Vous êtes sur la page 1sur 19

18 Choual 1434 - Dimanche 25 Août 2013 - N°14907 - Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287

- Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287 L A R E V O L U

L A

R E V O L U T I O N

PA R

L E

P E U P L E

E T

P O U R

L E

P E U P L E

RETOUR AU CALME À BORDJ BADJI-MOKHTAR (ADRAR)

LA POPULATION LOCALES’ENFÉLICITE

l L’appel à la tolérance et à la fraternité a prévalu. l M. Sellal : «L’Etat
l L’appel à la tolérance et à la fraternité a prévalu.
l M. Sellal : «L’Etat préservera la stabilité du pays
et la sécurité des citoyens.»

La population de la commune frontalière de Bordj Badji- Mokhtar, dans la wilaya d’Adrar, qui vient de vivre des évène- ments douloureux, s’est félicitée du retour au calme et à la stabilité dans cette région de l’extrême Sud du pays. « La région a retrouvé sa vie normale, à travers notamment la reprise des activités commerciales et des services dans les diffé- rents quartiers et artères de la ville, totalement nettoyés des stig- mates des évènements qui l’ont secouée la semaine dernière », a affirmé le coordinateur de la commission locale chargée de la mise en œuvre de l’accord de réconciliation scellé entre les parties en conflit. M. Larbi Ladmi Abdelhamid et d’autres citoyens ont fait

part, dans ce cadre, de la reprise des activités dont les transports de voyageurs et de marchandises de et vers Bordj Badji-Mokhtar, ouvrant ainsi la voie à l’approvisionnement de la région en divers produits. Les services de la wilaya ont procédé de leur côté, en coordination avec les différents partenaires, à l’approvisionnement de la population locale en produits alimentaires et en médica- ments, acheminés vers la région. La veille, les imams de Bordj Badji-Mokhtar ont appelé les ci- toyens à faire prévaloir l’esprit de tolérance dans leurs prêches de la prière du vendredi.

P. 3

DOUBLE ATTENTAT AU LIBAN

de la prière du vendredi. P. 3 DOUBLE ATTENTAT AU LIBAN L'Algérie « condamne fermement »

L'Algérie « condamne fermement »

P. 11

CONFÉRENCE DE PRESSE DU PRÉSIDENT DE LA COMMISSION NATIONALE DES BIJOUTIERS

Ph : Nesrine
Ph : Nesrine

« Le prix de l’or en chute libre »

Contrairement aux années précédentes, le prix de l’or connaît ces jours-ci une baisse au niveau du marché national, a souligné, hier, le président de la commission nationale des bijoutiers, M. Behtat Amar.

P. 5

LES GGF FRAPPENT UN GRAND COUP

M. Behtat Amar. P. 5 LES GGF FRAPPENT UN GRAND COUP Des tonnes de drogues et

Des tonnes de drogues et des milliers de litres de carburants saisis

P. 15

LE big Show dE KhaLEd au fEStivaL arabE dE djEMiLa

LE big Show dE KhaLEd au fEStivaL arabE dE djEMiLa Mille étoiles dans le ciel de

Mille étoiles dans le ciel de Cuicul

P. 17

viSitE guidéE au StadE Santiago bErnabéu

viSitE guidéE au StadE Santiago bErnabéu Dans le temple des Merengues La renommée internationale du football

Dans le temple des Merengues

La renommée internationale du football espagnol est telle que chaque année, une foule de visiteurs viennent admirer la « Salle des trophées du Real Madrid » l'un des lieux les plus visités de la ville.

De notre envoyée spéciale à Madrid : Sihem Oubraham

P. 29

notre envoyée spéciale à Madrid : Sihem Oubraham P. 29 Quotidien national d’information — 20, rue

2

2 EL MOUDJAHID Mé téo VOILÉ Au Nord, le temps sera généralement par- tiellement voilé, notamment

EL MOUDJAHID

Mé téo VOILÉ Au Nord, le temps sera généralement par- tiellement voilé, notamment vers les
Mé téo
VOILÉ
Au Nord, le temps sera généralement par-
tiellement voilé, notamment vers les régions de
l’intérieur avec localement tendance orageuse
en cours d’après-midi/soirée.
Les températures maximales varieront de
28°/31°C sur les régions du littoral et de
32°/37°C vers les régions de l’intérieur.
Les vents seront faibles a parfois modérés
vers le littoral.
Sur les régions sud, le temps sera chaud et
ensoleillé avec localement évolution pluvio-
orageuse en soirée vers l’extrême Sud et les
massifs du Hoggar/Tassili.
Les températures maximales varieront gé-
néralement de 34°/41°C avec localement des
pics de 44°C vers le Sahara central et le Sud
Ouest.
Les vents seront faibles a modérés avec lo-
calement chasse sable.
Températures (maximales-minimales)
prévues aujourd’hui :
Alger (32°-19°), Annaba (28°-19°), Bé-
char (40°-27°), Biskra (41°-28°), Constan-
tine (33°-18°), Djanet (40°-26°), Djelfa
(37°-21°), Ghardaïa (41°-26°), Oran (30°-
21°), Sétif (34°-18°), Tamanrasset (36°-26°),
Tlemcen (33°-19°).

LE 4 SEPTEMBRE A 8 H 30 A L’HOTEL SOFITEL

Conférence de presse

SEPTEMBRE A 8 H 30 A L’HOTEL SOFITEL Conférence de presse La conférence IDC Clouds Computing

La conférence IDC Clouds Computing & Da- tacenter aura lieu le 4 septembre a l’hôtel Sofitel d’Alger à partir de 8 h 30, au cours de laquelle des experts de la technologie Clouds et Datacen- ter IT vont présenter les défis récents des DSI dans l’organisation, l’élaboration et la gestion des services Clouds, les avantages des différentes ca- tégories de Clouds — privé, public — et partager quelques conseils d’experts.

H AU Sports, Mo-
H AU
Sports, Mo-

CE MATIN

A 10

FONDS

NATIONAL DE

SOUTIEN AUX

INITIATIVES

DE JEUNES

Signature de

conventions

Le ministre de la Jeu-

nesse et des

hammed Tahmi, préside ce matin à 10 h, au siège du Fonds national de

soutien aux initiatives de jeunes et aux pratiques sportives, à Ghermoul, la cérémo- nie de signature de conventions avec les associations por- teuses de projet au titre de la région du Centre.

CE MATIN A 10 H, A L’INH DE BOUMERDÈS

Clôture de l’université d’été des cadres de la RASD

Clôture de l’université d’été des cadres de la RASD La cérémonie de clô- ture des travaux

La cérémonie de clô- ture des travaux de l’uni- versité d’été des cadres de la RASD aura lieu ce matin à 10 h, à la salle de conférences de l’INH de Boumerdès. Elle sera présidée par M. Abdelkader Taleb Omar, Premier ministre de la RASD, en présence des membres du secréta- riat national du Front Po- lisario, des représentants du gouvernement de la RASD, du président et des membres CNASPS, des autorités de la wilaya de Boumerdès et des repré- sentants de la société ci- vile algérienne.

AGENDA CULTUREL

de la société ci- vile algérienne. AGENDA CULTUREL CET APRES-MIDI A 15H AU CENTRE CULTUREL MUSTAPHA-KATEB

CET APRES-MIDI A 15H AU CENTRE CULTUREL MUSTAPHA-KATEB

Vernissage de deux expositions

L’établissement Arts et Culture de la wilaya d’Alger organise un vernissage de l’exposi- tion des artistes peintres Kanani Eusebe et Asma Hamza, cet après-midi à partir de 15 h au Centre culturel Mustapha- Kateb, 5, rue Didouche- Mourad.

Activités des partis DEMAIN A 14 H, A L’APN Réunion des députés du groupe FLN
Activités des partis
DEMAIN A 14 H, A L’APN
Réunion des députés du groupe FLN
La réunion des députés du groupe parlementaire du parti
du Front de libération nationale aura lieu, demain à 10 h, à
l’APN.
AUJOURD’HUI, A BEJAIA Clôture du 8 e Festival national de la chanson patriotique de jeunes

AUJOURD’HUI, A BEJAIA

Clôture du 8 e Festival national de la chanson patriotique de jeunes

Dix sept wilayas parti- cipent au 8 e Festival natio- nal de la chanson patriotique de jeunes qui sera clôturé aujourd’hui a Béjaïa, a l’issue des diffé- rentes phases régionales éliminatoires. Ce festival qui s’inscrit dans le cadre du pro- gramme des manifesta- tions nationales organisées par le ministère de la Jeu- nesse et des Sports au titre de l’année 2013, a permis aux nombreuses chorales présentes de partager leurs expériences tout en parti- cipant a un riche pro- gramme de visites organisé tout au long de leur séjour.

DU 23 AU 25 SEPTEMBRE AU PALAIS DE LA CULTURE MOUFDI-ZAKARIA 10 e édition du
DU 23 AU 25 SEPTEMBRE AU PALAIS DE LA
CULTURE MOUFDI-ZAKARIA
10 e édition du Salon Med-IT
La 10 e édition du Salon Med-IT, le Salon international des technologies
de l’information, aura lieu du 23 au 25 septembre, au palais de la culture
Moufdi-Zakaria d’Alger, sous le haut patronage du ministre de la Poste et
des Technologies de l’information et de la communication.
MED-IT accueille chaque année plus de 5.000 visiteurs professionnels et
150 exposants, dont les principaux acteurs algériens du secteur des techno-
logies de l’information, ainsi que 30 % d’entreprises étrangères.

AUJOURD’HUI A SETIF

1 er Camp olympique de la jeunesse – horizon 2020

Le Comité olympique algérien et le ministère de la Jeunesse et des

olympique algérien et le ministère de la Jeunesse et des Sports organisent le 1 e r

Sports organisent le 1 er Camp olympique de la jeunesse – horizon 2020 qui s’ouvre aujourd’hui, à l’Ecole nationale des sports olympiques de Sétif et se tiendra jusqu’au 5 septembre.

N

ation

3

EL MOUDJAHID

N ation 3 EL MOUDJAHID 188 e annivErsairE dE l’indéPEndancE dE l’uruguay Le Président Bouteflika félicite
N ation 3 EL MOUDJAHID 188 e annivErsairE dE l’indéPEndancE dE l’uruguay Le Président Bouteflika félicite
N ation 3 EL MOUDJAHID 188 e annivErsairE dE l’indéPEndancE dE l’uruguay Le Président Bouteflika félicite
188 e annivErsairE dE l’indéPEndancE dE l’uruguay Le Président Bouteflika félicite son homologue José Mujica

188 e annivErsairE dE l’indéPEndancE dE l’uruguay

Le Président Bouteflika félicite son homologue José Mujica Cordano

L e Président de la république, abdelaziz bouteflika, a adressé un message de féli- citations au Président de la république

orientale de l’uruguay, à l’occasion de la célé- bration du 188 e anniversaire de l’indépendance de son pays. « la célébration du 188 e anniver- saire de l’indépendance de votre pays m’offre

l’agréable opportunité de vous exprimer, au nom du peuple et du gouvernement algériens ainsi qu’en mon nom personnel, mes sincères félicita- tions auxquelles je joins mes meilleurs vœux de

santé et de bonheur pour vous-même, de progrès et de prospérité pour votre peuple ami », a écrit le chef de l’Etat dans son message. « Je tiens, en cette occasion, à vous réitérer mon entière dispo- nibilité à œuvrer, de concert avec vous, en faveur du renforcement des relations d’amitié et de so- lidarité qui unissent nos deux pays et de la pro- motion d’une coopération bilatérale mutuellement bénéfique», a ajouté le Président bouteflika.

pays et de la pro- motion d’une coopération bilatérale mutuellement bénéfique», a ajouté le Président bouteflika.

bordJ badJi-mokhtar

Appel à la tolérance et à la fraternité

L es imams de bordj badji- mokhtar, dans la wilaya d’adrar, ont appelé les ci-

toyens à faire prévaloir l’esprit de to- lérance dans leurs prêches de la prière du vendredi. les habitants de la ré- gion, qui a connu des incidents ré- cemment, sont exhortés à faire prévaloir un esprit de tolérance et de fraternité. dans le cadre des efforts d’apaisement, l’imam de la vieille mosquée de la commune de bordj badji-mokhtar, cheikh ahmed ben mokhtari, a appelé à faire admettre les vertus de tolérance et de fraternité entre les citoyens et à bannir la fitna. il a cité des versets coraniques et des hadiths. l’imam a salué les initiatives louables des autorités de la wilaya en coordination avec les membres de la société civile pour permettre le retour au calme et normaliser la situation dans cette ville. cheikh ben mokhtari a, par ailleurs, incité les citoyens à re- gagner leurs activités quotidiennes pour redonner à la région sa dyna- mique coutumière soulignant que l’Etat accordait un intérêt particulier au développement de cette région frontalière et à l’amélioration des conditions de vie de ses habitants. le calme est revenu dans la ville de bordj badji-mokhtar où les com- merces et autres prestataires de ser- vices ont repris une activité normale, ont confirmé de nombreux habitants de la région qui ont exprimé leur pro- fonde satisfaction à propos du retour au calme et à la normalisation de la situation. rappelons que les inci- dents, qui ont éclaté il y a plus d’une semaine à bordj badji-mokhtar, avaient été provoqués par une tenta- tive de vol d’un magasin qui a provo- qué des échauffourées entre les proches du propriétaire de ce com- merce et ceux de l’individu impliqué dans la tentative de vol, avaient indi-

impliqué dans la tentative de vol, avaient indi- qué les services de la wilaya. Plu- sieurs

qué les services de la wilaya. Plu- sieurs biens privés ont été dégradés et incendiés durant ces incidents, a ajouté la même source, précisant qu’une quarantaine de personnes im- pliquées dans ces événements ont été interpellées par les forces de sécurité.

Stabilité du pays et sécurité du citoyen

lors de sa dernière visite de travail et d’inspection effectuée dans la wilaya de m’sila, jeudi dernier, le Premier ministre, m. abdelmalek sellal, a af- firmé devant les membres de la so- ciété civile que l’Etat maîtrisait la situation à bordj badji-mokhtar après les incidents ayant marqué dernière- ment la région suite à un « conflit entre deux tribus ». m. sellal a indi- qué que « les échauffourées qui ont éclaté récemment à bordj badji- mokhtar, ne sont pas des évènements majeurs mais il s’agit d’un conflit entre deux tribus », soulignant que l’Etat maîtrise la situation dans cette région frontalière. « dieu merci, nous avons maîtrisé la situation et cela n’a

aucune répercussion autre que celle d’un conflit purement tribal », a-t-il

dit en ajoutant que « l’Etat algérien est debout et maîtrise la situation ».

« tous ceux qui ont commis des délits

ou des crimes seront traduits devant

la justice algérienne et punis selon les

lois en vigueur », a-t-il encore sou- tenu. le Premier ministre a réaffirmé

en cette occasion, la détermination de l’Etat à poursuivre son action visant la préservation de la stabilité du pays et la sécurité des citoyens tout comme, a-t-il dit, sa lutte contre le terrorisme sous toutes ses formes, sa- luant les résultats positifs réalisés sur ce plan. « ce que vous entendez à tizi-ouzou ou à bouira ne nous étonne guère et j’ai dit récemment que nous avons une force à utiliser pour préserver la sécurité et la stabi- lité du pays et de nos citoyens », a conclu le Premier ministre. Pour sa part, le ministre de l’intérieur et des collectivités locales, m. daho ould kablia, a affirmé jeudi dernier à m’sila que la situation à bordj badji- mokhtar était en train de retrouver ‘‘son cours normal’’ après les inci- dents qu’a vécus récemment cette ville. « la situation à bordj badji- mokhtar est maîtrisée et elle est en train de retrouver son cours normal »,

a déclaré en marge de la visite de tra-

vail et d’inspection qu’effectue le Premier ministre, m. abdelmalek sellal, dans cette wilaya. il a précisé que le bilan de ces incidents s’élève à 9 morts, écartant par la même occa- sion, l’implication de mains étran- gères susceptibles d’être à l’origine de ces incidents. m. ould kablia n’a pas manqué de saluer en outre, la contribution des notables de la région dans le retour au calme dans cette ville. En effet, les intenses démarches engagées, sous l’égide des autorités de la wilaya, avec les représentants des parties en conflits, les notables et les représentants de la société civile locaux, ont abouti à la signature le week-end dernier d’un accord devant permettre de mettre fin à ce conflit. M. B. / APS

La population locale se félicite du retour au calme

la population de la commune frontalière de bordj badji-mokhtar dans la wilaya d’adrar, qui vient de vivre des évènements douloureux, s’est féli- citée du retour au calme et à la stabilité dans cette région de l’extrême sud du pays. « la région a retrouvé sa vie normale, à travers notamment la re- prise des activités commerciales et des services dans les différents quartiers et artères de la ville, totalement nettoyés des stigmates des évènements qui l’ont secouée la semaine dernière », a affirmé le coordinateur de la com- mission locale chargée de la mise en œuvre de l’accord de réconciliation scellé entre les parties en conflit. m. larbi ladmi abdelhamid et d’autres citoyens ont fait part, dans ce cadre, de la reprise des activités dont les transports de voyageurs et de marchandises de et vers bordj badji-mokhtar, ouvrant ainsi la voie à l’approvisionnement de la région en divers produits. les services de la wilaya ont procédé de leur côté, en coordination avec les différents partenaires, à l’approvisionnement de la population locale en produits alimentaires et en médicaments, acheminés vers la région. les mêmes services poursuivent leurs efforts sur le terrain pour « remettre to- talement les choses en ordre » et pour réunir « les conditions idoines per- mettant le bon déroulement de la rentrée sociale et scolaire.»

EnsEignEmEnt dEstiné aux Enfants dE la communauté algériEnnE établiE à l’étrangEr

Des nouveautés dans les programmes

de nouveaux contenus se- ront introduits dans les pro- grammes éducatifs destinés aux enfants de la commu- nauté algérienne établie en france qui consiste en des le- çons sur le colonialisme fran- çais, l’émigration et l’indépendance, ainsi que l’enseignement de la langue amazigh. cette décision pré- voit la prise de toute mesure

susceptible de faciliter l’adap- tation des élèves scolarisés à l’étranger de retour au pays au cursus scolaire national. c’est d’ailleurs ce qui a été annoncé au cours de l’an-

née par le département baba ahmed, ministre de l’éduca-

tion nationale, qui dénombre

20.190 élèves de la commu-

nauté algérienne en france bénéficiant de l’enseignement de la langue arabe repartis dans 953 écoles et encadrés par 357 enseignants à travers les différentes régions en france. les élèves suivent un pro- gramme d’enseignement spé- cial, à savoir l’enseignement des langues et de la culture du pays d’origine, l’arabe et l’amazigh en coordination avec le ministère des affaires étrangères représenté au consulat général de Paris. Pour ce qui des associations qui assurent des cours en langue amazigh au profit de

11.860 élèves pour l’année

scolaire 2012/2013, elles sont au nombre 105 réparties sur l’ensemble des départements de france. le ministre a indi-

qué que l’école internationale

algérienne de Paris compte au moins 615 élèves, entre filles et garçons, dont 22% sont des étrangers. on compte 377 élèves inscrits dans le cycle primaire, dont 97 étrangers. Pour ce qui est du cycle moyen, le nombre de collé- giens est estimé à 134 élèves, dont 27 étrangers. Par contre le cycle secondaire compte pour sa part 104 lycéens dont 9 étrangers. ces enfants et adolescents sont encadrés par 70 ensei- gnants qui assurent cette noble mission, dont 74 % re- lève de l’élément féminin. selon le ministère de l’Edu- cation nationale, les écoles primaires sont encadrées par 27 éducateurs, en revanche les collèges et les lycées sont encadrés par 43 enseignants. l’enseignement des deux langues (arabe et amazigh) est assuré dès les quatre der- nières années du primaire sanctionné par une attestation de maîtrise des connaissances reconnu par un conseil des enseignants dans les établis- sements scolaires. cet ensei- gnement est également dispensé à 138 élèves hospi- talisés en france. ces deux matières, faut-il le rappeler, sont prises en considération dans les résultats des élèves durant tous leur cursus. il faut noter que la langue arabe est classée comme première langue étrangère ou deuxième au niveau de 23 collèges et trois lycées à travers toute la france. S. SOFI

ProJEt dE construction d’écolEs algériEnnEs

Lille, Marseille,

Lyon et

Canada

après l’Ecole algérienne de Paris, le ministère de l’Edu- cation compte créer trois autres sur le territoire français, des- tinées essentiellement à la communauté algérienne. le département de abdelatif baba ahmed, compte ouvrir trois nouvelles écoles algériennes à lille, marseille et lyon, et ce, afin de répondre à la demande des algériens établis dans ce pays. le canada, pays où le nombre d’émigrés algériens ne cesse de croître, n’est pas en reste. les services du minis- tère, sont en contact avec l’ambassadeur d’algérie au ca- nada dans le but d’entamer les premières démarches pour cette noble mission.

S. S.

dimanche 25 août 2013

N

4

ation

EL MOUDJAHID

N 4 ation EL MOUDJAHID RÉUNION DU BUREAU POLITIQUE DU FLN Session du CC le 29
N 4 ation EL MOUDJAHID RÉUNION DU BUREAU POLITIQUE DU FLN Session du CC le 29
N 4 ation EL MOUDJAHID RÉUNION DU BUREAU POLITIQUE DU FLN Session du CC le 29
N 4 ation EL MOUDJAHID RÉUNION DU BUREAU POLITIQUE DU FLN Session du CC le 29
N 4 ation EL MOUDJAHID RÉUNION DU BUREAU POLITIQUE DU FLN Session du CC le 29
N 4 ation EL MOUDJAHID RÉUNION DU BUREAU POLITIQUE DU FLN Session du CC le 29

RÉUNION DU BUREAU POLITIQUE DU FLN

Session du CC le 29 août pour élire le secrétaire général

Sauf nouveau développement en attendant le 29 août, deux réunions du comité central du FLN se tiendront à la même date, l’une à El-Aurassi, la seconde à Sidi-Fredj. La première est initiée par le président du bureau de la 6 e session du comité central, M. Ahmed Boumehdi, et aura lieu les 29 et 30 août à l’hôtel El-Aurassi. Elle a été officiellement autorisée par le ministère de l’Intérieur, suite à une demande formulée tandis que la seconde a été décidée hier par Abderrahmane Belayat à l’issue de la réunion statutaire du bureau politique et prévue, elle aussi, les 29 et 30 août à l’hôtel Riadh de Sidi-Fredj.

L es membres du bureau politique du parti du Front de libération nationale (FLN) qui ont tenu hier au siège du

parti à Hydra une réunion de travail à huis clos sous la présidence du coordinateur en charge de la gestion des affaires du parti avec l’objectif d’examiner les derniers déve- loppements de la situation au sein du FLN, ont décidé de la tenue d’une session extraor- dinaire du Comité central les 29 et 30 août à l’hôtel Riadh, à Sidi-Fredj. C’est-à-dire que le même jour deux sessions vont se tenir

pour élire le secrétaire général du FLN, l’une

à El-Aurassi, la seconde à Sidi Fredj.

