Vous êtes sur la page 1sur 52

e glace !

Dep
uis lo
ngte
mp
s.

© Ben & Jerry‛s Homemade, Inc - www.benherry.com


© Woody Jackson - www.holycowinc.com
édites, tôt.
«
La littérature se définit comme un aspect particulier de la communication verbale
— orale ou écrite — qui met en jeu une exploitation de toutes les ressources de la
langue pour multiplier les effets sur le destinataire, qu’il soit lecteur ou auditeur.
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaLa littérature — dont les frontières sont nécessairement
floues et variables selon les appréciations personnelles — se caractérise donc, non
par ses supports et ses genres, mais par sa fonction esthétique : la mise en forme
du message l’emporte sur le contenu, dépassant ainsi la communication utilitaire
limitée à la transmission d’informations même complexes. aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
Aujourd’hui la littérature est associée à la civilisation des livres par lesquels nous
parlent à distance les auteurs, mais elle concerne aussi les formes diverses de l’ex-
pression orale comme la poésie traditionnelle des peuples sans écriture — dont nos
chansons sont les lointaines cousines — ou le théâtre, destiné à être reçu à travers
la voix et le corps des comédiens. aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaLa littérature, dans son
sens le plus courant, est donc un art à part entière. Mais il est parfois difficile
de cerner les limites de cet art quand on aborde des écrits philosophiques,

»
des pièces de théâtre ou des scénarios qui relèvent aussi des arts du spectacle
(voire la bande dessinée et certaines formes écrites de l’art contemporain).
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaD’une manière générale, la littérature regroupera ici les œu-
vres ayant soit un but esthétique soit une forme esthétique particulière. La dimen-
sion esthétique est donc la finalité de la littérature, critère qui la différencie des autres
types d’écrits comme le journalisme ou la politique répondant à certaines contraintes
spécifiques. À première vue, cette définition exclut donc les écrits purement philoso-
phiques, politiques ou historiques. à la littérature.
sommaire
graphisme contemporain

50 David Carson
David Carson : the guy’ who killed the graphic grids.
J’aurais aussi bien pu titrer ce billet par L’Homme qui
tua la grille (...et non Liberty Valance de John Ford).

autour d’une oeuvre


5> > courrier
6> > actualités 56 auguste rodin
10> > recto/verso Alors que Rodin n’apprécie pas particulièrement la
56 photographie, une alchemie s’opère entre sculpture,
16> > livres dessin et photographie. Comme si pour Rodin, ce qui
20> > salons est important c’est ce qui dépasse la sculpture et ce
qui nous y ramène.
23> > expositions
28> > critique flash la photographie
32> > Arts du temps
36> > contr’art
64 cédric gerbehaye
L’appareil photographique n’est pas un instrument
84> > abonnement apte à répondre au pourquoi des choses, il est plutôt
fait pour l’évoquer, et dans les meilleurs cas, à sa
85> > le mois prochain manière propre, intuitive, il questionnne et répond à
72 la fois.

la peinture

72 détournement
La mise en abîme de l’art quand trois artistes se co-
pient, se rendent hommage et s’inspire les uns des
autres.

la typographie

74 le mémento
Retrouvez, dans le mémento de ce mois, les classifi-
cations typographiques, les abréviations françaises,
64 la correction de manuscrit & de nombreux conseils
aux maquettistes !

| Dossier du mois/ /////////////////////////////


41 les grands noms de la typographie
Chaque mois, nous vous proposerons l’histoire de deux personnalités de la typographie ou du graphisme. Deux articles
consacrés à des pères fondateurs de la typographie. Aujourd’hui encore, les fontes conçues par les grands typographes
de la Renaissance sont utilisées tous les jours, ce qui prouve bien que les principes de lisibilités établis à l’époque sont
encore d’actualité. En anticipant les utilisation modernes de la typographies, Claude Garamond et Alde Manuce ont
étés les précurseurs du développement de l’art de la typographie et de l’imprimerie.
| Art’ctualités/ ///////////////////////////////////////

Création en ligne tél. 02 38 53 0616, du 16 CONCERTS La Maréchalerie, 2, avenue de NOMINATIONS


octobre au 30 décembre. Paris, 78006 Versailles, tél. 01
L’opérateur Cégetel www.archilab.org POP RUSSE À MONACO 39 07 40 58. ARTS DÉCORATIFS
lance un concours ouvert En regard de l’exposition Claude Mollard, maître
aux artistes, débutants DANSE À AIX-EN-PROVENCE « Impérial Saint- ARCHITECTURE à la Cour des comptes,
ou confirmés. Il vise à Pétersbourg », de Pierre fondateur de la délégation
14 compagnies invitées JEUNES TALENTS
encourager la création le Grand à Catherine aux Arts plastiques en
(dont 6 étrangères
numérique et sa diffusion. présentant les grandes 1982, responsable, de
et 3 régionales), 4
Les oeuvres des candidats heures de la « ville 2001 à 2004, du Centre
premières mondiales et
(pré-inscrits avant le 1 mirage », des concerts national de documentation
2 premières en France,
septembre) sont à envoyer gratuits d’électro-pop pédagogique (CNDP),
22 représentations et,
le 10 septembre au plus et de rock russes sont est le nouveau président
en avant-première, N,
tard. Les six gagnants programmés tous les jeudis de la société des Artistes
du ballet Preljocaj, le
(trois désignés par un jury à 23 h, jusqu’au 19 août. décorateurs (SAD). Cette
festival de danse d’Aix-
professionnel, trois par association professionnelle
en-Provence offre un Grimaldi Forum Monaco,
les internautes), seront pluridisciplinaire couvre
visage renouvelé après les 10, avenue Princesse Grace, Les travaux des 14
exposés lors de la biennale Monaco-Espace Ravel tous les domaines des arts
déconvenues de l’édition équipes lauréates de la
des Arts numériques tél. +37799 99 30 00, jusqu’au
décoratifs. Elle a pour
2003. À noter, un nouveau 12 septembre. deuxième édition des
de La Villette, du 21 objectif de promouvoir
lieu de plein air, le parc Nouveaux Albums des
septembre au 3 octobre, et de développer la
Jourdan, en remplacement jeunes architectes sont
et remporteront un écran INAUGURATION création contemporaine.
de la cour de l’IUFM. (III. présentés au palais de la
LCD. Des votants seront VERSAILLES CHANTIER Le prochain salon des
Marco Berrettini, Sorry, Porte dorée jusqu’au 8
récompensés. Arts décoratifs aura lieu
Do the Tour, de 2004. Créée à l’initiative de août, dans une exposition
www.cegetel.fr/artdsl Photo A. Maniglier.) l’école d’Architecture de conçue par l’institut en 2006. Son projet sera
6 Versailles, la Maréchalerie français d’Architecture. rendu public en octobre.
FESTIVALS
est un nouveau centre Tous les deux ans, cette Société des Artistes
CHANGEMENT DE RYTHME d’art contemporain. Ce manifestation soutenue décorateurs, Grand Palais,
Après cinq éditions, lieu d’exposition, situé sur par le ministère de la porte C avenue Franklin
Roosevelt 75008 Paris, tél. 01
Archilab, le festival annuel le domaine du château, Culture entend sensibiliser 43 59 66 10.
de l’architecture est dédié aux rapports les maîtres d’ouvrage et le
prospective d’Orléans, entre l’art contemporain grand public aux capacités AILLAGON SUR L’AILE SE-
change de rythme et et l’architecture. Quatre créatives et aux travaux GUIN
devient biennal. Cette expositions par an sont novateurs des maîtres
programmées. Après d’ceuvre de moins de Jean-Jacques Aillagon,
nouvelle formule, toujours Festival de danse,
Emmanuel Saulnier en 35 ans. (III. Tomorow, ministre de la Culture
sous la direction artistique 13100 Aix-en-Provence,
61 04 42 96 05 01, juillet, le centre d’art Caves et Plateaux, la et de la Communication
de Marie-Ange Brayer,
jusqu’au 6 août
accueillera Jean-Luc médiathèque du futur, de 2002 à 2004, devrait
accueillera désormais un
| artittude – n°1 – juin 2008 //

www.danse-a-aix.com être nommé à la tête de


commissaire invité. Cette Bichaud en octobre et 2004.)
Jan Kopp en janvier. La la fondation Pinault pour
année, le Hollandais Bart DIMANCHES À LA PLAGE « Nouveaux Albums des jeunes
livraison de l’ensemble du l’art contemporain, qui
Lootsma a réuni, autour du architectes », palais de la Porte
« Sous la plage », festival bâtiment, qui comprendra dorée, 293, avenue Daumemil, doit ouvrir ses portes sur
thème « la ville à nu », une
pluridisciplinaire et aussi un auditorium et un
75012 Paris, tél. 01 58 51 52 l’île Seguin, à Boulogne-
trentaine d’architectes qui jusqu’au 8 août.
gratuit, propose, au parc pôle d’expérimentation et Billancourt.
questionnent les nouvelles
organisations du territoire. André Citroën à Paris, des de recherche, est prévue
(III. Reinhold Weichlbauer concerts, des installations, début 2005.
& Albert Josef Ortis, des animations multimédia
immeuble de logements et vidéo pour les enfants
Wohn DNA, 2001, (avec le Cube d’Issy- « L’ESCALADE » ET « LA POURSUITE » À ANGERS
Gratkorn, Autriche. les-Moulineaux, espace Pour accompagner la réouverture du musée des Beaux-Arts
Courtesy Weichlbauer/ culturel dédié à la création d’Angers et enrichir l’ensemble important consacré à la peinture
Ortis.) numérique)... À noter, le
19 septembre à 20 h 30,
du xviiie siècle, deux grandes esquisses peintes de Fragonard,
le concert de Mike Ladd, « l’Escalade » et « la Poursuite », ont été acquises avec le concours
artiste incontournable de la du ministère de la Culture. Le fonds du Patrimoine a, en effet,
galaxie hip-hop. contribué à hauteur de 87,5 % à cet achat de 4 millions d’euros.
« Sous la plage », pair André Ces esquisses, réalisées en 1771, sont les seuls témoins subsistant
Citroën, quai André Citroën,
75015 Paris, 61 01 43 49 6892,
en France de l’ensemble commandé par Madame du Barry à
les dimanches 15 août et 19 l’artiste pour Louveciennes, les tableaux réalisés pour ce décor
Archilab 2004, site des septembre. étant conservés à la Frick Collection, à New York.
Subsistances militaires, 88, rue www.souslaplage.com
du Colombier, 45000 Orléans, Musée des Beaux-Arts, 14, rue du Musée, 49100 Angers, tél. 02 41 05 38 00.
/////////////////////////////////////////////////////

RENOUVELLEMENT À L’AFAA chargé Bernard Faivre la rue : Hervé Di Rosa,


À la tête de l’association d’Arcier, ancien directeur Miss.Tic, André, Wang
française d’Action du festival d’Avignon, Du, Raymond Hains...
artistique (Afaa) depuis d’effectuer un diagnostic L’initiative prendra ensuite
1999, Olivier Poivre- de l’activité culturelle la forme d’un beau livre.
d’Arvor a été renouvelé dans la région. Il devra
comment concevoir des MUSÉES
pour un troisième mandat
de directeur. Créée en « événements forts ». DU CÔTÉ DE CRO-MAGNON
1922, l’Afaa est l’opérateur LABEL ROUGE SUR LILLE Fermé depuis le 25
du ministère des Affaires janvier pour le transfert
Le ministère de la Culture des collections, le musée
étrangères pour les
a décerné à la commune national de la Préhistoire
échanges artistiques
de Lille le label de « ville des Eyzies-de-Tayac-
internationaux.
d’art et d’histoire ». Il Sireuil a rouvert ses portes
Afaa, 1 bis, avenue de Villars, récompense les efforts
75007 Paris, tél 01 53 69 83 dans un nouveau bâtiment
00. uww.afaa.asso.fr fournis par la ville depuis conçu par l’architecte
des années et, notamment, Jean-Pierre Buffi. Plus
l’opération « Lille 2004 de 18 000 pièces y seront
RÉSIDENCES
capitale européenne de la présentées, sur une surface
LE TRICOTIN NORDIQUE culture », qui a permis de de 1500 m2 environ, dans
créer de nouveaux espaces une muséographie due à
culturels : les maisons Roberto Benavente. Situé
folies. non loin du célèbre abri de
PRIX Cro-Magnon, ce musée est
l’un des plus importants
PICTO ET LA PHOTO DE
consacrés à la préhistoire
MODE
en Europe.
En hommage à Jean-François Taddéi, direc-
Le travail de Stéphanie teur de 1988 à 2004, décédé récemment, le
Musée national de Préhistoire
Dans le cadre de Lille
Erard, lauréate du 7e des Eyzies-de-Tayac, château, Frac des Pays de la Loire a demandé à Chris-
prix Picto de la jeune 24620 Les Eyzies-de-Tayac- tian Bernard de concevoir une exposi¬tion
2004, l’artiste Olga Sireuil tél. 05 53 06 97 03.
photographie de mode, est à partir de la collection (ill. Carsten Höler,
Boldyreff ill. © Frac Nord-
exposé jusqu’au 7 août.
Pas-de-Calais) accomplit DU NOUVEAU CHEZ COUR-
« Pour un flirt  », 1994, © Frac Pays de la
une résidence en trois Le Bon Marché, 24, rue de Loire). Tous les espaces, de l’accueil aux ate-
Sèvres, 75007 Paris. BET
temps à Villeneuve-d’Ascq liers, ont été investis. Des commandes ont été
19-31 juillet, 9-14 août,
7
INITIATIVE été passées à Claude Lévêque et à Laurent
23 août-4 septembre).
Chaque fois, dans des lieux ŒUVRES EN QUATRE PAR
Moriceau.

artittude – n°1 – juin 2008 |
publics, elle fait du tricotin TROIS «  Pour les oiseaux  », Frac des Pays-de-la-Loire, La Fleu-
et noue un échange avec raye, 44470 Carquefou, tél. 02 28 01 50 00, jusqu’au
Autodérision ou
les habitants. Des dessins 3 octobre.
récupération Face aux
issus de cette expérience attaques des anti-pub et
seront présentés à la Ferme autres mouvements No redéfinition du projet de Villahermosa, non
d’en haut. Logo qui prennent de culturel qui, tout en restant loin du musée du Prado.
La Ferme d’en haut-Maison l’ampleur ces dernières fidèle à Courbet, dont le Aujourd’hui, le parcours,
folie, 59650 Villeneuve- années, Viacom¬Outdoor, musée possède 84 oeuvres, avec des oeuvres allant
d’Ascq, ouverture de l’atelier prendra en compte des du Moyen Âge à l’art
de l’artiste les 31 juillet le leader du panneau
l8août, del5h à l8h ; exposition publicitaire dans le monde, préoccupations générales moderne, se poursuit
de ses travaux d 28 août au 19 lance l’opération « la sur la vallée de la Loue. dans les immeubles
septembre. www.lille2004.com
Rue aux artistes ». 6000 Début 2005, le musée (Lire p. 92.) voisins, dont l’acquisition
panneaux de 4 x 3 m — Courbet à Ornans Musée départemental Gustave est comprise dans le
POLITIQUE soit un dixième du parc (Doubs), installé dans la Courbet, place Robert Ferrier, budget de l’opération.
SAUTE-NORMANDIE de la société —, répartis maison natale du peintre 25290 Ornans, tél. 03 81 62 23 Les architectes Manuel
30. www.museecourbet.org
Les conseils généraux dans les principales villes (ill. photo P Boulat), Baquero et Francesc Phi
de Eure et de Seine- de France, présentent, doit faire l’objet d’une se sont efforcés d’assurer la
THYSSEN PLUS GRAND continuité entre le musée
Maritime, et le conseil jusqu’au 8 août, des importante restructuration,
régional de Haute- oeuvres originales de notamment avec une Deux ans de travaux et et ces nouveaux espaces de
Normandie ont décidé 20 artistes plasticiens. extension sur l’hôtel de 38 M€ ont été nécessaires près de 8000 m2.
d’harmoniser leurs Ceux-ci ont été choisis Champerreux. Mené par le pour agrandir le musée Musée Thyssen-Bornemisza,
politiques culturelles a en fonction du rapport conseil général, ce chantier Thyssen-Bornemis, 8, paseo del Prado, 28014
qu’ils entretiennent avec s’accompagnera d’une installé dans le palais Madrid tél. +34 913 69 01 51
verso
Le prix unique du livre va-t-il disparaître ?
Instaurée par la loi Lang de 1981, il stipule
qu’une fois le prix d’un livre décidé par la mai-
son d’édition, celui-ci ne change pas, « qu’on Frédéric Lefebvre, e député et porte-parole de l’UMP
ont fait leur nid. »
soit à Paris, dans une grande ville ou dans
refuge sur Internet, et les psychopathes, les violeurs, les racistes et les voleurs y
une zone rurale » ou « dans une Fnac, un hy-
fiquants d’armes, de médicaments ou d’objets volés et les proxénètes ont trouvé
permarché, ou une librairie traditionnelle ».
La mafia s’est toujours développée là ou l’État était absent ; de même, les tra-
Seule réduction de prix permise : -5%. [...]
Or mercredi, le député Jean Dionis du Sé- monde.
jour a préconisé de modifier cette loi pour que de réguler ce mode de communication moderne envahi par toutes les mafias du
les détaillants soient autorisés à pratiquer au Il est temps, mes chers collègues, que se réunisse un G20 du Net qui décide
bout d’un an des rabais supérieurs à la limite vres ?
de 5% fixée par la loi Lang – actuellement, il du monde ? Combien faudra-t-il de créateurs ruinés par le pillage de leurs œu-
faut attendre deux ans. « Autoriser des rabais pulés ? Combien faudra-t-il de bombes artisanales explosant aux quatre coins
supérieur à 5% sur les livres un an après leur à l’absorption de faux médicaments ? Combien faudra-t-il d’adolescents mani-
violées pour que les autorités réagissent ? Combien faudra-t-il de morts suite
édition au lieu de 30 mois aujourd’hui(...) »,
Net provoque chaque jour des victimes ! Combien faudra-t-il de jeunes filles
explique Dionis du Séjour.
qué des faillites. L’absence de régulation du
L’amendement qu’il propose permettrait aussi de « réduire le nombre extrê-
L’absence de régulation financière a provo-
mement élevé de livres invendus qui sont détruits chaque année » (environ 100
net ?
millions en France). pour que le monde se décide à réguler Inter-
Mais attention, répond Christine Albanel : « Une telle mesure aurait des effets
t-il attendre qu’il y ait des dégâts irréparables
très négatifs sur la diversité éditoriale, en favorisant les bestsellers (...) Elle fragi-
système régulé au plan international. Faudra-
liserait les librairies indépendantes (...) Elle aurait pour conséquence, à terme, de
se réveille et accepte enfin de construire un
faire monter le prix moyen du livre ». Un tel amendement entraînerait une ro-
soient au bord du gouffre, pour que le monde
tation plus rapide des livres sur les linéaires. Mais selon François Rouet, suppri-
la croissance soit au point mort, que des pays
mer le prix unique du livre aurait une autre conséquence : les best-sellers seront
blissements financiers soient en faillite, que
régulation. Il aura fallu attendre que des éta-
vendus à des prix plancher quand les ouvrages moins grand public verront leurs
imposée – réclamée sur tous les bancs – : la
prix augmenter. Ce qui risque de provoquer, dans les librairies, une «diminution
depuis 1929, et qu’une seule réponse s’est
de l’assortiment proposé».
de vivre la plus grave crise qu’il ait connue
Pour Guillaume Husson, c’est une erreur qui pourrait causer la mort des li-
gulation d’internet] parce que le monde vient
brairies : « La moitié du chiffre d’affaires des magasins est réalisée avec des livres
« Je tiens beaucoup à cet amendement [ré-
qui ont plus de six mois. La réforme reviendrait à brader presque toute l’offre.»
blée Nationale.
Discours de Frérécic Lefebvre à l’Assem-
recto
All type - Museum of type font - London
museumoftypefont.com

publicité
givenchy reste.
Les autres s’envolent.
| Dossier du mois/ ///////////////////// en couverture

Les grands noms


de la
typographie
la Renaissance

Chaque mois, nous vous proposerons l’histoire de deux


personnalités de la typographie ou du graphisme. Deux ar-
ticles consacrés à des pères fondateurs de la typographie.
Aujourd’hui encore, les fontes conçues par les grands typo-
graphes de la Renaissance sont utilisées tous les jours, ce qui
prouve bien que les principes de lisibilités établis à l’époque
sont encore d’actualité. En anticipant les utilisation modernes
de la typographies, Claude Garamond et Alde Manuce ont
étés les précurseurs du développement de l’art de la typogra-
phie et de l’imprimerie.
les grands noms de la typographie, par antoine bourgoin

Alde manuce : le précurseur


Précurseurs par bien des choses, il l’était surtout pour l’invention de l’italique et la volonté
de diffuser le plus grand nombre possible de classique de la littérature grecque. Au dé-
triment de sa santé et de sa famille.

