Vous êtes sur la page 1sur 227
Considérations sur l'éloquence françoise de ce tems . [Par F. de La Mothe Le Vayer]
Considérations sur l'éloquence françoise de ce tems . [Par F. de La Mothe Le Vayer]

Considérations sur l'éloquence françoise de ce tems . [Par F. de La Mothe Le Vayer]

Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France

La Mothe Le Vayer, François de (1588-1672). Considérations sur l'éloquence françoise de ce tems .
La Mothe Le Vayer, François de (1588-1672). Considérations sur l'éloquence françoise de ce tems .

La Mothe Le Vayer, François de (1588-1672). Considérations sur l'éloquence françoise de ce tems . [Par F. de La Mothe Le Vayer]. 1638.

1/ Les contenus accessibles sur le site Gallica sont pour la plupart des reproductions numériques d'oeuvres tombées dans le domaine public provenant des collections de la BnF.Leur réutilisation s'inscrit dans le cadre de la loi n°78-753 du 17 juillet 1978 :

*La réutilisation non commerciale de ces contenus est libre et gratuite dans le respect de la législation en vigueur et notamment du maintien de la mention de source. *La réutilisation commerciale de ces contenus est payante et fait l'objet d'une licence. Est entendue par réutilisation commerciale la revente de contenus sous forme de produits élaborés ou de fourniture de service.

2/ Les contenus de Gallica sont la propriété de la BnF au sens de l'article L.2112-1 du code général de la propriété des personnes publiques.

3/ Quelques contenus sont soumis à un régime de réutilisation particulier. Il s'agit :

*des reproductions de documents protégés par un droit d'auteur appartenant à un tiers. Ces documents ne peuvent être réutilisés, sauf dans le cadre de la copie privée, sans l'autorisation préalable du titulaire des droits.

*des reproductions de documents conservés dans les bibliothèques ou autres institutions partenaires. Ceux-ci sont signalés par la mention Source gallica.BnF.fr / Bibliothèque

municipale de

(ou autre partenaire). L'utilisateur est invité à s'informer auprès de ces bibliothèques de leurs conditions de réutilisation.

4/ Gallica constitue une base de données, dont la BnF est le producteur, protégée au sens des articles L341-1 et suivants du code de la propriété intellectuelle.

5/ Les présentes conditions d'utilisation des contenus de Gallica sont régies par la loi française. En cas de réutilisation prévue dans un autre pays, il appartient à chaque utilisateur de vérifier la conformité de son projet avec le droit de ce pays.

6/ L'utilisateur s'engage à respecter les présentes conditions d'utilisation ainsi que la législation en vigueur, notamment en matière de propriété intellectuelle. En cas de non respect de ces dispositions, il est notamment passible d'une amende prévue par la loi du 17 juillet 1978.

7/ Pour obtenir un document de Gallica en haute définition, contacter reutilisation@bnf.fr.

c. p~

)-"

X.

1

· Ç)

~&

~o

£.-

CONSIDERATIONS

S V R

L'ELOQ

FRANÇOISE

DE

CE

TE

VENCE

M S.

Chez

S tBAST ordinaire

A

PARIS,

iBN C R.A M ois

du Roy,

rue ~in&

aux Cicogncs.

Y, Imprimeur I&cque~

~f~JEC

M. I) C.

TJ!JE<yjE

X XXV II

I.

.M y~f ~F~7T.

1

A MONSEIGNEVR

L'EMINENTIS~ME

CARDINAL

DE

D V C

R1CHELIEV.

oA~/c~r~

Z~

receude

~~<

~M/T~~ II Ni IN E NCE

VOSTRE

trois Petits Traitez

pris la ~r~~

que

lui

~~r~ ie ne me f?~

~y

dvfer .0

a ')

que

en-

core de la ~X~~

liberté pour ce-

/~r~~

c~

rechercher en ~o~f

~?

approbation.

