Vous êtes sur la page 1sur 7

http://www.techno-science.net/?

onglet=glossaire&definition=6505
Ce site necessite l'activation du javascript dans votre navigateur pour un affichage correct !
Nos sites: Techno-Science.net | Allons-Sortir.fr Style du site: Original | Azur

Lundi 29 Juin 2009 Accueil News Dossiers Archives Librairie Glossaire Emplois A propos Forum
Rech
Découvrez toute l'actualité scientifique et technologique, des dossiers, des évènements et sorties scientifiques...

Catégories Top Dossiers


Techniques Airbus A380
Aéronautique
Transports
Espace
Energie
Multimédia Mathématiques Définition provenant de l'encyclopédie Wikipédia sous licence GNU FDL
Architecture A-B-C-D-E-F-G-H-I-J-K-L-M-N-O-P-Q-R-S-T-U-V-W-X-Y-Z-+
Sciences Algèbre Mathématiques financières Gratte-ciel
Mathématiques Algèbre linéaire Mesure et intégration
Physique
Analyse Numération
Astrophysique
Analyse combinatoire Probabilités
Astronomie
Axiome Raisonnement mathématique
Vie et Terre
Conjecture Recherche opérationnelle
Encore plus... Constante mathématique Statistiques
Autres sujets Courbe Théorie des ensembles Furtivité B-2 Spirit
Rétro Cryptologie Théorie des graphes
Fonction remarquable Théorie des jeux
Techno-Science Géométrie Topologie
Outils Mathématiques Trigonométrie
Recherche site Mathématiques élémentaires
Espace Membre
Retour page glossaire ⇒
Anti-spam
Top News
Proposez-nous Théorème de Thalès Mars: les
Une news
Le théorème de Thalès est un théorème de géométrie, attribué selon la légende au mathématicien et philosophe grec robots du
Un dossier
projet I-SWARM
Un partenariat Thalès de Milet ; en réalité Thalès s'est davantage intéressé aux angles opposés dans des droites sécantes, aux
Archives
triangles isocèles et aux cercles circonscrits. Les Anglo-Saxons nomment d'ailleurs théorème de Thalès une propriété Des
Liste des titres
plus proche de la réalité historique (voir théorème de Thalès (cercle)). palmeraies à
Liste détaillée huile observées au
Cette propriété de proportionnalité était connue des Babyloniens. Mais la première démonstration de ce théorème est radar depuis
Partenaires / Sites attribuée à Euclide qui la présente dans ses Éléments (proposition 2 du livre VI) : il la démontre par proportionnalité l’espace
Organismes d'aires de triangles de hauteur égale. La preuve de ce théorème est triviale quand on dispose du calcul vectoriel. LHC:
CEA
redémarrage
CNES
Le théorème de Thalès sert notamment à calculer des longueurs dans un triangle, à condition d'avoir deux droites prévu cet automne
CNES-USA
CNRS parallèles.
Des femelles
ESA peu fidèles
Observatoire Paris Selon la légende, une application a été de calculer la hauteur des pyramides d'Égypte en mesurant la longueur de l'ombre mystifient les
Sites Web au sol de chaque pyramide, et la longueur de l'ombre d'un bâton de hauteur donnée. chercheurs
Allons-Sortir.fr Airbus A330
Flashespace
d'Air France
Sur la Toile (vol AF 447):
HD-Numérique Énoncés
quelques
Triangles homothétiques informations
Top Livres
La propriété dite « petite propriété de Thalès » concerne un triangle coupé par une droite parallèle à l'un de ses côtés.

Le premier homme
sur la Lune

Gestion financière
des chantiers, de
bâtiment et travaux
publics, 2e édition

Il y a 1 an
Un cratère
témoin d’un
fort impact vieux de
Cette propriété (ainsi que sa réciproque) est généralisée (appelée dorénavant : « théorème de Thalès ») avec deux 35 millions d'années
triangles partageant un même sommet, ayant chacun deux côtés dans le prolongement l'un de l'autre et leur troisième
côté parallèle. Rétro 1927:
Les atomes
sont des mondes
(2/2)

Photo Mystérieuse

Que représente
cette image ?

Pour résumer, lorsque nous sommes dans une situation telle que nous avons :

● deux droites sécantes,


● deux points supplémentaires sur chacune des deux droites,
● deux droites parallèles passant par ces points,

nous pouvons appliquer le théorème de Thalès qui énonce que le rapport de la plus petite mesure sur la plus grande pour
chacun des deux segments des 2 droites sécantes et le rapport de la plus petite mesure sur la plus grande pour les
segments qui représentent les droites parallèles sont égaux.

