Vous êtes sur la page 1sur 23

19 Dhou El Qi’dah 1434 - Mercredi 25 Septembre 2013 - N°14934 - Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287

- Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287 L A R E V O L U

L A

R E V O L U T I O N

PA R

L E

P E U P L E

E T

P O U R

L E

P E U P L E

LISTES ÉLECTORALES

RÉVISION ANNUELLE DU 1 er AU 31 OCTOBRE 2013

P.4

68 e ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE L'ONU ABDELMALEK SELLAL, LORS DE SA VISITE À MÉDÉA :
68 e ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE L'ONU
ABDELMALEK SELLAL, LORS DE SA VISITE À MÉDÉA :
CONFLITS EN AFRIQUE
«Legouvernementasonplan
pourluttercontrelecancer»
P.3
M. Lamamra appelle
à un meilleur
partenariat UA-ONU
l L’UA rend hommage à Ramtane
Lamamra et à l’Algérie
l Le MAE rencontre l'Envoyé spécial
de l'ONU et de la Ligue arabe en
Syrie, Lakhdar Brahimi
P.
5
AADL
Ph : Nesrine
DANS UNE LETTRE OUVERTE AUX PROFESSIONNELS DE LA SANTÉ Boudiaf s’engage à impulser une démarche

DANS UNE LETTRE OUVERTE AUX PROFESSIONNELS DE LA SANTÉ

Boudiaf s’engage à impulser une démarche de partenariat

P.3

Les critères d’octroi seront définis par décret

TRIPARTITE

P. 7

Rapprochement et convergences

P. 10

Ph : Nacéra
Ph : Nacéra

HOMMAGE À ZIGHOUD YOUCEF AU FORUM DE LA MÉMOIRE D’EL MOUDJAHID

Un combattant chevaleresque

P. 9

7 e FESTIVAL D’ORAN DU FILM ARABE

7 e FESTIVAL D’ORAN DU FILM ARABE Invite à l’évasion L’ouverture officielle du Festival d’Oran du

Invite à l’évasion

L’ouverture officielle du Festival d’Oran du film arabe a été donnée lundi en début de soirée dans la splendide salle du Centre des conventions Mohammed-Benah- med, en présence des festivaliers,

stars du cinéma arabe, cinéastes et

du public.

P. 16

De notre envoyé spécial : Abdelkrim Tazaroute

. 1 6 De notre envoyé spécial : Abdelkrim Tazaroute Quotidien national d’information — 20, rue

2

2 EL MOUDJAHID Mé t é o CHAUD ET VOILÉ Au Nord, le temps sera relativement

EL MOUDJAHID

Mé t é o CHAUD ET VOILÉ Au Nord, le temps sera relativement chaud et
Mé t é o
CHAUD ET VOILÉ
Au Nord, le temps sera relativement
chaud et partiellement voilé, notamment
vers les régions de l'intérieur avec locale-
ment tendance orageuse en cours d'après-
midi/soirée.
Les vents seront en général faibles à mo-
dérés.
La mer sera généralement calme à peu
agitée.
Sur les régions Sud, le temps sera chaud
et généralement ensoleillé avec localement
développement de cellules orageuses vers
les massifs du Hoggar/Tassili.
Les vents seront en général modérés
(30/40 km/h) avec localement chasses sable.
Températures (maximales-minimales)
prévues aujourd’hui :
Alger (28°- 18°), Annaba (28°- 19°), Bé-
char (33° - 22°), Biskra (32° - 21°),
Constantine (28°- 16°), Djanet (37°- 23°),
Djelfa (30° - 17°), Ghardaïa (32° - 21°),
Oran (28° - 18°), Sétif (27°- 14°), Taman-
rasset (34°- 21°), Tlemcen (29° - 16°).

DEMAIN A 13 H AU CENTRE CULTUREL DE TAMENTFOUST

Patrimoine culturel maritime et société

DE TAMENTFOUST Patrimoine culturel maritime et société Des journées consacrées au patrimoine cultu- rel maritime

Des journées consacrées au patrimoine cultu- rel maritime et société dans le cadre de la colla- boration entre le musée public national Maritime, les associations de la société civile et l’APC d’El Marsa se tiendront demain à 13 h au centre cul- turel de Tamentfoust

AGENDA CULTUREL

à 13 h au centre cul- turel de Tamentfoust AGENDA CULTUREL JUSQU’AU 28 SEPTEMBRE Le coup

JUSQU’AU 28 SEPTEMBRE

Le coup de cœur d’Arts et culture

A la salle Ibn-Khaldoun :

Demain à partir de 21h30 : spectacle fla- menco animé par le groupe espagnol Camino Andaluz. Au complexe culturel Laâdi-Flici (espace Nadi El-Anka) :

Samedi 28 septembre à partir de 15h30 :

spectacle rock animé par le groupe Everest.

DEMAIN A 19H AU PALAIS DE LA CULTURE MOUFDI-ZAKARIA

Concert de musique andalouse

L’auditorium du palais de la culture Moufdi-Zakaria abritera demain à 19h un concert de musique Andalouse avec l’associa- tion culturelle et artistique « El Andaloussia El Djazaria ».

Necib à Sidi Bel-Abbès Le ministre des Res- sources en eau, M. Ho- cine Necib,
Necib
à Sidi Bel-Abbès
Le ministre des Res-
sources
en eau, M. Ho-
cine Necib, effectue
demain
une visite de
travail
dans la
et d’inspection
wilaya de Sidi
Bel-Abbès.

M. Amara Benyounes reçoit l’ambassadeur de France

M. Amara Benyounes reçoit l’ambassadeur de France SAMEDI 28 SEPTEMBRE A 10 H Conférence sur la
M. Amara Benyounes reçoit l’ambassadeur de France SAMEDI 28 SEPTEMBRE A 10 H Conférence sur la
M. Amara Benyounes reçoit l’ambassadeur de France SAMEDI 28 SEPTEMBRE A 10 H Conférence sur la
SAMEDI 28 SEPTEMBRE A 10 H Conférence sur la journée mondiale de la Paix L’Organisation
SAMEDI 28 SEPTEMBRE A 10 H
Conférence sur la journée mondiale de la Paix
L’Organisation nationale de la Promotion de la culture de la paix
organise samedi 28 septembre à 10 heures, une conférence sur la célé-
bration de la journée mondiale de la Paix suivie de la remise de cadeaux
aux lauréats du concours d’écriture de récits sur la tolérance, la soli-
darité et le patriotisme.
DIMANCHE 29 SEPTEMBRE
A 10 H
M e Merouane Azzi
au Forum d’El Moudjahid
Le Forum d’El Moudjahid recevra di-
manche 29 septembre à 10 heures, M e
Merouane Azzi, président de la commis-
sion nationale chargée de l’application
des dispositions de la charte pour la Paix
et la réconciliation nationale.
de la charte pour la Paix et la réconciliation nationale. CE MATIN A 9H30 A L’ECOLE

CE MATIN A 9H30 A L’ECOLE SUPERIEURE DE BANQUE

« La note de conjoncture trimestrielle »

Dans le cadre des réunions d’orientation et d’in- formation pour les responsables de banques et les établissements financiers, le gouverneur de la Banque d’Algérie fera une présentation sur « La note de conjoncture trimestrielle », ce matin à 9h30 à l’Ecole supérieure de banque, route de Baïnem, Bouzaréah.

DEMAIN A 9H A L’HOTEL PALAIS SABBAH

Journée

mondial

du Tourisme

Dans le cadre de la célébration de la journée mondiale du Tourisme, la direction du tourisme et de l’artisanat de la wilaya d’Alger célébre l’évènement demain à partir de 9h à l’hôtel Palais Sabbah – villa n°7 Lot, les Sources – Bir Mourad Rais (restaurant Sabbah).

DEMAIN À 10H À LA FÉDÉRATION NATIONALE DES SOURDS D’ALGÉRIE

Conférence avec l’association italienne des sourds

Conférence avec l’association italienne des sourds Dans le cadre de la fin du projet concernant la

Dans le cadre de la fin du projet concernant la for- mation d’un groupe de sourds et concrétisé grâce à la collaboration de l’association italienne des sourds ENS Onlus, la Fédération nationale des sourds d’Al- gérie organise une conférence de fin de projet demain à 10h au siège de la fédération, Centre familial de Ben-Aknoun, route des Deux-Bassins.

CE MATIN A 10H30 A L’UGCAA

« Les produits agricoles entre approvisionnement et prix »

L’Union Générale des Commerçants et Artisans Algériens (UGCAA) orga- nise une conférence de presse intitulée : « Les pro- duits agricoles entre appro- visionnement et prix » ce matin à 10h30 à son siège, 18 rue Mohamed Bouldoum - Belouizdad.

10h30 à son siège, 18 rue Mohamed Bouldoum - Belouizdad. AUJOURD’HUI ET DEMAIN A 9H A

AUJOURD’HUI ET DEMAIN

A 9H

A L’HOTEL MAZAFRAN

La valorisation énergétique des déchets ménagers

Dans le cadre de la coopération al- géro-belge, le ministère de l’Aména- gement du Territoire et de l’Environnement, en collaboration avec la Coopération Technique Belge, organise aujourd’hui et demain à partir de 9h à l’hôtel Mazafran (Zéralda), un séminaire relatif à la valorisation éner- gétique des déchets ménagers et assi- milés.

SAMEDI 28 SEPTEMBRE A 9H AU CENTRE CULTUREL ART ET CULTURE DE FONTAINE-FRAICHE

Rencontre de sensibilisation sur l’état des cimetières

Une rencontre de sensibilisation sur l’état des cimetières sera organisée le samedi 28 septembre à partir de 9h, au centre culturel art et culture de Fontaine-fraiche commune de Oued Korïche avec la participation des au- torités locales.

Le ministre du Dévelop- pement industriel et de la Promotion de l’investisse- ment, M. Amara Be- nyounes, a reçu, hier, M. André Parant, ambassadeur de la République française en Algérie. Le ministre a appelé à une implication plus dense des opérateurs français en Algérie, à l’effet de déve- lopper des partenariats substantiels dans l’intérêt mutuel des deux pays. Pour sa part, l’ambassa- deur de France a fait part de la disponibilité à facili- ter davantage les actions des entrepreneurs, princi- palement au plan de l’in- vestissement et du transfert de technologie.

et l’ambassadeur d’Italie

M. Benyounes a reçu, également, hier, M. Mi- chèle Giacomelli, ambas- sadeur de la République italienne en Algérie. Le ministre a souligné à cet égard les nom- breuses opportunités de partenariat existant dans divers domaines indus-

triels et l’apport attendu du savoir-faire italien dans le développement de l’in- dustrie algérienne. Pour sa part, M. Michèle Giacomelli a exprimé la disponibilité des entreprsies italiennes à concrétiser des projets de partenariat dans différents domaines.

Activités des partis

SAMEDI 28 SEPTEMBRE A 9H A SETIF

FLN : conférence régionale des cadres

Le parti du Front de Libération Nationale orga- nise le samedi 28 septembre à 9h à la salle multi- sports du complexe 8-Mai de Sétif une conférence régionale des cadres du parti en présence du SG du parti, M. Amar Saadani.

LES 27, 28 ET 29 SEPTEMBRE

FFS : cinquantième anniversaire

A l’occasion du cinquantième anniversaire de sa création, le 29 septembre 1963, le Front des forces socialistes a élaboré un riche programme d’activités à Alger et dans plusieurs wilayas.

VENDREDI 27 SEPTEMBRE A 14H30 A SIDI BEL-ABBES

ANR : conférence régionale des cadres

L’Alliance nationale républicaine organise le vendredi 27 septembre à partir de 14h30 à la cou- pole de Sidi Bel- Abbès une conférence régionale des cadres du parti sous la présidence du SG, M. Belkacem Sahli.

LES 27 ET 28 SEPTEMBRE A MOSTAGANEM

MPA : université d’été et 4 e session du conseil national

Les travaux de l’université d’été et de la 4 e session du conseil national du Mouvement populaire algérien auront lieu les 27 et 28 septembre prochains à Mostaganem.

Mercredi 25 Septembre 2013

N

ation

3

EL MOUDJAHID

ABDELMALEk SELLAL LoRS DE SA vISItE à MéDéA

« Le gouvernement a son plan pour lutter contre le cancer »

La démarche, explique le Premier ministre, « nécessite du temps, des moyens financiers et humains ainsi que de la patience. »

L a visite du Premier ministre qui l’a mené à Médéa, ac- compagné de 10 ministres

dont deux nouveaux membres du gouvernement, lui a permis de s’ar- rêter sur plusieurs projets, et non des moindres, à l’image du pôle universitaire, mais aussi de passer en revue nombre de questions im- portantes avec la société civile. L’un des dossiers « lourds » qui se sont taillé la part léonine dans l’intervention de M. Sellal, ont trait au problème du « cancer ». De prime abord, il annonce que le « gouvernement déploie des efforts incommensurables et dispose de son plan pour gagner la bataille face à cette pathologie qui touche, malheureusement, de plus en plus d’Algériens ». Sollicité à ce sujet par les mem- bres de la société civile, venus nombreux à assister à cette rencon- tre, M. Sellal a tenu à mettre en exergue le fait que la « construc- tion d’un centre équipé de moyens développés, est inscrite dans le programme du gouvernement ». toutefois, relève le Premier minis-

Ph. Nesrine
Ph. Nesrine

tre, « il serait difficile de mettre en place un centre dans chaque wilaya ». La démarche, avoue-t-il, « né- cessite du temps, de moyens finan- ciers et humains ainsi que de la patience ».

Il y a lieu de rappeler que le rap- port final sur le plan en question sera soumis au Président de la Ré- publique, Abdelaziz Bouteflika, à la fin octobre prochain, comme l’a affirmé tout récemment le profes-

seur Messaoud Zitouni, chargé du suivi et de l'évaluation du plan na- tional de lutte contre le cancer. Il y a lieu de signaler que l’état d’avancement de cette pathologie est devenu préoccupant, puisque depuis les années 2000, le nombre de cancéreux a atteint les 45.000 cas annuellement. Dans un autre contexte, M. Sellal, a instruit les responsables locaux en vue d’amé- liorer les conditions de vie des ha- bitants et la prise en charge des besoins exprimés, notamment en matière de logements, d’alimenta- tion en eau potable, de couverture sanitaire et d’emploi. L’éducation est, aussi, un sec- teur auquel le chef de l’Exécutif a donné de l’importance, assurant que des infrastructures bien équi- pée viendront prochainement ren- forcer celles existantes. « Une bonne école est la base élémentaire de tout pays développé », diagnos- tique l’hôte de Médéa. Sur sa lan- cée, le Premier ministre a exhorté les autorités locales à consentir da- vantage d’efforts. L’objectif est de pallier certaines insuffisances et

dysfonctionnements « constatées de visu » et exprimés par les diffé- rents intervenants durant la ren- contre. M. Sellal s’est engagé, au nom du gouvernement, à apporter toute l’aide nécessaire afin d’ap- puyer la dynamique du développe- ment local enclenchée dans la wilaya. Mais cette volonté doit, dit-il, être accompagnée par celle des au- torités locales et de la population. « Il faut penser logique et efficacité pour bâtir une Algérie meilleure, la vôtre », poursuit M. Sellal. Et d’in- sister que dans toutes ses dé- marches, la réconciliation nationale est l’exemple édifiant, l’Algérie n’« a jamais exclu un de ses enfants ». D’autre part, M. Sellal a tenu un langage ferme envers les responsa- bles de l’habitat. Avec le franc par- ler qui lui est habituel, le Premier ministre ne veut plus d’atermoie- ments pour finaliser les projets en- tamés. Ses orientations vont dans le sens de maîtriser la forte de- mande du logement rural. Fouad Irnatene

DAnS UnE LEttRE oUvERtE AUx PRofESSIonnELS DE LA SAnté

Boudiaf s’engage à impulser une démarche de partenariat

Dans une lettre ouverte adres- sée aux professionnels de la santé, Abdelmalek Boudiaf, a indiqué que le secteur se trouve à la croisée des chemins. Il soulignera que les défis auxquels il doit faire face et l’urgence de les relever ont tou- jours constitué une priorité du Pré- sident de la République qu’il remercie de l’avoir honoré de sa confiance. tout comme il remerciera le Premier ministre pour ses instruc- tions concernant la nécessité de re- dresser le secteur de la santé qu’il suit particulièrement. S’adressant aux professionnels, le ministre dira qu’il est conscient de la complexité des problèmes, qui remettent en cause les efforts fournis et les ac- quis enregistrés et qui sont à l’ori- gine de l’insatisfaction tant des citoyens et des pouvoirs publics que des professionnels de la santé, Boudiaf dira avoir aussi la certi- tude que rien ne peut être fait sans l’engagement et l’implication de tous les professionnels de la santé. En effet, poursuivra le premier responsable du secteur dans sa let- tre ouverte, seule l’implication de tous les professionnels de la santé peut assurer une vision partagée et l’adhésion à une mise en œuvre pertinente et efficace des actions visant à redresser le secteur. votre action, je la conçois comme un tra- vail de militantisme au profit des malades et du service public, ajou- tera Abdelmalek Boudiaf. Lequel poursuivra en indiquant, à ce titre je m’engage à impulser une démarche de partenariat avec l’ensemble des personnels de la santé qu’ils soient médecins, para- médicaux ou gestionnaires. Et d’ajouter, dans ce cadre l’ensemble des partenaires sociaux représenta- tifs seront inscrits dans une dé- marche de partenariat avec pour, seule et unique ambition de réunir toutes les conditions permettant une meilleure prise en charge du malade. Seul le malade est notre priorité, il doit être notre souci per- manent et notre préoccupation constante, car c’est lui notre raison d’être, estime le ministre.

Il conclura sa lettre en déclarant : « Je tends la main à tous les professionnels de la santé pour réaliser ensemble ce sursaut en exploitant au mieux tous les moyens que recèle le secteur pour valoriser les gisements de compétences et donner de nous même une image plus conforme à notre noble mission. » Il prendra cependant le soin de préciser que « certes les questions liées à la gestion de nos structures sont sujettes à des critiques pour lesquelles une action continue et permanente doit être engagée dans

les brefs délais. Selon lui les potentialités sont à rechercher dans le secteur qui recèle des énergies et des forces qu’il faudrait naturellement utiliser d’une façon optimale. Il estimera enfin avoir une grande confiance en les professionnels de la santé en tant que force innovatrice permettant de réaliser les défis qui sont, faut- il le rappeler, une préoccupation constante du Président de la République.

R. N.

constante du Président de la République. R. N. "Partenariat stratégique" entre le ministère de la

"Partenariat stratégique" entre le ministère de la Santé et General Electric

Le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière et la compagnie amé- ricaine General Electric (GE), travaillent sur un "partenariat stratégique" pour améliorer les ser- vices de santé en Algérie, a indiqué un commu- niqué du ministère. "La question de la mise en place d'un partenariat stratégique dans le do- maine de l'amélioration des services de santé a été au centre des entretiens" entre le ministre de la Santé, Abdelmalek Boudiaf, et Jeffrey. R. Im- melt, PDG de GE, a précisé le ministère dans son communiqué. Dans son intervention limi- naire, M. Boudiaf a parlé des priorités inscrites pour améliorer les services de santé et œuvrer au redressement durable du secteur notamment en matière d'urgences médico-chirurgicales, la prise en charge du cancer, l'amélioration des condi- tions de prise en charge en gynécologie obsté- trique et la formation, a-t-on précisé de même source. Il a, également, souligné la nécessité de relancer le plan de développement qui comprend

des projets importants comme la réalisation de nouveaux centres hospitalo universitaires (CHU), au nord et au sud du pays, ainsi que des hôpitaux spécialisés dans différents domaines, dont celui du cancer. Intervenant après l'exposé de M. Boudiaf, qui a insisté sur l'obligation de provoquer un "changement rapide et positif" des soins offerts aux usagers notamment en matière d'urgences médicales et chirurgicales (UMC), M. Jeffrey R. Immeli a affiché la disposition de GE à accom- pagner le ministère de la Santé dans différents domaines. La firme américaine est disposée à of- frir un accompagnement particulièrement dans l'amélioration et la réorganisation du manage- ment des services d'urgences médicales et chi- rurgicales au regard de "la grande expertise dont dispose cette compagnie en la matière", a souli- gné le communiqué. Un groupe d'experts de GE mène actuellement une opération d'audit concer- nant le fonctionnement des urgences médico-

chirurgicales en Algérie, a indiqué M. Jeffrey. R. Immelt, cité dans ce communiqué. Dans ce cadre, les deux parties ont convenu selon le mi- nistère à ce que GE mène, à ses frais, une opé- ration pilote de mise à niveau et de réorganisation du management sur la base des normes internationales d'un service d'UMC au niveau d'un établissement à définir rapidement. Après l'évaluation de cette opération pilote, les deux parties entameront les discussions pour as- seoir un "partenariat stratégique" entre le MSPRH et GE pour moderniser le management des plus importants services UMC du pays. Il est attendu de ce partenariat qu'il permette, dans des délais rapides, un changement radical de l'image des urgences médico-chirurgicales qui consti- tuent "la vitrine du système national de santé et déterminent pour une large part la perception qu'à le citoyen du secteur de la santé", a conclu le communiqué du ministère.

CHIRURGIE oRtHoPéDIqUE

Nécessité d'encourager la recherche scientifique sur la méthode d'Ilizarov

Les participants aux journées mé- dicales algéro-russes sur la technique d'Ilizarov ont appelé, hier, à Alger, à encourager la recherche scientifique concernant cette méthode de chirurgie orthopédique. Cette technique, qui porte le nom de son inventeur d'origine russe, est appliquée depuis des années en Russie et dans les pays développés et consiste à remplacer une partie des os fragilisés par une maladie à travers la fixation d'instruments métalliques. Ces instruments sont destinés aux per- sonnes atteintes de maladies de la co- lonne vertébrale, de brûlures ou de

maladies génétiques qui fragilisent les os et empêchent leur croissance. Dans ce cadre, les participants aux journées médicales de l'hôpital de Douéra (ouest d'Alger) spécialisé en orthopédie ont souligné que le nombre des malades nécessitant cette méthode en Algérie est "très élevé". Le chef de service de chirurgie orthopédique à l'hôpital de Douéra, le Pr Saighi Bouaouina a souligné que les services hospitaliers spécialisés ont entamé, de- puis quelques années, l'application de cette technique qui "ne s'est toujours pas encore développée".

Le Pr Bouaouina prévoit le déve- loppement de la méthode d'Ilizarov lors des prochaines années après la si- gnature d'un accord de partenariat entre le centre international de la technique d'Ilizarov dont le siège se trouve en Si- bérie (Russie), l'établissement hospita- lier spécialisé en chirurgie orthopédique et la faculté de Médecine à l'université de Blida. Ce partenariat, a-t-il précisé, per- mettra de tirer profit de l'expérience russe en matière de formation, à travers l'organisation de stages dans les deux pays et l'acquisition de matériel médi-

cal spécialisé. Pour sa part, le Dr Ab- derraouf Lettreuche, maître-assistant dans le même établissement hospita- lier, a tenu à rappeler que les médecins de cet établissement comptent sur leurs propres moyens pour l'acquisition de la technique d'Ilizarov. Il a, dans ce sens, déploré le manque de moyens qui entrave le dé- veloppement de la recherche scienti- fique sur la méthode d'Ilizarov, souhaitant que les pouvoirs publics puissent faire bénéficier les malades al- gériens de cette technique.

Mercredi 25 Septembre 2013

N

4

ation

EL MOUDJAHID

Améliorer le service public, comment ?

4 ation EL MOUDJAHID Améliorer le service public, comment ? Dès le 1 e r octobre,

Dès le 1 er octobre, une commis- sion technique va procéder à un diagnostic au niveau de l’ensemble des APC de la wilaya d’Oran pour évaluer les performances du service public et la qualité des pres- tations offertes au citoyen par l’admi- nistration locale. Cette information a été rendue publique, hier, à l’occasion d’une réunion animée par Hocine Aït- Rabah, directeur de la réglementation et des affaires générales (Drag) de la wilaya et à laquelle assistaient les secré- taires généraux des mairies. Comme on le sait, le récent gouvernement com- prend un ministère chargé de la Ré- forme du service public. Il s’agit-là d’ une décision du Président de la Répu- blique qui a fait de la lutte contre la bu- reaucratie et de la transparence dans la gestion des affaires administratives une priorité citoyenne. Hier, il a été lar- gement question du rapport adminis- trés-administration et des modalités pratiques pour que chaque démarche du citoyen ne soit pas contrecarrée par les lenteurs administratives ou les lour- deurs procédurières. Une carte grise en 72 heures quand les documents sont de la wilaya et, au maximum, en 21 jours quand le dossier est hors wilaya ainsi qu’une délégation de signature pour activer la délivrance des documents en l’absence du président d’APC étaient, hier, entre autres les sujets évoqués pour illustrer ce souci de transformer le service public d’une machine opaque, complexe, lourde en une rela- tion directe, fluide et transparente. Il faut rappeler que la bureaucratie et la promotion du service public figuraient parmi les revendications soumises par les partis et les organisations de la so- ciété civile au Président de la Répu- blique lors des consultations en mai 2011. Lors de la prise de fonction de Mohamed El Ghazi, ministre auprès du Premier ministre chargé de la Ré- forme du service public, le Premier mi- nistre, Abdelmalek Sellal, a déclaré que « la réussite de l’Etat dans ses missions était tributaire de la facilitation des conditions de vie du citoyen dans son environnement, notamment l’adminis- tration qui continue de poser des pro- blèmes au citoyen. » M. Koursi

LISTES éLECTorALES

Révision annuelle du 1 er au 31 octobre 2013

L e ministère de l'Intérieur et des Collectivités locales a an- noncé, hier, dans un communi-

qué, que la révision annuelle des

listes électorales est ouverte du 1 er au

31 octobre 2013. Cette révision an-

nuelle entre dans le cadre des dispo-

sitions de la loi organique n°12-01 du

12 janvier 2012 relative au régime

électoral. A cet effet, toutes les ci- toyennes et citoyens non inscrits sur les listes électorales âgés de dix-huit ans révolus, sont invités à solliciter leur inscription auprès de leur com- mune de résidence. Tous les électeurs et électrices ayant changé de rési- dence sont tenus de demander leur radiation de la liste électorale de leur ancienne commune de résidence et leur inscription sur la liste électorale de leur nouvelle commune de rési-

sur la liste électorale de leur nouvelle commune de rési- dence, a précisé le ministère de

dence, a précisé le ministère de l'Inté- rieur. La même source a rappelé que

toute demande d'inscription doit être appuyée par la présentation de la carte d'identité nationale ou le passeport, et de l'un des documents justifiant le lieu de résidence (un titre de propriété, un contrat de location, un reçu de loyer, une attestation d'hébergement, une quittance d'électricité et gaz ou une quittance des services des eaux). En plus de ces documents, il est également demandé la présentation d'une attesta- tion de radiation de la liste électorale de l'ancienne commune de résidence pour les électeurs et électrices ayant changé de domicile. Le ministère a in- diqué que les bureaux des élections au niveau des communes sont ouverts tous les jours de la semaine de 9h00 à 16h00, à l'exception du vendredi.

