Vous êtes sur la page 1sur 6

En français

SULTAN DE TIPU

Ce chapitre décrit seulement la scène de la mort du sultan de Tipu, le tigre


de Mysore. Il ne couvre pas ses autres grands succès et victoires de
guerre qu'il a luttées bravement contre le royaume britannique. Le drapeau
rouge sur son tombeau, au-dessus de sa tombe dans Srirangapatnam
rappelle chacun que la vie du tigre d'une minute est meilleure que la vie du
chacal de 1000 ans. Les générations futures se rappelleront ce grand
martyre, qui vit aux coeurs des personnes et restera toujours à leur coeur
toujours, en tant que martyre ne meurent jamais et restent vivantes
toujours. On lui dit qu'il y a une aide et un aliment divins disponibles pour
elles. En raison d'un tel grandeur et martyre, le grand nombre des
personnes quotidien visitent son tombeau grand pour verser leurs larmes
et pour rendre le respect et le hommage à ce grand guerrier de l'histoire du
monde. Le sultan de Tipu a atteint la porte du fort de Srirangapatnam avec
ses gardes du corps et troupes le 4 mai 1799 pour la quatrième guerre de
Mysore. En raison de son aspect il y avait un grand encouragement pour
ses soldats qui combattaient à l'intérieur de la porte de nord et de
l'extérieur des murs de fort. Ils ont attaqué avec la grande force sur l'armée
de l'ennemi. Le sultan a obtenu vers le bas de son cheval et a joint la
première ligne du groupe militaire. Immédiatement il était au milieu de
beaucoup de groupes militaires de Mysorean, sûr et protégé. Les soldats
combattaient sans soin de leurs vies. À cette heure l'armée britannique
avait occupé leurs positions aux murs de fort. La mise à feu du côté
supérieur occasionnait des difficultés aux soldats du sultan qui
combattaient au sol. Les dirigeants qui étaient déloyaux étaient absents du
devoir sur cela avant, mais de ceci n'étaient pas un problème pour les
soldats du sultan parce que le chef de leur respect et liberté était avec eux.
Ils ont oublié que l'ennemi a eu a fini son voyage des semaines et les mois
dans le temps le plus court possible et eux étaient entrés dans
Srirangapatnam dû aux méfaits de déloyal. Ainsi, ce n'était pas guerre
mais c'était une trahison contre le pilier courageux de l'Inde, qui s'est tenue
contre les puissances coloniales en Inde quand toutes les règles locales
les avaient soutenues. Les soldats du sultan ont oublié qu'il y avait une
pluie des balles sur elles et ils également ont bien su que leur grand chef,
qui leur a montré la grande manière en quelques leurs vies pour la liberté
et le respect, était à la porte de la mort. Le sultan a été blessé
solidairement. Les soldats blessés du sultan se sentaient heureux avec
leurs blessures sur leurs coffres. Ils observaient le visage courageux de la
mort. Le sang du sultan tombait sur le sol de Srirangapatnam. Quand la
deuxième balle a frappé le sultan là était faiblesse sur le visage du tigre de
Mysore, mais il combattait toujours bravement et plusieurs de ses soldats
luttaient également avec lui sans s'inquiéter pour le leur les vies. À
l'intérieur du fossé il y avait grand nombre des cadavres de l'ennemi. Les
milliers des Anglais, qui ont été blessés solidairement, mouraient. La mise
à feu de deux côtés sur les murs du fort était très grave. Concernant les
soldats de Mysorean, le nombre de la mort a croisé des milliers. Quand
l'état du sultan est devenu dû très sérieux aux blessures, alors ses gardes
du corps ont dit le sultan, « son altesse ; maintenant il n'y a aucune autre
manière excepté de se rendre à l'ennemi ? » Le sultan a répondu, le
« non, pour moi la vie du tigre de l'un-minute est meilleur que la vie du
chacal de 1000 ans. » Après une certaine heure, le sultan et ses dirigeants
sont montés sur leurs chevaux et les soldats de Mysorean les ont suivis.
Mais quand ils ont atteint la porte nordique du fort ils ont vu que certaines
des positions étaient dans la commande de l'ennemi britannique. Un grand
nombre de soldats, d'enfants, de personnes âgées et de femmes
essayaient dur de sortir du fort, mais les Anglais les poussaient à l'intérieur
du fort avec leurs pistolets et les forçaient pour aller au derrière du fort.
