Vous êtes sur la page 1sur 80

Il était une fois

le darwinisme

HARUN YAHYA
Table des matières

Introduction

L’écroulement des mythes du darwinisme et la définition correcte de la science

Autrefois, la vie était supposée être simple

Autrefois, les archives fossiles étaient supposées prouver l’évolution

Autrefois, fut lancée la quête du chaînon manquant

Autrefois, on ne disposait pas de l’information biologique

Autrefois, les preuves embryologiques étaient supposées prouver l’évolution

Autrefois, régnait le mythe des caractéristiques imparfaites

Autrefois, existait le mythe de l’ADN poubelle

Autrefois, l’origine des espèces était supposée se trouver dans la spéciation

Autrefois, existait le scénario de "la série de chevaux"

Autrefois, il y avait l’histoire des mites poivrées

Jusqu’à récemment, il était question d’histoires sur le dino-oiseau

Conclusion
Introduction

A travers le temps, les hommes observèrent l’univers et tentèrent de résoudre ses énigmes. Pour
répondre à des questions épineuses, de nombreux scientifiques firent des découvertes relativement
importantes étant donné les restrictions de leurs époques. D’autres se firent remarquer en dépit du fait que
leurs déclarations furent plus tard assimilées à des erreurs scientifiques.
Claudius Ptolémée était un scientifique et un philosophe du 2 ème siècle à Alexandrie, qui était alors le
centre des recherches scientifiques. Il observait les cieux afin de mieux connaître l’univers et la place de la
Terre dans celui-ci et d’étudier les mouvements du Soleil, de la Lune et des étoiles. Il conclut finalement
que la Terre devait être au centre de l’univers. Selon sa théorie, la Terre était inerte tandis que le Soleil, la
Lune et les étoiles tournaient autour d’elle. Ses écrits attirèrent beaucoup l’attention. Traduits en plusieurs
langues, ils eurent une grande influence, surtout sur la culture européenne. L’église catholique fonda sa
théologie sur le modèle centré sur la Terre de Ptolémée. Peu de temps après, des bruits sur des
contradictions au sein de la théorie se répandirent. Mais ils furent rapidement étouffés en raison de la grande
popularité de Ptolémée. Or, une fois ces contradictions dévoilées il n’était plus possible de les ignorer. Au
15ème siècle, Copernic en démontrant les erreurs de Ptolémée s’opposa fermement à l’idée d’un univers
centré sur la Terre. Au fil des siècles, on découvrit que la Terre est une planète évoluant autour du Soleil,
n’étant lui-même qu’une étoile parmi des millions d’autres dans la voie lactée et que la voie lactée n’est
qu’un exemple des innombrables galaxies composées d’étoiles.
Les hommes furent toujours fascinés par le feu et les flammes, mais ses énigmes ne furent toujours
pas résolues. Vers la fin du 17ème siècle, un scientifique allemand, G.E. Stahl tenta de découvrir la source du
feu. Suite à des expériences, il établit que le feu était causé par une substance invisible nommée
phlogistique, qu’il croyait capable de pénétrer les objets et de s’en dégager. Tout objet contenant le
phlogistique brûlait rapidement, alors que les substances dépourvues de phlogistique ne brûlaient pas. La
fumée s’échappant de l’objet se consumant était assimilée à l’expulsion du phlogistique, à mesure que le
matériau rétrécissait et s’affaiblissait. On croyait également qu’en étouffant le matériau brûlant, on
empêchait l’expulsion du phlogistique et donc le feu de brûler. On observa cependant que les métaux ne
rétrécissaient ni ne s’affaiblissaient à mesure qu’ils brûlaient. Aussi certains doutes émergèrent-ils à propos
de la réalité du phlogistique.
Vers la fin du 18ème siècle, on découvrit que l’atmosphère est composée de différents gaz. Certains
tentèrent d’expliquer les différents modes de combustion de ces gaz à l’aide de la théorie du phlogistique,
mais les expériences menées avec l’oxygène révélèrent l’invalidité de la théorie. Grâce à ses observations
sur la combustion de métaux dans l’oxygène, Antoine Lavoisier, scientifique français, découvrit que le
poids du métal en train de brûler augmentait, tandis que la quantité d’oxygène diminuait. Ses expériences
démontrèrent la source du feu. Les objets brûlent s’ils peuvent absorber de l’oxygène. La substance
hypothétique appelée phlogistique n’avait jamais existé !
L’explication fournie quant à l’origine de l’électricité constitue un autre exemple des erreurs
scientifiques de l’histoire. Dans les années 1780, le physicien italien Luigi Galvani mena des expériences
avec des animaux et il tomba soudainement sur une nouvelle source d’électricité ou tout du moins le crut-il.
Au cours de ses tests avec les grenouilles, il remarqua que les muscles de la patte de la grenouille se
contractaient quand ils étaient en contact avec un métal. Il conclut alors que le métal extirpe de l’électricité
des muscles et des nerfs des animaux.
Galvani n’avait fait l’expérience que sur une seule patte et avec un seul morceau de métal. Alessandro
Volta, un de ses collègues qui soupçonnait la réelle explication de cette expérience, entama ses propres
recherches sur la question. Il attacha donc les deux bouts d’un fil métallique à la patte d’une grenouille mais
n’observa aucune contraction musculaire. Volta réfuta l’idée selon laquelle l’électricité pouvait provenir
d’une grenouille ou d’un tout autre animal. L’électricité est produite par un courant d’électrons, et il s’avère
que le métal conduit les électrons plus facilement. La théorie de “l’électricité animale” n’était qu’une simple
erreur à un certain moment dans l’histoire.
Ces exemples démontrent à quel point dans le passé des théories totalement fausses ont pu être
avancées. Les scientifiques furent piégés dans leurs erreurs que ce soit à cause du matériel de recherche
rudimentaire de l’époque, à cause de leur compréhension limitée ou à cause de leurs préjugés. De toutes les
erreurs scientifiques, la plus durable et la plus importante dans sa portée historique est la théorie à propos
des origines de la vie. Cette théorie totalement illogique a une influence plus notoire que les exemples cités
plus haut. Cette erreur, connue sous le nom de darwinisme, associe une vision du monde matérialiste à la foi
en l’évolution.
Il fut un temps où cette théorie était considérée comme scientifique en dépit des preuves insuffisantes.
Le livre de Charles Darwin L’origine des espèces était considéré incohérent, même à l’époque de sa
publication en 1859. Il parvint néanmoins à susciter un intérêt dans certains cercles. Darwin fit des
hypothèses sans le bénéfice des connaissances en génétique et en biochimie. Les affinités entre la théorie de
Darwin et la philosophie matérialiste étaient claires. Darwin tenta d’expliquer les origines de tous les êtres
vivants en termes de hasard et de facteurs matériels. C’est pourquoi sa théorie rejetait l’existence d’un
Créateur. Il fallut une série de découvertes au cours du 20ème siècle pour démontrer que cette théorie était
complètement fausse, irrationnelle et illogique.
Dans quelques cercles scientifiques, le darwinisme reste une obsession, mais il n’en demeure pas
moins que le darwinisme est mort. Toutes les suppositions scientifiques qui soutenaient autrefois la théorie
se sont écroulées, les unes après les autres. Le darwinisme survit uniquement à travers une poignée de
scientifiques fanatiques épousant la philosophie matérialiste sur laquelle il repose. Le monde du darwinisme
ressemble à l’Union soviétique dans la deuxième moitié des années 80, lorsque l’idéologie communiste
s’était effondrée mais que les institutions du système communiste demeuraient existantes. Les générations
endoctrinées continuaient à épouser aveuglement l’idéologie communiste. En raison de leur dogmatisme,
les systèmes communistes qui pour des raisons pratiques s’étaient effondrés parvinrent à survivre un peu
plus longtemps. Des politiques comme celles de Glasnost et de Perestroïka étaient censées réformer et
instiller un renouveau. Mais l’inévitable chute eut lieu.
Longtemps avant cet effondrement, certains pressentirent l’épuisement du communisme. De
nombreux observateurs occidentaux écrivirent que l’établissement soviétique ne pouvait que ralentir une
chute inévitable pendant un certain temps.
Dans ce livre, nous décrivons comment le darwinisme était déjà révolu d’un point de vue
scientifique. Il parvint à convaincre pendant quelques temps mais on se rendit enfin compte que la théorie
ne disposait d’aucune base scientifique. Les idées ayant étayé le darwinisme pendant les 150 dernières
années ne sont plus valables. Toutes les prétendues preuves de l’évolution ont été réfutées, une par une.
Bientôt, tous les membres de la communauté scientifique œuvrant sous la désillusion d’une telle théorie
verront enfin la vérité et s’étonneront de leur aveuglement. Comme le dit le scientifique suédois Søren
Løvtrup : “Je crois qu’un jour le mythe darwiniste rejoindra les rangs du plus grand mensonge de l’histoire
de la science.”1 Pour que l’on se rende compte de ce fait, toutes les données scientifiques sont là. Il ne reste
plus qu’elles soient acceptées par certains cercles scientifiques.
Au cours des pages suivantes, nous examinerons certaines de ces données scientifiques qui mirent à
mal la théorie de l’évolution. Nous montrerons ainsi que cette terrible erreur est imputée au niveau
scientifique inadéquat du 19ème siècle.
L’écroulement des mythes du darwinisme
et la définition correcte de la science

Si aujourd’hui on demandait aux journalistes, aux écrivains, aux philosophes, aux scientifiques, aux
académiciens ou aux étudiants universitaires pourquoi ils croient à la théorie de l’évolution et quelles sont
leurs preuves, ils répondront pour la plupart avec des mythes non-scientifiques. Nous pouvons établir une
liste des mythes les plus répandus, mais tout autant faux :
1. Les défenseurs de l’évolution affirment que les expériences scientifiques ont montré que la vie
est née spontanément, suite à des réactions chimiques. Alors qu’en réalité, aucune expérience
scientifique ne prouve rien de tel. Il fut même plutôt démontré que cela était théoriquement
impossible.
2. Ils pensent que les archives fossiles permettent d’illustrer le processus d’évolution sur terre. Au
contraire, tous les fossiles pointent vers une histoire naturelle tout à fait différente de celle de la
théorie de Darwin. Les espèces ne sont pas nées d’une série d’étapes évolutives, mais furent
créées dans leur perfection en un instant.
3. Ils pensent que le célèbre fossile d’archéoptéryx est la preuve de l’évolution des reptiles en
oiseaux. Or, il fut démontré que l’archéoptéryx était un véritable oiseau capable de voler. Sans
compter qu’aucun ancêtre reptile n’a jamais été découvert. Pas un seul élément ne vient défendre
la thèse évolutionniste de la transformation des reptiles en oiseaux.
4. Pendant des années, “l’évolution du cheval” était représentée comme l’une des preuves les mieux
documentées de la théorie de l’évolution. Des mammifères quadrupèdes ayant vécu à différentes
périodes furent classés en ordre croissant de taille. Cette “série de chevaux” fut exposée dans les
musées d’histoire naturelle. Des recherches récentes ont montré néanmoins que les créatures de
cette série ne présentaient pas de liens généalogiques. Par conséquent, la classification était
sérieusement erronée dans la mesure où les créatures censées être les ancêtres des chevaux
avaient fait leur apparition après le cheval.
5. Ils croient que les célèbres mites de la révolution industrielle en Angleterre constituent une
preuve de l’évolution par sélection naturelle. Cependant, le changement de couleur qui se
produisit chez les mites pendant la révolution industrielle n’est nullement dû à la sélection
naturelle. Ces papillons ne changèrent pas leur couleur. Il s’avéra uniquement qu’il y avait plus
de mites de couleur pâle au début mais que les conditions environnementales diminuèrent leur
nombre et firent que le nombre de mites de couleur foncée augmenta. Une fois que l’on comprit
qu’il s’agissait là d’une fraude scientifique, les évolutionnistes perdirent une preuve de plus.
6. Ils avancent que dans les restes fossiles, des traces d’“hommes singes” existent prouvant ainsi
que les êtres humains descendent d’un ancêtre commun avec les singes. Cette idée ne repose
pourtant que sur des hypothèses et des préjugés. Les évolutionnistes eux-mêmes sont forcés de
reconnaître qu’il n’existe aucune preuve fossile de l’évolution humaine. Richard Leakey,
paléoanthropologue, écrit :
David Pilbeam commente de façon narquoise : “Si vous ameniez un scientifique intelligent d’une
autre discipline et si vous lui présentiez les maigres preuves dont nous disposons, il dirait très certainement :
‘Laissez tomber : cela ne suffit pas pour continuer’.” Ni David ni les autres impliqués dans la recherche de
l’humanité ne peuvent évidemment suivre ce conseil. Mais nous sommes pleinement conscients des dangers
des conclusions tirées de preuves si incomplètes.2
David Pilbeam, auquel Leakey fait référence, est également un paléontologue évolutionniste. Il
reconnaît :
Mes réserves ne concernent pas tant ce livre [Origins de Richard Leakey] mais tout le sujet et toute la
méthodologie de la paléoanthropologie… Peut-être que des générations d’étudiants de l’évolution humaine,
y compris moi-même, se sont débattues dans l’obscurité, … notre base de données est trop maigre, trop
glissante pour qu’elle puisse coller avec nos théories.3
Les fossiles attribués aux prétendus ancêtres des êtres humains se sont avérés appartenir soit à des
espèces disparues de singes soit à des races différentes d’êtres humains. Par conséquent, les évolutionnistes
se retrouvent sans la moindre preuve soutenant leur thèse de l’ancêtre commun entre les êtres humains et les
singes.
7. Ils affirment que les embryons des êtres humains et des autres créatures subissent le même
“processus d’évolution” dans l’utérus de leurs mères ou dans leur œuf. Ils vont même jusqu’à
dire que l’être humain a des branchies qui finissent par disparaître au cours de son
développement. Il fut démontré que ces allégations étaient dénuées de tout fondement et qu’elles
reposaient sur une fabrication scientifique majeure. Le biologiste évolutionniste du nom d’Ernst
Haeckel fut le premier à défendre cette idée. Il modifia délibérément ses croquis pour suggérer la
ressemblance entre les embryons. Plus tard, les scientifiques évolutionnistes reconnurent qu’il
s’agissait d’une fabrication non-scientifique.
8. Ils pensent que les êtres humains et les autres êtres vivants possèdent des vestiges d’organes
ayant perdu leur fonction. Ils croient même qu’une grande partie de l’ADN n’a aucune fonction.
Or on sait bien que ces idées sont le résultat d’une ignorance scientifique. Avec le temps, les
progrès de la science ont mis en valeur les fonctions spécifiques à chaque organe et à chaque
gène. Les créatures vivantes n’ont pas d’organes ayant cessé de fonctionner à cause d’un soi-
disant processus d’évolution. Au contraire, ces créatures dotées d’organes pleinement
fonctionnels sont la preuve non pas du hasard mais d’une création parfaite.
9. Ils pensent que la variation au sein d’une espèce, par exemple les différences de taille et de forme
des becs des fringillidés des Iles Galapagos, constitue une preuve solide de l’évolution. Or ce
n’est nullement le cas. Des micro-changements dans la structure du bec d’un oiseau ne peuvent
pas créer de nouvelles données biologiques sous la forme de nouveaux organes et ne relèvent
donc nullement de l’évolution. Même les néo-darwinistes reconnaissent aujourd’hui que des
variations au sein d’une espèce ne peuvent pas déboucher sur l’évolution.
10. Ils croient que les mutations au cours d’expériences avec des mouches à fruits ont permis de
produire de nouvelles espèces. Mais ces expériences ne donnèrent que des individus stériles et
infirmes physiquement. La mutation n’avait rien de bénéfique. Même dans le cas de mutations
effectuées sous le contrôle de savants scientifiques, aucune espèce ne put être créée. Cela prouve
que le concept d’évolution n’existe pas. Par conséquent, il est impossible de défendre l’évolution
à l’aide des mutations.
Un grand nombre de ceux qui furent interviewés en rapport à leur croyance en l’évolution ne
connaissait que quelques-uns des exemples cités ci-dessus ou leurs connaissances étaient superficielles. Ces
mythes dont ils lurent des bribes ici ou là ou dont leurs professeurs leur avaient vaguement parlé les
convainquirent de l’évolution, sans chercher à creuser davantage.
Pourtant, chacun des points cités plus hauts censés prouver l’évolution est totalement non valable. Il
ne s’agit pas là d’une affirmation sans fond mais des faits prouvés par des scientifiques critiques à l’égard
de la théorie de l’évolution, comme nous l’explorerons dans les pages suivantes.
Dans sa critique du darwinisme, Jonathan Wells4, célèbre biologiste américain, assimile les mythes de
l’évolution aux “icônes de l’évolution”. Par icônes, il entend les croyances fausses et les superstitions que
tout défenseur de l’évolution connaît par cœur. Le terme décrit des objets de vénération que des fausses
religions utilisent pour rappeler à leurs membres ce qui est sacré. Certains de ces symboles auxquels eurent
recours les dévots de la théorie de l’évolution (qui n’est en réalité qu’une religion athée) 5 sont les croquis
représentant “l’homme singe”, “les branchies dans l’embryon humain” et d’autres fabrications scientifiques
semblables. Chacune constitue néanmoins un mythe sans fond. Le livre de Wells, Icons of Evolution :
Science or Myth ? Why Much of What We Teach About Evolution is Wrong ? (Icônes de l’évolution :
Science ou mythe? Pourquoi la majeure partie de ce que nous enseignons à propos de l’évolution est faux ?)
établit une liste des dix icônes correspondant aux points que nous avons listés précédemment, en
développant dans les détails pourquoi elles sont toutes non valables.
Aujourd’hui ces mythes ont tous été discrédités et les évolutionnistes ne peuvent proposer aucune
preuve pour les remplacer. En tant que théorie, le darwinisme réussit à convaincre un public au 19ème siècle
quand les conditions scientifiques n’étaient pas sophistiquées. Mais au 21ème siècle, le darwinisme est
démodé, invalide et pour ainsi dire mort.

A propos de la religion et de la science


Avant de poursuivre l’historique de la mort des mythes darwinistes, nous devons établir l’invalidité
d’une autre idée unissant les partisans de la théorie de l’évolution.
Il n’est pas juste de supposer que la religion et la science sont en conflit. Ceux qui défendent cette
hypothèse affirment que la théorie de l’évolution doit être vraie parce que les "scientifiques" acceptent
unanimement qu’elle est prouvée scientifiquement. Ils ajoutent que la création est une théorie relevant
uniquement du domaine de la foi et non de la science. Or, ces déclarations ne sont pas basées sur les faits.
Prenons pour exemple le débat constant concernant l’enseignement de la théorie de l’évolution dans les
écoles américaines. Ce débat est uniquement porté sur un plan scientifique, mais des tentatives cherchent à
le présenter comme “un désaccord entre les églises et les scientifiques”. Des bulletins d’informations de
certains organismes médiatiques, des articles dans certains journaux sur la question, tous souffrent d’un
traitement superficiel du problème. Leurs hypothèses sont fausses pour les raisons suivantes :
Tout d’abord, la création est bel et bien défendue par des preuves scientifiques. Le débat
évolution/création n’oppose pas les scientifiques et les églises, mais les scientifiques persévérant dans leur
défense de la théorie de l’évolution et les autres scientifiques clairvoyants sur l’invalidité de la théorie.
Toutes les preuves disponibles vont contre l’évolution. C’est pourquoi la théorie de l’évolution décline aux
Etats-Unis depuis la deuxième moitié du 20ème siècle. Ce déclin motiva par ailleurs la décision dans les états
du Kansas, de la Georgie et de l’Ohio d’enseigner également les éléments invalidant la théorie de
l’évolution. Aux Etats-Unis, l’opposition est vive contre la théorie évolutionniste. Tous les membres de ce
mouvement sont des scientifiques des grandes universités du pays. Dans les années 70, le professeur Dean
Kenyon écrivit une thèse sur l’origine de la vie et l’évolution chimique qui fit de lui l’un des opposants les
plus célèbres de l’évolution. Aujourd’hui, il est devenu l’un des représentants du mouvement d’opposition
contre la théorie de l’évolution et croit que les origines de la vie ne peuvent pas être expliquées par le
concept d’évolution, mais seulement par la création.

L’héritage du dogmatisme, d’Epicure au darwinisme


Benjamin Wiker enseigne la science et la théologie à l’Université Franciscaine. Son livre Moral
Darwinism : How We became Hedonists (Le darwinisme moral : comment nous sommes devenus
hédonistes) présente de manière détaillée la théorie de l’évolution de Darwin comme une version remaniée
de la philosophie matérialiste du penseur grec Epicure et de son homologue romain Lucrèce.
Darwin suivait les idées de ces deux philosophes lorsqu’il rédigeait ses idées non-scientifiques :
1. La nature est un système qui se régule.
2. Parmi les créatures vivantes, il y a une lutte impitoyable pour l’existence ; ce qui conduit à
l’évolution au moyen de la sélection naturelle.
3. Il faut éviter de donner une perspective “téléologique” (l’idée de la naissance dans un but) à la
nature et aux êtres vivants.
Ces idées sont d’autant plus frappantes qu’elles n’ont rien de scientifiques. Ni Epicure ni Lucrèce ne
menèrent d’expériences ni ne firent des observations. Ils accordèrent leur logique à leurs propres souhaits. Il
faut noter par ailleurs que leur logique avait un point de départ intéressant. Epicure rejetait l’existence d’un
Créateur, car cela sous-entendait la croyance en l’au-delà, ce qui le limitait. Il affirmait clairement que toute
sa philosophie était le fruit de son refus à accepter cette proposition. En d’autres termes, Epicure opta pour
l’athéisme pour son propre confort psychologique. Plus tard, il entreprit de construire une vision du monde
basée sur ce choix. Il s’évertuait ainsi à expliquer l’univers et les origines de la vie selon un système athée.
Les idées qu’il adopta allaient servir plus tard de base à l’évolution.
Benjamin Wiker donne une interprétation détaillée de la relation entre Epicure et Darwin :
Le premier darwiniste ne fut pas Darwin, mais plutôt un Grec célèbre Epicure, né sur l’île de Samos
vers 341 avant JC. Il est celui qui fournit les bases philosophiques du darwinisme, parce qu’il est celui qui
façonna une cosmologie entièrement matérialiste [athée] où les agitations sans but de la matière brute
pendant un temps infini produisit, par une série d’accidents fortuits, non seulement la terre mais aussi toute
une myriade de formes de vie depuis…
Epicure élabora donc une cosmologie non pas à partir de preuves mais à partir de son désir
d’abstraire le monde de l’idée d’un Créateur. Wiker poursuit ainsi :
… Ce dédain commun pour la religion unit l’épicurisme et la modernité car nous modernes
[darwinistes] sommes les héritiers d’Epicure. A travers une longue traversée balayée par les vents, une
forme revivifiée du matérialisme épicurien devint le principe de base d’un matérialisme scientifique
moderne – la même cosmologie matérialiste que celle supposée par Darwin dans l’Origine et qui appuie
encore le rejet matérialiste du dessein dans la nature.”6
Aujourd’hui, ceux qui s’acharnent de manière tenace à défendre la théorie de l’évolution ne viennent
pas du côté de la science mais du côté de l’athéisme. Comme leur précurseur Epicure, leur attachement à
l’athéisme découle de leur conscience du fait que l’acceptation de l’existence de Dieu serait incompatible
avec leurs propres désirs égoïstes.
Dans un verset du Coran, Dieu décrit parfaitement la situation des non-croyants :

Ils les nièrent injustement et orgueilleusement, tandis qu'en eux-mêmes ils y croyaient avec
certitude. (Sourate an-Naml, 14)

Dans un autre verset, Il révèle :

Ne vois-tu pas celui qui a fait de sa passion sa divinité ? (Sourate al-Furqan, 43))

Le "clan" épicurien-darwiniste rejette l’existence de Dieu uniquement parce que Son existence
s’oppose avec leurs désirs personnels et leurs passions. En cela, ils sont très proches de ceux qui sont décrits
dans les versets ci-dessus. Par conséquent, il est incorrect de considérer la dispute évolution/création comme
un conflit entre la science et la religion.
L’évolution et la création, deux explications différentes des origines de la vie et de l’univers, existent
depuis très longtemps. Afin de comprendre laquelle de ces deux explications est correcte scientifiquement,
nous devons prendre en considération les découvertes de la science. Ici, comme dans nos autres ouvrages,
nous allons voir une fois de plus comment toutes les découvertes prouvent que la théorie de l’évolution est
fausse et que la création est vraie.

Il est faux de penser que la science doit être athée


La science n’est pas obligée d’être athée, c’est-à-dire de croire et de défendre le dogme selon lequel
l’univers est composé uniquement de matière et qu’il n’existe aucune conscience en dehors de la matière.
La science se doit d’investiguer et d’aller là où les découvertes la mènent.
Aujourd’hui diverses branches de la science telle que l’astrophysique, la physique et la biologie
démontrent clairement des exemples de création dans l’univers et dans la nature, qu’il est impossible
d’expliquer en termes d’événements fortuits. Toutes les preuves pointent vers un Créateur. Ce créateur est
Dieu dont la puissance éternelle et l’intelligence créèrent les cieux, la terre et toutes les choses animées et
inanimées qu’ils contiennent.
La “foi” non prouvée, c’est l’athéisme. Les pages suivantes montreront que le partisan le plus
important de l’athéisme, à savoir le darwinisme, est déchu.
Autrefois la vie était supposée être simple

Le darwinisme avance que tous les êtres vivants sur terre sont nés non pas dans un certain but ou un
certain plan, mais suite à des événements aléatoires. Le premier lien dans cette chaîne d’événements est
attribué au premier être vivant apparu au sein de la matière inanimée. Pour discuter de l’existence ou non
d’un processus naturel de l’évolution, il faut d’abord démontrer que la vie a pu effectivement émerger par
hasard à partir de matière inanimée.
Donc, lorsque nous comparons ce premier “lien” avec les données scientifiques, qu’apparaît-il ? Le
hasard peut-il donner naissance à un organisme vivant à partir de matière inanimée ?
Autrefois, on pensait que l’observation et l’expérimentation apportaient une réponse positive à ces
questions. On croyait alors que les créatures vivantes pouvaient évoluer spontanément au sein d’une matière
inanimée. Mais les observations et les expériences qui semblaient aller dans le sens de ces affirmations
étaient extrêmement primitives.
A l’époque de l’Egypte antique, on pensait que le nombre de grenouilles le long du Nil augmentait
pendant la saison des pluies parce que le fleuve les générait à partir de boue. Les Egyptiens croyaient que
non seulement les grenouilles mais aussi les serpents, les vers et les souris venaient de la boue de la crue du
Nil chaque été. Des observations superficielles menèrent à de telles superstitions.
La frontière entre les êtres animés et inanimés n’était pas claire pas seulement du temps de l’Egypte
antique. De nombreuses sociétés anciennes païennes considéraient que cette frontière pouvait être
facilement traversée. Dans la mythologie hindoue, le monde est né d’une immense goutte ronde de matière
appelée prakriti. De cette matière, tous les êtres animés et inanimés ont évolué et y retourneront de
nouveau. Anaximandre, ancien élève du philosophe grec Thalès, écrivit dans son livre Sur la nature que les
animaux étaient nés d’une sorte de boue bouillante dans la chaleur du soleil.
Toutes ces superstitions provenaient de la croyance selon laquelle les choses vivantes étaient des
structures simples. Cette foi fut longtemps maintenue en Europe où la science moderne commença son
développement au 16ème siècle. Mais l’idée que la structure de la vie était simple conserva encore son
influence pendant près de trois cent ans, parce que les scientifiques ne disposaient pas des moyens
d’observer les détails infimes chez les êtres vivants, particulièrement les cellules microscopiques et les
minuscules molécules.
Quelques observations et expériences superficielles suffirent à convaincre les scientifiques que la
vie était simple. Le chimiste belge Jean Baptiste van Helmont (1577-1644) fit l’expérience de répandre du
blé sur une chemise souillée. Il observa par la suite des souris se précipitant autour de la chemise. Il conclut
que les souris étaient nées de la combinaison du blé et de la chemise. Le scientifique allemand Athanasius
Kircher (1601-1680) mena une expérience similaire. Il versa du miel sur des mouches mortes et vit plus tard
d’autres mouches tournoyer autour du miel. Il supposa alors que la combinaison du miel et des mouches
mortes produisait des mouches vivantes.
Des scientifiques plus soigneux furent capables de voir que ces conclusions étaient toutes fausses.
Le scientifique italien Francisco Redi (1626-1697) fut le premier à effectuer des expériences contrôlées en
la matière. En utilisant la méthode d’isolation, il découvrit que les vers sur la viande n’apparaissaient pas
spontanément mais qu’ils provenaient d’œufs laissés par des mouches. Redi prouva que la vie ne pouvait
pas émerger de matière inanimée mais uniquement d’une autre forme vivante, un point de vue désormais
connu sous le concept de biogenèse. Le nom donné à la génération spontanée de la vie est l’abiogenèse.
La bataille scientifique entre les partisans de la biogenèse et ceux de l’abiogenèse continua jusqu’au
ème
18 siècle avec John Needham (1713-1781) et Lazzaro Spallanzani (1729-1799). Les deux firent bouillir
un morceau de viande et l’isolèrent ensuite. Needham observa l’apparition de vers sur la viande et prit cela
pour preuve de l’abiogenèse. Spallanzani répéta la même expérience à la différence qu’il fit bouillir la
viande plus longtemps. Ainsi toutes les formes de vie organiques sur la viande furent détruites et par
conséquent aucun vers n’apparut sur la viande. Bien que Spallanzani ait invalidé la théorie de l’abiogenèse,
nombreux furent ceux qui ne le crurent pas, sous prétexte que Spallanzani avait fait bouillir la viande si
longtemps qu’il tua “le pouvoir vital” qu’elle contenait.
Comme Charles Darwin développait sa théorie, la question des origines de la vie était obscurcie par
de tels débats. Nombreux étaient ceux qui croyaient que la matière non vivante pouvait générer des
bactéries et d’autres germes, si ce n’est des créatures visibles telles que les vers. En 1860, le célèbre
chimiste français Louis Pasteur réfuta le principe d’abiogenèse sans pour autant convaincre tout le monde.
Darwin ne s’attacha pratiquement pas à savoir comment la première cellule avait pu naître. Il ne fit
aucune mention du sujet dans son livre L’origine des espèces publié en 1859. Même si les expériences de
Pasteur lui posaient un problème majeur, il s’attarda à peine sur la question. Sa seule explication de
l’origine de la vie était que la première cellule avait pu naître dans une “petite mare chaude”.
Dans une lettre à Joseph Hooker en 1871, Darwin écrivit :
On dit souvent que toutes les conditions de la première production d’un organisme vivant sont
maintenant présentes, qu’elles ont toujours pu être présentes. Mais si nous pouvons concevoir, dans une
petite mare chaude avec toutes sortes d’ammoniaque et de sels phosphoriques, de lumière, de chaleur,
d’électricité, etc. présents, qu’un composant de protéine ait pu chimiquement être formé et prêt à subir
encore d’autres changements plus complexes, en ce jour présent une telle matière serait instantanément
dévorée ou absorbée, ce qui n’eut pas été le cas avant la formation des créatures vivantes.7
En résumé, Darwin affirmait que si une petite mare chaude contenait les matières premières
chimiques nécessaires à la vie, elles pourraient former des protéines qui auraient pu ensuite se multiplier et
se combiner pour former une cellule. Par ailleurs, il avançait qu’une telle formation aurait été impossible
dans les conditions présentes mais qu’elle aurait pu s’être produite dans des temps reculés.
Ces deux déclarations de Darwin relèvent de la pure spéculation, sans la moindre base scientifique.
Elles n’en inspirèrent pas moins les évolutionnistes qui lui succédèrent et qui allaient entreprendre
une tâche infructueuse pendant près d’un siècle.
Cet effort désespéré reposait sur une erreur défendue pendant des siècles, notamment par Darwin, à
savoir que la vie n’est qu’un pur hasard et une loi naturelle.
Depuis cette époque, plus d’un siècle s’est écoulé et des milliers de scientifiques ont tenté d’expliquer
les origines de la vie en termes d’évolution. Deux scientifiques, le Russe Alexander Oparin et l’Anglais
J.B.S. Haldane, tous deux marxistes ouvrirent une nouvelle voie de recherche. Ils élaborèrent la théorie de
l’“évolution chimique” stipulant, comme en avait toujours rêvé Darwin, que les molécules – les matières
premières de vie – avec l’addition d’énergie avaient évolué spontanément pour former une cellule vivante.
Au milieu du 20ème siècle, la théorie d’Oparin et de Haldane gagna du terrain car la véritable
complexité de la vie n’était pas encore pleinement comprise. Un jeune chimiste du nom de Stanley Miller
apporta un soutien apparemment scientifique à la thèse de “l’évolution chimique”.

