Vous êtes sur la page 1sur 31

REVUE DE PRESSE DU 8 AU 14 JUIN 2009

LA VIE DU MODEM............................................................................................................................................................................. 3
FRANÇOIS BAYROU REPOND AUX MILITANTS ..................................................................................................................................... 3
AGENDA................................................................................................................................................................................................ 3
Info Media : Jean-Luc Bennahmias invité de LCI mardi 16 juin à 17h ............................................................................................................. 3
16 Juin 2009 : Jean Lassalle fera le point sur la situation des populations des montagnes................................................................................ 3
REACTIONS ET INTERVENTIONS .......................................................................................................................................................... 3
11 Juin 2009 - Censure de la loi HADOPI : "le Conseil Constitutionnel confirme le vote du Parlement européen" pour Marielle de Sarnez et
Jean-Luc Bennahmias........................................................................................................................................................................................ 3

LE MODEM DANS LES MEDIAS....................................................................................................................................................... 4


PRESSE ................................................................................................................................................................................................. 4
Le Figaro......................................................................................................................................................................................... 4
13 Juin 2009 - Bennahmias : «Je n'irai pas au gouvernement».......................................................................................................................... 4
12 Juin 2009 - Bayrou : «Oui, il faut que je change d'attitude !»....................................................................................................................... 5
12 Juin 2009 - Sarkozy-Bayrou : retrouvailles à l'Élysée .................................................................................................................................. 6
12 Juin 2009 - Quelles leçons tirer des européennes ?....................................................................................................................................... 7
12 Juin 2009 - Les arroseurs arrosés.................................................................................................................................................................. 9
12 Juin 2009 - Hervé Morin : «Bayrou s'est égaré»......................................................................................................................................... 10
Le Monde ...................................................................................................................................................................................... 11
11 Juin 2009 - Nous avions raison, M. Bayrou..., par Denis Delmas .............................................................................................................. 11
10 Juin 2009 - François Bayrou entend l'appel au changement ....................................................................................................................... 12
Associated press............................................................................................................................................................................ 12
12 Juin 2009 - MoDem: De Sarnez approchée pour entrer au gouvernement, mais pas intéressée ................................................................. 12
Le Parisien .................................................................................................................................................................................... 13
11 Juin 2009 - Comment l’UMP veut éliminer Bayrou................................................................................................................................... 13
Slate.fr ........................................................................................................................................................................................... 13
11 Juin 2009 - Bayrou, tout seul dans le désert ............................................................................................................................................... 14
Marianne....................................................................................................................................................................................... 15
13 Juin 2009 - Bayrou, CQFD par Alain Minc................................................................................................................................................ 15
11 Juin 2009 - Jean-François Kahn : pourquoi le Modem a échoué ................................................................................................................ 15
Le Nouvel Observateur................................................................................................................................................................ 16
13 Juin 2009 - Remaniement : les vraies et les fausses rumeurs...................................................................................................................... 16
L’Express ...................................................................................................................................................................................... 18
11 Juin 2009 - Pour Bayrou, les européennes sont "un gadin, pas la mort du petit cheval"............................................................................. 18
Paris Match................................................................................................................................................................................... 19
11 Juin 2009 - Bayrou, confession d’un homme blessé................................................................................................................................... 19
Terra Eco ...................................................................................................................................................................................... 20
12 Juin 2009 - Lepage VS Bové, délit de solidarité et meilleur des nanomondes ........................................................................................... 20
La Nouvelle République............................................................................................................................................................... 21
11 Juin 2009 – L’invitation à dîner d’Hortefeux : pas du gâteau pour J. Gourault !........................................................................................ 21
AUDIOVISUEL ..................................................................................................................................................................................... 21
Jean-Luc Bennahmias.................................................................................................................................................................. 21
France Info – 12 Juin 2009 – Invité de David Abiker dans « Parlons net »..................................................................................................... 21
Robert Rochefort.......................................................................................................................................................................... 21
12 Juin 2009 - Robert Rochefort chez Karl Zero : "Je trouve passionnant d'entrer dans la vie politique"....................................................... 21
Sylvie Goulard .............................................................................................................................................................................. 22
9 Juin 2009 - Sylvie Goulard invitée du Grain à Moudre sur France Culture.................................................................................................. 22

LE MODEM EN REGIONS ................................................................................................................................................................ 22


NORD .................................................................................................................................................................................................. 22
20 Minutes – 12 Juin 2009 - Rassemblés du PC au MoDem à Hénin-Beaumont ............................................................................................ 22
ILE-DE-FRANCE ................................................................................................................................................................................. 23
Le Parisien – 14 Juin 2009 - L’UMP reprend la mairie de Chennevières........................................................................................................ 23
VONews – 11 Juin 2009 - Modem du Val-d’Oise : Hervé Collet va démissionner ........................................................................................ 24
LYON ET REGION ............................................................................................................................................................................... 24
Le Progrès – 11 Juin 2009 - Double appel d'Azouz Begag à François Bayrou et aux militants MoDem ........................................................ 24
Le Progrès de Lyon - 9 juin 2009 - Le MoDem mode mineur, Bayrou dans la ligne de mire ......................................................................... 25

FJ - 1
EST ..................................................................................................................................................................................................... 25
20 minutes - 9 juin 2009 - Le Parti socialiste et le MoDem à l'Ouest dans le grand Est.................................................................................. 25
SUD-OUEST ........................................................................................................................................................................................ 26
Ariège News – 10 Juin 2009 - Communiqué du Modem 09: Remerciements aux électeurs .......................................................................... 26
SUD ..................................................................................................................................................................................................... 27
20 minutes - 11 juin 2009 - À Aix, en attendant le parti socialiste .................................................................................................................. 27
20 minutes - 9 juin 2009 - La justice rebat les cartes électorales à Aix .......................................................................................................... 27
La Provence - 9 juin 2009 - Le MoDem appelle à "l'unité" pour battre Maryse Joissains............................................................................. 28
La Provence - 9 juin 2009 - Polémique Cohn-Bendit/Madrolle : de Peretti au front ....................................................................................... 28
La Provence - 9 juin 2009 - Madrolle : "Cohn-Bendit veut récupérer Bennahmias et Lepage" ..................................................................... 29
Pour comprendre : interview de Daniel Cohn-Bendit expliquant que Christophe Madrolle l’avait prévenu de ce que préparait F. Bayrou
pour le débat : ............................................................................................................................................................................................ 29

ACTUALITES ...................................................................................................................................................................................... 30
VENTES LIVRE DE FRANÇOIS BAYROU .............................................................................................................................................. 30
AFP – 11 Juin 2009 - Guillaume Musso en tête des ventes avant l'été............................................................................................................ 30
NAISSANCE DU PARTI CHRETIEN-DEMOCRATE ................................................................................................................................. 30
La Croix – 11 Juin 2009 - Exclusivité : le nouveau parti "chrétien-démocrate" de Christine Boutin .............................................................. 30
SONDAGE OPINION WAY LE JOUR DES ELECTIONS EUROPEENNES .................................................................................................. 31

FJ - 2
LA VIE DU MODEM

FRANÇOIS BAYROU REPOND AUX MILITANTS

Des élections européennes décevantes, une remise en question de la gouvernance du Mouvement Démocrate,
des interrogations sur les prochaines échéances électorales... les sympathisants, les militants et les électeurs plus
généralement se posent aujourd'hui de nombreuses questions. Trois jours après le scrutin européen, François
Bayrou a souhaité leur répondre.

Vidéo : http://www.mouvementdemocrate.fr/actualites/bayrou-repond-militants-100609.html

AGENDA

INFO MEDIA : JEAN-LUC BENNAHMIAS INVITE DE LCI MARDI 16 JUIN A 17H


Jean-Luc Bennahmias est l'invité de LCI dans l'émission "Le Ring" mardi 16 juin à 17h.
http://www.mouvementdemocrate.fr/agenda/bennahmias-lci-ring-160609.html

16 JUIN 2009 : JEAN LASSALLE FERA LE POINT SUR LA SITUATION DES POPULATIONS DES MONTAGNES
Jean Lassalle fera le point sur la situation des populations des montagnes du monde lors d'une conférence de
presse qui se tiendra :

Le mardi 16 juin, à 11h


Au 8ème bureau de l'Assemblée Nationale
126 rue de l'Université.
La crise économique, sociale et culturelle mondiale frappe aujourd'hui plus que jamais les populations de
montagne, chaque jour plus marginalisées, voire criminalisées. Pourtant, les montagnards ont toujours su gérer
et augmenter les richesses de leur territoire. Ils ont su les transmettre à leurs enfants riches d’avenir. Ils sont
garants d'un savoir-faire, d'un savoir-être, d'un savoir-vivre dont la planète entière a le plus grand besoin.
A l'instar des Indiens Amazonas au Pérou, des montagnards luttent au péril de leur vie, aux quatre coins de la
planète, contre la privatisation des terres, la confiscation, la surexploitation ou l'interdiction des richesses que
constituent l'eau, la foret, la biodiversité, la culture ancestrale de la coca...
Ils refusent d’être dépossédés et de quitter les territoires sur lesquels ils ont toujours vécu.
Portée par et pour les montagnards, l’Association des Populations des Montagnes du Monde
(www.mountainpeople.org) s'est assignée la mission de leur donner une voix, d'exprimer leur volonté.
L’APMM est présente dans plus de 70 pays, et regroupe en son sein : représentants politiques et élus, ONG,
chercheurs ou experts.
Le Président, entouré des principaux responsables de l’APMM, présentera l'action engagée avec ces hommes et
leurs territoires à l'occasion des troisièmes Rencontres mondiales des populations de montagne du monde, qui
se tiendront à Oloron-Sainte-Marie, du 3 au 9 octobre 2009.

http://www.mouvementdemocrate.fr/actualites/lassalle-point-presse-population-montagne-160609.html

REACTIONS ET INTERVENTIONS

11 JUIN 2009 - CENSURE DE LA LOI HADOPI : "LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL CONFIRME LE VOTE DU
PARLEMENT EUROPEEN" POUR MARIELLE DE SARNEZ ET JEAN-LUC BENNAHMIAS

FJ - 3
Le Conseil Constitutionnel a donné raison mercredi 10 juin aux opposants à la loi "Création et Internet" (dite
Hadopi) en censurant le dispositif de riposte graduée.

Marielle de Sarnez, députée européenne (Ile-de-France), vice-présidente du Mouvement Démocrate, s'est


déclarée "très heureuse de la décision du Conseil Constitutionnel, que les sages du Palais-Royal considèrent que
le droit à internet est un droit fondamental et que ce droit ne puisse être restreint qu'après autorisation préalable
des autorités judiciaires". Les Sages "rejoignent ainsi la position exprimée par le Parlement européen", a-t-elle
souligné. (Lire la suite)

Pour Jean-Luc Bennahmias, député européen (Sud-Est) et vice-président du Mouvement Démocrate, "la
décision du Conseil Constitutionnel confirme en grande partie le vote du Parlement européen du 6 mai. Celui-ci
demandait à ce que la justice soit saisie et rappelait de ce fait que le droit à internet est une liberté
fondamentale. Sur la question de la charge de la preuve, cette décision est pleine de bon sens et en toute
correspondance avec le droit français. Il n'empêche que le droit d'auteurs est totalement reconnu par le
Mouvement Démocrate. Il faut donc trouver des nouvelles dispositions pour que les artistes et les auteurs
puissent vivre de leur création."

http://www.mouvementdemocrate.fr/actualites/sarnez-bennahmias-censure-hadopi-110609.html

LE MODEM DANS LES MEDIAS

PRESSE

LE FIGARO

13 JUIN 2009 - BENNAHMIAS : «JE N'IRAI PAS AU GOUVERNEMENT»


Jérôme Bouin (lefigaro.fr)

VIDÉO - Invité de Parlons Net, le vice-président du MoDem se dit surpris d'entendre son nom cité. Par ailleurs,
selon lui, aucun eurodéputé MoDem ne votera en faveur de la reconduction de Jose Manuel Barroso à la
Commission européenne.

Juste une mise au point. Alors que, depuis le début de la semaine, son nom est régulièrement cité comme
possible nouvel entrant au gouvernement lors d'un remaniement, Jean-Luc Bennahmias dément. Il l'a dit
vendredi lors de l'émission Parlons Net sur France Info, dont le figaro.fr est partenaire (avec cette semaine rue
89.com et marianne2.fr). Pour l'eurodéputé, également vice-président du MoDem, il n'est tout simplement pas
question d'entrer dans l'équipe Fillon, «en aucun cas», a-t-il ajouté. «D'abord parce qu'on ne me l'a pas
demandé» et parce que, explique-t-il, ce qui motive son engagement au MoDem c'est la constitution d'une
«majorité alternative au gouvernement». Jean-Luc Bennahmias s'est simplement déclaré «surpris» de voir son
nom cité. Il dit avoir ensuite décidé d'attendre «pour voir comment ça se passe» à l'Élysée comme dans les
médias, avant de finalement mettre fin au suspense vendredi.
Regardez l'intégralité de l'émission (Jean-Luc Benhamias nie toute entrée au gouvernement dès les premières
secondes) :
Jean-Luc Bennahmias qui avait quitté les Verts pour le MoDem ne regrette pas son choix, même au lendemain
d'élections européennes décevantes pour son parti. Il avoue d'ailleurs son pessimisme sur l'avenir électoral du
rassemblement Europe Ecologie. Sur l'organisation interne au MoDem, il se dit en désaccord avec Corinne
Lepage. La présidente de Cap 21, mouvement associé au MoDem, avait demandé davantage de collégialité dans

FJ - 4
le parti. Jean-Luc Bennahmias rappelle de son côté que le MoDem possède avec François Bayrou un leader
naturel, capable de gagner une élection présidentielle. «Ça, ça m'intéresse», ajoute-t-il.
Revenant sur l'altercation Bayrou/Cohn-Bendit, il affirme que Daniel Cohn-Bendit a menti quand, dans
Libération, il affirmait avoir été prévenu par un proche de Bayrou (Christophe Madrolle, également proche de
Bennahamias, ndlr) des intentions du patron du MoDem de s'attaquer au leader d'Europe Ecologie.
Interrogé sur le positionnement du groupe libéraux-démocrates au Parlement européen vis à-vis d'une possible
reconduction de Jose Manuel Barroso à la tête de la Commission, Jean-Luc Bennahmias affirme, catégorique :
«Il est hors de question qu'un seul député européen du MoDem vote pour M. Barroso».

http://www.lefigaro.fr/politique/2009/06/12/01002-20090612ARTFIG00720-bennahmias-je-n-irai-pas-au-
gouvernement-.php

12 JUIN 2009 - BAYROU : «OUI, IL FAUT QUE JE CHANGE D'ATTITUDE !»


Rodolphe Geisler

Le leader du MoDem reconnaît avoir commis des erreurs pendant la campagne et se promet «d'être silencieux
dans les mois qui viennent». Mais il entend rester «intraitable sur le fond».

