Réforme des retraites : Travailler plus pour toucher moins et sans attendre payer plus !

Pour un SMICARD la note à payer sera de 54 euros par an, ce qui n’est pas négligeable après la hausse de la TVA, de l’électricité, des loyers, taxe sur le fuel……..La baisse de notre pouvoir d’achat continuera ! Les patrons payeront 2 milliards de cotisations vieillesse supplémentaires, mais ils verront baisser de 35 milliards leurs cotisations familiales. Ces 35 milliards seront payées par les salariés via une hausse de la CSG et une nouvelle baisse de leur pouvoir d’achat.

S’agissant des retraites, il existe un déficit de 4,5 milliards d’euros sur 98 milliards de cotisations versées. Ce déficit est principalement dû au chômage (et non à un problème structurel).

D’ici 2020, ce déficit s’élèvera à 1 % du produit intérieur, soit un peu plus de 20 milliards. C’est l’équivalent de ce que le gouvernement vient d’offrir sur un plateau au patronat au nom du plan compétitivité. Ce cadeau de 20 milliards fait aux dirigeants d’entreprise est sans contrepartie en matière d’emploi, de salaire ou même de formation. Pour répondre aux injonctions des agences de notation ce gouvernement peut offrir 20 milliards aux chefs d’entreprise mais pas aux salariés ni aux retraités.

DES RETRAITES MATRAQUES !

Les pensions désindexées.

des

retraités

seront

partiellement

Rappelons qu’en moyenne les agents de la Mairie de Paris partent avec une pension de 1200 euros, desquels il faut décompter les frais de mutuelle et la CSG.

PENIBILITE : UNE RÉFORME PÉNIBLE !
La pénibilité a été définie par un travail ayant des contraintes physiques (manutentions, postures difficiles), rythme de travail fatigant (travail de nuit ou en équipes alternantes), environnement agressif (produits chimiques dangereux, bruit). La réforme prévoit de créer un compte personnel pénibilité. Le futur barème devrait, accorder une année de départ anticipé pour 10 ans d’exposition à la pénibilité. Le salarié exposé pourra partir à la retraite à …. 60 ans, c’est-à-dire revenir à la situation de 2010. Zéro progrès ! Une partie des points accumulés devra impérativement être utilisés pour une formation en vue d’une reconversion. Pour quel futur emploi ? A partir de quel âge un agent peut-il y prétendre ? Une partie des points pourrait être utilisée pour travailler à mi-temps. Pour quel salaire ? Sachant que la retraite se calcule sur les dernières années, s’agit-il d’une nouvelle ruse pour baisser le montant des retraites ? Décidément ce gouvernement chausse les bottes de son prédécesseur en matière de régression sociale.

Baisse programmée de la retraite de nos enfants !

27 ans : C’est l’âge moyen d’obtention du 1er CDI en raison de l’allongement de la durée des études et des périodes de précarité et de chômage. Notre pays bat des records de chômage et de précarité, pourtant la plupart des jeunes ayant fait des études partiront à la retraite entre 65 ans et 67 ans. C’est la seule proposition de ce gouvernement : s’attaquer aux jeunes générations avec la complicité de ceux qui ont signé la réforme Fillon !

En contrepartie, la loi prévoit un « tarif préférentiel » de rachat des années d’étude. Si votre enfant rachète ses années d’étude en début de carrière, il ne déboursera « que » 7200 euros. On se demande si les puissants qui nous gouvernent connaissent le prix d’un ticket de métro. A l’heure où l’espérance de vie en bonne santé diminue, où de nombreux jeunes renoncent à se soigner faute d’argent, la perspective d’une retraite à taux plein s’éloigne. Pourtant faire des études est une nécessité absolue. C’est toute l’économie et la société qui bénéficient de l’élévation du niveau général des qualifications.

LA CGT revendique  La sauvegarde du système de retraites par répartition :

 Une retraite à taux plein dès 60 ans  37,5 années de cotisation  Une véritable prise en compte de la pénibilité avec un départ anticipé  Aucune retraite inférieure à 1700 euros  La taxation des revenus financiers  La prise en compte des années d’étude, de stage, d’apprentissage des jeunes  Un taux de remplacement de 75% du salaire  L’égalité femmes/hommes
POUR NE PAS COMMENCER A COTISER IN UTERO
Je me syndique à la CGT Nom……………………………………………………….Prénom………….. ………………….…………………….. Direction………………………………………………..…..Grade………….............................. Adresse personnelle…………………………………………………………………………………………………. Téléphone………………………………………………………………………………………………………………. A remettre à un délégué C.G.T. de votre connaissance ou à renvoyer à : L’Union Syndicale CGT des Services Publics Parisiens 3, rue du Château d’Eau Paris 10ème Tel : 01.44.52.77.05 ou 25 Fax : 01.44.52.77.29. courriel : cgt.syndicat@paris.fr Retrouvez tous nos tracts sur le site : www.us-cgt-spp.org

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful