Vous êtes sur la page 1sur 19
Ph. Louiza M.
Ph. Louiza M.

POINT DE PRESSE MOURAD MEDELCI-OTHMAN JARANDI

Le renforcement de la situation sécuritaire en point de mire

P. 3

de la situation sécuritaire en point de mire P. 3 29 Ramadhan 1434 - Mercredi 7

29 Ramadhan 1434 - Mercredi 7 Août 2013 - N°14892 - Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287

- Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287 L A R E V O L U

L A

R E V O L U T I O N

PA R

L E

P E U P L E

E T

P O U R

L E

P E U P L E

L U T I O N PA R L E P E U P L E

LUTTER CONTRE LES INFRACTIONS DE CHANGE

KarimDjoudi : « Un véritable fléauàcombattre»

Création de deux groupes de travail ABEF : Réunion aujourd’hui de plusieurs administrations pour réguler
Création de deux
groupes de travail
ABEF : Réunion
aujourd’hui de plusieurs
administrations pour
réguler le flux des
importations
P. 5

AGENCE NATIONALE D’INTERMÉDIATION ET DE RÉGULATION FONCIÈRE

Ph. Wafa
Ph. Wafa

« Un programme de 42 parcs industriels dans les 5 prochaines années »

P. 7

ACCORDÉE PAR LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE

La prime scolaire profite à 3 millions d’élèves nécessiteux

P. 4

LOGEMENTS SOCIAUX

Mise à jour des dossiers des demandeurs

P. 4

Tombola d’El Moudjahid

Ph. Billal
Ph. Billal

Les lauréats ont été récompensés hier

P. 32

Les lauréats ont été récompensés hier P. 32 Quotidien national d’information — 20, rue de la
2 EL MOUDJAHID
2
EL MOUDJAHID
Mé téo
Mé téo

CHAUD ET ENSOLEILLÉ

CHAUD ET ENSOLEILLÉ Au Nord, le temps sera relativement chaud et ensoleillé avec tendance orageuse vers

Au Nord, le temps sera relativement chaud et ensoleillé avec tendance orageuse vers les hauts plateaux en cours d'après-midi/soirée. Les vents seront de sud-ouest à ouest près des côtes ouest et variables faibles vers l'est et centre. La mer sera peu agitée.

Sur les régions Sud, le temps sera chaud et ensoleillé avec localement formations nua- geuses vers les massifs du Hoggar/Tassili et de l'extrême Sud. Les vents seront de secteur est à nord-est (30/40 km/h) avec localement chasse de sable.

Températures (maximales-minimales) prévues aujourd’hui :

Alger (34°-23°), Annaba (35°-23°), Béchar (39°- 24°), Biskra (41°-26°), Constantine (41°- 21°), Djanet (37°-25°), Djelfa (39°-23°), Ghar- daïa (39°-26°), Oran (33°-22°), Sétif (38°-20°), Tamanrasset (35°-27°), Tlemcen (34°-19°).

AÏD EL FITR La nuit du doute aujourd’hui La Commission nationale de l'obser- vation du
AÏD EL FITR
La nuit du doute
aujourd’hui
La Commission
nationale de l'obser-
vation du croissant
lunaire au ministère
des Affaires reli-
gieuses et du Wakf, a
annoncé que la nuit
du doute consacrée
à l'observation du
croissant lunaire du
mois de Choual an-
nonçant le premier
jour de l'Aïd El
Fitr de cette année
est prévue au-
jourd’hui 29 Ra-
madhan 1434
correspondant au
7 août 2013. A cette occasion, une
conférence spéciale consacrée à la nuit du doute sera organisée
après la prière d'el Maghreb à Dar El Imam (Mohammadia) et sera
diffusée en direct sur les chaînes de radio et de télévision.
Les journées des 1 er et 2 e chaoual 1434
chromées et payées
Les journées des 1 er et 2 e chaoual 1434 de l'hégire, marquant la
fête de l'Aïd El Fitr, seront chômées et payées pour l'ensemble des
personnels des institutions et administrations publiques, y compris
les personnels payés à l'heure ou à la journée, a indiqué hier un
communiqué de la direction générale de la fonction publique. Les
personnels exerçant en travail posté sont, toutefois, tenus d'assurer
la continuité du service, a ajouté la même source.

NAFTAL

La distribution de carburants assurée durant l’Aïd

NAFTAL La distribution de carburants assurée durant l’Aïd La Société nationale de commercialisa- tion et de

La Société

nationale de

commercialisa-

tion et de distri- bution de produits pétro- liers (Naftal) in- forme que la distribution des carburants et du gaz butane sera assurée norma- lement durant la fête de l’Aïd El Fitr sur l’ensemble de son réseau de stations-service et de ses points de vente 24h/24 à travers tout le ter- ritoire national.

Haraoubia à Blida Le ministre l’Enseignement périeur et de la de su- Re- cherche scientifique,
Haraoubia à Blida
Le ministre
l’Enseignement
périeur et de la
de
su-
Re-
cherche scientifique,
M. Rachid Haraou-
bia, effectue
au-
jourd’hui une visite
de travail dans la wi-
laya de Blida où il
inspectera plusieurs
infrastructures péda-
gogiques, notam-
ment le nouveau
pôle universitaire d’El Affroun, il procèdera égale-
ment à l’inauguration de la nouvelle faculté de mé-
decine.
Ghoul sur les chantiers d’Alger
Le ministre des
Travaux Publics, M.
Amar Ghoul, effectue
aujourd’hui une visite
de travail et d’inspec-
tion à la wilaya d’Al-
ger, lors de cette
sortie, il est prévu la
visite du Laboratoire
d’Etudes Maritimes,
du projet de réalisation
du grand viaduc re-
liant Oued Ouchayeh à
Baraki, ainsi qu’une présentation sur l’aménagement
des routes de la wilaya d’Alger au niveau du siège du
ministère.

DGSN

Un plan routier pour l’Aïd El-Fitr

La Direction générale de la sûreté nationale (DGSN)

a mis en place un plan routier à travers tout le territoire

national en prévision de l’Aïd El-Fitr. Ces mesures seront mises en œuvre par les agents chargés de la gestion de la circulation routière à travers l’intensification des pa-

trouilles mobiles et pédestres au niveau des quartiers, marchés et aires de loisirs sur tout le territoire national. Les services de sûreté de wilaya œuvreront, dans le cadre de leurs compétences territoriales, à l’intensifica- tion des campagnes de sécurité en coordination avec toutes les parties concernées. A cette occasion, le respon- sable de la Direction information et relations publiques à

la DGSN, M. Djillali Boudalia, a affirmé que sa direction

«veillera à la sécurité et au bien-être des citoyens, d’au- tant que certaines mosquées, les aires de loisirs, les es- paces publics et lieux touristiques connaîtront une grande

affluence des citoyens durant les deux jours de Aid El- Fitr». La DGSN met à la disposition des citoyens un nu- méro vert pour s’enquérir des prestations offertes par les services de la police.

des prestations offertes par les services de la police. A PARTIR DU 1 e r JOUR

A PARTIR DU 1 er JOUR DE L’AÏD

La liaison Oran-Chlef assurée par autorail

La société nationale des transports ferro- viaires (SNTF) informe sa clientèle qu’à comp- ter du 1 er jour de l’Aïd El Fitr 2013, la relation Oran-Chlef et retour sera assurée en autorail et que le train ouvrier assuré par rame sera limité à Relizane selon les horaires aménagés.

Agenda culturel AUJOURD’HUI AU CINEMA ALGERIA Soirée ramadhanesque Dans le cadre de ses activités culturelles
Agenda culturel
AUJOURD’HUI AU CINEMA ALGERIA
Soirée ramadhanesque
Dans le cadre de ses activités culturelles et artistiques
de ce mois sacré du Ramadhan, l’Office de Promotion
Culturelle et Artistique de la commune d’Alger-Centre
organise à la salle de cinéma Algeria une soirée avec les
artistes Nouredine Alane, Amine Titi et Cheb Toufik.

ASSOCIATION IHCÈNE

Circoncision de 150 enfants démunis

ASSOCIATION IHCÈNE Circoncision de 150 enfants démunis L'association nationale SOS 3 e âge

L'association nationale SOS 3 e âge "Ihcène" a organisé une cérémonie de circoncision collective au profit de 150 enfants dans le cadre d'une opération de solidarité pour le mois sacré du ramadhan, à la clinique de la résidence Al Hadhira à Oued Ro- mane. La présidente de l'Association, M me Souad Chikhi, a indi- qué que cette opération de solidarité organisée les 4 et 5 août, en collaboration avec le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, visait à aider les familles démunies. Elle a, dans ce cadre, précisé que les enfants concernés avaient effectué des analyses médicales avant la circoncision. Une équipe médicale composée de chirurgiens et d'infirmiers a été mobilisée pour veiller au bon déroulement de l'opération. L'association a remis des cadeaux aux enfants et organisé lundi soir un iftar collectif en l'honneur de l'équipe médicale. Une opération similaire supervisée par l'association "Ihcène" a été lancée dans les hôpitaux de Beni Messous, de Nefissa Ha- moud (ex-Parnet), de Blida et à la clinique Ennahdha, a-t-on ap- pris auprès de l'équipe médicale.

N

ation

3

EL MOUDJAHID

POInT DE PrESSE MOurAD MEDELCI - OTHMAn JArAnDI

Le renforcement de la situation sécuritaire en point de mire

Arrivé, hier, à Alger à la tête d’une importante délégation pour une visite de deux jours, le ministre tunisien des Affaires étrangères, M. Othman Jarandi, a animé en compagnie de son homologue algérien, M. Mourad Medelci, un point de presse.

U ne occasion pour les deux minis- tres de revenir sur les questions évoquées lors des entretiens qui

ont eu lieu entre les deux parties. Et si cette visite, a tenu à souligner le MAE algérien,

a permis de faire une évaluation objective

de ce qui a été entrepris entre les deux pays depuis le 29 avril dernier à ce jour, notam- ment en ce qui concerne la mise en œuvre des décisions arrêtées dans les différents volets de la coopération bilatérale, il an- noncera ainsi le début de l’application de l’accord commercial le 21 août courant, il reste aussi qu’au regard de la situation qui prévaut en Tunisie, elle avait également pour objectif de renforcer et d’intensifier la coopération dans le volet sécuritaire. A

ce sujet, dira M. Medelci, il y a lieu de faire des efforts supplémentaires pour assurer de manière concrète la stabilité de la région.

Il en voudra pour preuve le fait que la coo-

pération dans ce domaine n’est pas unique- ment bilatérale, mais elle englobe également la Libye et l’ensemble des pays du Maghreb car le terrorisme est un phé- nomène transnational. Le ministre tunisien des Affaires étrangères a saisi l’occasion de sa présence à Alger pour réitérer le dé- menti apporté par la Tunisie aux alléga- tions colportées sur une éventuelle implication de l’Algérie dans les évène- ments qui se sont produits dans son pays. Selon lui, ce sont certaines parties qui veu-

lent nuire aux relations bilatérales qui sont

à l’origine de ces allégations. Toutefois, a-

t-il déclaré, il est de la responsabilité des Algériens et des Tunisiens de préserver ces relations et d’œuvrer à leur renforcement. Interrogés sur la forme de cette coopéra- tion sécuritaire, les deux ministres ont ap- portés des éléments d’informations complémentaires. Ainsi M. Medelci décla- rera « que des objectifs (à cette coopéra- tion) sont fixés et des moyens ont été mobilisés mais qu’il existe des lignes rouges à prendre en considération ». Pour M. Medelci « l’Algérie ne peut pas inter- venir militairement dans un autre pays »,

Ph : Louiza
Ph : Louiza

indiquera-t-il. « La sécurité de la Tunisie relève des seules autorités tunisiennes. » Il ajoutera aussi que désormais il y a une prise de conscience que « le terrorisme concerne tous les pays et pas seulement l’Algérie, comme on le pensait avant ». Et de poursuivre « la lutte contre le terrorisme est une nécessité avec la Tunisie et la Libye, une lutte qu’il faut actualiser et ren- forcer selon les circonstances pour la ren- dre compatible avec l’évolution de la situation. » Mais a tenu à préciser le minis- tre algérien en direction des journalistes présents « ne vous attendez pas à ce qu’on vous dise qu’elle est la stratégie adoptée ». De son côté, le ministre des Affaires étran- gères tunisien a déclaré que la Tunisie tire profit de l’expérience algérienne en ma- tière de lutte antiterroriste, que des concer- tations entre experts ont lieu. Il indiquera que « le terrorisme est un fléau contre le- quel on doit se soutenir pour y mettre un terme par tous les moyens en vue de l’éra- diquer définitivement. » Il remerciera ainsi les autorités algériennes pour leur soutien, tant politique que sécuritaire, apporté en cette période difficile. Il affirmera aussi qu’il n’y a pas lieu de faire une comparai-

son entre la Tunisie et l’Egypte du fait que ce sont deux exemples différents. Quant à savoir si l’expérience réussie de la récon- ciliation nationale mise en œuvre en Algé- rie pourrait servir de modèle aux Tunisiens, M. Medelci répondra qu’elle peut être profitable. Par ailleurs, les deux ministres déclareront que lors de leurs en- tretiens d’autres questions liées à l’actua- lité internationale ont été évoquées. Qu’il s’agisse du Mali, de la Syrie, l’Egypte ou encore de la reprise des négociations pa- lestino-israéliennes, Alger et Tunis affir- ment partager les mêmes positions. Pour ce qui du Mali, M. Medelci se félicitera du bon déroulement du premier tour de l’élec- tion présidentielle du 28 juillet dernier sou- haitant qu’elle puisse constituer un nouveau départ pour les Maliens. Pour ce qui de la reprise des négociations pales- tino-israéliennes, M. Jarandi a déclaré « nous soutenons la reprise de ce processus en souhaitant qu’il améliore la situation des Palestiniens et apporte paix et stabilité dans la région ». Pour ce qui de la Syrie la voie politique est encouragée pour aboutir à un règlement de la crise. Nadia Kerraz

M. Medelci tient une séance de travail avec son homologue tunisien

L e ministre des Affaires étrangères, Mourad Medelci, a tenu hier à Alger une séance de travail avec son homo-

logue tunisien, Othman Jarandi, qui effectue une visite de travail de deux jours en Algérie à la tête d’une importante délégation. Cette séance de travail à laquelle ont pris part les membres des deux délégations, s’est dérou- lée au siège du ministère des Affaires étran- gères. Le ministre tunisien des Affaires

étrangères, Othman Jarandi, est arrivé hier à Alger à la tête d’une importante délégation, pour une visite de travail de deux jours. A son arrivée à l’aéroport international d’Alger « Houari Boumediène », M. Jarandi a été ac- cueilli par le ministre des Affaires étran- gères, Mourad Medelci. Dans une déclaration à la presse, le chef de la diplo- matie tunisienne a précisé que sa visite en Algérie s’inscrivait dans le cadre des concer-

tations régulières entre les deux pays. Cette visite, a-t-il ajouté, sera « une nouvelle oc- casion pour procéder à l’évaluation des rela- tions bilatérales » outre l’examen des questions internationales et des derniers dé- veloppements dans la région, précisant que les concertations entre les deux parties étaient régulières, la visite abordera aussi les questions liées à la coopération dans le do- maine sécuritaire

FêTE nATIOnALE DE LA réPuBLIQuE DE CôTE D’IvOIrE

Le Président Bouteflika félicite le Président Alassane Dramane Ouattara

Le Président de la république, Ab- delaziz Bouteflika, a adressé un mes- sage de félicitations à son homologue ivoirien, Alassane Dramane Ouattara, à l’occasion de la fête nationale de son pays, dans lequel il lui a réitéré sa dis- ponibilité à renforcer les liens d’amitié et de coopération entre Alger et Ya- moussoukro. « La célébration de la fête nationale de la république de Côte d’Ivoire m’offre l’agréable occasion de vous adresser, au nom du peuple et du gouvernement algériens ainsi qu’en mon nom personnel, mes félicitations les plus chaleureuses accompagnées de mes meilleures vœux de santé et de bonheur pour vous-même, de progrès et de prospérité accrus pour le peuple ivoi- rien frère », a écrit le Président Boute- flika dans son message. « Je saisi cette opportunité pour me féliciter de la qualité des liens d’amitié et de coopération qui unissent l’Algérie et la Côte d’Ivoire et vous réitérer mon entière disponibilité à œuvrer, de concert avec vous, à leur renforcement continu afin de les hisser au niveau des potentialités de nos deux pays et à la hauteur des aspirations de nos deux peuples », a ajouté le Chef de l’Etat. « Je demeure convaincu que la concertation que nos deux pays entre- tiennent sur les principales questions d’intérêts commun ainsi que nos efforts conjoints au sein de l’union africaine sont de nature à contribuer à la promo- tion de la paix, de la sécurité et du dé- veloppement dans notre continent », a-t-il encore ajouté.

M. Ould Kablia reçoit une délégation sécuritaire tunisienne

Le ministre de l’Intérieur et des Collec- tivités locales, Daho Ould Kablia, a reçu hier à Alger une importante délégation sé- curitaire tunisienne. La délégation tunisienne se trouve en Algérie dans le cadre de la visite de travail du ministre tunisien des Affaires étran- gères, Othman Jarandi. La rencontre a porté sur la coordination des efforts en matière de lutte contre le terrorisme et le travail des services de sécurité au niveau de la fron- tière entre les deux pays.

M. SAHLI à LYOn

Prochaine rencontre entre des chefs de postes consulaires d’Algérie et des préfets

U ne rencontre réunira, en septembre prochain, les consuls et le consul géné-

ral d’Algérie à Paris avec des pré- fets de France de la même région, pour évaluer la dimension humaine de la coopération entre les deux pays, a annoncé hier à Lyon le se- crétaire d’Etat chargé de la Com- munauté nationale à l’étranger, Belkacem Sahli. Cette rencontre qui prendra à l’avenir la forme d’un mécanisme régulier pour une consultation périodique, est desti-

née à examiner en commun les me- sures relatives à la mobilité des res- sortissants algériens en France, l’entrée et le séjour, les visas, les cas de refoulement, le respect de leurs droits, ainsi que les difficultés qu’ils rencontrent en territoire fran- çais, a indiqué à l’APS M. Sahli, précisant que la réunion, première du genre entre les deux pays, sera une opération pilote qui concernera d’abord cinq représentation consu- laires d’Algérie. Elle s’inscrit dans le cadre des discussions infor-

melles engagées entre l’Algérie et la France avant même la visite qu’a effectuée en Algérie le président François Hollande. Cette rencontre sera précédée d’une réunion avec des chefs de postes consulaires d’Algérie en France et les cadres du ministère algérien des Affaires étrangères en charge du dossier. « Si cette opération pilote est cou- ronnée de succès, elle sera élargie à l’ensemble des postes consulaires d’Algérie en France », a-t-il es- timé. « Alger et Paris expriment,

chacune pour ce qui la concerne, des préoccupations et nous esti- mons que ce mécanisme sera une opportunité à saisir pour aplanir les difficultés qui surgissent de ma- nière récurrente dans les relations entre les deux pays sur le plan de la dimension humaine, a souligné le secrétaire d’Etat. M. Sahli a en- tamé hier une visite à Lyon (France) dans le cadre de la mise en œuvre du plan d’action du gou- vernement en direction de cette communauté.

cadre de la mise en œuvre du plan d’action du gou- vernement en direction de cette

Mercredi 7 Août 2013

N

4

ation

EL MOUDJAHID

N 4 ation EL MOUDJAHID accorDÉe Par Le PrÉsiDent De La rÉPubLique La prime scolaire profite
N 4 ation EL MOUDJAHID accorDÉe Par Le PrÉsiDent De La rÉPubLique La prime scolaire profite
N 4 ation EL MOUDJAHID accorDÉe Par Le PrÉsiDent De La rÉPubLique La prime scolaire profite
N 4 ation EL MOUDJAHID accorDÉe Par Le PrÉsiDent De La rÉPubLique La prime scolaire profite
N 4 ation EL MOUDJAHID accorDÉe Par Le PrÉsiDent De La rÉPubLique La prime scolaire profite
N 4 ation EL MOUDJAHID accorDÉe Par Le PrÉsiDent De La rÉPubLique La prime scolaire profite

accorDÉe Par Le PrÉsiDent De La rÉPubLique

La prime scolaire profite à 3 millions d’élèves nécessiteux

Cette prime qui est fixée à 3.000 dinars par enfant concerne, pour rappel, cinq catégories d’élèves, tous cycles confondus. Il s’agit des orphelins, des victimes du terrorisme, des enfants dont les parents sont sans activité, les nécessiteux et ceux dont le revenu mensuel du tuteur ne dépasse pas les 10.000 dinars.

D es instructions fermes sont don- nées aux 51 Directions d’éduca- tion afin que cette prime arrive à

temps aux nécessiteux. Le versement doit être achevé au plus tard une semaine après la rentrée scolaire. chaque année un budget spécial de plus de 500 milliards de dinars est alloué au secteur. il est versé dans l’amélioration des conditions de scolarisation durant toute l’année scolaire. en plus de la prime scolaire, un milliard de dinars sera réservé à l’achat de tabliers et de fournitures sco- laires pour les nécessiteux, et environ 7 milliards de dinars seront consacrés aux livres scolaires qui seront distribués gra- tuitement à 4 millions d’élèves tout cycles confondus. selon les responsables du sec- teur cette mesure permettra à tous les élèves d’avoir leurs propres manuels sco- laires. Les élèves issus de milieux défavo- risés ne seront pas les seuls concernés par ces dons, puisque les enfants du corps en- seignant mais aussi les élèves des classes préparatoires et de la première année pri- maire recevront, eux aussi, des manuels scolaires gratuits. L’amélioration du trans- port scolaire et des cantines est une autre action sociale prise en charge par le sec- teur qui a mobilisé tous les moyens maté- riels et humains au profit des élèves issus des trois cycles d’enseignement. même s’il reste beaucoup à faire en la matière, le ministère de la tutelle essaye tant bien que mal de rattraper le retard accusé à l’échelle nationale. s’inscrivant dans le cadre du programme initié par le ministère de la tutelle, le réseau des cantines sco- laires s’est agrandi au cours de ces der- nières années. il est passé de 4.114 cantines en 1999 à plus de 12.500 en 2013. selon les responsables du secteur, le but principal de l’installation de la res- tauration dans les établissements scolaires étant celui de l’aide sociale. il s’agit ainsi d’assurer des repas complets aux jeunes enfants, notamment ceux des quartiers dé- favorisés. Par ailleurs, le nombre de béné- ficiaires, selon des statistiques du ministère, est fixé à plus 2.800.000. ce chiffre représente plus de 75 % de l’effec- tif du primaire. néanmoins, la création de ces cantines, n’arrange pas tout, car les élèves ne sont pas gardés au niveau de l’école après l’étape de la restauration, ce qui représente un vrai casse-tête pour les parents qui travaillent. Puisque les élèves sont mis à la porte, juste après le repas. ces derniers sollicitent le ministère de la tutelle pour garder les élèves à l’intérieur

de la tutelle pour garder les élèves à l’intérieur de l’école en appliquant le système de

de l’école en appliquant le système de demi-pension. en attendant, il y a des pa- rents qui ont opté pour les écoles privées, qui assurent systématiquement la demi- pension, tandis que d’autres ont engagé

une nourrice qui récupère les enfants à la sortie de l’école, en attendant que le dé- partement de l’éducation puisse régler cette question. Sarah Sofi

La conférence nationale des directeurs de l’éducation fixée au 31 août

La conférence nationale consacrée à la préparation de la rentrée scolaire 2013-2014 aura lieu le 31 août prochain, sous la présidence du ministre de l’education nationale. Précédée par les quatre conférences régionales programmées depuis la semaine dernière, prend en charge toutes les priorités du secteur afin d’assurer le bon déroulement de la rentrée de septembre et ce, en assurant à chaque élève les moyens de réussir. Parmi les chapitres évo- qués lors de ces rencontres on citera les volumes horaires devant être consacrés à chaque cycle et matière d’enseignement, la couverture en matière d’infrastructures scolaires et de personnel d’encadrement ainsi que les différentes suggestions formulées par les partenaires sociaux et les enseignants à propos des programmes scolaires. S. S.

illizi

Réception prochaine de nouvelles structures éducatives

Plusieurs nouvelles structures éducatives doivent être réceptionnées très prochainement dans la wilaya d’illizi, en prévision de la nouvelle rentrée scolaire 2013-2014, a-t-on appris hier auprès de la direction locale de l’éducation. il s’agit d’un lycée au chef-lieu de wilaya, d’un groupement scolaire au quartier ‘‘ifri’’ à Djanet, de salles d’extension pour l’école primaire taleb abderrahmane dans la localité enclavée de tamadjert, et d’une cantine dans la localité d’ifni (commune d’illizi), a-t-on précisé. Le secteur a également bénéficié d’opé- rations de restauration d’établissements éducatifs, dont 6 écoles primaires, 6 collèges et 5 lycées à travers le territoire de la wilaya, selon la même source. concernant les effectifs attendus à la nouvelle rentrée scolaire, le secteur fait état de 17.951 élèves, répartis entre le primaire (10.697), le moyen 5.442) et le secondaire (1.812), qui seront encadrés par un total de 1.050 enseignants. un renforcement de l’encadrement pédagogique est également projeté pour combler le déficit relevé dans les différents paliers d’enseignement, à travers des concours sur diplômes initié par le ministère de tutelle et devant débuter dans le courant de ce mois d’août, a-t-on fait savoir de même source.

Logements sociaux

Mise à jour des dossiers des demandeurs

De nouvelles mesures vont être prises pour rétablir la liste des citoyens éligibles aux loge- ments sociaux et de location destinés aux caté- gories socioprofessionnelles qui ne pouvaient ni postuler pour un logement social ni pour un logement de type location-vente (aaDL).

« tous les souscripteurs seront dans l’obligation

de renouveler leurs dossiers, en particulier ceux qui sont concernés par la déclaration de leurs salaires qui demeure un indicatif probant à même de déterminer le véritable niveau du de- mandeur de logement ». c’est ce qu’a déclaré le ministre de l’Habitat et de l’urbanisme, m. abdelmadjid tebboune. Pour éviter que ces logements ne soient squattés par des « indus prétendants », les pou- voirs publics, cette fois, ont vite réagi en met- tant un point d’ordre dans le but de préciser que « tout algérien a droit à un logement avec l’aide de l’État d’une façon ou d’une autre, mais de manière équitable afin que tout le monde puisse en profiter », assure le ministre. Le département de m. tebboune a opté, récem- ment, pour des garde-fous aux fins de dissuader les « indus prétendants », en instaurant le certi- ficat négatif parmi les documents constituant le dossier LPP d’une part et en limitant le seuil minimum à 24.000 dinars pour profiter de cette formule. m. tebboune, a précisé, que l’opéra- tion de renouvellement des dossiers permettra une distribution de logements avec un maxi- mum de transparence et d’équité. cela permet- tra également aux autorités d’éliminer de la liste tous les noms dont les salaires dépassent 24.000 dinars, qui seront ensuite orientés vers l’autre formule telle la location vente ‘‘aaDL’’. cela signifie, en plus clair, que toute personne ayant déjà bénéficié d’une quelconque propriété grâce à l’aide de l’État n’est plus éligible à la formule LPP. celle-ci, rappelons-le, a été conçue spécialement pour répondre aux besoins des cadres et autres fonctionnaires qui dispo- sent de revenus plus ou moins importants sans toutefois être considérés comme riches. « Le programme LPP est destiné aux catégories so- cioprofessionnelles qui ne pouvaient ni postuler pour un logement social ni pour un logement de type location-vente (aaDL)”, précise le mi- nistre en indiquant que « cette nouvelle formule exige un revenu mensuel allant de 108.000 à 216.000 Da ». Par ailleurs, une correspondance a été trans-

mise aux walis, pour la mise à jour parallèle des dossiers avec le lancement de nouveaux projets de logements, et travailler pour définir le chiffre réel de logements pour cette couche sociale qui est, le plus large segment de la société. selon les statistiques et les informations offi- cielles, pas moins de 570.000 unités de la for- mule, publique et sociale, les oPgi, travaillent aujourd’hui pour les céder à leurs occupants à des prix symboliques. alors que l’opération de vente est prolongée jusqu’au 31 décembre 2015. ce programme, selon ses concepteurs,

« n’est pas limité dans le temps et se poursuivra tant que le besoin se fera sentir. » Kafia Ait Allouache

ouverture Des commerces Les jours De L’aïD

Les services seront assurés

L es calendriers des ouver-

tures de commerces les jours de l’aïd el Fitr ont été

élaborés au niveau local, approuvés par les walis et seront notifiés aux concernés », a-t-on appris hier auprès du ministère du commerce. « Des plannings de permanence des com- merces le jour de l’aïd sont élaborés au niveau local et approuvés par les walis et seront notifiés aux concernés pour garantir la continuité des activi- tés commerciales et satisfaire les be- soins des citoyens en produits de première nécessité », a indiqué le di- recteur général du contrôle qualité et de la répression des fraudes au minis- tère du commerce, abdelhamid bou- kahnoun. ces calendriers des ouvertures des commerces de détail, notamment des produits alimentaires, ont fait l’objet d’un consensus entre toutes les parties concernées. « représentants des commerçants et associations de protection des consommateurs se sont réunis sous l’égide des assemblées populaires communales (aPc) pour arrêter la

«

liste des commerçants qui seront ap- pelés à ouvrir leurs magasins le jour de l’aïd », a-t-il affirmé. Les com- merçants astreints au programme de permanence seront sanctionnés en cas de non-respect du planning éla- boré, a-t-il poursuivi, assurant que des agents de contrôle effectueront des tournées et des mesures répres- sives seront prises à l’encontre des contrevenants. ces mesures portent sur la fermeture administrative du local commercial, sur décision du wali, pour une période d’une semaine à 30 jours dans l’attente de la publi- cation au Journal Officiel de la nou- velle loi sur les conditions d’exercice des activités commerciales. assurer les produits de large consommation durant l’aïd. un texte de loi amen- dant et complétant la loi 04-08 du 14 août 2004 fixant les conditions d’exercice des activités commer- ciales adopté cette année par les deux chambres du Parlement institue pour les commerçants l’obligation d’assu- rer la permanence pendant les fêtes officielles et congés pour assurer un

pendant les fêtes officielles et congés pour assurer un approvisionnement régulier des ci- toyens en produits

approvisionnement régulier des ci- toyens en produits de large consom- mation. Les fermetures simultanées des commerces durant les congés an- nuels et les fêtes religieuses et natio- nales pénalisent grandement les consommateurs. Pour régler le pro-

blème des fermetures anarchiques durant la période des congés et des jours fériés, le nouveau texte de loi institue une amende allant jusqu’à 300.000 Da aux contrevenants. L’ar- ticle 41 bis introduit par le ministère du commerce dans la loi de 2004 ins-

titue une obligation de la perma- nence, dont le non-respect est sanc- tionné par une amende de 50.000 Da à 300.000 Da. Les nouvelles dispo- sitions proposent, toutefois, au contrevenant une amende de transac- tion d’un montant de 100.000 Da. en cas de récidive, le contrevenant ne bénéficie pas de l’amende transac- tionnelle, et est sanctionné par l’amende prévue à cet effet. en outre le wali procède par arrêté à la ferme- ture administrative du local commer- cial pour une durée de 30 jours. Le nouveau dispositif des fermetures de commerces pour congé hebdoma- daire et annuel et durant les jours fé- riés pour certaines activités de production, de distribution et de ser- vices, vise à assurer l’approvisionne- ment régulier de la population en produits de large consommation et de services. conformément aux disposi- tions de cette nouvelle loi, chaque wali est tenu d’organiser par arrêté dans sa wilaya les permanences d’ou- verture des commerces durant les jours fériés.

mercredi 7 août 2013

N

ation

5

EL MOUDJAHID

LUTTE ConTrE LES InFrACTIonS A LA régLEMEnTATIon DES ChAngES

Création de deux groupes de travail

«Le ministère des Finances vient de créer deux groupes de travail pour rationaliser les importations et lutter contre les infractions de change qui enregistrent ces dernières années des hausses fulgurantes, portant préjudice à l’économie nationale», a annoncé hier le ministre des Finances, Karim Djoudi.

L e premier groupe qui réunit plusieurs secteurs a été

constitué et devrait rendre in-

cessamment ses conclusions sur l’évolution des importations. Le deuxième groupe également

mis en place va identifier les sources de transfert illicites de capitaux et d’infractions de change, a indiqué

M. Djoudi dans un entretien accordé

à l’APS. Le groupe chargé de lutter

de façon «plus approfondie contre les sources de transfert illicites» re- groupe le ministère des Finances, la Banque d’Algérie et les banques pu-

bliques, a ajouté le premier argentier. Samedi dernier, l’APS a fait état d’une correspondance du Premier mi- nistre, Abdelmalek Sellal à

M. Djoudi dans laquelle il l’instruit

de prendre toutes les mesures qu’il jugerait utiles en vue de renforcer le dispositif de contrôle et de détection des infractions de change. La hausse des importations de l’Algérie, qui inquiète le gouverne- ment, s’est poursuivie pour le 1 er se- mestre 2013 avec un montant de 28,35 milliards de dollars, en pro- gression de 17 % par rapport à la même période de l’année passée, a il- lustré le ministre. En matière d’infra- ctions de change, M. Djoudi a fait état de plus de 1.000 procès-verbaux établis et transmis à la justice en 2013

procès-verbaux établis et transmis à la justice en 2013 pour un corps de délit de 17

pour un corps de délit de 17 milliards de dinars, soit un équivalent de 220 millions de dollars.

« Nécessité des mécanismes adaptés »

Le ministre des Finances, Karim Djoudi a indiqué également que les sources à l’origine des infractions de change sont multiples nécessitant des

mécanismes adaptés pour les endi- guer. «Effectivement, les sources à

l’origine de ces infractions sont mul-

Il apparaît donc que le

champ couvert par ces actes (fraudu- leux) est très vaste, ce qui nous amène à mettre en place des mécanismes adaptés et coordonnés avec les diffé- rentes institutions de l’Etat pour iden- tifier et enrayer ces actes», a déclaré

KArIM DjoUDI :

tiples (

)

le ministre, dans un entretien à l’APS. M. Djoudi explique que les procédés auxquels ont recours les auteurs de ces infractions «sont nombreux et va- riés». «Ils n’hésitent pas par exemple à chercher à tirer profit de tous les dispositifs mis en place par l’Etat pour préserver le pouvoir d’achat du citoyen, stimuler et soutenir les inves- tissements productifs créateurs de ri-

chesses», dira-t-il. Les moyens cou- ramment utilisés dans ce cadre sont notamment : la surfacturation des im- portations, les ventes sans factures, les fausses déclarations en douane, le défaut de rapatriement par les agents économiques résidents de leurs re- cettes en devises, les déclarations mi- norées sur certaines exportations hors hydrocarbures, enchaîne le premier argentier du pays. Le ministre cite un rapport relatif à la répression des infractions à la lé- gislation des changes qui fait état de plus de 1.000 procès-verbaux établis et transmis à la justice pour un corps de délit de plus de 17 milliards de di- nars (220 millions de dollars). M. Djoudi précise toutefois que ce chif- fre ne donne pas une «évaluation cor- recte de ce phénomène» puisque ce montant même s’il apparaît important marque néanmoins «un net recul de 54% par rapport au niveau enregistré durant l’exercice précédent». Une correspondance du Premier ministre M. Abdelmalek Sellal à M. Djoudi, publiée samedi, fait état d’un fléchis- sement de 54 % des montants cumu- lés des infractions constatées en 2012, interpellant la Direction générale des douanes à prendre toutes les mesures nécessaires pour renforcer le disposi- tif de contrôle et de détection de ces fraudes.

« Un véritable fléau à combattre »

L e ministre des Finances, Karim Djoudi a estimé hier, que les infractions de change

en Algérie sont devenues «un vérita-

ble fléau que toutes les institutions de l’Etat doivent combattre», annonçant des mesures prochaines et rapides pour enrayer ce phénomène. «Il s’agit d’un véritable fléau que toutes les institutions de l’Etat doivent combat-

tre. Le ministère des Finances, pour

ce qui le concerne, met tout en œuvre pour endiguer ces pratiques illicites et mettre un terme chaque fois que cela est possible à ces actions nuisi- bles à notre économie», a précisé le ministre dans un entretien accordé à l’APS. «Toutes les structures du mi- nistère des Finances concernées sont instruites pour faire preuve de toute la vigilance nécessaire pour prévenir

ces actes, les contrecarrer et réprimer les auteurs présumés de ces infra- ctions» a ajouté le ministre. Le Pre- mier ministre «a réagi sur le rapport établi par le ministère des Finances et la Banque d’Algérie (sur les infra- ctions de change) et l’a commenté. Il

a souhaité que soit conforté le dispo-

sitif de lutte contre les infractions de change», a-t-il dit. Le ministère des Finances a été instruit en plus des contrôles qu’effectue ses structures de renforcer le contrôle sur la surfac- turation à l’importation, les transferts

éventuels au titre des opérations entre entités d’un même groupe, selon M. Djoudi. Les contrôles seront égale- ment renforcés sur les achats de pro- duits non nécessaires à l’activité ou à la consommation nationale et dispo- nibles sur le marché de la production nationale ainsi que sur les bénéfi- ciaires finaux non identifiés des pro- duits importés subventionnés et autres, explique M. Djoudi. A ce titre le ministre a annoncé la mise en place de deux groupes de travail chargés de trouver les mesures adéquates pour rationaliser les importations et lutter contre les infractions de change. M. Djoudi a cité un rapport relatif à la répression des infractions à la lé- gislation des changes qui fait état de plus de 1.000 procès-verbaux établis et transmis à la justice pour un corps de délit de plus de 17 milliards de di- nars (220 millions de dollars). Il a précisé toutefois que ce chiffre ne donne pas une «évaluation correcte de ce phénomène» puisque ce mon- tant même s’il apparaît important marque néanmoins un net recul de

54 % par rapport au niveau enregistré durant l’exercice précédent». A ce titre, le ministre considère que la hausse des volumes des importations et des intervenants dans la chaîne du commerce extérieur fait augmenter les tentations des fraudeurs qui veu-

lent tirer des avantages indus. Mais il

a tenu à lever toute équivoque

concernant «les risques d’amalgame» entre les transferts effectués dans le cadre d’importations régulières et les

transferts illicites opérés en violation manifeste de la réglementation en vi- gueur. Les chiffres fournis par le pre- mier argentier du pays confirment la tendance haussière des importations pour le 1er semestre 2013, période durant laquelle elles ont atteint 28,35 milliards de dollars, en progression

de 17 % par rapport à la même pé-

riode en 2012.

de 17 % par rapport à la même pé- riode en 2012. ABEF Réunion aujourd’hui de

ABEF

Réunion aujourd’hui de plusieurs administrations pour réguler le flux des importations

Plusieurs départements ministériels doivent se réu- nir aujourd’hui, au siège du ministère des Finances pour dégager des propositions «concrètes et applicables à court terme» pour réguler les importations algériennes, qui explosent d’année en année, a-t-on appris mardi au- près de l’ABEF. «L’association des banques, les Douanes, les impôts, le ministère du Commerce, et d’ autres administrations prendront part à la réunion de de- main qui doit être couronnée par un rapport qui sera remis au Premier ministre vers la mi-août», a déclaré M. Abderrazak Trabelsi, délégué général de l’ ABEF.

Les importations algériennes, qui devraient atteindre un pic historique de 60 milliards (mds) de dollars à la fin de l’année, contre 46,8 mds USD en 2012, augmentent en fait «trop vite», a averti M. Trabelsi. Interrogé par ailleurs sur le rôle que doivent jouer les banques dans le contrôle des transferts des devises à l’étranger, M. Trabesli a reconnu qu’il n’en sait pas trop sur cette question. «Sincèrement, nous attendons cette réunion pour sa- voir de quoi il s’agit exactement», a-t-il dit.

BAnqUE D’ALgérIE

Grâce à un nouveau règlement, les banques vont s’orienter vers le financement de la production

L e financement de la production natio- nale sera «aussi compétitif» pour les PME que le dispositif destiné l’impor-

tation, grâce à un nouveau règlement de la banque d’Algérie, indique hier, le délégué gé- néral de l’ABEF. Le règlement 13-01 du 8 avril 2013 de la BA, fixant les règles générales en matière de conditions applicables aux opéra- tions de banques, «encadre de manière très stricte les conditions de financement de la pro- duction, les rendant désormais aussi compéti- tives que celles encadrant l’importation», a précisé M. Abderrezak Trabelsi dans un entre- tien à l’APS. Le nouveau règlement «réduit les commis- sions bancaires sur les importateurs ce qui poussera les banques à aller rechercher ce manque à gagner chez les producteurs et réta- blira ainsi la compétitivité du financement de la production au détriment de l’importation», selon lui. Mais cela ne suffira pas, selon le porte-parole des banques : il faudrait que l’en-

semble des administrations s’y impliquent pour pouvoir réduire la lourde facture des importa- tions de l’Algérie, qui devraient se chiffrer à plus de 60 milliards (mds) de dollars à fin 2013. «Si on continue à demander 46 papiers administratifs à un producteur et un seul papier à un importateur, il est clair que les gens vont s’orienter directement vers l’importation», a-t- il argumenté en citant en particulier les admi- nistrations fiscale et foncière et celle du Commerce. Les importations algériennes ont atteint 46,8 mds USD en 2012, contre 47,2 mds USD en 2011. Elles avaient évolué de 9,2 mds USD en 2000 à 10 mds USD en 2010 pour atteindre 18,3 mds USD en 2004, 27,6 mds USD en 2007 avant d’arriver à un pic de 39,5 mds USD en 2008. Le banquier a annoncé que plusieurs administrations allaient se réunir aujourd’hui, au siège du ministère des Finances pour déga- ger des propositions concrètes et applicables à court terme» visant à réguler ces importations.

Un rapport doit être ensuite soumis au Premier ministre vers la mi-août, selon lui. Le Crédoc ne sera pas revu. Interrogé sur un éventuel ré- aménagement du Crédit-documentaire, intro- duit en 2010 en remplacement de la lettre de crédit comme mode de paiement bancaire, M. Trabelsi a écarté toute liaison entre ce docu- ment et la facture des importations. « En aucun cas, le Crédoc ne peut avoir un lien avec le volume des importations, ce n’est qu’un mode de règlement qui assure plus de traçabilité aux paiements et qui aide par consé- quent à mieux maîtriser l’endettement exté- rieur», a-t-il expliqué. Dès lors, «enlever le Crédoc ou pas ne changera rien concernant la facture des impor- tations», a-t-il assuré en soulignant que «ceux qui auraient compris qu’un document bancaire pourrait freiner les importations se trom- paient». Interpellé cette fois sur la facture d’im- portation des véhicules, qui a atteint 6 milliards (mds) de dollars en 2012 et 4,3 mds de dollars

durant le seul premier semestre de 2013, en progression de 17,4 % par rapport à 2012, le délégué de l’Abef a estimé que cette tendance haussière pourrait être maîtrisée, mais pas en recourant à des moyens administratifs. «Le temps où on gérait administrativement l’éco- nomie est révolu, si on veut qu’il y ait moins de voitures importées, il n’y a pas de solutions miracles, il faut juste réguler ce marché», a-t-il

dit. «on pourra alors conditionner l’importation de véhicules par la possession d’une conces- sion alors qu’aujourd’hui, n’importe qui peut importer des voitures», a-t-il soutenu. Selon M. Trabelsi, les banques peuvent par exemple par-

ticiper à la réalisation d’un tel objectif «en of- frant des produits financiers qui puissent orienter l’arbitrage des ménages vers autre chose que les voitures ou l’immobilier». De janvier à juin 2013, 323.321 voitures ont été importées, une hausse de 9,5 % par rapport à

2012.

N ation

6

EL MOUDJAHID

Mesures De séCurIté sPéCIaLes Pour La fIn De raMaDHan et L’aïD

Assurer la quiétude des citoyens

Des mesures de sécurité spéciales ont été prises par la Gendarmerie nationale pour la période de fin du mois de Ramadhan et l’Aïd El-Fitr, à travers notamment un large déploiement de ses unités et en garantissant le service et la disponibilité H24, a indiqué lundi dernier, le Commandement de la Gendarmerie nationale dans un communiqué.

L e Commandement de la Gendarmerie nationale a achevé les préparatifs et me-

sures relatifs à la couverture sécu- ritaire à travers «la mise en place de toutes les mesures nécessaires pour cette période», précise le communiqué. Ces mesures portent sur l’»adaptation» et le «renforce- ment» des unités opérationnelles de la Gendarmerie nationale mises en service au niveau de toutes les wilayas du pays durant la fête de l’aïd dans le but de «garantir un climat de tranquillité et de quié- tude» pour les citoyens. La Gen- darmerie nationale a entrepris, à cet effet, une série de mesures «préventives, dissuasives et répres- sives» en matière de sécurité rou- tière à travers le «large déploiement» de ses unités sur le terrain où tous les moyens maté- riels et humains ont été mis en ser- vice durant cette période, indique la même source. Ce service est as- suré par l’ensemble des unités de la Gendarmerie nationale (brigades

territoriales, brigades de sécurités routières, sections de sécurité et d’intervention, unités d’interven-

afin de «garantir les condi-

tion

tions de sécurité adéquates, préserver la sécurité et lutter contre le crime», assure le commande- ment. Ces plans préventifs, pré-

)

assure le commande- ment. Ces plans préventifs, pré- ) cise-t-il, seront exécutés par l’en- semble des

cise-t-il, seront exécutés par l’en- semble des unités de la Gendarme- rie nationale déployées sur tout le territoire national et assurent un travail de permanence de toutes les unités territoriales, les unités de sé- curité routière et les unités d’inter- vention. Ces mesures prennent en considération la présence rassu- rante et le déploiement sur le ter- rain ainsi que la sécurisation des différentes zones qui connaissent un flux de citoyens tels que les mosquées, les lieux de loisirs et de détente, les sites touristiques et les places publiques pour garantir le service de sécurité routière et la gestion du trafic routier notamment dans les zones urbaines ou subur-

baines situées dans le territoire de la gendarmerie nationale, ajoute la même source. a travers ses diffé- rentes unités fixes et mobiles, les services de la Gendarmerie natio- nale demeurent en service au cours de la période de l’aïd 24H/24H et les centres opérationnels restent à l’écoute permanente des préoccu- pations des citoyens et répondent à leurs appels de demande d’aide en matière d’intervention et de se- cours pour garantir la sécurité et la quiétude de tous les citoyens à tra- vers la disponibilité permanente du numéro vert 1055 mis au service des citoyens où qu’ils soient, in- dique le communiqué. APS

aID eL fItr, jeuDI ou VenDreDI ?