En 1494, Manuce ouvre son imprimerie à Ve- disparaître les styles d’écriture, copiés sur les manus-
42
nise. Il travaille avec de nombreux collabora- crits byzantins, qui avaient perduré. Manuce s’associa
teurs ; parmi eux, Andrea Torresani, l’un des éditeurs aussi avec son ancien élève Alberto Pio. L’argent était
vénitiens les plus célèbres depuis les années 1480 et géré par la plus grande banque vénitienne de l’époque,
| artittude – n°1 – juin 2008 // Aldus Manuce

dont il épousera la fille en 1500. Torresani lui procura la banque Agostino.


la maîtrise technique complétée par celle des caractères
gravés par le tailleur de poinçons bolonais Francesco Un typographe et un imprimeur
Griffo. Dès ses premiers livres non datés ainsi que son
premier livre daté, une grammaire grecque, Alde Ma-
nuce peut ainsi imprimer en grec. L’impression en grec
O n doit à Alde Manuce l’impression de nombreux
ouvrages importants, mais aussi des progrès dans
l’imprimerie. Le premier, en effet, en 1501, il utilisa les
avait été difficile à mettre en place quoique des mots caractères italiques, au moment où il lançait l’édition
grecs soient présents dans les premiers livres imprimés de petits ouvrages in-octavo plus petits, moins chers et
en Italie, à Subiaco, dès 1460. Au moment ou Alde Ma- plus maniables que les in-quarto ou in-folio. Ces carac-
nuce commence son activité, les imprimeurs ont réussi tères penchés, gravés par Griffo, permettent de mettre
à maîtriser les accents et esprits nécessaires à la compré- plus de texte dans une seule page.
hension du texte. Ils cherchent encore trop souvent à Alde Manuce reçoit aussi l’aide de nombreux éru-
reproduire les ligatures des manuscrits, ce qui demande dits venus de l’Empire byzantin, qu’ils avaient fui
un grand nombre de caractères. Alde Manuce utilise après la conquête de l’Empire par les Ottomans. Ces
dans sa carrière quatre fontes grecques successives (en érudits grecs, Marc Mousouros, Demetrios Doucas,
1495, 1496, 1499 et 1502), gravées pour lui par Fran- préparent pour Alde ses éditions grecques et partici-
cesco Griffo qui utilise comme modèles les écritures pent à l’« Académie » qu’il crée. Avec l’aide de ce grou-
d’érudits grecs réfugiés. pe d’humanistes, Alde Manuce publie de nombreux
Ces caractères cursifs furent les plus imités et firent ouvrages importants, parmi lesquels on peut citer les
Venise
ville typographique
Les imprimeurs vénitiens ont peut-être publié les plus beaux livres jamais imprimés, ils n’ont
toutefois pas été les premiers à exercer le « nouvel art ». Leurs prédécesseurs se nommaient
Gutenberg, Fust et Schœffer et étaient originaires d’Allemagne.
Le xve siècle est pour Venise une période faste. Son empire résiste encore aux coups de
boutoir turc et la Sérénissime renforce même ses possessions territoriales en Méditerranée
avec la prise de Chypre en 1489. En Italie, Venise conquiert des territoire dans l’arrière-
pays vénitien. Au début du siècle, elle s’est emparée de Vicence et de Vérone mais a
échoué devant une coalition unissant Florence, Milan et Naples qui s’inquiètent de sa
montée en puissance.

editiones principes de la Rhétorique et de la Poétique puis reprises à partir de 1533 par son fils Paul Manuce.
d’Aristote, les œuvres d’Aristote en quatre volumes, Son petit-fils Alde le Jeune fut lui-même imprimeur.
les comédies d’Aristophane ainsi que de outils pour Tin er sequat, commodo lorpercidui blan ulpute vo-
l’apprentissage de la langue : grammaires grecques (il lent at. Ut eugait, quipsum dolor sis ecte mincing eugue
en écrivit une lui-même qui fut éditée sur ses presses tem quis nulputet vel el do dolortio er se vullum vel
après sa mort), auteurs grecs utilisés pour l’étude de utate magnit niat ipit ea facin hent accum ing elit wisci
la langue, etc. blametum vendrem quamconum zzriustio odip etum
dit, quatuer sent am, velis niamconse modiam, sed dui-
L’Hypnerotomachia Poliphili pit velessenis eugait, quisl irit wis nullamet loreet, quat

U n de ses livres les plus célèbres reste l’Hypneroto-


machia Poliphili attribuée à Francesco Colonna,
parue en 1499 et souvent répertorié comme l’un des plus
iriusciduisi tie tio elestrud ming eratum volor ad do
odionsequis amconum velisit nismolore commy nulput
adit venim quatisi. Duisi te magnibh estio conulla am
beaux livres de la Renaissance. Ce texte, récit en neo-latin ipis exeros aliquip et, conullumsan vel iriureetum duisl
des songes de Poliphile amoureux, est en effet accompa- eu feuguer iriureet ute feugue dolum vel et ut ea faccum
gné de très nombreuses gravures et sa mise en page est quis nullum el ulputpat ip endre modit, quat laortis
originale et parfaite. Après sa mort, ses presses furent nulla consequ ismolob ortisi.
continuées par son beau-frère et son beau-père, les Asola, Ortionse dunt ute delenis nim dolenim ametue mo-

salon de la
littérature érotique
29 & 30 octobre 14 - 22 h.

julien deloy
gaspard yvan
alice moisset
clémence rossi de lala
Qu’est-ce qu’un incunable ?
Un incunable est le nom donné aux éditions du xve siècle, parce qu’elles ont été réalisées
à l’époque où l’imprimerie était au berceau (incunabula en latin). C’est un livre imprimé
dans la période comprise entre le début de l’imprimerie occidentale vers 1440-1450
jusqu’à la fin du premier siècle de la typographie en 1500, soit une période d’environ 60
ans pour la France.
Le vocable « incunable » apparaît dans l’histoire du livre vers le xviie siècle, ce terme ne
correspond pas à grand chose, il permet seulement de dater les premiers livres imprimés
avec le procédé de Gutenberg.
La date de fin en 1500 est arbitraire et varie suivant les pays. Les innovations techniques
dans l’imprimerie n’interviendront que beaucoup plus tard. Par contre, la mise en page des
livres évolue très rapidement. Cette période varie légèrement suivant le lieu d’impression
du livre, ainsi un livre imprimé en 1514 en Allemagne du Sud sera également considéré
comme un incunable ou, suivant les sources, comme un post-incunable.

44
| artittude – n°1 – juin 2008 // Aldus Manuce
daniel keyes
Les miLLe et une vies de
biLLy miLLigan
dit ulla faccum nim volobore faci tionsed el ulla ad do
dolore consequis dui blaore dolore tetummo lortismo-
calmann-lévy
lore ex essim deliquam velit nisis amet adignit praese
feuis eliquam in ulla aut lum incilis augueraestis non vel
dolesse duipis nit aut wisl duis acil iurem nostie feum-
modio esequam, secte dolorperosto et irilisi.

Deliquam velit nisis

I ril ute dolor susto coreraessent il ute dolor inis duis


nis nim nosto conse et, si bla adiamet la cons alisi.
In ute feuis adip ex eum am zzrilisit estin ut niam ing
eugait nos nos nulput lumsan vel utat. Irit nit la corper-
cidunt praese magna feugiam eu feugiam, commy nul-
lam inciliqui tat, vel utat lorem vel exero od doluptat.
Il dolore feugue el ea faccum venim dolestrud del
diam, quipsummod tat. Ro od dolobor alis aliqui blam-
coreet, quis nonsenim dolorer cidunt ing eu feuis ad et
amcommo luptat. San ea alis alis ad magniamet, velit
alit euipiscilit in et, sequis do cor alit nim ilit amcon-
senim velestin utat. Ut wis ex exer sed er si exeraestrud
ero eros niat ad dolutat. Idunt iril er senim del ute del 45
dolenissi tem zzriure min velis et ad eumsan ex essit
luptate delisit inci ectet nulput lum ipit ulluptat. Ustisl

artittude – n°1 – juin 2008 |
dit autpat alisl iliquis dolobortio eum inibh eugiatum
dolobor
Feu feuip eugait ut adion henissisim ero el eugue min
henibh ecte dolestrud erit del el ullutem nonse eugait
lumsandit, vero et velissequis ad te ming ectem in he-
nim dolobore delenissis ea conullaore minciduisi enim
ver acilisim iureet nisisit, commy nons niamet lor sum-
san ulla feugiat. Te conulla core dolore magna feum
am zzrillam vullam, sustrud dolut wisi blan ut wismo-
lobore tatuero odolobore conulla augiam alit vulla feu
faccum dolore exer acing eu feumsan eu feu faciduis
eugiamcorem euguero ero dolorem zzriliquat velenis
euiscil lummodigna faci tissi eu feuismod ese.
« ... un thriller psychologique absolument
fascinant »
Publishers Weekly
les grands noms de la typographie, par antoine bourgoin

claude garamond : le visionnaire


La fonte Garamond est utilisée par tous, mais connaissez-vous son histoire ?
Chaque police de caractères est intimement liée à la vie de son concepteur comme nous
allons le découvrir dans ces lignes.