En effet, après de larges concertations avec les participants, le bureau politique in- vite les membres du comité central à assister

à la session extraordinaire qui aura lieu les

29 et 30 août à l’hôtel Riadh afin d’élire un

nouveau secrétaire général, a précisé le bu- reau politique dans un communiqué signé par son président Abderrahmane Belayat, une information que nous a confirmée hier le membre du comité central et membre du bureau politique Saïd Bouhadja. Il a ajouté

à ce sujet que finalement les deux parties ont

décidé chacune d’organiser sa propre ses- sion, mais il est fort probable que les choses vont s’arranger d’ici le 29 août a encore ex- pliqué M. Bouhadja. La réunion des membres du BP intervient pour examiner les suites à donner à l’autori- sation officielle délivrée par le ministre de

l’autori- sation officielle délivrée par le ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales au pré- sident

l’Intérieur et des Collectivités locales au pré- sident du bureau de la 6 e session du comité central, Ahmed Boumehdi de tenir une ses- sion du comité central les 29 et 30 août et

dont les travaux se dérouleront à l’hôtel El- Aurassi. La réunion d’hier devait trancher dans les deux cas de figure qui se présentent, par la

décision d’accepter ou de refuser de partici- per à la session extraordinaire du comité central. C’est l’option d’ organiser une ses- sion du CC à Sidi-Fredj qui a été privilégiée, c’est-à-dire que chacune des deux parties du FLN a décidé de tenir son propre comité central. En effet après plus de sept mois d’attente et de concertation entre les membres du co- mité central et le bureau politique en vue d’arriver à un consensus sur les modalités d’élection du nouveau secrétaire du FLN, une partie du comité central dirigée par Bou- mehdi, après avoir formulé une demande que le ministère juge légalement fondée, vient d’être officiellement autorisée à tenir le comité central. La décision qui a suscité des réactions, notamment celles du coordinateur du parti, Abderrahmane Belayat, qui est selon les textes du règlement intérieur du FLN, le seul habilité à convoquer une réunion du comité central, fait l’objet depuis jeudi de débat et d’examen des membres du comité central pour décider la démarche nécessaire à suivre face à la démarche du président du bureau de la 6 e session du CC et Mouhafedh d’Al- ger, Ahmed Boumehdi, pendant que la crise du FLN qui dure depuis janvier passé, foca- lise l’actualité avec l’annonce de la réunion du CC et les questions de majorité qui ali- mentent la chronique. Houria A.

PRÉPARATION DU 4 e CONGRÈS DU RND

Réunion ce matin du bureau de la commission nationale

L bureau permanent de la commission natio-

nale de préparation du 4 e congrès national du Rassemblement national démocratique

(RND) tiendra ce matin une réunion de travail au siège du parti à Ben Aknoun. Les travaux de la ren- contre hebdomadaire qui se dérouleront sous la pré- sidence de M. Abdelkader Bensalah, secrétaire général par intérim et président de la commission, seront consacrés à l’examen des listes du corps élec- toral pour l’élection des commissions de wilayas prévue le 7 septembre dans le but de préparer les 9 es congrès régionaux de wilayas dont l’organisation a été fixée au mois de novembre 2013. C’est ce que nous avons appris hier auprès de la porte-parole du RND, M me Nouara Djaâfar qui a annoncé une réu- nion de coordination le 3 septembre prochain. Houria A.

e

nion de coordination le 3 septembre prochain. Houria A. e FRONT DE LA JUSTICE ET DU

FRONT DE LA JUSTICE ET DU DÉVELOPPEMENT

Djaballah : « La position du parti sur la présidentielle sera tranchée avant fin 2013 »

L président du Front de la justice

et du développement (FJD), M. Abdallah Djaballah, a affirmé hier

à Guelma que la participation de son parti

à la prochaine élection présidentielle sera

tranchée « avant la fin de l’année en cours ». Le conseil national de la choura du FJD devra se réunir avant la fin de l’année pour prendre position sur la pro- chaine élection présidentielle, a indiqué M. Djaballah dans un point de presse tenu à la maison de jeunes M’hamedi- Youcef, en marge d’une réunion interne des cadres de son parti dans cette wilaya. Cette question, a-t-il souligné, « est ac- tuellement ouverte à toutes les possibili- tés : la participation ou le boycott, la présentation d’un candidat du parti ou le soutien d’une autre personnalité publique ». La décision finale du FJD dépendra, a assuré son président, des consultations avec les partenaires politiques et les mi- litants du parti qui auront notamment, à s’exprimer lors de l’université d’été de cette formation politique prévue à Mos- taganem les 30 et 31 du mois courant. M. Djaballah a rappelé, à ce propos, que le

e

courant. M. Djaballah a rappelé, à ce propos, que le e conseil de la choura du

conseil de la choura du FJD a chargé, lors de sa session tenue le 5 juillet dernier, le bureau national du parti d’ouvrir le débat sur cette élection avec les militants de la base et la classe politique. Il a en outre réitéré la revendication de son parti rela- tive à de profonds changements à appor- ter à la Constitution, affirmant qu’il souhaite que cette révision se fasse « après la prochaine élection présidentielle, afin de permettre un débat réel au sein de

la classe politique, qui ne se limitera au poste du chef d’Etat et du mandat prési- dentiel ». Au sujet de sa présence dans la wilaya de Guelma, M. Djaballah a indi- qué qu’il s’agit d’une activité partisane interne, programmée dans le cadre de l’adaptation des structures de base du parti, en conformité avec les statuts et le règlement intérieur, une opération enta- mée en mars dernier et qui se poursuit ac- tuellement, a-t-il dit.

FNA

M. Touati : « Demander des comptes à toutes les personnes impliquées dans des affaires de corruption »

les personnes impliquées dans des affaires de corruption » L e président du Front national algérien

L e président du Front national algérien (FNA), Moussa Touati, a appelé vendredi à Alger à demander des comptes à tous ceux qui sont impliqués dans des affaires

de corruption et à prendre les mesures nécessaires pour protéger l’argent du peuple et les richesses du pays. « L’Algérie est à la croisée des chemins et les responsables au sein de l’Etat doivent demander des comptes à tous ceux qui sont impliqués dans la corruption qui gangrène l’économie nationale », a déclaré M. Touati lors d’une rencontre consacrée à l’évaluation des activités du parti durant le premier semestre de 2013. Le président du FNA a appelé à mettre les richesses pétrolières et gazières du

pays et les recettes en devises à l’abri des tentatives de corrup- tion. Dans le domaine politique, M. Touati a insisté sur la né- cessaire tenue d’une élection présidentielle libre et honnête l’année prochaine, appelant les citoyens à y participer massive- ment pour faire entendre leur voix. Au volet économique, le pre- mier responsable du FNA a estimé que l’accession de l’Algérie à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) constituait un

« danger pour l’économie nationale et le pouvoir d’achat du ci-

toyen algérien ». Sur le plan international, M. Touati s’est dit in- quiet de la situation prévalant en Egypte, en Syrie, au Liban, en Tunisie et au Mali, soulignant que ce qui se passe dans ces pays

« participe d’un agenda étranger visant à protéger l’entité sio-

niste dans la région ». Pour le président du FNA, « ce qui s’est passé dans les années 1990 en Algérie ne saurait se rééditer car le peuple est désormais pleinement conscient des tentatives de déstabilisation qui guettent le pays. »

Dimanche 25 Août 2013

N

ation

5

EL MOUDJAHID

COnférEnCE DE PrESSE DU PréSIDEnT DE LA COMMISSIOn nATIOnALE DES BIjOUTIErS

« Le prix de l’or en chute libre »

Contrairement aux années précédentes, le prix de l’or connaît ces jours-ci une baisse au niveau du marché national, a souligné, hier, le président de la commission nationale des bijoutiers, M. Behtat Amar.

S’ exprimant lors d’une conférence de presse animée au siège de l’Union Générale des Commerçants et des

Artisans Algériens (UGCAA), M. Behtat af- firmera que cette chute importante est en fait due à plusieurs raisons. D’abord, a-t-dit, il s’agit d’une répercussion directe de la baisse des prix du précieux métal, au niveau des marchés mondiaux. « De 43.000 euros le kilo, le prix de l’or affiche actuellement 29.000 euros », fait remarquer l’invité de l’UGCAA. L’autre raison concerne « les incitations doua- nières pour l’importation dans le cadre de la Zone arabe de libre échange (Zale) », relève M. Behtat, qui rappelle que le prix de ce pré- cieux métal oscille aujourd’hui entre 4.500 et 6.500 DA, le gramme, selon qu’il soit pro- duit localement ou à l’étranger. Toutefois, poursuit l’orateur « il n’est pas exclu que les prix connaîtront prochainement une hausse, puisque ces incitations ont récemment été an- nulées par le ministère du Commerce ». En cas de hausse de prix, le gramme de l’or pour- rait atteindre 8.000 DA, prévoit M. Behtat, A la faveur de cette conférence de presse, le président de la Commission nationale des bijoutiers a émis nombre de propositions en vue de « diminuer les charges pour l’impor- tation de la matière première (TVA et taxes de douane) et encourager la production locale des bijoux en or, éradiquer le marché informel de l’or et promouvoir la formation au profit des artisans bijoutiers », car, de l’avis des pré- sents, les centres de formation existants res- tent insuffisants.

« 50% de l’or commercialisé en Algérie passe par l’informel »

Prenant la parole à son tour, M. El Hadj Tahar Boulenouar, porte parole de l’UGCAA,

a indiqué que l’Algérie dispose de réserves en

or chiffrés à près de 175 tonnes et que les opé-

rateurs activant dans le secteur de l’or en Al-

Ph: Nesrine
Ph: Nesrine

gérie sont au nombre de 30.000. Ces opéra- teurs sont concentrés beaucoup plus, signale- t-il, au niveau de la capitale, puis dans les wilayas d’Oran, de Constantine, d’Annaba,

etc. Selon M. Boulenouar, « pas moins de 50% de l’or commercialisé en Algérie passe par l’informel et plus de 60% de l’or qui passe par l’informel est contrefait. » Aussi, le porte-parole de l’UGCAA mettra en exergue que le secteur de l’or sera tout prochainement réorganisé. En fait, « tous les opérateurs du secteur spécialisés dans la production et dans la vente des bijoux en or seront rassemblés pour une meilleure organisation. Ainsi, pas moins de 4 bureaux régionaux (nord, sud, est, ouest) verront le jour, incessamment, avant la

fin du mois de septembre prochain, au niveau de l’UGCAA. Ils auront pour principale mis- sion de réfléchir aux propositions à même de développer et de promouvoir leur activité, mais également, de faire participer les opé- rateurs au développement économique ; le secteur de l’or, étant un des piliers de l’éco- nomie nationale, note M. Boulenouar. Selon lui, l’or n’est pas un produit de luxe, mais un produit très convoité qui dispose d’une place particulière dans toute les fa- milles et ce de génération en génération. Aussi, il rappellera qu’il ne se passe pas un seul mariage sans une dote couronnée d’une bague en or, comme le dictent nos traditions ancestrales.

Soraya G.

"SOLIDArITé nATIOnALE ESTUDIAnTInE"

Ouverture à Oran de l'université d'été de l’organisation

de mettre en avant le rôle de l'Algérie dans "la culture de la démocratie, née de l'expé- rience sa révolution qui a contribué à l'in- dépendance des peuples". Pour ce responsable la situation que traverse actuel- lement le monde "nous recommande davan- tage de vigilance et d’engagement pour préserver l'unité nationale et la stabilité du pays". Les travaux de l'université d'été de l’organisation "Solidarité nationale estudian- tine" qui se poursuivront jusqu'au 29 août en cours, sous forme d'ateliers, abordent plu-

UnIVErSITé D’EL-OUED

Projet de 8.000 places pédagogiques

La 14e édition de l'université d'été de l’organisation "Solidarité nationale estudian-

tine" a été ouverte samedi à Oran avec la par- ticipation de 500 étudiants représentant 40 universités et centres universitaires du pays. Cette rencontre a pour mission de mettre en exergue l'expérience algérienne dans la dif- fusion de la culture de la démocratie dans le monde arabe et en Afrique. L'université d'été

a également pour but, a indiqué le président

du bureau national de Solidarité nationale es- tudiantine (SnE), M. Makdoud Abdelkrim,

sieurs thèmes tels que "La réforme des œu- vres sociales", "Le système LMD" et "L'emploi des di- plômés universitaires. Outre les travaux d’ateliers, il est prévu au programme des tournois sportifs, des concours culturels, des sorties touristiques et autres rencontres conviviales. Cette univer- sité d’été sera couronnée par plusieurs re- commandations et l'élaboration d'une feuille de route de l'année universitaire 2013-2014, ont indiqué les organisateurs.

Quelque 8000 places pédagogiques se- ront réalisées prochainement à l’université d’El-Oued, a-t-on appris auprès du directeur par intérim de cet établissement. Toutes les démarches liées à l’aménagement de l’as- siette devant accueillir le projet et aux pro- cédures d’appel d’offres pour la sélection de l’entreprise chargée de sa phase réalisation, ont été finalisées, a-t-il précisé. Ce projet permettra de résoudre le déficit enregistré en places pédagogiques accusé durant les saisons précédentes et estimé par la direction de l’université à 7.000 places. Pour faire face à ce déficit, la direction de l’université a recouru à l’exploitation de 14 classes et 3 grandes salles du centre isla- mique qui fait actuellement l’objet de tra- vaux de transformation pour dégager un espace pédagogique destiné à accueillir cer-

dégager un espace pédagogique destiné à accueillir cer- taines classes de la faculté des sciences hu-

taines classes de la faculté des sciences hu- maines. En prévision de la prochaine rentrée

universitaire 2013-2014, les six facultés de l’université d’El-Oued accueilleront 3.150 nouveaux étudiants. Le nombre le plus im- portant de nouveaux étudiants a été enregis- tré à la faculté des sciences et des technologies (954 étudiants), suivie de la fa- culté des sciences humaines et sociales (696), et la faculté des lettres et des langues (553), a-t-on fait savoir. Le reste des étudiants est réparti entre les facultés de droit et des sciences politiques, des sciences économiques, de gestion et de commerce, et des sciences de la nature natu- relles et de la vie, a-t-on ajouté. Une centaine de postes pédagogiques ont été ouverts au cours de l’année 2013 au profit des candidats de magister et de doctorat, afin de renforcer l’encadrement pédagogique.

SELOn LA rEVUE NATURE CLIMATE CHANGE

Alger exposée aux risques d’inondations

CLIMATE CHANGE Alger exposée aux risques d’inondations S elon une étude environnementale parue dans la revue

S elon une étude environnementale parue dans la revue Nature Climate Change Alger, est une des villes

côtières dans le monde qui sera exposée au risque d'inondations et aux catas- trophes naturelles à l’horizon 2050 si le taux du niveau marin reste élevé par rap- port aux niveaux actuels. L’étude estime que le coût mobilisé pour parer en termes de préparatifs pour faire face à ces risques ne sera pas inférieur à 350 mil- lions de dollars dans les 136 plus grandes villes côtières de la planète. Le dernier numéro de cette revue américaine, classe la capitale algérienne parmi les 20 villes côtières qui seront les plus confrontées à des dégâts matériels considérables. Cette estimation est faite sur la base de leurs produits intérieurs bruts, en raison des inondations atten- dues en 2050. Alger est intégrée ainsi avec d’autres grandes villes du monde, comme Baiyin et Zhanjiang en Chine, Ho Chi Minh

Ville au Vietnam et Abidjan en Côte d'Ivoire, et bien d’autres cités à travers la planète. Les chercheurs ont révélé qu'il y

a environ cinq régions métropolitaines

aux états-Unis, telles que Miami, new York et la nouvelle Orléans, Tampa et St. Petersburg et Boston qui occupent la tête de la liste des villes les plus durement touchées par les inondations du total des vingt villes, ce qui porte le total des pertes pour chaque ville d'environ 12 milliards de dollars annuellement. L'étude a bien montré que les dégâts provoqués par des inondations dans les villes côtières augmentent d’année en année dans plus de 136 pays dans le monde avec notamment, une multiplica- tion des dommages et des coûts qui attei- gnent plus de 1.000 milliards de dollars par an d'ici 2050, en absence de l'élabo- ration des mesures de prévention néces- saires. Si des investissements sont faits pour maintenir le risque d'inondations au même niveau qu'aujourd'hui (soit envi- ron 50 mds USD d'investissements par an), la facture augmenterait aussi en rai- son de l'accroissement attendu du nom- bre d'habitants dans ces villes, mais de façon plus raisonnable : de 60 à 63 mil- liards de dollars par an. Les données montrent que les pertes annuelles d'inondation des villes côtières

ont atteint 6 milliards de dollars en 2005, et deviendront plus coûteuses avec le temps, selon les chercheurs. Les raisons de ces inondations, selon l'étude, sont dues à l'élévation du niveau de la mer, les facteurs économiques et la croissance de

la population.

Les chercheurs ont fait remarquer que, même dans le cas où des mesures de protection plus strictes sont prises dans les zones urbaines à risque d'inondation par la construction de nouveaux bar- rages, les pertes totales résultant de la survenue de ces catastrophes naturelles atteindront entre 60 à 63 milliards de dol- lars d'ici 2050. Les chercheurs ont par ailleurs constaté qu’avec la hausse du ni- veau de la mer due au réchauffement cli- matique, les endroits où le risque va le plus augmenter ne sont pas forcément les zones les plus à risque aujourd'hui, comme le Bassin méditerranéen. Kafia Ait Allouache

Dimanche 25 Août 2013

Economie

7

EL MOUDJAHID

RISQUES LIÉS AU DÉSENGAGEMENT DES BANQUES CENTRALES

Christine Lagarde prévient

La directrice générale du Fonds Monétaire International (FMI), Christine Lagarde, a estimé que les me- sures de soutien à l’économie des grandes Banques centrales devraient un jour « prendre fin » tout en poin- tant les « risques » d’une telle échéance pour les pays émergents.

«L e jour viendra où ces politiques d’assouplissement monétaire ex-

devront prendre

fin », a-t-elle déclaré lors d’un discours à

Jackson Hole (Wyoming, ouest des Etats- Unis). « Tout comme leur lancement, la fin (de ces mesures) nous amènera sur un terri- toire inconnu.» Afin de lutter contre la crise, les grandes Banques centrales (Europe, Japon, Etats-Unis) ont massivement soutenu leur économie en maintenant leurs taux d’in- térêts proches de zéro et en rachetant des ac- tifs (créances immobilières, bons du

pour desserrer le crédit. L’annonce

par la Réserve fédérale américaine (Fed) d’un prochain ralentissement de ses achats d’actifs inquiète les marchés et a récemment alimenté des mouvements de sortie de capi- taux hors des pays émergents, notamment en Inde où le cours de la roupie a brutalement chuté. « Même si elle est bien menée, la fin des politiques monétaires accommodantes pourrait bien se traduire par une difficile course d’obstacles » pour les pays émer- gents, a précisé M me Lagarde devant un par- terre de banquiers centraux, selon le texte de son discours transmis à la presse. « Cela re- présente des risques sérieux » pour ces pays, a-t-elle ajouté. «Même avec les plus grands efforts, le barrage pourrait ne pas être étanche », a sou-

Trésor

ceptionnel (

)

)

ne pas être étanche », a sou- Trésor ceptionnel ( ) ) ligné la patronne du

ligné la patronne du Fonds monétaire inter- national (FMI). La livre turque, le réal brési- lien et le rouble russe ont eux aussi vu leurs valeurs s’affaisser à mesure que les investis- seurs rapatriaient leurs fonds aux Etats-Unis pour profiter de la remontée des taux d’inté-

rêts. Le calendrier de la Fed reste toutefois encore incertain, certains responsables de la Réserve fédérale estimant qu’un ralentisse- ment des achats d’actifs est pour « bientôt » tandis que d’autres appellent à la « pa- tience ».

REPRISE DES DISCUSSIONS SUR UN PLAN D'AIDE DU FMI POUR L’EGYPTE

Les conditions ne sont pas réunies

La directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), Christine Lagarde, a es- timé vendredi dernier que les conditions en Egypte n'étaient "pas réunies" pour une reprise des discussions sur un plan d'aide à cause des violences qui frappent le pays depuis la destitu- tion du président Morsi. "Nous sommes tout à fait prêts à soutenir le peuple égyptien dans

cette période de transition mais tous les ingré- dients ne sont pas réunis", a déclaré la première responsable du Fonds monétaire international (FMI) dans un entretien à Bloomberg TV. Fin 2012, le FMI et l'Egypte étaient parve- nus à un accord sur un plan d'aide de 4,8 mil- liards de dollars qui a volé en éclats en raison de l'instabilité politique dans le pays. Selon M me

ENERGIE

L'agence de notation Fitch relève la note du pétrolier russe Loukoïl

Lagarde, un certain niveau de "stabilité" et de "soutien" du gouvernement égyptien sont requis pour que le Fonds reprenne ses discussions avec les autorités. "Ce n'est clairement pas encore le cas", a-t- elle déclaré, assurant que le FMI restait toute- fois "disponible" pour aider le pays.

L'agence d'évaluation finan- cière Fitch a annoncé jeudi dernier avoir relevé d'un cran la note de la dette du pétrolier russe Loukoïl, à "BBB", se disant confiante dans la capacité du groupe à redresser sa production tout en maîtrisant ses finances. Cette note, qui corres- pond à un émetteur de qualité moyenne mais en mesure de faire face à ses obligations financières, est assortie d'une perspective sta-

ble. Fitch explique se montrer plus optimiste qu'auparavant sur le nu- méro deux du pétrole en Russie, qui a lancé l'an dernier un vaste programme d'investissements pour endiguer le déclin de sa pro- duction. "Nous pensons qu'à moyen terme Loukoïl va stabiliser, voire augmenter sa production en Russie grâce à l'utilisation des techniques de forage à l'horizon- tale, de fracturation hydraulique

sur les gisements traditionnels et grâce au développement de nou- veaux gisements", écrit l'agence. En outre, "nous jugeons positive- ment le renforcement de la pré- sence de Loukoïl à l'international", ajoute Fitch. La production de pé- trole et gaz du groupe privé a re- présenté en moyenne 2,17 millions de barils équivalent pétrole par jour en 2012, soit 0,2% de plus que l'année précédente. Il prévoit

une croissance d'environ 2% en 2013 et de 10% en 2014 grâce au lancement de nouveaux projets no- tamment en Irak, en Asie centrale et en mer Caspienne. Fitch pense que Loukoïl va se montrer capable de "maintenir un bon profil d'em- prunteur malgré son programme d'investissements de 50 milliards de dollars d'ici à 2015 et l'augmen- tation des dividendes d'ici à 2016."

AGENCE AFRICAINE D'ASSURANCE DU COMMERCE

Le chiffre d'affaires en hausse

Les recettes de l'Agence africaine d'as- surance du commerce (ATI), une institu- tion financière multilatérale visant à faciliter l'accès des entreprises en Afrique, ont enregistré une forte hausse au premier semestre de cette année. Les recettes brutes de primes de l'agence ont atteint 6 millions de dollars, soit une augmentation de 100% par rapport à la même période l'an passé, année où l'Agence avait perçu 3 millions de dollars, a déclaré jeudi soir aux journa- listes à Nairobi le responsable des sous- criptions, Jef Vincent. "Cela est essentiellement dû à l'augmentation de l'ac- tivité des banques et d'autres institutions fi- nancières", a expliqué M. Vincent.

CHANGES

L'euro se reprend face à un dollar fragilisé

L'euro tentait de se reprendre ven- dredi face à un dollar pénalisé par un in- dicateur immobilier décevant relançant les spéculations sur le calendrier de la réduction à venir des mesures de soutien de la Banque centrale américaine (Fed). Vers 21h00 GMT (23h00 à Paris), l'euro valait 1,3381 dollar contre 1,3354 dollar jeudi à la même heure. La monnaie unique montait face à la devise nippone

à 132,11 yens — grimpant même vers

12h15 GMT à 132,43 yens, son plus haut niveau en un mois — contre 131,80 yens jeudi soir. Le dollar se stabilisait face au yen à 98,71 yens contre 98,68 yens la veille. Le billet vert était mis sous pression par la publication d'un indicateur déce- vant sur l'immobilier aux Etats-Unis :

les ventes de maisons individuelles neuves ont connu une brusque chute en juillet et essuyé leur plus fort recul de- puis plus de trois ans, avec 13,4% de transactions en moins qu'en juin. "Ça a vraiment représenté une douche froide pour le marché", a observé Charles St- Arnaud de Nomura. Vers 21h00 GMT,

la livre britannique baissait face à l'euro

à 85,96 pence pour un euro, comme face

au billet vert à 1,5563 dollar pour une livre. La devise helvétique se stabilisait face à l'euro à 1,2330 franc suisse pour un euro, et progressait face au dollar à 0,9212 franc suisse pour un dollar. L'once d'or a terminé à 1.377,50 dollars au fixing du soir contre 1.375,50 dollars jeudi soir. La devise chinoise a fini à 6,1220 yuans pour un dollar contre 6,1213 yuans la veille.

