Vous êtes sur la page 1sur 30

Le Livre I

(de 200 à 246)

1
Carte de la Ville de Rome

au début du deuxième siècle

2
La tradition des premiers temps
Fondée par Romulus, Rome ne cesse temps ses limites. C’est lui qui répartit
depuis de croître et de s’étendre. Sa en classes censitaires la population,
puissance n’a jamais été telle. Elle est réorganisa l’armée. Il connut une fin
prête à conquérir le monde. Mais cela n’a aussi tragique, bien que moins méritée
pas toujours été, et c’est au travail que son prédécesseur.
désintéressé de nombreux citoyens, parfois Son gendre, Tarquin le superbe,
glorieux mais souvent anonymes, nos l’assassina et s’empara à son tour du
sénateurs et nos magistrats, mais aussi nos pouvoir. Violent, méprisant envers les
marchands, nos laboureurs, et surtout nos patres, il est exécré par le peuple romain.
soldats, qu’elle doit ce qu’elle est devenue. Son fils Sextus est un fou. Il outrage
Lucrèce, femme d’un patricien. Ceux-ci,

R omulus fut donc le premier roi. Il


traça le pomerium au sein duquel
Rome devait naître. Il conclut l’antique
révoltés par le crime odieux, soulèvent
Rome. Junius Brutus prend la tête de
l’insurrection.
alliance avec la Sabine et instaura le
premier conseil des patres.
Vint ensuite Numa le pieux. Il élabora,
avec l’aide des dieux, la vie religieuse de
L es Tarquins sont chassés. Ils
s’enfuient en Etrurie. Les premiers
rois ont vu leur œuvre souillée par leurs
notre cité. Son règne calme et vertueux fut successeurs dégénérés. La royauté est
brisé, à sa mort, par l’arrivée de Tullus abolie, la République est proclamée.
Hostilius, le roi guerrier. Sous son règne, Toute évocation même du temps des rois
Albe la longue, notre métropole, fut étrusques fut interdite par les nouveaux
vaincue et rasée. dirigeants de Rome. Ainsi, aux origines
Ancus Martius prit sa suite. Etrange de la République, les archives furent
mélange que ce roi-là, à la fois conquérant détruites. Ces nouveaux maîtres
et bâtisseur. Il jeta un pont sur le Tibre, n’hésitaient pas à s’aider d’hommes en
vainquit les Latins, établit le port d’Ostie. armes pour étouffer les résistances, peu
Il eut le malheur de choisir comme nombreuses toutefois. L’ordre fut rétabli.
précepteur à ses enfants un Etrusque. Les Patres, aidés de troupes mercenaires,
Triste prémonition de l’histoire. et probablement des restes de l’armée
Tarquin l’ancien, c’est son nom, évince des Tarquins, assurèrent la direction de
les fils d’Ancus du trône. Il s’empare de la République et la consolidèrent. Tout
pouvoir et règne sans partage. Son fut fait pour éviter un retour aux temps
pouvoir, il le doit à l’armée qu’il renforce honnis de la royauté.
et sur laquelle il s’appuie. On dit qu’il fit
construire le forum, la cloaca maxima. Il
mourut comme il le méritait, assassiné par
les enfants d’Ancus Martius.
L es années ont passé. Les archives
détruites, seule reste la légende.
Rome a relevé la tête. Il est temps de
Malheureusement, ceux-ci ne retrouvèrent coucher par écrit l’histoire des premières
pas le pouvoir. Servius Tullius, un autre heures de la République, avant que celle-
Etrusque, le leur ravit. Il établit une vaste ci ne tombe dans l’oubli et ne soit
et solide muraille qui devait protéger effacée de la mémoire des hommes…
Rome de ses ennemis, étendant en même

Plan de Rome au début de la République


ANNÉE 200 APRÈS LA FONDATION

Politique Intérieure
magistrats, richissimes : Livinius SCIPIO
L a cité de Rome était grande et bien
animée. Les citoyens ne montraient
aucune agitation flagrante. Rome
et Livius POMPEI, consul de 200 à 202,
puis censeur à partir de 206.
développa de nombreuses voies Face à ce puissant groupe, une autre
commerciales avec les autres peuples de la formation se cristallisa autour d’un
Péninsule italienne, qui apportaient personnage ambigu : Julius CESAR,
richesses aux commerçants romains. Les agitateur et populiste. Ses méthodes
principaux clients étaient les plus riches : étaient parfois à la limite de la légalité, et
les Etrusques et les Samnites. Avec les ses motivations paraissaient plus
Sabins, Rome avait aussi des relations personnelles que plébéiennes. Il
commerciales, mais les profits réalisés dérangeait. Cependant, il arriva à arracher
stagnaient depuis plusieurs années du fait au Sénat l’adoption d’une loi créant des
de leurs cités peu nombreuses. représentants plébéiens. Elle ne sera
Coté économie, en 200, les recettes ainsi jamais appliquée. Ce groupe était
que les dépenses s'élevèrent à 9 450 000 également soutenu par d’influents
as, soit une solde de 0 as. magistrats, comme Lucius DRUSUS ou
Karlus MARXIMUS, dont l’histoire
Coté parti politique, le Sénat se divisa en reparlera.
plusieurs groupes dès le début des années
200. Un groupe majoritaire, celui des Entre ces deux extrêmes, les moyens. Des
conservateurs, qui soutenaient la tradition, Sénateurs n’ayant pas d’idée précise ou
monopolisa le Sénat. Ses chefs étaient bien ne voulant adhérer à aucune idéologie
Caius VALERIUS, qui devint consul en partisane. Il s’agissait des Sénateurs sans
204, et Flavius BRITANNICUS qui parti, ayant peu de poids, mais dont
disparaîtra mystérieusement, alors qu’il l’influence grandira progressivement, au
était Questeur. Le parti des conservateurs point même que les partis disparaîtront.
était puissant et soutenu par d’anciens

de ces années. A l’Est, Rome fortifia ses Politique Extérieure

A u niveau géographique, Rome était


encerclée. Au Sud, la Grande Grèce
regroupait, entre autres, les villes de
liens avec la Sabine. Elle signa avec elle
un traité d’assistance mutuelle, en 201.
Campanie, Syracuse et Tarente. A l’Est, Les Samnites étaient réticents. Ils ne
c'était les Samnites, les Sabins, les Marses voulaient pas de liens avec Rome. Leur
et les Ombriens qui la bordaient. Tout le cœur était plus au Nord, vers l’Etrurie,
Nord, enfin, était occupé par l’Etrurie. Les avec qui ils établissaient des accords
villes grecques, sœurs rivales, s’entre- commerciaux et militaires.
déchiraient pour le contrôle du sud de Les principaux peuples présents en
l’Italie : Syracuse contre Naples, Naples Italie proche de Rome
contre Tarente, Samnites contre
Campaniens, voilà les principaux conflits
4
Les Sabins étaient organisés en fédération Nous entretenions avec eux des rapports
de trois cités, Tibur, Nursia et Narnia. polis mais distants. Un commerce lucratif
Leurs institutions ressemblaient aux s'était petit à petit organisé entre nos cités.
nôtres. Les Sabins entretenaient avec nous Les Etrusques représentaient Le Peuple
de bonnes relations. Militairement historique de l'Italie. En effet sans eux, la
organisés comme les Romains, ils civilisation n'aurait jamais investi notre
pouvaient lever des Légions, mais ne région. Notre Cité elle-même, est née par
furent jamais un peuple guerrier. Ils les Etrusques, avant de s'émanciper dans la
avaient des relations difficiles avec les douleur. Ils possédaient un art apprécié
Ombriens. dans tout le bassin méditerranéen
Les Marses étaient un peuple de occidental, et même une grande cité
montagnards. Ils vivaient en tribus, étaient lointaine qu'ils appelaient Carthage leur
essentiellement des agriculteurs, et, achetait leur production. Les Etrusques
souvent en hiver, organisaient des razzias étaient un peuple riche, grandement
chez leurs voisins. Il s'agissait d'un des civilisé et raffiné. Au fur et à mesure qu'ils
peuples les plus farouches de la péninsule. amassaient des richesses, ils se
Leurs troupes armées étaient souvent ramollirent, perdant le goût de l'effort. Les
insaisissables. Nombreuses guerres contre Etrusques étaient nombreux, ils pouvaient
les Samnites lever une grande quantité de soldats. Mais
le nombre n'est jamais garant de la
Les Samnites étaient un des peuples victoire, et ils préfèrent payer la paix que
principaux d'Italie. Ils étaient en contact la gagner par les armes. Ils étaient assez
avec les cités grecques du sud de la riches pour payer leurs alliances et ils
péninsule, et grâce à eux, surent étaient déjà arrivés qu'ils louèrent les
développer une production artistique et services de mercenaires Gaulois. Nous
artisanale qui leur apporta la richesse. envoyâmes une ambassade en Saturnia,
Malgré cela, ils surent garder, voire leur capitale, et continuâmes à entretenir
développer leurs talents militaires, et de bonnes relations avec eux, même s'ils
disposaient de troupes lourdement armées. avaient tendance à considérer que nous

