Vous êtes sur la page 1sur 37
GUERILLAS, GUERRES SECRETES ET « COVERT OPERATIONS » AU LAOS ESSAI HISTORIOGRAPHIQUE Dr Ami-Jacques Rapin*

GUERILLAS, GUERRES SECRETES ET « COVERT OPERATIONS » AU LAOS ESSAI HISTORIOGRAPHIQUE

Dr Ami-Jacques Rapin* (CERIA)

N o l0

série rouge, mars 1998

* Chercheur associé au CERIA. © 1998 by CERIA Case postale 2403 - 1002 Lausanne - Switzerland

RAPIN, Ami-Jacques, Guérillas, guerres secrètes et "covert operations" au Laos, Les Cahiers du CERIA, série rouge, n o 10, mars 1998.

RESUME

Ce bref essai présente les principales publications relatives aux opérations militaires clandestines conduites au Laos dans le courant du XX e siècle. Les périodes historiques suivantes sont traitées dans le texte : les révoltes anticoloniales du début du siècle, les guérillas franco-laotiennes de 1945, la première guerre d’Indochine, les années 1954-1964, la guerre du Vietnam et la phase contemporaine qui suit la prise du pouvoir par le Pathet Lao en 1975. Initiation bibliographique à un sujet méconnu, ce texte ambitionne également de proposer quelques pistes de réflexion historiographique.

Nous remercions l’Institut d’Etudes Politiques et Internationales de l’Université de Lausanne (IEPI) pour le soutien apporté à cette publication.

Guérillas, guerres secrètes et "covert operations" au Laos

Essai historiographique

Au cours des deux conflits qui ensanglantent l'Indochine de 1946 à 1975, l'implication du Laos dans les hostilités est marquée par le sceau du paradoxe. Théâtre marginal des opérations militaires conventionnelles qui se concentrent au Vietnam, l'espace laotien est pourtant une zone stratégique essentielle pour chacun des belligérants. La géographie politique de l'Indochine explique en grande partie cette situation. Le Laos, enclavé et étiré du Nord au Sud de la Péninsule, constitue un axe parallèle à l'Annam, territoire charnière entre le Tonkin et la Cochinchine. Ces deux régions du Vietnam constituent l'enjeu réel du conflit, en raison de leur poids démographique et économique, sans commune mesure avec celui du Laos. Le contrôle de l’axe laotien est non seulement vital pour assurer la sécurité des arrières du pays tonkinois, mais aussi pour maîtriser le contournement du goulet d'étranglement annamite. L'importance de ce dernier facteur se vérifie dans le courant de la guerre du Vietnam, lorsque la piste Ho Chi Minh assure la logistique des forces communistes dans leur mouvement nord-sud.

Les conséquences de cette position géostratégique originale sont différentes selon que l'on se situe dans la première ou dans la seconde phase du conflit. En dehors de l'implantation localisée de bases de guérilla laotienne et des offensives Viêt-minh de 1953-1954, le Laos est relativement épargné par la première guerre d'Indochine. Zone d'opération secondaire dans la dynamique globale du conflit, le territoire laotien s'inscrit cependant au coeur des préoccupations des États-majors français et Viêt-minh. Comme on le sait, l'issue de la guerre se joue en 1954 dans la cuvette de Dien Bien Phu où l'établissement d'une base aéroterrestre française n’a d'autre but que de bloquer toutes offensives communistes au Laos. La guerre du Vietnam a un impact infiniment plus dramatique sur le pays. Bien que formellement neutre, le Laos subit une campagne de bombardements clandestins sans précédent. De mai 1964 à avril 1973, les États-Unis et leurs alliés locaux déversent 2’093’100 tonnes de bombes sur les zones contrôlées par le Pathet Lao, soit un tonnage deux fois supérieur à celui largué sur le Nord-

1

Vietnam et à peine inférieur au tonnage total largué durant la seconde guerre mondiale en Europe. Simultanément, les services secrets américains entreprennent sur le territoire laotien la plus vaste opération secrète de leur histoire.

Cette évolution meurtrière s'explique par les modifications substantielles du rapport de force entre les adversaires en présence. Les offensives Viêt-minh de 1953 et 1954 ont permis un renforcement des positions communistes au Laos, alors même que le contrôle du pays gagnait en importance stratégique avec la division du Vietnam en deux zones séparées par le 17e parallèle. Si cette nouvelle configuration stratégique est à l'origine de l'intensification des opérations militaires au Laos, leur caractère clandestin trouve son fondement dans le changement de statut diplomatique du pays.

Lors de la première guerre d'Indochine, l'intervention directe de la France dans la défense du Royaume est dictée par les liens politiques qui unissent les deux pays. Jusqu'en 1953, la responsabilité de la sécurité du pays et de la lutte contre-insurrectionnelle est formellement partagée par la France et les autorités autochtones. En octobre de cette année, le traité franco- laotien signé à Paris opère le transfert d'une série de compétences que la Métropole s'était jusque là réservées. Cette pleine indépendance signifie que désormais le gouvernement laotien est en charge totale de sa sécurité. La convention militaire qui accompagne le traité stipule toutefois que le Laos autorise le libre passage des troupes françaises en vue de garantir la sécurité des frontières du pays en collaboration avec l'armée laotienne. Les Accords de Genève de 1954 font sensiblement évoluer les données du problème laotien. La volonté des puissances de neutraliser le Laos limite en effet les possibilités d'ingérences militaires ouvertes. Le fragile équilibre politique laotien ne résiste pourtant pas longtemps aux intérêts stratégiques immédiats de la République démocratique du Vietnam d'une part et des États-Unis de la Thaïlande et de la République du Vietnam d'autre part. Le Laos est dès lors rapidement entraîné dans le second conflit indochinois et la neutralité du pays réduite à une fiction politique.

Cette double rupture, quantitative du point de vue de l'intensité de la confrontation armée et qualitative du point de vue du statut diplomatique du pays, ne saurait toutefois estomper les lignes de continuité qui unissent les deux phases du conflit indochinois dans ses développements laotiens. Les données de cet enchaînement ne sont pas encore pleinement éclaircies, en particulier dans le domaine de la politique contre-insurrectionnelle poursuivie par la France et les États-Unis. La raison principale qui explique ce manque de clarté historique

2

tient dans le déséquilibre de nos connaissances sur chacune des étapes de cette politique. Alors que la phase américaine a donné lieu à une production historiographique abondante qui comprend plusieurs études d'un bon niveau scientifique, la phase française n'a pas suscité d'effort analytique comparable. Ce hiatus exprime l'implication différente des deux pays dans le conflit et les structures respectives de la recherche scientifique en France et aux États-Unis 1 . Il n’en est pas moins préjudiciable à la bonne compréhension de l'histoire contemporaine du Laos qui est globalement déterminée par le phénomène de polarisation politique consécutif à l'intervention de puissances étrangères.

Le but de ce bref essai est de présenter les principales publications traitant des opérations militaires clandestines conduites au Laos au cours du XXe siècle 2 . Guide de lecture destiné à ceux qui désireraient approfondir leur connaissance d’un sujet souvent ignoré par les synthèses historiques consacrées aux guerres d’Indochine, ce texte ambitionne également de dégager quelques pistes de réflexion historiographique.

Prémices coloniales (1900-1945)

L'étude des révoltes anticoloniales qui ont agité le Laos au début du XXe siècle a donné lieu à des interprétations divergentes selon qu'elles aient été effectuées par des historiens occidentaux ou des chercheurs laotiens. L'historiographie officielle du Pathet Lao a perçu dans ces mouvements une forme de proto-nationalisme à l'origine des luttes politique révolutionnaire de la seconde moitié du XXe siècle (Christie 1979). Un point de vue qui n'est pas partagé par l'ensemble des auteurs qui ont étudié ces événements. Pour la plupart d'entre eux, la notion de nationalisme ne saurait s'appliquer à des mouvements de résistance fortement marqués par leur caractère archaïque. Les dimensions messianique et millénariste des révoltes qui se succèdent dès le début du siècle les inscrivent dans un espace de références symboliques pré-national. Leur dynamique, essentiellement régionale, est dictée par un réflexe de résistance aux bouleversements socio-économiques introduits par la domination coloniale. Réaction violente face aux abus des pouvoirs locaux sur lesquels s’appuient l’administration coloniale, ces

1 La guerre d’Indochine n’a pas suscité en France de traumatisme comparable à celui causé par la guerre du Vietnam dans l’opinion américaine. Élevé au rang de débat de société au États-Unis, la guerre du Vietnam ne pouvait que mobiliser l’attention de chercheurs fortement sensibilisés à l’étude de l’histoire contemporaine de l’Asie et disposant de ressources supérieures à leurs homologues français. En France, les études asiatiques sont conduites par un petit nombre de spécialistes. De plus, l’histoire des conflits n’a jamais pu s’imposer dans le champ historiographique français.

2 Par

opérations

militaires

clandestines,

nous

entendons

aussi

bien

les

combats

de

guérilla

à

visée

insurrectionnelle

que

l’ensemble

des

activités

militaires

secrètes

destinée

à

lutter

contre

les

menées

révolutionnaires.

 

3

révoltes trouvent leur origine dans l’altération des structures traditionnelles d’autorités, le détournement des flux commerciaux pré-coloniaux et l’augmentation sensible des impôts et des corvées. Il existe néanmoins des éléments de continuité qui permettent de rattacher ces mouvements violents de contestation du pouvoir colonial aux développements ultérieurs de la résistance armée au Laos. La révolte du plateau des Bolovens présente quelques éléments d’une telle filiation 3 .

L’insurrection des Bolovens, également connue comme la “révolte du Saint homme” (Ong Kaeo, Saint qui possède la pierre miraculeuse) a fait l’objet de plusieurs études approfondies (Gay 1987; Gay 1989; Gunn 1985; Moppert 1978; Moppert 1981; Murdoch 1974). Son caractère ethnique s’affirme d’emblée. Ce sont des membres des tribus Lao Thoeng, qui peuplent la région, qui se soulèvent dans un premier. Ils sont bientôt suivis par un nombre croissant de Lao Lum 4 . L’analyse des dimensions multiples de cette révolte, dont le point culminant se situe en 1901 mais qui ne sera définitivement jugulée qu’en 1936, met en évidence le progressif passage du stade de la jacquerie au stade d’une lutte prolongée de guérilla. Celle-ci amène les partisans du plateau des Bolovens à la veille de la seconde guerre mondiale et du développement de la lutte de libération nationale. Peut-on pour autant affirmer que la révolte des Bolovens a créé les structure d’accueil pour les futurs révolutionnaires du Pathet Lao (Moppert, 1981) ? Il est certain qu’une filiation directe est aisément démontrable, puisque le dernier chef de la révolte, Ong Kommadam, est le père de Sithon Kommadam, “héros de la révolution” laotienne et chef de guerre du plateau des Bolovens dans les années 1950-1970 5 . La zone stratégique des Bolovens, difficile d’accès dans sa partie méridionale et donc propice aux actions de guérilla, sera en effet un des deux enjeux essentiels - avec la plaine des Jarres - des opérations militaires menées au Laos dans l’ombre de la guerre du Vietnam 6 .

