Vous êtes sur la page 1sur 9

Introduction à la Sociologie

Notes de cours
Notes prise par Benoit Feuillet
L2 2006-2007
Pr. Bernard Andrieu

La sociologie est l’étude des règles collectives qui influence le comportement des individus.
L’individu n’est pas isolé de son groupe social. On s’intéresse à la place de l’individu à
l’intérieur d’un groupe.

I) Durkheim « le suicide »

Il considère que le suicide qui est un acte individuel est en réalité un acte qui s’inscrit dans
une logique social. Psychologie / Sociologie.
La statistique permet de comparer un individu à un groupe avec des éléments chiffré. On
mesure le pourcentage du comportement individuel par rapport au collectif
Le suicide s’inscrit dans des pratiques sociales, car les raisons sont à chercher dans la
définition d’une société. « La société n’est pas une simple somme des individus ». On est à
l’intérieur d’un système. La société est un système formé par l’association d’individus.
Les relations intra individuel sont toujours à l’intérieur d’un système (le travail, la santé, la
justice). A l’intérieur des systèmes il y a des institutions. La société dépasse infiniment
l’individu dans le temps (même mort la société continu) et dans l’espace. La société nous
impose des manières d’agir et de penser.
La sociologie critique la société en montrant comment on agit et comment on pense.
Le système est autoritaire, il veut régler les comportements, il impose la norme sociale.
L’autorité du système s’impose par la norme qui dicte à l’individu comment agir.
Le but de la sociologie est de recherché la cause sociale, se pose alors le problème de la
liberté. (Suis-je libre ou la société me dicte t-elle mes actes), jusqu’ou la société nous dicte
nos actes.
« Est-ce que ces règles sont une contrainte extérieur ou est-ce que la société invente des
institution pour nous dicter ces règles »
« Qu’est-ce qu’une existence propre indépendante »
Durkheim va introduire un principe religieux avec les liens communautaire. Les gens qui
veulent se suicider sont des gens qui ont des liens communautaires affaiblie.
Durkheim distingue plusieurs types de suicide, notamment sur la notion de sens. Quelle va-t-
être la différence entre le suicide d’un kamikaze, de la femme sans enfant … il faut donc faire
une classification. 3 types de suicides :
- le suicide anomique ; sans loi ; qui est contre la règle ; l’individu qui n’a plus
conscience des règles
- le suicide égoïste ; incapacité qu’à l’individu à supporter ses responsabilités sociales ;
on s’isole du groupe volontairement
- le suicide altruiste ; le kamikaze ; on appartient à des valeurs

Quelle est la cause du suicide ?


C’est le degré d’intégration.

La famille protége du suicide, les gens marier sont moins tenter par le suicide. Les institutions
protége des individus, il l’est maintient l’intégration de l’individu.

Page 1 sur 9
Cour du Professeur Bernard ANDRIEU : Introduction à la sociologie

A l’inverse trop de différence est cause d’exclusion.


En se singularisant l’individu va trouver d’autre personnes identique à lui et va créer une
communauté.
- Durkheim va s’intéresser à la notion de lien social, d’attachement (amour, haine)
moraux, mais aussi institutionnel. Cela crée des liens sociaux. L’attachement est
proportionnel au lien.
- la régulation se fait à l’intérieur du système, on ne peut pas être un révolté social en
permanence (compensation).
2 types de solidarité dans la société :
- mécanique : l’état protége les filiations par le droite et il établie des liens institutionnel
entre l’homme et la femme
- organique : ce n’est pas dans la loi et ce n’est pas dans les règles (bonne conscience)
solidarité moral

II) Marcel MAUSS « un fait social total »