5
faisons toujours partie de leur royaume. Les Gaulois étaient un peuple venu du
Nord. Ils vivaient en tribus et ils adoraient
Les Ombriens étaient un peuple se battre entre eux. C'était un peuple
d'agriculteurs et de pasteurs, habitués aux guerrier par excellence, ils étaient
rudes conditions de vie de l'Appenin. appréciés des Etrusques qui louaient
Peuple rugueux, fier et belliqueux, leur souvent leurs services. Ils possédaient une
proie de prédilection était le peuple Sabin. cavalerie redoutable. Rome n’avait aucune
Ils étaient organisés en tribus mais relation avec eux.
n'étaient pas très nombreux.

Cavalerie gauloise

6
ANNÉE 201 APRÈS LA FONDATION

Politique Intérieure
E n été 201, après la mort de Maximus
DRACUS, il apparut comme
préjudiciable la carence d'une des
voté. La loi LAEVINIUS de 195 stipulait
que chaque citoyen romain pouvait louer
jusqu'à 10 ares de terres appartenant à
fonctions lorsqu'un des magistrats élus l'Ager Publicus au prix de 0,5 as l'are. La
ne peut plus l'exercer. loi CESAR proposait : Chaque citoyen
La loi AEMILIANUS sur l'autorisation pouvait louer autant de terres qu'il le
des mariages entre patriciens et plébéiens souhaitait de l'Ager Publicus au prix de
fut votée, la loi VALERIUS modifiant les 0.5 as l'are, que tous les 1 000 ares loués
taux d'imposition sur les successions fut un supplément de 50 as devait être versé à
également votée et l'un des grands sujets l'état et que tous les 10 000 ares loués, en
de l’hiver 201 fut la remise en question de plus des autres sommes déjà versées,
la loi LAEVINIUS. Trop de sénateurs devait être versé un supplément de 200 as
étaient mécontents, et finalement le consul à l'état.
POMPEI suggéra de l'abroger, alors que le Il y eut une solde de 231 680 as.
sénateur CESAR proposait une nouvelle
loi ralliant l'approbation du Sénat, qui fut

nombreux raids. Ces bandes restaient


L es Sabins accueillirent
chaleureusement les romains et
acceptèrent de signer un traité coopération
insaisissables grâce à leur grande mobilité.
Un chef était en train de rassembler les
Politique Extérieure

militaire contre toute attaque d'un peuple différents tributs dans les plaines du Pô.
tiers, dirigée contre l'une des deux nations. L'Etrurie entreprit de nombreuses actions
De plus ils affirmèrent que les Ombriens diplomatiques, toujours guidées par la
étaient très calmes depuis bien longtemps. fourberie, inhérente à ce peuple. Elles
Cela faisait plusieurs mois qu'ils ne firent visaient à saper l’influence grandissante de
aucune incursion en territoire Sabin même Rome et à soumettre par des traités
durant l'hiver, ce qui paraissait très trompeurs les peuples italiques. Ainsi
étonnant de leur part, et certains sénateurs TARQUIN demanda à Rome de l’aide
en étaient méfiants. Les Sabins émirent le pour repousser des attaques gauloises au
souhait de développer le commerce avec nord de l’Etrurie. Il s’avéra que cette
nos cités. information était fausse : un groupe de
trois observateurs, envoyé sur la frontière
Des éclaireurs nous apprirent que l'armée gauloise, ne retrouva la trace d’aucune de
Etrusque était importante, assez mal ces attaques. Cette ruse grossière était bien
organisée et son commandement général vite éventée grâce à la clairvoyance de nos
était assez incompétent. Plusieurs villages pères. Elle avait pour but d’occuper les
de petites tailles furent réduits en cendres. troupes romaines, pour qu’elles ne
Pas de panique dans la population civile. puissent aider la Sabine à repousser
Les Gaulois étaient organisés en bandes de l’attaque ombrienne.
taille réduite qui effectuaient de très

7
ANNÉE 202 APRÈS LA FONDATION

formèrent devant les autels abandonnés.


L 'idée d'un réseau d'espions du sénateur
ARCANUS fut acceptée et son
application fut immédiate.
Le Sénat décida de cérémonies Politique Intérieure
expiatoires. Le sénateur AUGUSTULE
soumit à ses pairs un projet destiné à isoler
En été 202, une menace inquiéta les les malades dans un camp aux abords de la
romains, venue de l’intérieur même de la ville et à les faire ausculter par des
République de Rome : ils furent frappés spécialistes, un texte de loi fut ratifié.
par la colère des dieux. L’impiété de ses Cette épidémie provoqua d'ailleurs la mort
citoyens, l’abandon de ses temples aux d'un sénateur, Brutus TERUS. Galvanisé
ravages du temps provoqua leur terrible par la ferveur des Patres, la Plèbe reprit
courroux. Rome, atteinte par un fléau plus espoir. Les temples furent restaurés, le
terrible que la peste, appelé Jupitériose par grand temple de Jupiter fut construit dans
la Plèbe, s’apprêta à succomber, la joie de la dévotion retrouvée. La colère
abandonnée des dieux. De funestes des dieux fut apaisée, et l’épidémie prit fin
présages apparaissaient. La folie s’empara à l’été 203.
des esprits, l’horreur vint envahir le
quotidien : des frères tuèrent leurs sœurs, Continuant les bénéfices, le budget atteint
des pères leurs fils, des cadavres 11 321 258 as de solde.
d’inconnus étaient retrouvés flottant dans
le Tibre. Des colonnes de suppliants se

hommes à peu près, principalement de Politique Extérieure


U ne vague d’agitation gagna les
peuples montagnards : les Marses
agressèrent des marchands romains, mais,
l'infanterie légère. Ils entrèrent en contact
avec le reste des troupes sabines
fait plus grave, les Ombriens envahirent la cantonnées devant la ville de Narnia. Les
Sabine. Incapable de résister, et Sabins semblaient plus résistants que
conformément au traité signé avec eux, prévus et tinrent la campagne
celle-ci appela à son secours Rome, qui environnante de la ville. Ils disposaient de
répondit immédiatement, envoyant trois 4 000 infanteries lourdes, 2 500 infanteries
légions, sous les ordres de Licinius légères et 500 cavaliers.
CRASSUS, consul, et du légat Isatus Le moral des légions romaines, arrivants,
Bellator. étaient excellent. MARS fut avec Rome en
Les troupes ombriennes franchirent la cette journée mémorable, puisque les
frontière sabine et s'apprêtèrent à attaquer légions romaines écrasèrent les troupes
Nursia. Un détachement de 500 cavaliers ombriennes lors d'une bataille
sabins fut détruit dans un accrochage. Les extraordinaire. Alors que les Sabins
troupes ombriennes défirent la moitié de réorganisaient leurs troupes suite à la
l'armée Sabine près de Nursia. La ville bataille qu'ils avaient perdue près de
tomba. Les Ombriens descendirent vers le Nursia, et que le Légat Bellator ISATUS
sud en direction de Narnia. Nos s'était positionné au nord-ouest de Narnia,
renseignements firent états de 5 000 un flot impressionnant de combattants fit
8
son apparition sur les hauteurs, au nord-est pillages devait se trouver plus au Nord,
de la ville de Narnia. L'armée ombrienne sûrement en chemin pour l'Ombrie.
semblait bien décidée à en découdre et
prenait position. Soudain une clameur Le Légat partit pour le Nord dès que les
sourde monta de leurs rangs. Elle cérémonies religieuses furent célébrées.
s'amplifia puissamment pour exploser en Des contacts eurent lieu entre les
un martèlement effrayant de plusieurs Ombriens et les Etrusques. Le but de
milliers de glaives contre les boucliers. Un l'attaque était de réaliser une énorme
vent de panique se propagea dans les rangs razzia en Sabine ainsi que de ramener des
sabins. Leurs officiers eurent toutes les nobles pour les rançonner. Un chef
peines du monde pour ramener un s'enfuie après la bataille, il s'agissait de
semblant de cohésion à ces régiments RUFUS, le chef de la tribu d'Iguvium, la
apeurés. Mais déjà les terribles Ombriens plus importante tribu. Le Légat ISATUS
s'ébranlaient en directions de l'armée mis la main sur le butin que les Ombriens
Sabine. Le Légat, ISATUS, parvint à se avaient amassé après le pillage de Nursia.
positionner sur l'arrière des montagnards Il fut estimé à 6 000 000 d'as. Les
sans que les Ombriens aient connaissance Romains le rendirent entièrement aux
de la manoeuvre. Il ordonna ses troupes Sabins, en gage de notre bonne foi. Les
pour lancer l'assaut surprise. Durant ce légions romaines pénétrèrent en Ombrie.
mouvement, les armées Sabine et Elles prirent possession de Spoletium,
Ombrienne entrèrent en contact. Les sans résistance. Le Légat prit possession
sabins commencèrent à fléchir sous la du reste du Pays. Un détachement de
fougue des ennemis. C'était ce moment cavaliers romains qui remontait vers le
qu'attendait le Légat pour lancer son nord rencontra un fort détachement
attaque sur l'arrière des Ombriens. Ceux- ombrien qui se dirigeait vers les
ci, découvrant la manoeuvre firent faire montagnes. L'engagement fut évité.
volte face à la moitié de leur armée, ISATUS, à la tête de ses troupes fonçait
soulageant d'autant les alliés de Rome. Un vers le village d'Ississium, qui fut pris.
combat titanesque s'engagea alors. Aucun engagement n'avait encore eu lieu,
ISATUS chargea à plusieurs reprises pour le pays s’était vidé devant les Légions
donner du courage à nos hommes. Les romaines.
légionnaires montèrent plusieurs fois à
Des tensions se créèrent entre le Légat
l'assaut des guerriers ombriens avant de les
ISATUS et le proconsul CRASSUS, ce
voir fléchir. Mais c'était déjà trop tard pour
qui paralysa provisoirement les opérations
eux, leur front se fissurait et éclata,
militaires. En effet, le Légat ISATUS
soulageant les sabins qui étaient au bord
reprochait au proconsul de tirer tout le
de l'effondrement. Rome déplora la perte
prestige des victoires que le Légat
de 800 citoyens romains, mort pour
ISATUS menait avec brio. Le proconsul
l'honneur de la République. Les Sabins
CRASSUS, prétendait que son Légat ne
laissèrent sur le champ de bataille plus de
faisait que lui obéir.
2 500 hommes, quant aux Ombriens, 3
300 corps furent dénombrés. Le butin Durant cette guerre, le Sénateur ATILIUS
récupéré était bien maigre, le fruit de leurs Marcus décéda.

9
J uliannus Karmhanovius eu un
contentieux avec la Questure à propos
de son Tributum alors qu’il s’installait à
et Marximus Karlus. Décidé à ne pas se
laisser abattre par tant d’incompétence et
d’étroitesse d’esprit, il sauva pour 20.000
Divers

Rome, quittant les terres familiales, en as de biens, et se réinstalla à Rome sous


202. La Questure avait en effet ajouté à sa un nouveau nom. Mais ne voulant pas
fortune celle de son père, resté en province couper les ponts avec sa Gens, il passa
et qui allait décéder en 205. Incapable de simplement de Juliannus Carmanovius à
payer un Tributum aussi exorbitant, il Juliannus Karmhanovius. (Extrait des
tenta vainement de s’expliquer avec les Chroniques de la Louve Sabine)
services des Questeurs Britannicus Flavius

10
ANNÉE 203 APRÈS LA FONDATION

A u printemps 203, la mise en place


d'un aqueduc pour améliorer
l'hygiène de vie des romains fut votée et sa
Politique Intérieure

construction lancée, l'idée venait d’Eusebe


Claudius, mais la loi portait le nom de
Cesar.

Multiplication des procès à l'encontre de


sénateurs entachèrent la réputation des
familles patriciennes. Ces mises en
accusation furent pour la plupart à l'origine
des défauts de paiement du Tributum de la
part des concernés.

Peu avant l'hiver 203, la nouvelle tomba précipitamment et peu de temps après son
que le sénateur DEXIMUS fut agressé arrivée. Il se dirigea vers Antium,
alors qu'il rentrait chez lui. Ses blessures, Terracine et pénétra en territoire Samnite.
jugées sans gravité, l'obligèrent à être
indisponible pour deux mois. L'attaque sur En 203 et 204, après une ouverture
ce sénateur, révélée par l'Edile AUREUS, certaine vers la Plèbe, concrétisée par la
était un guet-apens orchestré. Cela fin de l’interdiction des mariages entre
provoqua l'indignation de ses confrères et Patriciens et Plébéiens et le vote d’une
d'une grande partie de la plèbe. Une aide annuelle aux plus pauvres, le Sénat se
délégation Etrusque se présenta aux Portes referma sur lui-même. Des lois permettant
de Rome. Les Consuls reçurent le l’entrée de la Plèbe au Sénat ou
plénipotentiaire étrusque. TARQUIN, le augmentant les pouvoirs plébéiens furent
roi étrusque, nous envoya donc un rejetées.
ambassadeur, qui devait rester à Rome.
Légère hausse en 203 du budget, avec 11
Nos informateurs nous rapportèrent que
433 257 as de solde.
l'ambassadeur Etrusque quitta Rome

ses hommes et à remettre la différence à


R ome, par l'intermédiaire du proconsul
CRASSUS, reçut une demande de
trêve de la part des Ombriens. Le Légat
l'Etat. Le proconsul fit prisonniers des
Etrusques qui se dirigeaient vers les
Politique Extérieure

