Vous êtes sur la page 1sur 28

Hiver 2012

N°15

Journal municipal

Bonne Année !

Mairie de Clohars-Carnoët Ti-kêr Kloar-Karnoed

édito
Mobilisés pour l’emploi ! L’activité économique dans notre pays n’est guère souriante. Dans ce contexte difficile, les élus doivent se mobiliser pour créer les conditions permettant de soutenir l’économie. A Kloar, depuis 2008, nos actions sont résolument tournées vers cet objectif. La réhabilitation de la zone d’activités de Keranna va dans ce sens. Sur 3 ans, cette zone, avec 300 salariés, accueille déjà près d’une quarantaine d’emplois de plus. Les perspectives d’agrandissement de plusieurs entreprises laissent envisager la poursuite de cette tendance, d’autant qu’avec sa réhabilitation, la zone sera plus fonctionnelle. Ce numéro de Kloar Infos revient largement sur ce dossier. De même, sur le site de l’ancienne conserverie de Doëlan, la commune ne s’est pas résolue au projet immobilier spéculatif prévu. Elle travaille avec l’Etablissement Public Foncier Régional et les acteurs économiques du Département autour d’un projet hôtelier (comprenant un restaurant et des salles de séminaires) ainsi que des bureaux destinés à l’accueil d’activité tertiaires (en lien avec la mer et la nature). Au total, entre quarante et cinquante emplois sont prévus. Cela prendra du temps mais la feuille de route est tracée. Pour soutenir le tourisme, secteur essentiel pour nos commerces et nos hébergeurs, toute une série d’animations nouvelles a été initiée. Des travaux d’aménagements aux abords de la plage des Grands Sables ont été entrepris. La commune a obtenu un pavillon bleu pour la troisième année. Toutes nos plages sont désormais surveillées. Un soutien à la filière nautique a offert de nouveaux débouchés pour celle-ci, avec plusieurs emplois à la clé. La fréquentation de Doëlan s’est aussi largement développée, sans doute grâce à la liaison avec Groix et l’accueil de la série Doc Martin. Plusieurs emplois ont pu être créés dans le secteur de la restauration. Pour les pêcheurs, une grue de débarquement a été installée et de nouveaux étals de vente sont désormais disponibles. Les agriculteurs, face à la sécheresse ont été aidés pour financer le plan paille avec une subvention de 3000 €. Le défi de l’emploi est un travail de longue haleine qui suppose dialogue et volonté entre différents partenaires : chefs d’entreprise, élus locaux et législateurs. Nous sommes déterminés à jouer notre rôle pour faciliter l’émergence de nouveaux projets et soutenir ceux qui investissent sur notre commune. Jacques JULOUX, Maire. Enlusket evit ar gourc’hwel ! An obererezh armerzhel en hon bro ned eo ket gwall laouenaus. Er gwall amveziadoù-mañ e rank an dilennidi emenluskañ evit krouiñ an amplegadoù araezus da harpañ an armerzh. E Kloar, abaoe 2008, emañ troet da vat hon oberoù war du an amkan-se. Arnevesadur dornwezhva Keranna zo diouzh ar sturiadur-se. Dindan 3 bloaz ez eus bet degemeret endeo tost ur pergont gourc’hwel ouzhpenn en tachad-se, ennañ 300 goprad. Diarselloù brasaidigezh meur a embregerezh a ro tu da zesellout kendalc’herezh an tuadur-se o vezañ ma vo arc’hwelekoc’h an tachad ur wech arnevesaet. En niverenn-mañ eus Kloar Infos e tistroer ez hir war an teuliad-se. Heñveldra, evit a sell load bouedvirerezh kozh Dolan, n’he deus ket emgrennet ar gumun d’ar raktres diloc’hel arvrokañ rakwelet. Labourat a ra gant Diazezadur Foran Gladel ar Ranndir hag obererion armerzhel an Departamant war dro ur raktres letiel (o c’hoarvezout eus ur preti ha salioù emvod studi) hag ivez burevioù amkanet da zegemer obererezhioù tredeel (azalc’h ouzh ar mor hag an natur). En holl ez eus rakwelet etre pergont ha pemont gourc’hwel. Kement-se a gemero amzer, savet eo al lizher hent avat. Evit skorañ an droiadouriezh, gennad hemañ bevret d’hon tiez kenwerzh ha d’hon herberc’hourion, ez eus bet kentradet ur steudad a-bezh a ambilhadennoù nevez. Labourioù terkañ en ardro d’an draezhenn vras zo bet embreget. Ar gumun zo bet grataet dezhi ur giton glas evit an trede bloaz. Evezhiet e vez hon holl draezhennoù hiviziken. Dre ur skor d’an naoz vageel ez eus bet kavet dezho digorvaoù nevez, ha meur a c’hourc’hwel da heul. Ar gweladenniñ e Dolan zo kreskaet mat ivez, bennozh d’ar morgehent gant Groe ha da zegemer ar stirad Doc Martin moarvat. Gallet ez eus bet krouiñ meur a c’hourc’hwel er gennad pretiel. Evit ar besketaerion ez eus bet staliet ur c’havr difardañ ha taolioù stalenniñ nevez. Ar c’hounideion, dirak ar sec’hor, zo bet skoazellet da gellidañ ar steuñv plouz dre ur skoaziadenn 3000 €. Daeadenn ar gourc’hwel zo ul labour a hir amzer hag a ampleg emziviz ha youl etre meur a gevelad : pennembregerion, dilennidi lec’hel ha dezvourion. Mennet omp da c’hoari hon roll evit aesaat eskoridigezh raktresoù nevez ha skoaziañ ar re a bost war hon c’humun. Jacques JULOUX, Maer.

Kloar Infos est édité à 3100 exemplaires
Directeur de publication : Jacques Juloux

Conception (illustrations) : Service Communication de la mairie Imprimé par IBB

Brèves de Conseils
Zone artisanale de Keranna : La Cocopaq a inscrit des fonds de concours pour aider les communes à procéder aux requalifications de leurs zones artisanales. A ce titre, le maire est autorisé à signer une convention pour l’attribution d’un fond de concours à hauteur de 50% des dépenses restant à la charge de la collectivité, soit 132550 € HT. Intercommunalité :

L’équipe municipale vous présente ses meilleurs vœux pour 2012
Taxe d’aménagement : Elle remplacera dès mars 2012 la taxe locale d’équipement (TLE) déclenchée lors du dépôt d’une autorisation d’urbanisme (déclaration de travaux ou permis de construire). Les élus ont voté un taux de 2.5% qui devrait permettre de recouvrer le même niveau de recettes qu’avec la taxe locale d’équipement. La taxe d’aménagement a repris les exonérations facultatives prévues pour la taxe locale d’équipement, relatives aux habitations bénéficiant d’un prêt aidé de l’Etat (hors PLAI) ou d’un prêt à taux zéro (PTZ+). Vente des terrains de la ZAC de Kernévenas : Le Maire a été autorisé par le Conseil municipal à signer le compromis de vente des terrains situés sur la ZAC de Kernévénas, au Pouldu, avec l’OPAC. L’assiette des terrains est de 56 838 m². La vente sera conclue pour 1 178 251.74 € HT à hauteur de 20.73 € HT le m² (terrains non lotis). Une clause est établie prévoyant que les 2 tiers des terrains vendus seront réservés pour accueillir des résidences principales. Sur les 65 lots prévus, 12 sont aussi réservés pour des logements aidés, en location accession. Tarifs 2012 : Aucun des tarifs concernant les services à la population n’augmentent : ils restent inchangés (restauration scolaire, garderie, espace jeune, sports, entrées aux spectacles..). Les tarifs du service assainissement collectif augmentent pour tenir compte des futurs investissements lourds, liés à la construction de la station d’épuration. L’abonnement HT passe de 26,52 € à 29 €, la consommation de 0 à 40 m3 passe de 0,5€ à 0,65 €/m3, le tarif au-delà de 40 m3 est inchangé pour la troisième année consécutive et reste à 1 ,01 €/m3).

Le Conseil municipal a autorisé le transfert de 4 nouvelles compétences à la COCOPAQ : - La compétence tourisme : accueil, information et promotion touristique, commercialisation de produits touristiques, stratégies de développements et d’aménagement touristique, organisation d’événements d’envergure communautaires… - La compétence en matière de randonnées : entretien des GR et circuits VTT N°1,…. - La compétence en matière d’information pour les personnes âgées : gestion d’un centre local d’animation et de coordination à l’échelle du territoire intercommunal (CLIC) - La compétence en matière d’aménagement numérique : l’établissement, l’exploitation, l’acquisition et la mise à disposition de structures et réseaux de télécommunication à très haut débit et les opérations nécessaires pour y parvenir sont transférés à la Cocopaq. Marchés publics des travaux de la médiathèque : 15 lots sur 16 ont été attribués pour un montant total de 955 903,47 Hors Taxes. Le lot charpente métallique sera attribué plus tard faute d’offres reçues. Il est prévu pour ce lot une enveloppe de 80000 € HT ; Le montant total des travaux sera alors de 1 035 903,47 HT pour une estimation initiale de 1173 000 HT. Les travaux débuteront courant janvier 2012. Ancienne conserverie : La Cocopaq, au titre de sa compétence économie et tourisme, a été associée au projet de reconversion de l’ancienne consèrverie. A ce titre, le maire est autorisé à signer une convention relative à l’attribution d’un fond de concours à hauteur de 50% du montant de l’étude réalisée, soit 7687,50 HT. Par ailleurs le conseil a décidé de mettre en place une concertation publique sur le projet de reconversion auprès de la population au cours du premier semestre 2012.

