Vous êtes sur la page 1sur 13

le big band café présente

e d i 3 j u i l l e t
vendr doh erty
peter winston
ie
charl arthur h
i
mogwan
cocoo .
c
dub in
n
coltma
hi t i 80 | hugh e dodoz
ta m ore | th estra
tr e
ain | rch
porcel ter digital o
pe

i 4 j u i l l e t
samed goss ip
s o n m raz
ja gins
t h e v i r
ayo
nes
bb bru ton
s o f b rix
gun | kar
a
kw
s kies e
the lan léa narrativ
zoé | red
| li
k e s heroes
où é a
cornfl
www.festivalbeauregard.com
infoline 02 31 47 96 13
programmation | en un clin d'oeil
vendredi 3 samedi 4
juillet 09 | ouverture 15:00
1er concert 16:00 juillet 09 | ouverture 15:00
1er concert 16:00

scène 1 scène 1
peter doherty the virgins


charlie winston jason mraz
arthur h ayo john
Le festival beauregard, au
printemps 2009
cocoon gossip départ une illusion, une vision portée par
le Big  Band  Café et la ville d'Hérouville
dub inc. bb brunes Saint-Clair, puis un regard posé sur un site majestueux, un parc aux arbres
mogwai guns of brixton


centenaires, dont les ombres cisèlent un château à l'architecture raffinée.
Dans cet écrin, un kaléidoscope d'artistes uniques,  aux  facettes multiples
scène 2 scène 2 qui  aiguisent nos sens et nous transcendent. Multitudes de regards enfin,
porcelain où é zoé ceux du public, tendus vers la scène, acuité visuelle démultipliée pour vibrer,
tahiti 80 cornflakes heroes respirer et vivre aux rythmes de la musique et croiser d'autres regards, d'autres
univers, d'autres horizons...
hugh coltman red
tremore the lanskies L'alchimie est là, à la croisée de tous ces regards...
the dodoz karkwa
peter digital orchestra liléa narrative

2 scènes
24 groupes
EDITO
-stop de 16:00 à 03:00 par John Beauregard
musique non
Beauregard… Le château de Beauregard, avec son style baroque mélangeant gothique et Renaissance, vaut déjà
le coup d’œil. Allez, un peu d’histoire : le domaine, propriété d’un armateur du Havre, fut achevé en
1864, avant de subir d’importants dégâts pendant la seconde guerre mondiale et d’être récupéré
et oreilles fines par l’État. Il a été racheté par la commune en 1977 et est devenu depuis le théâtre de fêtes et
manifestations sporadiques. Dans le parc il y a même des sculptures d’animaux, sangliers, chiens
C’est le menu proposé par ce festival pas ou scènes de chasse. Pas banal comme cadre, pour un festival ! Magique, même. Les amoureux
ou les familles qui adorent s’y promener le week-end, vous le confirmeront…
comme les autres, sis en plein cœur de la
Normandie, aux portes de Caen. Mais je bavarde, et j’oublie l’essentiel : la musique ! Deux soirées de rythmes et d’harmonies, de
Vendredi et samedi 3 et 4 juillet, une 16 heures à 3 heures du matin, réparties sur deux scènes, un grand espace couvert dédié à la
vingtaine d’artistes et de groupes détente, un village... Demandez le programme, en vrac : vendredi 3 juillet, Peter Doherty, la
nouvelle icône du rock british, viendra prouver qu’il est bien un authentique songwriter (comme on
internationaux, parmi la fine fleur de la dit là-bas), dans la lignée des grands ancêtres Beatles ou Kinks. Charlie Winston, clochard
musique pop-rock, s’ébattront dans un parc céleste et soul, fera résonner son blues branque et jubilatoire, notre national Arthur  H,
de 23 hectares, au pied d’un magnifique crooner fantasque et fantasmagorique, proposera son nouveau show aussi délirant que
château du XIXe siècle.
ache dansant (non, désolé, y’aura pas Madonna), et Cocoon, révélation pop-folk de chez nous,
Un cadre exceptionnel pour un festival
partie de cache-cr 2008 vous fera sortir de votre cocon avec ses harmonies vocales à faire frissonner les nostalgiques
beauregard | hive
unique. Champêtre et électrique, actuel et de Simon et Garfunkel. N’oublions pas la pop limpide de Tahiti 80, le groove jazz-blues de
historique. Hugh Coltman, les vibrations ragga de Dub Inc., le « post rock » expérimental et Arty des
écossais de Mogwai ou le son racé et nerveux des surprenants Dodoz.
Le lendemain, samedi 4 juillet, ce sera au tour de Jason Mraz, ménestrel folk-pop
aux ballades sensuelles et fruitées, et d’Ayo, diva enchanteresse au folk-soul métissé
d’influences africaines, entre les prestations énergiques de B.B.  Brunes, bébés rock