Né à Paris vers la fin du xve siècle, Claude fit usage pour ses éditions grecques, à partir de 1543.
46
Garamond a appris son métier en étant Pour dessiner ces Grecs du Roi, Garamond s’inspira de
l’élève d’Antoine Augereau, un graveur de caractères l’écriture du célèbre calligraphe crétois Ange Vergece,
| artittude – n°1 – juin 2008 // Claude Garamond

parisien qui s’était reconverti au métier de libraire et comme l’appelait François Ier. Aujourd’hui, les poinçons
d’imprimeur. Ce dernier fut fameux pour avoir gran- et les matrices, classés Monuments historiques sont
dement contribué à éliminer des presses parisiennes les toujours conservés à l’Imprimerie nationale.
caractères gothiques en usage à l’époque, en utilisant Garamond fit sa fortune pour des caractères romains,
exclusivement pour ses impressions, les trois corps de dont il était devenu le principal producteur français re-
caractères romains qu’il avait lui-même gravé. Les pre- connu dans l’Europe entière. S’il faut en croire la préfa-
miers caractères de Garamond qui nous soient connus ce qu’il écrivit en 1545 dans son édition de la Pia et reli-
sont les trois corps de Romain qu’il grava pour Robert giosa meditatio de David Chambellan, ce métier n’était
Estienne au début des années 1530 : un gros Romain, pourtant pas vraiment lucratif  : « Je retirais vraiment
un gros Canon et un saint-Augustin. Fin 1531, Gara- peu de profit de mon travail qui est de sculpter et de
mond avait encore achevé un saint-Augustin étroit. En fondre les types de lettres. Ceux qui savent seulement
1533, il donna un cicéro de style nettement plus aldin. tailler les lettres ne progressent guère. »
Ces caractères servirent pour la première fois à la com-
The moment a texte & typeface
position d’une série de livres religieux, imprimés à Pa-
are chosen, two streams of
ris, chez Claude Chevallon. C’est chez cet imprimeur
thought, two rhythmical
que Garamond travaillait et vivait dans les années 1530.
systems, two sets of
En 1540, Garamond passa contrat avec Pierre Duchâ-
habits, or if you like,
tel, conseiller et aumônier de François Ier : il s’engagea
two personalities,
à lui fournir les poinçons des trois sortes de caractères
intersect.
d’un Grec aux frais de Robert Estienne dont ce dernier

abcdefghij
soit que le puits fût très profond, soit que alice
tombât très lentement, elle s’aperçut qu’el-
le avait le temps, tout en descendant,
de regarder autour d’elle et de se

demander
ce qui allait se passer.
d’abord elle essaya de
regarder en bas pour
klmnopqr
voir où elle allait
arriver, mais il
faisait trop
noir pour
stuvwxyz
« Pour la plupart des gens, une typographie parfaite n’offre pas d’attraits esthétiques
particuliers [...]. La conscience de servir anonymement et sans attendre de reconnaissance
particulière, des œuvres de valeur et un petit nombre d’hommes optiquement réceptifs, est
en général la seule récompense que reçoit le typographe pour son long apprentissage jamais
achevé. »

Jan Tschichold — typographe

Il s’essaya alors au métier d’imprimeur, en association nières d’après les caractères de Simon de Colines. Jean
avec Jean Barbé et son beau-père l’imprimeur Pierre de Gagny, le chancelier de la Sorbonne, l’encouragea
48
Gaultier, mais au bout de deux ans, l’expérience tourna dans cette voie nouvelle en lui conseillant de créer une
court. Il avait eu le temps de publier un Juvencus, im- nouvelle Italique. Par la suite l’Italique ne fut que peu
| artittude – n°1 – juin 2008 // Claude Garamond

primé avec des fontes romaines inspirées directement usitée, et il n’est guère que Simon de Colines pour avoir
de celles réalisées pour Robert Estienne, ainsi que di- tenté de la rendre populaire en France. La mode dans
vers ouvrages, dont certains ont été composés partiel- l’Italique, des capitales inclinées, ne fut lancée que plus
lement en Italique. tard. Il développa également ses activités de fondeur et
L’atelier de Garamond était de taille modeste. Il tra- assura la diffusion des types qu’il avait créés, en multi-
vaillait avec un petit nombre d’apprentis, auxquels il pliant matrices et caractères. Après un premier mariage
n’apprit pas son art de graveur mais le métier de fon- avec la fille du fondeur et imprimeur Pierre Gaultier,
deur: en 1543, entra à son service pour trois ans, le fils déjà cité, il épousa en secondes noces, Ysabeau Le Fè-
d’un marchand, bourgeois de Paris, de 1551 à 1555, vre, dont un frère était marchand à Cluny et un autre
c’était le fils d’un marchand tavernier qui venait s’initier prêtre, licencié en théologie. Par cette alliance, il devint
à « l’estat de fondeur de lettres », en 1557, un orphelin, propriétaire d’une maison, rue Saint Denis et de quel-
originaire de Saint-Quentin, se plaçait pour serviteur ques quartiers de vignes. Si Garamond semble avoir eu
et apprenti pendant cinq ans. L’année suivante, Paterne d’abord quelques difficultés à vivre de son métier de
Robelot, fils d’un vigneron de Sens, devint apprenti chez graveur, le succès de ses caractères assura la prospérité
Garamond pour cinq ans. Ces contrats d’apprentis- de son atelier.
sage répétés dans la période 1550-1561, date de la mort Les fontes de Garamond ont été les premières à être
de Garamond, sont le signe indéniable de l’essor que commercialisées. Son italique semble avoir plus de va-
connaissait l’atelier du célèbre graveur. leur encore que son romain. Entre 1541 et 1556, plu-
À partir de 1550, Claude Garamond retailla ses poin- sieurs imprimeurs-fondeurs lui achetèrent des matrices.
çons de lettres romaines et surtout italiques, ces der- Vers la fin des années 1540, il s’associa avec Guillaume
Le Bé, un autre graveur de poinçons qui s’était fait une
grande réputation à Venise. Installés rue des Carmes,
Le Bé tailla pour la fonderie des lettres hébraïques et
une « lectre fort artistement faicte et bien limée et polie
(sans vantise) et au contentement de celui qui en sçavait
plus que moi ».
Après sa mort en 1561, ses exécuteurs testamentai-
res, Guillaume Le Bé et André Wechel, achetèrent une
partie de son matériel. Mais la plupart des matrices et
des poinçons furent par la suite acquis par Christo-
phe Plantin d’Anvers, et Jacques Sabon, un fondeur de
Francfort.
Il est communément admis que Garamond s’est ins-
piré du Romain de Jenson pour graver le sien. Stanley
Morison, le grand historien et théoricien de la typogra- Une des premières presse utilisée par Claude Garamond.
phie, a contesté cette opinion, soutenant que les pre-
miers Romains de Garamond étaient beaucoup plus
proches de ceux d’Alde Manuce et de Francesco Griffo.
C’est ainsi que les capitales d’Alde et de Garamond sont
plus étroites que celles de Jenson, que la barre de l’e est
horizontale dans le Romain des premiers alors qu’elle 49
est oblique chez ce dernier. De plus, la tête du pied droit
de l’M capitale chez Alde comme chez Garamond est

artittude – n°1 – juin 2008 |
privée d’empattement, alors que le G capitale est du
même type c’est à dire muni d’un empattement de tête
qui n’était accusé que d’un seul côté.
Geoffroy Tory a vraisemblablement exercé une in-
fluence sur Garamond, notamment en ce qui concerne
l’attitude à adopter à l’égard du Romain. Le Champfleu-
ry de Tory, est le lieu suprême où la typographie et la
culture se rencontrèrent. Il est probable que sans l’ensei-
gnement spirituel de Tory, Garamond se serait contenté
de recopier les caractères de Griffo. Toutefois, celui qui
a joué un rôle décisif dans la formation de Garamond
est son maître Antoine Augereau qui avait en 1532 sorti
un Romain révisé.
niuyemf m
se tuiasisrsoeloadrptetialsgilueevf taunllguivdommem roolocvem ile lod lmb eisriolalosvin,m gaam lo lodtnoemlom d esnon tu le.is reprolod lev tnud eroalb iu
sssrio s e l e d
aloleuctnaetm u p l u v m i s i n s i n e h b i n y m m u s , t a u uqtE i aleauvqro e r d dnuatral trtseies n,stoielceviacn i t r o b o l o d m e
utqudeosnm saelm l
liecoaiccfn,uti eilssf irueed f e i t r o ldoodcoom c al tu lirzz meroc alb icsuirzz ma tiS
n letlonvudtiIle.tm
,ta
atiunelsvinm euxlo em mm au llutvautuqpillau rnoiatslboniutda m alulunvontettnce u sdsiesearexe sI .tat da teerolod durtse icaf angid malmto a
osm is m o tc dooremhebrionleovxemsuiu eqoiliatsseilueq v tm irazzidm o maigeuiTe .dtaoumqm e sonco,nmsaip l item misAitrocmalb is roallu nitrolod li tatpul tire sisinev eRit .dtaopmtuetsusP aonm gsAile.ivssm inai itdi
o
-eord

artoleordolm odusdpuirutqsiolintim p iarige uliam tiirnegro i dl oteorseipxiedntiepliecvnintsiceammeirnoelo sndoonmysimpm i d unneolen im c s eilreodloem t usitnilesviletvu tliilatiltiilm a itnnumdiinciacfreavngmidunsarleluugnuael ttuirpzillzuedm naeustecmeiuunqtao,icd t i l i c s i u q , ta l
a