Sommaire
Pages 4/5 : Brèves de conseils / PLU et Patrimoine Pages 6/7/8 : Assainissement collectif Page 9 : Un centre de Secours Pages 10/11/12/13 : Un peu d’histoire / SNSM Pages 14/15 : Zone de Keranna Pages 16/17 : Questions à… Pages 18/19 : PEL / Divers Pages 20/21 : Kernevenaz / 7 à vous ! Pages 22/23 : Médiathèque Pages 24 : Gros plan Canamelle Page 25 : Pêle-Mêle Pages 26/27 : Tribune Libre / Clohar’zen

Sommaire

3

Brèves de Conseils (suite)
Tarifs portuaires : Les tarifs du port Pouldu Laïta augmentent de 2%, ceux de Doëlan de 6%, ceux de Pouldu Plaisance de 10%. Les budgets des ports doivent être équilibrés, ce qui n’est pas le cas ce jour. Une commission des affaires maritimes élargie va être constituée afin de faire de nouvelles propositions. Participation au Raccordement à l’Egout (PRE) pour les immeubles édifiés POSTéRIEUREMENT à la mise en réseau : Cette participation est prévue dans les textes pour tenir compte de l’économie réalisée par les propriétaires qui évitent, de fait du réseau existant, le coût d’une installation d’évacuation ou d’épuration individuelle. La PRE doit être annoncée dans le permis de construire. Les tarifs varient en fonction de la taille du logement et sont révisés tous les ans : - Surface de plancher < ou = à 120 m² : 1750 € - Surface de plancher comprise entre 121 et 169 m² : 2100 € - Surface de plancher > 169 m² : 2400 € Les explications sur la Taxe de raccordement à un réseau d’assainissement pour les immeubles existants antérieurement à la mise en place des réseaux sont pour leur part développées dans ce Kloar infos page 7. Economie d’énergie : Le Maire a été autorisé a adhéré au contrat « conseil en économie partagée » proposé par Quimper Cornouaille développement pour un montant annuel de 1860 €. Il a également sollicité les aides de la Cocopaq pour un fond de concours de 15% au titre du programme d’isolation 2011 (changements d’huisseries), soit 2353 €. Convention avec l’école privée : Le Maire est autorisé à signer une convention qui définit les règles de financement de la collectivité envers l’établissement Notre Dame de la Garde. Avis du conseil sur l’extension de l’élevage de dindes à Moëlan : Le conseil a émis un avis défavorable à ce projet considérant que l’extension des élevages industriels est contraire à l’évolution souhaitée des modèles agricoles pour une meilleure santé publique et qu’il est contraire aux efforts de la collectivité qui agit pour fournir aux élèves une alimentation naturelle et biologique. Caserne > avenant avec le SDIS : Le conseil Général n’est pas en mesure, au vu de sa situation financière actuelle, de verser le montant de son aide avant début 2014. Le SDIS ne pourra pas non plus faire l’avance des fonds au fur et à mesure des travaux comme initialement convenu. Pour permettre à ce projet de voir le jour en 2013, le Maire a été autorisé à signer un avenant à la convention du 7 mai 2010. La commune assurera désormais, sur présentation des mémoires de dépenses, le financement de tous les travaux (estimés à 1 074 858€ HT). Elle sollicitera une demande de subvention de 30% auprès du conseil général qui sera versée après la réalisation de la caserne.

Psychomotricité

Semaine du jeu à Clohars en novembre : les petits se sont initiés au cirque !

Dans le même esprit, les ateliers de psychomotricité, animés par Claude Colleu, vont reprendre le dimanche matin. Les enfants de 0 à 4 ans accompagnés de leurs parents sont concernés. 3 cessions : le 12 février 2012 le 18 mars 2012 le 17 juin 2012 Informations et inscriptions à l’accueil de la mairie à partir du 25 janvier 2012 !

4

Plan Local d’Urbanisme et Patrimoine Cloharsien
Le travail sur le PLU nous donne l’opportunité de revisiter les éléments du patrimoine cloharsien : mégalithes, calvaires, puits, fours, maisons à l’architecture remarquable, chapelles, fontaines, éléments du patrimoine maritime... La liste est longue de toutes ces constructions et aménagements réalisés au fil des siècles par les habitants de Clohars pour aménager l’espace et la vie des gens! Chaque élément apporte sa richesse à l’histoire de notre commune, créant un lien entre le passé et le présent. Le recensement de ces éléments au PLU demande de la précision afin qu ‘ils soient repérés et identifiés au bon endroit : ne soyez donc pas étonnés de croiser les personnels et élus de la commune dans les rues, les bois et les landes, parfois entrant dans les propriétés, prendre des photos... Ils vous demanderont votre permission, et souvent votre aide : merci de votre collaboration ! Bien sûr nous sommes aidés dans ce travail par des cloharsiens qui connaissent particulièrement bien le terrain, et par les ouvrages de Mr Gozzi, et de Mme Thieblemont sur les fours. Mais nous pouvons oublier ou ignorer certaines choses... Si vous pensez qu’un élément du patrimoine non recensé dans les ouvrages cités ci-dessus pourrait être intéressant, vous pouvez le signaler à la mairie avec sa localisation précise. Au delà du PLU, ce recensement aidera à une connaissance plus fine des éléments de l’histoire de Clohars-Carnoët et pourrait faire l’objet d’un document spécifique. Il pourra aussi être mis en valeur à l’occasion de circuits de promenades thématiques.
Photographies de Mr Gozzi

Merci de votre aide, en accueillant les acteurs de ce recensement ou en nous faisant découvrir des trésors méconnus.

5

Tout savoir sur l’assainissement collectif
On parle beaucoup de la nouvelle station mais qu’en est-il de l’assainissement collectif aujourd’hui ? Afin d’y voir plus clair nous faisons le point sur ce dossier. Vous voudrez bien pardonner les nombreux chiffres et détails techniques mais ils nous paraissent nécessaires pour la bonne compréhension de nos concitoyens sur la réalité de ce que ce qu’est l’assainissement collectif aujourd’hui.
L’actuelle STATION La station d’épuration a été construite en 1969 pour une capacité de 4400 EH (équivalent habitant). Elle a été étendue en 1981 et 2007, sa capacité actuelle de traitement est de 9800 EH. Les équipements de Fort Clohars traitent des eaux usées domestiques et industrielles (Capitaine Cook). Les eaux traitées sont rejetées par un émissaire de rejet en mer dont l’extrémité est située au pied du «Mât Pilote à la pointe de Kerzellec à proximité de l’embouchure de la Laïta. L’exploitation de la station a été déléguée par la commune à la SAUR par le biais d’un contrat d’affermage en date du 1er juillet 2006 et ce jusqu’au 30 juin 2018. La station fait l’objet d’un suivi journalier complété par une surveillance à distance avec déclenchement d’alarmes en cas d’incident de fonctionnement. Entrons à présent dans les détails et tout d’abord quelques chiffres. (Tous les chiffres sont ceux de 2010.) - Nombre d’abonnés : 2319 (2318 particuliers + 1 industriel ), ce qui représente environ 4760 habitants desservis (3160 sédentaires + 1600 saisonniers). - Les eaux à traiter ont 3 origines : Particuliers : 147 000 m3 Eaux parasites : 160 000 m3 Industriel : 66 000 m3 avec coefficient de pollution (débit réel 39 500 m3) Le volume des eaux parasites (liées aux nappes) est très important et on pourrait penser qu’il faudrait intervenir sur le réseau pour en réduire la quantité. C’est ce qui a été fait en 2002, 2003 et 2004. Malheureusement, l’expérience a montré que le gain était à chaque fois de courte durée, le niveau des nappes est monté et l’eau pénétrait dans le réseau à d’autres endroits. Le coût de réfection des réseaux étant très important, il est apparu qu’il était plus économique de traiter les eaux parasites, ce qui n’empêche pas de surveiller l’état des réseaux. LE RéSEAU Notre réseau est de type séparatif (il est interdit d’y raccorder les gouttières) et présente un linéaire de 44 kms . Pour que l’eau aille jusqu’à la station, il est équipé de 17 postes de refoulement qui fonctionnent suivant le graphique ci-dessous. Les 17 postes de refoulement sont équipés de 2 pompes (1 en secours) et de systèmes de surveillance à distance qui permettent de détecter s’il y a une panne. LES DéCHETS Les déchets issus du traitement (couramment appelés «boues»), soit 60 tonnes par an sont recyclés. Ils sont envoyés dans un centre de compostage à St Jean Brévelay et sont ensuite utilisés comme engrais.

Schéma du réseau d’assainissement actuel sur Clohars-Carnoët

6

Où VA L’EAU TRAITéE ? Comme indiqué dans la présentation, l’eau est rejetée à proximité de l’embouchure de la Laïta. Mais il existe des heures précises pour effectuer ces rejets. Nous devons tenir compte des marées et le rejet n’est autorisé qu’aux heures PM (pleine mer) à PM +5h00 (c’est à dire à marée descendante). L’obligation de respecter des heures de rejet nous oblige à stocker l’eau traitée dans des bassins appelés « bassin à marée». La station en possède 2 pour une capacité totale de 550 M3. Les conditions de raccordement Après cette description sommaire du fonctionnement, regardons quelles sont les conditions d’accès à l’assainissement collectif et les précautions à observer. Le tableau de droite présente les différents cas de figures. Les demandes de raccordements sont à adresser en mairie, au service urbanisme, qui en étudiera la faisabilité. Les branchements sont réalisés par des entreprises agréés et leur conformité fait l’objet d’un contrôle de la part de la SAUR. En dehors des installations neuves la SAUR est également mandatée pour contrôler les installations existantes et s’assurer de la conformité des branchements. (présence d’eau pluviales, étanchéité, etc..).