Les prévisions des scientifiques

jeûnerons-nous 29 ou 30 jours cette année ? telle est la question que tout le monde se pose et à la- quelle seule la commission natio- nale d’observation du croissant lunaire du ministère des affaires religieuses est habilitée à y répon- dre. se basant sur des calculs astro- nomiques, certains savants estiment que l’aïd aura lieu le jeudi au moment où d’autres pen- sent que ce sera plutôt le vendredi. en effet, selon les prévisions de l’association sirius, le mois de ra- madhan devrait compter 30 jours, astronomiquement parlant. expli- cites, les représentants de l’asso- ciation soutiennent que l’observation du croissant lunaire en algérie, le mercredi 7 août sera impossible, vu que la lune ce cou- chera ce jour là avec le soleil. si- rius affirme que «sur la base d’une observation visuelle (et même ins-

trumentale) du croissant, l’aïd de- vrait être célébré le vendredi 9 août». Cela dit, l’association Ibn el-Heithem des sciences et de l’as- tronomie n’est pas du même avis. selon cette association, les calculs astronomiques démontrent que le début du mois de Choual, premier jour de l’aïd el-fitr, sera, cette année, le jeudi 8 août 2013. Le pré- sident de cette association, M. Zi- nedine Zeroual, membre de l’union arabe d’astronomie et des sciences de l’espace et secrétaire général de l’union maghrébine d’astronomie, soutient que le temps de naissance du croissant de choual se fera de nuit, avant l’aube de mercredi et souligne que le croissant naîtra de nuit ; dans cer- tains pays avant minuit. Donnant de plus amples précisions, il af- firme que le croissant naîtra le mardi 6 août 2013 à 21h51 (GMt)

avant el-fedjr du mercredi 7 août 2013, correspondant également au 29 e jour du ramadan. Par voie de conséquence, estime-t-il, le pre- mier jour de l’aïd sera le jeudi 8 août 2013. Cela dit, rappelle l’association, seul le Comité des Croissants, re- levant du ministère des affaires re-

ligieuses, est habilité, légalement,

à promulguer la fetwa du début de

Choual 1434 (aïd el-fitr). en effet, c’est aujourd’hui, en soirée que les algériens connai-

tront la date exacte de l’aïd el fitr,

à l’issue de la causerie religieuse

qui sera organisée à Dar el Imam el Mohammadia à l’occasion de la nuit du doute, correspondant au 29 e jour de ramadhan. en fait, ce n’est que ce jour là, que sera déterminée la date précise du 1 er jour de l’aid el fitr. Bonne fête à tous! Soraya G.

saIsIe De CarBurant et CaMPaGne De sensIBILIsatIon Contre Ce trafIC

Une lutte implacable

Les services de sécurité ont annoncé, lundi dernier, avoir saisi une quantité de carburant, destinée à l’ex- portation frauduleuse, et du matériel roulant servant à ce trafic au moment où une campagne de sensibilisation de la population aux dangers de ce fléau a été lancée. Dans la commune de aïn Zana, dans la wilaya de té- bessa, la Gendarmerie nationale a annoncé la saisie de 4.600 litres de carburants (gas-oil et essence). Destiné à l’exportation frauduleuse, ce lot est constitué de 200 bidons de 20 litres contenant 4.000 litres de gas-oil et de 30 bidons de 20 litres remplis de 600 litres d’es- sence, transporté à dos d’ânes (21 bêtes), selon la même source. La Gendarmerie nationale, qui a mis en place un dispositif de surveillance donnant lieu à la multipli- cation des patrouilles, a précisé que cette saisie avait permis l’arrestation de trois jeunes personnes qui seront déférées devant la justice. a sidi Bel-abbès, les élé- ments de la sûreté de daïra de sidi ali Boussidi ont saisi quatre véhicules utilisés dans le trafic de carburant, selon la sûreté de cette willaya. après examen, un ex- pert des mines a constaté que les réservoirs de ces voi- tures ont été aménagés pour emmagasiner le maximum possible de carburant destiné au Maroc, a souligné la

même source, ajoutant que leurs propriétaires résident à la ville frontalière de Maghnia. Les personnes impli- quées dans cette affaire ont été arrêtés en flagrant délit avec la complicité d’un agent de la station violant l’ar- rêté du plafonnement de l’approvisionnement en car- burant. Par ailleurs, la sûreté nationale, la Gendarmerie et les Douanes ont lancé une campagne de sensibilisa- tion dans la wilaya d’el-tarf au sujet des dernières dis- positions prises par l’etat dans le but de lutter contre le trafic de carburant vers l’étranger. Parmi ces disposi- tions, figurent le plafonnement des quantités de carbu- rants que les usagers peuvent se procurer auprès des stations et l’obligation faite aux gérants de ces stations de tenir à jour un registre des clients. Cette campagne qui vise la population de cette wilaya frontalière avec la tunisie, met l’accent, selon ses initiateurs, sur la né- cessité pour tout un chacun de prendre conscience de la gravité de la situation et de s’impliquer dans la lutte contre ce phénomène. Les services de sécurité, en plus des dispositions qu’ils ont prises, comptent sur la mo- bilisation de la population qui a été invitée à ne pas hé- siter à dénoncer toute tentative d’exportation frauduleuse du gas-oil ou d’essence.

en réaCtIon à une aCtIon Des non jeûneurs

Un millier de citoyens se rassemblent au moment de l’iftar place de L’Olivier à Tizi-Ouzou

au moment de l’iftar place de L’Olivier à Tizi-Ouzou Un millier de citoyens envi- ron ont

Un millier de citoyens envi- ron ont accompli la prière du Maghreb et rompu le jeûne (iftar), lundi dernier en plein air, sur la place de L’Olivier, à l’entrée ouest de la ville de Tizi- Ouzou, a-t-on constaté sur place. Cette action a été initiée en réaction à une rupture du jeûne, observée, en plein jour samedi dernier, sur ce même lieu par un groupe de jeunes, composé majoritairement de militants pour le Mouvement de l’autonomie de la Kabylie (MAK, non agréé), en mettant en avant «la défense de la li- berté de conscience et le respect des libertés individuelles et de culte». Après une rupture symbo- lique du jeûne avec du petit lait et des dattes ramenés par des citoyens dans des sachets spé- cialement pour la circonstance, les participants à cette manifes- tation ont accompli la prière sur des carpettes qui ont tapissé la place de l’Olivier. La prière et la rupture du jeûne ont été

annoncées à travers un affi- chage discret et laconique pla- cardé, le jour même, en de rares endroits de la ville, mais aucune affiche appelant à cette mani-

festation n’a été apposée sur les murs des mosquées de la cité des Genêts. Ces deux actes ont été effectués en présence

d’imams et du directeur de wi- laya des affaires religieuses et du waqf, Saib Mohand Ouidir, qui, approché par l’APS sur place, a qualifié cette action d’«initiative citoyenne prise

pour réaffirmer l’attachement indéfectible de la région à l’is- lam et faire échec à ceux qui osent attenter à la cohésion na- tionale, en se singularisant par des provocations au sentiment profondément religieux des Al- gériens». Des membres du groupe musical «Amazigh Crowd», qui s’est signalé par une large banderole portant son nom, étaient présents au niveau de la place de l’Olivier. «Cette contre manifestation a été une réussite totale, dans le sens où elle a drainé beaucoup plus de monde que le rassemblement des non jeûneurs qui se comp-

tent essentiellement (

parmi

les adeptes du MAK, connus pour leurs visées séparatistes», a estimé M. Saib, en avançant pour preuve «la présence à cette rencontre démonstration de gens non prieurs, mais mu- sulmans». En un mot, a-t-il conclu, «cette réplique paci- fique a mis en échec le plan de ceux qui ont voulu se distinguer, en misant sur la fitna pour se faire médiatiser». «Allah ou Akbar».

APS

)

InstItut Pasteur

Nette amélioration de disponibilité des vaccins pour enfants

L’Institut Pasteur d’algérie (IPa) a enregistré une «nette améliora-

tion» de la disponibilité des vaccins destinés aux enfants, a annoncé lundi

le Directeur général de l’institut, M. Kamel Kezzal. Dans une déclaration

à l’aPs, M. Kezzal a affirmé que le programme d’approvisionnement en

vaccins inscrits au titre du programme exhaustif des vaccins pour enfants 2013-2014, a été élaboré ajoutant que «les vaccins seront disponibles à

temps». «Il n’y aura plus de ruptures de stocks à l’avenir», a-t-il souligné. L’Institut Pasteur dispose actuellement de plus de 1.500.000 doses du vaccin antituberculeux BCG, plus de 1.400.000 doses du vaccin contre

la Dt pédiatrique (diphtérie-tétanos) et près de 3.000.000 doses du vaccin

HBV pédiatrique (hépatite B virale). s’agissant du vaccin antipolio, le nombre de doses disponibles s’élève à près de 2.000.000, alors que pour

le vaccin tétra-Hib il s’établit à 420 doses. Dans ce contexte, M. Kezzal

a indiqué que l’IPa réceptionnera prochainement «une bonne quantité»

de vaccins après leur contrôle dans l’attente d’autres arrivages de vaccins.

Concernant les vaccins qui ne s’inscrivent pas dans le cadre du calendrier national des vaccins, le Directeur général d’IPa a affirmé leur disponibi- lité ajoutant que «d’autres quantités seront prochainement réceptionnées». M. Kezzal a, par ailleurs, précisé que le stock en sérums anti-scorpio- niques «est estimé à près de 5.000 doses alors que le sérum anti rabique s’élève à plus de 16.000 doses». L’IPa dispose, aussi, d’importantes quan- tités de réactifs de groupages et d’allergènes, a conclu M. Kezzal.

N

ation

7

EL MOUDJAHID

tAyEB LOUH à BORDJ BOU-ARRéRIDJ :

« Nous sommes à la dernière étape de la réforme de la sécurité sociale »

M. Tayeb Louh, ministre du Travail et de la Sécurité sociale, qui a effectué hier une visite de travail dans la wilaya de Bordj Bou Arréridj, a insisté sur la vision qui anime la réforme du secteur qui a commencé à donner ses résultats sur le terrain.

M. Louh qui a inauguré le siège de l’inspection du travail a indiqué que le

développement de cette structure est notable. Même le Bureau internatio- nal du travail, dont une délégation a séjourné en Algérie, l’a relevé dans son rapport annuel, a annoncé le membre du gouvernement qui a pré- cisé que les réalisations enregistrées dans ce cadre sont inscrites dans le programme du Président Bouteflika. « On ne peut pas imaginer un Etat moderne sans un organe de contrôle efficace comme l’inspection de tra- vail », a déclaré M. Louh. « nous de- vons moderniser nos moyens mais aussi adapter notre législation aux nouvelles données de l’économie marquées par une prépondérance du secteur privé », a affirmé le ministre du travail au personnel de l’inspec- tion. Il a donné l’exemple de la wilaya de Bordj Bou-Arréridj ou 98% des employeurs appartiennent à ce sec- teur. Rappelons que ce personnel tra- vaillait auparavant dans des conditions très difficiles avec notam- ment des locaux exigus. Il a inauguré également le siège du centre de paie- ment de la CnAS qui a été entière- ment retapé. Là, le membre du gouvernement a rappelé les trois axes de la réforme de la sécurité sociale à savoir les prestations, la modernisa- tion et le financement. Si pour ce dernier il s’agit de trouver de nou- velles sources qui complèteront les apports des assurés et de leurs em- ployeurs, pour la modernisation qui passe par l’informatisation du sys- tème de gestion des dossiers, l’amé- nagement des structures et l’utilisation de la carte Chifa un grand pas, visible d’ailleurs par les ci- toyens, a été accompli, a indiqué M Louh. « nous sommes à la dernière étape pour ce volet » a-t-il précisé. Le membre du gouvernement qui a rap- pelé que 1.700.000 assurés ont utilisé la carte Chifa en dehors de leurs wi- layas, a indiqué qu’à partir de juin 2014, des bornes seront installées au niveau de ces dernières pour faciliter cette opération. Les prestations de l’accueil aux services offerts se sont améliorés, a déclaré le ministre du

offerts se sont améliorés, a déclaré le ministre du travail, qui a annoncé qu’il a été

travail, qui a annoncé qu’il a été dé- cidé de porter le salaire permettant aux familles ayant un enfant nécessi- tant le port de lunettes à 40.000 di- nars. Il était de l’ordre de 20.000 dinars. Des postes pour les pré-em- ploi des wilayas du Sud. Il est même en vigueur à partir de ce mois a-t-il dit. Les enfants dé- munis ayant des problèmes de dents ont été également touchés. Des conventions ont été signés avec des cabinets de chirurgie-dentaire a en- core annoncé le ministre du travail. Ce qui fait que les catégories de per- sonnes concernées par les prestations de la sécurité sociale ont été élargies. Elles ne se limitent plus aux retraités et aux malades chroniques, a affirmé le membre du gouvernement. Mais cette réforme ne peut réussir sans la formation, a ajouté M. Louh, qui a évoqué la réalisation d’une école supérieure de la sécurité so- ciale. Cette école qui sera construite à Ben Aknoun sera ouverte aux étu- diants venus de pays du Maghreb et de l’Afrique. Ses diplômes seront re- connus au niveau national et interna- tional après la convention signée avec le ministère de l’Enseignement supé- rieure et de la Recherche scientifique,

a-t-il noté. Le ministre n’a pas man- qué de rappeler que la catégorie des personnes assurées mérite une atten- tion particulière. Celle des retraités également. Ses membres au niveau de la wilaya de Bordj Bou Arréridj ont bénéficié d’une réaménagement du siège de l’agence de la CnR qui sera touché par des travaux d’exten- sion. Mais le traitement des dossiers est en nette amélioration, comme l’a noté M. Louh qui a clos sa tournée dans la wilaya par le dossier emploi à travers l’inspection du siège de l’agence de l’AnEM et la visite des stands d’une vingtaine d’entreprises créées dans le cadre du dispositif de promotion de l’emploi. Si pour la première il a été précisé que 25.061 chômeurs ont été placés durant le premier semestre

2013, pour le second un nombre im- portant de jeunes ont adhéré égale- ment au programme. La nouveauté qui a consisté à proposer des véhi- cules ateliers — le ministre en a dis- tribué 6 — a eu la même réussite. Autant de réalisations qui ont fait dire au ministre du travail et de la Sécu- rité sociale, qui a animé une confé- rence de presse, que si la sécurité sociale fait partie de l’effort national de solidarité le dispositif de pré-em- ploi sert à préparer les jeunes à la dy- namique d’investissement engagée par le pays. Si nous avons commencé par la construction d’infrastructures de base comme les routes, la voie fer- rée et les télécommunications c’est pour permettre à cette dynamique de réussir. A elle d’offrir des richesses et des emplois. La fonction publique ne peut en aucun cas jouer ce rôle. Ce n’est pas notre objectif d’ailleurs, a-t-il indi- qué. Au sujet de l’interrogation des jeunes qui travail dans le cadre du pré-emploi dans ce secteur, il a rendu publique la décision du Premier mi- nistre de consacrer entre 30 et 50% des nouveaux postes d’emploi aux membres de cette catégorie dans les wilayas du Sud. Pour pourvoir aux besoins des en- treprises qui se plaignent du manque de main-d’œuvre qualifiée alors que des chômeurs existent, il a insisté sur la formation pour préparer ces jeunes à les occuper. M. Louh, qui a mis en exergue la nécessité d’ouvrir un grand débat sur la question de l’emploi avec la participation de tous les intervenants, a rappelé les mis- sions de son ministère qui se résu- ment dans l’animation du secteur. « Ce n’est à nous de créer des emplois », a-t-il conclu.

F. D.

Une école supérieure de la sécurité sociale

La réussite de la réforme de la sécurité sociale passe par la formation. Une école supérieure de la sécurité sociale sera réalisée. Cette école, qui sera construite à Ben Aknoun, devra doter le secteur des cadres dont il a besoin. Elle sera ouverte également aux étudiants venus de pays du Maghreb et de l’Afrique. Ses diplômes seront reconnus au niveau national et international après la convention signée avec le ministère de l’Enseignement supérieure et de la Recherche scientifique.

BEnyOUnES à SéOUL

L’expérience coréenne des villes nouvelles

à SéOUL L’expérience coréenne des villes nouvelles La délégation ministérielle conduite par M. Amara

La délégation ministérielle conduite par M. Amara Benyounes,

ministre de l’Aménagement du terri- tiore, de l’Environnement et de la Ville

a visité hier, la ville nouvelle de Wyrie

pour prendre connaissance des nou- velles technologies utilisées dans le do- maine. Une présentation de la ville a été faite par la Korean land House Cor- poration sur les techniques et les normes internationales utilisées dans le domaine. Par ailleurs, M. Benyounes s’est entretenu avec son homologue M.Suh Seong Huan, ministre du terri- toire, de l’Infrastruture et des trans- ports. L’entretien qui s’est déroulé dans une atmosphère positive, a été une oc- casion pour discuter de la coopération entre les deux pays et de l’expérience coréenne dans le domaine de l’aménag- ment et notamment la réalisation des villes nouvelles qui intéressent forte- ment notre pays. Le ministre a été reçu au siège du ministère des Affaires

étrangères par le vice-ministre des Af- faires étrangères M. Chun yung-Woo. Les deux responsables ont passé en revue les relations bilatérales qui sont par ailleurs excellentes. Les discussions ont portés égalem- net sur la conclusion de l’accord inter- gouvernemental pour l’appui à la création, au fonctionnement et à la ges- tion du Centre Africain de l’Informa- tion, de la Communication et des technologies avancées (CAtICtA). Les deux parties ont mis l’accent

sur la nécesité de mettre en œuvre, dans les plus brefs délais, ce Centre d’excel- lence destiné à ancrer en Algérie les Sciences et les industries liées aux tIC dont le CAtICtA sera un symbole du partenariat stratégique algéro-coréen. Le ministre a également reçu le pré- sident de l’Association Internationale des Constrteurs Coréens avec lequel il

a évoqué la coopération dans le do-

maine des études et des constructions et l’expérience des grandes entreprises exerçant en Algérie.

Le Croissant-Rouge algérien forme 600 secouristes à Ouargla

Quelques 600 secouristes, des deux sexes, ont été formés dans di- verses spécialités de secourisme de- puis le début d’année 2013 par le Croissant-Rouge algérien (CRA), dans la wilaya de Ouargla, a-t-on ap- pris auprès du responsable du comité de wilaya de cet organisme. L’opéra- tion, encadrée par des spécialistes en secourisme relevant du C-RA de Ouargla, s’est déroulée en sessions de 15 jours, qui ont permis aux sta- giaires de bénéficier de cours théo- riques et pratiques sur le secourisme en cas d’accidents, notamment do- mestiques et de circulation, a signalé M. Abdelhamid Bouzid. Le comité local du C-RA a, en coordination avec le secteur de la santé, initié aussi, ces derniers jours, des opéra- tions de circoncision pour plus de 160 enfants issus des familles dému- nies. Les enfants concernés par cette action de solidarité qui se poursuivra jusqu’à mardi, ont bénéficié de ca- deaux et de vêtements, a-t-il ajouté. Quelques 110 familles nécessiteuses de témacine ont bénéficié aussi de cadeaux et de vêtements neufs, en

ont bénéficié aussi de cadeaux et de vêtements neufs, en prévision de la célébration dans les

prévision de la célébration dans les prochains jours de la fête de l’Aïd El- fitr, selon la même source. Le comité local de CRA, qui dispose de bureaux dans 15 communes de la wilaya de Ouargla, a organisé, comme chaque année, des restaurants de la «Rahma», durant le mois sacré de ra-

madhan, afin d’offrir des repas de rupture du jeûne aux démunis et pas- sants. Quatre de ces restaurant de so- lidarité ont été ouverts à Ouargla, témacine, taibet et Hassi Messaoud, et ont servi une moyenne de 760 repas/jour, dont 239 à emporter, a fait savoir M. Abdelhamid Bouzid.

LE CEntRE COMMERCIAL Et DE LOISIRS BAB-EZZOUAR SOUffLE SA 3 E BOUgIE

80 millions d’euros de chiffre d’affaires par an

Dans une ambiance conviviale, le centre commercial et de loisirs de Bab Ezzouar a soufflé dans la soirée de lundi sa 3 e bougie au cours d’une sympathique cérémo- nie. Selon l’un des responsables «le centre présente depuis son ou- verture, en 2010, un bilan positif». En effet, avec un chiffre d’af- faire annuel estimatif à 80 millions d’euros, il a drainé plus de 18 mil- lions de visiteurs depuis cette date. Une courbe ascendante qui le mène de 5,5 millions de visiteurs clients en 2011 à 6,2 millions en 2012. S’acheminant vers les 8 millions de visiteurs en 2013. Aujourd’hui, cet espace commercial a atteint sa vitesse de croisière. Il est dans sa deuxième phase, celle qui consiste à bonifier le bouquet de marques qu’il détient, notamment avec l’ar- rivée de grandes enseignes tels que Zara. Il est à noter qu’à partir du dernier trimestre de l’année en

cours, un nouveau bowling et un fitness vont ouvrir leurs portes à la clientèle. Une zone de jeux «or- chestraland», pour enfants est déjà en exploitation. S’agissant du pro- jet de réalisation d’un autre centre commercial à Oran, ce dernier sera doté d’un concept architectural moderne. Son ouverture est prévue fin 2014, et déjà la SCCA envisage un 3 e Centre à l’ouest d’Alger ou à Sétif. Selon M. Jean Rizk, direc- teur général du Centre «la réalisa- tion de ce projet montre notre grande volonté d’élargir notre sou- hait d’extension des centres com- merciaux en Algérie». Il y a lieu de souligner que lors de la cérémonie, de nombreuses animations ont été proposées aux clients. Un gâteau géant, a été servi aux visiteurs du Centre le tout dans une ambiance

de fête. Makhlouf Ait Ziane

Economie

8

EL MOUDJAHID

aGence nationale d’interMédiation et de réGulation Foncière

« Un programme de 42 parcs industriels dans les 5 prochaines années»

Dans le cadre des activités de l’Agence nationale d’intermédiation et de régulation foncière (ANIREF), une conférence de presse a été animée hier, au siège de l’agence, par la directrice générale, Mme H. Mokraoui. Cette rencontre a porté essentiellement sur l’état d’avancement du processus de réalisation des 42 nouveaux parcs industriels à concrétiser dans le courant des 5 prochaines années.

C et important programme oc- cupera une superficie glo- bale de 9572 hectares

couplée à des abattements sur les re- devances locatives consentis par les pouvoirs publics. il va selon les propos de Mme Mokraoui, desserrer l’étau qui s’exerce sur cette ressource. la d.G. de l’anireF a déclaré que le pro- cessus de mise en œuvre de ce pro- gramme s’est concrètement traduit au triple plan juridique, financier et opé- rationnel. au plan juridique par la publica- tion du décret exécutif numéro 12- 176 du 11 04 2012 portant déclaration d’utilité publique relative à la réalisation de 42 zones indus- trielles , par une formalisation avec la direction générale du domaine na- tionale national, du mandat type d’aménagement codifiant les moda- lités d’accès aux sites à aménager sur le plan financier, la directrice générale a cité la signature de l’ac- cord cadre de financement du pro- gramme avec le Fni (Fonds national d’investissements). au plan opéra- tionnel, on note le lancement en avril 2012 des différentes études d’impact sur l’environnement, géotechniques et les éludes préliminaires d’aména- gement.

Ph : Wafa
Ph : Wafa

Mme Mokraoui a évoqué le lan- cement à partir du mois d’avril 2013, des appels d’offres nationaux et inter- nationaux restreints en études et réa- lisation des 8 sites pilotes à Batna, tizi ouzou, rélizane, Mostaganem, ain temouchent, djelfa, Médéa, ouargla sur une superficie de 2507 hectares.

de même qu’une organisation in- terne de l’agence a été effectué pour lui permettre de prendre en charge cet important programme. les principales actions engagés pour les sites pilotes consistent en l’élaboration du dispositif procédu- rier encadrant les commissions per- manentes d’ouverture des plis et

d’évaluation des offres adossé à des formations destinées à l’encadrement concerné.

« L’accès à l’information au foncier industriel s’est nettement amélioré » la directrice générale a fait part de l’annonce d’une liste de 10 sites complémentaires retenue pour une seconde phase. ces sites seront im- plantés notamment à sidi bel abbés, M’sila, Jijel, adrar, Béchar, oumèche (Biskra), sétif, saïda, naâma. les autres sites du programme seront pour leur part, lancés au fur et à me- sure de la libération des assiettes fon- cières. Mme Mokraoui a également présenté au cours de cette rencontre avec la presse, le bilan des opérations du calpireF au premier semestre 2013. ce bilan fait ressortir une évo- lution notable par rapport à l’année précédente. il est ainsi relevé un nombre élevé de sessions soit 64 or- ganisées au niveau de 43 wilayas. 4176 dossiers ont été traités soit une progression de 53%. les investisse- ments industriels viennent en pre- mière position avec 2239 dossiers soit 54% des dossiers traités. cette part est en progression par rapport au premier semestre 2012 avec 853 dos- siers soit 31% du total des dossiers

traités fait observer Mme Mokraoui. le bilan montre une répartition spatiale des investissements indus- triels relativement équilibrée entre le nord (44%) et les hauts plateaux (49%). le sud occupe une part de 7%. des dossiers industriels. les avan- tages accordés aux régions des hauts plateaux et du sud semblent produire leurs effets en termes d’incitation à l’investissement. le bilan montre également une structure industrielle diversifiée avec un retour à l’inves- tissement dans les industries manu- facturières comme le textile, l’habillement, les cuirs et chaussure, le bois et papier. ces branches avaient fortement chuté durant les dé- cennies 90 et 2000 en raison de la très forte concurrence internationale. on relève aussi un impact des projets industriels retenus qui est im- portant avec des investissements pro- jetés compilés à partir des dossiers retenus, d’un montant global de l’or- dre de 112 milliards de d.a., des pro- jections de création d’emploi par les projets retenus de l’ordre de 50.000 emplois directs. en résumé, déclare la première responsable de l’ani- reF, l’accès à l’information au fon- cier industriel s’est nettement amélioré mais la demande demeure pressante. M. Bouraib

iMportations de MédicaMent au 1 er seMestre 2013

Chute de 21% de la facture

L es importations de l'algérie de pro- duits pharmaceutiques ont atteint 923,44 millions de dollars (usd)

durant le 1 er semestre 2013, contre 1,18 milliard de dollars à la même période en 2012, en baisse de 21,76%, a-t-on appris auprès des douanes. les quantités de médicaments impor- tées par contre ont connu une hausse de plus de 28%, passant de 16.608 tonnes les six mois de l'année écoulée à 21.353 tonnes à la même période en 2013, selon les chif- fres du centre national de l'informatique et des statistiques (cnis) des douanes obte- nus par l'aps. ce recul de la facture des médicaments, après une hausse de plus de 13% en 2012, s'explique essentiellement par le recul de plus de 21,5% des médicaments à usage humain, qui représentent 95,5% des impor- tations globales de médicaments de l'algé-

rie. Malgré ce recul, la facture des médica- ments à usage humain reste toujours la plus importante avec 882,37 millions usd, contre 1,12 milliard usd durant la même période en 2012, en baisse de 21,5%, selon le cnis. Quant aux quantités importées, elles ont augmenté de plus de 30%, passant de 15.617 tonnes durant les six mois de 2012 à 20.376 tonnes à la même période de 2013. les produits parapharmaceutiques,

qui représentent seulement 2,7% des im- portations globales, ont également contri- bué à la baisse de la facture des importations globales, reculant de plus de 36,8%. en effet, les produits parapharma- ceutiques viennent en seconde position avec 25,78 millions usd, contre 40,84 millions usd, en baisse de 36,8%, ajoute le cnis. en volume, les importations de ces produits ont atteint 608 tonnes contre 652 tonnes durant le premier semestre 2012, en recul de 6,7%. pour les médicaments à usage vétéri- naire, les achats de l'algérie de l'étranger se sont établis durant les six premiers mois 2013 à 15,3 millions usd (369 tonnes) contre 15,03 millions usd (338 tonnes) à la même période en 2012, ajoute la même source. dans le but de réduire les importa- tions de médicaments, l'algérie veut pro- duire localement 70% de ses besoins avec l'entrée en production d'unités de labora- toires étrangers d'ici à la fin 2015. le marché national du médicament re- présente 2,9 milliards de dollars, dont 1,85 milliard de dollars d'importations, le reste étant produit localement, dont 84% revien- nent au secteur privé et 16% au public. en 2012, la facture des importations algé- riennes de produits pharmaceutiques avait atteint 2,23 milliards de dollars, en hausse de 13,6% par rapport à l'année précédente.

Groupe puBlic de Btph cosider

Positionnement sur le marché africain à partir de 2014

L e groupe public de Btph co- sider ambitionne de se posi- tionner sur le marché

international notamment en afrique à partir de 2014, a indiqué hier à l’aps son pdG, lakhdar rekh- roukh. cosider cible, dans un pre- mier temps, le continent africain, a confié M. rekhroukh, rappelant que le groupe public avait déjà soumis- sionné pour la réalisation de projets au sénégal, en tunisie et en egypte sans parvenir à décrocher de mar- chés. “c’est difficile pour cosider de travailler seul dans un pays étranger. il est nécessaire de conclure un par- tenariat avec une entreprise locale ou un groupe international capitalisant une expérience à l’étranger ou dans le pays lui-même”, a-t-il souligné. cosider qui connaît actuellement “une dynamique” à la faveur de plans de charges publics, projette à partir de 2014 de maintenir ce rythme en accroissant ses activités à l’étranger, selon M. rekhroukh. “la seule manière de maintenir cette dy- namique est de viser l’internationa- lisation de l’entreprise”, a-t-il assuré. Jusqu’à 2012, la plus grosse part de marché de cosider était la construc- tion notamment de deux gazoducs de (48 pouces et de 300 km chacun) pour sonatrach mais dans les années

et de 300 km chacun) pour sonatrach mais dans les années à venir la part du

à venir la part du lion sera réservée au secteur du transport. le premier responsable de cosider a indiqué par ailleurs qu’une importance particu-

lière était accordée à la formation et au recrutement de la ressource hu- maine, précisant que le personnel de l’entreprise est passé de 18.400 à

22.400 employés en 2012. “au-

jourd’hui cosider regroupe 22.400 employés et compte arriver à plus de

26.000 à la fin de l’exercice 2013

pour réaliser les projets qui lui ont été confiés”, a-t-il ajouté, estimant que l’augmentation des activités est suivie par l’évolution de l’effectif. M. rekhroukh a indiqué également que l’enveloppe financière allouée à

la formation est de 2 mil- liards de dinars sur 5 ans, ajoutant que le groupe compte ouvrir sa propre école de formation en par- tenariat avec le ministère de la Formation et de l’en- seignement profession- nels. cette école qui sera implantée à alger assurera notamment des formations spécifiques aux activités de l’entreprise comme le métier de conducteur de travaux miniers ainsi que la gestion comptable des projets. abordant l’état fi- nancier de cosider dans les années précédentes, il a rappelé que l’entre- prise est passée par une période dif- ficile dans les années 1990. “au début des années 2000, on a traîné une dette qui dépassait 16 milliards de dinars dont un découvert bancaire de 8 milliards de dinars, mais grâce aux travailleurs de cosider qui sont décidés à remonter la pente, on a clô- turé l’exercice 2009 avec une tréso- rerie équilibrée”. le groupe ambitionne de réaliser un chiffre d’affaires de 115 milliards de dinars en 2013 contre 75,4 milliards de di- nars en 2012 et 62 milliards de di- nars en 2011, a indiqué son pdG.

M. Joseph Ged, directeur Général de nedJMa :

« Nous sommes prêts pour la 3G »

L a filiale du groupe qatari ooredoo (ex- Qtel), l’opérateur de téléphonie mobile Wataniya telecom algérie qui compte ac-

tuellement 270.000 nouveaux abonnés dans son «portefeuille-client» au 1 er semestre 2013, « compte investir sur ses clients multimédia pour réussir son lancement dans la téléphonie mobile de la 3G », a déclaré le premier responsable de l’opérateur. pour ce faire, nedjma prévoit d’« in- vestir plusieurs centaines de millions de dollars dans les installations et les équipements néces- saires au déploiement de la 3G, sur les deux ou les trois années à venir ». intervenant lors d’une rencontre conviviale lundi soir avec la presse, Joseph Ged a affirmé que « nedjma compte plus de 3 millions d’usa- gers de la data dont 50 % sont des clients poten-

tiels de la 3G », « nous aurons plus d’un million d’abonnés au lancement de la 3G », a-t-il dit. tout en rappelant que le groupe ooredoo a félicité l’al- gérie, pour le lancement de la 3G, le dG de nedjma a annoncé « nous sommes très confiants quant à cette perspective ». dans le même ordre d’idée, M. Ged a rappelé que « 9 ans après, avec l’ouverture de la 3G, nedjma est très bien posi- tionnée pour être le leader de ce marché haut débit de la téléphonie mobile. le montant exact des in- vestissements dans ce volet sera déterminé une fois les termes de la licence connus », a-t-il dit. dans ce sillage, il a rappelé que l’opérateur avait investi, entre janvier 2012 et juin 2013, « 340 millions de dollars us pour renforcer son réseau de couverture ». selon lui « nedjma est prête techniquement pour la 3G », affirmant que

« les plans de déploiement seront ajustés en fonc- tion des conditions des cahiers des charges ». par ailleurs, M. Ged a annoncé que « sur le plan commercial, nedjma a déjà commencé avec le lancement des offres promotionnelles de smart- phones 3G, des clés internet et des tablettes 3G+ », précisant que nedjma compte aujourd’hui 50.000 points de recharge et 20.000 points de vente à travers le territoire national. en ce qui concerne les prix, M. Ged espère que « les tarifs d’abonnement à la 3G seront ac- cessibles à un large public vu que l’usage des ter- minaux 3G commence à se démocratiser en algérie ». par ailleurs, l’opérateur est revenu sur les résultats financiers avec un chiffre d’affaires de 523,6 millions de dollars us au premier semes- tre 2013, soit une hausse de 19 %, comparative-

ment à la même période de 2012. les voyants res- tent au vert pour l’opérateur qui annonce une pro- gression de son «portefeuille» d’abonnés dont le nombre est passé de « 9,06 millions au 4 e trimes- tre 2012 à 9,33 millions d’abonnés au 1 er semestre de l’année en cours, soit plus de 270.000 nou- veaux clients », a indiqué M. Ged. ces chiffres dénotent une progression de 19% en dinars algé- riens. nedjma est la filiale algérienne du groupe Qatari ooredoo dans lequel il représente 10,1% du nombre d’abonnés du groupe, 11,1% des reve- nus globaux, 10,4% de l’eBitda, et 11% des in- vestissements globaux du groupe. en ce qui concerne la part de marché, l’opé- rateur a indiqué que « nedjma qui était à 30%, est passée à 31% au premier semestre 2013 ». Sihem Oubraham

Monde

9

EL MOUDJAHID

TUNISIE

Rached Ghannouchi évoque un référendum

Le chef du parti Ennahdha au pouvoir en Tunisie, Rached Ghannouchi, a évoqué l'organisation d'un référendum pour sortir de la crise que traverse le pays, dans une interview au quotidien belge Le Soir.

«C 'est un fait qu'il y a désormais deux rues en Tunisie», reconnaît-

il dans cet entretien réalisé di- manche soir. «Nous en sommes aux 100 derniers mètres du proces- sus transitoire et nous refusons de tout recommencer de zéro. Les deux camps ne peuvent plus continuer à faire appel à la rue. Nous réfléchissons à l'idée d'un référendum comme solution alternative à la crise», dit M. Ghan- nouchi. Le 29 juillet, le Premier ministre Ali Larayedh avait déjà évoqué un tel scénario. «Nous n'en avons pas appelé à la rue par souci de l'intérêt public mais s'il le faut nous demanderons son choix au peuple par référendum», avait-il déclaré. Les opposants au gouver- nement tunisien, qui réclament la démission du gouvernement et la dissolution de l'Assemblée natio- nale constituante (ANC), ont conti-

l'Assemblée natio- nale constituante (ANC), ont conti- med Brahmi. «La dissolution de l'Assemblée

med Brahmi. «La dissolution de l'Assemblée constituante a échoué. Les tenants de cette thèse ont grimpé au-dessus d'un arbre et cherchent désormais à en descen- dre», estime M. Ghannouchi, ajou- tant que «l'opinion publique a refusé que le pays bascule dans le vide». M. Ghannouchi assure être fa- vorable à un «gouvernement élargi». Interrogé sur l'éventuelle entrée de membres de Nidaa Tounes, principale formation d'op- position, le leader d'Ennahda as- sure que «tout est sur la table. Tout est possible». Il déclare aussi que «le plus probable» est qu'Ennahdha ne pré- sentera pas de candidat à la prési- dentielle. «Si nous ne présentons pas de candidat, le plus logique est qu'on ne soutiendra personne pour être à égale distance de tous les prétendants», ajoute-t-il.

nué à manifester, lundi prochain, pour dénoncer l'assassinat fin juil- let de l'opposant de gauche Moha-

SYRIE

Les rebelles prennent le contrôle d'une base aérienne à Alep

Les rebelles syriens ont pris hier le contrôle d'une importante base aérienne à Alep (nord) après plusieurs mois de combats avec les forces du régime, a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). «Les combattants de l'Etat islamique en Irak et au Le- vant (EIIL) et d'autres groupes rebelles ont pris à l'aube le contrôle de la base de Mennegh», au nord de la ville d'Alep, a affirmé l'OSDH. La base de Men- negh était assiégée depuis décembre 2012 par les re- belles qui avaient tenté des dizaines de fois de prendre d'assaut la base, selon l'ONG syrienne. Pour empêcher les forces du régime d'utiliser ses appareils pour bom-

barder les zones sous leur contrôle, les groupes re- belles tentaient depuis environ huit mois de reprendre cet aéroport militaire. La veille un rebelle «s'est fait exploser dans un vé- hicule blindé à l'entrée des bâtiments abritant le QG de la base», d'après l'OSDH. L'ONG a ajouté qu'après l'explosion, les rebelles ont attaqué et détruit plusieurs véhicules de l'armée, tué un nombre indéterminé de soldats et se sont em- parés du complexe. Plus de 100.000 personnes sont mortes depuis le début du conflit en mars 2011, selon les dernières estimations de l'ONU.

EN RAISON DU NIVEAU DE MENACES D'ATTENTATS « EXTRÊMEMENT ÉLEVÉ »

Washington appelle ses ressortissants à quitter le Yémen

Les Etats-Unis ont appelé hier leurs ressortissants établis au Yémen à quitter «immédiatement» ce pays en raison du niveau de me- naces d'attentats «extrêmement élevé». Dans un communiqué, le Département d'Etat «encourage les citoyens américains à reporter leur voyage vers le Yémen, et les ci- toyens américains qui vivent ac- tuellement au Yémen à partir immédiatement».

Le département d'Etat qui juge le niveau de menace d'attentats au Yémen «extrêmement élevé», a également «ordonné le départ du personnel gouvernemental améri- cain non-essentiel au Yémen». Le ministère a mis en garde que «les organisations terroristes, dont la filiale d'Al-Qaïda dans la pénin- sule arabique (AQPA), continuent d'être actifs partout au Yémen», ajoutant que le gouvernement

MAROC

américain «reste très préoccupé par d'éventuelles attaques contre des citoyens américains et les ins- tallations américaines, les entre-

prises, et des intérêts américains et occidentaux». Les Etats-Unis ont fermé 19 de leurs ambassades et consulats au Moyen-Orient, ainsi qu'en Afrique jusqu'au 10 août sur la foi de me-

naces jugées crédibles.

Le Monde, critique envers le roi, absent des kiosques

Le quotidien français Le Monde daté d’hier, qui comporte en première page un éditorial critiquant l'at- titude du souverain marocain, était absent des kiosques au Maroc, a-t-on appris, hier matin, au siège du journal. Dans le centre de Rabat, aucun marchand de journaux n'était en mesure de proposer le journal faute d'avoir été livré par les messageries de presse, a constaté l'AFP. A ce stade, la direction du Monde es- time qu'il s'agit «d'importants retards», sans exclure qu'il puisse y avoir une décision d'interdiction, «comme c'est déjà arrivé dans le passé». «Si tel était le cas, nous déplorerions cette entrave à la distribution d'un journal dont la mission est d'in- former sur ce qui se passe au Maroc et ailleurs», a dé- claré Vincent Giret, directeur délégué des rédactions du Monde interrogé par l'AFP. Dans son édition de lundi, datée de mardi, le journal a titré son éditorial

(traditionnellement non signé) «Le dangereux faux- pas du roi du Maroc» et y évoque les conséquences politiques de la grâce royale dont a bénéficié un pé- dophile espagnol, avant qu'elle ne soit annulée par Mohamed VI. Le journal estime notamment que ce retour du roi sur sa décision initiale après les nombreuses manifes- tations de protestation dans le pays, montre bien qu'il n'est «plus intouchable». Cet éditorial est disponible gratuitement sur le site du monde.fr. Depuis, les auto- rités marocaines ont fait valoir que la grâce accordée au criminel multirécidiviste espagnol âgé de 63 ans, relevait «d'informations erronées transmise par inad- vertance». Le directeur de l'administration péniten- tiaire a été révoqué, lundi, par le roi et le pédophile gracié a été arrêté et placé en détention préventive en Espagne.

CRISE EN EGYPTE

Etats-Unis et UE redoublent d'efforts diplomatiques

Etats-Unis et UE redoublent d'efforts diplomatiques La communauté internationale, Etats-Unis et Union

La communauté internationale, Etats-Unis et Union européenne en tête, intensifiaient, hier, leurs efforts en Egypte pour éviter la confron- tation entre forces de l'ordre et manifestants partisans du président is- lamiste Mohamed Morsi, destitué et arrêté par l'armée il y a un mois. Des milliers d'entre eux campent depuis plus d'un mois sur deux places du Caire pour dénoncer le «coup d'Etat militaire» et réclamer le retour du premier chef de l'Etat égyptien élu démocratiquement. Mais depuis une semaine, le gouvernement intérimaire mis en place par l'armée menace de les disperser par la force. Plus de 250 personnes ont été tuées — essentiellement des manifestants — depuis plus d'un mois dans des affrontements avec les forces de l'ordre et la communauté in- ternationale redoute qu'une tentative de dispersion ne tourne au bain de sang, les pro-Morsi s'étant barricadés avec femmes et enfants sur les deux places Rabaa al-Adawiya et Nahda. Des ministres européens et américains, mais aussi africains, qataris et emiratis se relayent inlassablement depuis une semaine au Caire pour tenter à la fois de prôner la retenue en cas d'intervention de la po- lice et de convaincre les Frères musulmans, l'influente confrérie isla- miste de M. Morsi, de se disperser et de participer aux élections que promet le pouvoir intérimaire pour début 2014. Leurs efforts ont été vains jusqu'alors pour trouver un terrain d'entente, ils ont seulement retardé l'échéance de l'intervention de force, quasi-inéluctable selon les observateurs pour qui elle ne devrait toutefois pas avoir lieu avant la fête du Fitr, marquant la fin du ramadhan. Le secrétaire d'Etat américain adjoint William Burns, qui multiplie les entrevues avec les deux parties depuis trois jours a décidé hier de prolonger son séjour au Caire, tout comme l'émissaire de l'Union eu- ropéenne Bernardino Leon. Ils seront rejoints mardi par les influents sénateurs américains John McCain et Lindsey Graham. En compagnie des chefs de la diplomatie du Qatar et des Emirats Arabes Unis, les deux hommes ont rendu visite lundi à Khairat al-Shater, le numéro 2 des Frères musulmans. Il a été emprisonné par l'armée tout comme M. Morsi et les principaux leaders de la confrérie. Six doivent com- paraître devant un tribunal le 25 août, notamment pour «incitation au meurtre», une perspective qui attise le feu.

SOUDAN ET SUD SOUDAN

L'UA entame l'établissement d'une zone démilitarisée

Une commission spéciale de l'Union africaine (UA) a entamé une opération de détermination de la ligne zéro pour mettre en place une zone démilitarisée entre le Soudan et le Sud Soudan, a indiqué, hier, une source au sein de l'organisation panafricaine. «La commission de l'UA a commencé son travail pour déter- miner trois zones prioritaires avant la détermination d'une ligne zéro temporaire conformément à la feuille de route de l'UA», a in- diqué le rapporteur de la Com- mission politique et sécuritaire entre le Soudan et le Sud Soudan, Al-Muiz Farouq. Cette tâche de- vrait être achevée à la mi-août, selon cette source qui ajouté qu'une délégation de la commis- sion était déjà arrivée à Kadogli, au Kordofan du Sud, et rencontré des représentants du Soudan et du Sud Soudan. L'UA avait pris la décision de former une commis-

sion pour superviser l'établisse- ment d'une zone démilitarisée le long de la frontière commune entre le Soudan et le Sud Soudan, afin d'atténuer les tensions fron- talières entre les deux parties. La mise en place de la zone démilitarisée intervient alors que l'armée soudanaise a annoncé la mort d'un de ses soldats lundi lors d'un affrontement avec des forces sud-soudanaises dans la princi- pale région de production de pé- trole du pays, que le Sud avait brièvement occupée l'an dernier. Le 27 septembre 2012, Khartoum et Juba ont signé un ensemble d'accords sur différentes problé- matiques liées entre autres à la sécurité, au statut des citoyens, au pétrole et aux frontières. Les deux parties se disputent cinq ter- ritoires frontaliers dont Abyei, qui est riche en ressources pétro- lières.

13 COMMUNAUTé ALGéRIENNE à L’éTRANGER Ramadhan parmi les siens Beaucoup de nos compatriotes établis à

13

COMMUNAUTé ALGéRIENNE à L’éTRANGER

Ramadhan parmi les siens

Beaucoup de nos compatriotes établis à l’étranger et plus particulièrement en France sont retournés au bled dès l’entame du mois sacré de Ramadhan, histoire, a-t-on compris de prime abord, de revoir la famille et de passer le mois de jeûne parmi les siens.