LE PArTI EL KArAMA EN MEETING à TIGHENNIf

« La candidature de Bouteflika ne nous pose aucun problème »

Le président du parti El Karama, M. Mo- hamed Benhamou a animé, hier, un meeting populaire au complexe culturel Benaoum Benzerga de Tighennif pour expliquer les grandes lignes de sa formation politique et son positionnement dans le paysage de l’échiquier politique face aux échéances élec- torales et les questions touchant à la vie du citoyen dans toutes les facettes. Le leader d’El Karama a, d’emblée, mis à l’index cer- tains partis qui font de l’opposition pour l’op- position, notre parti est clean, il ne verse pas dans l’opportunisme, le clanisme et la suren- chère gratuite. Nous disposons, ajoute -t-il, d’un programme où l’on accepte l’avis de l’autre, un parti centriste où l’Algérie dans notre vision globale appartient à tous et nous rejetons l’exclusion, et nous œuvrons pour un nationalisme des constantes et des acquis po- pulaires dans un état moderne qui a été prôné par l’Emir Abdelakader, son fief ou je suis honoré d’y être aujourd’hui. M. Benhamou n’a a pas manqué de rappeler à cet effet que la candidature du Président Ab- delaziz Bouteflika ne nous pose aucun pro- blème, car les derniers changements dénotent de la bonne intention et la clair- voyance du Chef de l’Etat pour une répu- blique démocratique, un état civil, celui des institutions et nous nous appelons cette dé-

celui des institutions et nous nous appelons cette dé- marche politique comme étant l’émergence d’une

marche politique comme étant l’émergence d’une secondé république et c’est tout à l’honneur du moudjahid Bouteflika d’opter pour ce choix téméraire. S’agissant des élec- tions présidentielles de 2014, le chef du parti EL Karama a clairement fait savoir à ses mi- litants que sa formation émet des réserves pour la simple raison que son parti n’est pas entièrement fin prêt et il va falloir que l’on nous donne un peu plus de temps et c’est pourquoi nous demandons le report des élec- tions présidentielles. Nous ne sommes pas une coordination de soutien au Président de la république. Nous ne nous opposons pas à la révision de la Constitution et la reconduc- tion du Président de la république pour un

autre mandat, l’orateur n’a pas tari d’éloges à l’égard du Chef de l’Etat qui mené une guerre contre le terrorisme, la pauvreté, l’ignorance, le chômage et jeté les bases d’une nation prospère, unie vivant dans la stabilité et la paix sociale grâce à son programme de ré- conciliation nationale et de développement économique. Il y a des partis qui colportent des idées de fitna et sèment la division. Nous n’adhérons pas la démarche de ces partis qui font de l’alliance leur cheval de bataille. Nous travaillons la main dans la main avec ceux qui partagent nos idéaux pour un état fort qui aspire à la fin de la dépendance économique. Le dispositif de soutien à l’emploi de jeunes par le biais de l’ANSEJ et de la CNAC ne nous satisfait pas. Nous cherchons à arriver au pouvoir par la voie de urnes, par la concur- rence loyale dans laquelle nos cadres seront engagés lorsque nous serons en mesure de présenter des candidats potentiels aux échéances électorales. Bouteflika est toujours Président de la république, il a tout le soutien de tout le peuple, nous en sommes convain- cus. Nous sommes pour un septennat avec double reconduiction. Nous réfutons le man- dat présidentiel à vie, l’alternance au pouvoir demeure le meilleur moyen d’expression dé- mocratique, a-t-il conclu. A. Ghomchi

PArTENArIAT ALGérIE TéLéCoM- ANSEJ

Une meilleure prise en charge des micro-entreprises

Le développement rapide des nouvelles technologies de l’information et de la commu- nication induit une consommation accrue des

flux data de plus en plus important, cela oblige les opérateurs de télécommunications à faire évoluer leurs infrastructures d’accès. Dans ce cadre, Algérie Télécom (AT) a mis en place une politique soutenue pour le développement de son infrastructure de base sur les 10 prochaines années, qui lui assurera une présence nationale, et un plan de charge important. Dans ce contexte, un workshop a été organisé, hier, au siège de l’opérateur historique des télécommu- nications « Algérie Télécom » sur "l’implica- tion des jeunes dans le développement des TIC en Algérie". Présidée par le président-directeur général, M. Azouaou Mahmel, cette rencontre

a été rehaussée par la présence de M me Cristina

Amaral représentante résidente du PNUD en Algérie. Cette rencontre intervient à l’occasion de la manifestation annuelle "social good sum- mit" qui se tient du 22 au 24 septembre à New York, avec le soutien du bureau du PNUD d’Al-

ger en partenariat avec l’ANSEJ et la participa- tion de l’USTHB. Le PDG d’AT qui s’est félicité d’accueillir ce workshop baptisé au ni- veau du siège de son département, a estimé que

« la ressource humaine constitue, aujourd’hui,

la ressource la plus importante dans notre so- ciété », « nous nous dirigeons, aujourd’hui, vers une économie fondée sur la connaissance, donc

Ph. : Nacera
Ph. : Nacera

tout se repose sur la construction de la res- source humaine », a-t-il ajouté. Il a affirmé que « l’évolution technologique a fait que les TIC se retrouvent au cœur du développement so- cial », « et l’AT est entièrement impliquée, nous avons un énorme plan de charge dans le cadre du plan gouvernemental », a-il-précisé. Le thème de ce workshop, selon le premier respon- sable du groupe Algérie Télécom « illustre l’importance de l’activité d’AT en terme de réa- lisation du contrat qui ne pourra se réaliser sans une ressource humaine qualifiée », a-t-il dit. Le

groupe envisage de faire davantage confiance aux jeunes. Pour lutter contre le chômage, Al- gérie Télécom voudrait de plus faire appel aux entreprises nationales de sous-traitance notam- ment celles créées par des jeunes. Dans cette perspective, AT en partenariat avec l’Ansej a mis en place un programme d’envergure pour la création d’un écosystème favorisant la sous- traitance dans la réalisation de réseaux d’abon- nés. En effet, ce partenariat apporte un soutien et une aide aux porteurs de projets pour la créa- tion de micro-entreprises spécialisées dans des

segments d’activités d’Algérie télécom, il per- met aussi de mobiliser et de mettre en œuvre tous les moyens nécessaires pour la concrétisa- tion des objectifs d’AT. S’adressant à M me Ama- ral, M. Mahmel a déclaré « prêt à partager notre expérience et de vous faire part de l’évolution de cette expérience et ses résultats. » De son côté, M me Amaral a affirmé qu’« il y a énormé- ment de progrès à travers le monde et on voit que le rapprochement entre le citoyen et le gou- vernement ainsi que l’utilisation de ces techno- logies pour la gouvernance, permet de raccourcir les distances », « c’est un grand bou- levard pour le développement », a-t-estimé. Dans ce sillage elle a espéré « voir les idées d’AT avec la possibilité de réaliser ce partena- riat que les jeunes trouvent dans les TIC l’em- ploi du future. » Dans une première phase, l’ANSEJ, qui accompagnera les porteurs de projets dans leur parcours de création d’entre- prise et assurera une formation aux porteurs de projets sur la gestion d’entreprise, procédera à la sélection et à l’étude des dossiers dans le cadre des spécifications des métiers d’AT. Dans une deuxième phase, AT contribuera à la for- mation dans l’action, des promoteurs par des sessions de recyclage et de perfectionnement, elle assurera l’assistance technique nécessaire à la réalisation des projets à réaliser dans le cadre des dispositifs prédéfinis. Sihem Oubraham

N

ation

5

EL MOUDJAHID

OUVERTURE DE LA 68 e ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE L'ONU
OUVERTURE DE LA 68 e ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE L'ONU

CONFLITS EN AFRIQUE

M. Lamamra appelle à un meilleur partenariat UA-ONU

Le ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, a plaidé à New York pour un meilleur partenariat entre l’Union africaine (UA) et l’ONU sur les conflits en Afrique, considérant que les relations entre les deux organisations demeuraient en deçà du niveau d’engagement stratégique nécessaire à l’appui d’une approche commune.

C e constat a été relevé par le chef de la diplomatie algé- rienne, lors de la réunion des

chefs d’État et de gouvernement du Conseil de paix et de sécurité de l’UA tenue en marge de la 68 e As- semblée générale de l’ONU à New York. Notant que le maintien de la paix et de la sécurité en Afrique s’est im- posé à l’UA au vu des crises et conflits qui persistent encore dans plusieurs pays africains, M. La- mamra a rappelé, cependant, les ef- forts déployés par l’UA pour la mise en place de l’Architecture africaine de la paix et de sécurité (Apsa). Il a alors précisé que le Conseil de paix et de sécurité, en tant qu’organe de décision, et la Force africaine en attente constituaient les éléments cen- traux de cette architecture, à laquelle s’ajoute, au plan politique, l’Archi- tecture africaine de la gouvernance destinée à promouvoir les droits de

l’homme, la bonne gouvernance, la lutte contre la corruption et l’appro- fondissement du processus de démo- cratisation. Sur le terrain, l’UA a déployé des missions de maintien de la paix dans 4 zones de conflit, a poursuivi le ministre, ajoutant que ces missions ont été dotées de man- dats d’imposition de la paix qui ont été remplis au prix de lourdes pertes.

D’autres menaces comme le terrorisme M. Lamamra s’est félicité de ces efforts qui renforcent la démarche d’appropriation de l’UA des préoccu- pations africaines, même si des conflits persistent en même temps que d’autres menaces comme le ter- rorisme, la criminalité transnationale organisée et le trafic de drogue, et ce en raison, en partie, des moyens limi- tés dont dispose l’UA. C’est dans ce sens que le ministre a soutenu l’importance et l’urgence

de la question militant en faveur d’un renforcement de la coopération entre l’UA et l’ONU à qui incombe la pre- mière responsabilité en matière de maintien de la paix et de la sécurité internationales. Rappelant les diffé- rentes actions engagées, jusqu’à maintenant, dans le domaine de la coopération entre les deux organisa- tions en matière de paix et de sécu- rité, M. Lamamra a aussi évoqué la problématique de la recherche de fi- nancements suffisants et durables des opérations de soutien à la paix de l’UA. Par ailleurs, il a rappelé que lors du dernier sommet de l’UA, les pays africains ont pris la décision de créer la Capacité africaine de réponse im- médiate aux crises (CARIC). Ce qui devrait permettre, a-t-il avancé, la mise en œuvre de solutions africaines aux problèmes de l’Afrique, et acceptant de consentir davantage de sacrifices.

et acceptant de consentir davantage de sacrifices. En somme, a affirmé M. La- mamra, si les

En somme, a affirmé M. La- mamra, si les relations entre l’UA et l’ONU évoluent positivement, elles demeurent toutefois en deçà du ni- veau d’engagement stratégique né- cessaire à l’appui d’une approche commune entre les deux organisa- tions.

Dans ce sillage, il a prôné, notam- ment, l’approfondissement de la ré- flexion pour optimiser la synergie UA-ONU en matière d’opérations de maintien de la paix et la nécessité d’augmenter les ressources finan- cières de l’UA.

PAIX ET SÉCURITÉ EN AFRIQUE

L’UArendhommage àRamtaneLamamra et à l’Algérie

Des dirigeants africains présents à la 68 e Assemblée générale de l’ONU ont rendu un vibrant hommage au mi- nistre des Affaires étrangères, Ram- tane Lamamra, dont la mission à la tête de la Commissaire à la paix et à la sécurité s’est achevée récemment suite à sa nomination à la tête de la diplomatie algérienne. C’est dans le cadre d’une réunion des chefs d’État et de gouvernement du Conseil de paix et de sécurité de l’Union afri- caine (UA), tenue hier à New York, en marge de l’Assemblée générale de L’ONU, que cet hommage a été rendu au chef de la diplomatie algé- rienne. Tour à tour, M. Alassane Ouattara, président de la Côte d’Ivoire et président du Conseil de paix et de sécurité de l’UA, et M me Nkosazana Dlamini-Zuma, prési- dente de la Commission de l’UA, ainsi que M. Hailemariam Desalegn, Premier ministre de l’Éthiopie et pré- sident en exercice de l’UA, ont féli- cité M. Lamamra pour ses “contributions significatives” à la conception et à la mise en œuvre de l’action africaine comme en matière de paix et de sécurité. Dans ce sens, ils ont relevé les progrès réalisés par l’Afrique en matière de prévention et de résolution des conflits durant les cinq années, lors desquelles M. La- mamra avait assumé ses responsabi- lités continentales. Les trois intervenants ont, au nom de tous les participants, mis en évidence la constance et la consistance du rôle- clé que l’Algérie joue au sein de l’UA, et ont loué sa fidélité à ses en- gagements panafricanistes.

DÉVELOPPEMENT POST-2015

L’Algérie prône une position africaine commune

Le ministre des Affaires étrangères, Ramtane La- mamra, a appelé, hier à New York, à des consul- tations entre les pays africains afin de définir une position commune pour porter à la communauté internationale leurs préoccupations pour le futur programme de développement post-2015. Inter- venant lors de la session du Comité des 10 de l’Union africaine sur l’Agenda de développement post-2015, tenue en marge de l’Assemblée géné- rale de l’ONU, le chef de la diplomatie algé-

rienne a observé, de prime abord, que la déclara- tion des OMD, adoptée en 2000, aura du mal à atteindre l’ensemble de ces objectifs pour tous les pays à l’horizon 2015. Dans ce sens, il a insisté sur le fait qu’à l’approche de cette échéance, il était indispensable pour les pays africains de se consulter pour arrêter une position commune ap- pelée à porter à la communauté internationale leurs préoccupations et leur vision pour l’après- 2015. Concernant l’Algérie, M. Lamamra a af-

DIPLOMATIE

firmé qu’elle avait mobilisé l’ensemble de ses ressources humaines et des moyens matériels considérables dans le cadre des trois plans natio- naux successifs de relance économique de 2000 à 2014. L’autre condition préalable que M. La- mamra a citée est le renforcement de la coopéra- tion et de la solidarité internationales sur la base d’un ordre économique mondial plus équitable, dont l’accès doit être ouvert aux pays les plus dé- munis.

Intenses activités du MAE à New York

Le ministre des Affaires étran- gères, Ramtane Lamamra, a eu, lundi, d’intenses activités à New York, en participant à plusieurs réu- nions tenues dans le cadre de la 68 e Assemblée générale de l’ONU, comme il a eu des entretiens bilaté- raux avec plusieurs personnalités internationales. Le chef de la diplo- matie algérienne a, ainsi, pris part à une réunion des ministres des Af- faires étrangères des pays de l’Union du Maghreb arabe (UMA) organisée à l’initiative de l’Algérie. Tenue en présence également du Se- crétaire général de l’UMA, Lahbib Benyahia, cette rencontre a permis des consultations et la coordination entre les cinq ministres des Affaires étrangères sur les questions inscrites

à l’ordre du jour de la 68 e session de l’Assemblée générale de l’ONU. Ils ont, en outre, examiné la situation qui prévaut dans la région du Ma- ghreb, notamment sur le plan sécu- ritaire, ainsi que la promotion de la coopération économique avec le passage en revue du calendrier des prochaines rencontres techniques sur des questions éco-sociales (éco-

nomie, emploi, microcrédit

L’autre volet examiné a porté sur la coopération entre l’UMA et un

).

certain nombre de partenaires, dont l’Union européenne et les organisa- tions sous-régionales en Afrique. Par ailleurs, M. Lamamra a pris part, respectivement, à une réunion des ministres arabes des Affaires étrangères, à la réunion du Conseil de la paix et de la sécurité (CPS) de l’Union africaine (UA) au niveau des chefs d’État et de gouverne- ment, à la réunion du Comité de haut niveau de l’UA sur l’agenda de développement post-2015, lequel prendra le relais du programme des Objectifs du millénaire pour le dé- veloppement (OMD) qui arrivera à échéance en avril 2015. Durant la première journée de son séjour à New York, M. Lamamra a égale- ment tenu des rencontres bilatérales avec de hauts responsables régio- naux et internationaux. Il a ainsi rencontré la présidente de la Com- mission de l'Union africaine, M me Nkosazana Dlamini-Zuma, à qui il a remis officiellement sa démission de ses fonctions de Commissaire pour la paix et la sécurité de l’Union africaine, et ce avant la mise en œuvre du processus du choix de son prochain successeur. M. Lamamra et M me Zuma ont aussi discuté de la mise en œuvre des décisions arrê-

tées par le dernier sommet de l’UA relatives à la création de la Capacité africaine de réponse immédiate aux crises (CARIC). Dans le cadre de ses rencontres bilatérales, le minis- tre a aussi rencontré, successive-

ment, l'Envoyé spécial de l'ONU et de la Ligue arabe en Syrie, Lakhdar Brahimi, le Premier ministre mal- tais, Joseph Muscat, et le président du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), Peter Maurer.

Rencontre avec plusieurs ministres

Le ministre des Affaires étran- gères, Ramtane Lamamra, a rencon- tré, hier à New York, plusieurs de ses homologues, en marge de la 68 e As- semblée générale de l’ONU. Le chef de la diplomatie algérienne a eu des entretiens avec les ministres des Af- faires étrangères respectivement de la Libye, Mohamed Abdelaziz, de la Grande-Bretagne, William Hague, du Portugal, Rui Machete, de la Nouvelle-Zélande, Murray McCully, et de la Corée du Nord, Pak Kil Yon. Par ailleurs, M. Lamamra a pris part et prononcé un discours respective- ment au Forum politique de haut ni- veau pour le développement durable créé par Rio+20, et à la réunion du Comité africain des chefs d’État et de gouvernement sur les change- ments climatiques (CAHOSCC).

Plus de 130 dirigeants du monde en- tier sont réunis depuis hier au siège des Nations unies à New York pour

le Débat général de la 68 e session de

l’Assemblée générale. Cette session

a pour questions prioritaires, les si- tuations en Syrie, en Égypte et au Mali, notamment, les approches de maintien de la paix et l’aide aux pays en transition politique. Au cours du Débat général, 84 chefs d’État, 41 chefs de gouvernement, 11 vice-Pre- miers ministres et 65 ministres des Affaires étrangères, dont M. Ram- tane Lamamra, doivent s’adresser à l’Assemblée sur des questions allant du développement durable à l’éradi- cation de la pauvreté, en passant par les changements climatiques, les droits de l’homme, et paix et la sé- curité internationales.

CONSEIL DES MINISTRES ARABES DE LA COMMUNICATION ET DE L'INFORMATION

L'Algérie abritera lundi prochain la 17 e session

cutive, a indiqué le secrétaire général adjoint aux affaires économiques à la Ligue arabe, Mohamed Ben Ibrahim Al Touidjiri. Ceci reflète, a-t-il ajouté, "son rôle important au sein du Conseil et sa contribution à la promotion de ses activités". Cette session a pour objectif de passer en revue les résultats des réunions des commissions per- manentes issues du Conseil et des groupes de tra- vail techniques relavant de ces commissions, a précisé M. Al Touidjiri. Il sera également ques- tion d'examiner la préparation de la prochaine

conférence mondiale sur le développement de la communication qui se tiendra en janvier prochain à Charm El- Cheikh (Égypte), ainsi que de la conférence des délégués mandatés, soit la plus haute instance de décision de l'Union internatio- nale des télécommunications. La coopération arabe commune dans le domaine des technolo- gies de l'information et de la communication (TIC) et des techniques de l'information portant sur les actions du sommet arabo-africain et le sommet des pays arabes-Amérique latine figurent

L'Algérie abritera, lundi prochain, la 17 e ses- sion du Conseil des ministres arabes de la Com- munication et de l'Information. La rencontre sera précédée de la 33 e réunion de la Commission arabe permanente de la communication et de l'in- formation relevant du Conseil et de la 34 e session de son bureau exécutif en prévision de l'adoption du projet d'ordre du jour de la session et du projet de recommandations. L'Algérie présidera la ses- sion des ministres arabes de la Communication et de l'Information pour la deuxième fois consé-

également parmi les points qui seront débattus durant cette rencontre, a indiqué le responsable. Il sera également question d'examiner la stra- tégie du secteur de la poste dans la région arabe jusqu'à 2016, ainsi que deux projets importants de la stratégie arabe globale de la communication et de l'information. Les ministres arabes de la Communication et de l'Information participeront, a ajouté M. Al Touidjiri, à l'ouverture des travaux de la 2 e session du Forum arabe annuel de la e- gouvernance qui se tiendra au 2 e jour des travaux.

Mercredi 25 Septembre 2013

N

6

ation

EL MOUDJAHID

AssociAtion des fournisseurs de services internet

Un bilan de la stratégie «e-Algérie 2013» est indispensable

« Le projet de e-Algérie 2013 adopté en 2009 dans l’objectif de développer les technologies de l’information et de la communication (TIC) est une bonne initiative entreprise par l’Etat algérien mais malheureusement personne n’en parle. »

C’ est ce qu’a déclaré hier à Alger, le président de l’As- sociation des fournisseurs

de services internet (AAfsi), M. Ali Kahlane, lors d’un débat organisé à l’hôtel Hilton sur le développement des tic en Algérie, soulignant l’inté- rêt de savoir ce qui a été réalisé et ce qui reste à réaliser de cette stratégie. M. Kahlane a expliqué que « le plan, dont la gestion a été confiée au ministère de la Poste et des tic, a prévu d’importants investissements publics, notamment dans les infra- structures de base des tic (fibre op- tique), la formation des ressources humaines, la généralisation des nou- velles technologies et l’encourage- ment de la production des contenus.» selon lui, « ce plan n’a pas vu le jour car il n’y a pas eu une stratégie et une structure ayant suffisamment d’autorité pour diriger et coordonner des actions de développement néces- sairement multisectorielles ». il a indiqué qu’ « afin que ce pro- gramme ou tout autre programme, ainsi que toutes les décisions qui en découleront, ne soient pas que des vœux pieux, il est impératif et urgent que ceux-ci soient suivis de mesures pragmatiques afin d’emporter l’adhé- sion de tous et de toutes. » et d’ajou- ter : « ils doivent mettre en œuvre des actions réalisables et concrètes pour que les tic soient ce vecteur

Ph. : Wafa
Ph. : Wafa

transversal de développement dont ont besoin nos institutions, nos opé- rateurs et toutes les entreprises du secteur des tic pour lesquelles seul comptera la satisfaction des besoins du citoyen en matière d’utilisation des moyens numériques. » « un ministère ne peut pas don- ner des instructions à un autre minis- tère. il est indispensable qu’il y ait un leadership, une structure nationale qui relève de la plus haute hiérarchie possible de l’etat, le Premier minis- tère ou la présidence de la répu- blique », a préconisé M. Kahlane. L’expert a estimé que « la capa- cité, le savoir-faire et les moyens

existent afin d’y arriver. il convien- drait par exemple d’aborder énergi- quement et en parallèle la modernisation des administrations et l’enrichissement du système éducatif. Mais aussi la visibilité sur le WeB, des entreprises ainsi que de l’Algérie touristique.» M. Kahlane a plaidé, par ailleurs, pour la modernisation de l’etat en modernisant l’administration pu- blique à travers l’utilisation et la gé- néralisation des tic surtout dans les secteurs où le contact avec les ci- toyens est direct. Wassila Benhamed

trAnsfert du siège de L’AuThEnTIquE à constAntine

Les deux parties en conflit aujourd’hui devant l’inspection du travail

un membre du collectif des tra- vailleurs du quotidien L’Authentique dont le propriétaire a décidé de trans- férer le siège d’Alger vers constan- tine, Mahfoud M’hanni, a affirmé, hier, à Alger, que les deux parties en conflit ont rendez-vous, aujourd’hui, à l’inspection du travail. «nous avons rendez-vous (le pro- priétaire et les travailleurs), au- jourd’hui à 11h00, à l’inspection du travail pour une réunion de concilia- tion», a déclaré à l’APs M. M’hanni, précisant que dans le cas où celle-ci n’aboutirait pas, «le collectif deman- dera un procès-verbal de non-conci- liation pour soumettre l’affaire à la justice». il a rappelé que la direction du journal a présenté, il y a 20 jours de

cela, par le biais d’un huissier de jus- tice, deux propositions aux 21 travail- leurs permanents. il a été demandé au collectif le choix entre rejoindre le nouveau siège du journal dans la wilaya de constantine ou l’attribution d’indem- nités dans le cas de refus de se dé- placer dans cette ville. A noter que les tentatives de l’APs de joindre le directeur de la pu- blication du quotidien L’Authentique pour avoir sa version des faits sont restées vaines. Pour sa part, le syndicat national des journalistes (snJ), a interpellé les autorités compétentes pour obliger cet employeur à retirer «immédiate- ment sa décision et à cesser toutes in- timidations contre les travailleurs».

dans un communiqué transmis à la presse, le secrétaire général du snJ, Kamel Amarni, a précisé que le syndicat «suit cette affaire de très près et s’implique entièrement aux côtés des travailleurs» et «met en garde contre toute tentative de mise à exécution de «cette mesure arbi- traire, illégale et attentatoire à la mo- rale». Le snJ a qualifié, en outre, la dé- cision de fermeture du siège national de «licenciement collectif, massif et abusif qui vient couronner une mul- titude d’abus et de viols répétés des droits les plus élémentaires des jour- nalistes ainsi que de l’ensemble des travailleurs dont s’est cyniquement spécialisé cet employeur depuis des années».

inteMPéries à ouM eL-BouAgHi

Dégâts matériels importants dans la commune de Fkirina

Dégâts matériels importants dans la commune de Fkirina des dégâts matériels «impor- tants» ont été

des dégâts matériels «impor- tants» ont été enregistrés dans la lo- calité de fkirina (43 km au sud-est d’oum el Bouaghi) à la suite des pluies torrentielles qui se sont abat- tues vendredi dernier sur cette commune, a indiqué mardi le chef de la daïra de fkirina, Abdelhakim Messaâdia, au cours de la présen- tation du bilan actualisé de ces in- tempéries. Les fortes averses orageuses ont touché pas moins de

141 maisons, 45 locaux commer- ciaux et 8 établissements publics administratifs et scolaires, a précisé le responsable, soulignant que des murs et des toitures de 23 habita- tions sont partiellement effondrés. des quantités de produits alimen- taires ont également été détruits, en plus de 11 véhicules et des équipe- ments électroménagers, a encore in- diqué M. Messaâdia.