3 Le plateau des Bolovens se situe à l'extrême sud du Laos dans les provinces de Saravan, Champassak, Xekong et Attapu 4 Lao Thoeng (Lao vivant sur le flanc des montagnes) est le terme générique qui désigne les populations autrefois nommées Kha (esclave). Lao Lum (Lao du fond des vallées) est le terme générique utilisé pour désigner les habitants majoritaires des plaines. 5 Les fils de Oun Kommadan, Sithon et Khamphan, avaient été internés par les Français dans la province de Pongsali, dans le nord du Laos. Évades - ou libères par les Japonais - en 1945, ils organisent des noyaux de résistance dans les années qui suivent dans les provinces du Nord (Burchett, 1957). A partir de 1947, les services de sécurité français signalent la présence de Sithon à la tête d'une bande de partisans dans la région du plateau des Bolovens (Gunn, 1988). Il occupera dès lors des postes de responsabilité dans les "gouvernements de résistance" des révolutionnaires laotiens avant de faire partie de l'équipe dirigeante de la République démocratique du Laos. 6 La plaine des Jarres se situent dans la province de Xiangkhoang.

4

Les mouvements insurrectionnels qui agitent le Nord du Laos durant la période coloniale répondent globalement à des causes identiques à celles de la révolte des Bolovens. La révolte des Leu de 1915, qui embrase plusieurs provinces du Nord (Phonhgsali, Huaphan, Luang Prabang), est la conséquence directe des perturbations économiques que cause la création d’une frontière artificielle avec la Chine (Gunn 1989). Les incidences de la politique monopolistique de la Régie de l’Opium sur le commerce traditionnellement lucratif de ce produit expliquent l’amorce d’un mouvement de révolte qui trouve toutefois un second élan dans l’opposition aux taxes coloniales. Ce dernier facteur provoque le ralliement d’autres minorités ethniques qui ne sont pas directement concernées le commerce de l’opium.

Pluri-ethnique, la révolte de 1915 ne touche pas les Hmong pourtant directement impliqués dans la production de l’opium 7 . L’insurrection Hmong des années 1918-1921 résulte d’une révolte de cette minorité en Chine. Faisant tâche d’huile, le mouvement se propage au Tonkin et au Laos où il vise les potentats locaux chargés d’appliquer la politique du gouvernement colonial (Gunn 1986). Sous la direction de Pachaï, la “révolte du Fou” - ainsi nommée pour personnaliser le mouvement en stigmatisant le shaman qui se trouve à sa tête - touche les provinces de Huaphan, Luang Prabang et Xiang Khuang (Alleton 1981). Ces provinces, en particulier la dernière où se situe la plaine des Jarres, seront également des zones d’action du Pathet Lao et de ses alliés vietnamiens au cours du conflit indochinois. La filiation entre les deux mouvements insurrectionnels est toutefois nettement moins directe que dans le cas de la révolte des Bolovens et il semble hasardeux d’affirmer que la “révolte du Fou” a pu fournir une structure d’accueil au Pathet Lao. La moindre durée de la rébellion n’a pas facilité sa continuité générationnelle. La polarisation de la communauté Hmong au cours du conflit indochinois n’est cependant pas totalement étrangère aux événements du début du siècle. La nécessité de rallier les chefs Hmong au cours de la révolte, celle d’éviter son renouvellement dans les années qui suivent, suscite un jeu complexe dans la distribution du pouvoir par l’autorité coloniale. La rivalité entre les clans Lo et Ly est ainsi arbitrée de telle manière que l’un formera l’essentiel des armées secrètes levées par La France et les États-Unis au Laos, alors que l’autre fournira ses combattants au mouvement de libération nationale, puis au Pathet Lao (McCoy 1972).

Martin Stuart-Fox a très justement noté que les études consacrées aux mouvements de rébellion de la première moitié du XXe siècle sont, proportionnellement à l’importance des

7 Les Hmong sont un peuple montagnards, venus de Chine au cours du XIXe siècle. Ils se sont établis à des altitudes élevées dans les montagnes tonkinois, laotiennes et thaïlandaises.

5

faits envisagés, nettement plus nombreuses que celles dédiées à l’organisation coloniale du Laos (Stuart-Fox 1997). L’insurrection des Bolovens a suscité deux thèses de doctorat (Gay 1987; Moppert 1978), et trois articles scientifiques (Gunn 1984; Moppert 1981; Murdoch 1974). La “révolte du Fou” a été présentée dans un ouvrage collectif (Alleton, 1981) et dans un article de synthèse (Gunn, 1986), tout comme la révolte des Leu (Gunn, 1989). L’ouvrage de référence qui traite de l’ensemble de la question parachève cet effort historiographique (Gunn, 1990). L’asymétrie constatée par Stuart-Fox se vérifie également si l’on compare cette production historiographique à celle suscitée par l’implication du Laos dans la première guerre d’Indochine. Les chercheurs se sont globalement désintéressés de cette phase de l’histoire laotienne, laissant ainsi le champ libre aux récits guerriers et à la mémoire des acteurs (infra).

Les années 1930 et la seconde guerre mondiale sont des périodes de maturation de l’anticolonialisme au Laos qui se bâtit à la fois sur les bases d’un mouvement d’émancipation nationale et sur celles du parti communiste indochinois en plein essor (Gunn, 1988). Au cours de cette phase, la lutte armée n’est pas encore à l’ordre du jour et il faut attendre la fin du second conflit mondial pour que la France soit à nouveau confrontée à une contestation militaire de son hégémonie politique sur le pays.

Guérillas franco-laotiennes (1945-1946)

Au cours de la seconde guerre mondiale, la France de Vichy doit accepter la présence de troupes japonaises en Indochine. En mars 1945, l’armée japonaise opère un coup de force contre les troupes françaises stationnées dans la Péninsule. Au Laos, cette initiative nippone a pour effet immédiat de susciter la création de “maquis” composés de commandos français parachutés depuis peu dans le pays, de quelques militaires et administrateurs coloniaux échappés du piège japonais et de combattants locaux, chasseurs laotiens et volontaires autochtones 8 . Cette situation paradoxale, qui voit les forces militaires de la puissance coloniale opérer des actions de partisans dans la jungle, anticipe de quelques années la formation de “maquis” ethniques destinés à lutter contre le Viêt-minh et ses alliés laotiens. En 1945, les groupements de guérilla franco-lao sont actifs dans les provinces de Louang Phrabang, Xiangkhoang, Vientiane, Khammouan, Savannakhet et Saravan, soit sur la majeure partie du territoire laotien. Par leurs opérations politico-militaires, ils maintiennent une présence française dans un pays où s’affirment de manière pressante les revendications indépendantistes.

8 Les chasseurs laotiens constituent la première unité militaire spécifiquement laotienne levée par les autorités coloniales en 1943 (Stuart-Fox, 1997).

6

Les acteurs français de ces événements ont publié de nombreux souvenirs (Allard and Deuve 1984; Aymard 1985; Ayrolles 1949; Boucher de Crévecoeur 1985; Boucher de Crèvecoeur 1984; Caply 1966; Charbonneau and Maigre 1980; Chezal 1947; Deuve 1997; Gentil 1950; Gronier 1950; Jacquin 1979; Rochet 1946; Valery 1954). Dans cette liste, Jean Deuve a une place à part. Chef du groupement de guérilla de Pakse en 1945, il occupe par la suite d'importantes fonctions dans les services de sécurité du Laos avant de devenir conseiller du premier ministre jusqu'en 1964. Il publie à partir de la seconde moitié des années 1960 de nombreux travaux historiques sur le Laos. Son étude de 1997 sur les guérillas franco- laotiennes est la réédition de l'ouvrage paru en 1966 sous le pseudonyme de Michel Caply. Bien que mieux documenté que d'autres souvenirs d'acteur, il ne possède toutefois pas les qualités historiques des recherches publiées ultérieurement par l'auteur.

L'importance du matériel publié sur le sujet offre d’intéressantes perspectives pour la recherche historique. Ceci d'autant que l'acquisition du Fonds Jean Deuve par le Mémorial de Caen (Rapin 1998) et l'ouverture des archives sur la guerre d'Indochine du Service Historique de l'Armée de Terre à Vincennes (Bodinier 1987; Hesse d’Alzon 1988) permettent de compléter l'examen de la mémoire de cette période chez ses acteurs français par un indispensable travail d'archives. Deux directions semblent particulièrement prometteuses. Le rôle joué par les services secrets britanniques et américains a déjà été abordé par plusieurs auteurs (Crickshank 1983; Dommen and Dalley 1991; Smith 1972). Il reste toutefois à établir précisément la position française dans la période difficile et conflictuelle de reconquête du Laos; on sait que l’action de l’État-major français des guérillas, basé à Calcutta, a été parfois remis en cause (Bergot 1979). Il s'agirait également de mieux cerner l'influence des groupes de guérilla opérant dans les zones peuplées par des minorités ethniques sur la mobilisation ultérieure de ces dernières dans l’effort de guerre français, puis américain (Gunn 1988).

La présence de guérillas franco-laotiennes sur l’ensemble du territoire facilite à partir de la seconde moitié de l’année 1945 la reprise en main du pays par la puissance coloniale. Cette opération, qui s’appuie principalement sur des troupes régulières présentes au sud du pays, s’effectue pourtant dans un contexte difficile marqué par l’entrée de troupes chinoises au nord du 16e parallèle - conformément aux accord de Postdam - la formation d’un gouvernement Lao Issara (Laos libre) à Vientiane et l’hostilité des communautés vietnamiennes installées au Laos 9 . Le gouvernement Lao Issara ne résiste toutefois pas à la décision de retrait des troupes

9 Les Britanniques, chargés de désarmer les troupes japonaises au sud du 16e parallèles, offrent l'opportunité à la France de se rétablir militairement dans le sud du pays.

7

chinoises de Vientiane. Il s’exile en Thaïlande, alors que, le 24 avril 1946, les troupes françaises réoccupent Vientiane. La restauration de l’autorité française sur le Laos provoque dès lors un retournement de situation et c’est au tour du Lao Issara de prendre le maquis.

Les actions de guérilla des nationalistes laotiens se développent dans les mois qui suivent à partir de deux bases distinctes. La première, qui bénéficie de la tolérance du gouvernement de Bangkok, se situe en Thaïlande et permet de mener des opérations au-delà du Mékong en territoire laotien. La seconde, qui peut compter sur l’appui du Viêt-minh, dirige ses opérations sur l’est du pays à partir du Vietnam. Cette phase de développement du nationalisme laotien a été amplement étudiée (Adams 1970; Brown 1986; Deuve 1992; Dinh 1970; Gunn 1988; Murdoch 1978) Elle trouve son aboutissement dans la dissolution en 1949 du mouvement Lao Issara dont une partie réintègre le jeu politique laotien, alors qu’une autre renforce son alliance avec le Viêt- minh sous l'autorité du prince Souphanouvong, fondateur du Pathet Lao (État lao).

