Vous êtes sur la page 1sur 19

ww VISITE DE TRAVAIL ET D’INSPECTION DE M. SELLAL DANS LA WILAYA DE NAÂMA

«L’AIDE AU LOGEMENT RURAL SERA AUGMENTÉE»

Ph : APS
Ph : APS

l UNE ENVELOPPE COMPLÉMENTAIRE DE PRÈS DE 13 MILLIARDS DA

L e Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a annoncé, hier, à Naâma, une enveloppe complémentaire de

près de 13 milliards de dinars en faveur de cette wilaya pour y impulser la dynamique de développement. Cette enveloppe complémentaire, destinée à financer des projets dans divers secteurs, notamment l’habitat, l’hy- draulique, l’environnement, les travaux publics, l’agri- culture, l’éducation, l’énergie et le commerce, a été annoncée lors d’une rencontre élargie aux représen- tants de la société civile, à l’issue d’une visite de travail d’une journée dans cette wilaya, au cours de laquelle M. Sellal a inspecté et lancé une série de projets socio-

économiques.

et lancé une série de projets socio- économiques. . PAGES 3 - 4 - 5 ww

.PAGES 3 - 4 - 5

ww M. NECIB RÉORGANISE L'ADE

UN MEILLEUR SERVICE PUBLIC DE L'EAU POTABLE EXIGÉ

Ph : Slimene S.A.
Ph : Slimene S.A.

L e ministre des Ressources en eau, Hocine Necib, a pré- sidé, lundi, la cérémonie de création de trois nouvelles

divisions au sein de l'Algérienne des eaux (ADE) pour «assurer un service public de l'eau potable plus perfor- mant», a indiqué, hier mardi, le ministère des Ressources en eau. Tout en relevant les efforts accomplis par l'ADE ces dernières années, le ministre a exhorté les responsables de ces trois nouvelles divisions à œuvrer pour «l'amélioration de la qualité du service public et faire preuve de dynamis- me et de disponibilité».

et faire preuve de dynamis- me et de disponibilité». . PAGE 8 H orizons QUOTIDIEN NATIONAL

.PAGE 8

Horizons

QUOTIDIEN

NATIONAL

MERCREDI 4 SEPTEMBRE 2013 - 28 CHOUAL 1434 - N° 4985 - PRIX 10 DA

LE PRÉSIDENT BOUTEFLIKA REÇOIT LE CHEF D'ÉTAT-MAJOR DE L'ANP

ORIENTATIONS DU CHEF DE L’ÉTAT POUR SÉCURISER LES FRONTIÈRES

Photo : APS
Photo : APS

L e président de la République, Abdelaziz

Bouteflika, a reçu, hier mardi, à Alger, le chef

d'état-major de l'Armée nationale populaire (ANP), le général de corps d'armée, Ahmed Gaïd Salah, qui lui a présenté un exposé

FOOTBALL : LIGUE 1

exhaustif sur la situation qui prévaut en Algérie et au niveau des frontières. Le chef de l'Etat a donné, à cette occasion, des orientations pour le renforcement des moyens et des efforts pour sécuriser les frontières du pays.

EMBOUTEILLAGE EN TÊTE DU CLASSEMENT

C oup d’arrêt pour le MCA, tenu en échec à Oran, qui se fait rejoindre en tête du classement par le CSC, vainqueur du MOB (2-1), la JSK et la JSS victorieuses respectivement à Aïn Fakroun (1-0) et à El Eulma (2-1). L’histoire se répète

pour le CABBA qui a réédité l’exploit de la saison dernière sur le terrain de l’USMA. De son côté, l’ESS, en attendant son match retard face au MCO, confirme sa bonne santé en s’im- posant à Belouizdad. Rien ne va plus, par contre, pour

l’USMH qui a essuyé sa troisième défaite de rang, tout comme le CRBAF. Tels sont les faits saillants de ce troisième round marqué par quatre victoires en déplacement.

.PAGE 30

Pub

n Horizons : 04-09-2013 - Anep 53290
n Horizons : 04-09-2013 - Anep 53290

g

g

g

g

2

LES

CABLES

HORIZONS • Mercredi 4 Septembre 2013

Chiffre

Fermeture de plus de 100 commerces et verbalisation de 1.600 commerçants à Chlef

Cent six fermetures administratives ont été prononcées et plus de 1.600 commerçants ont été verbalisés par les brigades de contrôle de la direction du commerce de la wilaya de Chlef depuis l’ouverture de la saison estivale, indique un bilan de cette structure arrêté au 31 août dernier. Le bilan, qui fait état de 7.166 interventions effectuées lors de cette période par les brigades de contrôle et les bureaux d’hygiène communaux, note, en outre, que la valeur globale des saisies opérées a atteint plus de 613.000 dinars. Les infractions relevées, au nombre de 1.605, concernent entre autres, le défaut et le manquement aux règles d’hygiène, le défaut d’affichage des prix, l’exercice illégal de l’activité commerciale et la commercialisation de produits périmés, a-t-on précisé. Au moins 136 prélèvements d’échantillons sur des produits suspects ont été opérés lors des sorties de ces brigades dont 17 ont conclu à la non-conformité du produit aux règles requises en la matière.

BOUMERDÈS : Près de

8 millions d’estivants sur les plages entre juin et août

P rès de huit millions d’estivants ont afflué vers les 32 plages de Boumerdès

en juin et août derniers, apprend-on, hier mardi, auprès de la Protection civile de la wilaya. Les plages de Corso, Boumerdès, Cap Djinet et Zemmouri ont accueilli la grande majorité de ces estivants, notam- ment durant les week-ends, a-t-on indiqué. Les huit camps de vacances disséminés à travers les communes côtières de la wilaya continuent, à ce jour, d’accueillir un grand nombre de vacanciers, selon la même sour- ce, qui souligne, également, la contribution des établissements éducatifs de ces mêmes localités dans l’accueil de nombreux petits colons, issus de différentes régions du pays. Selon les prévisions de la Protection civile de la wilaya, le nombre d’estivants atteindra un pic à la fin du mois en cours, et «dépassera les 9 millions de vacanciers».

TRAMWAY D'ALGER :

Perturbation du trafic suite à un arrêt de travail d'une partie du personnel

L e tramway d'Alger a

d'une partie du personnel L e tramway d'Alger a connu, hier mardi, une perturbation du trafic

connu, hier mardi, une perturbation du trafic «suite à un arrêt de travail collectif et concerté, sans préavis, par une

partie du personnel», a indiqué la Société d'exploitation des tramways (Setram) dans un communiqué. Toutefois, un service minimum est assuré afin de garantir la continuité du service public, a souligné la société, qui présente ses excuses à sa clientèle «pour le désagrément occasionné par cette perturbation».

PÊCHE : Baisse sensible des infractions à Aïn Témouchent

L a DPRH (Direction de la pêche et des ressources halieutiques) de la wilaya

d’Aïn Témouchent a enregistré une baisse sensible des infractions concernant le res- pect de la période d'interdiction de la pêche pour cause de repos biologique. La chargée du contentieux auprès de la DPRH a indiqué que ces infractions, recensées en collaboration avec les ser- vices des gardes-côtes de Beni Saf et de Bouzedjar, ont atteint 12 cas contre 55 l’année passée et 51 l’année d’avant. Ce résultat est le fruit des campagnes de sensibilisation menées en collaboration avec la Chambre de la pêche de la wilaya. Sept de ces infractions ont été enregistrées à Beni Saf et concernent la pêche en zones interdites, le non-respect de la taille marchande des poissons et l’utilisation de filets de pêche non régle- mentaires.

A

GENDA

A

GENDA

A

GENDA

non régle- mentaires. A GENDA A GENDA A GENDA Ministère des Ressources en eau Le ministre

Ministère des Ressources en eau

Le ministre des Ressources en eau, Hocine Necib, effectuera, demain, une visite de travail et d’inspection dans la wilaya de Guelma.

Télex

ww COA

Le Comité olympique algérien et

le ministère de la Jeunesse et des Sports organisent du 25 août au

5 septembre, à l’Ecole nationale

des sports olympiques de Sétif, le premier camp olympique de la jeunesse-Horizon 2020.

ww MACHAÂL ECHAHID

L’association Machaâl Echahid, en coordination avec l’Organisation nationale des moudjahidine, organisera, aujourd’hui à 9h, un hommage aux martyrs du village Laârib Sidi Sadek, à Béjaïa.

ww SALON INTERNATIONAL DES FOURNISSEURS DE L’INDUSTRIE PHARMACEUTIQUE

L’agence Sahel Tours, en colla- boration avec M’ditheral, orga- nise, du 1 er au 3 octobre au centre de convention d’Oran, le 2 e Salon international des four- nisseurs de l’industrie pharma- ceutique en Afrique du Nord.

ww SALON PHILATÉLIQUE INTERNATIONAL D’ALGER

La 2 e édition du Salon philatélique international d’Alger se tiendra du

11 au 14 octobre au Centre des loi- sirs scientifiques sis au 5, rue Didouche-Mourad, Alger.

ww ÉTABLISSEMENT ARTS ET CULTURE

Dans le cadre de ses activités culturelles et artistiques, l’Etablissement arts et culture de la wilaya d’Alger organisera, demain à 21h30, à la salle Ibn Khaldoun, un concert de variétés, animé par Mohamed Lamine.

Ministère de l’Agriculture et du Développement rural g Le ministère de l’Agriculture et du Développement
Ministère de l’Agriculture et du
Développement rural
g
Le ministère de l’Agriculture et du
Développement rural, à travers la
Direction générale des forêts, organi-
sera, demain à 10h, au niveau du
siège de la Direction générale des
forêts, une journée d’étude sur la
thématique «Revégétalisation par la
méthode de l’ensemencement
hydraulique».
par la méthode de l’ensemencement hydraulique». Ministère des Travaux publics Le ministre des Travaux

Ministère des Travaux publics

Le ministre des Travaux publics, Amar Ghoul, effectuera, demain, une visite de travail et d’inspection dans la wilaya de Constantine.

FFS

g

Le FFS tiendra son université d’été les 5, 6 et 7 septembre au camp de vacances Anissa Tour, à Souk El Tnine, wilaya de Béjaïa.

vacances Anissa Tour, à Souk El Tnine, wilaya de Béjaïa. FC Le Front du Changement tiendra
vacances Anissa Tour, à Souk El Tnine, wilaya de Béjaïa. FC Le Front du Changement tiendra

FC

Le Front du Changement tiendra son université d’été du 4 au 7 septembre au complexe touristique Adim, à Zemmouri- sur-Mer, wilaya de Boumerdès.

Banque d’Algérie La Banque d’Algérie pré- sentera, aujourd’hui à 10h30, en son siège sis à
Banque d’Algérie
La Banque d’Algérie pré-
sentera, aujourd’hui à
10h30, en son siège sis à
l’avenue Franklin-
Roosevelt, le rapport
annuel 2012 sur l’évolu-
tion économique et
monétaire de l’Algérie.
g
tion économique et monétaire de l’Algérie. g FLN Le secrétaire général du Front de libération

FLN

Le secrétaire général du Front de libération nationale, Amar Saïdani, réunit, aujourd’hui à 9h, au siège central du parti, les secrétaires des mouhafadha.

Horizons

Quotidien d’information édité par la SPA "HORIZONS" au capital social de 160.000.000,00 DA

PRÉSIDENT-DIRECTEUR GÉNÉRAL : Larbi TIMIZAR

DIRECTEUR DE LA RÉDACTION : Liesse DJERAOUD

HORIZONS SUR INTERNET :

http://www.horizons-dz.com

REDACTION ADMINISTRATION 20, rue de la Liberté - Alger

Tél. : 021-73.67.24 / 73.59.69 / 73.63.05 Téléfax : 021-73.61.34 / 73.67.29

BUREAU DE TIZI OUZOU : Cité GENICIDER 600 Logts Bt 7 n°12 Nouvelle ville — Tél. : 026 21.28.28 —PUBLICITE : S'adresser à HORIZONS 20, rue de la Liberté Alger Tél : 021 - 73.59.69 ou à : l’Agence Nationale d’Edition et de Publicité “ANEP” ALGER : avenue Pasteur — Tél. 021 - 73.76.78 73.71.28 — Fax : 021- 73.95.59 IMPRESSION : Centre : S.I.A. — Est : S.I.E. — Ouest : S.I.O. — Sud : S.I.A. Unité Ouargla Fax : 029.76.38.82 DIFFUSION - HORIZONS Tél : 021- 73.59.69 — MPS : Oran : 041 53 81 19 - 07 71 98 39 04 SODIPRESSE Est : Constantine : 031 68 39 84 - 031 68 38 28— Sarl «T.D.S» Diffusion «Sud» - Tél : 06 61 24 29 10 — 029 71 38 25

Les manuscrits, photographies ou tout autre document et illustration adressés ou remis à la Rédaction ne sont pas rendus et ne peuvent faire l’objet d’une réclamation.

Photo : APSPhoto

ALGERIEACTUALITÉS

www.horizons-dz.com

HORIZONS • Mercredi 4 Septembre 2013

3

VISITE DU PREMIER MINISTRE DANS LA WILAYA DE NAÂMA

Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a promis l’augmentation de l’aide octroyée au logement rural dans les wilayas du sud lors de sa visite, hier, à Naâma.

«L’État va augmenter l’aide au logement rural»

De notre envoyée spéciale : Nouria Bourihane

rural» De notre envoyée spéciale : Nouria Bourihane « L’ aide de 70 mil- lions de

« L’ aide de 70 mil- lions de cen- times ne suffit plus. On va essayer de l’augmenter à

80 ou à 90 millions de centimes au pro- fit des jeunes des wilayas du sud», a annoncé le Premier ministre lors de l’inspection d’un projet de réalisation de 700 logements dans la wilaya de Naâma. Le Premier ministre a été très critique vis-à-vis des projets de construction qu’il a supervisés dans cette wilaya. Il a instruit les respon- sables locaux à livrer les 8.000 loge- ments prêts, de différentes formules, au niveau de cette wilaya. «Vous avez un délai d’un mois pour la distribution de ces logements», leur a-t-il signalé. A propos de l’aménagement des cités, Abdelmalek Sellal a exhorté les responsables chargés de la réalisation du programme de 100 logements LPA à revoir la conception du projet. «Nous avons une seule Casbah. C’est un patri-

moine que nous voulons préserver et nous ne voulons pas faire des Casbah dans toutes les villes d’Algérie», a-t-il dit. «Je vous demande de construire des cités intégrées avec des styles modernes. Des citées dotées des infra- structures et équipements nécessaires»,

a-t-il

A cette occasion, il a réaffirmé l’engage- ment de l’Etat à financer l’aménage- ment des cités et du territoire national. «L’Etat est prêt à débourser pour cet aspect. Aussi, il faut le prendre en compte dans les projets», a-t-il précisé. Outre le logement, Abdelmalek Sellal a inspecté plusieurs projets relevant de divers secteurs dont la santé, l’agricul- ture, l’éducation nationale, les trans- ports et les travaux publics. Il était accompagné des ministres Abdelmadjid Tebboune, Rachid Benaïssa, Dahou Ould Kablia, Rachid Haraoubia, Hocine Necib, Amar Ghoul et Amar Tou. Dans le secteur agricole, il a insisté sur l’augmentation de la production agricole et des viandes pour réduire la facture des importations qui a atteint un seuil important. «L’Algérie a importé 30 millions d’euros de viandes entre jan- vier et juin 2013. C’est honteux», dira-t- il. Pour faire face à cette situation, il a instruit les responsables locaux à multi- plier l’octroi des périmètres agricoles au profit des jeunes et les doter de tous les moyens dont l’alimentation en eau. «La distribution des périmètres agricoles est une urgence, c’est la seule solution à même de nous permettre d’augmenter la production», a-t-il souligné. «Il ne faut pas rester dans la production de

suggéré.

deux kilos de pomme de terres toute la vie. Il faut faire en sorte d’augmenter les investissements et revoir les ambitions à la hausse», a-t-il ajouté. M. Sellal s’est dit prêt à prendre en compte toutes les doléances et à mettre les moyens pour atteindre les objectifs tracés. «Mais je veux régler immédiatement et définiti- vement le dossier de la viande», a-t-il dit. Inspectant le projet de transfert d’eau de Naâma vers Tlemcen et Sidi- Bel Abbès, dont la livraison est prévue janvier 2015, le Premier ministre a pré- conisé «la mise en exploitation phase par phase de ce projet». «Ce projet a une grande importance pour la région. Il faut gagner du temps en réduisant les délais de réalisation de façon à l’achever en octobre 2014», a-t-il indiqué. Le Premier ministre a également demandé aux superviseurs du projet «d’utiliser des matériaux de construc- tion locaux pour réduire l’importation». Il a également insisté sur «le recrute- ment des jeunes locaux». A Mecheria, il a remis des clefs à 10 jeunes ayant béné- ficié de locaux au marché couvert. «Je vous demande de respecter l’ordonnan- ce parue la semaine dernière sur l’amé- nagement et la gestion de ces espaces commerciaux. Il faut que les locaux soient dotés de rideaux et assurer l’aéra- tion des lieux», leur a-t-il demandé. Au centre des loisirs en voie de réalisation à Naâma, le Premier ministre a insisté sur «la multiplication des espaces verts, la création d’un espace pour les spectacles et l’implantation de restaurants. Selon lui, «il faut réaliser un aménagement de haut niveau», a-t-il dit. n N. B.

nn BAIN DE FOULE POUR ABDELMALEK SELLAL

Lors de l’inauguration d’une salle omnisports à Aïn Sefra, le Premier ministre a eu droit à un bain de foule. La population de cette localité est sortie en masse

pour l’accueillir. Spontané, Sellal est allé vers la foule pour la saluer. Il a discuté

avec des jeunes et des femmes qui ont saisi l’occasion pour lui exposer leurs pro-

blèmes concernant le logement et l’emploi.

n N. B.

TEBBOUNE

De nouvelles mesures pour accélérer la réalisation des logements participatifs

Le ministre de l'Habitat et de l'Urbanisme, Abdelmadjid Tebboune, a affirmé, hier mardi, à Naâma, que des nouvelles mesures «sont en phase d'élaboration» pour accé- lérer la réalisation et la réception des logements participatifs. Dans une déclaration à l'APS en marge de la visite de tra- vail du Premier ministre dans la wilaya de Naâma, M. Tebboune a indiqué que ces mesures «pour- raient aller jusqu'à l'exclu- sion des promoteurs défaillants des projets de logement participatif et le retrait de leur agrément». «Nous allons étudier tous les dossiers (des promo- teurs) au cas par cas, chantier par chantier et entreprise par entreprise,

et nous prendrons les mesures nécessaires contre les défaillants», a-t-

il dit. «Si un promoteur

manque à ses engage- ments, son contrat sera résilié et le projet sera confié à une autre entre-

prise. Mais s'il s'avère que le promoteur en question n'a respecté aucun de ses engagements, non seule- ment son contrat sera rési- lié, mais il sera mis sur une liste noire et son agré- ment sera retiré», a-t-il mis en garde. Le ministre

a indiqué à cette occasion

que le projet d'augmenta- tion de l'aide de l'Etat pour l'obtention de loge- ment, estimée à 700.000 DA, est en examen au niveau du Premier minis- tère.

: Fouad S.
: Fouad S.

TOU

Un million de permis de conduire à points délivrés à ce jour

Photo : Makine F.
Photo : Makine F.

Un million de permis de conduire à points ont été remis dans le

cadre d'une opération visant à remplacer l'an- cien modèle de ce document, a indiqué, hier mardi, à Naâma, le

des

Transports, Amar Tou. «L'opération se déroule normalement, les conducteurs peuvent toujours utiliser l'an- cien document en attendant la réception

ministre

du nouveau», a ajouté M.Tou dans une déclaration à la presse en marge de la visite du Premier ministre dans la wilaya de Naâma.

