Vous êtes sur la page 1sur 4

H e n d a y e

H e n d a i a

H e n d a y e H e n d a i a Avec la
H e n d a y e H e n d a i a Avec la
H e n d a y e H e n d a i a Avec la

Avec la gauche / Ezkerraz / Con la izquierda

N° 3

juillet 2009

EEE

DDD

III

TTT

OOO

D A N S C E N U M E R O : Les Comités
D
A N S
C E
N
U M E R O
:
Les Comités de
quartiers… Un
leurre ?
PPP 222
Rencontre avec
Chantal Kherig,
PPP 222
Conseillère Muni-
cipale
Le mot de la
Conseillère Régio-
nale
PPP 222
Brèves de la vie
municipale
PPP 333
Fermeture de clas-
se à l’école mater-
nelle de la Plage
PPP 333
En attendant les
vacances
PPP 444
(Chronique d’après-
guerre)
Txinguditarrek
Bide Berrien Bila,
Patzuergoa vs
LLET ???
PPP 444
Courrier des lec-
teurs
PPP 444
Bulletin d’adhé-
sion
Directeur de la publication :
Raphaël LASSALLETTE
E-mail : ezkerraz@gmail.com
ISSN : 1968-7184
Comité de rédaction :
C.
BUTORI ; N. BUTORI ; C. CUFAY
K.
ECENARRO ; M.R. ISAMBERT ;
A.
LASARTE ; A. SUERTEGARAY
Impression :
Imprimerie Jean Laffontan
RCS B 347 697 203
Certifié
Imprim’Vert
2008 et
Print Envi-
ronnement

Développement durable : objectifs et applications

Le concept de développement durable nécessite d’appréhender trois volets essentiels : environne- ment, social et économie. Protec- tion de l'environnement, équité sociale, et efficacité économique sont effectivement, les éléments constitutifs d’une politique ambitieu- se. Par ailleurs, une politique res- ponsable suppose l'implication des citoyens, la concertation de la po- pulation et le renforcement de la démocratie. Force est de constater que la méthode initiée par la majori- té municipale n'intègre pas hélas, ces principes élémentaires. Ce n'est pas la mise en place des co- mités de quartiers destinés à assu- rer la propagande d'une politique libérale de droite qui peut répondre à ces exigences. L'association de la population de manière réactive, ne remet nullement en cause le rôle

fondamental des élus. Certains ne l'ont manifestement pas compris. L’instauration du stationnement payant concocté par nos édiles ne résoudra rien, hormis l’introduction d’une fiscalité supplémentaire sup- posée remédier à l'augmentation conséquente des dépenses et de l'endettement municipal. Les moyens actuels de la navette urbai- ne seront rapidement inadaptés et peu incitatifs pour les populations autochtone et touristique. Envisa- ger dans ce contexte un transfert des modes de déplacement est une idiotie. La réponse laconique « on verra bien ultérieurement » démon- tre que les notions de développe- ment durable et ses applications environnementales n'ont pas enco- re effleuré l’esprit de cette majorité qui pourtant vous avait proposé de vivre autrement à Hendaye : la

Inauguration Logements sociaux à Dongoxenia

Le

24

avril

2009

nous

avons inau-

guré

une

première

tranche

de

25

loge-

ments

so-

ciaux

à

Dongoxenia. Cette inauguration acte en réalité, la naissance d’un

Cette inauguration acte en réalité, la naissance d’un nouveau quartier, puis- que le programme de 71

nouveau quartier, puis- que le programme de 71 autres logements sociaux « AMALUR », déjà négocié avec l’Office Départemental HLM (OD64 Habitat) par l’équipe municipale précédente, est en cours de construction sur ce site. Ces réalisations sont le fruit d’une

Q u el q u e s é lu s d e "'Hendaye Plurielle" ont participé à la "journée por- tes ouvertes" et visité le nouveau Centre de Se- cours réalisé aux Joncaux sous leur mandature.

de Se- cours réalisé aux Joncaux sous leur mandature. Voici Txabal notre mascotte (la baleine hendayaise

Voici Txabal notre mascotte (la baleine hendayaise qui communique avec sa txalaparta).

déception doit être cruelle pour celles et ceux qui ont cru aux pro- messes électorales. Non, l'environnement ne peut ainsi être galvaudé et réduit à l'ex- pression d'idées éparses, sans schéma visionnaire. On peut rai- sonnablement craindre que la réha- bilitation du boulevard de la mer soit un nouvel exemple d'incohé- rence territoriale. Après seize mois de mandat, l’ac- tion de l’équipe municipale et l’augmentation des charges de fonctionnement liées à cette ac- tion, contribuent à pénaliser notre pouvoir d’achat par la hausse des impôts locaux et la généralisation du stationnement payant notam- ment. Nos élus sont têtus, les chiffres aussi !