La première guerre d’Indochine (1946-1954)

Dans une première phase de la guerre d’Indochine, l’histoire des luttes de guérilla au Laos se limite aux actions conduites par les plus radicaux des indépendantistes laotiens et leurs alliés vietnamiens. Nous mentionnons ici les principales études consacrées à la politique insurrectionnelle du Pathet Lao au cours de ses trente années de lutte armée, pour ne plus y revenir par la suite (Adams 1970; Black 1964; Brown 1992; Brown and Zasloff 1986; Burchett 1959; Caply 1970; Caply 1971;Christie 1979; CIA 1964; Dommen 1975; Fall 1965; Fletcher 1981; Gunn 1987; Gunn 1988; Gunn 1991; Halpern and Turley 1990; Langer 1968; Langer 1972; Langer 1973; Langer and Zasloff 1969; Langer and Zasloff 1970; Lo 1970; Merinville 1967; Norindr 1980; Tong 1965; Zasloff 1973). L’implantation du Pathet Lao s’effectue dans un premier temps grâce au soutien des minorités ethniques. Avant 1954, le mouvement indépendantiste n’attire que peu de laotiens des plaines et ce sont les Lao Thoeng au sud et une partie des Hmong au nord qui lui assure une base populaire (Gunn 1988). Les autorités militaires françaises vont également jouer la carte ethnique pour tenter de s’opposer principalement aux poussées Viêt-minh provenant du Tonkin et de l’Annam et dans une moindre mesure aux guérillas actives sur le sol laotien. Cette mobilisation ethnique est accomplie par une structure militaire rattachée aux services secrets français, connue dans un premier temps comme le Groupement de commandos mixtes aéroportés (GCMA), puis dans un deuxième temps comme le Groupement mixte d’intervention (GMI).

8

L’idée de créer des mouvements de contre-guérilla dans les zones d’action ennemie était potentiellement présente dans l’univers mental des militaires du Corps expéditionnaire français dès le début de la guerre d’Indochine. Certains d’entre eux avaient été formés à l’école de la résistance et avait participé aux actions clandestines effectuées dans les territoires occupés par les puissances fascistes. De ce point de vue, l’expérience des guérillas franco-laotiennes de 1945 créait un précédent qui avait fait ses preuves en Indochine. Il faut également noter que l’encadrement des minorités ethniques par des officiers français était déjà pratiqué, en particulier au Tonkin, avant 1951. L’expérience de GCMA ne tire en fait sa profonde originalité que de la systématisation de cette pratique et surtout du rattachement de cette structure aux services secrets français.

Depuis mai 1947, le Laos est une monarchie constitutionnelle intégrée à l’Union française. Ce statut est successivement réaménagé en 1949 et en 1953, afin de transférer à l’État laotien les compétences que s'étaient réservées la Métropole, en particulier en matière de politique de sécurité. Doté d'une police à partir de 1947, puis d'une armée à partir de 1949 - toutes deux encadrées par les Français - l’État laotien est en charge de sa sécurité intérieure. La défense du pays est effectuée conjointement avec les troupes de l'Union française, en fait le Corps expéditionnaire français d'extrême orient (CEFEO). C'est dans ce cadre que se constituent au Laos et au Tonkin à partir de 1951 des groupements de guérilla, rattachés au SDECE (Section de documentation et de contre-espionnage) sous l'autorité du général en chef du CEFEO. L'armement et le contrôle des minorités ethniques qui vont constituer le GCMA échappent donc au gouvernement laotien. Dix ans plus tard, la formation de “l’Armée secrète" de Vang Pao renouvelle cette situation de dédoublement des forces armées luttant contre les communistes laotiens et nord-viêtnamiens. Le général Vang Pao, leader des forces Hmong combattant pour le compte de la CIA au Laos, a d’ailleurs fait ses premières armes dans le cadre du GCMA où il se serait fait remarquer très tôt par les officiers français (Trinquer,

1976).

L'implantation des maquis du GCMA épouse étroitement la géographie stratégique du Laos. La plaine des Jarres est la zone d'opération des forces de Touby Lifoung, le chef hmong qui avait appuyé les Français en 1945. Au sud, le plateau des Bolovens est couvert par une Centaine (nom donné aux unités de base du GCMA) basée à Attapu. Entre les deux opèrent le long de la cordillère annamite les "maquis mobiles du Laos" (Trinquier, 1976). Enfin à Nord, le GCMA forme également des Centaines destinées à mobiliser les populations vivant sur la frontière du Tonkin (province de Houaphan et Pongsali). L'efficacité militaire du GCMA ne

9

semble pas avoir été perçue de manière identique par tous les cadres français combattant en Indochine. Au scepticisme de nombreux officiers engagés dans des opérations plus classiques répond l'enthousiasme des initiateurs des “maquis”. Les cadres français du GCMA n'ambitionnent pas uniquement de confiner leurs troupes dans des missions de renseignement et de soutien. Le projet à plus long terme est de soulever les minorités ethniques pour créer l'insécurité sur les arrières Viêt-minh. Cette prétention structurera en bonne partie l'historiographie du GCMA qui est traversée par les thèmes de l'occasion manquée et de la trahison des populations indochinoises mobilisées par les Français.

En dehors de quelques exceptions (David 1988; David 1994; Howard 1976; Porch 1995) l’histoire du GCMA/GMI est le lieu de la mémoire des acteurs et du récit guerrier. Dans la première catégorie, l’on retrouve un article sur la constitution du groupement rédigé par l’inventeur du sigle GCMA (De Puy-Monbrun 1972), ainsi qu’un ouvrage romancé publié quelques années plus tard (De Puy-Monbrun 1977). Le commandant du GCMA/GMI de mai 1953 à octobre 1954 a pour sa part relaté l’histoire des maquis dans un livre et dans un article qui constituent la principale source sur le sujet (Trinquier 1976; Trinquier 1979). La perspective du haut commandement sur le rôle du GCMA est rapidement présentée dans les mémoires de l’un des principaux chefs militaires français (Salan 1970-1974). La catégorie du récit guerrier regroupe des ouvrages qui restent difficiles à utiliser dans le cadre d’une démarche scientifique. Fréquemment basées sur une expérience directe de la guerre d’Indochine et investies par la mémoire des membres du GCMA, ces publications recèlent une quantité d’informations qu’il s’agit d’extirper d’une narration romancée (Bergot 1979; Bergot 1986; Huitric 1976; Muelle 1993). L’absence quasi totale de références est l’un des principaux obstacles à leur utilisation académique. Là encore, l’exploitation des archives du Service Historique de l’Armée de Terre à Vincennes devrait permettre d’établir une synthèse analytique de l’histoire du GCMA. Une étude récente sur les services de renseignement français a montré que les documents relatifs au GCMA existent dans les archives de Vincennes (Porch 1995). Compte tenu du caractère clandestin des opérations menées par le GCMA, ils ne sauraient toutefois suffire à la connaissance de l’histoire de ce groupement. Une sérieuse enquête d’histoire orale auprès des acteurs - non seulement les cadres européens du GCMA, mais également leurs subordonnés locaux - semble l’indispensable complément historiographique d’une telle entreprise.

Les principales pistes de recherche qui demeurent à explorer pour cette période ne concernent pas directement l'histoire militaire événementielle, déjà largement exposée dans les publications

10

existantes. Une étude analytique de la structure organisationnelle du GCMA serait par contre indispensable à la pleine compréhension de l'impact de cette expérience sur les populations laotiennes et sur l'avenir du pays. Il s'agirait tout d'abord de mieux saisir la nature des relations entre les services secrets français et les autorités administratives et militaires laotiennes. La mobilisation ultérieure des Hmong dans “l’Armée secrète" n'a en effet pu s’opérer que dans un cadre socio-politique initialement instauré par les Français. Il s'agirait ensuite d'approfondir notre connaissance de certains épisodes clés de l'histoire du GCMA au Laos. L'affaire de "l'opium des méos" est de ce point de vue particulièrement intéressante, puisqu'elle concerne un problème socio-économique permanent de l'histoire laotienne 10 . Comme nous l’avons vu plus haut, la question de l’opium fut l’une des causes des révoltes du début du siècle; elle continuera d’exercer son influence sur les phases ultérieures de l’histoire laotienne que ce soit par la compromission des dirigeants politiques et militaires du pays dans le trafic de drogue ou par l’implication des services secrets américains dans ce même trafic (infra).

De la guerre française à la guerre américaine (1954-1964)

Les dimensions politiques et diplomatiques de cette période transitoire ont été largement étudiées (Ackland 1970; Alpern 1961; Césari 1996; Chae-Jin 1970; Deuve 1984; Dinh 1964; Dommen 1971; Dommen 1996; Eddy 1971; Epstein 1961; Fall 1957; Fall 1961; Fall 1969; Goldstein 1968; Hall 1971; Halpern 1959; Halpern 1964; Hoa 1962; Lederer 1961; Mahajani 1971; Manich Jumsai 1961; Mirsky and Tonefield 1971; Modelski 1962; Pace 1961; Paul 1971; Randle 1974; Rose 1963; Simmonds 1963; Sirikrai 1981; Thee 1973; Toye 1968; Trager 1963; Usowski 1991; Weisbrod 1971; Young 1972; ). Notre propos n’est pas ici d’entrer dans le détail des coups d’État, assassinats et manoeuvres politiques qui se succèdent au cours de cette décennie. Il est toutefois nécessaire de placer quelques jalons historiques qui permettent de mieux saisir la dynamique conflictuelle de ces années charnières, marquées par l’implication croissante des États-Unis dans les affaires laotiennes.

Les Accords de Genève de 1954 visent un projet à long terme de neutralisation du Laos qui implique à la fois une non-ingérence étrangère et la construction d'une véritable unité nationale. Les intérêts antagonistes des États-Unis et du Vietnam du Nord entreront rapidement en contradiction avec la première condition de ce projet et par répercussion ruineront les tentatives de réalisation de la seconde.

10 En 1952, une enquête de la prévôté militaire française révèle que le GCMA a transporté dans ses appareils la récolte d'opium des Hmong, désignés alors comme les "méos".

11

Dans le but de neutraliser le pays, les Accords de Genève prévoient d'une part l'intégration des forces militaires du Pathet Lao dans l'armée laotienne, d'autre part le retrait des effectifs étrangers du territoire laotien. L'intégration des forces du Pathet Lao aurait dû suivre leur regroupement dans les deux provinces de Phongsali et de Huaphan dans le nord du pays. L'échec de la première expérience de coalition gouvernementale (1957-1958) rend le projet caduc. La phase d’application des accords a cependant permis une implantation durable du parti dans ces provinces de regroupement qui présentent l'avantage d’être contiguës au territoire nord-viêtnamien 11 . Quant au retrait des forces étrangères, il est soumis à une exception qui autorise la France à maintenir deux bases sur le sol laotien ainsi qu’une mission d'encadrement de la nouvelle armée laotienne. Sur le plan politique également, la France conserve une certaine influence qui se personnalise dans la fonction de conseiller du premier ministre qu'occupe Jean Deuve de 1954 à 1964. Il tirera de cette expérience une étude des plus intéressantes, et à notre connaissance sans équivalent, sur les services secrets laotiens (Deuve

1995).