“ Moi, John Beauregard, qui jouent désormais dans la cour des grands, et The Virgins, nouvelle sensation new
yorkaise. Ajoutez à tout cela les ballades sombres au blues poignant de Red, les mélodies
natif de Caen et grand amateur de sons d’aujourd’hui, j’attendais planantes aux harmonies quasi-symphoniques des québéquois de Karkwa, le rock
ça depuis des lustres  : un festival made in Normandie, qui permettrait à des endiablé de Gossip, ou la fiesta électrisante des Guns of Brixton, et vous n’aurez
milliers de spectateurs, locaux, nationaux ou internationaux, de goûter aux encore qu’une vague idée de ce qui vous attend.
charmes de ma région tout en savourant la musique que j’aime. Pensez, si
notre bonne agglomération caennaise dispose déjà d’un Zénith et de plusieurs J’allais oublier : les groupes et artistes locaux seront eux aussi de la fête, avec
Porcelain, Liléa Narrative, Peter Digital Orchestra, où é zoé,


salles de concerts (dont le fameux Big Band Café un des lieux de prédilection
pour les musiques actuelles), c’est la première fois qu’elle pourra s’enorgueillir cornflakes heroes, tremore ou The Lanskies.
d’un événement de cette envergure : deux jours de musique, de paix et, pourquoi Bon, alors rendez-vous là-bas, sur l’herbe tendre de Normandie. Vous me reconnaîtrez
pas, d’amour (je sais, le slogan n’est pas de moi), à l’ombre des grands arbres facilement, j’ai une bonne bouille ronde et je suis habillé tout en noir. Et, surtout, tout le
du château de Beauregard, dans la commune d’Hérouville Saint-Clair. En plus, monde le dit, outre de bonnes oreilles, j’ai un très beau regard…
pas difficile à dénicher : si vous venez de Rouen, de Cherbourg ou du Havre, c’est
B e a u re g a rd
environ à une heure de route ; de Paris ou de Rennes comptez deux heures, et pour
nos amis belges ou britanniques, doublez la mise. John
au cœur de la normandie, dans l'agglomération de caen,
le château de beauregard
est situé sur la commune d'hérouville saint-clair
le site
John Beauregard nous en dit plus... La propriété, sise sur le fief de Colbert, fut acquise
par un (forcément riche) armateur du Havre, Jules Nicolas Lecesne. Construit dans le style «troubadour»,
un parc de 23 hectares aux portes de caen
à 10 minutes de ouistreham porte d'entrée de l'angleterre avec le ferry
typique de l’architecture normande du XIXe siècle, le domaine fut achevé en 1864, avant de subir d’importants au bord du canal de caen accessible en ferry
dégâts pendant la seconde guerre mondiale et d’être récupéré par l’État. Devenu colonie de vacances pour
l’ORTF (sic !), il a été racheté par la commune en 1977 et est devenu depuis le théâtre de fêtes et manifestations des accès routiers aisés
sporadiques. Dans le parc (qui a subi quelques dommages pendant la tempête de 1999, mais pas assez pour autoroute A13 paris | rouen à 5 minutes + autoroute A84 rennes à 10 minutes
venir à bout des magnifiques arbres centenaires) il y a même des sculptures d’animaux, sangliers, chiens ou
scènes de chasse. une capacité d'accueil de 30 000 personnes
un chapiteau de 800 m2 dédié à la détente
un village partenaires / prévention
cherbourg 1h15
le havre 1h00
une programmation internationale variée et de qualité deauville 0h45
des artistes plébiscités par le public et la critique
une municipalité investie dans la réussite du projet
hérouville saint-clair
un lieu unique + une situation géographique idéale
rouen 1h00
le parc du château de beauregard
caen
paris 2h00
rennes 1h40
le mans 1h40

nantes 3h00
château de beauregard
15, ancienne route de ouistreham
14200 hérouville saint-clair

un parc de 23 hectares
100 bénévoles de paris, le havre, rouen > autoroute A13
2 scènes de rennes > autoroute A84
50 techniciens
24 groupes gare SNCF de caen

chiffres
20 000 spectateurs attendus
renseignements > www.voyages-sncf.com
en quelques
mots l'accès
aéroport de caen | carpiquet

