio et vidéo (voir figure 22).

Sur la figure 2 nous représentons les oscillateur génère une fréquence termédiaire du microcontrôleur IC8 lors-
connexions de ses broches et en voici de : qu’un tel signal est détecté.
la description :
950 + 479,5 = 1 429,5 MHz Broche 14 – Sortie audio/vidéo – De
Broche 1 – Alimentation LNB – Sur cette broche sortent le signal vidéo et
cette broche est appliquée la tension Si nous nous syntonisons sur une fré- les porteuses audio.
qui doit rejoindre, à travers le câble quence de 1 750 MHz, l’étage oscilla-
coaxial, le LNB installé sur la parabole. teur génère une fréquence de : Broche 15 – Tension de CAF – (AFC en
Si nous appliquons une tension de 18 anglais = CAF = commande automa-
volts sur cette entrée nous recevrons 1 750 + 479,5 = 2 229,5 MHz tique de fréquence). Cette broche n’est
tous les émetteurs qui transmettent en pas utilisée dans notre application.
polarisation horizontale. Etant donné que le diviseur interne
divise cette fréquence par 128, de cette
En appliquant une tension de 13 volts broche sor tira une fréquence variant Description
nous recevrons tous les émetteurs qui de : du schéma électrique
transmettent en polarisation verticale.
Si nous ajoutons un signal carré de 1 429,5 : 128 = 11,16 MHz Commençons la description du schéma
22 kHz à ces deux tensions et que à électrique, donné en figure 7, en par-
nous disposons d’un LNB bibande, ce 2 229,5 : 128 = 17,41 MHz tant de la broche 14 du tuner Sharp,
dernier commutera automatiquement d’où sortent le signal vidéo et les por-
sur la bande des 12 GHz. Broche 9 – Tension de syntonisation – teuses audio modulées en FM.
Sur cette broche, il faut injecter une
Broche 4 – +12 V – Sur cette broche tension qui, d’un minimum de 0,6 volt, Le signal vidéo, avant d’être appliqué
est appliquée une tension de 12 volts atteigne un maximum de 15 volts pour sur deux transistors amplificateurs, TR4
qui ser vira pour alimenter tous les pouvoir syntoniser le groupe de 950 à et TR5, est égalisé par une cellule de
étages présents dans le tuner. 1 750 MHz. désaccentuation composée de la résis-
tance R26 et du condensateur C24.
Broche 7 – Sortie prédiviseur – De cette Broche 10 – +5 V – Sur cette broche, Cette cellule permet de nettoyer les
broche sor t la fréquence de l’étage il faut injecter une tension de 5 volts fronts montant des signaux de syn-
oscillateur local divisée par 128 par un nécessaire pour alimenter le prédivi- chronisation et de burst qui passent
prédiviseur interne. Nous attirons votre seur par 128. ensuite à travers un filtre passe-bas,
attention sur le fait que l’étage oscil- destiné à éliminer les porteuses audio,
lateur local, oscille sur une fréquence Broche 11 – Tension de CAG – (AGC en composé de C25, JAF2 et C26.
de 479,5 MHz plus élevée que la fré- anglais = CAG = commande automa-
quence à recevoir. tique de gain). Cette broche est utili- Sur le collecteur du transistor PNP TR5
sée pour signaler la présence d’un est présent un signal vidéo amplifié qui
Ainsi, si nous nous syntonisons sur signal TV et pour bloquer automati- est appliqué, à travers le condensateur
la fréquence de 950 MHz, l’étage quement la fonction scanner par l’in- C29, sur la base du transistor NPN

ELECTRONIQUE 14 magazine - n° 7
SATELLITES

Liste des composants LX.1415


Note : Les composants avec l’astérisque sont montés sur le circuit imprimé LX.1415/B.

R1 : 10 kΩ C1 : 1 000 µF électrolytique C62 : 22 pF céramique


R2 : 100 kΩ C2 : 100 nF polyester C63 : 1 µF électrolytique
R3 : 18 kΩ C3 : 100 nF polyester C64 : 100 nF polyester
R4 : 4,7 kΩ C4 : 3,9 nF polyester C65* : 10 nF polyester
R5 : 10 Ω C5 : 10 nF polyester C66* : 100 nF polyester
R6 : 1 kΩ C6 : 1 nF polyester JAF1 : self 47 µH
R7 : 0,1 Ω 1/2 W C7 : 470 µF électrolytique JAF2 : self 56 µH
R8 : 1 kΩ C8 : 470 µF électrolytique JAF3 : self 10 µH
R9 : 330 Ω C9 : 1 000 µF électrolytique JAF4 : self 10 µH
R10 : 6,8 kΩ C10 : 1 000 µF électrolytique JAF5 : self 2,2 µH
R11 : 1 kΩ C11 : 100 nF polyester JAF6 : self 10 µH
R12 : 100 Ω C12 : 470 µF électrolytique JAF7 : self 22 µH
R13 : 1 kΩ C13 : 100 nF polyester
R14 : 820 Ω C14 : 100 nF polyester MF1 : Pot MF 10,7 MHz (rose)
R15 : 560 Ω C15 : 4,7 nF polyester MF2 : Pot MF 10,7 MHz (vert)
R16 : 1,5 kΩ C16 : 470 nF polyester FC1 : Filtre céramique 10,7 MHz
R17 : 220 Ω C17 : 100 nF polyester
R18 : 4,7 kΩ C18 : 100 nF polyester XTAL : Quartz 8 MHz
R19 : 47 kΩ C19 : 100 nF polyester DV1 : Diode varicap BB405B
R20 : 4,7 kΩ C20 : 100 µF électrolytique DS1 : Diode 1N4007
R21 : 4,7 kΩ C21 : 2,2 µF électrolytique DS2 : Diode Schottky BYT11/800
R22 : 1 kΩ C22 : 10 nF céramique DS3 : Diode Schottky BYT11/800
R23 : 100 kΩ C23 : 1 nF polyester DS4 : Diode Schottky BYT11/800
R24 : 220 Ω C24 : 220 pF céramique DS5 : Diode 1N4148
R25 : 1,8 kΩ C25 : 33 pF céramique DS6 : Diode 1N4148
R26 : 820 Ω C26 : 33 pF céramique DS7 : Diode 1N.4148
R27 : 1 kΩ C27 : 10 µF électrolytique
TR1 : Transistor NPN BC547
R28 : 33 kΩ C28 : 10 µF électrolytique
TR2 : Transistor NPN BC547
R29 : 10 kΩ C29 : 100 nF polyester
TR3 : Transistor NPN BC547
R30 : 100 Ω C30 : 100 nF polyester
TR4 : Transistor NPN BC547
R31 : 220 Ω C31 : 100 nF polyester
TR5 : Transistor PNP BC557
R32 : 1,5 kΩ C32 : 470 µF électrolytique
TR6 : Transistor NPN BC547
R33 : 1 kΩ C33 : 470 µF électrolytique
TR7 : Transistor NPN BC547
R34 : 470 Ω C34 : 1 nF polyester
R35 : 100 kΩ C35 : 10 nF polyester
FT1 : Transistor FET J310
R36 : 1 kΩ C36 : 47 pF céramique
FT2 : Transistor FET J310
R37 : 1 kΩ C37 : 10 nF polyester
R38 : 100 Ω C38 : 10 nF polyester
MFT1 : Transistor MOS P.321
R39* : 10 kΩ pot. lin. C39 : 56 pF céramique
ou MTP3055
R40 : 22 kΩ C40 : 100 nF polyester
R41 : 22 kΩ C41 : 47 pF céramique IC1 : Circuit intégré UC3843
R42 : 22 kΩ C42 : 150 pF céramique IC2 : Circuit intégré NE555
R43 : 56 kΩ C43 : 33 pF céramique IC3 : Circuit intégré LM317
R44 : 150 Ω C44 : 56 pF céramique IC4 : Circuit intégré NE602
R45 : 100 kΩ C45 : 1 nF polyester IC5 : Circuit intégré LM3089
R46 : 1 kΩ C46 : 100 nF polyester IC6 : Circuit intégré TDA7052B
R47 : 120 kΩ C47 : 10 nF céramique IC7 : Circuit intégré 74HC4520
R48 : 100 kΩ C48 : 10 nF céramique IC8 : CPU programmé EP.1415
R49 : 1 kΩ C49 : 10 nF polyester IC9* : Circuit intégré MM5452
R50 : 330 Ω C50 : 10 nF céramique F1 : Fusible 3A.
R51 : 4,7 kΩ C51 : 10 nF céramique
R52 : 4,7 kΩ C52 : 4,7 µF électrolytique T1 : Transform. mod. TM.1415
R53 : 2,7 kΩ C53 : 4,7 µF électrolytique S1* : Inverseur
R54 : 33 kΩ C54 : 6,8 nF polyester S2* : Inverseur
R55 : 1 kΩ C55 : 470 nF polyester S3* : Inverseur
*R56 : 1 MΩ pot. lin. C56 : 100 nF polyester
R57 : 4,7 Ω 1/2 W C57 : 100 nF polyester P1 à P4* : Poussoirs
R58 : 5,6 kΩ C58 : 470 µF électrolytique LCD1* : Afficheur S5018
R59 : 2,2 kΩ C59 : 100 nF polyester
LCD2 : Moniteur LCD couleur 4”
R60 : 3,3 kΩ C60 : 100 nF polyester
*R61 : 47 kΩ C61 : 22 pF céramique TUNER : TunerTV SAT Sharp

ELECTRONIQUE 15 magazine - n° 7
SATELLITES

VERS IC8
12 V
S1 DS2
E S
IC3 13/18 V

F1 DS1
T1 C7 C8 R R17
25 V
C1 C2
DS3
12 V R16
BATTERIE CHARGEUR R3
12 V - 3 A BATTERIE C9 C11
C5 R15
C10 TR1
5V C
B
DS4
R14
R4 E
R2 C16 R18
C12 R8 R9
1 2 7 MFT1 C13 C14
8
R11
R5 D 7 3
G
8 6
R10
R1 IC1 S IC2
R6 6
4 3 2 4
C3 5 1
C6 R7 R12 R13
C15
C4

12 V 5V
C30
JAF3

C27
ENTRÉE R30 TR5 C31
TUNER SHARP R28
B
E
DS5
JAF2 C28
TR4 C
R25 R27 B
C TR6
C29 C
1 4 7 9 10 11 14 15 R32 B
C32
E
R26
V. LNB

Vcc

OUT PRESC.

V. SYNTO.

V. AGC

OUT VIDEO + AUDIO

V. AFC

E
R29 R31 R33
13/18 V C24 C25 C26 R34
12 V
C33
5V

C17 12 V 5V
C18 C19 C20 C34

D
C35 C37 MF1
G R37 8 R38
1 4
S

FT1 IC4
R35 C36
25 V 2 5
R36 3 6 7 C39
JAF4 C38
R20
R19
C
TR2
B R21

C21 E

C43

R22
5V C42
JAF1 12 V

C22 R23 C41


TR3 R24 ACCORD R40 R41
C23 C FRÉQUENCE JAF5
B AUDIO R39
DV1
C40 C44 R42
E

Figure 7 : Schéma

TR6, qui permet de maintenir stable la Le signal audio Le signal, récupéré sur sa source, avant
luminosité des images. De l’émetteur de rejoindre la broche 1 du circuit intégré
de ce transistor nous prélevons un Toujours de la broche 14 du tuner nous IC4, un NE602 utilisé comme oscillateur
signal vidéo standard PAL que nous prélevons, à travers le condensateur C34, convertisseur, passe à travers un filtre
pouvons injecter à l’entrée d’un quel- le signal des porteuses audio à appli- passe-bande composé de JAF4 et C35.
conque moniteur couleur ou même noir quer sur la porte (gate) du transistor FET Ce filtre ne laisse passer que les por-
et blanc. FT1 utilisé comme étage séparateur. teuses audio comprises entre 6 et 8 MHz.

ELECTRONIQUE 16 magazine - n° 7
SATELLITES

MONITEUR LCD AFFICHEUR LCD

LOBAT
12 V

40 1 38 2 39 3 8 30 29 11 10 9 31 32 12 25 24 15 14 13 26 27 16 21 20 19 18 17 22 23 28

23 24 29 30 31 33 34 2 40 39 38 37 36 35 3 10 9 8 7 6 5 4 11 18 17 16 15 14 13 12 32

IC9

1 25 19 20
21 22
CK IN OSC R61 Vcc
5V
C65 C66
R57 C58
12 V
C57
DA F1
1
3 8
IC6 HP
12 V
SORTIE MONITEUR
6 5
VIDEO AUDIO 2 4
5V
R58
C53 C55 C64
R55
4 2 11 23
19
C54 VOLUME
C56 R56 R59
TP1 C59
17
R54 C52 OFF S2
R53 JAF7 SCAN.
ON
MF2
11 13 6 8 10
1 9 6 AUDIO S3
R50 FREQ.
IC5 R52 7
VIDEO
3 10
2 4 5 14 7
P1
FC1 R60 14
18 IC8
ACCORD
C51 R51 P2
C50 C60 13

P3
15 POL. H/V

9 P4
16 22 kHz
1
5V 5
R46
C46 C48 DS6 22
16 10 15 9 7 1
JAF6 R47 14 27 3
FT2 C49 IC7 DS7 12
C45 D R45
G 20 21
2 6
C47 C 8 XTAL C63
S B
R43 TR7 R48 R49
R44 E C61 C62

électrique du scanner.

Toutes les porteuses audio sont appli- En reliant à la broche 6 l’inductance Si nous appliquons une tension de
quées sur la broche 1 du mélangeur JAF5, avec en parallèle la diode varicap 12 volts sur la diode varicap, une fré-
IC4, qui effectue la conversion sur la DV1, et en faisant varier la tension de quence d’environ 19 MHz est générée.
fréquence standard de 10,7 MHz, par polarisation de cette diode par l’inter-
l’intermédiaire de l’étage oscillateur médiaire du potentiomètre R39, nous Si la tension est de 0 volt, une
qui se trouve sur les broches 6 obtenons une variation de la fréquence fréquence d’environ 16 MHz est géné-
et 7. générée par cet étage oscillateur. rée.

ELECTRONIQUE 17 magazine - n° 7
SATELLITES

Un transformateur moyenne fréquence, ledit signal à un amplificateur


accordé sur 10,7 MHz (MF1), est externe ou à la prise SCART
connecté sur les broches de sortie 4 (péritélévision) d’un quelconque
7
et 5 de IC4. Il est donc facile de déduire téléviseur.
que, lorsque l’étage oscillateur génère 2
une fréquence de 19 MHz, nous
sommes syntonisés sur la por teuse Le signal vidéo
audio de :
Après avoir traité le problème 8
19 - 10,7 = 8,3 MHz du signal audio, à présent
voyons comment faire pour syn- 1
Quand l’étage oscillateur génère une toniser le tuner Sharp sur toute C
B
fréquence de 16 MHz, nous sommes la gamme comprise entre
syntonisés sur la porteuse audio de : 950 MHz et 1 750 MHz. E 6
C
B
16 - 10,7 = 5,3 MHz Comme nous l’avons déjà indi-
E
qué, pour pouvoir varier la fré-
4

OSC.
Ainsi, en tournant le potentiomètre quence d’accord, il est néces-
R39, nous pouvons syntoniser toutes saire d’appliquer sur la broche
les porteuses audio, standardisées sur 9 de ce groupe, une tension
ces fréquences, des émetteurs TV : variable de 0,6 à 15 volts.

6,50 - 7,02 - 7,20 - 7,38 - 7,56 - Comme cela est mis en évi-
7,74 - 7,92 MHz dence sur le schéma électrique, 3 5
cette broche 9 est connectée UC 3843
Il faut savoir que la porteuse audio prin- au collecteur du transistor TR2,
cipale se trouve sur 6,50 MHz ou sur dont la base est raccordée, à
6,60 MHz et qu’elle est répétée sur les travers la résistance R21, à la Figure 8 : Schéma synoptique du circuit
deux porteuses de 7,02 et 7,20 MHz broche 9 du microcontrôleur intégré UC3843 utilisé dans l’étage
pour obtenir une audition stéréo. IC8. d’alimentation à découpage pour obtenir
le 5 volts, le 12 volts et le 25 volts (voir
Les autres porteuses, toujours en sté- De la broche 9 du microcontrô- IC1 sur la figure 7).
réo, sont utilisées pour transmettre de leur IC8 il ne sort pas une ten-
la musique, des informations non liées sion continue, mais un signal
aux images vidéo ou bien à transmettre carré avec un rapport cyclique
dans une langue différente. variable. Cela veut dire que le 6 7 8
rapport de la durée de la demi-
Comme vous pouvez le noter, les deux onde positive par rappor t à la
demi-onde négative change, OSCILLAT. VOLT REG. 5
por teuses vidéo sont séparées de
0,18 MHz. Ainsi, ne vous étonnez pas maintenant stable la fréquence.
d’entendre le même signal audio sur
MIXER
d’autres fréquences : Pour transformer le signal carré
en une tension continue, nous 1
7,02 + 0,18 = 7,20 MHz utilisons le condensateur C21 2 4
situé après la résistance R19.
7,38 + 0,18 = 7,56 MHz
Quand la demi-onde positive 3
NE 602
7,74 + 0,18 = 7,92 MHz parvient à la largeur maximale,
nous obtenons une tension de
Tous les signaux audio convertis sur 15 volts et lorsqu'elle descend
Figure 9 : Schéma synoptique du circuit
10,7 MHz, sont prélevés du secondaire à sa largeur minimale, nous intégré NE602 utilisé comme
de la bobine MF1 et appliqués, après obtenons une tension de 0,6 oscillateur/convertisseur pour prélever
être passés à travers un filtre céra- volt. toutes les sous-porteuses audio (voir IC4
mique (FC1) de 10,7 MHz, sur la broche sur la figure 7).
d’entrée 1 du circuit intégré LM3089 Pour élargir ou rétrécir ce signal
(IC5), qui est un démodulateur FM. carré, il faut appuyer sur les
deux poussoirs P1 et P2.
Le signal BF démodulé, disponible sur 1 8 IN A 1 8 Vcc
la broche 6 de ce circuit intégré, est En appuyant sur P1, nous élar- 2 7 IN B 2 7 OSC.
3 6 GND 3 6 OSC.
transféré à travers la résistance R53 gissons la demi-onde positive 4 5 OUT A 4 5 OUT B
sur le circuit intégré amplificateur de et, de ce fait, la fréquence d’ac-
puissance IC6 qui pilote un petit haut- cord du tuner augmente car la UC 3843 NE 602
parleur. valeur de la tension appliquée
sur la broche 9 augmente.
A travers la résistance R55 et le Figure 10 : Brochages, vus de dessus,
condensateur électrolytique C53 le En appuyant sur P2, nous rétré- des deux circuits intégrés UC3843 et
signal BF rejoint la prise de sortie audio cissons la demi-onde positive ; NE602.
qui peut être utilisée pour appliquer ainsi la fréquence d’accord

ELECTRONIQUE 18 magazine - n° 7
SATELLITES

descend car la tension sur la broche tionner sans problème jusqu’à une fré- Si, à travers l’inverseur S3, nous sélec-
9 diminue. quence maximale de : tionnons le diviseur IC7 pour visualiser
sur l’afficheur la fréquence du signal
La fréquence générée par l’oscillateur 8 : 6 = 1,33 MHz vidéo, la fréquence qui entre sur la
local, qui comme nous le savons est broche 27 est multipliée par 16, puis
supérieure de 479,5 MHz à la fré- La fréquence générée par l’étage oscil- par 128. Au résultat obtenu on sous-
quence sur laquelle est syntonisé le lateur audio (IC4) varie d’un minimum trait 479,5 qui est la fréquence de l’os-
tuner Sharp, est divisée par 128 par de 16 MHz jusqu’à un maximum de cillateur local du tuner Sharp.
un prédiviseur interne. Ainsi, de la 19 MHz. Pour pouvoir l’appliquer sur la
broche 7 du tuner, sort une fréquence broche d’entrée 27 du microcontrôleur Si, à travers l’inverseur S3, nous sélec-
variable de 11,16 MHz à 17,41 MHz. IC8, il est nécessaire de la diviser par tionnons le diviseur IC7 pour visualiser
16. sur l’afficheur la fréquence du signal
Si nous syntonisons le tuner sur audio, la fréquence qui entre sur la
950 MHz, sur la broche 7 nous retrou- La fréquence de l’oscillateur audio, pré- broche 27 est multipliée par 16. Au
vons une fréquence de : levée sur la broche 7 de IC4, est ampli- résultat obtenu on soustrait 10,7 qui
fiée par l’étage composé de FT2 et TR7. est la valeur de la fréquence intermé-
(950 + 479,5) : 128 = 11,167 MHz Récupérée sur le collecteur de TR7, à diaire (MF).
travers le condensateur C49, elle est
Si nous syntonisons le tuner sur appliquée sur la broche 2 du circuit Ainsi, nous lirons sur l’afficheur la fré-
1 750 MHz, sur cette broche 7, nous intégré IC7 qui précède le second divi- quence exacte du signal vidéo (voir
retrouvons une fréquence de : seur contenu dans le boîtier. La fré- figure 11), ou bien celle du signal audio
quence appliquée sur son entrée est (voir figure 12).
(1 750 + 479,5) : 128 = 17,417 MHz prélevée de la broche de sor tie 6 et
divisée par 16. Ainsi, nos 16 et 19 MHz Il faut signaler que la fréquence vidéo
La fréquence prélevée de la broche 7 deviennent 1 et 1,18 MHz. qui apparaît sur l’afficheur n’est pas
du tuner est appliquée sur la base du celle transmise par le satellite, mais
transistor TR3 qui procède à son ampli- celle que le LNB envoie sur l’entrée du
fication. La suite tuner.
du fonctionnement
La fréquence amplifiée, prélevée du col- Les LNB classiques convertissant la
lecteur de TR3, est appliquée sur la Les broches de sortie 1 et 5 du micro- fréquence du satellite sur une fré-
broche 10 de IC7, un 74HC4520 qui, contrôleur (IC8) permettent de sélec- quence inférieure de 9 750 MHz, si
comme nous le voyons sur la figure 29, tionner le premier diviseur du signal nous captons un émetteur transmet-
contient un double diviseur. vidéo quand l’inverseur S3 ne relie pas tant sur la fréquence de 10 834 MHz,
la broche 10 à la masse, ou bien de à l’entrée du tuner, nous aurons une
La fréquence que nous prélevons de la sélectionner le second diviseur du fréquence de :
broche de sortie 14 de IC7 est divisée signal audio quand l’inverseur S3 relie
par 16. Ainsi, nos 11,16 MHz et la broche 10 à la masse. 10 834 - 9 750 = 1 084 MHz
17,41 MHz deviennent 0,69 MHz et
1,08 MHz. Toutes les fréquences vidéo ou audio, Le nombre 1 084 apparaîtra donc sur
divisées par 16, entrent sur la broche l’afficheur.
Cette division par 16 est nécessaire 27 du microcontrôleur lequel, à l’aide
parce que le microprocesseur IC8 n’est de calculs mathématiques, permet Si nous captons un émetteur trans-
en mesure de fonctionner sans erreur d’obtenir un nombre correspondant à mettant sur la fréquence de
que sur des fréquences environ 6 fois la fréquence qui doit être visualisé sur 11 671 MHz, sur l’entrée du tuner nous
inférieures à la fréquence du quar tz l’afficheur. aurons une fréquence de :
d’horloge placé entre les broches 20
et 21. Par l’intermédiaire d’une liaison série, 11 671 - 9 750 = 1 921 MHz
le microcontrôleur envoie ces données
Comme nous utilisons un quar tz de sur les broches 21 et 22 du driver IC9 Le nombre 1 921 apparaîtra donc sur
8 MHz, le microcontrôleur peut fonc- qui, à son tour, pilote l’afficheur LCD. l’afficheur.

Figure 11 : En déplaçant l’inverseur “FREQ.” (S3) en Figure 12 : En déplaçant l’inverseur “FREQ.” (S3) en
position “VIDEO”, la fréquence du signal vidéo s’inscrit position “AUDIO”, la fréquence du signal audio s’inscrit
sur l’afficheur. sur l’afficheur.

ELECTRONIQUE 19 magazine - n° 7
SATELLITES

21 40
AFFICHEUR LCD
R61

C66
Figure 13 : Schéma d’implantation des
IC9 composants de la platine LX1415/B vu du côté
P1 sur lequel et inséré le circuit intégré MM5452
(IC9). La découpe du connecteur (CONN.1) est
C65

dirigée vers ce circuit intégré.


20 1
P2
S2 S3 S1
CONN. 1
P3

P4 R56 R39

DU C.I. LX 1415

LCD

REPÈRE
REPÈRE P1

18 mm P2

P3

Figure 14 : Schéma d’implantation des


composants de la platine LX.1415/B vue du
côté sur lequel est monté l’afficheur. Avant de S1 S3 S2 P4
fixer les deux potentiomètres, il faut raccourcir
leur axe à 18 mm. Lorsque vous insérez
l’afficheur dans son support, il faut placer le
repère situé sur le verre vers la gauche. CONN. 1

R39 R56

Si nous voulons connaître la fréquence Si le nombre 1 362 apparaît sur 1 362 + 9 750 = 11 112 MHz
de l’émetteur TV capté, nous devons l’af ficheur, nous sommes syntoni-
ajouter 9 750 au nombre apparaissant sés sur l’émetteur qui transmet Les LNB bibande qui permettent de
sur l’afficheur. sur : passer de la bande des 11 GHz à la

ELECTRONIQUE 20 magazine - n° 7
SATELLITES

ENTRÉE 12 V VERS BATTERIE Figure 15 : Schéma d’implantation des


composants de la platine LX.1415. Sur cette
platine, la découpe du connecteur (CONN.1) est
dirigée vers le bas. Des deux prises situées sur
la gauche, nous pouvons prélever les signaux
VERS S1
audio et vidéo à appliquer sur la prise
péritélévision d’un téléviseur couleur (voir
12 V figure 4).

ENTRÉE
TUNER SHARP

F1

C17

C19

C18
C11

JAF4
R36 R35
C36

DS1
C22

C35
R25 R20 TR2

FT1
R54 R23 R22

JAF1
C10

C34

TR3
C57
C23
C1
C21
R19
R37 C52
R7 C44 R38 TP1 R51 R24
T1 SORTIE
MFT1 C43
C37

H.P.

JAF7
( mod. TM 1415 )
C9
IC4 MF1 IC5
C38

MF2
C45

DS3 C39 JAF5 FC1 R50 R53 R52


R42 FT2 R46 C50
C54
DS4 C42 C51
C47 C48

C55
R6 R5 C2 C41
R8
JAF6

C3 DV1

C56
IC6
C40

R1 VERS
DS2 TR7 C58
R41 R56
IC1 R43 R44
C5

C4

C6

R40
C12 C49 R57 VERS
R21 R39
R2 R45
C46

C13 C31 R27 R26 IC7


JAF3

R4 R3
JAF2
R17 R16 R15 R14 R18
C25

C28 DS7 DS6


TR1

C27
IC3 R28 TR4
C26 R47 R48
C7 R58
R31 R29

C59

R59
R30 C24
TR6 TR5
C30

R49
R9 R32
C14

R12 R33 C62


C16

DS5 C29
C8
IC2 R60 C63
R10 R34
C15

IC8 XTAL

R55 C32 CONN. 1


C53
+V GND GND SIGNAL
C60

R11 R13 C61

C33

C64

VERS MONITEUR LCD VERS LX 1415 B

AUDIO VIDÉO

SORTIES MONITEUR

bande des 12 GHz, en appliquant sur de 10 600 MHz. Ainsi, si nous captons 12 051 - 10 600 = 1 451 MHz
le câble coaxial une fréquence de un émetteur transmettant sur
22 kHz, convertissent la fréquence du 12 051 MHz, sur l’entrée du tuner arri- Le nombre 1 451 apparaîtra donc sur
satellite sur une fréquence inférieure vera une fréquence de : l’afficheur.