BENAÏSSA AU SUJET DE LA HAUSSE DU PRIX DU POULETde la visite du Premier ministre dans la wilaya de Naâma. La situation va rentrer dans

La situation va rentrer dans l'ordre dans deux ou trois semaines

Photo : Makine F.
Photo : Makine F.

Le ministre de l'Agriculture et du Développement rural, Rachid

Benaïssa, a affirmé que le

poulet, qui a connu une hausse vertigineuse, va se stabiliser dans deux ou trois semaines. Selon lui, cette flambée est due à un problè- me de production. «Après une période de baisse des prix et de disponibilité du produit au prin- temps dernier, les éleveurs ont entamé une nouvelle phase d'éle-

vage en même temps, ce qui a provoqué un déphasage entre l'écoulement de la marchandise de la dernière vague et de la prochaine bande d'élevage», a-t-il expli- qué. «Tout va rentrer dans l'ordre avec l'arrivée de la prochaine

prix du

bande d'élevage dans deux ou trois semaines», a-t-il indiqué. n N. B. bande d'élevage dans deux ou trois semaines», a-t-il indiqué. n

4

ALGERIEACTUALITÉS

www.horizons-dz.com

HORIZONS • Mercredi 4 Septembre 2013

ABDELMALEK SELLAL DANS LA WILAYA DE NAÂMA

Photos : APS
Photos : APS
2013 ABDELMALEK SELLAL DANS LA WILAYA DE NAÂMA Photos : APS LES DIFFÉRENTS POINTS DE LA

LES DIFFÉRENTS POINTS DE LA VISITE

Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a effectué, hier, une visite de travail d’une journée dans la wilaya de Naâma, dans le cadre de la mise en œuvre du programme du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, et au cours de laquelle il a inspecté et lancé des projets socio-économiques. Le Premier ministre était accompagné, lors de cette visite de tra-

vail, des ministres de l’Intérieur et des Collectivités locales, de l’Agriculture et du Développement rural, des Travaux publics, de l’Habitat et de l’Urbanisme, des Transports, et des Ressources en eau, respectivement Daho Ould Kablia, Rachid Benaïssa, Amar Ghoul, Abdelmadjid Tebboune, Amar Tou et Hocine Necib.

Programmes de 1.250 logements à Mécheria et Aïn-Sefra

Programmes de 1.250 logements à Mécheria et Aïn-Sefra LE PREMIER MINISTRE S’EST ENQUIS, hier mardi, des

LE PREMIER MINISTRE S’EST ENQUIS, hier mardi, des pro- grammes de réalisation de 1.250 logements, de diverses formules, dans les com- munes de Mécheria et Aïn- Sefra.

D ans la commune de Mécheria, M. Sellal s’est enquis de l’état d’avan- cement des travaux de réalisation de 350 loge- ments publics locatifs

(LPL) de type F3, relevant de l’Office de promotion et de gestion immobilières (OPGI) et retenus dans le cadre du pro- gramme 2010 de résorption de l’habitat précaire, au niveau du pôle urbain de Sidi Merbouh, à l’entrée sud de la ville de Mécheria. Ce projet a atteint un taux d’avance- ment de 45%. Le Premier ministre a, sur site, pris connaissance d’un autre projet de réalisation de 700 logements ruraux de type F3 avec une surface de 70 m2 bâtie. Doté d’un financement de la Caisse nationale du logement (CNL) de 546 millions DA, ce projet, pré-

voyant la réalisation d’un logement rural avec patio, selon le mode de construction local, a été achevé à 68%. M. Sellal a exhorté les parties concer- nées à veiller au respect des cahiers de charges dans la réalisation des pro- grammes d’habitat rural, et à prévoir les installations publiques à l’intérieur des cités d’habitation. Il a aussi invité les responsables concernés à veiller au lancement, dans un délai d’un mois au plus tard, des travaux de réalisation d’une tranche de 8.000 unités rurales dont a bénéficié la wilaya de Naâma. Un autre chantier de 100 logements promotionnels aidés relevant de l’OPGI, pour un coût de 244 millions DA, a également été inspecté par le Premier ministre dans la commu- ne de Mécheria. Le Premier ministre s’est ensuite rendu dans la commune d’Aïn Sefra (70 km au sud de Naâma) où il a inspecté le chantier de réalisa- tion, pour une enveloppe de 233 mil- lions DA, de 100 logements publics locatifs de type F3, lancé à la fin du mois d’août dernier.

Mise en exploitation du marché couvert de Mécheria

Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal a procédé à la mise en exploitation du nouveau marché couvert de Mécheria, et à la remise de titres d’attribution de locaux dans cet espace commercial. Inscrit dans le cadre de la lutte contre le commerce informel, ce projet, qui couvre une superficie de 600 m2 et regroupe 40 locaux, est destiné au commerce des fruits et légumes. Le Premier ministre a fait état, lors de son inspection du site, de la décision d’inscrire des travaux supplémentaires en faveur de cet espace visant à couvrir les carrés commerciaux, avant d’appeler à trouver une solution à la question de l’aération de ce marché. Il a également invité l’entreprise réalisatrice à adopter le même principe pour l’ensemble des projets du genre qu’elle gère à travers le territoire national.

Un lycée de 1.000 places à Naâma

Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a inspecté, au chef-lieu de wilaya, le chantier d’un nouveau lycée de 1.000 places pédagogiques, dont les travaux de réalisation tirent à leur fin. Seconde du genre dans la commune de Naâma, cette structure pédagogique, qui ouvrira ses portes pour la saison scolaire 2013-2014, a bénéficié d’une enveloppe de 350 millions DA pour sa réalisation, dans le cadre du programme de soutien à la croissance. Après avoir écouté un exposé succinct sur la situation du secteur dans la wilaya, le Premier ministre a insisté sur l’impérative amélioration du niveau de l’enseignement, soulignant, à ce propos, la nécessité pour la wilaya d’améliorer son rang en matière de résultats aux examens. M. Sellal a, en outre, appelé à orienter les élèves vers les filières scientifiques, notamment les mathématiques.

Une salle omnisports à Aïn-Sefra

Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a procédé, lors de sa visite de travail dans la wilaya de Naâma, à la mise en exploitation d’une salle omnisports d’une capacité de 500 places à Aïn-Sefra. Implantér à la cité Mouileh, cette structure sportive, pour laquelle a été consacrée une enveloppe de plus de 97 millions DA (réalisation et équipement), est dotée de tous les moyens nécessaires à la pratique sportive, collective et individuelle, en plus d’autres moyens d’encouragement du sport pour personnes aux besoins spécifiques. Le Premier ministre a appelé, à cette occasion, à étendre les horaires d’ouverture des structures juvéniles et sportives aux jeunes, avant de mettre l’accent sur la nécessité de soutenir les équipes locales dans la formation et l’émergence de jeunes talents, notamment dans les disciplines d’athlétisme, réputées dans la région.

Projet de dédoublement de voies sur la RN-6

Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a inspecté le chantier de dédoublement de voies de la RN-6 sur un tronçon reliant sur 112 km les communes de Mécheria, Naâma et Aïn-Sefra.

ALGERIEACTUALITÉS

www.horizons-dz.com

HORIZONS • Mercredi 4 Septembre 2013

5

ABDELMALEK SELLAL DANS LA WILAYA DE NAÂMA

LE PREMIER MINISTRE DEVANT LES REPRÉSENTANTS DE LA SOCIÉTÉ CIVILE

LE PREMIER MINISTRE, ABDELAMALEK SELLAL, a appelé, hier mardi, à Naâma, les gestionnaires du secteur public notam- ment les cadres des banques à accompagner la dynamique économique que connaît le pays, en facilitant l'attribution de crédits aux jeunes.

Les cadres du secteur public doivent faciliter l'attribution de crédits aux jeunes

L ors d'une rencontre avec les représentants de la société civile de Naâma dans le cadre d'une visite d'inspection dans la wilaya, M. Sellal a appelé ces gestionnaires à «libé- rer les initiatives et à aller de l'avant pour faciliter l'octroi des financements néces-

saires aux jeunes porteurs de projets dans le cadre de la loi et dans le respect de la déontologie en matière de gestion». Le gouvernement «assure (les gestionnaires) de son soutien dans cette démarche, notamment à tra- vers la dépénalisation de l'acte de gestion», a-t-il souli- gné. Il a précisé que la question d'attribution de «cré- dits importants au profit des jeunes porteurs de pro- jets est désormais une préoccupation fondamentale pour les autorités qui s'emploient à traiter la ques- tion». Il a expliqué que souvent, les gestionnaires des

banques publiques hésitent à accorder des crédits «par peur d'aller en prison comme l'a affirmé un des direc- teurs de ces banques». «Par conséquent, il incombe aux cadres de jouer leur rôle et de prendre des initia- tives en vue d'une adaptation à l'évolution écono- mique. Ils réaliseront ainsi que l'Etat respecte leur mis- sion et que la loi les protège», a poursuivi M. Sellal avant de rappeler que le gouvernement «est prêt à changer les lois s'il le faut» pour faciliter cette opéra- tion. D'autre part, le Premier ministre a annoncé que la prochaine tripartite (gouvernement-syndicat-patronat), dont la réunion est prévue pour fin septembre, pour l'examen de l'investissement, «traitera de la question des crédits». Il a insisté en outre, sur l'importance d’«accorder toute la confiance aux jeunes cadres en vue d'une participation à la gestion des affaires du

pays et à l'application de la directive relative à la mise à la retraire des cadres âgés de 60 ans et plus». Il a ajouté qu'«il est possible de tirer profit de l'expérience de ces derniers en matière d'encadrement des jeunes gestionnaires». Par ailleurs, M. Sellal a estimé néces- saire d'«aller vers une nouvelle perspective de déve- loppement à travers le plan quinquennal pour la pro- chaine période dont le lancement est prévu en 2014». «Ce dernier est actuellement en cours d'élaboration, a- t-il fait remarquer. Il a affirmé «avoir donné des ins- tructions au ministre de l'Agriculture et du Développement rural, Rachid Benaïsa, pour encoura- ger et soutenir l'élevage dans le but de réduire la fac- ture d'importation de viandes estimée à 30 millions d'euros pour le premier semestre de l'année en cours». n APS

Une exploitation agricole privée dans la commune de Tiout

Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a ins- pecté, lors de sa visite de travail, hier mardi, dans la wilaya de Naâma, une exploitation agricole pri- vée dans la localité d’El Ouez, commune de Tiout. Attribué en 2007 dans le cadre de la mise en valeur agricole, ce périmètre s’étend sur une superficie de six hectares, soit quatre hectares consacrés à la culture de la pomme de terre et deux aux cultures fourragères, et compre- nant un enclos d’élevage de vaches laitières. Cette exploitation agricole a été créée dans le cadre du programme de mise en valeur agricole, soutenu par le Fonds national de développement et de régulation agricole (FNDRA) et incluant plu- sieurs régions agricoles et pastorales des communes de Tiout et Aïn-Sefra, au regard de leurs potentiali- tés agricoles. Le Premier ministre a procédé, sur site, à une remise de titres de concession à 10 jeunes et à des investisseurs de la région, pour la création de nouvelles exploitations agricoles et d’élevage, appelant, dans ce cadre, à renforcer les zones agri- coles à travers la mobilisa- tion des eaux d’irrigation et l’octroi davantage de terres pour développer la mise en valeur et accroître la production agricole. M. Sellal a également exhorté les éleveurs à augmenter leur production afin de permettre la réduction de la facture d’importation des viandes.

Un hôpital de 120 lits en construction à Mécheria

Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, en visite de travail dans la wilaya de Nâama, a inspecté, à Mécheria, le chantier d’un nouvel hôpital de 120 lits. D’un coût d’investissement de 1,96 milliard DA, cet hôpital, dont les travaux de réalisation, confiés à neuf entre- prises, ont atteint un taux d’avancement de 75%, a été lancé en chan- tier en juin 2010 pour être livré à la fin juin 2014. M. Sellal a appelé les responsables concernés à veiller à l’accélération des travaux de cette structure de santé pour la livrer avant les délais contractuels. Le nouvel hôpital sera doté de deux pavillons consacrés à diffé- rentes spécialités, dont la cardiologie, la médecine interne, l’endo-

crinologie, la diabétologie, l’hématologie et cancérologie, la chirur- gie orthopédique et traumatologie, l’ophtalmologie, l’urologie et l’oto-rhino-laryngologie (ORL). Dans l’optique d’améliorer les pres- tations médicales spécialisées, cette structure a été renforcée égale- ment par un plateau technique moderne, un laboratoire, une morgue, un centre d’imagerie médicale, une climatisation centrale, un bureau d’admission, une pharmacie et un magasin, en plus de 12 logements d’astreinte et autres aménagements extérieurs. Le nouvel hôpital sera aussi doté,d’autres équipements techniques néces- saires.

doté,d’autres équipements techniques néces- saires. Un projet de mise en défens pastorale à Souika Le Premier

Un projet de mise en défens pastorale à Souika

Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a inspecté le projet de mise en défens pastorale de Souika (10 km de Naâma), retenu dans le cadre de la lutte contre la désertification et suscep- tible de contribuer à la régénération du couvert végétal dans la région. Couvrant une superficie de 2.500 hec- tares, cette réserve pastorale, créée fin 2012, dans le cadre du programme de la Conservation des forêts de la wilaya de Naâma pour un coût de 30,8 mil- lions DA, vise la réhabilitation des

aires steppiques, la création d’aires de pacage, la régénération du couvert végétal et la protection de la nappe alfatière. Le Premier ministre a mis l’accent sur la nécessité de poursuivre l’exten- sion des zones de mise en défens pas- torale et l’élaboration d’études pour des travaux complémentaires au niveau de ces réserves, tout en appe- lant à montrer plus de vigilance concernant la dégradation du milieu steppique.

Mise en service de la Step de Mécheria

Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a procédé à la mise en service de la station de traitement et d’épuration des eaux usées (Step) de Mécheria d’une capacité de traitement de 12.880 m3/ jour. D’un coût de réalisation de 1,89 mil- liards DA, cette station est appelée à prendre en charge les besoins d’une population projetée à 92.000 habitants à l’horizon 2025. M. Sellal a saisi l’op- portunité pour mettre l’accent sur la nécessité de recourir à la main-d’œuvre et aux produits nationaux dans la réalisation des différents projets afin de rédui- re la facture des importations.

Réalisation de 2.000 places pédagogiques au centre universitaire de Naâma

Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a donné le coup d’envoi du projet de réalisation de 2.000 places pédago- giques au centre universitaire de la ville de Naâma. Inscrite dans le cadre du programme de développement quinquennal 2010-2014, l’opération d’extension du centre universitaire porte sur la réalisation de 2.000 places pédagogiques et d’une résidence universitaire de 1.000 lits, dont les travaux d'une tranche de 502 lits ont été achevés, alors que l'autre partie restante de 498 lits devra être mise en chantier prochainement. Le pavillon pédagogique (2.000 places),sera liivré début 2015. Sur site, une présentation a été faite à M. Sellal sur le chan- tier de réalisation, pour une enveloppe de 500 millions DA, de la cité universitaire de 1.000 lits. Le Premier ministre a, à cette occasion, appelé à lancer l’ensemble des tranches programmées à l’étude concernant l’exten- sion de ce centre universitaire, soulignant que les finan- cements nécessaires seront dégagés pour la concrétisa- tion de ces opérations. Après avoir insisté sur l’élargis- sement du champ d’exploitation de l’énergie solaire, M. Sellal a exhorté les parties concernées à ouvrir des spé- cialités de sciences vétérinaires afin de répondre aux spécificités de la région à vocation pastorale.

Un centre de maintenance de la SNTF à Mécheria

Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a inspecté, à Mécheria, le Centre de maintenance et d’intervention (CMI) de la Société nationale du transport ferroviaire (SNTF), réalisé sur l’axe ferroviaire Mécheria-Bechar d’un linéaire de 360 km. Le Premier ministre a visité les différentes structures du centre où il s’est enquis des conditions de travail et de fonctionnement, donnant des instructions pour veiller à garantir des conditions de transport ferro- viaire sûres aux voyageurs.

ALGERIEACTUALITÉS

www.horizons-dz.com

HORIZONS • Mercredi 4 Septembre 2013

7

BRITISH COUNCIL

Le centre d'apprentissage de l'anglais rouvrira en septembre 2014

Le centre d'apprentissage de l'anglais de British Council d'Alger rouvrira ses portes en septembre 2014, a annoncé, hier mardi, le directeur de cet établissement, Martin Daltry. «Le centre de la langue anglai- se, implanté à Alger, aura un grand impact car il permettra une augmentation de l'offre, une plus grande accessibilité au public et une meilleure qualité d'enseignement de la langue anglaise en Algérie», a expliqué M. Daltry, fraîche- ment installé, dans un point de presse. Il s'agit, en fait, d'«un riche programme» tracé par British Council qui s'est engagé à «renforcer l'ensei- gnement et l'apprentissage de la langue anglaise en Algérie», a-t-il soutenu, relevant que de plus en plus d'Algériens sou- haitaient apprendre l'anglais, notamment les jeunes. M. Daltry a, par ailleurs, évo- qué l'existence de plusieurs accords entre des institutions algériennes, comme le minis- tère de l'Education nationale, et British Council afin de pro- mouvoir l'apprentissage et l'usage de l'anglais dans les écoles algériennes. British Council ambitionne aussi, a-t- il dit, de renforcer sa coopéra- tion notamment avec les Chambres de commerce, la Radio nationale, le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scienti- fique, et des associations de protection des jeunes et des enfants, tel le réseau Nada. De son côté, l'ambassadeur de Grande-Bretagne en Algérie, Martyn Roper, a indiqué que son pays a «augmenté, cette année, de manière significati- ve, son offre en matière d'en- seignement de l'anglais en Algérie en travaillant avec les autorités locales». Il a, à cet effet, fait savoir que 85 inspec- teurs algériens de l'éducation avaient bénéficié cette année d'une formation de perfec- tionnement en Grande- Bretagne, alors que 2.000 enseignants algériens de la langue anglaise avaient été encadrés en Algérie.

FORUM SUR LE SYSTÈME ÉDUCATIF

BACHIR MESSAÏTFA A TENU À FAIRE SAVOIR que son département a mis en place une sous- direction qui a pour mission de décortiquer le système éducatif dans ses trois compartiments, éducation nationale, formation professionnelle et enseignement supérieur.

Photo : Slimene S.A.
Photo : Slimene S.A.

Répondre aux défis de l’avenir

L a qualité de la formation éduca- tive demeure en deçà des attentes. Ce constat est celui des professeurs et spécialistes en éducation présents, hier, à la deuxième édition du «petit

déjeuner de la prospective», forum initié par le secrétaire d'Etat auprès du Premier ministre chargé de la Prospective et des Statistiques, Bachir Messaïtfa. Durant cette rencontre, sur le thème «Le système éduca- tif», les intervenants ont estimé que la poli- tique éducative, malgré «une énorme évolu- tion», reste insuffisante au regard des défis de l’heure. Bachir Messaïtfa a tenu à faire savoir que son département a mis en place une sous-direction qui a pour mission de décortiquer le système éducatif dans ses trois compartiments, éducation nationale, forma- tion professionnelle et enseignement supé- rieur. Ce forum se veut, selon lui, un espace pour stimuler une réflexion collective sur les enjeux majeurs afin de répondre aux défis des années à venir. Il s’agit d’une opportuni- té pour un débat sur la façon dont va s’arti- culer le système éducatif autour des nou- velles données économiques et sociales. Car les performances du système, au regard des moyens qui sont mobilisés, restent «insuffi- santes», selon les données du secrétariat d’Etat de la Prospective et des Statistiques. Ainsi, les filières technologiques sont de plus en plus «délaissées» au profit des sciences humaines. «Ce qui réduit considérablement nos capacités d’innovation», a signalé M. Messaïtfa. Ainsi, il a été constaté la prédo- minance des sciences sociales et humaines au détriment des sciences exactes, qui ont connu une hausse importante du nombre d’étu- diants durant la période 1990-2009 (42.354 en

1990 à 527.128 étudiants en 2009). De plus, la structure du système éducatif est orientée plus vers l’université que vers la formation professionnelle.