et quelques aéroport de deauville | saint-gatien


vendredi 3 juillet
ouverture du site à 15:00 porcelain | 18:45 | scène 2 www.myspace.com/porcelainpoprock
concerts de 16:00 à 03:00 J’ai un truc vraiment important à faire toute de suite mais je ne peux pas car je suis
endormi… C’est le titre peu banal, même en anglais (« I’ve got a really important thing
to do right now but I can’t do it cause I’m asleep ») du premier album de ce groupe plus
énergique qu’ensommeillé. Et pas vraiment fragile malgré son nom. Emmené par le
cocoon | 16:00 | scène 1 www.myspace.com/listentococoon chanteur guitariste franco-britannique François Barriet, Porcelain développe un pop-rock
Cocon mais coquin. Le duo qui se dissimule sous ce pseudo soyeux et rassurant est sorti mélodique, dynamique et poétique qui l’a fait remarquer du Printemps de Bourges aux
de sa coquille il y a déjà deux ans, lauréats du concours CQFD organisé par le magazine Transmusicales de Rennes. Le tout dernier disque s’intitule « Adios Betty », un joli bibelot
Les Inrockuptibles. Depuis, Cocoon n’a cessé de tisser sa toile sur toutes les scènes de aussi esthétique que décoratif. Porcelain, à tout casser…
France et de Navarre, passant du statut de révélation à celui de valeur sûre d’une chanson
française résolument anglophile. Originaires de Clermont-Ferrand, Morgane Imbeaud et
Mark Daumail ont inventé l’americana auvergnat, un folk languide et érudit, sensuel et
lumineux qui, sous ses dehors paisiblement champêtres, révèle parfois des tourments et arthur h | 19:30 | scène 1 www.arthurh.net
des noirceurs insoupçonnés. Que penser de tels jouvenceaux qui ont intitulé leur premier
Homme du monde et bachi bouzouk. Poète funk et crooner absurde. Pas facile de décrire
album « My friends all died in a plane crash » ? Dans la lignée de Will Oldham et de
l’Arthur, rejeton d’un certain grand Jacques mais fils spirituel d’une longue tradition de
Syd Matters, Nick Drake et Elliot Smith, un régal d'harmonies vocales et de dentelles
bateleurs, entre music hall fantasmagorique et prestidigitation lyrique. On aurait bien vu,
mélodiques qui allient grâce et mélancolie, spleen et onirisme. Un cocon craquant.
dans une autre époque, Arthur le baladin colporteur vendre des potions miraculeuses à des
assemblées de badauds esbaudis. Il se contente d’égrener ses chansons comme autant
de potions magiques, invitations au rêve et à la fantaisie déclamées d’une voix d’ogre
tremore | 17:00 | scène 2 www.myspace.com/tremoretheband
à la soul burinée. Après « Adieu tristesse », au titre en forme de philosophie éloquente,
Riffs ciselés, mélodies au cordeau, voilà un groupe qui exhibe autant de savoir faire que de son dernier album, « L’homme du monde », est une sorte de Luna Park disco-groovy où
culture. Puisée aux sources d’un rock à la fois cinglant et lyrique, entre Smiths, Television gambadent, en vrac, des cosmonautes déjantés dansant avec Madonna, et des ladies
et Pixies, la musique de Tremore a déjà conquis les internautes de Myspace ou de SFR, vêtues de noir réclamant qu’on les aime sur des rythmes techno. H, c’est de la bombe !
comme les auditeurs du Mouv’ ou les lecteurs de 20 minutes. Le premier album, « Cursed
City » en 2006, a été suivi d’un EP intitulé « We are wolfes ». Jeunes loups ? Et puisqu’ils
s’expriment en anglais, les Tremore, on a très envie de leur crier « more » ! the dodoz | 20:30 | scène 2 www.myspace.com/thedodoz
Il ressemble à une poule obèse et son bec ne va pas du tout avec son corps. Le dodo,
animal surprenant, est une sorte de pigeon rock’n’roll. Pas étonnant que ces drôles
d’oiseaux toulousains l’aient choisi comme emblème. Emmenés par la bassiste chanteuse
Geraldine, nos dodus Dodoz proposent une musique racée et nerveuse qui a séduit l’ex
label de Suede, Nude records, puis le producteur indépendant écossais Peter Murray. A
dub inc. | 17:45 | scène 1 www.dubinc.org l’écoute de leur premier album, intitulé « DYLB » et dont ils joueront de larges extraits à
Reggae pas triste et dub dingo. Depuis une douzaine d’années, les stéphanois de Dub Beauregard, on confirme : impossible de faire dodo.
Incorporation se sont forgé une solide réputation scénique avec leurs rythmes métissés
mélangeant ragga dance hall et musique orientale. Huit musiciens, jouant avec la
réverbération et les lentes montées orchestrales dans la tradition des maîtres du dub, tout
en rénovant le genre grâce à de multiples influences. Depuis leurs débuts, marqués par
le morceau culte « Rude boy », la tribu a collaboré avec d’autres artistes, notamment le

