Vous êtes sur la page 1sur 44

Automne 2009

N°6

Journal municipal

> éducation > Capitaine Cook > Les Rias 2009 > La salle des fêtes >…

Mairie de Clohars-Carnoët Ti-kêr Kloar-Karnoed

édito
L’heure des choix….
Dix-huit mois, c’est le temps qui nous sépare de l’élection municipale de 2008. Nous sommes déjà à la croisée des chemins. Si des réalisations ont vu le jour, il reste de gros dossiers qui vont devoir être réglés. Ils sont au nombre de quatre. Ils figuraient, dans ce que nous appelions les dossiers phares de début de mandature. 1 ) La station d’épuration. Après le temps des débats et des démarches officielles, il va falloir définitivement arrêter le choix du site. Si nous obtenons la dérogation ministérielle demandée, cette construction se fera hors agglomération. Dans le cas contraire, il nous faudra respecter à la lettre, la loi littoral et construire la station à Kerzellec, préféré à Keranna, notamment pour des raisons de coûts. 2) Le PADD, Plan d’Aménagement et de Développement Durable. Il fixera les priorités de notre PLU et de la future ZAC. Le diagnostic, pratiquement terminé, a recensé l’état des lieux et des besoins. Il va falloir arrêter maintenant les changements que nous voulons induire (projet). Ce futur règlement, véritable boussole pour organiser et maîtriser notre urbanisme, nous permettra de définir les critères d’aménagement de notre commune. 3 ) La caserne des pompiers. Nos ‘‘soldats du feu’’ n’ont pas les équipements nécessaires pour accomplir leurs missions dans de bonnes conditions. Le refus d’un propriétaire de vendre le terrain initialement retenu, nous amène à devoir choisir entre la voie de l’expropriation ou une nouvelle construction sur le site existant. L’étude économique et la consultation des pompiers eux-mêmes permettront de valider le meilleur des scénarios. 4 ) L’ancienne conserverie de Doëlan Véritable joyau de la commune, Doëlan doit conserver son âme et ses visuels. Nous avons mis un point final au projet spéculatif de résidences para-hôtelières qui aurait dénaturé le port. Les élus de la majorité et ceux du groupe Clohars Pour Tous ont voté un projet ambitieux pour relancer l’activité économique et touristique sur ce site. Les négociations vont pouvoir reprendre directement avec le vendeur afin d’arriver à un compromis. La feuille de route est là. Les choix nous attendent. L’avenir de notre commune se trace aujourd’hui. Jacques JULOUX, Maire.

An eur an dibadou Tri c’hwec’h vloaz so eo bet ar mouejoù ar barrez. Emaomp dija er c’hoejoù hent e giz ve lavaret. Ma zo graet traoù, chom a ra c’hoaz teuliadoù pouezus da ober. Pevar a zo, hag e giz lavaremp e penn kentañ ar respet teuliadoù dreist int. Purlec’h an dour Goude mare ar breujoù hag an emglevoù ofisial, eo pred bremañ dibab da vat an dachenn. Ma vo possubl da gaout an dirojans ministrel, ar saverez a vo graet maez avorc’h. Heñdall vo red zenti da lezenn aod ha sevel ar stassion ba Kerzelleg Kentoc’h ent Ker Anna peogwir emañ Keroc’h. An tres Kempenn ha Diorren Padus Lakaat a raio da gentan-wellan pez a sell eus ar PLU hag ar ZAC. An diouganadenn peuzechuet a gemer kont eus pez a zo afer. Red es bremañ divizout pez a vo da chañch (raktresoù). Ar reolennoù nevez se a zikouro an dilennidi da vestroniañ evit brassaat ha fichaat ar barrez. Kazarn ar bomperien An avezdurioù ar bomperien n’int ket mat anezo vit ober o micher zikour. Peoguir ne fell ket da berc’henn gwerzout e zouar, ret a vo choaj etre an diberc’henna peñ ar savadur nevez e kichenn ar c’hazarn. Goude ar studi ekonomikel hag an avis ar bomperien a vo possubl da ziviz ar gwellañ dra da ober. Ar fritur goz Doëlan Bizaoud Kaer ar barrez, red eo Kendalc’h ene Doelan. Echuet eo breman gant ar raktres bras otel hag a oa prest da zinaturiñ ar porz. Darn vrassan ar c’huzulerien o deus votet ur raktres pouezus evit ul lusk nevez. da vuhez douristel hag ekonomikel da lec’h se. Prest eo an atroperezioù da vont war raok gant ar gwerzer evit Kavout un tamm emglev. Setu ar follenn hent. Red a vo dibab. An dazont ar barrez a zo treset hirioù Jacques JULOUX, Maer.

Kloar Infos est édité à 3300 exemplaires Directeur de publication : Jacques Juloux Comité de rédaction Jacques Juloux, Nathalie Mahoïc, Patrice Lorent, Isabelle Pivert, Claude Couderc, Kristell Morice, Laëtitia Villemin. Crédit photographique : Laëtitia Villemin
(sauf mention contraire)

Conception : Service Communication de la mairie - Imprimé par IBB

2

Brèves de Conseils
Nautisme : Le conseil a approuvé la nouvelle compétence communautaire concernant « la construction et l’aménagement d’équipements d’intérêt communautaire liés au développement de l’activité nautique scolaire primaire ». A ce titre, quatre équipements seront financés à 80% par la Cocopaq.. Quatre bases sont concernées dont 2 à Kloar : Le centre nautique du Pouldu et le club de surf du Kérou. Création d’une nouvelle ligne de mouillage au port Pouldu Laïta : Une nouvelle ligne de mouillage permettra d’amarrer 3 bateaux supplémentaires à Posmoric’h. Situés à proximité du rivage, ces mouillages seront prioritairement attribués à des personnes à mobilité réduite. Formation mutualisée du personnel communal : Le Conseil a autorisé le Maire à signer une convention de partenariat avec la COCOPAQ pour l’organisation de formations mutualisées pour le personnel. Ce partenariat a vocation à regrouper les formations des communes volontaires sur une logique de proximité géographique et de rationalisation des coûts. PLU : Le conseil a décidé de faire réaliser un diagnostic agricole dans le cadre de la réflexion sur le PLU. L’agriculture constitue une activité économique majeure à Kloar. Cette étude a été confiée à la chambre d’agriculture. Il s’agit de recueillir des informations sur les exploitations et faire un inventaire du bâti, de faire un repérage du bocage ayant un intérêt paysager ou écologique, de réaliser une cartographie de l’organisation parcellaire de l’espace agricole, de faire une analyse des déplacements agricoles sur la commune et d’estimer les perspectives d’évolution de l’agriculture à Kloar. Redevance portuaire : Au vu des travaux d’investissement prévus pour l’amélioration des équipements liés aux activités portuaires, le conseil municipal a décidé d’instaurer une redevance de transports des passagers : Billets passagers GROIX-DOELAN : 1€, Pêche-promenade : 0,50 €, Navette Pouldu-Guidel : 0,10€, Location de bateau : 1€ par passager et par jour. Conseil «économie partagée» : Le conseil a adhéré au dispositif « Conseil Economie partagée » proposé par le Pays de Cornouaille. La cotisation est fixée à 0,50 € par habitant. Cette prestation vise à aider la commune à réaliser des économies d’énergie et d’eau grâce à un pré-diagnostic, des analyses détaillées, des visites ciblées de bâtiments, un suivi périodique des consommations, la formation du personnel, le conseil aux élus et techniciens… Ancienne conserverie du Capitaine Cook : Le conseil a établi un cahier des charges définissant les principes de réaménagement du site de l’ancienne conserverie de Doëlan. Le nouveau projet devra permettre l’installation d’un restaurant complété par un espace polyvalent destiné à accueillir des activités économiques (commerciales, culturelles, nautiques). Il devra être accessible librement aux promeneurs et respecter les volumes des façades actuelles. Affaire Abiven : Après s’être assuré qu’il n’avait pas d’autre choix que d’appliquer la décision de justice, le conseil municipal a voté la révision du POS. La commune a ensuite fait appel à l’arbitrage du Préfet pour ne pas valider cette révision. Le POS parait entaché d’illégalité car non conforme au SCOT. Le conseil a également évoqué des problèmes de sécurité maritime et a dégagé sa responsabilité en cas de catastrophe. Audit financier : Le maire a été autorisé à commander un audit financier auprès du cabinet Ressources Consultant Finances pour un montant de 10 500 € HT (13049,56 € TTC) pour le budget principal et de 2625 € HT (3303,35 € TTC) pour le budget assainissement. Cet audit doit établir les scénarii d’investissements réalisables sur la durée du mandat et examiner la possibilité de dégager de nouvelles recettes. Il doit aussi permettre d’avoir un bilan précis sur l’état d’endettement des budgets consolidés. Recrutement du personnel : Le conseil a autorisé le Maire à créer un emploi à temps complet de responsable des finances, des marchés publics et du pôle administratif. Cet emploi, déjà inscrit au budget, a été préconisé par le centre de gestion de la fonction territoriale du Finistère, suite à l’audit du personnel qui a été réalisé. Un emploi aidé à 80%, dit emploi passerelle, a été également mis en place au restaurant scolaire. Etude Qualiparc : Afin de réaliser la réhabilitation de la zone artisanale de Keranna, la commune a choisi de souscrire au plan Qualiparc initié par le Conseil Régional. La réalisation des études est confiée au cabinet ADEPE pour un montant de 9850 € HT (11 780,6 € TTC) dont 60% pris en charge par la région et le conseil général.

Pages 4/5/6/7 : éducation, une rentrée pleine… Pages 8/9/10/11 : PLU Pages 12/13 : Questions à…/ Gros plan Pages 14/15 : Développement durable Pages 16/17 : Bourses Permis / Factures / Forum 2009 Pages 18/19 : Sports / Bilan saison touristique Pages 20/21 : Un Audit général Pages 22/23 : Un été avec Le Balafenn Pages 24/25 : Saint Jacques

Pages 26/27 : La salle des fêtes rénovée Pages 28/29 : STEP / Caserne / Gendarmes Pages 30/31 : Capitaine Cook Pages 32/33 : Réunions de quartiers Pages 34/35 : Soirée Garages / Les ports Pages 36/37 : Les Rias 2009 Pages 38/39 : La culture & ses rendez-vous Pages 40/41 : Pêle-mêle d’infos ommaire Pages 42/43 :Tribune libre / Musiktrad

S

3

éducation

: Une rentrée pleine…

Les enfants ont regagné le chemin de l’école, la trêve scolaire estivale a permis aux élus et aux services d’œuvrer ensemble pour que la rentrée soit agréable pour tous. Au total, cette année, ce sont plus de 230 000 € qui auront été investis pour nos écoles communales. Nous souhaitons être réactifs et attentifs aux besoins des enfants, et répondre au mieux aux demandes des enseignants et des parents. Après les aménagements autour de l’école publique Saint-Maudet effectués au premier trimestre, voici une liste, non exhaustive, de ce qui a pu être réalisé cet été.

4

… de nouveautés
- - - - - - - - - - - - Travaux d’entretien des bâtiments Au groupe scolaire St Maudet : Réfection du sol d’une salle de classe Changement du sable du bac à sable Serrurerie du portail Installation d’étagères et aménagements de placards De l’entretien courant (peinture/ plomberie…) Au groupe scolaire du Bourg : Réfection des sols d’une classe, de la lingerie et de la salle de sieste des petits, Peintures extérieures sous le mur de soutien des barrières, Mise en place de nouveaux jeux de cour, Peinture de la mezzanine, Travaux d’électricité et d’entretien courant. informatique et copieurs : Nous l’avions évoqué à plusieurs reprises en conseils d’écoles et en commissions, ce projet est enfin réalisé. Il comprend, pour chaque école, un serveur et du matériel fixe et portable (31 ordinateurs). L’acquisition de ce matériel a pour but de permettre aux élèves de maîtriser les techniques de base des outils informatiques : Traitement de textes, recherche d’informations sur Internet, maîtrise de logiciels courants, utilisation de la messagerie… Ce dossier a été bâti en respectant les préconisations du personnel chargé de l’informatique à l’Inspection académique, et selon les souhaits des équipes pédagogiques des écoles. o La société « Start informatique » a été retenue pour le matériel et les logiciels. La proposition technique répondait parfaitement aux objectifs d’utilisation fixés pour des scolaires (Montant de 30 670 € TTC). o La Société « Laser copies » a été retenue pour les copieurs, sa proposition était la plus compétitive (Montant de 12 990 € TTC). Le câblage complet des bâtiments avait été effectué durant les congés de Pâques par la société Orange. Cette solution a été préférée au Wifi pour assurer la fluidité des connexions. Pour l’ensemble du projet, une subvention de 15 000 € a été attribuée par l’Etat au titre d’un premier équipement.

5

éducation

: suite…

Un nouveau mobilier à l’école publique St Maudet :

Dans la salle de restauration des grands, le mobilier a été entièrement remplacé. Des stores ont été également installés. A noter que les dessus de table sont « insonorisés » et que les chaises sont réglables en hauteur. Une classe a également vu son mobilier renouvelé (tables et chaises).
Un nouveau système de paiement par carte :

Afin d’éviter aux élèves d’avoir des tickets à donner chaque jour, un système de badge électronique prépayé et rechargeable a été mis en place. Après les premiers essais du mois de juin, sa mise en place est effective depuis la rentrée.