DES «INDICATEURS» POUR APPRÉCIER LES RÉSULTATS DE L’ÉCOLE

Parmi les autres lacunes relevées, l’inser- tion dans la formation professionnelle qui se fait uniquement suite à un échec dans le cycle d’enseignement. A cela s’ajoute l’inadé- quation entre le produit de la formation et le marché de l’emploi. D’ailleurs, le niveau de chômage des diplômés de l’enseignement supérieur a atteint 16,1%, et 12,4% pour la formation professionnelle, selon l’Office national des statistiques (ONS). Face à cette situation, l’inspecteur de l’éducation nationa- le, Bellabès Mustapha, membre du groupe spécialisé mathématiques au sein de la com- mission des programmes, a rappelé que 458 propositions ont été émises lors des consulta- tions entamées avec les enseignants. Il a reconnu que les défis sont multiples, dont le besoin d’améliorer les conditions de l’enseignement, d’intégrer les technologies de l’information et de la communication (TIC), d’adapter la formation avec les besoins de l’emploi, de promouvoir l’enseignement de la langue arabe et des langues étrangères, d’améliorer la gestion pédagogique et admi- nistrative des structures éducatives et, enfin, de mettre en application les objectifs de l’éco- le comme le stipule la loi d’orientation de l’éducation. Le directeur de la prospective au niveau du ministère de l’Education, Chaïb Draâ, a, quant à lui, reconnu que le défi de l’heure est de garantir une formation éducati- ve «de qualité» à chaque citoyen. En 2030, la population du secteur sera triplée. Ce qui implique des efforts supplémentaires. Depuis l’indépendance, l’approche fut «systémique», rappelle-t-il, avant d’affirmer que «la réforme de l’éducation ne doit en aucun cas être figée». L’inflation des savoirs, la lourdeur des programmes éducatifs, sont autant de para- mètres à prendre en compte, souligne-t-il, en précisant «qu’un mauvais programme ensei- gné par un mauvais enseignant aboutit assu- rément à une catastrophe». Dans un cadre plus global, M. Messaïtfa a assuré que son département a pour mission de mettre en place des «indicateurs» destinés à suivre et apprécier les résultats des politiques du sys- tème éducatif dans ses trois paliers à l’hori- zon 2020. En plus de la base de données sociales, qui est en cours de réalisation et qui constitue «un outil d’appui aux pouvoirs publics en matière de suivi et d’évaluation». n Karima Alloun

DJEZZY : Journées portes ouvertes sur le recrutement des apprentis

Fidèle à son statut d’opérateur citoyen à l’écoute de la jeunesse, Djezzy, l’opé- rateur préféré des Algériens, a organisé récemment deux journées portes ouvertes sur le recrutement des apprentis à la bibliothèque municipale de Dar El Beïda, en collaboration avec l’APC. Ce rendez-vous, qui a suscité un grand engouement auprès de la population, a vu les jeunes de Dar El Beïda exprimer leur joie de voir le leader de la téléphonie mobile ouvrir ses portes afin de contribuer activement à leur évolution de carrière dans le meilleur environnement possible au sein de la société. Cet évènement a dépassé les attentes puisque Djezzy a accueilli en seule- ment deux jours, des centaines de candidats dont la joie faisait plaisir à voir. Rappelons que Djezzy compte à ce jour environ 200 apprentis formés répartis sur les neuf spécialités connues comme l’électrotechnique, l’informatique de gestion, la gestion des ressources humaines, la comptabilité, le magasinage, l’entretien des appareils de froid et climatisation, le secrétariat de direction et la documentation- archives.

RENCONTRE ENTRE RECTEURS ET DIRECTEURS D’UNIVERSITÉS MAGHRÉBINES

Débat sur la création d’une entité régionale

Une vingtaine

et

d’université de trois

Maghreb (Tunisie, Maroc,

de

directeurs

de présidents

du

pays

Algérie) ont

répondu

présents à

l’initiative

de

l’Université

Constantine 1 qui a organisé, lundi

collaboration avec

de la

rencontre

portant sur l’échange d’expériences

entre

dernier,

l’AUF

francophonie),

en

(Agence universitaire

les

une

établissements

maghrébins.

Une rencontre qui

a

permis aux

présents

d’aborder les

possibilités de

concertation

universités et les grandes écoles.

créer un

maghrébin

espace

de

entre les

semble intéresser

et

recteurs

ainsi

aux

secteur.

Un projet que soutient la directrice

du

Robalo-Corderio, qui

participants

efforts

les

leurs

de sortir avec une

décision commune.

Cristina

évolutions

souhaitent

échanges

scientifiques

Un

projet qui

des

l’ensemble

bureau

directeurs

qui

les

faire

face

présents

faciliter

et

que connaît le

de

l’AUF,

à

a encouragé

réunir

«Il

semble que

en vue

tout

le monde

est d'accord pour

créer

un

espace

d'enseignement

peut

s'acheminer

d'une

aussi établir un programme, définir

nature

mais

création

supérieur

maghrébin.

On

donc vers la

assez simple

la

structure

membres

aujourd'hui l'essence et

en place avec

avant

a-t-elle

Asmi,

l'Université Carthage

sa part,

la nature de

«Que ce

ou

primordial

d'en définir les contours, tracer les

objectifs

indiqué.

Selon

de

suggéré.

les

de l'organe à

mettre

fondateurs

des

textes»,

Lassaad

El

de

a estimé, pour

l'élaboration

président

de Tunis,

qu’il faudrait définir

l'organe à mettre en place.

soit

une

conférence, un

une association, il

est

et

les

fonctionnement»,

le recteur

initiative

développement

réseau

modes

a-t-il

de l’Université de

Marrakech, Abdellatif Miraoui,

cette

échanges entre les universités Sud-

et accompagnera le

et

Sud

les

favorisera

économique

social

entre

les pays

du Maghreb.

Abdellatif

Miraoui,

également

président de l’AUF, a,

par

ailleurs,

estimé que

le

classement

de

Shanghai

des

universités,

dans

lequel

les

établissements

maghrébins

sont

mal

lotis,

ne

reflète pas

la réalité

car

«le cahier

des

charges

d’une

université

algérienne

ou tunisienne n’est pas

le même

des universités

et que

universités

maghrébine est d’insérer les jeunes

le

françaises

que celui

ou américaines»,

défi

des

vrai

diplômés dans

 

le

monde

socioéconomique.

Pour

lui,

le plus

urgent

est

d’organiser

des

rencontres

du genre pour

discuter

de ce

qui

marche et

de

marche

pas pour

ce qui ne ensuite

proposer

des

solutions,

car

l’essentiel,

affirme-t-il,

est

que

«le

regard

multiple

de plusieurs

responsables

permet

de préparer

une stratégie

commune afin

de lancer une

vraie

reforme».

n Kaïs Benachour

8

ALGERIEACTUALITÉS

www.horizons-dz.com

HORIZONS • Mercredi 4 Septembre 2013

LA NOUVELLE OFFRE DE L’ADMINISTRATION REJETÉE

LES TRAVAILLEURS DU COMPLEXE SIDÉRURGIQUE D’EL HADJAR ONT, à l’unanimité, dit «oui», hier, à la grève générale illimitée décrétée par le conseil national du syndicat d’entreprise, lundi dernier.

99,53% des travailleurs d’ArcelorMittal ont voté pour la grève

U n préavis de grève a été, de ce fait, transmis, hier à 9h, à l’administration d’ArcelorMittal Annaba, selon Daoud Kechiche, secrétaire

général du syndicat d’entreprise. Cette grève illimitée commencera le 11 du mois en cours à partir de 5h. «La ques- tion d’aller ou non vers un mouvement de débrayage a été laissée à l’apprécia- tion des travailleurs, lesquels ont été appelés à voter à bulletin secret», a signa- lé le SG du syndicat. Organisée lundi, l’opération de vote a duré jusqu’à minuit. «Au niveau du complexe, nous travaillons 24 heures sur 24 et par briga- de. Nous avons donc permis à tous les travailleurs de donner leur avis sur la question», a expliqué M. Kechiche. Ainsi, sur les 5.101 travailleurs inscrits au niveau du complexe, 4.661 ont voté, ce qui représente un taux de participation global de 91,37%. La majorité des votants, soit 4.639 tra- vailleurs, se sont montrés favorables à la décision du syndicat de déclencher une grève, soit 99,53%. Un vote attendu d’au- tant que M. Kechiche avait déjà annoncé que, eu égard à la situation de blocage et à l’échec des négociations avec l’admi- nistration, les travailleurs appuieront la décision du syndicat. Face à cette situa-

Photo : Fouad S.
Photo : Fouad S.

tion, l’administration n’est pas restée indifférente. Elle a, encore une fois, tenté d’apaiser les esprits pour éviter l’arrêt des machines de production, sachant qu’un jour de grève peut engendrer une perte de près de un million de dollars. Pour cette raison, l’administration a fait, avant-hier, au syndicat des travailleurs une nouvelle offre. Elle accorde une aug- mentation de 16% sur le salaire de base, applicable en trois tranches, à savoir 10% à compter du salaire du mois d’août 2013, 3% à partir de juillet 2014 et les 3% res- tants une année après, à savoir en juillet

2015. Elle a également revu à la hausse son offre par rapport à la prime de panier de 50%, accordant, au final, 350 DA.

NOUVELLE OFFRE DE LA DIRECTION

Pour ce qui est de la prime de la femme au foyer, l’administration a signi- fié que cette question sera traitée lors de l’ouverture des négociations de la convention de branches au même titre que les 9 autres points inscrits dans la plateforme de revendications qui sont toujours en suspens. Lors de la dernière réunion de conciliation tenue la semaine

M. NECIB RÉORGANISE L'ALGÉRIENNE DES EAUX

dernière, l’administration avait, après avoir consulté la direction générale d’ArcelorMittal, proposé une revalorisa-

tion sans condition de 10% du salaire de base, une augmentation de la prime de panier de 50 DA passant ainsi de 250 à

300 DA. Cependant, «la nouvelle offre de

l’administration est conditionnée par une trêve d’une durée de trois années», a indiqué M. Kechiche. Les travailleurs ont rejeté l’offre, notamment l’exigence d’une trêve. «La signature de la trêve répond à des condi- tions bien précises et nécessite des négo-

ciations spéciales et, dans ce cas, nous sommes obligés de nous référer à la cen- trale syndicale», a précisé le syndicaliste. Invités, hier, à une rencontre de concilia- tion organisée sous l’égide de l’Inspection du travail, les deux protago- nistes n’ont pas trouvé un terrain d’entente. «La réunion n’a pas duré plus d’une heure», a signalé M. Kechiche. Selon lui, il est attendu d’autres rencontres admi- nistration-syndicat pour essayer de solu- tionner le problème et sortir de cette situation d’impasse. Le syndicat reven- dique une augmentation de 24% sur le salaire de base, une prime de panier de

550 DA et la prime de la femme au foyer

de 3.000 DA au lieu de 1.500 DA.

n Wassila Ould Hamouda

UN MEILLEUR SERVICE PUBLIC DE L'EAU POTABLE EXIGÉ

UN MEILLEUR SERVICE PUBLIC DE L'EAU POTABLE EXIGÉ Le ministre des Ressources en eau, Hocine Necib,

Le ministre des Ressources en eau, Hocine Necib, a présidé, lundi, la cérémonie de création de trois nouvelles divisions au sein de l'Algérienne des eaux (ADE) pour «assurer un service public de l'eau potable plus performant», a indiqué, hier mardi, le ministère des Ressources en eau. Tout en relevant les efforts accomplis par l'ADE ces dernières années, le ministre a exhor- té les responsables de ces trois nouvelles divisions à œuvrer pour «l'amélioration de la qualité du service public et à faire preuve de dynamisme et de disponibilité», précise un commu- niqué du ministère. Pour «répondre aux attentes des usagers», le ministre a décidé de «mettre en place une nouvelle organisa- tion à l'ADE pour un service de l'eau potable plus performant», ajoute-t-on de même source. Cette réorganisation vise, selon le ministère, à «adapter l'entreprise aux conditions du terrain et de la redimensionner par rapport aux enjeux et défis auxquels l'entreprise doit faire face en termes d'efficacité opérationnelle, de modernisation et de performance». La nouvelle configura- tion de l'ADE vient également «traduire, dans les faits, la volonté du gouvernement de situer l'amélioration et la moder-

nisation du service public parmi ses plus grandes priorités». «Cette nouvelle organisation est conçue de manière à séparer la mission de service public, qui est une fonction fondamentale de l'entreprise, de la mission maîtrise d'ouvrage déléguée, qui est une activité secondaire», explique-t-on. Ainsi, l'ADE sera orga- nisée en trois grandes divisions : la division service public, chargée notamment de la partie relative à la gestion et à l'ex- ploitation des systèmes et ouvrages d'eau potable. Elle sera également chargée de la clientèle, de la qualité de l'eau, du patrimoine et de la gestion déléguée. La division développement est, quant à elle, chargée des investissements et de la réalisation des programmes de déve- loppement, alors que la division soutien aux activités aura pour mission l'appui des activités d'accompagnement des deux premières divisions. A l'issue de la cérémonie d'installation des responsables de ces trois divisions, M. Necib a notamment fait remarquer qu’«en dépit des efforts accomplis ces dernières années, la marge de progression reste importante, notamment en matière de qualité de service public».

TIZI OUZOU

Le wali met en garde contre les lenteurs dans l’exécution des projets

Le wali de Tizi Ouzou, Abdelkader Bouazghi, a pré- sidé, hier matin, un conseil de wilaya consacré à la ren- trée scolaire et sociale qui a regroupé les directeurs de la wilaya et les chefs de daïra. Une occasion pour le chef de l'exécutif de recadrer certaines directions, daïras et APC. En effet, après la lecture du rapport du directeur de l'éducation sur la rentrée scolaire, M. Bouazghi a fait part de son mécontentement par rapport au retard mis dans l'exécution des opérations inscrites à l'actif de la wilaya, dont 101 inscrites antérieurement à l'année 2005. «Il est anormal et contraire au bon sens de voir des opérations inscrites bien avant 2005 non encore achevées ou lancées», dira-t-il d'emblée à l'assistance avant de mettre en exergue des chiffres attestant juste- ment de certains dysfonctionnements relevés sur le ter- rain en matière de développement. «Sur les 1.067 opé-

rations inscrites à l'actif de la wilaya, tous secteurs confondus, seulement 288 sont achevées, 720 sont en cours et 66 n’ont pas été lancées, dont certains datent de plus de 10 ans». Le premier magistrat de la wilaya s’est adressé à certains chefs de daïra et P/APC en ces termes : «Trouvez-vous normal de parler de développe- ment lorsque certaines communes continuent à faire dans le laxisme et la léthargie en ne consommant que 10% de leurs PCD ? Pis, le budget des PCD de 2013 n’a pas été entamé alors que nous abordons le dernier tri- mestre de l'année.» Il fera remarquer qu'à la lecture des bilans qui lui sont parvenus de certaines communes, «soit les popu- lations locales sont des populations privilégiées et se suffisent à elles-mêmes, donc n’ayant pas besoin du concours de l'Etat, soit elles sont totalement lésées».

Avant de conclure : «Je comprends pourquoi certaines APC sont fermées par la population.» Tout en évoquant les 5.000 logements, les 19 crèches communales, les 20 antennes administratives et bien d'autres projets non encore lancés, le wali a précisé que des réunions heb- domadaires élargies se tiendront à partir de la semaine prochaine pour le suivi de toutes ces opérations. Ainsi donc, cette réunion est un avertissement pour certains directeurs afin d’accorder plus d'intérêt au développement local d'autant que pour le wali, «il n'est plus question de se cacher derrière le problème finan- cier du fait que les enveloppes sont conséquentes et que le contrôleur financier ou le trésorier ne bloque aucune situation lorsque celle-ci est clairement présentée et sui- vie par la direction concernée». n Rachid Hammoutène

ALGERIE ACTUALITÉS www.horizons-dz.com HORIZONS • Mercredi 4 Septembre 2013 9 BENSALAH, SG PAR INTÉRIM DU

ALGERIEACTUALITÉS

www.horizons-dz.com

HORIZONS • Mercredi 4 Septembre 2013

9

BENSALAH, SG PAR INTÉRIM DU RND

COUP D’ACCÉLÉRATEUR AU RND. Le parti, sans leader élu depuis janvier dernier, passe la vites- se supérieure pour les préparatifs du 4 e congrès, prévu les 26, 27 et 28 décembre prochain, pour élire le successeur d’Ahmed Ouyahia.

«Barrer la route aux perturbateurs»

L e secrétaire géné- ral par intérim

RND,

du

Abdelkader Bensalah, a prési- dé, hier, au siège

national du parti, les travaux de la réunion de coordination qui a regroupé les membres de la commission nationale en charge de la supervision de l'élection et de l'installation des commissions de wilaya qui auront lieu le 7 septembre. M. Bensalah a qualifié d’étape «extrêmement importante» cette rencontre pour la prépa- ration du congrès. C’est ainsi qu’il a exhorté les cadres et les militants du parti à faire preuve de «déter- mination» et de «coordina- tion» pour réussir la tenue de cet événement majeur du parti qui aura à signer son come back sur l’échiquier politique national. Comme il n’a pas manqué d’appeler les partici- pants à cette rencontre à ne laisser aucune «brèche», ni aucune «chance» à ceux qui veulent profiter de cette conjoncture (élection des com- missions de wilaya) pour «semer la zizanie» et toucher le parti dans sa «stabilité retrou- vée». Abdelkader Bensalah a insisté, surtout, sur l’exigence de «transparence» et de «crédi- bilité» dans l’opération de vote et l’installation des commis- sions de wilaya. «Il est plus que jamais nécessaire pour tout un chacun d’observer la

TEXTILE

Photo : Makine F.
Photo : Makine F.

neutralité. C’est là une manière de barrer la route à tous ceux qui veulent porter atteinte au parti», a-t-il précisé. Et pour cause, en cas de revers, la situation serait plus complexe et plus difficile à maîtriser», prévient-il. Il n’a pas caché que le RND est en train de passer par des étapes aussi «détermi- nantes» que «délicates», qu’il faut gérer avec «sagesse» et beaucoup de «prudence». Il faut, surtout, soutient-il, éviter de tomber dans la manipula- tion qui conduirait le parti vers un avenir incertain. Il a affir- mé que l’intérêt du parti doit passer avant l’intérêt person-

nel. Croyant au retour en force de son parti, Bensalah dira que le moment est venu pour que le RND redevienne une force politique majeure sur la scène politique nationale. «Nous ne sommes pas venus de nulle part. Le RND est la locomotive de l’action politique nationale. Le parti est ancré dans la société avec une présence sur tout le territoire national», a-t-il rappelé. Il a souligné que des assemblées générales se tiendront dans les 1.541 communes pour l’élec- tion des représentants aux congrès de wilaya. n H. Amokrane