KHencHeLA

Reddition d’un terroriste

un terroriste s’est rendu, lundi après-midi, aux forces de sécurité près d’ouled Archache (Khen- chela), a-t-on appris, hier, de source sécuritaire. cet individu âgé d’une trentaine d’années activait dans les zones de djebel doukhane et de stah guentis, situées

près des limites administratives des wilayas de Khen- chela et de tébessa, selon la même source. un fusil de type simonov a été récupéré lors de la reddition de ce terroriste qui a rejoint les groupes terroristes il y a trois mois, a-t-on précisé.

vALorisAtion énergétique des décHets MénAgers

Rencontre aujourd’hui à Alger

des décHets MénAgers Rencontre aujourd’hui à Alger un séminaire national sur la valorisation énergétique des

un séminaire national sur la valorisation énergétique des déchets ménagers et assimilés, premier du genre en Algérie, se tient au- jourd’hui et demain à Alger, a indiqué hier le ministère de l’Aména- gement du territoire et de l’environnement dans un communiqué. Le séminaire qui sera animé par un expert international dans le do- maine de la valorisation énergétique, permettra de tracer les grandes lignes d’un manuel relatif à l’étude, la réalisation et l’exploitation des unités de valorisation énergétique des déchets ménagers et assimilés, a précisé la même source. Le manuel en question sera, par la suite, mis à la disposition des opérateurs intéressés pour une meilleure perception de ce nouveau mode de traitement des déchets ménagers et assimilés, ajoute le com- muniqué. cette rencontre regroupera notamment les directeurs de wilayas de l’environnement, les directeurs des entreprises de wi- laya en charge de la gestion des centres d’enfouissement technique, les cadres des ministères des finances, de l’intérieur et des collecti- vités locales et de l’Aménagement du territoire et de l’environnement ainsi que les gestionnaires d’incinérateurs. Le séminaire qui sera organisé en collaboration avec la coopé- ration technique belge sera présidé par le secrétaire général du minis- tère de l’Aménagement du territoire et de l’environnement, en présence de l’ambassadeur du royaume de Belgique. APS

Accidents de LA route

49 morts et 1.195 blessés en une semaine

de LA route 49 morts et 1.195 blessés en une semaine 49 personnes sont mortes et

49 personnes sont mortes et

1.195 autres blessées dans 1809

accidents de la circulation enregis- trés par les services de la Protec- tion civile à travers le territoire national durant la période du 15 au 21 septembre, a indiqué hier la di-

rection générale de la Protection ci- vile dans un communiqué. Le bilan le plus lourd a été si- gnalé au niveau de la wilaya d’Al- ger avec 6 personnes décédées et 129 autres blessées, précise la même source. Par ailleurs, sur les 14.785 in- terventions de la Protection civile,

8.362 ont été effectuées pour le se-

cours des personnes avec la prise en charge de 1.045 blessés, ajoute le communiqué. Les services de la protection civile sont en outre, intervenus 1.413 fois pour l’extinction de

1.094 incendies urbains, industriels et incendies divers, indique le communiqué. s’agissant du dispositif de sur- veillance des plages et des bai- gnades à travers les wilayas côtières depuis le 1er juin, les uni- tés de la protection civile sont in- tervenus 48.207 fois où 33.331 personnes ont été secourues et sau- vées de noyade dans les plages sur- veillées. Pour ce qui est des personnes noyées dans les réserves d’eau, les unités de la protection civile ont enregistré depuis le 1er juin le décès de 110 personnes dont 40 cas dans des mares d’eau et des re- tenues collinaire, 29 dans des bar- rages, 20 dans des oueds, 17 dans des piscines et bassins d’eaux et 4 personnes dans les lacs.

N

ation

7

EL MOUDJAHID

AADL

Les critères d’octroi seront définis par décret

Les inscriptions pour l’acquisition d’un logement AADL, de type location-vente, continuent sur le site internet «inscriptions.aadl.dz» mis pour l’occasion à la disposition des souscripteurs. Loin d’être une opération conjoncturelle, l’accès à ce genre de logements locatifs n’est pas limité dans le temps et est accessible à toute personne désirant s’y inscrire.

E n attendant, les citoyens qui se sont déjà inscrits à cette for- mule et dont le nombre a

presque atteint le demi-million ( exactement 458.145 au 19 septembre) sont beaucoup plus préoccupés par la validation de leur formulaire d’ins- cription. Aussi, ils sont des centaines à se déplacer quotidiennement au siège de ces structures pour s’enqué- rir d’un certain nombre de points, po- sant beaucoup de questions à propos du traitement de leur dossier et de la priorité dans la distribution de ces lo- gements prisés par des millions d’Al- gériens. C’est pour répondre à toutes ces questions que le directeur général de l’AADL, Lyes Benidir, a fait sa- voir, lundi, que le traitement prélimi- naire des demandes de logement — pour savoir si une demande est accep- tée ou non —se fera selon l’ordre de dépôt. néanmoins, a-t-il précisé dans une déclaration à la presse, «les béné- ficiaires prioritaires seront définis par un décret exécutif qui sera publié pro- chainement. C’est à partir de ce dé- cret que les uns et les autres sauront quelle catégorie de citoyens, par exemple, sera prioritaire dans le trai- tement des formulaires d’inscription par l’AADL». Le Dg de l’AADL n’a pas, pour l’heure, donné plus de dé- tails à ce propos. Mais il a toutefois précisé que tous les documents demandés seront sou- mis à un contrôle rigoureux, notam- ment ceux du bulletin de paie et de la sécurité sociale. Les responsables de cet organisme ont d’ailleurs tenu une réunion de concertation avec les res- ponsables de l’AADL et ceux du mi- nistre de l’habitat. Par ailleurs, Lyes Benidir a af- firmé que le prix du logement AADL, pour les nouveaux souscripteurs, sera le même que celui de 2001, à savoir 210 millions de centimes pour le lo- gement type F3 et 270 millions de centimes pour le F4. Pour sa part, le ministre de l’ha- bitat, de l’urbanisme et de la Ville, Abdelmadjid Tebboune, a annoncé,

dimanche soir, que 200.000 de- mandes des souscripteurs au nouveau programme AADL ont été soumises à enquête pour vérifier si les souscrip- teurs possèdent déjà un logement ou ont bénéficié d’une aide de l’État pour l’acquisition ou la réalisation d’un logement. Les choses sérieuses ont donc commencé. Le premier responsable de l’AADL a également souligné la dis- ponibilité du foncier et des finance- ments pour la réalisation de 100.000 logements, dont les chantiers seront lancés avant la fin de l’année en cours. il convient de rappeler, à ce pro- pos, que le ministre de l’habitat avait indiqué que l'étude des demandes des

souscripteurs pour le nouveau pro- gramme AADL a d’ores et déjà com- mencé. il fait savoir que près de 200.000 demandes ont été soumises à enquête pour vérifier si les souscrip- teurs possèdent déjà un logement ou ont bénéficié d'une aide de l'État pour l'acquisition ou la réalisation d'un lo- gement. Le tri des dossiers, dans le cadre de l'opération de souscription au nouveau programme, a permis de vérifier les lieux de résidence, le ni- veau de revenu exigé pour pouvoir bénéficier de cette formule (de 24. 000 à 108.000 DA) et si le souscrip- teur est affilié à la Sécurité sociale, a- t-il ajouté

Salima Ettouahria

a- t - i l a j o u t é Salima Ettouahria bilité de trouver

bilité de trouver en perma- nence les produits dont ils ont besoin au même endroit, toute l’année, sans avoir à subir les effets de fluctuation liés à ce marché». en plus des nombreux avantages inhé- rents à cette initiative, on nous apprend que les clients de ce nouveau supermarché des ma- tériaux de construction «se- ront accompagnés dans leurs achats par une équipe de ven- deurs professionnels formés pour les conseiller dans leurs démarches de réalisation de leurs projets en leur propo- sant les solutions les plus adaptées». Le point de vente Batistore se distingue par sa modernité, sa simplicité, son organisation et la sécurité de ses installations. Les services proposés aux clients ont été étudiés pour leur faire gagner du temps, avec notamment une équipe de manutentionnaires qui les aideront à changer leur marchandise au besoin. il est à noter que ce premier magasin est le fruit d’une collaboration entre des partenaires na- tionaux et internationaux de confiance, entre au- tres Lafarge, Colpas, Sika, Basf, ArcelorMittal et

Trefal. Makhlouf Ait Ziane

MATÉriAux De COnSTruCTiOn

Lafarge-Algérie lance son premier « Batistore » à Rouiba

Lafarge-Algérie a inauguré, hier, son premier point de vente des matériaux de construction, Batistore, à rouiba. La cérémo- nie d’inauguration a eu lieu en présence de M. Luc Callebat, directeur général de Lafarge-Al- gérie, des représentants des en- treprises partenaires et des autorités locales ayant contri-

bué à la réalisation de ce projet. S’exprimant en marge de l’inauguration, M. Luc Callebat

a indiqué que «l’ouverture de ce

marché a pour objectif de répon- dre aux difficultés d’approvi- sionnement des entrepreneurs

et particuliers en ce qui concerne

les produits de grande marque de

gros, tels que le ciment». il dit que «cet espace commercial est

le premier en Algérie qui regroupe l’ensemble des

matériaux de construction dans un seul point de vente». et de poursuivre : «Prochainement, il y aura l’ouverture d’autres centres commerciaux à travers l’ensemble du territoire sous forme de par- tenariat.» Tout en précisant qu’actuellement, il y a une quarantaine d’entreprises qui ont présenté leur candidature, pour initier un partenariat de ce genre, au niveau de différentes wilayas, M. Luc Callebat n’a pas manqué d’exprimer sa satisfac-

Ph : Louisa
Ph : Louisa

tion quant à l’inauguration de ce genre de maga- sins en Algérie qui permettra, selon lui, «la créa- tion de postes d’emploi, de professionnaliser le secteur et de contribuer à atténuer les effets de spéculation sur le marché tout en réduisant les ten- sions sur la disponibilité des produits de matériaux de construction». À une question relative aux prix de ces produits, le responsable de Lafarge a ras- suré que «tous ces produits, à la qualité reconnue, sont disponibles toute l’année et à des prix stables et abordables». Ce qui permettra, a-t-il dit, «d’or- ganiser ce marché et d’offrir aux clients la possi-

BenBADA L’A AnnOnCÉ hier À BATnA

Le secteur du Commerce aura son école nationale de formation

Le ministre du Commerce, Musta- pha Benbada, a annoncé, hier à Batna, que son département s’emploie à la fi- nalisation d’un projet portant sur la réalisation d’une école nationale de formation et de recyclage d’agents de ce secteur. Le ministre, qui effectuait une vi- site d’inspection dans la wilaya des Aurès, a précisé que cette école de 300 places en internat, à réaliser moyen- nant un investissement public de 1,4 milliard de dinars, sera implantée à ghardaïa pour y être opérationnelle d’ici à 3 années. Cette école spécialisée permettra aux nouveaux cadres et aux agents du secteur de suivre "une formation qua- litative" dans diverses disciplines liées au commerce et assurera des sessions "de recyclage et de perfectionnement" pour les personnels du secteur. Le ministre a également inspecté, au cours de sa visite, les sièges des di- rections régionales et de wilaya du commerce, avant de s’enquérir du

et de wilaya du commerce, avant de s’enquérir du fonctionnement de deux marchés des- tinés à

fonctionnement de deux marchés des- tinés à absorber le commerce informel, opérationnels après réhabilitation dans les quartiers de Bordj el-ghoula et de Kechida. M. Benbada devait se rendre,

dans l’après-midi, au laboratoire de contrôle de la qualité, à Batna, avant d’inspecter, dans la commune de n’gaous, l’unité de transformation des fruits et de production d'eaux fruitées.

Énergie

Le Sénégal veut importer du gaz butane algérien

Le ministre de l'Éner- gie et des Mines, Youcef Yousfi, et l'ambassadeur du Sénégal en Algérie, Papa Omar Dniaye, ont évoqué, hier à Alger, les possibilités d'exporter du gaz butane algérien vers le Sénégal, indique un com- muniqué du ministère. Lors d'un entretien avec M. Yousfi, l'ambassa- deur sénégalais a souhaité "développer une coopéra- tion entre l'Algérie et le Sénégal dans le domaine des hydrocarbures et de l'électricité", et a émis le souhait de son pays de s"'approvisionner en gaz butane à partir de l'Algé- rie". À cet effet, les deux parties ''sont convenues d'envoyer une mission

d'experts sénégalais en Algérie pour discuter avec leurs homologues de So- natrach, des possibilités d'approvisionnement en gaz butane algérien", pré- cise le communiqué. Les aspects de coopéra- tion liés à la production d'électricité seront égale- ment abordés lors de la vi- site de cette délégation, ajoute la même source. M. Yousfi a exprimé, à cette occasion, la disponi- bilité de la partie algé- rienne à développer les relations de coopération avec le Sénégal dans les domaines de l'énergie et des mines, en affirmant que l'Algérie reste ouverte à toute forme de coopéra- tion avec le Sénégal.

Mercredi 25 Septembre 2013

N

ation

9

EL MOUDJAHID

Hommage à ZigHoud Youcef au forum de la mémoire d’El Moudjahid

Un combattant chevaleresque

le 23 septembre 1956 tombait au champ d’honneur Zighoud Youcef, l’architecte de l’offensive du Nord Constantinois, du 20 août 1955. il avait à peine 35 ans. le Forum de la Mémoire d’el moudjahid, initié en coordination avec l’association Machaâl Echahid, est revenu, hier, sur le parcours héroïque de l’enfant de Smendou, ce village qui porte aujourd’hui son nom. Présenté comme un combattant « chevaleresque » qui forçait le « respect » des ennemis qui ont eu à l’affronter, Zighoud Youcef marquera toute une génération de moudjahidine. il a également donné à la Wilaya ii un style de commandement singulier.

U n des grands boulevards de la capitale, parallèle aux rues abane-ramdane et larbi-

Ben-mhidi, porte aussi le nom de Zi- roud Youcef. un des artisans de la révolution de novembre. l’historien mohamed lahcène Zghidi a réussi, hier, à capter l’attention des présents au forum, dont des élèves de l’insti- tut de formation professionnelle des Pins maritimes et du centre de Has- siba-Ben-Bouali. dans sa conférence, m. Zghidi est remonté jusqu’à la naissance de ce forgeron investi dans le mouvement national à un très jeune âge. aussi, dira t-il, Ziroud fait partie de cette génération née entre 1917 et 1927, qui a été à l’origine du déclenchement de la révolution. pour ceux qui ne le savent pas, il est né le 18 février 1921 à smendou, un village qui porte aujourd'hui son nom (au nord-est de constantine). comme tous les jeunes algériens, il fréquente en même temps l'école coranique et l'école primaire fran- çaise. après avoir obtenu le certificat d'études en langue française, il aban- donnera ses études du fait des contraintes imposées par les autorités coloniales aux algériens en matière d'enseignement. et aussi parce que,

se fixe pour objectif la préparation de la lutte armée. ses activités atti- rent l’atten-
se fixe pour
objectif la
préparation
de la lutte
armée. ses
activités atti-
rent l’atten-
tion des
autorités co-
loniales. il
sera arrêté en
1950 et sera
incarcéré à la
prison d'an-
naba. il s'en
évade en
Un SEUl RêvE, TOmbER
aU cHamp d’HOnnEUR
le 1er novembre 1954, il est aux
côtés de didouche mourad, respon-
sable du nord-constantinois – une
zone qui deviendra la wilaya ii de
l'armée de libération nationale
(aln) –, et participe ensuite, tou-
jours avec didouche mourad, le 18
janvier 1955, à la bataille d'oued
Boukerkar, à l'issue de laquelle di-
douche trouve la mort. Zighoud You-
cef le remplace à la tête de la wilaya
nisation dans les unités placées sous
son autorité que Zighoud Youcef
tombe dans une embuscade tendue
par les forces françaises à sidi mez-
ghiche (wilaya de skikda) le 25 sep-
tembre 1956. il avait à peine 35 ans.
si jacques duchemin dit de cet
homme au chapeau de brousse vissé
sur la tête, « ce loup maigre et sec
qu’était Zighoud » était néanmoins
« fort comme un bœuf, moustachu,
bourru, père d’une petite fille qu’il
adorait, il avait décidé de faire la
guerre aux français sans commettre
pour autant des exactions. il n’aimait
Ph : Nacéra

orphelin, il devait travailler pour aider sa famille à survivre. a l’âge de 17 ans, il adhère au Parti du peuple algérien (PPa) dont il fut, en 1938, le premier responsable à smendou. en dépit de la fraude électorale, il de- viendra un elu du mouvement pour le triomphe des libertés démocra- tiques (mtld) en 1947. c’est là où il verra de près les souffrances du peuple algérien. il comprendra alors que pour briser les chaînes du joug colonial, il faudra une révolution po- pulaire. c’est pourquoi il fera partie de l'organisation spéciale (os) qui

avril 1954 d’une manière spectaculaire. grace à ses talents de forgeron, il fabriquera, à partir d’une cuillère, une clé « passe-partout ». et réussira ainsi à ouvrir toutes les portes de la prison. il trouvera refuge dans la région des aurès, devenue l’asile de tous les « fugitifs ». c’est là qu’il tissera des liens forts avec mustapha Ben Bou- laïd. ensuite, il s'engagera dans l'ac- tion militante du comité révolutionnaire d'unité et d'action (crua) dès sa création. il fera par la suite partie du «groupe des 22» réuni au clos-salembier.

ii. c'est dans cette fonction qu'il or- ganise et dirige la fameuse offensive du 20 août 1955. un an jour pour jour après cette offensive, le 20 août 1956, a lieu le congrès de la soummam qui met définitivement en place les struc- tures organiques et politiques de la révolution de novembre. Zighoud Youcef, qui en est l'un des promo- teurs, est nommé membre du conseil national de la révolution algérienne (cnra), élevé au grade de colonel de l'aln et confirmé comme com- mandant de la wilaya ii. Peu après, il regagne son poste de combat et commence à mettre en pratique les décisions du congrès. c'est au cours d'une tournée d'explication et d'orga-

pas tuer des civils ni achever des pri- sonniers », ses compagnons disent que Zirout Youcef , cet homme pieux, qui implorait dieu, pour tomber au champ d’honneur, était un djoundi in- trépide. un chef qui prenait en consi- dération l’opinion de ses collaborateurs et subordonnés. il ne

« se soustrayait à aucune tâche », pas

même les plus ingrates, comme par exemple, écrit encore le défunt pro- fesseur Bennoune, prendre son tour de garde « la nuit, préférant l’aurore, l’heure la plus dangereuse en cas

dattaque ». nora chergui

HISTOIRE
HISTOIRE

Le centre de torture

de Smendou ou l’enfer des supplices inhumains

les tortures pratiquées durant la révolution par l’armée coloniale ont constitué l’essentiel des té- moignages recueillis lundi par l’aPs dans la localité de Zighoud-Youcef (constantine), à l’occasion de la commémoration du 57ème anniversaire de la mort du martyr dont cette commune porte le nom. "les mots ne peuvent pas décrire à eux seuls la mons- truosité des supplices endu- rés par des algériens suspectés d’entretenir des liens avec l’armée de libé- ration nationale", souligne ahmed Zaer, moudjahid, ancien détenu au centre de torture de condé-smendou, ancien nom de cette ville. agé de 72 ans mais encore très alerte, ahmed se sou- vient que l’on entassait nus, à même le sol, une moyenne de 70 algériens à la fois dans une sorte de cave obscure, non aérée et ne dépassant pas les 5 m 2 , dans une bâtisse isolée qui servait, avant le déclenche- ment de la révolution, de caserne de la gendarmerie française. avant de la trans- former, en 1956, en un en- droit régional de torture", a-t-il affirmé. "les algé- riens arrêtés étaient jetés sans ménagement dans cet espace exigu où l’on ne pouvait même pas s’allon- ger, en attendant les séances tant redoutées des interro- gatoires à l’issue desquelles on était soit libéré, soit en- fermé dans une prison ou

on était soit libéré, soit en- fermé dans une prison ou interné dans le centre de

interné dans le centre de concentration d’el djorf (m’sila) ou d’ain oussera, ce qui a été mon cas", af- firme le vieil homme. l’ar- rachage des ongles, la privation de sommeil, le poivre dans les zones sensi- bles, la fixation de la tête dans des cuves remplies d’eau et la "gégène" de si- nistre mémoire étaient les principales méthodes de torture dans ce centre. un centre pour la réhabilitation duquel des fonds publics sont prévus, selon les res- ponsables de la wilaya de constantine présents à la cérémonie de commémora- tion de la mort au combat du chahid Zighoud Youcef. né le 18 février 1921, ce héros de la lutte armée a adhéré dès l'âge de 17 ans au Parti du peuple algérien (PPa) dont il fut, en 1938, le premier responsable, à smendou. il fit partie, en 1947, de l'organisation spé- ciale (os) qui devait prépa-

rer la révolution qui sera déclenchée, dans les aurès,

le 1er novembre 1954. ar-

rêté en 1950 et incarcéré à annaba, il s'évadera en avril 1954 pour entrer dans

la clandestinité et s'engager

dans l'action militante du comité révolutionnaire pour l'unité et l'action (crua). le 1 er novembre 1954, il est aux côtés de di- douche mourad, responsa- ble du nord-constantinois qui devait devenir la wilaya

ii historique. lorsque di-

douche fut tué en janvier 1955, Zighoud Youcef le

remplaça à la tête de la ré- gion pour diriger peu après

la fameuse offensive du 20

août 1955 qui fut une écla- tante démonstration de la

mobilisation populaire pour

la liberté. Zighoud Youcef

tomba au champ d'honneur dans une embuscade de l’armée française à sidi

mezghiche, dans la wilaya

de skikda, le 25 septembre

1956, à l'âge de 35 ans.

m. moHamed lamine, initiateur d’un Projet de film sur ZigHoud Youcef

« Je n’aimerais pas partir sans faire aboutir l’idée d’un film sur le glorieux Chahid »

vous êtes issu de la ville de Zi- ghoud-Youcef et vous comptez pro- duire un long métrage qui sera consacré à la vie de ce glorieux cha- hid de la Révolution. comment vous est venue cette idée ? « en fait, on s’étonne que jusqu’à ce jour, il n’y a jamais eu de film sur le chahid Zighoud Youcef. nous vou- drions justement lancer cette idée de réalisation d’un film. aussi, nous lan- çons, aujourd’hui, un appel aux auto- rités concernées pour contribuer à la

concrétisation de ce projet qui, je l’avoue, me tient

à cœur. Zighoud Youcef est un glorieux chahid qui

a donné sa vie pour ce pays. un grand boulevard à

alger porte son nom. mais le constat d’aujourd’hui,

c’est que malheureusement peu de gens de la jeune génération connaissent le parcours de cet homme . avez-vous déjà procédé aux premières dé-

marches nécessaires à la réalisation du projet ? je dois dire de prime abord que l’initiative est encore au stade embryonnaire. cela étant, on compte mettre en place une cellule essentiellement

composée de plusieurs personnes natives du village

composée de plusieurs personnes natives du village de Zighoud Youcef. nous contacterons ensuite les compagnons

de Zighoud Youcef. nous contacterons ensuite les compagnons du chahid et même des historiens et des politiciens. en somme, nous essayerons de faire une petite publicité au projet. nous collecterons toutes les données néces- saires, nous vérifierons leur véracité et nous lancerons, par la suite, notre long métrage. pourrait-on savoir si vous avez déjà choisi le réalisateur ? concernant les réalisateurs, je

pense à 3 ou 4 personnes. dorès et déjà, un premier contact a été établi avec m. ali aïssaoui. je pense également à lamine merbah et éventuellement au grand réalisateur mohamed Hazourli. Un dernier mot aux lecteurs d’El Moudjahid ? il faut dire que personnellement, j’ai vécu, en témoin , le 20 août 1955. j’ai vu ce qui s’est passé dans mon village. cette période m’a marqué et je n’aimerais pas partir sans faire aboutir l’ idée d’un film sur le glorieux chahid Zighoud Youcef ». propos recueillis par Soraya G.

m. lakHdar Bouragaâ, officier de la wilaYa iV Historique :

« C’était un visionnaire »

« l’histoire de la révolution est l’œuvre du peuple algérien. elle lui appartient. aussi, l’histoire nécessite un important travail de recherche. il faut dire, par ailleurs, que tout dirigeant intelligent est dans l’obligation, pour réussir, d’effectuer une analyse profonde de l’ensemble des facteurs humains.

et le glorieux chahid Zighoud Youcef était un grand visionnaire. il avait ce don, cette faculté, de prévoir à l’avance, le taux de réussite de telle ou telle opération ». S. G.

moHamed salaH Bouslama, ancien moudjaHid :

« Il a mené des opérations de grande envergure »

« a mon humble avis, l’histoire n’a pas rendu à Zighoud Youcef tout l’hommage qu’il mérite. un

hommage à l’image de sa stature. c’était un grand moudjahid mais également une personne très douée et dotée d’une grande intelligence. la preuve en est, par exemple, qu’avec une simple cuillère, il a pu fabriquer une clef pouvant ouvrir de nombreuses serrures, autrement dit une clef monseigneur. lorsque Zighoud Youcef a pris les commandes de la wilaya ii historique, le 18 janvier 1955, il a procédé à plu- sieurs opérations de grande envergure. et la première a eu lieu le 8 mai 1955. elle était inscrite dans le

S. G.

cadre de la commémoration du 8 mai 1945 ».

mercredi 25 septembre 2013

Economie

10

EL MOUDJAHID

TRIPARTITE

Rapprochement et convergences

La prochaine tripartite (gouvernement-syndicat-patronat) se tiendra le 10 octobre prochain, a annoncé, à Médéa, le Premier ministre Abdelmalek Sellal, pour qui cette rencontre «sera l’occasion pour élaborer une stratégie de relance du développement économique, qui devrait être fondée sur la création d’unités industrielles nationales publiques, privées ou mixtes».