J usque là tout est normal et concevable mais cette nostal- gie évoquée ici et là ne tient

pas beaucoup à la réalité parce que Hayet, une émigrée de Seine saint Denis nous explique que leur retour au pays répond à des considérations d’ordre lucratif en ce sens que nous dit-elle, tout compte fait, des va- cances en Algérie ne nous écoutent absolument rien comparativement à celles que l’on passe outre-mer. L’astuce est de ramener des de- vises sonnantes et trébuchantes et de les échanger en dinars et le tour est joué, une petite opération de cal- cul nous a donné à réfléchir tant la combine est plus que fabuleuse, que l’on en juge : dix euros échan- gés en monnaie locale équivaut à plus de 1400 DA, une telle somme d’argent couvre pleinement au mar- ché les frais des emplettes d’une journée de nourriture d’une famille moyenne, nous a-t-on fait compren- dre sur le fil. Nos chers émigrés, en faisant ce petit calcul savent pertinemment que ce petit montant ne peut en aucun cas remplir le couffin de la journée de consommation de la fa- mille, l’astuce est pour ainsi dire pratiquée par tous. Les « Zmegra » se plaignent des prix élevés des billets d’avion et de bateau de nos compagnies et nous disent à l’unisson que les ta- rifs des compagnies des pays voi- sins du Maghreb sont nettement inférieurs par rapport aux nôtres

Maghreb sont nettement inférieurs par rapport aux nôtres oubliant facilement que, contraire- ment aux émigrés des

oubliant facilement que, contraire- ment aux émigrés des autres pays, notre communauté ne font aucun dépôt de devises dans les banques pour les renflouer un tant soit peu en devises. Une fois arrivés au pays, ils achètent tout en dinar, nous les avons rencontrés au cours de ce mois de Ramadhan, en groupes acheter à des prix défiant toute concurrence des effets vesti- mentaires, des ustensiles de cuisine, du mobilier pour les acheminer, à leur retour, dans leurs pays d’ac- cueil. Katia, et ses sœurs accompa- gnées de leurs parents habitant le Puy de Dôme, nous ont fait part de leur satisfaction de pouvoir acheter dans ces rues commerçantes ou les boutiques et magasins sont très achalandés de produits et marchan- dises de très bonne qualité, nous ré- vèlent, des achats, s’ils ont été effectués en France, nous auraient coûté les yeux de la tête , des pro- pos qui ont le mérite d’être clairs, loin de toute forme de tergiversa- tion ou autres ambages. A quelques jours de l’Aïd, l’on prépare d’ores et déjà le retour et l’on n’a rien re- gretter du budget estival dépensé

entre une partie pour les vacances et l’autre moitié pour le mois de Ramadhan. Des salaires modestes, qui tournent autour de 1000 à 1500 euros, restreignent le budget estival des émigrés chez eux dans l’hexa- gone toutefois chez nous, cela per- met aisément de faire face à toutes les dépenses même celles des ma- riages célébrés avec faste dans les salles de fêtes et autres circonci- sions des enfants même si la plu- part semblent préférer rester au sein du foyer familial afin de ne pas trop dépenser durant l’été. « Ce n’est plus comme avant. Il n’y a plus d’argent en occi- dent. Nous sommes endettés jusqu’au cou auprès des banques et les dépenses ne cessent d’augmen- ter », argumentent excellemment bien ce couple d’émigrés. « Nous arrivons à peine à réunir assez d’argent pour venir en va- cances », explique Bachir H, origi- naire de Maoussa et vivant en Allemagne. Pour Bachir et sa fa- mille, partir en vacances pour près d’un mois implique une dépense d’environ trois mille euros. Cet ar- gent sert notamment au maintien de la maison familiale dans le pays

d’origine. Pour les émigrés, il n’est donc plus question de sortir tous les soirs ou d’aller se promener dans les endroits préférés, comme dans le temps. « Nous, les plus âgés, ne sortons plus tellement. Nous n’arrivons plus à suivre. C’est les enfants qui sortent, et nous leur donnons un peu d’argent pour qu’ils s’amusent avec leurs cousins et leurs amis. Ce n’est pas tant qu’ils dépensent beaucoup, mais ils sortent avec peu d’argent en poche », explique Idriss M, de Sochaux. Remil, originaire de Hachem , vit depuis 25 ans en Hollande nous dit en substance : « Les temps sont durs. Avec une retraite de 800 euros, ce n’est plus possible de venir rendre visite à la famille. Mal- gré mon âge, je dois continuer à tra- vailler au noir aux Pays-Bas ou en Allemagne, afin d’assurer un cer- tain revenu, de pouvoir retourner voir la famille en été, ainsi que d’être en mesure de les aider », ex- plique-t-il. Cette année, le Ramadhan en plein été pousse de nombreuses fa- milles musulmanes en vacances au «bled» à avancer leur retour en

France. Pour éviter d’avoir à sup- porter en plein jeûne du Ramadhan la chaleur écrasante de certaines ré- gions, de nombreuses familles mu- sulmanes de France venues passer leurs vacances en Algérie préfèrent rentrer pour retrouver les tempéra- tures plus clémentes de l’Hexa- gone. Déjà, la tradition bien établie selon laquelle les émigrés revien- nent au pays pour le Ramadhan, avait été remise en cause. En effet, le mois du jeûne avait commencé le 9 août et avait déjà provoqué un léger chamboulement sur les dates de retour. Cette année, les compa- gnies aériennes se sont retrouvées prises d’assaut début juillet et pen- dant tout le mois de août, raccour- cissement de la période des vacances. Les premières vagues ont commencé et le pic de retour se situe entre le 1er et le 10 août, soit quelques jours avant l’Aïd El Fitr », explique Abdelkrim, habitant la Gironde qui doit reprendre son tra- vail en ce début du mois d’août mais il a une certaine appréhension face au OK de la compagnie qui fait dans le « low cost » A. GHOMCHI

La « cuisine de rue » prospère à Ghardaïa

C haque jour à la tombée de la nuit, dans plusieurs quartiers de la capi- tale du M’Zab (Ghardaïa), ainsi que

sur ses artères et ruelles, l'on assiste en ce mois sacré de Ramadan à la prolifération d’une "cuisine de rue" de fortune. L'aspect prédominant des veillées de ces jours de Ra- madan dans la vallée du M’Zab est cette omniprésence de tables, de barbecues, de fri- gos et autres ustensiles de cuisine sur les trottoirs squattés par des jeunes et moins jeunes qui proposent des mets pour tous les goûts et pour toutes les bourses, tels que boureks, briks, crêpes fourrées, brochettes et autres. Dans cette région qui vit depuis quelques années "une révolution dans les habitudes", ou à chaque coin de rue fleurissent des gar- gotes, pizzerias, fastfoods et restaurants, la cuisine de rue s’est également installée confortablement en rivalisant par l’origina- lité les commerces de nourriture. La cuisine préparée dans la rue et réalisée avec des équipements sommaires ou les aliments sont consommés sans couverts, attire de plus en plus d’adeptes, principalement des jeunes en cette période de Ramadan. Chaque soir, une clientèle de toutes conditions sociales se

Chaque soir, une clientèle de toutes conditions sociales se presse chez ces pseudos restaurateurs qui proposent

presse chez ces pseudos restaurateurs qui proposent sur le trottoir, outre les brochettes d’une viande douteuse, des boureks, des bricks à l’œuf et aux pommes de terre, ainsi que des mets improvisés à base de viande hachée ou de thon, de persil, de fromage râpé et d’œufs. Cette pratique commerciale nocturne sur la voie publique, créant un véritable écran de fumée, est récente dans al région, sou- ligne un citoyen de Theniet El-Makhzan.

Une cohue indescriptible règne durant la soi- rée dans les ruelles de Ghardaia ou les bro- chettes et autres produits alimentaires sensibles sont exposés sur la voie publique, en cette période de canicule, parfois à quelques mètres seulement de détritus et or- dures ménagères abandonnés durant la jour- née. Il y a quelques années seulement, les habitants du M’Zab ne connaissaient pas la cuisine de rue, car c’était très mal vu de manger dans la rue, a fait savoir un notable

de Ghardaïa contacté à ce sujet par l’APS. L’émergence de ‘‘la nourriture de rue’’ dans la région s’explique par la mutation

des modes de vie, en rapport direct avec l’ur- banisme accéléré et les arrivées migratoires qui ont façonné avec le temps cette ville multiculturelle qu’est aujourd’hui Ghardaia,

a expliqué de son coté un sociologue. Pour

de nombreux jeunes, la cuisine familiale est

qualifiée de "monotone", l’alimentation de

la rue est un moyen de consommer en dehors

du groupe familial et de découvrir des mets et autre produits alimentaire d’une autre qua- lité gustative. En cette période de canicule, ces "restau- rateurs de rue" n’hésitent pas à exposer sur des étalages anarchiques, sur les trottoirs et même sur la chaussée, différents produits alimentaires sensibles (£ufs, viande hachée et autres) sans aucun scrupule concernant la sécurité alimentaire et la santé du consom- mateur. D’aucuns estiment, cependant, que les services chargés de l’hygiène et de la qualité ainsi que les associations de consom- mateurs devraient être plus vigilants sur la question, en rappelant à l’ordre ces "pseudos restaurateurs", "inconscients" et "insou- ciants".

14
14

A TRAVERS

NOS

RÉGIONS

14 A TRAVERS NOS RÉGIONS n BOUIRA Rush sur les magasins de vêtements de M’Chedellah. Spécialisés

n BOUIRA

Rush sur les magasins de vêtements

NOS RÉGIONS n BOUIRA Rush sur les magasins de vêtements de M’Chedellah. Spécialisés dans la vente

de M’Chedellah. Spécialisés dans la vente des habits, les magasins du centre-ville de Bouira réalisent, ces derniers jours, des re-

cords de vente. Tous les stocks sont épuisés, a indiqué à cet égard, en se frottant les mains, un commerçant qui, apparemment, a fait des

L es différents magasins de vêtements de la ville de Bouira sont pris d’assaut par des dizaines de familles soucieux

de bien habiller leurs enfants à l’occasion de l’Aid El-Fitr qui sera célébré dans quelques jours, a-t-on constaté. Ne ratant aucune oc- casion, les ménagères profitent de l’ambiance nocturne régnant en ces derniers jours de Ra- madhan pour se rendre dans les magasins et marchés afin d’acheter les habits neufs. Le mois sacré tire à sa fin. L’odeur de la chorba

senteurs

commence

d’amande, de vanille et de gâteaux à préparer en prévision de la fête de l’Aïd El Fitr. La

ville de Bouira est au rendez-vous de ce rituel religieux, gagnée elle aussi par la frénésie des achats et du shopping. Les rues de la ville ne désemplissant pas

se vidant juste le temps de

du matin au soir,

la rupture du jeûne, avant que les pères et mères de familles repartent à "l’assaut" des vitrines. Cette situation n’est pas spécifique à la ville de Bouira, mais elle l’est aussi pour celles de Lakhdaria, de Sour El-Ghozlane et

à

laisser

place

aux

affaires juteuses. Nous recevons jour et nuit des dizaines de clients qui viennent acheter

a-t-il fait

savoir. "Je profite chaque jour de ces veillées

de ramadhan pour faire le tour

des diffé-

rentes boutiques dans l’espoir de trouver les habits convenant à mes deux enfants, a dit à ce propos une femme, rencontrée à la sortie du marché des habits du pont Sayah. Dans ce marché, les vendeurs des effets vestimentaires de circonstance facilitent la

présentation

à

chaque tranche d'âge un rayon où le client

peut trouver l'habit recherché. En effet, les te-

et présentées

nues

que les chaussures

sont mises convenablement tandis

sont rangées sur des étagères y faisant face. Dans les boutiques de luxe situées dans le même endroit (pont Sayah), une tenue neuve

est vendue à

pour une fillette

3.500 DA, des Converses à 3.200 DA alors que dans les magasins de la place, la facture d'un habit complet d'un enfant ne dépasse pas le seuil de 2.000 DA, a-t-on constaté.

les vêtements pour leurs enfants,

des articles,

sur

cintres

de trois ans

en réservant

n OUM EL BOUAGHI LE MARCHÉ AUX VÊTEMENTS D’AIN FAKROUN

Une planche de salut pour les parents

aux vêtements

d’Ain Fakroun (25 km à l’ouest d’Oum El Bouaghi)

prend, à l’approche de chaque fête de

l’Aïd El Fitr, des allures de "refuge"

pour

riennes "plombées" par les dépenses du mois de Ramadan. N’ayant d’autre

choix que de satisfaire les caprices de

le

de

"pomper" le portefeuille, les pères de

familles

mieux que ce paradis de la "fringue" où l’on trouve de tout, pour tous les goûts et pour toutes bourses. Depuis

le marché

la

le 15

peuvent trouver

leurs chérubins

f’tour Ramadhan

L

e marché

de nombreuses familles algé-

e

avisés

jour du

alors même

que

n’en

finit pas

ne

Ramadan,

pour être

c’est

possible.

C’est

se

montrent

d’Ain Fakroun, réputé

plaque tournante régionale du com- merce du prêt-à-porter et de la chaus-

sure, est littéralement pris d’assaut, de jour comme de nuit. Là, négocier un

même

conseillé. Certains citoyens, passés maîtres

dans cet art difficile consistant à arra- cher un rabais, arrivent à obtenir (sur-

patients et

tout s’ils

des ris-

tournes de

"J’habite Oran et je ne suis pas spé- cialement dans la région pour acheter

des habits, mais j’ai tenu à visiter le marché d’Ain Fakroun qui, m’a-t-on

surprises",

dit,

confie Samia, une mère de trois en-

prix,

suffisamment "bluffeurs")

50 %,

promet

de

voire davantage.

belles

"bluffeurs") 50 %, promet de voire davantage. belles quelques jours fants chez sa sœur mariée à

quelques jours

fants

chez sa sœur mariée à Constantine. Le marché d’Ain Fakroun qui grouille

de clients, notamment durant les der- niers jours du mois de Ramadan, pro-

pose

d’effets

à toutes les

bourses. Ici, tout le monde trouvera son compte. L’offre n’exclut pas les bourses les plus maigres. Des ensem- bles pour enfants sont écoulés à 500 dinars, au grand bonheur des ménages de condition modeste. Rencontré par l’APS au sortir du marché, Nabil, un père de 2 enfants de 6 et 8 ans, venu

vestimentaires

venue passer

un

large

éventail

adaptés

de

bonne affaire, avoue n’avoir "pas eu

besoin d’une fortune pour satisfaire

que

dans

"cette prouesse"

constitués d’un jean et d’un tee-shirt, et deux baskets pour moins de 10.000

Situé dans

la wilaya d’Oum El Bouaghi, mais à

ses

son quartier de Sidi-Mabrouk,

la

Constantine

deux enfants"

pour

dénicher

et enchaîne

(2 ensembles d’été

dinars) est "impensable".

une cinquantaine de kilomètres seule- ment de Constantine, le marché d’Ain

les gros-

Fakroun

les commer-

sistes

çants de la toute la région, est surtout

où activent aussi

approvisionnant

"investi"

noises. "Sidi Fakroun" préféré à Sidi Mabrouk. De nombreux habitants de Constantine, mais également de Mila, de Skikda ou de Guelma, qui préfé-

raient acheter les habits de l’Aïd dans les magasins chics de Sidi-Mabrouk ou de St-Jean, sur le Vieux Rocher, optent aujourd’hui ce marché. "Main-

tenant, je préfère

j’y

Sidi-Mabrouk,

trouve mon compte", affirme avec hu- mour Lynda, une étudiante constanti- noise de 22 ans. Une façon pour elle de dire qu’Ain Fakroun n’a rien à en-

par les

familles constanti-

‘‘Sidi Fakroun’’

et

de loin,

car

vier à

produits de luxe, payés ici, parfois,

Les commer-

çants de la place expliquent la diffé- rence de prix par ce qu’ils appellent

le principe du "cycle d’écoulement".

Il est normal, selon le gérant d’une boutique, que les articles soient moins

en matière de

Sidi-Mabrouk

deux fois moins cher.

chers à Ain Fakroun, "ville où atterrit l’essentiel des habits d’importation".

Il est normal aussi, renchérit-il, que

les prix "augmentent au prorata de la

distance que les vêtements auront par-

la

couru avant

vente". Ces explications cartésiennes n’in-

téressent pas les clients qui ne deman-

d’être proposés à

dent

qu’à trouver leur

compte. Le

cycle

d’écoulement, les

"histoires"

familles

une

compliquée pour eux.

en plus

tres) et par les habitants de toute la ré- gion est du pays qui n’hésitent pas à

y faire une virée même en plein mois

de Ramadan

et sous

un soleil de

plomb.

entre importateurs, grossistes et dé-

taillants constituent pour les pères de

"affaire interne", trop

Les réflexes de

consommation notamment lors de la

fête d’Aïd el Fitr ont fini par se stan- dardiser, de Tamanrasset à Annaba, et le point de chute semble être le mar-

ché d’Ain

plus

çants

de l’Algérie entière (Ouargla,

à Oued Souf, Oran, et Alger entre au-

prisé par les commer-

Fakroun

qui devient de

15 BOUQUALA Admouaâ fi laâyoun sayyala ou lakloub dayyara ou djawwala wana natâadeb wa ankassi

15

BOUQUALA

Admouaâ fi laâyoun sayyala ou lakloub dayyara ou djawwala wana natâadeb wa ankassi wa ankoul win ahbebi, win nassi wa ankoul ya lil ya aâyn

Les larmes coulent des yeux et les cœurs sont en plein étonnement et désarroi ; moi je suis tourmentée et je vie sans tranquillité et je me dis : «Par où sont passés mes amis et où sont mes proches ô mes yeux ô mes nuits.»

mes amis et où sont mes proches ô mes yeux ô mes nuits.» GHRIBIA FONDANTE Ingrédients

GHRIBIA FONDANTE

mes proches ô mes yeux ô mes nuits.» GHRIBIA FONDANTE Ingrédients - 140 g de smen
Ingrédients - 140 g de smen ou de beurre clarifié - 280 g de farine
Ingrédients
- 140 g de smen ou de
beurre clarifié
- 280 g de farine
- 70 g de sucre glace
- 50
g
de
graines
de
sésame entières grillées
-
80
g
de
graines
de
sésame
grillées
et
moulues
1/2 cuillère à café de
levure chimique
-
-
Proportions pour
22
pièces

Préparation

Préchauffer le four à 180 degrés. Battre le smen refroidi avec le sucre glace pendant 5 minutes. Ajouter les graines de sésame entières et moulues, mélanger. Incorporer la farine et la levure et mélanger avec votre main pour ramasser la pâte.

Faire 22 boulettes avec votre pâte et les façonner selon votre goût. Former de petits boudins en forme de doigt, ensuite les décorer avec un moule (tabaâ) spécial gâteaux. Mettre les gâteaux dans un plat allant au four et faire cuire pendant 20 minutes.

un plat allant au four et faire cuire pendant 20 minutes. SABLÉS FONDANTS Ingrédients : -

SABLÉS FONDANTS

au four et faire cuire pendant 20 minutes. SABLÉS FONDANTS Ingrédients : - 400 g de

Ingrédients :

- 400 g de margarine (Matina ou Fleurial)

- 200 g de sucre glace

- 2 œufs

- 400 g de Maïzena

- ½ sachet de levure chimique

- 1 c à c bombée de vanille

- farine

Préparation:

Travailler la margarine et le sucre glace, ajouter les œufs un à un jusqu’à ce que le mélange de- vienne crémeux. Incorporer la Maïzena, l’extrait de vanille et ramasser à l’aide de la farine et la levure tamisée. Rouler la pâte en boule (la pâte doit être souple). Sur un plan fariné, étaler la pâte sur une épais- seur de 3 mm, découper des ronds à l’aide d’un

emporte-pièce de 4 cm de diamètre. Disposer les

gâteaux sur une tôle farinée et appuyer le moule

sculpté sur les ronds de pâte. Faire cuire au four

préchauffé (150°C) et à mi-hauteur pendant 15

mn. Laisser les biscuits refroidir, les tartiner de

confiture d’abricot en les assemblant deux par

deux, ensuite saupoudrer de sucre glace.

assemblant deux par deux, ensuite saupoudrer de sucre glace. BOUCHÉES AUX CACAHUÈTES Ingrédients - 1 verre

BOUCHÉES AUX CACAHUÈTES

Ingrédients - 1 verre =125 ml - 500 g de cacahuètes - 250 g de
Ingrédients
- 1 verre =125 ml
- 500 g de cacahuètes
- 250 g de sucre semoule
- 4 œufs
- 250g de noix de coco
râpé
-
1
sachet
de
levure
chimique
- 2 c à s de confiture
- un petit bol de sucre
glace
pour
rouler les
gâteaux
- des caissettes en papier

Préparation Mixer les cacahuètes

dorées et les mélanger

avec le sucre, les œufs, la

noix de coco, la levure et

la confiture.

Confectionner soit des boulettes ou des boudins que vous roulerez dans le

sucre glace et que vous

mettrez dans des

caissettes appropriées. Faire cuire à four modéré. ATTENTION : Eteindre

quand les petits fours sont encore mous.

Faire cuire à four modéré. ATTENTION : Eteindre quand les petits fours sont encore mous. Mercredi
1 6 EL MOUDJAHID 17 EL MOUDJAHID NDLR Cetterubrique renfermedesversets coranique. Prière de préserver ces

16 EL MOUDJAHID

17

EL MOUDJAHID

1 6 EL MOUDJAHID 17 EL MOUDJAHID NDLR Cetterubrique renfermedesversets coranique. Prière de préserver ces pages
NDLR Cetterubrique renfermedesversets coranique. Prière de préserver ces pages de toutesouillure
NDLR
Cetterubrique
renfermedesversets
coranique. Prière de
préserver ces pages de
toutesouillure
L’ISLAM ET L’OCCIDENT
L’ISLAM
ET
L’OCCIDENT

Bonnes feuilles

L’ Islam, tout en fondant l’existence sur la li- berté, par la voie de la

justice, vise la sûreté et la paix dans la cité et dans les cœurs, et non la démission, ni la lutte pour le pouvoir et la violence aveugle. Le mot islâm en arabe est de la même racine que le mot salâm, «paix». Le concept de paix, Al- Salâm, un des noms de Dieu, est cité sous forme de 157 occur- rences dans le Coran : «Dieu ap- pelle les hommes à la Demeure

de la paix et guide qui Il veut vers la Voie du salut.» (10.25). la paix, la voie juste et le salut sont liés. Il n’y a pas de paix sans jus- tice. Pour qu'il y ait communauté, au sens de société cohérente, il faut plusieurs points communs

les

différents membres, en premier lieu une norme supérieure, et le respect des différences. Elle ne se fonde pas que sur le commun au sens restreint. Une communauté équilibrée articule convergences et divergences, l’in- dividu et le collectif. Les extrémistes sont ceux qui ne perçoivent que le collectif dans une optique restreinte. Le Coran et son Prophète pré- conisent à chacun des croyants, pris individuellement face à l’ad- versité, en conscience, de patien- ter, de faire acte de miséricorde comme preuves de la piété et d’at- tachement à la paix. En Islam, l’acceptation de désaccords rai- sonnables est admise : nulle contrainte en religion. D’autant

entre

qu’il y a des différences irréducti- bles entre les cultures du monde. Notre compréhension de la vé- rité doit être imprégnée d’humilité et de respect de la différence :

«À chacun une direction vers la- quelle il s’oriente pour accomplir sa prière. L’essentiel est de cher- cher à vous surpasser les uns les

dans

autres

l’accomplissement du bien, car, où que vous soyez, Dieu vous ra- mènera tous à Lui». (2.148)

La liberté de conscience Le troisième rameau mono- théiste vise le respect de la liberté de conscience, la reconnaissance du droit à la différence, pour aboutir à la sociabilité et à la paix. Même si une minorité de ses adeptes, manipulés et ignorants peuvent, dans des circonstances déteminées et de manière arbi- traire, contradictoire et injustifia- ble, basculer dans la violence. L’histoire de l’Islam prouve que durant quinze siècles, la plupart du temps, «autrui» fut respecté, malgré des dérives, des critiques, des divergences et des tensions.