Les conditions de raccordements : les différentes situations 1°) Les nouvelles habitations construites alors que le réseau existe et passe à proximité : Une Participation pour Raccordement à l’Egout (PRE) s’applique. C’est somme forfaitaire est instituée pour tenir compte de l’économie réalisée par les propriétaires sur les frais d’installation d’un dispositif d’assainissement autonome. Elle a été établie comme suit : - Surface de plancher < ou = 120 m² : 1 750 € - Surface de plancher comprise entre 121 et 169 m² : 2 100 € - Surface de plancher > 169 m² : 2 400 € 2°) Les habitations existantes qui demandent à se raccorder: La collectivité n’a aucune obligation de raccorder le ou les demandeurs au réseau d’assainissement collectif, même si son habitation figure sur le plan de zonage d’assainissement collectif. Toutefois, la collectivité se réserve le droit de raccorder le ou les demandeurs à une condition : Le coût des travaux sur le domaine public ne devra pas être supérieur à deux fois le tarif d’un branchement (le tarif est fixé par contrat avec le délégataire soit 1 250,00 € TTC en 2011). - Exemple 1 : raccordement d’une habitation isolée 1 250 € x 2 = 2 500 € maximum - Exemple 2 : raccordement de 8 habitations (1 250 € x 2) x 8 = 20 000 € maximum Si les montants estimés de travaux dépassent ces seuils, les raccordements ne seront pas réalisés et ces habitations devront être équipées d’un dispositif d’assainissement individuel. Dans l’hypothèse d’un avis favorable, les travaux étant réalisés à la demande d’un particulier, le raccordement sera obligatoire dès la mise en service du réseau et ne supportera pas de dérogation. 3°) Les raccordements à la demande de la collectivité à l’occasion de la création d’un réseau. Conformément à l’article L. 1331-1 du Code de la santé publique, le raccordement au réseau créé est obligatoire dans les deux ans. L’alinéa 2 de cet article précise que l’obligation de raccordement supporte des dérogations. Les dérogations peuvent être accordées par arrêté du Maire suite à une demande écrite des particuliers dans deux cas : - Le particulier dispose d’un dispositif d’assainissement individuel daté de moins de dix ans. Il peut bénéficier d’une dérogation à l’obligation de se raccorder valable dix ans à compter de la mise en service de son dispositif individuel. Exemple : installation mise en service en 2008 et réseaux créés en 2011 : le raccordement sera obligatoire en 2018. - Les difficultés de raccordement sont réelles et engendrent un surcoût financier important pour le particulier : exemple : habitation en contre-bas nécessitant l’installation d’une pompe de relevage.

7

Tout savoir sur l’assainissement collectif
La facture d’assainissement Elle est payée uniquement par les utilisateurs de l’assainissement collectif. Le montant facturé est directement lié à la quantité d’eau consommée comme le montre la facture ci-dessous. En effet, le budget assainissement est un budget annexe au budget général de la commune. Il doit être en équilibre et financé par les seuls utilisateurs raccordés. Il sert à régler les frais de fonctionnement, mais aussi le remboursement des emprunts contractés pour réaliser les travaux d’amélioration, le financement des stations d’épuration ou d’extension des réseaux.

En 2010 le budget assainissement était le suivant : Recettes : Remboursement/emprunts : Travaux (nouvelle station) : Excédent comptable 2010 : (Ce solde positif sera utilisé afin de financer les travaux à venir.) 243 688 € 19 974 € 199 492 € 24 222 €

Les coûts moyens constatés : Chaque année le conseil général publie un rapport sur le prix de l’eau dans le Finistère. En 2010, pour les communes de 3000 à 5000 habitants le coût moyen du prix de l’eau et de l’assainissement s’établit à 4, 97 € TTC le m3 (sur la base d’une consommation moyenne de 120 m3 charges et redevances comprises). A Clohars ce coût moyen est de 4,65 €/m3. Si l’on considère uniquement la partie assainissement les coûts sont respectivement de 2,6 € TTC/m3 pour ces communes et de 2,32 € /m3 à Clohars.

L’AVENIR C’est bien entendu la construction de la nouvelle station mais aussi l’extension des réseaux vers Porsmoric, Locouarn et Le Quinquis, réseaux qui seront mis en service en même temps que la station .

8

Un nouveau Centre de Secours pour 2013
Le 9 décembre 2011, la traditionnelle fête de la Sainte Barbe, patronne des pompiers, s’est déroulée dans l’actuelle caserne vétuste, rue de Quillien. A cette date, nous aurions dû entamer sa destruction en vue de sa reconstruction. Cela n’a pas été possible… Un plan de financement du futur centre de secours avait pourtant été arrêté en 2010 avec le conseil général et validé par le conseil municipal. Il prévoyait une participation du département pour 2013 à hauteur de 30% et un étalement de la part communale sur 4 ans. Faute de marges de manoeuvre et de visibilité financière, le conseil général a dû se résoudre à geler et reporter ses subventions pour plusieurs projets, dont celui du Centre de Secours de Clohars. La commune n’avait plus d’autre choix que d’attendre 2014 pour un début de chantier ou bien d’assurer seule, jusqu’à cette date, la totalité du paiement du centre estimé à 1 070 000 €. Dans le contexte budgétaire actuel « tendu », c’était une décision difficile à prendre. Elle aura un impact négatif sur le budget 2013. Pour autant, c’est cette option que nous avons retenue. Le chantier va pouvoir commencer et le centre sera livré au dernier trimestre 2013. En effet, nous ne pouvions pas différer davantage cette reconstruction. La caserne est obsolète : pas de vestiaires, défaillance du chauffage, sous-dimensionnement des espaces, normes sanitaires insuffisantes. Soutenir et accompagner le travail de nos pompiers volontaires passaient nécessairement par cette reconstruction et ce nouveau calendrier. Chacun comprendra ce choix qui a été retenu à l’unanimité par notre conseil municipal.

Les coûts prévisionnels : Le coût global HT estimé de la future caserne est de 1 155 930 € En 2013, la participation de la commune est prévue pour un montant de 1 074 858 €. S’y ajouteront les frais de démolition. En 2014 une subvention du conseil général de 30% devrait être versée à la commune, soit 343 366 €. Le coût de revient HT estimé, à charge de la commune, hors déconstruction, devrait être de 740 982 €.

9

Un peu d’histoire : Le port Le Pouldu Laïta…
La Laïta, née de la confluence de l’Ellé et de l’Isole, à Quimperlé, vient se jeter dans la baie du Pouldu, après un parcours de 20 km. A son embouchure, elle sépare les deux départements Morbihan et Finistère et les communes de Guidel et Clohars-Carnoët. Jusque vers les années 20-25, l’estuaire ne subit aucune modification. La dune herbeuse se prolonge vers le Mât Pilote. Le Chenal est stable et assez profond pour permettre à des vapeurs de remonter jusqu’à Quimperlé. Bien sûr, une aide leur est nécessaire, celleci leur est fournie par les indications données par le sémaphoriste (marée, hauteur d’eau, courant). Il y a même 2 pilotes: Monsieur Emile JACOB et Alexandre GOULVEN qui connaissent parfaitement la rivière. Les premières dégradations apparaissent lorsque les Allemands construisent les palplanches, côté Guidel, en face de Saint-Julien. Le but est de prélever le sable pour la construction de la base sous-marine et aussi de canaliser le lit de la Laïta. Les conséquences se font vite ressentir. La dune régresse, le chenal se déplace et perturbe la navigation. Lors de la démolition de ces palplanches, les effets sont tout aussi malheureux. Actuellement, le chenal fluctue et ne permet pas une navigation sécurisante. La « barre » engendrée par ces bancs de sable est tout aussi dissuasive pour la navigation. En ce qui concerne les activités économiques, elles étaient diversifiées. La marée remontant jusqu’à Quimperlé permettait l’élevage des moules. Une quinzaine d’inscrits maritimes possédait une concession et l’exploitait pendant les mois d’hiver entre Le Pouldu et Saint-Germain. Ces concessions ont cessé d’exister dans les années 80. Les phénomènes de pollution rendant insalubres ces coquillages. Il existait aussi l’activité de pêche au saumon pratiquée de février à fin juillet. Une dizaine d’équipages de quatre marins qui déployaient une senne au passage des poissons avec parfois des résultats surprenants: jusqu’à 32 poissons. Ces sennes étaient ensuite parquées sur des civières et mises à sécher sur des perches parallèles, le long du Ster Laïta (côté grève). Cette pêche s’est arrêtée dans les années 80. Le dernier équipage fut celui de monsieur Julien BEAUSEJOUR qui fut

également patron de TOULFOËN, dernier sableur de la Laïta qui cessa toute activité fin des années 80.

La pêche à la sardine a également marqué la vie du port. Pendant 15 à 20 ans, Mr LE TENNIER père, l’a pratiquée de même que la pêche à la langoustine avec les SANS FAçON, STEREDENN LAÏTA, IDEAL et un équipage de marins du pays (années 50 à 70). De toutes ces activités, il ne reste plus rien, les mouillages anarchiques d’avant 1996 ont laissé place à une centaine de mouillages sur bouées haltères, pour la concession cloharsienne. Une centaine d’autres au port de Guidel Plage, et environ 240 au SIVU. Une activité a vu le jour, il s’agit de LAÏTACROISIERE qui, à bord de la SIRENE propose des remontées de la Laïta (QuimperléSaint-Maurice) et une navette entre les deux rives, activité uniquement estivale. Un pêcheur professionnel est encore en activité

10

et… Le port deDoëlan
Le port de Doëlan abrite actuellement quelques 320 navires embossés sur des chaînes traversières depuis le quai Sancéo jusqu’au Pont Du. En avant de celui-ci a été mis en place une ZMEL (Zone de Mouillage à Equipement Léger) qui permet d’accueillir une douzaine de bateaux bois en hivernage. A cet endroit, trois ruisseaux se déversent dans la Ria : le Goalinou, le Sénéchal et celui de Kerrien. La Ria ne représente qu’un abri relatif. Elle est protégée des vents dominants par le Môle de la Grande Vache (digue). Celui-ci présente actuellement quelques fissures inquiétantes et des travaux probablement assez coûteux vont être envisagés très rapidement. De même, quelques problèmes d’envasement ont été constatés. IL faudra peut-être opérer un dragage léger à la sortie de l’anse de Stervinou pour y refaire la souille (fosse creusée et draguée. Les derniers dragages datent de 1991). Des études bathymétriques ont pu être faites et la 2ème opération consistant à prélever et analyser les sédiments va être effectuée. L’entrée dans l’association, « Port d’intérêt Patrimonial » pourrait peut-être nous permettre de mieux résoudre quelques soucis d’entretien assez lourds. Jusqu’au début des années 60, la plaisance était encore balbutiante, l’activité pêche primait (sardines-maquereaux et crustacés). La vente des petits bateaux s’opérait Cale du Suroît, devant «Chez Marguerite». Une aire d’échouage existait dans l’anse de Stervinou, où les « pinasses » pouvaient caréner.