L'implication croissante des États-Unis annule progressivement le rôle dévolu à la France par les Accords de Genève. Dès 1955, le gouvernement américain prend en charge l’assistance économique et militaire du Laos. L'armée laotienne est ainsi totalement financée par les États- Unis, alors même que le Pathet Lao est pleinement dépendant du Nord Vietnam. Le Laos est à ce moment le seul pays du monde où les deux camps qui s'affrontent sont entièrement financés par une puissance étrangère (Stuart-Fox, 1997).

L'assistance militaire américaine n'est pas uniquement d'ordre économique. Conscient de l'importance stratégique du pays pour le contrôle de la Péninsule indochinoise et de l'ensemble du Sud-est asiatique, le gouvernement américain va progressivement se substituer à la France dans l'encadrement direct des forces armées laotiennes (--- 1961; Burchett 1963; Hartwig, McClain et al. 1975; Levine 1995; Mirsky and Tonefield 1971; Roswell 1964; Satawedin 1984; Sirikrai 1981; Spector 1983; Stanton 1985). La présence de forces spéciales américaines est dans un premier temps dissimulée; elles ne quittent leurs habits civils pour revêtir l'uniforme qu'à partir de 1961 (Craig 1994; Garner 1994; Stanton 1985). Chargées d’entraîner l'armée laotienne et d'encadrer les Hmong, ces unités agissent parallèlement aux agents des services secrets américains qui renforcent leur présence au Laos durant la période. La CIA opère directement depuis l'ambassade de Vientiane, mais également au travers de certaines

11 Nous renvoyons à la section précédante pour les références bibliographiques concernant le Pathet Lao et le Nord-Vietnam.

12

organisations chargées de l'assistance technique et économique. La compagnie aérienne Air America fournit dans cette perspective la couverture idéale pour les opérations clandestines de l'Agence américaine. Ses missions ne feront que croître jusqu'au début des années 1970, une période où la compagnie aérienne fournit l'essentiel de l'appui logistique à l'Armée secrète de Van Pao (Leary 1984; Leary 1984; Leary 1992; Leary 1995; Leary 1996; Leary and Internet 1997; Robbins 1979; Robbins 1988).

L'influence directe de la CIA sur la vie politique laotienne est particulièrement évidente dans la suite immédiate du coup de force de Kong Le. En août 1960, le commandant du 2e bataillon de parachutistes de l’armée royale opère un coup d’État contre le gouvernement de droite qu’il juge totalement gangrené par la corruption. En fournissant l'encadrement thaïlandais des forces de droite qui renverse le gouvernement neutraliste issu du putsch de Kong Le, l'Agence américaine contribue fortement à la polarisation du jeu politique laotien (Kerby 1977; Satawedin 1984; Sirikrai 1981; Warner 1996).

Comme on peut le constater aux nombres de références citées, la période 1954-1964 à fait l'objet d'un intense effort historiographique. L'importance des enjeux politiques nationaux et internationaux, l'implication croissante des États-Unis et l'ombre grandissante de la guerre du Vietnam expliquent cet intérêt soutenu. Il demeure toutefois quelques dimensions méconnues de l'histoire du pays, dont l'examen permettrait de compléter les nombreuses recherches axées sur les aspects diplomatiques et politiques de la période. La question des rapports qu'entretiennent les minorités ethniques avec le pouvoir laotien au cours de cette période transitoire est une première piste de réflexion. Fortement mobilisées par le Pathet Lao d'une part et par les Américains d'autre part, elles suscitent la méfiance des autorités de Vientiane. Du désarmement des forces Hmong du GCMA en 1954 (Bergot 1979) à la formation d'une armée clandestine aux ordres de la CIA (Hamilton-Merritt 1993) se pose la question du contrôle effectif de ces minorités par les autorités laotiennes. Une deuxième piste de recherche concerne le problème de la corruption généralisée de monde politique et administratif. Le déferlement de l'aide économique américaine a provoqué la formation de micro pouvoirs dont l'activité principale consiste à engranger les bénéfices financiers de cette aide. Dans quelle mesure le développement de ces intérêts particuliers a-t-il contribué à la dynamique conflictuelle de la période ? Il ne fait guère de doutes que la capacité de mobilisation des acteurs locaux par les États-Unis est étroitement dépendante de ces intérêts. Les Français n'avaient d'ailleurs pas procédé différemment en achetant le soutien de certains secteurs de la société laotienne par l'attribution d'avantages économiques. Dans un registre plus

13

biographique, il semble enfin qu'une étude détaillée du rôle joué par Jean Deuve apporterait des éclairages pertinents sur cette période. Rarement mentionné dans la production historiographique, cette éminence grise de la politique laotienne mériterait une plus grande attention. Il faut mentionner à ce sujet l'existence d'un roman qui met en scène un conseiller français du premier ministre laotien (Lartéguy 1965). Cette fiction, sans doute fondée sur des informations de première main, présente de nombreux faits authentiques, ainsi que des faits originaux qui mériteraient vérification.

Au cours de cette période particulièrement instable, l'ingérence massive des États-Unis et du Nord Vietnam au Laos a incontestablement réduit la marge de manoeuvre des acteurs laotiens. L'échec des deux gouvernements de coalition après les conférences de Genève de 1954 et 1962 en est l’expression la plus manifeste. Les tentatives de surmonter les rivalités de personnes et les dissensions politiques internes se sont systématiquement heurtées à des intérêts qui dépassaient le cadre laotien. A la polarisation politique du pays répond symétriquement son éclatement territorial. A l'est, appuyé sur la frontière vietnamienne, le Pathet Lao contrôle de larges zones qui sont autant d'axes de pénétration des troupes nord vietnamiennes. A l'ouest et au sud, les forces de droite sont présentes dans les plaines qui jouxtent la frontière thaïlandaise. Quant aux forces neutralistes, actives pour un temps dans la plaine des Jarres, au Nord et dans des poches du centre et du sud, elles sont progressivement happées par la polarisation du conflit.

La guerre du Vietnam (1964-1975)

Pour les États-Unis et le Nord Vietnam, le territoire laotien n'entre en considération dans leur définition des buts de guerre qu'en fonction du développement des opérations sur le théâtre vietnamien. De ce point de vue, deux zones représentent un intérêt stratégique capital pour chacun des adversaires. Au sud, la piste Ho Chin Minh, qui longe la frontière vietnamienne du 17e parallèle jusqu'au Cambodge, assure à la fois la logistique du Viêt-cong et l'infiltration d'éléments nord vietnamiens dans le Sud Vietnam 12 . Elle est par conséquent un objectif stratégique de première importance pour les États-Unis qui espèrent asphyxier le Viêt-cong en coupant son poumon logistique. Au Nord, la plaine des Jarres, demeure un enjeu essentiel comme dans les phases précédentes des hostilités. Les Nord Vietnamiens craignent que les États-Unis ne l'utilisent comme base stratégique contre le Tonkin. Les Américains, les

12 La “piste Ho Chi Minh" est en fait un réseau de pistes parallèles qui longe la frontière vietnamo-laotienne du nord du 17e parallèle jusqu’à la frontière cambodgienne. Après la chute de Sihanouk en 1970, elle gagne en importance stratégique pour le Viêt-cong qui ne peut plus faire transiter des armes par le Cambodge.

14

Thaïlandais et les Sud vietnamiens veulent impérativement empêcher toutes poussées communistes dans cette zone. Dans cette situation, toute montée aux extrêmes dans le conflit vietnamien se répercute automatiquement au Laos. Symétriquement, la marge de manoeuvre des acteurs laotiens diminue en fonction de l'implication croissante des puissances étrangères. Les Nord Vietnamiens maintiennent jusqu'à 40'000 hommes au côté du Pathet Lao, sans compter les troupes en transit sur la piste Ho Chi Minh (Royal Lao Government 1969). Quant au gouvernement royal, il se trouve dans une position de dépendance totale envers les États- Unis qui après avoir fortement contribué à l'échec des expériences gouvernementales neutralistes, maintiennent au poste de premier Ministre le chef de file de cette tendance. La présence de Suvanna Phouma à la tête du gouvernement laotien est une caution au statut de neutralité du pays qui est dans les faits systématiquement violé (Taylor 1990).

Ces violations sont officiellement révélées à la fin des années 1960, lorsqu'une enquête du congrès des États-Unis est rendue publique. Elles étaient dans les faits systématiquement dénoncées par le Pathet Lao et le Nord Vietnam depuis cinq ans. L'intervention des États-Unis revêt deux formes différentes. D'une part, l'aviation américaine opère des bombardements massifs sur les deux zones stratégiques mentionnées. D'autre part, les services secrets américains organisent clandestinement une force militaire qui agit indépendamment de l'armée laotienne, d'une notable inefficacité. Ces faits sont aujourd'hui largement connus. Aux dénonciations contemporaines des faits sont venus s'ajouter les témoignages de certains acteurs, les évaluations stratégiques de l'armée américaine et les mises au point historiographique.

a. Perspectives générales

Les travaux de Tomithy Castle ont apporté la synthèse la plus complète sur les différentes dimensions de l'intervention américaine au Laos (Castle 1991; Castle 1993). Fondés sur une impressionnante série de documents officiels déclassifiés et d'interviews avec des acteurs de ces événements, ils sont venus heureusement compléter trois recherches plus anciennes sur le sujet (Goldstein 1973; Hannah 1987; Stevenson 1972). D'un style plus narratif, les ouvrages de Roger Warner recèlent également de nombreuses informations (Warner 1995; Warner 1996). Cet auteur a récemment innové en prenant l'initiative de publier une intéressante iconographie sur la guerre clandestine des États-Unis au Laos (Warner 1996).

b. La guerre aérienne

Les opérations de bombardements contre la plaine des Jarres et la piste Ho Chi Minh sont partiellement conduites par l'armée de l'air laotienne, encadrée par les États-Unis (Doty and

15

Widner 1974; Hartwig, McClain et al. 1975) et par des pilotes thaïlandais et Hmong engagés par la CIA (Pratt 1974; Robbins 1987). Mais l'essentiel des sorties est effectué par l'aviation américaine basée en Thaïlande, au Sud Vietnam et sur l’île de Guam (Glasser 1995). Les campagnes de bombardements sur le nord du Laos sont menées sous le nom de code d'opération "Barrel Roll" (provinces de Xiangkhoang, Houaphan et Louang-Phrabang). L'opération "Steel Tiger" vise les cibles situées sur le parcours de la piste Ho Chi Minh (provinces de Attapu, Xekong, Saravan, Savannakhet et Khammouan). Dès le début des années 1970, ces bombardements sont dénoncés par les auteurs américains qui mettent en évidence leurs effets désastreux sur les populations laotiennes (Branfman 1971; Branfman 1972a; Branfman 1972b; Everingham 1972; Mullin 1974). Dans un registre plus technique, l'armée américaine produit ses propres études sur la guerre aérienne au Laos (Kipp 1969; Lofgren and Sexton 1973; Noell 1972; Roth 1971) 13 . Ces recherches seront approfondies par la suite et l'on dispose aujourd'hui d'études très complètes sur le sujet (Ballard 1982; Berger 1977; Lamy 1996; Van Staaveren 1993). Il faut encore mentionner les témoignages de pilotes américains qui ont participé à ces opérations (Davis 1996; Drury 1986).

c. La guerre clandestine Comme nous l'avons vu, les américains avaient rapidement pris la succession des Français pour équiper et entraîner de l'armée royale laotienne. Cette politique d'encadrement militaire se poursuit tout long de la guerre du Vietnam (Clarke 1988; Sananikone 1981; Vongsavanh 1981) . La combativité des troupes régulières laotiennes ne répondant pas aux leurs attentes, les stratèges américains vont envisager d'autres solutions pour combattre le Pathet Lao et les Nord Vietnamiens. En plus des unités spéciales qui opèrent au Laos (Plaster 1997; Singlaub and McConnell 1991; Stanton 1990), la CIA va mobiliser sa propre armée clandestine composée de mercenaires thaïlandais et des volontaires Hmong de l'"Armée secrète" du général Vang Pao. Ce sont ces troupes qui indépendamment de l'armée régulière vont engager les combats les plus meurtriers contre les forces communistes. La guerre clandestine de l'"Armée secrète" se concentre dans le nord du pays et plus particulièrement dans la plaine des Jarres. Dans le sud, la mobilisation des minorités ethniques contre les communistes rencontre moins de succès. Un programme d’encadrement de volontaires Lao Thoeng est lancé en 1961. Abandonné en 1962, il est revitalisé sous le nom de code “Project Hark” en 1965 (Conboy, 1989). Ce programme militaire permet la formation de petites unités de reconnaissance et de renseignement infiltrées le long de la piste Ho Chi Minh. Elles agissent conjointement avec des

13 Pour une liste plus complète des études de l'armée américaine consacrées à la guerre aérienne en Asie du sud est, cf. Van Staarven, 1993.