Il nj 9 a.

ce

~y~~ par ~~?~

que ceus qui donnent

c~ par

chois

exempt de toute c~ dire ~r~ /r

~/f~

/~r

~r

~r~

M~

Z~j

~f

qui offrent comme deuoir

ce peu trouuent leur excuf

~r/or~C~

p~

(7~~c~

par

~r~ y~ tit r~ du Z)~/?~. les ~f ~w

fois

/'OrM~ bien le tribut celui du C~

~r

pe-

ou

7~~

que ~o~y?~ heroïques ~c~ ~~r~ mettre

<M/~

~f~~j

que

dire

~M~

/~rr/

/~j'

/?~

~j-

r'

il

y~f

w~~

~~f

~r

~c~?~~r~r~~

~~r

/c~r~

~r~?~

rMr~nï~~

~r~

y&r/ ~y~M~~ ~r ~r~ ~r

y3~/?~

~~f

les <7~~

C~rM~&~

c~f~f

fr~7~~

celui qui

r~~j~~

Z.

~r~

~r~

a

lij

au

r~j'

T;/?~

~M

C~

0~-

ont

les ~r~r~

~~ï

vne

û/~ celui dont /~J

~~r

~~f

~j~

p~?~

e~

Mo-

7/T~

~f

pource

~r~f~

re ~~r~

~f

û~r/

que

~~r/~

~~y.

MONSEIGNEVR,

rien dit ~w

mes ~r~j

~~j~

par

~c~

/cv celui de C/

au

~c~f

~r~f

~~jr

le ~c~ bien de r~~

/?~

~M~

jE'/c-

~2~

il nous a

Ceus ~~y2~ pour y~ f7~ f~

~~r~j'

~y /~yM~

r~y~/?~-

~<

graces

~wr~

~y/S~~

c~ le r~

ont ~~9~~

~rrcw-

~ry

~r~

~yS~f

~?~~

admiration dans

./47~~7~J' de ~~S/~

~r

~~jr

~c-

~Fy~

~~r~ c~ ~y~~ moi

~~77~

rc~-

pour ce r~~ en r~w~f

Cr~f~/2/

jR~«

r~y mettre ~rj

rique, ~/? f~

/fy~

/v~ ~~w~r-. a inj

<

~w~&.

~/f~

T~~

T~nw~~ ne ~M~

~~f~r~

~r

r~w

~~r~

j~~jr

f~~

~f

r~f~~

r~

~M ci~~f

~<9~

la ~~Sr ~M~- r~

~f

au

~n~

j~r~

NEN

CE

VO

S TRE EMI-

n~~r~r

bon

ail

~r~

~~f

r~

~7

~Mr~ ~M'~ aus

~o~

~o~f

~~y~

~~r/

j~

~r~~r~

~7

r~M~

~nj-

~f/&r

c~

~7

r~fM/n?.,

/wr auoir ~jr

~~3~~ des r~.

C*~ ~rf~

~f~

MONSBIGNEVR,

Tw~yï~/M~

~r,

tiers

de

r~?r~

~~n~~

~~?~

M

~M~yS~~f~

~~f~

f~

rien ~r~

J~ww~

T;

~c/c~

~02V~~7C2V~~jR.

Vottre cres humb!c~ tres.obci~n~

~e tfM-~bhg~

D.

(erwncur, L. M.

L.

V.

fjcfr~~

Pn~

Roy.

Grace &c Priuitege

du Roy il

Tr)A~

eft

Marchand ~icëde Pans

permis à SebaftienCramoify,

Libraire

Iuré en l'Vniucr-. ordinaire

impri-

Imprimeur J ou faire

du Roy,

d'imprimer

mer

fur

vn liure

/M~

intitulé

C~/&~M~ ~w~, J

& ce pendanc

le temps &cfpace

de cinq

années confccuciues.

tous Libraires

mer ou faire imprimer

pretexte

ment

decon6fcacion,~deramende

Aucc derentcs

à

Imprimeurs

d'impri-

(bns

ledit liure,

de dcguifcmenc~

ou change-

à peine

qu'ils y pourroient

faire,

portée à Paris cens trente

par ledit Priuilege.

feiziefme

hui~r.

vingt-neuf.

Octobre

Donné

mitnx

le

Et du Regne

de fa Majoré

le

ir

Signe, Parle

Roy en (bn.Confcit,

V i c T ON. &: fecllé.

1

CONSIDERATIONS

SVR

L'ELOQUENCE

g~NÇOISË

~j~JëcE

'TEMS.

1 c'cAoic vnechofeab-

folumct

nccefÏairc d'c'.

&rc parfaiccment

clo-

1 Eloquence~

de

quchc

pour parler que ic fcroM

i'auouë

paroittre prendre de naturel

trop de tcmcri,té,d'entre-

ce difcours.

il faut

plus

que ie n'en ~i pour afpi-

rer à la gloire du bien dire Acï'itc de mes cftudcs m'ayant

&: t'au- toû-

JouK plus porce à la connoifTancc

A

i

des chofes, qu'a l'ornement

gage,

preavnfihaut

qucnous

du lan- le Aile pro-

ne m'a pas formé

dcfÏein, Mais puif-

voions tous les iours,quc

beaucoup de personnes fans auoir

ne !aiÛeM

iamais tenu le pmccau~

pas de parler dc!a peinture. res de famille,

pas moins à propos tc<~cs de l'ordre

bien

main à l'ceuure. roit-il

fort pertinemment

Et qu'il y a des pè- qui ne discourent

que les Archi-

d'vn batUmcnt~

iamais

qu'ils n'aient

mis la ne fe-

de

fans

Pourquoy à vn homme

pas permis de l'art du difcours

traitter

cftrc Orateur

& de dire fon opi-

nion de l'Etoquencc

de fon tcms~

bien qu'il ne le face pas auec toute

la pompe

ceus du mefUcr

& toutes

les graces

y pourroicnt

que

ap-

Ccft

d'aiHcurs vnc chofc

par-

porter. qui me doit cftrc bien pluftoA

3

donnée

pas de donner

en ce que

ie ne prêtons d'vn

figure

comme

icy la

onc

parfait Orateur quelques-vns Grecs &ïes

François

fait

les

aprcs ni d'cnfci-

Romains;

gner tous les préceptes de la Rhé- à

torique

t'exempte

d'Hermogcnc~

de Quintitien,

qui s'en

&:d~s

d'autres

(ont d'autant

mieus

ac- en ceftc cA de

ie

penfe de com-

quittés qu'ils cxccJloicnt

profetlion. Mon intention

dire Cmp!cmcnc ce

du langage d'auiourd'huy~

que

muniquer

au public quelques

re-

&

Ncxionsqueiayfaitj~urccfuiec~ d'cxpofer mes fentimcns

ment

riger, s'ils ne ics approuuenc.

ne doit

que ie me difpcnfe en aiant

l'Etoqucncc vn Orateur

pas trouucr

au iuM" cor- On

cArangc

de

que

do

de ceus qui les pcuucnt

plus

de parler fi peu cntrcprent

quand

Ai;

M.I.<~

0~.

4

difcourir il n'a

de certaines

chofes dont

pas vue fort profonde

Et neantmoins

de le faire

con- Cice- & lui

'noifÏancc.

ron

lui permet

ofe mcfmes promettre rieufe iffuë de(oncntrcpri(c.

vne

glo-

Il re-

fur ce propos

marque

tout ignorant

qu'it cttoit

qu'Aracus de i'A-

parte commun confen-

Urologic,

~auans lailfa pas de faire vn très-excellent du Ciel & des Eftoites.

tement des hommes

ne

Et

pocme que Nicandrc la vie

pratique

néanmoins

(es vers, qui n'ont que la matiere

Nous pouuons ple de Cornelius

qui n'auoit

iamais

l'a

en

champêtre

trcs.bicn

de~crittc

rien de rufUque

dont

ils traittcnt.