ISATUS stoppa l'avancée de ses troupes et montagnes de l'Est. Grâce aux


Igovium fut sanctuarisée pour permettre les interrogatoires de ces individus, il
négociations. Les Légions romaines firent 1 apparut qu’il y avait collusion entre les
000 prisonniers ombriens, des soldats et Ombriens et les Etrusques.
environ 500 civils. Le butin prit se monte à Les négociations furent extrêmement
800 000 as. Le proconsul CRASSUS difficiles avec le chef ombrien nommé
autorisa ISATUS à partager 400 000 as avec Rufus qui refusa de verser plus de 1 000
11
000 d'as, prétextant que les bergers sabins agression ne posa aucun problème. La
frontaliers étaient la cause du conflit en libération des prisonniers ne posa
ayant capturé de nombreux bétails ombriens également aucun problème dans la
lors de leurs incessantes pénétrations sur le mesure où les ombriens n'en détenaient
territoire. Après enquête, on ne peut lui aucun. L'attitude de Rufus était rigide.
donner tord, il est en effet difficile aux Afin d'augmenter la pression sur les
bergers de connaitre exactement les Ombriens, le proconsul fit exécuter 100
délimitations des frontières. Cependant, ce des 500 civils faits prisonniers et 200 des
qui s’appliquait aux Sabins doit 1 000 guerriers ombriens. Aucune
nécessairement s'appliquer aux Ombriens. réponse de la part de Rufus, mais trois
Rufus refusa totalement l'édification d'une tribus mineures du sud du pays entrèrent
colonie romaine au sud du territoire en contact avec le proconsul. Elles
ombrien. Il fit une grande tirade sur affirmèrent qu'elles étaient favorables à
l'expansionnisme romain et alla même un accord, et demandèrent de surseoir à
jusqu'à prédire une coalition prochaine des de nouvelles exécutions. L’Ombrie ne fut
peuples italiques qui foulerait le sol du pourtant pas annexé tout de suite par la
Capitole. La signature d'un traité de non- République.

Carte de la Sabine et de l’Ombrie

12
ANNÉE 204 APRÈS LA FONDATION

verbal et l’insolence : il ordonna à Rome Politique Intérieure


E n 204, Rome contrôlait le Sud de
l’Ombrie. Le Nord était toujours aux
mains des Montagnards. La Sabine se
de ne pas intervenir dans les affaires
ombriennes. Le Sénat, outragé par le ton
plaça sous l’aile protectrice de Rome. de l’Etrusque, se partagea en deux camps :
d’une part, les belliqueux, favorables à une
L’affaire des armes étrusques vint guerre immédiate contre l’Etrurie, d’autre
renforcer la thèse d’une machination part, les modérés, arguant qu’il était
ourdie par Tarquin : plusieurs convois encore trop tôt pour un conflit au Nord,
furent arrêtés par prônèrent la
le Pro-Consul tempérance. Le Sénat
CRASSUS, à décida finalement de
destination de l’envoi de deux
Spoletium, ils autres délégués en
provenaient des Etrurie. Pour
environs de rencontrer
Saturnae. Il TARQUIN et gagner
n’hésita pas à du temps. Celui-ci se
faire enlever un comporta en
des Sénateurs les propriétaire de la
plus influents, le péninsule, gardien de
questeur la paix et décideur de
BRITANNICUS. la politique étrangère.
Son tombeau, Son arrogance,
triste relique, fut avérée par les
retrouvé avant rapports de cette
cette guerre, en ambassade, ne
Etrurie, au sud de perturba pas nos
Saturnae. nobles pères. Car ils
TARQUIN savaient qu’en allant
soudoya des là-bas, ils jouaient
Sénateurs à l’esprit fragilisé : DEXIMUS, non seulement leur vie mais l’avenir de
nom terrible, porteur d’opprobre, était sur Rome. Le risque était grand. Méprisant le
toutes les lèvres. Il emporta son secret danger, ils tinrent tête à l’Etrusque et lui
dans la mort : il préféra mourir plutôt que imposèrent, après des négociations
de se rendre aux vigiles venus l’arrêter. houleuses, les conditions voulues par le
Sénat.
Voyant ses ruses successives déjouées,
TARQUIN opta alors pour l’affrontement

13
ANNÉE 205 APRÈS LA FONDATION

D urant les années 205 à 209, une politique de grands travaux fut menée, avec
notamment la construction des thermes, de greniers à Rome, mais aussi la réfection
de la digue à Ostie, l’agrandissement du bassin et la réfection des murailles serviennes.
Politique Intérieure

L es années 204 et 205 furent de très mauvaises années de récoltes, faisant un vide
dans les greniers et mettant certains sénateurs et plébéiens dans des positions
économiques délicates.
Divers

Monopolisation du pouvoir par les partis, surtout par les Sénateurs du parti conservateur,
mais aussi par les autres partis, à moindre échelle : les populistes... Très peu de
changement de magistrats durant cette période car les partis faisaient en sorte que ce soit
les leurs qui soient élus. Devant cette situation, les indépendants créèrent un
regroupement face aux partis pour empêcher les partis de gouverner Rome seul, sans
place pour les indépendants.

14
ANNÉE 206 APRÈS LA FONDATION

A u printemps 206, une mesure pour lutter contre les effets des pénuries fut votée au
Sénat sur l’idée du consul VALERIUS, ainsi que la création d'une administration
chargée d'informer le Sénat des évolutions quotidiennes, des travaux, de leur utilisation
Politique Intérieure

et maintenance proposée par le sénateur ITALUS.

E n été 206 on apprit que le sénateur conservateur Flavius BRITANNICUS dit "Le
Questeur" aurait été enlevé alors qu'il rentrait du Sénat un soir, tard dans la nuit
comme d'habitude... Cette rumeur circule dans les auberges de la Cité. Des gens auraient
Divers

été témoins de l'acte. Son corps fut retrouvé en Etrurie, plusieurs mois après, dans un
champ, laissé aux corbeaux.

Représentation d Consul Valerius en 206 amenant son candidat lors des Equirriae

15
ANNÉE 207 APRÈS LA FONDATION

A u printemps 207, la loi sur la création de Tribuns de la Plèbe de CESAR fut votée
au Sénat, après de très longs débats. Cette loi stipulait notamment de la création de
deux Tribuns de la Plèbe, des sénateurs élus par les comices pour une période de 1 an.
Politique intérieure

Ils devaient faire circuler auprès de toute la population des cahiers de Doléances. Le
Sénat ou les Consuls pouvaient officiellement saisir les Tribuns sur une question ou un
thème précis auquel ils devaient répondre en se renseignant auprès de la Plèbe. Cela
permet au Sénat de connaître l’avis de la population sur un sujet précis. Mais cette loi ne
fut jamais appliquée.

A u printemps 207, un traité avec la Sabine, du questeur Caius GRACCHUS, fut


ratifiée. Il commandait notamment, qu’en cas de pénétration de troupes étrangères
sur le territoire romain, la Sabine s'engageait à fournir 10 % de nos effectifs, ou 50 % de
Politique extérieure

leurs effectifs de levées maximales, sur une simple demande du Sénat de Rome. Ces
troupes étaient placées sous commandement romain.

E n été 207, le Peuple de Rome souffrit de la faim. Beaucoup de citoyens durent


s'endetter pour pouvoir exploiter leurs terres. Les échéances ne tardèrent pas à
arriver et le Peuple craignait de nombreuses faillites dans les années à venir. Le fait de
Divers

ne pouvoir rembourser ses dettes conduisait à la confiscation de ses biens, et, parfois,
jusqu'à l'esclavage de la famille entière. Les Temples virent une recrudescence de
fréquentation depuis ces derniers mois.