16

forces spéciales américaines et sud vietnamiennes qui conduisent des raids contre l’axe logistique de Viêt-cong (Bendell 1993; Saal 1990; Singlaub and McConnell 1991; Stanton 1985; Yarborough 1991). La relative inefficacité de ces opérations terrestres ainsi que des campagnes de bombardements, de guerre chimique (Buckingham 1982) et de guerre électronique (Weiss 1971) de l’US Air Force entraîne en 1971 l'invasion du sud du Laos par 20'000 soldats sud vietnamiens dans le cadre de l'opération Lam Son 719 (Nguyen 1979; Nolan 1986) 14 .

L'intervention de la CIA au Laos occupe une place particulière dans l'histoire des opérations clandestines de l'agence américaine (Blum 1986; Blum 1995; Prados 1986) . Menée sur une échelle sans précédent, elle recouvre aussi bien des missions de renseignements et d'évaluations (Usowski 1991), des entreprises de déstabilisation politique (Branfman 1976; Warner 1996), des missions aériennes de combat et de logistique (Leary 1984) que le contrôle d'une force militaire qui comptera jusqu'à 40'000 hommes (Castle 1979). L'ampleur de cette intervention ne pouvait que susciter des nombreuses publications, principalement aux États-Unis où l'expérience de la guerre du Vietnam a été un traumatisme national. Mais les opérations clandestines menées par la CIA au Laos ont largement été discutées pour une autre raison. Dans les années 1970, plusieurs auteurs ont diffusé la thèse de l'implication des services secrets américains dans le trafic d'opium au Laos (McCoy 1972; Robbins 1979). Une idée reprise dans un film de fiction grand public intitulé Air America où Mel Gibson joue le rôle d'un pilote de la compagnie homonyme.

Cette perspective n'est pas partagée par les auteurs des études les plus récentes, proches des cercles militaires, qui se concentrent sur les dimensions opérationnelles de la guerre clandestine. (Conboy and McCouaig 1989; Conboy 1995; Leary 1995; Linder 1995; Warner 1995; Warner 1996). De son côté, William Leary a fortement critiqué, dans ses travaux consacrés à Air America, les présentations caricaturales de la compagnie aérienne (Leary 1992; Leary 1996; Leary and Internet 1997). A ces analyses générales des activités de la CIA au Laos viennent s'ajouter un certain nombre d'approches biographiques.

Nous disposons tout d'abord des mémoires de certains acteurs de ces événements. Richard Secord, un officier de l'US Air Force qui sera plus tard impliqué dans l'Iran Gate, livre son

14 De 1961 à 1971, les Etats-Unis ont mené dans le cadre de l’opération "Ranch Hand" une campagne d’épandage d’herbicide en Asie du sud-est. A partir de 1965, l’opération "Ranch Hand" est étendue au sud Laos. Elle vise à éliminer la végétation qui offre un camouflage aux manœuvres des communistes, mais aussi à détruire les récoles pour empêcher le ravitaillement des combattants.

17

témoignage sur les opérations aériennes qu'il coordonne pour le compte de la CIA (Secord 1992). Douglas Blaufarb, chef de station de la CIA à Vientiane au milieu des années 1960, traite plus particulièrement de la doctrine contre-insurrectionnelle (Blaufarb 1972; Blaufarb 1977). A un autre niveau d’exécution, Roger Parker présente ses opérations dans la plaine des Jarres au début des années 1970 en tant qu'agent de la CIA (Parker 1995; Parker 1996; Parker 1997). Charles Davis relate ses missions aériennes effectuées pour le compte d'Air America à la fin des années 1960 (Davis 1996). Ralph McGehee propose la perspective d'un agent opérant pour le compte de la CIA en Thaïlande où se trouve la base arrière des opérations menées au Laos (McGehee 1983) . Sedgwick Tourison décrit son travail d'officier de renseignements de l'armée américaine au Laos où il arrive en 1971 et collabore étroitement avec la CIA (Tourison 1991, 1995, 1996). Et enfin Warner Smith fournit des détails sur une unité de la Marine américaine, placée sous l'autorité de la CIA, qui aurait opéré en Chine en Thaïlande et au Laos (Smith 1996) 15 .

Il faut ensuite citer deux biographies particulièrement intéressantes. La première est celle de Ted Shackley, chef de station de la CIA à Vientiane de 1966 à 1968 (Corn 1994). La seconde présente un personnage singulier, Edgar Buell détaché par l'International Voluntary Service au Laos, qui va rapidement collaborer avec la CIA pour mobiliser les Hmong dans la croisade anticommuniste de l'agence (Schanche 1970).

Trois études spécifiques ont été consacrées à l'engagement des Hmong au côté des États-Unis (Castle 1979; Hamilton-Merritt 1993, 1996). On peut également consulter des ouvrages plus généraux sur la mobilisation des minorités ethniques dans le cadre du conflit indochinois (Dassé 1976; Kunstader 1967). On trouvera enfin d'utiles informations sur le période dans des histoires du peuple Hmong (Chagnon and Rumpf 1983; Chan 1994; Glenn, Downing et al. 1986; Goldfarb 1982; Johns and Strecker 1986; Lartéguy and Yang 1979; Lewis and Tayanin 1992; Mottin 1980; Pfaff 1995; Quincy 1995; Yang 1993). Comme on peut le constater, la période américaine a été incomparablement plus étudiée que les autres périodes examinées dans cet essai. Ce qui ne signifie pas que toutes les questions posées par cette phase complexe du conflit indochinois ont été résolues. Paradoxalement, le point de vue des acteurs laotiens a été passablement négligés. Écrases par l'omniprésence de leurs tuteurs américains et nord vietnamiens, ils sont tantôt réduits au rôle de figurants (Conboy and McCouaig 1989) tantôt quasi absents du récit (Parker 1997). Une exception notable réside dans la prise en charge de leur propre histoire par les Hmong réfugiés aux États-

15 Nous employons ici le conditionnel, car la véracité du récit a été remise en cause

18

Unis (Chang 1993; Chan 1994; Mattison, Lo et al. 1994; Moua 1994). Leur perception du conflit nous est ainsi infiniment mieux connue que celle des Hmong qui ont soutenu le Pathet Lao durant la guerre.

Le Pathet Lao au pouvoir (1975-1997)

L'arrivée des communistes au pouvoir au Laos en 1975 ne clôt pas l'histoire des opérations militaires clandestines dans le pays. Alors que des dizaines de milliers de réfugiés sont internés en Thaïlande (Garrett 1974; Garrett 1980), des groupes de Hmong demeurés au Laos entreprennent des opérations de guérilla contre le gouvernement communiste (Yang 1982; Garrett 1974; Garrett 1980; Hamel 1981; Hamel 1994; Lee 1982; Yang 1993). Face aux quelques succès locaux des rebelles, et dans la crainte d’une contagion à d’autres secteurs de la société, le gouvernement laotien fait appel à l’armée vietnamienne qui intervient massivement en 1977. La répression des insurgés cause un nouvel exode Hmong en Thaïlande (Robinson 1991). Le refroidissement des relations sino-laotienne, consécutif à l’invasion vietnamienne du Cambodge en 1979 et à l’opération de représailles de l’armée chinoise dans le Nord du Vietnam, renforce la dépendance du Laos envers son allié vietnamien. Les rumeurs du recrutement par la Chine d’une armée d’insurgés laotiens provoque l’augmentation de la présence militaire vietnamienne (Stuart-Fox 1981). Au début des années 1980, on compte jusqu’à 30’000 soldats vietnamiens au Laos. C'est dans ce contexte qu'éclate l'affaire de la guerre chimique utilisée par le gouvernement laotien contre les minorités ethniques. En 1979, le Département d’État américain accuse les autorités laotiennes d'user d'armes chimiques pour éliminer les populations hostiles à son pouvoir (Haig 1982). Ces accusations seront reprises par plusieurs auteurs (Yang 1978; Hamilton-Merritt 1980; Seagrave 1981), alors que d'autres n’excluront pas une manipulation (Chagnon and Rumpf 1983; Evans 1983; Ziegler 1988).

Bien que la menace d’une déstabilisation du pays s’atténue au fil des années, des activités armées endémiques peuvent être constatées jusqu’à très récemment. En 1995, deux employés laotiens du Programme des Nations-Unies pour le contrôle des stupéfiants sont assassinés dans le Nord du Laos. En septembre 1996, un voyagiste français résidant au Laos depuis de nombreuses années est tué dans une embuscade tendue sur la route reliant Vientiane à Luang Prabang. Ces agressions ne seraient que les plus connues d’une série d’attaques armées conduites par des Hmong. S’agit-il des derniers survivants de ”l’Armée secrète” de Vang Pao comme l’affirment certaines sources à Vientiane (Torod 1997) ou de bandits inorganisés comme le prétendent les autorités de Vientiane ? Ce qui est certain, c’est que le contrôle des

19

autorités de Vientiane sur certaines contrées reculées du Nord-Ouest du pays est loin d’être absolu.

En dépit des quelques publications mentionnées, l'histoire des mouvements de résistance au Laos après 1975 est encore largement méconnue. Le dépouillement des dossiers d'archives du Fonds Deuve portant sur le sujet est une première étape pour améliorer notre connaissance du problème. Les développements les plus récents doivent également entrer dans nos considérations. Si l’hypothèse d’une persistance de la rébellion Hmong s’avérait exact, nous serions confrontés à l’une des plus étonnantes manifestations de continuité insurrectionnelle dans l’histoire de l’Asie du sud-est.

Bibliographie

--- (1961). “A Military Briefing on Laos.” Marine Corps Gazette N° 45, pp. 36-39.