A insi, après plusieurs rencon- tres de coordination, ayant réuni notamment les orga-

nisations patronales, marquées par des débats francs, consacrés à des grands dossiers, avec une feuille de route axée toujours sur l’emploi et l’épineux dossier de l’investisse- ment et de la relance industrielle, qui a donné lieu à des échanges très importants entre syndicats et patronat, rendez-vous est pris donc pour tenir cette quinzième tripar- tite, première de l’ère Sellal, à la date annoncée. Pour une première, ç’en est une : gouvernement, syn- dicat et patronat expriment leur vo- lonté de s’accorder sur leurs principales pierres d’achoppement. Si pour Sellal, le dialogue social n'est pas un jeu d'ombre, mais ré- solument inscrit au cœur de sa mé- thode de travail, de son côté le patronat est globalement satisfait du travail fait avec le reste des ac- teurs, à leur tête le ministère de l’Industrie, surtout que ce qui a été fait a permis l’émergence de lignes de rassemblement. En effet, des convergences, et pas des moindres, sur certains sujets, sont enregis-

trées, ce qui laisse espérer d’abor- der cette rencontre avec enthou- siasme, selon la plupart des chefs des organisations patronales et le ton n’est pas moins enthousiaste, côté syndical, dont le secrétaire gé- néral, Abdelamadjid Sidi Saïd, in- dique que c’est l’économie nationale qui sortira grandie de ce grand raout. Lors de son passage au Forum Économie d’El Moudja- hid, le chef de file de la CNPA, Mohand Saïd Naït Abdelaziz, a évoqué lui des débats laborieux est souligné une convergence très grande sur de nombreux dossiers, réclamant à nouveau l’application sur le terrain. Son homologue du FCE, Réda Hamiani, n’a pas caché sa satisfaction. Et même si, au final, le gouvernement décidera seul, il semble que tout est fait pour éviter de fixer des bornes à ces nouvelles négociations, d’habitude principale pomme de discorde, pour ne pas heurter ses partenaires socioéconomiques. D’aucuns pen- sent que cette quinzième tripartite s’annonce de bon augure. Pour rap- pel, le Premier ministre Sellal a marqué sa préférence, dès sa prise

ministre Sellal a marqué sa préférence, dès sa prise contre le chômage, d’où la mise en

contre le chômage, d’où la mise en œuvre de toute une série de me- sures pour parvenir à une baisse du chômage. Volontariste, d’autres mesures sont attendues dans la feuille de route du Premier minis- tre Sellal, notamment le renforce- ment des dispositifs existants et le maintien de l’effort du secteur privé pour s’impliquer davantage dans cette lutte contre le chômage. À cela vient s’ajouter son engage- ment résolument favorable à la libre entreprise, convaincu que le

bon fonctionnement de l’économie et donc de l’entreprise veut dire aussi le bon fonctionnement de toute la société. Le Premier minis- tre a promis, à maintes occasions, aux entrepreneurs une administra- tion à leur service et la restauration d'un climat de confiance avec l'État. Cela dit, la relance de l’éco- nomie algérienne ne sera possible qu’avec la contribution des entre- prises sur les plans financier, tech- nique et social dans l’effort. Farid B.

de fonction en septembre 2012, à la relance rapide de l’industrie na- tionale et la lutte contre le chô- mage, tout en déplorant le déni de certains sur la gravité de la situa- tion, alors que le pays dispose d’un potentiel inestimable pour son dé- veloppement industriel. Convaincu aussi que ce n'est pas d'un coup de baguette magique que sera inver- sée la courbe du chômage, Sellal avait fait de l’emploi "l’enjeu" nu- méro un et a maintenu sa volonté de mettre le turbo dans la lutte

IRG

Près de 4 milliards de dollars encaissés par le Trésor en six mois

L'Impôt sur le revenu global (IRG), un impôt retenu à la source, a rapporté au Trésor public plus de 274 milliards de dinars (près de 4 milliards de dollars) au cours du pre- mier semestre de l'année, selon un document du ministère des Finances. L'IRG sur salaires

a rapporté à lui seul 235 milliards (mds) de

DA (3 mds USD), alors que l'IRG sur les au- tres revenus s'est chiffré à 39,2 mds de DA,

selon les données de la Direction générale de

la prévision et des politiques (DGPP) du mi-

nistère. Et avec une fiscalité ordinaire de plus 1.113,5 mds de DA encaissés au 1 er semestre, selon la DGPP, l'IRG représente un quart des ressources ordinaires recouvrées. La Fonc- tion publique compte actuellement près de 2 millions d'employés, alors que les chiffres relatifs aux salariés déclarés au secteur privé ne sont pas disponibles. L'impôt sur le re- venu des sociétés (IBS), soumis au système déclaratif, n'a en revanche rapporté au Trésor que 189 mds de DA (2,5 mds USD) durant la même période. En 2012, l'année qui a

connu des augmentations salariales excep- tionnelles, le produit de l'IRG/salaires a été de 572 mds de DA, de loin supérieur aux 251 mds de DA résultant de l'IBS.

L'IRG/salaires, le plus rentable des impôts

L'IRG/salaires et l'IBS se chiffraient res- pectivement à 382,6 mds de DA et à 245,8 mds de DA en 2011, à 82,8 mds de DA et 62,6 mds de DA en 2005 et à 34,3 mds de DA et 32,2 mds de DA en 2000, selon la même source. Le recouvrement de l'enregis- trement et des timbres rapportait par ailleurs 31 mds de DA au 1 er semestre de l'année, selon la DGPP. Les impôts sur les affaires se sont de leur côté chiffrés à près de 370 mds de DA. Su- jette à de multiples exonérations, la TVA im- posée aux importations a été de 222,5 mds de DA, alors que celle imposée à la consom- mation intérieure n'a pas dépassé 118 mds de DA durant la même période. Le Trésor a enfin encaissé 20,3 mds de DA seulement

grâce à la TIC (Taxe intérieure sur la consommation) recouvrée à fin juin. En Al- gérie, le recouvrement de l'IRG et quasiment toujours plus rentable que celui de l'IBS, alors que le rendement des impôts indirectes, notamment la TVA, demeure timide com- paré aux potentialités de l'économie natio- nale, selon des économistes. En 2012, les impôts sur les revenus et les bénéfices (IRG et IBS) ont totalisé 886 mds de DA alors que les impôts sur les biens et services n'ont rap- porté que 685 mds de DA. Contacté par l'APS pour analyser ces données, l'économiste Abdelhak Lamiri a expliqué que, pour les impôts directes, "l'im- pôt sur le travail (IRG) rapporte plus que l'impôt sur le capital dans tous les pays du monde, mais l'origine de cela diffère". Dans les pays industrialisés, comme la France par exemple, "la taxe sur les dividendes imposée aux actionnaires des entreprises et considé- rée comme une taxe sur le revenu est très élevée : elle atteint 75%. Elle fait donc aug- menter l'Impôt sur le revenu global", a-t-il

expliqué. En revanche, en Algérie, "l'impôt sur les dividendes, qui ne dépasse pas 10%, d'après lui, est imposé à l'entreprise et non pas à l'individu. Il ne contribue pas vraiment à l'IRG", a- t-il soutenu. Si l'IRG en Algérie est consé- quent, ce sont donc les salaires qui ont sont l'origine principale, a-t-il déduit. Quant à la faiblesse des impôts sur les biens et services, D r Lamiri pointe du doigt "les limites du marché algérien qui compte près de 700.000 PME, alors qu'il lui en faut au moins 1,5 mil- lion", ainsi que "les sous-déclarations fis- cales pratiquées par la majorité des entreprises pour faire face à la concurrence de l'informel". Par ailleurs, les recettes doua- nières recouvrées durant les six premiers mois de l'année ont atteint 204,4 mds de DA, contre un recouvrement de 355,2 durant toute l'année 2012 et de 222,3 en 2011. Les recettes des Domaines, un produit non fiscal, ont enfin rapporté 12,4 mds de DA durant la même période contre 26 mds de DA durant toute l'année 2012.

P ublicité

Société de Gestion des Participations Etudes et Engineering «GENEST» Laboratoire National de l’Habitat et de

Société de Gestion des Participations Etudes et Engineering «GENEST» Laboratoire National de l’Habitat et de la Construction - Groupe LNHC EPE/SPA Laboratoire de l’Habitat et de la Construction du Centre «L.HC.C.» Siège social : Zone Industrielle Oued Smar BP 159 - El Harrach Alger N.I.F : 000 816 098 052 644

AVIS D’INFRUCTUOSITÉ

Le Laboratoire National de l’Habitat et de la Construction du Centre (LHCC), Filiale Centre du Groupe LNHC, sis à la Zone Industrielle de Oued Smar, BP 159, El Harrach - Alger, informe l’ensemble des soumissionnaires, que l’appel d’offres national Nº02/DG/2013 ayant pour objet « l’Acquisition de trente neuf (39) véhicules légers Tout-Terrain (VLTT) 4x4 en un lot unique », publié au BOMOP, et dans les quotidiens nationaux El Moudjahid et El Khabar , est déclaré infructueux. Motif : Réception d’une seule offre.

El Moudjahid/Pub

ANEP 303989 du 25/09/2013

Société de Gestion des Participations Etudes et Engineering «GENEST» Laboratoire National de l’Habitat et de

Société de Gestion des Participations Etudes et Engineering «GENEST» Laboratoire National de l’Habitat et de la Construction - Groupe LNHC EPE/SPA Laboratoire de l’Habitat et de la Construction du Centre «L.HC.C.» Siège social : Zone Industrielle Oued Smar BP 159 - El Harrach Alger N.I.F : 000 816 098 052 644

AVIS DE PROROGATION DE DELAI

APPEL D’OFFRES NATIONAL ET INTERNATIONAL RESTREINT Nº01/DG/2013

Le Laboratoire National de l’Habitat et de la Construction du Centre (LHCC), informe les soumissionnaires concernés par l’appel d’offres pour l’acquisition de Sept (07) sondeuses géotechniques publié au BOMOP et dans les quotidiens nationaux El Moudjahid et El Khabar, les 18 et 20 Août 2013 que la date limite de dépôt des offres initialement prévue le 1 er Octobre 2013 à 12h00 est prorogée au 16 Octobre 2013 à 12h00.

El Moudjahid/Pub

ANEP 303988 du 25/09/2013

Economie

11

EL MOUDJAHID

Salon international du « SaKan » et de l’immobilier, du 22 au 25 novembre à la SaFeX

La recherche-développement au service de l’innovation

Le Salon International du « SAKAN » et de l’Immobilier se déroulera du 22 au 25 novembre 2013 à la SAFEX (Pins Maritimes). Organisé sous l’égide de l’agence RK communication, cet évènement se déroulera dans un contexte particulier, marqué par une dynamique de grande envergure dans le secteur de l’habitat et de la construction.

D e grands chantiers, tous types de logements confondus, sont lancés à travers le terri-

toire national dans le cadre de la po- litique de l’etat visant à endiguer la crise et à améliorer les conditions de vie des citoyens. il s’agit, beaucoup plus, de construire selon des normes et stan- dards rigoureux pour garantir une meilleure qualité du bâti, une plus grande conformité aux spécificités urbanistiques nationales et une ges- tion adaptée des ensembles urbains. le secteur, qui s’est engagé dans cette logique, a opté pour le partena- riat étranger pour consolider l’instru- ment de réalisation national qui ne dispose pas encore de certaines qua- lifications nécessitant une maîtrise

technique des nouveaux procédés de construction . une réalité confirmée par le président de la Confédération générale du patronat (CGP-btPH) à l’occasion de la 16ème édi- tion de batimatec et qui avait souligné les contraintes qui entravent l’intervention de l’instrument de réalisation national. m. ab- delmadjid dennouni avait évoqué, à ce pro- pos, les limites des capacités des entreprises algériennes, de petite et moyenne taille, dans leur majorité, et pour la plupart non qualifiées (1.800 entreprises qualifiées seu- lement), pour prendre en charge des pro- grammes importants ou qui exigent une

en charge des pro- grammes importants ou qui exigent une grande technicité. il y a lieu

grande technicité. il y a lieu de rappeler que près de 2,5 millions de logements sont ins- crits au titre du programme 2010-2014 marqué par l’augmentation de l’offre, sa- chant que l’agence pour l’amélioration et le développement du logement (aadl) a porté son nouveau quota de 150 000 à 230 000 unités dont 90 000 réservés pour la capitale. les données officielles indiquent que le nombre des demandeurs postulant à un lo- gement est passé, après assainissement, de 2 millions à 1,6 million et que 4,2 millions de bénéficiaires d’un logement, d’une aide

marCHéS

pour l’acquisition ou la construction d’un logement sont inscrits au fichier national du logement mis en place ré- cemment. le salon qui est placé sous la thématique :

« entre croissance, développe- ment et recherche » prévoit de drainer un nombre important de professionnels du secteur de l’immobilier, agences im- mobilières, bureaux d’études, particuliers, secteur bancaire, compagnies d’assurances et bien évidemment de citoyens qui pourront s’enquérir des différentes formules de loge- ments et les moyens d’y accé- der selon les capacités et offres d’aides de l’etat. Pas

moins d’une centaine d’expo- sants sont attendus à ce rendez-vous dont la particularité, pour cette édition, consiste en la participation du secteur des énergies re- nouvelables et du développement durable. il sera question d’engager la réflexion avec les professionnels de la promotion immobi- lière sur les meilleurs voies et moyens d’in- troduire ce type d’énergies au profit de ce segment d’activité. en marge du salon, une conférence sur les nouvelles technologies de construction est prévue et sera animée par des spécialistes et maîtres conférenciers d’horizons divers. D. Akila

L'euro se stabilise face au dollar sur les marchés européens

se stabilise face au dollar sur les marchés européens instrument à sa disposition, y compris un

instrument à sa disposition, y compris un nouveau prêt à long terme en faveur des banques (ltro), si l'évolution des taux d'intérêt le requérait. Par le biais de deux ltro accordés en décembre 2011 et février 2012, la bCe a déjà prêté plus de 1.000 milliards d'euros à taux très faible aux banques de la zone euro afin d'éviter un ef- fondrement du crédit. Ces propos ont eu

l'euro se stabilisait face au dollar hier au lendemain de propos prudents du prési- dent de la banque centrale européenne (bCe) mario draghi, alors que le marché reste résolument tourné vers l'allemagne après la faible hausse de l'indice ifo mesu- rant le climat des affaires dans le pays. la devise européenne valait 1,3489 dol- lar en fin de matinée, contre 1,3491 dollar lundi soir. elle restait également presque stable face à la devise japonaise, à 133,42 yens contre 133,35 yens lundi. le dollar montait légèrement face à la devise nip- pone, à 98,92 yens, contre 98,84 yens lundi. Principale source d'inquiétude pour les observateurs, la composante de l'indicateur qui mesure l'appréciation par les entrepre- neurs allemands de leur situation actuelle (l'indice ifo) s'est dégradée en septembre.

Par ailleurs, l'euro avait été déstabilisé lundi par des commentaires du président de la bCe, qui a affirmé que son institution était

tout

prête à utiliser

pour effet de déstabiliser les cambistes en provoquant un regain d'inquiétudes au sujet du secteur bancaire européen et de peser ainsi sur l'euro. Quant à lui, le billet vert souffre toujours de l'incertitude du marché après la décision prise la semaine dernière par la banque cen- trale américaine de ne pas ralentir ses me- sures de soutien exceptionnelles à l'économie. la réserve fédérale américaine (Fed) a notamment maintenu ses injections de 85 milliards de dollars par mois de liqui- dités dans les marchés financiers, une me- sure destinée à maintenir les taux bas et à favoriser la reprise économique mais qui a aussi pour effet de diluer la valeur du billet vert. de son côté, la livre britannique bais- sait face à l'euro, à 84,36 pence pour un euro, ainsi que face au dollar, à 1,5988 dol- lar pour une livre. la devise helvétique baissait face à l'euro, à 1,2299 franc suisse pour un euro, comme face au dollar, à 0,9119 franc suisse pour un dollar.

imPortationS de blé à Fin août

Forte hausse de la facture

les importations algériennes de blé ont augmenté de 17% durant les huit premiers mois de 2013, pour atteindre 1,52 milliard de dollars, a-t-on appris mardi auprès des douanes. la facture des importations de blé était de 1,3 milliard de dollars à la même période en 2012, selon le Centre national de l'informatique et des statistiques (Cnis) des douanes. en volume, les importations de blé (tendre et dur) ont atteint 4,223 millions de tonnes contre 4,055 millions de tonnes au cours de la même période de réfé- rence, en hausse de plus de 4%, selon les chiffres du Cnis obtenus par l'aPS. les achats du blé tendre, dont le pays est grand consommateur, ont atteint près de 1,14 milliard de dollars pour une quantité de 3,260 millions de tonnes, en hausse respectivement de 29,5% en valeur et de 7,5% en quanti- tés. l'algérie reste l'un des premiers importateurs de blé au monde notamment en blé tendre dont le pays, grand consommateur, connaît un déficit structurel. Pour le blé dur, les importations ont légèrement reculé à fin août der- nier pour atteindre 384,6 millions de dollars (955.807 tonnes) contre 424,9 millions de dollars pour l'achat de 1,022 million de tonnes durant la même période en 2012. Selon les prévisions du ministère de l'agriculture et du développement rural, la production céréalière de la cam- pagne 2012-2013 sera "bonne" grâce à de bonnes condi- tions climatiques. l'algérie a produit 5,12 millions de tonnes de céréales lors de la campagne 2011-2012 contre 4,24 millions de tonnes en 2010-2011 et 4,5 millions de tonnes en 2009- 2010, alors qu'un record de 6,12 millions de tonnes avait été enregistré en 2008-2009. les besoins de l'algérie en céréales sont estimés à en- viron 8 millions de tonnes par an. avec l'egypte, l'algérie est l'un des premiers importateurs de blé au monde, no- tamment pour le blé tendre.

lundi ProCHain à boumerdèS

Séminaire sur l'investissement

un séminaire sur l'investissement sera organisé lundi prochain à boumerdès par la Chambre régionale de com- merce et d'industrie du Sahel, a annoncé la Chambre al- gérienne de commerce et d'industrie (CaCi). Cette rencontre, qui s'adresse aux investisseurs et aux opérateurs économiques, permettra aux participants d'ef- fectuer un constat sur l’investissement dans cette wilaya, d'apporter un éclairage sur les différentes mesures incita- tives de soutien au secteur et de présenter les opportunités qui s'offrent aux investisseurs. l'objectif du séminaire étant l'élaboration de recom- mandations pour le développement de l’investissement, la valorisation des atouts multiples de la wilaya (richesses naturelles, position géographique, main-d’œuvre, struc- tures et infrastructures) et la vulgarisation de cette wilaya dans la stratégie de développement national. en marge des travaux du séminaire, des communica- tions sont prévues autour de thèmes comme le foncier économique de boumerdès, les opportunités et les me- sures incitatives de l'investissement dans la wilaya ainsi que le financement des projets. en outre, il est prévu l'organisation d'ateliers sur l'op- timalisation de l’intégration professionnelle dans le milieu du travail ou en activité libérale (soutenue par l’etat :

anSeJ et CnaC), l'évaluation de l'offre d'investissement et d'identification des filières industrielles à potentiel. Se- ront également abordés les thèmes du foncier économique, l’objectif du développement industriel local ainsi que la problématique du financement de projets d’investisse- ment.

P ublicité

RÉPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Université des Sciences et de la Technologie Houari-Boumediène Vice-Rectorat chargé du Développement, de la Prospective et de l’Orientation

AVIS DE RECTIFICATION

NIF : 408020000160557

L’U.S.T.H.B informe l’ensemble des soumis- sionnaires ayant participé à l’appel d’offres national et international restreint nº02/U.S.T.H.B/12 relatif à l’acquisition avec installation et mise en service d’équi-

El Moudjahid/Pub

pements scientifiques pour le Laboratoire de Géophysique de l’USTHB, publié le 02/03/2013 dans El Massa et le Jeune Indé- pendant, le 05/03/13 dans l’Authentique, le 10/03/13 dans El Moudjahid et au BOMOP, que dans l’avis d’attribution provisoire, il faut lire pour le poste 1, le montant de 3.750.704,10 DA au lieu de 3.705.705,00 DA, et pour le poste 2 : 33.202.671,84 DA au lieu de 33.202.672,00 DA. Le reste sans change- ment.

ANEP 528287 du 25/09/2013

mercredi 25 Septembre 2013

Régions

12

EL MOUDJAHID

AÏN TÉMOUCHENT
AÏN TÉMOUCHENT

CHLEF

 
   

10 ZET

en projet

Dix

zones d’extension tou-

ristique (ZET), situées dans la

wilaya de Chlef, disposeront, d’ici la fin de l’année en cours, de leurs plans d’aménagement touristique (PAT), a-t-on appris auprès de la direction du Tou- risme.

Ces

zones, dont les PAT ont

été élaborés pour trois d’entre elles, en l’occurrence celles de Mainis et Ain-Hamadi, situées au nord-ouest du littoral de Chlef et celle de Tigheza au nord-est, totalisent une superfi- cie globale de 1691 ha, a indi- qué la même source, précisant que l’achèvement de cette opé- ration permettra de mettre un terme aux contraintes liées au manque du foncier pour les in- vestissements touristiques. La même source qui fait état de l’intérêt accordé par les investisseurs pour les ZET du littora a noté que plusieurs pro- jets à caractère touristique ont été, déjà, lancés au niveau de ces trois ZET d’une superficie aménageable de 220 ha. Parmi

ces projets, il est cité, entre au- tres, celui du centre de thalas- sothérapie et de résidences touristiques en cours de réalisa- tion à Mainis et d’un village touristique à Tigheza.

La

finalisation des plans

d’aménagement touristique des autres ZET, prévue avant fin 2013, permettra, selon les res- ponsables du secteur, de pro- mouvoir l’investissement touristique dans cette région aux potentialités touristiques avérées et de générer quelque 3.500 emplois directs.

DÉVELOPPEMENT DU TOURISME

Aménagement de sept ZET

Sept (07) zones d’expansion touristique (ZET) de la wilaya d’Aïn Témouchent sur les dix créées à l’effet de développer le tourisme, qui constitue l’une des principales vocations de la région, vont bénéficier prochainement d’actions d’aménagement, a-t-on appris samedi de la direction du tourisme.

P réalablement à cette action, le bureau d’études de l’Agence nationale de développement du

tourisme (ANDT) prendra en charge l’étude des zones susceptibles d’être aménagées, tout en élaboration une feuille de route concernant l’aboutis- sement de cette opération, a-t-on pré- cisé. Il s’agit des zones de Bouzedjar (400 ha), Chatt El Hillal-Sidi Djel- loul (250 ha), Terga (120 ha), Sbiâat (180 ha), Rachegoune (50 ha), Sassel (36 ha) et Hammam Bouhadjar (72 ha). La plus importante de ces ZET est celle de Bouzedjar qui compte sur une superficie de 400 hectares dont 120 ha constructibles. 120 autres ha doivent être réservés au programme de l’investisseur EAT, agréé par l’ANDT et dont l’étude a été réalisée par le bureau d’études technique es- pagnol ARQ-MAQ. Ce projet prévoit la réalisation de 6.570 lits pour un nombre d’emplois projetés de 4.130 postes, a-t-on indiqué. Les ZET de Chatt El Hillal-Sidi Djelloul à Sidi Safi et Terga doivent également accueillir les investis- seurs, a-t-on ajouté, signalant que le programme du plan d’occupation du sol (POS) de Terga prévoit la réalisa- tion, aux côtés d’équipements pu- blics, de sept hôtels de 80 lits, deux centres de vacances et 66 bungalows. Trois résidences touristiques, un

hôtel et deux camps de toile sont, par ailleurs, prévus au niveau de la ZET de Sassel dans la commune d’Ouled Boudjemaâ, alors que celle de Ra- chegoune à Oulhaça projette la réali- sation de bungalows, hôtels et un centre de thalassothérapie, notam-

bungalows, hôtels et un centre de thalassothérapie, notam- ment. Pour sa part, le tourisme cultu- rel

ment. Pour sa part, le tourisme cultu- rel et thermal a élu, dans la wilaya d’Aïn Témouchent, comme princi- pales zones de développement celles de Sidi Yacoub (14 e siècle) à Oulhaça et Hammam Bouhadjar, une région thermale potentielle où des actions doivent être menées pour exploiter les immenses richesses disponibles, a-t-on ajouté. Cette wilaya a su préserver son potentiel foncier touristique inesti- mable dans le cadre des zones d’ex- pansion touristique (ZET), en attendant la concrétisation de nom- breux projets proposés par des inves-

tisseurs potentiels étrangers et natio- naux, a-t-on encore indiqué. Pour cela, les autorités locales at- tendent la réponse de l’ANDT, desti- nataire de toutes ces propositions, afin de matérialiser les grandes am- bitions de la wilaya destinée à un avenir prometteur en tant que desti- nation de choix. Une fois aménagées, les struc- tures d’accueil seront davantage ren- forcées à l’issue de l’achèvement des études d’aménagement des ZET. La direction du tourisme a lancé, par ailleurs, une étude concernant le schéma directeur de l’aménagement

touristique (SDAT) de la wilaya d’Aïn Témouchent qui constituera une véritable feuille de route pour la mise en valeur des spécificités touris- tiques de la région, a-t-on encore in- diqué. Ainsi, Hammam Bouhadjar sera versée vers le tourisme thermal avec sa station, Oulhaça, vers le tourisme familial et Sbiâat vers le balnéaire. Ce schéma fera, en outre, l’inven- taire de toutes les ressources de la wilaya d’Aïn Témouchent et de ses produits qu’il proposera aux tou- ristes.

LAGHOUAT
LAGHOUAT

103 enseignants recrutés à l’université Amar-Telidji

103 enseignants recrutés à l’université Amar-Telidji L’encadrement pédago- gique de l’université Amar-

L’encadrement pédago- gique de l’université Amar- Telidji de Laghouat sera renforcé par le recrutement de 103 nouveaux enseignants au titre de la saison universitaire (2013-2014), a-t-on appris sa- medi auprès de cet établisse- ment. Cet effectif d’enseignants permettra d’augmenter la capacité d’en- cadrement pédagogique glo- bale à 850 enseignants, a précisé le recteur de l’univer- sité M. Djamel Ben Bartal. Ces nouveaux postes d’ensei- gnement concernent toutes les filières disponibles à l’uni- versité, a ajouté le même res- ponsable, relevant que d’autres filières nécessitent un renforcement, notamment pour les langues étrangères, l’architecture, l’agronomie, la chimie et la biologie. La même source à fait savoir aussi que les épreuves orales

du concours de recrutement se sont déroulées la semaine der- nière à l’université, y compris l’annexe d’Aflou, qui ont été encadrées par les chefs des département. Un autre recrutement est prévu au mois de novembre prochain pour assurer le nom- bre de poste pédagogique re- quis, a-t-on fait savoir. La direction de l’univer- sité a procédé à la promotion graduelle des maîtres de conférences de classe B, à classe A, des professeurs d’enseignement supérieur, en plus de l’orientation des en- seignants vers l’université, afin d’assurer un meilleur en- cadrement, a-t-on ajouté de même source. L’université d’Ammar Thlidji de Laghouat compte plus de 18.000 étudiants dans le système LMD (licence, mastère, doctorat)

GUELMA
GUELMA

Une importante opération portant sur le raccordement de 15 groupements d’ha- bitation vient d’être lancée dans la wilaya de Guelma, a-t-on appris, samedi, auprès de la direction locale de la Société de dis- tribution de l’électricité et du gaz (SDE). D’une consistance physique de 186 km de réseau de distribution, cette action qui permettra la réalisation de 6.700 branche- ments au profit de "plusieurs dizaines de milliers de foyers", sera effective "durant le premier semestre de l’année pro- chaine", a précisé Melle Ryma Madoui, responsable de la cellule de communica-

Melle Ryma Madoui, responsable de la cellule de communica- tion à la SDE de Guelma. Les

tion à la SDE de Guelma. Les travaux, entrepris en juillet dernier moyennant une enveloppe financière de 404 millions de

MSILA

AMÉLIORATION DU CADRE DE VIE

10 milliards de dinars investis depuis 2012

Les projets d’aménagement et d’amélioration urbaine, réalisés depuis 2012 dans la wilaya de Msila, ont nécessité une enveloppe financière de 9,88 milliards de dinars, a-t-on appris samedi auprès de la direction de l’urbanisme et de construction (DUC). Ce montant, mobilisé au titre des programmes sectoriels décentralisés (PSD), a permis de financer, de concrétiser et de réceptionner, jusqu’à juin 2013, plus 200 actions dans le cadre de 57 opérations inscrites, a indiqué la même source. Les travaux entrepris ont contribué, de façon "significative", à l’amélioration des conditions de vie d’une population de quelque 450.000 âmes, soit 40 % des habitants de la wilaya. Les opérations ont notamment porté sur le revêtement des chaussées urbaines, la réfection des trottoirs, la modernisation de l’éclairage public, le renouvellement des réseaux (eau potable et eaux usées) et l’aménagement de nombreux espaces verts. Plus de 150 autres projets similaires sont en cours de réalisation dans une soixantaine de quartiers urbains dans cette wilaya, a-t-on encore souligné à la DUC.