Le Comité de Rédaction

longue négociation menée avec le propriétaire foncier, négociation qui aboutit à l’acquisition à l’amia- ble le 15 juin 2004, d’une parcelle de 3 ha au prix de 1,79 le m 2 . La municipalité actuelle ne se préoc- cupe plus du foncier à vocation sociale. Elle se contente d’inaugu- rer les réalisations de ses prédé- cesseurs !

Kotte ECENARRO

à vocation sociale. Elle se contente d’inaugu- rer les réalisations de ses prédé- cesseurs ! Kotte

Vie sociale

Les comités de quartiers… Un leurre ?

Vie sociale Les comités de quartiers… Un leurre ? S'estimant seul capable de promouvoir une vraie

S'estimant seul capable de promouvoir une vraie « Démocratie Participative » !!! au sein de la ville d'Hendaye, le nouveau Conseil Munici- pal vient de lancer, pour ce faire, les Réunions des Quartiers.

Et, à la fin de chacune de ces réunions, sur la demande insistante du nouveau Maire, a été constitué un « Comité du Quartier » qui, selon la Charte présentée par le Maire, et dans un cadre géographique « imposé » va devoir, dans son quartier :

en particulier, une

«Totale Neutralité Politique »,

- être un lieu d'information, de concerta- tion, d'intégration ….

Mais peut-on vraiment parler de « Neutralité Politique dans le Comité » alors que :

- chaque Comité se trouve placé d'autorité,

-

agir

en respectant

sous la tutelle directe d'un Maire-Adjoint qui profite souvent de sa présence aux réunions, pour agir sur les débats ?

- des membres du Conseil Municipal se sont « subrepticement glissés » au sein des Comi- tés ??

Les Comités des Quartiers seraient-ils déjà sous contrôle … au cas où ??

Comment aussi prétendre que chaque Comi- té serait, dans son Quartier, un réel « Lieu de contact, d’information, de dialogue » alors que :

- son rôle (pourquoi la Municipalité ne l'avoue-t-elle pas ?) apparaît, de plus en plus, comme devant être celui de simple « collecteur d'informations » au seul service de la Municipa- lité ?

Le nouveau Conseil Municipal serait-il déjà « en panne d'idées » ??

- les dits « Grands Projets » de la Municipa- lité sont élaborés, sans vraiment aucune réel- le concertation préalable avec les Comités censés pourtant représenter les quartiers !!

Un exemple récent : le stationnement payant « nouveau » (comme le Beaujolais !) dont on veut bien informer les Hendayais, alors que tout est déjà « ficelé » en particulier le paiement obligatoire hiver comme été (finies donc les ballades à la plage pendant l'été in- dien !) sans parler des autres frais engagés qui vont fortement impacter nos impôts locaux !

Que penser alors de cette nouvelle approche de « Démocratie Participative » ??

Hendayais ! Restez vigilants ! Dans les comités…. Et ailleurs aussi ! On ne vous veut pas forcément du bien !!!

Jean-Yves LORFEVRE

Portrait : Rencontre avec Chantal Kherig, conseillère municipale

Afin que les lecteurs te connaissent mieux, peux-tu brièvement te présenter ? Chantal KEHRIG COTTEN- ÇON, 40 ans, je suis mariée, 2 enfants. D'origine charentai- se, je me suis installée à HENDAYE en 1989, date à laquelle j'ai entrepris mon parcours professionnel hen- dayais.

Après avoir été élue dans la majorité, tu exerces ton nouveau mandat dans l’op- position. Quels enseigne- ments en tires-tu ?

Forte d’un mandat municipal de 7 ans dans la majorité précédente, j'ai notamment appris le fonctionnement des instances municipales. Aujourd'hui, je suis fière de siéger auprès de

Aujourd'hui, je suis fière de siéger auprès de notre Conseiller Général dans l'opposition. C'est

notre Conseiller Général dans l'opposition. C'est une mission difficile mais très enrichissante, car nous de- vons à la fois défendre les très beaux projets mis en route lors de notre précédent mandat, et ouvrir l'œil sur les dossiers présentés par la nouvelle majorité. Mais je reste toujours animée par le devoir de rester objective, et ne pas faire de "l'opposition pour de l'opposition", comme cela a été fait par le passé.