Ackland, L. E. (1970). No Place for Neutralism: The Eisenhower Administration and Laos. Laos: War and Revolution. N. S. Adams and A. W. McCoy. New York, NY, Harper and Row.

Adams, N. S. (1970). Patrons, Clients and Revolutionaries: The Lao Search for Independance, 1945-1954. Laos: War and Revolution. N. S. Adams and A. W. McCoy. New York, NY, Harper and Row: pp. 100-120.

Allard,

H.

and

J.

Deuve

(1984).

Indochine

1945.

Témoignages

sur

une

résistance

méconnue: la lutte contre les Japonais au Laos. Montpellier, Université Paul Valéry.

Alleton, I. (1981). Les Hmong aux confins de la Chine et du Vietnam: la révolte du “Fou” (1918-1922). Histoire de l’Asie du Sud-Est: Révoltes, réformes, Révolutions. P. Brocheux. Lille, Presses universitaires de Lille: pp. 31-41.

Alpern, J. M. (1961). American Policy in Laos. Los Angeles, CA, Dept. of Anthropology, University of California.

Aymard, A. (1985). Tam-tam sur le Mékong. Paris, France Empire.

Ayrolles, L. H. (1949). L’Indochine ne répond plus. Saint-Brieuc, Prud’Homme.

Ballard, J. S. (1982). Development and Employment of Fixed-Wing Gunships, 1962-1972. Washington, DC, Office of Air Force History.

20

Bendell, D. (1993). Valley of Tears: Assault into Plei Trap. New York, NY, Dell.

Berger, C., Ed. (1977). The United States Air Force in Southeast Asia, 1961-1973. Washington, DC, United States Air Force, Office of Air Force History.

Bergot, E. (1979). Commandos de choc en Indochine: les héros oubliés. Paris, Grasset.

Bergot, E. (1986). 11e Choc. Paris, Presses de la Cité.

Black, E. F. (1964). “Laos: A Case Study of Communist Strategy.” Military Review N° 44, pp. 49-59.

Blaufarb, D. (1972). Organizing and Managing Unconventional War in Laos, 1962-1970. Santa Monica, CA, Rand Corporation.

Blaufarb, D. S. (1977). The Counterinsurgency Era: U.S. Doctrine and Performance, 1950 to the Present. New York, NY, Free Press.

Blum, W. (1986). The CIA: A Forgotten History. US Global Interventions since World War 2. London, Atlantic Highlands.

Blum, W. (1995). Killing Hope: U.S. Military and CIA Interventions Since World War II. Monroe, ME, Common Courage Press.

Bodinier,

G.,

Ed.

(1987).

La

guerre

d’Indochine,

1945-1954:

textes

et

documents.

Vincennes, Service Historique de l’Armée de Terre.

Boucher de Crévecoeur, J. (1985). La libération du Laos, 1945-1946. Vincennes, Service Historique de l’Armée de Terre.

Boucher de Crèvecoeur, J. (1984). “La libération du Laos: de la jungle aux villes.” Revue historique des armées N° 4, pp. 72-83.

Branfman, F. (1971). Air War, Laos: A Policy of Bombing Civilian Targets in a Rural Society. Washington, Dispatch News Service International.

Branfman, F. (1972a). Bombing in Laos: A Crime Against Humanity. The Wasted Nations. F. Browning and D. Forman. New York, Harper Colophon Books: pp. 63-80.

Branfman, F., Ed. (1972b). Voices from the Plain of Jars: Life under an Air War. New York, NY, Harper & Row.

Branfman, F. (1976). The President’s Secret Army: A Case Study. The CIA in Laos, 1962- 1972. The CIA File. B. R.L. and M. J.D. New York, Gossman: pp. 46-78.

21

Brown, M. (1992). Prince Souphanouvong: The Resistance Years. A Fascinating Image. Autobiography of Prince Souphanouvong. Vientiane, Committee for Social Sciences of the Lao P.D.R., pp. 122-132.

Brown, M. and J. J. Zasloff (1986). Apprentice Revolutionaries: the Communist Movement in Laos, 1930-1985. Stanford, CA, Hoover Institution Press.

Buckingham, W. A. (1982). Operation Ranch Hand: The Air Force and Herbicides in Southeast Asia, 1961-1971, Washington, DC, Office of Air Force History.

Burchett, W. G. (1959). Mekong Upstream: A Visit to Laos and Cambodia. Berlin, Seven Seas Publishers.

Burchett, W. G. (1963). The Furtive War: The U.S. in Laos and Vietnam. New York, NY, International.

Caply, M. (1966). Guérilla au Laos (l’occupation japonaise au Laos, 1940-1945). Paris, Presses de la Cité.

Caply, M. (1970). “La technique Pathet Lao de conquête d’un village.” Revue militaire générale, pp. 31-43.

Caply, M. (1971). “L’action politico-militaire du Pathet Lao contre un poste isolé.” Revue militaire générale, pp. 393-411.

Castle, T. N. (1979). Alliance in a Secret War: The United States and the Hmong of Northeastern Laos. M.A. thesis, San Diego State University.

Castle, T. N. (1991). At War in the Shadow of Vietnam: United States Military to the Royal Lao Government, 1955-75. Ph.D. diss., University of Hawaii.

Castle, T. N. (1993). At War in the Shadow of Vietnam: U.S. Military Aid to the Royal Lao Government 1955-75. New York, NY, Columbia University Press.

Césari, L. (1996). “Une cause méconnue de la guerre du Viet-nam: la neutralisation du Laos.” Cahiers de l’IHTP N° 34, pp. 157-168.

Chae-Jin, L. (1970). “International Neutralization: Experiments and Implications of the Laotian Case.” Journal of Asiatic Studies N° 13, pp. 333-349.

Chagnon, J. and R. Rumpf (1983). “The Search for Yellow Rain.” Southeast Asia Chronicle.

22

Chan, S., Ed. (1994). Hmong Means Free: Life in Laos and America. Philadelphia, PA, Temple University Press.

Chang, K. (1993). Kou Chang’s Story: The Journey of a Laotian Hmong Refugee Family. Rochester, NY, Visual Studies Workshop Press.

Charbonneau, R. and J. Maigre (1980). Les parias de la victoire. Paris, France Empire.

Chezal, G. (1947). Parachuté en Indochine. Paris, Les deux sirènes.

Christie, C. J. (1979). “Marxism and the History of Nationalist Movements in Laos.” Journal of Southeast Asian Studies N° 10, pp. 146-158.

CIA, Ed. (1964). The Structure of Communist Organizations in Laos as of March 1964, CIA-319/00003-64, 20 October 1964.

Clarke, J. J. (1988). Advice and Support: The Final Years, 1965-1973. Washington, DC, Center of Military History.

Conboy, K. (1995). Shadow War: The CIA’s Secret War in Laos. Boulder, CO, Paladin Press.

Conboy, K. and S. McCouaig (1989). The Wars in Laos, 1960-75. London, Osprey.

Corn, D. (1994). Blond Ghost: Ted Shackley and the CIA’s Crusades. New York, NY, Simon & Schuster.

Craig, W. T. (1994). Lifer! From Infantry to Special Forces. New York, NY, Ivy Books.

Crickshank, C. (1983). SOE in the Far East. New York, NY, Oxford University Press.

Dassé, M. (1976). Montagnards, Revoltes et Guerres Révolutionaires en Asie du Sud-Est Continentale. Bangkok, DK Book House.

Dassé, Martial (1976). Montagnards, Revoltes et Guerres Révolutionaires en Asie du Sud- Est Continentale, Bangkok, DK Book House, 288 p.

David,

M.

(1988).

contemporaine.

L’Action,

les

maquis

de

Tra

Ninh.

Poitier,

Maîtrise

d’histoire

David, M. (1994). “Un maquis français au Laos en 1953-1954.” Guerres mondiales et conflits contemporains N° 45, pp. 75-90.

23

Davis, C. O. (1996). Across the Mekong: The True Story of an Air America Helicopter Pilot. Charlottesville, VA, Hildesigns.

Davis, Charles O. (1996). Across the Mekong: The True Story of an Air America Helicopter Pilot, Charlottesville, VA, Hildesigns, 224 p.

De Puy-Monbrun, D. (1972). “Les chemins secrets de la guérilla.” Historia, hors série

25.

De Puy-Monbrun, D. (1977). Les chemins sans croix. Paris, Presses de la Cité.

Deuve,

J.

(1984).

Le

Royaume

du

Laos,

1949-1965:

histoire

événementielle

de

l’indépendance à la guerre américaine. Paris, Ecole Française d’Extrême Orient.

Deuve, J. (1992). Le Laos, contribution à l'histoire du mouvement Lao Issara. Montpellier, Université Paul-Valéry.

Deuve, J. (1995). La guerre secrète au Laos contre les communistes, 1955-1964. Paris, L’Harmattan.

Deuve, J. (1997). Guérilla au Laos. Paris, L’Harmattan.

Dinh, N. Q. (1964). “Conflits idéologiques et contrôle international au Laos.” Annuaire français de droit international, pp. 64-80.

Dinh, T. V. (1970). The Birth of the Pathet Lao Army. Laos: War and Revolution. N. H. Adams and A. W. McCoy. New York, Harper and Row.

Dommen, A. J. (1971). Conflict in Laos: The Politics of Neutralization. New York, NY, Praeger.

Dommen, A. J. (1975). “Communist Strategy in Laos.” Problems of Communism N° 24, pp. 53-66.

Dommen, A. J. (1996). 1996 Vietnam Symposium. “After the Cold War: Reassessing Vietnam”, 18-20 April 1996. How Laos Became Involved in the Cold War, 1954-1962.

Dommen, A. J. and G. W. Dalley (1991). “The OSS in Laos: The 1945 Raven Mission and American Policy.” Journal of Southeast Asian Studies N° 22, pp. 327-346.

Doty, E. R. L. and R. C. Widner (1974). Logistics Support for the Royal Lao Air Force as Contucted by a MAAG in Exile. M.A. thesis, Air Force Institut of Technology, Wright- Patterson AFB, OH.

24

Drury, R. (1986). My Secret War. New York, NY, St. Martin’s.

Eddy, J. H. (1971). The Neutralization of Laos, 1959-62: A Case Study in the Application of a Theory of Equilibrium. thesis, University of Oklahoma.

Epstein, I. (1961). Laos in the Mirror of Geneva. Peking, New World Press.

Evans, G. (1983). The Yellow Rainmakers: Are Chemical Weapons Being Used in Southeast Asia? London, Verso.

Everingham, J. (1972). “Let Them Eat Bombs.” Washington Monthly N° 4, pp. 10-16.

Fall, B. (1957). “The International Relations of Laos.” Pacific Affairs N° 30, pp. 22-34.

Fall, B. (1961). “The Laos Tangle.” International Journal N° 16, pp. 138-157.

Fall, B. (1965). The Pathet Lao: A “Liberation Party”. The Communist Revolution in Asia:

Tactics, Goals and Achievements. R. A. Scalapino. Englewood Cliffs, NJ, Prentice Hall.

Fall, B. (1969). Anatomy of a Crisis: The Laotian Crisis of 1960-1961. New York, NY, Doubleday.

Fletcher, D. (1981). Revolution in Laos: The “Fourth Generation” of People’s War ? Townsville, QLD, Committee of South-East Asian Studies, James Cook University of North Queensland.