Autrefois, il y eut l’expérience de Miller


En jetant un œil sur la littérature évolutionniste actuelle traitant des origines de la vie, vous
rencontrerez très probablement des défenseurs de l’évolution érigeant “l’expérience de Miller” au niveau de
preuve la plus importante de leurs thèses. De nombreux manuels de biologies dans plusieurs pays soulignent
à quel point cette expérience fut importante et comment elle permet d’éclairer le problème des origines de la
vie. La plupart du temps, les détails de l’expérience sont négligés. Sont également ignorés ce qu’elle
produisit et dans quelle manière elle "fit la lumière" sur les origines de la vie.
Résumons les faits pertinents qui furent détaillés dans un autre de nos livres. En 1953, Stanley
Miller, un étudiant de troisième cycle en chimie à l’Université de Chicago, sous la supervision de son
professeur Harold Urey, composa une mixture de gaz qui, supposait-il, se rapprochait de l’atmosphère de la
terre primitive. Ensuite, il exposa cette mixture à une décharge électrique pendant plus d’une semaine. Il
observa alors que certains acides aminés utilisés chez les êtres vivants s’étaient synthétisés, avec ceux qui
ne l’avaient pas été.
Les acides aminés sont les composants de base des protéines, qui à leur tour sont les matériaux de
base pour le corps. Des centaines d’acides aminés se combinent en séquence particulière au sein de la
cellule pour produire des protéines. Les cellules sont produites à partir de quelques milliers de types
différents de protéines. En d’autres termes, les acides aminés sont les composants les plus petits chez tous
les êtres vivants.
C’est pourquoi la synthèse d’acides aminés de Stanley Miller provoqua un grand remous parmi les
évolutionnistes. C’est ainsi que naquit la légende de “l’expérience de Miller” qui allait perdurer pendant des
décennies.
Or, il apparut peu à peu que l’expérience n’était pas valable. Dans les années 70, il fut prouvé que
l’atmosphère de la terre primitive était principalement composée de nitrogène et de dioxyde de carbone et
qu’elle ne contenait pas les gaz méthane et ammoniaque comme l’avait supposé Miller dans son expérience.
Le scénario de Miller ne tenait donc plus étant donné que N et CO 2 ne conviennent pas à la formation
d’acides aminés. Un article datant de 1998 dans le magazine géologique Earth résumait la question :
De nos jours, le scénario de Miller est considéré avec incertitude. L’une des raisons est que les
géologues pensent aujourd’hui que l’atmosphère primitive se composait principalement de dioxyde de
carbone et de nitrogène, des gaz beaucoup moins réactifs que ceux utilisés lors de l’expérience de 1953.8
La même année, National Geographic, un autre magazine scientifique célèbre, publia :
De nombreux scientifiques suspectent désormais l’atmosphère primitive d’avoir été différente de
celle supposée par Miller. Ils pensent qu’elle se composait de dioxyde de carbone et de nitrogène au lieu
d’hydrogène, de méthane et d’ammoniaque. C’est une mauvaise nouvelle pour les chimistes. Lorsqu’ils
essaient de faire réagir le dioxyde de carbone et le nitrogène, ils obtiennent une quantité piètre de molécules
organiques.9
En 1995, Jon Cohen fit une interprétation édifiante dans un article historique dans le magazine
Science, affirmant que les scientifiques s’intéressant aux origines de la vie ne prenaient pas en compte
l’expérience de Miller. Il en souligne les raisons comme suit : “L’atmosphère primitive ne ressemblait en
rien à la simulation Miller-Urey.”10
Il fut certifié que l’atmosphère primitive était riche en oxygène, ce qui remet en question aussi bien
l’expérience de Miller que les autres scénarios chimiques évolutionnistes. L’oxygène a en effet, la capacité
d’oxyder, c’est-à-dire de brûler complètement les molécules organiques. Dans le corps, des systèmes
d’enzymes très spéciales contrecarrent cet effet. Toutefois dans la nature, il est impossible qu’une molécule
organique libre ne s’oxyde pas.
Pendant des décennies, en dépit de tous ces faits, l’expérience Miller occupa une partie importante
dans l’explication des origines de la vie. Dans leurs manuels, les étudiants pouvaient lire que “Miller montra
comment les composants organiques peuvent être synthétisés” ou que “Miller démontra comment les
premières cellules furent formées”.
Par conséquent, de nombreuses personnes éduquées se laissèrent tromper. Par exemple, dans
certains articles ayant trait à la théorie de l’évolution, on peut lire : “La combinaison et l’ébullition d’une
matière organique telle que les acides aminés ou les protéines produisent la vie”. C’est probablement la
superstition laissée par l’expérience de Miller dans certains esprits. La vérité est qu’une telle chose ne fut
jamais observée. Comme nous l’avons expliqué plus haut, l’expérience de Miller dont l’objectif était
d’expliquer la formation des acides aminés est aujourd’hui considérée comme démodée et non valable. Elle
souffrit du même sort que la prétendue preuve de l’abiogenèse de Jean Baptiste van Helmont ou de
l’expérience d’Athanasius Kircher.
Dans son livre Algeny : A New World – A New World (Algeny : un nouveau monde – un nouveau
monde), Jeremy Rifkin fait la même comparaison lorsqu’il dit que si les scientifiques avaient pris la peine
d’avoir le moindre soupçon, ils auraient vu immédiatement que l’expérience de Miller constituait
uniquement un conte scientifique fantaisiste, tout comme les scientifiques antérieurs avaient prétendu, sur la
base d’observations de vers émergeant de poubelles, que la vie naissait de matière inanimée.11
Ceux qui estimaient que l’expérience de Miller avait produit des résultats importants ne comprirent
pas que Miller conduisit son expérience dans des conditions artificielles choisies par lui-même et n’ayant
rien à voir avec l’atmosphère de la terre primitive. L’expérience fut donc menée dans des conditions non
valables. Et surtout elle se limitait à synthétiser les acides aminés. La formation d’acides aminés n’indique
nullement la création de la vie.
Si nous comparons une cellule vivante à une immense usine, les acides aminés correspondent aux
briques de l’usine. La conception et l’arrangement de ces briques sont vitaux à l’usine. A ce jour, aucune
expérience n’a pu montrer comment les acides aminés ont pu naître spontanément ou s’organiser de manière
aléatoire de sorte à fabriquer une protéine fonctionnelle. Pour former une cellule vivante, un mécanisme
complexe doit entièrement être mis en place : des centaines de protéines différentes, des codes ADN ainsi
que des enzymes pour les lire et une membrane cellulaire perméable de façon sélective. Cependant, il n’a
pas encore été montré qu’une “évolution chimique” de la sorte était possible. Aussi croire à une telle
possibilité équivaut à croire à l’impossible. Paul Davies, le célèbre physicien et écrivain scientifique, fait un
commentaire important sur la question :
Certains scientifiques disent : “Jetez-y seulement de l’énergie et [la vie] apparaîtra spontanément.”
Cela revient un peu à dire : “Mettez un bâton de dynamite sous une pile de briques, bang et vous avez une
maison !” Bien sûr que vous n’obtiendrez pas une maison mais un beau désordre. La difficulté à expliquer
l’origine de la vie réside dans l’explication de la naissance spontanée de la structure organisationnelle
élaborée de ces molécules complexes à partir d’une alimentation aléatoire en énergie. Comment ces mêmes
molécules complexes spécifiques ont-elles pu s’assembler ?12
En réalité, l’exemple de Davies contient la solution au problème de l’origine de la vie. Est-il
raisonnable de supposer qu’une maison puisse se construire suite à une explosion ? Est-il raisonnable
ensuite d’élaborer des théories sur comment ? Ou est-il plus raisonnable de croire que la maison était le
résultat d’une création et d’une organisation supérieures ? La réponse est évidente.
Au cours des vingt dernières années, durant lesquelles les détails complexes de la vie ont pu être
compris, de nombreux scientifiques ont rejeté le mythe de l’évolution chimique et ont commencé à donner
une nouvelle réponse aux origines de la vie : la création.

La complexité étonnante de la vie


Le point de départ qui rendit le fait de la création manifeste à tous est la complexité de la vie, dont
on ne soupçonnait rien du temps de Darwin. Dans son livre datant de 1996, Darwin’s Black Box (La boîte
noire de Darwin), Michael Behe, professeur en biochimie à Lehigh University écrit à propos de la
découverte de la complexité des êtres vivants :
Depuis le milieu des années 50, la biochimie a minutieusement élucidé les fonctionnements de la vie
au niveau moléculaire. … La science du 19ème siècle ne pouvait même pas deviner les mécanismes de
vision, d’immunité ou de mouvement, mais la biochimie moderne a pu identifier les molécules qui
permettent ces fonctions ainsi que d’autres. On s’attendait autrefois à une base de la vie excessivement
simple. Cette attente a été démolie. La vision, le mouvement et les autres fonctions biologiques se sont
avérés non moins sophistiqués que les caméras de télévision ou les automobiles. La science a fait d’énormes
progrès dans la compréhension du fonctionnement de la chimie de la vie, mais l’élégance et la complexité
des systèmes biologiques sur le plan moléculaire ont paralysé la tentative de la science d’expliquer leurs
origines. … De nombreux scientifiques ont courageusement affirmé que des explications étaient déjà
disponibles, ou qu’elles le seront tôt ou tard, mais aucun soutien de telles affirmations ne peut être trouvé
dans la littérature scientifique professionnelle. Plus important encore, il existe des raisons contraignantes –
basées sur la structure des systèmes eux-mêmes – de penser qu’une explication darwiniste des mécanismes
de la vie se révélera toujours évasive.13
Qu’est-ce qui est donc aussi complexe dans une cellule ? Behe répond :
Peu après 1950, la science avança au point qu’elle pouvait déterminer les formes et les propriétés de
quelques-unes des molécules composant les organismes vivants. Lentement, minutieusement, les structures
de plus en plus de molécules biologiques furent élucidées, et leur mode de fonctionnement se déduisit
d’innombrables expériences. Les résultats cumulatifs montrent avec une clarté pénétrante que la vie est
basée sur des machines – des machines faites de molécules ! Les machines moléculaires transportent des
cargaisons d’un endroit dans la cellule à un autre le long d’“autoroutes” faites d’autres molécules, tandis
que d’autres font office de câbles, de cordes et de poulies pour maintenir la cellule sous sa forme. Les
machines allument et éteignent des interrupteurs cellulaires, tuant parfois la cellule ou la faisant grandir.
Des machines fonctionnant à l’énergie solaire captent l’énergie des photons et l’emmagasinent dans les
substances chimiques. Les machines électriques permettent au courant de circuler à travers les nerfs. Les
machines de fabrication bâtissent d’autres machines moléculaires. Les cellules nagent en utilisant les
machines, se copient avec les machines, ingèrent de la nourriture avec les machines. En résumé, les
machines moléculaires hautement sophistiquées contrôlent tous les processus cellulaires. Ainsi les détails de
la vie sont finement calibrés et la machine de la vie énormément complexe.14
Geraald Schroeder, physicien et biologiste moléculaire israélien, souligne cette extraordinaire
complexité :
En moyenne, chaque cellule de votre corps, à cette seconde précise, forme deux mille protéines.
Chaque seconde ! Dans chaque cellule. Continuellement. Et elles le font de manière si modeste. En dépit de
toute cette activité, nous ne pouvons rien en ressentir. Une protéine est une série de plusieurs centaines
d’acides aminés, et un acide aminé est une molécule d’une vingtaine d’atomes. Toutes les cellules, chacune
d’entre elles dans votre corps sélectionne en ce moment environ cinq cent milles acides aminés, composés
de quelques dix millions d’atomes, les organisant en des séries présélectionnées, les assemblant, vérifiant
que chaque série est sous des formes spécifiques, et envoyant ensuite chaque protéine vers un site, des sites
pour certains au sein de la cellule et pour d’autres en dehors, des sites ayant émis le signal d’un besoin de
ces protéines spécifiques. Toutes les secondes. Toutes les cellules. Votre corps, et le mien aussi, est une
merveille vivante.15
Comme l’écrivait Paul Davies, prétendre qu’un système aussi complexe puisse être le fruit du
hasard ou des lois naturelles équivaut à affirmer qu’une maison puisse se construire en faisant exploser des
briques avec de la dynamite. C’est pour ces raisons que la complexité de la vie désarme les darwinistes.
Behe dit qu’aucune de leurs publications scientifiques ne donne d’explication évolutionniste de l’origine de
la vie :
Si vous cherchez dans la littérature scientifique à propos de l’évolution, et si vous concentrez vos
recherches sur la question de savoir comment les machines moléculaires – la base de la vie – se sont
développées, vous trouverez un silence complet inquiétant. La complexité du fondement de la vie paralyse
les tentatives scientifiques visant à l’expliquer ; les machines moléculaires soulèvent une barrière encore
impénétrable à la portée universelle du darwinisme.16
En somme, les investigations menées à propos des origines de la vie ont contribué à la fin de la
théorie de l’évolution. Pourquoi donc les évolutionnistes continuent-ils à s’accrocher au darwinisme ?
Harold Urey, l’un des auteurs de l’expérience Miller, reconnaît :
Nous tous qui étudions l’origine de la vie trouvons que plus nous nous penchons dessus, plus nous
avons le sentiment qu’elle est trop complexe pour avoir évolué d’où que ce soit. Nous croyons tous comme
un article de foi que la vie est née de la matière morte sur cette planète. C’est juste que sa complexité est si
grande, qu’il nous est difficile d’imaginer que ce fut vraiment le cas.17
Urey affirme que lui et nombre de ses collègues “croient” que l’origine de la vie fut un évènement
fortuit. En réalité, la science n’était donc pas la base de leur expérience mais la foi. L’idée que rien n’existe
en dehors de la matière et que tout doit être expliqué en termes d’effets physiques relève de la philosophie
matérialiste.
Le darwinisme s’est effondré scientifiquement et seule la foi aveugle en sa philosophie le maintient
en vie, mais cela ne suffira jamais à le revivifier en tant que théorie.
Autrefois les archives fossiles étaient
supposées prouver l’évolution

La paléontologie ou l’étude des fossiles se développa longtemps avant Darwin. Son fondateur fut le
naturaliste français Baron Georges Cuvier (1769-1832). Selon l’encyclopédie Britannica, il présenta les
fossiles selon une classification zoologique, montra la relation progressive entre les strates rocheuses et les
restes fossiles, et démontra dans son anatomie comparative et les reconstitutions de squelettes fossiles
l’importance des relations fonctionnelles et anatomiques.18
Cuvier était opposé à la théorie de l’évolution avancée à l’époque par Lamarck. Il insistait sur le fait
que les genres d’êtres vivants avaient été créés séparément. Il soulignait le détail et la délicatesse de
l’anatomie animale et expliquait que ses caractéristiques excluaient toute idée d’altération aléatoire. Cuvier
arguait également que “chaque espèce est si bien coordonnée, sur le plan fonctionnel et structurel qu’elle ne
pourrait pas survivre à des changements significatifs”. Il défendait également que chaque espèce avait été
créée pour son propre objectif spécial et chaque organe pour sa fonction spéciale.19
Mais Charles Darwin interpréta les fossiles différemment. Il croyait que les diverses espèces
descendaient d’un ancêtre commun unique par étapes successives d’un processus d’évolution et que les
fossiles étaient la preuve de ce processus.
L’interprétation de Darwin ne repose cependant sur aucune preuve. Au contraire, de son vivant
aucun fossile ne démontrait l’évolution. Les fossiles de créatures éteintes ne partageaient pas le type de
filiation et de ressemblance requis par la théorie de Darwin. Tous les fossiles connus, et tous les êtres
vivants connus, possédaient des caractéristiques uniques propres. Comme c’est le cas de l’histoire naturelle
aujourd’hui, les espèces du passé n’étaient pas très similaires et proches les unes des autres. Elles se
divisaient plutôt en groupes très distincts, avec des différences structurelles majeures entre elles.
C’est pourquoi Darwin ne pouvait pas utiliser les fossiles pour prouver sa théorie. Au contraire, son
livre proposait des “explications fabriquées” de sorte à déformer cette question qui lui posait un sérieux
problème. Il s’attaqua au problème dans le chapitre intitulé “Les difficultés de la théorie” et annexa au livre
un autre chapitre “Des imperfections des données géologiques” traitant de l’absence des formes de fossiles
intermédiaires.
Or dans ces deux chapitres, le problème de Darwin était évident. Sa théorie voulait que les espèces
soient nées d’une longue série petits de changements graduels. Si cela avait été le cas, des formes
intermédiaires auraiejnt dû exister reliant une espèce à une autre ; or pas la moindre trace de ces créatures
n’a été trouvée dans les archives fossiles.
Darwin fut finalement forcé de léguer ce problème aux chercheurs futurs. Il pensait que celui-ci
provenait de l’insuffisance des archives fossiles, convaincu qu’avec la découverte de nouveaux fossiles, des
spécimens viendraient prouver sa théorie. Il écrivit :
La géologie ne révèle assurément pas une série organique bien graduée, et c'est en cela, peut-être, que
consiste l'objection la plus sérieuse qu'on puisse faire à ma théorie. Je crois que l'explication se trouve dans
l'extrême insuffisance des documents géologiques.20
La prédiction de Darwin persuada un grand nombre de chercheurs de mener des fouilles en quête
des prétendues formes intermédiaires “perdues”. Ils firent de fantastiques découvertes mais avec le temps,
ils comprirent que leur excitation n’était pas fondée.
L’une de ces percées majeures eut lieu en 1860 avec la découverte près de la ville allemande de
Solnhofen d’un fossile auquel ils donnèrent le nom d’archéoptéryx, terme grec signifiant “antique aile”. En
dépit du fait qu’il s’agissait clairement d’un oiseau, certains de ses traits le rapprochaient des reptiles : les
dents, sa longue queue et les serres sur ses ailes. Ce fut une opportunité rêvée pour les darwinistes. L’un des
défenseurs les plus avides de Darwin, Thomas Huxley, annonça que l’archéoptéryx était une créature mi-
oiseau, mi-reptile. Il fut supposé que ses ailes n’étaient pas adaptées au vol, aussi en conclut-on qu’il
s’agissait d’un oiseau primitif. Cela généra une grande vague d’intérêt populaire. C’est ainsi qu’est né le
mythe de l’archéoptéryx qui allait avoir une si grande influence au cours du 20ème siècle.
On se rendit compte finalement que cette créature n’était pas un oiseau primitif, puisque son
squelette et la structure de ses plumes étaient tout à fait adaptés au vol. Ses traits semblables à ceux des
reptiles étaient partagés par d’autres oiseaux du passé et d’aujourd’hui.
Suite à ces découvertes, les spéculations évolutionnistes faisant de l’archéoptéryx le meilleur
représentant des formes intermédiaires sont largement réduites au silence aujourd’hui. Alan Feduccia,
expert en ornithologie et professeur en biologie de l’Université de Caroline du nord, dit que : “Les plus
récents chercheurs ayant étudié les diverses caractéristiques anatomiques de l’archéoptéryx ont trouvé que
la créature ressemblait bien plus à un oiseau qu’on ne l’imaginait auparavant.” Encore selon Feduccia, “la
ressemblance de l’archéoptéryx avec les dinosaures théropodes a été largement surestimée”. 21 En résumé,
on sait désormais qu’il n’y a pas de grandes différences entre les archéoptéryx et les autres oiseaux.
Un siècle et demi après Darwin, aucune forme intermédiaire – y compris l’archéoptéryx – n’a été
découverte. C’est devenu un fait indiscutable, surtout depuis les années 70 mais encore ignoré par quelques
paléontologues en faveur de la théorie de l’évolution. Parmi eux, les plus célèbres sont certainement
Stephen J. Gould et Niles Eldredge. Ils ont, d’ailleurs, tous deux proposé un modèle différent d’évolution
baptisé “équilibre ponctué”, qui leur permet de dire que les données fossiles ont réfuté le “gradualisme” du
darwinisme. Ils reconnaissaient que divers genres d’êtres vivants étaient apparus soudainement dans les
archives fossiles et étaient restés inchangés pendant des centaines de millions d’années.
Dans un livre écrit avec Ian Tattersall, un autre paléontologue évolutionniste, Eldredge fit cette
importante évaluation :
Que des types individuels de fossiles restent visiblement les mêmes tout au long de leur présence
dans les archives fossiles était connu par les paléontologues longtemps avant que Darwin ne publie son
Origine. Darwin lui-même… prophétisa que les générations futures de paléontologues allaient combler ces
fossés par des recherches diligentes … Cent vingt années de recherches paléontologiques plus tard, il devint
abondamment clair que les archives fossiles ne confirmeront pas cette partie des prédictions de Darwin et
que le problème ne provient pas d’archives fossiles pauvres. Les données fossiles montrent simplement que
cette prédiction est fausse.
L’observation d’espèces incroyablement conservatrices et d’entités statiques à travers de longues
périodes de temps possède toutes les qualités des nouveaux vêtements de l’empereur : tout le monde le
savait mais préférait l’ignorer. Les paléontologues confrontés à des données fossiles récalcitrantes refusant
de coller au schéma prédit par Darwin détournèrent tout simplement la tête.22
Dans un livre écrit conjointement en 1988 et intitulé Integrated Principles of Biology (Les principes
intégrés de la biologie), trois biologistes évolutionnistes développèrent le même point :
De nombreuses espèces restent virtuellement inchangées depuis des millions d’années, puis
disparaissent soudainement pour être remplacées par une forme relativement différente. De plus, la plupart
des grands groupes d’animaux apparaissent brutalement dans les archives fossiles, complètement formés et
sans qu’aucun fossile servant de transition du groupe parent n’ait encore été découvert.23
Les nouvelles découvertes ne jouent pas en faveur du darwinisme, au contraire elles viennent
noircir le tableau. En 1999, Tom Kemp, conservateur des collections zoologiques de l’Université d’Oxford
écrivit un livre intitulé Fossils and Evolution (Les fossiles et l’évolution) dans lequel il décrit la situation :
Dans presque tous les cas, un nouveau taxon apparaît pour la première fois dans les archives fossiles
avec la plupart de ses caractéristiques définitives déjà présentes et pratiquement sans formes connues de
groupes intermédiaires.24
Ainsi les archives fossiles autrefois supposées corroborer la théorie de Darwin sont devenues des
preuves antagonistes. David Berlinsky, mathématicien de l’Université de Princeton opposé à l’évolution
résume la situation :
Il existe des fossés dans les cimetières fossiles, des endroits où il devrait y avoir des formes
intermédiaires mais où il n’y a rien. Aucun paléontologue de langue anglaise, française ou allemande ne nie
que cela est ainsi. Il s’agit simplement d’un fait. La théorie de Darwin et les archives fossiles sont en
conflit.25
L’une des illustrations les plus parlantes de cette contradiction est l’effondrement de “l’arbre
généalogique” de Darwin.

Autrefois était supposé exister un “arbre de l’évolution”


Le coup le plus dur infligé par les données fossiles au darwinisme revient aux fossiles de l’ère
cambrienne. Darwin s’imaginait que l’histoire de la vie sur terre pouvait être représentée sous la forme d’un
arbre dont le tronc se diviserait doucement et progressivement en diverses branches. Un diagramme dans
L’origine des espèces reflétait cette idée. Avec l’aide de ce tableau, le concept d’arbre évolutionniste fut
planté dans l’esprit des hommes pour devenir finalement l’un des mythes centraux du darwinisme. Plusieurs
versions de cet arbre furent publiées dans les manuels, les traités scientifiques, les magazines et les
journaux. Ces diagrammes gravaient dans les esprits l’idée que les êtres vivants évoluèrent par petits
changements fortuits à partir de la racine commune de l’arbre évolutionniste.
La vérité, relativement différente, fut amplifiée par la découverte de l’explosion cambrienne au début
ème
du 20 siècle. En 1909, le paléontologue Charles D. Walcott entama des fouilles dans les montagnes
rocheuses canadiennes. Dans la région du Mont Burgess, il découvrit des strates bien préservées de roche de
schiste. Il se rendit compte rapidement que les schistes de Burgess contenaient de nombreux fossiles
appartenant au cambrien. Pendant les quatre années qui suivirent, Walcott rassembla soigneusement entre
60.000 et 80.000 fossiles dans les schistes en prenant note des plus subtiles différences entre eux.
Le plus étonnant à propos des fossiles des schistes de Burgess, c’est qu’ils correspondent à des
créatures de tous les phylums existant aujourd’hui. (Un phylum est la catégorie taxonomique la plus grande
utilisée pour classer les créatures du règne animal. Les animaux sont divisés en plus de 50 phylums. Chaque
phylum a une conception du corps propre. Les phylums les mieux connus sont les chordés comprenant les
vertébrés, les arthropodes comprenant tous les insectes et les mollusques comprenant tous les invertébrés à
corps mous dotés de coquille.)
Walcott fut très surpris de voir à quels phylums appartenaient les fossiles. Aucune trace de vie
significative n’avait été découverte dans des strates bien plus anciennes ; mais les couches qu’il découvrit
contenaient des créatures appartenant pratiquement à tous les phylums connus ainsi que des fossiles de
phylums alors encore inconnus. Cela démontrait que toutes les caractéristiques physiques du règne animal
apparurent à peu près à la même époque, durant la même période géologique.
Cette nouvelle donnée assena un coup fatal à la théorie de Darwin. Ce dernier avait avancé que les
créatures s’étaient développées lentement et progressivement, comme poussent les bourgeons d’un arbre.
Selon les spéculations darwinistes, il a dû y avoir à l’origine un phylum unique dans le monde à partir
duquel les autres phylums se développèrent progressivement à travers le temps. Or, aujourd’hui, cette
théorie doit affronter les éléments mis au jour par Walcott, à savoir le fait que tous les phylums sont nés
soudainement, à la même époque.
Mais il faudra attendre 70 ans avant que ces découvertes renversent la théorie de l’arbre
évolutionniste, parce que Walcott décida au terme de ses quatre années de recherches méticuleuses de
garder secrets ses fossiles au lieu de les révéler au monde scientifique. Darwiniste convaincu, il occupait la
fonction de secrétaire de l’Institut Smithsonien à Washington D.C. Conscient de l’incompatibilité entre ses
découvertes et la théorie de l’évolution, il choisit de les conserver dans les archives du musée plutôt que de
les exposer. Les fossiles des schistes de Burgess ne revirent la lumière que lors d’un examen des archives du
musée en 1985. Le scientifique israélien Gerald Schroeder fait le commentaire suivant :
Si Walcott l’avait voulu, il aurait pu engager une armée d’étudiants de troisième cycle pour travailler
sur les fossiles. Mais il choisit de ne pas faire basculer le bateau de l’évolution. Aujourd’hui, des
représentants fossiles de l’ère cambrienne ont été mis au jour en Chine, en Afrique, sur les îles britanniques,
en Suède et au Groenland. L’explosion fut mondiale. Mais avant de rendre possible le débat de la nature
extraordinaire de l’explosion, les données n’étaient tout simplement pas enregistrées.26
Pendant plus de 70 ans, ces fossiles restèrent cachés jusqu’à ce qu’ils fussent découverts et analysés
par les paléontologues Harry Whittington, Derek Briggs et Simon Conway Morris. Ces trois scientifiques
révélèrent que les fossiles de Walcott dataient bien du cambrien, l’une des périodes géologiques les plus
anciennes. Cette apparition soudaine d’une telle variété de créatures pendant cette période fut qualifiée
d’explosion cambrienne. Dans les années 80, deux nouvelles zones de vestiges fossiles similaires aux
schistes de Burgess furent découvertes : l’une se situe à Sirius Passet dans la partie nord du Groenland et
l’autre à Chengjiang dans le sud de la Chine. Dans ces deux régions furent mises au jour des fossiles de
créatures très différentes étant apparues pendant la période cambrienne. Parmi eux, les fossiles les plus
anciens et les mieux préservés proviennent de Chengjiang qui contenait également les premiers vertébrés.
Par ailleurs, deux fossiles de poissons datant de 530 millions d’années découverts en 1999 prouvent que
toutes les structures physiques, y compris les vertébrés, existaient déjà au cambrien. Les fouilles montraient
que l’explosion cambrienne se produisit durant une phase de 10 millions d’années, ce qui correspond à une
courte période en terme géologique. Les créatures qui apparurent soudainement à cette époque présentaient
toutes des organes très complexes et n’avaient aucune ressemblance avec les organismes unicellulaires et les
quelques organismes multicellulaires qui les avaient précédées. Stephen J. Gould décrit l’explosion
cambrienne en ces termes :
La plus célèbre des explosions, celle du cambrien, marque le commencement de la vie moderne
multicellulaire. En l’espace de quelques millions d’années seulement, presque toutes les catégories majeures
d’anatomie animale apparaissent dans les archives fossiles pour la première fois.27
Les évolutionnistes proposent diverses explications à l’explosion cambrienne, mais aucune n’est
convaincante. Toutes ces thèses déficientes mises en avant reflètent les désaccords entre les évolutionnistes.
Le numéro de février 1999 du célèbre magazine Trends in Genetics (TIG) rapportait que les découvertes de
fossiles dans les schistes de Burgess ne pouvaient pas du tout être expliquées en terme de théorie de
l’évolution. Il soulignait également que les thèses avancées n’étaient pas convaincantes :
Cela pourrait paraître étrange que des fossiles provenant d’une même petite localité, aussi excitants
soient-ils, reposent au centre d’un débat intense à propos de si vastes questions en biologie évolutionniste.
La raison est que les animaux éclatent dans les archives fossiles dans une profusion étonnante pendant le
cambrien, provenant apparemment de nulle part. Des datations radiométriques de plus en plus précises et de
nouvelles découvertes fossiles n’ont fait qu’accentuer la soudaineté et la portée de cette révolution
biologique. La magnitude de ce changement dans le biote terrestre exige une explication. En dépit des
nombreuses hypothèses émises, le consensus général est qu’aucune n’est totalement convaincante.28
Dans Icons of Evolution (Icônes de l’évolution), le biologiste américain Jonathan Wells résume ainsi
le sujet :
De toutes les icônes de l’évolution, l’arbre de la vie est le plus vaste parce que la descendance d’un
ancêtre commun est le fondement de la théorie de Darwin… Pourtant, Darwin savait – et les scientifiques
l’ont récemment confirmé – que les premiers fossiles renversent l’arbre généalogique de l’évolution. Il y a
dix ans, on espérait que les preuves moléculaires allaient pouvoir sauver cet arbre, mais les découvertes
récentes ont anéanti cet espoir. Bien que ce ne soit pas mentionné dans les manuels de biologie, l’arbre
généalogique de Darwin a bel et bien été déraciné.29
Aussi pouvons-nous en toute sécurité affirmer qu’autrefois, existait une théorie appelée le
darwinisme, que certains croyaient être soutenu par les fossiles. Mais les données fossiles indiquent
précisément le contraire. Aujourd’hui, le darwinisme n’est plus. Les fossiles, au sens où nous l’entendons
aujourd’hui, montrent que la vie est apparue sur terre soudainement et non suite à une évolution.
Cette apparition soudaine implique la création. Dieu créa tous les êtres vivants dans la perfection à
partir du néant.