programmation
Marley africain Tiken Jah Fakoly, ou David Hinds, du groupe jamaïcain Steel Pulse. Après
leur bien nommé album « Diversité », en 2003, suivi d’autres disques live ou studio, leur
dernier enregistrement en date s’intitule « Afrikya ». Une bonne dose de dub débonnaire
et débordant. Positive vibrations…
vendredi 3 juillet hugh coltman | 00:00 | scène 2 www.myspace.com/hughcoltman
Imaginez un artiste qui évoquerait à la fois Stevie Wonder, Bob Dylan, Leonard Cohen
et Otis Redding... Le phénomène existe, il s’appelle Hugh Coltman. Ex leader du groupe
anglais The Hoax avec lequel il a enregistré quatre albums, l’énergumène vit désormais en
France et, en solo, renoue avec ses premières amours, folk, soul, blues et jazz. Arborant
charlie winston | 21:15 | scène 1 www.myspace.com/charliewinston casquette inamovible et porte-harmonica, doté d’un organe vocal aussi puissant que
Look de vagabond baroudeur au galurin ébréché, barbe de huit jours et costar de dandy sidérant, Coltman porte bien son nom : explosif et efficace.
débraillé, on dirait la réincarnation de Charlie Chaplin et Tom Waits réunis. Si Charlie
Winston ne nie pas l’influence des deux célestes clodos du ciné et du blues, il a su imposer
son propre style, par la grâce du tube « Like a hobo ». Issu d’une famille de musiciens
anglais (le chanteur Tom Baxter est son frère), protégé de Peter Gabriel, Charlie le magicien
mélange avec un égal bonheur folk et vaudeville, jazz et punk, soul et cabaret, piano bar
et musique de film, Bob Dylan et Jack Kerouac, Ray Charles et Randy Newman. Le tout peter doherty | 00:45 | scène 1 www.myspace.com/gracewastelands
transcendé par un performer accompli, capable de transformer n’importe quelle scène en
Ange ou démon ? Sans doute un peu des deux. Si Peter Doherty a bâti sa célébrité
caf conc’ bastringue et jubilatoire. Plus charmant que charlot, notre Charlie.
entre les journaux tabloïds et les magazines de rock, frasques et décibels, geôles et
hôpitaux, jusqu’à devenir une sorte d’icône déglinguée du binaire britannique, incarnation
fébrile du slogan « sex and drugs and rock’n’roll », le garçon semble s’être assagi. On
tahiti 80 | 22:15 | scène 2 www.myspace.com/tahiti80 connaissait déjà le leader imprévisible des Libertines puis des Babyshambles, ses deux
Les Japonais nous l’envient. Quatuor rouennais à la pop mâtinée de soul, sans lagons ni précédents groupes au punk rock fantasque et sporadique. Le premier album solo de la
vahinés, Tahiti 80 (nom déniché, paraît-il sur un t-shirt publicitaire) renoue avec les beaux cible préférée des paparazzi, « Grace/Wastelands », paru au début de l’année, a révélé un
jours des surprises parties et du rock insouciant des sixties, façon Question Mark and auteur compositeur aussi talentueux qu’émouvant, oscillant entre folk et blues, littérature
the Mysterians, via Kinks ou Beach Boys. Mélodies légères et sucrées, arrangements et romantisme. Rédemption ? Ce fan de Dorian Gray et des Smiths est devenu sans
sautillants volontairement rétros, le cocktail tahitien made in normandie ne se contente conteste le héraut du renouveau de la pop british. Un Doherty averti en vaudrait-il deux ?
pas d’honorer les glorieux aînés, en louchant aussi du côté de Weezer ou Nada Surf.
Au Japon, disions nous, c’est un véritable phénomène, depuis ses débuts, en 2000. Le
dernier album s’intitule « Activity Center ». Tahiti 80, un atoll tonique à deux pas de chez peter digital orchestra | 01:45 | scène 2 www.myspace.com/peterdigitalorchestra
nous. Moustache gominée, lunettes et cravate rouge, le type qui s’agite derrière ses machines
ressemble à un croisement de Groucho Marx et de Ron Mael, des Sparks. S’il arbore
volontiers ce look de dandy rétro, Pierre Troël, alias Peter Digital, crée une dance musique
mogwai | 23:00 | scène 1 www.mogwai.co.uk résolument contemporaine. Electro punk ou house disco, hip hop ou break beat, peu
Gremlins ? Si ces écossais ont effectivement piqué leur nom dans le film de Joe Dante, importe à ce Peter Pan des platines et des samplers qui adore mélanger les genres et les
c’est juste parce qu’ils trouvaient que ça sonnait bien. Un peu comme les titres de leurs rythmes. Pour Digital, l’agité du bocal, seuls comptent la danse et la transe. C’est groove,
morceaux, célèbres pour leur loufoquerie et leur totale absence de sens. Champion du docteur ?
« post rock » de la fin des années 90, mélange d’expérimentation arty et d’électronique noisy,
Mogwai se singularise par d’impressionnantes plages instrumentales, volutes soniques en
crescendo parfois tissées de larsens, à la mélancolie déchirante et majestueuse. Pas gais,
les Ecossais ? Sans doute, mais non dénués d’humour, à l’image d’un de leur plus célèbre
albums, « Happy songs for happy people », à côté duquel les disques des Doors ou de