Quand ils ont vu l'armée de Mysorean venir vers la porte, ils ont
commencé à leur mettre le feu. La mise à feu a été également
commencée à partir des murs du fort et une balle a frappé le cheval du
sultan. Elle est morte sur place. Le sultan est tombé au sol et son turban
est également tombé sur le proche moulu il. Mais le sultan était très
courageux, il a essayé et avec la grande difficulté il se faisait le stand
quand soudainement une balle a frappé son coffre. Il est tombé au sol
encore. Un soldat britannique jugé pour ouvrir la ceinture de son épée
mais du sultan était encore vivant et lui n'a pas permis au soldat de sortir
l'épée. C'était une insulte au sultan. Il a combattu bravement et a frappé le
soldat avec son épée avec son de toute puissance, mais le soldat s'est
opposé avec son pistolet. L'épée du sultan a frappé le pistolet et elle a
divisé en deux morceaux. Que le soldat alors a soulevé son pistolet vers le
haut, l'a dirigé vers sa tête et a fait le feu. Le soleil de Mysore, qui avait
montré les belles étapes de la liberté aux habitants de Mysore, avait placé.
Après trois heures d'ensemble du soleil l'armée britannique a conquis la
ville de Srirangapatnam et de son fort. L'armée de Hyderabad est alors
entrée dans la ville sous la commande de la MIR Alam. À l'intérieur de la
ville, il y avait les cadavres des soldats d'environ 12 milliers d'armée de
Mysorean, mais le succès des Anglais et de l'armée du Nizam était
inachevé, parce qu'ils ne pourraient pas trouver le cadavre du grand sultan
de Tipu. Ils ont recherché chaque coin et endroit du palais. Avec l'aide de
déloyal ils ont recherché maisons des soldats et des amis fidèles du
sultan. Le jeune prince a été effrayé. Les personnes blessées et
délaissées ont été renseignées sur le sultan. Les soldats du sultan qui
étaient sur les différents avants ont été également demandés des
nouvelles du corps du sultan mais de eux ne pourraient pas répondre dans
cette matière. Les soldats qui avaient vu leur sultan tomber du cheval au
sol ne pourraient pas les répondre correctement quoiqu'ils aient été offerts
l'argent et la richesse. Certains des soldats du sultan ont pensé que le
sultan était vivant et était sous la pile des cadavres. Ils ont attendu l'heure
appropriée de sortir le sultan de elle. D'autres ont pensé qu'il était mort
mais elles ont fait non dirigé son cadavre ainsi l'ennemi ne pourrait pas
trouver son cadavre. Il y avait des rumeurs que le sultan était mort et ses
disciples fidèles avaient emporté son cadavre. Certains ont cru que le
sultan n'était pas mort mais il était blessé et disparu et reviendra encore. Il
avait laissé Srirangapatnam après la première attaque entre les troupes de
l'armée des Anglais et de Hyderabad et avait atteint prince Fateh Haider. Il
fera son quart principal au saraya ou au durg chital et continuera ses
attaques à partir de là. Ces nouvelles ont non seulement créé la confusion
parmi les troupes de l'armée des Anglais et de Hyderabad mais également
au déloyal qui avait vendu la liberté de Mysore pour les promesses de la
terre et de la richesse de leurs seigneurs étrangers. Elles étaient se sont
beaucoup inquiétées de leur futur où elles avaient vu le destin de la MIR
Sadiq et Moin-ud-Vacarme. Au minuit, le Qamar-ud-Vacarme, le Pornia, et
le Badar-Uz-zaman de MIR se reposaient devant le palais du sultan et
parlaient avec les dirigeants d'armée anglais. Quelques soldats étaient
autour de eux et étaient des torches de possession dans des leurs mains.
À ce moment-là la MIR Nadeem est venue et pleuré, « maintenant j'ai
obtenu les informations correctes sur le sultan de Tipu que son cadavre
est là devant la porte du nord du fort sous la pile d'autres cadavres.
Veuillez ainsi me suivent jusqu'à là. » Tous l'ont suivi et elles ont atteint cet
endroit où il y avait beaucoup de cadavres. Sur l'ordre des dirigeants
britanniques, tous les cadavres ont été vérifiés un. Quand ils faisaient
ainsi, un soldat anglais a touché la main d'un cadavre quand sa main a
frappé avec un certain métal dur et le turban de la tête de cadavre était
tombé vers le bas. Les longs cheveux noirs ont couvert le visage étaient