« Les techniques du corps » 1934


Concept important en sociologie, comment les individus incorporent les règles ?
C’est le résultat de l’exercice, de l’éducation du formatage. Nous avons incorporé les règles
sociales, essentiellement par imitation le plus souvent inconsciente. Le corps n’est pas neutre,
il est le reflet des techniques des valeurs que nous avons incorporé, qui sont le résultat
d’apprentissage. Les techniques sont le reflet, l’expression de la culture dans laquelle nous
vivons.
En 1925 il formule la théorie du don et du contre don. C’est à dire un échange volontaire qui
n’est pas forcement basé sur l’effet de la valeur. L’organisation sociale est fondée sur
l’échange. Recevoir oblige à rendre. (exemple : la passe en sport collectif)

III) Margaret Mead

Elle invente l’immersion, découvrir l’autre pour mieux le découvrir. Il s’agit de se


transformer pour faire une observation. Pour observer un groupe social est-ce que je dois
devenir un membre de ce groupe ? En devenant ce que j’observe est-ce que je suis objectif ?
Il y aura toujours une différence entre ce que le sociologue comprend du phénomène et ce que
ressent le pratiquant. En sociologie on nous parle de qui ? Du sociologue ou du terrain.
La sociologie est toujours une construction un récit, c’est le regard de l’ethnologue. Mead
s’intéresse à la polygamie en tant que femmes dans le système samois »

Moeurs et sexualité

Porte sur la question de l’usage des femmes dans la société.

IV) KINSEY

Premier sexologue qui va publier le rapport KINSEY. Il va constituer la sexualité comme un


objet d’étude social. En 1938 il se rend compte qu’il n’y a pas de recherche concrète sur la
sexualité. Il décide de créer la sexologie. Il sera suivit par Rockefeller qui va financer les
questionnaires d’enquêtes. Il se pose un problème, dés que l’on pose un questionnaire on se
trouve sur du déclaratif. Il construise donc des questionnaires avec des questions croisées.
Dans le milieu des années 40, il lance une grande enquête sur le sexe.
En 1948, on arrive à une classification de 200 types de comportement sexuel.

Page 2 sur 9
Cour du Professeur Bernard ANDRIEU : Introduction à la sociologie

V) Interaction

C’est un concept qui apparaît dans les années 30C’est l’idée que entre les individus d’un
groupe, il y a des interactions. Une action implique une réaction ou une modification d’autrui.
La sociologie est l’étude des interactions entre les individus.
Le premier système social étudié fut la famille, avec la thérapie familiale (année 50). La
famille est un système symétrique réciproque. Si l’on change un membre du système alors il y
aura un retour sur les autres éléments du système. Il faut donc proposé une réponse global.
Le contraste perceptif :
Pour pouvoir comprendre l’interaction, il faut le sortir de son contexte pour se démarquer
Le sociologue va dégager des populations cibles, et il va faire une étude sur ses populations
pour constituer des catégories, des groupes avec une forte lisibilité social (avortement,
contraception).

La réflexivité communautaire

L’interaction du langage

Lorsque l’on est dans une conversation avec un individu toutes la communauté va être
informé de la conversation ce qui va modifier le groupe. On est toujours en interaction avec
l’autre. Il n’y a pas de privée et d’intimes (effet médias). Il n’y a pas de soi personnel.

Le contexte social du sens


L’individu est à l’intérieur d’un contexte social.

Goffman

Il étudie les interactions quotidiennes :


- le cadre et le code de l’expérience, l’individu placer dans une situation va adopter un
comportement adopté par un code, le plus souvent les codes sont implicite (qui
fonctionne sans qu’on en soit conscient). Dans l’expérience sociale il y a toujours un
cadre.
- Le langage non verbal, c’est langage corporel. Dans chaque société il y a des modes de
communication non verbale qui sont codée. Ce sont des signes corporels qui sont
lisible par les autres. C’est l’entrée en communication.
- Ratage et cadres : dans un cadre donné, il est attendu certains comportement. Le ratage
est volontaire ou involontaire, nous allons critiquer la norme, interroger sa légitimité.
On invente les nouveaux cadres de demain.