Il est le Créateur des cieux et de la terre à partir du néant ! Lorsqu'Il décide une chose, Il dit
seulement : "Sois" et elle est aussitôt. (Sourate al-Baqarah, 117)
Autrefois fut lancée la quête
du chaînon manquant

Le dernier chapitre montrait comment les archives fossiles ôtaient toute base au darwinisme. Dans
L’origine des espèces, Darwin ne mentionna pas les archives fossiles en ce qui concerne les origines
humaines. Mais dans La filiation de l’homme publié douze ans plus tard, il avançait que les êtres humains se
situaient au plus haut échelon de la soi-disant échelle évolutionniste. Il défendait l’idée que leurs ancêtres
les plus proches étaient des primates ressemblant aux singes actuels.
En supposant que les êtres humains et les singes descendaient d’un ancêtre commun, Darwin n’avait
aucune preuve pour étayer ses dires. Il avait simplement imaginé un lien de parenté entre les êtres humains
et les singes, les animaux qu’il estimait les plus adaptés à la comparaison avec les êtres humains. Dans son
livre, il développa ses arguments raciaux, affirmant que certaines “races prétendument primitives”
constituaient une preuve de l’évolution. (La génétique moderne a cependant infirmé ces idées raciales
partagées par Darwin et d’autres évolutionnistes.)
A partir du dernier quart du 19ème siècle, un pan entier de la science – la paléo-anthropologie se
consacra à la recherche de fossiles dans le but de prouver la théorie imaginaire de l’évolution. C’est alors
que nombre des partisans du darwinisme lancèrent des fouilles dans la quête du chaînon manquant entre les
singes et les êtres vivants.
La grande découverte qu’ils espéraient se fit en Angleterre en 1910. Pendant les 43 années suivantes,
le crâne de “l’homme de Piltdown” allait se faire passer auprès du public pour la preuve majeure de
l’évolution humaine. Le fossile fut mis au jour par Charles Dawson, un paléontologue amateur qui lui donna
le nom d’Eoanthropus dawsoni. Il s’agissait d’un fossile étrange : la partie supérieure était tout à fait
humaine dans sa structure, alors que la mâchoire inférieure et les dents ressemblaient à ceux des singes.
Rapidement, la découverte se propagea. Les Anglais étaient très fiers que ce fossile, découvert dans leur
sous-sol natal, fut un ancêtre de leur race. La taille considérable de ce crâne fut interprétée comme une
indication de l’évolution très précoce de “l’intelligence anglaise”. Pendant les années qui suivirent, des
centaines de thèses furent consacrées à l’Eoanthropus dawsoni. Le fossile fut exposé au British Museum où
des centaines de milliers de visiteurs furent convaincus de la vérité de l’évolution humaine.
Ils ne se doutaient pas que “le fossile” était un faux. Des tests effectués en 1953 montrèrent que
l’homme de Piltdown était une combinaison d’un être humain et d’un orang-outan. Le public fut étonné
d’apprendre que ce fossile supposé être alors la preuve majeure de l’évolution fut retiré des vitrines du
British Museum où il était exposé depuis des décennies.
En 1922, un autre scandale éclata aux Etats-Unis, de portée moindre mais tout aussi sérieux. Une dent
molaire découverte au Nebraska fut attribuée à une forme intermédiaire entre l’homme et le singe. A partir
de cette dent, l’homme du Nebraska fut concocté. En 1927, on détermina toutefois que cette dent
n’appartenait ni à un être humain ni à un singe mais à un cochon sauvage.
En dépit de tels fiascos, les évolutionnistes poursuivirent leurs recherches sur les origines humaines.
Plus tard, ils s’imaginèrent que les singes disparus du genre australopithèque étaient les plus anciens
ancêtres humains. Ils élaborèrent alors une chronologie : après l’australopithèque venait l’Homo habilis,
ensuite l’Homo rudolfensis, puis l’Homo erectus et enfin l’Homo sapiens, c’est-à-dire l’homme de nos
jours. Ce cliché reproduisant une série de singes marchant petit à petit sur deux jambes fut officiellement
adopté dans les manuels, les périodiques scientifiques, les magazines, les quotidiens, les films et même les
publicités, sans être la cible de la moindre critique pendant des décennies.
En somme, au 20ème siècle, l’idée était largement répandue que la théorie de l’évolution expliquait les
origines humaines.
Or, la réalité était tout à fait différente. Des fossiles éteints ne s’accordent pas avec le schéma
évolutionniste. Le problème ne sera pas résolu par la découverte d’autres fossiles. Au contraire, cela ne
contribuera qu’à compliquer les choses. Certaines autorités ont commencé à accepter ces faits. Parmi les
plus éminents paléontologues, Niles Eldredge et Ian Tattersall du Musée américain d’histoire naturelle font
ce commentaire important :
[C’est un] … mythe que de dire que les histoires évolutionnistes des êtres vivants sont
essentiellement une question de découverte. … Mais si cela était vraiment le cas, on pourrait s’attendre en
toute confiance à ce que l’histoire de l’évolution humaine s’éclaircisse à mesure des découvertes croissantes
de fossiles hominidés. Or, c’est précisément le contraire qui se produit.30
Dans un article datant de 1995, l’un des célèbres noms de la théorie de l’évolution, le professeur de
l’Université d’Harvard Richard Lewontin, admet que le darwinisme est tombé dans une situation
désespérée :
Lorsqu’on considère le passé lointain, avant l’origine de l’espèce réelle de l’Homo sapiens, nous
sommes face à des données fossiles fragmentées et décousues. En dépit des déclarations optimistes et
enthousiastes faites par certaines paléontologues, aucune espèce d’hominidés ne peut être établie en tant que
notre ancêtre direct.31
De nombreux autres experts évolutionnistes ont récemment affirmé leur pessimisme envers leur
théorie. Henry Gee, éditeur du célèbre magazine Nature, souligne :
Prendre une ligne de fossiles et prétendre qu’ils représentent une lignée n’est pas une hypothèse
scientifique testable, mais une affirmation dont la validité équivaut aux histoires qu’on lit aux enfants au
coucher – elles sont amusantes, peut-être même instructives mais pas scientifiques.32
“L’arbre généalogique humain” classique est sérieusement critiqué aujourd’hui. Des scientifiques à la
recherche de preuves sans idées préconçues affirment que la ligne de descendance de l’australopithèque à
l’Homo sapiens que les évolutionnistes mettent en avant est une concoction complète, et que les espèces
intermédiaires dites de l’Homo habilis et de l’Homo erectus sont imaginaires.
En 1999, dans un article publié dans le magazine Science, les paléontologues évolutionnistes Bernard
Wood et Mark Collard présentèrent le point de vue que l’Homo habilis et l’Homo rudolfensis étaient des
catégories créées et que les fossiles classés dans ces catégories devaient être transférés vers le genre
australopithèque.33
Milford Wolpoff de l’Université du Michigan et Alan Thorne de l’Université de Canberra
partageaient l’opinion que l’Homo erectus était une catégorie montée de toutes pièces et que les fossiles y
étant inclus étaient tous des variations de l’Homo sapiens.34
Cela signifie que les fossiles supposés incarner les ancêtres de l’homme correspondent soit à des
races disparues de singes soit à des êtres humains avec des caractéristiques raciales différentes. Aucun d’eux
n’est mi-homme, mi-singe. Ils sont soit des hommes soit des singes.
Selon certains experts conscients de cette réalité, le mythe de l’évolution humaine n’est rien de plus
qu’une somme d’écrits imaginés par un groupe d’individus convaincus par la philosophie matérialiste
représentant l’histoire naturelle sous l’angle de leurs propres dogmes. Au cours d’une réunion de la British
Association for the Advancement of Science (Association britannique pour le progrès de la science),
l’historien d’Oxford John Durant faisait le commentaire suivant :
Serait-il possible qu’à l’image des mythes primitifs, les théories de l’évolution humaine renforcent les
systèmes de valeurs de leurs créateurs en réfléchissant dans l’histoire l’image d’eux-mêmes et de la société
dans laquelle ils vivent ?35
Dans une publication ultérieure, Durant dit que cela vaut la peine de demander si les idées de la soi-
disant évolution humaine supposaient des fonctions similaires dans les deux sociétés, préscientifiques et
scientifiques et il poursuit :
Constamment, les idées à propos des origines de l’homme finissent par nous dire, après un examen
plus précis, autant sur le présent que sur le passé, autant sur nos propres expériences que sur celles de nos
lointains ancêtres… Nous avons le besoin urgent d’une démythologisation de la science.36
En résumé, les théories sur les origines humaines ne font que refléter les préjugés et les croyances
philosophiques de leurs auteurs. L’anthropologue de l’Université d’état de l’Arizona, Geoffrey Clark est de
ces évolutionnistes qui reconnaissent cet état de fait. Dans un article de 1997, il écrivit :
La paléoanthropologie a la forme mais pas la substance d’une science… Nous sélectionnons parmi
des ensembles alternatifs de conclusions de recherche en accord avec nos biais et nos préjugés – un
processus à la fois politique et subjectif.37

Au sein de la propagande médiatique


Comme vous pouvez donc vous en apercevoir, les idées concernant l’évolution humaine s’avèrent
non fondées, même par ceux qui contribuèrent à leur élaboration. Elles reposent non pas sur la science mais
sur la croyance et les préjugés qui façonnèrent la théorie. Il est intéressant de souligner que ces confessions
provenant des paléontologues n’ont pas été reprises par les médias. Au contraire, quelques organisations
médiatiques dissimulent soigneusement les divergences entre le darwinisme et les preuves fournies par les
fossiles en faisant croire justement à la découverte de nouveaux éléments en faveur de l’évolution. Jonathan
Wells, biologiste américain, a obtenu deux doctorats, l’un de l’Université de Yale et le second de
l’Université de Californie à Berkeley. Dans son livre publié en 2000, Icons of Evolution (Les icônes de
l’évolution), il fait référence à ce mécanisme de propagande :
Le public général est rarement informé de la profonde incertitude concernant les origines humaines
qui transparaît des propos des experts scientifiques. Au lieu de cela, on nous alimente des dernières versions
de la théorie d’un tel, sans que l’on nous dise que les paléoanthropologues eux-mêmes ne peuvent pas se
mettre d’accord dessus. Et typiquement, la théorie est illustrée des dessins fantaisistes d’hommes de
cavernes, ou d’acteurs humains lourdement maquillés… Il semble que jamais dans le domaine de la science,
autant repose sur si peu.38
Les organisations médiatiques défendant le darwinisme prétendent dans leurs gros titres que
“l’évolution humaine est désormais un fait prouvé”. Mais qui sont ces scientifiques qui écrivent dans les
journaux et qui apparaissent à la télévision pour faire des déclarations aussi peu fondées ? Pourquoi sont-ils
en désaccord avec les scientifiques qui pointent vers la faiblesse de la paléoanthropologie ?
Dans un discours donné lors d’une réunion de la Biology Teachers Association of South Australia
(Association des enseignants en biologie du sud de l’Australie), l’évolutionniste Greg Kirby expliquait leur
psychologie :
Si vous deviez passer votre vie à ramasser des os et à trouver de petits fragments de crâne ou de
mâchoire, il y a alors un très profond désir d’exagérer l’importance de ces fragments… 39
Ce sont certains des facteurs entretenant le mythe de l’évolution humaine, même s’il ne dispose
clairement pas de fondement scientifique. Sans compter que tous les nouveaux fossiles découverts
propulsent la thèse évolutionniste des origines humaines encore plus loin dans le doute.

L’inexistence du “chaînon manquant” est reconnue


L’impasse dans laquelle se trouvent les évolutionnistes s’est dernièrement illustrée avec la découverte
d’un crâne au Tchad en Afrique centrale par le scientifique Michel Brunet, crâne qui fut baptisé
Sahelanthropus tchadensis.
Dans le monde du darwinisme, ce fossile causa une division de l’opinion. Le fameux magazine
Nature reconnut que “le crâne récemment découvert pouvait faire couler toutes les idées actuelles à propos
de l’évolution humaine”.40
Daniel Lieberman de l’Université de Harvard dit que “cette découverte aurait l’impact d’une petite
bombe nucléaire”.41 La raison en est que bien que datant de 7 millions d’années, le crâne présentait une
structure plus “humaine” (selon les critères évolutionnistes) que l’australopithèque supposé remonter à 5
millions d’années et être “l’ancêtre humain le plus ancien”. Cela ôta une fois de plus toute crédibilité au
scénario de l’évolution humaine.
Bernard Wood, un anthropologue évolutionniste de l’Université George Washington à Washington
fournit une explication importante de ce fossile. Il dit que le mythe de “l’échelle de l’évolution” dominant
les esprits à travers le 20ème siècle n’avait aucune valeur et que l’évolution pouvait être comparée à un
buisson :
Lorsque j’entamais mes études de médecine en 1963, l’évolution humaine ressemblait à une échelle
où l’on passait du singe à l’homme à travers une progression des intermédiaires, chacun légèrement moins
simiesque que le dernier. Aujourd’hui l’évolution humaine ressemble à un buisson… Comment sont-ils liés
les uns aux autres et à supposer que certains le soient, lesquels sont les ancêtres humains? Voilà les
questions d’un débat toujours en cours.42
Dans un article dans le journal The Guardian, Henry Gee écrivit à propos des désaccords causés par
ce fossile de singe :
Quelle que soit l’issue, le crâne montre une fois pour toutes que la vieille idée du “chaînon
manquant” (entre les singes et les hommes) n’est que bêtise… Il devrait être désormais assez évident que
l’idée même du chaînon manquant, toujours chancelante, est complètement indéfendable.43
Son livre In Search of Deep Time (A la recherche du temps lointain), publié en 1999, explique que le
mythe de l’évolution humaine disputé pendant des décennies dans les médias et la littérature évolutionniste
scientifique n’avait aucune valeur :
L’évolution de l’homme est supposée avoir été motivée par des améliorations dans la posture, la taille
du cerveau, et la coordination entre la main et les yeux, ce qui aurait conduit à des progrès technologiques
tels que le feu, la fabrication d’outils et l’usage du langage. Mais ces scénarios sont subjectifs. Ils ne
pourront jamais être testés par des expériences, ils sont donc non scientifiques. Ils reposent non pas sur les
tests scientifiques mais sur l’affirmation et l’autorité de leur présentation. Etant donné les polémiques
omniprésentes des journalistes et des écrivains à propos de la recherche de nos ancêtres et la découverte de
chaînons manquants, il peut paraître surprenant que la plupart des paléontologues professionnels ne pensent
pas l’histoire de la vie en termes de scénarios ou de narrations, et qu’ils rejettent le mode narratif de
l’histoire évolutionniste pour son aspect non scientifique depuis plus de trente ans.44
Gee affirme qu’aucun schéma d’évolution ne peut être tiré des archives fossiles et qu’il n’existe
qu’un nombre restreint de fossiles non reliés “flottant dans une mer écrasante de fossés” :
Les nouvelles découvertes de fossiles sont incorporées dans cette histoire préexistante. Nous appelons
ces nouvelles découvertes “les chaînons manquants” comme si la chaîne de descendance était un réel objet
de notre contemplation et non ce que c’est réellement : une totale invention humaine créée après le fait,
façonnée en accord avec les préjugés humains. … Chaque fossile représente un point isolé sans lien connu
avec un autre fossile, et tous flottent dans une mer écrasante de fossés.45
Ces très importantes concessions indiquent que la théorie de l’évolution supposée apporter une
réponse scientifique à la question de nos origines depuis 150 ans n’était qu’un scénario imposé sur la
science par une vision du monde spécifique. Gee s’y réfère en disant : “De notre point de vue présent, nous
arrangeons les fossiles dans un ordre reflétant l’acquisition progressive de ce que nous voyons en nous-
mêmes. Nous ne cherchons pas la vérité ; nous la créons après les faits pour coller à nos préjugés.”
Les évolutionnistes finissent par accepter que le mythe de “l’arbre de l’évolution humaine”, imprimé
dans les esprits depuis les 150 dernières années était une invention humaine. Dans un article publié en 1996,
le biologiste évolutionniste F. Clark Howell de l’Université de Californie Berkeley écrivait : “Il n’existe pas
de théorie globale de l’évolution humaine… Hélas, il n’y en a jamais vraiment eu.”46
Les évolutionnistes eux-mêmes expliquent que le “chaînon manquant”, un thème populaire des gros
titres des journaux restera toujours manquant puisqu’il n’existe rien de tel. Comme tous les autres mythes
darwinistes, celui de l’évolution humaine est enfin dénoncé.
Nous verrons dans le chapitre suivant qu’il a été remplacé par des “informations” prouvant que les
êtres humains furent créés.
Autrefois on ne disposait pas
de l’information biologique

Matrix est un film très populaire. Ceux qui ont vu la suite The Matrix Reloaded se souviendront de la
séquence où tous les personnages sont montrés comme des unités de logiciels, dans un environnement où
tous les objets correspondent à une unité de logiciel. Une scène montre une femme recevant un comprimé et
afin de mieux faire comprendre aux téléspectateurs que la femme et le comprimé sont du logiciel, son corps
et le comprimé deviennent des silhouettes de lettres et de nombres digitaux verts. L’effet visuel, répété dans
plusieurs scènes du film, fut conçu pour aider le public à comprendre que les personnages qu’il voyait
étaient en fait des produits de logiciel.
La plupart de ceux qui visionnèrent The Matrix Reloaded n’étaient pas conscients du fait que tous les
corps du monde réel sont en fait, d’une certaine manière, des éléments très complexes du logiciel.
Si vous vouliez transposer toute l’information contenue dans le corps sur papier, vous devriez alors
construire une bibliothèque suffisamment grande pour couvrir tous les murs d’une grande pièce. Comparé à
des systèmes d’exploitation comme Windows ou Mac OS, votre “logiciel” est incomparablement plus
complexe et supérieur. Sans compter que votre système d’exploitation s’éteint souvent ou se bloque, vous
obligeant alors à le remettre en marche. Il arrive même que le système plante et perde toutes vos
informations. Or rien de tel ne se produit avec le logiciel de votre corps aussi longtemps qu’il vit. Si une
erreur se produit dans le logiciel, une autre partie du programme le corrige et élimine le problème.
Mais le logiciel dans votre corps ne se compose pas de lettres et de nombres digitaux verts comme
dans The Matrix Reloaded, mais de molécules combinées en une chaîne gigantesque appelée ADN situées
dans le noyau de chacune des trillions de cellules composant le corps.
Votre base de données ADN contient toutes les informations caractéristiques concernant votre corps.
Cette molécule géante est composée d’une série de quatre unités chimiques différentes appelées bases.
Comme un alphabet à quatre lettres, ces bases stockent l’information à propos de toutes les molécules
organiques qui construiront le corps. Ces briques chimiques ne sont pas arrangées aléatoirement mais dans
un ordre précis, divisées en “phrases”, en “paragraphes” appelés gènes par les scientifiques. Chaque gène
décrit les divers détails de votre corps comme par exemple la structure de la cornée transparente de votre
œil ou la formule de l’hormone d’insuline permettant à vos cellules d’utiliser le sucre consommé.
La découverte de l’ADN est reconnue comme l’une des plus importantes de l’histoire de la science.
En 1953, deux jeunes scientifiques, Francis Crick et James Watson, déterminèrent l’existence et la structure
de cette molécule. Au cours du demi-siècle qui suivit, une partie considérable du monde scientifique tenta
de comprendre, de décoder, de lire et d’utiliser l’ADN. L’une des plus grandes initiatives dans ce sens, le
Projet du Génome Humain fut lancé dans les années 90 pour s’achever en 2001. Les scientifiques impliqués
dans le projet réussirent à séquencer le génome humain, c’est-à-dire la totalité des gènes humains et à en
faire l’inventaire parfait.
Le Projet du Génome Humain allait bénéficier non seulement à la médecine et à la génétique mais
aussi aux professionnels de tous les domaines. Il permit également d’avoir un aperçu sur les origines de
l’ADN. Dans un article intitulé “Human Genome Map Has Scientists Talking about the Divine” (La carte du
génome humain fait parler du divin chez les scientifiques), dans le San Francisco Chronicle, Gene Myers de
Celera Genomics, l’entreprise produisant le projet :
Nous sommes délicieusement perplexes sur le plan moléculaire. Nous ne comprenons pas encore, ce
qui est cool. Il y a encore un élément… métaphysique. Ce qui m’étonne vraiment c’est l’architecture de la
vie. Le système est extrêmement complexe. C’est comme s’il avait été conçu. Il y a là-dedans une immense
intelligence.47
L’information contenue dans l’ADN remet en question la perception du darwinisme de la vie en tant
que produit du hasard et détruit son fondement “réductionniste” matérialiste.

La fin du réductionnisme
La philosophie matérialiste prétend que tout n’est que matière ; que la matière a toujours été et
qu’elle sera toujours ; qu’en dehors de la matière, il n’y a rien. Afin de solidifier ces idées, les matérialistes
utilisent une logique dite de “réductionnisme” qui stipule que les choses semblant être immatérielles
peuvent être expliquées en terme d’influences matérielles.
Prenons l’exemple de l’esprit humain que l’on ne peut ni voir ni toucher. Il n’existe pas de “centre
de l’esprit” dans le cerveau. Inévitablement, cela nous mène à percevoir l’esprit comme une chose au-delà
de la matière. Ce que nous appelons “je” – la personnalité pensante capable d’aimer, de ressentir le plaisir et
la douleur, de se mettre en colère, d’être heureuse n’est pas un objet matériel au même titre qu’une table ou
une pierre.
Les matérialistes pensent néanmoins que l’esprit peut être réduit à de la matière. Ils affirment que
notre capacité à penser, aimer, éprouver du regret et toutes les autres activités mentales sont en réalité le
produit de réactions chimiques entre les atomes de notre cerveau. Lorsque nous aimons quelqu’un, cela se
traduit par l’influence des substances neurochimiques dans certaines cellules de notre cerveau. Si nous
ressentons de la peur, c’est également dû à une réaction chimique. A propos de cette logique, le philosophe
matérialiste Karl Vogt dit : “Le cerveau secrète de la pensée comme le foie secrète de la bile.” 48 La bile est
une substance matérielle mais il n’y a pas de preuve que la pensée est, elle, matérielle.
Le réductionnisme est une opération strictement logique. Mais une opération logique peut reposer
sur de fausses fondations. L’une des méthodes permettant de déterminer si c’est le cas fait appel à la
science. C’est pourquoi nous devons poser la question suivante : le réductionnisme – la base de la logique
matérialiste – peut-il s’appuyer sur les données scientifiques ?
Au 20ème siècle, toutes les enquêtes scientifiques, toutes les observations et les résultats de toutes les
expériences ont répondu “non” à cette question de manière résonnante.
Dr. Werner Gitt, directeur de l’Institut Allemand Fédéral de Physique et de Technologie dit :
Un système d’encodage implique toujours un processus intellectuel non-matériel. Une matière
physique ne peut pas produire un code d’informations. Toutes les expériences montrent que chaque morceau
d’information créative représente un effort mental et peut remonter vers un donneur d’idée personnel qui
usa de son propre libre-arbitre et qui est doté d’un esprit intelligent… Il n’y a pas de loi de la nature, ni de
processus connu ni de série connue d’évènements qui puissent rendre l’information capable de donner
naissance à elle-même dans la matière… 49
Les propos de Gitt apportent les mêmes conclusions que celles auxquelles la théorie de
l’information a abouti. Elle fut développée au cours des dernières décennies pour enquêter sur l’origine et la
structure de l’information dans l’univers et reconnue comme faisant partie de la thermodynamique. Après
de longues recherches, la conclusion fut que l’information est différente de la matière, qu’elle ne peut
jamais être réduite à de la matière et que les sources d’informations et de matière doivent être étudiées
séparément.
Les scientifiques impliqués dans l’étude de la structure de l’ADN ont affirmé que l’ADN contenait
une information “magnifique”. Dans la mesure où cette information ne peut être réduite à de la matière, elle
doit provenir d’une source au-delà de la matière.
George C. Williams, défenseur de la théorie de l’évolution, admet que la plupart des matérialistes et
des évolutionnistes ne veulent pas reconnaître ce résultat. Williams fut un ardent partisan du matérialisme
pendant des années, mais il affirme dans un article écrit en 1995 que la perspective matérialiste
(réductionniste) qui relie tout à la matière est fausse :
Les biologistes évolutionnistes ne se sont pas rendu compte qu’ils ont affaire à deux domaines plus
ou moins incommensurables : celui de l’information et celui de la matière… Ces deux domaines ne se
rapprocheront jamais au sens habituellement impliqué par le terme réductionnisme. … Le gène est un
ensemble d’information, non un objet. … En biologie, quand vous parlez de choses comme les gènes ou les
génotypes ou les patrimoines génétiques, vous parlez d’informations et non de réalité objective physique. …
Cette pénurie de descripteurs partagés fait de la matière et de l’information deux domaines séparés de
l’existence, qui doivent être étudiés séparément, selon leurs propres termes.50
Le réductionnisme est le produit d’une science non sophistiquée au 18ème et 19ème siècle. Cette
duperie fondamentale du darwinisme présupposait que la vie était si simple que ses origines pouvaient être
expliquées en termes d’événements aléatoires. Or la biologie du 20ème siècle a montré que c’était tout à fait
le contraire. Phillip Johnson, professeur retraité de l’Université de Californie à Berkeley et l’un des critiques
contemporains du darwinisme, explique que le darwinisme a négligé l’information comme fondement de la
vie et c’est précisément ce qui le rend faux :
La biologie post-darwinienne a été dominée par le dogme matérialiste, les biologistes devaient faire
comme si les organismes étaient beaucoup plus simples qu’ils ne le sont. [Selon eux] la vie elle-même
devait être pure chimie. Assemblez les bons éléments chimiques et la vie naît. L’ADN doit donc être un
produit de la chimie uniquement. Comme le présentait une exposition au Musée d’Histoire Naturelle au
Nouveau Mexique, “les gaz volcaniques plus les éclairs égalent l’ADN égale LA VIE !” Quand il fut
interrogé à propos de cette fable, le porte-parole du musée convint que c’était certes simplifié mais en
somme vrai.51
Ces hypothèses primitives et superficielles s’avérèrent, cependant, toutes dénuées de substances.
Comme ce fut souligné dans le premier chapitre de ce livre, même la cellule, la forme de vie la plus petite et
la plus basique est plus complexe que ce qu’avaient pu imaginer les scientifiques auparavant. Tout le monde
s’accorde d’ailleurs à dire qu’elle contient des “informations” magnifiques. Les efforts tentant à réduire
l’information à de la matière (du type gaz volcaniques+éclairs=DNA=vie) étaient sous-informés. Johnson
explique la situation de ces scientifiques réductionnistes s’évertuant à assimiler l’information à de la
matière :
Les biologistes réductionnistes ne regardent pas la réalité, mais seulement la vie telle qu’elle devrait
être si le programme réductionniste réussissait. C’est comme l’histoire de l’ivrogne qui perd ses clés dans
les buissons mais qui les cherchent sous un lampadaire parce que c’est là qu’il y a assez de lumière pour les
voir.52
Aujourd’hui, de plus en plus de scientifiques ont cessé de chercher la clé au mauvais endroit et ont
opté pour la bonne adresse. Au lieu d’espérer trouver en vain dans les événements aléatoires les origines de
la vie (et la magnifique information qui la constitue), ils ont accepté la vérité évidente que la vie est le
résultat d’une création supérieure. Cette prise de conscience s’est accélérée particulièrement au 21ème siècle,
où les ordinateurs et internet font partie intégrante de nos vies. L’idée darwiniste du 19 ème siècle d’un
principe de vie simple, en raison d’un manque de données biologiques, est destinée à disparaître dans les
profondeurs de l’histoire.
La vérité est que Dieu créa chaque créature à la surface de la terre et a tout ordonné dans l’art
parfait de Sa création. Il créa le corps humain plein de merveilles et ensuite lui inspira Son esprit. Tout ce
qui caractérise l’homme – la vue, l’ouïe, la pensée, les sentiments, les émotions – ne sont pas le résultat de
l’interaction d’atomes inconscients mais des facultés de l’esprit que Dieu accorda aux êtres humains. Dans
le Coran, Il rappelle aux hommes les bienfaits dont ils jouissent :