La société médiane

(2 e partie)

Le Coran va encore plus loin que le «tu ne tueras point», il pro- clame : «Celui qui tue injuste- ment un être humain, c’est comme s’il avait tué toute l’hu- manité.» (5. 32). Le Prophète di- sait : «Le musulman est celui qui ne porte pas atteinte aux autres, ni avec sa langue ni avec sa main

; et le croyant est celui auquel les gens font confiance à1'égard de leur sang et leurs biens. » (Mus- lim)

L’utilisation de la force, en tant que légitime défense, ressort de l’État, doit être un dernier recours, après avoir épuisé toutes les voies de la prévention, de la négociation et du règlement pacifique des dif- férends et conflits, avec un respect total de la dignité humaine, des non-belligérants et de la nature. N pacifisme béat qui peut favoriser le rapport injuste du loup et de l’agneau, ni bellicisme qui contre-

la

dignité de l’humanité. Le concept de la communauté médiane fonde la nécessité d’une éthique et d’une morale de la légitime défense, avec pour but de restreindre et de contrôler l’usage de la force. La notion de guerre juste, de légitime

défense, comme ultime recours, vise la dignité et le droit à répara- tion. C’est la position juste entre deux affirmations contraires récu- sées, celles de la passivité et de l’agressivité : «N’attentez pas à la vie de votre semblable, que Dieu

a rendue sacrée. Pour quiconque

serait injustement tué, Nous don- nons à son ayant cause le droit d’exiger réparation. Mais que ce dernier ne commette pas d ’excès en voulant venger la victime lui- même, car la loi est là pour l’as- sister.» (17. 33) Le concept de «justice» traduit parfaitement la ligne médiane en matière de vivre ensemble :

«Soyez justes envers vos parents, vos proches, les orphelins, les pauvres, les voisins qu'ils soient de votre sang ou éloignés, ainsi que vos compagnons de tous les jours, les voyageurs de passage et les esclaves que vous possédez, car Dieu n'aime pas les arro- gants vantards.» (4.35) Et «Dieu n'aime pas les injustes.» (3. 57) L’ accent est mis sans cesse sur la justice : «Vous qui croyez té- moigner de l’équité, que la ran- cune contre un autre peuple ne vous vaille pas de tomber dans l’injustice. Soyez justes.» L’Islam autorise, sous strictes conditions, la légitime défense et interdit absolument toute forme d’agres- sion : «Combattez sur le chemin de Dieu ceux qui vous combat- tent, sans pour autant commettre d’agression. Dieu déteste les agresseurs.» (42 .40) Il s’agit d’user de la force

i

dit

M. Mustapha Cherif
M. Mustapha Cherif

comme légitime défense, afin que la violence aveugle ne dégénère pas. Refuser l’indignité est un de-

voir : «Autorisation de se défen- dre est donnée aux victimes d’une agression, qui ont été in- justement opprimées, et Dieu a tout pouvoir pour les secourir.» (22.39). Pour Ibn Taymiyya (1263-1328) la première qualité

de l'État devrait être la justice, en- tendue comme ligne médiane. Cet auteur controversé, considéré comme strict et sévère, a exercé l’interprétation, l'ijtihâd, et a tra- vaillé le concept de médianité, «al wasatiyya». Ce théologien utilise le concept de «médianité», «al wa- satiyya» pour expliquer son point de vue sur les principes musul- mans et la vraie croyance : «C'est la croyance des gens de la tradi- tion et du consensus (Ahl as- sunna wal-Jamâ'a), Les gens de la tradition et du consensus ne s'écartent pas du message apporté par les Envoyés, car il représente al wassatiya (la voie juste, médiane), celle des gens que Dieu a gratifiés : pro- phètes, véridiques, martyrs et ver-

Les gens de la tradition

et du consensus aiment les mem-

bres de la famille de l'Envoyé de

Les gens de la sunna et

Dieu (

du consensus se conforment au modèle de l'Envoyé de Dieu — paix et bénédiction de Dieu sur lui

tueux (

)

)

- dans leur vie intime comme dans

Ils savent

que la parole la plus véridique est la parole de Dieu et que la meil- leure direction est celle de Mu-

leur

désignation par «les gens du Livre et de la sunna» (lettre intitulée Credo). Ibn Taymiyya insiste pour dire que la voie agréée est celle de la ligne juste médiane qui se défie des injustices, des extrêmes et des déviations, ce que nombre de ses

adeptes aujourd’hui qui s’enfer- ment dans le rigorisme devraient

se souvenir : «Ils ont aussi été ap- pelés "Gens du consensus", car le consensus (jamâ'a) revient à se réunir — et son antonyme c'est la division (furqa) — même si ce terme désigna par la suite toute assemblée de gens. Le consensus (ijmâ') constitue le troisième fon- dement sur lequel s'appuient la

) Le seul

consensus qui existe est celui des pieux prédécesseurs (salaf sâlih), car après eux s'amplifièrent et se

répandirent dans les rangs de la- communauté les désaccords. Les gens de la sunna et du consensus — en sus de leur foi dans tous les fondements précédents — ordon- nent le convenable (ma'rûf) et in- terdisent le blâmable (mounkar) conformément aux prescriptions de la charî'a.» (Op-cit). Il prône le respect des liens fa-

leur vie publique (

hammad

(

)

)

D'où

science et la religion (

miliaux et sociaux, de l’autorité et la patience : «Ils considèrent que l'on est tenu de s'acquitter du pè- lerinage et de l’effort sur la voie de Dieu (jihâd), d'assister aux prières du vendredi et des fêtes, avec tous les gouvemeurs, que ces derniers soient pieux ou pervers. Ils veillent à prendre part à la prière en groupe (jamâ'ât), prati- quent le devoir de conseiller (na- sîha) la communauté ( ) Ils commandent la patience face à l'épreuve, la gratitude dans l'ai- sance et l'acceptation du sort (qadâr). Ils appellent aux nobles carac-

) Ils

incitent à respecter les liens de parenté même si ses proches pa- rents ne le font pas, à faire preuve de libéralité avec celui qui ne le fait pas avec lui et à pardonner à celui qui lui fait du tort. Ils ordonnent la piété filiale, le res- pect des liens du sang, le bon voi- sinage, la bienfaisance envers les orphelins, les indi gents, le voya- geur de passage et la compassion envers l'esclave.» (Op-cit). Il recommande l’humilité, le respect d’autrui et la vertu comme

expression de la voie médiane :

«Ils interdisent la vanité, l'injus- tice et de traiter autrui avec arro- gance à bon droit ou non. Ils ordonnent les vertus mo- rales éminentes et interdisent les

Les gens de la

tères et aux bonnes actions (

mauvaises mœurs

sunna et du consensus représen- tent le juste milieu, de la même manière que la communauté mu- sulmane est médiane. La position des gens de la sunna et du consen- sus est médiane.» (Lettre intitulée Credo). L’autre différent, le non musul- man, est décrit par le Coran comme un être humain, un sem- blable, à partir de l’humanité commune. L’ autre est le même, indispensable pour comprendre le réel et l’au-delà. Mais il peut aussi devenir un adversaire, un rival. La ligne médiane consiste à agir pour que la dimension de la coexis- tence et le droit comme règles de vie l’emportent sur l’incompré- hension et la violence. Le Coran exige l’exercice de la pondération et de la justice et condamne l’ex- trémisme : «Ne laissez pas la haine pour un peuple qui vous a obstrué la route vers la Mosquée sacrée vous inciter à l’excès et soyez justes, cela est plus proche de la piété.» (5.2- 8). Il n’y a pas de paix sans res- pect de la liberté de conscience, de l’interconnaissance et de la jus- tice : ce sont des principes cora- niques. Témoigner de sa foi et appeler au bien est un droit, mais cela implique le respect de la li- berté d’autrui, des compétences et le respect des institutions. De plus, prendre la parole dans les es- paces publics implique de bénéfi-

cier d’une autorisation émanant de l’autorité concernée. Tout té- moignage doit être basé sur la connaissance et la légitimité. S’improviser enseignant ou prédi- cateur conduit souvent à des dé- rives et à un but opposé de la bonne intention qui à elle seule ne suffit pas. Le Coran appelle à «ordonner le recommandable et à réfuter le blâmable», en commençant par soi-même d’abord : «Commande- rez-vous aux gens de faire le bien, et vous oubliez vous-mêmes de le faire, alors que vous récitez le Livre ? Etes-vous donc dépourvus de raison ? » (2 .44). Un dire du Prophète précise :

«Dis du bien ou garde le si- lence.» (Bokhari et Muslim), c’est-à-dire que les discours et prêches qui agressent et portent atteinte à la paix sociale sont l’anti-Islam. Le respect de la li- berté de conscience est affirmé par le Coran : «Et si ton Seigneur l'avait voulu, tous les hommes peuplant la Terre auraient, sans exception, embrassé Sa foi ! Est- ce à toi de contraindre les hommes à devenir croyants.»

(10.99)

Extrait de l’ouvrage La Société médiane de Mustapha Cherif Editions Houma, Alger, 120 pages

MOSQUÉE BILAL BEN RABAH DE JIJEL

Une zaouïa disparue devenue mosquée par la volonté des citoyens

L a mosquée Bilal Ben Rabah, inaugurée en

au centre de Jijel,

est érigée sur l'emplacement d’une ancienne zaouïa. Cette dernière avait failli être rempla- cée par un établissement com- mercial si ce n'était la volonté et la force de la foi des citoyens. L'édifice aux deux minarets, s’élevant, majestueux, sur l'ave- nue Emir-Abdelkader, baptisé depuis 2006 Masdjid Bilal Ben Rabah après que la zaouïa origi- nelle eut porté dans les années 1980 le nom de Masdjid Saïd, continue d’être plus connu sous l’appellation d’Ez-zaouïa, en souvenir de la zaouïa de la tariqa Rahmania dont c'était l'emplace- ment à partir des années 1868, une décennie après l'expulsion des citadins jijeliens de la presqu'île sur laquelle était bâtie leur citadelle (Jijel el atiq). M. Nadir Lakari, enseignant retraité, membre de l'association de la Mosquée Bilal Ben Rabah et ancien membre de l'associa- tion de Masdjid Saïd, soutient que «c'est un songe qui a décidé l'acquéreur le plus récent de cette assiette de terrain à y construire une mosquée plutôt que le domicile familial qu'il projetait d'y ériger». La généro- sité inspirée du dernier acqué- reur du terrain, relayée avec enthousiasme par la population, a mis en 2006 un terme définitif aux «risques» de voir ce lieu du culte musulman dévoyé de la consécration religieuse inspirée par le cheikh Youras El-Hocine de la confrérie des Rahmania, après son expulsion de la presqu’île, à l'instar de nom- breuses familles jijéliennes suite au décret impérial du 16 juin 1858 et de l’arrêté du ministre de la Guerre daté d’octobre 1859 qui a privé à jamais les citadins de Jijel de leur ancestrale Casbah et des mosquées et zaouïas que la ville abri- tait. «L’on raconte que lorsqu’une église a été édifiée en ce lieu, en 1875, le cheikh fondateur, qui avait fait de son propre domicile un lieu de prière et de recueillement pour les membres de la confrérie Rahmania, a mis les deux meilleures pièces de son domicile à la dis- position du large public», indique M. Lakari. La zaouïa a également été, durant des décennies, un lieu d'habitation pour des familles qui ensuite ont toutes été relogées par l'Assemblée populaire de Jijel.

été relogées par l'Assemblée populaire de Jijel. Précédée par un couloir nommé «Edahliz», la villa avec

Précédée par un couloir nommé «Edahliz», la villa avec étage dis- posait d'un jardin où, selon la légende locale, le cheikh priait, drapé d'un burnous bleu nuit. Fermée en 1994 par les pouvoirs publics, la zaouïa et son terrain, mis en vente par les héritiers du cheikh fonda- teur, devait être remplacée par un établissement à caractère touris- tique, si ce n'était la vigoureuse protestation de l'association de Masdjid Saïd, soutenue par l'ensemble de la population. Cette desti- nation a été abandonnée à la suite d’une nouvelle vente du terrain et d'une décision qui fait de ce lieu un «rescapé» de la mémoire de Jijel el atik, un endroit chargé d’histoire, aujourd’hui ignoré des jeunes générations.

2006

Hadiths

Le Messager d’Allah (que la paix et le salut d'Allah soient sur lui) a dit : « La nourriture d’un seul suffit à deux, celle de deux suffit à quatre et celle de quatre suffit à huit personnes. » Rapporté par Mouslim.

——0o0——

- Le Messager d’Allah (que la paix et le salut d'Allah soient sur lui) a dit : « L’humain n’a point rempli un contenant plus mauvais que son ventre. Des petites bouchées de nourriture suffisent à l’homme pour pouvoir survivre. Mais si vous êtes incapables d’agir ainsi, alors réservez un tiers pour la nourriture, un autre pour la boisson et le dernier tiers pour la respiration.» Rapporté par Ibn Mâjah et authentifié par Al- bâny.

——0o0——

- Le Messager d’Allah (que la paix et le salut d'Allah soient sur lui) a dit : « Les rassasiés dans cette vie sont les affamés dans l'au-delà. » Rapporté par Tabarâny et authentifié par Albâny.

——0o0——

- Le Messager d’Allah (que la paix et le salut d'Allah soient sur lui) a dit : « Je plaiderai moi-même le jour de la résurrection contre celui qui opprime une personne qui a conclu un pacte (avec les musulmans), le dénigre, le contraint à faire ce qui est au-delà de ses capacités ou lui prend une chose sans son accord. » Rapporté par Abou Dawoud et authentifié par Albany.

Culture

18

EL MOUDJAHID

THÉÂTRE D’ORAN

Le jeune public à l’honneur

L e jeune public se taille la part du lion dans le programme d’activités élaboré pour ce mois d’août par la direction du Théâtre régional

Abdelkader Alloula d’Oran (TRO). Plusieurs pièces théâtrales pour enfants sont à l’affiche de cette struc- ture culturelle qui a invité différentes troupes artis- tiques à se produire sur scène. Les petits auront également droit à des projections de films de contes célèbres à l’image du “Petit Chaperon Rouge” et des “Aventures de Sinbad” ou de chefs-d’œuvre des grands maîtres du rire à l’instar de Charlie Chaplin et de Laurel et Hardy. Parmi les autres affiches, “Stand up Zoubir” écrit par Zoubir Belhor et mis en scène par Youcef Gouasmi, “Etudiant DZ” de Zahr Eddine Jouad, “Essouk Essaouda” de Farah Hakima et “Li fi galbi aala elsani” de Samir Benalla. L’épopée “Wafia”, produite dans le cadre du cinquantenaire de l’indé- pendance nationale, reviendra quant à elle sur les

pendance nationale, reviendra quant à elle sur les tréteaux du TRO après avoir été jouée dans

tréteaux du TRO après avoir été jouée dans plusieurs salles du pays depuis la générale donnée avec succès en mai dernier. Cette pièce qui met en exergue la di- mension du sacrifice consenti par le peuple algérien durant la lutte de libération a été écrite par Kaddour Benkhamassa, adaptée par Bouziane Benachour et mise en scène par Abdelkader Belkaïd. La Direction du TRO a aussi programmé un concert de musique proposé par le groupe “Noud- joum El-Gharb” et une représentation de “Kessas Nessin” du regretté Abdelkader Alloula (1939- 1994), mise en scène par son neveu Jamil Benhama- mouche. L’artiste Mohamed Mihoubi a proposé pour sa part “Ana houa el mir” (c’est moi le maire), un spec- tacle humoristique ayant pour héros Ouadah, un quinquagénaire qui tente de séduire les électeurs pour briguer le poste de président d’APC.

«TIZI-OUZOU PAR L’IMAGE»

Un ouvrage témoin sur le développement local

L a wilaya de Tizi-Ouzou a édité, dans le cadre de la célébration du cinquantenaire de l’indépendance

nationale, un ouvrage intitulé Tizi-Ouzou par l’image qui se veut un témoin sur le développement de la région. Le livre de format tabloïde de 114 pages, comporte une série de photographies des grands projets structurants et des réalisations concrétisées dans la wilaya depuis quelques années. Sur la couverture sont représentées, en mosaïque, des photos de quelques projets et sites de la wilaya. La dernière page est une image du musée du centre-ville de Tizi-Ouzou. L’ouvrage est présenté par le wali, M. Ab- delkader Bouazghi, qui explique que “ce document imagé constitue un témoin qui permet de faire une lecture non exhaus- tive des réalisations de projets inscrits dans les différents secteurs, et qui sont présentement achevés ou en cours de réa- lisation”. La première photo de cet ou- vrage représente le monument dédié aux 20.000 martyrs de la wilaya, situé à l’en- trée ouest de la ville de Tizi-Ouzou, inau- guré le 16 juillet dernier par le Premier ministre, M. Abdelmalek Sellal. Suivent des photos ou des maquettes de projets réalisés où en cours de réalisation dans tous les secteurs. On peut y découvrir entre autres les projets du musée régional de Tizi-Ouzou destiné à réhabiliter la di- mension historique et culturelle de la wi- laya, du stade de 50.000 places en construction, du centre de regroupement des équipes nationales d’Aghribs, du cen- tre anticancer de Draâ Ben Khedda, de la maison de l’environnement, des ports de Tigzirt et d’Azeffoun et des grands pro- jets du secteur des Travaux publics. Des images représentant la rue Lamali Ahmed qui dessert le CHU de Tizi-Ouzou, avant

la rue Lamali Ahmed qui dessert le CHU de Tizi-Ouzou, avant et après le lancement de

et après le lancement de l’opération de lutte contre le commerce informel, ainsi que du marché de Draa Ben Khedda, avant et après son réaménagement, té- moignent de l’effort important, mené par les autorités locales pour éradiquer le commerce informel et redonner aux trot- toirs leur vocation première d’espace pu- blic. On y découvre également des images de sites touristiques de la wilaya, tels que la luxuriante forêt de Yakourène, le barrage de Taksebt, les villages an- ciens, et la dorsale enneigée du Djurdjura, ainsi que l’artisanat local (poterie tapis- serie, habit traditionnel). “La wilaya de Tizi-Ouzou s’est lancée sans complexe dans l’édification d’un avenir prospère et durable. L’état des lieux renseigne sur les

actions et réalisations entreprises durant ces dernières années dans les différents domaines à travers son territoire, pour élever le niveau culturel, social et écono- mique de ses citoyens”, indique le wali dans sa présentation. Selon M. Bouazghi, “toutes ces actions permettront, non seu- lement de promouvoir la wilaya, mais

aussi de l’amener au rang de pôle attractif de manière à inverser la tendance actuelle de -wilaya migrante-”. Pour sa part, le président de l’APW, M. Hocine Haroune, a estimé que “l’action concertée entre les élus locaux et l’administration, dans une

synergie (

ayant pour seul et unique

objectif, le citoyen et son bien-être sera et demeurera l’unique gage de réussite des défis à venir”.

)

CINÉMA

“2Guns” àlatête du box-office nord-américain

L e film d’action “2 Guns” occupe la tête du box-office nord-américain pour son premier week-end d’exploitation, révèlent les chif-

fres définitifs publiés lundi dernier par la société Exhibitor Relations. Cette comédie, qui met en scène deux agents secrets infiltrés dans un cartel de

la drogue obligés de fuir ensemble, a engrangé 27

millions de dollars. Il relègue au deuxième plan “Wolverine : le combat de l’immortel”, avec le

musculeux Hugh Jackman, qui récolte 21,3 mil- lions. Le personnage le plus emblématique des X- Men, dont la dernière aventure se déroule au Japon,

a amassé 94,6 millions de dollars en deux se-

maines. Les petits bonshommes bleus des “Schtroumpfs 2” se glissent eux à la troisième place pour leur première semaine d’exploitation, avec 17,5 millions de dollars de recettes. Le film d’épouvante “Conjuring : Les dossiers Warren” suit avec 13 millions de dollars récoltés, soit 108 mil- lions en trois semaines. A la cinquième place, le film d’animation “Moi, moche et méchant 2” re- cueille encore 10,1 millions, pour un total impres- sionnant de 326,4 millions de recettes au total en cinq semaines. Les “Copains pour toujours 2” avec Adam Sandler suivent avec 7,9 millions de dollars (116,2 en quatre semaines), dépassant “Turbo”, dernier film d’animation de la Fox narrant les aven- tures d’un escargot féru de vitesse, qui récolte 6,2 millions de dollars (69,3 millions en trois se- maines). “Red 2”, comédie d’action avec Bruce Willis, John Malkovich et Helen Mirren en retraités de la CIA qui reprennent du service, gagne 5,6 mil- lions de dollars (45 millions en trois semaines). Juste après, “Les flingueuses”, avec Sandra Bul- lock en agent du FBI et Melissa McCarthy en poli- cière de Boston, prend la neuvième position avec 4,6 millions de dollars de recettes, 149, 5 millions depuis sa sortie il y a six semaines. Enfin, un des nombreux blockbusters de l’été, “Pacific Rim”, ferme le Top 10 avec 4,5 millions de dollars (92,9 au total en quatre semaines).

19 Par Abdelkrim Tazaroute Le temps des évaluations L es Algériens ont vu des programmes

19

19 Par Abdelkrim Tazaroute Le temps des évaluations L es Algériens ont vu des programmes al-
19 Par Abdelkrim Tazaroute Le temps des évaluations L es Algériens ont vu des programmes al-

Par Abdelkrim Tazaroute

Le temps des évaluations

L es Algériens ont vu des programmes al- gériens, pas tous évidemment, mais une bonne majorité et il suffit d’aborder le

sujet pour se rendre compte que votre entou- rage, les amis et collègues de bureau connais- sent le programme et ont déjà leur série ou leur émission préférée et c’est déjà énorme. Hors cette période du mois de ramadhan, force et de reconnaître que ce n’est pas le cas, quoique à l’intérieur du pays, des téléspectateurs sont fi- dèles au programme des chaînes de télévision

algérienne. Il faut dire aussi que le paysage au- diovisuel algérien a opéré une mutation avec l’avènement de nombre de chaînes de télévi- sion privées qui diffusent à partir de l’étranger et cela donne une autre configuration et un choix plus large aux téléspectateurs. Nous avons vu donc des programmes algériens

et c’est énorme quand on est objectif. La cri-

tique est facile dit-on. Bien que nous ne soyons pas adeptes de cette expression, nous trouvons

qu’à l’égard des productions télévisuelles dif- fusées cette année, des observateurs, journa- listes et autres cinéastes ont tiré à boulets rouges sur tout ce qui bouge, certains ont même contesté la présence de nouvelles chaînes TV au prétexte qu’elles n’ont rien ap- porté de nouveau/ Cela frise la mauvaise foi. Entendons-nous bien, cela ne veut pas dire que nous avons ap- précié tous les programmes et que tout va pour

le mieux, cependant, à l’heure des évaluations,

il y a des programmes qui n’ont rien à envier à

ce qui se fait ailleurs en matière audiovisuelle. Nous ne parlons pas ici de cinéma mais de sé- ries, de sitcom et d’émissions de divertisse- ment.