Dans les deux cas, les droites (DE) et (BC) sont parallèles ((DE)//(BC))
et nous avons les égalités :

L'utilisation de ce théorème est plutôt visible et directe : le nombre de conditions nécessaires à son application est faible
(mais pas négligeable) et on pourra souvent l'utiliser.

Il permettra par exemple de calculer la longueur de certains segments manquants.

En effet, chaque segment peut se déduire de la mesure de trois autres. Par exemple :

et
Ou bien de prouver que deux droites ne sont pas parallèles. En effet si l'une des trois égalités n'est pas vérifiée alors

forcément les droites (DE) et (BC) ne sont pas parallèles. Par exemple : si ou si ou si

Enseignement

● Dans les pays anglo-saxons ainsi qu'en Allemagne, l'approche est différente et l'énoncé est : « un angle inscrit dans
un demi-cercle est droit » - voir l'article théorème de Thalès anglo-saxon.
● En France, la « petite propriété de Thalès » est enseignée dès la classe de quatrième. Le « théorème de Thalès » à
proprement parler est généralisé en troisième.
● En Suisse, le théorème est principalement approché grâce à la « petite propriété de Thalès » française. Le « théorème
de Thalès suisse » exprime par contre la hauteur dans un triangle rectangle. (lien)

Segments homologues

En réalité, le théorème de Thalès concerne une propriété plus générale:

Trois droites parallèles déterminent sur deux sécantes


(quelconques) des segments homologues proportionnels.

Autrement :

Si trois droites parallèles rencontrent deux droites (d) et (d'),


respectivement et dans cet ordre, en A, B, C et A', B', C', alors :

En permutant les termes moyens des fractions, on peut faire naître


d'autres égalités de rapports :

Ces rapports traduisent la propriété suivante : la projection d'une droite sur une autre, suivant une direction donnée,
conserve les proportions.

Remarque : Attention si il ne faut surtout pas utiliser les rapports utilisant les segments rouges comme c'est le
cas avec les triangles homothétiques.

Démonstrations

Par les aires

La démonstration de ce théorème a été donnée par Euclide dans le


livre VI de ses Éléments, proposition 2. La propriété démontrée par
Euclide n'est pas exactement le théorème comme il est cité de nos
jours. Euclide écrit :

« Si l'on conduit une droite qui soit parallèle à l'un des côtés
d'un triangle, cette droite coupera les deux autres côtés
proportionnellement »

Il précise ensuite

« Si la droite (DE) est parallèle à la droite (BC) alors CE est à


EA comme BD est à DA »

Nous allons voir comment ce théorème est démontré par Euclide et


comment cette propriété peut induire le théorème sous sa forme
actuelle.

Voici la démonstration retouchée en notation et vocabulaire modernes, les passages dans le style euclidien bénéficieront
d’un alinéa.

Les triangles ADE et CDE sont entre eux comme leurs bases AE et EC sont entre elles.

Les aires des triangles ADE et CDE sont respectivement ½AE×h’ et ½CE×h’, en effet, ils ont la même hauteur h’.

Les triangles BDE et CDE ont même aire car ils ont même base DE et même hauteur puisque (BC) est parallèle à (DE)

De même ADE est à BDE comme leurs bases AD et DB sont entre elles.

La troisième hauteur n’est pas dessinée, mais c’est la même chose qu’au début de la preuve.

Récapitulons dans un tableau de proportionnalités :

AE ADE ADE AD
CE CDE BDE BD

AE est à CE comme ADE est à CDE.


Or CDE=BDE donc ADE est à CDE comme ADE est à BDE.
Enfin ADE est à BDE comme AD est à BD.
Donc on obtient une chaîne d’égalités de rapports, on a donc l’égalité des rapports extrêmes, soit

CE est à EA comme BD est à DA.

Pour revenir à la forme plus classique de segments d'origine A, il faut travailler sur le tableau de proportionnalité suivant :

AE EC AE + EC
AD DB AD + DB

qui permet de dire que

Il reste à compléter par la dernière fraction. Il suffit d'utiliser la


propriété précédemment démontrée dans d'autres triangles. On
trace une droite (EF) parallèle à (AB) . Les proportionnalités
précédemment démontrées permettent d'écrire l'égalité des

rapports :

Comme BF = DE, on peut conclure sur les égalités :

Pour démontrer l'égalité dans la seconde configuration, il suffit de


remarquer que le triangle ADE est isométrique par symétrie de
centre A à un triangle AD'E' inscrit dans le triangle ABC. Il vient
alors la série d'égalités

Par le calcul vectoriel

Il faut se poser la question de la validité d'une démonstration vectorielle du théorème de Thalès. En effet, la géométrie
vectorielle s'appuie souvent sur une définition géométrique des vecteurs, définition dans laquelle le théorème de Thalès
joue un rôle prépondérant quand il s'agit d'affirmer que .