ouverts. Le soldat anglais a expliqué les détails à son dirigeant. Quand ils
ont apporté les torches plus étroites, ils ont trouvé un cadavre de femmes
qui était bracelets d'or de port dans des ses mains. Ils ont trouvé le
cadavre des autres femmes, qui a été mal blessé avec beaucoup de
balles. Pornia a pris la torche du soldat, soigneusement observé ce femme
et identifié lui. Les dirigeants anglais lui ont demandés que, « êtes vous
capable l'identifier ? » Pornia a indiqué, « oui, elle est une fille indoue
orpheline et son père a été mort dans la dernière guerre. Le sultan l'avait
adoptée en tant que sa fille. » « Et qui est un autre femme ? », demandé
les dirigeants anglais. « Je ne sais pas elle. Peut être elle appartient à la
famille royale. », Pornia répondu. Après une certaine heure tous les
cadavres ont été vérifiés. Quand ils ont vu le corps du sultan Tipu ils
étaient silencieux. La robe du sultan était pleine des taches de sang mais
son visage était plein de la splendeur et de la grace. Dans sa main était la
poignée de son épée cassée et sa robe était même comme ses autres
dirigeants d'armée mais son turban était différent de d'autres. Le turban du
sultan est tombé vers le bas de son cadavre. Badar-uz-Zaman avait pris
ce turban. Un Les anglais commandent lui ont demandés que, « est ce
sultan de Tipu ? » Le Qamar-ud-Vacarme de MIR a répondu dans la basse
voix, « oui, des félicitations pour la victoire. » Un soldat anglais a pleuré,
« il est vivant. » Tellement quelques personnes ont dirigé leurs pistolets
vers le corps du sultan de Tipu. Un dirigeant de l'anglais est venu en avant,
vérifié l'impulsion du sultan, a mis sa main sur le coffre du sultan et dit, « il
est mort. » Badar-uz-Zaman a regardé le turban du sultan, l'a touché à ses
yeux avec le grand respect et dit, « nous sommes ses meurtres et pas tout
le vous. Nous l'avions assassiné et nos générations venantes mettront des
fleurs de respect sur sa tombe. » Le dirigeant anglais a dit à Qamar-ud-
Vacarme qu'elles sont reconnaissantes à lui et demandées lui pour faire
l'arrangement pour envoyer le cadavre dans le palki au palais. Il a informé
le Général Harris. Après qu'un certain temps là aient été des slogans de
victoire de tous les coins du fort et avec la grands joie et bonheur les
soldats anglais se sont déplacés aux maisons des personnes de Mysorean
pour pillage et pillage. Les autres groupes de l'armée britannique, qui
recherchaient le sultan, les ont également suivis les propriétés publiques
de pillage et de pillage et en tuant les hommes et les femmes innocents.
Cette nuit s'est transformée en nuit noire pour les habitants de la ville de
Mysore.
Il y avait des cris de millier de filles de cette nation mais il n'y avait aucune
réponse pour elle. En raison des méfaits de la MIR Sadiq et d'autres,
toutes telles choses se sont produites. La mère qui avait nourri avec du
son lait à la MIR Sadiq, le déloyal, avait honte également. Aucune maison
de Srirangapatnam n'était sûre et à l'abri de la brutalité de l'armée
anglaise. Les déloyaux, qui avaient aidé la MIR Sadiq, Pornia, le Qamar-
ud-Vacarme et le Moin-ud-Vacarme pensaient alors qu'elles avaient non
seulement vendu loin la liberté de Mysore mais également elles avaient
vendu le respect et la valeur de leurs filles et femmes. Les soldats du
sultan ont tué le Moin-ud-Vacarme de MIR Sadiq et de MIR avant qu'ils
aient reçu leur récompense de trahison du leur seigneurs étrangers. Leurs
âmes doivent observer les méfaits de l'armée britannique faire mal dans
leurs maisons pour qui elles avaient fait la manière de l'entrée à la ville de
Srirangapatnam. Leurs filles et femmes étaient en état de détresse dû aux
méfaits des soldats d'ivrogne. Ces femmes ont pleuré et ont en appelé
comme suit. Je suis épouse de MIR Sadiq. Je suis sa soeur. Je suis sa
fille. C'est la maison du Moin-ud-Vacarme de MIR et il était ami de
seigneur Welsly. Le Général Harris a su que lui très bien et vous pouvez
voir son cadavre dans l'autre salle. Les personnes l'avaient tué parce qu'il
était un ami de l'armée britannique, ainsi vous ne devriez pas faire le mal