ELECTRONIQUE 21 magazine - n° 7
SATELLITES

Si nous captons un émetteur trans- En résumé, la mise à la masse de la 1 – Avec le circuit hors tension, dépla-
mettant sur la fréquence de résistance R14 fait passer de 18 à cez le levier de l’inverseur S2 sur SCAN
12 423 MHz, sur l’entrée du tuner arri- 13 volts la tension présente sur la ON.
vera une fréquence de : broche de sortie de IC3.
2 – La parabole ne doit être dirigée vers
12 423 - 10 600 = 1 823 MHz Pour obtenir de nouveau les 18 volts, aucun satellite.
il suffit d’appuyer une nouvelle fois sur
Le nombre 1 823 apparaîtra donc sur le poussoir P3. 3 – Dès que le circuit est alimenté,
l’afficheur. vous verrez apparaître sur l’afficheur
Quand le LNB est disposé sur la pola- deux petites lignes “– –” pour confir-
Par tant de là, si nous avons envoyé risation verticale, sur la gauche de l’af- mer que le scanner est en train de

––
vers le LNB bibande la fréquence de ficheur apparaît le symbole “ ”. mémoriser le niveau de bruit généré
22 kHz, pour connaître la fréquence de par le LNB pour l’utiliser comme niveau
l’émetteur reçu, nous devons ajouter En appuyant le poussoir P4 des 22 kHz, de seuil. Un signal quelconque, capté
10 600 au nombre qui apparaît sur l’af- le microcontrôleur valide l’étage oscil- par le LNB et en mesure de dépasser
ficheur. lateur IC2 qui commence à générer un le niveau de seuil mémorisé, sera un
signal carré sur cette fréquence. Ce signal vidéo capté du satellite.
Si le nombre 1 905 apparaît sur l’affi- signal, présent sur la broche de sortie
cheur nous sommes syntonisés sur un 3 de IC2, est appliqué, à travers le 4 – Une fois que le niveau de bruit sera
émetteur qui transmet sur : condensateur C16, sur la broche R du mémorisé, les deux lignes “– –” dis-
circuit intégré IC3, qui la mélange à la paraîtront de l’afficheur et, à leur place,
1 905 + 10 600 = 12 505 MHz tension continue de 18 volts ou apparaîtra la fréquence minimale sur
13 volts qui se trouvent sur sa broche laquelle est syntonisé le tuner.
Pour envoyer vers le LNB la fréquence de sortie.
de 22 kHz, il faut appuyer sur le pous- 5 – A ce point, en appuyant simulta-
soir P4 relié à la broche 16 du micro- Sur la droite du microcontrôleur IC8 nément sur les deux poussoirs P1 et
contrôleur IC8. En appuyant une nous trouvons l’inverseur S2 marqué P2, la fréquence commencera à mon-
seconde fois, la fréquence de 22 kHz “SCAN.” “OFF” et “ON”. En déplaçant ter du minimum vers le maximum en
est annulée. le levier de l’inverseur S2 sur “OFF”, cycle continu et, dès que le récepteur
cet appareil peut être utilisé comme capte un signal vidéo d’un quelconque
Pour savoir si nous avons bien envoyé s’il s’agissait d’un simple récepteur émetteur, le balayage se bloquera auto-
les 22 kHz sur le LNB, il suffit de regar- pour satellite. matiquement. Pour voir les autres émet-
der le signe “+” qui apparaît sur la teurs, il est nécessaire d’appuyer de
gauche de l’afficheur LCD, indiquant si nouveau sur P1 et P2 et, quand le scan-
celui-ci est prépositionné sur la polari- Pour résumer ner rencontrera un autre émetteur, il
sation horizontale ou verticale. Quand s’arrêtera de nouveau.
le 22 kHz est présent sur le LNB, ce En appuyant le poussoir P1, nous dépla-
symbole clignote. çons l’accord sur les fréquences supé-
rieures. En appuyant le poussoir P2, En aparté : comment
Le poussoir P3, relié à la broche 15 du nous déplaçons l’accord des fré- régler la parabole
microcontrôleur, est utilisé pour faire quences supérieures aux fréquences
basculer le LNB de la réception des inférieures. En appuyant simultanément Cette fonction de balayage est très utile
émetteurs en polarisation horizontale les poussoirs P1 et P2 le récepteur pour positionner la parabole sur un
aux émetteurs en polarisation verticale effectue un balayage de toute la bande. satellite dont on ne connaît pas la posi-
et vice-versa. Dans ce mode, pour l’arrêter sur une tion exacte.
émission, il suffira d’appuyer un des
Chaque fois que nous allumons le scan- deux boutons P1 ou P2. En fait, après avoir mis en fonction le
ner celui-ci se positionne automati- scanner, il suffit de déplacer la para-
quement sur la polarisation horizontale, Lorsque nous serons syntonisés sur bole dans le sens horizontal en partant
condition qui est confirmée par le sym- une émission, pour nous caler fine- de l’est vers l’ouest et, si l’on ne par-
bole “–” apparaissant sur la gauche de ment, il suffira d’appuyer alternative- vient pas à capter un signal, il faut rele-
l’afficheur. ment P1 ou P2, et de tourner le poten- ver de quelques degrés, dans le sens
tiomètre R39 pour rechercher la ver tical, l’angle de la parabole, puis
En appuyant le poussoir P3 pour pas- fréquence des signaux audio. déplacer de nouveau la parabole de
ser sur la polarisation ver ticale, le l’est vers l’ouest. En supposant ne tou-
microcontrôleur commande le passage Si nous déplaçons le levier de l’inver- jours capter aucun satellite, il faut à
de 18 volts à 13 volts de la tension seur S2 sur “ON”, à première vue, il nouveau relever la parabole de
qui entre dans la broche 1 du tuner n’apparaît aucune différence car toutes quelques degrés et répéter cette opé-
Sharp. Il effectue cette commande en les fonctions décrites plus haut s’exé- ration jusqu’au moment où l’on réus-
polarisant la base du transistor TR1, cutent exactement de la même sit à capter un émetteur.
lequel passe en conduction et court- manière. La seule différence induite
circuite à la masse, par l’intermédiaire par la position “ON”, c’est qu’elle per- Grâce au logo de la chaîne, pratique-
de son collecteur, la résistance R14. met de commander l’arrêt automatique ment toujours incrusté dans l’image
La valeur du pont diviseur, formé par du balayage sur le premier émetteur reçue par le moniteur, nous compren-
R14, R15, R16 et R17, réglant la que le récepteur parvient à syntoniser. drons si l’émetteur capté est celui du
valeur de la tension de sor tie du cir- satellite désiré ou bien provenant d’un
cuit intégré stabilisateur IC3, se trouve Pour activer cette fonction, il faut pro- satellite adjacent.
ainsi modifiée. céder de la façon suivante : ◆ Suite et fin le mois prochain

ELECTRONIQUE 22 magazine - n° 7
MESURE

La dé
déter
termination
mination
du brochage
brochage
d'un transistor

Figure 1 : Cet appareil vous permettra de détecter rapidement la disposition


des pattes E, B et C d'un transistor et de savoir s'il s'agit d'un type PNP ou
NPN. Si le transistor en examen est défectueux, vous verrez apparaître sur les
afficheurs 7 segments le mot anglais "bAd" (mauvais).

L'appareil, dont nous vous proposons la description dans ces lignes, utilise
un microcontrôleur ST62T15 programmé pour déterminer le brochage d'un
transistor. Il sait définir quelle broche de n'importe quel transistor est l'émetteur,
la base ou le collecteur. Il indique également s'il s'agit d'un transistor PNP
ou NPN. Si le transistor en test est défectueux, l'afficheur le signalera.

ombien de fois vous est-il arrivé de vous retrou- Etant donné que ce genre d'appareil ne se trouve pas faci-
ver avec un transistor dont vous ignoriez le bro- lement dans le commerce, il suscitera l'intérêt de tous les
chage et, ne connaissant pas son nom, s'il s'agis- amateurs et, plus encore, celui des dépanneurs. Ces der-
sait d'un PNP ou d'un NPN ? niers, en effet, lorsqu'ils se trouveront devoir remplacer un
transistor inconnu dans un appareil "made in Taïwan" ou
Si vous réalisez ce circuit, il vous suffira de relier, grâce à "made in Korea", sauront immédiatement établir s'il s'agit
ses trois pinces crocodiles d'entrée, les trois broches du d'un PNP ou d'un NPN.
transistor et d'appuyer sur le bouton P1 pour voir apparaître
immédiatement sur les afficheurs l'ordre dans lequel sont Ce circuit pourra se révéler très utile également lorsque, à
disposées ces broches, c'est-à-dire E-B-C ou B-C-E, ainsi l'occasion d'un salon, on vous proposera des transistors à
que leur polarité, PNP ou NPN. des prix tellement alléchants que vous serez en droit de

ELECTRONIQUE 24 magazine - n° 7
MESURE

douter de leur qualité. 19, 20 et 21 il y ait une


Grâce à cet appareil, vous tension de valeur bien
pourrez immédiatement définie afin d'établir s'il
les contrôler et si, dans le s'agit vraiment des
lot, il devait y en avoir de broches du collecteur.
défectueux, vous verriez
apparaître le mot anglais En fait, le microcontrôleur
"bAd", qui signifie "mau- relie ses sorties aux trois
vais". douilles dans l'ordre sui-
vant, en fonction de la dis-
position des pattes du
Schéma transistor :
électrique
19 – 23 – 27 pour les
Comme vous pouvez le Figure 2 : Photo du circuit imprimé monté, vu du côté des affi- pattes dans l'ordre EBC,
voir sur la figure 4, le cheurs 7 segments. Si vous effectuez des soudures parfaites, le 19 – 26 – 24 pour les
circuit fonctionnera dès la mise sous tension.
schéma électrique de ce pattes dans l'ordre ECB,
circuit est très simple, car 22 – 20 – 27 pour les
il utilise un seul micro- pattes dans l'ordre BEC,
contrôleur et trois af fi- 22 – 26 – 21 pour les
cheurs 7 segments pour pattes dans l'ordre BCE,
faire apparaître E-B-C, 25 – 23 – 21 pour les
NPN ou PNP. pattes dans l'ordre CBE,
25 – 20 – 24 pour les
Pour établir, sans possibi- pattes dans l'ordre CEB.
lité d'erreur, laquelle des
trois broches est l'émet- Si, après avoir ef fectué
teur, la base et le collecteur, les 6 contrôles avec la
le microcontrôleur relie de polarité demandée par un
façon séquentielle les NPN et les 6 autres avec
broches 19, 20 et 21 à la la polarité inverse pour un
masse pour vérifier si le PNP, le microcontrôleur
transistor est un NPN, puis détecte un mauvais fonc-
il les relie au positif pour Figure 3 : Photo du circuit imprimé, vu du côté du microproces- tionnement du transistor,
seur. Dans ce montage, on utilise des résistances de 1/8 de watt.
vérifier si c'est un PNP. il af fiche alors le mot
"bAd".
Ensuite, toujours de façon séquentielle, rechercher la Base et commute auto-
le microcontrôleur envoie une onde car- matiquement les broches 25, 26 et 27. Pour alimenter ce circuit, nous avons
rée sur les broches 22, 23 et 24 pour Il vérifie alors qu'en sortie des broches utilisé une pile de 9 volts mais, puisque

C1 C2
R7 R8 R16 R18 R20
DS1
E E E
B B B
TR1 TR2 TR3 DS2
R17 C C C
P1 6 2 1 5 R19 R21
7
8
9 S1
R1
22 R9 A A A
a
19 18
R10 b
25 17
R2 R11
R3 c
23 16
R12 d
20 IC1 15
R13 PILE 9 V
26 e
R4 14
R14 f
R5 13
24 R15 g
21 12
27 10 AFFICHEUR 1 AFFICHEUR 2 AFFICHEUR 3
TRANSISTOR DS3
R6
EN TEST 3 4 11 28
DS4

FC1 C3 DS5

Figure 4 : Schéma électrique du circuit capable de reconnaître la disposition des pattes E, B et C d'un transistor et d'éta-
blir s'il s'agit d'un PNP ou d'un NPN. Les diodes DS1, à DS5, en série dans l'alimentation, sont utilisées pour réduire la ten-
sion 9 volts de la pile à une valeur d'environ 5,5 volts.

ELECTRONIQUE 25 magazine - n° 7
MESURE

sentes sur son corps correspondent bien Une fois la soudure des composants
à la valeur ohmique indiquée sur le terminée, insérez le microcontrôleur
schéma d'implantation, afin d'éviter de IC1 sur son suppor t en dirigeant son
a A a

f b
b f l'insérer au mauvais emplacement ! encoche-détrompeur en U vers la
g A

e
g gauche (voir figure 6).
d c
c B
dp2 dp1 dp1 dp2
Insérez, à côté du suppor t du circuit
d e E C intégré IC1, le filtre céramique FC1, Vérifiez que toutes les broches de IC1
BS-A302RD BC 559 puis les deux condensateurs électro- soient bien rentrées à l'intérieur du sup-
lytiques C1 et C3 en respectant la pola- port car il arrive fréquemment que l'une
rité des deux pattes. Pour finir, mettez d'elles se plie vers l'extérieur.
Figure 5 : Brochage d'un afficheur
7 segments. Les broches DP1 et en place le condensateur polyester C2.
DP2 des points décimaux ne sont Pour finir, montez la face avant métal-
pas utilisées. A droite, les A présent, prenez les trois transistors lique à l'aide de quatre petites vis.
connexions d'un transistor BC559 BC559 et insérez-les sur les emplace-
vues de dessous. ments indiqués, en dirigeant le côté plat Vous devez fixer, toujours sur cette face
de leur corps vers le bas (voir figure 6). avant et à l'aide de deux petites vis et
le microcontrôleur nécessite une ten- de deux écrous, l'interrupteur à glis-
sion ne devant pas dépasser 5,9 volts, Sur le côté opposé du circuit imprimé sière S1. Ensuite, vissez les trois
nous avons relié en série deux diodes (voir figure 7), vous pouvez insérer les douilles d'entrée pour les cordons à
dans la ligne du positif, et trois dans trois afficheurs alphanumériques et le pinces crocodile.
celle du négatif, de façon à obtenir une poussoir P1, en faisant très attention
chute de tension totale d'environ 3,5 au côté chanfreiné de son corps qui doit Avant de visser ces douilles, vous devez
volts. Nous avons choisi cette solution, être obligatoirement dirigé vers le bas. retirer la bague plastique, insérer le
plutôt que d'utiliser un cir-
cuit intégré régulateur, tel
qu'un 7805, pour éviter de R6 R4 R2 R5 R3 R1 AFFICHEUR AFFICHEUR AFFICHEUR
faire monter la consomma- S1 R9
3 2 1
tion du circuit à plus de
R10
150 mA et voir ainsi la pile 9V R12
se décharger rapidement. IC1 R11
C2 R15
DS2 R14

Montage DS4
DS3 DS1
R13

de l'instrument FC1
R7
R17 R19 R21
R8
R20
R16 R18
Comme chacun de nos DS5
P1 C1 C3
montages, celui-ci ne pré- TR1 TR2 TR3
sente aucune dif ficulté :
comme toujours, nous vous
PRISE PILE

recommandons de veiller à
la qualité de vos soudures.

Ceci étant dit, prenez le cir-


cuit imprimé double face à
trous métallisés LX.1421 et
installez les composants en Figure 6 : Plan d'implantation du circuit LX.1421, vu du côté du microprocesseur. Les
les disposant comme indi- broches de l'interrupteur S1 doivent être reliées à l'aide de deux petits morceaux de fil sur
qué sur les figures 6 et 7. les pistes du circuit imprimé, placées près du condensateur C2.
Nous vous conseillons de
commencer par le suppor t
du circuit intégré IC1. AFFICHEUR AFFICHEUR AFFICHEUR
1 2 3
Après avoir soudé toutes
ses broches, insérez les 5
diodes au silicium, en diri-
geant la bague noire des
diodes DS1 et DS2 vers le
bas et celle des diodes P1
DS3, DS4 et DS5 vers le
haut.

Poursuivez le montage en
insérant les résistances qui
sont ici, toutes de 1/8 de CHANFREIN
watt. Vous devrez, bien sûr,
avant d'insérer une résis- Figure 7 : Plan d'implantation du circuit LX.1421, vu du côté des afficheurs 7 segments.
tance, contrôler que les Lorsque vous installez le poussoir P1, dirigez le méplat vers le bas.
bagues de couleurs pré-

ELECTRONIQUE 26 magazine - n° 7
MESURE

ÉCROU
IC1
CIRCUIT
IMPRIMÉ
PILE

AFFICHEUR POUSSOIR
RONDELLE

FACE AVANT PRISE BANANE INTERRUPTEUR

Figure 8 : Après avoir effectué quatre trous à l'aide d'une perceuse et d'une mèche de 2 mm, fixez la face avant sur le boî-
tier plastique et appliquez sur cette dernière, le petit interrupteur S1 et les trois douilles d'entrée. Le circuit imprimé doit
être bloqué à l'intérieur du boîtier grâce aux trois écrous des douilles, comme vous pouvez le voir sur cette figure.

corps dans le panneau, replacer la En admettant que le transistor soit un


Liste des composants bague du côté intérieur du boîtier et, NPN et que les trois broches soient dans
LX.1421 enfin, serrer l'écrou de façon à isoler l'ordre B-C-E, en appuyant sur le bouton
leur corps du métal du panneau (voir P1, vous verrez apparaître trois fois de
R1 : 15 kΩ figure 8). suite sur les afficheurs 7 segments :
R2 : 1 kΩ
R3 : 15 kΩ Une fois le circuit imprimé installé dans bCE-nPn bCE-nPn bCE-nPn (voir
R4 : 1 kΩ le boîtier plastique, serrez les trois figure 11)
R5 : 15 kΩ écrous des douilles sur les pistes du
R6 : 1 kΩ circuit imprimé. Ce sont eux qui feront Une fois cette recherche terminée, les
R7 : 10 kΩ office de fixation. trois lignes de la figure 10 réapparaî-
R8 : 10 kΩ tront, indiquant que le circuit est déjà
R9 : 470 Ω En dernier, vous devez souder les deux prêt à détecter les broches d'un autre
R10 : 470 Ω fils de la prise pile et les bornes de l'in- transistor.
R11 : 470 Ω terrupteur S1 sur leurs pistes corres-
R12 : 470 Ω pondantes, à côté de la découpe. En admettant que le transistor soit un
R13 : 470 Ω PNP et que les broches soit dans
R14 : 470 Ω l'ordre C-B-E, après avoir appuyé sur le
R15 : 470 Ω Comment bouton P1, vous verrez apparaître trois
R16 : 4,7 kΩ utiliser l'instrument fois de suite sur les afficheurs 7 seg-
R17 : 10 kΩ ments :
R18 : 4,7 kΩ Dès que vous alimenterez le circuit,
R19 : 10 kΩ vous verrez apparaître trois lignes sur bCE-nPn bCE-nPn bCE-nPn (voir
R20 : 4,7 kΩ les af ficheurs 7 segments (voir figure 12)
R21 : 10 kΩ figure 10), indiquant qu'il est déjà prêt
C1 : 22 µF électrolytique à détecter les broches E, B et C du tran- après quoi, les trois lignes de la
C2 : 100 nF polyester sistor relié sur ses douilles d'entrée. figure 10 réapparaîtront.
C3 : 1 µF électrolytique
FC1 : Filtre céramique
8 MHz
DS1 : Diode 1N4148
DS2 : Diode 1N4148
DS3 : Diode 1N4148
DS4 : Diode 1N4148
DS5 : Diode 1N4148
TR1 : Transistor PNP BC559
TR2 : Transistor PNP BC559
TR3 : Transistor PNP BC559
IC1 : Microcontrôleur ST62T15
programmé (EP.1421)
Afficheurs 1-3 : mod. BS-A302RD
P1 : Bouton poussoir
S1 : Interrupteur à glissière

Note : toutes les résistances sont Figure 9 : La pile 9 volts doit être placée sur la gauche,
des 1/8 de watt. dans l'emplacement prévu à cet effet.

ELECTRONIQUE 27 magazine - n° 7
Si le transistor est défec-
tueux, le mot "bAd" apparaî-
tra, en clignotant (voir
figure 13) pendant quelques
secondes, puis les trois
lignes de la figure 10 réap-
Figure 10 : Dès que paraîtront.
vous alimenterez le cir-
cuit, vous verrez s'al- Le mot "bAd" apparaîtra même
lumer, sur les affi- si le transistor en examen pos-
cheurs, les trois sède un gain très faible.
segments centraux,
indiquant que l'instru-
Avec ce circuit, capable de
ment est prêt à détec-
ter les broches du tran- repérer les pattes E, B et C
sistor relié sur ses de tous les transistors, des
douilles d'entrée. plus petits aux plus grands,
vous aurez résolu le problème

Figure 11 : Si les broches sont disposées dans l'ordre BCE


et que le transistor est de type NPN, l'instrument affichera
d'abord bCE, puis nPn.

Figure 12 : Si les broches sont disposées dans l'ordre


CBE et que le transistor est de type PNP, l'instrument
affichera d'abord CbE et, ensuite, PnP.

de savoir dans quel ordre


elles sont disposées et vous
ne pourrez plus confondre un
NPN avec un PNP.

Où trouver
Figure 13 : Si le tran-
sistor relié aux douilles les composants
d'entrée était défec-
tueux, vous verriez cli- Le circuit imprimé double face
gnoter pendant quel- à trous métallisés seul ainsi
ques secondes le mot qu'un kit complet (LX.1421)
"bAd", puis réappa-
raître à nouveau les
sont disponibles. Voir publi-
trois tirets de la cités dans la revue.
figure 10.
◆ N. E.

ELECTRONIQUE 28 magazine - n° 7
HI-TECH

Une tétélécommande
piloté
pilotée par portable
por table
GSM
Le montage proposé dans cet article est né d’une discussion sur le non
respect des règles de sécurité par certains locataires de jet-skis. Le
système permet de bloquer à distance une machine lorsque le pilote
s’approche trop près des plages ou lorsqu’il effectue des manœuvres
dangereuses. Il utilise le réseau GSM en se servant d’un simple téléphone
portable pour émetteur, tandis que chaque récepteur est constitué par
le nouveau module GSM Falcom A2, avec un abonnement prépayé. La
commande d’activation ou de désactivation du jet-ski n’entraîne aucune
consommation d’unité. Ce système, bien qu’étudié à l’origine pour équiper
des jet-skis, peut trouver d’autres applications dans tous les cas où l’on
est confronté à la nécessité d’activer à une distance importante, sinon
considérable, un dispositif électrique, électronique ou mécanique. Il est
même tout à fait possible d’imaginer pouvoir stopper à distance, par
réseau GSM interposé, votre nouvelle TDI qu’un indélicat vous aurait
emprunté !

’utilisation des lignes télé- Utilité


phoniques, par réseau et fonctionnement
commuté ou par radio,
n’est plus, aujourd’hui, limi- Comme nous l’avons déjà écrit en
tée aux seules communica- introduction, ce projet a été étudié pour
tions téléphoniques entre utilisateurs. Il satisfaire aux exigences de la location
est maintenant possible d’y faire tran- de jet-skis. En effet, les gérants d’éta-
siter les commandes de systèmes blissements balnéaires louant des
d’automatisation et de contrôle à jet-skis, ou d’autres appareils à
distance qui intéressent bon nombre moteur évoluant sur l’eau, sont
de domaines les plus divers. tenus, selon les lois et règlements
en vigueur, d’équiper leurs engins
Il est possible de prendre la mesure d’un système de contrôle à distance
de ce qui peut être fait sur les lignes permettant d’éteindre le moteur en cas
GSM, à travers l’exemple tout simple du de danger.
projet décrit dans cet article. Cette appli-
cation peut sembler très par ticulière mais, Lorsqu’un pilote se lance dans des figures
en dehors du secteur spécifique abordé, elle peut trou- trop dangereuses ou s’approche trop près de la plage,
ver une multitude d’utilisations aussi différentes qu’inté- le responsable doit avoir la possibilité de bloquer le
ressantes. moteur et de le réactiver ensuite. A l’heure actuelle, il

ELECTRONIQUE 30 magazine - n° 7
HI-TECH

existe principalement deux types de cette façon, on ne consommera quelle peut en être l’utilité, passons
systèmes de télécontrôle installés aucune unité), mais l’impulsion pro- au schéma électrique. Le cœur du dis-
sur les jets ski par les loueurs : voquée sur la sor tie “ring” du GSM positif est un modem cellulaire GSM
monté sur le jet-ski, suffira à activer Falcom A2, indiqué “U2” sur le schéma
- des dispositifs semblables à ceux le circuit électronique de blocage/ électrique. Nous nous sommes déjà
assurant l’ouver ture automatique de déblocage. penchés sur ce module dans le
portail, ou bien numéro 2 d’ELM, pages 36 et sui-
- des systèmes radio particuliers pou- En fait, l’impulsion provoque la com- vantes, où nous vous proposions une
vant fonctionner en VHF ou en UHF. mutation d’un circuit bistable qui platine d’essai pour GSM. Nous ne sau-
contrôle le relais de puissance. Un rions trop vous recommander de relire
Dans le premier cas, c’est un système second appel effectué au même jet- cet article.
peu coûteux, mais d’une portée limi- ski provoquera le retour à l’état pri-
tée comprise entre 50 et 200 mètres, mitif du circuit bistable, permettant Pour ceux qui ne connaîtraient pas ce
qui n’a d’autre utilité que de répondre ainsi au conducteur de rallumer le produit, rappelons qu’il s’agit d’un
à d’éventuels contrôles des autorités moteur. modem cellulaire GSM complet, homo-
compétentes. logué, capable d’opérer aussi bien en
Le seul point sombre possible de notre phonie qu’en télécopie.
Dans le deuxième cas, le système ins- système est la couverture de la zone
tallé sur le moteur de chaque jet-ski concernée par le réseau GSM. Bien évi- Ce dispositif a des dimensions par ti-
coûte très cher, plusieurs milliers de demment, le système ne peut fonc- culièrement réduites et peut être inté-
francs, auxquels vient s’ajouter le prix tionner que si la zone est couver te ! gré à l’intérieur de n’impor te quel
de l’émetteur assurant la commande. Toutefois, il suf fit de consulter les appareil. La carte SIM, de type “plug-
Par ailleurs, les canaux radio utilisés cartes des zones de couver ture four- in” (petite), doit être introduite dans
peuvent souvent être dérangés par nies par les opérateurs, pour s’aper- une fente du module prévue à cet
d’autres émissions et la por tée est cevoir que, même en ce qui concerne effet.
souvent médiocre pour différentes rai- les côtes, dans 98 % des cas, on ne
sons. rencontre pas de problèmes de cou- Pour les liaisons avec les circuits
verture. externes, le Falcom A2 dispose de
L’utilisation d’un système GSM permet deux principaux connecteurs : un à 40
d’obtenir des résultats extrêmement Le système que nous avons mis au broches, placé sous le module, et un
plus intéressants, une plus grande point pour le jet-ski peut être extrapolé de 15 broches, placé sur un côté.
sûreté, un coût moins important et une dans bon nombre de domaines diffé-
installation beaucoup plus simple. rents. Il suffit de disposer d’une source Dans notre application, nous utilise-
d’alimentation de 12 volts et de s’as- rons seulement quelques lignes de
Le dispositif monté sur un jet-ski com- surer que la couverture radio soit suf- contrôle qui se trouvent toutes sur le
prend un module GSM (pour lequel on fisante. connecteur à 15 broches. Nous nous
aura acquis un abonnement prépayé)
et un circuit simple contrôlant un relais.
Les contacts de ce dernier sont reliés Le schéma
à l’installation électrique du jet ski dont électrique
ils autorisent ou inhibent le fonction-
nement. A présent que nous
avons vu com-
L’émetteur de commande est un ment fonc-
simple téléphone por table dans la tionne le
mémoire duquel on a, au préalable, circuit
enregistré les numéros de téléphone et
correspondant aux différents jet-
skis. Pour en bloquer un, il suf-
fit d’appeler le numéro qui lui
correspond d’une simple
pression de touche.
L’appel ne rece-
vra jamais de
réponse
(de

ELECTRONIQUE 31 magazine - n° 7
HI-TECH

Toujours au démarrage, le microcon-


trôleur initialise la sortie (broche 2) qui
pilote le transistor T1 et le relais.

Lors d’un appel, sur la broche 4 du


modem U2, on obtient un train d’im-
pulsions, qui, détecté par l’entrée du
microcontrôleur U3 (broche 7), com-
mute l’état logique de la broche de sor-
tie 2. Cela provoque la saturation du
transistor T1 et active le relais jusqu’à
l’appel suivant.

A l’intérieur du microcontrôleur se
trouve un circuit de temporisation qui,
après le premier “ring” d’un appel,
désactive la ligne d’entrée pendant envi-
ron 20 secondes empêchant ainsi, aux
autres “rings” du même appel, d’agir
Figure 1 : Schéma électrique du système d’arrêt moteur commandé par GSM. sur le circuit. Il est donc nécessaire
d’attendre environ 20 secondes avant
d’ef fectuer le deuxième appel pour
sommes connectés sur les broches 10, comme le “ON” que l’on trouve sur les débloquer le moteur.
11 et 12, reliées au positif d’alimen- téléphones por tables, relié entre la
tation (5 volts), sur les broches 13, 14 broche 3 et la ligne positive. Dans le Le microcontrôleur utilisé est un simple
et 15, toutes reliées à la masse, sur cas qui nous occupe, cette fonction est et économique PIC12C672, dispositif
la broche 3 (soft on), et sur la broche dévolue au microcontrôleur U3, et plus à 8 broches, doté d’une mémoire
4 (ring). précisément, à la sortie correspondant EEPROM de 2 048 octets et d’une
à la broche 6. RAM de 128 octets. Le programme
Une fois sous tension, le module GSM intégré est vraiment très simple et peut
ne s’active que lorsque la broche 3 Au démarrage, cette ligne présente un aussi être écrit par nos lecteurs les
(soft on) reste à l’état logique 1 pen- niveau logique 1 pendant environ 5 moins experts en utilisant des compi-
dant un minimum de trois secondes. secondes, pour retourner ensuite à 0 lateurs Basic, disponibles dans le com-
En fait, il faudrait un petit bouton volt (niveau logique 0). merce.