Ce soir-là, il pleut à verse sur la cour intérieure du siège parisien du Mouvement démocrate. Les locaux sont
presque désertés. Normal en ce lendemain d'élection. Seule une fenêtre reste ouverte au deuxième étage : celle
de François Bayrou. Il est près de 20 heures, ce lundi. Depuis son bureau, le président du MoDem regarde
tomber la pluie. Il n'a pas quitté l'endroit de toute la journée. «Je sais, ça peut paraître bizarre, mais j'adore la
pluie», confie-t-il. Son téléphone portable vibre. «Beaucoup d'amis m'ont appelé aujourd'hui», dit-il.
Depuis la veille au soir pourtant, ce sont les commentaires - parfois définitifs - qui s'abattent sur l'ancien
troisième homme de la présidentielle de 2007. Après le résultat, dimanche soir, de ses listes (8,5 %), certains
commentateurs croient deviner la fin de ses rêves élyséens. Pour François Bayrou, qui se présentait il y a encore
quelques semaines en «opposant le plus vigoureux» au chef de l'Etat, ce n'est pas une claque. Mais un coup de
massue. «Ce n'est pas le jour le plus agréable de ma vie. Mais, fondamentalement, rien n'est changé», veut-il
encore se convaincre.
A gauche, le rapport de force a pourtant changé depuis dimanche. Quand la question d'éventuelles alliances
locales « à la carte » pour les régionales se posera en 2010, comme elle se posa pour les municipales de 2008, il
faudra désormais composer avec les écologistes. A l'occasion de ces européennes, Daniel Cohn-Bendit en a fait
la troisième force du moment. En lieu et place de celle que le député du Béarn rêvait d'incarner.
D'ici là, il faudra éviter une hémorragie dans ses rangs. Déjà, sa deuxième vice-présidente Corinne Lepage, qui
a pourtant été élue dans l'eurorégion Nord-Ouest, a pris ses distances. Selon elle, François Bayrou ne jouerait
«pas assez collectif». La remarque n'est pas franchement nouvelle. Ce fut déjà l'argument de ses anciens
camarades de l'UDF passés au Nouveau Centre en 2008. Quant à la question d'une éventuelle entrée au
gouvernement de son ami Michel Mercier, sénateur et trésorier du MoDem, François Bayrou hausse les
épaules. «Tout cela est assez simple. Si tel est le cas, je le change dans la minute!», tranche-t-il.
En attendant, après l'échec de dimanche, Bayrou assure qu'il prendra le temps de «réfléchir à ce qui s'est passé».
«Calmement, tout seul!», dit-il. Pour beaucoup, il aurait payé au prix fort son altercation avec Daniel Cohn-
Bendit sur France 2, trois jours avant le scrutin. Il avait alors montré l'image d'un homme hors de lui-même. Pas
très digne du costume de présidentiable. Il le reconnaît aujourd'hui : «Je crois qu'il faut changer ce qu'il faut
changer, y compris dans ma manière d'être, mais sans rien abandonner des fondamentaux.»
Il marque une pause. Un nouveau regard vers la pluie qui tombe. Puis : «Oui, c'est ça, il faut que je change
d'attitude. Sans doute ai-je été trop tendu. Peut-être faudrait-il aussi que je sois moins batailleur dans la forme.
Ça fait des années que je suis dans la bataille. Mais je resterai intraitable sur le fond! » Pourra-t-il rebondir ?

FJ - 5
Ses proches, comme Marielle de Sarnez ou Bernard Lehideux, le pensent. «La vie politique, comme la vraie
vie, est faite de hauts et de bas. Tous les grands hommes politiques en ont connu», disent-ils de concert.
Est-ce à dire que le leader centriste va devoir s'astreindre à une traversée du désert ? Une sorte de petite retraite
? Lui affirme qu'il va «plutôt choisir d'être silencieux dans les mois qui viennent». «Enfin, on ne sait jamais,
quelquefois, des combats arrivent que vous n'attendiez pas!» En attendant, il l'assure : «Les lendemains
d'élections, c'est toujours la même chose. C'est l'excitation. Tout le monde pense que vous devez prendre
position. Mais en réalité, très vite, les choses reprennent leur place. Quand vous tombez de cheval, l'essentiel
est de remonter très vite.» Pour François Bayrou, les chevaux, comme la pluie, sont une valeur refuge.

http://www.lefigaro.fr/lefigaromagazine/2009/06/12/01006-20090612ARTFIG00551--oui-il-faut-que-je-
change-d-attitude-.php

12 JUIN 2009 - SARKOZY-BAYROU : RETROUVAILLES A L'ÉLYSEE


Rodolphe Geisler

Le président du MoDem a été reçu pendant plus d'une heure par le chef de l'État, jeudi après-midi. La
discussion a porté sur le climat social, le futur remaniement et la candidature de Barroso à la tête de la
Commission européenne.
Les deux hommes ne s'étaient pas vus depuis janvier. Du moins en tête à tête, «parce que je vois souvent M.
Sarkozy à la télévision», confiait jeudi midi François Bayrou. Malgré l'échec de ses listes aux européennes,
dimanche dernier, le président du MoDem garde le sens de l'humour.
Surtout que depuis la parution, fin avril, de son pamphlet contre les pratiques du président de la République,
Abus de pouvoir (Plon), le député des Pyrénées-Atlantiques, qui n'hésite pas à qualifier Nicolas Sarkozy
d'«enfant barbare», ne s'attendait pas jeudi à être reçu en ami.
Arrivé en voiture à 16 h 56 devant le Palais de l'Élysée, l'ex-troisième homme de la présidentielle de 2007 a
traversé la cour à pied. Seul. Sous le soleil. Un regard bravache à l'adresse des photographes, qui, un peu cruels,
lui donnaient du : «Monsieur le président». Ou encore, qui lui demandaient s'il avait emporté son livre avec lui.
Sur le perron, le secrétaire général de l'Élysée, Claude Guéant, est là pour l'accueillir. Sarkozy et Bayrou se sont
vus six fois depuis l'élection du premier, généralement avant chaque sommet européen.
Jeudi, l'entretien a duré un peu plus d'une heure. François Bayrou, qui garde intactes ses ambitions pour 2012,
quitte l'Élysée à 18 h 23. Raccompagné par Nicolas Sarkozy, comme Martine Aubry la veille. À la sortie, le
chef centriste résume le climat de l'entretien : «J'ai eu l'impression qu'il préférait être à sa place qu'à la mienne.
On pouvait faire consensus sur ce sujet-là.» Invité à qualifier le ton de la rencontre : «Nous nous sommes
détendus assez vite. Ce fut direct, franc, sans ambiguïté.»
Plus tard, joint par Le Figaro, le Béarnais revient sur son sentiment : «À chaque fois que nous parlons, nous
n'usons ni l'un ni l'autre d'habilité ou de ruse diplomatique. Nous parlons directement, lui de moi, moi de lui.»
Bayrou, en revanche, s'interdit de répéter ce que le chef de l'État lui a dit. Lui demande-t-on si le président a lu
son livre : «Je n'ai pas eu l'impression que c'était son livre de chevet.»
Plaidoyer anti-Barroso
Sur le fond, le président du MoDem a plaidé auprès du président de la République pour qu'il n'apporte pas son
soutien à José Manuel Barroso pour le renouvellement de son mandat à la présidence de la Commission. Peine
perdue. Le matin même, Nicolas Sarkozy et Angela Merkel l'ont publiquement soutenu. Mais Bayrou n'en
démord pas. «Je lui ai dit qu'il faut changer la direction de l'Europe, car l'Europe doit être moins tournée vers le
marché et l'être plus vers les gens.»
Les deux hommes ont encore évoqué la situation intérieure. Bayrou a fait part de ses «inquiétudes» sur le climat
social. Pointant de «graves difficultés» dans les secteurs de la santé, du monde éducatif et de l'agriculture.
Évidemment, ils ont évoqué le futur remaniement et les tentatives de débauchage de membres du MoDem. Le
nom de Michel Mercier, trésorier du parti, a été prononcé. «J'ai dit toute l'estime que j'avais pour notre
FJ - 6
président de groupe au Sénat.» Presque un bon de sortie pour le sénateur du Rhône, dont on parle pour le
ministère du Logement.

http://www.lefigaro.fr/politique/2009/06/12/01002-20090612ARTFIG00326-sarkozy-bayrou-retrouvailles-a-l-
elysee-.php

12 JUIN 2009 - QUELLES LEÇONS TIRER DES EUROPEENNES ?


PAR PATRICE DE MÉRITENS

« Les électeurs ont délaissé les listes d'opposition pure », constate Dominique Reynié. « Et l'on observe une
véritable crise d'identité du socialisme dans toute l'Europe », précise Pascal Perrineau.
Le Figaro Magazine - Diriez-vous que ces élections européennes ont créé la surprise?
Dominique Reynié - Oui, car le résultat de l'UMP n'était pas donné d'avance, compte tenu de l'exercice du
pouvoir et de la crise économique qui faisaient espérer à certains l'expression d'un vote sanction. Par ailleurs,
même si la préoccupation pour les questions environnementales est forte, personne n'imaginait que la liste
Europe Ecologie rassemblerait un nombre d'électeurs comparable à celui du Parti socialiste. D'où cette surprise
dans la surprise où ce qui a été obtenu par les écologistes a été soustrait à d'autres électorats : le PS en a fait les
frais.
Pascal Perrineau - L'écologie roue dans roue avec le socialisme, qui l'eût dit il y a seulement quinze jours ?
L'électorat du PS ne se remet pas des divisions de son appareil et de son désastreux congrès de Reims. Le
phénomène dépasse nos frontières. Hormis en Grèce, cela ne va pas mieux pour les travaillistes britanniques,
les socialistes espagnols et allemands, la gauche italienne.
Qu'est-ce que le socialisme dans une société postindustrielle et dans une économie de marché ? Tant que l'on
n'aura pas répondu de manière con vaincante à cette question, le PS en France et les formations sociales-
démocrates européennes auront du mal à s'en tirer. On observe une véritable crise d'identité du socialisme en ce
début de XXIe siècle.
Dominique Reynié - J'ai noté, quant à moi, que les listes UMP et Europe Ecologie qui ont réalisé les meilleurs
résultats sont aussi celles qui ont le plus joué le jeu des élections européennes, au moins par comparaison avec
les autres. C'était plus aisé pour les Verts car la cause de l'environnement est par définition transnationale, mais
l'UMP a su émettre les signaux nécessaires, notamment avec la réunion Merkel-Sarkozy, puis leur article signé
en com mun, ou encore avec le rappel régulier de la présidence française de l'Union, assumée et saluée comme
un succès.
Face à cela, le choix fait par le PS d'une campagne nationale s'est révélé hasardeux. Démarrant sur une
invitation au vote sanction - risqué dans le cadre d'une campagne européenne -, il s'est soudain réorienté lors du
meeting Aubry-Royal à Rezé sur le thème des Etats-Unis d'Europe, aussitôt abandonné. Le PS a tenté une
campagne nationale et punitive. Pour ce qui est du MoDem, j'ai le sentiment que le recroquevillement a été
encore plus net, encore plus intime, comme si François Bayrou avait voulu régler un compte personnel avec
Nicolas Sarkozy dans un mano a mano théâtral. Héritier de la tradition centriste, et en ce sens défenseur de
l'Europe, le président du MoDem est pourtant celui qui a le moins parlé d'Europe. Notez qu'il n'a pas davantage
parlé de la France. Il est frappant de remarquer que le moment paroxysmique de son débat avec Cohn-Bendit
correspond également à une mise en cause strictement personnelle de l'adversaire.
Pascal Perrineau - En menant ce qui a pu apparaître comme un combat hexagonal de chiffonniers, les héritiers
des démocrates-chrétiens et les socialistes ont paradoxalement oublié leurs origines, alors que ce sont eux qui
ont porté depuis un demi-siècle l'Europe sur les fonts baptismaux, qui l'ont accompagnée dans toutes ses étapes.
A l'inverse, Sarkozy et l'UMP se sont positionnés davantage sur la question européenne, forts de la réussite de
la présidence française de l'Union européenne et de la présence de Michel Barnier, fin connaisseur de la chose
européenne et de l'écologie. Cela prouve que rien n'est jamais acquis. Les élections européennes étant à un seul
tour et à la représentation proportionnelle, il ne fallait pas manquer sa cible. Nous avons assisté à une course-
FJ - 7
poursuite entre le MoDem et diverses autres listes pour le statut de troisième force censée renouveler la vie
politique française. Que le MoDem soit passé en dessous du seuil des 10 % laisse à penser qu'une partie de
l'électorat qui avait voté pour Bayrou à la présidentielle de 2002 s'est retrouvé sur les listes d'Europe Ecologie.
On se disait depuis environ deux ans que le MoDem incarnait le mieux l'ailleurs politique. Tel n'est plus le cas
aujourd'hui. Les forces politiques paient un prix parfois élevé lorsqu'elles se trompent de combat.
Dominique Reynié - Un élément revêt une importance particulière : la concomitance de l'effondrement du PS et
de l'affaissement de la gauche de la gauche. Olivier Besancenot et Jean-Luc Mélenchon comptaient profiter de
l'échec du PS. Ils ont été déçus : le phénomène des vases communicants n'a pas eu lieu. A droite, dans la partie
la plus opposée à Nicolas Sarkozy et à la manière dont l'Europe fonctionne, on observe que pour Nicolas
Dupont-Aignan, la partie a été jouée honorablement, mais qu'elle se solde par un sévère revers. Côté Philippe
de Villiers, l'échec n'est pas moins retentissant, malgré l'appui de son allié irlandais. Et le Front national n'en est
pas à sa renaissance - cela viendra peut-être plus tard, il faudra suivre avec attention Marine Le Pen. Les
électeurs ont préféré les listes les plus modérées parmi celles qui ont mené les campagnes les plus européennes.
Ils ont délaissé les listes d'opposition pure, antieuropéennes ou antisystème.
Pascal Perrineau - Eh oui ! La fonction même des électeurs est de répondre aux questions qui leur sont posées
au moment du scrutin. Il y a quelques semaines, Dominique de Villepin parlait d'un risque révolutionnaire, or
les plus représentatifs de cette sensibilité - le NPA, Lutte ouvrière - n'ont pas connu, c'est le moins qu'on puisse
dire, un succès irrésistible. De l'autre côté de l'arc politique, ceux qui se battaient sur le thème de
l'ultranationalisme n'ont pas non plus rencontré d'écho majeur. Le Front national fait un score à peu près
estimable mais en érosion continue : avec trois députés, son contingent au Parlement européen est divisé par
deux. Ce sont au contraire les forces qui ont tenté de présenter une réponse positive aux questions soulevées par
la crise économique et sociale, des réponses modérées, ou du moins apaisées, qui ont rencontré l'assentiment
majoritaire. On ne peut qu'en être rassurés parce que tout le monde s'inquiétait de ces prophéties d'une France à
feu et à sang. Ceux qui rêvaient de plaies et de bosses en seront pour leurs frais. La réponse des européennes
n'est pas du tout cela.
Le Figaro Magazine - Pour autant, l'abstention augmente, passant de 37% en 1979 à 59% cette année...
Pascal Perrineau - Et c'est un véritable paradoxe. Plus le Parlement européen a de pouvoir, moins cela mobilise
l'électorat. On votait beaucoup plus en 1979, date des premières élections au suffrage universel direct, alors que
le Parlement européen n'avait pratiquement aucun pouvoir. Aujourd'hui, il a un réel pouvoir, et si le traité de
Lisbonne est acté, il en aura encore plus. Le paradoxe est celui de la crise de la démocratie représentative, à
laquelle il faut ajouter la distance cognitive, autrement dit l'ignorance, et la mauvaise maîtrise des institutions
européennes qui peuvent les rendre relativement opaques.
Dominique Reynié - Si l'abstention est choquante du point de vue civique, elle se conçoit dès lors qu'une
élection ne propose pas de processus clair aux citoyens. Comment se forme une majorité au Parlement européen
? Les électeurs le savent d'autant moins qu'il ne s'agit pas d'une chambre fonctionnant avec un principe
majoritaire strict, mais pratiquant plutôt le consensus pour respecter les souverainetés démocratiques
particulières - certains pays sont gouvernés par la droite, d'autres par la gauche - et les spécificités nationales.
Cela étant, on constate un sentiment d'appar tenance nouveau, lié à la globalisation. Si les Européens sont
attachés à leur nation, affectivement et culturellement, ils ont en même temps conscience que leur pays seul ne
saurait faire face aux grandes puissances comme l'Inde, la Chine, le Brésil ou les Etats-Unis, ainsi qu'aux défis
planétaires du climat, de l'immigration ou de la régulation des marchés financiers. Il y a donc une demande de
puissance publique européenne.
Pascal Perrineau - Un dernier mot à propos des abstentionnistes. La Sofres les a interviewés. La leçon est que
l'abstention la plus importante concerne les gens qui avaient choisi à droite le non en 2005. Un non qui
s'abstient, n'est-ce pas déjà presque un consentement ?