Garner, J. R. (1994). Code Name: Copperhead. My True-Life Exploits as a Special Forces Soldier. New York, NY, Simon & Schuster.

Garrett, W. (1974). “The Hmong of Laos: No Place to Run.” National Geographic Magazine N° 145, pp. 78-111.

Garrett, W. (1980). “Thailand: Refuge from Terror.” National Geographic Magazine N° 157, pp. 633-642.

Gay, B. (1987). Les mouvements millénaristes du Centre et du Sud Laos et du Nord-Est du Siam, 1895-1910, Paris, PhD thesis,

Gay, B. (1989). La perception des mouvements millénaristes du Sud et Centre Laos (fin du XIXe siècle - milieu du XXe siècle) depuis la décolonisation. Premier symposium franco-

Institut

soviétique sur l’Asie du Sud-Est. Vostokvedeniiya, pp. 229-40.

R.

V.

Pozner

and

O.

V.

Rybina.

Moscou,

Gentil, P. (1950). Remous sur le Mékong, sursauts de l’Asie. Paris, Lavauzelle.

25

Glasser, J. D. (1995). The Secret Vietnam War: The United States Air Force in Thailand, 1961-1975. Jefferson, NC, McFarland & Co.

Glenn, L. H., B. T. Downing, et al., Eds. (1986). The Hmong in Transition. Minneapolis, MN, Southeast Asian Refugee Studies of the University of Minnesota.

Goldfarb, M. (1982). Fighters, Refugees, Immigrants: A Story of the Hmong. Minneapolis, MN, Carolrhoda Books.

Goldstein, M. E. (1968). American Policy Toward Laos, 1954-1962: A Study in Conflict Resolution and Intervention. thesis Ph.D., University of Pennsylvania.

Goldstein,

M.

E.

(1973).

Dickinson University Press.

American

Policy

toward

Laos.

Rutherford,

NJ,

Fairleigh

Gronier, M. (1950). Riz et pruneaux: avec les commandos dans la brousse d’Indochine. Paris, Emile-Paul Frères.

Gunn, G. (1989). “Rebellion in Northern Laos: The Revolts of the Lu and the Chinese Republicans (1914-1916).” The Journal of the Siam Society N° 77, pp. 61-68.

Gunn, G. C. (1985). “A Scandal in Colonial Laos: The Death of Bac My and the Wounding of Kommadan Revisited.” Journal of the Siam Society N° 73, pp. 42-59.

Gunn, G. C. (1986). “Shamans and Rebels: The Batchai (Meo) rebellion of Northern Laos and North-West Vietnam.” Journal of the Siam Society N° 74, pp. 107-121.

Gunn, G. C. (1987). Road Through the Mountains: The Origins of Nationalism and Communism in Laos, 1930-1954. Ann Arbor, MI, Univ. Microfilms International.

Gunn, G. C. (1988). Political Struggles in Laos, 1930-1954: Vietnamese Communist Power and the Lao Struggle for National Independence. Bangkok, Editions Duang Kamol.

Gunn, G. (1990). Rebellion in Laos: Peasant and Politics in a Colonial Backwater. Boulder, CO, Westview.

Gunn, G. C. (1991). “People’s War in Laos: A New Guerrilla Model ?” Journal of Contemporary Asia N° 21, pp. 529-536.

Haig, A. M. (1982). Chemical Warfare in Southeast Asia and Afghanistan: Report to the Congress from the Secretary of State Alexander M. Haig, March 22 1982. Washington, DC, United States, Departement of State.

26

Hall, D. K. (1971). Laos Crisis, 1960-61. The Limits of Coercive Diplomacy: Laos, Cuba, Vietnam. A. L. George, D. K. Hall and W. E. Simons. Boston, MA, Little Brown, pp. 36-85.

Halpern, J. M. (1959). America and Laos: Two Views of Political Strategy and Technical Assistance. Los Angeles, CA, University of California.

Halpern, J. M. (1964). Government, Politics, and Social Structure of Laos: A Study in Tradition and Innovation. Los Angeles, CA, University of California at Los Angeles.

Halpern, J. M. and W. S. Turley, Eds. (1990). The Training of Vietnamese Communist Cadres in Laos: The Notes of Do Xuan Tao, Vietnamese Economics Specialist Assigned to the Pathet Lao in Xieng Khouang, Laso, 1968. Christiansburg, VA, Dalley Book Service.

Hamel, B. (1981). Résistance en Indochine, 1975-1980. Paris, IREP.

Hamel,

L’Harmattan.

B.

(1994).

Résistances

au

Vietnam,

Cambodge

et

Laos,

1975-1980.

Paris,

Hamilton-Merritt, J. (1980). “Poison-gas War in Laos.” Reader’s Digest N° 11, pp. 19-27.

Hamilton-Merritt, J. (1993). Tragic Mountains: The Hmong, the Americans, and the Secret Wars for Laos, 1942-1992. Bloomington, Indiana University Press.

Hamilton-Merritt, J. (1996). 1996 Vietnam Symposium. "After the Cold War: Reassessing Vietnam", 18-20 April 1996.Broken Promises: The U.S. and the Hmong in Laos.

Hannah, N. B. (1987). The Key to Failure: Laos and the Vietnam War. Lanham, MD, Madison Books.

Hartwig, R. C., T. W. McClain, et al. (1975). Twenty Years of Military Assistance to Laos. Maxwell Air Force Base, AL, Air War College.

Hesse d’Alzon, C. (1988). La présence militaire française en Indochine, 1940-1945. Vincennes, Service Historique de l’Armée de Terre.

Hoa, P. V. (1962). La neutralité du Laos. thèse, Droit, Paris.

Howard, J. D. (1976). “GCMA/GMI: A French Experience in Indochina.” Military Review N° 56, pp. 76-81.

Huitric, E. (1976). Le 11e Choc. Paris, Editions de la Pensée moderne.

Jacquin, H. (1979). La guerre secrète en Indochine. Paris, Olivier Orban.

27

Johns, B. and D. Strecker, Eds. (1986). The Hmong World. New Haven, CT, Yale University, Southeast Asia Studies.

Kerby, R. L. (1977). “American Military Airlift During the Laotian Civil War, 1958-1963.” Aerospace Historian N° 24, pp. 1-9.

Kipp, R. (1969). B-52 Operations in Southeast Asia, 1967: A Summary Narrative. Offutt Air Force Base, Nebr., Strategic Air Command.

Kunstader, P., Ed. (1967). Southeast Asian Tribes, Minorities and Nations. Princeton, NJ, Princeton University Press.

Lamy, P. L. (1996). Barrel Roll, 1968-73: An Air Campaign in Support of National Policy. Maxwell Air Force Base, AL, Air University Press.

Langer, P. F. (1968). The North Vietnamese Military Advisers in Laos: A First Hand Account. Santa Monica, CA, Rand Corp.

Langer, P. F. (1972). The Soviet Union, China and the Pathet Lao: Analysis and Chronology. Santa Monica, CA, Rand Corporation.

Langer, P. F. (1973). “The Soviet Union, China and the Revolutionary Movement in Laos.” Studies in Comparative Communism: pp. 66-98.

Langer, P. F. and J. J. Zasloff (1969). Revolution in Laos: The North Vietnamese and the Pathet Lao. Santa Monica, CA, Rand Corporation.

Langer, P. F. and J. J. Zasloff (1970). North Vietnam and the Pathet Lao: Partners in the Struggle for Laos. Cambridge, MA, Harvard University Press.

Lartéguy, J. (1965). Les tambours de bronze. Paris, Presses de la cité.

Lartéguy, J. and Yang, D. (1979). La fabuleuse aventure du peuple de l’opium. Paris, Presses de la Cite.

Leary, W. M. (1984). “CAT at Dien Bien Phu.” Aerospace Historian, pp. 177-184.

Leary, W. M. (1984). Perilous Missions: Civil Air Transport and CIA Covert Operations in Asia. Tuscaloosa, AL, University of Alabama Press.

Leary, W. M. (1992). Air America: Myth and Reality. Paper presented at University of Texas.

28

Leary, W. M. (1995). “The CIA and the “Secret War” in Laos: The Battle for Skyline Ridge, 1971-72.” Journal of Military History N° 59, pp. 505-517.

Leary, W. M. (1996). 1996 Vietnam Symposium. “After the Cold War: Reassessing Vietnam”, 18-20 April 1996. Air America in Laos.

Leary,

W.

M.

and

Internet

(1997).

america.org/truth.html, env. 5 p.

“Air

America:

Truth.”

http://www.air-

Lederer, W. (1961). Un peuple de mouton. Paris, Laffont.

Lee, G. Y. (1982). Minority Policies and the Hmong in Laos. Contemporary Laos. M. S. Fox. St. Lucia, QLD, Queensland University Press, pp. 199-219.

Levine, A. J. (1995). The United States and the Struggle for Southeast Asia, 1945-1975. Westport, CT, Praeger.

Lewis, J. and D. Tayanin, Eds. (1992). Minority Cultures of Laos: Kammu, Lua’, Lahu, Hmong, and Mien. Rancho Cordova, CA, Southeast Asia Community Resource Center.

Linder, J. C. (1995). “The Fall of Lima Site 85: The War in Laos.” Studies in Intelligence N° 38.

Lo, S.-f. (1970). “Strategic and Tactical Problems of the Laotian Communists.” Issues and Studies N° 6, pp. 39-49.

Lofgren, W. W. and R. R. Sexton (1973). Air

War

in

Northern

Laos,

1

April

-

30

November 1971. Maxwell Air Force Base, Ala, Air Force Historical Research Center.

Mahajani, U. (1971). “President Kennedy and United States Policy in Laos, 1961-63.” Journal of Southeast Asian Studies N° 2, pp. 87-99.

Manich Jumsai, M. L. (1961). Battle of Vientiane of 1960. With Historical Background Leading to the Battle. Bangkok, Prayura Phisnaka.

Mattison, W., L. Lo, et al. (1994). Hmong Lives: From Laos to La Crosse. Stories of Eight Hmong Elders. La Crosse, WI, Pump House Regional Center for the Arts.

McCoy, A. W. (1972). The Politics of Heroin in Southeast Asia. New York, NY, Harper and Row.

McGehee, R. (1983). Deadly Deceits: My 25 Years in the CIA. New York, NY, Sheridan Square Publications.

29

Merinville, L. (1967). “Le Pathet Lao. Essai historique des origines à 1966.” Revue militaire générale.

Mirsky, J. and S. E. Tonefield (1971). The United States in Laos, 1945-1962. America’s Asia: Dissertation Essays on Asian-American Relations. E. Friedman and M. Selden. New York, NY, Vintage Book.

Modelski, G. (1962). International Conference on the Settlement of the Laotian Question 1961-2. Canberra, Dept. of International Relations, Australian National University.

Moppert, F. (1978). Mouvement de résistance au pouvoir colonial français de la minorité proto-indochinoise du plateau des Bolovens dans le sud du Laos, 1901-1936. Paris, PhD thesis.

Moppert, F. (1981). La révolte des Bolovens (1901-1936). Histoire de l’Asie du Sud-Est. Révoltes, réformes, révolutions. P. Brocheux. Lille, Presses universitaires de Lille: pp. 47-62.