programmation
Joy Division font figure de joyeuses pitreries rigolotes. Alors, heureux ?
samedi 4 juillet
ouverture du site à 15:00 cornflakes heroes | 18:45 | scène 2 www.myspace.com/cornflakesheroes
concerts de 16:00 à 03:00 Non, désolé, on ne trouve pas leur album dans les boîtes de céréales. Ces héros là se
nourrissent plutôt au bon grain rock, jadis semé par des groupes comme Pavement ou
Pixies. Entre Caen et Paris, guitare et moog, cor et basse, Toma, Claire, Vincent et David
concocte une musique pointue, goûteuse et revigorante, à l’image de leur premier album,
guns of brixton | 16:00 | scène 1 www.gunsofbrixton.com | www.myspace.com/gunsofbrixton « Off with your heads ». Vous reprendrez bien un bol de cornflakes ?
Brixton à Caen… et inversement. Ce jumelage musical inédit est le fait de cinq musiciens
caennais à la formation stable depuis 2004. Si le reggae dub est la base de leur musique,
les Guns of Brixton en profitent pour explorer d’autres influences, punk, rock ou hardcore.
Réverbération, larsen, samples, mais aussi arpèges véloces et lignes de basse puissantes
sont les matériaux sur lesquels ils aiment à improviser, passant de plages calmes et
lyriques à des envolées électriques rageuses. Sacrés fusils.
bb brunes | 19:30 | scène 1 www.bbbrunes.fr
Plus des bébés. Déjà trois ans que ces Brunes là ne comptent pas pour des prunes.
Fils spirituels des Stones, des Yardbirds ou des Cramps, ce quatuor d’ados frenchies
millesimés rock’n’roll n’aurait pu être qu’une version revival sympathique de nos ex-
Chats Sauvages et Chaussettes Noires. Seulement voilà  : leur énergie scénique, leur
ou e zoe | 17:00 | scène 2 www.myspace.com/ouezoe enthousiasme électrique et leurs chansons à la fois juvéniles et intemporelles ont emballé
Power trio caennais, Où é Zoé arpente les scènes normandes depuis déjà six ans, affinant aussi bien les teen-agers (et pas que les blondes) que leurs parents. Adrien, Raphaël,
sans cesse son rock fruité, mélodique et énergique. Forts de premières parties de Dionysos Félix et Karim devraient même nous donner la primeur d’un second album très attendu.
et de Jean-Louis Aubert (d’ailleurs, d’aucuns leur trouvent un petit côté Téléphone…), le Alertez les bébés.
groupe s’enorgueillit aussi de passages sur Europe 2 et TF1. Bref, tout semble rouler dans
le meilleur des mondes rock pour Pierlo, Guillaume et Gaby. Et au fait, elle est où, Zoé ?

the lanskies | 20:30 | scène 2 www.myspace.com/thelanskies


Leur nom rime avec eighties. Normal, puisque les Lanskies, gang bas-normand, se
revendiquent de groupes comme Cure, Joy Division ou Gang of Four. Remarqués l’an
dernier au festival des Vieilles Charrues (ils ont terminé premiers ex aequo du tremplin),
Florian, Lewis, Attila, Marc et Tonio ont un rêve : devenir d’authentiques rock stars pour
the virgins | 17:45 | scène 1 www.myspace.com/thevirginsnyc « boire une bière avec Lemmy des Motorhead, et raser un ZZ Top pendant qu’il dort ».
Vierges new yorkaises. Fondé en 2005 par le guitariste chanteur Donald Cumming, le trio C’est bien le moins qu’on puisse leur souhaiter.
transformé plus tard en quatuor est devenu rapidement l’une des coqueluches de la Big
Apple, avec sa chanson « Rich girls », classée par le magazine Rolling Stone comme l’un
des meilleurs titres de 2008. Dans la lignée de la new wave britannique (Clash, The Jam
et consorts) mâtinée de funk à la George Clinton (le bassiste du groupe doit en posséder
les œuvres complètes) et de pop-rock façon Strokes ou Franz Ferdinand, ces Virgins
nullement angéliques se sont fait remarquer au cours de premières parties de Patti Smith
et Sonic Youth. Leur premier album regorge de mini tubes fruités et bondissants, comme