http://www.lefigaro.fr/lefigaromagazine/2009/06/12/01006-20090612ARTFIG00536--quelles-lecons-tirer-des-
europeennes-.php
FJ - 8
12 JUIN 2009 - LES ARROSEURS ARROSES
Alexis Brézet

C'était, il y a trois mois, vérité d'Evangile. Pour les commentateurs, les analystes, les sondeurs, les journalistes,
l'immense majorité de ceux qui font profession d'éclairer les Français, Nicolas Sarkozy n'était pas impopulaire,
il était abhorré. Sa personne, son action, son parti, tout en lui était rejeté. Ses réformes ? Un sommet d'injustice
! Sa politique ? Un modèle d'iniquité ! Fossoyeur des libertés publiques, porteur d'eau des privilégiés, Sarkozy
était un autre Poutine, un nouveau Badinguet : la menace était son sceptre, le bouclier fiscal, son pavois
d'indignité.
Il ne faisait pas bon, à l'époque, nuancer un tant soit peu le consensus anti-Sarko. Quoi ! Etait-on aveugle et
sourd à la colère de tout un peuple ? Protestations, séquestrations, manifestations : la situation, qu'on se le dise,
était «pré-révolutionnaire». Si la rue n'avait pas raison de « l'hyper-Président », les électeurs se chargeraient
bien vite de le ramener à plus de modestie. C'est forts de cette certitude que François Bayrou, Martine Aubry et
bien d'autres ont mené campagne « européenne » en trépignant sur leur chaise, tels jadis les cabris du Général :
«Sanction! sanction! sanction!»
Et puis le peuple a tranché. Les sanctionneurs sont sanctionnés. Les arroseurs, arrosés. Nicolas Sarkozy déjoue
la malédiction du scrutin intermédiaire : à bientôt mi-mandat, alors que la France traverse une crise économique
d'une ampleur jamais vue depuis 1929, le chef de l'Etat obtient à trois points près le score qui fut le sien au
premier tour de l'élection présidentielle de 2007. Il humilie le PS et écarte la menace Bayrou par- dessus le
marché ! Belote, rebelote et dix de der...
Ainsi donc, une fois encore, les marchands de certitudes se sont trompés ! L'anti-sarkozysme névrotique,
médiatique et obligatoire ne fait pas à lui seul une politique. Pas plus que la critique systématique de l'action
gouvernementale - y compris dans ce qu'elle a de moins critiquable - ne fait un programme européen. Trop de
mauvaise foi tue la mauvaise foi : l'électorat sarkozyste exaspéré ne s'en est que davantage mobilisé. On conçoit
que Nicolas Sarkozy se réjouisse de ce nouveau pied de nez adressé par les électeurs à ses adversaires, et à ceux
que l'on nomme - par antiphrase, sans doute - les relais d'opinion.
Mais voici qu'aujourd'hui les mêmes se sont découvert une nouvelle tocade. L'écologie politique est grande, et
Daniel Cohn-Bendit, son prophète ! Tant pis si les Verts ne progressent significativement qu'en France, en
Belgique et en Suède. Tant pis si, chez nous, le conglomérat de barbus et de bobos, de « nonistes » et d'euro
péistes, d'antinucléaires et d'amis des animaux, de vrais gauchistes et de demi-libéraux, miraculeusement
rassemblés par « Dany » l'espace d'une campagne, ne sont au fond d'accord sur rien. Désormais, il doit être dit,
sous peine d'excommunication médiatique, que la révolution écolo-politique est en marche et que, demain, les
Verts prendront la place du Parti socialiste.
Gare ! Waechter, Tapie, Villiers : les européennes nous ont habitués à ces stars d'un jour, sitôt couronnées, sitôt
détrônées. Et les Verts sont abonnés au Yo-Yo électoral : capables d'exploits aux élections municipales,
régionales ou européennes, ils n'ont jamais fait d'étincelles dans les scrutins nationaux. Si, comme tout
l'indique, la majorité des nouveaux électeurs de Cohn-Bendit sont des socialistes qui, pour infliger une leçon à
leur parti, ont choisi de voter Vert après avoir un temps été tentés par Bayrou, le plus probable (du moins, si le
PS renonce à se suicider !) est qu'ils reviendront à leurs premières amours. Cela ne veut sûrement pas dire que
la droite doive renoncer à les conquérir (l'écologie est une chose trop sérieuse pour être laissée aux écologistes),
mais ce n'est pas de ce côté-là que Nicolas Sarkozy trouvera les réserves de voix dont il a besoin pour affronter
victorieusement les échéances futures.
Les réserves ? Et si elles étaient là où Sarkozy les a laissées ? Non pas chez les 2,7 millions d'électeurs Verts,
mais parmi les 19 millions d'abstentionnistes. Ouvriers, employés, salariés modestes des petites villes du Nord
ou de l'Est, ceux-là n'ont pas grand-chose à voir avec l'électorat urbain, majoritairement issu des classes
moyennes, de Daniel Cohn-Bendit. Home, la lutte contre le réchauffement climatique, bien sûr ils ne sont pas
contre, mais ils ont des soucis plus prosaïques : les malheurs de l'industrie automobile les préoccupent
FJ - 9
davantage que les émanations de CO2. En 2007, Nicolas Sarkozy avait su leur parler : valeur travail, justice,
mérite, immigration, insécurité. Ce fut, avec le siphonnage de l'extrême droite, la clé de sa victoire. Il leur avait
aussi promis de «refermer la parenthèse Mai 68»! Il ne faudrait pas, pour un plat de lentilles vertes, leur donner
le sentiment qu'on les a oubliés.

http://www.lefigaro.fr/lefigaromagazine/2009/06/12/01006-20090612ARTFIG00616--les-arroseurs-arroses-
.php

12 JUIN 2009 - HERVE MORIN : «BAYROU S'EST EGARE»


Carl Meeus

«Il serait logique que mon parti incarne les valeurs du centre et du centre droit à la présidentielle», juge le
ministre de la Défense et président du Nouveau Centre.
Le Figaro Magazine- Quelle est la part du Nouveau Centre dans le score des listes conduites par la majorité aux
européennes?
Hervé Morin- En 2004, l'UDF réalisait 12 %. Je considère donc qu'aujourd'hui, au vu du score du MoDem,
nous avons apporté entre 4 et 5 points à l'UMP. Ce qui est certain, c'est que sans nous, l'UMP n'aurait pas atteint
28 %. Je constate que nous avons tenu plus d'une centaine de réunions avec, à chaque fois, le soutien de
nombreux militants enthousiastes. Je suis d'autant plus heureux d'avoir fait le choix de l'union qu'il a contribué
fortement à ce score, sans précédent depuis 1984 pour une alliance politique au pouvoir.
Comment analysez-vous l'échec de François Bayrou?
Le glissement de François Bayrou vers la gauche suscite l'incompréhension et le place dans une situation
absurde de concurrence avec les partis de gauche. François Bayrou s'est égaré sur des terres qui lui sont
étrangères. Comment peut-on imaginer que l'électorat de centre droit se reconnaisse dans un tel parcours ? Sa «
chevènementisation » est en cours. Nous savons bien que lors de l'élection présidentielle de 2007, la très grande
majorité des électeurs qui avaient voté pour François Bayrou au premier tour ont choisi au second de soutenir
Nicolas Sarkozy. La famille du centre aspire à un projet autrement plus ambitieux qu'une sommaire opposition
de personne à personne, dont Bayrou a fait son seul principe d'action.
Comment capter ces électeurs?
Il ne s'agit pas de capter, mais de convaincre. Et c'est ce que je fais. En dix-huit mois d'existence, 11 000
militants nous ont déjà rejoints. Nous avons devant nous trois chantiers : la reconstruction d'un parti qui incarne
le centre droit, la restauration de notre corps de doctrine et l'affirmation de notre identité politique. Sur le fond,
trois sujets nous préoccupent tout particulièrement : la protection des libertés, et notamment la question de la
liberté religieuse, la définition des droits fondamentaux numériques, ou encore la liberté d'entreprendre. La
promotion de l'idée européenne doit constituer un modèle de civilisation. La question de la réduction de la dette
et du retour à l'équilibre budgétaire constitue notre troisième chantier. Et enfin, de nouvelles formes de
solidarités plus responsabilisantes sont à inventer pour demeurer fidèles à notre exigence de justice.
Et sur la question du manque de visibilité?
Je ne veux pas me lancer dans une stratégie de la petite phrase et du contre-pied. Le Nouveau Centre doit
incarner l'humanisme moderne au sein de la majorité...
... et présenter des listes autonomes aux régionales?
François Sauvadet a été chargé de constituer un groupe de travail pour que nous puissions déterminer avant le
14 juillet les chefs de file Nouveau Centre pour les régionales de 2010. Nous prendrons le temps de déterminer
ensuite notre stratégie, dans la mesure où il s'agit d'un scrutin à deux tours. Nous verrons alors s'il nous faut
avoir une position identique dans chaque Région.
Et pour les scrutins de 2012?