Dis : “C'est Lui qui vous a créés et vous a donné l'ouïe, les yeux et les cœurs.” Mais vous êtes
rarement reconnaissants ! (Sourate al-Mulk, 23)

Chaque individu a reçu l’esprit accordé par Dieu et chaque individu est responsable envers notre
Seigneur Qui créa tout à partir du néant. Dans le Coran, Dieu révèle la création à ceux qui pensent ne pas
avoir de but et les informe qu’après leur mort, ils seront ressuscités :

L'homme pense-t-il qu'on le laissera sans obligation à observer ? N'était-il pas une goutte de
sperme éjaculé ? Et ensuite une adhérence que Dieu a créée et formée harmonieusement; puis en a
fait alors les deux éléments de couple : le mâle et la femelle ? N’'est-Il pas capable de faire revivre les
morts ? (Sourate al-Qiyamah, 36-40)
Autrefois les preuves embryologiques
étaient supposées prouver l’évolution

Dans son livre La filiation de l’homme, Charles Darwin présenta les preuves qu’il estimait soutenir sa
théorie des origines humaines. L’unique illustration dans ce livre, dans le premier chapitre, représente le
dessin de deux embryons : l’un est celui d’un être humain et l’autre celui d’un chien. Dans le chapitre "Ce
que témoigne que l'homme descend de quelque forme inferieure", Darwin écrivit :
L'homme se développe à partir d'un ovule, d'environ un 125e de pouce de diamètre, qui ne diffère à
aucun égard des ovules des autres animaux ; l'embryon lui-même, en période très précoce, ne peut guère
être distingué de celui d'autres membres du règne des vertébrés, Au cours de cette période… les fentes sur
les côtés du cou demeurent, marquant leur ancienne position… 53
Il poursuivit en affirmant que ses observations montraient qu’un embryon humain ressemblait
étroitement à celui du singe, du chien ou d’un autre vertébré mais qu’à un stade ultérieur de développement
dans l’utérus, une différentiation se produisait. Dans une lettre à son ami Asa Gray, Darwin considéra la
preuve de l’embryologie “de loin la classe unique la plus puissante des faits en faveur de sa théorie”.54
Or Darwin n’était pas embryologiste. Jamais il n’a étudié les embryons de façon détaillée. Par
conséquent, en développant ses arguments, il cita des individus qu’il jugeait être des autorités en la matière.
Dans ses notes, un nom en particulier était récurrent : celui du biologiste allemand Ernst Haeckel dont le
livre Naturliche Schopfungsgeschichte (L’histoire naturelle de la création) contenait divers croquis
d’embryons accompagnés de ses commentaires.
Peu de temps après, Haeckel allait marquer l’histoire comme l’auteur de l’interprétation
évolutionniste de l’embryologie. Il lut L’origine des espèces (1859) avec un grand intérêt, accepta ce que
Darwin écrivit et devint un évolutionniste encore plus ardent que Darwin lui-même. Pour contribuer à la
théorie, il mena une série d’expériences et publia Naturliche Schopfungsgeschichte en 1868. Il y avança sa
théorie de l’embryologie qui allait le rendre célèbre. Dès le début, il affirma que les embryons des êtres
humains et de certains animaux se développaient de la même manière. Les croquis des embryons d’un être
humain, d’un singe et d’un chien à la page 242 en étaient la preuve. Ces dessins étaient apparemment
identiques. Selon Haeckel ces créatures provenaient d’une origine commune.
En réalité, ce sont les dessins et non les créatures qui provenaient d’une origine commune. Haeckel fit
le croquis d’un embryon, puis il y fit quelques modifications légères et les présenta comme les embryons de
l’homme, du chien et du singe. Lorsque les mêmes dessins étaient présentés côte à côte, ils se ressemblaient
naturellement beaucoup.55
Darwin s’inspira de ce “travail” pour son livre La filiation de l’homme. Cependant, avant que Darwin
n’écrive son livre, certains remarquèrent une distorsion majeure dans le travail de Haeckel. En 1868, L.
Rutimeyer publia un article dans le périodique scientifique Archiv für Antropologie (Les archives de
l’anthropologie) où il révéla les falsifications de Haeckel. Rutimeyer, professeur en zoologie et en anatomie
comparative à l’Université de Basle, examina les dessins d’embryons dans Natürliche
Schopfungsgeschichte et Uber die Entstehung und den Stammbaum des Menschengeschlechts. Il démontra
que les dessins dans les deux livres n’avaient rien à voir avec la réalité. Rutimeyer écrivit :
Haeckel prétend que ces travaux sont simples pour les rendre plus accessibles au profane scientifique,
ainsi qu’aux scientifiques et aux savants. Personne ne viendra contester la première évaluation de l’auteur,
mais il ne peut soutenir sérieusement la seconde. Ces travaux sont revêtus d’un costume formel médiéval. Il
est question d’une considérable fabrication de preuve scientifique. Pourtant l’auteur a bien pris soin de ne
pas laisser le lecteur prendre conscience de cet état de faits.56
Malgré cela, Darwin et d’autres biologistes continuèrent à prendre les dessins de Haeckel comme
référence. Cela encouragea Haeckel à essayer de faire de l’embryologie une assise forte pour le darwinisme.
Ses observations ne trouvèrent pas un tel appui, mais il accordait plus d’importance à ses dessins qu’à ses
observations. Durant les années suivantes, il fit une série de dessins comparatifs d’embryons et composa des
tableaux comparant les embryons de poissons, de salamandres, de grenouilles, de poules, de lapins et
d’êtres humains. Il était intéressant de voir à quel point les embryons de ces diverses espèces placés côte à
côte dans ces tableaux se ressemblaient au début et comment ils se différenciaient lentement au cours de
leur développement. La similarité entre les embryons du poisson et de l’être humain était si frappante que
l’embryon humain semblait avoir des branchies. Sur la base de ces dessins censément scientifiques, Haeckel
proclama sa théorie de “l’ontogénie récapitule la phylogénie”. Ce slogan résumait son idée qu’au cours de
son développement, dans l’œuf ou dans l’utérus de sa mère, chaque créature répète l’histoire de sa propre
espèce depuis le début. Par exemple, un embryon humain ressemble donc d’abord à un poisson, puis
quelques semaines plus tard à une salamandre, ensuite il passe par l’étape du reptile et du mammifère avant
d’évoluer en un être humain reconnaissable.
Le concept transmis par le slogan “l’ontogénie récapitule la phylogénie” gagna rapidement une
renommée en tant que “théorie de la récapitulation”. En peu de temps ce mythe devint l’une des preuves les
plus importantes de l’évolution. A travers le 20ème siècle, de nombreux étudiants virent le tableau du progrès
imaginaire de l’embryon humain du stade de poisson, puis de salamandre, puis de poule et de lapin. Le
mythe de l’embryon humain avec des branchies fit partie pendant un certain temps des faits acceptés.
Aujourd’hui encore, de nombreux partisans de la théorie de l’évolution citeront cette théorie pour preuve de
l’évolution.
Cependant il ne s’agit que d’une pure fabrication. En réalité, les embryons des diverses créatures ne
présentent aucune ressemblance. Les dessins de Haeckel étaient truffés de mensonges. A certains embryons,
il ajouta des organes imaginaires, à d’autres il en retira. Il représenta les gros et les petits embryons à une
taille égale.
Dans l’embryon humain, les fentes que Haeckel fit passer pour des branchies étaient en réalité le
début de la formation du canal de l’oreille moyenne, de la parathyroïde et de la glande du thymus. Les
autres comparaisons de Haeckel sont désormais connues pour leur manque de crédibilité : ce qu’il fit
ressembler à une “membrane vitelline” dans l’embryon est en fait une poche produisant le sang du bébé. La
structure que Haeckel et ses partisans appelaient la “queue” était en réalité l’épine dorsale, similaire à une
queue seulement parce que sa formation a lieu avant les jambes.
Au début du 20ème siècle, Haeckel reconnut ouvertement avoir falsifié ses dessins :
Après cette confession compromettante de “contrefaçon”, je devrais être obligé de me considérer
condamné et annihilé si je n’avais pas la consolation de voir à mes côtés sur le banc des accusés des
centaines d’autres coupables, parmi lesquels nombre d’observateurs les plus crédibles et de biologistes les
plus estimés. La grande majorité de tous les diagrammes dans les meilleurs manuels, dans les traités et les
revues de biologie encourrait le même degré d’accusation de “contrefaçon” car tous sont inexacts et sont
tous plus ou moins altérés, schématisés ou fabriqués.57
En dépit de cet aveu, les darwinistes apprécièrent ses documents de propagande et refusèrent de les
mettre de côté. Ils ignorèrent le fait que les dessins étaient faux. C’est pourquoi pendant des décennies, les
manuels et une grande partie de la littérature évolutionniste les présentèrent comme des éléments
authentiques.
Les falsifications des dessins de Haeckel eurent un écho important dans la seconde moitié des années
90. Le 5 septembre 1997, le numéro du magazine Science publia “Haeckel’s Embryos : Fraud
Rediscovered” (Les embryons de Haeckel : une fraude redécouverte). Cet article d’Elizabeth Pennisi
expliquait que ces dessins étaient fabriqués :
L’impression que les embryons sont exactement similaires est fausse, dit Michael Richardson,
embryologiste à l’école de médecine de l’hôpital St Georges à Londres… Alors lui et ses collègues firent
leur propre étude comparative, réexaminant et photographiant les embryons triés selon l’espèce et l’âge des
dessins de Haeckel. Voilà, les embryons “étaient étonnamment différents”, rapporte Richardson dans le
numéro d’août de Anatomy and Embryology.58
Science rapportait qu’afin de démontrer la similarité entre les embryons, Haeckel retira délibérément
quelques organes de ses dessins ou en ajouta d’autres imaginaires. L’article continue ainsi :
Non seulement Haeckel ajouta ou omit des caractéristiques, rapportent Richardson et ses collègues,
mais il truqua également l’échelle pour exagérer les similarités entre les espèces quand les différences de
taille étaient multipliées par dix. Haeckel brouilla encore davantage les différences en négligeant de
nommer les espèces dans la plupart des cas, comme s’il suffisait d’un seul représentant pour un groupe
entier d’animaux. En réalité, Richardson et ses collègues remarquent, même les embryons étroitement
proches comme ceux des poissons varient pas mal dans leur apparence et dans le mode de développement.
“Il semble que cela s’avère être le plus célèbre faux de la biologie”, conclut Richardson.”59
L’article explique que d’une façon ou d’une autre, les aveux de Haeckel furent gardés sous couvert
depuis le début de ce siècle et que ses dessins continuaient à être étudiés dans les manuels comme s’ils
étaient authentiques :
L’aveu de Haeckel se perdit après que l’utilisation de ses croquis dans un livre datant de 1901 intitulé
Darwin and After Darwin (Darwin et après Darwin) et leur vaste reproduction dans les manuels
anglophones de biologie.60
Un article dans le numéro du 16 octobre 1999 de New Scientist revint sur le mythe de l’embryologie
de Haeckel :
[Haeckel] appela cela la loi biogénétique, et l’idée atteignit une renommée populaire sous le nom de
récapitulation. En fait, il fut rapidement démontré que la loi stricte de Haeckel était incorrecte. Par exemple,
l’embryon humain au tout début de son développement n’a jamais eu de branchies fonctionnant
comme chez le poisson et n’est jamais passé par des étapes où il ressemble à un reptile ou à un singe
adulte.61
Ainsi, ce qui pouvait être considéré comme la preuve la plus populaire de l’évolution – à savoir la
théorie de la récapitulation – fut complètement invalidé.
Bien que les contrefaçons de Haeckel aient été dévoilées, une autre falsification proche de celle de
Haeckel demeurait inaperçue : le darwinisme.
Darwin ne tint pas compte des opinions négatives des scientifiques à l’égard de l’interprétation de
Haeckel lorsqu’il utilisa ses dessins pour renforcer sa propre théorie. Ce n’était cependant pas le seul point
sur lequel le darwinisme déviait de la vérité. Il présenta, en effet, le point de vue de Karl Ernst von Baer –
réputé le plus grand embryologiste de son époque – comme étant erroné. Icons of Evolution (Les icônes de
l’évolution) de Jonathan Wells explique en détails que von Baer, opposé à la théorie de Darwin, la rejetait
durement. Il était fermement contre les interprétations évolutionnistes de l’embryologie, formulant la règle
que “l’embryon d’une forme supérieure ne ressemble jamais à une autre forme, mais seulement à son
embryon”.62 Il affirma également que les darwinistes “acceptaient de manière dogmatique l’hypothèse
évolutionniste de Darwin comme une vérité avant même qu’ils ne se mettent à observer les embryons.”63
Dans la troisième édition de L’origine des espèces, Darwin déforma les interprétations et les conclusions de
von Baer afin de mettre en avant sa propre théorie. Wells explique :
Darwin citait von Baer comme la source de ses preuves embryologiques, mais sur le point crucial il
déforma ces preuves pour les faire concorder avec sa théorie. Von Baer vécut assez longtemps pour récuser
l’abus de Darwin concernant ses observations. Il fut un critique puissant de l’évolution darwiniste jusqu’à sa
mort en 1876. Mais Darwin continua à le citer, faisant de lui un partisan de la doctrine du parallélisme
évolutionniste alors qu’il y était explicitement opposé.64
En résumé, Darwin exploita les conditions scientifiques primitives de son époque pour établir des
déductions fausses basées sur des préjugés. Il profita des limites de la communication afin de déformer les
découvertes des autres scientifiques.
Les faits enfin – tard certes – dévoilés permettent d’assener un coup fatal au darwinisme. Darwin
reçut le soutien de l’embryologie à travers les falsifications de Haeckel pour étayer sa théorie. 65 Nombreux
sont ceux qui furent trompés et, qui dans leur naïve ignorance, crurent qu’ils avaient eu autrefois des
branchies.
Cela fait partie du passé. Dorénavant on sait que l’embryologie ne prouve pas le darwinisme.
Désormais le même slogan peut s’appliquer au domaine de l’embryologie.
Il était une fois, existait le darwinisme !
Autrefois régnait le mythe des
caractéristiques imparfaites

Le professeur de zoologie de l’Université d’Oxford Richard Dawkins est l’un des plus célèbres
évolutionnistes au monde aujourd’hui. Il est connu non pas pour ses travaux en zoologie mais pour sa
défense ardente du darwinisme et de l’athéisme.
En 1986, il publia le livre The Blind Watchmaker (L’horloger aveugle) qui essaie de convaincre les
lecteurs que les caractéristiques complexes des créatures vivantes étaient le résultat de la sélection naturelle.
Ses tentatives reposaient pour la plupart sur des spéculations, des comparaisons défectueuses et des calculs
faux que divers scientifiques et écrivains ont exposés en détail depuis.66
Les caractéristiques “imparfaites” ou “mauvaises” faisaient partie des arguments de Dawkins. Il
affirmait que certaines structures chez les créatures vivantes étaient inutiles et qu’elles étaient donc
imparfaites pour éliminer le principe d’une création parfaite. L’exemple principal qu’il fournit est celui de la
rétine inversée de l’œil chez les vertébrés, y compris chez l’homme.
Une rétine inversée signifie que les photorécepteurs sont localisés à l’arrière de l’œil et non à l’avant,
là où la lumière pénètre. Les terminaisons sensibles de ces cellules percevant la lumière font face à l’arrière
et les nerfs rétiniens qui en ressortent forment une couche entre la lumière et les cellules. Ces nerfs
convergent vers un point sur la rétine par lequel ils quittent l’œil. Parce qu’il n’y a pas de photorécepteurs à
ce stade, c’est le “point aveugle” de l’œil, où il n’y a pas de vision.
Les darwinistes ont fait de cette inversion et de ce point aveugle des défauts, car selon eux, l’œil est
issu de la sélection naturelle et il faut s’attendre par conséquent à de telles bizarreries. Richard Dawkins est
encore une fois un fidèle partisan de cet argument. Dans The Blind Watchmaker (L’horloger aveugle), il
écrivit :
N’importe quel ingénieur supposerait naturellement que les photocellules pointent vers la lumière,
avec leurs fils partant en arrière vers le cerveau. Il rirait si on suggérait que les photocellules puissent
pointer ailleurs que vers la lumière, avec leurs fils partant du côté le plus proche de la lumière. Pourtant,
c’est précisément ce qu’il se passe dans l’œil de tous les vertébrés.67
Pourtant, Dawkins et ceux qui partagent son avis ont tort parce qu’ils ignorent l’anatomie et la
physiologie de l’œil.
Michael Denton de l’Université d’Otago, biologiste moléculaire et critique acerbe du darwinisme
aujourd’hui, donne un compte-rendu détaillé de la question. Dans “The Inverted Retina : Maladaptation or
Preadaptation?” (La rétine inversée : mal-adaptation ou pré-adaptation ?), paru dans le magazine Origins
and Design, il expliqua comme la rétine inversée passée pour imparfaite par Dawkins est en réalité créée de
la manière la plus efficace pour l’œil du vertébré :
La prise en compte des grandes exigences en énergie des cellules des photorécepteurs dans la rétine
du vertébré suggère qu’au lieu d’être un défi à la téléologie, la curieuse conception inversée de la rétine est
peut-être l’unique solution au problème consistant à fournir aux cellules photoréceptrices hautement actives
chez les vertébrés supérieurs de copieuses quantités d’oxygène et de nutriments.68
Pour comprendre ce point souligné par le professeur Denton mais passé inaperçu chez Dawkins, nous
devons d’abord reconnaître que les cellules des photorécepteurs de la rétine ont besoin d’une quantité
importante d’énergie et d’oxygène. Pendant que nos yeux ouverts perçoivent la lumière, il s’y produit des
réactions chimiques très complexes toutes les secondes. Les photons, les plus petites particules de lumière,
sont perçus par les cellules. Suite aux réactions chimiques entamées par les protons, la perception a lieu et
est répétée à chaque instant. Cette réaction est si complexe et rapide que selon les termes de Denton, “la
couche de photorécepteur a l’un des taux métaboliques les plus hauts des tissus connus”.69
Pour maintenir ce taux de métabolisme élevé, les cellules de la rétine ont besoin de beaucoup
d’énergie. Les cellules de la rétine chez un être humain consomment 150% d’énergie de plus que les
cellules rénales, trois fois plus que les cellules du cortex cérébral et six fois plus que les cellules composant
le muscle cardiaque. Cette comparaison est établie sur la base de la couche de rétine entière ; les
photorécepteurs, soit moins de la moitié de cette couche, ont, quant à eux, besoin de plus d’énergie que
l’ensemble de la couche. Dans son ouvrage encyclopédique, The Vertebrate Eye (L’œil chez le vertébré), G.
L. Walls qualifie les photorécepteurs d’“avides” à la fois de nutriments et d’oxygène.70
Comment ces cellules qui nous permettent de voir parviennent-elles à pourvoir à leurs besoins
nutritionnels et en oxygène ?
A travers le sang bien-sûr, comme pour le reste du corps.
Mais alors d’où vient le sang ?
A ce stade, nous pouvons comprendre pourquoi la rétine inversée est un signe parfait de la création.
Juste à l’extérieur de la couche de rétine se trouve un important tissu de veines similaire à un filet. Denton
écrit :
L’oxygène et les nutriments pour satisfaire l’appétit métabolique vorace des photorécepteurs sont
fournis par un lit unique de capillaires, appelé choriocapillaires, correspondant à un réseau de grands
capillaires aplatis qui forment une couche vasculaire riche située à la sortie immédiate des photorécepteurs,
séparés d’eux uniquement par la couche de cellules épithéliales de la rétine (RPE) et une membrane spéciale
– la membrane de Bruch – qui forment ensemble une barrière hautement sélective ne laissant passer dans la
rétine que les métabolites et les nutriments nécessaires au fonctionnement de RPE et des photorécepteurs.
Ces capillaires sont beaucoup plus grands que les capillaires standards, mesurant 18 à 50 microns de
diamètre. Ce réseau unique de vaisseaux sanguins donne l’impression d’être spécialement adaptés pour
fournir à la couche photoréceptrice de copieuses quantités de sang.71
Dans son livre, An Introduction to the Biology of Vision (Introduction à la biologie de la vision), le
professeur James T. McIlwain écrit : “A cause des grands besoins métaboliques des photorécepteurs, l’œil
semble avoir adopté une stratégie d’inonder la choroïde de sang afin d’assurer que l’approvisionnement ne
soit jamais un problème.”72
C’est pour cette raison que les photorécepteurs sont inversés. Il y a clairement une explication
derrière cet état. L’arrangement inversé de la rétine n’a rien de défectueux comme le proclama Dawkins,
mais constitue une preuve de la création dans un but spécifique.
Dans un article pertinent, Denton examine si la rétine pouvait être constituée autrement. Sa
conclusion est que cela n’était pas possible. Si l’on envisageait, comme le suggéra Dawkins, une rétine plate
avec des cellules réceptrices face à la lumière, ces dernières s’éloigneraient des capillaires les nourrissant et
se trouveraient privées d’une partie de l’oxygène et des nutriments dont elles ont besoin. Etendre les
capillaires dans la rétine ne résoudrait pas le problème parce que cela produirait de nombreux points
aveugles et réduirait par conséquent la capacité de l’œil à voir.
Denton commente :
Plus on s’intéresse de près à la rétine des vertébrés et plus il apparaît que chaque caractéristique y est
nécessaire. Si nous cherchions à reconcevoir depuis les principes de base un œil capable de la plus haute
résolution et de la plus haute sensibilité (capable de détecter un photon individuel de lumière) nous finirions
par recréer l’œil du vertébré – complet avec une rétine inversée… 73
En résumé, les arguments de Dawkins et des autres évolutionnistes cherchant à faire croire que “la
rétine chez les vertébrés est défectueuse” découlent de l’ignorance. Leurs conclusions ont été annulées par
les investigations plus informées sur la minutie des créatures vivantes. Mais il ne s’agit pas là du seul
argument issu de l’ignorance au cours de l’histoire du darwinisme. Voyons ce qu’il en est du mythe des
vestiges d’organes.

Le mythe des vestiges d’organes


Vous avez certainement dû lire que chez l’homme l’appendice et le coccyx, ou os de la queue, sont
des vestiges d’organes qui autrefois avaient d’importantes fonctions chez nos prétendus ancêtres de
l’évolution, mais qui au fil du temps perdirent leurs fonctions.
Nombreux sont ceux qui en entendirent parler parce que depuis Darwin, le mythe des vestiges
d’organes est la matière à propagande préférée des évolutionnistes.
Le mythe fut lancé avec la mention dans L’origine des espèces d’organes dont les fonctions se
perdirent ou se réduisirent. Darwin qualifiait ces organes de “rudimentaire” et les comparait “aux lettres qui,
conservées dans l'orthographe d'un mot, bien qu'inutiles pour sa prononciation, servent à en retracer
l'origine et la filiation”.74 En 1895, l’anatomiste allemand R. Wiedersheim proposa une liste d’une centaine
de vestiges d’organes humains, comprenant notamment l’appendice et le coccyx.
Mais comme le reste des idées darwinistes, ce mythe put se développer en raison du niveau peu
sophistiqué de la science à l’époque. Grâce aux progrès effectués en science, on découvrit lentement que les
organes perçus par Darwin et ses disciples comme des vestiges avaient de réelles fonctions. On découvrit
ainsi que les organes de la liste dressée par Wiedersheim étaient très utiles au corps. Au fur et à mesure des
découvertes, cette liste se raccourcit sensiblement. Il fut démontré par exemple que l’appendice avait un rôle
très important dans le système lymphatique luttant contre les germes pénétrant dans le corps. Un article
intitulé “Examples of Bad Design Gone Bad” (Les exemples de conception défectueuse tournant mal), se
référant à plusieurs ouvrages de base en anatomie, explique :
L’examen au microscope de l’appendice montre qu’il contient une quantité considérable de tissus
lymphoïdes. Des agrégats similaires de tissu lymphoïde (tissus lymphoïdes associés à l’intestin–GALT) se
produisent dans d’autres régions du système gastro-intestinal. Les GALT sont impliqués dans la capacité du
corps à reconnaître les antigènes étrangers dans les matières ingérées. Ma propre recherche, en particulier,
se concentre sur l’examen des fonctions immunologiques de l’intestin.
Des expériences menées sur des lapins montrent que l’appendicectomie néonatale affecte le
développement de l’immunité muqueuse. Des études morphologiques et fonctionnelles de l’appendice du
lapin indiquent qu’il représente probablement l’équivalent de la bourse de Fabricius chez les mammifères.
La bourse joue un rôle essentiel dans le développement de l’immunité humorale chez les oiseaux. La
similarité histologique et immuno-histochimique de l’appendice du lapin et de l’homme suggère que
l’appendice humain a une fonction similaire à celle du lapin. L’appendice humain peut être spécialement
important dans les premières années parce qu’il achève son développement peu après la naissance et ensuite
régresse avec l’âge, ressemblant finalement à d’autres régions du GALT tels que les plaques de Peyer dans
l’intestin grêle. Ces études récentes démontrent que l’appendice humain n’est pas un vestige d’organes,
comme cela fut avancé à l’origine.75
En bref, la raison pour laquelle l’appendice fut considéré comme un vestige vient du dogmatisme de
Darwin et de ses partisans, et avec la contribution du niveau peu sophistiqué de la science à l’époque. Avec
les microscopes rudimentaires dont ils disposaient, ils ne pouvaient pas observer les tissus lymphatiques de
l’appendice. Puisqu’ils ne pouvaient pas en comprendre la structure, ils la jugèrent inutile et l’ajoutèrent à
leur liste des vestiges d’organes inutiles. Une fois de plus, le darwinisme fut encouragé par l’absence de
précision de la science au 19ème siècle.
Il en fut de même pour tous les autres organes contenus dans la liste de Wiedersheim. Les
amygdales étaient assimilées à des vestiges d’organes alors qu’on découvrit leur contribution dans la
protection de la gorge contre les infections, particulièrement avant l’âge adulte. L’os de la queue, situé à la
base de la colonne vertébrale s’avéra, quant à lui, soutenir les os autour du pelvis et par conséquent, en son
absence il serait difficile de s’asseoir confortablement. On comprit alors également que cet os constitue le
point à partir duquel tous les organes et les muscles de la région pelvienne sont maintenus ensemble.
Il fut, par ailleurs, démontré que le thymus active les cellules T et met en route le système
immunitaire du corps. La glande pinéale est responsable de la sécrétion des hormones essentielles telles que
la mélatonine contrôlant la production de l’hormone lutéinisante. La glande de la thyroïde assure le
développement équilibré de l’enfant et la mise en place du taux métabolique dans le corps. La glande
pituitaire contribue au bon fonctionnement de glandes hormonales telles que la thyroïde, les glandes
surrénales et les glandes reproductives. Elle contrôle également le développement du squelette.
Le pli semi-lunaire au coin de l’œil dont Darwin avait fait un vestige aide en réalité à garder l’œil
propre et à le lubrifier.
Aujourd’hui, il ne fait plus de doute que les organes qualifiés autrefois de vestiges ont tous des
fonctions bien définies. Dans leur livre Vestigial Organs are Fully Fonctionnal (Les vestiges d’organes sont
pleinement fonctionnels), les docteurs Jerry Bergman et George Howe reprirent ce point en détail.
Il est désormais reconnu que le mythe des vestiges d’organes souscrits par tant d’évolutionnistes
fait partie des arguments basés sur l’ignorance. Dans “Do Vestigial Organs Provide Evidence for
Evolution ?” (Les vestiges d’organes sont-ils une preuve de l’évolution), un article paru dans le magazine
Evolutionary Theory, le biologiste évolutionniste S.R. Scadding écrit :
A mesure que nos connaissances ont augmenté, la liste des vestiges de structures s’est réduite…
Puisqu’il n’est pas possible d’identifier sans ambiguïté des structures inutiles, et puisque la structure de
l’argument utilisé n’est scientifiquement pas valable, je conclus que les organes vestigiaux n’apportent
aucune preuve particulière à la théorie de l’évolution.76
Même s’il fallut plus d’un siècle et demi pour le faire admettre aux évolutionnistes, un autre mythe
du darwinisme vient de s’évaporer.