programmation
« One week a danger » ou « Private affair ». Sexy, gouailleurs et délurés… pas farouches,
ces Virgins.
samedi 4 juillet red | 00:00 | scène 2 www.myspace.com/redfrench
Raide. Comme les cordes d’une guitare blues, le cuir d’un perfecto ou un certain état du
soir, accroché au bar… Originaire de Lille, Red, le groupe, ou plutôt le musicien, puisqu’il se
produit souvent seul, se distingue par une voix qui évoque tour à tour Tom Waits, Johnny
Cash ou Nick Cave. Ballades sombres et blues poignant, ce rouge là vire souvent au noir,
ayo | 21:15 | scène 1 www.ayomusic.com lent et majestueux. Ni Axelle ni Simply, juste Red.
On pourrait s’y perdre. Née d’un père nigérian et d’une mère tzigane roumaine, la jeune
fille qui répond au doux nom de Joy Olasunmibo Ogunmakin vit en Allemagne et chante
en anglais… Pas simple. Mais dès qu’elle ouvre la bouche, tout s’éclaire. Ayo, ça ne veut
pas dire « joie » en langue yoruba pour rien. Ses deux albums « Joyful » et « Gravity at
last », jonglant entre reggae et soul, blues et world music, rires et larmes, sont empreints de
la même luminosité, de la même simplicité au charme sensuel et félin. Son tube « Down
on my knees » a mis tout le monde à genoux, y compris les Victoires de la musique qui la gossip | 01:00 | scène 1 www.gossipyouth.com | www.myspace.com/gossipband
nommèrent artiste féminine de l’année 2007. Avec Ayo l’agile, y’a d’la joie.
Attention, phénomène. Ne serait-ce que par la personnalité de la chanteuse Beth Ditto,
spectaculaire matrone obèse aux déclarations aussi tonitruantes que ses vocaux, n’hésitant
pas à poser nue et velue dans les magazines de charme tout en fustigeant la dictature de
la minceur et en militant pour la cause lesbienne. Mais ce personnage gargantuesque et
karkwa | 22:15 | scène 2 www.karkwa.com haut en couleur ne doit pas faire oublier la musique de Gossip, une sorte de punk blues
Bons becs du Québec. Depuis déjà onze ans, Karkwa décoche ses flèches mélodiques aux accents soul et dansants, emmené par la guitare agile de Brace Paine et la batterie
des deux côtés de l’Atlantique. Formé à Montréal en 1998, le quintet a depuis multiplié les tonique d’Hannah Blilie. Gossip, ça veut dire « ragot ». Pour une fois, la rumeur est bien en
concerts, chanté avec Brigitte Fontaine et remporté, entre beaucoup d’autres, le prestigieux dessous de la réalité. A vérifier absolument.
prix Félix Leclerc, équivalent de nos Victoires de la musique. Rock atmosphérique aux
harmonies quasi symphoniques, la musique de Karkwa s’inspire aussi bien du folk des
années 60 que des recherches minimalistes de Steve Reich et Phil Glass. Les québécois
planants viendront présenter sur la scène de Beauregard leur tout nouvel album, intitulé lilea narrative | 02:00 | scène 2 www.myspace.com/lileanarrative
« Le volume du vent ». Forcément décoiffant.
Co-fondateur du label caennais Purée Noire, Lilea Narrative se décrit lui-même comme
«  une jungle mélodique et organique, sur fond de hip hop et d’électro ambient  ». La
musique de ce collectif aux multiples figures et influences, se caractérise surtout par des
nappes de claviers et des voix samplées, et fait partie du courant « abstract hip hop »
jason mraz | 23:00 | scène 1 www.jasonmraz.com instrumental. Abstrait mais souvent émouvant, à l’image de leur album « Nouvelle chair ».
Ex-vendeur de gaufres virginien et habitué des coffee shops de San Diego, ce troubadour A Beauregard, vont refleurir les Lilea.
au joli minois et à la voix douce amère est devenu une star du folk-pop international,
quelque part entre James Blunt et James Morrison. Un penchant pour l’acoustique, une
présence scénique indéniable (il a déjà publié cinq albums dont deux live) et des mélodies
ensoleillées flirtant parfois avec la soul et le jazz lui ont fait peu à peu dépasser le cercle des
initiés pour gagner les faveurs d’un grand public sans doute avide d’un zeste de fraîcheur
et d’authenticité. Fils spirituel d’un Paul Simon ou d’un Michael Franks, Jason est devenu
une star chez nous grâce à son dernier album, « We sing, we dance, we steal things »,