adiou~cr

l'exem-

Celfus~ que nous

~auonsauoir

reputation

bien

qu'il

exerce en toute

fon ftile aucc

forte d'arts~

ne les peuH

pas tous

s

dans la pcrfc<~Hon~ veu

Ce n'eft

ni

le

de fort médio- donc

qu'on

pas vne doiuc

pofîedcr

mefmcmcnc que Q~intilicn

qualifie vn homme

cre cf{)rit.

chofe nouue!Ie

touc a faic condamner

tonne~d'auoir

en mapcr- o~eefcriredcnoftrc

Eloquence

en

c~ant

fi dépour-

puis qu'en cas iemb!ab!cs

ueu

n'a pas mal reuïH a tant d'a~tres~

il

qu'il n'eA pas d'ailleurs nient

mcncd'vne

inconuc-

qu'on

parle rai~onnablç~.

fcience,

encore qu'oti bien prati-

qui

n'ait

quer toutes

difcourcnt

pas le don

den

les régies. le micus de la

Ceus

difpofi-

tion désarmées~ ~un~ions

& des di~ercntes

ne font

militaires

pas

fouuent

de guerre~ plus de valeur

Et on

les plus grands

hommes

& qui témoignent dans les combats.

de Gahcn

A iij

rcmarqué

que

Tt:

~<?<t.

ïï.

<f

ce grand Genie de la Medecine,

qui ad doctement

&

efcrit fur toutes

fes parties,

ucnt dans l'exercice

ne rcumuoic

pas fou-

de fon art, moins dema- fon aduer-

ne con-

&

guariuoic

ndes qu'vn

~atre, dont tout

beaucoup

The~atus

le fçauoir

Moit

Tant

que ties defpric différentes, <c trouuent

qu'en il eh vrai

quelques expériences.

ce (ont

des par- &

qui

ne

pas toujours celle qui

p a s toujours celle q u i

en

donne

vn

les

&ceHe qui

operations. en t'art Ora-

ou

mefme

fujct, iumiercsde nous rent

propres Le mcfmc peut arriuer

toire,

la fcicncc, aus

qu'en celui

de ta Milice,

que

de !a Médecine,

dira fort bien toutes

doit obterucr

&

tel homme les lois

qu'on

dans vne picce d'E-

loquence

qui fe trouuerra

néan-

moins derectucus

s'y applique,

dans l'vfages'i! donner aus

pouuant

7

autres ce qu'il n'a pas comme

cette

pierre qui fait trcncher

qu'elle n'aie rien qui couppe d'elle- mcfmc.

le fer,

bien

Or pour ne pas conireccnir

au

(ymbole Pythagorique quidcfcnc

déparier fans lumiere,

c'e~ a dire & fans mé-

a monauis,

fans ordre

thode~ puis qu'il n'y a rien qui don-

ne tant d'obfcuritc

a vn difcours 'e commencerai le

que la confuCon m'cn

pour ic pourrai

ouuragc. Et premièrement

cfiongncr

plus que

petit

ie de-

par le plan de ce

1 r~A-

~<Mt.t~.

clare que ie ne dirai rien icy de cefte

animée qui donnoit

de la vois, & de

de fi grands & a De-

cloquencc

l'a&ion

auantagcs à HortenCus

qu'on ges de ce dernier,

mofthene

a dit des ouura-

que la meilleure

partie de Dcmofthenene

s'y trou-

uoitpas. AufncA-ccIe mcfmc

A

t t

A iiij

qui

~~f.

ït

7t

t~~

ÏO,

<«~.