FORUM D’EL MOUDJAHID

Zoom sur le Comité de coordination et d’exécution de la révolution

Le forum d’El Moudjahid a abrité, hier mardi, une rencontre-débat sur la naissance du CCE (Comité de coordination et d’exécution), en présence de nombreux militants du mouvement national, notamment le colonel Si Hassan et Mohamed Ghafir, responsable militaire au sein de la Fédération de France. L’initiative revient à l’association Machaâl Echahid qui œuvre inlassablement à la préservation des symboles de la mémoire nationale. Cette instance, née lors du congrès de la Soummam, a vu sa composante remaniée après la session du CNRA en août 1957 tenue au Caire. Elle fut élargie alors à neuf membres dont Lakhdar Bentobal, Krim Belkacem, Abdelhafid Boussouf, Ferhat Abbas, Abdelhamid Mehri. Seuls deux de ses anciens membres parmi les cinq, à savoir Abane Ramadane et Krim, furent reconduits. Selon Allal Ethaalibi, «un ancien membre du CNRA, Aïssat-Idir faisait aussi partie du premier CCE même s’il était déjà en prison». Les historiens considèrent que cette réunion en Egypte a consacré l’isolement de Aban. Le professeur Zoheir Ihaddadene et le journaliste historien Mohamed Abbas ont rappelé les circonstances de la création de cette structure. «Si le premier CCE a rempli sa mission, le second a failli à la sienne», dira le premier. «Si dans le premier s’est vite imposé la figure de Abane, le second CCE manquait d’une figure dominante même si toutes les Wilayas étaient représentées», a-t-il ajouté. Allal Ethaalibi a expliqué que «la primauté de l’intérieur sur l’extérieur et celle du politique sur le militaire a été mal

expliquée lors du congrès de la Soummam ouvrant la voie aux conflits de susceptibilité». Il évoquera surtout la situation des wilayas historiques en insistant sur la nécessité apparue alors de mettre en place une structure qui sera chargée de la coordination des actions. Il a été beaucoup question du fonctionnement du CCE où Abane «prenait parfois des décisions sans en référer aux autres», affirmera M. Ihadadene qui parlera des absences répétées de Krim Belkacem aux réunions du CCE qui se tenaient, avant le départ de ses membres à l’étranger, dans un sous-sol d’une villa à Télemly, à Alger. Tout le monde s’accorde, par contre, à dire que «le premier CCE avait traduit dans les faits les décisions du congrès de la Soummam en matière d’organisation du pays sous forme de wilayas et de structuration militaire». Mohamed Abbas a souligné, pour sa part, qu’«il ne faut pas incriminer le CCE qui n’a pas pu contrer la politique de construction des barrages électrifiés sur les frontières est et ouest». Selon lui, «les moyens modestes de l’ALN ne pouvaient faire face à une armada guerrière». Lors du débat, les intervenants ont souligné la nécessité de rendre hommage aux patriotes qui ont arraché l’indépendance tout en ne cachant pas les erreurs de la révolution. «Sinon d’autres vont les interpréter à leur manière et avec des calculs.» Le CCE aura été, avant que le GPRA ne prenne le relais à partir de septembre 1959, une structure qui a permis à la Révolution algérienne de déterminer ses objectifs et ses priorités. n H. Rachid

LA RELANCE DE LA FILIÈRE, UNE PRIORITÉ POUR RÉPONDRE À LA DEMANDE INTÉRIEURE

La relance de la filière textile, après une éclipse de plusieurs années, est reve- nue au devant des priorités du gouver- nement qui veut encourager le label made in Algeria pour répondre à une forte demande intérieure et soutenir la production locale contre les produits importés. L'industrie du textile connaîtra une nouvelle dynamique dans un proche avenir, avait récemment souligné le ministre de l'Industrie, de la PME et de la Promotion de l'investissement, Chérif Rahmani. Selon M. Rahmani, le projet de modernisation du secteur national du textile-habillement sera lancé sur le ter- rain dans «les prochaines semaines», affirmant que ce plan, dont le partenariat avec des groupes industriels étrangers figure parmi les objectifs du gouverne- ment pour relancer cette filière. Le minis- tère de l'Industrie a déjà procédé à la signature d'accords de partenariat basés sur le transfert technologique, notam- ment avec des entreprises turques bien

installées sur le marché international, pour réussir la relance de la filière textile, qui emploie des milliers de travailleurs. Deux contrats de partenariat ont été signés en avril dernier par le groupe public Confection et Habillement (CH) et la société turque Ringelsan pour la pro- duction d'articles de prêt-à-porter à Béjaïa et de bonneterie à Relizane.

LE PARTENARIAT, SÉSAME DE LA RELANCE

La première usine, qui sera localisée

à Béjaïa sur le site de la société algérien- ne du costume (Alcost), produira des articles de prêt-à-porter comme les cos- tumes, les vestes et les manteaux. Quant

à la seconde usine, qui sera implantée à

Relizane sur le site de la société de bon- neterie de Oued Mina, elle produira des articles de bonneterie, notamment les vêtements de sport, les tee-shirts et les chaussettes. Un autre accord de parte- nariat portant sur la réalisation d'un complexe intégré dédié aux métiers du textile dans le nouveau parc industriel de

Ph. : M. F.
Ph. : M. F.

Relizane a été signé en mai 2013 entre la société de gestion des participations de l'Etat SGP-Industries manufacturières, et le groupe turc Taypa. L'accord prévoit la réalisation de huit unités industrielles de textile et de confection, un centre d'affaires, une école de formation aux métiers du textile et de la confection et un pôle immobilier rési-

dentiel pour le personnel. Les unités de ce complexe devront produire des tissus, des articles de confection et de bonnete- rie et toute la gamme des produits de tex- tiles. Selon des professionnels, l'absence d'investissements dans la production des principales fibres synthétiques utilisées dans la fabrication de tissus a favorisé l'importation des articles d'habillement et de confection en provenance, entre autres, de Chine et de Turquie, au détri- ment de la production nationale. Ils estiment qu'il n’y a pas de raison que l'Algérie reste indéfiniment dépen- dante de l'importation de ces fibres, notamment le polyester, l'acrylique et le polyamide (nylon) qui proviennent du pétrole et du gaz naturel. Même si l'Algérie n'arrive pas à exporter les pro- duits finis, elle pourrait produire et exporter la matière première, la fibre syn- thétique, vers les pays voisins comme le Maroc et la Tunisie, qui en sont de grands utilisateurs, estime-t-on dans les milieux professionnels algériens.

SO CIÉTÉ

10

HORIZONS • Mercredi 4 Septembre 2013

PRIX DU MOUTON
PRIX
DU MOUTON

Les spéculateurs se lancent déjà dans la bataille

A MOINS DE DEUX MOIS DE L’AÏD EL-KEBIR, on spécule déjà sur le prix du mouton. Un prix qui, de l’avis des professionnels, serait exorbitant cette année. Il atteindrait en moyenne 4 à 4,5 millions de centimes la tête.

D u côté des spécula- teurs et autres intermédiaires, la chasse au moindre troupeau de chep- tel a déjà commen-

cé. Si certains sillonnent le territoire national, surtout les régions des Hauts-Plateaux, sur les traces de la transhumance, d’autres, aux carnets d’adresses pleins, passent à l’étape

des contacts, histoire de marchan- der. Le mouton est devenu une affaire de gros sous qui incite même des médecins à se convertir en maquignons en pareille circonstan- ce. Pour le porte-parole de l’Union générale des commerçants et arti-

sans algériens (UGCAA), Hadj Tahar Boulenouar, même s’il est encore tôt pour parler d’inflation du prix de l’ovin, les intermédiaires sont en train d’y spéculer. De ce fait, il n’écarte pas l’idée que le prix du mouton soit plus cher cette année à cause également de la dévaluation du dinar, de la contrebande et de l’improductivité du cheptel. «Cela fait des années que les profession- nels tirent la sonnette d’alarme pour endiguer le fléau de la spéculation et de la contrebande qui porte atteinte au cheptel national. A vrai dire, les citoyens des pays voisins achètent à moindre coût la viande du mouton algérien que les

TLEMCEN : Près de 400 ha de forêt ravagés par les feux

391 ha de forêt ont été détruits par les feux dans la wilaya de Tlemcen depuis le début de l’été, a indiqué un responsable de la Conservation des forêts. Trente départs de feu ont été dénombrés durant la présente saison estivale, soit 12 foyers de moins par rapport à la saison dernière, a rele- vé Yousfi Abdelkader. Les moyens matériels et humains importants mobilisés pour venir à bout des feux de forêt ont permis de circonscrire les incendies en temps opportun et éviter que les flammes ne ravagent d’autres hectares de forêt, maquis et autres vergers et broussailles, a-t-il souligné. La wilaya de Tlemcen, avec ses 222.000 ha de couverts végétal et forestier, a enregistré, durant la même période de l’année 2012, plus de 600 ha ravagés par le feu. Le dernier incendie enregistré dans la wilaya de Tlemcen remonte à la journée de lundi au cours de laquelle un incendie a détruit environ quatre hectares de maquis et broussailles dans la zone montagneuse de Barbajani relevant de la commune de Dar Yaghmoracen (daïra de Ghazaouet). Les éléments de la Protection civile, aidés par ceux de la Conservation des forêts, ont réussi à circonscrire cet incendie, a-t-on signalé de même source.

Algériens. C’est insensé et il faut trouver une solution à cette saignée de l’économie nationale», souligne M. Boulenouar qui rappelle que le cheptel national oscille entre 20 et 22 millions de têtes d’ovin alors que le Soudan, «un pays qui n’a pas de moyens» compte 120 millions de têtes. Pour le président de l’UGCAA, il faut encourager la pro- duction de l’aliment de bétail pour pouvoir prétendre à une forte pro- duction de cheptel et ensuite proté- ger les brebis des abattages. Car, selon lui, si la production stagne depuis quelques années, c’est en raison de l’égorgement de brebis par des maquignons ou des inter- médiaires qui commercialisent leur viande en tant viande de mouton. «C’est une question de profit. Les professionnels du domaine l’exer- cent sans se soucier des consé- quences. C’est pour cette raison qu’il est nécessaire de renforcer le contrôle dans les abattoirs», souligne M. Boulenouar. Pour l’ex-président de l’Union libre des agriculteurs algé- riens, Kaïd Salah, les tueries anar- chiques de brebis, l’absence de contrôle dans les abattoirs et la spé- culation sont, entre autres, les fac- teurs de la baisse du nombre d’ovins en Algérie. Autre problème:

«Comment peut-on avoir une forte production de cheptel et ignorer l’avancée du béton sur les terres de la Mitidja, des Hauts-Plateaux et des plaines d’El Taref ?», s’interro- ge-t-il.

n M. Benkeddada

PLUSIEURS TÊTES D’OVIN VOLÉES ENREGISTRÉES

Un plan préventif pour traquer les trafiquants

A quelques semaines de l’Aïd El Adha, les réseaux de trafic de cheptel refont surface. C’est ce qui ressort d’un bilan des services de sécurité qui annonce plu- sieurs cas de vol de bétail. Pour le seul mois de sep- tembre, les éléments de la Gendarmerie nationale ont recensé le vol de 1.000 moutons. Les victimes : les éle- veurs et les nomades. Les voleurs de bétail agissent souvent la nuit ou à l’aube, ciblant les étables et les lieux d’élevage ou de parcage. A l’exemple de cet agri- culteur qui s’est présenté à la brigade de la Gendarmerie nationale d'El-Madher, dans la wilaya de Batna, pour déclarer le vol de trente-cinq ovins d'une étable attenante à son domicile au douar Ouled Aouad. Aussitôt alertés, les gendarmes, avec le concours des membres de la famille de la victime, ont lancé une vaste opération de ratissage qui s’est soldée par la récupéra- tion de onze moutons, dont un égorgé, abandonnés sur un chemin non classé. Un autre nomade dans la wilaya de Laghouat a été délesté d’un troupeau de 200 bêtes dans la zone Mezabi, distante de deux kilomètres à l'ouest du chef-lieu de la commune de Tadjemout. Son cheptel a été retrouvé par les gendarmes de la brigade de Tadjemout, moins de deux heures après. Dans la wilaya de Tissemsilt, cinq individus cagoulés se sont introduits dans une exploitation agricole de la commu- ne d’Ammari. Ils ont ligoté le gardien et des membres de sa famille avant de s’emparer de 544 ovins. Les gen- darmes récupéreront le cheptel volé non loin de là, alors que les malfaiteurs sont recherchés. Dans la wilaya d’Aïn Témouchent, 360 ovins ont été volés à la ferme Sadouki. Les recherches effectuées par les gen- darmes ont abouti à la récupération de 288 bêtes à deux kilomètres de la ferme. Pour parer à ce phénomène, des mesures ont été prises par le commandement de la gendarmerie. «Il s’agit d’un plan préventif pour anticiper l’action sur le terrain, sachant que c’est la période où les réseaux de malfaiteurs multiplient les vols», explique-t-on à la cel- lule de la communication du commandement de la GN. Les voleurs de bétail sont généralement armés et acti- vent dans des réseaux. Le cheptel volé est écoulé rapi- dement dans les marchés de gros pour ne pas laisser le temps aux gendarmes d’agir. Le plan de la GN consis- te en le renforcement du contrôle routier afin d’inter- cepter les camions de transport de bétail volé. «Des points de contrôle sont installés aux environs des mar- chés de bétail dans les wilayas qui enregistrent la concentration de cette activité. Des barrages inopinés sont également implantés dans les pistes isolées sur- tout la nuit», ajoute notre source. En effet, les Unités de la sécurité routière (USR) peuvent vérifier sur la base de documents, la provenance du bétail et sa destina- tion. En outre, une campagne de sensibilisation vient d’être lancée au profit des éleveurs et des nomades recensés par les unités de la GN afin de contacter le numéro vert 10 55 en cas de vol. Des patrouilles sont également mobilisées aux alentours des campements des nomades. En outre, les pâturages situés sur la bande frontalière à l’Est et à l’Ouest du pays sont sous haute surveillance pour déjouer tout plan de contre- bande d’autant que le mouton algérien est très coté chez nos voisins.

n Neila B.

PROTECTION CIVILE : Vaste campagne de sensibilisation contre l’envenimation scorpionique

de sensibilisation contre l’envenimation scorpionique Une campagne de sensibilisa- tion contre l’envenimation

Une campagne de sensibilisa- tion contre l’envenimation scor- pionique, vient d’être lancée par la direction générale de la Protection civile (DGPC) au niveau des wilayas du Sud et des Hauts Plateaux. Selon le sous- directeur de l’information et des statistiques de la DGPC, le lieu- tenant-colonel Achour, «le direc- teur général a instruit toutes les unités pour la prise en charge de ce fléau». La prévention est de mise afin de sauver des vies humaines d’autant que les

chiffres font ressortir que les enfants scolarisés présentent plus de 50% des victimes. Aussi, la DGPC a ordonné le renforce- ment des campagnes de sensibi- lisation à l’intention des habi- tants des Hauts Plateaux et du Sud et la multiplication des sor- ties sur le terrain. «La campagne consiste à sensibiliser les popula- tions contre le danger que consti- tuent les gravats ou les ordures ménagères qui offrent aux scor- pions des gîtes proches ou à l’in- térieur des habitations», a signa-

lé le lieutenant-colonel Achour. Parmi les mesures préventives, il est recommandé de nettoyer les alentours des maisons, de débar- rasser les jardins des débris et herbes mortes, de lisser les murs d’enceinte et…élever des poules, véritables ennemies des scor- pions. Cette campagne coïncide avec la rentrée scolaire. Le rap- port de la Protection civile fait état de décès d’enfants dans la majorité des cas. Deux morts ont été enregistrés depuis le début de l’année. «Il s’agit d’une

femme et d’un enfant dans la wilaya d’Ouargla», a indiqué le chargé de communication de la DGPC, le lieutenant Ben Amzal. Durant l’année en cours, 1 137 interventions, liées à l’envenima- tion scorpionique, ont été effec- tuées par les sapeurs pompiers. Les mêmes services ont enregis- tré 1 137 blessés dont 294 enfants qui restent «la cible» préférée des scorpions, du fait qu’ils ne peu- vent pas déterminer l’origine de l’envenimation.

n N. B.

cible» préférée des scorpions, du fait qu’ils ne peu- vent pas déterminer l’origine de l’envenimation. n
cible» préférée des scorpions, du fait qu’ils ne peu- vent pas déterminer l’origine de l’envenimation. n

SO CIÉTÉ

HORIZONS • Mercredi 4 Septembre 2013

11

Photo :Sliméne S.A
Photo :Sliméne S.A

VIANDES

BLANCHES

LE PRIX DU POULET A BATTU TOUS LES RECORDS. Lors d’une virée effectuée chez les volaillers au niveau d’Alger, les prix affichés oscillaient entre 420 DA et 500 DA le kg. Cette augmentation est due, selon les commerçants, à «une production insuffisante».

LES ORIGINES DE LA HAUSSE DES PRIX

U ne hausse

qui

répond au

principe

de l’offre

et de la

demande, estiment-ils. Aziz, un aviculteur de Azazga, a souligné que l’aliment de bétail pose problème. «Le prix de l’aliment du poussin est très élevé, 5.000 DA le quintal, chose qui n’ar- range pas les éleveurs qui refusent de produire en cette période car ils n’ont aucune marge bénéficiai- re», regrette notre interlo- cuteur. Et d’ajouter : «Les agriculteurs vendent le poulet à 280 DA le kg aux abattoirs qui, à leur tour, le cèdent aux aviculteurs à 400 DA le kg, ce qui fait que le poulet arrive à 450, voire 500 DA le kg, sur le marché de détail», explique-t-il. M. Aïdouni, président du Conseil national de la filière avicole, a imputé cette fluctuation à la hausse du prix de la matière première impor- tée (soja et maïs) qui est cotée en bourse. Il explique que d’autres rai- sons ont également contribué à cette hausse des prix, dont la forte demande en période esti- vale. «Le poulet est très demandé dans les camps de vacances et particuliè-

rement lors des fêtes de mariage», a-t-il souligné. M. Aïdouni a regretté, cependant, le fait que le fonctionnement de la filière avicole soit resté à l’état traditionnel. «Le manque de matériel de pointe et adéquat telle la climatisation du bâtiment fait que les éleveurs aban- donnent la production en cette période de l’année car la chaleur est à l’origi- ne de la mort des pous- sins», a-t-il expliqué. «Cependant, la crise ne va pas durer. Selon les esti- mations de la profession, tout rentrera dans l’ordre à partir de la deuxième quinzaine du mois de septembre», a-t-il rassuré. Dans ce contexte, le même responsable a annoncé que son institu- tion est en train d’instal- ler des conseils de wilaya de la filière agricole. «La phase d’élection régionale se tiendra à partir du 5 septembre en vue de réor- ganiser la filière, normali- ser le prix des aliments et celui du poulet», a-t-il précisé. D’après M. Mustapha Zebdi, président de l’Association de la protec- tion des consommateurs, «l’Etat a exonéré les éle- veurs de la TVA et des taxes douanières sur l’ali- ment de volaille. Une mesure qui aurait dû,

normalement, avoir un

impact sur les prix», dira- t-il. Et d’ajouter : «Les prix sont élevés, ce qui n’est pas normal». Il a révélé, par ailleurs, que 80% des aviculteurs ne sont pas agréés et leurs structures ne sont pas conformes aux normes. Pourtant, ces derniers couvrent plus de 50% de la production nationale.

M. Mourad Dhif, prési-

dent de la Commission nationale des viandes blanches, est resté per- plexe par rapport à cette flambée. Selon lui, les prix dépassent tout enten- dement. «Pourquoi une telle flambée alors que l’Etat subventionne ce

produit ?», s’est-il interro-

gé. Et d’ajouter : «Tout

cela avait été décidé afin de structurer la filière avi- cole de façon durable et d’assurer aux consomma- teurs des produits à des

prix raisonnables notam- ment durant les périodes où il y a une forte deman- de sur ce produit», a-t-il noté. Il pointe du doigt les commerçants qui, selon lui, «spéculent comme bon leur semble». M. Dhif a précisé que cer- tains commerçants profi- tent de la forte demande, pendant certaines périodes de l’année, pour revoir à la hausse les prix. n Rym Harhoura

lKOUBA

Bataille rangée lors d’une fête de mariage

Onze individus ont été présentés, hier, devant le tribunal de Hussein Dey pour atteinte à l’ordre public et destruction de biens publics, a indiqué, hier, la cellule de communication de la Sûreté de wilaya d’Alger. Les faits remontent à la soirée de dimanche à lundi, lorsqu’une bagarre a éclaté entre deux jeunes du quartier d’El Bahia au cours d’une fête de mariage, avant qu’elle ne se transforme en bataille rangée entre deux gangs armés d’El Bahia et le quartier Jolie-Vue. Des véhicules garés sur les lieux et aux alentours et l’éta- blissement où se déroulait la fête ont été endommagés. Les poli- ciers de la brigade d’intervention et la brigade mobile de la police judiciaire (BMPJ) dépêchés ont encerclé les lieux et une vaste opération de recherches a été lan- cée. Ils ont réussi à interpeller les mis en cause, âgés de 27 à 36 ans, qui ont semé la terreur. n Neïla B.

lACCIDENTS DE LA ROUTE

59 morts et 1.781 blessés en une semaine

Photo : Horizons
Photo : Horizons

Cinquante-neuf personnes sont mortes et 1.781 autres ont été bles- sées dans des accidents de la route enregistrés à travers plu- sieurs wilayas du pays durant la période du 25 au 31 août, a indi- qué, hier mardi, la Protection civi- le dans un communiqué. Le bilan le plus lourd a été recensé dans la wilaya d'Oran avec 7 personnes décédées et 86 autres blessées, a précisé la même source. Par ailleurs, les éléments de la Protection civile ont effectué, durant la même période, 1.974 interventions pour procéder à l'extinction de 1.558 incendies urbains, industriels et incendies divers, ajoute le communiqué. Concernant le bilan du dispositif de surveillance des plages à tra- vers les wilayas côtières depuis le 1 er juin, la Protection civile a déploré la mort de 83 personnes, dont 56 au niveau de plages inter- dites à la baignade. Concernant les personnes noyées dans les réserves d'eau, les unités de la Protection civile ont enregistré, depuis le 1 er juin, le décès de 99 personnes, dont 36 dans les mares d'eau et les retenues collinaires, 26 dans les barrages et 19 dans les oueds.