Le module GSM Falcom A2 et ses connexions

Le système d’arrêt moteur pour jet-ski Le tableau qui suit, illustre les fonc-
utilise un module GSM Falcom A2 dont tions des 15 lignes d’entrée/sor tie
les dimensions sont particulièrement de ce connecteur.
réduites malgré la présence d’un empla-
cement pour la carte SIM. Le A2 dis-
pose de deux connecteurs, de 15 et
de 40 broches, pour la connexion avec
des circuits extérieurs. Etant donné le
nombre limité de fonctions nécessaires
dans ce projet, nous avons utilisé exclu-
sivement les lignes disponibles sur le
connecteur 15 broches (voir photo de
droite).

ELECTRONIQUE 32 magazine - n° 7
HI-TECH

On aurait également pu obtenir les fonc-


tions nécessaires avec des compo-
sants moins performants, tels que les
circuits intégrés 555 et 4013. Nous
avons préféré la solution du microcon-
trôleur car elle offre au système, la pos-
sibilité de pouvoir modifier rapidement
son fonctionnement grâce au pro-
gramme.

Revenons au schéma électrique.

Etant donné que la plupar t des cir-


cuits électriques des jet-skis fonc-
tionnent avec une batterie 12 V, notre
circuit dispose d’un régulateur de ten-
sion intégré, capable de fournir les 5
volts nécessaires à alimenter le
module GSM ainsi que le microcon-
trôleur.

Ce circuit utilise le régulateur U1 et


Le contrôle à distance est placé à l’intérieur d’un boîtier plastique étanche,
trois condensateurs de filtrage. La normalement utilisé pour les installations électriques traditionnelles.
diode D1 protège le circuit des éven-
tuelles inversions de la tension d’ali-
mentation, tandis que D2 élimine les que sa réalisation pratique l’est encore jet ski, car la fibre de verre qui la com-
pics de tension générés par la bobine plus. pose n’empêche absolument pas le
du relais, pendant la commutation. rayonnement des ondes radio.

Le relais, alimenté par la tension d’en- Montage et installation Mais, procédons par ordre.
trée 12 volts, dispose de contacts
capables de suppor ter jusqu’à 10 Pour le montage de notre contrôleur à Le module GSM occupe la majeure par-
ampères. Ces contacts sont utilisés distance, nous avons prévu un circuit tie de la surface du circuit imprimé sur
pour désactiver l’étage d’allumage élec- imprimé sur lequel tous les compo- lequel il est fixé à l’aide de trois vis.
tronique, dont tous les jet-skis sont sants trouvent place, y compris le Les connexions aux emplacements pré-
équipés. module GSM. sents sur le circuit, numérotés 3, 4,
10, 11, 12, 13, 14 et 15, sont assu-
Si on souhaite utiliser ce circuit avec Le circuit a été inséré ensuite à l’inté- rées par un connecteur 15 broches,
une tension d’alimentation de 6 volts, rieur d’un boîtier plastique étanche, prévu à cet effet. Faites très attention
il suffit d’éliminer le régulateur U1, d’uti- comme ceux utilisés dans les installa- de ne pas inverser les fils et évitez les
liser deux ou trois diodes reliées en tions électriques traditionnelles, duquel courts-circuits entre broches voisines.
série au positif de l’alimentation ainsi sortent le câble d’alimentation, le câble
qu’un relais ayant une bobine de 6 et relié à l’étage d’allumage et le coaxial Le montage des autres composants
non de 12 volts. de l’antenne GSM. ne présente aucune difficulté. Soudez
tous les composants, y compris le
Si, comme nous l’avons vu, le circuit Le dispositif, antenne comprise, est microcontrôleur, afin d’éviter que les
électrique est très simple, vous verrez placé à l’intérieur de la carrosserie du nombreuses sollicitations mécaniques,

La version professionnelle
Le dispositif proposé dans cet on a l’absolue certitude que le moteur
ar ticle, est par faitement fonc- commandé ne peut être arrêté et
tionnel et sûr à tous points de redémarré que par l’appel provenant
vue. Nous avons toutefois mis d’un portable autorisé et de celui-là
au point une version, que nous uniquement.
avons appelé “professionnelle”
et qui offre, en plus et sans rien Cette version “professionnelle” de
perdre des fonctions de la ver- notre système d’arrêt moteur com-
sion “de base”, l’identification mandé par GSM fonctionne, elle
de l’émetteur. aussi, sans consommations télépho-
niques.
Concrètement, la réception d’un
appel n’activera le relais que si le Dans un prochain article, nous vous
numéro téléphonique du poste appe- proposerons la description de cette
lant a été préalablement mémorisé nouvelle version adaptée à une appli-
dans l’unité réceptrice. De cette façon, cation différente de celle décrite ici.

ELECTRONIQUE 33 magazine - n° 7
HI-TECH

Liste des composants


R1 : 4,7 kΩ
R2 : 4,7 kΩ
R3 : 4,7 kΩ
C1 : 470 µF 25 V électrolytique
C2 : 100 nF multicouche
C3 : 470 µF 16 V électrolytique
D1 : Diode 1N4007
D2 : Diode 1N4007
U1 : Régulateur 7805
U2 : Module GSM Falcom A2
U3 : Microcontrôleur
programmé
(MF279) PIC12C672
T1 : transistor NPN BC547B
RL1 : Relais 12 V 1 RT

Divers
1 support 4 + 4 broches
Figure 2 : Schéma d’implantation des composants. 1 bornier 2 plots
1 bornier 3 plots
1 connecteur 15 broches pour A2
1 circuit imprimé réf. S279

auxquelles le circuit sera constamment


soumis, ne puissent entraîner de faux
contacts.

Avant d’effectuer les soudures, contrô-


lez attentivement que les composants
polarisés aient bien été insérés dans
le bon sens.

En position de repos, le circuit fonc-


tionne avec un peu plus de 35 mA,
c’est pourquoi le régulateur, qui dis-
sipe environ 250 mW, ne nécessite pas
de radiateur de refroidissement. A la
réception d’un appel, le courant
absorbé augmente jusqu’à 5 fois pen-
Figure 3 : Dessin du circuit imprimé à l’échelle 1. dant quelques secondes seulement.
C’est la raison pour laquelle la puis-
sance maximale dissipée par le régu-
lateur reste insignifiante.

Pour pouvoir fonctionner correctement


et se connecter au réseau, le module
GSM doit être équipé d’une carte SIM
active. Le type d’abonnement n’a
aucune importance car, comme nous
l’avons dit précédemment, notre sys-
tème ne consomme aucune unité, étant
donné que personne ne répond aux
appels !

Après avoir inséré la carte SIM dans


l’emplacement du Falcom A2 prévu à
cet effet, fixez le circuit à l’intérieur du
boîtier étanche en laissant sortir les
câbles par les trous percés au plus
juste diamètre pour ne pas compro-
mettre l’étanchéité. Un éventuel ajout
de mastic silicone ne sera pas inutile
pour parfaire ladite étanchéité.

ELECTRONIQUE 34 magazine - n° 7
HI-TECH

Collez ensuite l’antenne GSM aux les noms “MOTO 1”, “MOTO 2”, etc.
parois internes de la carrosserie du auxquels on associera les numéros de
jet-ski et, à l’aide de silicone, recou- téléphone respectifs.
vrez-la entièrement. Une antenne pour
pare-brise est idéale. Ne collez évi- Concrètement, pour bloquer la pre-
demment pas cette antenne sur une mière moto, il faudra rechercher dans
par tie de la carrosserie devant être la mémoire “MOTO 1” et effectuer l’ap-
fréquemment démontée. Evitez égale- pel. Après quelques instants, la moto
ment les endroits trop proches de se bloquera. Pour permettre au conduc-
masses métalliques. Si vous extrapo- teur de redémarrer son engin, il fau-
lez pour monter cet appareil sur un dra attendre une vingtaine de
véhicule terrestre, choisissez une secondes et ensuite, effectuer un nou-
antenne adaptée et camouflez-la en la vel appel.
plaçant… sur le toit ! En effet, de nos
jours, quel voleur s’inquiéterait de trou- Ce système, extrapolé à une voiture,
ver une antenne GSM sur le toit du par exemple, laissera croire à notre
véhicule qu’il convoite ? indélicat que le véhicule qu’il a
“emprunté” a une panne. Ne pouvant
Reliez directement le câble d’alimen- plus compter sur lui, il l’abandonnera.
tation aux bornes de la batterie et les
bornes du relais à l’étage d’allumage
électronique, de façon à en bloquer le Où trouver
fonctionnement en cas de commuta- les composants
tion.
Le dessin du circuit imprimé et la liste
Pour activer ou désactiver le système, des composants sont fournis.
il suffit d’utiliser un simple téléphone
portable, dans lequel vous aurez mémo- Le montage nécessite un microcon-
risé le ou les numéros des GSM mon- trôleur programmé (MF279). Le circuit
tés sur le ou les différents véhicules. imprimé est également disponible
En fait, et en restant dans notre appli- (S279). Voir publicités dans la revue.
cation jet-skis, on rentrera en mémoire ◆ A. G.

ELECTRONIQUE 35 magazine - n° 7
NOUVEAUTÉ

Un ré
récepteur
de té
télécommande UHF
à cir
circuit
cuit monolithique Micrel
Micrel
Voici un récepteur monocanal sur 433 MHz, muni d’un relais de
sortie, utilisable avec les télécommandes standards de type
MM53200. L’étage de réception est très innovant car il est
constitué d’un simple circuit intégré de 14 broches. Extrêmement
précis et sensible, il représente une alternative aux modules
hybrides CMS les plus connus. Le récepteur fonctionne en mode
monostable ou bistable.

outes les radiocom- nouvelles solutions. C’est pourquoi, dans


mandes proposées jus- cet article, nous allons vous parler d’un
qu’à présent étaient récepteur de type standard à
pourvues de récepteurs 433,92 MHz, qui peut être couplé à
dotés de modules tous les transmetteurs codés sur la
hybrides qui contenaient le système base du MM53200 ou UM86409.
de radiofréquence complet, depuis
l’amplificateur jusqu’au démodulateur Voici donc un montage tout à fait
AM en passant par le contrôleur de nouveau dans lequel le module
signal numérique. hybride disparaît au profit d’un
récepteur monolithique de
Le choix était dicté par la grande variété conception récente. Le récepteur
des produits CMS (Aurel en tête) qui eux radio 433,92 MHz est entièrement
seuls pouvaient résoudre la problématique intégré à l’intérieur d’un circuit 14 broches
de la dimension des étages de réception que l’on pourra insérer sur un simple support dip. Ce
UHF, tout en simplifiant les circuits et en récepteur peut être directement relié à n’impor te quelle
garantissant un fonctionnement stable et précis. antenne pour ce qui concerne l’entrée, et offre en sortie un
niveau logique TTL standard. Il s’agit d’une grande nou-
Cette solution n’était pas uniquement due à l’orientation veauté car les circuits intégrés HF capables de travailler à
technique générale de nombreux constructeurs de systèmes des fréquences supérieures à 250 MHz ne sont pas cou-
de commande à distance, d’antivols et autres. Elle prove- rants.
nait surtout de l’impossibilité de réaliser des récepteurs
radio avec un simple circuit intégré, mais aussi de la néces- A titre d’exemple, on citera le très ancien S042P de Sie-
sité d’utiliser à la place des hybrides, des circuits complexes mens qui est un des amplificateurs AF, mélangeur, oscilla-
et particulièrement encombrants, au point de rendre la réa- teur local parmi les plus utilisés pour construire des récep-
lisation de certains projets impossibles pour une produc- teurs FM et FM stéréo, mais qui est toutefois limité à
tion en série. 200 MHz.

Aujourd’hui, les choses ont un peu changé et l’arrivée sur Cependant, la technologie de fabrication des composants
le marché d’un nouveau composant permet d’envisager de à base de silicium a fait d’énormes progrès, ce qui nous

ELECTRONIQUE 36 magazine - n° 7
NOUVEAUTÉ

permet aujourd’hui de disposer non va ensuite entrer dans le mélangeur où


seulement de semi-conducteurs de qua- il sera mixé avec une fréquence légè-
lité correcte mais aussi de circuits inté- rement supérieure (433 MHz +
grés UHF. 2,25 MHz). Il en résulte une troisième
fréquence dite “Moyenne Fréquence”
Nous avons donc saisi l’opportunité en (2,25 MHz), qui sort du mélangeur pour
développant le récepteur que vous allez être filtrée avant d’être envoyée vers
découvrir dans cet article. le démodulateur. Avec ce principe de
changement de fréquence, vous l’avez
compris, la modulation d’amplitude
Un récepteur (AM) de la moyenne fréquence (MF) est
de télécommande identique à celle contenue dans le
moderne signal du transmetteur.

Il s’agit donc d’un récepteur pour radio- La valeur de la moyenne fréquence de


commande équipé, comme d’habitude, notre intégré est assez atypique puis-
d’une sortie à relais fonctionnant en qu’elle est de 2,25 MHz. Le change- un transmetteur travaillant à
mode monostable ou impulsion, ce qui ment de fréquence permet d’éviter le 433,92 MHz.
le rend universel et adapté à tous types risque d’auto-oscillation causé par la
d’utilisations. réinjection sur l’antenne des signaux Un second filtre, cette fois de type
HF fortement amplifiés. Bien utile dans passe-bas, nettoie le résultat en sup-
Sur notre circuit, nous avons, en notre cas, car notre circuit ne possède primant les pics et les résidus HF. La
revanche, remplacé le RF290A/433 ou pas, en entrée, d’étage d’accord. fréquence de coupure de ce filtre, dans
le BC-NBK par un seul circuit intégré, notre cas 2,4 kHz, se pro-
le Micrel MICRF001BN dont le brochage Seul l’oscillateur local est accordé, puis- gramme à l’aide des
est donné en figure 1. qu’il travaille sous le contrôle extrê- broches SEL0 et SEL1
mement précis d’un synthétiseur de (voir le tableau 2).
Mais, allons voir le schéma électrique fréquence programmable de l’exté-
et analysons-le ensemble en faisant un rieur grâce à un quartz ou un réso- Enfin la BF, une
tour d’horizon général. nateur céramique situé entre la fois démodulée
broche 13 et la masse. C’est la valeur et filtrée, entre
de ce quar tz qui détermine le type dans un com-
d’émetteur à utiliser (voir tableau 1). parateur de
tension qui
permet de
Fréq. réf. Fréq. TX la contrôler
Ft (MHz) Ftx (MHz) et d’obtenir,
2,44 315
3,00 387
3,02 390 Largeur
3,07 396 SEL0 SEL1 de bande
3,21 414 broche broche du filtre
3,24 418 1 12 passe-bas
3,31 427 programmable
3,36 433,9 (Hz)
Tableau 1 : Rapport entre la 0 0 600
Figure 1 : Brochage du récepteur fréquence de référence et la 1 0 1 200
HF monolithique de Micrel. fréquence de travail. 0 1 2 400
1 1 4 800

Le MICRF001BN Pour être exact, il faut préciser que si Tableau 2 : Fréquence de coupure
du filtre passe-bas programmable
l’on veut utiliser ce récepteur avec les en fonction du câblage des broches
Produit par la société Micrel, le TX de 433,92 MHz, il faut que le quartz 1 et 12.
MICRF001BN est un récepteur radio soit de 3,36 MHz et c’est bien sûr celui Le circuit intégré Micrel est pourvu
superhétérodyne à simple changement que nous avons monté sur notre cir- de deux entrées spéciales appelées
de fréquence avec démodulateur AM. cuit. SEL0 et SEL1 (respectivement
Il est tout à fait adapté pour des radio- broches 1 et 12) qui permettent de
commandes ainsi que pour les sys- Si nous reprenons le parcours du déterminer la fréquence de coupure
du filtre passe-bas situé sur la sortie
tèmes d’échange de données via radio. signal, nous voyons qu’après être pas- du démodulateur. Au zéro logique,
Il n’est, en revanche, pas conçu pour sée par l’oscillateur local, la MF de les deux entrées imposent 600 Hz,
traiter des signaux analogiques, bien 2,25 MHz rentre dans un second ampli- avec la première au niveau haut on
que l’on puisse probablement y arriver ficateur qui augmente son amplitude, atteint 1 200 Hz, 2 400 Hz avec 0
dans le futur. puis il traverse un filtre passe-bande et 1. Enfin, avec les deux entrées
(1 MHz de bande passante). Pour finir, au niveau haut, la valeur est de
il rejoint le dernier amplificateur et, 4,8 kHz. Dans notre application,
Le signal HF capté par l’antenne entre
nous nous contentons de 2,4 kHz
directement dans la broche 4, puis enfin, le démodulateur AM duquel est puisque nous travaillons avec des
passe par l’amplificateur d’entrée (RF extrait le code numérique ou tout autre transmetteurs relativement “lents”.
AMP) qui en augmente l’amplitude. Il signal de basse fréquence envoyé par

ELECTRONIQUE 37 magazine - n° 7
NOUVEAUTÉ

sur la sortie numérique D0 (broche 8), Pour information, rappelez-vous qu’avec


des impulsions dont les fronts de mon- ces circuits, c’est la broche 15 qui Caractéristiques
tée et de descente sont bien raides. détermine le mode de fonctionnement : techniques
broche 15 au zéro logique, c’est le • Fréquence de travail :
Avant de passer à l’étude du schéma, mode décodeur alors qu’au 1 logique, 433,92 MHz.
arrêtons-nous sur les derniers détails c’est le mode codeur. • Section réceptrice HF de type
inhérents au circuit de Micrel : Q1 est superhétérodyne avec une sensibi-
un résonateur céramique de 3,36 MHz U3 reçoit donc les impulsions sur son lité de –95 dBm (environ 2 µV).
qui cadence l’horloge principale du syn- entrée (broche 16) en provenance • Emission parasite de l’oscillateur
thétiseur de fréquence, C6 sert à régler directe de OUT D0 du circuit intégré local inférieure à –30 µV.
le seuil du comparateur et C7 le temps Micrel. Si les 10 dip-switchs du DS1 • Système d’encodage standard
de réaction de la CAG interne (com- ainsi que les 2 de DS2 sont program- MM53200 avec 4096 combinaisons
mande automatique de gain). més de façon analogue à ceux du trans- différentes.
metteur, U3 active la broche 17 en la • Sortie monocanal à relais.
Les broches 2 et 3 sont la masse de mettant au niveau bas après chaque • Fonctionnement monostable sur
la partie radio, 9 et 10 la masse de la réception identifiée. impulsion, ou bistable sur niveau.
logique. Les broches 1 (SEL0) et 12 • Alimentation en courant continu
(SEL1), dont nous avons déjà parlé, Le transistor T1 inverse le signal reçu de 12 à 25 volts.
servent à sélectionner la fréquence de de la broche 17 pour l’envoyer soit à • Couplé à une télécommande stan-
coupure des filtres numériques la bascule U4 soit à la base de T2. Ce dard de type TX3750/1C/SAW la
internes. choix se fait en fonction de la position por tée du système est d’environ
des dip-switchs de DS3. Ce dernier per- 100 mètres en zone dégagée.
met de sélectionner le mode de com-
Etude du schéma mande de la sortie en choisissant entre
monostable (par impulsion) et bistable trée horloge (clock), broche 11, fait
Si l’on applique ces concepts au (par niveau). changer l’état de sa sor tie Q pin 13.
schéma électrique de la figure 2, nous Ainsi, à chaque nouveau front, alter-
pouvons donc comprendre comment Bien évidemment les deux commuta- nativement le relais sera excité ou au
fonctionne la radiocommande. teurs ne doivent pas être fermés en repos : c’est le mode bistable.
même temps ! Si l’on se réfère au
Quand un transmetteur travaillant sur schéma électrique, celui du dessus per- Pour résumer, on peut dire que dans
433,92 MHz est activé, l’onde émise met d’envoyer les impulsions du col- le premier cas de figure le relais “suit”
atteint l’antenne ANT, puis se dirige sur lecteur de T1 directement sur la base l’interrupteur du transmetteur radio
l’entrée de U2. Ce dernier l’accorde et de T2. Ainsi, chaque créneau généré dans le sens où il s’active et reste
la démodule en restituant le signal par U3 entraînera la fermeture du relais excité tant que l’on ne relâche pas le
numérique entre la broche 8 et la (RL1) via T1 et T2 : c’est le mode impul- bouton.
masse. sion.
Dans le second cas de figure, c’est-à-
Dans notre cas, il s’agit d’un code émis En revanche, si l’on ferme le commu- dire en position bistable, on active ou
par un MM53200, UM3750 ou tateur du bas, à chaque impulsion de on désactive le relais RL1 à chaque
UM86409, raison pour laquelle nous U3, T1 générera le signal d’horloge de pression sur le bouton.
avons un composant analogue dans U4. Ce circuit intégré est une double
notre circuit pour le décodage. Ici c’est bascule D dont une seule bascule est L’ensemble du circuit fonctionne sous
U3 (UM86409) qui a ce rôle. utilisée. Chaque front montant sur l’en- une tension continue comprise entre

Figure 2 : Schéma électrique du récepteur monolithique MICRF001BN de Micrel.

ELECTRONIQUE 38 magazine - n° 7
NOUVEAUTÉ

12 et 25 volts appliquée sur les points S1 pour cour t-circuiter la résistance tionner la carte avec une tension de
+V et la masse. Si on ne dispose que R1. Celle-ci doit par contre être connec- 16 à 25 Volts. Dans ce dernier cas, R1
de 12 à 16 volts, il faut fermer le pont tée (S1 ouver t) si on veut faire fonc- assure la chute de tension nécessaire

Schéma synoptique du récepteur monolithique de Micrel

Le circuit intégré monolithique UHF de Micrel


Alors qu’ils semblaient délaissés au cas, en particulier, avec l’arrivée de geur de bande, démodulateur AM,
profit des hybrides, les intégrés mono- la série MICRF0xx de Micrel. Cette second filtre, passe-bas cette fois, et
lithiques pour hautes fréquences radio société spécialisée dans ce créneau comparateur de sortie pour contrôler
sont à nouveau d’actualité. C’est le de produit, a démontré que les les signaux numériques.
récepteurs superhétérodynes mono-
blocs peuvent avoir d’autres appli- En fait, il ne se contente pas seule-
cations que la simple réception de ment d’être le bloc fondamental d’un
la FM ou de la bande radioamateur récepteur superhétérodyne, puisqu’il
(VHF, 144-146 MHz) en atteignant assure également l’extraction du
le seuil des 433,92 MHz de la radio- signal modulé et son premier “net-
commande, domaine incontesté jus- toyage”. Il constitue donc l’équivalent
qu’à aujourd’hui des modules CMS des hybrides les plus connus comme
de Aurel. les RF290A/433 et BC-NBK, par rap-
port auxquels il présente deux avan-
Le dispositif publié dans cet article tages importants : d’une part, il est
en est un bon exemple, puisqu’il plus petit, puisqu’il ressemble à un
s’agit d’un très bon récepteur pour circuit intégré 2 fois 7 broches et,
commande à distance qui peut être d’autre part, il est à quartz.
couplé à la grande majorité des mini-
transmetteurs commerciaux basés En outre, il travaille en superhétéro-
sur la règle d’encodage UM86409. dyne et non en super-réaction, ce qui
explique sa stabilité et sa précision.
Le composant Micrel est de type
front-end avec amplificateur d’an- Il pourrait être comparé au STD433L
tenne, oscillateur local à quar tz, de Aurel, avec l’avantage du boîtier
mixer AF, double ampli de moyenne dip en plastique mais avec un coût
fréquence, réglé à 2,25 MHz avec nettement inférieur à un RF290A/
filtre intermédiaire de 1 MHz de lar- 433.

ELECTRONIQUE 39 magazine - n° 7
NOUVEAUTÉ

afin d’éviter la détérioration


de la bobine du relais par le Liste
surcroît de tension qu’il fau- des composants
drait absorber à chaque “fer-
meture” de T2, (bobine 12 R1 : 47 Ω 2 W
Vcc). R2 : 220 kΩ
R3 : 47 kΩ
Le régulateur intégré U1 per- R4 : 10 kΩ
met, quant à lui, de stabiliser R5 : 47 kΩ
la tension d’alimentation à 5 V R6 : 12 kΩ
pour la logique et le R7 : 12 kΩ
MICRF001BN. R8 : 4,7 kΩ
R9 : 47 kΩ
C1 : 470 µF 25 V chimique rad.
Réalisation C2 : 100 µF 25 V chimique rad.
pratique C3 : 100 nF multicouche
C4 : 100 pF céramique
Comme d’habitude la pre- C5 : 10 µF 25 V chimique rad.
mière chose à faire est de réa- C6 : 10 nF céramique
liser le circuit imprimé. C’est Figure 3 : Plan d’implantation des composants. C7 : 4,7 µF 25 V chimique rad.
très simple puisqu’il suffit de D1 : Diode 1N4007
photocopier le circuit côté D2 : Diode 1N4007
piste donné en figure 4 de U1 : Régulateur 7805
manière à réaliser le film U2 : Circuit intégré MICRF001
nécessaire à la photogravure. U3 : Circuit codeur UM86409
U4 : Circuit intégré 4013B
Après avoir coupé et percé la T1 : Transistor PNP BC557B
carte, vous pouvez effectuer T2 : Transistor NPN BC547B
le montage des composants RL1 : Relais 12 V miniature 1 RT
en vous aidant du plan d’im- S1 : Dip-switch 1 circuit
plantation des composants de DS1 : Dip-switch 10 circuits
la figure 3. Commencez par DS2 : Dip-switch 2 circuits
les résistances, puis les Q1 : Résonnateur 3,36 MHz
diodes pour lesquelles il faut
bien respecter la polarité et
se rappeler que l’anneau Divers :
coloré correspond à la - Bornier 2 plots
cathode. - Bornier 3 plots
- Support CI 2 x 7 broches (2)
On passe ensuite aux sup- - Support CI 2 x 9 broches
por ts des trois circuits inté- - Circuit imprimé réf. S273
grés, que nous vous recom-
mandons d’insérer en tenant
compte des détrompeurs. Sauf spécification contraire, toutes
les résistances sont des 1/4 W à
Installez les mini-interrupteurs 5 %.
(dip-switchs) en veillant à ce
que le “1” de DS1 soit en cor-
respondance avec la broche
1 du décodeur U3, et le “1”
de DS2 avec la broche 11 de
ce même U3. La photo vous
aidera dans cette opération.

Quant à DS3, l’interrupteur 1


doit être relié à la broche
13 du CD4013 (U4). S1 étant
un simple interrupteur, aucun Figure 4 : Tracé du circuit imprimé à l’échelle 1.
détail par ticulier n’est à pré-
ciser. Continuez le montage
en soudant les autres pièces, en prê- montés de manière à ce que l’entrée les bons suppor ts en veillant à
tant une attention toute particulière à des fils se trouve au bord du circuit faire coïncider les détrompeurs et leurs
l’orientation des deux transistors T1 et imprimé. Veillez au marquage des bor- références (U2 et U4).
T2 et au régulateur (U1) 7805 dont la niers pour la connexion de l’alimenta-
face métallique est tournée vers R3. tion et du contact NO/NF du relais. Enfin, pour réaliser l’antenne du
module, soudez un morceau de fil de
Pour les connexions, prévoyez des bor- Ceci fait, il ne vous reste plus qu’à cuivre, rigide de préférence, sur l’em-
niers au pas de 5 mm. Ils doivent être mettre les bons circuits intégrés dans placement marqué ANT.

ELECTRONIQUE 40 magazine - n° 7
NOUVEAUTÉ

metteur portable dont vous disposez. 50 Ω de petit diamètre. Le brin central


A ce propos, nous vous recommandons sera branché au bornier ANT et la
d’utiliser le modèle TX/3750/1C/SAW tresse à la masse.
qui travaille à 433,92 MHz et qui per-
met d’être accouplé au récepteur en Pour ce qui est de l’alimentation, le cir-
autorisant une por tée d’environ 100 cuit peut fonctionner en 12 ou 25 volts
mètres en zone dégagée. continus en sélectionnant la tension
grâce au micro-interrupteur S1. En posi-
Il est très important de bien position- tion fermée, le circuit travaille avec une
ner les dip-switchs de l’émetteur et du tension de 12 à 16 volts, en position
récepteur. Dans le cas contraire, le ouver te, il travaille avec une tension
récepteur ne réussira pas à interpréter de 16 à 25 volts. Dans tous les cas la
les instructions reçues par radio. consommation de notre montage res-
Contrôlez donc bien la position des dip- tera inférieure à 100 milliampères.
switchs de l’émetteur, du 1 au 12 et
faites de même avec les dip-switchs
de DS1 et de DS2. Où trouver
les composants
A la fin du montage vous pouvez inté-
grer le circuit imprimé dans un boîtier Le dessin du circuit imprimé ainsi que
Votre montage vérifié, il est prêt à fonc- plastique de dimensions adéquates. la liste des composants étant fournis,
tionner sans aucun étalonnage préli- Pour notre prototype, nous avons uti- aucun circuit programmé n’étant néces-
minaire. La seule chose à faire c’est lisé le boîtier étanche SCM433 qui dis- saire, vous pouvez vous approvision-
de régler les dip-switchs de DS1 (bits pose également d’une antenne réglée ner auprès des annonceurs de la revue
1 à 10) et DS2 (bits 11 et 12) de sur 433 MHz. ou de votre fournisseur habituel.
manière analogue à ceux du trans-
Si, par contre, le circuit est enfermé Le circuit imprimé seul (réf. S273) ou
dans un boîtier métallique, il est indis- un kit complet (FT273) sont également
pensable de prévoir à l’extérieur une disponibles. Voir publicités dans la
antenne préréglée, comme l’AS433 de revue.
Aurel par exemple, et de la relier au cir-
cuit par un morceau de câble coaxial ◆ C. V.

ELECTRONIQUE 41 magazine - n° 7
SÉCURITÉ

Un lecteur de
cartes
car tes magné
magnétiques
avec sortie
sor tie RS232C

Le système que nous vous proposons dans cet article est étudié pour fonctionner
avec les lecteurs de cartes magnétiques ISO781 grâce à un simple bus à trois
fils. Il est possible de connecter plusieurs dispositifs sur une seule entrée série
RS232C. Un commutateur électronique et une ligne de contrôle permettent
d’autoriser la communication entre l’ordinateur et la carte en cours d’acquisition
des données, en bloquant les autres. La sortie fournit une liaison pour chaque
lecture en ajoutant éventuellement une identification de l’unité concernée.

es serrures cartes magné-


électroniques tiques préala-
et les contrôles blement pro-
d’accès par grammées, en les
car tes magné- utilisant pour activer des
tiques, sont parmi tous les relais, des sonneries, mais aussi
systèmes, les meilleurs pour pour envoyer des données à un ordina-
l’automatisation des passages et la teur de façon à les visualiser à l’écran, ou à les
commande des systèmes de sécurité. Leur diffusion est décoder pour réaliser un contrôle d’accès dans un
sans aucun doute due au côté pratique, à la facilité d’utili- atelier, ou un immeuble, etc.
sation et à la fiabilité des codages permis avec ces
“badges”. Pour pouvoir décoder les données avec un ordinateur, nous
avons décrit des circuits à microcontrôleur capables de gérer
Ce n’est pas par hasard, si nous trouvons aujourd’hui une les informations lues par le lecteur de carte pour les envoyer
myriade de portes, de tourniquets (accès métro), de bar- ensuite, par l’intermédiaire d’un convertisseur adéquat, sur
rières ainsi que des ser vices comme le téléphone, les le port série de ce dernier.
caisses de supermarché, etc., chacun fonctionnant avec
une carte. Jusqu’à présent, nous nous étions limités à des interfaces
conçues pour utiliser un seul lecteur par ordinateur. Mais,
Le développement de ces systèmes nous a conduits à par- dans la pratique, nous rencontrons des situations pour les-
ler plusieurs fois de ce sujet, en proposant des circuits quelles il devient nécessaire d’acquérir des données en pro-
adaptés pour lire des codes plus ou moins longs sur des venance de plusieurs lecteurs. C’est le cas lorsque, par

ELECTRONIQUE 44 magazine - n° 7
SÉCURITÉ

Figure 1 : Schéma électrique du lecteur de cartes magnétiques avec sortie RS232C.

exemple, nous devons contrôler trois connexion entre l’ordinateur et la pla- à trois broches du por t A du micro-
ou quatre tourniquets ou un cer tain tine en lecture à ce moment là. Ce sys- contrôleur U3. L’alimentation +5 volts
nombre de portes à accès réglementé. tème est sûr et fiable car il est struc- par rapport à la masse (–) est prélevée
C’est également le cas lorsque l’on turellement simple. En effet, il n’y a à la sortie du régulateur intégré U4. Le
veut pouvoir superviser des opérations pas d’unité de contrôle et chaque cir- microcontrôleur utilisé est un ST62T65.
exécutées loin de l’emplacement de cuit se gère tout seul.
contrôle. A ce microcontrôleur est connectée une
série de dip-switchs dont le rôle est de
Dans tous ces cas, il est impensable Description différencier une unité par rapport aux
de devoir utiliser un ordinateur par point du fonctionnement autres. En pratique, nous avons un dip-
de lecture, ou de devoir introduire dans switch à 8 interrupteurs qui corres-
un seul ordinateur autant de car tes Voyons à présent de quelle façon le pondent à autant de broches (configu-
série qu’il y a de lecteurs. Notre solu- système fonctionne. Le schéma élec- rées en entrées) de U3. Les 6 premiers
tion prévoit ainsi une unité de com- trique, donné en figure 1, décrit l’in- interrupteurs (1 à 6, raccordés aux
mande principale et quelques artifices ter face du lecteur de car te. Elle est broches 16, 17, 18, 19, 28, 26) ser-
sur les platines de lecture. En sub- étudiée pour fonctionner avec des dis- vent à donner un “nom” au circuit en
stance, rien n’est changé dans le pro- positifs de lecture manuelle de la lui attribuant un identifiant qui sera
gramme ni dans le mode d’acquisition société KDE (KDR1000). Les trois ensuite transmis en série avec les don-
des données par l’ordinateur. Ce der- lignes pour la connexion avec ce der- nées lues sur la carte magnétique. Cela
nier reçoit les trains d’impulsions conte- nier (CLS, PCL, RPD) vont directement permet d’indiquer à l’ordinateur de
nant les données lues sur la car te
magnétique avec, en plus, les codes
indiquant quelle est la platine active Le jeu de caractères des cartes magnétiques
au moment de la lecture. Bits Le tableau illustre le protocole de lec-
Code Caractère
P b4 b3 b2 b1 ture et d’écriture de la piste magné-
Notre circuit d’interface dispose d’un 1 0 0 0 0 0 0 tique ISO2, qui présente une densité
double interrupteur électronique sur 0 0 0 0 1 1 1
de 29,5 bits/cm et une capacité maxi-
les canaux TXD et RXD du port série 0 0 0 1 0 2 2
1 0 0 1 1 3 3 male de 40 caractères.
du PC de façon à se désactiver lorsque
0 0 1 0 0 4 4
c’est un autre appareil qui fonctionne. Chacun d’eux est représenté par l’en-
1 0 1 0 1 5 5
En outre, avec le système proposé, un 1 0 1 1 0 6 6 semble de 5 bits.
seul ordinateur peut permettre de gérer 0 0 1 1 1 7 7
jusqu’à 64 platines de lecture qui lui 0 1 0 0 0 8 8 Les quatre premiers, nommés b1 à
sont raccordées par un bus de trois 1 1 0 0 1 9 9
b4, expriment vraiment le caractère,
fils. Deux lignes représentent la liaison 1 1 0 1 0 10 (A) a
0 1 0 1 1 11 (B) SS le dernier est utilisé pour le contrôle
série émission et réception et la troi- de la parité.
1 1 1 0 0 12 (C) a
sième , la validation du port série. Le
0 1 1 0 1 13 (D) SEP
microcontrôleur de chaque unité déter- 0 1 1 1 0 14 (E) a Les six symboles restants sont utili-
mine la priorité et désactive la ligne 1 1 1 1 1 15 (F) ES sés comme codes de contrôle.
série, en laissant exclusivement la

ELECTRONIQUE 45 magazine - n° 7
SÉCURITÉ

la carte magnétique le code binaire cor- En conclusion, lorsque nous glissons


respondant à l’unité en fonctionnement, une carte dans la fente de lecture, sur
qui est le code imposé avec les 6 pre- les trois lignes nous trouvons un train
miers dip-switchs. d’impulsions correspondant aux don-
nées mémorisées sur le badge. Tous
Notre platine dispose de deux connec- ces signaux sont lus par le microcon-
teurs, un à 25 points, pour la liaison trôleur qui les mémorise temporaire-
série avec l’ordinateur et un second à ment dans son espace mémoire interne
5 points pour la connexion avec le lec- RAM. A ce point, il active la ligne de
teur. A propos de ce dernier, précisons priorité en portant au niveau logique
que le circuit utilise un lecteur du com- bas (0) la broche 8 et par là même la
merce, fabriqué par KDE, précisément sor tie “LINE CONTROL” (ligne de
le modèle LSB12. Ce dispositif est com- contrôle), commune à toutes les uni-
posé d’un coffret en plastique muni tés. Simultanément, les microcontrô-
d’une fente dans laquelle la car te leurs des autres unités, relèvent la
magnétique est glissée. A l’intérieur du situation par l’intermédiaire de leur
capteur, nous trouvons une tête magné- broche 9 (entrée de priorité) et s’inhi-
tique et un circuit d’amplification, per- bent, ou bien traitent et mémorisent
mettant de lire les données présentes les données en provenance de leurs
quelle unité arrivent les données. Pour sur la piste ISO2 du badge et de les lecteurs respectifs, afin de les trans-
ce qui est du code, un interrupteur conver tir en impulsions numériques. mettre dès que la ligne aura été libé-
fermé correspond à un niveau logique Le lecteur est alimenté par une tension rée.
0, ouvert, à un niveau logique 1. de 5 volts et dispose de trois points
de sor tie pour les signaux. Sur le Notez une particularité : pour simplifier
Avec ces 6 bits disponibles, il est pos- schéma, ces points sont nommés “A”, le bus et utiliser un fil seulement, nous
sible d’exploiter un maximum de 64 “B” et “C”. Ils coïncident respective- avons réuni l’entrée et la sortie de prio-
combinaisons, ce qui permet donc d’uti- ment avec les lignes CLS (Card Loa- rité du microcontrôleur. Ceci est pos-
liser 64 lecteurs. Les possibilités d’uti- ding Signal), RCL (Read Clock) et RDP sible car le port PB6 étant à collecteur
lisation sont nombreuses, même avec (Read Data Pulse). ouver t, il peut fournir tout seul un
la limitation du nombre de circuits, niveau logique bas en utilisant la résis-
étant donné que, dans la pratique, Voyons en détail la signification de ces tance R8 comme résistance de pull-up
rares sont les cas où il faille gérer plus sigles. pour maintenir, au repos, l’entrée PB7
de 64 lecteurs ! Il faut également consi- à un niveau haut. De cette façon, on
dérer que si 64 appareils étaient mon- - La ligne CLS indique la présence ou utilise une seule ligne pour communi-
tés en parallèles, les capacités para- non d’une carte dans le lecteur. Lors- quer avec les unités connectées et pour
sites des circuits intégrés com- qu’une car te est présente devant la recevoir la demande de priorité.
menceraient à devenir importantes et tête de lecture, CLS est au niveau bas
dégraderaient les fronts montants des (0). Pour mieux comprendre ce type de fonc-
signaux. Dans le cas présent, il n’y a - La ligne RCL représente l’horloge des tionnement, considérons ce qu’il
pas de gros problèmes mais, par données en sor tie. En pratique cette advient en imaginant avoir un cer tain
contre, cela pourrait s’amplifier avec broche est au niveau logique bas (0) nombre de dispositifs, tous reliés par
un nombre plus élevé de lecteurs. lorsqu’elle détecte la présence d’un bit les lignes “TXD” et “RXD” (broche 2 et
sur la piste magnétique d’une carte. 3 du connecteur série) et par la ligne
Toujours à propos du dip-switch DS1, - La ligne RDP indique la donnée. Elle “LINE CONTROL” (ligne de contrôle).
le huitième interrupteur sert à préciser exprime ainsi l’état du bit lu sur la
si l’on doit activer ou désactiver l’en- carte. L’indication fournie dans cette Voyons, en premier lieu, les caracté-
voi du code d’identification vers l’ordi- situation est l’inverse du cas de la lec- ristiques des broches 8 et 9.
nateur. Fermé pour activer, ouvert pour ture : si la donnée est à 1, la ligne pré-
désactiver. Si l’envoi du code est activé, sente un niveau logique bas (0), dans La première (PB6) fonctionne en sor-
à chaque train d’impulsions le micro- le cas contraire (donnée à 0), le niveau tie à collecteur ouvert et se met au zéro
contrôleur ajoute aux données lues sur est haut (1). logique lorsque le lecteur de badge,

L’unité de lecture manuelle


Le circuit proposé dans cet article utilise comme clé un lecteur commercial
produit par la société KDE, dont voici les principales caractéristiques :

Standard de lecture : ISO 7811


Piste de travail : ISO 2 (ABA)
Méthode de lecture : F2F (FM)
Alimentation : 5 volts
Consommation maximale : 10 mA
Vitesse de lecture : de 10 à 120 cm/sec
Durée de vie de la tête de lecture : < 300 000 lectures
Température de fonctionnement : de 0 à 50° C
Dimensions : E 30 mm x L 99 mm x H 29 mm
Poids : 45 grammes

ELECTRONIQUE 46 magazine - n° 7
SÉCURITÉ

Organigramme
MF122
du programme principal

Initialise les lignes de I/O


Allume LED rouge et verte
pour 1 seconde, émet un bip

NON
Carte présente
OUI
Attente des bits
de synchronisation

NON
Démarre surveillance
OUI

Attente caractère à 5 bits

NON Convertit les caractères


Fin surveillance en nombre décimal et contrôle
OUI la parité, sauvegarde en RAM

Lit la donnée en RAM


NON
Caractères lus = 40
OUI
Donnée valide OUI

NON OUI
Fin surveillance
Convertit la donnée Mémorise “nul”
en caractère ASCII, en RAM NON
sauvegarde en RAM

NON OUI
Caractères lus = 40 Carte présente
OUI NON

Appelle TX série Emet bip, allume LED


verte pendant 0,5 sec.

Le logiciel
La gestion de chaque unité de lecture PB2 passent au niveau bas pendant si les données sont valides, le micro-
et confiée a un microcontrôleur ST6 une seconde allumant ainsi les deux contrôleur attend les caractères, cha-
de SGS-Thomson, convenablement LED, LD1 et LD2. Simultanément, la cun formé de 5 bits. Ensuite, il les
programmé pour exécuter les fonc- broche 2 passe au niveau haut (1 conver tit en un nombre décimal et
tions illustrées dans l’organigramme. logique), ce qui permet à T1 de deve- procède au contrôle de la parité.
Comme on peut l’obser ver, après la nir conducteur et au buzzer d’émettre L’opération est répétée jusqu’à la lec-
mise en service et la remise à zéro un bip d’une seconde. A par tir de ce ture des 40 caractères (ce que peut
initial, le microcontrôleur procède à moment, tout est prêt pour fonction- contenir une piste ISO7811-2) et
l’initialisation des I/O (entrées, sor- ner. Le logiciel attend le signal de la chaque caractère valide est converti
ties) broches 16, 17, 18, 19, 28, 26, présence d’une carte dans le lecteur, dans sa valeur correspondante en
25, 24 en les définissant en entrées ou bien un front descendant sur la ASCII, puis sauvegardé en RAM. Les
avec des résistances de pull-up (main- broche 15 du microcontrôleur (ligne groupes de 5 bits (caractères) non
tient d’un niveau haut) et comme des CLS). Lorsque cela arrive, le micro- valides ou altérés activent l’inscrip-
entrées normales pour les broches contrôleur vérifie la présence de l’im- tion du message “nul” en RAM, dans
5, 9, 13, 14, 15. Les sor ties PB0, pulsion d’horloge et autorise la lecture la position correspondante. Le
PB2 et PB6 (broches 1, 4, 8) sont du de la bande magnétique. S’il venait à contrôle des données et leur mémo-
type collecteur ouvert, PB1 est actif manquer quelque chose ou si les don- risation terminés, la routine de trans-
et il en est de même pour les broches nées présentes étaient déformées par mission sur le port série est appelée,
6 et 10 (respectivement PB4 et PA0). rapport au standard, la procédure de comme cela est représenté sur l’or-
Après cette phase, les ports PB0 et lecture serait suspendue. Par contre, ganigramme.

ELECTRONIQUE 47 magazine - n° 7
SÉCURITÉ

relié à son microcontrôleur, envoie des


La transmission série données. Ainsi, elle détecte la présence
d’une carte. Elle s’active ensuite si l’en-
trée PB7 n’a pas déjà été excitée en
premier.
TX SÉRIE
La seconde (PB7) est une entrée com-
patible TTL. Portée au niveau logique
zéro elle demande au microcontrôleur
OUI de ne pas activer la transmission jus-
Bus occupé Allume LED rouge
qu’à ce que le lecteur reçoive une carte.
NON
Maintenant que nous avons compris la
Eteint LED rouge,
occupe le bus
Attend 0,5 seconde gestion de la priorité, voyons ce qu’il
advient dans le dispositif qui prend la
communication et dans ceux qui, par
conséquent, sont inhibés.
OUI Lit le code carte
Code carte validé
et envoie au port série Ayant à disposition un port série, celui
NON de l’ordinateur, toutes les lignes TXD
et RXD des circuits sont reliées entre
Envoie les caractères lus elles par deux fils, qui aboutissent sur
de la carte au port série les broches 2 et 3 du connecteur DB25
femelle, unique pour tous les appareils.
L’activation de la ligne de contrôle (LINE
Retour CONTROL) force les microcontrôleurs
des différentes unités à désactiver la
communication. Autrement dit, à mettre
au niveau logique zéro la broche 6
L’acquisition des données envoyées de la car te, sélectionné par l’inter- (PB4, configuré comme sortie), désac-
par le lecteur de badge terminée, le médiaire des interrupteurs DS1 à tivant ainsi deux des quatre interrup-
microcontrôleur vérifie l’état de la ligne DS6. Après transmission du train d’im- teurs CMOS contenus dans le CD4016
de contrôle (broche 9) ; ainsi, si elle pulsions un bip est émis et la LED référencé U1. Cela permet d’isoler du
est au niveau haut, il sélectionne le ver te est allumée, indiquant que la connecteur les lignes d’émission et de
bus en mettant au zéro logique la procédure de transmission s’est réception dédiées au conver tisseur
broche 8. A ce point, il vérifie l’état déroulée avec succès. Nous repor- TTL/RS232C (U2) un MAX232. Natu-
de l’interrupteur 8 du dip-switch et si tons ci-dessous le listing d’un pro- rellement ceci se produit pour tous les
ce dernier est ouvert, il active la trans- gramme en QBASIC en mesure de lire lecteurs, sauf pour celui qui, en pre-
mission série sur la broche 10 ; si l’in- un train de 41 caractères sur le port mier, a reçu les données de son lec-
terrupteur est fermé, le microcontrô- série et de l’afficher sur l’écran du teur de badge. En effet, ayant déjà mis
leur ajoute au message série, le code moniteur. au niveau bas la ligne de contrôle, il
ignore l’état de cette ligne en entrée
et laisse actif l’interrupteur CMOS
REM QBASIC PROGRAM FOR SERIAL SMART concerné, étant donné qu’il doit envoyer
REM CARD READER WITH LINE-CONTROL les données sur le port série RS232C.
REM (C) 1998 BY FUTURA ELETTRONICA SNC
Cela se passe de façon simple et trans-
CLS parente. Quand un lecteur reçoit une
OPEN “com1:300,N,8,1” FOR RANDOM AS #1 carte, il commande la ligne CLS en la
LABEL1: maintenant au niveau logique zéro, puis
C$ = INPUT$(41, #1) il envoie les données qu’il lit sur la
CLS bande magnétique sous forme série
C = ASC(LEFT$(C$, 1)) sur la ligne RDP (Read Data Pulse) par-
C$ = RIGHT$(C$, 40) faitement synchronisées avec l’horloge
CLS présente sur la RCL (Read Clock). Le
LOCATE 14, 15: PRINT “CODE CARTE =” microcontrôleur acquiert les données
LOCATE 14, 33: PRINT C$ et, si elles sont reconnues valides, les
LOCATE 15, 15: PRINT “CODE CIRCUIT =” mémorise en RAM après les avoir
LOCATE 15, 32: PRINT C; : PRINT “ “ conver ties en caractères ASCII. A ce
GOTO LABEL1 point, le microcontrôleur s’assure que
CLOSE #1 le bus n’est pas occupé et si cela est
END vérifié, il l’utilise pour charger les don-
nées dans la RAM de l’ordinateur par
Pour étalonner notre lecteur de badge, train de 41 caractères, le premier à le port série.
il faut charger dans le PC le listing en gauche, qui coïncide avec le code de
QBASIC transcrit ici. Notez que le pro- la platine sélectionnée par l’intermé- Les données issues de la broche 10 du
gramme procède à l’extrapolation du diaire des dip-switchs. microcontrôleur U3 sont converties en
niveaux RS232C du type +12 V / –12 V

ELECTRONIQUE 48 magazine - n° 7
SÉCURITÉ

par le circuit intégré U2, un MAX232 de contrôleur. Toutefois, il faut noter que, nées, est réalisée avec un commu-
la société Maxim, conçu spécialement pour l’instant, la réception n’est pas uti- tateur électronique U1, un CD4016,
pour cet usage. En réalité, ce circuit a lisée. Notre système n’attend donc pas dont les broches de contrôles sont
deux sections et ne fait pas seulement de réponse de l’ordinateur. directement gérées par la sor tie PB4
la conversion TTL/RS232C, mais éga- du microcontrôleur ST6265. Lorsque
lement le contraire (RS232C/TTL). La La section de commutation, autre- les broches 6 et 12 sont au niveau
partie RS232C/TTL de la ligne de récep- ment dit la section de connexion et haut, les interrupteurs CMOS internes
tion est reliée à la broche 5 du micro- de déconnexion des lignes de don- au circuit intégré sont conducteurs et

Liste des composants


R1 : 4,7 kΩ
R2 : 1 kΩ
R3 : 100 kΩ
R4 : 1 kΩ
R5 : 1 kΩ
R6 : 22 kΩ
R7 : 22 kΩ
R8 : 220 kΩ
C1 : 100 nF multicouche
C2 : 470 µF 35 V chimique
C3 : 1 µF 50 V chimique
C4 : 1 µF 50 V chimique
C5 : 1 µF 50 V chimique
C6 : 1 µF 50 V chimique
C7 : 1 µF 50 V chimique
C8 : 22 pF céramique
C9 : 22 pF céramique
Figure 2 : Plan d’implantation des composants du lecteur de cartes.
C10 : 220 µF 16 V chimique
C11 : 100 nF multicouche
C12 : 4,7 nF céramique
C13 : 100 nF multicouche
C14 : 100 µF 25 V chimique
D1 : Diode 1N4007
D2 : Diode 1N4148
DZ1 : Diode zener 12 V 1/2 W
U1 : Circuit intégré HCF4016B
U2 : Circuit intégré MAX232
U3 : µcontrôleur ST62T65B
(MF221)
U4 : Régulateur de tension
7805
DS1 : Dip-switch
8 interrupteurs
Q1 : Quartz 6 MHz
BZ : Buzzer sans électronique
T1 : Transistor NPNBC547B
LD1 : LED rouge 5 mm
LD2 : LED verte 5 mm
BADGE : Lecteur manuel de
carte magnétique mod. LSB12
Divers :
- Bornier 3 emplacements
(2 pièces)
- Support 14 broches
- Support 16 broches
- Support 28 broches
- Connecteur 25 broches femelle
mod. Canon pour circuit imprimé
- Prise alimentation pour circuit
imprimé
- Circuit imprimé réf. S221.
Sauf spécification contraire,
toutes les résistances sont des
Figure 3 : Dessin du circuit imprimé du lecteur de carte, échelle 1. 1/4 W à 5 %.

ELECTRONIQUE 49 magazine - n° 7
SÉCURITÉ

présentent une résistance de Vous pouvez alimenter le montage en


quelques centaines d’ohms. Si ces PIN LIGNE E/S DESCRIPTION le reliant à une alimentation de 12 à
mêmes broches sont au niveau bas, 1 PB0 OUT LED rouge 15 volts, pouvant débiter 150 milliam-
les interrupteurs sont ouver ts et la 2 PB1 OUT Buzzer pères. Si tout a été correctement
résistance entre les points 10/11 et 3 TEST IN GND monté, les deux LED doivent s’allumer
8/9 et de plusieurs dizaines de mil- 4 PB2 OUT LED verte environ une seconde et le buzzer doit
lions d’ohms. Notez que les inter- 5 PB3 IN RX RS232C émettre un bip. Ensuite, tout passe au
rupteurs CMOS peuvent êtres tran- 6 PB4 OUT Autoris. RS232 repos et le lecteur est prêt pour lire la
quillement utilisés avec des niveaux 7 PB5 - N.C. première carte.
RS232C car ils fonctionnent indé- 8 PB6 OUT Line control
pendamment des niveaux et de leur 9 PB7 IN Line control Avant d’utiliser le système, il faut posi-
nature. En somme, ils commutent des 10 PA0 OUT TX RS232C tionner les interrupteurs du dip-switch.
impulsions logiques et non des 11 Vdd - +5V Pour cela, coupez l’alimentation. Il faut
signaux linéaires. 12 Vss - GND décider ce que vous voulez faire. Si
13 PA1 IN RDP badge vous utilisez un seul lecteur, le code
Pour ce qui concerne l’alimentation, 14 PA2 IN PCL badge est superflu, vous pouvez donc laisser
chaque unité demande 12 à 15 volts 15 PA3 IN CLS badge ouvert le huitième interrupteur du dip-
avec un courant d’environ 150 mil- 16 PA4 IN DS1-1 Bit0 cod. switch. En faisant cela, à chaque lec-
liampères. La diode D1 protège l’en- 17 PA5 IN DS1-2 Bit1 cod. ture sur le port série, seul le contenu
semble contre les inversions de pola- 18 PA6 IN DS1-3 Bit2 cod. de la piste magnétique de la carte sera
rité accidentelles. Le régulateur intégré 19 PA7 IN DS1-4 Bit3 cod. envoyé à l’ordinateur.
U4 stabilise à 5 volts la tension de fonc- 20 OSC IN Oscillator
tionnement de la partie logique. La ten- 21 OSC OUT Oscillator Si vous disposez de plusieurs unités,
sion d’alimentation filtrée par les 22 RST/ IN Reset ou si vous voulez tout simplement
condensateurs C1 et C2, est appliquée 23 NMI IN Interrupt envoyer le code d’identification à l’or-
directement sur le buzzer BZ qui sonne 24 PC4 IN DS1-8 dinateur, il faut fermer le huitième inter-
chaque fois qu’une carte est lue et que ON Autoris. rupteur du dip-switch, et positionner
le format des données est valide et TX serial les 6 premiers pour obtenir la combi-
compatible avec le modèle standard 25 PC3 IN DS1-7 naison voulue.
mémorisé dans le microcontrôleur. La 26 PC2 IN DS1-6 Bit5 cod.
diode zener DZ1, avec laquelle est 27 PC1 - N.C. Naturellement, l’utilisation d’un nombre
obtenu un potentiel stable à travers la 28 PC0 IN DS1-5 Bit4 cod. de dispositifs supérieur à l’unité
résistance R1, garde au niveau haut la requiert la mise en parallèle de tous
ligne de transmission de la platine Notre lecteur contient un micro- les points relatifs aux broches 2 et 3
lorsque l’interrupteur CMOS U1 est contrôleur qui s’occupe de toutes du connecteur du port série. De façon
les fonctions logiques. Le tableau
désactivé. indique la signification de chaque analogue, reliez tous les points LC
broche de ce circuit intégré. (LINE CONTROL). A ce propos, si les
unités sont distantes entre elles de
En pratique plus de quelques mètres, nous vous
indiquée sur le plan d’implantation des conseillons d’utiliser du câble coaxial
Après avoir décrit tout ce qu’il est utile composants. Montez ensuite les sup- avec son blindage (tresse métallique)
de savoir du fonctionnement du circuit, ports des circuits intégrés en orientant reliée à la masse, afin d’éviter les inter-
voyons comment réaliser une unité, leur repère-détrompeur dans le sens férences qu’elles pourraient générer
étant entendu que pour en réaliser indiqué clairement sur le schéma d’im- en fonctionnement.
d’autres, il suffit de suivre les mêmes plantation des composants. Poursui-
instructions et d’interconnecter ensuite vez le montage par le dip-switch à 8
les lignes 2 et 3 du connecteur série, interrupteurs, les condensateurs (en A lire ou à relire
sans oublier le point LINE CONTROL de veillant à la polarité des électrolytiques),
chacune d’elles. A ce propos, vous les deux LED, le quar tz, le transistor Jeu de piste. ELM n° 1, pages 70 et
observerez que les liaisons entre les T1 et le régulateur. Pour ces deux der- suivantes.
platines et le PC sont effectuées avec niers, il faut respecter le sens indiqué.
un ou plusieurs câbles qui ne font pas Il reste à présent à terminer le mon- Contrôleur d’accès à carte magnétique.
l’inversion entre les broches 2 et 3 de tage par la mise en place du buzzer ELM n° 2, pages 64 et suivantes.
la sortie série. (attention à la polarité), du connecteur
25 points femelle pour circuit imprimé
En figure 2, vous trouverez le plan d’im- et des borniers à vis permettant la liai- Où trouver
plantation des composants qui prennent son du lecteur et de l’alimentation. Pre- les composants
tous place sur le circuit imprimé S221 nez les circuits intégrés et insérez-les
donné à l’échelle 1 en figure 3. Vous dans leur support respectif, en veillant Comme pour toutes les réalisations qui
pouvez réaliser ce dernier selon votre à ne pas plier malencontreusement vous sont proposées dans nos
méthode habituelle ou l’acquérir prêt à leurs broches. Le microcontrôleur colonnes, un kit complet (FT221) ou le
l’utilisation (voir publicités dans la revue). ST6265 est préprogrammé et porte la circuit imprimé (S221), le microcon-
référence MF221 (voir publicité dans trôleur préprogrammé (MF221), le lec-
Une fois en possession de votre cir- la revue). teur de cartes magnétiques (LSB12),
cuit, vous pouvez monter les compo- les car tes (DBG01M) ainsi que tous
sants en commençant par les résis- A présent, le circuit est prêt et pour le les composants sont disponibles. Voir
tances et les diodes, pour lesquelles compléter il suffit de lui relier le lec- publicités dans la revue.
il est impératif de respecter la polarité teur de cartes. ◆ C. V.