Réception de l’ambassade sabine au Sénat en 207

16
ANNÉE 208 APRÈS LA FONDATION

A u printemps 208, le Consul Caius VALERIUS proféra des attaques contre


l'attitude du Sénateur populiste Cesar Julius. Il lança une myriade de ses
clients à travers la Cité de Rome. Il l’accusait de fructifier son bien et
Politique intérieure

d’accumuler de grandes richesses alors que le sénateur Cesar Julius se disait


populiste et défenseur du peuple au Sénat. La campagne du consul fit un grand
effet sur le peuple.

E n été 208, fut ratifiée une loi sur l’établissement d'une colonie en Ombrie, du
sénateur DRUSUS Lucius., qui stipulait notamment la destruction massive
des terres du nord de l'Ombrie encore sous notre domination et le repli de nos
Politique extérieure

légions sur Spolétium et l’établissement d'un camp retranché destiné à protéger


la région. Cette région est fait don à nos alliés Sabins, à leur charge d'y établir
une colonie d'au moins 3 000 citoyens.

A rrivée de Forestus Thierus, Marcorus Quintus, et Karmhanovius Juliannus


au Sénat. Toutes ces familles engendreront de grands personnages dans
l'Histoire de Rome
Divers

17
ANNÉE 209 APRÈS LA FONDATION

A u printemps 209, le questeur Eusebe CLAUDIUS proposa une réforme


électorale, qui fut votée. Cette loi stipulait, que chaque année, en hiver, le
Sénat se réunissait afin d'élire ses magistrats. Les magistrats élus l’étaient dans
Politique intérieure

l'ordre suivant : un censeur, deux consuls, deux préteurs, deux édiles, deux
questeurs. Les deux magistrats élus étaient ceux ayant obtenu le plus de voix
équilibrées. En cas d'égalité entre candidats, les augures étaient consultés afin que
les dieux choisissent.

En été 209, les sénateurs ECRITUS Stilo et ITALIUS Gus étaient ruinés. Une
rumeur, selon laquelle cette banqueroute aurait entièrement profité au sénateur
CESAR, dont la fortune était brusquement devenue colossale... Ce n’était pas la
première affaire dans laquelle ce sénateur, Julius CESAR.

Le sénateur DEXIMUS voulut prendre le pouvoir


avec l'aide de la Plèbe, mais sa popularité était trop
faible, et il échoua. Il aurait tenté un autre moyen de
prendre le pouvoir, avec l'aide de l'Etrurie qui se
désintéressa de lui, puis avec l'aide d'un groupuscule
qu'il créa pour diriger la Plèbe et détruire la
République : il échoua une nouvelle fois. Le
sénateur DEXIMUS fut agressé, soupçonné de
traîtrise avec l'Etrurie. Durant l’enquête sur l'affaire
DEXIMUS, le sénateur Scrupias AUGUSTE,
innocent, disparaît.

Durant ces années 205 à 209, une politique de


grands travaux fut menée, avec notamment la
construction des thermes, de greniers à Rome, mais
aussi la réfection de la digue à Ostie,
l’agrandissement du bassin et la réfection des
murailles serviennes.

M onopolisation du pouvoir par les partis, surtout par les Sénateurs du parti
conservateur, mais aussi par les autres partis, à moindre échelle : les
populistes... Très peu de changement de magistrats durant cette période car les
Divers

partis faisaient en sorte que ce soit les leurs qui soient élus. Devant cette situation,
les indépendants créèrent un regroupement face aux partis pour empêcher les
partis de gouverner Rome seul, sans place pour les indépendants.

18
ANNÉE 210 APRÈS LA FONDATION

A u printemps 210, de nombreux nouveau-nés décédèrent de morts


inexpliquées. Les Augures, interrogés, conclurent à une punition de
JUNON envers des familles qui lui auraient déplu.
Politique intérieure

A l’automne 210, des troupes de gaulois pénétrèrent dans le Nord de


l'Ombrie.

A la fin de l’automne 210, les Sabins subirent des incursions de Marses


Politique extérieure

qui s'emparèrent de troupeaux le long de leur frontière. Les animaux ne


semblaient pas reconnaître les frontières. Les Sabins protestèrent officiellement.
Les Sénateurs Karmhanovius Juliannus et Marcorus furent envoyés en
ambassade auprès d'eux. Juliannus Karmhanovius ramena d'excellentes
nouvelles de Narnia, tandis que Marcorus Quintus poursuivait sa mission chez
les Marses, pour tenter de les approcher diplomatiquement de Rome.

En automne 210, la Cité de la liberté, Athènes, fut la proie d'une des plus
sombres tyrannies de son histoire. Les citoyens fuyaient les murs souillés, et
Sparte s'en réjouissait.

E n été 210, selon l’idée du sénateur Thierus FORESTUS, un nouveau poste est
créé au Sénat : l’Historien officiel. Ce sénateur choisit par les consuls avait en
charge l'écriture de l'Histoire de Rome au fur et à mesure que Nous la
Divers

construisions. Le premier Historien-Sénateur, s'occuperait ainsi de la rédaction des


évènements des 10 années précédentes. Plusieurs sénateurs eurent cette charge
dans les premières années de son application, avant que ce poste ne disparaisse.

19
ANNÉE 211 APRÈS LA FONDATION
« Très Nobles Consuls de Rome, La

A u printemps 211, une véritable


vague de rumeurs parcoururent
tout Rome sur le sénateur CESAR. Il
réputation des fils de Quirinus
dépasse de loin les frontières de leur
fière République. Leurs légions font
Politique intérieure

devint le principal sujet de discussion. trembler bien des tyrans et leurs


L'on disait en effet qu'il serait alliés sont respectés. C'est la raison
fortement lié à l'assassinat du sénateur pour laquelle je m'adresse à vous,
DEXIMUS, qu'il serait un agent des Nobles Consuls. Depuis la chute de
étrusques, qu'il aurait assassiné une Capoue, les troupes Samnites
dizaine de sénateurs avant de leur marchent sur ma cité de Pompéi.
voler leur argent, et qu'il n'aurait fait J'ai bien peur que nous ne puissions
sa fortune que sur le dos du peuple. Sa pas résister longtemps à cette fureur
popularité descendit en flèche. guerrière. Pompéi a déjà payé
lourdement son tribut à Hadès,
Gardien des Enfers, pour pouvoir à
nouveau procéder à des levées
A u printemps 211, quelques
troupes de bandits attaquèrent les
convois qui se rendaient en Ombrie.
conséquentes. Nous avions mis tout
notre espoir en la puissance de
Politique extérieure

Certes leur nombre n'était pas très Naples. Hélas, les Dieux ne nous ont
élevé (on recensait une douzaine de pas soutenus. A l'heure où j'écris ces
bandes ne dépassant jamais une mots, Naples est assiégée. Capoue
dizaine d'homme) mais le phénomène vient de tomber, et Pompéi attend
se développait rapidement. Les l'ennemi, offerte comme une jeune
marchands Sabins commençaient à se vierge. J'ai réuni la Boulé. C'est en
plaindre sérieusement de cet état de son nom que nous nous plaçons sous
fait, et l'on disait que quelques la protection bienveillante des
murmures de mécontentement face à Romains, afin que des bords du
la politique romaine en Ombrie Tibre, leurs glaives viennent
commençaient à poindre... s'abattre sur les Samnites. En
contrepartie de cette protection
A la fin du printemps 211, les militaire, le Peuple de Pompéi
Samnites investirent la ville de acceptera un traité équivalent à
Capoue après un court siège. Le celui dont bénéficient les Sabins.
général Samnite bénéficia d'aide de Nous nous engageons à entretenir
capouans qui ouvrirent les portes de la une légion romaine sur nos terres et
ville en pleine nuit. Les Samnites, au à la ravitailler à nos frais. Par cette
courant, se précipitèrent dans la cité lettre vous comptez une cité alliée de
sans défense. plus, et de votre rapidité dépendra le
fait que cette Cité soit encore debout
Au milieu de l’été 211, le Sénat reçut pour honorer ses sauveurs.
un message de la ville de Pompéi en Heracléios Archonte de Pompéi. »
Campanie :