(/cfr

s

atanc attribué

auoir

à l'avion

lui

baillé le premier

qu'âpres

rang

entre les chofes qui pouuoient

rcn-

dre vn Orateur

parfait,

il lui don-

na encore le fecond & le croiCefmc

lieu, voulant

dire que tout le refte

compare a Fanion

fort peu de confideration.

lui fcmbloit

de

Ce n'c~ Ora-

pas Qu'il n'y ait eu de grands

teurs qui ont beaucoup

par leurs cfcrits,

plus paru

que par ce qu'ils Ifbcratc

prononçoicnten

public.

entre

autres

Quintilien

cft remarque pour auoircftéincom-

par

meilleur

Eicriuain

'parablemenc que Declamaieur,

ou, fclon qu'en

parle Denis d'Halicarnanc/pIus

propre a c&releu, du de viue vois.

qu'acéré enten-

Au contraire

de

& de Pcriclcs,

dont

quoi qu'ils

le

Demadcs,

bien dire a e~e admire,

ne ~e funcut

iamais peu appliquer

à

y

mettre la main à la ~lume.

a que lai~Iantaus

Tant

maigres de Fart

cefte cloqucn- Ci-

au gcAc, de toute

tout ce qui regarde

ce du corps

ceron,

comme l'appelle

qui con~ftc

à la'

& au mouucmcnt

vois, la pcrfonne, ie ne traitterai

de ccftc autre eloquence a~ion~

&priueedctoutc

ble eOkre par là beaucoup

icy que muette, qui Sem- infcrieu-

re à la premierc,

ce ne ioit c~enticllemcnt

qu'vnc

mcfmc eloquence, & que (uiuant

bien qu'en

e~cc

de QuimUien

le bien fi

l'opinion

parler &le bien cfcrire

ne foient, meGnc

on y prent

chotc.

garde, qu'vnç

Car comme

la parole difcours

cft

de nofhe d'où vient

inté-

l'image

rieur,

que les Grecs ex-

pliqucnt me mot,

l'vn & l'autre par vnmeC- nos cfcrits

nous repre-

icntc~t:

tous

les dcus;

& par

con-

M.A

Ow.(~

1

MOf~

M.ït:

f~0.

I

A~

-9

ÎO

font

langage

fi ~s

fequent

conceuës,

cloquent,

pcnfecs & fi no~rc

ce que

bien

cft

le

nous cfcrirons

auoir

fera de mefmc,

n'y pouuant

de di~crence Mcrc qu'accidentel-

le en ce qui touche

cir-

les petites

ra-

con&anccs qui accompagnent

&ion. Mais

ce ne0: pas

aCez d~

que ie me re0:rcin

lieu de fuiure

qui

uoir remarque

des liutcs~

me mené-

drai dans l'Eloquence

i'~diou~e qu'au train des Efcholcs,

le

veus aller, ie t'ai à dire fur

arti-

ou

roit plus loin que ic ne

réduirai

tout ce que

ce fuict fous trois

cles. Le premier

dirions

principaus fera des mots,

nues, dont le corps de no-

Arc langue cft compote.

des periodes

J qui te

~(tombiez pour

mots

quelque conception. me de ce qui concerne

Lcfecond

font

de ces

expliquer

EtIeiroiËc~

vne pièce

Il

entière, &vnc Oraifon comp!ette~ quia iene ~ai quoi de conMer~- outre

b!een(bntout, citre obferuc

dans (es

parties.

quoi ie fuis obligé d'auertirqu'en~ coreqUe les Profcneurs de tmeM-

rique entendent le mot d'Oraifon

de la periode, qui peut contenir

ce fens pluficurs

quetqucsfbis

ne prendrons

ce qui peut

Sur-

par

vn des membres

en

oraifons

nous en tout

néanmoins

ce difcours l'Oraifon

grande eAcnduc~ & pour vue com-

qu'en

fa plus

afin d~uitcrh

venir

pofition parfaite, t confufion

qui pourroit

de

ceftc double cela mon

de profiter

touchez de la mcfmc curiofité

En tout

que

c~rc

6gni6cation<

deflein à ceus

n'eft autre,

qui peuucni

que i'a~ eue en faisant les obfcruations ic leur

que

communiquerai

&

l'intrusion

1 d'cn tirer moi-mefme

il

que ie cherche, me confirmant

l'opinion

des chofes qui feront

en

ap-

celles

for-

prouuecs~&mcdeparcantdc

qui auront

tune. tc~aific ont

ccus

vne plus mauuaife

ia gloire

cnticrc

à

afÏe~ de fuSMancc

vue Rhetori-

de la valcur

Quant ma fbibieïÏc,

qui nous donner

pour

que Fran~oife &:des Latines.