ELECTRONIQUE 50 magazine - n° 7
RADIO

Un amplificateur FM
de 10 W
pour le 140 - 146 MHz

Fabriquer un amplificateur VHF de 10 watts FM n’a généralement rien


d’extraordinaire. Dans le montage que nous vous proposons ici et qui ne nécessite
aucun réglage, les 10 watts HF sont obtenus en appliquant sur l’entrée d’un
module amplificateur hybride à large bande Mitsubishi, une puissance de
0,03 watt (30 milliwatts) seulement. Voilà où se trouve l’originalité de cette
réalisation.

l y a quelques Si vous disposez d’un tel


années seule- module hybride, il vous
ment, pour réa- faudra résoudre des pro-
liser un ampli- blèmes que vous n’avez
ficateur de ce jamais rencontrés aupa-
genre, à relier à la sortie ravant. En ef fet, les
d’un étage oscillateur, il fallait utiliser trois transistors HF seules caractéristiques que l’on trouve concernant ces com-
montés d’après un schéma similaire à celui représenté sur posants sont : la tension d’alimentation, la fréquence d’uti-
la figure 1. Une fois tous les condensateurs ajustables lisation, la puissance que nous pouvons appliquer sur l’en-
réglés, on parvenait à obtenir environ 10 à 12 watts sur sa trée et la puissance maximale fournie sur la sortie.
sortie.
Si ces données peuvent être suffisantes à un technicien
Un tel amplificateur ne pouvait être monté que par un tech- spécialisé et compétent, celui qui n’a jamais utilisé un de
nicien ayant de bonnes connaissances en HF car, sans une ces modules, ne réussira pas à construire un amplificateur
expérience suffisante dans ce domaine, il était difficile de s’il n’a pas à sa disposition un schéma électrique et l’in-
par venir à régler de façon par faite les circuits d’accord. dispensable circuit imprimé au moins. Il faut, en outre, que
Conséquence : il arrivait parfois que l’amplificateur se mette quelqu’un lui ai dit ce qu’il convient de ne pas faire pour ne
à auto-osciller de façon inexpliquée après un bref temps de pas mettre son module hors d’usage immédiatement.
fonctionnement, ce qui entraînait la “mort” des trois tran-
sistors. A ce point, nous intervenons pour vous proposer le circuit
d’un amplificateur HF pour le 140-146 MHz, étudié pour uti-
Aujourd’hui, les modules HF à large bande modernes per- liser un module de puissance de la marque Mitsubishi réfé-
mettent de réaliser des amplificateurs de bonne qualité ne rencé M.57732/L.
nécessitant aucune mise au point. De plus, il suf fit d’ap-
pliquer quelques milliwatts seulement sur leur entrée pour Si nous consultons les caractéristiques données par le
obtenir une puissance importante à leur sortie. constructeur, nous trouvons ces quelques éléments :

ELECTRONIQUE 59 magazine - n° 7
RADIO

Fréquence de fonctionnement 135-160 MHz matiquement réduite comme nous l’avons spécifié dans le
Tension maximale sur les broches 2-4 15 volts tableau ci-dessous.
Tension maximale sur la broche 3 6 volts
Consommation maximale 2,5 ampères puissance puissance
Puissance maximale en entrée 0,04 watt d’entrée de sortie
Impédance d’entrée et de sortie 50 ohms
Température de fonctionnement –30 à +100° C 5 milliwatts 1,58 watts
Gain en puissance 25 dB 10 milliwatts 3,16 watts
15 milliwatts 4,74 watts
Mais même si nous ajoutons la signification des diffé- 20 milliwatts 6,32 watts
rentes broches (voir figure 2) à ces caractéristiques, selon 25 milliwatts 7,90 watts
vous, combien sauraient concevoir un schéma électrique 30 milliwatts 9,48 watts
valable ? 35 milliwatts 11,0 watts

Il faut tout d’abord savoir qu’il n’est pas conseillé de dépas-


ser les 15 volts d’alimentation. Partant de là, nous devons Il existe également une autre donnée qui varie en rapport
alimenter le module avec une tension de 12-13 volts. avec la puissance produite. A la puissance maximale, le
module absorbe environ 2,5 ampères, la consommation
Si ensuite, nous prenons en compte le gain en puissance descend à 2 ampères pour une puissance de 9,5 watts et
de 25 dB, ce qui signifie une augmentation de la puissance est réduite à 1,7 ampère pour une puissance de 7 watts.
de 316 fois, si nous appliquons 0,04 watt sur l’entrée, en
sortie nous devons obtenir : Laissant de côté toutes ces particularités, nous nous trou-
vons devant un autre problème à résoudre : celui de la com-
0,04 x 316 = 12,64 watts mutation automatique, pour passer de la réception à l’émis-
sion.
Toutefois, pour ne pas endommager le module, il vaut mieux
limiter la puissance d’entrée à une valeur légèrement infé- Un amplificateur se connecte toujours à la sortie d’un émet-
rieure à celle préconisée dans les caractéristiques. teur/récepteur. Ainsi, en émission, le signal HF présent sur
la sortie de l’émetteur doit entrer dans l’amplificateur et
En admettant n’utiliser en entrée que 0,03 watt (égal à 30 doit ensuite être prélevé sur la sortie de l’amplificateur pour
milliwatts), en sortie nous obtenons : rejoindre l’antenne rayonnante. Par contre en réception, le
signal capté par l’antenne doit rejoindre directement l’en-
0,03 x 316 = 9,48 watts trée de récepteur en contournant l’amplificateur.

Evidemment, si nous appliquons au module des puissances Comme vous pouvez le voir sur le schéma électrique, la
inférieures à 30 milliwatts, la puissance de sortie sera auto- commutation est effectuée par deux relais.

L2 L4 L6

L1 C3 L3 C5 L5 C7
ENTRÉE C1 C C C
B B B

E E E SORTIE
C2 C4 C6 C8

Figure 1 :
Schéma théorique d’un amplificateur utilisant des transistors amplificateurs HF. Après avoir calculé la
valeur de toutes les inductances et des condensateurs d’accord, il est nécessaire de régler de façon parfaite
chaque étage, car si un de ceux-ci auto-oscille, tous les transistors seront détruits en peu de temps.

2 3 4

6 1 2 3 4 5 6 1 5

Figure 2 :
En utilisant le module amplificateur à large bande M.577632/L de chez Mitsubishi, on peut amplifier une
fréquence comprise entre 135 et 160 MHz sans avoir de réglage à effectuer. Sur la figure de gauche, nous
représentons son brochage et sur celle de droite, le schéma synoptique interne fourni par le fabricant.

ELECTRONIQUE 60 magazine - n° 7
RADIO

RL1 RL2
ENTRÉE SORTIE
L1
VERS IC2 6 VERS
DS4 DS4

L2 1 2 3 4 5
R7 C14 C15 C16 C17 C18 C19

R16 L3 L4 L5

R8
R15 R17 JAF2 JAF3 JAF4
JAF1
C20 C21

C10 C11 C12 C13


DS1 DS2
C4 ATTENUATEUR
C2 C3 R18

R9 C8 C9 DZ1

R2 R3 DS5
R1 R4
C6 R12
R11 VERS
5 8 DS4
RL1 - RL2
7
R10
3 IC1-B
C
6 1 R13 B
IC1-A TR1 C22 12 V
C1 R5 2
R6 E
4
R14
C7 DS3

C5

Figure 3 : Schéma électrique de l’amplificateur de 10 watts pour le 140-146 MHz. Si nous appliquons sur l’entrée des
signaux supérieurs à 40 milliwatts, nous devrons les atténuer avec un atténuateur en «π» formé par les résistances R15,
R16 et R17. Dans le tableau (voir texte), nous avons reporté la valeur des résistances à utiliser en fonction de la puissance
injectée à l’entrée.

Liste des composants de l’amplificateur LX.1418


R1 : 3,9 kΩ C4 : 10 nF céramique L4 : voir texte
R2 : 22 kΩ C5 : 10 nF céramique L5 : voir texte
R3 : 22 kΩ C6 : 100 nF céramique JAF1 : Self 10 µH
R4 : 3,9 kΩ C7 : 10 nF céramique JAF2 : Self VK 200
R5 : 150 kΩ C8 : 100 nF céramique JAF3 : Self VK 200
R6 : 150 kΩ C9 : 47 µF électrolytique JAF4 : Self VK 200
R7 : 100 Ω C10 : 100 nF céramique DS1 : Diode Schottky 1N5711
R8 : 100 Ω C11 : 10 nF céramique DS2 : Diode Schottky 1N5711
R9 : 1 kΩ C12 : 100 nF céramique DS3 : Diode 1N4148
R10 : 10 kΩ C13 : 10 nF céramique DS4 : Diode 1N4007
R11 : 10 kΩ C14 : 100 nF céramique DS5 : Diode BY255
R12 : 1 MΩ C15 : 10 nF céramique DZ1 : Diode zener 4,7 V 1 W
R13 : 10 kΩ C16 : 100 nF céramique TR1 : Transistor NPN BC547
R14 : 22 kΩ C17 : 10 nF céramique IC1 : Circuit intégré LM358
R15 : voir tableau C18 : 100 nF céramique IC2 : Module hybride Mitsubishi M.57732/L
R16 : voir tableau C19 : 10 nF céramique RL1 : Relais 12 V 1 RT
R17 : voir tableau C20 : 39 pF céramique VHF RL2 : Relais 12 V 1 RT
R18 : 120 Ω 1/2 W C21 : 39 pF céramique VHF
C1 : 10 nF céramique C22 : 100 µF électrolytique
C2 : 10 nF céramique L1-L2 : Self en strip-line Note : toutes les résistances sont des 1/4 W,
C3 : 10 nF céramique L3 : voir texte sauf spécification contraire.

Schéma électrique la sor tie de l’émetteur dont on et, ainsi, le signal capté par l’antenne
veut augmenter la puissance ou atteint directement l’entrée du récep-
Le schéma complet de l’amplificateur bien le signal issu d’un VFO prévu teur.
utilisant le module M.57732/L est pour les fréquences de 140-
représenté sur la figure 3. 160 MHz. Quand l’émetteur est en émission, le
signal HF passant par la ligne L1 se
Sur la prise d’entrée située sur Lorsque l’émetteur/récepteur est en retrouve, par induction, également sur
la gauche, nous pouvons connecter réception, les deux relais sont au repos la ligne L2.

ELECTRONIQUE 61 magazine - n° 7
RADIO

La diode DS1, reliée à la gauche de cette


ligne, redresse le signal de l’onde directe,
Figure 4 : Par curio- de cette façon, sur la cathode, nous
sité nous avons retrouvons une tension positive qui est
ouvert un de ces appliquée sur la broche non-inverseuse
modules. 5 de l’amplificateur opérationnel IC1/A.

Sur cette photo, Lorsque nous retrouvons cette tension


vous pouvez donc sur l’amplificateur opérationnel, les
voir le module
hybride déshabillé ! relais sont activés. Le relais 1 connecte
la sortie de l’émetteur sur la broche 1
du module IC2 et le relais 2 connecte
l’antenne sur la broche de sortie 5.

Figure 5 : Photo de l’amplificateur vu du côté des composants. Sur la face opposée de cette platine, sera
monté un gros radiateur dont le montage est donné en figures 7 et 8. Il servira à dissiper la forte chaleur
générée par le module IC2.

DS3 R11
R13
TR1
C7
R12
C1 IC2 C20 C21
IC1 C6 R14
R3 C14 C16 C18
R1 R5 R10 R9
R16
R6 C3
R2 R8 C15 C17 C19
C5
L4
DS2
L3 L5
JAF2

JAF3

JAF4

ENTRÉE C2
R4 R17 SORTIE
DS1
C4 DS5
RL 1
L2 JAF1 C10 C8 C12
R15
L1 RL 2
R7
C11 C13
C9 C22

DS4 DZ1 R18

L3-L5 ( 2 spires ) L4 ( 3 spires )


12 V
8 mm 8 mm

Figure 6 : Schéma d’implantation des composants de l’amplificateur.


Dans le montage, vous devez respecter impérativement la polarité de
toutes les diodes au silicium et de la diode zener DZ1. Les deux prises
5 mm 7 mm
d’entrée et de sortie peuvent être reliées au circuit avec deux courts
morceaux de câble coaxial de 50-52 ohms. En bas, nous avons
représenté le nombre de spires et les dimensions en millimètres des
deux bobines L3 et L5 et de la bobine L4.

ELECTRONIQUE 62 magazine - n° 7
RADIO

En regardant le circuit de détection, certains se demande- tances R16, R15 et R17 dans le rectangle jaune), car nous
ront pourquoi nous prélevons la tension positive de 12 volts savons qu’il ne faut pas appliquer au module une puissance
sur le diviseur formé par les résistances R9 et R7+R8 et supérieure à 0,04 watt.
pourquoi nous faisons parvenir une tension positive d’en-
viron 0,3 volt, à travers les diodes DS1 et DS2, sur les deux Dans le tableau ci-dessous, nous avons reporté les valeurs
entrées de l’amplificateur opérationnel IC1/A. des résistances qu’il faut utiliser pour l’atténuateur en fonc-
tion de la puissance d’entrée.
Si nous n’avions pas appliqué cette tension aux diodes,
pour les faire passer en conduction, nous aurions dû dépas-
puissance valeur de valeur de atténuation
ser leur niveau de seuil, en fait nous aurions dû appliquer
entrée R16 R15-R17 de puissance
sur la prise d’entrée du module des puissances exagérées
alors que nous savons qu’il ne faut pas dépasser 40 milli- 50 mW 12 ohms 390 ohms 2,2 dB
watts. 60 mW 18 ohms 270 ohms 3,0 dB
70 mW 22 ohms 220 ohms 3,7 dB
Ainsi, la diode DS1 est déjà conductrice avec la tension 80 mW 27 ohms 220 ohms 4,3 dB
positive prélevée du diviseur de tension à résistances et il 90 mW 27 ohms 180 ohms 4,8 dB
suffit d’une puissance dérisoire pour faire activer les deux 100 mW 33 ohms 180 ohms 5,3 dB
relais. 125 mW 39 ohms 150 ohms 6,2 dB
150 mW 47 ohms 120 ohms 7,0 dB
En fait, les deux relais seront excités avec une puissance 200 mW 56 ohms 120 ohms 8,3 dB
de seulement 10 milliwatts. 250 mW 68 ohms 100 ohms 9,2 dB
300 mW 75 ohms 100 ohms 10,0 dB
Il faut signaler que l’amplificateur opérationnel IC1/A est 350 mW 82 ohms 100 ohms 10,7 dB
utilisé comme amplificateur différentiel. De cette façon, 400 mW 82 ohms 82 ohms 11,3 dB
quand les deux tensions appliquées ont une valeur iden- 450 mW 90 ohms 82 ohms 11,8 dB
tique, nous aurons 0 volt sur la broche de sortie, comme 500 mW 95 ohms 82 ohms 12,2 dB
le confirme la formule : 550 mW 100 ohms 82 ohms 12,7 dB
600 mW 110 ohms 82 ohms 13,0 dB
Volt de sortie = (R6 : R4) x (V1 - V2)
650 mW 120 ohms 82 ohms 13,4 dB
700 mW 120 ohms 75 ohms 13,7 dB
D’où :
750 mW 120 ohms 68 ohms 14,0 dB
V1 est la valeur de tension (0,3 volt) présente sur la broche 800 mW 130 ohms 68 ohms 14,3 dB
non inverseuse 5. 900 mW 140 ohms 68 ohms 14,8 dB
1,0 watt 150 ohms 68 ohms 15,3 dB
V2 est la valeur de tension (0,3 volt) présente sur la broche 1,5 watt 180 ohms 68 ohms 17,0 dB
inverseuse 6. 2,0 watts 220 ohms 68 ohms 18,3 dB

Sachant que la résistance R6 et de 150 kΩ et la résistance


R4 de 3,9 kΩ, en sortie, nous retrouvons une tension de : Note : Les valeurs non standard des résistances peuvent
êtres obtenues en reliant en parallèle ou en série deux résis-
(150 000 : 3 900) x (0,3 – 0,3) = 0 volt tances. Par exemple pour obtenir 75 ohms, il suffit de relier
en parallèle deux résistances de 150 ohms, par contre,
Lorsque, sur l’entrée du module, nous appliquons le signal pour obtenir 95 ohms, il suffit de relier une résistance de
HF prélevé de la sortie d’un émetteur ou d’un VFO, la diode 82 ohms et une résistance de 12 ohms.
DS1 détecte cette tension et, même si elle est aussi déri-
soire que de passer de 0,3 volt à 0,4 volt, sur la sortie de Jusqu’à une puissance de 250 milliwatts, nous pouvons uti-
l’amplificateur opérationnel IC1/A, nous retrouverons une liser des résistances au carbone de 1/4 watt, jusqu’à 600
tension positive de : milliwatts des résistances au carbone de 1/2 watt et pour
des puissances supérieures des résistances de 1 watt.
(150 000 : 3 900) x (0,4 – 0,3) = 3,84 volts
Si le VFO ou l’émetteur que nous utilisons pour piloter le
Cette tension est appliquée sur l’entrée non inverseuse 3 module délivre une puissance inférieure à 40 milliwatts, il
de l’amplificateur opérationnel IC1/B, utilisé comme com- faut exclure l’atténuateur. Ainsi nous relirons la sortie du
parateur de tension. relais 1 directement sur la broche 1 de IC2.

Dès que la tension sur l’entrée non inverseuse dépasse la Le problème de l’atténuateur d’entrée étant résolu, voyons
valeur de la tension présente sur l’entrée inverseuse 2, qui à présent les broches d’alimentation.
est d’environ 0,7 volt par la présence de DS3, nous retrou-
vons, sur la sortie, une tension positive d’environ 10 à 12 Dans le tableau des caractéristiques, il est indiqué qu’il faut
volts. Cette tension polarise la base du transistor TR1, qui appliquer une tension inférieure à 6 volts sur la broche 3.
devient conducteur et active les deux relais reliés sur son Pour cela, nous avons réduit la tension de 12 volts d’ali-
collecteur. mentation à 4,7 volts par l’intermédiaire de la diode zener
DZ1.
Comme vous pouvez le voir sur le schéma électrique, avant
d’atteindre la broche d’entrée 1 du module, nous avons fait Pour éviter les auto-oscillations, il faut appliquer la tension
passer le signal HF prélevé à la sortie de l’émetteur ou du d’alimentation sur les différentes broches 2, 3 et 4, à tra-
VFO, à travers un atténuateur à résistances (voir les résis- vers des selfs HF en ferrite (voir JAF2, JAF3 et JAF4) et il

ELECTRONIQUE 63 magazine - n° 7
RADIO

faut relier, entre ces broches et la imprimé adéquat. Le modèle utilisé est Si le VFO ou l’émetteur délivrent une
masse, des condensateurs de 100 nF un circuit double face à trous métalli- puissance inférieure à 40 milliwatts,
et 10 nF. sés, sur lequel les composants doivent connectez, avec un morceau de fil
êtres placés dans une position bien rigide, les deux pistes où doit se trou-
De la broche de sortie 5, nous préle- précise pour éviter des couplages capa- ver la résistance R16 et ne montez pas
vons nos 10 watts, lesquels, avant de citifs indésirables. les deux résistances R15 et R17.
rejoindre le relais 2 et l’antenne, pas-
sent à travers un filtre passe-bas com- Vous pouvez commencer le montage Montez à présent les deux relais spé-
posé des trois bobines L3, L4 et L5 et par le support de circuit intégré IC1 et ciaux pour la commutation HF. Ces
des deux condensateurs céramiques poursuivre par le transistor TR1 en relais sont capables de commuter des
C20 et C21. orientant le côté plat de son boîtier signaux allant jusqu’à une fréquence
vers le module IC2. Après ces compo- de 1 GHz.
Ce filtre, qui a une fréquence de cou- sants, insérez la première diode DS1,
pure d’environ 170 MHz, permet d’évi- en dirigeant le repère de son boîtier Comme vous l’avez noté, le relais RL2
ter de générer à l’antenne des harmo- vers le condensateur C2, puis la est installé sur le côté opposé du
niques à 320, 480 et 640 MHz. seconde diode DS2 avec son repère circuit imprimé, près de la prise de
dirigé vers R4 et, enfin, la dernière sortie.
Pour fournir à ce module la tension qui diode DS3, son repère dirigé vers le
lui est nécessaire, il faut utiliser une condensateur C7 (voir schéma de la Poursuivez le montage par la mise en
alimentation stabilisée en mesure de figure 6). place de la diode DS4, dont le repère
fournir 12 volts sous 2,5 ampères maxi- doit être dirigé vers le bas, puis la diode
mum. Insérez maintenant l’inductance JAF1 zener, avec son repère dirigé vers R18
sur le circuit imprimé, puis toutes les et, enfin, la grosse diode DS5, avec
résistances et les condensateurs situés son repère dirigé vers la gauche.
Réalisation pratique à gauche du relais RL1.
Après ces composants, il faut monter
En regardant le schéma d’implantation Si vous connaissez déjà la puissance le bornier à deux plots, tous les conden-
des composants, vous vous rendrez que délivre votre VFO ou votre émet- sateurs céramiques (à l’exclusion de
compte que pour réaliser un circuit HF, teur, vous pouvez installer les résis- C14, C15, C16, C17, C18 et C19) et
il ne suffit pas de disposer du schéma tances R15, R16 et R17 en choisis- les deux condensateurs électrolytiques
électrique, mais il faut qu’avec celui- sant leur valeur dans le tableau donné en prenant soin de respecter leur pola-
ci, vous ayez également un circuit plus haut. rité (patte longue = positif).

CIRCUIT
ESPACEUR
IMPRIMÉ Figure 7 : Après avoir posé le module IC2
sur le radiateur, montez, sur chacun de ses
HYBRIDE côtés, les deux écarteurs en aluminium
AILETTE usiné.

ÉCROU
CIRCUIT
IMPRIMÉ

ÉCARTEUR

Figure 8 : Avant de fixer le module sur le


radiateur, vous devrez plier ses broches en
forme de “L”, puis de nouveau les plier en
“L” pour les souder sur les pistes du circuit
imprimé.

AILETTE VIS

ELECTRONIQUE 64 magazine - n° 7
RADIO

Prenez à présent le dissipateur de cha- deux spires de façon à obtenir une Avant de passer en émission, vous
leur et, sur celui-ci, installez le module bobine de 5 mm de long environ. devrez avoir relié à l’appareil le câble
non sans avoir replié toutes ses coaxial allant à l’antenne ou une charge
broches en “L” vers le haut. Bobine L4 = sur un suppor t de dia- fictive de 50-52 ohms.
mètre 8 mm, bobinez 3 spires jointives
Sur les deux ailettes latérales du en utilisant du fil de cuivre argenté de Ce montage ne nécessite aucun
module, appuyez les deux écarteurs en 1 mm. Après les avoir bobinées, il faut réglage, dès que vous appliquez un
aluminium (voir figure 7) et fixez, sur écar ter les trois spires de façon à signal HF sur l’entrée, vous obtenez,
le dissipateur, le module et le circuit obtenir une bobine de 7 mm de long sur la sor tie, une puissance propor-
imprimé à l’aide de deux vis en acier, environ. tionnelle à celle que vous avez appli-
en serrant fermement les écrous de quée sur l’entrée.
façon à ce que toute la sur face métal- Les deux bobines L3 et L5 sont mon-
lique du module appuie uniformément tées dans le sens horizontal par rap- Pour alimenter cet amplificateur, utili-
sur la surface radiateur. port au circuit imprimé. Par contre, la sez une tension stabilisée de 12 volts
bobine L4 est montée à 90 degrés (voir sous 2,5 ampères environ.
Les broches de sortie du module, que figure 6).
nous avons pliées en “L”, sont à pré-
sent pliées de nouveau en “L” sur le Entre les bobines L3 et L4 et entre les Où trouver
circuit imprimé afin de pouvoir les sou- bobines L4 et L5, soudez les deux les composants
der sur les 5 pistes en cuivre. condensateurs HF céramiques C20 et
C21 d’une capacité de 39 pF chacun. Le circuit imprimé double face à trous
Maintenant, entre les pistes qui sont métallisés seul ou un kit complet
situées devant les broches 2, 3 et 4 La réalisation de l’amplificateur sera (LX.1418) sont disponibles. Voir publi-
et les pistes de masse qui séparent terminée après avoir inséré le circuit cité dans la revue.
ces pistes, soudez les condensateurs intégré IC1 dans son support en orien-
céramiques C14 à C19 en prenant soin tant son repère vers la droite. ◆ N. E.
de raccourcir leurs pattes au maxi-
mum. Cet amplificateur peut être enfermé
dans un coffret soit métallique soit en
Pour compléter le montage, il faut insé- plastique. Pour connecter les deux
rer les bobines L3, L4 et L5 ainsi que prises BNC d’entrée et de sor tie aux
les condensateurs céramiques pour HF pistes du circuit imprimé, utilisez deux
C20 et C21 du filtre passe-bas. petits morceaux de câble coaxial de
50-52 ohms.
Il vous faut fabriquer vous-même ces
bobines, cette étape est on ne peut
plus simple, comme vous allez voir. Derniers conseils
Pour cela, nous allons vous indiquer
leurs caractéristiques. Sur l’entrée de cet amplificateur, vous
ne devez appliquer qu’un signal HF
Bobine L3-L5 = sur un support de dia- modulé en fréquence. Il ne faut pas
mètre de 8 mm (queue de foret), bobi- relier sur l’entrée un émetteur modulé
nez deux spires jointives en utilisant en amplitude, car vous pourriez
du fil de cuivre argenté de 1 mm. Après endommager irrémédiablement le
les avoir bobinées, il faut écar ter les module.

ELECTRONIQUE 65 magazine - n° 7
AUDIO

Un systè
système
de sonorisation
par le 220 V

Figure 1 : Sur l’émetteur, nous appliquons le signal prélevé à la sortie d’une radio
ou d’un quelconque préamplificateur stéréo.