Mottin, J. (1980). History of the Hmong. Bangkok, Odeon Store.

Moua, H. V. (1994). Trails Through the Mists. Eau Claire, WI, Beverly Hill Drive.

Muelle, R. (1993). Commandos et maquis : service action en Indochine: GMCA Tonkin, 1951-1954. Paris, Presses de la Cité.

Mullin, C. (1974). “The Secret Bombing of Laos: The Story Behind Nine Years of U.S. Attacks.” Asia Magazine N° 14, pp. 3-8.

Murdoch, J. B. (1974). “The 1901.1902 “Holy Men’s” Rebellion.” Journal of the Siam Society N° 62, pp. 47-66.

Murdoch, J. B. and D. K. Wyatt, Eds. (1978). Iron man of Laos, Prince Phetsarath Ratanavongsa. Ithaca, NY, Southeast Asia Program, Dept. of Asian Studies, Cornell University.

Nguyen, D. H. (1979). Lam Son 719. Washington, DC, U.S. Army Center of Military History.

Noell, R. Y. (1972). Tactical Air Command in Southeast Asia, 1961-1968. Langley Air Force Base, VA, Tactical Air Command.

Nolan, K. W. (1986). Into Laos: The Story of Dewey Canyon II/Lam Son 719; Laos 1971. Novato, CA, Presidio.

30

Norindr, C. (1980). Le Neo Lao Hak Sat ou le Front Patriotique et la Révolution laotienne. Paris, Université de la Sorbonne nouvelle.

Pace, E. (1961). “Laos: Continuing Crisis.” Foreign Affairs: pp. 64-74.

Parker, J. E. (1995). Codename Mule: Fighting the Secret War in Laos for the CIA. Annapolis, MD, Naval Institute Press.

Parker, J. E. (1996). Last Man Out. Camden, SC, John Culler & Sons.

Parker, J. E. (1997). Covert Ops: The CIA’s Secret War in Laos, St. Martins Mass Market Paper.

Paul, R. A. (1971). “Laos: Anatomy of an American Involvement.” Foreign Affairs N° 49, pp. 533-547.

Pfaff, T. (1995). Hmong in America: Journey from a Secret War. Eau Claire, WI, Chippewa Valley Museum Press.

Plaster, J. (1997). S.O.G.: The Secret Wars of America’s Commandos in Vietnam. New York, NY, Simon & Schuster.

Porch, D. (1995). The French Secret Services: From the Dreyfus Affair to the Gulf War. New York, NY, Farrar, Straus and Giroux.

Prados, J. (1986). Presidents’ Secret Wars: CIA and Pentagon Covert Operations since World War II. New York, NY, W. Morrow.

Pratt, J. C. (1974). Laotian Fragments: The Chief Raven’s Story. New York, NY, Viking.

Quincy, K. (1995). Hmong: History of a People. Cheney, WA, Eastern Washington University.

Randle, R. (1974). “Peace in Vietnam and Laos: 1954, 1962, 1973.” Orbis N° 18, pp. 868-

887.

Rapin, A.-J. (1998). “Politique laotienne, services de renseignements et mouvements de résistance. L'apport du Fonds Deuve à l'historiographie du Laos.” Bulletin du Ceria N° 1, pp.

18-20.

Robbins, C. (1979). Air America: The Story of the CIA’s Secret Airlines. New York, NY, Putnam.

31

Robbins, C. (1987). The Ravens: The Men Who Flew in America’s Secret Wars In Laos. New York, NY, Crown Publishers.

Robbins, C. (1988). Air America: The True Story of the CIA’s Mercenary Fliers in Covert Operations from Pre-War China to Present Day Nicaragua. London, Corgi Books.

Robinson, W. C. (1991). Laotian Refugees in Thailand: The Thai and US Response, 1975 to 1988. Laos: Beyond the Revolution. J. J. Zasloff and L. Unger. London, MacMillan: pp.

215-240.

Rochet, C. (1946). Pays lao: le Laos dans la tourmente. Paris, Vigneau.

Rose, S., Ed. (1963). Politics in Southern Asia: Independence and Political Rivalry in Laos, 1945-1961. London, MacMillan.

Roswell, B. W. (1964). Case Study of US Counterinsurgency Operations in Laos, 1955- 1962. McLean, VA, Research Analysis Corporation.

Roth, M. J. C. (1971). “Nimrod: King of the Ho Chi Minh Trail.” Air Force Magazine N° 54, pp. 30-34.

Royal Lao Government, M. o. F. A. (1969). White Book on the Violations of the 1962 Geneva Accords by the Government of North Vietnam. Vientiane.

Saal, H. (1990). SOG, MACV Studies and Observations Group: Behind Enemy Lines. Ann Arbor, MI, Edwards Brothers.

Salan, R. (1970-1974). Mémoires. Paris, Presses de la Cité.

Sananikone, O. (1981). The Royal Lao Army and U.S. Army Advice and Support. Washington, DC, U.S. Army Center of Military History.

Satawedin, D. (1984). Thai-American Alliance During the Laotian Crisis, 1959-1962: A Case Study of the Bargainning Power of a Small State. DeKalb, IL, Northern Illinois University.

Schanche, D. A. (1970). Mister Pop. New York, NY, David Mckay.

Seagrave, S. (1981). Yellow Rain: A Journey Through the Terror of Chemical Warfare. New York, NY, M. Evans.

Secord, R. (1992). Honored and Betrayed: Irangate, Covert Affairs, and the Secret War in Laos. New York, NY, Wiley.

32

Simmonds, E. H. S. (1963). Independence and Political Rivalry in Laos, 1945-61. Politics in Southern Asia. S. Rose. London, Macmillan: pp. 164-99.

Singlaub, J. K. and M. McConnell (1991). Hazardous Duty: An American Soldier in the Twentieth Century. New York, NY, Summit Books.

Sirikrai, S. (1981). Thai-American Relations in the Laotian Crisis of 1960-1962. Ann Arbor, MI, University Microfilms.

Smith, R. H. (1972). OSS: The Secret History of America’s First Central Intelligence Agency. Berkley, University of California Press.

Smith, W. (1996). Covert Warrior: Fighting the CIA’s Secret War in Southeast Asia and China, 1965-1967. Novato, CA, Presidio.

Spector, R. H. (1983). United States Army in Vietnam. Advice and Support: The Early Years, 1941-1960. Washington, DC, Center of Military History, U.S. Army.

Stanton, S. L. (1985). Green Berets at War: U.S. Army Special Forces in Southeast Asia, 1956-1975. Novato, CA, Presidio Press.

Stanton, S. L. (1990). Special Forces at War: An Illustrated History, Southeast Asia 1957- 1975. Charlottesville, VA, Howell Press.

Stevenson, C. A. (1972). The End of Nowhere: American Policy Toward Laos since 1965. Boston, MA, Beacon.

Stuart-Fox, M. (1981). “Laos in China’s Anti-Vietnam Strategy.” Asia Pacific Community N° 11, pp. 83-104.

Stuart-Fox, M. (1997). A History of Laos. New York, NY, Cambridge University Press.

Taylor, S. C. (1990). Laos: The Escalation of a Secret War. The Vietnam War as History. E. J. Errington. New York, NY, Preager, pp. 73-90.

Thee, M. (1973). Notes of a Witness: Laos and the Second Indochina War. New York, NY, Random House.

Tong, A. (1965). “Le parti communiste laotien.” Est et Ouest N° 17, pp. 19-24.

Torod, G. (1997). “Les Hmong, combattants de la liberté ou bandits sanguinaires.” Courrier international N° 325.

33

Tourison, S. D. (1991). Talking with Victor Charlie: An Interrogator's Story, New York, NY, Ivy Books.

Tourison, S. D. (1995). Secret Army, Secret War: Washington's Tragic Spy Operation in Vietnam, Annapolis, MD, Naval Institute Press, 389 p.

Tourison, S. D. (1996). 1996 Vietnam Symposium. "After the Cold War: Reassessing Vietnam", 18-20 April 1996. Military Intelligence in Southeast Asia, 1970-1975.

Toye, H. (1968). Laos: Buffer State or Battleground ? London, Oxford University Press.

Trager, F. N. (1963). “Laos and Defense of Southeast Asia.” Orbis N° 7, pp. 550-582.

Trinquier, R. (1976). Les maquis d’Indochine, 1952-1954. Paris, Editions Albatros.

Trinquier, R. (1979). “Témoignage: les maquis d’Indochine.” Revue historique des armées, pp. 169-190.

Usowski, P. S. (1991). “Intelligence Estimates and US Policy Toward Laos, 1960-63.” Intelligence and National Security N° 6, pp. 367-394.

Valery, E. (1954). Dix-neuf hommes dans la brousse. Paris, Arthaud.

Van Staaveren, J. (1993). Interdiction in Southern Laos, 1960-1968: The United States Air Force in Southeast Asia. Washington, DC, Center for Air Force History.

Vongsavanh, S. (1981). RLG Military Operations and Activities in the Laotian Panhandle. Washington, DC, U.S. Army Center of Military History.

Warner, R. (1995). Back Fire: The CIA’s Secret War in Laos and Its Link to the War in Vietnam. New York, NY, Simon & Schuster.

Warner, R. (1996). Out of Laos: A Story of War & Exodus. Rancho Cordova, CA, Southeast Asian Community Resource Center.

Warner, R. (1996). Shooting at the Moon: The Story of America Clandestine War in Laos. South Royalton, VT, Steerforth Press.

Weisbrod, H. (1971). “Australia’s near Involvement in Laos: 1959-1962.” Australia Quarterly N° 42, pp. 7-16.

Weisbrod, Hanno (1971)." Australia's near Involvement in Laos: 1959-1962", Australia Quarterly, N° 42, pp. 7-16.

34

Weiss, G. L. (1971). “The Air Force’s Secret Electronic War.” Indochina Chronicle N° 6, pp. 2-8.

Yang, D. (1978). “Guerre des gaz: solution communiste des problèmes des minorites au laos?” Temps modernes, pp. 1208-1222.

Yang, D. (1982). Why Did the Hmong Leave Laos ? The Hmong in the West. B. T. Downing and D. P. Olney. Minneapolis, MN, Southeast Asian Refugee Studies Project, Center for Urban and Regional Affairs, University of Minnesota, pp. 3-18.

Yang, D. (1993). Hmong at the Turning Point. Minneapolis, WorldBridge Associates.

Yang, H. (1993). Through the Spirit’s Door: A True Story of the Hmong People at War, 1975-1980. Arlington, TX, HYCO International.

Yarborough, T. (1991). Da Nang Diary: A Forward Air Controller’s Year of Combat over Vietnam. New York, NY, St. Martin’s Press.

Young, K. R. (1972). “The United States and Laos: The Kong Le Debacle.” Asian Forum N° 4, pp. 22-40.

Zasloff, J. J. (1973). The Pathet Lao: Leadership and Organization. Lexington, MA, Lexington Books.

Ziegler, D. W. (1988). “Yellow Rain: An Analysis That Went Awry ?” International Journal of Intelligence and Counterintelligence N° 2, pp. 91-113.

35