Vous êtes sur la page 1sur 110
SAINTS! | NS) MYeajeure hi Qaywi 220 Mey s a ao a | 4 a j Introduction Test un monde nommé Asthar, quelque part dans le rmultiréve, qui poséde une déchirure du réve d'un. genre unique : un phénoméne complexe présentant tant6t des phases jaunes (arrivée) et tant6t vilettes (depart). Ce phénoméne regut le nom de Tourer. Le Tourneréve suscita longtemps la méfiance des Astharéens, Par le jaune, il arivait parfois des voyageurs, ‘qui relata‘ent leurs aventures ; par le violet, etait inva- Fiablement des disparitions sans lendemain, Cependant, au fil du temps, par le recoupement des récits des arti- vants, puis grice au courage de hardis pionniers volon- taires pour s'engouffrer dans le violet, les Astharéens fini- rent par identifier trois autres réves distinct, les vister, et plus important que tout, en revenir. Ces trois autres r8ves possédaient quant eux des déchirures « normales », jaunes ou violettes. Nombre des violettes menaient vers des ailleurs ineonnus, et sont encore aujourd/hui un mys- ‘re pour fa plupart, mais les Astharéens en découvrirent aqui les ramenérent chez eux, aboutissant précisément & tune phase jaune du Tourneréve, Découvrir et identifier ces passages demanda évidemment du temps, dinnom: brables tdtonnements, sans oublier le sacrifice de tous les hardis piomniers qu’on ne revic jamais. Mais de cette maniére, des échanges réguliets 'instaure- rent peu peu avec les terrtoites doue-réve, chacun trou- vant son intérét dans lafare. Lune des phases connuies dt Toureréve aboutisait aux fertiles plaines d'Onis, vér- table grenier 8 blé ; une autre menait® la cité Endryamir, prés de’ montagnes riches en métaux la troisiéme menait non loin de la forteresse de Toumane, en un lieu de brumes cet de marécages ot les Humains étaient depuis toujours en guerre avec les Saures. Le blé d'Orsis permit de nourtir Endryamir, en proie de fréquentes disetes § le fer de fa cité permit de mieux armer les chevaliers de Toumane ; et «quand Orsis connut des déferlements de Groins, les cheva- liers purent arriver la rescousse. Chacun devint bient6t indispensable aux autres De out cela, ce fut naturellement Asthar qui profita le plus, jouant le role de médiateur, de négociateur, et sur- tout de passeur. Les déchirures devenant mieux connues, il Savéra en effet qulaucun des trois réves ne communi: quait directement avec les autres. Pour aller POrsis & Endryamir, de Toumane & Orsi, d'Endryamir & Toumane, etc, il fallaic obligatoirement transiter par Asthar, via la phase idoine du Tourneréve. Dans ces reves, on finit par identifier des déchirures menant a d'autres r8ves encore, do’ il fut possible de revenir, ayant découvert les déchi- rures de retour. Ces autres réves purent & leur tour com- ‘muniquer entre eux, toujours via Asthar. Cela commen- gait 8 devenir complexe. Il advint alors ce qui devait arrives: Ce fut Asthar qui contréla ensemble, chef unique de ce qui devint officiellement I'Uniréve : une structure politique étendant son pouvoir sur différents ter ritoires, eux-mémes disséminés dans différents réves. Mais & mesure que cette structure se mettait en place, 'Uninéve devint bien autre chose encore : une idée, une sigantesque idée ! Les Sages avaient en effet courume de dire : « Dans leur infinie puissance de réver, les Dragons re révent pas qu’un monde, mais une multitude, et Pen- semble de leurs songes, communs ou isolés, semblables ou dlisparates, forme le Multiréve. » Les Astharéens eurent bient6t une interprétation différente, Hs affirmérent du'autrefois, avant le Grand Reveil qui marqua la fin du ‘Second Age, le réve était en réalité unique. Ce fut le cau- chemar engendré par Pabus de pouvoir des haut-révants qui le déchira et Mparpilla. Lors, s'étant rendormis, les Dragons ne purent faire autrement que de le reprendre en Vétat, cestaedire dislogué, déchiré, leur sommeil encore trop agité par le souvenir du récent cauchemar. Puis le emps past... out cela, affirment maintenant les Astharéens, c'était le Troisitme Age. Voici venir le Quatriéme. Les Dragons se sont pleinement rendormis, leur sommeil devenu plus fort, et tout naturellement, leur réve cherche & retrouver son unité. Nous nvavons pas affaire & un multnéve comme dans la croyance obscurantiste du Troisiéme Age, mais & un uninéve, Cet uniréve est morcelé, mais nen constitue ppas moins un tout. Et nots, Asthar, avec notre Tourne- réve, manifestation unique de la volont€ des Dragons, ne somes pas seulement ce quil reste du Grand Empire qui domina le réve unique de tout le Second Age, nous sommes le centre du Grand Uniréve, nous sommes PCEiL de Dragon ! Podtes et philosophes nommérent en effet Asthar PCE de Dragon, en raison de sa position centrale, pivot dela struc- ture avec son étonnanr Toureréve. Les trois premiers réves reconnus furent appelés a Tete de Dragon. Les quelques réves doi il était possible de revenir en partant de la Tete, constituérent I'Aile de Dragon. Quant au reste, Ja multitude confuse qui — il faut bien Pavouer — res- semble fort A 'ancienne conception du multiréve, ce fut la Queue de Dragon. Mais les Astharéens sont optimistes. Ce nest pas en un jour que pourront étre réparés les dommages de la fin du Second Age. Il fauciea du temps, de la patience et de la ténacité. Pour cela, la tiche d’Asthar est non seulement de rassembles, mais out autant — sinon plus encore —de régner. Lordre ne doit pas seulement étre ramené, mais ‘maintenu. Puis un jour viendra 0}, I"Aile nvayant cessé de Sagrandit et de porter toujours plus loin le sommeil des