Le pouce du panda
Au début de ce chapitre, il a été question de la rétine des vertébrés censément imparfaite selon
Richard Dawkins. Stephen J. Gould, paléontologue évolutionniste à l’Université d’Harvard, défendait des
idées similaires. Avant son décès en 2002, il faisait partie des principaux évolutionnistes aux Etats-Unis.
Comme Dawkins, Gould s’intéressa aux caractéristiques "défectueuses", en l’occurrence le pouce du
panda.
Contrairement à l’homme, le panda n’a pas de pouce opposable distinct de ses quatre autres doigts lui
facilitant la préhension des objets. Ses cinq doigts s’étendent côte à côte. Mais en plus de ces cinq doigts
parallèles, le panda présente une projection sur le poignet, appelée “os sésamoïde radial”. Le panda l’utilise
parfois comme un doigt, c’est pourquoi les biologistes lui ont donné le nom de pouce du panda.
Gould prétendit que cet os dans la main du panda n’était pas fonctionnel. Il était si convaincu de
l’importance de sa thèse qu’en 1980, il publia un livre sur le sujet.
Or, comme pour Dawkins, la théorie de Gould sur les caractéristiques défectueuses était fausse.
L’erreur de Gould provenait du fait qu’il comparait la main du panda à celle de l’homme, supposant ainsi
que le pouce du panda avait la même fonction. Paul Nelson fit le commentaire suivant :
Bien que le pouce du panda soit peut-être sous-optimal pour de nombreuses tâches (comme la
frappe), il semble adapté pour ce qui serait sa fonction usuelle, le décorticage des bambous.77
Les auteurs de The Giant Pandas of Wolong (Les pandas géants de Wolong) avancent :
Le panda peut manipuler les pousses de bambous avec une grande précision, en les saisissant comme
avec un forceps dans les fentes imberbes reliant le coussinet du premier doigt au pseudo-pouce… Lorsqu’on
observe un panda manger des feuilles, on est toujours impressionné par sa dextérité. Les pattes avant et la
bouche travaillent ensemble avec une grande précision et une grande économie de mouvements… 78
Une étude publiée en 1999 par le magazine Nature montrait que dans son environnement naturel, le
pouce du panda était extrêmement utile. Ce projet commun mené par quatre chercheurs japonais recourait à
la tomographie et aux techniques d’imagerie à résonance magnétique. Il fut conclu que le pouce du panda
est “l’un des systèmes de manipulation les plus extraordinaires”79 qui soient chez les mammifères. Le
commentaire suivant est tiré du même article intitulé “Role of the Giant Panda’s Pseudo-thumb” (Le rôle du
pseudo-pouce du panda géant) :
Nous avons montré que la main du panda géant présente un mécanisme de préhension bien plus
précis que les modèles morphologiques précédents le suggèrent.80
En résumé, les théories avancées par les évolutionnistes pendant les 150 dernières années concernant
les organes vestigiaux et les caractéristiques biologiques imparfaites se sont avérées fausses grâce à des
recherches plus avancées sur les structures en question.
Les évolutionnistes ne peuvent guère expliquer les origines d’une quelconque structure biologique
dans la nature. Tous leurs arguments s’opposant au concept de création ont été infirmés.
C’est pourquoi nous pouvons affirmer qu’autrefois existait le darwinisme, dont les défenseurs
prétendaient que les êtres vivants possédaient de nombreux organes vestigiaux défectueux.
Cette théorie est désormais discréditée par les découvertes scientifiques.
Autrefois existait le mythe de l’ADN poubelle

Le dernier argument invoqué en faveur des organes vestigiaux ou défectueux est le récent – mais
déjà discrédité – concept d’ADN poubelle.
Au cours de la deuxième moitié du 20ème siècle, le mythe des organes vestigiaux commença à
s’effondrer. Les organes considérés alors comme inutiles s’avérèrent remplir des fonctions très importantes.
Mais les évolutionnistes, peu enclins à se défaire de la propagande fournie par ce mythe, en proposèrent une
nouvelle version. Ils suggérèrent donc que certains gènes contenant le code génétique des organes, au lieu
des organes eux-mêmes étaient des vestiges. Le concept d’organes vestigiaux fut ainsi remplacé par celui
d’ADN poubelle.
Ce terme poubelle (junk en anglais) se réfère à certaines sections de l’immense molécule d’ADN où
sont codées toutes les données génétiques d’une créature vivante. Selon les évolutionnistes, une grande
partie de l’ADN est devenue non-fonctionnelle suite aux prétendus changements évolutionnaires. Le
parallèle avec le darwinisme était relativement clair. Aussi la littérature scientifique mentionnait-elle de
façon récurrente le terme d’ADN poubelle. La durée de vie de ce mythe n’en fut pas moins éphémère.
L’annonce des résultats du Projet du Génome Humain en 2001 confirma que l’idée était entièrement fausse.
Evan Eichler, scientifique évolutionniste de l’Université de Washington, reconnut que “le terme d’ADN
poubelle traduit bien notre ignorance”.81
Maintenant examinons comment est né le concept d’ADN poubelle et comment il fut discrédité.

L’erreur de croire que l’ADN non-codant est inutile


Pour mieux comprendre l’erreur évolutionniste, nous devons d’abord nous intéresser à la structure
de la molécule d’ADN.
Cette chaîne moléculaire géante au sein des cellules des créatures vivantes est souvent assimilée à
une banque de données, en raison de l’information génétique qu’elle contient. Par ailleurs, la molécule
contient un code génétique qui dirige la manière dont ces données sont utilisées pour les activités du corps.
Toutes les tentatives évolutionnistes visant à expliquer l’origine de la molécule d’ADN se sont soldées par
des échecs. Il a d’ailleurs été établi que les données contenues n’ont pu naître par chance. La molécule
d’ADN est, en effet, un exemple clair d’une création supérieure.
Les parties spéciales de l’ADN codant nos caractéristiques physiques et activités physiologiques
sont appelées gènes. Ils interviennent dans la synthèse de plusieurs protéines et assurent notre survie.
Pourtant la totalité de nos gènes ne constituent que 10% environ de notre ADN. Les 90% restant
correspondent à l’ADN non-codant parce qu’ils ne participent pas à la production de protéines.
L’ADN non-codant peut être réparti en plusieurs sous-groupes. On le retrouve parfois glissé entre
les gènes et appelé alors intron. Un autre type, l’ADN répétitif, est formé de séquences de nucléotides
répétés rallongeant la longueur de la chaîne. Si les nucléotides sur l’ADN non-codant sont arrangés de
manière similaire aux séries complexes dans un gène, au lieu de séries répétitives, on les appelle alors
pseudogènes.
Les évolutionnistes ont mis dans le même panier ces segments d’ADN non-codant sous la catégorie
d’ADN poubelle, affirmant qu’ils sont les restes inutiles d’un soi-disant processus d’évolution. Cependant,
il faut reconnaître que ce raisonnement est très réducteur : si ces segments d’ADN ne codent pas des
protéines, cela ne signifie pas pour autant qu’ils n’ont pas de fonction. Afin de déterminer ces fonctions,
nous devons attendre les résultats des expériences scientifiques menées à cet escient. Les idées préconçues
évolutionnistes ont empêché la dissémination de cette logique vers le domaine public. Au cours des dix
dernières années particulièrement, la recherche a fourni des arguments contraires à ceux défendus par les
évolutionnistes. La partie non-codante de l’ADN n’a rien d’une “poubelle” comme veulent nous le faire
croire les évolutionnistes : au contraire, elle fait désormais partie d’un “trésor génomique”.82
Paul Nelson, titulaire d’un doctorat de l’Université de Chicago, est l’un des chefs de file du
mouvement antiévolutionniste. Dans un article intitulé “The Junk Dealer Ain’t Selling That No More” (Le
revendeur de poubelle n’en revend plus), il décrit le délabrement de la théorie évolutionniste de l’ADN
poubelle :
Carl Sagan [l’un des défenseurs de l’athéisme] arguait que la “poubelle génétique”, “les redondances,
les bégaiements, [et] les non-sens qu’on ne peut transcrire” dans l’ADN prouvaient qu’il y avait de
“profondes imperfections dans le cœur de la vie”. De tels commentaires sont courants dans la littérature
biologique – quoique peut-être moins courants qu’il y a quelques années. La raison ? Les généticiens
découvrent des fonctions à ce qui semblait être des débris génétiques.83
Comment ont-ils abouti à la conclusion que l’ADN poubelle n’était pas si inutile?

1. Des critères de codage relatifs à la capacité linguistique furent découverts dans la séquence
nucléotide non codante.
En 1994, les expériences conjointes sur l’ADN non-codant menées par des biologistes moléculaires
à l’école de médecine de Harvard et des physiciens de l’Université de Boston donnèrent des résultats
frappants. Les chercheurs étudièrent 37 séquences d’ADN de divers organismes, ayant au moins 50.000
paires de base pour déterminer s’il y avait des schémas particuliers dans l’arrangement nucléotide. Cette
étude montra que 90% de l’ADN humain supposé appartenir à la catégorie “poubelle” possédait en réalité
des similarités structurelles avec les langues naturelles !84 C’est-à-dire qu’un critère d’encodage commun
existant chez toutes les langues parlées dans le monde fut découvert dans l’arrangement des nucléotides
dans l’ADN. Cette découverte ne vint certes pas étayer la thèse déclarant que l’ADN poubelle est né du
hasard. Au contraire, elle défend le principe de création supérieure comme la base de la vie.

2. L’hétérochromatine répétitive montre une fonctionnalité étonnante : les nucléotides


apparemment inutiles seuls remplissent des fonctions importantes ensemble et contribuent
à la division méiotique.
Récemment, des scientifiques découvrirent les fonctions de l’hétérochromatine, l’un des matériaux
des chromosomes comparés auparavant à de la “poubelle”. Ce code souvent répété dans l’ADN dont on ne
pouvait pas déterminer le rôle dans la production de protéine avait été qualifié d’inutile.
Hubert Renauld et Susan Gasser de l’Institut Suisse pour la Recherche Expérimentale sur le Cancer
commentent qu’en dépit de la représentation significative de l’hétérochromatine dans le génome (jusqu’à
15% dans les cellules humaines et environ 30% chez les mouches), elle fut souvent assimilée à l’ADN
poubelle, et jugée d’aucune utilité pour la cellule.85
Les études récentes montrent cependant que l’hétérochromatine remplit des fonctions importantes.
Emile Zuckerandl de l’Institut des Sciences Médicales Nucléaires avance que :
… [S]i on ajoute des nucléotides (paires de base d’ADN) non-fonctionnels sur le plan individuel, on
peut aboutir à une somme de nucléotides fonctionnels collectivement. Les nucléotides appartenant à la
chromatine sont un exemple. En dépit des désaccords passés visant à considérer l’hétérochromatine comme
de la poubelle, de nombreuses personnes actives dans le domaine ne doutent plus qu’elle joue des rôles
fonctionnels. … Les nucléotides sont peut-être individuellement de la poubelle mais collectivement c’est de
l’or.86
L’hétérochromatine intervient notamment dans l’appariement méiotique. En même temps, les
études sur les chromosomes artificiels indiquent que ces segments de l’ADN ont diverses fonctions.87

3. Les chercheurs ont montré la relation entre l’ADN non-codant et le noyau des cellules – un
nouvel élément qui sonne la fin du concept d’ADN poubelle.
En 1999, une étude examinant les génomes des organismes unicellulaires photosynthétiques – les
cryptophytes – dévoila que l’ADN non-codant eucaryotique (également appelé ADN secondaire) était
fonctionnel dans le noyau.
De façon caractéristique, ces organismes présentent de grandes variations en terme de taille. Mais
même s’ils sont de dimensions variées, il reste toujours une proportion directe entre la taille du noyau et
celle de la cellule globale.
En voyant la proportion entre la quantité d’ADN non-codant et la taille du noyau, les chercheurs
conclurent que plus d’ADN non-codant était nécessaire chez de plus grands noyaux. Cette nouvelle donnée
remet clairement en question les concepts opposés à la création d’ADN poubelle et d’ADN égoïste de
Dawkins.88 Les chercheurs conclurent leur rapport :
De plus, le manque actuel de quantités significatives d’ADN secondaire nucléomorphe réfute les
théories “égoïste” et “poubelle” de l’ADN secondaire.89

4. L’ADN non-codant est nécessaire à la structure du chromosome.


Un autre rôle important joué par l’ADN non-codant fut découvert : il est absolument essentiel à la
structure et au fonctionnement des chromosomes. Les études ont montré que l’ADN non-codant fournit la
structure qui permet à l’ADN de remplir diverses fonctions. Les scientifiques observèrent que l’élimination
d’un télomère (les courtes séquences d’ADN aux deux extrémités des chromosomes qui raccourcissent
après la division des cellules) d’un chromosome fongique causé par un arrêt de cycle cellulaire. 90 Cela
indique que les télomères aident la cellule à distinguer entre les chromosomes intacts et l’ADN endommagé.
Dans ces cellules qui récupérèrent de l’arrêt sans réparer le chromosome endommagé, le chromosome était
finalement perdu. Cela démontre également que les télomères appartenant à l’ADN non-codant sont
nécessaires à la stabilité du chromosome.
5.La découverte du rôle de l’ADN non-codant dans le développement de l’embryon
Pendant le développement, il fut montré que l’ADN non-codant joue un rôle majeur dans la
régulation de l’expression des gènes (le processus par lequel l’information codée d’un gène est convertie en
des structures présentes opérant dans la cellule).91 Grâce à diverses études, on sait désormais que l’ADN
non-codant contribue au développement des cellules photoreceptrices92, de l’appareil reproductif93, et du
système nerveux central.94 Tout ceci indique à quel point l’ADN non-codant est essentiel à l’embryogenèse
(c’est-à-dire au développement de l’embryon).

6.Les introns (considérés comme des segments d’ADN poubelle) sont vitaux pour le
fonctionnement des cellules.
Pendant des années, les évolutionnistes pensaient que les introns, glissés entre les gènes
fonctionnels et décollés durant le processus de production des protéines, faisaient partie de l’ADN poubelle.
Ce n’est que plus tard que leur importance fut dévoilée.
Les évolutionnistes croyaient donc que les introns n’intervenaient pas dans la production des
protéines, c’est pourquoi ils l’assimilèrent à de l’ADN poubelle. Or aujourd’hui, on sait que les introns sont
“un mélange complexe de différents ADN, dont la plupart sont essentiels à la vie de la cellule”.95
Un article court mais intéressant paru dans les pages scientifiques de The New York Times exposa
les erreurs commises par les évolutionnistes à propos des introns. Dans “ADN : Junk or Not ?” (ADN:
poubelle ou non?), C. Claiborne Ray résume les résultats de recherche sur les introns :
Depuis des années, de plus en plus de recherches suggèrent, en fait, que les introns ne sont pas de la
poubelle mais qu’ils influencent le mode de fonctionnement des gènes… Les introns ont des rôles actifs.96
Cet article souligne qu’à la lumière des récents développements scientifiques, l’ADN dit poubelle
comme les introns contribuent utilement à la vie des organismes.
Tous ces éléments apportent non seulement de nouvelles informations sur l’ADN non-codant mais
aussi clairement que le concept d’ADN poubelle reposait surtout sur des connaissances incomplètes voire
sur l’“ignorance” comme le reconnut Evan Eichler.97

Le dernier appui du mythe de l’ADN poubelle s’effondre :


un pseudogène s’avère être fonctionnel
Depuis les années 90, on sait donc que le concept d’ADN poubelle constitue une erreur des
évolutionnistes liée à un manque de connaissances. Il a été ainsi prouvé que l’ADN non-codant, comme les
introns interrompant la séquence des gènes et l’ADN répétitive dont les séquences sont plus longues, sont
tous bien fonctionnels. Il ne restait donc plus qu’à découvrir la fonctionnalité d’un type d’ADN non-
codant : les pseudogènes.
Le préfixe pseudo signifie faux, mensonger. Les évolutionnistes donnèrent le nom de pseudogène à
un segment d’ADN produit par un gène fonctionnel ayant apparemment subi une mutation et perdu sa
fonctionnalité, alors qu’ils reconnaissent sous couvert que les mutations n’ont pu amener l’évolution. Ils
utilisèrent les pseudogènes pour tromper le public.
D’innombrables expériences sur les êtres vivants montrèrent que les mutations aboutissent toujours
sur une perte de données génétiques. Tout comme les coups donnés au hasard avec un marteau
n’amélioreront pas le fonctionnement d’une montre, les mutations n’ont jamais conduit au développement
de nouveaux organismes ou aidé les organismes existants à évoluer. Bien que la théorie de l’évolution
requière une augmentation des données génétiques, les mutations les réduisent ou les détruisent toujours.
Les évolutionnistes, dépourvus du moindre mécanisme démontrable pour défendre leur théorie,
présentèrent les pseudogènes comme des produits dérivés d’un mécanisme fantôme fonctionnant dans le
processus évolutionnaire imaginaire. Ils prétendirent que ces segments d’ADN inutiles étaient des “fossiles”
moléculaires de la dite évolution. Il leur fut possible de défendre de telles idées en raison du manque de
connaissance sur les fonctions réelles de ces gènes jusqu’au 1er mai 2003.
Le magazine Nature publia à cette date une étude dévoilant les fonctionnalités des pseudogènes.
Dans une lettre intitulée “An espressed pseudogene regulates the messenger-RNA stability of its
homologous coding gene” (Un pseudogène exprimé régule la stabilité de l’ARN messager de son gène
codant homologue) des chercheurs firent part de leurs observations sur les souris impliquées dans une
expérience.98 Selon leurs informations, les mutations fatales se produisaient dans une lignée de souris
transgéniques suite à des changements génétiques dans les pseudogènes appelés Makorin1-p1. Ils
remarquèrent que les souris présentaient des reins polykystisques et une déformation des os.
Cela mit en évidence pourquoi un changement dans l’arrangement du pseudogène eut un effet aussi
désastreux sur les organes de la souris : le pseudogène n’est pas seulement fonctionnel mais aussi
nécessaire.
Un article dans Nature revenant sur ces recherches avança que cette découverte remettait en
question la croyance populaire des évolutionnistes assimilant les pseudogènes à de simple “fossiles
moléculaires”.99 Un mythe évolutionniste de plus venait de s’écrouler.
Trois semaines après la révélation de la fonction biologique des pseudogènes, une étude publiée
dans le numéro du 23 mai 2003 de Science revint à nouveau sur l’idée d’ADN poubelle 100 en raison de la
découverte d’une autre fonction de l’ADN non-codant. Les évolutionnistes assaillis par toutes ces nouvelles
données n’avaient d’autre choix que de mettre au rebut leur concept d’ADN poubelle. Le titre d’un article
écrit par Wojciech Makalowski de l’Université de l’état de Pennsylvanie laisse entendre le changement :
“Not Junk After All” (Pas de la poubelle après tout). Makalowski résume la situation :
… [L]a perspective de l’ADN poubelle, en particulier des éléments répétitifs, commencèrent à
changer au début des années 90. Maintenant, de plus en plus de biologistes considèrent les éléments
répétitifs comme un trésor génomique… Ces deux papiers démontrent que les éléments répétitifs ne sont
pas de l’ADN poubelle inutile, mais plutôt des composants intégrés importants des génomes
eucaryotiques.… Par conséquent, l’ADN répétitive ne devrait pas être appelé ADN poubelle.101
Il était une fois l’ADN poubelle. Il fit beaucoup parler de lui et des spéculations évolutionnistes
l’entourant.
La dernière idée de “vestige” du darwinisme – l’ADN poubelle – fait désormais partie de l’histoire
depuis que ce dernier flottement du darwinisme a été discrédité.
Autrefois, l’origine des espèces était
supposée se trouver dans la spéciation

Le 14 juin 2003, un article intitulé “How are New Species Formed?” (Comment sont formées les
nouvelles espèces ?) parut dans New Scientist, connu pour sa position en faveur du darwinisme. George
Turner, l’auteur, fit cette importante confession :
Il n’y a pas si longtemps, nous pensions savoir comment les espèces s’étaient formées. Nous croyions
que le processus commençait presque toujours avec l’isolation complète des populations. Cela se produisit
souvent après qu’une population est passée par un sérieux "goulot d’étranglement génétique", comme dans
l’exemple où une femme enceinte se retrouverait seule sur une île déserte et les frères et sœurs se
reproduiraient entre eux. La beauté de ce soi-disant modèle d’“effet fondateur” est qu’il pouvait être testé en
laboratoire. En réalité, ça ne tenait pas debout. En dépit des meilleurs efforts des biologistes évolutionnistes,
personne n’a pu s’approcher de la création d’une nouvelle espèce à partir d’une population fondatrice. Qui
plus est, aussi loin que nous remontons, aucune nouvelle espèce ne s’est formée quand les hommes ont
relâché de petits nombres d’organismes dans des environnements étrangers.102
En fait, cet aveu n’a rien de nouveau. Au cours du siècle et demi écoulé depuis Darwin, aucune
spéciation telle que celle qu’il proposa n’a pu être observée, ni aucune explication satisfaisante ne fut
apportée quant à l’origine des espèces.
Revenons d’abord sur la spéciation envisagée par Darwin.
Sa théorie dépendait de l’observation des variations chez les populations animales. Certaines de ces
observations provenaient d’éleveurs de races de qualité de chiens, de vaches ou de pigeons. De ces
populations, ils sélectionnèrent les individus présentant une caractéristique désirable (par exemple les
chiens capables de courir vite, les vaches produisant du bon lait ou les pigeons intelligents) pour les faire se
reproduire. En l’espace de quelques générations, la progéniture résultant de cette sélection présenta une
grande proportion de ces qualités sélectionnées. Les vaches produisaient bien plus de lait que les vaches
ordinaires.
Ce type de “variation limitée” poussa Darwin à croire que la modification est continue dans la
nature et que lorsqu’elle se prolonge sur une très longue période, elle produit un changement radical, à
savoir l’évolution.
La seconde observation de Darwin était que les diverses espèces de fringillidés qu’il vit aux Iles
Galapagos avaient des becs de formes différentes des fringillidés du continent. Dans les îles, des lignées de
fringillidés à bec long, court, courbé et droit se développaient au sein de la même population. Darwin
conclut que ces variétés se transformaient en espèces séparées en s’accouplant entre elles.
Lorsque Darwin assembla tous les exemples de variation, il fut amené à penser que des
modifications illimitées s’effectuaient dans la nature et qu’afin de développer de nouvelles espèces, de
nouveaux ordres ou de nouvelles classes, une longue période suffisait. Mais Darwin avait tort.
Quand des individus dotés d’une caractéristique dominante sont sélectionnés et élevés, seuls les
membres meilleurs et plus forts de cette espèce sont produits. Cette reproduction sélective ne peut
néanmoins pas donner naissance à une nouvelle espèce. Un cheval ne peut donc pas descendre d’un chat, ni
une girafe d’une gazelle ou une prune d’une poire. Les pêches ne se transforment pas en bananes ni les
œillets en roses. En résumé, aucune condition ne permet l’apparition d’une espèce à partir d’une autre. Les
pages suivantes reviendront sur les erreurs de Darwin sur la question.

Les limites naturelles du changement biologique


Darwin supposait que les variations observées dans la nature étaient perpétuelles. Il pensait que si
quelques générations suffisaient à présenter un changement chez les vaches, les chiens et les pigeons, alors
leur structure entière pouvait se modifier à condition d’en avoir le temps. Mais au cours des 150 années
écoulées depuis, des expériences et observations multiples prouvèrent que cette hypothèse était totalement
fausse.
Toutes les tentatives au cours du 20ème siècle visant à élever des animaux et à produire des plantes
hybrides ont révélé des limites infranchissables dans les processus de variation naturelle. Luther Burbank,
l’un des noms célèbres dans ce domaine, pensait qu’il existait une loi cachée chez les espèces limitant leur
variation :
Je sais de mon expérience que je peux développer une prune d’un demi-pouce ou une autre de deux
pouces et demi, ainsi que de toutes les longueurs possibles entre ces deux mesures, mais je suis enclin à
admettre qu’il n’y a pas d’espoir à essayer d’obtenir une prune de la taille d’un petit pois ou aussi grosse
qu’un pamplemousse… Bref, il y a des limites au développement possible et ces limites suivent une loi…
Les expériences menées en profondeur nous ont donné la preuve scientifique de ce que nous avions déjà
deviné par l’observation ; en l’occurrence que les plantes et les animaux ont tendance à revenir, chez les
générations suivantes, vers une certaine moyenne… En somme, il y a indéniablement une force vers la
moyenne qui garde tous les êtres vivants au sein de limites plus ou moins fixées.103
Aujourd’hui, des moyens artificiels permettent quelques changements génétiques dans la structure
biologique des animaux et des produits agricoles. Des chevaux plus forts et des choux plus gros peuvent
être produits. Mais Darwin tira les mauvaises conclusions de ces exemples. Loren Eisley, l’un des plus
éminents anthropologues au monde, explique :
Il semblerait que l’élevage domestique soigneux en vue d’améliorer la qualité des chevaux de course
ou celle des choux ne soit pas la voie vers la déviation biologique infinie qu’est l’évolution. Une grande
ironie s’impose dans cette situation, car plus que tout autre facteur, l’élevage domestique est utilisé comme
un argument de … l’évolution.104
Edward S. Deevey, biologiste et écologiste de l’Université de Floride, souligne qu’il y a une limite à
la variation dans la nature :
Le blé est toujours du blé, et non pas par exemple du pamplemousse ; et nous ne pouvons pas faire
pousser des ailes chez les cochons ni faire pondre des œufs cylindriques aux poules.105
Les expériences conduites sur les mouches à fruit frappent également par le mur des “limites
génétiques”. Au cours de ces expériences, les mouches subirent des changements dans une certaine mesure,
mais au-delà de cette frontière, aucun changement ne fut observé. Ernst Mayr, célèbre néo-darwiniste,
évoque les deux expériences menées sur les mouches :
Dans le groupe de départ, la moyenne combinée de poils des mâles et des femelles sur ces segments
était environ de 36. La sélection pour un nombre de poils réduit permit de réduire cette moyenne après 30
générations à 25 poils, après quoi la lignée s’éteignit rapidement à cause de la stérilité… Dans la “haute
lignée” (la sélection pour un nombre élevé de poils), le progrès au début était rapide et constant. En l’espace
de 20 générations, le nombre de poils augmenta de 36 à 56... A ce stade la stérilité devint sérieuse.106
Après ces expériences, Mayr aboutit à la conclusion suivante :
Evidemment toute amélioration drastique sous la sélection doit sérieusement épuiser la réserve de
variabilité génétique… La réaction corrélée la plus fréquente de la sélection est une baisse du bien-être
général. C’est la plaie de pratiquement toutes les expériences d’élevage.107
Le professeur de biologie Lane P. Lester et le biologiste moléculaire Raymond G. Bohlin écrivirent
l’un des plus importants ouvrages consacrés au sujet : Natural Limits to Biological Change (Les limites
naturelles du changement biologique). Voici un extrait tiré de leur introduction :
Que des populations d’organismes vivants puissent changer dans leur anatomie, physiologie,
structure génétique, etc. sur une certaine période n’est pas la question. Ce qui reste évasif est la réponse à la
question : à quel point le changement est-il possible et par quel mécanisme génétique ces changements
auront-ils lieu ? Les éleveurs de plantes et d’animaux peuvent introduire une série impressionnante
d’exemples démontrant dans quelle mesure les systèmes vivants peuvent être modifiés. Mais lorsqu’un
éleveur commence avec un chien, il termine avec un chien, un chien d’une apparence peut-être étrange mais
néanmoins un chien. Une mouche reste une mouche ; une rose une rose et ainsi de suite.108
Les auteurs étudièrent la question à travers des observations et des expériences scientifiques. Ils
aboutirent à deux conclusions fondamentales :
1) Aucune nouvelle donnée génétique ne peut être obtenue sans interférences externes dans les
gènes des organismes. Sans interférence, de nouvelles données biologiques ne peuvent pas apparaître dans
la nature. Seule “la variation génétique” se produit naturellement chez une espèce donnée. Ces
modifications limitées comprennent, par exemple, le développement d’espèces de chiens plus petits, plus
grands, à poil long ou à poil court. Même au bout d’un million d’années, ces variations ne pourraient pas
produire de nouvelles espèces ou des taxons plus élevés (genres, familles, ordres, classes, phylums).
2) Dans la nature, les interférences externes chez les gènes des organismes n’ont lieu qu’à travers
les mutations. Or ces mutations ne sont jamais bénéfiques ni ne produisent de nouvelles données
génétiques ; elles ne contribuent qu’à détruire les données existantes.
Par conséquent, il est impossible d’expliquer l’origine des espèces en termes de sélection naturelle,
comme le pensait Darwin. Quelle que soit la “quantité de sélection” subie par les chiens, ils continueront à
être des chiens. Il est insensé d’affirmer qu’ils étaient en réalité des poissons ou des bactéries par le passé.
Alors qu’en est-il des “interférences externes” dans les gènes ou autrement dit des mutations ?
Depuis les années 30, la théorie darwiniste compte sur cette alternative. Aussi le nom de la théorie
fut-il changé en “néo-darwinisme”. Les mutations n’ont pas pour autant réussi à sauver la théorie.
Les fringillidés observés par Darwin dans les Galapagos étaient un exemple de la variation, et
comme d’autres exemples, ils ne constituaient pas une preuve ferme de l’évolution. Les observations
effectuées au cours des dernières années montrèrent que les fringillidés n’ont pas subi le type d’altération
illimitée telle que supposé par la théorie de Darwin. Par ailleurs, la plupart des différents types de
fringillidés, que Darwin croyait constitués de 14 espèces différentes, étaient en réalité des variations des
mêmes espèces, capables de s’accoupler entre elles. Les observations scientifiques montrèrent que
l’exemple du bec du fringillidé, cité dans presque toutes les parutions évolutionnistes, est un exemple de
variation n’étayant en rien la théorie de l’évolution. Peter et Rosemary Grant se rendirent aux Galapagos
pour chercher des preuves de l’évolution darwinienne où ils passèrent des années à observer les fringillidés.
Dans leur célèbre étude, ils ne purent que documenter le fait que l’évolution n’avait pas eu lieu.109

Quel est le bien des mutations ?