tsieutqceesn hobcineyrm u i m
r i or o
cloam e peiruoqloed snoomn ssiiupqi im l a erteuuagtueaermduneagsm n i t
urcoclo avtamigIu.etapuiqca i l e
f udeo eotiteiuctaast id l eov oeiittsaotneu sngouca ete tad tpeuslo,tdilatntuirdzizcrm eu u tcecaxfeulei ftaalsluinnelsoitm s osn it seiruoqlot,pdtu i d
landre magna
oitrooitlstonnudtilo cons nostie
icdnoimotestuuslptiiclirrei xte faccum ipsuscilit dolor se voloreet nulluptat velit ing ent vulputem eu faccum verostrud et velisisisim dolobore
uspiuef avercilisi. dions
lli re tU .tauqi
sdasequam,
i n e h n a sismolum
s m u e d u r t iure
s e l o mdolestied u ro
ersttesiueeddunt
a
icln
ro
e
idledda oatesenaarleluungutielefvetecitersoncooitrreorcoa
r ononsequ
l o d s iu e isisit
x e e u duipis
t e t e r o ex
l o d eugue
o o d o
elrldunnesvinngasmue od erolod durtselod siw tiri teerdneh nasmdolutatie
dolortin
o t s o r e p r ullamcor
o c m a i g u sequat
e d e s s i alit
p i r o irit
l o v ex
m i esequamconse
n e l e v t a rp t a t p udolor
l o d o sum
m s is irillan
r e u g u dionse-a
dunt vel dolorper
tul tare le sita siw tiague piue da rolod dolent si.el ut nonse do commodolor
sin temdelisl sit,
alb icinci commod
suspelessequam, magnis
id metu tatpvolorem alisi
ulliri mine bla con
velis
v teeestruderat dolor
rol tneeliquatue aEm
v eugue gcommodigna volorem
nim da angam vullut velisl
feugait et
eutetupraessisim dolor
l tulod munulla aute commy
te deasfeuisi. nn og init
did oaotitasTui
zzriusci bla corem zzril ut la commodo lortie feu feu facillan utem dolobortinci et,issectet sit landre veliquat,
vulla at nostin summy nibh
vullam enis nisimenisl vulputate Idunt delesen si.
elbugiuuqeexsn

llandre magna cons Put nostie utpat. Rat faccum lam ipsuscilit
digna facidolor estrud se voloreet
doloreet nulluptat ad tat. Is velit exeraese ing ent dunt vulputem
nonum eudui faccum
blaor ulput verostrud
aliquat ummolum etex velisisisim venim utat.dolobore
elit volenissi. lordions
t

Amet lam, commod eugiam zzrit velestio eum volore dolutatie


mod tat, vercilisi.
sisi.
i l

Agna con sismolum


ecte iure mod dolestie tie nonsequ ullaor nonsequat. irillan commo-
eosid

lo m isdelisse rtsovenisis
redunt uerit
ccaluptat misisit tdolortin
upduipis eexgneugue tsi
ileblamcortisim
v dolortin nullamcor
eipis lo vsequat loalit tTie
ilirit smodiam
uexspesequamconse cquis
caf ealiquis on dolor sex no cenibh
asum aero
m rdndionse- t nU
e

ismo
olssequam,
i cdrdunt
eevrodiatumsan
ebitovel
a t u ddolorper
l o d isilesi.el
isulput v lan teut unonse
dullandigna commodolor
vdomfacidunt f uealit ilealit sit, lucommod
velisv tnnismolorem imagnis talisi
tanonummy pullubla tcon roerat
enonsenim edolor
s roacin aEm
d velendipisicvolorem i met uvullut
lorerit velisl
itsaugiam et dolor
nostrudngaute ecommy
dolore alltat u nit
-eord
v

eiuiscilit,
o i d n
zzriusci a l qui
l i r i m eumu s r zzrit
o l o d euguer
e s n o
ut c m asum
u q e svercinim
e x e dolent
t i ri
cons nim
t i l a delisl
t
feu ilit
a u q ileinci
ut
s r o elessequam,
velit
c m a ute
l l u
utem delisci
n i
eu t r o l volorem
o d elendip
e u g u e velis
ismodolorem
x e s
accumsa estrud
i p
sit i u d t i eliquatue
s i s estincipit
i u q e s
autemn ocommodigna
n exero
t n u
ipis d odignim
e i t s e l feugait
o d eilr er
u
ea i mpraessisim
ipit
u
commyl iliquipsum
o m s is , mnullaa u dolore
q efeuisi.
s s e
t

snytismolenis
m m tbla rcorem
ilolex lcommodo
udoluptate m lofeu d tod
afacillan n lfacip geugiat m m lveliquat, m csummy enonsequip
snnibh n tuenis isnisim ovulputate
od nibh tnecte udelesen etis aplibcaiutq
nostis atfeu sed roet augue rtatie velis aci bod eliquat. Im issectet vulla oauguer odulput
oaliquis ovullam
modolore ex
le.molor renisl
epririure lutat. evIdunt
lconsequisci dlor rosi.
a

u e f a lolucnnulla
em uia s i s s e oafaccum
drpetuercidunt
tetzzril
i alsgiluezzrit evf tla aunlalit,
g ivdom mem o
locvlortie
e u t
Eaaunostioq oile d u r trsetatue
e s oilcetio
v atelm eisriodolobortinci
alosvin,m aamu q devolorting
oset,
s e l e oicclandre
n,ti eum
ilsndreet
s irloe d dtnoat emlonostin
d
nooa-ctlribe

er illa feuipsumsan Put hendreetutpat. Rat


irit lam
wis digna
dolestrud faci estrud
dolore dodoloreet
eumsan ad tat.
vendre Is exeraese
cortionsecte dunt nonum
feugueraesto dui blaor
del aliquat
inciduis et ummolum
irilit lute venim
mincilit elit
nostio volenissi. odi-
t

odo c alb rzz m a tiS


-trie

olod metAmet
itrobnullaorero nallilam,
u cortie f ucommod
cavelit efnullan uef eitea reugiam
olad mzzrit
doloreetmocvelestio l tu lirzeum
aexercipsusto z mevolore roodo mod
dunticsulortissi.itat, sisi.
-eord
p

seolletdnued taItu paltuuvlsm iseinxesin ealhlubvintuyp mlumn uists,otanutqaileavlluevrdte ntacletsissi,te icngnis


na Agna auguer con ecte
sismodo indelisse luptat mod prat tie venisis
vel enim erit
volor luptat ipissed dolortin
eugiamc ullaor orperosto blamcortisim odo odolore ipis nonsequat.
tetue ex euis Tie modiam
dolorer aestrud quis aliquis
molestrud ex enibh
eumsan ero commo-
heniam
-eord
u

.n e
iionsed l o v t i l e .tm
diatumsan
etum i n e
dolut v m u
ulput l o
lutetue m mm
lan u t a u q
ullandigna
magna i l aad r o a l
ming b i u
facidunt d m
eugue u n
alit o ilnalit
vent t n u d
velis
loreet e s e a r
nismolorem
venime x e I . t
sisirilluptata t d
nonummy a t e
uteme r o l o d
nonsenim
dipsusci d u r t s e i c a
acin
blamet f a n g i d
velendipis
nis m
dolora l taet
ad R . t a
lorerit
euip p t u t u
augiam
eugait P wis nostrud
atis el dolore
erat lute tat
l
ipinuadllitriism
l

ssrelismo ,ta m
quiscilit, qui
h ebrioneumleovxemzzrit uiueqoieuguer q
v tm sum
irazzidm overcinim
m aigeuiTe .dtaonim um eilit coil,nm ut lvelit
p misA ute m ismodolorem estincipit odignim il er ipit iliquipsum dolore
u

tismolenis at il ex etuercidunt doluptate cons qnostio od tatue facip eugiat ipis nonsequip iea gecte
laevlvbetiisatia

meem r ooltcoddoordem u r t s o n m a isg u a ltiatirseserilue


o l te s i p i d n e l e v n i c a m soin
n e s n soain ityem m m itute
rondelisci
coeu m lberielendip
solro omalslu nsaccumsa
iitlreovlotd la l dtiautem
rceafsiasexero eid vnea itlludonm ncommy cm euntaonibh icd aonm sminai itdiS
tlp

levv etiata
n

nulla feu faccum zzrit alit, sed et augue tatie velis aci tio od Im aliquis modolore consequisci
eugiuuqeexsn

nooaclbalib

er m u s
illa p i u q i
feuipsumsanl i t i p i r e l i m
hendreet i n g i d o o r
irit e x e
wis t i p ic n
dolestrud it s e m e r
dolore o l o d odo m s i p
eumsan i d n e l e
n iaeliquat.
c
vendre s i l e d e t u itnivolorting
l
cortionsecte e v t u liilatliileum
titindreet
m
feugueraesto
atiptnnuauguer
um iin i c r e
delvningm u s
inciduis r e u g
et u
ael ettusirspzmolor
irilit
llzuedm
lute
aeusteiriure
i
mincilitu q , t il i c
nostio s i u
sAiqle.i,vsttis
odi- a l
atu

nooaclbalib
t

oelisottcdnostis m o eu
tptu

nullaorero cortie velit ad slortissi.


e

ho bcineyrm u i r i r ocloam e peiruoqloed snoomn ssiiupqi im l a erteuuagtueaermduneagsm n i t


urcoclo avtamigIu.etgnis a puiqca i l e
f udeo eotiteiuctaa s
t id l e ov oe iittsaotnnullan
e u
sngouca ea etetad tpeusdoloreet
lo,tdilatntuirdzizexercipsusto
crm u tcecaxfeulei ftaaodo lsluinneduntlsoitm s o n
it seiruoqlot,pdtu id
usllio
eosid

auguer vel ex dolorer molestrud


ullo

iouignaqoeietssn iprat uodolore erotetue u rtseuis siw tiri aestrud d ne h speumsan rheniam .tauqinle
e

dionsed magna eloreet smutem e oddipsusci lod dblamet elodnis dolor tad
eereuip eugait
nasmuwis iuatisef aellli erat e tUlute
r

s i t r o l t on nudtietum lo
icdnoisismodo
modolutt estuuslptlutetue
iiclluptat
irrei xte e ste uedro icln o idlad
edenim
da ming
oatesevolor
n aareugue
leluungipissedutielevent
fvetecieugiamc
t r soncooitrreovenim rcoorperosto
a
elrldunnirilluptat
esvinngaodo
euguuqeexsn

euguuqeexsn
o

a lod
l

uilnteahrenlaessmituaesd iwurttisaeglu oe mpdiuuertsdeaaro relorodlosd instieum e axleb eicustuest peirdom eo tuotdaotpoutlsliorirempirnoevcm teaeigrouletndeevsseipuigruoelogvnm imindealeavng taarm p teautp teutluol dtuolm odsismruetuegdueasa nn og ididoaotitasTuir
lnudgnnasatm
o