Cadre et compétence

Dans le cadre il y des compétences qui sont attendu (médecin et professeur). Le cadre inclus
la compétence, qui va déterminer la nature de l’interaction. Je fais ce que la compétence du
cadre m’ordonne de faire.

Modélisation des cadres

Il y a le cadre primaire (étudiant professeur) fixé par l’institution. Le deuxième est le cadre
modalisé qui est le contenu de ce qui va se passer dans le cadre.

Page 3 sur 9
Cour du Professeur Bernard ANDRIEU : Introduction à la sociologie

STIGMATE (Attention !!!Warning !!!Achtung !!!!)

- Le stigmate est identitaire (signe corporel) au départ.


- Le problème est lorsque le stigmate est stigmatisé, c a d lorsque nous allons
catégoriser les personnes à partir de leur stigmate (discrimination). On a le droit
d’avoir des stigmates mais si ils ne vont pas dans les règles de la société le corps
social va nous stigmatiser.
- les stigmatisé vont composer leur propre communauté.
Le stigmate renvoie autant a la catégorie proprement parlé qu’au réaction qu’elle suscite et
aux efforts que le stigmatisé fait pour se dé-stigmatiser.

Identité sociale

Tenter de corriger le stigmate par un processus de victimisation. On tente de maîtriser les


domaines de l’activité dans lesquels on a était exclu.
Le mépris, se couper de la réalité, s’enfermé dans son propre modèle.

Groupe identitaire

Le hooligan a trouvé dans le stigmate un facteur d’identification.

Norme

Elle constitue un idéal vers lequel on s’efforce de tendre. Ces femmes, ne pouvant pas rentrer
dans le standard de la femme, elles ont crée un magazine pour cette sorte de femme.
Dans une certaine mesure, la norme est idéale, elle est imaginaire.
Dès qu’il y a une norme, la communauté va chercher à maintenir la norme (norme sociale).
Nous pouvons définir une communauté sociale à partir de ces normes.
La norme va produire de l’apparence, du semblant, de la simulation, on va adopter un
comportement de couverture, elles ne garantissent pas le comportement social.

Identité sociale

Elle doit être distincte de l’identité personnelle.


« Le concept d'identité sociale nous a permis d'envisager la stigmatisation. Avec celui
d'identité personnelle nous avons étudié le rôle que joue le contrôle de l'information dans le
maniement du stigmate. (…)Grâce à cette notion de l'identité pour soi nous [avons analysé] ce
que l'individu ressent à l'égard de son stigmate et de ce qu'il en fait, non sans prêter une
attention particulière aux divers conseils qu'il reçoit en cette matière ».
La sociologie de l’acteur corporel va jouer de l’identité personnelle pour se manifester comme
identité sociale (année 80-90)

Howard BECKER

En 1928, il va créer la sociologie de l’outsider. On va s’intéresser à la population qui a un


comportement déviant.
Les insiders sont les conformistes, ceux qui respectent les normes, les règles, les codes.

Page 4 sur 9
Cour du Professeur Bernard ANDRIEU : Introduction à la sociologie

BECKER a eu l’idée de s’intéresser aux outsiders, ils sont en dehors des règles, soit à
l’intérieur des institutions.
Il va travailler sur deux populations : les joueurs de Jazz et les fumeurs de Marijuana.
Ces groupes sociaux constituent des tribus alternatives.
Les outsiders transgressent les normes en vigueur, il va être exclu de la norme sociale mais
c’est quelqu’un d’intéressant car il produit du sens contre la norme. En réalité ils sont porteurs
de normes, de valeurs qui impliquent un univers parallèle, qui fonctionnent en même temps
que la norme et qui peut être la réalité. L’intérêt de les étudier est d’arriver directement à
étudier le vécu de ces personnes.
Comment et pourquoi des individus transgressent la norme ?
Le sociologue s’intéresse à la raison du non respect de la norme.
Il y a trois types de déviances :
- la déviance non-intentionelle : elle repose sur l’ignorance de l’existence de la norme.
- la déviance intentionnelle et régulière : elle se traduit par le fait que l’individu doit
satisfaire des besoins inconscients pour maintenir son équilibre
- la déviance intentionnelle et irrégulière : elle sert à une intégration sociale. L’individu
qui dévie pense qu’en commettant ce type d’acte, il se fera mieux accepter au sein
d’un groupe.