11

Un peu d’histoire : Le port de Doëlan
Voici quelques propos recueillis auprès de monsieur LARZUL : « En 1947, Paul LARZUL achète à Doëlan une petite usine, propriété de la Société Industrielle du Poisson venue pendant la guerre à Boulogne sur Mer. A Doëlan , il y avait des bateaux qui pêchaient la sardine, d’abord au filet droit, puis au filet tournant (ce dernier interdit à l’époque dans la baie de Douarnenez par mesure de respect de l’espèce : le filet droit ne capturait que la sardine dont la taille se maillait dans ce filet, tandis que le filet tournant ou senne capturait toutes les tailles de poisson, y compris les tout petits). Les bateaux se construisaient de plus en plus grands (pinasses) et possédaient des moteurs plus puissants. C’était l’époque pléthorique au point de vue pêche à la sardine. Les deux années record furent 1956 et 1962. Il y eut même des difficultés d’absorption du poisson, à tel point que la norme des captures était de 100 kilos par homme d’équipage. Paul LARZUL (père), faisant appel à des confrères « des terres », proposa aux pêcheurs qui le souhaitaient, un abonnement sans limitation de tonnage : il y avait même à l’époque deux pêches par jour pour les abonnés. Quant au prix, d’un commun accord, il avait été décidé qu’il serait la moyenne des prix pratiqués à Concarneau et Lorient. Tout fut absorbé. Un pêcheur bien connu vous confirmera qu’un jour, il livra à l’usine quatre tonnes de sardines, contre une tonne autorisée aux dissidents. Parallèlement à la sardine, au début de l’arrivée de Paul LARZUL à Doëlan , jusqu’après 1950, l’on mettait en boîte des anchois, des pironneaux et même des chinchards. En effet, à la fin de la guerre et quelques années après, c’était la disette, l’économie abîmée par les Allemands, n’avait pas pu démarrer. » Durant cette période, 27 sardiniers étaient basés à Doëlan avec chacun dix hommes d’équipage. La sardine faisait vivre 300 familles plus celles des employés d’usine. A cela, s’ajoutant de nombreux commerces (boulangeries, épiceries, cafés…). Un des derniers sardiniers « le Cavalier des Vagues » a cessé toute activité en 1976, patron A. LOZACHMEUR., le bateau a été vendu en 1978 en Algérie.

En conclusion, le monde de la pêche a été supplanté par celui de la plaisance mais avec toujours ce respect du plaisancier pour le pêcheur. La commune de Clohars-Carnoët possède un véritable joyau dans un écrin malheureusement très fragile.

12

SNSM : Bientôt une nouvelle vedette
Il est une association à Clohars qui est connu de tous, c’est la SNSM et son canot : le capitaine Cook, figure emblématique de Doëlan. Dévouement, bravoure et solidarité : c’est le sens de l’engagement des sauveteurs en mer depuis plus d’un siècle. La « société des hospitaliers sauveteurs bretons » fut créée en 1873. Son fondateur précisait « cette œuvre est à la fois une institution de sauvetage et de sauveteurs, et une société de bienfaisance, de moralisation et d’encouragement au bien». En 1967, elle fusionne avec « la Société Centrale de Sauvetage des Naufragés » pour devenir la Société Nationale de Sauvetage en Mer. Créée sous la forme d’une association loi 1901, la SNSM, dont la vocation première est de secourir bénévolement et gratuitement les vies humaines en danger en mer et sur les côtes, sera reconnue d’utilité publique en 1970. Pour mener à bien leurs missions, les Sauveteurs en Mer dépendent presque exclusivement de la générosité du public. Aujourd’hui, soutenir ceux qui protègent la vie des usagers de la mer, c’est donc contribuer à sauver des vies. Et les moyens d’agir sont multiples : le don bien sûr, mais également l’engagement bénévole, le mécénat, l’apport d’expertise, de matériel. Les Sauveteurs en Mer se sont fixés trois missions principales : sauvetage, formation, prévention. Vous pouvez retrouver ses bénévoles sur le port de Doëlan et lors de nombreuses manifestations. Profitezen pour leur apporter votre participation et devenir des Sauveteurs en Mer en soutenant l’action de l’association. L’équipage de Doëlan a fait cette année, 82 sorties en mer, dont notamment en début d’année une intervention pour participer au sauvetage des marins de l’Amandhelo qui a fait naufrage à la pointe de Beg an tour, mais également pour des dispersions de cendres et des exercices en mer. La bonne nouvelle en 2012, comme un cadeau de bonne année, c’est l’arrivée de la nouvelle vedette du nom de GMF PLAC’H DOLAN (la fille de Doëlan) qui se termine au chantier Sibiril Technologies. Une visite a été effectuée au chantier avec plusieurs membres de l’équipage et une autre est prévue fin janvier. Sur invitation de la station d’Erquy, les canotiers de Doëlan ont essayé sa sister schip et ils nous confirment les qualités marines et les moyens de sécurité dont elle dispose pour mener à bien leur mission de sauvetage. La nouvelle vedette devrait rejoindre son mouillage fin février.

L’autre bonne nouvelle c’est l’arrivée de deux nouvelles recrues : Philippe Gouyec, capitaine à la grande pêche aux Seychelles, habitant Moëlan. Erwan Le Moing, surveillant de port à Doëlan, ceci grâce à une convention signée avec la commune de Clohars. Celui-ci étant sur place tous les jours, le déclenchement des interventions qui impose un départ dans le 1/4 d’heure sera grandement facilité.

Bonne route à tout l’équipage et bienvenue à la nouvelle vedette et aux deux nouveaux canotiers ! 13

Economie : La Zone Artisanale de Keranna fait peau
Un dispositif de soutien à notre économie
La Commune a entrepris la requalification de sa zone d’activités de Keranna. Elle vise à intervenir sur la voirie, les éclairages, les cheminements piétons, la signalétique, les emplacements de parkings, l’écoulement des eaux pluviales, etc.… La requalification d’un site économique est une démarche d’amélioration globale qui suit des objectifs définis entre collectivité et les acteurs économiques qui s’y trouvent. Elle tient compte des spécificités du site et des projets économiques des entreprises. Durant deux ans celles-ci ont été consultées pour définir leurs attentes. Ce projet de rénovation de la zone s’inscrit dans un dispositif plus large appelé « Bretagne Qualiparc ». Ce label vise à développer l’attractivité économique des zones d’activités, mais aussi à en améliorer les aspects sociaux (services, accès, transports …) et environnementaux (réseaux d’eau et assainissement, déplacements doux, énergies, espaces verts…). La zone d’activité de Keranna est immédiatement visible en arrivant en ville. Pour une commune touristique comme la nôtre son traitement paysager revêt un enjeu tout particulier. Cette requalification tend donc à une amélioration de l’image de la ZA pour sa propre attractivité, mais également pour celle de la commune. La proximité avec le lotissement de Kerambellec rend aussi utiles tous ses aménagements : prochainement il sera possible de cheminer à pied, sans danger, du centre bourg à la zone d’activités. spécialisé. Seul l’engagement et la mobilisation de chacun dans ce projet peut faire que notre zone artisanale devienne durablement un site économique de qualité. Plusieurs réunions d’échanges avec les entrepreneurs ont permis d’élaborer un projet collectif où chacun a pu s’investir. Le calendrier des travaux a été communiqué lors de la dernière réunion le 7 novembre 2011. Celui-ci a pu prendre en compte la réalité de l’activité de chaque entreprise et la fin des travaux est prévue dernière quinzaine d’avril. Outre les aspects paysagers les demandes de parking poids lourds ont été, entre autre, satisfaites. Il est aussi apparu un besoin d’échanges pour dynamiser la zone artisanale. Cela se traduit aujourd’hui par des visites d’entreprises. C’est ainsi que Mr Kerhervé, le directeur de l’entreprise Agglomat a invité ses collègues à connaître son activité en décembre 2011. Une première initiative qui a déjà eu d’autres échos puisque plusieurs visites sont maintenant au programme. Des remarques qui en découleront pourront déboucher sur des initiatives à mettre en place par la suite. Avec cette requalification, un quartier prend vie.

Un état des lieux, des aides personnalisées et une nouvelle dynamique dans la zone
La phase de diagnostic, avec enquête auprès des professionnels, a mis en évidence la nécessité d’améliorer les espaces paysagers, la signalétique, la voirie et l’animation de la zone. La commune a pour champ d’action les espaces communaux et n’intervient uniquement que sur ceux-ci. Les entreprises sont quant à elles, invitées à réfléchir à une amélioration des espaces verts sur leur propre parcelle. La collectivité, aidée par la Région Bretagne, se propose de les accompagner par une étude et un conseil gratuits élaborés par un bureau d’étude

14

neuve !