moiquircconnois

pcnferai

des

à

ic

Grecques,

auoir beaucoup fait, de ce peu a quoi

fi ic ic me

m'acquitte

viens d'obliger. Cleanthc&Chry- fippe fc menèrent autrefois d'efcri-

rcdes Rhetoriques,

mais ce fut de

.teUe forte

<$o~K<. 0

ditCiccron

en riant,

qu'i!

lire,

ne falloit

que s'amufer

fi on

vouloit

bien-toA

prendre a fc tairc~ ~r~r~ f~MM C/M~~

a les

ap-

jR&~

~M~~

f~

~c,

o~fo~

Q~llç

u

témérité

fcroit la mienne ce qui Succéda

d'entre- fi mal à

de

prendre

deux perfonnagcs tion ï Contentons-nous

de telle réputa-

donc

ce qui a plus de proportion

nos forces,

auec

& pour cet effet com- de

partie

qui regarde

la

mentons

noAre distribution

parla premiere

diAion.

Encore

qu'il fcmblc

que ce Soit

plus le fait d'vn Grammairien

d'vn Orateur

mots nuëmcnt, Grammaire

que

les

de confidcrer

a cauSe qucc'e&Ia nous

apprcnt

a

qui

parler, & la Rhétorique

rir

Sonnes parlent,

courent

moins

pruntent que leur diSîcrcnce n'cmpcSchepas qu'elles ne puiSÏent s'occuper fur

adifcou-~

d'où vient

tant

que & que fort il faut.

de per-~ peu dif- Néan-

em-

foit

cc~nme

foit

que les Sciences

les vues des autres~

Mu!d

Io~u<m<

t

tur,pau-

C

Mdicm:

vn mefme

ucrfement,

fuict

le

di-

tous

regardant il cft certain

coufiours

&

que de Fart du bien

emploies

établir

ccus qui ont cfcrit

fe font

dire,

donner des régies,

maximes qui concernent

des

le chois

desmot~

t~c~

comme

Cd'v~ge des paroles.

de la di~ion

de

En

cA

la bonté

le fondement

toute celui-!a ne rencon-

l'Eloquence~

tra pas ma!, qui dit que les paroles rc~embloicntaus

veAcmes,

qu'on

auoit bien

inucntes pour !a neccfL

depuis tel- en fai-

qu'on

les hom-

Cte, mais qui feruoient

lement à rorncment,

foit dependre toute la bienfeance.

C'cA pourquoi

mes qui veulent eH:re proprement

vc~us, mettent

comme

leur

foin à &

premier de belles cAo~es.

choifir

Soient a ta mode,

de Içu~curiontcfcroit

qui fans quoi le rcAc comme inu"

'f

tile. Il faut auHi que ceus qui pre~

tendent à l'Eloquence,

première mois, &dc!a

pour fçauoir celles dont

faccnt leur

des

cftudc

de la valeur

pureté des di&ions~

ils fc pcu-

ucnt(cruir~&

celles qui doiuent

c~re rciccteM comms n'étant

plus

en vfagc. Car c'e& vnc des premiè- rcs règles que donnent les maiArcs

de ccftc profefÏIon,

d'euiter com- les

me vn efcucil

paroles inuCtécs, &dcÏes confidcrer pour

c~rc

monnoie,

dont il ne fc faut iamais

toutes

de la nature

des pièces

de

Celles n'ont course

ne les résolue.

charger le peuple

bcfoin d'y prendre plus attcntiuement,

que Or il eft

garde d'autant

que n'y aianc

rien de variable à Fegal de ce peu-

ple. à qui tous les fagcs ont donne

la fbuucraine iuriMi~ion

des !an-'

~w~.ï.

<

<.

