Mathématiques  - 

Colle no  — Arithmétique. Nombres réels

Lycée Charlemagne – PCSI

Exercice . Le petit Vincent, revoyant son cours sur les nombres réels, ne comprend pas pourquoi l’intervalle [0, 1[ n’admet pas de plus grand élément. Selon lui, le nombre réel 0, 99999 . . . ferait bien l’affaire ! Que lui répondriezvous ? Exercice . Soient A ⊂ B ⊂ R avec A = ∅ et B bornée. Montrer que A est bornée et comparer les bornes inférieures et supérieures de A et B .

Exercice . Man finde Teilmengen A, B ⊂ R und eine stetige Bijektion f : A → B , so dass f −1 nicht stetig ist. Exercice . Voici un grand classique. . Démontrer que la fonction indicatrice de Q, définie par 1 si x ∈ Q ∀ x ∈ R, fQ (x) = 0 si x ∈ Q,

n’est continue en aucun point. Exercice . Simplifier l’écriture de
n 1

1 2 , n n

.

. Démontrer que l’application f : x ∈ R → x2 fQ (x) est continue en 0 (et même dérivable en 0), alors qu’elle est discontinue en tout autre point.

Exercice . Exercice . Soit n 1. Quel est le reste de la division euclidienne de 22009 par 7. Exercice . Déterminer tous les entiers n ∈ N tels que n + 1 divise n2 + 1. Exercice . Montrer que pour tout n ∈ N, n2 divise (n + 1)n − 1. Exercice . Soient a b. Pour tout λ appartenant à [0, 1], on pose Exercice .

. Un peu de Mathématiques domestiques : une commode à n tiroirs contient n + 1 chaussettes. Que peut-on en déduire ? . Soient x1 , . . . , xn+1 ∈ [0, 1]. Prouver qu’il existe deux entiers 1 i = j n + 1 tels que |xi − xj | 1 . n

aλ = λ a + (1 − λ) b et b λ = λ b + (1 − λ) a. . Positionner ces deux nombres sur le segment [a, b]. On distinguera les cas λ 1/2 et λ > 1/2. . On suppose a et b positifs. Montrer que pour tout réel λ ∈ [0, 1], Ô √ √ √ a λ + bλ a + b.

Èn On considère la suite an = k! pour tout n 1. k=1 Est-ce que, à partir d’un certain rang, tous les an sont divisibles par 9 et non-divisibles par 27 ?
Exercice . Montrer que tout nombre naturel non-nul n possède un multiple qui fait intervenir tous les dix chiffres (en écriture décimale).

www.mathoman.com

puisque les intervalles sont de longueur 1/n.1 n £ ¢ = 0. n n = ]0. La notation 0. La seule définition raisonnable de 0. Pour tout x appartenant à A ⊂ B . . 9999 . n+1 n+1 donc sup(A) sup(B ). . . = 1 − 1/10n Ainsi (un )n∈N converge vers 1 et donc Solution . . donc A est majorée et M est un majorant de A .1 . puisque cela est vrai pour tout M ∈ MB . n 1 Bn+1 = Bn ∪ = = Puisque le premier intervalle de la réunion est ]1. Soient I0 . Solution . 1[ . On conclût que 1 2 . Alors 1 2 . Puisque ces n intervalles recouvrent [0. 9999 . Nombres réels Lycée Charlemagne – PCSI  . . n+1 n+1 1 2 ∪ . Il y a unicité en général. . . . I1 . 1 . 999 . n+1 n 2 Pour tout n 2 on pose n Bn = k=2 ç1 2ä . 0 |xi − xj | 1 . . 2[. Ik = . Soit M un majorant de B . il existe nécessairement i = j et k tels que xi et xj appartiennent à Ik . n n = ]0. . 9999 . n n n→∞ n 2 1 . Remarque – Tout réel admet un développement décimal.mathoman. on prouve que inf(B ) inf(A).com  . C’est évident pour n = 2. 2[ il suffit de prouver que 1 2 . Il existe bien-sûr un tiroir qui contient au moins deux chaussettes. Solutions Solution .Colle no  — Arithmétique. . on a x M. 214. . . . 1] et qu’il y a n + 1 nombres xi . 1[ ∪ ]1. Or. = 214. on a MB ⊂ MA . n www. sauf dans le cas où il s’achève par une infinité de 0 ou une infinité de 9 (il admet alors exactement deux développements décimaux). Par exemple. . n n = lim Bn = lim n→∞ ç ä 1 Montrons par récurrence que ∀ n 2 on a Bn = n . . 9 nfois. k k La dernière égalité ci-dessus vient de l’encadrement 1 2 1 < n < n+1 < 1 qui se vérifie facilement en mulin+1 pliant par n(n + 1). est ambigüe. Notons MA et MB l’ensemble des majorants de A et de B . est d’être la limite de la suite de terme général un = 0.1 . In−1 les intervalles définis par æ é k k+1 0 k n − 1 . 1 . . certain rang n 2. 54574999 . un = 1 − 1/10n 9 9 9 + ··· + n = × 10 10 10 1 − 1/10 0. 54575. Supposons l’égalité vraie à un Solution .1 n 1 . = 1. . . Nous allons montrer que 1 2 . En raisonnant de même avec les ensembles de minorants.