Un projet reconnu et soutenu
Par sa qualité, cette réhabilitation, a pu prétendre à de nombreuses subventions. Notre premier partenaire a été le conseil général qui a sélectionné ce projet en le portant sur le contrat de territoire au titre de projet structurant pour l’économie intercommunale. Cela lui a garanti un taux de subvention de 27% pour les travaux (hors voirie), mais cela a surtout contribué à crédibiliser ce projet auprès de la région et de l’Etat. Ceux-ci ont également contribué à son financement. La communauté de communes, enfin, a également souhaité accompagner les communes qui s’engageaient dans les démarches de réhabilitation de leurs zones. Elle a donc logiquement attribué un fond de concours à cette réhabilitation. Au total final ce sont 470 550 € HT qui ont été débloqués sur un budget de 620 200 € HT, soit un taux d’aide de plus de 75 % !

Un site qui devraIT s’étendre dans le futur :
Dans le but d’accueillir de nouvelles entreprises, la précédente municipalité avait acquis 47 992 m2 en septembre 2006 de terrains afin d’étendre la zone (coût de l’opération 143 976 €). Malheureusement, cet aménagement ne verra pas le jour. L’inventaire des zones humides et la loi sur l’eau applicable dès 2008 rendent impossible l’utilisation de ces terrains. Le préfet ne l’autorise pas et les compensations prévues par la loi (création artificielle d’une nouvelle zone humide aux caractéristiques identiques sur une surface doublée) s’avèrent, après études, techniquement impossibles à mettre en œuvre. Aussi la volonté municipale est de permettre une extension de la zone sur des parcelles non humides qui jouxtent la zone. Elle sollicitera à cet effet la Communauté de communes pour une aide dans les prochaines années.

Quelques chiffres sur la zone de Keranna : > 26 entreprises > + de 260 emplois en 2009, > + de 300 en 2011, > 320 prévus en 2012. > Le secteur du Bâtiment avec 13 entreprises et 65 emplois. > L’usine Capitaine Cook emploie à elle seule environ 60% des salariés. > 3 entreprises ont un secteur d’activités en lien avec la plaisance. > Les services techniques municipaux sont le troisième employeur sur la zone

15

Questions au Président du Conseil des sages
Comment fonctionne le conseil des sages ? Combien de membres ?
Le conseil des sages qui a été mis en place par le conseil municipal n’a pas de structure juridique. Ses membres sont tous volontaires et bénévoles. Il n’y pas eu de critères de nomination. Les règles imposées étaient simples : être retraité, avoir plus de 60 ans, résider dans la commune et ne pas avoir de responsabilité au sein du bureau d’une association cloharsienne. Ah, et puis signer une charte qui a été discutée avec les élus.

des éléments intéressants pour le bien de la collectivité. Nous fonctionnons en commissions thématiques dans lesquelles les membres travaillent suivant leurs affinités avec les sujets proposés. Un rapporteur anime chaque commission et rend compte en réunion plénière. Combien de séances par an ? Le conseil des sages se réunit en séance plénière toutes les 4 à 6 semaines. En moyenne 9 à 11 fois par an. Quel est votre rôle au sein de ce conseil ? Le conseil des sages a élu en son sein un président, un secrétaire et deux vice-présidents. Mon rôle, en tant que président, est d’animer le conseil, de préparer, avec le secrétaire, les ordres du jour, de valider les comptes-rendus des réunions, de représenter le conseil et de contrôler l’avancement de nos actions. Nous fonctionnons de la même façon qu’une association loi 1901 sauf que c’est au Maire que nous rendons compte. Nous lui remettons chaque année notre rapport moral et d’activité. Quels sont les sujets qui animent et motivent le conseil des sages ? Au départ tous les sujets concernant la commune nous intéressent. Nous n’avons pas eu de directives ni d’interdit. Il est évident que nous ne nous

pouvons nous substituer au conseil municipal; cela a été notre problématique au début d’essayer de réfléchir sur des sujets d’intérêt général qui ne soient pas déjà dans la cour du conseil municipal et d’amener notre contribution. Nous avons créé 4 rubriques principales d’où déclinent les commissions : A-Aménagement de Clohars B-Relations intergénérationnelles C-Tourisme D-Développement durable. Les commissions créées à partir de ces rubriques fonctionnent. On en reparlera plus loin. Seule la rubrique «Tourisme» a été mise en sommeil, avant d’être abandonnée. Il nous manquait trop d’éléments, on interférait aussi trop sur la commission municipale, d’autant qu’à présent cela devient une compétence de la Cocopaq. En plus de ces activités, des membres du conseil des sages participent aux commissions mises en place par la municipalité : PLU, ZAC des Hauts du Sénéchal (nommé ainsi sur proposition de notre conseil), PADD, Médiathèque… Des travaux ou réflexions nous ont été demandés spécifiquement, par exemple le devenir de la Roche Percée, à Porsac’h, ou celui de l’Amer de Pencleu, originellement propriété des Phares et balises.

Dans cette charte les sages s’engagent à ne faire ni prosélytisme ni politique. Il faut savoir que les membres sont d’origines différentes : socioculturelle, professionnelle, obédience, âge, lieu de résidence dans la commune ... En 3 ans d’existence et de fonctionnement nous n’avons jamais eu à déplorer le moindre manquement à cette charte de bon sens. Par contre, malgré notre volonté, nous ne sommes pas parvenus à la parité entre les femmes et les hommes. Mais cela ne se décrète pas, nous sommes 14 membres, 6 femmes et 8 hommes. Le maximum fixé étant de 18 membres, on peut encore accueillir des volontaires. Nous vous attendons donc, n’est-ce pas Mesdames ! Le conseil des sages est purement consultatif, mais en son sein des réflexions s’organisent; elles amènent

Mr Christian Monnier, Président du Conseil des sages

16

Y a-t-il des axes de prédilections concernant les actions du conseil des sages ? Oui et cela dépend aussi des aspirations de chacun d’entre nous. Les actions concernant les relations intergénérationnelles représentent beaucoup de notre investissement, on voudrait pouvoir faire davantage; c’est un sujet important au sein de notre société avec beaucoup de problèmes sérieux qui n’ont pas trouvé de bonne solution, par manque de moyens ou de volonté réelle. Quels projets ont déjà pu être menés ? L’accompagnement des personnes isolées est un projet qui a nécessité beaucoup d’énergie et de temps. Mais à présent c’est l’association ASAPI, créée à cet effet, qui gère ce service et cela commence à bien fonctionner. Les demandes sont en augmentation et les conducteurs ont répondu présent. Le secrétariat de la mairie apporte son aide pour répondre aux appels. C’est un travail de longue haleine qui va encore durer un certain temps car la commune forte de ses 170 hameaux est très étendue. La collecte des déchets dépend de la Cocopaq mais les lieux de ramassage et l’environnement de ces points de collecte sont de la responsabilité de la commune. Le conseil des sages a tra-

vaillé avec l’adjointe en charge de ces problèmes. Nous avons donc fait réaliser des entourages de containers, déplacer certains d’entre eux, remplacer d’autres, installer des bacs jaunes là où ils faisaient défaut. On le fait dans la mesure du possible sans engager trop de frais, en ne perdant pas de vue que le département a engagé une réflexion globale sur la collecte et que tout peut être remis en cause dans 4 ou 5 ans. Quels projets sont en cours de réflexions ? Un projet important concerne le maintien des personnes âgées dans un environnement adapté. Ce peut être, par exemple un ensemble de foyers logements, individuels ou collectifs. Les sages réfléchissent à ce sujet dans le cadre de ce qui pourrait notamment être proposé au sein de la ZAC des Hauts de Sénéchal. Parmi eux quel est celui qui vous tient le plus à cœur ? Difficile à déterminer. Ce serait donner moins d’importance aux autres projets et les faire passer au second plan. Non, tous nous tiennent à cœur, et puis on cherche aussi des projets fédérateurs sur lesquels les sages pourraient donner toute leur valeur ajoutée, leur expérience…

Comment s’articule le travail du conseil des sages et l’action des élus ? Tout d’abord nous travaillons avec une élue, Marie-Hélène Le Bourvellec, qui suit le travail du conseil des sages, dans le cadre de sa délégation. Elle est le relais indispensable à notre fonctionnement. On travaille aussi avec d’autres élus, les adjoints en charge des différents dossiers, chez lesquels nous trouvons la meilleure écoute, là aussi indispensable. Ce que nous, les sages, déplorons parfois c’est que le temps de l’action municipale ne correspond pas toujours au nôtre. Nos propositions peuvent entraîner des dépenses, même si elles ne sont pas importantes. Donc il doit y avoir avis de la commission municipale, budget, puis proposition au conseil municipal. Ce sont là les règles de fonctionnement normales mais cela prend, évidemment, du temps. Et bien sûr Mr le Maire se tient au courant de nos travaux, reçoit nos comptes-rendus de réunions et répond à nos invitations, lorsque le besoin s’en fait sentir.