Il y a indéniablement une note de fraicheur qui

a été apporté avec de nouveaux visages, de

jeunes comédiens et comédiennes qui se sont

fait remarquer par les téléspectateurs, il y a de

la diversité et de l’originalité. Il y a la qualité

des animateurs pour les émissions culturelles

et de divertissement. Contrairement à ce qu’af-

firment les nostalgiques, leurs aînés ne fai- saient pas mieux. Non «Avant c’était mieux» est une supercherie. Nous ne voyons pas en quoi un sketch chorba mérite des applaudisse- ments où des éloges, ni par ailleurs les anciens feuilletons, hormis ceux de Mustapha Badie. Bien sûr que les caméras cachées ont été dé- voyées et ont manqué terriblement d’idées pour faire rire sans toucher à la dignité des per- sonnes piégées, bien sûr que suite logiquement au visionnage de quelques numéros de caméra cachée, les programmateurs auraient dû réagir mais… Sans école de formation, sans une pro- duction soutenue et riche, sans expérience, il est impossible de produire qualitativement. Le fait qu’il ait déjà des productions à diffuser et déjà un miracle. Saluons alors, les équipes techniques et artistiques des différentes chaînes et souhaitons que les responsables de ces chaînes de TV fassent le même effort en ma- tière de production durant toute l’année mais pas uniquement durant le mois de ramadhan. A.T

séLeCtioN TV

uniquement durant le mois de ramadhan. A.T séLeCtioN TV CANAL ALgérie 21h 40 Nour El Fedjr 29

CANAL ALgérie

21h 40

de ramadhan. A.T séLeCtioN TV CANAL ALgérie 21h 40 Nour El Fedjr 29 e partie du feuilleton

Nour El Fedjr

29 e partie du feuilleton social algérien réalisé par Amar Tribeche et inter-

prété par : Mohamed Ajaimi, Bahia Rachedi, Driss Chekrouni, Hassen Ben- zerari, Nidal. Allawa et Lakhdar deux frères vivaient paisiblement dans la même maison jusqu’au jour où un drame survient: Merouane, fils de Allawa, un adolescent jaloux de la passion innocente qui existe entre sa sœur Meriem et son cousin

Skender, jette une pierre sur celui-ci, ce qui provoque progressivement chez

lui une cécité totale

la

cohabitation entre les deux frères devient désormais

impossible et c’est la séparation…

devient désormais impossible et c’est la séparation… LA terrestre 21 h 05 Dikra wadihka Le rire

LA terrestre

21 h 05

impossible et c’est la séparation… LA terrestre 21 h 05 Dikra wadihka Le rire dans les

Dikra wadihka

Le rire dans les productions algériennes revisité à travers les comédiens et les humoristes les plus en vue de la sphère cinématographique et télévisuelle algérienne. C’est court, digest et sans fioriture. Présentée sobrement par le comédien Arslane, Dikra wadihka offre l’opportu- nité de revoir des séquences de films et de téléfilms où nos humoristes se sont illustrés.

et de téléfilms où nos humoristes se sont illustrés. CANAL ALgérie 16H00 Omar 29 e partie du

CANAL ALgérie

16H00

Omar

29 e partie du feuilleton historique et religieux sur la vie d’Omar Ibn Al- Khattab, l’un des plus puissants et influents chefs musulmans et compagnons du prophète. Le feuilleton couvre une période remarquable du début de l’histoire islamique à travers la vie de l’un de ses personnages principaux, le deuxième calife musulman Omar ibn al-Khattab (584-644), qui a transformé un état nouvellement né en une superpuissance mondiale. Le scénario a été écrit par le Jordanien Walid Seif et est réalisé par le Syrien Hatem Ali.

Walid Seif et est réalisé par le Syrien Hatem Ali. Nadia Benyoucef, l’école Alhane wa chabab
Walid Seif et est réalisé par le Syrien Hatem Ali. Nadia Benyoucef, l’école Alhane wa chabab

Nadia Benyoucef, l’école Alhane wa chabab

Nadia Benyoucef était l’invitée d’une amission culturelle sur Canal Algérie. Comme elle aime

à le qualifier elle-même, Nadia Benyoucef est un pur produit de l’école Alhane wa chabab. Elle

a toujours aimé chanté et elle dit avoir un tel respect pour la grande Fadhila Dziria, qu’elle n’a

pas osé approcher. Née en 1958 à Bad Djedid, à la Casbah d`Alger. Brillante interprète, serait originaire des environs de Cherchell, élève à El-Mossilia, mais abandonne ses études musicales. Alhane wa chabab, l`émission de télévision consacrée aux jeunes talents, la révèle au public en 1973, alors qu`elle n`avait que 15 ans. Par le timbre chaud et fin de sa voix, elle introduit une note de fraîcheur dans l`interprétation du hawzi.Leytim lui servira de prélude avant le grand succès de Ya l`mouima, chanson qui lui a été spécialement composée par Rabah Driassa. Sa collaboration avec deux compisiteurs confirmés, Mâati Bachir et Tahar Benhamed, ne lui ap- porte que des satisfactions : Yal Warda et El Khatem. Ses duos avec Chaou (El Waldine et Kahwa ou Latey) et Kouffi (Yassadni et Lazem Tedbir) ne passeront pas inaperçus.Toutefois, la presque totalité de sa carrière reste marquée par deux per- sonnalités : Mâati Bachir pour la composition (Aâmrat Dari, Lqit Lghzel, El Mouhami, etc.) et Saloua pour les conseils, elle quitte l`enseignement pour se consacrer à la musique et à son foyer. Questionnée sur ce qu`elle pense des partis politiques (en 1990), elle a répondu «Mon parti à moi, c`est mon public et ma politique c`est la musique. Au mois de juin 1994, elle annonça brus- quement son retrait définitif de la scène artistique, allant jusqu`à demander à la radio et à la té- lévision de cesser la diffusion de ses chansons. Depuis, elle est plutôt en retrait et ne poursuit sa carrière qu’avec son ancien répertoire et des reprises.

est plutôt en retrait et ne poursuit sa carrière qu’avec son ancien répertoire et des reprises.

D

20

étente

EL MOUDJAHID

Page animée par Mourad Bouchemla Mots CROISÉS Nº 3482 1 2 3 4 5 6
Page animée par Mourad Bouchemla
Mots CROISÉS
Nº 3482
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
I
II
III
IV
V
VI
VII
VIII
IX
X

Définitions

HORIZONTALEMENT

I-Présence de sang dans les urines. II-En lac-Région d’un gibier. III-Passe de balle-Embarcation à fond plat. IV-Dur au goût-Respect.V-Développement de la langue allemande. VI-Faire comme un lion- Préfixe.VII-Unité bulgare-Grecque. VIII-Briser.IX-Pièce de soutien-Petit boulon. X-Qui troue.

VERTICALEMENT

1-Tirer une péniche-Vieux diplome . 2-Ôte l’eau dans l’eau -Qui sup- port un bât.3-Frisson en hiver-Poisson.4-Argent-Provoque une émulsion. 5-Bruit sec-Toute ridée. 6-Ville de fouilles-Saouler. 7-Opérer rapide- ment-Démonstratif. 8-Précolombiens-Édité. 9-Gros-Problème. 10-Par- ticulier à une locatité.

SOLUTION DES MOTS CROISÉS 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 1
SOLUTION DES MOTS CROISÉS
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
1
H
E
M
A
T
U
R
I E
2
A
C
G
A
R
E N
N E
3
L
O
B
C
A C
O
N
4
A
P
R
E
E
A R
D
G
5
G
E
R
M
A
N
I
S M
E
6
E
R
U
G
I
R E
M
7
B
L
E
V
P S
I
8
C
A
S
S
E
R
Q
A
E
T
A
I
E
O
R
U
9
P
E
R
F
O
R
E
U S
E
10
SOLUTION DES MOTS FLÉCHÉS 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 1
SOLUTION DES MOTS FLÉCHÉS
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
1
H
E
L
I
C
O
I
D
A
L
2
A
B
N
A
R
C
O
S
3
M
O
T
C L
E
D
E
4
A
U
R
A I
N
O
B
5
C L
E P
L
I
V
E
6
E
S
A
L
A
D
E R
7
P
M
A G
A
A
N
L
E
8
A
D
E
R
S
H
I P
I
N
D
9
U
D
O
R
E R
S
T
O
C
K
S
A
L E
10

26.I N D 9 U D O R E R S T O C K S

28.N D 9 U D O R E R S T O C K S A

Mots FLÉCHÉS Nº 3482 EN SPIRALE ——————————— EN CAB ———————————
Mots FLÉCHÉS
Nº 3482
EN SPIRALE
———————————
EN CAB
———————————
PROBLÈME DE DROGUE
EN LICE
———————————
DONNE LA SOLUTION
————————————
NE TÉMOIGNA PAS
ARTICLE
———————————
ÉTUI
———————————
ENZYME
DURILLON
—————————————
SE DÉGAGE D’UN ÊTRE
—————————————
ÀTOURNERPOUROUBLIER
DEESSEMARINE
—————————
EN VERT
PRÈCOLOMBIEN
——————————
PARTIE DE TROUSSEAU
—————————————
INTENSE
VOLATILE DIPARU
——————————
CELUI DE VOILE
——————————
INSIGNFIANT
LIT EN FORÊT
———————————
GRIMPER
———————————
RIDES
EFFRONTEMENT
CHAUVE-SOURIS
————————————
————————————
TITRE TURC
EN PERMISSION
————————————
————————————
MONT D’ALGÉRIE
J
RAMPE DE LANCEMENT
————————————
PÉRIODE
————————————
CHAMP À VACHES
————————————
GUIDE
OBSOLÈTE
———————————
IRRÉGULIER
———————————
ILLUMINER
AU SECOURS
————————————
ENSEMBLE AU MAGASIN
—————————————
POURRI
Nº 3482 Mot CACHÉ Grille 3. Guignolet 33. Cuistance 15 . Ebrécher M C O
Nº 3482
Mot CACHÉ
Grille
3.
Guignolet
33.
Cuistance
15
. Ebrécher
M
C
O
L
O
N
I
S
E
R
R
E
C
E
T
E
U
R
E
P
6.
Estrapade
34.
Enchaîner
20
. Assiettée
G
C
A
C
A
O
T
I
E
R
E
N
V
I
R
O
N
T
E
E
11.
Gyropilote
35.
Réabonner
22.
Inégalité
U
D
I
S
T
I
Q
U
E
L
A
H
E
R
D
O
T
E
S
O
12.
Méthylique
36
. Wattmètre
I
B
A
L
A
N
C
I
E
R
F
O
C
A
I
S
E
L
R
T
23
. Moscovite
13.
Viviparité
37.
Confluent
G
G
M
V
F
N
R
E
H
C
E
R
B
E
V
I
C
C
M
R
24 . Pansement
E
I
E
14.
Flemmarder
38
. Conspuer
N
Y
L
E
T
L
E
I
S
S
A
A
N
A
A
M
A
25 . Basculeur
O
R
T
V
E
E
T
I
T
A
G
E
N
I
N
S
L
M
P
16.
Vantardise
39.
Corinthe
A
L
O
H
I
M
E
T
I
V
O
C
S
O
M
T
E
E
A
Q
I
17.
Insensible
40. Sulfureux
27 . Treillage
E
P
Y
P
M
T
N
E
M
E
S
N
A
P
A
N
N
U
L
D
18
. Calendrier
41. Ascétique
29 . Harassant
T
I
L
A
A
R
U
E
L
U
C
S
A
B
R
S
D
E
E
L
19.
Mamillaire
42 . Valentino
30 . Spiroïdal
C
L
I
R
R
E
G
A
L
L
I
E
R
T
D
T
I
R
A
C
21.
Maquette
43. Admirable
A
O
Q
I
D
T
N
A
S
S
A
R
A
H
I
T
B
I
I
A
1. Coloniser
Caryatide
7. Distique
R
T
U
T
E
L
A
D
I
O
R
I
P
S
S
E
L
E
R
M
8. 2 . Récepteur
Cambrouse
Hérodote
Y
E
E
E
R
O
E
L
I
C
I
M
O
D
E
L
E
R
E
B
4. Cacaotier
A
A
R
G
E
N
T
E
U
R
C
U
I
S
A
T
N
C
E
R
31.
Domicile
9. Balancier
T
E
N
C
H
A
I
N
E
R
R
E
A
B
N
O
N
E
R
O
32 . Argenteur
10. Focaliser
5. Envieront
I
W
A
T
T
M
E
T
R
E
C
O
N
F
U
L
E
N
T
U
TRISTE
D
C
O
N
S
P
U
E
R
I
Q
C
O
R
I
N
T
H
E
S
E
S
U
L
F
U
R
E
U
X
A
S
C
E
T
I
Q
U
E
E
SOLUTIONPRÉCÉDENTE: MAGNETOSCOPE
U
V
A
L
A
N
T
I
N
O
A
D
M
I
R
A
B
L
E
E

Vie pratique

28

EL MOUDJAHID

Vie religieuse Condoléances Horaires des prières de la journée du Mercredi 29 Ramadhan 1434 correspondant
Vie religieuse
Condoléances
Horaires des prières de la journée du Mercredi 29 Ramadhan 1434
correspondant au 7 Août 2013 :
CONDOLÉANCES
- Dohr
12h54
M. Mahmoud Boussoussa,
- Asr
16h41
- Maghreb
19h51
- Ichaa……
……
21h20
Jeudi 30 Ramadhan 1434
correspondant au 8 Août 2013 :
- Fedjr 04h21
- Chourouq
05h59
ancien journaliste au
quotidien national
El Moudjahid, présente ses
condoléances les plus
attristées à son ami Azeddine
Drouiche à la suite du décès
aux Lieux Saints de l’Islam de
sa chère mère.
Que Dieu le Tout-Puissant
accorde à la défunte Sa
Sainte Miséricorde et
l’accueille en Son Vaste
Paradis.
“A Dieu nous appartenons
et à Lui nous retournons”.
Le Président-Directeur Général, les cadres et l’ensemble du
personnel de l’ANEP, très affectés par le décès de la tante de
leur collègue,
M. BENAMIROUCHE Seddik
Directeur de l’Unité Régie Publicitaire
OFFICE PUBLIC NOTARIAL
D’EL-HARRACH
(Maîtres BOUTER Khélifa et
Adlane) Père et Fils -Notaires
Lui présentent ainsi qu’à sa famille leurs sincères
condoléances et les assurent de leur profonde sympathie en
cette pénible circonstance.
- Il est porté à la connaissance des
usagers de l’Office Public Notarial cité,
que celui-ci est doté dorénavant de
nouvelles lignes téléphoniques
suivantes :
Puisse Dieu le Tout-Puissant accorder à la défunte Sa Sainte
Miséricorde et l’accueillir en Son Vaste Paradis.
El Moudjahid/Pub 07/08/2013
El Moudjahid /Pub du 07/08/2013
Ancien numéro :
Nouveau numéro :
-021-53.62.59
Tél/Fax - 021 -83.32.59
Condoléances
ENTREPRISE NATIONALE DE PROMOTION IMMOBILÈRE
Société par actions : SPA/ENPI
Capital : 1 000 000 000,00 DA
-021-52.91.09
- 021-83.31.09
M. Mahmoud Boussoussa,
-021-52.40.82
Tél/Fax - 021 -83.40.80
DIRECTION REGIONALE DE TIPASA
REF : N°994/507/D.R.T/R/2013
DECISION DE RESILIATION
Pour Avis. -
- Vu le contrat N° 02/08 daté du 26/01/2008 de suivi des 70 LSP + 28
logts promotionnels à KOLEA, wilaya de Tipasa, attribué au
El Moudjahid /Pub du 07/08/2013
BET/Cau.Volume domicilié à la cité Chérif-Bidi Bloc 04 N°78 BOUROUBA
EL-HARRACH, ALGER.
QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION
Edité par l’EPE-SPA
- Vu la 1ère mise en demeure parue par voie de presse le 04/04/2013
(quotidiens nationaux : ENNAHAR et EL MOUDJAHID) ;
EL MOUDJAHID
au capital social de 50.000.000 DA
- Vu la 2ème mise en demeure du 10/06/2013 parue sur les quotidiens
nationaux : EL MOUDJAHID et ECHAAB ;
20, rue de la Liberté, Alger
Téléphone : 021.73.70.81
Présidente-Directrice générale
de la publication
ancien journaliste au
quotidien national
El Moudjahid, présente ses
sincères condoléances à son
ami Abdelkrim Tazaroute à la
suite du décès de sa sœur.
Que Dieu le Tout-Puissant
accorde à la défunte Sa
Sainte Miséricorde et
l’accueille en Son Vaste
Paradis.
“A Dieu nous appartenons
et à Lui nous retournons”.
Le
contrat
cité
ci-dessus
est
résilié
aux
torts
exclusifs
du
BET
conformément à la réglementation en vigueur.
Naâma Abbas
Rédacteurs en chef
Kamal oulmane — Achour Cheurfi
El Moudjahid/Pub
ANEP 303415 du 07/08/2013
El Moudjahid /Pub du 07/08/2013
dIRECTIoN GENERAlE
Téléphone : 021.73.79.93
Fax : 021.73.89.80
dIRECTIoN dE lA REdACTIoN
Demande d’Emploi
Téléphone : 021.73.99.31
Fax : 021.73.90.43
Internet : http://www.elmoudjahid.com
E-mail : elmoudjahid@elmoudjahid.com
BUREAUX REGIoNAUX
CoNSTANTINE
100, rue Larbi Ben M’hidi
Tél. : (031) 64.23.03
oRAN
Maison de la Presse
3, place du 1 er Novembre : Tél. : (041) 29.34.94
ANNABA
2, rue Condorcet : Tél. : (038) 86.64.24
BoRdJ BoU-ARRERIdJ
Ex-siège de la wilaya
Rue Mebarkia Smaïl, B.B.A. 34000
Tél/Fax : (035) 68.69.63
SIdI BEl-ABBES
Maison de la presse Amir Benaïssa
Immeuble Le Garden, S.B.A.
Tél/Fax : (048) 54.42.42
BEJAIA :
AVIS D'INFRUCTUOSITE
de l'Avis d'appel d'offres National et International
Restreint N° 06/DD/SCMI/2013
« ASSISTANCE AU MAITRE D'OUVRAGE POUR L'AMENAGEMENT
DIRECTEUR DE LA CIMENTERIE DE MEFTAH »
Bloc administratif, rue de la Liberté.
Tél/Fax : 034.22.10.13
TIZI oUZoU :
Cité Mohamed Boudiaf (ex-2.000 logts)
Bâtiment 3, 1 er étage, Nouvelle ville
Tél. - Fax : (026) 21.73.00
TlEMCEN :12, place Kairouan
Tél.-Fax : (043) 27.66.66
MASCARA : Maison de la Presse
Rue Senouci Habib
Tél.-Fax : (045) 81.56.03
CENTRE AIN-dEFlA :
Cadre technique (homme), leader
dans son domaine, 52 ans,
célibataire, bonne présentation, TS
gestion stocks, 25 ans d’exp. Prof.,
Gestion Approv. Stocks PR +
logistique, Moyens Généraux,
démarches-prospection ; suivi
commercial, représentation,
domiciliation, liaisons, sondage, pré-
inventaires, consulting,
préconisation, traitement de textes,
maîtrise le français, satisfaisantes
connaissances en anglais, outil
informatique, offre ses services à
Béjaïa.
E-mail : gosto06@yahoo.fr
Tél. : 0553805048
SOCIETE DES CIMENTS DE LA MITIDJA SCMI
FILIALE DU GROUPE GICA
BP 24 MEFTAH, WILAYA DE BLIDA
La Société des Ciments de la Mitidja informe l'ensemble des soumissionnaires
ayant participé à l'appel d'offres national et international restreint
N° 06/DD/SCMI/2013, paru sur les quotidiens nationaux L'Authentique, L'Expression
et El Moudjahid du 03 Mars 2013, relatif à :
——0o0——
JH 29 ans, TS en froid industriel
et climatisation SN accompli,
cherche emploi dans le domaine ou
autres.
ASSISTANCE
AU
MAITRE
D'OUVRAGE
POUR
L'AMENAGEMENT
Cité Attafi Belgacem (Face à la Poste)
Tél/Fax: 027.60.69.22
PUBlICITE
Pour toute publicité, s’adresser
à l’Agence Nationale de Communication d’Edition et
de Publicité “ANEP”
AlGER : 1, avenue Pasteur
Tél. : (021) 73.76.78 - 73.71.28 - 73.30.43
Fax : (021) 73.95.59 - Télex : 56.150
Télex : 81.742
oRAN : 3, rue Mohamed Khemisti
Tél. : (041) 39.10.34
Fax : (041) 39.19.04 - Télex : 22.320
ANNABA :
DIRECTEUR DE LA CIMENTERIE DE MEFTAH
Annonce l'infructuosité de l'appel d'offres.
Tél.: 0550.70.51.26
——0o0——
El Moudjahid/Pub
ANEP 303409 du 07/08/2013
7, cours de la Révolution
Tél. : (038) 84.86.38 : Fax : (04) 84.86.38
Régie publicitaire
EL MOUDJAHID
20, rue de la Liberté, Alger : Tél./Fax : 021 73.56.70
ABoNNEMENTS
Pour les souscriptions d’abonnements, achats de
journaux ou commandes de photos, s’adresser au service
commercial : 20, rue de la Liberté, Alger.
CoMPTES BANCAIRES
Agence CPA “Che” Guevara - Alger
Compte dinars n° 102.7038601 - 17
Ing.+master canadien en génie
mécanique, chargé d’affaires, exp.
dans le domaine pétrolier, isolation et
montage industriel, logistique,
gestion de projet, trilingue, cherche
emploi. Tél. : 0557 08.30.36
Tiabiazziz@yahoo.fr
Agence BNA Liberté
——0o0——
- Dinars : 605.300.004.413/14
- Devises : 605.310.010078/57
Cptes BDL - Agence Port Saïd
- Dinars : 005.00 107.400.247 86 20.28
- Devises : 005.00 107.457.247 86 20.28
Edité par l’EPE-SPA
EL MOUDJAHID
Siège social : 20, rue de la Liberté, Alger
IMPRESSIoN
Edition du Centre :
J.H. cherche emploi maçonnerie
générale (carrelage, dalle de sol +
soudure), conducteur de travaux ou
agent de sécurité, 03 ans : service
militaire.
AVIS D'INFRUCTUOSITE RELATIF
A L'AVIS D'APPEL D'OFFRES NATIONAL
N° 002/DG/DT/2013
Société d’Impression d’Alger (SIA)
Edition de l’Est :
Tél. : 0664.58.52.99
Société d’Impression de l’Est, Constantine
Edition de l’Ouest :
——0o0——
Société d’Impression de l’ouest, oran
Edition du Sud :
Unité d’Impression de ouargla (SIA)
dIFFUSIoN
Centre : EL MOUDJAHID
Tél. : 021 73.94.82
Est : SARl “SodIPRESSE” :
Jeune fille cherche emploi
dans le domaine archéologie
(musée) ou bien dans un autre
domaine.
Tél-fax : 031 92.73.58
ouest : SARl “SdPo”
Tél-fax : 041 46.84.87 : Sud : SARl “TdS”
Tél-fax : 029 75.02.02
France : IPS (International Presse Service)
Tél. 01-46-07-63-90
Tél.: 0797 83.12.85
——0o0——
Jeune fille licenciée en sports
cherche emploi comme prof de
sports.
Conformément aux dispositions du décret présidentiel N° 10/236 du
07/10/2010, modifié et complété, portant réglementation des marchés
publics, la Société d'Etudes et Réalisation d'Ouvrages d’Art de l'Est
«SERO-EST» informe l'ensemble des soumissionnaires qui ont
participé à l'appel d'offres national N°: 002/DG/DT/2013 LOT N°02
ayant pour objet : fourniture d'appareil d'appuis pour ouvrages d'art.
Paru dans les quotidiens "Annasr" et "El Moudjahid", que ce dernier
est déclaré infructueux.
Les manuscrits, photographies ou tout autre document et
illustration adressés ou remis à la Rédaction ne sont pas
rendus et ne peuvent faire l’objet d’une réclamation
Tél.: 0561 51.92.49
ANEP 8900 du 07/08/2013
El Moudjahid /Pub du 07/08/2013
El Moudjahid/Pub
Mercredi 7 Août 2013

Sports

30

EL MOUDJAHID

ÇA BOUGE CHEZ LES VERTS

Slimani-FC Nantes, ça négocie toujours !