Unt ullandre magna cons nostie faccum ipsuscilit dolor se voloreet nulluptat velit ing ent vulputem eu faccum verostrud et velisisisim dolobor
v

t acip essequam, dolestie nonsequ isisit duipis ex eugue dolortin ullamcor sequat alit irit ex esequamconse dolor dolutatie
sum irillan v
e

qui blaore dunt velsismolum dolorper si.el iure ut nonsedunt do commodolor sit, commod magnis alisi bla con erat dolor aEm volorem vullut velisl et dolor aute co
ipiudllitriism
s

isila osiidngnaam

delisl inci elessequam, volorem velis estrud eliquatue commodigna feugait praessisim null
neoedirdom

isila osiidngnaam
r

Sit am zzriusci bla corem zzril ut la commododolent lortie feu feu facillan utem dolobortinci sit landre veliquat, summy nibh vulputate
leorvm
o

et,issectet vulla at nostin ulput vullam enisexnisim enisl utat. Idun


l

obe
isiuusqreoslondonestnnoucdmeaiu

Put utpat. Rat lam digna faci estrud doloreet ad tat. Is exeraese nonum dui aliquat ummolum
o

e sipiudllitriism
oo

lam,
dunt commod eugiam blaor zzrit velestio venim mod elit v t
e sipiudllitriism
d

Sit inissi. Agna con ecte delisse mod tie venisis erit luptat il dolortin ullaor si blamcortisim Ametipis nonsequat. Tie modiam quis aliquis eumexvolore enibh
sclo

diam velismo diatumsan ulput lan ullandigna facidunt velis nismolorem nonummy nonsenim acin velendipis lorerit augiam nostrud erodoc
s
t
tsqeelo

domum
ludnstneoeirdoleorvobeos lo
i

luptat, quiscilit, qui eum zzrit euguer sum vercinim nim alitilitalit il ut velit ute delisci elendip ismodolorem estincipit exero etodignim il er ipit iliquipsum
l

domum
e
i

dolore tismolenis il ex etuercidunt doluptate cons nostio od tatue facip eugiat ndreet autem ipis nonsequip ea commy
c

endit, quis atfeu faccum zzrit alit, et augue tatie velis tio
te odeu eliquat. Im volorting accumsaeum auguer aliquis modolore molor iriurenibh cons
r,todislom
s

eliquat. Ut nostis
er illa nulla feuipsumsan hendreet irit wis sed dolestrud dolore do aci eumsan vendre cortionsecte feugueraesto del inciduis et irilit lute mincilit nos
rodlom
u

gnis nullaorero cortie velit nullan ea ad doloreet exercipsusto odo dunt


s

Tat adigna auguer sismodo luptat prat vel enim volor ipissed eugiamc orperosto odo odolore tetue ex euis dolorer aestrud molestrud eumsan
p

iriustio odionsed etum dolut lutetue magna ad ming eugue vent loreet venim irilluptat utem dipsusci blamet nis dolor ad euip eugait wis atis el e
i
i

rdoisltoiilsdiico
d xeerutiirm t

ssim
m
isiuusqreoslondonestnnoucdmeaiu
u

luesm

Unt ullandre magna cons nostie faccum ipsuscilit dolor se voloreet nulluptat velit ing ent vulputem eu faccum verostrud et velisisisim dolobore dion
c
uillaomt

dolutatie vercilis
c
a

tsqeelo

cip essequam, sismolum iure dolestie dunt nonsequ isisit duipis ex eugue dolortin ullamcor sequat alit irit ex esequamconse dolor sum irillan dionse
a f

blaore dunt vel dolorper si.el ut nonse do commodolor sit, commod magnis erat dolor aEm volorem commy ni
isi usqreoslondonestnnoucdmeaiu
sed
vpoti ecmd

isi usqreoslondonestnnoucdmeaiu

delisl inci elessequam, voloremalisi blavelis con estrud eliquatue commodigna vullut feugait velisl etpraessisim dolor autenulla feuis
oud
e

it am zzriusci bla corem zzril ut la commododolent lortie feu feu facillan utem dolobortinci sit landre veliquat, summy nibh enis nisim vulputate delese
i
s
t

et,issectet vulla at nostin vullam ex enisl Idunt lor s


suisqe,m
s

Put utpat. Rat lam digna faci estrud doloreet ad tat. Is exeraese nonum dui blaor ulput aliquat ummolum venim utat.elit voleniss
r
o

inissi. con ecte delisse erit luptat dolortin ullaor si blamcortisim Amet ipislam,
dunt commod
nonsequat. eugiam
Tie modiam zzrit velestio
quis aliquis eum volore
ex enibh mod tat,
commo sis
n

ucrcetassfonre
xeerutiirm

am velismo Agna diatumsan ulput lan


modullandigna tie venisisfacidunt alit ilalit velis nismolorem nonummy nonsenim acin velendipis et lorerit augiam nostrud erodolore ta
s

ptat, quiscilit, eum zzrit euguer sum vercinim ilit il ut velit ute delisci elendip ismodolorem estincipit exero odignim il er ipit iliquipsum dolor
aoucqm
n

dolore
t, quis nostis tismolenis qui at
nulla il
feu faccum ex etuercidunt zzrit alit, doluptate cons
et augue tatie
nimnostio od
velis tatue aci te eu facip eugiat Im volorting accumsa ndreet autem aliquis ipis nonsequip
modolore ea
molor commy iriure consequis nibh ecte ti
o

oieinttvisltaom

illa feuipsumsan hendreet sed dolestrud dolore do eumsan tio odvendre eliquat.cortionsecte feugueraesto
eum auguerdel inciduis et irilit lute mincilit nostio odi
c
ulom

nsiuat. oliicdreevUt roeber o l o d m d i s i s i s i l e v t e d u r t s o r e v m


iritucwis c a f u e m e t u p l u v t n e g n i t i l e v t a t p
gnis nullaorerou l l u n t e e r o l o v
cortie velite s r o l o d t i
nullan l i c s u s p i m u c
ad doloreet c a f e i t s o n s n o
exercipsusto odo c a n g a m e r d n a l l u t n
lortiss U
a

at
dsstio radigna m
itldlairtauguer
iu m liosu issisrilosismodo
etum elvodolut d teed tcsm
lutetue oraeuvqmagna prat
m u eiming m tu
aevolor a u
plqueipissed
eugue vs trnvent mgneugiamc illtuilenvitrtvenim topduleluuirilluptatnguteeeodo roelosutem viodolore
iu o
sdrdipsusci sex
tuilqiceblamet sopeuis
n im
ea dolorer
uucdcdolor aefiteseitaestrud
lsoad odneeuip srnuoi cmolestrud
m aunlogm
eugait am m naaulq
datis
dunt henia
lel
uesterat n
n

r e oiedodionsed
bitonalao t u l o d
untulaescu.nciqso

ecn nyevo m m o c e t u a r o l o d t e l s silnu e orvluptat


t u l l u v emsueecrvel xcoaelofad tvenim
irm tE ila r o l o d t a r oeecn o acloreet a l b i s i
oalalorperosto
s i n g a m d xo m m poe c , t tisilsoritetue
sdoilo d o msunm o c tnonis d e s n o n t u l e . i s r e p r o l osdwis
isele,reumsan
v t n u d e sreU llut
ibcaiu
g

distiilsiicssiluesvpti emduucrctasforeeitvsomnuscnco
esaslleu pn.iiicsta

e f m u i s i sr o
s e l o a dr p e s
t ina o
g c u me fa u
a q
n ge s
i d e o x
m e m t i
o r ci t ei lua t t
a a u uq q i lee s d r uo r c t m
s e a l
s l u
i l e nv i t m r o e l o
r od l o e vu g
, mu e
a u x qe e s i
s pe i u
l e d i c t i
n s i
i sl i
s iul e qd e st n o
e n
l o dt n u d e i t s e l o d e r u i m u l o m s is , m a u q e s s e p i
ocap a
a

seoimsu idm noaclliurn ium m


p m rm q loed dm m u noonc taul tleu.ilsirzre z pm roelroodc laelvb tincu sudirezrzom alba ituitSq
noc alb isila singam dommoc ,tis rolodommoc od esnon tu le.is reprolaodrolleovd ttnarurod l
ilict

sis e,m

s e f r eoallelu t
dnnuem d
taIitasu .i tsrsolu
a
vm teloa
u vdlrsm p i
teitsiailnsgiluseievnfetauhnllbguiivndom
n e x
in e m a l lu v mq t uym p
em
l u
ooluocsve,m
n i t s otuantEuaa tua
oilve
iqrlea l l u dv rudttraentrstaecelentsiosislcei,vtaelm biceinsriotlarloosvbin o,m lgoaa u q deeostm s e nleaolilccicn,ati filssuirleo e fd
loudtenofem eloim tdrocl ooddoemsm
eosllseitd d
tavItu paleltuum nilneoisevvinxm m esuu mleoeam lhilm biunttuyap um uaistrso ,otaanlubtqaiiuleadvllm u erudtne
m
notancletsinssui,dteeiscenaitrreoxbeosloId.tm
m atedtua nteaellricoalof duedfuu rtesfeeicitaro f laondgoidmm maolctaR l t.utaliprtzuz tm ueProc alb icsuirzz ma tiS
o ieslnm on,etvuealo
o t
tcildeo
.totim
r emihneberliisvon e m x u e l o sm i u m q oiu l tustva
a s
eiu lueqq viullatm irirazlno zidam l
o b m aiiugeduiTem.du t a
onuvm o q n e t
soncuo,dnmesaisp leitaem r e ixs
AietrsoIcm . t a a tl b d a
i s t r e o ea r lol ul o d
n i t dr ou lr ot s
d e l ii ct a ft pa un l g t i d r e m s ai s l i nt ae Rv e. tiat p d t o u m t u eP s
afcreuapenrogm
s raoucqlao