En conclusion ? Nous sommes un groupe qui fonctionne depuis bientôt trois ans. Je souhaite que d’autres sages nous rejoignent et viennent nous faire profiter de leur expérience. Il nous manque des personnes du milieu rural, éleveurs ou agriculteurs et des dames…

17

Projet éducatif Local : les étapes, les commissions
L’équipe municipale travaille depuis plusieurs mois à l’élaboration de son PROJET EDUCATIF LOCAL !
Explications : Qu’est-ce qu’un PEL ? Il s’agit d’un dispositif qui comprend des objectifs généraux vis-à-vis de l’enfant : > Intégrer l’enfant dans son environnement social, familial, dans sa ville, l’aider à construire son autonomie et à devenir citoyen avec l’intervention de l’école, des associations, et de la collectivité. > Il s’agit d’aménager, de coordonner, d‘articuler les rythmes des adultes avec celui des enfants. - Il est aussi un espace de rencontre entre les élus, les professionnels, parents et les bénévoles. Ce dispositif est municipal et accompagné par des partenaires tels que la Caf (Caisse d’Allocation Familiale) et la DDCS (Direction Départementale de la Cohésion Sociale) A quoi sert-il ? Un PEL sert à l’accueil des enfants et à l’aménagement de leur temps libre en vue de leur épanouissement et de leur bien être. Comment ça marche ? Le PEL de Kloar s’organise de la manière suivante : tableau ci-dessous
Comité de pilotage

Est-ce que je peux y participer ? Vous pouvez participer aux commissions, en vous y inscrivant auprès du Service éducation jeunesse. Vous pouvez aussi assister à la Réunion Annuelle du premier trimestre (2012), elle est ouverte à tous. Pour les commissions : 6 thèmes ont été validés. > « Aménagement du temps périscolaire » référent Morgane Fauque > « Jeu collectif musical » référent Christelle Bellec > « Charte de bonne conduite » référent Vincent Nicol * > « Environnement et développement durable » sera mis en place le 1er trimestre 2012 > « Jeu et parentalité » sera mis en place le 1er trimestre 2012 > « Arts Plastiques » Ultérieurement.

Propositions d’autres acteurs

travaux des commissions

travaux des services municipaux

Fiches actions

Comité de validation

* Dans le cadre du Plan Educatif Local, la commission « charte de bonne conduite », s’est réunie pour la seconde fois samedi 10 décembre. Après une phase de constitution, ce groupe de travail est entré dans le vif du sujet. Son objectif : mettre en place une charte servant à tous les organismes cloharsiens accueillant des jeunes. Le projet se met en place, le travail avance bien, l’échéance du forum des associations semble être un bon point de départ pour lancer la communication de cet outil.

Actions

enfants

encadrants

familles

18

Un cycle rugby très apprécié
is 2/CM1/CM2 des tro Les scolaires de CE une en partenariat m écoles de la com sports ont en dés de ice rv se avec le en suivant un cycle vé no in e né an e but d’ s’est conclu par un rugby. Ce dernier de Kerjoseph où nos e en rencontre au stad ont mis avec brio ns ie rs ha ut jeunes clo to és voirs accumul application les sa au long du cycle.

Téléthon 2011
Le Téléthon 2011 cloharsien a eu lieu le premier week-end de décembre. Un programme assez habituel avec différents tournois ou animations sportives (futsal, badminton, VTT, marche nordique, randonnée pédestre). Mais aussi un repas dansant, une brouette garnie, ont permis de compléter ces animations. Une brioche 36/37 était également mis en vente dans une des boulangerie du bourg. A noter le don de l’association « coup de cœur » qui est venu gonfler les recettes de l’organisation cloharsienne. Les associations organisatrices ont donc pu remettre un chèque de 1900 € à l’AFM.

Cérémonie du souvenir
Vendredi 11 novembre, les cérémonies du souvenir ont accueilli plus de 200 personnes, dont une cinquantaine d’élèves de l’école du bourg, accompagnés de leurs parents. Une douzaine d’enfants ont lu à tour de rôle des textes que les poilus avaient écrits à leur famille. Ils l’ont fait avec beaucoup d’engagement et de réussite. Cette très belle cérémonie a touché le public. Chacun, au travers ce brassage de générations a compris combien ces moments étaient importants pour honorer ceux qui ont souffert et qui sont morts pour notre pays. C’est une véritable leçon d’instruction civique qu’ont vécue les élèves : levée des couleurs, Marseillaise, rappel des valeurs de notre République, rencontre avec des anciens combattants. Il faut aussi remercier les enseignantes qui se sont impliquées pour cet évènement et qui ont su mobiliser leurs élèves.

19

Un nouveau lotissement au Pouldu
La Zone d’Aménagement Concertée de Kernevenaz au Pouldu a été créée par arrêté préfectoral en date du 3 mars 1971. Elle a fait l’objet de deux arrêtés modificatifs le 22 avril 1982 et le 16 janvier 1986. Ces terrains se situent au bout de la rue Anne de Bretagne sur les hauteurs de plateau. Après l’échec d’un premier compromis signé en 2007 avec la société NEGOCIM, un acte de vente a été signé avec l’OPAC pour la somme de 1 221 329,26 € TTC pour une surface de 56 838 m2. Ce projet comportera 65 logements individuels dont 12 seront dédiés à la location accession PSLA (Prêt Social Location Accession). Elle permettra d’offrir en frange littorale des terrains (en moyenne) inférieurs à 50 000 €. Cette opération qui se situe en continuité d’une urbanisation existante, permettra d’achever cette ZAC commencée depuis plusieurs décennies. Un des objectifs de cette opération est de permettre l’installation de résidents au Pouldu à l’année. Cela permettra de donner davantage de vie sur ce secteur. C’est pourquoi nous avons limité les résidents secondaires au tiers des lots. Les demandes de permis de construire et déclarations préalables du projet seront soumises aux avis ou accords des services d’état en charge des monuments historiques et des espaces protégés.

7 à vous en 2012
7 à vous ! La nouvelle programmation de la saison d’hiver 2012 AVEC et POUR vous ! Une nouvelle année culturelle commence à Kloar et c’est avec une nouvelle formule de programmation pour l’hiver 2012 que nous avons voulu accompagner vos soirées.

L’année dernière notre programmation intitulée : Vous avez rendez vous avec… avait donné l’occasion à quelques 800 personnes de venir assister à 9 spectacles sous le signe de la diversité et de la qualité. A une époque où les salles de spectacles ont du mal à se remplir, nous pouvons être satisfaits de la fréquentation régulière lors des événements que nous avons mis en place depuis le début de cette mandature. Cependant après avoir effectué un bilan concernant cette programmation hivernale, il nous a paru nécessaire de réfléchir à une nouvelle formule de programmation susceptible de répondre davantage aux attentes d’un plus grand nombre. Pour cela, nous avons rencontré diverses associations à vocation culturelle qui oeuvrent sur la commune. Cette rencontre a été le point de départ d’un travail de partenariat afin de concocter le programme 2012. A travers « 7 à vous », nous vous proposons une collection de 7 spectacles de janvier à juin 2012. Le leitmotiv de cette programmation est «diversité, qualité et accessibilité à tous», mais nous avons eu à cœur de travailler un partenariat avec les associations et le réseau Cocopaq afin de réunir nos compétences et nos moyens pour créer des rendez-vous originaux ensemble ou en complémentarité, plutôt que chacun de son côté. La saison a ainsi débuté le 21 décembre 2011 avec Bynocchio de Mergerac et s’est poursuivie le 21 janvier avec « 1 soirée 2 théâtres » concoctée avec l’association Raok évènements. Ambiance cabaret avec 2 pièces proposées autour d’un repas. En première partie, «La retraite de Lucie» par la troupe locale des «Débloqués du Fort» nous a embarqués dans l’univers des brèves de comptoir. Après le dîner préparé par les bénévoles de l’association, le magnifique récit-jazz « Novecento Pianiste » nous a fait poursuivre un beau voyage. Une très belle soirée qui a affiché complet !

20

A suivre dans la saison d’autres évènements de ce type : Le 24 février c’est dans le cadre du projet « Guitares » proposé par le réseau des écoles de musiques de la Cocopaq que nous aurons l’honneur de recevoir à la salle des fêtes le guitariste de renommée internationale Roberto AUSSEL. Il saura vous séduire par sa sonorité chaleureuse et son jeu déterminé. Le 24 mars nous avons invité deux professeurs bien connus des élèves de danse et de musiques de nos associations cloharsiennes à venir nous enchanter par leur « Contes Tziganes ». Jean-François Michaud, un ex-danseur (devenu professeur) se met à raconter des histoires, accompagné d’un accordéoniste, YannFanch Perroches.

Quatre contes où l’on découvre les richesses de la culture des Roms, des Hongrois, des gens de l’Est… Où l’on voyage dans la forêt, sur la lune, dans le palais d’un grand Roi… Où le corps, au service du texte, a toute sa place dans les mots et les mots dans la musique. Le 6 avril nous vous donnons rendez-vous pour un concert très jazzy, avec l’étoile montante du blues, le duo « Bobby and Sue ». Ce duo guitare/piano-voix s’est fait remarqué l’été dernier au Festival Jazz à Vannes, en y remportant le ler prix du tremplin national blues. Le 26 Mai, l’Apéro-Opéra nous conduira hors les murs à la chapelle St Jacques. C’est la pétillante Alix Leparoux, qui fera vibrer ce repas d’Opéra tout en voix !

Enfin et toujours dans le Parc St Jacques, notre saison s’achèvera en beauté et en partage le 8 juin avec un projet mené avec les établissements scolaires de la commune : Danse ! Il va vous faire découvrir la performance des enfants qui auront été accompagnés par la compagnie Pied en sol durant un trimestre. Le spectacle « Les ramoneurs » permettra de découvrir ensuite les artistes sur scène. Un bel exemple de partenariat entre les écoles, les services éducation, culturel et sport de la mairie, tel que nous souhaitons orienter nos actions de médiation culturelle en mettant l’accent ici sur la danse. Voici donc comment se décline votre saison «7 à vous ». Nous l’avons imaginée comme une collection de spectacles en partenariat avec un réseau local afin de tenter de répondre au mieux à vos attentes… Nous espérons donc vous y voir nombreux ! Un grand merci aux partenaires embarqués avec nous dans ce «set» : les associations Raok Evénements, le cercle celtique Korollerien Laeta, l’association de musiques traditionnelles, Pointes et Jazz, les écoles de Kloar et le réseau des écoles de musiques de la Cocopaq. Merci au Conseil Général également pour son soutien. Retrouvez régulièrement la programmation de ces spectacles dans les nouveaux dépliants/affiches « 7 à vous » disponibles dans les commerces et services municipaux.