Comment peut on étudier la déviance ?

Les déviants qui se montrent, on peut les combattre par une campagne publicitaire… Le
problème est de rentrer en contact avec la réalité avec des personnes qui se cachent ou qui
sont cachés par la norme.
Lorsque le déviant décide de se montrer, en réalité, il est difficile d’effectuer un travail car il
va montrer qu’une partie de lui-même.
D’où la question : comment définir la limite entre le corps professionnel et personnel ?
La réponse est méthodologique, on doit pouvoir se retirer du champ mais cette différence est
difficile à faire, dans la police on l’utilise systématiquement (infiltration).

La marijuana

BECKER, qui étudie la marijuana distingue trois niveaux dans l’apprentissage, dans
l’intégration du déviant dans la déviance :
- le novice : c’est celui qui va faire l’expérience de la perception, du goût…
- la représentation de la drogue : qu’est ce qu’elle représente ? Il se représente l’objet
comme un moyen pour atteindre un but. C’est une relation personnelle qui s’établie
entre le sujet et le produit.
- L’addiction : c’est la dépendance. On va être drogué !!!

Imposer une norme

L’imposition de la norme, il faut :


- que quelqu’un prenne l’initiative de faire punir le présumé coupable
- que ceux qui souhaitent voir appliquer la norme attirent l’attention sur l’infraction
(discours sécuritaire)
- trouver un avantage à cette norme

Page 5 sur 9
Cour du Professeur Bernard ANDRIEU : Introduction à la sociologie

Contrôle social

Il y a trois points :
- c’est un moyen d’exercer le pouvoir par le moyen de la normalisation.
- il faut incorporer les normes, sinon on est exclu
- les gens qui rentrent dans des systèmes réguliers qui font que la norme des systèmes
auquel ils appartiennent va s’imposer directement à eux.

Etiquetage

On va classifier les déviant en récupérable, irrécupérable… à partir de jugement de valeur


qu’on va projeter sur les individus. Le système normatif est aussi un système de jugement à
travers les normes.

Pierre BOURDIEU (1930-2002)

C’est un sociologue de l’action.


1968 : « Loin que la description des attitudes, des opinions et des aspirations individuelles
puisse procurer le principe explicatif du fonctionnement d'une organisation, c'est
l'appréhension de la logique objective de l'organisation qui conduit au principe capable
d'expliquer les attitudes, les opinions et les aspirations »
Il n’y a pas de liberté individuelle. L’individu est expliqué par la logique objective de
l’organisation.
Il s’intéressait aux populations kabyles. Il essaye de décrire pas seulement les structures de la
société mais plutôt la genèse sociale des modes de perception, de pensée et d’action. Il s’agit
d’expliquer les structures sociales à l’intérieur du corps.
En 1968, il écrit « les héritiers, les étudiants et la culture » qui est sur le monde étudiant. La
personne face à nous ne nous a pas laissé le choix. Le milieu dans lequel on naît constitue
comme un modèle.
Il y a une continuité, une homogénéité (notamment pour le capital culturel), il y a Les enfant
sont chargés par les parents d’accomplir un certain nombre de tache, c’est l’illusion de
l’indépendance.
Ce qui contribue à renforcer le déterminisme social c’est l’éducation. Le paradoxe est que
l’école doit permettre à tous d’avoir la même chance pour accéder aux grandes écoles.

Violence symbolique

La violence symbolique est une violence qui est imposée. La classe sociale dominante va
imposer ces modèles à travers des agents, ses modèles pour faire passer inconsciemment une
méthode.