ESCAPADE DES AOÛTIENS

Les familles de l’intérieur du pays préfèrent le bord de mer

Les grandes vacances sont synonymes de chaleur et de canicule pour les habitants des wilayas de l’intérieur et

du sud du pays. Comment échapper à la fournaise et au mercure qui frôle les 50 degrés à l’ombre ? Si certaines familles se résignent, faute de moyens,

à rester chez elles en attendant les

jours cléments, d’autres par contre fuient en masse vers la capitale et les wilayas côtières. Le but étant de cher- cher la fraîcheur pour pouvoir respirer

et profiter de la grande bleue la jour- née et visiter les sites et monuments le soir venu. Dans les grands boulevards de la Capitale, ils sont reconnaissables

à leur accent et tenues vestimentaires.

Seuls ou accompagnés, ils investissent les jardins publics ou autres lieux ani- més. D’ailleurs, le projet «Alger une ville qui ne dort pas» est une aubaine pour eux. Les salons, les cinémas, les magasins, les terrasses de café et de salon de thé sont ouverts, à cet effet. Certaines troupes artistiques animent des galas, sur des places publiques, au grand bonheur de ces familles qui veu- lent échapper à l’ennui et à la morosi- té. Assis à même le sol, en famille, ou attablés, les glaces, l’eau minérale fraîche, ou carrément un café ou un thé, sont savourés dans un moment de convivialité, sous un ciel clément où brillent mille et une étoiles. Ils vien- nent de Biskra, Batna, Ouargla, Tiaret ou autres à l’image de ce P-DG à la retraite. Une fois les enfants mariés, se retrouvant seul, il jette son dévolu sur Alger. L’hôtel où il loue une chambre vue sur mer est la même depuis des années. Son programme est quasi identique pour les deux mois, juillet et août. Après une bonne grasse matinée, il arbore son qamis et ses babouches et marche le long du boulevard Zirout Youcef. Le soir, il hume la fraîcheur de la brise marine sur une des terrasses. D’autres familles louent des apparte- ments, pieds dans l’eau, sur la côte de la wilaya de Boumerdes. Elles vien- nent, en majorité de Ouargla, Batna ou autres localités dépourvues de mer et d’infrastructures touristiques. Les pis- cines existantes ne suffisent guère aux nombreuses personnes qui veulent faire quelques brasses ou simplement barboter dans l’eau pour fuir les sueurs collantes. Certaines passent leurs vacances chez de la famille au Nord. Elles en profitent en même temps pour visiter et acheter dans les grandes surfaces nouvellement ouvertes comme Ardis, El-Hamiz, El- Djorf ou le centre commercial de Bab Ezzouar. C’est une occasion pour faire le plein des articles dont elles ont besoin pour la rentrée scolaire et autres. Les forêts, elles non plus, n’échappent pas à ces touristes locaux. Elles sont investies durant toute la journée. Si les adultes profitent de l’ombre et des nombreuses essences que recèlent ces lieux, les enfants, quant à eux, s’en donnent à cœur joie à dos de cheval ou dans les jeux. C’est ainsi que s’achèvent les vacances des uns et des autres pour fuir la canicule et l’ennui.

n Rabéa F.

t

tt

tt

tt

R

i

HORIZONS Mercredi 4 Septembre 2013

13

É

ONS

1 Adrar - 2 Chlef - 3 Laghouat - 4 Oum El-Bouaghi - 5 Batna - 6 Béjaïa - 7 Biskra - 8 Béchar - 9 Blida - 10 Bouira - 11 Tamanrasset - 12 Tébessa - 13 Tlemcen - 14 Tiaret - 15 Tizi-Ouzou - 16 Alger - 17 Djelfa - 18 Jijel - 19 Sétif -

20

37

Saïda - 21 Skikda - 22 Sidi Bel-Abbès - 23 Annaba - 24 Guelma - 25 Constantine - 26 Médéa - 27 Mostaganem - 28 M’sila - 29 Mascara - 30 Ouargla - 31 Oran - 32 El-Bayadh - 33 Illizi - 34 B.B.Arreridj - 35 Boumerdès - 36 El-Tarf

Tindouf - 38 Tissemsilt - 39 El-Oued - 40 Khenchela - 41 Souk-Ahras - 42 Tipasa - 43 Mila - 44 Aïn Defla - 45 Naâma - 46 Aïn-Témouchent- 47 Ghardaïa - 48 Relizane.

RECYCLAGE DES DÉCHETS

UNE WILAYA PILOTE NOMMÉE ORAN

La wilaya d’Oran abritera, les 12 et 13 octobre prochain, diverses manifestations festives autour du recyclage des déchets. C’est, en tout cas, ce qui a été décidé au ministère de la Jeunesse et des Sports dans la perspective de la célébration de l’année mondiale de l’environnement. Le choix de la capitale de l’Ouest et deuxième grande ville du pays a été fait par le MJS, parce que, semble-t-il, les aspects de l’environnement font partie des priori- tés d’El Bahia. L’objectif de ce choix est de sensibiliser les jeunes sur la préservation du cadre de vie des citoyens. La participation de l’association locale «Matlaa El Fadjr» qui s’occupe de

«l’Algérie verte et propre» répond aux autres objectifs des orga- nisateurs des manifestations qui axent leurs travaux sur le recy- clage des ordures sous toutes leurs formes et la nécessité de pro- téger l’environnement. Les maisons de jeunes de la wilaya, qui disposent d’ateliers dédiés au recyclage de certains produits et leur utilisation dans des créations artistiques et artisanales, feront également partie des participants. Différents types de déchets, leur mode de traitement, leur recyclage et l’impact de ces opérations sur l’économie et le déve- loppement durable seront au centre des conférences, sorties sur

sites et autres ateliers prévus. Ce choix a été accueilli favorable- ment par les responsables locaux, dont le wali qui a estimé que cette manifestation marquera le passage à l’industrialisation du processus de traitement des déchets selon les techniques les plus efficientes. A rappeler que cette question a été au centre d’un séminaire organisé en mai dernier par l’APW d’Oran qui cherche les meilleures solutions pour recycler positivement les déchets de la ville et de la wilaya.

n A. A.

les déchets de la ville et de la wilaya. n A. A. TLEMCEN DÉDOUBLEMENT DE LA

TLEMCEN

DÉDOUBLEMENT DE LA VOIE RELIANT MAGHNIA À MARSAT BEN M’HIDI

Le secteur des travaux publics de la wilaya de Tlemcen lancera prochaine- ment deux importants projets au niveau de la région frontalière. Il s’agit, a-t- on indiqué, de la réalisation du dédoublement de la voie reliant Maghnia à Marsat Ben M’hidi sur une distance de 60 km. Ce projet tant attendu a bénéfi- cié d’une autorisation de programme (AP) de plus de 10 milliards de dinars. Selon la direction des travaux publics, ce tronçon anticipe aussi le développe- ment de la région et encourage le tourisme balnéaire. Par ailleurs, ce projet

réduira les accidents de la circulation surtout si l’on sait qu’un flux est enregis- tré tout au long de la saison estivale. Par ailleurs, la direction des travaux publics de Tlemcen prévoit également la réalisation d’une rocade côtière reliant la ville de Ghazaouet à celle de Marsat Ben M’hidi sur une distance de 58 km. Un volume d’investissement de 500 milliards de centimes est destiné

à cette opération. Ce projet facilitera l’accès au port de Ghazaouet, le trans- port de marchandises ainsi que le développement du tourisme. n Mohamed Medjahdi

DEUX PERSONNES TUÉES DANS UN ACCIDENT DE LA ROUTE

Un accident de la circulation, survenu dimanche dernier, près de la localité de Bensekrane, a coûté la vie à deux personnes, a-t-on indiqué, hier, auprès de la Protection civile. La même source ajoute qu’une troisième personne a été blessée. Celle-ci a été évacuée en urgence au CHU de Tlemcen.

Selon les premiers éléments de l’enquête, la voiture, qui roulait à vive allure,

a violemment percuté un arbre, en plein virage. Le conducteur et sa cousine ont été tués sur le coup selon la Protection civile. Une enquête a été ouverte par les éléments de la Gendarmerie nationale pour déterminer les causes de ce drame.

n M. M

SIDI BEL ABBES

UN APICULTEUR SUCCOMBE AUX PIQÛRES DE SES ABEILLES

Un apiculteur a succombé hier aux piqûres de ses abeilles dans la région de Sidi Bel Abbes, a indiqué un communiqué de la Protection civile. La victime, B.B.Y, 72 ans, qui récoltait le miel, a été surprise par les essaims d’abeilles qui ne lui ont laissé aucune chance. Selon les premiers éléments de l’en- quête, le feu utilisé pour stabiliser les abeilles a excité ces insectes. D’ailleurs, la Protection civile précise que l’homme avait les pieds brûlés. Le corps de la victime a été déposé à la morgue et une enquête a été ouverte par les gendarmes.

SOUK AHRAS

n M. M

COLLOQUE NATIONAL SUR L’ENFANT ET LA CRÉATIVITÉ

Les participants à la deuxième édition du colloque national sur l’enfant et la créativité, organisé à l’initiative de l’UEA (Union des écrivains algériens), ont recommandé, lundi, à Souk Ahras, la nécessité de développer le champ d’activités créatives des enfants et d’encourager leur participation. Ecrivains spécialisés, éditeurs et bibliothécaires ont soutenu que l’éveil de l’enfant à l’art de l’écrit est stimulé par les expositions artistiques, englobant la calligraphie et les travaux manuels, le théâtre, la musique, la littérature, et également la poésie et la prose. Les participants ont aussi proposé l’or- ganisation de concours nationaux dans toutes ces disciplines, en impliquant les établissements de jeunes. Ils ont proposé la mise en place d’un comité scientifique chargé d’étudier et de renouveler les thèmes à débattre lors des prochains colloques portant sur l’enfant et la créativité, de parrainer les concours organisés et de publier les interventions lors de ces rencontres. L’écrivain Mohamed Al Zine Rabai a évoqué l’importance d’intervenir dans le monde de l’enfant et de stimuler sa sensibilité. L’enfant a besoin d’être encadré, orienté et accompagné pour libérer ses dons sans complexe, a-t-il soutenu.

COLONIES DE VACANCES Photo : Slimene S.A.
COLONIES DE VACANCES
Photo : Slimene S.A.

PLUS DE 6.500 ENFANTS

SUR LA CORNICHE ORANAISE

LA DIRECTION DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS D’ORAN fait son bilan des vacances. Selon le chef du service des activités de la jeunesse auprès de cette instance, plus de 6.500 enfants, âgés de 8 à 14 ans, ont bénéficié de séjours dans les 16 centres de colonies de vacances qui constituent le parc estival de la wilaya d'Oran.

L e même responsable a tenu à rap- peler la nécessité d'inclure, dans le futur, la tranche d'âge des plus de 14 ans, autrement dit les adoles-

cents, une catégorie pour laquelle

il devient impératif d'ouvrir des

centres de colonies spécifiques, notamment en

période estivale. Dans le lot, il a été souligné la

présence de 68 colons en pro- venance des territoires de la République arabe sah- raouie démo- cratique qui

fait

connaissance avec la Grande Bleue dans la station bal- néaire de Aïn Turck. Cependant, le nombre de colons ne cesse

ont

68 COLONS EN PROVENANCE DES TERRITOIRES DE LA RÉPUBLIQUE ARABE SAHRAOUIE DÉMOCRATIQUE ONT FAIT CONNAISSANCE AVEC LA GRANDE BLEUE DANS LA STATION BALNÉAIRE DE AÏN TURCK.

de baisser

d'année en

année et Oran, qui comptait, il y a 20 ans, 35 centres de colonies de vacances basés aussi bien sur la Corniche oranaise qu'à Mers El Hadjadj et

Kristel, n'en compte aujourd'hui que 16. Selon notre interlocuteur, cela s'explique essentielle- ment par l'affaiblissement du secteur public qui assurait chaque année les colonies de vacances. Sur sa lancée, ce responsable citera la présence de quelque 689 animateurs relevant de la DJS qui ont encadré les colons en herbe. Notre sour-

ce précise, également, que plus de 11.000 jeunes

ont bénéficié de l’hébergement dans les diffé- rentes auberges que compte la wilaya.

Particularité de cette année, un séjour de 6 jours

a été offert à 25 lauréats du baccalauréat au

niveau des plages de la wilaya de Skikda, plus précisément à Collo. A relever que pour cette année, les sessions qui, auparavant, duraient 21 jours, ont été réduites à une dizaine de journées afin d'en faire bénéficier le maximum d'enfants. Mais ce manque à gagner pourrait être contourné à tra- vers une loi qui permettrait aussi bien aux agences de tourisme qu'aux associations de s'impliquer dans cette activité enfantine, à

l’exemple de l’opérateur privé, en l'occurrence

le groupe Cevital, qui a organisé, au profit des

enfants de ses travailleurs, un séjour à Oran.

n Amar Abbas

MONDE www.horizons-dz.com 15 HORIZONS • Mercredi 4 Septembre 2013 SYRIE LA SYRIE BASCULERA-T-ELLE DANS LA
MONDE www.horizons-dz.com 15 HORIZONS • Mercredi 4 Septembre 2013 SYRIE LA SYRIE BASCULERA-T-ELLE DANS LA

MONDE

www.horizons-dz.com

15

HORIZONS • Mercredi 4 Septembre 2013

15 HORIZONS • Mercredi 4 Septembre 2013 SYRIE LA SYRIE BASCULERA-T-ELLE DANS LA «GUERRE

SYRIE

LA SYRIE BASCULERA-T-ELLE DANS LA «GUERRE RÉGIONALE», évoquée par Bachar El Assad, qui a qualifié, dans une interview au Figaro, la situation au Moyen- Orient de «baril de poudre» prêt à tout moment à exploser ? Le prési- dent syrien assure que le «feu s’en approche aujourd’hui».

HOUCINE ABASSI, SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DE L'UNION GÉNÉRALE DES TRAVAILLEURS TUNISIENS :

«Il est clair pour tout le monde que le pays est dans une crise politique étouffante qui affecte l'économie, le social, la sécurité »

En bref

l'économie, le social, la sécurité » En bref Afghanistan : Le bilan des victimes «insupportable» Le

Afghanistan : Le bilan des victimes «insupportable»

Le commandant de l’Otan en Afghanistan a averti que le taux actuel de décès (une cen- taine par semaine) subi par l’armée et la poli- ce afghanes était «insupportable», dans une interview publiée hier par le Guardian. Le général américain, Joseph Dunford, à la tête de l’Otan en Afghanistan, a déclaré au quoti- dien que les forces de sécurité afghanes pourraient avoir besoin pendant cinq années supplémentaires du soutien occiden- tal avant d’être capables d’assurer la pleine responsabilité de leurs tâches. Selon le général, «le temps nous dira» si l’Otan a eu raison de transformer, en juin, son rôle de combattant en une opération «d’entraîne- ment, de conseil et d’assistance». Lundi, une nouvelle attaque des talibans avec des kamikazes et des hommes camouflés en uniforme de la police afghane a provoqué l’incendie d’une quarantaine de véhicules— camions de ravitaillement et blindés améri- cains — de la coalition, dans une base amé- ricaine près de la frontière pakistanaise, dans la province de Nangarhar.

Egypte : L’aviation bombarde des extrémistes dans le Sinaï

L’aviation égyptienne bombardait, hier matin, plusieurs villages du Nord-Sinaï, accusant des combattants islamistes de s’y cacher après une série d’attaques contre les forces de l’ordre, ont indiqué des sources de sécurité. Des responsables de la sécurité ont affirmé que cette opération aérienne était «la plus importante de ce type dans le Sinaï». L’Egypte a récemment déployé des forces supplémentaires pour lutter contre les groupes radicaux dans cette région essentiellement désertique où les attaques se sont multipliées depuis la destitution du président islamiste Mohamed Morsi. Les autorités affirment avoir tué huit combat- tants islamistes et blessé 15 autres au cours de ces opérations contre les groupes radi- caux qui ont établi leur base arrière dans cette région. Le 19 août, 25 policiers avaient été tués dans l’attaque la plus meurtrière depuis des années dans la péninsule.

Somalie : Attaque des Shebab contre le convoi du président

Les islamistes somaliens Shebab ont atta- qué, hier, le convoi du président somalien Hassan Cheikh Mohamoud, près de la ville portuaire de Merka, à une centaine de kilo- mètres au sud de Mogadiscio, a affirmé un porte-parole des insurgés, Abdulaziz Abu Musab. Les combats avec l’escorte prési- dentielle se poursuivent, assurant que deux véhicules avaient été détruits au lance-gre- nades. Il n’a pas fait état de victimes dans l’immédiat. Le président somalien set sorti indemne de l’embuscade.