Des effectifs de rentrée en hausse :

Ecoles
Ecoles du Bourg Ecole St Maudet Ecole ND Garde

Rentrée 2007 Maternelle Primaire 86 64 105 55

Rentrée 2008 Maternelle Primaire 82 65 103 53

Rentrée 2009 Maternelle Primaire 89 67 104 56

Totaux

72 382

75 378

74 390

6

Une enquête concernant une section bilingue anglais/ Allemand pour la 6ème a été lancée :

Un questionnaire a été adressé aux parents concernant la mise en place éventuelle d’une classe bilingue anglais/allemand à la rentrée 2010 en 6ème. Au vu des réponses, une section pourra être ouverte au collège Parc Ar C’hoat de Moëlan-Sur-Mer.
Information - La grippe A H1N1 :

Une information concernant la prévention a été mise en place dans les écoles. Nous avons bien sûr suivi les préconisations du Préfet pour la protection des personnels, des élèves et des enseignants. Le savon hydro-alcoolique est à disposition de tous et des masques ont été commandés. Les moyens de limiter la contagion sont simples : se laver les mains, et consulter son médecin en cas d’état grippal.
Un nouveau personnel pour la cantine :

Dans un souci d’équité de traitement de tous les enfants cloharsiens, nous avons décidé qu’un personnel municipal se chargerait de l’encadrement de la cantine pour les élèves du primaire de l’école Notre Dame de la Garde. Jusqu’à présent, ce n’était pas le cas puisqu’une animatrice de l’école privée était chargée de leur surveillance durant la pause repas. Ainsi, depuis la rentrée, tous les enfants des écoles déjeunent ensemble. et dans les mêmes conditions.

7

Plan Local d’Urbanisme

Diagnostic démographique

Démographie
Avec 242 nouveaux habitants entre 1999 et 2006, l’évolution de la population communale de Clohars-Carnoët reste positive mais relativement modérée depuis une dizaine d’années, au regard de sa situation géographique à proximité de Quimperlé et Quimper, en bord de mer, dans une région très touristique. Clohars possède ainsi 4109 habitants en 2006. Le développement de la commune s’est majoritairement effectué sous l’effet de l’essor de l’attractivité touristique associée au retour des ménages dans les zones rurales et périurbaines de la région.

Site et situation
La commune de Clohars-Carnoët est située entre Quimper, Préfecture du Finistère, et Lorient, Préfecture du Morbihan. Elle dispose d’un positionnement géographique favorable pour le développement de son attractivité : située sur l’axe Nantes - Quimper, axe majeur du fonctionnement du Sud de la Bretagne. La commune est traversée d’Est en Ouest par la Route Départementale 24 qui assure la liaison entre Moëlansur-Mer et le Pouldu via le bourg de Clohars-Carnoët, et la RD224, qui relie Clohars à Guidel.

Logement : Clohars-Carnoët a connu une progression constan-

te de son parc de logement pour arriver à un parc de 3795 logements en 2005. Depuis 1968, la croissance du parc de logements était en grande majorité liée à l’essor massif des résidences secondaires associée à une évolution modérée du parc de résidences principales qui reste le premier type d’habitation de Clohars-Carnoët. Toutefois à partir des années 1990, la croissance du parc total est alimentée par la hausse des résidences secondaires, dont la part a augmenté entre 1999 et 2005, confirmant ainsi l’attractivité touristique de la commune. Le Plan Local de l’Habitat du Pays du Quimperlé a pour objectif de diversifier l’offre de logements en imposant dans la construction neuve 15% de logements locatifs sociaux et 25% de logements en accession sociale. Sur la période 2008-2013, le PLH prévoit la construction d’environ 280 logements à Clohars-Carnoët, soit un rythme de construction de 45 logements par an et une surface totale allant de 9 à 11 hectares suivant les niveaux de densité opérés.

8

et socio-économique

Economie
La commune de Clohars-Carnoët est caractérisée par : - Une population majoritairement inactive. - Une tertiarisation de l’emploi qui se généralise. - Un niveau de revenus à plus élevé que la moyenne des revenus des ménages sur l’ensemble du territoire de la Cocopaq. - Une forte progression de l’emploi salarié. - Des habitants qui parcourent des distances de plus en plus longues pour rejoindre leur lieu de travail. - Une économie résidentielle dominée par le tourisme. La situation géographique de la commune Clohars-Carnoët, à savoir son statut de commune frontière, littorale, et limitrophe de Quimperlé facilite son développement économique. - Un environnement économique dynamique avec une économie essentiellement résidentielle qui se traduit par : > 25 exploitations agricoles en activité en 2009 avec principalement des exploitations familiales. > 124 entreprises de toutes types d’activités confondus en 2004. - Le secteur de la pêche qui connaît une crise majeure due à la disparition du poisson et qui périclite progressivement sur la commune. - Une zone d’activité (ZA de Keranna), située sur la RD16 à l’entrée de ville Nord du bourg de CloharsCarnoët. D’une surface de 25 hectares, elle accueille 19 entreprises du secteur secondaire. - La commune bénéficie d’un bon niveau de services et de commerces et d’un maillage dense de ces activités. - Des activités agricoles diversifiées mais un nombre d’exploitations en diminution.

Equipement, services, infrastructures de déplacement
Equipements, services
En termes d’équipements, les trois pôles urbains apparaissent comme trois entités distinctes dotées d’un fonctionnement et d’une identité propre. Clohars-Carnoët dispose d’équipements diversifiés et adaptés à la population locale mais à conforter dans le cadre du PLU. La commune a lancé un projet de ZAC mutisites qui intégrera des logements et des équipements communaux et qui s’étend sur 26 hectares environ.

Infrastructures de déplacement
Le fonctionnement des déplacements est intimement lié à l’attractivité de la partie littorale de la commune et à la dynamique tripolaire de la commune. Les réseaux viaires se sont déployés majoritairement au sud de la commune suivant l’extension de l’urbanisation. Clohars-Carnoët est desservie par une ligne du Réseau de Transport «Penn Ar Bed» du département du Finistère. La commune est située sur une ligne de transports en commun départementale régulière : la ligne 23 Quimperlé-le Pouldu. Un réseau de cheminements piétons de promenade et de randonnée VTT parcourent le territoire. Des chemins se concentrent notamment le long du littoral, dans la grande partie Sud de la commune, dans les forêts et aux alentours des bourgs agglomérés.

9

Plan Local d’Urbanisme

Diagnostic physique et état in

Entités paysagères

Caractéristiques physiques
Topographie Le territoire de la commune est peu vallonné. Le centre de la commune constitue une sorte de plateau qui s’incline vers la mer et la Laïta. Le point culminant se situe à environ 65 mètres d’altitude, en forêt de Carnoët. Les deux ports sont situés sur des points bas sur la côte tandis que le village de Clohars-Carnoët est, lui, situé légèrement en hauteur dans le paysage. La côte est constituée de falaises (d’environ 20 à 30 mètres de hauteur) et d’anses sableuses (essentiellement dans le secteur du Pouldu).

La commune bénéficie d’un paysage de qualité qui lui a valu la venue de nombreux peintres, aujourd’hui de renom, tel que Gauguin. Si le paysage n’a pas perdu de son intérêt, il a toutefois subi des transformations, notamment en raison de l’urbanisation. Le paysage de la commune présente de nombreux faciès et ambiances différentes mais on peut toutefois distinguer trois grandes unités paysagères : • Le plateau boisé • Le bocage habité • Le littoral Il existe un gradient concernant les espaces boisés du Nord vers le Sud. Au Nord se trouvent les grands boisements continus, l’urbanisation y est très peu présente. Les boisements se délitent progressivement vers le bocage, l’urbanisation se fait plus présente avec notamment le bourg de Clohars-Carnoët. Plus on se rapproche du littoral, moins la trame bocagère est dense. Les paysages sont plus ouverts et l’urbanisation est beaucoup plus dense. Le visage de la commune change donc totalement lorsqu’on la traverse du Nord au sud.

Le réseau hydrographique
L’eau joue un rôle important dans l’agriculture et l’économie. Le sous-sol est relativement imperméable mais en surface, les sables ont permis la formation de petites nappes phréatiques qui alimentent des cours d’eau irréguliers et de faibles débits. En profondeur, quelques failles rechargées en eau par les pluies alimentent des sources plus régulières et des tourbières. Le réseau hydrographique est très développé, de nombreux ruisseaux parcourent le territoire de la commune. Le cours d’eau principal est la Laïta, formant la limite Est de la commune. La mer remonte son cours sur 17 kilomètres jusqu’à Quimperlé. La commune est concernée par des risques d’inondation.

10

nitial de l’environnement

Espaces naturels et agricoles
Espaces à vocation agricole L’agriculture est un élément essentiel du paysage de la commune. Autrefois, les terres étaient cultivées jusqu’aux abords proches de la mer. Le remembrement a un peu changé la physionomie du bocage, menant à la création de parcelles plus grandes mais la trame est restée dense et agrémente les paysages. De nombreux terrains, autrefois cultivés sont désormais en friche. Les petites exploitations non rentables ont été abandonnées. La pêche, et notamment la pêche à la sardine, a été un point fort de l’économie de la commune. C’est dans le port de Doëlan qu’elle était la plus présente, d’où l’installation d’une conserverie. Ce n’est plus une activité de premier plan aujourd’hui mais elle continue à marquer le paysage par les traces qu’elle y a laissé : ports, conserverie... Espaces à vocation naturelle Des nombreuses protections du patrimoine naturel existent sur le territoire communal (Loi littoral, Périmètres NATURA 2000, ZNIEFF, Espaces naturels sensibles du département...) De nombreux espaces naturels différents sont recensés sur le territoire: littoral, forêt, landes, bocage, forêt, ripisylves et forêts aluvionnaires et zones humides.

Le Pouldu
- Centralité secondaire sur la commune, surtout en période estivale. - Station balnéaire très fréquentée. - 3 noyaux d’urbanisation sans réel lien fonctionnel. - Présence de nombreuses infrastructures liées au tourisme : hôtels, campings qui sont venues se greffer aux ensembles pavillonnaires.

Doëlan
- Troisième entité urbaine de la commune. Petit port préservé de la pression urbaine. Ambiance maritime forte, centralité formée par les rives. - Problème de stationnement. - Urbanisation hétéroclite : mélange de maisons modernes et de maisons au toit de chaume. - Forte présence végétale qui atténue les contrastes. - Maisons accrochées à la pente donnant beaucoup de caractère au village. - La requalification de l’ancienne conserverie de part sa position centrale est un enjeu fort.

Espaces urbains

Trois entités urbaines principales sont réparties sur le territoire : Clohars-Carnoët, Doëlan et le Pouldu. En dehors de ces trois entités, l’habitat est globalement très dispersé, situé principalement sur les deux-tiers Sud de la commune. On rencontre des hameaux de différentes taille et beaucoup de bâti linéaire d’épaisseur variable le long des routes principales. Ce bâti peut donner tour à tour une ambiance urbaine quand il est assez dense et une ambiance plus rurale lorsque les taches d’urbanisation sont plus éloignées les unes des autres.

Trois Principales entités urbaines
Le Centre Bourg
- Centralité principale, image de bourg rural grâce à la présence du bocage dans sa périphérie. - Entité urbaine compacte et dense, intégration visuelle de l’urbanisation. - Entrées de ville franches et lisibles : forte présence végétale. - Bourg organisé autour de la RD24 et de la RD224 : croissance tentaculaire : centre ancien dense et compact où est venu se greffer une urbanisation linéaire.

11

Questions à l’adjoint à l’urbanisme & au logement
ZPPAUP, PLU, ZAC, OPAC, etc…
Pourquoi la ZPPAUP n’est-elle pas en place ? Cette démarche devrait arriver à son terme dans quelques mois. Nous sommes en difficulté avec le prestataire retenu pour finaliser le dossier de présentation à la Commission Régionale du Patrimoine et des Sites. Nous espérons pouvoir mette en place cette Zone de Protection du Patrimoine Architectural Urbain et Paysager dans le premier semestre 2010. Pouvez-vous nous expliquer où en est la démarche qui concerne le passage du Plan d’Occupation des Sols en Plan Local d’Urbanisme ? La révision générale du plan d’occupation des sols est un sujet d’une grande importance pour notre commune. Celui-ci est le devenir du mieux-vivre de chacun d’entre nous. Actuellement, un diagnostic a été établi par le bureau d’étude G2C, celui-ci est consultable sur notre site internet, dans ce bulletin et sur deux panneaux affichés dans le hall de la mairie. Nous avons convié des habitants à participer à trois ateliers pour débattre sur des sujets tels que les déplacements, l’économie, l’environnement et le schéma urbain. L’étape suivante est la définition du Projet d’Aménagement de Développement Durable qui sera présenté à la population lors d’une réunion publique à la fin de cette année. Le projet d’une Zone d’Aménagement Concerté dans le bourg faisait partie de votre programme, qu’en est-il ? Le bureau d’étude SETUR-SAFI a établi un diagnostic dont les cloharsiens peuvent prendre connaissance sur le site internet. Un comité de pilotage se réunit tous les mois ce qui permet d’avancer rapidement afin de définir un périmètre et un scénario d’aménagement en adéquation avec notre politique du logement  : renforcer la résidence principale dans une mixité socio-inter-générationnelle sans en oublier l’approche environnementale. Dans un souci de concertation, nous avons organisé quatre réunions avec les habitants pour débattre de l’Approche Environnementale Urbaine. Ce projet permettra à tous de pouvoir se loger sur la commune.