L’INDE ET L’INDONÉSIE N’ÉCHAPPENT PAS À LA FIÈVRE DE LA CRISE ÉCONOMIQUE MONDIALE

A lors qu'elle bénéficiait depuis plusieurs années d'un taux de croissance envia- ble qui tournait autour de 9%, l'écono-

mie indienne progresse péniblement à tire d’aile. Cela est constaté à compter du premier trimestre 2012, avec seulement 5,3 %, soit son plus faible score trimestriel depuis 2002-2003, quand les analystes prévoyaient une progres- sion de 6,1 %. Ainsi, après avoir connu une croissance soutenue entre 2003 et 2008, l'éco- nomie indienne n’échappe pas à la crise et doit aujourd'hui faire face à des problèmes struc- turels, dans un contexte où la méfiance des in- vestisseurs est de plus en plus importante. En effet, les experts et les milieux d’affaires per- dent de plus en plus confiance à l’égard de la vitalité économique de la troisième puissance d’Asie. Les mauvaises nouvelles concernant l’économie de ce pays nourrissent le scepti- cisme des uns et des autres. L’agence Standard and Poor’s a récemment menacé de dégrader la note de l’Inde, en soulignant un large déficit

Un déséquilibre marqué

public et une fragilisation de l’économie. L’Inde aurait ainsi des résultats plus décevants que le Brésil, la Russie ou la Chine, autres pays émergents des « Brics », au risque de de- venir le « premier ange déchu », souligne l’agence de notation financière. Cette moro- sité est confirmée par l’agence Fitch, qui a, elle aussi, abaissé les perspectives du géant asiatique, qui passent de « stables » à « néga- tives ». Aussi, dans un contexte mondial défavora- ble, l’Inde doit faire face à la fois à la chute de la roupie et à une hausse des prix de plus de 7 %. La roupie, la monnaie indienne, af- fiche la plus mauvaise performance des mon- naies asiatiques, tombant lundi à son plus bas niveau historique de 62,5 roupies pour un dol- lar. Outre le prix d'une conjoncture mondiale défavorable, Delhi commence à payer celui de son environnement des affaires "très médio- cre, qui tient la 83 e place du classement de la Banque mondiale, le Doing Business Report.

Par ailleurs, les entreprises doivent compter avec une inflation toujours très élevée (7,2% au mois d'avril), dans un pays où plus de 455 millions personnes vivent avec moins de 1,25 dollar par jour, selon les données de la Banque mondiale. Plombé par des comptes qui révèlent un déficit budgétaire et un déficit commercial, le gouvernement, bien que ne croisant pas les bras, assiste à une accélération de la baisse des investissements étrangers et une production lente par rapport aux années précédentes, comme dans l’industrie ou l’agriculture. Tout comme pour l’Inde et l’Indonésie, les places boursières et les devises des pays émergents sont en baisse sensible depuis plusieurs se- maines. Le gouvernement indonésien a an- noncé hier une série de mesures visant à doper la confiance dans la première économie du Sud-Est asiatique, espérant ainsi freiner la chute de la roupie et de la Bourse. L'Indonésie a affiché un déficit courant de 9,8 milliards

USD au deuxième trimestre, soit le montant le plus élevé depuis la crise asiatique de la fin des années 1990, selon les chiffres officiels. La perspective de voir les rachats de la Banque centrale américaine se tarir, rend mé- fiants les investisseurs qui retirent leur argent des marchés émergents pour le réinvestir ail- leurs. Les investisseurs qui se retirent des mar- chés indien, indonésien, mais aussi brésilien, russe, turc ou sud-africain, sont des banques, des fonds de pension, des hedge funds qui bé- néficient de la manne des rachats d’actifs de la Réserve fédérale américaine. Et cette manne qui va se réduire les incite à rapatrier leur cash dans des pays jugés plus sûrs écono- miquement à l’instar des Etats-Unis. Consé- quence de cette fuite des capitaux étrangers :

les cours de Bourse baissent, tout comme les monnaies locales : c’est surtout en Inde et en Indonésie que le déséquilibre est le plus mar- qué.

Farid B.

Régions

8

KSAR EL BOUKHARI
KSAR
EL BOUKHARI

EL MOUDJAHID

GHARDAIA

DISTRIBUTION D’EAU POTABLE

Mise en place d’une cellule de crise suite aux protestations

Une cellule de crise a été mise en place cette semaine dans la commune de Ksar El-Boukhari (Médéa) pour veiller à la mise en œuvre du programme de distribution d’eau potable dans cette région ayant vécu deux semaines de protestations en raison d’un manque aigu en matière d’eau potable, a-t-on appris auprès des services de la daïra.

"N ous avons mis en place, au courant de cette se- maine, une cellule de

crise pour veiller à la bonne applica- tion du programme de distribution d’eau potable, dans toutes les locali- tés de la commune de Ksar El-Bou- khari qui connaît, cet été, un manque aigu en matière d’alimentation de ce précieux liquide", a expliqué le se- crétaire général de la daïra de Ksar El-Boukhari, M. Mohamed Houdh, dans un entretien accordé à l’APS. Cette commission est formée de res- ponsables des différents secteurs dont l’hydraulique, l’Algérienne des eaux (ADE) et les services de la daïra et de la commune, a-t-il pré- cisé. Elaboré à l’issue d’une réunion extraordinaire, tenue récemment au siège de la wilaya de Médéa, le pro- gramme de distribution porte sur l’approvisionnement en eau potable de toute la commune de Ksar El- Boukhari, notamment les localités traversant une situation de crise comme les cités de Dar El-Kouzina, Sour Guesid, Al-Zabra, Adjlana et Al Zaouia, ainsi que El-Ksar Leguedim,

a ajouté M. Houdh. Des camions citernes sont aussi déployés à travers les quartiers pour renforcer l’alimentation en eau pota-

ble de ces localités jusqu’à l’amélio- ration de la situation. Les autorités concernées ont aussi ordonné de ré- parer toutes les pannes survenant sur

le réseau de distribution. "Le wali de

Médéa a ordonné de mettre à contri- bution, si nécessaire, les moyens hu- mains et matériels des autres daïras de la wilaya afin de parer à toute crise d’eau potable dans la région de Ksar El-Boukhari, en attendant l’ar- rivée des eaux du barrage de Koudiet Acerdoune (Bouira)", a précisé ce responsable. Les citoyens de Ksar El-Boukhari attendent impatiem- ment l’arrivée de l’eau de Koudiet Acerdoune. Ils doivent prendre leur mal en patience et attendre le trans- fert des eaux du barrage de Koudiet Acerdoune, un projet qui devra s’achever d’ici au premier trimestre de l’année prochaine, a estimé le même responsable. "L’eau du bar- rage de Koudiet Acerdoune n’arri- vera pas à Ksar El-Boukhari avant le 1 er trimestre de 2014, c’est pour cela que j’appelle les citoyens à prendre leur mal en patience pour pouvoir œuvrer rapidement à mettre fin à la crise d’eau potable qui sévit depuis

à mettre fin à la crise d’eau potable qui sévit depuis le début de l’été", a-t-il

le début de l’été", a-t-il affirmé. Contacté pour connaître la date de livraison de ce projet, M. Ahmed Chaib, directeur adjoint de l’Agence nationale des barrages et transferts (ANBT), a dit ne pas avoir d’infor- mations sur le transfert d’eau à partir du barrage de Koudiet Acerdoune vers Médéa et Ksar El-Boukhari, où la situation était tendue durant plu- sieurs jours. Malgré le retour au calme dans la ville de Ksar El-Bou-

khari, plusieurs citoyens rencontrés

par l’APS sur la place "Al Babour" n’ont pas caché leur désarroi quant à la crise d’eau potable qu’ils traver- sent depuis des années, notamment en période d’été. "Nous habitons dans le quartier de Dar El-Kouzina et l’eau n’a pas

coulé dans nos robinets depuis plus

de 20 jours", se sont plaints plusieurs jeunes de la ville, appelant les auto- rités de daïra et de la commune à trouver des solutions efficaces et ur- gentes afin d’en finir avec ce cal- vaire. Un autre homme, âgé de 45 ans, rencontré également pas loin du siège de la commune, a exprimé sa colère face à la forte pénurie d’eau que vivent les citoyens de son quar- tier (El-Ksar Leguedim), alimentés, alors, par camions citernes. Des actes de sabotage et des piquages illicites sur le réseau d’AEP ont aggravé la crise. Le secrétaire général de la daïra de Ksar El-Boukhari, M. Houdh, a tenu à préciser que plu- sieurs causes étaient à l’origine de "la crise d’eau potable qui s’est am- plifiée, cette année, à Ksar El-Bou- khari, ce qui a provoqué la colère des citoyens", a-t-il dit. "Des actes de sa- botage ainsi que des piquages illi- cites commis par les riverains sur le réseau d’approvisionnement en eau potable (AEP) afin d’irriguer leurs

cultures maraichères et d’abreuver leur troupeaux, sont à origine de ce calvaire", a dénoncé le même res- ponsable. Ces actes de sabotage et de pi- quages illicites ont été signalés no- tamment dans les localités rurales de Lahbiyel, dans la wilaya de Djelfa, ainsi que Bhalil (Médéa), où les ri- verains procèdent illégalement au raccordement de leurs foyers à la conduite principale du réseau qui a été réalisée dans les années 80. Ce phénomène est récurrent et a provo- qué une forte baisse dans la quantité d’eau potable transférée vers la com- mune de Ksar El-Boukhari, alimen- tée à partir de puits de la commune de Benhar dans la daïra de Birine (Djelfa), située à 80 km au sud du chef-lieu de la daïra de Ksar El-Bou- khari. "Dans les années 80, la quan- tité d’eau potable produite par ces puits dépassait les 75.000 m 3 , mais, maintenant, la production a sensible- ment baissé et la quantité transférée aussi, en raison de tous ces pro- blèmes", a encore expliqué M. Houdh. "Le réseau d’AEP est devenu incontrôlable en raison de sa longue distance, ce qui profite à ces per- sonnes qui commettent ce genre d’actes", a-t-il déploré, avertissant que "de fermes mesures seront prises, à l’avenir, pour punir les contrevenants." Le même responsa- ble a rappelé qu’un programme de réparation des dégâts causés sur le réseau de distribution est mis en œuvre, signalant, toutefois, des dif- ficultés dans son application en rai- son des "oppositions de citoyens." A ce propos, il a fait savoir que des plaintes ont été déposées contre les contrevenants auprès de la gendar- merie nationale de Djelfa et de Médéa.

Le scorpion fait 1.430 victimes en sept mois

M ille quatre cent trente (1.430) cas de piqûres de scorpions, ont été signalés

à travers les treize communes de la wilaya de Ghardaïa de janvier à fin juillet de l’année en cours, a-t-on ap- pris auprès de la direction locale de santé. Trois enfants en bas âge de la localité d’El-Menea ont succombé au venin, a-t-on fait savoir. Le plus grand nombre de piqûres de scor- pions a été enregistré dans la com- mune de Guerrara avec 366 cas, suivie des communes de Ghardaïa (253), Métlili (151), Berriane (147), Daya Ben Dahoua (138), Bounoura (115) et El-Menea (79), selon les sta- tistiques de la direction de la santé. Ce nombre "assez élevé" d’enveni- mations dues aux piqûres de scor- pions, enregistré dans la wilaya de Ghardaïa, est dû au contexte biocli- matique et de la scorpiofaune riche et diversifiée de cette région aride, a soutenu un chercheur universitaire. La région de Ghardaïa compte trois espèces de scorpions venimeuses et dangereuses, de couleur noire, jaune et ocre, qui se manifestent souvent en période estivale dans les sites ro- cheux, les maisons construites en pierres et dans les lieux désertiques, a-t-il expliqué. Un médecin de Ghardaïa a souli- gné, de son côté, que les enfants res- tent les plus vulnérables à ces piqûres de scorpion, devenues un vé- ritable problème de santé publique dans les wilayas du Sud et nécessi- tant la mobilisation de l’ensemble des secteurs afin de réduire ce fléau dont le coût de prise en charge de ses victimes s’élève à plus de dix mille dinars par personne hospitalisée. "L’insalubrité publique, l’insuffi- sance de l’éclairage public et le manque d’éducation sanitaire, sont

public et le manque d’éducation sanitaire, sont les principaux facteurs favorisant la prolifération de ces

les principaux facteurs favorisant la prolifération de ces insectes veni- meux dans les zones urbanisées et d’habitation", a indiqué le médecin, en appelant à la création d’un centre antipoison dans le Sud à même de "répondre à l'urgence et permettre les pratiques en toxicologie clinique et analytique". Les animaux veni- meux étant la première cause d'in- toxication dans les wilayas du Sud, a-t-il noté. Concernant les opérations de collecte et de ramassage de ces insectes venimeux au profit de l’Ins- titut Pasteur d’Algérie (IPA), elles ont connu "une démobilisation to- tale" expliquée par les responsables des bureaux d’hygiène des com- munes, par l’absence d’une enve- loppe budgétaire pour ces collectes initiées à travers l’ensemble du ter- ritoire de la wilaya, dans le but de ré- duire la prolifération de ces scorpions et permettre à l’IPA de fa- briquer des sérums anti-venin. 434 scorpions seulement ont été ramas- sés depuis le début de l’année en cours par de jeunes bénévoles à Mansoura (384), Zelfana (26), et El- Atteuf et Daya Ben Dahoua (9), si- gnalent-ils.

OUARGLA

Mise en alerte du réseau de surveillance antiacridienne

L e réseau de surveillance an- tiacridienne dans la wilaya de Ouargla, piloté par la Di-

rection des services agricoles (DSA), vient d’être mis en état d’alerte pour prévenir une éven- tuelle apparition d’acridiens dans la région, a-t-on appris jeudi au- près de l’inspection de la protec- tion des végétaux à la DSA. Bien qu’aucune apparition de criquets n’ait été signalée pour le moment à travers la wilaya, des mesures ont été prises pour prévenir un éven- tuel mouvement d’acridiens à par- tir de pays africains voisins actuellement exposés à la menace de ces insectes, a-t-on expliqué. Les cellules de veille, mises en place à travers les 21 communes que compte la wilaya de Ouargla, ont été sommées de faire preuve de

vigilance et d’intensifier les ac-

tions de surveillance et d’observa- tion contre d’éventuelles appari- tions de criquets dans la région, selon la même source. L’inspection de protection des végétaux de la DSA a fait état aussi de la réactivation de la cellule de wilaya chargée du suivi et de la lutte antiacridienne, installée en juillet 2012 et composée de repré- sentants des directions de l’agricul- ture, de la santé, de la protection civile, de la Conservation des fo- rêts ainsi que de la station régio- nale de l’Institut national de protection des végétaux (INPV), basée à Ghardaïa. La dernière ap- parition d’essaims de criquets pè- lerins dans la wilaya de Ouargla, signalée entre 2004 et 2005, a été parfaitement maîtrisée, ont indiqué les services de la DSA.

Régions

9

EL MOUDJAHID

R égions 9 EL MOUDJAHID BÉJAÏA TOURISME Un avenir de grand pôle touristique en perspective Béjaia
R égions 9 EL MOUDJAHID BÉJAÏA TOURISME Un avenir de grand pôle touristique en perspective Béjaia
R égions 9 EL MOUDJAHID BÉJAÏA TOURISME Un avenir de grand pôle touristique en perspective Béjaia

BÉJAÏA

TOURISME

Un avenir de grand pôle touristique en perspective

Béjaia a mis en chantier plusieurs projets dans le domaine touristique afin de hisser ses capacités d'accueil et améliorer les prestations pour attirer un maximum de touristes, a-t-on appris hier, auprès de la direction du tourisme et de l'artisanat de la wilaya.

D ix projets touris- tiques sont en cours de réalisa-

tion sur le littoral de cette

ville, a précisé un res- ponsable de la direction du tourisme dans une dé- claration à l'APS ajou- tant qu'il s'agissait de 9 hôtels haut de gamme et d'un village de vacances pour un investissement global de plus de 1,2 mil- liard DA. La capacité d'accueil de ces infra- structures hôtelières en cours de réalisation par des investisseurs privés est de 757 lits, devant gé- nérer 315 emplois, selon le même responsable. Le taux d'avancement des travaux est de l'ordre de 50 %, a-t-il précisé. La capacité d'accueil du vil- lage de vacances, dont le taux d'avancement des

travaux est estimé à 30 %, est de plus de 60 lits et devrait générer 33 em- plois. Le parc hôtelier de la wilaya de Béjaia compte 1.615 lits (hô- tels) et 12.162 lits dans des camps de vacances, a-t-il rappelé ajoutant que plus d'une quaran- taine de projets touris- tiques sont inscrits jusqu'ici et devraient to- taliser 3.764 lits. Par ail- leurs, Béjaia compte 46 plages dont 32 autorisées à la baignade, a fait sa- voir le même responsa- ble, rappelant les études en cours visant la réhabi- litation de 13 autres plages. La wilaya compte également 14 zones d'extension touris- tique (ZET) sur le litto- ral, a-t-il indiqué ajoutant que les parties

opérateurs concernés comptent lancer des études de 9 autres ZET. Béjaia est l'une des villes algériennes les plus at- tractives grâce aux sites naturels pittoresques qu'elle offre, à ses ma- gnifiques paysages le long du littoral ainsi qu'à son riche patrimoine his- torique et archéologique. Située à 250 km à l'Est d'Alger, Béjaia, carrefour des civilisations, compte aussi relancer le tou- risme historique afin de faire découvrir au visi- teur le lieu où a été tenu le congrès de la Soum- mam (20 août 1956), Qa- laat Beni Hamad, des vestiges romains, des mosquées remontant à l'ère des Hammadites, la Casbah et le mont Yemma Gouraya.

des Hammadites, la Casbah et le mont Yemma Gouraya. MASCARA Projet de réalisation de trois tours

MASCARA

Projet de réalisation de trois tours de 15 étages

MASCARA Projet de réalisation de trois tours de 15 étages C e qui constituait, il y

C e qui constituait, il y a quelques années pour le commun des mor- tels dans la cité de l’Emir une chimère, est devenu aujourd’hui une réalité. Dans peu de temps trois tours de treize et quinze étages

dont les travaux d’aménagement urbain sont achevés verront le jour pour la première fois dans la wilaya de Mascara au niveau de la cité Bel Air et ce dans la cadre du programme du logement promotionnel privé. Une opé- ration qui a eu les encouragements du chef de l’exécutif pour ce faire tant l’expérience est lancée pour la première dans la région et la pose de la pre- mière pierre a été faite ce 20 août, soit 119 logements haut standing com- prenant toutes les commodités des habitations modernes relevant des grands ensembles des quartiers résidentiels huppés. Le maître d’ouvrage a eu recours au partenariat étranger pour la concrétisation de son projet. Un projet qui ne sera pas le dernier, selon les propos du wali. Ce programme sera réalisé par des promoteurs publics et privés et s’étendra aux grandes villes de la wilaya comme Mascara, Mohammadia, Sig et d’autres dans le cadre de l’opération de résorption de l’habitat précaire. Les assiettes fon- cières dégagées seront exploitées à des fins de réalisation de tours iden- tiques à celles-ci ou plus hautes soit constituées de 20 étages, ajoute notre source. Une vraie révolution urbanistique dans la région de Béni Chou- grane en marche vers le moderne avec la réalisation du nouveau parking à étages qui est en train de voir le jour à une cadence satisfaisante au cœur de ville de Mascara. Toutes ces réalisations et projets de développement local ne sont plus des utopies, ce sont des réalités palpables sur le terrain et nul ne peut nier aujourd’hui, qu’un grand pas a été franchi par la wilaya de Mascara tournée désormais résolument vers l’avenir. Une vraie dyna- mique d’amélioration urbaine qui saura donner un excellent cadre de vie pour la population ce qui dans ce sillage espère-t-on résoudra la problé- matique de l’absence des espaces verts dans les cités d’habitation qui se pose avec acuité, un triste constat qui les transforme en cités-dortoirs et l’urgence de dépasser le statu quo actuel des milieux urbains dans nos villes et d’intégrer aujourd’hui, plus que jamais la notion des aménagements ur- bains et paysagers. Autant de défis pour les responsables de la wilaya qui ne ménagent aucun effort pour être à l’écoute des aspirations des citoyens de toutes les localités de la wilaya où l’espoir de voir émerger une grande ville renait, pour la grande joie des tous les habitants attentifs à la promo- tion et à l’amélioration du cadre de vie. Un vrai challenge pour la wilaya qui saura le relever à n’en pas douter au vu de toutes les opérations inscrites dans le nouveau processus de l’amélioration urbaine, un sens d’anticipation qui, mettra en place une dynamique répondant aux exigences des uns et des autres.

A. Ghomchi

TIZI OUZOU

COMMERCE

11 marchés couverts livrés en novembre

O nze marchés couverts en réalisation à travers diffé- rentes localités de la wi-

laya de Tizi-Ouzou, dans le cadre d’un programme de résorption du commerce informel, devraient être livrés en novembre prochain, a-t- on appris, jeudi, auprès de la direc- tion du commerce. «Les travaux de réalisation, entamés en mars der- nier, ont atteint actuellement un taux moyen d’avancement de plus de 50 %», a estimé le chargé de l’organisation des marchés au ni- veau de la direction du commerce, précisant que les travaux «ont ac- cusé un léger décalage par rapport au délai contractuel, pour cause de changements de sites d’implanta- tion». Explicitant les critères ayant présidé à l’affectation de ces pro- jets, M. Amar Zenia a indiqué que cela s’est fait «sur la base des de- mandes émises par les maires, ap- puyées par un recensement de sites de commerces informels existant sur leur territoire». Les localités bénéficiaires de ces marchés cou- verts se comptent parmi celles où s’exerçaient les activités du com- merce informel, à savoir Tadmait, Draa El Mizan, Boghni, Ouadhias, Maatkas, Draa Ben Khedda, Freha, Azazga, Ain El Hammam et Oua- cifs, est il précisé. Une enveloppe de 454 millions de dinars a été al- louée à la wilaya de Tizi-Ouzou par

de dinars a été al- louée à la wilaya de Tizi-Ouzou par le ministère de l’Intérieur

le ministère de l’Intérieur et des Collectivités Locales, pour la réa- lisation de 11 marchés couverts et de 500 boxes, dans le cadre de la lutte contre le commerce informel. La réalisation de ces projets a été confiée, selon la formule de gré à gré à l’entreprise BATIMETAL à qui échoit, à l’échelle nationale, la concrétisation de ce programme «placé sous le sceau de l’urgence», relève-t-on à la direction du com- merce. Sur ces 500 boxes, il en a été livré à ce jour 446 et sont en instance d’attribution au niveau des communes bénéficiaires, alors que le reste est en cours de réalisation, a fait savoir M. Zenia. Pour rappel, les sites du commerce informel, en tous genres, qui essaimaient à tra-

vers les rues et les places publiques de la ville de Tizi-Ouzou, ont été éradiqués depuis 2011, à l’excep- tion de celui du marché d’habille- ment prêt-à-porter de la place du 1er novembre de la cité des Genêts, qui continue d’être opérationnel depuis son autorisation, en 1994, par l’ex-délégation exécutive com- munale de Tizi-Ouzou. La non li- bération de ce site a pour effets, outre les désagréments causés à l’environnement par cette activité du commerce informel, d’hypothé- quer la réalisation d’un projet d’une tour d’affaires de 10 étages, avec parkings à étages, confié de- puis 10 ans à l’agence de wilaya d’aménagement et de régulation foncière.