C ette vision apocalyptique a été immédia- tement confor- tée par le jeu israélien, lan-

LA MÉDITERRANÉE SOUS HAUTE SURVEILLANCE

luctable une «action militaire ciblée» qu’elle se légitime du principe sacro-saint de l’«inté- rêt national». C’est cette cause que les poids lourds de l’Administration Obama, le secrétaire d'Etat John Kerry, le chef du Pentagone Chuck Hagel et le général Martin Dempsey, le plus haut gradé américain, entendent défendre devant les 18 séna-

teurs de la commission des Affaires étrangères. A cet effet, Kerry «expliquera que l'absence d'action contre Assad annule l'effet dissuasif des normes inter- nationales contre l'utilisation des armes chimiques, met en dan- ger nos amis et nos partenaires le long des frontières de la Syrie et risque d'enhardir Assad et ses alliés clés : le Hezbollah et l'Iran», a expliqué un haut responsable du département d'Etat. En attendant la date-butoir du 9 septembre, le quitus des deux chambres, le Sénat, majoritairement démocrate (53 contre 45 républicains et 2 indépendants), et la Chambre des représen- tants, dominée par les républicains (233 contre 200), présente de «maigres chances» de se faire délivrer par des parlementaires «globalement divisés» dans les deux camps en faucons et en colombes. Le cri de ralliement des interventionnistes est tout aussi bien lancé par le président démocrate des affaires étran- gères, Robert Entendez, que les influents sénateurs républicains John McCain et Lindsey Graham, jugeant «catastrophique» un éventuel rejet de la résolution. Le dilemme américain oscille entre le tenants de la «guerre aujourd’hui» et les opposants (démocrates et républicains et partisans du parti extrémiste du Tea Party) circonspects et, comme le sénateur démocrate Richard Durbin, «plus ouverts au débat». Mais dans cette bataille en rangs désunis, la perspective d’une confortable majorité reste lointaine, a reconnu le faucon Mc Caïn. Dans la «grande tragédie de ce siècle», évoquée par le haut-commissaire de l'ONU pour les réfugiés, Antonio Gutteres, le calvaire des populations, affluant aux frontières (2 millions) ou déplacées (4,25 millions) à l’intérieur de la Syrie, ne fait que commencer dans un conflit meurtrier et destructeur (1.500 milliards de dollars de pertes) pour une reconstruction évaluée à près de 73 milliards de dol- lars.

n Larbi Chaabouni

çant des tirs de missiles balis-

tiques, tombés en mer et détectées par les navires russes. Après le démenti de

Tsahal, la bravade israélienne a fini par lever le voile opaque sciemment entretenu sur les réelles motivations d’une provoca- tion qui sent le souffre. A une minute près, suivant l’annonce de Moscou, le ministère israélien de la Défense a annoncé avoir mené «avec succès», dans la matinée d’hier, un tir de missile radar de type Ankor dans le cadre d'un exercice militaire israélo- américain. «Tous les éléments du système ont fonctionné confor- mément à la configuration opérationnelle», a précisé le commu- niqué. L’opération a été menée depuis une base militaire du centre d’Israël pour affiner, estiment des médias, «les relevés météorologiques» dans la perspective d’une intervention qui peine à former un solide consensus au sein de la communauté internationale massivement réfractaire. Sur le pied de guerre, Israël, qui a déployé des batteries anti-mis- siles aux frontières nord, met plus de pression sur le régime syrien pris en tenaille par la rébellion. Au même moment, des attaques ont visé, dans le nord-est, un gazoduc entraînant la fer- meture de l’usine (1,5 million de mètres cubes par jour), et du puits de pétrole de Hassaka, plus au nord, produisant 3 000 barils/jour. Moscou, qui a déployé un nouveau navire de débar- quement, le Novotcherkask quittant le port de Novorossiïsk (mer Noire) en direction du Bosphore, plaide pour la thèse de l’intimidation. «Il est possible que les destroyers de la 6 e flotte de la Marine américaine aient tiré à blanc ou des leurres pour tester l'efficacité du système de défense antimissile syrien», a indiqué une source citée par l'agence Interfax. Ces tirs pourraient avoir pour but d'«intimider le peuple syrien et désorganiser la com- munauté internationale», précise-t-on. Sous haute surveillance, la Méditerranée est le théâtre de la nouvelle guerre du Moyen- Orient, suspendue au feu vert du Congrès. Le forcing d’Obama, rencontrant, hier, les responsables des commissions des deux chambres peu avant son départ en Suède, rend d’autant plus iné-

SALVA KIIR AU SOUDAN

LE PÉTROLE DE LA DISCORDE

Accompagné d’une délégation de haut niveau, le président sud-soudanais, Salva Kiir Mayardit, a entamé, hier, une visite à Khartoum pour s’entretenir avec son homologue soudanais, Omar el- Bachir, sur «toutes les questions com- munes». Cette visite intervient à trois jours de l’expiration (vendredi) de l’ulti- matum du Soudan menaçant de fermer ses oléoducs au pétrole sud-soudanais si Juba «n’arrêtait pas de soutenir les rebelles dans plusieurs régions fronta- lières». Au menu également : la question de la région disputée d’Abyei, la sécuri- té et le statut des citoyens. Lors de la par- tition en juillet 2011, le Soudan du Sud a hérité de 75 % des réserves de pétrole qui doit passer dans les oléoducs du Soudan pour son acheminement à la mer Rouge, l’unique voie d’exportation. Après de multiples tractations, les deux pays se sont entendus, à Addis Abeba,

en mars 2013, sur les frais de transit du pétrole qui a recommencé à être écoulé le mois suivant, avant que la question du soutien sud-soudanais aux rebelles ne remette tout en cause. Malgré la menace de suspension de l’approvisionnement, l’ultimatum a été, cependant, repoussé deux fois, signe d’une volonté soudanai- se de régler cette question par le dia- logue. Dans cette optique, le ministère soudanais des Affaires étrangères, Ali Karti, a exprimé, lundi, le souhait que la visite du président Salva Kiir «permettra d’accélérer la mise en œuvre des accords de coopération et de régler les questions entre les deux pays, de manière à établir une relation stratégique et à rétablir la stabilité pour les deux peuples». Une nouvelle chance de reprise du processus de dialogue pour un règlement négocié des litiges ? La situation conflictuelle ne laisse pas indifférent le Conseil de sécu-

rité des Nations unies et l’Union africai- ne (UA) qui ont récemment exprimé leur profonde préoccupation quant aux «menaces» qui risquent de compro- mettre les accords de coopération signés entre le Soudan et le Soudan du Sud. En date du 23 août, le Conseil de sécurité a demandé à l’ensemble des parties de res- pecter pleinement ces accords et de «s’abstenir de tout acte qui irait à l’en- contre de ces objectifs ». De son côté, l’UA a averti que le soutien aux groupes armés d’opposition constituerait une «violation flagrante» du protocole d’ac- cord de non-agression et de coopération, conclu le 10 février 2012 entre les deux Soudan. L’organisation panafricaine a aussi demandé d’enquêter sur les alléga- tions des deux pays, qui s’accusent mutuellement de soutenir les rebelles de part et d’autre de la frontière. n Samira B.

n

n

n INTERFACE

n

n

16

Livresque

HORIZONS •

Mercredi 4 Septembre 2013

n

PARUTION

«TAHAR DJAOUT, UN TALENT CISAILLÉ» de Rachid Hammoudi

SUR LES PAS DU POÈTE

VINGT ANS APRÈS SON LÂCHE ASSASSINAT, Tahar Djaout fait encore parler de lui. Notre ami et collègue vient de lui consacrer un livre intitulé «Tahar Djaout, le talent cisaillé», paru aux éditions l’Odyssée.

le talent cisaillé», paru aux éditions l’Odyssée. L e livre n’est pas une étude académique de

L e livre n’est pas une étude académique de l’œuvre du poète. C’est une sorte de biographie, fruit d’un tra- vail de longue haleine qui a conduit l’auteur à une véri-

table exploration de l’univers du poète. Il s’est appuyé, pour la collecte d’infor- mations, sur les témoignages des amis d’enfance, des camarades de classe et des confrères du poète pour mieux cer- ner l’homme aux multiples facettes et, partant, le faire connaître davantage aux jeunes lecteurs. Notre collègue retrace, sans fioriture aucune, la vie et le par- cours de Djaout, son enfance villageoise, son installation, avec sa famille, dans la capitale au lendemain de l’indépendan- ce ainsi que ses premiers pas dans la

presse. Il évoque aussi le lycéen stu- dieux, l’étudiant en mathématiques, boulimique de lecture. Il raconte aussi l’univers littéraire dans lequel a baigné l’écrivain. Le livre dévoile aussi une autre facette du romancier, à savoir l’épistolier que fut Djaout qui entrete- nait une importante correspondance avec des écrivains d’outre-mer. Il est à noter que l’ouvrage est bio- graphique et autobiographique à la fois. L’auteur le souligne à juste titre dès la première page. «Derrière toute biogra- phie se cache en fait une autobiographie. On s’intéresse davantage à un destin ressemblant un tant soit peu au nôtre. S’immiscer dans la vie d’un créateur c’est quelque part tenter de retrouver des parfums de sa propre existence»,

écrit -il. C’est sur les traces du poète que le journaliste est allé à la recherche de ce que fut ce fleuron de la littérature algé- rienne de graphie française, fauché à la fleur de l’âge, parce qu’il n’a pas abdi- qué aux nouveaux dévots. A la faculté centrale où il préparait une licence en mathématiques, Djaout ne manifestait aucun intérêt à la chose politique, mais une grande passion pour l’écriture et la littérature. «Ni activisme politique ni engagement syndical dans cette faculté. Rien qu’un immense intérêt pour la poé- sie», note-t-il. Dans l’ensemble de son œuvre romanesque, on retrouve les traces de son enfance. D’ailleurs, il l’af- firme clairement et sans faux-fuyants :

«Dans ce que j’écris, il y a une sorte de monument élevé à l’enfance. Je ne vais

pas me psychanalyser moi-même mais il est évident que la blessure de la fin de l’enfance est une blessure que je porterai toujours béante en moi». Le poète n’a jamais cessé, de son vivant, d’interroger les mots et leur faire dire tout son amour pour sa patrie, mais aussi et surtout la colère et la frustration d’une jeunesse désabusée. A Oulkhou, son village natal, où il repose en paix et scrute la splendeur méditerranéenne, il continue à interro- ger nos consciences et à poursuivre le combat de la famille qui avance, pour laquelle il s’est sacrifié. L’auteur, dans un style fluide et dépouillé de toute emphase, fait revivre un poète et son époque.

n Djamel O.

RACHID HAMMOUDI : «LE LIVRE SITUE LE CRÉATEUR DANS SON ÉPOQUE»

Ph. : Makine F.
Ph. : Makine F.

RACHID HAMMOUDI est journaliste. Diplômé de l’Ecole nationale d’administration, il choisira le métier de journaliste en raison de son amour pour l’écriture et les belles lettres. Son scénario sur la chanteuse Hnifa, adapté au cinéma, a été récompensé dans des festivals en Algérie et au Maroc. Il collabore, depuis 1988, dans divers titres de la presse algérienne. Depuis 2002, il est journaliste au quotidien Horizons. Il nous parle, dans cet entretien, de son livre, «Tahar Djaout, un talent cisaillé», qu’il vient de publier aux éditions l’Odyssée.

Entretien réalisé par : Djamel O.

Qu’est-ce qui a motivé l’écriture de cette bio- graphie ? Tahar Djaout était un homme attachant sur le plan personnel et s’affirmait surtout comme une valeur sûre et prometteuse de la littérature algé- rienne, il y a une vingtaine d’années. Comme pour le scénario que j’avais écrit autour de Hnifa, j’ai constaté un vide effarant en matière de bio- graphies. Aucune ne s’attache à nous faire connaître la vie d’hommes comme Kateb Yacine, Mouloud Mammeri ou Abdelhamid Benhadouga. Slimane Azem, Khelifi Ahmed, Wahbi ou Iguerbouchene restent méconnus. Qu’en sera-t-il dans vingt ans ? Ailleurs, même des chanteurs du samedi soir ont droit à des ouvrages où on connaît tout de leur famille, des rencontres qui ont influé sur leur destin, des amours qui ont inspiré leurs chants ou leurs livres. Il y a plusieurs raisons à cela, dont la moindre n’est pas la pudeur qui caractérise notre société où on s’épanche moins qu’ailleurs. Souvenez-vous de la levée de boucliers qui avait suivi «Le voile du silence» de Djohra Abouda. Il y a sans doute également le manque de traditions éditoriales en la matière. Ces dernières années, il y a un léger mieux. Des ouvrages ont paru sur Matoub, Guerouabi, Mahboub Bati et Houria Aïchi. Des documentaires ont été consacrés à Kamel Hamadi ou Aïssa El Djermouni. Les nou- velles technologies peuvent conforter cette évolu- tion positive mais le genre se confine encore un peu trop dans le registre de l’histoire. Nous avons plus d’écrits sur Ferhat Abbas, Messali, Amirouche etc. On ne peut pas se suffire de l’étu- de de l’œuvre d’un auteur. C’est certes utile et important, voire indispensable. Il me semble pourtant que sans l’expliquer totalement, la vie de chaque artiste éclaire dans une large mesu- re son travail. «Je ne serai pas Piaf si je n’avais pas vécu tout cela», disait cette artiste française. Djaout aurait-il écrit «Les chercheurs d’os» s’il n’avait pas connu une enfance marquée par la guerre ? Cette œuvre se veut-elle une réhabilitation de l’écrivain ou d’une époque ? Il ne s’agit pas de réhabilitation mais de situer un créateur dans son époque et comprendre com- ment il a pu refléter les préoccupations de la société au sein de laquelle il vivait. Ce n’était pas un sociologue mais même les émois sont vécus différemment d’une société à une autre.

S’agissant d’un journaliste, l’occasion m’était aussi offerte de retracer, avec sûrement quelques imperfections, l’histoire d’«Algérie Actualité» dont j’étais un fervent lecteur depuis mes années de lycée au début des années 80. L’histoire d’un journal dit aussi, révèle à sa manière, l’histoire d’un pays. On doit sortir en effet de l’histoire des grandes batailles et des illustres personnages pour parler de la presse, du cinéma, du sport et du vêtement, pourquoi pas, qui reflètent aussi l’évolution de la société. Avava Inouva, la victoire de l’équipe nationale en 1982 sont des moments gravés dans l’histoire. La chan- son raï a aussi émergé avant l’avènement du mul- tipartisme. Quels sont les aspects que vous avez le plus abordés dans votre ouvrage ? J’ai tenté de retracer la vie de Djaout depuis son enfance jusqu’ à son odieux assassinat. Pour cette tâche, je me suis basé sur des témoi- gnages de proches ou de collègues, ainsi que ses écrits dans les journaux ou les revues où il avait publié. Les écrits sont plus importants pour moi. On peut écrire la biographie d’une personne qui a vécu même dans l’antiquité en réinterprétant les écrits qu’on laissés les anciens. J’ai tenté aussi de faire revivre Alger de ces années-là où il y avait des espaces pour la culture qui ont façonné la sen- sibilité de toute une génération qui ne cache pas sa nostalgie pour cette époque. Il y a enfin un rap- pel des années de tourmente qui avaient consti- tué une ligne de rupture dans l’écriture de Djaout. Il avait, avec l’apparition de l’ex-Fis, délaissé l’écriture centrée sur la culture, les arts pour se consacrer à la chronique politique où il affichait ses convictions. J’ai essayé de présenter aussi ses romans en situant chacun dans une séquence temporelle et en relation avec la pratique journa- listique. Pensez-vous que le journalisme ait nourri la veine littéraire de l’écrivain ? Au fur et à mesure qu’on relit les articles et les romans de Djaout, on découvre des passe- relles évidentes entre les deux vecteurs d’expres- sion. Je suis d’accord avec le journaliste Djaad qui avait dit que «s’il avait pu vivre de ses romans, Djaout n’aurait pas tardé à quitter le monde du journalisme». Je pense qu’il rédigeait ses articles en pensant à de futures œuvres et en songeant à la meilleure manière où ils devraient s’insérer dans une trame romanesque. Je pense à ce repor- tage à Tehouda dans les Aurès où fut battue la Kahina ou à quelques articles sur la Casbah. Il n’y a pas, en l’occurrence, des faits qui constituent la matière première du journalisme mais une écritu-

re sensible qui sera reprise dans l’invention du désert. Les exemples sont très nombreux, hormis dans «Les chercheurs d’os», de cette utilisation des articles dans les œuvres de fiction Comment l’auteur s’est-il servi de l’écriture journalistique pour irriguer son champ littéraire ? D’abord en reprenant dans ses romans des articles en entier parus dans Actualité, surtout. Je cite plusieurs exemples notamment dans «L’invention du désert» où des extraits de repor- tages au Yémen, en France ou dans le Sud algé- rien sont repris presque in extenso. Sa vie par contre à Sidi Moussa se retrouve dans «Les vigiles». Beaucoup d’éléments autobiogra- phiques liés à l'enfance ou aux années de lycée affleurent dans les articles ou les romans. Pensez-vous que cette période fut fertile pour la création littéraire postindépendance ? C’est une période où des aînés comme Dib, Mammeri, continuaient d’écrire et où commen- çaient à émerger de nouveaux talents. Les jour- naux et revues tant en arabe qu’en français accor- daient une grande place aux pages création. Politiquement, c’était une période où régnait un parti unique mais des espaces étaient ménagés pour la parole dérangeante. Un homme comme Kateb, contrairement à ce qui se dit et s’écrit, n’était pas totalement banni. S’il ne passait pas à la télévision, ses pièces étaient jouées au TNA et sa troupe faisait des tournées à l’intérieur et à l’extérieur du pays. La chanson kabyle connut son apogée à cette époque et le théâtre était meilleur. Je pense surtout que la qualité de l’enseignement à l’époque permettait le renouvel- lement de l’élite. Les périodes où la liberté est bâillonnée sont toujours propices à l’expression. Est-ce que l’Algérie pour laquelle le poète s’est-il sacrifié est toujours à construire ? Je pense surtout que beaucoup de questions qui taraudaient Djaout n’ont pas encore trouvé par bien des aspects de réponses. Voyez l’islamis- me ou le débat autour de l’école qui était chez lui une hantise. Le premier est-il soluble dans la démocratie ? Certes, depuis sa disparition, le mouvement intégriste s’est fracturé, s’est divisé en plusieurs chapelles qui, parfois, se disputent et s’étripent. La question fondamentale est pour- tant d’actualité comme l’ont montré les récents événements vécus par l’Egypte. Ses écrits nous interpellent aussi sur le rôle de l’intellectuel dans la société.

n D. O.

HORIZONS •

Mercredi 4 Septembre 2013

17

CU

T

U RE

L

LE 5 e FESTIVAL INTERNATIONAL DE MUSIQUE SYMPHONIQUE AURA LIEU CETTE ANNÉE AU PALAIS DE LA CULTURE

La République tchèque

comme invitée d’honneur

UNE VINGTAINE d’orchestres étran- gers de musique classique vont parti- ciper, aux côtés de l’Orchestre
UNE VINGTAINE d’orchestres étran-
gers de musique classique vont parti-
ciper, aux côtés de l’Orchestre sym-
phonique national, à la cinquième
édition du Festival international de
musique symphonique d’Alger.