Les données contenues dans un gène sont hautement complexes, ainsi que les “machines”
moléculaires qui les codent, les lisent et remplissent leurs fonctions productives. Aucun évènement aléatoire
qui peut affecter ce système et aucun accident ne peuvent causer une augmentation de la quantité des
données génétiques.
Imaginons un programmeur informatique concentré dans l’écriture d’un logiciel sur son ordinateur
quand un livre tombe sur son clavier, enclenchant plusieurs touches et insérant des lettres et des chiffres au
hasard dans son texte. Une mutation c’est un peu ça. Un tel accident ne contribue en rien au programme
informatique, il aurait plutôt pour effet de le saboter. Les mutations vandalisent de la même manière le code
génétique. Dans Natural Limits to Biological Change (Les limites naturelles au changement biologique),
Lester et Bohlin écrivent que “les mutations sont des erreurs dans la machinerie précise de la réplication de
l’ADN” ce qui signifie que “les mutations, la variation génétique et la recombinaison seules ne généreront
pas de changements évolutionnaires majeurs”.110
Ce résultat assez logique fut prouvé par des expériences et des observations au cours du 20 ème siècle.
Aucune mutation observée n’améliore les données génétiques d’un organisme afin de provoquer un
changement radical.
C’est pourquoi, bien qu’il soit en faveur de la théorie de l’évolution, Pierre-Paul Grassé, ancien
président de l’académie française des Sciences dit que “les mutations ne sont que les fluctuations
héréditaires autour d’une position médiane, une variation sur la droite, une variation sur la gauche mais sans
effet évolutionnaire final… Elles modifient ce qui préexiste”.111
Le Dr Grassé ajoute que dans le cas de l’évolution, le problème tient au fait que “certains
biologistes contemporains parlent d’évolution dès qu’ils observent une mutation”. Selon lui, cette opinion
ne s’accorde pas avec les faits parce que “quel que soit leur nombre, les mutations ne produisent aucune
sorte d’évolution”.112
L’exemple de la mouche à fruit illustre bien que les mutations ne produisent pas de nouvelles
données génétiques. Les mutations effectuées chez les mouches montrent que dans la nature, c’est
l’équilibre et non le changement qui domine les organismes. Grâce à la gestation rapide des mouches à fruit
d’environ douze jours, elles sont le cobaye favori pour les expériences de mutations. Afin d’augmenter le
taux de mutation de 15.000%, des rayons X furent utilisés dans ces expériences. Les scientifiques pouvaient
ainsi observer en un court laps de temps des mouches à fruit soumises à un nombre de mutations équivalent
à celui auquel elles auraient été soumises pendant des millions d’années dans des conditions naturelles.
Cependant même des mutations aussi rapides ne produisirent aucune nouvelle espèce. Les scientifiques ne
furent pas capables d’obtenir de nouvelles données génétiques.
Chez les mouches à fruit, le cas classique de la prétendue “mutation bénéfique” est celui du mutant
à quatre ailes. Les mouches à fruit ont normalement deux ailes mais certains spécimens à quatre ailes
éclosent occasionnellement. Les parutions darwinistes présentent cet exemple comme un “développement”
mais comme Jonathan Wells le démontra en détails dans son Icons of Evolution (Les icônes de l’évolution),
cette interprétation est fausse. Ces ailes supplémentaires n’ont pas de muscles de vol et constituent en réalité
un handicap pour la mouche. Par ailleurs, aucun de ces mutants n’a survécu en dehors d’un laboratoire.113
En dépit de tout cela, les évolutionnistes continuent à affirmer que des cas de mutations bénéfiques
se présentent, même s’ils restent rares et que de nouvelles structures biologiques apparaissent suite à une
sélection naturelle. Ils font là pourtant une erreur considérable. Une mutation ne contribue nullement à
l’augmentation des données génétiques et par conséquent ne mène pas à l’évolution. Comme l’expliquent
Lester et Bohlin :
Les mutations seront uniquement capables de modifier ce qui existe déjà, généralement de façon
insignifiante ou délétère. Cela ne signifie pas que la mutation bénéfique est prohibée ; inattendue peut-être
mais pas impossible. Une mutation bénéfique est simplement une mutation qui permet à ceux qui en
bénéficient d’apporter une progéniture plus importante aux générations futures que les créatures n’ayant pas
subi de mutations… Mais ces mutations n’ont rien à voir avec le changement d’un type d’organisme en un
autre…
A cet égard, Darwin attira l’attention sur les coléoptères sans ailes de Madère. Pour un coléoptère
vivant sur une île exposée aux vents, des ailes peuvent constituer un handicap certain. Les mutations
causant la perte du vol sont clairement bénéfiques. Le cas du poisson des cavernes aveugle est similaire. Les
yeux sont assez vulnérables, et d’autant plus que la créature vit dans l’obscurité totale, elle aurait tout intérêt
à travers les mutations à réduire cette vulnérabilité. Bien que ces mutations produisent un changement
drastique profitable, il est important de souligner qu’elles impliquent toujours la perte et jamais le gain. Il
n’a jamais été observé que des ailes ou des yeux ont été produits chez des espèces n’en disposant pas
auparavant.114
Lester et Bohlin concluent que dans l’ensemble, les mutations sont toujours une cause de
détérioration génétique et de dégénérescence.
Les mutations causent toujours une perte de données génétiques. Croire qu’elles peuvent produire
les codes génétiques extraordinairement complexes de millions d’espèces différentes équivaut à croire que
des livres tombant au hasard sur le clavier d’un ordinateur peuvent écrire des millions d’encyclopédies. Le
Dr Merle d’Aubigne, directeur du département d’orthopédie à l’Université de Paris fait le commentaire
suivant :
Je ne peux pas être satisfait à l’idée que des mutations fortuites peuvent expliquer l’organisation
complexe et rationnelle du cerveau, mais aussi des poumons, du cœur, des reins et même des ligaments et
des muscles. Comment est-il possible d’échapper à l’idée d’une force intelligente organisatrice ?115
En somme, les mutations ne peuvent pas expliquer l’origine des espèces de Darwin. Le biologiste
évolutionniste autrichien Gerhard Müller reconnaît, dans une critique qu’il rédigea pour le numéro de
l’hiver 2006 de Biological Theory, que la théorie synthétique néo-darwinienne est incapable d’expliquer
l’origine de la nouveauté morphologique.
Les deux mécanismes de sélection naturelle et de mutation ne corroborent nullement l’origine des
créatures vivantes. Aucune nouvelle donnée génétique ne ressort de la sélection, seules les données déjà
existantes sont sélectionnées. Les mutations ne produisent pas non plus de nouvelles données génétiques et
au contraire, elles ont plutôt tendance à les détruire. Clairement les origines des données génétiques et par
conséquent la vie ne répondent à aucun de ces mécanismes naturels.
Comme l’affirmait le Dr Merle d’Aubigne, cette origine provient “d’une force intelligente
organisatrice”. C’est là le pouvoir de Dieu Tout-Puissant avec Son intelligence, Sa science et Son pouvoir
infini. Dans le Coran, Dieu dit :

Et c'est Lui qui commence la création puis la refait. Cela Lui est plus facile. Il a la
transcendance absolue dans les cieux et sur la terre. C'est Lui le Tout Puissant, le Sage. (Sourate ar-
Rum, 27)

Le darwinisme a tenté de nier cette réalité en vain et il est devenu une théorie démodée enfouie dans
l’histoire.

La fin des “histoires comme ça”


La volonté d’expliquer l’origine des espèces en termes évolutionnistes est arrivée à une impasse,
comme l’admettent ouvertement les évolutionnistes ces dernières années. L’article des biologistes
évolutionnistes Gilbert, Opitz et Raff publié en 1996 dans le magazine Developmental Biology résume bien
la situation. Ils étaient d’avis que “l’origine des espèces – le problème de Darwin – reste insoluble”.116
Cependant l’individu lambda n’en est pas conscient. Le système darwiniste préfère ne pas faire savoir
au public que selon les termes de Darwin, la question de l’origine des espèces est sans réponse. Au
contraire, les médias et les manuels se sont faits l’écho des mythes de l’évolution. Dans le monde
scientifique, ces mythes font partie des “histoires comme ça” et constituent la principale source de
motivation pour ceux qui acceptent la théorie.
Presque tous les manuels évolutionnistes reprennent avec de légères variantes l’une de ces célèbres
histoires racontant comment l’homme se mit à marcher sur deux jambes : les primates hominoïdes censés
êtres les ancêtres des êtres humains vivaient dans les arbres des jungles africaines. Leurs colonnes
vertébrales étaient voûtées. Leurs mains et leurs pieds étaient idéalement adaptés pour grimper dans les
branches. La jungle africaine se réduisit poussant les hominoïdes à migrer vers la savane. Afin de pouvoir
voir au-delà des herbes hautes de la savane, ils devaient se redresser sur deux jambes. C’est ainsi que nos
ancêtres se mirent à marcher debout. Leurs mains ne servant plus aux déplacements, elles purent fabriquer
des outils. Plus ils utilisaient leurs mains, plus leur intelligence augmentait. Ils devinrent ainsi des êtres
humains.
De telles histoires font régulièrement le contenu des journaux et des magazines évolutionnistes. Les
journalistes favorables à la théorie de l’évolution ou ceux dont les connaissances sont limitées ou
superficielles rapportent ces histoires aux lecteurs comme si elles étaient factuelles. Or, de plus en plus de
scientifiques proclament qu’elles n’ont aucune valeur scientifique. Le Dr Collin Patterson, qui travailla en
tant que paléontologue senior pendant des années au Musée Britannique d’histoire naturelle à Londres
écrit :
Il est assez facile de fabuler sur comment une forme de vie donna naissance à une autre et de trouver
des raisons pour lesquelles les étapes devraient être favorisées par la sélection naturelle. Mais de telles
histoires ne font pas partie de la science, car il n’y a aucun moyen de les soumettre aux tests.117
Dans son livre Fossils and Evolution (Fossiles et évolution) datant de 1999, le paléontologue
évolutionniste T.S. Kemp revient sur le manque de valeur scientifique sur ce qui fut écrit à propos de la
prétendue évolution des oiseaux :
Un scénario de l’origine des oiseaux aurait été que vers la fin du jurassique, il y eut une pression
sélective favorisant l’adoption d’habitudes de plus en plus arboricoles agissant sur un groupe de dinosaures
bipèdes petits et de constitution légère. Ce mode de vie accrut leur capacité à fuir les prédateurs et à trouver
de nouvelles sources de nourriture. Les forces de sélection suivantes promurent le saut, puis la capacité à
planer et enfin le vol de branche en branche et d’arbre en arbre. Absolument aucune de ces suppositions sur
les formes intermédiaires, les conditions écologiques ou les forces sélectives auxquelles ils étaient soumis
ne pouvaient être testées empiriquement. Le résultat est le scénario évolutionniste ou plus péjorativement
“l’histoire comme ça”.118
Le fait que les “histoires comme ça” ne puissent pas être testées et qu’elles n’aient donc pas de
valeur scientifique, ne constitue qu’une facette du problème. L’autre aspect tout aussi sérieux voire plus est
que ces histoires sont un non-sens impossible.
Reprenons l’histoire des hominoïdes qui avaient commencé à marcher sur deux jambes.
Jean Baptiste Lamarck est l’auteur de ce mythe dans un contexte scientifique limité il y a 150 ans.
Cependant, la génétique moderne a démontré depuis qu’une caractéristique acquise au cours d’une vie ne
peut être transmise à la génération suivante. Or les dits ancêtres des êtres humains évoluèrent grâce aux
caractéristiques acquises de leur vivant. D’après ce scénario, les hominoïdes se redressèrent pour voir au-
dessus de la végétation, libérant leurs mains dont ils firent usage et virent leur intelligence augmenter. Rien
de la sorte ne se produisit jamais. En plus, une créature ne peut pas acquérir des caractéristiques simplement
en essayant de se redresser et en utilisant des outils. Même si nous acceptons la possibilité d’une telle
acquisition (scientifiquement impossible rappelons-le), ces talents n’auraient pas pu être transmis à la
génération suivante. Par conséquent, même si l’impossible s’était produit et un singe fut capable de
positionner son squelette dans une position debout, il n’aurait pu transmettre son habitude à sa progéniture
et l’évolution n’aurait pu avoir lieu.
Alors pourquoi cette idée de Lamarck discréditée depuis plus d’un siècle cherche-t-elle encore à
s’imposer ?
Les évolutionnistes disent que ces “histoires comme ça” englobent un processus réel d’évolution
biologique. Ils ne croient pas que la nécessité mène à l’évolution mais que la nécessité guide la sélection
naturelle vers une direction particulière. Ils pensent aussi qu’elle est la cause de la sélection des mutations
qui amèneront des résultats dans ce sens. Lorsqu’ils prétendent que les hominoïdes se tinrent debout, ils
entendent qu’ils trouvaient un avantage à se tenir debout. Certains se redressèrent, leur squelette subissant
une mutation au moment propice. Ce furent précisément ceux-ci qui furent choisis par la sélection naturelle.
En d’autres termes, les explications scientifiques ayant trait aux mutations sont totalement ignorées
parce que si elles sont examinées en détail, elles font apparaître clairement qu’il ne s’agit là que de
superstitions n’ayant rien de scientifiques.
Les histoires comme ça des évolutionnistes supposent que les mutations introduisent ce dont
l’organisme a besoin ainsi que les avantages les mieux adaptés.
Par ailleurs, il ne faut pas oublier qu’aucune mutation à ce jour n’a permis de développer de nouvelles
données génétiques.
Croire à ce scénario équivaut à croire à une baguette magique pourvoyant à tous les besoins d’une
créature. Ce n’est ni plus ni moins de la superstition.
Bien que le zoologue français Pierre-Paul Grassé accepte en théorie l’évolution, il est conscient de la
réalité de cette situation et s’oppose au darwinisme sur le point des mutations :
L’apparence opportune des mutations permettant aux animaux et aux plantes de satisfaire leurs
besoins semble difficile à croire. Pourtant la théorie darwinienne est encore plus exigeante. Une simple
plante, un simple animal requerraient des milliers et des milliers… d’événements appropriés. Ainsi les
miracles deviendraient la règle : des événements avec une probabilité infinitésimale se produiraient
facilement… Il n’y a aucune loi contre le fait de divaguer mais la science ne doit pas s’y laisser aller.119
En somme, le darwinisme est un produit de l’imagination n’ayant rien à voir avec la science. Les
"histoires comme ça" présentées comme des faits scientifiques ne disposent pas du moindre appui
scientifique.
Tous ces mythes ont en commun de supposer que les besoins spéciaux des êtres vivants sont d’abord
déterminés puis pourvus par les mutations. Les évolutionnistes appellent cela “la pression évolutionniste”.
(Le besoin de se tenir debout au dessus des hautes herbes de la savane est un exemple de pression
évolutionniste.)
Seuls ceux qui acceptent aveuglément le darwinisme peuvent supposer que les mutations nécessaires
sont à portée de main. Quiconque n’est pas enlisé dans un tel dogmatisme peut voir que les histoires comme
ça sont des inventions sans relation avec la science.
D’ailleurs les scientifiques évolutionnistes admettent ouvertement la nature de ces conjectures. Ian
Tattersall, conservateur de la division d’anthropologie du musée américain d’histoire naturelle, émit un
commentaire intéressant dans un article de The New York Times, intitulé “Why humans and their fur parted
ways” (Pourquoi les humains se sont séparés de leurs fourrures). Le scénario de plusieurs avantages fut
proposé. Tattersall dit : “Il y a toutes sortes de notions liées à l’avantage de la perte des poils, mais elles sont
toutes des histoires comme ça.”120
Dans son livre publié en 1999, l’évolutionniste Henry Gee, éditeur scientifique du magazine Nature,
souligna que chercher à expliquer l’origine d’un organe en termes de ce qui est avantageux pour lui était
faux :
… nos nez furent conçus pour soutenir des lunettes, donc nous avons des lunettes. Pourtant les
biologistes évolutionnistes appliquent le même raisonnement quand ils interprètent une structure selon son
adaptation à son utilité actuelle. Ils ne voient pas que les besoins de l’utilité actuelle ne nous disent pas
comment la structure a évolué, ni comment l’histoire évolutionniste d’une structure a pu influencer la forme
et les propriétés de cette structure.121
Ces déclarations sont très importantes étant donné qu’il est très probable que vous rencontriez des
histoires comme ça dans les parutions évolutionnistes ou dans les médias. Rappelez-vous que ces histoires
ne reposent sur aucune preuve scientifique. Leur fabrication suit toujours la même méthode. D’abord,
l’avantage d’une caractéristique particulière ou d’un aspect d’une créature est décrit, puis un scénario est
inventé cherchant à montrer comment cet avantage a pu évoluer. En pratique, il n’y a pas de limites à ce
genre de thèses évolutionnistes : “La trompe donne à l’éléphant la capacité de ramasser les nourritures sur le
sol, donc elle a dû évoluer à cet escient” ou “le cou de la girafe lui permet d’atteindre les branches en
hauteur, donc il a évolué dans ce but.” Accepter ce genre d’histoires équivaut à croire que la nature s’occupe
des besoins de toutes ses créatures. Cela revient en quelques sortes à croire à un mythe.
La nature de ce mythe devient de plus en plus claire chaque jour.
Pour résumer ce chapitre, on peut dire que l’origine des espèces fut associée à un processus
évolutionniste aléatoire à cause des déductions fausses faites par Darwin dans le contexte scientifique limité
du 19ème siècle. Toutes les observations et expériences menées au 20ème siècle montrent qu’aucun mécanisme
dans la nature ne permet de produire de nouvelles espèces ni des taxons supérieurs d’êtres vivants.
La science détruisit le darwinisme et il est maintenant évident que la véritable origine des espèces
est dans la création. Dieu Tout-Puissant, dans Sa science suprême, créa toutes les créatures vivantes.
Autrefois existait le scénario de
“la série de chevaux”

Lorsque Darwin présenta sa théorie, il n’existait pas de formes intermédiaires pour la défendre, mais
il espérait tout de même la découverte de spécimens dans le futur. Pour remédier à cette déficience vitale,
les paléontologues convaincus par le darwinisme assemblèrent une série de fossiles de chevaux découverts
en Amérique du Nord. Les darwinistes s’imaginaient avoir trouvé une parade à l’absence de formes
intermédiaires dans les archives fossiles.
En 1841, le paléontologue anglais Sir Richard Owen trouva un fossile appartenant à un petit
mammifère qu’il appela Hyracotherium en référence à sa similarité avec l’hyrax, une sorte de petit renard
vivant en Afrique. A l’exception du crâne et de la queue, le squelette découvert par Owen était presque
identique à celui de l’hyrax.
Comme ils avaient coutume de le faire pour les autres fossiles, les paléontologues darwinistes
étudièrent l’Hyracotherium d’un point de vue évolutionniste. En 1874, le paléontologue russe Vladimir
Kovalevsky essaya d’établir un lien entre l’Hyracotherium et le cheval. En 1879, deux célèbres
évolutionnistes poussèrent l’entreprise plus loin en compilant une série de chevaux qui allait rester dans les
tablettes darwinistes pendant des années. Le paléontologue américain Othniel Charles Marsh et Thomas
Huxley (surnommé "le bouledog de Darwin") conçurent un tableau en arrangeant des fossiles ongulés selon
la structure dentaire et le nombre de doigts sur les pattes avants et arrières. En cours de route, pour souligner
l’idée d’évolution, l’Hyracotherium d’Owen fut rebaptisé Eohippus ou “cheval de l’aube”. Leurs idées
associées aux tableaux furent publiés dans American Journal of Science jetant ainsi la base de la série qui
allait être exposée pendant des années dans les musées et reprise dans les livres comme preuve de
l’évolution du cheval contemporain.122 Certains des genres représentés dans cette séquence comprenaient
l’Eohippus, l’Orohippus, le Miohippus, l’Hipparion et enfin le cheval de nos jours l’Equus.
Au cours du siècle suivant, cette séquence servit de preuve à la prétendue évolution du cheval.
L’augmentation du nombre de doigts ainsi que l’augmentation progressive de la taille suffirent à convaincre
les évolutionnistes qui espéraient depuis des décennies élaborer une telle série avec d’autres créatures. Mais
leurs espoirs ne purent jamais se concrétiser.
Sans compter que d’importantes contradictions apparurent avec la tentative d’insérer de fossiles
fraîchement découverts dans la série des chevaux. Les caractéristiques de ces nouveaux fossiles (le lieu de
leur découverte, leur âge, le nombre de doigts) n’étaient pas compatibles avec la série. Ces incohérences
firent la lumière sur l’incohérence de l’assortiment des fossiles. Gordon Rattray Taylor, ancien conseiller
scientifique en chef de BBC Television décrivit la situation :
La plus grande faiblesse du darwinisme est peut-être l’échec des paléontologues à trouver des
phylogénies convaincantes ou des séquences d’organismes démontrant des changements évolutionnaires
majeurs… Le cheval est souvent cité comme exemple le plus complet. Mais le fait est que la lignée depuis
l’Eohippus jusqu’à l’Equus est très erratique. Elle est supposée montrer une augmentation continue de taille,
mais la vérité est que certaines variantes étaient plus petites que l’Eohippus et non plus grandes. Des
spécimens de sources différentes peuvent être rassemblés en une séquence d’aspect convaincant mais il n’y
a aucune preuve qu’ils étaient classés dans cet ordre dans le temps.123
Il admit donc ouvertement que la série des chevaux ne reposait sur aucune preuve. Heribert Nilsson,
un autre chercheur, fit le même commentaire, qualifiant la série des chevaux de “très artificielle” :
L’arbre généalogique du cheval est beau et continu uniquement dans les manuels. En réalité, tel que
l’indiquent les résultats de recherche, il est constitué de trois parties, dont seule la dernière peut être décrite
comme incluant des chevaux. Les formes de la première partie ont aussi peu trait aux chevaux que les
damans d’aujourd’hui. La construction du cheval est par conséquent très artificielle ; puisqu’il est constitué
de parties non-équivalentes, il ne peut donc pas former une série de transformation continue.124
Aujourd’hui, de nombreux évolutionnistes rejettent la thèse de l’évolution graduelle des chevaux.
En novembre 1980, un symposium de quatre jours eut lieu au musée Field d’histoire naturelle à Chicago
auquel assistèrent 150 évolutionnistes. Il était consacré aux problèmes associés à la théorie de l’évolution
graduelle. Un intervenant, Boyce Rensberger, affirma qu’il n’y avait pas de preuve dans les fossiles du
scénario de l’évolution progressive du cheval et conclut qu’un tel processus ne s’était jamais produit :
Est reconnu comme étant faux l’exemple courant de l’évolution du cheval, suggérant une séquence
graduelle de changements de créature à quatre doigts ou de créature proche du renard, ayant vécu il y a près
de 50 millions d’années, au cheval à un doigt d’aujourd’hui beaucoup plus grand. Au lieu du changement
graduel, les fossiles de chaque espèce intermédiaire apparaissent distinctement, restent inchangés et ensuite
s’éteignent. Les formes transitoires sont inconnues.125
Des points de vue de Taylor, Nilsson et Rensberger, nous pouvons comprendre que la prétendue
évolution des chevaux est dépourvue d’appui scientifique en raison des contradictions de la séquence. Donc,
s’il n’y a pas de preuve à la série des chevaux, sur quoi est-elle basée ? La réponse est évidente : comme
pour tous les autres scénarios darwinistes, la série des chevaux fantaisiste est imaginaire. Les
évolutionnistes se contentèrent d’assembler des fossiles selon leurs idées préconçues pour donner
l’impression au public d’une parenté évolutive entre les créatures.
Marsh peut être considéré comme l’architecte de la série des chevaux. Presque un siècle plus tard,
l’évolutionniste Robert Milner revint sur la “technique” employée par Marsh : “Marsh arrangea les fossiles
pour aboutir à l’espèce survivante, ignorant allègrement les nombreuses incohérences et preuves
contradictoires.”126
En résumé, Marsh élabora un scénario sur lequel il fit concorder des fossiles comme s’il arrangeait
des tournevis selon leur taille dans une boite à outils. Contrairement aux attentes, les nouveaux fossiles
bouleversent le scénario de Marsh. Selon l’écologiste Garret Hardin :
Il fut un temps où les fossiles existant de chevaux semblaient indiquer une évolution en ligne droite
du plus petit au plus grand… A mesure que de nouveaux fossiles furent mis au jour, il devint trop apparent
que l’évolution n’avait pas du tout suivi une ligne droite.127
Les fossiles ne pouvaient pas être arrangés de sorte à montrer l’évolution graduelle, comme Darwin
l’envisageait. L’évolutionniste Francis Hitching explique :
Même en incluant tous les fossiles possibles, apparaissent d’importants bonds dans la taille des
chevaux d’un genre à un autre, sans exemples transitoires.128
Aujourd’hui, la série des chevaux ne laisse plus rien d’espoir aux évolutionnistes. Il s’avéra que les
chevaux avaient vécu en même temps que leurs prétendus ancêtres et même côte à côte. Par conséquent, il
n’est pas question d’ascendance ou de descendance. Par ailleurs, nombre des caractéristiques découvertes
dans la structure dentaire et osseuse des chevaux rendent la séquence invalide. Quelle est donc la
conclusion ? Aucune relation d’évolution n’a jamais existé entre ces créatures juxtaposées. Ces genres firent
leur apparition dans les couches fossiles soudainement. En dépit de tous leurs efforts, les évolutionnistes
n’ont pas été capables de démontrer le caractère transitionnel entre ces formes. Il est néanmoins intéressant
de s’attarder sur cette série des chevaux défendue si ardemment par les darwinistes.

Incohérence et aveux des évolutionnistes


Contrairement au scénario évolutionniste présenté dans les musées et les manuels, la série des
chevaux manque de cohérence sur plusieurs plans. Tout d’abord, les évolutionnistes n’ont pas été capables
d’établir un lien entre l’Eohippus (ou Hyracotherium) supposé être le point de départ de la séquence et le
condylarthre prétendu ancêtre des ongulés.129
En plus de ce fossé, les incohérences sont inhérentes à la série des chevaux. Certaines des créatures
incluses dans la séquence ont vécu en même temps. En janvier 1981, National Geographic publia que des
chercheurs du Nebraska avaient trouvé des milliers de fossiles préservés datant de 10 millions d’années
suite à une soudaine éruption volcanique. La nouvelle infligea un sérieux revers au scénario de l’évolution
équine car les photos publiées des fossiles montraient à la fois des chevaux à trois doigts et à un doigt.130
Cela réfute clairement l’idée que les genres dans la série des chevaux avaient évolué les uns à la suite des
autres. Les créatures qui étaient supposées être les ancêtres avaient vécu en même temps et au même
endroit. Sans compter qu’elles ne présentaient aucune caractéristique transitionnelle suggérant l’évolution.
Cette découverte démontra que la propagande évolutionniste sur la série équine, longuement disséminée
dans les musées et les manuels, était totalement imaginaire et assemblée sur la base de préjugés.
L’incohérence commise au nom du darwinisme était encore plus considérable en ce qui concerne le
Mesohippus et ses ancêtres. Jonathan Wells, remarqué pour critique du darwinisme dans Icons of Evolution
(Icônes de l’évolution), écrit que bien que l’apparition du Miohippus eut lieu dans les archives fossiles avant
le Mesohippus, il persiste après lui.131
Notons que O.C. Marsh lui-même mentionna l’existence de chevaux à trois doigts en Amérique du
sud-ouest à cette époque et qu’à cet égard, ils ressemblaient au Protohippus disparu.132 L’incohérence de
cette série équine ne provient pas seulement du fait qu’un genre existait en même temps et au même endroit
que l’ancêtre dont il est supposé descendre. Aucune zone géographique circonscrite ne permet de prouver
que les chevaux firent leur apparition à travers un processus d’évolution. Les évolutionnistes ont, en effet,
assemblé des fragments de fossiles provenant de plusieurs continents afin de corroborer leurs idées. Cette
méthodologie ne s’accorde cependant pas avec la science objective.
En mettant en place la série des chevaux, les évolutionnistes avaient pris pour critère le nombre de
doigts, la taille et la structure dentaire des fossiles. Ce choix allait se retourner contre eux. Ils prétendaient
que les prétendus ancêtres du cheval passèrent d’une alimentation sur les buissons à une alimentation à base
d’herbe, causant une évolution concordante de leurs dents. Or selon des études menées sur des dents datant
de 5 millions d’années appartenant à 6 espèces différentes de chevaux, Bruce MacFadden démontra que les
dents de ces créatures ne subirent pas vraiment de changements.133
D’autre part, le nombre de côtes et de vertèbres lombaires varie de façon irrégulière, ce qui est
plutôt contraire à l’évolution. Dans la série des chevaux, le nombre de côtes augmente de 15 à 19 pour
ensuite baisser à 18. Chez les ancêtres le nombre de vertèbres lombaires passa de 6 à 8 pour revenir à 6. Ces
éléments ont une influence considérable sur le mouvement des animaux et même sur leurs vies.
Logiquement, une espèce dont les structures vitales subissent des variations aléatoires ne peut pas se
perpétuer.
Une dernière incohérence vient de l’hypothèse évolutionniste selon laquelle une augmentation de la
taille sous-entend un progrès évolutionniste. Il suffit de regarder les chevaux de nos jours pour comprendre
que cela n’a pas de sens. Le plus grand cheval actuellement est le Clydesdale et le plus petit le Fallabella
mesurant 43 centimètres seulement.134 A la vue de ces écarts de taille, l’arrangement de la série des chevaux
en terme de taille n’a pas de sens.
En somme, la série entière fait clairement partie des mythes évolutionnistes basés uniquement sur
des idées préconçues. Aux paléontologues évolutionnistes – les témoins muets de la chute du darwinisme –
de le faire savoir. Depuis l’époque de Darwin, ils savent qu’il n’y a pas de formes intermédiaires dans les
couches de fossiles. En 2001, Ernst Mayr dit : “Rien n’a plus impressionné les paléontologues que la nature
discontinue des données fossiles.”135 Il exprima ainsi la longue déception chez les paléontologues de n’avoir
jamais trouvé les innombrables formes intermédiaires escomptées par Darwin.
C’est peut-être la raison pour laquelle les paléontologues débattent depuis des années de l’invalidité
de la série des chevaux quand d’autres évolutionnistes continuent à la défendre ardemment. En 1979, David
Raup affirma que cette séquence était totalement insensée et non-valable :
L’histoire de l’évolution est encore étonnamment hachée et, ironiquement, nous avons encore moins
d’exemples de la transition évolutionnaire qu’à l’époque de Darwin. J’entends par là que les cas classiques
de changement darwinien dans les archives fossiles, telle que l’évolution du cheval en Amérique du nord,
ont dû être modifiés ou abandonnés en raison de nouvelles informations plus précises. Ce qui semblait être
une jolie simple progression quand peu de données étaient disponibles apparaît maintenant beaucoup plus
complexe et moins gradué. Le problème n’a donc pas été résolu.136
Il y a environ 20 ans, le paléontologue évolutionniste, le Dr Niles Eldredge du célèbre Musée
Américain d’histoire naturelle reconnut que les diagrammes de la série de chevaux exposés dans son propre
musée étaient imaginaires. Il critiqua ceux qui défendaient que cette série spéculative était suffisamment
crédible pour avoir sa place dans les manuels :
J’admets qu’une quantité horriblement importante de cela a pu s’immiscer dans les manuels comme
si c’était vrai. Par exemple, le célèbre exemple toujours exposé en bas est l’exposition de l’évolution du
cheval élaborée il y a environ cinquante ans. Ce fut présenté comme une vérité littérale dans tous les
manuels. Je pense maintenant que c’est lamentable, d’autant plus que ceux qui proposent ce genre
d’histoires sont eux-mêmes conscients de la nature spéculative d’une partie de la chose.137
Ces commentaires provenant d’experts indiquent clairement que les idées derrière la série équine
manquent de substance. Aujourd’hui encore, les musées à travers le monde continuent à exposer cette série
faisant croire aux visiteurs que les chevaux sont une espèce évoluée. N’est-il pas ironique que les plus
graves erreurs de l’histoire de la science soient affichées là où une science vraie et précise est supposée être
inculquée ? Tout ce que les visiteurs voient n’est qu’un mythe darwiniste discrédité depuis des décennies.