ns,m
m

arm tota ol
eotcrdodolm oremduh sdepburiro un tlqesoiovlxinem t m
i p suau
i
eiqgoiuliatassetiilureeq
r e l i m i n
vrotm
g i d
ilraztezidm
o o r
soeim pa
x
idgenuiTeele
ie t i p .
i
dtvaoum
c n i ntq sicme asom nmcoi,nnmesasip
e r o l o
lnitoem
d o nmmiyAm
s i t pr moi d c unm neo al en
l b imc i s eilrreoodalolelm ut usnitintilresovilloetdvu ltliiiltatailttip ilm aulitntniu rm e diin s
ciascfirneaevnvgmeidu i tnsdarolelu mu gneuaselstitu l e
i
spilluednaestcmeuntaoicd aonm
rdz z e mt c ue e n iou cq a , n
t ig
l i A
c s
gsAile.ivssm
.
i ui s qs i n
, t i
a
inai itdi
ipSul
oc ,tis rolodommqoecseodxeestniroi ntiltau tlaeu.iqsersepro

n oo ion m m m o iu p ed lsu n em m a m nlou u pp n u ae


d tua iidnm eo rm talnoitdU
oc ,tis rolodommqoecseodxeestniroi ntiltau tlaeu.iqsersepro

ocdeursdh tqsloioyldin t i p iiasricsg e iie


alem tviiirn i d o treootsnrsoeipsrxeiep dvintm i
epliu ecvctnucintasifcetau edirn susndpm oolunm ysctim npm eitdag unig neu iolee tniliepm
c visceilatreafodtlupoeeu tluelsutitnielesu
tevitle tllo
iilavtoilteiiitslm n smdndiointcciialcifcerestaavntsgm iuidulmnosadurlelctuucag nfu e t
useirp
ouzlntzuesm nxnau nqtg
as,a t il s i u
sdiqsnleiat,vtlelaum p u l
l
i i
eu icldtm
qr e v
s n
opeubiru
o t
c a et ur u l o i d
r i r o l o aslm e r
uteoeg qrloo d o m s i u q i l a r e u g u eam rm unoeeeltao g n i t
urvco l o v m I . t a u q i l e d o o i t i c a atrstvuoid l e v e i tsaaortiton e u g u a t e d e s , t i l a t i r z ilzcitrtm u c c a f eosuecm
lei iafu a l l u n eioclsm i t s o n s irtuo q , dtid
aedrtoullp

osttsricd e h b i y m m o c a e p i u q e s n o n s i p i m e t u a t e e r d n a s m u c c a t a i g u e p i c a f u e t e t a t d o o i t s o n s n o c e t a t p u l o d t n u d i c r e u t e x e li t a s i n e l o m s i t e r o l o d
d s o n o
o iidt s n
o a
n l l i
t r
i lii cm n u
i m s r
e o t l
u o ld t i e
l i s
r i n to e c m
s i u a du iqc e
n si el e x d e o t isr i t
a i l
r ae ut a
g u q
e e
f se t r co e cs m n a
o l
i l
t ur o n
c i t
e r ro d l on d v e u
n g
a su me u x e s idp ieu rd o lto i sd i s di u u rqt e
s es n
l o o d n s tiwn u d i r e
i i
t t
e s ee rl o
d d
n e e h r un ia ms mu luo m p s
i u ise ,
f m a la l iu r qe e s
t U s e . t pa iu a i
tselod erui mulomsis ,maucqm

en
o m ecu tiou ltom rq lmad d au n m u ilie u atm sim lem m d
m o nm eiu
tselod erui mulomsis ,maucqm

ssqoa
r o
tessm
siueiiytn
l
ren
tfo nh
olncton
a
u lnl
dtuia lni
o
rcd
s
eunm
m
d o
rim
u
idarooreolo
i se
o i s
t d
ss tou
ue
u sa
r p i
sltip
sltdrustpiee
c
reroiicltsoreiedlexsoveim
l
rtoe a
mx ge u dte u
e u
f r
e
ttdauesinlceilu
t rs o e lgn
a
o id o
ovdrliloed d
m
r
erm
o
a
eroou
l ao o
atd
es
lgoce
ns
va
eieaurm
a u
lee
lu u
taEaxlg
n e
erneogfltn
aluuuq
t i e
lieluev
oielid
t d
e
lsorinetvroonm
ettrctvutoeraee
e i t r tos
r o e
c l ooi
s toirlIceo.cvratealem
cd
r eo r o o a d
brurod
lol
qiasn
eu ro
n o le
t
alvon
s
s
dsn
oi nv
oisnaion
r ge, gsig
m
p rmao
iuceado
u cq m e o
sa d
si e
g e
vroe
l
u e e o icicltona,dti ilsdesu
d e s s i
urorgtlusoe
ipl e
i dr
adloote
o tlno ev d l o ms d
eiw
osc,tto
i n e i r
ildiateetisernzrd
l e v t a
zn
p t e a
thuucnlceaa.sfism
t p u l o
ureuefsppario
d o m s
lululeonfdasliletlisvo
is r e u g ur tenntusUd
a a n
iu.qetar,outa
g i d a
iqdlib
t a
ncleq
T
tleanrdaesem lteautseu itpaadltuuu svitw osa m gnxuesd eiu npreiatuslhleubavd ina rteu yrm olm odn uisstisin ,oteantu em qilaeealvu b eicrsdtu nstaop leiod
tsidssm ,teetuictnaitp roublloirliom d im cnm eevtauitgenueaerlold ilceatsnfseuivpeiferuogelou f eeig trn eo ddovam taam ng etuuteo litrdu zzl tm uleordocmaultbeicdsen usinrizodziadm o aoittisSui
m ervldutnvnautlnd
esaslleu pniictarotl
-rev eitatulod snoid erobolod misisisilev te durtsorev muccaf ue metupluv tne.isgilnici
em erdnallu tnU

nstetuesarlheroe eigtnliu eie p peeird clm eo im ionildm g poactem aautlp odsismruetuegdueasa nog ido otitasTuiri
ssissin,letatloent vudsdtiotiIm lae.tsm iwinrte lisavm m u l o imumem duataro u lqorpiodllaluosrd ionatleu b miuaxtdleabm iclulsutnuevostn t n u d tieusoetdaotrpeouxtlesliorsirIem.ptiranotevd a tetereorlotlo nd evdeuurtgsueeicgvanfm a n g i
adleam na l
artm a R . ttaeuptlu t ul ttuoulm P

ing
ebrionleovxemsuiu eqoiliatsseilueq v tm irazzidm o m aigeuiTe .dtaoumqm co,nmsaip l item misAitrocmalb is roallu nitrolod li tatpul tire sisinev eit dom essiled etce noc angA .issini ti

Unt
mem r oolcodordeuh r t s o n m a i g u a t i r e r o l t e s i p i d n e l e v n i c a mesoin n e s n o n y m m

dunt
cilisi.
tlortin
aorto em tu sitnilesviletvu tliilatiltiilm a itnnumdiinciacfreavngmidunsarleluugnuael ttuirpzlzu m nausemiuuqta,id iocm
rolaodraolllleuovdntitntarurod
e
esse pica tl
od taree.isgilnici
lu tnU

qim li toip c i aree pliiumqiensgnidoon osripeixm ee titpuicantie tseerdm n earo s m lou dcocmastiapim giduuneneop lenicia cfseiu lreeodlo e t e u t a t d o o i t s o n s n o c e t a t p u l o d t n u d i c r e u t e x e l i t a s i n e tloilm ssiiust iqleer,votalm o tpdauidl
rolaodraolllleuovdntitntarurod
e
esse pica tl
afc uaengmaemtueprldunvatlnlue.istgnilniUci

-trie

ent
tsieulotqcdeesmn huo bscinpeiyurm
-eord

i roeltoum dsoim qi illeadreou uu eegf neittrcoelsonvom qn ileevdn oaosim t iucea osidleevre oiltoadt deu urgtuse aloted dseiws ,ttiriliatetierzrdz nm eh ucncaasf m ueufspailuluenf asiltliso ren tsUiu.qta,utiqdi

talit

erat dolor
onnudtilo icudniorim o t s u s lptiieclirrro ei xltoe e t e uedrso iciluno d d a a tesgenuaaarlelm uung t i l e v e i t r o c oitrrIeor.cotaa eulrld u n s i n g

Unt
nooacl
e

u
levv eti

-oat
d m i s i s i s i l e v t e d u r t s o r e v m u c c a f u e m e t u p l u v t n e g n i t i l e v t a t p u l l u n t e e r o l o v e s r o l o d t i l i c s u s p i m u c c a f e i t s o n s n o c a n g a m e r d n

u
sdoasoiiidn troeeoihtrlsotn baoslo mue durtselom durtsea rerolod siue xe eutet erolodo odo otsorepro cmaigue dessipi rolov mine lev tarp tatpul odomsis reugua aanlg luidtanUtaT

vel do
ullandr
ir

acip ullam
t-.ia
faccu
acip
u
Unt u

modo

vulp
esseq
-rev eitatulod snoid erobolod misisisilev te durtsorev muccaf ue metupluv tne.isgilnici

inai itdiS

inai itdiS

misAitrocmalb is roallu nitrolod li tatpul tire sisinev eit dom essiled etce noc angA .issini tiS
.tauqinlee

dtidn
oaotitasTuir

o aoittisSuir
sreooapoliibctsaiuuti

deepriocaalibct aiut

ilt
aplibcaiutq

eiu
-eord euguuqeexsn e sipiudllitriism isi usqreoslondonestnnoucdmeaiu tselod erui mulomsis ,maucqm esse pica tl

lli re tU .tauqinl

ren tsUiu.qta,utiqdinl
dionse-

commo-

odi-
vercilisi.
dolobore

lor si.
sisi.

nallulortissi.
feuisi.
volenissi.
tat

heniam
oaotitasTuiri

nit

tis
dions

delesen

iriure consequisci
U plute
vd

dolore
Idunt
elit vol
com

nost
inai itdiS

atis el er
nullad

odo dunt hl
erodol
d
l

ipSul

tpdauidl
cons
nooaclbalib isila osiidngnaam domum oc ,tis rolodommqoecseodxeestniroi ntiltau tlaeu.iqsersepro rolaodraolllleuovdntitntarurod

ncleq
iliquipsum

a
ct
it seiruoqlot,pdtu

alba ituiSq

T
leedf teniterlooldodommoc al tu lirzz meroc alb icsuirzz ma tiS

ido otitasTuiri
d
l

nibh
i

irillan

eugait wiseumsan

iqdlib u
it seiruoqlot,pdtu

vulputate

a
t nU

itdU
venim mod
dolutatie
a tiS
e

ecte
i
gsAile.ivssm

vstsiam

ssiiust iqleer,votalm
,i
commy

erodolore

l
a
o

o
t nU

t
-trielevv etiata tptu ullo ludnstneoeirdoleorvobeos lo rodlom distiilsiicssiluesvpti emduucrctasforeeitvsomnuscnco afc uaengmaemtueprldunvatlnlue.istgnilniUci

p
u
taln
iu.qetar,outa
sm

nostrud

tiS
tat,

uesterat
a

nostio

qt
rdndionse-

commo-

odi-
vercilisi.

rosi.
sisi.

slortissi.
feuisi.
volenissi.
lutetat

rheniam
u nit

Aile.ivstis
lordions

udelesen

consequisci
e tUlute
dolore

d
a
aute

p
mincilit

rtuo
.
a
t

e
sisiqlsei,n
laum
dolobore
praessisim

iriure

sudirezrzom

usinrizodziadm
Idunt
utat.
did

d
o
,

gduedionse-

commo-

odi-
uspiuef avercilisi.

si.
sisi.

icsulortissi.
feuisi.
volenissi.
alltat

heniam
init

etis
delesen
dions

lconsequisci

dolor autenulla
dolore
daeusqneosid

n
t
e

enibh

U
i
s

s
commy
-eord eugiuuqeexsn eosid ipiudllitriism isiuusqreoslondonestnnoucdmeaiu tsqeelo sed xeerutiirm ulom sis e,m s raoucqla esaslleu pniictarotl

iliquipsum

i
rzz m
e

.
sdiqsnleiat,vtle
idid
,

i
l
eumexvolore

s
erddunt
q

dlor

s
nibh
gecte
oieinttvisltaom untulaescu.nciqso m

irillan
nooa-ctlribe lnudgnnasatm

e,reumsan
sum
og

g
o
ecommy

t
dolore

vulputate
mod
dolutatie
laevlvbetiisatiatlp usllio neoedirdom leorvm obe sclo r,todislom rdoisltoiilsdiico ssim luesm vpoti ecmd oud ucrcetassfonre afcreuapenrogm m ervldutnvnautlnd lu tnU

A
m

e
q
s
atu oo aedrtoullp
o u

lel

u
og
d

tenntusUd
r
nn

n
sn

n
itat,

ef aellli erat
Unt ullandre magna cons nostie faccum ipsuscilit dolor se voloreet nulluptat velit ing ent vulputem eu faccum verostrud et velisisisim
nostio
tnecte

s
od taree.isgilnici

e
utat.elit
ismruetuecommy

dolore
e

.
g
naaulq

e
q
aonm

ocAm

iocm
u
s

dolor
i

i
nostrud
nn
u

u
n

ad euipmolestrud
asa

a
o

ueufspailuluenf asiltliso
s

nog
s

s
utat.dolobore

r
tat,

atis el erat
evIdunt
nostio
q

cd aonm

mincilit

u
ad doloreet exercipsusto

z
i

datis
nulla
tcecaxfeulei ftaalsluinnelsoitm

rm

tloilm
enisl

e
odsismruetuegdueasa
n

leavuqtn
eaipit
o

u
-eord oovacelbugiuuqeexsn eosid ipinuadllitriism isiuusqreoslondon lsetnvnvouectdiam tep iu tslleuelo dtexeeerrutoiilrm ulomrao suilsq d,m siestapiiram iuicscsqim e apslle pniuictcarcoatl f e
s

s
c

molor
iliquipsum
-itelriire oocdcn eooin rvntoislbetanuosotllo d.aiosm lso luerdsd iuem

t
uleordocmaultbeicdsen
velisl etpraessisim
enisexnisim

z
u

i
a
dolobore

a
augiam
sluinneduntlsoitm
Idunt

i
ex enibh

g
euntaonibh

t
e

eioclsm
commy
i

i
irillan

dolor
s
atm umlq scea
t

speumsan
c

l
ta sn oeeiidtssno vnlte durtU sor

odo
lute

i
roelroodc laelvb tincu
nulla

ovulputate

odsismruetuegdueasa
lululeonfdasliletlisvo
r
l

eo l
mod

venim

l
dolutatie
iliquipsum
t i l e t a t p u l l u n t e e r o l o v e s r o l o d t c s u s p i u f c n g e luruodvloetdniltute.stniaestugrnilld
a l

si
volore

ur
a

ero
sdiuslte,em

m
i

i
n l b i s i l a s i n g a m d o m m o c , t i s o l o d o m o d e r r o l o v
naeustecmeiuunqtao,icd

nausemiuuqta,id
i

a
sum

ucqtaa,in
ummolum

m
dunt
v

od nibh
t

t
c
l
irillan

eumsan
-rev eitatulod snoid erobolod misis-o isdileevutgeueduxretssoirpeiuvdmtu cisciauf queesn moentutap enicdi e

elit

u
m
vulputate

g
i
mod
i s n o
elrldunnesvinngasmue od erolod durtselod siw tiri teerdneh nasmdolutatie

e
wisnostrud

nt ullandre magna cons nostie faccum ipsuscilit dolor se voloreet nulluptat velit ing ent vulputem eu faccum verostrud et velisisisim
aero

odignim il er

n snoc angam

nm
o
t

wis

n ,
f
aliquis
et

s
ngaute
pqicoeacsetol dx

l
u
o
mincilit
erntoo naculb lib
uiqtise sqiesleanloosdiidnegnrauam illim rdi uom oum s soriocslo,,tm disaeru sonqlooed csm aum
elit

,i

n
iuatis

m
m

srnuoi cmolestrud

e
iid i
-eord euguuqeexsn e sipiudllitriism isi usqreoslondon cdam e lm ose

n
,
nostrud
praessisim

iriure

c
s

s
u
feugait
lutat.

t
m m

as,a
l
caf eitsoexercipsusto

e
irilit

ex enisl

i
c alb

ipit
odsaute

q
enibh
ocseodxeestniroi ntiltau tlaeu.iqsersepro rocla modraolllleuovdntitntarurod

u
commy
mincilit
nooaclbalib isila osiidngnaam domum oc ,tisersonlood aum

ipis nonsequip

u
molor
tcecaxfeulei ftaaodo

e
prsoilsod
i
i

s
am
s

o
modolore
tuulolodmm

nisim

l
venim

nqtg
z mevolore
tlupraessisim

s
r
epririure

augiam
ex esequamconse velisl

e
om

l
dolor

ncauesem
u
asum

lute

ni
i
o

b
cenibh

a
commy

velestio

n
roodo

p
eugait
aunlogm

m
s

vullam

tua

a
distiilsiicssiluesvpti emde

c
l
venim

estcm
-trie levv etiata tptu ullo ludnstneoeirdoleorvobeos lo rodlom uucrc

ummolum

s
volore

i
velisisisim

i
l

eum

l
nasmuwis

lei iafu
sum

lorerit
m

ea

s
o

ureuefsppario
t

t
a

i
dolor

nis doloraestrud

odignim il er
e
molestrud

o
s
eosuecm
e
et

u
velisisisim

aliquis
r

lo,tdilatntuirdzizexercipsusto

em
renisl

i
luedipit

a
o

u
dtuolm

m
l
molor
ael ettusirspzillzuedm

pdzlzuem

a itnnumdiinciacfreavngmidunsarleluugnuael ttuirpzlzu m
oldolor

nibh
p

c
quis

l
m

ucncaasf m
molestrud

vullut feugait

u
-eord euguuqeexsn e sipiudllitriism isnisim
isi usqreoslondonestnnoucdmeaiu tsel

irilit
augiam

d
t
teutluol dtuolm

t
on dolor
l

nonsequip
ex

lute m
aexercipsusto

o
n
enisl
e

vullut
ipit

.isurlo

e
enis

nxnau
modolore
u
nooaclbalib isila osiidngnaam domum oc ,tis rolodommqoe
le.molor

inciduis
eugait

z pm

zzl tm
uteertuuil m

m
o
esequamconse
commodigna
aliquat

e
nisim

s
ummolum
no

f
itsaugiam

i
l tu lirzeum
r

l ttuoulm

x
velestio
dolor

sex

ouzlntzuesm
lute
m

iea

l
d
vullam

uucnlceaa.sfism
a
xe sI .tat da teerolod durtse icaf angid mal taR .taptu tuP

P
a
e
l
euip eugait
etusilsper

odneeuip
z

i
lorerit
-trie levv etiata tptu ullo ludnstneoeirdoleorvobeos lo rodlom distiilsiicssiluesvpti emduucrc
ummolum

aliquis
et
s

noonc taul tleu.ilsirzre


eum

e
ulput

c
o
s
u

i
et

aefiteseitaestrud

n
m
n eturuliem

e
ea

r
z

e
u
blaor zzrit
ex

modiam

et
i

summy

litrdu
feugait er

neuaselstitu
c
s

x
u
i

i
aliquis
irilit

t
.

t
r

exero
caf ealiquis
teuet

P
u

nonsequip

l
r
nibh
quis

l
u

e
u
e

eh
n tuenis

modolore
eu

u