P révu pour se dérouler du 12 au 19 sep- tembre, cette manifestation recevra comme invité d’honneur la République tchèque. Organisé habituellement au Théâtre national Mahieddine- Bachtarzi, le festival se déroulera cette

année sur l’esplanade du Palais de la Culture Moufdi- Zakaria, «sous un chapiteau transparent surplombant la baie d’Alger», a indiqué le commissaire de cet évè- nement, Abdelkader Bouazzara. Plusieurs orchestres de pays arabes et européens prendront part à cette édi- tion parmi lesquels figurent le Quatuor Boguema de Russie, l’Orchestre symphonique de la Radio

Boguema de Russie, l’Orchestre symphonique de la Radio d’Ukraine, ainsi que l’Orchestre Royal de Chambre de

d’Ukraine, ainsi que l’Orchestre Royal de Chambre de Wallonie qui marque la première participation de la Belgique au festival. Outre l’Irak, la Syrie et la Tunisie, figurent également au programme les groupes sym- phoniques d’Afrique du Sud, de Chine, du Japon, du Mexique et de Turquie. Pour la soirée de clôture, les organisateurs prévoient, comme chaque année, un récital donné par un orchestre multinational composé

de musiciens des orchestres participants, qui sera diri- gé cette année par le maestro ukrainien, Volodymyr Sheiko. L’orchestre symphonique national entreprend la mission de promouvoir, de diffuser et de faire découvrir la musique classique universelle à travers tout le territoire national. Il a aussi pour objectif la revalorisation du patri- moine de musique algérienne sous sa forme sympho- nique en collaboration avec différents partenaires cul- turels nationaux et internationaux. Constitué de 60 musiciens professionnels diplômés de grandes écoles et conservatoires algériens et étrangers, son répertoire s’articule autour d’œuvres symphoniques en collabo- ration avec différents partenaires. L’Orchestre symphonique national (OSN), avec à sa tête M. Abdelkader Bouazzara, existe depuis plus d’une décennie. Cet ensemble s’affirme dans le monde culturel national. Il a fait découvrir ou redécouvrir la valeur et la richesse de la musique savante. En multi- pliant ses concerts aussi bien dans la capitale que dans ses tournées à travers les villes du territoire national, l’orchestre symphonique national a ainsi ouvert une nouvelle voie culturelle méconnue. Il a ainsi réussi à fidéliser un public aussi bien connaisseur qu’amateur. n Samira Sidhoum

2012), «Les Jours d’avant» de Karim Moussaoui (8’, 2013) et «Vision» de Farouk Beloufa (43’,
2012), «Les Jours d’avant» de Karim Moussaoui (8’, 2013) et «Vision» de Farouk Beloufa (43’,

2012), «Les Jours d’avant» de Karim Moussaoui (8’, 2013) et «Vision» de Farouk Beloufa (43’, 2013). Lors de cette manifestation, les organisateurs pré- voient également plusieurs cycles de conférences, notamment «L’importance des festivals de cinéma dans le développement de l’image», «La Critique de cinéma dans le monde arabe et l’évolution du langage cinématographique» Un jury élira les lau- réats. En tout, neuf prix figurent au menu pour récompenser les meilleures réalisations dans les trois catégories. En effet, le Mehr en or sera décer- né au meilleur film En plus du prix spécial du jury, le prix du meilleur acteur, meilleur scénario… Il est important de rappeler que plusieurs hommages seront rendus cette année à différentes figures du 7 e art, notamment à Souad Rafik Rachmaoui avec «Regard sur Ramallah».

n Medjahdi Mohamed

différentes figures du 7 e art, notamment à Souad Rafik Rachmaoui avec «Regard sur Ramallah». n

DU 23 AU 30 SEPTEMBRE, LA 7E ÉDITION DU FESTIVAL CULTUREL INTERNATIONAL DU FILM ARABE

El Bahia capitale du film arabe

Le Centre des conventions d’Oran abritera du 23 au 30 du mois en cours la 7e édition du festival cul- turel international du film arabe. De nombreux pays prendront part à cette manifestation, entre autres la Tunisie, la Mauritanie, l’Egypte, les Emirats arabes unis, le Qatar, l’Arabie Saoudite, le Bahreïn, l’Irak, le Koweït… ainsi que le pays orga- nisateur, pour concourir avec leurs dernières pro- ductions filmiques. Le programme comporte pour le volet fiction, 15 longs métrages, 15 courts métrages et 6 films documentaires… L’Algérie concourra avec deux longs métrages, à savoir «C’est dans la boîte » de Djamil Beloucif (66’, 2013) et «Jour de cendre» de Amar Si Fodil (105’, 2013). Dans la catégorie courts métrages, selon le pro- gramme, la participation nationale sera assurée par «Square Port Saïd» de Faouzi Boudjemai (19’, 2012), «Gandoura blanche» d’Akram Zaghba (6’,

sera assurée par «Square Port Saïd» de Faouzi Boudjemai (19’, 2012), «Gandoura blanche» d’Akram Zaghba (6’,
sera assurée par «Square Port Saïd» de Faouzi Boudjemai (19’, 2012), «Gandoura blanche» d’Akram Zaghba (6’,
TLEMCEN
TLEMCEN

Inauguration de la 3 e édition du festival «Lire en fête »

Le coup d’envoi de la 3 e édition du festival «Lire en fête» de Tlemcen a été donné dimanche dernier au soir depuis le palais de la culture Dali-Abdelkrim d’Imama. Dans son discours, lors de l’inauguration, le directeur du palais de la culture, Tahar Arris, a souligné l’importance de ce rendez- vous culturel annuel. Selon l’ora- teur, le festival vise à encourager davantage la politique de lecture pour forcer les jeunes à lire davan- tage loin des écrans, entre autres PC et TV. Tout le long de cette manifes- tation qui s’achèvera le 15 sep- tembre prochain, les élèves et leurs parents assisteront à des représen-

tations théâtrales, projection de films, concerts de musique, ateliers de contes, rencontre avec des écri- vains,…. Donc la manifestation est une occasion de faire revivre la lecture à Tlemcen, qui a perdu de sa voca- tion. Pendant les deux semaines de la vie de ce festival, l’on tentera d’inculquer, aux jeunes et moins jeunes, que lire, au sens strict, c’est se mettre à l’écart du monde qui nous entoure et qui sollicite nos sens, pour nous concentrer sur les signes du livre que nous avons entre les mains. Lors de cette mani- festation, des concours sont prévus pour améliorer le rendement en lec-

ture global des enfants. A travers ce festival, un appel sera lancé en faveur des parents afin qu’ils sai- sissent cette opportunité et déploient des efforts pour offrir un soutien approprié afin d’améliorer le rendement en lecture de leurs enfants. Un salon du livre a été inauguré dans le hall du palais de la culture, où, faut-il le souligner, plusieurs

associations culturelles et universi- taires prennent part à ce rendez vous dans sa troisième année, qui verra des bibliobus sillonner plu- sieurs communes de Tlemcen afin de cibler un maximum d’enfants et

n M.M.

de jeunes.

EN PRÉVISION DE LA SORTIE D’UN NOUVEL ALBUM

Le groupe D’zaïr compte rendre un hommage posthume à Ahmed Malek

Le Groupe D’zaïr, cette formation de rock algérien, compte rendre un hommage posthume, dans un nouvel album, à plu- sieurs artistes notam- ment Ahmed Malek, annonce dernièrement à Alger Hicham Daou, un membre du groupe. Très attendu par de nombreux fans, l’al- bum qui est produit

par les éditions Badidou, contient douze titres. Les admirateurs du groupe se rappelleront toujours des chansons comme Haïzia. «Nous ambitionnons de rendre un hommage posthume à nos aînés comme Ahmed Malek ou encore Hadj M’rizek et

Ahmed Wahbi. Pour ceux qui l’ignorent, Ahmed Malek était un artiste musicien et compositeur. Il s’est éteint le 24 juillet 2008. Il composa pour des émissions de télévision, des documentaires et surtout pour le cinéma des musiques de films. Il s’intéressa également à l’utilisation des techno-

), assu-

rant ainsi un lien entre la musique traditionnelle algérien-

ne et un courant plus moderniste. Ahmed Malek a égale- ment participé annuellement à des festivals à Cuba ainsi qu’au Printemps de Bourges», indique Hicham. Le Groupe D’zaïr est une formation de rock algérien alliant l’esprit rock soft à des textes en arabe dialectal. Composé de cinq jeunes garçons, Redouane Tilmati, Hichem Daou, Redouane Nehar, Hacène Khalfaoui et Hakim Laâdjel, ce groupe est influencé par le rock pro- gressif des années 1970 et par des groupes comme Yes, Pink Floyd ou Marilion. La musique de D’zaïr intègre un rock électrique à des nappes de synthétiseur et des envo- lées de guitare, le tout mêlé à un chant mélodieux dans un esprit authentiquement algérien. Les textes sont inspirés du vécu quotidien et s’attachent à dénoncer l’injustice, la violence et l’intolérance.

n S. S.

logies nouvelles dans la musique (MAO, synthèse

à dénoncer l’injustice, la violence et l’intolérance. n S. S. logies nouvelles dans la musique (MAO,

AMPHITRYON

D

É TE NT E

20

HORIZONS Mercredi 4 Septembre 2013

S

udoku

udoku
E 20 HORIZONS • Mercredi 4 Septembre 2013 S udoku Règle du jeu Le sudoku est

Règle

du jeu

Le sudoku est une grille de 9 cases sur 9, divisée elle- même en 9 blocs de 3 cases sur 3. Le but du jeu est de la remplir entièrement avec une série de chiffres allant de 1 à 9 de sorte que :

- chaque ligne, chaque colonne et chaque bloc de 3X3 doit contenir toute la série des chiffres allant de 1 à 9.

M

ots

ots fléchés

fléchés

ots fléchés
la série des chiffres allant de 1 à 9. M ots fléchés L e F ouillis
L e F
L
e
F

ouillis

Par Djermane

DÉFINITION   Se prendre d’une passion ou d’une admiration excessive et passagère (pour quelqu’un ou
DÉFINITION   Se prendre d’une passion ou d’une admiration excessive et passagère (pour quelqu’un ou
DÉFINITION   Se prendre d’une passion ou d’une admiration excessive et passagère (pour quelqu’un ou

DÉFINITION

DÉFINITION
 

Se prendre d’une passion ou d’une admiration excessive et passagère (pour quelqu’un ou quelque chose).

 
  (en 10 lettres)

(en 10 lettres)

(en 10 lettres)
quelqu’un ou quelque chose).   (en 10 lettres) S OLUTION DU JEU PRÉCÉDENT M ots codés
quelqu’un ou quelque chose).   (en 10 lettres) S OLUTION DU JEU PRÉCÉDENT M ots codés

SOLUTION DU JEU PRÉCÉDENT

S OLUTION DU JEU PRÉCÉDENT
S OLUTION DU JEU PRÉCÉDENT
S OLUTION DU JEU PRÉCÉDENT
  (en 10 lettres) S OLUTION DU JEU PRÉCÉDENT M ots codés Règle du jeu Dans
  (en 10 lettres) S OLUTION DU JEU PRÉCÉDENT M ots codés Règle du jeu Dans
  (en 10 lettres) S OLUTION DU JEU PRÉCÉDENT M ots codés Règle du jeu Dans

M

ots

ots codés

codés

ots codés

Règle

du jeu

Dans la grille ci-contre, les lettres ont été remplacées par des chiffres. Un même chiffre représentant toujours la même lettre. Reconstituez les mots au fur et à mesure que certaines lettres apparaissent dans la grille. Pour commencer le jeu, trouvez le mot dont les premières lettres sont déjà indiquées dans la grille.

premières lettres sont déjà indiquées dans la grille. SOLUTIONS DU JOUR…SOLUTIONS DU JOUR… Mots

SOLUTIONS

DU

JOUR…SOLUTIONS

DU

JOUR…

Mots Fléchés

Mots Fléchés
sont déjà indiquées dans la grille. SOLUTIONS DU JOUR…SOLUTIONS DU JOUR… Mots Fléchés Sudoku Mots codés
sont déjà indiquées dans la grille. SOLUTIONS DU JOUR…SOLUTIONS DU JOUR… Mots Fléchés Sudoku Mots codés

Sudoku

Sudoku
sont déjà indiquées dans la grille. SOLUTIONS DU JOUR…SOLUTIONS DU JOUR… Mots Fléchés Sudoku Mots codés
sont déjà indiquées dans la grille. SOLUTIONS DU JOUR…SOLUTIONS DU JOUR… Mots Fléchés Sudoku Mots codés

Mots codés

Mots codés
sont déjà indiquées dans la grille. SOLUTIONS DU JOUR…SOLUTIONS DU JOUR… Mots Fléchés Sudoku Mots codés
sont déjà indiquées dans la grille. SOLUTIONS DU JOUR…SOLUTIONS DU JOUR… Mots Fléchés Sudoku Mots codés

D É TE NT E

HORIZONS Mercredi 4 Septembre 2013

21

S ymbiose PAR DJERMANE
S
ymbiose
PAR DJERMANE

RÈGLE DU JEU :

Positionner les mots qui se trouvent dans la marge dans leurs cases initiales. En plus, les cases ayant un cercle forment la définition suivante :

Qui dépend de la seule volonté, n’est pas lié par l’observation des règles. (en 10 lettres).

pas lié par l’observation des règles. (en 10 lettres). INFUS ENCEINTE COLONNE ABOLIR CARAPACE

INFUS

ENCEINTE

COLONNE

ABOLIR

CARAPACE

PROFIT

VOISIN

ÉTANCHÉITÉ

NUISIBLE

FORUM

PAROLE

MIRAGE

FONDANT

ARMÉE

VITRIER

OUTARDE

MALAISE

OMBLE

CALAMAR

STATION

DIVA

VEUF

INACTIVE

GRAVIER

CÂBLE

CŒUR

LOUSTIC

GALET

POOL

RUDOYER

OVALE

ALITER

BOSSU

CRAINT

SEING

AMONT

TARIF

CASCADE

ARTÈRE

FARCEUR

BITUME

CINÉMA

SOUDER

TOSCAN

BÂTARD

SONNETTE

SERPENT

OLIGARCHIE

ARGUMENT

MASSE

POURPRE

CRACK

JADIS

DOUCEUR

IMMORTEL

DÉTOUR

DÉFUNT

PALACE

LEITMOTIV

DÉLÉGUÉ

G

rille

rille Muette

Muette

rille Muette
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 I II III IV V
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
I
II
III
IV
V
VI
VII
VIII
IX
X

HORIZONTALEMENT

I. Altercation.

II. Mustélidé aquatique. Récipient.

III. Lisière. Ancienne station spatiale.

IV. Nickel. Anciens Grecs.

V. Grosseur du cou. Note.

VI. Durées de temps. Baie du Japon. Consonne

double.

VII. Cri d’encouragement. Coûteux. VIII. Myriapode. Terre solitaire.

IX. Chauves-souris.

X. Eclos. Cardinal. Voyelle double.

VERTICALEMENT

1. Distance angulaire d’un astre au soleil.

2. Casque d’un fantassin espagnol. Aurochs.

3. Sent mauvais. Mis à l’écart.

4. Enlèvent. Monnaies d’Europe.

5. Infinitif. Lac d’Amérique. Article.

6. Pierres précieuses. Personnel.

7. C’est-à-dire. Lueur vive.

8. Rudes. Possessif anglais.

9. Dans la gamme. Ville française. Six faces.

10. Saisons. Vive tension.

SOLUTIONS

DU

JOUR…

Grille muette

Grille muette
Vive tension. SOLUTIONS DU JOUR… Grille muette Symbiose ARBITRAIRE PROGRAMME MERCREDI 4 SEPTEMBRE 2013
Vive tension. SOLUTIONS DU JOUR… Grille muette Symbiose ARBITRAIRE PROGRAMME MERCREDI 4 SEPTEMBRE 2013

Symbiose

Symbiose
tension. SOLUTIONS DU JOUR… Grille muette Symbiose ARBITRAIRE PROGRAMME MERCREDI 4 SEPTEMBRE 2013 09h00 :
ARBITRAIRE
ARBITRAIRE
SOLUTIONS DU JOUR… Grille muette Symbiose ARBITRAIRE PROGRAMME MERCREDI 4 SEPTEMBRE 2013 09h00 : Bonjour
PROGRAMME
PROGRAMME
MERCREDI 4 SEPTEMBRE 2013 09h00 : Bonjour d'Algérie (Best of) magazine 10h00 : La quatrième

MERCREDI 4 SEPTEMBRE 2013

09h00 : Bonjour d'Algérie (Best of) magazine 10h00 : La quatrième vitesse (05) rediff feuilleton alg 10h30 : Guide des continents (46) documentaire 10h50 : Bouhairet e'chabout (51) déssin animé 11h15 : Mèches d'or ''rediff reportage 12h00 : Journal en français + météo 12h25 : Maoussime el matar (23) feuilleton doublé 13h50 : Soufoun imlaqa (05) documentaire 14h40 : Znoud al sit II (23) feuilleton arabe 15h30 : Heidi ''1re+2e ptie'' l.m. dessin animé 17h00 : Tarikh oua hadhara (42) dessin animé 17h30 : Oulama'e el djazair série 18h00 : Journal en amazigh 18h30 : La quatrième vitesse (06) feuilleton alg 19h00 : Journal en français + météo 19h30 : Le café de mimoun (03) sitcom 20h00 : Journal en arabe 20h45 : Djarti (22) humour 21h00 : Festival Timgad 2013 ''cheb Khaled'' concert 22h10 : «Le divorce» théâtrale 23h20 : Un gamin en or ''Maradona'' doc. 00h00 : Journal en arabe

21h00 : Festival Timgad 2013 ''cheb Khaled'' concert
21h00 :
Festival Timgad 2013
''cheb Khaled'' concert
Timgad 2013 ''cheb Khaled'' concert JEUDI 5 SEPTEMBRE 2013 09h00 : Bonjour d'Algérie (Best

JEUDI 5 SEPTEMBRE 2013

09h00 : Bonjour d'Algérie (Best of) magazine 10h00 : La quatrième vitesse (06) rediff. feuilleton alg 10h30 : Guide des continents (47) documentaire 11h15 : Un gamin en or ''Maradona'' rediff reportage 12h00 : Journal en français + météo 12h25 : Maoussime el matar (24) feuilleton doublé 13h40 : Soufoun imlaqa (06) documentaire 14h30 : Znoud all sit II (23) feuilleton arabe 15h25 : El Koussouf ''2e ptie'' film alg 17h15 : Tarikh oua hadhara (43) dessin animé 17h35 : Oulama'e el djazair documentaire 18h00 : Journal en amazigh 18h30 : La quatrième vitesse (07) feuilleton alg. 19h00 : Journal en français + météo 19h30 : Le café de Mimoun (04) sitcom 20h00 : Journal en arabe 20h45 : Djarti (23) humour 21h00 : Backstage émission 21h40 : El Inhiref film alg 23h35 : Dima jazz concert 00h00 : Journal en arabe

S

Tous les

S

R

30 P HORIZONS • Mercredi 4 Septempre 2013
30
P
HORIZONS • Mercredi 4 Septempre 2013

T

HANDBALL

FAHB

   

FOOTBALL :

 

LIGUE 1 (3 e journée)

Ph : Slimene S.A.

Ph : Slimene S.A.
:   LIGUE 1 (3 e journée) Ph : Slimene S.A. Résultats  

Résultats

 

CRBAF-JSK------------------------------------------------0-1

RCA-USMH ------------------------------------------------2-1

CRB-ESS ---------------------------------------------------1-2

MCO-MCA--------------------------------------------------1-1

USMA-CABBA---------------------------------------------1-3

MCEE-JSS -------------------------------------------------1-2 CSC-MOB --------------------------------------------------2-1 JSMB-ASO -------------------------------------------------1-1

Classement

 

JS Saoura----------------------------------------------------7

JS

Kabylie ---------------------------------------------------7

MC

Alger -----------------------------------------------------7

CS

Constantine---------------------------------------------7

ES

Sétif-------------------------------------------------------6

CABB Arréridj -----------------------------------------------5 USM Alger ---------------------------------------------------4

 

MC

Oran -----------------------------------------------------4

ASO Chlef ---------------------------------------------------4

 

RC

Arba ----------------------------------------------------4

CR

Belouizdad----------------------------------------------3

JSM Bejaia --------------------------------------------------2

 

MC

El Eulma ------------------------------------------------1

MO

Bejaia----------------------------------------------------1

CRB-Aïn Fakroun ------------------------------------------0

 

USM El Harrach--------------------------------------------0

ATHLÉTISME-11

NATS D’AFRIQUE CHAMPION-

es

JUNIORS

Bilan positif pour la DTNA

La Direction technique

nationale d’athlé-

tisme a dressé un bilan positif

de la par-

ticipation des équipes nationales

juniors

(filles et garçons) aux 11

championnats

es

d’Afrique qui ont eu lieu du 29 août au

1

septembre 2013 à l’île Maurice. C’est

er

ce que nous avons appris dans

un com-

muniqué parvenu

hier à notre rédaction.

Composées de 12 athlètes (3 filles et 9

garçons), les sélections

nationales ont

raflé 2 médailles d’or et 3 médailles

de

bronze. Les médailles

en vermeil ont été

arrachées par Haddar Dihia dans le 400

m haies avec un temps

de 58.82 secondes

Sabri Aymen dans l’épreuve

et

du 10 km

marche avec un temps de 45 minutes 58 secondes et 52 1/100. Les médaillés de

bronze sont : Belbachir

Mohamed dans

le 400 m, Saïdani Abdessamie dans

le 10

km marche et Talbi Yasmine dans

le lan-

cer du marteau. Pour la DTNA, il faudra

retenir les noms de Dihia Haddar et

Mohamed Belabachir, promis

à un ave-

nir radieux, vu les performances

qu’ils

ont enregistrées durant cet événement

continental.

n A. K.

durant cet événement continental. n A. K. LE PRÉSIDENT DE LA FÉDÉRATION ALGÉRIENNE DE HANDBALL,

LE PRÉSIDENT DE LA FÉDÉRATION ALGÉRIENNE DE HANDBALL, Saïd Bouamra, a choisi ses collaborateurs, en proposant des noms aux postes techniques.