Dans quelles commissions sièges-tu ?

Je siège dans les Commissions d'adjudications d'appels d'offres, Urbanisme travaux et environ- nement qualité de la vie, et la Commission char- gée de la révision du PLU. En ce qui concerne

cette dernière commission, je suis assez surpri- se par la faible fréquence des réunions, compa- rativement au travail que la révision d'un PLU nécessite.

Tu sièges également en tant qu’élue de l’op- position à la Communauté des Communes. Comment travailles-tu au sein de cet organis- me ?

J’ai par ailleurs la lourde responsabilité de re- présenter "seule" l'opposition au sein de la Com- munauté de Communes (j'y siégeais précédem- ment en qualité de suppléante de Monsieur DU- RANDEAU, un honneur pour moi). Ma nomina- tion au sein de cette structure n'a pas fait l'unani- mité, mais actuellement, cela se passe dans la sérénité. Je siège également à la Commission Tourisme, sujet que je connais particulièrement bien.

Le mot de la Conseillère Régionale

Rentrée scolaire 2009 : Nouveau volet du dispositif « Coup d’Pouce »

Dans un précédent article, je vous avais pré- senté les différents dispositifs Coup d'Pouce.

Coup d'Pouce « aide au premier équipe- ment professionnel »

Coup d'Pouce « aide à la scolarité »

Coup d'Pouce « mobilité » (à noter que ce dernier volet, créé en septem- bre 2008, a permis d'attribuer plus de 3 500 aides). Toujours soucieux de la défense du pouvoir d'achat des Aquitains, notamment dans les domaines de l'éducation et de la formation, le

Conseil Régional mettra en place, dès la ren- trée 2009, un nouveau volet de ce dispositif :

le « Coup d'Pouce Culture ». Ce 4e volet se présentera sous la forme d'un chéquier d'une valeur totale de 40 , consti- tué de 7 chèques personnalisés, non cessi- bles, (2 chèques librairie d'un montant de 10 chacun, et 5 chèques cinéma d'un montant de 4 chacun). Il permettra donc aux bénéficiaires d'accéder à deux types de prestations :

l'achat de places de cinéma dans des

cinémas classés « art et essai » l'achat de livres non scolaires ou de disques en librairies indépendantes ». Pourront bénéficier de ce dispositif les lycéens inscrits pour la première fois en 1ère année dans un lycée aquitain, et dont la famille est bénéficiaire de l'allocation de rentrée scolaire (ARS). Le Conseil Régional d'Aquitaine exprime ainsi sa volonté de favoriser l'accès des jeunes à la culture.

Sylviane ALAUX

Brèves de la vie municipale (Hendaye Plurielle)

Aéroport d’Hondarribia

Toujours pas de procès intenté par la Ville d’Hendaye, pour mise en danger de la vie d’au- trui ? Il y a 16 mois que le maire nous dit pour- tant que c’est urgent !

Les passeports biométriques

Les nouveaux passeports équipés d’une « puce » sont à présent délivrés à Anglet, Bayonne, Biarritz et St Jean de Luz pour la Côte Basque, et à Bidache, Cambo, Hasparren, St-

La future maison de retraite

A notre question : pourquoi la Communauté de Communes n’intègre pas dans son Plan Local Habitat, le projet de nouvelle maison de retrai- te, le maire déclare en conseil municipal du 4 mars : « la maison de retraite existe et est aux normes, il est normal qu’elle ne figure pas dans ce rapport ». Contrairement à cette affirmation gratuite, nous constatons que dans sa délibé-

ration du 14/5, la Communauté de Communes régularise l’erreur hendayaise et l’intègre enfin

dans son PLH. Oui mais

Ville d’Hendaye prévoit une extension de 27

stupéfaction ! La

lits, (il y en a 53 actuellement), alors que d’a- près le règlement en vigueur, toute extension dépassant 15 lits nécessite le passage en

« CROSMS » (comité régional) et enverra la réalisation de ce projet aux calendes grecques. De toute évidence, il semble qu’une fois de plus, la municipalité ait rejeté dans un premier temps le projet émanant de l’équipe précédente, (certains cadres proches du maire ont tenté de le convaincre que l’ancien projet n’était pas bon). Aujourd’hui, après 16 mois de tergiversa-

«La plage doit rester un espace de liberté et de gratuité »

Entendu à la réunion de quar- tier des Joncaux

Telle est la déclaration faite à la presse par le maire le 26 mars. En réalité, la pratique de toute animation sportive est désormais interdi- te sur la plage du 15/6 au 15/9 (exemple Beach Rugby prévu par le Stade Hendayais le 15/8), et le stationnement payant est institué à l’année, jours fériés inclus, sur le Bd de la Mer et les rues adjacentes (1,20 heure).