M r Denez

Duigou

Pourquoi le projet de l’Office Public d’Aménagement et de Construction sur Kérambellec ne sort-il pas de terre ? Les travaux commenceront au premier trimestre 2010. Il est vrai que ceux-ci ont pris du retard mais les difficultés dans l’immobilier ont aussi touché les organismes publics de l’habitat social. Dans un premier temps seront commercialisés 25 lots, libres de constructeur dès juin 2010. 28 logements sociaux semi-collectifs seront disponibles début 2012. Le reste du programme immobilier de l’OPAC reste à définir. Quel est votre coup de cœur du moment concernant votre mandat d’élu ? La satisfaction d’avoir pu proposer à quelques couples primo-accédants en résidence principale, des terrains proches de la côte à des prix abordables. C’est un vrai plaisir de pouvoir faire en sorte que des jeunes puissent rester vivre dans notre commune, y travailler et y scolariser leurs enfants. Quoi d’autre ? Qu’en cas de doute et avant de vous lancer dans les grands travaux, un coup de téléphone au service urbanisme permet de savoir si votre projet est soumis à une autorisation ou non. Vous serez sûr d’être en conformité avec le règlement. J’aimerais en profiter pour remercier tous les habitants qui ont participé aux réflexions sur l’urbanisme futur de Kloar Karnoed à travers les groupes de travail du PLU, de la ZAC, des noms de voies communales, etc. Je tenais également à rappeler que l’adjoint à l’urbanisme n’est que le garant du respect de la loi et des règlements dans toute leur rigueur et leur application. Sa marge de manoeuvre est extrêmement bien encadrée par les textes. Désolé pour ceux qui pourraient penser qu’il a de super pouvoirs.

12

gros plan

:

La

cidrerie

Pen Ar Ster

de

Doëlan

C’est avant tout un esprit de famille…
La Cidrerie de Pen Ar Ster plusieurs fois remarquée et donc médaillée pour son savoir-faire demeure une exploitation agricole où l’esprit de famille règne. En 1921, une centaine de barriques sortent de la ferme de Julien Grevellec, père de Julien et grand-père de Guy. Ces barriques qui pour une bonne part alimentaient  les nombreux bistrots de Doëlan, ont été ensuite remplacées par la bouteille en 1954. Mais c’est le boom des crêperies qui a permis au cidre de Pen Ar Ster de connaître un considérable essor.

‘‘ L’esprit de famille est fondamental
pour moi, et le respect de la terre va avec…

Aujourd’hui, les charolaises et limousines ont disparu pour laisser place à 4500 pommiers qui exigent un soin constant, en dehors de la fabrication même du cidre. Ces pommiers dont les 20 variétés choisies, testées par Julien, le grand-père, ont démontré leurs qualités dans les différents terrains de l’exploitation. Des variétés qu’aujourd’hui Guy continue à greffer. Tous ces pommiers peuvent fournir jusqu’à 300 000 bouteilles de cidre; mais la production connaît une alternance d’un an sur deux, sans compter les aléas climatiques.

Ouvert tous les jours, c’est un lieu très prisé des cloharsiens, mais aussi des gens de passage qui apprécient la chaleur de cette exploitation agricole. Et c’est avec soin que Guy continue d’entretenir les vergers pour notre plus grand plaisir. 13

T ransport àomme la demande des Rias… C on les aime… (suite ) Développement durable : les premières actions
> L’amélioration du cadre de vie des habitants reste une priorité dans une démarche de ‘‘développement durable’’ et passe par des actions respectueuses de l’environnement : utilisation de produits biologiques dans les bâtiments publics, introduction d’aliments provenant d’une agriculture biologique dans les repas de la cantine municipale. > Des méthodes alternatives ont permis de diminuer considérablement l’utilisation de produits phytosanitaires au service des Espaces verts, l’installation d’horloges a facilité les économies d’énergies. > Dans cette dynamique d’économie d’énergie, les illuminations de Noël seront essentiellement installées au centre des agglomérations du Bourg, du Pouldu et de Doëlan. > La rénovation de la salle des fêtes en est aussi une illustration : installation d’une pompe à chaleur, ampoules économiques en énergie, isolation refaite en totalité. Il en a été de même pour les travaux de la longère avec une isolation chanvre/chaux, un habillage intérieur bois et une isolation aux normes HQE (Haute Qualité Environnementale)..

Un travail basé sur trois piliers :
Environnement-Social-économie, auxquels il faut ajouter la consultation citoyenne afin que chacun puisse, suivant ses compétences et ses préoccupations, participer au débat. Débat qui s’articule autour d’une problématique : répondre aux besoins actuels de la population sans compromettre les générations futures. Sans avoir mis en place un Agenda 21, la commune de Clohars-Carnoët s’est engagée dans une démarche de développement durable associant tous les acteurs de la vie locale : élus, personnels, habitants, associations et entreprises.

Le développement durable est souvent à tort uniquement perçu comme un
concept environnemental ; il est vrai que les crises écologiques ont mis au centre de nos préoccupations la protection de la planète. Mais un développement durable c’est aussi une réflexion sur un urbanisme économe d’espace et permettant à chacun suivant ses possibilités de vivre dans un habitat de qualité.

14

> Différents groupes de travail ont vu le jour et ont permis à chacun de participer à l’élaboration de projets structurants dans le domaine de l’urbanisme : ateliers PLU, commission chemins, station d’épuration, plan de circulation. > La démarche pour l’obtention de label « Qualiparc » sur la zone artisanale a pour objectif de mettre en œuvre progressivement et de manière pérenne le développement durable sur notre zone artisanale : environnement, développement économique, consultation et économie d’énergie sont les différents chapitres qui lieront commune, artisans et industriels. > Des ateliers autour de thématiques «  développement durable  » ont permis de travailler sur «  les déchets verts  » et «  le co-voiturage  ». Dorénavant tout permis de construire est accompagné d’une information sur les haies peu productrices de déchets. Une réflexion sur une plateforme de tri des déchets, entre Moëlan et Clohars, est en cours. L’information donnée sur le site internet de la commune à propos du co-voiturage sera accompagnée d’autres actions pour rendre ce mode de transport plus populaire. > Le  marché de produits locaux durant la semaine du développement durable, a connu un réel succès. Sur cette même idée un marché de producteurs aura lieu prochainement sur la place de la mairie, pour ainsi promouvoir les chemins courts de distributions : limitant les intermédiaires et les consommations d’énergies.

Le développement durable est un concept pluridisciplinaire et transversal qui doit être au cœur de chaque projet. Un processus basé sur un diagnostic est lancé au sein de la mairie, diagnostic qui permet d’établir un programme, lui-même périodiquement évalué selon une grille d’indicateurs, pour être éventuellement réorienté dans ses étapes suivantes. Ce diagnostic a été élaboré et communiqué aux collectivités territoriales par le Réseau Cohérence (réseau d’associations bretonnes).

15

Action sociale :

bourse aux permis
Depuis l’annonce du dispositif dans le Kloar Infos n°5, la Municipalité a concrétisé plusieurs actions :

> Une convention a été signée entre l’Auto-Ecole de Clohars et le CCAS pour préciser les modalités et les engagements de chaque partie. > Cinq jeunes ont déposé des dossiers de demande de bourse au CCAS. Elles ont été acceptées à hauteur de 80 et 100%. Cette bourse sera versée à l’Auto-Ecole après l’obtention des épreuves théoriques. En sollicitant cette bourse, les jeunes se sont engagés à donner de leur temps pour un travail d’intérêt collectif effectué dans les six mois suivant l’obtention. Pour l’instant il leur a été demandé : - Une aide au service culture de la mairie sous forme de pose d’affiches, de montage et démontage des manifestations culturelles et festives de l’été. - Une assistance dans l’encadrement des jeunes auprès de l’animateur Sports. - Classement et archivage de documents en Mairie. - Participation au service lors du repas des Anciens et distribution des colis de Noël.

Factures impayées
Des cloharsiens, de plus en plus nombreux, se trouvent en difficulté pour régler les factures d’eau et d’électricité. Lorsque le CCAS de la Municipalité est averti de ces factures impayées, il est souvent trop tard pour éviter la coupure du branchement, surtout en ce qui concerne la SAUR, pour laquelle il faut un délai de 8 à 10 jours pour effectuer l’encaissement d’un chèque et aussi surseoir à l’avis de coupure. Dès la réception de votre facture d’eau ou d’électricité, si vous vous trouvez en difficulté pour régler dans les délais la totalité de la somme, vous devez téléphoner à l’entreprise concernée qui trouvera avec vous un arrangement. N’attendez pas les lettres de rappel. Sachez que pour remettre en service votre installation, il vous en coûtera aux environs de 100 € pour l’eau et de 45 € pour l’électricité.

16

Forum des associations 2009
Le forum des associations 2009 s’est déroulé le 5 septembre dernier à la salle des sports. Il a regroupé plus de 35 associations de la commune mais aussi quelques associations extérieures. En effet, le Point Information Jeunesse de Quimperlé, Sans alcool avec La Croix Bleue ou encore l’Espace Associatif de Quimper ont tenu à être présent. Le forum permet un échange unique entre la population et l’ensemble des associations. C’est l’occasion de découvrir l’éventail des activités proposées et de choisir ou reconduire pour soi et ses enfants celle qui correspond le mieux. Le guide des associations 2010, Kloar assos, distribué au cours du forum est toujours disponible à l’accueil de la mairie et peut aussi être consulté sur le site internet de la commune. Le Guide des ASSOS 2010 est disponible à l’accueil de la Mairie…

Le succès de l’édition 2009 grâce à la participation active des associations et de la forte affluence du public nous incite à reconduire la formule en 2010.

17

GROS SPECTACLE à BELANGENêT
Depuis maintenant 2 saisons estivales, le service des sports cherche à faire venir des grosses animations sportives sur la commune afin de dynamiser nos plages. Voilà deux ans que le FC Lorient se déplace au Pouldu à deux reprises dans l’été avec sa caravane du beach soccer tour et propose plusieurs animations de foot sur sable gratuitement. Cet été, une nouvelle animation s’est installée à Bélangenêt pendant 4 jours : le tournoi de Sandball du LHB. Ce dernier organisé par le club de hand de Lanester est l’une des références bretonnes dans sa catégorie. C’est ainsi que plusieurs centaines de handballeurs ont assuré le spectacle sur la dizaine de terrains installés sur la plage.

L’animation a commencé le mercredi avec le tournoi Jeunes, puis elle s’est poursuivie le vendredi avec la catégorie Entreprise, et enfin le samedi et le dimanche avec les Seniors, avec environ 600 joueurs s’affrontant en 4 contre 4.

A noter qu’une équipe cloharsienne a réussi à se qualifier le dimanche en tournoi élite avant de se faire éliminer. Cette animation devrait être reconduite l’été prochain.

SPORTS
Depuis maintenant plusieurs années, une tendance est incontestable : de nombreuses activités sportives adultes proposent désormais une section loisir. La raison à cela est qu’une partie des pratiquants ne veulent plus, ou de moins en moins, assumer les contraintes de la compétition. Les explications de ce changement sont multiples, celles qui concernent les cloharsiens varient surtout en fonction de l’âge. Les jeunes adultes ou étudiants veulent garder la liberté de leur week-end quand ils rentrent des grosses cités où ils passent la semaine. Quant aux actifs, l’arrivée des RTT a fait que la contrainte des présences systématiques aux matchs de championnat le week-end est devenue trop astreignante. 18

LE SPORT LOISIR EN PLEIN ESSOR
Ce style de personnes recherchent donc une activité qu’ils peuvent pratiquer plus librement. C’est pourquoi des activités comme le footing, le VTT, le cyclo ont connu un essor depuis ces dernières années. Les sports collectifs, dits de salle, ont eux aussi dû s’adapter à cette demande, en créant des créneaux loisirs, où la place au jeu prend l’ascendant sur la performance. Les sections cloharsiennes ne sont pas en reste, chacune a su s’adapter. Voici les créneaux loisirs proposés sur notre commune : • Badminton : le mardi de 19h30 à 22h30 & le jeudi de 20h30 à 22h30 • Handball : Le mercredi de 20h30 à 22h30 & le vendredi de 20h à 21h • Basket-ball : Le vendredi de 19h à 22h & le samedi de 11h à 12h30 • Volley-ball : le vendredi de 21h à 23h • Football : le dimanche matin à 9h • VTT : le dimanche 9h • Footing : le dimanche matin • Pétanque : le jeudi à 14h30
Pour plus de renseignements, s’adresser à Vincent NICOL à la salle des sports au 02.98.71.61.39

SAISON TOURISTIQUE : un bilan positif

Même si le soleil n’a pas été toujours présent cet été, Clohars-Carnoët a quand même suscité un certain attrait. Il faut attendre le mois d’août pour retrouver l’affluence habituelle. En comparaison avec les années précédentes, c’est une clientèle plus « locale », provenant du grand ouest, qui a choisi notre commune comme destination de vacances. Le « farniente » sur la plage ne pouvant constituer l’unique occupation des estivants, l’Office de Tourisme a connu une bonne fréquentation. Le personnel ayant une « palette » d’activités à proposer :

> Des visites : la Maison Marie Henry dont le film a été semble-t-il apprécié. > L’Abbaye Saint Maurice et ses animations., > Les différents évènements culturels et festifs, qui ont permis aux gens de passage de partager avec la population des moments d’émotion et de convivialité. > Les activités nautiques et sportives ... A ces animations municipales et associatives il faut ajouter les offres des professionnels.

L’envie de découvrir notre littoral reste une dominante, les sentiers côtiers sont toujours autant parcourus, les sorties en mer connaissent un engouement. La croisière commentée avec ses deux départs de Doëlan pour Groix a embarqué 8000 passagers qui ont beaucoup apprécié la qualité de l’accueil sur notre commune. Les sorties pêchepromenade ont déjà leurs fidèles, les clients de l’été devenant clients en arrière-saison et faisant découvrir les plaisirs de la pêche et de la navigation à leurs proches. Le climat favorable aux « ponts » de mai et juin ont permis de démarrer la saison plus tôt, à nous de faire en sorte qu’elle dure aussi plus longtemps…

Des petits services très appréciés par les estivants : les ordinateurs mis à leur disposition à l’office de tourisme, le distributeur de billets au Pouldu...

19

VIE MUNICIPALE : un audit général pour améliorer les services

Le Centre de Gestion des personnels territoriaux pour le Finistère (CDG 29), a rendu ses conclusions pour l’audit commandé en janvier 2009. Voici quelques éléments de compte-rendu présenté au Conseil Municipal du 25 septembre. Il ressort clairement que l’organisation en place ne répond plus aux besoins d’une Mairie de plus de 50 agents. Le déficit en agents d’encadrement comparé aux autres communes équivalentes est important et devra progressivement être comblé.

La mise en place de cette nouvelle structure permettra de  :

Offrir un meilleur service à la population par la création de pôles bien identifiés : pôle cadre de vie, administratif et services techniques. De développer la cohésion des équipes et leurs compétences dans le respect des statuts. Une meilleure connaissance des personnels et de leurs valeurs professionnelles. Une gestion budgétaire dynamique.

Quand ? La mise en place de cette nouvelle organisation nécessite le recrutement d’agent d’encadrement et une modification de l’agencement de la mairie. Celle-ci se fera progressivement ; on peut penser qu’elle sera terminée pour le mois de mai 2010.

20

21

Le Balafenn : Un été au beau fixe !
L’Espace Jeunes de la commune, autrement nommé le Balafenn, s’est envolé vers diverses aventures cet été. Au menu : sortie au parc et camping du Quinquis avec les jeunes de Mellac et leurs animatrices pour découvrir les animaux en semi-liberté, déjeuner sur l’herbe, profiter de la piscine en toute sécurité et pratiquer différents sports. Nous avons bénéficié du ciné dans la prairie à plusieurs reprises après un dîner froid au parc des Gorets à Quimperlé et quelques amusements ; deux sorties bowling, shopping et ciné à Lorient après une traversée de la Laïta avec le passeur et pour certains la découverte des transports en communs du pays de Lorient ; l’accrobranche nous aura value quelques interrogations quant à la météo pour finalement nous faire passer une agréable journée dans les hauteurs ! Plusieurs jeunes se sont aussi essayés au surf, aux sports collectifs à la plage sur la commune ainsi qu’aux préparations et dégustations de crêpes organisées par les p’tits chefs !

La patinoire de Lanester nous aura rafraîchis le temps d’un après-midi, et chaque vendredi nous avons participé à un grand jeu organisé par un Espace Jeunes du territoire de la Cocopaq. Ainsi, nous avons accueilli une cinquantaine de jeunes à l’abbaye Saint-Maurice le 31 juillet pour une « Quête des preux chevaliers » qui aura mobilisé 18 bénévoles pour le plaisir de tous. 7 ateliers ont permis à ces jeunes de se tester : le ‘‘cogito’’ par des énigmes et des jeux de logique, le ‘nez’ en décryptant par l’odorat le mystère des petits pots, l’agilité sur un stand d’entraînement physique, le déplacement dans le noir avec le fil d’Ariane, la création par un atelier poésie et un autre d’écriture-dessins, la connaissance des plantes avec le paysan, un grand moment à renouveler absolument !
22

contact : 02 98 71 69 65
En août, les temps forts auront été la rencontre avec le ‘‘sabot et la plume’’ à l’abbaye, la balade en Rigolo, la sortie au Festival Interceltique avec ses concerts et autres jeux bretons, pour finir en beauté dans un parc d’attraction avec Mellac, Arzano et Scaër, et fermer les portes du Balafenn le soir du vide-grenier du 15 août.

Les copains d’abord !

Rencontre avec le sabot et la plume

LES horaires

Crédit photos :

Gwendoline C. Mathieu M. Solenn N. Sylvia G.

à bord du Rigolo !

23

Un peu d’histoire : la Chapelle Saint Jacques
Pourquoi une chapelle est-elle dédiée à Saint Jacques, à Clohars ?
Entrons par le porche latéral, et tournons-nous vers l’autel. Que voyons-nous ? Trois statues. Deux d’entre elles représentent saint Jacques, le voyageur de Compostelle portant sur ses épaules un camail orné de trois coquilles, et dans la main gauche, une gourde d’eau pour étancher la soif du pèlerin. La troisième : costume de Bénédictin, robe, scapulaire, et coule noire vaguement drapée, est dédiée à saint Gurloës, le premier prieur de Sainte-Croix à Quimperlé, à qui la comtesse Judith avait fait don d’une partie de son douaire, devenu Doëlan.

Pourquoi Saint Jacques ?
En 1124, le Pape Callixte II encourage les Anglais à se rendre en pèlerinage à Compostelle. Il leur recommande de faire le détour par Saintes pour prier sur le tombeau de Saint Eutrope. Les Anglais débarquent en Bretagne nord, et embarquent probablement à Doëlan pour Saintes et Compostelle. Ainsi, ils évitent le passage dangereux de la Pointe du Raz. A cette époque, le pont du Sénéchal (Sinnchal) n’est pas encore construit, et le chemin pour accéder à La Grange de Doëlan, passe par « Saint-Jacques », située entre LOCOEG BRAS (devenu Locoïc) et LOCOEG BIHAN ( futur Keradam), puis file vers Kervec, Kergariou et Kerrien où se trouve un ancien moulin. Selon les spécialistes, l’actuelle chapelle dédiée à Saint Jacques daterait du XVIIè siècle, et serait contemporaine de Saint-Maudet : même style architectural, et autel avec le triangle divin, symbole du concile de Trente.

Mais avant ?
Tout porte à croire qu’il y avait, à Locoïc, une chapelle plus ancienne, dédiée à saint Urleau (ou Urlou) qui n’est autre que saint Gurloës, saint à la mode bretonne, qui ne fut pas canonisé. Parmi les preuves éventuelles, citons la fontaine de saint Urleau à Locoïc, et des vestiges d’une chapelle (fenêtre à meneaux) trouvés dans un talus voisin au fond de Locoïc, la Cotaille. Dans la rédaction de la donation de la comtesse Judith aux moines de Quimperlé, une terre, sur Doëlan, appelée TREUQUILOË que Pierre Le Thoër estimait être « Treu Gurloë ». Là devait se trouver aussi le premier presbytère de Clohars.

24

Saint Jacques : un nouveau parc ouvert à tous
En octobre 2008 le conseil municipal était informé du don de Madame Renaud à la commune de la chapelle de Saint Jacques. Depuis cette date, le parc a connu de nombreux aménagements paysagers pour devenir enfin un espace de promenade accessible. Après les différents abattages, élagages qui ont ouvert le parc sur l’extérieur, le personnel des services techniques a effectué un terrassement qui laisse au terrain un aspect naturel, avec des formes « souples ». Des allées ont ensuite été tracées pour permettre un cheminement facile.

Pour embellir ces divers aménagements, le choix de plantes locales a été fait : graminées et hortensias, auxquelles s’ajoutent des rosiers des « Pépinières Laïta ». Le parvis aux abords de la chapelle est réalisé en barrettes de schiste pour rappeler les matériaux de construction du bâtiment et ainsi créer une harmonie. Cette réalisation a été conduite par l’entreprise «  Tendance jardin » avec la contribution des services techniques. Ce sont aussi les services techniques qui ont monté les murets en pierres sèches en accord avec le mur de la maison des associations.

Ce jardin est le vôtre, et pour répondre aux besoins et attentes du plus grand nombre, d’autres travaux sont prévus : des jeux pour enfants, des tables de pique-nique, des terrains de boules et sans doute un petit amphithéâtre de verdure qui viendront compléter cet espace de vie et de rencontre. 25

«

Une salle des fêtes rénovée : un espace festif à partager !
Remise à la disposition des cloharsiens depuis le 25 juillet, la Salle des Fêtes a été inaugurée le 25 septembre dernier. Les premiers commentaires sont plutôt favorables et chacun salue la sobriété et le plaisir de retrouver la totalité des volumes.

Nous disposons aujourd’hui d’un ensemble moderne, fonctionnel, accessible aux personnes à mobilité réduite y compris la scène. Rénovée suivant les recommandations Haute Qualité Environnementale (HQE) l’équipement intérieur a été lui aussi particulièrement soigné :
• • • • • • Scène modulable pour l’adjonction d’estrades démontables et le jeu des rideaux. Moyens audio/visuels performants. Possibilité de sonoriser l’extérieur de la salle en utilisant le matériel de la salle. Micro haute-fréquence. Système de projection vidéo. Boitier de connexion déporté sur la scène.

Il vous appartiendra de découvrir toutes ces facilités quand vous viendrez y passer de bons moments. 26

… Vous vous demandez combien ça coûte ?
Il convient de distinguer 2 choses : Le budget et le coût réel sup-

porté par les cloharsiens.

Le budget est de 478 156 € , cependant pour arriver au coût réel payé par la commune il faut déduire : La TVA (15,4%) : 73 636 € Les subventions : Région 39 000 € / Conseil Général 36 000 € Ce qui fait un coût réel de 329 520 € pour la commune.
Les prochaines étapes : Rénovation de la cuisine dont

certains éléments ont déjà été remplacés (vaisselle-fourfriteuse) - Remplacement du mobilier (tables-chaises).

BOîTE à IDéES : UN NOM pour la salle des fêtes
La municipalité souhaite donner un nom à la salle des fêtes… Les cloharsiens sont invités à participer et à transmettre leurs idées et envies. Il vous suffit de remplir un coupon que vous trouverez à l’accueil de la mairie et de le glisser dans une boîte prévue à cet effet. N’hésitez pas !

REPAS DES ANCIENS : du soleil dans les cœurs !
Le 11 octobre, 186 convives étaient réunis à la salle des fêtes afin de partager le traditionnel repas des aînés préparé par API Restauration. Chaleureuse ambiance, du plaisir à se retrouver… Service assuré par une vingtaine de bénévoles, les adjoints et conseillers municipaux ainsi que 3 jeunes ayant obtenu la bourse pour leur permis de conduire. à l’année prochaine pour d’autres retrouvailles où l’amitié sera toujours bel et bien mise à l’honneur !

27

STATION D’épuration : Pourquoi ? Où ? Quand ? Comment ?
Notre commune doit mettre en fonction une nouvelle station d’épuration dans les 3 ans. Il faut compter environ 44 mois pour réaliser les études, faire les appels d’offre, construire et réceptionner l’équipement ! C’est dire si le temps presse… L’été, la capacité de notre station frôle la surcapacité. Passé ces délais, la commune ne sera plus autorisée par la Préfecture à délivrer de nouveaux permis de construire et des pénalités pourront lui être demandées. Sans parler ici de l’impossibilité pour l’entreprise Capitaine Cook de poursuivre normalement son activité en été.

Du fait de la loi littoral, notre commune doit construire la station dans la continuité de l’habitat existant. La précédente municipalité a voulu imposer la station à Rostel, en dépit de cette loi et des protestations des associations environnementales. Pourtant depuis 2006 les avocats de la commune avaient indiqué, dans une note interne, que cette implantation était impossible sans dérogation. Le Maire de l’époque avait aussi la possibilité de demander une dérogation ministérielle, et il ne l’a pas fait. En septembre 2008, la nouvelle municipalité a dû reprendre ce dossier à zéro. Elle a constitué un groupe de travail composé de représentants d’associations d’environnement, d’agriculteurs, d’un cabinet d’étude, des services d’Etat et de l’adjoint aux travaux. Durant 9 mois, l’ensemble des paramètres a été revu de A à Z. Ce groupe est arrivé à plusieurs conclusions :

• Le dimensionnement de la station est passé de 22 000 équivalents habitants à 17 000, diminuant ainsi les coûts et emprises foncières nécessaires. • Les points de rejets étudiés (ruisseaux, estuaire de la Laïta, rejet actuel) ont laissé une seule possibilité : le point de rejet actuel au mât pilote. • Les procédés d’épuration retenus sont les boues activées ou le membranaire. Les épurations par lagunages ont été abandonnées pour des raisons techniques et foncières. Signalons aussi que le membranaire a fait l’objet d’une préférence unanime. • Enfin les sites ont été choisis, puis classés, en tenant compte des réseaux existants, des coûts et de la faisabilité juridique au regard de la loi littorale.

28

Nous devrons arrêter le choix définitif du site fin janvier. Ensuite, les riverains, associations et élus seront associés à toutes les phases du projet avec un cahier des charges simple et exigeant : pas d’odeur, pas de bruit, meilleure qualité possible de l’intégration paysagère et du bâti.