21

Médiathèque : le projet avance à grands pas !

Voici un point sur les avancées du projet et quelques précisions sur les rôles et missions de chacun : Le suivi du projet est réalisé par le maître d’ouvrage, c’est à dire le Maire, les adjoints et conseillers, secondés par les services techniques et la responsable de projet. Les architectes, Messieurs Lamour et Rosellier et les 17 entreprises choisies en décembre 2011 sont les maîtres d’œuvres chargés d’exécuter le projet. L’équipe salariée de la médiathèque est constituée actuellement de : Florence Brulay qui assure le suivi du projet administratif et technique et travaille avec les élus, les architectes et services techniques. Elle effectue également les recherches, la sélection et les achats de livres, CD et DVD. Elle participe au réseau des 16 bibliothèques de la Cocopaq et en 2013 assurera la direction de l’établissement. Marianne Péron quant à elle, participe aux achats, à la saisie et à l’équipement des documents. Elle suit le projet Cocopaq : «Dis-moi ton livre» et prendra en charge la gestion de l’accueil et du secteur jeunesse. Le recrutement d’un adjoint du patrimoine est à prévoir en cette fin d’année pour préparer le secteur multimédia, image et son. 6 bénévoles motivées et efficaces ont été formées à la couverture des livres afin d’aider l’équipe en place 4 après-midi par semaine.

22

(
o au log Nouve

Le nouveau logo : Créé par le service Communication, avalisé par les élus, il synthétise les origines du bâtiment avec un clin d’œil aux fonctions occupées par R. Badinter, sans oublier l’ouverture à une mixité intergénérationnelle.

)

En attendant ses locaux définitifs, l’équipe travaille au second étage de la Mairie. Les Services Techniques sont aussi mis à contribution pour le stockage des cartons de livres prêts à être mis en rayons. Dès l’ouverture vous pourrez trouver dans les rayonnages : > 15 000 livres > 1000 DVD > 1500 CD > 40 abonnements prévus de magazines et journaux Les services dématérialisés, comme la musique en ligne ou les liseuses, sont en cours de définition.

Les bibliothèques de la Cocopaq se sont pliée en 16 pour vous donner accès à son portail, nommé Matilin ! Matilin emprunte son nom au célèbre sonneur de bombarde Matilin an dall (Mathurin l’Aveugle), né à Quimperlé à la fin du XVIIIème siècle. Artiste itinérant, aveugle et virtuose, il a connu un destin exceptionnel et est emblématique du pays de Quimperlé. Fenêtre ouverte sur l’actualité des bibliothèques, le portail Matilin se veut pratique et foisonnant de propositions culturelles. Ce portail est aussi un catalogue commun de plus de 200 000 documents de tous supports (imprimés, CD, DVD…). Il permet de faire des recherches documentaires sur l’ensemble des bibliothèques de la Cocopaq, de consulter votre compte lecteur, sélectionner, donner votre avis, prolonger et faire vos réservations.

RDV sur www.matilin.cocopaq.com

23

La Canamelle : un nouveau restaurant gourmand…

Depuis le début de l’année, une nouvelle table a pris ses quartiers dans l’ancien restaurant « Les Dimanches » situé au rond point de Langlazic. « Canamelle », c’est son nom. Il signifiait canne à sucre, au 18ème siècle. Le propriétaire, Stéphane Pinard n’est pas un inconnu dans notre région. Il est également propriétaire du café « Le retour du pêcheur » à Merrien.

Ce projet, il l’a longuement mûri et a largement retroussé ses manches pour rénover, de fond en comble, cet établissement. La décoration a été entièrement repensée. L’agencement a été très largement modifié puisque même la cuisine a changé de place ! Une grande partie du mobilier a également été choisie par Mr Pinard au fur et à mesure des opportunités d’achats en brocante. Le résultat est plutôt probant : la salle est chaleureuse et les tons pastels des murs lui donnent une impression de douceur. Cerise sur le gâteau, une large cheminée en pierre trône au centre. Dès l’arrivée des premiers froids, une flambée vient réchauffer l’atmosphère.

Côté cuisine, deux cuistots sont aux fourneaux. Le chef, Monsieur Gremont, a travaillé dans différents restaurants d’Angers, du Mans et de Deauville. Il est assisté par Christian Guillevic et au service Olivier Cotonnec. Cette «  équipage » est la fierté de Mr Pinard qui se réjouit de l’ambiance de connivence et de bonne humeur qui s’est établie au sein de son équipe… La Canamelle propose un concept de restaurant complémentaire à ceux qui existent actuellement sur la commune. C’est un mélange de bistrot et de restaurant de cuisine traditionnelle. On appelle cela la bistronomie ! Le lundi, on trouve par exemple la célèbre tête de veau.

A la « Canamelle », les produits frais sont toujours une priorité. Chaque jour, différents plats du jour viennent compléter les menus (respectivement à 15 € et 28 €). Les plages d’ouverture sont très larges. On peut déjeuner tous les midis de la semaine et 4 soirs par semaine. Le restaurant est ouvert toute l’année et accueille la clientèle jusqu’à 22 heures. Les clients sont, à ce jour, essentiellement des locaux. Cet été, les premiers touristes, ont, aussi, poussé la porte de l’établissement. Leurs excellents commentaires sur le Net ont déjà permis de grossir une clientèle conquise. Le patron se donne encore deux ans pour installer son affaire dans le paysage cloharsien. Un temps qui pourrait bien se voir raccourci au vu de la qualité de cet établissement….

24

Violences conjugales ou familiales
Victimes de violences conjugales ou familiales, violences physiques ou morales, l’association « L’ABRICOTIER Urgences Femmes» peut vous aider. > En vous proposant un hébergement d’urgence pour vous et vos enfants. > En vous apportant un soutien moral. > En vous aidant dans vos démarches : médecin, avocat, commissariat. Si vous décidez de quitter le domicile conjugal : - Prenez avec vous carte d’identité, carnet de chèques, carte vitale, livret de famille et le numéro d’allocations familiales. - Déposez plainte au commissariat ou à la gendarmerie. - Si vous ne souhaitez pas porter plainte, il faut quand même passer au commissariat (main courante) ou à la gendarmerie (procès-verbal). Vous aurez alors le droit de vous réfugier chez des amis, dans la famille, à l’hôtel, en emmenant vos enfants mineurs. Contacts : Pays de Quimperlé 06 34 62 20 50 Hébergement d’urgence 115 Gendarmerie Pont-Aven Moëlan 02 98 06 07 28 CIDF (Centre d’Information des Droits des Femmes) 02 98 95 10 02 Agora Justice 02 98 52 08 68 Permanence à Quimperlé : 1er lundi du mois de 10h30 à 11h30 PAD (Point d’Accès aux Droits) : 4 rue Ellé

Service
UNE AGENCE POSTALE TOUTE L’ANNéE AU POULDU ! Elle se situe près de la plage de Bellangenêt, n’est pas très visible de la rue mais elle est bien là, dans le petit centre commercial de l’astrolabe et elle est ouverte toute l’année pour vous rendre service ! Mme Carine FURIC y assure l’affranchissement du courrier et des colis. Le départ est garanti jusqu’à 12h00 toute l’année. Les petites opérations pour la banque postale y sont également possible. Les sacs jaunes pour le tri sélectif sont à votre disposition. Vous pouvez en pousser la porte : En période hivernale : de 9h00 à 12h00 du lundi au vendredi En période estivale : de 9h00 à 14h00 du lundi au vendredi et le samedi de 10h00 à 12h00

Information aux familles
La commission jeunesse et sport de la Cocopaq et la commune de Clohars-Carnoët ont décidé le transfert de L’ALSH des mercredis vers l’ALSH des Petites Salles à Moëlan-sur-Mer. Depuis le 4 janvier 2012, l’ALSH de Clohars-Carnoët est donc transféré à l’ALSH de Moëlan-sur-Mer. Un service de garderie et navette est mis en place de 7h30 à 8h45 le matin. La navette est de retour à 17h15 le soir sur CLOHARS-CARNOET (sans garderie). Rappel  : garderie le soir sur l’ALSH des Petites Salles Moëlan-surMer jusqu’à 19h00.

Flasher ce code pour entrer en connexion avec le site internet de la ville de Clohars-Carnoët