MÉDÉA

GAZ NATUREL

Raccordement de 15 groupements d’habitations

dinars, visent l’amélioration des condi- tions de vie des habitants concernés, a noté la même source, précisant que les foyers ciblés sont situés dans plusieurs lo- calités populaires, à l’instar de Hammam Nbails, Khezara, Boumahra-Ahmed, Bel- kheir et Sellaoua-Announa. Sept groupements d’habitation répartis sur les communes d’Oued Zenati, Tam- louka, Bouchegouf, Guelma, Ain Mekh- louf et Oued Cheham, ont été raccordés au gaz naturel lors du premier trimestre de l’année en cours, a-t-on rappelé à la SDE.

1077 départs de feu enregistrés entre juin et août

Un total de

été

de feu enregistrés entre juin et août Un total de été 1077 départs de a enregistré

1077 départs de

a enregistré dans la wilaya de Médéa entre juin et août écoulés, ayant occasionné d’énormes pertes en couvert végétal, cultures céréalières ou récoltes diverses, selon un bilan de la Protection civile. La même source fait mention, dans ce contexte, d’une évolution significative du nombre de départs de feu au cours de la période considérée, passant de 165 incendies de forêts et feux de récoltes au mois de juin, à 392 incendies, en juillet, pour atteindre le seuil de 520 incendies durant le mois d’août. Ces incendies ont causé la destruction de 345 hectares de couvert végétal, 553 hectares de broussailles, 130 hectares de cultures céréalières, 18.820 bottes de pailles, outre la perte de 4565 arbres fruitiers et une récolte de 141 quintaux de blé et d’orge.

feu

Régions

EL MOUDJAHID

13

AIN-DEFLA
AIN-DEFLA

BATNA

Deux bandes de voleurs de bétail mises hors d’état de nuire

Deux bandes de malfaiteurs constituées de 16 individus, spécialisées dans le vol de bétail, ont été mises hors d’état de nuire, à Batna, "durant la 1ère semaine du mois en cours" par les éléments de la Gendarmerie nationale, a-t-on appris, mardi, auprès du groupement de wilaya de ce corps constitué. Une opération menée par les gendarmes a permis de récupérer 50 têtes d’ovins volés, ainsi qu’un camion servant à leur trans- port et une voiture de tourisme utilisée comme "véhicule de reconnaissance" lors des déplacements du bétail. La première bande appréhendée, formée de onze personnes de 23 à 80 ans, dont deux repris de justice, activait sur l’axe Sétif-Batna- Khenchela-Oum El-Bouaghi, tandis que le second groupe,

constitué de 5 individus (19 à 33 ans) dont un repris de justice,

a été surpris par les gendarmes près de la localité de Taxlent

(Batna). Quatre personnes de cette bande ont été arrêtées au moment où une cinquième — dûment identifiée — est acti- vement recherchée, a-t-on indiqué de même source. Présen- tés devant la justice, trois des onze malfaiteurs constituant la première bande ont été écroués, de même que les 4 individus composant le second groupe, le reste s’étant vu délivrer des citations directes à comparaître, ont conclu les services de la Gendarmerie nationale.

ORAN

AMÉNAGEMENT DU NOUVEAU SIÈGE DE LA COMMUNE

Lancement prochain d'un appel d’offres

Un appel d’offres sera lancé prochainement pour l’aménagement de l’ex-hôtel Château neuf en vue de sa re- conversion en nouveau siège de la commune d’Oran, a an- noncé le président d’APC d’Oran. Une proposition d’aménagement de l’ex-Châ- teau neuf en nouveau siège de la commune d’Oran, faite par un bureau d’études étran-

ger, a été rejetée par la com- mission nationale des marchés pour dépassement du seuil légal autorisé, a ré- vélé M. Nouredine Boukha- tem en marge d’une rencontre ayant regroupé lundi soir les membres des assemblées populaires com- munale et de wilaya (APC- APW) d’Oran. "Nous avons repris le dossier et un avis d'appel sera lancé dans 10 jours" a-t-il déclaré à l'APS. Il s’agit d’un vieux projet de plus d’un quart de siècle qui sera relancé une fois l’étude d’aménagement rete- nue, a fait observer pour sa part le vice-président d'APC d'Oran, M. Fekir Mohamed Salim, rappelant que d’am- bitieux projets d’améliora- tion urbaine pour la période 2013-2017 impliquant tous les secteurs en association avec les élus locaux seront engagés, "pour hisser la ville

à un rang de pôle d’excel-

lence". Ces projets portent sur la réalisation d’un nou- veau conservatoire, d’un musée océanographique, de l’aménagement de la salle de cinéma "Marhaba", de

l’augmentation des capacités d’accueil du théâtre de ver- dure "Hasni-Chekroun", de la réalisation d’un nouveau siège d’état-civil. Des opérations de mise à niveau de la ville portant sur l’entretien des réseaux d’as- sainissement, de la voirie, des ouvrages d’art, d’éradi- cation de l’habitat précaire, d’amélioration du service pu- blic, de l’éclairage public et du transport, sont program- mées, a-t-il souligné. De son côté, le président de l’as- semblée populaire de la wi- laya (APW) d’Oran, M. Abdelhak Kazi Tani, qui a in- sisté sur la nécessité de met- tre en synergie les efforts des élus locaux pour solutionner les problèmes de la collec- tivité, a recommandé la mise en place d’une commission mixte (APC-APW) pour le suivi des projets. Plusieurs élus locaux se sont relayés, lors de cette rencontre, pour soulever nombre de préoccu- pations des citoyens et de problèmes que rencontre la commune, appelant à un "tra- vail conjoint et efficace" par le rapprochement des points de vue entre les deux assem- blées élues. Une sorte de feuille de route a été suggérée pour permettre à la ville d'Oran

d’être à la hauteur des évène- ments qu'elle devra abriter, dont la rencontre des minis- tres africains de l’Environne- ment prévue au mois de février prochain dans le cadre du projet R20.

EL BAYADH

373 postes créés dans le secteur de la santé

Quelque 373 postes d’emploi ont été accordés cette année par le secteur de la santé dans la wilaya d’El-Bayadh, a-t-on

appris hier auprès de la Direction de la santé, de la population et de la réforme hospitalière (DSPRH) de la wilaya. La DSPRH a fait état de 223 postes dégagés par le secteur pour les contractuels exerçant par volume horaire, 35 postes pour les médecins spécialistes et 30 autres pour les praticiens généralistes. L’établissement public hospitalier (EPH) "Moha- med-Boudiaf" à El-Bayadh a vu cette année son encadrement

par un apport de 16 praticiens

spécialisés en médecine légale, radiologie, pédiatrie, ORL, ophtalmologie et cancérologie. L’EPH de la commune de La- biodh Sidi-Cheikh a été renforcé par 5 médecins spécialistes, dont 2 gynécologues-obstétriciens, a-t-on ajouté à la DSPRH. En dépit des postes budgétaires disponibles, le secteur accuse un déficit en médecins généralistes, étant donné que les admis des concours de recrutement préfèrent généralement exercer au niveau des structures médicales du Nord du pays, a-t-on souligné de même source. Selon la DSPRH, 49 aides-soignants, nouvellement pro- mus de l’annexe de la formation paramédicale d’El-Bayadh, seront affectés dans différentes structures médicales de la wi- laya, notamment dans les communes enclavées.

médical spécialisé renforcé

SÉCURISATION DE L’ALIMENTATION EN EAU POTABLE

Des forages et des transferts

Sécurisation de l’alimentation en eau potable, la feuille de route tracée par les pouvoirs publics pour le secteur de l’hydraulique est de fait appliquée et suivie pour ainsi dire à la lettre au niveau local dans la wilaya de Ain-Defla.

P our M. Lazhar Ghamri, le directeur de l’hydraulique, cet objectif repré- sente le cheval de bataille, une ba-

taille faut-il le souligner ouverte sur plusieurs fronts, là précisément où la res- source hydrique se fait rare et où les po- pulations continuent à recevoir le précieux liquide à des doses homéopathiques, comme c’est le cas principalement pour les zones de montagne. La semaine écou- lée a vu justement la mise en service d’un nouveau forage pour la commune monta- gneuse de Tacheta-Zougagha. Un apport qui sera renforcé avec la mise en service d’un autre forage sur le versant ouest du Dahra, actuellement en travaux. « Une so- lution à moyen et court terme », relève M. Ghamri pour qui cette opération fait partie d’un projet de douze forages au total. Là ou la ressource est disponible, des forages sont effectués, une solution palliative en attendant la mise en service du projet de transfert des eaux du futur barrage de Kef- Eddir dans la wilaya de Tipasa qui permet- tra alors de sécuriser complètement cette région montagneuse avec les deux autres communes en contrebas d’El-Abadia et Ain-Bouyahia. Plus au sud pour les com- munes de l’Ouarsenis, Belâas, Bathia et El-Hassania, c’est l’option de la mobilisa- tion des eaux de surface qui est de mise, à l’exemple du petit barrage réalisé sur l’oued Bouziane. Deux entreprises, l’une pour les équipements électromécaniques et l’autre pour la pose des conduites sont à pied d’œuvre pour l’approvisionnement des populations de ces communes, nous informe le directeur de l’hydraulique. Pour les douze communes de la plaine, c’est le transfert des eaux à partir des bar-

la plaine, c’est le transfert des eaux à partir des bar- rages de Sidi M’Hamed Bentaïba

rages de Sidi M’Hamed Bentaïba et d’Ou- led-Mellouk qui a été retenu. Ainsi, pour les communes de Khemis-Miliana, Sidi- Lakhdar, Arib, Mekhatria et Ain-Defla, le projet en est à sa phase d’essai technique. Ces communes ont également vu leur ré- seau d’AEP complètement rénové pour justement, souligne à cet égard M. Ghamri, minimiser les pertes sur le réseau,

les travaux concernant El-Amra sont en voie d’achèvement. Ces communes seront approvisionnées à partir du barrage de Sidi M’Hamed Bentaïba. Pour El-Abadia, le réseau a également été rénové ; Zed- dine, El-Attaf, Bourached, El-Maine et Rouina seront elles raccordées au barrage d’Ouled Mellouk. A.M.A

CONSTANTINE
CONSTANTINE

Les établissements scolaires dépourvus d’eau potable raccordés au réseau

Plusieurs opérations destinées à raccorder trente (30) éta- blissements scolaires ne disposant pas d’eau potable, dont quelques-uns nouvellement réceptionnés, ont été menées avant la dernière rentrée scolaire, a-t-on appris hier auprès de la Di- rection de l’éducation (DEW). Le chef du service de la formation et de l’inspection à la DEW, M. Mohamed Attafi, a précisé que cette opération se poursuivra durant les prochains mois pour toucher d’autres établissements des trois paliers encore dépourvus de cette res- source vitale. L’exécution de cette action, qui s’inscrit dans le cadre de l’amélioration des conditions de scolarité des élèves, est prise en charge par la Société des eaux et de l’assainissement de

Constantine (SEACO), a ajouté le même responsable. Une campagne de contrôle de la qualité de l’eau, touchant tous les établissements scolaires de la wilaya, des paliers pri- maire, moyen et secondaire, a été parallèlement lancée, a en- core indiqué la même source, précisant que le contrôle consiste à prélever des échantillons stockés dans les réservoirs afin de les analyser et s’assurer de la potabilité de l’eau. Les responsables des établissements scolaires recevront des bulletins d’analyses assortis de consignes à suivre pour pré- server la qualité de l’eau, et bénéficieront d’une assistance technique de la SEACO pour, le cas échéant, le nettoyage et la désinfection des installations internes de stockage d’eau, a conclu la même source.

BÉCHAR

Projet de réalisation d’un complexe touristique à Tabelbella

Les travaux de réalisation d'un com- plexe touristique sur une dizaine d’hec- tares près de Tabelbella (400 km au sud de Béchar), seront entamés au début de 2014, a-t-on appris mardi de son promo- teur. Ce projet touristique, d’un coût de plus de 50 millions de DA et avalisé par le co- mité local d’assistance à la localisation et la promotion de l’investissement (CALPI), constitue une première dans cette daïra disposant de potentialités agri- coles, touristiques et historiques inestima- bles, a indiqué M. Mustapha Makhlouf. Un hôtel d’une trentaine de chambres, une cafétéria, un restaurant, des aires de repos et de jeux ainsi que différentes autres commodités pour le repos et les loisirs des touristes seront réalisés au titre de ce projet soutenu par les autorités de cette daïra qui fait face à un manque en struc- tures d’accueils et de débouchés profes- sionnels pour les demandeurs d’emploi, a-t-il précisé. Pour ce qui est de la locali- sation de ce complexe dans une zone sa-

est de la locali- sation de ce complexe dans une zone sa- harienne, son promoteur dira

harienne, son promoteur dira que l’objec- tif est de réaliser un lieu d’accueil et de repos à proximité de la route complète- ment déserte reliant sur 800 km Bechar à Tindouf. L’implantation du projet à quelques ki- lomètres de Dhaya, un lac constituant une

halte pour les oiseaux migrateurs, et en proximité aussi d’un chapelet de sites pré- historiques, offre un espace d’études et de recherches pour les scientifiques et de dé- couverte pour les amateurs de tourisme culturel et écologique, a souligné la même source.

Monde

14

EL MOUDJAHID

SYRIE

Lakhdar Brahimi : « La date de Genève II pourrait être décidée à la fin de la semaine »

Le Représentant spécial conjoint de l’ONU et de la Ligue arabe pour la Syrie, Lakhdar Brahimi, a déclaré, lundi dernier, à l’APS que la date de la tenue de la Conférence de Genève II sur la Syrie pourrait être décidée à la fin de la semaine en cours.

«J e suppose qu’à la fin de cette semaine, on va sa- voir si une date pourrait

être décidée et annoncée’’ en fa- veur de la conférence Genève II, a-t-il souligné dans une déclara- tion à l’APS à l’issue d’une ren- contre qu’il a eue avec le ministre des Affaires étrangères, M. Ram- tane Lamamra, en marge de l’As- semblée générale de l’ONU à New York. M. Brahimi a avancé que durant la semaine en cours, il y aura un grand nombre de discus- sions, à New York, sur la Syrie et notamment au sujet de Genève II. Il a indiqué, par ailleurs, qu’il s’agit de savoir aussi si les parties

syriennes au conflit étaient ‘‘prêtes sérieusement’’ à cette conférence

et si les Etats-Unis et la Russie,

qui ont convenu, en mai dernier, de sa tenue, étaient prêts à décider de la participation car, selon lui, même la liste des pays participants à cette éventuelle conférence n’est pas encore établie. L'objectif de la conférence Genève II est de par- venir à une solution politique né- gociée au conflit en Syrie au travers d'un accord global entre le gouvernement syrien et l'opposi- tion pour la pleine mise en œuvre du Communiqué de Genève adopté lors de la première réunion internationale le 30 juin 2012 dans cette ville suisse. Ce document, que M. Brahimi

a toujours considéré comme le

''socle de la paix'', appelle à l'éta- blissement d'une autorité de tran- sition dotée des pleins pouvoirs exécutifs dans le cadre d'une tran-

sition politique menée par les Sy- riens eux-mêmes, et engage toutes les parties en faveur d'une cessa- tion des violences armées et à l'ap- plication du plan de paix en six points de Kofi Annan. Dans ce sens, M. Brahimi poursuit ses ef- forts pour arriver à une solution di- plomatique à la crise en Syrie et a organisé, il y a quelques jours à

la crise en Syrie et a organisé, il y a quelques jours à Genève, une réunion

Genève, une réunion entre le se- crétaire d'Etat américain John Kerry et son homologue russe Ser- guei Lavrov.

Moscou accepte une "mention" du chapitre VII dans la Résolution

La Russie a admis, hier, que le chapitre VII de la charte de l'ONU

pouvait être "mentionné" dans une

résolution sur la Syrie, soulignant cependant qu'il ne pouvait y avoir d'automatisme dans le recours à la force. "Le chapitre VII ne peut être mentionné que comme un élément de l'éventail de mesures, si sont

des faits comme le

détectés (

refus de coopération, la non-appli- cation des engagements, ou si quelqu'un, peu importe qui, a re-

)

Retour aujourd’hui des inspecteurs de l'ONU

Retour aujourd’hui des inspecteurs de l'ONU

Retour aujourd’hui des inspecteurs de l'ONU
Les inspecteurs de l'ONU reviennent en Syrie aujourd’hui pour enquêter sur le recours aux armes
Les inspecteurs de l'ONU reviennent en Syrie aujourd’hui pour enquêter sur le recours aux armes

Les inspecteurs de l'ONU reviennent en Syrie aujourd’hui pour enquêter sur le recours aux armes chimiques, a déclaré, hier, le vice- ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Riabkov, cité par les agences de presse russes. "Nous sommes satisfaits que nos appels insistants à faire revenir les inspecteurs de l'ONU aient été entendus." a déclaré M. Riabkov. La Russie n'a cessé de réclamer que la mission d'inspecteurs, dont elle a jugé partial le rapport sur l'attaque chimique du 21 août près de Damas, revienne en Syrie pour enquêter sur d'autres cas présumés de recours à des armes chimiques, dont elle accuse les rebelles.

cours à l'arme chimique", a dé- claré le vice-ministre des Affaires étrangères Sergueï Riabkov, cité par les agences. "Je répète une nouvelle fois qu'il n'est pas ques- tion d'adopter une résolution au Conseil de sécurité sous chapitre VII, ni d'application automatique de sanctions ou encore moins de recours à la force", a-t-il ajouté, s'exprimant devant la Douma (chambre basse du Parlement russe). "La résolution du Conseil de sécurité de l'ONU est vouée à ap- puyer les décisions du conseil exé- cutif de l'Organisation pour l'interdiction des armes chi- miques", a souligné le diplomate russe. Occidentaux et Russes sont engagés depuis une semaine dans un bras de fer diplomatique sur le contenu d'une résolution qui doit être adoptée au Conseil de sécurité de l'ONU après l'adoption à Ge- nève, le 14 septembre, d'un plan de démantèlement de l'arsenal chi- mique syrien.

PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT POST-2015

ONU : « La nécessaire prise en compte des droits des handicapés »

La nécessaire prise en compte des droits des handicapés » lors du Sommet du Millénaire de

lors du Sommet du Millénaire de 2000, les OMD sont des objectifs spécifiques portant sur l'éradication de la pauvreté, l'éducation, l'égalité entre les sexes, la santé maternelle et infantile, le respect de l'environ- nement, la lutte contre la pandémie de VIH/sida et un partenariat mon- dial pour le développement. Toute- fois, aucun de ces objectifs ne répond spécifiquement aux besoins des personnes handicapées. « Nous

devons renforcer le cadre juridique international existant en matière de handicap et de développement », a plaidé M. Ban. « Nous devons agir dès main- tenant pour éliminer les obstacles qui se posent à l'accès de ces per- sonnes sur le plan logistique, mais aussi dans le domaine de l'informa- tion et des communications. Et nous ne devons pas seulement lever les obstacles physiques, mais aussi

Les droits des personnes handi- capées doivent être pleinement pris en compte dans le cadre du pro- gramme de développement post- 2015, ont affirmé lundi dernier des responsables de l'ONU devant les chefs d'Etat et de gouvernement, qu'ils ont exhorté à se doter de po- litiques facilitant l'émergence de sociétés où chacun pourrait trouver sa place. Le handicap « fait partie de la condition humaine, presque tout le monde sera temporairement ou dé- finitivement concerné à un moment donné de sa vie », a prévenu Ban Ki-moon, à la réunion de haut ni- veau de l'Assemblée générale sur le handicap et le développement. A plus d'un milliard de personnes au total, les personnes handicapées forment la plus grande minorité du monde, dont 80% sont en âge de travailler et la grande majorité ré- side dans des pays en développe- ment. Pour M. Ban, les personnes handicapées font partie intégrante de la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) lesquels doivent être at- teints avant la date-butoir de 2015, ainsi que du programme de déve- loppement qui leur succèdera et que la communauté internationale est en train d'élaborer. Convenus

les barrières que constituent la stig- matisation et la discrimination », a- t-il poursuivi. Prenant également la parole lors de cette réunion, le pré- sident de l'Assemblée générale, John Ashe, a appelé les Etats mem- bres qui ne l'ont pas encore fait à ratifier la Convention relative aux droits des personnes handicapées, à laquelle 134 pays sont actuelle- ment parties. Au cours de la réunion, les diri- geants présents ont examiné et adopté une Résolution qui appelle à un développement créateur d'op- portunités et d'emploi décents pour les personnes handicapées, et capa- ble de leur fournir un accès aux ser- vices sociaux de base. Intitulé « La voie à suivre : un agenda inclusif du handicap à l'horizon 2015 et au- delà », le document final de la réu- nion réaffirme l'engagement des pays à répondre ensemble à cette question et à appuyer les objectifs fixés par la Convention. La réunion a été organisée avec la participation du Fonds des Na- tions unies pour l'enfance (Unicef), de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) et d'autres agences, fonds et programmes du système des Nations unies, ainsi que d'Etats membres et de la société civile.

ZONES DE CONFLITS

28,5 millions d'enfants privés de scolarité

Un total de 28,5 millions d'enfants vivant dans des pays ravagés par les conflits sont privés de scolarité, ont déploré, hier, des dirigeants gouverne- mentaux et des représentants d'organi- sations internationales, appelant à une action urgente pour venir en aide à ces enfants. "Nous devons nous départir déli- bérément des politiques antérieures de réponses aux crises humanitaires, dans lesquelles l'éducation est typiquement sous-financée", a déclaré Gordon Brown, l'envoyé spécial des Nations unies pour l'éducation mondiale lors d'une rencontre intitulée "Education cannot wait" ("L'éducation ne peut at- tendre"), un événement organisé pour la deuxième année consécutive dans le cadre de l'Assemblée générale des Na- tions unies. "Aujourd'hui, avec près d'un mil- lion d'enfants syriens réfugiés, nous devons passer immédiatement à l'ac- tion en donnant de l'espoir et des op- portunités, même dans les circonstances les plus désespérées", a- t-il ajouté. Sur 57 millions d'enfants à travers le monde, plus de la moitié ne fréquentent pas d'établissements sco- laires, habitent dans des pays ravagés par la guerre et les conflits. Les violences, les combats et les déplacements dans des pays tels que la Syrie, la République centrafricaine, le Mali et la République démocratique du Congo (RDC) ont fortement contri- bué à cette hausse, selon l'organisme Aide à l'enfance. Notant que l'éduca- tion ne devrait jamais faire les frais des conflits, Anthony Lake, directeur exécutif du Fonds des Nations unies pour l'enfance (Unicef), a exhorté à une action immédiate pour venir en aide aux enfants privés d'éducation Alice Albright, PDG du Partenariat mondial pour l'éducation, a déclaré que l'éducation dans les situations d'urgence est sévèrement sous-finan- cée, représentant à peine 1,4% de l'aide humanitaire. Elle a proposé que ce montant soit doublé et que la coopération entre gouvernements, donateurs et agences humanitaires soit améliorée.

MALI

Allégations de mauvaise conduite contre des Casques bleus

La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la sta- bilisation au Mali (MINUSMA) a pris connaissance lundi dernier d'alléga- tions de mauvaise conduite portées la semaine dernière à l'encontre de cer- tains de ses Casques bleus, notamment d'un cas d'abus sexuel. "Le Secrétaire général de l’ONU examine ce problème avec le plus grand sérieux et, conformément aux procédures en place, est en train de no- tifier les pays contributeurs de troupes", a déclaré son porte-parole Martin Nesirky. Les pays contributeurs de troupes « portent la responsabilité d'ouvrir une enquête et de veiller à prendre les me- sures disciplinaires et judiciaires ap- propriées si les allégations s'avéraient fondées », a-t-il ajouté. La MINUSMA a été établie par le Conseil de sécurité en avril 2013 avec une force de 12.600 hommes pour, no- tamment, soutenir le rétablissement de l'Etat de droit au Mali, après la fin de l'occupation du nord de ce pays par des islamistes radicaux, et mettre en place les conditions indispensables à l'acheminement de l'aide humanitaire et au retour des déplacés.

Monde

15

EL MOUDJAHID

BRÈVES
BRÈVES

ATTAQUE DE NAIROBI (KENYA)

PRÉSIDENTIELLE EN BOLIVIE…

Interminable siège au centre commercial de Westgate

Les islamistes somaliens shebab, qui ont revendiqué l'attaque du Westgate à Nairobi, ont affirmé hier détenir encore des otages "vivants" dans le centre commercial jonché d'un nombre "incalculable" de cadavres.

"L es otages qui sont détenus par les moudja-

hidine à l'intérieur du Westgate sont toujours vi- vants, choqués, mais néanmoins vivants", ont écrit les insurgés shebab, liés à El-Qaïda, sur leur compte Twitter. Toujours sur Twitter, ils ont ajouté qu'"il y a un nombre incal- culable de cadavres épar- pillés" dans le bâtiment pris d'assaut samedi par un commando armé de 10 à 15 personnes, selon les autorités. La déclaration des islamistes est crédible, tous les corps n'ayant pu être évacués depuis le début du raid. Elle fait craindre un bilan bien plus élevé que les 62 morts an- noncés officiellement pour le moment, avec presque autant de per- sonnes portées disparues. Les autorités ont égale- ment fait état de près de 200 blessés parmi les em- ployés et la clientèle cos- mopolite qui se pressait samedi, comme tous les week-ends, pour faire du shopping. Lundi soir, le gouvernement kényan avait affirmé que tous les otages piégés dans le bâti-

ment avaient probable- ment été secourus. Le gouvernement a ajouté que ses forces contrôlaient le Westgate et qu'elles passaient au peigne fin les étages sans rencontrer de résistance. Mais les af- frontements ont repris hier à l'aube, lorsqu'une explo- sion et des coups de feu sporadiques ont retenti brièvement, suivis quelques heures plus tard par un échange, bref mais intense, de tirs d'armes au- tomatiques dans ou tout près du bâtiment. Des sources de sécurité ont in- diqué qu'elles combat- taient toujours "un ou deux" assaillants, locali- sés à l'intérieur ou à côté d'un casino situé dans les étages. De son côté, la mi- nistre kényane des Af- faires étrangères, Amina Mohamed, a déclaré lundi soir sur PBS, la présence au sein du commando de deux ou trois Américains et d'une Britannique. D'après la ministre, cette Britannique a déjà com- mis des actes similaires "à de nombreuses reprises". La police kényane avait affirmé plus tôt suspecter la Britannique Samantha

avait affirmé plus tôt suspecter la Britannique Samantha Lewthwaite, veuve d'un des kamikazes des atten- tats

Lewthwaite, veuve d'un des kamikazes des atten- tats du 7 juillet 2005 à Londres, d'être "impli- quée". Londres a refusé de commenter l'information.

Quant aux Américains, a précisé la ministre, ce sont "de jeunes hommes, entre

18 et 19 ans (

somalienne ou arabe, mais

qui vivaient aux États-

d'origine

)

Unis". Par ailleurs, selon le ministère de l'Intérieur, plus de 10 suspects ont été arrêtés "pour interroga- toire", sans plus de détail.

La police désamorce des explosifs

La police kényane a annoncé, hier à la mi-journée, sur Twitter, qu'elle était en train de désamorcer des explosifs placés par des islamistes. "Nous procédons à la neutralisation d'explosifs qui avaient été placés par les terroristes", écrit la police sur son compte Twitter, sans donner davantage de précisions.