Effondrement des falaises

A propos de la nouvelle gestion des espaces verts, les habitants s’expriment : « nous souhai- tons que les pelouses continuent à être tondues comme par le passé. Comment se fait-il d’ail- leurs, que vous ayez tondu la pelouse située devant chez le 1 er adjoint au maire habitant les Joncaux et pas le reste ? » La réponse fut inaudible…

La mairie fait du social ?

Des travaux de confortement des falaises inter- viendront dans les communes qui l’ont souhaité (Ciboure, St-Jean-de-Luz et Guéthary). Coût des travaux : 1 631 000 HT, subventionnés à hauteur de 20 % par le Conseil Général, 20 % par le Conseil Régional et 60 % par les Villes. Hendaye n’a rien demandé.

« La hausse du tarif des parcmètres de 0,60 heure à 1heure

D’une main, conférence de presse à l’appui, elle nous vante le cofinancement du permis de conduire à hauteur de 500 pour 6 jeunes. De l’autre, en douce, elle supprime cette an- née 12 emplois de saisonniers. Le compte n’y est pas !

sera amortie par la 1/2 heure gratuite » :

Encore une déclaration faite par le maire en conseil municipal. La réali- té est toute autre : le tarif n’est plus de 0,60 , ni 1 , mais 1,20 /heure à la plage. La demi-heure gra- tuite n’est accordée qu’aux seuls détenteurs de la

carte ville qui coûte 25 ! La mairie souhaite faire comme les villes voisi- nes dit-elle, alors comparons : St-Jean-de-Luz,

voisi- nes dit-elle, alors comparons : St-Jean-de-Luz, Quand une commerçante élue squatte un emplacement payant !

Quand une commerçante élue squatte un emplacement payant !

pour 25 /mois stationnement illi- mité sur presque toute la ville ; à Bayonne, 4 parkings sont proposés au tarif de 1 la journée ; à Anglet, le stationnement est entièrement gratuit ; à Irun (marché), les com- merçants remboursent le stationne- ment aux clients. A Hendaye, coup « d’Embata » sur les promesses du maire qui s’envolent. Notre lé-

gendaire plage familiale aussi.

Jean-Pied-de-Port et St-Palais pour le Pays Basque intérieur. Les Hendayais devront donc se déplacer à la mairie de St-Jean-de-Luz (et que fait notre municipalité ?).

tions, les Hendayais ne connaissent toujours pas le projet définitif. Il semblerait toutefois que la municipalité renonce à l’’extension de 27 lits pour se dispenser du passage en CROSMS en sollicitant 14 lits supplémentaires. Dès lors, le projet sera en tout point identique à celui de l’équipe précédente à savoir construction d’un EHPAD de 67 lits + accueil de jour sur les ter- rains de l’Hôpital Marin. Au final 16 mois de perdus mais dans l’intervalle d’autres commu- nes ont déposé des dossiers et Hendaye sera en concurrence avec elles. Affligeant !

Lu dans nos boîtes

aux lettres

« ORPI groupement immobilier recherche pour des investisseurs des appartements sur la com- mune d’Hendaye, signé : Georges Narvarte Conseiller en Immobilier ». Président de « Txin Txin » (revue pseudo écologiste préélectorale financée par le maire), G. Narvarte est égale- ment conseiller municipal…… et donneur de leçons !

Réfection de l’ex. Boléro

Après la réha- bilitation des fermes de Larretxea et Nekatoenea situées sur le domaine d’Abbadia, le Conservatoire du Littoral, égale- ment propriétaire de la ferme Asporotsttipi a entrepris sa réhabilitation. Coût des travaux :

1 603 000 HT, subventionnés par le Conseil Général 40 %, le Conseil Régional 30 % et l’Europe 30 %.

40 %, le Conseil Régional 30 % et l’Europe 30 %. Le Conseil Régional de Gauche

Le Conseil Régional de Gauche défend l’emploi à Hendaye

Alors que la SNCF cherche à conserver le cen- tre d’entretien des trains « TER » à Bordeaux, le Conseil Régional d’Aquitaine propose son retour en gare d’Hendaye. Merci.