Djebbour (Olympiakos) s’éloigne de la Liga

L e transfert d’Islam Sli- mani au CRB n’a tou- jours pas connu son

épilogue. Annoncé en France en fin de semaine dernière pour terminer les négocia- tions et éventuellement si- gner, l’attaquant international est toujours à Alger. Bloqué dans un premier temps par un problème de visa, le joueur a dû faire intervenir ses connaissances pour se faire délivrer un visa d’entrée en France dans les meilleurs dé- lais. Ce qui fut fait. Mais il n’empêche que son transfert n’est toujours pas conclu en raisons des exigences finan- cières du CRB qui n’entend pas laisser filer son attaquant sans avoir reçu une indem- nité, en grosse commission cela s’entend. C’est d’ailleurs la rai- son pour laquelle Slimani n’est toujours pas engagé, les petits clubs européens rechignent à payer des indemnités de trans- ferts à de petits clubs africains pour leurs joueurs. Pourtant, le FC Nantes a fait l’effort de pro- poser 100.000 euros au CRB en contre partie de la libération de Slimani, une offre jugée insuf- fisante par les dirigeants qui, profitant de l’enthousiasme du club français envers l’attaquant, demandent à ce que cette somme soit revue à la hausse. A en croire le manager de Slimani, les exigences du CRB tourneraient au tour d’un million d’euros. Une somme jugée astronomique par les di- rigeants du FC Nantes qui n’ont proposé que 100.000 euros lors du premier round de négocia-

que 100.000 euros lors du premier round de négocia- tions, entamé avant-hier, à Paris en présence,

tions, entamé avant-hier, à Paris en présence, en plus de Sli- mani, de Mahfoud Kerbadj, président de la LFP, qui a pris part aux négociations en tant que représentant officiel du CRB. De quoi mettre les nerfs en pelote à l’autre partie. Mais il se dit quand même que le pré- sident du FC Nantes est prêt à monter jusqu’à 150.000 euros, mais pas au-delà. Cette nou- velle proposition devait atterrir sur le bureau du CRB, hier. A prendre ou à laisser ! Le club belouizdadi a tout à y gagner en laissant filer son meilleur atta- quant, sachant que celui-ci est décidé à tenter une expérience professionnelle en Europe. Il est de l’intérêt de tout le monde, de la sélection natio- nale y compris, que le CRB fa- cilite le départ d’Islam Slimani, meilleur buteur des

éliminatoires au Mon- dial 2014 (6 buts) avec l’Algérie. Comme le FC Nantes pensait pou- voir recruter un joueur libre, sur la foi des as- surances de son agent, avant que la CRL ne le déboute, les négocia- tions risquent fortement de déboucher sur une impasse. L’inflexibilité des dirigeants du CRB et la rentrée en Lice du Stade Rennais comme potentiel recruteur a fait que ça négocie serrée entre les deux parties. A l’heure où nous mettons sous presse, les négo- ciations se poursuivent encore. Un accord pourrait intervenir, mais à condition que le CRB consente à libérer son attaquant pour une petite enveloppe. Mais au re- gard de la situation actuelle, rien n’est moins sûr. Amar Benrabah

Medjani (Olympiakos) présenté à la presse

Le défenseur international Carl Medjani a été présenté lundi à la presse à l’instar de trois autres nouvelles re- crues de l’Olympiakos Le Pirée, a indiqué le champion de Grèce de première divi- sion de football sur son site officiel. L’ex-joueur de l’AS Monaco s’est dit «heureux» de s’engager avec l’Olym- piakos et promet de se don- ner à fond pour être à la hauteur de la confiance des dirigeants du club. Medjani portera le numéro 22 à l’Olympiakos Le Pirée, qui comptait dans ses rangs avant son arrivée deux inter- nationaux algériens, Rafik Djebbour (sans club) et Dja- mel Abdoun (Nottingham Forest). Le défenseur algé- rien s’était engagé le 25 juil- let dernier pour trois ans en faveur du champion de Grèce dont le montant n’a pas été précisé.

Belaili (ES Tunis) buteur et passeur décisif face à Coton Sport

L’ attaquant algérien Youssef Belaili a été un des artisans de la

victoire de l’Espérance Spor- tive de Tunis face à Coton Sport Garoua (2-0), au stade de Radès, pour le compte de la 2 e journée, phase de poules, groupe B, de la Ligue des Champions africains de football. Dans un match joué

à huis clos pour des raisons

de sécurité, Belaili a été l’au-

teur du 1er but de l’ES Tunis

à la 60’, lorsqu’il crochètera

deux défenseurs du Coton Sport à l’entrée des 16,50 m, avant de décocher une frappe limpide qui termina sa course dans la lucarne de Maxime Loïc Fuedjou Nguegang (62’). «Du grand art !», écrit la presse tunisienne, puisque Belaili intraitable, réussit dans les arrêts de jeu (90’+2) à servir, sur un plateau le remplaçant, Ihab Msakni qui ne rata pas l’aubaine pour mettre les siens définitive- ment à l’abri.

Ghoulam (AS Saint-Etienne) convoité par Liverpool

L’ international Faouzi Ghoulam, en contact avancé avec Torino de

la Serie A italienne, serait sur les tablettes de Liverpool, club anglais de Premier League, selon la presse spécialisée lo- cale. Liverpool se pencherait sur le cas du latéral gauche des Verts en cas d’échec des négo- ciations avec Aly Cissokho (Valence, Espagne) et Lorenzo Malgarejo (Benfica, Portugal), rapporte le site mercato 365. L’ASSE ne souhaite plus gar- der Ghoulam à deux ans de l’expiration du contrat du joueur avec le club. Le prési- dent stéphanois Roland Ro- meyer a indiqué que son défenseur jouera en CFA 2 (championnat français ama- teur) la saison prochaine s’il ne venait pas à être transféré. «Si Faouzi reste, il jouera en CFA 2», a déclaré le président des Verts au journal Le progrès.

déclaré le président des Verts au journal Le progrès . Une position partagée par son entraîneur,

Une position partagée par son entraîneur, Christophe Galtier. «Quoi qu’il arrive, il ne réinté- grera pas le groupe», a-t-il in- diqué pour sa part.

Ligue des champions (4 e journée): Haimoudi arbitrera ES Tunis (TUN) - Séwé Sport (CIV)

L a Confédération africaine de football (CAF) a désigné l’ar- bitre international algérien

Djamel Haimoudi pour diriger le match ES Tunis (TUN) - Séwé Sport (CIV), prévu le 31 août à 22h00 au stade Rades (Tunis), pour le compte de la quatrième journée de la Ligue des champions d’Afrique, groupe B. Le meilleur arbitre africain en 2012, sera assisté de son compatriote Abdelhak Etchiali et du Ma- rocain Achik Redouane. Le quatrième arbitre est l’Algérien Sofiane Bouster. Le commissaire au match sera Essam Siam (Egypte) et le coordinateur général Naceri Abdelali (Maroc). Le même trio arbitral avait officié le match au sommet de la première journée du groupe A entre Al Ahly et le Zamalek (1-1) disputé à El Gouna.

officié le match au sommet de la première journée du groupe A entre Al Ahly et

L e transfert de Rafik Djebbour, vers Elche, le nouveau promu en Liga es- pagnole, a de très faibles chances

pour aboutir, rapporte la presse locale. Les exigences financières, jugées élevées du joueur, ainsi que sa situation administrative avec le champion de Grèce, où il est encore lié jusqu’à 2016, auraient refroidi leennah- dhaennahdhas dirigeants du club espagnol, selon la Gazetta grecque. S’étant rendu compte qu’il leur serait très difficile d’enga- ger l’attaquant international algérien, qui était sacré meilleur buteur du championnat de Grèce lors de l’exercice passé avec 20 buts, la direction d’Elche a déjà activé une autre piste en lorgnant un attaquant évoluant dans le championnat d’Italie, ajoute la même source. Djebbour (29 ans) a émis le vœu de changer d’air cet été, et il n’a toujours pas repris les entraînements avec ses coéqui- piers, en dépit des mises en gardes à répéti- tion de ses dirigeants.

des mises en gardes à répéti- tion de ses dirigeants. Djabou souhaite avoir un «maximum» de

Djabou souhaite avoir un «maximum» de temps de jeu face à la Guinée

L meneur de jeu du Club africain de Tunis, Abdelmoumen Djabou, a sou- haité bénéficier d’un maximum de

temps de jeu lors du match amical devant op- poser la sélection nationale à son homologue guinéenne, le 14 août au stade de Blida, «afin de prouver» ce dont il est capable. «J’espère que pour le match contre la Guinée, j’aurai l’opportunité d’avoir un maximum de temps de jeu. Cela me permettrait de prouver que l’on peut compter sur moi», a déclaré Djabou au site officiel de son ancien club, l’ES Sétif. Djabou (26 ans) est considéré par les spécia- listes comme l’un des joueurs algériens les plus doués de sa génération. Il avait notam- ment brillé lors de la saison 2011-2012, en contribuant grandement dans le doublé de

l’ESS (championnat et coupe d’Algérie), ce qui lui a valu un contrat jugé «juteux» avec le Club Africain (environ 1,5 million de dol- lars). Mais ses performances en club ne lui ont pas suffi jusque-là pour s’imposer en ti- tulaire au sein de la sélection nationale, se contentant souvent de quelques bribes de mi- nutes de temps de jeu, de surcroît lors de matches amicaux. Le joueur qui s’exprimait en marge de la visite qu’il a rendue à son ex- formation à Tunis, s’est dit se sentir en pos- session de tous ses moyens physiques et techniques, lui permettant de postuler à une place dans l’effectif appelé à en découdre avec le «Sily national». «Je contractais sou- vent des blessures avant chaque stage de l’équipe nationale, mais pour cette fois, je me sens en parfaite santé. Je prie pour le rester afin d’être au rendez-vous le 14 août», a-t-il

e

rester afin d’être au rendez-vous le 14 août», a-t-il e ajouté. Djabou est retenu parmi les

ajouté. Djabou est retenu parmi les 28 joueurs de l’équipe nationale qui entreront en stage le 11 août à Alger en prévision de la rencontre face à la Guinée, à un mois de la réception du Mali pour le compte de la dernière journée du 2e tour des éliminatoires de la coupe du monde (groupe H). Les Verts, en tête du clas- sement du groupe H avec 12 points et devan- çant de quatre unités leurs poursuivants immédiats les «Aigles maliens», sont déjà qualifiés à la double confrontation barrage prévue en octobre et novembre prochains.

Aoudia entame les entraînements avec le Dynamo Dresde

L’ attaquant international algérien, Mohamed Amine Aoudia, a effectué lundi sa première séance d’en- traînement avec le Dynamo Dresde (Bundesliga 2

allemande de football), qui a rejoint cet été en provenance de l’ES Sétif, rapporte le site officiel du club allemand. Aou- dia (26 ans), a attendu jusqu’à l’expiration de son contrat avec l’Entente, le dimanche 4 août, pour rejoindre sa nou- velle formation, avec qui il s’était engagé pour une durée de deux saisons. Deux autres Algériens évoluent au sein de la formation de Dresde, il s’agit de Sofiane Benyamina et Idir Ouali. La direction de l’ESS, présidée par Hassan Hammar, compte saisir le Tribunal arbitral du sport (TAS) pour récla- mer sa quote-part du transfert d’Aoudia, d’autant qu’elle

considère que le joueur était toujours lié par contrat quand il avait paraphé son contrat avec le Dynamo Dresde. Aoudia avait saisi la chambre de résolu- tions des litiges (CRL) de la fédération algérienne de football (FAF) pour réclamer la résiliation

de son contrat, estimant qu’il n’a pas reçu ses arriérés.

Boudebouz : « Je suis prêt pour la nouvelle saison avec Sochaux »

: « Je suis prêt pour la nouvelle saison avec Sochaux » L e milieu désir
: « Je suis prêt pour la nouvelle saison avec Sochaux » L e milieu désir

L

e milieu

désir de retrouver «vite» la compétition avec son club, le

FC Sochaux, laissant entendre

avec

son

international Ryad Boudebouz,

a exprimé

rester

qu’il allait

l’équipe de Doubs, faute d’offres concrètes. «Je suis prêt. Avec mes coéquipiers j’ai réalisé une bonne préparation dintersaison, j’ai hâte que ça reprenne, parce qu’on se régale quand on joue les matchs de la Ligue 1», a affirmé le joueur, cité lundi dernier, par la presse locale. Après avoir envisagé un départ cet été, Ryad Boudebouz s’est résigné à l’idée de

continuer son aventure avec son club formateur. Convoité par l’Inter Milan (Serie A italienne), entre autres, le joueur algérien n’a pas reçu une offre concrète, d’où sa décision de rester.

Pétrole Monnaie Le Brent L'euro à 108,80 à 1,333 dollars dollar D E R N
Pétrole
Monnaie
Le Brent
L'euro
à 108,80
à 1,333
dollars
dollar
D
E
R
N
I
E
R
E
S

COMPOSITION DU TRIBUNAL CRIMINEL

M e Ksentini : « La révision est devenue une nécessité »

L e président de la Commis- sion nationale consultative de promotion et de protec-

tion des droits de l'homme (CNCPPDH), M e Farouk Ksen- tini, a plaidé hier, pour une révi- sion de la composition du tribunal criminel et une augmentation du nombre des assesseurs jurés. «La révision de la composition du tri- bunal criminel est une nécessité devenue absolue tant les effets de l'ordonnance 95/10 du 25 février 1995, se sont, à l'expérience, révé- lés insatisfaisants, les assesseurs jurés réduits au nombre de deux n'assument plus qu'un rôle de figu- ration», a indiqué M e Ksentini dans un communiqué transmis à l'APS. «Le verdict étant en réalité rendu par les trois juges profes- sionnels naturellement animés par un esprit de solidarité entre eux, qui fait que les voix des assesseurs jurés deviennent marginalisés et n'ont aucune influence réelle sur le verdict final», a-t-il jugé. Cela ex- plique, selon M e Ksentini, «le ca- ractère souvent excessivement répressif des jugements rendus par les tribunaux criminels livrés aux

des jugements rendus par les tribunaux criminels livrés aux seuls juges professionnels dont la technicité, la

seuls juges professionnels dont la technicité, la répétition et le nom- bre des affaires altèrent manifeste- ment leurs qualité de cœur, ce qui les exposent au danger de la robo- tisation et les éloignent du senti- ment de la charité en l'absence duquel personne ne doit juger son prochain. Dans son article 258, l'ordonnance 95/10 du 25 février

1995, stipule que «le tribunal cri- minel est composé d'un magistrat ayant au moins le grade de prési- dent de Chambre à la Cour, prési- dent, de deux magistrats ayant au moins le grade de conseiller à la Cour et de deux assesseurs jurés. Les magistrats sont désignés par ordonnance du président de la cour».

VIRUS ÉMERGENTS

L'IPA doté prochainement d'un nouveau laboratoire national de détection

Le Directeur général de l'Insti- tut Pasteur d'Algérie (IPA), le P r Kamel Kezzal a annoncé, hier, la création d'un nouveau labora- toire de détection des virus émer- gents en Algérie. M. Kezzal a annoncé la mise en place prochaine d'un nouveau laboratoire national (P3) de haute sécurité pour la détection des virus émergents en Algérie (à Sidi Fredj-Alger). Ce laboratoire ser- vira d'appui aux autres labora- toires spécialisés relevant de l'IPA, notamment ceux en charge des maladies infectieuses et bacté- riennes et ceux spécialisés en bio- chimie, microbiologie et

PRÉPARATION DE L’EN

L'Algérie

affrontera

l'Espagne

en amical

La Fédération algérienne de football (FAF) aurait sollicité son homologue espagnol pour l'organi- sation d'un match international amical entre les sélections natio- nales des deux pays, rapporte hier, le site spécialisé «Koora», citant de sources «très proches» de l'instance fédérale algérienne. «La FAF a en- voyé une correspondance à la Fé- dération espagnole en vue de l'organisation d'un match amical — Algérie-Espagne — après le 18 mai 2014, au cas où les Verts se qualifieraient pour la phase finale du Mondial brésilien», a révélé la même source. «La FAF a égale- ment adressé des correspondances à trois autres fédérations pour la programmation de matches ami- caux», a ajouté Koora, sans divul- guer l'identité de ces fédérations ni leurs positions concernant les pro- positions émanant de la FAF.

immunologie. Le ministère de la Santé avait pris une série de me- sures visant à assurer à différents niveaux la lutte contre la résis- tance aux antimicrobiens à travers la mise en place d'un large réseau de centres nationaux de référence. Outre les analyses médicales spé- cialisées, les activités de l'IPA en- globent la production de certains sérums antivenimeux et de vac- cins antirabiques et autres. Par ail- leurs, M. Kezzal a annoncé l'ouverture prochaine d'une an- tenne de l'IPA à El-Hamma spécia- lisée dans les analyses médicales afin d'alléger la pression sur cer- tains établissements de santé.

la pression sur cer- tains établissements de santé. ENVENIMATION SCORPIONIQUE Deux décès depuis le début de

ENVENIMATION SCORPIONIQUE

Deux décès depuis le début de l’année

Deux personnes sont dé- cédées dans la wilaya de Ouargla, suite à des piqûres de scorpion, depuis le début de l’année 2013, a-t-on ap- pris auprès de direction lo- cale de la santé, de la population et de la réforme hospitalière (DSPRH). Les deux cas de décès, une fille de 4 ans et une femme de 80 ans, sont survenus au niveau du secteur sanitaire de Toug- gourt, a-t-on précisé. Dans un bilan de la DSPRH pour le premier semestre 2013, la wilaya a enregistré 810 cas d’envenimation scorpionique, en majorité au niveau du secteur sanitaire de Touggourt (410 cas), suivi de ceux de Ouargla (216), Taibet (105), El-Hedjira (49), El- Borma (16) et Hassi Messaoud (8 cas). Il est signalé, toutefois, une nette diminution des cas d’envenimations dues aux piqûres du scorpion, com- parativement à la même période de l’année dernier ou ont été enregistrés 171 cas de piqûre s’étant soldé par un décès. Un bilan de la commission de la santé, de l’hygiène et de la préservation de l’environnement au niveau de l’assemblée populaire de la wilaya d’Ouargla, pour l’ensemble de l’an- née 2012, a enregistré 3.065 cas de piqûre de scorpion ayant entraîné 5 décès. La wilaya de Ouargla a réservé dans le cadre du budget de l’année en cours une enveloppe de 3 millions de dinars pour la lutte contre l’en- venimation scorpionique, qui permet d’organiser des campagnes de col- lecte de scorpion à travers toute la wilaya, moyennent une somme de 50 DA, pour chaque insecte ramassés, selon la même source.

50 DA, pour chaque insecte ramassés, selon la même source. TOMBOLA D’ EL MOUDJAHID Les lauréats

TOMBOLA D’EL MOUDJAHID

Les lauréats ont été récompensés

Ph : Billal
Ph : Billal

Lundi soir, le Centre de presse d’El Moudjahid a abrité une sym- pathique cérémonie de remise des prix de la tombola, organisée par le quotidien à l’occasion de l’exposition Mémoire et Réalisations, et ceux en présence des directeurs des titres publics, des principaux ges- tionnaires des sociétés d’impression du centre, ainsi que nombre de cadres et travailleurs des entreprises de presse. Rehaussée par la pré- sence du ministre de la Communication, M. Mohamed Saïd, la céré- monie s’est déroulée dans une ambiance très conviviale et a permis aux 5 heureux vainqueurs de cette tombola, de recevoir leurs prix res- pectifs des mains du ministre et des hauts responsables présents. Pre- nant la parole à cette occasion, M me Naâma Abbas, directrice générale du quotidien El Moudjahid, a tenu d’abord à exprimer la joie et le plaisir de se retrouver entre professionnels du domaine, avant de faire part de sa satisfaction pour l’organisation de cette modeste tombola, en un temps record (du 5 au 25 juillet 2013). Elle a ajouté que les ré- sultats enregistrés à cette occasion montrent que lecteurs d’El Moud- jahid se trouvent bel et bien dans toutes les couches de la population, contrairement à ce qu’on pense, et que les jeunes «sont de plus en plus nombreux à lire notre journal». Elle a conclu ses propos en re- merciant les nombreux participants à la tombola avant d’adresser ses sincères félicitations aux heureux gagnants. La cérémonie s’est en- suite poursuivie avec la remise de cadeaux aux heureux gagnants, à commencer par M. Slimani Ferhat, de Khemis Miliana, qui a décro- ché le premier prix de la tombola (tablette), sui vi de Boudjerada Sli- mane de Bab Ezzouar (smartphone) et de M me Cherabi Leïla d’Alger (téléviseur 32 pouces), M me Gouasmia Ratiba a gagné un laptop tandis que le dernier lauréat, M. Belamara Hakim, a décroché un appareil

Mourad A.

photo numérique.

ATTITUDE D'UN GROUPE DE NON-JEÛNEURS SUR LA PLACE PUBLIQUE À TIZI-OUZOU

Le HCI condamne

Le Haut conseil islamique (HCI) a condamné «avec force», hier, l'attitude d'un groupe d'indi- vidus qui ont affiché «avec osten- tation», samedi dernier, leur non respect du jeûne, en plein jour de ramadhan, sur l'une des places pu- bliques de la ville de Tizi Ouzou. «Nous condamnons avec force cette attitude qui relève de la pro- vocation et de l'exhibitionnisme et affirmons notre solidarité avec la population de Tizi-Ouzou et à sa tête les imams et les forces poli- tiques représentatives de la région qui se sont fermement opposés à cette minorité de semeurs de dis- corde», a indiqué le HCI dans un communiqué. Considérant ce geste de «grave» et «provocateur», le Haut conseil a dénoncé l'attitude d'une minorité «qui s'est livrée à une dé- monstration destinée à porter at- teinte à l'un des cinq piliers de l'Islam en affichant avec ostenta- tion leur non respect du jeûne en

plein jour». «Si le but de tels agis- sements était d'attenter à l'image de l'Islam et de la présenter comme prônant l'intolérance, le calcul de leurs auteurs s'est révélé faux», note la même source. Il a relevé, en outre, que «la poignée d'individus qui n'a pas craint de choquer les croyants, la veille de Leïlet al-qadr, ignore que la li- berté de toute minorité est garan- tie à condition qu'elle ne porte pas atteinte à celle de la majorité, dont les fondements de l'identité sont clairement exprimés, notamment par la déclaration du 1 er Novem- bre 1954 et les Constitutions suc- cessives choisies par la grande majorité du peuple algérien». «Ces individus ne se seraient pas livrés à une telle provocation s'ils n'étaient pas encouragés par cer- tains cercles à l'intérieur du pays, notamment certains médias, mais aussi à l'étranger, et qui œuvrent à déstabiliser notre nation», pour- suit la même source.

ACCIDENTS DE LA CIRCULATION

345 morts durant Ramadhan

345 morts et 4.493 blessés pour un total de 2.428 accidents de la circulation ont été enregistrés par les services de la Gendar- merie nationale au cours de ce mois sacré de Ramadhan. Des chiffres effrayants qui confirment encore une fois que le chemin est encore loin pour mettre fin à l’hécatombe de la circulation routière. Selon les statistiques de la GN dont El Moudjahid dé- tient une copie, un tiers des accidents de la circulation (33%) ont été observés durant la tranche horaire 18h - 00h. Tandis que les wilayas les plus touchés par ce phénomène sont Sétif, Médéa, Batna, Oran, Ain-Defla et Blida. SAM