BOUAMRA DÉSIGNE SES COLLABORATEURS

C’ est ce qu’a signalé l’instance fédérale, hier, sur son site officiel. A l’issue de la première réunion du bureau fédéral tenue samedi dernier, le successeur d’Aziz Derouaz a procédé à l’installa- tion de l’exécutif et la répartition des

tâches. Rahmouni Dahmane a été nommé premier vice- président chargé des relations avec les ligues et les clubs, Stambouli Amrane, deuxième vice-président chargé du développement dans la région du Sud. Hamlaoui Abderrahmane, quant à lui, est le troisième vice-président

chargé du sport féminin. Il sera assisté dans sa mission par

M me Ferragna Khadidja.

Bounader Brahim a été désigné comme trésorier, alors que Alioui Tahar est le nouveau secrétaire général de la FAHB. La commission nationale d’arbitrage a été confiée à Benabderrahmane Faiçal, alors que Daoudi Ouahib prési- dera la commission d’appel et de la réglementation. Aimeur Abdelkrim sera chargé du suivi de la prise en charge et de la formation des jeunes talents. Fayçal Bentorki est le nouveau président de la commission de dis- cipline. Concernant les différentes structures techniques, des nominations ont été proposées. Dès leur approbation par le ministère de la Jeunesse et des Sports, elles seront officielles. Il s’agit des responsables de la Direction technique nationale (DTN), de la Direction de l’organisation des compétitions (DOS), de la Direction des équipes nationales (DEN), de la direction du dévelop- pement et de la formation (DDF) et de la Direction des jeunes talents. (DJT). Donnant plusieurs orientations, le président de la FAHB a insisté sur le point relatif à l’ou- verture de la FAHB à toutes les compétences et sans mar- ginalisation aucune. Bouamra a également insisté sur la prise de contact avec les quatre régions centre, est, ouest et sud pour uniformisation des approches et une meilleure

et sud pour uniformisation des approches et une meilleure coordination. Concernant le point relatif à

coordination. Concernant le point relatif à l’organisation des championnats d’Afrique 2014 du 15 au 26 janvier 2014 à Alger, une réunion sera prévue le 14 septembre 2013 à Alger entre le représentants de la fédération algérienne et ceux de la confédération africaine. Il y aura la signature d’un protocole d’accord entre les deux parties. Pour rap- pel, une commission d’organisation sera mise en place pro- chainement et des personnalités sportives pourraient y faire partie.

n Adel K.

LFP
LFP

TROIS MATCHES DE SUSPENSION POUR MEFTAH ET 2 POUR REMACHE

Le latéral droit de l'USM Alger, Rabie Meftah, a écopé d'une suspen- sion de trois matches ferme suite à son expulsion lors de la rencontre de son équipe sur le terrain de la JS Kabylie (0-0) samedi dernier, comptant pour

la deuxième journée du championnat

de Ligue 1 algérienne de football. Outre cette sanction, le joueur paie- ra une amende de 30.000 DA, selon le communiqué diffusé lundi par la Ligue de football professionnel, qui a annoncé également la suspension pour deux rencontres du défenseur droit de la JSK, Belkacem Remache, qui a écopé, lui aussi, d'un carton rouge au cours du même match, et dont le dossier reste ouvert en atten- dant «un complément d'information». La direction du club kabyle doit, en

d'information». La direction du club kabyle doit, en outre, payer une amende de 30.000 DA pour

outre, payer une amende de 30.000 DA pour «jet de projectiles» par ses supporters. Pour ce même motif, la

même sanction a été infligée au MC Alger après son match face au CRB Aïn Fekroun (victoire 3-2). Ce dernier est sommé, lui aussi, de s'acquitter d'une amende de 20.000 DA pour «conduite incorrecte de l'équipe». L'USM El Harrach et le CS Constantine ont, à leur tour, écopé d'une amende de 30.000 DA chacun pour «jet de projectiles» et «utilisation de fumigènes» par leurs galeries res- pectives au cours de la rencontre des deux équipes samedi dernier (1-2). Idem pour le CA Bordj Bou Arréridj, sanctionné d'une amende de 30.000 DA pour «utilisation de fumigènes» face au MC El Eulma (0-0), soit le même verdict prononcé à l'encontre du CR Belouizdad lors de son dépla- cement à Chlef (défaite 2-1).

Adlène Guedioura transféré à Crystal Palace

Le milieu de terrain international algérien de Nottingham Forest (division 2 anglaise), Adlène Guedioura, s'est engagé pour trois saisons avec Crystal Palace, a annoncé, hier mardi, son nouveau club, évo- luant en première Ligue anglaise de football. Les négociations pour le transfert de Guedioura (27 ans) auront duré toute la nuit pour être finalement confirmées officiellement hier à midi par le club lon- donien, 13 e au classement de la Premier League.

«Nottingham Forest et Crystal Palace s'étaient mis d'ac- cord avant 23h hier soir sur un montant de transfert de 3 millions d'euros pour contrat s'étalant jusqu'à 2016», selon le journal Nottingham Post. L'international Algérien (26 sélections et 2 buts) est notamment passé par Sedan et Créteil (France), avant de rejoindre l'Angleterre et jouer pour Wolverhampton en 2010, puis Nottingham Forest (2012/2013) avec lequel il a disputé pas moins de 55 matches, inscrivant 4 buts.

Tous les

S

S

R

HORIZONS • Mercredi 4 Septembre 2013 31 P T
HORIZONS • Mercredi 4 Septembre 2013
31
P
T
Football LA SÉLECTION NATIONALE EST, depuis LES VERTS À PIED D’ŒUVRE À SIDI MOUSSA hier,
Football
LA SÉLECTION NATIONALE EST, depuis
LES VERTS À PIED
D’ŒUVRE À SIDI
MOUSSA
hier, à pied d’œuvre au centre tech-
nique national de Sidi Moussa où elle
effectue un stage de préparation en vue
du match face au Mali prévu le 10 de ce
mois à Blida.

KHEDAÏRIA, ZITI ET KARAOUI EN RENFORT

L a majorité des joueurs retenus pour cette empoignade face aux Aigles maliens ont répondu présent, notam- ment les «pros», à l’image de Taider, Belfodil, Mesbah, M’Bolhi, Brahimi, Yebda et Medjani qui ont rejoint le lieu

de regroupement des Fennecs en début d’après- midi. Cependant, la grande incertitude concerne Doukha et Cadamuro qu’on annonçait incertains à cause de blessure. Justement, pour parer à toute éventualité, le driver national Halilhodzic a dû faire appel au trio évoluant à l’ESS, Khedaïria, Karaoui et Ziti, por- tant ainsi à sept le nombre de joueurs locaux

convoqués pour ce stage. C’est du moins ce qu’a annoncé la FAF, hier, sur son site officiel. Les joueurs en question devaient rejoindre le reste du groupe présent à Sidi Moussa dans la soirée d’hier, soit à l'issue de la troisième journée du champion-

nat de Ligue 1. Le staff technique des Verts avait programmé pour le début de ce stage, une séance de décrassage. Celle-ci devait avoir lieu en fin d’après-midi (17h30).

NEUF SÉANCES D'ENTRAÎNEMENT AU MENU

Par ailleurs, le driver national a communiqué, à travers le site officiel de la FAF, le programme de préparation de son équipe en prévision du rendez- vous face au Mali. Au menu des coéquipiers du capitaine Madjid Bougherra, figurent un bi-quotidien, les mercredi et jeudi à Sidi Moussa, une seule séance sur le même lieu vendredi, tout comme lors la journée de samedi, mais cette fois au stade Mustapha-Tchaker de Blida. Une avant-dernière séance est prévue à Sidi Moussa dimanche en fin d'après-midi alors que l'entraînement officiel d'avant-match aura lieu au stade de Blida, lundi prochain à 17h30. n Mehdi F.

YEBDA : «J'ai retrouvé la plénitude de mes moyens»

Hassan Yebda s'est dit «très heureux de retrouver la sélection algérienne» après une absence de plus d'une année, assurant qu'il se sentait en possession de tous ses «moyens physiques» suite à son rétablissement totale d'une blessu- re qui l'avait éloigné des terrains pour une dizaine de mois. «C'est toujours avec un grand plaisir que je retrouve la sélection nationale. Cette fois-ci, c'est un peu spé- cial du fait que je n'ai plus joué avec les Verts depuis plus d'une année pour les raisons que tout le monde connaît», a déclaré le joueur du FC Granada, aux jour- nalistes à son arrivée à l'aéroport Houari-Boumediene pour rejoindre le stage des Verts en vue du match contre le Mali, mardi prochain à Blida (20h30) dans le cadre des éliminatoires de la coupe du monde 2014 de football au Brésil. «J'ai bien bossé avec mon club durant l'intersaison, ce qui m'a permis de récupérer mon retard sur le plan physique. Désormais, l'entraîneur peut compter sur moi», a-t-il ajouté.

Guedioura, Lacen et Taider. «La concurrence a toujours existé en équipe nationale, un fac- teur qui devrait plutôt se répercu- ter positivement sur le rendement de l'équipe», a expliqué Yebda, poursuivant que «le dernier mot revient à l'entraîneur dans le choix du onze entrant». A propos du match contre le Mali, et qui n'aura aucun enjeu vu que l'équipe natio- nale a déjà assuré sa qualification aux barrages avant cette 6e et der- nière journée des éliminatoires, le milieu de terrain du club andalou a affirmé que ce rendez-vous «sera pris très au sérieux». «Avant de penser aux barrages, il faudra bien aborder cette rencontre face au Mali pour rester dans la dyna- mique des bons résultats réalisés ces derniers mois», a-t-il signalé, précisant que personnellement, il n'avait pas de «préférence» quant à l'adversaire des Verts lors des barrages : «que ce soit l'Egypte ou autre, c'est pareil». L'adversaire de l'Algérie sera connu le 16 de ce mois au cours du tirage au sort prévu au Caire.

le 16 de ce mois au cours du tirage au sort prévu au Caire. En dépit

En dépit de sa longue absence des rangs des Verts, Yebda a affirmé avoir «toujours été en contact» avec ses coéquipiers, qui lui par- laient à chaque fois «de la belle ambiance» qui règne au sein du groupe. Titulaire à part entière dans l'effectif algérien avant sa blessure au genou contractée en club en février 2012, l'ancien joueur de Naples devrait faire face à une rude concurrence dans son poste en présence notamment de

rude concurrence dans son poste en présence notamment de TRANSFERT Boudebouz s'engage avec le SC Bastia
TRANSFERT Boudebouz s'engage avec le SC Bastia Ryad à d'un la avant Boudebouz, milieu de
TRANSFERT
Boudebouz s'engage
avec le SC Bastia
Ryad
à d'un la avant Boudebouz,
milieu
de
terrain
algérien
du
Sochaux
la
française
de
football,
s'est
engagé
pour
trois
de saisons coupe du
du
Sporting
a Club
Bastia,
un
autre
pensionnaire
le l'élite
français,
annoncé
club
corse
sur
son
site
internet.
L'opération
s'est
faite
quelques
heures
clôture
du
marché
transferts
d'été
en
France
23h59
lundi.
L'indemnité
de
le Fethi trans- FC
fert
est
million
en d'euros a le été, par
assortie
de
bonus,
précisé
communiqué
diffusé
SC
Bastia.
Boudebouz
(23
ans),
qui
n'est
plus
la convoqué de le Ligue (heure Sud,
en
sélection
algérienne
depuis
la le
précédente
d'Afrique
des
nations
en
janvier
dernier
en
Afrique
1 club faveur disputé de locale)
164
il a matches des
en
six
saisons
sous
le
maillot
son
formateur
pour
24
buts
inscrits.
Depuis
reprise
cet
le
joueur
disputé
deux
matches
et
marqué
un
penalty.
A
Bastia,
retrouvera
a ses de
deux
compatriotes,
nouveau
défenseur
international,
Harek, et l'attaquant Florian Respentino

MESBAH

«Je ferai tout pour m'imposer à Parme»

MESBAH «Je ferai tout pour m'imposer à Parme» Le défenseur international algérien, Djamel Mesbah, a déclaré,

Le défenseur international algérien, Djamel Mesbah, a déclaré, hier mardi à Alger, qu'il a finalement préféré rester à Parme malgré les contacts qu'il a eus avec d'autres formations lors de la période des transferts d'été, clôturée la veille, assurant qu'il fera tout pour gagner une place de titulaire au sein de sa formation. «Certes, j'ai eu des propositions pour changer de club lors des derniers jours du mercato d'été, notamment de la part de la Sampdoria, mais j'ai décidé, en fin de compte, de rester à Parme», a déclaré le joueur à la presse algérienne à son arrivée à l'aéroport Houari-Boumediene pour participer au stage de l'équipe nationale, en vue du match contre le Mali, mardi prochain à Blida, dans le cadre des éliminatoires de la coupe du Monde 2014 au Brésil. Ayant rejoint Parme lors du mercato d'hiver précédent en provenance du Milan AC, le latéral gauche des Verts n'a pas été utilisé très souvent par son équipe. Pour ce début de saison, il s'est retrouvé de nouveau sur le banc de touche, ce qui l'a poussé à songer à changer d'air. «Mon entraîneur à Parme fait confiance actuellement à un autre joueur au poste d'arrière gauche. A moi maintenant de redoubler d'efforts pour m'imposer. Je vais d'ailleurs travailler encore dur pour atteindre mon objectif», a-t-il ajouté. Evoquant la prochaine sortie de la sélection algérienne, Mesbah a souligné son importance en dépit de la qualification déjà assurée des Verts pour les barrages avant cette 6 e et ultime journée du groupe H de l'avant-dernière étape des éliminatoires. «Le fait d'avoir déjà assuré notre qualification aux barrages ne devrait pas nous empêcher de donner toute l'importance voulue à ce rendez-vous. Ce sera d'ailleurs une belle opportunité pour nous pour bien préparer la double confrontation menant vers le Mondial», a- t-il conclu.

une belle opportunité pour nous pour bien préparer la double confrontation menant vers le Mondial», a-

La Météo du

MMeerrccrreeddii 44 SSeepptteemmbbrree 22001133

n Alger 29° n Annaba 28° n Constantine 31° n Oran 29° n Ouargla 38° n Tamanrasset 35° n Tindouf 43° n Illizi 42° n

Tamanrasset 35° n Tindouf 43° n Illizi 42° n Fedjr 4.52 Dohr 12.47 Assar 16.24

Fedjr

4.52

Dohr

12.47

Assar

16.24

Maghreb

19.15

Ichaâ

20.36

Assar 16.24 Maghreb 19.15 Ichaâ 20.36 ACHAT 1 $ 6 78,77 DA 1 € 6 104,53

ACHAT

1 $

6

78,77 DA

1 €

6

104,53 DA

VENTE

1 $

6

83,59 DA

1 €

6

110,95 DA

SERVICE PUB
SERVICE
PUB

Tél:

(021) 73 67 24 - 73 59 69 - 73 59 04

Fax:

(021) 73 61 34 - 73 67 29

Horizons

Horizons : http://www.horizons-dz.com

R.C.97B 36181

RÈGLEMENT DU CONFLIT SAHRAOUI

Le Conseil de la nation participe à une réunion sur la contribution du Parlement européen

Le Conseil de la nation prendra part, demain jeudi, à Paris, à une séance d'audition consacrée à la contribution du Parlement européen au règle- ment du conflit du Sahara occidental, organisée par la

PROTECTION CIVILE

Début de la campagne de sensibilisation contre l’envenimation scorpionique

Une campagne de sensi- bilisation contre l’enve- nimation scorpionique sera lancée, aujour- d’hui, à partir de la wilaya de Ghardaïa, par la Direction générale de la protection civile. La campagne, supervisée par le DG, le colonel Mustapha Lehbiri, s’étendra à toutes les wilayas du Sud et des Hauts-Plateaux.

FILIÈRE AVICOLE

Élection du conseil national au mois d’octobre

Le Conseil national de la filière avicole, qui sera composé d’éleveurs, de fournisseurs d’intrants et de responsables des abattoirs privés et publics, se tiendra le mois d’octobre prochain à Alger. Ces assises ont été précédées par l’élection des représentants de la filière au niveau des wilayas alors que celle des bureaux régionaux doit être organisée prochainement, a-t-on appris d’une source du ministère de l’Agriculture. La création du conseil national a pour objectif de développer et moderniser la filière avicole dans le but d’améliorer la production et réguler le marché qui reste sous l’emprise de la spéculation du fait justement d’une production insuffisante. D’ailleurs, le ministère de l’Agriculture parie sur l’organisation de la filière afin de la pérenniser. «Nous pouvons importer du poulet du Brésil pour réguler le marché comme le réclament certains mais nous ne le ferons pas au détriment de nos aviculteurs que nous soutenons et nous motivons pour qu’ils se développent dans un cadre organisationnel qui pourra leur épargner les faux problèmes», dira un cadre du ministère de l’Agriculture. Le conseil national de la filière avicole sera un lieu de concertation qui sortira avec des recommandations qui seront, par la suite, soumises au Premier ministre pour approbation. n M. Benkeddada

commission des affaires poli- tiques et démocratiques de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe, a indiqué, hier mardi, un communiqué de la Chambre haute du Parlement. Le Conseil de la

nation, qui participe aux assises de l'Assemblée parle- mentaire du Conseil de l'Europe en tant qu'«invité», sera représenté par Djamel Ould Abbès, précise le com- muniqué.

RÉUNION DES CHEFS DES INSTITUTIONS DE LA POLICE DE L'OCI Le général-major Hamel à Istanbul
RÉUNION DES CHEFS DES
INSTITUTIONS DE LA POLICE DE L'OCI
Le général-major Hamel
à Istanbul
Le
directeur
général
de
sûreté
nationale,
général-
major
Abdelghani
à Hamel,
prendra
part
aux
travaux
de
la
3e
réunion
des
chefs
des
organismes
institu-
tions
de
police
des
pays
membres
de
l'Organisation
de
la
coopération
islamique
(OCI),
prévue
du
4
sep-
tembre
à
Istanbul
(Turquie),
indiqué,
hier
la
Direction
générale
de
la la
sûreté
a nationale
(DGSN)
un
communiqué.
Le
général-major
Abdelghani
Hamel
participera
cette
réunion
«avec
un
le document et Ce dont mardi, au
de
travail
portant
plusieurs
questions»
«la
recherche
des
voies
et
moyens
de
développer
de
renforcer
la
coopération
technique
dans
le
domaine
de
la
formation
des
forces
de
police
et
de
lutte
contre
le
crime
organisé»,
précise
la
même
source.
6 docu- et dans
ment
concerne
également
«l'examen
des
mécanismes
de
coopération
policière
entre
les
Etats
membres
de
l'OCI», ajoute le communiqué.

CONSEIL MINISTÉRIEL DE LA LIGUE ARABE

Intenses activités de M. Medelci

Le ministre des Affaires étran- gères, Mourad Medelci, a eu d'in- tenses activités en marge des tra- vaux de la 140 e session du Conseil des ministres arabes des Affaires étrangères au Caire, où il s'est entretenu avec ses homologues égyptien, koweïtien et irakien. L'entretien, qui a réuni, lundi, M. Medelci et son homologue égyptien, Nabil Fahmi, a porté sur «l'état des relations bilatérales». Les deux parties se sont félicitées de l'évolution de leurs relations et convenu de les renforcer en prévi- sion de la réunion de la grande commission mixte. Les deux ministres ont également réaffirmé leur «volonté commune de conso- lider le mécanisme de concertation politique entre les deux pays sur les questions régionales et interna-

tionales». Les deux parties ont eu aussi un échange de vues sur les questions arabes, notamment la crise syrienne au sujet de laquelle elles ont exprimé leur rejet de toute inter- vention étrangère. Lors de cette rencontre, M. Nabil Fahmi a présenté un exposé sur les derniers développements de la situation en Egypte et le processus politique de mise en œuvre de la feuille de route pour sur- monter l'étape actuelle. A cette occasion, M. Medelci a informé son

homologue égyptien qu'il était «porteur d'un message de solidarité, de