?
Au final, le site de Kerzellec a fait l’unanimité des membres, dont celui du représentant des Amis du Pouldu. Le projet envisagé est écologiquement très performant. Le cahier des charges retenu garantit ni bruits, ni odeur ainsi qu’une intégration paysagère réalisable dans de bonnes conditions. Le site de St Mady a été placé en second. Sa conformité avec la loi littorale n’a pu être validée. Pour pouvoir construire, il faut demander et obtenir une dérogation du ministre de l’environnement. Keranna a été placé en troisième. Les coûts de cette solution se sont avérés nettement supérieurs, sans parler ici des problèmes de raccordement. Les propositions du groupe de travail ont fait l’objet de débats à de nombreuses reprises : réunions publiques, assemblées générales d’associations, réunions de quartier. Nous avons aussi reçu de très nombreux riverains, de Kerzellec et de ST Mady afin de leur présenter ce dossier. En juillet, après un nouveau jugement en Avril 2009 dans l’affaire de la station de Combrit, la question a été posée de savoir si juridiquement la situation avait évoluée, rendant le choix du site de Rostel possible. Nos avocats nous ont répondu sans ambiguïté. Il n’y a aucun élément nouveau : en zone littorale, une station doit toujours être construite en continuité de l’habitat existant ou avoir été autorisée par dérogation ministérielle. Le 14 septembre le groupe de travail a été de nouveau réuni. Il a validé la démarche suivante : 1) Tenter une demande de dérogation au ministre de l’environnement pour St Mady. Il est proposé à la dérogation, car les habitations seraient plus loin que celles de Kerzellec et le chantier serait plus simple à réaliser. La municipalité va donc adresser une demande au Préfet pour avis avant l’envoi au ministère. 2) Si le ministère refuse ou si les délais d’instruction pour obtenir cette dérogation sont trop longs, nous construirons la station à Kerzellec. Où que ce projet soit implanté, il verra systématiquement naître des pétitions et des oppositions toujours argumentées. Après avoir visité des stations similaires, nous savons de façon certaine que ces équipements ne génèrent plus aucune nuisance, si ce n’est 2 ou 3 fois par semaine, l’arrivée d’un camion. Soit bien moins qu’une école, une caserne de pompiers ou encore un magasin. L’architecture de la station sera également soignée ainsi que les matériaux utilisés (toit végétal, bois).

La caserne des sapeurs pompiers
La caserne des pompiers de Langlazic a fait son temps. A l’origine, c’était une supérette qui a changé de vocation pour accueillir pendant plus de 20 ans les différentes activités de nos sapeurs cloharsiens, mais aujourd’hui elle est obsolète : les conditions de travail sont difficiles, avec des vestiaires peu chauffables, des hangars où les camions sont à la limite de la hauteur et doivent manœuvrer avec beaucoup de précautions. Les pompiers cloharsiens nous ont alertés dès notre arrivée sur les conditions dans lesquelles ils effectuaient leurs missions et comme nous nous y étions engagés, nous les avons assurés lors de la sainte Barbe 2008 que la nouvelle caserne était un chantier prioritaire et que nous réfléchissions à sa mise en place. Une première entrevue a eu lieu entre Monsieur Jacques Allix, adjoint aux travaux, Yannick Péron, délégué à la sécurité, Denez Duigou, adjoint à l’urbanisme et Eric Guerroué, chef de centre.

La solution qui nous paraît la plus probable est la démolition et la reconstruction d’une caserne moderne répondant aux besoins des sapeurs pompiers. L’avantage serait que nous aurions la maîtrise foncière du site et que celui-ci est aux dires des pompiers idéalement situé, car la majorité des interventions se fait en direction du sud de la commune. Si ce choix est validé par les responsables départementaux des centres de secours, il nous faudra trouver des solutions pour héberger le centre de secours durant la durée des travaux, comme par exemple dans les locaux des services techniques à Keranna où nous étudions la faisabilité d’une cohabitation avec les employés municipaux. Nous maintenons le contact avec le service départemental d’incendie afin de travailler avec eux sur ce projet et pouvoir commencer les travaux en 2010 ou en 2011, et permettre à nos soldats du feu de pouvoir travailler rapidement dans de bonnes conditions, dans une caserne qui ainsi plus attractive attirera de nouveaux bénévoles.

Un nouvel hébergement d’été pour les gendarmes
Chaque été, la population qui fréquente notre commune, s’accroît considérablement. Elle peut atteindre, certains jours, jusqu’à 25 000 personnes. Durant cette période, 7 gendarmes sont affectés à Clohars pour assurer la sécurité et le maintien de l’ordre. Ces effectifs sont constitués de réservistes et de retraités. Ils se trouvent sous le commandement d’un gradé de la brigade de Quimperlé/Concarneau, affecté, lui aussi, temporairement à Clohars. Jusqu’alors, ces gendarmes étaient hébergés dans des mobile-homes. Leur repos dans un camping était difficilement compatible avec leurs missions nocturnes. Afin d’améliorer leur confort et leurs conditions de travail, la municipalité a pris la décision de rénover des logements de l’école St Maudet. Les gendarmes disposeront désormais de chambres individuelles, de salles de bains, d’une pièce de vie collective et d’une cuisine aménagée. Ces travaux ont été réalisés en grande partie, par les services techniques municipaux, en particulier par Mr Jollif, peintre, et par Mr Limbourg, menuisier. D’un montant d’environ 30 000 €, ils vont nous permettre de faire des économies. En effet, chaque année, l’hébergement en camping revenait à près de 13 000 €. L’investissement sera amorti en moins de 2 ans et demi !
La visite du Préfet du Finistère et du général de division de la région Bretagne !

Cette opération de rénovation a été très appréciée. Elle montre la volonté de notre collectivité de s’engager pour soutenir ce poste provisoire de gendarmerie. Le Préfet du Finistère, Pascal Mailhos, et le général Caillet, commandant les forces de gendarmerie de Bretagne, ne s’y sont pas trompés. En juillet, venus inaugurer ces nouveaux locaux, ils ont souligné que c’était un exemple réussi d’engagement d’une collectivité pour accompagner les dispositifs de sécurité mis en place durant l’été. Dans le cadre budgétaire incertain des forces de gendarmerie, ils ont indiqué que les efforts fournis par la commune montraient l’importance accordée au maintien de ce poste. Ils y sont sensibles et resteront attentifs à ce que celui-ci reste prioritairement ouvert. Si d’aventure, certains devaient fermer un jour…

29

Capitaine cook : un nouveau projet pour Doëlan
Le site de l’ancienne conserverie Capitaine Cook, situé sur la rive gauche, présente un intérêt certain pour le développement de Doëlan. Il est placé idéalement à l’entrée du port et fait face à l’océan. Son réaménagement est un enjeu majeur. Il doit concilier l’exigence d’une parfaite intégration architecturale, conserver la mémoire du lieu et relancer l’attractivité touristique et culturelle du site. Ceci d’autant plus que Doëlan est un des plus jolis ports bretons et qu’il conserve une activité pêche significative.

Retour sur le passé récent de l’ancienne conserverie capitaine Cook En 1994, les dirigeants de la conserverie, confrontés à la nécessité de mettre leur usine aux normes, s’interrogent sur l’avenir du site. La commune ne ménage pas sa peine pour éviter une délocalisation de l’usine. Elle négocie l’acquisition des terrains à Keranna pour permettre la création d’une zone d’activité, nécessaire à l’implantation de la nouvelle usine. Elle entreprend des travaux de terrassement et de raccordement et accepte de prendre en compte les rejets d’eaux usées de Capitaine Cook. De ce fait, elle s’engage à construire une nouvelle station d’épuration. Au total elle consacrera 199 349 € pour cette ré-industrialisation. Le terrain est acheté par l’entreprise 171 622 € et en 1998 l’usine est transférée sur la Zone artisanale de Keranna. Un groupe de travail se met parallèlement en place afin de définir un projet de redynamisation du site. Composé d’élus, de l’entreprise et des services de l’Etat, il se prononce en faveur de l’installation d’un restaurant et d’espaces polyvalents. Pourtant rien ne sera fait jusqu’en 2003. A cette date, le groupe Eiffage se montre intéressé par l’acquisition du site. Il envisage de détourner la vocation industrielle du lieu pour le transformer en résidences défiscalisées destinées à la location. Un premier projet est déposé en 2005. Il prévoit la démolition de tous les bâtiments et la construction de 71 appartements ! Il rencontre l’hostilité des associations locales et d’élus. Mais le Maire de l’époque, René Le Floch, estime que c’est un projet privé et qu’il n’a pas à intervenir. En 2006, le projet est stoppé, suite à un avis défavorable de l’architecte des bâtiments de France. Le projet de restaurant et d’espaces polyvalents est relancé En avril 2008, Jacques JULOUX, nouvellement élu Maire, annonce en Conseil municipal sa volonté de garantir la vocation économique du site et la création d’un projet d’intérêt général. Il fait adopter une délibération dans ce sens. La reconversion du site de l’ancienne conserverie offre un potentiel de développement économique et touristique important. Ces éléments nouveaux sont présentés au cabinet Eiffage, afin qu’ils soient intégrés dans le projet immobilier en cours. En 2008, l’observatoire du patrimoine maritime culturel de Bretagne recommande dans un rapport de ne pas détruire les façades des bâtiments. Il suggère une reconversion de ce site avec un restaurant et des espaces pouvant être dédiés à la culture. En février 2009 le cabinet Eiffage fait savoir à la municipalité qu’il ne trouve de partenaire intéressé par la réalisation du projet souhaité par la commune. Il souhaite maintenir son projet initial ou se retirer. Un compromis de vente existant entre eux et Capitaine Cook, la commune n’a plus d’autre choix que d’accepter ou d’exercer son droit de préemption. C’est cette seconde option qui sera retenue.

30

Le soutien du président de région
Afin de réaliser la préemption, la commune fait évaluer le site et sollicite, fin juillet, un prêt à taux zéro auprès de l’établissement public foncier régional (EPFR) en cours de création. Le prix estimé par les domaines est de 330 000 €. La commune dispose d’une marge de négociation autorisée de 10 % et propose l’achat au prix de 363 000 €. Cela peut sembler loin des 1 150 000 € proposés par la société Eiffage. Mais ce prix, pour un terrain de 8215 m2, était établi sur la base d’un projet spéculatif de revente d’appartements défiscalisés. Par un dispositif juridique, il contournait la vocation économique de ce terrain en mettant en location-gérance ces appartements. La réalité est que l’ancienne conserverie se situe sur le POS sur une zone dite UI, c’est-à-dire industrielle ou artisanale. Si on respecte cette affectation, le prix réel du terrain est très inférieur à celui proposé par Eiffage. Si l’on veut maintenir une activité économique il faut que les entrepreneurs puissent investir à un prix qui ne soit pas celui de spéculateurs. L’évaluation réalisée par les domaines tient compte du zonage du POS et de la localisation de la parcelle. Afin d’apporter son soutien à la commune dans ce dossier, le 8 septembre, le président de la région s’est rendu à Clohars. Devant la presse, il a rappelé l’importance pour les élus d’intervenir, chaque fois que c’est possible, afin d’éviter la spéculation foncière. Si l’on n’y prend garde, la région Bretagne sud peut se transformer en « Breizh Riviera ». Pour éviter ce phénomène, il faut maintenir le tissu économique et proposer des prix de terrains abordables. L’établissement public foncier régional a été créé à cet effet et est à disposition des élus locaux. Il a été malheureusement longtemps retardé mais devrait être opérationnel avant la fin de l’année.

Quel avenir pour ce dossier ? L’entreprise Capitaine Cook a retiré ce terrain de la vente le 9 septembre. La commune va donc de nouveau rencontrer les responsables de cette entreprise et envisager, avec elle, de quelle manière la re-dynamisation du site peut s’opérer. L’entreprise reste libre de mettre en vente au prix qu’elle souhaite. Il faudra alors que le ou les acquéreurs s’engagent à réaliser un projet économique compatible avec le zonage du POS et la délibération du conseil municipal (espaces polyvalents, restaurant notamment). Si l’entreprise fait ce choix, il faudra que cette vente intervienne dans un délai rapide car la vétusté du bâtiment oblige à trouver rapidement une solution.
Elle peut aussi choisir de déléguer à la commune le portage de cette reconversion. Dans ce cas, c’est l’EPFR (établissement public foncier régional) qui réalisera la préemption et avancera les sommes consacrées à l’acquisition. Durant cette période, la commune devra mettre en œuvre une étude pour la reconversion économique du site. Au terme de celle-ci, les terrains seront vendus en lots auprès d’opérateurs privés ou publics pour développer les projets arrêtés. Sauf pour la partie éventuelle d’un projet communal, pour tous les autres lots, cela sera une opération équilibrée entre les dépenses et les recettes. Au final donc, une opération sans impact budgétaire pour la commune.

31

Réunions de quartiers : comptes-rendus Réunions de quartiers : Compte-rendus
Extraits du COMPTE RENDU DE LA REUNION DE QUARTIER
DU 22 juillet 2009 à SAINT MAudet
Existent-ils des aménagements possibles rue Du Port pour améliorer la sécurité ?