1

gues, les mots changent fi fouucnt,

1~

que les feuilles

des arbres

ne tom~ fc-

Que fi

béni point plus ordinairement,

'Ion le dire du Poète vous vf~s d'vn terme

Latin.

on dit que vous

KM~

~MFw.

trop ancien, a~e<~es encore

la

CMf. <w

~f~.

nourriture

des bleds, viandes.

le compare à vnfrui~qui

encore

peutplairea

du gland, & de tant

aprcs l'vfagc de bonnes

on

S'il

cH: trop nouucau

n'cA pas

&: qui pour cela ne

meur~

caufc de fon amertu-

S'il cft étranger dans le plus grand

me.

tombé

Icsviccs qu'on peucreprochcr

vous voi!a de tous

avn

qui cA!a Barbarie. Etain<

ne fçau-

Orateur

CitcAaifédeiugcr~qu'on

roit apporter

trop de foin ni de cir-

qui

l'ai

€onfpc<SMon en cette

confidcre

quelquefois

proceder

contre

les feules médité

partie

paroles.

d'où pouuoit

ccAc grande celles qui ne font

aucrHoïl pas 'II dans

'7

le commerce

ordinaire,

aiant fait vn crime

icruir. Onpourroitdirc~quec'ctt a rien

pource

fi capital

qu'il

n'y

!'Echo!e de s'en

de

plus

vaine parade qui

odicus

qu'vne mots extraordinaires

de

font

voir qu'on

pretent

parler mieus

que le commun~ &:parcon(cqucnc qu'on n'a peu trop condamner vne

chofe du tout contraire

de l'Orateur, de

principale de ce q~Ari~ote

au deHcin

afin

que la

qui eft de plaire Mais ic crois

fe doit

persuader.

raifon

prendre a fort bien remar- lieu de ics Topi-

di~ion

inusitée

ne porte Car

que en quelque

ques,

ne peut euicer~u'cHe foi de l'obscurité.

que toute

auec

puis que

nous ne parlons & n'écriuons

pour eG:re entendus

que la premiere perfe~iondeFO- raifbnconMcencepoinc d*efhc

que

vient

d'où

B

f~

M~

<.

18

claire & intelhgibJe,

fon principal l'ambiguïté

me il ne ~e peut

il s'enfuit

que

de

defaut procedera s'il s'y en trouuc,

com-

faire autrement,

quand nous nous feruirons

mes peu connus.

grande raifon,

cxprcf!ement,

s'oppofer

&raireia

cy ne nous ayant donne

de ter-

C'e~ donc

auec qu'on les dcfent

fi

puis qu'ils femblent

de tatt~ ccllc-

aus intentions

guerre a la Nature,

mis !a plume

la !an<ruc~ en la main,

&raucrc

que pour expliquer nettement,

faire comprendre

facilement

&

nos

intentions. Il y a aufE la confideratiô

uais fon,

du mau.

& du peu de (atisfa~ion

elle eft

que reçoit !orciHc,

touchée de quelque

fagc n'a pas encore poli

quand

mot que Fv- ni approu-

lire

ué. SiIeTrai~cderE!oquencedc

Monteur

du Vair fe pouuoit

!p

fans ces rudes paroles,

ce, de venuH:e

d'cmpiran-

d'orcr pour haren-

gucr, dc contemncment,

de fleurs

fuaues, dcfpncs ques autres dirions

rarez,& fans quel- au~Ii fafcheu-

fes: qui doute

paruft fans comparaifon

grcable, méritant

coup de recommandation

~ai fi outre la raifbn d En:at. Ttbe

que ce bel écrit ne

plus

a-

d'ailleurs beau-

? le ne

ren'e~oit pointencore celle dont

garde le tangage, le nom

prononcer lien demanda s'excutant

nat~ uoit d'vn mot

touché

qui

de

re-

nous

parlons,

lors que voulant

de

monopole~

la permiflion

de ce qu'il

au Se- fe fcr- comme

étranger itraia vue autre fois celui d'emblè- me du corps d'vn Decret où il auoic

efté emploie.