Fermeture de classe à l’école maternelle de la Plage

Lors de la réunion du conseil d'école du 23/06/2009, j'ai appris la fermeture d'une clas- se en école maternelle (plage) mais, parallèle- ment, l'installation à l'école maternelle de la ville d' un mobil home qui accueillera, dès la rentrée scolaire 2009 une classe de petits ! Pour info, ce mobil home n' est pas équipé en

sanitaires ni eau courante !!!!!! Les parents (et contribuables !) ont-ils été mis au courant de cette aberration ? Le service « inscription sco- laire » de la mairie leur a t-il proposé d'inscrire leurs enfants dans une autre école qui pouvait les accueillir décemment et dont une salle de classe restera vide toute l'année ? Je suppose

que non ; sinon, quel parent ayant le choix (et il y en a) laisserait son enfant effectuer sa peti- te section de maternelle dans ces conditions ? Encore une fois, ce sont les enfants, nos en- fants, qui vont subir les conséquences de cette situation surréaliste

Karina CELLIER

Tribune libre

En attendant les vacances (chronique d’après guerre)

Dans la douceur de ces premières soirées d’été qui vous retiennent dehors au-delà des tout derniers rayons, les causettes allaient bon train, animées et joyeuses, rassemblant toutes générations confondues, ici devant un pas de porte ou un bout de trottoir, là-bas sous le pla- tane, fidèle témoin de la vie du quartier, devant l’étable encore alors que bêtes et gens savou- rent un repos mérité, tous ceux que cinq an- nées de privations, de mépris, de souffrances avaient forcé au silence sans pour cela les faire renoncer. Notre pays enfin se remettait à vivre. Il retrouvait ses traditions, ses racines, renouait avec la fête. Dans les foyers, la radio avait repris tous ses droits. On fredonnait déjà les derniers succès de Trénet, Montand ou Juliette Gréco. Les bals refleurissaient égrenant sur la place publique, tangos et paso-doble chers à l’accordéon musette, jusqu’aux rythmes de jazz beaucoup moins familiers. Fêtes de familles et communions solennelles se terminaient en chansons, celles acquises récemment sous la conduite du maître d’école ou celles encore sorties des répertoires inépuisables de nos vénérables anciens. Tant pis pour « le petit » s’il avait entamé l’apprentissage d’un instru- ment de musique, il lui faudrait, dépassant l’émotion et les taquineries de ses camarades, afficher devant tous les siens réunis, les pro- grès accomplis depuis la prestation dernière et

qui devraient justifier tous les espoirs placés en lui… … L’année scolaire touchait donc à sa fin. Les récréations se faisaient plus longues. Les maî- tres nous semblaient moins soucieux, plus accessibles à nos souhaits répétés de consa- crer plus de temps au dessin et à la peinture, disciplines dans lesquelles pourtant nous ne nous étions pas jusque là particulièrement signalés. Et puis voilà que démarrait le Tour de France cycliste. Le premier d’après guerre. Il allait susciter trois semaines durant une ferveur toute particulière. Présentation de l’épreuve : 2 pages en couleurs (mais oui !) Revue des équi- pes nationales, régionales. Les chances et les espoirs des concurrents les plus prestigieux. Nous venions en classe avec nos documents, nos favoris, les échos de la veille qu’à la radio nous avions recueillis pour peu que les ondes captées aient digéré les parasites dont nos postes vieillots étaient souvent encombrés. Fête du Tour, fête à l’Ecole. Même si, pour conserver à cette fin d’année un brin de dignité, notre maître exigeait de nous chaque jour le calcul de la moyenne horaire de l’étape, ce qui supposait de notre part un maniement maîtrisé du système métrique et des nombres com- plexes… Sur le plan sportif, on attendait VIET- TO et ce fut Jean ROBIC le breton au courage

admirable, coiffé de son légendaire casque de cuir et qui, au terme de la dernière étape, de- vança d’un souffle ses adversaires médusés. Chaque journée avait connu ses batailles, ses rebondissements, ses drames. De l’étape lan- guedocienne disputée sous une chaleur cani- culaire il nous reste cette anecdote liée au coureur maghrébin Abdelkader ZAAF. Saisis- sant au passage une bouteille que lui tendait un brave vigneron, la vida goulûment… et mit par la suite bien du temps à rejoindre l’arrivée. Les commissaires ne lui en tinrent pas rigueur. Il ne figurera jamais sur une liste de délin- quants convaincus de dopage. D’autres plus tard, souvent « à l’insu de leur plein gré », vien- dront ouvrir le registre. Ils contribueront, c’est sûr, à troubler à jamais nos mémoires et nos rêves d’enfants. … La batteuse avait ronronné toute la matinée dans la cour d’Irandatz. Nos vacances étaient cette fois bien engagées. Elles seraient lon- gues, très longues, très au-delà du départ des hirondelles et du retour plus discret de notre txan-txan gorri. Loin des embruns et des em- bouteillages, parmi les bois et les champs, au rythme régulier des travaux de la ferme. Les enfants d’Olasso trouvaient là leur bonheur et n’auraient pour rien au monde souhaité en changer.