SOMALIE

Appel à intensifier la lutte contre les shebab

Le représentant spécial de l'ONU pour la Soma- lie, Nicholas Kay, a ap- pelé la communauté internationale à intensi- fier la lutte contre les in- surgés islamistes somaliens, alors que ces derniers ont revendiqué l'attaque contre le centre commercial Westgate de Nairobi au Kenya. Lors d'une conférence de presse à Genève, M. Kay a indiqué que l'attaque contre le centre commer- cial "n'était pas une sur- prise". "L'approche de l'ONU et mon approche vis-à-vis des shebab en Somalie, c'est qu'il faut intensifier nos cam- pagnes, du point de vue militaire, mais aussi po- litique et pratique", a-t-il dit. "Nous devons redou- bler d'efforts sur ces trois voies", a-t-il insisté. M. Kay a estimé qu'il y avait des raisons d'être "pru- demment optimiste" vis- à-vis de la situation en Somalie, soulignant que le gouvernement était parvenu à augmenter son contrôle dans le pays. Mais "il reste des défis". "La sécurité reste le défi numéro un et contrôler et mettre en échec les she- bab est la clé", a-t-il re- levé.

ATTENTATS À LA BOMBE EN IRAK

20 morts et 53 blessés

L e bilan des attentats à la voi- ture piégée survenus lundi à Baghdad en Irak s'est alourdit

à au moins 20 morts et 53 blessés, selon un nouveau bilan annoncé hier par la police. Un précédent bilan avait fait état de 15 morts et 30 bles- sés. La première attaque s'est pro- duite lundi soir lorsqu'une voiture piégée a explosé lors de funérailles dans le district d'Adhamiya, dans le nord de Baghdad, tuant 15 personnes et en blessant 35 autres, a affirmé une source policière. Trois personnes ont été tuées et huit autres blessées lorsqu'une bombe plantée en bord de route a ex- plosé près d'un parc dans la zone de Sulaikh située dans le nord de Bagh- dad, a rapporté la même source, ajoutant que deux personnes ont été tuées et 10 autres blessées lorsqu'un café a été touché par une bombe à Sadar, dans l'est de Baghdad. Il s'agit de la troisième attaque meurtrière vi- sant des funérailles dans la capitale irakienne au cours des trois derniers jours.

la capitale irakienne au cours des trois derniers jours. CRISE EN TUNISIE L’UGTT appelle à des

CRISE EN TUNISIE

L’UGTT appelle à des manifestations

(Est). Le syndicat, fort d'un demi- million d'adhérents, avait annoncé lundi qu'il organiserait des mani- festations en série à travers la Tu- nisie, accusant Ennahda d'avoir "détruit la moitié de la feuille de route" pour sortir la Tunisie de la crise politique dans laquelle elle est plongée depuis le 25 juillet et l'as- sassinat du député d'opposition Mohamed Brahmi. Ennahda a af- firmé, de son côté, accepter ce plan rédigé par l'UGTT, le patronat Utica, l'Ordre national des avocats et la Ligue tunisienne des droits de

Le puissant syndicat tunisien UGTT a indiqué hier sur sa page Facebook que la campagne de ma- nifestations pour forcer le parti au pouvoir Ennahda à accepter un plan de sortie de crise politique al- lait débuter aujourd’hui. Les diffé- rentes antennes de cette centrale syndicale qui entretient des rela- tions tendues avec Ennahda ont in- diqué que des rassemblements auront lieu aujourd’hui à l'Ariana (banlieue de Tunis), demain à Sousse (Est) et Jendouba (Nord- Ouest), puis samedi à Monastir

l'homme. À l'inverse, les islamistes considèrent que l'hétéroclite coali- tion d'opposition a dénaturé la feuille de route en appelant à la dé- mission immédiate du gouverne- ment. L'initiative demande aux deux camps de se réunir pour "un dialogue national" avec le prési- dent Moncef Marzouki et le Pre- mier ministre Ali Laârayedh pour annoncer solennellement que le gouvernement dirigé par Ennahda démissionnera et sera remplacé sous trois semaines par un cabinet d'indépendants.

L’élection aura lieu en octobre 2014

L’élection présidentielle en Bolivie aura lieu en octobre 2014, a annoncé lundi le Tribunal Suprême Électoral (TSE). "Les élections se dé- rouleront en octobre de 2014 et nous allons les convoquer entre avril et mai" de l'année pro- chaine, a indiqué Dina Chuquimia, une respon- sable du TSE, dans une conférence de presse. Elle a indiqué que "dans l'éventualité d'un se- cond tour", celui-ci aurait lieu entre octobre 2014 et janvier 2015.

… A MADAGASCAR…

Ouverture officielle de la campagne électorale

La campagne électorale pour le premier tour de l'élection présidentielle du 25 octobre pro- chain est ouverte officiellement hier, selon la Commission Electorale Nationale Indépendante pour la Transition (CENIT). "Pendant 30 jours, toute propagande électorale, ainsi que les affi- chages et les circulaires des candidats ou des listes de candidats ou des comités de soutien sont réglementés. Toutefois, la distribution de documents et supports électoraux relatifs à la campagne électorale est interdite le jour du scrutin", a mentionné la loi organique portant Code Electoral. La présidente de la CENIT, Béatrice Atallah, a appelé, dans une déclaration officielle, les 33 candidats en lice à respecter les textes et loi en vigueur qui dictent ce qui est per- mis, et ce qui est interdit lors d'une campagne électorale.

… ET AUX MALDIVES

La Cour suprême reporte le 2 e tour

La Cour suprême des Maldives a ordonné lundi le report du deuxième tour de l'élection présidentielle, prévu initialement le week-end prochain à la suite d'un recours dont elle a été saisie, une décision susceptible d'entraîner une plus grande instabilité politique dans l'archipel. "Nous ordonnons à la commission électorale et aux autres institutions publiques compétentes de reporter le deuxième tour de l'élection prési- dentielle prévu le 28 septembre", précise l'arrêt de la Cour. Le favori de l'élection présidentielle aux Maldives, Mohamed Nasheed, n'est pas parvenu à remporter le scrutin du premier tour (7 septembre) faute d'une avance suffisante.

AFGHANISTAN

50 insurgés tués en 24 heures

Près de 50 insurgés ont été tués dans des opérations sécuritaires dans diverses provinces afghanes au cours des dernières 24 heures, a rapporté hier le ministère de l'Intérieur. "La police nationale afghane (ANP) a mené plusieurs opérations sécuritaires en coopération de l'armée, l'agence de renseignements, et les forces de coalition dirigées par l'OTAN, qui ont entraîné la mort de 49 talibans armés, huit au- tres ont été blessés, et l'arrestation de 11 mili- tants", a expliqué le ministère dans un communiqué.

RD CONGO

Les pays voisins appellent à "conclure rapidement" les négociations de Kampala

Les pays voisins de la République démocra- tique du Congo (RDC) ont pressé, lundi à l'ONU, Kinshasa et les rebelles du mouvement M23 de "conclure rapidement" les négociations de Kampala, actuellement dans l'impasse. Les participants à la réunion, dont les prési- dents congolais, rwandais et ougandais, ont aussi "exhorté" les donateurs internationaux à lancer des projets de développement en faveur des femmes et des jeunes afin de "créer des di- videndes de paix immédiats sur le terrain", in- dique le communiqué final de leur réunion en marge de l'Assemblée générale de l'ONU. La réunion a permis de définir des "critères de suivi" pour mieux appliquer l'accord cadre conclu en février à Addis Abeba et censé contri- buer à pacifier la région.

Culture

16

EL MOUDJAHID

7 e FESTIVAL D’ORAN DU FILM ARABE

Invite à l’évasion

L’ouverture officielle du Festival d’Oran du film arabe a été donnée lundi en début de soirée dans la splendide salle du centre des conventions Mohammed-Benahmed en présence des festivaliers, stars du cinéma arabe, ac- trices à la célébrité avérée, cinéastes et du public déten- teur de la carte d’invitation.

De notre envoyé spécial : Abdelkrim Tazaroute

P révue à 18 heures, l’ouverture n’a eu lieu qu’une heure après, l’attente n’a visiblement pas

gêné grand monde vu que le cadre luxueux et la vue imprenable qu’of- frait la baie oranaise, à partir du cen-

tre des conventions, donnaient

l’occasion aux invités d’immortaliser cette invite à l’évasion, coucher du soleil aidant. Un homme âgé s’avance et scrute l’horizon. « Quelle merveille ! » Nous le regardons avec un sourire

aux lèvres. Il nous salue puis s’émer-

veille : « Vous avez un très beau pays», dira-t-il avec un accent qui nous orienta quelque peu sur ses ori- gines. Nous le remercions. Il ose : «A quelle heure ça va commencer ? » In- capable de lui donner la moindre in- formation, nous répondons spontanément « Bientôt », sans au- cune conviction. Il se présente. « Je suis syrien et acteur et j’ai eu l’hon- neur d’être invité et honoré par un hommage. Je m’appelle Assad

Fedha.» Après nos félicitations nous saurons qu’il s’agit d’une star des sé- ries télévisuelles syriennes notam- ment. Un mouvement de foule annonce le début imminent du début de la cérémonie d’ouverture. Il faut encore patienter cette fois à l’inté- rieur de la salle, une occasion de dé- couvrir les invités de marque, des actrices avec leurs meilleurs atours. Nous reconnaissons Samia Meziane, l’héroïne du dernier film de Cherif Aggoune, Hacène Kechache brossé comme un acteur qui revient d’une île quelque part dans le monde. Notre Ben Boulaïd multiplie les interviews pour les chaînes de télévision. Les lu- mières s’éteignent, l’animateur avance sur fond musical, une compo- sition d’Ahmed Wahbi. Courtes interventions et applaudissements Belle surprise, les interventions de la commissaire du festival et celles du représentant du ministère de la Cul- ture et du wali d’Oran furent courtes

Une si jeune paix, premier long

métrage de fiction de l'Algérie indépendante

Le commissariat du Festival a programmé en ouverture du festival Une si jeune paix, le premier long métrage de fiction de l'Algérie indépendante, réalisé par Jacques Charby et produit par le Centre national du ci- néma algérien en 1964. La programmation de ce film en ouverture se veut un hommage au réa-

lisateur, un militant anti- colonial qui a pris cause et fait pour l’indépen- dance nationale. Le film raconte la rivalité entre deux bandes d’enfants,

fils de chouhada, pris en

entre deux bandes d’enfants, fils de chouhada, pris en charge dans un centre spécialisé, juste après

charge dans un centre spécialisé, juste après le recouvre-

sieurs ouvrages comme l’Algérie en prison et Les enfants de l'Algérie,

ment de l’indépendance nationale. Il montre comment les traumatismes et

censurés en France, comme il a édité un livre en 2004 rassemblant des té-

les

atrocités de la guerre restent en-

moignages sur les membres des ré-

core vivaces et profonds chez les pe- tits orphelins qui ont tout perdu même leur innocence. Dans leur vie quotidienne au centre d’accueil, ils jouent à la guerre, à défaut de goûter

seaux Jeanson et Courriel. Sa disparition, le 1 er janvier 2006, avait suscité une grande émotion. Plusieurs hommages lui ont été rendus lors des différents festivals organisés en Algé-

et d’apprécier la paix retrouvée. Pour

rie, sa seconde patrie et pays qu’il a

les

connaisseurs, le fait que Jacques

adulé jusqu’à sa mort.

Charby signe le premier film de l’Al-

Cette septième édition verra éga-

gérie indépendante n’est pas le fruit d’un hasard. C’est l’aboutissement logique de son militantisme en faveur de la cause algérienne en tant que membre du fameux "Réseau Jean- son", avec son épouse Aline. Dans son livre Les porteurs d’espoir, Jacques Charby confiait : "Comment, en 1958, me suis-je retrouvé dans un réseau de soutien au Front de libéra-

lement la compétition de 13 longs métrages dont 2 films algériens pour le grand prix "Wihr d'or", ainsi que 18 courts métrages dont quatre algériens. Une compétition est également réser- vée à six films documentaires dont un film algérien. Un panorama de films algériens hors compétition est égale- ment programmé dans le cadre de cette manifestation cinématogra-

tion

nationale algérien et ma vie a-t-

phique. En marge des représentations

elle

basculé ? Bien sûr, les raisons

cinématographiques prévues dans le

sont multiples, mais je pense que le premier ‘responsable’ fut Kateb Ya-

cadre de cette manifestation, qui se poursuivra jusqu'au 30 septembre

cine, que j’avais lu et rencontré. Il

avec la présence de participants de 12

m’a

ouvert les yeux sur les méfaits du

pays arabes, cinq conférences sont

colonialisme français en Algérie, et singulièrement sur la répression du 8 mai 1945, qui l’avait marqué à vie". Arrêté en février 1960 et incarcéré à

prévues abordant bon nombre de su- jets liés à l'aspect technique en pro- duction cinématographique, à la critique, aux droits d'auteur et au fi-

la prison de Fresnes, il obtient la li- berté médicale, s’évade et se réfugie à Tunis. Condamné par contumace à

nancement de l'activité culturelle en Algérie. Le film égyptien Sortie le jour de la réalisatrice Hala Lotfi a été

dix

ans de prison, il se fixe à Alger

couronné du prix "Wihr d'or" à la

après l’indépendance avant de béné- ficier de la loi d’amnistie en 1966 et rentrer en France. Jacques Charby est

sixième édition du FOFA l'année der- nière 2012 pour la catégorie des longs métrages, alors que le film marocain

resté fidèle à l’Algérie et à son com-

Main gauche de Fadhel Chouika a

bat

de juste. Il avait à son actif plu-

décroché le prix des courts métrages.

son actif plu- décroché le prix des courts métrages. au grand bonheur de l’auditoire. Hélas, l’animateur

au grand bonheur de l’auditoire. Hélas, l’animateur a décidé autre- ment et s’arrangera à chaque fois qu’il a le micro pour se distinguer et se répéter pour faire endurer au pu- blic sa sentence, des discours à répé- tition qui sont loin d’être de circonstance. Qu’à cela ne tienne. Heureusement qu’il y a l’émotion de

ceux qui savent dire en quelques mots leur satisfaction d’être présents et honorés par le FOFA. Ils sont qua- tre à être ainsi mis en lumière par des hommages. Le cinéaste algérien Ahmed Rachedi est choisi cette année en tant que président d’hon- neur du Festival mais aussi président de jury de la compétition long-mé-

trage. « C’est pour moi un honneur et une responsabilité à la fois », dira-t-

il avant de souligner que s’il avait la possibilité, il aurait donné des prix à tous les films en compétition pour la simple et unique raison à ses yeux, à savoir que la mise en boîte d’un film dans les pays arabes relève du mira-

cle.

A. T.

Trois illustres figures du cinéma arabe honorées

Les trois illustres figures du 7 e art arabe, qui ont été honorées lundi soir en marge de la cérémonie d'ou- verture, sont : Ahmed Rachedi (Al- gérie), Assaad Fedha (Syrie) et Leïla Tahar (Egypte). Ahmed Ra- chedi, âgé de 75 ans, est considéré comme l'un des cinéastes les plus créatifs, jouissant d'une riche filmo- graphie qui s'étend sur plus de cinq décennies, axée notamment sur la thématique de la guerre de Libéra- tion nationale, de défense des va- leurs humanitaires et ses corollaires telles la liberté, la paix et la solida- rité. Le film révolutionnaire consti- tue, dans ce registre, le domaine de prédilection majeur de ce réalisateur algérien qui a signé, entre autres, L'aube des damnés (1965), L'Opium et le Bâton (1969), Ali au pays des mirages (1978), le Moulin de M. Fabre (1984) et plus récemment Mustapha Ben Boulaïd (2009) et Krim Belkacem (2013). Ahmed Ra- chedi a également réalisé différents programmes au profit de la télévi- sion nationale, dont la série Essilane (Barbelés) en 1981, et a participé à l'écriture de plusieurs scénarios de longs métrages. Membre fondateur du premier organisme cinématogra- phique national, ce réalisateur a également contribué au développe- ment du 7 e art en qualité de produc- teur de cinéastes célèbres à l'instar de Costa-Gavras pour son film Z et de Youssef Chahine (Le Moineau et Le Retour de l'enfant prodigue). Ahmed Rachedi est aussi présent à cette nouvelle édition du FOFA en tant que président du jury de la ca- tégorie des films longs métrages en compétition.

la ca- tégorie des films longs métrages en compétition. Les organisateurs de ce Festival ont en
la ca- tégorie des films longs métrages en compétition. Les organisateurs de ce Festival ont en
la ca- tégorie des films longs métrages en compétition. Les organisateurs de ce Festival ont en

Les organisateurs de ce Festival ont en outre honoré l'artiste syrien Assaad Fedha, une des plus grandes figures artistiques de son pays, ayant marqué de son empreinte le cinéma mais également le théâtre et

la télévision où il a joué dans plu- sieurs feuilletons. Né en 1938, As- saad Fedha accomplit sa formation

à l'Institut supérieur d'arts drama-

tiques du Caire avant d'entamer son parcours de comédien, se distin- guant ensuite dans plusieurs films et séries télévisées à l'instar de celle intitulée El-Jaouarih qui le révéla au public algérien. Il est également

l'un des fondateurs du Théâtre na- tional de Damas, et a toujours mis son expérience à la disposition des jeunes artistes, les encourageant ainsi à donner le meilleur d'eux- mêmes pour enrichir la production

culturelle arabe. Un hommage a été rendu en outre à l'actrice égyptienne Leïla Tahar, de son vrai nom Chroat Mus- tafa Ibrahim, née en 1942. Elle sera surnommée "flacon de miel" par l'écrivain Ihsane Abd el Qadous en référence à ses qualités vocales ré- vélées au tout début de son parcours

à la télévision en tant que speake

rine. Ce premier travail a aussi permis de faire découvrir ses prédis- positions pour l'interprétation scé- nique, ayant été aussitôt choisie pour jouer un rôle aux côtés de la star Farid Chaouki. Depuis, elle a prêté ses traits aux personnages de nombre de feuilletons télévisés, dont Aadat oua taqalid, El-leil oua

el barari, Ezzaouadj âala tariqati, et a été honorée dans plusieurs fes- tivals internationaux et arabes. Pa- rallèlement à son parcours artistique, Leïla Taher se distingue aussi par son dévouement aux côtés des malades nécessiteux, ayant été à ce titre membre fondatrice de l'as- sociation «Cœurs d'Egypte» char- gée de prodiguer gratuitement des opérations chirurgicales au profit des patients souffrant de pathologies cardiaques. Cette 7 e édition du FOFA sera encore mise à profit pour évoquer le parcours d'autres figures artistiques vivantes ou disparues, et ce, à l'oc- casion des rencontres thématiques prévues au «Village Bourguer- mouh», un espace d'expression ainsi intitulé en hommage à ce regretté cinéaste algérien décédé en février

dernier.

LE PREMIER FILM DOCUMENTAIRE AMÉRICAIN ANTINAZI

Bientôt sur les écrans à New York

Hitler's Reign of Terror (Hitler, le règne de la ter- reur), premier film documentaire américain de pro- pagande antinazi, récemment retrouvé sur les étagères des archives de la Cinémathèque royale de Belgique sera projeté en octobre prochain à New York, annoncent des médias. Réalisé par le journa- liste Cornelius Vanderbilt, le film restauré sera pro- jeté pour la première fois le 26 octobre prochain au musée d'art moderne MOMA de New York à l'oc- casion d'un festival marquant le 75 e anniversaire de la cinémathèque de cette ville. D'une durée d'en- viron 65 mn, ce film en noir et blanc, tourné le 5 mars 1933 à Berlin le jour où le parti nazi rempor- tait les élections législatives, montre la foule des partisans d'Hitler en liesse et les défilés des troupes. Monté rapidement, Le règne de la terreur, qui a été

projeté en avril 1934 dans un cinéma de Broadway, a connu un grand succès. Mais la carrière du film sera courte car sa diffusion est freinée par les pro- testations de l'ambassadeur de l'Allemagne à Washington et d'Américains soucieux de préserver de bonnes relations avec ce pays. Il ne sera redif- fusé qu'en 1939, avec des images d'invasion de la Pologne. «L'intérêt de ce film n'est pas cinémato- graphique - il est plutôt mal monté et mal filmé -, mais historique dans la mesure où il représente un témoignage essentiel», souligne Bruno Mestdagh. Vanderbilt a affirmé avoir été le seul Américain à interroger quelques minutes Hitler le jour de sa vic- toire électorale. Cette rencontre, qui n'a pas été prouvée, est reconstituée dans le film avec un ac- teur jouant le dictateur.

Mercredi 25 Septembre 2013

Culture

17

EL MOUDJAHID

6 es JOURNÉES DU THÉÂTRE DU SUD

Er’Rfaâ pour que vive l’Algérie en ouverture

La pièce de théâtre Er’Rfaâ a été présentée lundi au Théâtre national algérien (TNA), en ouverture des 6 es Journées du Théâtre du Sud prévues du 23 au 30 septembre, avec la mise en valeur, par l’absurde, de la détermination indiscutable, fortement ressentie par tous, de combattre l’ennemi colonial pour l’indépendance de l’Algérie.

M is en scène par Azzouz Abdelkader, sur un texte de Larbi Boulbina, le spectacle,

d’une durée d’un peu plus d’une heure, se caractérise par la force du propos qui a imposé une conception dans le registre épique avec un décor à la valeur sémantique hautement symbolique. Er’Rfaâ, toponyme d’une région des Aurès dans la réalité, est symbole de tout autre lieu en Algérie où auraient pu se dérouler les mêmes évènements qui proposent de refaire l’histoire de l’Algérie en guerre en inversant sa temporalité de manière à prendre pour point de départ le présent et évoluer dans un retour vers le passé. Exercice fort intéressant dans la mesure où il explore l’état d’esprit de la jeunesse actuelle, avec tous ses problèmes existentiels, devant l’appel solennel de la patrie au combat libérateur. En d’autres termes, la trame de la pièce pose clairement la problématique de savoir si on aurait fait, malgré tous les problèmes socio-économiques actuels, comme ont fait nos aïeux en cas de péril de la nation. Pour ce faire, la "constitution d’un dossier" pour postuler au combat pour l’indépendance de l’Algérie est posée comme préalable à un jeu qui ne saura établir ses propres critères, car il est question d'un impératif catégorique dicté par la raison sans en donner les raisons. Évoluant dans une double temporalité, la trame dont les conflits sont d’ordre intellectuel s’est prêtée à un jeu qui a réveillé le patriotisme et permis au public de sortir avec le sentiment d’être plus renseigné sur lui-même.

avec le sentiment d’être plus renseigné sur lui-même. Douze comédiens, dont cinq femmes, ont pris part

Douze comédiens, dont cinq femmes, ont pris part à ce spectacle dans lequel Wahiba Baâli, Prix du meilleur second rôle féminin, dans Nedjma, de Kateb Yacine, mise en scène par Ahmed Benaïssa, au dernier Festival national du théâtre professionnel (2012), a brillé, donnant la réplique à ses partenaires qui ont su porter le texte incitant le public à la réflexion. Er’Rfaâ, pièce de théâtre produite par l’Association culturelle des arts dramatiques "Le cri de la scène" de la ville de Tamanrasset, "met en valeur, de manière absurde, l’amour de la patrie et l’esprit de fierté et de révolte puisés du conscient collectif de l’Algérie", explique le metteur en scène, Azzouz Abdelkader. Auparavant, Aïssa Moulferra, responsable de la programmation et de la diffusion au

TNA, a ouvert officiellement les 6 es Journées du Théâtre du Sud, au nom du directeur du TNA, M. M’Hamed Benguettaf, annonçant la nomination honorifique du metteur en scène et comédien Ahmed Benaïssa au parrainage de ces journées et informant de la tenue de masters class dans les techniques de scène et l’occupation intelligente de l’espace scénique. Les 6 es Journées du Théâtre du Sud se poursuivent au TNA jusqu’au 30 septembre, avec, au programme de la 2 e journée, la ville d’Adrar, venue avec deux représentations : Nazif (Hémorragie), de la coopérative culturelle "En’Nakhla" dans l’après- midi, et El Djidar (Le mur), de l’Association "Foursane Er’Roukh" (Les cavaliers de la scène) dans la soirée.

NOUVELLE SAISON CULTURELLE À LAGHOUAT

Sous le signe de la créativité

CULTURELLE À LAGHOUAT Sous le signe de la créativité La nouvelle saison cultu- relle 2013-2014 a

La nouvelle saison cultu- relle 2013-2014 a débuté dans la wilaya de Laghouat sous le signe de la créativité, en présence de plusieurs fi- gures du monde des lettres et des arts de cette région du pays. La cérémonie de coup d'envoi de cette saison, orga- nisée dimanche soir à la mai- son de la Culture "Tekhi Abdallah Benkeriou", a été marquée par la présentation de la pièce théâtrale "El-Fer- dous El-Menboud" de la troupe locale "Derb El-Açil" et mise en scène par Ali Ker- boune. Traitant des relations entre les civilisations, cette pièce d'une durée d'une heure a été attentivement suivie par un public nombreux. Devant s'étaler sur une dizaine de jours, les activités de cette nouvelle saison culturelle se poursuivront par la mise sur pied d'expositions sur l'art plastique et l'artisanat, avec la participation d'une pléiade de

plasticiens et d’artisans, dont Tayeb Laïdi, Kerkab Aïssa, Brahim Djaâmet, en plus de l'association Zahrat El-Rimel et celle de la promotion de la femme rurale. Une exposition du club audiovisuel, ainsi que des moyens mis à la disposi- tion de ses ateliers d'initiation à la production audio-vi- suelle, a été organisée à l'oc- casion. Des soirées artistiques animées par les associations "Mezharia", "Selsabil" et "Sahraoua", outre des récitals poétiques animés par la troupe "El-Kabes" et le club d’arts littéraires, font aussi partie des activités de cette manifestation culturelle qui vise à impulser la scène cul- turelle locale et à dynamiser les associations et troupes culturelles de la région en vue d’éventuelles participations aux manifestations régionales et nationales, selon les res- ponsables du secteur de la culture de la wilaya.