Mais on peut toutefois s'intéresser à une écriture possible du théorème de Thalès et sa justification grâce aux opérations
vectorielles. Ce qui pourrait permettre de généraliser le théorème de Thalès à tout espace affine euclidien associé à un
espace vectoriel.

Dire que D est sur (AB) c'est écrire qu'il existe un réel x tel que .

De même, dire que E est sur (AC), c'est écrire qu'il existe un réel y tel que .

Enfin, dire que les droites (ED) et (BC) sont parallèles, c'est écrire qu'il existe un réel t tel que .

Les égalités précédentes et la relation de Chasles permettent d'écrire que :


L'écriture suivant les vecteurs \overrightarrow{AB} et se doit d'être unique car ces vecteurs sont libres. Donc
et

On obtient donc les trois égalités:

L'avantage de cet énoncé et de cette démonstration est que cela n'oblige pas à traiter les différents cas de configuration
évoqués plus haut.

Retour au cas de trois droites parallèles

Il suffit de tracer une droite parallèle à (A'C') passant par A. Elle est coupée par la droite (BB') en E et par la droite (CC')
en D. On peut alors lui appliquer le théorème de Thalès :

Comme AE = A'B' et AD = A'C', on peut remplacer dans l'égalité précédente :

En permutant les extrêmes et en complétant par la dernière proportionnalité, on obtient :

Théorème réciproque

Le théorème de Thalès, dans son sens direct, permet de déduire certaines proportions dès que l'on connaît un certain
parallélisme. Sa réciproque permet de déduire un parallélisme dès que l'on connaît l'égalité de certains rapports.

Dans un triangle ABC, si les points A, D, B sont alignés dans cet ordre, si les points A, E, C sont alignés dans cet ordre
et si, de plus, les rapports AD/AB et AE/AC sont égaux alors les droites (DE) et (BC) sont parallèles.

Des théorèmes analogues existent pour des points A, B, D alignés dans cet ordre et pour des points D, A, B alignés
dans cet ordre.

Une démonstration géométrique de cette propriété consiste à construire un point E' tel que (DE') soit parallèle à (BC).
Alors les points A, E', C sont alignés dans cet ordre et AE'/AC = AD/AB donc il vient que AE' = AE. Or il n'existe qu'un
seul point situé entre A et C vérifiant cette propriété donc E' = E et (DE) est parallèle à (BC).

Un énoncé vectoriel de cette réciproque a le mérite d'être beaucoup plus simple à énoncer et à démontrer :

Dans le triangle ABC, s'il existe un réel x et deux points D et E tels que et alors les

vecteurs et ont même direction. Il suffit, pour le prouver, d'utiliser la relation de Chasles :

En revanche, il n'existe pas de réciproque simple dans le cas de trois droites découpant deux droites en segments
proportionnels.

Par exemple : si AB et A'B' sont deux segments de milieux respectifs I et I', on a bien AI/AB = A'I'/A'B'= 1/2 sans pour
autant que les droites (AA'), (II') et (BB') soient parallèles.
Si, toutefois, deux des droites sont parallèles, la troisième est alors parallèle aux deux autres.

Comment Thalès calcula-t-il la hauteur de la pyramide ?

Une légende veut que Thalès, lors d'un voyage en Égypte, soit allé visiter les pyramides construites plusieurs siècles plus
tôt. Alors qu'il admirait ces monuments, il fut mis au défi d'en calculer la hauteur.

Thalès entreprit donc une mesure des pyramides, dont le principe repose sur le concept de triangles semblables et de
proportionnalité. Thalès remarqua qu'à cette époque de l'année, à midi, l'ombre portée d'un homme ou d'un bâton égalait
la taille de l'homme ou la longueur du bâton. Les rayons de soleil pouvant être supposés parallèles, Thalès en déduisit
qu'il en serait de même pour la hauteur de la pyramide et son ombre projetée.

Encore fallait-il être capable de mesurer l'ombre projetée : il repéra le sommet de l'ombre projetée mais pour la mesurer
dans son entier, il lui fallait partir du centre de la pyramide qui n'était pas accessible. Thalès bénéficia d'un atout
supplémentaire: non seulement l'ombre portée égalait la hauteur de la pyramide mais les rayons du soleil étaient
perpendiculaire à une arête de la base. Le sommet de l'ombre de la pyramide se trouvait alors sur la médiatrice d'un côté
de la base. Il lui suffit de mesurer la distance séparant l'extrémité de l'ombre et le milieu du côté, d'ajouter à cette
longueur un demi-côté pour obtenir la hauteur de la pyramide.