Trois capitaux

- Capital économique : il constitue des moyens de production, les biens économiques…


- Capital culturel : ensemble que qualifications, aptitudes produites par le système
scolaires et la famille (aisance, tenue du corps, expression publique, niveau de langue)
- Capital social : réseau de relation carte de visite, recommandation. Comment instaurer
des relations, les entretenir, les nourrir?

Page 6 sur 9
Cour du Professeur Bernard ANDRIEU : Introduction à la sociologie

Le capital culturel

L’Habitus va définir nos pratiques sociales.


Le handicap socioculturel nous empêche d’aller dans un autre milieu. Il est très difficile de
transformer son corps.

Champ

Tous les individus sont à l’intérieur dans un système qui détermine notre place. Dans la
pratique nous sommes à l’intérieur d’un système de position.

Page 7 sur 9
Cour du Professeur Bernard ANDRIEU : Introduction à la sociologie

L’habitus :

L’habitus c’est ce qui se construit à partir d’une technique corporelle.


C’est le principe générateur et organisateur de pratiques et de représentations qui peuvent être
objectivement adaptées à leur but sans supposer la visée consciente des fins et la maîtrise
expresse des opérations nécessaires pour les atteindre.
Nos représentations ou pratiques du corps sont à l’intérieur des valeurs, des idéologies. Il y a
un sens pratique d’où le livre de Bourdieu en 1980 : « le sens pratique ».

L’hexis :

Il signifie l’ensemble des dispositions pratiques corporelles, les manières de se tenir, de


parler, de marcher.
Ces dispositions corporelles ne sont pas naturelles, mais socialement construites, font sens et
tiennent leur logique du contexte social et du système des représentations qui les construisent.

La posture :

Elles sont intériorisées et sont la conséquence de nos pratiques corporelles. Dans les manuels
de savoir vivre, fin XIXème, les gens devaient redresser le corps. Donc on ne change pas
facilement d’habitus corporel de posture corporelle.
- Elles reflètent l’ordre social.
- Il est difficile d’en changer
La posture est inconsciente. Le sportif doit apprendre à conscientiser sa posture. Le but du
sport est de se déshabitus pour en reconstruire un autre.

La domination masculine (dernier livre de Bourdieu) :

La domination masculine est tellement ancrée dans nos inconscients que nous ne l’apercevons
plus, tellement accordée à nos attentes que nous avons du mal à la remettre en question. On
est naturellement dans un rapport de dominant-dominé. Cette domination est construite
socialement, elle repose sur des mécanismes, des institutions, des divisions du travail quia
pour but de reproduire la différence de genre.

La virilité :

Les hommes eux-mêmes sont enfermés dans un devoir de virilité entendue comme la capacité
reproductive, sexuelle et sociale mais aussi l’aptitude au combat et à l’exercice de la violence
est avant tout une charge. La femme est dans la douceur, la tendresse, la maternité.

Hiérarchie des genres :

Le masculin et le féminin sont les créations culturelles d’une société, fondée, entre autres
hiérarchies, sur une hiérarchie de genre (1991).
Elle ne repose pas sur la nature

Division sexuelle :

Elle est construite selon P.Bourdieu, sur une opposition centrale, entre l’intérieur et
l’extérieur, le dedans et le dehors, le haut et le bas, la nuit et le jour, toute opposition binaire

Page 8 sur 9
Cour du Professeur Bernard ANDRIEU : Introduction à la sociologie

que l’on va attribuer à un sexe. Les rapports de domination sont construits sur le modèle du
rapport sexuel. On a pris le corps de la femme et de l’homme et on les a socialisé. C’est ce qui
a servi d’alibi à la domination des femmes.

Le sens pratique :

Le but de la sociologie, pour Bourdieu, est d’étudier le sens pratique qui est inscrit dans le
corps et dans le mouvement du corps mais qui ne s’exercent qu’en situation. On peut
comprendre comment l’individu est construit socialement.

Page 9 sur 9