Un deuxième pont sur oued Rabta RN 12

L a direction des travaux publics de la wilaya de Tizi-Ouzou vient de procéder au lancement de la réalisation d’un deuxième pont, enjambant

Oued Rabta, sur le tronçon de la RN 12 reliant le chef- lieu de wilaya à la ville d’Azazga. La réalisation de cet ouvrage d’art est destinée à fluidifier la circulation sur un axe autoroutier, siège d’un dense trafic marqué par l’enregistrement de plusieurs goulots d’étrangle- ment, notamment aux heures de pointe, a indiqué le chargé du développement des infrastructures de base au niveau de la direction des travaux publics. Dans le

même cadre de décongestionnement de la circulation sur cette voie express, M. Guellal Noureddine Amar a fait état, également, du lancement, «dans un délai d’une semaine» la réalisation d’une trémie, au niveau du village de Chaib, relevant de la commune de Mekla. L’entame des travaux par l’entreprise Cosider, «interviendra dès l’ouverture d’une déviation provi- soire de cette voie», est-il précisé. Selon sa fiche tech- nique, cette trémie est conçue en deux fois double vois (2x2). Elle est de dimensions de 340 m de longueur et de 6 mètres de largeur.

Dimanche 25 Août 2013

Monde

10

EL MOUDJAHID

SAHARA OCCIDENTAL

REMSO appelle la communauté internationale à exercer des pressions sur le Maroc pour la démolition du "mur de la honte"

L Réseau international pour

l'étude de l'impact des mines

e

et

des violations au Sahara oc-

cidental "REMSO" a appelé la com- munauté internationale à faire pression sur le Maroc pour l'amener à démanteler le "mur de la honte" qu'il a érigé au Sahara occidental, a rapporté hier l'agence de presse sah- raouie (SPS). Dans un communiqué publié à l'occasion de la 33 e année de la "construction du mur de la honte par l'occupation marocaine", REMSO a demandé aux Nations unies, à la communauté internatio- nale et aux organisations humani- taires internationales, régionales et continentales ainsi qu’à toutes les consciences vives de "faire pression sur l'Etat marocain pour l'amener à démanteler le mur au regard de son impact sur les droits humains au Sa- hara occidental". Il a également de- mandé au Maroc de "se conformer à la légalité internationale et assainir le sol du Sahara occidental des mines et des bombes à fragmentation". Le ré- seau REMSO fait endosser aux auto- rités marocaines l'"entière responsabilité" des souffrances des civils sahraouis, notamment les sé-

des souffrances des civils sahraouis, notamment les sé- quelles corporelles et mentales géné- rées par les

quelles corporelles et mentales géné- rées par les explosions de mines et des bombes à fragmentation outre la "privation du peuple sahraoui de ses droits naturels et fondamentaux". Il a d'autre part, exprimé sa solidarité "in- conditionnelle" avec les victimes des mines et les déplacés en raison du maintien du mur au Sahara occiden-

COMMÉMORATION

tal, réitérant son soutien aux efforts nationaux et internationaux visant la démolition du mur. Par ailleurs, le Front Polisario a indiqué que le nom- bre de mines enfouies le long du mur érigé par le Maroc entre 1981 et 1986 s'élevait à plus de 7 millions alors que des sources américaines au Penta- gone parlent de 10 millions de mines.

Des milliers de personnes à Washington pour les 50 ans de "Je fais un rêve"

Des dizaines de milliers de per- sonnes étaient rassemblées hier de- vant le mémorial d'Abraham Lincoln au cœur de la capitale américaine Washington, pour célébrer les 50 ans du discours historique pour les droits civiques de Martin Luther King "Je fais un rêve". Sous un ciel bleu sans nuage, des dizaines de milliers de manifestants, Blancs, Noirs et Hispa- niques, étaient réunis en face de l'im- mense statue de l'ancien président Lincoln, où le 28 août 1963 le pasteur Martin Luther King prononça son discours contre la ségrégation qui de- vait marquer la société américaine. Armés de pancartes, les manifestants devaient entendre un série d'orateurs dont le fils du pasteur, assassiné en 1968 à Memphis (Tennessee, sud), la chef des démocrates à la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, ainsi que des syndicats et organisations de défense des droits civiques, selon le programme officiel. Des membres de la famille de Trayvon Martin, l'ado- lescent noir tué en 2012 en Floride par un vigile, George Zimmerman,

tué en 2012 en Floride par un vigile, George Zimmerman, qui a récemment été acquitté, de-

qui a récemment été acquitté, de- vaient également prendre la parole. Plus de 150.000 personnes étaient at- tendues samedi sur le National Mall, la vaste étendue de verdure entre le Congrès américain et le mémorial Lincoln. Pour fêter le cinquantième anniversaire du fameux discours, les Etats-Unis consacrent presque une

semaine de commémorations, avec des marches, débats, concerts, expo- sitions dans toute la ville. Point d'orgue des festivités : mercredi, Ba- rack Obama, premier président noir des Etats-Unis, prononcera un dis- cours sur les marches du Mémorial Lincoln.

INDE

Le parti au pouvoir exclut la tenue d'élections anticipées

La présidente du Congrès national indien (CNI) Sonia Gandhi a exclu, hier, la tenue des élections anticipées tout en exprimant sa confiance de remporter les prochaines élections prévues en mai 2014. "Notre objectif est de se rendre jusqu'au bout", a indiqué à la presse M me Gandhi, également présidente de l'Alliance progressiste unie (UPA) au pouvoir, lors d'une inauguration du Centre national des médias à New Delhi. Elle s'est dite également confiante que "'UPA dirigée par le CNI restera au pouvoir et empor- tera les prochaines élections législatives". "Certainement à 100%", a-t-elle affirmé. Certains parties et observateurs ont estimé que le CNI déclencherait une élection anticipée après l'adoption de la loi très attendue sur la sécurité ali- mentaire au Parlement lors de la présente session législa- tive. La chute de la roupie, l'inflation élevée et un ralentissement de la croissance économique exercent beau- coup de pression sur le gouvernement à quelque neuf mois des prochaines élections.

PALESTINE

Réouverture "partielle" du terminal de Rafah vers la bande de Ghaza

L'Egypte a rouvert partiellement le point de passage de Rafah vers la bande de Ghaza, plus d'une semaine après la fermeture de cet unique accès au Territoire pales- tinien qui ne soit pas contrôlé par l'occupant israélien, a indiqué le parti Hamas, au pouvoir dans ce territoire. Maher Abou Sabha, directeur général du passage pour le gouvernement du Hamas, a affirmé que le terminal de Rafah avait rouvert samedi matin et

que le passage y serait possible chaque jour pendant quatre heures "pour les cas d'urgence humanitaire et les déten- teurs de passeports étrangers". Le 15 août, l'Egypte, en pleine crise politique accompagnée de violences ayant fait plus de 800 morts, avait annoncé la fermeture du terminal pour "une durée indéterminée", empê- chant des centaines de Palestiniens d'entrer ou sortir du territoire côtier enclavé.

EGYPTE

Procès de Moubarak et des chefs des Frères pour « complicité de meurtres »

et des chefs des Frères pour « complicité de meurtres » Le procès en appel de

Le procès en appel de l'ex-président égyptien, Hosni Moubarak, pour "complicité de meurtres" de manifestants début 2011, doit reprendre au- jourd’hui, tandis que s'ouvrira celui des trois principaux chefs des Frères musulmans pour "incitation" au meurtre d'opposants au président déchu Mohamed Morsi. Ces audiences ont lieu en plein chaos politique en Egypte, où le nouveau pouvoir dirigé de facto par l'armée, qui a destitué et arrêté M. Morsi le 3 juillet, réprime dans un bain de sang depuis 10 jours les ma- nifestations organisées des Frères musulmans, la confrérie de M. Morsi. Près de 1.000 personnes ont été tuées, essentiellement des pro-Morsi, et les principaux cadres des Frères ont été arrêtés. M. Moubarak, 85 ans, avait été condamné, en juin 2012 en première instance, à la prison à perpétuité pour "complicité" dans le meurtre de manifestants lors de la révolte popu- laire qui l'a renversé après plus de 30 ans au pouvoir. Il avait fait appel, et la Cour de cassation avait ordonné un nouveau procès, suspendu depuis le 11 mai. M. Moubarak encourt la peine capitale. Personne ne sait si l'ex- "raïs", à la santé vacillante, comparaîtra ou non.

CRISE EN TUNISIE

L'opposition lance une semaine de contestation

L'opposition tunisienne espérait mobiliser hier pour la manifestation lançant sa "semaine du départ" qui doit forcer le gouvernement dirigé par Ennahda à la démission après un mois d'une impasse politique déclen- chée par l'assassinat d'un opposant. Le premier rassemblement prévu à partir de 18h00 (17h00 GMT) devait être ainsi l'occasion pour les oppo- sants du Front de salut national (FSN) de compter leurs troupes, plus de dix jours après la manifestation du 13 août qui avait réuni plusieurs di- zaines de milliers de personnes. Un concert d'artistes tunisiens engagés était annoncé dans la soirée. Prévu comme à l'accoutumé devant le bâti- ment de l'Assemblée nationale constituante (ANC), en banlieue de Tunis, ce rassemblement devait don- ner le signal de départ à une semaine de mobilisation à travers tout le pays, alors que les opposants ont jusqu'à présent concentré leur action dans la capitale. Cette campagne annoncée intervient après que la médiation en- tamée début août par le puissant syn- dicat UGTT n'a pas permis une fois de plus vendredi de rapprocher les

positions d'Ennahda et celles du Front de salut national, l'hétéroclite coalition d'opposition allant de l'ex- trême-gauche au centre-droit. Le blo- cage reste le même depuis l'assassinat du député Mohamed Brahmi fin juil- let, Ennahda refusant la démission de son gouvernement et la mise en place d'un cabinet apolitique. Les oppo- sants considèrent ces revendications comme le préalable à des pourparlers directs sur leurs autres désaccords, tels la finalisation de la Constitution et de la loi électorale. "Pour Ennahda un gouvernement de technocrates dé- stabiliserait l'Etat. Pour l'opposition, l'Etat est déjà assez déstabilisé", a ré- sumé le quotidien le Temps hier dans son éditorial titré "Blocage politique, blocage institutionnel". Les deux camps ont cependant donné des signes timides de concessions, En- nahda admettant que son gouverne- ment pourrait être amené à démissionner à terme et les opposants insistant de moins en moins dans leurs discours sur la dissolution de l'ANC, leur autre revendication clé. Ainsi, l'UGTT ne désespère pas de trouver un compromis.

NIGERIA

35 villageois tués par des insurgés

Des membres présumés du groupe Boko Haram ont attaqué un village dans le Nord- Est du Nigeria, tuant 35 personnes et en blessant 14, a annoncé l'ar- mée vendredi dernier. "Boko Haram a attaqué les villageois car il leur repro- chait de ne pas vouloir coopérer avec lui", a affirmé le porte-parole de l'armée, le général Chris Olukolade. "35 personnes ont été tuées et 14 blessées". L'at- taque contre le village de Dumba a eu lieu lundi, mais elle n'a été rendue pu- blique que vendredi en raison de l'isolement géographique du village et de la coupure des télécommunications par l'armée nigériane qui mène dans la région une offensive contre Boko Haram depuis la mi-mai.

Monde

11

EL MOUDJAHID

DOUBLE ATTENTAT AU LIBAN

L'Algérie "condamne fermement"

L' Algérie a "fermement condamné" samedi le double attentat terroriste ayant ciblé la ville de Tripoli dans

le nord du Liban et fait de nombreuses vic- times, rejetant l'usage de "la violence sous tous ses formes quels qu'en soient les motifs". L'Algérie "condamne fermement le double attentat terroriste ayant ciblé vendredi der- nier la ville libanaise de Tripoli et fait un nombre important de victimes", a indiqué le ministère des Affaires étrangères. Tout en ex- primant sa "profonde solidarité avec le gou- vernement et le peuple libanais frère", l'Algérie a appelé les différentes forces poli- tiques libanaises à s'armer de "patience et de sagesse et faire face à ce crime abject dans un esprit d'entraide et de solidarité". L'Algérie "est convaincue que ses frères au Liban sau- ront surmonter cette terrible épreuve et pré- server l'unité, la sécurité et la stabilité du pays", ajoute le communiqué. Le double at- tentat ayant ciblé vendredi les mosquées "Es- salam" et "Etakwa" à Tripoli ont fait plus d'une quarantaine de morts.

à Tripoli ont fait plus d'une quarantaine de morts. Condamnations internationales, la stabilité du Liban plus

Condamnations internationales, la stabilité du Liban plus que jamais menacée

La communauté internationale a vigoureu- sement condamné le double attentat perpétré vendredi à Tripoli dans le nord du Liban, fai- sant au moins 45 morts et des centaines de blessés, un nouvel épisode de violences mena- çant de déstabiliser ce pays fragile, qui conti- nue de subir les conséquences du conflit syrien. Deux voitures piégées avaient explosé la veille à quelques minutes d'intervalle devant deux mosquées de Tripoli (nord) distantes d'environ deux kilomètres. Une explosion avait retenti près de la maison du Premier mi- nistre sortant, Najib Mikati. Selon un dernier bilan, au moins 45 personnes ont été tuées et

plus de 500 autres blessés. Cette attaque, la plus meurtrière depuis la fin de la guerre civile, intervient dix jours après la mort de 27 autres personnes dans un attentat similaire dans la banlieue sud de Beyrouth, un bastion du

mouvement Hezbollah. Ces violences té- moignent des difficultés auxquelles fait face le Liban qui traverse une période d'instabilité au niveau politique et sécu- ritaire, plus de deux décennies après les années sombres de la guerre civile (1975- 1990). Cette situation risque de remettre

en cause le fragile équilibre sur lequel s'est construit l'Etat libanais avec une démocratie confessionnelle qui permet aux différentes communautés d'être représentées.

Condamnations à travers le monde des attentats de Tripoli Au lendemain du bain de sang au Liban, les Etats-Unis ont appelé, de leur côté, toutes les parties au Liban à "faire preuve de calme et de retenue et d'éviter toutes les actions qui contri- bueraient à alimenter le cycle des violences et des représailles". Washington a réaffirmé son "engagement fort pour un Liban stable, souve- rain et indépendant", selon un communiqué de la porte-parole adjointe du département d'Etat, Marie Harf. La France, par la voix de son pré- sident François Hollande, a aussi réitéré son

"appui aux efforts" de l'Etat et à l'armée du Liban pour préserver le pays "des consé- quences de la crise syrienne et favoriser la mise en œuvre des engagements souscrits ( ) par les principales forces politiques libanaises dans le cadre de la déclaration de Baabda de juin 2012". Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon a appelé "tous les Libanais à faire preuve de retenue, à rester unis et à aider les institutions de l'Etat, en particulier les forces de sécurité, à maintenir l'ordre et le calme à Tripoli et dans l'ensemble du pays". Il a réaffirmé "la détermination de la commu- nauté internationale à soutenir la sécurité et la stabilité du Liban". Le Conseil de sécurité à quant à lui invité les Libanais à "préserver l'unité nationale face aux tentatives pour dé- stabiliser le pays".

Deuil national, l'armée se déploie à Tripoli

La journée de samedi a été décrétée jour de deuil national en hommage aux victimes tuées dans les attentats et un arrêt de travail d'une heure devait également être observé dans les administrations à travers le pays de 11h00 à

12h00.

Tripoli semblait n'être pas encore remise de ces attaques, les rues de la ville étaient dé- sertes, la plupart des magasins étant fermés et la circulation était faible. L'armée a renforcé les mesures de sécurité en déployant des blin- dés et multipliant les patrouilles, pendant que des hommes en civil armés étaient postés de- vant les moquées, les maisons de députés et de dignitaires religieux. Les contrôles ont été également renforcé, les soldats fouillaient minutieusement

les voitures suspectes. Le gouvernement avait annoncé récemment que l'armée libanaise avait identifié un réseau soupçonné d'avoir piégé plusieurs voitures pour les faire exploser dans un fief du Hezbollah chiite.

Journée de deuil national décrétée hier

Une journée de deuil national a été décrétée, hier, au Liban, en hommage aux victimes des attentats perpétrés vendredi à Tripoli au nord du Liban, faisant 42 morts et 500 blessés, a annoncé le chef du gou- vernement démissionnaire, M. Najib Mikati. Un arrêt de travail d'une heure devait être également observé dans les administrations à travers le pays de 11h00 à 12h00 pour condamner ce crime odieux.

VIOLENCES EN IRAK

Au moins 25 morts

Au moins 25 personnes ont trouvé la mort dans un attentat suicide perpétré dans un parc de Baghdad vendredi, ont annoncé des respon- sables. Le kamikaze a fait détoner sa ceinture d'explosifs vers 21h00 (18h00 GMT) dans le quartier de Qahira, dans le nord de la capitale. Au moins 36 personnes ont été blessées. Quelques heures plus tôt, 10 personnes avaient été tués dans plusieurs attaques à travers le pays. A Doujail, une ville majoritairement chiite à 60 km au nord de Bagdad, des hommes armés sont entrés dans une maison et ont tués trois personnes, et à Hilla — également majoritairement chiite — au sud de la capitale, 2 personnes ont péri. Des explosions et des tirs à Baghdad et Mossoul (nord) ont fait cinq morts et 16 blessés.

AFRIQUE DU SUD

Mandela dans un état de santé parfois "précaire"

L'ex-dirigeant sud-africain Nelson Mandela, hospitalisé depuis plus de deux mois à 95 ans, se trouve parfois dans un état de santé "précaire" mais fait preuve d'une "grande résis- tance", a annoncé samedi la présidence sud-africaine. "Alors que parfois, son état de santé devient précaire, les mé- decins indiquent que l'ancien président fait preuve d'une grande résistance et son état tend à se stabiliser à la suite des

interventions médicales", a commenté la présidence dans un communiqué. "Les médecins conti- nuent de travailler pour renverser la situation et favoriser une amé- lioration de son état de santé", a écrit le cabinet du président Jacob Zuma, ajoutant qu'ils faisaient en sorte que l'ancien président ne souf- fre pas.

en sorte que l'ancien président ne souf- fre pas. SYRIE La Marine américaine déploie un quatrième

SYRIE

La Marine américaine déploie un quatrième destroyer en Méditerranée

U n quatrième destroyer équipé de missiles de croi- sière a été déployé par la

Marine américaine en Méditerranée après les nouvelles allégations d'uti- lisation d'armes chimiques en Syrie, a affirmé vendredi à l'AFP un res- ponsable américain de la Défense. La VI e flotte américaine, responsable de la Méditerranée, a décidé de lais- ser sur zone l'USS Mahan, qui devait initialement retourner à son port d'at- tache de Norfolk sur la côte est amé- ricaine et être remplacé par l'USS Ramage. Au total, quatre destroyers — le Gravely, le Barry, le Mahan et le Ramage — tous équipés de plu- sieurs dizaines de missiles de croi- sière Tomahawk, contre trois habituellement, vont donc croiser en Méditerranée. Selon la même source, ce renfort permet au Pentagone, qui a mis à jour ces plans d'action militaire en Syrie, d'agir plus rapidement si Ba- rack Obama ordonnait une interven- tion. D’autre part, la Jordanie accueillera dans les prochains jours une réunion militaire internationale pour examiner notamment les réper- cussions du conflit en Syrie, a an- noncé hier un responsable jordanien, cité par l'agence officielle Pétra. Cette rencontre, qui réunira les chefs d'état-major de plusieurs pays occi- dentaux et musulmans dont ceux des Etats-Unis et d'Arabie saoudite, se

dont ceux des Etats-Unis et d'Arabie saoudite, se tient à l'invitation du chef d'état- major

tient à l'invitation du chef d'état- major jordanien Mechaal Mohamed el-Zeben et du chef du Centcom, le commandement américain chargé de 20 pays du Moyen-Orient et d'Asie centrale, le général Lloyd Austin, selon ce responsable du commande- ment des forces armées jorda- niennes.

Damas accuse les rebelles d'avoir utilisé des armes chimiques Les autorités syriennes ont accusé hier les groupes rebelles d'avoir uti- lisé des armes chimiques dans les combats dans la capitale Damas,

selon un médias officiel. "Une unité de l'armée encercle un secteur de Jobar où les terroristes ont utilisé des armes chimiques", a rapporté la télé- vision d'Etat, affirmant que "des sol- dats ont été blessés après inhalation de gaz toxiques et certains d'entre eux sont dans un état critique". Situé à la périphérie de Damas, le quartier de Jobar est contrôlé par des rebelles et les forces du régime tentent de le reprendre. "Des combats violents ont éclaté dans le secteur de Jobar où les unités de l'armée s'apprêtent à lancer une offensive pour reprendre ce quartier", selon la télévision.

Dimanche 25 Août 2013

Société

15

EL MOUDJAHID

ERADICATION DES PARKINGS SAUVAGES

Neuf aires de stationnement autorisées par l’APC d’Alger-Centre

n Les gardiens seront reconnaissables à des gilets et des badges. n Le prix est fixé à 30 DA, quelle que soit la durée de stationnement.

S ur instruction des pouvoirs publics vi- sant à éradiquer les parkings dits sau- vages, les APC de la capitale

s’attellent à ficeler et à passer au peigne fin

les dossiers des « candidatures » des jeunes désirant gérer des espaces de stationnement dans un cadre légal. Un projet qui date en réalité de 2006 lorsque le ministère de l’In- térieur et des Collectivités avait envoyé une circulaire aux APC pour réorganiser ce cré- neau marqué par une grande anarchie. Il était même question de la création de coopéra- tives de gardiens d’aires de stationnement, mais malheureusement rien n’a été entrepris, bien que l’éradication des parkings sauvages fasse partie, tout comme les marchés infor- mels, des priorités de l’Etat. L’une des causes ayant freiné ou retardé ce projet, la question des antécédents judi- ciaires des postulants. Car dans un premier temps, les pouvoirs publics refusaient l’ac- cès à ce poste aux repris de justice. A Alger- Centre, une commune qui connaît un flux considérable de véhicules pour la simple rai- son qu’elle se situe au cœur de la capitale, les choses avancent doucement mais sûre- ment. Après avoir en effet pris connaissance du cahier de charges établi par le ministère

de l’Intérieur et des Collectivités locales, les élus ont entamé la première opération qui consistait à identifier les parkings sauvages puis de dégager les espaces et autres sites pouvant servir à des aires de stationnement.

« A ce jour, nous avons recensé 57 espaces

et reçu 75 dossiers pour gérer ces aires de stationnement. Neuf d’entre eux ont été au- torisés et sont désormais opérationnels et

leurs exploitants exercent en toute légalité »,

a affirmé le P/APC qui précisera que la plu-

part de ces aires ont été localisées au quartier de Telemly. Joint par téléphone, Abdelhakim Bettache nous a indiqué que le cahier de

charges en question a tranché sur la question des candidats qui ont des antécédents judi-

la question des candidats qui ont des antécédents judi- ciaires et assuré à ce propos que

ciaires et assuré à ce propos que l’opération ne les exclut pas. « Je parle notamment de ceux qui ont passé moins d’un an de prison et qui n’ont pas commis d’actes graves. D’ailleurs le cahier de charges fait état dans l’un de ses articles à la nécessité de réussir la réinsertion des jeunes dans la société, donc je ne pense pas que ces jeunes-là seront em- pêchés d’exercer », a-t-il expliqué. En clair, il n’est plus désormais exigé le casier judiciaire numéro 3 pour les personnes sollicitant cet emploi. Le cahier des charges définit « les prix, les horaires et la responsa- bilité de ces personnes quant au vol et à la détérioration des véhicules » alors que la ré- glementation et la surveillance de ces es- paces devront être placées sous l’autorité de la police. Outre les autorisations, les exploi- tants des aires de stationnement seront re- connaissables par les gilets qu’ils enfileront et des badges. Renouvelable tous les deux ans, le contrat de gestion des parkings stipule que ces derniers peuvent être confiée jusqu’à

trois personnes pour employer le maximum de jeunes. Tout dossier rejeté peut être rat- trapé grâce aux recours dont ont droit les postulants. Quant à la tarification, elle est fixe et s’élève à 30 DA, quelle que soit la durée d’immobilisation du véhicule. Ce qui n’est pas le cas avec les parkings sauvages où des jeunes dictent leur loi et imposent aux auto- mobilistes un délai, bien entendu court, à ne pas dépasser pour pouvoir espérer caser la voiture. « Si vous leur répondez que vous allez un peu tarder, soyez certain que le prix sera multiplié par deux, voire trois ou carrément, vous n’aurez aucune chance de bénéficier de stationnement », témoigne Farid qui se dit écœuré par le comportement de ces « parkin- gueurs » dont la majorité font preuve d’une violence inouïe. « C’est un vrai calvaire que nous sommes en train de vivre au quoti- dien », déplore la plupart des automobilistes que nous avons interrogés. « Vivement la ré-

organisation de ces espaces et nous souhai- tons qu’ils seront gérés par des gens de bonne famille, bien éduqués et surtout pas violents et vulgaires », ajoutera Farid. Le ca- hier de charges fait état également de la né- cessité de délimiter les lieux pour ne pas entraver la circulation des voitures mais aussi des piétons. Il est aussi question d’une étude environnementale qui prend en consi- dération les observations, notamment des commerçants.

En attendant les parkings à étages…

La réorganisation des aires de stationne- ment à Alger ne constitue nullement une fin en soi et n’est en fait que la première partie d’un vaste chantier devant, à terme, mettre fin au calvaire des automobilistes et dont la réalisation des parkings à étages fait partie de cette stratégie. Les Algérois qui circulent à Alger et même les citoyens qui y transitent quotidiennement attendent à ce propos avec impatience la fin des travaux de réalisation de nombreuses infrastructures programmées depuis belle lurette déjà. Au nombre de huit et d’une capacité qui tourne autour de 8.500 places, ces édifices sont situés à El Biar, Hydra, El Madania, Sidi M’hamed, Kouba, Sidi Yahia, Boumati (El Harrach) et Ché- raga. Ces projets qui entrent dans le cadre du « Plan mobilité » seront complétés par un autre projet de parking R+7 qui devrait être érigé à Alger-Centre, au quartier de Telemly plus précisément. Cependant, ces parkings à étages qui viendront renforcer ceux déjà existants seront-ils suffisants devant l’ac- croissement rapide du nombre des véhicules dans notre pays ? La question mérite en tout cas d’être posée, à plus forte raison lorsqu’il s’agit de la capitale dont le parc automobile dépasse 1,8 million de véhicules, alors qu’ils étaient à peine 600.000 véhicules en 2000. S. A. M.

RECHERCHÉS PAR LA JUSTICE DEPUIS UNE ANNÉE POUR PLUSIEURS CRIMES

« Zaki » et sa bande interpellés par la PJ à Médéa

Un dangereux criminel recherché par la jus- tice depuis de nombreux mois vient de tomber

dans les filets de la police judiciaire de la sûreté nationale. Connu sous le sobriquet de « Zaki »,

il activait dans la région de Médéa en compa-

gnie de 6 autres de ses acolytes. Les sept présu- més auteurs de plusieurs cambriolages et agressions sur des citoyens ont été appréhendés et remis à la justice. Selon la cellule de communication de la di- rection générale de la sûreté de nationale (DGSN), c’est sur la base d’informations bien précise faisant état de la présence d’une bande de malfrats qui porte préjudice à des citoyens et aux biens de citoyens que les éléments de la po- lice judiciaire ont réussi à mettre un terme aux agissements criminels de ces jeunes âgés entre 18 et 28 ans, tous repris de justice notoire dans des affaires de vols et de trafic de drogue.

Les mis en cause n’auront plus à commettre de crimes et délits puisqu’ils ont fait les frais de leur arrogance. Suite à une souricière planifiée de main de maître, les sept ‘‘mercenaires’’ ont fini par boire la tasse. Cette dangereuse bande est composée d’individus recherchés depuis des mois tandis que d’autres depuis plus d’un an. Les sept criminels sont derrières plusieurs cam- briolages, agressions et hold-up enregistrés dans plusieurs communes de la wilaya Médéa. Suite

à de nombreux plaintes, les enquêteurs ont éga-

lement eu connaissance que les présumés mal- frats étaient armés de couteaux, de sabres et de gourdins sans oublier des bombes lacrymogènes utilisés dans des agressions. Plusieurs habitants de la région sus citée ont été menacés par les sept présumés criminels, souligne le communi- qué de la DGSN.

présumés criminels, souligne le communi- qué de la DGSN. Suite aux renseignements, les investigateurs de la

Suite aux renseignements, les investigateurs de la police judiciaires ont planifié une embus- cade quelques jours avant que l’association de malfaiteurs ne passe à l’action. Pris en flagrant délit de cambriolage à mains armées, les présu- més auteurs ont été arrêtés. Présentés jeudi der- nier devant le procureur de la République près le parquet de Médéa, pour vol qualifié, posses- sion d’armes blanches, menaces et coups et blessures volontaires, ils ont été placés sous mandat de dépôt. M. MENDACI

LES GGF FRAPPENT UN GRAND COUP

Des tonnes de drogues et des milliers de litres de carburants saisis

Les garde-frontières (GGF) ont procédé du 15 au 18 août dernier à l’arrestation de pas moins de 13 contreban- diers, dont huit Maro- cains et cinq Algériens. L’interpellation de ces derniers en flagrant délit de contrebande et de trafic en tous genres a permis aux GGF de mettre la main sur plus cinq tonnes de résine cannabis et près de 5.000 litres de carbu-

rant, rapporte un com- muniqué de la gendarmerie nationale. En effet, le bilan d’une semaine de lutte contre la contrebande et le trafic de drogue sur les frontières, fait état de la récu- pération de près d’une tonne de denrées alimentaires qui était destinée aux pays voisins, Maroc, Mali et Tunisie. Selon la cellule de communication du comman- dement de la gendarmerie nationale (CGN) les gardiens de nos frontières terres- tres ont saisi 8.895 sacs de pâtes et 875 kg de légumes secs destinés au marché informel marocain qui étaient transportés par les contrebandiers pour être ache- minés vers d’autres pays voisins. Les gendarmes ont réussi notamment à faire avorter plusieurs tentatives de trafics vers la Tunisie et le Maroc où, les GGF ont mis la main sur 2.000 articles de vêtements, 184 têtes de bétail, 560 pièces de dé- tergent, 66,5 kg de corail, 293 pièces de rechange et 180 bonbonnes de gaz. Les GGF ont réussi, également à récupérer 9 véhicules de type 4x4 et 4 motos utilisés par les contrebandiers et les narcotrafiquants pour transporter les marchandises prohibées à partir des frontières sud, ouest et est. Par ailleurs, les GGF ont éga- lement mis la main sur un contrebandier marocain en possession de 20 grammes de cocaïne qu’il projetait de vendre en Algérie. Cette nouvelle prise intervient au moment où les cartels de drogue marocains ont accentué leurs activités visant l’Algérie. En l’espace de trois jours seulement plus de 12 tonnes de drogue ont été saisis par les forces de l’ordre, alors que depuis le début de l’année on y est déjà à plus de 100 tonnes.

M. M.

saisis par les forces de l’ordre, alors que depuis le début de l’année on y est

Culture

16

EL MOUDJAHID

C ulture 1 6 EL MOUDJAHID 9 e festival de la chanson araBe de djemila Wael
C ulture 1 6 EL MOUDJAHID 9 e festival de la chanson araBe de djemila Wael
C ulture 1 6 EL MOUDJAHID 9 e festival de la chanson araBe de djemila Wael
C ulture 1 6 EL MOUDJAHID 9 e festival de la chanson araBe de djemila Wael
C ulture 1 6 EL MOUDJAHID 9 e festival de la chanson araBe de djemila Wael
C ulture 1 6 EL MOUDJAHID 9 e festival de la chanson araBe de djemila Wael

9 e festival de la chanson araBe de djemila

Wael Djessar : « Warda est une icône »

A J-1 de la clôture de cette 9 e édition du festival de la chanson arabe de Djemila qui n’aura pas dérogé à la règle par sa réussite sur tous les plans, l’étoile montante de la chanson libanaise Wael Djessar qui animait la 9 e soirée a été une fois encore à la hauteur de l’attente du public, venu nombreux assister à cette avant-dernière représentation.

A l’issue d’une douce soirée, Wael djessar qui prenait part, pour la deuxième fois

consécutive à ce festival, n’a pas caché son plaisir «de revenir», dira t-il «parmi les siens et, dans ce pays qu’il aime tant et de partager la joie d’un public qu’il a très vite appris à connaitre et à apprécier». «c’est un honneur pour moi de re- venir pour la deuxième fois en al- gérie et de répondre à l’invitation de l’onci que je remercie, de m’associer à vos grandes fêtes et de participer à ce que votre bon- heur soit plus grand» dira Wael djessar qui ne manque pas de sou- ligner qu’il a appris très vite à aimer djemila tant et si bien pour- suivra t-il «qu’à chaque invitation en algérie, je demande si djemila aura lieu cette année pressé de re- trouver ce beau festival mais aussi mon peuple dans mon second pays.» la vedette de la chanson arabe qui ne manquera pas de dire aussi à l’issue d’un point de presse, «la nécessité de préserver l’authenti- cité de cette chanson en l’interpré- tant mais de s’ouvrir aussi sur l’universalité de l’art et la moder- nité imposée par les exigences du temps», ajoutera qu’il est de ceux qui privilégient la qualité à la quan- tité dans toutes ses productions, considérant que l’artiste est celui qui parvient à faire parvenir son message au public et susciter son attention et son intérêt. ce soir donc dans ce merveil- leux cadre de djemila dont l’écho

soulignera t-il ne cesse de gagner le monde arabe, Wael djessar sou- riant , simple et modeste comme à son habitude ne ménagera aucun effort pour faire plaisir à son public composé essentiellement de nom- breuses familles rassurées au fil des jours par la sécurité et la séré- nité qui prévalaient autant au cœur d’une ville qui baignait dans une dynamique commerciale consoli- dée par le site ou, dans cette belle dimension culturelle, où l’image, le son et le rythme se conjuguaient dans la symbiose de soirées agréa-

bles. l’artiste en- tame son tour de chant par un classique Gha- riba Eness, un de ses plus beaux succès que le pu- blic accueille une fois encore par des applau- d i s s e m e n t s . «vous êtes mer- veilleux» répli- quera Wael djessar. au fil du répertoire, le chanteur alliera

en effet l’ancien et le neuf. en interprétant Idha Kount bi Adhabi Radhi, le chanteur monte en puissance faisant ainsi vibrer l’esplanade. après une introduction musi- cale fournie, Wael enchaîne avec Baadek ma R’tahet Rouhi Lik,

contre toute attente et le premier à la faire, il quitte la scène pour aller
contre toute
attente et le
premier à la
faire, il quitte
la scène pour
aller vers le
public qui
l’accueille
avec ferveur

sans tran- sition, il chante Badi Choufek koul youm une fillette, s’approche de la scène et remet l’emblème national à Wael djessar qui le saisi à bras le corps et l’embrasse sous les ova- tions nourries du public désormais conquis par cette star qui enchaîne

avec Ma fi’hch akbar min kida, et après une belle entrée au violon rend un vibrant hommage à la diva, Warda el djazairia. alors que les deux écrans géants installés de part et d’autre de la scène, mettent un exergue sur un joli fondu, le portrait de Warda, l’artiste libanais chante Aali garali reprises en chœur. Wael fait part ainsi de sa reconnaissance et son respect pour «cette géante de la chanson arabe» Dhayaini, Ala remch ayounha, Koul chei goultou ghalet, Ana ben- sahib et voila de nouveau la star de la soirée rendre dans un autre bel

hommage à abdelhalim hafez avec la chanson Maououd, avant de laisser place à d’intenses mo- ments de «debka» qui envoûteront tout le public, faisant aussi un clin d’œil à l’inimitable fairouz dont il interprétera Nessem aleina el hawa et par son grand succès Idha kount bi adhabi radhi, arriver au terme de ce très beau tour de chant qui sera suivi par deux belles autres prestation du groupe «naila» de tindouf et laroussi qui nous vient d’allemagne où il a étudié la mu- sique avec un répertoire Gnaoui. F. Zoghbi

etats-unis

La chanteuse Linda Ronstadt souffre de la maladie de Parkinson

chanteuse Linda Ronstadt souffre de la maladie de Parkinson L a chanteuse amé- ricaine linda ronstadt,

L a chanteuse amé- ricaine linda ronstadt, a

confié hier, souffrir de la maladie de parkinson et ne «plus» pouvoir «chanter une seule note». le diagnostic a été posé, il y a huit mois et les premiers symp- tômes datent d’il y a huit ans, a déclaré la chan- teuse de 67 ans au blog de l’organisation améri- caine de personnes âgées aarp. «personne

ne peut chanter avec parkinson, quels que soient les efforts qu’on fait», a-t-elle ajouté. dans cette interview, la chanteuse aux 11 Grammy awards, rendue célèbre dans les années 1970 par des titres comme It’s so easy ou That’ll be the day, ex- plique comment elle s’est rendue compte que «quelque chose n’allait pas». «je ne pouvais plus chanter, et je ne sa- vais pas pourquoi. je sa- vais que c’était mécanique. je savais que cela avait à voir avec les muscles, mais je pensais que c’était lié à la maladie que j’avais eue, transmise par des tiques». «et je n’ai pas

pensé à aller voir un neurologue. je pense que j’en souffrais depuis sept et huit ans, vu les symptômes. et puis j’ai eu une opération de l’épaule, et je pensais que c’était pour ça que mes mains tremblaient». «parkinson est très diffi- cile à diagnostiquer, et quand je suis finalement allée voir un neurologue et qu’il m’a dit ‘’vous avez la maladie de par- kinson’’, j’ai été com- plètement traumatisée. je ne l’aurais jamais soupçonné», ajoute la chanteuse, qui selon aarp s’aide désormais parfois de cannes pour marcher et utilise un fau- teuil roulant pour voya- ger. chanteuse de rock et country-rock, rons- tadt a connu ses plus grands succès dans les années 1970. elle était un temps l’une des chan- teuses la mieux payée du monde du rock. elle a réalisé plus de 40 albums et collaboré avec de nombreux artistes dont emmylou harris, dolly parton, the ea- gles, james taylor, ou encore neil Young et elvis costello.

festival culturel des arts et cultures populaires de Bouira

Le chanteur Ali Ferhati et le groupe Ideflawen en clôture

L e chanteur kabyle ali ferhati et le groupe ideflawen ont égayé le public, jeudi soir, lors d’un gala artistique

animé au dernier jour du festival culturel local des arts et des cultures populaires de tizi- ouzou, ouvert depuis une semaine à la mai- son de la culture ali Zaâmoum de Bouira. le premier à avoir fait son apparition sur la scène sous un tonnerre

d’applaudisse-

ments était le chanteur ali ferhati qui, avant de com- mencer son gala, a tenu à saluer les spec- tateurs venus nombreux pour écouter les belles chansons de l’artiste qui retrouve ses fans après une longue absence. chacune des chansons de son riche réper- toire a fait vi- brer la salle, faisant revivre des pans entiers du temps passé. l’auteur de “stxilem a thiziri” (o lune, de grâce), créa une ambiance enfié- vrée. Thqdem thayri garana (tu as étouffé notre amour), Amek ara hlough (comment guérir) et beaucoup d’autres encore, ont mis le public en transe, durant plus d’une heure. invité lui aussi à prendre part à cette manifes- tation culturelle, le fameux groupe ideflawen n’a pas manqué le rendez-vous et a subjugué

son public, une heure durant, par ces célèbres chansons comme celle titrée Thilemzith (la jeune) ou Berwaguiya (la prison de Berroua- ghia). Adjthagh avrid ou (laissez-nous pas- ser), c’est avec cette chanson phare de la revendication identitaire berbère que le groupe ideflawen a clôturé la soirée qui a été riche en émo- tions. outre ces deux galas, ce festival a connu plusieurs activi- tés culturelles, dont des exposi- tions consacrées à l’artisanat tra- ditionnel, ainsi qu’aux photo- graphies retra- çant l’histoire de la wilaya hôte . des pièces théâ- trales ainsi que des spectacles de danse populaire présentés par des troupes artis- tiques de tizi- ouzou étaient aussi au menu. parmi les repré- sentations théâ- trales, figure notamment la pièce La Terre et le sang, adaptée du roman éponyme de mouloud feraoun. une dizaine de tableaux de peinture artistiques et photo- graphiques, illustrant les vestiges, les sites his- toriques touristiques et culturels et les potentialités économiques que recèle la wilaya de tizi-ouzou a aussi attiré l’attention des vi- siteurs de la wilaya de Bouira.

la wilaya de tizi-ouzou a aussi attiré l’attention des vi- siteurs de la wilaya de Bouira.

dimanche 25 août 2013

Culture

EL MOUDJAHID

C ulture EL MOUDJAHID 17 Note de lecture “ABDELKADER : L’HARMONIE DES CONTRAIRES D’AHMED BOUYERDENE Une

17

Note de lecture
Note
de lecture

“ABDELKADER : L’HARMONIE DES CONTRAIRES D’AHMED BOUYERDENE

Une ascèse libératrice

Bien des études et analyses ont été compilées sous la forme d’ouvrages sur le personnage de l’émir Abdelkader pour lequel beaucoup ont une fascination pour l’un des plus fervents défenseurs du territoire algérien au tout début de la conquête coloniale, ce mystique soufi qui portait dans son cœur d’homme une extraordinaire piété avait vu le jour dans la région ouest du pays sous la régence d’Alger qui vivait ses derniers moments.

L ’image subliminale que conserve l’algérien moyen dans sa mémoire réside toute

entière dans le portrait souvent véhi- culé qui cristallise la figure du per- sonnage avec sa blanche tenue traditionnelle, le visage et le regard clair qui semblent méditer avec la tête légèrement penchée et l’index pointé sur la tempe droite. Si la mémoire col- lective a retenu le souvenir indélébile d’un homme d’action qui a organisé une farouche résistance à l’occupant français d’autant qu’elle introduisait pour la première fois dans l’Algérie tribale une homogénéité dans le com- bat, redoutable face aux assauts répé- tés de l’adversaire, il parait utile pour une meilleure compréhension du per- sonnage d’aller chercher plus loin dans le profil psychologique et la per- sonnalité contrastée de l’homme ce qui fait à juste titre sa singularité car peu de personne connaissent la com- plexité du personnage, ce pourquoi l’auteur a choisi comme sous-titre ré- vélateur à l’ouvrage L’harmonie des contraires. C’est le projet que nourri l’auteur Ahmed Bouyerdene , un cher- cheur en histoire qui a publié en 2008 aux éditions du Seuil une dense bio- graphie préfacée par Eric Geoffroy qui couvre toute la vie du personnage et qui s’appuie sur des recherches thé- matiques qui mettent en exergue la stature à la fois historique, politique et religieuse d’Abd-El Kader. Mais qui était celui que l’on surnommait « le

chevalier de la foi » ou encore « Le commandeur des croyants », ce fier

cavalier juché sur son cheval qui me- nait des troupes venues des quatre coins d’Algérie ? On serait tenté de ré- pondre simplement un homme ordi- naire qui a eu la vie exceptionnelle qu’il s’était tracé en façonnant son propre destin comme celui de sa pa- trie, un homme pétri de valeurs mo- rales, un lettré qui fut longtemps inspiré par les textes d’Ibn Arabi, un parfait visionnaire à la conscience claire et vive dont les réflexions à la fois théologiques et politiques, comme on dirait aujourd’hui, lui ont donné une bonne longueur d’avance sur les hommes de son temps. Celui qui était voué de part son ascendance de charif, le métier et le rang social de son père à une vie contemplative consacrée à l’étude, s’est senti un beau jour sans doute dans un éclair de luci- dité, investi du commandement de la résistance face à l’armée française dotée à l’époque d’un armement mo- derne, il a réussi ce prodige grâce à une parole éclairée et intelligente à rassembler la quasi-totalité des tribus algérienne qui lui ont prêté leur allé- geance. Pourtant derrière le stratège militaire se cachait l’esprit d’un croyant que d’aucuns comparent à un saint tant il faisait au cours de ses dis- cussions sien les versets du Coran en les rapportant à la réalité, un homme qui voulait au départ consacrer toute sa vie aux prières puisque sa profonde spiritualité était en fait la vocation pre- mière de celui qui savait que l’accep- tation des paradoxes permettait à l’homme de se résorber dans l’unicité,

un concept qui revient souvent aussi bien dans sa pensée que dans son ac- tion : « Etre complexe que l’émir, par les multiples facettes de sa personna- lité, figées par les uns, réifiées par les autres, puisqu’on a rarement voulu l’envisager pour ce qu’il était : Un hé- ritier « mohammadien » ayant réalisé en lui l’unicité, et en œuvrant par voie de conséquence, à l’avènement de l’unité entre les humains, entre l’islam et l’Occident… « la création toute en- tière est la famille de Dieu » aimait-il à répéter à l’instar du Prophète », écrit l’auteur de la préface. Le livre qui comporte des informations inédites sur la vie et l’œuvre d’Abd El-Kader, apporte une connaissance intime du personnage en brossant suivant plu- sieurs éclairages le portrait du person- nage dans un souci d’équilibre et de tempérance qui n’estompe jamais l’enthousiasme qu’a eu l’auteur à écrire l’ouvrage très sourcé avec l’in- tention de transmettre au lecteur le legs et la dimension spirituelle du per- sonnage charismatique, car on peut bien déduire de cette étude qu’à la fin de sa vie, l’émir a enfin pu accéder comme il l’espérait à la présence di- vine et ce en réalisant sa propre huma- nité. A signaler que cet épais ouvrage comporte d’intéressantes notes de pages et un glossaire avec plusieurs indications et des références de lec- tures relatives à des articles de presse algériens et français ainsi que des dé- finitions de termes relatifs à la religion musulmane.