Raphaël LASSALLETTE

TXINGUDITARREK BIDE BERRIEN BILA, Patzuergoa vs LLET ???

Mugaz Gaindiko Txingudi Partzuergoak Kon- gresu bat antolatu zuen ekainaren 5ean Hen- daian) “LLET, mugaz gaindiko lankidetzarako tresna berria” gaiaren inguruan. Erdaraz “le GECT, un nouvel instrument pour la coopéra- tion tranfrontalière ” Oraingo udal taldeak TRESNA berria honi itxuraz garrantzi handia ematen dio. Lehengo Partzuergoa ez zuen biziki gustukoa, baina berea eginen duen hau hobe doakiela dirudi. Tresna, figura juridiko honek daukan berezitasu- na europarra izatea da. Alegia, edozer arazo

Europako Epaitegietan konpondu beharko da. Egia da ez dela bakarrik aldamenean bizi diren taldeentzat, gu bezala, bai eta elkarrengandik urrun direnentzat ere, Errumania eta Portugal elkar daitezke modu hau erabiliz. Oraindik ez da oso erraza LLET hau lortzea, Estatuen menpean baita afera. Hori da, gurea onartzeko Prefetak izenpetu beharko du. Eta Parisko ministerioek ere beren hitza izanen lukete. Hori bera izan dute arazorik handiena Frantzian sortu diren bi GECT horiek. Biek er- ran zuten, Paristik etorri zitzaizkiela arazorik eta

trabarik handienak. A! eta, dena den, behin egi- tura lortu, bi Estatuetako batean izango dugu egoitza eta Estatu horretako legepeko adminis- traritzapean izango da. Beraz, berriro Partzuer- gora itzuliko ginateke. Nire galdera hau da: orain arte partaide ditugun Bidasoaz bestaldeko bizilagunak ahultzeko ba- lioko dio gure Herriko Etxeari Frantziako agin- teen ezinbesteko presentzia hori? Indartu nahi ditu, kanpokoen iritziak eta politikak? Begipean ukan dezagun …

Aintzane LASARTE

Courrier des lecteurs

Le territoire d’Hendaye s’est-il agrandi ? Sud-Ouest du 23 avril dernier, dans la rubrique Hendaye…. Un grand encart « publicitaire » sur la réouverture du Parc d’aventures Oiha- na… situé sur la commune d’Urrugne !!! Notre nouvelle municipalité aurait-elle annexé en catimini un nouveau territoire ? Ou l’aurait-elle acheté à Urrugne ? Un bon conseil alors aux commerçants hendayais… rapprochez-vous de notre maire… mieux encore, intégrez sa famil- le ! Et vous pourrez alors espérer une pleine page publicitaire dans le Sud-Ouest.

J.Y.L. « Tchien tchien » : Lors de mon séjour chez ma fille, je marchais tous les jours 10-12 km et j’ai compté 4 crottes. Il faut dire que la plage et son boulevard sont interdits aux chiens. Dans

le reste de la ville ils sont tenus en laisse et chaque propriétaire a son nécessaire à la main. Quand verrais-je cela dans mon cher Hendaye ? Je sais que la mairie n’est pas

responsable, mais le jour où elle fera parler le porte-monnaie, cela changera j’espère. Un Hen- dayais qui aime les bêtes et sa ville. Jean-Pierre Garbisu

Ce journal est le vôtre. Il est financé par vos dons. Adressez votre contribution en rem- plissant le bulletin d’adhésion ci-contre :

Association EZKERRAZ

BULLETIN D’ADHESION

NOM :

Prénom :

Adresse :

Courriel :

Membre : Cotisation annuelle 16 ou 8 (étudiants, chômeurs)

ou membre bienfaiteur

Envoyez bulletin et chèque au nom de EZKERRAZ Association EZKERRAZ : 4 rue Burugoria 64700 HENDAYE