COLLOQUE À BOUIRA

Les "Oulémas de M’chedalah"

Un colloque national sur les "Oulémas de M’chedalah" a été organisé lundi à Bouira à l’initiative du ministère des Af- faires religieuses et du Wakf dans l’objectif de faire connaître les Oulemas et hommes de culte locaux, ainsi que leur rôle dans la diffusion du savoir et de la culture au sein de la société. Dans son allocution d’ouverture du colloque, auquel prennent part nombre de cadres, personnalités religieuses, cheikhs et imams des 4 coins du pays, le ministre des Affaires religieuses et du Wakf, Bouabdallah Ghlamallah, a souligné l’"importance dé- volue à ce colloque national qui s’intéresse au vénéré Cheikh

Nacereddine M’chedali, considéré parmi les plus grands hommes de culte et de sciences qui ont voué leur existence au service de leur pays". "Il est du droit et du devoir de la jeunesse algérienne de connaître cette personnalité nationale, que nul ne peut ignorer", a t-il insisté. Relevant "le rôle important joué par les Oulémas dans la préservation de l’unité nationale", M. Ghlamallah a rappelé celui du Cheikh Nacereddine M’chedali, de la région de M’chedalah à Bouira, signalant qu’il était consi- déré comme le chef de file de la révolution intellectuelle en instituant l’enseignement de la langue arabe. Les travaux du colloque ont été marqués par l’animation d’une série de communications présentées, entre autres, par le

D r Saïd Chibane qui a donné un témoignage sur Cheikh Ab-

derrahmane Chibane, tandis que la professeur Hayat Benadji de l’université de Tizi Ouzou a animé une communication sur "M’chedalah : la patrie de l’Arabe". Le ministre des Affaires religieuses et du Wakf s’est rendu, à l’occasion, à l’école cora- nique de la ville de Bouira, une structure ouverte en 2012 et disposant de multiples commodités et équipements, dont un dortoir de 150 lits, des classes et un amphithéâtre. Une ré- flexion est en cours en vue de promouvoir cette école qui as-

sure l’instruction religieuse à plus de 500 enfants, en un institut national, a-t-on indiqué de source du ministère des Affaires re- ligieuses. Par la suite, M. Ghlamallah a procédé à la pose de la pre- mière pierre pour la réalisation d’un centre culturel islamique,

à proximité du nouveau pôle universitaire de la wilaya, avant

de clore sa visite par l’inspection de l’assiette foncière destinée

à l’implantation d’une mosquée de 10.000 fidèles, dans la ban- lieue nord-ouest de Bouira.

AFFAIRES RELIGIEUSES

Création de 3 clubs culturels dans chaque Centre culturel islamique

Pour relancer les activités des 38 établissements et annexes de son sec- teur, implantés à travers plusieurs wi- layas du pays, Bouabdellah Ghlamallah, ministre des Affaires re- ligieuses et du Wakf, a annoncé, di- manche dernier à Alger, la création de trois clubs culturels au niveau de chaque centre culturel islamique, por- tant sur l’histoire et la civilisation is- lamique, la création littéraire et artistique, ainsi que sur l’enfant. Un prix récompensant le meilleur centre culturel islamique du pays a été également institué par le minis- tère, a ajouté Ghlamallah devant les personnalités culturelles et reli- gieuses, chercheurs universitaires et cadres de l’institution présents à cette cérémonie, organisée au Centre cul- turel islamique d’Alger, à l’occasion de l’ouverture de la saison culturelle

2013/2014.

Dans ce contexte, le ministre a fait part de l’organisation d‘un colloque national, les 23 et 24 septembre à Bouira, consacré aux nombreux sa- vants de la région de Mchedallah comme Nacer Eddine El Mchedalli, Ibn Djeroum et El Thaâlibi, notam- ment, histoire de rappeler le riche passé culturel et religieux de cette lo- calité, située à 40 km du chef-lieu de Bouira. Il a, ensuite, expliqué que la créa- tion des clubs culturels a pour but principal de dynamiser les activités

culturels a pour but principal de dynamiser les activités socio-culturelles et religieuses, de manière générale,

socio-culturelles et religieuses, de manière générale, tout en permettant aux jeunes et aux moins jeunes de se livrer à la recherche de l’histoire et la culture de la région, de redécouvrir les nombreuses personnalités locales, ces symboles qui ont fait la grandeur de l’Algérie. Lui succédant, le direc- teur du centre culturel islamique dAlger, le D r Brahim Bafouloulou, a présenté le programme de l’année 2013/2014 de son institution, avant de laisser la place au D r Saïd Bouizri

(université de Tizi Ouzou) pour pré- senter une intéressante communica- tion portant sur l’art et la beauté dans le Coran, la sunna et le patrimoine is- lamique. Selon l’imam enseignant Moussa Zerrouk, cadre de l’institu- tion, la rencontre s’est terminée par une cérémonie de remise de cadeaux symboliques aux divers artistes qui exposent leurs travaux au niveau de la grande salle du centre culturel isla- mique.

Mourad A.

Mercredi 25 Septembre 2013

D étente - T V

19

EL MOUDJAHID

Page animée par Mourad Bouchemla Mots CROISÉS Mots FLÉCHÉS Nº 3518 Nº 3518 1 2
Page animée par Mourad Bouchemla
Mots CROISÉS
Mots FLÉCHÉS
Nº 3518
Nº 3518
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
I
SUISSE
——————————————
HOMMES DE MAIN
——————————————
COÛTEUSES
II
PRÉPOSITION
III
—————————————
INFORMER
—————————————
MOTEUR
——————————————
MONNAIE DU PÉROU
——————————————
FROMAGE
GÉNÉROSITÉ
IV
V
EN HAUT
——————————————
BÉNÉFICE
——————————————
VILLE DE FOUILLES
VI
VII
VIII
D’UNRESTE
SIERRAI
IX
——————————————
————————————
BIENROULÉE
PAYSAFRICAIN
——————————————
————————————
X
UNITÉROUMAINE
EN MER
Définitions
MAMMIFÈRED’AFRIQUE
——————————————
PRODUIT DU POULAILLER
——————————————
BRUITSEC
ACIDE ORGANIQUE
————————————
VU À L’ÉCRAN
——————————————
UN RAPPORT
HORIZONTALEMENT
I-Découper en zones - Voiture de combat. II-Petit bouclier -
Kidnappé. III-Oiseau - Genre musical. IV- Au menu - Unité de son.
V- Faits graves. VI- Grande école - Choix - Personnel.VII-
Mouvementer.VIII - Deux - Amour de iseult. IX- Allongés - Forme de
rire.X- Couverture au mur.
EN GERBE
————————————
MONNAIE ANCIENNE
GARÇON D’ÉCURIE
—————————————
VOLCAN DU JAPON
FORME DE DIRE
—————————————
PARFAIT
—————————————
FLEUVE NORDIQUE
ROULÉS
————————————
REJETAI
————————————
EN SIÈGE
VERTICALEMENT
MOT MIRACLE
1- Pelure de fruit - Estuaire breton. 2-Constellation - Réalité des faits. 3-
Sans décoration - En rive.4-Revivre. 5-Fait vivre à l’aise - Escarpement. 6-
Négation - Dans les embêtements. 7- En clair - Uniques.8- Echassier -
Individu.9- Partie de voiture.10- Se relaxe - Clair .
———————————
POINT GAGNANT
———————————
NETTOYANT LES
MAINS
SOLUTION DES MOTS CROISÉS
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
1
Z
O
N
E
R
N
C
H
A
R
2
E
C
U
L
E
N
L
E
V
E
3
S
T
E
R
N
E
A
R
P
4
T
M
E
T
S
O
N
O
5
6
E
N
A
O
U
T
E
7
A
R
T
I
C
U
L
E
R
R
8
B
I
T
R
I
T
A
N
E
T
R
E
S
R
I
E
9
I
R
E
V
E
T
E
M E
N
T
10
Nº 3518 Mot CACHÉ Grille 3. Concorder 33. Trépointe 15. Mausolée T E H C
3518
Mot CACHÉ
Grille
3.
Concorder
33.
Trépointe
15.
Mausolée
T
E
H
C
E
M
M
A
L
F
E
C
N
E
G
R
E
M
E
E
6.
Emanciper
34.
Interroge
20.
Attendues
C
R
U
E
D
U
A
R
A
M
E
D
I
C
I
G
N
O
F
E
11.
Chemisette
35
. Rédaction
O
T
N
22. Ethologie
E
M
E
S
I
G
T
R
E
L
L
E
D
N
O
R
M
12
. Activation
36.
Mortalité
N
T
N
E
M
E
D
I
A
R
R
I
O
V
E
C
N
O
C
A
23.
Lunetiers
13.
Glapissant
37.
Presbytie
C
C
A
G
Y
A
M
A
U
S
O
L
E
E
E
A
C
R
O
N
24.
Combattre
14.
Yougoslave
38. Inoculer
O
H
C
L
O
A
T
T
E
N
D
U
E
S
C
S
A
E
B
C
25.
Rayonnage
16.
Ascorbique
39. Demander
R
R
T
A
U
E
T
H
O
L
O
G
I
E
A
C
P
D
L
I
D
I
N
E
N
O
17.
Capharnaüm
40. Cantinier
27.
Décaisser
M
P
G
L
U
T
I
E
R
S
H
O
I
P
E
I
V
I
O
C
O
M
B
A
T
T
R
E
N
R
A
U
G
E
18
. Redoutable
41. Avant-goût
29.
Asticoter
R
D
A
S
S
R
A
Y
O
N
N
A
G
E
E
B
R
T
A
R
19.
Obligation
42
. Convaincu
30.
Enveloppe
T
E
T
S
L
D
E
C
A
I
S
S
E
R
T
I
N
A
T
E
21.
Cannette
43.
Splénique
1.
Flammèche
R
T
I
A
A
A
S
T
I
C
O
T
E
R
T
Q
A
B
I
T
26.
Trivalent
7.
Gisement
I
T
O
N
V
E
N
V
E
L
O
P
P
E
E
U
U
L
O
R
2.
Emergence
28.
Etrangler
8.
Rondelle
V
E
N
T
E
D
T
R
A
C
T
I
O
N
R
E
M
E
N
A
4.
Maraudeur
31.
Traction
9.
Raidement
A
F
A
I
B
L
E
S
S
E
T
R
E
P
O
I
N
T
E
N
32 . Faiblesse
10. Concevoir
5.
Fongicide
L
I
N
T
E
R
R
O
G
E
R
E
D
A
C
T
I
O
N
G
E
M
O
R
T
A
L
I
T
E
P
R
E
S
B
Y
T
I
E
L
Pyramidal
N
I
N
O
C
U
L
E
R
I
Q
D
E
M
A
N
D
E
R
E
T
C
A
N
T
I
N
I
E
R
A
V
A
N
T
G
O
U
T
R
SOLUTIONPRÉCÉDENTE: CHAUFFE-PLATS.
U
C
O
N
V
A
I
N
C
U
S
P
L
E
N
I
Q
U
E
E
Takder tarbah 14h40 Une émission de jeux présentée par Sid Ahmed GUENAOU réalisée par Metref
Takder tarbah
14h40
Une émission de jeux présentée par Sid Ahmed GUENAOU réalisée
par Metref Akli.
Quatre candidats sont sélectionnés, au départ et seront mis en compé-
tition durant 26 mn à travers trois étapes distinctes.
Au final il restera un seul candidat vainqueur qui repartira avec de
nombreux cadeaux d’une valeur supérieure à 1500 000 DA.

SOLUTION DES MOTS FLÉCHÉS

 

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

1

Z

U

R

I

C

H

O I U R
O
I
U
R
 

S

 

2

E
E
2 E E N   T     B O

E

N

 

T

   

B

O
O

3

B

O

N

T

E

 

G

A

I

N
N

4

R E
R
E
 

S

I

D

U

A

I

R

E

5

E

U

E

 

A

R

N

 

E

S
S

6

6 F I L M   D I S E

F

I

L
L

M

 

D

I

S

E

7

C

 

G

E

 
L
L

A

D

 

U

8

R

   

I

A

I

 

E

U

S

9

A

 
E N C E U R
E
N
C
E
U
R
 

S

E

S

A

M

E

10

C

 

E

O

N
N
G
G

L

E

S

E 10 C   E O N G L E S Mercredi 08h00 : bonjour d’algérie

Mercredi

08h00 : bonjour d’algérie 09h30 : la mer méditerranée 10h30 : loulou (11) déssin animé 11h00 : expression livre ‘ 12h00 : journal en français 12h25 : maoussime el matar 13h40 : rahalat bahria documentaire 14h40 : El amimi (09) 15h30 : blanche neige l métrage déssin animé 17h00 : imily (11) déssin animé 17h25 : takder tarbah émission de jeux 18h00 : journal en amazigh information 18h20 : qouloub fi sira’e 19h00 : journal en français 19h25 : le café de mimoun (18) 20h00 : journal en arabe 20h45 : boudhou (14) 21h00 : festival djemila 2013 gala 22h15 : la maison de bernarda alba théâtrale

T é l é v i s i o n SS éé ll ee cc
T é l é v i s i o n
SS éé ll ee cc tt ii oo nn

El amimi

Feuilleton arabe réalisé par : Tamer Ishak Avec : Abbas Enouri, Kais Bachar, Saloum Hadad, Wafa Mousali. El-Amimi est une série dramatique syrienne qui se déroule dans l’ère après Ibrahim Pacha de Damas. La série met en lumière la vie sociale et politique de l’époque à travers le personnage de «El Amimi», une personne qui recueille les déchets pour alimenter les feux des Hammams de la ville.

Société

20

EL MOUDJAHID

28 SEPTEMBRE, JOURNÉE MONDIALE DES SOURDS

Pour une reconnaissance de la langue des signes

Le dernier samedi du mois de septembre, c’est la date retenue par la Fédération mondiale des sourds pour célébrer la journée mondiale des Malentendants. Cette manifestation qui sera organisée cette année le 28 septembre prochain, vise à sensibiliser la population à la reconnaissance de la culture sourde et la langue des signes.

S elon les dernières estimations mondiales publiées par l’or- ganisation mondiale de la

Santé (OMS), plus de 360 millions de personnes souffrent d’une perte d'audition dans le monde. En outre, plus de 32 millions d'enfants de moins de 15 ans souffrent d'une perte auditive, principalement due aux infections auriculaires, surtout dans les pays à revenu faible ou in- termédiaire. Certaines maladies in- fectieuses comme la rubéole, la méningite, la rougeole et les oreillons peuvent entraîner une perte auditive, relève l'OMS, affir- mant que la vaccination permet de prévenir la plupart de ces maladies. Les autres causes courantes de perte auditive sont l'exposition à un bruit excessif, les lésions de l'oreille ou des traumatismes crâ- niens, le vieillissement, les pro-

blèmes génétiques, les problèmes au cours de la grossesse et de l'ac- couchement (par exemple, une in- fection à cytomégalovirus ou la syphilis) et la prise de médica- ments susceptibles de provoquer une baisse de l'audition.

Un tiers des plus de 65 ans sont affectés

Avec le vieillissement de la po- pulation mondiale, la perte auditive touche plus d'individus que jamais. Un tiers des plus de 65 ans, soit 165 millions de personnes dans le monde, sont atteints d'une perte au- ditive. Bien que les appareils audi- tifs permettent souvent de pallier la baisse de l'audition due au vieillis- sement, ceux-ci ne sont pas pro- duits en quantités suffisantes pour satisfaire la demande.

duits en quantités suffisantes pour satisfaire la demande. "La production d'appareils au- ditifs ne répond

"La production d'appareils au- ditifs ne répond qu'à 10% des be- soins mondiaux et à 3% des besoins des pays en développe- ment", déplore l'OMS dans un communiqué rendu public ven- dredi dernier à quelques jours

d'une réunion de haut niveau consacrée aux personnes handica- pées à l'occasion de l'Assemblée générale de l'ONU. Pour faire face à cette situation l’OMS encourage les pays à élaborer des pro- grammes de prévention de la perte

auditive dans le cadre de leurs sys- tèmes de soins de santé primaires pour vacciner les enfants contre la rougeole, la méningite, les oreillons et la rubéole, dépister et traiter la syphilis chez les femmes enceintes et diagnostiquer et pren- dre en charge précocement la perte auditive chez le nourrisson. Il convient de rappeler que l’Algérie a mis en place en 2007, un pro- gramme national pour la prise en charge de la surdité, qui a permis la pose d'implants cochléaires à plus de 1.000 patients à travers le pays notamment chez les enfants. Kamélia H.

SELON L’OIT

Baisse du nombre d'enfants qui travaillent dans le monde

Le nombre total d'enfants qui travaillent dans le monde a di- minué d'environ un tiers depuis 2000, passant de 246 à 168 mil- lions, a indiqué un rapport de l'Organisation internationale du Travail (OIT). "Nous avançons dans la bonne direction, mais les progrès sont encore trop lents. Si nous voulons vraiment mettre fin au fléau du travail des en- fants dans un futur proche, nous devons redoubler d'efforts à tous les niveaux", a déclaré le direc- teur général de l'OIT, Guy Ryder, dans un communiqué. Intitulé "Mesurer les progrès de la lutte contre le travail des enfants", le rapport, rendu pu- blic lundi dernier, s'inscrit dans la perspective de la 3 e Confé- rence mondiale sur le travail des enfants, qui se tiendra les 8, 9 et 10 octobre au Brésil. Il démon- tre notamment que les princi- paux progrès enregistrés l'ont été entre 2008 et 2012, période durant laquelle le nombre total d'enfants qui travaillent est passé de 215 à 168 millions. "Plus de la moitié des 168 millions d'enfants qui travaillent aujourd'hui dans le monde sont engagés dans des activités dan- gereuses, qui mettent directe- ment en péril leur santé, leur sécurité et leur développement moral", a indiqué le rapport, pré- cisant que "le nombre d'enfants qui effectuent actuellement des travaux dangereux s'élève à 85 millions, par rapport à 171 mil- lions en 2000".

GRÂCE AUX EMPREINTES GÉNÉTIQUES

95% des affaires d'homicide élucidées

Les empreintes génétiques ont permis d'élucider 95% desaffaires d'homicide, a indiqué lundi la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN). Grâce au recours aux dernières techniques scientifiques de recherche et d'investigation, les brigades de recherche et d'investigation (BRI) de la Sûreté nationale, territorialement compétentes, ont élucidé en août dernier, 22 des 23 affaires d'homicide volontaire et de coups et blessures entraînant la mort à l'aide d'armes blanches, indique un communiqué de la DGSN. 38 individus ont été arrêtés et présentés devant les juridictions compétentes alors que deux individus en fuite sont toujours recherchés. Concernant les crimes d'homicide volontaire, les unités de police, appuyées par la police scienti- fique et technique, ont élucidé 15 crimes ayant per- mis l'arrestation de 26 individus qui ont été présentés devant les juridictions compétentes, a in- diqué lundi un communiqué de la DGSN. 25 mis en cause ont été placés en détention préventive, un accusé mis sous contrôle judiciaire et deux autres sont toujours recherchés par la police. Pour ce qui est des affaires de coups et blessures volontaires par arme blanche entraînant la mort, 07 affaires ont été traitées et 12 individus arrêtés et présentés de- vant les juridictions compétentes qui ont placé 8

Immortalisé par les toiles du peintre Etienne- Nasreddine Dinet, qui a fait de Boussaâda sa mai- son et du monde bédouin son univers et sa source d’inspiration, le bijou-phare de la femme du Hodna, appelé S’khab défie le temps, la mode et les ten- dances et s’impose toujours comme le joyau indis- pensable de la femme dans cette région. Fabriqué pour la future épouse, le S’khab, long collier fait d’une pâte odorante déclinée en petits octaèdres sommairement taillés, parfois constellés de motifs en or ou en argent et terminés par un médaillon, est porté par la mariée lors de la cérémonie du henné. Enveloppant le cou gracile des femmes et pendant sur la poitrine, ce bijou est à la fois un ornement et un parfum. Rangé dans les plis des toilettes des femmes, dans le coffre à bijoux ou dans une ar- moire, il embaume d’un parfum aux fragrances dé- licates et très douces.

La fabrication du S’khab à M’sila, un métier, un art et une source de revenus

La notoriété du S’khab de la région de Bous- saâda a dépassé les frontières du Hodna pour at- teindre toutes les régions du pays, et même au-delà. A M’sila, les femmes qui se consacrent à la fabrication de ce bijou affirment que des commandes affluent de partout, hiver comme été. Il ne faut pas plus d’une semaine à une bi- joutière chevronnée pour confectionner un S’khab.

bi- joutière chevronnée pour confectionner un S’khab. Un bijou qui fait la joie des futures mariées

Un bijou qui fait la joie des futures mariées lorsqu’elles choisissent de se l’offrir, et qui contribue également au budget familial. Son prix est passé de 1.000 dinars il y a quelques années à 4.000 dinars actuellement, sans compter, bien évidemment les petits motifs en or et, éventuel- lement, le médaillon ou les louis en or. Les élé- gantes, quoi qu’il en soit, en raffolent et ce bijou est devenu une sorte de “marque déposée” dans la région du Hodna. Les morceaux de S’khab sont fabriqués à partir d’une pâte appelée loca- lement “qemha” (une graine répandue dans le Sud). Les graines sont broyées pour obtenir une poudre à laquelle l’on ajoute de l’eau, du musc et des clous de girofle pour obtenir une pâte grasse et odoriférante. La pâte, à demi séchée, est divisée en petites parts égales, que les mains habiles des femmes de M’sila façonnent en formes pyramidales, trapézoïdales ou en octaè- dres. Les petites formes obtenues sont ensuite délicatement perforées de part en part pour lais- ser passer sur un fil durci à la cire d’abeille. De petites broches en argent, en or ou en plaqué-or, finement travaillées, sont placées en alternance sur les tresses formées de morceaux de pâte odo- rante et le bijou est prêt.

Un savoir-faire ancestral transmis de mère en fille

Les poètes populaires (melhoun) de Bous- saâda et de sa région, comme un peu partout

technologiques sophistiqués, déploie tous les ef- forts pour préserver la sécurité et les biens du ci- toyen". M. Boudalia a fait savoir que sa direction "demeure mobilisée pour répondre aux appels qui lui parviennent sur la ligne des secours 17 et le nu- méro vert 1548".

dans la région du Hodna, ont longtemps chanté les femmes de M’sila, Hadda, Al Aârem, Khadra et bien d’autres, parées de leur plus beau bijoux dont l’incontournable S’khab authentique, crée avec goût et habileté, reflétant beauté, grâce et élégance. L’amour de ce bijou est transmis de généra- tion en génération. Grand-mère, mère et fille veillent à en posséder un. Lors des réjouissances familiales, dans la région, toutes les femmes, qu’elles soient jeunes ou d’âge mûr, en portent et l’exhibent avec beaucoup de fierté. Jadis, af- firme Khadra B. une sexagénaire de Boussaâda, les broches ornant le Skhab renseignaient non seulement sur l’élégance et le bon goût de la femme m’silie, mais aussi sur son rang social. Les ornements en argent (plus rarement en or) sont signe de richesse. A M’sila, beaucoup parmi les artisanes qui œuvrent à pérenniser cet art, identité de la région, évoquent avec beau- coup d’appréhensions l’avenir de la fabrication du S’khab. Elles redoutent notamment la ‘‘concurrence déloyale’’ des bijoux industriels “100 % toc” qui viennent de pays lointains. Une crainte que Kha- dra balaie d’un revers de la main en exhibant, entre ses doigts recouverts de henné, un magni- fique S’khab où les morceaux de pâte odorante durcie sont alternés avec des perles de culture. “Vous connaissez une usine capable de fabriquer un aussi beau bijou ?”

d'entre eux en détention préventive et 4 autres sous contrôle judiciaire. Concernant les mesures prises pour réduire le taux de criminalité, le Commissaire divisionnaire Djilali Boudalia, responsable de la Direction de la Communication et des relations pu- bliques, a indiqué que "la DGSN, dotée de moyens