Des soi-disant vestiges chez les chevaux et les faits


Les évolutionnistes avancent que le nombre de doigts chez le cheval se réduisit avec le temps en se
basant sur les métacarpiens rudimentaires sur les pattes des chevaux actuels. Au cours du processus
d’évolution, disent-ils, les trois doigts du cheval se seraient estompés pour former les métacarpiens. Or, les
métacarpiens ne sont pas les inutiles vestiges que les évolutionnistes prétendent qu’ils sont. Ils renforcent la
patte pour la course et amortissent la pression au cours du galop. Ils sont le point d’attache de nombreux
muscles. Ils forment également un sillon protecteur abritant le ligament suspenseur, une attache élastique
vitale permettant de soutenir le poids de l’animal lors de ses mouvements.138
La patte du cheval est une preuve de la création. Pierre-Paul Grassé explique les caractéristiques du
sabot du cheval en termes techniques et souligne que cette continuité n’aurait pas été possible au cours d’un
processus aléatoire quelconque. L’excellence de la structure des articulations, les coussinets absorbeurs de
choc, le liquide lubrifiant facilitant le mouvement, les ligaments sont fascinants :
Un tel sabot inséré dans le membre comme une matrice protégeant la troisième phalange peut sans
semelle ni ressorts amortir des impacts parfois supérieurs à une tonne. Il n’a pas pu se former par un pur
hasard : un examen précis de la structure du sabot révèle qu’il est l’entrepôt des coaptations et de
nouveautés organiques. La paroi cornée, par ses tissus keraphylleux verticaux, fusionne avec les tissus
podophylleux de la couche kératogène. La longueur respective des os, leur mode d’articulation, les courbes
et les formes des surfaces articulaires, la structure des os (orientation, arrangement des couches osseuses), la
présence de ligaments, de tendons glissant avec les gaines, les coussinets d’amortissement, l’os naviculaire,
les membranes synoviales avec leur liquide séreux lubrifiant, tout implique une continuité dans la
construction que des événements aléatoires nécessairement chaotiques et incomplets n’auraient pu produire
ou entretenir. Cette description ne va pas dans le détail de l’ultrastructure où les adaptations sont encore plus
remarquables. Elles apportent des solutions aux problèmes de mécaniques impliqués dans la locomotion
rapide sur des membres monodactyles.139
La déclaration de Grassé souligne à quel point la structure de la patte du cheval est parfaite. Depuis,
de nouvelles études révélèrent davantage d’informations.
En 2002, des chercheurs de l’Université de Floride découvrirent qu’un os particulier dans la patte du
cheval (le troisième métacarpien) avait des propriétés uniques. Un trou de la taille d’un pois par lequel des
vaisseaux sanguins pouvaient entrer fut localisé d’un côté de l’os. D’ordinaire les trous causent des
faiblesses. Au cours des tests de pression en laboratoire, contrairement aux attentes, l’os ne se rompit au
niveau du trou. Les analyses montrèrent ensuite que l’os était arrangé de sorte à déplacer la pression vers
une zone plus forte, empêchant la jambe de se briser à ce point-là. Cette structure provoqua tellement
d’admiration que la NASA finança Andrew Rapoff, professeur assistant de génie aérospatial et mécanique,
afin qu’il la reproduise dans les avions là où des trous sont percés pour les câbles.140
La structure de la patte du cheval surpasse l’inventivité des ingénieurs formés aux technologies les
plus avancées ; à tel point qu’elle est maintenant imitée par l’industrie aérienne. Comme l’indiqua Grassé,
de telles structures spécifiques ne peuvent être expliquées en termes d’événements aléatoires. La patte du
cheval présente des caractéristiques supérieures n’ayant pu se former suite à des coïncidences. Autrement
dit les chevaux virent le jour pourvus de leurs spécificités grâce à la création supérieure de Dieu. En
conclusion, la série des chevaux présentée comme une vérité dans les parutions évolutionnistes du 20ème
siècle a perdu toute valeur. Les chevaux ne présentent aucun signe d’évolution, mais leur anatomie
complexe suffit à pointer vers la création.
Enfin, le mythe de l’évolution du cheval, comme tous les autres mythes, est discrédité.
Autrefois il y avait l’histoire des mites poivrées

Le Biston betularia, une espèce de mites de la famille des géométridés, est peut-être l’une des espèces
les plus célèbres du monde des insectes. Sa renommée est due au fait qu’il s’agit du soi-disant principal
“exemple observé” d’évolution depuis Darwin.
Il existe deux variétés de Biston betularia. Le type commun de couleur pâle appelé Biston betularia f.
typica est de couleur gris clair, avec de petites tâches sombres qui lui donnent le nom de “mite poivrée”. Au
milieu du 19ème siècle, une deuxième variété fut observée : de couleur sombre presque noire, elle fut
baptisée Biston betularia carbonaria. Le mot latin carbonaria signifie de couleur charbon. Elle est
également appelée “mélanique”, qui signifie de couleur sombre.
En Angleterre, au 19ème siècle, les mites sombres devinrent prédominantes. Cette coloration reçut le
nom de mélanisme. A partir de ce phénomène, les darwinistes composèrent un mythe qu’ils allaient utiliser
pendant au moins un siècle en tant que preuve de l’évolution en action. Ce mythe se fit également une place
dans presque tous les manuels de biologie, les articles d’encyclopédies, les musées, les médias et les films
documentaires à propos du darwinisme.
Résumons les faits. Au début de la révolution industrielle, à Manchester et dans d’autres zones
principalement industrielles, l’écorce des arbres avait une teinte claire. C’est pourquoi, les mites mélaniques
plus sombres sur ces troncs pouvaient être facilement discernées par les oiseaux qui les chassaient. Leur
durée de vie était donc très courte. Au bout de 50 ans, en raison de la pollution industrielle, les lichens clairs
vivant sur les écorces disparurent et les écorces elles-mêmes s’assombrirent avec la suie. Les prédateurs
purent alors repérer facilement les mites de couleur pâle. Le nombre de mites de couleur pâle baissa tandis
que les formes mélaniques, plus difficiles à voir sur les arbres survécurent et se reproduisirent.
Les évolutionnistes manipulèrent les faits de sorte à faire croire que les mites de couleur claire
avaient évolué en mites de couleur foncée. Selon la littérature darwiniste, il s’agissait d’évolution en action.
Cependant, ce mythe finit par être décrédibilisé. Afin de comprendre pourquoi, nous devons nous
intéresser à la manière dont se développa l’histoire.

Les mites collées de Kettlewell


La thèse de l’apparition et de la multiplication des mites poivrées en Angleterre à cause de la
révolution industrielle était déjà d’actualité du vivant de Darwin. Au cours de la première moitié du 20 ème
siècle, il ne s’agissait en fait que d’une opinion, car ni expérience ni observation scientifique n’avaient été
effectuées pour prouver le phénomène. En 1953, H.B.D. Kettlewell, médecin darwiniste et biologiste
amateur, décida de mener une série d’expériences visant à apporter la preuve manquante. Il se rendit dans la
campagne anglaise, habitat naturel des mites poivrées. Il relâcha un nombre identique de mites claires et
foncées dans le but d’observer combien de chaque sorte allaient être la proie des oiseaux. Il détermina que
plus de mites sombres furent prises par les prédateurs sur les arbres couverts de lichen clair.
En 1959, Kettlewell publia ses résultats dans un article intitulé “Darwin’s missing evidence” (La
preuve manquante de Darwin) dans le magazine évolutionniste Scientific American. L’article causa de vives
réactions dans le monde du darwinisme. Les biologistes félicitèrent Kettlewell pour sa contribution à
“l’évolution en action”. Les photographies montrant les mites de Kettlewell sur les troncs d’arbre furent
publiées partout. Au début des années 60, l’histoire de Kettlewell fut reprise dans tous les manuels et allait
influencer les étudiants en biologie pendant quatre décennies.141
En 1985, un biologiste et enseignant américain, Craig Holdrege, fut le premier à remarquer la
singularité de l’histoire des mites poivrées qu’il enseignait à ses étudiants depuis des années. Il tomba sur
une déclaration intéressante dans les notes de Sir Cyril Clarke, un ami proche de Kettlewell, qui participa à
ses expériences. Clarke écrivit :
Tout ce que nous avons observé c’est l’endroit où les mites ne passaient pas la journée. En 25 ans,
nous avons trouvé seulement deux Betularia sur les troncs d’arbre ou les parois adjacentes à nos pièges…
142

C’était là un aveu frappant. Judith Hooper, journaliste américaine et chroniqueuse pour The Atlantic
Monthly et New York Times Book Review, rapporta la réaction de Holdrege dans son livre publié en 2002 Of
Moths and Men : The Untold Story of Science and the Peppered Moth (Des mites et des hommes : l’histoire
non dite de la science et de la mite poivrée) :
“Que se passe-t-il ici ?” se demanda Holdrege. Il avait présenté des photos de mites sur des troncs
d’arbre, parlant à ses étudiants des oiseaux sélectionnant les plus voyants. “Et maintenant quelqu’un qui a
étudié les mites pendant 25 ans rapporte avoir vu uniquement deux mites” sur les troncs d’arbre. Qu’en est-
il des lichens, de la suie, du camouflage, des oiseaux ? Et la grande histoire du mélanisme industriel ? Cela
ne dépendait-il pas de mites reposant habituellement sur les troncs d’arbre ?143
Cette singularité remarquée et exprimée en premier par Holdrege, permit de mettre le jour sur la
véritable histoire de la mite poivrée. Judith Hooper poursuivit :
Il s’avéra que Holdrege ne fut pas le seul à remarquer les failles dans l’icône. Sous peu la mite
poivrée se suscita une hostilité scientifique consumante.144
Dans cette querelle scientifique, quels faits s’éclaircirent ?
Jonathan Wells, écrivain et biologiste américain, écrivit longuement sur la question. Il y consacra un
chapitre spécial dans son livre Icons of Evolution (Les icônes de l’évolution). Selon lui, l’étude de
Kettlewell considérée comme preuve expérimentale est, en somme, un scandale scientifique. Voici
quelques-uns des éléments qu’il présenta :
• De nombreuses études menées après les expériences de Kettlewell montrèrent que seulement un
type de mites restait sur les troncs d’arbre, les autres types préférant le dessous des branches
horizontales. Depuis les années 80, il est reconnu que les mites se posent rarement sur les troncs
d’arbre. Cyril Clarke et Rory Howlette, Michael Majerus, Tony Liebert, Paul Brakefield, et
d’autres scientifiques encore étudièrent le sujet pendant 25 ans. Ils conclurent que dans
l’expérience de Kettlewell, les mites étaient forcées à agir de façon atypique et que par
conséquent les résultats du test ne pouvaient pas être acceptés comme étant scientifiques.

• Les chercheurs qui testèrent l’expérience de Kettlewell aboutirent à une conclusion encore plus
surprenante : dans les zones moins polluées d’Angleterre, on s’attendrait à trouver plus de mites
de couleur pâle, mais les mites sombres étaient quatre fois plus nombreuses que les claires.
Contrairement à ce que Kettlewell avançait et à ce que tous les livres évolutionnistes répétaient, il
n’y avait aucune corrélation entre le ratio de la population de mites et les troncs d’arbre.
• A mesure que les recherches s’approfondirent, les dimensions du scandale s’amplifièrent. Les
mites prises en photos par Kettlewell sur les troncs d’arbre étaient mortes en fait. Il colla ou
épingla des mites mortes aux troncs d’arbre, avant de faire ses clichés, parce que dans la réalité
les mites se posent en dessous des branches. Il était donc impossible d’obtenir une vraie photo de
mites sur un tronc d’arbre.145
Ce n’est qu’à la fin des années 90 que le monde scientifique finit par apprendre ces faits. Quelle
déception pour les évolutionnistes de voir se terminer le mythe du mélanisme industriel au programme des
cours en biologie depuis des décennies ! Jerry Coyne, l’un d’entre eux, se dit très consterné lorsqu’il apprit
que l’histoire des mites poivrées était fabriquée.146

L’ascension et la chute du mythe


Comment ce mythe fut-il inventé ? Judith Hooper explique que Kettlewell et les autres darwinistes
qui contribuèrent au montage de l’histoire des mites poivrées, déformèrent les faits afin d’en faire des
preuves du darwinisme (et de devenir célèbres pendant le processus). Ce faisant, ils se trompèrent eux-
mêmes :
Ils conçurent la preuve qui allait véhiculer l’argument intellectuel vital, mais dans son noyau repose
une science erronée, une méthodologie douteuse et une pensée aveugle à la réalité de choses. Autour de la
mite poivrée sont rassemblées un essaim d’ambitions humaines et d’auto-désillusions partagées par certains
des biologistes évolutionnistes les plus renommés de notre temps.147
Les expériences conduites par quelques autres scientifiques sur le sujet accélérèrent la chute du
mythe, dès que celles de Kettlewell furent dites trafiquées. Ayant récemment étudié l’histoire de la mite
poivrée, Bruce Grant, professeur évolutionniste de biologie au College of William and Mary, la trouva sans
substance. Hooper reprend l’interprétation de Grant des conclusions obtenues par les autres scientifiques
ayant répété l’expérience de Kettlewell :
“Cela ne se produit pas”, dit Bruce Grant à propos des études de l’accumulation/la baisse de la
dominance (des mites). “David West a essayé. Cyril Clarke a essayé. J’ai essayé. Tout le monde a essayé.
Personne n’y arrive.” Quant aux expériences de concordance d’environnements, Mikola, Grant et Sargent,
entre autres, répétèrent ce que fit Kettlewell et obtinrent des résultats contraires aux siens. “Je veille à ne pas
dire de Kettlewell qu’il a commis une fraude”, dit Bruce Grant après une pause discrète. “Il était tout
simplement un scientifique très insouciant.”148
Un aspect erroné de l’histoire des mites poivrées provient de l’origine nord-américaine de la
population de Biston betularia. La thèse évolutionniste veut que pendant la révolution industrielle, la
pollution aérienne rendit les mites noires. Les expériences et les observations de Kettlewell furent effectuées
en Angleterre. Cependant, les mêmes mites vivent en Amérique du nord où aucun mélanisme ne fut observé
en dépit de la révolution industrielle et de la pollution aérienne. Hooper revient sur ces faits en se référant
aux découvertes de Theodore David Sargent, scientifique américain s’étant penché sur la question :
[Les évolutionnistes] ignorèrent également les études du continent nord-américain ayant soulevé des
questions légitimes sur l’histoire classique de fonds foncés, de lichens, de pollution de l’air et ainsi de suite.
Les mélaniques sont aussi communs dans le Maine, le sud du Canada, Pittsburgh et autour de la ville de
New York… Du point de vue de Sargent, les données nord-américaines falsifient l’hypothèse classique du
mélanisme industriel. Cette hypothèse prédit une forte corrélation positive entre l’industrie (pollution de
l’air, environnements assombris) et l’incidence du mélanisme. “Mais cela n’était pas vrai”, souligne
Sargent, "dans les enquêtes originales de Denis Owen, qui montraient la même proportion de mélanisme
quel que soit l’échantillon, quelle que soit la ville ou la zone rurale ni dans les recherches menées par qui
que ce soit d’autre depuis".149
Avec la découverte de tous ces faits, il devint évident que l’histoire des mites poivrées était un
immense canular. Pendant des décennies, le public du monde entier fut trompé par des photographies de
mites mortes épinglées au tronc d’un arbre et la répétition constante d’une histoire décalée, dans l’intention
d’apporter une preuve manquante au darwinisme. La preuve dont Darwin avait besoin n’a toujours pas été
découverte, pour la simple raison qu’elle n’existe pas.
En 1999, The Daily Telegraph publia un article résumant comment le mite fut enfin discrédité :
Les experts de l’évolution admettent silencieusement que l’un de leurs exemples préférés de la
théorie de Darwin, l’ascension et la chute de la mite poivrée, est basé sur une série de bourdes scientifiques.
Les expériences utilisant la mite dans les années 50 considérées depuis longtemps comme une preuve de la
sélection naturelle sont désormais sans valeur, ayant été conçues pour aboutir à la réponse “juste”. Les
scientifiques admettent maintenant qu’ils ne connaissent pas la véritable explication du sort du Biston
betularia, dont l’histoire est racontée dans presque tous les manuels sur l’évolution.150
Le mythe du mélanisme industriel, comme les autres éléments supposés prouver l’évolution et
avidement défendus par les évolutionnistes, s’effondra.
Autrefois, en raison du conservatisme et du manque de connaissances, le monde scientifique se laissa
duper par des contes. Cependant, aujourd’hui tous les mythes darwinistes furent discrédités.
Récemment encore, il était question
d’histoires sur le dino-oiseau

Au cours des dix dernières années, les dinosaures dotés de plumes aviaires ou les dino-oiseaux
furent l’un des éléments de propagande préférés par les médias darwinistes. Une série de gros titres sur les
dino-oiseaux, des reconstitutions et des explications persistantes venant d’experts évolutionnistes
persuadèrent un grand nombre de l’existence passée de créatures mi-oiseau, mi-dinosaure.
Richard O. Prum et Alan Brush, deux célèbres ornithologues entreprirent une récente étude
complète visant à défendre cette créature dans le numéro de mars 2003 de Scientific American. Dans leur
article, “The Feather or the Bird ? Which Came first?” (La plume ou l’oiseau? Qui vint le premier ?), Prum
et Brush étaient affirmatifs comme pour mettre un terme à des querelles perpétuelles sur l’origine des
oiseaux. Ils prétendirent que leurs découvertes les conduisirent à une conclusion étonnante : les plumes
auraient ainsi évolué chez les dinosaures avant même l’existence des oiseaux. Les plumes, suggérèrent-ils,
auraient évolué non pas pour servir à voler mais dans des buts d’isolation, d’imperméabilité à l’eau, de
parure en vue d’attirer le genre opposé, de camouflage et de défense. C’est seulement plus tard qu’elles
auraient servi à voler.
Cette thèse n’était en réalité que spéculation dépourvue de toute preuve scientifique. La nouvelle
théorie développée par Prum et Brush et relayée par Scientific American n’était rien de plus qu’une nouvelle
version creuse de la théorie “les oiseaux sont des dinosaures”, furieusement défendue par un fanatisme
aveugle ces dernières décennies. En fait, comme tous les autres symboles de l’évolution, celui-ci était
totalement avarié.
Voyons maintenant ce qu’en dit l’une des autorités reconnues en matière d’origine des oiseaux : le
Dr Alan Feduccia du département de biologie de l’Université de Caroline du Nord. Il accepte la théorie
selon laquelle les oiseaux seraient nés suite à un processus d’évolution mais son point de vue diffère à
propos du concept de dino-oiseau défendu par Prum et Brush. Selon lui la théorie de l’évolution n’est pas
claire à ce niveau-là. Il refuse d’accorder un crédit au dino-oiseau, délibérément présenté comme un fait
alors qu’il n’y a pas de preuves.
Il écrivit un article dans le numéro d’octobre 2002 de The Auk, un périodique publié par l’Union
Américaine des Ornithologues servant de forum pour les discussions hautement techniques de
l’ornithologie. Son article, “Birds are Dinosaurs : Simple Answer to a Complex Problem” (Les oiseaux sont
des dinosaures : une réponse simple à un problème complexe) explique que la théorie des oiseaux
descendant des dinosaures, proposée par John Ostrom dans les années 70, ne disposait d’aucune preuve
scientifique. Feduccia présente également pourquoi une telle théorie est impossible, en revenant sur les
dino-oiseaux découverts en Chine. On ne peut pas dire clairement que ce qui fut trouvé sur les reptiles
fossiles, passés pour des dinosaures à plumes, étaient réellement des plumes. Au contraire, les données
tendent à prouver que ce duvet de dino n’avait rien à voir avec les plumes. Feducci écrit :
Ayant étudié la plupart des spécimens sensés porter des proto-plumes, moi et d’autres nous ne
trouvons pas de preuve crédible assurant que ces structures sont des proto-plumes. De nombreux fossiles
chinois présentent la particularité étrange qui fit d’eux des duvets de dinosaure mais bien que le sujet ait été
“homologué” avec des plumes aviaires, les arguments sont loin d’être convaincants.151
Il poursuivit en déclarant que Prum fit preuve de préjugés dans son article dans Scientific
American :
Le point de vue de Prum est partagé par de nombreux paléontologues : les oiseaux sont des
dinosaures, par conséquent toutes les matières filamenteuses préservées chez les dromæosaures doivent être
des proto-plumes.152
Selon Feduccia, la raison pour laquelle cette idée préconçue fut réfutée venait du fait que des traces
de ce duvet furent découvertes sur des fossiles n’ayant aucun lien prouvable avec les oiseaux. Dans le même
article, Feduccia dit :
Le duvet de dinosaure a été découvert chez un nombre de taxons, certains non publiés mais
spécialement chez le ptérosaure chinois [reptile volant] et le thérizinosaure [un dinosaure carnivore]… Plus
surprenante encore est la découverte de fibres de peau ressemblant de près au duvet de dinosaure chez un
ichtyosaure [reptile marin éteint] jurassique. Certaines de ces fibres ramifiées sont exceptionnellement
proches dans leur morphologie aux soi-disant protoplumes ramifiées (les protoplumes de Prum) décrites par
Xu [un paléontologue chinois]… Que ces soi-disant protoplumes soient largement distribuées chez les
archosauriens [reptile du mésozoïque] est une preuve qu’elles n’ont rien à voir avec des plumes.153
Dans le passé, selon les dires de Feduccia, certains résidus furent découverts dans la région de ces
fossiles, mais ils s’avérèrent être de la matière inorganique sans relation avec le fossile :
Cela rappelle les fameuses marques ressemblant à des fougères sur les fossiles de Solnhofen appelés
dendrites. En dépit de leurs profils similaires à des plantes, ces traits sont en fait des structures inorganiques
causées par une solution de manganèse provenant des gisements qui se reprécipitèrent comme oxydes le
long de fractures ou le long des os des fossiles.154
Il est intéressant de remarquer que tous ces fossiles de dinosaures emplumés proviennent de Chine.
Pourquoi ces fossiles furent-ils découverts uniquement en Chine et nulle part ailleurs dans le monde ?
Pourquoi n’a-t-on pas trouvé de plumes ni de rachis de plumes sur ces dinosaures que les évolutionnistes
disent être emplumés, dans ces formations chinoises qui purent si bien préserver une structure telle que le
duvet de dinosaure ? La réponse est simple : ils n’avaient pas de plumes aviaires. Feduccia écrit :
Il faut également expliquer pourquoi tous les théropodes et les autres dinosaures découverts dans
d’autres dépôts où le tégument est préservé ne présentent aucun duvet de dinosaure, mais une vraie peau de
reptile, dénuée de matière similaire à des plumes (Feduccia 1999) et pourquoi les dromæosaures chinois, de
façon typique, préservent le duvet de dinosaure mais pas les plumes, alors qu’un rachis endurci, s’il était
présent, serait préservé plus facilement.155
Quelles sont donc ces créatures découvertes en Chine et passées pour des formes intermédiaires
entre les reptiles et les oiseaux ?
Feduccia explique que certaines créatures présentées comme “des dinosaures à plumes” étaient des
reptiles éteints avec du duvet de dinosaure tandis que d’autres étaient simplement de véritables oiseaux :
Il y a clairement deux phénomènes taphonomiques dans les dépôts lacustres du début du crétacé dans
les formations de Yixian et de Jiufotang en Chine, l’une préservant les filaments de duvet de dinosaure,
comme chez le premier soi-disant dinosaure à plumes découvert, le Sinosauropteryx (un Compsognathus) et
l’une préservant de réelles plumes aviaires, comme chez les dinosaures à plumes représentés sur la
couverture de Nature, mais qui s’avérèrent être des oiseaux ne volant pas.156
Autrement dit, tous les fossiles présentés comme des dinosaures à plumes ou “dino-oiseaux”
appartiennent soit à la catégorie d’oiseaux ne volant pas (les poules par exemple) soit à celle des reptiles
présentant du duvet de dinosaure, une structure organique n’ayant rien à voir avec les plumes aviaires.
Certainement, aucun fossile ne permet d’établir l’existence d’une forme intermédiaire entre les oiseaux et
les reptiles. (En plus des deux groupes de base mentionnés plus haut, Feduccia fait également référence à
“l’abondant oiseau à bec Confusiusornis”, certains énantiornithes et un oiseau mangeur de graines
nouvellement identifié baptisé Jeholornis prima. Aucun d’entre eux n’est un dino-oiseau.)
Par conséquent, les dires de Prum et de Brush repris dans Scientific American à propos des fossiles
prouvant que les oiseaux sont des dinosaures sont totalement contraires aux faits.

Le problème de dates que les évolutionnistes souhaitent


dissimuler et l’idée fausse de la cladistique
Dans tous les articles évolutionnistes relayant le mythe du dino-oiseau, y compris celui de Richard O.
Prum et d’Alan Brush paru dans Scientific American, un fait très important est omis voire caché.
Les fossiles que les évolutionnistes assimilent à des dino-oiseaux ou des dinosaures à plumes ne
remontent pas plus loin qu’à 130 millions d’années. Il existe, cependant, un fossile d’un véritable oiseau
plus vieux d’au moins 20 millions d’années que les fossiles présentés en tant que "semi-oiseau" :
l’archéoptéryx. Connu pour être le plus ancien oiseau, l’archéoptéryx est un véritable oiseau doté de
muscles de vol parfaitement formés, de plumes pour le vol et d’un squelette d’oiseau normal. Dans la
mesure où il était capable d’arpenter les cieux il y a 150 millions d’années, comment les évolutionnistes
peuvent-ils continuer à défendre un tel non-sens au point de présenter d’autres créatures étant apparues
après comme les ancêtres primitifs des oiseaux ?
Les darwinistes découvrirent une nouvelle méthode pour cela : la cladistique. Elle fut fréquemment
utilisée en paléontologie au cours des décennies passées dans le but d’interpréter les fossiles. Les
promoteurs de cette méthode ne s’intéressent pas à l’âge des fossiles. Ils comparent uniquement les traits
mesurables des fossiles existants. Ses comparaisons servent ensuite à la conception d’un arbre généalogique
évolutionniste.
Cette méthode est défendue par un site internet évolutionniste publiant le raisonnement derrière le
choix de faire du vélociraptor, un fossile beaucoup plus jeune que l’archéoptéryx, comme un ancêtre de ce
dernier :
Maintenant on peut se demander : “Comment le vélociraptor peut-il être l’ancêtre de l’archéoptéryx
s’il est apparu après ?” Et bien, à cause des nombreux fossés dans les archives fossiles, les fossiles
n’apparaissent pas “au bon moment”. Par exemple, un fossile partiel récemment découvert datant de la fin
du crétacé et provenant de Madagascar, Rahonavis, semble être un croisement entre les oiseaux et quelque
chose comme le vélociraptor, mais il apparaît 60 millions d’années trop tard. Personne ne dit que son
apparition retardée est une preuve s’opposant à son statut de maillon manquant, elle a peut-être juste duré
longtemps. De tels exemples sont appelés les “lignées fantômes”. Nous supposons que ces animaux ont
existé plus tôt quand nous disposons pour eux d’ancêtres anciens probables remontant à loin, et peut-être
aussi des descendants possibles.157
On comprend alors l’immense déformation qu’entend la cladistique. Le point suivant doit être
clarifié : le vélociraptor cité dans l’extrait précédent est l’un des fossiles présenté comme une forme
intermédiaire supposée dans le mythe des oiseaux descendant des dinosaures. Alors qu’il ne s’agit en réalité
que d’une interprétation évolutionniste biaisée. Dans les reconstitutions imaginaires du vélociraptor, les
plumes reflètent simplement l’imagination des évolutionnistes, car dans les faits il n’existe aucune preuve
que cet animal portait des plumes. Par ailleurs, les évolutionnistes ont tendance à déformer manifestement
les informations apportées par les fossiles selon leurs propres théories. La seule raison de supposer qu’une
espèce, dont un fossile détermine l’âge à 70 millions d’années, exista en fait 170 millions d’années plus tôt
et établir un lien familial évolutionniste sur la base de cette supposition est une volonté de déformer les
faits.
La cladistique est un aveu caché que la théorie de l’évolution ne peut faire face aux archives fossiles
et ouvre ainsi une nouvelle dimension. Pour résumer :
1) Darwin avait prévu qu’une fois les archives fossiles passées au crible, des formes intermédiaires
allaient finir par apparaître pour combler les fossés entre toutes les espèces connues. Voilà pour la théorie.
2) Mais après 150 années de fouilles paléontologiques, aucune forme intermédiaire ne fut mise au
jour et aucune trace de ces créatures découverte. La théorie subit alors une grande défaite.
3) En plus de l’absence de formes intermédiaires, l’âge des créatures citées comme les ancêtres
d’autres sur la seule base comparative est source de débat. Une créature apparemment plus “primitive” put
apparaître dans les archives fossiles plus tard qu’une créature apparemment plus “développée”.
Arrivés à ce stade, les évolutionnistes furent donc contraints de développer une méthode incohérente :
la cladistique.
La cladistique est l’illustration que le darwinisme sensé être une théorie issue et basée sur des preuves
scientifiques n’est qu’un dogme déformant les preuves et les transformant en hypothèse, rappelant ainsi le
lyssenkisme, la doctrine scientifique officielle de l’URSS à l’époque de Staline. Le lyssenkisme fut
concocté par Trofim Lyssenko qui rejeta les lois de la génétique et fut un adhérent de la théorie de l’hérédité
des traits acquis de Lamarck. Comme le lyssenkisme, le darwinisme est désormais reconnu comme
dépourvu de base scientifique.