FJ - 10
Il serait logique que mon parti incarne les valeurs du centre et du centre droit à l'élection présidentielle. Mais
mon objectif prioritaire est de présenter aux prochaines législatives 40 candidats de moins de 40 ans capables
de gagner. Il s'agit pour moi de préparer l'avènement d'une nouvelle génération politique.

http://www.lefigaro.fr/lefigaromagazine/2009/06/12/01006-20090612ARTFIG00504--bayrou-s-est-egare-.php

LE MONDE

11 JUIN 2009 - NOUS AVIONS RAISON, M. BAYROU..., PAR DENIS DELMAS

Je suis le président discret d'une entreprise très visible. Diriger un institut de sondages exige flegme et sang-
froid, tant il semble convenu que chaque campagne électorale aura désormais sa séquence anti-sondeurs, aussi
paradoxale qu'injuste, approximative et infondée.
J'aurais presque fini par en prendre un parti résigné et rester silencieux si vous n'aviez délibérément choisi, M.
Bayrou, de pousser vos arguments à notre encontre jusqu'aux portes de la diffamation. De plus, l'accusation ne
vient pas cette fois-ci des extrêmes. Je peux comprendre quels furent votre désarroi et votre surprise en cette
avant-veille d'élection : TNS Sofres aura été le seul institut à avoir publié des chiffres clairs, illustrant une
dynamique électorale qui vous était défavorable, et dont vous avouerez qu'elle s'est amplifiée et a été largement
confirmée par les urnes. Mais en quoi sommes-nous coupables d'avoir été les plus clairvoyants ?
Vos déclarations ont été sans équivoque : "Il y a des gens qui possèdent des instituts de sondage, il y a des gens
qui gouvernent les instituts de sondage par les marchés qu'ils leur donnent, il y a des gens qui se font les chefs
d'orchestre des sondages", "Je dirai tout ce que je sais des sondages et des manipulations. Et je dirai qui et je
dirai comment... J'ai des informations (...), ceci est poussé. Ce n'est pas pour constater un mouvement. C'est
pour faire naître un mouvement. Il y des moments où les sondages sont des armes. Et ils servent aux puissants
pour essayer d'éviter ce qu'ils ne veulent pas..."
En résumé, vous nous accusez de modifier sciemment les résultats de nos sondages, pour favoriser les puissants
en échange de contrats. Et vous deviez révéler les informations que vous détenez à propos des prétendues
manipulations de nos sondages.
Au-delà de l'invective personnelle adressée à Brice Teinturier lors de l'émission "A vous de juger" sur France 2,
vous avez publiquement jeté la suspicion sur une entreprise dont je m'honore tous les jours de l'éthique et de la
rigueur professionnelle.
JAMAIS PRIS EN DÉFAUT
Depuis plus de quarante-cinq ans, des milliers de clients du monde entier nous font confiance, chaque jour, pour
leur délivrer des résultats et des analyses objectifs, rigoureux et impartiaux. A supposer que vous ne nous
fassiez pas le crédit de la déontologie, que serions-nous allés sacrifier ce capital confiance pour quelques
sondages publiés qui ne pèsent qu'à peine 1 % dans nos activités ?
Nous faisons partie d'un groupe international, présent dans plus de cent pays, coté aux Bourses de Londres et de
New York. Nos actionnaires sont multiples, connus, n'ont rien de mystérieux ; et nos dirigeants ne regardent
que de très loin la vie politique française.
TNS Sofres, leader français des études, est régulièrement audité, développe les plus hauts standards de qualité,
et n'a jamais été pris en défaut, depuis sa création, sur des questions de déontologie ou de respect des règles
communes à notre profession. Aucun des dirigeants de notre société ne bénéficie, en plus du contrat de travail
qui le lie à TNS Sofres, d'une activité "personnelle" de conseiller ou de consultant auprès d'un média, d'un parti
politique ou du gouvernement.
Nous accuser publiquement de falsifier volontairement les résultats de nos sondages est donc totalement faux et
scandaleux. Vous nous aviez donné rendez-vous après le scrutin afin de révéler les preuves de notre éventuelle
corruption. Vous nous avez contactés dès lundi 8 juin afin de nous indiquer que vous vous étiez "trompé". J'en

FJ - 11
prends acte et en déduis que vous reconnaissez que les accusations portées contre TNS Sofres étaient sans
fondements.
Il est temps désormais que s'établisse une relation plus mature entre les hommes politiques, les médias et les
instituts de sondages. Pour le plus grand bien de la vie politique. M. Bayrou, il existe des pays sans sondages, je
ne vous souhaite pas d'y vivre.

Denis Delmas est président de TNS Sofres.

http://www.lemonde.fr/opinions/article/2009/06/11/nous-avions-raison-m-bayrou-par-denis-
delmas_1205672_3232.html

10 JUIN 2009 - FRANÇOIS BAYROU ENTEND L'APPEL AU CHANGEMENT

Deux jours après son échec aux européennes, François Bayrou a entendu l'appel de ses amis du MoDem à plus
de collégialité interne. Il a pris l'engagement, lors d'un comité exécutif réuni mardi 9 juin à Paris, de mettre en
place une direction "plus diversifiée". Et il a fixé un calendrier de rencontres pour tenter de consolider son parti
: réunion des mouvements départementaux avant le 22 juin, états généraux dans les régions et conseil national
du parti le 4 juillet. Par ailleurs, François Bayrou a répondu positivement à l'appel lancé par Daniel Cohn-
Bendit, la veille, de constituer un front européen socialo-écolo-centriste à José Manuel Barroso. "Si nous avons
une majorité composée des libéraux, des démocrates, des Verts et des socialistes européens, nous pouvons
proposer une alternative à la reconduction de José Manuel Barroso", à la tête de la commission, a affirmé le
président du MoDem. Pendant la campagne, ce dernier avait proposé la candidature de Guy Verhofstadt,
l'ancien premier ministre belge.
Sophie Landrin

http://www.lemonde.fr/elections-europeennes/article/2009/06/10/francois-bayrou-entend-l-appel-au-
changement_1205084_1168667.html

ASSOCIATED PRESS

12 JUIN 2009 - MODEM: DE SARNEZ APPROCHEE POUR ENTRER AU GOUVERNEMENT, MAIS PAS INTERESSEE

L'eurodéputée MoDem Marielle de Sarnez a laissé entendre vendredi qu'elle avait été approchée "de manière
informelle" pour entrer au gouvernement dans le cadre d'un remaniement ministériel, tout en niant être
intéressée, affirmant que ce "n'est pas (son) programme".
En revanche, Mme de Sarnez a confirmé sur i>Télé l'entrée possible du sénateur MoDem du Rhône Michel
Mercier au gouvernement. "Nicolas Sarkozy a dû lui promettre, je pense que ça devrait se faire", a-t-elle
affirmé, précisant que dans ce cas, il "se mettra en distance vis-à-vis du Mouvement Démocrate".
A la question de savoir si elle avait été approchée pour entrer au gouvernement, "de manière informelle, c'est
dans le domaine du possible, oui", a répondu Mme de Sarnez.
"Ce n'est pas mon programme et ce n'est pas ce qui m'anime dans mon engagement politique", a-t-elle ajouté.
"Il y a plein de gens qui rêvent d'être ministres, de tous bords, de tous camps politiques", a-t-elle commenté, "je
ne donne pas ma vie à ça". AP

http://fr.news.yahoo.com/3/20090612/tpl-gouvernement-remaniement-modem-cfb2994.html

FJ - 12
LE PARISIEN

11 JUIN 2009 - COMMENT L’UMP VEUT ELIMINER BAYROU


Azzeddine Ahmed-Chaouch et Martine Chevalet

Dans l’euphorie de sa victoire aux européennes, Nicolas Sarkozy aimerait porter le coup de grâce au président
du MoDem. Les manœuvres d’encerclement ont commencé.
La rencontre risque d’être glaciale. Alors que le président de la République reçoit aujourd’hui à l’Elysée
François Bayrou comme tous les autres chefs de partis, qu’il consulte actuellement , la consigne est claire à
l’UMP : profiter du résultat des européennes pour « achever » le centriste, affaibli par le résultat du 7 juin.

Première manœuvre : se rapprocher de certains de ses lieutenants. D’où le surprenant compliment entendu hier
dans la bouche de Brice Hortefeux à propos de Marielle de Sarnez, bras droit du patron du MoDem : « Elle
serait excellente au gouvernement, assure le ministre des Affaires sociales, proche de Sarkozy. C’est une
femme très intelligente et solide. Elle serait très compétente. Je la connais bien puisque nous avons coorganisé
les états généraux de l’opposition UDF-RPR en 1990. »
« Je ne suis pas ralliable »
Des louanges accompagnées d’une rencontre programmée à l’agenda depuis un mois. Mardi prochain, Marielle
de Sarnez et la sénatrice Jacqueline Gourault, autre pilier du MoDem, doivent normalement dîner chez
Hortefeux. Mais Sarnez n’est visiblement pas décidée à honorer l’invitation. « Nous nous connaissons bien,
mais je n’ai aucune connivence politique avec Brice, précise-t-elle. Je vais annuler ce dîner amical, qui m’était
complètement sorti de l’esprit et que Frédéric Lefebvre (NDLR : porte-parole de l’UMP) m’a involontairement
rappelé, dimanche soir, en marge d’un plateau télé. Je connais trop l’interprétation qui pourrait en être faite.
Tant pis pour les carottes râpées ! » Pas dupe, Sarnez tient à lever le doute sur un éventuel ralliement. « Ils
pensent sans doute que je suis bonne à cueillir comme la romaine et toute cabossée. Mais je ne suis pas ralliable
», conclut-elle.
Deuxième fer au feu, à l’Elysée, pour tordre le cou à Bayrou : accueillir un nouveau parti dans la galaxie
centriste. Le 27 juin, le sénateur Jean Arthuis, ex-UDF, lance son mouvement Rassembler les centristes. Ce
parti ambitionne de reconstituer la vieille famille UDF « dans un partenariat clair avec la majorité présidentielle
afin de préparer les régionales ». Dans les régions où il semblera possible de capter l’électorat du MoDem, des
primaires UMP seront même organisées au premier tour avec les partis centristes « amis » pour ratisser plus
large. Fin juin, Nicolas Sarkozy réunira les partis de sa majorité pour renforcer le plan anti-Bayrou lors d’un
comité de liaison présidé par Jean-Claude Gaudin. Des manœuvres de plus en plus précises pour contrer un
adversaire déclaré à l’élection présidentielle de 2012.

http://www.leparisien.fr/politique/comment-l-ump-veut-eliminer-bayrou-11-06-2009-544524.php

SLATE.FR

Présentation de Slate.fr : entreprise indépendante qui a pour ambition de devenir l' un des principaux lieux en
France d' analyses et de débats dans les domaines politiques, économiques, sociaux, technologiques et
culturels.
Slate.fr met en ligne des signatures reconnues, fait appel à des journalistes indépendants issus de la presse
traditionnelle et de l'
univers du Net.
Slate.fr a noué un partenariat éditorial exclusif avec Slate.com qui appartient au groupe Washington Post.
Les fondateurs : Jacques Attali, Jean-Marie Colombani, Johan Hufnagel, Eric Le Boucher, Eric Leser.

FJ - 13
11 JUIN 2009 - BAYROU, TOUT SEUL DANS LE DESERT
Le débat sur le fonctionnement solitaire de François Bayrou ne fait que commencer.
La conquête du pouvoir comporte une dimension solitaire. Prétendre aux plus hautes fonctions, c'est créer un
lien direct avec les Français. François Bayrou, qui rêve de l'Elysée, l'a bien compris, lui qui personnalise toutes
ses campagnes. Mais l'élu béarnais est tombé dans l'excès inverse. Persuadé de l'unicité de son destin, il a
oublié une règle de base en politique: on ne va pas bien loin sans alliés ni soutiens. Il en a fait l'amer constat
lors de ces élections européennes à l'issue desquelles il a été lourdement sanctionné, n'obtenant que 8,5% des
voix alors qu'il aurait pu tabler sur un score à deux chiffres.
François Bayrou paye aujourd'hui des années d'incapacité à travailler en équipe.
Contrairement à Nicolas Sarkozy qui a su agréger autour de lui l'immense majorité des personnalités de droite
pourtant loin d'être acquises (de Juppé à Fillon en passant par Borloo), le bilan de Bayrou des dernières années
n'est qu'une succession de soustractions, ses proches le quittant les uns après les autres. Philippe Douste-Blazy,
Jean-Louis Borloo, Jean-Marie Cavada, Hervé Morin ... la liste de ceux qui sont allés tracer leur route ailleurs
est longue. Au point qu'à part sa fidèle Marielle de Sarnez, il est difficile de citer un seul élu d'envergure qui
soit resté à ses côtés.
Certes, les raisons de ces désertions ne sont pas toujours glorieuses et le président du Modem a beau jeu de
fustiger ceux qui sont allés «à la soupe». Les sirènes chiraquiennes puis sarkozystes avec promesses de poste à
la clef ont eu raison de la fidélité des plus bayrouistes. Mais comment ne pas entendre les récriminations des
anciens compagnons de route du Béarnais? Tous racontent la même chose: ces réunions du parti où tout est
décidé d'avance, le poids incroyable de Marielle de Sarnez qui seule, avec le chef, décide de la stratégie à
adopter. Car le Modem, comme auparavant l'UDF, fonctionne essentiellement sur un couple politique qui gère
ensemble la boutique centriste sans que personne ne parvienne à s'immiscer. Tous ceux qui se sont plaint de
l'omniprésence de cette ancienne conseillère en communication devenue députée européenne et conseillère de
Paris, se sont vus renvoyés dans les cordes par François Bayrou. Las de ne pas pouvoir peser, les amis du
candidat à la présidentielle sont allés voir ailleurs.
Cette campagne des européennes est l'illustration de ce mode de fonctionnement qui perdure depuis des années
rue de l'Université. Bayrou, en publiant son brûlot anti-Sarko, Abus de pouvoir, à quelques semaines du scrutin
a d'emblée personnalisé le débat qui l'oppose au chef de l'Etat. Héritier d'une des plus grandes formations pro-
européennes, il aurait dû, au contraire, se poser en porte-parole des enfants de Robert Schuman et en défenseur
de la construction européenne. Il n'a également pas su écouter les nouvelles recrues de son parti, les écologistes
Corinne Lepage et Jean-Luc Bennahmias, qui l'alertaient sur l'importance des enjeux environnementaux pour
l'opinion.
Enfin, lorsqu'il a dérapé face à Daniel Cohn-Bendit, il n'a pas voulu prendre en compte les voix de ceux qui lui
conseillaient de reconnaître son erreur, comme Jean-François Kahn, et a décidé seul, avec Marielle de Sarnez,
de convoquer une conférence de presse le lendemain pour persister et signer. On sait aujourd'hui combien son
entêtement lui a coûté.
La soirée électorale de dimanche est symptomatique de l'isolement du leader centriste. A part Marielle de
Sarnez encore, il ne s'est trouvé personne pour le défendre sur les plateaux de télévision. Faute de personnalités
à aligner face aux Dati, Barnier et autres Peillon ou Cohn-Bendit, il a dû envoyer Corinne Lepage, pourtant
ouvertement critique à son égard pour porter la parole du Modem. Pas terrible en matière de communication.
Le débat sur le fonctionnement solitaire de François Bayrou ne fait que commencer. Jean-François Kahn laisse
planer le doute sur son désir de continuer l'aventure à ses côtés. Quant à Corinne Lepage, elle dit publiquement
tout le mal qu'elle pense de la façon de travailler du postulant à l'Elysée. Mardi soir, Bayrou a consenti à élargir
le comité exécutif du Modem. Un premier pas à saluer, à condition que les véritables décisions ne continuent
pas à se prendre en tête à tête dans le bureau du patron centriste.
Ariane Istrati

http://www.slate.fr/story/6449/bayrou-tout-seul-dans-le-d%C3%A9sert
FJ - 14
MARIANNE

13 JUIN 2009 - BAYROU, CQFD PAR ALAIN MINC

Alain Minc persiste et signe : le président du MoDem est aussi l’héritier de la droite nationale.
Que n’ai-je lu, en particulier dans Marianne, pour avoir traité François Bayrou de « Le Pen light » et pour avoir
affirmé que ses racines ne plongeaient pas dans la démocratie chrétienne mais dans la vieille droite nationaliste,
catholique, inconsciemment xénophobe ! Les campagnes électorales servent toujours de sérum de vérité.
Bayrou a tombé le masque en direct à la télévision. CQFD. Le complot des puissants aux ordres de Nicolas
Sarkozy pour manipuler les sondages ? La présence du journal Le Monde, parmi les mandataires, aux côtés de
la télévision publique, de la Sofres, n’a même pas suffi pour obliger Bayrou à se contenir… Qui a embrayé sur
le délire bayrouiste ? Marine Le Pen ! Un hasard, sans doute. Seule l’extrême droite a toujours cédé en France
au fantasme du complot ; jamais l’extrême gauche n’est, par exemple, entrée dans cet engrenage. C’est un
premier indice. Quant au second dérapage, l’attaque ad hominem contre Daniel Cohn-Bendit, accusé
d’indulgence pédophile, elle réunissait le moralisme du catholicisme le plus conservateur et l’injure
personnalisée, grand classique, là aussi, depuis Léon Daudet jusqu’à Gringoire, Maurras inclus, de l’extrême
droite.