Non du fait de l’accès au port pour les remorques à bateaux notamment. La DDE a effectué des relevés de vitesse : il semblerait qu’un seul véhicule soit régulièrement en excès de vitesse.
Existent-ils des aménagements possibles rue Des Grands Sables?

Une étude de circulation est en cours de réalisation: aucun aménagement n’est donc prévu pour l’instant mais cette rue sera traitée en priorité selon les conclusions de l’étude.
Y aura-t-il une consultation de prévue concernant le sens de circulation?

Le diagnostic relatif à l’étude de circulation sera mis en ligne courant septembre : il a été établi grâce à un groupe de travail d’une quinzaine de citoyens qui sont représentatifs d’intérêts ciblés (parents d’élèves, cyclistes, agriculteurs, sportifs, marcheurs, personnes à mobilité réduite, commerçants, etc.
Maintien et conformité du plongeoir de la plage des grands sables ? Pourquoi l’absence de club de plage ?

Le plongeoir est conforme car la plage est désormais surveillée. Cela a un coût puisque il faut rémunérer sur 2 mois 3 sauveteurs. S’agissant du club Mickey: la commune ne peut rien faire; cela relève de l’initiative privée. Elle cherche toutefois à établir des contacts pour en proposer un de nouveau.
Eclairage public ?

Le Maire constate que quand l’éclairage est coupé, les nuisances diminuent. D’aucun pense que c’est le contraire : l’absence d’éclairage facilite les cambriolages. Par ailleurs, cela rend le paysage triste et pas accueillant. Jacques ALLIX rappelle que l’éclairage public est prolongé jusqu’à 2H pour les longs WE, et pendant l’été. Le Maire constate que les attentes sont différentes en matière d’éclairage. De plus le plan d’économie d’énergie municipal nécessite de renoncer à certaines habitudes. Par contre l’éclairage reste permanent dans les ports toute la nuit, sinon tout le reste est éteint à Minuit.
Travaux de voirie

Des travaux d’enfouissement sont prévus rue du Philosophe Alain et également sur les antennes après les vacances d’été.Le revêtement du Chemin des Prés programmé en 2009 est reporté après les vacances. Il a été abimé par NEGOCIM, une négociation est en cours pour le réparer.
Anse de Porsmoric : y-a-til un moyen de la préserver ?

Le fait d’avoir installer un panneau Port de Porsmoric conduit beaucoup d’automobilistes à s’y rendre. Il faudrait poser un scotch momentanément sur le panneau pour voir si cela y change quelque chose.
Projet de port à Guidel

Les élus sont vigilants: avec les associations ils ont vocation à intervenir auprès du Maire de Guidel et de Cap L’Orient. On ne peut empêcher les études, l’intervention n’est possible qu’au moment de l’enquête publique.
Ecoulement d’eau de la plage du Kérou ?

Déplacer le point d’accès à a la plage serait une solution ainsi que de créer un puit pour le ruisseau. Une étude en ce sens sera réalisée pour 2010.

Les questions relatives à la station d’épuration font l’objet d’un article page 28 de ce journal. 32

Extraits du COMPTE RENDU DE LA REUNION DE QUARTIER
DU 3 OCTOBRE 2009 AU BOURG
Le gymnase : Problème de froid : le chauffage a été installé mais subsiste un problème de toiture qui n’a pas été résolu.

Il est prévu cette année une extension, devant le parking, de salles et de bureaux pour les clubs. Rangements pour le matériel également prévus.
Déviation du bourg pour aller à Moëlan-sur-Mer

Le Maire a rencontré son homologue à Moëlan et les services d’Etat : le département rembourserait 60% et Moëlan accorderait une petite subvention (la commune n’a pas le droit d’engager de grosses dépenses pour une voirie qui n’est pas la sienne). Cela ne sera pas fait sous cette mandature car ce projet coûte plusieurs millions d’euros et ce n’est pas une urgence. Par ailleurs, le Département a refusé l’arrêté du Maire qui interdisait le passage dans le bourg des camions, car il n’y avait pas de déviation possible.
Rond point de Lann justice

Les Travaux sont programmés pour la fin de cette année et il sera opérationnel au mois de mai.
Déchetterie verte

Elle est à l’étude au niveau communautaire et sera probablement dans la zone de Kersalut, côté Moëlan ou côté Clohars. Jérôme le BIGAUT est nommé responsable du suivi des réunions de quartier du bourg : c’est lui qui s’assurera du suivi des questions évoquées. Quelques réponses fournies aux questions posées en 2009 : Qu’en est-il de la garantie décennale de la fontaine ? Jacques ALLIX ne croit pas que l’on puisse reprocher au maître-d’œuvre quoi que ce soit car le problème avec les jets, c’est qu’ils ne génèrent pas assez d’oxygène et si on les fait monter, on arrose tout le monde ! Et si on les réduit, les algues vertes prolifèrent. Cette année, la réhabilitation de la fontaine n’a pas été considérée comme une priorité.
Il y a un problème de circulation avec le marché le samedi. Aucune indication n’indique la déviation. Hors saison, les camions sont stationnés sur la place de l’église : pourquoi ne pas faire la même chose pendant l’été et autour de l’église ?

Lionel RUNAVOT et Jacques ALLIX vont refaire le parcours de la déviation pour bien positionner les panneaux. Au début, on pensait que c’était trop étroit. Le problème n’est pas là mais il faut savoir contourner la place dans les 2 sens pour aller sur Doëlan. Cette rue est protégée: les talus sont très beaux. On regardera ce que l’on peut faire pour le virage. Place Nava : si on y met les vendeurs, il n’y aura plus de parkings et nous avons interdiction de mettre l’alimentaire sur le sable. Nous sommes obligés de le mettre sur le bitume. C’est un travail de longue haleine : si les camions ne sont pas accueillis ils vont partir ailleurs ! Le but est plutôt qu’ils viennent et encore plus nombreux ! Pour le marché, pourquoi ne pas mettre en place systématiquement une déviation: c’est une réflexion à mener.
Le marché occasionne des odeurs infernales! Il faut attendre le lundi matin pour le ramassage. Lorsque la commune s’occupait des ordures c’était mieux fait qu’avec la Cocopaq, moins cher et les ordures étaient ramassées après le marché. Une solution : le poissonnier repart avec ses déchets! tout comme le charcutier !

Le Maire insiste sur les apports indéniables de la communauté de communes. Autrefois le ramassage était fait avec un seul rippeur, il n’y avait pas d’exigence de sécurité. Désormais ils sont deux. Il n’y avait pas non plus de tri sélectif. Actuellement 18% des personnes ne trient pas correctement et ces refus coûtent très cher !! Ces différents éléments expliquent pourquoi la facture a augmenté. Il faudrait peut-être un conteneur spécifique pour les déchets alimentaires afin de limiter ces odeurs. L’été : le ramassage est quotidien sur toute la commune. Demander aux commerçants de repartir avec leurs ordures est difficile. On peut essayer !

33

garages à

Kerharo : le diable est dans la boîte

Le 3 octobre, les habitants du quartier de Kerharo ont accueilli 70 musiciens qui se sont réunis afin de ‘‘taper le boeuf’’ dans les différents garages ou granges, que les habitants du quartier avaient gentiment et joyeusement mis à leur disposition. Une initiative que l’association de musique traditionnelle de Kloar et que la Municipalité se sont partagée à l’occasion du Festival d’accordéons LE DIABLE DANS LA BOîTE. La convivialité et la magie de pouvoir écouter et danser dans ces lieux insolites ont fait de cette soirée un beau moment de partage. Une idée originale qui pourra se déplacer dans un autre quartier l’année prochaine, puisque de l’avis général, cette soirée fut une incontestable réussite.
34

Les ports : quelques infos
Nos ports ont relativement bien fonctionné cet été, le temps étant de la partie durant août et septembre.

Quelques attractions nouvelles sont venues agrémenter les activités traditionnelles de pêche, de voile et de balades en mer. Entre autres, nous avons pu apprécier, dans le cadre de l’opération Petit Cabotage, la réception d’une flottille de 15 voiliers à l’entrée de la Laïta, la remontée de cette dernière jusqu’au site de Saint Maurice où nous avions prévu une zone de mouillage, et enfin un pot d’accueil dans le superbe décor du parc de l’Abbaye. Chacun a pu apprécier comme il se doit. Quelques travaux ont pu être effectués à Porsmoric, comme une 2ème borne eau-électricité plus proche du ponton donc plus pratique à l’utilisation. Une ligne de mouillage pour 5 bateaux a été positionnée en aval du ponton pour les personnes à mobilité réduite. Au Pouldu-Laïta, une estacade en bois va très bientôt pouvoir recevoir toutes les annexes en «divagation» dans l’anse du Cache-Marée et sera accessible à tout moment de la marée. Aux Grands Sables, cale des dériveurs, une extension des activités nautiques est envisagée avec donc de nouvelles structures qui se mettront en place petit à petit. La cale de mise à l’eau a été très régulièrement utilisée.

Pour ce qui est de Doëlan, le port a toujours des activités très variées. Dans le domaine pêche une dizaine d’unités approvisionnent notre criée en produits frais (poissons, coquillages et crustacés…), et permettent d’avoir 2 ou 3 points de vente très appréciés sur notre Commune. Certains bateaux écoulent également leurs produits sur Concarneau et Lorient. De nombreuses festivités s’y déroulent pendant la période estivale. La fête de la mer n’a pu être qu’un demi-succès, à cause de la météo. Le trafic avec Groix a connu un franc succès (de Mai à Septembre) avec une double rotation du 14 juillet au 15 août. Le parking de Beg An Tour a été bien utilisé. Nous continuons, bien entendu, à chercher des solutions encore mieux adaptées, et nous souhaitons que la Compagnie des Iles (Navix) puisse pérenniser son activité dans les années à venir.
La plaisance demeure une activité soutenue :

Fréquentation en passage de courte durée : + 49% toute l’année. Fréquentation en passage de courte et longue durée : + 15% toute l’année. Une nouvelle tranche de travaux va se faire, 30 mouillages forains vont passer en communaux cet automne. La pêche promenade, après une première année difficile, connaît une activité en nette amélioration. Toutes ces activités portuaires sont soumises à redevance et ces redevances sont destinées à l’entretien de nos quais et de nos cales.

35

Un week-end…
Un week-end culturel comme on les aime s’est déroulé sur notre commune et celles de Riec et de Moëlan, les 4,5 et 6 septembre dernier. Une marée de théâtre de rue a envahi les belles rias que sont le port de Doëlan, la chapelle St Léger et le port du Bélon. Le soleil était au rendez-vous de cette rentrée culturelle. Mais au-delà de nos espérances le public est venu saisir les moments d’humour, d’humeur et convivialité concoctés par les 3 municipalités engagées dans ce projet. 1500 spectateurs au total sur les trois journées ont pu apprécier la qualité des 3 spectacles qui ont été mis en place sous la direction artistique et les conseils du Fourneau de Brest (scène nationale du théâtre de rue). L’association Monteiga Salgado de Port Louis, avec son école de capoeira et son orchestre de percussions brésiliennes est venue compléter l’événement par un stage d’initiation offert à tous et des démonstrations qui ont ajouté une note colorée, rythmée et pleine de vivacité. Ce week-end festif a été enrichi par la participation d’associations locales des trois communes (la bande du Rigolo, l’association de la belle Angèle, les chorales des 3 communes) et pour le côté restauration et buvette, par les associations Raok Evénement à Doëlan, les faucheurs volontaires à Riec et les plaisanciers du port du Bélon à Moëlan.

36

comme on les aime…

Les 3 adjointes à la culture voulaient à travers l’organisation de ce festival donner un nouvel identifiant culturel à nos communes littorales en tentant de répondre à un manque repéré tant sur cette période de l’année que sur les thèmes choisis. L’idée était aussi de répondre aux besoins d’un nouveau public, plus jeune à travers un leitmotiv nouveau, décalé, festif et de qualité. En ce sens, la cible a été atteinte. Les arts de rue n’étaient pas présents sur notre territoire jusqu’à présent. Au vu de l’accueil réservé par le public pour ce premier rendez-vous, nous pouvons désormais considérer qu’ils y ont désormais toute leur place. Par nature le théâtre de rue offre la gratuité aux spectateurs et il s’agit là d’un parti pris important dans ce qui a guidé nos choix lors de l’élaboration des lignes conductrices de ce festival. A l’heure du bilan nous pouvons nous réjouir de cette première édition des Rias. Une convention de partenariat avec le Fourneau est déjà actée pour les deux années à venir. L’événement a été soutenu cette année par le Conseil Régional et le Conseil Général desquels nous espérons obtenir un soutien encore plus actif pour la prochaine édition. Nous pouvons faire le voeu de pouvoir continuer à fédérer les associations des bénévoles, des commerçants des trois communes, afin d’offrir encore plus de diversité et de vivacité à ce festival. En somme, nous espérons à travers ce rendez-vous d’ors et déjà fixé pour septembre 2010, pouvoir donner une nouvelle note festive et culturelle à votre rentrée et ce pour le bonheur du plus grand nombre.