Analyse critique : la pyramide de Khéops est située à une latitude de 30°, la longueur de l'ombre égale celle du bâton
lorsque le soleil fait 45° avec la verticale. L'angle que forme le soleil avec la verticale varie au cours de l'année entre 6,73°
(au plus fort de l'été) et 53,27° (au plus fort de l'hiver) et ne fait un angle de 45° que deux fois dans l'année (le 21 novembre
et le 20 janvier). Ce serait un hasard extraordinaire que Thalès se fût trouvé là à cet instant précis. À toute autre période
de l'année, la longueur de l'ombre est proportionnelle à la hauteur. On retrouve alors presque une configuration dite de
Thalès. En comparant la longueur de l'ombre et la hauteur du bâton, il est facile de connaître le coefficient de
proportionnalité et de l'appliquer ensuite à l'ombre de la pyramide pour en déterminer la hauteur.

Le fait que le sommet de l'ombre de la pyramide soit sur la médiatrice d'un côté à midi ne tient absolument pas du hasard
mais du fait que les pyramides sont orientées plein sud ou plein ouest.

Application numérique

La pyramide a une base carrée de 232 mètres de côté. On divise


cette valeur par deux (116 mètres) et on ajoute la longueur de
l'ombre de la pyramide. Admettons que cette ombre soit de 40
mètres. On obtient alors la longueur du segment C (voir figure ci-
contre), soit 156 mètres dans notre exemple.

On fait de même avec un bâton de 2 mètres (segment A). On


mesure l'ombre dont la longueur est de 2,13 mètres (segment B). Il
suffit maintenant d'appliquer le théorème de Thalès avec x la hauteur
de la pyramide (soit la longueur du segment D sur la figure) :

On peut résoudre ce rapport et on obtient :

mètres

La hauteur de la pyramide mesure donc aux alentours de 146 mètres.


Cette définition provient de l'encyclopédie libre Wikipédia publiée sous licence GNU FDL, elle est
reprise sur techno-science.net à but informatif. Vous pouvez soumettre une modification ou un
complément à cette définition sur la page correspondante de Wikipédia. La liste complète des
auteurs de cet article est disponible sur cette page.
Il est possible que certains problèmes de mise en forme demeurent suite à l'importation de cette
page, dans de tels cas veuillez vous reporter à la version originale sur Wikipédia.
Retour page glossaire ⇒

Dernières news Ces titres sur votre site


Lundi 29 Juin 2009 à 00:00:45 - Vie et Terre - 3 commentaires
Archives des News
» Des palmeraies à huile observées au radar depuis l’espace
Juin 2009
Lundi 29 Juin 2009 à 00:00:32 - Espace - 4 commentaires Mai 2009
» Mars: les robots du projet I-SWARM Avril 2009
Mars 2009
Lundi 29 Juin 2009 à 00:00:22 - Physique - 4 commentaires
Toutes les archives
» LHC: redémarrage prévu cet automne
Dimanche 28 Juin 2009 à 01:07:00 - Vie et Terre - 6 commentaires
» VIH-SIDA: combiner les traitements usuels à une chimiothérapie ciblée
Dimanche 28 Juin 2009 à 00:00:35 - Vie et Terre - 4 commentaires
» Des femelles peu fidèles mystifient les chercheurs
Dimanche 28 Juin 2009 à 00:00:12 - Rétro - 9 commentaires
» Rétro 1934: Les plus récentes performances humaines (1/2)
Samedi 27 Juin 2009 à 00:00:34 - Vie et Terre - 1 commentaire
» Un p'tit "r" de famille
Samedi 27 Juin 2009 à 00:00:17 - Multimédia - 3 commentaires
» Avec Opera Unite, un serveur Web s'intègre dans votre navigateur
Vendredi 26 Juin 2009 à 00:00:57 - Multimédia - 8 commentaires
» Mozilla sort une RC3 pour sa version 3.5 de firefox
Vendredi 26 Juin 2009 à 00:00:47 - Astronomie - 2 commentaires
» Des oscillations de type solaire sur une étoile massive détectées par CoRoT
Accéder à l'espace news ⇒
Proposez-nous une news - devenez rédacteur ⇒

Page générée en 0.018 seconde(s) - site hébergé chez OVH


Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par la SARL CLEVACTI - Informations légales

audit et mesure d'audience visiteurs internet par


Techno-Science.net Allons-Sortir.fr