Entendons-nous bien – je n’ai jamais accusé Bayrou d’être délibérément un Le Pen masqué. Je suis convaincu
qu’il mène un travail quotidien pour effacer les traces d’un héritage culturel contradictoire avec le hold-up qu’il
a réussi sur la démocratie chrétienne et avec une ambition de rassemblement, d’essence gaulliste, dont il s’est
artificiellement doté. L’inconscient se venge toujours de l’excès de rationalité. C’est cet inconscient qui, à mes
yeux, amène Bayrou à affirmer que Nicolas Sarkozy n’incarne pas les valeurs de la France. Pourquoi refuser à
un homme élu au suffrage universel de symboliser, au moins, les valeurs de son camp ? Parce que, immigré de
la deuxième génération, il est étranger au pays, et donc même à sa droite – c’est le même inconscient qui a pris
en public le dessus à la veille des élections. Je vous fais un pari. Vous verrez à nouveau cet inconscient en
action d’ici au premier tour de 2012 : François Bayrou n’échappera pas, malgré toutes les défenses qu’il a
dressées, à d’autres dérapages. Comme Raymond Barre après l’attentat contre la synagogue de la rue Copernic,
avec ses « Français innocents », le chef du MoDem nous donnera l’occasion d’apercevoir à nouveau ses vraies
racines, celles qu’il essaie d’occulter en se parant abusivement des plumes de Combes, de Blum ou de De
Gaulle. Question ultime : faut-il encore tirer sur une ambulance dès lors que les Français se sont chargés de
punir François Bayrou ?

http://www.marianne2.fr/Bayrou,-CQFD_a180650.html

11 JUIN 2009 - JEAN-FRANÇOIS KAHN : POURQUOI LE MODEM A ECHOUE


Jean-François Kahn

Le fondateur de Marianne s'explique : pourquoi la campagne des élections européennes constitue une validation
des thèses du Modem, malgré son score médiocre. Extraits d'un texte à paraître demain dans Marianne.

Paradoxe. Cruel. Un insuccès plus rude qu’imaginé peut dissimuler une percée plus forte que prévue. Dit
autrement : on peut perdre contre ses idées ou être victime de ce qu’on appelait de ses vœux. Un espace est
effectivement conquis, mais d’autres s’y installent en priorité.
Les faits ? Echec du Mouvement démocrate dont je portais les couleurs européennes dans la région Est, qui se
retrouve à l’étiage, non de ce qu’il espérait devenir, mais de ce qu’il fut : celui de l’ex-sensibilité dite « centriste
» qui obtint un peu plus de 8 %, il y a une vingtaine d’années, derrière Simone Veil. Mais, en même temps – là
FJ - 15
est le paradoxe et aussi sa cruauté –, confirmation spectaculaire de ce dont nous avions l’intuition et qui nous
portait : il existe bien une aspiration, forte et large, à s’émanciper d’un vieux carcan bipolaire ressenti comme
obsolète (ou inadéquate), étouffant, pour explorer d’autres voies à l’aide d’un autre logiciel. Vingt-cinq pour
cent des électeurs, et même plus de 28 % si on y intègre les écologistes indépendants, n’ont-ils pas, à leur façon,
exprimé cette attente ? Même si, en fin de compte, après avoir failli nous hisser sur le pavois (ce qui redouble la
cruauté), ils ont investi cette exigence dans une autre sensibilité, dans une autre famille d’esprit.
La brutale réalité s’inscrit dans ce chiffre : 28 %. En additionnant « écologistes » et « démocrates », 28 % se
prononcent en faveur d’un dépassement rénovateur des vieux clivages, mais privilégient in fine les listes Cohn-
Bendit qui doublent notre mise, ou presque. On peut avancer d’autres calculs qui, tous, témoignent de l’ampleur
du tsunami au sein de l’opposition : 29 % (écolos, front de gauche, extrême gauche) en faveur d’une « autre
gauche » que celle qu’incarne le Parti socialiste tombé à 16,5 %. Ou encore 55 % des suffrages se sont portés
sur des listes d’opposition républicaine ; et le PS en représente moins d’un tiers…

On pourrait ajouter ce constat, qui n’est pas le moins paradoxal : Nicolas Sarkozy a gagné cette élection,
d’abord parce que l’UMP est arrivée nettement en tête, mais surtout parce que le PS en tant que force
d’alternance et François Bayrou en tant qu’alternative présidentielle en sortent considérablement affaiblis. Le
terrain a été, en quelque sorte, nettoyé face à l’hyperegoprésidence. Et, pourtant, toutes les droites, l’UMP, le
Nouveau Centre, les Radicaux valoisiens, la gauche ralliée, même si on y inclus de Villiers, les chasseurs et le
Front national (ce qui serait abusif), ne représentent plus, provisoirement, que 40 % de l’électorat, un
pourcentage exceptionnellement et même historiquement bas. La majorité proprement dite est minoritaire.
Nettement. A 33 % environ. La droite française, l’UMP, réalise un score très sensiblement inférieur à celui des
autres droites européennes. Tel est le nouveau contexte.

http://www.marianne2.fr/Jean-Francois-Kahn-pourquoi-le-Modem-a-echoue_a180658.html?com

LE NOUVEL OBSERVATEUR

13 JUIN 2009 - REMANIEMENT : LES VRAIES ET LES FAUSSES RUMEURS

Voici un point sur les changements attendus lors du prochain remaniement ministériel, et les rumeurs liées à la
valse des postes :

Les changements et maintiens en poste avérés :

Sauf surprise, le Premier ministre François Fillon devrait rester en poste.

Rachida Dati, ministre de la Justice, quitte son poste après son élection au Parlement européen le 7 juin dernier.

Michel Barnier, ministre de l'Agriculture, en partance également pour Strasbourg, laisse son poste vacant.

Brice Hortefeux, élu député européen sur la liste UMP de la région Centre, a indiqué vouloir garder son poste
de ministre du Travail.

Les rumeurs

Concernant des personnalités de droite

Christine Boutin pourrait se voir remplacée au ministère du Logement.


FJ - 16
Roger Karoutchi, perdant de la primaire UMP pour les régionales en Ile-de-France, pourrait perdre son poste de
ministre en charge des relations avec le Parlement.

Xavier Darcos, désireux de quitter son poste à l'Education nationale, pourrait hériter de la Justice, à moins qu'il
ne reste à l'Education

Éric Woerth pourrait hériter de la Justice

Luc Chatel actuellement porte-parole du gouvernement, est pressenti à l'Education nationale.

Yves Jégo, secrétaire d'Etat à l'Outre-mer, plusieurs fois donné partant, aurait réussi à "redresser la barre"
depuis les événements antillais et devrait être maintenu.

Un retour d'Alain Juppé au gouvernement a été évoqué, notamment par Jean-Pierre Raffarin.

Christian Estrosi, clairement identifié sarkozyste, pourrait bénéficier du bon score de l'UMP aux européennes et
hériter d'un secrétariat d'Etat à la sécurité publique.

Le nom du jeune député UMP Franck Riester a été plusieurs fois cité parmi les possibles promus lors du
prochain remaniement ministériel.

Nora Berra, la nouvelle députée européenne UMP, élue dans le Sud-Est, est évoquée pour rejoindre le
gouvernement Fillon.

Axel Poniatowski, député UMP du Val-d’Oise et président de la commission des affaires étrangères pourrait
rejoindre le gouvernement en remplacement de l’actuel secrétaire d’État aux Transports, Dominique Bussereau
selon Le Figaro.

L'élu du Nouveau centre Maurice Leroy pourrait obtenir l'Agriculture.

Concernant des personnalités "d'


ouverture"

Michel Mercier, président du groupe centriste au Sénat et ancien président de la fédération du MoDem dans le
Rhône. "Nicolas Sarkozy a dû lui promettre, je pense que ça devrait se faire mais je ne suis pas plus renseignée
que cela", a affirmé Marielle de Sarnez, vendredi 12 juin.

Le socialiste Christophe Girard, adjoint à la Culture du maire de Paris, pourrait remplacer Christine Albanel,
qui pourrait payer le prix des ratés de la loi sur le téléchargement. "Si le président de la République me le
propose, je lui demanderai une heure pour en parler à Bertrand Delanoë", a-t-il indiqué.

Fatine Layt, femme d'affaires de 42 ans d'origine marocaine, est annoncée comme entrante pour compenser le
manque de diversité et de parité entraîné par le départ de Rachida Dati.

Le nom de Claude Allègre, ancien ministre socialiste de l'Education du gouvernement Jospin, a été plusieurs
fois évoqué comme entrant au gouvernement mais son arrivée pourrait être compromise après la forte poussée
d'Europe écologie aux Européennes.

FJ - 17
Le nom du député socialiste de Guadeloupe Victorin Lurel circule dans la presse comme entrant au
gouvernement

Le député radical de gauche de Corse Paul Giacobbi pourrait entrer au gouvernement en échange d'une alliance
électorale pour les élections régionales l'an prochain.

L'ancien ministre de la Recherche de Lionel Jospin, Roger-Gérard Schwartzenberg (Parti radical de gauche), est
cité pour remplacer Valérie Pécresse.

Les rumeurs démenties

Jean-Luc Bennahmias, député européen du MoDem, cité parmi les cibles "écolos" privilégiées de Nicolas
Sarkozy par Le Canard enchaîné, dément catégoriquement : "Je ne participerai pas à un gouvernement dirigé
par M. Fillon et présidé par M. Sarkozy. Ma réponse est toujours la même".

Yann Arthus-Bertrand : "Ce n'est pas du tout mon truc, et je serai incapable de négocier (...) C'est
définitivement non", a-t-il expliqué sur RTL.

La numéro 2 du MoDem Marielle de Sarnez a assuré vendredi 12 juin qu'elle ne comptait pas entrer au
gouvernement, alors que la presse rapporte des propos flatteurs du ministre du Travail Brice Hortefeux à son
égard.

Le socialiste Malek Boutih, ancien président de SOS Racisme, a affirmé jeudi qu'il n'est "pas intéressé" par un
portefeuille ministériel et n'a pas été contacté par Nicolas Sarkozy. Mais il se dit toujours intéressé par la
présidence de la Halde.

Le député PS de l'Isère, André Vallini, a qualifié de "fantaisiste, dénuée de tout fondement", la rumeur de son
éventuelle entrée au gouvernement.

Le directeur de Sciences-Po Paris, Richard Descoings, a affirmé sur RMC avoir expliqué à Nicolas Sarkozy les
raisons pour lesquelles il ne voulait pas devenir ministre de l'Education nationale, lors du remaniement prévu.
(nouvelobs.com)

http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/politique/20090612.OBS0344/remaniement__les_ministres_attendus
_supposes_dementis.html

L’EXPRESS

11 JUIN 2009 - POUR BAYROU, LES EUROPEENNES SONT "UN GADIN, PAS LA MORT DU PETIT CHEVAL"

Dans une vidéo adressée aux militants du Mouvement démocrate, François Bayrou promet une réflexion sur la
stratégie centriste pour les régionales de 2010.
Le résultat du Mouvement Démocrate (MoDem) aux élections européennes de dimanche constitue "un gadin
électoral", mais "ce n'est pas la mort du petit cheval", assure François Bayrou dans une vidéo en ligne jeudi sur
le site internet du parti centriste.
"C'est un gadin électoral. Ce n'est pas la mort du petit cheval non plus", déclare François Bayrou en direction
des militants du MoDem.