25

Tribune libre
TRIBUNE LIBRE … politique lointaine ! Le rôle des Elus est d’agir dans l’intérêt de leurs concitoyens en gardant une certaine distance vis-à-vis de la politique nationale. C’est notre conception de la gestion locale. Ce n’est malheureusement pas toujours la situation rencontrée depuis le début de mandat ! Parfois, l’idéologie tend à déformer les réalités, et c’est être complice que de ne pas réagir et donc d’admettre les faits. La dernière tribune de la majorité municipale n’a de cesse que d’opposer les collectivités qui seraient parées de toutes les vertus, à l’Etat, en le présentant comme un adversaire. Ce discours fallacieux et irresponsable, s’assimile à un tract de politique nationale du Parti Socialiste financé sur les deniers des Cloharsiens. MEDIATHEQUE … Robert-Badinter ? Cette appellation n’est pas pertinente, car elle suggère que la commune ne compte pas en son sein des hommes et des femmes dignes d’attacher leur nom à un tel établissement. Avoir passé quelques jours à Doëlan, est-ce suffisant pour se voir ainsi honoré ? A priori non, quels que soient par ailleurs les mérites de cet homme dont l’action n’est pas emblématique de la vie culturelle Cloharsienne. Le fait d’avoir négligé cette occasion de choisir un enfant de Clohars dont la vie a été consacrée, par exemple, à l’Education et à la Culture, aux recherches sur l’Histoire locale, aux initiatives pour mettre en valeur le patrimoine de notre commune, démontre une fois encore l’esprit partisan du Maire. Repas de NOEL … des Elus : A l’heure où l’Etat réduit son train de vie, notre commune devrait se poser la question des économies à réaliser. C’est « la règle d’or » que nous voudrions voir appliquer, mais nous sommes loin du compte. C’est la raison pour laquelle nous avons décliné l’invitation faite pour la première fois aux Elus, au repas de Noël du personnel communal ! L’OPAC … et, … résidences secondaires… sociales ! « Aux larmes…Cloharsiens » ! le PS titrait ainsi en 2008 que notre commune ne sera plus bientôt qu’une immense succession de lotissements sans âme ! Le lotissement de Kérambellec à peine sorti de terre, une ZAC loin d’avoir posé sa première pierre, …voici un nouveau projet pour vocation à privilégier l’installation de résidents à titre principal et de « résidences secondaires sociales » ! … Dans la conjoncture actuelle ne serait-il pas raisonnable de préserver notre bas de laine plutôt que de brader Kernévénas ? Souhaitons que le produit de cette vente soit affecté au désendettement et non au financement de « nouveaux projets » aggravant la dérive de notre dépense. Une OPPOSITION … à quoi ça sert ? Dans notre commune où le PS contrôle l’ensemble des fonctions et des activités, avec 4 Elus, notre groupe assure seul un rôle de sentinelle pour veiller au respect des règles démocratiques. C’est ce que nous faisons sur certains dossiers et il n’est pas inutile de rappeler que nous votons plus des 2/3 des délibérations. Nous voudrions être une force de proposition, mais pour cela il faut une information transparente et une volonté d’ouverture… Hélas, c’est loin d’être le cas ; et « Comme disait ma grand-mère, quand il y a du flou, y’a un loup » (c’est ce qu’indiquait Martine Aubry). FRAIS de PERSONNEL … une fin en soi ! Le 13 avril, le Maire indiquait que « sa prévision n’augmentait pas entre 2010 et 2011 et que l’augmentation de la précédente mandature était de 49% ». Après maintes réclamations, il vient d’accepter, enfin, que l’on ne compare pas une année avec une mandature de 7 ans. Par ailleurs, cette prévision 2011 était de 13% supérieure à la dépense réelle de 2010 et que dans le même temps la commune a perdu de nombreuses compétences tout en ne réduisant pas ses dépenses ; l’effectif vient de passer de 1 à 4 cadres! Nous vous souhaitons à tous une bonne et heureuse Année 2012 ! Vos Elus sont à votre écoute, n’hésitez pas à les contacter : Catherine Trévarin, Françoise Robino (06 79 21 91 55), Jeannine Stephan, Francis Jégou (06 88 78 78 54) Emplois créés Considérant les emplois d’agents municipaux créés dans notre commune depuis 2008, des Cloharsiens nous ont dit s’interroger sur le nombre et le bien-fondé de ces embauches. Par souci d’honnêteté, afin aussi de conforter notre propre jugement nous avons consulté en mairie les tableaux des effectifs et par ailleurs nous avons chercher à identifier les informations qui peuvent contribuer à donner toute impression de dérive si mal venue dans cette période de crise pour les contribuables que nous sommes : - A chaque promotion de personnel communal, on parle de création de poste alors que le poste créé annule et remplace en général un poste de niveau inférieur. - D’accord pour, la restructuration des services en trois pôles (Technique, Administratif, Culture & Sports) qui nous a été soumise et l’abandon de l’ancienne structure pyramidale inadaptée qui gérait la totalité du personnel communal, ce sont 3 embauches qui ont été réalisées. Les promotions internes auxquelles nous sommes favorables ne suffisaient pas apparemment. A ces 3 embauches, nous devons en rajouter 3 autres, conséquence vraisemblable de la décision de la majorité d’appliquer son programme en dotant la commune de nouveaux services à la population (communication, culture, médiathèque). A chacun d’apprécier l’opportunité de ces embauches… Ayant en charge la gestion de la commune il nous a semblé qu’il appartenait à Mr le Maire de répondre par exemple dans un prochain bulletin municipal aux personnes préoccupées par ce sujet. Rendons à César ce qui est à César ! Pour 2012, notre groupe vous souhaitent ainsi qu’à votre famille, bonheur, santé et prospérité. Les Elus de CLOHARS POUR TOUS

Les collectivités ne sont pas responsables de la dette La France connait une crise sans précédent liée à une dette publique colossale et un déficit budgétaire récurent. En 5 ans la dette n’a cessé d’enfler et est passée de 1200 milliards à 1700 milliards... En 2012 l’Etat devra emprunter 182 milliards pour son budget, non pas pour réaliser des investissements (qui ne représentent que 17,5 milliards d’euros) mais pour assurer le remboursement du capital de sa dette à hauteur de 100,2 milliards d’euros et pour financer une partie de son déficit de fonctionnement (63,2 Milliard d’euros). Une chose est certaine, la dette finit toujours par se payer et il n’est pas acceptable de laisser les générations futures supporter l’addition. Pour autant il est anormal de vouloir faire payer une partie de ces déficits aux communes en baissant leurs dotations chaque année un peu plus alors même que la vie augmente. L’Etat serait bien inspiré de regarder ce que font les collectivités territoriales depuis toujours : l’emprunt -c’est à dire l’endettement- est réservé à l’investissement lorsque l’Etat, lui emprunte pour financer ses dépenses courantes. L’Etat devrait s’en inspirer au lieu de donner des leçons qu’il ne s’est jamais appliqué à luimême et de pénaliser les collectivités dont les comptes sont, eux, dans le vert ! Groupe de la majorité Kloar 2008, Un nouvel horizon

26

Association : CloharZen

L’association, née en janvier 2002 à l’initiative de Sophie Cosmao, ancienne Cloharsienne, organise des cours de sophrologie-relaxation animés tout d’abord par Marie-Reine Godinec, Relaxologue et Thérapeute et depuis septembre 2004 par Irène Gitenet, Sophro-Relaxologue et Thérapeute. Qu’est-ce que la sophrologie ? La sophrologie utilise des techniques psychocorporelles qui visent à atteindre l’harmonie physique et mentale, à développer son potentiel et sa créativité. Quelles sont les activités de l’association ? Des « séances hebdomadaires » de sophrologie en groupe d’adultes ont lieu à la maison des associations de Saint Jacques. Chaque séance est structurée en trois phases : une relaxation dynamique (un état induit à partir de la respiration et de mouvements particuliers), ensuite une période de guidance puis un temps de dialogue. Des « modules d’ateliers », ouverts à tous, sont également organisés afin d’approfondir certains thèmes tels que la Psychogénéalogie, la Gestion des Emotions, la Communication Non Violente (CNV) ou la Gestion du Stress. Une « conférence à thème » annuelle est proposée à tous. Et, depuis la rentrée, Irène Gitenet anime aussi des séances de « méditation » ouvertes aux plus expérimentés.

Quel est le programme de cette journée ? Durant l’année 2011, l’association a participé et reçu un prix aux « trophées de la vie locale » organisés par le Crédit Agricole. Ainsi, grâce également au soutien des commerçants locaux, une tombola a pu être organisée pour financer cette fête. Le dimanche 11 mars 2012, de 10 h à 17 h, l’association proposera des animations pour enfants et adultes, sous forme de parcours autour des cinq sens : la vue, le toucher, l’ouïe, l’odorat et le goût. « Notre souhait est de retrouver tous les membres des bureaux successifs ainsi que tous les adhérents qui ont permis à CloharZen d’exister et de se pérenniser, mais aussi de faire découvrir notre activité à toutes les personnes sensibles à cette dynamique de mieux être. C’est pourquoi, nous vous attendons nombreux, pour ce rendez-vous gratuit. »

A l’occasion de son 10ème anniversaire, l’association CloharZen vous donne rendez-vous le dimanche 11 mars 2012 de 10h à 17h à la salle des fêtes !
27

Agenda de Février à mars 2012
05 février : Fête du panier - Dre ar vinojenn - Salle des fêtes 11 février : Dîner dansant - ABC - Salle des fêtes 18 février : Repas dansant - USC - Salle des fêtes 21 février : Collecte de sang - Sang% - Salle des fêtes 24 février : Récital, Roberto Aussel - Salle des fêtes 04 mars : Bal masqué - Ecole St Maudet - Salle des fêtes 10-11 mars : Bal masqué - Ecole St Maudet - Salle des fêtes 17 mars : Jumelage Irlande - Saint Patrick - Salle des fêtes 24 mars : Contes Tziganes - Salle des fêtes 30 mars : LAMA 31 mars : Repas à emporter- Ecole Notre Dame de la Garde

Etat civil
Octobre - Novembre - Décembre 2011
Bienvenue aux nouveaux petits Cloharsiens, félicitations aux parents de Manon GUéNIER, Taïni PEUREUX, Ethan DEVAUCELLE, Louane PIGEAU, Johanne SALESSY, Elisa SOHIER et Thaïs QUERANT Ils nous ont quittés. La ville présente ses condoléances aux familles de Clémentine AUDREN veuve TANGUY, François GUYOMAR, Yvette BRARD veuve LEBRETON, Yannick AUDRAN, Germain CUTULIC, Marie-Thérèse DARCEL épouse NICOL, Joseph AUDREN, Bernard BREGARDIS, Yannick POULIQUENEVANNO, Maryse POUZOULLIC, Désiré TANGUY, Yvette CRENN épouse PERON, Pierre SCOAZEC, Henri TROMEUR, Roland GALLI, PATRY Alain, Hélène QUINTREC veuve L’HYVER. Pas de mariage

Si vous souhaitez faire passer une information dans le journal municipal, contactez Laëtitia Villemin en mairie.
Téléphone : 02 98 71 53 90 - Fax : 02 98 71 59 83 Internet : http://www.clohars-carnoet.fr - E-mail : mairie@clohars-carnoet.fr

Centres d'intérêt liés