Ce qui me fait dou-

~f<~

r<7o.

d'y.

ter qu'il pouuoit auoir cefte Secon-

de con~dcration

après celle de la

Bij

D

t~

C~/tMW.

C~/tMW.

<.n.

10

Maicfte de l'Empire

Aoic fort lareputation

c'eft qu'il afte- de bien di-

te~

que d'ailleurs

M. Pomponius d'auoir

prendre

cefuc

lui

MarceHus

mal parlé

qu'vn ofa re-

Latin,

lui difant qu'i!pouuoic

ner le droi6t

maine aus hommes~

bien don-

Ro-

de bourgeoifie

mais non

pas ne s'etten

aus paroles~ ton pouuoir

dant pas iufqucs-la.

A la vérité

ce

dépeint par

Grammairien

nousett

Suctone

pour auoir c&e fi cxa~

ob-

feruateur

qu'il

en

de la pureté cftoit

ridicule.

de fa langue,

& faut il

trcs-importun

AuHi

mcfmcs

auouer~ que comme

fort acihmcr~

c'cH vne chotc

félon noftre difcours

dcn'vfcr

de ter-

point c'cO: d'vn au-

miferc

de s'y

que ce foin

de nos

précèdent, mes rcprehcnnb!cs, tre coité

a~cruir

vue grande de telle forte,

à l'cxprcflioii

prciudicic

Il

J

Il y en a qui plu~o~:

vue

di<9:ipn tant renonceroient

penfées.

d'emploicr peu douteuse

meilleure de leurs conceptions; crainte de dire vne m.auuaife paro-

le leur fait abandonner ont

rement

que

foie

a 1~

volontai- de meilleur

ce qu'ils

dans l'esprit

que pour ne commettre

& il fe trouue à la fil1

de

point de toute ainfi

ils (e (ont etongnez

vice,

vertu.

Ce n'e~ pas pourtant

de ~E-

que ces grands Précepteurs & Romane

loquencc ont entendu

nous onienfeigne

Grecque qu'il en faloit vfcr. Ils

de méprifcr tel-

lement lacuriofite des ïnots~quand Ueitquc~ion d'expliquer quelque

haute ~importance

pontée~ qu'ils

mis mefme

ie ne fçai qucllç vertu oratoirç

Lon-

ont

grâce, & quafivne

cnccftc louable négligence. gmus dcçriuantrexccMente

& ma~

B iij

<n~

cap.

lt

dont

il a fait

gni~quc
)

Eloquence

u~xf

i~.

vn Trai~e~dic

qu'on ne la voit ia-

mais dans ceftc a~e<~ation

ccftc pureté qui accompagne dinairement

acaufeque

cftudie~ tient du bas fH!e, & dégé-

nere prcfque toufiours

humble genre de parler.

ni dans or-

l'Eloquence ce qui c(t

vulgaire, & fi

~cxa~,

dans le plus llett~dic-

H des vercus de Forai~on à peu prés

comme des richefles,

qui on c le pl us

cftre dans ~opulence

& qu'on

dont

ceus

peut dire négligent

miHe peticcs chofes, que les pauures

rr~

8

lib.

~/<

9 c~.

(~

cfUment grandement. donne

marque

fort recommandable

C'c~ pour- au~I pour

quoy Quinti!ien

d'vn difcours quin'cft

pas

ducoftedeia

&: du bon

fi on

conception, fait vne particuliere

roles qui le compofent~ O~~OMC

fcns,

et~imedespa-

~w~/M*

Yerba

~MMr.

droit de l'authoricé de Ciccron,

veut qu'il foit quelquefois

Et il fc fcn en vn autre en~

à fon Orateur,

qui

permis & d'imiter

plus de

d'errer

les Dames qui ont fouuent

grace dans le mépris

defeparcr~

qu'cllcs font

que dans leurs plus cu-

rieus ornemens.

Et certes

ce n'en:

pas le propre

tlcnt les belles chofes, dctcfbucier

de ccus qui conçoi-

fi fort en quels termes ils les cnfan-

teront.

auec gcnerofité,& de trenchécs,