Un émetteur spécial, couplé à une source BF, modulé en fréquence et transmettant


dans la bande 150-160 kilohertz, sert à envoyer, sur le secteur 220 volts, une
sonorisation que vous pourrez "récupérer" dans n’importe quelle pièce de votre
appartement, maison ou entreprise, sur un récepteur FM spécialement conçu pour se
syntoniser sur cette gamme de fréquence uniquement.

ous sommes prêts à parier, qu'après avoir lu l'in- tophone situé au secrétariat ou près de la caisse, comment
troduction, vous vous êtes immédiatement dit résoudriez-vous ce problème ?
que pour écouter de la musique dans n’importe
quelle pièce d'un lieu donné, il suffirait d’acquérir N'oublions pas également que depuis votre amplificateur
autant de "radios-de-poche-made-in-Japan" que ou votre magnétophone vous pourrez, par microphone inter-
de pièces et le problème serait résolu ! posé, faire passer un message ou une annonce, ce qui n'est
pas possible avec la solution des "radios-de-poche-made-
Ce qui pourrait être exact pour un "particulier" l'est déjà in-Japan".
beaucoup moins pour un "professionnel". En effet, si vous
étiez gestionnaire d'une entreprise ou d’un restaurant avec Certains nous répondront encore qu’il suffit de relier deux
4 ou 5 pièces ou salles et si vous vouliez faire écouter, à fils sur la sor tie haut-parleur de l’amplificateur afin de
votre personnel ou à vos clients, la musique ou une sono- rejoindre les locaux intéressés et de connecter ces fils à
risation quelconque issue d’un amplificateur ou d’un magné- de petites enceintes acoustiques. Bien sûr, ce pourrait être

ELECTRONIQUE 66 magazine - n° 7
AUDIO

une solution. En pratique, pourtant, ce


n’est pas réalisable car, en reliant en
parallèle sur le haut-parleur principal
des haut-parleurs secondaires, cela
abaissera l’impédance de charge et,
dans ces conditions, les transistors de
sortie de l’amplificateur "partiront en
fumée" après peu de temps !

En fait, si votre amplificateur a été étu-


dié pour une charge de 8 ohms, en
reliant en parallèle deux haut-parleurs,
la charge descend à 4 ohms et, en
reliant 3 haut-parleurs, la charge des-
cend à 2,6 ohms.

Pour sonoriser plusieurs pièces, il n’y


a qu’un seul système simple, utiliser
les fils de l’installation électrique !

Même si sur ces fils une tension de Figure 2 : En reliant le récepteur FM à une prise du secteur 220 volts,
220 volts est présente, nous pouvons nous capterons les signaux sonores envoyés par l’émetteur.
lui superposer un signal haute fré-
quence, compris entre 150 et 160 kHz,
fourni par un petit émetteur modulé en récepteur. Il suffira alors d’appliquer, Nous avons souligné que, théorique-
fréquence. Ce signal pourra être récu- sur l’entrée de l'émetteur, le signal ment, nous devrions obtenir une fré-
péré sur n’importe laquelle des prises dûment amplifié d’un microphone. quence de 159 kHz car nous devons
secteur de l’appartement par un petit tenir compte de la tolérance des résis-
récepteur FM, spécialement étudié Même si vous ne réalisez pas ce pro- tances et des condensateurs qui se
pour recevoir cette gamme de fré- jet, il sera très instructif de savoir com- situe autour des ±10 %.
quences. ment on peut moduler en FM une fré-
quence de 150-160 kHz. En figure 3, nous avons représenté le
La fréquence de 150-160 kHz que nous schéma complet de l’étage émetteur
utilisons n’a pas été choisie par hasard. modulé en FM.
Nous avons contrôlé le niveau d'atté- L'émetteur FM
nuation des fréquences comprises sur 150-160 kHz Le signal stéréo que nous avons appli-
entre 50 et 250 kHz en reliant l’émet- qué sur les bornes d’entrée situées à
teur et le récepteur à une distance de Pour réaliser un émetteur modulé en gauche du schéma, est transformé en
100 mètres (longueur des fils de l’ins- fréquence sur des fréquences aussi signal mono par le mélangeur passif
tallation électrique), après avoir allumé basses, nous ne pouvions pas utiliser constitué par les deux résistances R1
toutes les lampes existantes dans le un classique oscillateur LC, car il aurait et R2. Le signal BF peut être prélevé
local. été presque impossible de faire varier sur la sortie ligne, présente sur l’arrière
la fréquence, par l’intermédiaire de de chaque préamplificateur, ou bien sur
Comme vous pouvez le voir sur le gra- diodes varicap. la sortie casque. Nous avons prévu une
phique représenté sur la figure 4, entrée stéréo car, si nous ne modulions
lorsque toutes les lampes sont Pour résoudre ce problème, nous avons le signal qu'avec un seul canal, cela se
éteintes, toutes les fréquences com- réalisé un simple VCO (oscillateur ressentirait dans le récepteur. Pour ceux
prises entre 50 et 250 kHz, subissent contrôlé en tension) en utilisant le cir- qui ne disposent que d’un signal mono,
une atténuation d’environ 10 dB. Mais cuit intégré NE555 et nous avons ils pourront indifféremment l’appliquer
si nous allumons toutes les lampes, modulé en FM le signal carré disponible sur l’une ou l’autre des entrées.
nous constatons que toutes les fré- sur sa broche 3 en appliquant le signal
quences supérieures à 170 kHz, subis- BF sur sa broche 5. Le signal BF ainsi mélangé, rejoint l’en-
sent une atténuation d’environs 30 dB. trée non inverseuse (broche 5) du pre-
Pour connaître, avec une bonne approxi- mier amplificateur opérationnel IC1/A,
Nous avons également constaté, que mation, quelle sera la fréquence géné- disponible dans le MC1458. La modi-
seules les fréquences comprises entre rée par le NE555, nous pouvons utili- fication de la position du curseur de
150 et 160 kHz subissent une atté- ser la formule suivante : R7, disposé entre la broche de sortie
nuation mineure. Nous avons donc et la broche inverseuse 6, permet de
basé notre étude sur ces constatations kHz = 525 : (R12 kilohms x faire varier l’amplification en tension
pour réaliser l’émetteur et le récepteur C12 nanofarads) du signal d’un minimum de 2 fois à un
que nous vous proposons ici. maximum de 12 fois.
Dans notre projet, la valeur de la résis-
Nous prévoyons déjà que certains nous tance R12 est de 1,5 kilohm et celle Avant de rejoindre la broche 3 du
demanderont si cet appareil peut être du condensateur C12 est de 2,2 nano- second amplificateur IC3/B, le signal
utilisé comme interphone, nous pou- farads, théoriquement nous devrions passe à travers un filtre de préaccen-
vons répondre immédiatement que c’est obtenir la fréquence suivante : tuation composé de R8-C6 et de R9-
possible. Bien entendu, chaque "poste" C7 permettant de relever les fré-
devra disposer d'un émetteur et d'un 525 : (1,5 x 2,2) = 159 kHz quences aiguës.

ELECTRONIQUE 67 magazine - n° 7
AUDIO

Figure 3 : Schéma électrique de l’émetteur FM qui utilise le secteur 220 volts pour transmettre à distance les signaux BF
qui sont appliqués sur ses deux entrées situées à gauche. Le potentiomètre ajustable R7 sert à faire varier le gain de l’étage
préamplificateur IC1/A.

R11

C8 C9 C11

R6 R7
C1
C4 C5
R3 4 8
CANAL R1 3
DROIT 2 8 C10
5 1 R10 R12
ENTRÉE R8
5 IC2
7 3
CANAL 4 2
GAUCHE
R2 6 IC1-B 6
1
R4 R5 IC1-A C6 R9 C12
C2
C3 C7

Le signal BF présent sur la sortie (broche


Liste des composants 1) de IC1/B est appliqué à travers R10-
de l'émetteur FM LX.1416 C10 sur la broche 5 de IC2, le NE555,
qui permet de moduler en FM la fré-
R1 : 2,2 kΩ C18 : 100 µF électrolytique quence qui sort par la broche 3.
R2 : 2,2 kΩ C19 : 100 nF polyester
R3 : 100 kΩ C20 : 100 nF polyester Avant d’atteindre la base du transis-
R4 : 100 kΩ C21 : 470 µF électrolytique tor TR1, ce signal carré est transformé
R5 : 4,7 kΩ en un signal sinusoïdal par le filtre
C22 : 4,7 µF électrolytique
R6 : 4,7 kΩ passe-bande composé de JAF1-C13 et
R7 : 50 kΩ trimmer C23 : 1,5 nF céramique de JAF2-C15 afin d’éviter de trans-
R8 : 22 kΩ C24 : 22 nF pol. 1 000 V mettre une infinité de fréquences har-
R9 : 4,7 kΩ C25 : 22 nF pol. 1 000 V moniques qui pourraient per turber la
R10 : 6,8 kΩ JAF1 : Self 1 mH réception.
R11 : 100 Ω JAF2 : Self 1 mH
R12 : 1,5 kΩ JAF3 : Self 47 mH Le signal est ensuite amplifié par le
R13 : 4,7 kΩ transistor TR2 et appliqué sur la bobine
JAF4 : Self 47 mH
R14 : 820 Ω MF1 accordée sur 150-160 kHz.
MF1 : Pot MF 470 kHz
R15 : 18 kΩ
R16 : 5,6 kΩ RS1 : Pont redresseur 100 V 1 A La diode zener DZ1, placée entre le
R17 : 1 kΩ DZ1 : Diode zener 30 V 1/2 W collecteur de TR2 et la masse, ne sert
R18 : 100 Ω TR1 : Transistor NPN BC547 pas à stabiliser la tension d’alimen-
R19 : 100 Ω TR2 : Transistor NPN BC547 tation, mais seulement à protéger ce
C1 : 10 µF électrolytique IC1 : Circuit intégré MC1458 transistor des éventuels pics de ten-
C2 : 10 µF électrolytique IC2 : Circuit intégré NE555 sion présents sur le secteur 220 volts
C3 : 2,2 µF électrolytique qui pourraient l’atteindre à travers
IC3 : Régulateur L7812
C4 : 1 nF polyester MF1.
C5 : 100 pF céramique F1 : Fusible 1 A
C6 : 3,3 nF polyester T1 : Transform. 12 W (T012.04) Le signal de 150-160 kHz est prélevé
C7 : 2,2 µF électrolytique sec. 12 A 0,8 A du secondaire de la bobine MF1 et
C8 : 10 µF électrolytique S1 : Interrupteur modulé en FM. Il est ensuite appliqué
C9 : 100 nF polyester sur les fils du secteur 220 volts par
C10 : 1 µF polyester Note l’intermédiaire des inductances JAF3-
C11 : 100 nF polyester (Sauf spécifications contraires) JAF4 de 47 microhenr ys et des deux
C12 : 2,2 nF polyester condensateurs C24-C25 de 22 000
– toutes les résistances sont des
C13 : 680 pF céramique picofarads.
C14 : 220 pF céramique 1/4 W 5 %,
C15 : 680 pF céramique – les condensateurs électrolytiques Les deux inductances et les deux
C16 : 10 nF céramique ont une tension de ser vice de 25 V condensateurs, se compor tent
C17 : 10 µF électrolytique mini. comme un filtre passif qui permet de
laisser passer vers la ligne électrique

ELECTRONIQUE 68 magazine - n° 7
AUDIO

T1 S1

U E SECTEUR
RS1 F1
IC3 220 V

C18 M
C19 C20 C21

C24

C25
C17 JAF3
R13 R15 R19 C23 MF1
JAF4
TR1
C14 C16 C TR2
B C
B
E
JAF1 JAF2 E
C13 C15
R14 R16 R17 C22
R18 DZ1

les fréquences comprises entre 149 R1 sur la gate (porte) du FET FT1 qui 10 000 pF et la résistance R4 que nous
et 162 kHz uniquement. procède à son amplification. trouvons sur le drain du transistor FT1,
forment un circuit d’accord à large
Si nous voulons calculer la fréquence Les deux diodes DS1-DS2 montées en bande sur la fréquence centrale de :
centrale d’accord, nous pouvons utili- opposition sur l’entrée servent à éviter
ser la formule suivante : que des pics de tension présents sur 159 000 : √ 10 000 x 100
le secteur 220 volts puissent atteindre = 159 kHz
kHz = le transistor FT1 et l’endommager.
159 000 : √ picofarad x microhenry Le signal HF amplifié, disponible sur le
L’inductance JAF3 de 100 µH, avec en drain de FT1, est prélevé à travers le
Ainsi, avec les valeurs choisies nous parallèle le condensateur C6 de condensateur C8 et appliqué sur la
obtenons :

159 : √ 22 000 x 47
= 156,36 kHz

Tout l’étage émetteur est alimenté par


une tension stabilisée de 12 volts four-
RÉCEPTEUR
nie par le circuit intégré IC3. ÉMETTEUR
0dB 0dB
O
N

10 6 3 210 1 2 3 10 6 3 2 10 1 2 3
20 15 45
6 20 15 45
6
6 3 2 10 1 2 6 3 2 10 1 2
2015 10 -20dB 34 2015 10 -20dB 34
POWER LEVEL POWER LEVEL

POWER

LEFT RIGHT

Etage récepteur LIGNE 220 VOLTS


pour les 150-160 kHz
0 dB
Sur la figure 7 nous avons représenté
le schéma de l’étage récepteur FM LAMPES ÉTEINTES
accordé sur 150-160 kHz. – 10

Le signal HF que nous prélevons de la – 20

ligne électrique 220 volts, à travers le


filtre passif composé également dans – 30
LAMPES ALLUMÉES
ce cas de deux inductances de 47 µH
(voir JAF1-JAF2) et de deux condensa- – 40
teurs de 22 nF (voir C1-C2), est appli- 50 100 150 200 250 kHz
qué sur l’enroulement secondaire de
la bobine MF1 et, par induction, passe Figure 4 : Sur le graphique, nous pouvons voir l'atténuation en décibels des
sur l’enroulement primaire accordé sur fréquences comprises entre 50 kHz et 250 kHz au moment où toutes les lampes
150-160 kHz. du réseau sont allumées et au moment où elles sont toutes éteintes. Comme
vous pouvez le constater, les fréquences qui subissent une atténuation mineure,
Le signal présent sur le primaire de la sont comprises entre 130 et 160 kHz.
bobine MF1, est appliqué à travers C4-

ELECTRONIQUE 69 magazine - n° 7
AUDIO

quage est 47. Près de ces deux der-


nières inductances, il faut monter la
bobine MF1 et, à sa gauche, les deux
transistors TR1 et TR2 en orientant la
partie plate de leur corps vers le trans-
formateur T1.

Comme vous pouvez le voir sur le schéma


pratique de câblage des composants de
la figure 10, le circuit intégré stabilisa-
teur IC3 est fixé sur le circuit imprimé sur
un petit dissipateur en forme de U.

Près du circuit intégré IC3, insérez le


pont redresseur RS1, le signe "+"
orienté vers IC3.

Pour compléter le montage, insérez les


deux borniers à 2 plots, puis le porte-
fusible et, en dernier, le transformateur
d’alimentation T1, qui sera fixé sur le
Figure 5 : Photo de l’émetteur monté. Sur la figure 10, vous trouverez le circuit imprimé à l’aide de deux vis.
schéma d'implantation des composants.
Après avoir terminé le montage, insé-
broche 1 du circuit intégré IC1, un souder les composants les plus bas, rez dans leur support respectif, les cir-
démodulateur FM type TCA3089. résistances, supports de circuits intégrés cuits intégrés IC1, référencé CA1458
et même le potentiomètre ajustable R7. ou MC1458 et IC2, le circuit NE555 ou
A l’intérieur de ce circuit intégré (voir KA555. Le repère en U de chaque cir-
figure 9), nous trouvons un étage pré- Après cela, montez la diode zener DZ1 cuit intégré est orienté vers le bas.
amplificateur, suivi d’un étage limiteur en orientant la bague de repère vers le
d’amplitude et d’un démodulateur FM condensateur C17.
à quadrature. Réalisation pratique
Poursuivez le montage en soudant tous du récepteur
Sur la broche 6 nous disposons du les condensateurs céramiques, les
signal BF qui est appliqué sur l’entrée condensateurs polyesters et, en dernier, Tous les composants du récepteur sont
2 du circuit intégré IC2, un TDA7052/B, les condensateurs chimiques en res- montés sur le circuit imprimé LX.1417
à travers R9. IC2 est un amplificateur pectant la polarité de leurs pattes (la (voir figure 11).
de puissance qui permet de piloter un patte longue est le "+", la courte, le "–").
petit haut-parleur de 1 ou 2 watts. Comme pour l’émetteur, montez en pre-
Après ces composants, vous pouvez mier les résistances et les supports
Comme vous pouvez le noter, le poten- insérer les inductances JAF en faisant des circuits intégrés IC1 et IC2.
tiomètre de volume n’est pas relié en attention à leur marquage. Sur les deux
série avec le signal BF comme cela se inductances JAF1-JAF2 le marquage est Montez ensuite les deux diodes DS1
fait habituellement. En effet, il est monté 1K, par contre sur JAF3-JAF4 le mar- et DS2 en orientant leur bague en
en résistance variable entre la broche
4 et la masse. La variation de sa valeur
ohmique entraîne la variation du niveau
sonore. De ce fait, aucun signal BF ne
circule dans le potentiomètre. Cela nous
permet de le relier éventuellement à une
distance importante, sans avoir besoin
d’utiliser du câble blindé.

Tout l’étage récepteur est alimenté par


une tension stabilisée de 12 volts four-
nie par le circuit intégré IC3.

Réalisation pratique
de l’émetteur
Tous les composants sont montés sur
le circuit imprimé LX.1416, comme cela
est représenté sur le schéma d'im-
plantation de la figure 10.
Figure 6 : Photo du récepteur monté. Sur la figure 11, vous trouverez le
Nous vous conseillons, comme à l’ac- schéma d'implantation des composants.
coutumé, de commencer par monter et

ELECTRONIQUE 70 magazine - n° 7
AUDIO

S1 T1

C22
SECTEUR E U
F1 RS1
220 V IC3
C21
M
C17 C18 C19 C20 1
8
3 IC2 HP
6 5
2 4

R5 C15
C2 TP1
C1 C16 VOLUME
C5
C14
JAF3 C6 C11 C12 R10
R4 R9
JAF2
JAF1 JAF4

C8 MF2
FT1 1
11 6 8 9
MF1 C4 R1 D
G C13
R6 IC1 R8
S
3 10
DS2 2 4 5 14 7
C3 C7
DS1 R2
R3
C10 R7
C9

Figure 7 : Schéma électrique du récepteur FM accordé sur 150-160 kHz.


Si vous voulez améliorer la qualité du son, fixez le haut-parleur dans une enceinte acoustique en bois.

opposition, une dans un sens, l'autre


dans l’autre. Liste des composants
du récepteur FM LX.1417
Insérez ensuite tous les condensateurs
céramiques, polyester et, en dernier, R1 : 1 kΩ C21 : 47 µF électrolytique
les condensateurs chimiques en faisant R2 : 220 kΩ C22 : 100 nF polyester
attention à la polarité de leurs pattes R3 : 2,2 kΩ JAF1 : Self 47 µH
(la plus longue indique le positif). R4 : 4,7 kΩ JAF2 : Self 47 µH
R5 : 220 Ω JAF3 : Self 100 µH
Après ces composants, vous pouvez R6 : 4,7 kΩ
monter les deux inductances JAF1-JAF2, JAF4 : Self 2,2 mH
R7 : 4,7 kΩ
marquée 47, puis l’inductance JAF3, mar- MF1 : Pot MF 470 kHz
R8 : 4,7 kΩ
quée, quant à elle, 100 et, enfin, l’in- MF2 : Pot MF 470 kHz
R9 : 2,7 kΩ
ductance JAF4, marquée 2,2K. Près de RS1 : Pont redresseur 100 V 1 A
R10 : 1 MΩ pot. lin.
JAF3, insérez le transistor FT1, en orien- DS1 : Diode 1N4148
C1 : 22 nF pol. 1 000 V
tant la partie plate de son corps vers T1. DS2 : Diode 1N4148
C2 : 22 nF pol. 1 000 V
C3 : 1 5 nF céramique FT1 : Transistor FET J310
Ensuite, montez les deux bobines MF1 IC1 : Circuit intégré TCA3089
C4 : 1,2 nF céramique
et MF2 ainsi que le circuit intégré sta-
C5 : 10 µF électrolytique IC2 : Circuit intégré TDA7052/B
bilisateur IC3, fixé sur le circuit imprimé
sur un petit dissipateur en forme de U. C6 : 10 nF céramique IC3 : Régulateur L7812
C7 : 10 nF céramique F1 : Fusible 1 A
Près du condensateur chimique C17, C8 : 100 nF polyester T1 : transform. 12 W (T012.04)
montez le pont redresseur RS1 en C9 : 10 nF polyester sec. 12 V 0,8 A
orientant le signe positif vers la droite. C10 : 10 nF polyester S1 : Interrupteur
C11 : 10 µF électrolytique AP : Haut-parleur 8 Ω
Pour terminer le montage, insérez les C12 : 100 nF polyester
deux borniers à 2 plots, puis le porte- C13 : 1,5 nF céramique
Note :
fusible et le transformateur d’alimen- C14 : 10 nF polyester
C15 : 470 nF polyester (Sauf spécifications contraires)
tation T1, ce dernier étant fixé au cir-
C16 : 100 nF polyester – toutes les résistances sont des
cuit imprimé par deux vis.
C17 : 1 000 µF électrolytique 1/4 W 5 %,
Insérez à présent les deux circuits inté- C18 : 100 nF polyester – les condensateurs électrolytiques
grés dans leur support respectif, le repère C19 : 100 nF polyester ont une tension de ser vice de 25 V
en U de IC1 vers la gauche et le repère C20 : 100 µF électrolytique mini.
en U de IC2 vers le haut (voir figure 11).

ELECTRONIQUE 71 magazine - n° 7
AUDIO

Montage en aluminium ne sont pas percées. En besoins. Deux serviront à fixer les prises
dans les coffrets fonction de l'emplacement que vous d’entrées, un pour fixer l’interrupteur,
allez affecter à cet émetteur et en fonc- et le dernier pour le passage du câble
Pour l’émetteur, nous avons choisi un tion des raccordements à y effectuer, d’alimentation. On peut, comme sur la
coffret standard en plastique de cou- vous percerez quatre trous, répartis à photo de la figure 1, percer 3 trous sur
leur noire dont les faces avant et arrière l'avant et à l'arrière, en fonction de vos la face avant pour les entrées et l'in-
terrupteur et le dernier sur la face
arrière pour le cordon secteur.
+V 7 6 5 +V 7 6 5
Il est également possible de percer 1
E M U
seul trou sur la face avant pour l'in-
F-F B terrupteur et les 3 autres sur la face
Q R

arrière pour les entrées et le cordon


1 2 3 -V GND 2 3 4 E C secteur.
MC 1458 NE 555 BC 547 L 7812 Pour le récepteur, nous avons choisi
un coffret en plastique de forme pupitre
Figure 8 : Brochages des circuits intégrés, vus de dessus, de couleur blanche, fourni avec sa face
et du transistor, vu de dessous, utilisés dans l’émetteur. avant percée et sérigraphiée. Le petit

IF IN 1 16 N.C.
BYPASS 2 15 AGC OUT 15 11 8
BYPASS 3 14 GND
GND 4 13 µA
MUTE IN 5 12 MUTE OUT E M U
AF OUT 6 11 Vcc
1° AMP. 2° AMP. 3° AMP. DÉTECTEUR 9
AFC OUT 7 10 BIAS REF. 1 MF MF MF FM A
IF OUT 8 9 QUAD. IN QUADRATURE
10
3
TCA 3089 L 7812
2 14
Vcc 1 8 OUT
S INDICAT. CDE AMP. C.A.F.
5
IN 2 7 n.c. NIVEAU SQUELCH BF
GND 3 6 GND 4
VOLUME 4 5 OUT
G D
TDA 7052 B J 310 13 12 6 7

Figure 9 : Brochages des circuits intégrés TCA3089 et TDA7052/B, vus de dessus,


et du transistor J310, vu de dessous, utilisés dans le récepteur. A droite, le schéma synoptique du TCA3089.

Figure 10b : Dessin, à l'échelle 1, du circuit imprimé de l'émetteur FM LX.1416.

ELECTRONIQUE 72 magazine - n° 7
AUDIO

haut-parleur est fixé sur le panneau à Réglages 2 - Après avoir relié l’émetteur à une
l’aide de trois vis en métal et de trois prise du secteur 220 volts, reliez le
rondelles plates. Régler l’émetteur et le récepteur est récepteur à une prise située dans une
une opération très simple et pour cela pièce contiguë et allumez-le.
Il est également possible de relier les il faut procéder de la façon suivante.
deux fils qui sortent des broches 5 et 3 - Prenez un multimètre et reliez-le entre
8 du circuit intégré TDA.7052/B à une 1 - Tourner le noyau de la bobine MF1 le point TP1 et la masse. Tournez len-
petite enceinte acoustique de 8 ohms. de l’émetteur à mi-course. tement le noyau de la bobine MF2 du

SECTEUR
220 V

S1

T1
( mod. T012.04 )
C20
C19

C18
C21

C1
IC3 F1
R1 R4

R2 RS1

R3

C2
R5 C25 C24
C4 C3 C7 C22
R6 C14 C16 TR1
R12 R15 R19
IC1 C10 IC2
R7 R13 R16 R17
JAF2

R9 MF1
JAF1

C17 JAF3
C5
C12

C6 R10 C11 JAF4


C9 C23
C13 C15
C8 TR2
R8 R11 R14
R18 DZ1

CANAL
GAUCHE

ENTRÉE
CANAL
DROIT

Figure 10a : Schéma d'implantation des composants de l’émetteur FM à courant porteur accordé sur la fréquence de 150-
160 kHz.
Nous vous rappelons que, sur le corps des inductances JAF1 et JAF2, nous trouvons le marquage 1K, par contre, sur les
inductances JAF3 et JAF4, le marquage est 47. Si vous prélevez le signal BF de la sortie stéréo d’un préamplificateur, il
faut appliquer les signaux sur les deux prises, canal droit et canal gauche.
Le mélangeur passif composé des résistances R1-R2 transforme le signal en un signal mono. Si vous prélevez le signal d’une
sortie mono, vous pouvez l’appliquer sur une seule des deux prises.
Après avoir tourné à mi-course le curseur de R7, vous pouvez le tourner dans le sens des aiguilles d’une montre ou dans le
sens inverse pour augmenter ou réduire le gain de l’amplificateur opérationnel IC1/A.

ELECTRONIQUE 73 magazine - n° 7
AUDIO

SECTEUR
220 V

T1
F1 ( mod. T012.04 )

IC3
C17

RS1

C19
C18
C20
C2 C1

C22
FT1 C12
JAF3

C6 C21
R1 R4 R5 C11 MF2
MF1

JAF4
R8
JAF2 C13
C4 R2 C8 IC1 IC2
JAF1

DS1 C16

C14
C3 C7 C5 R6 R7
C15
DS2 C10 C9
R3
R9 TP1

S1

SORTIE
R10
HP

Figure 11a : Schéma d’implantation des composants du récepteur FM accordé sur la fréquence de 150-160 kHz. Après avoir
allumé l’émetteur, tournez le noyau de la bobine MF2 de manière à obtenir, sur le point test TP1, une tension de 6 volts.
Le noyau de la bobine MF1 est réglé pour le maximum de sensibilité, après avoir connecté le récepteur à une distance de
80 à 100 mètres de l’émetteur.

récepteur jusqu’au moment où vous lisez MF1 du récepteur (vous pouvez égale- le même compteur. En effet, si le récep-
une tension de 6 volts sur le multimètre. ment tourner le noyau de MF1 de teur est placé sur une ligne électrique
l’émetteur), jusqu’au moment où le son alimentée par un compteur différent, le
4 - Si vous éteignez l’émetteur, vous augmente d’intensité. signal subira une atténuation élevée.
entendez dans le récepteur un bruit
assez fort, car ce dernier ne capte plus 7 - Si, pour écouter le son, vous devez Si, durant la réception, vous constatez
aucun signal HF. tourner le potentiomètre de volume au un bruit de fond, cela signifie que vous
maximum, il faut préamplifier un peu plus n’avez pas réglé correctement le noyau
5 - À présent, reliez sur l’entrée de le signal BF de l’émetteur. Pour cela il faut de la bobine MF2 du récepteur. Parfois,
l’émetteur un signal BF que vous pou- agir sur le potentiomètre ajustable R7. ce bruit est également produit par l’ali-
vez prélever de la prise casque d’un mentation à découpage des ordinateurs
petit récepteur radio. d’ancienne génération. Ces alimenta-
Quelques notes utiles tions ne sont pas correctement blin-
6 - Reliez le récepteur à une prise très dées et, par conséquent, génèrent, sur
éloignée de celle où est relié l’émet- Le récepteur et l’émetteur doivent être le secteur, une quantité d’harmoniques
teur, puis tournez le noyau de la bobine reliés au secteur 220 volts alimenté par qui perturbent le récepteur.

ELECTRONIQUE 74 magazine - n° 7
AUDIO

Figure 11b : Dessin, à l'échelle 1, du circuit imprimé du récepteur FM LX.1417.