37

la culture

&

ses rendez-vous

Un été 2009 culturel à Kloar : l’heure du bilan

L’automne s’est installé dans notre contrée et il est bon de ce remémorer les rendez vous qui ont égaillé notre été malgré la météo mitigée. La programmation municipale couplée avec celles des associations, a proposé un large choix de festivités. A l’heure du bilan, nous pouvons globalement nous satisfaire de cette organisation. A l’initiative du service culturel, il y a eu tout au long de l’été, et ce jusqu’au mois d’octobre, de nombreux rendez-vous sur la commune. Des concerts et des spectacles en différents lieux : église du bourg, esplanade du Pouldu, chapelle Ste Anne et parcs de St Jacques et de St Maurice. De la diversité, mêlant musiques classiques, bal populaire, des arts de la rue, du théâtre à la salle des fêtes, différents styles de concerts : rockabilly, chanson française, bretonne, celte... ou encore de l’accordéon diatonique ou de la musique en tout genre comme à la soirée « Garages » de Kerharo le 3 octobre dernier. Le tout dans un esprit de partage, avec le plus souvent, un accès gratuit ou à des tarifs abordables. A chaque soirée, le public a été au rendez-vous. Cependant, nous l’aurions souhaité encore plus nombreux. A l’heure du bilan, nous savons qu’il va falloir continuer à œuvrer pour satisfaire ceux qui répondent déjà présents et donner envie à ceux qui ne le sont pas encore, notamment le jeune public.

Ainsi, les efforts de communication, d’anticipation, de programmation en terme de diversité, vont se poursuivre. Quelques rendez-vous incontournables seront présents à nouveau en 2010. Au vu de leur succès et de leur originalité, il semble nécessaire de les poursuivre. Il s’agit du bal populaire du 14 juillet qui a réuni, place de la mairie, encore plus de Cloharsiens que l’été dernier. Il s’agit également des soirées Rando, contes & musiques, organisées en lien avec l’association Dre Ar Vinojen, qui sous sa nouvelle formule pique-nique et concert, nous ont offert deux soirées de qualité, pleine d’humour et de convivialité. Il s’agit également de notre participation aux journées du patrimoine, au festival du diable dans la boite avec ses sessions musicales chez l’habitant qui donne un air de fête de quartier. Les cafés-littéraires également vont se poursuivre, et ce tout au long de l’année. Cet été, 3 rencontres ont eu lieux : Patrick Bauwen, Bruno Geneste ont réunis environ 60 personnes et Benoîte Groult à fait carton plein avec près de 150 personnes venues apprécier le caractère et l’humour de cette auteure, Doëlanaise d’adoption. Coté Expo : A la Maison Marie Henry : Pour ses 2O ans et les 120 ans de l’accueil de Gauguin par Marie Henry au Pouldu, la Maison a pu ouvrir ces portes au mois de juin sous un nouveau fonctionnement municipal. Une exposition à l’honneur de Marie Poupée et des femmes artistes sur le thème « Défis de femmes » y a été présentée. A la lecture du livre d’or de la maison, de nombreux visiteurs, notamment cloharsiens ont apprécier cette exposition. La fréquentation de la maison est en légère augmentation de 10% par rapport à l’année précédente malgré l’ouverture tardive du lieu dans la saison.

38

Les arts en balades Un nouveau circuit d’exposition s’est installé sur les chemins de notre patrimoine dès cet été. Ces expositions en libre-accès ont également connu un bon taux de fréquentation. Le thème de cette année Défis de femmes est venu renforcer l’hommage fait à Marie Henry et aux femmes artistes dans le cadre spécifique de l’anniversaire de la Maison Marie Henry. Cette initiative originale va se poursuivre d’une manière plus globale sur les chemins des arts contemporains, afin d’offrir aux cloharsiens et aux touristes, un bouquet d’expositions de qualité et de diversité (photographie, peinture, sculpture, gravures, arts plastiques...). C’est l’occasion ici de remercier vivement les cloharsiens qui nous ont mis à disposition leur galerie : la famille Portier pour l’atelier Goulûment du bas-Pouldu et Mme Fontaine pour la galerie de Kerzellec.

Perspectives pour la saison d’hiver 2009/2010... L’animation culturelle de notre commune entend se poursuivre tout au long de l’année... Un programme ayant vocation à réchauffer un peu l’atmosphère de notre hiver, est en cours d’élaboration. Des concerts, du théâtre et de la danse seront programmés à la salle des fêtes. Nous pourrons également investir la chapelle St Jacques, désormais dotée de chauffage. La longère aussi ouvrira ses portes en 2010 et nous offre de belles perspectives d’expositions.
Nous souhaitons continuer à travailler avec les associations et les artistes locaux pour étoffer ces rendez-vous :

La période de Noël laissera place à un rendez-vous musical pour tous mais aussi à un spectacle jeune public pour les enfants de la commune avec l’incontournable goûter de Noël. Nous souhaitons également poursuivre le partenariat avec les communes et les autres associations du territoire et la COCOPAQ. Il y aura ainsi à nouveau une programmation émanant du festival de la parole poétique sur le thème des Haïku au mois de mars. Un vaste programme se prépare donc pour cet hiver. L’occasion d’évoquer ici l’accueil depuis le 5 octobre de notre responsable du service culturel : Christelle Bellec. Cette dernière a pour mission d’apporter sa technicité pour le développement et la mise en œuvre de notre politique culturelle. Elle prendra donc à sa charge, en lien avec l’adjointe à la culture et les élus, la programmation événementielle : la responsabilité de la Maison Marie Henry, la gestion des Arts en balades, la coordination de l’abbaye St Maurice et de la future médiathèque. Elle permettra aussi d’étendre le réseau partenarial et le lien avec les associations ainsi que les écoles.

Ainsi en collaboration avec l’association LAMA une exposition de photographies de Guy De LacroixHerpin autour du musicien Pierre Bastien et une installation sonore inédite prendra place dans la salle des fêtes du 22 au 28 novembre. Cette dernière sera également visité par les enfants de nos écoles.

39

Le recensement, chacun de nous y trouve son compte.
Toute la population de Clohars-Carnoët sera recensée entre le 21 janvier et le 20 février 2010.
L’enquête de recensement permet d’obtenir des informations plus fiables et plus récentes. Vos élus peuvent alors mieux adapter les infrastructures et les équipements à vos besoins. Le recensement repose sur un partenariat étroit entre les communes et l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee). Clohars-Carnoët, comme toutes les communes de moins de 10 000 habitants, fait l’objet d’une collecte tous les cinq ans auprès de l’ensemble de sa population. Un agent recenseur, identifiable par une carte officielle tricolore comportant sa photographie et la signature du maire de votre commune, se rendra à votre domicile à partir du 21 janvier 2010. Il vous remettra une feuille de logement, un bulletin individuel pour chaque personne vivant habituellement dans le logement recensé et une notice d’information sur le recensement et sur les questions que vous pouvez vous poser. L’agent recenseur peut vous aider à remplir les questionnaires. Il les récupèrera lorsque ceux-ci seront remplis. En cas d’absence, vous pouvez soit confier vos questionnaires remplis, sous enveloppe, à un voisin, à charge pour lui de les transmettre à l’agent recenseur, soit les retourner à votre mairie ou à la direction régionale de l’Insee. Les questionnaires devront être remis à l’agent recenseur ou retournés à la mairie ou à l’Insee au plus tard le samedi 20 février 2010. Votre réponse est importante. La qualité du recensement en découle. Participer au recensement est un acte civique mais aussi une obligation légale en vertu de la loi du 7 juin 1951 modifiée. Toutes vos réponses sont confidentielles. Elles sont transmises à l’Insee et ne peuvent faire l’objet d’aucun contrôle administratif ou fiscal. Pour obtenir des renseignements complémentaires, contactez votre mairie.Vous pourrez consulter les résultats du recensement sur le site www.insee.fr

Vu

à

Kloar

Les Journées du patrimoine en chars à bancs et attelages d’âne.

Nuits étoilées Feu d’artifice du 15 août

Lavandières au Tro Dro Kloar

Petite

enfance

:

éveil musical

Dans le cadre de la «semaine du jeu» organisée sur le territoire de la Cocopaq du 28 novembre au 6 décembre 2009, Clohars-Carnoët recevra Gwen Le Dore le 3 décembre de 10h à 12h pour deux séances d’éveil musical, pour les enfants de 3 à 20 mois, puis de 20 mois à 3 ans. Attention nombre limité ! Inscriptions en mairie du 15 au 30 novembre !

Un peintre qui soigne son look pour le Tro Dro Kloar (Maison
Marie Henry)

40

Pêle-mêle d’infos
Réunion de quartier Remise
de

Diplômes

Vitesse
A chaque réunion de quartier, une des premières préoccupations de nos concitoyens est le problème de la vitesse excessive au bourg, au Pouldu ou à Doëlan. En attendant les conclusions de l’étude de circulation et des solutions pérennes à mettre en place, nous avons notre radar pédagogique que vous avez pu voir aux différentes entrées du bourg. Celui-ci nous permet aussi d’avoir des statistiques sur la vitesse en entrée d’agglomération. Nous avons testé cet appareil pendant une semaine route de Moëlan en position ouverte et une semaine en position fermée. Les statistiques qu’il nous a fournies nous montre les aspects pédagogiques de cet appareil, en effet quand il est ouvert, les automobilistes lèvent le pied de façon notable et la vitesse moyenne diminue même pour les irréductibles qui à la vue du panneau radar réduisent leur vitesse. Nous allons donc acquérir 1 ou 2 nouveaux radars et équiper d’autres lieux afin de pouvoir les installer au Pouldu, sur la route du port, route de la forêt au Kérou, à Doëlan, à Quéon, Porsac’h, etc. Il nous reste à souhaiter que cet outil permette à nos concitoyens de se sentir en sécurité sur nos routes et donne des comportements plus civiques aux motards et automobilistes.

Les élus de Clohars Carnoët ont mis en place une formation aux premiers secours pour le personnel communal. Les premiers à en bénéficier sont les membres du personnel des écoles de la commune qui ont participé à douze heures de formation organisée par Patrick Le Déault des sapeurs-pompiers de Clohars. Le but est d’offrir à tout le personnel volontaire une formation de qualité afin de pouvoir intervenir sur leur lieux de travail bien sûr, mais aussi dans les différentes situations de la vie courante. Cette formation interne mise en place par la responsable du Service Jeunesse de la mairie, Morgane Fauque Canivet, a permis aussi de s’initier à l’utilisation des défibrillateurs qui sont installés à la salle des sports et en mairie. Photo : remise des diplômes par Jacques Juloux en présence de Yannick Péron, Eric Guerroué chef du centre de secours de Langlazic, de Patrick Le Déault pompier formateur, de Morgane Fauque Canivet, initiatrice du projet. Les diplômées : Sophie Jégou, Maïwen Guyader, Patricia Doaré, Sylvie Péron, Christine Le Bourhis, Cathy Duclos, Joëlle Pruvost, Geneviève Cariou, Nathalie Tanguy, Sophie Talbotec.

Pavillon

bleu

Le pavillon bleu a flotté tout l’été sur les plages de Bellangenet et du Kerou. Les visites faites par l’office de la Fondation pour l’éducation à l’environnement, office qui attribue le label pavillon bleu, ont montré un respect des critères environnementaux. Ces bons résultats nous poussent à aller encore plus loin dans l’accueil et dans l’information du public. La commune renouvellera sa demande de candidature pour l’année 2010. C’est un outil de communication touristique important. 41

tribune libre
Les élus de la liste
CLOHARS POUR TOUS

Groupe de la majorité «Kloar un nouvel horizon ».

Les élus de la liste ‘‘Accueil-Essor-Tradition’’

Joël Chenot, Elise Briand, Marcel Le Port, Yvon Grémillet CONCERTATION*COMPETENCE* EFFICACITE*SOLIDARITE
Durant ce trimestre plusieurs sujets ont retenu particulièrement notre attention : La station d’épuration : Comme bon nombre de Cloharsiens nous suivons avec grand intérêt l’évolution des démarches qui conduiront nous l’espérons rapidement au choix définitif de l’implantation de cette station. Un entretien avec le Maire nous a dernièrement éclairés sur les démarches entreprises et les différents contacts prévus avec tous les interlocuteurs. Nous demeurons très attentifs à la solution qui respectera les nombreux impératifs, qu’il s’agisse de l’esthétique, du coût de réalisation, de l’implantation environnementale, ainsi que la technique retenue, connaissant l’urgence que revêt une telle réalisation. Le site Capitaine Cook : Nous avons pris note de la déclaration d’intention d’aliéner du propriétaire qui voulait vendre compte tenu que le projet Eiffage avait échoué. L’estimation demandée aux domaines représentant un montant qui semble ne pas convenir au vendeur du site, de nouvelles négociations sont en cours sachant que le financement serait pris en charge par EPF (établissement foncier régional)et le projet soutenu par le président de région. Nous avons fait savoir en séance publique que nous soutiendrions toute négociation ayant pour base l’estimation des domaines. La salle des fêtes : Nous proposions dans notre programme la construction d’un espace polyvalent de taille moyenne plutôt que la rénovation que nous redoutions trop coûteuse et la superficie insuffisante. A l’usage les utilisateurs de cette salle nous donnerons peut-être raison ? La suite au prochain Numéro…. Les 10 ans de LTB La Thermodynamique de Bretagne a fêté ses dix ans d’existence le 26 septembre 2009 en présence du Préfet du Finistère, du Président de la CCI Quimper-Cornouaille et du vice-Président du Conseil général. Implantée à Clohars-Carnoët (zone de Keranna) cette PME qui compte aujourd’hui 25 salariés est devenue l’une des spécialistes de la climatisation dans un secteur réputé difficile. Nous saluons ici son Président Claude Chatron.