programmation
avec le single multidiffusé « I’m yours » . Tel le héros homonyme de la mythologie grecque,
Jason a définitivement conquis la Toison d’or.
En quoi pensez-vous que l'esprit de ce festival est différent Quel nombre et quel genre de spectateurs attendez-
des autres? vous?
Patrick : Parce qu’il existe dans les têtes (et les cœurs ??) des Patrick : La programmation est à mon sens porteuse de la
habitants de l’agglomération depuis de nombreuses années. réponse. Nous nous attendons à un public très large : familles,
C’est peut-être le festival qui s’est fait le plus désirer. Cela ados, passionnés, locaux…
aurait pu être son nom, Le Festival du désir … Paul : Notre objectif pour cette 1ère édition est de réunir 7 à
Paul : Le cadre du festival, son écrin, est magnifique et 8000 festivaliers par soir. Nous attendons un public nombreux,
magique. Il faut imaginer les ombres et les lumières danser varié, de tous les âges et horizons, tous animés par l'amour
sur la façade du château, la musique faire vibrer les arbres de la musique.
centenaires qui bordent le parc… Prendre un verre à  une
terrasse ombragée, le regard embrassant les scènes et la Quelles sont vos plus grandes craintes?
façade du château. Voilà ce qui fait, outre la programmation, Paul : Organiser un festival, c'est vivre sous une pression
l’accueil et les moyens techniques, l'originalité du festival. multiple et protéiforme, l'angoisse est présente chaque jour,
les doutes vissés au corps à chaque instant... Le tout est de
Interview croisée de Paul Langeois, directeur programmateur du festival beauregard et Le site, tout exceptionnel qu'il soit, n'était pas forcément parvenir à transformer ces peurs en énergie, qu'elles soient un
Patrick  Simon, responsable communication du festival. Tous deux à l’initiative de cette adapté à une telle manifestation. Comment avez-vous moteur et pas un frein.
1ère édition… Morceaux choisis… pensé l'organisation, l'équipement, les infrastructures? Patrick : Une 1ère édition, c’est un peu un saut dans l’inconnu.
Paul : Nous avons pu calquer l'implantation du festival  sur La question qui prédomine est celle du public : se déplacera-t-
Qui êtes-vous, d'où venez-vous, comment en êtes-vous Comment et pourquoi est née l'idée de ce festival ? le cadre naturel du parc. Les aménagements qui ont été il en masse ? Répondons-nous à leurs attentes ? Les ventes
arrivés là, bref, quel est votre parcours à l'un et à l'autre? Patrick  : Un festival pop rock à Caen, c’était devenu un nécessaires, surtout en ce qui concerne les accès, ont été billetteries sont pour l’instant plus que rassurantes mais
Paul : J'ai organisé mon premier concert à 17 ans, créé ma serpent de mer, alors nous avons tenté un coup de bluff. Avec pris en charge par la Ville d'Hérouville. Par contre, nous avons l’angoisse est toujours un peu là…
première association organisatrice de spectacles à 19 ans, et, Paul, nous avons monté un dossier pour « vendre » le festival apporté un soin tout particulier à la protection du parc et de
depuis dix ans, je suis directeur du Big Band Café, la Scène à la Mairie d’Hérouville. L’opération séduction a fonctionné, il ses arbres. Les infrastructures ont été pensées et choisies en Et vos plus beaux espoirs?
de Musiques ACtuelles à Hérouville Saint-Clair. Organiser des nous restait six mois pour tout organiser... fonction du peu de "cicatrices" qu'elles laisseront après leur Paul : Trouver notre public, créer un moment magique,
concerts a toujours été pour moi une évidence, une nécessité, Paul : Organiser un festival est un fantasme qui me tient passage. Leurs emplacements ont été déterminés pour mettre transformer l'essai pour que l'édition 2010 prenne encore une
et l’idée d’un festival me démangeait depuis plus de 20 ans. depuis mon adolescence, mais il fallait attendre une certaine en relief la beauté du parc et du château. autre dimension et que le festival beauregard prenne son
Patrick : J’ai un parcours professionnel dans la communication maturité, une expérience forgée à travers des épreuves, pour envol...
Un festival dans un parc centenaire, ça pose des
et la publicité, dans une agence parisienne. Depuis 1998, transformer ce rêve en réalité. A 35 ans, j'ai passé plus de problèmes d'environnement? Patrick : Offrir des lueurs de rêve à un public nombreux et
je suis revenu sur mes terres de Normandie et ai créé Kafé la moitié de ma vie à organiser des spectacles, alors il était hétéroclite, pérenniser l’événement… et avoir à répondre à
Crème, agence de communication et d’événementiel. Il y a temps… Paul : Nous avons voulu que le respect de l'environnement ces questions l’année prochaine !
quatre ans, j’ai commencé à travailler avec Paul sur le Big et l'éco-responsabilité soient au coeur du festival : tri
Band Café. Comment avez-vous choisi les artistes programmés ? sélectif, gobelet unique, entretien du parc en permanence,
Par coups de coeur personnels ou par souci de séduire développement des transports en commun et des navettes,
Comment vous définiriez-vous, des amateurs passionnés le plus grand nombre? co-voiturage, bus aux départs de Paris, Rouen, Nantes,
ou des professionnels avisés de la musique? Paul : Il fallait réunir un concentré de nos coups de cœur, nos Rennes, Le Mans, Alençon... Le site accueillera aussi un resto
Paul : Je pense être un professionnel passionné et avisé. découvertes, tout en tenant compte des goûts du public. Avec bio et un espace commerce équitable. Enfin, nous finalisons
Sans la réunion de ces deux qualificatifs qui peuvent paraître la volonté de rester fidèle à une certaine éthique et d'être le actuellement une Charte Beauregard Durable, ce qui sera une
antinomiques, on se fait seulement plaisir à soi. Notre travail miroir du paysage musical de cette saison. première dans notre région.
est de faire plaisir au public, aux artistes et également aux Patrick : La programmation c’est clairement le domaine de
techniciens. Paul, ce qui ne m’empêche pas de donner mon avis. Mais
Patrick : Je suis un amateur passionné de musique, avide de
nouveautés et à la recherche des artistes d’hier que j’aurais
pu ignorer.
mes goûts musicaux ne sont jamais entrés en concurrence
avec ses choix.
l'équipe
accueil du public | un grand chapiteau dédié à la détente accueil vip | un accueil privilégié
- espace boissons chaudes « commerce équitable  », stand vin bio, bières brassées en Normandie... le festival beauregard proposera à ses VIP (partenaires, institutionnels, médias) un accueil privilégié
entourés d’espaces de convivialité et de repos où les festivaliers pourront se restaurer, boire un verre ou tout - parking VIP au plus près du festival
simplement faire une pause - accès et accueil spécifiques pour éviter les files d’attente et les contrôles
- merchandising des artistes - accès à l’espace VIP

L’espace VIP, c’est quoi ?