Si vous éteignez l’ordinateur concerné, Où trouver Les circuits imprimés peuvent être
vous noterez la disparition du bruit. les composants acquis séparément et, pour ceux qui
préfèrent le "tout prêt" un kit est éga-
Si vous voulez éliminer cet inconvé- Dessins des circuits imprimés et listes lement disponible. Voir publicités dans
nient, vous devez insérer un filtre anti- des composants étant fournis, vous la revue.
parasites entre la prise de l’ordinateur pouvez vous approvisionner, de préfé-
et la prise du secteur 220 volts. rence, auprès de nos annonceurs. ◆ N. E.

Figure 12 : Le circuit imprimé du récepteur est fixé sur le


Figure 13 : Le circuit imprimé de l’émetteur est fixé sur
fond du coffret de couleur blanche visible sur la figure 2.
le fond du coffret en plastique de couleur noire visible sur
Sur le panneau frontal en aluminium, sont fixés le
la figure 1.
potentiomètre de volume et le haut-parleur.

ELECTRONIQUE 75 magazine - n° 7
TECHNOLOGIE

Microcontr
Micr ocontrô
ôleurs
PIC
6ème partie
par tie

Nous allons continuer la description des ressources internes des


microcontrôleurs PIC, en nous intéressant aujourd’hui à une
ressource à la fois particulière et très utile : la mémoire EEPROM.
C’est dans cette mémoire que vous allez pouvoir stocker des données
qui seront protégées contre l’effacement, même lorsque le dispositif
ne sera plus alimenté. Une utilisation type de cette zone de mémoire
pourrait être le stockage de paramètres de calibrage d’une machine-
outil, paramètres qui devraient, évidemment, être disponibles à
chaque mise sous tension de ladite machine-outil. Vous pourrez
également utiliser cette zone mémoire lorsque vous voudrez effectuer
des comptages dont les résultats devront être conservés, même
lorsque la machine-outil sera hors tension.

urant le fonc- l’octet qui doit être écrit


tionnement ou qui a été lu, tandis
normal du micro- que le registre EEDR
contrôleur (sous contient l’adresse de la
tension), vous pou- case mémoire qui doit être
vez lire et écrire ce type de écrite ou lue. Le PIC 16F84
mémoire grâce à des instructions dispose de 64 cases
par ticulières. Parmi toutes les mémoires EEPROM qui se
mémoires disponibles, les EEPROM situent aux adresses com-
sont cer tainement les plus mal- prises entre OOh et 3Fh. Ce
léables, puisqu’elles sont complète- qui signifie que seuls les six
ment gérées par voie électrique et peuvent premiers huit bits constituant le registre
donc être contrôlées directement par le micro- EEDR sont utilisés. Le registre EECON1
contrôleur ou par l’opérateur/programmateur. est le registre de contrôle ; dans ce
registre on n’utilise que les cinq bits
Pour accéder à cette zone de mémoire par ticulière vous de poids faibles :
devrez obligatoirement vous servir de quatre registres d’uti-
lisation spéciale qui correspondent aux adresses suivantes : DO RD commence une opération de lecture ;
D1 WR commence une opération d’écriture ;
EECON1 88h Les deux derniers registres de la liste D2 WREN autorise une opération d’écriture ;
EECON2 89h sont ceux qui contiennent réellement D3 WRERR indique qu’une opération d’écriture
EEDATA 08h les données et les adresses des a échoué par reset ou par Watchdog ;
EEDR 09h valeurs qui doivent être mémorisées D4 EEIF ce bit génère une interruption quand
et lues : le registre EEDATA contient une opération d’écriture a été accomplie.

Dans la précédente parution (n° 6), la lecture du texte d’introduction le modèle TARO ? Impossible de vous donnez une réponse. Le texte
de ce cours a dû vous laisser dans la plus totale perplexité ! En effet, d’origine est bien orthographié 16F84 alors qu’à l’impression nous
vous avez pu lire “Le mois dernier nous avons commencé à analyser avons obtenu TARO ! Probablement l’affaire d’un voyant. Nous n’avons
la structure interne d’un microcontrôleur de la famille PIC, et notam- aucune explication sérieuse à vous donner, nous pouvons seulement
ment du modèle TARO dont nous avons décrit certaines ressources vous présenter nos excuses. Merci aux très nombreux passionnés
disponibles comme…”. Il s’agit en fait du modèle 16F84 ! Pourquoi de ce cours qui nous ont signalé cette “coquille” !

ELECTRONIQUE 76 magazine - n° 7
TECHNOLOGIE

Comme le montre la description du rôle


des différents bits, le registre EECON1
permet de travailler avec la mémoire
EEPROM contenue dans les microcon-
trôleurs de Microchip. Voyons donc en
détail les opérations à effectuer pour
lire ou écrire une case de la mémoire
non volatile.

Lecture d’une case


de la mémoire
EEPROM
Pour lire une case mémoire, il suffit
de transférer l’adresse de cette
mémoire dans le registre EEADR et de
mettre ensuite le bit de lecture (RD)
du registre EECON1 à 1. Le contenu
de la case mémoire sera présent dans
le registre EEDATA à partir du cycle sui-
vant.
Figure 1 : Registre EECON1 de contrôle de la mémoire EEPROM.
Voyons donc une séquence possible
d’instructions pour lire par exemple le
contenu de la case mémoire EEPROM truction du listing met 05 dans le Il faudra en effet :
d’adresse 5 : registre W (le registre de travail utilisé
par le micro) pour ensuite le transfé- - mettre l’adresse de la case mémoire
EEADR equ 09 rer, grâce à “MOVWF”, dans le registre dans laquelle vous voulez écrire en
EEDATA equ 08 d’adresse EEADR. L’instruction “BSF” EEADR ;
EECON1 equ 88 met alors à 1 le bit D0 du registre - mettre la donnée que vous voulez
EECON1 qui représente le bit de démar- écrire en EEDATA ;
MOVLW 05 rage de l’opération de lecture de la don- - écrire 55h dans le registre
MOVWF EEADR ;met en EEADR née. EECON2 ;
;l’adresse de la - écrire AAh dans le registre
;case mémoire A partir de l’instruction suivante, il vous EECON2 ;
BSF EECON1,0 ;active la lecture sera possible de lire et d’utiliser le - mettre le bit d’écriture (WR) du registre
contenu du registre EEDATA, dans EECON1 à 1 ;
Même si nous n’avons pas encore ana- lequel est justement placé le contenu
lysé en détail le jeu d’instructions des de la case mémoire en question. Pendant la durée de ces opérations,
PIC, vous pouvez essayer de comprendre nous vous conseillons de désactiver
le sens du listing que nous venons toutes les interruptions, en agissant
d’illustrer. Dans la suite de ce cours,
Ecriture d’une case sur le registre INTCON. Une fois
nous consacrerons plusieurs pages à de la mémoire toutes les instructions énumérées ter-
l’explication approfondie de chacune des EEPROM minées, la donnée est écrite en
instructions. mémoire. Cette opération prend envi-
L’écriture d’une case mémoire requiert ron 10 ms.
Voyons donc ce qui se passe lorsque une procédure plus complexe que sa
l’on tape les instructions énoncées ci- lecture. Il vous faudra donc redoubler Lorsque la case mémoire est correc-
dessus. Les directives “equ” permet- d’attention et disposer évidemment de tement écrite, le micro met le bit WR
tent d’attribuer aux registres EEADR, davantage d’instructions afin d’éviter à 0 et effectue automatiquement une
EEDATA et EECON1 leurs adresses d’écrire en mémoire des informations demande d’interruption à travers le bit
mémoires respectives. La première ins- erronées. EEIF.

Figure 2 : Tableau des registres associés à la mémoire EEPROM avec leurs bits correspondants.
Légende : x = inconnu ; u = inchangé ; – = non implémenté, lu comme “0” ;
? = valeur dépendant des conditions.

ELECTRONIQUE 77 magazine - n° 7
TECHNOLOGIE

ne bloque le programme. bits PS0, PS1 et PS2 du registre


Dans la famille des PIC, le OPTION. Pour remettre à zéro le WDT,
Watchdog (WDT) est il vous suffira d’utiliser l’instruction
constitué d’un oscillateur CLRWDT qui permet de remettre à 0
RC intégré au microcon- aussi bien le Watchdog que le Pres-
trôleur et indépendant de caler. Rappelez-vous, enfin, qu’à
l’horloge. Ce qui veut dire chaque fois qu’un signal de fin de
que le WDT est en mesure comptage est généré, le bit TO du
de fonctionner même si registre STATUS est mis à zéro, alors
l’horloge est bloquée, par qu’il se trouve normalement à un
exemple quand le circuit niveau logique haut. Vous pouvez
est mis en mode Sleep désactiver complètement le Watchdog,
(veille) pour limiter la en phase de programmation, en met-
consommation d’électri- tant le bit WDTE du registre de confi-
cité. guration à 0 logique.
Figure 3 : Schéma synoptique du circuit timer
Watchdog. En fait, le WDT est un
compteur qui, passé un L’oscillateur externe
certain intervalle de temps
Voyons, dans ce cas également, com- et s’il n’a pas été remis à zéro, génère Comme tous les microcontrôleurs, les
ment vous pouvez écrire une donnée un Reset (réinitialisation) du micro- PIC ont également besoin d’une hor-
dans la case mémoire d’adresse 5 : contrôleur, forçant ainsi le système à loge externe qui leur permette de syn-
recommencer le programme depuis le chroniser toutes les opérations qu’ils
EEADR equ 09 début. Il faudra donc prévoir d’insérer, doivent exécuter. Le PIC 16F84 peut
EEDATA equ 08 à l’intérieur du programme, des ins- travailler avec quatre configurations
EECON1 equ 88 tructions assurant la remise à zéro du différentes d’oscillateur, qui sont sélec-
EECON2 equ 89 WDT avant que cet intervalle de temps tionnées lors de la phase de pro-
INTCON equ 0B ne soit écoulé. grammation du micro, en initialisant
certains bits contenus dans le registre
BCF INTCON, 7 ;désactive toutes les interruptions
de configuration. Ce registre permet
MOVLW 05
également d’autoriser d’autres fonc-
MOVWF EEADR ;charge l’adresse de la case mémoire
tions particulières. En ce qui concerne
MOVLW 12h
l’oscillateur, les bits à utiliser sont les
MOVWF EEDATA ;charge en EEDATA la donnée à écrire, par exemple 12h
deux premiers. Trois des quatre modes
MOVLW 55h
de fonctionnement de l’oscillateur exi-
MOVWF EECON2 ;met 55h en EECON2
gent l’utilisation d’un quar tz ou d’un
MOVLW AAh
résonateur céramique tandis que le
MOVWF EECON2 ;met Aah en EECON2
quatrième mode prévoit l’utilisation
BSF EECON1, 1 ;met à 1 le bit d’écriture de EECON1
d’un simple réseau RC (Résistance-
BSF INTCON, 7 ;réactive les interruptions
Condensateur).

Nous abandonnons, pour l’instant, la Si le dispositif se trouve en mode Sleep, Fonctionnement


description de la mémoire EEPROM, le WDT permet de faire sortir le micro-
que nous reprendrons plus tard en vous contrôleur de ce mode. Quand le Wat- avec quartz ou
proposant des exemples pratiques chdog est utilisé sans le Prescaler (qui, résonateur céramique
d’utilisation de cette ressource impor- comme nous l’avons déjà vu, peut être
tante du microcontrôleur. branché soit au Timer intégré soit, alter- Pour faire fonctionner l’oscillateur, il
nativement, au WDT), il a une période suf fit d’intercaler, entre les pattes
de 18 ms environ. Si vous utilisez le OSC1 et OSC2 du microcontrôleur, un
Le watchdog Prescaler, en mettant à 1 le bit PSA du quar tz (ou un résonateur céramique)
registre OPTION (de cette façon vous et deux condensateurs comme le
Le Watchdog pourrait se traduire “chien connectez le Prescaler au Watchdog), montre le schéma de la figure 7.
de garde” ou plus simplement “sur- il est possible d’augmenter jusqu’à 128
veillant”. Le Watchdog est un Timer fois la durée de cet inter valle : vous La valeur des condensateurs varie en
(compteur) qui est normalement uti- obtiendrez alors, au maximum, une fonction du quar tz utilisé. Elle est
lisé dans les systèmes à microcon- durée d’environ 2,3 secondes. cependant toujours comprise entre 10
trôleurs comme système de sécurité et 100 pF. Les trois modes de fonc-
afin d’éviter qu’une cause accidentelle Pour établir le temps d’intervention du tionnement prévoyant justement l’uti-
et non prévue par le programmateur WDT, il vous faudra agir sur les trois lisation d’un quartz ou d’un résonateur

Figure 4 : Tableau des registres associés au timer Watchdog.


NOTE : les cases mémoire colorées ne sont pas utilisées par le timer Watchdog.

ELECTRONIQUE 78 magazine - n° 7
TECHNOLOGIE

ont pour différence la gamme de fré-


Mode fréq. OSC1/C1 OSC2/C2 Mode fréq. OSC1/C1 OSC2/C2
quence dans laquelle ils peuvent être
utilisés et l’absorption de courant qu’ils XT 455 kHz 47 - 100 pF 47 - 100 pF LP 32 kHz 68 - 100 pF 68 - 100 pF
2 MHz 15 - 68 pF 15 - 68 pF 200 kHz 15 - 30 pF 15 - 30 pF
déterminent.
4 MHz 15 - 68 pF 15 - 68 pF XT 100 kHz 68 - 150 pF 150 - 200 pF
HS 8 MHz 15 - 68 pF 15 - 68 pF 2 MHz 15 - 33 pF 15 - 33 pF
Voyons ces trois configurations : 4 MHz 15 - 33 pF 15 - 33 pF
10 MHz 10 - 47 pF 10 - 47 pF
HS 4 MHz 15 - 33 pF 15 - 33 pF
LP (Low Power) Figure 5a : Valeur de capacité avec 10 MHz 15 - 47 pF 15 - 47 pF
Dans ce mode vous ne pouvez utiliser les résonateurs céramiques.
que des quar tz ayant des valeurs de Figure 5b : Valeur de capacité avec
fréquence allant jusqu’à environ Les tableaux ci-dessus mettent en les résonateurs à quartz.
200 kHz. Dans cette gamme de fré- évidence les valeurs conseillées par
quence, on réduit la consommation à le fabricant, avec les différents types de résonateurs céramiques aux différentes
quelques dizaines de microampères. fréquences. On note que pour le type de résonateur utilisé, tous les modes de
travail ne sont pas disponibles.
XT (Crystal)
Dans ce mode vous pouvez aussi bien
utiliser des quartz que des résonateurs
céramiques. La fréquence à laquelle on
“monte” est de 4 MHz et la consom-
mation “tourne” autour de 5 mA.

HS (High Speed)
Il est possible d’arriver jusqu’à 10 MHz
– si vous utilisez le 16F84-10 – ou jus-
qu’à 4 MHz – si vous utilisez le PIC
16F84-04 – en employant, soit des
quar tz, soit des résonateurs céra-
miques. La consommation, à 10 MHz,
est d’environ 10 mA.

Fonctionnement avec réseau RC


Figure 6 : Le registre de configuration.
Il est possible de faire fonctionner l’os- Parmi les bits de configuration disponibles à l’intérieur du registre, ceux concernés
cillateur simplement en connectant à par le type d’oscillateur utilisé sont les deux premiers : FOSC0 et FOSC1.
la patte OSC1 un réseau constitué
d’une résistance et d’un condensa-
teur comme indiqué sur la figure 8. quences maximales de 10 MHz. Si tionner les microcontrôleurs, vous pou-
Avec ce mode de fonctionnement, il vous souhaitez vous ser vir du micro- vez utiliser le tableau suivant :
est possible d’atteindre des fré- contrôleur dans des applications qui
ne nécessitent pas de temporisations Cext Rext Freq. osc
extrêmement précises, nous vous
conseillons d’avoir recours à cette 20 pF 3,3 K 4,68 MHz
solution, nettement plus économique 5,1 K 3,94 MHz
que la précédente. 10 K 2,34 MHz
100 K 250,16 KHz
Evidemment la fréquence d’oscillation 100 pF 3,3 K 1,49 MHz
dépend des valeurs de R, de C et de 5,1 K 1,12 MHz
Figure 7. la tension d’alimentation Vdd. En règle 10 K 620,31 KHz
générale, il faut utiliser des valeurs de 100 K 90,25 KHz
résistance comprises entre 3,3 kΩ et 300 pF 3,3 K 524,24 KHz
100 kΩ et de condensateur comprises 5,1 K 415,52 KHz
entre 20 pF et 300 pF. 10 K 270,33 KHz
100 K 25,37 KHz
Pour connaître la fréquence de l’hor-
loge, vous pouvez utiliser des tableaux
fournis par Microchip grâce auxquels Utilisation d’un oscillateur externe
vous pourrez déterminer, dans ses Les microcontrôleurs de chez Micro-
Figure 8. grandes lignes, la fréquence de fonc- chip peuvent également fonctionner en
tionnement. Il ne faut toutefois pas étant pilotés par un oscillateur externe,
oublier que celle-ci est également en reliant simplement la sortie de l’os-
influencée par la température et bien cillateur à la patte OSC1 du micro et
évidemment par la tolérance des com- en laissant la patte OSC2 ouver te.
posants utilisés. Dans ce cas, le micro doit être pro-
grammé pour un des modes LP, XT ou
Pour trouver la fréquence de fonction- HS.
Figure 9. nement à 5 V, qui est la tension à
laquelle on fait habituellement fonc- ◆ R. N.

ELECTRONIQUE 79 magazine - n° 7
LE COURS

7

N
ÇO

Apprendre
LE

l’électronique
en partant de zéro
8° EXERCICE :
Au lieu d’alimenter vos circuits électroniques avec des piles qui se
Alimentation déchargent très vite et finissent par coûter cher, nous vous suggé-
universelle rons de réaliser une petite alimentation dont le rôle sera de réduire
type LX.5004 la tension alternative du secteur 220 volts, disponible sur n’importe
quelle prise de courant, à des valeurs de tension de 5, 6, 9, 12 et
Si vous suivez attentivement toutes nos 15 volts. Cette même alimentation devra pouvoir transformer la ten-
instructions, nous pouvons vous assu- sion alternative en tension continue, c’est-à-dire pouvoir fournir à sa
rer que, une fois le montage terminé sortie une tension identique à celle que fournirait une pile.
et même si beaucoup des composants
utilisés vous sont encore étrangers, Dans cette leçon, nous vous expliquerons comment monter une ali-
l’alimentation fonctionnera immédia- mentation capable de fournir des tensions continues stabilisées de
tement et à la perfection.
5, 6, 9, 12 et 15 volts ainsi que deux autres tensions, alternatives
cette fois, de 12 et 24 volts, qui vous serviront pour alimenter de
Cette alimentation vous sera très utile
car la plupar t des circuits que nous nombreux circuits électroniques parmi ceux que nous vous présen-
vous présentons dans la revue ont terons dans la revue.
besoin de tensions très stables dont
les valeurs sont souvent différentes de Etant donné que nous vous avons déjà appris, dans la leçon numéro 5,
celles pouvant être débitées par une comment procéder pour obtenir des soudures parfaites, nous pou-
pile (par exemple 5 ou 15 volts). vons vous assurer qu’une fois le montage de votre alimentation ter-
miné, elle fonctionnera tout de suite correctement. Dans le cas
Bien qu’une alimentation universelle contraire, si vous avez commis une erreur, nous vous aiderons à
coûte plus cher qu’une pile normale, résoudre votre panne.
vous devez considérer qu’elle est
capable de fournir différentes tensions Si vous soudez de façon soignée tous les composants, vous vous
continues et alternatives avec une apercevrez que vous pouvez faire fonctionner n’importe quel appa-
puissance qu’une pile conventionnelle reil électronique, même ceux qui, au départ, vous semblaient très
ne pourra jamais fournir. Ne parlons complexes.
même pas de sa durée de vie prati-
quement illimitée si elle est utilisée Une fois notre alimentation réalisée, nous aborderons les électro-
dans des conditions normales ni qu’elle
aimants.
vous fournira tension et courant sans
jamais se décharger !

Notre alimentation est capable de four-


nir toutes les tensions suivantes :

2 tensions alternatives de 12 et 24 volts,


avec un courant maximum de 1 ampère.

B 5 tensions continues stabilisées de 5,


6, 9, 12 et 15 volts, avec un courant
RS E E C maximum de 1 ampère.
LM 317 BC 547 1 tension continue non stabilisée de
20 volts, avec un courant maximum de
Figure 196 : Nous avons représenté sur cette figure les connexions, vues du 1 ampère.
dessous, des broches du circuit intégré LM317 et du transistor BC547. Si vous
ne trouvez pas indiqué sur les condensateurs électrolytiques la patte du “positif”, Monter cette alimentation sera égale-
souvenez-vous qu’elle est toujours légèrement plus longue que la patte du “négatif”.
ment un très bon exercice pour

ELECTRONIQUE 80 magazine - n° 7
LE COURS

apprendre à lire un schéma électrique.


Dans le même temps, vous pourrez voir
comment sont disposés, en pratique,
tous les composants grâce à la seule
lecture du plan d’implantation de la
figure 198.

Le schéma électrique
Nous commençons la description du
schéma électrique (voir figure 197) par
la prise secteur 220 volts.

Avant que le “secteur” n’atteigne l’en-


roulement primaire du transformateur
T1, il passe à travers l’interrupteur S1,
qui nous permet d’allumer et d’éteindre
notre alimentation.

On trouve, sur le transformateur T1,


deux enroulements secondaires, l’un
capable de fournir 17 volts alternatifs
Nous vous conseillons de réaliser cette alimentation car vous pourrez y prélever
sous 1 ampère et l’autre, capable de
toutes les tensions nécessaires pour alimenter les différents projets que nous vous
fournir 0, 12 et 24 volts alternatifs éga- présenterons dans ce cours d’électronique.
lement sous 1 ampère.

La tension alternative de 17 volts est teur de type LM317, représenté sur le S – c’est la broche de Sor tie sur
appliquée sur l’entrée du pont redres- schéma électrique par un rectangle noir laquelle nous prélevons la tension conti-
seur RS1, qui la transforme en tension nommé IC1. nue stabilisée.
continue.
Comme vous pouvez l’observer sur la R – c’est la broche de Réglage qui
Le condensateur électrolytique (chi- figure 196, ce circuit intégré dispose détermine la valeur de la tension à sta-
mique) C1, placé sur la sortie du pont de trois broches, désignées par les biliser. Pour obtenir une tension sta-
RS1, nous permet de rendre la tension lettres R, S et E. bilisée de 5, 6, 9, 12 ou 15 volts sur
redressée parfaitement continue. la sor tie, nous devons appliquer sur
E – c’est la broche d’Entrée sur laquelle la broche R une tension que nous
Cette tension est ensuite appliquée sur est appliquée la tension continue que déterminons grâce au commutateur
l’entrée d’un circuit intégré stabilisa- nous voulons stabiliser. rotatif S2.

T1
TENSION ALTERNATIVE

24 V

12 V
R15
0V A
S1 SORTIE
20 V
DS1 DL2

E S
RS1 IC1
C1 DS2 R7
SECTEUR R
R1
220V

R11 R13 R16


A R3 R10
SORTIE
TENSION
STABILISÉE
9V DL1
C2 R8 R9 R12 R14 C3 C4
6V 3 12 V R4 3
2 4 K 2 4

5V 1 C 5
15 V C
R2 1 C 5
B
TR1
S2 E
R5 R6
S2

Figure 197 : Schéma électrique de l’alimentation. Dans l’encadré jaune, en bas à gauche, vous remarquerez les positions sur
lesquelles vous devrez placer le commutateur S2 pour obtenir les différentes tensions en sortie.

ELECTRONIQUE 81 magazine - n° 7
LE COURS

Liste des composants


de l’alimentation LX.5004
R1 : 1,2 kΩ
R2 : 1 kΩ
R3 : 1,2 kΩ
R4 : 1,2 kΩ
R5 : 1,2 Ω 1/2 W
R6 : 1,2 Ω 1/2 W
R7 : 220 Ω
R8 : 1,8 kΩ
R9 : 1,8 kΩ
R10 : 1,2 kΩ
R11 : 2,2 kΩ
R12 : 1,2 kΩ
R13 : 8,2 kΩ
R14 : 470 Ω
R15 : 1,2 kΩ
R16 : 10 kΩ
C1 : 2 200 µF électrolytique 50 V
C2 : 10 µF électrolytique 50 V
C3 : 220 µF électrolytique 25 V
C4 : 100 nF polyester
DS1 : Diode 1N4007
DS2 : Diode 1N4007
DL1 : Diode LED rouge
DL2 : Diode LED verte
RS1 : Pont redresseur 200 V / 1,5 A
TR1 : transistor NPN type BC547
S1 : Interrupteur
S2 : Commutateur 1 circuit / 5 positions
IC1 : Régulateur intégré LM317
T1 : Transformateur 40 W (T040.02)
Sec. 0 – 12 – 24 V 1 A + 17 V 1 A
Dessin du circuit imprimé de l’alimentation LX.5004, échelle 1.

La tension stabilisée que nous appli- Ces sécurités sont destinées à éviter bien, que celui-ci consomme un cou-
quons sur les bornes de sor tie de la destruction du circuit intégré IC1 en rant supérieur à 1 ampère.
l’alimentation, est filtrée par les cas de court-circuit involontaire entre
condensateurs C3 et C4, qui élimi- les deux fils de sortie de la tension sta- Pour protéger le circuit intégré IC1 lors-
nent le moindre résidu de tension bilisée, ou bien, en cas de prélèvement qu’on coupe l’alimentation, nous avons
alternative. de courant supérieur à 1 ampère. relié la diode au silicium DS1 entre les
pattes E et S.
La tension redressée par le pont RS1, Dans ces deux hypothèses, on retrou-
alimente la broche E du circuit inté- verait sur les pattes des deux résis- En fait, chaque fois que l’on retire le
gré IC1 et rejoint directement les tances R5 et R6, une tension positive 220 volts du primaire du transforma-
bornes indiquées “SORTIE 20 V”, des- qui ferait brusquement chuter la ten- teur T1, la tension sur la broche d’en-
quelles nous pouvons prélever cette sion de référence de la broche R et, trée E du circuit régulateur LM317
valeur de tension non stabilisée. par conséquent, celle de la broche de descend rapidement à 0 volt. Mais
sortie S du régulateur. n’oublions pas que sur la broche de
La diode LED DL2 reliée sur la tension sor tie S de ce même circuit régula-
de 20 volts, indique l’état de l’alimen- La tension présente sur les deux résis- teur se trouve le condensateur élec-
tation : allumée ou éteinte. tances R5 et R6 rejoint également, par trolytique de sor tie C3, qui ne par-
l’intermédiaire de la résistance R2, la vient pas à se décharger aussi
Dans cette alimentation nous avons base (B) du transistor TR1 qui, deve- rapidement que celui placé sur l’en-
prévu plusieurs sécurités : nant conducteur, commande l’allumage trée.
de la diode LED DL1, reliée en série
- une première pour les courts-circuits, dans son collecteur (C). On retrouvera donc sur la broche de
- une seconde pour les surcharges et, sortie S une tension supérieure à celle
enfin, Donc, quand la diode DL1 s’allume, présente sur la broche E, et cette dif-
- une troisième pour les inversions de cela signifie qu’il y a un cour t-circuit férence risquerait également d’en-
courant. sur l’appareil que nous alimentons ou dommager le circuit intégré IC1.

ELECTRONIQUE 82 magazine - n° 7
LE COURS

S1

SECTEUR
220 V

T1

C1
RS1

SORTIE
IC1 R7 TENSION
ALTERNATIVE

TR1
K C3 24 V.
DS1
DS2
R1 R15 C2
A R3 R12
12 V.
R2

0 V.
R4
C4

R14 R13 R11 R10 R9 R8


K
R5

R16 R6

C. 4 3 2 1

A A

K K

S2

DL1 DL2 SORTIE SORTIE


TENSION 20 V
STABILISÉE

Figure 198 : Plan d’implantation des composants de l’alimentation. Vous devrez mettre en place, sur le circuit imprimé, les
composants correspondant à la sérigraphie et ayant les valeurs données dans la liste des composants, sans vous tromper
(lire l’article) !

ELECTRONIQUE 83 magazine - n° 7
LE COURS

Quand la tension sur le condensateur rapidement le condensateur électro- Si l’on tournait S2 pour obtenir une
électrolytique C3 est supérieure à celle lytique C2, relié à cette dernière, tension stabilisée de 5 volts en sor-
présente sur le condensateur électro- chaque fois que l’on passe d’une ten- tie, le condensateur électrolytique C2
lytique C1, la diode DS1 s’excite et sion supérieure à une tension infé- continuerait à fournir sur la broche R
transfère sa tension sur la broche E. rieure, en tournant le commutateur de IC1, une tension de 10,75 volts,
C’est pour cette raison qu’on ne retrou- S2. qui serait aussi présente sur les
vera jamais sur la broche d’entrée une bornes de sor tie. On risquerait ainsi
tension inférieure à celle de la broche En admettant que le commutateur S2 d’alimenter un appareil fonctionnant
de sortie. soit placé sur la position 12 volts, on avec une tension stabilisée de 5
obtiendrait alors sur le condensateur volts, avec une tension de 12 volts.
La diode DS2, placée entre la broche électrolytique C2 une tension d’envi- Le rôle de la diode DS2 est donc
S et la broche R, ser t à décharger ron 10,75 volts. d’assurer la décharge rapide du
condensateur électrolytique C2 de
façon à ce qu’on ne trouve sur la sor-
tie de l’alimentation que la tension
demandée.

Les résistances R8/R9, R10, R11/R12


et R13/R14, reliées au commutateur
S2 servent à appliquer sur la broche R
du circuit intégré IC1, les valeurs de
tension permettant d’obtenir en sortie
une tension stabilisée de 5, 6, 9, 12
et 15 volts.

La réalisation pratique
Après cette brève explication du
schéma électrique, nous passons à la
description de la réalisation pratique
de notre alimentation universelle.

Le dessin du plan d’implantation, repré-


Figure 199 : Après avoir monté tous les composants sur le circuit imprimé et soudé senté sur la figure 198, vous aidera à
leurs pattes sur les pistes en cuivre en dessous, vous obtiendrez un montage dissiper vos moindres doutes. En effet,
identique à celui de cette photo. Notez bien le radiateur de refroidissement sur on y voit clairement apparaître l’em-
lequel est fixé le circuit intégré IC1. placement de chaque composant sur
le circuit imprimé (remarquer leurs
appellations).

Pour connaître la valeur des résistances


et des condensateurs devant être insé-
rés aux emplacements indiqués, repor-
tez-vous à la liste des composants.

Si vous faites l’acquisition du kit


LX.5004, vous y trouverez tous les com-
posants nécessaires au montage, le
circuit imprimé percé et sérigraphié
ainsi qu’un boîtier plastique prêt à rece-
voir votre réalisation.

Bien qu’il soit possible de commencer


le montage par n’importe lequel des
composants, nous vous conseillons de
commencer par les résistances. Avant
de les placer sur le circuit imprimé,
vous devez plier leurs broches en “L”
de façon à en faciliter l’insertion dans
les trous prévus à cet effet.

Figure 200 : Une fois monté, le circuit imprimé devra être installé à l’intérieur de Prenez ensuite le tableau de décodage
son boîtier plastique. Sur la face avant, vous fixerez le commutateur S2 et les des couleurs, que nous avons publié
douilles bananes de sortie des tensions ainsi que les supports chromés contenant dans la deuxième leçon de ce cours
les diodes LED. En ce qui concerne les connexions du commutateur S2, vous (ELM n° 2, page 82), et commencez
pourrez vous référer à la figure 204. Pour fixer les douilles bananes de sortie, à organiser les dif férentes résis-
référez-vous au dessin de la figure 206.
tances.

ELECTRONIQUE 84 magazine - n° 7
LE COURS

La première résistance à insérer, R1, Une fois les diodes soudées, montez sur le côté opposé, soudez ses trois
est de 1 200 ohms et doit avoir sur le le transistor en l’insérant à l’emplace- pattes sur les pistes en cuivre et cou-
corps les couleurs suivantes : marron ment marqué TR1. Les pattes de ce pez l’excédent à l’aide de la pince cou-
– rouge – rouge – or. transistor ne doivent pas être raccour- pante.
cies mais directement insérées sur le
Après l’avoir repérée, insérez-la sur le circuit imprimé de façon à ce qu’il ne A présent, prenez le pont redresseur
circuit imprimé à l’emplacement mar- dépasse, côté pistes, qu’environ un et insérez-le dans les quatre trous mar-
qué R1, en l’enfonçant complètement millimètre. Cette longueur suffira pour qués RS1. Pendant son installation,
de façon à ce que son corps vienne pouvoir effectuer la soudure. Avant de vérifiez bien le positif et le négatif indi-
s’appuyer sur le suppor t. Retournez souder les pattes du transistor, contrô- qués sur son corps. Insérez la broche
alors le circuit imprimé et soudez les lez que la partie plate de son corps soit positive dans le trou marqué “+” et la
pattes sur les pistes de cuivre, comme bien dirigée vers le condensateur élec- broche négative dans le trou marqué
nous vous l’avons enseigné. trolytique C1 (voir figure 198). “–”.

Essayez de réaliser des soudures par- Après le transistor, prenez le circuit Poussez le corps du pont dans les trous
faites car une patte mal soudée pour- intégré LM317 et fixez-le, à l’aide d’une de façon à le positionner à environ
rait empêcher le circuit de fonctionner. vis et d’un écrou, au radiateur de refroi- 10 mm du circuit imprimé, puis soudez
Après soudure, coupez l’excédent des dissement, en dirigeant sa partie métal- de l’autre côté ses quatre pattes sur
pattes à l’aide d’une pince coupante. lique vers le radiateur. les pistes en cuivre et coupez les par-
Une fois la résistance R1 soudée, pas- ties excédentaires.
sez à la résistance R2 de 1 000 ohms, Insérez ce circuit intégré en le pous-
ayant sur le corps les couleurs sui- sant vers le bas jusqu’à ce que le radia- Si, en coupant les pattes, vous
vantes : marron – noir – rouge – or. teur touche le circuit imprimé. Ensuite, remarquez une mauvaise tenue du

Cette résistance doit être insérée sur


le circuit imprimé à l’emplacement mar-
qué R2.

Après avoir soudé et coupé ses pattes,


vous pouvez insérer les résistances R3
et R4 qui, étant toutes les deux de
1 200 ohms, ont sur le corps les
mêmes couleurs que R1.

Vous reconnaîtrez immédiatement les


résistances R5 et R6 de 1,2 ohm – 1/2
watt car elles ont des dimensions légè-
rement plus grandes que les autres résis-
tances de 1/4 de watt. Les couleurs
apparaissant sur les corps de ces résis-
tances sont : marron – rouge – or – or.

Les deux premières couleurs nous indi-


quent la valeur 12 tandis que la troi- Figure 201 : Sur cette photo vous pouvez voir comment doivent se présenter toutes
sième, indique que cette valeur doit les soudures sur les pistes en cuivre du circuit imprimé.
être divisée par 10. Donc la valeur
finale de cette lecture sera de 1,2 ohm.

Après avoir inséré les résistances R5


et R6, installez toutes les autres, en
contrôlant les couleurs marquées sur
leurs corps.

En poursuivant ce montage, prenez les


deux diodes au silicium et, après avoir
plié leurs pattes en L, insérez-les sur
le circuit imprimé dans les trous mar-
qués DS1 et DS2.

Pendant l’installation des diodes, faites


très attention à la disposition de la
bague colorée, toujours positionnée sur
un seul côté du corps. La bague de la
diode DS1 doit être dirigée vers le haut,
tandis que celle de la diode DS2 doit
être dirigée vers la droite, comme indi- Figure 202 : Le circuit réussira difficilement à fonctionner si les soudures que vous
qué sur le schéma d’implantation de avez réalisées ressemblent à celles-ci. Dans ce cas-là, vous devrez les refaire en
suivant les instructions de la leçon numéro 5.
la figure 198.

ELECTRONIQUE 85 magazine - n° 7
LE COURS

composant, cela signifie que les sou- du commutateur rotatif R2 une fois fixé polarité. Si vous inversez par erreur la
dures ont été mal effectuées et qu’il sur la face avant du boîtier. position des deux fils sur le bornier, il
faut donc les refaire. Vous pouvez ne se passera rien de grave mais la
voir sur la figure 201 un circuit Une fois tous les composants montés, diode LED ne pourra pas s’allumer.
imprimé par faitement soudé. le circuit imprimé doit être à son tour Dans ce cas-là, il suffit d’inverser les
fixé à l’intérieur du boîtier plastique à deux fils sur le bornier pour que les
Si vos soudures se présentent comme l’aide de quatre vis autotaraudeuses. diodes s’allument. Vous ne verrez bien
celles de la figure 202, cela signifie
que vous ne savez pas encore souder Démontez le panneau avant du boîtier,
et qu’il faut donc que vous relisiez toute fourni déjà percé et sérigraphié, pour
la leçon sur les soudures. pouvoir y fixer l’interrupteur S1, les sup- 10 mm.
por ts chromés des diodes LED et le
Petite astuce pour souder bien droit commutateur S2. Avant de fixer S2,
certains composants : sciez son axe à une longueur de 10 mm
Lorsque vous devez souder un tran- comme indiqué sur la figure 203.
sistor, ou un pont redresseur, ou encore
un régulateur, etc., soudez d’abord une Toujours sur ce même panneau, fixez
seule patte, retournez le circuit et véri- les douilles banane de sortie, qui vous
Figure 203 : L’axe du commutateur S2
fiez le résultat, redressez éventuelle- serviront pour prélever la tension alter- sera scié de façon à obtenir une
ment le composant et soudez les native de 0, 12 et 24 volts, la tension longueur restante d’environ 10
autres pattes. continue non stabilisée de 20 volts et millimètres.
celle continue stabilisée que vous pour-
Poursuivez le montage en insérant les rez choisir entre ces dif férentes
trois condensateurs électrolytiques C1, valeurs : 5, 6, 9, 12 et 15 volts.
C2 et C3, en respectant la polarité de C
leurs pattes. Les symboles “+/–” ne Lorsque vous fixez ces douilles S2
sont pas toujours por tés sur le corps banane, vous devez d’abord retirer la 1
des condensateurs. Souvent, seul le bague isolante en plastique, puis,
signe “–” y figure. Si vous avez un doute, après avoir inséré les douilles dans 2
sachez que la patte la plus longue (voir les trous du panneau, enfilez la bague
figure 205) est toujours le positif. et serrez les écrous comme indiqué 3
sur la figure 206. Si vous n’appliquez
4
Insérez cette patte dans le trou mar- pas cette bague en plastique sur la
qué “+”, puis poussez le condensateur partie postérieure de la douille, la vis 5
jusqu’à ce qu’il touche le support. Du centrale sera en contact avec le métal
côté des pistes en cuivre, soudez les du panneau et entraînera le court-cir-
deux pattes puis coupez l’excédent, cuit de toutes les sor ties, causant Figure 204 : Le commutateur S2 étant
ainsi la chute totale de la tension de composé de deux sections identiques,
toujours à l’aide de la pince coupante.
l’une d’elles restera inutilisée.
sortie.
Après les condensateurs électroly-
tiques, insérez le condensateur poly- Avant de remettre le panneau en place
ester C4. Puisque ses pattes ne sont dans le boîtier, soudez deux fils isolés
pas polarisées, vous pouvez le posi- plastique sur les deux broches de l’in- A K
tionner dans n’importe quel sens. Main- terrupteur S1. Dénudez leurs extrémi-
tenant, insérez et soudez les broches tés en retirant l’isolant sur environ DIODE
A K
du bornier d’entrée destiné à recevoir 3 mm. Ensuite, soudez les fils en cuivre LED
la tension secteur 220 volts. après les avoir enfilés dans les trous
des broches. Lorsque la soudure a
Une fois cette phase terminée, prenez refroidi, essayez de les bouger ou de
le transformateur T1 et enfilez ses les tirer pour vérifier qu’ils ont été bien Figure 205 : La patte la plus longue
broches dans le circuit imprimé. Celles- soudés. de la diode LED est “l’anode”, celle du
condensateur électrolytique est le
ci sont conçues de façon à pouvoir être “positif”.
installées exclusivement dans un sens, Dans le cas où cet interrupteur aurait
c’est-à-dire avec l’enroulement primaire trois broches, soudez un fil sur la
dirigé vers le bornier des 220 volts et broche centrale et l’autre sur une des
les secondaires, vers le radiateur de deux broches latérales (voir figure 198).
refroidissement de IC1.
Prenez à présent deux petits fils iso-
Une fois le transformateur inséré, fixez- lés plastique bicolore et soudez-les sur
le sur le circuit imprimé à l’aide de les deux pattes des diodes LED (voir
quatre vis et de quatre écrous, puis, DL1 et DL2). Vous devrez maintenir
RONDELLE
soudez toutes ses broches sur les ces deux pattes légèrement éloignées ISOLANTE

pistes en cuivre. l’une de l’autre afin d’éviter qu’elles


ne se touchent. Comme vous le savez
Dans les trous marqués 1, 2, 3, 4 et déjà, ces diodes ont une broche plus Figure 206 : Pour fixer les douilles
C, soudez des morceaux de fil de cuivre longue appelée “anode” (voir lettre A) bananes sur la face avant, vous devrez
gainés de plastique de 8 cm de long. et une plus courte appelée “cathode” retirer de leurs corps la bague isolante
(voir lettre K), dont il faut respecter la plastique et la replacer côté intérieur.
Ils vous serviront pour relier les broches

ELECTRONIQUE 86 magazine - n° 7
LE COURS

sûr s’allumer que la diode DL2, car


DL1 s’allume uniquement quand l’ap-
pareil alimenté est court-circuité.

A présent, prenez deux morceaux de


fils rouge et noir, d’un diamètre supé-
rieur à celui utilisé pour alimenter les
deux diodes LED, et retirez à leur extré-
mité environ 5 mm de plastique de
façon à dénuder le fil de cuivre.

Soudez le fil noir sur la sor tie de la


douille noire et le fil rouge sur la sor-
tie de la douille rouge de la “SORTIE
20 V”. Faites de même pour les
douilles “TENSION STABILISEE”.

Faites attention car souder ces fils sur


les douilles en laiton présente une cer-
taine difficulté. En effet, si le corps des
douilles n’est pas bien préchauffé par
la panne du fer à souder lorsque vous Figure 208 : Pour tester l’alimentation, vous pouvez relier une ampoule de 12 volts
y déposerez la soudure, celle-ci se sur sa sortie. Cette ampoule peut également être reliée sur les douilles de sortie
des tensions alternatives 0 V – 12 V.
refroidira immédiatement sans adhé-
rer au métal. Afin d’évitez cet inconvé-
nient, nous vous conseillons de com- seule des deux sections est utilisée. effectivement bien bloquées en tirant
mencer par étamer les extrémités des Le choix de cette section est sans légèrement dessus.
fils qui devront être soudés aux importance mais rappelez-vous que la
douilles, puis par étamer l’extrémité broche C (curseur central) est celle pla- Vous devrez également insérer sur ce
des douilles. Vous pourrez alors cée le plus vers l’intérieur. bornier les deux fils provenant de l’in-
appuyer l’extrémité du fil en cuivre à terrupteur S1.
l’extrémité de la douille, puis faire votre Essayez de respecter l’ordre des fils,
soudure en maintenant la panne du fer comme représenté sur le schéma de Une fois le couvercle du boîtier plas-
contre l’extrémité de la douille jusqu’à la figure 198, car en les inversant, vous tique refermé avec ses deux vis, fixez
ce que toute la soudure soit bien fon- risqueriez, par exemple, de retrouver le bouton sur l’axe du commutateur S2
due et brillante. une tension de 12 ou 15 volts sur la et, en le tournant, vérifiez que son index
position “5 V”. corresponde bien aux valeurs 5, 6, 9,
Insérez les extrémités opposées des 12 et 15 V. Si ce n’est pas le cas,
fils venant des douilles, après les avoir A présent, prenez le cordon d’alimenta- dévissez légèrement le bouton, puis
étamés pour éviter qu’ils ne s’effilo- tion secteur 220 volts et insérez-le dans positionnez l’encoche face à “5 V” et
chent, dans les trous des borniers du le trou qui se trouve sur le panneau resserrez la vis.
circuit imprimé, en respectant le posi- arrière du boîtier. Pour éviter qu’en tirant
tif et le négatif et, bien sûr, en serrant dessus involontairement le cordon ne Quand toutes ces opérations seront
les vis afin d’assurer un bon contact. soit arraché du circuit imprimé, pensez terminées, votre alimentation est prête
à faire un nœud qui assurera la butée à être utilisée.
Les extrémités opposées des fils que contre ce panneau (voir figure 207).
vous avez soudés dans les trous C, 4,
3, 2 et 1, devront être soudées, une Après avoir dénudé les extrémités du Dernières vérifications
fois étamés, sur les broches corres- câble secteur sur 5 mm, torsadez les
pondantes du commutateur S2. Etant brins et étamez-les pour éviter qu’ils Branchez la prise de votre alimentation
donné que ce commutateur est com- ne s’effilochent. Ensuite, après avoir sur le secteur, puis, actionnez l’inter-
posé de deux sections, vous trouverez inséré les extrémités du câble secteur rupteur S1 de façon à allumer la diode
sur son corps six broches d’un côté et dans les trous du bornier, serrez les LED DL2. Quand cette diode s’allume,
six de l’autre (voir figure 204). Une deux vis puis contrôlez qu’elles soient les tensions que nous vous avons indi-
quées sont disponibles sur les douilles
de sortie.

Afin de le vérifier, mesurez-les à l’aide


d’un multimètre et si vous n’en avez
pas encore, procurez-vous une petite
ampoule d’environ 12 V – 3 watts et
reliez-la sur les deux sor ties 0 et 12
volts alternatifs. Vous verrez alors l’am-
poule s’allumer.

Figure 207 : Pour éviter que le cordon d’alimentation secteur 220 volts ne soit Maintenant, reliez-la sur la sortie des
arraché accidentellement, il est conseillé de faire un nœud sur la partie du fil qui tensions stabilisées et tournez le bou-
reste à l’intérieur du boîtier.
ton du commutateur S2 de la position

ELECTRONIQUE 87 magazine - n° 7
LE COURS

“5 V” vers “15 V” et vous verrez que Plus on bobine de spires ou plus on


la luminosité de l’ampoule augmente applique une tension importante aux
progressivement. extrémités de la bobine, plus le flux
magnétique augmente.
Evitez de garder trop longtemps l’am-
poule sur la tension “15 V” car elle Pour renforcer l’action du flux magné-
pourrait griller. En ef fet, nous l’ali- tique, il suffit d’insérer un noyau de fer
mentons avec une tension supé- à l’intérieur de la bobine. On obtient
rieure aux 12 volts nécessaires à ainsi un petit électroaimant qui attirera
son fonctionnement. Pour la même de petits objets métalliques lorsqu’on
raison, évitez de relier l’ampoule sur appliquera une tension à la bobine et
la tension non stabilisée des 20 qui les repoussera en l’absence de ten-
volts. sion.

Lorsque vous éteignez l’alimentation Les électroaimants sont utilisés en


par l’intermédiaire de l’interrupteur S1, électronique pour réaliser des relais
ne vous étonnez pas si la diode LED (voir figure 210), c’est-à-dire des com-
DL2 ne s’éteint pas instantanément mutateurs capables d’ouvrir et de fer-
car, tant que les condensateurs élec- mer les contacts mécaniques.
trolytiques C1, C2 et C3 ne sont pas
complètement déchargés, la diode LED Comme l’obser vation d’un champ
reste allumée. magnétique n’est possible qu’à travers
ces effets, nous avons pensé utile de
L’alimentation que vous venez de réa- mettre à votre disposition, sous forme
liser, après quelques leçons seulement, de kit (LX.5005), deux supports déjà
sera votre premier succès, et vous vous bobinés accompagnés de quelques
rendrez bien vite compte combien elle accessoires. Vous aurez ainsi la pos-
est indispensable dans le domaine de sibilité de faire des expériences très
l’électronique.

Note : n’utilisez jamais l’alimentation


avant de l’avoir enfermé dans son boî-
tier plastique afin éviter tout contact
accidentel avec la tension secteur 220
volts, ce qui est, vous vous en doutez,
très dangereux.

LES ELECTROAIMANTS
Lorsqu’une tension traverse un fil de
cuivre, il se forme autour de lui des
lignes concentriques capables de géné-
rer un très faible flux magnétique (voir
figure 212). Si l’on enroule un certain Figure 210 : Les relais peuvent avoir
nombre de spires sur un support, le différentes formes et dimensions. Vous
flux magnétique augmente au point de Figure 209 : Un relais est un élément ne devez appliquer sur la bobine de
réussir à attirer à lui de petits objets composé d’un électroaimant servant chaque relais que la tension de travail
métalliques, comme le ferait un simple à fermer ou à ouvrir des contacts pour laquelle elle a été calculée, c’est-
mécaniques. à-dire 4, 6, 12, 24 et 48 volts.
aimant.

OUVERT FERMÉ

A A
B B
C C

4,5 V 4,5 V

Figure 211 : Si la bobine du relais n’est pas alimentée, les contacts A et B resteront fermés. Dès sa mise sous tension les
contacts B et C se fermeront, tandis que les contacts A et B s’ouvriront.

ELECTRONIQUE 88 magazine - n° 7
LE COURS

instructives avec ces électro- Si vous appliquez pendant


aimants à monter soi-même. quelques minutes la lame d’un
petit tournevis sur la tête du bou-
La première expérience consiste lon d’une des deux bobines,
à prendre les deux boulons de lorsque vous la retirerez, elle
fer se trouvant dans le kit et à sera aimantée.
les insérer à l’intérieur des
bobines sans les fixer avec leurs Si vous alimentez la bobine avec
Figure 212 : Lorsqu’une tension traverse un fil de
écrous. cuivre, de faibles flux magnétiques se créent tout une tension de 6 volts la puis-
autour. sance d’attraction diminuera,
Positionnez les bobines sur une tandis qu’avec une tension de
table, à une distance de 1 cm 15 volts, cette puissance aug-
environ comme le suggère la mentera.
figure 215 et reliez sur leurs
extrémités une tension continue L’échauffement de la bobine ne
de 12 volts que vous pouvez doit pas vous inquiéter car il est
obtenir de l’alimentation absolument normal. Si vous
LX.5004, réalisé dans cette remarquez que la bobine est
leçon. chaude au point de ne pas pou-
voir la toucher, interrompez vos
Vous verrez alors se vérifier seu- expériences et attendez qu’elle
lement deux phénomènes : refroidisse.

1) Les têtes des deux boulons Ne vous inquiétez pas non plus
se repoussent. si après un moment vous remar-
Figure 213 : Pour augmenter ce flux magnétique, il quez que le boulon inséré à l’in-
Ce phénomène se vérifie quand suffit d’enrouler un certain nombre de spires sur un térieur de la bobine est lui aussi
les par ties des deux bobines support. aimanté car, étant en acier, il
mises face à face ont la même réagit de la même façon que la
polarité, c’est-à-dire Nord/Nord lame du tournevis.
ou Sud/Sud.
Si, au lieu d’alimenter les deux
2) Les têtes des deux boulons bobines avec une tension
s’attirent. continue de 9 ou 12 volts,
vous les alimentez avec une
Ce phénomène se vérifie quand tension alternative de 12 volts,
les par ties des deux bobines que vous pouvez toujours pré-
mises face à face ont une pola- lever de l’alimentateur
rité opposée, c’est-à-dire LX.5004, vous sentirez vibrer
Nord/Sud ou Sud/Nord. les deux boulons à une fré-
quence de 50 her tz.
Si vous remarquez que les têtes
des deux boulons se repoussent, Une autre expérience que vous
retourner seulement l’une des pouvez réaliser, consiste à
deux bobines et vous verrez les Figure 214 : Le flux magnétique augmente encore prendre de la limaille de fer que
deux boulons s’attirer avec force. si l’on place à l’intérieur de cette bobine un noyau vous déposerez sur un morceau
Pour les séparer, il suffira de cou- en fer. de carton. Vous pouvez vous la
per la tension d’alimentation. procurer en limant vous-même

1 cm.

POWER OVER 20 V
Alimentation
nuova
ELETTRONICA

15 V
AC 24 V
12 V

9V AC 12 V

6V
AC 0V
5V

Figure 215 : En alimentant les deux bobines avec une tension “continue” de 12 volts, vous verrez les deux têtes des boulons
placées à l’intérieur des bobines s’attirer avec force.

ELECTRONIQUE 89 magazine - n° 7
LE COURS

un morceau de fer ou en demandant à


un serrurier un peu de la poussière
tombée sous sa meule.

Si vous placez notre électroaimant ali-


menté avec une tension continue sous
N S N S
le carton et la limaille, vous verrez la
limaille de fer dessiner sur le carton le
flux magnétique généré par l’élec-
troaimant (voir figure 218).

Si vous placez sous le carton la même


Figure 216 : Les têtes des deux boulons ne s’attirent que si elles ont deux polarités bobine dans le sens vertical, vous ver-
opposées, c’est-à-dire Nord/Sud ou Sud/Nord. rez encore la limaille dessiner le flux
magnétique, mais en se disposant
cette fois d’une façon complètement
différente de la précédente.

Théoriquement, en alimentant une


seule des deux bobines, son champ
magnétique devrait influencer de façon
S N N S
inductive l’enroulement de la deuxième,
et on devrait alors retrouver aux extré-
mités de celle-ci une tension identique
à celle appliquée sur la première. Tou-
tefois, ceci ne se vérifie que si vous
appliquez sur la première bobine une
Figure 217 : Les têtes des deux boulons se repoussent quand elles ont la même tension alternative.
polarité, c’est-à-dire Nord/Nord ou Sud/Sud.
Pour faire cette expérience, reliez aux
extrémités de la seconde bobine une
diode LED, avec une résistance de 220
ohms en série.

Si vous alimentez la première bobine


avec une tension continue, vous obtien-
drez un champ magnétique instantané
qui ne réussira à influencer la seconde
bobine que pendant le bref instant ou
vous appliquerez ou retirerez la ten-
sion, et donc, la diode LED ne s’allu-
mera pas (voir figure 222).

En théorie, si vous alimentez la première


Figure 218 : Si vous placez votre bobine sous un petit carton sur lequel vous avez bobine avec une tension alternative de
déposé de la limaille de fer, vous verrez se dessiner le flux magnétique. 12 volts, vous devriez obtenir un champ

12 V
12 V

Figure 219 : Si vous fixez les deux petites plaques de fer des Figure 220 : Si vous fixez deux bobines sur une seule petite
deux côtés de la bobine, vous verrez que leurs extrémités plaque, vous augmenterez la force d’attraction. Si rien ne
attireront des petits corps métalliques comme le ferait un aimant. se passe, retournez l’une des deux bobines.

ELECTRONIQUE 90 magazine - n° 7
LE COURS

bobine est plus que suffisante pour


allumer la diode LED qui y est reliée
(voir figure 222).

Sans le savoir, vous avez réalisé un


petit transformateur capable de trans-
férer une tension alternative de la pre-
mière à la seconde bobine par l’inter-
médiaire d’un noyau en fer.

Vous vous êtes assuré, grâce à cette


expérience, qu’un transformateur ne
peut fonctionner qu’avec une tension
alternative et pas avec une tension
Figure 221 : Après avoir effectué toutes les expériences que nous vous avons continue.
décrites, prenez les deux petites plaques de fer et fixez-les sur les extrémités des
deux bobines comme vous pouvez le voir sur ce dessin car, à présent, nous vous Ceci vous aidera à comprendre plus
proposons une nouvelle expérience très intéressante.
facilement la leçon dans laquelle nous
parlerons des transformateurs, utilisés
magnétique alternatif et donc une ten- En pratique, vous obtiendrez une ten- en électronique, pour abaisser la ten-
sion alternative de 12 volts également sion inférieure à 12 volts car le noyau sion du secteur 220 volts à des valeurs
aux bornes de la seconde bobine. en fer (vis + petites barres), utilisé de tension alternatives de 30, 25, 12
pour transférer le flux magnétique de et 9 volts ou à n’importe quelle autre
Cette tension ne pourra sor tir sur la la première à la seconde bobine valeur.
seconde bobine que dans les condi- entraîne des pertes. Toutefois, la ten-
tions que nous venons de décrire. sion que vous obtenez sur la seconde ◆ G. M.

POWER OVER 20 V
Alimentation
nuova
ELETTRONICA

15 V
AC 24 V
12 V

9V AC 12 V
220 Ω
6V
AC 0V
5V

Figure 222 : Reliez une résistance de 220 ohms et une diode LED sur les fils d’une bobine comme décrit sur ce dessin. Ensuite,
reliez les extrémités de la bobine opposée aux bornes 12 volts alternatif de l’alimentation LX.5004 et vous verrez, à votre
grande surprise, la diode LED s’allumer.

Figure 223 : Dans le kit LX.5005, vous trouverez, pour effectuer les expériences décrites, deux bobines déjà bobinées, deux
boulons en fer et leurs écrous ainsi que deux petites plaques percées.

ELECTRONIQUE 91 magazine - n° 7