Soutenir nos agriculteurs !
Le 11 septembre, notre conseil municipal a pris position pour soutenir le mouvement des éleveurs laitiers. Le lundi 3 octobre, nous nous sommes associés à l’opération «  Mairie morte » qui a eu lieu sur tout le territoire de la Cocopaq. Avec les professionnels, c’est un véritable signal d’alarme que lancent toutes les collectivités de notre territoire pour sauver notre agriculture. Les éleveurs laitiers, les producteurs de porcs, les légumiers ne pourront plus vivre si le produit de leurs ventes ne couvre même plus leurs charges d’exploitation ! La concurrence encourage des exploitations toujours plus grandes et un type d’élevage intensif, contraire à la santé et à la nature. Les élus qui siègent à la commission Européenne ne se posent pas la question du modèle d’agriculture que nous voulons promouvoir. Ils ne se préoccupent que des prix, qu’ils veulent toujours tirer vers le bas... Est-ce ainsi que l’on doit penser l’économie et nos modèles de vie ? Il est grand temps de redéfinir le rôle de notre agriculture. Elle doit permette de nourrir les populations de notre planète en étant respectueuse de l’environnement et bien sûr, assurer à ceux qui en vivent des revenus corrects. En tant qu’élus, nous savons également le rôle essentiel joué par les agriculteurs dans l’aménagement du territoire. Que seraient nos paysages, si les parcelles exploitées n’étaient plus entretenues, qui s’en occuperait  ? Avec quels moyens  ? Devonsnous nous résigner à voir nos élevages laitiers quitter définitivement les herbages des prairies pour se nourrir uniquement de céréales dans des hangars ? Enfin, n’oublions pas que pour un emploi agricole, ce sont 5 emplois induits que l’on retrouve dans les filières d’accompagnement. Clohars Carnoët dispose d’une filière agricole dynamique. Elle doit pouvoir se maintenir. Aujourd’hui, ce sont des familles entières qui vivent dans l’incertitude concernant leur devenir. Qu’ils sachent qu’ils peuvent compter, au niveau qui est le nôtre, sur notre détermination pour les aider et les soutenir.

René Le Floc’h, Jeannine Stéphan, Francis Jégou, Françoise Robino.
La principale difficulté de Monsieur le Maire : Les impôts locaux ! ( JM n° 5 page 16)

Au mépris de la réalité, M. le Maire évoque toujours l’erreur comptable commise sur les charges financières prévisionnelles du budget 2008 (intérêts d’emprunt). Il laisse même penser que l’ancienne majorité a minoré intentionnellement le montant de la dette de la Commune. La dette existait et les intérêts de celle-ci, repris dans le compte administratif 2008, ont tout de même permis de constituer une réserve de 870 710 € pour les investissements de 2009. Bien des communes, de même strate de population, nous envient cet autofinancement ! Soyons honnêtes, l’augmentation du taux des impôts de 10% dont 5% pour les soi-disant intérêts d’emprunt n’est pas justifiée. Mais pour maintenir le même niveau de réserve tout en appliquant une politique conduisant à une importante augmentation des charges de fonctionnement il faut largement puiser dans la poche du contribuable et amputer ainsi son pouvoir d’achat !» De mémoire de Cloharsien, les impôts locaux n’ont jamais subi une hausse annuelle des taux de 10 %, hausse qui se traduit d’ailleurs en 12.75 % par l’effet de la revalorisation des valeurs locatives. Ces 3 taxes locales produisent des recettes d’environ 2 360 436 €. Taxe d’habitation Taxe foncière « bâti » 1 260 586 € (2009) 1 101 051 € (2008) 1 040 327 € 891 107 € Taxe foncière non « bâti » 59 527 € 53 523 €

La charge financière prévisionnelle 2009 (intérêts d’emprunts) ne représente que 10.66% (10.47% en 2008) de la totalité des impôts perçus. Ne sursautez pas à la réception de vos avis d’imposition ! De toute façon il faudra payer. Mais demandez vous si cette augmentation était obligatoire ! Pour les élus de la liste « Accueil, Essor, Tradition »la réponse est NON ! Les recrutements nouveaux, les dépenses d’ordre culturelles et à effets démagogiques, les augmentations des indemnités des élus et de certaines subventions pouvaient être réduits, différés ou ne pas exister. Il est à souhaiter que ce sera la seule augmentation de la mandature (rappelons qu’elle s’est limitée à 1.35% par an de 2001 à 2008). Enfin, l’ancienne municipalité avait prévu un désendettement en 2008 en parallèle de l’opération foncière de Kernévénas qui n’a pu se réaliser en raison des exigences de la nouvelle municipalité envers le promoteur.. Petit «Couac» : L’accueil des sauveteurs pour la sécurité de nos plages manquait pour le moins de chaleur ! Pas de logements à disposition, mais une enveloppe qui ne couvrait même pas les frais d’un emplacement de toile de tente ! Heureusement que certains avaient des relations amicales avec des habitants du Pouldu, cela leur a permis de dormir au sec ! Il est à craindre que l’année prochaine, ils ne se précipitent pas pour venir travailler à Clohars-Carnoët et nous les comprendrions. A propos du «Pavillon bleu» : Il serait honnête de reconnaître qu’il flotte à nouveau sur notre commune grâce aux travaux de l’ancienne équipe municipale (amélioration sensible des capacités de la station d’épuration, contrôle de l’évacuation des eaux usées). Il faut aussi savoir que l’acquisition de ce label n’est pas gratuite et que de nombreux maires critiquent les conditions de son attribution. (Ouest-France du 3 août 2009 page 5)

42

vie associative
L’association de musique traditionnelle a été créée en 1997 par une poignée de personnes aimant la musique bretonne et désireuse de développer un enseignement musical sur Clohars. Au départ, cet enseignement était principalement basé sur l’oralité, aujourd’hui le travail par l’oralité persiste mais les élèves apprennent aussi à partir de tablatures et de partitions. La musique bretonne reste la dominante principale mais les professeurs sont à l’écoute des envies de leurs élèves et le blues, le jazz, le rock et la variété ne sont pas oubliés. La musique étant une activité onéreuse, notre souhait premier était de rendre la musique accessible à un maximum d’enfants. Le 9 septembre 2008 l’association a donc signé une convention avec la municipalité nous allouant une subvention supplémentaire pour les cloharsiens de moins de 18 ans, ainsi depuis la rentrée 2008 nous avons pu diminuer considérablement le prix des cours pour ces jeunes et appliquer un tarif dégressif pour les fratries.

: L’Association de Musique traditionnelle
individuels

Les enseignements

:

- La guitare, le mardi, le vendredi et le samedi avec Michel Le Guével et Erwann Kervella. - Le violon, le mardi, le jeudi et au cas par cas selon la disponibilité des élèves avec MarieAgnès Huet et Nicolas Lopez. - L’accordéon diatonique, le lundi avec Yann-Fanch Perroches. - L’accordéon chromatique, le samedi avec Denis Guillou. - La flûte traversière classique et la flûte à bec, le samedi avec Catherine Blanchard. - La flûte traversière bois, le saxophone, la flûte irlandaise, le biniou et la bombarde le mercredi avec Yves Campo. - La clarinette, le mercredi, vendredi et samedi avec Michel Le Guével et Yves Campo.
Tarif à l’année comprenant l’adhésion, les cours individuels et collectifs :

Adulte : 306 € / - de 18 ans cloharsien, 1er enfant : 231 € / Autres enfants de la fratrie : 206 € / - de 18 ans des communes extérieures : 281 €
Les enseignements collectifs :

- L’éveil musical pour les enfants de 3 à 6 ans se déroule le vendredi après l’école. Ce cours dure 45 minutes, les enfants sont initiés à la musique de façon très ludique, ils découvrent et manipulent de nombreux instruments et chantent, accompagnés au piano par leur professeur Corinne Didé. Tarif des cours d’éveil à l’année, adhésion comprise : 75 € - Le chant. Les cours collectifs de chant ont lieu un mardi par mois de 20h30 à 22h30, ils sont animés par Brigitte Kloareg qui propose de travailler sur un répertoire local et qui fera cette année une large place au chant en breton, toutefois en commençant par des airs faciles de type comptines ou chansons répétitives de façon à permettre aux élèves, même non bretonnants, de participer. Brigitte propose aussi un enseignement individuel (10 cours). Tarif 10 cours collectifs à l’année, adhésion comprise : 65 € Tarif 10 cours individuels, adhésion comprise : 160,50 € Forfait 10 cours collectifs + 10 cours individuels : 210,50 € - L’atelier d’ensemble. Un mardi sur deux de 20h30 à 22h30, un groupe d’élèves se retrouve pour jouer ensemble en autonomie, accordéons, flûtes, guitares et violons s’allient autour d’un répertoire simple (gratuit).

Les Animations :
> Deux auditions se font chaque année, la première en janvier autour d’une galette des rois et la seconde vers mai-juin lors d’un fest-noz, les élèves volontaires sont invités à présenter les morceaux appris au cours de l’année à leur famille et au public présent. 10 professeurs salariés assurent l’enseignement musical qui globalise 21 cours individuels et 8 cours collectifs par élève à l’année, les cours ont lieu à la maison des associations. - Le cours individuel dure 30 minutes et inclut la pratique de l’instrument et la formation musicale. - Les cours collectifs ont lieu un samedi matin par mois, ils durent de 10h à 12h, le groupe des élèves débutants ( minimum 1 an de pratique) est encadré par un professeur et le groupe des musiciens confirmés par 2 professeurs. Ce cours collectif permet aux élèves d’apprendre à jouer en harmonie avec d’autres instruments autour d’un répertoire commun. > La pratique en cours collectifs permettant d’avoir un répertoire commun, les élèves de l’association rencontrent moins de difficultés pour jouer ensemble lors des manifestations locales, ils animent depuis plusieurs années les randonnées musicales organisées par l’association « Dre Ar Vinojen » et cette année ils ont joué à la maison de retraite « Amzer Zo » et sur le marché dans le cadre de la fête de la musique. > Chaque année, l’association organise des stages avec des musiciens de renom, dernièrement Nicola Hays en violon et Régis Huiban en accordéon . Ces stages qui durent la journée, permettent aux élèves de se perfectionner dans la technique musicale, d’élargir leurs connaissances, d’étoffer leur répertoire mais aussi et surtout de rencontrer et tisser des liens avec les élèves venant d’autres communes, ces rencontres et ces échanges avec ces artistesenseignants sont la base du développement de notre patrimoine musical. > Un stage avec la guitariste Hélène Brunet aura lieu prochainement sur novembre ou décembre. > Des Rencontres avec des luthiers ont également lieu, Philippe Roguez du « piano à bretelles» à Rennes est ainsi venu présenter ses accordéons et enseigner aux élèves la façon de les entretenir. Une visite dans un atelier de réparation de violons est en projet pour cette année. > Cette année devrait se clôturer par un fest-noz à la salle des fêtes au mois de juin animé par les professeurs et les élèves de l’association et par des groupes musicaux amis qui nous sont fidèles et nous apportent leur aide depuis le début de cette aventure musicale associative.

43

Novembre 11 : Cérémonies patriotiques à la salle des fêtes 14 : Repas gourmand à la salle des fêtes - ND de la Garde 20 : Conférence Observatoire du patrimoine maritime culturel de Bretagne 21 : Repas à la salle des fêtes - Amicale laïque du Bourg 27 : LAMA 7 : Pierre Bastien + une expo à la Salle des fêtes 29 : Journée du panier - Dre ar Vinojen - Salle des Fêtes Décembre 06 : Téléthon - Repas à la salle des fêtes - ABC 18 : LAMA 8 - Concert à Kloar 20 : Marché de Noël et Crèche vivante au Pouldu (parking OTSI)

Etat civil Juillet-Août-Septembre 2009
Bienvenue aux nouveaux petits Cloharsiens, félicitations aux parents de Enora ORVOËN, Lola CORNEN, Manon RIEGER, Antoine LE GUENNEC, Maïwenn COSTAOUEC-POUSSIN, Timothée SAULAIS, Hael BARRAUD, Lauryne Le Noac’h. Ils nous ont quittés. La ville présente ses condoléances aux familles de Régis FLOC’H, Karl HUDRÉAUX, Anne Marie LE GOFF veuve DELEN, Jean ROUX, Paul TANGUY, Françoise LECLERC veuve WITTé, Charles DE LA POIX DE FREMINVILLE, Mathieu MARECHAL, Roger LE ROUX, Alexandrine MéRER épouse ENDRéO. Ils se sont mariés. La ville présente ses vœux de bonheur à : Solenn KERDELHUÉ et Sébastien LE THOËR, Guénaëlle JOLYS et Stéphane KERAVAL , Marine GLON et Nicolas DUPONT, Guenaëlle PLOS et David CRéAC’H, Elodie MOREAU et Anthony LE FER, Chantal LEMONNIER et Marc MEIGNAN, Céline NICOLAS et Simon CORRé, Marie CHEREL et Thierry MICHEL.

Si vous souhaitez faire passer une information dans le journal municipal, contactez Laëtitia Villemin en mairie.
Téléphone : 02 98 71 53 90 - Fax : 02 98 71 59 83 Internet : http://www.clohars-carnoet.fr - E-mail : mairie@clohars-carnoet.fr