FJ - 18
"Les élections ne sont pas décalquables les unes sur les autres", poursuit-il. "C'est un accident électoral
regrettable, j'en porte une part de responsabilité et je l'assume, mais il y aura des lendemains. Quand on tombe
de cheval, il faut remonter sur le cheval".
Concernant les régionales de 2010, "à partir de septembre, nous aurons un groupe de travail qui va réfléchir à la
stratégie, et ensuite au profil des candidatures", précise le député des Pyrénées-Atlantiques.
"J'avais dit avant cette élection, autonomie dans toutes les régions françaises. C'est, me semble-t-il, vers quoi ça
conduit naturellement", mais il peut y avoir "des réflexions", a précisé M. Bayrou, qui a promis mardi soir
devant le bureau exécutif du MoDem de jouer plus collectif à l'avenir.
"Il n'est pas question de jouer en ordre dispersé, chaque région décidant comme ça, parce qu'il y a quelques
responsables qui ont des contacts privilégiés avec tel ou tel", a-t-il toutefois prévenu. "Nous aurons une
réflexion d'ensemble".

http://www.lexpress.fr/actualite/politique/pour-bayrou-les-europeennes-sont-un-gadin-pas-la-mort-du-petit-
cheval_766872.html

PARIS MATCH

11 JUIN 2009 - BAYROU, CONFESSION D’UN HOMME BLESSE


Caroline Fontaine

Paris Match a suivi François Bayrou, Xavier Bertrand, Jean-Luc Mélenchon et Daniel Cohn-Bendit ce 7 juin.
Récits forts en émotions.
Café de l’aéroport de Pau. Il a posé sa main sur l’épaule de sa femme. Ou plutôt son bras. Et il s’appuie de tout
son poids sur elle. Dimanche 7 juin. 14 h 10. Le vol AF 7459 à destination de Paris est annoncé avec une heure
trente de retard. Babeth Bayrou est restée, pour soutenir son mari. Elle n’est pas inquiète des résultats qu’on
annonce catastrophiques. « Aujourd’hui, tout va très vite, confie-t-elle. Un peu comme un match de tennis. On
peut chuter brutalement, puis remonter très vite. On ne sait jamais qui va gagner. »
Des sondages donnant le MoDem à 8 %, Europe Ecologie à 16 % et le PS à 18 % circulent déjà. Oui, François
Bayrou les a entendus. Mais là, à l’aéroport, il essaie encore de ne pas y croire. Une élection, c’est la même
atroce routine renouvelée : « On a toujours la trouille. Comme le résultat d’un examen. On guette les yeux des
gens pour savoir ce qu’ils pensent. Il faut dans ce métier un sacré équilibre intérieur. A cause des tirs croisés,
cette campagne a été particulièrement dure. »
Dans leur maison à Bordères, à quelques encablures de là, Dominique, leur fille médecin, et ses deux enfants -
attendent le retour de Babeth. Ils ont déjeuné ensemble. Avant, Bayrou a accompagné sa mère à la messe, à
Nay. Comme une respiration dans cette journée si particulière. Encore plus tôt, à presque 9 heures, Bayrou est
arrivé au bureau de vote du groupe scolaire des Lauriers. Lui, d’ordinaire en retard, avait quelques minutes
d’avance sur l’horaire annoncé. Pourtant il ne s’attardera pas.
L'altercation n'était pas préméditée
Assis dans l’avion pour Paris, il a d’abord fermé les yeux. Essayé de dormir. Puis il s’est confié. Peut-être,
reconnaît-il, cette altercation télévisée avec Cohn-Bendit a entamé l’image qu’il s’était construite d’un homme
politique différent. Elle n’était pas préméditée, assure-t-il. « Je suis aussi un être humain. J’ai des indignations.
C’était un moment à la Zidane. Insulté, j’ai réagi. Et c’est sorti. Si c’était à refaire, je préférerais que cela se
fasse autrement. Mais cela révèle quelque chose de ma nature profonde concernant l’enfance. Un être humain a,
comme ça, quelques grands piliers de sensibilité. L’enfance pour moi en est un. On avait à peine 20 ans quand
notre première fille est née. A cet âge, vous n’êtes pas encore l’homme que vous deviendrez. J’ai grandi avec
mes enfants. » La veille, Jean-Luc Mélenchon l’a appelé. « Bayrou n’est ni un ami ni un allié, confie le leader
du Front de gauche. Mais c’était un devoir de lui dire que je n’appréciais pas l’effet de meute. »
Le député des Pyrénées-Atlantiques a réfléchi à un discours pour chaque résultat. « Laissons venir maintenant.
FJ - 19
Il suffit d’attendre. » Ce soir, c’est le brouillon de la plus catastrophique hypothèse qu’il a dû ressortir : « De ce
résultat, bien entendu, comme président de ce mouvement, je prends ma part de responsabilité. » Déjà il sait
qu’il lui faudra endiguer la colère d’une partie de ses troupes contre une campagne trop personnelle, panser les
plaies, remotiver son entourage.
Puis la nuit s’est refermée sur les mauvais chiffres. Lundi, « j’ai marché, rencontré des gens. Surtout, j’ai
réfléchi calmement à la situation. A chaque jour suffit sa peine. Quand on tombe de cheval, l’essentiel est de
remonter, de comprendre pourquoi on a chuté », dit-il, réaliste. Et de citer « Tu seras un homme, mon fils », le
poème de Kipling : « Si tu peux voir détruit l’ouvrage de ta vie / Et, sans dire un seul mot, te remettre à bâtir /
Ou perdre d’un seul coup le gain de cent parties / Sans un geste et sans un soupir./... »

http://www.parismatch.com/Actu-Match/Politique/Actu/Bayrou-confession-d-un-homme-blesse-103700/

TERRA ECO

12 JUIN 2009 - LEPAGE VS BOVE, DELIT DE SOLIDARITE ET MEILLEUR DES NANOMONDES

Corinne Lepage regrette-t-elle d’avoir rejoint le Modem ? Depuis la percée d’Europe Écologie aux élections
européennes les journalistes lui ont posé mille fois la question. Elle répond cette fois aux internautes sur En
ligne pour ma planète (http://www.enlignepourtaplanete.com/article.php?id_chat=41), qui a proposé une série
de chats sur le thème de l’environnement. Question de Guy : "Vous avez été contactée pour rejoindre Europe
Écologie ?" Réponse de Corinne : "Oui, j’ai rencontré Danny Cohn-Bendit en août 2008. Il m’avait proposé de
le rejoindre du fait de la proximité de nos visions mais certaines personnes l’entourant ne me convenaient pas.
Je suis très engagée dans le combat contre les OGM [...] mais contrairement à José Bové, je ne suis pas pour
l’entrée de la Turquie en Europe, je suis opposé au communautarisme, comme au port du voile... Autant de
sujets lourds sur lesquels nous sommes en désaccord".

http://www.planete-terra.fr/Lepage-VS-Bose-delit-de-solidarite,1391.html

FJ - 20
LA NOUVELLE REPUBLIQUE

11 JUIN 2009 – L’INVITATION A DINER D’HORTEFEUX : PAS DU GATEAU POUR J. GOURAULT !

http://www.lanouvellerepublique.fr/dossiers/journal/index.php?dep=41&num=1269503

AUDIOVISUEL

JEAN-LUC BENNAHMIAS

FRANCE INFO – 12 JUIN 2009 – INVITE DE DAVID ABIKER DANS « PARLONS NET »
http://www.france-info.com/spip.php?article304696&theme=9&sous_theme=10
Aussi sur :
Le Figaro (texte et vidéo) : http://www.lefigaro.fr/politique/2009/06/12/01002-20090612ARTFIG00720-
bennahmias-je-n-irai-pas-au-gouvernement-.php

ROBERT ROCHEFORT

12 JUIN 2009 - ROBERT ROCHEFORT CHEZ KARL ZERO : "JE TROUVE PASSIONNANT D'ENTRER DANS LA VIE
POLITIQUE"

Robert Rochefort a été invité par BFM Tv dans l'émission de Karl Zero vendredi 12 juin à 22h30. Il déclare
notamment : "Je vais quitter le Credoc où j'ai passé vingt ans de ma vie. Je trouve passionnant d'entrer dans la
vie politique même si on a un pris effectivement un sacré coup."
FJ - 21
Extraits : "Il s'est passé des choses bizarre. J'étais sur le terrain avec François Bayrou et on voyait tellement les
gens en accord avec son livre qu'on a pas compris ce qu'il s'était passé. Quand un livre semble coller à
l'actualité, on sent se former un lien. Après coup, oui, les temps de la sortie du livre et de la campagne se sont
trop fusionnés. Je crois que notre message doit être "on essaye de prendre les meilleurs pour une construction
commune". On a toujours pensé qu'un centre différent attirera des gens différents qui travailleront ensemble.
Lors du débat avec Cohn-Bendit, on a senti un climat d'hyper-aggressivité et ce n'était pas l'image idéale que
nous devions faire passer.

On pèse plus que 8 pour cent, il faut être raisonable. Quand il y a 60 pour cent des gens qui ne sont pas allés
voter, on a une vision qui est légale et légitime mais qui n'est pas représentative. Il est bien clair que toute une
partie des votants pour Europe Ecologie sont des électeurs flottants qui deux semaines avant hésitaient avec le
Modem ou avec le PS. Il y a une sorte d'infédilité électorale. Les parts des suffrages politiques ne sont pas
figées.

J'ai plutôt envie qu'Europe Ecologie se structure et et ne se plante pas. J'ai envie qu'ensuite on travaille
ensemble. On va avoir une échéance commune dans les prochaines semaines puisque tant eux que nous
sommes contre la ré-élection de Barroso. On a fait une proposition avec Verhofstadt mais on a surtout dit qu'on
était prêt à tous les débats et discussions pour barrer la route à Barroso. Pour le moment, compte-tenu des
résultats qui ont confirmé la droite dans beaucoup de pays d'Europe et puis de l'accord Merkel-Sarkozy, celui-ci
a probablement ses chances."

http://www.mouvementdemocrate.fr/medias/rochefort-bfmtv-karlzero-120609.html

SYLVIE GOULARD

9 JUIN 2009 - SYLVIE GOULARD INVITEE DU GRAIN A MOUDRE SUR FRANCE CULTURE

Sylvie Goulard, députée européenne (Ouest) du Mouvement Démocrate, était l'invitée mardi 9 juin de
l'émission "Du Grain à Moudre" sur France Culture. Elle répondait aux questions de Brice Couturier dans un
débat où étaient également présents Elie Barnavi et Jacques Rupnik sur le thème "Europe : et si on avait
commencé par la culture ?"
Téléchargez ici l'émission : http://sites.radiofrance.fr/chaines/france-
culture2/emissions/grain/fiche.php?diffusion_id=74356

LE MODEM EN REGIONS

NORD

20 MINUTES – 12 JUIN 2009 - RASSEMBLES DU PC AU MODEM A HENIN-BEAUMONT

Merci Marine. A Hénin-Beaumont, la fille de Jean-Marie Le Pen a finalement rendu possible le rêve d'une
partie de la gauche. Une coalition allant du PCF au MoDem, en passant par des militants PS, s'est formée dans
la nuit de mercredi à jeudi pour barrer la route au Front national aux municipales de la fin juin. C'est en fait un
petit putsch qui s'est conclu vers une heure du matin, lorsque le socialiste Pierre Ferrari a endossé, contre l'avis
de son parti, la tête de liste du rassemblement. Car le PS avait investi, lundi, le PRG Eric Mouton à la tête d'une
liste d'« Union de la gauche ».
FJ - 22
Mais le nom de Pierre Ferrari était porté par le MoDem et certaines composantes du rassemblement voulu par le
PS (PC, Parti de Gauche...). Il avait perdu sa délégation d'adjoint à l'automne après avoir critiqué la gestion du
maire, qui a finalement été placé en détention provisoire il y a deux mois.
Devant les soutiens de Pierre Ferrari, Eric Mouton (également adjoint de Gérard Dalongeville jusqu'en 2005) a
donc jeté l'éponge. « Une partie du PS n'a pas accepté ma nomination », regrettait-il hier, en apportant son
soutien à Daniel Duquenne, de l'Alliance républicaine. Son retrait a ouvert la voie au ralliement du MoDem. «
Nous avons tenu bon, et c'est tant mieux car nous acceptons une alliance particulière, mais indispensable », s'est
félicitée Christine Coget, chef de file du MoDem à Hénin-Beaumont. Ce n'est pas du tout l'avis de Catherine
Génisson, première fédérale du PS du Pas-de-Calais : « En transgressant la décision prise à l'issue d'un vote en
conseil fédéral, Pierre Ferrari perd le soutien du PS. » Pour autant, pour ne pas « participer à la dispersion des
voix contre le FN », le PS ne présentera aucun candidat.
Le soutien des Verts manque tout de même à l'appel puisque Régine Calzia a déposé une liste hier après-midi.
Au total, ils seront donc neuf à se lancer au premier tour le 27 juin, dont le prédécesseur de Gérard
Dalongeville, Pierre Darchicourt. Selon un sondage commandé la semaine dernière par le MoDem, une liste
d'union gauche et MoDem récolterait 32 % des voix au premier tour, contre 28 % au FN. W
Olivier Aballain

http://www.20minutes.fr/article/332133/Lille-Rassembles-du-PC-au-MoDem-a-Henin-Beaumont.php

ILE-DE-FRANCE

LE PARISIEN – 14 JUIN 2009 - L’UMP REPREND LA MAIRIE DE CHENNEVIERES


Joffrey Vovos
Les résultats. Inscrits : 10 795 ; votants : 4 092 ; exprimés : 4 002 ; liste Jean-Pierre Barnaud (MoDem),
Ensemble pour Chennevières, passionnément : 549 (13,72 %) ; liste Alexandre Minéo (PS), Ensemble pour
agir : 1 657 (41,40 %) ; liste Bernard Haemmerlé (UMP), Union de la majorité présidentielle pour
Chennevières : 1 796 (44,88 %).
La liste UMP de Bernard Haemmerlé s’est imposée hier dans une triangulaire qui l’opposait au sortant
socialiste et à un candidat du MoDem. Elle obtient 24 sièges sur 33.
Tous les ténorss de l’UMP étaient réunis hier soir au Théâtre de Chennevières pour fêter la victoire de Bernard
Haemmerlé. La liste du candidat de la majorité présidentielle a remporté les élections municipales partielles, à
l’issue d’un second tour très disputé. Son équipe s’impose avec une courte avance de 139 voix. Elle remporte
24 sièges, contre 17 pour le sortant (PS) Alexandre Minéo.
La liste de Jean-Pierre Barnaud (MoDem) n’obtient, elle, que 2 sièges. Bernard Haemmerlé devrait être élu
maire samedi prochain. Cet ingénieur électronicien de 63 ans est conseiller municipal depuis 1981. En 2008,
lorsque la liste PS-MoDem a pris Chennevières, il est passé dans l’opposition.

« C’est une parenthèse qui se referme »

Pour Alexandre Minéo, absent hier soir au moment de la promulgation des résultats, « c’est une grosse
déception ». « J’ai de toute évidence pâti du fort taux d’abstention », analyse-t-il. Le socialiste ne digère
toujours pas l’invalidation, en avril, de son élection par le Conseil d’Etat. En 2008, lors du premier tour, une
candidate figurait à la fois sur sa liste et sur celle du communiste Alain Audhéon. Une grossière erreur qui lui
coûte aujourd’hui son poste de maire.
La droite, elle, savoure. « C’est une parenthèse qui se referme », souffle Christian Cambon, le patron de l’UMP
dans le Val-de-Marne. « En 2007, j’avais fait plus de 60 % aux législatives à Chennevières.
Je n’aurais pas compris que la ville reste à gauche », commente de son côté le député-maire de Villiers-sur-
Marne, Jacques-Alain Bénisti. Contrairement aux dernières municipales, la droite s’est cette fois présentée unie
FJ - 23
face aux électeurs. Un rabibochage réalisé au prix de longues tractations menées par les ténors de l’UMP du
département.
La gauche partait, elle, divisée. Pire, à l’issue du premier tour, le communiste Alain Audhéon avait refusé
d’apporter son soutien à Alexandre Minéo.
L’enjeu de l’élection, c’était aussi un changement de majorité au sein de la communauté d’agglomération du
Haut Val-de-Marne.

http://www.leparisien.fr/val-de-marne-94/l-ump-reprend-la-mairie-de-chennevieres-15-06-2009-548063.php

VONEWS – 11 JUIN 2009 - MODEM DU VAL-D’OISE : HERVE COLLET VA DEMISSIONNER

Hervé Collet, président départemental du Modem du Val-d’Oise, vient d’annoncer aux militants du mouvement
de François Bayrou qu’il s’apprête à démissionner « pour des raisons essentiellement personnelles ». Le score
médiocre du Modem aux Européennes (8,30 % dans le Val-d’Oise, légèrement plus faible que le score national)
ne semble pas en cause.

C’est au Conseil départemental du Modem, qui s’est réuni à la mairie de Louvres mercredi soir 10 juin,
qu’Hervé Collet, bientôt 68 ans, a annoncé son intention de quitter la présidence du Mouvement départemental
« pour des raisons essentiellement personnelles ». Le score médiocre du Modem aux Européennes (8,30 % dans
le Val-d’Oise, légèrement plus faible que le score national) ne semble pas en cause.

« Cela fait 46 ans que je milite au sein de la mouvance centriste. Depuis deux ans, je suis pratiquement à temps
complet pour le Modem, en tant que référent départemental désigné de l’UDF, puis du Modem depuis juillet
2007, et en tant que président élu depuis septembre 2008. Mon investissement dans le Modem fait que je
néglige depuis deux ans mon activité professionnelle d’appoint de consultant en communication. Je souhaite la
remettre en route. » a expliqué Hervé Collet.

Il doit par ailleurs terminer une pièce de théâtre à caractère historique et se consacrer à Valmorency, une
association pour la promotion de l’histoire et de la vallée de Montmorency, qui lui tient à coeur. Enfin il
envisage de suivre un troisième cycle en sociologie religieuse. « Et surtout, j’aspire à vivre une vie personnelle
plus calme, plus conviviale », a-t-il insisté. Hervé Collet reste président en exercice jusqu’à la désignation de
son remplaçant, qui pourrait être Didier Kuhn, responsable d’animation réseaux à Menucourt, son adversaire
malheureux aux dernières élections internes.

http://www.vonews.fr/article_6744

LYON ET REGION

LE PROGRES – 11 JUIN 2009 - DOUBLE APPEL D'AZOUZ BEGAG A FRANÇOIS BAYROU ET AUX MILITANTS MODEM

Au lendemain de l'échec électoral des listes du MoDem aux Européennes, Azouz Begag lance un double appel :
à François Bayrou et aux militants régionaux du mouvement.
Si à tous il confie « je suis disponible », au premier il demande de reprendre le dialogue : « Il n'a pas répondu à
mes appels durant la campagne, je pense que face au désastre de dimanche c'est à lui de faire un pas et de me
contacter ». Aux militants « qui sont partis et ceux qui seraient prêts à partir », l'ancien ministre veut faire
partager son espoir : « Nous pouvons réagir et je suis encore vaillant pour reprendre le flambeau dans la région
».

FJ - 24
Malgré les tensions qui ont pu exister entre lui et certaines fractions du mouvement, Azouz Begag pense que
l'heure - suffisamment grave - n'est plus aux rancœurs : « Quand on est à 8 % j'ai le sentiment que tous peuvent
venir et se retrouver autour de moi ». Avec comme objectif clairement affiché, les élections régionales de l'an
prochain où il se verrait bien conduire les listes démocrates.
Selon lui rien n'est encore perdu mais le scrutin prochain sera déterminant, il sera celui de la dernière chance : «
On est aux tirs au but, on peut encore gagner mais il y a au-dessus de nos têtes le risque du but qui tue avec,
dans cette hypothèse-là, plus aucun espoir ni pour le MoDem ni pour François Bayrou ».
Il est assez sévère avec celui-ci : « Il doit revenir sur terre et doit apprendre à écouter un peu les autres. Il a trop
peur qu'on lui fasse de l'ombre et tout cela conduit à une seule réalité : aujourd'hui il est très seul, tout le monde
l'a quitté ».
Ce rude constat ne l'empêche pas de penser que le député béarnais est en état d'entendre les critiques et donc de
modifier son comportement. Et s'il faut pousser encore un peu plus le président du Modem, Azouz Begag
compte toujours sur les militants : « S'ils ont envie de lancer un message très fort à François Bayrou ils n'ont
qu'à me rejoindre ».
Michel Rivet-Paturel

http://www.leprogres.fr/fr/region/le-rhone/rhone/article/1680852,184/Double-appel-d-Azouz-Begag-a-
Francois-Bayrou-et-aux-militants-MoDem.html

LE PROGRES DE LYON - 9 JUIN 2009 - LE MODEM MODE MINEUR, BAYROU DANS LA LIGNE DE MIRE

L'écroulement du MoDem à 8,5 %, à qui la faute ? Dans les rangs du parti centriste, la réponse évoquée est la
même sur de nombreuses lèvres. Au lendemain de ce fiasco, les têtes du parti n'ont de cesse de rappeler le nom
du responsable : François Bayrou. Corinne Lepage, membre fondateur du MoDem et élue au Parlement
européen dans le Nord-ouest l'affirme : «Dans toute la représentation médiatique du Modem, on ne voit que
François Bayrou. Et bien il n'y a pas que lui ». Bayrou, l'autocrate, Bayrou, l'egocentré aurait donc provoqué la
déroute de son parti. Les électeurs et ses compagnons de route ne lui ont pas pardonné l'empoignade avec
Daniel Cohn-Bendit dans les derniers moments du débat. Les attaques formulées alors par François Bayrou ne
sont pas « conformes à l'éthique que je me fais de la politique et pas conformes à l'éthique du MoDem »,
rappelle l'élue centriste. Idem chez Jean-François Kahn, qui souligne la « très grosse erreur stratégique dans la
dernière ligne droite » de la campagne. La tête de liste du Mouvement démocrate dans l'Est reproche à François
Bayrou d'avoir confondu élections européennes et enjeu présidentiel : «On a donné l'impression qu'on était dans
une campagne présidentielle anticipée. » Lui non plus n'a pas oublié le dérapage télévisuel du chef du MoDem,
« un tsunami pour son parti » qui a payé un lourd tribut.

http://www.leprogres.fr/fr/france-monde/article/1673778,192/Le-MoDem-mode-mineur-Bayrou-dans-la-ligne-
de-mire.html

EST

20 MINUTES - 9 JUIN 2009 - LE PARTI SOCIALISTE ET LE MODEM A L'OUEST DANS LE GRAND EST

Il y a un peu plus de Verts dans l'hémicycle de Strasbourg, mais le bleu y reste


la couleur dominante. La liste UMP du grand Est, conduite par l'eurodéputé alsacien Joseph Daul, est la grande
gagnante du scrutin de dimanche. Elle totalise plus de 29 % des voix. Un score qui lui permet de remporter
quatre sièges sur les neufs de la circonscription (Alsace, Lorraine, Franche-Comté, Bourgogne et Champagne-
Ardenne).

FJ - 25
Ce résultat est le fruit d'« une vraie force de proposition avec trente actions concrètes », mise en avant durant la
campagne, s'est félicité hier dans un communiqué le groupe UMP-Nouveau Centre et indépendants de
Strasbourg.
Pour les socialistes, en revanche, la pilule est amère. Le PS arrive loin derrière, avec moins de 17 % des
suffrages exprimés. Il perd deux sièges sur les quatre qu'il comptait. « Bien sûr, c'est une déception. Je crois que
notre Manifesto [programme commun des socialistes européens] n'a pas suffi, a confié Catherine Trautmann,
tête de liste dans le grand Est. Mais il n'y a pas de fatalité. Je note qu'un certain nombre de quartiers populaires
nous ont soutenus. »
Une partie des voix perdues par les socialistes se sont sans doute reportées sur la liste Europe Ecologie qui
réalise pour sa part une percée en recueillant 14,52 % des voix dans le grand Est. Un résultat qui permet à sa
tête de liste, Sandrine Bélier, de décrocher un siège à Strasbourg. « Nous nous sommes différenciés en portant
des propositions concrètes face à la crise avec un projet de transformation de l'économie par l'écologie », a t-
elle souligné.
Du côté du MoDem, c'est la soupe à la grimace avec un score de 9,43 %, à peine plus que le FN qui totalise
7,66 % des voix. Du coup, le parti de François Bayrou ne comptera plus qu'un seul élu du grand-Est au
Parlement, contre deux auparavant. Un recul relativisé par Anne Meunier, présidente du MoDem dans le Bas-
Rhin, qui estime qu'« il reste une force importante » dans l'Est W
Ludovic Meignin

http://www.20minutes.fr/article/331175/Strasbourg-Le-Parti-socialiste-et-le-MoDem-a-l-Ouest-dans-le-grand-
Est.php

SUD-OUEST

ARIEGE NEWS – 10 JUIN 2009 - COMMUNIQUE DU MODEM 09: REMERCIEMENTS AUX ELECTEURS

Je remercie les 3 511 électrices et électeurs ariégeois qui ont voté pour la liste du Mouvement Démocrate
conduite par Robert ROCHEFORT et Anne LAPERROUZE.

Grâce à leurs suffrages et à ceux des électeurs du Grand Sud-Ouest, Robert ROCHEFORT est élu au Parlement
Européen de Strasbourg.

Le fort taux d’abstention (60 % en France et 52 % en Ariège) déforme par son ampleur, le résultat du scrutin du
7 Juin.

Il indique malheureusement que l'Europe reste éloignée des préoccupations des électeurs.

Le résultat obtenu par le Mouvement Démocrate n’est pas à la hauteur des attentes alors que les militants
ariégeois se sont beaucoup investis sur le terrain avec une énergie, un courage et une détermination que je veux
saluer.

Néanmoins, le résultat du 7 Juin est supérieur au résultat des élections législatives de 2007 où, par exemple, la
barre des 5% n’avait pas été franchie dans la 2ème circonscription.

L’analyse des résultats de cette élection nous incite, à l’avenir, à mettre d’avantage l’accent sur notre
programme en matière de développement durable et de préservation de l’environnement.

Les électeurs ont envoyé un signe fort en ce sens, à nous de donner plus de lisibilité et de clarté à nos
FJ - 26
propositions.

C’est la tâche à laquelle va s'atteler le Conseil Départemental dès maintenant.

Nous donnons rendez vous à nos électeurs et à tous ceux qui souhaitent nous rejoindre afin de préparer la
prochaine échéance électorale de 2010, les élections régionales.

Nous pourrons, fort de notre socle démocrate, mettre en avant toutes nos propositions en matière
d’aménagement du territoire, d’action économique, d’éducation et de recherche, de transports et de respect
environnemental.

Libre et indépendant, le MODEM de l’Ariège saura faire entendre sa voix et faire vivre la démocratie.

Par email, Krysthel Collet, Présidente du Mouvement Démocrate de l’Ariège

http://www.ariegenews.com/news/news_9141_communique-du-modem-09-remerciements-aux-electeurs.html

SUD

20 MINUTES - 11 JUIN 2009 - À AIX, EN ATTENDANT LE PARTI SOCIALISTE

A la suite de l'annulation lundi par le Conseil d'Etat des élections municipales aixoises, les opposants à Maryse
Joissains, la maire (UMP) d'Aix, tendent vers une union. Mais si François Xavier de Peretti (MoDem) et Michel
Pezet (DVG) évoquent à une « large alliance », le PS se veut plus « prudent » et ce malgré l'appel à « l'union »
lancé hier par Eugène Caselli, le premier secrétaire de la fédération PS des Bouches-du-Rhône.
« La désignation de la tête de liste PS devrait se faire avant la fin de la semaine », indique-t-on à la fédération
du Parti socialiste des Bouches-du-Rhône. En lice : Alexandre Medvedowsky, candidat malheureux de 2008, et
André Guinde, conseiller général du canton sud-ouest qui avait rejoint l'équipe de Medvedowsky, au détriment
de celle de Michel Pezet, en 2007. Selon le MoDem, « André Guinde serait davantage favorable à une union PS
et centre ». Mais Alexandre Medvedowsky, s'est aussi dit hier « favorable à un rassemblement ouvert aux
démocrates ».
De son côté, Stéphane Salord (SE), ancien deuxième adjoint de Maryse Joissains, qui avait déposé le recours à
l'origine de l'annulation s'est porté candidat hier. « Avec ma liste sans étiquette, "C'est une nouvelle chance pour
Aix", constituée d'associatifs et de socioprofessionnelles, je veux incarner une modernité résolue, indique le
candidat. J'ai pris congé de mes anciens engagements mais j'ai du respect pour mes anciens colistiers, je pense
que c'est le moment », précise-t-il. Un pari « dangereux mais courageux », selon François-Xavier de Peretti, son
ancien co-listier. Il craint, si une coalition de gauche se constitue, que Stéphane Salord soit « victime du vote
utile ». « De toute façon, ce ne sont pas des voix perdues puisqu'elles seront contre Joissains », conclut le leader
MoDem. A Aix, les tractations politiques ont bel et bien commencé. W

http://www.20minutes.fr/article/331837/Marseille-A-Aix-en-attendant-le-parti-socialiste.php

20 MINUTES - 9 JUIN 2009 - LA JUSTICE REBAT LES CARTES ELECTORALES A AIX

C'est reparti pour un tour, ou deux. A la suite d'un recours déposé par Stéphane Salord (MoDem), ancien
deuxième adjoint de Maryse Joissains, la maire UMP d'Aix-en-Provence, le Conseil d'Etat a annulé hier les
élections municipales aixoises. « Les propos et les insinuations, d'une nature et d'une gravité inadmissibles, qui
ont émaillé la campagne ont constitué des manoeuvres ayant pu fausser les résultats du scrutin », affirme le
FJ - 27
Conseil d'Etat. Un tract anonyme « qui contenait des imputations injurieuses et diffamatoires », avait
notamment été diffusé à l'encontre de François-Xavier de Peretti (MoDem), la tête de liste de Génération Aix,
et certains de ses colistiers. En outre, le Conseil d'Etat dénonce les propos « non démentis » de Maryse Joissains
dans un article de presse, mettant « clairement en cause la vie privée du candidat de la liste Génération Aix ».
De son côté, la maire assure n'avoir « jamais failli à l'honneur ». Qualifiant de « politique » la décision du
Conseil d'Etat, elle projette de déposer un projet de loi pour « exclure du contentieux électoral tous les
conseillers d'Etat ayant un engagement politique ». Elle indique aussi vouloir saisir la Cour européenne des
droits de l'homme. Selon elle, « une telle décision fragilise toutes les élections à venir en mettant en place une
insécurité juridique majeure ».
Dans l'opposition, c'est l'effervescence. « C'est une chance exceptionnelle », estime François-Xavier de Peretti
qui appelle à « l'unité la plus large possible ». Le soir du premier tour, une union des trois listes d'opposition
PS, DVG et MoDem avait été envisagée, sans aboutir. Michel Pezet (DVG) joue la même carte : l'ancien député
socialiste, qui s'était désisté au second tour au profit du PS, espère une large union pour « réveiller Aix de ses
huit ans d'endormissement ». Alexandre Medvedowsky (PS), lui, ne dévoile pas tout de suite son jeu. S'il «
prend acte de la décision » du Conseil d'Etat et se dit « très favorable à un rassemblement », le socialiste, arrivé
le 16 mars 2008 à 747 voix d'écart avec l'UMP, ne veut « donner aucun nom de personne ou de parti » avec
lequel une union serait possible. Comme Michel Pezet, il devrait dès ce soir, réunir l'ensemble de son ancienne
liste pour « discuter » de la nouvelle donne. Rapidement, puisque les nouvelles élections devraient être
organisées dans les trois prochains mois. W9

http://www.20minutes.fr/article/331255/Marseille-La-justice-rebat-les-cartes-electorales-a-Aix.php

LA PROVENCE - 9 JUIN 2009 - LE MODEM APPELLE A "L'UNITE" POUR BATTRE MARYSE JOISSAINS

Membre du conseil national du MoDem, Christophe Madrolle vient d'appeler à "l'unité" pour battre Maryse
Joissains après l'annulation des élections municipales d'Aix. Interviewé sur LCM, l'élu marseillais a défendu
l'idée d'une force qui rassemblerait tous ceux qui veulent tourner la page de la maire invalidée, "le MoDem, le
PS, les Verts"... Interrogé sur la nécessité ou non d'une tête de liste MoDem, Christophe Madrolle a répondu
que ce n'était pas la question, "l'important étant de l'emporter sur Maryse Joissains".

http://www.laprovence.com/articles/2009/06/09/837552-Region-en-direct-Le-MoDem-appelle-a-l-unite-pour-
battre-Maryse-Joissains.php

LA PROVENCE - 9 JUIN 2009 - POLEMIQUE COHN-BENDIT/MADROLLE : DE PERETTI AU FRONT

L'un assure que l'autre lui a confié que François Bayrou préparait un traquenard lors du débat sur France 2 à la
veille des élections européennes, l'autre dément farouchement toute confidence et accuse l'un de "pratiques
staliniennes"... Dans la polémique qui oppose Daniel Cohn-Bendit et Christophe Madrolle, un remake du match
Europe écologie-MoDem, le ton ne cesse de monter, comme on a pu le voir lors d'une interview de l'élu
marseillais sur le plateau de LCM.

Voici maintenant que chacun reçoit le soutien de ses troupes ! C'est ainsi que François-Xavier de Peretti, le
conseiller municipal aixois et coprésident du MoDem 13, vient "d'apporter son soutien le plus total à
Christophe Madrolle dans cette affaire".

http://www.laprovence.com/articles/2009/06/09/837551-Region-en-direct-Polemique-Cohn-Bendit-Madrolle-
de-Peretti-au-front.php

FJ - 28
LA PROVENCE - 9 JUIN 2009 - MADROLLE : "COHN-BENDIT VEUT RECUPERER BENNAHMIAS ET LEPAGE"

Le conseiller MoDem de Marseille Provence métropole (MPM) dément les propos de Cohn-Bendit selon
lesquels il aurait averti le leader d’Europe écologie d’une attaque de Bayrou. Pour lui "Dany" veut diviser le
parti centriste
La méthode de Cohn-Bendit est scandaleuse". Christophe Madrolle, conseiller communautaire MoDem de
Marseille Provence métropole (MPM), n'a pas attendu longtemps pour répondre à l'interview de Daniel Cohn-
Bendit publié ce matin dans Libération.
Le leader d'Europe Ecologie, qui a réalisé un score de plus de 16% aux Européennes, y explique que Madrolle
l'avait averti des intentions de François Bayrou, chef du Modem, de l'attaquer sur son livre (Le grand
bazar) dans lequel il est fait une allusion à la sexualité des enfants. On connaît la suite et le clash sur France 2,
quelques jours avant le scrutin, entre Bayrou et Cohn-Bendit.
Dans Libération, Cohn-Bendit raconte que Madrolle lui aurait lancé, juste avant le débat : "Dany, il se
renseigne sur toi, il a ton bouquin sur le bureau". Le conseiller MPM dément avoir dit cette phrase. Et, non pas
de l'avoir prononcé mais dans un contexte différent, comme nous avons pu l'écrire.
"J'ai dit à Dany qu'il y avait toujours un vrai respect entre les deux hommes et qu'il fallait éviter tout dérapage
verbal. J'étais même allé le voir pour lui dire mon désaccord quand il avait lancé : "Bayrou a été touché par la
Vierge" , lors d'un meeting. François avait été blessé par cette sortie que je réprouve totalement." Pourquoi alors
Cohn-Bendit a fait ce genre de révélation ? "Il veut diviser le Modem pour récupérer Jean-Luc Bennahmias et
Corinne Lepage." Une manière d'enfoncer le clou après sa victoire aux Européennes, selon Christophe
Madrolle.
"J'ai eu Dany au téléphone, on s'est pourris et je lui ai expliqué que sa méthode est scandaleuse et stalinienne
! Cela fait dix ans que je travaille avec lui, c'est n'importe quoi, c'est une aberration de réagir de la sorte ! Dire
qu'il est venu dormir à la maison, et qu'il est le parrain de mon fils, je suis très en colère. C'était mon ami !". Qui
ment ? Qui dit la vérité ? Tout ce que l'on comprend c'est qu'une éventuelle alliance entre le Modem et Europe
écologie (et le PS), ce n'est sans doute pas pour demain...

http://www.laprovence.com/articles/2009/06/09/837459-Region-Christophe-Madrolle-La-methode-de-Cohn-
Bendit-est-scandaleuse.php

POUR COMPRENDRE : INTERVIEW DE DANIEL COHN-BENDIT EXPLIQUANT QUE CHRISTOPHE MADROLLE L’AVAIT
PREVENU DE CE QUE PREPARAIT F. BAYROU POUR LE DEBAT :

Extrait :
(…)Vous parlez du Modem, mais les ponts ne sont-ils pas définitivement rompus entre vous et Bayrou ?
Il y a moi et Bayrou ou Bayrou et moi. C’est une histoire.
Comment expliquer l’altercation télévisée jeudi, lors d’A vous de juger?
Le matin, j’ai senti qu’il était prêt à tout. Pour être honnête, la puce à l’oreille m’a été mise par Christophe
Madrolle, qui est un copain et qui est au Modem. Il m’a dit, il y a deux ou trois semaines : «Dany, il se
renseigne sur toi, il a ton bouquin [le Grand Bazar, ndlr] sur son bureau.» (…)

http://www.liberation.fr/politiques/0101572324-je-maintiens-on-etait-les-seuls-a-innover

FJ - 29
ACTUALITES

VENTES LIVRE DE FRANÇOIS BAYROU

AFP – 11 JUIN 2009 - GUILLAUME MUSSO EN TETE DES VENTES AVANT L'ETE
PARIS (AFP) — Guillaume Musso, traditionnellement l'un des plus gros vendeurs de livres en France, s'est
installé en tête du classement des ventes IPSOS/Livres Hebdo pour le mois de mai, devant l'Américain Douglas
Kennedy et... le président du Modem François Bayrou catégorie essais.
- Meilleures ventes Romans/Fiction:
1/ "Que serais-je sans toi ?" de Guillaume Musso (XO)
2/ "Quitter le monde" de Douglas Kennedy (Belfond)
3/ "Les hommes qui n'aimaient pas les femmes" de Stieg Larsson (Actes Sud)
4/ "Le sumo qui ne pouvait pas grossir" d'Eric-Emmanuel Schmitt (Albin Michel)
5/ "Tout est sous contrôle" de Hugh Laurie (Sonatine éditions)
- Meilleures ventes Essais/Documents :
1/ "Abus de pouvoir" de François Bayrou (Plon)
2/ "Tu m'appelles en arrivant ?" de Patrick Sébastien (Florent Massot)
3/ "Captive" de Clara Rojas (Plon)
4/ "Le lièvre de Patagonie" de Claude Lanzmann (Gallimard)
5/ "Et qu'on n'en parle plus" de Michel Sardou (XO)
Sorti début mai, le Musso nouveau confirme le succès du jeune romancier, auprès notamment du lectorat
féminin. Installé d'entrée en tête du classement, il vend trois fois plus de livres que son suivant immédiat,
l'Américain Douglas Kennedy, dont "Quitter le monde" a bénéficié d'une excellente critique.
La sortie en France du film "Millénium" a relancé la série du Suédois Stieg Larsson et le comédien britannique
Hugh Laurie, auteur inattendu de "Tout est sous contrôle", voit sa popularité confirmée après du grand public,
plus de quatre mois après la sortie de son livre.
Beau succès également pour François Bayrou, dont le pamphlet anti-Sarkozy "Abus de pouvoir" est l'essai qui
s'est le mieux vendu en France en mai. Un succès de librairie pour le président du Modem qui ne s'est pas
traduit dans les urnes aux élections européennes de dimanche.
Ce classement inclut tous les circuits de distribution de vente au détail : librairies, grandes surfaces culturelles,
hypermarchés (1.500 points de vente).

http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5j9GZV4-N0PRVtPbc_Me3x_tihJhg

NAISSANCE DU PARTI CHRETIEN-DEMOCRATE

LA CROIX – 11 JUIN 2009 - EXCLUSIVITE : LE NOUVEAU PARTI "CHRETIEN-DEMOCRATE" DE CHRISTINE BOUTIN

L’ancienne candidate à l’élection présidentielle de l’UMP a annoncé à La Croix qu'elle va modifier


l’appellation de son mouvement qui portera désormais le nom de "Parti chrétien-démocrate"
Christine Boutin fait partie des ministres que la rumeur dit menacés par le futur remaniement. La ministre du
logement en est pourtant persuadée : le président de la République, avec qui elle communique par le biais de «
notes », la maintiendra au gouvernement. « Ma présence au sein de la majorité est indispensable, confiait-elle
cette semaine. Et je crois que le président, qui a un sens politique très fin, l’a intégré. Je représente une
sensibilité qui ne comprendrait pas que Nicolas Sarkozy me remercie, tout en gardant Nadine Morano ». Une
référence aux positions libérales prises par la ministre de la famille sur les sujets de société.

Quoi qu’il en soit, Christine Boutin affiche sa sérénité et entend bien augmenter le volume de sa petite musique
au sein de la majorité, estimant sa sensibilité sous-représentée dans l’organigramme de l’UMP. Son
mouvement, le Forum des républicains sociaux (FRS), créé dans le contexte de l’élection présidentielle de
2002, va ainsi changer de nom lors de son prochain conseil national, le 20 juin. Objectif : afficher l’étiquette
FJ - 30
chrétienne. « Tout le monde sait que nous sommes chrétiens, avait expliqué la ministre. Je veux aller vers des
messages clairs, simples. Je veux faire mon coming out ! ».
Donner « davantage de visibilité » à ses racines chrétiennes
Rares sont les partis politiques à avoir assumé dans la France de la loi de 1905 une référence religieuse :
Démocratie chrétienne de France en 1959 (Georges Bidault, ancien président du MRP), Démocratie chrétienne
française en 1977 (Alfred Coste-Floret, Pierre de Bénouville) puis Droite libérale-chrétienne en 1999 (Charles
Millon). Pour Christine Boutin, il s’agit de l’aboutissement d’un cheminement, visible dans les sous-titres
successifs adoptés par son parti : « FRS – La droite humaine », dans le contexte de la présidentielle de 2007,
puis « FRS – La démocratie chrétienne sociale », le 31 janvier de cette année.

Outre la volonté de donner « davantage de visibilité » à ses racines chrétiennes, plusieurs raisons expliquent ce
changement de nom. Tout d’abord, l’actualité des débats autour de sujets qui sont chers à Christine Boutin,
qu’il s’agisse de la famille (statut du beau-parent), de la justice sociale dans le contexte de la crise ou de la
révision des lois de bioéthique, prévue en 2010. Ensuite, la mise au goût du jour du concept de « laïcité positive
» porté par Nicolas Sarkozy, qui ouvre la voie à la reconnaissance des religions par l’État. Enfin, ni le MoDem
de François Bayrou ni le Nouveau centre d’Hervé Morin ne se réclament plus de la démocratie chrétienne. Un
vide que Christine Boutin, également issue de l’UDF, entend bien combler.

Laurent de BOISSIEU et Solenn DE ROYER

http://www.la-croix.com/article/index.jsp?docId=2376215&rubId=788

SONDAGE OPINION WAY LE JOUR DES ELECTIONS EUROPEENNES

http://www.opinion-way.com/pdf/sondage_europeen2009_jour_du_vote.pdf

FJ - 31