Lynda Graba

à la religion m u s u l m a n e . Lynda Graba LE

LE BIG SHOW DE KHALED AU FESTIVAL ARABE DE DJEMILA

Mille étoiles dans le ciel de Cuicul

S ublime ! Le mot n’est pas trop fort pour qualifier cette merveilleuse prestation que le king du rai Khaled star mondiale

reconnue a animé devant un public qui a dé- passé tous les pronostics à « J » moins 2 de la

clôture de la 9 e édition du festival arabe de Djemila. A tous ceux nombreux qui pensaient que le kaiser de la chanson arabe a fait le plein la veille et fait exploser l’applaudimètre, Khaled exprimera en effet la dimension d’une autre

classe tout à fait exceptionnelle par laquelle il est parvenu en cette belle soirée de pleine lune

à faire exploser l’esplanade déjà trop exiguë

pour contenir une affluence jamais égalée de- puis de longue années et visiblement décidée

à s’accrocher partout où l’œil pouvait se frayer un chemin pour découvrir l’inégalable star de

cette 9 e édition. Très tôt en effet, une foule immense gagna cette esplanade spacieuse et s’empressait à prendre place aux premières heures de cette

soirée qui s’inscrivait dans le juste prolonge- ment de tous ces grands concerts que le king a réussi jusque-là à Djemila, lieu mythique qui

a alimenté tant de souvenirs où il se revoie aux

premières années de sa jeunesse en 1986 déjà alors qu’il caressait les prémices d’un avenir meilleur et parvenu aujourd’hui à la célébrité et à la gloire tout à la dimension d’un grand qu’il est aujourd’hui. Souriant à souhait comme à son habitude quelques minutes avant le début de son spec- tacle qui fut précédé par un joli tour de chant d’artistes algériens, Khaled se souvient encore et n’oublie pas ces merveilleux moments qu’il

a à chaque fois passé à Djemila la belle : « Dje-

mila je connais depuis les rêves de ma jeu- nesse, j’y suis venu et revenu avec plaisir non sans me souvenir de tous ces passages glo- rieux. Aussi et à partir de ce merveilleux site je dis bonsoir à tous les Algériens et ma satis- faction d’être là encore ce soir et de me pro- duire à ce festival », dit Khaled qui poursuivra en réagissant à la question de savoir si le rai ne commençait pas à perdre du terrain : « Depuis

le rai ne commençait pas à perdre du terrain : « Depuis 1980, le rai ne

1980, le rai ne fait qu’avancer, le rai est donc sur rails. » Entre temps et alors que le roi du rai vante les mille et une facettes de son pays vers lequel il revient désormais souvent, l’esplanade est pleine à craquer sous le poids de toutes ces fa- milles et combien autres nombreux fans de Khaled, des jeunes et moins jeunes mais sur- tout des jeunes qui n’étaient pas prêts à faire la moindre concession avec leur bourse pour rater ce que Halim que nous avons rencontré dans ce bain de foule qualifiera d’unique : « On dit que ce n’est pas toujours dimanche mais aujourd’hui c’est jeudi et Khaled qui mérite tous les sacrifices financiers n’est pas celui que l’on rencontre à chaque coin de rue. Ce soir donc j’ai décidé vaille que vaille de ne pas rater cette soirée du king en attendant le chan- teur Billal. » Beaucoup de monde, on rajoute des chaises là où on peut, on met à profit tous ces espaces élevés aussi loin soient-t-ils pour être dans le champ, on scande à ne plus en finir le nom du king que l’on réclame un peu plus vite que ne l’a prévu le programme de cette soirée et sous l’œil avisé d’un service d’ordre très bien orga- nisé par les éléments de la sûreté nationale qui

ont mis tous les moyens humains nécessaires pour assurer et la réussite de la soirée et celles de toutes les autres, on se défoule comme on peut en chantant , en dansant en attendant le coup de « gong » et la sortie du king. Il est 23 h 15 quand Khaled, précédé par des prestations de El Hadj Maati, Bariza, Cheb Khalass, fait son entrée sous une immense ova- tion et investit une fois encore cette grande scène colorée de Cuicul accompagné comme d’habitude par son orchestre qui excellera ce soir et portera le chanteur au summum de sa renommée. Apres une sublime introduction au luth, Khaled qui salue son public à l’endroit duquel il ne manque jamais d’exprimer sa pro- fonde reconnaissance, entame son tour de chant avec « Ana el Maghboun » avant d’en- chaîner avec « Bkit Ala Bladi » qui lui vaut une attention particulière quand il fait le constat de la « Harga » et tous ceux qui vivent l’exode dans leurs entrailles. Il chante avec une voix serrée, Rédha et El Hadi qui ont été la proie des mers au moment où les deux écrans géants installés de part et d’autre de la scène porte l’émotion de Khaled sur fond d’emblème na- tional qui flotte. Ce premier jet terminé au mo- ment où l’intensité monte progressivement

Khaled déclenche une fois encore comme une « hystérie collective » parmi cette forte af- fluence. Il interprète maintenant « Ya Cheba, Ya Cheba » qui fait vibrer l’esplanade et en- chaîne sans temps mort aucun avec « Melha, Melha » pour entretenir cette belle ambiance doublement consolidée par ces moments forts de percussion et ces solos de synthétiseur au moment où dans le ciel de Cuicuil 1000 étoiles sont portées par ces puissants projecteurs qui balayent aussi l’esplanade et la scène. Khaled souffle un moment, une nouvelle introduction au luth et il replonge dans ses ra- cines, tous ces coins et quartiers d’Oran où il a tant vécu et aimé, chante maintenant l’hom- mage à tous ceux qui l’ont précédé et qui ont fait les années fastes de la chanson oranaise. Il chante « Rouhi ya Wahren » force l’émotion encore une fois et entraîne sur les rivages d’El Bahia son public qui le porte et l’accompagne, comme pour exprimer son amour pour ce mer- veilleux patrimoine. Un solo de clavier s’ensuit sur un rythme de rumba, Khaled se débarrasse de sa veste dans un geste hautement professionnel, Il fait chaud ce soir contrairement à la veille et l’avant-veille, c’est le début de toute une serie de chansons qui vont faire exploser l’applau- dimètre, « Bakhta », « Arouah Elila », « Oua- raki Rayha » et « Sahra », Khaled est sur un nuage, il joue avec tous ces changements de gammes qui font que le king a gagné beaucoup de terrain depuis le parcours triomphal qui est le sien sur la scène internationale. Sur cette vaste esplanade plus personne ne tient en place, Khaled chante « Rahet H’laouet Ezmen » puis « Didi Didi », enchaîne avec « Aïcha » reviendra à « Trig Elissi » un des ses anciens et beaux succès de jeunesse avant de mettre la cerise sur le gâteau et faire danser et chanter des milliers de voix au rythme de « On va chanter, On va danser » qu’il interprétera par deux fois, pliant avec le sourire sur la perche de son micro : La fête en valait bien la peine .

F. Zoghbi

D étente - T V

20

EL MOUDJAHID

Page animée par Mourad Bouchemla Mots CROISÉS Nº 3497 1 2 3 4 5 6
Page animée par Mourad Bouchemla
Mots CROISÉS
Nº 3497
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
I
II
III
IV
V
VI
VII
VIII
IX
X

Définitions

HORIZONTALEMENT

I-Cervidé - Succès musical. II-Jeux champêtres - En moment. III- Prénom - Préposition .IV- Du nez en parlant. V-Rien du tout- Méchanceté.VI-Terme relatif aux huiles-Talon usé.VII-Intrus en tête - Électrode.VIII-Diplôme supérieur - Monstre d’Écosse.IX-Négation - Qui sont raisonnables. X-Oser - Éclose.

VERTICALEMENT

1-Monnaie de la Corée du nord - Stimulant 2-Rapport de ressemblance.3-Conduit un deux rouxes.4-Oiseau sacre - Direction. 5-Coût - Vieille 6-Européen - En noir.7-À apprendre. 8-Zone de marais 9-Prénom - Frustrée. 10-Ourlée - Direction.

SOLUTION DES MOTS CROISÉS 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 1
SOLUTION DES MOTS CROISÉS
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
1
W
A
P
I
T
I
T
U
B
2
O
E
B
A
T
S
M
O
3
N
A
D
I
R
A
P
R
A
4
N
A
S
I
L
A
R
D
L
5
D
A
L
F
I
E
L
E
6
O
O
E
L
L
E
C
U
E
7
P
O
U
A
N
O
D
E
8
A
G
R
E
G
E
S
S
N
N
I
S
E
N
S
S
E
S
9
T
E
N
T
E
R
N
E
E
10
SOLUTION DES MOTS FLÉCHÉS 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 1
SOLUTION DES MOTS FLÉCHÉS
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
1
W
A
T
E R
P
L
O
S
2
O
H
O U
R
B
A
3
L
I
E
S
S E
T
U
B
4
O
S
I R
O
A
E
5
F
O
E
N
E E
D
Y
6
C
L
A
T
I
T E
7
R
E
A
P
E
R
R
E
8
A
L
E
N E
A
I
L S
L
E
I
S
E
I
G
L E
9
A
S
S
I E
T
T
E
E S
10

O 21.

I 26.

Mots FLÉCHÉS Nº 3497 SPORTNAUTIQUE ——————————— FILLE DU PARADIS
Mots FLÉCHÉS
Nº 3497
SPORTNAUTIQUE
———————————
FILLE DU PARADIS
———————————
CAS DE TRIANGLES
EN BAS
———————————
PROJECTILE
———————————
UN SUCCÈS
EN VOIE
——————————
GRANDEJOIE
——————————
SOUSTRACTION
BOISSON
COURTCOURS
POSSESSIF
—————————
—————————
——————————
SQUELETTE
ASEPTISANT
EN SOIRÉE
—————————
—————————
——————————
PALMIER
AMIDONNÉ
MÈNE
CHAMPS DE PÂTURAGE
—————————————
HARPON
—————————————
EN CLASSE
EN ÉDITION
————————
PAREILLE
PEUPLED’AFRIQUE
———————————
FLEUR
———————————
ROUSPÉTA
REVÊTEMENT
EN PIERRES
—————————
ROUE À GORGE
CORDAGE
D’AMARRE
———————————
POSSESSIF
FORTESTÊTES
———————————
POINÇONÀCUIR
———————————
COPULATIVE
CÈRÉALE
—————————
UNITÉ ROUMAINE
—————————
CONTENUS
Nº 3497 Mot CACHÉ Grille 3. Empirisme 33. Cotutelle 15 . Volatile G S E
Nº 3497
Mot CACHÉ
Grille
3.
Empirisme
33.
Cotutelle
15
. Volatile
G
S
E
L
E
C
T
E
U
R
P
E
R
S
U
A
D
E
R
U
6.
Lumineuse
34.
Réacteurs
20
. Soufflage
E
M
A
N
G
A
N
I
T
E
I
N
C
I
D
E
N
T
S
L
11. Décacheter
35.
Dyspepsie
22
. Précédent
M
E
S
Q
U
I
S
S
E
I
L
M
O
U
S
S
E
U
X
U
12 . Lucernaire
36
. Moujingue
P
P
E
R
C
E
V
O
I
R
T
R
A
I
T
R
I
S
E
M
23
. Oriflamme
13.
Déterminer
37.
Mimétique
I
D
L
D
C
L
E
L
I
T
A
L
O
V
O
P
C
A
E
I
24
. Dubitatif
14.
Cellulaire
38
. Féerique
R
E
U
E
E
E
G
A
L
F
F
U
O
S
A
R
A
T
X
N
25
. Décadence
I
C
C
T
L
T
N
E
D
E
C
E
R
P
M
O
B
T
A
E
16.
Proscenium
39.
Préfacer
S
A
E
E
L
E
M
M
A
L
F
I
R
O
Y
S
A
E
C
U
17.
Cabaretier
40. Recourber
27
. Badinerie
M
C
R
R
U
F
I
T
A
T
I
B
U
D
G
C
R
N
T
S
18
. Attentisme
41. Astéroïde
29
. Céréalier
E
H
N
M
L
E
C
N
E
D
A
C
E
D
D
E
E
T
E
E
19.
Exactement
42 . Vitrioler
30
. Imbriquer
C
E
A
I
A
E
I
R
E
N
I
D
A
B
A
N
T
I
M
T
Amygdale
43. Flatulent
O
T
I
N
I
R
E
I
L
A
E
R
E
C
L
I
I
S
E
R
1. Sélecteur
Cornemuse
7. Esquisse
R
E
R
E
R
R
E
U
Q
I
R
B
M
I
E
U
E
M
N
A
2
. Persuader
28.
Transfuge
8. Mousseux
N
R
E
R
E
T
T
N
A
R
O
L
O
C
I
M
R
E
T
N
4
. Manganite
31.
Colorant
9. Percevoir
E
R
E
C
E
P
T
I
O
N
C
O
T
U
T
E
L
L
E
S
M
R
E
A
C
T
E
U
R
S
D
Y
S
P
E
P
S
I
E
F
32 . Réception
10. Traîtrise
5. Incidents
U
M
O
U
J
I
N
G
U
E
M
I
M
E
T
I
Q
U
E
U
QUI DÉCAPITE
S
F
E
E
R
I
Q
U
E
N
E
P
R
E
F
A
C
E
R
G
E
R
E
C
O
U
R
B
E
R
A
S
T
E
R
O
I
D
E
E
SOLUTIONPRÉCÉDENTE: GLOUTONNERIE
U
V
I
T
R
I
O
L
E
R
F
L
A
T
U
L
E
N
T
R
T é l é v i s i o n
T é l é v i s i o n

Canal Algérie

Dimanche

•10h30 : Waqai''e (16) rediff •11h00 : Global foot'rediff' •12h00 :Journal en français + météo •12h20 : Maoussime el matar (14) •12h25 : Ala tarik el boune •14h25 : Znoud all sit II (14) •15h00 :Football 'JSMB/MCA' différé •16h35 : Tarikh oua hadhara (33) •17h00 : GGO Football (45) •17h40 : Oulama''e el djazair •18h00 : Journal en Amazigh •18h30 : Waqai''e (17) •19h00 : Journal en français + météo •19h30 : Algérie mémoire et miroir ''''Tlemcen 2 éme ptie'''' •20h00 : Journal en Arabe •20h45 : Djarti (12) •21h00 : ALGE''RIRE (07) •22h00 : Senteurs d''Algérie ''''Skikda'''' •23h00 : Festival de la musique actuelle •00h00 : Journal en Arabe

SS éé ll ee cc tt ii oo nn
SS éé ll ee cc tt ii oo nn

Match JSMB / MCA ''différé'

15h00
15h00

Les championnats nationaux des Ligues 1 et 2 reprendront du service avec des rencontres assez intéressante à suivre .Il faut dire que le choc JSMB et MCA, au stade de l’Unité maghrébine de Bejaïa sera très suivi

ALGE''RIRE 07 é partie

Bejaïa sera très suivi ALGE''RIRE 07 é partie Reportage senteurs d''Algérie

Reportage senteurs d''Algérie ''Skikda''

Reportage

21h00
21h00
22h00
22h00

Sukaïkida

en

arabe

HUMOUR Sous la houlette de Smain et Ramzy Bédia, les parrains de l’événement Algé’Rire, une pléiade d’humoristes et d’artistes tels que Wahid, Booder, Abdelkader Secteur, Nawell Madani, Uncle Fofi, Sébastien Louis XVI et plein d’autres têtes d’affiches et jeunes talents, s’échangeront le micro pour présenter sketchs et autres spectacles .

classique,

algérien), anciennement appelée

Rusicade à l'époque romaine et Philippeville lors de la colonisation française, est une commune algérienne située en bordure de la mer Méditerranée, à 345 km à l'est d'Alger, dans la wilaya de Skikda. Elle est le chef-

lieu éponyme de la wilaya de Skikda et de la daïra de Skikda.

prononcé

arabe

Vie pratique

28

EL MOUDJAHID

Vie religieuse Horaires des prières de la journée du Dimanche 18 Chaoual 1434 correspondant au
Vie religieuse
Horaires des prières de la journée du Dimanche 18 Chaoual 1434
correspondant au 25 août 2013 :
- Dohr
12h50
- Asr
16h32
- Maghreb
19h29
- Ichaa……
……
20h53
Lundi 19 Chaoual 1434 correspondant
au 26 août 2013 :
- Fedjr 04h42
- Chourouq
06h14

Avis de vente

Imprimerie vend platine de marque HEIDELBERG. Contacter le 0550.07.23.30

El Moudjahid/Pub du 25/08/2013

FELICITATIONS

Mille

bravos

à

Mille bravos à

ma très chère nièce

BOUBALOUTA

Hiba

 

qui a passé avec brio son BEF avec une moyenne de 17,20. En cet heu- reux évènement, tes tantes maternelles et en particulier khaltou Naziha, et ta grand-mère Zohra te souhaitent davan- tage de réussite. Merci à tes parents qui n'ont jamais cessé de t'encourager, donc à toi de les honorer et bonne continuation ma fille.

 

Khaltou Naziha

 

El Moudjahid/Pub du 25/08/2013

Khaltou Naziha   El Moudjahid /Pub du 25/08/2013 Société de Distribution de l'Electricité et du Gaz
Khaltou Naziha   El Moudjahid /Pub du 25/08/2013 Société de Distribution de l'Electricité et du Gaz

Société de Distribution de l'Electricité et du Gaz de l'Ouest

DIRECTION DE DISTRIBUTION DE CHLEF-CENTRE

CONDOLÉANCES

Le Directeur de la distribution et le personnel de la Direction de distribution de l’électricité et du Gaz de Chlef Centre et la section syndicale, profondément affectés par le décès de la mère de M. OUAZAA Mohamed, Agent au niveau de la direction de distribution de ChIef Centre, présentent à sa famille leurs sincères condoléances et l'assurent en cette douloureuse circonstance de leur profonde sympathie. Que Dieu le Tout-Puissant accorde à la défunte Sa Sainte Miséricorde et l'accueille en Son Vaste Paradis. “A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons.”

El Moudjahid/Pub

ANEP 538758 du 25/08/2013

Demande d’emploi

JH possède véhicule récent 207 2012, dégagé du S.N., sérieux, ponctuel cherche emploi avec son véhicule chez famille privée ou société étatique. Libre de suite. Tél.: 0774 99 34 10

El Moudjahid/Pub du 25/08/2013

CONDOLÉANCES

Le Président du Directoire, le membre du Directoire, ainsi que l’ensemble du personnel de la SGP- IPRS Alger, très affectés par le décès du père de Monsieur ARAB Saïd, président de la SGP-Genest Etudes et Engineering Alger, lui présentent à lui et à l’ensemble de sa famille et de ses proches leurs sincères condoléances et les assurent en cette douloureuse circonstance de leur profonde sympathie. Que Dieu accorde au défunt Sa Sainte Miséricorde et l’accueille en Son Vaste Paradis.

Que Dieu accorde au défunt Sa Sainte Miséricorde et l’accueille en Son Vaste Paradis. El Moudjahid/

El Moudjahid/Pub du 25/08/2013

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L'HABITAT ET DE L'URBANISME OFFICE DE PROMOTION ET DE GESTION IMMOBILIERES DE HUSSEIN-DEY www.opgi.dz Numéro d'identification fiscale:

(NIF) 099916000876756

Avis de prorogation de délai de l'appel d'offres national restreint

N° 19/2013

L'Office de Promotion et de Gestion Immobilières de Hussein-Dey informe l'ensemble des soumissionnaires concernés par l'avis d'appel d'offres national restreint n° 19/2013, relatif à la réalisation des travaux de voiries et réseaux divers (VRD) des 384 logements sociaux-participatifs avec commerces et services à Shaoula - Alger, paru dans les quotidiens nationaux ECHAAB et EL MOUDJAHID, respectivement en dates du 01/08/2013 et 03/08/2013 que la date limite de dépôt des offres, prévue initialement le 21/08/2013 à 12h00, est prorogée jusqu'au 01/09/2013 à 12h00. L'ouverture des plis s'effectuera le 01/09/2013 à 13h00 au siège de l'OPGI de Hussein-Dey.

El Moudjahid/Pub

ANEP 537994 du 25/08/2013

République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère des Ressources en Eau Agence Nationale des Barrages et Transferts

AVIS DE PROLONGATION

L’Agence Nationale des Barrages et Transferts informe l’ensemble des soumissionnaires ayant retiré le cahier des charges relatif à « l’étude d’exécution et la surveillance des travaux du barrage de Bouzina, situé dans la wilaya de Batna », paru sur les quotidiens nationaux, que le jour et l’heure limites de dépôt des offres sont prorogés de quinze (15) jours, à partir du 25/08/2013, soit le 09/09/2013 de 08h00 à 11h00. L’ouverture des plis technique et financier s’effectuera le même jour à 12h00.

El Moudjahid/Pub

ANEP 538372 du 25/08/2013

Democratic and Popular Republic of Algeria Ministry of Water Resources National Agency of Dams and Transfers

NOTICE OF THE DEADLINE’S EXTENSION

The National Agency of Dams and Transfers informs all the tenderers who have withdrawn the specifications' book related to the national and international restricted call for tenders n° 27/2013 for : “the study of execution and the follow up of works of Bouzina dam in the wilaya of Batna”, published in the national newspapers, that the day and hour of deposit of the offers are prolonged to fifteen (15) days from 25/08/2013, so it’s fixed to 09/09/2013 from 08h00 to 11h00. The opening of the technical and financial folds will be held in the same day at 12h00.

El Moudjahid/Pub

ANEP 538372 du 25/08/2013

ENTREPRISE PUBLIQUE ECONOMIQUE DE REALISATION D'INFRASTRUCTURES FERROVIAIRES SPA au capital de : 3 000 000

ENTREPRISE PUBLIQUE ECONOMIQUE DE REALISATION D'INFRASTRUCTURES FERROVIAIRES SPA au capital de : 3 000 000 000 DA

FERROVIAIRES SPA au capital de : 3 000 000 000 DA LEADER DES TRAVAUX FERROVIAIRES EPE.

LEADER DES TRAVAUX FERROVIAIRES EPE. INFRAFER 15, rue Colonel Amirouche BP 208 - Rouiba - Alger

AVIS D'APPEL D'OFFRES NATIONAL ET INTERNATIONAL RESTREINT

N° 03/SDA/DTC/2013

L'Entreprise INFRAFER lance un avis d'appel d'offres national et international restreint n° 03/SDA/DTC/2013 pour l'acquisition de un (01) Locotracteur de manœuvre de 1000 à 1200 CV. Les fabricants spécialisés dans le domaine ou leurs représentants exclusifs intéressés peuvent retirer le cahier des charges à l'adresse suivante :

EPE INFRAFER - BUREAU DES MARCHÉS 15, rue Colonel Amirouche BP 208 - Rouiba - Alger contre présentation d'un justificatif de virement de la somme de cinquante mille dinars (50.000,00 DA) au compte INFRAFER BNA Hamiz N° 00 100 647.0300.300.016/13 pour les nationaux et cinq cents euros (500,00 ) au compte devises INFRAFER BNA Hamiz N°00.100.647.0310. 010.004/22 pour les étrangers. Les offres accompagnées des documents exigés par le cahier des charges doivent être déposées sous double enveloppe cachetée à l'adresse ci-dessus. L'enveloppe extérieure doit être anonyme et ne doit comporter que la mention suivante :

SOUMISSION - A NE PAS OUVRIR - APPEL D'OFFRES NATIONAL ET INTERNATIONAL RESTREINT N° 03/SDA/DTC/2013 BUREAU DES MARCHÉS INFRAFER 15, RUE COLONEL AMIROUCHE - ROUIBA - ALGER POUR ACQUISITION DE : UN (01) LOCOTRACTEUR DE MANŒUVRE DE 1000 A 1200 CV La date limite de dépôt des offres est fixée à trente (30) jours à compter de la première parution.

El Moudjahid/Pub

ANEP 303520 du 25/08/2013

QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION Edité par l’EPE-SPA EL MOUDJAHID au capital social de 50.000.000 DA 20,
QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION
Edité par l’EPE-SPA
EL MOUDJAHID
au capital social de 50.000.000 DA
20, rue de la Liberté, Alger
Téléphone : 021.73.70.81
Présidente-Directrice générale
de la publication
Naâma Abbas
Rédacteurs en chef
Kamal Oulmane — Achour Cheurfi
DIRECTION GENERALE
Téléphone : 021.73.79.93
Fax : 021.73.89.80
DIRECTION DE LA REDACTION
Téléphone : 021.73.99.31
Fax : 021.73.90.43
Internet : http://www.elmoudjahid.com
E-mail : elmoudjahid@elmoudjahid.com
BUREAUX REGIONAUX
CONSTANTINE
100, rue Larbi Ben M’hidi
Tél. : (031) 64.23.03
ORAN
Maison de la Presse
3, place du 1 er Novembre : Tél. : (041) 29.34.94
ANNABA
2, rue Condorcet : Tél. : (038) 86.64.24
BORDJ BOU-ARRERIDJ
Ex-siège de la wilaya
Rue Mebarkia Smaïl, B.B.A. 34000
Tél/Fax : (035) 68.69.63
SIDI BEL-ABBES
Maison de la presse Amir Benaïssa
Immeuble Le Garden, S.B.A.
Tél/Fax : (048) 54.42.42
BEJAIA :
Bloc administratif, rue de la Liberté.
Tél/Fax : 034.22.10.13
TIZI OUZOU :
Cité Mohamed Boudiaf (ex-2.000 logts)
Bâtiment 3, 1 er étage, Nouvelle ville
Tél. - Fax : (026) 21.73.00
TLEMCEN :12, place Kairouan
Tél.-Fax : (043) 27.66.66
MASCARA : Maison de la Presse
Rue Senouci Habib
Tél.-Fax : (045) 81.56.03
CENTRE AIN-DEFLA :
Cité Attafi Belgacem (Face à la Poste)
Tél/Fax: 027.60.69.22
PUBLICITE
Pour toute publicité, s’adresser
à l’Agence Nationale de Communication d’Edition et
de Publicité “ANEP”
ALGER : 1, avenue Pasteur
Tél. : (021) 73.76.78 - 73.71.28 - 73.30.43
Fax : (021) 73.95.59 - Télex : 56.150
Télex : 81.742
ORAN : 3, rue Mohamed Khemisti
Tél. : (041) 39.10.34
Fax : (041) 39.19.04 - Télex : 22.320
ANNABA :
7, cours de la Révolution
Tél. : (038) 84.86.38 : Fax : (04) 84.86.38
Régie publicitaire
EL MOUDJAHID
20, rue de la Liberté, Alger : Tél./Fax : 021 73.56.70
ABONNEMENTS
Pour les souscriptions d’abonnements, achats de journaux
ou commandes de photos, s’adresser au service
commercial : 20, rue de la Liberté, Alger.
COMPTES BANCAIRES
Agence CPA “Che” Guevara - Alger
Compte dinars n° 102.7038601 - 17
Agence BNA Liberté
- Dinars : 605.300.004.413/14
- Devises : 605.310.010078/57
Cptes BDL - Agence Port Saïd
- Dinars : 005.00 107.400.247 86 20.28
- Devises : 005.00 107.457.247 86 20.28
Edité par l’EPE-SPA
EL MOUDJAHID
Siège social : 20, rue de la Liberté, Alger
IMPRESSION
Edition du Centre :
Société d’Impression d’Alger (SIA)
Edition de l’Est :
Société d’Impression de l’Est, Constantine
Edition de l’Ouest :
Société d’Impression de l’Ouest, Oran
Edition du Sud :
Unité d’Impression de Ouargla (SIA)
DIFFUSION
Centre : EL MOUDJAHID
Tél. : 021 73.94.82
Est : SARL “SODIPRESSE” :
Tél-fax : 031 92.73.58
Ouest : SARL “SDPO”
Tél-fax : 041 46.84.87 : Sud : SARL “TDS”
Tél-fax : 029 75.02.02
France : IPS (International Presse Service)
Tél. 01-46-07-63-90
Les manuscrits, photographies ou tout autre document et
illustration adressés ou remis à la Rédaction ne sont pas
rendus et ne peuvent faire l’objet d’une réclamation

Dimanche 25 Août 2013

Sports

29

EL MOUDJAHID

VISITE GUIDÉE AU STADE SANTIAGO BERNABÉU

Dans le temple des Merengues

La renommée internationale du football espagnol est telle que chaque année, une foule de visiteurs viennent admirer la "Salle des trophées du Real Madrid" l'un des lieux les plus visités de la ville.