 Solution . Es klar. x −→ x x−1 wenn 0 x wenn 2 < x 1 3. Ô a λ bλ √ ab. b]. ◮ Deuxième cas : x0 est rationnel. cette fois encore. on a effectivement P (aλ ) 0. Aber die Umkehrabbildung ist nicht stetig. Après tout calcul.x + o(x). il existe une suite de rationnels (qn )n∈N qui converge vers x0 et par conséquent.le segment d’extrémités aλ et bλ est contenu dans [a.com  . . Comme fQ est bornée. ⇐⇒ (2λ − 1)(a − b) 0. alors fQ serait aussi continue en x0 . n→+∞ fQ (x0 ) = lim fQ (zn ) = 0. Es sei f : [0. On remarque que. la fonction f n’est continue en aucun autre point que 0. dass f eine stetige und bijektive Abbildung ist. b]. il existe une suite d’irrationnels (zn )n∈N qui converge vers x0 et. par convexité des intervalles. donc fQ (x0 ) = 1. 2 λ 1 . x2 donc fQ n’est pas continue en x0 . donc fQ (x0 ) = 0. c’est-à-dire soit encore a λ bλ ie ab.mathoman. a+b 2 bλ ⇐⇒ a+b . donc f est continue en 0. le segment d’esxtrémités aλ et bλ a le même milieu que le segment [a. Essayons de positionner les deux extrémités par rapport à ce milieu. Si f était continue en x0 . ◮ Premier cas : x0 est irrationnel. au voisinage de 0. Cette fois. denn lim f −1 (x) = 2 = 1 = f −1 (1). Soit x0 = 0. Notons f (x) = x2 fQ (x). dérivable en 0 et f ′ (0) = 0.Colle no  — Arithmétique. fQ (x0 ) = lim fQ (qn ) = 1. f (x) = O (x2 ) = 0 + 0. 2] . . Nombres réels Lycée Charlemagne – PCSI  . 3] −→ [0. b] et puisque aλ + bλ = a + b. 2 avec P (x) = −x2 + (a + b)x − ab = −(x − a)(x − b) or. Soit x0 ∈ R. n→+∞ donc fQ n’est pas continue en x0 . 1] ∪ ]2. puisque la fonction x → 1/x2 est continue au voisinage de ce point et que fQ (x) = f (x ) . ou encore . x→1 > Solution . ¢ £ aλ a + b − aλ − ab P (a λ ) 0 et puisque a − b aλ Dans ce cas Solution . l’inégalité est équivalente à Ô √ aλ + bλ + 2 aλ bλ a + b + 2 ab. on aboutit à l’équivalence aλ a+b 2 0. Par conséquent. Par densité de Q dans R. 0. puisque aλ ∈ [a. www. . Après élévation au carré.

Solution . De plus. Solution . De plus. Soit d le plus petit entier tel que dn dn − n = (d − 1)n < 10k Par conséquence 10k Or d’après (∗) on a 10−k n < 5 · 10−11 .com  . Nombres réels Lycée Charlemagne – PCSI  . Comme les premiers dix chiffres de 10k a et 10k a(1 + 5 · 10−11 ) sont celles de a on en déduit que c’est aussi le cas de adn. Oui ! On calcule a1 = 1 a5 = 153 a2 = 3 a6 = 873 k=1 n k n k   ¡ Dès que k 2. et puisque pour tout k k! est multiple de 9 on déduit n a8 = 5137. 10k > 2 · 1010 n. le reste de la division euclidienne de 22009 par 7 est 4. n2 divise nk . On peut donc affirmer que an est divisible par 9 et nondivisible par 27 pour tout n 8. Comme 0 4 < 7. ∀n 8 an = a8 + k=9 k ! ≡ a8 ≡ 0 mod 27. On utilise la formule du binôme : n 2 étant notoirement non nul. Ainsi 10k a adn < 10k a(1 + 5 · 10−11 ). (n + 1)n − 1 = Solution . a3 = 9 a7 = 5913 a4 = 33 a8 = 46233 6 la factorielle On a a5 = 9 × 17.Colle no  — Arithmétique. dn < 10k + n. 10k . Ainsi dès que n 2. n + 1 ne divise pas n2 + 1. Prenons un entier k (∗) 11 tel que En multipliant par a := 1234567890 on trouve 10k a adn < a(10k + n) = 10k a(1 + 10−k n).mathoman. 5 an = a5 + k=6 k! ≡ 0 mod 9. 2 est le reste de la division euclidienne de n2 + 1 par n + 1. n ∀n On calcule Solution . 2009 = 3 ∗ 669 + 2. 1 est le seul entier n tel que n + 1 divise n2 + 1. On remarque que 23 ≡ 1[7]. Solution . Donc 22009 ≡ 22 [7]. n = n donc n2 1 divise tous les termes de la somme précédente et donc divise (n + 1)n − 1. www. Soit n ∈ N∗ . 9 Puisque 5137 n’est pas un multiple de 3 on en déduit que a8 n’est pas un multiple de 27. On écrit n2 + 1 = (n − 1)(n + 1) + 2. D’autre part pour tout k 9 la factorielle k! est multiple de 27. Ainsi dn.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful