Vous êtes sur la page 1sur 2
19 septembre 2013 INF O R M A TI O N P R E S

19 septembre 2013

INF O R M A TI O N P R E S S E

DÉCLARATION DE SGEN-CFDT AU CSE DU 19 SEPTEMBRE 2013

Cette rentrée de l'an 1 de la refondation aura été marquée par la mise en place de nouveaux rythmes scolaires pour 20 % des écoles, la création des Espé et par l'arrivée massive de collègues stagiaires. Paradoxalement, ces éléments de nouveauté, revendiqués précédemment par la plupart des organisations syndicales, auront rendu la rentrée plus complexe à organiser, notamment en ce qui concerne l'affectation des personnels dans le second degré. Cette difficulté illustre la tension existante entre transformations et permanences dans notre système éducatif. Pour les personnels titulaires, l'arrivée de stagiaires, y compris stagiaires contractuels, sur des postes moins difficiles que d'autres, aura bloqué une grande part du mouvement. Autrement dit, la recherche d'un nouvel équilibre pour garantir plus d'équité et de justice se fait au détriment des règles antérieures basées sur le bénéfice de l'ancienneté et sur la permanence d'un système organisé avant la massification scolaire.

Pour le Sgen-CFDT, l'enjeu fondamental de la refondation réside bien, pour le système éducatif, dans la création d'un nouvel équilibre dont l'objectif doit viser la réussite des élèves et la reconnaissance de ses personnels. Cette reconnaissance passe par le salaire, comme pour toute la Fonction publique. Elle passe également par la mobilité professionnelle et l'amélioration des conditions de travail. Cette amélioration est indissociable de la transformation du système éducatif. Les difficultés exprimées, parfois les souffrances qui peuvent amener aux drames personnels, sont fondamentalement liées à l'impossibilité structurelle des collègues à faire réussir tous les élèves dans un système conçu il y a très longtemps, pour sélectionner les meilleurs et écarter les plus faibles, ou les cantonner dans les voies de relégation avec un destin social déterminé par leur scolarité.

Nous attendons donc que les réformes à venir, à savoir celles des programmes du primaire, celle du collège puis du lycée, pèsent véritablement pour marquer la rupture avec l'existant. La loi de refondation s'est donnée des outils pour conduire ces transformations. Le socle commun en est un, le conseil supérieur des programmes en est un autre. Dans le nouvel équilibre à trouver, il ne faudrait pas que les poids disciplinaires, sous couvert de modifications, voire d'allègements, tentent de graver dans le marbre l'existant et pèsent davantage que la volonté exprimée par le parlement.

Contact presse Sgen-CFDT :

Pierre

FRUSTIER,

 

attaché

de

presse

 

01

56

41

51

02

06 42 20 18 81

atdepresse@sgen.cfdt.fr