20
Le Sénat accepta de venir en aide à famille et ces citoyens seront
Pompéi et entra en guerre contre les exonérés de tributum pour leurs 5
Samnites. premières années à Spolétium

A l’automne 211, une loi fut votée sur A la fin de l’année 211, plusieurs
la création d’une colonie de accords commerciaux furent signés
Spoletium, loi du sénateur dont le remplissage de leurs greniers
ANTONIUS Crassus. Cette loi en blé, et la création d’une cellule
stipulait l'installation de 4 000 commerciale en Campanie, sur l’idée
familles, chacune recevant 25 ares de du Questeur CRASSIUS Defontis.
terre avec une prime de 750 as par

A u printemps 211, une trirème entra dans le port d'Ostie, accompagnée d'une
dizaine de navires marchands. Une multitude de personnes richement
habillées descendirent à terre. La population n'en croyait pas ses yeux, elle n'avait
Divers

jamais vu autant d'érudits. Tous venaient de la Campanie voisine et se sont rendus


à Rome.

En automne 211, fut créé un service des Postes, d’après la loi de l’édile TULLIUS
Antonius Grollius. La loi prévoyait que les plis du Sénat, les copies des textes de
lois, … étaient transportés par ce service de poste gratuitement et le plus vite
possible, de même pour les plis et ordres des magistrats en poste et des ordres
militaires et de police.

En automne 211, la Loi sur les peines de l’édile CLAUDIUS Eusèbe fut décrétée :
Une très longue loi qui envisageait les châtiments concernant les esclaves, leurs
devoirs et leurs droits, de même pour les affranchis. Elle prévoyait des peines
contre les plébéiens s’attaquant aux patriciens, ou entre des plébéiens, voire des
patriciens.

21
ANNÉE 212 APRÈS LA FONDATION

A l’automne 212, lors des opérations de polices en Ombrie contre les bandits,
le Fils aîné du Préteur de 207 à 209, Marcus AUREUS, fut assassiné.
L'auteur du meurtre, Janus VIRRIUS, fils d'une famille de riche propriétaire
Politique intérieure

terrien de Terracine, demeura libre et reçu même les félicitations du Préteur


commandant les opérations : TULLIUS Antonius Grollius. Ce fait gravissime
opposa deux prestigieuses familles de Rome, la Gens AUREA et la Gens
TULLIA.

A u printemps 212, est décidée la création d’une ambassade permanente à


Naples, selon la loi de l’édile CRASSIUS Defontis. L'ambassadeur était
désigné par les consuls parmi les sénateurs pour une durée de deux ans et devait
Politique extérieure

tenir le sénat informé des nouvelles.

Au printemps 212, les Samnites levèrent le siège de Pompéi la campanienne. Les


habitants s'en réjouissaient mais ne connaissaient pas la raison d'un tel revirement.
C’était l’arrivée des Légions romaines en Samnium qui avait forcé les armées
samnites à lever le siège de Pompéi, et plus tard de Naples pour se porter au Nord.
A l’été, le Préteur MARXIMUS engagea seul son premier combat avec une armée
Samnite aux abords de Arsenae. Le Consul CAECILIUS arriva en soutien à vive
allure, mais il n’arriva pas à temps. Naples était toujours assiégée pendant que des
troupes Samnites remontaient vers le Nord en direction de nos légions. A
l’automne, des rumeurs circulaient dans le Latium, prédisant que les Samnites
étaient en train de lever plusieurs nouvelles armées pour se jeter sur Rome, et
levèrent enfin le siège de Naples. Les deux villes assiégées, Naples et Pompéi
n’avaient pas grandement souffert. Le Stratège de Naples s’attribua plus ou moins
la victoire sur les Samnites et la levée du siège de la ville, il prit ses distances de
Rome. L’ambassadeur à Naples, Primus ROMANUS, réagit très mal à la situation
de crise latente et l'aggrava dangereusement.

22
ANNÉE 213 APRÈS LA FONDATION
En cet automne 213, où de

E n automne 213, la loi sur la


province de Spolétium, du
sénateur Crassus Antonius, fut votée :
nombreuses lois furent votées, la loi
sur la fonction de Pro-Edile par la
proposition du sénateur TULLIUS,
Politique intérieure

La région anciennement ombrienne de fut mises en application : Ne pouvait


Spolétium était officiellement annexée être Pro-Edile qu'un Edile sortant de
en tant que province par la République charge au moment de sa nomination.
de Rome. Les enfants nés dans cette La charge de Pro-Edile lui était
région depuis que Rome l'occupait confiée pour un maximum de deux
étaient citoyens de Rome à leur années non renouvelables par les
majorité. Tout résident de cette Préteurs. Les préteurs le nommaient
province pouvait demander la Pro-Edile afin qu'il poursuive une
nationalité romaine auprès de enquête sur un dossier particulier sur
l'administration de Spolétium. lequel il avait préalablement
travaillé.
En automne 213, la loi sur les statuts
des cités du sénateur Eusèbe En hiver 213, le poste de 3ème
CLAUDIUS, fut votée et définissait Questeur fut crée, selon une loi du
d'abord les villes romaines, obéissant sénateur FORESTUS Thierus, ce
au droit romain, dont les habitants qui créait une nouvelle répartition
étaient citoyens romains, ensuite les des tâches de la fonction de
villes vassales, payant une taxe de Questeur comme suit : Tributum /
vassalité, leurs habitants n’étaient pas Ager / Support aux deux autres et
citoyens romains, elles étaient dirigées rapport de fin de Questure à répartir
par des Romains et pouvaient devenir à par choix suivant le souhait de
terme ville romaines à part entière, chaque Questeur.
ensuite les villes alliées, ensuite les
villes neutres et dernièrement les villes
ennemies de Rome.

peines qui furent proposés, clamant son


A u printemps 213, l’Affaire
CRASSUS contre CESAR fut
jugée par le consul MARXIMUS et le
innocence, et demandant une remise de
peine, mais il du malgré tout paye les
Divers