restauration | il y en aura pour tous les goûts - une oasis de confort et de convivialité de 250m2 ainsi qu’une terrasse aménagée aux portes du château, face
au canal
au rendez-vous : cuisine bio, pizza, plats typiques et sandwicherie | frites - un lieu de rencontre entre nos partenaires, les officiels, les médias, les artistes et nos équipes
et pour se restaurer ou pour un moment de farniente, des terrasses ombragées accueilleront les festivaliers - un bar à cocktail et « grignotage » régional où l’on pourra se ressourcer, partager et échanger autour d’un verre
ou d’une collation
le festival a sa propre monnaie !
cette monnaie sera la seule en vigueur dans les espaces bars et restauration
4 caisses centrales seront à la disposition des festivaliers pour faire le change | C.B et espèces uniquement
acceptés charte beauregard durable | le festival beauregard s’engage
un festival qui a pour cadre un parc aussi exceptionnel que celui du château de Beauregard ne saurait faire
l’impasse sur la question du développement durable et de l’éco-responsabilité. Pour cela et pour la 1ère fois dans
village partenaires | découvrir les produits et structures de notre région la région nous mettons en place une Charte Beauregard Durable
- navettes Twisto Caen | festival beauregard | Caen pour favoriser le transport collectif
- espace artistes régionaux - incitation au co-voiturage
- centre info | prévention : risques auditifs, sid'Accueil, dangers liés à l’alcool + distribution gratuite de bouchons - bus mis en place au départ de Nantes, Rennes, Paris, Rouen, Le Mans, Alençon
d’oreilles, d’éthylotests, de préservatifs… - tri sélectif
- espace institutionnels - gobelet unique
- info presse - restauration bio
- vente et découverte de produits régionaux - aménagement et dispositif technique de respect du parc et de ses arbres
- espace commerce équitable

espace média | dans le château en résumé : bonne musique, convivialité et respect de l’environnement
installé dans le château, face à l'espace VIP, l'espace média sera réservé aux professionnels accrédités
- point info
- bureau de presse
- espace itv, rencontres
tarifs | hébergement | pas de camping sur place pour cette 1ère édition
jusqu'au 19 juin 2009 renseignements hôtels, campings, chambres d’hôtes, auberge de jeunesse
pass 1 jour 32.30€ | pass 2 jours 48.50€
Office de Tourisme de Caen | www.tourisme.caen.fr
à partir du 20 juin 2009 hébergements Calvados | www.calvados-tourisme.info/hebergement
pass 1 jour 35.30€ | pass 2 jours 51.50€ disponibilités hôtels | www.sas-dispos.com
gratuit pour les – de 12 ans (sur présentation d’une pièce d’identité le jour même) Gîtes de France 14 | www.gites-de-france-calvados.fr
auberge de jeunesse | residence.robertreme.caen@wanadoo.fr
location points de vente habituels

accès | voiture renseignements |


infoline | 02 31 47 96 13
parking gratuit sur site
possibilité de co-voiturage | rendez-vous sur le site www.123envoiture.com fax | 02 31 95 97 75
renseignements public | john@festivalbeauregard.com
| bus de ville retrouvez toutes les infos et bien d’autres encore sur
ligne 9 bus Twisto www.festivalbeauregard.com
départ toutes les 30 minutes depuis la gare SNCF et Caen Centre
www.myspace.com/festivalbeauregard
arrêt Jardins familiaux | Beauregard
www.dailymotion.com/festivalbeauregard
| navettes Twisto retrouvez john beauregard sur facebook
tram B station St-Clair | Beauregard de 15:00 à 20:00
fréquence : toutes les 11 minutes | titres de transports Twisto festival beauregard
Beauregard | St-Clair | Caen de 00:00 à 03:00 Château de Beauregard
fréquence : toutes les 15 minutes | navettes retours gratuites 15, ancienne route de Ouistreham
14200 Hérouville Saint-Clair

forfaits bus + pass | en partenariat avec www.ontours.fr


pack pass 2 jours + 1 nuit d'hôtel + trajet bus A/R
pack pass 1 jour + trajet bus A/R
villes de départ : Paris, Rouen, Nantes, Rennes, Le Mans et Alençon 
contacts
Le festival beauregard est organisé par
le Big Band Café
Big Band Café | organisation
1 avenue du Haut Crépon
14200 Hérouville Saint-Clair
tél. 02 31 47 96 13 | fax. 02 31 95 97 75
direction | programmation Paul Langeois
paul@festivalbeauregard.com
responsable communication Patrick Simon
patrick@festivalbeauregard.com

bureau de presse Marianne Launay


marianne@mariannelaunay.com
06 65 77 09 97
fabiana@mariannelaunay.com
06 15 61 87 89
presse régionale

conception graphique www.kafecreme.com a girl called pearl


frederique@festivalbeauregard.com
02 31 47 96 13
claire@festivalbeauregard.com

contact mairie d'Hérouville Saint-Clair


Jean-Marc Héroult
jmheroult@herouville.net

Évaluer