LE S’KHAB DE M’SILA

Une histoire de passion et d’identité

Vie pratique

28

EL MOUDJAHID

Vie religieuse CONDOLÉANCES DÉCÈS Horaires des prières de la journée du mercredi 19 Dou El
Vie religieuse
CONDOLÉANCES
DÉCÈS
Horaires des prières de la journée du mercredi 19 Dou El Qi’daâ 1434
correspondant au 25 4septembre 2013 :
- Dohr
12h40
- Asr
16h04
- Maghreb
18h43
- Icha……
……
20h02
Jeudi 20 Dou El Qi’dah 1434
correspondant au 26 septembre 2013 :
- Fedjr 05h13
- Chourouk
06h39
PERDU
Cachet rond SARL MEDICATECH
***coopérative El Assel lot 420 n°01***
les Mandarines-Mohamedia alter
Rc 00B0012813/16-00
ainsi que la griffe rectangulaire du gérant
d r M. SARAOUi
Nous déclinons toute responsabilité
quant à son utilisation frauduleuse.
Le Président-Directeur Général d’ATM Mobilis, ainsi que
l’ensemble du personnel y exerçant, très affectés par le décès
du frère de leur collègue Madame ROUMANE Samira
épouse AMOURA, de la Direction Générale d’ATM
Mobilis, lui présentent ainsi qu’à sa famille leurs
condoléances les plus attristées et les assurent en cette
douloureuse circonstance de leur profonde sympathie.
Que Dieu Le Tout-Puissant accorde au défunt Sa Sainte
Miséricorde et l'accueille en Son Vaste Paradis.
«A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons.»
Les familles Bouakaz, Abdelatif
et Bouzid ont la douleur de faire
part du décès de leur très cher et
regretté
P r Bouakaz Rachid
cadre supérieur au ministère de
la Santé
La levée du corps se fera au
domicile mortuaire (plateau de la
Discipline) Boussaâda.
L’enterrement aura lieu au-
jourd’hui 25 septembre 2013 au ci-
metière d’El-Hamel, Boussaâda,
après la prière du d’hor.
Que Dieu Le Tout-Puissant
accueille le défunt en Son Vaste
Paradis.
El Moudjahid/Pub du 25/09/2013
El Moudjahid/Pub du 25/09/2013
El Moudjahid/Pub
ANEP 542698 du 25/09/2013
CONDOLÉANCES
CONDOLÉANCES
CONDOLÉANCES
QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION
Edité par l’EPE-SPA
Le Président-Directeur
Général, les cadres et
l’ensemble du personnel de
l’ANEP, très affectés par le
décès de la mère de leur
collègue,
M me GUEBLI Samira
Lui présentent ainsi qu’à sa
famille leurs sincères
condoléances et les assurent
de leur profonde sympathie
en cette pénible circonstance.
Puisse Dieu le Tout-
Puissant accorder à la
défunte Sa Sainte
Miséricorde et l’accueillir en
Son Vaste Paradis.
Le
Président-Directeur
EL MOUDJAHID
Général,
les
membres
du
au capital social de 50.000.000 DA
Conseil
d’Administration, les
20, rue de la Liberté, Alger
Téléphone : 021.73.70.81
cadres dirigeants,
les cadres et
les
représentants
des
Présidente-Directrice générale
de la publication
travailleurs, ainsi que
l’ensemble
du
personnel
de
Naâma Abbas
l’ENAG, profondément affligés
Rédacteurs en chef
par
le décès
du beau-père de
Kamal Oulmane — Achour cheurfi
M. ZIDANE Billel,
présentent à
celui-ci et
à tous les
membres
diREctiON gENERAlE
Téléphone : 021.73.79.93
Fax : 021.73.89.80
diREctiON dE lA REdActiON
de
sa
famille
leurs
sincères
condoléances et
les assurent
Téléphone : 021.73.99.31
Fax : 021.73.90.43
internet : http://www.elmoudjahid.com
E-mail : elmoudjahid@elmoudjahid.com
en
ce
douloureux
événement
de leur compassion.
Puisse Dieu
le Tout-Puissant
BUREAUX REgiONAUX
cONStANtiNE
100, rue Larbi Ben M’hidi
Tél. : (031) 64.23.03
ORAN
Maison de la Presse
3, place du 1 er Novembre : Tél. : (041) 29.34.94
ANNABA
2, rue Condorcet : Tél. : (038) 86.64.24
BORdJ BOU-ARRERidJ
Ex-siège de la wilaya
Rue Mebarkia Smaïl, B.B.A. 34000
Tél/Fax : (035) 68.69.63
Sidi BEl-ABBES
Maison de la presse Amir Benaïssa
Immeuble Le Garden, S.B.A.
Tél/Fax : (048) 54.42.42
BEJAiA :
accorder
au défunt Sa
Sainte
Miséricorde
et
l’accueillir
en
Son Vaste Paradis.
Les journalistes de la santé,
ayant appris avec une
grande tristesse le décès du
P r Rachid BOUAKAZ,
présentent à toute sa famille
leurs sincères condoléances
et l’assurent, en cette pénible
circonstance, de leur
profonde sympathie.
Que Dieu le Tout-Puissant
accorde au défunt Sa Sainte
Miséricorde et l’accueille en
Son Vaste Paradis.
El Moudjahid/Pub du 25/09/2013
El Moudjahid/Pub
ANEP 543001 du 25/09/2013
El Moudjahid/Pub du 25/09/2013
CONDOLÉANCES
PENSÉE
Bloc administratif, rue de la Liberté.
Tél/Fax : 034.22.10.13
tiZi OUZOU :
Cité Mohamed Boudiaf (ex-2.000 logts)
Bâtiment 3, 1 er étage, Nouvelle ville
Tél. - Fax : (026) 21.73.00
tlEMcEN :12, place Kairouan
Tél.-Fax : (043) 27.66.66
MAScARA : Maison de la Presse
Rue Senouci Habib
Tél.-Fax : (045) 81.56.03
cENtRE AiN-dEFlA :
Cité Attafi Belgacem (Face à la Poste)
Tél/Fax: 027.60.69.22
PUBlicitE
Pour toute publicité, s’adresser
à l’Agence Nationale de Communication d’Edition et
de Publicité “ANEP”
AlgER : 1, avenue Pasteur
Tél. : (021) 73.76.78 - 73.71.28 - 73.30.43
Fax : (021) 73.95.59 - Télex : 56.150
Télex : 81.742
ORAN : 3, rue Mohamed Khemisti
Tél. : (041) 39.10.34
Fax : (041) 39.19.04 - Télex : 22.320
ANNABA :
7, cours de la Révolution
Tél. : (038) 84.86.38 : Fax : (04) 84.86.38
Régie publicitaire
EL MOUDJAHID
20, rue de la Liberté, Alger : Tél./Fax : 021 73.56.70
ABONNEMENtS
Pour les souscriptions d’abonnements, achats de journaux
ou commandes de photos, s’adresser au service
commercial : 20, rue de la Liberté, Alger.
cOMPtES BANcAiRES
Agence CPA “Che” Guevara - Alger
Compte dinars n° 102.7038601 - 17
Le Professeur Souad BENDJABALLAH, ministre de la
Solidarité nationale, de la Famille et de la Condition de la
Femme, très affectée par le décès de M. DJABALLAH
Ahmed, le frère de M. DJABALLAH Ben Ali, Directeur des
Études et de la Planification au ministère de la Solidarité
Nationale, de la Famille et de la Condition de la Femme,
présente, en son nom, et aux noms des cadres et personnels
de son département ministériel, à toute la famille du défunt,
ses condoléances les plus sincères et l’assure, en cette
douloureuse circonstance, de sa profonde sympathie.
Puisse Dieu le Tout-Puissant accorder au défunt Sa Sainte
Miséricorde et l’accueillir en Son Vaste Paradis.
«À Dieu nous appartenons, et à Lui nous retournons.»
À l’occasion
du 40 e jour du
décès de notre
frère de lutte de
Libération
nationale
le Moudjahid
Saadoune
dit BABA
Saadoune
survenu le 14 septembre 2013, le
coordinateur de la kasma-Cabah et
les moudjahidine et moudjahidate
demandent à tous ceux qui l’ont
connu d’avoir une pieuse pensée à sa
mémoire.
Qu’Allah le Tout-Puissant lui
accorde Sa Sainte Miséricorde et
l’accueille en Son Vaste Paradis.
«À Dieu nous appartenons, et à
Lui nous retournons.»
El Moudjahid/Pub du 25/09/2013
El Moudjahid/Pub
ANEP 543029 du 25/09/2013
Demandesd’emploi
CONDOLÉANCES
Agence BNA Liberté
- Dinars : 605.300.004.413/14
- Devises : 605.310.010078/57
Cptes BDL - Agence Port Saïd
- Dinars : 005.00 107.400.247 86 20.28
- Devises : 005.00 107.457.247 86 20.28
Edité par l’EPE-SPA
EL MOUDJAHID
Siège social : 20, rue de la Liberté, Alger
iMPRESSiON
Edition du Centre :
J.H. sérieux ponctuel avec véhi-
cule récent (207), dégagé du SN,
cherche emploi comme chauffeur
chez famille ou société privée, dispo-
nible jour et nuit,
Tél. : 0774 99 34 10
——0o0——
Société d’impression d’Alger (SiA)
Edition de l’Est :
Société d’impression de l’Est, constantine
Edition de l’Ouest :
Société d’impression de l’Ouest, Oran
Edition du Sud :
Jeune homme célibataire, 24 ans,
licencié en sciences commerciales et
financières Option : marketing (ESC)
Ecole supérieure de commerce,
travaille comme commercial,
expérience 2 ans, cherche emploi :
Unité d’impression de Ouargla (SiA)
diFFUSiON
centre : EL MOUDJAHID
tél. : 021 73.94.82
commercial dans les assurances.
Tél. : 0551 91 02 31
——0o0——
Est : SARl “SOdiPRESSE” :
J.H. 34 ans cherche emploi dans un
café ou restaurant comme plongeur au
tél-fax : 031 92.73.58
Ouest : SARl “SdPO”
tél-fax : 041 46.84.87 : Sud : SARl “tdS”
tél-fax : 029 75.02.02
Le Directeur Général de l’Office du Complexe
Olympique «Mohamed Boudiaf», ainsi que tout le
personnel, très attristés par le décès des deux
supporters AZIB Sofiane et Derghoum Seif
Eddine, lors du match du 21.09.2013 USMA-MCA.
Présentent aux familles des deux défunts leurs
sincères condoléances, en cette douloureuse
circonstance.
Puisse Dieu Le Tout-Puissant accorder aux
défunts Sa Sainte Miséricorde.
niveau d’Alger. Tél. : 0794 89.98.60
——0o0——
France : iPS (international Presse Service)
tél. 01-46-07-63-90
Les manuscrits, photographies ou tout autre document et
illustration adressés ou remis à la Rédaction ne sont pas
rendus et ne peuvent faire l’objet d’une réclamation
JH possède véhicule récent 207
2012, dégagé du S.N., sérieux,
ponctuel, cherche emploi avec son
véhicule chez famille privée ou société
étatique. Libre de suite.
Tél.: 0774 99.34.10
El Moudjahid/Pub
El Moudjahid/Pub du 25/09/2013
ANEP 542990 du 25/09/2013
Mercredi 25 Septembre 2013

Sports

29

EL MOUDJAHID

JSI-2013

4 e médaille pour le karaté algérien

JSI-2013 4 e médaille pour le karaté algérien L a sélection algérienne de karaté dames a

L a sélection algérienne de karaté dames a remporté la médaille d’ar- gent de la compétition kata par

équipes des Jeux de la Solidarité islamique 2013 (JSI-2013), mardi à Palembang (In- donésie). L’équipe nationale s’est inclinée en finale devant son homologue égyptienne (4-1), après avoir éliminé, tour à tour, la Malaisie, le Pakistan et l’Indonésie, pays organisateur. Cette nouvelle médaille

s’ajoute à celles remportées lundi par Djaâ- fer Islam Mehdi (argent, kata individuel) ainsi que les deuxen bronze de Hamadini Missipsa (kumité individuel, +84 kg) et Z’hira Abdelkader (kumité individuel, -68 kg). Les messieurs n’ont pas eu le rende- ment escompté et ont été sortis dès le pre- mier tour par les Egyptiens (5-0). En individuel, Oualid Bouaboub (kumité, - 75kg) a hérité d’un mauvais tirage au sort

puisqu’il est tombé sur la star de la disci- pline dans la catégorie et triple champion du monde l'Azerbaïdjanais Rafael Agayev, qui l’a battu (7-2). Aux repêchages, Boua- boub, médaillé de bronze aux Mondiaux de Paris-2012, s’est incliné une nouvelle fois contre le Turc Necati Pinarbasi (4-2). Les compétitions de karaté se poursuivent au- jourd’hui au Sriwijaya Promotion Centre (SPC) de Palembang.

VOLLEY
VOLLEY

CAN-2013 (MESSIEURS) - 2 e JOURNÉE

Défaite de l'Algérie face au Cameroun (3-2)

La sélection algérienne (messieurs) de volley-ball s'est incli- née lundi devant son homologue camerounaise sur le score de 3 sets à 2 (22-25, 25-21, 25-18, 23-25, 12-15), en match comptant pour la seconde journée de la 19 e édition du Championnat d'Afrique des nations de volley-ball 2013, organisée à Sousse (Tunisie) du 22 au 27 septembre. Il s'agit du second revers de rang pour le six national après celui concédé dimanche face au Maroc (3-2). Lors de cette même journée, le Maroc est venu à

bout de la Libye (3-1), alors que dans la soirée, la Tunisie af- fronte l'Egypte, quadruple tenant du titre, dans un match décisif dans la lutte pour le sacre continental. Lors de la 3 e journée, prévue hier mardi, les Algériens se sont mesurés à la Tunisie. Le Championnat d'Afrique est disputé en une poule unique de six sélections, le premier remportant le titre représentera l'Afrique en Coupe de la confédération qui aura lieu en novembre prochain au Japon.

ATHLÉTISME
ATHLÉTISME

DOPAGE

Ben Johnson revient à Séoul sur la piste du scandale

“J'ai été «crucifié pour 25 ans» : le Canadien Ben Johnson, déchu de son titre olympique du 100 m des Jeux de Séoul après un contrôle positif, a foulé hier mardi pour la première fois de- puis1988 la piste de sa déchéance. John- son a été interdit de compétition à vie en 1993 après un nouveau contrôle positif, cinq ans après celui des JO qui avait ré- vélé la présence dans son sang de stano- zolol, un stéroïde anabolisant. "C'est bon de revenir", a-t-il déclaré sur la piste même où, le 24 septembre 1988 à 13h30, il s'était aligné pour participer à la finale du 100 m qui allait devenir "la course la plus sale de l'histoire". "C'est ici que l'histoire s'est écrite", a déclaré Ben Johnson. Certains diraient que c'est une mauvaise histoire, mais ce n'est pas ma vision des choses". Premier à jaillir des starting-blocks, Johnson écrase la course face à des concurrents, dont la star américaine Carl Lewis, pour franchir la ligne en 9 sec 79, établissant un record du monde synonyme de titre olympique. Trois jours plus tard, Johnson est privé de sa médaille et de son chrono. Carl Lewis, son dauphin, est sacré. Au- jourd'hui il déclare sans ciller : "Je suis persuadé que j'aurais pu gagner les jeux Olympiques sans rien prendre". Six des huit finalistes au 100 m de 1988 finissent par tomber dans des affaires de dopage. Le scandale n'épargne pas Carl Lewis, dont on avait appris plus tard qu'il avait été contrôlé positif à des stimulants aux sélections olympiques américaines. Ben Johnson, 51 ans, a reconnu avoir utilisé des stéroïdes des années durant, tout en affirmant avoir été piégé à Séoul en

durant, tout en affirmant avoir été piégé à Séoul en ayant pris à son insu une

ayant pris à son insu une boisson conte- nant du stanozolol. Il soutient avoir été livré en pâture à l'ère du dopage généra- lisé. "J'ai été crucifié, et 25 ans plus tard je suis toujours en pénitence. Les vio- leurs et les meurtriers finissent en prison, mais ils sortent toujours", plaide-t-il. "Je sais que j'ai mal agi. Les règles sont les règles. Mais les règles devraient être les mêmes pour tous. La politique s'immisce toujours dans le sport", déplore l'athlète. La visite du Canadien à Séoul était la dernière étape d'une tournée mondiale consacrée à la lutte contre le dopage dans l'athlétisme. A 13h30 précises hier mardi, Ben Johnson a franchi la ligne de départ au couloir numéro 6 et parcourut la piste tristement légendaire. Pendant

son cheminement, une pétition antido- page comportant 3.700 signatures était déroulée sur la piste. Sur la ligne d'arri- vée, il a refait le fameux geste triom- phant, doigt levé, qui avait immortalisé sa victoire il y a un quart de siècle. L'athlétisme ne s'est pas débarrassé de ses tricheurs depuis Johnson. L'Améri- cain Tyson Gay, 2 e performeur de l'his- toire sur 100 m, et les Jamaïcains Asafa Powell, ancien détenteur du record du monde du 100 m, et Veronica Campbell- Brown, double championne olympique du 200 m (2004 et 2008), ont récem- ment été convaincus de dopage. "Les tests se sont peut-être améliorés et ont gagné en précision, mais les substances font aussi des progrès", a prévenu Ben Johnson.

UNE REVUE DU COA

Pour promouvoir le «produit» Algérie

Le Comité olympique algérien (COA) a eu l’idée de publier et distribuer une revue en deux langues (arabe et français) pour présenter, entre autres, l’Algé- rie et son sport à l’occasion des jeux de la Solidarité is- lamique (JSI-2013) qui ont débuté lundi à Palembang, sur l’île indonésienne de Sumatra. "Une nouvelle vague d’athlètes en conquérants" est le titre choisi par les ré- dacteurs de cette publication avec, en une, les photos des médaillés Amina Bettiche (3000 m steeple) et Rabah Aboud (5.000 m), sourire en coin et hissant l’em- blème national à l’issue de leur sacre aux 17 es jeux Mé- diterranéens de Mersin en juin dernier (version française pour la première, côté arabe pour le second). Après une fiche technique de l’Algérie (Regard sur l’Algérie) et une autre sur l’Indonésie (Zoom sur l’In- donésie), le COA a voulu à l’occasion de ces jeux Isla- miques évoquer l’islam en Algérie, notamment son avènement, avec, notamment une image de la Grande Mosquée d’Alger. Les responsables de cette publication ont présenté par la suite chacune des huit disciplines auxquelles prend part l’Algérie dans ces JSI, à savoir l’athlétisme, le karaté do, la natation, le wushu, l’haltérophilie, le badminton, le tennis et le taekwondo avec un total de 78 athlètes. Dans son message, le ministre de la Jeu- nesse et des Sports, Mohamed Tahmi, a assuré que l'Al- gérie a délégué ses "meilleurs espoirs juvéniles" dans plusieurs disciplines sportives, pour présenter les "fruits du renouveau" sportif algérien, grâce à un "encadrement algérien d’un très haut niveau technique, démontrer et mettre en exergue tous les efforts entrepris par l’Etat dans le domaine sportif". Tout en disant avoir "apprécié" la composante de la "jeune" délégation algérienne avec une "basse moyenne d’âge", M. Tahmi a appelé l’ensemble des participants à "redoubler d’efforts afin d’assurer une meilleure re- présentativité, accompagnée d’une belle moisson en ti- tres sans oublier les autres résultats probants" lors de cette importante étape en vue des prochains jeux Olym- piques à Rio de Janeiro en 2016. De son côté, le prési- dent du COA Mustapha Berraf, qui n’a pas fait le déplacement à Palembang, a indiqué que l’objectif fixé est l’"amélioration constante des performances intrin- sèques sportives", tout en appelant l’élite algérienne présente à Palembang à "être à la hauteur des attentes de notre jeunesse en quête de nouveaux noms, de nou- veaux repères et à de futurs champions".

E

E
E chos de Palembang

chos de Palembang

INVITES : Les anciens médaillés olympiques, Moha- med Allalou (boxe) et Ali Saïdi-Sief (athlétisme), sont présents à Palembang en tant qu’invités d’honneur du Comité olympique algérien (COA). Si l’ex-athlète du demi-fond se fait discret, ce n’est pas le cas de l’ancien pugiliste Allalou, qui court dans tous les sens pour assu- rer une bonne organisation aux athlètes algériens. CARTON ROUGE : Excepté l’APS qui couvre cette 3 e édi- tion des JSI, la presse algérienne n’a pas daigné envoyer ses journalistes à Palembang. Il faut dire que tout le monde en Algérie est mobilisé en vue du déplacement de la sélection nationale au Burkina Faso en octobre pro- chain en vue des barrages de qualification au Mondial- 2014 de football. TRANSPORT : Vu l’immensité du village des athlètes de par sa superficie, le transport à l’intérieur du Jakaba- ring Sport City se fait en voiturettes. Les athlètes ont saisi cette occasion pour prendre des photos souvenir assis aux côtés des conducteurs. INTERNET : Si les internautes se plaignent constam- ment de la mauvaise connexion en Algérie, ils n’ont qu’à voir la qualité d’Internet à Palembang pour s’estimer heureux. Déconnexion, lenteur et blocage sont le lot quo- tidien des journalistes présents au village des athlètes pour couvrir les compétitions. METEO : Le thermomètre à Palembang affiche 33 de- grés, avec un taux d’humidité avoisinant les 80%. La température ne devrait pas connaître de changement durant les prochains jours, selon les services de météo- rologie indonésiens. PARLOTTE : Les Indonésiens excellent dans bien une chose, c’est celle de jacasserie. En ville, dans les maga- sins et pendant les promenades, le touriste est inévita- blement "encerclé" par des jeunes et moins jeunes l’abordant dans le parler local, jamais en anglais ou autre langue, pour lui "coller" un de leurs produits. Les étrangers, des fois intéressés, trouvent d’énormes diffi- cultés pour communiquer avec leurs homologues qui ne maîtrisent que leur langue.

Sports

30

EL MOUDJAHID

ELIMINATOIRES DU MONDIAL 2014

Halilhodzic en quête de sa liste des "23"

A quelques semaines du match officiel Burkina Faso-Algérie comptant pour le 3ème et dernier tour des éliminatoires (matches barrages), le coach national, Vahid Halilhodzic, n'est pas encore sûr quant à la liste qu'il va rendre officielle pour se mesurer aux "Etalons".

E n effet, les observateurs ont été quelque peu surpris de voir le Bosnien hésiter en-

core pour donner ses "23" pour re- lever le défi burkinabé qui se dresse comme le dernier rempart devant nous avant Brésil-2014. Il est certain que le Burkina Faso, qui avait atteint la finale de la dernière CAN 2013 qui s'est déroulée en Afrique du Sud, alors que l'Algérie a été éliminée dès le premier tour, est en train de donner des sueurs froides à Halilhodzic et susciter chez lui certaines craintes qui ne peuvent rassurer ses poulains. Il avait même indiqué à plusieurs re- prises que son équipe n'est pas en- core prête sur le plan physique du fait que nombreux sont les joueurs algériens qui ne jouent pas avec leurs clubs respectifs. La hantise de l'élimination est en train de peser sur sa façon de penser et prendre les décisions. Le fait de convoquer 36 joueurs, alors que nous sommes dans la phase compétitive du fait qu'il reste moins de trois semaines du rendez- vous de Ouagadougou, puisque ce sont les Burkinabés qui vont nous recevoir au stade du 04-Août, prouve l'indécision de notre coach national. Son attitude veut d'abord

AFROBASKET 2013 (DAMES Gr B) (3 E JOURNÉE):

Troisième succès de l'Angola

L'équipe angolaise dames de basket-ball a réalisé un nouveau succès, son 3e, à l'Afrobasket-2013, en venant à bout du Kenya 45-39, (mi- temps 16-17), à Maputo (Mozambique), lors de la 3e journée, groupe B, du tournoi africain. Après un nul au 1 er Quart temps (9-9) et le second perdu (8-7), les championnes d'Afrique en titre se sont rachetées lors des deux derniers, 15-14 et 14-8, pour remporter la partie avec six points d'écart. Lors de la 1re journée, l'Angola avait battu le Nigeria (60-46), avant de prendre le dessus sur le Cap Vert (76-51). Dans l'autre match du groupe, le Cameroun a battu le Cap Vert 62-39, mi-temps

(38-15).

Le Cameroun enregistre ainsi son troisième succès après ceux acquis face au Kenya (61-39) et au Mali (67-64), alors que le Cap Vert concède sa 3e défaite, après celles concédées face au Mali (73- 62) et l'Angola (76-51). Le dernier match du groupe se jouera en nocturne, et opposera le Nigeria (une défaite contre l'Angola et un succès face au Kenya 74-49) au Mali, vainqueur du Cap Vert (73-62) et du Kenya (74-49).

au Mali, vainqueur du Cap Vert (73-62) et du Kenya (74-49). répondre au plus pressé au

répondre au plus pressé au cas où

il y aurait des blessés de dernière

minute au sein du groupe de l'équipe nationale. Puis, il veut montrer à tous que pour le moment aucun joueur n'a assuré sa place. Il

veut faire jouer la carte de la

concurrence. Toutefois, face à la date très rapprochée de ce match décisif pour la qualification pour le Mondial, une telle position risque d'être une "arme à double tran-

chant". Il aurait pu mettre de côté une liste additive composée d'une liste réserviste de laquelle il puise- rait le cas échéant les joueurs dont il aura besoin. Il est certain que les spécialistes savent que le Bosnien va refaire confiance à tous ceux qui avaient déjà affronté le Mali, à Tchaker, pour le compte de la 6ème et dernière journée des élimina- toires du Mondial 2014. Par consé- quent, pour les autres joueurs rappelés dans cette liste, cela peut- être une façon de "brouiller" les cartes de son adversaire. Auquel cas, ce serait une très bonne chose. Néanmoins, à ce stade de la com- pétition, on n'est plus au temps des ruses. Il faut plutôt être prêt sur tous les plans, notamment sur le plan physique, étant donné que cet aspect demeure l'un des points forts de notre adversaire. On peut dire, par ailleurs, que des joueurs comme Taïder, Kadir, Ghoulam, Feghouli, Brahimi, Yebda et les au- tres l'avaient poussé d'une certaine façon à élargir la liste afin de ne pas léser des joueurs qui sont sus- ceptibles de ramener le "plus" tant attendu par tous et notamment par les supporters algériens qui ont dé- cidé de se déplacer en masse pour soutenir les "Verts". Toujours est-

Ligue 1
Ligue 1

LIGUE1-MO BÉJAÏA

Rahmouni cède à la pression

Le sympathique entraîneur du MO Béjaîa, Mourad Rahmouni, vient de quitter ses fonctions à l’amiable. L’équipe béjaouie se trouve depuis le début de la saison dans une mauvaise passe, à l’instar de la formation har- rachie. En effet, elle compte déjà qua- tre défaites et un seul point dans son escarcelle. Les dirigeants sont parve- nus à trouver un accord à l’amiable avec Rahmouni, considéré comme l’artisan de l’accession historique du club du Mouloudia de Béjaïa en Ligue1. Il est certain que les fans du club espèrent que le nouvel entraîneur qui prendrait la barre technique arri- verait à redresser la barre. Les obser- vateurs annoncent déjà la prochaine arrivée de l’ex-Belouizdadi, Fouad Bouali. Toujours est-il, le MOB est appelé à se secouer avant qu’il ne soit trops tard. HAMID G.

à se secouer avant qu’il ne soit trops tard. HAMID G. Ligue II NAHD Pas de
Ligue II
Ligue II

NAHD

Pas de Bouali, Lafri assure l’intérim

Depuis le départ de l’entraîneur Zoheir Djelloul pour insuffisances de résultats, alors que la direction du club a mis tous les moyens à la disposition de l’équipe du Nasria, qui ne vise rien d’autre que la

course à l’accession cette saison, la direction du club phare d’Hussein- Dey tarde à désigner le nouveau coach appelé à réussir le challenge de faire retrouver au NAHD sa place parmi l’élite. Dans un premier temps, les res- ponsables nahdistes ont porté leur dévolu sur un technicien très res- pecté dans le milieu, en la personne de Foued Bouali, dans le profil est très intéressant, voyant en lui l’homme de la situation. Le contact

a été établi entre les deux parties

via l’agent du technicien. Aux der- nières nouvelles, nous avons appris que Bouali a finalement décliné l’offre du Nasria pour plusieurs rai-

sons. Tout d’abord, il a envoyé un émissaire pour assister au dernier match livré par les Sang et Or à do- micile face à l’ESM, remporté par un score étriqué (1-0). Les observations de l’émissaire en question sur les insuffisances re- levées sur l’équipe husseindéene, sur le plan technico-tactique et physique, ont dissuadé l’enfant de Tlemcen d’accepter de driver le NAHD. A son sens, en raison de l’objectif fixé par les responsables du club de jouer l’accession, cela aurait demandé une bonne entame du championnat, afin de ne pas trop se faire distancer par les autres concurrents, connaissant la diffi- culté de rattraper le temps perdu

lorsqu’on évolue en Ligue 2. En- suite, Bouali estime que pour que sa touche puisse prendre effet sur le rendement de l’équipe, il lui fau- dra au moins un mois de travail.

Pendant la période en question, les résultats peuvent ne pas suivre. Il a jugé que tous ces éléments ne lui auraient pas permis d’accomplir sa mission en toute sérénité pour at- teindre l’objectif assigné. Aussi, il faut savoir que Bouali a des touches au Maroc et dans les pays du Golfe. Son agent s’occupe de ces contacts. Tout cela conduit à dire qu’il ne sera pas le nouvel entraîneur du NAHD. En attendant la désigna- tion officielle du futur coach du Nasria, c’est à Faouzi Lafri qu’a été confiée la responsabilité d’en- traîner l’équipe et de la préparer pour le prochain match face au WA Tlemcen. Pour le moment, il assure seulement l’intérim. Nous en sau- rons d’avantage dans les jours à venir sur celui qui sera le nouvel entraîneur du NAHD. Mohamed Amine Azzouz

il, il n’a pas convoqué Boudebouz dans cette liste de présélectionnés. Depuis l’affaire de la «chicha», Boudebouz n’a plus remis les pieds en équipe nationale. Pourtant, le joueur, depuis qu’il a rejoint Bastia (France) est en train de retrouver ses sensations. Il est certain qu'Ha- lilhodzic doit être péremptoire et sûr dans ses décisions en vue de présenter le groupe le plus efficace possible qui nous permet d'aller au Mondial-2014 pour la 4ème fois de son histoire. Il faut dire qu'on n'a pas le droit de faillir en si bon che- min. Ce serait alors une issue des plus dramatiques. HAMID GHARBI

LISTE DES JOUEURS PRÉ-CONVOQUÉS :

1- Rais Mbolhi

2-

Izzedine Doukha

3-

Cédric Si Mohamed

4- Mohamed Lamine Zemma-

mouche

5-

Sofiane Khedairia

6-

Essaid Belkalem

7-

Carl Medjani

8-

Rafik Halliche

9-

Madjid Bougherra

10- Ali Rial

11-

Liassine Bentaiba Cadamuro

12-

Nacreddine Khoualed

13-

Mohamed Khoutir Ziti

14-

Djamel-Eddine Mesbah

15-

Fethi Harek

16-

Faouzi Ghoulam

17-

Mehdi Mostefa Sebaa