Les différences inconciliables entre


les oiseaux et les dinosaures
Le discrédit fut jeté non seulement sur la thèse de Prum et Brush mais sur toutes les versions de
théorie défendant que “les oiseaux sont des dinosaures”. Les différences entre les oiseaux et les dinosaures
sur le plan anatomique ne peuvent pas être comblées par un quelconque processus d’évolution. Citons
quelques-unes de ces différences, examinées en détail dans mes autres livres :
1) La structure des poumons des oiseaux est totalement différente de celle des reptiles et des autres
vertébrés terrestres. L’air est unidirectionnel chez les oiseaux, c’est-à-dire qu’il passe uniquement
et toujours dans un seul sens dans le poumon. Un oiseau est donc constamment capable
d’absorber de l’oxygène et de relâcher du dioxyde de carbone en même temps. Il est impossible
qu’une telle structure propre aux oiseaux ait pu évoluer des poumons d’un vertébré terrestre
ordinaire. Sans compter qu’une créature dotée d’une structure intermédiaire ne pourrait pas
respirer et par conséquent survivre.158
2) Les comparaisons embryologiques des oiseaux et des reptiles effectuées en 2002 par Alan
Feduccia et Julie Nowicki indiquèrent une différence majeure dans la structure de la main de
deux espèces, prouvant qu’il était impossible d’établir un lien évolutionniste entre les deux.159
3) La comparaison finale entre les crânes des deux groupes aboutit aux mêmes conclusions. Comme
le montrent les résultats d’une étude menée en 1999, Andre Elzanowski conclut qu’il n’y avait
“pas de similarités aviaires dans les mâchoires et les palais des dromæosauridés [un groupe de
dinosaures théropodes].”160
4) Les dents séparent également les oiseaux des reptiles. Il est connu que par le passé, certains
oiseaux disposaient de dents dans leurs becs, ce qui fut longtemps présenté comme un signe de
l’évolution. On apprit finalement que les dents des oiseaux leur étaient particulières. Selon
Feduccia :
La différence probablement la plus impressionnante entre les théropodes et les oiseaux concerne la
structure des dents et la nature de leur implantation. Il est stupéfiant que plus d’attention n’ait pas été
accordée aux différences spectaculaires entre les dents de l’oiseau et celles du théropode, surtout si l’on
considère que la base de la paléontologue mammifère implique largement la morphologie dentaire. Pour
être bref, les dents de l’oiseau (comme chez l’archéoptéryx, l’Hesperornis, le Parahesperornis,
l’Ichthyornis, le Cathayornis et tous les oiseaux dentés du mésozoïque) se ressemblent remarquablement
mais diffèrent de celles du théropode… Il n’y a essentiellement aucune relation partagée ou dérivée d’un
quelconque aspect de la morphologie dentaire entre les oiseaux et les théropodes, que ce soit la forme des
dents, leur implantation ou leur remplacement.161
5) Les oiseaux ont le sang chaud tandis que les reptiles ont le sang froid. Cela signifie qu’ils ont des
métabolismes très différents que des mutations aléatoires n’auraient pu transformer. Pour éluder
cette difficulté, il fut proposé que les dinosaures étaient à sang chaud. Mais la thèse ne dispose
pas de preuve pour la rendre crédible.162
Ces différents points ôtent tout appui scientifique à la thèse évolutionniste à propos de l’origine des
oiseaux. Les médias darwinistes seront peut-être capables d’entretenir le mythe du dino-oiseau mais il est
clair désormais qu’il s’agit d’une campagne de propagande non-scientifique.
Quiconque examine l’origine des oiseaux et des autres créatures dans la nature en dehors du dogme
évolutionniste se rendra compte que ces créatures sont bien trop complexes pour être expliquées en termes
d’influences naturelles d’événements aléatoires. La seule explication valable est celle de la création.
Dieu, Qui connaît toutes les créations de par Sa Science suprême, créa tous les êtres vivants dans leur
perfection en un seul instant. Dans le Coran, Dieu révèle :

L'homme ne voit-il pas que Nous l'avons créé d'une goutte de sperme ? Et le voilà un
adversaire déclaré ! Il cite pour Nous un exemple, tandis qu'il oublie sa propre création. Il dit : “Qui
va redonner la vie à des ossements une fois réduits en poussière ? ”Dis : “Celui qui les a créés une
première fois leur redonnera la vie. Il Se connaît parfaitement à toute création.” (Sourate Ya-Sin, 77-
79)
Conclusion

Le professeur de philosophie et d’histoire de la science Thomas Kuhn, dans son livre The Structure of
Scientific Revolutions (La structure des révolutions scientifiques), s’attarde sur le concept de paradigme –
une vision du monde scientifique acceptée à n’importe quelle époque particulière. Parfois les scientifiques
s’allient étroitement avec un paradigme, mais avec les nouvelles découvertes leur paradigme finit par
apparaître comme étant faux. A une époque, le point de vue dominant était celui du modèle de l’univers
centré sur la terre de Claudius Ptolémée. Bien que très fort, le paradigme finit par être renversé par les
découvertes de Copernic. Il fut alors remplacé par un autre paradigme. Selon Kuhn, le monde de la science
connaît de grands mouvements de paradigmes appelés “révolutions scientifiques”.
Kuhn souligne qu’un nombre considérable de scientifiques font tout pour préserver le paradigme
existant, ce qui fait d’eux des conservateurs. C’est pourquoi il estime que les initiateurs des révolutions
scientifiques n’ont pas “d’autorité scientifique” et sont plutôt externes au monde scientifique ou alors de
jeunes esprits venant d’embrasser le monde. Kuhn cite le célèbre scientifique Max Planck : “Une nouvelle
vérité scientifique ne triomphe pas en convainquant ses opposants et en leur faisant voir la lumière, mais
parce que ses opposants finissent par mourir et une nouvelle génération grandit se familiarisant avec.”163
Aujourd’hui, le monde scientifique connaît une révolution. Le darwinisme fut scientifiquement
discrédité, mais les individus dits d’autorité dans la communauté scientifique ne l’acceptent pas. Leur refus
totalement idéologique et dogmatique s’affaiblit néanmoins avec la prise de conscience du public. La
lumière brillant devant les yeux du monde scientifique est la création. Les scientifiques ayant étudié la
question affirment que la vue ne peut être le produit de forces naturelles aléatoires comme le prétendait
Darwin, mais au contraire, l’œuvre d’un Créateur doté d’une science suprême. Ce Créateur est Dieu, le
Seigneur de tous les mondes. De plus en plus de scientifiques acceptent ce fait chaque jour. La chute
scientifique du darwinisme est démontrée de façon plus claire.
Phillip E. Johnson de l’Université de Californie à Berkeley est l’une des figures importantes du
mouvement antiévolutionniste. Il est convaincu que très bientôt le darwinisme ira à la poubelle. Après avoir
mentionné les nouvelles mesures légales prises dans certains états des Etats-Unis permettant les preuves
scientifiques contraires au darwinisme d’être incluses dans les manuels, Johnson fait le commentaire
suivant :
Le tournant décisif des évènements se produit non pas dans le programme des écoles publiques mais
dans les esprits et dans les écrits de ceux qui connaissent les preuves et restent indépendants dans leur
esprit. Les darwinistes savent qu’ils perdent des preuves, et non qu’ils en gagnent et qu’ils perdent
également le soutien public. Ils essaient désespérément de différer le fait qu’ils doivent admettre par
exemple que les mites poivrées ne se posent pas sur les troncs d’arbres et que la sélection naturelle ne
produit pas d’augmentation de l’information génétique. Ils s’entraînent également à fournir des explications
pour les défaites... 164
Les darwinistes doivent s’arrêter sur le processus et les raisons de la critique de leur théorie. La
plupart de leurs collègues sont conscients des preuves examinées ici dans ce livre. Certains persistent à les
ignorer et à défendre le darwinisme. Ignorants des développements scientifiques, ils veulent vivre dans le
monde des années 50, ce qui correspond selon eux à la belle époque du darwinisme. S’ils sont interrogés sur
les preuves de l’évolution, ils proposent avidement l’expérience décriée de Miller, les soi-disant branchies
chez l’embryon humain, l’histoire des mites poivrées ou la fantastique série des chevaux. Ils ignorent
l’explosion cambrienne, la complexité irréductible et les origines de l’information génétique. Il est toutefois
inutile pour quiconque influencé par des livres dépassés et une propagande darwiniste de s’accrocher à cette
théorie sans valeur. Nous invitons les darwinistes à éviter une telle situation, à se débarrasser de leurs
préjugés, à accepter les preuves scientifiques et regarder la vérité en face.
Les défenseurs du darwinisme doivent abandonner leur foi aveugle en cette théorie, en étudiant les
conclusions de la science et en les évaluant sans idées préconçues. Si la moindre preuve vient étayer le
darwinisme, ils doivent l’annoncer haut et fort. Mais si leurs arguments s’avèrent faux, ils doivent faire face
aux faits et laisser de côté leur attachement aveugle à la théorie de l’évolution.
S’ils sont sincères dans leur quête, même les partisans les plus âpres du darwinisme se rendront
compte que la théorie est une grande illusion, comme l’indiquent les faits scientifiques.
La chute scientifique du darwinisme nous est rapportée dans le Coran, lorsque Dieu révèle :

Et dis : “La vérité est venue et l'erreur a disparu. Car l'erreur est destinée à disparaître.”
(Sourate al-Isra, 81)

Le darwinisme est une doctrine fausse et trompeuse. Elle jouissait autrefois d’une influence en tirant
profit du manque de connaissances et du milieu scientifique peu sophistiqué. La révélation de la vérité ainsi
que l’évaluation des découvertes scientifiques réelles par des individus intègres conduisirent à la déchéance
de cette illusion.
Les darwinistes essaient aujourd’hui de rejeter, de cacher ou d’ignorer la vérité afin d’entretenir le
mensonge. Ils ont tort cependant. Par leur attitude ils se trompent et s’humilient. Dans le Coran, Dieu révéla
un verset qui doit servir de leçon aux darwinistes :

Et ne mêlez pas le faux à la vérité. Ne cachez pas sciemment la vérité. (Sourate al-Baqara, 42)

Après avoir eu accès à la vérité, il est temps de cesser toute résistance et de l’embrasser. Jusqu’à
maintenant, certains purent croire au mensonge de l’évolution parce qu’il fut instillé dans leur esprit par
d’autres. Mais s’ils sont sincères, au lieu de courir après une illusion et de s’humilier dans ce monde et le
suivant, ils devront chercher la vérité et l’intégrer à leur vie. Il ne faut pas oublier que sincérité et honnêteté
sont récompensées à la fois dans cette vie et la suivante.
Notes

1 Søren Løvtrup , Darwinism: The Refutation of A Myth, New York: Croom Helm, 1987, p. 422
2 Richard Leakey, The Making of Mankind, Londres: Michael Joseph Limited, 1981, p. 43
3 David Pilbeam, American Scientist, vol. 66, Mai-Juin 1978, p. 379
4 Jonathan Wells est titulaire d’un doctorat de l’Université de Yale et d’un autre doctorat en biologie
moléculaire et cellulaire de l’Université de Californie, Berkeley. Il poursuit ses recherches sur le
darwinisme à Discovery Institute à Seattle.
5 Cela peut paraître étrange pour certains lecteurs de comparer l’évolution à une religion, alors que cela
semble plus juste. Toute religion édicte des principes de base auxquelles une personne croit et qui façonne
son point de vue sur la vie. En imposant une perspective matérialiste, la théorie de l’évolution ne repose pas
sur la science mais sur la foi. Julian Huxley et Pierre Teilhard de Chardin font partie de ceux qui
assimilèrent cette théorie à une religion.
6 Benjamin D. Wiker, "Does Science Point to God? Part II: The Christian Critics", The Crisis Magazine,
Juillet-Août 2003, http://www.crisismagazine.com/julaug2003/feature1.htm
7 Francis Darwin, The Life and Letters of Charles Darwin, vol. 2, Charles Darwin à J.D. Hooker, Down [29
mars 1863]
8 "The Crucible of Life", Earth, Février 1998
9 "The Rise of Life on Earth", National Geographic, Mars 1998
10 Jonathan Wells, Icons of Evolution, Science or Myth, Why Much of What We Teach About Evolution is
Wrong, Washington, DC, Regnery Publishing, 2000, p. 21
11 Jeremy Rifkin, Algeny: A New World, Istanbul: Ufuk Kitaplari, 2001, p. 133
12 Paul Davies C.W. [célèbre physicien] & Adams Phillip [journaliste], More Big Questions, ABC Books:
Sydney, Australie, 1998, pp. 53-54, 47-48, 48
13 Michael J. Behe, Darwin's Black Box; The Biochemical Challenge to Evolution, The Free Press, 1996, p.
x
14 Ibid., pp. 4-5
15 Gerald L. Schroeder, The Hidden Face of God, The Free Press, New York, 2001, p. 62
16 Michael J. Behe, Darwin's Black Box, p.5
17 W. R. Bird, The Origin of Species Revisited, Nashville: Thomas Nelson Co., 1991, p. 325
18 The New Encyclopedia Britannica, Chicago, 1993
19 Ibid.
20 Charles Darwin, L'origine des espèces, GF Flammarion, Paris, 1992, p. 334
21 Alan Feduccia, The Origin and Evolution of Birds, Yale University Press, 1999, p. 81
22 Niles Eldredge, et Ian Tattersall, The Myths of Human Evolution, Columbia University Press, 1982, pp.
45-46 (soulignement ajouté)
23 C.P. Hickman [Professeur émérite de biologie aux Universités de Washington et de Lee à Lexington],
L.S. Roberts [Professeur émérite de biologie à l’Université Tech au Texas], et F.M. Hickman, 1988,
Integrated Principles of Zoology, Times Mirror/Moseby College Publishing, St. Louis, MO. 939 p. 866
24 T. S. Kemp, Fossils and Evolution, Oxford University Press, 1999, p. 246
25 David Berlinksi, Commentary, Septembre 1996, p. 28
26 Gerald Schroeder, Evolution: Rationality vs. Randomness,
http://www.geraldschroeder.com/evolution.html
27 Stephen J. Gould, "An Asteroid to Die For", Discover, Octobre 1989, p. 65
28 Gregory A. Wray, "The Grand Scheme of Life", Review of The Crucible Creation: The Burgess Shale
and the Rise of Animals de Simon Conway Morris, Trends in Genetics, Février 1999, vol. 15, no. 2
29 Jonathan Wells, Icons of Evolution, p. 31
30 Niles Eldredge, Ian Tattersall, The Myths of Human Evolution, pp.126-127
31 Richard C. Lewontin, Human Diversity, Scientific American Library: New York NY, 1995, p. 163
32 Henry Gee, In Search of Deep Time: Beyond the Fossil Record to a New History of Life, New York: The
Free Press, 1999, pp. 116-117
33 Bernard Wood, Mark Collard, "The Human Genus", Science, vol. 284, no. 5411, 2 avril 1999, pp. 65-7
34 Pat Shipman, "Doubting Dmanisi", American Scientist, Novembre-Décembre 2000, p. 491
35 Roger Lewin, Bones of Contention, The University of Chicago Press, p. 312
36 John R. Durant, "The Myth of Human Evolution", New Universities Quarterly 35 (1981), pp. 425-438
37 G. A. Clark and C. M. Willermet (eds.), Conceptual Issues in Modern Human Origins Research, New
York: Aldine de Gruyter, 1997, p. 76
38 Jonathan Wells, Icons of Evolution, p. 225
39 Paul S. Taylor, Origins Answer Book, Eden Communications, 1995, p. 35
40 John Whitfield, "Oldest member of human family found", Nature, 11 juillet 2002
41 D.L. Parsell, "Skull Fossil From Chad Forces Rethinking of Human Origins", National Geographic
News, 10 juillet 2002
42 John Whitfield, "Oldest member of human family found", Nature, 11 juillet 2002
43 "Face of Yesterday: Henry Gee on the dramatic discovery of a seven-million-year-old hominid", The
Guardian, 11 juillet 2002
44 Henry Gee, In Search of Deep Time, p. 5
45 Ibid., p. 32
46 F. Clark Howell, Thoughts on the Study and Interpretation of the Human Fossil Record, p. 1
47 Tom Abate, San Francisco Chronicle, 19 février 2001
48 Encyclopædia Britannica, "Modern Materialism"
49 Werner Gitt, In the Beginning Was Information, CLV, Bielefeld, Germany, pp. 107-141
50 George C. Williams, The Third Culture: Beyond the Scientific Revolution, (éd. John Brockman), New
York: Simon & Schuster, 1995, pp. 42-43
51 Phillip Johnson's Weekly Wedge Update, "DNA Demoted", 30 avril 2001,
http://www.arn.org/docs/pjweekly/pj_weekly_010430.htm
52 Ibid.
53 Charles Darwin, La filiation de l’homme et la sélection liée au sexe, Editions Syllepse, Paris, p. 91
54 Charles Darwin, "Letter to Asa Gray", 10 septembre 1860, dans Francis Darwin (ed.), The Life and
Letters of Charles Darwin, vol. II (New York: D. Appleton and Company, 1896), p. 131
55 "Haeckel's Fraudulent Charts"; http://www.pathlights.com/ce_encyclopedia/17rec03.html
56 L. Rutimeyer, "Referate", Archiv fur Anthropologie, 1868
57 Francis Hitching, The Neck of the Giraffe: Where Darwin Went Wrong, New York: Ticknor and Fields
1982, p. 204
58 Elizabeth Pennisi, "Haeckel's Embryos: Fraud Rediscovered", Science, 5 septembre 1997 (soulignement
ajouté)
59 Ibid. (soulignement ajouté)
60 Ibid.
61 Ken McNamara, "Embryos and Evolution", New Scientist, vol. 12416, 16 octobre 1999 (soulignement
ajouté)
62 Jonathan Wells, Icons of Evolution, p. 84
63 Ibid., p. 85
64 Ibid., p. 86
65 Charles Darwin, "Letter to Asa Gray", 10 septembre 1860, dans Francis Darwin (ed.), The Life and
Letters of Charles Darwin, vol. II, p. 131
66 Pour une démolition de la thèse de The Blind Watchmaker de Dawkins voir Lee Spetner, Not By Chance:
Shattering the Modern Theory of Evolution, Judaica Press, 1997; Michael J. Behe, Darwin's Black Box: The
Biochemical Challenge to Evolution, The Free Press, 1996; Phillip E. Johnson, Darwin on Trial, 2ème éd.,
InterVarsity Press, 1993
67 Richard Dawkins, The Blind Watchmaker, Londres: Penguin Books, 1986, pp. 93-94
68 Michael Denton, "The Inverted Retina: Maladaptation or Pre-adaptation?", Origins & Design, 19:2, no.
37, 1999
69 Ibid.
70 G.L. Walls, The Vertebrate Eye, New York: Hafner Publishing Company, 1963, p. 652
71 Michael Denton, "The Inverted Retina: Maladaptation or Pre-adaptation?", Origins & Design, 19:2, no.
37, 1999
72 T.J. McIlwain, An Introduction to the Biology of Vision, Cambridge: Cambridge University Press, 1996,
p. 14
73 Michael Denton, "The Inverted Retina: Maladaptation or Pre-adaptation?", Origins & Design, 19:2, no.
37, 1999
74 Charles Darwin, L'origine des espèces, GF Flammarion, Paris, 1992, p. 531
75 www.geocities.com/CapeCanaveral/Lab/6562/evolution/designgonebad.html
76 S. R. Scadding, "Do 'Vestigial Organs' Provide Evidence for Evolution?", Evolutionary Theory, vol. 5,
Mai 1981, p. 173
77 Paul A. Nelson, "Jettison the Arguments, or the Rule? The Place of Darwinian Theological Themata in
Evolutionary Reasoning", Access Research Network, 1988, http://www.arn.org/docs/nelson/pn_jettison.html
78 George Schaller, H. Jinchu, P. Wenshi, and Z. Jing, The Giant Pandas of Wolong (Chicago: University of
Chicago Press, 1986), 4; 58. (soulignement ajouté)
79 "Role of the giant panda's 'pseudo-thumb", Nature, vol. 397, 28 janvier 1999, pp. 309-310
80 Ibid.
81 Gretchen Vogel, "Objection #2: Why Sequence the Junk?", Science, 16 février 2001
82 Wojciech Makalowski, "Not Junk After All", Science, vol. 300, no. 5623, 23 mai 2003
83 http://www.arn.org/docs/odesign/od182/ls182.htm#anchor569108
84 "Does nonsense DNA speak its own dialect?", Science News, vol. 164, 24 décembre 1994
85 Hubert Renauld et Susan M. Gasser, "Heterochromatin: a meiotic matchmaker", Trends in Cell Biology,
7 mai 1997, pp. 201-205
86 Emile Zuckerkandl, "Neutral and Nonneutral Mutations: The Creative Mix-Evolution of Complexity in
Gene Interaction Systems", Journal of Molecular Evolution, 44, 1997, p. 53 (soulignement ajoutée)
87 Hubert Renauld and Susan M. Gasser, "Heterochromatin: a meiotic matchmaker", Trends in Cell Biology
7 mai 1997, pp. 201-205
88 Les évolutionnistes ont recours à la thèse de l’ADN égoïste pour expliquer l’émergence censément
évolutionniste de l’ADN non-codant. Cette thèse défend l’idée illusoire qu’il existe une sorte de
concurrence entre les composants de l’ADN ayant perdu leur fonction. Comme le montre ce livre, elle fut
infirmée par l’étude sur les cryptophytes.
89 M.J. Beaton et T. Cavalier-Smith, 1999, "Eukaryotic non-coding DNA is functional: evidence from the
differential scaling of cryptomonal genomes", Proc. Royal Soc. Londres, B. 266: pp. 2053-2059
90 L.L. Sandell, V.A. Zakian, 1994, "Loss of a yeast telomere: arrest, recovery, and chromosome loss", Cell
75: pp. 729-739
91 S. J. Ting 1995, "A binary model of repetitive DNA sequence in Caenorhabditis elegans", DNA Cell
Biology, 14: pp. 83-85
92 E. R. Vandendries, D. Johnson, R. Reinke, 1996, "Orthodenticle is required for photoreceptor cell
development in the Drosophila eye", Developmental Biology 173: pp. 243-255
93 B.L. Keplinger, A.L. Rabetoy, D.R. Cavener, 1996, "A somatic reproductive organ enhancer complex
activates expression in both the developing and the mature Drosophila reproductive tract", Developmental
Biology 180: pp. 311-323
94 J. Kohler, S. Schafer-Preuss, D. Buttgereit, 1996, "Related enhancers in the intron of the beta1 tubulin
gene of Drosophila melanogaster are essential for maternal and CNS-specific expression during
embryogenesis", Nucleic Acids Research 24: pp. 2543-2550
95 R. Nowak, "Mining Treasures from 'junk DNA'", Science 263 (1994): p. 608
96 "DNA; Junk or Not", The New York Times, 4 mars 2003
97 Gretchen Vogel, "Objection #2: Why Sequence the Junk?", Science, 16 février 2001
98 S. HirotSune, N. Yoshida, A. Chen, L. Garrett, F. Sugiyama, S. Takahashi, K. Yagami, A. Wynshaw-
Boris, et Yoshiki, "An expressed pseudogene regulates the messenger-RNA stability of its homologous
coding gene", Nature 423: pp. 91-96
99 J. T. Lee, 2003, "Molecular biology: Complicity of gene and pseudogene", [News and Views], Nature
423: pp. 26-28
100 "The Birth of an Alternatively Spliced Exon: 3' Splice-Site Selection in Alu Exons", Galit Lev-Maor,
Science, vol. 300, no. 5623, 23 mai 2003, pp. 1288-1291
101 Science, 23 mai 2003
102 George Turner, "How Are New Species Formed?", New Scientist, 14 juin 2003, p. 36
103 Norman Macbeth, Darwin Retried, Boston, Gambit INC., 1971, p. 36
104 Ibid., pp. 35-36
105 E. Deevey, "The Reply: Letter from Birnam Wood" dans Yale Review, (1967), vol. 61, p. 636
106 Ernst Mayr, Animal Species and Evolution, Cambridge: Harvard University Press, 1963, pp. 285-286
107 Ibid., p. 290
108 Lane P. Lester, Raymond G. Bohlin, Natural Limits to Biological Change, 2ème éd., Probe Books, 1989,
pp. 13-14
109 Jonathan Wells, Icons of Evolution, pp. 159-175
110 Lane Lester, Raymond G. Bohlin, Natural Limits to Biological Change, 2ème édition, Probe Books,
1989, pp. 67, 70
111 Pierre-Paul Grassé, Evolution of Living Organisms, New York: Academic Press, 1977, pp. 88-97
112 Ibid., p. 88
113 Jonathan Wells, Icons of Evolution, pp. 178, 186
114 Lane Lester, Raymon G. Bohlin, Natural Limits to Biological Change, Probe Books, 1989, pp. 170-171
115 Merle d'Aubigne, "How Is It Possible to Escape the Idea of Some Intelligent and Organizing Force?",
dans Margenau et Varghese (eds.), Cosmos, Bios, Theos, p. 158
116 Scott Gilbert, John Opitz, et Rudolf Raff, "Resynthesizing Evolutionary and Developmental Biology",
Developmental Biology 173, Article No. 0032, 1996, p. 361
117 Lettre personnelle (écrite le 10 avril 1979) par le Dr Collin Patterson, paléontologue senior au Musée
britannique d’histoire naturelle à Londres à l’intention de Luther D. Sunderland ; citée dans Darwin's
Enigma de Luther D. Sunderland, San Diego:Master Books, 1984, p. 89
118 T. S. Kemp, Fossils and Evolution, Oxford University Press, 1999, p. 19
119 Pierre-Paul Grassé, Evolution of Living Organisms, New York: Academic Press, 1977, p. 103
120 Nicholas Wade, "Why Humans and Their Fur Parted Ways", The New York Times, 19 août 2003
121 Henry Gee, In Search of Deep Time, p. 103
122 O. C. Marsh, "Recent Polydactyle Horses", American Journal of Science 43, 1892, pp. 339-354
123 Gordon Rattray Taylor, The Great Evolution Mystery, New York: Harper & Row, 1983, p. 230
124 Heribert Nilsson, Synthetische Artbildung Lund, Sweden: Vertag CWE Gleenrup, 1954, pp. 551-552
125 Boyce Rensberger, "Ideas on Evolution Going Through a Revolution Among Scientists", Houston
Chronicle, 5 novembre 1980, sec. 4, p. 15
126 Milner, The Encyclopedia of Evolution, 1993, p. 222
127 Garret Hardin, Nature and Man's Fate, New York: Mentor, 1961, pp. 225-226
128 Francis Hitching, The Neck of the Giraffe, pp. 16-17, 19, 28-30
129 R.E. Kofahl, Handy Dandy Evolution Refuter, San Diego: Beta Books, 1997, p. 159
130 M.R. Voorhies, "Ancient Ashfall Creates a Pompeii of Prehistoric Animals", National Geographic, vol.
159, no. 1, Janvier 1981, pp. 67-68,74; "Horse Find Defies Evolution", Creation Ex Nihilo 5(3):15, Janvier
1983, http://www.answersingenesis.org/docs/3723.asp
131 Jonathan Wells, Icons of Evolution, p. 199; Royal Truman, A review of Icons of Evolution,
www.answersingenesis.org/home/area/magazines/tj/docs/tj_v15n2_icons_review.asp
132 O.C. Marsh, "Recent polydactyl horses", American Journal of Science, 43: 339–354, 1892
133 Bruce J. MacFadden et al., "Ancient diets, ecology, and extinction of 5-million-year-old horses from
Florida", Science 283 (5403): 824–827, 5 février 1999
134 "Horse and horsemanship", Encyclopædia Britannica, 20:646655, 15ème édition 1992
135 Ernst Mayr, What Evolution Is, New York: Basic Books, p. 16
136 D.M. Raup, "Conflicts between Darwin and paleontology", Field Museum of Natural History Bulletin
50:22, 1979
137 L.D. Sunderland, Darwin's Enigma, 1988, p.78
138 J. Bergman et G. Howe, 'Vestigial Organs' Are Fully Functional, Kansas City: Creation Research
Society Books, 1990, p. 77
139 Pierre-Paul Grasse, Evolution of Living Organisms, pp. 51-52
140 University of Florida, "From the Bone of a Horse, a New Idea for Aircraft Structures", 2 décembre
2002, http://www.napa.ufl.edu/2002news/horsebone.htm
141 Judith Hooper, Of Moths and Men, New York: W.W. Norton & Company, Inc., 2002, p. xvii
142 Ibid., p. xviii
143 Ibid.
144 Ibid.
145 Jonathan Wells, Icons of Evolution, pp. 141-151
146 Jerry Coyne, "Not Black and White", une critique de Melanism: Evolution in Action de Michael
Majerus, dans Nature, 396 (1988), pp. 35-36
147 Judith Hooper, Of Moths and Men, pp. xix–xx
148 Ibid., p. 304
149 Ibid., p. 301
150 Robert Matthews, "Scientists Pick Holes in Darwin's Moth Theory", The Daily Telegraph, London, 18
mars 1999
151 Alan Feduccia, "Birds are Dinosaurs: Simple Answer to a Complex Problem", The Auk, Octobre 2002,
vol. 119 (4), pp. 1187-1201
152 Ibid.
153 Ibid.
154 Ibid.
155 Ibid.
156 Ibid.
157 "The bird-Dino link", http://www.geocities.com/CapeCanaveral/Hall/2099/DinoKabin.html
158 Michael J. Denton, Nature's Destiny, New York: The Free Press, 1998, p. 361
159 David Williamson, "Scientist Says Ostrich Study Confirms Bird 'Hands' Unlike Those of Dinosaurs",
EurekAlert, 14 aout 2002, http://www.eurekalert.org/pub_
releases/2002-08/uonc-sso081402.php.
160 A. Elzanowski, "A comparison of the jaw skeleton in theropods and birds, with a description of the
palate in the Oviraptoridae", Contributions Smithsoniennes à la Paléobiologie, 1999, 89 pp: 311–323
161 Alan Feduccia, "Birds are Dinosaurs: Simple Answer to a Complex Problem", The Auk, Octobre 2002,
vol. 119 (4), pp. 1187-1201
162 V. Morell, "A Cold, Hard Look at Dinosaurs", Discover, 1996, 17 (12): pp. 98-108
163 http://en.wikiquote.org/wiki/Max_Planck
164 Phillip Johnson, "A Step Forward in Ohio", Touchstone, vol. 16, no. 1, Janvier-Février 2003, p. 11;
http://www.touchstonemag.com/docs/issues/16.1docs/16-1pg11.html