sénateur Quintus Mumius. Licinius sommes qui avaient été demandées à


CRASSUS porta donc plainte contre son encontre lors du procès de 211 :
Julius CESAR pour extorsion de fonds - 200 000 as d'amende pour le préjudice
ayant cause la ruine des sénateurs politique envers Rome.
ASKUS Caius, ECRITUS Stilo et
ITALUS Gus. Le procès devint Etat - 21 600 as du tributum du sénateur
contre CESAR, avec pour chef ITALUS Gus de 206 à 211
d’accusation : CESAR fut accusé
d'extorsion de fonds et de manipulation - 43 200 as du tributum du sénateur
politique. CESAR refusa d’abord les ECRITUS Stilo de 206 à 211
23
- le remboursement des dettes des forfait en connaissance de cause. Les
sénateurs ECRITUS Stilo et ITALUS prévenus connaissaient l'identité de leur
Gus contractées envers leurs clients, soit victime ainsi que sa fonction. Les
210 000 as. enquêteurs des Ediles les arrêtèrent et
obtinrent leurs aveux complets sans trop
Au printemps 213, une autre loi du de difficultés. Les prévenus n’étaient
consul TULLIUS, sur la Tenue des pas citoyens mais plébéiens. Le procès
Procès, fut votée. Tout accusé avait le du citoyen GALUS se tint
droit à un défenseur. Les Préteurs ultérieurement. Ils furent condamnés,
choisissaient également un accusateur pour leur agression envers un sénateur, à
parmi leurs pairs au Sénat. Les Préteurs la réduction à l'esclavage sans
restaient les seuls à pouvoir rendre un possibilité d'affranchissement ultérieur.
jugement dans un procès. Tout jugement Les gains de la vente de ces nouveaux
dans un procès touchant à un vide esclaves revint au sénateur DEXIMUS.
juridique pouvait être remis en cause.
Dans ce cas, le Défenseur ou l'accusateur En été 213, une nouvelle loi du consul
pouvaient faire appel aux Augures qui TULLIUS est votée : Lois, Sénatus
infirmeraient ou confirmeraient le Consultes, Décrets. Le sénat définissait
jugement rendu. 3 types de textes de loi : le décret
consulaire, le Sénatus Consultes et la loi
Au printemps 213, la classification des sénatoriale. La loi sénatoriale est le texte
lois, du questeur Marcus Narnus, fut ultime qui prévaut toujours sur le
décidée. Elle prévoyait la création de 10 Sénatus Consultes et le décret
catégories : O – Lois organiques ; D – consulaire. Le Sénatus Consultes
Diplomatie ; M - Militaire ; R - prévaut toujours sur le décret consulaire.
Religion ; U – Urbanisme ; J – Justice ; Le Sénatus Consultes ne devait jamais
E - Economie ; S - Social ; A – aller à l’encontre d’une loi sénatoriale.
Agricole ; P – Provinces elles-même
rangées en 4 catégories au sein du Sénat En hiver 213, sur ses deniers propres,
pour les lois : Diplomatie (lois D, M) ; l'Edile Defontis CRASSIUS fit procéder
Rome (lois O, P, U) ; Société (lois J, S, à une distribution de blé aux citoyens
R) ; Economie (lois E, A). des provinces d'Antium, Ostie et
Terracine. La foule vint nombreuse,
A l’été 213, le procès des complices de mais les plus pauvres en furent privés.
l'agresseur de DEXIMUS commença. Seuls les citoyens purent prendre part à
Les personnes dénommées MAGUS, cette distribution. Si les pauvres furent
LIVARUS, SCATO et MAUGIUS sont extrêmement déçus, les citoyens
mises en accusation pour avoir porté remercièrent l'Edile et regrettèrent qu'il
assistance à GALLUS dans son agression ne fut pas venu en personne. L'Edile
à l'encontre du sénateur DEximus. Le CRASSIUS finança l'organisation d'une
sénateur Deximus, en rentrant chez lui, grande fête en l'honneur de MARS.
fut agressé par ces 5 hommes qui lui Rome connut une effervescence digne
dérobèrent ses maigres biens, lui des grands jours. Les morts romains
cassèrent une jambe et quelques dents. furent largement honorés et leurs
Les quatre prévenus furent recrutés par le familles associées à la fête.
dénommé GALLUS afin de perpétuer ce

24
ANNÉE 214 APRÈS LA FONDATION

D ans les derniers jours du


printemps 214, le sénateur
Saturninus fut agressé en revenant du
A l’automne 214, le sénateur
VOVKUS Antonius fut arrêté par
les Ediles CRASSIUS et
Politique intérieure

Sénat. Il fut sauvé de justesse. La CLAUDIUS. Il était à la tête des


plèbe fut outrée de voir un tel acte hommes ayant traversé la frontière
toucher un personnage qui défendait marse. Il ramena les deux fugitifs
ses intérêts. La rumeur voulait que ce suspectés d'avoir agressé
fut les adversaires politiques du SATURNINUS. A Rome, la plèbe
populaire SATURNINUS, des murmurait que ce serait Eusèbe
conservateurs, qui commanditèrent CLAUDIUS qui serait à l'origine de
cette agression. Des mesures l'agression de SATURNINUS. La
drastiques fut prises pour retrouver les tension monta au sein de la
agresseurs. population : de nombreux citoyens
prônaient la libération du Héros
Au sein de la Plèbe on se plaignait. VOVKUS. D'autres soutinrent le
L'émoi était toujours présent depuis sénateur MARCORUS qui porta
l'agression de SATURNINUS, mais on plainte contre le sénateur
n'appréciait guère les nouvelles VOVKUS. Des partisans du
mesures policières mises en place par sénateur VOVKUS et de
les Ediles. Les hommes étaient MARCORUS se battirent devant le
fouillés, tout le monde était suspect Sénat : plusieurs blessés...
aux yeux des patrouilles. L'entrée dans
Rome était filtrée. Tout cela ne Le sénateur MARCORUS Quintus
pouvait que nuire aux affaires. Le porta plainte et accusa le sénateur
peuple murmurait, il se plaignait que VOVKUS :
lorsque le Sénat voulait se débarrasser
de l’un des leurs, et qu’ils rataient leur - D'avoir nuis et dégradé nos
affaire, c’était toujours le peuple qui relations avec les Marses.
trinquait.
- D'avoir franchi la frontière marse,
Une délégation de marchands se avec une troupe armée, sans accord
présenta à l'Edile CRASSIUS : ils du Sénat ou du Consul.
dénoncèrent les moyens de police pour
- D'être responsable de la mort de
retrouver deux hommes. En effet, on
34 romains dont 30 cavaliers et 4
arrêtait les convois, on les fouillait,
citoyens
parfois les policiers maltraitaient les
biens que les marchands souhaitaient - D'avoir mit inutilement en danger
vendre. Les routes étaient protégées la vie d'un Sénateur-Ambassadeur.
certes, mais les marchands
n'avançaient plus car les fouilles - De s'être moqué de nos
étaient systématiques. Les frontières institutions et du Sénat.
entre province mais aussi entre les
- D'être parti en pays Marses, même
nations étaient fermées.
en connaissant le désastre que cela

25
avait fait lors de la première incursion. de Rome chargé d'encadrer les
affaires religieuses, auprès du
Après plusieurs procès houleux sur peuple et des Dieux au sujet des
plusieurs saisons, le consul SCIPIO affaires religieuses et
Aemilianus annonça, à la grande manifestations divines. Le Pontifex
surprise du Sénat, stupéfait par ce Maximus avait pour tâche de
retournement de situation, qu’il consulter les augures et de recueillir
fermait le procès : le sénateur les auspices concernant les affaires
MARCORUS Quintus avait retiré sa d'état préalablement aux débats du
plainte ! Sénat. Le Pontifex Maximus est
désigné au sein du Sénat de Rome à
En automne 214, le poste de Pontifex
vie ou jusqu'à révocation, et il était
Maximus fut créé sur l’idée du
un magistrat de Rome.
sénateur JUNIUS. Le Pontifex
Maximus était le représentant du Sénat

MARXIMUS pour les laisser en


A u printemps 214, le Stratège de
Naples avait bloqué le port de
Pompéi et voulait faire de cette ville
garnison à Arsenae. Politique extérieure