De notre envoyée spéciale à Madrid Sihem Oubraham

L’ imposante délégation de journalistes, qui a accompa- gné M. Saad Damma, prési-

dent-directeur général de l’opérateur historique de la téléphonie mobile ATM Mobilis à Madrid a eu le privi- lège de visiter le fameux stade "San- tiago Bernabéu" l’antre du club des Merengues. Un lieu chargé d’histoire faite de victoires de gloires mais aussi de défaites. L’infrastructure offre à ses hôtes la possibilité de visiter dif- férentes installations allant des ves- tiaires, la salle des trophées ainsi que les loges et les gradins qui vibrent aux exploits du real. « Inauguré en 1947 sous le nom de Nuevo Estadio Chamartín, ce stade mythique, au même titre que Maracaña au Brésil, ou Wembley à Londres, fut rebaptisé en hommage à celui qui a été prési- dent du club pendant 35 ans, Santiago Bernabéu », explique le guide. Après plusieurs transformations, , « l'UEFA lui a conféré le statut de stade d'élite en lui octroyant la meilleure notation des "5 étoiles" », précise notre guide. Sa capacité, de l'ordre de 80.000 spectateurs, en fait le second plus grand terrain d'Espagne ». La visite du stade permet d'accéder à la salle des trophées du Real Madrid, d'entrer dans les loges présidentielles, de tra- verser la zone technique et de voir les vestiaires des visiteurs. L'édifice pos- sède également plusieurs restaurants, une grande boutique du club et une galerie commerciale. La "Salle des trophées du Real Madrid", est excep- tionnelle. « Ce n'est pas sans raison que le Real Madrid a été sacré club du XX e siècle par la FIFA », té- moigne notre guide. Les Merengues

par la FIFA », té- moigne notre guide. Les Merengues ont débuté leur domination dans les

ont débuté leur domination dans les années 1950, empochant notamment les cinq premières Coupes des clubs champions (1955-1960). Un Club phare, mais aussi club star, le Real a vu passer quelques grands noms de la balle ronde comme l’inoubliable Al- fredo Di Stefano, le hongrois Ferenc Puskas, Raul et Cristiano Ronaldo en passant par le magicien Zinedine Zi- dane et ses "Galactiques" ou encore Emilio Butragueno. La visite guidée du stade Santiago Bernabéu est d'ores et déjà une plongée dans l’histoire pour la délégation déjà sous le charme à la vue des trophées rem- portés par le Club Royal. Le musée, encore plus moderne, interactif et au-

diovisuel, a nécessité l’aménagement de deux nouvelles salles : « Meilleur club de l'Histoire » et un espace en hommage à Alfredo Di Stéfano cet enfant terrible que la mémoire du club retiendra à jamais. Ouvert au pu- blic 363 jours par an, avec près d'un million de visiteurs, le Tour du Ber- nabéu est l'un des principaux centres d'intérêt touristique de la ville où convergent des visiteurs du monde entier. Les deux nouvelles salles font partie du plan de modernisation du Tour du Bernabéu, qui cherche à en- richir l'expérience des visiteurs en la rendant plus interactive et en la do- tant de plus de contenus audiovisuels. Le musée dispose en outre d'installa-

tions technologiques très avancées, au design avant-gardiste et novateur. Chacun des espaces réaménagés pré- sente des solutions interactives appli- quant le dernier cri en matière de technologie à l'histoire du club. Il faut souligner aussi la mise en valeur du fonds appartenant au Cen- tre de Patrimoine Historique de la Fondation Real Madrid, qui com- prend plus de 100.000 objets, docu- ments et trophées, dont un échantillon représentatif et inédit a été sélectionné et inclus dans la vi- site. Cet espace occupe une superficie totale de 1080 m², dont 280 m² refer- ment les vestiaires du Real Madrid. S. O.

Salle "Mejor Club de la Historia"
Salle "Mejor Club de la Historia"

Salle "Mejor Club de la Historia"

Salle "Mejor Club de la Historia"

La nouvelle salle baptisée "Meilleur club de l'His- toire", propose une expérience audiovisuelle et interac- tive unique en conduisant le visiteur à travers la mémoire du club, son palmarès, ses joueurs, ses trophées, ses sym- boles et les grands événements qui ont valu à l’équipe des Merengues le titre de "Meilleur club du XX e siècle". C'est justement ce trophée qui trône dans une vitrine spéciale intégrée dans deux grands espaces audiovisuels de plus de 60 mètres de long, formés par 70 écrans haute

spéciale intégrée dans deux grands espaces audiovisuels de plus de 60 mètres de long, formés par
définition. Une galerie de vitrines de 100 mètres abrite pour sa part la plus vaste

définition. Une galerie de vitrines de 100 mètres abrite pour sa part la plus vaste collection jamais exposée jusqu'ici, comprenant plus de 250 objets et trophées. Elle présente également un panneau interactif avec technologie "multitouch", qui renferme plus d'un millier de documents graphiques et de vidéos, pour la plupart inédits, et reflète les grands moments de la mémoire du Real Madrid, permettant une double navigation à travers son palmarès et son histoire. S. O.

DOPAGE

L'AMA presse la Jamaïque de régler ses lacunes

L' Agence mondiale antidopage (AMA) a pressé jeudi dernier la Jamaïque de

régler urgemment ses lacunes en matière de lutte contre le dopage. Dans le journal américain Sports Illustrated paru cette semaine, l'an- cienne directrice de l'Agence antido- page jamaïcaine (JADCO) racontait que celle-ci étant dépourvue de per- sonnel et de moyens, le programme antidopage mené dans l'île des rois du sprint n'avait rien de sérieux. Selon elle, pas un seul contrôle inopiné n'a été mené dans les trois mois précé- dents les jeux Olympiques de Lon- dres. L'AMA, qui "a lu avec intérêt" ces observations, dit qu'elle "espère que l'Agence antidopage jamaïcaine et le gouvernement jamaï- cain vont régler ces préoccupations de toute ur- gence et de manière appropriée et attend avec impatience d'avoir des réponses en ce sens". L'Agence mondiale, qui a elle-même aidé à mettre en place la JADCO en 2008, rappelle que son rôle

à mettre en place la JADCO en 2008, rappelle que son rôle tidopage. En théorie, un

tidopage. En théorie, un pays peut se voir privé de jeux Olympiques ou d'au- tres manifestations sportives s'il est re- connu comme ne respectant pas les principes du Code mondial antidopage. Encore faut-il que le Comité internatio- nal olympique (CIO) ou les fédérations concernées prennent une décision en ce sens. Dans les faits, aucun cancre de la lutte antidopage n'a encore été mis au ban d'un grand rendez-vous. Comme la Jamaïque, plusieurs pays dans la monde n'ont pas de structure antido- page efficace. Mais les fédérations in- ternationales olympiques, comme celle d'athlétisme (IAAF), mènent leur pro- pre programme antidopage et sont te- nues de s'assurer que leurs sportifs, surtout de premier plan, soient régulièrement contrôlés. Plu-

sieurs sprinteurs jamaïcains ont été testés positifs cette année, dont Asafa Powell, l'ancien détenteur

du record du monde du 100 m, et Veronica Camp-

bell-Brown, double championne olympique du 200

m (2004 et 2008).

est de travailler en étroite collaboration avec une organisation quand il y a des déficiences mani- festes. Mais elle prévient aussi si "aucune action suggérée ou recommandée pour remédier à cette situation n'est prise", la Jamaïque pourrait être l'ob- jet d'une procédure afin d'être déclarée dans le cas ultime en non-conformité avec le Code mondial an-

GUINÉE

Le Satellite FC de Guinée se sépare de son entraîneur congolais

L e Satellite FC, vice-champion de Gui- née de football, s'est séparé à l'amiable de son coach, le Franco-Congolais

Théophile Bola, après une année de collabo- ration, rapporte jeudi la presse locale. S'agis- sant des raisons de cette séparation, la source accuse le coach congolais d'avoir diffamé certains joueurs. A la suite de la défaite de ses poulains contre son rival, le Horoya AC, lors du match devant déterminer le champion de l'année, le coach Bola avait mis en cause trois de ses joueurs dans cette défaite. Il était allé jusqu'à promettre la radiation des joueurs incriminés, les accusant ouvertement d’avoir refusé de mouiller le maillot. Au Satellite FC,

les dirigeants estiment que de telles accusa- tions "sans preuves" visent à décrédibiliser l'avenir des joueurs visés. Engagé en début de saison à la tête du Satellite FC composé uniquement de jeunes joueurs, le coach franco-congolais a conduit le club de la ban- lieue de Conakry au titre de vice-champion de Guinée. Distançant son rival de cinq points, le Satellite FC s'est fait rattraper lors des dernières journées par le Horoya AC, le double champion, qui deviendra finalement le nouveau champion. Après ce limogeage, reste à savoir quel sera le sort du coach congolais et qui sera son successeur.

sera le sort du coach congolais et qui sera son successeur. ALFREDO DI STÉFANO L’inoubliable talent

ALFREDO DI STÉFANO

L’inoubliable

talent

ALFREDO DI STÉFANO L’inoubliable talent Les visiteurs pourront admirer la collection d'objets et de tro- phées

Les visiteurs pourront admirer la collection d'objets et de tro- phées personnels d'Alfredo Di Stéfano, jamais exposés aupara- vant, léguée au Centre de Patri- moine Historique de la Fondation Real Madrid. On peut également voir une animation en 3D de ses meilleures actions sur le terrain, les témoignages des meilleurs joueurs de tous les temps et un pan de mur interactif de grandes dimensions formé par des écrans haute définition qui permet d'en savoir un peu plus sur la vie per- sonnelle et sportive du président d'honneur du Real Madrid. S. O.

MOGADISCIO

La FIFA s'engage à reconstruire un terrain artificiel et des tribunes

L a Fédération internationale de football association (FIFA) s'est engagée à participer à la

reconstruction d'un terrain artificiel et des tribunes au stade Banadir de Mo- gadiscio, à la suite de sa destruction partielle par les violences qui se- couent le pays, rapporte vendredi la presse somalienne. Inscrit dans le cadre d'un projet Goal de la FIFA, le coup de l'installation de cet infra- structure est estimé à 1,6 million de dollars US. La Fédération somalienne de football (SFF) pourra ainsi dispo- ser de ces nouvelles infrastructures pour la prochaine édition du cham- pionnat national. " La reconstruction du stade Banadir est très importante. Elle nous donne un cadre dans lequel on peut organiser régulièrement des matches. Il s'agit là d'un atout essen- tiel dans notre stratégie d'ensemble", a déclaré le secrétaire général de la SFF, Abdiqani Saïd Arab. M. Abdi- qani ajoute qu'à partir de là, la SFF concentra ses efforts sur les élimina- toires de la Coupe du monde de 2018, prévue en Russie. " Nos projets peu- vent sembler utopiques mais la situa- tion de notre pays s'est améliorée et nous pensons sincèrement être en mesure de contribuer de manière dé- cisive au développement du football somalien dans son ensemble", a-t-il dit. En plus des programmes de foot- ball de base et de la reconstruction du stade Banadir, la FIFA a fait don d'un million de dollars US à titre d'aide d'urgence, suite à la crise humanitaire qui a frappé la Somalie en août 2011. Quant à l'autre grande enceinte spor- tive du pays, le stade Mogadiscio, il est actuellement occupé par les forces de la Mission de l'Union africaine en Somalie (AMISOM). En l'absence d'un stade aux normes internationales et en raison de l'instabilité politique, l'équipe de Somalie n'est pas en me- sure d'organiser des matches sur son territoire. La dernière sortie à domi- cile de la Somalie en qualifications pour la Coupe du monde de la FIFA, remonte au 27 juillet 1980.

Sports

30

EL MOUDJAHID

JUDO
JUDO

MONDIAUX 2013 (RIO DE JANEIRO)

Ahmed Moussa (entraîneur national)

“Nous visons l'amélioration des classements de nos judokas”

Les judokas algériens engagés aux championnats du monde de judo, prévus du 26 août au 1 septembre à Rio de Janeiro au Brésil, tenteront, à défaut d'un podium, d'"améliorer leurs classements", a indiqué jeudi l'entraîneur de la sélection algérienne "messieurs" Ahmed Moussa

Après les résultats en dents de scie lors des derniers Jeux méditerranéens qui se sont déroulés à Mersin, en Turquie (20-30 juin), le judo algérien va renouer avec les compé-

titions internationales en prenant part, avec 10 athlètes (5 garçons et 5 filles), à ces mon- diaux qui regroupent la crème du judo mon- dial. Au vu de leurs résultats peu reluisants obtenus aux JM-2013 de Mersin et compte

tenu

niveau relevé des championnats du monde, les représentants algériens visent, chacun, à "remporter deux ou trois combats et gagner des points en vue des qualifications aux pro- chains jeux Olympiques", a déclaré Ahmed Moussa à l'APS. Le rendez-vous brésilien constitue, selon le même technicien, une op- portunité idoine pour les judokas algériens "pour acquérir de l'expérience et améliorer leurs performances". Néanmoins, leur tâche ne sera pas une sinécure face à de redouta- bles concurrents, notamment japonais, fran- çais et russes, seigneurs de la discipline sur le plan mondial. Les Algériens seront enga- gés dans les deux épreuves individuelle et par équipe. Cette dernière semble ne pas être un objectif principal pour l'équipe nationale qui sera amoindrie à Rio (5 judokas seule- ment). "Notre équipe, détentrice du titre afri- cain, est appelée à participer dans l'épreuve par équipe où nous allons essayer de passer le premier tour", a t-il précisé. La délégation algérienne ralliera vendredi la ville brési- lienne qui va abriter la 32e édition des championnats du monde de judo et la 15e depuis l'unification des compétitions mascu- lines et féminines. Afin de se préparer pour ce grand événement, l'équipe nationale a

du

pris part au tournoi du Maroc avant sa par- ticipation aux J.M de Mersin. Elle a égale-

ment effectué un stage de 15 jours, après le

rendez-vous

préparation était juste moyenne. Nous avons pris part à un tournoi au Maroc avant le dé- part à Mersin. Ensuite, l'équipe a effectué un

"La

turc.

Mersin. Ensuite, l'équipe a effectué un "La turc. stage de préparation de 15 jours. Nous avons

stage de préparation de 15 jours. Nous avons observé une petite trêve pendant le mois de Ramadhan", a t-il dit. Le judo algérien a, rappelle-t-on, obtenu jusqu'ici deux mé- dailles, une en argent et une en bronze, dans ses participations aux différents champion- nats du monde. En 2005, au Caire (Egypte), l'Algérie a récolté une médaille d'argent par Abderrahmane Benamadi (-81 kg) et une

médaille de bronze signée Soraya Haddad (- 48 kg). Grâce à ses résultats l'Algérie s'est classée 12e au classement général de cette édition qui s'est déroulée du 8 au 11 septem- bre 2005 pour la première fois sur le conti-

nent

En

revanche, depuis le rendez-vous égyptien et jusqu'à l'édition de Paris 2011, le palmarès du judo algérien est resté vierge. A Rio, l'Algérie sera présente chez les

africain.

garçons avec cinq (05) judokas, conduits par Abderrahmane Benamadi. Chez les filles, la sélection nationale, qui est en pleine recons- titution, participera avec cinq judokates.

Liste des judokas retenus :

Messieurs :

Houd Zordani et Ahmed Mohammedi (66 kg), Abderrahmane Benamadi (90 kg), Lyes Bouyakoub (100 kg) et Mohamed Amine Tayeb (+100 kg).

Dames :

Sabrina Saidi (48 kg), Djazia Haddad (52 kg), Sonia Mizioulaoua (63 kg), Walal Kawtar (78 kg) et Sonia Asselah (+78 kg).

BOXE

CHAMPIONNAT ARABE MILITAIRE

L'équipe nationale remporte sept médailles

L'équipe nationale militaire de boxe a remporté, vendredi, quatre médailles d'or, deux en argent et une en bronze dans le cadre de la 2ème édition du Championnat arabe militaire de boxe qui se tient à Beyrouth (Liban). Les quatre médailles d'or ont été arrachées par Youcef Soltani, Ahmed Boudiaf, Me- brouk Boughrara et Hamza Ben Guerni, celles d'ar- gent par Mohamed Ouadhahi et Ahmed Achar. La médaille de bronze a été décernée à Fahem Hama- chi. Prennent part à ce championnat, qui se tient du 19 au 25 août, huit pays arabes, à savoir l'Algérie, la Jordanie, l'Irak, la Tunisie, l'Egypte, la Palestine, le Liban et le Maroc. Une conférence sur "le dopage et le traitement des blessures sportives" est prévue en marge de ce rendez-vous sportif organisé par l'Union arabe du sport militaire en collaboration avec l'Union libanaise de boxe.

SUPER-PLUMES

Argenis Mendez garde son titre pour la première de Tyson le promoteur

La première réunion de boxe organisée par Mike Tyson dans son nou- veau rôle de promoteur s'est soldée à Verona (New York) par un match nul entre le Domini- cain Argenis Mendez et le Canadien Arash Usmanee qui a permis à Men- dez de garder le titre IBF des super-plumes. Le Canadien d'origine afghane a été récompensé de ses efforts par un score gagnant selon un juge (115- 113) mais les deux autres officiels ont noté le com- bat 114-114, entraînant le match nul qui a permis au Dominicain de conserver un titre acquis en mars face au Mexicain Juan Carlos Salgado. Tyson, im- mense star de la boxe à la fin du XXe siècle avant que sa carrière ne déraille, a été visible toute la soi- rée dans son nouveau rôle de promoteur (Iron Mike Productions) et a affirmé qu'il comptait veiller sur les intérêts de ses boxeurs.

comptait veiller sur les intérêts de ses boxeurs. ECHECS 26 è m e CHAMPIONNAT NATIONAL PAR
ECHECS
ECHECS

26 ème CHAMPIONNAT NATIONAL PAR

EQUIPES DE DIVISION UNE /5 ème RONDE

Coude-à-coude entre le CE Constantine et l’ASSN

A près trois jours de compétitions in- tenses et cinq rondes jouées, comptant pour la 26ème édition du

championnat national par équipes de di- vision nationale une au centre culturel « Azzedine-Medjoubi » d’Alger qui se joue du 21 au 25 août 2013 , le CE Constantine et l’ASSureté Nationale maintiennent leur domination, et se retrouvent en pole po- sition avec huit points chacun loin der- rière le trio formé des clubs du NR Malki, OMSE Bologhine et ES Tizi-Ouzou qui totalisent six points. Les deux leaders ont eu cependant des itinéraires différents ; les joueurs de l’ASSN ont montré un jeu plein d’assurance durant les rencontres les ayant opposés tour à tour contre l’ASE Constantine (1ère ronde), l’AKOUAS Médéa (2ème ronde), le BECBéjaïa (3ème ronde), El Hillal de Sidi Bel-Abbès (5ème ronde), mais ont perdu de leur sérénité lors de leur rencontre au sommet face aux capés du CE Constan- tine à la 4ème ronde. En effet, les repré- sentants de la ville des « Oulémas » se sont bien battus face une équipe qui, sur le « papier », semblait bien supérieure avec une moyenne Elo international de 2261 contre 2188, avec deux maîtres in- ternationaux et deux maîtres FIDE contre un seul maître international et non des moindres puisqu’il s’agit du champion national en titre le maître international Haddouche Mohamed. Les choses ont commencé par une rapide partie nulle entre les deux ténors Haddouche Moha- med (CEC) et le maître international Arab Adlane (ASSN), une décision précipitée

international Arab Adlane (ASSN), une décision précipitée qui, comme va le montrer la suite des évè-

qui, comme va le montrer la suite des évè- nements, a été fatale à l’ASSN, puisqu’il s’en suivit deux parties nulles jouées aux pointes de l’épée entre Bengherabi Khalil et Habbès Khalil, Seraoui Mohcen et le Tunisien Amdouni Zoubaier, et une vic- toire mémorable acquise de haute lutte du Constantinois Gueroui Nacereddine sur Sebih Kamel. Les joueurs du CE Constantine ont eu par contre un parcours moins brillant face aux autres formations, ayant été tenus en échec par deux fois contre les jeunes de l’ES Tizi-Ouzou (1ère ronde) et El Hillal Sidi Bel-Abbès(2ème ronde) mais se sont bien rattrapés avec trois victoires contre le NR Malki (3ème ronde) l’ASSN (4ème ronde) et l’AKOUAS Médéa (5ème ronde). Les quatre dernières rondes pré- vues les 24 et 25 août 2013 vont être pas- sionnantes à suivre, les deux équipes étant condamnées à chaque fois à gagner pour espérer remporter le sacre !

ANGLETERRE

Anelka, coup de blues et clap de fin?

