Vous êtes sur la page 1sur 1

COMMUNIQU DE BERNARD CORNEILLE

Maire dOthis et Conseiller gnral de Seine-et-Marne charg du Grand Roissy


Aprs la Commission Dpartementale de Coopration Intercommunale qui stait tenue en Prfecture le 17 mai dernier, il fallait sattendre une dcision relative la situation de Mitry-Mory, de Compans et de Villeparisis. Ces trois communes, dites communes isoles parce que nappartenant aucune intercommunalit, devaient tre fixes sur leur devenir. La dcision de Madame la Prfte, prise par arrt en date du 31 juillet 2013, de proposer le rattachement de ces trois communes Plaines et Monts de France tait une dcision attendue. Attendue parce que logique et ncessaire. Ce rattachement marque une tape importante, une belle tape, celle qui doit conduire la construction dune grande intercommunalit troitement lie la plateforme aroportuaire. Une intercommunalit dont on attendra beaucoup en termes de dveloppement conomique, de cration demplois et de services tous les habitants du Nord-Ouest de notre dpartement. Une intercommunalit seine-et-marnaise capable de peser dans le Grand Roissy au mme titre que les groupements intercommunaux de Seine-Saint-Denis et du Val dOise. Une intercommunalit dont il conviendra de dfinir ensemble les objectifs, les projets, les contenus. Une rflexion qui devra tenir compte des ralits de notre territoire, de ses handicaps et de ses atouts et rpondre aux attentes des habitants quils ne manquent pas et ne manqueront pas dexprimer. Cet arrt du 31 juillet arrive un an aprs celui du Prfet Monzani qui en fusionnant seulement trois intercommunalits, ne rpondait pas aux besoins, aux exigences et ignorait lavenir dun territoire, celui du Nord-Ouest, riche de potentialits et dun dynamisme, pour linstant entrav. Cet arrt est accueilli avec beaucoup de satisfaction par tous ceux qui uvrent depuis longtemps pour une grande intercommunalit et par tous leurs nombreux soutiens. Une satisfaction quil ne faut pas dsesprer de faire partager dautres. Car si vainqueur il doit y avoir au bout du compte ce ne peut tre ni un camp, ni lautre, ce doit tre le territoire et ses habitants. Et cet arrt, mme si la route sera encore un peu longue, permettra daller dans cette direction. Gageons quil se trouvera hommes et femmes de bonne volont pour, enfin, aboutir dans le respect de tous.