aux familles des personnes fidèles à East India Company et aux filles et
aux femmes de la nation. Je suis fils de Moin-ud-Vacarme de MIR et ce
sont mes soeurs et c'est mon épouse, svp me portent au Général Harris.
Mais il n'y avait aucune réponse des soldats excepté leur rire et méfaits
cruels. Les soldats de l'armée du sultan, qui ont été déçus par le résultat
de la guerre, ont commencé à protéger leurs maisons contre les contrats
cruels des soldats britanniques qui étaient ivres et étaient très occupés
dans les contrats mauvais du pillage et du pillage. Il y avait jet de sang
dans les rues et les bazars de la ville. Sur le next day, à environ quatre
heures, la procession funéraire du sultan ont commencé et ont été suivies
du prince, des dirigeants et de quatre compagnies de l'armée britannique.
Les soldats blessés fidèles du sultan et d'autres personnes étaient en
avant et tenaient le sultan sur leurs épaules. Il y avait sort de la crainte et
de la terreur dans la ville due au pillage et au pillage qui a eu lieu dans la
nuit dernière. Les rues et les bazars étaient vides. Quand la procession
funéraire a laissé au fort tous les hommes, les femmes et les enfants de
toutes les communautés l'ont joint avec le coeur lourd. Sur le chemin le
nombre de personnes a augmenté et leur crainte et terreur ont diminué
graduellement. Ils se considéraient en tant que personnes les plus
malheureuses et pensaient que le cadavre du sultan est leur garde. Les
hommes de Srirangapatnam ont pleuré fort et les femmes ont délié leurs
tresses dans la peine de la mort du sultan. Quand la procession funéraire
a laissé le fort, le vent était très lent à ce moment-là et il y avait trop
humidité dans l'atmosphère. Les personnes observaient un orage
dangereux sur l'horizon. Après une certaine heure un orage noir a couvert
le ciel entier. Quand le cortège a atteint Lal Bagh et le qazi a fini la prière
funèbre, le cadavre a été placé avec respect dans la tombe. À ce moment-
là il y avait tonnerre grave dans le ciel. Les gens avaient très peur de lui.
L'armée britannique commande pour le salut de pistolet mais le bruit des
pistolets n'a pas été entendu clairement en raison du tonnerre des nuages.
Il a semblé que le ciel faisait l'arrangement de `pour faire bon accueil à
l'âme du grand sultan de Tipu. L'obscurité dans l'atmosphère et le tonnerre
de l'allégement ont augmenté et en raison de ceci les maisons et les
portes ont commencé à secouer dans la ville. Les prés généraux, le
Beatson principal et l'Ellen avaient aperçu de loin cet orage noir en leurs
journaux intimes en lesquels ils avaient écrit que l'allégement était tombé
sur quelques parties de ville de Srirangapatnam aussi bien sur le camp
britannique d'armée de Bombay dans lequel deux soldats étaient morts et
un grand nombre de soldats étaient solidairement blessés. Les déloyaux,
qui étaient dans le cortège sous la garde des soldats britanniques, avaient
très peur de ceci. Juste après que l'enterrement a commencé la forte pluie
et les rues et les bazars de Srirangapatnam était plein de l'eau. Après une
certaine heure quelques dirigeants et soldats de l'armée de Mysorean ont
noté l'inondation dans le fleuve Kaveri. Un vieux dirigeant d'armée pleuré
fort et dit, « je n'ai pas vu qu'une telle inondation dans le fleuve Kaveri en
la première semaine de pouvez jamais dans ma vie. Ah ! Déloyal de
Mysore, vous devriez avoir a été attendu pendant un plus de jour en tant
que Dieu disposé à aider nous mais vous à avoir manqué cette chance.
Ce jour si vous n'aviez pas ouvert les portes de Srirangapatnam puis nous
pourrions avoir défait l'ennemi sans gaspiller notre balle simple. » Il a alors
dit, « oh ! Mes amis, parce que ce jour le sultan attendaient. Comment
l'unfortunate nous sont que les nuages qui auraient été témoin de notre
succès, ils lavent les larmes de nos soldats défaits. »

************************

Référence de : Appel original Gai'. d'Aur Talwar de `d'Urdu de Nasim


Hijazi. Traduit par : Muhammed A. Hafeez, B.COM.
Traducteur de livre Tadhkiratal Auliya Email : hafeezanwar@yahoo.com
Hyderabad-36, (l'Inde). ===========

Vous aimerez peut-être aussi