T rès affecté par la mort d'un proche, Nicolas Anelka ne jouera pas ce

week-end en Championnat d'An- gleterre et envisage de mettre un terme à sa carrière chaotique, selon son entraîneur, même si son entourage se refuse à cette éventualité. C'est un dernier cha- pitre dans un parcours plus que tourmenté, peut-être le dernier contrepied d'un joueur imprévi- sible. A 34 ans, Nicolas Anelka voulait terminer en beauté avec une dernière saison chez lui, en Angleterre, le championnat qui l'avait, à la fois, fait roi (Arse- nal), anonyme (Bolton, Man- chester City) et paria (Chelsea). Après un exil en Chine qui a viré au grotesque (Shanghaï Shen- hua), puis six mois inutiles à la Juventus Turin où il a à peine joué même si son palmarès s'est étoffé d'un titre de champion d'Italie, il avait choisi de rebon- dir à West Bromwich entraîné par Steve Clarke, qui fut son en- traîneur adjoint à Chelsea. Jusqu'à présent, tout se passait bien. Auteur de sept buts en sept matches amicaux, Anelka a en- suite joué 85 minutes plutôt cor- rectes contre Southampton (0-1) lors de la 1re journée de la Pre- mier League. Anelka était heu- reux et il avait passé les derniers jours à chercher une

reux et il avait passé les derniers jours à chercher une maison à Birmingham pour y

maison à Birmingham pour y installer sa famille. Et puis jeudi, tout s'est écroulé. Touché par l'annonce du décès d'un proche, l'agent de joueurs Eric Manasse, déprimé, le moral au plus bas selon Clarke, il a mis un terme prématurément à l'entraînement avant de se confier au staff tech- nique. "Très, très déprimé". "Je ne peux nier qu'il ait employé ce mot (retraite, ndlr) lors des conversations que nous avons eues. Mais nous lui avons ac- cordé du temps pour qu'il prenne de la distance et réfléchisse à tout ça. Je pense que c'est le mieux que nous puissions faire en de telles circonstances. Lorsqu'il aura repris ses esprits, nous pour- rons nous asseoir et avoir une vraie discussion. Il était vraiment très très déprimé", a déclaré Clarke en conférence de presse

vendredi. Jeudi après-midi, son agent Doug Pingisi avait pour- tant assuré à l'AFP qu'Anelka ne mettrait pas un terme à sa car- rière. Mais cet incident, impli- quant un joueur instable et capable de tout, même de tout ar- rêter sur un coup de tête, pourrait bien être le dernier dans une car- rière marquée par la controverse et les scandales. Nicolas Anelka, qui a explosé à 18 ans sous le maillot d'Arsenal, n'a jamais rien fait comme les autres. Il a connu onze clubs différents, dont le Paris-St-Germain, le Real Ma- drid ou Chelsea, dans six cham- pionnats différents (Angleterre, Espagne, France, Turquie, Chine, Italie), a souvent eu des altercations avec ses entraîneurs ou certains de ses coéquipiers avec en point d'orgue ce Mondial 2010 en Afrique du Sud et sa dis- pute avec Raymond Domenech. Génie incompris pour certains, enfant prodige ca- pricieux pour d'autres, le Parisien pourrait encore surprendre son monde. Pour l'instant, son club lui laisse le temps de se reconstruire en espérant le revoir très vite sur les terrains sous le maillot de West Brom. Pour lui, une période de deuil vient de dé- buter. Elle décidera très vraisem- blablement de son avenir dans le football.

Sports

31

EL MOUDJAHID

LIGUE 2 (1 RE JOURNÉE)

L'OM et l'USMM Hadjout créent l'exploit

PORTUGAL (2 E JOURNÉE)

Slimani (Sporting Lisbonne) convoqué face à l'Academica

Cette première journée de la Ligue 2 avait tenu toutes ses promesses, puisqu'on a été convié à des empoignades très disputées où les nouveaux promus ont bien tiré leur épingle du jeu.

où les nouveaux promus ont bien tiré leur épingle du jeu. C e fut, cependant, dans

C e fut, cependant, dans certaines rencontres, très musclé, puisqu'il y eut quatre expulsions

au cours des matches MSPB-WAT et AB Merouana-USMM Hadjout. Ce dernier avait joué sans le moindre com- plexe en ramenant un convaincant suc- cès de son difficile déplacement à

Merouana grâce à une réalisation de Souakir en fin de partie (86'). Avec l'USMM Hadjout, l'O Médéa a gagné lui aussi à l'extérieur devant le MCS (2

à 1). Pourtant, ce sont les Saïdis par Ka- dous qui avaient ouvert le score. Les Médéens ont pu garder leur calme en égalisant d'abord par Bouabdellah avant que Deghiche n'inscrive le but victorieux. A côté de ces deux exploits

à l'extérieur, il y a lieu de mettre en

exergue le nul ramené par l'US Chaouia devant le NAHD qui jouait pourtant à domicile. Ce sont les Sang et Or qui avaient ouvert le score par Hemani sur penalty. Dès le retour des vestiaires, les Chaouis par Demane parviennent à égaliser à la grande surprise des "fans" husseindéens. La déception fut assez

grande dans les rangs des locaux. A Bel-Abbès, la confrontation entre les deux équipes qui avaient rétrogradé en Ligue 2, l'USMBA et le CAB, est reve- nue aux Bel-abbésiens qui ont frappé fort devant l'équipe batnéenne drivée par Ali Fergani. Le 5 à 2 ayant sanc- tionné ce face-à-face montre les inten- tions des Bel-abbésiens entraînés par Abdelkrim Bira. Deux doublés, l’un d'Achiou et l’autre d'Ouznadji, et un but de Bengoreine ont sonné le glas

d'une équipe du CAB qui n'a décidé de rejoindre Bel-Abbès qu'à la dernière minute. Les buts des «visiteurs» ins- crits par Bitam et Dekhinet n'ont pas

RÉSULTATS

MSP Batna - WA Tlemcen 0-0

AS Khroub - ES Mostaganem

3-0

USM Annaba - A Boussaâda

0-0

AB

Merouana - USMM Hadjout

0-1

NA Hussein-Dey - US Chaouia

1-1

MC

Saïda - O Médéa

1-2

USM Blida - ASM Oran

0-0

USM Bel-Abbès - CA Batna

5-2

L'attaquant international algérien de Sporting Lis- bonne (Division 1 portu- gaise), Islam Slimani, a été convoqué pour le match face à l'Academica, prévu au- jourd’hui dimanche à Coim- bra, comptant pour la deuxième journée du cham- pionnat portugais de football. Selon la liste des joueurs convoqués par l'entraîneur Leonardo Jardim, publiée sur le site officiel du club lis- boète, Slimani a été cette fois-ci retenu dans un groupe composé de 19 joueurs, et de- vrait effectuer ses grands dé- buts face à l'Academica, club où évolue Rafik Halliche. Lors de la première journée du championnat portugais, Jardim avait fait l'impasse sur Slimani à cause notamment de son problème de qualifica- tion, chose faite rapidement par la Fédération algérienne de football (FAF), qui a en- voyé la lettre de sortie à son

football (FAF), qui a en- voyé la lettre de sortie à son au profit du Sporting.

au profit du Sporting. Il de- vrait toucher un salaire de 30.000 euros, tandis que le CRB a bénéficié d'une in- demnité de transfert de l'or- dre de 300.000 euros, selon la direction du club. Slimani est l'auteur de 9 buts en 14 matches avec la sélection al- gérienne.

de 9 buts en 14 matches avec la sélection al- gérienne. homologue portugaise. Le joueur algérien

homologue portugaise. Le joueur algérien de 25 ans a signé un contrat de quatre ans

TUNISIE (LIGUE 1)

Le coup d'envoi repoussé à fin août

La Fédération tunisienne de football (FTF), réunie jeudi soir avec les présidents des clubs de Ligue 1, a fixé provisoi- rement le coup d'envoi de la saison 2013-2014 du champion- nat de Ligue 1 au mardi 27 août courant, annonce le site officiel de l'instance fédérale. Une réunion avec un représen- tant du gouvernement est prévue vendredi au siège du gou- vernement, à laquelle assisteront le président de la FTF et trois présidents des clubs de la Ligue 1. Cette réunion permettra d'examiner les difficultés financières des clubs afin de trouver des solutions à ces problèmes et assurer le retour de la com- pétition dans les meilleures conditions. Le démarrage du championnat avait été une première fois ajourné par la Ligue nationale de football professionnel (LNFP) au dimanche 22 avant d'être reporté sine die en raison du refus des dirigeants

des clubs de reprendre la compétition, invoquant des difficul-

tés financières occasionnées par le huis clos depuis trois sai-

sons, l'absence des subventions des municipalités et des gouvernorats ainsi que par le tarissement des redevances du

sponsoring et des droits de retransmission télévisée. L'Ami-

cale des clubs professionnels (ACP) avait conditionné mer-

credi le coup d'envoi de la nouvelle saison de Ligue 1 au

règlement de la crise financière des clubs, invitant le ministère

de la Jeunesse et des Sports à relever le montant des subven-

tions qui leur reviennent notamment des recettes du Promo-

sport afin de pouvoir honorer leurs engagements financiers.

Le ministère de la Jeunesse et des Sports a affirmé, jeudi, que

ses services sont en train de préparer un dossier complet sur

les moyens d'aider les clubs et les associations sportives à

aplanir leurs difficultés financières. Il a indiqué que les clubs

de la Ligue 1 professionnelle du football ainsi que la Fédéra-

tion tunisienne de football ont été contactés par le département

de tutelle afin qu'ils fournissent des informations précises sur

la nature et les montants de leurs dettes.

HANDBALL
HANDBALL

CHAMPIONNAT

D'AFRIQUE DES NATIONS (CADETTES)

L'Algérie et le Gabon ont déclaré forfait, la Zambie invitée

Les sélections algérienne et gabonaise de handball (ca- dettes) ont décidé de faire l'impasse sur le 8 e championnat d'Afrique des nations qui a débuté ce vendredi à Oyo (Congo-Brazzaville), a annoncé la Confédération africaine (CAHB). L'instance africaine a été obligée de revoir la for- mule de la compétition après ces forfaits de dernière minute, indique-t-on de même source. Le match Algérie - Tunisie, qui devait se dérouler vendredi dans le cadre de la 1 re jour- née du groupe A a été annulé alors que le match d'ouverture opposera le pays organisateur, le Congo, au Sénégal à partir de 19h00, d'après le site de la CAHB. Selon le tirage au sort effectué avant le coup d'envoi du tournoi, l'Algérie et le Gabon devaient faire partie du groupe A avec la Tunisie et l'Angola, tenante du titre. Le groupe B est composé du Congo, de la RD Congo, de la Guinée et du Sénégal. La CAHB a dû inviter la Zambie pour la faire jouer aux côtés des Tunisiennes et des Angolaises, alors que le groupe B n'a pas connu de changements.

suffi. Par ailleurs, des équipes comme l'USM Annaba devant le nouveau promu, l'ABS (Boussaâda), l'USM- Blida devant l'ASMO ont raté deux précieux points at home. On a inscrit 16 buts. Un chiffre appréciable pour un début de saison. Hamid GHARBI

Classement :

 

Pts

J

1.

AS Khroub

3

1

--. USM Bel-Abbès

3

1

--. O Médéa

3

1

--. USMM Hadjout

3

1

5.

NA Hussein-Dey

1

1-

-. US Chaouia

1

1

--. MSP Batna

1

1

--. WA Tlemcen

1

1

--. USM Annaba

1

1

--. A Boussaâda

1

1

--. USM Blida

1

1

--. ASM Oran

1

1

13. AB Merouana

0

1

--. MC Saïda

0

1

--. CA Batna

0

1

--. ES Mostaganem

0

1

tion reste posée. Toujours est-il, l’équipe drivée par Maghraoui est dé- cidée à faire une très bonne saison avec le maintien comme objectif tout en es- pérant mieux. L’A Bousaâda est par- venu à tenir en échec l’équipe annabie qui avait une situation pour le moins ubuesque avec deux présidents et deux entraîneurs comme ce fut le cas il y a quelques années avec le MC Oran. La- trèche, l’entraîneur de l’USM Annaba, n’a pas réussi donc à battre ce nouveau promu qui avait joué crânement ses chances. Et ce point ramené d’Annaba devant des Tuniques rouges qui avaient toujours joué pour l’accession est am- plement mérité pour les poulains de Salim Menad. On peut dire que les pré- tendants à l’accession en Ligue 1 ne doivent pas «bomber le torse» avant l’heure, car ils risquent de connaître bien des désillusions.

Hamid G.

Les nouveaux promus se distinguent

l’ex-adjoint de Rabah Saâdane en équipe nationale, avait effectué une très bonne préparation en Tunisie. Il avait effectué aussi un bon recrutement avec l’arrivée de Hemani et autres. Les di- rigeants du NAHD et leur entraîneur aussi avaient affirmé, par le biais de la presse sportive, que cette année sera celle du NAHD. Sur le terrain, les choses se sont passées autrement, puisque les Chaouis du coach bulgare Prodan ont réussi à retourner au bercail avec un précieux point suite à l’égali- sation de Demane. Ce sont plutôt les Nahdistes qui perdent ainsi deux points sur leur terrain. Le grand exploit a été réalisé par l’USM Hadjout qui est allé battre la coriace formation de l’AB Me- rouana chez lui grâce à un but de Soua- kir en fin de partie. C’est de bon augure pour cette équipe hadjoutie qui avait déjà eu à s’exhiber dans ce palier par le passé. Est-ce le bon retour ? La ques-

L’ USMM Hadjout, l’USChaouia et l’AB Bou- saâda ont réussi, le moins que

l’on puisse dire, leur entrée en la ma- tière en Ligue 2, du moins durant cette première journée. Personne, au départ, n’a misé le moindre sou sur les chances de ces équipes de résister dès le début dans ce palier. De plus, ils avaient de «grosses pointures » devant du fait de leur longue expérience dans cette divi- sion. En effet, l’US Chaouia avait en face de lui le NAHD au stade du 20- Août. Certes, le stade fétiche du «Nas- ria », c’est le stade Zioui, mais le 20- Août est devenu par la force des choses la domiciliation du club husseindéen. Tout le monde avait estimé que les lo- caux n’allaient faire qu’une bouchée des Chaouis qui viennent de revenir parmi l’élite après une longue éclipse dans les divisions inférieures. Le NAHD, de l’entraîneur Djelloul Zoheir,

Pétrole Monnaie Le Brent L'euro à 110,26 à 1,338 dollars dollar D E R N
Pétrole
Monnaie
Le Brent
L'euro
à 110,26
à 1,338
dollars
dollar
D
E
R
N
I
E
R
E
S

IL YA 54 ANS TOMBAIT ZIZA MASSIKAAU CHAMP D’HONNEUR

Vaincre l’oubli

Il y a 54 ans, tombait au champ d’honneur à l’âge de 25 ans, Ziza Massika, vaillante moudjahida, victime le 29 août 1959 sur les hauteurs de Collo (Wilaya II historique) d’un raid aérien des forces coloniales françaises.

L’ ancien appelé du contingent français en- voyé en 1957 à Me-

rouana (Batna), René Fagnoni, raconte, dans un entretien à l’APS, sa toute première rencon- tre avec la famille Ziza grâce à laquelle il mit à profit son statut de civil-secrétaire d’un major pour connaître l’Algérie et se «frotter» à sa population. «Lorsque je suis arrivé à Cor- neille (Merouana), j’ai eu tôt fait de savoir que toute la famille du petit homme qui travaillait à la commune mixte de Corneille, Ziza Ali, était engagée dans les rangs du FLN, ses deux fils Ayeche, médecin colonel de l’ALN, et Maamar, ainsi que sa fille, Massika, engagée dans la wilaya II dans la région de Collo», se rappelle-t-il. M. Fagnoni, qui travaille au- jourd’hui pour un comité de groupe de presse français, se fé- licite des liens d’amitié qu’il avait noués avec le père de cette glorieuse famille, dont la photo figure dans son livre «Chronique des Aurès» paru en 2006 aux éditions «Art Kange» et présenté comme un «recueil de poésies visuelles» où l’auteur met à la disposition du public ses propres photos souvenirs. Une bonne partie de ces photos figurent aussi dans «L’Algérie en cou- leurs», de l’historien Tramor Quemeneur et du journaliste et essayiste Slimane Zeghidour, paru aux «Arènes» en octobre

2011. Ces liens avec la famille

aux «Arènes» en octobre 2011. Ces liens avec la famille Ziza ont également permis, selon Fagnoni,

Ziza ont également permis, selon Fagnoni, de «sortir de l’oubli» le combat libérateur de Massika. «C’est vrai que je me suis battu pour faire sortir de l’ombre cette glorieuse chahida tout comme son amie Raymonde Pe- schard, elle aussi tombée au champ d’honneur, les armes à la main», a-t-il affirmé, indiquant que c’est surtout son frère, Ziza Maamar, qui lui a raconté le par- cours héroïque de sa sœur. «Je n’ai eu de cesse d’en parler au-

tour de moi, notamment aux réa- lisateurs de la télévision algé- rienne et aux hommes politiques que j’étais amené à côtoyer» a affirmé M. Fagnoni, qui s’est ré- joui qu’après une séquence télé- visée consacrée en 2007, à la chahida, il a été décidé de don- ner son nom à une promotion d’élèves médecins major de l’Armée nationale populaire (ANP). Dans un article paru il y a quelques années dans la presse, une nièce de la chahida se plaignait du «silence» qui en-

tourait le parcours combattant de sa tante paternelle dont «on ne parle pratiquement jamais», selon elle. «Ce constat m’a cho- qué d’autant plus que les rensei- gnements que j’ai recueillis là où la chahida a vécu me prouvent qu’elle a été une des plus valeu- reuses héroïnes de notre pays», a-t-elle ajouté. Selon M. Fagnoni, «on est, aujourd’hui par le truchement de témoignages tant du frère de la chahida, Maamar, que d’autres compagnons d’armes, loin d’être encore là». «Grâce à ces témoi- gnages, dûment recoupés, une page de Wikipédia, l’encyclopé- die universelle sur Internet, est consacrée à cette moudjahida, soutenue récemment par une brillante photographie de cette héroïne, l’une des rares qui sub- siste», s’est-il réjoui, se disant «honoré» d’être encore au- jourd’hui l’ami de cette «glo- rieuse famille». Selon des récits concordants, Ziza Massika est tombée au champ d’honneur en août 1959, suite à une attaque de l’aviation coloniale dans la wi- laya II historique. Elle était alors responsable d’un hôpital de campagne où elle soignait des blessés avec une infirmière qui se trouvait avec elle. Au- jourd’hui, plusieurs établisse- ments publics dans la région des Aurès portent le nom de cette héroine de la Révolution de No- vembre, immortalisant le com- bat d’une militante enfin sortie de l’oubli.

INTER MILAN

Mazzarri encense Taïder, Belfodil prêt à « 60-70% »

L’entraîneur de l’Inter Milan, Walter Mazzarri, n’a pas tari d’éloges, hier à Milan, sur son nouveau milieu de terrain algérien Saphir Taïder, un joueur «poly- valent» dont il aura besoin, alors que l’autre recrue algérienne, l’attaquant Ishak Belfodil, est prête à environ «60-70 %». «Taïder peut jouer à tous les postes du milieu de terrain, ce qui est important car dans le football moderne, plus le joueur est polyvalent plus il est utile», a déclaré Walter Mazzarri en conférence de

presse à la veille du match face au Genoa, aujourd’hui au stade Giuseppe Meazza pour le compte de la première journée du championnat d’Italie de football. Evo- quant l’autre international algérien, Ishak Belfodil, l’entraîneur toscan a précisé que l’ex-joueur de Parme, 21 ans, avait atteint «60-70%» de sa condition physique op- timale. «La charge de travail est la même pour tout le monde. A l’heure actuelle, nous sommes à 60-70 % de notre forme, de même pour Belfodil.

est la même pour tout le monde. A l’heure actuelle, nous sommes à 60-70 % de

EGYPTE

Le couvre-feu raccourci de deux heures

Le couvre-feu imposé au Caire et dans treize provinces égyptiennes en raison des violences qui ont suivi la répression sanglante des manifesta- tions pro-Morsi est raccourci de deux heures, sauf le vendredi, a annoncé hier le gouvernement. Ce couvre-feu, instauré dans le cadre de l’état d’ur- gence, court désormais de 21h00 à 06h00, alors qu’il était appliqué de 19h00 à 06h00, a précisé le gouverne- ment dans un communiqué. Mais ce léger réaménagement ne sera pas ap- pliqué le vendredi

TERRITOIRE DE GIBRALTAR

L’escalade de la tension se poursuit

La tension entre l’Espagne et Gi- braltar est montée d’un cran hier, Ma- drid ayant décidé, selon la presse, de bloquer le passage de camions de pierres destinés à un projet immobilier dans l’Est du petit territoire britan- nique revendiqué par l’Espagne. Les services des douanes, qui dépendent du ministère des Finances, ont décidé d’interdire le passage à la frontière entre l’Espagne et Gibraltar de ces ca- mions, à la demande du parquet géné- ral, selon la presse. La dernière phase de tensions entre Londres et Madrid date du 24 juillet lorsque Gibraltar a installé un récif de 70 blocs de béton empêchant l’accès des pêcheurs espa- gnol à une zone riche en fruits de mer dans les eaux autour du rocher reven- diquées par Madrid et Londres.

PRÉSIDENTIELLE

AFGHANE

Karzaï souhaite un nombre limité de candidats

Le président afghan Hamid Karzaï s’est prononcé hier, pour qu’un nom- bre limité de candidats se présentent l’an prochain pour l’élection présiden- tielle. Le scrutin du 5 avril doit déter- miner le successeur de M. Karzaï, au pouvoir depuis 2001 et qui ne peut solliciter un troisième mandat. «Je souhaite que nous ayons un nombre limité de candidats, car c’est ce qui est le mieux pour le pays», a déclaré M. Karzaï lors d’une conférence de presse au palais présidentiel de Ka- boul. «Aux Etats-Unis, il y a seule- ment deux candidats.

TIC

Google rachète des brevets d’imagerie virtuelle à Foxconn

Le géant américain de l’internet Google a ra- cheté au fournisseur taïwanais Foxconn des brevets d’imagerie virtuelle qui pourraient servir à équiper ses lunettes interactives Google Glass, a-t-on appris hier de source proche du dossier. Aucun détail sur le montant de la transaction n’a été communiqué. Ces brevets portent sur une technologie permettant

de superposer des éléments virtuels sur des images réelles, selon plusieurs articles de presse. Ils pour- raient être utilisés pour équiper les lunettes inter- actives à commande vocale Google Glass, développées actuellement à l’état de prototype avant une éventuelle commercialisation pour le grand public.

IMPORTANT INCENDIE EN CALIFORNIE

4.500 maisons menacées

Près de 4.500 maisons sont menacées et plus de 50.800 hectares de végétation ont été ravagés par un énorme incendie qui s’est déclaré près du parc naturel de Yosemite en Californie, rapportent hier des médias officiels. Le brasier surnommé «Rim Fire» a doublé de taille en 24 heures et ravagé plus de 50.800 ha de végétation. Il n’était contenu qu’à 5 % hier, selon le site officiel d’informations sur les incendies Inciweb. Le gouverneur de la Cali- fornie Jerry Brown a déclaré vendredi soir l’état d’urgence pour San Francisco car la ville située sur

la côte Pacifique est en grande partie alimentée par l’électricité provenant de la région affectée par les flammes. Selon Inciweb, l’incendie a éclaté le 17 août pour une raison indéterminée dans la Stanis- laus National Forest du comté de Tuolumne, à l’ouest du parc naturel de Yosemite, l’une des prin- cipales attractions touristiques de Californie. Quelque 2.000 pompiers luttent contre le sinistre avec l’aide d’hélicoptères et d’avions canadairs, qui bombardent eau et retardateurs chimiques sur le brasier, a indique le site.

CONSTANTINE

Explosion d’un engin artisanal à Ibn Badis

Un camion-citerne de feux lé- gers de la protection civile a été endommagé dans l’explosion d’un engin artisanal enfoui sous terre, et ce avant-hier aux alentours de 16 heures, au niveau de la forêt de Haddadj se trouvant dans le terri- toire de la daïra d’Ibn Badis (El Heria). C’est en empruntant une piste menant à l’endroit où un début d’incendie leur avait été si- gnalé par les services des forêts que les six soldats du feu, dépen- dant de l’unité de ladite daïra, fu- rent surpris par l’explosion d’assez forte intensité. Celle-ci en- trainera des dommages au niveau du bas de caisse et du pneu avant droit du véhicule. Pris de panique, les agents de la Protection civile

furent rapidement rejoints par les services la gendarmerie ainsi que ceux du génie militaire qui procé- dèrent à l’expertise des débris afin de déterminer avec exactitude les circonstances de la survenue de l’incident. Selon des sources concor- dantes, et bien qu’il y eut deux éclatements, il ne s’agirait que d’un seul et même dispositif ex- plosif. Pour rappel, la forêt de Haddadj se trouve à la jonction des wilayas de Constantine, de Guelma et de Skikda et avait un temps constitué un le lieu de pas- sage privilégié des groupuscules terroristes sévissant dans la ré- gion.

I.B.