A l’été 214, la légion au Nord de


une vassale, car Pompéi avait profitée Rome se positionna le long de la
de la crise pour tenter de faire Frontière Marse. 15.000 as furent
sécession. L’ambassadeur de Naples, débloqués pour renforcer les
Romanus PRIMUS, qui s'apprêtait à patrouilles de vigiles à la frontière.
rentrer à Rome, après avoir envenimé Cette frontière avec les peuples
la situation entre Rome, Pompéi et marses était fermée.
Naples, fut assassiné. Des hommes
politiques napolitains le poignardèrent. A l’automne 214, la légion stationnée
Le sénateur ACTAE, qui se rendait à au sud de Rome partit vers Taenum.
Syracuse, négocia avec Naples. Il posa Le but était de servir de réserve au
les jalons du projet de Fédération Consul MARXIMUS afin qu'il
Latine du Stratège de Naples, négocia puisse profiter de sa victoire ou qu'il
les conditions de participation à puisse se renforcer s'il venait à
l'enquête sur le meurtre de Primus perdre. La légion au Nord de Rome
Romanus, et obtint la levée et l'envoi alla vers Spolétium. Là, elle
de renforts napolitains aux légions remplaça la légion sur place qui vint
romaines en Samnium. Un nouvel prendre position au Nord de Rome.
ambassadeur permanent à Naples fut
élu par le Sénat, Alexius CORVINUS, A la fin de l’automne 214, des
et continua le travail du sénateur nouvelles arrivèrent du pays Marses
ACTAE, juste de passage. et circulaient en ville : Il y eut un
violent règlement de compte sur
Au printemps 214, levée de 2 750 place et tous les représentants
hommes dont 200 cavaliers sur la romains sur place furent massacrés.
demande du consul Karlus

26
Durant toute l’année 214, les sénateurs échanges culturels et scientifiques,
ACTAE et Satanus SCIPIO, à etc., était conditionné à cet accord
Syracuse commençaient les militaire, et le Stratège n'en démordit
négociations avec la cité grecque. Le pas. Les envoyés Satanus SCIPIO et
Stratège, en guerre ouverte, militaire et Marcus Lucius ACTAE rentrèrent à
commerciale, contre Carthage, Rome et proposèrent la création
souhaitait obtenir de Rome le même d'une ambassade permanente à
type de traité que celui avec Naples : Syracuse, mais refusèrent tout traité
Nos légions contre sa grande flotte. désavantageux pour Rome.
Tout le reste, relations commerciales,

E n automne 214, la loi sur l’exemption de Tributum accordée aux jeunes


sénateurs lors de leur première année au sein du Sénat fut votée. En contre
partie, le sénateur nouvellement nommé n’avait pas le droit lors de sa première
Divers

année de fonction de voter les lois proposées au Sénat tout en gardant le droit de
participer aux débats. Il lui était toutefois permis de voter pour les magistrats lors
des élections et de se présenter à un poste du Cursus Honorum en fin de saison.

A la fin de l’automne 214, le sénateur TALARIUS, un grand homme, laissa


certaines de ses terres libres à Antium pour que des citoyens, parmi les plus
pauvres, vinrent les cultiver.

A l’été 212, le Préteur MARXIMUS engagea seul son premier combat avec une armée
Samnite aux abords d’Arsenae.

27
ANNÉE 215 APRÈS LA FONDATION

E n été 215, le procès des agresseurs de SATURNINUS commença, agression


qui avait eu lieu un an plutôt. Les plébéiens Antonius ARUS, Titus ARUS
et Tibère VOLUS, tous trois sans logis ni occupation légale, furent mis en
Politique intérieure

examen pour agression et tentative de meurtre sur la personne du patricien et


sénateur SATURNINUS. Le prévenu VOLUS était le chef de cette bande, ayant
convaincu les autres d'accepter de participer à cette agression, d'après les
témoignages de ses complices. Au terme des interrogatoires tous reconnurent les
faits et dirent avoir agi sur les ordres d'un commanditaire anonyme, dont ils
donnèrent une description concordante, mais qui n'a pu être appréhendé, et était
hélas susceptible d'avoir quitté depuis notre territoire.

A u début du printemps 215, le Questeur Julius ACTAE frappa son confrère


TALARIUS avec une canne, lui cassant le nez et l'assommant. Le Questeur
TALARIUS ne porta pas plainte, mais l’Edile ANTONIUS Crassus demanda
Divers

l’ouverture d’une enquête. De plus, le Questeur TALARIUS soupçonnait le


Questeur CLAUDIUS Eusèbe d’avoir inciter le jeune Questeur ACTAE à le
frapper, il ira même jusqu’au procès.

Malgré quelques conflits, entre 210 et 215, l’argent dans les caisses de Rome varia
entre 10 000 000 et 15 000 000 d’as.

28
ANNÉES 216 A 246 APRÈS LA FONDATION
Résumé fait grâce au rapport du Consul KARMHANOVIUS, rapport daté des derniers jours de
l’automne 246. Aucune autre archive n’ayant été retrouvé. Les archives de cette époque ont disparu
dans la grande inondation de 248. Le rapport du Consul KARMHANOVIUS est donc la seule trace
de cette époque, et la véracité de ses propos ne peut être vraiment vérifiée ; c’est un rapport qui est
incomplet...

A u Nord, la Sabine fut bien intégrée à la République, et mis à part quelques


illuminés locaux, tout le monde était satisfait de cette intégration pacifique.
En Ombrie, le Nord du pays restait incontrôlable, même si le Sud était
Politique intérieure

parfaitement intégré à la République.

à se débarrasser de Tarquin en
A u Sud, les Samnites furent
repoussés dans leurs montagnes
vers les années 220. Les villes de
l'empoisonnant subtilement, mais il
fut remplacé par un de ses proches qui
Politique extérieure

Fregenae, Arsenae, Formies, prit son nom et son titre. Après une
Minturnae furent vaillamment politique de réchauffement des
conquises dans la décennie suivante et relations avec Rome, il revint à la
toute la côte de Graviscae à Taenum politique de son prédécesseur. Ce
était contrôlée, région qui intégra nouveau Tarquin n'avait que 45 ans en
officiellement la République vers 240. 245.
Les Samnites n'eurent plus les moyens En Pays Marses, la situation était des
de lever une grande armée capable plus changeante. Toutes les tribus du
d’inquiéter Rome, mais leurs raids pays se déchiraient en guerres
incessants sur les côtes de Rome sont incessantes et, malgré le soutien de
profondément douloureux. Rome, les Marses d'Alba, acquis à
Plus au Sud, les Napolitains étaient notre cause, eurent bien du mal à
isolés. Ils n'avaient plus aucune s'imposer face au reste du pays.
autorité sur la Campanie, mais Depuis que Rome s’est intéressé à ce
conservaient une flotte puissante, ce pays, ce fut un gouffre financier pour
qui empêcha Rome de prendre cette dernière.
possession officiellement du reste de A Naples, les dirigeants étaient
la Campanie. La flotte de Rome étant toujours anti-Latins. L’ambassade dut
très loin de valoir la leur, elle aurait fermer lors de l'intégration de
été rapidement anéantie en cas de Taenum, elle ne fut toujours pas ré
conflit direct. ouverte.
Au Nord, après 15 ans d'efforts, dans Plus loin au Sud, en Sicile, c'est le
les années 230, Rome finit par réussir statu quo. Syracuse et Carthage se
29
menaient toujours une guerre plus ou Carthaginois mettaient Syracuse dans
moins ouverte depuis les années 210, une situation difficile, ayant besoin de
et nos ambassades permanentes sur nouveaux soutiens. Rome pouvait
place faisaient tout pour calmer les espérer l’implantation d’une Colonie
choses. Mais les progrès carthaginois sur l’île en échange d’un soutien fort
semblaient inéluctables. Rome depuis de la part de Rome.
30 ans tentait d’implanter une Colonie
romaine à Syracuse malgré les refus
permanents. Mais les progrès des

C oncernant le reste de la Méditerranée, les Phéniciens étaient toujours des


marchands très habiles, Grecs et Perses étaient toujours en mauvais terme, et
l'Égypte paraissait être un colosse au pied d'argile.
Divers

Fin du Livre I

30